Vous êtes sur la page 1sur 9

Chapitre 2.

Solaire thermique

Gratuite et immédiatement disponible, l’énergie issue du soleil peut être utilisée pour des
nombreuses applications en substitution des énergies traditionnelles aux réserves limitées. On fait
généralement la distinction entre les deux usages du solaire : le solaire thermique et le solaire
photovoltaïque ou thermodynamique, qui produit l’électricité.

Solaire photovoltaïque

La production d’électricité photovoltaïque est produite en convertissant la lumière du soleil en


électricité grâce à l’emploi de matériaux semi-conducteurs.

Solaire thermodynamique

Le solaire thermodynamique consiste à concentrer les rayons du soleil afin de porter un fluide (eau,
air, huile…) à des températures élevées pour entrainer des turbines génératrices d’électricité. Cette
technologie est réservée à des centrales de grande puissance dans des régions bien ensoleillées.

Solaire thermique

L’énergie solaire peut être transférée en chaleur à partir de capteurs solaires thermiques pour des
usages de production d’eau chaude sanitaire (ECS), de chauffage de locaux et de l’eau de piscines.

1. Production d’eau chaude sanitaire

Chez les particuliers, l’eau chaude sanitaire (ECS) peut être produite par un système de chauffe-eau
solaire individuel (CESI).

1.1. Les différents systèmes de CESI

Il existe trois principaux types d’installations de chauffe-eau solaire individuel :

- Le chauffe-eau thermosiphon monobloc (thermosiphon directe) ;


- Le chauffe-eau thermosiphon à éléments séparés (circuit fermé);
- Le chauffe-eau à circulation forcée ;

Chauffe-eau thermosiphon monobloc

1
La particularité de CESI est que les capteurs et le ballon sont solidaires, tous deux situées sur le
même châssis à l’extérieur. L’eau réchauffée par les capteurs (moins dense) monte naturellement
vers le ballon de stockage situé au-dessus. Il n’y a donc pas besoin de pompes de circulation, donc
d’électricité pour fonctionner. Le ballon placé à l’extérieur est soumis à des pertes thermiques plus
importantes en période froide que les autres systèmes. Ce système est plutôt adapté aux régions très
ensoleillées. Ce système a pour avantage d’être simple dans sa conception, et il est autorégulé.

Chauffe-eau thermosiphon à éléments séparés

Ce type de chauffe-eau fonctionne selon le même principe que le monobloc. Le ballon est placé à
l’intérieur du bâtiment, ce qui limite les pertes thermiques lorsque la température extérieure est
basse. Lors de la mise e, œuvre, il faut bien respecter le dénivelé capteurs/ballon.

Installation solaire thermique à circulation forcée

Elle se compose de capteurs plans ou sous vide, situés généralement sur la toiture ou en terrasse, et
d’un ballon de stockage pour l’eau chaude avec échangeur. Les différents éléments sont reliés par
des canalisations isolées thermiquement. Le liquide caloporteur circulant entre les capteurs et
l’échangeur (qui peut être intégré au ballon soit situé à l’extérieur du ballon) est mis en mouvement

2
par une pompe (circulateur), pilotée par un système de régulation. La circulation du liquide entre les
capteurs et l’échangeur se fait lorsque la différence de température entre le bas du ballon et les
capteurs est supérieure à un seuil de 6 à 9°C. Le fluide caloporteur est généralement de l’eau
glycolée pour pouvoir éviter le gel.

1.2. Les systèmes d’appoint

Compte tenu des aléas du climat, le soleil ne pourra pas couvrir la totalité des besoins en toutes
circonstances, mais une part assez importantes, entre 50 et 80% des besoins annuels. Une énergie
d’appoint est donc nécessaire pour pallier au manque de soleil ou pour satisfaire des besoins
occasionnels plus importants. Plusieurs configurations d’appoint peuvent être mises en place.

Ballon solaire biénergie avec appoint intégré par échangeur ou résistance électrique

On applique un ballon multi-énergie (solaire/électrique par exemple) où l’appoint chauffe


uniquement la partie haute du ballon : on dit alors que l’appoint est intégré au ballon solaire. Cette
solution est moins couteuse et réduit l’encombrement, mais son efficacité est un peu moins bonne
que lorsque l’appoint est séparé.

Ballon en série avec un ballon d’appoint (échangeur ou résistance électrique)

Cette solution nécessite deux ballons d’eau chaude : le premier alimenté par les capteurs solaires, le
second en série chauffé par l’appoint. Ce deuxième ballon peut être un ballon existant (électrique ou
avec échangeur hydraulique raccordé à une chaudière à bois, au gaz ou au fuel).

