Vous êtes sur la page 1sur 54

PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE

SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A LOGBESSOU

A MON
PERE

1
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A LOGBESSOU

REMERCIEMENT

Nous tenons de prime à bord à rendre grâce à DIEU notre seigneur tout puisant pour la vie, la
santé, la stabilité qu’il a acquiescée pour la réalisation de ce travail. Sans le soutien et
l’aide multiforme d’un grand nombre de personnes, la réalisation de ce modeste travail
n’aurait pas été possible. Sans toutefois prétendre à une liste exhaustive, nous tenons à
témoigner notre gratitude à :

 M. LOUIS MARIE DJAMBOU président fondateur de l’IUG de regretté mémoire,


pour les moyens mise à notre distribution dans le cadre de notre formation 
 M.DJAMBOU STEVE CEDRIC Président directeur général de l’IUG pour la bonne
gestion de l’IUG
 M.NLEND ISMAEL Directeur de l’ISTA pour son travail acharné en vue du bon
fonctionnement de l’ISTA.
 Dr POH’SIE Chef de département pour sa disponibilité et ces conseils apportés
pendant la préparation intensive de notre examen.
 M.CHEWA KAMGA, M.DEUMENI WENDJI JUSTIN nos encadreurs
académiques pour leur disponibilité, leur dévouement et leur indulgence
inconditionnelle à notre regard ;
 M.STAGUE WOMO BLAISE notre encadreur professionnel, pour ses conseils et
aussi à tout le personnel qui on sûre nous accueillir et nous guider malgré leurs
occupations.
 Tout le corps d’enseignement du département de génie civil pour son assiduité aux
cours ainsi que la bonne qualité de formations qu’il nous procure.
 nos parents M. TAKOUKAM DAVID, MAGOUM ELISABETH pour leur soutien
moral et financier
 nos frères et sœurs : TCHANOU TAKOUKAM ARISTIDE, NGOUMGNE
GINETTE, TAKOUKAM FRANCK, DEDA RICHARD pour leur soutien moral ;
 tous nos amis de promotion et tous nos proches pour leur sentiment de fraternité dans
les moments de joies et de peine de notre formation ;
 Tous ceux qui ont contribués de près ou de loin à la rédaction de ce chef d’œuvre sans
oublier M.TSAGUE RODRIGUE.

2
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A LOGBESSOU

AVANT PROPOS

L’Institut Université du Golfe de Guinée en abrégé IUG est un établissement né de la réforme


universitaire de 1993, suivant l’arrêté ministériel ayant pour vocation principale de dispenser
en formation initiale un enseignement dans des filières industrielles, technologiques,
commerciales, de gestion et paramédicale repartie dans trois différents campus.

I. ISTA

1 - FILIERES INDUSTRIRLLES ET TECHNOLOGIQUE

-Mécatronique(MKA)

-Réseaux et Sécurité(RES)

-Electrotechnique (ELT)

-Télécommunication(TEL)

-Maintenance des systèmes informatiques (MSI)

-Froid et Climatisation (FCL)

-Maintenance après – vente automobile (MAVA)

-Génie Logiciel(IGL)

-Génie Civil (GC)

 Bâtiment(BA)
 Travaux public(TP)

2 -FILIERE INDUSTRIELLE ET TECHNOLOGIQUE

-Télécommunication et Réseau(TR)

II.ESG

1 - FILIERE COMMERCIALLE ET TECHNOLOGIQUE

-Marketing – Commerce – Vente(MCV)

- Banque et finance (BF)

-Commerce international (CI)

3
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A LOGBESSOU

-Comptabilité et Gestion des Entreprises (CGE)

-Gestion des Systèmes d’Informatiques (GSI)

-Logistique transport (LT)

2- FILIERE INFORMATIQUE ET COMMUNICATION

-Communication des Organisations (CO)

-Journalisme (JO)

III.ISA

-Technique de Laboratoire (TL)

-Soins Infirmiers (SI)

-Kinésithérapie (KT)

-Sante de Reproduction (SR)

-Technicien de Sante Publique (TSP)

En somme l’IUG offre au marché de l’emploi camerounais et de la sous-région une main


d’œuvre de choix dans tous les métiers cités plus haut. Compte tenu de la qualité de sa
formation, l’IUG devient au fil de l’année une institution de renommée, c’est sans doute ce
qui justifie l’augmentation exponentielle du nombre des candidats aux examens.

L’obtention du diplôme de fin de formation passe inévitablement par la soutenance d’un


rapport de fin d’étude. C’est en accord avec cette politique d’excellence que nous vous
présentons ce rapport de fin d’études.

4
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A LOGBESSOU

RESUME

Dans le cadre de l’obtention du Brevet de Technicien Supérieur, nous avons effectué un stage
académique au sein d’ETIC-BTP (entreprise des travaux d’ingénierie et de conception) dans
le département technique, stage au cours duquel nous nous sommes intéressés sur la manière
donc plusieurs procédés sont utilisés pour la réalisation d’un support d’ouvrage. Durant notre
séjour, diverses activités ont été entreprises et réunies pour l’élaboration de ce rapport, sans
oublier les outils et arguments nécessaires pour étayer le thème choisi : « PROCEDES DE
REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE SEMELE
ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION ».En effet, nous avons
effectué de multiples tâches au service du département technique à l’instar de l’exécution des
travaux de sous bassement (ces travaux demandent beaucoup de précision et de respect des
cahiers de charges) qui débutais principalement par le fouillage, en suite la réalisation du BP,
et le coulage de la semelle. Ce pendant nous avons constaté quelques défaillances tel que les
retombées de terre au fond de fouille pendant le coulage des semelles ce qui se mélangeait
avec du béton et qui vas par conséquent réduire la consistance, la résistance du béton et
entrainera dans le temps le déséquilibre de la structure entière et pour remédier à cela, nous
avons suggéré de fait un blindage de fouille pour éviter ce phénomène de retombées ou de
prévoir un espace de stockage des terres. Nous avons eu l’occasion d’apprendre à réaliser les
fondations grâce à plusieurs techniques et procédés qui seront détaillés dans la suite du
rapport. C’est ainsi que, par le biais d’un apprentissage théorique acharné nous avons reçu en
plus de réaliser les fondations, un sens de l’organisation strict pour un travail bien fait et
réussi.

5
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A LOGBESSOU

ABSTRAT

as part of obtaining the superior technician’s certificate , we completed an academic


internship witin ETIC-BTP( engineering and design works company) in the technical
department , internship during which we were interested in the way so several processes are
used for the realization of a work support.during our star,various activities were undertaken
and gathered for the preparation of this report,without forgetting the tools and arguments
necessary to support the chosen theme’’ PROCEDURES FOR THE REALIZATION OF A
SURFACE FOUNDATION : CASE OF AN INSULATED BASE IN A BUILDING +3
HOUSING USE’’.indeed,we carried out multiple tasks in the service of the technical
department like the execution of sub-basement work(this work requires a great deal of
precision an respect for the charges)which began mainly with the excavation , then the
realization of the BP,and the casting of the sole.this during we noted some failures such as the
fallout of tere at the bottom of excavation during the pouring of the soles which mixed with
concrete and which consequently goes reduce the consistency and resistance of the concrete
and over time lead to the imbalance of the structure.whole and to remedy this,we actually
suggested excavation shielding to avoid this fallout phenomenon we had the opportunity to
learn how to build foundations thanks to several techniques and processes which will be
detailed in the remainder of the report.theoretical learning achame we received in addition to
realizing the foundations , a sense of strict organization for a jop well done and successful.

