Vous êtes sur la page 1sur 42

2

Ecole National D’Ingénieurs De Sfax 0 - 2021

2021/2022

Compte-rendu Béton
Armé

Réalisé par :
• Mahdi Khlifa
• Yassine Ben Abdeljelil
TP BETON ARME

SOMMAIRE
INTRODUCTION GENERAL
TP N1 : FERRAILLAGE D’UNE POUTRE
I. Objectifs__________________________________1
II. Principe___________________________________2
III. Etude théorique_____________________________2
IV. Mode opératoire_____________________________5

TP N2 : BÉTONNAGE D’UNE POUTRE EXPÉRIMENTALE


I. Introduction______________________________10
II. But_____________________________________11
III. Matériels utilisées_________________________11
IV. Mode Opératoire__________________________14
V. Etude Expérimentale_______________________20
VI. Conclusion_______________________________21

TP N3 : ESSAI DE FLEXION DE LA POUTRE JUSQU’À LA


RUPTURE
I. Introduction______________________________22
II. But_____________________________________22
III. Mode Opératoire__________________________23
IV. Principe_________________________________24
V. Etude théorique___________________________24
VI. Conclusion_______________________________39
TP BETON ARME

On fait des essais sur les poutres expérimentales en béton armé


que nous allons fabrique dans les séances travaux pratique
qu’il on a fait :
- Ferraillage d’une poutre expérimentale
- Bétonnage d’une poutre expérimentale
- Etude des différentes charges de ruines
TP BETON ARME II

TP N 1 :
FERRAILLAGE D’UNE
POUTRE
I. OBJECTIFS :
L’objectif de ce TP est de réaliser le ferraillage de 3 poutres qui vont subir l’essai
de flexion et chacune a son propre mode de rupture

3 Poutres

Pivot A Pivot B Pivot C

Rupture par excès Rupture par excès


d'allongement de compression du Rupture par effort
d'aciers béton tranchant

Page 1
TP BETON ARME II

II. Principe :
La réalisation d’un ferraillage d’une poutre est basée essentiellement d’un dessin de
ferraillage qui est déjà donnée tout en indiquant les différents détails : longueur des
armatures, leurs sections, leurs nombres, leurs types ainsi le nombre des cadres, leur
répartition, l'espacement entre eux.

III. Etude Théorique :

L = 140cm

Page 2
TP BETON ARME II
1. Poutre 1 : Pivot A

2HA8* 40

6 cadres Ǿ '
6 cadres 6
Ǿ '6
2HA 10
1.28

2. Poutre 2 : Pivot B

2HA 8 *
40

6 cadres Ǿ '
6 6 cadres Ǿ '
6
2 HA 12 *1.28

Page 3
TP BETON ARME II

3. Poutre 3 : Pivot C :

2 HA8 *20 2 HA8 * 40

2 cadres Ǿ ' 2HA12*1.28 6 cadres Ǿ '


6
6

Page 4
TP BETON ARME II

IV. Mode Opératoire :


1. Matériels utilisées :

Fils d’attache

Pince

Page 5
TP BETON ARME II

Cisaille pour couper les


armatures

Griffe pour plier l’acier

Page 6
TP BETON ARME II

2. Les taches réalisées :


- Façonnage des cadres :

Débiter les aciers en


fonction des longueurs
développées

Façonner les cadres en respectant les dimensions.

Page 7
TP BETON ARME II

- Montage de la cage d’armature :

Monter la cage d’armature en respectant la répartition des


cadres,
incorporer les boucles de levage à
l’avancement.

Placer les cales d’enrobage et stocker l’armature.

Page 8
TP BETON ARME II

Et en fin, rangement du matériels et nettoyage du poste de travail.

Page 9
TP BETON ARME II

TP N2 :
BÉTONNAGE D’UNE POUTRE
EXPÉRIMENTALE

I. Introduction :
Le béton est un assemblage de matériaux de nature généralement minérale. Il met
en présence des matières inertes, appelées granulats ou agrégats (graviers,
gravillons, sables, etc.), et un liant (ciment, bitume, argile), c'est-à- dire une matière
susceptible d'en agglomérer d'autres ainsi que des adjuvants qui modifient les
propriétés physiques et chimiques du mélange. Mêlé à de l'eau, on obtient une pâte,
à l'homogénéité variable, qui peut, selon le matériau, être moulée en atelier (pierre
artificielle), ou coulée sur chantier. Le béton fait alors « prise », c'est-à-dire qu'il se
solidifie.
Pour formuler un béton, on choisit d’abord :
• Le type de granulats : les cailloux et leurs dimensions
• Le type de ciment : il existe une grande variété de types de ciment de
caractéristiques et de performances différentes en général on utilise 350 kg de
ciment pour faire un m3 de béton
• Le volume d’eau : en général entre 130 et 150 litres pour 1 m3 de béton
• La quantité d’adjuvants (quelques kilos pour 1 m3 de béton).

