Vous êtes sur la page 1sur 120

UNIVERSITE D’ANTANANARIVO

FACULTE DE DROIT, D’ECONOMIE,


DE GESTION ET DE SOCIOLOGIE

Département : GESTION

Mémoire de Maîtrise en Gestion


Option : FINANCES ET COMPTABILITE

Intitulé :

PROJET DE CREATION D’UN


COMPLEXE HOTELIER
À AMBILA LEMAITSO DENOMME
«PANGALANA HOTEL»
Présenté et soutenu par :

RAZAFINDRAKOTO TSIRY TIAVINA


Sous l’encadrement de :
Encadreur pédagogique :
ANDRIAN
ANDRIANTSEHENO Lodvig
Enseignant chercheur au sein du Département
de GESTION de l’Université d’Antananarivo Encadreur professionnel :
RA KOTONDRAVOHITRA Danielina Nisa
Directeur des Normes, du Contrôle et du Suivi au Ministère
du Tourisme et de l’Artisanat

Année universitaire 2010/2011


Session 16 Décembre 2011
REMERCIEMENTS

Tout d’abord, nous tenons à rendre grâce au Seigneur Tout Puissant pour sa bienveillance et
sa bénédiction.
Le présent mémoire n’a pu être réalisé sans l’inestimable contribution de plusieurs personnes
a qui nous adressons nos vifs remerciements. Malgré leurs multiples obligations, elles ont su
renoncer à une large partie de leur temps pour nous encadrer et nous guider. Aussi, nous
tenons à exprimer nos sincères reconnaissances à :

- Monsieur ANDRIANTSIMAHAVANDY Abel, Professeur titulaire, Président de


l’université d’Antananarivo.
- Monsieur RANOVONA Andriamaro, Maître de conférence, Doyen de la faculté de Droit,
d’Economie, de Gestion, et de Sociologie.
- Monsieur ANDRIAMASIMANANA Origène Olivier, Maître de conférence, Chef de
département Gestion de la faculté Droit, d’Economie, de Gestion, et de la Sociologie.
- Madame ANDRIANALY Saholiarimanana, Professeur titulaire, Directeur de Centre
d’étude et de recherche en Gestion.
- Monsieur ANDRIANTSEHENO Lodvig, enseignant chercheur, qui nous a autorisé à
soutenir ce mémoire.
- Monsieur RAKOTONDRAVOHITRA Danielina Nisa, Directeur des Normes, du Contrôle
et du Suivi au Ministère du Tourisme et de l’Artisanat, mon encadreur professionnel qui a
bien voulu m’assister pendant l’élaboration de ce mémoire.
- Tous les enseignants permanents et vacataires ainsi que le personnel administratif et
technique de l’université d’Antananarivo qui ont apporté leurs aides au cours de nos
formations théoriques.

A tous ceux qui m’ont soutenu de près ou de loin à l’élaboration de cet ouvrage.
SOMMAIRE

REMERCIEMENTS
SOMMAIRE
LISTE DES ABREVIATIONS
LISTES DES TABLEAUX
LISTES DES GRAPHIQUES
LISTE DES SCHEMAS
INTRODUCTION.................................................................................................................. 1
PREMIERE PARTIE : IDENTIFICATION DU PROJET........................................................ 4
CHAPITRE I : PRESENTATION DU PROJET ............................................................... 6
Section I : Historique du projet ...................................................................................... 6
Section II : Caractéristiques du projet .......................................................................... 10
CHAPITRE II : ETUDE DE MARCHE .......................................................................... 12
Section I : Analyse de la demande ............................................................................... 13
Section II : Analyse de l’offre ...................................................................................... 17
Section III : Part de marché.......................................................................................... 20
Section IV : Stratégie et politique marketing ............................................................... 22
CONCLUSION DE LA PREMIERE PARTIE.................................................................... 28
DEUXIEME PARTIE : ETUDE DE FAISABILITE TECHNIQUE ET
ORGANISATIONNELLE DU PROJET ................................................................................. 29
CHAPITRE I : TECHNIQUE DE REALISATION ........................................................ 31
Section I : Techniques de construction de bâtiment..................................................... 31
Section II : Techniques d’approvisionnement et de stockage ...................................... 36
Section III : Identification des moyens ........................................................................ 40
CHAPITRE II : CAPACITE D’ACCUEIL ..................................................................... 43
Section I : Les différents facteurs d’accueil ................................................................. 43
Section II : Evolution du chiffre d’affaire et de l’accueil envisagé ............................. 45
CHAPITRE III : ETUDE ORGANISATIONNELLE ..................................................... 47
Section I : Structure Organisationnelle ........................................................................ 47
Section II : Planning du Projet ..................................................................................... 50
Section III: Gestion du personnel................................................................................. 51
CONLUSION DE LA DEUXIEME PARTIE ..................................................................... 54
TROISIEME PARTIE : ETUDE DE FAISABILITE FINANCIERE DU PROJET ............... 55
CHAPITRE I : LES MONTANTS DES INVESTISSEMENTS INITIAUX .................. 57
Section I : Le fonds de roulement initial ...................................................................... 57
Section II : Plan de financement .................................................................................. 59
Section III : Tableau de remboursement des dettes : ................................................... 61
CHAPITRE II : ANALYSE DE LA RENTABILITE ET ETUDE DE FAISABILITE.. 63
Section I : Compte de gestion ...................................................................................... 63
Section II : Le compte de résultat prévisionnel............................................................ 64
Section III : Le plan de trésorerie................................................................................. 65
Section IV : Bilan prévisionnel .................................................................................... 67
CHAPITRE III : EVALUATION DU PROJET .............................................................. 69
Section I : Evaluation Financière ................................................................................. 69
Section II: Evaluation économique .............................................................................. 75
Section III : Evaluation sociale .................................................................................... 76
Section IV : Cadre Logique.......................................................................................... 77
CONCLUSION DE LA TROISIEME PARTIE .................................................................. 79
CONCLUSION GENERALE .............................................................................................. 80
BIBLIOGRAPHIE
LISTES DES ANNEXES
TABLE DES MATIERES
LISTE DES ABREVIATIONS

Ar : Ariary
CA : Chiffre d’Affaires
CAF : Capacité d’Autofinancement
CIC : Carte d’immatriculation des contribuables
DRCI : Délai de Récupération des Capitaux Investis
EBE : Excèdent Brut d’Exploitation
FIG : Figure
HT : Hors Taxes
IR : Impôts sur le Revenu
IP : Indice de Profitabilité
MBA : Marge Brute d’Autofinancement
MMB : Matériel et Mobilier de Bureau
NIF : Numéro d’identification Fiscale
ONTM : Office National du Tourisme
ORT : Office Régional du Tourisme
SARLU : Société Anonyme à Responsabilité Limitée Unipersonnelle
TRI : Taux de Rentabilité Interne
VAN : Valeur actuelle nette
LISTES DES TABLEAUX

Tableau n°01 : Evolution des arrivées des visiteurs aux frontières.......................................... 15


Tableau n°02 : La durée moyenne de séjour (en jour) ............................................................. 16
Tableau n° 03 : Nombre de chambres des hôtels à Ambila Lemaitso et ses proximités.......... 18
Tableau n°04 : Evolution de l’offre en matière d’hôtellerie à Madagascar ............................. 19
Tableau n°05 : Evolution de l’offre en matière d’hôtellerie de la ville de Ambila Lemaitso .. 20
Tableau n°06 : Pourcentage d’occupation des sites ................................................................. 21
Tableau n° 07 : Nombre du Personnel de PANGALANA HOTEL......................................... 42
Tableau n° 08: Capacité d’accueil de PANGALANA HOTEL............................................... 45
Tableau n° 09 : Description de la vente de l’année N.............................................................. 46
Tableau n° 10 : Chronogramme du projet................................................................................ 51
Tableau n° 11 : Achat de marchandises ................................................................................... 57
Tableau n° 12: Salaires (en Ariary).......................................................................................... 58
Tableau n° 13 : Récapitulation du Fonds de Roulement Initial (en Ariary) ............................ 59
Tableau n° 14 : Les investissements (en Ariary)...................................................................... 60
Tableau n° 15: Plan de financement (en Ariary)...................................................................... 61
Tableau n° 16 : Tableau de remboursement de dettes (en Ariary)........................................... 62
Tableau n° 17 : Evolution des charges (en Ariary) .................................................................. 63
Tableau n° 18 : Prix de la nuitée et de menu............................................................................ 64
Tableau n° 19 : Prévisions de chiffres d’affaires annuelles (en Ariary) .................................. 64
Tableau n° 20 : Compte de résultat prévisionnel pour les 5 premières années (en Ariary) ..... 65
Tableau n° 21 : Tableau de trésorerie (en Ariary).................................................................... 66
Tableau n° 22 : Bilan d’ouverture (en Ariary) ......................................................................... 67
Tableau n° 23 : Bilan prévisionnel sur les 5 années à venir (en Ariary).................................. 68
Tableau n° 24 : Ratio de rentabilité globale............................................................................. 69
Tableau n° 25 : Ratio de rentabilité financière......................................................................... 70
Tableau n° 26: Capacité d’autofinancement (en Ariary) ......................................................... 71
Tableau n° 27 : Ratio de résultat financier............................................................................... 72
Tableau n°28: Les Marges brutes d’autofinancement actualisées ........................................... 73
Tableau n°29 : Tableau de taux de rentabilité interne.............................................................. 73
Tableau n°30 : Cadre logique................................................................................................... 78
LISTES DES GRAPHIQUES

Graphique n°1 : Localisation cartographique d’Ambila Lemaitso ............................................ 8


Graphique n°2 : Evolution des arrivées des visiteurs aux frontières pendant les 5 dernières
années ....................................................................................................................................... 15
Graphique n°3 : Répartition des Touristes par activité ............................................................ 16
Graphique n°4 : Evolution du nombre d’hôtels et du nombre de chambres ............................ 19
Graphique n°5 : Part de marché ............................................................................................... 22

LISTE DES SCHEMAS

Schéma n°1 : Aspects internes et externes de la politique de prix........................................... 25


Schéma n°2 : Processus d’approvisionnement......................................................................... 37
Schéma n°2 : Processus du service hébergement..................................................................... 44
Schéma n°3 : Processus du service restauration....................................................................... 45
Schéma n°4 : Organigramme de PANGALANA HOTEL ...................................................... 48
1

INTRODUCTION

Le tourisme, est actuellement le troisième secteur dans les échanges


mondiaux, après le secteur du pétrole et la fabrication des engins automobiles. C’est
l’une des principales sources de devises, d’emplois pour les pays en voie de
développement. Il constitue un puissant outil de développement, stimulant la
croissance économique et la diversification de l’économie, contribuant a l’allégement
de la pauvreté et offrant la possibilité d’établir également des liens en amont et en
aval avec d’autres secteurs de productions et de services.
Véritable carrefour international, le tourisme est l’art de bien voyager de
découvrir un autre monde et de profiter de la beauté de la nature. Madagascar est
entré dans une période de mutation, qui doit lui permettre de s’ouvrir au monde
extérieur, et de rentrer dans une économie de marché. Soutenu par la politique du
Ministère du Tourisme et de l’Artisanat, qui veille à maîtriser les conséquences et
l’évolution à moyen et à long terme, le secteur tourisme, est donc en phase de
croissance rapide. En réalité, la relance des activités touristiques permet de
sauvegarder l’environnement naturel et de préserver l’identité socioculturelle de la
population malgache, assure aussi la durabilité de son exploitation à des fins
touristiques.
Le tourisme a des atouts considérables à Madagascar, car l’environnement
est encore globalement respecté. La réussite de ce secteur repose sur la qualité de
cet environnement, et notamment sur la sauvegarde des milieux naturels les plus
spécifiques, autour desquels se bâtit dès aujourd’hui une politique de tourisme
durable y compris l’écotourisme.
A Madagascar la pauvreté est très répandue, d’où la pression faite sur les
ressources naturelles locales. Le tourisme pourrait susciter des externalités positifs.
L’environnement, l’écologie sont les facteurs importants du développement
touristique, ce sont les éléments moteurs du tourisme. L’avantage sera donc de
pouvoir développer le tourisme écologique en combinant la gestion et la production
du patrimoine écologique naturel, exceptionnel du pays avec un tourisme de
découverte et surtout la protection de la biodiversité. Le secteur touristique offre une
chance de sortir de la pauvreté, grâce aux atouts considérables que notre pays
dispose ; et comme le capital touristique est étalé dans toute l’île, le tourisme crée
des poches de croissance économique dans les régions qui n’ont pas d’autres
2

sources de revenus ou d’emplois. Le tourisme contribue à pallier le développement


économique par le biais des activités très diversifiés de ce secteur.
Optimiste, la politique de relance économique à Madagascar a beaucoup misé
sur ce secteur considéré comme porteur, pour améliorer le climat de l’économie
nationale. Cependant des problèmes subsistent, notamment la crise, le manque
d’infrastructures d’accueil, vu le niveau qui ne correspond pas totalement aux
besoins d’une clientèle particulièrement exigeante.
Cette manque d’infrastructure est surtout constatée dans les zones les plus
visitées par les touristes. Comme le cas de la tronçon de route menant vers
Brickaville et Ambila Lemaitso laquelle demeure impraticable en saison de pluie.
Située dans l’Est de la grande île, Ambila Lemaitso s’avère être une
destination touristique importante que ce soit pour les nationaux, mais surtout pour
les étrangers. A part les belles plages, les beaux sites qui la spécifient, ses terres
fertiles, et ses matières premières qui abondent, il possède aussi de vastes étendues
de terres non encore exploitées.
Avec l’appui de notre recherche sur cette filière, la volonté de participer au
développement de cette localité et de notre pays, on a choisi ce thème qui a trait au
développement économique pour notre mémoire de maîtrise. Ainsi ce présent
ouvrage aura pour titre : « PROJET DE CREATION D’UN COMPLEXE HOTELIER
A AMBILA LEMAITSO DENOMME « PANGALANA HOTEL » »
La problématique consiste à montrer que le projet est pertinent et
rentable. Ce projet est d’actualité dans la mesure où il consisterait en une des
priorités du gouvernement, et celle des partenaires techniques et financiers.
Maintenant que la promotion de la destination Madagascar au niveau international
est en marche, il faut que tout projet de ce type entreprenne des actions visant à
vendre le pays auprès des grands réservoirs de touristes. Toutefois, tout projet
nécessiterait de l’appui financier tant sur le plan investissement que fonctionnement.
Pour gagner la confiance des banquiers, il est indispensable de justifier l’utilisation
des crédits demandés et surtout de souligner l’analyse de la rentabilité du projet.
Le projet s’implique aussi bien dans la demande que dans l’offre touristique.
Le projet identifie également les sites et s’occupe de la sécurisation foncière. La
nouvelle loi sur l’investissement actuellement en préparation autorise l’optimisme
dans ce volet crucial de développement touristique qui sont les infrastructures
3

d’accueil, car la localité d’Ambila Lemaitso sera appelée à profiter des opportunités
ainsi offertes.
Il serait intéressant de savoir dans quelle mesure la création de ce projet
pourrait avoir des impacts sur la population. Les produits touristiques à lancer ont les
prestations de service offertes aux bungalows du complexe, sa restauration, et les
techniques de marketing sur la campagne promotion du complexe, et la notoriété de
cette zone
Durant la recherche, nous avons utilisé les ressources documentaires dans
les différentes institutions pour le tourisme : Office Régionale du Tourisme (ORT) de
Toamasina, Ministère du Tourisme et de l’Artisanat, et les enquêteurs auprès des
professionnels du tourisme (des hôteliers et restaurants, tours operator). La méthode
d’observation par les documents sonores (reportage des chaînes de télévisions
internationales comme M6 et TF1, des émissions pertinentes à l’économie en
générale et au tourisme en particulier.

Tout cela a suscité notre choix pour l’établissement de ce projet de


contribution d’entreprise hôtelière à Ambila Lemaitso, à l’entrée de la ville.

Ainsi, notre présent ouvrage comporte trois parties dont :


La première est consacrée à l’identification du projet sous deux points en l’occurrence
la présentation du projet et l’étude du marché ; la deuxième détaille la conduite du
projet autour de trois volets à savoir la technique de réalisation, la capacité d’accueil et
l’étude organisationnelle et enfin la troisième et dernière partie traite la partie financière
basée respectivement sur le montant des investissements initiaux, l’étude de
faisabilité et l’évaluation du projet.
4

PREMIERE PARTIE : IDENTIFICATION DU


PROJET
5

On entend par « Projet » l’ensemble des activités ou opérations


interdépendantes à réaliser dans un délai déterminé à l’aide des moyens et
ressources limités mis en œuvre de façon ordonnée afin d’atteindre un ou plusieurs
objectifs et dont la société ou les collectivités ou les individus attendent des
avantages monétaires ou non1. De ce fait, un projet est donc soumis à une triple
contrainte à savoir le temps, les ressources et les techniques.

Cette partie spécifie les objectifs que l’entreprise se propose d’atteindre en


termes de volume d’affaires, de part de marché et de profit. Dans cette partie il est
aussi nécessaire de définir plus précisément les éléments de base de toutes les
activités.

A travers cette première partie nous allons monter que le projet est pertinent.
Les objectifs seront alors de déterminer la clientèle cible ainsi que la part de
marché .Pour ce faire, nous allons d’abord présenter le projet qui mettra en évidence
son historique et ses caractéristiques, ensuite nous allons effectuer l’analyse du
marché à partir de laquelle nous allons déterminer la stratégie marketing à adopter.
Et à la fin de cette partie, nous montrerons qu’il existe des clients justifiant la création
de l’hôtel

1
Economie d’entreprise, 1ère G, D. Larue 1988-1989, p65
6

CHAPITRE I : PRESENTATION DU PROJET

Ce chapitre sera consacré à la présentation du projet c’est à dire faire


connaître l’origine en découvrant respectivement son historique, le lieu d’implantation
où ses activités seront mises en œuvre et réalisées, ses objectifs généraux et
spécifiques à travers sa description et l’indication de ses caractéristiques
essentielles.
Ce chapitre montre la vue générale du projet. Il parle de l’entreprise et de ses
caractéristiques.

Section I : Historique du projet

Cette partie nous donne une vue générale sur la mission et la réalisation du
projet, que nous allons distinguer en sous section.

1.1 Objectifs du projet

L’objectif principal de notre projet consiste à promouvoir le secteur tourisme


dans la région en créant une entreprise hôtelière respectant les normes
internationales. En d’autres termes, le projet doit faire en sorte de créer l’envie chez
les étrangers de visiter ne serait-ce qu’une fois la région et c’est après que la
machine de fidélisation se mettra en route. En outre, en tant que projet à but lucratif,
l’objectif est aussi la croissance du chiffre d’affaire de façon durable en vue
d’accroître les investissements.
Il s’agit aussi d’améliorer le secteur tourisme, le développement du tourisme
écologique. Nos activités visent également à rehausser le niveau des activités
touristiques, à améliorer le marketing de destination Madagascar et à préserver les
zones d’intérêts touristiques.

L’objectif de ce projet est pour l’entreprise, d’accroître sont profit ; pour


Madagascar, d’accroître sa valeur ajoutée par les entrées de devise, d’accélérer
l’augmentation du taux de croissance économique à l’aide des impôts en taxes
payées par l’entreprise ; pour la région, d’accroître le nombre des infrastructures
hôtelières. Les fournisseurs pourront vendre leurs produits de façon rapide grâce à
7

nos achats d’intrants ou de produits finis par les besoins de notre clientèle, cela
implique une augmentation rapide de leurs chiffres d’affaires. Les clients peuvent
avoir les meilleures satisfactions vis-à-vis de nos produits et de nos services. Et la
création de ce projet permettra de générer des emplois pour la population.

1.2 Description du projet

Le projet consiste à créer une entreprise hôtelière dénommée « PANGALANA


HOTEL ». Le nom vient en effet du fait que le lieu d’implantation de l’Hôtel sera à
Ambila Lemaitso, un petit village de la côte est de Madagascar ouvert sur l'Océan
Indien. Idéalement situé entre l'océan et le Canal des Pangalanes.
En empruntant la route nationale 2 ralliant Antananarivo à la ville portuaire de
Toamasina, il faut traverser le pont de Brickaville. Une discrète bifurcation mènera
vers la bourgade d’Ambila Lemaitso. La piste est tortueuse et il faudra patienter lors
de la traversée en bac avant d’y arriver.Le parcours qui y mène est un subtil mélange
de senteurs tropicales émanant des girofliers. Prochainement, Ambila sera de
nouveau desservi par les trains de Madarail, facilitant l’accès à la région.
A partir d’Ambila Lemaitso, il est possible d’atteindre le Lac Rasoabe ainsi
que le village de Manambato.

L’entreprise que nous allons créer a pour mission d’offrir aux visiteurs des
moyens d’hébergement à un prix très compétitif, adapté à différentes bourses avec
un service de restauration répondant aux besoins des clients.
Les cinq premières années de l’exploitation seront surtout marquées par
l’activité de l’hôtellerie et restauration. Donc, le présent mémoire devra en illustrer la
faisabilité économique et financière.

La carte ci après montre la localisation géographique d’Ambila Lemaitso ou


sera implanté notre complexe hôtelier.
Nous constatons que le site d’Ambila Lemaitso est à 277 km d’Antananarivo et
à 125 km de Toamasina. Les touristes, clients potentiels auront à faire uniquement
22 km de route secondaire.
8

Graphique n°1 : Localisation cartographique d’Ambila Lemaitso

Source : Foiben- Taosaritanin’i Madagasikara

Dans la région Atsinanana, le district de Brickaville se trouve à 255 km de la


ville d’Antananarivo vers l’Est et Ambila Lemaitso se situe à 22 km de Brickaville.
9

1.3 Analyse de situation

La région de Ambila Lemaitso est choisie comme lieu d’implantation après une
analyse SWOT, c'est-à-dire analyse sur sa force, ses faiblesses, les opportunités et
les menaces qui peuvent éventuellement se présenter.

1.3.1 Forces

Nous avons choisi la région de Ambila Lemaitso comme lieu d’implantation de


l’entreprise, grâce à ses potentialités touristiques énormes, si l’on ne tient compte
que des paysages extrêmement variés et très originaux, une flore riche en espèce
végétale réputée pour ses vertus aux qualités pharmaceutiques et médicales très
importantes, et une faune remarquable telle que les Lémuriens.
Les plages d’Ambila Lemaitso sont immenses et feront le bonheur des
adeptes du bronzage à ces moments où le soleil brille. Si la mer démontre sa force
en formant d’immenses vagues, le Canal est d’une placidité imperturbable. Le Canal
est un lieu de baignade idéal, avec un niveau de profondeur variable et une largeur
suffisante.
D’ailleurs, Ambila Lemaitso est classé au second rang parmi les pôles
touristiques de Madagascar. Cette région est aussi une ville industrielle et agricole
qui peut offrir des atouts dans le domaine des affaires telles que l’existence du port
qui favorise l’exploitation des produits locaux (maïs, coton, pois de cap, etc.) et
surtout l’exploitation des différentes ressources minières dans la région. De ce fait,
cet hôtel que nous voulons mettre en place ne peut être qu’un élément
complémentaire à cet environnement.

1.3.2 Faiblesses

L’éloignement géographique pourrait élever le coût de transport des matériels.


Le problème d’adduction d’eau et la panne d’électricité accusent un handicap très
important pour la région et ses périmètres environnants. La législation en vigueur ne
permet pas la libre implantation au dépit des bonnes idées de construction des
investisseurs. Enfin, la route menant vers Brickaville et Ambila Lemaitso, en mauvais
état, pose beaucoup de problème
10

1.3.3 Opportunités

Le projet de développement de la région favorise le secteur touristique


permettant à la lutte contre la pauvreté. Ce qui favorise la création d’emploi, la
rentrée de devise étrangère effectuée par les touristes et l’augmentation des recettes
fiscales
La part de marché est encore considérable pour un hôtel qui suit les normes
internationales comme celui que nous voulons mettre en place
La création de cette entreprise montre une bonne image de la région

1.3.4 Menaces

Des menaces sont à considérer, telles que la forte augmentation de coût de la


matière première ; la concurrence déloyale faite par des propriétés privées,
l’apparition éventuelle de crise économique et politique ; la sûreté et l’insécurité des
touristes.

