Vous êtes sur la page 1sur 74

Page de garde

[Tapez un texte] Page 1


[Tapez un texte] Page 2
Remercîment

[Tapez un texte] Page 3


Dédicace

[Tapez un texte] Page 4


Table de Matière

Contenu
Page de garde.......................................................................................................................1
Remercîment........................................................................................................................3
Dédicace..............................................................................................................................4
Table de Matière..................................................................................................................5
Abréviation..........................................................................................................................9
Chapitre I :................................................................................................................................13
Contexte générale de projet : présentation de l’entreprise et étude bibliographique................13
Introduction...........................................................................................................................14
1. Présentation générale du laboratoire..............................................................................14
1.1. Présentation................................................................................................................14
1.2. Historique...................................................................................................................15
1.3. Les activités................................................................................................................15
1.3.1. Pole d’Appui au Développement et à la Recherche............................................16
1.3.2. Pôle Informatique et technique...........................................................................16
1.3.3. Service Administratifs........................................................................................16
2. Energie universelle.........................................................................................................18
2.1. Le besoin énergétique.................................................................................................18
2.2. Impact de la consommation d’énergie sur notre environnement...............................19
2.3. Pollution due à l’énergie...........................................................................................19
2.4. Approvisionnement en énergie...................................................................................20
2.4.1. Energies fossiles ou non renouvelables.................................................................20
2.4.2. Energie renouvelable..............................................................................................21
3. Le biogaz........................................................................................................................22
3.1. historique de production du biogaz............................................................................22
3.2. Caractéristique du biogaz :.........................................................................................23
3.3. L’utilisation d’un biogaz :..........................................................................................24
3.4. Les modes de production du biogaz :.........................................................................25
3.5. La fermentation d’énergie à partir de biogaz :...........................................................25
4. Cahier de charge du projet :...........................................................................................27
2.1. Contexte de projet :...................................................................................................27

[Tapez un texte] Page 5


2.2. Travail demandé.........................................................................................................27
Conclusion :...........................................................................................................................27
Chapitre II : Production du méthane............................................................28
Introduction :.........................................................................................................................29
1. La digestion anaérobie :.................................................................................................29
1.1. Historique :.................................................................................................................29
1.2. Définition :.................................................................................................................30
1.3. Principe de production de biogaz :.............................................................................31
1.4. Avantages et limites de la digestion anaérobie:.........................................................32
1.5. Matière première :......................................................................................................33
1.6. Les différentes applications :......................................................................................34
1.7. Produit de la digestion anaérobie :.............................................................................34
1.7.1. Le biogaz :..............................................................................................................34
1.7.2. Digestat :.................................................................................................................35
1.7.3. Eaux usée :.............................................................................................................36
1.8. Les paramètres physico-chimiques de la digestion anaérobie:..................................36
1.8.1. Température :..........................................................................................................37
1.8.2. Le potentiel hydrogène PH :...................................................................................37
1.8.3. Agitation :...............................................................................................................38
1.8.4. Humidité :...............................................................................................................38
2. La méthanisation :..........................................................................................................38
2.1. définition :..................................................................................................................38
2.2. Les avantages de la méthanisation :...........................................................................39
2.3. Les contraintes de la méthanisation :.........................................................................39
2.4. Déroulement de la méthanisation :...........................................................................40
2.5. Condition physico-chimiques :...................................................................................41
2.5.1. Condition de température :.....................................................................................41
2.5.2. Condition de milieu physico –chimique :...............................................................41
2.6. Processus de la méthanisation:...................................................................................42
2.6.1. Hydrolyse :.............................................................................................................43
2.6.2. Acidogènes :...........................................................................................................43
2.6.3. Acétogenèse :..........................................................................................................43
2.6.4. La méthanogènes :..................................................................................................44

[Tapez un texte] Page 6


Conclusion.............................................................................................................................45
Chapitre III : Modélisation d’une station de méthanisation.........................46
Introduction...........................................................................................................................47
1. Station de la méthanisation............................................................................................47
1.1. Définition...................................................................................................................47
1.2. Fonction de station.....................................................................................................48
1.2.1. Arrivage de biodéchets...........................................................................................48
1.2.2. Méthanisation.........................................................................................................48
2. Modélisation d’une station de méthanisation................................................................49
2.1. Définition et rôle........................................................................................................49
2.2. Développement d’un modèle.....................................................................................49
2.2.1. Modèle ADM1........................................................................................................51
2.2.2. Modèle AM2...........................................................................................................51
2.3. Les étapes du processus..............................................................................................51
2.4. Travail de modélisation..............................................................................................55
Conclusion.............................................................................................................................57
Chapitre III : Conception 3D d’une station de méthanisation.....................58
Introduction...........................................................................................................................59
1. Présentation générale sur blender..................................................................................59
2. Conception globale........................................................................................................60
3. Conception du module de contrôle technique................................................................61
3.1. Unité de digesteur anaérobie......................................................................................61
3.2. La cogénération..........................................................................................................63
3.3. Station d’épuration.....................................................................................................64
3.4. Système d’injection de biogaz....................................................................................65
3.5. Les bio-filtres.............................................................................................................66
La conception de bio-filtres gazeux est effectuée sous le logiciel blender et une Schéma du
biofiltre (tiré de Aubry 2008) qui sont représentées par les figures suivante :........................66
3.6. épurateur.....................................................................................................................66
3.7. Stockages des déchets................................................................................................67
3.8. Types de distribution..................................................................................................68
Transporter le biogaz de post digesteur à l’épurateur...........................................................68
Son placement était sur la terre.............................................................................................68
3.9. Torchère de biogaz.....................................................................................................69

[Tapez un texte] Page 7


Conclusion.............................................................................................................................70
Conclusion générale..........................................................................................................71
Référence bibliographique.................................................................................................72
Annexe...............................................................................................................................73

[Tapez un texte] Page 8


Abréviation

DA Digestion Anaérobie

DA : Coefficient d’échange entre deux fractions d’eau (min−1)

AGV Acide Gras Volatile

H2 Hydrogène ou H

CH4 Méthane

2 C O2Dioxyde de Carbone

C 6 H 10 O4 Adipic acid

H 2 O L’eau

C 6 H 12 O6 Le glucose

2 C H 3 C H 2 Éthanol

C H 3 C H 2 COOH acid propionic

S Concentration du substrat simple dans le modèle (1.2)

XS Concentration des bactéries acidogènes dans le modèle (1.2)

V Concentration des acides gras volatiles dans le modèle (1.2)

XV Concentration des bactéries acétogènes dans le modèle (1.2)

A Concentration de l’acide acétique dans le modèle (1.2)

XA Concentration des bactéries méthanogènes acétoclastes dans le modèle (1.2)

H Concentration d’hydrogène dans le modèle (1.2)

x1 Concentration des bactéries méthanogènes hydrogénotrophes dans le modèle (1.3

D taux de dillution

[Tapez un texte] Page 9


Table de Figure
Figure 1 : Biogaz plant 3D........................................................................................................12
Figure 2 : Logo du laboratoire « Cristal ».................................................................................14
Figure 3 : Centre de Recherche en Informatique Signal et Automatique.................................15
Figure 4 : énergie non renouvelable..........................................................................................21
Figure 5 : Les équivalences énergétiques du méthane..............................................................24
Figure 6 : Schéma général des installations de méthanisation (Source : Club biogaz)............26
Figure 7 : Schéma d’un procédé classique d’une unité de production du biogaz.....................30
Figure 8 : production d'un biogaz dans un digesteur expérimental..........................................31
Figure 9 : Comparatif des procédés anaérobie et à boues activées...........................................33
Figure 10 : Conduites de transport de biogaz...........................................................................35
Figure 11 : Digestat anaérobie acidogène.................................................................................36
Figure 12 : Effet de la température sur le taux de croissance des méthanogènes (IWA TASK
GROUP FOR MATHEMATICAL, 2002)...............................................................................37
Figure 13 : dégradation de la méthanisation.............................................................................39
Figure 14 : les processus de la méthanisation en général.........................................................40
Figure 15 : étapes de la digestion anaérobie.............................................................................42
Figure 16 : usine de biogaz.......................................................................................................48
Figure 17 : déroulement de la méthanisation............................................................................49
Figure 18: Processus de construction d’un modèle (adapté de Rodriguez (2006)....................50
Figure 19 : Biogaz plant 3D......................................................................................................60
Figure 20 : la conception en blender.........................................................................................61

[Tapez un texte] Page 10


Introduction Générale
Le terme « énergie renouvelable » fait référence à l'énergie qui provient de ressources qui se
reconstituent naturellement à l'échelle du temps humain. Les avantages des énergies
renouvelables sont nombreux. Premièrement, ils augmentent l'indépendance et
l'approvisionnement énergétique en fournissant des moyens de production locaux, et
deuxièmement, ils ont un impact positif sur la planète car ils remplacent les fossiles et, par
conséquent, limitent les émissions de gaz à effet de serre.

Dans ce contexte, l'application de la biotechnologie à la biomasse est considérée comme l'une


des stratégies les plus avantageuses et intéressantes pour la production d'énergie renouvelable
doit être utilisée avec prudence et attention.

Biomasse est tout matériau produit biologiquement à base de carbone, d'hydrogène et


d'oxygène. Il comprend une variété de matériaux, bois, résidus forestiers, paille, fumier,
déchets agricoles, boues d'épuration, déchets animaux, déchets alimentaires...etc.Par
conséquent, contrairement à l'énergie éolienne et solaire, l'énergie de la biomasse peut
toujours être garantie.

Parmi les processus de conversion possibles de la biomasse, le bioprocédé de digestion


anaérobie a été évalué comme l’un des technologies les plus éconergétiques et les plus
bénéfiques pour l’environnement pour la production de bioénergie. La raison pour laquelle il
émerge spectaculairement partout dans le monde et d’attirer l’intérêt de nombreux chercheurs
que nous sommes parmi eux. En fait, la digestion anaérobie est un processus prometteur pour
la récupération des déchets, la protection de l’environnement et la stabilisation du réseau
électrique. C’est un processus important pour produire une énergie précieuse qui est appelée
biogaz, et un résidu de la production du digestat.

Notre projet est intitulé « Etude, Modélisation et simulation 3D d’une station de


méthanisation ».Ce projet est articulée autour de cinq chapitres qui sont organisés de la
manière suivante :

Chapitre I : Ce chapitre vise à mettre l'accent sur la présentation de l’entreprise CRISTAL.
Les différents Pole d’Appui au Développement et à la Recherche ont été discutées. En termine
ce chapitre par une cahier de charge.

[Tapez un texte] Page 11


Chapitre II : La première partie de ce chapitre présente l’énergie universelle, les impacts de
la consommation d’énergie sur notre environnement et en termine par approvisionnement de
énergie. Dans la deuxième partie, en vas parler sur le biogaz .

Chapitre III : En premier lieu, on va représenter d’une façon générale la digestion anaérobie
et en second lieu, on va parler sur la méthanisation et plus précisément les processus de
méthanisation qui sont (hydrolyse, acidogènes, acitogénese et méthanogènes)

Chapitre III : Ce chapitre est consacré à la modélisation d’une station de méthanisation.


Principalement le modèle complexe et ADM1 (Anaerobic Digestion Model no1) qui
caractérise le comportement global du phénomène de production de biogaz mais tellement
complexe qu’il est inexploitable dans le contrôle. Ensuite d’autres modèles plus simples et
exploitable dans le contrôle sont abordés tels que le modèle de digestion anaérobie à deux
étapes nommé AM2 (Anaerobic Model N°2. Le modèle tri-phasique et le modèle réduit et le
plus simple qui a fait l’objet de ce projet.

