Vous êtes sur la page 1sur 61

CLASSES, CLASSEMENTS ET LABELS

DANS LE BATIMENT
SOMMAIRE
Label Menuiseries extérieures (Label ACOTHERM) ............................................................................................................2
Classement Menuiseries extérieures (Classement AEV) ........................................................................................................3
Classement Menuiseries extérieures (Classement A*E*V*) ..................................................................................................5
Classe Blocs de Maçonnerie (Classe B, L, BP, C ou RJ).......................................................................................................9
LABEL Vitrages isolants (LABEL CEKAL).........................................................................................................................10
Classement Robinetterie (Classement EAU) .........................................................................................................................12
Classement remplissage de façades légères (Classement EDR) ...........................................................................................13
Classement ETANCHEITE A LA PLUIE des Murs de façade ...........................................................................................15
Classement Ensembles d'entrée d'immeubles (Classement FASTE)...................................................................................18
Classement etats de FINITION des peintures ......................................................................................................................19
Classement Revêtements d'étanchéité de TT (Classement FIT) ..........................................................................................20
Certificat ACERMI des Isolants (Classement ISOLER).....................................................................................................21
Classement Réaction au feu des matériaux (Classement M)................................................................................................24
Enduits monocouche d'imperméabilisation (Classement MERUC)....................................................................................25
Classement Carreaux Emaillés (Classement P.E.I.)..............................................................................................................27
Classement : PERMEABILITE A L'AIR (isolants en fibres minerales) ............................................................................28
Classement resistance au feu (SF PF CF) ..........................................................................................................................29
Classement Revêtements de sols (Classement UPEC) ..........................................................................................................30
Classement Européens des Revêtements de sols...................................................................................................................31
Classement des Tapis et Moquettes (T ICCO) .....................................................................................................................32
Classement Isolation par l'extérieur (REVETIR) ................................................................................................................33
Classe pénétration au feu des toitures (Classe T)..................................................................................................................35
Label NF Fermetures (classement vemcros)..........................................................................................................................36
Classement MC des locaux et des revêtements de sol industriels ........................................................................................37
Classement Béton Prét à l’Emploi (NF P18-305) ..................................................................................................................39
Classement des Enduits Organiques (Classements D / I) .....................................................................................................41
Classe de Risque d’attaque biologique des bois.....................................................................................................................42
Classe de réaction au feu des matériaux (Euroclasses).........................................................................................................45
Classe de sécurité vis à vis de l’effraction ..............................................................................................................................47
Classe de VMC hygroréglable (ST Maison individuelle RT2000) .......................................................................................49
Classement des locaux en fonction de l’exposition à l’humidité des parois ........................................................................50
Classement de la Nature des supports....................................................................................................................................53
Classement des batiments d’habitations vis à vis de l’incendie ...........................................................................................54
Classement des établissements recevant du public vis à vis de l’incendie...........................................................................55
Classement des vitrages vis à vis de leur résistance au feu...................................................................................................56
Classement des bois de structure ............................................................................................................................................57
Classement des complexes isolants .........................................................................................................................................61

Les classements dans le bâtiment


Label Menuiseries extérieures (Label ACOTHERM)
Type : Menuiseries extérieures
Exemples : AC1 Th8

Le certificat ACOTHERM certifie:


la classe d'isolation acoustique AC
Le niveau d'isolation thermique Th

Les fenêtres doivent obligatoirement comprendre leur vitrage et celui-ci doit être posé en usine.

a) L'isolation acoustique: AC

Les classes sont définies généralement pour des menuiseries ne comportant pas de dispositif d'entrée d'air
incorporé, mais elle peuvent aussi s'appliquer à des menuiseries équipées en usine de tels dispositifs (l'indice de
la classe est alors complété par la lettre B).

Classe Indice d'affaiblissement


acoustique R route vis-à-vis
d'un bruit de trafic routier
AC1 / AC1B ≥ 28 dB (A) / 26 dB (A)
AC2 / AC2B ≥ 33 dB (A) / 31 dB (A)
AC3 / AC3B ≥ 38 dB (A) / 34 dB (A)
AC4 / AC4B ≥ 43 dB (A) / 38 dB (A)

b) L'isolation thermique: Th

Les menuiseries sont caractérisées par leur niveau selon la valeur de leur coefficient Uw exprimé en W/m².°C.

Niveau Coefficient Uw en W/m².°C


Th 1 4,75 ≥ Uw > 4,35
Th 2 4,35 ≥ Uw > 3,65
Th 3 3,65 ≥ Uw > 3,25
Th 4 3,25 ≥ Uw > 2,90
Th 5 2,90 ≥ Uw > 2,50
Th 6 2,50 ≥ Uw > 2,20
Th 7 2,20 ≥ Uw > 2,00
Th 8 2,00 ≥ Uw > 1,80
Th 9 1,80 ≥ Uw > 1,60
Th 10 1,60 ≥ Uw

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 2
Classement Menuiseries extérieures (Classement AEV)
Type : Menuiseries extérieures
Exemple : A2 E2 V2

Les fenêtres sont classées, à la demande des fabricants, selon leur perméabilité à l'air (A), leur perméabilité à
l'eau (E) et leurrésistance au vent (V). Ces caractéristiques, définies dans la norme P 20-302, sont mesurées en
laboratoire, conformément à la normeP 20-501, dans des caissons reproduisant les effets du vent et de la pluie.
1. Essai de perméabilité à l'air (classement A)
On mesure le débit d'air en m3/h.m2 d'ouvrant qui passe à traversla fenëtre en fonction de la pression.
4 classes d'étanchéité existent : non classé, normale (A1),améliorée (A2), renforcée (A3).
2. Essai de perméabilité à l'eau (classement E)
On mesure la pression PE maximale sous laquelle la fenêtre resteétanche pour un débit d'eau de 1 I/min.m2.
En fonction des résultats obtenus, les classements sont:
- E1 (normale) : 50 < PE < 150 Pa,
- E2 (améliorée): 150 < PE < 300 Pa
- E3 (renforcée): 300 < PE < 500 Pa
- EE (exceptionnelle): pour PE > 500 Pa.

3. Essais mécaniques communs (classement V)


- Déformation sous les charges reproduisant les effets du vent: sous la pression Pi correspondant au classement
Vi attribué, la flèche de l'élément le plus déformé, hormis les vitrages, ne doit pas dépasser 1/200e de sa portée.
- Résistance à une pression brusque: sous Pi correspondant à Vi, la fenêtre ne doit pas se rompre ni s'ouvrir
brutalement.
- Déformation sous les charges verticales: la flèche verticale des traverses dormantes ne doit pas gêner
l'ouverture et celle des traverses intermédiaires, placées au-dessus des vitrages fixes, est limitée à 3 mm si la
hauteur des feuillures à verre est inférieure ou égale à 16 mm, à 4 mm dans le cas contraire.
Nota :11 existe aussi des essais mécaniques spécifiques en fonction du type d'ouverture.
4. Choix en fonction de l'exposition
Le DTU n° 36.1/37.1 (P 20-201 ) permet de déterminer le classementà retenir pour une fenêtre en fonction de son
exposition, en prenant en compte les paramètres suivants:
- Ia région ,
- Ia situation de la construction:
- a: I'intérieur des grands centres urbains,
- b: les villes petites et moyennes ou à la périphérie des grands centres urbains,
- c: en rase campagne,
- d: en bord de mer ou situées dans les villes côtières si elles sont par rapport au littoral à moins de 15 fois leur
hauteur lorsque les fenêtres en question sont situées sur une façade non abritée,
- Ia hauteur de la fenêtre au-dessus du sol,
- Ia présence ou l'absence de protection

Hauteur des Façades abritées Façades non abritées


fenêtres au- Régions A et B Région A Région B
dessus du Situations a et b Situation a Situation b Situation c Situation d Situation a Situation b Situation c
sol
<6m A-1 E1 V1 A-1 E1 V1 A-1 E1 V1 A-1 E1 V1 A+1 E2 V2 A+1 E1 V1 A+1 E1 V1 A+1 E1 V2
6 à 18 m A-1 E1 V1 A-1 E1 V1 A-1 E1 V1 A+1 E2 V2 A-2 E2 V2 A+1 E1 V1 A+1 E1 V2 A-2 E2 V2
18 à 28 m A-1 E1 V1 A+1 E2 V1 A+1 E2 V1 A+1 E2 V2 A+2 E3 VE A-2 E2 V2 A-2 E2 V2 A+2 E2 V2
28 à 50 m A+1 E2 V1 A+1 E2 V2 A-2 E2 V2 A+2 E3 VE A-2 E2 V2 A-2 E2 V2 A+2 E2 V2
(Cf note 1) (Cf note 1) (Cf note 1) (Cf note 1) (Cf note 1)
50 à 100 m A-2 E3 V2 A-2 E3 V2 A-2 E3 V2 A+2 EE VE A+2 E3 V2 A+2 E3 VE A+2 E3 VE
(note 1) E3 pour les fenêtres des deux derniers niveaux

5. Dimensions des fenêtres en bois (fig.7)


On distingue trois catégories:
- la catégorie principale 1 (emploi préférentiel)
- la catégorie secondaire 2 (emploi dans certains cas),
- la catégorie annexe 3 (emploi exceptionnel).

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 3
Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 4
Classement Menuiseries extérieures (Classement A*E*V*)
Type : Menuiseries extérieures DTU 36-1/37-1
Exemple : A*3 E*7A V*A2 NF P 20-201
NF P 20-302

En l'absence d'une symbolisation européenne, afin d'éviter les confusions avec l'ancienne symbolisation AEV mais
en essayant de ne pas trop modifier les habitudes et à titre transitoire, les symbolisations suivantes sont utilisées :
- pour la perméabilité à l'air : A*, avec les classes possibles A*1 à A*3 ;
- pour l'étanchéité à l'eau : E*, avec les classes possibles E*1A à E*9A et E*1B à E*7B si partiellement
protégé ;
- pour la résistance au vent : V* avec les classes possible V*A2 à V*A5 ainsi que V*C2 et V*C3 .
Les normes européennes prévoient pour l'étanchéité à l'eau et la résistance au vent des classes exceptionnelles.
La possibilité de ne pas classer le produit est prévue (Classe 0).
Les fenêtres sont classées, à la demande des fabricants, selon leur perméabilité à l'air (A), leur perméabilité à
l'eau (E) et leur résistance au vent (V).
1. Essai de perméabilité à l'air (classement A)
On mesure le débit d'air en m3/h.m2 d'ouvrant qui passe à travers la fenêtre en fonction de la pression.
2. Essai de perméabilité à l'eau (classement E)
On mesure la pression PE maximale sous laquelle la fenêtre reste étanche pour un débit d'eau de 1 I/min.m2.
3. Essais mécaniques communs (classement V)
- Déformation sous les charges reproduisant les effets du vent: sous la pression Pi correspondant au classement
Vi attribué, la flèche de l'élément le plus déformé, hormis les vitrages, ne doit pas dépasser une valeur fixée par la
norme.
- Résistance à une pression brusque: sous Pi correspondant à Vi, la fenêtre ne doit pas se rompre ni s'ouvrir
brutalement.
- Déformation sous les charges verticales: la flèche verticale des traverses dormantes ne doit pas gêner
l'ouverture et celle des traverses intermédiaires, placées au-dessus des vitrages fixes, est limitée par la norme.
4. Choix en fonction de l'exposition
Le DTU n° 36.1/37.1 (P 20-201 ) permet de déterminer le classement à retenir pour une fenêtre en fonction de son
exposition, en prenant en compte les paramètres suivants:
- Ia zone régionale ,
- Ia situation de la construction:
- a: I'intérieur des grands centres urbains,
- b: les villes petites et moyennes ou à la périphérie des grands centres urbains,
- c: en rase campagne,
- d: en bord de mer ou situées dans les villes côtières si elles sont par rapport au littoral à moins de 15 fois leur
hauteur lorsque les fenêtres en question sont situées sur une façade non abritée,
- Ia hauteur de la fenêtre au-dessus du sol,
- Ia présence ou l'absence de protection

Le Tableau suivant rassemble en fonction des différentes expositions, les classes de perméabilité à l'air,
d'étanchéité à l'eau et de résistance au vent qu'il convient de choisir.

