Vous êtes sur la page 1sur 26

Economie des Marchés

Financiers
Hicham Sadok
UM5- Rabat / FSJES Souiss
2021-2022
Entreprise et marchés de
capitaux: les introductions
en Bourse
Les introductions en Bourse

 1. motivations et aspects stratégiques


 2. Méthodes d’introduction en Bourse
 3. Evaluation du prix de l’action
 4. Choix du marché
 Fiasco des “Nouveaux Marchés”
 Le cas US
1. Motivations et aspects
stratégiques
Intérêt de la cotation : avoir accès au marché des capitaux et
extérioriser la valeur de l’entreprise

Rapidité du placement des titres

Existence de Logique : les titres sont


Informations
services d’analystes échangés en fonction de
publiques à jour
financiers leur couple rentabilité
risque Visées par AMMC
rationalité
La mauvaise gestion est
sanctionnée
L’Actionnaire « minoritaire » trouve une liquidité, mais pas
toujours
Autre avantage pour l’actionnaire minoritaire : l’accès à
l’information, politique de dividende cohérente…
1. Motivations et aspects
stratégiques
 Actionnaire majoritaire :
 Liquidité accrue
 Faire « sortir » un actionnaire minoritaire
 Mais stratégie dépendante des paramètres de marché (PER, BPA,
DPA)
 Obligation de communiquer (création de valeur, projets…)
 Difficulté pour se retirer de la cote
 L’entreprise :
 Notoriété accrue (communication financière = démultiplie la
publicité commerciale)
 Réaliser des opérations de croissance externe en « payant avec du
papier »
 Montrer au marché la valeur d’une filiale (espoir de réévaluation de
la maison mère)
 Intéressement des collaborateurs
1. Motivations et aspects
stratégiques
Opération financière la plus complexe à conduire
Procédure
Assemblée Générale Extraordinaire,
Mise en conformité des statuts et de l’organisation
Publication de comptes normés préalable,
Visa CDVM obligatoire
Accompagnement de conseils, banques,
Organisation du placement des titres
Valorisation de l’entreprise
Bouleversement culturel: vie « privée » à vie « publique »
Communication financière
2. Les méthodes d’intro en Bourse

 Existe un nombre important de techniques d’introduction


 Empiriquement : quasiment toutes la même forme
 Placement garanti (placement global) auprès des institutionnels
 Offre à prix ouvert auprès des particuliers

Fixation d’un prix à l’issue du book building


(Référence pour l’offre à prix ouvert)

Placement garanti
Tranche principale des introductions en bourse
« Marketing » organisé par une ou plusieurs banques : book building
Etapes de constitution du livre d’ordre
 Phase d’étude (par la banque)
 Évaluer et préparer le cadre juridique ou réglementaire de l’opération
 Structurer l’opération, Elaborer la documentation
 Concevoir le marketing de l’opération
 Phase d’exécution
 Publication des notes d’analyse financière par les banques
 Période de pré-marketing (warm up)

Fixation des termes de la Book


transaction et d’une fourchette de building
prix 5 à 15
 Phase de marketing jours
– Diffusion de l’information complète (prospectus visé par CDVM)
– Prix : fourchette large de 15%
– Réunions organisées par les dirigeants portant sur les résultats, la stratégie et les marchés
Fixation
du prix
Etapes de constitution du livre
d’ordre
 Book building + fixation du prix
dépend des conditions de marché, de la demande globale des titres et de la
sensibilité investisseurs au prix

Contrat d’engagement de bonne fin

Risque de contre Risque de krach (suivi d’une stabilisation des


partie, risque cours) entre le moment de la fixation du prix et
commercial celui de l’allocation des titres aux investisseurs
retenus
La garantie donnée par la banque est aussi une garantie donnée au
marché !
Etapes de constitution du livre d’ordres
 Prospectus définitifs (avec le prix d’émission)
 Clôture du placement annoncée
 Banque chef de file : connaît la quantité et la qualité de la demande.
 Le teneur de livre (bookrunner) avec l’émetteur, choisit dans une certaine
mesure son actionnariat et procède à l’allocation des titres

Éviter les flow


back
Le placement auprès des particuliers

 Placement garanti : allocation à la discrétion du chef de file


 Placer les titres auprès du public : émission centralisée par la bourse (au
moins 10 % des titres à placer)

Offre à prix Offre à prix Offre à prix Cotation


ouvert ferme minimal directe

Offre à prix ouvert


Fourchette de prix ; prix définitif à l’issue de l’offre (donc fixé par la
demande du marché)
Période de commercialisation d’au moins 3
jours
Enregistrement d’un prospectus et d’une note préliminaire
Intermédiaire financiers, sur la base de la fourchette de prix,
collectent les ordres auprès des investisseurs
Le placement auprès des particuliers

 Prix d’émission fixé avec la banque chef de file et l’émetteur (généralement


le prix du placement garanti)

Note d’opération définitive visée


Possibilité de fixer un prix en dehors de la fourchette si :
- accord du régulateur
- nouvelle période d’offre

Allocation des demandes en fonction des ordres passés


Taux minimum d’allocation des demandes = 1%
Possibilité de prévoir de servir en priorité des demandes
jusqu’à hauteur d’un certain nombre de titres
Le placement auprès des particuliers

Offre à prix
ferme

 Mise à disposition du public une quantité de titre à un prix fixé à priori (en général le prix du
placement garanti)

Si le prix est très inférieur à ce que le marché


était prêt à payer : hausse du cours les premiers
jours
Le placement auprès des particuliers
Offre à prix ferme