6
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A LOGBESSOU

SOMMAIRE

INTRODUCTION GENERALE…………………………………………………………….1

PREMIERE PARTIE : CADRE DU STAGE ……………………………………………...3

CHAPITRE I: PRESENTATION d’ ETIC-BTP…………………………………………..4

SECTION I : CREATION ET EVOLUTION …………………………………………….4

SECTION II : ORGANISATION ET FONCTIONEMENT ……………………………5

CHAPITRE II : DEROULEMENT DU STAGE …………………………………………9

SECTION I : PRESENTATION DU DEPARTEMENT TECHNIQUE………………....9

SECTION II : ACTIVITES DU STAGE …………………………………………………..9

PARAGRAPHE 1 : CHRONOGRAMME DES ACTIVITES ET EFFECTIVITE..10

PARAGRAPHE 2: JUSTIFICATION DU THEME …………………………………10

DEUXIEME PARTIE : PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION


SUPERFICIELLE ET APROCHES CRITIQUES ……………………………………….11

CHAPITRE III : ETUDES DES FONDATIONS…………………………………………12

SECTION I : CONTEXTE ET OBJECTIF ………………………………………………12

I. GENERALITES SUR LES FONDATIONS…………………………………...12


II. FONCTIONNEMENT DES FONDATIONS …………………………………18

SECTION II : MOYENS ET RESULTATS ………………………………………………19

I. LES ETAPES DE REALISATION D’UNE SEMELLE ISOLEE ET


AMORCE POTEAU…………………………………………………………….19
II. REALISATION DES MURS DE SOUS BASSEMENT ET CHAINAGE BAS
DE FONDATION………………………………………………………………..30

CHAPITRE VI : BILAN DE STAGE……..….…..…………………....…………………..32

SECTION I : DIFFICULTES ET INSUFFISANCES …………………………………..32

SECTION II : REMARQUES ET SUGGESTIONS……………………………………...33

CONCLUSION………………………………………………………………………………34

BIBLIOTHEQUE……………………………………………………………………………35

7
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A LOGBESSOU

LISTE DES FIGURES

Figure 1 : action du sol de fondation ……………………………………………………13


Figure 2 : semelles isolées sous poteaux ………………………………………………..15
Figure 3 : détail de liaison entre l’amorce et semelle isolée……………………………15
Figure 4 : détail d’une semelle filante et son ferraillage……………………………….16
Figure 5: détail d’un radier général et son ferraillage ……….………………………...17
Figure 6 : détail montrant les types de semelles en fonction de la profondeur du bon
sol…………………………………………………………………….……………………..18
Figure 7 : fouille de fondation……………………………………….……………………21

Figure 8 : mise en place de la pouzzolane …………………………….…………………22

Figure 9 : étalement de la pouzzolane ………………………………….………………..22

Figure 10 : compactage de la pouzzolane ……………………………….………………22

Figure 11 : malaxage du béton de propreté …………………………….…….…………23

Figure 12 : mise en place du béton de propreté………………………….…….………..23

Figure 13 : béton de propreté durci……………………………………………...………24

Figure 14 : traçage de la talonnette ……………………………………………..……....24

Figure 15 : plan de ferraillage semelle……………………………………………..……25

Figure 16 : détail d’une barre d’acier pour semelle ………………………………..….25

Figure 17 : vue en élévation semelle amorce ………………………………………...…26

Figure18 : aspect pratique du ferraillage de la semelle ………………………………..26

Figure 19 : mise en place de l’armature de semelle et poteau………………………….27

Figure 20 : coulage semelle ………………………………………………………………28

Figure 21 : vu en plan de l’amorce……………………………………………………….29

Figure 22 : aspect pratique du coffrage et coulage de l’amorce……………………….29

Figure 23 : murs de sous bassement ……………………………………………………..30

Figure 24 : chainage bas de fondation ………………………………………………...…31

8
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A LOGBESSOU

LISTE DES ANNEXES

ANNEXE  1: TABLE DE MATIERE

ANNEXE 2 : ORGANIGRAMME d’ETIC-BTP

ANNEXE  3: LOCALISATION DU CHANTIER

9
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A LOGBESSOU

ABREVIATIONS

A : longueur de la semelle

a : petit côté du poteau

BTS : Brevet de Technicien Supérieur

B : largeur de la semelle

b : grand côté du poteau

Cm : centimètre

D: hauteur d’encastrement de la semelle

d : hauteur utile de la semelle

EPI : Equipement de Protection Individuel

Esp : espacement des aciers

ELU : état limite ultime

ELS : état limite de service

h : hauteur de la semelle

HA : Haute Adhérence

Nser : force exercée sur la surface du sol a l’ELU

Nu : force exercée sur la surface du sol a l’ELS

MPa : Méga pascal

RL : Rond Lisse

S : Section de la semelle

V : volume

σ : contrainte admissible du sol

10
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A LOGBESSOU

INTRODUCTION GENERALE

Le monde est en expansion dans l’univers de la technologie en général et en particulier du


Génie Civil. Pour cela plusieurs entreprises du BTP sont engagées pour repousser les limites
des formes des édifices reposant sur des fondations, qui les rendent ainsi stables et parmi ces
entreprises, nous avons entre autre ETIC-BTP (entreprise des travaux d’ingénierie et de
conception).Un ouvrage, quel que soit sa destination, s’appuie sur un sol d’assise stable et lui
transmet donc un ensemble de charges à supporter. La fondation d’un ouvrage est l’élément
de liaison fondamental entre celui-ci et le sol ; elle est chargée de transmettre correctement à
ce dernier des charges et des surcharges engendrées par la construction en service. La
fondation assure donc la stabilité et la pérennité de la construction, c’est pourquoi sa
réalisation ne doit pas être négligée. La détermination des dimensions de fondations et des
quantités des armatures découle des calculs de béton armé, et dépend à la fois des charges
appliquées sur les fondations, et de la nature du terrain sur lequel celle-ci va reposer.

Cependant si une fondation est mal conçue, mal dimensionnée, et mal réalisée elle peut
générer des dommages tels que les fissures et les plus graves pouvant rendre le bâtiment
inhabitable, et cela nous imposera de reprendre les travaux sur le sous bassement en utilisant
la technique appelle reprise en sous œuvre qui consistera à renforcer la fondation afin
d’assurer la stabilité, l’équilibre, la durabilité et la meilleure transmission des charges
amenées par le bâtiment. Hors mis la fondation qui assure la stabilité du bâtiment, nous
pouvons citer les autres éléments du gros œuvre à savoir : les poteaux, les poutres et les
planchers. Le problème qui se pose est de savoir si la fondation à elle seul peut assurer
entièrement cette fonction. C’est donc cette préoccupation qui nous intéresse dans notre
rapport.

De la période allant du 2 avril au 22 avril, nous avons effectué un stage académique au sein
d’ETIC-BTP où nous avons participé à l’exécution de plusieurs tâches. Parmi ces taches,
nous citons le ferraillage des semelles. Ici nous avons constaté que pendant l’incorporation de
la nappe d’armature pour la semelle de fondation, les points d’attaches de la nappe se
desserraient. Notre analyse à montrer que cela était dû à la manœuvre et au fait que c’est point
n’étaient bien serrées. C’est donc ces différents travaux effectués et des insuffisances
observées qui nous ont inspirés dans le choix de notre thème : « PROCEDES DE

1
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A LOGBESSOU

REALISATION DUNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE SEMELE


ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION ».Mener une analyse
judicieuse de ce thème et la rendre fluide pour nos éventuels lecteurs mêmes profanes, nous
recommande le choix d’un plan bipolaire. C’est la raison pour laquelle nous nous attèlerons à
ressortir une analyse et des suggestions pour pérenniser les acquis et éradiquer les
insuffisances au regard des procèdes en deuxième partie, tâche qui sera précédée dans une
première partie par la présentation générale d’ETIC-BTP dans sa création et son évolution
d’abord, son aspect organisationnel, fonctionnelle.

2
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A LOGBESSOU

PREMIERE PARTIE :
PRESENTATION D’ETIC-BTPET
DEROULEMENT DU STAGE

Les économistes définissent l’entreprise comme un argent économique dont la finalité est la
réalisation du profit. Or les aspects sociaux et organisationnels sont aussi essentiels. De ce
fait, tout intervenant devrait se doter des renseignements relatifs au fonctionnement, à
l’histoire et à l’organisation au sein de l’entreprise Par conséquent, nous avons jugé nécessaire
de diviser la première partie de notre travail en deux chapitres : l’un consacré à la
présentation générale d’ETIC-BTP et l’autre relatif au déroulement du stage.

