Vous êtes sur la page 1sur 178

eau programme

Nouv

C ycle 4

C. Bertagna & F. Carrier


4 e

Français

Livre du professeur
eau programme
Nouv

C ycle 4

Français
4 e

Livre du professeur
Sous la direction de

Chantal Bertagna
Agrégée de Lettres classiques
et
Françoise Carrier-Nayrolles
Agrégée de Lettres modernes

Émilie Deschellette
Agrégée de Lettres modernes

Marion Guérouard
Certifiée de Lettres modernes

Stéphane Jougla
Certifié de Lettres modernes

Mélinée Simonot
Agrégée de Lettres modernes

Delphine Thiriet
Agrégée de Lettres modernes
Les auteurs remercient Nolwenn Drouet et Stéphanie Soury-Grave pour leur précieuse contribution au
manuel numérique enrichi.

Couverture, maquette intérieure : Anne-Danielle Naname


Mise en page : Christine Bossard
Relecture : Laurence Girard et Isabelle Macé
Visuel de couverture : © Bristol Museum and Art Gallery, UK/Bequest of Sir Francis N. Cowlin,
1945/bridgeman Images.

ISBN : 978-2-01-395327-6
© Hachette Livre 2016, 58, rue Jean Bleuzen, 92178 Vanves Cedex
www.hachette-education.com
Tous droits de traduction, de reproduction et d’adaptation réservés pour tous pays.
Le Code de la propriété intellectuelle n’autorisant, aux termes des articles L 122-4 et L 122-5, d’une part, que les « copies ou reproductions
strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective », et, d’autre part, que « les analyses et les
courtes citations » dans un but d’exemple et d’illustration, « toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle, faite sans le
consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite ».
Cette représentation ou reproduction par quelque procédé que ce soit, sans l’autorisation de l’éditeur ou du Centre français de
l’exploitation du droit de copie (20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris), constituerait donc une contre façon sanctionnée par les
articles 425 et suivants du Code pénal.
Sommaire

Présentation générale du manuel de 4e .. . . . . . . . . . . . . . . ............................................................................................................................................. . . . . . . . . . . . . 7

Regarder le monde, inventer des mondes


I • La fiction pour interroger le réel

1 La Parure et autres contes de Maupassant Atelier lecture . .................................................................................. . . . . . . . . . . . . 12

2 Le peuple a voi au chapitre .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .............................................................................................................................................. . . . . . . . . . . . . 21

3 Mondes étranges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .............................................................................................................................................. . . . . . . . . . . . . 35

Se chercher, se construire
II • Dire l’amour

4 La jeunesse à l’épreuve de l’amour .. . . . . .............................................................................................................................................. . . . . . . . . . . . . 48

5 Des roses et des épines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .............................................................................................................................................. . . . . . . . . . . . . 60

6 Cyrano de Bergerac ou l’amour masqué Atelier lecture et jeu théâtral .............................................................. . . . . . . . . . . . . 70

Vivre en société, participer à la société


III • Individu et société : confrontations de valeurs ?

7 Face à face avec l’Autre Atelier argumentation ........................................................................................................................... . . . . . . . . . . . . 75

8 Conflits de valeurs en scène .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .............................................................................................................................................. . . . . . . . . . . . . 83

Agir sur le monde


IV • Informer, s’informer, déformer ?

9 Informés ou manipulés ? Atelier d’éducation aux médias et à l’information . .............................................................. . . . . . . . . . . . . 94

10 Le quatrième pouvoir .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .............................................................................................................................................. . . . . . . . . . . . . 101

Questionnement complémentaire
V • La ville, lieu de tous les possibles ?
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

11 Ces villes, personnages de romans .. . . .............................................................................................................................................. . . . . . . . . . . . . 114

12 La ville à la croisée de la poésie et d’autres arts Parcours d’éducation artistique et culturelle . ..... . . . . . . . . . . . . 125

5
Étude de la langue

Le mot
A. Les principales classes de mots B. La formation et l’histoire des mots
Comprendre et orthographier le verbe 1 6. Radical et familles de mots . ................................................... . . . . . . . . . . . . 142
1. Qu’est-ce qu’un verbe ?.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ........ 129 17. Formation des mots par dérivation : les suffixes . .......... . . . . . . . . . . . . 142
2. Le verbe et sa conjugaison.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ........ 130 18. Formation des mots par dérivation : les préfixes .......... . . . . . . . . . . . . 143
3. Les formes des temps simples de l’indicatif .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ........ 130 19. L’étymologie. ................................................................................ . . . . . . . . . . . . 143
4. Les formes des temps composés de l’indicatif .. . . . . . . . . . . . . . . . . ......... 132 20. La formation des mots par composition . . ......................... . . . . . . . . . . . . 145
5. La construction d’un verbe passif.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ......... 132 21. Les emprunts aux langues étrangères ............................... . . . . . . . . . . . . 146
6. Les formes des principaux modes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ........ 133
Les autres mots variables
C. Le choix, le sens et l’orthographe des mots
7. Le nom et le groupe nominal .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ......... 135
8. L’adjectif ...................... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ......... 136 22. La polysémie. ............................................................................... . . . . . . . . . . . . 147
9. Les déterminants ..... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ........ 137 2 3. La synonymie et l’antonymie. ................................................ . . . . . . . . . . . . 148
10. Les pronoms .............. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ......... 138 24. Le son [E] en finales verbales................................................. . . . . . . . . . . . . 149
11. Le groupe nominal, le groupe verbal, le groupe adjectival . ... 139 25. Les finales verbales en [i] et en [y]. ...................................... . . . . . . . . . . . . 150
Les mots invariables 26. Des mots homophones : noms et verbes. ......................... . . . . . . . . . . . . 150
12. Les prépositions ........ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ........ 140 27. Des formes homophones : leur et leurs. ............................. . . . . . . . . . . . . 151
13. Les conjonctions de coordination .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ......... 140 28. Des formes homophones : ce qui (que, dont)
14. Les conjonctions de subordination .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ........ 140 et ceux qui (que, dont). . .............................................................. . . . . . . . . . . . . 151
15. Les adverbes .. ............. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ........ 141 29. Des formes homophones de avoir et être ........................ . . . . . . . . . . . . 152

La phrase
30. Langue orale, langue écrite : des codes différents 37. L’accord de l’adjectif et du participe passé employés
pour la phrase............ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ........ 153 avec être. ........................................................................................ . . . . . . . . . . . . 157
31. Les groupes syntaxiques dans la phrase simple.. . . . . . . . . . . . . . . ......... 154 38. Les compléments du verbe.................................................... . . . . . . . . . . . . 158
32. Les types de phrases.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ........ 155 39. L’accord du participe passé employé avec avoir. ............ . . . . . . . . . . . . 159
33. La phrase verbale et la phrase non verbale.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ......... 155 40. Les compléments de phrase (ou circonstanciels). .......... . . . . . . . . . . . . 160
34. La phrase négative. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ......... 156 41. Les expansions du nom. . .......................................................... . . . . . . . . . . . . 163
35. La phrase complexe.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ........ 156 42. La construction de la phrase passive.................................. . . . . . . . . . . . . 164
36. Le verbe et son sujet : les accords.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ......... 156

Le te te
4 3. Les quatre types de textes.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ......... 165 49. Les connecteurs. ......................................................................... . . . . . . . . . . . . 173
44. Les rôles de la ponctuation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ........ 166 50. Les marques de l’énonciation. ............................................... . . . . . . . . . . . . 174
45. Les reprises nominales et pronominales.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ........ 167 51. Les paroles rapportées directement. .................................. . . . . . . . . . . . . 175
46. Les valeurs des temps simples de l’indicatif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ........ 168 52. Les paroles rapportées indirectement. .............................. . . . . . . . . . . . . 176
47. Les valeurs des temps composés de l’indicatif. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ........ 169 53. Les marques de la modalisation........................................... . . . . . . . . . . . . 176
48. Les principaux emplois des modes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ......... 171
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

6
Présentation générale
du manuel de 4e
Fleurs d’encre, le programme et le socle de travail – qui dérouille la plume de l’élève, qui lui permet d’apprendre
à réfléchir grâce à la rédaction de traces écrites personnelles. Dans
commun : quelles démarches ? chaque chapitre, une double page « Organiser le travail d’écriture »
Le manuel Fleurs d’encre respecte scrupuleusement les démarches propose une activité d’écriture guidée où l’élève est accompagné
pédagogiques et didactiques prônées dans le socle commun des dans les étapes de l’écriture. Par ailleurs, le professeur trouvera une ou
connaissances, compétences et de la culture, ainsi que celles du deux activités en autonomie qui peuvent faire l’objet d’une évaluation
programme de cycle 4 (BO du 26/11/2015). Il est conçu pour développer sommative. Cette double page est accompagnée de deux pages de
progressivement les compétences à travailler au cours du cycle 4. langue (Lexique, Orthographe, Grammaire) en lien étroit avec l’activité
d’écriture guidée.
Les programmes étant fondés sur le socle commun des
connaissances, des compétences et de la culture (http://eduscol. En langue, « le cycle 4 poursuit les apprentissages du cycle 3,
education.fr/cid86943/le-socle-commun.html), le manuel spécifie approfondit les notions et règles déjà étudiées et fait découvrir de
pour chaque activité la ou les compétences travaillées. nouvelles notions et d’autres domaines du fonctionnement de la
langue. Il entend également permettre aux élèves de comprendre le
Les programmes accordent à l’oral une place nouvelle,
fonctionnement global de la langue et l’organisation de son système. »
nettement appuyée. Il s’agit bien de considérer l’oral comme un objet
Le programme est fondé sur « des notions centrales dont l’étude
d’apprentissage en soi et de l’envisager dans des approches multiples,
sera progressivement approfondie au cours du cycle. Les exercices
diversifiées, qui dépassent l’oral du cours dialogué1 plus ou moins
et entraînements d’orthographe, de grammaire et de vocabulaire,
dirigiste ou celui de l’exposé, et de le faire pratiquer régulièrement.
sollicitant mémorisation et réflexion, donnent lieu à des séances
On rappellera, en lien avec le cadre européen de l’apprentissage
spécifiques, sans perdre de vue les activités de production de textes,
des langues vivantes2, qu’il existe deux grandes sortes d’oral : l’oral
en continu ou monologique et l’oral en interaction ou dialogique, d’exposés oraux, de lecture. L’inflation terminologique doit être évitée.
auxquels se rattachent tous les genres de l’oral. Le manuel propose Au cycle 4, il s’agit moins de parvenir à une connaissance exhaustive de
de multiples activités qui permettent tour à tour de pratiquer l’une tous les éléments de la phrase et du texte que de comprendre que la
ou l’autre de ces formes : activités individuelles, en binômes, en petits langue est un système et qu’elle est mise en œuvre dans des discours. »
groupes, en classe entière. Ces activités sont d’une part corrélées aux Selon les programmes, l’organisation de la langue s’articule ainsi :
textes, d’autre part développées dans les chapitres – doubles pages • La grammaire au service des compétences langagières de lecture
« Pratiquer l’oral » – et travaillées dans les ateliers et les parcours. et d’écriture nécessaires pour s’approprier le sens des textes et mener
En lecture, le manuel aide le professeur à développer l’autonomie des analyses littéraires étayées. Ces compétences interviennent
de l’élève afin que celui-ci apprenne à avoir une compréhension globale également dans la production d’écrits. Les notions concernant la
d’un texte, qu’il ose en proposer une interprétation. Il s’agit bien de cohérence et la cohésion des textes sont étudiées en contexte, lors
développer des compétences de lecteur qui sait comprendre l’explicite des activités de lecture et d’écriture.
et l’implicite d’un texte et non de former des gloseurs répondant à des • La grammaire au service de l’orthographe. Le travail du cycle 3
questions fermées. Il revient au professeur d’amener progressivement se poursuit avec l’objectif de construction d’un rapport plus expert
les élèves à ne pas se contenter d’une affirmation mais à fonder leurs à la norme, en gardant le principe de régularités orthographiques
réponses sur des éléments précis du texte. Parce que lire des textes auxquelles il faut s’entraîner et qu’il convient d’automatiser.
littéraires et des textes documentaires ne requiert pas les mêmes
stratégies de lecture, le manuel propose de façon régulière des textes
• La grammaire au service de la réflexion sur la langue. L’objectif
n’est pas la mémorisation de règles ou d’étiquettes grammaticales
non littéraires ; les doubles pages « S’interroger et s’informer » exercent
pour elles-mêmes, mais bien la formation intellectuelle des élèves
les élèves à s’approprier des documents composites (textes, images,
et le développement d’une posture réflexive. Il s’agit de leur faire
frises…) : cette capacité-là n’est pas innée non plus. En cela le manuel
percevoir que la langue est un système organisé et de les faire réfléchir
permet au professeur de faire acquérir des « méthodes et des outils
sur les normes, la pertinence et l’acceptabilité de telle ou telle forme.
pour apprendre » (domaine 2 du socle commun). Enfin « Le cercle des
critiques littéraires », que les utilisateurs de Fleurs d’encre connaissent Au cycle 4, c’est la syntaxe qui fait l’objet d’une étude plus
bien sous le nom de « cercle des lecteurs », ouvre la lecture vers des systématique, et c’est dans la perspective de leur fonctionnement
ouvrages de jeunesse de nature à susciter le goût de lire. La pratique syntaxique que sont étudiées les classes de mots et leurs relations.
Pour parvenir à une compréhension et à une vision d’ensemble du
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

du « carnet de lecture » et du débat oral littéraire, préconisée dans


les programmes dans le prolongement de travaux d’universitaires système de la langue, des séances spécifiques doivent être consacrées
comme Patrick Joole et Sylviane Ahr3, forme l’élève à émettre des avis à la structuration des connaissances acquises lors des activités de
qui allient plaisir esthétique et jugement critique. langage oral, de lecture et d’écriture. L’étude de la langue construit
Les programmes invitent à considérer l’écriture non comme un et entretient ainsi une vigilance grammaticale et orthographique.
produit fini mais comme un processus qui se construit peu à peu. Le Dans le manuel, les compétences langagières et l’orthographe
manuel propose après chaque texte un bref exercice d’écriture – un écrit sont abordées dans les chapitres. Avec les textes sont proposées

1. La lecture au collège : le bilan des évaluations Pisa, CNDP, 2011


2. https://www.coe.int/t/dg4/linguistic/Source/Framework_FR.pdf
3. S. Ahr, Vers un enseignement de la lecture littéraire au lycée. Expérimentations et réflexions. CRDP de Grenoble ; Former des lecteurs de littérature au collège, Bertrand
Lacoste, 2008

Présentation générale du manuel de 4 e 7


deux rubriques récurrentes : « La clé des mots » qui vise à lever des – types de phrase : déclaratif, interrogatif, injonctif, exclamatif
difficultés lexicales ponctuelles et « Le trésor des mots » qui apprend – formes de phrase : passive, emphatique, impersonnelle
aux élèves à comprendre le lexique (et parfois la syntaxe) en contexte, • lexique
notamment par le jeu des inférences de sens. Les deux pages de langue – radical / préfixe / suffixe / composition
de la partie « Organiser le travail d’écriture » visent à donner des outils – homonymie / polysémie / synonymie
lexicaux, orthographiques et grammaticaux que l’élève peut aussitôt
réinvestir en écriture.
Qu’est-ce qu’un prédicat ?
Les quelque cent vingt pages de langue dans la deuxième partie La notion de prédicat est une fonction du groupe verbal : c’est
du manuel donnent à l’enseignant un riche matériau pour nourrir les ce que l’on dit du sujet.
séances spécifiques préconisées par les programmes afin de développer Exemple :
les compétences linguistiques. Selon les programmes, le travail sur les Paul joue. Paul joue un rôle. Paul joue de la guitare. Paul est un artiste.
compétences linguistiques obéit à plusieurs grands principes fondés prédicat prédicat prédicat prédicat
sur la recherche en didactique de la langue de ces dernières années4 Tout prédicat est un groupe verbal, mais tout groupe verbal n’est
que le manuel respecte pleinement. pas forcément un prédicat (par exemple, Courir un cent mètres
La langue, comme les autres apprentissages, doit s’envisager dans nécessite de l’entraînement : le groupe verbal « courir un cent mètres »
une progression dite « spiralaire » : une notion est abordée plusieurs est ici sujet.).
fois, de façon de plus en plus complexifiée ; on part à chaque fois des Cette notion de prédicat héritée des pays francophones a un
acquis, même parcellaires, des élèves, et on étoffe le travail. Ce principe double intérêt :
préside à la construction des pages de langue des trois manuels du – elle permet une vision de la phrase en grands groupes de mots, ce
cycle 4 : ainsi en 5e on étudie les paroles rapportées directement, en 4e qui privilégie l’accès au sens ;
on aborde les paroles rapportées indirectement, en 3e on approfondit – elle permet de superposer les fonctions de la phrase simple et celles
cette notion. de la phrase complexe, en donnant une vision plus simple et plus
uniforme des unités syntaxiques de la phrase.
Le principe de régularité préside aussi à l’apprentissage linguistique : Exemples :
on veille à asseoir la connaissance de phénomènes réguliers avant Phrase simple : Je souhaite sa venue.
d’aborder les irrégularités ; on ne cherche donc pas l’exhaustivité prédicat
sujet
mais l’efficacité. Le manuel met en avant les régularités, les notions Phrase complexe : Je souhaite qu’il vienne.
centrales, et aborde progressivement au cours du cycle des notions prédicat
sujet
plus rares ou secondaires, notamment en morphologie verbale. Phrase simple : Je porte ma robe préférée.
sujet prédicat
La terminologie, simplifiée, figure à la fin des tableaux destinés à Phrase complexe : Je porte la robe que je préfère.
l’enseignant ; Fleurs d’encre la prend pleinement en compte : l’excès sujet prédicat
de métalangage, s’il peut rassurer l’enseignant, met en difficulté la Les pages de langue de fin de manuel mettent en œuvre ces
plupart des élèves qui, si, au mieux, ils assimilent des étiquettes, ne notions du nouveau programme.
s’approprient pas le système de la langue. Rappelons que bien des
étiquettes apparemment commodes sont en fait dépourvues de
rigueur : ainsi, « adjectif » et « épithète » , utilisés pour distinguer classe
Fleurs d’encre et l’évaluation
grammaticale et fonction, sont en fait étymologiquement deux mots Fleurs d’encre amène l’élève à construire progressivement ses
synonymes signifiant « placé à côté de », l’un formé sur le latin (ad/ compétences, à formuler et reformuler ses acquis avant d’arriver à
jacio), l’autre sur le grec (epi/tithèmi). l’évaluation sommative finale. Dans « S’interroger et s’informer », il prend
Les notions listées par le programme de cycle 4 sont : l’habitude de s’appuyer sur ses connaissances antérieures pour mieux
• classes grammaticales : ancrer les nouveaux apprentissages. À chaque texte est associée une
– nom / verbe / déterminant : article défini, indéfini, partitif, déterminant activité d’oral et/ou d’écriture qui amène l’élève à dégager lui-même
démonstratif, possessif, indéfini, interrogatif, numéral / adjectif / ce qu’il a assimilé du cours ; ces questions, en spiralaire, se font écho
pronom : personnel, possessif, démonstratif, relatif, interrogatif, indéfini d’un texte à l’autre. En écriture, le passage de l’activité guidée au sujet
– adverbe / préposition / conjonction : de coordination, de subordination en autonomie est aussi une façon de passer d’une évaluation formative
/ interjection à une évaluation sommative. La page « Construire son bilan » invite
– groupes grammaticaux (mis en évidence par les manipulations) l’élève à revenir sur les connaissances acquises et à s’interroger de façon
synthétique sur les enjeux littéraires et de formation personnelle des
• fonctions grammaticales :
– les fonctions dans la phrase : sujet de la phrase, prédicat de la phrase textes. La page « Évaluer ses compétences » finale fait totalement écho
(ce qu’on dit du sujet) (voir ci-dessous), complément de phrase ou au travail mené dans le chapitre. La démarche proposée par Fleurs
circonstanciel d’encre permet aux élèves d’acquérir peu à peu des outils et méthodes
– les fonctions dans les groupes grammaticaux : complément du nom, pour apprendre ; elle les met en situation de réussite.
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

complément du verbe, complément de l’adjectif


• verbe : Fleurs d’encre et l’accompagnement
– radical – marque de temps – marque de personne
– temps / mode / aspect / auxiliaire / actif – passif
personnalisé
• la phrase : L’accompagnement personnalisé (AP) est un dispositif obligatoire
– phrase non verbale / phrase simple / phrase complexe pour tous les élèves mais chaque établissement a la liberté de le mettre
– juxtaposition / coordination / subordination en œuvre en fonction de ses besoins. Un dispositif d’accompagnement
– proposition subordonnée / subordonnée relative, conjonctive, personnalisé peut être limité dans le temps ou filé sur l’année. Le manuel
interrogative indirecte se devait donc de répondre avec souplesse à cette variété de situations.
4. http://www.education.gouv.fr/cid82307/le-conseil-superieur-des-programmes-contributions-des-experts-sollicites-par-les-groupes-charges-de-l-elaboration-
des-projets-de-programmes.html

8
Certaines activités se prêtent mieux que d’autres à l’AP. Elles se prêtent particulièrement à cette réflexion éthique, ce qui est signalé
ISABLE   par un cartouche EMC  . Il en est de même de certaines activités

UTIL

EN
sont signalées dans le manuel par le logo AP . Il s’agit, de façon d’oral, celles qui amènent les élèves à respecter la parole de l’autre.
récurrente, des pages « S’informer et s’interroger », « Pratiquer l’oral »,
Conformément au programme de 4e, toute une partie est consacrée
« Organiser le travail d’écriture », « Construire son bilan ». C’est aussi
à l’éducation à l’information. Le parcours 9 se place du côté de l’élève
le cas des « Parcours de lecture guidé » et des ateliers et parcours qui
pour lui apprendre à s’informer, à exercer son regard critique, dans un
favorisent le travail par petits groupes (en îlots).
comportement responsable de futur citoyen d’un pays démocratique.
Le chapitre 10 invite à une réflexion sur les droits et devoirs de la presse
Fleurs d’encre et l’interdisciplinarité et à une approche littéraire du journalisme.
En langue, dans « Le trésor des mots » ainsi que dans la partie
Fidèle à l’esprit des collections précédentes, le manuel accorde
Langue finale, l’étymologie gréco-latine est régulièrement convoquée
une large place à une iconographie de qualité et à l’histoire des arts,
et, dans les leçons finales, des exercices « Interlangues » sont proposés
dans les chapitres et les ateliers, et plus particulièrement dans le
quand ils font sens.
Parcours d’éducation artistique et culturelle 12, « La ville à la croisée
Enfin, le cycle 4 se distingue par la présence des enseignements
de la poésie et d’autres arts ».
pratiques interdisciplinaires (EPI). Dans le spécimen professeur, des
Par ailleurs, le français, comme les autres disciplines, contribue à pistes d’EPI sont régulièrement suggérées. Dans le manuel élève, le
l’éducation morale et civique (EMC) et au parcours citoyen. Dans le logo Interdisciplinarité figure dès qu’un texte ou une activité s’y prête.
programme, les titres mêmes des groupements invitent à faire réfléchir La dimension LCA est présente à chaque fois que cela est pertinent,
les élèves à partir des textes littéraires qu’ils étudient. Certains textes en particulier dans le chapitre 5, « Des roses et des épines ».

L’organisation de la partie « TEXTES »

1. Les grandes entrées


Le programme du cycle 4 est organisé en quatre « grandes entrées » Se chercher, se construire
qui font chacune l’objet d’un questionnement par année : Se chercher, II • Dire l’amour
se construire ; Vivre en société, participer à la société ; Regarder le
monde, inventer des mondes ; Agir sur le monde. Ces questionnements 4. La jeunesse à l’épreuve de l’amour
obligatoires sont complétés par des questionnements complémentaires Pourquoi raconter et lire des histoires
au choix du professeur (un au moins par année) avec un questionnement d’amour fou ?
suggéré par le programme : en 4e, La ville, lieu de tous les possibles.
5. Des roses et des épines
Fleurs d’encre respecte cette approche en organisant son plan selon Comment chanter l’amour ?
les entrées du cycle. Comme il ne s’agit pas de réduire la problématique
de séquence pédagogique au questionnement des programmes, pour 6. Cyrano de Bergerac ou l’amour masqué
chaque entrée, le manuel propose deux ou trois entités afin de laisser Atelier lecture et jeu théâtral
au professeur toute latitude dans son organisation. Fleurs d’encre
Vivre en société, participer à la société
propose tous les genres littéraires figurant dans les grandes entrées.
III • Individu et société : confrontations
Au sein de chaque entrée a été respecté le principe de progressivité. de valeurs ?
Chaque chapitre est problématisé afin de répondre aux enjeux
littéraires et de formation personnelle qui figurent dans le programme. 7. Face à face avec l’Autre
Les notions de genres et d’histoire littéraire qui se manifestent Atelier argumentation
dans les programmes dans la colonne « Indications de corpus » sont 8. Conflits de valeurs en scène
très présentes dans le manuel, qui cherche à apporter à tous les élèves Le théâtre : quand la parole devient action
une riche culture littéraire et artistique.
Agir sur le monde
Le respect de la liberté a présidé à la conception du manuel qui IV • Informer, s’informer, déformer ?
permet aisément au professeur de combiner des chapitres, ateliers
et parcours au sein de chaque entrée et de ménager des échos d’un
9. Informés ou manipulés ?
chapitre à l’autre, d’une entrée à l’autre.
Atelier d’éducation aux médias et à l’information
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

Regarder le monde, inventer des mondes 10. Le quatrième pouvoir


I • La fiction pour interroger le réel La presse : une liberté sans limites ?

1. La Parure et autres contes de Maupassant Questionnement complémentaire


V • La ville, lieu de tous les possibles ?
Atelier lecture
2. Le peuple a voi au chapitre 11. Ces villes, personnages de romans
 omment les romanciers du xixe siècle
C Comment la ville s’anime-t-elle sous la plume
représentent-ils le peuple ? des romanciers ?
3. Mondes étranges 12. La ville à la croisée de la poésie et d’autres arts
Avec quelles frontières le fantastique joue-t-il ? Parcours d’éducation artistique et culturelle

Présentation générale du manuel de 4 e 9


2. L’organisation d’un chapitre Construire le bilan

Lire, comprendre, interpréter La page « Construire le bilan » est organisée en trois temps :
• « Qu’ai-je appris ? » invite l’élève à revenir sur les connaissances
Ces trois verbes correspondent à la définition des compétences acquises, seul ou avec les autres ;
d’un lecteur expert. Le questionnement ouvert qu’on trouvera dans • « Qu’avons-nous compris ? » amène à s’interroger collectivement de
le manuel sert au professeur à partir de la réception de l’élève pour façon synthétique sur les enjeux littéraires et de formation personnelle
l’amener à revenir précisément au texte afin d’infirmer ou de confirmer des textes ;
ses premières réactions. • « Je rédige mon bilan » permet à l’élève, fort des travaux précédents,
Dans ces pages, on trouvera : de faire une synthèse personnelle de ce qu’il a retenu.
– une double page « S’interroger et s’informer » qui vise à revenir sur
les acquis des élèves pour mieux lancer la réflexion nouvelle portée
par le chapitre ; Évaluer ses compétences
– des corpus soigneusement choisis pour la qualité littéraire des textes
et leur accessibilité ; des textes intégraux disponibles dans le manuel La page « Évaluer ses compétences » est en lien étroit avec le travail
ou téléchargeables à partir du manuel numérique enrichi ; de larges mené dans le chapitre (choix du texte, questions posées) et invite
extraits d’œuvres patrimoniales qui peuvent être ainsi étudiées dans l’élève à tisser un lien entre ce nouveau texte et ceux étudiés en classe.
une logique d’œuvre intégrale (atelier 6 et chapitre 8) ;
– un « Parcours de lecture guidé » qui favorise le travail en petits
groupes pour lever des obstacles de lecture et pour développer les
échanges autour des lectures ;
3. Les ateliers et parcours
– « Le cercle des critiques littéraires » qui propose quatre à six ouvrages Le manuel propose deux ateliers Lecture qui font entrer les élèves,
de jeunesse afin d’exercer les élèves à la pratique d’une lecture l’un dans le recueil de Guy de Maupassant, La Parure, l’autre dans la
personnelle régulière. pièce Cyrano de Bergerac.
Le manuel propose quatre ateliers, un dans chaque domaine du
Pratiquer l’oral programme :
– un atelier lecture (1) qui fait entrer les élèves dans les contes de
Ces pages entraînent les élèves à des activités orales scolaires Maupassant ;
et littéraires (dire, réciter, jouer un texte, présenter un travail, une – un atelier lecture et jeu théâtral qui les invite à découvrir la pièce
recherche…) mais aussi sociales (partager des points de vue, échanger, Cyrano de Bergerac (6) ;
argumenter, débattre…). Selon les activités et au fil des pages, le – un atelier d’argumentation (7) autour de confrontations de valeurs ;
guidage est plus ou moins grand, afin de faire acquérir à l’élève de – un atelier d’éducation aux medias et à l’information qui traite de
l’autonomie dans ses prises de parole. la presse.
S’ajoute un parcours d’éducation artistique et culturelle sur le
Pratiquer l’écrit
thème de la ville.
Chaque sujet guidé propose des étapes détaillées qui accompagnent Chaque atelier et parcours a sa logique propre liée au corpus, mais
pas à pas l’élève de l’analyse du sujet à la relecture de son écrit, en la logique de progression est la même : de la découverte des textes
passant par des phases de préparation, d’écriture et d’enrichissement à un temps d’échange et de partage oral qui contribue à développer
grâce aux pages de langue qui suivent, par une auto-évaluation, avant les capacités interprétatives des élèves, en liant les œuvres aux
le passage au propre. questionnements des programmes.

© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

10
L’organisation de la partie « LANGUE »

1. Le sommaire très visuelle avec des cartes mentales, des schémas et des tableaux.
Quant aux exercices, ils évitent le simple étiquetage, inefficace, et
Le sommaire est organisé, conformément au programme, en trois privilégient des manipulations (identifiables grâce aux cartouches)
parties : le mot, la phrase, le texte. Le sommaire mentionne aussi les qui permettent aux élèves de s’approprier les faits de langue. Des
compétences langagières travaillées dans les chapitres (marquées exercices « Interlangues » sont souvent proposés. En fin de page
par le stylo et les sous-titres bleus). Ainsi le professeur et les élèves figure un petit exercice d’écriture pour asseoir les connaissances et
ont-ils une vision d’ensemble. compétences travaillées.

2. Les leçons de langue 3. Les tableaux de conjugaison


Chaque leçon s’ouvre par un « Mobiliser ses connaissances » qui Ces tableaux proposent les verbes réguliers ainsi que les verbes
permet de revenir, dans une démarche spiralaire, sur les acquis du irréguliers listés par les programmes.
début de cycle 4 ou, pour les notions nouvelles, par un « Observer et Pour faciliter la compréhension du système verbal et la mémorisation
manipuler pour comprendre » qui vise à faire réfléchir les élèves sur les des conjugaisons, les tableaux sont organisés en deux colonnes
structures de la langue. Le professeur pourra, naturellement, se servir (temps simples / temps composés), les modes et les terminaisons sont
des démarches proposées en étoffant les corpus avec des extraits de repérables par un même jeu de couleurs. Les pronoms sujets sont en
copies ou des productions orales d’élèves et/ou des exemples tirés italique car ils ne font pas partie du verbe.
des textes étudiés. Les leçons à retenir respectent la terminologie Les modes impersonnels, qui permettent de classer les verbes et
et les règles de fréquence d’emploi. Elles sont rédigées dans un de former les temps composés, apparaissent en tête des tableaux.
langage clair et accessible et, le plus souvent, présentées de façon Les tableaux respectent les apprentissages propres au cycle 4.

Le manuel numérique élève enrichi


Il comprend :
• le manuel en intégralité ;
• de nombreuses ressources complémentaires :
e enregi
de nombreux textes du manuel enregistrés par des comédiens ;
Text

stré

e enregi
des dictées audio ;
strée
Dicté

ure d’im
des parcours interactifs de lecture d’images ;
Lect

age

des extraits vidéo de théâtre et de cinéma ;

FICHE TÉLÉCHARGEABLE

des fiches, tableaux, cartes mentales téléchargeables.


TABLEAU TÉLÉCHARGEABLE
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

CARTE MENTALE
TÉLÉCHARGEABLE

Présentation générale du manuel de 4 e 11


1 La Parure et autres contes
de Maupassant
Atelier lecture

1. Présentation de l’atelier

1.1 Choix de l’atelier 1.3 Sitographie


Conformément au programme du cycle 4 (pôle « Regarder le L’œuvre complète de Maupassant en ligne : http://maupassant.
monde, inventer des mondes »), ce premier atelier du manuel propose free.fr
aux élèves de s’interroger sur les rapports de la fiction et du réel, à Trois sites permettront de mieux connaître la vie et l’œuvre de
travers la lecture en texte intégral d’une nouvelle de Maupassant, La Maupassant :
Parure, ainsi que d’un recueil de nouvelles, les Contes de la Bécasse. – www.alalettre.com/maupassant-bio.php ;
Ils découvriront ainsi des textes relevant de l’esthétique réaliste et la –  w w w.larousse.fr/enc yclopedie/per sonnage/Guy_ de_
façon dont cette dernière représente la société du xixe siècle. La notion Maupassant/132339 ;
de réalisme se construira et se précisera pour eux au fil des activités – www.maupassantiana.fr/.
proposées, notamment par la différence qu’ils pourront établir avec Le site suivant donne accès au texte intégral du conte de Perrault,
le conte de Perrault, Cendrillon. Par la même occasion, les élèves Cendrillon : https://fr.wikisource.org/wiki/Cendrillon
s’initieront à la définition du genre littéraire qu’est la nouvelle (qui Un site permettant de visionner un reportage effectué sur
au xixe siècle se nomme encore « conte »). Mais ils découvriront aussi le tournage du téléfilm La Parure de C. Chabrol : www.ina.fr/
la puissance créatrice de Maupassant, dont les textes nous touchent video/3150082001019
toujours par les vérités humaines qu’ils révèlent et mettent en scène.
Le roman et la nouvelle au xixe siècle (documents d’accompagnement
Cet atelier se prête à une approche interdisciplinaire avec les au programme de la classe de 2de), sur Eduscol : http://cache.media.
arts et peut être le point de départ de projets dans le cadre d’EPI. Sa eduscol.education.fr/file/Francais/57/1/LyceeGT_Ressources_Francais_
structure se prête également à un travail en AP à travers les ateliers seconde_roman_220571.pdf
diversifiés, qui peuvent être proposés aux élèves en fonction de Mouvement littéraire et culturel du xixe siècle, sur la page des
leurs compétences de lecture. L’objectif reste de développer leur lettres (académie de Versailles) : www.lettres.ac-versailles.fr/spip.
autonomie de lecteur en même temps que leur plaisir de lire, mais php?article499
aussi de développer leur créativité.

1.2 Bibliographie
– « Le réalisme », préface de Pierre et Jean, Maupassant, 1888.
– Maupassant, Jacques Réda, Album Maupassant, La Pléiade, 1987.
– Maupassant par lui-même, Albert-Marie Schmidt, Le Seuil, coll.
« Écrivains de toujours » (n° 61), 1962.
Pour une bibliographie complète sur Maupassant : http://maupassant.
free.fr/biblio.html
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

12
2. Organisation de l’atelier
L’atelier se décline en huit activités qui se complètent. Il est Activité 4 • Créer une bande dessinée d’après un extrait
cependant possible de suivre tout ou partie de cet atelier, en associant de La Parure
seulement plusieurs activités, ou de moduler les activités en fonction Activité 5 • Interpréter une adaptation filmique : La
des compétences de la classe et des élèves. Parure, téléfilm de Claude Chabrol
Activité 1 • Découvrir Guy de Maupassant Activité 6 • Créer un storyboard pour adapter un passage
de la nouvelle
Cette actvité, que l’on conseille de proposer dans tous les cas, Activité 7 • Rédiger un projet d’adaptation filmique
permet d’abord aux élèves de découvrir Maupassant à travers
l’exploration de plusieurs sites Internet en vue d’une présentation Ces activités se concentrent toutes autour des adaptations visuelles
orale de sa vie et de son œuvre ; il inclut également une lecture de La Parure. L’activité 4 demande aux élèves de créer une bande
d’image à partir du portrait de Maupassant paru dans la revue Les dessinée d’après un extrait de la nouvelle. Ils auront été préparés à
Hommes d’Aujourd’hui de 1885. cette activité par l’extrait de bande dessinée et les illustrations insérés
dans le texte intégral de la nouvelle (activité 2), qu’ils auront eu à lire
Activité 2 • Lire et interpréter La Parure ou à compléter.
L’activité 5 consiste à interpréter une adaptation filmique à partir
Cette activité propose de lire La Parure en intégralité et de
du téléfilm que C. Chabrol a tiré de la nouvelle de Maupassant.
l’interpréter.
e enregi
Dans l’activité 6, il s’agit de travailler la compréhension de la
Pour faciliter l’entrée dans la lecture, on peut faire écouter nouvelle par la création d’un storyboard pour adapter un passage
Text

stré

aux élèves le premier extrait de la nouvelle lu par un comédien. de la nouvelle.


Dans l’activité 7, dans la même perspective, il s’agit de rédiger un
Activité 3 • Comparer La Parure et Cendrillon
projet d’adaptation filmique.
L’activité 3 met en regard cette nouvelle de Maupassant et Cendrillon
de Perrault, afin que les élèves puissent cerner le réalisme des contes Activité 8 • Parcours de lecture guidé : Contes de la Bécasse
de Maupassant, par rapport aux contes merveilleux de Perrault. de Maupassant
La dernière activité est consacrée aux Contes de la Bécasse, sous
forme d’un parcours de lecture guidé.
Une synthèse orale et écrite est proposée en fin d’atelier. Elle
permettra aux élèves d’exploiter ce qu’ils auront vu en élargissant leur
réflexion, à partir d’une définition que donne Maupassant du travail
de romancier et de leur propre expérience de lecture. Ce travail de
synthèse peut aussi servir de trait d’union avec le chapitre suivant,
consacré à d’autres textes réalistes et naturalistes.

Corrigés

p. 14 • Activité 1 Découvrir Guy de Maupassant 1880, il fait paraître, dans le recueil des Soirées de Médan, sa nouvelle
Boule de Suif. Il publiera près de trois cents nouvelles en dix ans, parmi
A. Ce travail permet la découverte de la vie et de l’œuvre de Maupassant lesquelles La Maison Tellier (1881), Mademoiselle Fifi (1882), Contes de la
à travers deux sites Internet qui lui sont consacrés. La présentation Bécasse (1883), le Horla (1887), et six romans (dont Une vie en 1883 et
orale demandée aux élèves les conduit à découvrir, sélectionner, Bel-Ami en 1885), tout en collaborant à plusieurs journaux (Le Gaulois,
puis hiérarchiser les informations de façon à pouvoir les présenter à Gil Blas, Le Figaro, L’Écho de Paris) par des chroniques. Cette abondante
leurs camarades. production rencontre le succès auprès du public, lui procurant aisance
Guy de Maupassant est né le 5 août 1850 au château de Miromesnil, matérielle et reconnaissance sociale. Dans la préface qu’il place en tête
à Tourville-sur-Arques, près de Dieppe. Son père est un agent de de son roman Pierre et Jean (1888), il revendique son indépendance,
change anobli d’origine lorraine, sa mère est issue de la bourgeoisie fondée sur le culte exclusif de l’« humble vérité ». Mais en 1889, son
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

normande. Très cultivée, elle est une amie de Gustave Flaubert, qui frère, Hervé, meurt fou, et peu à peu, Maupassant est lui-même affaibli
sera un maître dans l’art d’écrire pour le jeune Guy de Maupassant. par la maladie. Il écrit moins, multiplie les séjours de repos sur la Côte
Maupassant passe son enfance et son adolescence avec son frère cadet d’Azur, les voyages en Afrique du Nord, tout en continuant de sombrer
et sa mère, séparée de leur père (1860), à Étretat, puis il entreprend des dans la dépression. Obsédé par la mort, il tente de se suicider et doit
études de droit à Paris, interrompues par la guerre de 1870 où il s’est être interné dans la clinique du docteur Blanche, à Passy, où il meurt
engagé comme garde mobile. Après la guerre, tenté par les lettres, à 42 ans, le 6 juillet 1893, à Paris.
Maupassant doit gagner sa vie. Il accepte un poste de fonctionnaire
au ministère de la Marine (1872), à Paris, où il s’ennuiera beaucoup. B. Il est demandé aux élèves d’observer et d’étudier la couverture
Il mène en parallèle une vie de plaisirs, fréquente les guinguettes et de la revue Les Hommes d’Aujourd’hui (1885). Les recherches menées
le milieu des canotiers des bords de Seine. Séducteur, il multiplie les ci-dessus doivent leur permettre de le faire de façon satisfaisante,
aventures féminines. En 1877, il apprend qu’il est atteint de syphilis. En puisqu’elles les auront familiarisés avec la vie et l’œuvre de Maupassant.

1 • La Parure et autres contes de Maupassant 13


1. Les titres dont les noms apparaissent dans les mains de Maupassant d’une porte, ses traits sont visibles, son visage très clair. Il occupe la
sont les suivants : moitié droite de l’image et parle. Alors que la femme, dont le visage
Au soleil, 1884 (récit de voyage) ; est sombre et les traits indistincts, reste grise, comme prisonnière des
Boule de Suif, 1880 (recueil de nouvelles et titre d’une des nouvelles tristes étoiles du papier peint. Cela contribue à focaliser l’attention
de ce recueil) ; du lecteur sur l’homme.
Les Sœurs Rondoli, 1884 (recueil de nouvelles) ; 5. Les hypothèses des élèves peuvent être très variées compte tenu
Une vie, 1883 (roman) ; du peu d’informations que comporte cette page concernant une
Des vers, 1880 (poèmes) ; intrigue éventuelle. L’enveloppe que tient le mari peut contenir toutes
La Maison Tellier, 1881 (recueil de nouvelles) ; sortes d’éléments à développer pour la suite. Les hypothèses doivent
Mademoiselle Fifi, 1882 (recueil de nouvelles) ; cependant être cohérentes avec le profil des personnages.
Contes de la Bécasse, 1883 (recueil de nouvelles).
6. Les œuvres d’art des pages 16 à 22 donnent une vision contrastée
2. a. Le titre du recueil dans lequel fut éditée La Parure n’y apparaît pas. de la société du xixe siècle, qui semble scindée en deux univers : celui
b. La Parure a paru dans le recueil Contes du Jour et de la Nuit, qui des privilégiés et celui des domestiques. Les premiers sont élégants
date de 1885, mais dont la publication est sans doute postérieure à et mènent une vie oisive (comment le montrent les œuvres de Mary
la date du journal. Cassatt, A. Steevens et A. Renoir, p. 16, 18 et 19), les seconds une vie
3. Représenter Maupassant chevauchant deux livres qui portent difficile et laborieuse (œuvre de V. G. Gilbert, p. 22).
les noms de deux très grands auteurs réalistes du xixe siècle est très B. Le texte de Maupassant est divisé en « extraits » qui reprennent
symbolique : on comprend que ces deux auteurs sont pour lui des le découpage de la nouvelle sur la page : chaque étape correspond à
références, des modèles sur lesquels il a bâti son art. un blanc laissé par Maupassant.
a. Les dates biographiques sont, pour Flaubert : 1821-1880 ; pour
Balzac : 1799-1850.
◗ Extrait 1 (p. 16-17)
b. Flaubert était un ami de la mère de Maupassant. Il a guidé les
premiers pas de Maupassant en tant qu’auteur, lisant ses textes et
lui prodiguant ses conseils.
  Lecture
1. a. Le personnage principal appartient à la classe moyenne ; elle est
p. 15 • Activité 2 Lire et interpréter La Parure née dans une famille d’employés et est mariée à un commis.
b. L’expression « nées, comme par une erreur du destin » (l. 2) est
ironique ; elle signifie que ce personnage aurait dû naître dans un
  Le trésor des mots milieu plus riche et plus favorisé, en raison de ses aspirations et de
1. a. « Se parer des plumes d’un paon » signifie « revêtir les plumes ses mérites, mais que le destin s’est trompé.
d’un paon de façon à paraître à son avantage, s’embellir » ; au sens
2. a. Le personnage principal a un caractère triste, plaintif (« Elle
figuré, cela signifie « se vanter de quelque chose que l’on n’a pas fait ».
souffrait sans cesse », l. 16) ; elle est sans cesse mécontente quoi qu’il
b. « Parer au plus pressé » signifie « agir de façon à résoudre le problème
arrive, ne voit que les inconvénients à chaque situation, elle semble
le plus urgent ».
aigrie (« Elle avait une amie riche, une camarade de couvent qu’elle
c. « Parer un coup de poing » signifie « éviter un coup de poing ».
ne voulait plus aller voir, tant elle souffrait en revenant. », l. 55-57).
2. Le mot « parure » correspond au premier sens du terme : s’orner b. Le mari est au contraire plutôt gai et d’humeur joyeuse, il voit le
d’un bijou. bon côté des choses, aime la vie (« Ah ! le bon pot-au-feu ! je ne sais
rien de meilleur que cela ! », l. 41-42).
  Lecture c. Le portrait du mari est bref et par petites touches, celui de la femme
occupe presque tout le texte.
A. 1. Les élèves qui découvrent cette première page d’un projet
d’adaptation en bande dessinée de Joël Legars n’ont, en principe, pas 3. a. Dans l’illustration, les deux personnages sont dans des postures
encore lu La Parure de Maupassant dont elle est l’adaptation. Mais les très différentes : la femme se contemple dans un miroir, l’homme retire
deux personnages apparaissent ici comme mari et femme. Le mari est ses chaussures pour soulager ses pieds. Cette différence montre qu’ils
un « petit commis du ministère public », la femme est née dans « une n’ont pas du tout les mêmes préoccupations ni les mêmes goûts. La
famille d’employés ». Il s’agit donc d’un milieu social plutôt modeste. femme attache beaucoup d’importance à son image, à son apparence,
On dirait aujourd’hui qu’ils appartiennent à la « classe moyenne ». l’homme préfère se sentir bien et confortablement installé.
b. On peut considérer que l’illustration donne une représentation assez
2. a. Le personnage donne une impression de tristesse et d’ennui.
fidèle de ces deux personnages, dans la mesure où elle montre bien
b. Cette impression vient des tons gris et noir de l’image, des petites
la différence de caractère et d’attitude devant la vie de chacun d’eux.
étoiles monotones et répétitives du papier peint, et du fait qu’aucun
élément de ce décor ne se détache. La lumière diffusée par la lampe 4. Le début de ce récit fait penser à une nouvelle par la description
elle-même semble faible. La jeune femme paraît aussi grise que les réaliste et détaillée des personnages et de leur milieu.
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

murs et baisse tristement la tête. 5. On s’attend à un récit réaliste qui décrive les difficultés de ce couple
3. a. Le texte est disposé tout autour du personnage, comme par mal assorti que forment les époux Loisel.
petites touches. Il commence en haut à gauche de l’image et descend
de plus en plus vers l’angle droit. ◗ Extrait 2 (p. 17-18)
b. Le texte est disposé ainsi pour faire sentir la tristesse et la médiocrité
de la vie de cette femme, comme prise au piège de sa vie étriquée. Il   Lecture
semble peser sur elle et cruellement l’accabler. 1. a. Le nom des deux personnages principaux est Loisel.
4. a. Dans la seconde vignette, l’attention est concentrée sur le mari. b. Ce nom évoque « l’oiseau ».
b. Dans la première vignette, la femme est dans le champ de l’image ; c. Ce nom suggère aussi une certaine légèreté, superficialité, voire
dans la seconde, c’est l’homme qui occupe le champ, la femme n’apparaît futilité qui est bien celle de Mathilde, pour qui les toilettes, les bijoux
plus qu’en contrechamp. L’homme est penché dans l’encadrement sont plus importants que le reste.

14
2. La femme ne veut aller au bal du ministère, parce qu’elle considère 2. L’existence des époux Loisel après cette étape risque d’être difficile
qu’elle n’a pas de robe suffisamment convenable. en raison de la nécessité de rembourser l’emprunt contracté pour
3. a. Le mari lui propose d’acheter une nouvelle robe avec l’argent payer le bijou neuf.
qu’il pensait consacrer à l’achat d’un fusil et à des parties de chasse. ◗ Extrait 6 (p. 22)
b. Cette solution révèle sa générosité et sa volonté de faire plaisir à
sa femme dont il semble amoureux.   Lecture
◗ Extrait 3 (p. 18-19) 1. Il faut dix ans aux époux Loisel pour rembourser la parure. Cela
paraît considérable et injuste au lecteur.
  Lecture 2. Les époux Loisel parviennent à payer leur dette en se passant
1. Mme Loisel semble « triste, inquiète, anxieuse » (l. 118) parce qu’elle de domestique, en épargnant, en marchandant chaque achat, en
n’a pas de bijou à mettre pour le bal du ministère. négociant sans cesse de nouveaux délais pour le remboursement.
M. Loisel travaille aussi la nuit pour gagner un peu plus d’argent.
2. a. Son mari lui propose de mettre des fleurs, ou bien d’aller demander
à sa riche amie, Mme Forestier, si elle pourrait lui prêter un bijou. 3. a. Mme Loisel a prématurément vieilli. Elle est décrite comme « la
b. Mme Loisel choisit d’aller emprunter un bijou à son amie. Un bijou lui femme forte, et dure, et rude, des ménages pauvres » (l. 345-346), mal
semble plus valorisant que des fleurs dont elle dit que c’est « humiliant vêtue, « mal peignée » (l. 346), effectuant toutes les tâches ménagères
[…] d’avoir l’air pauvre au milieu de femmes riches » (l. 132-133). comme une domestique.
3. On pourrait imaginer que Mathilde va briller au bal du ministère, b. Ce portrait est radicalement différent de celui du début de la
et c’est en effet ce qui se passe ensuite. Tout semble donc se résoudre nouvelle où elle était jolie et oisive, où elle avait le temps de regretter
comme par magie pour elle jusqu’à ce moment-là. Cette facilité avec son sort et le destin qui était le sien.
laquelle ses problèmes se résolvent ne fera que rendre la suite plus 4. On peut attendre une fin heureuse, qui verrait les époux Loisel
tragique. soulagés ou récompensés pour leur honnêteté et leurs sacrifices.
Ce genre de fin correspond assez peu aux textes souvent sombres
◗ Extrait 4 (p. 19-20) de Maupassant, mais les élèves ne connaissent pas suffisamment
l’auteur pour écarter ce dénouement, ce qui est normal. D’un autre
  Lecture côté, on imagine mal comment le sort des Loisel pourrait être pire
1. a. La fête se passe merveilleusement pour Mme Loisel, tous les que celui dans lequel ils se trouvent au terme de cette étape. Il fallait
hommes la regardent, tous veulent danser avec elle et même le être Maupassant pour imaginer la surprise qu’il réserve à Mme Loisel.
ministre la remarque. On peut faire confiance aux élèves, néanmoins, pour être inventifs.
b. Le bal se termine de façon catastrophique, car elle perd le bijou Il faudra simplement bien souligner qu’il s’agit d’un résumé et non
de Mme Forestier. de l’écriture de la fin de la nouvelle. Encore que cela puisse être un
2. À la fin de ce passage, les Loisel sont désemparés et incrédules exercice à demander selon les classes et les élèves.
devant le malheur qui vient de leur arriver. M. Loisel est « éperdu
◗ Extrait 7 (p. 22-23)
(l. 235) puis il rentre « la figure creusée, pâlie » (l. 266-267). Mme Loisel
est dans un « état d’effarement » (l. 264-265).   Lecture
3. Le début de ce passage rappelle un conte ; on pense à Cendrillon. 1. a. Mme Forestier s’étonne que Mathilde Loisel ose l’aborder. Ensuite
Mme Loisel semble en effet s’être brusquement métamorphosée en elle est stupéfaite, puis émue.
une héroïne heureuse, en une femme riche et courtisée par le seul b. La ponctuation (points d’exclamation et points de suspension)
effet d’une robe et d’un bijou. Ses désirs sont exaucés comme par un exprime la stupeur et l’incrédulité de Mme Forestier.
coup de baguette magique, ce qui est le propre des contes. c. La première attitude s’explique par la différence de classe sociale
4. a. Les Loisel habitent rue des Martyrs. visible qui existe entre les deux femmes et parce que Mme Forestier ne
b. Cette adresse est ironique et cruelle, elle suggère que les Loisel reconnaît pas Mathilde. La deuxième attitude s’explique parce que Mme
sont eux-mêmes des martyrs ou destinés à le devenir. Forestier reconnaît tout à coup son amie dans cette femme misérable
et prématurément vieillie. La dernière attitude de Mme Forestier
5. a. La première vignette correspond aux lignes 189 et suivantes. La
s’explique par la découverte de l’histoire de Mathilde, qui aurait pu
seconde aux lignes 228 et suivantes.
s’éviter tous ces déboires si elle avait connu la vraie valeur du bijou.
b. Pour la première vignette on peut, par exemple, adapter le texte
de cette manière : 2. Il est peu probable que les élèves s’attendent à cette fin surprenante
– M. Loisel : « Attends donc. Tu vas attraper froid. Je vais appeler un et cruelle. Il sera intéressant, dans tous les cas, de leur demander de
fiacre. » réfléchir aux raisons qui leur ont éventuellement permis de l’anticiper,
– Mme Loisel : « Partons, je préfère ne pas me faire remarquer avec ou pas du tout.
mon misérable manteau. »
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

Pour la deuxième vignette, on peut reprendre le texte de Maupassant :   Le trésor des mots
– M. Loisel : « Qu’est-ce que tu as ? »
– Mme Loisel : « J’ai … j’ai … je n’ai plus la rivière de Mme Forestier. »
1. Le mot « chute » désigne le fait de tomber plus ou moins brutalement.
Voici plusieurs expressions qui donnent un éventail des différentes
◗ Extrait 5 (p. 21) utilisations du mot : chute d’escalier, chutes du Niagara, chute de
neige, chute libre, chute des feuilles, chute des prix, chutes de tissus…
  Lecture 2. L’expression « nouvelle à chute » désigne une nouvelle dont la fin
1. a. Pour remplacer le bijou, les époux Loisel cherchent et rachètent est surprenante, inattendue pour le lecteur. Ainsi, rien ne permet de
un bijou identique. prévoir la fin de la nouvelle de Maupassant, car l’auteur ne donne
b. Pour le payer, ils dépensent entièrement l’héritage du père de aucun indice permettant au lecteur d’imaginer que le bijou de Mme
M. Loisel et empruntent ce qui leur manque. Forestier est un faux, bien au contraire : Mme Forestier est riche,

1 • La Parure et autres contes de Maupassant 15


élégante, le lecteur la voit avec les yeux de Mme Loisel et ne peut pas lectures. Elle leur permettra de prendre conscience de ces effets et
plus qu’elle se douter qu’elle porte de faux bijoux. de s’interroger sur ce qu’est la lecture, sur le fait qu’il existe peut-être
différents genres de lecture. Baudelaire souligne la brièveté du genre
  Oral de la nouvelle et en fait un avantage par rapport au roman. La nouvelle
a souvent un effet puissant sur le lecteur qu’elle impressionne, sans
La lecture expressive de ce passage sera l’occasion d’affiner la doute parce qu’elle peut être lue d’une traite, mais aussi parce que le
compréhension du texte, en soulignant l’incrédulité et la stupeur de
genre lui-même conduit les auteurs à être plus directs et efficaces. Le
Mme Forestier, mais aussi le défi et l’orgueil de Mathilde.
but du roman est différent. Par sa longueur, il permet de se plonger
dans une psychologie, une situation, un rapport au temps particuliers
  Écriture que la « lecture brisée » ne gêne pas forcément, au contraire. Elle laisse
Ce sujet est suggéré par le texte de Maupassant lui-même : « Que au texte le temps de mûrir dans l’esprit de son lecteur…
serait-il arrivé si elle n’avait point perdu cette parure ? Qui sait ? Qui
sait ? Comme la vie est singulière, changeante ! Comme il faut peu de p. 24 • Activité 3 Comparer La Parure et Cendrillon
chose pour vous perdre ou vous sauver ! » écrit-il à la fin de la sixième
partie de sa nouvelle (l. 353-356). On veillera à ce que les élèves restent ◗ A • Le conte
dans le registre réaliste de la nouvelle et ne versent pas dans le conte L’histoire de Cendrillon est généralement connue des élèves, du moins
merveilleux. On pourra s’appuyer sur cette difficulté pour aborder dans les grandes lignes. La lecture du texte de Charles Perrault sur
l’activité 3, qui étudie la différence entre les deux genres. https://fr.wikisource.org/wiki/Cendrillon permettra de la rappeler si
ce n’est pas le cas, ou d’en préciser certains détails.
◗ Synthèse (p. 23)
Cendrillon est l’histoire d’une jeune fille dont le père, noble et veuf,
1. a. On peut imaginer plusieurs morales à la nouvelle de Maupassant s’est remarié avec une veuve qui a deux filles, Javotte et Anastasie. La
selon l’aspect de la nouvelle qui semblera le plus important : « Il ne méchante femme force sa belle-fille à s’occuper de toutes les tâches
faut pas se fier aux apparences », « L’argent ne fait pas le bonheur », ménagères. Après son travail, la jeune fille s’assied dans la cheminée
« Il est absurde d’idéaliser la vie d’autrui, car elle n’est pas forcément au milieu des cendres, d’où son surnom de Cendrillon. Un jour, le
plus enviable que la nôtre », « On ne prête qu’aux riches », « La vanité fils du roi invite tous les nobles du royaume à un bal. Les sœurs de
est un vilain défaut qui peut mener à la catastrophe », « Mieux vaut Cendrillon vont au bal sans elle. Mais la marraine de Cendrillon, qui est
se contenter de ce que l’on a au lieu de chercher à atteindre un idéal une fée, change une citrouille en un merveilleux carrosse, transforme
inaccessible », « Il faut prendre la vie comme elle est et non se morfondre un rat en cocher et les haillons de Cendrillon en beaux habits ; elle la
en imaginant ce qu’elle pourrait être »… prévient cependant que tous ces sortilèges seront rompus à minuit
b. Le titre désigne exactement ce qui pose problème dans la nouvelle et qu’elle devra être partie avant cette heure. Au bal, tout le monde
et conduit les Loisel au désastre. La connotation de superficialité, admire Cendrillon. Le fils du roi l’invite à danser. Puis, à onze heures
d’artificialité que comporte le terme désigne aussi, en un sens, le trois-quarts, Cendrillon s’en va. Lorsqu’elles rentrent, ses sœurs et
comportement de Mathilde. Le titre est donc très bien choisi, à la fois sa belle-mère la trouvent vêtue de ses habits sales et lui racontent
simple et lourd de sens. qu’une très belle jeune femme que personne ne connaît a dansé
c. L’histoire de Mathilde Loisel peut sans doute se produire dans avec le prince. Le lendemain, Cendrillon retourne au bal avec son
la réalité, tant il est vrai que la réalité dépasse souvent la fiction. carrosse et ses beaux vêtements, mais ne voit pas passer le temps.
Psychologie des personnages et enchaînement des événements Au premier coup de minuit, elle s’enfuit et court si vite qu’elle perd
sont parfaitement réalistes. Rien ne s’oppose à ce qu’une pareille l’un des souliers que lui a donnés la fée. Le prince le ramasse. Il veut
mésaventure se produise. On notera que Maupassant apparaît bien absolument retrouver la belle dame du bal et décide de faire essayer
ici comme un auteur « réaliste » : capable de montrer la réalité dans son soulier à toutes les filles nobles du royaume. Anastasie et Javotte
ce qu’elle peut avoir de cruel et d’extraordinaire, sans franchir les ne peuvent y faire rentrer leur pied, alors que Cendrillon l’enfile sans
limites du possible. problème et sort le deuxième de sa poche. La marraine apparaît, elle
2. La question conduira les élèves à distinguer les genres littéraires lui rend ses beaux vêtements. Ses sœurs s’excusent et Cendrillon leur
par les effets qu’ils auront pu expérimenter à travers leurs propres pardonne avant de partir à la cour pour épouser le prince.

