Vous êtes sur la page 1sur 19

Méthodologie d’élaboration des REM et REC

Première étape : la préparation et la collecte des données

1‐ Identifier et caractériser les sous secteurs constitutifs du secteur étudié


Etablir une liste exhaustive des emplois du secteur en s’appuyant à la fois sur la
documentation existante et sur la connaissance de terrain des représentants des
professionnels.
Organiser ces emplois par grandes familles d’emploi, en se basant sur les regroupements
habituellement utilisés dans les entreprises, souvent sur la base du découpage du
processus de production en grandes séquences.

2‐ Enquêter
Enquêter dans chacun des sous-secteurs choisis, en visant pour chacun, une famille donnée
d’emplois à étudier.
Etablir le descriptif des activités réalisées et constituer sur cette base, des regroupements
(agrégats ou emplois‐métiers) en fonction de la proximité des activités réalisées.

Deuxième étape : l’élaboration des fiches du Répertoire Emplois‐Métiers (REM) et du Référentiel


Emplois‐Compétences (REC)

3‐ Décliner et formaliser l’analyse de chaque emploi/métier en termes de :


Description générale, d’organisation du travail, de conditions générales d’exercice, de lieu
d’exercice et de conditions de travail.
Activités de base communes et de conditions de réalisation.
Conditions d’accès, de connaissances théoriques et procédurales, de savoirs‐faire et de savoirs
pratiques, et de capacités généralement liées à l’Emploi/Métier.
4‐ Formaliser les contenus des fiches REM et REC de tous les Emplois‐Métiers identifiés.
5‐ Stabiliser les catégories ou familles de métiers structurant le répertoire sectoriel, établir des
correspondances avec les domaines d’activités de la nomenclature des emplois et codifier en
conséquence les emplois‐métiers.

Troisième étape : la formalisation et la validation

6‐ Vérifier au fil de leur production, la conformité des contenus des différentes rubriques des
fiches emplois‐métiers au sens à donner à chacune d’elles et aux règles d’écriture.
7‐ Faire valiser les contenus techniques des REM et des REC, en procédant à des relectures
individuelles ou collectives (ateliers) des fiches avec les professionnels.
8‐ Procéder à une révision et une harmonisation des fiches.
9‐ Mettre en forme le Répertoire Emplois‐ Métiers et le Référentiel Emploi‐Compétences.
Présentation d’une fiche du Répertoire des Emplois et des Métiers (REM)

Une fiche REM décrit un METIER, de manière large, pour tenir compte de la variété des
situations concrètes de travail, selon les entreprises. Synthétique, elle met l’accent sur ce qui
caractérise un métier par rapport aux autres métiers de la même famille professionnelle.

Attention
Une fiche REM n’est pas une fiche de poste, ni une job description, ni une définition de fonction…

***********
*******

L’ensemble des fiches REM constituera à terme le Répertoire Marocain des Emplois et
Métiers (RMEM), dont la vocation est plurielle :

 C’est d’abord un outil privilégié et les différents professionnels du conseil en


recrutement, pour réaliser des présélections et proposer du conseil en
orientation professionnelle.

 Il peut servir aux chefs d’entreprise de base de données descriptive des métiers,
et leur fournir des supports pour élaborer leurs offres d’emploi.

 Il vise aussi à informer toute personne qui cherche un emploi ou s’interroge


sur sa carrière professionnelle, en présentant le contenu des différents métiers et
les conditions à remplir pour y accéder.

 Les fiches peuvent également servir aux organismes de formation pour les aider à
mettre en relation la demande du Marché de l’emploi et l’offre de formation
existante.

N.B
Conformément aux pratiques en vigueur dans d’autres pays, les fiches REM donnent une image large et
anticipatrice des métiers. Elles ne prétendent donc pas décrire la réalité des postes de travail ou la qualification de la
main d’œuvre disponible, mais peuvent donner des indications sur les formations à apporter aux demandeurs d’emploi et
aux professionnels enexercice.
Comment lire une fiche REM (Fiche du Répertoire des Emplois et des Métiers)?

La Fiche REM se décompose en 21 rubriques, qu’on peut regrouper en quatre parties :

▪ Première partie : la présentation du métier (les rubriques 1 à 6)

▪ Deuxième partie : les activités (les rubriques 7 et 8)

▪ Troisième partie : les compétences liées aux activités (les rubriques 9 à16)

▪ Quatrième partie : les conditions d’exercice et l’évolution professionnelle (rubriques 17


à 21)

Première partie : la présentation du métier


Le premier cadre indique le nom du métier, celui qui est le plus couramment utilisé, ainsi que le
code qui lui a été affecté dans le répertoire national.