Chapitre V : Le but de ce chapitre consiste à étudier la décomposition et simulation 3D d’une


station de méthanisation.

On a terminé ce travail par une conclusion générale et quelques perspectives sur les futurs
travaux.

Figure 1 : Biogaz plant 3D

[Tapez un texte] Page 12


Chapitre I :
Contexte générale de projet :
présentation de l’entreprise et étude
bibliographique

Ce chapitre comportera une description particulière de Centre de Recherche


en Informatique, Signal et Automatique de Lille(CRISTAL) dans une première partie, ainsi
on va exposer une étude générale sur l’énergie et plus présicasement le biogaz et enfin, en
termine par le cahier des charges et une planification du projet dans le temps pour atteindre
les objectifs prescrits de ce stage. Et pour bien mener cette étape, on va aborder le chapitre
comme suit :

Présentation de l’entreprise.

Etude bibliographique.

Cahier charge.

[Tapez un texte] Page 13


Introduction
Après mon parcours de trois ans du cycle d’Ingénieurs en Génie Électromécanique au sein de
l’École Pluridisciplinaire Internationale de Sousse, il nous est proposé de faire un stage de fin
d’études au sein de Centre de Recherche en Informatique, Signal et Automatique de Lille pour
nous découvrir le monde professionnel et de mettre en pratique nos connaissance .

Alors l'objectif de cette partie est de présenter Laboratoire "CRISTAL" et de mettre le projet
dans son cadre général. Pour cela, on commence par la présentation de l'organisme d'accueil,
ses différents secteurs d’activité et les différents services offerts. Par la suite on va exposer
une étude générale sur l’énergie et plus présicasement le biogaz et enfin, en termine par le
cahier des charges et une planification du projet dans le temps pour atteindre les objectifs
prescrits de ce stage.

1. Présentation générale du laboratoire 

1.1.Présentation 

CRISTAL (Centre de Recherche en Informatique, Signal et Automatique de Lille) est une


unité mixte de recherche (UMR 9189) résultant de la fusion du LAGIS (Laboratoire
d’Automatique, Génie Informatique et Signal - UMR 8219) et du LIFL (Laboratoire
d’Informatique Fondamentale de Lille - UMR 8022) pour fédérer leurs compétences
complémentaires en sciences de l’information. [1] .

Figure 2 : Logo du laboratoire « Cristal »

[Tapez un texte] Page 14


1.2.Historique 

CRISTAL est né le 1er janvier 2015 sous la tutelle du CNRS, de l’Université Lille 1 et
de Centrale Lille en partenariat avec l’Université Lille 3, Inria et l’Institut Mines Telecom.
CRISTAL est membre de l’institut de recherches interdisciplinaires IRCICA – USR
CNRS3380.
Depuis janvier 2018, les universités lilloises ont fusionné. Les tutelles principales de
CRISTAL sont l’Université de Lille, le CNRS et Centrale Lille Institut. Ses tutelles
secondaires sont Inria Lille Nord Europe et l’IMT Lille-Douai.
L’unité est composée de plus de 470 membres (230 permanents et près de 240 non
permanents) dont 28 permanents CNRS et 23 permanents Inria. Les activités de recherche de
CRISTAL concernent les thématiques liées aux grands enjeux scientifiques et sociétaux du
moment tels que : BigData, logiciel, image et ses usages, interactions homme-machine,
robotique, commande et supervision de grands systèmes, systèmes embarqués intelligents,
bio-informatique… avec des applications notamment dans les secteurs de l’industrie du
commerce, des technologies pour la santé, des smart grids.

Figure 3 : Centre de Recherche en Informatique Signal et Automatique

1.3.Les activités 

Les activités de recherche de CRISTAL concernent les thématiques liées aux grands
enjeux scientifiques et sociétaux du moment tels que : BigData, logiciel, image et ses usages,
interactions homme-machine, robotique, commande et supervision de grands systèmes,
systèmes embarqués intelligents, bio-informatique… avec des applications notamment dans
les secteurs de l’industrie du commerce, des technologies pour la santé, des smart grids [1].

[Tapez un texte] Page 15


1.

2.

2.2

2.3

1.3.1. Pole d’Appui au Développement et à la Recherche 


Dans le laboratoire CRISTAL, les ingénieurs, en plus de leurs missions dans les services
techniques ou les plateformes, participent à l’activité des équipes de recherche.
Le PADR a pour mission d’accompagner celles-ci dans leurs activités.

Cela passe par :

 la formalisation des différentes activités pour une meilleure visibilité et une meilleure
prise en compte de celles-ci par le laboratoire.
 le développement d’une culture de l’ingénierie scientifique à l’échelle du laboratoire
par l’organisation et l’animation de séminaires techniques.
 la planification de l’activité des membres et la mise en adéquation avec les besoins des
équipes via un mécanisme d’appels à projets.

1.3.2. Pôle Informatique et technique 


Ce service est situé au 1er étage du bâtiment ESPRIT.

Il assure la gestion des ressources informatiques et techniques de CRISTAL :

 étude, développement et administration de l’infrastructure de services (systèmes et


réseaux).
 étude, développement structurel et logiciel du système d’information (SI) de
CRISTAL.
 étude, développement et mise en place de solutions logicielles à destination des
équipes de recherche.
 maintenance des plateformes techniques et logicielles.
 support aux utilisateurs.

Il assure le lien avec les services techniques de l’université de Lille et les prestataires de
services extérieurs.

[Tapez un texte] Page 16


1.3.3. Service Administratifs 
Les services administratifs se situent au 1er étage du bâtiment ESPRIT.

Ils se décomposent en :

 Secrétariat de direction
Assistante de l’équipe de direction et de la secrétaire générale de l’unité.
Contact : Anne-Sophie FARDOUX
Adjointe : Oumaïma ARGOUB

 Service Ingénierie de projets et de valorisation de la recherche


Etude, accompagnement, coordination des projets de recherche et de leur valorisation
Contact : Myriam CAUDRELIER

 Pôle financier
Accompagnement dans les démarches et opérations financières.
Responsable : Michèle MAYER
Contacts : Nathalie AINI, Oumaïma ARGOUB, Maryline DEWASTE, Bénédicte
FIEVET, Fatima HAMMADI, Annie MARESCAUX, Christine YVOZ

 Pôle ressources humaines

Ce service s’adresse plus particulièrement :

o aux contractuels : accompagnement dans les démarches administratives en


relation avec les services centraux du CNRS et de l’Université.
Contact : Fatima HAMMADI
o aux doctorants : suivi personnalisé des doctorants en relation avec l’École
Doctorale “Sciences pour l’Ingénieur”.
Contact : Bénédicte FIEVET
 Pôle communication interne - externe

o Organisation de manifestations internes, mise à disposition de plaquettes de


communication, d’objets supports au logo CRISTAL.
Contact : Anne-Sophie FARDOUX

[Tapez un texte] Page 17


o Communication événementielle, aide à l’organisation de colloques et écoles
thématiques.
Contact : Christine YVOZ

 Pôle logistique
Chargé de l’entretien des locaux, de l’acheminement du courrier, de la maintenance
légère des bâtiments, appui logistique de certaines réunions-manifestations.
Contact : Sébastien MARTELLEUR.

L'énergie est un concept relié à ceux d'action, de force et de durée : la mise en œuvre


d'une action nécessite de maintenir une certaine force pendant une durée suffisante .D'autre
part, le biogaz provenant du digesteur anaérobie est de l'eau et les contaminants doivent être
éliminés pour assurer le bon fonctionnement du système de filtration et un biométhane adapté
est injecté dans le réseau.

Cette partie, présente une recherche bibliographique sur l’énergie et plus précisément sur le
biogaz.

2. Energie universelle

2.1. Le besoin énergétique 

L'énergie est un secteur économique majeur qui produit, transporte, transforme,


distribue et commercialise diverses sources d'énergie. L'extraction des sources d'énergie
primaire est suivie de son énergie secondaire éventuelle : production de produits pétroliers,
raffinage du pétrole, production d'électricité et de chaleur. Cette énergie est ensuite stockée
puis transportée avant d'atteindre le consommateur final. C'est ce qu'on appelle l'énergie
finale.

L'énergie est indispensable au fonctionnement normal des activités économiques, car


toutes les conversions de matières premières, tous les emplois et tous les déplacements
nécessitent de l'énergie. Les activités économiques telles que la production industrielle, les
transports, le chauffage des bâtiments, l'utilisation de divers appareils électriques et la
consommation d'énergie : l'efficacité énergétique, la dépendance énergétique, la sécurité
énergétique et les prix de l'énergie sont les principales préoccupations. L'utilisation de

[Tapez un texte] Page 18


l'énergie permet de répondre aux besoins humains, qui se répartissent finalement dans les trois
grandes catégories spécifiquement couvertes par la production de chaleur ou de froid (appelée
aussi « usage fixe », la mobilité et l’électricité [2] .

2.2. Impact de la consommation d’énergie sur notre environnement 

De nos jours, la consommation d'énergie est une préoccupation. Parce qu'il est en


augmentation et qu'il a un impact sur notre environnement. La principale conséquence est que
la pollution de l'air est à l'origine de l'un des effets de serre à l'origine du réchauffement
climatique. Ce réchauffement climatique menace de provoquer une fonte partielle des régions
polaires, faisant ainsi monter le niveau des mers, inondant les côtes basses, certaines îles et
plaines.

L’évaluation d’un impact environnemental est quantifiée grâce à la mesure d’indicateurs de


flux et d’indicateurs d’impact potentiels.
Pour l’air, on retient cinq indicateurs :

 Contribuent à l'effet de serre.


 Acidification de l’air.
 la formation d'ozone troposphérique.
 Appauvrissement de l’ozone.
 Particules et les effets respiratoires des substances inorganiques.

Pour l'eau, nous en retenons quatre :

 L’eutrophisation douce.
 Toxicité écologique aquatique.
 Eutrophisation de l'eau de mer.
 Consommation d'eau. .
2.3. Pollution due à l’énergie 

La pollution est la destruction ou la dégradation d'un écosystème dans la biosphère par


l'intrusion d'entités, généralement humaines, qui altèrent le fonctionnement de cet écosystème.
La pollution a des effets importants sur la santé de la biosphère, comme en témoignent
l'exposition aux polluants et le réchauffement climatique qui altèrent le climat de la Terre et

[Tapez un texte] Page 19


ses écosystèmes, entraînant l'apparition de maladies jusqu'alors inconnues dans certaines
zones géographiques. Il existe plusieurs types de pollution tels que :

La pollution de l'eau est une dégradation liée à l'élément principal qu'est l'eau. Cela est dû à
de nombreux facteurs spécifiques : les rejets des activités industrielles et agricoles et les
activités humaines qui se produisent dans les rivières, les lacs et les mers. Grave pollution
systémique de l'eau

La pollution de l'air est un changement dans l'air qui peut être caractérisé par des mesures
chimiques, biologiques ou physiques. Elle peut avoir des conséquences néfastes sur la santé
des êtres, le climat ou les richesses matérielles. Les polluants peuvent être d'origine naturelle
ou anthropique et l'air dans l'atmosphère ou l'air à l'intérieur des espaces confinés.

La pollution atmosphérique, sous forme d'aérosols, n'affecte pas la santé humaine, mais
affecte également le climat à grande échelle. À l'échelle mondiale, les aérosols ont diminué
depuis 1990, ce qui signifie qu'ils ne masquent plus beaucoup le réchauffement des gaz à effet
de serre.