◗ B • Différences et ressemblances
Cendrillon La Parure
Genre littéraire conte nouvelle
Univers merveilleux réel
(réel ou merveilleux)
Personnage principal :
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

– nom et évocation liée à Nom donné à Cendrillon pour évoquer les cendres Mme Loisel, nom qui évoque l’oiseau
ce nom dans lesquelles elle s’assoit pour rester à l’écart de
ses sœurs et belle-mère
– portrait physique Belle, elle fait l’admiration de tous et le prince « Jolie et charmante » (l. 1)
l’invite à danser.
– milieu familial et social Son père est un gentilhomme. Femme mariée encore jeune, sans enfants
Maltraitée par ses sœurs et sa belle-mère dont elle Milieu simple et modeste d’employés de bureau
est le souffre-douleur
– traits de caractère… « bonne et d’une douceur sans exemple » Caractère envieux
Sans cesse frustrée, idéaliste, mécontente de sa
condition, malheureuse mais aimée par son mari

16
Étapes du récit Mariage du père Mariage et tristesse
Vie pénible Invitation
Préparation du bal pour ses sœurs Emprunt de la parure
Aide de la marraine qui est une fée pour aller au bal Bal du ministère
Premier bal et succès Perte de la parure
Deuxième bal et oubli de l’heure, fuite, perte de la Emprunts
pantoufle Vie de misère
Essai de la pantoufle et succès de Cendrillon Rencontre avec Mme Forestier et révélation
Moralité
Dénouement du récit Fin heureuse pour Cendrillon Fin douloureuse pour les Loisel
Moralité ? Une moralité explicite Une leçon implicite

◗ Synthèse (p. 24) du texte des bulles pourra être soit un extrait choisi et pertinent du
texte de Maupassant, soit une adaptation personnelle de l’élève en
1. a. Pour ce travail, les élèves pourront s’appuyer sur La Parure et adéquation avec son image.
Cendrillon, mais également sur leur connaissance d’autres contes, de
Perrault ou d’autres auteurs de contes comme Grimm, Andersen… Ils
pourront aussi exploiter leurs lectures personnelles d’autres nouvelles p. 25-26 • Activité 5 Interpréter une adaptation
de Maupassant. Ce travail peut enfin être proposé après la lecture filmique : La Parure, téléfilm
des Contes de la Bécasse effectuée dans le dernier atelier, afin que les
élèves aient une vision plus large de l’art de Maupassant. Cendrillon et de Claude Chabrol
La Parure sont néanmoins suffisants pour fournir une réponse précise ◗ A • Le téléfilm de C. Chabrol
et pertinente à la question posée.
La nouvelle et le conte s’opposent à maints égards : les personnages 1. Le premier photogramme de la page 25 se situe après la perte du
du conte sont souvent plus sommaires et d’une psychologie moins bijou, lorsque les époux Loisel remboursent celui qu’ils ont rendu à
fouillée que dans la nouvelle ; l’histoire d’un conte est plus simple et Mme Forestier. Mathilde semble déjà très vieillie et abattue. Dans le
se résout de façon magique ou merveilleuse alors que la nouvelle doit second photogramme, on voit Mathilde d’abord présentable, quoique
tenir compte d’éléments réalistes ou concrets sur lesquels elle se fonde ; l’air préoccupée ; dans le troisième, elle apparaît complètement
le dénouement d’une nouvelle n’est pas systématiquement heureux dévastée par le drame et au terme de ses dix ans de labeur. Il s’agit
comme l’est celui du conte. Ainsi, l’univers merveilleux de Cendrillon d’une séquence du téléfilm où l’on voit Mathilde marcher sous des
s’oppose à celui, très réaliste, de la nouvelle de Maupassant. Le bal arcades et vieillir progressivement. Les photogrammes de la page 26
de Cendrillon se termine par un mariage avec le prince du royaume, montrent Mathilde le soir du bal, belle et triomphante (4), puis juste
tandis que le bal de Mathilde Loisel ne lui permet de franchir aucune avant, avec Mme Forestier qui lui prête sa parure (5).
barrière sociale, tout au contraire. La chaussure que perd Cendrillon 2. Le visionnage d’une adaptation filmique est souvent d’un abord
est précisément ce qui lui permettra de rencontrer le prince et de plus facile pour les élèves que le texte lui-même ; elle permet aussi
l’épouser, c’est-à-dire d’accéder à un statut social et une vie meilleure parfois de lever certains points restés obscurs ou mal compris. Il serait
que celle qu’elle menait auprès de sa belle-mère et de ses sœurs. À intéressant d’avoir fait noter aux élèves quelques mots pour décrire
l’inverse, le bijou perdu par Mathilde est source de tous les maux, il leurs réactions après avoir lu la nouvelle et de faire de même après
l’entraîne dans la déchéance et une misère noire. le visionnage du téléfilm pour les mettre en regard.
b. La réponse à cette question croise la réponse à la question 3. Analyse du téléfilm :
précédente. Il semble évident que La Parure, loin d’être un conte a. L’ouverture de la nouvelle et celle du film ne sont pas identiques.
merveilleux, est un texte qui expose une réalité sociale : la vie des La nouvelle commence par une description physique et morale de
petits employés au xixe siècle, la hiérarchie très marquée de la société, Mathilde, alors que le téléfilm la montre en visite chez son amie
l’opposition entre riches et pauvres… Mme Forestier.
2. a. et b. La moralité de Perrault signifie qu’il vaut mieux être aimable b. C. Chabrol a ajouté plusieurs éléments à la nouvelle de Maupassant :
et gracieuse que d’avoir belle apparence pour trouver un mari. Le les relations entre Mme Forestier et Mme Loisel sont compliquées
véritable don des fées est cette « bonne grâce », dont fait preuve dès le début ; le cinéaste montre en détail toute la vie étriquée et les
Cendrillon malgré les difficultés, à l’inverse de ses sœurs, et qui lui humiliations que subit M. Loisel au ministère ; M. Loisel propose des
permet de gagner le cœur du prince. bijoux factices avant de suggérer d’aller en demander à Mme Forestier ;
c. Le sens de la nouvelle de Maupassant est moins univoque et plus l’homme à la jambe de bois, qui apparaît au bal et ne peut pas danser,
complexe que celui du conte de Perrault. Cependant, elle fait le procès est une création de Chabrol qui n’existe pas dans la nouvelle : il semble
de la vanité et de l’importance immodérée donnée aux apparences, souligner l’inégalité entre les hommes et l’injustice du sort ; de même,
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

ce qui l’en rapproche. On pourrait donc, en ce sens, appliquer la le portrait de l’usurier et les mouches qui tournent autour de lui sont
morale du conte, même si Mme Loisel n’est pas à la recherche d’un une invention de Chabrol.
cœur à prendre. c. Dans la nouvelle, Mathilde réagit de façon héroïque (« Elle prit
son parti, d’ailleurs, tout d’un coup, héroïquement. », l. 318-319), elle
p. 24 • Activité 4 Créer une bande dessinée consent à tous les sacrifices nécessaires pour rembourser la parure
d’après un extrait de La Parure sans rechigner. Dans le téléfilm, ces sacrifices la rendent avare, aigrie.
d. Les mouches autour de l’usurier sont une sorte de représentation
Cette activité se prête à une approche interdisciplinaire avec les arts. métaphorique de ses clients, qu’il attire, et frappe cruellement.
Les élèves pourront prendre exemple sur la bande dessinée de Joël e. Chabrol montre les effets du temps sur Mathilde par sa dégradation
Legars (activité 2, p. 15) mais aussi les illustrations de la page 20 sur physique progressive et visible au cours d’une séquence où on la voit
lesquelles ils auront eu à travailler au cours de l’activité 2. La rédaction aller et venir sous des arcades et se faner peu à peu.

1 • La Parure et autres contes de Maupassant 17


f. Le film se termine sur le visage hagard de Mathilde. Cette image révélation de la fin). En revanche, on pourra par exemple modifier
montre les ravages de cette histoire sur le personnage, sa stupeur et le nom des personnages, les milieux dans lesquels ils évoluent, les
son incrédulité devant ce que lui apprend Mme Forestier. lieux, et la nature du bal (qui pourrait être un concert, un vernissage,
une première de théâtre ou de cinéma, une soirée prestigieuse…).
◗ B • Le tournage du téléfilm
Le reportage sur le tournage du téléfilm de Chabrol est disponible sur
p. 27 • A
 ctivité 8 Parcours de lecture guidé :
www.ina.fr/video/3150082001019. Il permettra aux élèves d’avoir une
vision plus concrète de ce qu’est la réalisation d’un téléfilm. Contes de la Bécasse de Maupassant
1. Le tournage du téléfilm s’est déroulé en sept jours. ◗ A • Découvrir le recueil
2. a. La journaliste résume la nouvelle comme « l’histoire d’une vie 1. a. Le « conte de la bécasse » est une coutume que l’on suit chez le
qui se détruit à cause d’un collier en diamant ». baron des Ravots. Lorsqu’on mange de la bécasse, chaque convive,
b. Ce résumé est fidèle, car c’est bien à cause de ce collier que la vie après avoir dégusté son oiseau, repose la tête dans le plat et le baron
des époux Loisel est bouleversée. Mais on peut aussi considérer le confectionne avec ces têtes une sorte de tourniquet, qu’il fait pivoter.
collier comme le simple déclencheur du désastre, la vraie cause étant Celui qui est désigné par le bec de l’animal peut alors manger toutes
la vanité de Mathilde. les têtes, mais il doit ensuite raconter une histoire aux autres convives
3. a. L’expression « cruauté réaliste » signifie que cette histoire reflète en compensation.
une certaine réalité, psychologique et sociale, et montre la cruauté b. Maupassant a placé ce texte en première position de son recueil
de cette réalité. comme une introduction et pour lui donner une unité. Il suggère ainsi
b. Cette expression reflète bien la nouvelle de Maupassant, dans la que chaque conte est une histoire racontée lors de cette cérémonie.
mesure où l’histoire qu’il raconte pourrait tout à fait se produire et 2. À la lecture de « La Bécasse », et en regard du titre du recueil, on
qu’elle est cruelle pour les personnages. peut s’attendre à des contes merveilleux concernant la chasse et le
monde animalier. Mais après la lecture de La Parure, les élèves seront
◗ C • La question de l’adaptation filmique
prévenus de l’ironie et de la cruauté de Maupassant.
Les élèves sont familiers des adaptations filmiques. Se demander
pourquoi adapter un texte littéraire au cinéma ne devrait pas leur poser ◗ B • Lire et analyser le recueil
de problème particulier. Outre l’adaptation du texte de Maupassant 1. Pour faciliter la lisibilité, nous vous proposons ci-dessous autant
par Chabrol, ils trouveront facilement des exemples dans leur culture de tableaux que le recueil comporte de nouvelles, chaque tableau
personnelle. permettant de faire une description schématique de chaque nouvelle
du recueil.
p. 26 • Activité 6 Créer un storyboard pour
adapter un passage de la nouvelle Titre « La Folle »
Lieux Normandie
Cette activité demande aux élèves de se mettre à la place d’un réalisateur
de film. Elle s’inscrit dans la continuité de l’activité précédente, puisqu’ils Périodes/dates Décembre 1870
auront approché le travail de Claude Chabrol. Il leur est demandé Milieu social Petite bourgeoisie et soldats
d’inventer cinq plans (vues) permettant de transposer en film le passage
de La Parure où se noue le drame : celui de la perte du collier (« Mais Thèmes principaux La folie, la cruauté, la mort
soudain elle poussa un cri. … Ils ne la trouvèrent point. » l. 228 à 239). Ton humoristique Pessimiste
Un storyboard est une représentation visuelle de ce que sera le film, ou pessimiste
sous la forme de différents croquis, accompagnés de bulles de dialogues
et de notes. Pour produire le leur, les élèves pourront s’inspirer de
Titre « Pierrot »
l’ABC de l’image p. 290-293 du manuel.
ISABLE   Lieux Normandie, pays de Caux
Ce travail peut être réalisé en interdisciplinarité avec les arts
UTIL

EN

EPI Périodes/dates Non précisées


plastiques, éventuellement dans le cadre d’un EPI. Il est tout
à fait adapté à l’EPI « Création et culture artistiques ». Milieu social Paysannerie

p. 26 • Activité 7 Rédiger un projet d’adaptation Thèmes principaux La cruauté envers les animaux, l’avarice
filmique Ton humoristique Pessimiste
ou pessimiste
Cette activité est un travail écrit qui propose aux élèves de rédiger un
projet d’adaptation de la nouvelle de Maupassant en la transposant
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

Titre « Menuet »
dans le monde d’aujourd’hui. Elle leur permet de relire La Parure avec
un autre œil, de façon à y discerner ce qui fait l’actualité de cette Lieux Jardin du Luxembourg à Paris
nouvelle, en quoi elle peut encore nous intéresser, de quelle manière Périodes/dates 1866 (date de la destruction de la
l’histoire qu’elle raconte pourrait s’inscrire dans notre modernité. pépinière du Luxembourg)
Elle laisse également libre cours à leur inventivité. Il sera cependant
nécessaire de conserver plusieurs éléments constitutifs, essentiels Milieu social Danseurs à l’opéra
de la nouvelle : les personnages et leurs caractéristiques (les époux Thèmes principaux La vieillesse, la nostalgie, la rencontre, la
Loisel et Mme Forestier, leur psychologie, le décalage de milieu social, destruction
les frustrations et les aspirations de Mathilde) ; et l’enchaînement des
événements (l’invitation au bal, le prêt et la perte du bijou ; le bal ; Ton humoristique Pessimiste
les sacrifices imposés par le remboursement du bijou et la terrible ou pessimiste

18
Titre « La Peur » Titre « Un Normand »
Lieux Récit-cadre : sur un bateau en Afrique Lieux Normandie, vallée de la Seine, forêt de
Récits encadrés : dans le désert près Roumare
d’Ouargla et forêt du nord-est de la
Périodes/dates Non précisées. Époque contemporaine de
France
Maupassant
Périodes/dates Non précisées. Époque contemporaine de Milieu social Soldats
Maupassant
Thèmes principaux L’alcoolisme, les superstitions
Milieu social Milieu militaire
Ton humoristique Optimiste
Thèmes principaux La peur, la mort ou pessimiste
Ton humoristique Pessimiste
ou pessimiste Titre « Le Testament »
Lieux Non précisés
Titre « Farce normande »
Périodes/dates Non précisées. Époque contemporaine de
Lieux Normandie Maupassant
Périodes/dates Non précisées. Époque contemporaine de Milieu social Aristocratie
Maupassant
Thèmes principaux L’amour, l’adultère, la famille, l’héritage, la
Milieu social Paysannerie vengeance
Thèmes principaux Le mariage, la cruauté, l’ironie Ton humoristique Optimiste
ou pessimiste
Ton humoristique Pessimiste
ou pessimiste
Titre « Aux champs »

Titre « Les Sabots » Lieux Près d’une « petite ville de bains », sans
doute en Normandie
Lieux Normandie
Périodes/dates Non précisées. Époque contemporaine de
Périodes/dates Non précisées. Époque contemporaine de Maupassant
Maupassant
Milieu social Paysannerie
Milieu social Paysannerie
Thèmes principaux Les inégalités sociales, la richesse et la
Thèmes principaux Le mariage, la bêtise, l’abus de faiblesse pauvreté
Ton humoristique Plutôt pessimiste, mais amusante Ton humoristique Pessimiste
ou pessimiste ou pessimiste

Titre « La Rempailleuse » Titre « Un coq chanta »

Lieux Normandie Lieux Carville

Périodes/dates Non précisées. Époque contemporaine de Périodes/dates Non précisées. Époque contemporaine de
Maupassant Maupassant

Milieu social Artisans et bourgeois Milieu social Aristocratie

Thèmes principaux L’amour, les inégalités sociales, la Thèmes principaux La chasse, l’amour, le désir
mesquinerie Ton humoristique Optimiste
ou pessimiste
Ton humoristique Pessimiste
ou pessimiste
Titre « Un fils »
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

Titre « En mer » Lieux Récit-cadre : dans un jardin


Récit-encadré : Bretagne
Lieux Boulogne-sur-Mer
Périodes/dates Non précisées. Époque contemporaine de
Périodes/dates Non précisées. Époque contemporaine de Maupassant
Maupassant
Milieu social Bourgeoisie
Milieu social Marins
Thèmes principaux Les inégalités sociales, l’alcoolisme, le
Thèmes principaux L’avarice, la mesquinerie, la cruauté remords, l’abus de faiblesse, la famille
Ton humoristique Pessimiste Ton humoristique Pessimiste
ou pessimiste ou pessimiste

1 • La Parure et autres contes de Maupassant 19


Titre « Saint-Antoine » quelques extraits de la préface d’Hubert Juin, que l’on trouve dans
l’édition Folio (n° 1144) : la lecture du paragraphe à propos de la
Lieux Pays de Caux nouvelle « Saint-Antoine » peut ainsi servir d’exemple et permettra de
Périodes/dates 1870 faire comprendre aux élèves ce que peut être une critique littéraire.
Milieu social Paysannerie Il s’agit aussi pour eux d’aller au-delà du simple résumé de lecture
Thèmes principaux La guerre, la mort, le mensonge, le crime, qu’il ont pris l’habitude de rédiger dans les classes antérieures. Les
l’injustice élèves devront ici non seulement rendre compte de leur lecture, mais
prendre position et argumenter leur choix. La méthode qui leur est
Ton humoristique Pessimiste
proposée doit les aider à être suffisamment précis et détaillés dans
ou pessimiste
leur critique. Il leur est demandé d’extraire des phrases du conte
choisi pour illustrer leur propos : cette contrainte supplémentaire
Titre « L’Aventure de Walter Schnaffs » sera l’occasion de leur indiquer les codes d’insertion de citation dans
Lieux Normandie un texte (deux points, guillemets…).
Périodes/dates 1870
Milieu social Soldats p. 27 • Synthèse de l’atelier
Thèmes principaux La guerre, le pacifisme, la bonté ◗ A • Échanger et débattre sur le rôle des contes de
Ton humoristique Optimiste Maupassant
ou pessimiste
Le sujet de débat proposé a pour point de départ la phrase de
2. a. Les thèmes le plus souvent abordés sont la mort, la cruauté, les Maupassant selon laquelle le but d’un romancier « n’est point de
inégalités sociales, les histoires de famille. nous raconter une histoire, de nous amuser ou de nous attendrir, mais
b. Le lieu le plus souvent cité est la Normandie. Cela s’explique car de nous forcer à penser, à comprendre le sens profond et caché des
c’est la région d’origine de Maupassant et il la connaît bien. événements » (« Le roman », préface de Pierre et Jean, 1888).
c. On peut proposer par exemple pour trois contes les leçons suivantes : Il s’agit pour les élèves de mettre en regard cette conception du travail
« La Rempailleuse », la mesquinerie des hommes est sans bornes ; « En du romancier et leur lecture des Contes de la bécasse, pour se demander
mer », l’avarice est plus forte que l’amour fraternel ; « Le Testament », si Maupassant a atteint le but qu’il s’est ainsi fixé. Cet exercice sera
la vengeance est un plat qui se mange froid. l’occasion d’approfondir leur lecture du recueil, tout en réfléchissant
d. Ces récits apparaissent plutôt comme des nouvelles réalistes que d’une façon plus générale à l’art romanesque. C’est pourquoi l’on
comme des contes merveilleux, même s’ils comportent tous une sorte pourra proposer aux élèves d’élargir le débat et de réfléchir à partir
de leçon ou de morale implicite. Ils mettent en scène des personnages d’autres lectures que celle du recueil de Maupassant.
qui pourraient être réels, vivant dans des lieux et à des époques
identifiables. Ils sont plongés dans des situations le plus souvent ◗ B • Rédiger une synthèse personnelle
tragiques, parfois amusantes, mais qui sont parfaitement réalistes et Il s’agit ici pour les élèves de s’interroger sur ce que leur apprennent
d’où le merveilleux et le surnaturel sont exclus. les contes de Maupassant sur la réalité. Ce sujet prolonge le débat
précédent, ce qui devrait les aider à répondre. Cependant, la difficulté
◗ C • Écrire une critique littéraire
sera sans doute de ne pas rester fixé sur la réalité sociale et historique
Cet exercice, nouveau pour les élèves, demande d’abord à ce que contemporaine de Maupassant, qui ne nous concerne aujourd’hui
la notion de « critique littéraire » soit explicitée. La critique sera que de loin, pour percevoir que la réalité que l’écrivain nous permet
sans doute pour eux synonyme de critique négative, défavorable. de comprendre est surtout une réalité psychologique et humaine.
Il sera nécessaire de leur faire comprendre qu’elle peut être tout à La vanité, la cruauté, l’amour… restent des réalités que Maupassant
fait favorable au contraire. Pour cela, il est possible de s’appuyer sur nous aide à comprendre.

© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

20
2 Le peuple a voi au chapitre

Comment les romanciers du xixe siècle


représentent-ils le peuple ?

1. Présentation du chapitre

1.1 Choix du chapitre – Les Misérables, Hugo, 1862.


– Trois contes, Flaubert, 1877.
Conformément au programme du cycle 4 (entrée « Regarder le – En mer, Maupassant, 1883.
monde, inventer des mondes »), ce deuxième chapitre du manuel – Cahiers de Douai, Rimbaud, 1870.
propose aux élèves de s’interroger sur les rapports de la fiction et du – Le Rouge et le Noir, Stendhal, 1831.
réel, à travers l’étude des représentations du peuple par les écrivains – Les Mystères de Paris, Sue, 1842-1843.
et artistes du xixe siècle. Après avoir été initiés à l’écriture réaliste grâce – Germinal, Zola, 1885.
à l’étude d’une nouvelle (La Parure) et d’un recueil de contes (Les
– Contes et nouvelles, Zola, 1870.
Contes de la Bécasse) de Maupassant dans l’atelier lecture précédent,
les élèves découvriront dans ce chapitre les sources, les enjeux et
les prolongements du réalisme avec Balzac, Stendhal, Flaubert,
Hugo et Zola. En premier lieu, ils pourront de cette manière situer
1.3 Sitographie
et replacer Maupassant au sein de cette lignée d’auteurs dans une • Le roman et la nouvelle au xixe siècle (documents d’accompagnement
perspective d’histoire littéraire cohérente, tant en ce qui concerne au programme de la classe de 2de), sur Eduscol :
les choix esthétiques du réalisme que les genres littéraires qui l’ont http://cache.media.eduscol.education.fr/file/Francais/57/1/LyceeGT_
développé. La plupart des textes et des lectures proposés relèvent en Ressources_Francais_seconde_roman_220571.pdf
effet du genre romanesque et non plus uniquement de la nouvelle
ou du conte ; la poésie même n’est pas absente, puisque l’on trouvera • Mouvement littéraire et culturel du xixe siècle, sur la Page des Lettres
des poèmes de Rimbaud et d’Hugo à lire et à analyser en ce sens. (académie de Versailles) :
Les élèves pourront ainsi mesurer l’importance littéraire du réalisme http://www.lettres.ac-versailles.fr/spip.php?article499
au xixe siècle. En second lieu, le thème choisi (la représentation du • Sites sur la peinture réaliste :
peuple) leur montrera que le réalisme n’est pas seulement un choix – Caillebotte, Cézanne :
esthétique gratuit, mais que « les rapports de la fiction et du réel » sont http://www.impressionniste.net/renoir.htm
conditionnés par une époque, un contexte historique et politique, des http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/impressionnisme/60306
réalités sociales que ni les écrivains ni les artistes ne sauraient oublier. http://www.musee-virtuel.com/caillebotte.htm
La littérature comme l’art s’appuient au contraire sur cette réalité pour – Un site consacré à Manet :
la décrire, chercher à la comprendre, souvent même la dénoncer. Enfin, http://www.lemondedesarts.com/DossierManet.htm
l’abondance d’illustrations et de lectures d’images qui sont proposées, – Un site consacré à Caillebotte :
outre un entraînement à ce qui leur sera demandé à l’épreuve du DNB, http://gustave-caillebotte.fr/
fait pour les élèves la démonstration que le réalisme n’est pas une école – Site du musée d’Orsay :
littéraire isolée, mais un courant esthétique puissant, porté par un www.musee-orsay.fr/fr/collections/oeuvres-commentees/peinture
contexte historique et social, qui a traversé le siècle et irrigué toutes
les formes d’art. Le parcours de ce chapitre se prête avec d’autant plus • Site sur les mines :
de facilité à une approche interdisciplinaire avec les arts et l’histoire, www.chmlewarde.com/fr/index.html
et peut être le point de départ de projets dans le cadre d’EPI. www.blegnymine.be
• Sites sur l’exposition Les Misérables de la prison de Réau :
http://expositions.bnf.fr/hugo/arret/ind_engag.htm http://expositions.
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

1.2 Bibliographie bnf.fr/hugo/pedago/ress/ind_engage.htm


– Eugénie Grandet, Balzac, 1834. • Sites sur Victor Hugo :
– Le Père Goriot, Balzac, 1842. – La maison de V. Hugo : https://www.lamaisonvictor.com/fr/
– Les Contemplations, Hugo, 1856. – Le site de la BnF : expositions.bnf.fr/hugo/

2 • Le peuple a voix au chapitre 21


2. Organisation du chapitre

2.1 La progression du manuel précédente. Outre la découverte d’un auteur majeur du xixe siècle
et de son univers romanesque, elle permet aux élèves d’observer
comment s’articulent dans une œuvre unique, représentative du
siècle, les différentes problématiques rencontrées dans les extraits
Lire, comprendre, interpréter précédents, puisqu’on y rencontre à la fois des figures du peuple au
travail (Fantine), des figures de réprouvés (Jean Valjean, déjà croisé
dans la partie précédente) et les rêves du peuple (Gavroche).
S’interroger et s’informer
Le chapitre s’ouvre sur une double page qui conduit les élèves Le cercle des critiques littéraires
à s’interroger et à s’informer sur le peuple et ses représentations
Les livres proposés sont tous des romans évoquant des thèmes
artistiques au xixe siècle, à travers l’étude de six tableaux de peintres
sociaux du xixe au xxie siècle. On retrouve les sujets étudiés au cours
représentatifs de ce siècle. Chacun de ces tableaux représente en du chapitre, mais certains de ces romans inscrivent ces sujets dans
effet le peuple dans une activité de loisir ou de travail et se prête à notre modernité, ce qui facilitera le choix d’un livre pour les élèves.
des observations précises sur les conditions de vie et de travail du Les étoiles indiquent la difficulté de lecture. Le carnet personnel de
peuple à cette époque. Aborder ce thème par des œuvres picturales lecture incite à une lecture active et permet de garder une trace écrite
permet une sensibilisation directe et immédiate des élèves. de la lecture effectuée ; il fournit aussi une occasion d’exercice oral
Suivent des lectures qui prolongent et approfondissent les simple et rapide.
premières observations. Elles sont regroupées en trois thèmes, qui
peuvent être éventuellement étudiés indépendamment les uns des
autres et qui se prêtent facilement à un travail en accompagnement
personnalisé, selon les compétences de lecture et les centres d’intérêt Pratiquer l’oral
des élèves.
Un atelier d’oral conduit les élèves à découvrir d’abord un poème
de Rimbaud (« Les Effarés », 1870) puis un tableau du peintre Caillebotte
Femmes et hommes du peuple au travail (Les Raboteurs de parquet, 1875), deux œuvres qui évoquent le peuple
et questionnent sa représentation littéraire et picturale. Les exercices
Cette première partie présente un échantillon varié de figures du
oraux auxquels donnent lieu l’étude de ces deux œuvres sont une
peuple. Elle permet de découvrir le statut particulier des domestiques mise en voix et un exposé. Un débat sur la représentation du peuple
à travers deux figures de servantes, dans Eugénie Grandet (1834) dans la peinture européenne complète cet atelier en lui donnant une
de Balzac et « Un cœur simple » (Trois contes, 1877) de Flaubert, et ouverture sur la peinture réaliste flamande, hollandaise, espagnole
donne les visions terribles du travail des marins dans En mer (1883) et française.
de Maupassant et de celui des mineurs dans Germinal (1885) de Zola.

Figures de réprouvés
Pratiquer l’écrit
Trois personnages de réprouvés permettent de découvrir les
différentes facettes de cette figure : le Jean Valjean de Victor Hugo dans Le travail d’écrit proposé porte sur la rédaction d’un portrait : une
Les Misérables (1862), le Vautrin de Balzac dans Le Père Goriot (1842), personne au travail de nos jours. Un extrait de L’Assommoir (1877) de
et le Chourineur d’Eugène Sue dans Les Mystères de Paris (1842-1843). Zola fournit un exemple de portrait d’un personnage au travail, dont
les élèves pourront s’inspirer pour rédiger le portrait d’un personnage
À quoi rêve le peuple ? de leur choix. Ils s’appuieront sur les exercices de lexique (le travail, le
portrait en action), de grammaire (les accords dans le groupe nominal)
Deux personnages très différents, l’un masculin et l’autre féminin, et d’orthographe (les reprises – expansions du nom) effectués avant
permettent de découvrir des rêves de gloire et de fortune qui donnent ou en parallèle de leur travail d’écriture. Cet exercice leur permet de
la mesure de la détresse et de la misère du peuple au xixe siècle : Julien s’approprier les notions et informations engrangées au cours des
Sorel de Stendhal dans Le Rouge et le Noir (1831) ; et une jeune femme pages précédentes, en les adaptant à leur propre univers et en les
dont on ne connaîtra pas même le nom dans une nouvelle de Zola appliquant à une modernité qu’ils connaissent.
(Contes et nouvelles, 1870).
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

Les textes proposés pour illustrer ces trois thématiques, appuyés


d’images variées (tableaux, photogrammes) qui sont à commenter et Construire le bilan
à étudier, fournissent aux élèves un panorama complet et détaillé de
la représentation du peuple par les écrivains et artistes au xixe siècle. Un premier questionnement permet à l’élève de s’assurer qu’il
a acquis les repères d’histoire littéraire présentés dans ce chapitre.
Lire et échanger sur des œuvres complètes Un bilan permet ensuite de faire par petits groupes la synthèse des
caractéristiques communes aux textes du chapitre en les mettant
en lien avec un extrait de L’Assommoir de Zola. Enfin, la rédaction du
Parcours de lecture guidé bilan qui leur est demandée exige des élèves une réappropriation de
Le parcours de lecture guidé propose la lecture des Misérables de ce qu’ils ont vu, afin de pouvoir en faire une présentation personnelle
Victor Hugo. Cette œuvre fait écho aux textes étudiés dans la partie et argumentée.

22
façon linéaire par les lectures proposées ; on peut aussi débuter par
Évaluer ses compétences le « parcours de lecture guidé » de la page 46, afin de partir d’une
Les exercices proposés relèvent des exigences du brevet que les œuvre souvent déjà connue des élèves (Les Misérables de Victor Hugo),
élèves de 4e commencent à découvrir. Le texte choisi ne leur est pas au moins dans ses grandes lignes, à travers le cinéma. On pourra
inconnu puisqu’il s’agit du portrait de Fantine dans Les Misérables. Les ensuite reprendre les différentes lectures proposées dans les pages
questions portent sur le portrait lui-même autant que sur le regard précédentes afin d’approfondir les différentes facettes du peuple tel
de l’auteur sur la société qui s’exprime à travers ce portrait. Les élèves qu’il est représenté dans l’œuvre de Hugo et qui sont détaillées par
retrouvent donc les problématiques rencontrées tout au long du les extraits de ce chapitre. On peut encore choisir un point de départ
chapitre. Le texte est mis en regard avec une illustration qu’il leur est exclusivement pictural, peut-être plus facile d’accès pour certains
demandé de commenter. Une dictée, un exercice de réécriture et un élèves, en combinant l’illustration d’entrée du chapitre (p. 29), la double
travail d’écriture complètent cette activité. page « S’interroger et s’informer » (p. 30-31) et la page consacrée à
Degas dans « Pratiquer l’oral » (p. 50-51). Il est également possible
2.2 Autres pistes pédagogiques de réserver à l’AP les activités de lecture d’images et du parcours de
Selon le profil de la classe, on peut commencer par l’étude de la lecture guidé, parfaitement modulables, afin de consacrer aux lectures
double page 30-31 (« S’interroger et s’informer ») et poursuivre de un travail en classe entière.

Corrigés

p. 29 • Document d’ouverture 2. À la lecture des titres contenus dans le chapitre, on s’attend à une
description réaliste (« Le peuple dans la peinture réaliste ») montrant
1. Dans son tableau, Degas représente le métier de repasseuse, comme
les difficultés éprouvées par le peuple (« Figures de réprouvés »,
l’indique d’ailleurs le titre de l’œuvre, Repasseuse à contre-jour.
« Les Misérables », « Les Effarés »), ses conditions de vie et de travail
2. L’atmosphère dominante est une atmosphère plutôt paisible et (« Catherine et Étienne dans la mine ») mais aussi ses rêves (« À quoi
heureuse, par les couleurs pastel et douces qui sont en arrière-plan, rêve le peuple »). On s’attend également à découvrir des métiers ou
la posture de la repasseuse qui semble travailler avec une certaine des conditions que l’on ne connaît pas ou qui n’existent plus : « Le
joie, un certain entrain. C’est aussi une atmosphère d’harmonie : la Chourineur ».
chemise blanche et pliée, déjà repassée, que l’on voit sur la gauche de
la repasseuse et qui semble montrer le résultat du travail qu’elle est   Histoire des arts
en train d’accomplir sur une autre chemise. Le travail bien fait paraît
ainsi valorisé comme une source de bonheur. A. 1. Ces tableaux montrent le peuple au travail (Signac, Manet, De
Santa Monica) et le peuple dans ses moments de loisir (Degas, Renoir).
2. L’ordre chronologique est le suivant :
Manet, Les Travailleurs de la mer, 1873.
Lire, comprendre, interpréter Caillebotte, Les Peintres en bâtiment, 1877.
Renoir, Le Déjeuner des canotiers, 1881.
De Santa Monica, Les Lavandières de la Seine, 1887.
S’interroger et s’informer Cézanne, Les Joueurs de cartes, 1890-1892.
Signac, L’Ouvrier dit aussi Le Démolisseur, 1897-1899.
p. 30-31 • Le peuple dans la littérature et la B. Pour cet exercice, on pourra consulter les sites suivants :
peinture du xixe siècle • Sites consacrés à l’impressionnisme où l’on trouvera des présentations
de Manet, Renoir, Caillebotte, Cézanne :
◗ Que savons-nous déjà ? http://www.impressionniste.net/renoir.htm
http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/impressionnisme/60306
1. La farce de Maître Patelin met en scène des personnages du peuple http://www.musee-virtuel.com/caillebotte.htm
au Moyen Âge, ainsi que les fabliaux souvent étudiés en classe de 5e. • Un site consacré à Manet :
http://www.lemondedesarts.com/DossierManet.htm
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

2. a. Scapin (Les Fourberies de Scapin) ; Sganarelle (Le Médecin malgré


lui) ; Toinette (Le Malade imaginaire). • Un site consacré à Caillebotte :
b. Scapin est un domestique, Sganarelle est valet, Toinette est servante. http://gustave-caillebotte.fr/
Chacun de ces tableaux donne à voir la réalité en montrant le peuple
3. Dans les contes de Maupassant, les élèves ont rencontré des
dans une scène de vie quotidienne banale, que ce soit au travail ou
personnages qui sont artisans (La Rempailleuse), soldats (La Peur, Un
dans ses moments de détente.
Normand), de petits fonctionnaires (La Parure), des paysans (Pierrot,
Farce normande…), des marins (En mer). A. De Santa Maria, Les Lavandières de la Seine, 1887
1. Peintre colombien ayant vécu en Europe. Il est né à Bogota le
◗ Lecture du sommaire 6 décembre 1860 et mort à Bruxelles le 29 avril 1945.
1. Dans le sommaire du chapitre, on repère les métiers suivants : 2. On observera en particulier dans ce tableau le jeu des lignes de
servante, marin pêcheur, mineur. fuite (celle, massive, représentée par la travée où les femmes posent

2 • Le peuple a voix au chapitre 23


le linge et qui se dirige vers le fond de la toile, en haut à gauche) et les G. Caillebotte, Les Peintres en bâtiment, 1877
tailles relatives des personnages ; les lignes verticales de poteaux qui 1. Gustave Caillebotte, né à Paris le 19 août 1848 et mort à Gennevilliers
encadrent les lavandières resserrent le cadrage : l’ensemble donne le 21 février 1894, est un peintre français, collectionneur, mécène et
un effet de multiplication et de profondeur, comme si les lavandières organisateur des expositions impressionnistes de 1877, 1879, 1880
présentes dans ce lavoir étaient innombrables. On notera également et 1882.
la couleur blanche que l’on retrouve sur les chemises et le linge,
2. On relèvera, en particulier, la perspective par ligne de fuite : le
symbole de propreté.
tracé du trottoir et des immeubles converge avec celui de la rue pour
3. Ce tableau donne à voir la réalité en montrant des lavandières au donner une impression de profondeur.
travail, effectuant une tâche habituelle, presque prosaïque, dans des
3. Ce tableau donne à voir la réalité par la représentation d’une scène
postures et avec les gestes simples et banals qu’elles ont dans la réalité.
de travail à laquelle on pouvait assister dans la rue à cette époque
É. Manet, Les Travailleurs de la mer, 1873 (vêtements et postures des personnages, échelles…).
1. Édouard Manet (Paris, 23 janvier 1832 – Paris, 30 avril 1883) est un P. Signac, L’Ouvrier dit aussi Le Démolisseur, 1897-1899
peintre français de la fin du xixe siècle, considéré aujourd’hui comme 1. Paul Signac, né à Paris le 11 novembre 1863, où il meurt le 15 août
l’un des pères de l’impressionnisme. 1935, est un artiste peintre paysagiste français, qui développa la
2. Dans ce tableau, on relèvera la composition triangulaire : les trois technique du pointillisme avec le peintre Seurat.
personnages sont à l’avant du bateau, seule partie du bateau qui 2. Dans ce tableau, on relèvera en particulier l’utilisation de couleurs
apparaît dans le champ de la toile, et le mat vertical placé au milieu pastel, froides au premier plan, chaudes à l’arrière-plan, et la technique
de la toile qui croise la ligne horizontale de l’océan et semble former pointilliste utilisée par le peintre. La perspective par tailles relatives
une croix. On observera aussi les couleurs foncées du bateau et des donne une importance particulière au personnage qui est au premier
trois personnages qui s’opposent à celles, plus claires, de l’océan et plan, duquel émane une impression de force et de vigueur.
du ciel. Le bateau, placé au premier plan, semble surgir du bas du
3. Ce tableau donne à voir la réalité car il montre un homme au travail,
tableau et s’élancer vers l’océan hostile.
utilisant une pioche et torse nu comme il le ferait dans la réalité.
3. Ce tableau donne à voir la réalité en montrant des pêcheurs dans
l’action et dans les conditions difficiles qui sont souvent celles dans Femmes et hommes du peuple au travail
lesquelles ils exercent leur métier.
p. 32-33 • Figures de servantes
A. Renoir, Le Déjeuner des canotiers, 1881
◗ La Grande Nanon
ure d’im Pour ce tableau, on se reportera au « parcours d’image » dans e enregi
Lect

Pour ce texte, on se reportera au manuel numérique enrichi,


age

Text

stré

le manuel numérique enrichi.


qui en propose une version lue par un comédien.
1. Pierre Auguste Renoir (né à Limoges le 25 février 1841 et mort à
Cagnes-sur-Mer le 3 décembre 1919) est l’un des plus célèbres peintres   Lecture
français. Il a appartenu à l’école impressionniste, peignant aussi bien 1. Le physique de la Grande Nanon est caractérisé par sa laideur
des corps féminins que des paysages. (« repoussante », l. 6 ; « les verrues qui ornaient ce visage », l. 14). Il est
2. On remarquera dans ce tableau l’utilisation de la couleur blanche aussi caractérisée par sa force (« taillée en Hercule », l. 12 ; « plantée
(nappes, chemises…) qui donne une certaine gaieté à la scène, le groupe sur ses pieds comme un chêne de soixante ans sur ses racines », l. 12)
de personnages attablés au premier plan, les différents personnages et son aspect solide (« forte des hanches, carrée du dos, ayant des
debout au second plan et la Seine, sur laquelle passent des voiliers, que mains de charretier », l. 13).
l’on aperçoit à l’arrière-plan derrière la femme accoudée à la rambarde. 2. Les traits de caractère que montre ce portrait sont le courage
L’ensemble procure une impression de sérénité et de convivialité. (« animée de ce robuste courage qui ne se refuse à rien », l. 8), comme
3. Ce tableau donne à voir la réalité par la représentation d’une scène de en témoigne l’accumulation des tâches que la Grande Nanon accomplit
détente populaire et brouillonne d’où semble exclue toute affectation, (l. 21 à 26), la fidélité (« défendait comme un chien fidèle le bien de
mais à laquelle on pourrait assister (ou participer !) dans la réalité. son maître », l. 25), une obéissance qui va même jusqu’à une certaine
servilité (« obéissait sans murmure », l. 26), mais aussi la reconnaissance
P. Cézanne, Les Joueurs de cartes, 1890-1892 (« pleura secrètement de joie et s’attacha sincèrement », l. 19).
1. Paul Cézanne, né le 19 janvier 1839 à Aix-en-Provence, mort le 3. a. Ce qui caractérise la construction et le rythme de la phrase est
22 octobre 1906 dans la même ville, est un peintre français, membre la répétition de verbes à l’imparfait et du pronom personnel « elle »,
du mouvement impressionniste, considéré comme le précurseur qui finit d’ailleurs par disparaître à un moment, comme si le sujet
du cubisme. Il est l’auteur de nombreux paysages de Provence et lui-même se diluait, absorbé par toutes ces tâches ; les propositions
particulièrement de la campagne d’Aix-en-Provence. Il a notamment sont brèves et simples.
réalisé plusieurs toiles ayant pour sujet la montagne Sainte-Victoire. b. L’effet produit est un effet de répétition et d’accumulation, qui
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

C’est un ami d’enfance de l’écrivain Émile Zola. montre que la Grande Nanon ne cesse pas de travailler du matin au
2. Dans ce tableau, on relèvera en particulier l’équilibre des couleurs soir et effectue n’importe quel travail sans rechigner.
chaudes (foulard rouge, chaise, rideaux et cadre jaunes) et des couleurs 4. a. Monsieur Grandet traite correctement sa servante (« Il vêtit alors,
froides (costumes bleus des personnages, gris de la table), donnant une chaussa, nourrit la pauvre fille, lui donna des gages, et l’employa sans
impression de quiétude, de paix, et semblant exprimer la tranquille trop la rudoyer », l. 17) mais c’est par pur intérêt (« il devina le parti
concentration des joueurs. On remarquera aussi la composition en qu’on pouvait tirer », l. 10 ; « l’exploita féodalement », l. 20).
triangle que forment les trois personnages autour de la table et le b. La Grande Nanon est reconnaissante de la façon dont elle est traitée
cadre dont une seule partie est dans le champ du tableau. (« En se voyant ainsi accueillie, la Grande Nanon pleura secrètement
3. Ce tableau donne à voir la réalité par la représentation d’une scène de joie, et s’attacha sincèrement au tonnelier », l. 18). Elle s’attache à
banale dans un univers simple. Les personnages sont vêtus sans Grandet comme « un chien fidèle » (l. 24) et fait preuve d’une « confiance
ornements particuliers, ils ont des gestes et des postures naturelles. aveugle » (l. 25).

24
◗ Félicité

  Lecture
1. Tableau de comparaison Nanon/Félicité :
Physique Caractère Travail
Nanon « taille haute de cinq pieds huit « ce robuste courage qui ne se refuse à « elle se levait au jour, se couchait tard »,
pouces », l. 4. rien », l. 8. l. 22.
« sa figure semblait repoussante », l. 6. « une probité vigoureuse comme l’était « Nanon faisait tout : elle faisait la
« taillée en Hercule, plantée sur ses pieds son intacte vertu », l. 14. cuisine », l. 21 et suivantes.
comme un chêne de soixante ans sur ses « défendait, comme un chien fidèle, le
racines, forte des hanches, carrée du dos, bien de son maître », l. 24.
ayant des mains de charretier », l. 11.
Félicité « Son visage était maigre et sa voix « ne montrait plus d’entêtement », l. 11. « Elle se levait dès l’aube, pour ne pas
aiguë. À vingt-cinq ans, on lui en donnait « Économe », l. 12 manquer la messe, et travaillait jusqu’au
quarante ; dès la cinquantaine, elle ne « resta fidèle à sa maîtresse », l.5. soir sans interruption », l. 7.
marqua plus aucun âge ; – et, toujours « elle faisait la cuisine et le ménage,
silencieuse, la taille droite et les gestes cousait, lavait, repassait, savait brider un
mesurés, semblait une femme en bois », cheval, engraisser les volailles, battre le
l. 20. beurre », l. 3 et suivantes.

À la lecture de ce tableau on constate que les deux servantes se   Oral


ressemblent étonnamment. Elles semblent avoir le même physique,
1. Javel cadet travaille sur le chalutier de son frère, Javel aîné. Un jour
le même caractère et effectuer les mêmes tâches.
de tempête, alors qu’il remontait le chalut, son bras est pris dans un
2. Dans cet extrait, il est difficile de savoir si la servante est heureuse câble. Au lieu ce couper le câble pour délivrer son frère, au risque de
dans cette existence de labeur, pour laquelle, toutefois, elle semble perdre le chalut, Javel aîné manœuvre le bateau jusqu’à ce qu’il puisse
être faite physiquement et moralement. Elle paraît plutôt fonctionner couper le câble sans perdre le chalut, mais quand on peut enfin le
« d’une manière automatique » (l. 24). Cependant, son sort n’est pas libérer le bras de Javel cadet est broyé.
très enviable et l’on peut douter que son existence soit très heureuse.
Le nom de Félicité est une ironie de Flaubert qui témoigne de cette
2. La réaction à la lecture de ce récit sera vraisemblablement l’épouvante
face à l’horreur de la situation pour Javel cadet et l’incroyable avarice
ambivalence.
de Javel aîné, qui préfère sacrifier son frère à l’argent d’un chalut.
  Histoire des arts
  Lecture
A. Ce qui frappe dans ce tableau de Cézanne, c’est le visage sévère et
fermé de cette femme : elle semble presque en colère. 1. a. La mer est en pleine tempête, elle est démontée et « battait les
falaises, se ruait contre la terre, rendait impossible l’entrée des ports ».
B. La femme est vêtue d’une robe bleue simple et sans fantaisie. b. Les phrases sont caractérisées par des verbes à l’imparfait, au
Ses mains qui dépassent des manches de la robe et sont posées sur participe présent et passé. Leur rythme est chaotique. Elles font l’effet
ses genoux sont massives, elles semblent témoigner d’un travail de mimer la mer démontée.
domestique quotidien. Le visage de la femme est sévère, peu amène. c. Ce passage livre une vision noire et dramatique des conditions de
Cette femme appartient à un milieu social sans doute modeste, elle travail des marins, qui doivent pêcher dans des conditions difficiles
pourrait être une fermière dans sa cuisine ou une domestique. et souvent dangereuses.
C. Le portrait de Cézanne et les portraits de Balzac et Flaubert sont 2. a. L’expression « mouiller l’ancre » signifie « jeter l’ancre à l’eau » ; c’est
très proches. La femme de Cézanne pourrait très bien être Nanon ou ce qui permet au bateau de rester sur place et de détendre les câbles
Félicité. On retrouve en effet la sévérité économe de l’aspect physique du chalut, tendus par son poids quand le bateau continue d’avancer.
général, la robustesse, la solidité et l’obstination qui émane de cette
b. Les expressions exprimant des gestes professionnels sont : « la
physionomie tout d’une pièce.
chaîne filée », « virer au cabestan », « détendre les amarres ».
c. Pour le lecteur, ce vocabulaire technique crée un effet de réel ; la
  Écriture scène semble très réaliste.
Pour ce travail, on peut attendre des élèves une dizaine de lignes qui 3. Ce texte donne du monde des marins l’image d’un monde cruel
reprennent les principales caractéristiques physiques du personnage et sans pitié.
vues ci-dessus (robustesse, sévérité, simplicité, solidité…) et qu’ils
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

s’aident de métaphores et de comparaisons telles que Balzac et


  Histoire des arts
Flaubert en utilisent pour décrire leurs personnages.
A. 1. Les lignes de force partent du bas, de droite et de gauche, et se
p. 34-35 • Marins pêcheurs croisent à peu près au milieu du tableau, en léger décalage vers la
droite. Au premier plan on voit un marin qui rame. Au second plan, deux
  La clé des mots marins, dont l’un qui tire sur un câble et l’autre qui tient le gouvernail ;
en bas à droite un marin trie les poissons. En arrière-plan, on voit la
• Chalutier – bateau mer démontée. 2. Les couleurs dominantes sont le noir, le gris et le
• Chalut – filet bleu, desquelles se détachent l’orange et le jaune des vêtements des
• Amarre – corde marins. 3. Le personnage au premier plan est redressé et tire sur sa
• Barre – gouvernail rame ; un autre est courbé sur les poissons qu’il est en train de trier ;

2 • Le peuple a voix au chapitre 25


quant aux deux autres, au second plan, l’un est courbé sur le câble, fournit de nombreuses informations sur l’histoire et le fonctionnement
l’autre redressé et actionnant le gouvernail. des mines. La rubrique « enseignant » propose des fiches d’activité
B. Ce tableau reflète la réalité, car on retrouve les gestes et les activités en autonomie et des dossiers documentaires également intéressants.
des marins pêcheurs sur un bateau de l’époque (ramer, tirer le chalut, Le site de la mine de Blégny en Belgique (www.blegnymine.be) donne
tenir le gouvernail, trier les poissons), qui devait être manœuvré en accès à des vidéos permettant de découvrir les mines de façon ludique
même temps que s’effectuait la pêche. et instructive, particulièrement intéressantes pour les classes qui n’ont
pas la possibilité d’organiser la visite d’une mine.
C. On retrouve à l’arrière-plan du tableau le contexte de tempête du
texte. On retrouve également l’activité qui est la source du malheur 2. Si la visite d’une mine ou d’un musée de la mine est possible, elle est à
de Javel cadet : la jetée et la remontée du chalut. encourager fortement. Outre des informations complémentaires à celles
qu’ils trouveront par leurs recherches sur Internet et en bibliothèque,
ces visites, souvent guidées par d’anciens mineurs, donneront aux élèves
p. 36-37 • Catherine et Étienne dans la mine une vision plus concrète et leur fourniront une expérience directe du
e enregi
travail des mineurs et de leurs conditions d’existence.
Pour ce texte, on se reportera au manuel numérique enrichi,
Text

stré

qui en propose une version lue par un comédien.


  Histoire des arts
  Lecture A. Le texte de Zola donne réellement à voir la réalité de la mine,
puisque l’on découvre, avec les personnages, les différentes tâches à
1. a. Le lecteur apprend que Catherine est jeune, bien que l’on ne sache effectuer mais aussi la réalité pénible et douloureuse de ce travail, les
pas précisément son âge (« il lui donnait douze ans, tellement elle lui risques de maladie (chlorose) et les dangers que courent les mineurs.
semblait frêle. Pourtant, il la sentait plus vieille », l. 3). Il apprend aussi En revanche, le peintre C. Meunier, dans Les Mineuses, datant de 1880,
qu’elle travaille dans la mine depuis longtemps, comme le montre sa semble s’être davantage attaché à peindre le portrait des mineuses que
maîtrise des gestes à effectuer. la réalité de la mine elle-même : les deux jeunes filles sont d’ailleurs
b. « blanche encore » signifie que la chlorose n’a pas encore atteint peintes hors de la mine et, outre le titre du tableau, seule la lampe de
Catherine au point de modifier son teint, ce qui suggère qu’elle est mineur tenue par l’une d’elles les désigne comme mineuses.
encore assez jeune.
c. Étienne porte sur Catherine un regard à la fois admiratif pour le B. Le visionnage de la vidéo accessible sur http://culturebox.
travail de force qu’elle fournit, sa « force » et son « adresse », tandis francetvinfo.fr/livres/essais-documents/van-gogh-a-la-mine-en-
qu’elle semble si jeune et si frêle, alors que lui-même est si maladroit, belgique-naissance-dune-vocation-135693 permet de découvrir un
et un regard apitoyé car il sait les risques qu’elle court et discerne déjà épisode méconnu de la vie de Van Gogh.
son « teint de chlorose ». À l’automne 1878, Vincent Van Gogh devient pasteur dans le Borinage,
près de Mons. Il descend dans la mine du Borinage et découvre les
2. a. Catherine joue le rôle de formatrice auprès d’Étienne : « Il fallut terribles conditions de travail des mineurs. Il dessine ce qu’il voit, et
qu’elle lui montrât à écarter les jambes, à s’arc-bouter les pieds contre vit une crise de vocation au cours de laquelle il se rend compte qu’il
les bois, des deux côtés de la galerie, pour se donner des points d’appui n’est pas fait pour être pasteur. Il part alors à la rencontre du peintre
solides. Le corps devait être penché, les bras raidis, de façon à pousser Jules Breton, à Courrières, dans le Pas-de-Calais, et à son retour il
de tous les muscles, des épaules et des hanches », l. 21 et suivantes. décide de devenir peintre. La découverte de la mine du Borinage a
b. Ce rôle assuré par une enfant alors qu’Etienne est un jeune homme donc joué un rôle déterminant pour Van Gogh, puisqu’elle a contribué
n’est pas étonnant au xixe siècle où les enfants travaillaient comme des à lui révéler sa vocation.
adultes et dans les mêmes conditions.
3. L’étape du travail des mineurs décrite dans ce texte est le remplissage
des wagons et la poussée des wagons ainsi chargés de charbon dans Figures de réprouvés
la mine.
4. Le procédé d’écriture employé dans « elle semblait trotter à quatre p. 38-39 • Jean Valjean
pattes, ainsi qu’une de ces bêtes naines qui travaillent dans les cirques »
(l. 25-27) est la comparaison. Par ce procédé, le personnage est assimilé e enregi Pour ce texte, on se reportera au manuel numérique enrichi,
Text

stré

à un petit animal exploité et travaillant durement au profit des gens qui en propose une version lue par un comédien.
qui l’exploitent.
5. Le travail des mineurs se déroule dans l’obscurité (« les yeux   La clé des mots
s’habituaient à l’obscurité », l. 1) et dans « dans la terre humide » (l. 14). 1. Le synonyme de « galérien » employé dans le texte est « forçat » (l. 41).
Il se caractérise par de nombreux gestes (pousser, soulever, déplacer)
exigeant de la force (« Le poids était de sept cents kilogrammes », l. 20). 2. Un homme qui vit au bagne s’appelle un « bagnard ». Le synonyme
La répétition de « pousser » (l. 9, 10, 23) suggère un travail pénible de « bagne » employé dans le texte est « galères » (l. 41).
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

et répétitif. Le lexique du corps employé dans le dernier paragraphe 3. Le passeport jaune suscite la méfiance, car il désigne comme
(« écarter les jambes » « s’arc-bouter les pieds », l. 21 ; « Le corps devait criminels ceux qui en ont un. Dans le récit, ce passeport empêche
être penché, les bras raidis », l. 22 ; « pousser de tous les muscles, des Jean Valjean de trouver un logement (« Cela sert à me faire chasser
épaules et des hanches », l. 24 ; « la tête basse », l. 30 ; « se mettait un de partout où je vais. », l. 43). C’est pourquoi il finit par s’adresser à
instant à genoux », l. 32) montre la difficulté et la pénibilité physique un homme d’église, espérant que la charité chrétienne sera plus forte
du travail. On notera aussi la gradation : « Elle suait, haletait, craquait » que la méfiance qu’il suscite.
(l. 27) qui montre combien le corps souffre.
  Lecture
  Oral 1. a. Le physique de l’inconnu est caractérisé par sa dureté et son
1. Pour le site www.chmlewarde.com/fr/index.html, on consultera aspect rebutant et patibulaire : « une expression rude, hardie, fatiguée
plus particulièrement la rubrique « Le centre historique minier », qui et violente dans les yeux » (l. 6).