La colonne 1 « appellations principales » indique les appellations des métiers les plus en usage
dans les entreprises, sur le terrain.
La colonne 2 « appellations spécifiques » indique des appellations moins courantes, qui
correspondent à des usages locaux ou à des contextes techniques particuliers.
La colonne 3 « voir aussi » renvoie à des métiers de même nature, suffisamment proches pour
que certains chercheurs d’emploi, en fonction de leur expérience, puissent élargir leur
recherche d’emploi à ces autres emplois‐métiers, décrits dans une autre fiche REM.
La colonne 4 « ne pas confondre » attire l’attention sur les métiers dont les intitulés
présentent des similitudes alors qu’ils appartiennent à des champs professionnels différents.
Deux rubriques donnent ensuite une vision globale du métier sous deux aspects :
Colonne 5 –« description » : une description globale du métier donnant à voir en quelques
lignes la mission du professionnel et ses principales attributions
Colonne 6‐ « conditions d’accès » : les acquis nécessaires attendus par les employeurs, en
termes d’expérience et/ou de formation.
Deuxième partie : les activités

Colonne 7 ‐ Cette partie décrit les principales activités du métier (le cœur de métier) qui sont
réalisées par la majorité des titulaires.
Colonne 8 ‐ Suivent des activités exercées uniquement dans certains contextes particuliers
d’entreprise.

Troisième partie : les compétences

Les compétences ou savoirs‐faire sont nécessaires à la réalisation des activités. Elles sont acquises
en formation (initiale ou continue, en centre de formation ou en entreprise) et/ou par
l’expérience professionnelle. Elles sont présentées dans 4 rubriques, répétées deux fois:
Colonnes 9 et 13 : les connaissances théoriques. C’est un ensemble de savoirs de base sur lesquels
on s’appuie, pour réaliser l’activité.
Colonnes 10 et 14 : les connaissances procédurales. Ce sont des démarches, des techniques,
des outils indispensables à l’exercice des activités, notamment ceux liés aux technologies de
l’information et de la communication.
Colonnes 11 et 15 : les savoirs –faire. Ce sont les habiletés techniques, organisationnelles ou
relationnelles nécessaires pour réaliser correctement les activités de base ou spécifiques du
métier. Elles sont généralement acquises par la formation pratique, et peuvent être transmises
dans le cadre d’une fonction tutorale.
Colonnes 12 et 16 : Les savoirs pratiques. Ce sont des habiletés particulières, des tours de main
qui caractérisent ceux qui sont identifiés comme de « bons professionnels ». Ils sont acquis
uniquement par l’expérience.
Quatrième partie : les conditions d’exercice et l’évolutionprofessionnelle

Colonnes 17 à 19 ‐ Ces trois rubriques complémentaires indiquent dans quels types


d’établissement s’exercent les métiers et les particularités éventuelles de l’emploi
(déplacements, horaires, environnement, tenues vestimentaires et autres…).
Colonne 20 ‐ Les capacités liées à l’emploi : à chaque emploi correspond un profil et des
aptitudes qui sont indiquées dans cette colonne.

Colonne 21 ‐ L’évolution professionnelle : cette colonne indique les perspectives professionnelles


qui s’ouvrent à partir du métier.
Présentation d’une fiche du Référentiel des Emplois Compétences (REC)

Une fiche REC décrit les métiers et les compétences nécessaires, de manière très concrète le plus proche possible des
réalités des entreprises ou établissements dusecteur.

Attention
Une fiche REC n’est pas une fiche de poste, ni une job description, ni une définition de fonction…

******************

L’ensemble des fiches REC constitue le Référentiel Emplois / Compétences d’un secteur:

 C’est un outil privilégié pour les entreprises du secteur.

 Le référentiel Emploi ‐ compétences peut servir aux chefs d’entreprise de base pour décrire les
postes et préciser aux salariés ce que l’on attendd’eux.