Section II : Caractéristiques du projet

Dans cette section, nous montrerons que pour bien appréhender le besoins de
la clientèle, il est indispensable d’aborder les principales activités qui seront
développées dans le projet, il s’agit ici des produits hôteliers.
Et pour mener ce projet à bonne fin, il est nécessaire de déterminer les
aspects juridiques de l’entreprise à créer.

2.1 Activité de l’entreprise

En matière d’activité, le projet PANGALANA HOTEL consiste à l’exploitation


d’un établissement hôtelier, comprenant des chambres d’hébergement et un lieu de
restauration.
PANGALANA HOTEL propose à ses clients d’une part, le confort d’un hôtel de
catégorie «UNE ETOILE » ayant une capacité de 20 chambres de type
BUNGALOW, ventilés, salle d’eau et sanitaire privé, eau chaude. Et d’autre part, une
grande salle de restauration
11

La présentation de l’hôtel se fait comme suit :


- Un bâtiment principal renfermant : une grande salle d’une capacité de 70
personnes et destinée à la restauration ; une salle d’accueil pour la réception et le
salon ; une zone de circulation (couloirs, allées, etc.) desservant les chambres et les
différents locaux ouverts à la clientèle ; un bureau pour l’administration ; une salle de
stockage pour les boissons et les produits périssables ; un local destiné à entreposer
les linges nécessaires pour l’exploitation de l’établissement ; deux petites salles
destinées aux vestiaires des employés ; une salle sanitaire comprenant une douche,
deux toilettes, et deux lavabos.
- 20 bungalows sont placés dans deux endroits, dont 10 au côté gauche du
bâtiment principal, et 10 de l’autre côté. Chacun des bungalows ornementés d’un
beau jardin pour obtenir un environnement agréable se place sur une surface de
30m², et est équipé : d’eau chaude, d’un climatiseur, d’une salle d’eau privatisée et
d’un WC privatif. Les allées seraient aménagées de manière à garantir l’absence de
boues et de flaque d’eau.
- Un parking aménagé qui pourrait assurer 25 véhicules

Nous tenons à signaler que PANGALANA HOTEL ne limitera pas ses activités
à la seule exploitation hôtelière dans le cadre de ce projet mais pratiquera des
activités annexes comme la location de voitures et de quads, location de matériels
de plongée, pour donner une bonne satisfaction aux clients. Mais pour les cinq
premières années, ces productions annexes sont assurées par des sous traitants
avec des prix administrés par l’hôtel.

2.2 Forme juridique

La forme juridique est obligatoire dans la mesure où la constitution de la


nouvelle société est régie par la loi et les règlements en vigueur sur tout le territoire.
Au début la forme juridique de l’établissement est une entreprise Individuelle,
car ce type de statut ne fixe pas de capital ni de nombre d’associés. La
responsabilité de l’entrepreneur individuel (seul) est totale et indéfinie sur les biens
personnels. Il a une totale liberté de gestion et de décision. Ainsi il profite seul au
bénéfice de l’entreprise. Cependant les perspectives de développement sont limitées
12

parce que l’entreprise est dépendante des facteurs d’instabilités liés à la situation
personnelle de l’entrepreneur : maladie, décès…
Mais après quelques années d’activités, la société peut se transformer en
S.A.R.L.U (Société Anonyme à Responsabilité Limitée Unipersonnelle). En effet, le
capital minimum doit être de Ar 1 000 000 et qui doit être obligatoirement déposé
auprès d’un notaire ou d’une banque dans un compte courant. La nôtre aura un
Capital : 2.000.000 Ar. L’avantage de cette entreprise réside dans la responsabilité
de l’employeur seul qui est limité aux apports. L’apport minimum c'est-à-dire la valeur
minimum d’une part sociale est de Ar 20 000 avec la durée maximum de 99 ans.
Ainsi notre entreprise s’appelera donc :
Dénomination : PANGALANA HOTEL
Capital : Ar 2 000 000
Siège Social : Ambila Lemaitso
Durée de vie : fixée à 99 ans.

Au titre de sa régularité vis-à-vis des formalités administratives et fiscales, il y


aura lieu d’obtenir respectivement les coordonnées en matière de taxe, NIF,
identification, immatriculation.
Il s’agit de Taxe professionnelle pour chacune des 5 années ou exercices
couvrant ce projet. Le Numéro d’identification fiscale ou CIC (Carte d’immatriculation
des contribuables) est à récupérer auprès du centre fiscal concerné. L’identification
statistique est mentionnée sur une carte qui est délivrée auprès de l’Institut National
de la Statistique-Anosy. Enfin, l’immatriculation au RCS (Registre de Commerce et
Sociétés) dont les formalités peuvent être accomplies au bureau du tribunal du
commerce d’Antananarivo constitue en dernier lieu les coordonnées du complexe
hôtelier.

Après avoir présenter le projet à travers son historique et ses caractéristiques,


le chapitre qui va suivre, procèdera à l’analyse du marché qui est indispensable pour
bien cerner les clientèles cibles ainsi que leurs besoins et aussi pour déterminer la
part de marché que nous pouvons acquérir.

CHAPITRE II : ETUDE DE MARCHE


13

Pour pouvoir influencer les clients cibles, il faut d’abord bien les connaître. Tel
est l’objet de marché, qui constitue le fondement de toutes les décisions de
marketing et à laquelle seront consacrés les paragraphes suivants.

Mais qu’est ce qu’un marché ?


D’une manière simple, un marché est un ensemble des publics susceptibles
d’exercer une influence sur les ventes d’un produit et/ou d’un service1 On emploie
souvent le terme marché pour caractériser, d’une manière synthétique, l’importance,
la structure et les tendances d’évolution des ventes d’un produit et/ou d’un service.
Dans le cadre de cette définition, l’étude de marché consiste à recueillir et à analyser
un petit nombre de donnée de base sur les ventes d’un produit et/ou d’un service.

Une étude de marché est un travail complexe mettant en causes de


nombreuses variables comme les véritables motivations du consommateur, les
conditions du marché pouvant évolué tant du côté de la demande que l’offre
concurrentielle. Pour ce faire nous allons voir successivement l’analyse de la
demande, l’analyse de l’offre et les politiques et stratégies marketing à adopter..

Section I : Analyse de la demande

L’analyse de la demande est une étape importante pour l’étude de marché.


Elle permet de connaître le service le plus recherché ou pas encore existant dans le
marché, elle permet aussi de donner une satisfaction totale aux consommateurs, qui
adaptent au quotidien des slogans tel : « consommer mieux », « consommer
intelligemment », le souci de comparer, de chercher la meilleure affaire qui se
développe auprès d’eux même.
La consommation touristique est définie comme : « l’ensemble des biens et
des services consommés par les touristes pendant son déplacement, ainsi que des
services rendus par des organismes concourant directement au développement
touristique (accueil, promotion, administration) »2

1 Jacques LENDREVIE ; Denis LINDON ; Romain LAUFER, 3ème édition Dalloz Gestion Marketing,
MERGATOR ; Théorie et Pratique du Marketing, 1983, p.511.
2
Pierre PY, Le Tourisme, un phénomène économique, nouvelle édition, Paris 2002, p73
14

1.1 Présentation de la demande

D’une manière générale, la « demande » recouvre, dans le secteur du


tourisme, deux acceptations différentes : la demande potentielle et la consommation.
Par « demande », il faudrait plutôt entendre clientèle potentielle, c'est-à-dire les
personnes se déplaçant périodiquement hors de leur domicille, de façon temporaire,
pour des voyages d’agrément, à l’exception des séjours professionnels. On l’évalue
en recensant le nombre d’arrivées soit aux frontières (tourisme international), soit
dans les moyens d’hébergement (demande touristique internationale et nationale)1

La demande en matière d’hôtellerie sur la région d’Ambila Lemaitso est


diversifiée selon la catégorie de client. Les autorités ont mis en place une vraie
offensive de charme pour donner une nouvelle image à la région. La réhabilitation
des routes goudronnées dans la ville, la mise en valeur de la présence d’une unité
physique et humaine tout à fait remarquable, mais c’est le climat semi-aride qui est le
plus déterminant : cette région de plateaux et de plaines fait partie des régions
sahéliennes.
Enfin la mise en place de dispositif de sécurité fera apparaître la destination
sûre de cette localité

1.2 Evolution de la demande

Nous analyserons la demande globale en matière hôtelière à Madagascar en


utilisant les donnés statistiques du Ministère du Tourisme. Donc, le tableau suivant
nous montre l’évolution des arrivées des visiteurs non résidents aux frontières de
Madagascar.

1
Lanquar R., Collection « QUE SAIS-JE », Paris, 4è édition, p17
15

Tableau n°01 : Evolution des arrivées des visiteurs aux frontières


2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010
Janvier 12 011 16 590 19 908 20 138 23 594 18 785 17 910
Février 10 019 13 751 16 089 16 639 18 593 9 526 11 087
Mars 12 981 18 734 22 294 23 834 25 975 11 172 13 645
Avril 17 062 22 005 24 667 25 752 27 850 11 670 13 925
Mai 21 172 22 548 25 765 26 354 28 775 12 467 14 387
Juin 19 473 25 418 23 733 28 857 31 698 13 624 15 849
Juillet 26 970 28 943 31 956 34 104 37 850 14 351 19 540
Août 25 109 27 215 30 628 36 714 37 300 14 487 18 650
Septembre 22 361 27 280 32 165 32 213 35 845 13 270 17 307
Octobre 21 568 26 097 32 364 34 231 37 390 15 295 18 295
Novembre 20 489 24 792 28 511 32 612 35 315 13 740 17 257
Décembre 19 569 23 678 23 650 32 900 34 825 14 300 18 200
TOTAL 228 784 277 051 311 730 344 348 375 010 162 687 196 052
Source: Ministère du Tourisme et de l'Artisanat
Ce tableau nous montre une évolution de taux de croissance annuel moyen
de 11,9% jusqu’en 2008.
On remarque que chaque année, le pic s’observe sur la période des grandes
vacances (Juillet - Septembre) avec une arrivée moyenne de 27 092 touristes par
mois
Graphique n°2 : Evolution des arrivées des visiteurs aux frontières
pendant les 5 dernières années

40 000
35 000
30 000 2006
25 000 2007
20 000 2008
15 000 2009
10 000 2010
5 000
-
ce r e
Fé r
r

in

t
r il

e
ai

pt ût

O bre

ve e
s
ie
ie

ille

br
ar

No o br
Ju

Dé mb
Av

Se Ao
vr
nv

Ju

m
M

em
Ja

ct

Source: Ministère du Tourisme et de l'Artisanat

Le chiffre commence à diminuer en 2009 car à cause de la crise, les étrangers


ont hésité à venir à Madagascar. L’on note cependant une baisse de 57% du nombre
16

visiteurs par rapport à l’année 2008. Mais actuellement, grâce aux efforts déployés
par le gouvernement ainsi que les stratégies des différents établissements hôteliers,
les étrangers commencent à revenir petit à petit. Si durant l’année 2009, le nombre
de visiteurs est de 162 687, en 2010 celui-ci est de 196 052, soit une augmentation
de 27%.

Voici donc quelques tableaux d’appuis pour la demande


Tableau n°02 : La durée moyenne de séjour (en jour)
2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010
Pays (j) 20 20 17 17 17 21 21
Hôtel (j) 4 4 4 4 4 4 4
Source: Ministère du Tourisme et de l'Artisanat
Si les touristes sont nombreux, ils ne passent pas plus de 4 jours en moyenne
dans le même hôtel, l’on constate un fort déplacement des touristes dans les
grandes villes.

Madagascar dispose d’une grande potentialité touristique pour satisfaire les


différentes attentes des touristes.
Le graphique ci après montre la répartition des arrivées des touristes par
activité.
Graphique n°3 : Répartition des Touristes par activité

Taux

8%
15% Ecotourisme
Soleil et plage
Activités culturelles
55%
19% Sportd et aventures

Source: Ministère du Tourisme et de l'Artisanat


17

Les touristes à titre principal concernent 63% des cas. Autrement dit, les tiers
font du tourisme à titre accessoire.
Les ressources naturelles du pays en ce moment, considérées comme un
produit touristique, se vendent les mieux ; 55% des activités qui intéressent les
touristes concernent l’écotourisme suivi de près par le tourisme balnéaire.

En matière de l’hôtellerie, il ne faut pas oublier les clients locaux comme les
missionnaires, les hommes d’affaires, les familles qui veulent passer les vacances
dans un endroit calme et touristique. Donc, PANGALANA HOTEL sera fier de
présenter ses qualités de service suivant les normes internationales.

Section II : Analyse de l’offre

« L’offre désigne la quantité des biens et services que les vendeurs sont prêts
à vendre pour un prix donné »1. L’offre touristique peut être définie comme étant
l’ensemble des biens et services proposés aux touristes pour satisfaire leur
demande. Soulignons que ces produits ont une particularité du fait que les
consommateurs doivent se déplacer pour pouvoir être satisfait en conséquence
acheter ses produits durant leur voyage.

L’analyse de l’offre retracera les qualités des produits et services à offrir, ce


que notre établissement est prêt à vendre pour un prix donné. Donc l’offre du marché
s’apprécie par son importance, c'est-à-dire dépend de la capacité d’accueil des
hôtels existants et ses produits.

2.1 Caractère de l’offre sur le marché

Avant tout, nous allons analyser l’offre globale en matière d’hôtellerie à


Madagascar.
Les restaurants sont classés en catégorie allant de un à trois « RAVINALA »
et de une à cinq « ETOILES ».

1
Economie d’entreprise, 1ère G, D. Larue 1988-1989, p73
18

Les hôtels, les motels, sont classés en catégorie allant de un à trois «


RAVINALA » et de une à cinq « ETOILES ».
L’hébergement touristique est classé en 3 groupes d’établissement :
Groupe I : Hôtel 1ère et 2ème catégorie qui sont les hôtels de type 4 à 5 étoiles
Groupe II : Hôtel de 3ème catégorie qui sont les hôtels de type 2 à 3 étoiles
Groupe III : Hôtel de 4ème et 5ème catégorie qui sont les hôtels de type une
étoile, Ravinala.

Mais en parlant de la ville d’ Ambila Lemaitso, on trouve des hôtels de


différentes catégories qui sont illustrés dans le tableau ci-dessous.

Tableau n° 03 : Nombre de chambres des hôtels à Ambila Lemaitso et


ses proximités
Classement Nombre de chaque type d'établissement
des Hôtel
établissements Restaurant Restaurant Hôtel
3 étoiles 0
2 étoiles 1 2
1 étoiles 1
3 Ravinala 2 3
2 Ravinala 3 3 2
1 Ravinala 1
Non classé - - -
Source: Ministère du Tourisme et de l'Artisanat

Nous remarquons que la région d’Ambila Lemaitso ne dispose pas beaucoup


d’hôtels et de restaurants classés dans la catégorie d’étoile. Seuls deux hôtels ont la
catégorie d’étoile et les restes sont tous classés dans la catégorie de Ravinala. Des
petits hôtels ne disposent pas assez d’espace pour la restauration.
19

2.2 Evolution de l’offre sur le marché

L’offre globale, sur le marché hôtelier à Madagascar se présente ainsi,


Tableau n°04 : Evolution de l’offre en matière d’hôtellerie à Madagascar
2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010
Nombre d'hôtels 853 937 1 015 1 181 1 292 1 396 1 573
Nombre d'EVPT 589 709 755 825 861 902 967
Nombres de
chambres 10 230 10 879 11 872 13 340 14 443 16 055 17 612
EVPT: Entreprise de Voyages et de Prestations Touristiques
Source: Ministère du Tourisme et de l'Artisanat
En 2010, le pays compte 1 573 établissements hôteliers avec 17 612
chambres. Malgré ce chiffre, la répartition de chaque région n’est pas équitable et on
a fait des remarques sur l’insatisfaction des clients à cause de non respect de norme.
Ce sont les majeures faiblesses pour la promotion du tourisme à Madagascar.

Graphique n°4 : Evolution du nombre d’hôtels et du nombre de


chambres

20 000
18 000
16 000
14 000
12 000 Nombre d'hôtels
10 000 Nombre d'EVPT
8 000 Nombres de chambres
6 000
4 000
2 000
-
2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010

Source: Ministère du Tourisme et de l'Artisanat

Le graphique nous montre que le nombre d’hôtels ne cesse d’augmenter


durant les cinq dernières années et par conséquent le nombre de chambres évolue.
On note une hausse moyenne de 11% du nombre d’hôtels et de 8% pour le nombre
de chambres. Cette évolution connaît un pic de 16% en 2007 pour les hôtels.
20

L’évolution de l’offre sur la ville de Ambila Lemaitso se présente comme suit.

Tableau n°05 : Evolution de l’offre en matière d’hôtellerie de la ville de


Ambila Lemaitso
2007 2008 2009 2010
Nombre d'Hôtels 3 5 6 7
Nombre de Chambres 35 60 75 130
Source : Office régional de Tourisme

La comparaison de la situation particulière par rapport à la situation globale


nous montre une évolution mais celle-ci est moindre du fait de la crise sociopolitique
qui a commencé en 2009. Seul un hôtel supplémentaire a été crée en 2010. Par
contre le nombre de chambres a évolué car certains ont pu effectuer des
élargissements. Les touristes commencent à revenir petit à petit du fait des efforts
déployés par l’Etat pour améliorer l’accueil et les infrastructures en matière
touristique.

2.3 Clients cibles

La cible est le segment (un groupe de consommateur) du marché que


l’entreprise veut atteindre. L’objectif est de déterminer le client susceptible de devenir
potentiel selon leurs attentes, leurs caractéristiques démographiques, économiques
et leurs comportements d’achats pour définir la stratégie marketing.

Comme PANGALANA HOTEL est un établissement dont le tourisme est


surtout de découverte, très étroitement associé aux produits balnéaires, les
principaux clients cibles sont : la clientèle de circuit et de découverte, la clientèle plus
orientée vers l’écotourisme, les vacanciers, les Malgaches exigeants en matière de
confort, des opérateurs ou Hommes d’affaires et des touristes exigeants, quelle que
soit leur nationalité, d’un hôtel une étoile.

Section III : Part de marché

La part de marché ne peut pas être séparée de l’opportunité d’un projet, plus
le projet est opportun, plus la part de marché est considérable. Nous avons vu
21

auparavant quelques opportunités d’installation de PANGALANA HOTEL. Si on ne


parle que de la potentialité de la région, en se référant au graphique n°03 nous
constatons que 55% des touristes sont destinés à l’écotourisme, et ce dernier est
l’élément fort de la région d’Ambila Lemaitso. D’ailleurs, c’est un projet opportun à la
promotion du tourisme.

Le tableau ci après montre le pourcentage d’occupation des sites à


Madagascar

Tableau n°06 : Pourcentage d’occupation des sites


HAUTES
SUD NORD EST OUEST TERRES
TAUX 38,40% 21,10% 19,30% 13,90% 7,30%
Source: Ministère du Tourisme et de l'Artisanat

Or remarque que le site le plus fréquenté est le SUD ensuite le NORD qui
présente 21,10% et après la partie EST qui représente19, 30% des touristes.
Suivant le tableau n°1, la demande globale est de196 052 visiteurs arrivés
dans le territoire malgache. 19,30% visitent la partie Est de l’île soit 37 838 visiteurs
en 2010 contre 31 399 en 2009. Selon l’Office National du tourisme de Madagascar
(ONTM), les touristes internationaux sont les plus nombreux avec 10 fois plus que
les touristes nationaux.

D’après l’enquête effectuée par l’Office régionale du tourisme, la demande


d’Ambila Lemaitso représente 30,40% de la partie Est, Nous avons donc en 2010
11503 visiteurs qui prennent la destination d’ Ambila Lemaitso. L’offre dans ce village
ne peut satisfaire que 7822 visiteurs. On peut citer : NIRVANA, TROPICANA,
RELAIS MALAKY, AMBILA BEACH parmi les hôtels qui se trouvent à Ambila
Lemaitso représentant nos concurrents directs.
D’après la formule ci après, le marché disponible sera donc :
Marché disponible = demande globale – quantité offerte sur le marché

Soit 11503- 7822 = 3681visiteurs qui représente environ 32 %


22

Graphique n°5 : Part de marché

7%

marché disponible
25%
part de marché
envisagée
concurrents
68%

Source: Auteur Décembre 2011


Les concurrents représentent 68% de la part de marché ; Cependant nous
espérons acquérir 25% de part de marché durant le 1er exercice. Cette part de
marché peut augmenter chaque année en fonction de l’évolution de la situation
sociopolitique actuelle

Section IV : Stratégie et politique marketing

On doit intégrer l’optique marketing dans notre entreprise une fois que nous
décidons de satisfaire le client, offrir les meilleurs services, proposer des prix
compétitifs et faire connaître au demandeurs que PANGALANA HOTEL existe à
Ambila Lemaitso.
Par définition, « le marketing est l’ensemble des actions qui ont pour objectif
de prévoir ou de constater, et le cas échéant, de stimuler ou de réaliser les besoins
des consommateurs en telle catégorie de produit et de service, et de réaliser
l’adaptation continue de l’appareil productif et de l’appareil commercial d’une
entreprise aux besoins aussi déterminés »1
Le marketing est une activité humaine orientée vers la satisfaction des
besoins et des désirs au moyen de l’échange.2
Enfin, on peut dire que le marketing est un ensemble des activités dont le but
est de satisfaire les besoins, un état d’esprit dynamique qui se place régulièrement
du point de vue des consommateurs pour répondre au mieux à leurs besoins et un

1
Définition du journal Officiel, 2 Avril 1987
2
Philip KOLTLER ET DUBOIS, 10è édition, Marketing et Management, Paris 2000, p20
23

ensemble de technique scientifique rigoureuse, psychologique, sociologique,


statistique, mathématique, économique et politique.
D’où on essaie de satisfaire au maximum le client par rapport à la
différenciation de produit et de prix puisque pour nous le client est Roi. Alors, on
choisira la politique de marketing mix.

4.1. Le Marketing-mix

Le Marketing-mix se définit comme l’ensemble des outils dont l’entreprise


dispose pour atteindre ses objectifs auprès du marché cible.
MC CARTHY a proposé de regrouper ces quatre variables en quatre
catégories appelées les 4 P1 c'est-à-dire l’étude de la combinaison optimale des
PPDC (Produit, Prix, Distribution, Communication).
La politique de produit concerne la qualité, les caractéristiques et option, le
style, la marque, le conditionnement, les tailles, la garantie et le service après vente.
La politique de prix concerne le tarif, la remise et le rabais, les conditions de
paiement et les conditions de crédit
La politique de promotion ou de communication concerne la publicité, la force
de vente, la promotion des ventes et les relations publiques
La politique de mise en place ou de distribution concerne les canaux de
distribution, la zone de chalandise, les points de ventes, le stockage et l’entreposage,
les moyens de transport et les assortiments.
Nous allons voir en détails un à un ces PPDC

4.1.1 Politique de produit

L’hôtel est le volet principal du marketing MIX .Il ne se définit pas uniquement
via ses distinctives techniques, mais comme un ensemble d’avantage perçu par les
consommateurs lui permettant de satisfaire un besoin en leur offrant des qualités
suivant la norme. Ainsi pour notre produit (hôtellerie), ses caractéristiques sont déjà
énumérées auparavant, en ce sens, l’hôtel fournit un service capable de satisfaire
complètement un besoin en matière d’hébergement.