26
b. Il provoque une réaction de surprise et de peur. Madame Magloire une robustesse, une impression de solidité, de dureté. Vautrin « avait
« tressaillit, et resta béante » (l. 8) et Mademoiselle Baptistine est les épaules larges, le buste bien développé, les muscles apparents,
effarée (l. 10). des mains épaisses, carrées » (l. 2), le Chourineur est « de haute taille
2. Le discours de Jean Valjean montre que la société de l’époque était et de constitution athlétique » (l. 1). On retrouve également chez les
très marquée par les préjugés et peu encline au pardon ou à la pitié, deux personnages un système pileux développé : pour Vautrin, « des
même si ceux qui ont commis des fautes ont payé leur dette à la société. bouquets de poils touffus » (l. 4) ; pour le Chourineur, « des sourcils
b. Le plus frappant est le rejet systématique de tous à l’égard du épais et d’énormes favoris » (l. 2-3) et la rousseur décrite exactement
personnage ; l’image de Jean Valjean contraint à se réfugier dans une de la même manière : « roux ardent » (Vautrin, l. 5 ; Le Chourineur, l. 3).
niche dont il est chassé par le chien est sans doute la plus cruelle et 2. Ces portraits mettent en avant une sorte d’ambivalence, de
la plus frappante. complexité de ces deux êtres. La rudesse de leur physique n’exprime pas
c. Les phrases s’enchaînent sans aucun connecteur logique ou forcément ce que l’on attendrait : les traits du Chourineur « expriment
chronologique ; l’effet est celui d’une succession de tentatives, d’une plutôt une sorte d’audace brutale que la férocité » ; la figure de Vautrin
succession d’actions inutiles et qui semblent sans espoir. « offrait des signes de dureté que démentaient ses manières souples
3. a. Au bagne, Jean Valjean a appris à lire. Cela montre un certain et liantes » (l. 5). Cette particularité est plus marquée pour Vautrin
goût de l’effort et la volonté de s’en sortir, mais aussi une certaine (« malgré son air bonhomme, il imprimait de crainte par un certain
intelligence et aptitude pour l’étude. regard profond et plein de résolution », l. 15). Le physique du Chourineur,
b. On apprend que Jean Valjean est resté dix-neuf ans au bagne. Et qu’il moins subtil, trahit les vicissitudes de son existence : « Le hâle, la
a fait cinq ans pour vol avec effraction, quatorze ans pour avoir tenté misère, les rudes labeurs du bagne ont bronzé son teint de cette
de s’évader quatre fois ; il est considéré comme un homme dangereux. couleur sombre, olivâtre, pour ainsi dire, particulière aux forçats » (l. 3).
4. a. L’évêque n’est pas effrayé, il accepte de recevoir Jean Valjean. Il 3. Dans les deux cas, le narrateur porte un jugement sur le personnage.
demande à Madame Magloire de lui préparer un lit : il traite Valjean Celui de Balzac considère Vautrin comme un homme dont il faut se
comme un être humain. méfier. Derrière son apparente bonhommie, il distingue en effet un être
b. L’auteur ne porte aucun jugement négatif sur les forçats. Au contraire, secret (« nul ne pouvait pénétrer ni ses pensées ni ses occupations »,
il montre la dureté de leur sort et l’injustice qui leur est faite lorsqu’ils l. 19) et dénué de scrupules (« il annonçait un sang-froid imperturbable
sortent du bagne. qui ne devait pas le faire reculer devant un crime pour sortir d’une
position équivoque », l. 18). En revanche, le narrateur d’Eugène Sue
5. a. Jean Valjean exprime un sentiment de méfiance ; peut-être
décrit le Chourineur avec une bienveillance évidente à travers le regard
aussi de colère.
que lui porte Rodolphe (« Il sentit que le pauvre qui restait honnête au
b. Le sentiment que l’on éprouve face au personnage de cette image
milieu des plus cruelles privations était doublement respectable […].
est nécessairement influencé par le texte d’Hugo que l’on vient de
Rodolphe tendit la main à ce malheureux sauvage de la civilisation,
lire, on ressent donc une certaine pitié et de la compassion ; si l’on ne
que la misère n’avait pas absolument perdu », l. 23).
connaissait pas le texte d’Hugo et la situation du personnage, il est
probable qu’on le trouverait un peu inquiétant.
  La clé des mots
  Écriture Le Chourineur est surnommé ainsi parce qu’il a tué un homme avec un
Dans le premier paragraphe argumentatif qui leur est demandé, on couteau, instrument qu’il utilisait en tant qu’ancien apprenti boucher.
attend des élèves qu’il exploitent ce qu’ils ont appris de la situation
de Valjean dans le texte d’Hugo : il est un réprouvé parce qu’il a été
  Oral
condamné à dix-neuf ans de travaux forcés pour un crime et des
tentatives d’évasion, et même s’il a purgé sa peine il reste un hors-la-loi 1. Pour cette question (ainsi que la suivante), les élèves utiliseront
aux yeux de la société du xixe siècle, qui continue de le traiter en paria. les éléments de réponse qu’ils auront fournis pour répondre au
Dans le deuxième paragraphe, on attend des élèves qu’ils soient questionnement de la rubrique Lecture ci-dessus.
sensibles à la bienveillance, à la compassion, voire au respect pour Jean 2. a. Le physique des deux personnages est similaire par la rudesse
Valjean qu’Hugo laisse filtrer dans son texte. Ils pourront s’appuyer sur et la robustesse.
les substantifs neutres qu’il emploie pour le désigner : « le voyageur » b. La personnalité est en revanche très différente : Vautrin est un
(l. 1), ou « L’homme », utilisé à plusieurs reprises au lieu de « bagnard », homme secret, dissimulateur, malin et rusé, alors que le Chourineur
ou « galérien », que seul Valjean lui-même prononce. Hugo semble est tout d’une pièce, sincère et spontané.
ainsi lui rendre la dignité d’homme que lui refuse la société. Il valorise c. Le jugement du narrateur est plutôt défavorable en ce qui concerne
d’ailleurs sa persévérance, son courage et sa volonté de se réinsérer Vautrin et favorable pour le Chourineur.
(Valjean accepte n’importe quel abri, même une niche de chien ; il a
appris à lire au bagne). 3. Jean Valjean, tel qu’il apparaît dans l’extrait des pages 38-39, se
rapproche davantage du Chourineur que de Vautrin. Il est un ancien
p. 40 • Vautrin bagnard comme lui. Spontané, sincère, il ne cherche pas plus à cacher
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

e enregi Pour ce texte, on se reportera au manuel numérique enrichi, sa situation à l’évêque que le Chourineur à Rodolphe.
Text

stré

qui en propose une version lue par un comédien.

p. 41 • Le Chourineur   Écriture
e enregi
Les romanciers du xixe siècle représentent les réprouvés de la société
Pour ce texte, on se reportera au manuel numérique enrichi, comme des gens qui n’ont pas eu de chance (cf. l’histoire du Chourineur :
Text

stré

qui en propose une version lue par un comédien. « Mes parents ? Logés au même numéro que ceux de la Goualeuse…
Lieu de ma naissance ? Le premier coin de n’importe quelle rue, la
  Lecture borne à gauche ou à droite, en descendant ou en remontant vers
1. Que ce soit Vautrin ou le Chourineur, le portrait physique de le ruisseau », p. 42, l. 12) ou qui, même s’ils ont payé leur dette à la
chacun de ces personnages est caractérisé par une certaine force, société, comme Jean Valjean, continuent à être l’objet de méfiance

2 • Le peuple a voix au chapitre 27


et de suspicion ; l’institution du « passeport jaune » montre bien qu’il 6. a. Napoléon joue le rôle de modèle et d’exemple pour Julien.
est impossible à un bagnard d’être complètement lavé aux yeux de la b. Cela peut s’expliquer par la forte impression que font sur lui les
société des crimes qu’il a commis (Jean Valjean : « Cela sert à me faire Mémoires qu’il est en train de lire.
chasser de partout où je vais », p. 39, l. 43). Les romanciers prennent le
contrepied de la société à l’égard des réprouvés. Leurs personnages   Histoire des arts
sont souvent honnêtes et courageux (Le Chourineur : « Non, je n’ai pas
volé parce que… parce que… enfin parce que ce n’est pas dans mon A. Dans le clip vidéo « La Gloire à mes genoux », dont la chanson est
inspirée du roman de Stendhal et interprétée par Côme, la figure de
idée de voler » ; Jean Valjean : « Je sais lire, moi. J’ai appris au bagne. Il
Napoléon apparaît sous plusieurs formes (tableau, statuette) et à
y a une école pour ceux qui veulent », p. 39, l. 44) et semblent subir une
plusieurs reprises. Le personnage de Napoléon est donc bien, comme
injustice du destin. Ils réclament pardon, compréhension et tolérance,
pour Julien Sorel dans les deux extraits proposés, un modèle fascinant
et les romanciers font en sorte que le lecteur les leur accorde. Mais les
pour le héros, qui, dans le clip, finit par prendre à deux mains le
romanciers du xixe siècle ne versent pas pour autant dans la naïveté.
portrait du grand homme et semble même s’adresser à lui. Les livres
Leurs réprouvés peuvent aussi être moins sympathiques que Valjean
apparaissent également à plusieurs reprises, montrant l’importance
d’Hugo ou le Chourineur d’Eugène Sue. Le Vautrin de Balzac est un
de la lecture comme outils de connaissance et moyen d’accéder à un
personnage très équivoque, louche, peu fiable (il « offrait des signes
statut social plus élevé. Enfin, la brève apparition d’une croix évoque
de dureté que démentaient ses manières souples et liantes », p. 40,
l’importance de l’église et du curé, contestés par le père de Julien
l. 6) et dont on se méfie pour d’autres raisons que les bagnards (« À
comme intermédiaires entre Julien et « le monde des riches ».
la manière dont il lançait un jet de salive, il annonçait un sang-froid
imperturbable qui ne devait pas le faire reculer devant un crime », B. Dans les paroles de la chanson sont évoqués le désir de gloire de
p. 40, l. 17). Le portrait des réprouvés que donnent les romanciers du Julien, mais aussi sa difficulté à vivre sa condition inférieure dans la
xixe siècle est donc finalement assez contrasté. société et son désir de revanche. On retrouve l’envol vers le ciel comme
métaphore de l’ascension vers la gloire (« faut-il implorer sans jamais
toucher le ciel ? », « que je reste cloué sans déployer mes ailes »), mais
À quoi rêve le peuple ? également la volonté du père de Julien que son fils reste un paysan
inculte (« l’idiot qu’on veut que je sois »).

p. 42-43 • Le rêve de Julien Sorel


  Écriture
  Lecture Ce travail s’appuiera sur les réponses au questionnement de la lecture
précédente. Le rêve de Julien Sorel est d’avoir un destin grandiose qui
1. L’image donnée par le père de Julien Sorel est celle d’un homme le distingue du reste des hommes. Ce rêve, nourri par les lectures de
violent (« un coup violent fit tomber dans le ruisseau le livre que tenait Julien (« c’était celui de tous qu’il affectionnait le plus, le Mémorial de
Julien », l. 13), inculte et peu tolérant (« cette manie de lecture lui était Sainte-Hélène », l. 26), se révèle peu à peu au contact de la nature, il en
odieuse, il ne savait pas lire lui-même », l. 8 ; « tu liras donc toujours prend d’ailleurs conscience lui-même (« Cette position physique le fit
ces maudits livres […] Lis-les le soir, quand tu vas perdre ton temps sourire, elle lui peignait la position qu’il brûlait d’atteindre au moral »).
chez le curé », l. 20). Le parallèle avec l’épervier (« L’œil de Julien suivait machinalement
2. La lecture est pour Julien une passion à laquelle il ne peut résister l’oiseau de proie. Ses mouvements tranquilles et puissants le frappaient,
et qui l’accapare tout entier (« L’attention que le jeune homme donnait il enviait cette force, il enviait cet isolement », l. 40) et Napoléon
à son livre, bien plus que le bruit de la scie, l’empêcha d’entendre la (« C’était la destinée de Napoléon, serait-ce un jour la sienne ? », l. 43)
terrible voix de son père », l. 10). Les livres sont plus importants que confirment les ambitions de ce rêve.
tout au monde pour lui (« Il avait les larmes aux yeux, moins à cause
de la douleur physique que pour la perte de son livre qu’il adorait »,
l. 23). Les livres lui permettent de s’évader de son univers et d’espérer p. 44-45 • À quoi rêvent les pauvres filles ?
une vie meilleure : il s’identifie à Napoléon dont il est en train de lire
e enregi Pour ce texte, on se reportera au manuel numérique enrichi,
les Mémoires.
Text

stré

qui en propose une version lue par un comédien.


3. a. Les relations entre le père et le fils sont conflictuelles et violentes,
faites d’une incompréhension mutuelle.
b. Elles s’expliquent par une différence de caractère essentielle :   La clé des mots
Julien est un intellectuel que rebute le travail manuel ; son père est 1. Les toilettes de Madame de Metternich et de l’Impératrice se
exactement l’inverse. caractérisent par leur luxe. Elles sont faites de matières coûteuses et
4. a. On peut relever les groupes nominaux suivants : « un roc leur conception est très étudiée.
immense », l. 30 ; « L’air pur de ces montagnes élevées », l. 32 ; « grand 2. Une rivière de diamant est un long collier.
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

rocher », l. 35 ; ce paysage est caractérisé par sa grandeur et par sa


hauteur, qui permettent de dominer le paysage.   Lecture
b. Pour Julien, cela symbolise le fait de se sentir distinct, plus élevé
que le reste des hommes (« il se trouva debout sur un roc immense et
1. a. Le personnage de cette nouvelle est « une enfant de dix-huit
ans au plus », l. 17.
bien sûr d’être séparé de tous les hommes. Cette position physique
b. La caractéristique principale de ce personnage est qu’il est dans
le fit sourire, elle lui peignait la position qu’il brûlait d’atteindre au
une très grande pauvreté.
moral », l. 29).
c. Les mots qui désignent ce personnage sont « enfant », « femme »,
5. a. Un épervier est un oiseau de proie. mais surtout le pronom personnel « elle ».
b. Pour Julien, cet oiseau symbolise le destin dont il rêve (« il enviait d. Cette désignation produit un effet de dépersonnalisation, de
cette force, il enviait cet isolement », l. 42, et « C’était la destinée de négation de tout ce qui peut être spécifique à ce personnage, qui
Napoléon, serait-ce un jour la sienne ? », l. 43). semble avoir perdu jusqu’à son identité.

28
2. a. De nombreuses phrases sont caractérisées par une absence de en toute occasion, par voie de presse et dans ses œuvres, en faveur
verbe (« Pas de feu. […] Un lit, une table, une chaise »). d’une meilleure justice sociale, pour la paix et la liberté des peuples
b. Le lecteur est rendu sensible au dénuement de cet intérieur. opprimés, contre la peine de mort… Les ressources iconographiques
disponibles sur ces sites leur donneront une idée de la grande influence
3. a. Tableau comparatif :
qu’il a pu avoir sur ses contemporains.
Positif Négatif
« Si elle pouvait sourire, elle « maigre et furtive, avec cet
serait charmante ; ses lèvres air craintif des pauvres bêtes B Entrer dans l’œuvre : le titre
délicates, ses yeux d’un gris abandonnées. » 1. Les sens suivants sont à privilégier : 1. Qui inspire la pitié. 2. D’une
tendre auraient une douceur « air glouton et indifférent » extrême pauvreté. 3. Qui inspire le mépris, sans valeur.
exquise. » « ses mains que le vent bleuit »
2. L’hypothèse de lecture est que ce roman retracera l’histoire de
« la souffrance a pincé sa plusieurs personnages qui sont des misérables.
bouche, et mis une dureté
morne dans son regard. Elle a
le masque rigide et menaçant
des misérables. »
C Lire le roman par étapes et organiser
un défi lecture
b. On constate que les éléments négatifs sont beaucoup plus nombreux
que les éléments positifs. 1. Le livre est à lire par parties. Il comprend cinq parties de longueurs
inégales :
4. a. Le personnage est affamé et mange de façon avide, sans faire Première partie : 86 pages
attention à ce qu’il avale (« elle mange sa charcuterie de cet air glouton Deuxième partie : 46 pages
et indifférent des affamés », l. 15) ni à la façon dont il mange (« Elle Troisième partie : 56 pages
mange chez elle toute vêtue », l. 18), et se précipite sur la nourriture Quatrième partie : 74 pages
comme un animal, comme s’il craignait qu’on ne le lui vole (« mangeant Cinquième partie : 72 pages
comme un animal qui se dépêche », l. 24). On veillera à proposer un rythme de lecture qui tienne compte de
b. La rupture est marquée par cette phrase : « Elle lit, elle oublie cette inégalité.
d’achever son pain », l. 26.
c. Ce changement d’attitude s’explique par ce que découvre le 2. et 3. Outre les questions préparées par les élèves, on peut proposer
personnage en lisant et qui le scandalise : les toilettes luxueuses de les suivantes :
Madame de Metternich et de l’Impératrice, alors que lui-même est Première partie
dans la misère. Q : Qui est le père Madeleine ?
5. a. À partir de la ligne 25, le personnage est fasciné par ce qu’il lit. R : Jean Valjean, qui a refait sa vie sous cette identité.
b. Les adjectifs numéraux sont : neuf mille bouteilles de champagne, Q : Comment Jean Valjean prouve-t-il son identité au tribunal ?
trois mille gâteaux, six cents kilogrammes de viande. R : En donnant des détails sur Chenildieu (cicatrice sur l’épaule) et
c. Le mot « diamant » est répété six fois. Cochepaille (tatouage au bras gauche), que seul Jean Valjean pouvait
d. Zola cherche à montrer le contraste entre la grande misère du connaître (p. 82).
personnage et la débauche de luxe décrite par le journal. Deuxième partie
6. La fin de la nouvelle et son titre suggère que les jeunes filles du Q : Qu’est-ce que Jean Valjean offre à Cosette ?
peuple (« les pauvres filles ») rêvent de richesse, mais doivent se R : Une poupée.
contenter de leurs rêves, qu’elles ont peu de chance de voir se réaliser. Q : Comment Jean Valjean et Cosette se retrouvent-ils au couvent
du Petit-Picpus ?
R : Grâce à Fauchelevent à qui Valjean avait autrefois sauvé la vie.
  Histoire des arts
Troisième partie
1. Ce portrait dégage une impression de luxe, de magnificence, de Q : Qui est Marius ?
majesté. R : Le petit-fils de M. Gillenormand.
2. L’impératrice Eugénie porte une robe blanche, recouverte d’une Q : Qui est Leblanc ?
demi-jupe en tulle bouillonnant vert tendre garnie au bas de martre R : Jean Valjean, un homme mûr aux cheveux blancs qui accompagne
zibeline. Une rivière de diamants soutient un adorable fouillis de perles Cosette et dissimule sa véritable identité.
et de diamants. Dans les cheveux, un diadème de diamants admirables. Quatrième partie
Q : Qui est l’homme au chapeau que Cosette aperçoit la nuit dans le
jardin et qui lui fait peur ?
Lire et échanger sur des œuvres complètes R : Marius, amoureux de Cosette, et qui tente de l’approcher pour lui
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

déclarer sa flamme.
p. 46-48 • Parcours de lecture guidé Q : Pourquoi le père Gillenormand refuse-t-il que Marius épouse
Les Misérables, Victor Hugo Cosette ?
R : Parce qu’elle est sans dot et sans famille (p. 237 et suivantes).
Cinquième partie
A Découvrir l’auteur et ses combats Q : Qu’advient-il de Javert à la fin du roman ?
Sur les sites http://expositions.bnf.fr/hugo/arret/ind_engag.htm et R : Il se suicide en se jetant dans la Seine, parce qu’il ne supporte
http://expositions.bnf.fr/hugo/pedago/ress/ind_engage.htm, les pas d’avoir manqué à son devoir de policier. Il a en effet laissé partir
élèves découvriront les engagements de Victor Hugo contre la peine Valjean au lieu de le capturer.
de mort, la misère, et pour la liberté. Ils verront comment le poète est Q : Comment Gavroche meurt-il ?
devenu un symbole de l’engagement à son époque, prenant position R : Il est tué par une balle alors qu’il se trouve sur une barricade.

2 • Le peuple a voix au chapitre 29


D Étudier et présenter les thèmes du roman F Enquêter sur l’exposition Les Misérables
à la prison de Réau
1. Il sera utile de prévenir les élèves qu’ils auront à faire ce travail
avant qu’ils ne commencent à lire le roman, et de leur donner les 1. Pour se renseigner sur l’exposition, les élèves se reporteront aux
différents thèmes qu’ils auront à choisir. Ils pourront ainsi relever les sites indiqués page 48 du manuel.
passages utiles pour l’étude du thème choisi. Cependant, les titres 2. L’exposition a été conçue en 2016 à la prison de Réau par un groupe
des chapitres sont suffisamment précis et clairs pour permettre de de détenus. Elle évoque le roman à travers cinq thématiques : Jean
retrouver les passages à relire et exploiter pour l’étude des thèmes, Valjean, la rédemption ; Fantine, Cosette et Gavroche, l’enfance et la
une fois la lecture effectuée. misère ; Cosette, Marius et Éponine, les amours ; Paris, personnage
a. Jean Valjean : facettes et évolution du personnage des Misérables ; la révolte et le progrès. Cette exposition montre
Pour l’étude de ce thème on pourra utiliser en particulier les chapitres 3 la modernité de l’œuvre d’Hugo, elle témoigne de l’actualité de la
et 7 de la première partie ; les chapitres 3 et 8 de la deuxième partie ; question de la réinsertion des prisonniers, qui se pose encore dans
les chapitres 1, 4 et 14 de la cinquième partie. notre société. Les élèves seront sans doute sensibles à ce sujet, mais
On attend des élèves qu’ils étudient les différents aspects de la aussi à la singularité de cette exposition faite pour et par des détenus
personnalité de Valjean, qui apparaissent, notamment, à travers ses dans une prison.
différentes identités.
b. Enfance et misère : Cosette et Gavroche
Pour l’étude de ce thème on relira attentivement les chapitres 1, 2 G Comparer le roman à un poème
et 3 de la deuxième partie, le chapitre 1 de le troisième partie et le de V. Hugo
chapitre 3 de la cinquième partie. e enregi
Pour le poème « Melancholia », on se reportera au manuel

Text

stré
c. L’injustice sociale : Jean Valjean – Fantine
numérique enrichi, qui en propose une version lue par un
Ce thème est traité dans la première partie du roman, en particulier
comédien.
dans les chapitres 3, 4, 10, 11 et 16.
d. La police et la justice : le personnage de Javert Dans le roman comme dans ce poème, ce qui est dénoncé est le travail
Le personnage de Javert peut être étudié notamment à travers les et la misère des enfants.
chapitres 8 et 15 de la première partie ainsi que le chapitre 10 de la
cinquième partie.
e. Les amours : Cosette, Marius et Éponine H Rédiger un avis personnel
La quatrième partie est en partie consacrée à ce thème. On notera en sur Les Misérables
particulier les chapitres 1, 8 et 15. On attend ici des élèves qu’ils expliquent les éléments qui les ont
f. Paris, personnage des Misérables marqués dans Les Misérables, en exprimant une opinion argumentée
Ce thème apparaît dans différents chapitres et de façon diffuse dans qui s’appuiera sur des éléments précis du roman qu’ils auront lu.
tout le roman : le couvent du Petit-Picpus, la place de la Bastille, la Seine Dans le second paragraphe qu’il leur est demandé de rédiger, les élèves
où se suicide Javert, les égouts où disparaissent Valjean et Marius… pourront relier l’œuvre d’Hugo à l’actualité qui les entoure et à leur
g. La révolte : les barricades propre environnement, ce qui leur permettra de prendre la mesure
Ce thème apparaît en particulier dans la quatrième partie, chapitre 14, de la modernité de cette œuvre.
et la cinquième partie, chapitre 3.

p. 49 • Le cercle des critiques littéraires


E Présenter une adaptation du roman Afin d’aider les élèves dans le choix de leur lecture, on peut leur
La recherche sur Internet « Les Misérables adaptations » permet de proposer de feuilleter les ouvrages ou leur faire la lecture des premières
constater que ce roman a fait l’objet de très nombreuses adaptations, pages. On peut aussi leur demander de revenir sur ce qu’ils ont le plus
que ce soit au cinéma ou à la télévision. apprécié dans les extraits étudiés en classe afin d’orienter leur choix.
L’oral peut être évalué.
• Les Misérables, de J. Dayan, est une mini-série en coproduction
française-italienne-allemande-américaine-espagnole-japonaise-
canadienne en 4 épisodes de 90 minutes, réalisée par Josée Dayan et
écrite par Didier Decoin d’après l’œuvre éponyme de Victor Hugo. Elle
Pratiquer l’oral
a été diffusée en première diffusion à partir du 4 septembre 2000 sur
TF1. Les acteurs principaux sont Gérard Depardieu, Christian Clavier
et John Malkovich. p. 50 • Dire un poème
• Les Misérables, de J.-P. Le Chanois, 1957, est un film franco-italo- e enregi Une lecture du poème « Les Effarés » d’Arthur Rimbaud est
Text

stré

© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

allemand réalisé en deux époques par Jean-Paul Le Chanois d’après proposée dans le manuel numérique enrichi.
le roman éponyme de Victor Hugo, avec Jean Gabin dans le rôle de 1. a. Les enfants sont décrits à genoux, immobiles, penchés vers un
Jean Valjean. Il est sorti en 1958. soupirail ; ils sont en haillons dans le froid de la rue.
• Les Misérables, de T. Hooper, 2013, est un film musical britannique b. Ils regardent un boulanger qui travaille, en train de faire du pain.
réalisé par Tom Hooper en 2012 d’après la comédie musicale à succès c. « faire le lourd pain blond » (v. 5), « le fort bras blanc qui tourne la
de Claude-Michel Schönberg (1980), elle-même librement adaptée du pâte grise et l’enfourne dans un trou clair » (v. 8), « façonné » (v. 17).
roman du même nom de Victor Hugo (1862). Il est nommé 8 fois aux Ce champ lexical du vocabulaire du travail crée une atmosphère
Oscars dont celui du meilleur film en 2013. Il obtient trois statuettes dont rassurante, chaleureuse.
celle de la meilleure actrice dans un second rôle pour Anne Hathaway. 2. On attend ici une lecture dont l’expressivité rende compte de la
• Les Misérables, de l’Ajkun Ballet Theatre, est un ballet mis en scène misère des enfants et de l’émotion qu’elle suscite, par opposition avec
à New York par Léonard Ajkun en 2013. l’univers chaud et rassurant de l’univers du boulanger.

30
p. 51 • Présenter et commenter un tableau p. 51 • Organiser une conférence-débat : le peuple
dans la peinture réaliste européenne
ure d’im
1. Pour ce tableau, on se reportera au « parcours d’image »
Lect

age

dans le manuel numérique enrichi. A. Le peuple dans la peinture flamande du xvie siècle :
les Brueghel
www.musee-orsay.fr/fr/collections/oeuvres-commentees/peinture Pour ce sujet on pourra consulter : http://www.agoravox.fr/culture-
Ce tableau constitue une des premières représentations du prolétariat loisirs/culture/article/voyage-au-16eme-siecle-2-bruegel-118483
urbain. Si les paysans (Des glaneuses de Millet) ou les ouvriers des et http://www.larousse.fr/encyclopedie/personnage/Pieter_
campagnes (Casseurs de pierres de Courbet) ont souvent été montrés, Bruegel/110393
les ouvriers de la ville ont très rarement fait l’objet de tableaux. Bruegel représente des scènes de vie quotidiennes : il peint des
Contrairement à Courbet ou Millet, Caillebotte, bourgeois aisé, banquets, des fêtes villageoises, des scènes de patinage en hiver…
n’introduit aucun discours social, moralisateur ou politique dans son Il présente ainsi les gens du peuple dans leurs actions et tout
œuvre. L’étude documentaire (gestes, outils, accessoires) le place particulièrement certains personnages : le personnage du cocu (dans
parmi les réalistes les plus chevronnés. Les Proverbes flamands où la femme qui pose sur les épaules de son
Caillebotte a suivi une formation académique auprès de Bonnat, et la mari un manteau bleu indique par là qu’elle le trompe), celui de mégère
perspective accentuée par l’effet de plongée et l’alignement des lames (qui apparaît dans Dulle Griet dit aussi Margot la folle  ; « Griet » étant
de parquet est conforme à la tradition. L’artiste a dessiné une à une le nom donné aux femmes hargneuses et acariâtres), de fainéants et
toutes les parties de son tableau, avant de les reporter au carreau sur d’idiots dans Le Pays de cocagne (où l’on voit les poulets voler tout rôtis.
la toile. Le torse nu des raboteurs est celui de héros antiques. Mais loin Comme chez Bosch, les coquilles d’œuf vides symbolisent la stérilité
de s’enfermer dans ces exercices académiques, Caillebotte en exploite de l’esprit). L’image du peuple donnée par la peinture de Brueghel
la rigueur afin d’explorer l’univers contemporain de manière inédite. est pittoresque et colorée.
Présenté au Salon de 1875, le tableau est refusé par le jury, sans
doute choqué par ce réalisme cru (certains critiques ont parlé de B. Le peuple dans la peinture hollandaise du xviie siècle :
« sujet vulgaire »). Le jeune peintre décide alors de se joindre aux J. Vermeer, Jan Steen, A. Van Ostade
impressionnistes et présente son tableau à la seconde exposition Pour ce sujet on pourra consulter : http://www.cosmovisions.com/
du groupe en 1876 où Degas expose ses premières Repasseuses. Les peinturePaysBasChrono.htm
critiques sont impressionnés par cette grande page moderne, Zola Le xviie siècle est considéré comme l’âge d’or de la peinture hollandaise.
notamment qui condamne cependant cette « peinture bourgeoise à Le peuple est représenté dans ses humbles tâches quotidiennes (La
force d’exactitude ». Laitière, 1658, et La Dentellière, 1669, de Vermeer) ou dans ses activités
(Le Ménétrier, Van Ostade, 1673). Les femmes sont en particulier
2. a. Le parquet occupe les deux tiers inférieurs du tableau, le dernier très souvent représentées dans des intérieurs feutrés et des univers
tiers supérieur représente le mur d’un appartement et une fenêtre. intimistes. L’image du peuple qui émane de la peinture hollandaise
Seuls le bas du mur et de la fenêtre sont dans le champ du tableau. du xviie siècle est paisible et tranquille.
Les raboteurs sont représentés en plongée, travaillant à genoux sur
le parquet. Au premier plan et au centre du tableau est représenté C. Le peuple dans la peinture espagnole des xviie et
un raboteur ; les deux autres sont au second plan. Au troisième plan, xviiie siècles : Murillo, Ribera, Goya
on voit le bas des murs et la fenêtre de l’appartement dans lequel
S’inspirant de la vie, Goya peint les modèles qu’il voit autour de lui
les raboteurs sont en train de travailler. En arrière-plan : le parquet.
et fait revivre, en des compositions prises sur le vif, les mœurs, les
La lumière vient de la fenêtre ; elle se reflète à partir du bas de la
coutumes, les sujets populaires qu’il observe et dont il relève l’aspect
fenêtre, glisse sur le dos des hommes et sur le parquet qui n’est pas
spectaculaire comme par exemple dans La Forge (1808) ou Le Mannequin
encore raboté jusqu’au bas à droite du tableau. Les couleurs forment
(1792). Murillo peint lui aussi des scènes du quotidien aperçues dans
un contraste assez doux entre la blancheur du mur et de la lumière,
la rue, mais souvent plus douces et familières. Le Jeune Mendiant
et les couleurs sombres des pantalons et des cheveux des hommes.
(1645) ou Garçon avec un chien (1650) représentent par exemple un
Les mouvements réguliers et rectilignes des raboteurs sont rendus
jeune garçon dans la lumière. Ribera représentait les mendiants ou
par leurs bras tendus aux bouts desquels ils tiennent leurs rabots, et
des types populaires (La Jeune Fille au Tambourin, Le Joyeux Buveur, Le
les lignes du parquet, dont les reflets et la couleur (claire ou foncée)
Buveur de Muscat) mais aussi des personnages extravagants ou hors
indiquent s’ils ont été rabotés ou non. Au premier plan à gauche
du commun : La Femme à barbe (1631), Le Pied bot (1642).
apparaît une large partie du parquet déjà raboté, de couleur beige
L’image du peuple donnée par la peinture espagnole des xviie et
clair et où les reflets de lumière sont absents.
xviiie siècles est souvent saisissante et spectaculaire.
b. Les effets de perspective relèvent plutôt de l’art antique ; le sujet
du tableau, lui, relève du réalisme, puisqu’il représente des ouvriers au D. Le peuple dans la peinture réaliste française au
travail. On note la présence d’une bouteille de vin posée sur un linge xix e  siècle : G. Courbet, R. Bonheur, J.-B. Corot,
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

par terre à droite du tableau, et sans doute des vêtements, que les J.-F. Millet
ouvriers ont retirés pour pouvoir travailler plus à l’aise, sur le parquet http://www.musee-orsay.fr/fr/collections/dossier-courbet/le-realisme.
en haut à droite. Ces éléments suggèrent une œuvre documentaire, html
montrant comment travaillent des « raboteurs de parquet » (ce qui https://www.histoire-image.org/etudes/courbet-peintre-realiste-
est d’ailleurs le titre du tableau) et quelles sont leurs habitudes. Le societe
tableau se rapproche de la photographie par sa précision dans le Les peintres réalistes français du xixe siècle représentent souvent le
détail, le traitement de la lumière et de la perspective. peuple à travers des scènes rurales. Rosa Bonheur est un peintre
animalier qui représente les travaux des champs (Labourage nivernais,
3. On attend ici des élèves qu’ils donnent leur avis en le justifiant 1849). Jean-François Millet (Les Glaneuses, 1857 ; L’Angélus, 1859) montre
à partir des éléments qu’ils auront développés dans leur étude du la beauté et la noblesse des paysans dans leur vie quotidienne, tout
tableau de Caillebotte. comme Gustave Courbet, notamment dans Un enterrement à Ornans

2 • Le peuple a voix au chapitre 31


(1850) qui, par un très grand format traditionnellement dévolu à la b. le verbe qui s’emploie pour un boulanger est « pétrir ».
peinture d’Histoire et par un sujet de la vie rurale, renverse les valeurs c. Synonyme de « mêlait » : mélangeait – Synonyme de « furieusement  » :
traditionnelles et montre l’intérêt de la vie des paysans. J.-B. Corot vigoureusement – Synonyme de « poussait un soupir » : soupirait.
est davantage connu pour ses paysages, mais il peint également le 7. a. Les verbes d’action pour le texte 1 sont : se mettent au travail,
peuple au travail (Les Tailleurs de pierre, 1872). L’image du peuple dans déballent, déroulent, branchent, assemblent, ont installé, effectue,
la peinture réaliste française du xixe siècle est donc souvent rurale. configurer.
On retrouve dans toutes les représentations artistiques de la vie Pour le texte 2 : ait pris le temps, répondre, s’étant emparé, se mit à
populaire des métiers ou des types populaires que l’on rencontre frotter, à brosser, à astiquer, en chantonnant.
en fonction des époques (laitières, ménétrier, glaneuses…). Tous Pour le texte 3 : était concentré, il a vu, prenait son élan, en plongeant,
les courants, quelle que soit leur origine ou leur époque, tentent de il a senti, il avait pris, il a sauté, ouvert, capté, entendu.
représenter le peuple en lui donnant un statut de sujet aussi digne b. Les groupes de mots exprimant la rapidité de l’action sont :
d’intérêt que les grands de ce monde, les batailles ou les scènes de cour. Texte 1 : En deux temps trois mouvements
Aucun type populaire n’est écarté, même les plus modestes ou étranges Texte 2 : Avant que Maxime ait pris le temps de répondre
(enfant des rues ou femme à barbe). Le peuple devient alors grâce à Texte 3 : en plongeant
la peinture un sujet à part entière, sur lequel cet art cherche à nous c. Le procédé d’écriture qui donne du rythme à ces portraits est
renseigner et qu’il cherche à faire connaître au public. Des différences l’énumération (« Ils déballent, déroulent, branchent, assemblent »,
apparaissent, en revanche, dans le traitement pictural proprement « se mit à frotter, à brosser, à astiquer », « il a sauté vers la gauche,
dit de ces sujets : Brueghel et Goya sont plus noirs et grinçants dans ouvert les mains, capté le projectile… »).
leurs toiles que Vermeer ou Rosa Bonheur, qui cherchent à montrer 8. Pour choisir le métier qu’ils décriront, les élèves pourront s’inspirer
l’harmonie et la tranquillité des sujets populaires qu’ils représentent. des textes vus au cours du chapitre, ou des illustrations (notamment
celles des pages 30-31).

Pratiquer l’écrit p. 53 • Orthographe


Les accords dans le groupe nominal
A Travailler la langue pour préparer
et améliorer l’écrit 1. 1. Les commentateurs tout à fait enthousiastes manifestent leur
joie. 2. Cette journaliste souvent envoyée en reportage en Asie
p. 52 • Lexique connaît bien son sujet. 3. Dans cet atelier s’affairent des apprentis
Le travail nouvellement embauchés. 4. Souriants et affables, le boucher et son
employé servent les clientes, nombreuses ce matin. 5. Les ingénieurs
1. 1. Il vient de trouver un emploi de serveur. 2. Infirmier, médecin, fiers de leur brevet le présentent au jury.
kinésithérapeute sont des professions de santé. 3. Joël cherche un
2. 1. Les commerçants qui avaient ouvert leur magasin dès l’aurore
travail qui s’exerce en plein air. 4. Extraire du charbon dans la mine est
prenaient une petite pause. 2. La malade remercia l’infirmière qui
un rude labeur. 5. En l’absence du directeur, Léo exerce sa fonction.
l’aidait à marcher. 3. Les serveurs qui s’affairaient à l’heure de pointe
6. Les servantes au xixe siècle effectuaient toutes les basses besognes.
parvenaient à satisfaire la clientèle. 4. Ils ont fait appel à des employées
7. Ce métier artisanal exige beaucoup d’adresse et de précision.
qui sont venues renforcer l’effectif.
2. Liste 1 : méticuleux – précis – appliqué – soigneux – méthodique
Liste 2 : dynamique – entreprenant – énergique
3. La veuve se montre, attifée de son bonnet de tulle sous lequel
pend un tour de faux cheveux mal mis, elle marche en traînassant ses
3. 1. a. L’enquêteur examine les empreintes. b. Le chercheur examine pantoufles grimacées. Sa face vieillotte, grassouillette, ses petites
des insectes au microscope. 2. a. Le jardinier taille la haie. b. La mains potelées, sa personne dodue comme un rat d’église, sont
couturière taille le patron d’un vêtement. 3. a. Le pâtissier confectionne en harmonie avec cette salle où suinte le malheur. Sa figure fraîche
une tarte aux fraises. b. Le menuisier confectionne des meubles en comme une première gelée d’automne, ses yeux ridés, enfin toute sa
acajou. c. L’ouvrière confectionne des chemisiers à la chaîne. 4. a. Le personne explique la pension, comme la pension implique sa personne.
magicien réalise un nouveau tour. b. L’employé réalise un diaporama
pour la conférence.
Le portrait en action p. 53 • Grammaire
4. a. Parmi ces verbes, sont à utiliser pour une personne active : Les reprises – Les expansions du nom
s’affairer – s’ingénier à – s’employer à – diligenter – dynamiser. 4. a. Le groupe nominal indiquant qui est Charles est « le médecin ».
b. Le maçon s’affairait à monter un mur. Le juge diligentait une b. Les reprises nominales désignant le malade sont : le, il, il.
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

enquête. Le jardinier s’employait à tailler les haies. c. Mlle Emma est la fille du malade. Le groupe nominal qui permet
5. a. 1. Elle pria Florent de lui passer les légumes bottes par bottes. Elle de répondre est « son père ».
les disposa méthodiquement sur le carreau, parant la marchandise, 5. a. Les expansions des noms en gras sont :
dressant les fanes de façon à encadrer les tas d’un filet de verdure, pour « équipe » : « petite », adjectif
rangeant avec toute une singulière promptitude tout un étalage, qui pour « direction » : « d’un personnage », complément de nom
ressemblait, dans l’ombre, à une tapisserie aux couleurs symétriques. pour « personnage » : « corpulent », adjectif
a. 2. Mathilde a déposé ses dossiers sur les étagères, installé ses stylos pour « flanc » : « du trottoir », complément du nom
dans un petit pot, rangé ses fournitures dans le tiroir. pour « bouche » : « d’égout », complément du nom
b. Synonyme de « promptitude » : rapidité. pour « latitude » : « d’un mouvement », complément du nom
6. a. Tournant le dos, pétrissait, prenait, mêlait, pliée, enfonçait, suait, pour « mouvement » : « panoramique », adjectif
poussait un soupir. b. La proposition subordonnée relative en bleu complète le mot « celui ».

32
6. a. Les trois propositions subordonnées relatives sont : souriant ; elle voyait dans cette couleur un heureux présage ») qui
« dont le seul souvenir », « qu’il gardait », « qui avait duré quatre rappelle la jeunesse et la bonne humeur de Catherine. Mais on peut
semaines ». aussi le rapprocher de la nouvelle de Zola, À quoi rêvent les jeunes filles
b. Les pronoms relatifs qui les introduisent sont : dont (complément (p. 44) par l’évocation de la faim qui tenaille Gervaise (« de se trouver
du nom « souvenir »), qu’ (complément direct du verbe « gardait »), écrasée dans cette lutte énorme contre la faim »).
qui (sujet de « avait duré »). 2. Les quatre objectifs indiqués (peindre objectivement la société
de leur temps, valoriser cette classe sociale, émouvoir, éveiller les
consciences) rendent compte de ce que les romanciers du xixe siècle
B Écrire et réécrire qui ont représenté le peuple ont cherché à faire. Les élèves trouveront
◗◗Étape 1 facilement dans les textes étudiés au cours du chapitre des arguments
permettant de le montrer.
2. a. Un extrait de L’Assommoir, de Zola, est proposé aux élèves comme
modèle de portrait dont ils s’inspireront pour écrire un portrait de leur 3. À la question de savoir si la peinture du peuple par les écrivains
cru. Le passage en bleu correspond au portrait physique de la jeune et les artistes du xixe siècle peut encore intéresser au xxie siècle, les
femme. Le passage en vert décrit ses gestes ; c’est un portrait en action. élèves peuvent dans un premier temps être tentés de répondre par
b. L’impression générale qui se dégage de ce portrait est une impression la négative : cette peinture ne correspond plus à une réalité qu’ils
de fraîcheur et de jeunesse. rencontrent en France au xxie siècle. Cependant, les thèmes de la
pauvreté, de l’exploitation d’autrui, de l’injustice, de la condition
◗◗Étape 2 de l’enfance… sont des sujets qui restent d’actualité. De plus, par la
L’étape de l’écriture au brouillon est une partie essentielle du travail fiction ou la peinture, ces œuvres transmettent une culture historique
d’écriture. Elle peut faire l’objet de plusieurs séances d’AP dans la plus directement accessible et plus sensible que celle des ouvrages
mesure où l’on apprend à se servir d’un brouillon comme d’un temps spécialisés.
de recherche, de tâtonnement et d’amélioration progressive de son
travail, en s’inspirant du texte de Zola proposé en exemple. Il ne p. 55 • Je rédige mon bilan
s’agit pas de rédiger un premier jet, mais de prendre des notes sur 1. Le titre du chapitre (« Le peuple a voix au chapitre ») signifie que le
les éléments qui vont constituer le portrait et de l’organiser afin de peuple a le droit de s’exprimer aussi bien que les privilégiés. Les élèves
produire sur le lecteur l’impression recherchée. trouveront dans les textes et les illustrations du chapitre des exemples
Le traitement de texte permet un passage du brouillon au premier jet. où le peuple s’exprime sur ses conditions de vie, ses habitudes, son
Il peut permettre également à l’enseignant de proposer une correction travail, ses espérances ou ses rêves… par la voix des personnages
intermédiaire réalisée de façon plus rapide. représentés.
◗◗Étape 3 2. On peut attendre ici des réactions face aux injustices (le statut des
Pour cette étape, on se reportera aux exercices de lexique, orthographe bagnards), face à la difficulté et aux risques de certains travaux (les
et grammaire proposés pages 52 et 53. mineurs), à l’exploitation des enfants (Catherine, dans Germinal) et
à leurs conditions de vie miséreuses (« Les Effarés », de Rimbaud)…
◗◗Étape 4
Cette étape finale permet de valoriser la production de l’élève par
une relecture attentive du portrait rédigé.
Évaluer ses compétences

p. 130-131 • Lexique Analyse et interprétation de textes et


Construire le bilan de documents, maîtrise des différents langages
p. 55 • Qu’ai-je appris ? p. 56 • Fantine
1. H. de Balzac/Eugénie Grandet – G. Flaubert/Un cœur simple – V. Hugo/ ◗ Questions sur le texte
Les Misérables – Stendhal/Le Rouge et le Noir – E. Sue/Les Mystères de
Paris – E. Zola/Germinal. 1. Physiquement, Fantine est jeune, blonde (« Elle acheta un miroir,
se réjouit d’y regarder sa jeunesse, ses beaux cheveux et ses belles
2. Un forçat est quelqu’un qui a été condamné au bagne. Au xixe siècle, dents », l. 7 ; « de ses cheveux blonds et de ses dents blanches », l. 21).
les forçats étaient des réprouvés, dont on se méfiait et que l’on obligeait Moralement, elle est courageuse et travailleuse (« elle ne tirait donc
à détenir un « passeport jaune » qu’ils devaient faire signer dans les de sa journée de travail que peu de chose, mais enfin cela suffisait »,
mairies des villes où ils passaient pour se faire connaître en tant que l. 3 ; « Le goût du travail lui revint vraiment », l. 7), maternelle (« ne
forçats. Les romanciers ont donné de ces personnes une image plus songea plus qu’à sa Cosette », l. 9), et elle sacrifie ses cheveux pour
favorable, en montrant qu’elles pouvaient se racheter, et qu’après lui acheter des vêtements.
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

avoir effectué leur condamnation elles devaient retrouver un statut


de citoyens et d’hommes libres. 2. a. Pour Fantine, le travail représente une libération et une façon
de tirer un trait sur le passé, la possibilité d’envoyer de l’argent aux
3. Parmi les peintres du xixe siècle qui ont représenté le peuple, on Thénardier pour qu’ils s’occupent de Cosette.
peut citer : Renoir, Cézanne, Caillebotte. b. Le procédé d’écriture qui souligne ce que ressent le personnage est
p. 55 • Qu’avons-nous compris ? le discours indirect libre (« Vivre honnêtement de son travail, quelle
grâce du ciel ! », l. 6).
1. a. On peut mettre cet extrait de L’Assommoir en relation avec l’extrait
de Germinal (p. 36) par la description des outils (« les marteaux du 3. L. 28 à 34 : a. Le sujet des verbes de ce paragraphe est « on ».
serrurier et les rabots de l’ébéniste tapaient et sifflaient ») qui évoque b. L’emploi de ce sujet, qui représente l’ensemble des autres ouvrières,
celle des wagons de la mine et le travail que l’on y fournit, mais aussi exprime le jugement défavorable que porte l’auteur sur ces ragots
par le caractère jeune et enjoué de Gervaise (« Elle les enjamba, en et ces indiscrétions.

2 • Le peuple a voix au chapitre 33


4. Dans ce passage, l’auteur porte un regard sévère et désapprobateur 1. « dépaillée » : s’accorde au féminin avec « une chaise »
sur la société (« Il n’y a rien de tel pour épier les actions des gens que « différents » : s’accorde au masculin pluriel avec « niveaux »
ceux qu’elles ne regardent pas », l. 18 ; « vieux bonhomme qui ne « sales » : s’accorde au masculin pluriel avec « bonnets »
pouvait pas emplir son estomac de vin rouge sans vider sa poche « vieux et usé » : s’accorde au masculin singulier avec « corset »
aux secrets », l. 32).
2. « gelait » se conjugue à la troisième personne du singulier par
◗ Sur le texte et l’image rapport à son sujet « pot à beurre ». « se déchiraient » se conjugue à
la troisième personne du pluriel par rapport à son sujet « morceaux
5. Le portrait de M. B. Hall donne l’image d’une femme usée et de tissus ».
fatiguée, hagarde.
6. On peut en effet parler de peinture réaliste à propos de cette 1. b. Réécriture
œuvre : le visage et les vêtements de la femme, le berceau de l’enfant De larges mouchoirs bleus, comme ceux où se mouchent les invalides,
correspondent à une réalité qui existe. pliés en fichus, masquaient lourdement sa taille. Elle avait la peau hâlée
7. L’œuvre de M. B. Hall correspond en effet à l’image que l’on se fait et toute piquée de taches de rousseur, les doigts durcis et déchiquetés
du personnage dans le texte de V. Hugo : une femme aux cheveux par l’aiguille. C’était Fantine.
blonds qui tente de faire face mais qui est peu à peu dépassée par
les événements. 2. Travail d’écriture
Rédaction et maîtrise de la langue Pour ce travail, les élèves s’appuieront sur leur connaissance des
Misérables, acquise lors du parcours de lecture guidée (pp. 46-47). Ils
1. a. Dictée préparée connaissent la mesquinerie et la méchanceté des Thénardier ainsi que
e enregi
Une version enregistrée de cette dictée est disponible dans la situation de Cosette chez eux. On veillera donc à ce qu’ils en tiennent
strée
Dicté

le manuel numérique enrichi. compte, même si le travail demandé est un travail d’imagination.

© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

34
3 Mondes étranges

Avec quelles frontières le fantastique joue-t-il ?

1. Présentation du chapitre

1.1 Choix du chapitre L’image d’entrée dans le chapitre et la double page « S’interroger
et s’informer » permettent d’amorcer la problématisation et de poser
des éléments de définition du fantastique, en utilisant notamment
Le chapitre 3 du manuel, intitulé « Mondes étranges », est inséré
un court extrait d’un texte décisif pour la connaissance du genre,
dans la première partie relative au questionnement « Regarder le
Introduction à la littérature fantastique de T. Todorov. Les textes et
monde, inventer des mondes : la fiction pour interroger le réel ». Dans
documents proposés dans le chapitre interrogent le statut du réel dans
l’économie de la première partie, le chapitre « Mondes étranges », qui
la confrontation avec les forces de l’inconscient (amnésie, hallucination,
s’articule autour de la découverte de la notion de fantastique, suit
rêve ou cauchemar, folie), explorent la frontière fragile entre réel et
logiquement un chapitre consacré à la nouvelle réaliste (atelier 1) et
surnaturel et posent la question de ce que le fantastique nous dit et
un autre, problématisé autour de la représentation du peuple, entre
nous apprend de l’homme. Cette dernière perspective se prête tout
réalisme et vision fantasmée, dans les romans réalistes et naturalistes
particulièrement au croisement avec l’histoire des arts. Du point
du xixe siècle (chapitre 2). Après ces deux ensembles, le chapitre 3
de vue de la langue, l’accent est mis sur l’expression de l’hésitation,
interroge les frontières avec lesquelles joue le fantastique, notamment
du doute, propre au genre fantastique, à travers la modalisation du
les frontières du réel. Cette question s’inscrit dans une problématique
discours. Le travail sur la forme courte de la nouvelle se prête tout
de cycle plus large, la représentation de mondes grâce à la fiction :
particulièrement à un travail en AP.
mondes merveilleux des contes, utopies ou romans d’anticipation,
reconfigurations poétiques de la réalité en classe de 5e, romans et
nouvelles réalistes, naturalistes et fantastiques en classe de 4e, visions 1.2 Bibliographie
poétiques du monde en classe de 3e. – Anthologie du fantastique, Roger Caillois, Gallimard, 1977.
Le chapitre est construit autour d’une problématique clé pour – Le Fantastique : textes, commentaires et guides d’analyse, Claude
comprendre le genre fantastique, la notion de « frontières » du Puzin, Nathan, 1984.
réel, déclinaison poétique de celle de « limites » évoquée dans les – Introduction à la littérature fantastique, Tzvetan Todorov, 1970,
programmes. Le titre « Mondes étranges » interroge dès l’entrée dans réédition chez Seuil, collection Points essais, 2015.
le chapitre cette notion par la proximité sémantique et graphique – Le Fantastique, Valérie Tritter, Ellipses, 2001.
des mots « étrange » et « étranger », dissociant fondamentalement – L’Art et la littérature fantastiques, Louis Vax, Presses universitaires
le fantastique du merveilleux. de France, 1974.

2. Organisation du chapitre

2.1 La progression du manuel de faire le lien avec le programme de cycle 3 et de 5e autour de la


question du merveilleux. Les quatre activités suivantes conduisent
progressivement à identifier les caractéristiques du fantastique et à
L’image d’entrée dans le chapitre, Between (préposition qui signifie
formuler une définition du genre.
« entre » en anglais), permet de poser la notion de frontières pour
ISABLE  
problématiser le fantastique : frontière entre le réel et l’irréel, entre l’éveil On pourra demander aux élèves de réaliser tout ou partie de
UTIL

EN
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

AP
et le sommeil, entre la réalité et le rêve, entre l’intérieur et l’extérieur, ces activités en fonction des compétences acquises et des
entre le conscient et l’inconscient, entre l’intime et l’universel, entre compétences à développer.
la vie et la mort, etc.
◗ Le Paquet
Lire, comprendre, interpréter La nouvelle de D. Buzzati explore la frontière entre réel et surnaturel
autour d’une interrogation implicite sur l’amnésie ou la folie du
personnage. Elle présente l’avantage d’être un texte bref qui concentre
S’interroger et s’informer la plupart des caractéristiques du genre fantastique, tant du point de
vue du thème abordé (l’apparition inexpliquée et répétée d’un objet
La double page comporte cinq activités pour découvrir la notion étrange et mystérieux) que du point de vue de l’écriture (expression
de fantastique. La première activité, « Que savons-nous déjà ? », permet du doute, emploi des modalisateurs). Le texte, conçu comme une

3 • Mondes étranges 35
énigme et ouvert à de nombreuses interprétations, peut plaire à un Le deuxième objectif de cette double page est de faire découvrir aux
large public d’adolescents. L’étude du texte conduit à une mise en élèves comment le fantastique s’exprime dans d’autres domaines
perspective de la définition du fantastique proposée dans la page artistiques comme le cinéma ou les arts du spectacle vivant.
précédente et à l’appropriation des faits de langue permettant la
modalisation du discours. La brièveté du texte permet de l’utiliser
facilement comme support pour une heure d’AP.

◗ Apparition Pratiquer l’écrit


Texte canonique de la littérature fantastique, Apparition de G. de Le fantastique est un genre généralement apprécié par les élèves
Maupassant réunit toutes les caractéristiques de la nouvelle fantastique de collège mais difficile à aborder dans le cadre d’un travail d’écriture
et interroge les rapports de la réalité et de l’hallucination. Le manuel d’invention. En effet, sa proximité avec le merveilleux ou la science-
propose un parcours guidé dans cette œuvre, construit comme une fiction conduit les élèves à dériver vers ces genres voisins. Par ailleurs,
enquête littéraire pour parvenir à l’élaboration d’interprétations. Ainsi, l’écriture du fantastique mobilise des outils linguistiques complexes
les différentes activités proposées au fil du texte ont été conçues pour comme le vocabulaire abstrait du doute, l’emploi du conditionnel et les
former des compétences de lecture (construction d’une représentation modalisateurs. Les trois pages relatives à la pratique de l’écrit proposent
mentale à partir du texte, anticipation, formulation d’hypothèses de donc des activités denses pour maîtriser l’écriture du fantastique et
lecture à partir des indices du texte, régulation de la lecture, travail sur un support imagé, à la fois source d’inspiration et cadre garantissant
les implicites). Les iconographies disséminées tout au long du parcours la correspondance du récit inventé avec le genre fantastique.
dans le texte aident les élèves à mettre en image l’histoire racontée. La
dernière activité d’écriture mobilise de nouveau la définition de Todorov
donnée en ouverture du chapitre pour permettre une appropriation
des caractéristiques du genre grâce à l’examen de plusieurs exemples.
Construire le bilan
◗ La Maison bizarre
À travers la métaphore de l’intime qu’est la maison, la nouvelle de La page de bilan est téléchargeable dans le manuel
S. C. Bille aborde un questionnement à la fois singulier et universel sur FICHE
numérique enrichi. La construction du bilan de la
l’existence humaine et la construction de soi par l’inconscient (émotions
TÉLÉCHARGEABLE séance s’organise en trois temps :
esthétiques, souvenirs, mémoire, rêve, etc.). Dans cette nouvelle, – un rappel des connaissances acquises sur le genre ;
la contemplation d’une reproduction de la tapisserie médiévale La – un réinvestissement de ces connaissances grâce à la comparaison d’un
Dame à la licorne engage la narratrice dans une errance onirique et texte fantastique et d’un texte merveilleux et à la mise en perspective
énigmatique au cœur de l’intime, une errance qui ressemble aux de la question des limites ;
rêves de labyrinthes et de chutes dans le vide qu’on peut faire enfant. – un dernier temps de reformulation des notions acquises et de
D’un point de vue littéraire, cette nouvelle permet de réinvestir les réflexion critique sur ces notions.
acquis des pages précédentes sur les caractéristiques du fantastique. ISABLE  
Cette activité se prêtera volontiers à un travail en AP.
UTIL

EN

D’un point de vue culturel, le texte s’ouvre sur l’histoire des arts et AP
fait dialoguer l’intime et l’universel autour de la représentation et de
l’appropriation d’une œuvre médiévale célèbre.
Le manuel propose une découverte de cette œuvre, La Dame à la
Licorne, à la page suivante, ainsi qu’une mise en lien de la nouvelle Évaluer ses compétences
avec une lithographie de M. C. Escher.
Le texte de J. Sternberg est particulièrement intéressant à proposer
en évaluation car il offre une certaine résistance sans être trop complexe.
Lire et échanger sur des œuvres complètes
En effet, il comporte certaines caractéristiques du fantastique et se
prête à la démarche de l’enquête littéraire mise en œuvre dans les
Le cercle des lecteurs
activités de la séance. Cet extrait et le travail d’écriture permettent
Le cercle des lecteurs offre un large choix d’œuvres fantastiques, donc d’évaluer comment les élèves remobilisent les connaissances et
des grands classiques du genre aux œuvres de littérature de jeunesse compétences acquises, comment ils les réutilisent pour situer le texte
ou plus contemporaines pour mettre en perspective la notion de dans la problématique du genre. L’iconographie peut les guider dans
fantastique. cette interrogation de leurs savoirs face à un nouveau texte.

Parcours de lecture guidé


Ce parcours de lecture sur La Vénus d’Ille est construit comme 2.2 Autres pistes pédagogiques
une enquête. Le genre de la nouvelle fantastique se prête tout
Ce chapitre sur la nouvelle fantastique offre diverses possibilités
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

particulièrement à cette démarche féconde de parcours dans l’œuvre.


Ce parcours invite les élèves à jouer les lecteurs détectives en repérant comme :
et en recueillant des indices grammaticaux et lexicaux dans le texte – étudier La Vénus d’Ille en œuvre intégrale et non en parcours de
en vue d’établir une interprétation de la nouvelle. Il permet ainsi de lecture guidé ;
travailler les compétences de lecture. Le parcours, découpé en quatre – utiliser des nouvelles proposées dans le cercle des lecteurs pour
activités autonomes, est utilisable en AP. compléter le chapitre ;
– croiser l’étude de la nouvelle fantastique avec le thème du chapitre 7,
« Face à face avec l’Autre » ;
Pratiquer l’oral – en lien avec l’atelier 9, « Informés ou manipulés ? », rédiger un article
qui restitue un phénomène fantastique et les différentes étapes de
Les activités proposées invitent les élèves à manifester ce qu’ils ont l’enquête menée pour l’interpréter, comme dans la nouvelle La Main
retenu du fantastique par le travail de diverses compétences d’oral. d’écorché de Maupassant.

36
Corrigés

p. 59 • Document d’ouverture « les boiseries « la tapisserie ondula », « la


Les deux questions portant sur la photographie de B. Shaden sont craquèrent » tapisserie s’agita violemment »,

Texte 2
ouvertes. On notera soigneusement les impressions des élèves pour « Omphale se détacha du mur et
mettre progressivement en lumière les grands thèmes du fantastique sauta légèrement », « elle vint à
(étrangeté, inquiétude, peur, angoisse, horreur, etc.) et, dans l’esprit mon lit »
de la problématique du chapitre, les frontières avec lesquelles il joue « tous les sept… sur « le timbre de la voix de l’ombre »,
(la vie et la mort, le réel et le surnaturel, la réalité et le rêve, le normal

Texte 3
nos sièges » « une multitude d’êtres », « les
et l’étrange, l’humain et l’inhumain, l’intérieur et l’extérieur, etc.). accents connus et familiers de mille
ure d’im et mille amis disparus »
Afin d’aller plus loin dans l’analyse, un parcours de lecture
Lect

age

de cette image est proposé dans le manuel numérique enrichi.


2. a. Les trois récits sont racontés à la première personne.
b. L’effet produit sur le lecteur est celui d’une identification au narrateur.
3. Le sentiment qui se manifeste dans les trois récits est la peur :
Lire, comprendre, interpréter
« émoi » dans le texte 1, « stupéfaction » dans le texte 2, « horreur »
dans le texte 3.
S’interroger et s’informer
  Histoire des arts
p. 60-61 • Le fantastique A. et B. On accueillera toutes les impressions et on en prendra note pour
construire une réflexion sur la frontière entre réalisme et fantastique.
◗ Que savons-nous déjà ? Ce qui frappe surtout dans cette image, c’est la vision fantastique du
1. Personnages Fées, princes et princesses, rois et reines, paysage, le surgissement d’une forme inquiétante, inouïe, irréelle,
presque monstrueuse dans un univers qui semble réel (au premier
sorcières, ogres, géants, magiciens, etc. plan). Dans cette photographie, le premier plan, fixe, stable, quadrillé,
Lieux Forêts, châteaux, villages, etc. s’oppose à un arrière-plan en mouvement, comme vaporeux. Le travail
Objets Baguettes, anneaux et miroirs magiques, du noir et blanc et de la lumière transforme la vague en une forme
bottes de sept lieues, potions, poisons, etc. étrange, entre le végétal et l’animal.
Événements Métamorphoses, empoisonnement, C. et D. Les photographies de cette exposition métamorphosent les
endormissement, sorts et sortilèges, etc. paysages en jouant sur les effets de contraste que permet le noir et blanc,
sur l’ombre et la lumière, sur les effets produits par les phénomènes
2. Le lecteur d’un conte ne s’étonne pas de la présence du merveilleux de brume, sur les reflets dans l’eau, sur le travail de la perspective. Les
car le texte l’installe dès le début dans un cadre qui n’est pas réaliste : élèves justifieront leur choix en utilisant quelques termes techniques
un riche marchand ruiné dont l’une des filles se prénomme Belle (La d’analyse photographique (en se référant notamment à l’ABC de
Belle et la Bête), une princesse à qui une méchante fée jette un sort (La l’image, pp. 290 à 293).
Belle au bois dormant), un pauvre homme qui découvre la cachette
de quarante voleurs en prononçant une formule magique (Ali Baba ◗ Définition du fantastique
et les quarante voleurs dans les contes des Mille et Une Nuits), etc. 4. Un diable est un être surnaturel qui personnifie le principe du mal et
est souvent représenté comme un être repoussant, mi-homme mi-bête.
  Le trésor des mots La sylphide est un personnage surnaturel évoqué dans les légendes
1. Dans la phrase « Nous nous sommes vraiment amusés durant cette celtes et germaniques, souvent représenté comme une femme avec
soirée fantastique ! », l’adjectif « fantastique » signifie « parfaitement des ailes.
organisée ». C’est un synonyme de « formidable », « extraordinaire ». Le vampire est un personnage surnaturel du folklore d’Europe centrale
Le sens du mot a été atténué par rapport à l’étymologie grecque. et orientale : c’est un mort qui sort la nuit de sa tombe pour aller se
nourrir de sang humain.
2. a. et b. Le mot « irréel » est formé de l’adjectif réel précédé du
préfixe privatif ir-. Il signifie « qui n’est pas réel, qui n’a pas d’existence 5. Selon T. Todorov, le fantastique se caractérise par :
dans la réalité ». – l’intrusion du surnaturel dans le réel, l’avènement dans un monde
Le mot « surnaturel » est formé de l’adjectif naturel précédé du préfixe « familier » « d’un événement qui ne peut pas s’expliquer par les lois
sur qui signifie « au-dessus de ». Il signifie « qui est au-dessus des lois de ce même monde familier » (comme l’apparition d’une tête dans un
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

de la nature, comme divin », « qui n’a pas d’explication rationnelle, arbre, l’animation d’une tapisserie, l’épiphanie d’une voix constituée
qui échappe à l’entendement humain ». de multiples voix de morts) ;
– l’« hésitation » (l. 11) entre une explication rationnelle de l’événement
◗ À la découverte de l’univers fantastique ou l’acceptation de l’existence du surnaturel qui serait « partie intégrante
1. de la réalité » (l. 9).
Éléments de réel Éléments de surnaturel
6. La différence entre un conte merveilleux et un récit fantastique
« craquer des « une tête humaine, éclairée en réside dans l’acceptation, par le lecteur, du surnaturel comme constitutif
branches mortes », plein par la lumière de la lampe »,
Texte 1

ou non de l’univers fictionnel mis en place. Dans le conte merveilleux,


« animal fort lourd », « apparition », « éclat singulier des le lecteur accepte le surnaturel comme allant de soi ; dans le récit
« ma fenêtre », « dans yeux » fantastique, le surnaturel vient heurter, troubler une représentation
le feuillage de l’arbre » réaliste construite par la fiction.

