Vous êtes sur la page 1sur 74

D ROIT DE L ’E NVIRONNEMENT

A4 - Avril 2010
SOMMAIRE

Introduction......................................................................................4
1. DÉFINITION DE LA MATIÈRE.........................................................................................4
2. CARACTÈRES DE LA MATIÈRE........................................................................................4
2.1. Droit de carrefour.....................................................................................4
2.2. Droit récent et hétéroclite.........................................................................5
2.3. Droit de compromis, technocratique et mal appliqué...............................6
3. INSTRUMENTS D’UNE POLITIQUE D’ENVIRONNEMENT...............................................................7
3.1. Outils incitatifs..........................................................................................7
3.2. Outils coercitifs.........................................................................................7
Partie I. Contentieux de l’Environnement...........................................11
1. ORGANISATION DU SYSTÈME JURIDICTIONNEL....................................................................11
1.1. Principe de spécialisation........................................................................11
1.2. Principe de hiérarchie.............................................................................11
1.3. Principes de l’action en justice................................................................11
2. CONTENTIEUX ADMINISTRATIF.....................................................................................13
2.1. Organisation de la justice administrative................................................13
2.2. Recours ordinaires..................................................................................13
2.3. Recours extraordinaires..........................................................................15
2.4. Architecture d’un REP.............................................................................17
3. CONTENTIEUX PÉNAL.............................................................................................. 18
3.1. Infractions...............................................................................................18
3.2. Prise en charge par le ministère public...................................................18
3.3. Poursuites possibles................................................................................19
4. CONTENTIEUX CIVIL................................................................................................20
4.1. Fait générateur.......................................................................................20
4.2. Dommage...............................................................................................22
4.3. Lien de causalité.....................................................................................25
4.4. Rôles du juge..........................................................................................26
Partie II. Administration de l’Environnement......................................27
1. PRINCIPES D’ORGANISATION DE L’ADMINISTRATION NATIONALE.................................................27
1.1. Centralisation..........................................................................................27
1.2. Déconcentration.....................................................................................27
1.3. Décentralisation......................................................................................27
2. ADMINISTRATION D’ETAT.........................................................................................28
2.1. Administration centralisée : le Ministère de l’Environnement.................28
2.2. Acteurs....................................................................................................28
3. DÉCENTRALISATION ...............................................................................................31
3.1. Décentralisation géographique...............................................................31
3.2. Décentralisation technique.....................................................................35
3.3. Découpage différentiel du territoire........................................................36
4. LITTORAUX......................................................................................................... 37
4.1. Champs d’application.............................................................................37
4.2. Dispositions d’urbanismes particulières..................................................37
4.3. Libre accès au domaine public maritime (DPM)......................................39
Partie III. Installations Classées pour la Protection de l’Environnement41
1. HISTORIQUE DU RÉGIME DE PRÉVENTION DES POLLUTIONS INDUSTRIELLES....................................41
1.1. Sous l’ancien régime...............................................................................41
1.2. Législations sur les installations Incommodes, Insalubres et Dangereuses
(IID) 41
1.3. En 1976.................................................................................................. 41
2. CONDITIONS D’APPLICATION DE LA LOI...........................................................................41
2.1. Activités visées et intérêts protégés.......................................................41
2.2. Nomenclature.........................................................................................42
2.3. Application de la loi dans le temps.........................................................43
2.4. Application de la loi dans l’espace..........................................................44
2.5. Les pouvoirs du Maire en matière d’ICPE................................................46
3. OUVERTURE DES ICPE...........................................................................................46
3.1. La procédure...........................................................................................46
3.2. Administrations et organismes compétents............................................51
4. EVOLUTIONS ET TRANSFORMATIONS DES ICPE.................................................................51
4.1. Modification des prescriptions à l’initiative de l’administration et des tiers
51
4.2. Transformations de l’ICPE.......................................................................52
5. CONTRÔLES, SANCTIONS ET CONTENTIEUX DE L’ICPE.........................................................53
5.1. Contrôles................................................................................................ 53
5.2. Sanctions administratives.......................................................................54
5.3. Responsabilité de la puissance publique pour faute...............................55
5.4. Contentieux administratif de l’ICPE........................................................57
6. CESSATION DE L’EXPLOITATION...................................................................................58
6.1. Protection du sol.....................................................................................58
6.2. Remise en état du site............................................................................59
6.3. Responsabilité de l’état du sol................................................................61
Partie IV. Urbanisme.........................................................................63
INTRODUCTION........................................................................................................ 63
1. DOCUMENTS D’URBANISME........................................................................................64
1.1. SRU......................................................................................................... 64
1.2. POS......................................................................................................... 65
1.3. PLU..........................................................................................................65
2. AUTORISATIONS D’URBANISME....................................................................................66
2.1. Champ d’application...............................................................................67
2.2. Régime du permis de construire.............................................................68
Table des Sigles...............................................................................73
INTRODUCTION

1. DÉFINITION DE LA MATIÈRE

Qu’est-ce que l’environnement ?


Le mot « environnement » prend son sens actuel dans les dictionnaires
français en 1972. Il peut désigner plusieurs choses : nature, ressources, biotopes,
sens esthétique ou architectural…
3 lois essentielles :
- Loi du 10 juillet 1976 : Loi sur la protection de la Nature
- Loi du 19 juillet 1976
 Création des ICPE
Définit l’environnement par rapport à des intérêts protégés (nature,

agriculture, santé humaines, sites/paysages…)
 1ère fois que le terme « environnement » apparait dans un intitulé de
loi
- Loi du 03 janvier 1977 : Réforme de l’architecture et de l’urbanisme
(environnement dans le sens esthétique)
Le 8 juillet 1996, la Cour Internationale de Justice définit l’Environnement
comme :
«① Un espace où vivent les êtres humains, ② dont
dépend la qualité de leur vie et de leur santé ③ y
compris pour les générations à venir. »

2. CARACTÈRES DE LA MATIÈRE

2.1. Droit de carrefour

Droit public

Droit interne
Droit mixte Droit de l’Environnement

Droit privé

Droit public Droit de l’Environnement


Droit international
Droit privé Droit dérivé Droit de l’Environnement
Figure 1: Relations entre les différentes branches du droit
2.1.1. En droit international
Les soucis environnementaux ne respectent pas les frontières (sauf les
nuages radioactifs…), donc il est normal d’avoir un droit international.

4 9
Cependant, comme il n’y a pas de juridiction internationale pour appliquer des
sanctions en cas de non-respect des règles établies, il s’agit plutôt de principes
dont l’application repose sur la bonne volonté des Etats.
2.1.2. En droit communautaire, ou dérivé
L’acte unique de 1985 établit le principe de subsidiarité pour
l’attribution des compétences de l’UE – l’UE est compétente si une réponse de la
communauté est plus efficiente que celle d’un Etat seul, ce qui est souvent le cas
pour l’Environnement. Depuis le traité de Maastricht en 1992, l’environnement
est une véritable compétence de l’UE.
L’UE rédige des directives (objectifs et échéancier) pour l’Environnement,
que les Etats membres doivent intégrer dans leur droit. La CJCE est la juridiction
européenne pour l’environnement – fixant les compétences des Etats/UE
(subsidiarité) et les sanctions.
2.1.3. En droit pénal (mixte)
Rappel : le droit public s’applique si personne publique qui agit dans un
but d’IG et utilisant des prérogatives exorbitantes de droit commun est
impliquée.
Les infractions en environnement sont des contraventions et des délits ; il
n’existe pas de crime ; toutes sont donc susceptibles de n’avoir pas de suite. En
effet, les crimes sont les seules infractions qui n’ont pas de classement sans suite
possible : le ministère public est obligé d’engager des poursuites et de confier
l’affaire à un juge d’instruction – indépendant.
Les contraventions entrainent une sanction forfaitaire, qui est souvent
moins chère que les couts nécessaires pour une mise aux normes. Certaines
entreprises avaient donc fait le choix de se dénoncer et de payer l’amende tous
les ans, plutôt que de diminuer leur impact environnemental.
La loi de correctionnalisation de 1985 renforce l’importance donnée à la
législation sur les ICPE  la récidive d’une contravention la transforme en délit
2.1.4. En droit privé

2.2. Droit récent et hétéroclite


2.2.1. Droit récent
Il se constitue petit à petit de façon horizontale : chaque nouvelle question
engendre une réponse confiée à une administration déjà existante. En 1971, le
premier ministère de l’Environnement a très peu de compétences car les autres
ministères (agriculture, mer, finances, équipement, santé, culture…) refusent de
perdre les compétences qui leur ont été attribuées.
2.2.2. Droit hétéroclite
Sa constitution s’est faite au coup par coup. Depuis 1971, travail de
réattribution de compétences au ministère de l’environnement puis de
décentralisation.

5 9
Certains droits relèvent de la centralisation, d’autres de la
déconcentration, mais la plupart relèvent de la décentralisation, ce qui entraine
des réponses différentes selon le lieu de jugement.

2.3. Droit de compromis, technocratique et mal appliqué


2.3.1. Droit de compromis
SEDILLEZ (fin du XIX°, début XX°) a développé l’idée que le droit est
système d’ajustement entre des intérêts sociaux contradictoires ou au
moins divergents, d’où la nécessité d’un arbitrage public pour pacifier les parties
 L’environnement en est un très bon exemple !
2.3.2. Droit technocratique
Le droit de l’environnement organise un droit à polluer (seuils, normes,
concentrations)
 droit scientifiques qui donne des limites acceptables pour la société
2.3.3. Droit mal appliqué
Il est peu ou mal appliqué pour plusieurs raisons
2.3.3.1. Déficience de formation-sensibilisation
Quelques exemples :
- Les magistrats viennent du droit privé, donc n’ont jamais rencontré de
droit de l’environnement (enseigné en droit public)
- Le parquet traite beaucoup de dossiers sur des problèmes d’atteinte à la
personne, et les dossiers environnementaux semblent mineurs ; d’où
tentation de classer en raison de la quantité de travail
- Dans la fonction publique, certaines administrations locales ne savent pas
qu’elles ont des compétences juridiques en environnement, et d’autres
n’ont pas les compétences intellectuelles suffisantes pour les appliquer
2.3.3.2. Organisation administrative
La réforme administrative actuelle cherche à réorganiser certaines
compétences, qui sont pour le moment très morcelées
2.3.3.3. Principes administratifs
Par exemple le principe d’indépendance des procédures
« une procédure ne produit d’effets
juridiques que dans le cadre de la
législation qui l’a instaurée. »
Permis de construire : dépend du maire (décentralisation)
Autorisation ICPE : dépend du préfet (déconcentration)
Autorisation d’urbanisme commercial

 Multiplication des procédures et des interlocuteurs

6 9
3. INSTRUMENTS D’UNE POLITIQUE D’ENVIRONNEMENT

3.1. Outils incitatifs


Chercher à modifier durablement des comportements
Ex : Los Angeles vers 1970 et qualité de l’air. Création d’une
administration spéciale : instauration d’un marché des droits à polluer, incitation
fiscale et routes pour encourager covoiturage… bons résultats

 Généralement reconnus plus efficaces (ok sur le LT, changement des


comportements…)
3.1.1. Subventions et taxes
Les subventions encouragent les externalités positives (aides) et les taxes
découragent les externalités négatives.
Généralement, les subventions ne sont pas liées directement à
l’externalité qu’elles combattent pour éviter la pensée : « J’ai payé, donc je
peux… »
3.1.2. Marché des droits à polluer
Il donne une valeur marchande à la pollution, par la création d’une
institution qui émet des permis (quotas).
3.1.3. Labellisation
Elle a pour objectif de produire un changement de comportement du fait
de la pression des consommateurs (+/– efficace)
3.1.4. Contrats
Une personne publique ayant des compétences en environnement passe
un contrat avec une autre personne (publique ou privée) pour lui transférer sa
compétence et une fraction du budget qui est allouée à celle-ci.

3.2. Outils coercitifs


Réglementation et sanction (outil juridique classique)
Ex : Athènes vers 1970 et qualité de l’air. Pour diviser par deux les
émissions de gaz : les voitures dont l’immatriculation commence par un nombre
pair circulent uniquement les jours pairs et les voitures impaires circulent les
jours impairs  hausse de la pollution car vente d’une bonne voiture pour
racheter deux voitures à immatriculations différentes
Les mises aux normes exigées par la réglementation sont indispensables
et coûteuses mais il peut être intéressant d’être avant-gardiste pour avoir un
avantage concurrentiel par rapport aux autres Etats.

7 9
3.2.1. Principe de la hiérarchie des sources
Principe de la hiérarchie des sources : une source inférieure ne peut
contenir des dispositions contraires à une source qui lui est supérieure (aggraver
n’est pas contredire).

 Donc un principe intégré dans une source doit être intégré dans toutes
les sources inférieures.

8 9
En 2005, le Congrès intègre la Charte de l’Environnement dans la
Constitution.
- Le préambule reconnait 10 principes fondamentaux : précaution,
prévention, pollueur-payeur, droit à l’information
- L’art. 1 donne le « droit à chacun de vivre dans un environnement sain
équilibré pour sa santé »
- L’art. 34 pose des principes généraux/fondamentaux qui sont déclinés sous
forme de mesures d’application (rédigées par le pouvoir réglementaire)
En mai 2005, à Châlons-en-Champagne, le préfet de Reims autorise la
tenue du Teknival dans une base militaire en instance de Natura 2000  saisie
du tribunal administratif de Reims en référé avec comme argument principal
l’article premier
Principe de prévention : danger déjà identifié qui va être évité (étude
d’impact dans le dossier d’autorisation d’ICPE) ≠ principe de précaution :
incertitude, danger potentiel crée interdiction
Remarque1 : Si une situation n’est pas régie/organisée par la loi (cas de
« vide juridique »), alors le juge peut appliquer les dispositions de la Charte de
l’Environnement.
Remarque2 : La réforme de la Constitution
de 2008 donne le droit à un justiciable de Constitution
contester la constitutionnalité d’un texte qu’on lui
oppose auprès du Conseil Constitutionnel Droit international :
(contrôle à postériori) public
communautaire
Le droit communautaire est celui issu
d’institutions européennes. Il s’agit notamment de
directives et de règlements. Loi

Directive : elle fixe des objectifs, qui


doivent être intégrés dans le droit interne des pays Sources issues du pouvoir
membre, avec une échéance. Avantage  votée réglementaire :
Décret
par gouvernements nationaux donc les citoyens
Arrêté
de l’UE n’ont pas de réactions, elle est utilisée
Circulaire
dans le cas de mesures induisant des …
modifications structurelles.
Règlement : il est publié dans le JOCE et Droit non-écrit :
applicable immédiatement dans tous les Etats coutumes, usages
membres. Il est surtout utilisé pour des aspects
techniques : seuils, concentrations… Figure 2: Hiérarchie des
sources
La hiérarchie des sources issues du pouvoir
réglementaire dépend de leur auteur. Celles issues du gouvernement sont

9 9
supérieures à celles issues des institutions de déconcentration (préfet, DREAL,
direction départementale…)
En droit de l’environnement, certaines coutumes sont contre légales, i.e.
elles ne respectent pas la loi (une source supérieure) mais existent quand même.
Ex : D’après la loi de 1976, les mauvais traitements aux animaux sont interdits ;
or s’ils sont considérés comme une coutume, alors ils sont tolérés (combat de
coqs, de ratiers, corridas avec mise à mort).

10 9
P A R T I E I. C O N T E N T I E U X D E L ’E N V I R O N N E M E NT

1. ORGANISATION DU SYSTÈME JURIDICTIONNEL

1.1. Principe de spécialisation

TRIBUNAL DES CONFLITS

JURIDICTIONS ADMINISTRATIVES (JA) JURIDICTIONS JUDICIAIRES (JJ)

litiges de droit public JURIDICTIONS JUDICIAIRES

PÉNALES (JJP)
Tribunal Administratif JURIDICTIONS JUDICIAIRES CIVILES (JJC)
Conseil d’Etat infractions Juge de proximité (<4 000€)
Tribunal de Police Tribunal d’Instance (4 000-
(contraventions) 10 000€)
Tribunal Correctionnel Tribunal de Grande Instance
(>10 000€ et immobilier)
Figure 3: Juridictions de premier degré

1.2. Principe de hiérarchie


Les juridictions de second degré sont saisies en appel lors d’un désaccord
d’une des parties avec la décision rendue par la juridiction de premier degré.
Pour les JA, il s’agit de la Cour Administrative d’Appel ou du Conseil d’Etat, et
pour les JJ de la Cour d’Appel.
Le pourvoi en cassation est demandé pour vérifier la conformité des
décisions rendues par une juridiction. Il s’agit d’un jugement de fond et non de
forme. Pour les JA, il s’agit du Conseil d’Etat, et pour les JJ de la Cour de
Cassation.