1
KOTLER ET DUBOIS, 10è édition, Marketing et Management, Paris 2000, p49
24

On envisage des bungalows comprenant une salle d’eau privative et de WC


privatif.
Chaque chambre doit comporter une fenêtre ouvrant sur l’extérieur et un
système d’aération qui permet de sortir la vapeur d’eau et la mauvaise odeur.
Un miroir avec un éclairage suffisant et une alimentation électrique conforme à
l’exigence de sécurité sont obligatoires, c'est-à-dire aucune prise électrique ne doit
être à la portée de main lorsqu’on est dans la baignoire ou sous la douche.
Les murs et sols seront carrelés pour ne pas être endommagés par des
projections d’eau.
En matière d’équipement de salle d’eau : chaque chambre comprendra’un
lavabo équipé, un trop plein et’une bande amovible. On installera auprès du lavabo
une glace, une lampe, une tablette sur laquelle peuvent être disposés les effets de
toilette personnels.
Une prise de courant avec indication de voltage et une poubelle sera prévue.
La douche équipée par bac spécifique de dimension 1m2 avec robinet flexible
fermée et alimentée par eau chaude et eau froide.
A l’entrée de la douche on installera un antidérapant
En matière de mobilier, il faut respecter la norme suivant la catégorie une
étoile.
Donc chaque chambre doit comporter un lit à deux places d’une dimension au
moins 140cm x 200cm avec la literie en bon état en rapport avec la catégorie une
étoile ; une table permettant d’écrire avec chaise et corbeille à papier ; un lampe de
chevet ;une porte bagage ; une penderie pour mettre les effets personnels du client ;
un service de blanchisserie et de repassage.

4.1.2 Politique de prix.

Le prix est un facteur de succès de service offert, il persuade la rentabilité et


influence la taille de marché, il est aussi la valeur d’une chose. La fixation de prix est
un élément déterminé de la stratégie de l’entreprise car elle a des conséquences
directes sur les résultats commerciaux.

Pour fixer le prix de la nuitée et du menu du restaurant, il faut tenir compte de


plusieurs aspects (interne et externe).illustrés dans le schéma ci après
25

Schéma n°1 : Aspects internes et externes de la politique de prix


Aspects internes Aspects externes

Objectif de prix : Acceptabilité par le


Prix Standard marché, produit intéressant

Analyse de Coût : Concurrence : Peu de


Analyse de Charges concurrence de formation

Règlement intérieur :
Vérification du travail
Règlement extérieur :
Prix définitif Ecoute la clientèle

Aspect de prix
Source: Auteur Décembre 2011

Les tarifs de chambre et du restaurant sont fixés :


- Chambre : 30.000 Ar la nuitée
- Menus complets : 18.000 Ar
Des facilités de paiement jusqu’au 30 jours pourraient être proposées aux
grandes entreprises privées solvables pour la fidélisation de la clientèle ainsi que
pour les Tours operators et les Agences de voyages.

4.1.3 Politique de distribution

Les canaux de distribution sont les moyens permettant de rendre accessible


aux consommateurs les services offerts par l’entreprise. Donc le choix des canaux
de distribution est une décision très délicate dans la définition du Marketing-mix.
26

En matière de l’hôtellerie : la fidélisation par le circuit direct freine l’exploitation


donc on choisira le circuit court en matérialisant plusieurs tours opérateurs locaux et
étrangers.
Alors l’hôtel sera représenté auprès des différents tours opérateurs et ces
derniers font le contact et la vente auprès des clients qui ont besoin de réservation.

4.1.4 Politique de communication ou de promotion.

La communication concerne l’ensemble des actions permettant de faire


connaître l’existence de l’hôtel et l’image que nous donnons nous même. L’objectif
général de la communication est de créer de conditions favorables à l’achat du
service proposé par l’hôtel.
La communication interne permet ainsi un contact plus direct et personnel
entre le représentant de l’entreprise et certains publics plus visés. Les principaux
moyens utilisés sont notamment :la force de vente de l’entreprise, la participation du
représentant de l’entreprise à des manifestations auxquelles assistent des
prescripteurs, des distributeurs, ou des clients potentiels (foire, salon, exposition,
congrès et colloques) et les relations publiques qui permettent à l’hôtel de cibler une
clientèle plus importante en vue de l’informer, de gagner sa sympathie ou même à
l’inciter à diffuser à son tour les informations qu’on lui a présenté (les conférences de
presse, les visites d’entreprise, les réceptions,……)
Pour la communication externe, l’hôtel utilise les moyens de communication
suivants : la publicité par les MEDIAS, le sponsoring, la publicité directe et la
promotion de vente.
Des dépliants publicitaires seront distribués à toutes les Agences de voyages
locales et aux tours opérateurs extérieurs offrant la destination pour Madagascar.
Le lancement de l’hôtel sera soutenu par une publicité « Radiophonique, la
presse, panneaux, audiovisuelle » et surtout par une communication plus
personnalisée : « la création d’un site web ».

4.2 Les stratégies de Marketing PULL à dominante PUSH

Le choix stratégique concerne les domaines stratégiques dans lesquels


l’entreprise doit s’engager en vue d’acquérir des avantages concurrentiels et une
27

compétence distinctive qui la rendent différente des autres firmes. Dans ce cas, la
stratégie permet donc de modifier de façon significative et durable, la position que
,l’entreprise occupe dans son environnement ou de la placer dans un environnement
nouveau qu’elle contribue à forger, et identifie les choix fondamentaux faits dans le
domaine marketing pour atteindre les objectifs visés. La stratégie marketing fournit
donc le contexte dans lequel les activités commerciales de l’entreprise prennent
place.
Il existe deux stratégies possibles, alors nous allons voir un à un.
La stratégie PULL est une stratégie d’attirer les clients vers le produit. Elle
invite à investir massivement en publicité- consommateur de façon à développer
chez ce dernier une préférence pour la marque.
La publicité, c’est donc l’ensemble des moyens pour faire connaître une
entreprise ou une marque ou l’art de faire naître le besoin d’acheter. Cette stratégie a
6 objectifs : faire connaître l’existence de l’hôtel avec son service ; fournir des
caractéristiques objectives : faire connaître les caractéristiques particulières de
l’hôtel ; construire une image par sa proximité, sa netteté, son contenu ; soutenir
d’autre action par telles que la promotion ; provoquer l’achat immédiat ; accélérer
l’expansion de l’entreprise.
La stratégie PUSH est une stratégie de pousser le produit vers les clients.
Cette stratégie consiste à utiliser à fond la force de vente et le réseau de distribution
pour promouvoir activement le produit jusqu’au consommateur final. Par exemple :
La promotion. Ce dernier a essentiellement deux cibles : le consommateur final dont
l’objectif est de faire essayer par le consommateur un produit ou un service et les
intermédiaires ou force de vente dont le but est de les inciter à pousser le produit
vers le consommateur.
Les objectifs principaux de cette stratégie sont de faire essayer le produit,
de provoquer le premier achat, de créer une habitude d’achat c'est-à-dire de faire
acheter plus ou plus souvent ou régulièrement, de stimuler les indifférents, de mettre
en valeur un point d’image de marque et de créer un événement.
Les deux stratégies près- seront utilisées par l’entreprise en attirant le client
« PULL » mais tout en poussant les vacanciers à visiter Ambila Lemaisto par la
stratégie « PUSH ». En somme, on pratique la stratégie « PULL » à dominante
« PUSH »
28

CONCLUSION DE LA PREMIERE PARTIE

Grâce à cette première partie du travail, le projet n’est plus inconnu puisqu ‘il a
été identifié. Le projet a connu ses objectifs, son historique, son contexte juridique
mais aussi se caractéristiques tout au long de sa présentation.
En effet l’activité principale de notre projet consiste à héberger et à restaurer
la clientèle

L’étude de marché nous a montrer qu’il est possible d’atteindre les objectifs
globaux et spécifiques car elle nous a permis de déterminer nos clientèles cibles et
notre part de marché. Elle nous a permis de mieux connaître nos concurrents afin de
savoir les politiques et stratégies marketing à adopter. Par ailleurs la part de marché
disponible est de 32% mais nous espérons obtenir 25 % au premier exercice. Nous
avons adopté la stratégie « PULL » à dominante « PUSH » afin de mieux attirer les
clients

Il est à noter que seule l’étude marketing ne suffit pas pour pouvoir créer un
projet, mais tout cela nécessite une étude technique que nous verrons dans la partie
suivante.
29

DEUXIEME PARTIE : ETUDE DE FAISABILITE


TECHNIQUE ET ORGANISATIONNELLE DU
PROJET
30

L’étude de faisabilité technique et organisationnelle du projet est l’ensemble


des méthodes et des techniques qui oriente une équipe dirigée par le chef de projet
à prendre une décision.

Cette deuxième partie reflète le déroulement du projet. Cette partie a comme


objectifs de déterminer les besoins matériels, humains et financiers pour que le
projet soit réalisable et efficace. Autrement dit, cette deuxième partie a pour objet,
d’une part, de connaître la viabilité technique et organisationnelle du projet, et d’autre
part, d’aider le promoteur au cours de la réalisation effective du projet à gérer les
différentes ressources. C’est aussi dans cette partie que nous déterminerons les
aspects de l’organisation de l’entreprise et nous parlerons de ce qui concerne les
personnels ainsi que leurs tâches.
La méthodologie consiste à déterminer le processus d’exploitation, ensuite
d’en déduire les besoins en ressources. Cela a nécessité la visite de complexe
hôtelier à Antananarivo et l’appui du Ministère du Tourisme.

Dans cette deuxième partie, nous allons donc entamer premièrement les
techniques de réalisations ; deuxièmement la capacité de production et
troisièmement l’étude organisationnelle du projet.
31

CHAPITRE I : TECHNIQUE DE REALISATION

Comme son nom l’indique, le présent chapitre est plutôt axé sur l’aspect
technique. Ce chapitre s’accentue sur la détermination des différentes ressources
que l’entreprise a besoin pour pouvoir atteindre ses objectifs.
Il faut en effet mobiliser des moyens pour exercer une activité. Avant
d’identifier les moyens nécessaires pour la réalisation du projet, nous allons d’abord
voir les techniques de construction de bâtiment et les techniques
d’approvisionnement et de stockage.

Section I : Techniques de construction de bâtiment

Chaque établissement touristique fait l’objet de classement soit de


« Ravinala » soit d’ « Etoile » mais certains ne le font pas. Cependant, que
l’établissement soit classé ou non, il doit suivre des normes pour satisfaire les clients.
Dans cette étude, notre établissement portera la classe d’une étoile. Pour ce faire, la
construction sollicite ainsi des experts en la matière pour répondre au mieux les
besoins de la clientèle.

1.1 Règlement en vigueur

S’agissant d’un complexe hôtelier c'est-à-dire d’un établissement touristique,


la construction du bâtiment requiert des procédures et doit respecter des normes et
règles prescrites par l’Administration particulièrement par le Ministère du Tourisme et
de l’Artisanat.
L’établissement doit être réalisé selon des normes de sécurité assurant une
protection adéquate de la clientèle; il doit être conçu selon les spécificités de chaque
région et être organisé selon un plan de circulation intérieure permettant, en cas de
besoin, une évacuation aisée des personnes hébergées ;
L’établissement doit être également conçu et organisé de manière à garantir la
salubrité, et notamment être raccordé à un système collectif d’évacuation des eaux
usées, eaux-vannes et pluviales ou disposer d’un équipement propre assurant la
même fonction, et être desservis par un système collectif d’évacuation des ordures et
32

déchets solides ou disposer d’un équipement spécifique, salubre et éloigné de


l’établissement, assurant cette fonction.1

1.2 Bâtiment d’hébergement

L’hôtel dispose des bungalows mis à la disposition de la clientèle. Rappelons


que l’ « Hôtel est un établissement offrant des chambres, appartements meublés ou
suites en location, soit à une clientèle de passage, soit à une clientèle qui effectue un
séjour caractérisé par une location à la semaine ou au mois »2. L’hôtel aura un
système de surveillance pou assurer la sécurité de tous et pour la bonne marche de
l’hôtel afin d’éviter les situations désagréables.

D’une part, les établissements d’hébergement ont les parties communes


ouvertes à la clientèle à savoir l’entrée, la réception, Le local d’accueil et salon, la
zone de circulation de la clientèle, la salle de petit déjeuner et le parking capable de
contenir 25 véhicules.
L’entrée sera clairement identifiable, propre à l’établissement et conduira
directement à la réception. Elle doit bénéficier à toute heure d’un éclairage extérieur
et intérieur permettant la lecture en tout point de la pièce.
La réception comporte un comptoir derrière lequel le standardiste
réceptionniste se tiendra pour accueillir et servir la clientèle ; un casier où les clés et
les messages doivent être laissés en dépôts (ceci est non accessible aux clients). Un
local dans lequel la clientèle à l’arrivée ou en partance peut déposer ses bagages.
Le local d’accueil et salon : l’hôtel disposera d’un local d’accueil, un petit salon
permettant à la clientèle de se réunir ou de recevoir des visiteurs ailleurs que dans
les chambres. Le salon sera de deux fauteuils et d’un canapé d’une superficie de 20
m2.
La zone de circulation de la clientèle doit être suffisamment éclairée 24 heures
sur 24, de manière à ne laisser subsister des zones obscures, cette zone doit être
correctement aérée, dépourvue d’humidité et d’odeurs désagréables même
passagères.
La salle de petit déjeuner sera incluse dans le restaurant

1
ANNEXE 1 A L’ARRETE N° 4902/2001/ MINTOUR du 19 Avril 2001
2
Article 41 du Décret 2001-27
33

D’autre part, les établissements d’hébergement comportent les locaux à usage


privatif. Chaque élément d’habitation mis à la disposition de la clientèle comprenant
la chambre ou le bungalow proprement dit :
Chaque habitation doit avoir une surface minimale de 10 m2 pour les
chambres individuelles, de 12 m2 pour les chambres à deux personnes et plus 14 m2
pour les chambres familiales.
La surface d’installation entourant chaque bungalow est fixée à 30 m2. La
disposition des bungalows et des ouvertures doit préserver l’intimité des clients.
Chaque chambre dispose d’une salle d’eau privative et d’un WC privatif avec
la fenêtre ouvrant sur l’extérieur ou le système d’aération doit permettre l’évacuation
des vapeurs d’eau et odeurs. Un éclairage suffisant et une alimentation électrique
conformes aux exigences de sécurité sont obligatoires et aucune prise électrique ne
doit être à la portée de main lorsqu’on est dans la baignoire ou sous la douche.Les
murs et sols doivent être aménagés de manière à ne pas être endommagés par des
projections d’eau (carrelage ou autres matériaux spécifiques réalisés en matériaux
permettant l’utilisation régulière de désinfectant ou de détergent)
La chambre doit comporter : un lit d’une dimension au moins égale à 90cm x
200cm pour les lits individuels et à 140cm x 200cm pour les lits à deux places. La
literie doit être en bon état et en rapport avec la catégorie de l’établissement ; une
table permettant d’écrire avec chaise et corbeille à papier ; des lampes de chevet ;
un porte–bagages.

En outre, les parties réservées aux différents services de l’hôtel sont :


l’entreposage, les zones de circulation et les locaux réservés aux personnels.
L’entreposage : c’est un local destiné à entreposer les produits et matériels
d’entretien mais aussi à entreposer la lingerie. Les zones de circulation comporte un
escalier de service permettant au personnel d’effectuer son travail. Les locaux
réservés aux personnels doivent être isolés des zones d’exploitation pouvant servir
de logement du personnel pour mieux servir les clients et assurer la sécurité en
même temps. Ces locaux seront bien évidemment équipés d’un vestiaire homme et
un vestiaire femme, de meubles et des sanitaires (WC, douche, lavabos).
34

1.3 Bâtiment de restauration

« Les établissements de restauration sont des entreprises commerciales qui


servent des repas et/ou boissons à consommer sur place, à emporter ou à livrer à la
clientèle quelque soit la formule, à la carte ou menu et la forme de service. Ils
assurent les prestations qui y sont liés »1

Les établissements de restauration doivent respecter les règles et les normes


définies par l’Administration. C'est-à-dire que ces établissements doivent être
réalisés selon des normes de sécurité assurant une protection adéquate de la
clientèle et être conçus selon les spécificités de chaque région.
Le bâtiment doit être réalisé selon un plan de circulation intérieure permettant,
en cas de besoin, une évacuation aisée des personnes hébergées, être conçu et
organisé de manière à garantir la salubrité, et notamment être raccordés à un
système collectif d’évacuation des eaux usées, eaux-vannes et pluviales ou disposer
d’un équipement propre assurant la même fonction, et être desservi par un système
collectif d’évacuation des ordures et déchets solides ou disposer d’un équipement
spécifique, salubre et éloigné de l’établissement, assurant cette fonction.
Le restaurant doit être équipé et organisé de manière à assurer la qualité
hygiénique des aliments servis, notamment : disposer d’un entrepôt de produits
alimentaires, séparé de la cuisine, assurant la bonne conservation; disposer de
cuisine dont le plan, l’aménagement et l’équipement sont conformes aux règles de
l’hygiène ; mettre en œuvre, lors de la préparation des plats, un cheminement des
produits évitant les risques de contamination.
Doivent être conçus, pour les restaurants des catégories 4 et 5 étoiles de
manière à ce que les personnes physiquement handicapées puissent accéder à la
salle de restauration et à tous les équipements collectifs implantés au même niveau.
Cette prescription est souhaitée pour les autres catégories, de disposer d’une
protection efficace contre les insectes et les parasites.
La sécurité de l’établissement doit être assurée en permanence avec des
équipements contre l’incendie qui sont obligatoires. Ils doivent être maintenus dans
d’excellentes conditions de fonctionnement à tout moment (lance d’incendie ou

1
Article 53 du Décret 2001- 027
35

extincteur ou bacs à sable…). Il doit y avoir des sorties et/ou des escaliers de
secours doivent être prévus et leurs emplacements doivent être bien indiqués.
L’exploitant doit tenir à jour un registre des clients. Une boîte à pharmacie pourvue
de médicaments de première nécessité, d’instruments d’urgence et d’objets de
pansement nécessaires à assurer les services de premier secours doit être
disponible.1

Les spécificités des restaurants classés une étoile sont : l’entrée doit être
indépendante de celle de toute autre activité. Elle comporte un appareil
téléphonique à la disposition de la clientèle et des équipements sanitaires en parfait
état d’entretien et de propreté permanente. Le restaurant doit comporter deux WC,
avec papier hygiénique et un lavabo avec savon et serviette. La salle doit être dans
un état de propreté permanente et correctement aérée et les fenêtres doivent ouvrir
sur l’extérieur et d’une dimension suffisante pour laisser passer pendant la journée,
une lumière permettant de lire en tout point de la pièce. L’extracteur de fumée dans
les salles fermées est obligatoire et l’éclairage nocturne doit permettre la lecture en
tout point de la pièce.
La surface minimale de la cuisine et ses annexes est de 15 m2. Le local doit être
bien aéré, maintenu dans un état de propreté permanente et disposer des moyens
d’évacuation de fumée adéquats (hotte de cheminée, extracteurs de fumée). La
cuisine doit être attenante à la salle de restauration et être séparée d’elle par un
couloir, afin de permettre un service efficace et sans risque en matière d’hygiène.
L’aménagement intérieur doit permettre un traitement fonctionnel des aliments
et le lavage des cuisines sans risques de dégradation des matériaux ;respecter le
système de la marche en avant (non-croisement des circuits sales et des circuits
propres) et assurer le respect des règles d’hygiène.
Le système de lavage et de rangement des matériels de cuisine doit assurer
une propreté et une désinfection complète. L’organisation de l’évacuation des
ordures et des déchets est obligatoire. Les déchets doivent être déposés dans des
poubelles couvertes placées loin de la cuisine, à nettoyer et à désinfecter
quotidiennement.

1
ANNEXE 1 A L’ARRETE N° 4911/2001/ MINTOUR du 19 Avril 2001
36

Toute cuisine aux feux de bois ou de charbon doit se pratiquer à l’extérieur de


la salle de cuisine tout en respectant les règles d’hygiène et de sécurité.
Les couverts utilisés doivent être de bonne qualité et de même série
(vaissellerie et verrerie non dépareillées), et changés à chaque service.La nappe,
les serviettes de table fournies doivent être en état de propreté permanente
changées pour chaque client.
La carte doit être rédigée en français et éventuellement dans une langue
étrangère. Le service doit être assuré par un personnel compétent, de bonne
présentation, n’ayant pas une maladie contagieuse, respectant les règles d’hygiène
corporelle et ayant des tenues adaptées à la fonction. Avec une présence d’au moins
un serveur parlant couramment le malgache et le français

Section II : Techniques d’approvisionnement et de stockage

Pour assurer le bon fonctionnement des activités, il est indispensable de bien


contrôler l’approvisionnement et le stockage. Nous allons nous concentrer sur
l’acquisition des inputs ainsi que leur gestion.

2.1 Technique d’approvisionnement

L’approvisionnement consiste à réaliser les achats des marchandises et des


diverses matières premières nécessaire à l’hôtel comme les matières nécessaires
pour l’hébergement et les matières nécessaires dans le domaine de la restauration.
Il s’agit des produits frais ou périssables : les fruits, légumes, viande, poisson….
en raison de leur nature. Il y a ensuite les produits non périssables tels que le riz,
huile, sel, légumes secs…ils peuvent être stockés et requièrent un choix de
technique de gestion. Et enfin, les fournitures d’exploitation comme les produits
d’entretien et les combustibles

Il existe deux types d’approvisionnement : la technique d’approvisionnement


externe et la technique d’approvisionnement interne.
37

2.1.1 La technique d’approvisionnement externe

La technique d’approvisionnement externe est le fait d’acquérir des intrants


par des fournisseurs. Le processus d’approvisionnement peut se présenter comme
suit :
Schéma n°2 : Processus d’approvisionnement

Détermination des besoins

Choix de fournisseur

Passer la commande

Livraison

Contrôle

Stockage

Facturation

Paiement.
Source: Auteur Décembre 2011
Le choix des fournisseurs dépend des produits, des prix et aussi du délai de
livraison. Une fois le fournisseur choisi, on passe la commande et l’arrivée des
commandes dépend du délai convenu. A la réception des marchandises nous
devons les contrôler pour savoir si les marchandises sont conformes à la commande,
une fois vérifié nous les stockons et enfin le moment de la facturation suivi du
paiement.
Notons que le mode d’approvisionnement dépend de la nature de marchandise
car il peut être journalier ou hebdomadaire pour les produits périssables et mensuel
voir annuel pour les produits non périssables.
38

2.1.2 La technique d’approvisionnement interne

Cette deuxième technique d’approvisionnement est l’approvisionnement qui


s’effectue entre les services existants de l’hôtel, c'est-à-dire le stockage et les
services producteurs (les chambres, la cuisine, le restaurant, la boutique,…).
Il est à noter que l’approvisionnement et le stockage des intrants de l’entreprise
nécessitent des techniques et des calculs pour pouvoir minimiser les coûts
d’exploitation.

2.2 Technique de stockage

On entend par stock, l’ensemble des biens ou des services qui interviennent
dans les cycles d’exploitation de l’entreprise pour être soit vendu en l’état ou au
terme d’un processus de production à venir ou en cours, soit consommé au premier
usage.
Il est nécessaire de consulter la fiche de contrôle, c’est une fiche qui donne le
rapport entre la vente du jour et le stock du jour. Dans ce cas nous allons voir ce
qu’on appelle le système de stockage.