Offre à prix
minimal

Quantité de titres mise à disposition du public à un prix en dessous


duquel elles ne seront pas vendues
Centralisation des ordres (libellés obligatoirement à des cours limités)
qui trouve une plage de cours suffisamment large pour que les demandes
soient servies dans une certaine proportion
Le premier
Les demandes aux cours les cours coté est
plus élevés ne sont pas servies supérieur au
prix minimum !
Le placement auprès des particuliers

Cotation
directe

 Placement des titres selon les conditions de négociation et de cotation


habituellement pratiquées sur le marché.
 Prix minimum fixé, mais ordres d’achat pas centralisés
 Cotation possible : cours < 110 % du prix minimum
 Ordres d’achats servis au minimum à 6%
 Sinon changement du prix minimum
B to B ou B to C ?
3. Evaluer le prix de l’action

Passage d’une entreprise non cotée à cotée


Peu d’indications préalables sur le prix de l’action, c’est-à-dire
la valeur des fonds propres
Evaluer au préalable
Avoir une indication sur les montants levés lors de l’introudction
Fournir des informations aux analystes et investisseurs
Donc estimer la valeur des actifs, des dettes et des fonds
propres
Ci après quelques approches,
L’évaluation fait l’objet d’un cours
3. Les méthodes d’évaluation

 famille de méthodes comptables ou patrimoniales


 Valeur comptable indiquée par les états financiers
 Réévaluer les actifs et les dettes
 Insuffisant car ne peut valoriser les actifs immatériels
 Proscrire totalement l’approche dite par les goodwills qui
n’a aucun fondement
3. Méthodes d’évaluation

 Approches par les « multiples »


 Observer le lien entre la valeur de Bourse d’une
entreprise similaire, et ses principales variables
financières
 CB / Ventes, CB/ EBIT, CB / Bénéfice (PER), etc
 dupliquer les « multiples » à l’entreprise non cotée pour
estimer sa valeur
 Échantillonnage requis
 Entreprises comparables sont rares
 Risque important de dévier la méthode et créer des
valorisations artificielles
3. Méthodes d’évaluation

 L’approche par les flux


 Seule approche pertinente: la valeur des actifs = somme
des flux économiques (free cash flows) futurs actualisés
au coût du capital
 Similaire à l’approche « choix d’investissement » pour
valoriser l’entreprise entièrement conçue comme
ensemble de projets
 Donne la valeur des actifs  oter la valeur de la dette
 Requiert de décliner et traduire le plan stratégique, ou
business plan en cash flows futurs
 Obstacles méthodologiques:
 Faible visibilité,
 horizon perpétuel
 Suppose de connaître le coût du capital ou des
fonds propres  estimation de celui ci
3. Méthodes d’évaluation

 En général, l’évaluateur fournit une fourchette de


valorisations à partir de ces méthodes, et suggère un
prix d’introduction en Bourse
 Après les introductions, on observe souvent une
hausse des cours
 Les prix proposés semblent donc « décotés »
4. Choix d’une
Le choixplace de
d’une place de cotation
cotation

 Place naturelle : pays d’origine


 Intérêt de la double cotation ?
 Motivations financières :
 faciliter les augmentations de capital par un accès aux investisseurs,
 rendre possibles les OPE sur les sociétés étrangères,
 réduire le CMPC
 Motivations commerciales
 Notoriété
 Clients / fournisseurs

Dans la pratique, les


transactions se
concentrent sur un
seul marché !
4. Choisir le marché d’introduction

 France: compartiments fusionnés après une forte


segmentation
 Euronext A B C, dont les VaMP’s (CB < 1 M)
 Alternext
 Hors cote
 Fiasco des “nouveaux marchés” dans le monde
 Question ouverte sur l’utilité d’une cotation
 56 radiations en France en 2006, 39 en 2008
 Concurrence “private equity”
4. IPO aux USA
 Placer ses titres sur le marché Américain :
 Placement privé
 American Depositary Receipts (ADR)
 Cotation directe (Full listing)

Placement privé
Placement effectué auprès d’investisseurs institutionnels américains ( US Qualified
Institutional Buyers –QIB)
Les investisseurs ne peuvent revendre leur titre avant 2 ans mais peuvent se les échanger
(système PORTAL)
Moyen simple d’accéder aux investisseurs Américains sans cotation (pas d’enregistrement à la
SEC)
Il suffit de traduire l’information fournie à son marché domestique
4. IPO aux USA

 ADR : certificats négociables émis par une banque Américaine, représentant des
actions d’une société étrangère cotée sur un marché non américain
Titres « miroirs » des actions de la société
ADR négociés soit sur un marché réglementé, soit hors côte (OTC)

ADR niveau 1 : échangés uniquement de gré à gré.


- Ne permettent pas à la société de lever des fonds sur le marché nord américain.

- Contrepartie : ne nécessite pas de diffusion d’information particulière

ADR niveau 2 : échangés sur un marché organisé


- Ne permettent pas à la société de lever des fonds sur le marché nord américain
- Attirent les fonds de pension.
- Contrepartie : requièrt la publication annuelle d’un formulaire 20-F très complet
4. IPO aux USA
 ADR niveau 3 : échangés sur un marché organisé
 permettent à la société de lever des fonds sur le marché nord américain par Offre
publique.
 requiert une enregistrement complet à la SEC (formulaire F-1).
 requiert la publication annuelle des formulaire 20-F et 6-K très complets
 Projets d’acquisitions et de réorganisations
 Réconciliation des comptes aux normes comptables américaines
Généralement utilisés par les sociétés avec des intérêts commerciaux aux USA
3000 ADR cotés provenant de 50 pays
Offre à prix
minimal
Possibilité de coter des actions ordinaires à la fois dans son pays
Accès à des investisseurs dont le statut ne permet pas d’acheter des actions hors USA
Différence avec ADR : coûts de transactions plus faibles, liquidité accrue, moins
d’arbitrage, opération longue

Vous aimerez peut-être aussi