Ballon solaire en série avec un appoint séparé par chaudière

3
L’appoint d’eau chaude est assuré par une chaudière à gaz instantanés, dont la puissance devra être
modulable pour obtenir la température souhaitée.

2. Différents types des capteurs solaires thermiques

On distingue généralement trois types de capteurs : les capteurs plans vitrés, les capteurs non vitrés
et les capteurs sous vide.

1.1 Capteurs plans vitrés

Les principaux éléments constituant un capteur plan sont :

- Un coffre, parfois désigné sous les termes de coque ou boitier


- Une plaque absorbante ou absorbeur
- Un circuit de fluide caloporteur sous l’absorbeur
- Un isolant thermique sur la face arrière
- Un vitrage

Coupe d’un capteur plan thermique

Le vitrage au-dessus de l’absorbeur a plusieurs fonctions : Une fonction d’isolation en limitant les
pertes thermiques par convection de l’air extérieur et la création de l’effet de serre en bloquant le
rayonnement infrarouge émis par la surface absorbante.

L’absorbeur capte le rayonnement solaire qu’il transforme en chaleur et transfère cette dernière vers
un fluide caloporteur qui circule dans une canalisation. L’absorbeur est en général métallique (cuivre
ou aluminium) et recouvert d’une couche de peinture mate et foncée caractérisée par son coefficient

4
d’absorption. Le fluide caloporteur s’échauffe en circulant dans les tubes du capteur. Pour éviter le
risque de gel, le fluide caloporteur est généralement un mélange d’eau et de glycol. La chaleur est
transmise au ballon de stockage grâce à un échangeur thermique (serpentin).

1.2 capteurs non vitrés

Également appelé « capteur moquette », ce capteur consiste en un réseau de tubes noirs,


généralement en matière plastique souple de type élastomère, l’EPDM (éthylène propylène diène
monomère). Il est utilisé pour des eaux ne nécessitant pas une température supérieure à 30°C (eau
de piscine par exemple). Ils sont directement irrigués par l’eau du bassin.

1.3 capteurs sous vide


Tubes sous vide à flux direct

Un capteur solaire sous vide est constitué d’une série de tubes de verre dans lesquels passe un tube
collecteur de chaleur. La paroi des tubes est double, comme celle d’une bouteille thermos, et on y
fait le vide afin de limiter les pertes thermiques par convection. Les capteurs sous vide perdent
environ 4 fois moins de puissance par convection et conduction qu’un capteur plan dans les mêmes
conditions.

Tubes sous vide à caloduc

Dans les tubes sous vide à caloduc, le tube de l’absorbeur contient une petite quantité de liquide
(fluide organique, alcool…). Sous l’action du rayonnement solaire, le liquide se vaporise dans le tube,
la vapeur monte en haut du tube où elle se condense au contact de l’échangeur et transfert la
chaleur au fluide caloporteur.

5
3. Rendement des différents types de capteurs

Les capteurs vitrés sont caractérisés par des pertes optiques et des pertes thermiques. Le rendement
d’un capteur solaire thermique représente la part d'énergie solaire transformée sous forme de
chaleur au fluide caloporteur.

Le rendement global d’un capteur est défini par la formule suivante :

𝑲 × (𝑻𝒎𝒇 − 𝑻𝒆𝒙𝒕 )
𝒓𝒆𝒏𝒅𝒆𝒎𝒆𝒏𝒕 𝒈𝒍𝒐𝒃𝒂𝒍 = 𝜷 −
𝑷

β : Facteur optique du capteur (sans dimension) : Le facteur optique est le rapport entre
l'ensoleillement absorbé par l'absorbeur et l'ensoleillement incident sur le vitrage. Ce facteur optique
est le produit du facteur de transmission du vitrage par le coefficient d'absorption de l'absorbeur.

K : Coefficient de déperdition du capteur (W/m²/°C) Le facteur K est représentatif des pertes


thermiques du capteur solaire. Ces pertes thermiques se font à la fois par conduction (au dos du

6
capteur) et par convection (échange de chaleur avec l'air environnant).
Plus le coefficient K est faible, moins il y a de perte thermique, mieux c'est.

Type de capteur Valeur du coefficient K

Capteur sans vitre Entre 20 et 25

Capteur vitré simple Entre 4 et 6

Capteur vitré sélectif Entre 3 et 5

Capteur sous vide Entre 1 et 3

P : Rayonnement solaire en W/m2

𝑇 : Température moyenne du fluide dans le capteur (°C)

𝑇 : Température ambiante extérieure (°C)

Pour une puissance de rayonnement solaire donnée, le rendement varie en fonction de la différence
de température entre le fluide dans les capteurs et la température ambiante. Les différents types de
capteurs ont des comportements très différents et s’emploient chacun dans des applications précises
(figure ci-après)

7
4. Dimensionnement d’un chauffe-eau solaire thermique

Volume de stockage

Pour surmonter un ou deux jours non ensoleillés tout en continuant à consommer l’eau chaude
provenant de l’énergie solaire, il faut prévoir un volume du réservoir stockage correspondant à 1.5
ou 2 fois la consommation quotidienne en ECS.