2.2.1 Le système de stockage

Il existe deux types de critères d’évaluation de stock à savoir en premier lieu


,FIFO (First In First Out) ou en français PEPS (Première Entrée Première Sortie) et
en second lieu, LIFO (Last In First Out) ou en français DEPS (Dernière Entrée
Première Sortie)

Puisque la plupart des matières utilisées sont des produits périssables


(légumes, viande, fruits, lait,..), il est favorable pour notre projet d’appliquer le
premier système de stockage, c’est-à-dire le FIFO dans le but de garder la qualité
des matières premières, autrement dit, nous utilisons en premier celles que nous
avons acheté en premier.
En plus, cela se fait aussi pour offrir le meilleur menu au client car la qualité du
repas servi dépend bien de la qualité des ingrédients. Le présent projet de réalisera
avec le respect de la loi en vigueur qui régit le tourisme à Madagascar.
39

Des mesures sont à prendre pour que l’ouverture de notre hôtel soit acceptée
par l’Etat, notamment par son mode de construction, les services envisagés et le
respect d’hygiène.

2.2.2 La gestion des stocks

Pour savoir à quelle date nous devons commander et leurs valeurs, nous
devons déterminer la gestion de stock des marchandises. Pour ce faire, il faut savoir
les éléments suivants :

Le stock d’alerte ou stock critique


C’est le stock au niveau duquel il faut lancer une commande afin d’éviter le
risque d’une rupture de stock. Le stock d’alerte doit donc couvrir au minimum la
consommation de matière pendant le délai d’approvisionnement.

Le stock de sécurité
C’est une certaine quantité de stock qui est conservée comme protection contre
une éventuelle rupture de stock due à un allongement de la durée de
réapprovisionnement, à une consommation accidentelle (exagérée), à une livraison
incomplète,…La détection de stock nous permet de faire face à toute éventualité.

Le stock maximum
C’est le niveau qu’il faut éviter de dépasser. C'est-à-dire quand on arrive à ce
stade, il faut arrêter les commandes et en même temps, il faut faire un inventaire
physique des produits. Ceci est à appliquer le plutôt possible afin d’éviter toute
détérioration de stock quelle que soit sa nature dans le magasin.

Il faut à tout prix éviter un sur stockage qui va entraîner l’augmentation des
coûts. L’entreprise devient alors moins compétitive. La gestion d’approvisionnement
est toujours importante pour une entreprise.
Pour pouvoir offrir des services de qualité en matière de restauration, doit
assurer ses techniques de stockage de manière favorable parce que la majorité des
intrants sont presque des produits périssables.
40

Pour pouvoir stocker les produits, il faut un cave pour stocker les vins, une
chambre froide et un matériel frigorifique pour stocker les produits alimentaires, et un
magasin de stockage pour stocker les produits non périssables. Mais le magasin doit
avoir une aération pour que le vent puisse entrer et sortir, une électricité pour
l’éclairage, une palette sur laquelle on empile les stocks et enfin des étagères et
casiers pour faciliter l’emplacement.
Notre approvisionnement se fait selon le type de produit, il peut être journalière
pour les produits périssables, mensuel voir annuel pour les produits non périssables.

Section III : Identification des moyens

Pour atteindre les objectifs, nous avons besoin des moyens notamment sur le
plan matériel, financier et humain. Nous allons voir un à un ces moyens.

3.1 Moyens Matériels

Etant donné la classe du complexe hôtelier, il en va de soi que les matériels et


équipements soient de très bonne qualité. Il est à noter que « la qualité est
l’ensemble des propriétés et caractéristiques d’un produit ou d’un service qui lui
confèrent l’aptitude à satisfaire des besoins exprimés ou implicites ».1 On entend par
là des matériels sophistiqués, de marques pour assurer et maintenir la classe une
ETOILE de l’hôtel.

Les moyens matériels sont constitués par les éléments suivants : un Terrain
de 2.500m2 où une partie servira la construction du grand bâtiment et les bungalows.
En matière de Matériel de transport l’entreprise utilisera une voiture de service, plus
précisément un minibus pour le début de l’activité. Les ustensiles de cuisines sont
les matériels hôteliers nécessaire pour la restauration. La machine à laver, aspirateur
et distillerie sont les machines utilisées par le personnel pour les besoins des clients
et pour le maintient de la propreté. Il y aura ensuite les matériels et mobilier de
bureau avec les matériels informatiques qui seront composés deux ordinateur avec
les accessoires. L’aménagement et l’installation seront composés de l’installation de

1
Encyclopédie de Gestion (Vol 3), présentation de Jean Maurice Esnault : Qualité Etienne Collignon, p. 2466
41

l’eau et l’électricité. Et enfin, les Matériels de communication pour les réservations


seront installés tels que les lignes téléphoniques, l’accès à Internet.

3.2 Moyens financiers

Il s’agit de la capacité en ressources financières pour le financement du projet.


Ces ressources sont donc constituées en partie par les apports des associés et une
autre partie sera constituée par un emprunt contracté auprès d’une banque et d’une
institution financière.
Cette partie relative aux ressources financières sera analysée de façon
approfondie dans la troisième partie de notre recherche.

3.3 Moyens humains

Les ressources humaines sont prioritaires pour démarrer le projet, au niveau


de chaque poste de travail, il est indispensable de placer les employés dans les
conditions favorables à un travail efficient et fiable, d’atteindre un maximum de
service en vue de récupérer de façon optimal les montants des capitaux investis, de
concevoir le poste de travail de manière à éviter tout gaspillage de temps et
d’équipement.
Pour cela, nous allons présenter dans un tableau la liste des postes et le
nombre d’employés qui y sont affectés.
42

Elles se répartissent comme suit selon leurs catégories professionnelles :

Tableau n° 07 : Nombre du Personnel de PANGALANA HOTEL


Catégorie professionnelle Nombre Qualifications
GERANT 1 -Maîtrise en Gestion au moins 5 ans
d’expérience
ADMINISTRATION
Gestionnaire 1 -Licence en Gestion au moins 2 ans
d’expérience
Secrétaire 1 -BTS spécialité secrétariat au moins 2
ans d’expérience
HOTEL
Responsable hôtellerie 1 -BTS spécialité Hôtellerie au moins 2
ans d’expérience
Femme de chambre 2 - au moins 2 ans d’expérience
Réceptionniste 2 - BTS spécialité Tourisme

RESTAURANT
Responsable restaurant 1 -3 ans d’expérience en restauration
Cuisinier 2 - 3 ans d’expérience
Serveur 2 -maîtrises du français et de l’anglais
Chauffeur 1 - Permis B
Sécurité 3 - Bacc minimum + expérience

TOTAL 17
Source: Auteur décembre 2011

PANGALANA HOTEL dispose 17 personnes pour assurer son fonctionnement


pendant les 5 premiers exercices.
Les attributions et les qualifications du personnel seront explicitées à la
Section II Organisation du Travail du Chapitre III
43

CHAPITRE II : CAPACITE D’ACCUEIL

Maintenant, nous allons aborder ce chapitre qui évalue notre capacité par les
différents facteurs de production et l'évolution des chiffres d’affaires et la production
envisagée.

Section I : Les différents facteurs d’accueil

Les activités principales sont l’hôtellerie et la restauration. Les sections


hôtellerie comprennent 20 bungalows équipés suivant la norme internationale de
l’hôtel à catégorie UNE ETOILE.
Le restaurant a la capacité d’accueillir 70 personnes, elle maîtrise bien la
spécialité de cuisine Européenne, Malagasy et Asiatique donc la plus part des clients
sont satisfaits par le service offert.
Pour assurer une bonne qualité de produit et service, il est nécessaire
d’étudier l’organisation correspondante à chacune des activité de l’hôtel, telles que
l’hébergement et la restauration.

1.1 Service d’hébergement

Héberger c’est loger. L’hébergement est l’activité principale du projet qui


consiste à assurer la satisfaction des clients en leur offrant les chambres
demandées.

Le processus ci après montre l’organisation à mettre en place pour assurer


l’affectation des chambres :
44

Schéma n°2 : Processus du service hébergement


Réservation

Confirmation

Arrivé du client

Accueil

Séjour

Départ

Facturation

Paiement.

Source: Auteur Décembre 2011

Le recueil des données et le traitement des informations sont faciles grâce à


l’utilisation des documents techniques d’hébergement, à savoir la fiche de
réservation, le tableau de disponibilité des chambres et la facture.
La fiche de réservation comporte les renseignements tels que les
coordonnées des clients, leurs arrivées et leurs départs. Pour l’hôtel, le tableau de
disponibilité des chambres permet de connaître à tout moment les bungalows
disponibles. Et la facture est un document où figure les sommes à payer par les
clients.

1.2 Service restauration

Le processus ci après montre l’organisation de travail dans le restaurant :


45

Schéma n°3 : Processus du service restauration


Approvisionnement

Stockage

Cuisine (Production)

Vente
Source: Auteur Décembre 2011

La production est une opération qui met en jeu de nombreuses tâches. A


chaque stade de production, des tâches sont réalisées.

Section II : Evolution du chiffre d’affaire et de l’accueil envisagé

En matière de l’hôtellerie, le chiffre d’affaire évolue en fonction de la capacité


d’accueil et la qualité de service offert. Donc il faut voir d’abord :

2.1 Description de l’accueil

Pour l’hôtellerie l’accueil se présente par le nombre de chambre prêt à offrir


d’une part et le nombre de place disponible au restaurant d’autre part. Nous pouvons
donc présenter la capacité d’accueil de PANGALANA HOTEL sous forme de tableau
à 3 colonnes.

Tableau n° 08: Capacité d’accueil de PANGALANA HOTEL


Désignation Accueil mensuel Accueil annuel
Hôtel 180 2 873
Restaurant 1.240 14 340
Source: Auteur décembre 2011

La prévision peut dépasser les chiffres affichés sur le tableau ci-dessus


puisque une chambre peut accueillir plus de un client pendant une journée d’une part
et le restaurant peut recevoir plus de clients à part ceux sur place d’autre part.
46

2.2 Description de la vente

La prévision de la vente de PANGALANA HOTEL se présente comme suit :


Pour l’année N à N + 4

- pour l’hôtel : le taux de remplissage est de 10% pour le mois du janvier et


février et 15% pour le mois de mars jusqu’au mois de mai, 30% au mois de juin et
45% au mois de juillet, 60% pour le mois d’août et septembre, et 70% pour les mois
restants.

- Pour le restaurant : 20 personnes par jour durant le mois de janvier et mai


40 personnes par jour durant le mois de mai jusqu’au mois de septembre.
70 personnes par jour durant les mois restants.

Tableau n° 09 : Description de la vente de l’année N


Mois Jan Fev Mars Avril Mai Juin Juillet Aout Sept Oct Nov Dec Total
Hôtel 62 56 93 90 93 180 279 372 360 434 420 434 2 873
Restaurant 620 560 620 600 620 1 200 1 240 1 240 1 200 2 170 2 100 2 170 14 340
Source: Auteur décembre 2011

Le tableau ci-dessus montre une évolution surtout à partir du mois de juillet,


c’est la période ou commence les vacances, en plus des touristes, les gens de la
capitale passent leur vacance à Ambila Lemaitso.
47

CHAPITRE III : ETUDE ORGANISATIONNELLE

L’activité collective nécessite une organisation, et concrètement l’action


d’organiser, c’est : « doter d’une structure, d’un plan ou d’un mode de mode de
fonctionnement ».
Le bon fonctionnement de l’entreprise dépend donc de l’existence d’une
organisation bien définie au niveau de chaque poste.
Ce chapitre est alors destiné à montrer la structure de l’implantation du
complexe à l’aide d’un organigramme et à étudier la composition du personnel.

Section I : Structure Organisationnelle

L’organisation de toutes les activités au sein de notre entreprise nécessite


l’attribution à chaque responsable les tâches à effectuer. Tout personnel dispose un
poste de travail bien défini pour qu’ils puissent exécuter leurs tâches normalement.

1.1 Organigramme de l’Entreprise

L’organigramme traduit d’une manière simplifiée le système de


fonctionnement de l’entreprise. Théoriquement, il y a répartition de fonction et cela
en tenant compte de l’objet de l’entreprise, de son statut juridique et de sa
dimension.
L’organigramme constitue la présentation formelle de la répartition des tâches
et des responsabilités au sein de l’entreprise. Il traduit à la fois une séparation
technique de compétence et un positionnement des membres de l’entreprise sur une
échelle hiérarchique. C’est donc une représentation schématique de la structure
organisationnelle d’une entreprise.
48

Schéma n°4 : Organigramme de PANGALANA HOTEL

GERANT

GESTIONNAIRE

RESPONSABLE RESPONSABLE
RESTAURATION HOTELERIE

CUISINIERS SERVEURS RECEPTIONNISTE FEMMES DE


S CHAMBRES

SECURITES CHAUFFEURS

Source: Auteur Décembre 2011

1.2 Description des fonctions et profils des personnels

1.2.1 Le GERANT

Le gérant assure la direction de l’entreprise en donnant des consignes et


fixant les objectifs à atteindre .Le gérant doit être compétent en matière de gestion
d’entreprise, être dynamique, créatif, rigoureux. Il doit donc se charger du suivi de
l’efficacité de ses décisions. Il doit également savoir les techniques de l’accueil, de la
réception et des services en salle.
49

Le gérant doit avoir au moins une maîtrise en gestion ou équivalent, avoir une
connaissance parfaite de l’administration et une expérience au moins 5 ans dans un
poste similaire.

1.2.2 Le GESTIONNAIRE :

Sous l’autorité de gérant, Il assure la cohérence globale de toutes les activités


de l’entreprise. Il dirige les affaires générales au niveau de la gestion de l’entreprise.
Il assure le programme et la planification les activités générales tout en gardant le
contrôle des activités. Enfin, il assure la gestion du personnel ainsi que la
comptabilité de l’entreprise.
Le Gestionnaire doit avoir une licence en gestion ou équivalent avec une
bonne connaissance de la gestion du personnel et de la comptabilité et disposant
d’au moins 2 ans dans d’expérience dans un poste similaire.

1.2.3 Le RESPONSABLE HOTELLERIE :

Il participe à l’élaboration des outils, des matériels nécessaires à la mise en


œuvre des activités. Il programme et planifie les activités de l’hôtel et contrôle ces
activités.
Il doit être diplômé de BTS spécialité « Hôtellerie » avec 2 ans d’expérience et
doit maîtriser de deux langues étrangères les plus fréquemment parlées.

1.2.4 Le RESPONSABLE DE RESTAURANT :

Il veille à la propreté de restauration. Il programme et planifie les activités du


restaurant, assure l’approvisionnement du restaurant et assure le contrôle les
activités.
Il doit avoir au moins 3 ans d’expériences dans la restauration et avoir une
connaissance au moins une langue étrangère
50

1.2.5 Le RECEPTIONNISTE:

Il s’occupe de la réception, des réservations et de la gestion des données


clientèles. Il doit avoir le diplôme de BTS en Tourisme et avoir une connaissance
d’au moins deus langues étrangères.

1.2.6 Les CUISINIERS:

Ils exécutent les ordres suivants les commandes des clients. Ils sont
responsables de la mise en place dans la cuisine. Ils s’occupent des fiches
techniques par produits et des stocks de cuisine.
Ils doivent avoir au mois 3 ans d’expérience dans la restauration.

1.2.7 Les SERVEURS:


Ils sont responsable de nappage, de la mise en place des couverts et du
débarrassage. Ils prennent les commandes, servent les repas et les boissons et
présentent les additions.
Ils doivent avoir au moins une expérience et parlent le français et l’anglais.

Concernant l’horaire du travail : tous les personnels travaillent en rotation par


tranche de 24 heures sauf le gestionnaire et le secrétaire. Les deux derniers
travaillent de 8 h à 12 h et de 14 h à 18 h soit 8 heures par jour du lundi au vendredi.
Le personnel de l’hôtel restaurant travaille 45h hebdomadaire soit 195 heures
dans le mois et le personnel d’administration de 40h par semaine ou 173,33 heures
dans le mois.

Section II : Planning du Projet

C’est l’activité qui consiste à déterminer et à ordonner les tâches du projet.


Cette section a pour objectif de déterminer si les objectifs sont réalisés ou dépassés,
de suivre et communiquer l’avancement du projet et affecter les ressources aux
tâches.
51

Le chronogramme ci après nous montre une représentation graphique de la


durée de réalisation du projet qui débute au montage du projet jusqu’à la date d’arrêt
de l’activité.

Tableau n° 10 : Chronogramme du projet


Année N-2 Année N-1 A1-A99
Rubriques J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D
1-Montage du projet
2-Constitution des dossiers
3-Recherche de financement
4-Achats des matériaux
5-Construction
6-Installation
7-Recrutement
8-Achat de matières premières
9-Début des activités
Source: Auteur décembre 2011

Ce tableau nous montre le calendrier des activités de notre projet. Nous


remarquons que notre projet débute à N-2 c'est-à-dire deux ans avant le
commencement de l’exploitation. La construction de l’hôtel détient le maximum de
durée (8 mois)

Section III: Gestion du personnel

La réussite ou l’échec de l’entreprise dépend d’abord des ressources


humaines, donc il faut adopter une politique pour gérer cette ressource.

3.1 Description d’embauche

Le recrutement est l’ensemble des actions mis en œuvre pour trouver un


candidat correspondant aux besoins d’une organisation dans un poste donné.
En effet, l’hôtel recrutera une bonne partie de son personnel dans la région
pour faciliter la sélection et le tri des postulants mais aussi pour donner l’opportunité
à la population de la région d’exploiter leur connaissance et leur savoir-faire et
diminuer ainsi le chômage dans la région.
52

Recruter le bon candidat pour le bon poste ne s’improvise pas. Avant même
de passer une annonce d’offre d’emploi, et avant de rencontrer les candidats à
l’embauche, on doit évaluer les besoins de notre entreprise. On a décrit
précédemment les différents postes à pourvoir avec leur nombre. Et on a fait la
description de chaque tâches ainsi les profils exigés.
Pour notre projet, la recherche des candidats s’effectue principalement par
annonce (Internet, presse). La sélection se fera :
Dans un premier temps, par analyse du CV et de la lettre de motivation.
Seules les candidatures conformes aux exigences et critères d’admissibilité sont
retenues.
Puis par une convocation des candidats retenus
Après un entretien avec le futur responsable hiérarchique et la personne
chargée de recrutement.
Enfin, viendra la décision finale d’embauche qui appartient au Gérant de
l’hôtel.

3.2 Politique du personnel

C’est pratiquement la conduite du personnel et la répartition des


responsabilités (division de travail), conformément à la politique générale de
l’entreprise et des objectifs y afférents notamment la motivation du personnel.
MASLOW explique la psychologie de la motivation par la hiérarchie des
besoins. Selon lui ce qui motive l’individu c’est la satisfaction d’un besoin et qu’un
individu n’est sensible au paramètre des autre niveaux que si les niveaux précédents
sont satisfaits. 1

3.3 Administration du personnel

Elle correspond aux activités suivantes :


Premièrement, la technique d’information : il s’agit des comptes rendus, des
rapports, des inventaires effectués entre les différents niveaux de direction. Ces
informations vont parcourir à la hiérarchie de l’entreprise.

1
MASLOW
53

Deuxièmement, les rémunérations : concernent les salaires des base et les


autres charges sociales (CNAPS, OSTIE), les avantages en nature ou en numéraire.
Et troisièmement, les statuts du personnel : les textes qui régissent le statut du
personnel (registration, le bilan social, les apports salariaux,….)

3.4 Motivation du personnel

On ne doit négliger les formations du personnel, les promotions et la technique


de développement du personnel (gestion de leur carrière en améliorant leur condition
de travail), et les rémunérations des salaires qui correspondent convenablement à
leurs qualifications.
L’un des principes de base du management veut que le rendement d’une
personne soit fonction de son niveau de compétence et de sa motivation. En effet, la
formation se définit comme un moyen d’accroître les compétences de salariés et de
renforcer ainsi leur degré d’adaptation à leurs postes respectifs ou à leur
environnement. Elle représente alors une source de motivation indirecte pour les
employés.
54

CONLUSION DE LA DEUXIEME PARTIE

Bref, la deuxième partie de cette étude nous a permis de dégager les


techniques de réalisation de notre activité. Nous avons vu que la construction du
bâtiment d’hébergement et de restauration requiert des procédures et doit respecter
des normes et règles prescrites par l’Administration particulièrement par le Ministère
du Tourisme et de l’Artisanat. L’achat des marchandises et la gestion des stocks
nécessite l’application de différents techniques à savoir les techniques
d’approvisionnement et de stockage. Nous avons identifié les moyens matériels, à
savoir l’acquisition d’un terrain de 2 500 m2, la construction d’un bâtiment et de 20
bungalows et les différents matériels d’exploitation. Nous avons besoin d’un
financement extérieur comme la banque ou un établissement financier pour soutenir
les investissements dans la réalisation du projet. Les moyens humains seront
composés de 17 personnes qui assureront le bon fonctionnement du complexe
hôtelier. Ce qui nous a permis d’apprécier les opportunités existantes lors de
l’implantation d’un tel projet.
Nous avons également remarqué que la réalisation d’un projet repose sur un
découpage chronologique (phases) du projet en précisant ce qui doit être fait
(tâches), par qui cela doit être fait ( les personnels) et surtout les organisations entre
eux.

La troisième partie qui va suivre nous montrera l’étude financière du projet selon
les principes d’efficacité et de rendement.
55

TROISIEME PARTIE : ETUDE DE FAISABILITE


FINANCIERE DU PROJET
56

Après les deux parties précédentes, le moment est venu de faire une analyse
plus quantitative que qualitative.

L’étude financière du projet concernera les besoins financiers du projet qui


consiste à déterminer le coût des investissements, les financements nécessaires et
la rentabilité financière du projet. Et pour compléter notre étude, une évaluation
financière, économique et sociale sera menée car en effet, la confiance des
investissements dépend de la justification de l’utilisation des crédits demandés et
surtout de la rentabilité du projet.

Cette partie comporte trois grands chapitres à savoir : les investissements


incluant le fond de roulement, le plan de financement et le tableau de
remboursement des dettes ; l’analyse de la rentabilité comportant les comptes de
gestion, le compte de résultat, le plan de trésorerie et les bilans prévisionnels ; et
enfin, l’évaluation du projet qui traitera l’évaluation économique, sociale et financière.
57

CHAPITRE I : LES MONTANTS DES INVESTISSEMENTS INITIAUX

L’investissement est une décision nécessaire au développement de


l’entreprise et l’engagement des ressources durables et non durables. Il dépend des
ressources à mettre en place afin d’en tirer des bénéfices pendant une longue
période future, aussi la capacité d’investir. Donc nous avons besoins dès le début lez
coût des investissements pour maîtriser la capacité de production à envisager
Nous traiterons dans ce premier chapitre le fonds de roulement initial, le plan
de financement, le plan de remboursement des dettes empruntées et des comptes
prévisionnels de gestion.

Section I : Le fonds de roulement initial

Le fonds de roulement initial représente la totalité des dépenses pendant


lequel l’hôtel ne perçoit aucune rentrée de fonds.
Les achats de marchandises :
D’après le projet du tourisme à Madagascar, les besoins alimentaires d’un
touriste par jour sont calculés dans le tableau suivant :

Tableau n° 11 : Achat de marchandises


Besoin alimentaire par jour par un touriste Quantité Prix unitaire Coût en Ariary
Viande 0,24 kg 6 000 1 440
Volaille 0,25 kg 8 000 2 000
Poisson 0,10 kg 5 000 500
Crustacés 0,07 kg 7 000 490
Légumes 1 kg 3 000 3 000
Beurre 0,04 kg 5 000 200
Huile 0,01 litre 5 000 50
Boisson non alcoolisée 0,5 litre 2 000 1 000
Eau minérale 1 litre 1 200 1 200
Œufs 2 pièces 400 800
Autres 0,25 kg 2 000 500
TOTAL 11 180
Source : Prix collectés sur le marché
Il s’agit des provisions de marchandises pour faire face aux premiers besoins
prévisionnels mais ces achats dépendent du taux d’occupation des tables dans le
restaurant.
58

Pour le mois de janvier (1er mois d’exploitation), ce taux est estimé à 30% pour
les chambres (c’est-à-dire 4 ou 5 chambres occupées par jour), et pour le restaurant
on estime que 20 personnes par jour durant le mois de janvier (y compris les
pensionnaires de l’hôtel).
Pendant la 1ère année, on estime 20 personnes par jour durant le mois de
janvier à avril le nombre de personnes qui déjeune au restaurant et 40 personnes par
jour durant le mois de mai à août ; enfin 70 personnes par jour durant les mois
restants. On aura donc besoin de 174 408 000 Ariary pour l’achat de marchandises.