1.3. Principes de l’action en justice


3 conditions sont nécessaires pour pouvoir saisir la justice.
1.3.1. Titre, qualité pour agir
- Personnes physiques : « l’intérêt donne qualité » (« intérêt à agir » cf.
1.1.3.3.)
- Personnes morales (virtualités) : la personne physique agissant pour elle
est donnée par la loi et dépend de la nature de la personne morale (le
président pour une association ; le gérant pour une SARL/SNC ; le directeur
général pour une SA ; le président du conseil syndical pour une
copropriété)
1.3.2. Capacités d’agir
- Capacité de jouissance : « l’étendue des droits dont une personne
dispose ».
Pour les personnes morales, la capacité d’agir dépend :

11 9
 de la loi qui retire des droits inutiles. Ex : les associations n’ont pas
de droit lucratif

 du statut de la personne morale– l’objet circonscrit sa capacité de


jouissance
- Capacité d’exercice : « capacité d’une personne à mettre en œuvre
seule les droits dont elle dispose ». Pour les personnes morales, c’est celle
qui a le titre (recouvre la qualité pour agir)
1.3.3. Intérêt à agir
Il conditionne les préjudices pouvant être les objets d’un procès. Le
préjudice doit être :
- juridiquement protégé i.e. la réclamation porte sur une règle de
droit existante
- né et actuel i.e. en principe le préjudice est déjà réalisé (pas
uniquement potentiel)
- légitime : « nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude » i.e. le
juge ne peut être saisi pour protéger une situation illégale
- personnel : « nul ne plaide par procureur » i.e. ce n’est pas une
action en faveur d’autrui.
Cette condition admet 2 exceptions en environnement, afin de mutualiser :
 les syndicats de copropriétaires

 les associations

• Intérêt d’une mutualisation


La mutualisation consiste à regrouper en un dossier des litiges qui se sont
produits dans la même situation. Le fait de ne réaliser qu’un dossier pour
plusieurs plaintes permet de diminuer les coûts, d’augmenter la rapidité de
traitement, d’améliorer la cohérence (argumentation unique qui évite que les
plaintes ne se contredisent) et de faciliter l’accès aux documents et les
expertises.

• Le syndicat représentatif de salariés


Hors droit de l’environnement. Il agit en justice au nom d’un salarié sans
que celui-ci soit associé à la procédure (tant que le salarié ne s’y oppose pas)

• Le syndicat de copropriétaires
Il peut être formé dans la mesure où l’utilisation de parties privatives
nécessite l’utilisation de parties communes, généralement dans le cas de
lotissement ou d’immeuble. Il y a une assemblée générale par an ; le syndic gère
au nom de la copropriété et le bureau assiste le syndic.

• Les associations

• Association déclarée

12 9
C’est une personne morale (association de victime, d’usagers, de
riverains). Le juge traitera les demandes de manière collective ; le principe
d’indemnisation/réparation sera collectif aussi – pas d’individualisation des
situations i.e. toutes les personnes représentées par l’association seront
indemnisées de la même façon  pas intéressant en cas de dommages
particuliers

• Association agréée
Si une association est créée dans un but d’IG prévu par la loi (ex : jeunesse
et sport ; consommateur, culture, environnement…) et que son action est
effective, alors elle peut demander un agrément après 3 ans d’activité. Le préfet
vérifie ces conditions puis donne l’agrément départemental qui augmente les
compétences de l’association (recevoir dons, legs…)
Une association dont l’objet correspond à la raison du trouble (ex :
pollution, qualité de l’air/eau…) peut mener en action en représentation
conjointe si au moins deux personnes victimes d’un préjudice similaire ayant
une unité de cause lui ont donné un mandat. Le juge analyse chaque situation
individuelle et donne des principes de réparation spécifiques à chaque
situation (réparation au prorata du préjudice subi).

2. CONTENTIEUX ADMINISTRATIF

Dans le cas où est impliquée une personne publique agissant dans un but IG et
ayant des PEDC.

2.1. Organisation de la justice administrative


En principe, au premier degré, la compétence est attribuée au Tribunal
Administratif.
Exception : lorsque l’affaire excède la compétence d’un seul Tribunal
Administratif (ressort géographique), alors le Conseil d’Etat est compétent.
Exception à l’exception : Pour les ICPE dont l’impact excède le territoire
d’un département (Seveso) et les travaux publics, le gouvernement centralise sur
un préfet pour l’enquête d’utilité publique, les procédures d’autorisation… ; et
tous les contentieux sont rapatriés au Tribunal Administratif du département du
préfet centralisateur.

2.2. Recours ordinaires


2.2.1. Recours en plein contentieux (RPC)
S’il existe un dommage, une faute de l’administration (résultant d’une
action ou inaction) et un lien de causalité entre les deux ; alors la victime peut
demander une indemnisation dans le cadre d’un RPC.
Ex. action de l’adm. : autorisation ICPE, refus d’autorisation, Servitude d’Utilité
Publique (SUP)
Ex. inaction : demande à l’administration de mettre en œuvre ses pouvoirs qui
n’est pas suivie

13 9
Le ministère d’un avocat est obligatoire pour un RPC.
2.2.2. Recours en excès de pouvoir (REP)

Un acte administratif peut être :


- un acte réglementaire qui organise une situation (sans
destinataire individuel)
Ex : la circulation, le stationnement, le ramassage des déchets, la
constructibilité (documents d’urbanisme), arrêté-type en matière d’ICPE
- une décision individuelle
Ex : autorisation d’exploiter, permis de construire, sanction sur le
fonctionnement d’un ICPE, arrêté complémentaire…
Le REP est utilisé pour demander l’annulation d’un acte administratif dont
le juge appréciera la légalité. En principe, il doit être introduit dans les 2 mois :

- pour un acte réglementaire  à compter de l’accomplissement de la


dernière mesure de publicité (ex : affichage en mairie, recueil chronologique
des actes municipaux, recueil administratif des actes du département
(RAAD), BO, JO…)

- pour une décision individuelle  à compter de la notification


(expresse/tacite) au destinataire

- pour un tiers  à compter de la dernière mesure de publicité de la


décision individuelle susceptible de lui causer un grief
Le ministère d’un avocat est facultatif pour un REP.
Ex : le 26 avril 1917, à Arc-la-Bataille, le maire publie un arrêté municipal
(acte réglementaire) d’interdiction du stationnement sur tout le territoire de la
commune (acte illégal car c’est une interdiction à caractère général et absolu).
Le 26 avril 1918, un touriste (un tiers) se gare en voiture et est sanctionné par le
garde champêtre (décision individuelle) pour stationnement irrégulier. Le touriste
peut donc mener un REP contre la décision individuelle dans les deux mois qui
suivent ; mais ne peut rien faire contre l’arrêté municipal qui le justifie ; et aura
donc une nouvelle sanction s’il se stationne à nouveau.
2.2.3. Recours en exception d’illégalité (REI)
Le REI est utilisé lorsqu’une décision individuelle est prise en vertu d’un
acte réglementaire devenu définitif et dont la légalité est contestable.

• Déroulement du REI
① Le requéreur saisit le juge administratif contre la décision individuelle en
lui demandant d’envisager la légalité de l’acte réglementaire de base à la
décision individuelle.
② Acte jugé légal ?

• OUI : décision individuelle confirmée

14 9
• NON : acte non annulable, juge fait une « exception d’illégalité » pour
cette affaire uniquement
i.e. le juge refuse d’appliquer l’acte réglementaire
 la décision individuelle n’a plus de base légale
 cette décision individuelle est annulée
Si l’administration est de bonne foi, elle peut retirer son acte réglementaire
illégal…
Ex : Sur un PLU illégal qui empêche l’installation d’une ICPE, une entreprise
demande un permis de construire qui lui est refusé. Elle demande donc un REI
qui lui est accordé (i.e. le refus de permis de construire est annulé) puis
redemande un permis de construire. De là, soit le permis de construire lui est
donné, soit il est à nouveau refusé. Alors l’entreprise peut demander un RPC,
puisque l’illégalité du PLU de la commune lui cause un dommage.

2.3. Recours extraordinaires


2.3.1. Recours non contentieux (RNC)
En principe, une décision individuelle ouvre deux possibilités de recours
non contentieux à son destinataire, avant de rentrer dans le REP : le recours
gracieux OU le recours hiérarchique. Ils sont tous les deux facultatifs.
Le refus d’un RNC n’est pas attaquable. Le RNC suspend les délais de
recours contentieux i.e. le délai de 2 mois s’arrête à la demande de RNC et
recommence à la réponse du destinataire du recours là où il était arrêté. Ici, le
silence signifie un rejet de la requête (refus tacite, insusceptible de recours).
2.3.1.1. Recours gracieux
Utilisé pour demander à l’auteur de la demande individuelle de
reconsidérer sa décision.
2.3.1.2. Recours hiérarchique
Utilisé pour s’adresser au supérieur hiérarchique de l’auteur de la
demande individuelle et lui demander le réexamen de la décision prise par son
subordonné. Bien sûr, ce recours nécessite l’existence d’un supérieur
hiérarchique, ce qui implique qu’il est inapplicable à toutes les personnes
publiques décentralisées.
Le maire a deux casquettes distinctes : représentant de la commune (alors
personne publique décentralisée) et représentant de l’Etat (en matière de
police… alors subordonné du préfet).
2.3.1.3. Recours au médiateur
Le médiateur du dossier est atteint en passant par un parlementaire ou un
correspondant du médiateur. Cependant il ne peut être suivi d’un recours
contentieux et n’est donc pas utilisé en environnement.

15 9
2.3.2. Déféré préfectoral
Il permet d’attaquer un acte réglementaire (de collectivité territoriale ou
d’administration locale) ou une décision individuelle en tant que tiers, mais
n’entraine pas de suspension des délais de recours.
Il s’agit de « porter à connaissance » du préfet l’acte litigieux de
l’administration pour que celui-ci en estime la légalité :

• acte légal  émission d’un refus d’agir et requérant se tourne vers


un REP (à faire rapidement)

• acte semble illégal  la préfecture introduit son propre REP : le


préfet choisit les arguments et maitrise la procédure. Il est donc susceptible
de faire une transaction ou de se désister. Le requérant joint un REP
incident qui lui permettra de reprendre la procédure à son compte en cas de
désaccord avec le préfet sur l’administration du recours principal.
2.3.3. Référé
Ils sont autorisés devant la justice administrative depuis une loi applicable
en janvier 2001.
Un référé est une mesure d’urgence avant-dire droit1, donc
l’ordonnance de référé i.e. la réponse du juge qui est rendue dans les 48h,
s’applique en principe jusqu’au jugement au fond. Les référés sont utilisés pour
éviter un préjudice irréversible.
2.3.3.1. Référé constat
Constater une situation avant sa dégradation (urgence) dans le cadre d’un
procès de fond.
2.3.3.2. Référé provision
Donner la valeur minimale du dommage et intérêt dû par l’administration
lorsque sa responsabilité n’est pas discutée.
2.3.3.3. Référé suspension
Suspendre les effets d’une décision individuelle exécutoire délivrée par
l’administration (ex : permis de construire, arrêté d’autorisation d’une ICPE, un
arrêté complémentaire).
La requête de référé suspension doit comprendre 2 parties :
- caractérisation de la situation d’urgence
- preuve qu’il existe des arguments sérieux contre la légalité de l’acte
invoqué i.e. la décision individuelle exécutoire
Le juge peut accepter ou rejeter cette requête de référé :

1
Jugement avant dire droit ou jugement préparatoire : le juge n'est pas
lié par la décision qu'il prend en ordonnant. Le jugement avant dire droit n'a pas
l'autorité de la chose jugée : les juges du fond peuvent en ordonner le
retranchement sans violer les dispositions du code de procédure civile.

16 9
• requête rejetée  attendre au moins 2 mois avant de rendre une
nouvelle requête

• requête acceptée  l’ordonnance de référé peut être limitée dans le


temps et ne donne aucune indication quant au jugement au fond
2.3.3.4. Référé liberté
Mettre en cause un acte de l’administration portant sur une liberté
publique (ex : arrêté de reconduite à la frontière).

2.4. Architecture d’un REP


Il existe une hiérarchie des arguments prouvant la pertinence d’un REP,
donc un ordre pour les présenter – son non respect entrainant la nullité du
recours. Les deux niveaux de base du recours sont la légalité externe puis
interne.
2.4.1. Légalité externe
Contrôle formel de l’acte : pas de lecture du contenu
2.4.1.1. Incompétence de l’auteur de l’acte

 Incompétence positive
L’auteur de l’acte s’est déclaré compétent, à tord selon le requérant. Elle peut
être :
- matérielle i.e. intervention dans un domaine ne relevant pas de sa
compétence
- temporelle i.e. l’autorité administrative intervient avant d’être en
fonction ou continue d’intervenir alors qu’elle n’est plus en fonction
- géographique i.e. décision excède le ressort territorial de la
juridiction

 Incompétence négative
Refus de statuer : l’auteur de l’acte s’est déclaré incompétent, à tord selon le
requérant
2.4.1.2. Vice de forme ou de procédure
La formalité doit être substantielle i.e. son absence/erreur dénature
l’acte. La régularisation est impossible ; le vice de forme ou de procédure est
irrémédiable et entraine nullité de l’acte.
Les formalités substantielles sont :
- Signatures et contre-signatures, consultation des acteurs nécessaires,
motivation de l’acte…
- Parallélisme des formes i.e. un acte juridique est défait de façon
symétrique à sa création

17 9
2.4.2. Légalité interne
2.4.2.1. Point de vue objectif
Etude objective du contenu de l’acte réglementaire

 Violation de la loi
Pas de respect du principe de hiérarchie des normes

 Contrôle des motifs


Ce qui a poussé l’administration à agir. Les principaux arguments sont :
- les erreurs de droit – utilisation du mauvais texte ou texte mal interprété
- les erreurs de fait
 mauvaise qualification, inexistence de motif justifiant la décision
 balance coût/avantage (publics) mal jugée (d’après la loi de 1972)
2.4.2.2. Point de vue subjectif
Etude de la motivation de l’auteur de l’acte :
Argument du détournement de pouvoir i.e. utilisation du pouvoir pour
un but autre que celui pour lequel il est détenu

3. CONTENTIEUX PÉNAL

Le contentieux pénal est basé sur la présence d’une infraction. Celle-ci n’existe
que si se cumulent :
- un élément légal
- un élément moral (imputabilité)
- un agissement (élément matériel : action, inaction ou tentative)

3.1. Infractions
3 niveaux d’infraction : contravention < délit < crime (pas de crime en
environnement)
Il y a 5 classes de contravention. Les 4 premières sont passibles d’une
sanction forfaitaire, i.e. l’auteur l’exécute (c’est le plus souvent une amende à
payer) ou la conteste pour avoir un jugement (juge de proximité ou tribunal de
police). En principe, une contravention de 5ème classe fait l’objet d’un procès.

3.2. Prise en charge par le ministère public


Les faits constitutifs d’une infraction parviennent au ministère public par le
biais d’une plainte, une dénonciation qui déclencheront ou non un procès
verbal. Celui-ci est rédigé par un agent de la police judiciaire à compétence
générale (tous les types d’infractions) ou à compétence spécialisée (habilités à
ne constater que les infractions liées à leur champ de compétence)

18 9
3.3. Poursuites possibles
Le ministère public est le maitre de l’opportunité des poursuites i.e.
façon dont va continuer le procès. Les poursuites possibles sont : le classement
sans suite, la procédure du plaider coupable, l’enquête, le réquisitoire introductif
d’instance, la citation directe ou la comparution immédiate.
3.3.1. Classement sans suite
Courant en infraction environnementale. Il peut être assorti, dans l’ordre
de gravité :
- d’un avertissement i.e. rappel à la loi
- d’une admonestation
- d’une injonction i.e. mesure de réparation
Les poursuites peuvent être déclenchées à nouveau jusqu’à la prescription
des faits.
S’il y a des victimes, en cas de classement sans suite, elles peuvent :
- abandonner
- saisir une juridiction judiciaire civile, qui n’envisagera que la partie civile
de l’affaire
- porter plainte avec constitution de partie civile – contre quelqu’un en
particulier – auprès du doyen des juges d’instruction. Dans ce cas, le
plaignant risque d’engager sa responsabilité dans une procédure
d’accusation de dénonciation calomnieuse
3.3.2. Procédure du plaider coupable
Dans le cas où le délit est passible d’une peine inférieure à 3 ans.
« Dans le secret de son cabinet », le procureur propose une sanction
(généralement plus légère que la peine encourue si l’auteur présumé est déclaré
coupable) souvent en échange de dénonciation ou d’informations. Si la sanction
est acceptée, la phase de jugement est évitée.
L’auteur présumé ne peut pas déclencher une procédure de plaider
coupable.
3.3.3. Autres poursuites
- Demande d’informations complémentaires – enquête, si les faits ne sont
pas caractérisés
- Réquisitoire introductif d’instance i.e. le dossier est transmis à un juge
d’instruction –indépendant – qui peut rendre une ordonnance :
 de non-lieu – fin de la procédure
 de renvoi – entrainant la phase de jugement
- Citation directe i.e. invitation d’une personne à une audience pénale la
concernant
- Comparution immédiate en cas de flagrant délit

19 9
4. CONTENTIEUX CIVIL

En cas de responsabilité civile – contractuelle ou extracontractuelle,


d’après les articles 382 à 387 du Code Civil. Le contentieux civil nécessite 3
éléments cumulatifs :
- Faute (fait générateur)
- Dommage
- Lien de causalité direct et certain
D’après l’art. 3115 du CC, en principe, la preuve revient au demandeur.