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 5
annexe a (informative) définitions des cinq zones
Les cinq zones à prendre en compte sont celles définies dans le modificatif n° 2 des règles NV 65 .
Les définitions de ces cinq zones sont rappelées ci-après.

Tableau A. Définitions des zones, par départements

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 6
Règles modificatives vis à vis de la protection à la pluie
Ouvrage partiellement protégé de la pluie
On considère qu'une fenêtre est un ouvrage partiellement protégé de la
pluie si le joint ouvrant supérieur ou le joint de remplissage supérieur pour
les parties fixes est protégé par tout dispositif continu de la façade
susceptible de constituer un auvent ou parapluie vis-à-vis de ce joint et de
la partie de la fenêtre située au-dessus de celui-ci.
Pour former un auvent ou parapluie, l'extrémité la plus extérieure de ce
dispositif continu, doit :
- être à une distance L d'au moins 0,15 m ;
- respecter un facteur de protection L/C, tel que défini sur la Figure
2 , égal ou supérieur à 3.

Ouvrage protégé de la pluie


On considère qu'une fenêtre est un ouvrage protégé de la pluie si le facteur de protection L/H (H étant la hauteur
totale de la fenêtre) tel que défini sur la Figure 3 a) est égal ou supérieur à 0,4. Cependant pour être protégée, la
fenêtre doit aussi latéralement être protégée :
- soit par un prolongement de part et d'autre de la fenêtre de la protection supérieure sur une longueur au
moins égale à L ;
- soit par une protection latérale verticale au moins égale à celle représentée sur la Figure

a) Coupe verticale - Facteur de protection : L/H b) Protection latérale - Facteur de protection : L/H

Choix des classes d'étanchéité à l'eau


Pour les fenêtres exposées à la pluie, celles-ci sont choisies conformément aux indications portées sur le Tableau
précédent. Une classe supérieure à celle indiquée peut être utilisée.
Pour les fenêtres de toit, la classe d'étanchéité à l'eau minimale est E*8A .
Pour les portes extérieures, le niveau d'exigence est abaissé de deux classes.
Sauf spécifications particulières, aucune exigence vis-à-vis de l'étanchéité à l'eau n'est demandée pour les portes
des bâtiments industriels, de magasins, de parties communes, de halls d'entrée ou les portes de service donnant
dans un local non chauffé, par exemple garage.
Pour les fenêtres pouvant être considérées comme partiellement protégées de la pluie, les classes indiquées sont
celles d'indice B jusqu'à la classe 7 (donc 2 B à 7 B). Dans ce cas, une classe d'indice A peut aussi être utilisée.
Par contre pour les classes 8 ou supérieures, seules des classes d'indice A doivent être utilisées même dans le
cas d'ouvrage partiellement protégé de la pluie.
Pour les fenêtres, et particulièrement pour les portes, pouvant être considérées comme protégées, les classes du
Tableau sont modifiées selon le Tableau ci-après , la classe ne pouvant être inférieure à E*1 pour les fenêtres et
E*0 pour les portes extérieures.
Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 7
Tableau des classes d'étanchéité à l'eau des fenêtres (valeur de n du tableau suivant)

Tableau de modification des classes d'étanchéité à l'eau, selon la méthode B, indiquée au Tableau précédent pour les ouvrages
protégés, en fonction de L/H

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 8
Classe Blocs de Maçonnerie (Classe B, L, BP, C ou RJ)
Type : Briques et Bloc de maçonnerie
Exemple : B40

Résistance des Blocs de Maçonnerie (normes NF P 13-XXX et 14-XXX)


La contrainte de rupture R du bloc dans la section brute minimale, exprimée en MPa, s'obtient en divisant la valeur
en daN de la charge de rupture du bloc C, par 10 fois la valeur en centimètres carrés de la section brute minimale
du bloc Sb :

1 Blocs de Béton Manufacturé


1.1 Blocs pleins et perforés.
Blocs pleins et perforés B80 B120 B160
Résistance minimale ( R ) en MPa 8 12 16

1.2 Blocs creux.


Blocs creux B40 B60 B80
Résistance minimale ( R ) en MPa 4 6 8

2 Blocs de Béton Manufacturé Léger


2.1 Blocs pleins et perforés.
Blocs pleins et perforés L35 L45 L70
Résistance minimale ( R ) en MPa 3.5 4.5 7

2.2 Blocs creux.


Blocs creux L25 L40
Résistance minimale ( R ) en MPa 2.5 4
En outre, aucun résultat ne doit être inférieur à 0,8 fois la valeur de cette résistance.

3 briques pleines ou perforées et blocs perforés en terre cuite à enduire


3.1 briques
Résistance à l'écrasement rapportée à la section brute
Catégorie Moyenne en Minimale en MPa
MPa
ordinaire 12.5 10
BP200 20 16
BP300 30 24
BP400 40 32

3.2 blocs
Résistance à l'écrasement rapportée à la section brute
Catégorie Moyenne en Minimale en MPa
MPa
ordinaire 10 8
BP150 15 12
BP200 20 16
BP300 30 24
BP400 40 32

4 Briques Creuses de Terre Cuite


4.1 briques à résistance garantie
La résistance à l'écrasement mesurée doit, pour chaque catégorie, répondre aux conditions suivantes :
La valeur moyenne des mesures doit être au moins égale à la valeur moyenne imposée.
Aucune valeur ne doit être inférieure au minimum imposé.
Résistance à l'écrasement rapportée à la section brute
Catégorie Désignation Moyenne en Minimale en MPa
MPa
I C ou RJ40 4 3,2 Il est rappelé que la résistance nominale à
II C ou RJ60 6 4,8 prendre en compte dans les calculs est la
III C ou RJ80 8 6,4 résistance moyenne de la catégorie considérée

4.2 briques ordinaires


Les briques ordinaires doivent présenter une résistance à l'écrasement supérieure à 28 bars en moyenne et 23
bars au minimum.
Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 9
LABEL Vitrages isolants (LABEL CEKAL)
Type : Vitrages isolants
Exemple : TR et AR3

http://www.cekal.asso.fr

Qualité des doubles vitrages. Ce label est attribué par l'Association pour le Vitrage Isolant de Qualité (AVIQ) sous
le contrôle du Centre d'Essais du Bâtiment et des Travaux Publics (CEBTP).
Il concerne les doubles vitrages isolants qui satisfont à des caractéristiques de bon vieillissement sans
condensation.

Marquage des vitrages certifiés


Les vitrages certifiés sont marqués de façon indélébile et contrôlable sur le verre ou sur les intercalaires, des
informations suivantes qui permettent:
- leur identification:
* marque commerciale,
* l'année et au minimum le semestre de fabrication (s1 ou s2),
* CEKAL, (marque de la certification du produit),
* n° du centre de production,
- leur domaine d'emploi particulier, si nécessaire:
* V, utilisation en vec,
* R, utilisation en rénovation,
* E, résistance des joints à l'ensoleillement,
- leurs performances, si elles sont certifiées:
* TR, pour indiquer une classe thermique,
* AR, pour indiquer une classe acoustique.

Exigences techniques.
Les vitrages sont destinés à être incorporés dans des ouvrages auxquels il peut être demandé de remplir des
exigences plus ou moins élevées du point de vue:
* thermique,
* solaire,
* acoustique,
* protection incendie,
* sécurité aux heurts et chutes,
* résistance aux agressions,
* aspect,
* précision des dimensions...
Il appartient aux donneurs d'ordre de déterminer, en fonction des conditions d'utilisation des ouvrages et de ces
niveaux d'exigence, les performances attendues des vitrages.
Les centres de production ne sont pas tenus par le Règlement technique d'effectuer ces vérifications d'exigences.

Performances thermiques
Le Règlement technique de la certification autorise les centres de production à marquer TR les vitrages dont le
coefficient Kc de transmission thermique conventionnelle en partie courante du vitrage est inférieure ou égale à 2
W/m2/K.
Le coefficient de transmission thermique conventionnelle Kc est calculée par les centres de production
conformément aux indications de la norme EN 673.
Les facteurs influant sur les résistances thermiques des vitrages sont:
* l'épaisseur de la lame d'air,
* la présence de gaz inertes,
* la présence de verres à couches faiblement émissives placées en face 2 ou 3.
L'épaisseur des verres influe peu en raison de la forte conductivité thermique du verre.
La résistance des films intercalaires influe généralement peu en raison de leur faible épaisseur.
La classe thermique du vitrage a un caractère conventionnel.
Elle ne tient pas compte:
* des déperditions périphériques du vitrage,
* de la présence éventuelle dans le vitrage de croisillons.

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 10
Performances acoustiques.
Le règlement technique de la certification définit des classes acoustiques que les centres de production sont
autorisés à marquer.
La classe acoustique est fonction de l'indice conventionnel d'affaiblissement acoustique garanti Rroute, Rrose ou
Rw du vitrage selon l'échelle suivante:

* Classe R route R rose Rw


* Classe RAtr RA RW
* AR1 25 dB 29 dB 29 dB
* AR2 28 dB 32 dB 32 dB
* AR3 31 dB 35 dB 35 dB
* AR4 33 dB 37 dB 37 dB
* AR5 35 dB 40 dB 41 dB
* AR6 37 dB 42 dB 43 dB
Les indices R correspondent aux valeurs minimales des indices d'affaiblissement obtenus sur des échantillons de
1,48 m x 1,23 m mesurés en laboratoire selon les indications de la norme ISO 140, déduction faite des
dispersions.
Les facteurs influant sur les valeurs d'indice d'affaiblissement acoustique globale sont:
* l'épaisseur des produits verriers,
* la différence d'épaisseur des composants verriers,
* la présence de vitrage feuilleté à propriétés acoustiques.
La classe acoustique du vitrage a un caractère conventionnel.
Elle ne préjuge pas de la performance globale de la fenêtre ou de la façade qui dépendra:
* de la dimension du vitrage,
* des facteurs d'environnement,
* de la nature des menuiseries,
* des éléments de ventilation...