 Le Référentiel Emploi ‐ Compétences permet de préciser les profils que l’établissement


cherche à recruter et notamment les compétences utiles

 Il permet de repérer les compétences à acquérir, à renforcer et à affiner les formations


proposées pour y parvenir

 Il informe toute personne de l’entreprise ou de l’établissement sur les métiers qui existent
dans le secteur et les compétences nécessaires pour les exercer

N.B
Conformément aux pratiques en vigueur dans d’autres pays, les fiches REC donnent une image de chaque secteur
concerné. Elles ne prétendent pas décrire toutes les réalités des postes de travail, ni donner toutes les précisions.
Mais les chefs d’entreprise ou DRH peuvent s’appuyer sur les fiches pour les adapter à l’établissement ou aux
personnesconcernées.
Comment lire une fiche REC (Référentiel Emploi Compétences parsecteur)

La Fiche REC se décompose en trois parties :

Première partie : la présentation du métier (les rubriques 1 à3)


1 ‐ Le premier cadre indique l’intitulé du métier et le rattachement du Référentiel compétences
(REC) à une Fiche du Répertoire des Emplois/Métiers marocain (REM). Une même fiche REM peut
donner lieu à plus d’une fiche REC. La fiche REM correspond à un ensemble de situations de
travail, les fiches REC font référence aux réalités plus éclatées des lieux detravail
La numérotation de la Fiche REC renvoie à la fiche REM : a) la fiche REC correspond à la fiche
REM, b) et c) il s’agit de métiers se rattachant au même métier de référence.
2 ‐ La finalité
La finalité de l’emploi décrit la contribution au processus de production du bien ou service. C’est
la raison d’être de l’emploi et répond à la question : qu’apporte l’emploi à son utilisateur, le
client ou le chef d’entreprise ?
3 ‐ Les activités
Toute personne lisant ce descriptif doit pouvoir se représenter la personne à l’ouvrage. Chaque
activité principale représente une situation de travail. Les différentes situations professionnelles
rencontrées par le titulaire sont décrites dans un enchaînement qui est souvent un processus
logique de production ou de travail.
Les activités numérotées A1, A2, A3 sont celles que l’on retrouve dans la fiche REM ; elles sont en
nombre restreint (environ 5) et explicitées par le biais des sous‐activités indiquées par a),
b),c) …
Deuxième partie : les indicateurs de la performance et les évolutions pressenties (rubriques 4
et 5)
4 ‐ Les indicateurs. Cette rubrique, complémentaire à la fiche REM, met en évidence l’un ou
l’autre indicateur qui permet de mesurer la performance des salariés. Ces indicateurs sont en
nombre limité, ils doivent être mesurables facilement.
Les indicateurs de performances sont les points de repère chiffrés ou qualitatifs que les
titulaires vont devoir atteindre et qui marqueront leur niveau de maîtrise de l’emploi. Deux
ou trois indicateurs pour l’ensemble de l’emploi sont suffisants : niveau de production, d’erreurs
tolérées, temps imparti, délais à respecter, niveau de qualité, coûts, etc.
5 ‐ Contexte et évolutions impactant la fonction et les compétences nécessaires de manière
significative. Le référentiel de compétences est un outil qui préfigure la situation visée à moyen
terme (2/4 ans). Cette rubrique indique les transformations connues, anticipées, pressenties du
contexte dans lequel le métier s’exerce au Maroc. L’intérêt ensuite est de noter les

conséquences de ces évolutions sur les compétences et l’organisation.

Troisième partie : les compétences liées aux activités et comportements professionnels attendus (la
rubrique 6)
Les compétences ou savoirs‐faire sont nécessaires à la réalisation des activités. Elles sont acquises
en formation (initiale ou continue, en centre de formation ou en entreprise) et/ou par
l’expérience professionnelle.
Rubriques 1, 2, 3. Les connaissances font partie des compétences et sont indispensables : elles
expliquent le contexte et donnent du sens au travail réalisé et permettent de comprendre les
tenants et les aboutissants du travail. Il existe plusieurs types de connaissances:
1 : les connaissances liées au métier : elles peuvent être théoriques, acquises par voie scolaire
ou universitaire, en milieu professionnel, auprès d’un tuteur, d’un maître de stage ou
directement sur le terrain
2 : les connaissances de l’environnement professionnel général et spécifique de
l’entreprise, établissement, association : elles sont liées à la réalité, aux acteurs et aux
fonctionnements de l’entreprise, aux us et coutumes de la profession, aux processus, à
l’hygiène, à la sécurité, à la qualité, au matériel…
3 : les connaissances de bases générales : elles sont liées à toutes les connaissances basiques
liées au calcul, lecture, écriture dans les langues nécessaires
4, 5, 6, 7 : Les savoirs‐faire
Les savoir‐faire permettent de mettre en pratique toutes les connaissances acquises et d’obtenir
des résultats.