L’entreprise ne peut pas négliger les moyens humains puisqu’ils sont la force
qui fait tourner l’administration et l’exploitation.
Alors le tableau ci-après résume leurs salaires mensuels par catégorie :

Tableau n° 12: Salaires (en Ariary)


Catégorie
professionnelle Effectif Salaire mensuel Salaire Total
GERANT 1 1 000 000 1 000 000
ADMINISTRATION
Gestionnaire 1 700 000 700 000
Secrétaire 1 300 000 300 000
HOTEL
Responsable hôtellerie 1 200 000 200 000
Femme de chambre 2 100 000 200 000
Réceptionniste 2 140 000 280 000
RESTAURANT
Responsable restaurant 1 200 000 200 000
Cuisiniers 2 180 000 360 000
Serveurs 2 100 000 200 000
Chauffeurs 1 110 000 110 000
Sécurités 3 80 000 240 000
TOTAL 17 3 790 000
Source: Auteur décembre 2011
Ce tableau montre le nombre de personnel fixe à l’entreprise mais cela ne
nous impose qu’on ne peut pas utiliser des travailleurs temporaires. Cette décision
est prise pour affaiblir le volume de la charge fixe que l’entreprise doit supporter.

Après avoir vu les deux sortes de dépenses précitées on peut calculer les
fonds de roulement initial en tenant compte les autres charges non négligeable entre
autre : fourniture consommable, charges externes, …….
On va voir donc le tableau présentant du fonds de roulement initial
59

Tableau n° 13 : Récapitulation du Fonds de Roulement Initial (en Ariary)

Détails des charges Détails Somme


Achat de marchandises 174 408 000 174 408 000
Achat de fournitures consommables
Produit combustible (gaz) 700 000 4 350 000
Produit d'entretien 180 000
Fourniture de bureau 170 000
Eau et électricité 1 950 000
Carburant 1 350 000
Charges externes 3 990 000
Entretien et réparation 300 000
Maintenance 200 000
Prime d'Assurance 300 000
Publicité, Publication, Relation publique 1 000 000
Poste et Télécommunications 1 600 000
Déplacements 350 000
Impôts et Taxes 240 000
Charges de Personnel 4 472 200
Salaires et appointements 3 790 000
Cotisation patronale CNAPS (13% du SB) 492 700
Cotisation OSTIE (5% du SB) 189 500
FOND DE ROULEMENT INITIAL 187 220 200
Source: Auteur décembre 2011

L’achat des marchandises est la charge le plus élevée représentant plus de


90% du total. Les charges externes se totalisent à 3 990 000 Ariary et la publicité et
la télécommunication représentent 65% de ces charges, ceci afin de promouvoir
l’entreprise et attirer la clientèle cible.

Section II : Plan de financement

La réalisation de ce projet nécessite un financement extérieur de 70% du total


de fonds de démarrage c’est-à-dire les investissements et le fonds de roulement
initial. Les financements sont à appuyer par un établissement financier ou bailleur de
fonds.
Tout d’abord nous allons voir le montant des investissements à réaliser par le
tableau ci-dessous.
60

Tableau n° 14 : Les investissements (en Ariary)


ELEMENTS VALEUR en AR
IMMOBILISATION INCORPORELLE 5 000 000
Frais de développement immobilisable 5 000 000
IMMOBILISATION CORPORELLE 291 600 000
Terrain ……………………………………… 40 000 000
Construction………………………………… 210 000 000
Matériel et outillage………………………… 20 000 000
Matériel de transport ……………………… 8 000 000
Matériel et mobilier de bureau……………… 2 400 000
Agencement, aménagement, installation… 7 000 000
Matériel informatique ……………………… 3 200 000
Lingeries (drap, nappe de table, taie d'oreillet,…) 1 000 000
TOTAL 296 600 000
Source: Auteur décembre 2011
Outre l’achat du terrain, la construction représente presque 70% des
investissements. Nous allons mettre en place une maison anti-cyclonique dont le
coût est plus élevé.
Puisque ce tableau représente presque la généralité, nous allons donc
essayer de détailler chaque rubrique.

2.1 Immobilisation incorporelle : Frais développement immobilisable


Il se caractérise par les éléments suivants :
- Plan d’hôtel ……………………………………….1.000.000
- Frais de construction………………………………4.000.000
Frais de développement immobilisable ………….5.000.000 Ar

2.2 Immobilisation corporelle


Actuellement la plupart du terrain n’est pas proposé par m2 par exemple le
terrain que nous avons contacté son propriétaire. Ce dernier nous propose
40.000.000 Ar un terrain de 2500 m2.
Comme c’est un lieu de passage de cyclone, nous allons mettre une maison
anti- cyclonique dont le coût de la construction est évalué à 350 000 Ar par m2
Or le détail de la construction est :
- le grand bâtiment est 200 m2
- les bungalows 20 x 20 = 400 m2
D’où 600 m2 *350 000 Ar = 210.000.000 Ar
Les matériels et outillages sont évalués à 20.000.000 Ar.
61

Pour le transport, on n’utilise qu’un minibus pour le début de l’activité. Une


voiture de : 8.000.000 Ar
Les Matériels et mobiliers de bureau d’une valeur de : 2.400.000 Ar sont une
armoire pour ranger le dossier, des tables et des chaises et un salon pour le gérant.
L’agencement et aménagement du terrain sont de 1.000.000 Ar et l’installation
est de 6.000.000 Ar dont Eau et électricité : 5.000.000 Ar et Réseau téléphonique :
1.000.000 Ar
Les matériels informatiques sont composés de Deux ordinateurs et leurs
accessoires sont évalués à 3.200.000 Ar.

Donc le total des investissements et le fonds de roulement initial sont 485 820
200 Ar et divisés comme suit :
Tableau n° 15: Plan de financement (en Ariary)
EMPLOIS MONTANT RESSOURCES MONTANT
Immobilisation 296 600 000 Capital social 2 000 000
FRI 187 220 200 Apport en numéraire 144 820 200
Emprunt 337 000 000
TOTAL 483 820 200 TOTAL 483 820 200
Source: Auteur décembre 2011
D’après ce tableau, le montant total des fonds nécessaires pour mettre en
place ce projet est de 483 820 200 Ar.
Mais l’apport de l’entreprise ne couvre que 144 820 200 Ar, soit environ 30%
seulement des fonds nécessaires. Pour compléter le reste, l’entreprise doit
contracter un crédit de 337 000 000 Ar, soit environ 70% de l’investissement, auprès
des banques ou autre institutions financières.

Section III : Tableau de remboursement des dettes :


D’après les renseignements que nous avons collecté auprès des différentes
banques et institutions financières, les conditions d’emprunt appliquées en générale
sont les suivantes :
- Taux : 20 %
- Différé de 1 an
- Amortissement : constant
- Durée de remboursement : 10 ans
62

Les crédits à long terme sont constitués un crédit d’investissement accordé


par l’institution financière pour le financement des immobilisations et le fonds de
roulement initial.
L’annuité est un versement réalisé à intervalles de temps égaux et ce
versement sert dans notre cas à rembourser l’emprunt bancaire de l’hôtel. Elle est
obtenue par la formule.

i
a =---------------* C
1- (1+i)-n

Avec : a =annuité ; C = capital au début de période ; i = taux d’intérêt et n =durée


Comme la première échéance est différé de 1 an c’est-à-dire de l’année 2 que
l’entreprise commence à payer la première annuité.
Le tableau ci-après présente le mode de remboursement du capital emprunté
ainsi que le paiement des intérêts (en Ar).

Tableau n° 16 : Tableau de remboursement de dettes (en Ariary)


Année Capital Amortissement Frais financier Annuité Capital restant
N 337 000 000 - - - 337 000 000
N+1 337 000 000 12 982 169 67 400 000 80 382 169 324 017 831
N+2 324 017 831 15 578 603 64 803 566 80 382 169 308 439 228
N+3 308 439 228 18 694 323 61 687 846 80 382 169 289 744 905
N+4 289 744 905 22 433 188 57 948 981 80 382 169 267 311 716
N+5 267 311 716 26 919 826 53 462 343 80 382 169 240 391 891
N+6 240 391 891 32 303 791 48 078 378 80 382 169 208 088 100
N+7 208 088 100 38 764 549 41 617 620 80 382 169 169 323 551
N+8 169 323 551 46 517 459 33 864 710 80 382 169 122 806 092
N+9 122 806 092 55 820 951 24 561 218 80 382 169 66 985 141
N+10 66 985 141 66 985 141 13 397 028 80 382 169 -
TOTAL 337 000 000 466 821 691 803 821 691
Source: Auteur décembre 2011

La réalisation du projet dépend en grande partie de l’octroi par un


établissement financier du prêt. Nous prévoyons un taux annuel de 20% sur
l’emprunt que nous allons demander. Le remboursement se fera avec une annuité
constante d’un montant total de 80 382 169 Ariary.
63

CHAPITRE II : ANALYSE DE LA RENTABILITE ET ETUDE DE


FAISABILITE

Ce chapitre vise à prouver que les choix techniques et économiques sont


viables (faisables) et qu’ils sont les meilleurs (optimisation).
Donc pour expliciter techniquement, nous allons établir, le compte de Gestion,
le compte de résultat prévisionnel, le plan de trésorerie et le bilan prévisionnel
La situation prévisionnelle se compose essentiellement d’un compte de
résultat et d’un bilan prévisionnel ; ceux-ci permettent de valoriser la situation de
l’entreprise (patrimoine et résultat de l’activité) compte tenu des objectifs de
l’entreprise.

Section I : Compte de gestion


Le compte de gestion est caractérisé par l’ensemble des charges à supporter
et produit à obtenir par l’entreprise.
En réalité, le bilan suffit pour présenter en entier la totalité de la comptabilité,
en effet les éléments non compris dans le bilan sont affectés directement dans le
compte de résultat.

1.1 Les charges


Les charges sont les décaissements au cours de l’exercice. Le tableau ci
après montre l’évolution de ces charges durant les cinq premières années.
Tableau n° 17 : Evolution des charges (en Ariary)
CHARGES Année N Année N+1 Année N+2 Année N+3 Année N+4
Achat de
marchandises 174 408 000 191 848 800 211 033 680 232 137 048 255 350 753
Fournitures
consommables 4 350 000 4 567 500 4 795 875 5 035 669 5 287 452
Charges
externes 3 950 000 4 147 500 4 354 875 4 572 619 4 801 250
Impôts et taxes 320 000 320 000 320 000 320 000 320 000
Charges de
personnel 4 472 200 4 695 810 4 930 601 5 177 131 5 435 987
Charges
financières - 67 400 000 64 803 566 61 687 846 57 948 981
Dotation aux
amortissements 28 100 000 27 100 000 27 100 000 27 100 000 24 200 000
TOTAL 215 600 200 300 079 610 317 338 597 336 030 312 353 344 423
Source: Auteur décembre 2011
64

Compte tenu de l’inflation, les coûts d’achat des marchandises par jour
consommées par un touriste sont majorés à 10% par an. Les fournitures
consommables, les charges externes et les charges des personnels sont majorés de
5% chaque année tandis que les impôts restent stables.

1.2 Les produits

Les produits de l’entreprise sont constitués principalement par les ventes ou,
les chiffres d’affaires prévisionnels envisagés par l’entreprise c’est-à-dire la vente de
l’hôtel et du restaurant.
Le prix de la nuitée et de menu sera révisé suivant l’inflation donc pour la
prévision le chiffre d’affaires sera augmenté de 10% pour chaque début de l’année
N + 2 ; N + 3 ; N + 4. Nous allons résumer dans le tableau suivant :

Tableau n° 18 : Prix de la nuitée et de menu


Prix de la nuitée (en Ar) Prix du menu (en Ar)
Année N 30 000 18 000
Année N+1 30 000 18 000
Année N+2 33 000 19 000
Année N+3 36 000 20 000
Année N+4 40 000 21 000
Source: Auteur décembre 2011
En effet, la prévision de chiffre d’affaires annuel se résume comme suit :

Tableau n° 19 : Prévisions de chiffres d’affaires annuelles (en Ariary)


Année N Année N+1 Année N+2 Année N+3 Année N+4
Hôtel 117 530 000 129 283 000 142 211 300 156 432 430 172 075 673
Restaurant 285 480 000 314 028 000 345 430 800 379 973 880 417 971 268
CA 403 010 000 443 311 000 487 642 100 536 406 310 590 046 941
Source: Auteur décembre 2011
Nous prévoyons une évolution annuelle de 10% sur les chiffres d’affaires

Section II : Le compte de résultat prévisionnel

Le compte de résultat est un outil de gestion qui sert de connaître les profits
ou les pertes d’un exercice réalisé par l’entreprise. Le compte de résultat
prévisionnel a la même structure que le compte de résultat classique.
65

Il enregistre chaque année les produits et les charges de l’exercice dont la


différence constitue le résultat de l’activité.
Donc le compte de résultat pendant les cinq années se présente comme suit :

Tableau n° 20 : Compte de résultat prévisionnel pour les 5 premières


années (en Ariary)
Rubriques N N+1 N+2 N+3 N+4
Chiffres d'affaires 403 010 000 443 311 000 487 642 100 536 406 310 590 046 941
I. Production de l'exercice 403 010 000 443 311 000 487 642 100 536 406 310 590 046 941
Achat de marchandises 174 408 000 191 848 800 211 033 680 232 137 048 255 350 753
Fournitures consommables 4 350 000 4 567 500 4 795 875 5 035 669 5 287 452
Charges externes 3 950 000 4 147 500 4 354 875 4 572 619 4 801 250
II.Consommation 182 708 000 200 563 800 220 184 430 241 745 336 265 439 455
III.Valeur Ajoutée
(I-II) 220 302 000 242 747 200 267 457 670 294 660 975 324 607 486
Charges Personnelles 4 472 200 4 695 810 4 930 601 5 177 131 5 435 987
Impôts et Taxes 240 000 240 000 240 000 240 000 240 000
IV.EBE 215 589 800 237 811 390 262 287 070 289 243 844 318 931 499
Dotations aux amortissements 19 150 000 18 150 000 18 150 000 18 150 000 15 500 000
V.Resultats Opérationnels 196 439 800 219 661 390 244 137 070 271 093 844 303 431 499
Produits financiers
Charges financières - 67 400 000 64 803 566 61 687 846 57 948 981
VI.Résultats financiers - - 67 400 000 - 64 803 566 - 61 687 846 - 57 948 981
VII.Résultats avant impôts 196 439 800 152 261 390 179 333 503 209 405 998 245 482 518
IR 22% 33 497 506 39 453 371 46 069 320 54 006 154
RESULTAT NET 196 439 800 118 763 884 139 880 133 163 336 679 191 476 364
Source: Auteur décembre 2011

D’après ce tableau, les résultats sont toujours positifs. Mais nous constatons
une baisse à partir de la deuxième année à cause de la déduction de l’IR (impôt sur
le revenu) qui commence pour cette année.
D’après le code général des impôts, sont exonérées les sociétés nouvelles
exerçant une activité hôtelière pour le premier exercice à compter de la date de leur
constitution définitive.

Section III : Le plan de trésorerie

L’entreprise peut souhaiter affiner les informations données par le budget de


trésorerie. Naturellement, à ce stade, les résultats obtenus ne peuvent être
qu’approximatifs, ils donnent simplement des ordres de grandeur et permettent de
66

préparer des décisions qui devront être prises le moment venu. Le document
prévisionnel qui résulte de ces opérations est appelé PLAN DE TRESORERIE.
La trésorerie est établie à partir des flux des encaissements et de
décaissements relevés dans les opérations à long, moyen et court terme de
l’entreprise.
Les encaissements sont constituées par : les apports en capital, les comptes
courants, les emprunts et les chiffres d’affaires obtenus.
Par contre, sont enregistrés dans les décaissements : les investissements, les
achats, les charges externes, les impôts et taxes, les charges sociales (CNaPS,
OSTIE), les autres charges d’exploitation, les charges financières concernant les
remboursements d’emprunt, et les IR.

Tableau n° 21 : Tableau de trésorerie (en Ariary)


Rubrique N N+1 N+2 N+3 N+4
ENCAISSEMENT
-Capital 2 000 000
-Apport en compte courant 144 820 200
-Emprunt 337 000 000
- Ventes 403 010 000 443 311 000 487 642 100 536 406 310 590 046 941
Total encaissement 886 830 200 443 311 000 487 642 100 536 406 310 590 046 941
DECAISSEMENT
-Investissement 296 600 000
-Achat de fourniture
consommable 4 350 000 4 567 500 4 795 875 5 035 669 5 287 452
-Achat de marchandises 174 408 000 191 848 800 211 033 680 232 137 048 255 350 753
-Charges externes 3 950 000 4 147 500 4 354 875 4 572 619 4 801 250
-Impôts et Taxes 240 000 240 000 240 000 240 000 240 000
-Salaire et appointement 3 790 000 3 979 500 4 178 475 4 387 399 4 606 769
-CNAPS 492 700 517 335 543 202 570 362 598 880
-OSTIE 189 500 198 975 208 924 219 370 230 338
-Charges financières - 67 400 000 64 803 566 61 687 846 57 948 981
-Remboursement
d'emprunt 12 982 169 15 578 603 18 694 323 22 433 188
-IR 33 497 506 39 453 371 46 069 320 54 006 154
Total décaissement 484 020 200 319 379 285 345 190 570 373 613 955 405 503 765
TRESORERIE 402 810 000 123 931 715 142 451 530 162 792 355 184 543 176
TESORERIE CUMULEE 402 810 000 526 741 715 669 193 245 831 985 600 1 016 528 776
Source: Auteur décembre 2011

D’après le tableau ci-dessus, nous avons constaté qu’il y a une augmentation


progressive de la trésorerie chaque année. En effet, l’entreprise dispose toujours
d’une trésorerie positive sur les cinq années à venir et elle possède un excédent de
liquidité financière. En conclusion nous pouvons dire que le projet est rentable.
67

Section IV : Bilan prévisionnel

Pour l’analyse de la structure financière, le document central est « le BILAN ».


Le bilan est un document de synthèse dans lequel est regroupé, à une date donnée,
l’ensemble des ressources dont a disposé l’entreprise et l’ensemble des emplois
qu’elle a fait. Il est établi à partir du bilan de l’année précédente auquel on intègre les
modifications résultantes des choix stratégiques.
Donc le bilan permet de connaître les informations sur la situation patrimoniale
et financière de l’entreprise.
Le patrimoine de l’entreprise se constitue par l’ensemble de ses biens, de ses
créances et de ses dettes.
Dans cette section nous allons établir le bilan d’ouverture prévisionnel ainsi
que celui de la fin de cinq premiers exercices.
Aucune distribution de bénéfice n’aura lieu sur les cinq premières années. Les
bénéfices seront cumulés au rubrique « report à nouveau » des capitaux propres.
Les capitaux se composent du capital social et des fonds générés par l’exploitation
de l’entreprise (résultat net et report à nouveau).

Tableau n° 22 : Bilan d’ouverture (en Ariary)


ACTIF CAPITAUX PROPRES ET PASSIFS
Actifs non courants Capitaux propres
Immobilisations incorporelles Capital social 2 000 000
Frais de développement 5 000 000 Compte courant 144 820 200
Immobilisations corporelles
Terrains 40 000 000 Passifs non courants
Constructions 210 000 000 Dettes à long et moyen terme 337 000 000
Matériels et outillages 20 000 000
Matériels de transport 8 000 000
Matériels et Mobiliers de bureau 2 400 000
A.A.I 7 000 000
Matériels informatiques 3 200 000
Lingeries 1 000 000

Actifs courants
Disponible 187 220 200
TOTAL 483 820 200 TOTAL 483 820 200
Source: Auteur décembre 2011
68

Tableau n° 23 : Bilan prévisionnel sur les 5 années à venir (en Ariary)


ACTIF N N+1 N+2 N+3 N+4
Actifs non courants
Immobilisations incorporelles
Frais de développement 3 750 000 2 500 000 1 250 000 - -
Immobilisations corporelles
Terrains 40 000 000 40 000 000 40 000 000 40 000 000 40 000 000
Constructions 199 500 000 189 000 000 178 500 000 168 000 000 157 500 000
Matériels et outillages 18 000 000 16 000 000 14 000 000 12 000 000 10 000 000
Matériels de transport 6 400 000 4 800 000 3 200 000 1 600 000 -
Matériels et Mobiliers de bureau 1 800 000 1 200 000 600 000 - -
A.A.I 5 600 000 4 200 000 2 800 000 1 400 000 -
Matériels informatiques 2 400 000 1 600 000 800 000 - -
Lingeries - - - - -

Actifs courants
Disponible 402 810 000 526 741 715 669 193 245 831 985 600 1 016 528 776
TOTAL 680 260 000 786 041 715 910 343 245 1 054 985 600 1 224 028 776
CAPITAUX PROPRES ET PASSIFS
Capitaux propres
Capital social 2 000 000 2 000 000 2 000 000 2 000 000 2 000 000
Résultat 196 439 800 118 763 884 139 880 133 163 336 679 191 476 364
Compte courant 144 820 200 144 820 200 144 820 200 144 820 200 144 820 200

Report à nouveau 196 439 800 315 203 684 455 083 817 618 420 496

Passifs non courants


Dettes à long et moyen terme 337 000 000 324 017 831 308 439 228 289 744 905 267 311 716
TOTAL 680 260 000 786 041 715 910 343 245 1 054 985 600 1 224 028 776
Source: Auteur décembre 2011

La plupart des matériels seront amortis durant les cinq ans, nous prévoyons
cependant un remplacement régulier de ces matériels.
Le bilan nous montre une évolution des capitaux propres grâce à l’injection
des bénéfices durant les 5 premières exercices, ceci montre une bonne implication
du dirigeant puisqu’il n’y a pas de distribution de dividende. Le niveau des dettes
diminue du fait des remboursements annuel du prêt contracté au niveau des
institutions financières.
69

CHAPITRE III : EVALUATION DU PROJET

Le dégagement d’un bénéfice positif ou de la bonne trésorerie n’est pas


suffisant pour apprécier la rentabilité d’un projet. Pour cela, nous allons faire une
évaluation financière qui permet de connaître la rentabilité de ce projet d’une part et
ses effets sur l’économie nationale et la vie sociale d’autre part.

Section I : Evaluation Financière


Les évaluations financières sont les plus cruciales dans la prise de décision
d’investir. En effet, un projet doit être nécessairement rentable financièrement pour
être réalisé.