Performances de résistance au feu.


La tenue au feu des vitrages peut être amélioré par l'emploi:
* de verres spécifiques,
* de matériaux d'assemblage (joints, intercalaire) résistants à la chaleur,
* de dispositifs retardant la mise en pression de la lame d'air.
CEKAL n'atteste pas de la tenue au feu des vitrages.
Il faut se reporter aux procès-verbaux d'essais réalisés sur des ensembles menuisés complets.

Performances de sécurité aux heurts et chutes.


Un vitrage est dit de sécurité selon les normes en vigueur lorsque
* il est à même de résister à des chocs accidentels considérés comme normaux (chocs d'objet, heurts de
personne),
* il ne produit pas de bris dangereux susceptible de provoquer des blessures.
Les normes NF P 08-301 et P 08-302 définissent les essais auxquels doivent satisfaire les vitrages dits de
sécurité.

Performances de résistance aux agressions.


Les normes définissent pour ces produits verriers différents niveaux de résistance.
Les niveaux de résistance aux attaques correspondent aux résultats obtenus en laboratoire sur des échantillons
soumis à des chocs ou des tirs d'arme à feu..., selon une échelle de classes intitulées P1 - P2 - P3 - P 4- P5 - P6 -
P7 - P8 - C1- C2 - C3 - C4 - C5.
Ces classes ont un caractère conventionnel et ne doivent pas être interprétées en terme de garantie de résultat.
Le facteur favorable à l'obtention de résistances élevées réside dans l'emploi de verres feuilletés multiples,
constitués par un assemblage approprié de feuilles de verre et de films intercalaires.

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 11
Classement Robinetterie (Classement EAU)
Type : Robinetterie
Exemple : E2 A3 U3

La norme NF D 18-201 de décembre 1989 reprend intégralement la norme européenne EN 200. Par rapport à la
version antérieure de cette même norme, la version européenne ne reprend pas le classement EAU (Écoulement-
Acoustique-Usure) qui devrait faire l'objet d'une norme séparée.
Pour mémoire, les caractéristiques servant au classement EAU
sont définies de la façon suivante:
caractéristique hydraulique ou d'écoulement. symbolisée par la lettre E;
caractéristique acoustique, symbolisée par la lettre A;
caractéristique mécanique ou d'usure, symbolisée par la lettre U.
A chaque lettre est associé un coefficient correspondant au niveau de performance ou de qualité dans le domaine
considéré

Classement des robinets


Ecoulement Qu E1 12 l/min< Qu < 16 l/min
E (en l/min) E2 16 l/min < Qu < 20 l/min
mesuré sous E3 20 l/min < Qu < 25 l/min
3 bars E4 25 l/min < Qu

Acoustique Ds A1 15 dB(A) < Ds < 25 dB(A)


A (en dB(A)) A2 25 dB(A) < Ds < 30 dB(A)
A3 30 dB(A) < Ds

Usure Nombre Equipage mobile: 200 000 cycles


U de U1 Bec mobile: 80 000 cycles
cycles Inverseur bain-douche: 30 000 cycles

Equipage mobile: 350 000 cycles


U2 Bec mobile: 140 000 cycles
Inverseur bain-douche: 50 000 cycles

Equipage mobile: 500 000 cycles


U3 Bec mobile: 200 000 cycles
Inverseur bain-douche: 80 000 cycles

Choix du classement en fonction des locaux.


La robinetterie est choisie en fonction des critères pris en compte pour son classement, relatif à l'écoulement E, à
l'acoustique A et à l'usure U, que l'association EPEBat a déterminé en fonction des différents locaux.
Critères de choix des robinetteries sanitaires
Destination Robinets de lavabos, bidets Robinets de baignoires, bains
éviers, douches -douches
Foyers de personnes âgées E1 A2 U1 E3 A2 U1
Foyers de jeunes travailleurs et foyers de travailleurs migrants
E1 A1 U3 E3 A1 U3
ou ou
E1 A2 U3 E3 A2 U3
Immeubles d'habitation
- Immeubles collectifs et maisons individuelles non isolées :
< F5 E1 A2 U1 E3 A2 U1
> F5 E2 A2 U2 E4 A2 U2
- Maisons individuelles isolées
< F5 E1 A1 U1 E3 A1 U1
> F5 E2 A1 U2 E4 A1 U2

Source: association EPEBA.

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 12
Classement remplissage de façades légères (Classement EDR)
Type : Façades légères
Exemple : E1d1R1

principe du classement
Le classement « EdR » des éléments de remplissage de façades légères, faisant l'objet d'un Avis Technique, a été
conçu de façon à donner aux utilisateurs une information sur des caractéristiques jugées importantes par le fait
qu'elles conditionnent l'emploi des éléments ou qu'elles sont en rapport avec les frais d'exploitation ultérieurs des
façades utilisant ces éléments.
Ce classement « EdR » porte sur les caractéristiques suivantes :
- le comportement à l'eau : E
- la durabilité de la paroi extérieure : d
- la résistance du point de vue de la sécurité : R
- l'isolation thermique : K
L'Avis Technique précise le classement « EdR » des éléments de remplissage bénéficiant de cet Avis, dans la
mesure où, bien entendu, cet Avis est à caractère favorable.
Ce classement est attribué par le Groupe spécialisé n° 2, à partir des justifications fournies dans le dossier
technique remis à l'appui d'une demande d'Avis Technique.
1 Le comportement à l'eau « E » est fonction de l'humidité du local fermé par la façade ; un double classement est
alors établi :
- d'une part, celui des locaux selon leur destination, c'est-à-dire l'hygrométrie intérieure qui y régnera ;
Suivant ce rapport, on classe les locaux en 3 catégories, la température intérieure étant toujours prise
égale à 20 °C :
- locaux d'indice 1 (à faible hygrométrie) correspondant à W/n ≤ 2,5 g/m³ (C'est le cas
général des locaux à usage de bureaux ou des locaux scolaires correctement
ventilés.)
- locaux d'indice 2 (à hygrométrie moyenne) correspondant à W/n ≤ 5 g/m³ (C'est le
cas général des logements, y compris les salles d'eau et les cuisines.)
- locaux d'indice 3 (à hygrométrie forte) correspondant à W/n ≤ 7,5 g/m³ (C'est le cas
des locaux spéciaux tels que, par exemple, les locaux sanitaires de collectivités.)
Les locaux où l'on maintient une humidité relative constante, indépendamment de la température
extérieure, seront assimilés aux locaux d'indice 2 si l'humidité relative maintenue est ≤ 50 % et aux
locaux d'indice 3 si l'humidité relative est > 50 %.
- d'autre part, celui des éléments selon le degré de résistance qu'ils présentent à l'humidité.

2 résistance - sécurité « R »
L'élément de remplissage intervient dans la sécurité du point de vue de la résistance qu'il présente aux chocs et à
la transmission du feu.
De même, selon l'emploi fait de l'élément de remplissage dans la façade, le degré de résistance requis du point de
vue de la sécurité « R » peut être plus ou moins important ; un double classement peut encore être établi :
- d'une part, des emplois selon le degré de résistance requis ;
- d'autre part, des éléments selon le degré de résistance présenté.

3 La durabilité « d », laquelle est directement fonction de la durabilité de la paroi extérieure, ne donne pas lieu à
proprement parler à un double classement ; c'est plus une information facilitant le choix de l'utilisateur. Cependant,
le classement « d » portant sur la durabilité de la paroi extérieure, donc en rapport avec l'entretien nécessité par
l'élément, peut avoir une incidence sur l'emploi de l'élément dans la façade ; par exemple des éléments
Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 13
nécessitant un entretien fréquent ne devraient être utilisés que dans des façades où la possibilité de cet entretien a
été prévue ; il peut être inutile d'utiliser des éléments nécessitant peu d'entretien si d'autres composants de la
façade en nécessitent un fréquent.
Il est admis que, pour conserver entièrement leur aptitude à l'emploi pendant une durée de l'ordre de 50 ans, les
façades légères doivent être normalement entretenues (garniture des joints, peinture des fenêtres et des bâtis
menuisés, réfection du revêtement extérieur des parties pleines,...). Il est rappelé qu'un entretien peut être
considéré comme normal si :
- d'une part, le délai avant premier entretien est au moins égal à dix ans ;
- d'autre part, la périodicité de l'entretien est supérieure à cinq ans, de l'ordre de dix ans.
Tel que prévu, le classement « d » rend compte de la durabilité normale en atmosphère la plus couramment
rencontrée en territoire métropolitain.
Selon le comportement prévisible de leur paroi extérieure, les éléments sont caractérisés par la lettre « d »
affectée d'un indice variant de 1 à 4.

4 La caractéristique « K » ne donne pas lieu à classement : elle précise simplement la valeur du coefficient de
transmission thermique utile K exprimée en W/m².°C.

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 14
Classement ETANCHEITE A LA PLUIE des Murs de façade
Type : Mur de façade
Exemple : Type IIa

Il s'agit bien entendu des murs de façade.


1- Les murs de façade sont divises en quatre catégorie:

Murs type I:
Murs simples y compris lorsqu'ils sont enduits.
Murs doubles si l'intervalle entre les deux parois est entièrement garni d'un isolant hydrophile.
Il s'agit donc de murs qui ne comportent pas de dispositifs s'opposant au cheminement de l'eau jusqu'à la face
interne.
Murs type II Type IIa:
Murs simples doublés intérieurement par un matériau non hydrophile.
Murs doubles dont l'intervalle est garni par un isolant non hydrophile.

Type IIb:
Murs doubles dans lesquels le vide est, soit non garni, soit garni d'un isolant non au contact de la face interne de la
paroi externe.
Nota: Un isolant est dit non hydrophile si, placé au contact de l'eau, il n'est susceptible d'absorber celle-ci qu'en
quantité négligeable.
Sont non hydrophiles: certains panneaux en polystyrène expansé, mousses de P.V.C., mousses de polyuréthanne
rigide et certaines laines minérales traitées.
Type III:
Murs doubles comportant un dispositif destiné à recueillir les infiltrations et a les rejeter a l'extérieur (c'est un type
amélioré).
Type IV
Murs dont l'étanchéité est assurée par un revêtement extérieur étanche (bardage ou revêtement à liants
plastiques).