3 • Mondes étranges 37
D’un monde à un autre discours », on attendra des élèves qu’ils s’appuient sur la définition
du fantastique construite à la page 61 (question 5) pour démontrer,
p. 62-63 • Le Paquet exemples à l’appui, que le texte de D. Buzzati peut être qualifié de
« fantastique ». En effet :
e enregi On trouvera un enregistrement du texte dit par un acteur – il est écrit à la première personne du singulier ;
Text

stré

dans le manuel numérique enrichi. – un événement apparemment surnaturel intervient (l’apparition


réitérée d’un paquet dégoûtant dans la voiture pourtant fermée à
  Lecture clé du narrateur) ;
– le sentiment grandissant de la peur domine le texte ;
1. La question est ouverte. On notera soigneusement les impressions – il subsiste un doute à la fin du récit entre une explication rationnelle
des élèves (peur, angoisse, inquiétude, horreur, etc.) pour élaborer de l’événement (un meurtrier amnésique) et l’acceptation du surnaturel.
progressivement une définition du fantastique.
2. Le début du récit situe l’histoire dans la réalité puisqu’il mentionne   Écriture
une ville italienne connue, Milan, la piazza Castello, et même la situation
de l’habitation « à la fin des numéros pairs » (l. 2). Le paragraphe devra correspondre à la définition du fantastique
formulée en réponse à la question 5 de la page 61. Il comprendra
3. Les groupes nominaux qui concernent le paquet sont : « le paquet »
des procédés de modalisation : emploi de phrases interrogatives,
(l. 5), « un emballage grossier de papier journal lié par une ficelle »
de verbes conjugués au conditionnel, de termes exprimant le doute,
(l. 6), « une chose dégoûtante » (l. 7), « de la viande » (l. 11), « un paquet
d’adverbes de modalisation.
suintant une matière liquide d’une couleur abjecte » (l. 13 et 14), « un
Exemple :
autre paquet d’aspect répugnant » (l. 18 et 19), « l’infâme paquet »
Qui aurait pu dire qui était cet homme ? On le voyait de loin, au
(l. 26). Ces groupes nominaux laissent à penser que le paquet est
crépuscule, arpenter le champ situé à l’orée du bois, portant sur ses
horrible, répugnant voire inquiétant.
épaules ce qui semblait être un lourd dé. Mais quand on s’approchait
4. Le narrateur commence par trouver l’objet « si repoussan(t) qu’il ne un peu, l’individu disparaissait, comme s’il n’était que fumée au milieu
(lui) passa pas par la tête de l’ouvrir » (l. 7 et 8). Il pense d’abord que des nuées d’oiseaux. Peut-être était-ce un dieu, une sorte d’Atlas qui
c’est une « plaisanterie » (l. 11). Puis, lorsque l’incident se reproduit, devait exécuter une tâche mystérieuse, peut-être était-ce un homme,
il est « troublé » (l. 17). La troisième fois, il ressent « un sentiment nul au village ne le sut jamais.
difficile à décrire, une sorte d’obscure stupeur » (l. 20 et 21). À la fin
du texte, il avoue qu’il a « peur » (l. 29). On remarque qu’il y a un effet
de gradation de l’indifférence au trouble, du trouble à la stupeur, de p. 64-65 • Apparition
la stupeur à la peur.
◗ L’entrée dans l’histoire (p. 64-65)
5. a. Le pronom personnel « ils » désigne vraisemblablement ceux
e enregi
que le narrateur soupçonne de mettre les paquets dans sa voiture. On trouvera dans le manuel numérique enrichi un
Text

stré

b. Le narrateur serait un ami de l’auteur dont il ne pourrait révéler le enregistrement du premier texte de la nouvelle, dit par un
nom, comme l’indique la caractérisation finale du texte en italique acteur.
et entre parenthèses.
c. Le lecteur ressent à la fois une impression de grande proximité   La clé des mots
(« confession », « un ami ») et de profonde étrangeté puisqu’il ne connaît
Le mot « secrétaire » désigne ici un meuble à tiroirs où l’on range des
finalement rien de l’identité des protagonistes de cette histoire bizarre.
papiers importants.
6. La fin de la nouvelle instille le doute dans l’esprit du lecteur quant
à l’innocence du narrateur qui a peur de parler de l’affaire à la police   Lecture
et qui souhaite rester anonyme. Le narrateur serait-il un meurtrier ou
un complice amnésique ? 1. Maupassant donne la parole au « vieux marquis de la Tour-Samuel,
âgé de quatre-vingt-deux ans ». On apprend qu’il a vécu une aventure
« étrange », « épouvantable », qu’il a ressenti la peur, cinquante-six ans
  Le trésor des mots
auparavant, et que cet épisode l’a obsédé toute sa vie.
a. Les mots et groupes de mots en bleu témoignent d’une incertitude,
d’un doute par rapport à ce qui est énoncé.
2. a. Le vieux marquis, qui est le narrateur de l’histoire, raconte sa
rencontre avec un ancien ami qui a perdu l’amour de sa vie. Cet ami
b. Phrases « Mais comment avaient-ils fait pour lui demande de lui rendre un service et de se rendre dans le château
interrogatives l’introduire, dans la voiture hermétiquement qu’il habitait avec son épouse décédée pour récupérer des papiers
fermée ? » importants dans un secrétaire.
Conditionnel « aurait voulu » b. L’atmosphère de ce début de nouvelle est étrange, mystérieuse,
voire angoissante. En effet, le narrateur ne reconnaît pas son ami
Lexique « je crois », « comme si le paquet avait
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

de jeunesse qui « semblait vieilli d’un demi-siècle » (l. 61). Cet ami
exprimant le recelé quelque chose qui me concernait
lui révèle qu’« un malheur terrible l’[a] brisé » : il a perdu de manière
doute personnellement et qu’il valait mieux ne pas
soudaine la femme qu’il aimait et il ne pense qu’au suicide depuis ce
dévoiler », « semblera », « je ne sais pas »
décès. Cet ami demande au narrateur de retourner dans le château où
c. Les modalisateurs seraient des procédés grammaticaux ou lexicaux la jeune femme est morte. Mais lorsque le narrateur se présente chez
qui permettraient de manifester un doute, une incertitude par rapport son ami pour qu’il lui explique ce qu’il attend de lui, ce dernier semble
à ce qui est énoncé. « boulevers[é] » (l. 99), « singulièrement agité, préoccupé, comme si
un mystérieux combat se fût livré dans son âme » (l. 101 et 102).
  Oral 3. a. Ce personnage éprouve un sentiment de peur, d’épouvante
Dans la perspective de développer la compétence « Construire les même : l’aventure est devenue une « obsession » (l. 11), il en a
notions permettant l’analyse et la production des textes et des gardé « une marque, une empreinte de peur » (l. 16). Il dit avoir subi

38
« l’horrible épouvante » (l. 17 et 18) qui a engendré chez lui une « terreur   Écriture
constante » (l. 21 et 22), un « trouble […] profond, […] mystérieux,
Cette activité permet à la fois de travailler des compétences de lecture et
[…] épouvantable » (l. 37 et 38).
d’écriture. On attendra des élèves qu’ils s’appuient sur les informations
b. Maupassant crée un effet de suspense. Il cherche à éveiller la
saillantes et les implicites du texte pour construire leur description et
curiosité de son lecteur et en même temps à provoquer chez lui une
formuler, à travers elle, des hypothèses de lecture. Il s’agit en effet de
inquiétude sourde.
la chambre d’une morte, fermée à clé depuis le décès, située dans un
c. La question appelle la formulation d’hypothèses de lecture à partir
manoir qui « semblait abandonné depuis vingt ans » (l. 136 et 137).
des indices saillants de l’incipit pour anticiper la suite du texte (travail
Par ailleurs, le fait que le narrateur y pénètre semble bouleverser le
des compétences de lecture). Le lecteur peut s’attendre à lire un récit
jardinier. On peut même se demander si le jardinier n’a pas une clé
fantastique car :
secrète de cette chambre (l. 161).
– il est mené à la première personne ;
– il relate des événements qui ont causé la peur du narrateur ;   Oral
– il relate des événements étranges comme le vieillissement prématuré
Cette activité d’oral prolonge l’activité d’écriture. Il s’agit, pour les
de l’ami du narrateur et son trouble ;
élèves, de s’appuyer sur leurs hypothèses de lecture pour en construire
– il évoque le thème de la mort.
de nouvelles. On les invitera à mettre en perspective les indices déjà
relevés dans le texte et à réutiliser les modalisateurs, vus à la page 63,
  Écriture pour imaginer ce qui va se passer dans la chambre. Il serait intéressant
On attendra des élèves qu’ils s’appuient sur les informations saillantes de leur apprendre, à l’occasion de cet exercice, à dramatiser leurs
et les implicites du texte pour construire leur récit : discours par des silences, des effets de gradation, des interjections,
– une histoire de « séquestration » (l. 1) ; des ruptures de ton, etc.
– une « chose étrange » (l. 10) ; ◗ Dans la chambre (p. 67-68)
– « il ne se passe pas un mois sans que je la revoie en rêve » (l. 14 et 15) ;
– « j’ai subi l’horrible épouvante » (l. 17 et 18) ;   Lecture
– « dangers imaginaires » (l. 32) ;
1. La description de la chambre crée une atmosphère surnaturelle car :
– les retrouvailles avec son ami qui lui apprend la mort de sa jeune
– la pièce est très « sombre » (l. 182) ;
femme ;
– la pièce est « en désordre » (l. 187 et 188) ;
– la mission confiée au narrateur et l’attitude étrange de son ami.
– le personnage aperçoit l’« empreinte profonde d’un coude ou d’une
tête » sur l’un des oreillers posés sur le lit, « comme si on venait de se
◗ La mission (p. 66-67) poser dessus » (l. 190 et 191) ;
– une porte d’armoire est « demeurée entrouverte » (l. 194) ;
  Lecture – le narrateur personnage ne parvient pas ouvrir les volets de la
chambre et reste donc dans l’« ombre » (l. 199 à 203).
1. La mission du personnage consiste à se rendre dans le château de
son ami et de sa défunte épouse pour y récupérer des lettres et des 2. Le phénomène surnaturel qui se manifeste est l’apparition d’« une
papiers dans un secrétaire. grande femme vêtue de blanc » (l. 227). Le narrateur ressent d’abord
un « frôlement derrière [lui] » (l. 211), puis « un autre mouvement,
2. a. Le personnage a le cœur léger pendant le trajet : il dit ressentir presque indistinct » (l. 214 et 215). Il entend ensuite « un grand et
une profonde « joi(e) de vivre » (l. 124). Il est réceptif à la beauté de la pénible soupir, poussé contre [s]on épaule » (l. 221 et 222) avant de
nature qu’il évoque avec sensualité. découvrir l’apparition en se retournant.
b. À la vue de la lettre, il éprouve de la surprise et de l’irritation car
elle est cachetée, comme si son ami se défiait de lui. Il chasse pourtant 3. La peur monte progressivement : le narrateur ne sent d’abord qu’un
bien vite cette idée de son esprit, pensant que c’est peut être le fruit « frôlement » sans rien ressentir. Il éprouve ensuite « un singulier petit
d’un geste non réfléchi. frisson désagréable » (l. 215 et 216) ; il est « ému » (l. 217). C’est enfin
« l’angoisse irrésistible des épouvantes surnaturelles » (l. 240 et 241)
3. a. Le jardinier, un vieil homme, semble surpris de le voir et hésite à qui le prend : il fait « un bond de fou » (l. 222), une « secousse » de
le faire entrer dans le château et pénétrer dans la chambre de la morte. terreur manque de le faire tomber (l. 230), « [son] âme se fond », « [il]
b. On acceptera toute hypothèse cohérente avec les informations ne sent plus son cœur, [son] corps devient mou comme une éponge,
fournies par le texte : on dirait que tout à l’intérieur de [lui] s’écroule » (l. 234 à 236).
– le jardinier se méfie de l’inconnu qui se présente au château ;
– le jardinier a reçu l’ordre de ne faire entrer personne ;   Écriture
– le jardinier nourrit une forme de superstition quant à la chambre
Comme dans les activités d’écriture et d’oral précédentes, il s’agit de
de la morte, etc.
s’appuyer sur la lecture précise du texte (notamment sur l’hésitation
4. Le personnage éprouve d’abord de l’impatience (« brusquement » entre « femme » ou « spectre » pour désigner l’apparition) pour élaborer
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

(l. 148), « impatienter » (l. 154), puis de la « colère » (l. 162), enfin il une narration fondée sur des hypothèses de lecture.
s’« emport(e) » (l. 171) avec violence (l. 174).
5. a. Cette scène est ancrée dans le réel puisqu’elle met en scène   Histoire des arts
des personnages ordinaires (un jardinier, le narrateur) dans un cadre A. On ne voit des deux femmes que leur buste. Leur visage clair et
réaliste (un château normand en juillet 1827). pâle, leur bouche charnue et leur chevelure sombre et épaisse sont
b. Les deux éléments qui pourraient laisser présager des événements mis en valeur par la composition du tableau et les couleurs. Dans
surnaturels sont : Beata Beatrix, le personnage féminin représenté ferme les yeux et
– l’état de délabrement du château pourtant confié au soin d’un tend sensuellement les lèvres en avant comme pour donner un baiser.
jardinier ; Dans Femme à la fenêtre, le personnage a les yeux ouverts, l’air pensif.
– l’hésitation du jardinier à laisser entrer le personnage dans la chambre On voit ses mains sortir du vêtement orange qui se confond avec le
de la morte. fond du tableau.

3 • Mondes étranges 39
B. Ces portraits peuvent faire écho au texte car :   La clé des mots
– ils représentent des femmes aux « cheveux dénoués, très longs, très
L’œil-de-bœuf est étrange car il n’est situé qu’à un mètre du sol
noirs » (comme dans le texte à la ligne 276) ;
contrairement aux fonctions habituelles d’un tel élément architectural.
– l’apparence des deux femmes peut sembler surnaturelle, l’une avec
les yeux fermés et les lèvres tendues vers un objet mystérieux, l’autre
presque spectrale, vêtue d’une blouse ample et fluide qui se confond   Lecture
avec la teinte des tentures ou des murs derrière elle.
A. Les lieux, l’espace
◗ Hésitation finale ? (p. 69) 1. a. et b. Les lieux décrits au fil du texte (et les mots et expressions
qui les caractérisent) sont :
  Lecture – dans le titre, une « maison bizarre » ;
1. Le fait qui trouble le narrateur au début de l’extrait est que la porte – « une grande maison rectangulaire » « aux abords de la ville » (l. 1 et 2) ;
par laquelle l’apparition a disparu est « fermée et inébranlable » (l. 300 – une pièce qui « s’appellerait le Salon cramoisi » (l. 24) ;
et 301) or elle était entrouverte quelques minutes auparavant quand – « une sorte d’estrade vaguement éclairée » (l. 48 et 49) ;
le narrateur est entré dans la pièce. – « un portique carré, orné d’un fronton » (l. 53 et 54) ;
– « un corridor » (l. 54) ;
2. Le narrateur est pris d’un « trouble effaré » qui le prive de ses « sens », – « une salle allongée et sans fenêtre, absolument inconnue » qui
comme s’il avait dormi et fait un cauchemar (l. 295 et 296), puis d’une « paraissait, tout comme le couloir, être abandonnée depuis longtemps,
« fièvre de fuite », d’une véritable « panique » (l. 302 et 303). En effet, poussiéreuse et mal aérée » (l. 58 à 61) ;
il ne parvient pas à savoir si l’apparition était bien réelle ou si c’était – « un escalier très raide qui m’était aussi inconnu » (l. 72 et 73) ;
une vision de son esprit halluciné. Arrivé chez lui, il ressent de l’anxiété – « une nouvelle chambre aux murs troués de niches contenant des
(l. 315) puis de nouveau une émotion violente, un trouble profond statuettes » (l. 82 et 83) ;
qui se manifeste par un « tremblement dans les doigts » (l. 326 à 328) – « Cette suite de corridors d’une maison des plus bizarres » (l. 123
quand il découvre les cheveux enroulés aux boutons de son dolman. et 124) ;
3. Dans cet extrait, le narrateur revient au monde réel après avoir – « une troisième salle » (l. 125) ;
éprouvé le surnaturel. Ce mouvement est symbolisé par son retour – « un nouveau corridor qui tourna court » (l. 155 et 156) ;
chez lui. Par ailleurs, une explication rationnelle se dessine grâce à la – « un second escalier qui descendait » (l. 157) ;
présence des « longs cheveux de femme » (l. 323 et 324) accrochés au – une « plate-forme […] très obscure » (l. 161 et 162) ;
dolman du narrateur qui prouvent que l’apparition était bien réelle – « un autre escalier » qui « remontait face à moi » (l. 162 et 163) ;
et qu’il s’agissait peut-être d’une affaire de séquestration. Pourtant, – « un trou » à la « pente douce » et aux « parois » « lisses et agréables
on ne trouve aucune trace de la jeune femme lors de la fouille du au toucher comme un toboggan » (l. 172 et 173) ;
château. Il y a donc retour au monde réel sans que l’événement ne – un lieu avec « un sol très tendre, tout tapissé de coussins satinés »
trouve pourtant d’explication satisfaisante. (l. 174 et 175), un « local […] petit et sombre », « une véritable tanière »
4. La fin de l’histoire ne permet pas de trancher entre une explication (l. 174 à 178) ;
rationnelle ou surnaturelle de l’aventure : l’hésitation subsiste entre – « les coulisses de ma maison » (l. 188 et 189).
l’explication rationnelle de la séquestration d’une jeune femme par 2. Les caractéristiques principales qui se dégagent de ces lieux sont
son époux et l’acceptation de l’apparition surnaturelle d’un spectre leur bizarrerie, leur étrangeté et l’absence de lumière naturelle.
dans la chambre de la morte.
3. Les lieux contribuent à créer une atmosphère fantastique car ils
5. Le titre de la nouvelle reflète l’ambiguïté de la nouvelle, l’hésitation sont étranges, surnaturels : il s’agit des « coulisses » de la maison, c’est-
entre explication rationnelle et explication surnaturelle, puisque le à-dire de pièces, couloirs et escaliers imaginaires qui se situeraient
mot désigne à la fois la manifestation d’un être surnaturel qui se rend dans les murs. Le texte est une réécriture du mythe du labyrinthe
visible et le moment où quelqu’un de réel apparaît. singulièrement associé aux motifs de la tapisserie représentant « La
Dame à la Licorne ». Les lieux dans cette nouvelle sont espaces frontières
  Écriture entre intérieur et extérieur, entre rêve et réalité, entre la fiction, le
mythe et le quotidien.
Il s’agit dans cette activité d’écriture de reformuler la définition du
fantastique déjà travaillée à la page 61 et de la mettre en perspective
B. Les objets
grâce à la nouvelle Apparition.
La nouvelle correspond à la définition du fantastique que donne Todorov 1. a. et b. Les objets décrits au fil du texte (et les mots et expressions
puisqu’elle fait intervenir, apparaître « dans un monde qui est bien le qui les caractérisent) sont :
nôtre » « un événement qui ne peut s’expliquer » rationnellement : – « des images de la “Dame à la Licorne” avec son miroir, sa tente
l’apparition et la disparition énigmatique d’une femme aux allures de dressée, et le petit lièvre blanc aux aguets dans la prairie pleine de
fleurs » et son « fond rougeâtre, parfois tirant sur la rose » (l. 13 à 16) ;
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

spectre dans un château abandonné. Par ailleurs, la nouvelle Apparition


illustre parfaitement les « deux solutions possibles », rationnelle et – « un vieux canapé Empire » (l. 19) ;
surnaturelle, évoquées par Todorov pour expliquer ce qui caractérise le – « un curieux secrétaire en bois de cerisier » (l. 20 et 21) ;
fantastique : soit une « illusion des sens », « produit de l’imagination », – « un lustre à pendeloques de cristal fumé » (l. 21 et 22) ;
soit l’acceptation de l’intrusion du surnaturel dans le monde réel. – « la mappemonde dont les pays s’allumeraient à tour de rôle »
(l. 26 et 27) ;
– « une cheminée où brûlerait à la mi-saison un feu de sarments »
p. 70-73 • La Maison bizarre (l. 23 et 24) ;
– une « serrure, paraît-il, unique en son genre » (l. 37 et 38) ;
e enregi
On trouvera dans le manuel numérique enrichi un – « deux petits chevaux sculptés dans la pierre » (l. 52 et 53) ;
Text

stré

enregistrement de l’intégralité de la nouvelle dite par un – « quatre archers de bois » « aux angles d’une sorte de bassin
acteur. rectangulaire et vide au milieu de la pièce » (l. 64 à 67) ;

40
– des « statuettes » peut-être « taillées dans la lave » qui « semblai(ent) 2. Les phrases interrogatives et exclamatives créant une atmosphère
contenir quelque chose de vivant », « pareil à un réceptacle de lézards fantastique sont :
ou je ne sais quel animal » (l. 83 à 121) ; – « Où vais-je arriver ? […] Dans quelle chambre ? » (l. 73 à 75) ;
– cinq miroirs reflétant les âges de la vie de la narratrice (l. 128 à 154). – « Et sans pouvoir y entrer ! » (l. 79) ;
2. Les objets sont curieux, étranges. Ils semblent pour la plupart – « Taillées dans la lave ? » (l. 89) ;
surannés. Certains semblent même vivants. – « Ange ou Amour ? » (l. 101) ;
– « Un faune ? Un nain ? » (l. 108) ;
3. Les objets contribuent à créer une atmosphère fantastique par leur – « Je poursuivis donc mon chemin, si l’on peut appeler de ce nom
étrangeté, leur bizarrerie, leur aspect baroque. Par ailleurs, certains cette suite de corridors d’une maison des plus bizarres ! » (l. 122 à 124) ;
d’entre eux rappellent la tapisserie de la « Dame à la Licorne » (les – « C’était moi à sept ans ! » (l. 129) ;
chevaux, le miroir, le bois de cerisier) et concourent à créer une confusion – « Je me retrouvai dans le Salon cramoisi ! » (l. 184 et 185).
entre rêve et réalité, entre réel et imaginaire.
C. Le temps   Écriture
1. Les passages évoquant le temps sont : Les procédés d’écriture employés par S. C. Bille que l’élève pourra
– « chaque semaine » (l. 9) ; réutiliser pour décrire la scène dessinée par Mordillot sont :
– « un jour » (l. 35) ; – la création d’un cadre spatio-temporel fantastique et d’une
– « un matin » (l. 40) ; atmosphère étrange grâce aux adjectifs et aux compléments du nom ;
– « je me dis que le temps passait et qu’il ne fallait pas s’attarder » – l’utilisation de verbes et adverbes de modalisation ;
(l. 119 à 121) ; – l’utilisation de phrases interrogative et exclamatives.
– « ce soir-là » (l. 196). Exemple
2. L’évocation du temps contribue à créer une atmosphère fantastique Jamais je n’avais remis de lettres aux propriétaires de la maison en
car il y a une sorte de parenthèse atemporelle entre le moment où la haut de la colline. D’ailleurs, jamais je n’avais vu personne entrer ou
narratrice franchit l’œil-de-bœuf et le moment où elle perce la « mince sortir de cette maison à part une vieille bonne sourde et muette.
paroi de carton », c’est-à-dire pendant tout le temps où elle visite les On aurait pu la croire inhabitée mais il se disait dans les environs
« coulisses » de la maison. qu’une dame âgée y logeait avec sa petite-fille. Un soir, alors que la
nuit tombait, une lettre arriva portant la mention « URGENT ». Elle
D. La narratrice était adressée à Mme N. Igmatique, « Maison en haut de la colline ».
1. Les groupes nominaux qui caractérisent les sentiments de la J’enfourchai mon vélo et, empli de la plus vive curiosité, je me dirigeai
narratrice sont : vers la maison. Qu’allais-je y découvrir ? Peut-être rencontrerais-je la
– « un vif plaisir » (l. 12) ; mystérieuse propriétaire ? L’escalier vermoulu grinça sous mes pieds
– « grande surprise » (l. 51) ; quand je gravis les marches. Il semblait n’avoir pas été emprunté
– « un peu affolée » (l. 132), qui complète le pronom « je » ; depuis longtemps. Il m’eût été bien difficile de dire si c’était la peur
– « en sécurité » (l. 161 et 162) ; ou l’excitation qui faisait battre mon cœur quand je m’apprêtai à
– « non sans quelque angoisse » (l. 176) ; frapper à la porte. Mais au moment où mon poing allait heurter le
– « l’épouvante » (l. 181). bois, il ne rencontra aucune résistance. La maison s’était volatilisée
2. Le comportement et les sentiments de la narratrice contribuent à ou plus exactement métamorphosée en une nuée d’oiseaux noirs qui
installer le fantastique puisqu’elle bascule petit à petit dans la surprise, croassèrent en se dispersant !
l’affolement, puis l’angoisse et l’épouvante.
  Histoire des arts
Partagez vos travaux
◗ La Dame à la licorne, une tapisserie mystérieuse
• La nouvelle de S. C. Bille correspond à la définition que Todorov
donne du fantastique. En effet, le début de la nouvelle donne une A. La tapisserie a été découverte par Prosper Mérimée au château
vision réaliste du monde décrit qui ressemble à notre monde : une de Boussac en 1841. Prosper Mérimée est un écrivain, historien et
maison dans laquelle va emménager une famille. Puis, l’histoire archéologue français, auteur de nouvelles célèbres comme Carmen,
bascule brutalement dans l’étrange et le bizarre avec cette visite des La Vénus d’Ille, Colomba, etc. Il fut inspecteur général des monuments
« coulisses » de la maison. L’étrangeté persiste puisque la fin de la historiques.
nouvelle ne permet pas au personnage ni au lecteur de trancher entre B. Une licorne est un animal merveilleux, poétique, onirique qui
une explication rationnelle des faits (la narratrice a rêvé) et l’acceptation ressemble à un cheval avec une corne au milieu du front. La légende
du surnaturel dans le réel (la maison est « à double fond »). dit que seule une jeune vierge peut capturer une licorne.
• Cette nouvelle invite à réfléchir sur la vie intérieure, l’inconscient C. L’un des mystères de la tapisserie est sa signification, l’identification
et l’intime. de ce qu’elle représente. On pense que les six panneaux de La Dame
à la Licorne sont des allégories des cinq sens, c’est-à-dire des figures
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

  Le trésor des mots féminines qui incarnent les cinq sens. Le sixième panneau serait une
sorte de synthèse des cinq autres, représentant peut-être la perfection,
1. a. et b. Les modalisateurs exprimant le doute sont :
la totalité, l’amour, ou encore un sixième sens par lequel le sujet fait
Verbes (+ modes et temps verbaux) et formes Adverbes retour sur soi et qu’on appelait le « cœur » à la fin du Moyen Âge.
verbales lexicalisées
D. Les images de cette tapisserie ont un double sens puisque ce
« paraît-il » (l. 37) « Peut-être » (l. 89) sont des allégories. Cette polysémie de l’image, à la fois narrative
« paraissait » (l. 59) et symbolique, à la fois objet esthétique et apologue sur l’homme,
« il m’eût été bien difficile de dire […] » (l. 87 peut contribuer à créer une atmosphère fantastique. Par ailleurs, le
et 88) fantastique sollicite les sens, notamment la vue, l’ouïe, le toucher,
« je n’en étais pas sûre » (l. 90) comme dans la nouvelle. Enfin la notion de sixième sens relève de
« semblait » (l. 91) l’étrange, de l’indicible, qui sont proches du fantastique.

3 • Mondes étranges 41
◗ Relativité mariée, une ravissante jeune fille. Au retour, chez les Peyrehorade,
A. On recueillera les différentes impressions des élèves sans avoir s’engage une vive discussion sur le jour du mariage, un vendredi auquel
d’attente précise. Le dessin mêle des impressions labyrinthiques est attachée une superstition (c’est un jour maudit car c’est celui de
d’ordre et de confusion mais surtout une sensation de vertige. Ce qui la mort de Jésus-Christ). Mais pour M. de Peyrehorade, vendredi est
provoque ces réactions et sentiments est la composition triangulaire le jour de Vénus, la déesse de la beauté.
de l’œuvre qui met en scène cinq plans différents. Le jour du mariage, Alphonse, déjà habillé pour la noce, se jette dans
une partie de jeu de paume opposant l’équipe locale à une équipe
B. Les éléments de réel que l’on repère sont : les escaliers, les végétaux, d’Espagnols, mais, gêné par sa bague, il l’enlève et, pour ne pas la
les objets (bouteilles, aliments, plateau, seau, etc.). perdre, il la passe au doigt de la statue. Son équipe l’emporte et le
C. Le titre de l’œuvre fait référence à la théorie de la relativité qui capitaine de l’équipe espagnole profère une menace : « Me lo pagarás »,
explique le phénomène de gravitation. Dans ce dessin, les lois « Tu me le paieras ».
physiques sont transgressées puisque le monde créé n’est pas régi Le soir, lors de la réception, M. de Peyrehorade compare les deux
par la gravitation. Vénus : la statue romaine et la jeune mariée. Puis Alphonse confie au
narrateur son angoisse : il n’arrive pas à retirer l’anneau du doigt de la
D. Les coulisses de la maison créées par S. C. Bille ressemblent
statue. Mais le narrateur n’y croit guère car Alphonse a beaucoup bu.
étrangement à la lithographie d’Escher. En effet, le texte et la
Durant la nuit, le narrateur entend plusieurs bruits de pas. Au petit
lithographie relèvent de la fantaisie architecturale, d’une construction
matin, il entend à nouveau des pas lourds puis des cris et des plaintes.
imaginaire de l’esprit avec une débauche de portes, d’escaliers et
Il découvre le jeune marié gisant sur le lit nuptial, le corps couvert de
de couloirs. Par ailleurs, les deux œuvres jouent sur l’intertexte du
contusions et sa femme en proie à une crise d’hystérie. Aucune trace
labyrinthe et sur la notion de perte des repères.
de sang ni d’effraction. Mais, sur le tapis, il trouve la bague qu’Alphonse
avait passée au doigt de la statue.
p. 75 • Le cercle des critiques littéraires
Le narrateur apprend ensuite le contenu de la déposition de la mariée,
Ce cercle des critiques littéraires propose des grands classiques de la devenue folle : après s’être couchée la première, elle a entendu
littérature fantastique (Le Horla, Aria Marcella, La Dame de pique, Le quelqu’un entrer dans la chambre et pensé que c’était son mari.
Violon de Crémone) et des anthologies ou œuvres plus actuelles. Le Quand cette personne s’est couchée dans le lit, la jeune femme a
carnet de lecture vise à s’appuyer sur les impressions de lecture de l’élève senti la présence d’un corps glacé. Plus tard est arrivée une seconde
pour mettre en perspective la définition du fantastique, donc à faire se personne, disant : « Bonsoir ma petite femme. » La jeune mariée a vu
rejoindre l’expérience de lecture et le savoir littéraire. L’alternance entre alors la statue qui était dans son lit enserrer son mari jusqu’à l’étouffer,
écrit et oral dans l’activité proposée s’inscrit dans cette perspective elle s’est évanouie et, à son réveil, a vu la statue quitter la chambre.
de consolidation d’un savoir par l’approche personnelle d’une œuvre. Le capitaine de l’équipe espagnole, d’abord soupçonné, fournit un
alibi incontestable. Le narrateur refuse d’accepter la piste surnaturelle.
Lire et échanger sur des œuvres complètes Pourtant, quelques mois plus tard, il apprend que M. de Peyrehorade
est mort, que Mme de Peyrehorade a décidé de faire fondre la statue
pour en faire une cloche et que, depuis, les vignes d’Ille ont déjà gelé
p. 76-77 • P
 arcours de lecture guidé deux fois.
La Vénus d’Ille, Prosper Mérimée
Activité 1 Lire et comprendre la nouvelle Activité 2 Enquêter grâce au numérique sur
en autonomie l’écriture d’une nouvelle fantastique :
les liens entre réel et surnaturel
1. Selon les élèves et les classes, le professeur pourra demander un
résumé oral ou écrit, évaluer ou non ce résumé, voire lancer les élèves On pense peu souvent aux apports du numérique pour la recherche
dans l’activité 2 en leur faisant confiance pour la compréhension automatique d’occurrences dans un texte long. Pourtant la fonction
première de cette œuvre dont l’accès n’est pas très difficile. « recherche » dans un texte en ligne ou en traitement de texte permet
2. Résumé de la nouvelle de faire apparaître rapidement et aisément des occurrences lexicales.
Le narrateur, un archéologue, se rend à Ille, dans le Roussillon, pour Le temps ainsi gagné est alors judicieusement employé à analyser et
rencontrer M. de Peyrehorade, un antiquaire qui doit lui montrer interpréter les choix lexicaux de l’auteur. Cette démarche, sans être
des ruines antiques de la région. En chemin, le guide informe le à proprement parler celle de la lexicométrie, qui requiert des outils
narrateur : M. de Peyrehorade s’apprête à marier son fils, Alphonse, avec statistiques, s’en rapproche et est un outil pédagogique intéressant
Mlle de Puygarrig, une jeune fille fortunée, et a découvert récemment pour amener les élèves à s’intéresser aux mots, en mettant un temps
une statue de Vénus, probablement romaine, que le guide juge de côté l’histoire pour mieux y revenir ensuite.
inquiétante car elle a des yeux blancs angoissants et a provoqué un Le travail par groupes facilite la démarche de mise à distance critique
accident, brisant la jambe d’un ouvrier. qui est ici sollicitée.
M. Peyrehorade réserve un accueil chaleureux au narrateur et lui parle
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

avec chaleur de la statue. De la fenêtre de sa chambre, le narrateur Thème A • Les lieux


aperçoit au loin la statue et assiste à une scène étrange : deux jeunes
garçons interpellent la statue ; la pierre que l’un d’eux lui jette rebondit 1. a. Ce travail se fera sans avoir la carte sous les yeux ; mais la petite
et le frappe au front, ce qui met le garçon en fuite. carte du manuel aidera les élèves les plus fragiles à se faire une
Le lendemain matin, M. de Peyrehorade fait admirer sa Vénus à représentation mentale des lieux de l’intrigue.
l’archéologue qui remarque ses traits magnifiques, mais un visage b. Tous les noms géographiques de la nouvelle : Canigou, Paris,
empreint de dureté. Les deux hommes commentent l’étrange inscription Perpignan, Ille, Roussillon, Serrabona, Barcelone, Collioure, Prades,
figurant sur le socle : « Cave amantem » (« Prends garde à toi si elle Sour, Tyr, Valence, Dyrrachium, Boulternère.
t’aime »). Puis le narrateur fait la connaissance d’Alphonse, le futur marié, c. On retrouve sur la carte l’essentiel de ces noms à quelques réserves près
qui lui montre la bague sertie de diamants qu’il destine à sa fiancée. (cf. d.), mais l’orthographe de Bouleternère a été modifiée par Mérimée
Le soir, le narrateur dîne chez les Puygarrig, les parents de la future pour fonder les explications étymologiques de M. de Peyherohade.

42
d. Valence : ville du sud de l’Espagne ; Sour : ville et port à l’extrémité c’est au début du récit pour désigner les « quinze jours » liés à l’accident
nord-est de la péninsule arabique (au sud de l’actuel sultanat d’Oman) ; de Jean Coll : indication précise certes mais superflue ;
Tyr : ville du Sud-Liban ; Dyrrachium : nom latin d’un lieu de bataille – « Heure » (18 occurrences), pour situer dans le temps ou exprimer
situé sur la côte adriatique (actuelle Albanie). une durée : ce nom apparaît dans le centre du récit, où il traduit
e. Les indications géographiques sont précises. Elles placent le récit l’impatience de M. de Peyrehorade, et à la fin du récit où l’abondance
dans une sphère géographique précise et réelle, l’ancrant dans la des chiffres donne l’illusion de suivre l’action au plus près alors que,
réalité. L’ancrage initial dans la réalité est une des caractéristiques finalement, on ne connaît pas l’heure du crime ;
du récit fantastique. Cet ancrage contribue aussi à différencier le – « Minute » : 10 occurrences : à la fin du récit, on a une surabondance
narrateur parisien, savant qui obéit à la raison, au provincial assez de détails de minutes, tout à fait inutile : cela sert seulement à faire
niais, M. de Peyrehorade, qui néglige les avertissements. croire que la situation est objectivement relatée et suivie, ce qui n’est
2. a. et b. Les occurrences des noms pas le cas ;
– Boulternère serait la corruption de TURBULNERA (Venus Turbulnerae), – « Midi » (1) à la fin du récit ;
ville romaine sous la protection de Vénus selon les explications de – « Minuit » (2) à la fin du récit.
M. de Peyrehorade. Or ces longues explications pseudoscientifiques Ces mots se répartissent dans tout le récit. Mais la plupart de ces
ne font que souligner in fine la sottise de l’antiquaire. Mais l’ambiguïté indications temporelles sont inutiles pour suivre le récit. Elles servent
sert l’hésitation fantastique : il s’est glissé dans l’esprit du lecteur que à créer un effet de réel qui illusionne le lecteur et rend l’intrusion du
Vénus est « turbulenta », celle qui trouble ; ce trouble sera d’abord surnaturel d’autant plus déstabilisante.
associé au trouble amoureux avant de devenir le trouble de l’ordre
établi, des frontières entre réalité et surnaturel. Thème C • Le mariage
– Collioure est associé au « vieux vin de Collioure, aussi fort que l’eau-
de-vie » (« vous avez bu trop de vin de Collioure »), donc à l’ivresse qui 1. Les occurrences de « mari » et de « mariage » :
favorise le doute du narrateur et du lecteur. – « mari » : cette recherche fait apparaître le nom « mari », le verbe
– Valence, d’où proviennent les joueurs de paume, ancre le récit dans « marier », les noms « le marié », « la mariée », « les mariés », soit au
le réel. Mais ce lieu est aussi lié à la mort : « où des braves se servaient total 25 occurrences :
de longs sacs de cuir remplis de sable fin pour assommer des gens – « mari » désigne une fois M. de Peyrehorade, à la fin plusieurs fois
dont on leur avait payé la mort. » Alphonse (le mari mort). À relever la phrase « Ils m’appelleraient le
mari de la statue » qui, au centre du récit, donne la clé de la nouvelle :
3. Ces noms de lieux servent apparemment à ancrer le récit dans Alphonse a donné sa foi à deux épouses, la Vénus et Mlle de Puygarrig.
le réel mais, insidieusement, ils glissent des éléments de doute qui Mais cette clé est donnée au conditionnel : hésitation fantastique oblige !
feront hésiter le lecteur. La répétition des noms « marié », « mariée », « mariés » peut s’interpréter
ainsi : souligner que le mariage est au cœur de l’intrigue et réduire
Thème B • Les repères temporels l’identité des personnages à leur statut de mariés ;
– « mariage » (12 occurrences) : le mot « mariage » est associé au choix
1. À la première lecture, on ne repère aucune indication précise du jour, le vendredi (cf. supra), et donc à une malédiction telle que
d’année, de mois, de date ni de saison. En revanche apparaissent le marié serait prêt à « ajourner » ses noces. Le narrateur se révolte
d’autres indicateurs de temps : contre le « mariage de convenance » qui livre la délicieuse Mlle de
– des noms de jours de la semaine : assez visiblement « vendredi » Puygarrig à cette brute d’Alphonse. Ce nom est aussi indirectement
(4), plus discrètement « mardi » (1), « samedi » (1) ; associé à l’idée de doubles épousailles : « un mariage, dit-on, en
– des adverbes et connecteurs : « demain » (9), « après-demain » (2), amène un autre », explique M. de Peyrehorade, parlant des couples
« le lendemain » (3), « la veille » (4) ; qui se forment lors des fêtes de mariage, mais sa phrase se révélera
– des noms : « heure » (18), « minute » (10). tristement prémonitoire…
Les indicateurs de temps sont finalement nombreux, semblant ainsi 2. a. et b. Le nom « bague » désigne deux objets : la bague en diamants
ancrer le récit dans une réalité temporelle bien balisée. Mais à y regarder prévue pour la mariée et une seconde bague en or, beaucoup plus
de plus près le récit ne se situe pas précisément dans le temps. Cette simple, qu’Alphonse porte au doigt et qu’il donnera finalement à
fausse précision assimile le récit à la chronologie d’un récit policier mais sa fiancée. La première bague est présentée comme une bague de
sans en avoir la rigueur. Il s’agit bien de leurrer et d’égarer le lecteur. famille, richement ornée de diamants ajoutés ; par sa forme (deux
2. Les occurrences de « vendredi » : mains enlacées) et son inscription (Sempr’ab’tibi, « Toujours avec toi »),
a. Ce nom est employé exclusivement dans le milieu du récit (en elle est vraiment une bague nuptiale.
général en fin de phrase, ce qui lui donne du poids). Ce nom est alors La bague sertie de diamants, par son caractère ostentatoire, contribue
associé au mariage, à la superstition, à la peur, au nom de Vénus ; il à faire des Peyrehorade, père et fils, des goujats enrichis dépourvus de
sonne donc comme un avertissement que M. de Peyrehorade et son discernement. Elle sert aussi la cohérence du récit : par sa taille, elle
fils ne veulent pas entendre. est gênante, ce qui explique qu’Alphonse doive la poser et que son
b. Pour M. de Peyrehorade, le nom de ce jour est associé à Vénus, absence soit remarquée par le domestique à la fin, ce qui accrédite son
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

déesse païenne ; pour sa femme, il est associé à la passion et à la témoignage. L’existence de la seconde bague explique qu’Alphonse
mort du Christ. C’est un jour de deuil qui ne convient pas pour une ait eu une solution de rechange et que sa fiancée n’ait rien remarqué.
fête de mariage. Le débat autour du choix du vendredi contribue au Mais seule la bague de diamants est la vraie bague nuptiale… et
fantastique car il sous-entend que des forces religieuses (païennes c’est au doigt de la Vénus qu’elle a été passée. Mlle de Puygarrig n’a
ou chrétiennes) interviennent dans ce mariage. reçu qu’un succédané d’anneau nuptial : elle n’est donc pas vraiment
3. Les occurrences des mots « jour », « heure », « minute », « midi », mariée à Alphonse.
« minuit » : 3. Cette façon de mettre sur le même plan les deux personnages
– « Jour » (13 occurrences) : ce nom, présent dans tout le récit, désigne auxquels Alphonse a passé la bague au doigt abolit toute frontière
tantôt la journée vs la nuit, tantôt le jour de la semaine ; il est alors entre le monde réel et le monde irréel, faisant naître le fantastique.
précédé de déterminants peu précis « un », « tel », « quelque », « autre ». Le récit tend en effet à faire penser que la Vénus a agi par jalousie
Il donne donc l’illusion de la précision. Le seul moment où il est précis, lors de la nuit de noces. Elle punit Alphonse de lui avoir préféré son

3 • Mondes étranges 43
épouse mortelle. Cette mention de la vengeance de la déesse est expriment la séduction tout humaine de la statue. Ce qui contribue à la
perceptible jusqu’à la dernière phrase, laissant planer le doute chez création du fantastique, c’est la comparaison de cette statue avec une
le lecteur, une fois le livre refermé. femme, avec des formes qu’« on aurait pu croire moulées sur moule » ;
il est question d’« illusion de la réalité ». La frontière entre inanimé
Thème D • La statue
et animé s’estompe alors. Le narrateur évoque aussi le « caractère
1. Les occurrences de « Vénus » sont au nombre de 45 (7 au début, étrange » de la statue. Le portrait qu’il brosse personnifie la statue :
25 au centre, 13 à la fin du récit). Les déterminants employés sont le plus « dédain », « ironie », « cruauté », « sensibilité », autant de noms qui
souvent « la », ce qui fait de Vénus un personnage, mais aussi « ma » (5) donnent à la statue une dimension humaine et abolissent les frontières
dans la bouche de M. de Peyrehorade. Le possessif exprime certes la entre inanimé et animé, ce qui favorise l’émergence du fantastique.
fierté de l’antiquaire : elle est « sa » trouvaille qui met du piment dans Lors de la présentation des travaux, les élèves auront à montrer
sa vie. Mais on peut se demander si ce « ma » ne contribue pas à une comment Mérimée s’est ingénié à leurrer le lecteur en lui faisant croire
confusion entre l’objet archéologique et la déesse qui obsède l’esprit à un ancrage fort et précis dans la réalité qui se révèle illusoire mais
de M. de Peyrehorade… avant d’envahir la vie de son fils. Il faut aussi qui rend plus crédible l’intrusion du surnaturel.
relever « Il y a deux Vénus ici ».
Les expansions liées à ce nom sont :
– « ma belle Vénus » ; « une Vénus d’une merveilleuse beauté » ; Activité 3 Comprendre le rôle du narrateur
– « la Vénus de mon hôte » (lorsque le narrateur fait un parallèle entre 1. Le narrateur est un archéologue, donc un savant, un homme qui
la jeune fille et la statue) ; s’attache à des faits observés, non à des chimères surnaturelles. Il
– « la Vénus, que le diable puisse emporter ! » (Alphonse) ; participe de l’ancrage du récit dans le réel.
– « de la Vénus romaine ou de la catalane » ;
– « la Vénus de bronze » ; 2. A. Épisode de la pierre rejetée (de « Les fenêtres étaient fermées »
– « C’est Vénus tout entière à sa proie attachée ». à « je m’endormis. »)
Les constats qu’on peut faire sont les suivants : ces expansions Verbes dont le sujet est « je » ou « j’ » : « j’ouvris », « je demeurai »,
soulignent : « j’allais fermer », « j’aperçus », « je l’appris », « je ne pouvais juger »,
– la beauté de la Vénus (la statue est aussi belle que la déesse qu’elle « j’étais », « je le vis », « je fermai (la fenêtre) », « je m’endormis ».
représente) ; a. La répétition est celle du verbe « fermer » qui encadre la scène de
– le parallèle entre la statue et la fiancée ; découverte de la statue.
– l’ambiguïté entre la statue « de bronze » et la Vénus personnifiée b. Le narrateur ne donne au lecteur aucun témoignage précis puisqu’il
(« de mon hôte ») ; aperçoit seulement la statue et la scène ; à la distance où il se trouve, il
– la Vénus maudite « que le diable puisse emporter ! ». ne peut juger de rien. Il ne voit qu’un bras. Le modalisateur d’opinion
Enfin il faudra expliquer aux élèves que « C’est Vénus tout entière « il était évident » est donc sans fondement.
à sa proie attachée » est un vers de Racine (Phèdre) qui souligne le B. Épisode de la découverte du crime (de « Je dormis mal et me
caractère vindicatif et possessif de la déesse qui a brisé le destin de réveillai plusieurs fois… » à « Alors je sortis et demandai des nouvelles
Phèdre ; cette citation crée une nouvelle fois la confusion entre la de mes hôtes. »)
déesse et la statue. Verbes dont le sujet est « je » ou « j’ » : « Je dormis mal », « me réveillai,
2. Les 7 occurrences de « beauté » concernent toutes la statue : « j’étais éveillé », « j’entendis », « j’avais entendu », « j’essayai », « je
« terrible beauté », « toute ta beauté », « la supériorité de beauté », « une n’imaginais rien », « j’allais refermer les yeux », « je distinguai », « pensai-
merveilleuse beauté », « ce n’était point cette beauté calme et sévère je », « je m’habillai », « j’entrai », « je courus », « m’écriai-je », « je
des sculpteurs grecs », « une incroyable beauté », « une si merveilleuse m’approchai », « j’écartais et vis », « je me baissai et vis », « j’entraînai »,
beauté ». Mais l’une d’elles exprime une comparaison entre la beauté « je fis porter », « je laissai », « je me souvins », « je me rappelai »,
de la statue et celle de la jeune fille : la supériorité revient à la statue « j’osais », « j’allais », « je descendis », « je ne trouvai (aucun indice) »,
en raison de son air de « tigresse », de son « énergie » : c’est une « j’observai », « je l’avouerai », « je ne pus contempler », « je regagnai »,
beauté sauvage et fatale à laquelle on ne peut résister. On remarquera « j’y restai », « je sortis », « demandai ».
parallèlement l’ambiguïté de « terrible » : une beauté qui fait peur. a. Les verbes « entendre » et « voir » sont répétés (auxquels on peut
associer les verbes « observer » et « contempler » ; ce sont des verbes
3. Les qualificatifs associés aux yeux de la statue sont : « grands », de perception, qui dans une enquête policière sont porteurs d’un
« blancs », « un peu obliques », « incrustés d’argent », « (très) brillants » ; témoignage factuel ; ces verbes semblent ancrer le récit du narrateur
le verbe associé aux yeux de la statue est le verbe « baisser » qui dans le réel.
souligne le pouvoir de la statue par opposition à la modestie de la b. Le narrateur effectue de nombreuses actions qui donnent l’illusion du
mariée qui « ne levait pas les yeux ». réalisme mais qui n’éclairent guère sur ce qui s’est passé. En revanche,
L’auteur a inversé le code des canons de la beauté féminine de son le verbe « s’écrier » exprime une émotion qui contraste avec le flegme
époque : la statue a la peau noire et les yeux blancs ; cela souligne dont le savant a jusqu’alors fait montre : l’émotion le gagne, et avec
son aspect terrifiant car radicalement différent, sa beauté sauvage. lui celle du lecteur.
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

D’autre part ses yeux obliques blancs et brillants qui fixent celui qui 3. Le point de vue du narrateur joue un rôle essentiel dans la création
la regarde font penser à un félin. du fantastique : pendant tout le récit, ce témoin est le garant de
4. Les portraits successifs de la statue jouent un rôle essentiel pour l’objectivité, celui qui rejette les superstitions, donne des explications
la création du fantastique. rationnelles. Le lecteur est amené à faire confiance à ce narrateur à la
Le guide souligne le caractère maléfique de la statue : une grande première personne. Pourtant, par petites touches, le narrateur sème
femme noire qui vous dévisage, vous fait baisser les yeux, une idole qui le doute dans l’esprit du lecteur, par exemple en ne présentant pas la
a l’air méchante, qui a brisé la jambe de l’ouvrier Jean Coll. D’emblée statue tout à fait comme un objet inerte mais en lui prêtant des traits
cette statue sortie de terre, telle une morte ressuscitée, semble incarner et des sentiments humains. Et à la fin du récit, le narrateur adhère au
le mal. doute général ; lui aussi se met à croire que la Vénus a tué Alphonse,
Le deuxième portrait est fait par le narrateur qui souligne sa merveilleuse qu’elle a un pouvoir surnaturel et maléfique. De ce fait, les certitudes
beauté, au corps parfait, suave, voluptueux : autant de qualificatifs qui qu’il a fait partager au lecteur s’effondrent totalement.

44
Activité 4 Faire la synthèse sur scène et se désigne ainsi comme fiction. Le fantastique participe,
dans cette comédie musicale, à la création du spectaculaire et perd sa
L’écriture de cette nouvelle ressemble à maints égards à celle d’un récit
dimension réflexive et métaphysique sur les limites du réel.
policier : un « personnage » (la statue) rendu suspect dès le début du
récit, un crime inexpliqué, une enquête. L’écriture multiplie les indices
p. 79 • P
 résenter et commenter une bande-
précis, avec de multiples jalons spatio-temporels, qui ressemblent à
ceux d’une enquête policière. annonce
ISABLE  
L’auteur se joue du lecteur car il multiplie les écrans de fumée : il Le détour par un autre genre permettra ou d’aller plus loin

UTIL

EN
lui fait croire à la réalité, il feint de donner des indices précis qui se AP
dans la réflexion sur le genre ou de parfaire les connaissances
révèlent inutiles alors que dans des scènes clés comme celles de la des élèves.
pierre rejetée et de la découverte du crime, malgré les apparences, le
narrateur-témoin n’a rien pu voir véritablement. Par ailleurs, le narrateur Éléments de correction
a semé tout au long du récit des indices qui amènent insensiblement Les éléments visuels qui relèvent du fantastique sont : les jeux d’ombres
le lecteur à adhérer à l’idée que la Vénus, jalouse, s’est vengée de son qui déforment et allongent les corps, les effets de brumes et de
« mari » infidèle. brouillard, le costume et la posture de Nosferatu, les effets spéciaux
(notamment le corps qui se relève d’un seul tenant), etc.
L’image met en valeur le fantastique :
Pratiquer l’oral – par l’importance que prend le hors-champ qui suggère des implicites ;
– par les effets de contrastes et de surexposition ;
– par des effets de plongée (arrivée dans le château, ouverture du
p. 78 • Dire et mimer un poème fantastique
cercueil) ou de contre-plongée (lorsque l’ombre monte l’escalier), etc.
Cette activité met en perspective les connaissances et compétences La musique, les silences et le cri à la fin de la bande-annonce participent
acquises dans le chapitre. En effet, la récitation du texte et le mime qui également à créer une atmosphère fantastique.
l’accompagne doivent permettre aux élèves de réinvestir ce qu’ils ont Lors de la présentation, les élèves commenteront l’intégralité de la
compris du fantastique et de l’organisation des textes liés à ce genre bande-annonce et pourront également faire un arrêt sur image pour
(organisation lexicale notamment qui ménage un crescendo de la peur). analyser une image fixe.
Dans ce poème, la couleur bleue indique tous les indices lexicaux
en lien avec le sentiment de la peur grandissante, la couleur verte
signale les manifestations physiques de la peur et la couleur orange, Pratiquer l’écrit
les impressions et ressentis liés à des phénomènes extérieurs. Il est
frappant que ce soit un sentiment de peur préexistant qui crée une A Travailler la langue pour préparer
sensibilité particulière aux phénomènes extérieurs et non l’inverse.
et améliorer l’écrit
Les deux iconographies présentes sur la page pourront lancer la
réflexion sur le travail de mime. On pourra envisager que l’un des p. 80 • Lexique
deux mimes représente le narrateur et l’autre la personne qui se tient
derrière lui. Le travail des respirations et des silences, de l’intensité et Le surnaturel et l’hésitation fantastique
de la tonalité de la voix est essentiel dans cette activité d’exploitation 1. a.
des ressources expressives et créatives de la parole.
ISABLE  
H A L L U C I N A T I O N
Cette activité permet de consolider les acquis sur les grandes
UTIL

EN

AP E F A N T A S T I Q U E R
caractéristiques du genre fantastique grâce à un texte court,
particulièrement représentatif. S A O S S V U G B A T C E
I N E P E A R L I N E U V
p. 79 • É changer à propos d’une comédie musicale T T S E M M N V Z O T R E
1. Le thème de cette comédie musicale est une histoire d’amour A O P C B P A D A R R I N
impossible, celle d’un être hideux, le fantôme de l’opéra, épris d’une T M R T L I T O R M A E A
jeune chanteuse qu’il enlève et emprisonne dans les sous-sols de I E I R E R U U R A N U N
l’Opéra. La jeune femme sera secourue par son autre prétendant. Les
éléments qui se rapportent sont les scènes de duos et les oppositions O U T E R E R T E L G X T
entre le monde sombre des profondeurs du théâtre et le monde N S A I R R E E L H E B E
lumineux et coloré de la scène et du spectacle. T L I N S O L I T E F O U
2. a., b. et c. Selon l’extrait choisi et travaillé, on analysera les décors b. Parmi les adjectifs relevés, ceux qui sont synonymes de « singulier » :
et accessoires, les lumières et le recours aux fumigènes, le masque surnaturel, bizarre, irréel, insolite, anormal, curieux.
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

et le maquillage (notamment la lèvre disproportionnée) du fantôme


qui lui donnent un air monstrueux, les costumes variés des différents 2. a. Les deux intrus parmi les adjectifs suivants : net et précis.
personnages (notamment la cape noire du fantôme et la robe blanche b. Un temps brumeux régnait dans la vallée. Venant de la rivière,
de la jeune chanteuse), les instruments et les modes musicaux majeurs on entendait un imperceptible souffle comme si une voix presque
ou mineurs (avec la coopération du professeur d’éducation musicale), inaudible appelait au secours. Tout à coup, une lueur vaporeuse
etc. traversa le chemin devant moi et je vis une forme indescriptible.

3.Éléments de correction 3. Ces mots appartiennent au champ lexical de la mort.


Le spectacle possède certaines caractéristiques du genre fantastique 4. a. Ces mots expriment une perception du monde confuse, peu
(le surgissement du surnaturel dans un monde réaliste, l’étrange, le distincte.
baroque, le monstrueux, le sentiment de peur et d’angoisse). Cependant, b. La lune avait l’air inquiétante derrière son halo argenté. Une
il s’écarte de la définition du genre dans la mesure où il est représenté étrange vapeur montait des marais dans les dernières lueurs du

3 • Mondes étranges 45
soir. Un brouillard opaque masquait le bois dont les arbres rendus reparu, se serait éclipsée encore. Ces intermittences sinistres auraient
invisibles semblaient gémir. probablement tenu un va-et-vient de l’enfer. Cela se serait entrouvert,
puis se serait refermé.
L’expression de la peur

5. a. une peur de faible intensité : appréhension, crainte, trac, p. 81 • Grammaire


inquiétude ; une peur de forte intensité : anxiété, effroi, angoisse, L’expression du doute fantastique : les modalisateurs
phobie, épouvante, affolement, frayeur, horreur, inquiétude, panique,
peur, terreur. 4. a. l’emploi du conditionnel : D ; b. l’emploi de phrases
b. C’est la première fois que cet écolier arrive au collège : il éprouve interrogatives : A ; c. l’emploi d’indéfinis : C ; d. l’emploi de tournures
une certaine appréhension. Sylvie a la phobie des araignées : elle impersonnelles : B ; e. l’emploi de subordonnées de comparaison : E.
ne peut supporter d’en voir une chez elle. Beaucoup d’acteurs ont le 5. Tout à coup le feu parut prendre un étrange degré d’activité ;
trac avant de monter en scène. une lueur blafarde illumina la chambre et je vis que ce que j’avais pris
6. a. Qui provoque la peur : effrayant, effroyable, inquiétant, horrible, pour des peintures était la réalité ; car on aurait dit que les prunelles
terrible. de ces êtres encadrés remuaient ; leurs lèvres s’ouvraient-elles et se
b. Qui éprouve de la peur : apeuré, craintif, effrayé, inquiet, horrifié, fermaient-elles ? Je n’entendais rien que le tic-tac de la pendule et de
terrorisé. la bise d’automne comme si un fantôme avait sifflé par la fenêtre.
7. effroi : effrayer • horreur : horrifier • inquiétude : inquiéter • peur : Une terreur insurmontable s’empara de moi. La pendule sembla
apeurer • terreur : terrifier, terroriser. sonner onze heures.