1.1 Analyse des ratios


Un ratio est un rapport significatif entre deux grandeurs qui permettent de
mettre en évidence une situation financière favorable ou défavorable d’un projet ou
d’une entreprise.
Afin de voir le niveau de rentabilité et la croissance de l’activité de ce projet,
nous allons calculer trois ratios à savoir :

1.1.1 Ratios de rentabilité globale


Le ratio de rentabilité globale mesure la rentabilité de l’usage de l’actif total. Il
est constaté à partir de deux éléments de tableau des grandeurs caractéristiques de
gestion :
Le résultat d’exploitation ou l’excédent brut d’exploitation (EBE) en rapport
avec le chiffre d’affaire hors taxe.
Dans ce cas, on peut avoir la formule de ratio suivante :
EBE
Ratio de rentabilité globale = x 100
C.A HT
L’évolution de ce ratio au cours de 5 premiers exercices se présente ainsi :
Tableau n° 24 : Ratio de rentabilité globale
Année N N+1 N+2 N+3 N+4
EBE 215 589 800 237 811 390 262 287 070 289 243 844 318 931 499
CA HT 403 010 000 443 311 000 487 642 100 536 406 310 590 046 941
R 53,49 53,64 53,79 53,92 54,05
Source: Auteur décembre 2011
70

A cause de l’inflation, le coût d’achat de marchandises augmente. Grâce à


l’évolution du chiffre d’affaire, ce ratio ne cesse d’augmenter d’année en année.
En plus l’entreprise paie sa dette pendant l’année N + 1, et ce ratio augmente
jusqu’à 54,05 % jusqu’ à l’année N + 4.
Donc on peut conclure que le projet est rentable

1.1.2 Ratio de rentabilité financière


Les ratios de rentabilité financière permettent de mesurer la rentabilité des
capitaux investis.
- Ratio de rentabilité de capitaux propre :
Nous permettons de mesurer la rentabilité des capitaux propres par rapport au
bénéfice net.

Formule :
Bénéfice Net
Ratio de rentabilité des capitaux propres = x 100
Capitaux

- Ratio de rentabilité des capitaux permanent :


Nous permettons de mesurer la rentabilité des capitaux permanents par
rapport au bénéfice net.

Formule :
Bénéfice Net
Ratio de rentabilité des capitaux permanents = x 100
Capitaux permanents

Ce tableau nous montre l’évaluation de ces deux ratios pendant l’année N à


N+4:
Tableau n° 25 : Ratio de rentabilité financière
Ratio N N+1 N+2 N+3 N+4
Ratio de rentabilité des capitaux
propres 57,23 25,71 23,24 21,34 20,01
Ratio de rentabilité des capitaux
permanents 28,88 15,11 15,37 15,48 15,64
Source: Auteur décembre 2011

On trouve une variation brusque, au niveau de l’année N, pour les deux ratios
du fait de paiement des intérêts d’emprunts.
71

Au niveau de l’année N + 1 une légère variation du fait du paiement de l’IR.


Ces ratios ont connu une variation non constante.
Aussi, le report à nouveau n’est pas fonctionnel dans l’entreprise, c’est la
cause de diminution de ratio mais on peut dire que le fonds emprunté et le paiement
des intérêts correspondants sont assurés.

1.1.3 Ratios de résultat financier


Pour analyser ce ratio, nous allons définir d’abord la capacité
d’autofinancement ou le CASH-FLOW.
La capacité d’autofinancement mesure la masse financière dont l’entreprise va
disposer pour faire face aux charges liées à la croissance.
- l’investissement
- le financement du fonds de roulement
En outre la définition couramment admise de la capacité d’autofinancement
est la suivante :
C.A.F = Résultat net après impôts + Amortissement + Provision – Dividendes
distribués
Dans ce projet la capacité d’autofinancement peut se définir :
C.A.F = Résultat net après impôts + Amortissement

Tableau n° 26: Capacité d’autofinancement (en Ariary)


Rubrique N N+1 N+2 N+3 N+4
Bénéfice 196 439 800 118 763 884 139 880 133 163 336 679 191 476 364
Dotation aux
amortissements 19 150 000 18 150 000 18 150 000 18 150 000 15 500 000
CAF 215 589 800 136 913 884 158 030 133 181 486 679 206 976 364
Source: Auteur décembre 2011

Pour évaluer le résultat financier et juger l’efficacité de la gestion financière


prévisionnelle de l’entreprise, nous avons choisi les ratios suivants :
Résultat Net
- Ratio de rentabilité commerciale = x 100
Chiffre d’affaire
CAF
- Ratio de rendement de l’activité = x 100

EBE
72

Tableau n° 27 : Ratio de résultat financier


Ratio N N+1 N+2 N+3 N+4
Rentabilité
commerciale 48,74 26,79 28,68 30,45 32,45
Rendement de
l'activité 100,00 57,57 60,25 62,75 64,90
Source: Auteur décembre 2011

L’entreprise a une rentabilité commerciale acceptable. La marge nette


prélevée par l’unité après déduction de toutes les charges est respectivement de
48.74% ; 26.79%, 28.68%, 30.45% ; 32.45% dans les cinq premiers exercices.
La suivie de l’activité sera alors assurée totalement.
Enfin, par rapport à l’excédent brut d’exploitation c’est-à-dire sans
considération des amortissements et les charges financières : l’autofinancement sera
de 100% ; 57.57% ; 60.25% ; 62.75% ; 64.90%

1.2 Critère de rentabilité

1.2.1 La valeur actuelle nette (V.A.N)


La VAN permet à l’entreprise de savoir si l’investissement engagé est
intéressant.
Lorsque la VAN est positif, l’utilisation des fonds pour financer le projet
d’investissement est meilleure :

j=n

VAN = ∑ MBA j(1+i)-n -C


j=1

Avec N = la durée du projet, C = Investissement et I = le taux d’actualisation


Prenons comme exemple un taux d’actualisation 30%. Le tableau ci-après
montre les marges brutes d’autofinancement actualisées pour les cinq années.
73

Tableau n°28: Les Marges brutes d’autofinancement actualisées


Rubrique Année N Année N+1 Année N+2 Année N+3 Année N+4
Recettes 403 010 000 443 311 000 487 642 100 536 406 310 590 046 941
Charges décaissées 187 420 200 306 397 116 329 611 967 354 919 631 383 070 577
Charges calculées 19 150 000 18 150 000 18 150 000 18 150 000 15 500 000
Résultat imposable 196 439 800 152 261 390 179 333 503 209 405 998 245 482 518
IR 33 497 506 39 453 371 46 069 320 54 006 154
Résultat net 196 439 800 118 763 884 139 880 133 163 336 679 191 476 364
Amortissement 19 150 000 18 150 000 18 150 000 18 150 000 15 500 000
MBA 215 589 800 136 913 884 158 030 133 181 486 679 206 976 364
1
-n
(1+i) 0,77 0,60 0,45 0,35 0,26

-n
MBA (1+i) 166 004 146 82 148 331 71 113 560 63 520 338 53 813 855
MBA actualisées
cumulées 166 004 146 248 152 477 319 266 036 382 786 374 436 600 228
Source: Auteur décembre 2011

D’ où VAN = 436 600 228 – 296 600 000


VAN = 140 000 228
Avec un taux d’actualisation de 30%, on peut constater que l’investissement
de PANGALANA HOTEL est rentable.

1.2.2 Le taux de rentabilité interne (TRI)


Le taux de rentabilité interne correspond au taux d’actualisation où la VAN
devient nul.
Prenons l’exemple où t = 20% et t = 30%.

Tableau n°29 : Tableau de taux de rentabilité interne


t=50 t=60
Facteur Facteur
Année MBA d'actualisation MBA actualisée d'actualisation MBA actualisée
N 215 589 800 0,66 142 289 268 0,63 135 821 574
N+1 136 913 884 0,44 60 242 109 0,39 53 396 415
N+2 158 030 133 0,3 47 409 040 0,24 37 927 232
N+3 181 486 679 0,2 36 297 336 0,15 27 223 002
N+4 206 976 364 0,13 26 906 927 0,09 18 627 873
TOTAL 313 144 680 272 996 095
Source: Auteur décembre 2011

Pour t = 50% : la VAN = 313 144 680 – 296 600 000


VAN = 16 544 680
Pour t = 60% : la VAN = 272 996 095– 296 600 000
74

VAN = - 23 603 905


Donc le calcul de TRI se fait par un interpolation linéaire 20<X<30
- 23 603 905<0< 16 544 680
X – 50  0 – 16 544 680
60-50 -23 603 905- 16 544 680

X = 54,12%

TRI est ainsi 54 ,12%


Avec un taux de rentabilité interne de 54,12 % le résultat de notre calcul est
supérieur au taux exigé, on peut dire que notre projet est rentable du point de vu
remboursement des emprunts. Nous pouvons être sûrs que c’est un investissement
presque sans risque.

1.2.3 L’indice de profitabilité (IP)


Formule
j=n

∑ MBA j(1+i)-j
j=1
IP =------------------------
C
Application numérique
IP = 436 600 228
296 600 000
IP = 1.47
Avec indice de 1, 47 qui est supérieur à 1 ce qui veut dire que la rentabilité est
supérieur au taux exigé. Un Ariary investi génère 0,47 Ariary.

1.2.4. La durée de remboursement des capitaux investis (DRCI)


C’est la durée telle que :
j=n

∑ MBA j(1+i)-j
j=1
75

D’après le tableau n°41, la valeur de l’investissement se trouve entre l’année


N + 1 et N + 2 :
248 152 477 < 296 600 000 < 319 266 036
1 <X <2
X-1 = 296 600 000- 248 152 477
2-1 319 266 036- 248 152 477
X-1= 0,68
X = 1,68
D’où DRCI = 1 ans 8 mois 5 jours

En conclusion, les critères d’évaluation ont donné un résultat favorable


- Le VAN > 0
- Le TRI est supérieur au taux d’intérêt de l’emprunt
- Le IP > I
- Le DRCI à court durée
Ce qui nous permettons de dire que notre projet est financièrement rentable.

Section II: Evaluation économique

Cette section représente en général la richesse créée par la réalisation du


projet. Nous allons donc voir les différentes manières d’évaluation :

2.1 Effet sur l’économie nationale

Ce projet tient une place importante dans l’économie de notre pays car il crée
des valeurs ajoutées augmentant le Produit Intérieur Brut (PIB). En effet, la création
de valeurs ajoutées est le meilleur moyen de développer l’économie d’un pays
comme Madagascar.
Une autre contribution de ce projet dans l’économie nationale est le paiement
d’impôts et taxes, notamment plus élevés en matière de biens fonciers augmentant
les recettes fiscales de l’Etats.
76

2.2 Création de la valeur ajoutée

Rappelons le concept de valeur ajoutée. La valeur ajoutée est la différence


entre la valeur des biens avant transformation et la valeur après transformation. Ainsi
la valeur ajoutée est le fruit d’un travail de transformation en vue de valoriser des
matières premières.
Pour le cas de notre future entreprise en tant qu’entreprise vendeur de
service, il n’y aura pas le rubrique de production de l’exercice donc la valeur ajoutée
c’est tout simplement la différence entre la marge commerciale et le consommation
intermédiaire.
Sa valeur dans la première année d’exercice atteint de 220 302 000 Ar.

2.3 Développement économique de la région

L’implantation d’un hôtel restaurant aux normes internationales dans la région


d’Ambila Lemaitso entraîne un développement économique non seulement sur le
plan touristique mais aussi sur le plan agricole car l’existence des visiteurs (étrangers
ou locales) dans la région entraîne une hausse de revenu des agriculteurs, des
éleveurs, des pêcheurs et des industriels de transformation de bois, des artisans
puisqu’ils peuvent répondre directement les besoins des consommateurs.

Section III : Evaluation sociale


L’évaluation sociale du projet permet de mesurer l’avantage de la société dans
laquelle il évoluera.

3.1 Utilités sociales

Le projet PANGALANA HOTEL présente beaucoup d’intérêts sur le plan social


car il vise à améliorer les conditions environnementales de la région. Il contribuera
aussi à la réalisation du plan de développement de la région d’ Ambila Lemaitso par
exemple la conservation d’écotourisme avec son entretien, la création d’emplois
directs et indirects de la population riveraine.
Le projet augmente les recettes fiscales qui constituent la principale ressource
de l’Etat lui permettant de réaliser des infrastructures publiques, le paiement du
77

salaire des fonctionnaires, la facilitation de l’accès du peuple aux soins et à


l’éducation etc.…Le projet donne des débouchés aux producteurs locaux des
produits agricoles.

3.2 Nombre d’emplois créés

Comme nous avons déjà vu dans la partie précédente, le personnel de


PANGALANA HOTEL sera composé de 17 personnes à caractère permanent d’une
part, le recrutement de personnel temporaire pendant la haute saison d’autre part.
Selon l’Office Malgache du Tourisme, la création d’un emploi direct entraîne la
création de trois (3) emplois indirects. Donc dans cette localité, il y au mois 51
emplois indirects crées.

3.3 L’impact sur la vie de la population

L’impact évident attendu du projet PANGALANA HOTEL est la nette


amélioration de condition de vie des ménages situés aux environs de l’implantation.
En effet, les ménages trouveront du travail et des débouchés.
Les régions environnantes du site d’implantation du projet y trouvent aussi des
avantages car l’implantation de site de ce genre sera nécessairement soumise au
paiement de droits et impôts sources de revenus pour les communes et autres
collectivités décentralisées, sans parler de sponsoring de l’établissement au niveau
des activités effectuées dans cette localité.

Section IV : Cadre Logique

Le cadre logique est un outil qui présente les informations nécessaires pour
comprendre et gérer les projets de façon logique et systématique. Les informations
présentées dans le cadre logique sont basées sur des analyses propres au contexte
du projet pour garantir sa pertinence, sa faisabilité et sa durabilité.
78

Tableau n°30 : Cadre logique


Logique Indicateurs Moyen de Hypothèse
d’intervention objectivement vérification
vérifiables
- Contribuer au - accroître de 10% la - Rapport du Ministère - Appui du Ministère
développement du part de marché obtenu du Tourisme et de - Engagement de
tourisme -50 touristes par jour l’Artisanat l’Etat
Objectifs Globaux - Satisfaire les -amélioration de 70% - Rapport de l’INSTAT - Crise économique
touristes durant leur de la qualité des inexistante
séjour services pour les
- Contribuer à la touristes
croissance
économique malgache

- Améliorer la capacité -Augmenter de 20% la - Annuaire statistique - Engagement de


d’accueil des touristes création publié par les agences l’Etat
Objectifs spécifiques
d’infrastructure publiques (INSTAT) - Contrôle des
hôtelière opérateurs hôteliers
-Création d’un -Un complexe -Descente sur terrain, -Respect du délai de
Résultat complexe hôtelier occupant 2 500 m2 de rapport d’activité travaux par
terres annuelle l’entrepreneur
- Acquisition d’un -un terrain batis de Titre foncier Consentement des
terrain 2 500 m2 acquis propriétaires à vendre
le terrain
- Exécution des -20 bungalows Bon de réception Accomplissement des
travaux de construits travaux avec des
construction -1 bâtiment construit techniciens
- 1 parking aménagé compétents
- Acquisition des -Equipements installés Bon de livraison Consentement des
différents matériels et fournisseurs à livrer
équipement de les matériels à temps
production
- Montage des - Installation Descente sur terrain, Existence de
différents matériels de fonctionnelle hôtelière bon de réception, techniciens
Activités
production et de restauration factures compétents
- Achat de matériel de - 1 voiture minibus Bon de livraison et Existence du matériel
transport TOYOTA facture sur le marché
-Achat de matières - Ingrédients pour la Facture, bon de Réception des
premières restauration livraison matières premières à
- tenues des temps
personnels
- boisson, savon,
papier toilette…
- les combustibles :
gaz, essence,…
Recrutement des 17 personnes Bulletin de paie Consentement des
personnels qualifiées employés
Organisation Raison sociale Brevet de construction
institutionnelle

Intrants Personnes 17 personnes Contrats de travail Existence de


spécialisées en la disponibles personnes
matière compétentes
Ressource financière Relevé bancaire Le trésor libère le fond
Ressources
financières disponibles
et suffisantes
Administrations
Conditions publiques
préalables Demande
d’autorisation de l’Etat
L’image perçue du
tourisme dans la
région
Source: Auteur décembre 2011
Ce cadre logique comprend généralement les objectifs globaux, les objectifs
spécifiques, les résultats attendus, les activités et les hypothèses.
79

CONCLUSION DE LA TROISIEME PARTIE

Cette troisième et dernière partie a été consacrée à l’étude financière du


projet. Elle nous a permis d’évaluer financièrement l’investissement qui est constitué
par l’apport des associés et par un emprunt bancaire.

Après l’évaluation financière du projet, on a pu conclure que le projet est


efficient avec une valeur actuelle nette de 140 000 228 Ariary, un taux de rentabilité
interne égale à 54,12 %avec un indice de profitabilité de 1,47et le capital investi sera
récupéré dans 1 ans 8 mois 5 jours.

Finalement le projet a ses conséquences sur tous les plans c'est-à-dire


financier, économique et social. En effet le projet apporte son aide au
développement de notre pays en payant des impôts, en créant des emplois et
réduire le chômage en même temps, en rehaussant le niveau de savoir, de la
connaissance, d’échange culturel des originaires d’Ambila Lemaitso, localité où sera
implanté le projet.
80

CONCLUSION GENERALE

Le secteur du tourisme peut être considéré comme un tremplin pour arriver à


un développement économique certain et durable de la grande île. La réalisation
d’un projet comme celle-ci va concrétiser la politique du gouvernement malgache en
matière de tourisme. Cette politique est plutôt axée sur la promotion du tourisme de
découverte. L’objectif principal consiste ainsi à développer et à améliorer l’offre
touristique dans toutes les régions.
Nous souhaitons que la relance des activités du tourisme soit effective à
Ambila lemaitso. Ainsi, la réalisation de PANGALANA HOTEL dans cette localité
pourrait donner naissance à de nouvel élan pour la région Antsinanana et ce serait
une grande opportunité d’accueil touristique. De plus, selon une analyse effectuée à
propos de l’étude du marché, il a été démontré la possibilité d’en tirer les conclusions
suivantes : Ambila Lemaitso pourrait être en mesure d’offrir des produits spécifiques
plus variées pour les touristes quelque soit le motif de leur visite.
La destination AMBILA LEMAITSO, devient très intéressante pour les
touristes, étant donné l’environnement très riche en faune et en flore, le climat
incitateur, et la pureté de l’air et dans une station balnéaire la plus proche de la
capitale.
Toutefois, l’accomplissement de ce projet solliciterait des connaissances
spécifiques plus approfondies en écotourisme, en hôtellerie, et en gestion telles que
les expériences de la réalisation, de l’organisation, de financement sans négliger le
marketing lié à la commercialisation des prestations ainsi que la réhabilitation de la
tronçon de route Brickaville- Amila Lemaitso.
La qualité des services offerts nous permettra d’attaquer le marché et de nous
positionner face aux concurrents déjà installés dans ce secteur. Les stratégies de
marketing PULL pendant la phase de démarrage, puis après le lancement des
stratégies à dominante PUSH seront adoptées.
Des études techniques de réalisation de la société, sur les stratégies
marketing et organisationnelles nous ont éclairées sur la conduite du projet.
Avec la classe UNE ETOILE, nous avons montré que la création d’un
complexe hôtelier nécessite l’application de plusieurs techniques que ce soit au
niveau de la construction de l’hôtel qu’au niveau des produits et services offerts. A
81

travers l’analyse organisationnelle de l’entreprise, nous avons également identifié


l’organigramme de l’entreprise avec une bonne gestion de ses personnels.
L’analyse de l’évolution des résultats de l’exercice et les différents critères
d’évaluation du projet nous a permis de s’assurer de la rentabilité financière du projet
et que le projet présente des avantages considérables pour l’économie malgache.
En effet nous avons montré que la valeur actuelle nette est positive, d’un
montant de 140 000 228 Ariary. Le taux de rentabilité est de 54,12 % qui est
supérieur au taux d’emprunt bancaire. Avec un indice profitabilité de 1, 47 qui est
supérieur à 1, nous pouvons dire que la rentabilité est supérieure au taux exigé. Un
Ariary investi génère 0,47 Ariary. Et nous pouvons récupérer le capital investi dans
un délai moindre de 1 ans 8 mois et 5 jours.
Un tel projet est rentable mais nécessite un grand investissement. Mais si on
regarde les opportunités commerciales et la rentabilité, nous pouvons dire que
l’entreprise ne sera pas la seule à en profiter. Les impacts au niveau économique et
social sont aussi considérables pour n’en citer que la création de plusieurs emplois
directs et indirects.

Nous espérons que le projet puisse inciter des investisseurs, futurs nouveaux
opérateurs économiques, à la conception d’autres projets et participer ainsi au
développement de notre pays.
BIBLIOGRAPHIE
OUVRAGES

- FORGET Jack GRIMBERT GUY, Financement et rentabilité des


investissements, Edition organisation, 5 Rue Rousselet 757007 Paris, année
1977, 164 pages.
- KOTLER ET DUBOIS, Marketing et Management, 10ème édition, Paris,
année 2000.
- LANQUAR R, collection « Que sais je ? », 4ème édition, Paris, pages 17
- LENDREVIE J., LINDON D., LAUFER R., Théorie et pratique du Marketing,
3ème édition Dalloz Gestion Marketing, Paris, année 1983, pages 511.
- THUILLIER P., étude commerciale et Marketing, Paris, année 2000, pages 49
- PY P., Le Tourisme, un phénomène économique, nouvelle édition, Paris,
année 2002, pages 73

TEXTES ET ARRETES
- ANNEXE A l’ ARRETE n° 4902/2001 Ministère du Tourisme du 19 Avril 2001
- ANNEXE A l’ ARRETE n° 4911/2001 Ministère du Tourisme du 19 Avril 2001

COURS
- ANDRIAMASIMANANA F., cours de Gestion Financière Approfondie, année
2009
- ANDRIANTSEHENO D., cours de Marketing, année 2009
- MOURAD A., cours de Politique Générale de l’Entreprise, année 2009
- RAVALITERA F., cours d’Entreprenariat et Gestion de Projet, année 2009
- RAZAFIMBELO F., cours de Gestion Financière Approfondie, année 2009

WEBOGRAPHIE
- www.google.com: Tourisme/ année 2011
- www-info-tourisme-madagascar.com : Tourisme/ Juin 2011
www.google.wikipédia.com: wiki /Tourisme/ Décembre 2010
LISTES DES ANNEXES

ANNEXE I : EVOLUTION DES CHARGES............................................................................I


ANNEXE II : CODE DU TOURISME..................................................................................... V
ANNEXE III: LA COMPOSITION DES DOSSIERS DE DEMANDE D’AVIS
PREALABLES AUX PROJETS DE CONSTRUCTION ......................................................XII
I

ANNEXE I : EVOLUTION DES CHARGES

1 Achat de marchandise

Les marchandises achetées sont déterminées en fonction des nombres des personnes qui
consomment au restaurant, y compris les pensionnaires de l’hôtel.
On estime 20 personnes par jour durant le mois de janvier à avril et 40 personnes par jour
durant le mois de mai à août ; enfin 70 personnes par jour durant les mois restants.
Or, les coûts d’achat des marchandises par jour consommées par un touriste sont majorés à
10% par an. Alors le tableau suivant montre l’évolution des achats pendant cinq ans à venir.

Tableau Evolution des achats des marchandises en Ariary


Année N Année N+1 Année N+2 Année N+3 Année N+4
Besoin
alimentaire d'un
touriste en Ariary 11 180 12 298 13 528 14 881 16 369

Janvier à Avril 26 832 000 29 515 200 32 466 720 35 713 392 39 284 731
Mai à Août 53 664 000 59 030 400 64 933 440 71 426 784 78 569 462
Sept à Dec 93 912 000 103 303 200 113 633 520 124 996 872 137 496 559
TOTAL 174 408 000 191 848 800 211 033 680 232 137 048 255 350 753
Source: Auteur décembre 2011
Donc à partir du montant de consommation d’un touriste affiché dans le tableau ci dessus, on
peut trouver les achats de marchandises pour les 5 premières années.