2- critères liés à l'environnement de la construction

2.1 situation de la construction


On distingue quatre situations :
Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 15
a) constructions situées à l'intérieur des grands centres urbains (villes où la moitié au moins des bâtiments ont plus
de 4 niveaux) ;
b) constructions situées dans les villes petites et moyennes ou à la périphérie des grands centres urbains ;
c) constructions isolées en rase campagne :
d) constructions isolées en bord de mer ou situées dans les villes côtières, lorsque ces constructions sont à une
distance du littoral inférieure à une limite à fixer en fonction des conditions climatiques locales et de leur hauteur
réelle. Cette limite qui doit, dans les meilleures conditions, être au moins égale à 15 fois la hauteur réelle du
bâtiment au-dessus du sol peut, dans les zones ou régions particulièrement exposées, telles les zones non
abritées du littoral de l'ouest et du nord de la France ou du golfe du Lion, atteindre 5 à 10 km.

2.2 la hauteur de la paroi au-dessus du sol

On distingue, de ce point de vue, les parois dont


la partie supérieure, à une hauteur d'étage
courant près, se situe :
- à moins de 6 m au-dessus du sol,
- entre 6 et 18 m,
- entre 18 et 28 m,
- entre 28 et 50 m,
- entre 50 et 100 m.

2.3 la présence ou l'absence d'une protection contre le vent de pluie (effet de masque)

Les façades sont classées en deux


catégories :
- les façades abritées,
- les façades non abritées.

3 choix du type de mur de façade, en fonction de l'exposition à la pluie

3.1 maçonneries destinées à rester apparentes


Hauteur du mur
au-dessus du sol Situation a, b ou c Situation d
(m)
Façades abritées Façades non abritées Façades abritées Façades non abritées
Zone littorale sauf front de mer Front de mer
<6 IIa (cf note 1) IIa (cf note 2) (cf note 5) IIa (cf note 1) IIa (cf note 2) (cf note 5) III
ou III (cf note 3)
6 à 18 IIa (cf note 1) IIa (cf note 2) (cf note 5) IIa (cf note 1) IIa (cf note 2) (cf note 5) III
ou III (cf note 3)
18 à 28 IIa (cf note 1) IIa (cf note 2) (cf note 5) IIa (cf note 1) III III (cf note 2)
ou III (cf note 3)
28 à 50 (cf note 4) (cf note 4)
50 à 100 (cf note 4) (cf note 4)
(note 1) Pour ces cas d'exposition, il est possible, exceptionnellement et sur justification (référence à l'expérience locale ...), d'utiliser des murs de type I en
pierres apparentes (pierres de taille ou moellons sous réserve de respecter les épaisseurs minimales fixées par les Règles de calcul DTU n°20.1).
(note 2) Pour ces cas d'exposition, ce type de mur nécessite, pour certaines maçonneries, des dispositions complémentaires explicitées dans le chapitre
correspondant aux matériaux constitutifs du cahier des clauses techniques d'exécution DTU n° 20.1 enduit côté intérieur ou jointoiement après
coup.
(note 3) Dans les cas coulants, le mur du type IIb moyennant les dispositions complémentaires visées au renvoi [Cl note 2] est suffisant ; toutefois, en fonction
des connaissances de la sévérité des conditions climatiques de lieu, le concepteur peut demander l'exécution d'un mur de type III.

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 16
(note 4) Ces cases correspondent à des utilisations exceptionnelles non visées par le présent document et devant faire l'objet d'une étude particulière.
(note 5) Dans le cas d'utilisation de blocs en béton apparent à alvéoles débouchant et pour toutes les façades non abritées, il convient d'utiliser des murs de
type III.

3.2 maçonneries destinées à recevoir un enduit ou un revêtement traditionnel extérieur

Hauteur du mur
au-dessus du sol Situation a, b ou c Situation d
(m)
Façades abritées Façades non abritées Façades abritées Façades non abritées
Zone littorale sauf front de mer Front de mer
<6 I I ou IIa (cf note 2) I I ou IIa (cf note 5) IIb
6 à 18 I I ou IIa (cf note 3) I IIa IIb
18 à 28 I (cf note 1) I ou IIa (cf note 4) I (cf note 1) IIb IIb (cf note 6)
ou III
28 à 50 IIa ou IIb (cf note 2) III III
50 à 100 III ou IV (cf note 2) IV IV
(note 1) Pour ces conditions d'exposition, les façades comportant des balcons et loggias ne peuvent, en règle générale, être considérées comme abritées.
(note 2). Excepté pour les murs du type IV, il n'a pas été tenu compte, dans l'analyse qui précède, de la nature du revêtement extérieur, qui peut cependant
contribuer à la pénétration de l'eau de pluie. Il reste, bien entendu, possible au concepteur d'user de ce paramètre pour préciser son choix en
considération de la situation particulière de l'ouvrage.
(note 3). Le mur du type I ne peut, dans ces conditions d'exposition, être utilisé que lorsque l'épaisseur blute de la paroi en maçonnerie est supérieure ou égale
à 27,5 cm.
Dans les autres cas, la solution minimale est le mur du type IIa.
(note 4) Le mur du type I peut, dans ces conditions d'exposition, être admis en fonction des conditions climatiques particulières du lieu et sous réserve de
justifications résultant d'expériences locales satisfaisantes, lorsque l'épaisseur brute de la paroi en maçonnerie est supérieure ou égale à 32,5 cm, en
blocs perforés de terre cuite et blocs de béton de granulats courants.
Dans les autres cas, la solution minimale est le mur de type IIa.
(note 5) Le mur de type I peut, dans ces conditions d'exposition, être admis en fonction des conditions climatiques particulières du lieu et sous réserve de
justifications résultant d'expériences locales satisfaisantes, lorsque l'épaisseur brute de la paroi en maçonnerie est supérieure ou égale à:
- 37,5 cm en blocs perforés de terre cuite,
- 27,5 cm en blocs de béton,
- 27,5 cm en blocs de béton cellulaire autoclavé.
Dans les autres cas, la solution minimale est le mut de type Iia.
(Note 6) Le mur de type IIb peut, dans ces conditions d'exposition, être admis en fonction des conditions climatiques particulières du lieu et sous réserve de
justifications résultant d'expériences locales satisfaisantes.
Dans les autres cas, la solution minimale est le mut de type III.

3.3 épaisseurs minimales des murs de type I

Types de mur épaisseur (cm)


Murs en briques pleines ou perforées 22
Murs en blocs pleins ou creux de béton de granulats courants 20 (Cf note 1)
27,5 (Cf note 2)
32,5 (Cf note 3)
Murs en blocs pleins ou creux de béton de granulats légers 22,5
27,5 (Cf note 4)
Murs en briques creuses de terre cuite à perforations horizontales 22,5 (Cf note 1)
27,5 (Cf note 2)
Murs en blocs perforés de terre cuite à perforations verticales 20 (Cf note1)
27,5 (Cf note 2)
32,5 (Cf note 3)
37,5 (Cf note 4)
Murs en blocs plein de béton cellulaire autoclavé 20 (Cf note 1)
27,5 (Cf note 2) (Cf note 4)
(note 1) L'épaisseur minimale de 20 ou 22,5 cm s'applique aux murs du type 1 dont l'emploi est envisagé :
- pour les façades abritées,
- en situation a, b ou c pour les façades non abritées, dont la hauteur au-dessus du sol ne dépasse pas 6 m.
(note 2) L'épaisseur minimale de 27,5 cm s'applique aux murs de type 1 dont l'emploi est envisagé en situation a, b ou c pour des façades
non abritées dont la hauteur au-dessus du sol est comprise entre 6 et 18 m.
(note 3) L'épaisseur minimale de 32,5 cm s'applique aux murs du type 1 dont l'emploi est envisagé, moyennant des justifications résultant
d'expériences locales satisfaisantes, en situation a, b ou c pour des façades non abritées dont la hauteur au-dessus du sol est
comprise entre 18 et 28 m.
[note 4) L'épaisseur minimale de 37,5 ou 27,5 suivant la nature du matériau s'applique aux murs du type 1 dont l'emploi est envisagé
moyennant des justifications d'expériences locales satisfaisantes en situation d pour des façades non abritées hors front de mer,
dont la hauteur au-dessus du sel est inférieure à 6 m. Enfin, elle peut être abaissée dans les conditions définies en remarque à
l'article 3.111 ci-avant après étude cas par cas.

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 17
Classement Ensembles d'entrée d'immeubles (Classement FASTE)
Type : Ensembles d'entrée d'immeubles
Exemple : F A34 S2 T3 E5

L'aptitude à l'emploi des blocs-portes est donnée à travers 5 critères affectés d'un niveau de performance repéré
par paliers. Le niveau attribué est la limite la moins favorable du palier où se situe la valeur exacte du critère.
F : Résistance au feu :
. Niveaux de performances : degrés CF et PF 1/4H, 1/2H, 1H - Valeur exacte figurant sur le PV officiel au-
delà.
A: Affaiblissement acoustique :
. Niveaux attribués (limites des paliers) : 28 - 30 - 34 - 38 - 42 - 45 dB(A).
S : Stabilité dimensionnelle (déformation du vantail suite à une exposition entre deux climats
différents - Flèche concave sur les montants).
. Niveaux attribués (limites des paliers, mm) : 6 - 4 - 2 - 1.
T : Performances thermiques (valeur du coefficient K, W/m2.°C)
. Niveaux attribués (limites des paliers) : 3 - 2,5 - 2 - 1,5 - 1.
E : Effraction (essais selon NF)
. Niveaux attribués : 5mn - 10mn - 12mn - 20mnA - 20mnB.

ETENDUE DE LA QUALIFICATION :
La marque NF-CTB "Blocs-portes - Classement FASTE" a pour but de garantir la fonctionnalité du produit en
validant ses performances d'usage, et d'attester sa conformité aux prescriptions techniques particulières de la
Marque.
Le droit d'usage est délivré sous condition d'autocontrôle de la production par le fabricant et de contrôle par le
CTBA qui s'assure périodiquement de la régularité de la fabrication.
Huisserie métal
F PF-1/2H - CF-1/2H
A34 34dB(A)
S1 1mm
T3 3W/m2.°C!
E5 5mn

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 18
Classement etats de FINITION des peintures
Type : PEINTURES
Exemple : finition B satiné mat

Classement d'aspect
Le choix est lié à la qualité de surface du subjectile.
La nature et l'importance des travaux d'apprêt et de peinture à exécuter dépendent à la fois des caractéristiques du
subjectile brut et du niveau de finition désirée.
1 définition du degré de brillant
Le degré de brillant est fixé par le maître d'ouvrage en référence aux prescriptions de classement de la norme NF X 08-
002 paragraphe 3.11 - Tableau 1, qui donne les valeurs limites indicatives de brillant spéculaire Bs :
- mat : Bs compris entre 0 et 10 ;
- satiné mat : Bs compris entre 10 et 20 ;
- satiné moyen : Bs compris entre 20 et 45 ;
- satiné brillant : Bs compris entre 45 et 60 ;
- brillant : Bs supérieur à 60.
La mesure du brillant spéculaire doit être faite au plus tard dans un délai de trois mois après l'application de la peinture.
En l'absence de précision aux DPM, l'aspect satiné retenu sera le ` moyen '.
2 définition des états de finition communs à tous les subjectiles
Les états de finition sont classés comme suit :
2.1 finition C
Le film de peinture couvre le subjectile. Il lui apporte un coloris, mais l'état de finition de surface reflète celui du
subjectile.
Des défauts locaux de pouvoir masquant et de brillance sont tolérés.
2.2 finition B
Cet état de finition est défini ci-après par nature de subjectile.
2.3 finition A
Cet état de finition est défini ci-après par nature de subjectile.
2.4 finition spécifique
Cet état de finition ne s'exécute que sur prescriptions spéciales à inclure aux documents particuliers du marché :
- en définissant la nature des travaux à réaliser ;
- en définissant un état particulier d'aspect de la finition.
Cette finition n'est pas visée par ce document.