3
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A LOGBESSOU

CHAPITRE I :
PRESENTATION GENERALE
d’ETIC BTP

L’entreprise ETIC-BTP comme tout agent économique est un ensemble de moyen technique
dont l’activité est organisée et dirigée par un centre de décision souverainement indépendant
ayant pour résultat la production des biens et sévices (conception, études, réalisation des
bâtiments et marché publics). Il est question pour nous dans ce chapitre de présenter
brièvement l’entreprise ETIC-BTP dans tous ses aspects notamment sa création, son
évolution son organisation, et son fonctionnement.

SECTION I: CREATION ET EVOLUTION d’ETIC-BTP

A. CREATION d’ETIC-BTP

ETIC-BTP est un établissement créée en 2000 dont l’activité de départ était le commerce
général (vente des fournitures de bureau et matériels informatique). Ayant au préalable un peu
de connaissances dans le secteur des BTP (bâtiment et travaux public) et voyant que le secteur
était florissant, l’établissement décide de diversifier ses activités. C’est alors qu’en 2005, il
décide de se lancer dans l’activité de BTP, ce qui jusqu’à ce jour est devenu son activité
principale. Ce département est chargé d’apporter son expertise quant aux choix technique du
chantier, contrôler la bonne exécution des taches, veiller à la rentabilité du projet et au respect
des délais tout en prenant en compte le cahier des charges et veiller à la sécurité du chantier.
Pour mener à bien ces activités, le département dispose des plannings, des documents de
contrôle et d’exécution.

B. EVOLUTION d’ETIC-BTP

Afin de mener la tâche à lui dévouer, l’entreprise fait l’effort de suivre sa feuille de route. Vu
les difficultés du terrain, les exigences du métier et le désir d’un travail bien fait répondent
aux normes, l’établissement se trouve sans que cela ne soit une surprise en train d’améliorer
au mieux sa performance et sa compétitivité dans le cadre des marchés pour le marché
national avant d’arriver plus tard sur le marché international.

Le recrutement en son sein des techniciens qualifiés, d’un ingénieur chercheur et exécutant,
l’acquisition de nouveaux matériels de travail répondant aux normes et à la nouvelle

4
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A LOGBESSOU

technologie en est la preuve de cette volonté. Le désir d’un travail bien fait exécuter dans les
normes et à temps est le souhait de sa direction générale et Avoir une croissance continues
évolutive afin d’atteindre ses objectifs initialement fixés et élargir aux mieux son champ
d’action.

C. LES ACTIVITES ET LES OBJECTIFS d’ETIC-BTP

a. Les activités

L’entreprise ETIC-BTP est un établissement qui fait dans diverse branches de génie civil.
Pour les besoins de ces services qui sont par ailleurs ses objectifs principaux, ETIC-BTP fait
dans plusieurs domaines en occurrence : la conception, l’étude de la faisabilité, le métré, la
construction des bâtiments, des travaux publics, prestation de service, et enquête et bien
d’autres services publics ou privés.

b. les objectifs

Comme toute entreprise soucieuse de prospérer, ETIC-BTP s’est fixé plusieurs


objectifs dont les plus importants sont les suivant :

 Améliorer les conditions socio-économiques de ses membres


 Contribuer à un cadre de vie et à la promotion d’une assistance
mutuelle
 Satisfaire et fidéliser la clientèle
 Assurer une politique de qualité
 Favoriser un meilleur épanouissement de ses membres par la
diversification de leurs activités.

SECTION II : ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT

A. ORGANISATION d’ETIC-BTP

La complicité des ouvrages et la multiplicité des taches nécessitent la division du travail selon
les branches d’activités, les fonctions à remplir, la précision et la délimitation des
responsabilités de chaque entreprise.

5
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A LOGBESSOU

A la tête de chaque fonction se trouve généralement un directeur et une fonction a une ou


plusieurs services donc se trouve un chef de service qui commande plusieurs bureaux.
L’entreprise est organisée comme suit :

 Une direction générale : placée sous l’autorité du directeur général, elle a pour but de
prendre les décisions, choisir et diriger le personnel.
 Un secrétariat général : assure toutes les taches bureautiques de la structure
 Un service du personnel : qui s’occupe des problèmes de mains d’œuvre
 Un service de comptabilité et financier : il est placé sous l’autorité du service
comptable et financier, assisté d’un comptable et d’une gestionnaire de projet .il est
chargé d’assurer la comptabilisation des flux financiers et de produire les documents
comptables obligatoires (bilan, compte de résultat..).
 Le service des achats: il est assuré par la responsabilité des achats caissières, elle
s’occupe de tous les achats en provenance de chantiers et les achats relevant de la
direction générale.
 Un service commercial : c’est un service chargé de prospecter et négocier les affaires,
d’étudier les prix, d’établir les commande. c’est la plaque tournante de l’entreprise.
 Une direction technique : elle a pour but l’exploitation proprement dit des activités
professionnelles de l’entreprise (étudie, conçoit, exécute et contrôle les travaux).
 Un service matériel : ce service gère le Park matériel et est chargé d’exposer,
d’entretenir et de réparer les matériels et outillages nécessaires pour le fonctionnement
des chantiers.

B. FONCTIONNEMENT d’ETUC-BTP

Dans l’Organisation fonctionnelle, on peut diviser le travail de l’Entreprise en deux


sections : la section Administrative qui s’occupe des questions d’ordre Administrative,
la section technique qui s’occupe des études de différents projets et contrôle des
chantiers en constructions. C’est dans une parfaite symbiose et continuité que ces deux
sections travaillent.

ETIC-BTP a pour principale activité la construction des bâtiments, des routes, la


réhabilitation des bâtiments .dans cette phase, nous insisterons sur le fonctionnement externe
et interne de l’entreprise.

6
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A LOGBESSOU

a. Fonctionnement externe

 Le marché ou la clientèle

Le marché se définit généralement comme étant le lieu de rencontre et la demande des biens
et services, les marches se gagnent à travers les appels d’offre publique lancés dans des
journaux officiels (Cameroun tribune), la relation de travail du gérant et de bouche oreille.
Les clients sont les éléments clés de l’entreprise sans eux on ne saurait parler de prospérité ou
de projet à long terme dans ETIC-BTP.

Les clients important d’ETIC BTP sont :

 OAPI
 CEC
 BANQUE ATLANTIQUE

Etc…..

 Les fournisseurs

Ce sont des entreprises qui mettent à la disposition d’ETIC-BTP les biens et services
permettant à celle-ci de réaliser son activité. Les fournisseurs d’ETIC-BTP sont
essentiellement constitués de :

 KIFEUROU
 FOKOU
 SOCSUBA
 SOREPCO
 GLOMATE
 Etc.
 La concurrence

Il s’agit des entreprises offrants sur le marché les mêmes services qu’ETIC-BTP

Elle est essentiellement constituée de :

 FOMA

7
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A LOGBESSOU

 BETON CONSTRUCTION
 BETA CONSTRUCTION
 BETTER SARL
 DSB SARL
 Etc….

b. Fonctionnement interne

 Ressources humaines

Parlant des ressources humaines, les objectifs qu’atteint l’entreprise se basent sur une
organisation allégeant ses services. Il s’agit ici de la main d’œuvre dont elle dispose.la société
ETIC-BTP a une main d’ouvre qualifiées et dynamique, compte tenu de son domaine
d’activité l’entreprise recrute une fois gagnée le marché des techniciens dynamique et
qualifiés. C’est ainsi qu’elle dispose :

 Les techniciens qualifiés Agent des bureaux et les agents administratifs


- Le directeur général
- Le directeur général adjoint
- La responsable comptable et financière
- Le directeur technique
- Le responsable des projets
- La secrétaire
 Les techniciens qualifiés Agents des chantiers
- Le conducteur des travaux
- Le responsable du bureau d’étude
 Les manœuvres (l’entreprise recrute les manœuvres au moment où elle gagne les
marchés)

 Les ressources matérielles

Ce sont des équipements dont elle dispose

- Les petits matériels de chantier : pelles, machettes, pioches etc.…..