Page 10
TP BETON ARME II

II. But :
Ce TP dont l’objectif de :
- Bétonner la poutre qu’on nous l’a effectué leur ferraillage
précédemment, on va faire alors le coffrage, le bétonnage et le
décoffrage de la poutre.
- Réaliser une série d’éprouvettes 16x32 sera réalisée pour connaître la
résistance caractéristique du béton en compression le jour de l’essai de
flexion.

III . Matériels utilisées :

Pelle Marteau

Page 11
TP BETON ARME II

Brouette Seau

Arrache clou Bois pour coffrage

Page 12
TP BETON ARME II

Petite Pelle Bétonnière

Eprouvettes cylindriques Balance electrique

Page 13
TP BETON ARME II

IV Mode opératoire :

Avant de débuter le mélange, prenez quelques précautions :


 Assurez-vous que la cuve est propre.
 Veillez à correctement mettre en place la bétonnière, elle doit être
stable.
1ère étape :
 Le mesure des quantités des matériaux
2éme étape :

 Vérifiez la bonne propreté de la cuve de la bétonnière.


 La bétonnière doit reposer sur un sol plan et stable. Si nécessaire, calez là
avec des bastaings en bois.
 Placez les constituants (ciment, sable, gravillons, eau) à côté de la
bétonnière.
 Prévoyez à proximité un tuyau d’arrosage alimenté en eau pour
nettoyer le matériel en fin de bétonnage.
3éme étape :

 Mettez le moteur en marche.


 A l’aide du volant inclinez la cuve à 45° par rapport à la verticale, tout en
laissant tourner la cuve.
 Dans la cuve en rotation, introduire successivement :

 Un seau d’eau.
 Puis le gravillon.
 Puis le sable.
 Puis le ciment (celui-ci doit se répartir uniformément avec le
gravier et le sable).
 Puis le complément d’eau, pour obtenir la consistance
souhaitée, sans dépasser le dosage prévu.
Page 14
TP BETON ARME II

Introduction des constituants dans la cuve de la bétonnière

 Continuer à malaxer pendant environ 2 minutes jusqu’à l’obtention d’un


mélange homogène.
 Une fois que le béton est prêt, basculer la cuve en rotation à l’aide du volant
pour vider le béton dans une brouette et le transporter au point de coulage.

Page 15
TP BETON ARME II

Vidange du béton dans une brouette

Remarque :
Le béton doit être suffisamment mou, mais sans être trop liquide. Un test que vous
pouvez faire pour évaluer la consistance consiste à réaliser un pâté avec le béton. Si
le pâté reste en place après quelques minutes, la consistance du béton est correcte.
Si le pâté s’effondre sur lui-même, c’est qu’il est trop humide. Dans ce cas, il est
possible de rattraper la bonne consistance en rajoutant du ciment, du sable et du
gravier dans les bonnes proportions.

Page 16
TP BETON ARME II

4éme étape :
 Nettoyer la bétonnière aussitôt après le gâchage, avant que le béton ne
sèche.
Pour la nettoyer efficacement, versez un seau d’eau (ou plus selon la capacité
de la cuve) et un demi-seau de gravier dans la cuve. Laissez tourner 10
minutes, puis videz la cuve et rincez-la au jet d’eau.

5eme étape :
le coffrage de la poutre :

Il faut d’abord commencer par choisir les planches en assurant qu’elles


soient
bien droites et qu’elles
présentent des arêtes bien
franches .

Page 17
TP BETON ARME II

En considérant la dimension prévue de la poutre on a vissé les planches


entre elles à l’aide de vis à bois donc on a aidé le coffrage à tenir en
place

6éme étape :
Coulage du béton :
1. Couler la poutre :
Coulage du béton par partie pour limiter les risques de ségrégation,
qui feraient diminuer l’homogénéité du matériau.
La vibration est une étape clés de la construction, en effet, elle favorise une
répartition homogène du béton (notamment autour des armatures), eschasse les
petites bulles d’air présentes dans béton. En fin on fait le surfaçage du béton.