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 19
Classement Revêtements d'étanchéité de TT (Classement FIT)
Type : Revêtements d'étanchéité de TT
Exemple : F5 I4 T2

Niveaux de performances attribués :


L'aptitude à l'emploi des revêtements d'étanchéité est donnée à travers 3 propriétés essentielles repérées sous forme de
lettres affectées d'un indice caractérisant le niveau de performance.
F : Résistance à la Fatigue - (Indice : 1 à 5).
I : Résistance à l'Indentation - (1 à 5). (L'indentation combine les poinçonnements statique et dynamique).
T : Comportement aux Températures - (1 à 5).
Plus le chiffre est élevé, meilleure est la performance.
L'adéquation du revêtement à l'emploi est réalisée lorsque les niveaux de performance du premier sont au moins égaux
aux niveaux d'exigence du second.

Niveaux d'exigence requis :


Selon support, pente, usage, protection de la toiture :
Se reporter au Cahier du CSTB 2358, sept.89, qui comporte également un tableau de convenance des revêtements en
asphalte (A ou P).

Classement F.I.T. des étanchéités de toitures


Exploitation et usage de la toiture et type de protection

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 20
Certificat ACERMI des Isolants (Classement ISOLER)
Type : Isolants : Classement ACERMI
Exemple : I2 S3 O1 L2 E3

Le Certificat ACERMI est attribué par l'Association pour la Certification des Matériaux Isolants qui regroupe le
Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB) et le Laboratoire National d'Essais (LNE).
Le Certificat ACERMI s'applique aux isolants de toutes natures, conformes à la norme NF P 75-101 et présentant
un pouvoir isolant significatif: laine de verre ou de roche, polystyrène expansé ou extrudé, mousses de
polyuréthanne, de polyisocyanurate, de PVC, mousses formo-phénolique, etc.
Il vise les isolants manufacturés (fabriqués en usine) dont la constance des caractéristiques fait l'objet d'un
contrôle par le fabricant lui-même. Le système qualité mis en place par le fabricant est vérifié par l'Association pour
la Certification des Matériaux Isolants qui effectue visites d'usines et essais sur prélèvements.
Il existe trois types de Certificats ACERMI pour apprécier le pouvoir isolant et les propriétés d'aptitude à l'emploi
des isolants du bâtiment:
Certificat A: certification de la résistance thermique réelle R, en fonction de l'épaisseur nominale du produit (R est
exprimée en m2 K/W);
Certificat B: certification des caractéristiques ISOLE et d'une valeur forfaitaire de la résistance thermique;
Certificat C: certification de la résistance thermique réelle en fonction de l'épaisseur du produit et certification des
caractéristiques ISOLE
Ces trois types de Certificats répondent à autant de besoins différents de certification, il n'existe entre eux aucune
hiérarchie. La signification des caractéristiques ISOLE et leur portée
I : Incompressibilité: propriétés mécaniques en compression avec 5 niveaux : I1 à I5;
S : Stabilité dimensionnelle: comportement aux mouvements différentiels avec 4 niveaux: S1 à S4;
O : Comportement à l'eau: comportement à l'eau avec 3 niveaux: O1 à O3;
L : Limite des performances mécaniques en traction: propriétés mécaniques utiles en cohésion et flexion avec 4
niveaux: L1 à L4;
E : Perméance à la vapeur d'eau: avec 4 catégories de Perméance: E1 à E4.
Ces caractéristiques ont été choisies car elles représentent bien ce que l'on attend des isolants dans leurs emplois
courants de bâtiment
Ainsi, les 5 caractéristiques ISOLE d'un isolant constituent un véritable profil d'aptitude de cet isolant à divers
emplois. Comme ceux-ci sont eux-mêmes définis par les niveaux ISOLE qu'ils requièrent, il est facile et efficace de
vérifier la convenance d'un isolant donné à un emploi donné
On peut, à cet égard, consulter le fascicule ACERMI « Exemples d'usage des propriétés certifiées des isolants
thermiques de bâtiment ».
Le certificat ACERMI est explicitement pris en compte par le DTU « Règles Th-K » , (mises à jour d'octobre 1985,
de janvier 1987 et de juillet 1988) ainsi que par les Avis Techniques édités par le CSTB.

EXEMPLES D'USAGES DES PROPRIETES CERTIFIEES DES ISOLANTS THERMIQUES DE BATIMENT


( voir le schéma joint )
MURS ET PAROIS VERTICALES
ISOLATION INTERIEURE DE PAROI LOURDE (DTU n°20.1 et 23.1)
Repère Emploi I S O L E
1 Isolant derrière cloison de doublage
- mur de type II ou III tel que défini par le DTU 1 1 2 2 1à4
- mur de type I ou IV tel que défini par le DTU 1 1 1 2 1à4
2 Isolant contrecollé en usine à une ou deux plaques de plâtre pour constituer
- complexe P1 avec PSE 1 2 2 3 2
- autre complexe 1 2 2 3 3

ISOLATION EXTERIEURE DE PAROI LOURDE


Repère Emploi I S O L E
3 Isolant inséré dans un bardage rapporté, bardage traditionnel 1 1 2 2 1
4 Isolant inséré dans un revêtement attaché en pierre mince (DTU n°55.2) 1 1 2 2 1
5 Isolant PSE collé et recouvert d'un enduit mince armé ou hydraulique armé 2 4 3 4 2

ISOLATION INCORPOREE OU EN POSITION INTERMEDIAIRE


Repère Emploi I S O L E

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 21
6 Isolant inséré dans un double mur (DTU n°20.1 ) 1 1 2 2 1à4
7 Isolant entre ossatures (bois, métal, béton) et parois légères (DTU n°31.2) 1 1 2 2 1à4
Isolant inséré dans un bardage double peau 1 1 2 2 1à4
8 Isolant inséré dans un panneau préfabriqué en béton avec entretoises 2 1 2 3 2

TOITURES ET COMBLES
Isolant en plancher de combles perdus
Repère Emploi I S O L E (*)
9 Isolant non recouvert et comble largement ventilé 1 1 1 1 1
Isolant non recouvert et comble faiblement ventilé 1 1 1 1 3
Isolant non recouvert, comble faiblement ventilé, en zone très froide 1 1 1 1 4
10 Isolant recouvert par un plancher bois sur solives 1 1 1 1 4
Isolant sur plancher lourd recouvert de panneaux de répartition des charges 2 1 1 1 2
Isolant sur plancher léger recouvert de panneaux de répartition des charges 2 1 1 1 4
* En cas d'isolant de caractéristique E inférieure à celle du tableau, il est possible d'utiliser un pare-vapeur de
perméance équivalente en sous-face

Isolant en rampant
Repère Emploi I S O L E (*)
11 Isolant en rampant sous couverture non jointive 1 1 1 1 1
Isolant en rampant sous couverture continue ou bacs métalliques 1 1 1 1 3 ou 4 (*)
Isolant rapporté sur toiture inclinée lourde 1 1 2 2 1
Isolant en sous-face de toiture industrielle (DTU 40.31 à 40.45) 1 1 1 1 3 ou 4 (*)
12 Isolant sur plafonds suspendus (DTU 58.1) 1 1 1 1 1à4
* Selon section de ventilation : en cas de niveau plus faible, prévoir un pare-vapeur côté intérieur de perméance
équivalente

PLANCHERS ET SOUBASSEMENTS
Planchers sur terre-plein
Repère Emploi I S O L E
13 Isolation verticale de fondations ou murs enterrés a la périphérie de terre-plein,
vide sanitaire non ventilé, cave; isolation placée du coté intérieur ou
du coté extérieur, utilisée en coffrage ou rapportée (DTU n°20.1 et 23.1 ) 2 1 3 3 1
14 Isolation en sous-face de dalle armée 3 1 2 2 1

Planchers sur cave


Repère Emploi I S O L E
15 Isolation périphérique extérieure de soubassement 2 1 3 3 1
15 Isolation fixée mécaniquement en sous-face de plancher de cave 1 1 1 2 1

Plancher sur vide sanitaire


Repère Emploi I S O L E
Isolation des murs par l'extérieur 2 1 3 3 1
Isolation des murs par l'intérieur 2 1 3 3 1

Chapes et dalles
Repère Emploi I S O L E
16 Isolation sous chape, dalle, revêtement de sol scellé ou bois (DTU n°26.2, 52.1, 51.3)
Compressibilité III 2 1 2 2 1à4
Compressibilité II 3 1 2 2 1à4
Compressibilité I 4 1 2 2 1à4
17 Non compressible 5 1 2 2 1à4

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 22
Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 23
Classement Réaction au feu des matériaux (Classement M)
Type : Réaction au feu des matériaux
Exemple : M2

Le comportement au feu des matériaux et éléments de construction est apprécié


suivant un certain nombre de critères.
Deux critères essentiels servent de base à l'appréciation du comportement au feu.
* La réaction au feu, c'est à dire l'aliment qui peut être apporté au feu et au développement de l'incendie.
* La résistance au feu, c'est à dire le temps pendant lequel les éléments de construction peuvent jouer le rôle qui
leur est dévolu, malgré l'action de l'incendie.

LE CRITERE M caractèrise la REACTION AU FEU des PAROIS (voir le classement T pour la réaction au feu des
toitures)
La réaction au feu des matériaux qualifie leur facilité à s'enflammer, et donc à alimenter le feu ( arrêté du 4 juin
1973). les matériaux peuvent être incombustibles ( M0: pierre, tuile, verre, fer...) ou combustibles. Dans ce dernier
cas, ils sont classés en quatre groupes:
* M1: Non inflammable.
* M2: Difficilement inflammable.
* M3: Moyennement inflammable.
* M4: Facilement inflammable.