8. 1. La créature était terrifiante à voir avec ses longs cheveux noirs. B Écrire et récrire
2. Le souvenir de cette apparition le terrorise encore des années
après. 3. Ne terrifie pas ces visiteurs avec ces histoires de fantômes ! p. 82 • S ujet Rédiger un récit fantastique à partir
9. Manifestations physiques de la peur éprouvée par le personnage : d’images d’un film d’animation
engourdissement, sensation de froid glacial, palpitations cardiaques, ◗◗Étape 1
genoux vacillants.
1. Les élèves par binômes ou en petits groupes vont confronter leur
10. Des manifestations physiques de la peur : avoir le souffle coupé • lecture de la séquence d’images : ils devraient repérer qu’il s’agit
avoir la gorge serrée, nouée • être cloué sur place • se sentir paralysé d’une scène de la vie quotidienne qui bascule dans le fantastique. On
• rester paralysé, pétrifié • avoir la chair de poule • perdre contenance voit dans une chambre un homme torse nu se raser la joue gauche
• hurlant d’horreur • tremblant comme une feuille • être trempé de devant un miroir, vraisemblablement au-dessus d’un lavabo puisque
sueur • se trouver sans voix. l’on observe la présence d’un verre à dents. La scène paraît normale
11. Des manifestations physiques de la peur : claquer des dents • dans les deux premières images puis progressivement une masse
le front moite, en sueur • les cheveux dressés sur la tête • sentir le d’eau apparaît dans le miroir, effaçant le reflet de l’homme.
sang battre dans les veines / les veines gonflées • le cœur battant à ◗◗Étape 2
tout rompre • les jambes flageolantes • les mains moites / crispées
2. et 3. On pourra suggérer aux élèves d’employer trois couleurs
/ tremblantes.
d’écriture pour bien différencier dans leur texte les trois moments du
12. a. Les adjectifs qui caractérisent le visage de quelqu’un qui a récit. On peut suggérer aux élèves par binômes de lire chacun(e) le
peur : blême, livide, pâle, blafard. texte de l’autre pour vérifier la présence des trois moments du récit.
b. Les adjectifs retenus désignent la couleur blanche. On vérifiera bien que les élèves se sont identifiés au personnage de
c. Lorsqu’une personne a peur, son sang se retire des extrémités de l’image, qu’ils emploient donc la première personne et qu’ils expriment
son corps et donc celui-ci blanchit. le sentiment de la peur.
◗◗Étape 3
p. 81 • Orthographe
4. La vérification à l’aide de la grille peut se faire en binômes et donner
La conjugaison du conditionnel lieu à de fructueux échanges.
5. On renverra utilement aux exercices de langue proposés dans le
1. a. ferait, seraient, oseraient, entrerait, chercherait. chapitre dans la double page précédente. Il est conseillé de faire ces
b. On trouve ces terminaisons à l’imparfait de l’indicatif.
exercices avant de passer au travail d’écriture.
c. Le radical isolé pour les formes « entrerait » et « chercherait »
ressemble à l’infinitif du verbe. ◗◗Étape 4
d. Les formes « ferait » et « seraient » proviennent de verbes irréguliers. 6. Pour cette étape finale du travail, la confrontation avec ses pairs
2. Les formes verbales en gras sont constituées de l’auxiliaire avoir est tout à fait profitable pour l’élève. Il doit accepter le regard critique
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

conjugué au présent du conditionnel et du participe passé du verbe. d’un(e) camarade et exercer le sien.
3. a. Ils s’arrêteraient. Ils regarderaient la maison. Elle serait toute
noire. […] La masure, de son côté, semblerait les regarder. Elle aurait, p. 130-131 • Lexique
Construire le bilan
dans cette vaste obscurité muette, deux prunelles rouges. Ce seraient
les fenêtres. La lumière s’éclipserait, reparaîtrait, s’éclipserait encore. p. 83 • Qu’ai-je appris ?
Ces intermittences sinistres tiendraient probablement un va-et-vient
de l’enfer. Cela s’entrouvrirait, puis se refermerait. 1. France : Guy de Maupassant (1850-1893), Prosper Mérimée
b. Ils se seraient regardés. Ils auraient regardé la maison. Elle aurait (1803-1870) ; Italie : Dino Buzzati (1906-1972) ; Belgique : Jacques
été toute noire. […] La masure, de son côté, aurait semblé les regarder. Sternberg (1923-2006) ; Suisse : S. Corinna Bille (1912-1979).
Elle aurait eu, dans cette vaste obscurité muette, deux prunelles 2. a. Les récits fantastiques sont le plus souvent racontés à la première
rouges. C’auraient été les fenêtres. La lumière se serait éclipsée, aurait personne du singulier car cela permet au lecteur d’adopter le point

46
de vue interne du narrateur ; cette identification permet au doute de 4. La fin du texte est conforme à l’écriture d’un texte fantastique car
se glisser dans l’esprit du lecteur après s’être insinué dans celui du l’hésitation entre la réalité et le doute est maintenue : il y a bien des
narrateur. De plus, l’absence de témoin autre que le narrateur permet empreintes mais au plafond.
au doute de s’installer.
5. On peut établir des liens entre ce texte et d’autres textes fantastiques
b. Dans un récit fantastique, les modalisateurs sont porteurs de
étudiés : l’intrusion du paquet dans la voiture hermétiquement fermée,
doute, de trouble. On peut trouver l’emploi du conditionnel, de
le trouble du narrateur dans la nouvelle de Buzzati, « Le Paquet » ; le
phrases interrogatives, d’indéfinis, de tournures impersonnelles, de
lieu, la chambre, et l’auditif, la voix de la revenante, dans la nouvelle
subordonnées hypothético-comparatives (« comme si »).
de Maupassant ; le lieu, la chambre, dans la nouvelle de Mérimée.
3. Plusieurs thèmes caractéristiques du récit fantastique : les
hallucinations, le rêve, la folie ; le fantôme, le double, le revenant ; ◗ Sur le texte et l’image
les objets animés ; la mort, le pacte avec le diable ; les lieux qui se
6. La photographie représente des traces claires de pieds humains
transforment.
sur un sol indistinct et sombre.
4. a. C’est le sentiment de la peur qui domine dans les récits fantastiques. 7. a. Ce qui peut paraître troublant dans cette photographie, c’est
b. Ce sont des rencontres surnaturelles ou des expériences troublantes
de voir deux empreintes du même pied gauche très rapprochées et
qui provoquent ce sentiment.
l’absence d’empreinte d’un pied droit.
b. On peut mettre cette photographie en lien avec le texte car il est
p. 83 • Qu’avons-nous compris ? également question d’empreintes même si celles dont il est question
1. L’extrait de Sternberg relève du fantastique car la scène qui se dans le texte sont normales et régulières ; seule leur position au
déroule dans un décor réel est tout à fait impossible et le texte ne plafond est déconcertante.
fournit aucune explication rationnelle.
2. Les œuvres fantastiques se caractérisent par une transgression (du Rédaction et maîtrise de la langue
latin transgredior, « passer de l’autre côté ») de limites impossibles :
lesquelles ? Les élèves proposeront pour certains des limites matérielles 1. a. Dictée préparée
comme un mur, un miroir, d’autres penseront à des limites immatérielles : e enregi
Un enregistrement de cette dictée est disponible dans le
strée
Dicté

revenir de l’au-delà, être en contact avec des revenants… manuel numérique enrichi.
p. 83 • Je rédige mon bilan – Les verbes en gras sont conjugués au passé simple de l’indicatif ; ceux
soulignés (tirets) à l’imparfait de l’indicatif ; ceux soulignés (points)
1. Développez une réponse argumentée appuyée sur des exemples. au plus-que-parfait de l’indicatif ; les sujets avec lesquels s’accordent
On pourra faire partager des réponses d’élèves en classe entière pour les verbes sont surlignés.
faire réfléchir sur la prise en compte spécifique du lecteur dans un – Les verbes soulignés (trait) sont écrits à l’infinitif car ils sont précédés
texte fantastique. d’un verbe conjugué autre que être ou avoir ; on peut les remplacer
2. Si vous êtes amateur(e) d’heroic fantasy, comparez ce genre au par un autre verbe à l’infinitif : « je voulus prendre ».
fantastique. L’heroic fantasy comporte, comme le fantastique, des êtres – Le texte permet de savoir que le narrateur est un homme car le
et des phénomènes surnaturels ; mais, contrairement au fantastique, participe passé « pris » qui se rapporte à « je » est au masculin singulier.
la présence de ces éléments surnaturels est admise comme normale, Le Fiacre
elle ne suscite pas la peur. Il passa si près de moi, si lentement, avec une telle insistance. J’avais
dû faire le geste malgré moi, car le fiacre s’arrêta et, pris au dépourvu,
je montai.
– Chez moi, j’ordonnai au cocher.
Évaluer ses compétences La portière claqua en même temps que le premier coup de fouet, alors
seulement je voulus rectifier, donner mon adresse ; je m’étonnai en
Analyse et interprétation de textes et songeant que le cocher ne m’avait pas semblé surpris ; d’ailleurs, le
de documents, maîtrise des différents langages fiacre avançait déjà.
Je voulus lever la vitre de communication, mais il n’y en avait pas.
p. 84 • Les Traces Je voulus baisser une des deux vitres, mais je ne vis ni cordon, ni
système d’ouverture.
◗ Questions sur le texte
1. b. Réécriture
1. Des éléments visuels ancrent le texte dans le réel : les pavés, la grille
du jardin, le gravier du sentier, la fenêtre et la porte de la chambre, Elle s’arrêta au seuil de cette chambre particulièrement vaste, elle
ainsi que des éléments sonores : le bruit de pas qui martèlent les pavés vit la cheminée, la glace, le parquet et les murs nus. […] Elle avança
vers cette cheminée, elle vit son visage avancer dans le grand miroir,
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

ou font crisser le gravier, le fracas de la fenêtre brisée.


soudain ses traits parurent s’effondrer. Elle s’arrêta.
2. Des éléments qui paraissent favoriser l’insertion du surnaturel : la
scène se passe de nuit, le narrateur est seul, il ne voit rien et ne perçoit 2. Travail d’écriture
les éléments qu’à travers l’auditif. On pourra inviter les élèves à rechercher du vocabulaire pour traduire
3. La scène est racontée à travers le sens de l’ouïe : « j’entendis des le cadre de manière réaliste : description de la forêt et du vent violent.
pas », « martelant lentement, lourdement », « de nouveau sonore », On leur rappellera de bien choisir le moment de la journée qui se
« faisant crisser le gravier », « le fracas de cette fenêtre brisée », « le pas prête le mieux au fantastique, de ne pas présenter d’autre témoin
lent, régulier, méthodique », car cela peut être partagé avec le lecteur que le narrateur, de rédiger à la première personne pour exprimer
et que cela évite de dire ce qui est vu. La vue est seulement présente les sentiments éprouvés, particulièrement l’expression de la peur.
à la fin du texte : « la fenêtre était éventrée, la porte refermée », « les On privilégiera les copies qui auront su créer le doute final propre à
empreintes étaient très nettes ». un texte fantastique.

3 • Mondes étranges 47
4 La jeunesse à l’épreuve
de l’amour
Pourquoi raconter et lire des histoires d’amour fou ?

1. Présentation du chapitre

1.1 Choix du chapitre Un sujet d’écriture unique est proposé aux élèves et les guide dans
la rédaction de leur propre histoire d’amour. Le choix de privilégier
des amours juvéniles répond à la nécessité de permettre aux élèves
Ce chapitre appartient au deuxième pôle du manuel « Se chercher,
de s’identifier et de chercher dans ces textes romanesques un écho
se construire ». Il est le premier des trois chapitres consacrés à la
à leurs propres expériences amoureuses.
question « Dire l’amour » introduite par les nouveaux programmes
pour les classes de 4e. Cette thématique est ouverte à tous les genres
littéraires et n’est plus restreinte à l’étude du registre lyrique comme
on pouvait le voir dans les anciens programmes de 2011. Le manuel
1.2 Bibliographie
propose trois entrées, qui permettent de travailler la problématique Références théoriques
tout en gardant l’approche par genres littéraires : le roman (et le – Leurs yeux se rencontrèrent, Jean Rousset, éditions José Corti, 1981.
théâtre) dans le chapitre 4, la poésie dans le chapitre 5, le théâtre
dans l’atelier 6. Ces trois entités peuvent se traiter séparément ou en
interaction ; le professeur peut par exemple choisir de rapprocher des 1.3 Sitographie
œuvres théâtrales. La richesse de cette partie lui permet de retenir les
corpus qui correspondent le mieux à son projet pédagogique. « Se Références didactiques
chercher », « se construire », « dire » sont trois verbes qui guideront – Eduscol propose une bibliographie théorique sur la notion didactique
donc le questionnement de ce chapitre consacré aux amours juvéniles « Se chercher, se construire » : http://cache.media.eduscol.education.
et à la naissance du sentiment amoureux. Ce chapitre 4 fait le choix de fr/file/Oral/40/8/33_RA_C4_Francais_Se_chercher_Bibliographie_
travailler sur deux genres littéraires avec des extraits romanesques et theorique_et_didactique_583408.pdf
une pièce de théâtre, traités distinctement. Ces textes ont pour point
commun de mettre en avant des personnages jeunes et permettent Roméo et Juliette
de travailler sur l’amour naissant et le coup de foudre. C’est bien la − Site de l’INA, pour des extraits de la pièce de Shakespeare, mise
passion amoureuse et ses vertiges que l’on observera et que l’on tentera en scène par Claude Bara : http://www.ina.fr/video/CPF86651356/
de reproduire dans un sujet d’écriture. Les élèves interrogeront plus romeo-et-juliette.fr.html
l’écriture du sensible que l’analyse psychologique dans la mesure où − Sur le site du Théâtre de l’Odéon à Paris, le dossier de presse, des
le corpus se compose d’extraits et de textes courts et n’exclut pas des documents pédagogiques à propos de la mise en scène de la pièce
détours vers d’autres arts comme la peinture, la sculpture et le cinéma. Ils par Olivier Py en 2011 : http://www.theatre-odeon.eu/fr/2011-2012/
questionneront les représentations de la passion et le pouvoir des mots spectacles/romeo-et-juliette
pour dire l’indicible. Les activités de la double page d’oral abordent les − Sur le site du CRDP (« Pièces (dé)montées »), le dossier pédagogique
différentes représentations de la passion au cinéma et son utilisation lié à la mise en scène de la pièce par Magali Léris en 2010 : http://www.
par la publicité. Le cercle des critiques littéraires offre la possibilité aux cndp.fr/crdp-paris/IMG/pdf/biblio_mediath_07_theatre.pdf
élèves de poursuivre l’exploration du sentiment amoureux à travers
des lectures supplémentaires appartenant au genre romanesque.
La postérité du mythe
Ce travail nourrira les échanges en classe. Les élèves sont amenés − Sur Allociné (http://www.allocine.fr/), des éléments concernant le
progressivement à reconnaître les représentations traditionnelles film de B. Luzman (1977) avec L. DiCaprio.
de la passion et, dans la double page « Pratiquer l’oral », à observer − Pour West Side Story : http://www.westsidestory.fr/ : à l’occasion de
comment ces codes ont été récupérés par le langage publicitaire à la venue du spectacle au Théâtre du Châtelet à Paris en 2007 ou http://
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

des fins commerciales. Au fil du chapitre, les élèves s’interrogeront www.westsidestory.com/ : le site officiel (en anglais).
donc sur la permanence de ce motif dans les arts et sur la puissance − Le site officiel de la comédie musicale française : http://www.
de l’art, capable de restituer les mouvements infimes du cœur humain. romeoetjuliette.eu/

48
2. Organisation du chapitre

2.1 La progression du manuel ◗ L’horloge-cœur


Ce dernier extrait littéraire du corpus vient d’un roman contemporain
écrit en 2007 par un musicien français, Mathias Malzieu, qui a ensuite
Lire, comprendre, interpréter adapté son œuvre en film d’animation. Les arts se croisent mais le
questionnement proposé travaille sur l’image fondatrice de l’intrigue
qui donne son titre à l’extrait : l’horloge qui sert de cœur à Jack. Dans
S’interroger et s’informer le cadre de la représentation de la passion amoureuse, l’aveu est
un moment important : le personnage révèle sa différence et son
ISABLE  
Cette double page est proposée comme un support idéal amour à Miss Acacia. Le questionnement travaille sur les émotions
UTIL

EN

AP
pour un travail interdisciplinaire (HDA-LCA) dans le cadre du personnage, notamment la crainte de ne pas voir ses sentiments
d’un EPI ou en AP. En effet, le questionnement souligne l’influence partagés, et sur les métaphores à l’œuvre dans ce passage.
de la mythologie gréco-latine dans la symbolique de l’amour et la
représentation de la passion. Il invite aussi l’élève à réinvestir ses
connaissances littéraires et artistiques afin d’enrichir ses analyses Lire et échanger sur des œuvres complètes
picturales.
Parcours de lecture guidé
Passions romanesques Dans le manuel numérique enrichi, sont proposées des vidéos
de Roméo et Juliette.
e enregi
Dans le manuel numérique enrichi, sont proposés des
Text

stré

enregistrements de textes par un comédien qui peuvent Le parcours de lecture guidé de Roméo et Juliette de Shakespeare
servir à entrer dans le texte et/ou à confronter des interprétations du proposé page 100 peut servir de trame à un EPI ou à une étude suivie
« Dire l’amour ». de la pièce.
Les sources mythologiques de Shakespeare peuvent être analysées
◗ Comme dans un enchantement
par les élèves dans le cadre du cours de LCA. Le questionnement
Ce premier extrait fait la description d’une âme troublée par une accompagne les élèves dans la compréhension de l’intrigue de cette
rencontre amoureuse. Le topos romantique du paysage orageux pièce foisonnante puis propose des parcours afin que les élèves
faisant écho aux soubresauts du cœur du narrateur permet de mettre mettent en scène de façon autonome trois scènes clés de la pièce.
en place le thème du coup de foudre. Le questionnement invite les La troisième page du dossier s’intitule « Roméo et Juliette à la
élèves à s’interroger sur l’écriture du trouble et de l’enchantement. Le croisée des arts » et permet de comprendre la pérennité du mythe à
tableau de Chagall répond au texte de Tourgueniev par son lyrisme et travers ses représentations et ses adaptations dans différents arts de
son symbolisme. On pourra souligner que les deux artistes sont russes. la scène, tels que l’opéra, la comédie musicale et le cinéma.
◗ Le regard
Le cercle des critiques littéraires
Cet extrait de Lettre d’une inconnue de Zweig approfondit la
question du coup de foudre en s’attardant autant sur ses effets que Le cercle des critiques littéraires offre aux élèves sept romans
sur la rencontre en elle-même. Il s’agit cette fois-ci d’une narratrice, d’amour, deux classiques et cinq œuvres issues de la littérature jeunesse.
qui porte un regard rétrospectif sur sa jeunesse et fixe le vertige Les élèves sont invités à analyser la représentation de l’amour qui
éprouvé en croisant l’espace d’un instant le regard de l’homme à qui se dégage de ces romans. Ils sont amenés à exercer leur jugement
elle adresse cette lettre. Le questionnement travaille sur l’expression critique ainsi qu’à exprimer leurs sentiments et leurs émotions en
du ravissement et la difficulté à capturer un moment aussi fugitif utilisant un vocabulaire précis.
qu’intense. Le regard de l’autre est aussi interrogé et un tableau de
Klimt est proposé à l’étude. On pourra souligner que les deux artistes
sont autrichiens.
Pratiquer l’oral
◗ Le petit nuage rose
Il s’agit d’un extrait de la première partie de L’Écume des jours de La première activité intitulée « Échanger sur les représentations
Boris Vian. La thématique de la passion progresse puisque l’on passe de l’amour dans la publicité » invite les élèves à travailler sur un film
de la rencontre au premier rendez-vous : le sentiment amoureux est publicitaire et cinq spots. Le but est d’analyser comment le sentiment
partagé et est rendu sensible par la plume inventive et sensible de amoureux (son langage, ses codes, ses symboles) est utilisé pour
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

Vian. Le questionnement est axé sur la fantaisie verbale de l’auteur et vendre des produits ou rehausser l’image d’une marque. Ce travail
sa traduction à l’écran par le réalisateur Michel Gondry. sur les clichés et les stéréotypes liés à la passion permet à l’élève de
prendre de la distance avec la publicité et de saisir les différences entre
◗ Le rendez-vous un film artistique et un film publicitaire, la barrière étant de plus en
plus floue de nos jours étant donné les moyens accordés au marketing.
Il s’agit d’un extrait d’une nouvelle d’Andrée Chedid. Le rendez-
vous amoureux est manqué et les deux amants dont il est question La deuxième activité propose de découvrir d’autres couples
sont séparés par une balle perdue. Il est question de gage, de preuve importants de la littérature du Moyen Âge et de restituer la recherche
d’amour et de la singularité du sentiment amoureux. Le questionnement sous la forme d’une scène à deux voix. Dans le cadre du cycle 4, elle
examine la construction du texte (discours direct, dialogue, emploi des permet de revenir en progression spiralaire sur l’expression de l’amour
temps) et le choix des mots (étymologie, construction, comparaison). au Moyen Âge, et plus particulièrement sur Tristan et Yseut (parcours
L’analyse d’une affiche de film vient compléter l’étude de ce texte. guidé Fleurs d’encre 5e, p. 190-191).

4 • La jeunesse à l’épreuve de l’amour 49


Les deux dernières activités examinent la composition des affiches
et des bandes-annonces de quatre films différents : comment le
Évaluer ses compétences
sentiment amoureux est-il mis en avant ? Quelle dimension du film
Les exercices proposés relèvent des exigences du brevet que les
est privilégiée par ses distributeurs et pourquoi ?
élèves de 4e commencent à découvrir. Le questionnement porte sur la
construction du récit, les choix lexicaux de l’auteur et le ton du texte.
Pratiquer l’écrit Le texte est mis en regard avec une illustration. Une dictée, un exercice
de réécriture et un travail d’écriture viennent compléter cette activité.
Après avoir travaillé sur les images stéréotypées liées à la passion et
avoir analysé l’expression du trouble amoureux, les élèves s’exerceront à
manier le champ lexical du sentiment amoureux sous toutes ses formes. 2.2 Autres pistes pédagogiques
Des exercices sur les accords complexes du verbe avec le sujet et la
construction de phrases complexes viennent achever leur préparation Selon le profil de la classe, on peut commencer par l’étude de la page
avant la réaction d’une histoire d’amour inédite. Le sujet guidé proposé 87 ou se lancer dans l’activité orale « Échanger sur les représentations de
laisse une grande liberté aux élèves pour créer l’histoire de leur choix, l’amour dans la publicité » afin de partir des clichés et des stéréotypes
puisqu’ils partent d’un nuage de mots étudiés en classe. En classe de 4e, de la représentation de la passion amoureuse. La lecture guidée de
l’élève devient assez autonome pour mener la relecture de son travail Roméo et Juliette occupe une part importante de ce chapitre si l’on
individuellement mais peut encore bénéficier de l’aide de ses pairs réalise toutes les activités et il ne faut pas hésiter à moduler selon
pour perfectionner son travail. C’est bien l’étape de construction au sa progression les exercices traités en classe. Ainsi le parcours de
brouillon qui est cruciale et demande un soin particulier à l’élève. C’est lecture guidée de Roméo et Juliette peut se faire en collaboration
pour cela qu’on peut envisager cet exercice en AP afin de travailler la avec les professeurs d’anglais, d’italien et d’éducation musicale dans
méthodologie du brouillon et de la réécriture. le cadre d’un EPI, ou se restreindre au cours de français si l’on désire
mettre en avant cette œuvre importante du patrimoine mondial. La
page « S’interroger et s’informer » sur les représentations de l’amour
Construire le bilan est utilisable en AP ou en collaboration avec le professeur de LCA,
qui peut assurer l’éclairage sur les racines antiques de la pièce de
La partie individuelle du questionnement permet à l’élève de Shakespeare. Ce chapitre est donc tout à fait modulable et peut se
s’assurer qu’il a bien compris le thème traité dans ce chapitre et a prêter à des objectifs différents : traiter les spécificités littéraires de la
acquis des repères d’histoire littéraire. représentation littéraire de la passion, assurer les compétences « Lire
des œuvres littéraires, fréquenter des œuvres d’art », « S’exprimer de
Le bilan collectif permet de faire la synthèse des caractéristiques
façon maîtrisée en s’adressant à un auditoire », « Mobiliser des références
communes aux textes du corpus proposé à l’étude.
culturelles pour interpréter les textes et les productions artistiques
L’exercice de bilan proposé révèle deux dimensions : la première et littéraires et pour enrichir son expression personnelle », « Élaborer
relève de la synthèse et de l’argumentation tandis que la seconde une interprétation de textes littéraires » par la mise en scène, etc.
demande à l’élève d’écrire par imitation une brève scène de rencontre Par ailleurs, la rédaction d’une histoire d’amour à partir d’un nuage
amoureuse. On peut voir là une préparation aux deux types de sujets de mots peut être un projet ambitieux en AP. On peut le préparer en
proposés au DNB. incluant la révision des constituants du récit.

Corrigés

p. 87 • Document d’ouverture 2. Les flèches de Cupidon sont associées au sentiment amoureux,


Ce portrait met en scène deux jeunes gens, en noir et blanc, assis tout comme l’anneau conjugal, le bouquet de roses rouges, le cygne
sur un pont si l’on en croit l’arrière-plan qui dévoile un cours d’eau. ou la couleur rouge.
L’angle de prise de vue (légère plongée) met en valeur la posture des 3. « Je t’aime », « tu me manques »… Les élèves ne manqueront pas
deux jeunes gens enlacés, assis l’un devant l’autre. Chacun a un geste de ressources.
tendre pour l’autre et ils ferment les yeux. Le montage proposé par
4. a. On offre traditionnellement des roses.
le manuel suggère qu’il s’agit de photos personnelles, que l’on peut
b. « Effeuiller la marguerite » est un jeu qui permet de deviner les
feuilleter pour se souvenir des bons moments.
sentiments de l’être aimé. Chaque pétale représente une variation du
sentiment amoureux : « un peu », « beaucoup », « passionnément »,
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

« à la folie », « pas du tout ». Le dernier pétale effeuillé indique la


Lire, comprendre, interpréter nuance retenue.
5. a. Il s’agit de cadenas.
S’interroger et s’informer b. Le cadenas indique que deux personnes ont décidé de s’unir pour
toujours. La tradition veut que l’on jette la clé pour ne plus pouvoir
p. 88-89 • Les représentations de l’amour ouvrir le cadenas ni séparer les amoureux.

◗ Dire l’amour dans la vie quotidienne 6. L’anneau que les époux échangent à leur mariage symbolise l’amour
conjugal.
1. Le cœur est peut-être le siège des sentiments car ses battements On peut rappeler aux élèves l’étymologie de l’adjectif conjugal, qui a
sont liés à la durée de notre vie et sont modifiés selon les sentiments pour racine le mot « joug ». Un joug est un outil agricole qui permet de
et les émotions que nous éprouvons. lier deux animaux entre eux dans le but d’obtenir un meilleur rendement.

50
◗ Le saviez-vous ? Passions romanesques
La lune et le cœur rouge sont associés à l’amour.
p. 90-91 • Comme dans un enchantement
◗ Que savons-nous déjà ?   Lecture
1. C’est Aphrodite/Vénus qui est la déesse de l’amour. 1. Le texte raconte la naissance du sentiment amoureux.
2. a. Le prince et la princesse. 2. a. Le narrateur ressent de la joie et de l’excitation.
b. Ils sont souvent séparés par un obstacle ou un tiers qui s’oppose b. Il pense à sa bien-aimée.
à leur union. c. Il est agité et ne trouve pas le sommeil, comme le montrent les
c. « Ils se marièrent, vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants. » formules suivantes : « Je regardais et ne pouvais détacher mes regards
On peut citer Cendrillon ou La Belle au bois dormant. de ce spectacle ; ces éclairs muets, ces lueurs retenues semblaient
3. a. On peut citer Octave et Hyacinthe, Léandre et Zerbinette dans Les répondre aux élans muets et secrets qui éclataient aussi en moi »
Fourberies de Scapin, Élise et Valère, Cléante et Marianne dans L’Avare (l. 26) ou « Mes propres éclairs disparurent également dans mon
ou Angélique et Cléante dans Le Malade imaginaire. âme » à la ligne 33.
b. C’est souvent le père qui s’oppose à l’union des deux amoureux. Dans 3. a. « regardant », « respirant », « riant », « me glaçant » sont des
L’Avare, le père de Cléante souhaite par exemple épouser Marianne. participes présents qui soulignent l’agitation du narrateur.
Il refuse qu’Élise épouse Valère car il ne veut pas donner de dot à sa b. L’emploi répété de ce mode montre que les différentes émotions
fille et a choisi un autre époux. du narrateur se succèdent rapidement.
4. L’amour courtois désigne au Moyen Âge l’ensemble des règles que 4. a. Le narrateur décrit le paysage qu’il voit par la fenêtre. La campagne
doit suivre un chevalier afin de séduire une femme noble. est secouée par un orage terrible et le jour s’apprête à se lever.
b. Le paysage semble refléter l’agitation qui l’étreint. On le comprend
◗ Représentations de l’amour dans l’art avec cette formule « ces éclairs muets, ces lueurs retenues semblaient
7. a. Psyché est la fille d’un roi. Sa grande beauté est admirée dans tout répondre aux élans muets et secrets qui éclataient aussi en moi. »
le pays. Vénus est jalouse de la jeune fille qu’elle considère comme une (l. 27-29)
rivale. La jeune fille ne trouve pourtant pas d’époux. Vénus demande 5. a. Le narrateur compare sa bien-aimée à un « un cygne qui a pris
à Cupidon de la rendre amoureuse du mortel le plus hideux qui existe. son envol » (l. 36).
Cupidon s’apprête à remplir sa mission mais tombe amoureux lui- b. Le cygne est un oiseau qu’on loue pour sa grâce et sa beauté.
même de Psyché en se blessant avec ses flèches. Le père de Psyché est L’image de Zénaïde s’envole de son esprit et cesse de le tourmenter.
désespéré de ne pas réussir à marier sa fille et consulte l’oracle d’Apollon Il peut enfin trouver le sommeil.
pour trouver une solution. On lui indique d’abandonner sa fille sur un
6. a. La joie des premiers émois semble laisser place à l’inquiétude
rocher au sommet d’une colline. Un serpent monstrueux viendra la
dans l’esprit du narrateur.
chercher pour l’épouser. Heureusement pour Psyché, Zéphyr, le doux
b. L’amour semble être surprenant et changeant.
vent de l’ouest, emporte la jeune fille vers un palais merveilleux où
vit Cupidon. La jeune fille s’installe au palais et épouse le propriétaire
des lieux. Cupidon lui cache son identité et refuse de lui montrer son   Oral
visage. Elle le trahit et découvre la beauté de son époux. Elle allume On invitera les élèves à repérer la ponctuation et le discours direct
en effet une lampe à huile et une goutte brûlante tombe sur l’épaule afin de proposer une lecture juste de ce paragraphe.
de Cupidon, blessé par la trahison de son épouse. Pour regagner son
amour, Psyché devra se soumettre à toutes sortes d’épreuves. L’une   Histoire des arts
d’entre elles exige qu’elle aille chercher un flacon en enfer auprès de
Proserpine. Par curiosité, elle ouvre le flacon et sombre dans le coma. A. Ce tableau représente, sur un fond bleu nuit, deux visages : l’un
De son côté, Cupidon est toujours amoureux de Psyché et réussit à semble donner un baiser à l’autre. On distingue également un croissant
s’échapper du palais de Vénus où il est enfermé. Il réussit à ranimer de lune, un oiseau et une couronne de fleurs.
Psyché avec l’une de ses flèches puis obtient de Jupiter de pouvoir se B. On acceptera des réponses variées et surtout justifiées grâce
marier devant les dieux avec sa bien-aimée. Psyché devient immortelle aux éléments relevés dans la question précédente. Si les élèves
après avoir bu l’ambroisie. sont déjà familiers avec l’histoire de Roméo et Juliette, on pourra
b. On peut consulter d’autres photographies de la sculpture sur le évoquer la possibilité d’une rencontre nocturne entre deux amants.
site du musée du Louvre : http://musee.louvre.fr/oal/psyche/psyche_ La prédominance de la couleur bleue peut également induire une
acc_fr_FR.html dimension onirique.
Il s’agit du moment où Cupidon (que l’on reconnaît à ses ailes) ranime
C. Le cadre nocturne et la présence de deux amoureux expliquent
Psyché avec l’une de ses flèches. La jeune fille s’étire et reprend vie.
le rapprochement entre les deux œuvres. On pourra y ajouter le fait
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

Les deux amoureux échangent un baiser.


que les deux artistes sont russes.
8. Les quatre autres œuvres datent du xxe siècle à l’exception du
parchemin du xiiie siècle et mettent en scène un baiser amoureux. Il y   Le trésor des mots
a deux peintures (Lichtenstein et Magritte), une photographie d’Erwitt
et une enluminure. Le tableau de Magritte peut étonner les élèves 1. Son esprit semble possédé par le souvenir de cette rencontre,
dans la mesure où les visages des amants sont voilés. L’enluminure comme si la jeune fille lui avait lancé un sort. Le mot « enchantement »
illustre les codes de l’amour courtois : le baiser est suggéré et la scène est ainsi utilisé à la ligne 2.
a lieu dans un cadre végétal, le locus amoenus. Les trois autres œuvres 2. « ce dont j’étais empli… » (l. 13), « Mes propres éclairs » (l. 33),
mettent en avant le baiser passionné échangé. Malgré la disparité des « sentiments timides, douce mélodie, bonté et apaisement d’une âme
périodes et des formes d’art, on pourra être sensible à la similitude qui a été touchée, joie languide des premiers attendrissements de
des postures. Dire l’amour en art obéit à un certain nombre de topoï. l’amour » (l. 40) sont des termes désignant les sentiments du narrateur.

4 • La jeunesse à l’épreuve de l’amour 51


  Écriture   Le trésor des mots
On invitera les élèves à utiliser des verbes d’état, des adjectifs variés et 1. a. « Ravir » signifie « plaire beaucoup » dans ce texte.
à faire le portrait de la personne responsable d’un tel enchantement. b. Le voleur ravit la précieuse sculpture qui faisait la gloire du musée.
Les élèves utiliseront soit le présent, soit l’imparfait de description. 2. « railla » (l. 30), « moquerie » (l. 32), « moqueuse » (l. 35) appartiennent
On peut donner une amorce aux élèves les plus réticents à se lancer : au champ lexical de la moquerie.
« La vue de ce charmant jeune homme (cette charmante jeune fille)
m’avait plongé(e) dans un état de ravissement : mon esprit semblait
p. 94-95 • Le petit nuage rose
obnubilé par la couleur verte de ses yeux et je ne pouvais me concentrer
sur autre chose que le souvenir de cette apparition… »   La clé des mots
* Ce néologisme permet de donner un nom aux employés de cette
p. 92-93 • Le regard entreprise.
* Il se forme grâce au nom « député » et au suffixe « drome » qui
  Lecture signifie en grec « course », dont on se sert pour construire les termes
1. Ce passage raconte la première rencontre entre la narratrice et son « hippodrome » ou « aérodrome ». Il doit s’agir de l’endroit où évoluent
bien-aimé. Elle est encore adolescente : elle a treize ans. (s’agitent ?) les députés, le Parlement.
2. Les expansions du nom qualifiant le regard du jeune homme sont   Lecture
nombreuses et insistent sur son caractère séducteur : « ce regard
chaud, doux et enveloppant qui était comme une caresse » (l. 7), « ce 1. Les élèves seront étonnés par la fantaisie et la langue créative de Boris
regard doux et tendre (l. 12), « que ce regard rayonnant, ce regard Vian. L’apparition du nuage rose peut relever du registre merveilleux.
exerçant autour de toi comme une aimantation, ce regard qui à la fois 2. Il s’agit d’une scène de premier rendez-vous.
vous enveloppe et vous déshabille, ce regard du séducteur né » (l. 13).
3. Les deux personnages semblent amoureux l’un de l’autre et intimidés
3. On peut relever trois occurrences du mot « seconde » : « cette par ces retrouvailles. Colin est maladroit et embarrassé comme on
seconde » (l. 11), « cette unique seconde » (l. 24), « dès cette première, peut le voir aux lignes 10 « Il ne savait pas que faire avec Chloé » et
cette unique seconde » (l. 27). Ces trois occurrences sont précédées du 21 « Vous avez l’air bien embarrassé ! ». Chloé « rit » plusieurs fois et
déterminant démonstratif « cette ». L’auteur insiste sur la singularité « rougit », ce qui indique son trouble.
de ce moment et montre comment en un bref instant la vie de la
narratrice est bouleversée. 4. a. Colin ressent de la gêne et se montre timide. Il est embarrassé
comme on le voit à la ligne 18 : « Il retira vite son gant, s’empêtra
4. a. C’est une phrase complexe qui repose sur une accumulation dedans, se donna un grand coup de poing dans le nez, fit ”Ouille !…”
(répétition du groupe nominal « ce regard »). et lui serra la main. » Chloé paraît plus à l’aise et prend les devants.
b. La longueur de la phrase indique qu’il est difficile pour la narratrice Colin n’est pas très serein à la ligne 51 : « Colin respira, soulagé, et ses
de poser des mots justes sur ce moment déterminant. La répétition du bretelles craquèrent. » Les deux personnages rougissent aux lignes
mot « regard » et la multiplication des relatives soulignent l’importance 53 et 57 car ils sont émus de se retrouver.
de cet échange de regards entre la narratrice et l’homme qui l’a séduite. b. Il s’agit d’un rendez-vous amoureux et ils ont chacun peur de décevoir
5. a. Il s’agit d’une comparaison. l’autre ou de ne pas se montrer sous leur meilleur jour.
b. La narratrice rougit fortement. 5. Ce décor n’a rien de réaliste et se révèle même merveilleux avec
c. La narratrice est profondément troublée par le regard de cet homme. l’apparition de ce nuage rose et le paragraphe consacré « aux pépinières
6. « Une rencontre », « Une seconde déterminante », « La chaleur d’un de moineaux » (l. 65).
regard »… On valorisera les réponses qui se servent des points mis 6. « Premier rendez-vous », « Promenade romantique », « L’embarras
en avant par le questionnement. de Colin »…

  Oral   Le trésor des mots


ISABLE   a. Cela signifie « être très heureux ».
Cet exercice peut être utile en AP pour revoir les notions de
UTIL

EN

AP b. Ce petit nuage rose pourrait représenter l’amour naissant de Colin


paroles rapportées directement et indirectement.
et Chloé puisqu’il les enveloppe et revêt une couleur douce associée
à la tendresse.
  Écriture
On peut imaginer plusieurs versions de cette réponse : l’homme peut   Histoire des arts
répondre de mauvaise foi, ou avouer qu’il joue sciemment de son regard. On peut au préalable distribuer aux élèves d’autres passages du roman,
comme la description du piano-cocktail ou la scène du biglemoi afin
  Histoire des arts
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

que leur analyse soit plus pertinente. Il s’agit d’une interprétation


A. 1. Un couple de profil, prêt à s’embrasser, se détache sur un fond de personnelle d’un roman très apprécié pour sa fantaisie qui a enchanté
végétation au premier plan. Des visages fantomatiques apparaissent mais aussi déçu certains lecteurs qui imaginaient ces scènes autrement.
à l’arrière-plan : on distingue les visages d’une enfant, d’une femme A. La bande-annonce insiste sur le caractère comique et merveilleux
et celui d’une vieille femme. 2. La lumière est froide et bleutée. Un du film et sur l’aspect romantique de l’intrigue.
voile blanc semble recouvrir les visages en arrière-plan. Les couleurs B. Tous les personnages sont jeunes et tombent amoureux. Leur
utilisées sont dans les tons de bleu, de gris et de vert. 3. Une atmosphère félicité est complète, ils profitent de la vie et font la fête, jusqu’au
lugubre ou onirique se dégage de ce tableau. moment où Chloé tombe malade et voit s’épanouir un nénuphar
B. Le temps semble être suspendu : les amants sont figés dans la dans son poumon. Cette bande-annonce donne d’abord une vision
seconde qui précède leur baiser, comme la narratrice qui revit la positive et joyeuse de l’amour avant que celui-ci ne soit rattrapé par
seconde pendant laquelle cet homme l’a regardée pour la première fois. un événement tragique.

52
p. 96-97 • Le rendez-vous   Oral
« Le Message » désigne l’inscription que Marie essaie d’inscrire au dos
  Le trésor des mots
de la photo de Steph, afin qu’il sache qu’elle se rendait au point de
1. a. Ce nom est construit sur le radical « pierre ». rencontre. On peut guider les élèves et leur demander quel message,
b. Il est employé au sens figuré car leurs disputes sont dures comme quel enseignement ils tirent de cette nouvelle. Certains pourront parler
de la pierre. On peut imaginer aussi que la pierre renvoie aux murs de l’importance de dire aux gens qu’on les aime, d’autres aborderont
qui se dressent entre les deux secteurs de la ville. la question de l’injustice et du hasard qui séparent les deux amoureux.
2. a. « Fort, tenace et solide » sont des antonymes de « précaire » à
la ligne 43.   Écriture
b. Il s’agit de « précarité ». Il signifie que ce qui est précaire ne bénéficie
On invitera les élèves à composer le dénouement du récit puis on
d’aucune stabilité et peut être remis en cause. On l’associe également
comparera les versions proposées par la classe. On peut imaginer
à la pauvreté.
que Steph retrouve lui-même le corps de sa bien-aimée, qu’un soldat
  Lecture soit le messager de Marie ou encore que le message n’arrive jamais
à destination.
1. a. Le personnage principal, Marie, est blessé mortellement alors
qu’elle se dirigeait vers le lieu de rendez-vous fixé par son amoureux.
Elle souhaite qu’il sache qu’elle venait vers lui et tente de lui adresser
  Histoire des arts
un dernier message avant de rendre son dernier souffle. A. Cette affiche met en avant la partie du monde où se déroule le film,
b. Ce texte est très émouvant. Il y a une forme d’ironie tragique dans c’est-à-dire les Balkans. La silhouette d’un couple se détache d’une
les derniers propos de Steph qui déclare que leur « amour est fort, tache rouge qui rappelle le sang versé lors du conflit évoqué par le film.
tenace, solide », alors que celui-ci va être brisé par la guerre. B. Le film et la nouvelle racontent une histoire d’amour dans un
2. On entend la voix de Steph grâce à l’emploi du dialogue aux lignes contexte de guerre.
1 à 5 et 9 à 12 et au discours direct aux lignes 39-50. Ces procédés
donnent de la vivacité au texte : comme le personnage, nous revivons p. 98-99 • L’horloge-cœur
les derniers échanges des deux amoureux.
3. a. On appelle cela un dialogue.   Le trésor des mots
b. Cela montre que ces deux personnes savent échanger et ne sont 1. Jack a une horloge à la place du cœur. On retrouve donc le champ
pas toujours d’accord. lexical de l’horloge : « tic-tac » (l. 20), « coucou », « carillonner », « tour
4. a. Steph pense que son pays est détruit par la guerre. Il ne s’agit de clé » (l. 24-25).
pas seulement de destructions matérielles mais également de la 2. Jack essaie de montrer à Miss Acacia qu’elle lui plaît vraiment et
violence des rapports entre les habitants qui ne relèvent plus que de qu’il ne joue pas avec ses sentiments.
« la destruction, [de] la violence, [de] la haine » (l. 1). Son amour pour
Marie est la seule chose qui lui paraît sage et sensée dans ce monde,   Lecture
comme il le souligne à la ligne 40 : « Tout me paraît vain, en dehors
de l’amour. » 1. Jack est intimidé par Miss Acacia (« beaucoup plus intimidante » l. 9)
b. Steph compare la force de son amour et la faiblesse de son pays puis ému de la prendre dans ses bras (« à tel point que j’en oublie de
anéanti par la guerre dans la formule « Notre amour est fort, tenace, tenir mon cœur à distance » l. 14). Il a peur de lui dévoiler son secret
solide ; le reste est précaire » (l. 43). Il compare leurs disputes aux comme le montre ce passage : « je suis parcouru des sueurs froides
batailles qui déchirent le pays et souligne que si le pays est divisé, du faussaire » (l. 17). Enfin, il est très heureux et parle de son « ivresse
rien ne devrait diviser leur couple : « quoi qu’il ait pu se passer, ne de joie » à la ligne 60.
restons plus éloignés l’un de l’autre » (l. 43). 2. Jack lui ouvre son cœur : il se déclare et révèle son secret. Il a peur
5. a. Il s’agit du futur de l’indicatif. de la réaction de Miss Acacia et celle-ci l’accepte tel qu’il est. C’est pour
b. Il s’agit d’une projection dans l’avenir et d’une forme de promesse lui un « acte d’amour ». Cette révélation les rapproche.
envers Marie. Le lecteur sait que ce futur ne pourra pas advenir. 3. Ce passage évoque le caractère éphémère des relations amoureuses
6. « Chaque mot se gravait dans sa tête. Il fallait à présent tirer la lettre et le manque de confiance que peuvent ressentir les amoureux.
et la photo de sa sacoche pour y inscrire, au revers, cette seule ligne : ”Je 4. On relève plusieurs comparaisons : « comme un volcan impétueux »
t’aime, je venais…” Puis, elle confierait cette carte au premier passant (l.56) et « comme dans un hamac » (l. 62). Le volcan évoque la chaleur
; qui se hâterait de porter le message jusqu’au lieu du rendez-vous. de la passion amoureuse et le hamac rappelle la forme du croissant
Quelqu’un viendra, elle s’en persuadait. Cela, au moins, serait accompli. » de lune. « Grimper à la lune » (l. 61) est peut-être une métaphore de
Selon le niveau de la classe, on peut s’interroger sur l’ensemble des la nuit blanche que va passer Jack. « Un maigre prix à payer » (l. 60)
verbes du passage ou commenter seulement le message de la carte et est une métaphore passée dans le langage courant pour désigner un
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

l’opposition futur/conditionnel. L’analyse est plus délicate qu’il n’y paraît. effort ou une action à accomplir avant d’être récompensé.
L’imparfait exprime une action inachevée : on assiste aux dernières
5. L’horloge-cœur symbolise la fragilité du cœur humain et peut
minutes de la vie de Marie, qui essaie coûte que coûte de laisser un
renvoyer au caractère éphémère de l’existence humaine qui court
message à Steph. Le présent d’énonciation est utilisé au dos de la photo
après le temps qui passe.
car il s’agit d’une déclaration d’amour et on retrouve le même emploi
de l’imparfait : seule la mort a empêché Marie de venir vers lui. Elle
espère pouvoir confier la carte à quelqu’un et se persuade de pouvoir   Histoire des arts
y arriver : le conditionnel présent est employé comme équivalent du La réponse des élèves doit être argumentée, au-delà du « je préfère
futur dans un récit au passé. On relève un verbe au futur simple qui lire/écouter/regarder ». On peut préférer le roman car il est écrit du
assoit cette certitude et donne l’impression d’entendre la voix de point de vue du personnage principal, apprécier l’esthétique du film
Marie, dans une forme de discours indirect libre. d’animation ou aimer la chanson qui relève d’un registre plus lyrique.

4 • La jeunesse à l’épreuve de l’amour 53


Lire et échanger sur des œuvres complètes puis boire une potion qui la fera passer pour morte. Elle sera enterrée
vivante puis délivrée par Roméo et Frère Laurent. Ils partiront vivre
p. 100 • Parcours de lecture guidé à Mantoue en secret.
Roméo et Juliette, William Shakespeare Scènes 2 à 5 : Elles sont tragiques car la mort plane au-dessus de la
tête de Juliette. La mécanique tragique est lancée et déjà certains
A Découvrir une histoire d’amour mythique éléments annoncent le dénouement de la pièce : Juliette est saisie
de doutes et Capulet avance le mariage d’un jour, ce qui complique
1. Les personnages portent ce surnom car ils sont amoureux et vivent les plans de Frère Laurent.
à Vérone.
2. Cette histoire d’amour est mythique car elle est lue et jouée partout ◗ Acte V
dans le monde depuis la Renaissance. De nombreuses œuvres y font Scène 1 : Balthazar annonce la mort de Juliette à Roméo. Celui-ci
référence et l’histoire a été adaptée dans d’autres formes artistiques. décide de se donner la mort.
Scène 2 : Frère Laurent apprend que sa lettre n’a pas été donnée à
B Lire la pièce par étapes Roméo. Il faut cependant que quelqu’un délivre Juliette et détrompe
Roméo.
◗ Acte I
Scène 3 : Pâris se recueille sur la tombe de Juliette. Roméo vient au
Scène 1 : a. Il s’agit d’une scène d’action car il y a une rixe entre cimetière pour se glisser auprès de Juliette dans son tombeau. Pâris
les représentants des deux maisons ennemies. b. Roméo apparaît pense que Roméo est sur le point de profaner la tombe de Tybalt
comme un être mélancolique. Il avoue à son cousin Benvolio qu’il et le met en garde. Les deux hommes se battent et Pâris trouve la
est amoureux de Rosaline. mort. Roméo fait ses adieux à Juliette et boit le poison. Il meurt
Scènes 2 et 3 : a. On apprend que son père accepte de donner sa immédiatement. Frère Laurent arrive trop tard et Juliette se réveille.
main à Pâris. Juliette n’est pas encline à se marier et paraît un peu Juliette est désespérée par les explications de Frère Laurent et refuse
naïve. b. Capulet organise une fête chez lui. de prendre la fuite avec lui. Elle se tue avec le poignard de Roméo. Les
Capulet, le père Montaigu et le Prince se rendent au cimetière après
Scènes 4 et 5 : Ils se rencontrent lors du bal masqué et tombent
avoir été alertés par le page de Pâris. Frère Laurent raconte ce qui s’est
amoureux l’un de l’autre avant de découvrir qu’ils appartiennent à
passé. Les deux familles décident de faire la paix.
des familles ennemies.
Deux encarts culturels « Le saviez-vous ? » sont proposés à la lecture
◗ Acte II et peuvent faire l’objet d’un commentaire en classe.
Scènes 1 et 2 : La scène a lieu dans le jardin des Capulet, sous le balcon Comme mentionné plus haut, l’étude de cette pièce peut se mener
de Juliette. Juliette pense à voix haute et s’adresse à Roméo sans dans le cadre d’un EP Langues vivantes ou LCA.
savoir qu’il est dans le jardin. Roméo écoute sa plainte puis manifeste
◗ Synthèse
sa présence. Ils font le serment de s’aimer pour toujours et Juliette
propose qu’ils se marient au plus vite. 1. Le spectateur est consterné et attristé par le gâchis réalisé par les
deux familles. Le sort s’est acharné sur les deux personnages : c’est bel
Scène 3 : La scène se déroule dans la cellule de Frère Laurent. Roméo
et bien un dénouement tragique que Shakespeare propose.
lui demande de le marier à Juliette.
2. On laissera bien sûr les élèves libres de leur choix dans la mesure
Scène 4 : La nourrice assure à Roméo que Juliette se rendra dans
où une analyse suffisamment précise le justifiera.
l’après-midi chez Frère Laurent pour épouser Roméo.
3. Cette question est vaste et difficile mais on peut essayer de réunir
Scène 5 : La scène a lieu dans la chambre de Juliette. Impatiente, elle
quelques arguments : l’amour est un sujet universel et atemporel
guette le retour de sa nourrice et la presse de questions. Elle obtient
qui fascine les hommes. L’intrigue se nourrit d’autres mythes tels
la confirmation que le mariage aura bien lieu.
que celui de Pyrame et Thisbé et celui de Tristan et Iseut. Cette pièce
◗ Acte III met en avant deux très jeunes gens épris d’un amour absolu, plutôt
originaux. Juliette se révèle être une jeune fille forte et décidée, tandis
Scène 1 : Tybalt est le neveu de Lady Capulet. Roméo et Mercutio le que le caractère mélancolique de Roméo semble le dominer, ce qui est
rencontrent par hasard dans la rue et Tybalt insulte Roméo. Mercutio intéressant. La rivalité des deux familles donne de la force à l’intrigue
ne supporte pas l’injure et provoque Tybalt en duel. Mercutio perd la et est un élément qui a été beaucoup repris après Shakespeare.
vie. Roméo venge sa mort en tuant Tybalt. Il risque la condamnation
à mort et obtient l’exil grâce à son père.
Scène 2 : Suite à un quiproquo, Juliette pense que Roméo est mort
C Jouer des extraits de la pièce
puis comprend la gravité de la situation. Elle se range du côté de son Selon la classe et le projet du professeur, on fera travailler les trois scènes
« mari » et comprend que leur union est devenue impossible. par tous les élèves ou on les répartira entre des groupes différents.
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

Scène 3 : Roméo est désespéré et veut se suicider. Frère Laurent lui Les vidéos proposées dans le manuel numérique pourront
suggère de se reprendre et d’accepter son exil. être projetées avant ou après le travail de jeu théâtral des
élèves, pour le lancer ou favoriser une auto-évalation.
Scène 4 : Pâris est le fiancé de Juliette. Il veut l’épouser.
Scène 5 : a. Juliette et Roméo consomment leur union. b. Juliette 1. La scène du balcon
et ses parents se disputent car elle refuse d’épouser Pâris. Son père Mise en voix et en scène
l’insulte et la répudie. – Les noms propres sont répétés à de nombreuses reprises dans la
scène : celui de Roméo est répété pas moins de huit fois et celui de
◗ Acte IV Montaigu trois fois. L’obstacle entre les deux amoureux est contenu
Scène 1 : Frère Laurent met en place une stratégie pour réunir les tout entier dans ces deux noms de famille. Juliette explique que
deux amants : Juliette doit feindre d’accepter le mariage avec Pâris, Roméo n’est que Roméo, c’est-à-dire un être qui doit se détacher de

54
l’histoire de la famille des Montaigu. Si les deux amants n’avaient que Roméo et L’intrigue est reprise mais adaptée au genre du
des prénoms, leur amour serait possible. Juliette ballet qui ne peut pas tout représenter.
– L’espace de la classe n’est pas toujours facile à organiser pour travailler
sur la mise en scène. Cependant, on peut par exemple placer un élève Roméo kiffe Le principe des Les deux amants ne trouvent
sur une table et son camarade en contrebas. La classe reprendra en Juliette deux familles pas la mort et décident de se
chœur les noms propres prononcés. On prendra soin d’imaginer un opposées (par battre pour leur amour.
stratagème permettant de faire comprendre qu’au début de la scène la religion)
Juliette ignore la présence de Roméo jusqu’au vers 22. et l’amour
– On utilisera les éléments ci-dessus en insistant sur la notion de passionné.
sentiments (essentielle pour préparer le brevet des collèges) qui fait
B. Les élèves peuvent s’interroger sur le mélange entre fiction et
toucher du doigt toute la complexité du métier d’acteur.
réalité dans le biopic consacré à Shakespeare, comparer les adaptations
2. La scène du rossignol filmées ou interroger la pertinence du genre de la comédie musicale.
Le travail sur les tonalités est intéressant car cette question littéraire C. La chanson de Grand Corps Malade peut constituer un très bon
dépasse le seul texte théâtral. D’autre part, ce point sera particulièrement exemple pour lancer la réflexion des élèves. Les sources de conflits
développé en classe de 3e puis au lycée. On veillera à laisser du temps sont, hélas, nombreuses et peuvent expliquer que ce mythe soit
aux élèves pour repérer les passages pour lesquels l’emploi d’un ton toujours d’actualité. La jeunesse de Roméo et Juliette et la quête
particulier est pertinent. d’un amour absolu peuvent aussi constituer une autre entrée pour
Ex. : le vers « Crois-moi, mon bien-aimé, c’était le rossignol » : ton répondre à la question.
amoureux de Juliette ; ou plus loin « Cette lumière là-bas ? Ce n’est
pas le jour ! / je le sais moi. C’est quelque météore / Qu’exhala le soleil p. 103 • Le cercle des critiques littéraires
pour qu’il te serve / Cette nuit de porte-flambeau … : ton impatient Afin de stimuler les élèves dans un choix actif de leur lecture, on peut
et dominateur de Juliette ; la scène se clôt sur le ton effrayé des deux leur proposer de feuilleter les ouvrages ou leur faire la lecture des
amants. premières pages. On peut également leur demander de revenir sur
3. La mort des amants ce qu’ils ont le plus apprécié dans les extraits étudiés en classe afin
de les orienter dans leur choix.
Progressivement, les élèves ne disposent plus de questions pour La prestation orale des élèves peut être évaluée et si les élèves
les guider et doivent de façon autonome créer une mise en scène souhaitent partager leurs réactions, on peut exposer les carnets de
originale. Chaque binôme peut travailler sur tous les aspects de la mise lecture au CDI ou dans la salle de classe.
en scène, ou on peut demander à un groupe d’étudier un aspect de
la mise en scène. Avant de laisser les élèves travailler, on veillera à la
compréhension littérale du texte, on insistera sur le tragique de la scène
(représentation de la mort sur scène alors que c’est inenvisageable Pratiquer l’oral
dans la tragédie classique française). Les élèves pourront ajouter des
didascalies (déplacements, expression des sentiments). Ils devront p. 104 • Échanger sur les représentations
prévoir les différents accessoires et imaginer le décor (possibilité de de l’amour dans la publicité
travailler avec des schémas). Le choix du décor est primordial pour
donner une tonalité au texte. A. Visionnez sur Internet le film publicitaire Extra Gum :
The Story of Sarah & Juan
p. 102 • Roméo et Juliette à la croisée des arts 1. a. Il s’agit de chewing-gum.
b. Il s’agit d’un couple de jeunes gens.
  Histoire des arts c. Ils sont d’abord adolescents et on les suit pendant quelques années
A. 1. Les élèves doivent justifier leur point de vue. jusqu’à l’âge adulte.
d. Le sentiment amoureux est d’abord souligné par les regards
2. Éléments repris Transformations qu’échangent les deux protagonistes puis par les baisers et les gestes
West Side L’intrigue et Changement d’époque et tendres (ils se tiennent la main et s’enlacent).
Story l’opposition entre de lieu : les États-Unis dans e. Le sentiment amoureux est bien mis en scène dans cette vidéo.
les deux familles. les années 1950. Les deux La palette de couleurs utilisée est chaude et la lumière est souvent
familles correspondent à deux douce et dorée. Elle met bien en valeur les deux protagonistes filmés
clans d’immigrés différents : en plan rapproché et en gros plan. La vidéo est divisée en plusieurs
les Sharks viennent de séquences qui correspondent à différents âges de leur vie, différentes
Porto Rico et les Jets sont étapes de leur relation. Le principe de la coupe franche permet de
issus de la première vague passer rapidement d’une époque à une autre. Il n’y a pas de dialogue,
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

d’immigration des années seulement une chanson interprétée au piano par une voix féminine dans
1930. un registre émouvant. La scène finale met en avant l’idée du chewing-
gum comme symbole de leur histoire d’amour : chaque emballage est
Roméo + Tout, y compris le Changement d’époque et de
exposé et déclenche un flash-back. Le dernier emballage est inédit
Juliette texte. lieu : les États-Unis dans les
et annonce la demande en mariage préparée par le jeune homme.
années 1980-1990.
f. Selon la publicité, le chewing-gum est à la fois un intermédiaire
Shakespeare Le principe d’un Il s’agit d’une biographie entre les deux jeunes gens et un symbole de leur amour. La jeune fille
in Love amour impossible fictive de Shakespeare, tend régulièrement une tablette de chewing-gum au jeune homme
car Lady Viola amoureux d’une femme noble dans leurs instants de complicité et celui-ci tient une sorte de journal
est promise à un qu’il ne peut pas épouser. dessiné de leur relation en dessinant ces instants sur l’emballage de
autre. la tablette. Il faut rappeler le slogan du spot publicitaire : « give extra,

4 • La jeunesse à l’épreuve de l’amour 55


get extra ». Chaque fois que la jeune fille donne un chewing-gum au b. Le spot joue sur les stéréotypes associés à la rencontre amoureuse
jeune homme, elle crée un souvenir supplémentaire et reçoit encore et à la passion. L’histoire mise en scène est banale : les deux jeunes
plus d’amour en retour. gens se rencontrent au lycée, s’aiment, se disputent, sont séparés
par un déménagement et finissent par s’épouser. Certaines scènes
2. a. La publicité ne donne pas forcément envie d’acheter ont déjà été vues et revues. Par exemple, la jeune femme fait tomber
immédiatement ce produit mais construit une image très positive ses affaires près de son casier, typique des lycées américains. On les
de la marque : chacun souhaite se reconnaître dans cette histoire. On retrouve ensuite avant « le bal de promo », à l’aéroport se faisant leurs
peut indiquer aux élèves qu’elle fait partie d’un ensemble de vidéos adieux… On retrouve des clichés plus anciens encore, comme le locus
que la marque a conçues autour du thème de l’amour. Une autre vidéo amoenus, lorsque les deux amoureux se retrouvent en pleine nature,
se termine par la même technique narrative : l’homme demande la sous un arbre et près d’un cours d’eau. Le court-métrage brasse ainsi
femme en mariage grâce à un dessin sur l’emballage d’une tablette. des références multiples liées à l’amour.

B. Travail par petits groupes


1. a. On suggère de former des groupes de quatre et de profiter de l’AP ou du CDI pour visionner ces vidéos. On peut répartir équitablement
les spots selon leur difficulté.
b.
Quel est le produit Quels personnages sont mis en Quel lien y a-t-il entre le Sur quoi le spot repose-t-il :
vanté ? scène ? Quelle histoire le spot produit et l’histoire ? humour, tendresse, aspect
raconte-t-il ? spectaculaire… ?

Des produits de Un homme accomplit des gestes Ces exploits sont des Le spot repose sur l’humour
beauté et du parfum. grandioses : il capture la lune, fleurit preuves d’amour extrêmes. et l’aspect spectaculaire des
Marionnaud,
une rivière et brave le froid. Marionnaud vend des belles images tournées pour
2005.
cadeaux qui sont des preuves ce spot.
d’amour.

Les services offerts Une jeune femme en larmes À mesure qu’il essuie les Le spot repose sur l’humour,
par les stations Total. demande qu’on lui fasse le plein. Le vitres, la jeune femme sèche le jeu visuel et la tendresse.
Total, 2000.
pompiste essaie de la consoler en ses larmes. Chez Total, on
nettoyant son pare-brise. prend soin du client.

La boisson Pepsi. D’un côté, un garçon, de l’autre Pepsi donne de l’inspiration Le spot repose sur la
deux petites filles. Le premier essaie au garçon et est associé à la tendresse et l’humour.
Pepsi, 1989.
d’écrire une lettre d’amour que lisent joie de la fillette (« I feel like
les deux fillettes. Pepsi »).

Les services d’une Une dame et sa servante ouvrent La dame a besoin d’une Le spot repose sur la
Titrafilm,
société de sous- une lettre d’amour écrite dans un traduction que peut offrir tendresse et l’humour.
2000.
titrage. alphabet qu’elles ne déchiffrent pas. une telle société.

Les gains obtenus à Une femme découvre des Lorsqu’on gagne beaucoup Le spot repose sur la
La Française
ces jeux d’argent. déclarations d’amour partout dans d’argent, on peut se tendresse et l’humour.
des jeux,
l’espace public puis se retourne vers permettre des gestes
1993.
l’homme aimé. grandioses.

La dernière question – « Le spot a-t-il retenu votre attention ? Pourquoi ? » – doit être argumentée et peut éventuellement être posée après
la présentation des spots à la classe.
La parole doit être répartie également et les élèves doivent commenter l’image.