2 Achat de fournitures consommables

Les fournitures consommables sont : les Produits combustibles (gaz), les Produits d’entretien,
les fournitures de bureau, l’eau et électricité et les carburants.
Donc, le tableau suivant montre leurs évolutions pour l’année N

Tableau: Evolution des achats de l’année N


ELEMENTS Janv à Avril Mai à Août Sept à Dec Total
Produit combustible 200 000 250 000 250 000 700 000
Produit d'entretien 60 000 60 000 60 000 180 000
Fourniture de bureau 50 000 60 000 60 000 170 000
Eau et électricité 600 000 650 000 700 000 1 950 000
Carburant 400 000 450 000 500 000 1 350 000
Total 1 310 000 1 470 000 1 570 000 4 350 000
Source: Auteur décembre 2011
Chaque mois, la consommation des fournitures consommables n’est pas le même d’une part,
et n’est pas proportionnelle à la vente d’autre part. Ce cas est produit par différente raison :
- utilisation permanente même s’il n’y a pas de client ;
- plusieurs personnes dans une seule préparation ;
-charge fixe.
II

En tenant compte l’inflation à Madagascar, les fournitures consommables sont majorées en


moyenne de 5% par an. Par conséquent, le tableau suivant nous montre l’évolution de prix des
fournitures consommables pendant les cinq années consécutives.

Tableau : Evolution de prix des fournitures consommables


ELEMENTS Année N Année N+1 Année N+2 Année N+3 Année N+4
Produit
combustible 700 000 735 000 771 750 810 338 850 854
Produit
d'entretien 180 000 189 000 198 450 208 373 218 791
Fourniture de
bureau 170 000 178 500 187 425 196 796 206 636
Eau et électricité 1 950 000 2 047 500 2 149 875 2 257 369 2 370 237
Carburant 1 350 000 1 417 500 1 488 375 1 562 794 1 640 933
Total 4 350 000 4 567 500 4 795 875 5 035 669 5 287 452
Source: Auteur décembre 2011

3 Les charges externes


L’évolution des charges externes se présente comme suit :

Tableau : Evolution des charges externes


ELEMENTS Année N Année N+1 Année N+2 Année N+3 Année N+4
Entretien et réparation 300 000 315 000 330 750 347 288 364 652
Maintenance 200 000 210 000 220 500 231 525 243 101
Prime d'assurance 300 000 315 000 330 750 347 288 364 652
Publicité- Publication 1 000 000 1 050 000 1 102 500 1 157 625 1 215 506
Poste
Télécommunication 1 600 000 1 680 000 1 764 000 1 852 200 1 944 810
Déplacement 350 000 367 500 385 875 405 169 425 427
Total 3 750 000 3 937 500 4 134 375 4 341 094 4 558 148
Source: Auteur décembre 2011
Nous estimons une évolution de 5% des charges chaque année

4 Impôts et taxes
En respectant la loi en vigueur, les impôts et taxes susceptibles de frapper PANGALANA
HOTEL sont affichés sur le tableau suivant :

Tableau : Impôts et taxes


DESIGNATION Année N Année N+1 Année N+2 Année N+3 Année N+4
Droits et Taxes
divers 150 000 150 000 150 000 150 000 150 000
Droit
d'enregistrement 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000
Vignette et visite
technique de voiture 40 000 40 000 40 000 40 000 40 000
TOTAL 240 000 240 000 240 000 240 000 240 000
Source: Auteur décembre 2011
III

5 Les charges du personnel


Avant d’entrer dans le détail de charge de personnel, nous allons voir le détail de la sécurité
sociale par le tableau ci-dessous :

Tableau: Cotisation pour la sécurité sociale


Cotisation Part de salarié Part de l'entreprise
CNAPS 1% du salaire brut 13% du salaire brut
OSTIE 1% du salaire brut 5% du salaire brut
Source: Auteur décembre 2011
Une augmentation de 5% est appliquée annuellement sur la masse salariale pour motiver les
employés. Donc, nous allons voir l’évolution de la masse salariale par le tableau ci-dessous :

Tableau : Evolution de la masse salariale


Charge Personnel Année N Année N+1 Année N+2 Année N+3 Année N+4
Salaire et
appointements 3 790 000 3 979 500 4 178 475 4 387 399 4 606 769
Cotisation patronale
(CNAPS) 492 700 517 335 543 202 570 362 598 880
Cotisation patronale
(OSTIE) 189 500 198 975 208 924 219 370 230 338
TOTAL 4 472 200 4 695 810 4 930 601 5 177 131 5 435 987
Source: Auteur décembre 2011
6Les charges financières
Elles constituent des intérêts débiteur relatif à l’emprunt ce que nous allons voir dans le
tableau suivant :

Tableau : Charges financières


Charges Année N Année N+1 Année N+2 Année N+3 Année N+4
Charges
financières 53 920 000 51 391 200 48 457 792 45 055 039 41 107 845
Source: Auteur décembre 2011

7 Dotations aux amortissements


Les amortissements des immobilisations sont calculés par la méthode du taux constant.
Le détail de calcul est présenté dans le tableau suivant, mais avant tout, nous allons voir la
durée probable de chaque immobilisation.
- Frais d’établissement ..................................................... : 4 ans
- Construction ................................................................... : 20 ans
- Matériel et outillage ........................................................ : 10 ans
- Matériel de transport ...................................................... : 5 ans
- Matériel et mobilier de bureau ........................................ : 4 ans
- Agencement, aménagement, installation ....................... : 5 ans
- Matériel informatique ...................................................... : 4 ans
- Lingeries (drap, nappe de table, taie d’oreillet,….)…….. : 1 an
- Imprévus ........................................................................ : 5 ans
IV

Tableau : Amortissement des immobilisations

Valeur Ta Amortissement
Désignation d'acquisition ux Année N Année N+1 Année N+2 Année N+3 Année N+4
Frais
d’établissement 5 000 000 25 1 250 000 1 250 000 1 250 000 1 250 000
Terrain 40 000 000
Construction 210 000 000 5 10 500 000 10 500 000 10 500 000 10 500 000 10 500 000
Matériel et
outillage 20 000 000 10 2 000 000 2 000 000 2 000 000 2 000 000 2 000 000
Matériel de
transport 8 000 000 20 1 600 000 1 600 000 1 600 000 1 600 000 1 600 000
Matériel et mobilier
de bureau 2 400 000 25 600 000 600 000 600 000 600 000
Agencement,
aménagement,
installation 7 000 000 20 1 400 000 1 400 000 1 400 000 1 400 000 1 400 000
Matériel
informatique 3 200 000 25 800 000 800 000 800 000 800 000
10
Lingeries 1 000 000 0 1 000 000 1 000 000 1 000 000 1 000 000 1 000 000
TOTAL 296 600 000 19 150 000 19 150 000 19 150 000 19 150 000 16 500 000
Valeur nette
comptable 296 600 000 277 450 000 258 300 000 239 150 000 220 000 000 203 500 000
Source: Auteur décembre 2011
Tous les matériels sont acquis au 31 décembre de l’année N – 1
V

ANNEXE II : CODE DU TOURISME


PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE
LOI N°95-017 portant Code du Tourisme

L’Assemblée nationale a adopté en sa séance du 25 juillet 1995


Le Président de la République
Vu la décision n°19-HCC/D.3 du 18 août 1995,
Promulgue la loi dont la teneur suit :

TITRE PREMIER
DISPOSITIONS GENERALES

CHAPITRE PREMIER
OBJET – DEFINITIONS

Article premier - La présente loi, constituant Code du Tourisme, fixe les règles qui
sont de nature à favoriser le développement intégré, ordonné et harmonieux du tourisme, aussi
bien dans le cadre de l’aménagement du territoire national que dans celui de la sauvegarde de
l’environnement. Ce développement doit respecter les éléments de notre identité nationale et
de nos coutumes.

Art. 2.- Aux termes de la présente loi et de ses textes d’application, le tourisme est une
industrie en majorité exportatrice qui concerne l’ensemble des activités économiques offrant
des services aux touristes :

- les opérateurs touristiques sont des personnes physiques ou morales prestataires de


service qui interviennent dans les activités touristiques et notamment l’hébergement, la
restauration et la vente des produits touristiques, l’animation touristique et tout ce qui peut y
être lié ;

- les voyageurs désignent toutes personnes se rendant dans un pays ou lieu autre que
celui où elles ont leur résidence habituelle ;

- les touristes désignent les voyageurs temporaires séjournant au moins 24 heures


dans le pays ou lieu visité, pour des motifs d’agrément, professionnel (tourisme d’affaire) ou
personnel ;

- les excursionnistes désignent les voyageurs temporaires dont le séjour ne dépasse


pas 24 heures dans le pays ou lieu visité ;

- les zones d’intérêt touristique désignent des étendues de terrains délimitées


destinées à l’implantation des entreprises touristiques ;

- l’implantation d’une entreprise consiste à concrétiser matériellement sur un lieu


déterminé la réalisation de l’activité de l’entreprise ;

- l’ouverture d’une entreprise consiste à débuter l’exercice de ses activités ;


- licence, étoile ou ravinala est une catégorisation des différentes activités
touristiques destinée à garantir la qualité des prestations offertes aux consommateurs.
VI

CHAPITRE II
CHAMP D’APPLICATION

Art. 3.- Les dispositions de la présente loi s’appliquent à toutes personnes physiques
ou morales oeuvrant pour le développement et la promotion du tourisme et qui sont :

- les organismes et/ou les entreprises intervenant pour l’aménagement et la gestion


des zones d’intérêt touristique ;

- les opérateurs touristiques ;

- les personnes exerçant des activités connexes, telles que le guide, le guide
interprète, l’accompagnateur ou le service traiteur.

Art. 4- Le Ministre chargé du Tourisme exerce la tutelle administrative et technique


sur les activités et sur les entreprises du secteur tourisme.

CHAPITRE III
DROITS ET OBLIGATIONS DES OPERATEURS TOURISTIQUES

Art. 5- Les opérateurs touristiques sont tenus au respect des lois et règlements en
vigueur et notamment :

- le droit commercial ;
- le droit du travail ;
- les recours des tiers et la protection ;
- la protection de l’environnement, de la faune, de la flore ;
- la sauvegarde, protection et conservation du patrimoine national ;
- l’hygiène et la santé publique ;
- l’ordre public et les bonnes mœurs.

Art.6- Au delà de ses obligations que sont celles de tout opérateur commercial, les
opérateurs touristiques sont tenus selon leur activité :

- à une déclaration d’existence au Ministère chargé du Tourisme avec l’attestation


de leur assurance responsabilité civile ;
- à un classement s’ils exercent une activité d’hébergement ou (et) de restauration ;
- à une licence lorsqu’il s’agit d’un agent de voyage, avec toute garantie nécessaire,
notamment financière pour couvrir les risques de la réalisation de la prestation
commandée par le client.

Des textes réglementaires fixeront les modalités d’application des dispositions du


présent article.
Art.7- Les opérateurs touristiques sont tenus de respecter un classement dont les
catégories et les normes ainsi que les modalités d’obtention de licence sont définies par les
textes réglementaires.
VII

Art.8- Les opérateurs touristiques doivent employés des personnes qualifiées.

Ainsi, toute personne exerçant dans le domaine touristique doit bénéficier d’un
minimum de formation.

La formation du personnel est une obligation. Elle peut être entreprise soit directement
à l’initiative de l’entreprise, soit par l’intermédiaire des associations professionnelles et
financée par un fonds de participation ou par des taxes parafiscales.

A ce titre, l’Administration et les associations professionnelles se concertent pour la


définition des objectifs et les modalités de mise en œuvre du programme de formation.

Un agrément est requis pour tout organisme désirant dispenser la formation.

Art. 9- Les opérateurs sont tenus à des règles strictes de publicité extérieure et
intérieure relative aux classements, licences, déclaration d’existence et aux tarifs pratiqués.
Ces règles seront déterminées par voie réglementaire.

Art. 10- Les opérateurs touristiques jouissent du droit d’exercer librement leur activité
professionnelle sur l’ensemble du territoire national dans la mesure où ils respectent les
dispositions légales et les obligations ci-dessus.

Ils disposent de la liberté de recrutement de leur personnel dans le cadre des lois
sociales en vigueur. Cependant, ils sont tenus d’employer de préférence, à capacité égale du
personnel national.

Ils ont droit à la protection de leurs biens et de leur personnel.

Ils bénéficient de la promotion mise en place par les pouvoirs publics et notamment de
celle des instances chargées de cette promotion.

CHAPITRE IV
DROITS ET OBLIGATIONS DES TOURISTES

Art. 11- Tout voyageur, qu’il soit excursionniste ou touriste, est tenu au respect des
lois et règlements en vigueur et en particulier ceux relatifs :

- à l’ordre public ;
- aux règlements relatifs au séjour des touristes étrangers ;
- au respect des us et coutumes locaux ;
- aux bonnes mœurs et à la santé publique ;

Les voyageurs doivent participer par une attitude positive au respect de


l’environnement. Toute dégradation volontaire peut conduire à des pénalités conformément
aux dispositions légales et réglementaires en vigueur.

Les plaisanciers sont tenus au respect des règles de sécurité relatives à la navigation de
plaisance prescrite par le Code Maritime et les Codes des Voies Navigables et leurs textes
d’application.
VIII

Art. 12- Ils ont droit à la sécurité des biens et des personnes, sur toute l’étendue du
territoire, notamment pour les déplacements quels qu’ils soient, à l’assistance en cas de
besoin, notamment en matière de santé, à toutes les mesures relatives à la protection du
consommateur et plus particulièrement à une publicité claire des prix pratiqués.

TITRE II
CONDITIONS D’IMPLANTATION

Art. 13- L’exercice de toutes activités dans le secteur tourisme est soumis à une
autorisation préalable du Ministère chargé du Tourisme.

Les modalités d’implantation des entreprises prestataires de services liés au tourisme


seront fixées par voies réglementaires.

Le Ministère chargé du Tourisme est consulté pour avis préalablement au dépôt du


permis de construire pour les constructions et aménagements à vocation touristique. Il est
associé à la délivrance du certificat de conformité.

Art. 14- La délimitation et le classement des zones d’intérêt touristique sont fixés par
voie réglementaire interministérielle.

Chaque zone fera l’objet d’un plan d’aménagement et d’un cahier des charges
approuvés par décret.

TITRE III
REGIME DES ACTIVITES DES ENTREPRISES DE SERVICE LIE AU TOURISME

CHAPITRE PREMIER
CONDITIONS D’EXERCICE

Art.15- Nul ne peut, directement ou par personne interposée, pour son compte ou pour
le compte d’autrui ou en qualité de dirigeant de droit ou de fait d’une entreprise, se livrer ou
apporter son concours aux activités des entreprises de service lié au tourisme s’il a fait l’objet
d’un mandat d’arrêt international, ou s’il a fait l’objet d’une condamnation à une peine
d’emprisonnement avec ou sans sursis, notamment pour l’une des infractions ci-après :

- faux et usage de faux en écriture privée de commerce ou de banque ;


- vol, recel, escroquerie, abus de confiance, banqueroute, extorsion de fonds, valeurs
ou signatures ;
- délits en matière de drogue ;
- délits en matière de chèque ;
- atteinte aux bonnes mœurs.

Art. 16- Dans l’exercice de leurs activités, les opérateurs touristiques sont tenus de :

- communiquer tout document relatif à la profession et ce, à la demande de


l’Autorité chargée du Tourisme ;
- tenir livres et documents à la disposition des agents habilités à les consulter ;
IX

- souscrire une assurance couvrant les conséquences de leur responsabilité civile et


professionnelle ;
- apposer les panonceaux réglementaires à la vue des touristes.

CHAPITRE II
CONTROLE DES ACTIVITES TOURISTIQUES

Art. 17- Toute personne physique ou morale exerçant des activités touristiques est
soumise à un contrôle administratif destiné à vérifier la conformité de ses activités aux
dispositions de la présente loi et ses textes d’application.

Art. 18- Des agents habilités à faire le contrôle prévu ci-dessus et dûment mandaté par
le Ministre chargé du Tourisme procèdent notamment à la vérification du respect des
conditions prescrites par la présente loi et ses textes d’application.

Ils seront assermentés pour les verbalisations jugées nécessaires.

TITRE IV
DISPOSITIONS PARTICULIERES

Art. 19- Les opérateurs touristiques peuvent former librement des associations ou des
groupements professionnels, qui peuvent demander à être reconnus légalement.

Ils sont représentés au sein des instances nationales du tourisme pour faire entendre
leurs propositions et leurs suggestions, par l’intermédiaire de leurs associations
professionnelles.

Art. 20- Des comités à différents niveaux pour le développement du tourisme et dont
la mission, la composition et le fonctionnement sont fixés par voie réglementaire peuvent être
créés. Notamment, une structure de concertation avec l’ensemble des Ministères concernés
sera dotée d’un pouvoir de proposition et d’harmonisation des différentes actions.

Art. 21- Le Ministère chargé du Tourisme peut mandater une structure associative
reconnue d’utilité publique et regroupant les opérateurs du tourisme, d’une mission de
promotion.

Son financement pourra être assuré en partie des recettes perçues à l’occasion d’une
ou de plusieurs prestations de ce secteur.
TITRE V
DISPOSITIONS PENALES

CHAPITRE PREMIER
INFRACTIONS ET PENALITES

Art. 22- Les infractions aux dispositions de la présente loi et de ses textes
d’application seront poursuivies et réprimées par les lois et les règlements en vigueur.

Les agents cités à l’article 18 ci-dessus procèdent à une mise en demeure assortie de
délais et éventuellement par des propositions de sanctions administratives.
X

Art. 23- Les infractions relatives aux procédures d’implantation, de permis de


construire et de certificat d’urbanisme, de constructions relèvent du Code de l’Urbanisme et
des textes régissant le Patrimoine national.

Art. 24- Les infractions relatives à l’hygiène, la salubrité et la santé des employés et
des clients, relèvent du Code de la Santé Publique.

Art. 25- Les infractions aux dispositions relatives :

- à la non communication de documents, renseignements, tenue de registre ;


- au classement, licence, autorisations, assurances ;
- à la publicité des prix, affichage, présentation du classement, tromperie sur la
qualité, les appellations,

seront punies d’amendes qui seront fixées par voie réglementaire.

CHAPITRE II
CONSTATATION DES INFRACTIONS

Art. 26- Les infractions à la présente loi et aux règlements pris pour son application
sont recherchées et constatées par les agent prévus à l’article 18 ou les autres agents de
l’Administration spécialement habilités et dûment mandatés.

Art. 27- Les agents visés ci-dessus ont libre accès dans les lieux d’exploitation et leurs
dépendances.

Ils peuvent exiger la communication en quelque main qu’ils se trouvent, des


documents de toute nature propres à faciliter l’accomplissement de leur mission.

Art. 28- Les infractions sont constatées au moyen de procès verbaux qui :

- énoncent la nature et le lieu d’infractions, la date de constatation ou de contrôle


effectué, les noms, qualité et adresse des contrevenants ;
- indiquent que l’exploitant a été informé de la date et du lieu de leur rédaction ;
- précisent en outre que l’exploitant a été avisé de sa possibilité d’adresser un
mémoire de défense dans un délai de huit (08) jours francs ;
- sont dispensés de formalités d’enregistrement et de droit de timbre ;
- font foi, jusqu’à preuve du contraire, des constatations matérielles qu’ils relatent.

Art. 29- Les procès verbaux dressés et dûment signés par le ou les agents
verbalisateurs et le responsable de l’entreprise contrevenante sont transmis dans les meilleurs
délais au Ministre chargé du Tourisme ou à l’Autorité locale ou toute autre Autorité à qui il
délègue son pouvoir. Si le représentant de l’entreprise refuse de signer, mention en est faite au
procès verbal.
Une copie est remise pour information à l’intéressé.
XI

TITRE VI
DISPOSITIONS DIVERSES

Art. 30- Les dispositions de la présente loi ainsi que celles des textes réglementaires
s’appliquent aussi bien aux entreprises à créer qu’à celles déjà existantes.

Ces dernières sont tenues de s’y conformer dans un délai d’un an à compter de la date
de publication desdits textes.

Art. 31- Toutes dispositions antérieures contraires à la présente loi sont et demeurent
abrogées.

Art. 32- La présente loi sera publiée au journal officiel de la République.

Elle sera exécutée comme loi de l’Etat.

Promulguée à Antananarivo, le 25 août 1995


Pr. ZAFY Albert
XII

ANNEXE III: LA COMPOSITION DES DOSSIERS DE DEMANDE D’AVIS


PREALABLES AUX PROJETS DE CONSTRUCTION
REPOBLIKAN’IMADAGASIKARA
Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana

-------------
MINISTERE DU TOURISME
---------------- ARRETE N° 4889 /2001 / MINTOUR
fixant la composition des dossiers de demande d’avis
préalable aux projets de construction, d’aménagement
et d’extension des établissements d’hébergement
et/ou de restauration ainsi que celle des dossiers de
demande d'autorisation d’ouverture et de classement.

LE MINISTRE DU TOURISME,

Vu la Constitution,
Vu la Loi n° 95-017 du 25 août 1995 portant Code du Tourisme ;
Vu le décret n° 99-954 du 15 décembre 1999 relatif à la mise en compatibilité des
investissements avec l’environnement ;
Vu le décret n°2001-027 du 10 janvier 2001 portant refonte du décret n° 96-773 du 03
septembre 1996 relatif aux normes régissant les entreprises, établissements et opérateurs
touristiques ainsi que leurs modalités d’application ;
Vu le décret n° 98-522 du 23 juillet 1998 portant nomination du Premier Ministre, Chef du
Gouvernement ;
Vu le décret n° 98-530 du 31 juillet 1998 portant nomination des Membres du
Gouvernement ;
Vu le décret n° 97-219 du 27 mars 1997 fixant les attributions du Ministre du Tourisme ainsi
que l’organisation générale de son Ministère ;

A R R E T E :

Article premier : En application des dispositions des articles 7, 9 et 66 du décret n°2001-027


du 10 janvier 2001, le présent arrêté fixe la composition des dossiers de demande :
- d’avis préalable
- d’autorisation d’ouverture de et classement.

Article 2 : La composition des dossiers de demande d’avis préalable figure en annexe I du


présent arrêté.
Article 3 : La composition des dossiers de demande d’autorisation d’ouverture et de
classement figure en annexe II du présent arrêté.
Article 4 : Sont et demeurent abrogées les dispositions antérieures contraires à celles du
présent arrêté.
Article 5 : Le présent arrêté sera enregistré, publié au Journal Officiel de la République et
communiqué partout où besoin sera.
Fait à Antananarivo, le 19 avril 2001
LE MINISTRE DU TOURISME
RAZAFIMANJATO Blandin
XIII

TITRE PREMIER
A L’ARRETE N°4889 /2001 / MINTOUR du 19 avril 2001

DEMANDE D’AVIS PREALABLE

I – Composition de dossier
Le dossier est composé de:
1- Une lettre de demande;
2- Une fiche de renseignements sur l'identité du demandeur, sur la description
sommaire de l’établissement ou du terrain de camping. Pour les étrangers, cette fiche
doit être accompagnée d'une copie certifiée conforme de l'original du visa de long
séjour en cours de validité ;
3- Une description sommaire de l'environnement : informations sur les sites
touristiques, culturels, naturels situés à moins de 500 m de l’établissement;
4- Un plan de masse;
5- Un plan esquisse côté du projet;
6- Un plan d'assainissement des eaux usées, eaux-vannes, eaux de pluie;
7- Un plan d’immatriculation ou plan cadastral du terrain;
8- Un certificat de situation juridique du terrain;
9- Un bail dûment enregistré auprès du Service de l’enregistrement dont relève le lieu
d'implantation de l’immeuble (cas de location) ;
10- Un programme d’engagement environnemental (PREE) pour tout aménagement
hôtelier d'une capacité d'hébergement comprise entre cinquante (50) et cent vingt
(120) chambres ou pour tout restaurant d'une capacité comprise entre soixante (60)
et deux cent cinquante (250) couverts ou tout aménagement récréo-touristique d'une
surface comprise entre deux (02) et vingt (20) hectares ;
11- Un permis environnemental délivré par le Ministre chargé de l’Environnement pour
les projets nécessitant une étude d’impact environnemental (EIE). Il s'agit de tout
aménagement hôtelier d'une capacité d'hébergement supérieure à cent vingt (120)
chambres ou pour tout restaurant d'une capacité de plus de deux cent cinquante
(250) couverts ou tout aménagement récréo-touristique d'une surface combinée de
plus de vingt (20) hectares ;
12- Un permis environnemental délivré par le Ministre chargé de l’Environnement pour
toutes implantations ou modifications d'aménagements situés dans les zones
sensibles ; ces projets nécessitent une étude d’impact environnemental (EIE).
XIV

II- Modèle-type de la demande :

Monsieur le Ministre,
Je soussigné(e),………………………, ai l’honneur de vous soumettre un dossier
relatif à la réalisation d’un projet de construction, d’aménagement, d’extension (1), d’un
établissement d’hébergement et/ou de restauration, d’un terrain de camping (1) ) aux fins
d’obtention d'un avis préalable. (2)
OU
Je soussigné(e),……………………… agissant au nom de la société …………….., ai
l’honneur de vous soumettre un dossier relatif à la réalisation d’un projet de construction,
d’aménagement, d’extension (1), d’un établissement d’hébergement et/ou de restauration, d’un
terrain de camping (1) ) aux fins d’obtention d'un avis préalable.(3)
Vous trouverez ci-joint les dossiers requis.
Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l’assurance de ma très haute considération.
(1)
rayer la mention inutile
(2)
cas d'une entreprise individuelle
(3)
cas d'une société
Fait à …………………………….., le …….
(Signature)
XV

FICHE DE RENSEIGNEMENTS SUR L’IDENTITE DU DEMANDEUR, SUR LA


DESCRIPTION SOMMAIRE D’UN ETABLISSEMENT OU D'UN TERRAIN DE
CAMPING.