- 6.4 : savoir‐faire procéduraux. Tout métier est jalonné de procédures, méthodes, techniques qu’il
faut appliquer et qui sont répertoriées.
- 6.5‐ Savoirs‐faire liés aux nouvelles technologies. L’introduction de l’informatique et de la
bureautique dans les entreprises (par‐delà les équipements industriels ou informatiques lourds
existants) transforment les métiers. Ces savoir‐faire informatiques ou bureautiques ont été
spécifiés car ils vont peser dans les évolutions de compétences.
- 6.6‐ Autres savoirs‐faire liés à l’expérience. Les savoirs‐faire liés à l’expérience s’observent dans
les réponses données par les titulaires au moment ou se présentent des imprévus, des situations
inattendues, une panne, une dérive qualité, une réclamation…
Dans ces situations, les compétences de diagnostic, d’organisation, de contrôle, prise de décision,
se condensent de manière forte afin que les meilleures réponses soient apportées dans un
délai très court.
- 6.7‐ Les savoirs‐faire relationnels. Ce sont tous les savoirs‐faire indispensables au travail. Les
titulaires sont constamment en relation les uns avec les autres, et dans certains métiers, en
lien avec les clients ou les fournisseurs : les compétences liées aux relations avec les collègues
de même métier, les relations avec les autres services et collègues, avec la hiérarchie, la
transmission de l’information orale ou écrite, à la coopération, aux clients, fournisseurs ou
visiteurs, sont introduits de manière spécifique.
- 6.8‐ Les savoirs‐faire managériaux. Les savoirs‐faire managériaux concernent les emplois
d’encadrement. Les managers ont à mettre en œuvre des compétences directement en lien
avec leurs responsabilités.
-6.9‐ Les savoir‐faire comportementaux. Les compétences et les comportements professionnels sont
de nature différente. Les compétences sont acquises pour exercer un métier. Le
comportement professionnel est la manière d’être par rapport aux personnes environnantes
avec lesquelles on travaille, dans le cadre des situations professionnelles rencontrées. C’est un
comportement attendu dans un cadre de travail.
Le Référentiel Emplois / Compétences (REC) fait état des comportements et attitudes professionnels
nécessaires dans le travail, que ce soit par rapport aux performances, aux collaborateurs, au
métier ou à l’entreprise.
NOTE :
Il ne faut pas confondre les comportements professionnels et les qualités personnelles que chacun possède
par nature (honnêteté, convivialité, etc.). Les qualités personnelles sont liées à une personne tandis
que les comportements professionnels peuvent s’acquérir par des formations.

EXEMPLES  : Voir exemples ci-dessous

1) Exemple de REM
2) Exemple de REC
EXEMPLES DE REM :
CODE 11
RESONSABLE APRES-VENTE AUTOMOBILE
APPELLATIONS PRINCIPALES APPELLATIONS SPÉCIFIQUES VOIR AUSSI

Responsable service après-vente NE PAS CONFONDRE


Responsable service après-vente adjoint
Chef d’atelier après-vente automobile

DESCRIPTION GÉNÉRALE CONDITIONS D’ACCÈS


Le responsable après-vente automobile assure la gestion Expérience professionnelle (5 à 10 ans) en
de production d’ateliers de mécanique automobile, de évolution d’un poste de technicien atelier ou
carrosserie ou de peinture selon les activités de réceptionnaire.
l’entreprise. Il peut avoir en charge plusieurs sites placés Formation de technicien spécialisé dans le domaine
chacun sous la responsabilité d’un responsable après- de la maintenance automobile ou formation
vente adjoint. Il peut gérer les activités de ventes de supérieure (ingénieur) pour les grosses structures.
pièces de rechange. Il doit posséder de solides Permis de conduire automobile souvent exigé.
connaissances techniques, juridiques et de management
pour pouvoir mener à bien sa mission. Il rend compte
directement au chef d’entreprise et au constructeur (pour
un réseau de marque).

