Vous êtes sur la page 1sur 14

Travail à rendre 

:
Plan de travail :
Norme ISA 315 : IDENTIFICATION ET ÉVALUATION DES RISQUES D’ANOMALIES
SIGNIFICATIVES
 Introduction 
 Objectif
 Procédures d'évaluation des risques et procédures liées 
 L'entité et son environnement 
 Le contrôle interne au sein de l'entité
 Le processus d'évaluation des risques par l'entité
 Documentation

Norme ISA 320 : Caractère significatif lors de la planification et de la


Réalisation d’un audit
 Introduction 
 Objectif
 Détermination, lors de la planification de l'audit, du seuil de signification et du seuil de
planification 
 Modification des seuils au cours de l'audit 
 Documentation 
 Modalités d'application 

Les normes d’audit légal au Maroc 

Réalisé par : ELALAOUI ASMAA


Groupe : GFC1
Norme ISA 315 : IDENTIFICATION ET ÉVALUATION DES RISQUES D’ANOMALIES
SIGNIFICATIVES
 Introduction :

La présente norme internationale d’audit (ISA) traite de la responsabilité qui incombe à


l’auditeur d’identifier et d’évaluer les risques d’anomalies significatives dans les états
financiers

Cette Norme ISA est applicable pour les audits d'états financiers pour les périodes
ouvertes à compter du 15 décembre 2009

 Objectif

L'objectif de l'auditeur est d'identifier et d'évaluer les risques d'anomalies


significatives, provenant de fraudes ou résultant d'erreurs, au niveau des états financiers et des
assertions, par la connaissance de l'entité et de son environnement, y compris de son contrôle
interne, fournissant ainsi une base pour concevoir et mettre en œuvre des réponses aux risques
évalués d'anomalies significatives

 Procédures d'évaluation des risques et procédures liées 


Les demandes d’informations auprès de la direction et d’autres personnes au sein de l'entité
qui, selon le jugement de l'auditeur, peuvent avoir des informations susceptibles de l'aider
dans l'identification des risques d’anomalies significatives provenant de fraudes ou
résultant d'erreurs :
a. des demandes d'informations auprès des collaborateurs du service d’audit
internepeuvent fournir des renseignements sur les procédures d'audit interne réalisées au
cours de l'année portant sur la conception et l'efficacité du contrôle interne de
l'entité et sur le caractère satisfaisant ou non des réponses apportées par la direction
aux problèmes mis en évidence par leurs travaux ;
b. des demandes d'informations auprès des employés responsables d'initier, de traiter ou
d'enregistrer des opérations complexes ou inhabituelles peuvent aider l'auditeur dans
l'appréciation du caractère approprié du choix et de l’application de certaines méthodes
comptables suivies ;
c. des demandes d'informations auprès du service juridique interne peuvent fournir des
renseignements sur des sujets tels que les litiges, la conformité aux textes
législatifs et réglementaires, la connaissance de fraudes commises ou suspectées
affectant l'entité, les garanties accordées, les engagements après-vente, les accords (tels
que l’existence de co-entreprises) ou encore la portée des clauses d'un contrat ;
d. des demandes d'informations auprès du personnel du service marketing ou
commercial peuvent fournir des renseignements sur les évolutions dans la stratégie
marketing de l'entité, l'évolution des ventes ou les accords commerciaux avec les
clients

e. des procédures analytiques : Les procédures analytiques peuvent être utiles pour
identifier des opérations ou événements inhabituels, des montants, ratios ou
tendances pouvant faire apparaître des éléments ayant une incidence sur l'audit.
Des corrélations inhabituelles ou inattendues qui sont relevés peuvent aussi aider
l'auditeur à identifier des risques d'anomalies significatives, en particulier des risques
d'anomalies significatives provenant de fraudes

L’observation physique et l'inspection :

Les opérations de l'entité :

 des documents (tels que les business plans et les plans stratégiques), des
enregistrements comptables, et des manuels de contrôle interne ;
 des rapports préparés par la direction (tels que des rapports de gestion trimestriels ou des
états financiers intermédiaires) et par les personnes constituant le gouvernement
d’entreprise (tels que les procès-verbaux des réunions du conseil d'administration) ;
 les locaux et les sites de production de l'entité

La connaissance requise de l'entité et de son environnement, y compris de son contrôle interne

 L'entité et son environnement :


L'auditeur doit acquérir la connaissance des domaines suivants :
 secteur concerné, réglementation et autres facteurs externes, y compris le
référentiel comptable applicable ;
 nature de l'entité, notamment :
 ses activités ;
 la détention du capital et ses structures de gouvernance ;
 les types d'investissements que l'entité réalise et ceux qui sont prévus, y compris
ceux dans des entités ad hoc; et
 la façon dont l'entité est organisée et financée ;
 afin de lui permettre d'appréhender les flux d'opérations, les soldes de comptes et les
informations fournies qu'il s'attend à trouver dans les états financiers

 Le contrôle interne au sein de l'entité :

L'auditeur doit acquérir la connaissance du contrôle interne pertinent pour l'audit. Bien que la
plupart des contrôles pertinents pour l'audit concernent généralement le processus
d'élaboration de l’information financière, tous ces contrôles ne sont pas nécessairement
pertinents pour l'audit. Il relève du jugement professionnel de l'auditeur de déterminer si
un contrôle exécuté individuellement ou en association avec d'autres est pertinent pour
l'audit.