Page 18
TP BETON ARME II

2. Coulage du béton dans les éprouvettes pour connaitre la


résistance du béton :

Page 19
TP BETON ARME II
Laisser la poutre et les éprouvettes 28 jours pour le durcissement du béton et pour
qu’il atteint sa résistante à la compression optimale.

V. ETUDE EXPERIMENTALE :

Le béton est un matériau que vous allez pouvoir adapter en fonction de vos besoins.
Les dosages du béton varient et lui confèrent des caractéristiques différentes
(résistance, aptitude à la mise en place, etc.), selon les quantités et les types de
matériaux ajoutés.
C’est pourquoi le dosage du béton doit être adapté au type de travaux à
réaliser.
Dosage de béton nécessaire pour 1m3 :

Matériau Quantité Unité


Ciment 375 Kg
Sable 0/4 732 Kg
Gravier 4/12 732 Kg
Gravier 12/25 275 Kg
Eau 190 L
Adjuvant 0.750 Kg

La vérification de la qualité béton est normalement assurée par la vérification


des caractéristiques mécanique comme la résistance à la compression et à la
traction. Pour cela, la quantité de béton doit être suffisante pour remplir 3
moules cylindriques de diamètre 16 cm et de hauteur 32 cm.

Page 20
TP BETON ARME II

Le volume nécessaire pour la poutre :


2
𝜋∗ 16
V = 3 * 1.25 * ((0.1* 0.2 * 1.4) +
4 * 0.32) = 0.137 m3

Matériau Quantité Formule Unité


Ciment 47.95 = 3 * 16.5 Kg

Sable 0/4 100 = 3 * 32 Kg

Gravier 4/12 37.70 =3 * 12 Kg

Gravier 12/25 100 = 3 * 33 Kg

Ea 26 =3*9 L
u
Adjuvant 0.1 =3*0.033 Kg

VI. Conclusion :

Dans ce TP on a fait le coulage d’une poutre en béton armé de 1.4 de long et de


section 10 cm x 20 cm avec les matériaux du laboratoire. La cage d’armature est
fabriquée selon un plan de ferraillage fourni dans TP1, le béton est réalisé selon une
formulation imposée. La cage finalisée est positionnée dans un moule le béton est
coulé afin d’obtenir la poutre en béton armé.

Page 21
TP BETON ARME II
TP N3 :

ESSAI DE FLEXION DE LA
POUTRE JUSQU’À LA
RUPTURE
I. Introduction :
C’est la Méthode de caractérisation le comportement
d’une poutre placée sur deux appuis et soumise à une
charge. Pour certains matériaux, cet essai est appelé
« essai transversal sur poutre » (transverse beam
test). L’éprouvette en forme de poutre rectangulaire
est placée sur deux couteaux d’appui et soumis à une
charge concentrée. La contrainte maximale de fibre
et la déformation maximale sont calculées pour des
valeurs croissantes de la charge.
II. BUT :
Nous mettons en œuvre cet essai après 28 jours sur
les trois poutres. L’essai de flexion sera mené jusqu’à
la ruine de la poutre toute observant son
comportement.
C’est un essai de flexion jusqu'à la rupture pour
déterminer les hypothèses de calcul des poutres à
l’état limite ultime et à l’état limite de service (l’ELU
et l’ELS).

Page 22
TP BETON ARME II

Page 23
TP BETON ARME II
III. Mode opératoire :
Équipement du portique d’essai 0

 Placer la poutre sur le portique d’essai


 Positionner le chevêtre sur la poutre, le centrer pour obtenir un chargement
symétrique.
 Mettre en place un comparateur pour mesurer la flèche à 83cm d’un appui
 Mesurer la distance entre les billes à l’état 0 à l’aide d’un déformer à billes et
de sa règle étalon.

Conduit de l’essai état 1 :

 Charger la poutre par palier de 30 bars, mesurer la flèche et le déplacement


des billes
 Repérer les fissures avec un marqueur noir
 Conduire l’essai jusqu’à la rupture en prenant soin de retirer
lecomparateur de mesure.
 Noter la charge de rupture et la marquée sur la poutre
 Enlever la poutre et ranger l’ensemble du poste de travail

Essai de compression sur éprouvettes16x32

Page 24
TP BETON ARME II

IV. Principe :

 Surfacer les éprouvettes des deux bases.