A- RENSEIGNEMENTS SUR L'IDENTITÉ DU DEMANDEUR

Société

Dénomination sociale;

Adresse du siège social;

N° registre du Commerce;

Raison sociale;

Mandataire: Nom et prénoms, Nationalité, CIN ou Passeport (numéro, date et lieu de


délivrance, validité), Adresse.
Entreprise individuelle;

Nom et prénoms,

Nationalité

Adresse

CIN ou Passeport (numéro, date et lieu de délivrance, validité)

B- DESCRIPTION SOMMAIRE DE L'ÉTABLISSEMENT ET DE SON


ENVIRONNEMENT
Lieu d'implantation

Faritany

Fivondronana

Commune

Adresse
Nature du projet
- Nouvelle construction ___ Aménagement ___ Extension ___
- Type d'établissement
Hôtel ___ Motel ___ Relais ___ Village de vacances___ Ecolodge
___
Pension de famille ___
Terrain de camping ___
Restaurant___ Snack ou Café ___ Salon de thé ___
XVI

- Type de construction
En bloc R+ (nombre d'étages)
Pavillonnaires: (nombre d'unités)
- Nature de l’ouvrage
En dur ___ En matériaux locaux ___ En semi – dur ___
- Catégorie de classement envisagé :
Ravinala : 1___ 2 ___ 3___
Etoile : 1___ 2 ___ 3___ 4 ___ 5 ___
Description de l'établissement
· Hébergement

Désignation Nombr Superficie


e
- chambre individuelle
- chambre pour deux personnes
- studio
- appartement
- suite
- bungalow à 1 chambre
- bungalow à 2 chambres
- bungalow à 3 chambres
- bungalow à plus de 3
chambres
- local d’accueil
- salle de petit déjeuner
- toilette des parties privatives
- toilette des parties
communes :
- douche ou salle de bain
- WC
- parking
- terrain de jeux
· Restaurant

Désignation Nombre Superficie


Salle de restauration
places
Salon de thé
places
Salon bar
places
Cuisine
ANNEXES
XVII

Magasin de stockage
de denrées
alimentaires
Chambre froide
Salle de préparation
Cave
Local de plonge
Local pour déchets
solides

C- RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LE TERRAIN DE CAMPING

Lieu d’implantation
Faritany
Fivondronana
Commune
Adresse
Dénomination

Caractéristiques techniques
Capacité (nombre de campeurs)
Superficie totale du terrain
Mode d’alimentation en eau potable
Type et nombre d’installations sanitaires
Mode d’évacuation des ordures
ménagères
Dispositions prises pour l’éclairage du
terrain
Éléments divers d’exploitation
Restaurant (1) Commerces (1) Parking (1)

Bar (1) Logement de (1) Terrains de jeux (1)


gardien
Salle de (1) Bureau de (1) (1)
réunion réception
Autres

Catégorie de classement envisagée


1 étoile (1) 2 étoiles (1)

(1)
Cocher la case si la réponse est positive
XVIII

TITRE II
A L’ARRETE N°4889/2001 / MINTOUR du 19 avril 2001

DEMANDE D’AUTORISATION D’OUVERTURE ET DE CLASSEMENT

I – Composition de dossier de demande d’autorisation d’ouverture et de classement


d’un établissement d’hébergement et/ou de restauration :
Le dossier est composé de :
· Une lettre de demande d’autorisation d’ouverture et de classement;
· Une copie de l’avis préalable;
· Une fiche de renseignements sur l’identité du demandeur, sur les installations, les
équipements, les matériels d’exploitation de l’établissement et sur le personnel;
· Une copie certifiée conforme à l’original du permis de construire et du certificat de
conformité;
· Un casier judiciaire bulletin n° 3 de moins de 3 mois;
· Une copie certifiée conforme à l’original du visa de long séjour en cours de validité
pour les étrangers;
· Un état 211 bis de la personne physique ou morale;
· Une attestation de souscription à une assurance responsabilité civile professionnelle;
· Une copie certifiée conforme à l’original du (des) diplôme(s) ou du (des)
certificat(s) attestant les aptitudes professionnelles du personnel cadre;
· Une copie certifiée conforme à l’original des statuts enregistrés de la société;
· Une copie certifiée conforme à l’original de la carte d’identité nationale ou du
passeport.

II – Modèle – type de demande d’autorisation d’ouverture et de classement d’un


établissement d’hébergement et de restauration :
Monsieur le Ministre,
Je soussigné(e),………………………, certifie avoir réalisé le projet de construction,
d’aménagement, d’extension (1), ai mis en place les mesures de sécurité adéquates.(2)
OU
Je soussigné(e),……………………… agissant au nom de la société ……………..,
certifie que la société a réalisé le projet de construction, d’aménagement, d’extension (1), ai
mis en place les mesures de sécurité adéquates (3)
En conséquence, j’ai l’honneur de vous demander l’autorisation d’ouverture de mon
établissement et de procéder à son classement dans la catégorie……………………
Je certifie la véracité des informations fournies dans mon dossier.
Enfin, je m’engage à exploiter mon établissement conformément aux réglementations
et à la déontologie de la profession.
Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l’assurance de ma très haute considération.
(1)
rayer la mention inutile
XIX

(2)
cas d'une entreprise individuelle
(3)
cas d'une société
Fait à …………………………….., le …….
(Signature)

FICHE DE RENSEIGNEMENTS SUR L’IDENTITE DU DEMANDEUR, SUR LES


INSTALLATIONS, LES EQUIPEMENTS, LES MATERIELS D’EXPLOITATION ET
SUR LE PERSONNEL

A- RENSEIGNEMENTS SUR L’IDENTITE DU DEMANDEUR

1- Société :
· Dénomination sociale :
· Adresse du siège social :
· N° registre du Commerce :
· Raison sociale :
· Mandataire :
· Nom et prénoms :
· Nationalité :
· Adresse :

2- Entreprise individuelle

Enseigne commercial :
· Nom et prénoms :
· Nationalité :
· Adresse :
B- RENSEIGNEMENTS SUR LES INSTALLATIONS, LES EQUIPEMENTS ET LES
MATERIELS D’EXPLOITATION DE L’ETABLISSEMENT :
1- Lieu d'implantation :

Faritany :

Fivondronana :

Commune :

Adresse :
2- Catégorie de classement sollicitée :
Ravinala 1 ___ 2 ___ 3 ___

Etoile 1___ 2___ 3 ___ 4___


5___
3- Type d'établissement
Hôtel ___ Motel ___ Relais ___ Ecolodge ___
XX

Restaurant ___
4- Type de construction
En bloc R+ (nombre d'étages)
Pavillonnaires : (nombre d'unités)
5- Nature de l’ouvrage
En dur ___ En matériaux locaux ___ En semi – dur ___
6- Etablissement

· Hébergement :

a.1- Installations et équipements :

Désignation Nombre Superficie


1 – Entrée
2 – Réception
· sanitaires
· salle d'attente
· salon
3 – Salle de petit déjeuner
4 – Garage ou parking

Désignation Nombre Superficie


5 – Les chambres
· Chambre individuelle
· Chambre à deux personnes
· Suite
· Studio
· Appartement
· Bungalow à une chambre
· Bungalow à deux chambres
· Bungalow à trois chambres et plus …
6- Les locaux à usage privatif:
· salle d’eau privative
· W-C privatif
7- Les locaux à usage commun :
· salle d’eau commune
· WC commun
8- Les parties réservées aux différents services
de l’hôtel :
· local d’entreposage des produits et
matériels d’entretien
· vestiaire pour le personnel
· sanitaires complets pour le personnel
XXI

Autres informations
Décrire les moyens de protection contre les insectes et les parasites :
Décrire les mesures prises pour les personnes handicapées:
Indiquer la surface entourant chaque bungalow :
Indiquer la largeur minimale des couloirs :

(1) Accueil

(1) Bagage

(1) Service petit déjeuner

(1) Service de premier secours

(1) Service de réveil

(1) Papier à lettre avec enveloppe dans les chambres

(1) Service de restauration rapide

(1) Service postal

(1) Service de change

(1) Carte de crédit

(1) Station de taxis à proximité

(1) Service d’informations touristiques

(1) Service de transfert vers l’aéroport, la gare ou le port

(1) Installation sportive

(1) Installation de remise en forme

(1) Salon de coiffure

(1) Salon de beauté

(1) Un système de ventilation existe dans chaque chambre

(1) Un système de climatisation existe dans chaque chambre

(1) Est-ce que l’établissement dispose d’équipements adéquats contre


l’incendie ?
(1)
Cocher la case de gauche si la réponse est positive
XXII

a. 2- Personnel :

Désignation Nombr Qualification


e

· Catégorie 1 et 2 étoiles

. Responsable d’étage

. Responsable d’accueil

. Responsable de la lingerie

· Catégorie 3 étoiles

. Responsable d’hébergement

. Responsable de réception

. Responsable d’étage

. Responsable de la lingerie

. Responsable d’animation

· Catégorie 4 et 5 étoiles

. Directeur d’hébergement

. Responsable de réception

. Chef lingère

. Gouvernante d’étage

. Responsable d’animation

. Chef d’entretien

a. 3- Nombre d’emplois créés

Etrangers Nationaux
Cadre
Personnel d’exécution
TOTAL
XXIII

b- Restaurant :

b.1- Installations :

Désignation Nombr superficie


e
1 – Entrée
2 – Sanitaire
3 – Vestiaire
4 – Espace attente ou salon d’attente
5 – Salle de restauration
6 – Salon pour prendre le café ou le digestif
7 – Salon de thé
8 – Salon bar
9 – Cuisine
10 – Chambre froide
11 – Magasin de stockage
12 – Salle de préparation
13 – Salle de plonge
14 – Local pour déchets solides
15 – Cave
16 – Entrepôt bouteilles
17 – Vestiaire pour le personnel
18 – Douche pour le personnel
19 – WC pour le personnel
b.2- Equipements :

Désignation Nombr
e
- Matériel de plonge
……………………………………………………….
- Congélateur
……………………………………………………………….
- Réfrigérateur
………………………………………………………………
- Chambre froide
……………………………………………………………
- Table
…………………………………………………………………
…...
- Chaise
…………………………………………………………………
….
- Fauteuil
…………………………………………………………………

- Tabouret
…………………………………………………………………..
XXIV

Autres informations
Décrire les mesures prises pour les personnes handicapées :
Décrire la situation de la salle de restauration par rapport à la cuisine :

(1) Partie réservée aux non-fumeurs

(1) Tenues du personnel

(1) Extracteur de fumée dans la cuisine

(1) Système de ventilation dans la salle de restauration

(1)
Cocher la case de gauche si la réponse est positive

b.3- Personnel :

Désignation Nombre Qualification


- Catégorie 1 et 2 Ravinala
. Gérant
- Catégorie 3 Ravinala
. Gérant
. Responsable de cuisine
. Responsable de salle
- Catégorie 1 Etoile
. Gérant
. Responsable de cuisine
. Responsable de salle
- Catégorie 2 Etoiles
. Gérant
. Chef de cuisine
. Chef de rang
- Catégorie 3 Etoiles
. Gérant
. Responsable de
restauration
. Chef de cuisine
. Maître d’hôtel
. Chef barman
- Catégorie 4 et 5 Etoiles
. Directeur de la restauration
. Responsable du restaurant
. Chef de cuisine
. Sous-chef de cuisine
. Maître d’hôtel
. Chef de rang
. Chef barman
. Sommelier
XXV

b.4 - Nombre d’emplois créés

Etrangers Nationaux
Cadre
Personnel d’exécution
TOTAL

III- Composition de dossier de demande d’autorisation d’ouverture et de classement des


terrains de camping :

Le dossier est composé de :

·
Une lettre de demande d’autorisation d’ouverture et de classement ;
·
Une copie certifiée conforme à l’original du visa de long séjour en cours de validité
pour les étrangers ;
· Un casier judiciaire bulletin N° 3 de moins de 3 mois ;
· Un état 211 bis de la personne physique ou morale ;
· Une attestation de souscription à une assurance responsabilité civile professionnelle ;
· Une fiche de renseignements sur l’identité du demandeur, sur les installations et
équipements du terrain de camping ;
· Une copie certifiée conforme à l’original de la carte d’identité nationale ou du
passeport.
IV - Modèle – type de la demande d’ouverture et de classement d’un terrain de
camping :

Monsieur le Ministre,
Je soussigné(e),………………………, certifie avoir réalisé le projet d’aménagement,
d’extension (1), d’un terrain de camping, ai mis en place les mesures de sécurité adéquates.(2)
OU
Je soussigné(e),……………………… agissant au nom de la société ……………..,
certifie que la société a réalisé le projet d’aménagement, d’extension (1) d’un terrain de
camping, ai mis en place les mesures de sécurité adéquates (3)
En conséquence, j’ai l’honneur de vous demander l’autorisation d’ouverture de mon
terrain de camping t et de procéder à son classement dans la catégorie……………………
Je certifie la véracité des informations fournies dans mon dossier.
Enfin, je m’engage à exploiter mon terrain de camping conformément aux
réglementations et à la déontologie de la profession.
Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l’assurance de ma très haute considération.
(1)
rayer la mention inutile
(2)
cas d'une entreprise individuelle
(3)
cas d'une société
Fait à …………………………….., le …….
(Signature)
XXVI

FICHE DE RENSEIGNEMENTS SUR L’IDENTITE DU DEMANDEUR, SUR LES


INSTALLATIONS ET LES EQUIPEMENTS DU TERRAIN DE CAMPING

A- RENSEIGNEMENTS SUR L’IDENTITE DU DEMANDEUR :

Société :
· Dénomination sociale :
· Adresse du siège social :
· N° registre du Commerce :
· Raison sociale :
· Mandataire :
· Nom et prénoms :
· Nationalité :
· Adresse :

Entreprise individuelle

Enseigne commercial :
· Nom et prénoms :
· Nationalité :
· Adresse :

B- RENSEIGNEMENTS SUR LES INSTALLATIONS ET EQUIPEMENTS DU TERRAIN


DE CAMPING

Superficie ______

Nombre de tentes ______

DESIGNATION

(1) - Clôture

(1) - Gardiennage de jour et de nuit

(1) - Sécurité assurée en permanence

(1) - Enlèvement quotidien d’ordures

(1) - Système de communication

(1) - Parking

(1) - Aires de jeux


XXVII

(1) - Revêtement pour éviter la poussière

(1) - Eclairage des parties communes

(1) - Pavillon d’administration

(1) - Terrains organisés avec équipements


Equipements et installations pour 50 personnes

Bacs à laver :

(1) . La vaisselle

(1) . Le linge
Douches

(1) . Cabine individuelle

(1) . Avec eau chaude

(1) Lavabo avec glace et tablette en boxe

(1) Service de boissons hygiéniques

(1) Plantations (ombrages)

(1) Cocher la case de gauche si la réponse est positive


XXVIII

TABLE DES MATIERES

REMERCIEMENTS
SOMMAIRE
LISTE DES ABREVIATIONS
LISTES DES TABLEAUX
LISTES DES GRAPHIQUES
LISTE DES SCHEMAS
INTRODUCTION.................................................................................................................. 1
PREMIERE PARTIE : IDENTIFICATION DU PROJET........................................................ 4
CHAPITRE I : PRESENTATION DU PROJET ............................................................... 6
Section I : Historique du projet ...................................................................................... 6
1.1 Objectifs du projet ................................................................................................ 6
1.2 Description du projet ............................................................................................ 7
1.3 Analyse de situation ............................................................................................. 9
1.3.1 Forces ............................................................................................................ 9
1.3.2 Faiblesses ...................................................................................................... 9
1.3.3 Opportunités ................................................................................................ 10
1.3.4 Menaces....................................................................................................... 10
Section II : Caractéristiques du projet .......................................................................... 10
2.1 Activité de l’entreprise ....................................................................................... 10
2.2 Forme juridique .................................................................................................. 11
CHAPITRE II : ETUDE DE MARCHE .......................................................................... 12
Section I : Analyse de la demande ............................................................................... 13
1.1 Présentation de la demande ................................................................................ 14
1.2 Evolution de la demande .................................................................................... 14
Section II : Analyse de l’offre ...................................................................................... 17
2.1 Caractère de l’offre sur le marché ...................................................................... 17
2.2 Evolution de l’offre sur le marché...................................................................... 19
2.3 Clients cibles ...................................................................................................... 20
Section III : Part de marché.......................................................................................... 20
Section IV : Stratégie et politique marketing ............................................................... 22
4.1. Le Marketing-mix ............................................................................................. 23
4.1.1 Politique de produit ..................................................................................... 23
4.1.2 Politique de prix. ......................................................................................... 24
4.1.3 Politique de distribution .............................................................................. 25
4.1.4 Politique de communication ou de promotion. ........................................... 26
4.2 Les stratégies de Marketing PULL à dominante PUSH..................................... 26
CONCLUSION DE LA PREMIERE PARTIE.................................................................... 28
DEUXIEME PARTIE : ETUDE DE FAISABILITE TECHNIQUE ET
ORGANISATIONNELLE DU PROJET ................................................................................. 29
CHAPITRE I : TECHNIQUE DE REALISATION ........................................................ 31
Section I : Techniques de construction de bâtiment..................................................... 31
1.1 Règlement en vigueur......................................................................................... 31
1.2 Bâtiment d’hébergement .................................................................................... 32
1.3 Bâtiment de restauration..................................................................................... 34
Section II : Techniques d’approvisionnement et de stockage ...................................... 36
2.1 Technique d’approvisionnement ........................................................................ 36
XXIX

2.1.1 La technique d’approvisionnement externe ................................................ 37


2.1.2 La technique d’approvisionnement interne ................................................. 38
2.2 Technique de stockage ....................................................................................... 38
2.2.1 Le système de stockage ............................................................................... 38
2.2.2 La gestion des stocks................................................................................... 39
Section III : Identification des moyens ........................................................................ 40
3.1 Moyens Matériels ............................................................................................... 40
3.2 Moyens financiers .............................................................................................. 41
3.3 Moyens humains ................................................................................................ 41
CHAPITRE II : CAPACITE D’ACCUEIL ..................................................................... 43
Section I : Les différents facteurs d’accueil ................................................................. 43
1.1 Service d’hébergement....................................................................................... 43
1.2 Service restauration ............................................................................................ 44
Section II : Evolution du chiffre d’affaire et de l’accueil envisagé ............................. 45
2.1 Description de l’accueil...................................................................................... 45
2.2 Description de la vente....................................................................................... 46
CHAPITRE III : ETUDE ORGANISATIONNELLE ..................................................... 47
Section I : Structure Organisationnelle ........................................................................ 47
1.1 Organigramme de l’Entreprise ........................................................................... 47
1.2 Description des fonctions et profils des personnels ........................................... 48
1.2.1 Le GERANT ............................................................................................... 48
1.2.2 Le GESTIONNAIRE : ................................................................................ 49
1.2.3 Le RESPONSABLE HOTELLERIE : ........................................................ 49
1.2.4 Le RESPONSABLE DE RESTAURANT :................................................ 49
1.2.5 Le RECEPTIONNISTE: ............................................................................. 50
1.2.6 Les CUISINIERS: ....................................................................................... 50
1.2.7 Les SERVEURS:......................................................................................... 50
Section II : Planning du Projet ..................................................................................... 50
Section III: Gestion du personnel................................................................................. 51
3.1 Description d’embauche..................................................................................... 51
3.2 Politique du personnel........................................................................................ 52
3.3 Administration du personnel .............................................................................. 52
3.4 Motivation du personnel..................................................................................... 53
CONLUSION DE LA DEUXIEME PARTIE ..................................................................... 54
TROISIEME PARTIE : ETUDE DE FAISABILITE FINANCIERE DU PROJET ............... 55
CHAPITRE I : LES MONTANTS DES INVESTISSEMENTS INITIAUX .................. 57
Section I : Le fonds de roulement initial ...................................................................... 57
Section II : Plan de financement .................................................................................. 59
2.1 Immobilisation incorporelle : Frais développement immobilisable................... 60
2.2 Immobilisation corporelle .................................................................................. 60
Section III : Tableau de remboursement des dettes : ................................................... 61
CHAPITRE II : ANALYSE DE LA RENTABILITE ET ETUDE DE FAISABILITE.. 63
Section I : Compte de gestion ...................................................................................... 63
1.1 Les charges ......................................................................................................... 63
1.2 Les produits ........................................................................................................ 64
Section II : Le compte de résultat prévisionnel............................................................ 64
Section III : Le plan de trésorerie................................................................................. 65
Section IV : Bilan prévisionnel .................................................................................... 67
CHAPITRE III : EVALUATION DU PROJET .............................................................. 69
Section I : Evaluation Financière ................................................................................. 69
XXX

1.1 Analyse des ratios............................................................................................... 69


1.1.1 Ratios de rentabilité globale........................................................................ 69
1.1.2 Ratio de rentabilité financière ..................................................................... 70
1.1.3 Ratios de résultat financier .......................................................................... 71
1.2 Critère de rentabilité........................................................................................... 72
1.2.1 La valeur actuelle nette (V.A.N) ................................................................. 72
1.2.2 Le taux de rentabilité interne (TRI)............................................................. 73
1.2.3 L’indice de profitabilité (IP) ....................................................................... 74
1.2.4. La durée de remboursement des capitaux investis (DRCI)........................ 74
Section II: Evaluation économique .............................................................................. 75
2.1 Effet sur l’économie nationale ........................................................................... 75
2.2 Création de la valeur ajoutée.............................................................................. 76
2.3 Développement économique de la région .......................................................... 76
Section III : Evaluation sociale .................................................................................... 76
3.1 Utilités sociales .................................................................................................. 76
3.2 Nombre d’emplois créés..................................................................................... 77
3.3 L’impact sur la vie de la population................................................................... 77
Section IV : Cadre Logique.......................................................................................... 77
CONCLUSION DE LA TROISIEME PARTIE .................................................................. 79
CONCLUSION GENERALE .............................................................................................. 80
BIBLIOGRAPHIE
LISTES DES ANNEXES
TABLE DES MATIERES

Vous aimerez peut-être aussi