C. Collectivement, dégagez une synthèse sur l’utilisation p. 104 • Mettre en scène l’histoire d’un couple
du sentiment amoureux par la publicité. amoureux mythique
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

Le sentiment amoureux est largement utilisé par les publicitaire pour 1. On demandera aux élèves de croiser leurs recherches (sans se
rendre efficaces leurs spots télévisés. C’est un sentiment universel limiter à Wikipédia) et de proposer une petite bibliographie d’au
auquel chacun aspire. Les messages les plus efficaces parviennent à nous moins trois sources différentes. On peut collaborer avec le professeur
toucher en mettant en scène des clichés et des situations émouvantes documentaliste et préparer une liasse d’extraits littéraires qui nourriront
qui permettent aux consommateurs de se projeter et de s’identifier les recherches des élèves. On peut aussi les envoyer sur ce site de la BnF
aux personnages du spot. La marque dispose ainsi de consommateurs consacré à l’art d’aimer au Moyen Âge : http://expositions.bnf.fr/aimer/
heureux qui adhèrent à l’image de marque de l’entreprise. ou sur l’exposition de la BnF consacrée aux légendes arthuriennes :
Cet exercice peut être utilisé dans le cadre de l’EMI et peut déclencher http://expositions.bnf.fr/arthur/arret/06_3.htm
un débat sur le story-telling et le placement de produits dans les 2. L’imagination et l’originalité primeront : les élèves peuvent interpréter
œuvres de fiction. un sketch, réaliser une vidéo ou préparer un diaporama.

56
p. 105 • Comparer des affiches de films b. « Éphémère » est synonyme de « passager ».
c. L’amour de Roméo et Juliette est un amour juvénile car ils sont
1. adolescents. C’est aussi un amour fatal puisqu’il les conduit à la mort.
Ce qui est La position des La lumière, Ils se jurent pourtant un amour éternel, qu’aucune des deux familles
représenté personnages, les couleurs ne peut briser. Ce n’est pas un amour platonique car ils échangent
leur expression des baisers.
Love Story Très gros Un homme et Lumière douce, 2. a. 3. : une amourette, amour passager et léger ; b. 1. : une idylle,
plan sur une femme, couleurs amour naïf et tendre ; c. 2. : une passion, amour fou ; d. 3. : une passade,
deux jeunes et sombres. amour passager et léger ; e. 4. : une inclination, penchant amoureux.
visages. souriants. 3. s’éprendre de : devenir amoureux de – chérir : aimer tendrement
– adorer : aimer avec passion – vénérer : aimer avec passion –
Nos Étoiles Deux Ils sont allongés, Lumière vibrante
s’amouracher : être saisi d’une passion temporaire
contraires personnes se touchent les et couleurs vives.
allongées cheveux et sont 4. a. Le feu est au centre de chaque métaphore. b. Jack déclare sa
dans très proches. La flamme à Miss Acacia et se consume d’amour pour elle.
l’herbe. jeune fille porte 5. a. Fidélité : un chevalier servant, la constance, fidèle, un soupirant.
Gros plan. un appareil Infidélité : un Casanova, un coureur, un Don Juan, une femme fatale,
respiratoire.
inconstant, infidèle, un séducteur, volage.
b. Dans la nouvelle Lettre d’une inconnue de Zweig, la narratrice fait
Twilight, Un couple Ils sont presque Lumière sombre.
le portrait de l’homme en décrivant son regard. Ce regard tendre et
chapitre I, en gros enlacés et ne Contraste
Fascination plan. regardent pas entre les deux chaleureux est celui d’un séducteur dont le charme est comparable
dans la même personnages. à celui d’un Casanova. On devine que c’est un homme inconstant et
direction. volage qui profite de ses atouts pour séduire les femmes.
6. a. 1. Collectionner les conquêtes : séduire de nombreuses personnes
Restless Un couple Ils s’embrassent. Tons froids, sans donner suite à ces rencontres. 2. Vivre d’amour et d’eau fraîche :
en plan L’œil est attiré par importance du vivre de peu ou de rien. 3. L’amour est aveugle : l’amour fait perdre la
rapproché. l’écharpe de la ciel bleu qui raison et gomme les défauts de l’être aimé. 4. Filer le parfait amour :
jeune fille. contraste avec vivre une histoire d’amour parfaite et sereine. 5. Conter fleurette :
l’écharpe rouge. faire la cour. 6. Passer la bague au doigt : épouser quelqu’un. 7. Être
fleur bleue : être sentimental. 8. Faire les yeux doux : essayer de
2. Toutes ces images représentent des couples en gros plan ou en plan séduire quelqu’un en minaudant. 9. Être au septième ciel : être ravi,
rapproché. On en déduit qu’il s’agit d’histoires d’amour. La modulation profondément heureux. 10. Trouver l’âme sœur : trouver la personne
des couleurs et de la lumière annonce le registre de chaque œuvre : qui vous convient le mieux. 11. Un amoureux transi : c’est un amoureux
lumière douce ou froide pour les drames, couleurs vives pour le teen- qui éprouve des sentiments tellement forts qu’il peut sembler diminué,
age movie et couleurs sombres pour le film de vampires. paralysé et totalement subjugué.
3. Les élèves se serviront des questions précédentes et pourront b. Simon collectionnait les conquêtes et aimait conter fleurette aux
compléter en analysant l’expression des visages des personnages. jeunes filles jusqu’au jour où il tomba éperdument amoureux de Léa.
Il avait trouvé l’âme sœur et espérait lui passer la bague au doigt un
4. On peut demander à chaque groupe de désigner un rapporteur ou
jour. L’amour est parfois aveugle, et Simon ne se rendit pas compte
de se servir d’un outil collaboratif numérique pour réunir tous les avis.
que Léa n’était pas sincère avec lui. Elle appréciait d’avoir un amoureux
transi qui lui faisait les yeux doux. Simon eut le cœur brisé lorsqu’il
p. 105 • Commenter des bandes-annonces comprit qu’il s’était trompé.
2. Le questionnement proposé est assez large. On peut répartir les 7. a. À l’origine, les trois termes sont synonymes mais le verbe
élèves en différents groupes : ceux qui ont vu les films proposés et ceux « embrasser » signifie plutôt de nos jours « donner un baiser ».
qui ne le connaissent pas encore. À l’exception de la bande-annonce b. Étreinte.
de Love Story, les trois autres films ne peuvent se réduire à l’histoire c. L’ivresse désigne l’état de confusion agréable dans lequel on se trouve
d’amour qu’ils mettent en scène. On commentera la réflexion sur la lorsqu’on est amoureux. « Enivrer » signifie « rendre fou d’amour ».
maladie dans Nos Étoiles contraires et Restless et le choix du registre d. On emploie les deux premiers pour désigner l’accélération des
fantastique qui rénove le stéréotype de l’amour impossible. battements du cœur qui se produit lorsqu’on est amoureux. Les
tremblements évoquent l’état de fébrilité dans lequel se trouvent les
amoureux au début d’une histoire d’amour.
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

Pratiquer l’écrit 8. a. « roucouler » signifie au sens propre, pour un oiseau, « émettre


un cri ». Au sens figuré, cela signifie « tenir des propos tendres,
amoureux » ou « courtiser une femme ». Les tourtereaux sont les
A Travailler la langue pour préparer petits des tourterelles et c’est le nom qu’on donne également à deux
et améliorer l’écrit jeunes amoureux au sens figuré.
b. Il s’agit de métaphores.
p. 106 • Lexique 9. 1. Le parfum de Jasmine enivrait Pedro dont le cœur palpitait
Le champ lexical du sentiment amoureux de plus en plus fort. Il rêvait de l’enlacer tendrement. 2. Lors de leur
première étreinte, les amoureux s’embrassèrent, étourdis d’une
1. a. Le nom « amour » est masculin au singulier et féminin au pluriel ivresse nouvelle. 3. Tels deux tourtereaux, le jeune couple roucoulait,
comme les mots « délice » et « orgue ». échangeant des mots doux et tendres.

4 • La jeunesse à l’épreuve de l’amour 57


10. 1. Elle doutait de sa fidélité : elle éprouvait une jalousie féroce. B Écrire et réécrire
2. Il était dévoré de jalousie : tout lui paraissait suspect. 3. Ce garçon
volage ne supportait pas les scènes de jalousie que lui faisait son amie. p. 108 • S ujet Imaginer une histoire d’amour
4. Ce meurtre est un drame de la jalousie. 5. Le démon de la jalousie
le rongeait en permanence. 6. Elle est ravagée par les tourments de
à partir d’un nuage de mots
la jalousie. ◗◗Étape 1
11. Halima rencontra Martin pour la première fois en arrivant à Lyon. 1. Les élèves s’assurent de comprendre les termes de la consigne et
Dès qu’elle le vit, ce fut le coup de foudre. Son cœur se mit à battre la peuvent se servir d’un dictionnaire et de leur cahier pour s’en assurer.
chamade. Il était évident qu’elle était sous le charme. Mais, timide, elle Romance : ce terme désigne « toute pièce de vers moderne, en
n’osait pas lui déclarer son amour. Heureusement, Martin éprouvait couplets, roulant sur un sujet tendre ou même plaintif, et mise en
les mêmes sentiments pour elle : il se languissait d’amour. Alors, musique » selon le Littré, mais il peut désigner aussi par emprunt à
il commença à la courtiser. Halima se laissa conter fleurette. Ils la langue anglaise une histoire d’amour (c’est parfois le terme utilisé
sortaient ensemble, ils plaisantaient, ils avaient les mêmes goûts : ils pour désigner un roman ayant une intrigue romantique). Ce terme
filaient le parfait amour. Halima était sûre qu’il finirait par lui passer peut renvoyer à Jack et la mécanique du cœur ou à L’Écume des jours.
la bague au doigt. La séparation, la dispute et le chagrin peuvent renvoyer à la nouvelle
Le Message et inspireront une histoire aux accents tragiques aux élèves
qui souhaiteront écrire un nouvel avatar de Roméo et Juliette. L’ivresse,
p. 107 • Orthographe fou, le frisson peuvent renvoyer à une scène de rencontre passionnée,
Les accords complexes du verbe avec le sujet à l’instar des deux premiers textes étudiés sur ce thème. Le charme
du regard peut être également à l’origine de l’émoi de ces nouveaux
1. a. Qui approfondissait (phrase 2) personnages, comme dans le récit de Zweig. La lettre et la couleur
b. Commença (phrase 1) rouge sont deux éléments nouveaux sur lesquels les élèves peuvent
c. Ils se regardaient, les leur rendait (phrase 2) rebondir : pourquoi ne pas écrire un récit épistolaire moderne ou utiliser
d. n’attristaient-ils pas (phrase 3) la lettre comme élément perturbateur du récit ? Là où le message est
une preuve d’amour chez Andrée Chedid, le mauvais acheminement
2. 1. Le couple d’amoureux restait dans ce jardinet, assis sur un banc d’une lettre ou d’un email pourrait être le début d’une belle histoire
moussu, jusqu’à l’heure où se couchait le soleil. 2. Enfin, de jour en sous la plume des élèves. Les termes toi et moi et enlacer inspireront
jour les regards, les paroles du jeune homme ravissaient la jeune fille. de tendres retrouvailles à nos écrivains en herbe.
3. À peine croisa-t-elle son regard qu’elle rosit.
2. Le choix doit être rapide afin de ne pas empiéter sur la création à
3. 1. La jeune fille qui s’abandonnait délicieusement au courant de proprement parler.
l’amour rêvassait jour et nuit. 2. Les jeunes gens qui sont occupés à
se dire de grands riens ou qui se recueillent dans le calme qui règne ◗◗Étape 2
en ces lieux, éprouvent leurs premiers émois amoureux. 3. La gestion du brouillon est la partie cruciale de ce sujet d’invention.
4. 1. Chaque jour un petit événement leur rappelait la prochaine Elle peut faire l’objet de plusieurs séances d’AP dans la mesure où l’on
séparation. 2. Les garçons de la classe fixaient avec intensité la belle apprend à se servir d’un brouillon non pas comme d’une première
inconnue qui les dévisagea à son tour. 3. Leur nouvelle passion les version de son travail mais comme d’un temps de recherche et de
entraîne dans tous les enfantillages dont se nourrissent les premières planification de son travail. Il ne s’agit pas de rédiger un premier jet
amours. mais de prendre des notes sur les éléments qui vont constituer le récit
et planifier sa chronologie.

p. 107 • Grammaire 4. Le traitement de texte permet un passage du brouillon au premier


jet. Il peut permettre également à l’enseignant de proposer une
Construire des phrases complexes correction intermédiaire réalisée de façon plus rapide.
◗◗Étape 3
5. a. Ce sont des phrases complexes car elles sont composées de
plusieurs propositions organisées autour de plusieurs noyaux verbaux. 5. Les élèves se servent de la grille de façon autonome.
b. Ce sont des propositions subordonnées relatives. 6. Idem.
c. Ce sont des expansions du nom qui complètent ces derniers. ◗◗Étape 4

6. a. 1. [Dès qu’elle parut], le temps sembla suspendu. 2. [Puisque tu 7. Cette dernière étape est la plus courte et permet de valoriser la
cherches d’autres pays que ton pays natal], laisse-moi t’accompagner. construction et la relecture progressive du devoir.
3. Que deviendrai-je [quand le matin je ne vous verrai plus] ? 4. Que
ferai-je [si tu m’abandonnes] ? p. 130-131 • Lexique
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

Construire le bilan
b. 1. CC de temps ; 2. CC de cause ; 3. CC de temps ; 4. CC de condition.
7. 1. Il l’attendait anxieusement depuis ce matin. 2. Puisqu’il l’avait p. 109 • Qu’ai-je appris ?
promis, elle avait reçu une première lettre. 3. Ils marchaient main
dans la main puisqu’ils étaient amoureux. 4. Un petit nuage rose 1. a. L’Écume des jours est un roman de Boris Vian. b. Roméo et Juliette
les enveloppait lorsqu’ils se promenaient ensemble. est une pièce de Shakespeare. c. Premier Amour est un roman de
Tourgueniev.
8. a. [Le manège de la petite chanteuse me fait peur], [mais je meurs
d’envie d’y monter]. [L’odeur de barbe à papa et de poussière m’assèche 2. Passion, flamme, adoration…
la gorge], [je ne sais] [comment ça marche une fusée rose], [mais je 3. Jack soupire d’amour et ne trouve pas le sommeil après avoir
dois y monter.] embrassé Miss Acacia.
b. Coordination – juxtaposition – subordination – coordination. Colin vénère Chloé dans L’Écume des jours.

58
Le regard de cet homme mystérieux séduit l’adolescente. b. Ils sont employés au sens figuré dans le cadre d’une scène de
La narratrice de la nouvelle de Zweig est enivrée par le charme de séduction qui ressemble plutôt à un combat acharné : « ayant ainsi,
cet homme. du premier coup, épuisé, pour ainsi dire, mes munitions, j’essuyai mes
4. a. Colin et Chloé filent le parfait amour. larmes et, capitulant sans conditions, je lui tendis les trois pommes
b. Roméo et Juliette ont éprouvé un coup de foudre. vertes » (l. 25-28). Il s’agit d’une vision parodique de l’amour courtois
et des sacrifices consentis par le chevalier.
p. 109 • Qu’avons-nous compris ? c. Les pommes et les timbres-poste sont à la fois des preuves d’amour
et des moyens d’attirer ou d’acheter l’attention de Valentine. Les
1. Il s’agit peut-être d’un coup de foudre car le personnage semble
pommes sont aussi des signes de capitulation : le narrateur se rend
frappé soudainement par la beauté de la jeune femme.
et tente une dernière fois de la séduire.
2. Les textes de Tourgueniev et de Zweig font allusion à des rencontres
qui bouleversent sentimentalement et physiquement les personnages.
5. a. Valentine est cruelle car elle fait endurer des supplices aux
garçons qui la courtisent.
3. La plupart des extraits du chapitre mettent en scène des jeunes b. Cela signifie que Valentine n’est pas séduite par les poseurs et
gens à l’exception peut-être de la nouvelle d’Andrée Chedid qui choisit préfère mener la danse.
des personnages plus adultes.
6. Le ton du texte est tendre et ironique car le narrateur se moque
p. 109 • Je rédige mon bilan de lui-même notamment aux lignes 41-44 : « Ici, je dois ouvrir une
parenthèse. Je sais bien que, lorsqu’il s’agit de leurs exploits amoureux,
1. On valorisera les élèves qui se serviront du travail effectué sur la
les hommes ne sont que trop portés à la vantardise. À les entendre,
richesse de la langue et l’analyse des images pour justifier leur réponse.
leurs prouesses viriles ne connaissent pas de limite, et ils ne vous font
On invitera les élèves à justifier leur choix en relevant une scène, une
grâce d’aucun détail. » Il présente son « martyre » comme un exploit
formule ou un personnage qui les a émus.
et raconte certaines épreuves avec humour : « Valentine me mâchait,
2. Cet exercice d’écriture invite les élèves à imaginer une rencontre pour ainsi dire, la besogne, en mangeant la chair et en me tendant
amoureuse placée sous le signe de la fantaisie : on valorisera tous les les noyaux » (l. 47).
effets de recherche stylistique. On peut commencer par échanger
des idées en classe sur cette photographie en la décrivant : où se ◗ Sur le texte et l’image
trouvent les deux amoureux ? Quel âge ont-ils ? De quoi ce gros cœur
7. L’enluminure représente un chevalier servant et sa dame.
rouge est-il constitué ? L’enseignant peut également ajouter quelques
contraintes et demander d’écrire un dialogue ou d’écrire à la manière 8. Le narrateur essaie en effet d’accomplir les moindres désirs de sa
de Boris Vian ou de Mathias Malzieu. belle, ce qui peut rappeler la soumission du chevalier à sa dame, de
façon parodique.

p. 111 • Rédaction et maîtrise de la langue


Évaluer ses compétences
1. a. Dictée préparée
p. 110 • Analyse et interprétation de textes ISABLE  
La préparation de la dictée a lieu au préalable en classe, par
UTIL

EN

et de documents, maîtrise des différents AP


exemple en AP.
langages 1. Désignait s’accorde avec elle. Le sujet de tendit est elle.
◗ Questions sur le texte 2. Les verbes en bleu sont conjugués au passé simple de l’indicatif.
1. Le narrateur éprouve « une passion violente, totale » (l. 2) pour 3. On peut remplacer « où » par le pronom adverbial « y » : « j’y cherchais
Valentine et parle aussi d’« émoi » à la ligne 10. en vain une lueur d’admiration ».
2. a. À la ligne 10, le narrateur explique que « [ses] jambes devinrent 1. b. Réécriture
molles et que [son] cœur se mit à sauter avec une telle violence que
[sa] vue se troubla ». Tout son être est secoué par cette rencontre. Elle avait déjà près de neuf ans lorsqu’elle tomba amoureuse pour la
b. Les textes de Tourgueniev, Zweig, Mathias Malzieu et Boris Vian lus première fois. Elle fut tout entière aspirée par une passion violente,
en classe décrivent précisément les effets physiques de l’amour. Tous totale, qui lui empoisonna complètement l’existence et faillit même
les personnages sont agités et décrivent les palpitations de leur cœur. lui coûter la vie.

3. a. « Ma vue se troubla » (l. 12), « yeux » (l. 20) et « regard » (l. 22) 2. Travail d’écriture
appartiennent au champ lexical du regard. Critères de réussite :
b. Le regard est important car le narrateur est fasciné par la beauté – présence d’un cadre spatio-temporel précis ;
de Valentine, qui d’ailleurs ne lui accorde pas un regard avant qu’il ne – utilisation des temps du récit et de la première personne du singulier ;
lui offre des pommes en gage d’amour. Sa technique de séduction
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

– ton comique, voire ironique ;


repose sur un jeu de regard : sur les conseils de sa mère, le narrateur – emploi du vocabulaire des émotions et des sentiments ;
joue les indifférents et regarde le ciel pour essayer d’attirer l’attention – soin accordé au personnage de Valentine ; Valentine peut avoir
de Valentine. complètement oublié le narrateur et les supplices qu’elle lui a infligés
4. a. Les « munitions » désignent tout ce qui est nécessaire pour ou au contraire être honteuse de son comportement d’enfant ;
approvisionner les armes à feu et le verbe « capituler » signifie « se – vraisemblance de la rencontre et cohérence de la discussion entre
rendre à l’ennemi ». les personnages.

4 • La jeunesse à l’épreuve de l’amour 59


5 Des roses et des épines

Comment chanter l’amour ?

1. Présentation du chapitre

1.1 Choix du chapitre Un certain nombre de poèmes ont été enregistrés et sont
disponibles dans le manuel numérique enrichi : ils peuvent faciliter
l’entrée en lecture et/ou donner lieu à une analyse critique après étude
Le deuxième chapitre de cette partie est consacré au thème
du poème, selon le niveau de la classe.
de l’amour en poésie. Il constitue le deuxième volet d’un triptyque
consacré au « Dire l’amour » constitué de deux chapitres et d’un atelier.
Il fait suite au chapitre 4 qui traite plus spécifiquement du thème de 1.2 Bibliographie
la jeunesse à l’épreuve de l’amour dans les nouvelles et les romans
ainsi que dans Roméo et Juliette, et précède l’« atelier lecture et jeu – Anthologie de la poésie française, de Villon à Apollinaire, Libretti,
théâtral » consacré à « Cyrano de Bergerac ou l’amour masqué ». Les deux Livre de Poche, 2005.
chapitres et l’atelier peuvent se traiter successivement, séparément – La Poésie lyrique, Bibliothèque Gallimard, Gallimard, 2002.
ou en interaction les uns avec les autres, au gré du professeur. – À la découverte de la poésie, Damien Fauconnier, Ellipses, 2000.
Le choix de la problématique (« Des roses et des épines ») est – Éléments de métrique française, Jean Mazaleyrat, coll. « U2 », Armand
l’occasion de faire réfléchir les élèves sur la passion amoureuse, dans Colin, 2004.
les deux sens du mot « passion » : amour fou et souffrance, à travers un – Anthologie de la poésie française, Georges Pompidou, Livre de Poche,
choix de poèmes, riche et varié, allant de l’Antiquité au xxie siècle, dont Hachette, 2000.
beaucoup sont de grands textes patrimoniaux. Le sous-titre choisi et – La Poésie à travers les âges, Magali Wiéner, coll. Castor doc, Père
formulé de façon interrogative, « Comment chanter l’amour ? », invite Castor-Flammarion, 2006.
les élèves à comprendre la dimension musicale de la poésie. Les poèmes
présentés dans ce chapitre, chacun à sa manière, tentent de répondre
à cette question. Ils ont été choisis et organisés en trois sous-thèmes 1.3 Sitographie
auxquels s’ajoute un parcours de lecture guidé d’un recueil poétique Sites d’anthologies poétiques
contemporain pour permettre une approche diversifiée en fonction
– Anthologie de la poésie classique du Moyen Âge au début du xxe siècle
du niveau et des goûts des élèves, et pour permettre au professeur
(poèmes libres de droits) : http://poesie.webnet.fr/home/index.html
de varier les plaisirs d’une année sur l’autre. Les travaux, écrits ou
oraux, proposés à chaque étape visent à une réappropriation des – Site de poésie française : http://www.poesies.net/
problématiques et des thèmes relatifs à la poésie lyrique amoureuse. Ce – Florilège de la poésie française sur France Diplomatie, site du ministère
chapitre propose une dimension Histoire des arts, peinture, sculpture, des Affaires étrangères (taper France Diplomatie poèmes)
en tissant des liens entre les poètes et d’autres artistes. Le chapitre – « Le Hall de la chanson » : ce site du Centre national du patrimoine
comporte également une page de référence « Le vocabulaire de la de la chanson, des variétés et des musiques actuelles propose extraits
poésie » à laquelle les élèves peuvent se référer pour l’étude de la sonores, notices sur les musiciens et les interprètes : http://www.
versification et des formes poétiques. lehall.com/
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

60
2. Organisation du chapitre

2.1 La progression du manuel Lire et échanger sur des œuvres complètes

Parcours de lecture guidé


Lire, comprendre, interpréter ISABLE  
Le parcours de lecture guidé propose de découvrir un recueil

UTIL

EN
AP
de poèmes d’amour contemporain, tout à fait abordable en
S’interroger et s’informer classe de 4e, et proche de l’univers des élèves. Il invite les élèves à des
lectures croisées des poèmes et permet au professeur un travail en
Cette double page, qui a pour but de faire découvrir aux élèves le AP en distribuant les entrées en fonction des compétences ou des
lyrisme amoureux dans la poésie et dans l’art, s’ouvre sur une évocation centres d’intérêt des élèves.
du mythe antique d’Orphée. Des musiques célèbres de films et un
extrait d’une chanson de Grand Corps Malade permettent ensuite de
montrer la pérennité et la modernité de la poésie lyrique. Enfin, une Pratiquer l’écrit
frise récapitulative des poètes rencontrés dans le chapitre servira de
référence aux élèves. Des exercices destinés à enrichir le lexique du lyrisme, à travailler
en orthographe les accords complexes du verbe avec le sujet aux
Les flèches de Cupidon 1res et 2es personnes, et l’accord du participe passé employé avec être,
à aborder en grammaire la phrase passive et la comparaison, visent à
Cette partie est constituée de cinq poèmes, les deux premiers préparer un travail de rédaction personnel. Une démarche méthodique
faisant directement référence au dieu Amour et à ses flèches, les est proposée pour mener à bien ce travail.
trois suivants exprimant les affres de la passion chez trois femmes
qui ont été touchées par les flèches d’Éros/Cupidon. Les poètes et
poétesses retenus sont aussi des figures majeures de la poésie lyrique. Construire le bilan
L’iconographie qui accompagne les deux premiers poèmes permet de
mieux se représenter la scène décrite. La présence de poètes antiques Le bilan interroge d’abord l’élève sur les notions vues au cours
permet de respecter les préconisations de corpus du programme de du chapitre. Il l’amène ensuite à réfléchir sur le titre du chapitre et
français et de travailler en interdisciplinarité avec les LCA. On trouvera à utiliser les compétences interprétatives développées au cours
un enregistrement du poème de Ronsard et de celui de Sappho dans de l’étude du chapitre en lui proposant d’établir des liens entre un
le manuel numérique enrichi. nouveau poème très accessible, extrait du recueil Paroles de Prévert,
et ceux rencontrés dans le chapitre. Il lui permet enfin de s’approprier
Hymnes à l’amour ces notions par un travail écrit.

Cette partie est constituée de quatre poèmes d’époques différentes


allant de l’Antiquité au xxe siècle, chacun constituant un hymne à Évaluer ses compétences
l’amour. On trouvera un enregistrement du poème de Rimbaud dans
le manuel numérique enrichi. Cette double page présente un entraînement au brevet, en parfaite
concordance avec la nouvelle épreuve. Elle est constituée d’un poème
L’amour à l’épreuve du temps et d’une illustration, assortis de questions de compréhension du
texte et de mise en relation du texte et de l’illustration. La partie
Cette partie constituée de quatre poèmes mêle deux thèmes « Rédaction et maîtrise de la langue » comprend une dictée préparée,
lyriques souvent associés : l’amour et le temps. Le poème de R. Queneau une réécriture, ainsi qu’un travail d’écriture proposant un sujet
constitue une réécriture moderne de celui de Ronsard. La palette des d’imagination permettant de réutiliser les acquis de la séquence.
sentiments exprimés par les poètes est suffisamment diversifiée pour
capter l’intérêt des élèves. On trouvera un enregistrement du poème
de Ronsard et de celui de Queneau dans le manuel numérique enrichi, 2.2 Autres pistes pédagogiques
ce qui devrait permettre aux élèves de comprendre la différence de
traitement d’un même thème dans deux poèmes. Selon le niveau de sa classe, le professeur privilégiera l’étude de
telle ou telle sous-partie ou bien lancera les élèves dans le recueil de
Le vocabulaire de la poésie Bernard Friot, plus moderne et plus proche d’eux dans l’écriture et
dans la thématique, avant d’aborder des poèmes plus complexes. On
peut également inviter les élèves à lire d’autres poèmes lyriques et à
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

Cette page sert de référence tout au long du chapitre pour l’étude


de la versification. Les mots en orange dans les questionnements des préparer, pour la fin du chapitre, la lecture expressive d’un poème en
poèmes renvoient à des notions qui y sont abordées. classe entière, de manière à constituer un corpus de textes plus élargi.

5 • Des roses et des épines 61


Corrigés

p. 113 • Document d’ouverture ◗ Le lyrisme amoureux dans le slam


Antonio Canova (1757-1822) est un célèbre sculpteur sur marbre italien, 6. On repère le rythme scandé du slam et le phrasé à mi-chemin
originaire de Venise. Il a su allier l’inspiration antique et l’imitation entre la parole et une sorte de mélopée. Les éléments de modernité
de la nature. Son œuvre est considérée comme l’archétype de la sont les suivants : « la drague en digital », « le smartphone », « texto et
sculpture néoclassique. Facebook », l’emploi du verlan « pour pécho », l’appellation « ringards »
destinée à ceux qui utilisent les anciens moyens pour faire la cour.
1. Cette sculpture évoque plutôt les roses de l’amour par la délicatesse
du geste, l’échange des regards, la douceur du mouvement et le 7. Certains élèves seront sensibles à la modernité du slam, d’autres
rapprochement des deux personnages. préféreront un lyrisme plus traditionnel.
2. L’autre aspect de l’amour, à savoir les épines, pourrait être représenté ◗ Poètes lyriques, de l’Antiquité à nos jours
par exemple par un personnage éploré, replié sur lui-même, et un autre
personnage indifférent à ses côtés. Les élèves pourront évoquer des Il sera intéressant de renvoyer les élèves à cette frise à chaque étude
scènes exprimant le chagrin, la rupture, la jalousie… d’un poème et de les amener à la mémoriser pour éviter les erreurs
historiques fréquentes.

Les flèches de Cupidon


Lire, comprendre, interpréter
p. 116-117 • Sur Éros, Le petit enfant Amour

  La clé des mots


S’interroger et s’informer
• Éros s’appelle Cupidon dans la mythologie latine.
p. 114-115 • Le lyrisme amoureux : de la poésie
• Érotisme, érotisation, érotique.
antique au slam   Lecture
◗ À la source du lyrisme amoureux : le mythe d’Orphée Petit point d’histoire littéraire : le poète grec Anacréon fut un poète
de cour qui chanta d’abord l’amour et la joie de vivre. Puis il se
1. a. et b. On apprend qu’Orphée était un musicien merveilleux, capable montra moqueur et parfois aussi, avec un accent plus personnel,
d’enchanter la nature et les animaux, qu’il avait épousé Eurydice qu’il
mélancolique, exprimant le regret de vieillir. Les soixante petits poèmes
aimait passionnément et que celle-ci étant morte, il était descendu
dits « anacréontiques » sont des imitations de l’époque alexandrine.
au royaume des ombres, avait charmé Hadès qui lui avait permis
Les poètes latins Catulle (voir p. 120) et Horace ont pris Anacréon pour
d’emmener Eurydice à condition de ne pas se retourner, mais qu’il
modèle de l’ode légère (par opposition à l’ode pindarique).
avait échoué au dernier moment. Orphée est un des rares personnages
de la mythologie qui soit descendu aux Enfers et revenu sur Terre. Ronsard et les poètes français de la Renaissance, après l’édition des
Anacréontiques par Henri II Estienne, en 1554, se sont, à leur tour,
2. a. Une lyre est un instrument de musique à cordes. inspirés d’Anacréon (L’Amour piqué, L’Amour mouillé...), mais sans
b. Le lyrisme pourrait être défini comme un chant à la gloire de l’amour, connaître l’original.
exprimant les sentiments.
1. a. et b. Dans les deux poèmes, on rencontre le petit dieu de l’amour
c. Les élèves seront tentés d’associer les sentiments amoureux mais
qui lance des flèches faisant souffrir les personnes atteintes.
également la tristesse, le chagrin, la mélancolie. Ils découvriront la
palette des sentiments avec les poèmes du chapitre. 2. a. Anacréon raconte avoir reçu la visite d’Éros en pleine nuit,
l’avoir hébergé et en contrepartie l’enfant l’a percé d’une flèche lui
3. Le ballet donne une image d’un couple qui se cherche désespérément promettant des souffrances amoureuses. Ronsard raconte qu’Éros
sans pouvoir se toucher. Les corps se frôlent mais les regards ne se
s’étant fait piquer par une abeille vint se plaindre à sa mère, Vénus,
croisent pas.
et que celle-ci lui fit remarquer qu’en comparaison de cette piqûre,
ses flèches devaient être bien plus douloureuses. b. Les élèves sont
◗ Des musiques célèbres de films d’amour
bien sûr libres de leur choix mais ils doivent apprendre à le justifier
4. Les élèves pourront être sensibles au rythme à la fois langoureux par des arguments cohérents.
et envoûtant de la musique du film Un homme, une femme, ainsi qu’à
3. Les deux poètes, à travers ces deux histoires, montrent d’une part
la musique et aux paroles du film Titanic que certains auront peut-
que l’amour est indépendant de la volonté des personnes puisque ce
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

être vu, plus proche de leur univers. James Cameron ne voulait pas
sont les flèches de Cupidon qui décident, et d’autre part que l’amour
de chanson pour son film mais en secret, le compositeur a demandé
fait souffrir.
à Céline Dion de participer à des enregistrements, dont le résultat
a finalement convaincu le réalisateur pour le générique de fin. La
chanson My Heart Will Go On est depuis un succès mondial. On pourra   Histoire des arts
demander aux élèves s’ils connaissent d’autres musiques de films A. Dürer a représenté le petit enfant Amour se faisant piquer par
d’amour et ce qu’elles évoquent pour eux. une abeille à proximité de ruches et courant se réfugier auprès de sa
5. On peut dire que la musique souligne les expressions du sentiment mère la déesse Vénus.
amoureux, qu’elle les sublime. Elle touche l’âme des spectateurs qui B. Dürer montre l’enfant Amour poursuivi par un essaim d’abeilles à
se sentent davantage impliqués par ce qu’ils voient à l’écran et ont proximité de plusieurs ruches et non piqué par une seule abeille en
l’impression de vivre le sentiment amoureux par procuration. cueillant des fleurs comme dans le poème de Ronsard. La scène est

62
plus visuelle sur la gravure. Dürer a montré Vénus plus moralisatrice   Lecture
que protectrice car son index tendu semble montrer qu’elle fait la
1. Le poème est adressé par le poète à la femme qu’il aime. Il l’invite
leçon à son fils alors qu’il est dans une situation critique. L’enfant
à un amour intense et partagé durant la vie qui est très courte, sans
Amour est représenté tel un angelot joufflu et potelé.
se préoccuper des autres.
p. 118-119 • À l’être aimé, Je vis, je meurs, 2. Selon le poète, l’amour est heureux si on sait le vivre intensément
Les séparés (N’écris pas…) mais il ne dure que le temps de la vie et il peut rendre les autres envieux.

  Lecture p. 120-121 • Roman


1. Le poème de Sappho exprime l’amour fou, celui de Louise Labé les
tourments de la passion, celui de M. Desbordes-Valmore la douleur   Le trésor des mots
de la séparation.
Le verbe « robinsonner » est formé sur le nom du personnage de
2. Sappho exprime des sensations de déliquescence : « Il fait fondre Robinson Crusoé, le héros d’aventure de Daniel Defoe que les élèves ont
mon cœur en moi », de brûlure : « au cœur de ma chair, / Un feu invisible sans doute rencontré au cours de leurs lectures des années précédentes.
a glissé », d’abandon, de mort : « Expire sans force ma joie. / Ma langue Le poète, âgé de seize ans quand il écrit ce poème, vagabonde et explore
est comme brisée », « Mes yeux ne voient plus rien de clair », « Je suis le pays de l’amour comme Robinson explore l’île lorsqu’il y aborde.
de sueur inondée, / Tout mon corps se met à trembler, / Je deviens
plus verte que l’herbe », « Pour me sentir comme une morte ». Louise
  Lecture
Labé exprime des sensations tactiles contrastées : « je me brûle »,
« J’ai chaud extrême en endurant froidure », « je sèche et je verdoie ». 1. Le poème raconte une histoire d’amour vécue par le poète à l’âge
M. Desbordes-Valmore évoque une sensation d’assèchement, de de seize ans. Un titre pour chaque partie du poème : I Le cadre de
déshydratation : « Ne montre pas l’eau vive à qui ne peut la boire. », la rencontre, II Le sentiment amoureux, III La rencontre amoureuse,
de repli sur soi : « J’ai refermé mes bras qui ne peuvent t’atteindre ». IV Le poète amoureux.
3. L’adverbe central du poème de Louise Labé, « inconstamment », 2. Le pronom « elle » désigne la jeune fille aimée, « on » et « vous »
donne une clé de lecture du poème car il explique les multiples désignent le poète ainsi que les jeunes gens de son âge et les lecteurs.
oppositions de sensations et de sentiments éprouvés et l’instabilité. Le poète invite ainsi les lecteurs à partager ses sentiments.
4. Les « doux mots » qu’évoque la poétesse sont sans doute « je 3. a. Les sens en éveil dans les parties I et II sont :
t’aime », prononcés par celui qu’elle aime et dont elle est séparée. – la vue : « Des cafés tapageurs aux lustres éclatants ! / – On va sous
les tilleuls verts de la promenade », « Voilà qu’on aperçoit un tout petit
5. Dans ces trois poèmes, ce sont des femmes qui expriment le
chiffon / D’azur sombre » ;
sentiment amoureux qu’elles ressentent. L’évocation de ce sentiment
– l’ouïe : « le vent chargé de bruits – la ville n’est pas loin – » ;
passe par la description des sensations. Dans les trois poèmes, les
– le toucher : « L’air est parfois si doux, qu’on ferme la paupière ; / Le
sensations sont au moins en partie source de souffrance physique.
vent », « avec de doux frissons », « on se sent aux lèvres un baiser /
Qui palpite là, comme une petite bête… » ;
  Histoire des arts
– l’odorat : « Les tilleuls sentent bon », « des parfums de vigne et des
L’interprétation de Julien Clerc est très émouvante et musicale : elle parfums de bière… » ;
traduit le désespoir et la nostalgie ; le clip montre le débarquement – le goût : « foin des bocks et de la limonade », « La sève est du
du personnage dans un petit port côtier, son arrivée dans une maison champagne et vous monte à la tête… ».
isolée, puis une sorte de vision de la femme aimée. L’aspect désolé b. Ces sens annoncent l’éveil et l’exaltation du sentiment amoureux.
des lieux est en accord avec la tristesse du personnage. La femme
aimée est montrée à sa table en train d’écrire une lettre, puis devant 4. a. Dans les parties III et IV, la jeune fille est vue à travers les yeux
la maison abandonnée, assise sur ses valises. du poète amoureux.
b. La graphie du pronom « La » avec une majuscule s’explique car la
L’interprétation de Benjamin Biolay est plus proche de la confidence
jeune fille dont il amoureux est devenue unique aux yeux du poète.
parlée. Le clip est un enchaînement de séquences présentant des
c. Les sentiments du jeune homme pour la jeune fille sont évoqués
scènes de la nature (arbres qui perdent leurs feuilles, animaux se
dans leur succession : le trouble profond du premier regard échangé,
poursuivant dans la neige), des dessins, des scènes d’intérieur (une
l’attachement amoureux, l’exclusivité amoureuse, la connivence avec
maison vide avec une enfilade de portes en perspective, des mains
l’être aimé, l’amour partagé et le bonheur fou.
qui se touchent, la présence d’une femme derrière des voiles).

  Écriture   Oral
On attend que les élèves fassent le lien entre les flèches douloureuses 1. On peut prononcer les vers 1 et 31 sur le ton de la désinvolture
de l’enfant Amour et l’expression des sensations et sentiments de amusée.
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

souffrance présents dans les trois poèmes de cette double page. 2. On attendra des élèves qu’ils traduisent la succession des sentiments
évoqués et qu’ils marquent une pointe de désinvolture.
Hymnes à l’amour
  Écriture
p. 120 • À Lesbie 2. Exemple de poème :
Catulle, né à Vérone, arriva à Rome au sortir de l’adolescence et y Vous êtes amoureux. Rayonnement solaire.
fréquenta les cercles à la mode. Il fut l’amant de Clodia, la sœur du Vous êtes amoureux. Un concert de trompettes.
tribun Clodius Pulcher, ennemi de Cicéron, et la chanta, puis la maudit, Vous êtes amoureux. Un lourd parfum de muguet.
sous le nom de « Lesbia ». Ses amours tumultueuses lui inspirèrent de Vous êtes amoureux. Un léger effleurement de plume sur la joue.
nombreux poèmes élégiaques. Vous êtes amoureux. Une délicieuse saveur fruitée.

5 • Des roses et des épines 63


p. 122 • Clair comme le jour 4. a. Dans les deux derniers vers, on repère une métaphore.
b. La force de ces deux derniers vers vient de l’opposition des termes
  Lecture « grand soleil qui me monte à la tête » et « je suis sûr de moi », car on
comprend que le poète est sous l’emprise de la passion qu’il voue à
1. a. Les passages du poème permettant de comprendre le titre : la femme aimée.
« Toi ma dormeuse mon ombreuse ma rêveuse / ma gisante », « ma
lointaine aux yeux clos mon sommeillant œillet », « cette enfant qui
dort sur la plage allongée ».
  Oral
b. Les élèves seront peut-être sensibles à la magie de l’évocation ou 1. a. Mis à part le point final, il n’y a pas de ponctuation dans le poème.
bien ils seront surpris, voire déstabilisés par cette évocation en quelque b. Cela confère au poème un rythme fluide, ponctué seulement par
sorte « volée » d’une dormeuse que le poète semble s’approprier. l’anaphore de « je t’aime pour » reprise par « Pour ».
2. Les groupes nominaux par lesquels le poète désigne la jeune 2. Pour aider les élèves, on peut leur demander de recopier le poème
fille : « Toi ma dormeuse mon ombreuse ma rêveuse / ma gisante (exercice d’orthographe) ou leur distribuer une photocopie et les inviter
aux pieds nus sur le sable mouillé / toi ma songeuse mon heureuse à souligner les répétitions pour les repérer visuellement.
ma nageuse / ma lointaine aux yeux clos mon sommeillant œillet »,
« toi ma berceuse mon souci mon jour ma nuit », « Mon oublieuse ma   Écriture
paresseuse ma dormeuse », « ma capricieuse / ma brûlante aux bras Les élèves sont libres de leur choix mais on attendra qu’ils défendent
frais mon étoile légère », « Eurydice aux pieds nus », « cette enfant leur point de vue en s’appuyant sur des éléments précis d’analyse des
qui dort sur la plage allongée ». Le poète fait un portrait d’une jeune poèmes étudiés en classe, et qu’ils soient, le cas échéant, capables
fille endormie, un portrait énigmatique, très sensuel, le portrait d’une de transposer des éléments repérés dans un poème sur un autre
jeune fille qui le trouble ou dont il tombe amoureux puisqu‘il emploie poème. On veillera également à l’ordre des arguments évoqués et à
les déterminants possessifs de la première personne. l’utilisation de mots de liaison.
3. Le poète semble troublé et sous le charme de cette jeune fille qu’il
peut contempler à loisir puisqu’elle est endormie sur la plage, qu’il se
plaît à évoquer et dont il semble tomber amoureux jusqu’à éprouver L’amour à l’épreuve du temps
même de la jalousie : « toi qui me trompes avec le vent avec la mer /
avec le sable et le matin ma capricieuse ». p. 124 • Mignonne, allons voir si la rose…
4. a. Eurydice est l’épouse d’Orphée, le musicien de la mythologie.
b. La référence à Eurydice est très bien choisie car Eurydice est morte,   La clé des mots
or la position allongée et endormie de la jeune fille peut être comparée
Dans le poème, le verbe « fleuronner » signifie « être au début de sa vie ».
à la mort ; de plus, le sommeil de la jeune fille constitue une barrière
entre elle et le poète, comme la mort d’Eurydice pour Orphée. Enfin,
le poète comme Orphée est amoureux fou d’Eurydice.   Lecture
1. a. Le poète s’adresse à la femme qu’il aime et qu’il appelle
  Oral « mignonne ».
b. Le poète invite la jeune femme à l’épicurisme : profiter des plaisirs
1. a. Le poète a choisi de ne pas ponctuer son poème. de la vie dans sa jeunesse car cette période ne dure pas, ainsi qu’en
b. Cette absence de ponctuation peut transcrire la fluidité du sommeil
témoigne la vie éphémère d’une rose.
de la jeune fille qui s’émancipe de toutes contraintes.
2. a. Dans la première strophe, Ronsard emploie une personnification
2. On attendra que les élèves traduisent la force des sentiments et de la rose : « Sa robe », « Les plis de sa robe pourprée », « son teint
les émotions qu’ils ressentent à la lecture du poème.
au vôtre pareil ».
b. Dans la troisième strophe, à travers une métaphore et grâce au
p. 123 • Je t’aime néologisme « fleuronner », le poète assimile la femme à une rose :
« Tandis que votre âge fleuronne / En sa plus verte nouveauté ». Il crée
  Lecture ainsi un parallélisme complet entre la femme et le végétal.
1. Le groupe de mots « Je t’aime pour » est présent à plusieurs reprises 3. Le vers 16 est l’expression de la philosophie de l’épicurisme « Carpe
dans le poème. Il est placé en début de vers, de manière anaphorique. diem » : « Profitez du jour présent ». Ronsard invite la jeune femme à
Ce groupe de mots traduit l’exaltation amoureuse et constitue une profiter de sa jeunesse pour goûter les plaisirs de l’amour.
sorte de refrain. 4. Pour le poète, l’amour est lié à la jeunesse ; il faut se rappeler qu’il
2. a. Les pronoms personnels du poème : « je », « me », « m’ », « moi », a vingt-six ans lorsqu’il écrit ce poème. Il semble que l’amour soit lié à
« on », représentent le poète. Les pronoms « t’ », « toi-même », « toi », l’apparence, à la beauté physique. Certains élèves pourront apporter
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

« tu », représentent la femme aimée. un autre point de vue : un amour qui se renforce avec les années et
b. On peut établir un lien d’intimité entre ces deux personnes puisque qui est fondé sur d’autres critères que la beauté.
le poète tutoie la femme aimée.
3. Le poète attribue à la femme aimée plusieurs rôles. Elle est son miroir :   Oral
« Qui me reflète sinon toi-même je me vois si peu » ; elle représente la 1. Le poète emploie des impératifs d’abord à la première personne
vie et le souvenir : « Sans toi je ne vois rien qu’une étendue déserte / du pluriel : « allons voir », puis à la deuxième personne du pluriel :
Entre autrefois et aujourd’hui » ; elle symbolise la sagesse, la raison « cueillez » ; il cherche à convaincre la jeune femme et lui prodigue
et la vérité : « Je t’aime pour ta sagesse qui n’est pas la mienne », « Je des conseils. Dans la deuxième strophe, il semble consterné : « Las
t’aime contre tout ce qui n’est qu’illusion », « tu n’es que raison » ; elle ! las ses beautés laissé choir ! », puis révolté : « Ô vraiment marâtre
est également l’ivresse amoureuse : « Tu es le grand soleil qui me Nature ». Son ton est plus péremptoire à la fin du poème : « Comme
monte à la tête / Quand je suis sûr de moi. » à cette fleur la vieillesse / Fera ternir votre beauté. »

64
2. On pourra mettre au point avec la classe une fiche d’appréciation Les différences portent sur l’écriture : les vers ne sont pas les mêmes,
répertoriant différents critères pour une bonne lecture d’un poème et le niveau de langue est soutenu chez Ronsard, familier et oral chez
demander aux élèves d’apprécier les prestations de leurs camarades Queneau. Le ton est consterné et révolté chez Ronsard, désabusé et
à l’aune de cette fiche. ironique voire sarcastique chez Queneau.
4. Les élèves sont bien sûr libres de leur choix mais doivent trouver
  Histoire des arts des arguments probants pour justifier leur préférence.
ure d’im
On trouvera dans le manuel numérique enrichi une lecture
Lect

age

d’image de ce tableau. Paule Monory, femme de Jacques p. 126 • Le pont Mirabeau


Monory, nous a aimablement éclairés sur ce tableau. Selon elle, il n’est
pas certain que le Plexiglas qui supporte les différentes parties de   Lecture
l’œuvre ait été présent à l’origine. Les différentes parties éclatées du 1. a. Le poète est présent dans le poème : « nos amours », « il m’en
tableau étaient directement fixées au mur. Le Plexiglas aurait été alors souvienne », « je demeure », « restons face à face », « Le pont de nos
ajouté après pour une exposition plus simple de l’œuvre. Elle nous a bras ».
précisé aussi que le musée des Beaux-Arts de Pau (http://www.pau. b. L’autre personne présente est la femme aimée par l’intermédiaire du
fr/1665-jacques-monory-la-fin-de-mme-gardenia.htm), qui abrite déterminant possessif « nos » et par l’utilisation d’un verbe conjugué
l’œuvre aujourd’hui, n’avait pas pu prêter la toile, en raison de sa à la première personne du pluriel.
fragilité, pour l’exposition sur Jacques Monory qui a eu lieu en 2015
au Fonds pour la culture Hélène et Édouard Leclerc, à Landerneau 2. Les verbes de mouvement : « coule, venait, vienne, s’en vont, passe,
(http://www.fonds-culturel-leclerc.fr/Pass%C3%A9es-Jacques- s’en va, passent, reviennent » ; les deux éléments qu’ils qualifient sont
Monory-648-8-0-0.html). Aujourd’hui, l’œuvre repose bien sur du l’eau et le temps.
Plexiglas. Elle nous est ici proposée sur un fond noir, mais elle est le 3. a. Le pont Mirabeau représente la permanence, la stabilité pour
plus souvent exposée sur un fond blanc, comme c’est le cas sur le site le poète.
de l’artiste (https://www.jacquesmonory.com/pages/pages_img/ b. Il est question dans le deuxième quatrain du pont formé par les
gardenia.htm) ou encore au musée de Pau. bras des deux amoureux. On peut reconnaître une double métaphore :
A. On retrouve dans la peinture de Monory comme dans le poème celle du pont humain et celle de la fluidité des regards assimilés à
de Ronsard, le dessin d’une fleur fanée : « Las ! voyez comme en peu l’eau de la Seine.
d’espace, / Mignonne, elle a dessus la place / Las ! las ses beautés laissé 4. Dans le poème, l’amour est assimilé à la fuite du temps matérialisée
choir ! », ainsi que la photo découpée d’une femme qui peut évoquer par le courant du fleuve. Le poème s’apparente à une chanson de
la perte de la beauté de la femme dans le poème : « Comme à cette toile qui lie le temps, l’amour et l’eau. Comme l’eau et le temps qui
fleur la vieillesse / Fera ternir votre beauté. » ne peuvent revenir en arrière, tout amour perdu est irrécupérable.
B. 1. Les couleurs dominantes sont le rose et le noir. 5. Certains élèves trouveront que le poème est plutôt triste car le
2. Le tableau est composé en deux parties sur un même fond noir : poète pleure son amour perdu pour Marie Laurencin, la femme
à gauche, une rose qui perd ses pétales ; à droite, une photographie qui vient de le quitter. D’autres peuvent imaginer, étant donné la
découpée représentant un portrait de jeune femme en noir et blanc sur douceur de l’évocation, que le poète très attaché à la jeune femme
fond rose. La rose comme la photographie sont criblées d’impacts de la retrouvera un jour.
balles, ce détail étant une des caractéristiques de la peinture de l’artiste.
  Oral
p. 125 • Si tu t’imagines
1. La construction de ce poème le rapproche d’une chanson : deux
  Oral vers constituent un refrain, les strophes-couplets sont construites sur
un rythme identique (10/4/6/10), le vers 1 et le vers 22 sont identiques.
1. La chanteuse semble avoir choisi une tonalité désabusée, un peu
cynique, comme si elle prenait plaisir à raconter un conte qui finit mal. 2. Quand on lit les vers 7 à 10, on ne fait pas de pause en fin de vers
On a l’impression qu’elle veut mettre en garde la fillette à laquelle elle (ce procédé se nomme enjambements). Le rythme de ces vers traduit
semble s’adresser mais en sachant que le conseil ne servira à rien. la fluidité des regards associés à l’eau du fleuve.

2. Il sera intéressant de faire s’entraîner les élèves sur des vers comme 3. a. Il sera intéressant de demander aux élèves d’exprimer leur ressenti
les vers 5 à 8, difficiles à dire car le sens nécessite d’enchaîner les vers face à ces deux interprétations, puis de les mettre par groupes selon
mais la métrique nécessite de faire une courte pause en fin de vers. On leurs préférences et de leur demander par oral ou par écrit de faire
attendra que la diction souligne les répétitions, les effets de refrain. une présentation argumentée de l’interprétation choisie.
On pourrait imaginer un poème à plusieurs voix. b. Les élèves pourront s’inspirer des deux interprétations pour leur
propre prestation. La répartition des deux voix en binômes pourra
faire l’objet d’une analyse critique en classe entière.
  Lecture
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

1. Certains élèves seront frappés par l’étrangeté du poème, d’autres


amusés par son oralité et sa familiarité, d’autres choqués par les
p. 127 • De cet amour ardent je reste émerveillée
évocations. Il est important que toutes et tous puissent exprimer leur
ressenti face à un texte plutôt inhabituel et radicalement différent de   La clé des mots
l’écriture du poème de Ronsard. L’adjectif « ardent » est employé au sens figuré dans le poème ; il
2. Queneau a choisi des vers courts (pentasyllabes), une absence de signifie « intense, violent ».
ponctuation afin de traduire la fuite du temps que rien ne peut arrêter.
3. Les deux poèmes traitent des ravages du temps sur la beauté   Lecture
féminine, et par la voix du poète qui s’adresse à une jeune femme, 1. Dans ce poème, la poétesse exprime son émerveillement pour
invitent la demoiselle à profiter des plaisirs de l’amour dans la jeunesse. un amour intense qui résiste au temps, intact depuis le premier jour.

5 • Des roses et des épines 65


On ne sait si elle exprime un amour qu’elle donne, qu’elle reçoit ou – odorat : p. 55 « je mixe j’agite je distille / un élixir sulfureux » ;
qui est partagé. – goût : p. 7 « salé poivré très épicé » ; p. 10 « Doré / comme un pain
2. Contrairement aux poèmes de Ronsard et de Queneau, la poétesse frais / croustillant à souhait / l’amour / c’est craquant ».
évoque un amour qui résiste à l’épreuve du temps, qui ne s’émousse 4. Ces sensations rendent compte des différentes facettes du sentiment
pas et qui garde la force du premier jour. amoureux : amour heureux ou malheureux, exaltation ou doute.

  Oral C Les images


On veillera à ce que les élèves traduisent la force du poème, 5. Quelques exemples de poèmes dans lesquels le poète emploie des
l’enthousiasme de la poétesse et les répétitions qui traduisent la images pour évoquer l’amour :
conviction d’Andrée Chedid. – comparaisons : p. 10 « Doré / comme un pain frais / croustillant
à souhait / l’amour / c’est craquant » ; p. 69 « “Amour”, “Je t’aime“,
  Écriture “Ma chérie“ / ont perdu toute saveur / comme un chewing-gum
Les élèves sont libres de leur choix mais on attendra qu’ils défendent longtemps mâché » ;
leur point de vue en s’appuyant sur des éléments précis d’analyse – métaphores : p. 14 « amour oreiller mou / j’y pose ma tête endormie » ;
des poèmes étudiés en classe. On veillera également à l’ordre des p. 25 « Bulle de savon / ballon envolé / l’amour est léger » ;
arguments évoqués et à l’utilisation de mots de liaison. – personnifications : p. 17 « Moi je connais / l’amour distrait / tête en
l’air nez au vent » ; p. 26 « Bavard / intarissable / loquace / volubile /
cet amour-là aligne les mots / en farandole ».
Lire et échanger sur des œuvres complètes 6. Ces images sont pour la majorité d’entre elles très originales,
surprenantes et parfois amusantes.
p. 129 • Parcours de lecture guidé 7. Ces images proposent différentes visions de l’amour : un amour
Je t’aime, je t’aime, je t’aime… naissant, dans sa plénitude ou en déclin ; un amour heureux ou
Poèmes pressés, Bernard Friot malheureux, durable ou hésitant ou infidèle, gai ou mélancolique. Le
poète se plaît à évoquer les diverses facettes de l’amour.

A La mise en page et la typographie D La tonalité


1. a. Les poèmes qui ont une mise en page traditionnelle : p. 5, 12,
8. Des exemples de poèmes qui parlent d’amour sur un ton :
14, 17, 27, 39, 40, 42, 43, 64, 65, 70, 71, 75, 77.
– joyeux : p. 5 ; 10 ; 11 ; 13 ; …
b. et c. Des exemples de poèmes qui ont une mise en page particulière :
– mélancolique : p. 12 ; 29 ; 31 ; …
– p. 25 : la disposition éclatée évoque l’envol de l’amour et sa volatilité ;
– triste : p. 17 ; 25 ; 38 ; 42 ; …
– p. 32 : calligramme ;
– moqueur : p. 7 ; 9 ; 15 ; 16 ; 21 ; 26 ; 33 ; 37 ; 62 ; …
– p. 34-35 : le poème déferle sur la page pour traduire la force du
sentiment amoureux ; 9. Des exemples de poèmes qui jouent sur les mots :
– p. 49 : les lettres finales éparpillées évoquent la brisure amoureuse ; – p. 5 : le poète joue sur l’expression « De trente-six façons » qu’il
– p. 53 : la disposition évoque des traces d’escargot pour « un amour oppose à une autre expression « quand on aime / on ne compte pas » ;
limace et limaçon » ; – p. 45 : le poète joue avec les deux sens du verbe « jouer », jouer avec
– p. 73 : la disposition des vers évoque la chute amoureuse de l’acrobate. un objet et jouer avec les sentiments ;
– p. 54 : le poète joue avec l’ordre alphabétique et classe le mot
2. Des exemples de poèmes présentant une typographie particulière :
« catastrophe » à la lettre « k » ;
– p. 21, 26 : la taille des lettres est proportionnelle à l’intensité du son ;
– p. 55 : le poète joue avec une formule chimique : H2O CO2.
– p. 29 : deux tailles de lettres pour discerner météorologie et
sentiments ; 10. Il serait intéressant de faire reconnaître à la classe le ton choisi
– p. 30 : deux tailles de lettres pour discerner le poète et l’amour ; par les élèves pour dire le poème après la prestation de chacun d’eux.
– p. 34-35, 62-63 : la taille des lettres est proportionnelle à l’intensité
du sentiment amoureux ; E L’amour heureux ou malheureux
– p. 37 : petites lettres comme les petits caractères d’un contrat ou
d’une notice ; 11. Des exemples de poèmes du recueil qui évoquent un amour
– p. 45 : lettres dont la taille diminue proportionnellement à la heureux :
diminution du sentiment amoureux ; – p. 5, 11, 34, 64 : l’amour fou ; p. 10, 13, 21, 54, 66, 69 : le bonheur sensuel.
– p. 54 : la formule chimique amoureuse est mise en relief par de 12. Des exemples de poèmes du recueil qui évoquent un amour
grandes lettres. malheureux :
– p. 17 : l’amour distrait, peu fiable ; p. 25, 36 : l’amour volatile ; p. 27 :
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

l’amour fugace ; p. 29 : l’amour fluctuant ; p. 38, 42, 45, 49, 57 : l’amour


B L’alchimie des sens perdu ; p. 52 : le doute.
3. Des exemples de poèmes qui font appel aux sens :
– vue : p. 29 « ciel bleu / amoureux / temps gris / des soucis » ; p. 70
« Comment dessiner / l’amour que j’ai au cœur ? / Peintures et crayons F L’amour qui se dit ou qui se tait
de couleur / il faudrait pour pinceau / un morceau d’arc-en-ciel » ; 13. Des exemples de poèmes qui disent ouvertement le sentiment
– ouïe : p. 11 « Je le crie sur les toits / je le hurle à la lune » ; p. 21 « On amoureux :
peut aimer / zim bam boum taratata » ; – p. 9 : une énumération de mots tendres pour qualifier l’être aimé ;
– toucher : p. 13 « Amour glacé / en plein été / un long frisson dans – p. 11 : des mots d’amour et l’expression des sensations ;
le dos » ; p. 14 « Réveille-moi / par un baiser enflammé / sur les lèvres – p. 21 : l’amour en musique ;
et dans le cou » ; – p. 26 : un flot de mots ;

66
– p. 34, 66 : des répétitions de « je t’aime » ; Des procédés d’écriture
– p. 50, 51 : l’amour qui se chante ;
– p. 69 : des mots inventés. ◗◗La comparaison
14. Des exemples de poèmes qui gardent secret le sentiment 5. a. Les points de ressemblances entre les deux groupes nominaux
amoureux : en couleur : un départ de navigation ; une idée de voyage.
– p. 19 : l’amour timide qui n’ose s’avouer ; b. C’est « comme » qui met en relation les deux groupes de mots.
– p. 28 : l’amour en points d’interrogation ;
– p. 43 : l’amour mystère ; ◗◗La métaphore
– p. 65 : l’amour discret. 6. a. Le poète compare la nature à un cachot fermé.
Choisissez individuellement le poème du recueil que vous préférez b. On peut établir des points de ressemblances entre la nature et
et, dans votre carnet de lecture, en une quinzaine de lignes, l’élément auquel elle est comparée : la nature est devenue une
expliquez les raisons de votre choix. Vous vous appuierez sur les gigantesque prison dans laquelle se retrouve le poète, pâle prisonnier
points de l’analyse abordés en groupes et éventuellement sur lorsqu’il est séparé de celle qu’il aime.
d’autres éléments. c. Ce rapprochement est sous-entendu.
Cet exercice d’écriture permet à chaque élève de faire une synthèse ◗◗La personnification
individuelle des découvertes effectuées en groupe et nécessite des
compétences de transposition puisque le choix du poème doit être 7. a. Le poète évoque l’amour au moyen du groupe nominal « divin
étayé par plusieurs éléments repérés dans d’autres poèmes du recueil. rôdeur ».
On veillera également à l’organisation des éléments, en invitant les b. Il lui donne ainsi le statut d’une personne.
élèves à rédiger une phrase d’introduction et à utiliser des mots de 8. a. Le poète présente le cœur tel un être mort-vivant ou un grand
liaison pour organiser leur propos. blessé.
b. Il emploie également une comparaison : « Et ses pieds traînent sur
la mer / Comme les bras morts des pieuvres. »

Pratiquer l’écrit p. 131 • Orthographe


Les accords du verbe avec le sujet (1res et 2es personnes)
A Travailler la langue pour préparer
et améliorer l’écrit 1. 1. Je reçois un bouquet des mains de ce jeune homme. 2. Je crois
au grand amour. 3. Je transmets mes sentiments dans ma lettre. 4. Je
veux croire en mon bonheur. 5. Je viens à sa rencontre. 6. Je saisis
p. 130 • Lexique
l’occasion d’ouvrir mon cœur.
Le vocabulaire du lyrisme 2. 1. Tu reçois un bouquet des mains de ce jeune homme. 2. Tu crois
au grand amour. 3. Tu transmets tes sentiments dans ta lettre. 4. Tu
1. a. Sympathie : vénération – tendresse – affinité – attirance – veux croire en ton bonheur. 5. Tu viens à sa rencontre. 6. Tu saisis
attachement – cordialité – affection ; Antipathie : répulsion – inimitié l’occasion d’ouvrir ton cœur.
– aversion – hostilité – irritation – exécration – haine – ressentiment.
b. 1. Ces deux personnes ne peuvent s’entendre, elles n’ont aucune 3. 1. Imagines-tu que tu reçoives un poème en guise de cadeau ?
affinité. 2. Le poète parle de la femme aimée avec tendresse / 2. Ferai-je ma vie avec toi qui es l’élu de mon cœur ? 3. Comment
affection / vénération. 3. Cet homme éprouve de la répulsion / pourrais-tu vivre sans amour ?
haine pour son ami qui l’a trahi. L’accord du participe passé employé avec être
2. a. Ces noms constituent le champ lexical de l’amour : inclination
– passion – penchant – flamme – ardeur – ivresse – idolâtrie – feu – 4. 1. Les jeunes mariés de l’année ont été photographiés sur le bord du
coup de foudre – engouement – ferveur lac. 2. Cette poésie en hommage à l’amour fou a été écrite au xixe siècle.
b. Ceux qui évoquent la sensation de brûlure : flamme – ardeur – feu 3. Les tourments de la passion furent souvent peints par les poètes.
– coup de foudre 5. Les amoureux étaient installés en terrasse. Elle était vraiment
c. Une intensité faible : inclination – penchant ; une intensité forte : charmée par tout ce qu’il lui disait. Lui, éprouvant les délices de la
passion – flamme – ardeur – ivresse – idolâtrie – feu – coup de foudre passion, était subjugué. Tous deux étaient véritablement émus par
– ferveur. la force de ce sentiment par lequel ils étaient submergés.
d. On pourra proposer aux élèves de dire leurs vers à la classe en
faisant un exercice d’oral.
p. 131 • Grammaire
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

3. a. Le nom « dépit » signifie : un chagrin mêlé à du ressentiment


dû à une déception. La phrase passive
b. Synonymes de « dépit » : amertume – contrariété – courroux –
déception – désappointement – froissement – rancœur. Antonymes : 6. 1. La dame est aimée à la folie par le chevalier. 2. Ces vers tendres
contentement – joie – satisfaction. sont écrits par un poète épris d’une jeune beauté. 3. Les souffrances
4. a. « suspicion » : suspect, suspecter ; « soupçon » : soupçonneux, de la jalousie sont endurées par cette amoureuse. 4. Des lettres
soupçonner. passionnées sont écrites par ce jeune couple.
b. Cet amoureux a repéré des échanges de regard entre la jeune-fille 7. 1. Les sentiments ont toujours été chantés par les poètes. 2. Ces
qu’il aime et un autre jeune homme : la suspicion d’un éventuel rival âmes sœurs avaient été séparées par la haine. 3. Les créatures des
naît en lui. Le comportement amoureux exagéré de cet homme fait Enfers furent séduites par Orphée. 4. Des secrets sentimentaux ont
naître des soupçons chez la femme qu’il courtise. été révélés par certains poèmes.