4.1. Fait générateur


4.1.1. En principe
Le fait générateur dépend du type de responsabilité engagée.
4.1.1.1. Responsabilité du fait personnel
Art. 1382 du CC. Dans le cas d’une faute civile – i.e. méconnaissance d’une
règle juridique qui constitue une faute ; elle évolue vers un comportement
aboutissant à la création d’un préjudice pour un motif ni sérieux, ni légitime.
4.1.1.2. Responsabilité du fait d’autrui
En environnement, on est généralement dans le cas de la responsabilité
de l’employeur du fait du salarié – « du commettant du fait du préposé ».
L’employeur peut intégrer dans le contrat de travail une clause de délégation
pour se dégager de la responsabilité en cas de dommage imputable au salarié.
Cette clause est valable si :
- un écrit est accepté – signé – par le salarié
- la clause est motivée – l’employeur à une raison valable de l’imposer, telle
que :
 intérêt légitime de l’entreprise
 nature des fonctions du salarié – peut faire courir des risques à
l’entreprise de par ses fonctions (ex : pouvoir de contractualisation,
engage responsabilité de l’entreprise…)
- le salarié a les moyens :
 matériels – nécessaires pour respecter ses engagements dans la
responsabilité qui lui est confiée
 humains – il est apte à assumer la délégation i.e. il connait les
risques qu’il prend en acceptant cette délégation et les règles qu’il
est censé appliquer
- l’employeur contrôle ce qui se passe au nom de l’entreprise
L’absence d’une de ces conditions répute la clause non écrite et
l’employé engage donc la responsabilité de l’entreprise, et non la sienne.

20 9
4.1.1.3. Responsabilité du fait des choses
La responsabilité engagée est celle du gardien de la chose – celui qui en a
la direction i.e. l’usage et le contrôle :

 Choses à dynamisme propre  (citerne, bombonne, TV…) à


compléter

 Choses sans dynamisme propre à compléter


4.1.2. Exception

• La responsabilité sans faute : le trouble anormal de voisinage (TAV)


En 1844, une usine métallurgique fait du bruit mais fonctionne
normalement.
La jurisprudence dit qu’en l’absence de faute (fonctionnement non
contraire à la loi ou au règlement), si l’usage licite du bien cause un préjudice
anormal à un tiers alors il y a un droit à l’indemnisation des victimes.
La victime supporte la charge de la preuve. 2 caractères nécessaires
cumulatifs :
- préjudice présentant un caractère permanent – régulier et/ou continu dans
le temps. Selon la situation, caractère permanent apprécié in concreto
- trouble anormal en tenant compte de la situation géographique et de la
sensibilité de la victime – profil socio-économique. Pour la situation
géographique, il est inutile de se plaindre d’odeurs d’élevage en habitant à la
campagne, car « les effluves puissantes participent à la coloration
olfactive normale de nos campagnes » !
Si le TAV est avéré :
- Indemnisation systématique de la victime – en capital ou évalué à la
répétition du trouble
- Eventuellement, le juge peut prononcer des « mesures utiles propres à
réduire le trouble » – il ne peut pas faire cesser le trouble puisque l’usage
est normal. Les mesures prononcées doivent être économiquement
supportables par l’auteur et limitées par le permis de construire – les
mesures ne doivent pas nécessiter l’obtention d’un nouveau permis de
construire.
Remarque1 : Principe de pré-occupation
Si une victime arrive après l’apparition du trouble, elle n’a pas le droit à
une indemnisation pour ce trouble. En cas d’aggravation du fonctionnement, les
tiers réacquièrent un droit d’indemnisation proportionnelle à l’aggravation du
préjudice.
Pour une ICPE qui s’installe, le plus prudent est de prendre les devants est
de faire une transaction à concessions réciproques, afin que le voisinage
« transige », pour pouvoir ensuite faire valoir le principe de pré-occupation.

21 9
Remarque2 : Principe de précaution et préjudice moral
L’affaire des antennes relais de 2009 (Cour d’Appel de Versailles)
Le principe de précaution fait que « l’incertitude sur l’innocuité » est
considéré comme un préjudice moral qui doit profiter aux plaignants/riverains : la
création d’anxiété est suffisamment légitime et importante pour justifier une
indemnisation. Le préjudice moral est ici la base du TAV.

4.2. Dommage
4.2.1. En principe
Le dommage doit être « né et actuel ».
4.2.2. Aménagements
La jurisprudence a évolué vers 3 aménagements depuis 1969.
4.2.2.1. Perte d’une chance
La victime invoque un avantage qu’elle n’a pas pu obtenir et le juge évalue
« la probabilité d’obtention de cet avantage »
4.2.2.2. Préjudice futur
La victime est dans une situation ou son préjudice ne s’est pas encore
manifesté mais a priori, il est inévitable. Ex : utilisé dans les procès liés à
l’amiante
La jurisprudence est née avec l’affaire du sang contaminé : des
transfusions à base de sang séropositif ont contaminé des personnes qui ont
développés ou non la maladie. Cependant ceux n’ayant pas de symptômes
devaient être indemnisés aussi car ils sont considérés inévitables sur le LT.
Le juge prévoit le principe d’indemnisation – généralement indexé sur un
indice – qui s’appliquera lors de l’apparition du préjudice.
4.2.2.3. Préjudice inconnu
La situation de la victime s’est aggravée pour une cause inconnue au
moment où le juge avait statué sur son principe d’indemnisation. Il n’y a alors
pas de prescription – quel que soit le délai, la victime peut saisir à nouveau le
juge pour demander la révision de son indemnisation.
Par contre si la situation de la victime s’améliore, l’auteur du trouble ne
peut demander la révision à la baisse de l’indemnisation.
4.2.3. Dommages indemnisables
4.2.3.1. Dommage matériel
Affecte la valeur d’un bien, d’un revenu (emploi, activité économique)
4.2.3.2. Dommage moral
Atteinte à des droits extrapatrimoniaux Ex : honneur, vie privée, image,
secret de la correspondance, perte d’un être cher (chagrin constitutif d’un
dommage moral)…

22 9
D’après une jurisprudence de 2009 sur la base du principe de précaution,
l’incertitude qui peut créer une angoisse/interrogation sur d’éventuels risques est
constitutive d’un préjudice moral, si elle repose sur un raisonnement censé/admis
par le juge.

23 9
4.2.3.3. Dommages corporels

 Maladies, blessures
Remboursement des frais médicaux

 Pretium doloris
Prix de la douleur ressentie par une personne, liée à son préjudice moral

 Préjudice esthétique
Indemnisation du changement d’aspect – qu’il soit positif ou négatif

Préjudice d’agrément

Perte de la possibilité de pratiquer une activité non rémunérée (Ex :
pratique sportive…)
4.2.3.4. Dommage écologique
Propre au droit de l’environnement

 Dommage au milieu
Préjudice frappant un milieu (site, réserve…). Le dommage est avéré s’il
cumule 3 conditions :
- Préjudice anormal –consistance/concentration anormale/identifiable
- Excède un seuil de tolérance supportable – en intensité, durée… apprécié
in concreto
- Le milieu concerné est « sensible » – peu d’aptitude à la bioremédiation
(capacité à absorber la pollution naturellement), apprécié in concreto.

 Dommage à la personne
Il vient de la Convention ONU de Bruxelles de 1969 sur les catastrophes
écologiques, techniques… Il concerne les personnes apportant une aide bénévole
dans le cadre d’une mesure de sauvegarde (restauration d’une situation).

 Intervention dans l’urgence immédiate


Les bénévoles réalisent un travail « utile » – i.e. les moyens ne sont pas
disproportionnés – alors que les pouvoirs publics n’ont pas encore eut le temps
d’organiser l’intervention.

 Intervention dans le cadre des pouvoirs publics


Les pouvoirs publics ont organisé l’intervention et les bénévoles sont une
aide « utile » – sollicitée et respectant les consignes des pouvoirs publics.

 Indemnisation
Préjudices subis et dépenses utiles des bénévoles.

24 9
4.3. Lien de causalité
4.3.1. En principe
Le lien de causalité doit être direct et certain entre le fait générateur et
le dommage.
Une jurisprudence d’Orléans crée la « théorie de la causalité
adéquate » – i.e. le juge recherche le fait « sans lequel le préjudice n’aurait pas
pu se produire ».
En environnement, le lien de causalité est difficile à établir, car le préjudice
peut être diffus, ou très éloigné dans le temps ou géographiquement, et il est
possible qu’il ait plusieurs facteurs.
4.3.2. Socialisation du dommage
Dans le cas d’un dommage dont l’auteur n’est pas identifiable ou pas
solvable. C’est alors la collectivité qui prend en charge l’indemnisation.
Cependant, comme la responsabilité de l’auteur n’est pas établie, les
comportements générateurs ne sont pas forcément arrêtés.
4.3.3. Présomption de probabilité de causalité
Utilisée pour l’indentification de l’auteur du dommage.
A partir du moment où il est inévitable que les conséquences d’un
comportement soient les sources du dommage – « faisceau de présomptions tel
que l’on puisse légitimement en concevoir un doute raisonnable » – alors la
présomption renverse la charge de la preuve (art. 1315 ne s’applique plus). Donc
celui sur qui pèse la présomption – i.e. l’auteur du comportement source du
dommage –devra démontrer qu’il ne peut pas être à l’origine du trouble, ce qui
est quasiment impossible.
Cour de cassation de 1979 : un agriculteur du Pas-de-Calais a une ferme
dans laquelle les Allemands avaient créé pendant la 2nde guerre mondiale une
piscine bétonnée. Celle-ci est recyclée pour le stockage de lisier, mais le temps
l’a rendu poreuse. En parallèle, l’eau captée de la commune et le puits d’un
maraicher du village ont un haut taux de nitrate entrainant la non-potabilisation
de l’eau et l’arrêt de son utilisation. On ne peut pas être sûr que la fuite de lisier
soit responsable de la pollution, mais il est évident qu’une fuite de lisier est
susceptible d’avoir des conséquences sur la qualité de l’eau ; c’est donc à
l’agriculteur de prouver qu’il n’est pas responsable de la pollution.
4.3.4. Pluralité de causes ou d’auteurs
Dans le cas où un dommage a plusieurs sources (cas de jurisprudence de
1978) :
- Le fait que le préjudice puisse être également imputable à d’autres causes
n’exonère pas l’auteur de l’une des causes
- Solidarité entre les co-auteurs : le plus solvable paie l’entièreté de
l’indemnisation puis se retourne contre les autres auteurs – avec une action

25 9
récursoire2 – pour être remboursé par chacun d’eux proportionnellement à leur
participation dans la réalisation du dommage
- Le fait de la victime est la seule cause d’exonération possible de l’auteur du
dommage pour un cas environnemental – le cas de force majeure et le fait
d’un tiers ne sont pas suffisant pour exonérer.

4.4. Rôles du juge


4.4.1. Prévention
Empêcher la réalisation du trouble par référé. L’ordonnance de référé peut
entrainer une astreinte, la suspension du fonctionnement de l’entreprise…
4.4.2. Indemnisation
Faire cesser le trouble et organiser la remise en état ou la réparation par
attribution de DI :
- aux victimes directes ou par ricochets
- dans le cas où le dommage affecte un milieu sans atteinte au patrimoine
d’une personne, alors ceux habilités à recevoir le DI sont l’Etat
(négociation du ministère public), les collectivités territoriales, les
établissements publics dont l’objet correspond à la nuisance (ex :
conservatoire du littoral), les associations agréées (selon objet statutaire)

• Montant des DI
La tarification peut être prévue par une réglementation existante, sinon le
juge statue en fonction de la demande ; en effet, le « juge ne peut pas statuer
ultra petita », i.e. il ne peut pas excéder ce qui est demandé, d’où l’intérêt à
demander beaucoup. D’autant plus qu’en civil, il est possible d’effectuer des
transactions entre les deux parties tant que le juge n’a pas statué, dans la
mesure où la transaction entraine des concessions des deux parties, sachant que
la seule concession possible pour la victime est la diminution du DI demandé.

2
« L'adjectif "récursoire" qualifie l'action par laquelle une personne contre
laquelle est introduite une instance, y fait intervenir un tiers pour qu'il réponde
des condamnations qui pourront être prononcées contre elle. » d’après
www.dictionnaire-juridique.com

26 9
P A R T I E II. ADMINISTRATION D E L ’E N V I R O N N E M E NT

1. PRINCIPES D’ORGANISATION DE L’ADMINISTRATION NATIONALE

1.1. Centralisation
Les compétences s’exercent au nom de l’Etat, au niveau d’une
administration centrale (ex : ministère). Mais c’est une mauvaise réponse aux
problèmes spécifiques ou locaux

1.2. Déconcentration
Le territoire national est découpé en circonscriptions administratives
pour créer des zones administratives (régions, départements, communes, régions
militaires…)
Chaque découpage a des administrations qui représentent l’Etat (donc
qui ont un lien de dépendance hiérarchique avec le pouvoir central, pour le
personnel, les moyens, la définition des missions…) et qui n’ont aucune
personnalité.
Ex : le Préfet représente l’Etat, les ministères sont représentés par des
services extérieurs ou des établissements publics ayant des compétences
acquises

1.3. Décentralisation
Créer une personne morale qui a des compétences qu’elle exerce en
son nom.
1.3.1. Décentralisation géographique
Les personnes morales sont des collectivités locales ou territoriales vers
lesquelles l’Etat a transféré des compétences.
Chacune à des compétences obligatoires, interdites (ex : compétences de
l’Etat, des autres collectivités territoriales) et libres (ni obligatoires, ni interdites ;
fonction du choix de la collectivité territoriales, généralement selon sensibilité
politique de l’assemblée gérant la collectivité territoriale)
1.3.2. Décentralisation technique
Un établissement public indépendant du pouvoir central (moyens matériel
et humain propres), exerce des compétences en son nom (sous sa responsabilité)
ex : parcs nationaux, conservatoire du littoral, agences de l’eau (+/-) Ce sont
des Autorités Administratives Indépendantes (AAI)

27 9
2. ADMINISTRATION D ’E T A T

2.1. Administration centralisée : le Ministère de l’Environnement


2.1.1. Constitution du Ministère
Avant 1971, la logique administrative fait que chaque nouveau problème
est confié à l’administration qui en est la plus proche  administration
verticale i.e. compétence attribuée à des Ministères déjà existants
En janvier 1971, le premier ministère de l’Environnement est créé pour
Robert Poujade. Il a très peu de compétences (ICPE et quelques eaux) car il n’y a
aucune certitude sur sa conservation sur le long terme.
En 1989, dans le cadre de restrictions de budget, Lucien Chabasson est
chargé d’une commission pour évaluer l’action du ministère de l’Environnement.
Avec le ministre de l’environnement de l'époque, Brice Lalonde, ils créent le Plan
National pour l’Environnement (PNE). Dans la première partie, ils constatent que
le ministère a peu d’utilité ; puis dans une seconde partie, ils font des
propositions de restructuration pour rendre le ministère efficace.
En 1991, les d’agences (ADEME, IFEN et INERIS) et les services extérieurs
(DIREN et DRIRE) propres à l’environnement sont créés.

2.2. Acteurs
2.2.1. Acteurs institutionnels
Chaque ministre nommé a une lettre de mission qui fixe ses
compétences et lui donne des objectifs – c’est l’attribution d’un portefeuille.
Président de la République choisit un Premier Ministre, ayant le pouvoir
réglementaire (définition et construction de la politique de l’Etat), devant nommé
un garde des sceaux et pouvant déléguer certaines de ses compétences au
gouvernement qu’il a composé (composé et hiérarchisé par les « rangs » de
Ministre d’Etat, Ministre délégué, Secrétaire d’Etat et Secrétaire d’Etat délégué
selon importance du portefeuille et du budget attribué). Le gouvernement est
proposé au président de la République qui le nomme s’il est d’accord.
Fonctions de quelques acteurs institutionnels (cf. table des sigles) :
- ADEME. Expertise, conseil, chargée des sites orphelins et
obligations contractuelles – l’ADEME peut dégager des budgets pour des
personnes morales acceptant de faire des efforts environnementaux
- IFEN. Collecte et distribution de l’information, organisation de
données – compilation de documentation et fourniture de l’information
environnementale non-juridique (service gratuit)
- INERIS. Recherche, audits, certifications (rédaction des cahiers des
charges des normes)
- DIREN. Information, conseil, sensibilisation

28 9
- DRIRE. Contrôles (inspections des ICPE), en cotutelle du ministère
de l’Environnement et de celui de l’Industrie
DRIRE, DIREN et DRE maintenant regroupés en DREAL.