 Mettre l’éprouvette entre les plateaux de la presse d’une façon que
l’effort de compression soit centrée vertical.
 Casser les éprouvettes en compression simple ou axiale.
 Calculer la résistance moyenne en compression du béton ainsi que le module
de déformation longitudinale instantanée :

Eij=110003√𝑓𝑐28
𝜋∗𝐷2 𝜋∗162
S= 4 = 4
= 200 cm2

Or Ϭ=F/S et on a F=82KN donc Ϭ=(82*10)/200=4.1MPa


Le résultat de l’essai est largement inférieur à fc28=27MPa a cause de
faiblement de ciment et car le sable et le gravier non criblé.
Eν=110003√27=33000 Mpa

V . Etude théorique :
1. Calculs préliminaires :

 Faire un schéma mécanique de la poutre, le poids du chevêtre sera compté


comme charge permanente et l’effort du vérin comme charge d’exploitation

 Tracer les diagrammes des sollicitations le long de la poutre.

Page 25
TP BETON ARME II

Schéma mécanique de la poutre

Charge permanente

Les diagrammes de la sollicitation de la poutre :

GL2/8
Diagramme de l’effort tranchant
Diagramme de moment

Page 26
TP BETON ARME II

Charge d’exploitation

Les diagrammes de la sollicitation de la poutre :

QL/4

Diagramme de l’effort tranchant


Diagramme de moment

2. Détermination de la charge maximale de non ruine admissible à


l ’ELU QELU et comparaison avec la charge de rupture
expérimentale QREXP :
 Déterminer la position de l’axe neutre yu à partir de l’équilibre d’une section
en béton armé
 En déduire la déformation de l ’acier es, que peut–on dire de cette valeur.
 Calculer le moment résistant ultime Mrbu de la section en béton armé à
l’ELU.

Page 27
TP BETON ARME II

 Calculer le moment sollicitant à l’ELU Mu


 On déduit la charge maximale de non-ruine QELU admissible à l’ELU
 Comparer QELU à QREXP, calculer le rapport QREXP/QELU et le
pourcentage d’écart par rapport QELU, que peut–on-dire de ces valeurs.

A. Poutre 1 : Pivot A (rupture par allongement des aciers)


 Détermination de l’axe neutre yu :

l’équilibre d’une section en béton armé


∑ 𝐹𝑖 = 0 → Nbc-Nst=0 → Nbc=Nst → 0,8 × 𝑦𝑢 × 𝑏 × 𝑓𝑏𝑐 = 𝜎𝑠 × 𝐴𝑠
D’ou :
As× σ s 1.57 ×10 ˉ ⁴ ×347.83
y= = =0.045 m
0.8 × b× fbc 0.8× 0.1× 15.3
400
σs = 1.15 = 347.83
0.85× 27
fbc = 1.5 = 15.3 MPa ( fc28 = 27 MPa )

Page 28
TP BETON ARME II

 Détermination de la déformation de l’acier


𝜀𝑏𝑐=0,0035
d=0,9× ℎ=0,9× 0,2 = 0,18

d− y u 0.18−0. 045
𝜀s=ε bc × yu
=0.0035 ×
0. 045
=0. 0105

 Calcul de moment 𝑴𝑹𝒃𝒖


Z=d-0,4× 𝑦𝑢 = 0,18-0,4× 0,045 = 0,162m
𝑁𝑏𝑐 = 0,8 × 𝑦u × 𝑏 × 𝑓𝑏𝑐=0,8× 0,045 × 0,1 × 15.3=0.055MPa
𝑀𝑅𝑏𝑢 = 𝑁𝑏𝑐 × 𝑧=55× 0,162=8. 85KN.m

 Calcul de Mu
g=25× (0,1 × 0,2) = 0,5 KN/M
𝑔𝑙2
Mg=
8 =0,1089kN/m
𝑄𝑙
𝑀 = = Q× 0,33
𝑄 4

Mu=1,35Mg+1,5𝑀𝑄= 0,147+0,495× Q

 Détermination de la valeur de Qth


Mu≤ 𝑀𝑟𝑏𝑢 : 0,147+0,495× Q ≤8,85 → Qth=17.58KN.