5 • Des roses et des épines 67


8. Des souvenirs du premier rendez-vous amoureux sont associés à b. On peut rapprocher ce poème de celui d’Andrée Chedid ou de
ce lieu particulier. Un amour de jeunesse est raconté dans ce roman. certains de B. Friot qui glorifient l’amour fou et éternel.
Une plainte légère fut entendue hier soir dans l’allée. Des roses et des c. On peut inviter les élèves à justifier leur choix par écrit dans un
épines sont adressées à cette jeune femme. paragraphe argumenté ou bien par oral à travers un argumentaire
construit.
La comparaison
p. 133 • Je rédige mon bilan
9. 1. Les mots d’amour s’envolent comme de légers papillons. 2. Comme
deux perruches, ces deux amoureux se serrent l’un contre l’autre. 3. La 1. Il est important de laisser s’exprimer la sensibilité des élèves en
passion a tout emporté sur son passage comme un ouragan déchaîné. les aidant à trouver les mots pour exprimer au plus juste sensations
et sentiments.
10. 1. Son sourire, semblable à un soleil, illumine son visage. 2. Les
douces paroles de son amoureux, telles des caresses, lui rendent la vie 2. En fin de parcours, les élèves devraient pouvoir répondre en
merveilleuse. 3. Ces jeunes passionnés, pareils à de preux chevaliers, proposant deux pistes complémentaires : la notion de musicalité, de
sont prêts à tout pour conquérir celles qu’ils aiment. chant, et l’évocation des sentiments, souvent à travers l’expression
des sensations. Ils peuvent également évoquer les images.
11. 1. Cette poétesse, comme une soliste, chante l’amour dans ses
poèmes. 2. Le petit dieu Amour, tel un enfant terrible, lance ses
flèches dans le cœur de ses victimes. 3. La fuite du temps, semblable Évaluer ses compétences
à celle de l’eau, est un thème lyrique. 4. La séparation est une épreuve
douloureuse, comme un exil lointain, pour les amoureux. Analyse et interprétation de textes et
de documents, maîtrise des différents langages
B Écrire et récrire
p. 134 • Mon cœur tremblant des lendemains
p. 132 • S ujet Composer un poème lyrique
◗ Questions sur le texte
à la manière d’un des poèmes du chapitre
1. C’est le poète qui parle à la femme qu’il aime : « Mon cœur », « Et ton
Ce sujet permet de réactualiser les apprentissages de la séquence. haleine seulement, / Quand tu lui parles doucement, / Le fait trembler
Outre leur propre imaginaire, les élèves pourront s’inspirer des poèmes comme une plume. », « Il palpite autour de ta robe ».
rencontrés dans le chapitre. Il conviendra de bien cerner avec eux les
attentes du sujet : un poème lyrique, qui exprime donc sensations 2. a. Dans la première strophe, on repère une comparaison : « mon
et sentiments. La démarche proposée, en quatre étapes (préparer le cœur est comme un oiseau ».
poème, formuler et rédiger au brouillon, améliorer son brouillon en b. D’autres éléments du poème qui développent cette image : « Et ton
mobilisant les ressources de la langue, rédiger au propre et se relire) haleine seulement, / Quand tu lui parles doucement, / Le fait trembler
entraîne l’élève à procéder de façon systématique et méthodique afin de comme une plume. », « Il voltige autour de ton cou ».
présenter un travail d’écriture abouti, au lieu de se lancer directement 3. Le poète est effrayé à l’idée qu’il pourrait ne plus être aimé par celle
dans la rédaction de son texte. Ce travail d’écriture permet aussi une qu’il aime passionnément. Il serait prêt à mourir de chagrin.
appropriation des outils de lexique, grammaire et orthographe vus
4. Le poète, s’il n’était pas aimé en retour, se compare à un oiseau
dans les pages précédentes. On attendra que les élèves utilisent des
qui mourrait discrètement en ne laissant qu’une goutte de sang sur
procédés d’écriture rencontrés dans l’analyse des poèmes.
le gant de la femme aimée.
5. Ce poème est lyrique : il évoque le sentiment amoureux à travers
des images et une sorte de douce musicalité.
Construire le bilan ◗ Sur le texte et l’image
6. Si on fait abstraction de l’époque, le poème d’A. Samain pourrait
p. 133 • Qu’ai-je appris ?
figurer dans un livre tel que celui proposé sur l’image car c’est un
1. et 2. On renverra les élèves en difficulté à la page « S’interroger poème d’amour.
et s’informer ».
3. Les poètes du chapitre qui chantent l’amour heureux : Catulle, Rédaction et maîtrise de la langue
A. Rimbaud, C. Roy, P. Éluard, A. Chedid ; ceux qui chantent l’amour
1. a. Dictée préparée
malheureux : Anacréon, Ronsard, Sappho, L. Labé, M. Desbordes-
e enregi
Valmore, R. Queneau, G. Apollinaire. On trouvera dans le manuel numérique enrichi un enregistre­
strée
Dicté

ment du texte de la dictée.


p. 133 • Qu’avons-nous compris ?
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

1. Accord des verbes aux 1re et 2e personnes : les sujets sont surlignés ;
1. a. et b. Le titre du chapitre évoque de manière métaphorique le le futur des verbes à la 1re personne se termine par « ai ».
bonheur et la souffrance liés au sentiment amoureux. Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne,
2. Il est intéressant de faire prendre conscience aux élèves de la Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.
pérennité de la poésie lyrique qui exprime des sentiments très forts, J’irai par la forêt, j’irai par la montagne.
permet à certains de les vivre par procuration ou de comprendre leurs Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.
propres sentiments. Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
3. a. Ce poème est lyrique car il exprime le sentiment amoureux du Sans rien voir au-dehors, sans entendre aucun bruit,
poète pour une femme qu’il ne nomme pas. Lecteurs et lectrices Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
peuvent ainsi partager les sentiments exprimés et s’identifier aux Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.
personnages. V. Hugo, « Demain dès l’aube », Les Contemplations, 1856

68
2. « fixés » s’accorde avec « yeux », masculin pluriel ; « seul, inconnu, 2. Travail d’écriture
triste » s’accordent avec « je », masculin singulier ; « courbé » s’accorde
Sujet : ce sujet d’imagination permet de réinvestir les acquis du chapitre,
avec « dos », masculin singulier ; « croisées » s’accorde avec « mains »,
en particulier les exercices d’oral et d’écriture. Les élèves pourront
féminin pluriel.
s’inspirer des poèmes étudiés ainsi que des lectures personnelles qu’ils
1. b. Réécriture auront effectuées. Selon le niveau de sa classe et les apprentissages,
le professeur imposera une présentation versifiée ou laissera la liberté
Mes pensées t’environnent ; elles sont partout. à ses élèves.
Elles voltigent autour de ton cou,
Elles palpitent autour de ta robe,
Mais si furtives, si passagères,
Et si subtiles et si légères,
Qu’à toute atteinte elles se dérobent.
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

5 • Des roses et des épines 69


6 Cyrano de Bergerac
ou l’amour masqué
Atelier lecture et jeu théâtral

1. Présentation de l’atelier

1.1 Choix de l’atelier « à l’oreille » et se disent comme un chanteur peut le faire pour un
livret dans une langue qu’il ne pratique pas.
Cet « atelier lecture et jeu théâtral » se situe dans le pôle « Se Avant que les élèves se lancent dans la lecture, ils feront
chercher, se construire / Dire l’amour ». Il s’agit ici d’aborder l’amour connaissance avec le héros de la pièce, Cyrano, dans la première page
comme ressort dramatique : dans cette pièce, « dire l’amour » se de l’atelier. Le manuel invite aussi à entrer dans la pièce en faisant un
manifeste sous le signe du masque : Christian emprunte les mots de détour par ses adaptations filmiques qui permettent de contextualiser
Cyrano et ce dernier vit son amour par substitution. Le « dire l’amour » les personnages : bien des aspects culturels sont en effet de nature à
est au cœur de l’intrigue, du jeu théâtral. Les deux personnages dérouter les élèves, même bons lecteurs.
masculins se cherchent dans cette impossibilité où ils sont, chacun
pour des raisons différentes, de dire leur amour. e enregi Le professeur disposera dans les ressources sonores
Text

stré

du manuel numérique enrichi d’une lecture par des


Néanmoins cette pièce foisonnante d’Edmond Rostand pose comédiens de plusieurs extraits enregistrés, ainsi
aussi la question des valeurs en jeu, ce qui permet de croiser deux que de vidéos de théâtre et de cinéma qui peuvent servir à une analyse
questionnements du programme, « Dire l’amour » et « Individu et de mise en scène (en s’aidant de la Fiche méthode fournie, elle aussi
société : confrontations des valeurs ? ». sur le manuel numérique) ou plus simplement à une entrée en lecture.
Quel que soit l’angle sous lequel le professeur souhaite étudier
la pièce, le manuel lui permet de rendre les élèves sensibles à sa 1.2 Bibliographie
dimension théâtrale.
Pour une bibliographie exhaustive, se rendre sur le site suivant : http://
Étant donné la difficulté pour certains élèves de lire l’intégralité de www.cyranodebergerac.fr/bibliographie.php
la pièce, cet atelier est construit de façon à proposer deux manières de
À noter que ce site propose aussi 1001 images de Cyrano, très « fourre-
lire l’œuvre selon le niveau de la classe. En effet, pour quatre des cinq
tout » comme le reconnaissent les auteurs du site, mais reflétant
actes de la pièce, nous proposons un extrait significatif, des images
l’importance de ce personnage littéraire devenu mythique.
de représentations théâtrales et/ou des photogrammes, ainsi qu’une
rubrique « Jeu théâtral » ; les élèves sont ainsi amenés à interroger
leur lecture de l’extrait et à le jouer, en s’aidant de l’iconographie. Un 1.3 Sitographie
professeur qui a en charge une classe de moins bons lecteurs peut
se contenter de cette approche comme étude de l’œuvre. D’autre Le texte de la pièce en ligne : http://abu.cnam.fr/cgi-bin/go?cyrano1
part, en regard de chaque extrait proposé, nous invitons les élèves Un site entièrement consacré au personnage de Cyrano (le vrai et le
à lire l’acte correspondant et à répondre à une série de questions de héros littéraire) : http://www.cyranodebergerac.fr/
compréhension. Cette deuxième approche, complémentaire de la
première, s’adresse à une classe d’élèves bons lecteurs. Pour ce faire, Les adaptations cinématographiques sur le site de l’INA
le manuel numérique enrichi met à disposition du professeur le texte – Un reportage sur le tournage du film Cyrano de Bergerac du réalisateur
intégral de la pièce que l’on peut aussi lire en ligne sur le site de l’ABU Jean-Paul Rappeneau (1990): http://www.ina.fr/video/MSC8908011996
(Association des bibliophiles universels). – L’adaptation télévisée de Claude Barman (1960) : http://www.ina.fr/
video/CPF86627508/cyrano-de-bergerac-video.html
Quelle que soit la démarche de lecture retenue, le manuel privilégie
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

la compétence orale dans cet atelier : le théâtre de Rostand est un Sur la préciosité
festival de mots, une musique verbale d’une grande efficacité à laquelle https://www.lettres-et-arts.net/histoire-litteraire-17-18eme/
il convient de sensibiliser les élèves. Les vers de Rostand s’apprennent preciosite+135

70
2. Organisation de l’atelier

2.1 La progression du manuel Résumé de l’acte III : Christian est beau et courageux mais il est
incapable de déclarer son amour à la belle précieuse. Caché dans
Activité 1 • D
 écouvrir deux personnages-clés l’ombre, Cyrano souffle à Christian, sous le balcon de Roxane, sa
Activité 2 • Entrer dans la pièce grâce à des adaptations déclaration d’amour. La jeune fille est séduite par un si bel esprit.
filmiques Roxane parvient, avec beaucoup d’adresse, à repousser les avances
La première double page de l’atelier invite les élèves à découvrir le du comte de Guiche, dont le régiment doit partir à la guerre. Roxane,
personnage éponyme de la pièce par le biais d’une riche iconographie qui craint le départ du régiment de Christian, décide de précipiter son
ou d’extraits de vidéos d’adaptations cinématographiques. mariage avec le jeune homme. Se rendant compte qu’il a été trompé,
de Guiche se venge et envoie aussitôt Christian et Cyrano combattre
À la fin de la page 137, figure la rubrique « Lire en autonomie » :
au siège d’Arras.
quelques questions de compréhension accompagnent l’élève dans sa
lecture individuelle, acte par acte. Le professeur peut aussi n’aborder
l’acte I que par le biais de la projection de l’adaptation de Claude Barma. Activité 6 • Jouer un dénouement chargé d’émotions
Résumé de l’acte I : La scène se déroule dans un théâtre, l’Hôtel Activité 7 • Échanger autour du personnage de Cyrano
de Bourgogne. Un public nombreux et très mêlé (bourgeois, soldats, et des valeurs qu’il incarne
voleurs, petits marquis) va assister à la représentation d’une pastorale. On Les pages 144-145 portent sur les actes IV et V.
y découvre également Roxane, une jeune femme précieuse, Christian de Résumé de l’acte IV : Bloqués par les Espagnols, les Gascons
Neuvillette , un jeune noble provincial secrètement amoureux d’elle, et sont affamés et commencent à se décourager. Cyrano, lui, franchit
le comte de Guiche, qui a décidé de marier la même Roxane au vicomte régulièrement au péril de sa vie les lignes ennemies pour faire parvenir à
de Valvert, l’un de ses amis. Le rideau se lève et la pièce commence. Roxane des lettres qu’il écrit et qu’il signe du nom de Christian. Touchée
C’est alors qu’intervient Cyrano, le cousin de Roxane, au moment où par ces lettres, Roxane parvient, grâce à la complicité de Ragueneau,
Montfleury, l’un des acteurs, déclame sa première tirade. Il interrompt à se rendre au siège d’Arras avec un carrosse rempli de victuailles. Elle
la représentation et chasse l’acteur. Valvert intervient et se moque du veut témoigner à Christian son amour. Lorsque le jeune homme se
nez de Cyrano. Cyrano lui répond par une brillante tirade à la gloire de rend compte que Cyrano a écrit toutes ces lettres, il comprend que
son nez. Valvert est ridiculisé. Le calme revient. Cyrano, qui, malgré sa lui aussi est amoureux de Roxane. Il comprend également que ce
laideur, est secrètement amoureux de sa cousine Roxane, est heureux n’est pas de lui que Roxane est amoureuse mais du poète qui a écrit
d’apprendre que celle-ci lui fixe un rendez-vous pour le lendemain. ces lettres d’amour. Christian exige que Cyrano avoue toute la vérité
Activité 3 • D
 ire la tirade du nez à Roxane et court au combat se faire tuer. Il meurt dans les bras de
Les pages 138-139 présentent l’incontournable tirade du nez. Le Roxane, lui laissant une dernière lettre écrite par son ami. Cyrano
texte est appareillé par la mise en couleur des adjectifs exprimant les décide de garder le secret.
diverses tonalités, pour mettre en valeur la structure de la tirade mais L’extrait proposé dans cette double page est le passage de la
aussi pour aider les élèves dans la diction du texte. scène 5 de l’acte V qui révèle la « généreuse imposture ». Cet extrait
est particulièrement intéressant à jouer car l’acteur qui interprète
Activité 4 • J ouer une scène de quiproquo amoureux Cyrano doit trouver deux tonalités de voix. On peut demander aux
Les pages 140-141 consacrées à l’acte II proposent un extrait élèves d’imaginer le dénouement puis de confronter leurs idées, avant
reposant sur un quiproquo, procédé théâtral que les élèves ont de leur lire la fin de la pièce.
vraisemblablement rencontré dans les pièces étudiées en classes Résumé de l’acte V : Quinze ans plus tard, Roxane, toujours
de 6e ou de 5e, mais qu’il est bon d’analyser en particulier pour la prise amoureuse de Christian, s’est retirée dans un couvent. Cyrano vient
en compte du spectateur dans le texte de théâtre. très régulièrement lui rendre visite. Un jour, Cyrano est tombé dans
Résumé de l’acte II : Cyrano rencontre Roxane chez son ami, le un attentat et arrive blessé à la tête. Il est mourant mais il ne dit rien
restaurateur Ragueneau. Roxane et Cyrano évoquent leur enfance à Roxane. Il lui demande seulement de pouvoir lire la dernière lettre
heureuse. Puis Roxane révèle à son cousin qu’elle est amoureuse de Christian. Il la lit avec une telle aisance et une telle émotion que
non de lui, mais d’un beau jeune homme qu’elle lui demande de Roxane se pose des questions. Elle reconnaît cette voix entendue du
protéger. Elle n’a jamais parlé à ce jeune homme et ne connaît que haut de son balcon. Malgré l’obscurité, due à la tombée de la nuit,
son nom : Christian de Neuvillette. Elle lui raconte que leur amour a Cyrano continue de lire cette lettre qu’il connaît par cœur. Roxane se
pris naissance dans un regard lors d’une représentation à la Comédie. rend compte qu’alors qu’elle croyait aimer Christian, c’est de Cyrano
Ce jeune homme vient d’entrer comme cadet dans la compagnie de qu’elle était vraiment amoureuse. Elle comprend que l’amour qu’elle
Cyrano. Désespéré, Cyrano accepte pourtant. Il rencontre Christian et éprouvait ne venait pas de la beauté extérieure mais de la grandeur
se prend de sympathie pour ce jeune homme courageux. Ce dernier d’âme. En découvrant que c’est lui qu’elle aime, Cyrano meurt heureux.
lui avoue qu’il ne sait pas parler d’amour. Cyrano lui propose de l’aider
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

à conquérir Roxane. Il écrira, à sa place, les lettres pour Roxane. Le


jeune cadet accepte.
Activité 5 • J ouer la scène du balcon 2.2 Autres pistes pédagogiques
Les pages 142-143 proposent un extrait de la célèbre scène du Avec une classe hétérogène, on peut conjuguer les deux façons
balcon qui se prête particulièrement à une réflexion sur le jeu théâtral de lire la pièce : envisager la lecture des extraits de l’atelier et le travail
et sur le choix d’une mise en scène. Les élèves peuvent s’appuyer sur de mise en scène pour tous les élèves, et ne lancer dans la lecture
la comparaison des deux mises en scène proposées. exhaustive de la pièce que les bons lecteurs, à charge pour eux de
Le professeur pourra également s’appuyer avec profit sur présenter chaque acte à leurs camarades, en s’appuyant sur les réponses
les extraits de vidéo qui figurent dans le manuel numérique aux questions posées dans l’atelier et en proposant éventuellement
enrichi. un deuxième extrait choisi par leurs soins, en justifiant leur choix.

6 • Cyrano de Bergerac ou l’amour masqué 71


Corrigés

p. 136 • A
 ctivité 1 Découvrir deux personnages- – tous le présentent comme un homme féru d’arts et de sciences :
clés « rimeur », « bretteur », « physicien », « musicien » (scène 2).
b. Quand il apparaît, Cyrano se montre autoritaire, menaçant, emporté
La statue représente un personnage qui porte beau, qui semble fier. et spirituel. Son intervention est une provocation. Les élèves peuvent
Les élèves pourront remarquer l’épée : en s’aidant de la présentation réagir différemment : les adolescents peuvent être séduits par ce
du personnage dans « Le saviez-vous ? », ils pourront en déduire qu’il personnage provocant ou le trouver exaspérant.
s’agit d’un noble chevalier. Dans le cadre du cycle 4, on pourra mobiliser 2. On apprend que Cyrano a un grand nez.
des connaissances littéraires de 5e sur le personnage du héros et sur
l’héroïsme ; dans ce cadre, rappelons que le manuel Fleurs d’encre 3. Cyrano révèle à Le Bret qu’il aime sa cousine, Roxane.
de 5e propose un parcours de lecture guidé des Trois Mousquetaires 4. De Guiche est comte. Il représente un ennemi pour Cyrano : cet
d’Alexandre Dumas. homme puissant est épris de Roxane. Il souhaite unir la jeune femme
Pour approfondir la question de la préciosité, on pourra projeter la au « complaisant » vicomte de Valvert et exercer son emprise sur elle.
carte du Tendre (Clélie, Histoire romaine, première partie de Madeleine 5. Les amis de Cyrano : Le Bret, Ragueneau, Cuigy.
de Scudéry, 1654) visible sur le site de la BnF : http://expositions.bnf. Les ennemis de Cyrano : de Guiche, le vicomte de Valvert : on admettra
fr/ciel/grand/sq11-06.htm. l’acteur Montfleury à qui Cyrano manifeste son mépris et son hostilité.
Le professeur pourra compléter par l’évocation des Précieuses ridicules
de Molière.
p. 138-139 • A
 ctivité 3 Dire la tirade du nez
p. 137 • Activité 2 Entrer dans la pièce grâce   Le trésor des mots
à des adaptations filmiques
1. a. Dans le cadre d’un travail en AP par exemple, on fera chercher le
1. a. Le film date de 1990. sens des mots en couleur pour bien comprendre la tirade et trouver
b. L’acteur qui interprète le personnage de Cyrano est Gérard Depardieu. les bonnes intonations :
c. D’après les costumes, on peut penser que la pièce se situe au xviie siècle. – Agressif : qui est porté à l’attaque ;
d. D’après leur costume, les cadets de Gascogne sont des militaires, – Amical : qui témoigne ou manifeste de l’amitié ;
des soldats du roi. On rencontre également les cadets de Gascogne – Descriptif : qui a pour objet de décrire ;
dans Les Trois Mousquetaires, roman d’Alexandre Dumas. – Curieux : avide de savoir, de connaître ;
e. Voici les informations contenues dans ce bref reportage : Le film – Gracieux : qui a du charme dans ses manières, ses attitudes ;
est tourné au Mans ; la scène dont il est question est tournée de nuit – Truculent : pittoresque et bon vivant ;
(premier clap à 22 h 30). La plupart des figurants ont été recrutés – Prévenant : serviable, aimable ;
sur place, dont des élèves de l’école de gendarmerie qui jouent les – Tendre : délicat ;
cadets de Gascogne. L’accessoiriste confectionne un nez par jour de – Pédant : qui fait lourdement étalage de son savoir, de sa culture,
tournage pour le personnage de Cyrano incarné par G. Depardieu. de son érudition ;
L’acteur Philippe Volter (Valvert dans le film) s’est blessé. Le public – Cavalier : insolent, désinvolte, impertinent ;
essaie de voir quelque chose derrière les barrières. – Emphatique : outrancier, exagéré ;
– Dramatique : ici, qui cherche à émouvoir ;
2. a. L’Hôtel de Bourgogne est un théâtre.
– Admiratif : émerveillé ;
b. L’atmosphère est gaie. Beaucoup d’agitation règne dans le théâtre.
– Lyrique : poétique ;
Les plans d’ensemble, les effets de plongée, les travellings mettent
– Naïf : d’une grande simplicité ;
en valeur cette atmosphère gaie et vive.
– Respectueux : qui témoigne, qui éprouve du respect, de la
c. On peut parler de théâtre dans le théâtre dans la mesure où, au début
de la pièce, l’intrigue se déroule dans le théâtre de l’Hôtel de Bourgogne. considération pour quelqu’un ;
d. On apprend que : – Campagnard : rustique ;
– Christian de Neuvillette est un jeune noble provincial secrètement – Militaire : relatif à la manière de parler des soldats ;
amoureux de Roxane ; – Pratique : qui a un caractère concret et utilitaire.
– Ragueneau est un aubergiste passionné de poésie qui éprouve b. Voici quelques pistes de geste et/ou déplacement pour chaque
admiration et sympathie pour Cyrano ; intonation.
– Magdeleine Robin est une jeune précieuse qui se fait appeler Roxane, – Agressif : en bombant le torse ;
dont le comte de Guiche est épris et qu’il a décidé de marier au vicomte – Amical : en faisant mine de poser une main sur l’épaule ;
– Descriptif : avec de grands mouvements ;
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

de Valvert, l’un de ses amis.


– Curieux : en faisant mine de regarder par en dessous ;
– Gracieux : en faisant des mouvements et des gestes précieux ;
  Lire en autonomie – Truculent : avec un large sourire et les poings sur les hanches ;
– Prévenant : en faisant un léger salut, une révérence ;
◗ p. 137 • ACTE I – Tendre : en mimant avec la main le parasol ;
1. a. Les amis de Cyrano brossent un portrait de lui par petites touches : – Pédant : en levant la tête, d’un air hautain ;
– Cuigy laisse entendre qu’il aime se battre (scène 2). – Cavalier : avec un doigt levé et en avançant d’un pas ;
– Le Bret dit de lui qu’il est « le plus exquis des êtres sublunaires » – Emphatique : en s’enroulant dans sa cape ;
(scène 2), laissant entendre que c’est un être hors du commun. – Dramatique : avec de grands gestes et un ton larmoyant ;
– Ragueneau fait de lui un portrait poétique : « bizarre, excessif, – Admiratif : les yeux écarquillés et le corps bien droit ;
extravagant, falot », « fier » (scène 2). – Lyrique : en avançant la main et la tête ;

72
– Naïf : légèrement courbé avec un regard interrogatif ; b. Cyrano, dans la scène 10, propose à Christian de s’associer à lui
– Respectueux : en faisant une profonde révérence ; pour séduire Roxane : « veux-tu qu’à nous deux nous la séduisions ? »,
– Campagnard : en touchant son nez avec la main et en mimant son « Veux-tu me compléter et que je te complète ? »
énormité ;
– Militaire : en levant la main comme pour exhorter au combat ; p. 140-141 • Activité 4 Jouer une scène
– Pratique : en faisant un geste d’invitation avec les mains. de quiproquo amoureux
2. a. « Panache » au sens propre désigne une grande plume qui sert   Lecture
d’ornement ; au sens figuré, « avoir du panache » signifie « avoir de
l’élégance, avoir fière allure, se comporter avec noblesse, briller ». 1. Voici le quiproquo (du latin « prendre « qui » à la place de « quo »)
b. Cyrano est plein de panache parce qu’il pratique avec brio et élégance sur lequel repose cette scène : Cyrano pense que Roxane parle de lui
la langue française, parce qu’il est capable d’autodérision à propos alors qu’elle parle d’un jeune baron.
de sa laideur, parce qu’il ne craint pas de provoquer son adversaire 2. Contrairement au flot de paroles de la tirade du nez, les répliques
dont il n’admettrait pas qu’il l’affuble du moindre des qualificatifs de Cyrano sont ici très courtes et se résument souvent à un mot ou à
qu’il s’est octroyés. une interjection. Devant sa cousine, Cyrano semble devenir presque
muet. Ce mutisme (silence) est la traduction du sentiment amoureux
  Lecture qui paralyse Cyrano.
e enregi L’enregistrement de ce texte figure dans le manuel numérique : 3. Dans les vers 1 à 13, Cyrano semble suspendu aux lèvres de Roxane,
Text

stré

entrer dans la tirade par l’écoute est une démarche à privilégier. plein d’espoir, le cœur si battant qu’il ne peut que balbutier « ah ».
La situation se renverse au vers 14 quand Roxane mentionne que
1. Cyrano fait preuve d’esprit, de verve et de panache dans cette tirade. l’homme dont elle parle est « beau » : le choc est tel pour Cyrano qu’il
Il manie les mots avec une rare maîtrise, il est capable d’autodérision. en perd contenance (« se levant tout pâle »). Puis il se ressaisit et fait
2. Cette tirade est comique : le personnage Cyrano cherche à faire rire bonne figure en prétextant qu’il a mal à la main. Pour finir, il est mû
l’assistance de l’Hôtel de Bourgogne et fait rire le public de la pièce. par la curiosité, ce qui lui fait poser des questions.
3. Cyrano, par cette tirade, fait une démonstration de force : si son 4. Les deux mises en scène montrent un Cyrano en admiration devant
physique disgracieux le rend ridicule, son art de la parole lui confère Roxane, la buvant des yeux, alors que Roxane regarde ailleurs, centrée
une indéniable supériorité. sur elle-même et ses sentiments. Malgré une certaine proximité (Roxane
tient la main ou le bras de Cyrano), il n’y a pas de réel échange entre
4. Cette tirade est un exercice de style : elle joue sur l’art de la variation
les deux personnages.
comique des tons. À ce titre, elle nécessite un jeu brillant, de la virtuosité
qui suppose un travail intense pour le comédien.   Jeu théâtral
1. et 2. Cette scène permet de travailler l’art du quiproquo et du
  Jeu théâtral double langage. Elle n’est pas très difficile à mémoriser. Son intérêt
1. Les élèves s’appuieront sur le travail de lexique mené dans Le trésor et sa difficulté résident dans la traduction de l’ingénuité de Roxane
des mots pour préparer leur jeu théâtral. et de l’émotion de Cyrano par la gestuelle et par l’intonation.
2. Les images de mise en scène invitent à employer des gestes amples, à
adopter un jeu d’une grande théâtralité, qui souligne la verve des propos.
  Lire en autonomie
3. L’exercice de mémorisation d’une quinzaine de vers permet de ◗ p. 142 • ACTE III
travailler la méthode d’apprentissage d’un texte de théâtre. 1. a. Roxane craint que les cadets ne partent à la guerre. Elle tremble
– Première étape : comprendre le texte. pour la vie de Christian.
– Deuxième étape : entrer dans la peau du personnage en travaillant b. Dans la scène 2, elle parvient à convaincre de Guiche de ne pas
l’expressivité et la gestuelle. envoyer les cadets au combat : elle prétexte qu’il se vengera ainsi
– Troisième étape : travailler la mémorisation. de Cyrano.
2. À la fin de la scène 5, Roxane est désappointée : Christian n’est pas
  Écriture parvenu à la séduire ; elle lui reproche sa sottise, son manque d’esprit.
Cet exercice d’écriture permet de travailler sur les différents niveaux 3. Cyrano propose à Christian de lui souffler ce qu’il doit dire à Roxane
de langue ou les différents registres. Les élèves peuvent s’appuyer (scène 6), puis il prend la place de Christian sous le balcon (scène 7).
sur les registres abordés dans le manuel (tragique, comique, épique,
fantastique, réaliste, etc.). 4. a. Dans la scène 13, Cyrano protège Roxane et Christian contre
de Guiche. En effet, de Guiche vient en cachette chez Roxane pour
la séduire et passer la nuit auprès d’elle. Pour éviter cette fâcheuse
  Lire en autonomie visite, la jeune femme demande au capucin qui portait la lettre de de
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

Guiche de la marier à Christian. Pour laisser aux jeunes gens le temps


◗ p. 140 • ACTE II d’échanger leurs serments, Cyrano cherche à retarder de Guiche et
1. Dans la scène 3, Cyrano cherche à écrire une lettre. fait mine de tomber de la Lune.
2. a. À la fin de la scène 6, Roxane demande à Cyrano de protéger b. L’acte III se termine par la décision de de Guiche d’envoyer les
Christian chez les cadets. cadets et Christian au combat. Le comte demande à Christian d’aller
b. Cyrano accepte, par amour désintéressé, pour plaire à sa cousine. lui-même porter l’ordre de mobilisation.
c. On peut éprouver de l’admiration pour Cyrano et de la sympathie 5. Cyrano éprouve des sentiments contradictoires : il sert l’amour de
pour son altruisme et son dévouement. Roxane et de Christian mais en souffre secrètement. Il est heureux de
3. a. Christian craint de ne pas séduire Roxane car il n’a pas d’esprit pouvoir avouer indirectement son amour à Roxane mais malheureux
et ne sait pas parler d’amour ; il ne sait pas « dire l’amour », comme de voir qu’un autre monte chercher le baiser de la belle. Cyrano se
les précieuses l’exigent. sacrifie pour faire le bonheur de sa cousine.

6 • Cyrano de Bergerac ou l’amour masqué 73


p. 142-143 • A
 ctivité 5 Jouer la scène du balcon d. Roxane découvre peu à peu que Cyrano est l’auteur des lettres
qu’elle croyait écrites par Christian.
  Jeu théâtral e. Roxane déclare son amour à Cyrano alors qu’il rend son dernier
soupir. Le spectateur/lecteur peut éprouver plusieurs sentiments :
1. a. Cette question ouverte engage les élèves comme « spectateurs ». de la compassion pour Cyrano qui aurait pu être heureux en amour,
On leur demandera de fournir un argumentaire étayé d’exemples de la colère pour Roxane qui, par sa superficialité, a fait le malheur de
pour justifier leur préférence. La mise en scène de Pitoiset, par sa Cyrano. Mais il peut aussi être soulagé que Cyrano expire en apprenant
modernité (Cyrano devant un clavier d’ordinateur), peut séduire les qu’il a toujours été aimé.
uns et rebuter les autres. Celle de Lavaudant semble plus classique,
ce qui devrait rassurer les élèves, souvent déroutés par les audaces p. 144-145 • Activité 6 Jouer un dénouement
des metteurs en scène ; mais elle peut paraître plus terne à certains. chargé d’émotions
b. Les élèves ont pu rencontrer la scène du balcon dans Roméo et
Juliette, proposé en Parcours de lecture guidé dans le chapitre 4.   Lecture
2. et 3. Le jeu doit aider les élèves à comprendre l’enjeu de cette 1. Roxane emploie l’oxymore « généreuse imposture » car Cyrano l’a
scène : la relation amoureuse triangulaire et le pouvoir des mots pour trompée pour faire son bonheur et a fait preuve de dévouement et
construire le héros au théâtre. Cyrano sort peu à peu de l’ombre et se d’abnégation. Il s’est sacrifié en offrant sa voix, son cœur et sa plume
redresse tandis qu’il prend la parole. La capacité à dire l’amour est ici à Christian.
pleinement valorisée : le jeu doit le faire ressortir. 2. a. Roxane peut éprouver des sentiments contradictoires : compassion
pour Cyrano qui se meurt, doute puis stupéfaction de découvrir la
  Lire en autonomie vérité, révélation de ses propres sentiments à l’égard de Cyrano.
b. Le spectateur éprouve de la sympathie pour Cyrano, de l’admiration
pour le sacrifice qu’il s’impose jusqu’à la fin, une forme de soulagement
◗ p. 144 • ACTE IV
que Roxane sache enfin la vérité et que Cyrano soit reconnu pour
1. a. Scène 1 : Le siège d’Arras est suggéré dans les didascalies (« On ce qu’il est : certes un homme laid, mais surtout un homme hors du
entend au loin quelques coups de feu », « Nouveaux coups de feu plus commun, digne d’être aimé.
rapprochés ») et dans les répliques (« maugrébis des coups de feu ! »,
« les rangs espagnols », « assiégeant », « siège d’Arras », répétition du   Jeu théâtral
verbe « assiéger »).
Christian et les cadets souffrent de la faim. 1. et 2. Cet exercice de mise en voix s’inscrit dans le prolongement des
b. Cyrano risque chaque matin sa vie en franchissant les lignes ennemies exercices des pages précédentes. Il mobilise une connaissance et une
pour envoyer une lettre à Roxane. En effet, il a promis à sa cousine pratique des différents registres. Il nécessite également une réflexion
qu’elle recevrait souvent des nouvelles de Christian. Or c’est Cyrano sur les procédés pour exprimer l’émotion : intonation, gestuelle, etc.
lui-même qui rédige et va porter les lettres.
c. Le coup de théâtre de la scène 5 est l’arrivée de Roxane dans les p. 145 • A
 ctivité 7 Échanger autour
camps des cadets de Gascogne. Le coup de théâtre de la scène 6 est du personnage de Cyrano
l’apparition de Ragueneau et des victuailles.
et des valeurs qu’il incarne
d. Les éléments qui rendent tragiques les scènes 7 à 10 sont :
– la découverte par Christian de l’amour que Cyrano porte à Roxane   Oral
et de l’amour que Roxane porte à Cyrano ;
– la mort de Christian qui fait obstacle à l’aveu de Cyrano. – Les valeurs incarnées par Cyrano : bravoure, désintéressement,
e. Ce qui caractérise le comportement de Cyrano dans l’acte IV, c’est abnégation, dévouement, respect de ses engagements, liberté de
son héroïsme. Trois éléments le rendent héroïque : pensée et de parole.
– On peut parler d’amour masqué car toute sa vie Cyrano a caché
– les risques encourus pour porter les lettres de Roxane ;
son amour à Roxane ; il a prêté ses mots à Christian et seule la mort
– la « généreuse imposture » qui consiste à écrire en lieu et place de
a révélé son secret, malgré lui.
Christian sans se déclarer ;
– Les aspects de Cyrano susceptibles d’intéresser les élèves peuvent
– le courage et le charisme dont il fait preuve lors de la bataille finale. être son panache, sa capacité à surmonter sa difformité, son art de la
Les élèves s’appuieront sur leur connaissance de la pièce construite au parole, son sens de la parole donnée, son courage, sa capacité à vivre
fil de la lecture et de l’étude pour dire si ce comportement correspond selon ses principes, sans compromission, son originalité.
à leurs attentes.
  Écriture
◗ p. 144 • ACTE V 1. Cyrano fait figure de légende car il est l’un des derniers grands
2. a. Quinze années se sont écoulées entre l’acte IV et l’acte V. Roxane héros au théâtre : c’est un personnage plein de bravoure, d’amour, de
s’est retirée dans un couvent à Paris. générosité et de panache. Il manie la langue avec élégance et verve.
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

b. Cyrano arrive en retard car il a été victime d’un attentat : il a reçu 2. Cette pièce a donné lieu à de nombreuses adaptations
une poutre sur la tête. cinématographiques car l’énergie et l’extravagance du personnage,
c. Roxane aime toujours Christian. Elle porte toujours sur son cœur la richesse et la multiplicité des décors, le nombre d’acteurs et de
sa dernière lettre dans une poche de velours. figurants, se prêtent à l’écriture cinématographique.

74
7 Face à face avec l’Autre

Atelier argumentation

1. Présentation de l’atelier

1.1 Choix de l’atelier troisième). Ils permettent donc aussi de revenir de façon spiralaire sur le
genre de la nouvelle : différence entre conte et nouvelle (« Cendrillon »),
nouvelle et fantastique (« Cendrillon »), nouvelle réaliste (« La Punition »,
Cet atelier atypique ouvre le pôle « Vivre en société, participer
« Le Reflet »), nouvelle à chute (« Le Reflet »).
à la société » du cycle 4 qui, en 4e, s’intitule « Individu et société :
confrontations de valeurs ? ». Dans une démarche spiralaire et Le parcours de lecture guidé, quant à lui, fait écho à l’atelier 1,
conformément à la logique d’apprentissage par cycle, cet atelier fait consacré à Maupassant.
écho au thème de la relation à l’autre étudiée en classe de 5e dans ISABLE  
les récits d’apprentissage ; il sera repris et approfondi en classe de 3e Cet atelier revêt évidemment une dimension morale et civique
UTIL

EN
EPI
dans le chapitre du manuel Fleurs d’encre intitulé « Et si on apprenait à qui le fait contribuer à l’EMC. De ce fait, il peut servir de support
vivre en harmonie ? ». Il a pour but de conduire les élèves à s’interroger à un travail en EPI Information, communication et citoyenneté.
sur la notion de valeurs dans le rapport aux autres pour une vie en
société harmonieuse. Comme il faut entendre « confrontations » au 1.2 Bibliographie
sens non de guerre mais d’échanges argumentés, nous avons choisi
comme ligne directrice de cet atelier d’initier et de former les élèves – Argumentation et littérature dans l’enseignement du français : vers
à l’art de l’argumentation : savoir lire une argumentation explicite et une nouvelle rhétorique, Alain Boissinot, thèse, 1999.
implicite (en texte et en image), savoir argumenter à l’oral et à l’écrit.
Pour cette première approche systématique de l’argumentation, nous 1.3 Sitographie
avons veillé à rendre l’élève acteur de ses apprentissages : dans une
démarche heuristique, il s’exerce seul ou à plusieurs à l’art du convaincre Sur l’argumentation
et du persuader. Pour qu’il puisse le faire efficacement, la dimension – Eduscol, Comment s’y prend-on pour argumenter ? Philippe Breton,
méthodologique est présente tout au long du chapitre. Du fait de chercheur au CNRS de Strasbourg : http://eduscol.education.fr/cid46308/
cette mise en activité, cet atelier se prête très bien à un travail en AP. comment-s-y-prend-on-pour-argumenter%C2%A0.html
– Qu’est-ce que l’efficacité argumentative ? Suzanne-G. Chartrand,
Les textes présentés dans cet atelier abordent des aspects Lahcen Elghazi, 2014 (site canadien) : http://correspo.ccdmd.qc.ca/
différents du rapport à l’autre : l’autre cet inconnu, la place accordée index.php/document/heureux-dun-printemps/largumentation-ii-
aux handicapés, le racisme, l’émancipation de l’individu, la liberté quest-ce-que-lefficacite-argumentative/
vs l’asservissement, les modes de vie… Ils ont été choisis aussi pour
parcourir l’histoire de la littérature : de La Fontaine à des textes Sur les valeurs
contemporains, en passant par Maupassant. Le choix a été fait de – Eduscol, Les valeurs républicaines à l’école : http://eduscol.education.
privilégier des textes intégraux (deux nouvelles, et un large extrait d’une fr/cid46702/les-valeurs-de-la-republique.html

2. Organisation de l’atelier

2.1 La progression du manuel Buzzati et La Punition d’Andrée Chedid, plus un extrait de la nouvelle
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

de Didier Daeninckx, Le Reflet. Selon le niveau de la classe, le projet


du professeur, le cadre pédagogique (AP ou enseignement commun),
L’activité 1 consiste à explorer le mot « valeur » et ses sens. La
ces textes peuvent être travaillés séparément ou conjointement. On
notion de « valeur » est en effet hautement polysémique et source de
peut aussi envisager de garder le texte de Daeninckx, en raison de son
maints malentendus qu’il convient de dissiper en explorant de façon
format, comme support à une évaluation de fin d’atelier.
détaillée les acceptions du terme.
e enregi
L’activité 2 vise à comprendre un texte argumentatif, la préface Un certain nombre de textes ont été enregistrés et sont
Text

stré

d’un recueil de textes contemporains, Non à l’intolérance. Ce bref texte disponibles dans le manuel numérique enrichi : ils peuvent
argumentatif permet à la fois de poser la problématique de l’atelier permettre une entrée facilitée en lecture et/ou donner lieu à une
et de s’initier au genre du texte argumentatif. analyse critique après étude du texte, selon le niveau de la classe.
Dans l’activité 3, le manuel invite à lire et travailler des nouvelles en L’activité 4 propose un parcours de lecture, Boitelle de
autonomie et en réseau : deux nouvelles intégrales, Cendrillon de Dino G. de Maupassant, qui est lancé par quelques vignettes d’une adaptation

7 • Face à face avec l’Autre 75


en bande dessinée de la nouvelle Le Café des colonies de Quella-Guyot,
Morice. À noter la modernité de cette nouvelle qui montre la difficulté
2.2 Autres pistes pédagogiques
à faire accepter par le cercle familial et social un compagnon ou une Le professeur peut choisir l’intertextualité pour travailler les
compagne issu(e) d’une autre culture. Le thème est traité sur le ton confrontations de valeurs sociales. En effet, le chapitre 1 propose une
pessimiste propre à Maupassant, alors que certains films contemporains comparaison entre La Parure et le conte de Perrault, Cendrillon, qu’on
le traitent sur un ton comique (par exemple, Qu’est-ce qu’on a fait au peut faire dialoguer avec la réécriture de D. Buzzati.
bon Dieu ?, Ph. de Chauveron, 2014). La comparaison entre le récit de Perrault et celui de Buzzati a
Le texte de cette nouvelle figure dans le recueil La Parure et autres d’ailleurs fait l’objet de travaux universitaires belges récents : « Ute
contes de Maupassant, Livre de Poche Jeunesse, 2016. Par ailleurs, Heidmann se centre elle aussi sur l’intertextualité pour démontrer
toutes les nouvelles de Maupassant sont disponibles en ligne sur le comment le jeu sur les codes génériques détermine l’orientation
site maupassant.free. argumentative d’une narration. Elle compare la Cendrillon de Perrault
Avec les activités 5, 6 et 7, on entre dans le monde de l’argumentation et sa reprise italienne par Dino Buzzati en 1971 et, au fil d’une
orale : d’abord un travail de lecture de la fable « Le Loup et le Chien », analyse limpide et très perspicace, déploie toute la complexité des
de La Fontaine, puis un travail d’argumentation orale individuelle et glissements successifs dans les projets discursifs des deux auteurs.
monologique : savoir développer un point de vue. L’activité 7 « Organiser Sous les apparences d’un ”conte du temps passé” à l’axiologie très
des tables rondes pour débattre : vivre à la ville ou à la campagne ? » fait claire et univoque, la Cendrillon de Perrault se réoriente in extremis
travailler l’argumentation orale dans sa forme dialogique, à partir d’un vers une critique sociale de la société de cour contemporaine ; de son
lanceur de réflexion : deux extraits de la bande dessinée de J.-Y. Ferri côté, le texte de Buzzati entremêle les registres propres à différents
et M. Larcenet, Le Retour à la terre. Chacune de ces activités est guidée. genres (l’Elzeviro journalistique, le reportage polyphonique, le récit
L’activité 8 renvoie au cercle des critiques littéraires : est abordée d’apocalypse, le témoignage, le récit fantastique), tantôt pour inverser
ici l’argumentation écrite et orale, sur fond de récits de jeunesse ou radicalement les effets de lecture du conte traditionnel, tantôt pour
plus classiques, pour que tous les élèves puissent trouver leur compte glisser de biais une évaluation morale qui confère au texte une portée
dans cette sélection. critique inattendue », écrit François Provenzano dans sa présentation
La rubrique « Pratiquer l’écrit » est préparée comme dans chaque de Argumentation et narration d’Emmanuelle Danblon, Emmanuel de
chapitre par une page de Lexique (une sous-partie sur les valeurs, l’autre Jonge, Ekaterina Kissina & Loïc Nicolas (dir.), Éditions de l’Université de
sur le vocabulaire de l’argumentation) et une autre d’Orthographe- Bruxelles, coll. « Philosophie et société », 2008, présentation consultable
Grammaire en lien avec l’argumentation (le subjonctif et l’expression en ligne à cette adresse : http://aad.revues.org/822.
de l’opposition, l’expression de la cause). De même, le professeur peut croiser les questionnements, comme
Le travail sur le sujet 1, argumentatif, est développé en deux pages les programmes l’y invitent, et choisir de consacrer toute une séquence
(comme dans les manuels de 6e et de 5e) : l’élève est accompagné pas à pédagogique à Maupassant en articulant deux entrées du programme :
pas dans la découverte de l’écriture argumentative (celle qui fait l’objet « La fiction pour interroger le réel » (la nouvelle réaliste) et « Individu et
du second type de sujet au brevet) et dans son processus d’écriture. société : confrontations de valeurs ? » en faisant étudier « La Parure »
Le sujet 2 peut constituer soit une variante du premier, soit un sujet et « Boitelle » et en proposant les Contes de la bécasse en parcours de
pour une évaluation sommative de fin d’atelier. lecture guidé.

Corrigés

p. 146 • Activité 1 Explorer le mot « valeur » p. 147 • Activité 2 Comprendre un texte


et ses sens argumentatif
1. a. et b. Le point commun à toutes les définitions du nom « valeur » La préface de Murielle Szac introduit un opuscule dont les textes,
est la notion de prix, qu’il soit monétaire ou moral ; les sens III à V ont en par leur écriture et leur contenu, sont destinés à un lectorat adulte.
commun la notion de « qualité » : une valeur morale est nécessairement Mais le texte lui-même est de nature à interpeller les élèves et à les
positive alors qu’une valeur monétaire peut être faible. faire réfléchir.
2. « Confrontation de valeurs » est une expression qui porte sur les 1. La valeur défendue dans ce texte est celle de la tolérance (le fait
valeurs morales (sens III, IV et V). d’accepter l’autre même s’il est différent de soi). Le mot de tolérance
3. Les valeurs de la République française sont celles de sa devise : appelle de la part du professeur des précisions : si l’on se réfère au
« liberté, égalité et fraternité ». Ces valeurs s’inscrivent dans l’héritage CNRTL, on lit :
de la Révolution française et de sa Déclaration des droits de l’homme, A. Fait de tolérer quelque chose, d’admettre avec une certaine passivité,
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

reprise au xxe siècle par la Déclaration universelle des droits de l’homme, avec condescendance parfois, ce que l’on aurait le pouvoir d’interdire,
suivie de la Déclaration des droits de l’enfant (cf. manuel Fleurs d’encre le droit d’empêcher. Synon. compréhension, indulgence.
de 5e). On peut y ajouter la laïcité qui fait l’objet d’une charte affichée B. État d’esprit de quelqu’un ouvert à autrui et admettant des manières
dans les écoles. de penser et d’agir différentes des siennes. En particulier au xviie siècle,
4. La réponse à cette question est bien sûr ouverte. On peut s’attendre « permission accordée à des dissidents de pratiquer librement leur
à ce que les élèves aient pris la défense d’un camarade injustement religion ».
accusé (valeurs défendues : honnêteté, justice), victime de racisme Ici, c’est le sens B qui est convoqué.
(valeurs défendues : égalité, tolérance). Certains peuvent militer 2. a. L’orange désigne les « pas-comme-nous », les gens différents
en faveur de la planète (valeur défendue : écologie), dans le cadre (par leur couleur de peau, leur culture, leur religion). Le bleu désigne
d’associations ou de mouvements tels les Restos du cœur, la Croix- les autochtones (« nous, les braves gens, on ») qui refusent tous ceux
Rouge, etc. (valeur défendue : fraternité). qui sont différents.

76
b. Le pronom « on » en gras est volontairement très indéfini ici : il peut 3. Les reprises nominales désignant Licia et Micia : « jumelles de
désigner le groupe social, les hommes politiques, les institutions, la sept ans », « deux créatures délicieuses, pleines de vitamines et de
loi… et sans doute tout cela à la fois. supériorité » ; « les deux petites jumelles » ; « deux belles fillettes » ;
c. La chanson de Georges Brassens dont il est question a pour titre « ces deux petites pestes ». Celle qui leur convient le mieux est « ces
« La mauvaise réputation » (on trouve les paroles sur Internet http:// deux petites pestes » car la suite du récit montre qu’elles ont tendu
www.paroles.net/georges-brassens/paroles-la-mauvaise-reputation). un piège à leur demi-sœur : elles se doutaient que l’infirme serait
Les « braves gens » de la chanson ne méritent pas leur qualificatif l’objet de moqueries lors de ce concours de beauté. On peut admettre
puisqu’ils rejettent les autres et font donc preuve de méchanceté, « créatures pleines de supériorité » car « supériorité » peut être pris
d’absence de générosité : « on se moque, on montre du doigt, parfois au sens d’arrogance, ce qui leur sied parfaitement.
jusqu’au harcèlement » (interdit par la loi, rappelons-le) ; « on rejette,
4. a. Résumé de la scène : Cendrillon arrive sur le podium, marche
on interdit, parfois jusqu’à l’enfermement ».
mal, ce qui provoque les rires méchants du public. Cendrillon fuit en
3. La première phrase du second paragraphe repose sur une métaphore, courant et tombe dans le trou en se fracassant.
celle du ver qui pourrit tout le fruit et le rend immangeable ; le ver de b. Ce qui caractérise le comportement de la foule, c’est sa méchanceté,
l’intolérance, si on le laisse s’installer, met à mal la démocratie, fondée ce rire sardonique qui se moque sans pitié de la difformité de la fillette :
sur le respect de tous les citoyens, quels qu’ils soient. L’intolérance est « un grand rire déchaîné », « hilarité générale qui devient frénétique ».
une forme d’abus d’autorité, comme on en trouve dans les dictatures. c. La phrase « Délicieuse est la volupté du malheur d’autrui quand on
4. L’expression « la rencontre féconde de l’autre » signifie que l’échange est si nombreux et qu’on se sent solidaires dans la contagion. » dénonce
avec les autres nous ouvre l’esprit, nous rend meilleurs, nous cultive, les comportements de masse qui s’acharnent sur les plus faibles ;
nous permet de mieux nous connaître, bref est profitable, contrairement l’allusion aux mouvements de foule fascistes et nazis est ici évidente
au repli sur soi identitaire. (on peut d’ailleurs associer à ce texte certains passages du roman de
Gunther Grass, Le Tambour, ou du film que V. Schlöndorff en a tiré).
5. Le dessin montre une main démesurément grande et composée
d. Le narrateur critique le comportement du public : on parle de
d’une multitude d’yeux, qui pointe du doigt un homme. Cette main
« contagion » pour une maladie ; l’intolérance du public relève de la
menaçante peut représenter la foule (la multitude d’yeux) qui épie
maladie (cf. la peste brune pour désigner les mouvements fascistes
quelqu’un qui n’en fait pas partie, qu’elle rejette ; ce doigt pointé désigne
du xxe siècle).
l’homme pour le mettre à part, pour le désigner à la vindicte populaire.
e. Le lecteur éprouve de la pitié pour Cendrillon, se révolte devant
Le dessin illustre l’expression « montrer du doigt » (cf. définition du
les bas instincts du public.
Trésor de la langue française : « 2. [Certains doigts considérés dans
leur mode d’expr. symbolique] a) Le doigt tendu (gén. l’index), pour 5. a. À partir de la l. 111 se déclenche un incendie dévastateur ; quant
indiquer une direction, pour désigner qqn ou qqc. à l’attention gén., à Cendrillon, elle semble apparaître sous la forme d’une « fillette avec
pour accuser ». une robe blanche à bandes verticales bleu ciel et des chaussettes
blanches », mais cette silhouette s’est évanouie quand le pompier a
voulu lui porter secours.
p. 148-157 • A
 ctivité 3 Lire et étudier b. La fin de la nouvelle relève du fantastique car Cendrillon semble un
des nouvelles en réseau fantôme (cf. a.) ; plusieurs modalisateurs viennent renforcer l’impression
d’univers fantastique : « jure d’avoir vu « (l. 132) , « elle semblait » (l. 134),
Les questions liées à chaque texte permettent soit de faire travailler « comme si les langues de flammes ne l’eussent pas touchée » (l. 134).
les élèves en petits groupes dans le cadre d’une lecture en réseau, soit c. Cette fin de texte ressemble à une morale de conte implicite : la
de faire une lecture analytique en classe entière, au gré du professeur. foule a été punie de sa méchanceté (« où se confondaient les spasmes
La notion de lecture en réseau intervient avec la synthèse collective humains », l. 142) et l’innocente Cendrillon est sauvée des flammes,
proposée page 157. un peu comme Noé fut sauvé des eaux par la volonté divine.
Les trois textes sont l’œuvre d’écrivains reconnus du xxe siècle : l’Italien 6. a. et b. Le nom « Cendrillon » est formé sur « cendres ». Ce nom
D. Buzzati (que les élèves auront peut-être déjà rencontré dans le peut être mis en relation avec l’incendie final consécutif à la chute
chapitre 2), A. Chedid, Libanaise d’expression française, et D. Daeninckx de Cendrillon, un peu comme si c’était la fillette qui avait allumé cet
que les élèves retrouveront dans Le cercle des critiques littéraires avec incendie.
le bref roman Cannibale. c. Selon les classes, il faudra sans doute expliciter ce qu’est le Jugement
dernier pour les chrétiens : à savoir qu’à l’heure de la mort, Dieu sépare
◗ p. 148-151 • Cendrillon les bons et les méchants, ces derniers étant condamnés à brûler pour
l’éternité en enfer.
  La clé des mots Le professeur pourra apporter des compléments d’informations sur
• spirituel signifie « intelligent » à la l. 29 (« visage très spirituel ») et cette magnifique mosaïque de l’église romane de Santa Maria Assunta
« comique » à la l. 92 (« quelle farce spirituelle »). fondée au viie siècle dans l’île de Torcello dans la lagune vénitienne.
• claudicante a pour synonyme « boiteuse ». Cette scène fait partie d’une immense mosaïque qui raconte différents
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

épisodes du Jugement dernier. Que représente-t-elle ? Les damnés


  Lecture sont plongés dans les flammes et tenus en respect par deux anges.
Le diable (Lucifer, Satan) tout noir avec ses cheveux ébouriffés et un
1. Lien entre cette nouvelle et le conte de C. Perrault du même nom : une regard de dément est assis sur un serpent aquatique à deux têtes, le
jeune fille malmenée par ses demi-sœurs qui la méprisent ; invitation à Léviathan (monstre qui figure dans l’Apocalypse annoncé par Isaïe).
une fête (bal chez Perrault, concours de beauté chez Buzzati) ; apparition Le diable tient sur ses genoux l’Antéchrist, qui, pour les chrétiens,
remarquée de la jeune fille lors de la fête ; disparition soudaine de la est une figure d’imposteur maléfique qui tente de se substituer à
jeune fille lors de la fête. Jésus-Christ. Autour de lui virevoltent sept petits diables personnifiant
2. La caractéristique physique du personnage de Cendrillon est qu’elle les sept péchés capitaux : l’orgueil, l’avarice, la luxure, la colère, la
a « une jambe atrophiée par la polio (l. 7), qu’elle boite, ce qui la rend gourmandise, la paresse et l’envie. Ils évoluent au milieu de têtes
« infirme », disgracieuse, voire handicapée. humaines représentant des personnages importants et des gens du

7 • Face à face avec l’Autre 77


peuple soumis au même jugement quelle que soit leur condition. 3. a. L’institutrice ressemble à un monstre tentaculaire, à un insecte
La fin de la nouvelle peut faire penser au Jugement dernier : les venimeux ou encore à une araignée qui cherche à prendre sa proie
méchants sont punis et brûlent comme s’ils étaient jetés dans les dans sa toile. Il est question de « nasse », l’institutrice est montrée
flammes de l’enfer. « tournoyant ». La succession des verbes donne l’impression que
7. Les élèves peuvent avoir été sensibles à différents aspects de la l’institutrice harcèle l’enfant (un peu comme la mouche du coche de
nouvelle ; l’essentiel est qu’ils justifient leur point de vue. Parmi les la fable de La Fontaine).
réponses possibles, on peut envisager : le respect des plus faibles, b. Les verbes, pour la plupart, expriment les actions de l’institutrice :
l’insertion des handicapés, la force de l’innocence face à la méchanceté. « assaillit », « abreuva », « avait pris », « disparaître », « reparut », « posa »,
Les valeurs de fraternité, de tolérance, de respect de l’autre seront à « ouvrir et fermer », « entasser », « fourrer ». Ces verbes donnent
évoquer. l’impression d’une hyperactivité qui tient l’enfant en sujétion. Cela
donne l’image d’un personnage volontaire, dominateur.
  Le trésor des mots 4. La narratrice enfant éprouve d’abord de la peur (« j’étais pétrifiée,
incapable de pousser le moindre son », l. 134-135), « C’était, de nouveau,
1. La mention du péché originel à propos de l’intelligence des jumelles
terrifiant » (l. 143). Puis elle essaie de surmonter cette peur en se cabrant
tend à faire penser que leur intelligence est au service du mal, est
(l. 153) et en cherchant à « négocier » (l . 154).
empreinte de malignité, voire de perversion.
2. « Hilarité » signifie « gaieté subite et irrésistible se traduisant par 5. « Mais, en dépit de ce geste de soumission, quelque chose naissait en
une explosion de rire(s) » ; « frénétique » signifie « dont l’égarement moi. » : ce « quelque chose », c’est la capacité de ne pas se soumettre,
se manifeste de façon comparable à la frénésie, laquelle est une forme la petite voix intérieure qui pousse à dire « non » ; l’enfant découvre
de démence ». La phrase signifie que la foule devient comme folle, l’appel de la liberté, de l’indépendance et cela la transporte de bonheur
est gagnée par une démence collective, par contagion. (« J’en aurais chanté de bonheur. D’ailleurs, je chantais. À tue-tête,
je ne sais plus quoi ! », l. 208-210). Plusieurs phrases peuvent être
citées par les élèves : « Quelque chose d’indomptable et de rebelle
  Histoire des arts se frayait un passage dans ma conscience à mon insu. » (l. 162-163),
A. Les images de mise en scène : « toute honte bue, tout crainte dépassée, toute timidité rompue, je
– p. 148 : trois personnages féminins (les deux sœurs et la mère me sentais libre ! » (l. 201-202).
sans doute) entourent Cendrillon, l’écrasent (mains sur sa tête) et
l’emprisonnent (bras gauche tenu). Cendrillon est représentée comme 6. « Je lui dois beaucoup. Beaucoup. » La question est relativement
un personnage raide, étrange, dérangeant, qui ressemble plus à une ouverte : cette phrase peut évoquer la découverte de la liberté, la
poupée ou un automate qu’à une personne. libération par rapport à la tutelle des adultes, la contestation du
– p. 150 : la scène représente la chute de Cendrillon, la tête la première conformisme. Ce qui importe, c’est la capacité des élèves à justifier
dans un escalier. Des silhouettes impossibles à identifier la surplombent. leur réponse.