29 9
2.2.2. Préfet
Le préfet incarne l’Etat dans son département ou sa région. Délégué du
gouvernement, il représente chaque Ministère et est un dépositaire de l’autorité
de l’Etat. Dans chaque territoire, il a sous ses ordres un service de
l’environnement.
Il a des compétences en faune et flore :
- en PNR : négociation de la charte de création du parc avec le Conseil
Régional
-
- en matière de protection de l’espace :

 la réserve : réforme en 2007 :

 réserve naturelle nationale (autorité du préfet) 2 conditions


cumulatives :

• existence d’un milieu naturel (quel qu’il soit)

• présentant une importance particulière (concentration,


rareté) ou nécessaire de protéger contre une menace
artificielle
procédure : 1er :préfet notifie aux propriétaires le zonage du
parc : pdt 15mois, toute modification est interdite sur le
terrain. 2ème : consultation de l’opportunité ou non de
continuer la procédure. 3ème : enquête publique pour informer
et obtenir les avis des publics concernés. 4ème : consultation
des conseils municipaux. 5ème : procédure de négociation avec
les propriétaires concernés. Si accord unanime des proprio
concernés, alors classement par décret simple du ministre de
l’environnement, si au moins un proprio n’est pas d’accord,
alors classement par décret du gouvernement pris en Conseil
d’Etat (selon avis du juge administratif). 6ème : réglementation
de la zone par le préfet (interdiction/limitation d’activités, de
comportement), toutes les mesures doivent être
justifiées/motivées, en tenant compte de l’intérêt de la zone.
Une fois la zone créée, si un propriétaire subi un préjudice, il a
6 mois pour demander une indemnisation à l’Etat (négociation
avec le préfet). Accord à l’amiable ou JECUP du TGI statue.
Toute modification de la zone demande autorisation du préfet
La gestion est confiée par contrat à un établissement public,
une collectivité territoriale, une association…

30 9
Préfet peut ajouter un comité consultatif (pour surveiller la
gestion) et/ou un conseil scientifique (surtout si la réserve est
pour réintroduire/protéger un milieu)

 réserve naturelle régionale (autorité du président du conseil


régional).
Ancienne réserve naturelle volontaire. Peut se faire sous
l’impulsion des propriétaires.
Si désaccord d’un proprio, décret du gouvernement pris en
CE, si accord unanime, délibération du conseil régional.
Classement pour une durée déterminée qui peut être
renouvelée. Lorsque l’objet du classement disparait, alors
réserve est déclassée

 l’arrêté de protection des biotopes. 2 conditions cumulatives :

 espèce animale ou végétale sauvage figurant sur la liste du


décret de 1976

 dont le biotope est menacé


reglementation peu limiter, restreindre, interdire, par des
mesures motivées
limite géographique : territoire d’un département
pratique en cas d’urgence
Infractions relatives à un zonage sont passibles d’une contravention de
ème
4 ou 5ème classe.
Chasse : tutelle de l’ACCA
Possibilité d’ouverture et fermeture

3. DÉCENTRALISATION
3.1. Décentralisation géographique
Grosse remarque : Urbanisme : compétence facultative des communes. Si
oui, se dotent de documents d’urbanisme (PLU) et donc compétence
décentralisée ; ou elles refusent la compétence en ne prenant pas de document
d’urbanisme ou en se dotant de cartes communales assorties d’une délibération
du conseil municipal refusant la compétence d’urbanisme et donc compétence
déconcentrée. Si décentralisée, alors maire compétant pour autorisation
d’urbanisme (au nom de la commune) ; si déconcentrée, autorité de principe est
le maire, mais en tant que représentant de l’Etat et donc 2ème avis donné par
service instructeur (DDE) et le préfet tranche si désaccord.

31 9
Région : conseil régional (président du conseil régional et bureau)  loi de
1982

Département : Conseil général (président du conseil général et bureau) 


loi de 1982

Commune : Conseil communal (maire et adjoints)  loi de 1884

3.1.1. Département
Compétences consultatives, administratives (services départements
d’incendies et de secours (SDIS), protections des espaces naturels sensibles
(ENS)
ENS : (1960 : possibilité de périmètre sensible) 1976 : à partir du moment
où une zone présente une qualité environnementale telle qu’il est nécessaire de
la protéger, le département peut organiser de lui-même la protection avec
ouverture au public. Le conseil général fixe une zone de préemption avec
l’accord du préfet si commune déconcentrée ou du conseil municipal si commune
décentralisée. Acquisiton du terrain de l’ENS par le conseil général grâce à son
droit de préemption.
Acquisition immobilière a 3 formes possibles :
- Amiable et ses dérivés
- Préemption : propriétaire à le choix de garder ou vendre, mais si vend, pas
de choix pour l’acquéreur
- Expropriation : vente obligatoire à une personne publique
Rmq : aliénation en zone de préemption
Si en zone de préemption et que propriétaire veut vendre, alors
1er : Déclaration d’Intention d’Aliéner (DIA) indiquant la parcelle
concernée et le prix voulu. 2ème : Président du Conseil Général a deux
mois pour répondre :

 refus de préempter (si silence) et propriétaire peut aliéner librement


dans le mesure où c’est un prix supérieur ou égal à celui annoncé

 accepte au prix de la DIA

 accepte de préempter mais avec négociation du prix. Préempteur


doit consigner 15% de la valeur fiscale du bien et JECUP du TGI fixe
la valeur du terrain. A ce moment, 3 solutions possibles :

 renonciation du vendeur : garde le bien

 renonciation du préempteur : valeur du terrain trop chère.


Vendeur à liberté d’aliéner, à un prix supérieur ou égal à celui
fixé par le JECUP

32 9
 accord du vendeur et préempteur et la vente se fait
Pour l’ENS, le conseil général a 10 ans pour aménager et ouvrir au public le
terrain. Sinon, le vendeur peut demander la rétrocession (vendeur a possibilité de
racheter le bien au prix vendu)
Le financement de l’ENS se fait par une taxe…
Les départements littoraux ont la possibilité de déléguer leur politique
d’ENS au conservatoire du littoral :
- en leur attribuant le budget touché par taxe
- en préemptant puis rétrocédant au profit du conservatoire littoral
Avantage : conservatoire du littoral n’est pas tenu par l’obligation
d’ouverture au public
3.1.2. Région
Peu de compétences environnementales, surtout économiques.
PNR sous la compétence du conseil régional. 3 objectifs cumulatifs pour
obtenir agrément par décret ministériel de classement de la zone ( max 12+2
ans) :
① assurer un développement économique et social environnementalement
soutenable
② éduquer, sensibiliser, informer le public
③ assurer la protection d’un milieu présentant un intérêt particulier
+ existence d’une charte accordant tous les acteurs à compétences
concernées pour remplir les objectifs du parc et le gérer (necessité d’un
consensus)
Si ces conditions ne sont plus respectées, alors déclassement du pnr
possible avant la fin du décret prévu.
Si nécessité de protection renforcées pour certains milieux dans le pnr,
alors utiliser d’autres mesures de protection

La région est la collectivité territoriale qui a les moyens d’amener le plus


de fonds. Peut avoir grande influence environenementale selon sa politique et la
distribution du budget
Budget de la région = budget propre (par les habitants) + transferts
(budget associé aux compétences transférées par l’Etat) + contrats de plan +
fonds européens (les dotations communautaires (de l’UE) sont attribuées en
fonction d’un échelon territorial correspondant aux régions pour la France, selon
les objectifs donnés à la région)

33 9
Si le CR a une sensibilité environnemental, il va adresser dans son plan des
objectifs environnementaux  elle peut orienter la politique des autres acteurs
vers l’environnement par l’attribution de son budget
3.1.3. Commune
36 771 communes en France soit environ 1/3 des communes européennes.
88% ont moins de 2 000 habitants et 4 000 communes ont moins de 100
habitants.
Sauf pour Paris, Lyon et Marseille, le pouvoir de police est attribué à un
préfet spécial.
1890 : début des SIVU (syndicat intercommunal à vocation unique) pour
mettre en commun les compétences/moyens de plusieurs communes ; puis en
1959 les SIVOM (syndicat intercommuanl à vocation multiple) vers EPCI
Communes : crées en 1884
Conseil municipal administre les compétences de la compétences par
délibérations qui règlent les affaires de le commune. Elles sont mises en œuvre
par le pouvoir éxecutif de la commune, i.e. les adjoints et le maire. organe de
décentralisation
Maire : (issu du suffrage universel indirect) représentant de l’etat sur le
territoire de sa commune. Il a le pouvoir de police administratif et de police
judiciaire
3.1.3.1. Compétences décentralisées en environnement
- Bruit
- Circulation (stationnement..)
- Déchets (DMA)
- Eau potable (captage, aduction, distribution, collecte, épuration)
- Urbanisme (facultatif)
Possibilité de déléguer
3.1.3.2. Maire
pouvoir de police :
police judiciaire (répressive), centrée sur les infranctions : PV constate un
agissement constitutif d’une infraction ; recherche (enquête), déférer,
d’exéctuion des décisions de justice ; le tout sous l’autorité du juge pénal
police administrative (préventive, de texte) : limiter des libertés
individuelles dans un but d’IG. Motivation d’ordre publique suffisante pour
justifier la limite des libertés individuelles ; sous le contrôle du juge administratif
 police de texte i.e. manifestation par les arrétés municipaux ou les décisions
individuelles du maire.
Ordre public : salubrité, hygiène, sécurité, tranquilité

34 9
Les pouvoirs de police du maire : pas délégable. Il est sous l’autorité du
préfet pour ce pouvoir.

Ex : déchet devant la maison ( illégale)


①signalement au maire > pas de réaction du maire
②mise en demeure du maire d’utiliser ses pouvoirs de police pour faire
cesser le trouble d’ordre public > pas de réaction
③2 choix : RPC (mais seulement indemnisation, pas de cessation du
trouble) ou signalisation au préfet  mise en demeure au maire pour utiliser son
pouvoir de police > si maire reste défaillant > préfet se substitue pour faire
cesser le trouble
Si pas de réaction du préfet, alors contacte l’Etat

La police municipale peut aider le maire dans l’exercice de ses fonctions.


Si moins de 10 000 habitants, le maire peut constituer une police municipale
financée par l’Etat avec une fonction de police judiciaire et devant faire l’objet
d’un agrément du préfet pour chaque recrutement
Si plus de 10 000 habitants, alors peut avoir une police municipale
financée par la commune mais qui ne seront pas des agents de police judiciaire,
et donc pas de pouvoirs particuliers

Motivation nécessaire
Territoire de la commune
Pas de mesures à caractère général et absolu
Limité par les compétences des autres collectivités

3.2. Décentralisation technique


3.2.1. Exemple du conservatoire du littoral et des espaces
lacustres
Littoral : riveraineté de l’espace public maritime (EPM) et espaces lacustres
> 1 000ha. Sur les espaces lacustres, les communes peuvent renoncer à être
considérées en tant que communes littorales
CL institué en 1875, mène une politique foncière d’acquisition de terrains
littoraux pour les sortir de la spéculation immobilière. Ces terrains vont entrer
sous l’appellation domaine public puis être protégés.
3.2.1.1. Organisation du CL
Conseil d’Administration qui siège à Rochefort et c’est l’organe de décision
(fixe la stratégie). Représentants élus, non-élus et de rivage.

35 9
CA relayé sur le terrain par des conseils exécutifs : conseils de rivage
(méditerrannée, atlantique, manche , mer du nord, espaces lacustres, corse, 3
rivages d’OM i.e. atlantique, pacifique, indien)
3.2.1.2. Pouvoirs du CL

 Budget
Moyens pour mener la pltq d’acquisition (Etat car décentralisation donc
transfert de compétences et de budget, Département par le biais de politique
d’ENS, autres personnes publiques comme conseils régionaux ou communes,
dons/legs/dations en paiement i.e. paiement par autre chose que de l’argent,
actions civiles/indemnisation lors des infractions à la loi littorale)

 Modes d’acquisition - pouvoirs


Privilégie les acquisitions amiables (contractuelle i.e. achat)
Préemption
Expropriation possible si pas de solution alternative pour obtenir une
protection de la parcelle

 Patrimoine
Une parcelle juste achetée est mise en réserve et gérée par la fondation de
France (FF). Conseil d’administration statue à ce sujet. Parcelle reste en réserve
si ne correspond pas à son objet (i.e. hors littoral) ou si la finalité n’est pas
possible (pas de protection possible ou parcelle construite) ; sinon parcelle
classée en domaine public (inaliénable). Alors le CL définit la protection
(réglementer la parcelle) puis supporte l’aménagement de la zone puis transfert
la gestion, en priorité à une collectivité territoriale pour la responsabiliser, si elle
est dangereuse pour la protection, gestion transmise à un PNR ou une
association.

3.3. Découpage différentiel du territoire


Décentralisation, loi qui selon des critères particuliers encadre/restreint les
compétences des collectivités territoriales sur des zones particulières

 Assurer une meilleure préservation

 Loi montagnes et littoral comprises comme conciliations de 3 intérets


o Protection de l’environnement

o Maintien ou réintroduction d’une activité économique


traditionnelle
o Développement d’une activité touristique

Réponse de la loi littorale sous forme d’urbanisme

36 9
3.3.1. Loi de janvier 1985, loi Montagne  loi d’urbanisme
Principe d’inconstructibilité sauf pour les besoins agricoles à proximité des
points d’eau ou si déjà construit. Donc possibilité de construire bâtiment
agricoles, puis transformé en habitation qui donne autorisation de construire aux
alentours

4. LITTORAUX
Loi du 3 janvier 1986, loi Littoral

4.1. Champs d’application


Communes ayant riveraineté avec EPM ou espace lacustre > 10 000ha
(communes peuvent alors choisir loi littoral ou loi montagne). Cas particuliers de
limite de salaison des eaux fixée par décret du gouvernement et des communes
participant aux équilibres économiques et écologiques du littoral (facultatif pour
les communes, mais statut irrémédiable, demande à faire au préfet, décision
revient au conseil municipal)

Bande de 100m sur plan de masse le long du littoral qui est inconstructible
Les EPR (espaces proches du rivage) suivent la bande et la largeur est
définie par le juge

4.2. Dispositions d’urbanismes particulières


4.2.1. Règles générales
4.2.1.1. Territoire de la commune
4 aspects :

 Capacité de l’urbanisme
① Réflexion de la commune sur sa capacité d’accueil, zones à urbaniser…
Loi impose aux conseils municipaux des contraintes (par délibération). Ils
doivent avoir une reflexion sur :
- Capacité d’accueil de la commune (pour fluctuation entre saison
touristique et basse saison
- Urbanisme qui permette la preservation des équilibres entre activité
touristique, économiques traditionneles et la préservation de
l’environnement
- Determination et préservation des espaces sensibles
- Reflexion sur les conditions d’accès au public des différentes zones de la
commune

37 9
 Extension et coupure de
l’urbanisme
② Principes d’extension de l’urbanisme et ③ Rupture ou coupure
d’urbanisme :
Extension de l’urbanisme qui parte du déjà acquis en maintenant des
coupures d’urbanismes :
- A partir de l’existant en principe – continuité par rapport à l’existant, avec
une proportionnalité à ce qui existe déjà (principe de continuité)
- 1ère exception : possibilité de création de hameaux (a partir de rien) –
permettent développement de l’urbanisme, toujours proportionnel.
Hameau, par jurisprudence : ① petit groupe de maisons ② intégré dans
son environnement ③ doté d’un minimum de service public (permettant
d’éviter que les habitant doivent aller dans d’autres parties de la commune
pour les besoins essentiels  limiter les déplacements)
- Principe des ruptures d’urbanisme : maintien des coupures
d’urbanismes : principe de continuité s’efface devant la nécessité de
coupures d’urbanismes, i.e. laisser des superficies entre le développement
de zones urbaines « suffisante pour maintenir un équilibre écologique »,
rupture devant se faire entre des zones distinctes, avec leurs
caractéristiques propres urbaines, (zones homogènes et différentes)

 Libre accès de domaine de la


mer
④ Organisation du libre accès …
Cf. servitudes
4.2.1.2. Espaces proches du rivage

 Définition
Du coté mer vers le domaine public maritime : espace proche du rivage
commence la ou s’arrete la bande des 100m.
2 critères possibles pour déterminer leur étendue :
- Visibilité : si visible de la mer (domaine public maritime), alors espace
proche du rivage
- Si espace nécessaire pour le maintien des équilibres littoraux (biotope
important, zone de nidification…)

 Principe de constructibilité
Selon le lieu, la densité du projet (public drainé, construction), et les
caractéristiques de la commune

38 9
4.2.1.3. Bande des 100m
100m à plat sur la carte (pas de prise en compte de la topographie) à
partir de la limite de la plus haute marée (sur la commune ou en France)
Principe d’inconstructibilité sauf exceptions (urbanisation déjà existante –
alors principe de continuité avec rupture d’urbanisme ; et construction
nécessitant la proximité immédiate de l’eau i.e. lié à l’activité économique
(industrie) ne nécessite pas, idem pour activités de tourisme ; seules activités
traditionnelles liées à l’exploitation de la mer sont autorisées : hangar à bateau,
pour conchyliculture…)
4.2.2. Protections spécifiques
4.2.2.1. Espaces sensibles
(i.e. espaces littoraux fragiles – elf d’après la loi)
Délimitation par le préfet en principe par arrêté préfectoral, après
identification par la DREAL  imposé au conseil municipal par la décentralisation.
Nécessité de 2 caractéristiques :
- Correspondre à un type milieu listé dans le décret de septembre 1989 –
dunes, landes, estuaires, falaises…
- Milieu remarquable ou caractéristique du patrimoine littoral local ou
présentant un intérêt écologique nécessaire à la conservation de
l’équilibre
Les principales contraintes sont sur l’aménagement de la zone : en
principe, construction interdite sauf « constructions et aménagements légers
[panneaux, sentiers pédestres, petits batiments) permettant l’accueil du public »
4.2.2.2. Espaces boisés caractéristiques
Obligé pour chaque commune
En principe relève des compétences du conseil municipal qui doit les
inscrire dans ses documents d’urbanisme  incitation à des PLU
intercommunaux pour avoir des espaces de taille suffisante
A maintenir ou développer, un boisement caractéristique de cet aspect du
littoral. Les doc d’urbanisme organise donc des contraintes pour maintenir ou
réintroduire des espèces  permis de construire sur la zone peuvent être
conditionnés pour la réintroduction d’essences définies

4.3. Libre accès au domaine public maritime (DPM)


Pas de plage entièrement publique
4.3.1. Loi du 31 décembre 1976
Rappel l’existence de la servitude longitudinal (instaurée par Colbert,
« chemin des douaniers »)  servitude de passage piétonnier, de 3m, assise sur

39 9
les propriétés privées longeant le DPM (dans un objectif de défense nationale par
Colbert car 3m correspond au recul des canons)
4.3.2. Loi de janvier 1986
Ré-affirme cette servitude longitudinal
Instaure des servitudes transversales permettant l’accès à la servitude
longitudinale
Les 2 servitudes reposent sur des domaines privés (propriétaires ont
l’obligation de laisser le passage et s’abstenir d’entraver la circulation, mais ils
peuvent la cloturer ; si servitude de passage crée un préjudice au propriétaire,
alors droit à une indemnisation si demandée dans les 6 mois au préfet, si
désaccord entre les 2 alors jecup statue), bandes de 3m, servitudes de passage
pour les piétons : exceptions possibles : voitures pour enfants ou handicapés.
4.3.2.1. Servitude longitudinale
Servitude de droit : 3m longeant le DPM en principe, exceptions :
- Construction antérieure à 1976
- Obstacle naturel
- Raison de défense national pour visibilité sur la mer
Pour ces exceptions, détournement de la servitude
Pour les autres obstacles, ils n’existent pas dans la loi donc pas de
dommage pour le propriétaire s’il est détruit
4.3.2.2. Servitude transversale
Fait l’objet d’une décision de l’administration, pour permettre accès de la
voie publique vers longitudinal.
En principe, une servitude transversale tous les 500m au maximum. Choix
par enquete public, consultation des conseils municipaux puis arrété prefectoral.
Aménagement et instauration par l’Etat, entretien par la commune.