Exemple:
Plafonds: M1 ( risque le plus élevé).
Revêtements des murs: M2
Revêtements de sols: M3 ou M4

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 24
Enduits monocouche d'imperméabilisation (Classement MERUC)
Type : Enduits d'imperméabilisation
Exemple : M2 E3 R2 U4 C3

Cette classification a été conçue pour fournir une information sur les caractéristiques des enduits
d'imperméabilisation en indiquant les plages dans lesquelles elles se situent dans des conditions normales
d'application. Il n'est d'ailleurs pas exclu que l'on puisse obtenir des caractéristiques sortant des fourchettes
indiquées dans certains cas particuliers
Les classes de caractéristiques ont été étendues au-delà des imites habituelles de variation des enduits
monocouches d'imperméabilisation de façon à pouvoir englober l'ensemble des caractéristiques des mortiers
de liants hydrauliques.
1 Principe de la classification
La classification porte sur les caractéristiques suivantes
M : Masse volumique apparente de l'enduit durci
E : Module d'élasticité
R : Résistance à la traction
U : Rétention d'eau (humidification)
C : Capillarité

Les caractéristiques des enduits peuvent en effet varier en fonction des conditions de mise en oeuvre et
évoluer dans le temps
2 Mode de classification
La classification des caractéristiques des enduits monocouches d'imperméabilisation est attribuée à partir des
justifications expérimentales obtenues lors de l'instruction de la demande et des résultats fournis par le
fabricant.
Elle est indiquée dans le Certificat CSTB et marquée sur les sacs.
Les classes sont au nombre de 6 pour chacune des caractéristiques retenues dans cette classification
Pour des produits qui présentent peu de variations, il se peut que certaines caractéristiques soient comprises
dans la zone de recouvrement de deux plages et puissent être classées dans l'une ou l'autre classe On
adoptera alors la classe dont la valeur minimale se rapproche le plus des caractéristiques du produit, c'est à
dire la classe de caractéristiques la plus élevée

Masse volumique apparente M


Il s'agit de la masse volumique apparente (mva) du produit durci après séchage.
M1 mva inférieure à 1200 kg/m3
M2 mva comprise entre 1000 et 1400 kg/m3
M3 mva comprise entre 1200 et 1600 kg/m3
M4 mva comprise entre 1400 et 1800 kg/m3
M5 mva comprise entre 1600 et 2000 kg/m3
M6 mva supérieure à 1800 kg/m3

Module d'élasticité E
Il s'agit du module d'élasticité dynamique mesuré après 28 jours de séchage.
E1 module d'élasticité inférieur à 5000 MPa
E2 module d'élasticité compris entre 3500 et 7000 MPa
E3 module d'élasticité compris entre 5000 et 10000 MPa
E4 module d'élasticité compris entre 7500 et 14000 MPa
E5 module d'élasticité compris entre 12000 et 20000 MPa
E6 module d'élasticité supérieur à 16000 MPa.

Résistance à la traction R
Il s agit de la résistance à la traction mesurée par flexion après 28 jours de séchage.
Rl résistance à la traction inférieure à 1,5 MPa
R2 résistance à la traction comprise entre 1,0 et 2,0 MPa
R3 résistance à la traction comprise entre 1,5 et 2,7 MPa
R4 résistance à la traction comprise entre 2,0 et 3,5 MPa
R5 résistance à la traction comprise entre 2,7 et 4,5 MPa
R6 résistance à la traction supérieure à 3,5 MPa.

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 25
Rétention d'eau U (humidification)
Elle est déterminée sur pâte après malaxage au taux de gâchage moyen du produit, sous une
dépression de 50 mm Hg.
U1 rétention d'eau inférieure à 78 %
U2 rétention d'eau comprise entre 72 et 85 %
U3 rétention d'eau comprise entre 80 et 90 %
U4 rétention d'eau comprise entre 86 et 94 %
U5 rétention d'eau comprise entre 91 et 97 %
U6 rétention d'eau comprise entre 95 et 100 %

Capillarité C
Le coefficient de capillarité est exprimé en g/dm7.min~/7 et mesuré après 28 jours de séchage
C1 capillarité inférieure à 1,5
C2 capillarité comprise entre 1,0 et 2,5
C3 capillarité comprise entre 2 et 4
C4 capillarité comprise entre 3 et 7
C5 capillarité comprise entre 5 et 12
C6 capillarité supérieure à 10

Les produits bénéficiant d'un tel Certificat sont identifiables par la présence sur les emballages de la marque
CSTB, à laquelle se substitue maintenant la marque CSTBat, suivie d'un repère d'usine et d'un numéro
d'identification du produit séparés par la lettre M (..monocouche), de la classification MERUC et des supports
admissibles:
" Supports A : Tous supports verticaux en maçonnerie et en béton à l'exclusion des supports peu
résistants (supports neufs tels que béton cellulaire, ou certains supports anciens);
" Supports B : Tous supports verticaux en maçonnerie et en béton y compris les supports peu résistants

Choix des enduits


En fonction des supports admissibles (Support A ou Support B)
En fonction de l’exposition à la pluie
Lorsque la façade est très exposée à la pluie,( façades non abritées en situation d, ou située à une
hauteur de plus de 18m, ou du fait du climat local), on doit choisir un enduit à faible capillarité (classe
C1 ou C2).
En fonction de l’exposition aux chocs et dégradations
Lorsque la façade est très exposée aux chocs (passages couverts, rez de chaussée de
bâtiments collectifs ou donnant directement dans la rue, …), on doit choisir un enduit à
caractéristiques mécaniques élevées (classe E≥3 et R≥3)pour permettre de diminuer les risque de
dégradation.
Pour des enduits appliqués sur parois enterrées, coisir des enduits de classe M≥4, R≥3 et C≤2. Ces
enduits peuvent se substituer à l’enduit traditionnel réalisé avec incorporation d’hydrofuge de masse
prévu au DTU 20.1.

Lors de l’application par temps froid, il faut choisir des enduits de classe M3 ou M4.

Pour permettre un pose de carrelages collés, il faut choisir des enduits de classe E≥4 et R≥4

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 26
Classement Carreaux Emaillés (Classement P.E.I.)
Type : Carreaux Emaillés
Exemple : PEI classe III

Pour les carreaux émaillés, une classification appelée P.E.I. (Porcelain Enamel Institute) a tendance à être plus
utilisée que le classement UPEC. Elle est déterminée par un essai d'usure standardisé, les carreaux sont classés
de I à IV suivant leur résistance croissante à l'abrasion.
Cette classification, qui est quelque fois utilisée pour les revêtements de sols, n'est applicable qu'aux carreaux
émaillés, les autres étant "Hors Classe P.E.I.".

RÉSISTANCE À L'ABRASION : CLASSEMENT PEI (Porcelaine Enamel Institute - USA)


La résistance à l'abrasion est égale à la dureté de l'émail sous l'action d'usure provoquée par le cheminement ou par le
frottement de corps mécaniques (chariots, etc...).
Cette action d'usure par frottement est étroitement liée à la conjugaison des agents mécaniques (semelle en caoutchouc,
semelle en cuir, etc...) et abrasifs avec l'intensité du trafic.
En respect de la norme EN ISO 10545-7, les carreaux sont classés en fonction de leur destination d'utilisation à l'intérieur de
quatre classes, définies ainsi :

PEI II Produits destinés à des milieux soumis à un trafic très léger et à une abrasion basse : salles de bains, chambres à
coucher ; en appartements, salles à manger, séjours sans liaison directe avec l'extérieur.
PEI III Produits destinés à des milieux soumis à un trafic léger avec une action abrasive moyenne : entrées, dégagements,
etc... à l'exception des cuisines
PEI IV Produits destinés à des milieux soumis à un trafic normal : maisons individuelles y compris les cuisines ;
immeubles, bureaux publics, restaurants, magasins (excepté le carrelage se trouvant sous les caisses, les
comptoirs d'établissements publics et les passages restreints obligatoires).
PEI V Produits destinés à des milieux soumis à un trafic plus élévé ne nécessitant pas la pose d'un grès cérame.

CORRESPONDANCE UPEC / PEI


U2 PEI II
U2S PEI III
U3 PEI IV
U3S PEI V
U4 Hors Classement (grès cérame ou
grès étiré brut hors classement PEI)

Remarque :
Lorsque les conditions d'emploi dans les locaux privés ou publics se révèlent trop élevées et n'autorisent plus la pose de
carreaux en grès émaillé à cause d'un trafic ou d'un piétinement intense et trop localisé (ex. halls de gare, boulangeries,
etc...), l'utilisation de grès cérame pressés ou étirés, non émaillés de classement U4 est recommandée.

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 27
Classement : PERMEABILITE A L'AIR (isolants en fibres minerales)
Type : ISOLANTS EN FIBRES MINERALES
Exemple : VB 4

Classification
La classification des laines minérales manufacturées, destinées à l'isolation thermique des bâtiments est explicitée
dans le tableau ci-après,
en fonction de leur nature, de leur perméabilité à l'air conventionnelle et de leur masse volumique nominale.
Nature Perméabilité à l'air conventionnelle Classe Masse volumique nominale Ro
Ko m² kg/m3
Laine de roche Ko<2.10-9 RA 1 18<Ro<25
RA 2 25<Ro<35
RA 3 35<Ro<80
2.10-9<Ko<5. 10-9 RB 3 60<Ro<100
RB 4 100<Ro<180
Laine de verre Ko<0,6. 10-9 VA 1 7<Ro<9,5
VA 2 9,5<Ro<12,5
VA 3 12,5<Ro<18
VA 4 18<Ro<25
VA 5 25<Ro<65
0,6.10-9<Ko<0,8 10-9 VB 1 7<Ro<9,5
VB 2 9,5<Ro<12,5
VB 3 12,5<Ro<18
VB 4 18<Ro<25
VB 5 25<Ro<65
0,8.10-9<Ko<1,1 10-9 VC 1 7<Ro<9,5
VC 2 9,5<Ro<12,5
VC 3 12,5<Ro<18
VC 4 18<Ro<25
VC 5 25<Ro<130
1,1.10-9<Ko<1,7 10-9 VD 1 7<Ro<9,5
VD 2 9,5<Ro<12,5
VD 3 12,5<Ro<18
VD 4 18<Ro<25
VD 5 25<Ro<130
1,7.10-9<Ko<5 10-9 VE 3 55<Ro<80
VE 4 80<Ro<130

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 28
Classement resistance au feu (SF PF CF)
Type : Résistance au feu
Exemple : SF 1h ou CF 15mn

Les éléments d'appréciation de la résistance au feu résultent de 4 critères :


a) Résistance mécanique :
en ce qui concerne, s'il y a lieu, la stabilité de la construction et, dans tous les cas, la tenue propre de
l'élément pour qu'il continue à remplir son office;
b) Isolation thermique :
proprement dite (l'isolation thermique est considérée comme satisfaisante lorsque l'échauffement moyen et
l'échauffement moyen maximum ne dépassent pas respectivement 140°C et 180°C ).
c) Etanchéité aux flammes :
( critère relatif à la fois à la résistance mécanique au point de vue des déformations admises et à l'efficacité
de l'isolation thermique ).
d) Absence d'émission de gaz inflammables : hors de la face exposée de l'élément
Suivant les cas, un ou plusieurs de ces critères sont retenus :
SF : Stable au feu PF: Pare flammes CF: Coupe feu
(résistance mécanique). si SF + étanchéité aux flammes et absence si PF + isolation thermique.
d'émission de gaz (face non exposée).