2.4. Approvisionnement en énergie 

Les sources d'énergies utilisées par l'homme sont d'origine renouvelable ou non :

2.4.1. Energies fossiles ou non renouvelables

Énergie non renouvelable les sources sont des matières premières qui ne sont pas
renouvelables à l'échelle humaine. Les combustibles fossiles, qui résultent du stockage de
matériaux dans les couches géologiques, sont principalement constitués de gaz naturel, de
pétrole et de combustibles fossiles, utilisés par les voitures, les navires, les centrales
thermiques et les appareils de chauffage...

Les énergies non renouvelables incluent, outre les combustibles fossiles, d’origine nucléaire
obtenue par fission nucléaire, la fusion nucléaire comme objet de recherche pour un éventuel
déploiement à l'échelle industrielle à très long terme. Toutes ces énergies sont générées à
partir d'une matière première finie présente dans la terre, elles ne peuvent pas être inversées
par des processus humains naturels.

[Tapez un texte] Page 20


Figure 4 : énergie non renouvelable

2.4.2. Energie renouvelable 

Les énergies renouvelables correspondent à des sources d'énergie de ou dont les réserves
peuvent être renouvelées en quelques ou plusieurs décennies. C'est le cas de l'énergie solaire,
éolienne, hydraulique, dont le flux ne varie qu'avec des facteurs climatiques, indépendamment
de la consommation. L'énergie du bois et plus généralement de la biomasse n'est pas infinie
mais est envisagée si leur utilisation n'excède pas la quantité générée chaque année.

Le terme d'énergie renouvelable est utilisé pour désigner des sources qui sont, au moins à
l'échelle humaine, inépuisables et abondantes. L'utilisation des énergies renouvelables
présente de nombreux avantages. Cela permet de lutter contre l'effet de serre, notamment
l'émission de dioxyde de carbone dans l'atmosphère. Cela contribue également à la gestion
intelligente des locaux et à la création d'emplois.

Il existe 5 familles d'énergies renouvelables :

Solaire photovoltaïque : L'électricité est produite à partir du soleil au moyen d'installations


photovoltaïques. Celles-ci alimentent des sites isolés ou le réseau de distribution général.

Solaire thermique : On utilise un capteur solaire pour produire de l'eau chaude sanitaire. Ce

procédé peut également permettre de chauffer, notamment sous le plancher.

Énergie éolienne : Cette énergie éolienne est utilisée pour alimenter des emplacements ainsi
que de grands réseaux de distribution.

La géothermie : Cette énergie capte la chaleur à partir de laquelle elle peut être localement
chauffée, ou produite de l'électricité par alternance de vapeur.

[Tapez un texte] Page 21


Biomasse : L'énergie de la biomasse est la plus ancienne forme d'énergie humaine depuis la
découverte du feu à la préhistoire.Cette énergie permet de produire de l'électricité grâce à la
chaleur dégagée par la combustion de ces matières, ou du biogaz issu de la fermentation de
ces matières, dans les centrales biomasses.

Cette énergie renouvelable présente de nombreux avantages telles que : la préservation de


l'environnement en trouvant une solution aux déchets organiques qui seront transformés en
produits d'utilité (bio énergie). Cette énergie peut être utilisée par les pays pauvres en énergie
fossile comme elle peut être utilisée par les pays riches en énergie fossile comme supplément
au gaz naturel comme il est le cas en Algérie où beaucoup de région isolée souffrent de
manque de gaz naturel sachant que les déchets organiques sont disponibles partout. Le bio gaz
est maintenant très utilisé pour remplacer et accompagner l'énergie fossile surtout grâce au
control qui améliore la production du bio gaz [3] .

3. Le biogaz 

3.1. historique de production du biogaz 

Développée à l'origine pour des applications de dépollution, la méthanisation a ensuite


été étudiée dans le cas du fumier, notamment la production spontanée de biogaz ou "fèces" à
partir de déchets animaux plus âgés. En 1884, l'agronome Ulysse Gayon y observe la présence
de « gaz combustibles formènes » et démontre leur énergie pour des applications en chauffage
et éclairage.

Développée pour lutter contre la pollution, la méthanisation sera progressivement liée à


la valorisation énergétique du produit. Pour preuve, en 1897 en Inde, le premier décomposeur
a été construit par les Britanniques sur une léproserie à Matunga, Bombay, dans le but de
produire du carburant pour les véhicules. Enfin, c'était un petit moteur qui fut installé sur
place en 1907 pour générer une petite quantité d'électricité thermique.

Mais ce qui est particulier, c'est qu'entre les deux guerres, les activités favorisent la
décomposition anaérobie des boues d'épuration, en , notamment au Royaume-Uni, en
Allemagne et aux États-Unis. Illustrant ces avancées, de nombreux digesteurs étaient dans les
années 30-40 sur des stations de filtration, avec un intérêt pour l'optimisation énergétique du
biogaz produit, mis en évidence par de nombreuses études sur la réinjection de méthane dans
le réseau. En France, la valorisation du biogaz à la ferme à la fin des années 30 avec la mise

[Tapez un texte] Page 22


au point des enseignants Isman et Ducellier d'un digesteur basé sur un système rechargeable
avec préfermentation anaérobie, évite la génération d'acide au démarrage des bioréacteurs .

Dans les années 1980, c’est sur la base du brevet déposé par Isman et Ducellier que les
premiers essais de digestion anaérobie des ordures ménagères furent conduits en France par la
société Valorga .

De nos jours, le biogaz est produit industriellement de trois manières différentes qui vont
être décrites de façon un peu approfondie :

 par extraction des gaz de décharge des ordures ménagères ;


 par fermentation anaérobie de matières organiques diverses ;
 ou par gazéification des matières premières organiques et production catalytique de
syngaz.
3.2. Caractéristique du biogaz :

Le biogaz est un gaz produit par un processus de digestion anaérobie par l’action de certaines
bactéries sur divers résidus organiques. C’est un gaz incolore, inodore et qui est considère
comme une source d’énergie.

Le biogaz de qualité moyenne est constitué de 38 % de CO2 et de 62 % de CH4. D’une


manière générale, la composition du biogaz est indiquée dans le tableau suivant :

Tableau 1 : Composition générale du biogaz.

Elément Symbole Proportions pour 1 Nm3 de biogaz brut


Méthane CH4 50 – 75 %

Dioxyde de carbone CO2 25 – 45 %

Vapeur d’eau H2O 2–7%

Azote N2 0–2%

Hydrogène H2 0–1%

Oxygène O2 0–2%

Hydrogène sulfure H2S 0–2%

[Tapez un texte] Page 23


Nm³ = normal mètre cube, est une unité de mesure de quantité de gaz qui correspond au
contenu d'un volume d'un mètre cube, pour un gaz se trouvant dans les conditions normales de
température et de pression (0 °C et 1 atm).

3.3. L’utilisation d’un biogaz :

Le biogaz possède différent domaine d’utilisation et nombreux avantages on peut utiliser :

 Pour alimenter une cogénération qui produit de l'électricité et de la chaleur.


L'électricité est peut-être exportée via le réseau public ; et la chaleur peut être utilisée
pour le chauffage des digesteurs et le reste peut servir à tout autre usages : séchage du
digestat, production d'eau chaude, alimentation d'un chauffage domestique.
 Pour améliorer des produits agricoles, les effluents traites de manière adéquate sont
transformés en engrais de très bonne qualité.
 Comme carburant, les moteurs à biogaz présentent des atouts sur le plan
environnemental, ils permettent : une baisse des émissions d'oxydes d'azote (NOx) ;
l'absence d'émission de dioxyde de soufre (SO2) ; une meilleure sécurité ; la réduction
du bruit. Donc le biogaz c’est un biocarburant est considéré comme un moyen efficace
pour réduire les émissions de gaz à effet de serre [4] .

Figure 5 : Les équivalences énergétiques du méthane.

3.4. Les modes de production du biogaz :


[Tapez un texte] Page 24
La fermentation anaérobie est un processus qui peut se produire naturellement mais aussi dans
des conditions contrôlées pour produire du biogaz. Ensuite, il existe deux types de biogaz : le
biogaz de décharge et le biogaz de méthanisation.

Le biogaz de décharge est produit à partir de la fermentation des déchets ménagers dans
Centre d’Enfouissement Technique. La fermentation de ces ingrédients s'effectue de deux
manières La première phase aérobie consomme l'oxygène présent dans le sédiment, suivie de
la deuxième phase anaérobie lorsque la matière organique est privée d'oxygène. Le biogaz est
alors produit spontanément.

Le biogaz de méthanisation provient de la décomposition de la matière organique dans une


cuve de méthanisation contrôlée. Les déchets utilisés sont principalement issus de
l'agriculture, de ou provenant des boues municipales des stations d'épuration, des déchets de
tonte de gazon, de la partie fermentescible des déchets ménagers. Différentes technologies
peuvent être mises en œuvre : elles peuvent être continues ou discontinues. Le choix se fait
principalement en fonction de la teneur en matière sèche du produit. Les produits secs seront
valorisés par voie sèche plutôt que d'autres produits qui seront méthanises par voie liquide Les
paramètres de dimensionnement d'un digesteur anaérobie sont le volume de déchets à traiter
et le temps hydraulique appliqué au matériau. En effet, la méthanisation est généralement
privilégiée car elle offre un compromis intéressant entre rendement et consommation.

3.5. La fermentation d’énergie à partir de biogaz :

Le choix est principalement basé sur la teneur en matière sèche du produit. Les
produits secs seront tarifés par la méthode sèche au lieu d'autres produits qui seront du
méthane par la méthode liquide Les paramètres de dimensionnement du digesteur anaérobie
sont les déchets à traiter et le temps hydraulique appliqué au matériau.

En effet, la méthanisation est de plus en plus utilisée pour l'élimination des déchets
ménagers, mais l'application a connu des débuts difficiles. Cependant, il est devenu une
composante de nombreuses installations de traitement biomécanique des déchets, et son
développement s'accélère. Trois fabricants sont présents sur le marché français. Les sociétés
Suez Environnement et Véolia sont positionnées pour l'exploitation de ces sites. Aujourd'hui,
des dizaines d'installations sont actives, avec de nombreux paramètres différents. En effet, la
méthanisation des déchets ménagers est un traitement sensible et difficile à gérer, d'autant
plus que les déchets ménagers restants sont hétérogènes, tant en termes de granulométrie que

[Tapez un texte] Page 25


de composition. Cependant, pour un fonctionnement correct, l'appareil de mesure de la
température doit être fourni avec du matériel stable et calibré.

On peut réduire le niveau de préparation des déchets dans le réacteur en une collectant
que des déchets organiques, comme c'est actuellement le cas en Belgique. Mais ce type de
collecte sélective est coûteux, rarement en peuplement vertical, et moins adaptable à
l'habitude C'est pourquoi de nouveaux digesteurs anaérobies ont développé des plans de tri
des déchets ménagers. Par ailleurs, suite au Grenelle de l'Enosystemnement, les grands
producteurs de biodéchets mettent désormais en place une collecte sélective et orientent ces
installations pour assurer leur valorisation. [5 ] .

Figure 6 : Schéma général des installations de méthanisation .

[Tapez un texte] Page 26


4. Cahier de charge du projet :

2.1.Contexte de projet :

De nos jours, la gestion des déchets constitue un immense défi pour beaucoup de villes dans
le monde. L’utilisation de ces déchets afin de produire de la biomasse est une solution plus
qu'intéressante. Cette énergie intéresse les pays riches confrontés au changement climatique et
à la perspective d'une crise des ressources en hydrocarbures, fossiles ou uranium. Mais aussi
les pays pauvres, qui trouvent en elle, une source d'énergie intarissable. Elle répond, en effet,
à des enjeux et objectifs de développement durable et potentiellement d'économie circulaire.
Substituer la biomasse aux énergies fossiles contribue à réduire l'émission de gaz à effet de
serre.