40 9
P A R T I E III. INSTALLATIONS CLASSÉES POUR LA PROTECTION DE

L ’E N V I R O N N E M E N T

1. HISTORIQUE DU RÉGIME DE PRÉVENTION DES POLLUTIONS

INDUSTRIELLES

Cf poly !

1.1. Sous l’ancien régime


Dès le XVIIème, au cas par cas, la réponse vient des corporations elles-
memes, des communes, ou des parlements locaux  traitements différents selon
localisation.
Disparités entrainent réclamations de la part des installation et du
voisinage
1804

1.2. Législations sur les installations Incommodes, Insalubres et


Dangereuses (IID)
En 1810
Protection des installations pour concurrence « équitable »
Tri en 3 classes avec des servitudes de reculement
1.2.1. En 1917
Bcp d’activités non concernées : … établissements publics,
En 1917, reprise du classement (émergence de la classe D) + vague
organisation d’un contrôle (par inspection du travail) + 5 intérêts à protéger

1.3. En 1976
Passage aux ICPE
Prise en compte de toutes les activités économique (plus de dissociation
selon les personnes)
Contrôle symbolique (service des mines puis drire)
Sanctions de type contravention développant des comportements (paient
contraventions d’eux-memes sans changer habitudes, car moins cher)
En 1985, récidive devient délit pour contrer ces comportements

2. CONDITIONS D’APPLICATION DE LA LOI

2.1. Activités visées et intérêts protégés


Loi de 1976 sur ICPE est la 1ere loi qui fait référence à l’environnement
dans son titre
3 conditions :

41 9
- Entreprise susceptible de porter atteinte à des intérêts énumérés par la loi
 Commodité du voisinage
 Santé publique
 Sécurité publique
 Salubrité publique
 Agriculture
 Protection de la nature et de l’environnement (ajout de 1976)
 Conservation des monuments et des sites (ajout de 1976)
- Entreprises présentant dangers/inconvénients/nuisances avérés/réels ou
simplement potentiels
- Activité reprise dans une nomenclature (relevant du pouvoir du ministre,
fixée par décret)
Rentre dans le régime ICPE selon sa position dans la nomenclature

2.2. Nomenclature
2.2.1. Décret de 2003
Formation de la nomenclature conformément à la directive européenne
IPPC de 1996.
Nomenclature française en 3 classes :
- D : les moins dangereuses/insalubres/incommodes – font l’objet d’une
déclaration et soumises à un arrêté-type donnant contraintes, obligations,
prescriptions.

 Se double d’une classe DC en 2003  soumise à un régime


d’autocontrôle (tenir tous les 5 ans un contrôle pour vérifier leur
conformité à l’arrêté type)
- A : les plus dangereuses : objet d’un arrêté préfectoral – décision
individuelle – leur imposant des prescriptions selon leur impact
prévisibles/potentiel sur leur environnement. Procédure longue et
couteuse.

 Se double en 2003 en AS, les plus dangereuses, Seveso ou à


servitude – équivalent d’un A renforcé
- E (2010): enregistrement, entre le D et le A. Prescriptions types qui doivent
être respectées avant enregistrement. Préfet peut éventuellement
contraindre/assujettir une entreprise à passer en classe A.
Remarque : (art. 34 de la constitution) la loi en droit français du ressort du
parlement, en principe. Se sont des élus qui votent des lois suite à un débat
parlementaire  donc poids démocratique. Art. 39 de la constitution :
gouvernement peut demander la possibilité de définir seul une réglementation
pour un certain domaine : loi d’habilitation définissent domaine et délai de
délagation de compétence en domaine. Gouvernement crée ordonnances. Puis à

42 9
la fin du délai : loi de ratification qui assure si oui ou non l’ensemble des
ordonnances créées pendant le délai ont une valeur législative.
2.2.2. Présentation de la nomenclature
Selon IPPC
Organisation en 2 parties :
- Référence aux substances utilisées
- Relative aux activités des installations
Procédure : régime le plus grave parmi tous ceux potentiellement présents
sur le site.
Si installations en D mais évolution prévoit une augmentation du régime
(vers E ou A), alors intérêt à passer directement dans le régime le plus sévère
car :
- Pas sur d’obtenir la classe A, car décision individuelle, quand j’en aurais
besoin
- Evite de subir les aggravations qui auront lieu entre temps dans la
législation de classe A

 Réflexion doit se faire par rapport aux caractéristiques prévisibles


Pour chacun des 30 secteur d’activité, la commission européenne fait un
BREF qui prévoit un document de référence pour les prescriptions de chaque
régime, un BAT (MTD en français i.e. meilleures techniques disponibles ; selon le
moment donné et le coût économique i.e. caractère supportable ou non des
prescriptions par l’exploitant)  permet homogénéité des contraintes liées à
l’environnement pour toutes les installatiosn dans l’UE, par contre si entreprise
pourrait tenter un processus peut-être plus preservatif de l’environnement, alors
interdit car pas dans les documents de référence, donc pas dans la norme 
problème car « fige » le progrès. (cf. p13)

2.3. Application de la loi dans le temps


Réforme de la loi de 1993
Chaque changement de la nomenclature, en principe, les ICPE bénéficient
d’un droit acquis à continuer à fonctionner dans les mêmes conditions si :
- Le fonctionnement est régulier au moment du changement (i.e.
conforme/régulier)
- Faire un « porté à connaissance » au préfet dans l’année qui suit le
changement dans la réglementation pour dire que la nouvelle
réglementation ne sera pas appliquée dans le cas de mon installation car
conforme à la réglementation existante  permet de savoir à quelle
réglementation se référer en cas de contrôle
Exceptions au droit acquis :

43 9
- Loi / réglementation prévoit expressément sa rétroactivité (application
pour les installations déjà en service lors de sa promulgation)
- Exploitation interrompue pendant plus de deux ans alors remise en service
lors de l’installations conforme à la reglementation en vigueur à ce
moment
- Remise en service après accident (nécessitant interruption puis remise en
service) d’où intérêt après accident à continuer à fonctionner même si
économiquement aberrant car évite de se remettre aux normes

2.4. Application de la loi dans l’espace


2.4.1.1. Documents d’urbanisme
ICPE relevent du préfet, il doit refuser si l’ICPE n’est pas compatible avec le
doc d’urbanismes, les doc d’urbanismes relèvent du conseil municipal
(décentralisation). Ce dernier peut orienter l’urbanisation par zonage
(réglementation par zone en fonction d’une motivation pour fixer une
destination) ; le CM peut donc avoir une politique en matière d’ICPE en les
orientant vers certaines zones de la commune
Ex : Sur un PLU illégal qui empêche l’installation d’une ICPE, une entreprise
demande un permis de construire qui lui est refusé. Elle demande donc un REI
qui lui est accordé (i.e. le refus de permis de construire est annulé) puis
redemande un permis de construire. De là, soit le permis de construire lui est
donné, soit il est à nouveau refusé. Alors l’entreprise peut demander un RPC,
puisque l’illégalité du PLU de la commune lui cause un dommage.
Le juge administratif statue en fonction de l’état des documents
d’urbanisme au moment de sa décision. Donc si demande un REI, et que la
commune change son PLU avant que le juge n’ait rendu sa décision alors
argument de l’illégalité du PLU ne tient plus, et pas d’annulation du refus de
permis de construire.
2.4.1.2. Permis de construire

 Permis de construire des ICPE


En principe, indépendance des procédures : une procédure ne vaut que
dans le cadre de la réglementation qui l’instaure :

 Tout ce qui vient affecter une procédure dans le montage d’un dossier
ne rejaillit pas sur les autres procédures

 L’autorité en charge de la procédure ne peut pas aller chercher des


arguments dans une autre législation pour prendre sa décision  un
argument pour justifier un refus ne peut être un refus dans une autre
procédure parallèle  chaque autorité est limitée par la législation qui
a créée une procédure

 Face à un projet donné, pas de réflexion globale – d’analyse d’ensemble


du projet

44 9
Atténuation au principe :
- Pour la classe A, les demandes de permis de construire et d’autorisation
doivent être simultanée (demande d’autorisation contient récépissé de la
demande du permis, vieux de moins de 8 jours). Le permis de construire
ne peut pas être délivré avant la clôture de l’enquête publique ayant lieu
dans le cadre de la procédure d’autorisation pour permettre aux
populations de s’y opposer.
- Pour la classe E, le permis de construire peut être délivré à tout moment,
mais les travaux ne pourront pas commencer avant que le préfet ait pris
son arrêté d’enregistrement

 Permis de construire des tiers


Logique de 1917 : protection contre les installations IID se fait par fixation
de distance d’éloignement pour les constructions riveraines
Loi de 1976 supprime l’exigence d’éloignement en principe car logique
veut qu’autorisation du préfet, par arreté, supprime les dangers de l’installation
sur son environnement, donc éloignement du à danger n’a plus lieu d’être ;
exception pour les élevages, épandages (en agriculture surtout)… car alors
distance d’éloignement pour réduire non pas les dangers mais les nuisances
Instauration de périmètre de protection de la zone ICPE actuelle ou fermée
afin de :
- Protection des populations (intérêts visés par la loi)
- Conservation d’un historique de l’installation classée après qu’elle ait
cessé, BASIAS
Pour une commune ayant ses propres documents d’urbanisme, le préfet
fixe le PIG (Projet d’Intérêt Général) qui s’impose aux documents d’urbanisme
locaux…à compléter !!!
Si la commune n’a pas de document d’urbanisme, le préfet a la possibilité
d’instaurer un périmètre de protection autour d’une ICPE ou sur l’emplacement
d’une ancienne ICPE et de réglementer la constructibilité (en règle générale,
interdiction)  servitude non indemnisée
Dans les deux cas, le préfet peut prendre un arrêté de servitude d’utilité
publique (depuis 1996) pour conserver l’historique d’anciens sites industriels et
garantir que l’usage d’une parcelle soit compatible avec le risque que fait courir
la proximité d’une ICPE ou l’existence d’un passif industriel : restrictions d’usage
de la parcelle. Procédure mise en œuvre par le préfet de lui-même, à la demande
du maire, ou de celle de l’exploitant. la servitude réglemente la contrôle, l’usage,
la constructibilité de la parcelle et est indemnisée, à la charge de l’exploitant. les
riverains concernés ont 3 ans pour réclamer l’indemnisation à partir de l’arrêté
préfectoral.

45 9
2.5. Les pouvoirs du Maire en matière d’ICPE
En matière d’ICPE, c’est le Préfet qui est compétent.
Le Maire exerce le pouvoir de police :
- général  assure l’ordre public, la sécurité, la salubrité et l’hygiène
- spéciale
→ pollution de l’air
→ bruit pour commune < 10 000 habitants sinon compétence
transférée au Préfet (sauf pour les bruits de voisinage)
→ accident, circulation
→ eau
→ déchets

Lorsqu’un problème se pose en ICPE, les compétences sont en principe du


ressort du Préfet.

Exception : problème de déchets ou en cas d’urgence  principe de


compétence du Maire. Sauf si le problème affecte plusieurs communes, les
Maires ne sont pas compétents, c’est le Préfet.
En cas d’urgence, le Maire peut prendre les mesures qui s’imposent mais
elles ont un caractère provisoire. Ces mesures sont transmises au Préfet qui les
consolide ou les annule.

3. OUVERTURE DES ICPE


3.1. La procédure
3.1.1. ICPE soumise à autorisation

46 9
47 9
Procédure informelle suivie d’une procédure juridique.
1) Dépôt du dossier de demande d’autorisation en 7 exemplaires à la
préfecture
a. identité de l’exploitant
b. activités
c. procédés
d. emplacement et justification du permis de construire
e. documents graphiques
f. notice d’hygiène et de sécurité
g. l’avis du propriétaire du site
h. étude d’impact (page n°10)  trois buts :
- rechercher les incidences
- informer le public comme l’administration
- amener le pétitionnaire à réfléchir sur les conséquences
prévisibles de l’installation future ainsi que sur la remise en état
du site à la fin de l’exploitation

La rédaction des études d’impacts est libre. Seules quelques


rubriques sont imposées. Il faut notamment :
- analyser l’état du site
- analyser les effets de l’installation
- proposer plusieurs projets possibles d’installation avec justification
du choix
- décrire les mesures envisagées face aux nuisances (suppression
ou diminution)
- décrire et prévoir les conditions de remise en état du site de
l’installation
- réaliser une notice non technique pour vulgariser le projet au
public

Principe de proportionnalité : le contenu doit présenter une


adéquation entre la sensibilité du milieu ou va s’implanter l’ICPE et le
caractère de l’ICPE.

Les contrôles de l’étude d’impact sont :


- administratif et :
→ normal : dans le cadre de la demande d’autorisation  contrôle de
l’existence de l’étude d’impact et de sa suffisance
→ exceptionnel : le Ministre de l’Environnement peut se saisir de
l’affaire. Il a trente jours pour formuler un avis sur l’étude d’impact.
- juridique : REP de l’arrêté d’autorisation. Le juge administratif va donc
lancer une analyse de l’étude d’impact selon trois aspects :
erreurs/lacunes, principe de proportionnalité et sérieux. Si un des trois
aspects n’est pas respecté, l’étude d’impact est écartée l’arrêté
d’autorisation est annulé.

48 9
i. étude de danger (voir poly page n°12)  présente et analyse les
dangers ainsi que les procédures d’interventions (avec la probabilité de
réalisation du risque envisagé, la cinétique du risque et sa gravité et les
méthodes d’intervention).

2) Avis du service instructeur  dossier conforme ou non

3) Enquête publique (loi 1983, unifie le régime des enquêtes publiques


pour toutes les procédures)  deux buts :
- informer le public de travaux d’aménagements, de projets industriels
par l’accès au dossier
- recueillir les avis du public concerné
Une enquête publique ne dure jamais moins d’un mois et les coûts générés
par l’enquête publique sont supportés par le pétitionnaire.
Déroulement de l’enquête publique :
a. Dossier transmis au tribunal administratif (du Préfet vers le
président du TA)
b. Commissaire enquêteur nominé
c. Affichage en Mairie et deux insertions dans deux journaux
locaux (dont une 15 jours avant et l’autre 8 jours avant) informer le
public de l’ouverture d’une enquête publique
d. Préfet prend un arrêté d’ouverture d’enquête publique
(modalités et présentation du commissaire enquêteur, lieu et date des
réunions publiques, des consultations de dossier)
e. Commissaire enquêteur recueille les observations du public (par
écrit ou oral)  de deux sortes : intérêt privé ou intérêt général.
f. Clôture de l’enquête publique  rédaction d’un rapport du
commissaire enquêteur
- partie statistique : % observations intérêt privé ou intérêt
général. Les intérêts privés ne sont pas privilégiés par le
commissaire enquêteur mais ceux généraux doivent être
forcement repris.
- partie décisionnelle : le commissaire enquêteur donne son avis :
→ favorable
→ favorable avec recommandations
→ favorable sous conditions
→ défavorable : l’autorisation ICPE nécessitera une
décision prise en Conseil d’État
g. Consultation du dossier pour avis des conseils municipaux et
généraux
h. Rédaction d’un rapport de synthèse + propositions en matière de
prescriptions du service instructeur (DREAL)  transmis au Préfet qui le
transmet au CODERST : avis favorable ou non. Si non, le Préfet ne peut
pas autoriser l’ICPE.
i. Projet d’arrêté préfectoral :
- refus + motivation
- autorisation + prescriptions (page n°13)
Le maitre d’œuvre a 15 jours pour faire parvenir ses observations.

