Vous êtes sur la page 1sur 3

A Jean-Luc Rigaut, maire d’Annecy Annecy 1er mars 2011

Rue de l’Hôtel de ville

74 000 Annecy

Suite à notre rencontre à l’IPAC, m le maire nous nous posons toujours des
questions sur la méga structure iconique du stade d’Annecy 2018 devra assurer la sécurité
des 42 000 spectateurs même si elle est déclarée « démontables».

Sauf erreur vos ingénieurs doivent prévoir l’exposition au climat local.

Par exemple ce toit qui resterait en place plus d’un an (prévu s’utiliser et être testé lors des
fêtes du lac 2017 ?) devrait probablement résister à des coups de vent de 100 à 120 km/h
comme nous l’avons vu en octobre 2010 sur le lac d’Annecy ou des coups de vents de
1999 qui ont meurtri nos forêts.

Ce toit souple devrait aussi normalement résister à des charges de 40 cm de neige ou plus
comme celle du 1er décembre 2010.

Le stade devrait probablement aussi être conçu pour résister à des charges sismiques de
magnitude 5.2 comme lors du tremblement de terre de 1996 dont l’épicentre était à
Epagny.

Une structure gigantesque «démontable» n’est pas plus solide qu’une structure fixe.

Elle sera simplement plus lourde et plus coûteuse car il faut


prévoir de multiples joints d’assemblages démontables.

Peut-ont avoir le détail des calculs AVANT de s’engager à


payer la construction de ce stade et de payer sa démolition ?

Quel constructeur vous a assuré de sa réalisation technique ?

Quels-ont été les appels d’offres sur ce projet déjà attribué « au leader du marché » ?

A notre sens, les annéciens ont le droit de savoir précisément à quoi ils s’engagent avant
de recevoir la facture.

La durée des travaux de bétonnage (ou du système de lévitation ?), de montage,


démontage, démolition et remise du terrain en état méritent d’être détaillée.

Ce sont les familles Anneciennes et aussi nos touristes habituels qui devront respirer la
poussière des travaux, être privés longtemps de la vue des montagnes. Ils seront privés
d’accès à leurs activités familiales à cause de cette construction donnée au CIO pour
seulement 6 heures de parade où absolument aucun sport ne sera pratiqué.
Certains Anneciens et des sportifs de haut niveau trouvent ces cérémonies protocolaires
inutiles voire mégalomanes.

En 1936 aux Jeux Olympiques les athlètes surdoués ont salué un certain dirigeant local
nommé Adolf Hitler.

Les Jeux Olympiques n’ont pas amené la prospérité à Berlin ni à Sarajevo, ni à Athènes, ni
à Londres, ni à Montréal.

Parfois des constructions publiques s’écroulent par des erreurs ou


des manques de structure. Par exemple le terminal E2 de l’aéroport
de Paris s’écroulait en mai 2004 entrainant 4 décès.

Il avait pourtant des fondations importantes étudiées pour cette


construction prestigieuse, mais pas assez.

Parfois les toiles flexibles se déchirent comme à Montréal où le stade olympique n’a été fini
qu’après 13 ans de travaux (initialement prévu pour moins de 3 ans) et après 400 000
tonnes de béton. Le dépassement de coût a été pharaonique et assumé durant 30 ans par
la population avec la taxe Olympique.

Laisser croire que le théâtre des jeux du dossier Annecy 2018 ne demande même pas de
fondation en béton et se démonte comme une estrade conventionnelle de 5 000 places
sans toit nous apparait inquiétante et mérite des explications techniques détaillées.

La portée entre les deux piliers principaux du théâtre des jeux Annecy 2018 est plus de
deux fois plus longue que les 125 mètres qui séparent les piliers de la tour Eiffel.

Pas de béton ?!? Construction instantanée ?!? Chantier ouvert aux poussettes ?!?

Dossier écologique exemplaire ?!?

Nous devons remercier fortement les riches


familles donatrices (Dame Mossière) qui ont
spécifiés que le Pâquier devait être réservé
aux ébats des enfants de la ville d’Annecy en
interdisant formellement toute construction.

Nous bénéficions aujourd’hui de sages décisions d’anciens responsables écologiste avant


l’heure qui ont épuré le lac d’Annecy par des investissements et décisions dès 1957.

Cette eau claire nous est très précieuse.

Des travaux nécessaires dans le lac et ses abords pour


construire et ensuite démolir ce stade sont une menace
certaine à la qualité de cette eau, du sol et de l’air.

Par le passé, des élus agissants en gestionnaires avisés ont


assumés des démolitions coûteuses comme l’ancienne gare
abandonnée du mont Baron qui défigurait le paysage de la montagne en plus d’avoir causé
des accidents mortels.

Pourquoi proposer en 2011 des constructions Olympiques visiblement nuisibles à


l’environnement pour les abandonner ou les démolir ensuite ?

Je me joins à d’autres citoyens (déjà 15 000 signataires de la pétition du comité anti JO)
pour vous demander, monsieur le maire de retirer le projet Annecy 2018.

Ce dossier « fumigène » Annecy 2018 ne respecte pas la volonté des familles annéciennes
de préserver l’environnement et le terrain de nos ébats sportifs.

Le retrait d’un dossier déjà déposé au CIO et des engagements légaux surréalistes qu’il
contient s’est déjà produit comme à Berne en Suisse en 2002 suite à une consultation
populaire éclairée.

Même à Lausanne, un référendum populaire avait fait annuler un projet de Jeux


Olympiques considérés nuisibles ….par les habitants de la ville du siège du CIO.

Nos élus ont toujours le pouvoir de retirer ce projet par un simple vote puis d’envoyer une
lettre laconique de désistement au CIO en souhaitant sportivement bonne chance à
d’autres organisateurs ou populations qui choisissent ce type d’activités.

Sauf erreur le CIO n’est pas encore l’autorité suprême sur Terre et ne dicte pas nos lois.

Les athlètes Suisse participent encore aux compétitions sportives malgré des référendums
populaires défavorables à l’organisation de JO.

La Suisse n’est pas tombée en disgrâce économique…

Des sommes non dépensées sur ce projet peuvent toujours être sauvées et servir à
d’autres activités sportives adaptées à Annecy, beaucoup plus sympathiques et 1 000 fois
moins coûteuses que des JO.

Sincèrement,

R. Cossette

Vous aimerez peut-être aussi