Page 29
TP BETON ARME II

 Comparaison Q expérimentale et Q théorique


𝐐𝐞𝐱𝐩
= 17.58 =171.78%
𝐄𝐋𝐔 30,2
𝐐𝐓𝐡

ELU
Q exp - Q TH 30.2-17.58
∆%= ELU
×100%= ×100 = 71.78%
Q TH
17.58

𝐐𝐄𝐋𝐔<𝐐𝐞𝐱𝐩La valeur de QELU est inférieure à la valeur trouvée


𝐓𝐡 Th
expérimentalement.

B. Poutre 2 : pivot B (rupture par excès de raccourcissement de


béton) :

 Détermination de l’axe neutre yu :


L’équilibre d’une section en béton armé
∑ 𝐹𝑖 = 0 → Nbc-Nst=0 → Nbc=Nst → 0,8 × 𝑦𝑢 × 𝑏 × 𝑓𝑏𝑐 = 𝜎𝑠 × 𝐴𝑠
AS=2HA12 (2.26 cm²)
Portée de la poutre : l=1.32m
FC28=27MPa
As × σ s 2.26 ×10 ˉ ⁴ ×347.83
D’ou : y u=
0.8 ×b × fbc
=
0.8 × 0.1× 15.3
=0.064 m

400
σs = 1.15 = 347.83
0.85× 27
fbc = 1.5 = 15.3 MPa ( fc28 = 27 MPa )

Page 30
TP BETON ARME II

Page 31
TP BETON ARME II
 Détermination de la déformation de l’acier :
𝜀𝑏𝑐=0,0035
d=0,9× ℎ=0,9× 0,2 = 0,18
d− y u 0.18−0.064
𝜀s=ε bc × yu
=0.0035 ×
0.064
=0.00087

 Calcul de moment 𝑴𝑹𝒃𝒖 :


Z=d-0,4× 𝑦𝑢 = 0,18-0,4× 0,064 = 0,154m
𝑁𝑏𝑐 = 0,8 × 𝑦u × 𝑏 × 𝑓𝑏𝑐=0,8× 0,064 × 0,1 × 15.3=78KN
𝑀𝑅𝑏𝑢 = 𝑁𝑏𝑐 × Z=78× 0,154=12,012KN.m

 Calcul de Mu :
g=25× (0,1 × 0,2) = 0,5 KN/M
𝑔𝑙2
Mg=
8 =0,1089kN/m
𝑄𝑙
𝑀 = = Q× 0,33
𝑄 4

Mu=1,35Mg+1,5𝑀𝑄= 1,35×0,1089+1,5× Q× 0,33=0,147+0,495× Q

 Détermination de la valeur de Qth :


Mu≤ 𝑀𝑟𝑏𝑢 : 0.147+0,495× Q ≤12.012 → Qth=23.97 KN.

Page 32
TP BETON ARME II

 Comparaison Q expérimentale et Q théorique :


𝐐𝐞𝐱𝐩
= 23.97 =217.4%
𝐄𝐋𝐔 49.7
𝐐𝐓𝐡

ELU
Q exp - Q TH 49.7-23.97
∆%= ELU
×100%= ×100 =107.34%
Q TH
23.97

𝐐𝐄𝐋𝐔<𝐐𝐞𝐱𝐩La valeur deQELU est inférieure à la valeur trouvée


𝐓𝐡 Th
expérimentalement.

3 .Détermination de la charge maximale admissible à l’ELS


QELS :

 Déterminer la position de l’axe neutre y1 à partir de l’équilibre d’une section


en béton armé

 Calculer le moment résistant ultime Mrb de la section en béton armé à l’ELS


(pour chaque type de fissuration)

 Calculer le moment sollicitant à l’ELS Mser

 On déduit la charge maximale admissible QELS

Page 33
TP BETON ARME II

A. Poutre 1 :Pivot A
2 × As ×σ sfp 2× 1.57 ×10 ˉ ⁴ × 207.3
y= = =0.04 m
b × 0.6 × Fc 28 0.1× 0.6 ×27

2 Fe
σ sfp = min [
3
F e ; max (
2
 ; 110 √ ղ × ftj ) ]
= min [ 266.67 ; max ( 200 ; 207.3 ) ]
= 207.3 MPa
Ftj = 0.6 + 0.06 × 27 = 2.22 MPa
ղ = 1.6 ( H.A)