49 9
Une autorisation temporaire peut être délivrée quand :
- une ICPE sera en fonctionnement moins d’un an (chantier de travaux) 
autorisation donnée pour 6 mois renouvelable une fois
- il y a une procédure de régularisation :
→ volontaire : pas de délai pour déposer la demande d’autorisation
et fonctionnement de l’installation peut continuer
→ forcée : mise en demeure de l’exploitant à procéder à une
régularisation : délai pour réaliser la demande d’autorisation et par
arrêté complémentaire, le Préfet, peut suspendre le fonctionnement
de l’installation (mais exploitant continue à payer les salaires) ou
autoriser le fonctionnement temporaire du site (avec ou sans
prescriptions).
3.1.2. ICPE soumise à déclaration

Le dossier se dépose en préfecture en trois exemplaires. Voir poly page


n°10 pour la composition du dossier.
Le Préfet adresse un récépissé de déclaration à l’exploitant en lui signifiant
l’arrêté type à respecter. Cet arrêté type peut être adapté par demande des tiers
(renforcement) ou de l’exploitant (assouplissement). Les arrêtés
complémentaires ne doivent pas impliquer une demande de permis de construire
et ne doivent pas impliquer un changement de régime ICPE.
3.1.3. ICPE soumise à enregistrement

Ordonnance d’Octobre 2009  ICPE soumise à enregistrement sont


réglementées par des arrêtés types.
Environ 60% des ICPE soumises à autorisation pourraient passer en ICPE
soumises à enregistrement.
Procédure :
- dépôt de dossier
- examen du dossier
- consultation du dossier par le CODERST et le public (affichage, consultation
du dossier, pas d’avis et d’enquête publique)
- rapport de l’inspection avec propositions de prescriptions particulières
- CODERST donne son avis  arrêté préfectoral d’enregistrement (si conformité
avec l’arrêté type et si ICPE est capable techniquement et financièrement)

Exemple : entrepôt frigorifique


Régime actuel : Dorénavant

> 50 000 m3  autorisation Entre 50 000 m3 et 150 000 m3


 enregistrement
< 50 000 m3  déclaration
> 150 000 m3  autorisation

50 9
Si un entrepôt installé en 1980 de 100 000 m3 fonctionne en autorisation.
Maintenant, changement de classe A vers E  nouvelles contraintes mises en
place. Comme son fonctionnement est légal et qu’elle se signale dans l’année au
Préfet, l’entreprise peut bénéficier d’un droit acquis à fonctionner dans les
mêmes conditions.

3.2. Administrations et organismes compétents

Voir poly page n°15

Seul changement DRIRE  DREAL

4. EVOLUTIONS ET TRANSFORMATIONS DES ICPE


4.1. Modification des prescriptions à l’initiative de
l’administration et des tiers
4.1.1. Arrêtés complémentaires
Le Préfet a la possibilité de modifier les prescriptions qui s’imposent à une
ICPE via des arrêtés complémentaires. Cela peut être fait dans certaines
conditions :
- à la demande de l’exploitant : assouplissement
- à la demande d’un tiers : renforcement
- à sa propre initiative à condition qu’il y ait demande d’un maire (suite à
des mesures d’urgences ou à sa demande), un accident, une cessation
d’activité de plus de deux ans, un bilan de fonctionnement, une
inspection, …
Principe de projet : les arrêtés complémentaires sont soumis au CODERST,
qui donne son avis, l’exploitant a 15 jours pour émettre des observations  mise
en application de l’arrêté.
En principe, un arrêté complémentaire est limité par la demande d’un
permis de construire.
4.1.2. Les accidents

Lorsqu’un accident survient, l’exploitant doit le déclarer dans les meilleurs


délais au Préfet. Ensuite, l’exploitant fournit un rapport d’incident contenant
quatre parties :
- les circonstances
- les effets humains, matériels et environnementaux de l’accident
- les mesures de réparation des dommages causés
- les mesures d’évitement futur
Suite à cela, le Préfet peut émettre des arrêtés complémentaires pour
éviter le même accident dans le futur.

51 9
Si l’accident nécessite une remise en service de l’installation, le Préfet peut
contraindre l’exploitant à solliciter une nouvelle autorisation ou à se déclarer ou
s’enregistrer.
4.1.3. Le bilan de fonctionnement

Instauré par une réforme de 2004.


Certaines installations de classe A sont obligées de faire un bilan de
fonctionnement tous les 10 ans afin de vérifier qu’elles fonctionnent
conformément à leur régime ICPE. Elles envisagent alors les mesures qu’elles
peuvent mettre en œuvre pour réduire leur impact sur l’environnement (BAT).
Le Préfet peut imposer un bilan de fonctionnement à une entreprise même
si elle est non concernée.
Le Préfet peut exiger l’anticipation du bilan de fonctionnement de
certaines entreprises qui y sont contraintes :
- suite à un accident
- suite à une modification de sensibilité de l’environnement
- suite à une amélioration technique forte dans le secteur d’activités de
l’entreprise

Conséquences d’un bilan de fonctionnement : le Préfet prend des


arrêtés complémentaires.

4.2. Transformations de l’ICPE


4.2.1. Modification de la personne de l’exploitant

 En principe, la notification du changement se fait au Préfet par simple


portée à connaissance dans le mois qui suit le changement.

 Dans certains cas de classe A (SEVESO, les mines et carrières, stockage


et traitement des déchets), le changement d’exploitant nécessite une
autorisation. Le Préfet a trois mois pour donner son accord.
4.2.2. Modification de l’ICPE

 Si la modification implique un changement de régime ICPE, l’exploitation


doit s’adapter au nouveau régime.

 Si le changement (notable et impliquant de nouveaux dangers) entraine


des modifications dans le dossier mais pas dans le régime ICPE, le Préfet doit
agréer ces modifications (après notification par l’exploitant). Le Préfet a alors
deux mois pour réagir :
- pas de réaction  agrément tacite
- prescriptions particulières  arrêtés complémentaires
- refus de l’agrément

52 9
5. CONTRÔLES, S A N C T I O N S E T C O N T E N T I E U X D E L ’ICPE

5.1. Contrôles
En principe, les ICPE – ou entreprises qui devraient être une ICPE – sont
contrôlées par l’inspection des ICPE – inspecteurs de la dreal, officiers de police
judiciaires spécialisés. Droits : visites de jours (et de nuit pour les établissements
concernés), communication de tous les documents jugés nécessaires au contrôle,
prélèvements, statut protecteur (toute manœuvre d’une personne visant à
empêcher un contrôle  délit d’entrave, sanction de deux d’emprisonnement
et/ou amende). Obligation : secret (confidentialité), toute violation donne lieu à
des sanctions professionnelles (ex : révocation sans droit à la retraite pour un
inspecteur de Lyon qui avait publié un livre). Lors d’une inspection : rédaction du
rapport d’inspection – qui est un document public. Si constat d’infraction, alors 3
solutions selon gravité de l’infraction :
- 1. Rappel à la loi
- 2. Mise en demeure
- 3. procès verbal transmis au parquet qui décide de l’opportunité des
poursuites
Pour les entreprises agro-alimentaires et agricoles, DSV pour les élevages
ou DDA, pour la défense nationale, contrôle interne ; organismes agrées pour
laboratoire, radionucléaire et certains déchets
Depuis 1995, certaines installations déclarées sont soumises au régime de
l’autocontrôle (tous les 5 ans)  nomenclature DC
+ poly p16
Remarque sur l’autocontrôle : loi du 2 février 1995, liste par décret des
ICPE autorisés à passer en régime DC. Entreprises contraintes à l’autocontrole
sont aussi susceptibles d’être controlées par un inspecteur. Tous les 5 ans, un
organisme agrée vérifie la conformité de l’ICPE par rapport à son arreté-type. Le
rapport de ce contrôle quinquennal est inséré dans le registre du contrôle tenu
par l’entreprise qui à disposition de l’administration (pour les inspections). Pour
les entreprises à certification environnementales ont une échéance de 10 ans au
lieu de 5.
Pour les entreprises DC, le premier contrôle doit être effectué dans les 6
mois de la mise en service de l’ICPE.
Différence entre le document administratif (rapport de l’inspection) et le
document tenu à la disposition de l’administration (rapport de l’organisme
agréé) ? les documents administratifs sont publiques, donc disponibles pour un
tiers  pour les DC, la communication aux tiers dépend de la bonne volonté de
l’exploitant.
Consultation du rapport d’inspection : demande au préfet.

53 9
CADA : commission d’accès aux documents administratifs. Autorité
administrative indépendante. Si doc. Administratif relève d’un fichier
informatique, alors plutôt la CNIL
Si préfet refuse ou se tait, saisie de la CADA. Elle envisage la légitimité de
la requête. Si oui, la cada se fait communiquer le document par l’administration.
Selon le document, envisage la légitimité de la motivation de l’administration à
refuser. 3 solutions :
- 1. Argument donné par l’administration est légitime : refus de
communiquer
- 2. Communique le document
- 3. Si dans le rapport, des choses relèvent d’un intérêt autre ou sont à tenir
secret, alors la cada fait une communication partielle  ne communique
que ce qui correspond à l’intérêt du demandeur

5.2. Sanctions administratives


Possibilité de prononcer les sanctions judiciaires normales
Ici, seulement les sanctions prononcées par une autorité administrative en
cas de violation par l’exploitant de son régime administratif.
En principe, le préalable de la sanction est une mise en demeure (ultime
rappel adressé à l’exploitant de ses obligations assortie d’un délai de mise en
conformité – toujours inférieur à 3 mois). Si elle est sans effet, alors
l’administration peut prononcer des sanction sous le contrôle du juge
administratif.
Si urgence pour la santé, l’hygiène, alors mise en demeure facultative.
Les sanctions sont cumulatives (possible d’en prononcer plusieurs d’un
coup)
5.2.1. Consignation
Contraindre l’exploitant à consigner/restituer la somme nécessaire pour se
conformer à l’obligation dont l’administration exige le respect.
5.2.2. Exécution d’office
Si mise en conformité peut être assurée par un tiers, généralement payé
par la consignation effectuée en parallèle.
5.2.3. Suspension de l’exploitation
Suspendre le fonctionnement de tout ou partie de l’exploitation –
forcément provisoire. En général, durée inférieure à 6 mois. Suspension peut etre
assortie de l’obligation pour l’exploitant de payer les salaires.
5.2.4. Fermeture définitive
Deux cas de figure possible : sanction ou

54 9
5.2.4.1. Sanction
Possible que pour les ICPE fonctionnant en dehors de leur régime, de la
nomenclature. Mise en demeure de se conformer à son régime, i.e. de régulariser
sa situation. Si mise en demeure sans effet, le préfet constate l’absence de
réaction et prononce la fermeture definitive de l’exploitation.
Prononcé par l’administration même si normalement sanctions prononcées
par juge car sanction est donnée sous contrôle du juge administratif.
5.2.4.2. Protection urgente
Si l’installation présente un danger/inconvénient grave pour l’un des
intérêts fixés par la loi qui était inconnu au moment de la mise en service et qui
ne peut pas être évité en imposant des prescriptions. Fermeture issue d’un
décret du gouvernement pris en Conseil d’Etat

• Mise en conformité
Deux cas possibles pour la mise en conformité :
- Régularisation à l’initiative de l’entreprise. A priori, si la bonne foi de
l’exploitant est retenue, peu de risque de poursuite pénale, et classement
sans suite du parquet ; et sanction administrative rare et pas d’imposition
de délai
- Mise en conformité exigée par l’administration. En principe, mise en
demeure pour permettre la contestation entre fonctionnement et
nomenclature. Si non-exécutée, sanctions administratives avec délai et
pour les ICPE de classe A, préfet prend décision provisoire (suspension,
imposition de prescriptions provisoires, autorisation provisoire) qui ne
préjuge en rien de la décision finale

5.3. Responsabilité de la puissance publique pour faute


5.3.1. Exemple
Dans les années 1970, commune bretonne fait un contrat de concession
avec la lyonnaise des eaux (LE) pour la distribution et l’assainissement des eaux
de la commune. La LE passe des contrats d’abonnement avec les usagers de la
commune. Commune a une obligation mensuelle d’affichage des résultats
d’analyse de la potabilité de l’eau.
Si refus, appel à la CADA. Elle constate que l’eau est non-potable.
Usagers peuvent alors créer une association (déclarée ou agréée) qui met
en demeure le maire d’utiliser son pouvoir de police pour faire cesser le trouble
 pb car alors utilisation des impôts pour mettre à jour
2ème possibilité : inexécution du contrat de la LE sur une obligation de
résultat. Saisie d’une JJC. Donc appel du tribunal de commerce ou TI-TGI-juge de
proximité. Tribunal de commerce non intéressant. Intérêt de la mutualisation :
augmente montant du litige, et peut permettre de faire appel au TGI, plus
« compétent » car plus grosse structure. Celui de Lyon car siège social du

55 9
défendeur (ici pas intérêt d’utiliser la théorie des gares principales car procès
risque d’intéresser d’autres personnes). Demander une exécution forcée + DI
(pas de résiliation du contrat sinon plus d’eau !) + exception d’inexécution (car
contrat synallagmatique : demander de pas payer l’abonnement quand l’eau
n’est pas potable). LE se retourne contre l’Etat en RPC car pas forcé les
exploitant agricoles à diminuer leurs émissions.

Plutôt que de s’attaquer à la cause probable (personne économique


généralement pas assez solvable), chercher à s’attaquer à la personne publique
qui a plus de moyens  pour payer ou pour réagir contre les vraies causes.
5.3.2. Applications
5.3.2.1. Annulation d’une décision individuelle
Faute de l’administration dans le cadre d’une décision individuelle qui a
été annulée, ce qui cause un préjudice au tiers ou à une personne déterminée
(annulation d’un permis de construire…)

Deux suites :
1. Décision individuelle, accordée, contestation d’un tiers, juge
administratif fait nullité de la di  si préjudice, alors possibilité de RPC
contre la décision individuelle
2. Décision individuelle entraine un préjudice, contestation par REP ou REI,
JA annule la décision individuelle, si destinataire a un préjudice alors
RPC sur décision individuelle
5.3.2.2. Inexécution de l’administration
Refus de l’administration de prendre une décision nécessaire
Ex : préfet refus d’agir sur menace d’un équilibre, maire refuse de faire
cesser
Si la faute engage la responsabilité d’une personne publique (avec
faute+préjudice+lien de causalité)  mise en cause de l’Etat par le préfet, ou
maire met en cause commune ou Etat.
Si engage responsabilité de l’Etat, une faute suffit. Si engage
responsabilité d’une collectivité territoriale, alors nécessité d’une faute lourde
Faute lourde : 2 conditions jurisprudentielles
- Selon caractère technique du dossier (complexité) : plus il est complexe,
plus la responsabilité du maire en tant que représentant de la commune
est dure est difficile à mettre en cause, sauf si existence d’un service
technique  est-ce qu’il pouvait comprendre le dossier à traiter ? si non,
alors pas de faute lourde

56 9
- Selon attitude/comportement personnel vis-à-vis du dossier : appréciation
in concréto. Comportement personnel moralement acceptable ? Si
satisfaction d’intérêt personnel (preuve ?), alors utilisation de la théorie de
l’acte détachable (attaque à la personne privée pour les conséquences
personnelles et juridiction judiciaire)
5.3.2.3. Mal action de la personne publique
Inertie, carence, mauvaise volonté, lenteur, moyens insuffisants de la
personne publique
Alors si preuve ok, responsabilité de la personne publique
5.3.2.4. Problème d’application du droit communautaire par l’Etat
Violation par l’état d’une de ces obligations issues du fonctionnement de
l’union européenne (en matière de directive, de traité…)
Alors recours en carence devant les juridictions communautaires. Quelle
juridiction ?
Si diligentée par personne privée ayant un préjudice du fait de l’Etat :
saisie du tribunal de 1ère instance (TPI) de l’UE, appel en cour de justice de la
communauté européenne (CJCE).
Si recours issu d’une commission ou d’un autre Etat membre, alors saisie
directement de la CJCE en premier et dernier ressort.

 Condamnation de l’Etat à une astreinte et dommages et intérêts

5.4. Contentieux administratif de l’ICPE


Pas de spécificité en en pénal
En civil, déjà vu : par exemple, TAV + cf responsabilité de l’etat du sol p…
5.4.1. Recours en excès de pouvoir

Recours contre la décision individuelle  arrêtés individuels d’autorisation


notamment :
- Pour l’exploitant : dans le cas d’un refus d’autorisation. Particularités : si
juge administratif annule l’arrêté de refus d’autorisation, alors c’est le juge
administratif qui autorise et fixe les prescriptions qui s’imposent à l’ICPE.
Ceci afin d’épargner au pétitionnaire les couts et la durée d’une nouvelle
demande d’autorisation.
- Pour les tiers : contentieux contre l’arreté d’autorisation. Particularité : en
prinicipe, le délai de deux mois, alors qu’ici le délai est de 4 ans à partir de
l’affichage de l’arrêté d’autorisation + prolongation de deux ans à compter
de la mise en service de l’exploitation pour les tiers qui ne résidaient pas
dans la zone au moment de l’affichage de l’arrêté d’autorisation.
Attention : comme le délai de mise en service est de 3 ans max après

57 9
l’autorisation, alors rep toujours dans les 5ans suivant l’arreté
d’autorisation.
5.4.2. Recours en plein contentieux
Rpc cf. responsabilité de la puissance publique pour faute

6. CESSATION DE L’EXPLOITATION

Qui va supporter ? Comment le site va-t-il être mis en état ?