2.2.Travail demandé

 Contexte générale du projet : présentation de l’éntreprise et étude bibliographique.


 Production de méthane à partir de la digestion anaérobie.
 Modélisation d’une station de méthanisation en utilisation Matlab Simulink.
 Simulation 3D d’une station de méthanisation avec le logiciel de conception
BLENDER.

Conclusion :
Dans le présent chapitre, nous avons présenté l’institut où le stage s’est déroulé au Centre de
Recherche en Informatique, Signal et Automatique de Lille CRISTAL. Par la suite une étude
bibliographique sur la détermination du biogaz. Ce chapitre est fini par la présentation du
cahier des charges.

Le chapitre suivant s’intéressera à la production du méthane à partir de la biomasse.

[Tapez un texte] Page 27


Chapitre II  :

Production du méthane

Le méthane est le principal constituant du biogaz issu de la fermentation de matières


organiques animales ou végétales en l'absence d'oxygène. Sur la planète Terre, en
tant que gaz à effet de serre, le méthane a toujours joué un rôle majeur dans
le carbone, Et pour bien comprendre la production du méthane on va aborder
les sous chapitres comme suit :
La digestion anaérobie.
La méthanisation.

Introduction :

[Tapez un texte] Page 28


Le méthane est présent à l’état naturel sur la Terre. La formule chimique de cette
hydrocarbure de la famille des alcanes se note CH4 (un atome de carbone et quatre atomes
d’hydrogène). Découvert en 1776 par Alessandro Volta, le méthane se trouve dans des
régions naturelles peu ou pas oxygénées, comme les marais. Il est produit par les organismes
vivants (végétaux, animaux…) sous l’effet de la fermentation ou de la digestion. Incolore et
inodore, le méthane constitue 90% du gaz naturel, qui est la troisième ressource énergétique
mondiale utilisée après le pétrole et le charbon. Le méthane est le seul hydrocarbure qui
puisse être obtenu par un procédé naturel. Il représente un risque pour l’environnement, car le
méthane est l’un des principaux gaz à effet de serre.

Ce chapitre contient en première lieux, une présentation des principes généraux de la


digestion anaérobie, des principaux paramètres et les différentes étapes de fonctionnement. Et
en deuxième lieux, la méthanisation..

1. La digestion anaérobie :

1.1. Historique :

L’historique de la digestion anaérobie peut être retrouvé dans la découverte de la


méthanisation remonte à 1776 lorsque A.Volta, durant une de ses promenades, observa que du
gaz se libérait d’un marais. Après avoir étudié ce phénomène et fait plusieurs expériences, il
mis en évidance que le gaz des des marais était inflammable. Un peu plus tard en 1787, A.L.
Lavoisie lui donna le nom de gas hidrogenium carbonatrum, mais le terme de méthane fut
proposé en 1865 et confirmé en 1892 par un congrès international de nomenclature chimique.
Pendant ce temps, la présence de ce gaz est mise en évidence dans d’autres milieux (dont le
fumier) et son origine est attribuée à l’activité microbienne. Celle-ci se développe dans des
milieux anaérobies naturels :

 Le gaz des marais qui contient une forte proportion de méthane provient de la
décomposition des déchets organiques végétaux des marécages. Cette décomposition
se déroule également dans les lacs et les rizières.
 Les sols des zones humides tels que les forêts tropicales, la toundra et les tourbières
participent aussi à la production du méthane atmosphérique.
 Les processus de digestion des animaux libèrent du méthane, (Les ruminants et les
termites sont la source d’une quantité importante de gaz).

[Tapez un texte] Page 29


 Les phénomènes anaérobies qui se déroulent dans les sédiments marins sont
responsables d’une partie du méthane dissous dans l’eau de mer.
1.2. Définition :

La digestion anaérobie est une séquence de processus par lesquels les micro-


organismes décomposent les matériaux biodégradables en l'absence d'oxygène.
La méthanisation est la dernière phase de la digestion anaérobie, exploitée pour sa production
de méthane. Les opérations de digestion anaérobie se font dans différents réservoirs fermés
appelés digesteur ou bio digesteur . Elle est utilisée dans le cadre du processus de traitement
des déchets biodégradables et des boues d'épuration. Dans le cadre d'un système intégré
de gestion des déchets, la digestion anaérobie réduit les émissions de gaz de décharge dans
l'atmosphère. Les digesteurs anaérobies peuvent également être nourris avec des cultures
énergétiques spécifiques, comme le maïs [6] .

Figure 7 : Schéma d’un procédé classique d’une unité de production du biogaz

Malgré les avantages de la digestion anaérobie, en particulier la production de méthane


(CH4), potentiellement valorisable comme source d’énergie, elle possède aussi des
inconvénients :

 La vitesse de croissance des microorganismes qui est très faible, ce qui nécessite de
fixer des temps de séjour de boues élevés.
 Elle est sensible aux variations environnementales.
 Elle possède une écologie microbienne complexe, impliquant différents types de
microorganismes ce qui conduit à n’avoir pas les conditions optimales simultanément
pour tous les organismes.
1.3. Principe de production de biogaz :

[Tapez un texte] Page 30


Le biogaz est une énergie renouvelable, issu de la digestion des déchets organiques. Ce
phénomène généralement naturel peut être contrôlé et optimisé dans des digesteurs (appelé
aussi fermenteurs).

Ce gaz peut être le méthane qui sera l’objectif de notre PFE ou bien il peut être un autre gaz.
La référence définit d’une manière détaillée le processus d’obtention du biogaz méthane,
comme le montre la Figure suivante.

Figure 8 : production d'un biogaz dans un digesteur expérimental.

Tableau 2: nomenclature du système

1- digesteur (bioréacteur) 4-réservoir pour le substrat

5, 7- disques
2- gazomètre

6, 8- pompes
3- réservoir pour digestat
9,10- vannes d'arrêt

Le processus de la digestion anaérobie (appelée aussi méthanisation ou fermentation) est un


processus naturel qui se produit dans les écosystèmes naturels tels que les marais, le tube
digestif (le rumen) des mammifères herbivores comme les bovins et les ovins, les insectes et
les sols. C’est un processus biologique, qui consiste à digérer les matières organiques

[Tapez un texte] Page 31


contenues dans les coproduits qu’ils soient solides ou liquides en l’absence total de l’oxygène.
Au cours du processus, des produits obtenus :

 Le BIOGAZ principalement composé de méthane (CH4) et du dioxyde de carbone


(CO2).
 Sous-produits tels que le DIGESTAT (méthanisation des coproduits solides).

Les deux principaux buts de la méthanisation à l’échelle industrielle sont premièrement


obtenir une source d’énergie via le biogaz et deuxièmement abattre les pollutions contenues
dans les déchets organiques.

1.4. Avantages et limites de la digestion anaérobie:

La digestion anaérobie constitue un moyen efficace pour traiter les eaux usées, des boues de
stations d'épuration, des rejets de l'industrie agro-alimentaire, ou encore des déjections
animales... aux records traiter, pour simplifier le procédé et en minimiser le ou pour optimiser
la production de biogaz. Le traitement des eaux usées par méthanisation présente de
nombreux avantages par rapport à la technologie aérobie plus courante :

Traitement des charges organiques élevées : de 2 à 80 kgDCO par mètre cube de réacteur
et par jours, avec des rendements épuratoires de plus de 80%.

Faibles coûts énergétiques : contrairement aux processus aérobies, l'oxygène n'est pas
transféré dans l'environnement, une action énergivore et à faible coût énergétique.

Valorisation énergétique : Le biogaz produit peut être utilisé comme combustible.

Figure 9 : Comparatif des procédés anaérobie et à boues activées


Cependant la méthanisation des déchets présente également certains inconvénients en
comparaison aux procédés à boues activées :

[Tapez un texte] Page 32


 Faible taux de croissance des bactéries anaérobies entraînant une cinétique de
clairance lente.
 Les populations bactériennes impliquées sont très sensibles aux composés organiques
et toxiques.
 Une réputation d’instabilité liée à la sensibilité de la dynamique de croissance des
bactéries.
 Un post-traitement aérobie peut être nécessaire avant de rejeter l’effluent dans le
milieu naturel.
1.5. Matière première :
Les matières premières peuvent inclure des déchets biodégradables, tels que du papier
déchiqueté, des tontes d'herbe, des aliments non consommés, de l'eau et des déchets animaux.
Les déchets de bois sont l'exception, car ils ne sont en grande partie pas affectés par la
digestion, car les bactéries anaérobies ne peuvent pas décomposer la lignine. Des anaérobies
xylophages ou un prétraitement à haute température, comme la pyrolyse, peuvent être utilisés
pour décomposer la lignine. Les digesteurs anaérobies peuvent également être alimentés en
énergie agricole spéciale, telle que le fourrage vert, pour la production spécialisée de biogaz.

Les digesteurs anaérobies ont été conçus à l'origine pour utiliser les boues et le fumier.
Cependant, les eaux usées et le fumier ne sont pas les plus sensibles à la décomposition
anaérobie, car les matières biodégradables contiennent déjà une grande partie de l'énergie
produite par les animaux. Par conséquent, de nombreux digesteurs fonctionnent avec co-
dégradation à l'exception de deux types de matières premières. Par exemple, dans un digesteur
de ferme qui utilise du fumier de bétail comme matière première principale 44, la production
de gaz peut être considérablement augmentée en ajoutant une deuxième matière première, par
exemple de l'herbe et du maïs, faisant varier les sous-produits organiques, tels que les déchets
d'abattoir, les huiles et graisses de restaurant, déchets organiques, etc.

Digesteurs de cultures énergétiques spécialisés pouvant atteindre une dégradation élevée et


une production de biogaz Les systèmes à lisier seul sont généralement moins chers, mais
génèrent beaucoup moins d'énergie que ceux utilisant des cultures, comme le maïs et
l'ensilage d'herbe ; En utilisant une quantité modeste de matière végétale, un digesteur
anaérobie peut être 10 fois plus économe en énergie avec seulement trois fois le coût
d'investissement d'un seul système de traitement des boues.

1.6. Les différentes applications :


[Tapez un texte] Page 33
L'utilisation de technologies de digestion anaérobie peut aider à réduire les émissions de gaz à
effet de serre de plusieurs manières clés :

 remplacer des combustibles fossiles.


 réduire ou éliminer l'empreinte énergétique des usines de traitement des déchets.
 réduire les émissions de méthane des décharges.
 déplacer des engrais chimiques produits industriellement.
 réduire les mouvements de transport des véhicules .
 réduire les pertes de transport sur le réseau électrique .
 réduire l'utilisation du GPL pour la cuisson .
 un élément important des initiatives zéro déchet
1.7. Produit de la digestion anaérobie :

Les trois principaux produits de la digestion anaérobie sont le biogaz, le digestat et l'eau :

1.7.1. Le biogaz :

Biogaz, composé principalement de dioxyde de carbone CO2 de CH4 méthane, qui est un gaz
produit par la décomposition de matières organiques animales et/ou végétales, gaz anaérobie.
Par exemple, ce processus de biodégradation se produit dans les marais. Il est reproduit dans
le cadre d’une production industrielle.

Cette dégradation des déchets organiques se produit spécifiquement dans le Dépôt de Déchets
Non Dangereux. Le biogaz y est conservé puis valorisé par captage. Aujourd'hui, trois
productions de biogaz en France sont ainsi obtenues.

Le biogaz est principalement composé de méthane, 70 % et de dioxyde de carbone, 50 % et


quelques traces. C'est le méthane présent dans le biogaz qui a ses propriétés énergétiques.
Cette énergie renouvelable peut être actuellement précieuse de différentes manières.