- Les matériels de construction : la niveleuse, la pelle hydraulique. lorsque l’entreprise
gagne un marché de grande importance dans les travaux de routes ou de bâtiments
8
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A LOGBESSOU

elle s’engage à louer des engins tels que le bulldozer, pelle chargeuse, la bétonnière,
la grue etc.… pour procédé à la réalisation du projet.
- Le matériel de transport : camion, camionnette, pickup,
- Le matériel de bureau: ordinateurs, perforateur, agrafeuses…

 Les ressources financières

Ils s’agit des liquidités qui permettent à l’entreprise de financer ses activités nous pouvons
citer entre autres : les découverts bancaires, les emprunts auprès des banques et coopératives,
la rémunération de ses services etc.

CHAPITRE II : DEROULEMENT


DU STAGE

Dans ce chapitre, il est question pour nous de passer en revue les différentes
articulations du déroulement du stage

SECTION I : PRESENTATION DU DEPARTEMENT TECHNIQUE

L’arrivée en stage était très marquant du fait que nous avons été accueilli par
le personnel et reçu par le Directeur Général de l’entreprise nommé de
M.NDJAMBON FIDEL . C’est ainsi que notre premier jour en entreprise a été
directement sur le site de la réalisation de l’ouvrage. En suite l’arrivée du chef chantier, un
entretien a été tenu avec lui sur les consignes de respect du règlement intérieur de
l’entreprise. Ce département regroupe l’ensemble des services et des moyens permettant
d’atteindre un objectif visé en adéquation avec le projet .il participe à la réalisation des
différentes taches sur le chantier en veillent aux respects des mesures, des règles et des
normes tel que mentionnés sur les documents délivrés par un bureau d’études et ainsi que
le cahier des charges.

SECTION II : ACTIVITES DU STAGE


Tout au long de notre stage nous avons mis en pratique une diversité d’activités qui atteste le
choix de notre thème « PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION

9
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A LOGBESSOU

SUPERFICIELLE :LE CAS D’UNE SEMELLE IOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A


USAGE D’HABITATION »Nos objectifs portaient principalement sur le contrôle des
différentes tâches effectuées dans le chantier, tout ceci en suivant les conseils et
directives de notre encadreur pour permettre une meilleure acquisition des connaissances.
Durant notre stage effectué à l’entreprise ETIC-BTP nous avons effectués différentes taches à
savoir : le traçage des talonnettes, le ferraillage des semelles, amorce poteaux, montage des
murs de fondation, coffrage des amorces, des longrines, et ensuite le bétonnage de ceux-ci.
Toutes ces activités menées ont beaucoup amélioré notre façon de voir et de mieux
comprendre une partie du génie civil.

PARAGRAPHE 1 : chronogramme des activités et effectivités

 Période et activités

Notre stage s’est dérouler sur une période de 3 semaines et les activités y afférentes sont
classées dans le tableau ci-dessous.

DATES TACHES EFFECTUEES


2 avril Visite de la direction générale de l’entreprise et prise de contact avec le
personnel et descente sur le lieu de réalisation de l’ouvrage
3 avril Réalisation des fouilles
-Mise en place de la pouzzolane
-béton de propreté
-ferraillage des semelles et amorces poteaux
-coulage des semelles
4 au 22 avril -coffrage et coulages amorces
-montage des murs de sous bassement
-ferraillage, coffrage et coulage des longrines
-remblais

PARAGRAPHE 2 : justification du thème

Le projet ayant fait l’objet de notre stage est celui de la réalisation d’un immeuble constitué
d’un sous-sol, un rez de chaussée et trois étages. Durant la période de notre stage nous avons
participé à la réalisation des différents éléments constituant ledit projet précisément sur la
partie bas de la construction appelée infrastructure. nous avons réalisé les éléments tel
que :les semelles ,amorces poteau, les murs de sous bassement et le chainage bas de la
construction ou encore longrine .tous ces éléments constituent la fondation sans laquelle une
maison ne saurait exister raison pour laquelle sa mise en œuvre nécessite une grande attention

10
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A LOGBESSOU

d’où le choix de notre thème «  PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION


SUPERFICIELLE : CAS D’UNE SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3  A
USAGE D’HABITATION » : cas d’ETIC-BTP

Pendant cette période nous avons mis un point d’honneur à recueillir toute information
nécessaire au suivi de ces activités ce qui nous a permis d’ajuster notre objectif, les
insuffisances observées dans les procédés de réalisation des fondations pour le cas d’ETIC-
BTP nous ont permis de trouver des solutions que nous allons proposer sous forme de
suggestions. Enfin la partie littéraire de notre travail achevée, nous allons transiter vers la
pratique qui consiste à la mise en œuvre de la réalisation de la fondation.

DEUXIEME PARTIE : PROCEDES DE


REALISATION D’UNE FONDATION
: SUPERFICIELLE ET APROCHES
CRITIQUES

Dans cette partie, il sera question pour nous de présenter en détail notre thème et de signaler
les difficultés rencontrées et les différentes solutions proposées.

11
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A
LOGBESSOU

CHAPITRE III : PROCEDES DE


REALISATION D’UNE
FONDATION SUPERFICIELLE

Avant d’entrer vivement dans le sujet, il est nécessaire de faire une généralité sur les fonctions.

SECTION I : CONTEXTE ET OBJECTIF


Les fondations d’un bâtiment représentent un enjeu essentiel de sa construction, car
elles forment la partie structurelle qui assure sa portance et permet de contrôler les tassements
dues aux charges qu’ils appliquent au sol et les infiltrations dues à la présence de l’eau dans le
terrain. Cependant, tout ouvrage avant sa réalisation nécessite une étude .cet étude vise à
déterminer les dimensions de ce dernier et à vérifier son équilibre .dans le cadre de notre projet
sur le lieu de réalisation, nous étions amené à réaliser les assises d’une construction ceci étant de
type semelle isolée sous poteau .cela s’est fait par des lectures des plans, l’exécution des taches
élémentaire et en respectant les dimensions inscrit sur les différents documents. Ces documents
que sont les plans de fondations, de coffrage, de ferraillage avaient été délivrés par un bureau
d’étude qui avait au préalable fait un dimensionnement complet de l’ouvrage afin de déterminer
les dimensions de chaque élément de la fondation jusqu’au niveau supérieur de la structure. Notre
travail portera sur les procédés de réalisation tout en faisant escale sur une approche du
dimensionnement.

I. GENERALITES SUR LES FONDATIONS

 DEFINITION

En Génie Civil tout ouvrage doit impérativement reposer sur un sol d’assise. Les
éléments qui jouent le rôle d’interface entre la superstructure et le sol s’appellent fondations
(infrastructure).

A. LE ROLE DES FONDATIONS

a. Rôle principal

La structure porteuse d’un ouvrage supporte différentes charges telles que :

 Les charges verticales :

12
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A
LOGBESSOU

 Les charges permanentes telles que le poids des éléments porteurs, le poids des
éléments non porteurs
 Les charges variables telles que le poids des meubles, le poids des personnes, le poids de
la neige et tout Object pouvant se retrouver accidentellement sur la superstructure.
 Les charges horizontales 
 Charges permanentes telles que les poussées des terres
 Charge variables telles que la poussée de l’eau ou du vent.

La structure porteuse transmet toutes ces charges au sol par l’intermédiaire des fondations. Il ne
s’agit dont pas de calculer la charge globale que reprend l’ouvrage mais la charge reprise par
chaque fondation. En effet chaque fondation ne reçoit pas la même charge. Cela dépend des
éléments porteurs repris. La charge reprise par une fondation se calcule au moyen d’une descente
de charge.