6.1. Protection du sol


Servitude d’utilité publique (cf. protection de l’application de la loi dans
l’espace)
Etude d’impact (la personne constituant le dossier a l’obligation de prévoir
les conditions de remise en état du site  prise de conscience du cout 
limitation des coûts inhérents à la protection du sol à la fin de l’exploitation)
Garantie financière (au moment de l’arrêté d’autorisation, le préfet peut ou
doit exiger de l’exploitant la constitution d’une garantie financière d’un montant
suffisant pour couvrir les opérations d’intervention et de remise en état du site
après exploitation ou après accident  les friches posant pb maintenant sont
celles antérieures à cette obligation)

• Garantie financière
Qui ?
Obligation pour les ICPE de stockage de déchets, les carrières, les mines,
les seveso (ICPE AS) ; préfet peut l’imposer à d’autres ICPE, mais doit expliquer
ses motivations. Montants en millions d’euros
Comment constituer la garantie ?
1. Consignation (caisse des dépôts et consignations qui devrait la
recevoir)  pas d’application en pratique car gros montant qu’il
faudrait réserver au moment de l’installation alors qu’il y a déjà
d’autres investissements importants et que l’arrêt de l’exploitation
n’est pas à l’ordre du jour !
2. Engagements de caution : une personne s’engage à verser le montant
défini au préfet (compagnies d’assurance, institutions financières,
organismes professionnels – regroupements par exemple l’ademe pour
les ICPE de stockage de déchets)
Combien ?
Couvre au moins trois risques : les frais de surveillance, d’intervention en
cas d’accident et remise en état du site
Proposition du préfet, exploitant doit être d’accord
Préfet prévoit modalités de réévaluation (généralement indexés sur un
indice)

58 9
Engagement
Engagée par le préfet suite à une mise en demeure restée sans effet. 3 cas
de figure :
1. Violation par l’exploitant d’une de ses obligations
2. Suite à un accident – intervention et remise en état du site
3. Suite à une cessation d’activité si l’exploitant ne respecte pas son
obligation de mise en état du site

6.2. Remise en état du site


6.2.1. Historique
A l’origine, la loi de 1976 prévoyait que (art.1) à la fin de l’exploitation, le
dernier exploitant supporte l’obligation de replacer le site dans un état tel que ne
subsiste plus de nuisance pour les intérêts visés/protégés par la loi (commodité
du voisinage, protection milieux et site, hygiène, salubrité…)  disparition de
toute trace de l’exploitation.
Dans la pratique, irréaliste, car exploitants préfèrent disparition juridique
de la personne plutôt que de payer. + jurisprudence s’en mele : « ne subsiste
plus de danger » valable tout le temps : si nouvelle facette, alors à traiter même
20 ans plus tard ou plus.

 Dès les années 70 fuite des responsabilités par organisation de


l’insolvabilité ou disparition juridique
Donc DRIRE passe contrats avec les exploitants pour accepter dépollution
suffisante pour permettre utilisation du site pour l’usage futur prévu.
Dans les années 90, les DRIRE contractualisent progressivement avec
l’exploitant quant aux obligations de remise en état du site pesant sur le dernier
exploitant, par rapport à un « usage futur du site »
En 1999, colloque sur le traitement des sites pollués. Le drire de marseille
est venu présenter 2 expériences de contractualisation sur des sites industriels.
Pollution industrielle du XIXe dont cyanure. Projet de réhabilitations pour
habitatiions, d’un coté pavillonnaire, de l’autre social.
En pavillonnaire, retrait de 75cm de sol qui est incinéré
En social, retrait de 75cm de sol qui est laissé sur place en tertre boisé en
épineux pour éviter une potentielle contamination.
Dans les deux cas, habitation. Pourquoi traitement différent ? entre autres,
habitats pavillontaires donc propriétaires qui restent longtemps et qui
investissent fort  si pb sanitaire, risque de procès. Or en social, habitants
restent peu longtemps et s’ils développent pb de santé, pas facile de raccrocher
la cause à ce terrain et pas assez d’argent pour procès.

 pratique moralement douteuse, juridiquement dangereuse, car à terme,


drire donc état risque d’avoir pb en RPC car non respect de la législation. +

59 9
contractualisation sur exercice du pouvoir de police qui ne peut normalement pas
etre flexibilisé.
D’où nécessite de réformer .
Réforme applicable en 2005 sur les exigences en matière de sol
3 mois avant cessation de l’exploitation, l’exploitant la notifie au préfet (6
mois pour ceveso, carrière, mines et stockage de déchet) et première
présentation/descriptif des mesures envisagées pour la mise en sécurité du site
(évacuation, surveillance, clôture, interdiction d’accès…
En parallèle de la notification, mémoire de l’exploitant sur ce qu’il prévoit
de prendre comme mesures pour le traitement du site, avec proposition de
l’usage futur.
Mémoire transmis au préfet, aux collectivités territoriales (surtout
commune), et au propriétaire du terrain
Les personnes consultées ont 3 mois pour faire connaitre leur
position/réponse argumentée.
2 solutions :
- tout le monde est d’accord – accord global (accord tacite si non réponse)
 l’exploitant réalise les travaux envisagés et l’inspection des ICPE fait un
double contrôle (PV de recollement et contrôle de visu i.e. inspecteur sur le
site et regarde si le site à l’air traité  ce n’est pas un quitis, i.e. dans le
futur, responsabilité du dernier exploitant peut être mise en cause)
- désaccord entre les parties : le plus souvent, usage futur incompatible
avec docs d’urbanismes ou proprio pas d’accord. Période de négociation
de 4 mois. Si accord, alors travaux, pv recollement et contrôle de visu. Si
désaccord, préfet a deux mois pour fixer usage futur du site (comparable
au dernier usage connu cad ICPE même style) si désaccord sur mesures,
alors préfet les fixe par arrêté complémentaire.
Rmq1 : responsabilité de l’exploitant en matière de dépollution
conditionnée par l’usage futur déterminé. Donc si usage futur modifié peut pas
etre tenu responsable des conséquences de cette modification sauf si c’est lui qui
l’a décidé.
Rmq2 : pour l’état du sol, le responsable est le dernier exploitant. pour les
déchets, le responsable, c’est le détenteur. Donc si opération d’acquisition d’un
bien immobilier dans le but d’exploiter une ICPE, alors nouvel acquéreur prend
responsabilité de la pollution du sol et des déchets. Donc précaution est de
passer un audit environnemental. Permet de connaitre l’étendue de la potentielle
responsabilité administrative future et connaissance du cout de la faisabilité du
projet, mais inopposable à l’administration.
recollement : vérifier sur pièces que ce qui a été annoncé a été effectué

60 9
6.3. Responsabilité de l’état du sol
3 niveaux de responsabilité : pénale, administrative, civile
6.3.1. Pénale
Lorsque l’état de sol découle de la commission d’une infraction. L’auteur
fait l’objet de pourusite pénale classique
6.3.2. Administrative
Détermination par la personne publique de la personne sur laquelle pèse
l’obligation de traiter
2 textes applicables :
6.3.2.1. Problème de déchet
Problème du terrain lié aux déchets : législation de 1975 sur les déchets
qui s’appliquent avec le maire comme autorité de principe pour agir.
Différence entre déchet et sol ? déchet = meuble, non attaché directement
au sol. Le sol raclé devient donc un déchet avec changement de législation
Obligation pèse sur le détenteur (i.e. propriétaire du sol) qui est tenu
d’assurer leur élimination dans des conditions conformes à la législation sur ce
type de déchet et ou les effets nocifs pour l’environnement, la santé, l’hygiène, la
salubrité publique, la conservation des sites et paysages etc. ne se produisent
plus.
Si après mise en demeure du maire, l’exploitant ne respecte pas la
législation alors maire peut consigner, exécuter d’office, suspendre le
fonctionnement (cumulables)
6.3.2.2. Problème relevant de l’état du sol
Loi sur les ICPE de 1976 avec le décret de 1977 avec le préfet comme
autorité de principe

Responsabilité pèse sur le dernier exploitant  en cas de succession


d’exploitant, le dernier assume la responsabilité vis-à-vis de l’administration, quel
que soit l’historique, et même si l’exploitation ne fonctionne plus
Si le dernier exploitant n’est plus identifiable ou n’est pas solvable, alors
l’ademe est censé en assumé le traitement en tant que friche orpheline
Si pollution de sol sans exploitation préalable, alors expropriation pour
cause d’utilité publique (jecup) et traitement par l’ademe
6.3.3. Civile
Découle de la responsabilité du sol en tant que chose (art. 1384 du CV,
responsabilité du gardien) : accident contaminant le sol donc responsabilité civile
extracontractuelle) ou responsabilité civile contractuelle (à propos de contrats
organisant des transmissions du droit de propriété, notamment contrat de vente)

61 9
• Responsabilité contractuelle (vente)
Vendeur supporte des obligations
- d’information sur l’historique du site (si oublie un fait, il est responsable
sauf s’il arrive à prouver qu’il n’avait pas connaissance de l’information) et
sur les dangers/inconvénients de la parcelle « pour autant qu’il les
connaisse » (donc en cas de litige, l’acheteur supporte la charge de la
preuve que le vendeur ne pouvait pas ignorer l’information. L’aquéreur a
donc intérêt à rechercher l’information par audit ou certificat d’urbanisme)
- de garanties

 d’éviction (le vendeur s’engage à assurer une « jouissance paisible »


à l’acquéreur : il garantit contre ses propres agissements et ceux
des tiers i.e. pas de tiers qui feront valoir des droit sur le terrain qui
est en train d’être vendu tels que l’élimination de déchets par la
puissance publique)

 des vices cachés. 4 caractéristiques du vice caché : non-apparent


(appréciation in concreto de l’aptitude de l’acquéreur de
s’apercevoir de l’existence de ce vice), antérieur (déjà présent lors
du contrat), suffisant (il empeche l’usage ou le réduit) et inhérent au
bien vendu (le problème d’usage ne découle pas du contexte mais
du bien). Si vice caché, alors l’acquéreur choisit la demande qu’il fait
au TGI : action estimatoire (évaluation de la perte d’usage et
demande d’indemnisation pour celle-ci, possible que si la valeur
possible de la perte d’usage est inférieure au prix de vente) ou
rédhibitoire (nullité relative : retour à la situation avant la vente). Si
le vendeur avait connaissance du vice, alors il peut être condamner
en DI qui couvrent les préjudices subis du fait des conséquences de
la vente. Mais problème de preuve : c’est à l’acquéreur de prouver
que le vendeur connaissait le vice. Exception : le vendeur est un
professionnel de l’objet lié au vice alors sur lui présomption légale
irréfragable de connaissance du vice (applicable ici si vendeur est
l’exploitant de l’ICPE).

62 9
P A R T I E IV. URBANISME

INTRODUCTION
• Principe d’indépendance des procédures
Une procédure ne vaut que par rapport à la législation qui institue cette
procédure.

• Certificat d’urbanisme
Toute réalisation/opération juridique en urbanisme a pour support une
parcelle. Celle-ci existe avant l’opération ou se crée par fusion (ce qui permet de
répartir uniformément sur la parcelle finale la constructibilité autorisée), par
division ou par lotissement (diviser une parcelle trois ou plus dont 2 au moins
sont destinées à recevoir des constructions.
La constructibilité de la parcelle peut provenir de rnu, lau, documents
d’urbanismes, servitudes d’utilité publique, pig, zonages, périmètres…
Rnu : regles nationales d’urbanisme
Lau : loi d’aménagement et d’urbanisme
Pig : projet d’intérêt général
Donc avant l’achat, le certificat d’urbanisme pose à l’administration la
question soit de la constructibilité de la parcelle (cu d’information générale ou
certificat A) soit la compatibilité de la parcelle avec un projet donné (cu pré
opérationnel ou certificat B). Loi SRU (13 décembre 2000) donne une base légale
au certificat d’urbanisme, qui avant n’engageait l’administration à rien.
Cerfa : site de documents d’urbanisme.
Procédure de délivrance :
- Demande à la mairie. Formulaire normalisé à remplir en 4 exemplaires.
Seule demande en urbanisme ou il suffit que le demandeur est un intérêt
pour pouvoir le demander (pas de mandat nécessaire). Contenu de la
demande : identification du demandeur, de la parcelle (numéro cadastral),
du propriétaire et l’objet de la demande (certificat A ou certificat B
accompagné des caractéristiques du projet envisagé).
- Le maire a une semaine pour transmettre au service instructeur qui
possède les documents d’urbanisme (selon si commune est déconcentrée
ou décentralisée). Si décentralisée alors services municipaux instruisent ou
services de l’Etat au nom de la commune (ex-DDE), si déconcentrée alors
service de l’Etat (ex-DDE). Consultations des administrations susceptibles
d’avoir réduit la constructibilité de la parcelle. Si décentralisée, maire
répond, si déconcentrée, préfet répond. En principe, délai de réponse de 2
mois. Si pas de réponse, RPC.
Contenu du cu

63 9
Dispositions applicables à la parcelle. Limitations des droits de propriété
(SUP, PIG et préemption). Fiscalité de la parcelle. Equipements publics de
desserte à la parcelle qui conditionnent le permis de construire (donné si parcelle
viable : 1 accès à la voie publique, eau, gaz, assainissement). Si certificat B,
réponse à demande de possibilité de projet. 5 réponses possibles :
- Souci à statuer (réponse impossible, raisons avec délai inférieur à 2 ans
pour réponse)
- Positif
- Positif conditionné (pour l’instant non, mais si respect des conditions
posées, oui)
- Positif avec réserve (pour l’instant c’est non, mais les solutions aux
conditions indispensables ne dépendent pas de l’administration)
- Négatif

-  toutes nécessitent motivation de l’administration pour répondre ça sauf


positif, car causent grief
Portée juridique du cu
En principe, cu est une garantie contre changement de réglementation :
maintien pendant un délai des dispostions indiquées dans le cu. Exception : le
changement est dicté par un impératif de sécurité. Le certificat A : délai de 1 an,
prorogeable un an si on en fait la demande dans les 10 mois qui suivent
l’obtention. Certificat B : durée de validité inférieure à 18 mois et précisée dans
le cB.
CU facultatif mais gratuit donc automatique.

1. DOCUMENTS D’URBANISME

Règles Nationales d’Urbanisme (RNU) inchangées avec la loi SRU du 13


décembre 2000

1.1. SRU
Avant SRU : Schéma Directeur facultatif coordonne/conditionne les POS de
plusieurs communes groupées. Difficile à élaborer (car nécessite des majorités
unanimes sur plusieurs communes) et difficile à modifier.
SRU transforme SD en SCOT, qui ont une élaboration simplifiée (plus facile
de tomber sur un accord) et pour objectif une cohérence globale sur un ensemble
de communes. SCOT est facultatif et surplombe le PLU. Mais pour qu’un PLU
puisse autoriser les transferts de COS, alors nécessité d’un SCOT en prévoit les
conditions donc communes intéressées par scot car seule solution de continuer à
vendre des cos supplémentaires qui est une source de revenu pour la commune.
COS : coefficient d’occupation des sols.
Dans les pos, plu et cartes communales, le cos est l’info principale. C’est la
constructibilité d’une parcelle : cos x superficie parcelle = surface constructible

64 9
(SHOB – surfaces couvertes dont les murs ou SHON – surface habitable pris à
l’intérieur des murs). Les cos peuvent être transférés d’une parcelle à l’autre ou
vendues par la mairie.
SHOB : toutes les surfaces construites quelques soient la destination
(emprise au sol des murs comprise)
SHON : surfaces aménageables seulement (donc hors murs)
Transition de 10 ans entre SD et SCOT (échéance 2011)
Une révision de pos le transforme forcément en plu depuis SRU. Pos
organise l’urbanisation sur la commune en délimitant des zones pour diverses
utilisations (industrielles, habitat, nature, agriculture…)

MARNU : modalités d’aménagement du règlement national d’urbanisme 


zonage avec affectation et début d’un règlement par zone  valeur juridique
quasi nulle. MARNU deviennent cartes communales avec la SRU
Scot et plu signifie que la commune prend responsabilité de l’urbanisme,
donc décentralisation. Carte communales laissent le choix si décentralisées ou
déconcentrées. Si décentralisées, maires responsables des décisions, et peut etre
délicat dans les petites communes, par exemples lors de refus de permis de
construire.
Scot et sd ne sont pas opposables aux décisions d’urbanisme.