[Tapez un texte] Page 34


Figure 10 : Conduites de transport de biogaz.
Valorisation du Biogaz :
 La production de chaleur sera consommée à proximité de la production .
 Production de biocarburant après raffinage sous forme de véhicule naturel .
 Pour produire de l'électricité et brûler de la chaleur .
1.7.2. Digestat :

Le digestat est le résidu sec de la matière première dans le digesteur qui ne peut pas être
utilisé par les micro-organismes. Il est également constitué des restes minéralisés de bactéries
provenant des appareils digestifs.

Le digestat peuvent être de trois formes : fibreux, ou une combinaison de suspension de deux
parties. Dans les systèmes à deux phases, différentes formes d'aliments proviennent de
différents bassins digestifs. Dans un système de digestion à une seule étape, les deux fractions
sont combinées et, si désiré, par un traitement supplémentaire.

Figure 11 : Digestat anaérobie acidogène.

[Tapez un texte] Page 35


Le digestat contient généralement des éléments, tels que :
 La lignine, qui ne peut pas être décomposés par les micro-organismes anaérobies.
 Elle peut contient aussi de l'ammoniac qui est phytotoxique, et peut entraver la
croissance des plantes s'il est utilisé comme matériau d'amélioration du sol.
 Pour ces deux raisons, une étape de maturation ou d'incubation peut être effectuée après la
digestion. La lignine et d'autres matériaux utilisables par les micro-organismes aérobies,
tels que les champignons, contribuent à réduire la masse globale du matériau transporté.

1.7.3. Eaux usée :

Les eaux usées sont appelée aussi des « eaux polluées » à usage humain, y compris toutes les
eaux qui contaminent l'environnement dans lequel elles sont rejetées, des polluants physiques,
chimiques ou biologiques.
Les eaux usées proviennent de différentes combinaisons d'activités domestiques, industrielles,
commerciales ou agricoles.  Les types d'eaux usées peuvent commodément être regroupés
en eaux usées domestiques (des ménages), en eaux usées municipales (des communautés).
Pour accompagner les collectivités dans leur politique de gestion de l'eau, SUEZ propose
diverses solutions techniques permettant la réutilisation des eaux usées épurées. Cela permet
notamment d'augmenter la disponibilité des ressources à un coût, notamment dans les régions
touchées par les pénuries et les sécheresses.
1.8. Les paramètres physico-chimiques de la digestion anaérobie:

Les conditions de la digestion anaérobie sont déterminées par différents paramètres qui peuvent
être mesurés et contrôlés quotidiennement.

1.8.1. Température :

La bactérie méthanogène responsable de la décomposition anaérobie est la température


du bassin biologique. Les organismes sont répartis en trois catégories, selon la température
indiquée sur la figure I.4 pour laquelle la croissance est optimale :

• Les psychrophiles prédominent entre 4 et 20 °C, avec un taux de croissance optimal autour
de 15 °C.

• Les mésophiles prédominent entre 20 et 45°C, avec un optimum de 37°C.

• Les thermophiles prédominent entre 55-70 °C, avec un optimum de 60 °C

[Tapez un texte] Page 36


Figure suivante montre les plages de températures où la croissance de ces trois populations
est possible. La température est un facteur prépondérant pour le rendement énergétique d’où
la nécessité de placer un thermomètre dans le système d’installation. La plupart des
fermenteurs sont des digesteurs mésophiles et la fermentation thermophile est surtout utilisée
pour les grosses unités de digestion anaérobie.

Figure 12 : Effet de la température sur le taux de croissance des méthanogènes

1.8.2. Le potentiel hydrogène PH :

L’acidité ou la basicité du milieu réactionnel joue un grand rôle pour le bon fonctionnement
d’un bioréacteur. Les organismes peuvent être séparés en fonction de leur pH (potentiel
d’hydrogène) optimal de croissance :

 Les acidophiles : 1 < pH < 5,5.


 Les neutrophiles : 5,5 < pH < 8.
 Les alcalophiles : 8,5 < pH < 11,5.

On considère habituellement que la gamme optimale de pH pour la digestion anaérobie se


situe entre 6,7 et 7,3. Les pH < 6,7 et pH > 7,3 peuvent inhiber la réaction de méthanisation.
L’ajout du bicarbonate de sodium NaHCO3 à raison de 3,5 Kg/m3 dans le digesteur permet
de rétablir la valeur optimale de pH .

1.8.3. Agitation :

[Tapez un texte] Page 37


Une bonne agitation permet de maintenir les matières solides en suspension, d’éviter la
formation de mousse et de croûte, d’accroitre la surface d’échange, d’assurer le transfert de
chaleur et de faciliter le dégagement des bulles de biogaz .

1.8.4. Humidité :

Comme pour toute activité biologique, la présence d’eau est indispensable. L’humidité des
déchets doit être suffisante pour que l’hydrolytique, première étape de la digestion anaérobie,
puisse se dérouler normalement. De ce fait le substrat organique doit être dilué (85 à 90%
d’eau avec 10 à 15% de matière sèche).

2. La méthanisation :

2.
2.1. définition :

La méthanisation est une technologie basée sur la indignité par des micro-organismes de la
chapitre organique, en moment contrôlées et en l’disparition d’oxygène, en conséquence en
truanderie anaérobie, intégrité au compostage qui est une contre-contrecoup aérobie. Cette
indignité provoque :

Un produit humide, riche en matière organique partiellement stabilisée, appelé digestat. Il


est généralement envisagé le retour au sol du digestat après éventuellement une phase de
maturation par compostage ;

Du biogaz, mélange gazeux saturé en eau à la sortie du digesteur et composé d’environ 50


% à 70 % de méthane (CH4), de 20 % à 50 % de gaz carbonique (CO2) et de quelques gaz
traces (NH3, N2, H2S). Cette énergie renouvelable peut être utilisée sous forme combustible
pour la production d’électricité et de chaleur, d’un carburant, ou d’injection dans le réseau de
gaz naturel après épuration[7] .

[Tapez un texte] Page 38


Figure 13 : dégradation de la méthanisation

2.2. Les avantages de la méthanisation :

La méthanisation compte pas mal de bénéfices :


 Diminuer la masse de déchets organiques à traiter par d’autres filières.
La possibilité de traiter les déchets organiques graisseux ou très humides, non biodégradable
en l'état
 Diminuer les émissions de gaz à effet de serre par recours à l’usage d’engrais
chimiques ou d’énergies fossiles.
 Limiter les émissions d’odeurs du fait de digesteur hermétique et de bâtiment clos
équipé de traitement d’air.
 La double valorisation en termes de la matière organique et de l’énergie.
2.3. Les contraintes de la méthanisation :

Pour choisir la méthanisation au cours de la conception du projet, il faut prendre soin des
points suivants :
 Vérifier la valorisation énergétique possible du biogaz.
 Complémentarité avec l’incinération et/ou avec le stockage en centres de stockage de
déchets non dangereux pour les fractions de déchets non organiques ne pouvant pas
être méthanisées
 Mise en place d’un traitement des excédents hydriques du processus pour les grosses
installations ;
 Disponibilité suffisante de capitaux pour investir dans l’installation.
 S’assurer que les déchets entrants prévus seront disponibles sur la durée.
 Complémentarité avec le compostage pour traiter les déchets ligneux mal adaptés à la
méthanisation ou pour finaliser la maturation du digestat, en particulier dans le cas
d’une mise en marché sous les normes NF U 44-051 ou NF U 44-095 .

[Tapez un texte] Page 39


2.4. Déroulement de la méthanisation :

Le déroulement de la méthanisation est composé en général de quatre phases successives

Collecte et transport : Le bio méthane est un produit à partir de la dégradation de la matière


organique : déchets ménagers, déchets des industries agroalimentaires.

Méthanisation et épuration : Une fois collectés, les déchets sont introduits dont un digesteur
Ils sont ensuite méthanisées pour être transformés en biogaz.

Injection : C'est à cette étape que le bio méthane est odorisé puis contrôlé. Il est ensuite injecté
dans le réseau public de distribution de gaz naturel.

Valorisation : Le bio méthane est une énergie alternative renouvelable et propre, au service de
tous il peut être utilisé de la même façon que le gaz naturel[7] .

Figure 14 : les processus de la méthanisation en général

2.5. Condition physico-chimiques :

La méthanisation est un processus biologique complexe qui nécessite la mise en place de


certaines conditions physico-chimiques pour une réaction biologique optimisée. Les Archaea
méthanogènes sont des organismes anaérobies stricts. Ils croissent de manière satisfaisante

[Tapez un texte] Page 40


lorsque le potentiel par rapport à l'électrode normale à hydrogène du milieu est très
faible.parmis les conditions existant, en note :

2.5.1. Condition de température :

La température cible est appelée la « température de consigne Trois modes de chauffage sont
possibles : Psychrophile : quand il n'y a pas de système, la température est comprise entre 5 et
25 Mésophile : de 30 à 40°C, c'est le courant dans les installations agricoles. Thermophile : de
45 à 60°C, généralement à°C, dans la gamme de pH de 6 à 8 avec un optimum entre 6,5 et
7,2.

2.5.2. Condition de milieu physico –chimique :

Les archées métamorphiques ont des besoins en oligo-éléments en particulier en fer,


molybdène, nickel, magnésium, cuivre, tungstène et sélénium. La pression partielle
d'hydrogène doit être inférieure à bar en phase gazeuse. Le pH neutre favorise la formation de
biogaz à pH acide6. Pour réduire la présence d'hydrogène sulfuré dans le biogaz produit, on
peut induire des conditions microaérobies à la surface du milieu réactionnel en injectant un
faible pourcentage dans la partie gaz de la fosse septique digesteur.

2.6. Processus de la méthanisation:

[Tapez un texte] Page 41


Figure 15 : étapes de la digestion anaérobie

Au cours du processus de digestion anaérobie, la matière organique se décompose


progressivement sous l'influence d'un complexe complexe de micro-organismes
anaérobiement actifs. Ces microorganismes, dont certains sont synthétiques et/ou
symbiotiques. Sont plus ou moins sensibles à leur environnement. Quatre principales phases
de dégradation de la matière organique, faisant pour chacune intervenir un groupe spécifique
de bactéries ou d’archées, peuvent être différenciées qui sont[7] :

 L’étape hydrolytique.
 L’étape acidogène.
 L’étape acétogène.
 L’étape méthanogène.
2.6.1. Hydrolyse :

L'hydrolyse est la première étape du processus. Il peut contenir L'oxygène, par hydrolyse des
bactéries (anaérobie facultative). À ce stade, Macromolécules (macromolécules organiques)
ou polymères (acides nucléiques, Les polysaccharides, lipides et protéines) sont hydrolysés en
monomères (plus de molécules) Petite taille : bases azotées, monosaccharides, acides gras et
acides aminés) et Oligomère. Cette étape consiste en des enzymes (amylase, cellulase, lipase
et Protease) est sécrétée par des micro-organismes hydrolysants. Taux de dégradation Les
polymères dépendent de leur nature, les polysaccharides seront donc les premiers après
l'hydrolyse est la protéine et le lipide. L'hydrolyse est considérée comme une étape

Déterminants de la digestion anaérobie, notamment pour les substrats riches en lignine et

Ordures ménagères. Le mélange de substances organiques présent dans le milieu réactionnel


peut être Représenté par la formule chimique C6H10O4. La réaction d'hydrolyse peut donc
s'écrire sous la forme comme suit :

C 6 H 10 O4 +2 H 2 O ↔C 6 H 12 O 6+ H 2

2.6.2. Acidogènes :

L’acidogènes est la deuxième étape du processus. C'est à cause des bactéries production
facultative d'acide anaérobie. Le monomère produit dans l'étape d'hydrolyse est dans cette