ACTIVITES DE BASE COMMUNES CONNAISSANCES SAVOIRS FAIRE


CONNAISSANCES
THEORIQUES :  Communiquer en interne et
 Réceptionner la clientèle en externe
 Gérer les équipes de production et  Comptabilité, gestion  Organiser et animer un
l’avancement des tâches  Législation professionnelle, service après-vente
 Mettre en œuvre les procédures d’hygiène et de sécurité  Etablir tout document relatif
internes (process, qualité, respect de la  Anglais technique et français à l’après-vente automobile
réglementation du travail)  Technologie présente sur les  Chiffrer la remise en état
 Etablir les factures et devis, assurer le différents engins d’un véhicule, en respectant
suivi des documents après-vente  Electronique (de signal et les règles de l’art
 Assurer le suivi et l’atteinte de composants de base)  Localiser les pannes
l’objectif financier du service après-  Hydraulique  Exploiter un schéma
vente  Pneumatique technique
 Effectuer des diagnostics (ou pré
diagnostic), appui technique aux CONNAISSANCES SAVOIRS PRATIQUES :
équipes PROCEDURALES:
 Anticiper et innover selon les
 Méthodologie de localisation évolutions du marché
de pannes  Dynamiser l’activité du
 Méthodologie de remise en état service après-vente
d’un véhicule suite à un  Observer et écouter les
sinistre (collision, incendie, …) mécanismes.
 Planification de l’activité, suivi
de production
 Réalisation et suivi d’un
tableau de bord de production
 Mise en place d’actions
commerciales
ACTIVITES SPECIFIQUES CONNAISSANCES SAVOIRS FAIRE
CONNAISSANCES
 Gérer le service de pièces détachées THEORIQUES :  Organiser une formation
 Elaborer le plan de formation des interne ou externalisée
équipes  Gestion de stock  Rédiger une prise en charge
 Participer aux recrutements  Gestion prévisionnelle des de garantie et assurer son
 Gérer les garanties emplois et compétences suivi
 Assurer la maintenance préventive  Analyses statistiques  Organiser et animer un
d’un parc, développer un plan de service de pièces de rechange
maintenance
CONNAISSANCES SAVOIRS PRATIQUES :
PROCEDURALES:
 Lister les points d’attention
 Maintenance préventive d’un de maintenance des véhicules
parc de véhicules ou d’engins et engins

CONDITIONS GENERALES D’EXERCICE


Les horaires sont variables en fonction de l’activité (position de cadre), des comptes-rendus techniques et
financiers sont régulièrement établis en direction du chef d’entreprise (et éventuellement du constructeur). Le
responsable après-vente automobile alterne entre des taches administratives et de suivi voire d’appui
technique. Il est le garant du bon fonctionnement du service après-vente, ce qui l’oblige à communiquer avec
tous les services concernés et les encadrer.

LIEU D’EXERCICE CONDITIONS DE TRAVAIL


L’emploi s’exerce généralement au sein d’un atelier, en Le responsable après-vente automobile effectue des
autonomie. Pour de grosses structures, le poste peut journées de travail longues et chargées. Des pics
être basé au siège du groupe avec de fréquents d’activité sont observables (bilans financiers, activité
déplacements sur les différents sites. Des déplacements de réparation saisonnière pour certains matériels ou
hors de l’entreprise sont possibles (visites de clients, véhicules). L’environnement peut-être pollué (gaz
formation, expertises) d’échappements, solvants, …) dans les ateliers.

CAPACITÉS GÉNÉRALEMENT LIÉES À L’EMPLOI/MÉTIER:


Endurance physique. Bonne acuité visuelle, tactile et auditive. Autonomie, rigueur et constance. Capacité à
organiser, réorganiser ou innover, aptitude à l’encadrement d’équipe. Esprit de service client.
EXEMPLE DE REFERENTIEL
EMPLOI / COMPETENCES (REC)
SUPPLY CHAIN MANAGER CODE 1A
REM de référence : Supply Chain Manager
FINALITÉ
Le Supply Chain Manager a un rôle de conception d’une partie ou de la totalité de la chaine
logistique ainsi que des outils de maitrise de son pilotage et de sa gestion. Il a pour missions de
diriger ou de coordonner l’ensemble des activités de la chaine logistique. Il assure la gestion des
flux de la chaine logistique : la planification, les achats, les approvisionnements, la production,
l’entreposage et la distribution, de manière à en garantir la rationalisation et l’optimisation du
rapport temps/prix/qualité de services, dans un objectif de rentabilité, et ce dans le respect des
impératifs de délais, des normes de qualité, d’hygiène, de santé et sécurité, et d’environnement
(QHSE). Il est amené à effectuer une veille
constante pour faire évoluer la stratégie de l’entreprise manière régulière au service de l’entreprise.
ACTIVITÉS
Garantir l’efficacité du cycle S&OP
A1 /
a) Définir le cycle S&OP
b) Mettre en place les moyens nécessaires à son exécution
c) Assurer l’exécution du cycle
d) Veiller à l’efficacité du cycle
Définir la politique d’achat
A2 /
a) Réaliser le sourcing
b) Sélection des fournisseurs stratégiques
c) Etablir/Valider les contrats cadres des fournisseurs potentiels
d) Valider/Evaluer les fournisseurs
Définir la politique de stock
A3 /
a) Analyser les historiques des ventes/stocks
b) Calculer le niveau de stock cible
c) Calculer le glissement calendaire
d) Arrêter le niveau de stock
e) Intégrer le niveau de stock
f) Faire les projections
Définir les modalités d’approvisionnement
A4 /
a) Identifier les contraintes réglementaires, ponctuelles, …
b) Choisir les scénarii de transport
c) Définir le modèle d’approvisionnement
d) Veiller à l’exécution du modèle d’approvisionnement
REFERENTIEL EMPLOI / COMPETENCES

SUPPLY CHAIN MANAGER CODE 1A


REM de référence : Supply Chain Manager
Identifier et saisir les opportunités économiques de l’approvisionnement
A5 /
a) Analyser les variations des cours et des prix sur les marchés
b) Identifier les opportunités à saisir
c) Établir la synthèse des opportunités pertinentes à saisir
d) Valider les opportunités et les actions y afférentes avec les parties concernées
Adapter, définir et mettre ne place les solutions d’entreposage (moyens techniques et
A6 / ressources) permanentes et ponctuelles
a) Identifier les besoins et moyens techniques d’entreposage et de manutention
b) Dimensionner les besoins d’entreposage (espaces et ressources)
c) Chiffrer les solutions d’entreposage
d) Choisir la solution d’entreposage la plus adaptée (internalisé ou externalisé)
e) Mettre en place les ressources humaines et matérielles
Veiller à la gestion et à la pérennité des infrastructures
A7 /
a) Définir les contrats de maintenance des installations et des
b) infrastructures Veiller au respect de la réglementation en vigueur
c) Veiller à la bonne exécution des clauses contractuelles
Gérer les activités externalisées
A8 /
a) Arrêter les activités à externaliser
b) Établir les cahiers des charges des prestations à externaliser
c) Suivre l’acquisition de la prestation
d) Suivre l’exécution de la prestation externalisée
Concevoir et dimensionner la solution Transport amont et aval
A9 /
a) Analyser les contraintes d’exploitation
b) Définir le schéma directeur de transport
c) Adapter les plans de transport à la reverse logistique
d) Suivre l’acquisition de la prestation
e) Veiller à la mise en place des moyens (Acquisition /prestation de service)
Définir les processus et assurer la coordination des activités entre les différents acteurs
A10 / de la chaine logistique

a) Etablir et mettre en place les processus opérationnels


b) Contrôler et superviser les processus de chaque bloc d’activités
c) S’assurer de l’interaction entre les blocs d’activités
d) Déclencher les réajustements nécessaires ainsi que la réingénierie des solutions logistiques
REFERENTIEL EMPLOI / COMPETENCES

SUPPLY CHAIN MANAGER CODE 1A


REM de référence : Supply Chain Manager
Définir et suivre les indicateurs de performance ainsi que les outils de pilotage
A11 / nécessaires
a) Choisir/arrêter les indicateurs (performance, fiabilité) quantitatifs appropriés (taux
d’occupation, taux de rupture, …)
b) Mettre en place les indicateurs
c) S’assurer de la remontée de l’information nécessaire aux indicateurs
d) Suivre, analyser et interpréter les indicateurs
e) Etablir des plans d’action en fonction des interprétations
Etablir le budget de fonctionnement de la supply chain
A12 /
a) Analyser les prévisions/consolidation
b) Chiffrer le budget de fonctionnement
c) Présenter le budget pour validation
Assurer la Veille informationnelle logistique et son exploitation
A13 /
a) Se tenir informé des nouveautés réglementaires, technologiques, méthodologiques en
relation avec le secteur de la logistique
b) Analyser les informations recueillies
c) Proposer des actions d’évolution adéquates.