Evaluation de la consommation journalière en ECS

Il est possible d’évaluer cette consommation par l’installation de compteur d’eau. En Europe la
consommation journalière en eau chaude environ (42°C) par personne est divisée en trois
catégories :

- basse : 30 à 40l
- moyenne : 40 à 70l
- haute : 70 à 120l

Consommation journalière de l’énergie utilisée pour chauffer l’eau sanitaire (environ 42°C)

La quantité d’énergie nécessaire pour le chauffage d’eau sanitaire est déterminée à partir de la
formule suivante :

𝑄 = 𝑐 . 𝑚 (𝑇 − 𝑇 ) = 𝑐 . 𝜌 . 𝑣(𝑇 −𝑇 )

𝑄 quantité d’énergie en Wh
𝑐 = 1.16Wh/kgK capacité calorifique de l’eau
𝜌 = 1000 𝑘𝑔/𝑚3 masse volumique de l’eau
𝑣 consommation journalière en ECS (m3)
𝑇 température de l’eau chaude au stockage (°C)
𝑇 température de l’eau à l’entrée du stockage (°C)

Détermination de la surface des capteurs plans

Dans une installation comprenant des capteurs, une tuyauterie, des échangeurs de chaleur, il y a
toujours des pertes d’énergie. Chaque composant altère le rendement de l’ensemble du système. La
somme de toutes pertes d’énergie est exprimée par ce qu’on appelle degré annuel d’utilisation d’un
système. Le degré annuel d’utilisation d’un système de capteurs plan varie de 25 à 35% (pour tous
les mois de l’année). Un degré annuel d’utilisation d’un système de 33 % est pris comme modèle.

Des pertes peuvent également être occasionnées par le réseau de distribution, le stockage, la
mauvaise isolation de la conduite…etc. Ces pertes peuvent être estimées à 20-30%.

La surface des capteurs théoriquement nécessaire s’obtient comme suit :

𝑐𝑜𝑛𝑠𝑜𝑚𝑚𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑎𝑛𝑛𝑢𝑒𝑙𝑙𝑒 𝑑 é𝑛𝑒𝑟𝑔𝑖𝑒 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑙′𝐸𝐶𝑆


𝑆=
𝜂 𝐼𝑟𝑟𝑎𝑑𝑖𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑠𝑜𝑙𝑎𝑖𝑟𝑒 𝑎𝑛𝑛𝑢𝑒𝑙𝑙𝑒

Avec 𝜂 : degré annuel d’utilisation

8
Un tel calcul suppose que la surface de capteur plan couvre 100% du besoin en énergie pour l’eau
chaude toute l’année. En réalité ce calcul rencontre un surdimensionnement l’été et un sous
dimensionnement en hiver. Il est recommandable pour une famille de 4 personne habitant en
Europe de prendre la moitié de la surface calculée théoriquement. Une famille de quatre personnes
habitant un pays méditerranéen 4 à 6 m2 de surface des capteurs suffisent pour couvrir la totalité de
la consommation d’énergie pour l’eau chaude sanitaire.

Evaluation du taux solaire de couverture

Le taux de couverture est la part des besoins annuels en énergie apportée par les capteurs solaires.
Au cours de l’année, les besoins en énergie pour l’ECS varient. Un dimensionnement optimal consiste
à installer une surface de capteurs permettant d’assurer une couverture légèrement inférieure à
100% des besoins pendant les mois d’été. Pendant les autres mois, la fourniture d’énergie par les
capteurs solaires sera partielle et nécessitera la mise en œuvre d’un appoint.

couverture Solaire = Apport Solaire (kWh) / Besoin ECS(kWh)

Fiche technique d’un capteur solaire commercialisé par SOFTEN en Tunisie

KSH 201 : C’est un chauffe-eau solaire conçu pour satisfaire les besoins en eau chaude d’une famille
de 4 personnes. Il fonctionne en thermosiphon directe ou en circuit fermé selon le climat du lieu
d’installation ex : dans les hauteurs où il y a risque de gel le circuit fermé est recommandé.

1 Ballon solaire 200L revêtement supraroc


1 capteur C8/11SU
1 groupe de sécurité
1 support terrasse
1 kit appoint électrique STEATITE
6 ml calorifuge Armaflex

Vous aimerez peut-être aussi