[Tapez un texte] Page 42


étape, il est transformé en acides gras volatils (acides acétique, propénoïque, butyrique et
valérique) ainsi que l'acétate, l'alcool, l'ammoniac, le dihydrogène (H2) et le dioxyde de
carbone (gaz carbonique). Cela signifie que la réaction chimique de l'acide gras peut être
écrite comme comme suit:

C 6 H 12 O6 +2 H 2 O→ 2C H 3 C H 2 OH +2 C O2

C 6 H 12 O6 +2 H 2 O→ 2C H 3 C H 2 COOH +2 H 2 O

C H 3 C H 2 COOH +2 H 2 O →C H 3 COOH +C O2 +3 H 2

2.6.3. Acétogenèse :

L’acétogenèse est la troisième étape du processus de méthanisation. Dans cette étape, Le


produit acidifié devient de l'acétate. Cette étape se fait par intervention deux groupes
d'anaérobies stricts . Le premier groupe d'acétogènes sont les principaux producteurs
d'hydrogène (OPHA : Obligate Hydrogen Producing Acetogens). Ces bactéries convertiront
les AGV (acidesGraisses volatiles) et acétate (CH3COO-), alcools en H2 et CO2. En même
temps, un L'accumulation de H2 dans le milieu empêchera la dégradation des AGV en
Acétate. Par conséquent, il est nécessaire de réduire la pression partielle d'hydrogène dans le
milieu. On dit que le deuxième groupe de bactéries est l'acide acétique pur. Ces bactéries sont
dans De l'hydrogène et du dioxyde de carbone. En consommant l'H2 existant Moyen, car il
participe à la bonne dégradation des AGV par les bactéries OPHA. Une symbiose bactérienne
est donc indispensable à la bonne évolution de cette étape. Cela signifie que la réaction
chimique d’acétogénèse peut s’écrire comme suit :

C H 3 C H 2 COOH +2 H 2 O →C H 3 COOH +C O2 +3 H 2

2.6.4. La méthanogènes :

La méthanogenèse est la dernière étape du processus.en fait, les produits de l’acétogénèse


sont transformés en méthane suivant deux voies métaboliques qui sont la méthanogenèse
acétoclaste et la méthanogenèse hydrogénotrophe.

La méthanogenèse acétotrophe est assurée par la présence de cellules acétoclastes.


Il s'agit de convertir l'acide acétique en méthane et en dioxyde de carbone. Il est responsable
de 70 % du méthane. La réaction chimique de génération acétotrophe peut s'écrire comme
suit :

[Tapez un texte] Page 43


C H 3 COOH +C O2 → C H 4 +2 C O2

La Méthanogenèse hydrogénotrophe réalisée par des bactéries hydrogénophiles. Il s'agit de


la transformation du dioxyde de carbone de l'hydrogène en méthane et en eau. Il est
responsable de 30 % de la production de méthane. La réaction chimique méthanogénèse
hydrogénotrophe peut être écrite comme :

C O2 +4 H 2 → C H 4 +2 H 2 O

La digestion anaérobie est un processus complexe. Toutefois, si l’on considère un effluent où


la matière organique est essentiellement soluble, il peut être résumé en considérant seulement
les deux étapes principales comme synthétisé sur la Figure 15 à droite.

Étape 1 : Acidogènes

Dans cette première étape, il n’y a pas une production de méthane, les matières organiques
complexes (comme les corps gras, les protéines et les carbohydrates) sont converties par un
groupe de bactéries anaérobies dites formatrices d’acide. Elles sont hydrolysées, digérées et
converties biologiquement en simples matières organiques, qui sont en grande partie des
Acides Gras Volatiles (AGV).

Étape 2 : Méthanogénèse

Pendant cette étape, les produits de l’étape précédente AGV, sont convertis par un groupe
bactérien dit formatrices du méthane en produits finaux gazeux, à savoir le méthane CH4 et le
dioxyde du carbone CO2.

Conclusion :
Dans ce deuxième chapitre on a présenté d’une façon générale la digestion anaérobie qui
sera utilisée dans l’application du chapitre 3et 4 .ainsi quelques idées sur les biotechnologies
et les procédés de méthanisation à partir des définitions de base sur les fermenteurs, leurs
types et les différents condition physico-chimique .Dans le chapitre qui suit, on va expliciter
la notion de modélisation mathématique du procédé biotechnologique et comment obtenir un
modèle dynamique d’un fermenteur à partir des bilans massique.

[Tapez un texte] Page 44


[Tapez un texte] Page 45
Chapitre III  :

Modélisation d’une station de


méthanisation

[Tapez un texte] Page 46


Introduction 
La modélisation des systèmes est une représentation particulière de réalité. Il s'agit de la
première étape à franchir pour observer, contrôler ou diagnostiquer un procédé. C'est en effet
sur la base d'un modèle dynamique que s'effectuent la conception, l'analyse et la mise en
œuvre des méthodes de surveillance et de commande. Dans le cadre des bioprocédés en
général et de digestion anaérobie en, la considération des bilans des principaux composants du
système est une manière naturelle caractérisée par sa dynamique.

Lors du fonctionnement de la méthanisation, l'essentiel vient du fait qu'un modèle simplifié


des Acides Gras Volatils a été développé pour contrôler, décrire en termes de méthanisation
un petit nombre d'étapes et a une dimension limitée. Un état de l'art des modèles anaérobies
modernes qui existaient avant 1999 a été donné.

Le modèle ADM1 est le modèle phénoménologique de digestion anaérobie le plus complet et


l’un des plus utilisés. Une première version de ce modèle a vu le jour dans un rapport
scientifique et technique en 2001 [32]. C’est un modèle complexe de 32 équations
différentielles modélisant les réactions et les échanges entre les différentes espèces liquides et
gazeuses. Malheureusement, du fait de sa grande dimension son utilisation pour l’estimation,
la commande et la supervision des digesteurs anaérobies n’est pas appropriée .

Pour faire du contrôle des digesteurs anaérobies, un modèle nommé AM2 (Anaerobic Model
N°2) beaucoup plus approprié est utilisé. C’est un modèle à deux étapes : l’Acidogénèse et la
Méthanogénèse, qui comprend six équations différentielles. Il a été développé dans le cadre
du projet européen AMOCO (Advanced MOnitoring and COntrol System for anaerobic
processes)[8] .

1. Station de la méthanisation 
1.1. Définition 
Une usine de biogaz est composée de plusieurs réservoirs appelés digesteurs dans lesquels se
déroule le processus En l'absence d'oxygène, les bactéries biogazent la matière organique. Les
principaux produits de cette digestion anaérobie sont le gaz de la famille des alcanes riches en
énergie, le dioxyde de carbone.
Ces produits forment ainsi du biogaz qui peut ensuite être utilisé dans la production
d'électricité ou du chauffage. La diversité des « matières premières » du biogaz permet à de
nombreux pays d'avoir accès à cette ressource. Ainsi, il peut réduire leur dépendance vis-à-vis
[Tapez un texte] Page 47
du pétrole et des matières premières fossiles, tout en augmentant leur indépendance
énergétique.
L'objectif de ce projet est d'établir des techniques de régulation et de supervision d’un
digesteur. Pour ce faire, il faut d'abord assimiler les phénomènes se produisant au sein de ce
qu'on appelle des analyseurs, valider une modélisation puis implémenter la régulation .Pour
mieux comprendre sa fonction et proposer des stratégies de contrôle adaptatif, des nombreux
modèles ont été proposés. L'un des modèles les plus appropriés pour le contrôle sont le
modèle « AM1 » et « AM2 ».

Figure 16 : usine de biogaz

1.2. Fonction de station 


1.2.1. Arrivage de biodéchets 
Les déchets biologiques sont broyés et tamisés, la partie fine est dirigée vers la zone où elle
sera chauffée pour préparer l'organique lors de la méthanisation, mais aussi, prévenir les
parasites qui sera développé dans le réservoir et le véhicule de collectes. La fraction moins
fine passe directement en zone de compostage.

1.2.2. Méthanisation 
Après l'étape de pré-fermentation, les biodéchets passent dans des digesteurs horizontaux de
1900 m² comme il montre la figure suivante où ils sont à 21 à 57°C. Ces digesteurs agissent
comme un piston : les déchets biologiques entrants poussent le même volume de déchets
biologiques vers la sortie.

[Tapez un texte] Page 48


Figure 17 : déroulement de la méthanisation

2. Modélisation d’une station de méthanisation 


2.1. Définition et rôle 

La notion de "modèle" évoque une représentation simplifiée d’un concept, ou d’un processus.
La formulation mathématique de cette représentation par des équations conduit à la notion de
modèle mathématique. De façon schématique, un système dynamique transforme des entrées
(u), en sortie (y), par un ensemble d’équations différentielles. Les sorties sont des grandeurs
pouvant être mesurées, tandis que les entrées sont soit des commandes, soit des perturbations
extérieures.
L’objectif de la modélisation numérique est de fournir une solution approché du
comportement réel d’un phénomène physique. par contre, le rôle de la modélisation et de
simplifier suffisamment le problème tout en conservant l’essentiel de la physique à l’origine
du problème étudier, mais chaque hypothèse implicatifs doit être justifié en modifiant les
paramètres du départ en peut aussi prédire la modification du système physique.

Problème physique Problème mathématique Problème numérique

2.2. Développement d’un modèle

Le développement d’un modèle obéit à une succession d’étapes, depuis la définition précise
des objectifs jusqu’à l’application du modèle (voir figure 3.1). L’objectif pour lequel est
construit un modèle doit être clairement défini. Cette étape précède et oriente la conception du
modèle. La phase suivante de "formulation du problème" permet de définir les limites du
modèle et d’en déduire son domaine de validité.

[Tapez un texte] Page 49


Figure 18: Processus de construction d’un modèle (adapté de Rodriguez (2006)

L’étape centrale d’identification a un double rôle dans la construction du modèle ; elle permet
d’une part d’estimer les paramètres du modèle et de le calibrer en vue de son utilisation
ultérieure. D’autre part, les expériences qui servent au cours de cette étape, peuvent mettre en
évidence des lacunes du modèle.
Les données recueillies permettent d’acquérir des connaissances supplémentaires sur le
processus étudié et de raffiner la structure du modèle. Pour les processus physiques et/ou
chimiques où les connaissances a priori sont assez précises, l’étape d’identification se résume
souvent à l’estimation des paramètres. En revanche pour les systèmes biologiques où les
connaissances sont plus faibles, ce cycle itératif permet de mieux appréhender les
phénomènes internes et de les modéliser plus précisément par la suite.
L’étape finale de validation consiste à confronter les sorties du modèle à la "réalité". A ce
stade de nouvelles données n’ayant pas servi au cours de l’identification doivent être utilisées.
Des chercheurs ont pu établir des modèles permettant de décrire le processus de
méthanisation : ADM1 et AM2.

2.2.1. Modèle ADM1 

[Tapez un texte] Page 50


Ce modèle est basé sur le bilan de la demande en oxygène entrée/sortie. Il considère 5 étapes
pour la digestion anaérobie impliquant 7 espèces bactériennes. En effet, les 4 étapes
présentées ci-dessus, en hydrolyse, acidogenèse, génération d'acétogènes et méthanogenèse,
sont initiées par la dissolution de toutes les particules. Nous avons également ajouté ces
processus biochimiques. Cependant, bien que ce modèle soit attractif en raison des
phénomènes qu'il permet de décrire, sa complexité dans un système fortement non-linéaire.