Gérer les ressources humaines du département


A14 / Participer à la définition des profils de ses collaborateurs
a) Participer au recrutement
b) Participer à la définition des besoins de formation
c) Evaluer les performances des collaborateurs
d) Guider, diriger et motiver ses équipes
e) Coordonner le travail et les activités de ses collaborateurs
f) Résoudre les conflits opérationnels
g) Participer à la résolution des conflits sociaux
h) Veiller au respect du règlement intérieur et de la réglementation en vigueur
i)
Définir et mettre en place la politique de gestion des risques
A15 / Arrêter la cartographie des risques
a) Analyser la gravité et la probabilité des risques potentiels
b) Mettre en place un plan d’action préventif pour la gestion des risques
c)
ACTIVITÉS COMPLEMENTAIRES
REFERENTIEL EMPLOI / COMPETENCES

SUPPLY CHAIN MANAGER CODE 1A


REM de référence : Supply Chain Manager
INDICATEURS DE PERFORMANCE
QOTIF, Taux de service
Coût à l’unité de mesure (Kg, Km, …)
Ratios coût SC/CA
Les orientations stratégiques respectées
Nombre d’incidents HSE
Taux de disponibilité des installations
Valeur de stock
CONTEXTE ET ÉVOLUTIONS IMPACTANT LA FONCTION ET LES COMPÉTENCES REQUISES
DE MANIÈRE SIGNIFICATIVE
L’évolution numérique et des technologies d’information et de communication telles que
l’apparition du cloud, du Big Data, … exigeront une transformation numérique de la supply chain.
La numérisation des procédés de la supply chain doit en effet notamment permettre aux entreprises
de réduire leurs coûts logistiques ou ceux liés à la gestion des stocks par exemple, et à terme rendre
les entreprises plus compétitives sur les marchés.
Une plus grande intégration des systèmes d’information avec leurs partenaires permettra de bénéficier
de davantage de mises à jour en temps réel provenant de l'ensemble de leur supply chain et une plus
grande utilisation des données analytiques pour comparer ou évaluer les performances de leurs
fournisseurs.
L’ubérisation des services et l’économie de partage caractérisé par la mise en place de nouvelles
applications mettant en relation l’offre et la demande et proposant une solution en ligne pourrait
favoriser la mutualisation des entrepôts ou des solutions de transports, ce qui permettrait aux
entreprises de s’adapter plus efficacement aux variations de la demande.
L’automatisation et l’utilisation de robots dotés d’une intelligence artificielle et capables de réaliser des
tâches plus complexes sans intervention humaine prennent de l’ampleur.
La mondialisation et les stratégies de localisation (right-shoring) transforment les chaines logistiques et
deviennent de plus en plus complexes et plus vulnérables.
Les changements qui surviennent aux niveaux administratif, législatif ou réglementaire en relation
avec le secteur de la logistique pourront aussi affecter la fonction de travail du Supply Chain Manager.
Ces facteurs devraient inciter les entreprises à s’adapter à ces évolutions. Cela devrait se traduire par
l’acquisition de nouvelles compétences ou de mise à niveau des compétences existantes.
Ces changements et ces évolutions impactant la chaine logistique requièrent aussi une veille
informationnelle logistique et son exploitation et des compétences en perpétuelle adaptation du Supply
Chain Manager pour maitriser et structurer les différents maillons de la chaine logistique.
REFERENTIEL EMPLOI / COMPETENCES

SUPPLY CHAIN MANAGER CODE 1A


REM de référence : Supply Chain Manager
LES COMPÉTENCES
Connaissances du métier
1-
C11 Connaitre l’organisation et le fonctionnement de la chaine logistique
C12 Connaitre les techniques d’élaboration d’un schéma directeur de logistique
C13 Connaitre les techniques d’entreposage et de gestion des stocks
C14 Connaitre les techniques d’approvisionnement
C15 Connaitre les méthodes et outils de la gestion des flux
C16 Connaitre les méthodes et outils de la logistique de production
Connaissances de l’environnement professionnel général et spécifique de l’entreprise.
2-
C21 Connaitre l’organisation de l’entreprise logistique, contraintes et exigences
C22 Connaitre les indicateurs de performance d’une entreprise.
C23 Démarche qualité d’une entreprise, outils de la qualité, contrôle qualité, traçabilité.
C24 Connaitre la réglementation des transports.
C25 Connaitre la réglementation douanière
C26 Connaitre les normes Qualité, Hygiène, Santé et Sécurité et Environnement (QHSE)
C27 Connaitre les techniques de négociation
Connaissances générales
3-
C31 Notions de mathématiques et de statistiques appliquées
C32 Recherche opérationnelle
C33 Méthodes et outils de résolution de problèmes
Contrôle de gestion et comptabilité analytique
C3 4
Décision multicritères
C3 5
Stratégie et segmentation
C3 6
Risque management
C3 7
Gestion des cycles de vie des produits
C3 8