Le rôle principal d’une fondation est donc d’assurer la transmission des charges appliquées sur
l’ouvrage au sol. Figure1 illustration

Figure 1: action du sol de fondation

13
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A
LOGBESSOU

Cette figure montre comment les charges sont transmis de la couverture jusqu’à la fondation et les
actions qui ont tendance à basculer le bâtiment voir même de le renverser tel que la poussé des
terres, l’action du vent etc…

Source : provenant du cours de procédés de construction

Les critères qui influencent le choix d’une fondation sont :

 La qualité du sol.
 Les charges amenées par la construction.
 Le coût d’exécution.
 Le type d’ouvrage à réaliser
 L’environnement

b. Roles secondaires

 L’ensemble ouvrage, fondation et sol doit être en équilibre stable.il ne doit pas y avoir
possibilité de mouvement.
 La fondation doit être durable
 Une fondation doit être économique le type de fondation, les matériaux employés et la
mise en œuvre doivent être le moins couteux possible.

B. LES DIFFERENTS TYPES DE FONDATIONS RENCONTREES DANS LA


CONSTRUCTION DES BATIMENTS

Généralement, on classe les fondations en fonction de leur encastrement (profondeur) noté


D et de la largeur de la fondation B

- si le rapport D/B est inférieur ou égale à 5 on parlera de fondation superficielle

-si le rapport D/B est compris entre 5 et 10 on parlera de fondation semi-profonde

-si le rapport D/B est supérieur à 10 on parlera de fondation profonde

a. les fondations superficielles

Les fondations superficielles sont mises en œuvres lorsque la construction peut prendre appui sur
une couche de résistance acceptable à faible profondeur par rapport au niveau le plus bas de la
construction. Elles sont de trois types :

14
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A
LOGBESSOU

 La semelle isolée

Ce sont des semelles placées sous poteaux, elle peut avoir la forme carrée, rectangulaire,
et on les rencontre généralement sous les poteaux

Figure 2 : semelles isolées sous poteaux (Source : par nos soins)
La figure ci-dessus nous montre de manière chronologique comment les parties d’une
fondation sont réalisé en fonction du choix des calculs ou de la forme des éléments
choisis.

Figure 3: Détail de liaison entre l’amorce et semelle isolée. (Source : par nos soins)

15
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A
LOGBESSOU

Cette figure met en exergue la profondeur à laquelle une semelle doit être implantée ainsi que un
détail de ferraillage amorce poteau. L’équerre de liaison ici assure une bonne jonction entre le
poteau et la semelle c’est donc un acier de renforcement de même diamètre que les aciers de
poteau ou les aciers longitudinaux.

 La semelle filante
On la rencontre généralement sous les murs porteurs, mur de soutènement

Figure 4: détail d’une semelle filante et son ferraillage (Source : par nos soins)

Généralement, les semelles isolées et semelles filante sont adoptées dans le bâtiment lorsque le
sol a une capacité portante suffisante. Le sol contient toujours une certaine quantité d’eau et
lorsque cette eau gèle, son volume augmente .ainsi le sol subit un gonflement qui fait subir des
contraintes aux assises des fondations .lors du dégel, le volume diminue et peut ainsi provoquer
un éclatement des fondations raison pour laquelle la fondation doivent être hors gèle. On peut en
un seul mot dire que la hauteur hors gel est la hauteur hors de l’humidité.

 Le radier
Un radier est une semelle large ou épaisse recouvrant toute l’emprise du bâtiment. Il comporte
parfois des débords (consoles extérieures). Comme toutes fondations, il transmet les charges du
bâtiment, sur l’ensemble de sa surface au sol.

Ce mode de fondation est utilisé dans les cas suivants :

16
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A
LOGBESSOU

 Lorsque la capacité portante du sol est faible. Le radier est alors conçu pour jouer le rôle
de répartition de charge
 Lorsque le sous-sol d’un bâtiment est inondable : le radier joue le rôle d’un cuvelage
étanche pouvant résister aux sous-pressions.

Figure 5 : détail d’un radier général et son ferraillage (Source : par nos soins )

On constate que tout comme la semelle filante le radier est ferraillé en double nappe

b. les fondations profondes


Une fondation profonde est caractérisée par la manière dont le sol est sollicité pour résister aux
charges appliquées. D’une manière générale, les fondations profondes font référence beaucoup
plus aux « pieux ». Ce sont des fondations réalisées à plus de 8m à cause du faite qu’à 4 m nous
ne sommes pas encore sur un bon sol ayant la capacité portante recherchée.

c. Les fondations semi profondes


Elles sont adoptées sur un terrain lorsque le bon sol se trouve à une bonne profondeur
importante et pour des constructions à très grande portées.

17
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A
LOGBESSOU

Figure 6 : détail montrant les types de semelles en fonction de la profondeur du bon sol
(Source : par nos soins)

La figure ci-dessus nous montre comment chaque fondation est adoptée en fonction de la
profondeur du bon sol et on constate que les fondations aptes en zone ou le bon sol est à une
profondeur importante sont les pieux dit fondation profonde.

II. LE FONCTIONNEMENT DES FONDATIONS

Les éléments porteurs d’une structure ont pour but de transmettre les charges à la fondation qui,
à son tour transmet au sol de manières horizontale. Le Plus important est donc de diminuer la
pression exercée sur le sol. C'est-à-dire de diminuer la force exercée sur le sol par unité de
surface. C’est donc pourquoi il faut toujours se rassurer que la pression exercée par la fondation
sur le sol est inférieur à la pression que peux supporter le sol. La pression que peut supporter un
sol est déterminée grâce aux essais de reconnaissance de sol.

La fonction d’une fondation est de transmettre au sol les charges qui résultent des actions
appliquées sur la structure qu’elle supporte. Une fondation a pour rôle d’assurer :

-la stabilité de l’ouvrage

-sa propre résistance

-sa propre durabilité

18
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A
LOGBESSOU

-la résistance du terrain de fondation

SECTION II : MOYENS ET RESULTATS

I. LES ETAPES DE REALISATION DUNE SEMELLE ISOLEE ET


AMORCE POTEAU

A. L’IMPLANTATION

L’implantation peut se définir comme étant la matérialisation d’un bâtiment sur un terrain. Pour
implanter un ouvrage, il faut avoir en notre présence le plan de fondation de la structure. Ce plan
nous permettra de représenter les fouilles, les axes des murs et ceux des semelles.

a. Les matériaux et les matériels

Les matériaux utilisés sont :

 Les lattes de 5m de long, 8cm de large et 4cm d’épaisseur ;


 Des pointes de 80 pour la liaison des lattes

Les matériels utilisés sont :

 Le marteau
 La machette pour tailler les jalons
 Le niveau à bulle d’air
 Le décamètre
 La ficelle
 Le mètre
 L’équerre
 La pioche
 La fiole
b. Dimensionnement de la semelle isolée
 Soient Nu l’effort à l’état limite ultime et Nser l’effort à l’état limite de service.
 σ ≤σ̄, σ̄ : contrainte limite admissible du sol, σ : contrainte admissible du sol
Nser
 ≤ σ̄ , avec S= AB (section de la semelle).
S

19
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A
LOGBESSOU

a b aB
 On a : A = B
↔A=
b , aves a = largeur du poteau, b = longueur du poteau, A= largeur
de la semelle, B : longueur de la semelle.