1.2. POS
Essentiellement un zonage et une partie réglementaire. Donc document
administratif classique avec justification des choix en annexe sans portée
juridique. Donc choix du découpage n’est pas contestable par un privé.
2 types de zones :
- ZU urbaines (constructibles) avec un indice A, B, C… qui en oriente
l’affectation (constructibilité décroissante).
- ZN naturelles :

 A  à urbanisation future : non constructibilité liée à un manque


d’équipement public donc pdc si propriétaire prend à sa charge le
déficit d’équipement donc constructible si petit projet

 B  naturelle donc non constructible pour protéger leur qualité

 C  agricole, donc seules constructions agricoles sont autorisées

 D  à protéger car polluée, à risque donc inconstructibles,


constructions autorisées sont celles liées au traitement du risque

1.3. PLU
Communes doivent justifier leur choix de zonage. Sont composés de
différents documents qui pourront donc être contestés.

65 9
1.3.1. Documents obligatoires
- Rapport de présentation

 diagnostic de la situation de la commune (économique, sociale,


environnementale, équipements, transports)

 Etude environnementale : état initial, incidence des choix du plu sur


cet état, façon dont plu prend en compte les considérations
environnementales

 Motivation : choix, justification des limitations, raisons des


éventuelles modifications
- PADD (projet d’aménagement et de développement durable)

 Définition des orientations en matière d’aménagement et


d’urbanisme en fonction des préoccupations de développement
durable (environnement, social, économique) avec réflexion sur la
reconquête du déjà existant, la préservation de la qualité, et le
développement
- Règlement et zonage

 Edicté en fonction des décisions du PADD.

 Zonages possibles :

 ZU : constructible mais affecté à certaines utilisations

 ZAU : à urbaniser, équivalent de la ZNA

 ZA

 ZNF : naturelle forestière : reprend les ZN

 Reglement fixe conditions d’aménagements, i.e. la constructibilité


des zones
- Annexes informatives

 Contraintes s’appliquant à l’urbanisme sur le territoire de la


commune (pig, zonages, servitudes du préfet, ZAD, ZAC…)
1.3.2. Documents facultatifs
- ZAC : Zone d’Aménagement Concerté : zonage pour réaliser une opération
particulière (ZA, pavillons, éco-quartier..) ZAC crée un droit de préemption
qui peut etre transféré à la personne privé de l’aménageur
- ZAD : Zone d’Aménagement Différé : par préfet ou conseil municipal, pour
lutter contre spéculation immobilière (envolée des prix)

2. AUTORISATIONS D’URBANISME

La réforme s’appliquant au 1er octobre 2007 a deux objectifs :

66 9
• Simplifier les situations.
Avant la réforme, il existait environ 14 procédures en matière d’urbanisme.
La réforme est passée à trois autorisations (construction, aménagement et
démolition) et une déclaration (de travaux – le silence valant autorisation). Il
est possible de fusionner plusieurs demandes d’autorisation en une demande
d’autorisation unique qui sera alors une demande d’aménagement.

• Garantir les délais d’instruction


Après la réforme, le délai d’instruction est en principe de 2 mois pour les
autorisations de construction personnelle et de 3 mois pour les projets plus
lourds (notamment en aménagement) ; avec prolongation potentielle d’un mois
par administration/établissement public concerné – ces majorations étant à
notifier.

2.1. Champ d’application


2.1.1. Procédures de construction nécessaires
L’attribution du permis de construire est indépendante de la personnalité
du pétitionnaire/maitre d’ouvrage et dépend de la construction envisagée.
- Construction nouvelle : en principe, permis de construire obligatoire
- Travaux sur construction déjà existante : en principe, pas de permis de
construire nécessaire sauf si :

 Travaux augmentent la SHOB de plus de 20m²

 Changement de destination* accompagné de modification de la


structure porteuse ou de la façade

 Travaux destinés au changement de volume intérieur avec


modification de l’aspect extérieur
- Construction de surface au sol <2m² et de <12m de haut (ex : éolienne) :
aucune procédure
- SHOB <20m² et de <2m de haut : régime de déclaration préalable
- En principe, le permis de démolition est facultatif (il a été institué en 1917
pour sauvegarder le patrimoine) sauf en site inscrit, en site classé et en
secteur protégé (périmètre de protection…). Le conseil municipal peut
obliger le permis de démolition dans certaines zones lors de la rédaction
de ses documents d’urbanisme
*En urbanisme, 9 destinations sont possibles : habitation, hébergement i.e.
habitation provisoire (ex : hôtellerie), bureau, commerce, artisanat, exploitation
agricole, exploitation forestière, services publics, services d’intérêts collectifs i.e.
tournés vers le publics mais pas déclenchés par une personne publique (ex :
production d’énergie, salle de spectacle…)

67 9
2.1.2. Cas de la déclaration préalable
C’est un régime simple intermédiaire entre le permis de construire et
l’absence de procédure administrative (cf. liste poly p15).
Le recours à un architecte est obligatoire pour :
- Bâtiment agricole >800m²
- Serre >2000m² ou >4m de haut
- Surface construite >170m²

① Dépôt de déclaration en mairie (formulaire cerfa en 4 exemplaires)


② Affichage par le maire dans les 8 jours après réception (objet, déclarant,
date où les travaux peuvent commencer s’il n’y a pas d’opposition, i.e. un mois
après réception de la déclaration préalable).
③ Si pas d’opposition pendant le délai de 1 mois : travaux peuvent
commencer dans les 2 ans, et ne doivent plus être interrompus. Affichage
obligatoire avant les travaux et jusqu’à la fin, au minimum 2 mois, sur le terrain
et visible de la voie publique. Si opposition par un tiers (qui fournit les arguments
au maire qui choisit de les relayer ou non) ou l’administration, nécessite une
motivation.

2.2. Régime du permis de construire


2.2.1. Conditions du permis de construire et autres permis
Le permis de construire doit être :
- Compatible avec 3 séries de dispositions :

 Règles d’urbanisme (applicables sur la parcelle), connues par le


certificat d’urbanisme

 Impératifs de sécurité (accueil du public, stockage de produits


dangereux), d’hygiène et de santé

 Préoccupations environnementales – concernant l’aspect de la


construction, la protection de l’environnement
- Obtenu préalablement à la construction. La construction sans permis
est un délit :

 sanctionné par amende de 120 à 600€ par m² mal construit, la


récidive entrainant une peine d’emprisonnement d’au moins 6 mois

 une construction sans permis est régularisable à conditions que les


règles d’urbanismes soient respectées.

 l’infraction demeure jusqu’à la prescription pénale de 10 ans (depuis


2005), mais l’infraction fiscale n’a pas de prescription.

68 9
 le parquet maitrise l’opportunité des poursuites lors de la
régularisation (souvent classé sans suite car bonne foi du
constructeur).
2.2.2. Procédures
2.2.2.1. Demande
En principe, la demande est faite par un architecte. Elle est déposée en
mairie (formulaire-type CERFA) par lettre recommandée avec accusé de
réception. La mairie délivre un récépissé indiquant le délai d’instruction (deux
mois pour les constructions individuelles, sinon 3 mois, plus d’éventuels délais
supplémentaires (enquête publique, administration à consulter). Délai
d’instruction total notifié sous forme de récépissé dans le mois du dépôt, si pas
de réponse, délai de principe.
L’administration a un mois pour demander d’éventuelles pièces
manquantes.
2.2.2.2. Instruction
Amène la consultation d’administrations ayant un intérêt par le permis de
construire, si l’administration consultée ne répond pas dans le mois, alors ….
Sauf si l’architecte des bâtiments de France a émis un avis défavorable (qui doit
être motivé et notifié au maitre d’ouvrage), ce qui ne donne pas la valeur
d’accord tacite au silence d’une administration (pas de permis de construire)
2.2.2.3. Décision


En principe, elle est rendue par le maire – au nom de la commune ou de
l’Etat, selon que la commune ait un urbanisme déconcentré ou décentralisé.
Si au nom de l’Etat, alors service de l’équipement décide. Si son avis est
contraire à celui du maire, alors préfet décide.
Exception : si epci pour la gestion de l’urbanisme, alors c’est le président
de l’epci qui délivre ou non le permis de construire.
Exception2 : c’est le préfet qui est compétent pour délivrer le permis de
construire si :
- Superficie >1000m²
- Constructions menées pour l’Etat, collectivités territoriales hors commune,
(conseils régional et général, organismes étrangers…)
- Installations de production d’énergie
- Constructions nécessitant une autorisation ministérielle

 Décisions possibles en fin


d’instruction
- Autorisation expresse

69 9
- Autorisation tacite, en principe, le silence vaut acceptation :

 Susceptible d’être l’objet d’un retrait dans les 3 mois (pour des
raisons pré-existant à la demande) donc il est prudent de consolider
la décision par mise en demeure à l’administration de notifier
qu’aucune décision négative n’a été prise concernant le permis de
construire (15 jours de délai) par lettre recommandé avec AR.

 Le silence vaut refus si : avis négatif de l’architecte des batiments


de France qui a été notifié avant la cloture de l’instruction, projet
soumis à enquête publique, nécessitant l’autorisation du préfet
(ICPE, énergie…), monument classé ou inscrit, zone de visibilité
(500m autour d’un périmètre ou zone de protection)
- Autorisation avec conditions (modification des caractéristiques du dossier,
sécurité, alignement, viabilisation) avec motivations
- Souci à statuer (durée de 24 mois maximum) avec motivations
- Refus (expresse en principe) avec motivations

Enquête publique nécessaire si projet de construction :


- +5000m² dans les communes sans documents d’urbanismes
- +10 000m² dans les communes avec documents d’urbanisme
- capacité d’accueil de 5 000 personnes ou plus
- hauteur de + de 50m² (si éolienne, à coupler avec une étude d’impact)

Alignement : procédure administrative qui fixe la limite entre la voirie


publique et les terrains privés. Utilisée pour définir/élargir/redresser la voirie. Le
plan d’alignement nécessite une enquête publique. Pour les parcelles non-bâties,
transfert de propriété avec indemnisation (à l’amiable ou fixé par JECUP) ; pour
les parcelles bâties, accord à l’amiable ou procédure d’expropriation lancée par
l’administration. Si le propriétaire prend l’initiative, alors soit couvert par plan
d’alignement, soit arrêté individuel d’alignement pouvant entrainer une
procédure d’expropriation.
2.2.2.4. Publicité
Fonctions : Pour informer les tiers et déclencher les délais de recours
contentieux des tiers (à l’accomplissement de la seconde publicité)
2 publicités :
- En mairie. Si pas d’affichage dans les 8 jours après délivrance : mise en
demeure. Si pas de réponse en 15 jours, affichage réputé acquis, et le
maire engage la responsabilité de la commune en cas de préjudice d’un

70 9
tiers (RPC car pas de possibilité pour le tiers de faire un REP par absence
de second affichage)
- Sur le terrain, avant et pendant toute la durée des travaux. Taille min :
80cm de côté, visible de la voie public, caractéristiques essentielles, droits
de recours. Comment prouver l’affichage ? Constat d’huissier au début et à
la fin (présomption de continuité d’affichage)
2.2.2.5. Durée de validité du permis de construire
En principe, 2 ans – prorogeable 1 an à condition de le demander au moins
deux mois avant l’expiration – pour débuter les travaux de façon significative
(mise en sécurité du chantier, fondations). Le permis de construire est caduc s’il
y a une interruption de plus de 1 an entre 2 travaux significatifs
2.2.2.6. Cas particuliers

 Permis de modification
Pour demander une modification ou une régularisation du permis de
construire pendant sa durée de validité. S’il est impossible de faire la
modification, on peut engager la responsabilité de l’architecte.
Conditions de l’obtention : compatibles avec les règles d’urbanisme,
l’environnement et la sécurité.

 Permis à titre précaire


Pour construire sur une parcelle susceptible d’expropriation à cause d’un
PIG. La valeur ajoutée amenée à la parcelle ne sera pas prise en compte pour
l’indemnisation, et les frais de démolition éventuels sont aux frais du
propriétaire.

• Expropriation
Vente imposée par la personne publique, en principe, si « l’intérêt public
dument constaté l’exige » en contrepartie d’une « juste et préalable indemnité »
art. 19 du CC. ‘’Juste’’ dans le sens jugée par le JECUP
Expropriation en deux phases :
- Administrative : enquête publique, puis en principe le préfet prend
un arrêté d’utilité public (opposable par REP). L’administration doit identifier
les personnes subissant un préjudice puis prend un arrêté de cessibilité.
- Judiciaire : le JECUP fixe l’indemnité, versée par l’administration
avant l’expulsion

 Transfert de COS
Lorsque les documents d’urbanisme ne permettent pas une constructibilité
suffisante pour un projet en zone urbaine.
Condition : Possibilité prévue par un SCOT

71 9
Moyens : ① cession notariée par un propriétaire de la même zone avec
enregistrement d’une servitude qui lui interdit la réutilisation du COS cédé ou ②
achat à la commune après délibération du conseil municipal.
2.2.2.7. Contentieux
Le permis de construire est délivré « sous réserve des droits des tiers » i.e.
sans prendre en compte les contraintes d’ordre privé (servitude, nuisances type
perte d’ensoleillement, de vue, TAV…). Donc si problème d’ordre privé, alors il
faut faire appel au TGI (dans le ressort duquel se trouve le terrain causant
problème), une demande de référé au président du TGI sous astreinte pour
empêcher la survenance du dommage et une interdiction de construire
accompagnée d’éventuels DI, même si le permis de construire a été accordé.
Pour contester un refus de permis de construire ou des conditions,
possibilité d’un recours dans les deux mois suivant la décision individuelle. 2
recours non contentieux : hiérarchique (en principe inutile si commune
décentralisée) ou gracieux (si erreur grossière avec une autorité de bonne foi) 
ils suspendent tous les deux les délais de recours (jusqu’à la réponse ou 2 mois
en cas de silence). Si non RNC non efficace, alors REP ou REI  si juge annule la
décision, alors nullité du refus de permis de contentieux. Nouvelle demande, si
nouveau refus et nouvelle annulation, alors RPC.
Pour autorisation contestée par un tiers, REP ou REI dans les deux mois
suivant la seconde mesure publicitaire, avec notification au bénéficiaire du
permis de construire, assorti d’un référé suspension.
2.2.3. Construction
Début durant la période de validité du permis sans interruption de plus
d’un an entre des travaux significatifs.
Déclaration d’ouverture (cerfa, 3 exemplaires) pour vérifier la conformité
de la construction avec le permis de construire.
Déclaration d’achèvement : l’administration a ensuite 3 mois (5 mois pour
les sites protégés) pour contester la conformité avec le permis de construire. Soit
demande de permis de construire modificatif, soit REP. Si pas de réaction, mise
en demeure de notifier d’éventuelles contestations.
La responsabilité de la conformité est supportée par le constructeur

72 9
TABLE DES SIGLES

AAI : Autorité Administrative JOCE : Journal Officiel des


Indépendante Communautés Européennes
ADEME : Agence de l’Environnement et LAU : Loi d’Aménagement et
de la Maitrise de l’Energie d’Urbanisme
CJCE : Cour de Justice des PEDC : Prérogative Exorbitante de Droit
Communautés Européennes Commun
CL : Conservatoire du Littoral PIG : Projet d’Intérêt Général
COS : Coefficient d’Occupation des Sols PLU : Plan Local d’Urbanisme
DI : Dommage et Intérêt PNE : Plan National pour
DIREN : Direction Régionale de l’Environnement
l’Environnement POS : Plan d’Occupation des Sols
DRE : Direction Régionale de REI : Recours en Exception d’Illégalité
l’Equipement REP : Recours en Excès de Pouvoir
DREAL : Direction Régionale de RNC : Recours Non Contentieux
l’Environnement, de l’Aménagement RNU : Règle National d’Urbanisme
et du Logement RPC : Recours en Plein Contentieux
DRIRE : Direction Régionale de SCOT : Schéma de Cohérence
l'Industrie, de la Recherche et de Territoriale
l'Environnement SD : Schéma Directeur
ENS : Espace Naturel Sensible SDIS : Service Départemental
EPCI : Etablissement Public de d’Incendie et de Secours
Coopération Intercommunale SHOB : Surface Hors Œuvre Brute
ICPE : Installation Classée pour la SHON : Surface Hors Œuvre Nette
Protection de l’Environnement SRU : Solidarité et Renouvellement
IFEN : Institut Français de Urbain
l'Environnement SUP : Servitude d’Utilité Publique
IG : Intérêt Général TAV : Trouble Anormal de Voisinage
INERIS : Institut National de TGI : Tribunal de Grande Instance
l'Environnement industriel et des UP : Utilité Publique
Risques
JECUP : Juge de l’Expropriation pour
Cause d’Utilité Publique

73 9
Biblio en droit de l’environnement
Caballero, dalos
Code Permanent de l’Environnement et Nuisances : raisonnement logique
et non-juridique – par domaine (déchet, protection nature, icpe, produits
sanitaires et chimiques, eaux…) puis dans chaque onglet , une présentation
générale (clair et structuré) et à la fin de chaque paragraphe, références
juridiques (code en alphabétique ou texte en chronologique ou jurisprudence) 
Droit de l’enviro évolue très vite donc partie actualisation modifiée toutes les
semaines et tous les 3 mois, changement des feuillets. Astérisques signifie si
texte non présent et dans ce cas, téléphoner pour l’avoir
Francis Lefebvre, par forcément pour les juristes et plus facilement
compréhensible
Légifrance > Ministère de l’Ecologie et du DD ; Légifrance > code ;
Légifrance > question en mot-clé
Ejustice.fr