La résistance au feu des éléments de construction qualifie leur aptitude à conserver leur rôle isolant (PF ou CF )
ou porteur ( SF ) durant le temps nécessaire à : l'évacuation, au sauvetage et à la lutte contre l'incendie.
Remarque : La stabilité au feu exigée correspond à la durée nécessaire pour évacuer les occupants. Les éléments
PF sont actuellement de plus en plus exigés, car ils permettent la non propagation des fumées et des gaz
toxiques, qui constituent le danger majeur.
Le tableau ci dessous résume ce qui vient d'être dit et indique également les éléments particulièrement concernés
par chacun des degrés de résistance au feu.
Critères A B C D
Résistance Isolation Etancheité aux Absence d'émission de Eléments
mécanique thermique flammes gaz inflammables concernés

Classement

Stable au feu X Poteaux


(SF) Poutres
Pare-flammes X X X Blocs-portes
(PF) Murs et cloisons
Coupe-feu (CF) X X X X Murs et cloisons
Planchers
Gaines
Blocs-portes

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 29
Classement Revêtements de sols (Classement UPEC)
Type : Revêtements de sols
Exemple : U2 P2 E3 C3

1. Principe du classement
Le classement UPEC des revêtements de sols minces, créé en 1959 pour les revêtements de sols plastiques,
puis étendu par la suite aux revêtements de sols textiles et aux sols céramiques, est une classification
fonctionnelle qui permet:
- de caractériser le sol d'un local destiné à la circulation ou au séjour des personnes par différentes sévérités
d'usage vis-à-vis des agents mécaniques, physiques et chimiques de détérioration;
- d'attribuer aux revêtements, selon leur type et leur constitution, divers degrés de résistance aux mêmes
agents.
Ainsi la compatibilité d'un revêtement à l'usage qu'on en attend se traduit par un classement du revêtement au
moins égal à celui du local.
2. Forme du classement des locaux
Les locaux sont caractérisés par l'association de quatre lettres munies d'un indice qui croît avec le niveau de
sévérité d'usage. Les quatre lettres désignent respectivement:
U: usure (ou usage), due à la marche et au piétinement debout ou assis; la lettre U est affectée de l'un des
indices suivants: 1, 2, 2S, 3, 3S ou 4.
P: poinçonnement, dû au mobilier fixe ou mobile; les indices pour P vont de 1 à 3.
E: eau; les indices vont de 0 à 3.
C: agents chimiques; les indices vont de 0 à 3.

3. Classement des locaux


L'ensemble des locaux en France a donné lieu à un classement selon les quatre lettres UPEC.

MAISONS INDIVIDUELLES
BÂTIMENTS CIVILS OU ADMINISTRATIFS, PUBLICS OU PRIVÉS
Entrée, séjour, couloir, escalier : U2SP2E1C0
Bureau collectif : U3P3E1C0
Cuisine : U3P2E2C2
Salle de réunion, salle de conférence : U3P2E1C0
Salle de bains : U2P2E3C1
Salle publique de réunion : U3SP3E1C1
Chambre : U2P2E1C0
Restaurant d'entreprise : U3SP3E1C1
Balcon, loggia, terrasse : U3P3E3C2
Salle polyvalente : U3SP3E2C1

IMMEUBLES COLLECTIFS
Hall public de circulation (gare,...) : U4P3E3C1
Hall d'entrée : U4P2E2C0
Cuisine collective et annexes :
- pour utilisation modérée ou normale : U4P3E3C2
- pour utilisation intense : U4P4SE3C2
Couloir, palier d'étage, escalier : U3P2E1C0
Espaces extérieurs : coursive, escalier, seuil d'entrée : U4P3E3C2

BÂTIMENTS HOSPITALIERS
BÂTIMENTS COMMERCIAUX
Cabinet de toilettes, sanitaires collectifs : U3P3E2C2
Magasin à faible fréquentation : U3SP2E2C1
Magasin à moyenne fréquentation : U4P3E3C2
Chambre de type courant : U3P3E3C2
Commerce d'alimentation, café-bar : U4P3E2C2
Salle d'examens, salle de soins : U4P3E3C3
Hypermarché : U4P4SE3C2
Accueil, salle d'attente : U4P4E3C2
Galerie marchande de centre commercial : U4P3E3C2
Salle d'opération, d'examen radiologique : U4P3E3C3
Laboratoire d'analyses : U4P3E3C3

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 30
Classement Européens des Revêtements de sols
Exemple : classe 3-1

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 31
Classement des Tapis et Moquettes (T ICCO)
Exemple : T2

SYMBOLES D'USAGE
Déposés en 1974 par le SEGIT pour protéger l'utilisation en France des logotypes du DTFI, le laboratoire allemand de
certification des moquettes à Aix la Chapelle, ces "symboles d'usage" ont continué, après leur abandon par l'industrie
allemande, à être appréciés sur le marché français .
Ils permettent, en effet, d'un seul et rapide coup d'oeil, de
savoir à quelle catégorie d'usage correspond un produit et d'y
adjoindre quelques spécifications complémentaires .

Trois catégories d'usage se répartissent entre Habitat modéré


(chambres), Habitat intensif (séjours, circulations de
logements, bureaux individuels), Professionnel et collectif
(Bureaux collectifs, circulations d'entreprises, magasins, lieux
publics) . S'y ajoutent la résistance aux sièges à roulettes,
l'aptitude à l'usage en escalier et la tenue à l'eau pour l'usage
en salles de bains .
Ces "symboles d'usage" sont attribués, selon un réglement
d'utilisation définissant les classes et en considération des
classements obtenus par le produit dans les différents
systèmes de certification européens ou par adéquation aux
critères de la norme européenne NF-EN-1307 .

CLASSIFICATION T-ICCO
Les moquettes en laine sont, souvent, aussi affectées d'un classement d'usage par l'ICCO ( International Carpet Classification
Organisation) sous le symbole T qui attribue aux produits la catégorie d'usage auxquels ils sont destinés :

T2 pour les chambres


T3 pour les séjours
T4 pour les entrées
T4 T5 pour les bureaux et lieux publics

CLASSE USAGE USAGE

TAPIS (Carpette) MOQUETTE

T2 Léger Léger
Ex. : Chambre

T3 Modéré Modéré
Ex. : Séjour

T4 Important Important
Ex. : Bureau

T5 Très Important Très Important


Ex. : Lieux Publics

T6 Intensif Prestige

Les qualités T4 et T5 qui conviennent pour


l’usage des sièges à roulettes porteront le
symbole

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 32
Classement Isolation par l'extérieur (REVETIR)
Type : Isolation par l'extérieur Cahier du CSTB 2929 décembre 1996
Exemple : r1 e2 V2 E3 T3 I2 R2

AIDE AU CHOIX D'UN SYSTEME D'ISOLATION PAR L'EXTÉRIEUR


L'association EPEBAT a mis au point le classement ~ reVETlR ~ (défini par 7 caractéristiques) permettant
d'opérer un premier choix sur la base de seuls critères techniques (performances, adaptation à l'emploi, durabilité,
conditions de réparation et d'entretien).

1. Le classement "reVETlR "


Il concerne les systèmes d'isolation principale (enduits minces ou épais sur isolant, bardages rapportés,
revêtements attachés en pierre mince avec isolant, vêtures, bar dures) et les systèmes d'isolation complémentaire
(enduits légers de granulats isolants) dont la résistance thermique R est supérieure ou égale à 0,5 m2.°C/W. Ce
classement est indépendant du mur support dont il faudra vérifier l'aptitude à recevoir un système donné.

Les 7 critères de classement retenus sont:


La facilité de réparer ou de remplacer " r ":

La facilité d'entretien et la périodicité " e ":

La résistance aux effets du vent " V ":


Le classement V1, V2, V3 correspond à différents niveaux de pression et dépression minimales.

L'étanchéité relative ou totale à la pluie et le comportement à l'eau " E ":


- E1: ne peut empêcher l'eau de pluie d'atteindre la paroi support,
- E2: s'oppose au cheminement de l'eau (peau imperméable, isolant imperméable et de faible capillarité),
- E3: comporte un dispositif de récupération et d'évacuation des eaux d'infiltration entre la peau et l'isolant
non hydrophile
- E4: comporte une peau étanche et un dispositif de récupération et d'évacuation des eaux d'infiltration
entre la peau et l'isolant non hydrophile (DTU n° 20-1).

La tenue aux chocs et poinçonnement " T ":


Le classement T1, T2, T3, T4 est justifié par 2 nombres: la résistance au choc de corps dur ou mou et
l'énergie du choc.

Le comportement en cas d'incendie " I ":

La résistance thermique " R ":

2. Recommandations d’emploi
Les tableaux 1 à 7 résument, de façon simple, les possibilités de choix.
Nota: les régions, situations et hauteurs H au-dessus du sol (définies dans les DTU n° 36-1 et 37-1) sont
détaillées dans le schéma.

La facilité de réparer ou de remplacer " r ":


- r1: réparation malaisée ou nécessitant des produits spécifiques,
- r2: réparation malaisée avec des produits courants ou réparation aisée avec des produits spécifiques,
- r3: réparation aisée avec des produits courants.

La facilité d'entretien et la périodicité " e ":


- e1: entretien fréquent (3 à 10 ans),
-e2: entretien normal (10 à 20 ans),
- e3: entretien espacé (20 ans ou plus) ou pas d'entretien et aspect non conservé,
-e4: pas d'autre entretien qu'un lavage périodique (10 ans et plus) et aspect conservé.

La résistance aux effets du vent " V ":


Le classement V1, V2, V3 correspond à différents niveaux de pression et dépression minimales.

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 33
La partie de façade f1 du bâtiment a est abritée par le La partie de façade f2 n'est pas abritée par ce bâtiment.
bâtiment b.

L'étanchéité relative ou totale à la pluie et le comportement à l'eau " E ":


- E1: ne peut empêcher l'eau de pluie d'atteindre la paroi support,
- E2: s'oppose au cheminement de l'eau (peau imperméable, isolant imperméable et de faible capillarité),
- E3: comporte un dispositif de récupération et d'évacuation des eaux d'infiltration entre la peau et l'isolant
non hydrophile
- E4: comporte une peau étanche et un dispositif de récupération et d'évacuation des eaux d'infiltration
entre la peau et l'isolant non hydrophile (DTU n° 20-1).

La tenue aux chocs et poinçonnement " T ":


Le classement T1, T2, T3, T4 est justifié par 2 nombres: la résistance au choc de corps dur ou mou et
l'énergie du choc.

Le comportement en cas d'incendie " I ":


-I1: classement M 4
-I2: classement M 3
-I3: classement M 2 ou M 1
-I4: classement M 0.

La résistance thermique " R ": (référence aux DTU Règles Th-G et Th-K de 1988)
- R1: 0,5 < R < 1 m2 °C/W,
- R2: 1 < R < 2 m2 °C/W
- R3: 2 < R < 3 m2 °C/W
- R4: R > 3 m2 °C/W.