Nser
aB ² aσ ̄√
≤ σ ̄ ↔ B≥ bNser

B−b A−a
 dx = dy=
4 4
 h= max⦃ dx ; dy +5 cm ⦄, h:hauteur de la semelle.
 Aciers de la nappe inferieure (Ax)

Nu(B−b) fe
Ax = , avec fsu=
8 d fsur γs
γs: coefficient de l’acier, fsur :contrainte limite de l’acier a L’ELU, fe:contrainte de l’acier

 Aciers de la nappe supérieure (Ay)


Nu( A−a)
 Ay= , avec d =max ⦃dx ; dy ⦄
8 d fsur
 Disposition constructive : enrobage des aciers≥ 3 cm
ELU : est un état de chargement au-delà duquel une structure rompt et cesse de remplir les
fonctions pour lesquelles elle a été créée.
ELS : c’est un état de chargement au-delà duquel une structure cesse de remplir les
fonctions pour lesquelles elle a été créée et ne rompt pas.

B. REALISATION DES FOUILLES DE SEMELLES

La fouille: c’est un creusement effectué dans le sol pour la réalisation d’un élément de
structure .Dans le cas de notre projet, les fouilles sont descendues à une profondeur de -2.10 par
rapport au terrain naturel pour une section de 1.80x1.80.soit un volume de 6.804m3de fouilles.
Les matériels utilisés pour la réalisation des fouilles sont :
- Les pioches ;
- Les pelles rondes ;
- Les pelles bêche ;
- Le mettre ;

20
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A
LOGBESSOU

Figure 7: fouille de fondation (Source : par nos soins)

Cette photo nous montre exactement comment une fouille peut être exécuté dans le sol et cela
fonction des dimensions de la semelle et des débords du béton de propreté. Et on constate que la
couleur du sol présente déjà un peu de quel genre de sol il s’agit.

Une fois les fouilles exécutées, nous avons procédés à l’étape suivante : mise en place du
béton de propreté.
C. MISE EN PLACE DU BETON DE PROPRETE

Mettre en place un béton de propreté c’est réaliser non seulement une surface qui vas protéger
l’élément mais de fabriquer un béton bien fluide qui vas en principe constituer le corps
proprement dit du BP après durcissement. En un seul mot mettre en place un béton c’est procéder
au coulage. Pour réaliser cet élément, plusieurs taches son misent en œuvres

a. la mise en place d’une couche de pouzzolane

C’est un matériau extrêmement durable, qui ne craint aucune intempérie et ne se décompose pas.
Elle est utilisée ici comme un couvre sol . Ici la couche de pouzzolane a une épaisseur e=0.8m
soit un volume de 2.592m3de pouzzolane en place pour cette fouille (1.80x1.80).

21
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A
LOGBESSOU

Figure 8 Figure 9 Figure 10

Figure 8, 9,10 : mise en place de la pouzzolane, étalement de la pouzzolane, et compactage


de pouzzolane

Mettre en place une couche de pouzzolane c’est reconstituer le sol, tel est le cas dans notre projet

Source : par nos soins

b. Béton de propreté
 Le béton de propreté est un béton faiblement dosé, qui est utilisé pour obtenir une surface
de travail propre et pour protéger les armatures du milieu environnant. Il va également
permettre d’isoler les armatures potentiellement présentes près de la surface inférieure des
fondations afin d’éviter le phénomène de rouille, il est donc essentiel pour garantir la
pérennité de l’ouvrage. Le béton de propreté possède une faible quantité de ciment : il est
dosé à 150 kg de ciment par m3 de béton.
Le dosage pour 1 m3 béton de propreté se traduit par les volumes ci-dessous :
- Ciment : 150Kg/ m3 ;
- Sable (0/5) : 960kg ;
- Gravier (5/15) : 1050kg ;
- L’eau : 125 L 
Le béton de propreté a été coulé à une épaisseur de 5cm. Son mélange a été fait
manuellement.

22
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A
LOGBESSOU

Pour la mise en œuvre de ce béton deux équipes ont été mis en places : une pour la fabrication
du béton et l’autre pour le transport. Apres avoir mis en place le béton de propreté, le jour qui
suivait nous avons procédé à la mise en place des armatures des semelles.

Figure 11 : malaxage du béton de propreté Figure 12

Faire un malaxage c’est procéder à un mélange des différents éléments de manière à obtenir un
béton fluide qui ne peut être séparé l’un de l’autre (l’eau et ciment)

Figure 12 : mise en place du béton de propreté (Source : par nos soins)

Nous avons mis en place pour notre semelle de dimension 1.80x1.80x5cm un volume de 0.162m3
de béton de propreté.la réalisation du BP a pris 3 jours et les jours qui suivait le troisième jour
nous avons procédé à la préparation du ferraillage des aciers de la semelle et de l’amorce.

D. FERRAILLAGE, REALISATION DE SEMELLE ET


AMORCE POTEAU

La mise en place de l’armature de semelle est une étape indispensable sans lequel le respect des
règles de l’art seront violé et ne peut plus par contre répondre aux objectifs de nos attentes donc
cette étape demande un guide et ce guide est le traçage de la talonnette pour déterminer la
position du poteau afin de procédé à la l’étape suivante.

a. Traçage de la talonnette pour amorce poteau

Une fois que le béton de propreté a durcis, On matérialise l’axe de la semelle sur le béton de
propreté à l’aide d’un plomb d’axe, en reportant les axes de la chaise d’implantation sur le béton
de propreté. Une fois l’axe matérialisé dans la fouille au-dessus du béton de propreté, on trace la
section du poteau.
23
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A
LOGBESSOU

Figure 13 : béton de propreté durci Figure 14 : traçage des talonnettes

Ces deux photos met en exergue une tache déjà effectuée tel qu’on peut bien le constaté

Ce tracé permet la mise en place des armatures des semelles et des poteaux de manières à
respecter les enrobages requis et également d’effectuer les réglages nécessaires pour le coffrage.

b. Le ferraillage de la semelle

Il s’est effectué suivant les plans fournis par le bureau d’étude. Il était réalisé par une équipe de
03 techniciens. Le ferraillage des armatures a commencé au même moment que l’exécution des
fouilles. Pour le ferraillage, on utilisait le fer de 12 mm de diamètre pour les aciers de semelle et
amorce et le fer de 6mm de diamètre pour les aciers transversaux (cadres) donc nous avons utilisé
pour cette semelle une quantité d’acier de 7HA12dans chaque sens. Le type d’acier utilisé était les
aciers HA500.

24
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A
LOGBESSOU

Figure 15 : plan de ferraillage semelle (Source : par nos soins)

Figure 16 : détail d’une barre d’acier pour semelle (Source : par nos soins)

Comme le montre notre figure, nous pouvons calculer la longueur total d’une barre d’acier utiliser
dans cette semelle on aura L=170+18+18=206cm. Nous avons utilisé dans chaque sens 7HA12
soit pour un total de 14HA12 pour les deux sens. On a donc une longueur total de
LT=206x14=2884cm d’acier pour cette semelle.

25
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A
LOGBESSOU

Figure 17 : vu en élévation semelle amorce (Source : par nos soins)

Figure  18 : aspect pratique du ferraillage de la semelle (Source : par nos soins)

Cette photo montre un poste de ferraillage avec notre nappe déjà prêt à l’emploi

c. Mise en place des armatures de la semelle


La mise en place des arm.atures de semelle c’est très vite effectuée et bien passé par une
équipe de ferrailleur , cette tâche n’était pas compliqué à réaliser, le seul petit problème qui a
ralenti notre travail était la petite terre dans les trous. Avant de déposer le quadrillage des
semelles nous devrions retirer cette terre pour réaliser un bon travaille. Apres donc ce
nettoyage des fonds des fouilles, nous sommes passés à la mise en place, par semelle nous
avions 02 personnes pour assurer une bonne pose. Pendant la pause, pour avoir un bon

26
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A
LOGBESSOU

enrobage entre l’armature et le béton de propreté nous avons disposés dans la fouille, des
cales à béton.
d. Mise en place des armatures pour amorce poteau

L’équipe de ferraillage travaillait de tel manière qu’en façonnant une semelle il le faisait
avec son amorce pour que le travail aille plus rapidement. Compte tenu de la qualité du sol, la
hauteur de nos amorces n’était pas si grande. Pour la mise en place des amorces nous avons
procédés comme suit :

- Installation de l’amorce dans la fouille


- Repérage de l’axe du poteau
- Plombage de l’amorce
- Scellement de l’amorce

Figure 19 : mise en place de l’armature de semelle et poteau (Source : par nos soins).

