Vous êtes sur la page 1sur 4

La phrase complexe en français scientifique

— La phrase complexe —
Module : Langue et terminologie 2 / SMPC. Professeur : Hassan TAKROUR.
Filière : SMPC/ S2. Séance : 2.
Matière : Langue française. Année universitaire : 2020-2021

1. La phrase complexe
Une phrase est une suite de mots, organisée selon certaines règles grammaticales pour former un
énoncé qui a un sens. La phrase est soit simple soit complexe. Si la phrase simple est faite d’un seul
verbe, la base de la phrase, donc d’une seule proposition qui a un noyau verbal, la phrase complexe est
organisée autour de plusieurs verbes conjugués, elle comprend donc une ou plusieurs propositions
liées les unes aux autres soit par juxtaposition, par coordination ou par subordination.

Ex 1.2 : Friedrich Gauss a découvert que la lumière se propage en ligne droite avec une vitesse de propaga-
P1 P0
Matrice 0
tion v qui dépend du milieu.
P2
Commentaire : Dans l’exemple ci-dessous, il s’agit d’une phrase complexe qui se compose de trois
propositions liées les unes des autres au moyen de deux outils :
1
 Premièrement, P0 et P1 sont deux propositions coordonnées par la conjonction de coordina-
tion “que”.
Deuxièmement, P1 et P2 sont deux propositions subordonnées introduites par un pronom rela-
tif simple “qui”.

La proposition P0 est le niveau supérieur de la construction syntaxique parce qu’elle implique P1 qui
est l’objet “qu’est-ce qui est découvert ?” et P2 qui est l’état de qualification “comment est ce qui est dé-
couvert ? ”. C’est pour quoi, P0 est syntaxiquement désignée comme une phrase Matrice 0 de laquelle se
dégage P1 et P2.

Règle : Dans la phrase complexe les propositions sont liées les unes aux autres par le biais de trois
outils grammaticaux :

1. La juxtaposition.
2. La coordination
3. La subordination. coordination.

1.1. Structures de la phrase complexe

A. Une suite de propositions (sans mot de liaison)

Lorsque la phrase complexe est formée d'une suite de deux ou plusieurs propositions qui pourraient
être considérées chacune comme une phrase autonome, qui sont généralement séparées à l'oral par une
pause et à l'écrit par un signe de ponctuation (la virgule), mais dont le rapport n'est pas explicitement
marqué par un mot de relation.

Schéma 1 :

Proposition 1 Proposition 2 Proposition 3

B. Une séquence de propositions (sans dépendance)

Lorsque la phrase complexe est formée d'une séquence de propositions juxtaposées dont la dernière
au moins .est reliée aux autres par un mot de liaison, qui peut être soit une conjonction de coordination,
soit un adverbe conjonctif tels que mais, ou, donc, ni, or, cependant, tandis que...etc.

2
Schéma 2 :

Proposition 1 Proposition 2 Proposition 3

C. Une séquence de propositions dépendantes

Lorsque la phrase complexe est construite sur le rapport de dépendance orientée entre une proposi-
tion dite subordonnée et une proposition dite principale (la subordonnée dépend le plus souvent d'un
constituant de la proposition principale) :

Schéma 3 :

Dépend de

Proposition 1 car Proposition 2


Proposition principale Proposition subordonnée

Ex 1: Bien que le soleil brille, il fait froid.


Ex 2 : J’attends que le soleil brille.

Les propositions subordonnées sont généralement introduites par des termes marquant leur dépen-
dance par rapport à la principale est marquée au moyen de :

 Conjonctions de subordination entre autres ; que, quand, parce que, bien que, même si, à
cause de, grâce à...etc.).

 Pronoms relatifs simples ou composés : qui, que , dont, où, lequel, laquelle, lesquels, les-
quelles...etc.

 Mots interrogatifs : si, quoi, de quoi, comment...etc

Mais il existe des subordonnées sans terme introducteur: subordonnées infinitives avec ou sans sujet
réalisé :

Ex : On voit la lumière se propager sur l’espace .

3
Des subordonnées participiales : Ex : Considérée comme une onde sinusoïdale, la lumière est dite mono-
chromatique. Et autres construction dites « absolues ».

D. Structure concise

C’est le cas d’une proposition P1 qui est placée au milieu ou à la fin d’une autre proposition P2.
Celle-ci a un verbe déclaratif et marque syntaxiquement et sémantiquement une complétive ( le verbe et
son COD).

Ex : Quand, propose-t-il une solution avec un volume V, une espèce X et une masse molaire
M(X), peut-on déterminer celle-ci ?

E. Construction incidente

C’est le cas d’une proposition P1 qui est placée au milieu ou à la fin d’une autre proposition P2.
Celle-ci a un verbe appartenant à une autre classe de verbes à subordonnée complétive ou d'expressions
verbales.

Ex : Le résultat, je le pense, sera positif

Vous aimerez peut-être aussi