– deux étapes extracellulaires :


1. la solubilisation de la matière particulaire,
2. l’hydrolyse enzymatique extracellulaire des matières solubles.
– et trois étapes intracellulaires :
3. l’acidogénèse
4. l’acétogénèse
5. la méthanogénèse
A ces processus biochimiques s’ajoutent les échanges physico-chimiques :
• les équilibres acide/base.
• les transferts entre les phases liquide et gazeuse.
2.2.2. Modèle AM2 

Il existe un autre modèle AM2, qui synthétise la masse primaire en ne considérant que deux
populations bactériennes, les acidogènes et les méthanogènes. C'est ce modèle que je vais
utiliser en raison de sa simplicité permettant de développer mon observateur et ma
commande, projet.
2.3. Les étapes du processus 

Le phénomène qui s'y déroule s'appelle la méthanisation. Il s'agit de la décomposition


anaérobie de la matière produisant principalement du méthane et du dioxyde de carbone. Ce
processus se déroule en quatre étapes : hydrolyse, acidogénèse, acétogénèse et
méthanogénèse :

• Hydrolyse et Acidogénèse
Au cours de cette réaction, la matière organique complexe est désintégrée en acides
organiques, alcools CO2 et hydrogène.

C 6 H 12 O6+ 2 H 2 O→2 CH 3 COOH +CO2 + 4 H 2

3 C6 H 12 O6→2CH 3 COOH + 4 CH3 CH 2 COOH +2CH 3 +2 H 2 O

[Tapez un texte] Page 51


C 6 H 12 O6 →CH 3 CH 2 CH 2 COOH +2 CO2 +2 H 2

• Acétogénèse
Durant cette étape, les produits de la précédente étape se transforment en initiateur de la
méthanogénèse. : L’acétate, le CO2 et l’hydrogène.

4 H 2 +2 CO2 →CH 3 COOH +2 H 2

• Méthanogénèse
Lors de cette dernière réaction, le méthane est produit par des bactéries méthanogènes. Il
existe deux voies de production du méthane : la transformation de l'acétate en méthane et
dioxyde de carbone, et la transformation du dioxyde de carbone et du dihydrogène en méthane
et en eau.

CH3 COOH →CH 4+CO2

CO2 + 4 H 2→CH 4 +2 H 2 O

La récupération du biogaz ainsi produit est permise par des brasseurs qui font évacuer le
biogaz vers la partie supérieur du digesteur.
L’objectif de mon projet est d’utiliser un modèle pouvant être analysé mathématiquement
pour déduire des lois de commande. Le modèle AM2 fut développé dans le cadre d'un projet
européen sur la modélisation et le contrôle de procédés de digestion anaérobie. Les étapes de
la digestion anaérobie sont réduites à 2, à savoir l'acidogénèse et la méthanogénèse. Et seuls
deux substrats et deux groupes bactériens sont considérés. Ce procédé est représenté de façon
macroscopique par le schéma réactionnel suivant:

Acidogénèse : K 1 S 1 → X 1 + K 2 S 2+ K 4 C O2
Méthanogénèse : K 3 S 2 → X 2 + K 6 C H 4 + K 5 C O2

Les quantités μ(S) X représentent les vitesses de réaction.


Acidogénèse Durant la première étape la biomasse acidogène (X1) transforme le substrat
organique soluble (S1 ) en dioxyde de carbone et en AGV ( S2 ¿ .
Méthanogénèse : Au cours de la deuxième étape les bactéries méthanogènes ( X 2 )
consomment les AGV et les transforment en méthane et O2 .
Les ki sont des coefficients stoechiométriques, homogènes à des coefficients de rendement

[Tapez un texte] Page 52


On considère le vecteur d’état ξ=(X1, X2, Z, S1, S2, C) Le système différentiel qui en
découle s’écrit pour un réacteur à lit fixe avec :
X 1 : Concentration de la population acidogène
X 2 : Concentration de la population méthanogène
Z: Alcalinité total du réacteur (Permet de réguler le pourcentage de CO2)
S1: Concentration en substrat dans le réacteur
S2: Concentration en AGV dans le réacteur
C: Concentration totale en carbone inorganique
Il faut avoir à l’esprit que la vitesse de croissance d’une population bactérienne est donnée par
Le premier modèle convaincant reliant le taux de croissance bactérienne µ à un substrat
limitant s fut introduit par Monod (1942) qui prouva que le ralentissement et l’arrêt de la
croissance des bactéries est lié à l’appauvrissement en substrat du milieu de culture. A partir
de bilans de masse qu’il avait obtenus, il suggéra que la croissance bactérienne soit
représentée par une fonction à deux paramètres μm et K S selon l’équation :
S
μ=μ m
KS+ S

Avec : K S  : représente l’affinité des microorganismes pour le substrat


μm  : La vitesse maximale de croissance
Monod formula également le principe selon lequel la vitesse croissance d’une population
bactérienne pourrait toujours être représentée comme le produit de la biomasse vivante x, et
d’un autre facteur µ qui serait le taux de croissance (Monod, 1942) :

dx
=μ x
dt

Peu d’années après, vers 1925, John B. S. Haldane et George Edward Briggs, proposèrent une
interprétation différente des travaux d’Henri et introduisirent une équation représentant
l’inhibition d’une réaction enzymatique par un excès de substrat :

S
μ=μ m
S2
S+K S+
Ki
Avec : K i : constante d’inhibition

[Tapez un texte] Page 53


L’évolution des variables de ce vecteur pour un réacteur à lit fixe est la suivante:
dX 1
=( μ( S 1)−α D) X 1
dt
d S1
=( S 1e −S1 ) −K 1 μ (S 1) X 1
dt
dX 2
=(μ(S 2)−α D)X 2
dt
d S2
=( S 2 e−S 2) −K 2 μ (S 1) X 1− K 3 μ(S 2) X 2
dt
dZ
=D( z e −z)
dt
dc
=( Ce −C ) + K 4 μ ( S1 ) X 1 −K 5 μ( S 2) X 2
dt
S1
μ ( S 1 )=μ 1
S 1+ K S 1
S2
μ ( S 2 )=μ 2 2
S
S 2+ K S 2 + 2
K 12
q M =K 6 μ ( S2 ) X 2

Un paramètre α a été introduit par les auteurs (Bernard et al) dans le but de modéliser la
rétention de biomasse.
α = 0 correspond à un réacteur à rétention totale de biomasse.

α = 1 correspond à un réacteur continu idéal sans système de rétention de biomasse.

μ1(S1) : Taux de croissance de la population acidogène selon la formule de Monod μ2(S2):


Taux de croissance de la population méthanogène selon la formule de Haldane qC : Débit
volumique de CO2
q M : Débit volumique de méthane
PC: Pression partielle de CO2
D: Taux de dilution
α: Pourcentage de biomasse
k1:Rendement de la dégradation du substrat
k3:Rendement de la dégradation des AGV
Et k2, k4, k5, k6 respectivement le rendement de production des AGV, CO2, CO2 et CH4.

[Tapez un texte] Page 54


Le modèle original AM2 a été développé à l'origine pour décrire le processus de dégradation
anaérobie appliqué à des eaux usées industrielles telles que les effluents de vinasse qui
contiennent principalement des solubles, de la matière organique à base de glucides pour
lesquelles la désintégration/hydrolyse est sans importance.
Par conséquent, l'AM2 doit être modifié quand il est utilisé pour modéliser la dégradation de
substrats complexes et protéiques tels que des boues.
2.4. Travail de modélisation 

On a choisi de modéliser et les représenter sous forme matricielle. Soit le vecteur d’état ζ =¿
) on obtient alors comme équation matricielle :

()
d S1
dt

[ ] () ()
d S2
K 1 ϕ1 0 S1 S1 e
dt
K 2 ϕ 1−K 3 ϕ2 S2 0
d X1
= ϕ1 0 −D X1 +D 0
dt ϕ2
0 X2 0
d X2 0
K 4 ϕ1 K 5 ϕ2 C
dt
dC
dt

Pour commander ce système on va tout d’abord linéarisé les vitesses grâce au développement
de Taylor en travaillant autour d’un point de fonctionnement. Les expressions des vitesses de
croissances de la biomasse X 1 et X 2 sont :

μ1 S 1
μ S V 1 ( S 1 , X 1) = X2
V 1 ( S 1 , X 1) = 1 1 X 1 Et S
2
K S1 S1 K S 1 S 1+ 2
K 12

Sachant que le développement de Taylor pour ce cas est de :


∂f ∂f
f ( x , y ) ≃ f ( X 0 ,Y 0 ) + ( X −X 0 ) ( X 0 , Y 0 ) + ( Y −Y 0 ) (X ,Y )
∂X ∂Y 0 0

[Tapez un texte] Page 55


On obtient :

K S 1 μ1 X 10 μ 1 X 10
V 1= 2
∗(S ¿ ¿ 1−S10 )+ ∗(X ¿ ¿ 1−X 10) ¿ ¿
( K S 1+ S 10) K S 1+ S 10

ET

2
μ2 S 2 X 2
K S 2 μ2 X 2−
K 12 μ2 S 2
V 2= ∗( S ¿ ¿2−S 20)+ ∗( X ¿ ¿ 2− X 20)¿ ¿

( ) S22
2
S2
K S 2 +S 2+ 2 K S 2 + S2 +
K 12 K 12

Une fois la vitesse linéarisé, ζ 0= (0.8917, 0.3648, 1.2122, 3.055, C), on peut représenter le
système sous la forme de la représentation d’état. Une représentation d'état permet de
modéliser un système dynamique sous forme matricielle en utilisant du vecteur d'état
ξ=(X1, X2, Z, S1, S2, C).
dX
= Ax +Bu
dt
Y= Cx + Du

A: Matrice d’état contenant les variables d’état

B: Matrice de commande

C: Matrice d’observation permettant de déterminer les variables d’état qu’on souhaite voir

D: Matrice d’action directe

Cette modélisation permet de déterminer l'état du système à n'importe quel instant futur si
l'on connaît l'état à l'instant initial et le comportement des variables exogènes qui influent sur
le système. On obtient alors comme matrice A :

[Tapez un texte] Page 56


()
d S1
dt

[ ][ ]
d S2
K 1 ϕ1−D 0 −K 1 ϕ 1 0 0 S1
dt
K 2 ϕ 1 −K 3 ϕ 2−D K 2 ϕ 1 −K 3 ϕ 2 0 S2
d X1
dt
= ϕ1
0
0
ϕ2
ϕ 1−αD 0
0 ϕ 2−αD 0
0 X1 +
X2
[ρ e0
V V 0][ ]
Qe0 Qe

d X2
K 4 ϕ1 K 5 ϕ2 K 4 ϕ1 K 5 ϕ 2 −D C
dt
dC
dt

L’identification du paramètre du système selon l’article [ ] donne :

A= [-0.35 -0.0061 0.0003 -10.4579 -60.3238; 0 -0.175 -0.0027 2.1886 -3.9533; 0 0.0001 -
0.2245 4.7753 0.2158; -0 0 0.0790 -7.5662 0.0023; -0 0 0 24.0006 -47.2347]
B= [-3.0382 -56.625 90.2497 0.0062 0.1]
C= [0 0 -0 0 79.5306]
D=0
On va implémenter notre système sous logiciel matlab Simulink comme le montre la figure
suivante :

[Tapez un texte] Page 57


Conclusion 
Au cours de ce projet j’ai pu acquérir des connaissances sur le système de régulation à partir
de la modélisation d’un digesteur. Une suite à ce projet serait de modéliser un la phase
d’épuration, elle aussi non linéaire et de faire la régulation de celle-ci, afin d’avoir une
régulation d’ensemble de la centrale.
Dans le dernier chapitre on abordera la simulation 3d d’une station de méthanisation en
utilisant le logiciel blender.