Cette photo montre comment une amorce doit être centrée sur la semelle ou être disposé celons
les normes communiqué dans les cahiers de charge ou celons les règles de l’art.

e. le bétonnage des semelles isolées

Le bétonnage est la mise en œuvre du béton de structure. La mise en place de ce béton c’est
effectué par 03 équipes qui étaient réparties comme suit : une équipe chargée de la fabrication,
une autre chargée du transport et la dernière chargée de la mise à niveau de la semelle. Pendant la
mise en place du béton nous avons eu des semelles qui prenaient environs 18 à 24 sacs de ciment.
Notre semelle avait un volume de 1.80x1.80x.0.5 soit 1.620m3 de béton mis en place.
27
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A
LOGBESSOU

Le projet comportait 23 semelles en tout et le dosage du béton était le suivant :


- Ciment 350kg/m3 (7sacs de 50kg)
- Sable 400L/m3 (6 brouettes)
- Gravier 800L/m3 (13 brouettes)
Les matériels utilisés pour la mise en œuvre étaient la pelle et la brouette. Le travail était
organisé de tel manière qu’après le coulage des semelles le jour qui suivait les amorces de poteau
étaient réalisés.

Figure 20 : coulage semelle (Source : par nos soins)

On constate sur cette photo que les parois de fouilles servent déjà de coffrage pour la semelle
parce qu’elles sont bien dressées dont pas besoin de coffrage en bois.

f. Réalisation des amorces poteaux (section 20*30)

Notre amorce avait une section de 20x30 et une hauteur de 1.20m soit un volume de 0.072m 3.
Cette opération s’est effectué par le coffreur et son équipe et cette réalisation c’est effectué de
manière suivante :
 réalisation de la talonnette
 Mise en place du coffre correspondant à l’amorce ;
 Repérage de l’axe de l’amorce grâce aux ficelles ;
 Calage du coffre ;
 Coulage ;
 Vibration ;

28
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A
LOGBESSOU

 Décoffrage de l’amorce.
Apres avoir terminé la réalisation des semelles et des amorces de poteau, nous avons
procédé directement à la réalisation des murs de sous bassement et le chainage bas de
fondation.

Figure 21 : vue en plan de l’amorce (Source : par nos soins)

Figure 22 : aspect pratique du coffrage et coulage de l’amorce (Source : par nos soins)

29
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A
LOGBESSOU

Le coffre ici permet de maintenir du béton jusqu’à son durcissement et donne la forme désirée .il
est dont soutenu par des étais en bois pour assurer sa stabilité pendant le coulage.

II. REALISATION DES MURS DE SOUS BASSEMENT, ET


CHAINAGE BAS DE FONDATION

A. MURS DE SOUS BASSEMENT

Le soubassement c’est la partie inferieur des murs d’une construction qui repose sur la fondation
d’un édifice. Il est beaucoup plus réalisé au niveau des pourtours du bâtiment pour permettre la
rétention des terres du remblayage. C’est une étape importante de la construction d’un bâtiment.

Apres cela nous avons procédé au remblayage de la fondation entière

C’est un travail qui consiste à mettre la terre dans les fouilles. Le remblai nous a permis de
diminuer la quantité de terre dans le chantier, ce qui fait que grâce à ce travail la circulation était
déjà favorable et le chantier commençait à bien se voir.

Figure 23 : murs de sous bassement (Source : par nos soins)

B. CHAINAGE BAS DE FONDATION

Les longrines sont des poutres en béton armé disposées entre ou le long des massifs de fondations
et servant à mieux repartir les charges des éléments supportés (murs, poteau, dalles) ou à les
reporter vers les appuis ponctuels. Le coulage s’est effectué avec un béton dosé comme suit :
- Ciment : 350kg/m3 (7 sacs de 50 kg)
- Sable : 400L/m3 (6 brouettes)
- Gravier : 800L/m3 (13 brouettes)

30
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A
LOGBESSOU

Chaise d’implantation
Ferraillage du chainage bas

Joue de coffre pour chainage


Ferraillage du chainage bas

Armature pour poteau

Le talon
Ferraillage du chainage bas

Chainage bas de fondation

Ferraillage du chainage bas

Figure 24 : chainage bas de fondation (source : par nos soins)

31
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A
LOGBESSOU

CHAPITRE VI : BILAN DU


STAGE

Le fait que l’entreprise soit un système ouvert vivant dans un environnement incertain, il est donc
évident que celle-ci rencontre des difficultés pouvant influencer ses activités. Ainsi ce chapitre
consistera pour nous d’analyser les problèmes rencontrés pendant notre stage et d’y apporter
quelques recommandations. Pour ce faire, nous examinerons d’une part les difficultés
insuffisances et d’autre part les suggestions.

SECTION I : DIFFICULTES ET INSUFFISANCES

A. LES DIFFILCULTES RENCONTREES

Durant notre stage, les difficultés rencontrées étaient plus concentrées sur le plan Pratique à
savoir :
 Travail intense parfois occupant même les heures de pause.
 Le non-respect de l’organisation du chantier ce qui entrainait la confusion des
différents postes de travail .
 L’adaptation sur le terrain ;
 La lecture assez compliquée de certains plans 

B. LES INSUFFISANCES

Nos critiques vont tout d’abord à ETIC-BTP qui ne suivait pas les stagiaires comme ça
se devais car les stagiaires n’étaient pas équiper d’EPI (Equipement de protection individuelle) ;
le planning et les horaires n’étais toujours pas respecter car certain jour les travaux s’achevais
au-delà des heures règlementaires de fermeture du chantier et les heures de pause n’était pas
toujours respecter.

32
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A
LOGBESSOU

SECTION II : REMARQUES ET SUGGESTIONS

A. REMARQUES

Pendant notre stage nous avons fait des remarques aussi positives que négatives à savoir :

a. Remarque positives

-Une main d’œuvre qualifiée et très dynamique ;


-L’encouragement des ouvriers par le maitre d’ouvrage ;
-La suffisance du nombre d’ouvrier dans le chantier ;
-La présence d’un gardien dans le chantier ;

b. Remarques négatives

-Le non-respect des horaires ;


-Le retard des livraisons des matériaux sur le chantier ;

B. SUGGESTIONS

Nos différentes suggestions au sein de notre entreprise d’accueil furent purement d’ordre pratique
.Elles sont nécessaires pour corriger les remarques d’ordres négatives et ainsi
améliorer la réputation de l’entreprise. Nos suggestions vont tout d’abord à ETIC -BTP
pour un suivi plus constant à l’élaboration de notre rapport de stage et l’équipement des
stagiaires en EPI (Equipement de Protection Individuelle) plus précisément des bottes et de
respecter le planning d’organisation des travaux et les heures de travail au chantier ainsi que
prévoir un espace de stockage de terres pour éviter qu’elles retourne au fond de fouille pendant le
coulage ou alors fait un blindage de fouille.

33
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A
LOGBESSOU

CONCLUSION

Ainsi nous avons effectué notre stage au sein de l’entreprise ETIC-BTP. Lors de ce stage de
presque 1 mois, nous avons pu mettre en pratique nos connaissances théoriques acquises durant
notre formation, de plus, nous nous sommes confronté aux difficultés réelles du monde du travail
et après notre intégration parmi les membres de l’entreprise, nous avons eu l’occasion de réaliser
plusieurs taches qui ont constituées des missions sérieuses de se notre rapport. Chaqu’une de ces
taches utile au service et au bon déroulement de l’activité de l’entreprise, se sont inscrites dans la
stratégie de celui-ci et plus précisément dont du gérant. Nous gardons du stage un excellent
souvenir, il constitue désormais une expérience professionnelle valorisante et encourageante pour
notre avenir. Nous pensons que cette expérience en entreprise nous a offert une bonne préparation
à notre insertion professionnelle car elle fut pour nous une expérience enrichissante et complète
qui conforte notre désir d’exercer ce métier. Enfin nous tenons à exprimer nos satisfactions
d’avoir pu travailler dans de bonnes conditions matérielles et un environnement agréable.