B. Comparaison des images et du texte :


Il convient de préciser aux élèves que le ballet de l’opéra de Lyon est   Le trésor des mots
une adaptation du conte de Perrault, non de la nouvelle de Buzzati. 1. Synonyme de « bravant » : défiant.
La comparaison à faire s’établit donc entre deux réécritures.
Or, il est frappant de noter que ces deux réécritures sont très proches
2. Nom de la même famille : bravade (l. 175).
et on serait tenté de penser que le ballet met en scène la nouvelle de 3. « Bravoure » signifie « courage ».
Buzzati plus que le conte de Perrault : la Cendrillon de la page 148
semble plus une fillette qu’une jeune fille, elle semble physiquement
4. a. J’adore mon grand-père : c’est un brave homme, toujours
souriant. : un homme gentil, affable.
peu à son avantage. La chute dans l’escalier de la page 150 semble
b. Le général félicite ce soldat de s’être montré si brave au combat. :
une illustration de la chute de la Cendrillon de Buzzati tandis que les
courageux, vaillant.
personnages indistincts font penser à la foule hilare et indifférente.

◗ p. 152-155 • La Punition ◗ p. 156-157 • Le Reflet


e enregi
Un enregistrement de l’incipit de la nouvelle est proposé
  Lecture
Text

stré

dans le manuel numérique enrichi. Ce peut être une façon


de lancer la lecture. 1. a. Le personnage principal est violent, autoritaire, raciste : « il se
mettait à hurler de dégoût » quand il découvrait avec ses mains que
son interlocuteur était noir et il « embaucha une douzaine d’enquêteurs
  Lecture
aryens » pour s’assurer que le procédé médical qui devait le guérir « ne
1. La narratrice est une enfant de onze ans, chétive, qui a un frère, en devait rien aux Noirs » ; « ses gens lui devaient vingt-quatre heures
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

pension. Ses parents, happés par une vie mondaine, l’ont confiée aux quotidiennes d’allégeance », c’est-à-dire qu’il les traitait comme un
bons soins d’une institutrice privée avec qui elle vit. seigneur médiéval le faisait avec ses serfs ; « le vieux prenait un malin
plaisir à l’asticoter ».
2. Résumé de la nouvelle : Au Caire, une enfant vit seule avec une
b. Il est odieux aux yeux de son entourage et le lecteur ne peut
institutrice qui cherche à lui imposer sa volonté de fer : elle l’empêche
qu’éprouver de l’aversion à son égard.
de sortir, elle l’oblige à lui masser les jambes, à apprendre sa leçon de
chimie quand l’enfant aspire à dormir. Comme l’enfant ne travaille pas 2. Dans une nouvelle à chute, la dernière phrase ou le dernier
assez bien à son goût, elle la traite d’âne et va chercher un bonnet paragraphe apporte une révélation à laquelle rien ne préparait. Les
d’âne rouge dont elle veut l’affubler pour que tout le quartier se moque élèves en ont déjà rencontré une avec La Parure de Maupassant. Ici, la
d’elle. Mais la fillette se rebelle et s’affiche avec le bonnet de façon chute vient de ce que le vieillard (et le lecteur) découvre en recouvrant
provocatrice. Cela décontenance complètement l’institutrice qui bat la vue que, lui le raciste farouche, est noir et que le Noir dont il voit le
en retraite et qui, peu de temps après, quitte la famille. reflet dans la glace n’est autre que lui-même.

78
3. Rien dans la nouvelle n’explicite les raisons qui ont poussé le On exigera que la présentation ne se limite pas à l’aspect narratif mais
chirurgien à proposer cette intervention chirurgicale. On demandera porte bien sur la dimension argumentative de la nouvelle : les valeurs
donc aux élèves de fonder leurs hypothèses : de respect de l’autre, de liberté. Pour le sens que les élèves donnent
– le chirurgien a une démarche très déontologique et en tant que à la nouvelle, on n’attendra pas une seule réponse convenue mais
médecin, il propose un nouveau traitement ; on exigera que l’interprétation élaborée soit justifiée par le texte.
– le chirurgien prend à son tour un « malin plaisir » à faire souffrir son B. 1. On attend que les élèves reprennent les points préalablement
patient lorsque celui-ci se verra dans le miroir ; traités pour chaque nouvelle et les mettent en synergie : respect
– le chirurgien veut donner une leçon de vie à son patient et lui faire de l’autre dans Cendrillon et Le Reflet ; revendication de liberté par
comprendre que son racisme est absurde (« s’approcha doucement, Cendrillon et par la fillette de La Punition ; refus du poids du groupe
posa la main sur son épaule »). (Cendrillon), remise en cause de l’adulte autoritaire et injuste (La
4. a. La nouvelle amène le lecteur à réfléchir à la tolérance, au respect Punition et Le Reflet).
de l’autre. 2. Là encore, l’essentiel est que les élèves argumentent et justifient
b. Cette nouvelle est un réquisitoire contre le racisme : le raciste est leur avis en citant des œuvres.
montré comme odieux mais aussi stupide. 3. Cendrillon et Le Reflet mettent clairement en scène des « pas-comme-
nous » ; le lien avec le texte de M. Szac est donc évident. Il est plus
  Le trésor des mots ténu avec La Punition : néanmoins, la fillette a refusé de faire comme
l’institutrice le lui enjoignait ; elle a refusé d’être jetée en pâture aux
1. « réfléchir » : 1. renvoyer un reflet (dans un miroir) ; 2. faire preuve ricanements du groupe.
de réflexion, d’intelligence pour comprendre.
2. Le titre de la nouvelle repose sur un jeu de mots : le vieil aveugle p. 158-159 • A
 ctivité 4 Parcours de lecture,
raciste, quand il recouvre la vue, découvre son reflet qui est celui d’un Boitelle, G. de Maupassant
noir ; cette découverte devrait l’amener à corriger son comportement ; 1. a. Boitelle n’a pas pu vivre son grand amour parce que sa bien-aimée
c’est ce à quoi semble l’inviter le médecin. était noire et qu’elle a été rejetée par les gens du village de Boitelle.
b. Les parents de Boitelle sont mal à l’aise, trouvant la jeune fille
  Histoire des arts vraiment noire (« La mère, en voyant venir cette dame noire et bariolée
Ce tableau fait l’objet d’un parcours de lecture d’image approfondi en compagnie de son garçon, demeurait tellement stupéfaite qu’elle
dans le manuel numérique enrichi. n’en pouvait ouvrir la bouche, et le père avait peine à maintenir le
cheval que faisait cabrer coup sur coup la locomotive ou la négresse. »).
A. Description du tableau :
La réaction des villageois est la même, ce qui provoque le refus
– les lieux : devant un camion de déménagement, une pelouse soignée,
irrémédiable des parents (« Mais sur la place du village ce fut une sortie
des maisons blanches bien alignées, qui caractérisent les banlieues
en masse de toutes les maisons en émoi, et devant l’attroupement
aisées des États-Unis ;
grossissant, les vieux Boitelle prirent la fuite et regagnèrent leur logis. »).
– les personnages : deux groupes d’enfants, trois enfants blancs, un
garçon et une fillette, qui se font face ; les enfants blancs ont à leurs 2. et 3. Pour l’échange par petits groupes, les élèves pourront :
pieds un chien noir, la fillette noire porte un chat blanc ; – s’interroger sur les raisons de la stupéfaction provoquée par
– leur posture : les enfants se regardent, se dévisagent même, en la « négresse » ; on peut rappeler que « xénophobie » signifie
particulier les Blancs qui sont penchés en avant pour scruter les Noirs ; étymologiquement « peur de l’étranger » (parce qu’on ne le connaît pas) ;
– la scène se situe au moment de l’emménagement de la famille – repérer les clichés : le noir couleur de Satan ;
noire dans un quartier qui semble habité par les Blancs, ce qui, dans – repérer les préjugés : jugement sur les seules apparences, sans
l’Amérique ségrégationniste des années 1960, était pour le moins connaître la personne ;
inhabituel. – remarquer le poids du groupe sur le jugement des individus (les
villageois sur les parents, les parents sur Boitelle) ;
B. Le tableau est coupé en deux parties symétriques qui soulignent – repérer les points communs avec notre époque : le racisme n’a pas
l’opposition entre les deux groupes raciaux. disparu (il intègre souvent des rejets d’ordre religieux, absents de la
C. L’expression « être comme chien et chat » signifie « ne pas s’entendre, nouvelle de Maupassant).
avoir des relations tendues comme celles de ces deux animaux ». La 4. a. Il importe que les élèves s’appuient précisément sur des éléments
présence d’un chat et d’un chien (aux couleurs inversées par rapport de la nouvelle (si possible des citations ) pour justifier leur avis. Certains
aux enfants) a une valeur métaphorique : les deux animaux traduisent seront sensibles aux échos actuels de cette nouvelle, d’autres à la
le type de relations pour le moins méfiantes qui placent les deux peinture de la société du xixe siècle, d’autres opposeront les réactions
groupes dans ce face-à-face. de l’entourage de Boitelle aux exemples de mixité culturelle que notre
D. Le peintre a montré la situation d’opposition qui existait alors ; époque peut présenter.
mais il a surtout souligné les éléments de parallélisme qui devraient b. On peut rapprocher cette nouvelle de celle de D. Daeninckx, du
unir les enfants au lieu de les opposer : tous sont habillés de façon tableau de Rockwell pour ce qui est du thème du racisme, de Cendrillon
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

soignée (les enfants noirs peut-être plus encore) ; chacun a un animal. pour le poids du groupe, le rejet par la foule de celle qui est différente.
On peut opposer Boitelle qui abdique face à ses parents à l’héroïne de
E. Le tableau et le texte plaident tous deux contre le racisme et
La Punition qui tient tête à son institutrice et n’a pas peur d’affronter
soulignent tous deux l’absence de différences entre Noirs et Blancs.
le regard des autres.
◗ p. 157 • Synthèse collective
A. Pour la préparation de la présentation, on invitera les groupes à
p. 160-161 • Activité 5 Comprendre et expliquer
s’appuyer très précisément sur les réponses aux questions posées oralement une fable
e enregi
sur chaque texte. Pour autant, il ne s’agit pas de répéter les réponses Avant le travail par groupes de trois, il est recommandé de
Text

stré

à ces questions (ainsi avec certains élèves, on peut envisager qu’il y faire écouter l’enregistrement de la fable par des comédiens,
ait dans un premier temps, correction des questions afin de cibler le proposé dans le manuel numérique enrichi : cela en facilitera la
travail sur les compétences orales pour la présentation). compréhension.

7 • Face à face avec l’Autre 79


1. a. La fable raconte la rencontre d’un loup affamé avec un chien bien A. Les extraits de la bande dessinée de J.-Y. Ferri et M. Larcenet sont
portant. Le chien tente de convaincre le loup de mener la même vie de simples lanceurs d’idées humoristiques et assez « baba cool ».
que lui, mais quand le loup découvre que le chien est attaché, il s’enfuit. La vie à la campagne, selon la BD :
b. – Les paroles du loup (en orange) : il pose des questions, cherche – les avantages : la nature (les bois, les fleurs et les oiseaux) ; le calme,
à comprendre en quoi consiste la vie du chien, puis affirme avec le caractère paisible ;
conviction sa revendication de liberté ; – les inconvénients : trop calme, déprimant…
– les paroles du chien (en bleu) : il explique tous les avantages de sa B. La recherche d’arguments est donc une étape essentielle. Voici
situation (nourriture abondante obtenue sans effort), le travail qu’il quelques pistes :
a à faire puis l’origine de la marque sur son cou. – La vie à la campagne : rythme plus naturel, vie plus saine, moins
c. Le loup défend la liberté, le chien le plaisir de vivre une vie confortable. stressante, contact avec la nature, respect de l’environnement, plaisir
d. La morale de la fable est que la liberté est le bien le plus précieux, du travail de la terre ou du contact avec les animaux, habitat plus
quel que soit le prix à payer pour en bénéficier, fût-ce de mourir de faim. agréable, plus spacieux.
2. On invitera les élèves à s’inspirer de l’enregistrement de la fable ; Avec les nouvelles technologies, les ruraux sont aussi connectés que
mais ils peuvent adopter d’autres tonalités. les citadins.
Le chien se veut rassurant, le loup se montre curieux, d’abord intéressé – La vie à la ville : dynamisme, lieu d’innovation, plus de possibilités
puis méfiant et enfin péremptoire. Le narrateur souligne les réactions d’emplois, plus de commerces, métiers qui n’existent pas à la campagne,
des personnages ; on peut lui prêter un ton ironique. divertissements et culture, plus grande mixité sociale.
3. La présentation du travail doit donner la parole à tous les élèves Lors de la présentation de la table ronde, l’objectif visé est d’apprendre
du groupe selon une répartition bien coordonnée. Il est important aux élèves à se montrer convaincants et persuasifs. On est là dans une
que les groupes confrontent leurs interprétations (il n’est pas exclu formation à la rhétorique ; le but n’est évidemment pas que les élèves
que les élèves portent un jugement sur les personnages et les valeurs s’écharpent en opposant leurs points de vue ! En ce sens, l’organisation
qu’ils incarnent). cadrée d’une table ronde est un cadre formateur.

p. 161 • Activité 6 Argumenter à partir d’une fable : p. 163 • Activité 8 Organiser un débat littéraire
développer un point de vue et prononcer
un discours Cette rubrique, Le cercle des critiques littéraires, familière aux
utilisateurs de Fleurs d’encre, prend ici tout son sens puisque à l’écrit
1. Il est important que les deux thèses puissent être défendues sans comme à l’oral, il s’agit d’argumenter.
qu’un jugement de valeur ne soit porté. Tout le monde n’est pas Pour initier les élèves à la notion de débat littéraire, on peut se référer
l’artiste épicurien qu’était La Fontaine ! Et il convient d’être prudent : à des émissions comme La Grande Librairie sur France 5.
à notre époque, certains appels à l’aventure et à la prétendue liberté Les romans proposés interrogent tous la relation de l’individu aux
peuvent être de dramatiques endoctrinements. autres et à la société. Ils portent sur des problématiques différentes,
Suggestions d’arguments et d’exemples de situations en lien avec la ce qui nourrira les échanges. Il peut être pertinent d’amener les élèves
vie d’un garçon ou d’une fille du xxie siècle : à mettre ces récits en perspective avec les « pas-comme-nous » de
a. Le loup (liberté est ici à prendre au sens d’assumer ses choix – cf. la la page 147.
fillette de La Punition) :
– choix personnel d’une orientation ; p. 164-167 • Activité 9 Argumenter à l’écrit
– choix d’un métier inattendu (cf. les métiers « genrés » : une fille qui
veut devenir mécanicienne, un garçon qui veut devenir puériculteur) ;
A Travailler la langue pour préparer
– choix d’une vie et/ou d’un métier d’aventure (par exemple reporter
comme Jules dans Paris-Bagdad, chapitre 10) ;
et améliorer l’écrit
– choix d’une formation qui oblige à partir loin de chez soi ; p. 164 • Lexique
– réaliser des baby-sittings ou autres tâches de ce genre pour acquérir
une certaine autonomie financière. Petit dictionnaire des valeurs
Le chien (à envisager comme recherche de la sécurité – d’emploi, de
vie –, d’un certain confort, d’un certain conformisme, d’un rejet des ◗◗Liberté
situations extrêmes) : 1. a. Les verbes synonymes de « libérer » sont : émanciper – affranchir
– choix d’un métier qui permet de rester dans sa ville, sa région ; – délivrer.
– volonté de réussir ses études, sa formation pour assurer son gagne- b. Les noms formés sur les verbes de la liste en a. sont : émancipation
pain (et faire vivre sa famille) ; – affranchissement – assujettissement – soumission – délivrance –
– choix du même métier que celui de ses parents ; asservissement.
– choix de reprendre l’entreprise, le commerce familial ; 2. a. Le couple de synonymes est : l’esclavage, la servitude.
– choix de se centrer pour l’instant sur ses études, sa formation, de les b. Les noms ajoutés sont en gras.
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

réussir et de repousser à plus tard les questions d’adulte. 1. L’abolition de l’esclavage par Victor Schœlcher date de 1848 : elle
2. Pour évaluer ce qui rend chaque discours efficace ou non, il peut être met fin à des siècles de servitude des Noirs dans les colonies françaises.
bon d’élaborer collectivement des critères de réussite qui s’inspirent 2. Les dictateurs privent la presse de liberté en pratiquant la censure.
des conseils donnés par le manuel en 1. c. et qui les complètent. 3. À la fin du xxe siècle, les anciennes colonies françaises ont peu à peu
acquis leur indépendance. 4. On nomme libre-arbitre le pouvoir qu’a
p. 162 • Activité 7 Organiser des tables rondes l’être humain de décider de ses actes en toute liberté.
pour débattre : vivre à la ville ou à la 3. a. « mettre sous le joug » signifie « entraver la liberté ».
campagne ? b. Expressions synonymes :
Avant toute chose, il faut s’assurer que le concept de « table ronde » – (se) libérer : briser un joug ; secouer le joug ;
est bien compris (proposer éventuellement un bref enregistrement – asservir : tenir sous le joug ; imposer un joug ; soumettre au joug ;
d’une table ronde télévisée, telle que C’est dans l’air, sur France 5). – être asservi(e) : subir un joug ; se plier au joug.

80
◗◗Égalité 2. Les verbes au présent du subjonctif sont en gras.
1. Bien qu’elle parte tôt, elle n’arrivera pas avant midi. 2. Quoique tu
4. 1. La parité est le respect d’un strict équilibre : ici le nombre fasses preuve de persuasion, tu ne me convaincras pas. 3. Bien qu’il
d’hommes et de femmes est exactement le même. 2. Une hiérarchie est
dise la vérité, on ne le croit pas. 4. Quoiqu’elle vienne avec ses amis,
une organisation sociale, politique, économique, de forme pyramidale :
elle risque de ne pas se sentir à l’aise.
au sommet, il y a des chefs auxquels obéissent des subalternes,
c’est-à-dire des gens moins qualifiés, moins bien rémunérés. 3. La 3. Les suggestions sont en gras.
ségrégation est le fait de séparer des groupes ; la ségrégation raciale 1. Nous partons en vacances à la campagne, bien que nous ayons
consiste à instituer par exemple des écoles différentes pour les Blancs peu d’intérêt pour la nature. 2. Quoique tu ne leur dises pas ce que
et les Noirs, à interdire aux Noirs l’accès à certains lieux, aux transports tu fais, tes parents ont confiance en toi. 3. Bien que l’attente soit
des Blancs, etc. 4. La discrimination consiste à ne pas traiter tout le longue, il ne faut pas s’inquiéter.
monde de la même façon ; la discrimination à l’embauche est le fait
de refuser un emploi à quelqu’un en raison de sa couleur de peau, p. 165 • Grammaire
de son nom (à consonance étrangère), de sa religion, de son sexe.
Le complément de phrase : la cause
◗◗Fraternité
4. 1. Elle est appréciée en raison de son talent. 2. Nous ne t’attendrons
5. a. La xénophobie est le fait de rejeter les étrangers du seul fait
pas vu (étant donné / à cause de) l’heure tardive de ton arrivée. 3. Cet
qu’ils sont étrangers ; l’étymologie du mot montre que ce rejet est
athlète battra son record grâce à son entraînement. 4. Nous ne prenons
en fait fondé sur la peur de l’inconnu.
pas part au débat étant donné (en raison de) notre méconnaissance
b. L’adjectif correspondant est « xénophobe ».
du film.
6. b. Valeurs morales : tolérance – acceptation – fraterniser –
5. 1. Étant donné qu’ (Comme / Puisqu’ / Parce qu’) il est intelligent,
fraternisation – solidarité – entraide – caritatif – bonne intelligence
cet enfant apprendra vite une langue étrangère. 2. Cette ville est
– solidaire – concorde – générosité – tolérant. Anti-valeurs : racisme
agréable vu qu’ (parce qu’) elle est placée au bord de la mer. 3. Parce
– intolérance – exclusion
qu’ (Comme / Étant donné qu’ / Puisqu’) il a de nombreux amis, cet
7. Les mots ajoutés sont en gras. homme ne connaît pas la solitude.
1. Les associations caritatives organisent une collecte de jouets pour
6. 1. Les gens deviennent racistes parce qu’ils ont peur des étrangers.
Noël. 2. Bien qu’ils viennent de cultures très différentes, ces enfants se
2. Comme (Parce qu’) elle a participé à des débats, ses idées ont évolué.
comportent avec tolérance et vivent en bonne intelligence. 3. Lors des
3. Comme elle se montre ouverte aux autres, elle est très appréciée. /
récentes crues, les habitants ont fait preuve de solidarité (d’entraide)
Elle est très appréciée parce qu’elle se montre ouverte aux autres.
envers leurs voisins sinistrés. 4. En ouvrant sa porte au bagnard Jean
Valjean, l’évêque Myriel a manifesté sa générosité. Le complément de phrase : l’opposition (1)
Vocabulaire de l’argumentation (1) 7. 1. Bien que le chien soit bien nourri, le loup préfère la liberté.
2. Certains préfèrent la ville bien que la campagne permette de vivre
8. a. « argumenter avec logique » : « convaincre » ; « argumenter en
plus sereinement. 3. Cet homme est insupportable quoique son sourire
faisant appel aux sentiments » : « persuader ».
paraisse engageant.
b. Les adjectifs et les noms formés sur :
– convaincre : la conviction ; convaincant ; 8. 1. Quoiqu’elle soit punie, la fillette tient tête à son institutrice.
– persuader : la persuasion ; persuasif. 2. La fillette reste sur la terrasse bien que des voisins arrivent. 3. Les
deux sœurs inscrivent Cendrillon au concours de beauté bien qu’elle
9. a. L’intrus est « contester ».
soit handicapée.
b. Un « argument probant » est un argument convaincant car il apporte
des preuves (du latin, probare, « prouver »). 9. 1. Quoique les parents de la fillette soient jeunes et en bonne
c. démonstration – preuve – justification – contestation – établissement santé, ils ne s’occupent pas de leur fille. 2. Le loup ne veut pas de
(d’une preuve, d’un fait) – attestation. collier bien que le chien décrive les avantages de la vie domestique.
d. Exemples de phrases : 3. Le pavillon brûle entièrement bien que les pompiers fassent tout
• Les jeunes contestent souvent l’autorité parentale qu’ils ressentent pour éteindre l’incendie.
comme une entrave à leur liberté.
• Jacinthe justifie son avis sur le roman qu’elle a lu en citant des
passages qui démontrent que l’auteur a su faire partager sa révolte B Écrire et récrire
contre les injustices.
10. Connecteurs logiques exprimant : p. 166 • Sujet 1 Défendre un projet pour
a. la cause : en effet – car – comme – vu que ; la journée « Vive la diversité ! »
b. l’opposition : mais – toutefois – cependant – néanmoins – or –
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

pourtant – bien que – quoique. Le sujet 1 peut se nourrir aisément d’arguments glanés au fil de l’atelier
et des lectures menées.
Si l’écriture argumentative a recours à des outils de langue spécifiques
p. 165 • Orthographe (connecteurs logiques, modalisateurs d’opinion), elle ne saurait se
Le présent du subjonctif réduire à ces outils ni, surtout, commencer par eux.
Il convient donc de consacrer du temps à l’étape 1 (la collecte des
1. 1. Qu’il suive. 2. Qu’elle ait. 3. Que tu dises. 4. Que nous puissions. arguments), absolument fondamentale. Par ailleurs, une argumentation
5. Que vous fassiez. 6. Qu’ils entreprennent. 7. Qu’elle aperçoive. pour être persuasive doit émouvoir le lecteur (le « movere » de la
8. Que nous agissions. 9. Quelle vienne. 10. Qu’ils croient. 11. Que vous rhétorique latine) : cela passe par des types de phrase qui interpellent
pliiez. 12. Que nous payions. 13. Que tu coures. 14. Que je prenne. (phrases interrogatives et exclamatives ou injonctives), par des mots
15. Qu’elles soient. 16. Qu’il conclue. forts qui marquent le lecteur.

7 • Face à face avec l’Autre 81


Cette initiation à l’écriture argumentative a été conçue comme une p. 167 • Sujet 2 Défendre un avis :
découverte pas à pas qui demande du temps : on est ici dans une un correspondant étranger, classe
démarche fortement formative, d’où la suggestion du travail en
binômes (étape 4). ou corvée ?
Rappelons enfin que le sujet de réflexion du DNB n’est pas une Le sujet 2 peut être une alternative au sujet 1 : il s’appuie, à peu de
dissertation. Le « plan » demandé n’est donc en aucune façon le chose près, sur le même type d’arguments et les étapes prévues
traditionnel « thèse/antithèse/synthèse » ; il est exigé des élèves qu’ils pour le sujet 1 conviennent aussi au sujet 2. Le sujet 2 peut aussi
organisent leur réflexion d’une façon cohérente et logique qui mette être envisagé comme support d’une évaluation sommative, dans le
en valeur les arguments développés et leur progression. prolongement du sujet 1.

© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

82
8 Conflits de valeurs en scène

Le théâtre : quand la parole devient action

1. Présentation du chapitre

1.1 Choix du chapitre 1.2 Bibliographie


Ce chapitre du pôle « Individu et société : confrontations de Sur le théâtre et la tragédie
valeurs ? » est consacré au théâtre. Il poursuit en spiralaire le travail – Lire le théâtre, Anne Ubersfeld, Éditions sociales, 1982.
sur l’argumentation initié dans l’atelier argumentation « Face à face – Le Langage dramatique, sa nature, ses procédés, Pierre Larthomas,
avec l’Autre ». Le chapitre et l’atelier peuvent se traiter successivement, PUF, 1972.
séparément ou en interaction l’un avec l’autre, au gré du professeur. – « La tragédie française xvi-xviiie siècle », TDC, n° 1011, Scérén, CNDP-CRDP.
– La Tragédie, Christian Biet, Armand Colin, 2010.
Le choix de la problématique (Conflits de valeurs en scène) est
l’occasion de faire découvrir aux élèves deux grands textes patrimoniaux, – Passions tragiques et règles classiques : essai sur la tragédie française,
l’un en larges extraits, Le Cid de Corneille, et l’autre dans le cadre d’un Georges Forestier, PUF, 2003.
Parcours de lecture guidé, L’Île des esclaves de Marivaux, deux œuvres – L’Art du comédien : déclamation et jeu scénique en France à l’âge
explicitement au programme qui, chacune à sa manière, donnent à voir classique (1628-1680), Sabine Chaouche, Honoré Champion, 2001.
des conflits de valeurs en scène. Selon sa classe, le professeur choisira Sur L’Île des esclaves
de ne traiter qu’une des deux œuvres ou bien les deux. Il pourrait – Parcours de lecture, L’Île des esclaves, Jean Jordy, Bertrand Lacoste, 1991.
également aborder Le Cid en enseignement commun et traiter la pièce
– « La Pensée du corps chez Marivaux : de L’Île des esclaves aux Fausses
de Marivaux dans le cadre de l’AP. Le sous-titre choisi, « Le théâtre :
Confidences », Pensée de Marivaux, Sjef Houppermans, Amsterdam,
quand la parole devient action », invite les élèves à comprendre le
Rodopi, 2002.
rôle et la fonction spécifiques du langage au théâtre. En effet, les
adolescents nourris de films d’action ont du mal à comprendre le – « Deux couplets retrouvés : quelques questions sur le divertissement
statut du conflit verbal au théâtre. de L’Île des esclaves », Emmanuelle Mortgat, Revue Marivaux, n° 2, 1992.
– « Le Tremblement des codes dans les trois Îles de Marivaux », Fabrice
On rencontrera au cours du chapitre les spécificités de l’écriture de Schurmans, Revue d’Histoire du Théâtre, n° 3 (223), juil.-sept. 2004.
la pièce de Corneille : le niveau de langue soutenu, les vers, la présence – « Îles ironiques », Impressions d’îles, Philip Stewart, Toulouse, PU du
appuyée de stichomythie (réponses vers à vers, vers découpés en Mirail, 1996.
plusieurs répliques), les stances, le récit pour respecter les règles de – « L’Île des esclaves de Marivaux : une révolution sur parole », Parole et
la tragédie classique. révolutions, Izabella Zatorska, Paris ; Genève, Champion ; Slatkine, 1992.
– « L’Île des esclaves de Marivaux : une utopie à l’italienne », Marivaux
Le nombre et le choix des extraits proposés permettent de faire e il teatro italiano, Izabella Zatorska, Pise, Pacini, 1992.
procéder à une sorte de lecture suivie de la pièce, ce qui permet
d’éviter la difficulté du texte entier et de contourner le problème de
la diversité des versions du texte retenues par les diverses éditions. 1.3 Sitographie
Le texte et ses implicites étant difficiles, nous avons également choisi
Sur le site de l’INA, un bref reportage sur la représentation de la pièce
d’aborder la pièce sous l’angle de sa théâtralité. C’est pourquoi la riche
au Festival d’Avignon en 1998 : http://www.ina.fr/art-et-culture/arts-
iconographie de mises en scène est systématiquement interrogée
du-spectacle/video/CAB98029051/le-cid-avignon.fr.html
et prépare à des travaux d’expression théâtrale à travers la rubrique
« Jeu théâtral ». Pour une introduction au contexte historique de la pièce et une analyse
du conflit parents/enfants dans ce contexte, un entretien d’Hélène
Pour la même raison, le manuel numérique enrichi propose Carrère d’Encausse, à télécharger dans l’espace « Apprendre » de Canal
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

des extraits de vidéo de la mise en scène de la Compagnie Académie, le site de l’Académie française : http://www.canalacademie.
Roumanoff qui peuvent servir à une analyse de mise en com/apprendre/fiche.php?id=8
scène (en s’aidant de la Fiche méthode fournie, elle aussi sur le manuel Pour une biographie de Pierre Corneille :
numérique) ou plus simplement à une entrée en lecture. Ainsi, le – sur le site de l’Académie française, la rubrique consacrée à cet
théâtre est abordé comme un spectacle vivant. « immortel » : http://www.academie-francaise.fr/immortels/index.html
– http://17emesiecle.free.fr/Corneille.php
e enregi La recherche par images avec un navigateur fait accéder à de
Un certain nombre de textes ont été enregistrés et sont
Text

stré

disponibles dans le manuel numérique enrichi : ils peuvent nombreuses couvertures de livres et affiches qui compléteront
permettre une entrée facilitée en lecture et/ou donner lieu à une l’iconographie du manuel.
analyse critique après étude du texte, selon le niveau de la classe et La recherche par vidéo fait accéder à l’enregistrement à Avignon en
le choix pédagogique du professeur. 1998 (cf. supra).

8 • Conflits de valeurs en scène 83


2. Organisation du chapitre

2.1 La progression du manuel ◗ Un duel oratoire • Acte II, scène 2


Cet extrait qui constitue une joute oratoire permet particulièrement
de comprendre le poids de la parole dans la tragédie.
Lire, comprendre, interpréter ◗ Déclaration de haine ou d’amour ? • Acte III, scène 4
Pour cette scène, nous avons choisi deux images de mises en scène
différentes, une plus classique, l’autre résolument moderne, qui mettent
S’interroger et s’informer
bien en lumière la dualité des sentiments : haine ou amour. De nouveau,
Cette première double page a pour but d’initier les élève à l’appropriation du texte passe par les propositions de jeu théâtral.
l’argumentation orale ou d’approfondir la maîtrise de cette compétence On pourra également inviter les élèves à écouter l’enregistrement
d’abord à partir d’éléments qu’ils connaissent, empruntés à la vie réelle de l’extrait proposé dans le manuel numérique enrichi, soit en début
dont la publicité et à la littérature, puis par un travail sur le lexique d’heure soit en fin.
de l’argumentation. Un exercice oral clôt cette première approche.
◗ Le verdict du roi • Acte V, scène 7
Ce dernier extrait qui constitue le dénouement de la pièce permet de
Le Cid ou la force des mots comprendre en quoi il s’agit d’une tragi-comédie. De plus, l’image du roi
Cette partie est constituée de sept extraits de la pièce qui est intéressante à faire analyser aux élèves car ils retrouveront en spiralaire
permettent d’en faire une lecture suivie. L’iconographie riche et le thème de l’image du pouvoir au théâtre dans le programme de 3e.
variée qui accompagne chaque extrait permet de mieux appréhender
Lire et échanger sur des œuvres complètes
la question de la mise en scène.
Parcours de lecture guidé
◗ Le Cid, du héros historique réel au personnage de théâtre,
Le générique de la pièce Le parcours de lecture propose de découvrir une autre pièce de
théâtre, du xviiie siècle, L’île des esclaves de Marivaux. Une première
Cette deuxième double page constitue une entrée dans la pièce approche permet à partir du titre de faire des hypothèses de lecture.
de Corneille, d’une part à travers les références historiques, d’autre Puis on peut entrer dans la pièce par l’enregistrement de la scène 1
part à partir d’une analyse du générique de la pièce. En effet, une proposé dans le manuel numérique enrichi. On lancera ensuite les
contextualisation est nécessaire pour que les élèves puissent entrer élèves dans une lecture intégrale de cette très courte pièce : les scènes
dans cet univers littéraire tout nouveau pour eux. 2 à 10. Par groupes, les élèves aborderont ensuite quatre thèmes
◗ L’affront • Acte I, scène 1 clés qui permettent de comprendre l’œuvre selon différents angles
complémentaires avant d’échanger et de débattre sur le sens de la
Ce premier extrait permet de comprendre le problème de l’honneur pièce. Les élèves vont ainsi être amenés à pratiquer une nouvelle
mis à mal dans le conflit verbal. forme d’argumentation.
◗ Un monologue désespéré • Acte I, scène 4
Pratiquer l’oral
Ce deuxième extrait propose un passage clé de la pièce : le monologue
désespéré de Don Diègue. L’accompagnement pédagogique, ici, Deux activités très différentes sont proposées sur la double page,
passe par l’appareillage du texte avec des mots en couleur, soulignés d’une part un exercice de diction à partir de la tirade de Don Rodrigue
pour certains, de manière à traduire les sentiments du personnage. dans laquelle le héros raconte ses exploits militaires, d’autre part
On pourra inviter les élèves à écouter l’enregistrement de l’extrait un exercice de jeu théâtral à la manière de la pièce de Marivaux.
proposé dans le manuel numérique enrichi. L’appareillage du texte de Corneille devrait faciliter la diction et la
◗ Le piège des mots • Acte I, scène 5 compréhension.

L’accompagnement pédagogique, ici, passe par l’appareillage du texte


Pratiquer l’écrit
avec un jeu de couleurs pour mettre en valeur le lexique propre à la
tragédie. Les images de mises en scène aident à percevoir la complexité
Des exercices visant à enrichir le lexique de l’honneur et de
des sentiments en jeu dans cette scène. Par le jeu ou, à défaut, par
l’argumentation, à travailler en orthographe un point relatif aux
une activité de lecture expressive, on aidera les élèves à s’approprier
accords du verbe avec le sujet, à aborder en grammaire les connecteurs
le texte. On pourra les inviter à écouter l’enregistrement de l’extrait
argumentatifs et l’expression de l’opposition, visent à préparer un travail
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

proposé dans le manuel numérique enrichi, soit en entrée de lecture


de rédaction personnel. Une démarche méthodique est proposée
soit en lien avec l’activité de jeu théâtral pour établir une comparaison
pour mener à bien ce travail.
avec les prestations des élèves.

◗ Douloureuse délibération • Acte I, scène 6 Construire le bilan


La scène des stances est incontournable. Si possible, on
Le bilan interroge d’abord l’élève sur les notions clés vues au
introduira son étude par la projection d’un enregistrement
cours du chapitre. Il mobilise d’abord les connaissances acquises et
de théâtre tel que celui proposé dans le manuel numérique
amène ensuite l’élève à se remémorer les textes rencontrés au cours
enrichi.
de l’étude du chapitre en lui proposant de retrouver des passages
e enregi On pourra également inviter les élèves à écouter l’enregistre­ illustrant différents actes de parole. Il invite ensuite l’élève à une
Text

stré

ment de l’extrait proposé dans le manuel numérique enrichi. appropriation personnelle à travers deux paragraphes argumentatifs.

84
Évaluer ses compétences 2.2 Autres pistes pédagogiques
On peut bien entendu faire lire la pièce de Corneille en entier, si
Cette double page présente un entraînement au brevet, en parfaite le niveau de la classe le permet ; le rythme des extraits proposés par
concordance avec la nouvelle épreuve. Elle est constituée d’un extrait le manuel peut alors donner le tempo pour la lecture de l’œuvre. On
de texte théâtral issu du Barbier de Séville de Beaumarchais et d’une pourrait aussi proposer aux élèves de récrire par groupes une (ou
photographie de mise en scène, assortis de questions de compréhension plusieurs) scène(s) de la pièce en français actualisé dans un niveau
du texte et de mise en relation du texte et de l’illustration. La partie de langue soutenu ou courant, afin de rendre le texte plus accessible
« Rédaction et maîtrise de la langue » comprend une dictée préparée, tout en lui gardant sa dimension tragique. Selon le niveau des élèves,
une réécriture, ainsi qu’un travail d’écriture proposant deux sujets au on pourrait ou non demander une transcription en vers, l’occasion de
choix : un sujet d’imagination et un sujet d’argumentation. revenir en spiralaire sur les apprentissages de la prosodie.

Corrigés

p. 169 • Document d’ouverture c. Les élèves pourront citer, par exemple, la scène du Médecin malgré lui
où les deux émissaires de Géronte essayent de convaincre Sganarelle
Dans ce montage de mises en scène, les conflits se manifestent par
qu’il est un médecin, scène farcesque qui se termine en coups de
les attitudes des personnages (corps penchés, élan du personnage
bâton pour punir les dénégations de Sganarelle. Les élèves pourront
masculin vers le personnage féminin dans la partie centrale du montage,
différencier divers moyens mis en œuvre pour convaincre : la parole
visages proches mais à des hauteurs différentes), leurs gestes (une
ou la force brute.
épée tendue à bout de bras par un jeune homme vers une jeune
femme horrifiée), les expressions du visage qui laissent transparaître ◗ L’argumentation orale et la publicité
les sentiments (tristesse, douleur, horreur, cri d’effroi ou de surprise).
a. On pourra répertorier les différents slogans proposés par les élèves
selon les thèmes (parfums, nourriture, voitures, téléphones…).
Lire, comprendre, interpréter
b. Il serait intéressant de faire écouter en classe quelques musiques
de publicité sans les paroles pour voir si les élèves associent ou
S’interroger et s’informer non la musique au produit concerné. Ce sera l’occasion d’étoffer le
lexique permettant de caractériser une musique : douce, envoûtante,
p. 170-171 • La parole en action : l’argumentation entraînante, rythmée, mélodieuse, apaisante, symphonique,
orale folklorique…
c. Il sera intéressant de montrer aux élèves que les slogans publicitaires
◗ Que savons-nous déjà ?
empruntent aux figures de style et à la prosodie : comparaisons,
1. a. Les élèves peuvent proposer des situations privées (négociation métaphores (Chloé, fleur de parfum), anaphores et rimes (Cdiscount
d’adolescents auprès de leurs parents pour aller en soirée, partir en à volonté, rime avec gratuité, qui rime avec volonté, qui rime avec
week-end chez des amis ou en vacances, argumentations d’élèves ventes privées), antiphrases, oxymores…
pour retarder la date d’un devoir…) et des situations publiques
(discours politiques, économiques, syndicaux, électoraux ; plaidoiries   Le trésor des mots
judiciaires…).
b. Il sera intéressant de demander aux élèves d’organiser un classement 1. Argumenter, argument, argumentation, argumentatif.
des situations proposées et de comparer les critères de classement 2. La phrase « Il veut que je vienne avec lui en vacances : il se montre
retenus. persuasif. » signifie que le personnage emploie différents arguments
c. On fait régulièrement appel à l’argumentation dans les métiers de pour inciter l’autre personne à partager ses vacances.
justice, le milieu de la politique, pour les boniments des camelots sur 3. Une plaidoirie s’emploie pour un avocat, un plaidoyer pour un
les foires, dans les spots publicitaires… homme ou une femme politique défendant une cause.
d. Les orateurs sur les images accompagnent leur propos d’un geste de
la main, l’index tendu pour la femme et la main ouverte pour l’homme. ◗ Prononcer un plaidoyer pour l’amitié
De plus, l’avocat tient dans sa main droite des feuilles de papier sur
lesquelles il a vraisemblablement rédigé son discours. Quelques arguments possibles :
e. D’autres gestes peuvent accompagner un discours : le poing fermé Pour moi, l’amitié, c’est :
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

et tendu, la main sur le cœur pour marquer sa conviction ou son – pouvoir se confier sans crainte ;
émotion, les bras tendus vers l’avant pour exhorter un auditoire… – ne pas trahir la confiance de l’autre ;
f. Les groupes de mots qui ne correspondent pas à une argumentation – une entraide ;
orale persuasive : voix monocorde, attitude statique, un filet de voix, – un respect de l’autre ;
voix inaudible, yeux baissés, gestes étriqués. – partager de bons moments…
2. a. Les élèves auront sans doute en mémoire Le Médecin malgré ◗ Aux origines de l’argumentation orale : l’art oratoire
lui, Les Fourberies de Scapin, peut-être des scènes de L’Avare ou du dans l’Antiquité
Malade imaginaire.
ISABLE  
b. Dans ces pièces, les personnages se confrontent souvent à propos Pour l’EPI LCA, on peut faire étudier des extraits d’un discours
UTIL

EN

EPI
de problèmes familiaux qui touchent à l’argent ou au mariage (cf. le politique de Cicéron, une des Catilinaires, la première
questionnement du programme de 5e). notamment, ou encore d’une plaidoirie judiciaire, le Pro Milone :

8 • Conflits de valeurs en scène 85


Cicéron défendit Milon accusé de l’assassinat de Publius Clodius 2. Don Fernand est le père de Doña Urraque, Don Diègue est le père
Pulcher, perdit le procès, mais son discours est considéré comme un de Don Rodrigue, Don Gomès est le père de Chimène.
modèle d’équilibre et d’habileté. 3. D’après le générique, on peut penser que le Cid est le roi Don Fernand.
On pensera à évoquer les règles de la rhétorique antique :
• Les cinq parties de la rhétorique : 4.
– l’invention (l’inventio) : les idées ; Don Fernand Don Diègue Don Gomès
– la disposition (la dispositio) : la construction du discours ;
– l’élocution (l’elocutio) : les figures de style ; Doña Urraque Rodrigue Chimène Don Sanche
– la mémoire (la memoria) : la mémorisation du discours ; (Léonor) (Elvire)
– l’action (l’actio) : la manière de prononcer le discours (gestes et voix).
• Les principes qui figurent dans la Poétique d’Aristote et qui s’appliquent p. 174 • L’affront
aussi bien à la tragédie qu’à l’art oratoire : docere, movere, placere ou
delectare : enseigner (apprendre), émouvoir, plaire ou faire plaisir.   Le trésor des mots
On choisira des extraits qui illustrent les étapes de la construction
d’un discours classique : 1. a. Il sera intéressant de comparer les approches des élèves pour faire
– l’exorde (l’introduction) pour attirer l’attention et la bienveillance, émerger qu’il s’agit d’une notion positive, individuelle ou collective,
ce qu’on nomme la captatio benevolentiae ; qui nécessite d’être défendue. Certains élèves parleront de sentiment,
– la narration pour exposer les faits ; d’autres de valeurs. Parmi les situations actuelles dans lesquelles
– la confirmation qui exprime les arguments, apporte les preuves ou l’honneur peut être mis en jeu, on peut citer : les scandales financiers,
réfute la thèse de l’adversaire ; les tricheries financières, les abus de biens sociaux, les diffamations
– la péroraison (conclusion) qui récapitule l’exposé et les arguments. dans la presse à sensation, les rumeurs sur les réseaux sociaux…
Elle pouvait chercher à provoquer la pitié ou l’indignation par l’émotion, b. Dans cette scène, le mot « honneur » signifie « récompense au
ou se terminer par une ouverture et une amplification. mérite ».
À titre d’exemple pour La Première Catilinaire, on peut notamment 2. Dans cette scène, l’affront représente la gifle donnée par le comte
proposer les premières lignes (le fameux « Quousque tandem, à Don Diègue.
Catilina… ? », « Jusqu’où iras-tu Catilina…? »), le passage de la
prosopopée de la Patrie, le passage où Cicéron cherche à convaincre   Lecture
les incrédules, et un extrait de la péroraison.
1. Le comte reproche à Don Diègue d’avoir été choisi par le roi au
On trouve le texte bilingue sur le site de Ph. Remacle, http://remacle.
bénéfice de son grand âge. Don Diègue reproche au comte d’avoir
org/bloodwolf/orateurs/catilinaire1.htm.
moins de vaillance que lui et moins de mérite.
Selon le niveau des élèves et le projet du professeur, le texte pourra
être déclamé en latin seul, en français ou en alternant les deux langues 2. a. Les personnages emploient d’abord la deuxième personne du
(comme le fait la Compagnie Demodokos pour les tragédies grecques). pluriel puis la deuxième personne du singulier.
Enfin, si le professeur le souhaite, il peut aussi faire dialoguer latin et grec b. Cette évolution montre le passage du respect au mépris.
et faire découvrir Démosthène, les sophistes, en expliquant que tout 3. Dans la dernière réplique, Don Diègue évoque avec désespoir la
jeune Romain se formait à l’éloquence en grec ou en allant en Grèce. perte de ses moyens physiques au moment où il en aurait cruellement
besoin pour affronter le comte.
  Le trésor des mots 4. Il se peut que les élèves aient du mal à imaginer la vieillesse de Don
Le synonyme de rhétorique est « éloquence ». Diègue dans la mise en scène de la page 174. On pourra repérer la
tension extrême entre les protagonistes ainsi que la douleur de Don
Diègue dans la mise en scène de la page 175. Les élèves imagineront
Le Cid ou la force des mots
probablement le désir de Don Diègue de venger son honneur ; certains
se référeront sans doute à la rubrique « Le saviez-vous ? », page 172.
p. 172 • L e Cid, du héros historique réel
au personnage de théâtre p. 175 • Un monologue désespéré
  La clé des mots   Le trésor des mots
On appelle un caïd, un chef de bande, de façon plutôt péjorative. 1. Un monologue au théâtre est une longue réplique qu’un personnage
prononce seul en scène.
1. Le Cid est un chevalier chrétien du xi siècle, renommé pour les
e

batailles qu’il a remportées. Il a épousé Jimena Gomez, la nièce du roi. 2. Le vers 11 signifie que le choix du roi de faire de Don Diègue le
gouverneur du prince constitue certes une dignité nouvelle, mais que
2. Les élèves peuvent penser à une intrigue militaire, une vengeance,
cette promotion anéantit le bonheur du vieil homme puisque, suite à
une histoire d’amour malheureuse.
© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

ce choix, son honneur vient d’être bafoué par le comte.


3. L’action se passe vraisemblablement en Espagne, à Séville ; en effet,
Corneille est accusé d’avoir plagié un auteur espagnol.   Lecture
4. Six siècles séparent le héros historique de la création du personnage 1. On attend que les élèves comprennent la détresse de Don Diègue
de théâtre. dont l’honneur vient d’être bafoué et qui n’a pas la force physique de
se battre contre son adversaire pour retrouver sa dignité.
p. 173 • Le générique de la pièce 2. Les différents sentiments exprimés par Don Diègue : la douleur de
1. Les personnages de la pièce sont des personnages de haut rang : n’avoir plus de force alors qu’il a connu un glorieux passé militaire,
ils appartiennent à la noblesse. En effet, ils portent tous un titre de le sentiment d’une injustice (v. 11), la honte (v. 12), le sentiment de
noblesse espagnol (Don ou Doña). Don Gomès est comte, Don Fernand vengeance (v. 13-14) à l’égard du comte qui à ses yeux n’a pas autant
et Doña Urraque sont de sang royal (roi et infante de Castille). de mérite que lui.

86
3. Corneille traduit l’émotion intense du personnage : Molière, le père se montre tout aussi despotique envers ses enfants,
– en employant des exclamations et des interrogations ; mais les conséquences ne sont pas aussi tragiques. De plus, les fils
– par le recours à l’anaphore : « Mon bras » ; sont moins soumis et souvent avec l’aide des valets, ils résistent à
– par les répétitions : « tant de fois » ; l’autorité paternelle.
– par les hyperboles : « tant vécu », « toute l’Espagne », « tant de jours » ;
– par les oppositions « tant de jours / en un jour », « mourir/vivre » (v. 14).
  Jeu théâtral
4. On pourrait imaginer un acteur qui arpenterait la scène, qui se
prendrait la tête entre les mains, qui se mettrait à genoux, qui se 1. Dans la mise en scène de Budan, les deux personnages se font face,
frapperait la poitrine, qui serrerait les poings…, le but étant de toucher le père a posé sa main sur l’épaule de son fils comme s’il l’adoubait
le public, de l’émouvoir, de lui faire prendre conscience de la souffrance pour sa mission. Les personnages se regardent droit dans les yeux.
éprouvée. Dans la mise en scène de Daguerre, le père tient solidement son fils par
l’épaule et lui remet symboliquement l’épée qu’ils regardent tous deux.
  Jeu théâtral 2. On pourra proposer aux élèves d’écouter l’enregistrement proposé
On attendra que tous les élèves soient capables de lire correctement dans le manuel numérique enrichi, soit comme exemple initial, soit à
ce monologue et pour certains, de le mémoriser pour le dire en le titre de comparaison après les différents passages à l’oral des élèves.
jouant. On insistera sur les vers 5 à 8 qui constituent une phrase dont
le rythme interne doit être respecté.
p. 178-179 • Douloureuse délibération
p. 176-177 • Le piège des mots
  Le trésor des mots
  La clé des mots 1. Les stances de Rodrigue sont constituées de strophes de 10 vers
Le mot « cœur » signifie dans le texte « courage, vaillance ». (dizains), comportant une alternance d’octosyllabes, d’alexandrins,
Le mot « fer » désigne dans le texte une épée, par métonymie. d’hexasyllabes et de décasyllabes. Les rimes sont d’abord embrassées
puis plates (ou suivies) et enfin croisées.
Le mot mis en valeur à la fin de chaque stance est le prénom « Chimène ».
  Lecture
Chimène et l’amour constituent le véritable enjeu de ce dilemme.
1. a. L’enjeu de ce dialogue est de convaincre Rodrigue de défendre
l’honneur de son père et de sa famille en renonçant à son amour 2. La délibération de Rodrigue est douloureuse car il est confronté
pour Chimène. à un choix impossible : laver l’honneur de son père ou perdre celle
b. Don Diègue fait appel à son fils car Rodrigue a du « cœur » (v. 1), qu’il aime.
c’est-à-dire du courage. En outre, Don Diègue est trop vieux pour
venger lui-même l’affront que le comte lui fait : « Mais mon âge a   Lecture
trompé ma généreuse envie » (v. 10).
1. Au théâtre, un monologue est le discours que tient un personnage
2. a. Rodrigue se sent blessé que son père puisse mettre en doute
seul en scène.
son courage et sa vertu, mais le respect qu’il lui porte l’oblige à de
Rodrigue prononce ce monologue parce qu’il est mis, par son père,
la retenue.
face à un dilemme, un choix impossible. Ce monologue lui permet
b. Don Diègue éprouve une forme de fierté devant la réaction de son
d’exprimer son désarroi et ses hésitations.
fils car il constate que Rodrigue partage ses valeurs, son sens de la
gloire et pourra donc laver sa « honte ». 2. Les sentiments successifs de Rodrigue : l’abattement et
3. Les mots en bleu mettent en valeur la noblesse, le courage, la valeur l’incompréhension (strophe 1), la peine et le doute liés au choix
et la vertu du héros tragique. impossible (strophe 2), la douleur (strophe 3), le désespoir (strophe
4), le sens de l’honneur, de la bravoure, la fierté (strophes 5 et 6).
4. a. Le père de Rodrigue a été blessé moralement : il a reçu un
soufflet qui le couvre de « honte » (v. 6) ; ce qui le fait souffrir, c’est 3. a. Rodrigue est mis, par son père, face à un dilemme, un choix
un « affront » (v. 7 et 26), un « outrage » (v. 14), une « offense » (v. 25) ; impossible : renoncer à l’honneur ou renoncer à l’amour.
il devient « indigne » (v. 24) de vivre, « infâme » (v. 24). Tous les mots b. Dans les vers 8 à 10, Rodrigue fait un constat tandis que dans les vers
en vert appartiennent au vocabulaire de l’éthique, ce qui prouve qu’il 58 à 60, il prend résolument le parti de défendre l’honneur de son père.
s’agit bien d’une blessure morale. b. Le moyen de guérir l’offense est 4. Ce monologue fait progresser l’intrigue car Rodrigue, d’abord
le duel pour demander réparation de son honneur bafoué. hésitant, finit par faire le choix de l’honneur et de l’action. Ce choix a
◗◗Le saviez-vous ? des conséquences sur la suite de l’intrigue.

1. « Danger » est un synonyme du nom « péril ».


© Hachette Livre 2016, Fleurs d’encre 4e > Livre du professeur

  Oral
2. Les mots clés de la définition de P. Corneille sont : « action illustre,
extraordinaire, sérieuse », « grands périls » et « héros ». La définition 1. La structure en stances (en particulier les deux derniers vers de
de P. Corneille insiste sur la nécessité de mettre en scène une action chaque strophe) permet de voir le dilemme auquel est confronté
rendue exceptionnelle par les qualités des personnages impliqués et Rodrigue : un constat de la situation (strophe 1), un questionnement
par l’adversité, les dangers qu’ils rencontrent. insoluble (strophes 2 et 3), le choix de la mort et de l’amour (strophe 4),
le choix de l’honneur et de la souffrance (strophe 5), le choix résolu
  Oral de l’honneur (strophe 6). Il est également intéressant de noter que le
dernier mot de chaque stance est « Chimène ».
Le père exerce un réel pouvoir sur son fils puisqu’il ne lui laisse pas
le choix de la réponse, quel que soit le prix à payer : la mort de son 2. « Avoir à faire un choix cornélien » signifie avoir à faire un choix
fils ou la fin de l’amour entre son fils et Chimène. Dans les pièces de très difficile.

8 • Conflits de valeurs en scène 87


  Jeu théâtral – « Sauve ta renommée en me faisant mourir. » (v. 10) ;
– « Que je meure ! » (v. 22).
L’objectif de cet exercice est double :
b. Chimène demande à Rodrigue de partir :
– rendre compte de sa compréhension du texte par le jeu et l’intonation
– « Va, je ne te hais point » (v. 5) ;
en insistant sur le dilemme (travail sur la gestuelle : orientation du
– « Va-t’en » (v. 15 et 22).
corps, silences, expression du visage…) ;
c. Aucun des deux n’obéit à l’autre car ils s’aiment et ne veulent pas
– se familiariser avec un registre de langue soutenu.
se séparer.
p. 180-181 • Un duel oratoire 2. Les sentiments éprouvés par Rodrigue sont l’amour et la « peine ».
Chimène éprouve de l’amour (v. 14, 16, 23), de la « douleur » (v. 15).
  Lecture
3. a. Chimène demande à Rodrigue de partir.
1. a. Les deux personnages appartiennent à la noblesse. b. Cette résolution est dictée par l’honneur car elle ne veut pas qu’on
b. Le comte est plus âgé que Rodrigue. Il l’appelle « jeune présomptueux »
lui reproche d’aimer celui qui a tué son père.
au vers 8.
c. Le public peut ressentir de la compassion pour ces deux personnages.
c. Tous deux se tutoient. Ils s’adressent l’un à l’autre à la deuxième
personne du singulier.
  Oral
d. Ce tutoiement traduit l’égalité entre les deux personnages malgré
leur différence d’âge. Malgré la situation terrible, les élèves devraient être sensibles à
l’amour qui perdure entre les deux personnages, en s’appuyant sur
2. a. Les verbes employés par Rodrigue sont « connaître » et « savoir ». les vers 5, 10, 11, 15-16, 25-27. Ils peuvent également se référer aux
Ils traduisent son assurance face au comte qui devrait l’intimider ; c’est
deux photographies de mises en scène proposées.
une forme de provocation.
b. Les réponses du comte témoignent d’une absence d’intérêt pour
  Jeu théâtral
Rodrigue et d’une forme de mépris. Elles peuvent aussi marquer la
volonté du comte d’esquiver les provocations du jeune homme. 1. Dans la mise en scène de W. Arbache, les comédiens expriment le
déchirement et la souffrance par leurs attitudes : Rodrigue serre son
3. Le comte qualifie Rodrigue de « présomptueux » (v. 8) et de « vain » épée entre ses mains,