C39 Audit interne


C 3 10 Techniques de paiement à l’international
C 3 11 Gestion de projet
C 3 12 Techniques et Outils de planification
C 3 13 Customer services (matrices, segmentation, …).
C 3 14 Commerce international
C 3 15 Gestion des ressources humaines
C 3 16 Gestion budgétaire
REFERENTIEL EMPLOI / COMPETENCES

SUPPLY CHAIN MANAGER CODE 1A


REM de référence : Supply Chain Manager
C 3 17 Outils de maitrise et d’optimisation des processus (LEAN SIX SIGMA)
C 3 18 Techniques de communication en Arabe, en Français et en Anglais
Savoir-faire procéduraux
4-
C41 Appliquer les procédures d’exploitation des logiciels ou/et progiciels métier.
C42 Appliquer les normes et procédures QHSE.
C43 Appliquer les process opérationnels de gestion de la chaine logistique
C44 Appliquer les processus d’optimisation avec des outils LEAN SIX SIGMA
C45 Appliquer les procédures de gestion des ressources humaines
C46 Appliquer les procédures de gestion de budget
5- Savoir-faire liés aux Nouvelles technologies
C51 Utiliser les logiciels de bureautique, de messagerie électronique et Internet.

C52 Utiliser les logiciels de modélisation et simulation


Utiliser les systèmes d’information intégrés type ERP (SAP, Oracle, Sage X3, Microsoft
C53
Dynamics, …)
C54 Utiliser les progiciels métiers de gestion logistique (WMS, …)
Autres savoir-faire liés à l’expérience
6-
C61 Synchroniser les activités logistiques avec le cahier des charges
C62 Anticiper les évolutions du marché et des demandes de service
C63 Développer et entretenir un réseau professionnel logistique
C64 Optimiser les méthodes et procédés de supply chain
C65 Assurer une veille concurrentielle et informationnelle
C66 Proposer des améliorations d’organisation
Savoir-faire relationnels
7-
C71 Entretenir un bon relationnel avec les différents partenaires et collaborateurs
C72 Travailler en équipes pluridisciplinaires et éventuellement internationales
C73 Communiquer, lire et rédiger des documents techniques, des rapports, des notes, … en anglais
Savoir-faire managériaux
8-
C81 Négocier les solutions logistiques avec les partenaires
C82 Encadrer et coordonner l'ensemble des acteurs de la chaine logistique
C83 Coordonner la gestion des flux (marchandises, informations)
C84 Superviser l’acheminement des produits
C85 Gérer le budget
REFERENTIEL EMPLOI / COMPETENCES

SUPPLY CHAIN MANAGER CODE 1A


REM de référence : Supply Chain Manager
C86 Assurer la gestion administrative des ressources humaines de son département
Suivre la mise en place et la réalisation des plans d'action logistiques et contrôler la conformité
C87
d'application
C88 Déterminer des actions correctives
C89 Définir des priorités d'action et d'allocation de moyens / ressources /
délais
C 8 10 Argumenter sur les projets supply chain et convaincre à l'interne
Savoir-faire comportementaux
9-
C91 Rigueur organisationnelle
C92 Capacités d'animation et de management
C93 Sens des responsabilités.
C94 Adaptabilité et réactivité dans des situations complexes.
C95 Coordination et gestion d’équipes
C96 Esprit d’analyse et de synthèse
C97 Raisonnement déductif
C98 Capacité de persuasion
C99 Utilisation aisée de plusieurs langues dont l’Arabe, le Français en plus de l’anglais
indispensable
C 9 10 Communication, sens aigu des relations humaines
C 9 11 Souci permanent de la sécurité des biens et des personnes
C 9 12 Bon sens de l’écoute
C 9 13 Bon négociateur
C 9 14 Disponibilité
C 9 15 Autonomie

Vous aimerez peut-être aussi