 Détermination de moment résistant du béton Mrb :


b× y 0.1
Nbc= × σ bc = ×0.6 ×27 × y=0.81 × y
2 2
Nbc=0.81× 0.04=0.032 MPa
y 0.04
Zb=d − =0.18− =0.167 m
3 3
3
Mrb=Nbc × Zb=0.032× 0.167 ×10 =5.344 KN . m

Page 34
TP BETON ARME II

 Détermination de Mser :

Ms = MG + MQ = 0.109 + 0.33Q
 Détermination de la valeur de Qth :

Ms ≤ Mrb
5.344−0.109
Q(els)= =15.86 KN
0.33

 Comparaison Q expérimentale et Q théorique :


𝐐𝐞𝐱𝐩 30,2
= =190%
𝐄𝐋𝐒
𝐐𝐓𝐡 15.86

Qexp - QELU
TH 30.2 - 15.86
∆%= ×100%= ×100 = 90.41 %
Q ELU
TH
15.86

𝐐𝐄𝐋𝐒<𝐐𝐞𝐱𝐩La valeur deQELS est inférieure à la valeur trouvée


𝐓𝐡 Th
Expérimentaleme

B. Poutre 2 : Pivot B :
2 × As ×σ sfp 2× 2.26 ×10 ˉ ⁴ × 207.3
y= = =0.058 m
b × 0.6 × Fc 28 0.1 ×0.6 ×27

2 Fe
σ sfp = min [ 3 Fe ; max ( 2  ; 110 √
ղ × ftj )]
Page 35
TP BETON ARME II
= min [ 266.67 ; max ( 200 ; 207.3 ) ]
= 207.3 MPa
Ftj = 0.6 + 0.06 × 27 = 2.22 MPa

ղ = 1.6 ( H.A)

 Détermination de moment résistant du béton Mrb :

b× y 0.1
Nbc= × σ bc = ×0.6 ×27 × y=0.81 × y
2 2
Nbc=0.81× 0.058=0.047 MPa
y 0.058
Zb=d − =0.18− =0.161 m
3 3
3
Mrb=Nbc × Zb=0.047 ×0.161 ×10 =7.567 KN . m

 Détermination de Mser :
Ms = MG + MQ = 0.109 + 0.33Q

 Détermination de la valeur de Qth :


Ms ≤ Mrb
Q(els)=(7.567-0.109)/0.33=22.6 KN

 Comparaison Q expérimentale et Q théorique :

𝐐𝐞𝐱𝐩 49.7
= =220%
𝐄𝐋𝐒
𝐐𝐓𝐡 22.6

ELU
Q exp - Q TH 49.7 - 22.6
∆%= ELU
×100%= ×100 = 120%
Q TH
22.6

Page 36
TP BETON ARME II

𝐐𝐄𝐋𝐒<𝐐𝐞𝐱𝐩La valeur de QELS est inférieure à la valeur trouvée


𝐓𝐡 Th
expérimentalement.

C. Poutre 3 : effet d’effort tranchant :

l 1.32
VG¿ p 2 =0.5 × 2
=0.33 KN

Q
VQ¿ 2 =0.5Q
Vu=1.35 VG+ 1.5VQ=0.446+0.75 Q ≤Vrb

Vrb=b ×d ×τu=0.1 ×0.18 ×2.58 ×10 3=46.44 KN

0.9 At fet 0.9 ×0.57 × 10ˉ ⁴ ×215


τu= × + 0.3 ×k × ft 28= +0.3 ×2.22=2.58 MPa
b × St γs 0.1× 0.05× 1.15

fet 215
St =0.05 m At=2 × φ 6=0.57 c m 2 = k =1
γs 1.15

ft 28=0.6+0.06 fc 28=2.22 MPa

Vrb−0.446 46.44−0.446
Vu=Vrb ⇒ Q= = =61.325 KN
0.75 0.75

VI . Conclusion :

Page 37
TP BETON ARME II
Les mesures au cours de l’essai sont comparées aux résultats de l’étude
théorique . La comparaison contenir le comportement de la poutre à la fin de la
phase élastique, l’état limite ultime et enfin la ruine de la poutre.
Le type de rupture varie selon les aciers et le type de bêton.

Page 38
TP BETON ARME II

Page 39

Vous aimerez peut-être aussi