Vous êtes sur la page 1sur 5

ELEMENT DE CONTENU SUR LE DISJONCTEUR

I. DEFINITION ET SYMBOLE
1. Définition

Un disjoncteur est un interrupteur électrique à commande automatique, il fait partie des


organes de protection de l’installation électrique et joue le rôle de protection pour les
récepteurs qui sont branchées en bout des circuits. A ce titre, un disjoncteur procure la
protection contre deux types de défauts :

• Une protection contre les surcharges : il s’agit d’une surconsommation des récepteurs
branchés sous le disjoncteur ;
• Une protection contre les courts-circuits : c’est un défaut correspondant à un contact
direct entre phase et neutre
2. Symbole

Le symbole du disjoncteur est donné par la figure ci-après :

(a) (b)

Le (a) représente le disjoncteur lorsqu’il est ouvert et la (b) lorsque ce dernier est fermé.

II. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT

Afin de mieux comprendre le principe de fonctionnement d’un disjoncteur, il est très


important de comprendre en premier comment se fait la détection des défauts et quelle est la
réponse apportée par ce matériel électrique, pour cela donc nous allons commencer par
étudier l’aspect technique qui permet au disjoncteur de détecter la surcharge ou le court-
circuit.
a) Détection magnétique

Le disjoncteur est équipé d’un système de détection de court-circuit, cette détection se fait à
l’aide d’un circuit magnétique (une bobine pour faire simple) capable de détecter une forte
augmentation du courant électrique qui traverse le disjoncteur

b) Détection thermique

Pour la détection des surcharges, le disjoncteur est constitué d’un matériel thermomécanique.
Il réagit en fonction de la température qui en relation directe avec avec le phénomène
électrique de surcharge. On emploie souvent le terme bilame pour le désigner.

Ces deux protections couplées donnent un nom un peu plus technique au disjoncteur qui est
dit magnétothermique.

Le disjoncteur fonctionne donc de la façon suivante en cas de défaut : lorsqu’il y’a danger en
électricité, il faut l’écarter rapidement et mettre la partie impactée par ce danger en sécurité en
isolant électriquement cette partie. Concrètement, il va sectionner le passage du courant en
ouvrant mécaniquement les pôles de connexion électrique.

III. CARACTERISTIQUES DE CHOIX D’UN DISJONCTEUR

Le choix d’un disjoncteur est déterminé par les caractéristiques électriques de


l’installation, l’environnement, les récepteurs et l’aptitude à la télécommande.

Le choix d'un disjoncteur s'effectue en fonction :

• Des caractéristiques électriques de l'installation sur laquelle il est installé,


• De l'environnement dans lequel il se trouve, température ambiante, installation en
armoire, conditions climatiques,
• Des caractéristiques de pouvoir de coupure et de pouvoir de fermeture,
• Des impératifs d'exploitation : sélectivité, nécessité ou non de fonctions auxiliaires
telles que télécommande, commande rotative, contacts auxiliaires, bobines de
déclenchement auxiliaire, insertion dans un réseau de communication local ou de
supervision, etc.,
• Des règles d'installation, en particulier pour la protection des personnes,
• Des caractéristiques des récepteurs, tels que moteurs, éclairage fluorescent,
éclairage LED, transformateurs BT / BT, etc.

NB : Si des disjoncteurs sont susceptibles d’être simultanément en charge, un facteur de


correction (par exemple, 0,8) doit être appliqué à leur courant d’emploi.

IV. DOMAINES D’UTILISATION DES DISJONCTEURS

Comme nous l’avons dit précédemment, sa fonction principale est d’assurer la protection du
circuit qu’il protège nous pouvons donc citer les domaines ci-après pour les disjoncteurs

• Les installations électriques des courants d’intensité trop élevées susceptibles de les
endommager ;
• Et les hommes de l’électrocution.

V. VERIFICATION DU FONCTIONNEMENT D’UN DISJONCTEUR

Pour vérifier qu’une panne vient d’un disjoncteur, il faut tester une fois l’alimentation
coupée et le disjoncteur démonté la continuité par pole entre l’amont et l’aval avec un
multimètre de la façon suivante :

• Manette abaissée : la continuité entre l’amont et l’aval ;


• Manette relevée : continuité entre l’amont et l’aval.

Cela permet de vérifier que les fonctions mécaniques du disjoncteur sont opérantes.

Exercice d’application :

On met à votre disposition le tableau suivant et l’on vous demande de faire le choix d’un
disjoncteur en retrouvant le courant assigné pour un iC60N

• Devant protéger un circuit dont l'intensité d'emploi est 34 A,


• Installé avec d'autres appareils côte à côte dans un coffret de distribution terminale,
• Dans une température ambiante de 50°C.
Correction de l’exercice d’application

Un iC60N calibre 40 A à dans ces conditions, un courant d'emploi de 35,6 x 0,8 = 28,5 A


(cf. Fig. H38a). Il ne peut donc pas convenir. Il faut choisir un iC60N, calibre 50 A dont le
courant d'emploi est 44,0 x 0,8 = 35,2 A.

Exercice de consolidation :

Un petit problème de tous les jours ! Théo a décidé de cuisiner un bon repas pour faire une
surprise à sa famille. Au moment où il allume la deuxième plaque de cuisson, tous les
appareils électriques ainsi que la lumière s’éteignent brutalement. Il y avait dans la cuisine, le
four électrique, le lave-linge, la microonde, et l’éclairage en fonctionnement. On donne les
intensités de fonctionnement de chaque appareil dans le tableau ci-dessous
Le fusible de 32 A qui protège la cuisine de Théo est comme ci-contre. Il l’a récupéré dans le
tableau électrique après l’incident. Pour savoir s’il a été endommagé il réalise un petit
montage électrique avec les composants d’une lampe de poche (une pile, une lampe, et le
fusible) : Il constate que la lampe ne brille pas.

Questions

1. Quelle est l'observation faite dans la petite expérience bricolée ?


2. D'après l'observation faite, peut-on réutiliser le fusible ?
3. Quelle est l'intensité qui provoque la coupure du disjoncteur ?
4. Calcule l'intensité totale qui circule dans l'installation, lorsque la deuxième
plaque est allumée, grâce aux informations du tableau.
5. D'après les questions 3. Et 4. Explique pourquoi la lumière s'est brutalement
éteinte.

Correction

1. D'après le doc. 2, la lampe ne brille pas dans le circuit.


2. La lampe ne brille pas parce que le fusible n'est plus conducteur. Le fil qui le constitue
doit être rompu. On ne peut pas réutiliser ce fusible.
3. L'intensité qui provoque la coupure est de 32 A, c'est la limite du fusible.
4. L'intensité qui circule est la somme de toutes les intensités : 9 + 8 + 4 + 6 + 6 + 1 = 34
A L'intensité qui circule est de 34 A lorsque la deuxième plaque est allumée.
5. L'intensité qui tente de circuler est de 34 A > 32 A. Le fusible ne peut laisser circuler
que 32A, au-delà il fond. Dans ce cas le fusible a fondu, il a ouvert le circuit et tous les
appareils, y compris la lampe, se sont arrêtés de fonctionner.

Vous aimerez peut-être aussi