[Tapez un texte] Page 58


Chapitre III  :

Conception 3D d’une station de


méthanisation

[Tapez un texte] Page 59


Introduction 
Après la spécification détaillée des principaux besoins, nous passons à l’étape de simulation
qui permet de bien mener la phase d’implémentation. Nous allons, donc choisir les outils de
développements qui sont les plus adéquats avec nos différents besoins, ce qui va nous
permettre d’attendre aux mieux et plus rapidement nos objectifs. Dans ce qui suit nous
présentons les caractéristiques des différentes pièces de ce système.

1. Présentation générale sur blender 


Blender est un logiciel libre de modélisation, d’animation par ordinateur et de rendu en 3D,
créé en 1998 . Pour résumer, c'est un logiciel de création graphique 3D dans de nombreux
domaines :

 modélisation, des outils d'une grande variété, mais surtout une ergonomie si efficace,
conviviale et puissante (détails) que l'on ne peut plus s'en passer quand on l'a essayé.
 animation : linéaire, non linéaire, système d'armature, softbodies,système de particules .
 montage vidéo avec possibilité d'ajouter ses propres plugin en langage C et de
synchroniser du son; depuis l'intégration des fonctions Ffmpeg, il est possible d'enregistrer
le son.

Une autre de ses caractéristiques est d'être presque indépendant du système d'exploitation.


Enfin,  malgré ses énormes potentialités, il s'agit d'un logiciel open source et GPL. Autrement
dit il est gratuit, redistribuable et modifiable puisque ses sources sont légalement disponibles.

Il propose un grand nombre de fonctions:

 Modélisation 

  mesh (plan, cube, sphère...) avec option de  modificateurs que l'on peut empiler .

 nurbs (tore, sphère ...) surface .


 création à l'aide de courbes de bezier et nurbs .

 animation 

 image par image contrôler par clef d'animation .


 articulations (armature) contrôlables avec "cinématique inverse".
 rendu d'animation en mode filaire rapide...

[Tapez un texte] Page 60


 Animation non linéaire par contrôle des actions posées sur les armatures .

2. Conception globale 
La station de méthanisation est composée de plusieurs réservoirs appelés digesteurs dans
lesquels se déroule le processus en l'absence d'oxygène, La station de méthanisation Une
usine de biogaz fonctionne en différentes étapes :
Tout d’abord il va stocker la matière organique qui est amenée dans un compartiment avant
d’être introduite dans le digesteur pour fermenter pendant une quarantaine de jours.
Le biogaz va ensuite soit être injecté dans le réseau de ville, soit être introduit dans une
machine qui le transforme en deux énergies de façon simultanée (la cogénération) pour
produite de l’électricité ou de la chaleur pour alimenter les entreprises ou les habitations qui
sont à proximité. 

Figure 19 : Biogaz plant 3D

La conception est effectuée sous le logiciel blender, le module est composé par :

[Tapez un texte] Page 61


Figure 20 : la conception en blender

Tableau 3: nomenclature de

repère Désignation
1 Station d’épuration
2/ 3 Unité de digesteur et de post-digesteur anaérobie
4 Epurateur
5 Les bio-filtres
6 Système d’injection de biogaz

3. Conception du module de contrôle technique 


3.1. Unité de digesteur anaérobie 

 Un digesteur, aussi appelé réacteur à biogaz ou méthaniseur, désigne une cuve utilisée


dans le processus de méthanisation qui produit du biogaz grâce à un procédé de digestion
anaérobie des matières organiques de diverses provenances .

[Tapez un texte] Page 62


La conception de l’Unité de digesteur anaérobie est effectuée sous le logiciel blender, elle est
composé par :

repère Désignation
1 Tube malaxeur ou tube pré fermentation
2 Analyseur fixe biogaz
3 Digesteur

 ceux deux tubes malaxeurs de 42 m de long et 4,25 m de diamètre qui effectuent une
rotation complète par minute.  Durant cette étape, les sacs de déchets s’ouvrent, les
produits sont mélangés et commencent à fermenter naturellement. À la sortie des tubes
malaxeurs, les déchets sont acheminés par un convoyeur vers les étapes de tri.
 L’analyseur fixe biogaz C’est un outil de contrôle idéal pour la protection des moteurs
sur les centrales à cycle combiné, les sites biogaz et les centres d'enfouissement générant

[Tapez un texte] Page 63


de l'électricité à partir de gaz de décharges. Cette nouvelle version permet de mesurer
jusqu'à 3 points distincts d'échantillonnage : cela permet de répondre au contrôle
anaérobique du biogaz ou à la génération d'énergie à partir de gaz de décharges.
3.2. La cogénération
 La centrale de cogénération est constituée d'un moteur à combustion valorisant
le biogaz traité en électricité et en chaleur. Il est placé dans un module extérieur isolé
acoustiquement. Il est pourvu d'une récupération de chaleur sur l'eau de refroidissement et
sur les gaz de combustion.

La conception de la cogénération est effectuée sous le logiciel blender et représenté par la


figure suivante :

 Deux types de moteur de cogénération biogaz peuvent être utilisés :


 Moteur à gaz : qui ne fonctionne qu’au biogaz, coût d’investissement et
d’entretien élevé.
 Moteur dual fuel : dans la quel l’injection d’une petite quantité de fioul est
utilisée pour enflammer le mélange air/biogaz. Ce type de moteur est coûteux à

[Tapez un texte] Page 64


l’investissement mais engendre des frais d’achat et de stockage de fioul, le
rendement électrique est meilleur que pour un moteur à gaz surtout pour les
petites puissances.
3.3. Station d’épuration
 Une station d’épuration est généralement installée à l’extrémité d’un réseau de collecte.
Elle peut utiliser plusieurs principes, physiques et biologiques. Le plus souvent, le
processus est biologique car il fait intervenir des bactéries capables de dégrader les
matières organiques. La taille et le type des dispositifs dépendent du degré de pollution
des eaux à traiter.

La conception de la station d’épuration est effectuée sous le logiciel blender et représenté par
la figure suivante :

La succession de ces dispositifs est, bien entendu, calculée en fonction de la nature des eaux
usées recueillies sur le réseau et des types de pollutions à traiter.

[Tapez un texte] Page 65


 Une phase de pré-traitement : Elle consiste en l’élimination des gros débris
solides, sables, corps gras, à l’aide de procédés de dégrillage, dessablage et de
dégraissage.
 Une phase de traitement biologiques : Ces traitements sont indispensables pour
extraire des eaux usées les polluants dissous, essentiellement les matières
organiques.
 Dans tous les cas : La séparation de l’eau traitée et de la masse des bactéries (que
l’on appelle « boues ») se fait dans un ouvrage spécifique appelé "clarificateur".
3.4. Système d’injection de biogaz 
 L’injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel permet de valoriser le biogaz à
partir de différentes technologies d’épuration, le biogaz est transformé en biométhane,
dont les qualités respectent les spécifications du gaz nature.

La conception de système d’injection de biogaz est effectuée sous le logiciel blender et


représenté par la figure suivante :

 L’injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel est une nouvelle voie de
valorisation du biogaz. En France, ses perspectives de développement sont intéressantes.
 Pour pouvoir être injecté dans le réseau de gaz naturel, le gaz doit répondre aux
spécifications techniques des opérateurs de réseau de gaz naturel.

[Tapez un texte] Page 66


3.5. Les bio-filtres 
 La biofiltration fut la première phase dans le développement de technologies pour le
traitement biologique des gaz.
 Les biofiltres utilisent de la matière organique (maintenue à une humidité adéquate) pour
permettre le développement microbien qui absorbera y dégradera les composés odorants.

La conception de bio-filtres gazeux est effectuée sous le logiciel blender et une Schéma du
biofiltre (tiré de Aubry 2008) qui sont représentées par les figures suivante :

 Un biofiltre est un moyen utilisé pour le traitement des eaux polluées (biofiltration), ou de


polluants gazeux en solution dans l'eau. Il constitue une autre technique
d’épuration biologique à cultures fixées. Cette méthode est le plus souvent utilisée pour le
traitement des eaux urbaines.

3.6. épurateur 
 Les épurateurs sont l’un des principaux dispositifs de contrôle des émissions gazeuses, en
particulier des gaz acides.

[Tapez un texte] Page 67


La conception de l’épurateur de gaz est effectuée sous le logiciel blender et représenté par la
figure suivante :

  Les épurateurs peuvent également être utilisés pour récupérer la chaleur des gaz chauds
par condensation des gaz de combustion.
 Il existe plusieurs méthodes pour éliminer et neutraliser les composés toxiques ou
corrosifs des fumées.
3.7. Stockages des déchets 
  Il s’agit d’une installation qui a pour vocation de traiter et de stocker les déchets dans des
conditions optimales de sécurité dans un local technique qui est nommé un bâtiment de
stockage.

[Tapez un texte] Page 68


La conception de stockage de déchets est effectuée sous le logiciel blender et représenté par
la figure suivante :

  Il s’agit d’une installation qui a pour vocation de traiter et de stocker les déchets dans des
conditions optimales de sécurité. Dans l’Union européenne, il existe trois classes de CSD
(centre de stockage des déchets) :
 les centres qui reçoivent des déchets dangereux stabilisés ou devenus inertes (dits
de classe 1 en France) .
 les centres qui reçoivent les déchets municipaux et assimilés (dits de classe 2).
 les centres qui reçoivent les OM (ordures ménagères) et les DIB (déchets
industriels banals), à savoir des déchets non dangereux et inertes (dits
declasse 3).

3.8. Types de distribution 


 Ce type de distribution est consisté à transporter le biogaz de post-digesteur a la épurateur.
 Son déplacement ce fait sur terrain pour son refroidissement.

[Tapez un texte] Page 69


3.9. Torchère de biogaz 
 La torchère de biogaz est un mécanisme utilisé pour brûler sur place les gaz dégagés par
les centres de compostage ou d’enfouissement (biogaz).
 L'installation d'une torchère sur site est une obligation pour les CSDU soumis à la
législation des installations classées par arrêté du 9 septembre 1997.

La conception de torchère de biogaz est effectuée sous le logiciel blender et représenté par la
figure suivante :

Conclusion
[Tapez un texte] Page 70
Conclusion générale

[Tapez un texte] Page 71


Ce travail était l’occasion de mettre en œuvre nos connaissances théorique et pratique acquises
pendant notre formation ainsi qu’une expérience de plus gagnée dans le chemin professionnel.

[Tapez un texte] Page 72


Référence bibliographique

[1] Présentation de l’entreprise : https://www.cristal.univ-lille.fr/ .

[2] Besoin énergétique https://www.larousse.fr/encyclopedie/medical/besoin_%C3%A9nerg


%C3%A9tique/11543#:~:text=Les%20besoins%20%C3%A9nerg%C3%A9tiques%20sont
%20assur%C3%A9s,un%20adolescent%20en%20pleine%20croissance.

[3] énergie renouvelable : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nergie_non_renouvelable .

[4] caractéristique du biogaz : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00257347/document

[5] biogaz : https://fr.wikipedia.org/wiki/Biogaz .

[6]la digestion anaérobie : https://fr.wikipedia.org/wiki/Digestion_ana%C3%A9robie .

[7] la méthanisation : https://www.ademe.fr/expertises/dechets/passer-a-laction/valorisation-


organique/methanisation .

[8]Modélisation des processus biochimiques de la méthanisation


http://hmf.enseeiht.fr/travaux/bei/beiere/book/export/html/2247 .

[Tapez un texte] Page 73


Annexe

[Tapez un texte] Page 74

Vous aimerez peut-être aussi