 Le processus d'évaluation des risques par l'entité

L'auditeur doit acquérir une connaissance visant à déterminer si l'entité a mis en place un
processus pour :
 Identifier les risques liés à l'activité au regard des objectifs d'élaboration de
l'information financière ;
 évaluer l'importance des risques ;
 évaluer la possibilité de leur survenance ; et
 décider des mesures à prendre pour répondre à ces risques.
 L’auditeur doit acquérir la connaissance du système d'information et des processus
opérationnels y afférents
 Documentation :
L'auditeur doit inclure dans la documentation d’audit :
 Les risques identifiés et évalués d'anomalies significatives au niveau des états financiers et
des assertions ; et
 les risques identifiés et les contrôles y afférents dont il a acquis la connaissance
conformément aux paragraphes
Norme ISA 320 : Caractère significatif lors de la planification et de la
Réalisation d’un audit
 Introduction :

La présente Norme Internationale d'Audit (International Standard on Auditing, ISA)traite


de l’application par l’auditeur du concept de caractère significatif lors de la
planification et de la réalisation d'un audit d'états financiers. La Norme ISA 4501 explicite la
façon dont le concept est appliqué pour évaluer les incidences des anomalies relevées sur
l'audit et des anomalies non corrigées, s'il en existe, sur les états financiers

 Objectif :

L’objectif de l'auditeur est de mettre en pratique le concept de caractère significatif de


façon appropriée lors de la planification et de la réalisation de l'audit

 Détermination, lors de la planification de l'audit, du seuil de signification et du seuil de


planification :
Lorsqu'il établit la stratégie générale d'audit, l'auditeur doit fixer un seuil de signification pour
les états financiers pris dans leur ensemble : La détermination du seuil de signification
implique l'exercice du jugement professionnel. Un pourcentage appliqué à un élément de
référence choisi est souvent retenu comme base initiale pour déterminer un seuil de
signification pour les états financiers pris dans leur ensemble.

L'auditeur doit fixer un ou des seuils de planification dans le but d'évaluer les risques
d' anomalies significatives et de déterminer la nature, le calendrier et l'étendue des
procédures d'audit complémentaires : Le seuil de planification (qui, selon la définition, peut
être un ou plusieurs montants) est déterminé afin de réduire à un niveau suffisamment faible
la probabilité que le cumul des anomalies non corrigées et non détectées contenues dans
les états financiers excède le seuil de signification fixé pour les états financiers pris dans
leur ensemble.

 Modification des seuils au cours de l'audit :


L'auditeur doit modifier le seuil de signification pour les états financiers pris dans leur
ensemble (et, le cas échéant, le ou les seuils de signification pour des flux d’ opérations,
soldes de comptes ou informations à fournir particuliers) dans les situations où il vient à avoir
connaissance, au cours de l'audit, d'informations qui l'auraient conduit à fixer
initialement le ou les seuils à un montant (ou à des montants) différent(s)

Si l'auditeur conclut qu'un seuil de signification moins élevé pour les états financiers pris dans
leur ensemble (et, le cas échéant, un ou des seuils de signification moins élevé(s) pour des
flux d’opérations, soldes de comptes ou informations à fournir particuliers) que celui (ou
ceux) initialement fixé(s) est approprié, il doit déterminer s'il est nécessaire de modifier le
seuil de planification fixé et si la nature, le calendrier et l'étendue des procédures
d'audit complémentaires restent appropriés.

 Documentation :
 L'auditeur doit inclure dans la documentation d'audit les montants suivants et les facteurs
pris en compte pour les déterminer :
 Le seuil de signification pour les états financiers pris dans leur ensemble ;
 Le cas échéant, le ou les seuils de signification pour des flux d’opérations, soldes de
comptes ou informations à fournir particuliers ;
 Le seuil de planification ;
 Toute modification, au cours de l'audit, des montants mentionnés aux points
 Modalités d'application :
 Les facteurs qui peuvent être utilisés pour identifier un élément de référence approprié
sont notamment les suivants :
 Les éléments des états financiers (par exemple l'actif, le passif, les capitaux propres, les
produits, les charges) ;
 L'existence d'éléments sur lesquels l'attention des utilisateurs des états financiers de
l'entité concernée tend à se focaliser (par exemple, en vue d'évaluer la performance
financière, les utilisateurs peuvent avoir tendance à se focaliser sur le résultat, les produits
ou l'actif net) ;
 La nature de l'entité, où celle-ci se situe dans son cycle de vie, ainsi que le secteur d'
activité et l'environnement économique dans lequel elle opère ;
 La structure de détention du capital de l'entité et la façon dont elle est financée (par
exemple, si l’entité est financée uniquement par l'endettement plutôt que par les
capitaux propres, les utilisateurs peuvent mettre plus l'accent sur les actifs et les
droits sur ces actifs, plutôt que sur les résultats de l'entité) ;
 La volatilité relative de l'élément de référence

Les normes d’audit légal au Maroc :


LES NORMES RELATIVES AU COMPORTEMENT PROFESSIONNEL :
COMPETENCE :

Vous aimerez peut-être aussi