34
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A
LOGBESSOU

BIBLIOTHEQUE

BETON ARME AUX ETATS LIMITES 91

Cours de béton armé de M. KODA KODI pour le dimensionnement (2ieme année)


Cours de CAO/DAO de M.FOTSING pour le dessin (2ieme année)
Cours de géotechnique de Mme TCHADEU ; dosage du béton (1er année)
Cours d’organisation de chantier de M.TCHOUMIE : installation de chantier (1er
année).
Anciens rapports de stage
Cours de procédé généraux de construction M.KOUATCHA (2ieme année)
Le site internet http://www.4Genie-civil.com/fondation

35
PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A
LOGBESSOU

TABLE DE MATIERE

DEDICACE……………………………………………………………………………………I

REMERCIEMENT…………………………………………………………………………..II

AVANT PROPOS…………………………………………………………………………...III

RESUME……………………………………………………………………………………...V

ABSTRACT………………………………………………………………………………….VI

SOMMAIRE ……………………………………………………………………………….VII

LISTE DE FIGURES……………………………………………………………………..VIII

LISTE DES ANNEXES………………….…………………………………………………IX

ABREVIATIONS……………………………………………………………………………X

INTRODUCTION GENERALE…………………………………………………………….1

PREMIERE PARTIE : PRESENTATION d’ETIC-BTP ET DEROULEMENT DU


STAGE………………………………………………………………………………………...3

CHAPITRE I: PRESENTATION d’ ETIC-BTP…………………………………………...4

SECTION I : CREATION ET EVOLUTION ……………………………………………..4

A. CREATION ………………………………………………………………………….…..4
B. EVOLUTION ……………………………………………………………………………...4
C. LES ACTIVITES ET LES OBJECTIFS d’ETIC BTP…………………………….….5
a. Les activités ……………………………………………………………………….5
b. Les objectifs ………………………………………………………………………5

SECTION II : ORGANISATION ET FONCTIONEMENT …………………………....5

A. ORGANISATION ………………………………………………………………………...5
B. FONCTIONNEMENT ………………………………………………………………...….6
a. Fonctionnement externe …………………………………………………………7
b. Fonctionnement interne ………………………………………………………….8

CHAPITRE II : DEROULEMENT DU STAGE …………………………………………9

SECTION I : PRESENTATION DU DEPARTEMENT TECHNIQUE ………………...9

Rédigé et présenté par : POKAM Joel Firmin Page 36


PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A
LOGBESSOU

SECTION II : ACTIVITES DU STAGE …………………………………………………..9

PARAGRAPHE 1 : CHRONOGRAMME DES ACTIVITES ET EFFECTIVITE..10

PARAGRAPHE 2: JUSTIFICATION DU THEME …………………………………10

DEUXIEME PARTIE : PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION


SUPERFICIELLE ET BILAN DE STAGE ………………………………………………11

CHAPITRE III : ETUDES DES FONDATIONS…………………………………………12

SECTION I : CONTEXTE ET OBJECTIF ………………………………………………12

I. GENERALITES SUR LES FONDATIONS ………………………………….12


A. LE ROLE DES FONDATIONS ………………………………….…………………...12
a. Rôle principale ………………………………………………………….12
b. Rôle secondaire …………………………………………………………14
B. LES DIFFERENTS TYPES DE FONDATIONS RENCONTREES DANS LE
BATIMENT……………………………………………………………………………..14
a. Les fondations superficielles……………………………………………14
b. Les fondations profondes ………………………………………………17
c. Les fondations semi-profondes ………………………………………...17
II. FONCTIONNEMENT DES FONDATIONS ………………………………...18

SECTION II : MOYENS ET RESULTATS ……………………………………………...19

I. LES ETAPES DE REALISATION D’UNE SEMELLE ISOLEE ET


AMORCE POTEAU……………………………………………………………19
A. L’IMPLANTATION ………………………………………………..………………….19
a. Matériels et matériaux …………………………………………………19
b. Dimensionnement de la semelle isolée…………………………………19
B. REALISATION DES FOUILLES DE SEMELLES…………………………..……...20
C. MISE EN PLACE DE BETON DE PROPRETE……………………………..………21
a. Mise en place d’une couche de pouzzolane ……………………………….21
b. Béton de propreté…………………………………………………………...22
D. FERRAILAGE, REALISATION DE SEMELLE ET AMORCE POTEAU……....23
a. Traçage de la talonnette pour amorce poteau ………………………..23
b. Ferraillage de la semelle………………………………………………...24
c. Mise en place armature de semelle……………………………...……..26
d. Mise en place armature pour amorce poteau…………………...…….27
e. Bétonnage de la semelle…………………………………………………27
f. Réalisation amorce poteau……………………………………………...28
II. REALISATION DES MURS ET CHAINAGE BAS DE FONDATION .…..30
A. MURS DE SOUS BASSEMENT…………………………………………………….…..30
B. CHAINAGE BAS DE FONDATION ………………………………………….…….…30

Rédigé et présenté par : POKAM Joel Firmin Page 37


PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A
LOGBESSOU

CHAPITRE VI : APPROCHES CHRITIQUES ET SUGGESTION………………..32

SECTION I : DIFFICULTES ET INSUFFISANCES ………………………………….32

A. DIFFILCULTES ………………………………………………………………..……..32
B. INSUFFISANCES ……………………………………………………………..………32

SECTION II : REMARQUES ET SUGGESTIO NS………………………...…………33

A. REMARQUES…………………………………………………………………...……..33
a. Remarques positives ……………………………………………………...…..33
b. Remarques négatives……………………………………………………….....33
B. SUGGESTIONS ……………………………………………………………...………..33

CONCLUSION……………………………………………………………………...…….34

BIBIOTHEQUE …………………………………………………………………...……..35

Rédigé et présenté par : POKAM Joel Firmin Page 38


PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A
LOGBESSOU

ORGANIGRAMME DE L’ENTREPRISE

DIRECTRICE GENERALE

CHEF COMPTABLE SECRETARIAT

DIRECTEUR DES DIRECTEUR DIRECTEUR


RESSOURCES TECHNIQUE COMMERCIAL
HUMAINES

CHEF DU CONDUCTEUR DES RESPONSABLE COMMERCIAUX


PERSONNEL TRAVAUX DES ETUDES

CHAUFFEUR
PROJECTEUR

CHEF DE
CHANTIER

SOURCE : ETIC-BTP

L’organigramme : c’est l’Organisation hiérarchique de l’entreprise

Rédigé et présenté par : POKAM Joel Firmin Page 39


PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A
LOGBESSOU

 Situation géographique du chantier

ISOCOM
Petit marché
de logbessou

Carrefour sous-sol

Ici le chantier au
lieu-dit logbessou

Carrefour KOTOR Venant de


HAPPYSPORT

Venant de
BONAMOUSSADI

SOURCE : par nos soins

Rédigé et présenté par : POKAM Joel Firmin Page 40


PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE
SEMELLE ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A
LOGBESSOU

Rédigé et présenté par : POKAM Joel Firmin Page 41


PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE SEMELLE
ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A LOGBESSOU

Rédigé et présenté par : POKAM Joel Firmin Page 42


PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE SEMELLE
ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A LOGBESSOU

Rédigé et présenté par : POKAM Joel Firmin Page 43


PROCEDES DE REALISATION D’UNE FONDATION SUPERFICIELLE : CAS D’UNE SEMELLE
ISOLEE DANS UN BATIMENT R+3 A USAGE D’HABITATION A LOGBESSOU

Rédigé et présenté par : POKAM Joel Firmin Page 44

Vous aimerez peut-être aussi