Vous êtes sur la page 1sur 9

LA GESTION DES RISQUES DANS

LES BANQUES PARTICIPATIVES


PRÉ S E NT É PA R :
S A B RI HO UDA
B O UTA LEB HOUS S A INI JOUTE I HI B A
E L HO UA RI O MA R
E NC A DRÉ PA R :
M. ZO UI RI LA HB O UB
Introduction

Les différents types de risques en FI

PLAN La gestion des risques en FI

La gestion des risques liés au contrat


MOURABAHA et MOUCHARAKA

Conclusion
Les produits islamiques, vus leurs caractères spécifiques, présentent
d'abord des risques spécifiques.
Parmi les risques communs avec les institutions financières
traditionnelles, il y a le risque de crédit, le risque de marché, le risque
d'illiquidité et le risque opérationnel.
En plus de ces risques, les IFI ont leurs propres risques.
Introduction En ce qui concerne les risques liés aux différents modes de
financement, la Moucharaka est le plus risqué parmi les modes de
financement participatif.
Ces deux produits sont exposés aux risques de crédit, de marge, de
contrepartie… Cependant les banques islamiques rencontrent
beaucoup de difficultés pour leur gestion.
Les types de risques en finance islamique :

Le risque de Le risque de Le risque Le risque de


crédit marché opérationnel liquidité

Le risque Le risque Le risque de


Le risque de
commercial d'investissement non respect de
rendement
translaté spécifique la sharia
les risques communs:
Le risque de Le risque de Le risque Le risque de
crédit marché opérationnel liquidité
Le risque de crédit ou de le risque de marché est le risque de pertes le risque d’illiquidité provient
contrepartie est défini celui du propriétaire d’un résultant de carences des difficultés à mobiliser
comme le non-respect actif, lequel, il risque de ou de défaut des fonds à coût raisonnable
par l’entrepreneur de ses voir la valeur de marché attribuables à des (emprunts) ou à vendre des
obligations de cet actif diminuer. procédures personnels actifs financiers. Toute
contractuelles envers le et systèmes internes ou institution financière doit faire
créancier. à des événements l’arbitrage entre liquidité et
externes. rentabilité.
Le risque commercial déplacé ou translaté est un nouveau terme
dans la littérature des risques bancaires. Il résulte principalement du
risque encouru par les banques islamiques du côté du passif à la
suite de la mobilisation des dépôts qui sont sur la base du contrat
Moudaraba. IFI a défini le risque commercial translate comme étant
Le risque un risque résultant d'actifs gérés pour le compte de titulaires de
comptes d'investissement. Ce risque est effectivement transféré au
commercial capital propre des institutions financières islamiques du fait que
translaté l'institution renonce à une partie ou à la totalité de sa quote-part
(bénéfice) de ce fonds, lorsqu'il le considère nécessaire.

Ce risque apparait quand une banque islamique est sous pression


pour payer son investisseur déposant, avec un taux de rendement
plus élevé que ce qui devrait être payé en vertu du terme réel du
contrat d'investissement.
il est connu que les banques islamiques et dans le cadre du principe
de PPP partagent les pertes et les profits avec leurs déposants. Ainsi
Le risque la banque s’engage à fructifier l’argent dans des projets différents.
d'investissement Ces derniers sont susceptibles d’échouer, et donc naturellement la
banque perdra les fonds loués à ces projets puisque la
spécifique responsabilité est partagée entre le client et sa banque.
Il s'agit du risque lié à une évolution défavorable des facteurs de
marché affectant le taux de rendement des actifs(ROA) de la banque
islamique, en comparaison avec le taux de rendement attendu par
Le risque de les détenteurs de comptes d'investissement. Dans l'accord entre les
actionnaires et les titulaires de comptes d'investissement, il pourrait y
rendement avoir des clauses relatives à ce type de risque et comment il faut y
remédier ou tout simplement atténuer ses effets.
il s’agit d’un risque spécifique à la l’industrie bancaire islamique,
parce que toutes les opérations et contrats bancaires relevant de
cette industrie doivent être conformes aux préceptes de la Sharia.
Dans le cas contraire les déposants peuvent être incités à retirer leur
argent, surtout ceux qui ont choisis la banque en se basant sur leurs
convictions religieuses. Ce qui qui amène à un risque de liquidité.

Le risque de Il est généralement difficile de faire une nuance entre les différents
risques qui peuvent être présents dans un contrat bancaire
non respect de d’investissement ou de financement islamique. Le risque
la sharia d’enchevêtrement peut se manifester dans la plupart des
transactions entre la banque et le client. En effet le risque de marché
et de crédit peuvent se manifester dans un même contrat d’Ijara, de
Mourabaha et d’Istisnaâ, tandis que les risques de financement et de
participation peuvent être présents conjointement dans contrat de
Moucharaka ou de Moudaraba.

Vous aimerez peut-être aussi