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 34
Classe pénétration au feu des toitures (Classe T)
Type : Classe de pénétration au feu des toitures
Exemple : T15/2

Le comportement au feu des matériaux et éléments de construction est apprécié suivant un certain nombre de critères.
Deux critères essentiels servent de base à l'appréciation du comportement au feu.
* La réaction au feu, c'est à dire l'aliment qui peut être apporté au feu et au développement de l'incendie.
* La résistance au feu, c'est à dire le temps pendant lequel les éléments de construction peuvent jouer le rôle qui leur est
dévolu, malgré l'action de l'incendie.

LE CRITERE T caractèrise la REACTION AU FEU des TOITURES (voir le classement M pour la réaction au feu des
parois)
La classe de la couverture, représentée par T, indiquant le temps de passage du feu à travers l'élément.
Cette classe est:
* T30 si le temps de passage est supérieur à 30 mn;
* T15 si le temps de passage est compris entre 15 et 30 mn;
* T5 si le temps de passage est compris entre 5 et 15 mn;

L'indice de propagation du feu en surface de la couverture.


On a:
* Indice 1 lorsque le temps de propagation est supérieur à 30 minutes;
* Indice 2 lorsque le temps de propagation est compris entre 10 et 30 minutes;
* Indice 3 lorsque le temps de propagation est inférieur à 10 minutes.

Seul le laboratoire du C.S.T.B. est actuellement habilité à effectuer les essais sur les couvertures en matériaux combustibles.

Distance entre l'immeuble et l'habitation


Immeuble
voisine ou la limite de la parcelle voisine
d<4m 4 m < d <8 m 8 m < d < 12 m d >12 m
1ère famille T5 ;I(1) T5 ; I(3 - I') T5 ; I(4 - I') Aucune exigence
2ème famille T15 ; I(1) T15 ; I(3 - I') T15 ; I(4 - I') Aucune exigence
3ème famille
& T30 ; I(1) T30 ; I(3 - I') T30 ; I(4 - I') Aucune exigence
4ème famille
Avec I' indice de propagation de l'habitation voisine.

Exemple : Pour un immeuble de 2ème famille, séparé de 5 m d’un immeuble voisin dont l’indice de propagation de la toiture est
1 (I’=1), le classement minimal de sa toiture sera T15 I2 soit T15/2

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 35
Label NF Fermetures (classement vemcros)
Type : Volets roulants
Exemple : V1 E2 M2 C3 R3 O2 S2

La récente création de la marque NF Fermetures est liée à la nécessité pour les fabricants de volets roulants de
disposer d'un label de qualité leur permettant de se distinguer de la concurrence.
Depuis novembre 1996, les volets roulants sont encadrés par la nouvelle marque NF Fermetures, qui les classe
selon sept critères de performance, résumés sous l'appellation V.E.M.C.R.O.S. Chacune de ces lettres définit des
caractéristiques, qui sont généralement complétées par des indices de valeur croissante allant de 1 à 3 (la
meilleure classe étant du type 3).
Sept critères de test
- V correspond à la résistance au vent. La rigidité du volet roulant dépend principalement de celle des exposés,
mais aussi de la prise en coulisse, du mode de liaison à l'axe d'enroulement et du type de lame finale (la lame
finale se distingue souvent de la lame courante tant au niveau de son épaisseur que de sa matière). La
méthode d'évaluation consiste à appliquer une charge uniformément répartie sur l'ensemble du volet et à en
vérifier la tenue.
- E désigne l'endurance du volet, c'est-à-dire sa durée de vie face aux sollicitations mécaniques auxquelles il est
soumis (ouverture, fermeture). La tenue de chaque pièce (mécanisme d'enroulement, paliers, axe, tabliers,
glissière...) dépend de sa performance propre mais également de celle de l'ensemble dont elle fait partie.
L'essai revient à faire subir au produit une succession de cycles d'ouverture et de fermeture équivalant à
plusieurs années d'utilisation intensive.
- M, critère de manoeuvrabilité, traduit d'une part l'effort nécessaire pour fermer le volet, d'autre part sa résistance
aux fausses manoeuvres (utilisation brutales, forcées et inversantes). La valeur de l'effort dépend du rendement
global de la chaîne cinématique et, dans le cas de treuils du bras de manivelle.
- C définit la résistance aux chocs. Pour les chocs mous, on vérifie qui le volet conserve sa fonctionnalité et sa
classe d'effort de manoeuvre ; pour les chocs durs, on note
- R détermine le comportement du produit à l'ensoleillement. Selon qu'il s'agit d'une exposition partielle ou totale,
forte ou non, le volet peut subir des perturbations : dysfonctionnement, dilatation des lames lorsque le jeu en
fond de coulisse est insuffisant, courbure permanente des lames. La tenue du produit est jugée bonne ou
mauvaise.
- O (occultation) traduit la capacité de la fermeture à limiter le passage de la lumière. Difficile à évaluer de manière
objective, l'occultation n'est pas encore définie...
- S désigne la résistance du produit à la corrosion, sachant que celle-ci peut altérer son aspect (rouille blanche ou
rouille) et son fonctionnement (difficultés d'ouverture et de fermeture, augmentation de l'effort de manoeuvre,
rupture de certaines pièces...).

V E M C R 0 S
Résistance au Endurance Effort de manoeuvre Résistance au Comportement Capacité Résistance
vent choc Résistance à la
d’occupation corrosion
Classe 1 V1 E1 M1 C1 Tout ou rien En attente S1
Tenue à une Résistance à Effort maximal : Risques faibles Conditions
pression au moins 7 000 cycles 30 N pour un treuil d'utilisation
égale à 150 Pa 80 N pour une sangle courantes
Classe 2 V2 E2 M2 C2 Sans objet En attente S2
Tenue à une Résistance à Effort maximal: Risques Conditions
pression au moins 10 000 cycles 15 N pour un treuil courants d'utilisation
égale à 250 Pa 50 N pour une sangle sévères
Classe 3 V3 E3 Sans objet C3 Sans objet En attente Sans objet
Tenue à une Résistance à Risques
pression au moins 14 000 cycles sévères
égale à400 Pa
Pour choisir simplement le type de bloc-baie PVC correspondant au besoin, un classement, de une
à quatre étoile(s), a été mis en place .:
1 étoile : classe minimale dau bloc-baie A3 E2 V2
classe minimale de la fermeture V2 E1 M1 C2 R 0 S1
2 étoiles : classe minimale dau bloc-baie A3 E3 V2
classe minimale de la fermeture V2 E1 M1 C2 R 0 S1
3 étoiles : classe minimale dau bloc-baie A3 E3 V2
classe minimale de la fermeture V2 E1 M2 C2 R 0 S1
4 étoiles : classe minimale dau bloc-baie A3 E3 V2
classe minimale de la fermeture V2 E2 M2 C2 R 0 S1

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 36
Classement MC des locaux et des revêtements de sol industriels
Classement I/MC des locaux industriels
Le classement I/MC (Industriel / Mécanique Chimique) classe les locaux industriels en fonction des
sollicitations mécaniques et chimiques dont ils font l’objet.
Le classement P/MC (Performance / Mécanique Chimique) classe les revêtements de sol industriels en
fonction de leur performances.
Les Revêtements doivent avoir des caractéristiques au moins équivalentes à celles des locaux dans
lesquels ils sont mis en œuvre.
Les indices de ces critères sont croissants pour les sollicitations comme pour les performances.

Classement mécanique I/MIPRU

Classement mécanique I/CABS


Principaux paramètres à considérer : ce sont principalement, pour chaque type d'agression, la nature du produit, sa
concentration, la fréquence de contact avec le sol et la durée de contact. Il convient aussi de tenir compte de
l'environnement de travail et des facteurs aggravant qu'il peut générer ( notamment température, risques de dégradation
du fait des agressions mécaniques ).

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 37
Exemples de locaux

I/M1 – I/C1 Atelier de confection / Entrepôts de marchandises légères sèches


I/M1 – I/C2 Garages de voitures / Parkings / Atelier d’électronique
I/M1 – I/C3 Laboratoire d’analyses
I/M2 – I/C1 Atelier électromécanique / Entrepôts de produits faiblement lourds secs
I/M2 – I/C2 Atelier de fabrication de peintures
I/M2 – I/C3 Laiteries / Abattoirs
I/M3 – I/C1 Entrepôts de produits moyennement lourds secs
I/M3 – I/C2 Garages de poids lourds / Usine Automobile / Aérospatiale
I/M3 – I/C3 Fabrication de produits chimiques
I/M4 – I/C1 Quai de déchargement de produits secs / Atelier de montage et Entrepôts de produits lourds et secs
I/M4 – I/C2 Zone de réparation de véhicules
I/M4 – I/C3 Quai de chargement de Laiterie

Classement P/MC des Revêtements de sols industriels


Expression du classement performanciel
Les performances mécaniques et chimiques du revêtement sont exprimées, à la fois sous forme développée et sous
forme simplifiée, ce qui se traduit de la façon suivante :
Forme développée :

Par convention, le vocable utilisé est le suivant :

" i " pour impact, " a " pour acides,


" p " pour poinçonnement sous charge statique, " b " pour bases,
" r " pour ripage, " s " pour solvants.
" u " pour usure par roulage,

Forme simplifiée :
Exemple : P/M 3.1.2.4 - P/C 3.1.2 ( P.V. CSTB n° RT 99-999 )
Ces indications correspondent aux performances du revêtement de sol industriel. L’adéquation d’un revêtement au local
s’exprime par un classement du revêtement au moins égal à celui du local (I/M C); .

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 38
Classement Béton Prét à l’Emploi (NF P18-305)
DURABILITE DES BETONS
Pour assurer la durabilité d’un ouvrage, trois facteurs doivent être pris en compte simultanément :
- la limitation de la contrainte des aciers,
- la compacité du béton,
- l'épaisseur d'enrobage.

Rappelons que les paramètres qui influencent la compacité des bétons sont :
- le dosage en liant : ciment et additions éventuelles,
- le dosage en eau,
- la granulométrie,
- la vibration ("serrage" du béton).

L'objectif du prescripteur, lorsqu'il rédige un CCTP, est de définir la qualité adaptée aux besoins et conditions du client,
c'est.à-dire aux fonctionnalités de l'ouvrage.

ENVIRONNEMENT DES OUVRAGES ET QUALITE DES BETONS


L'application des textes BAEL 91 et DTU 21, implique déjà d'adapter la qualité et la formulation des bétons à l'agressivité de
l'environnement.
En particulier, les dosages minimaux en ciment à prévoir résultent dans tous les cas :
1, de l'environnement,
2, de la résistance à atteindre suivant les hypothèses de calcul.

A partir des textes cités ci-dessus, 3 niveaux de risques peuvent ainsi être définis, qui conditionnent soit les dosages en ciment
(DTU 21), soit les contraintes des armatures (BAEL 91).

DTU 21 BAEL91
Ouvrages intérieurs des bâtiments Fissuration peu préjudiciable
Ouvrages exposés, mais sans agressivité particulière Fissuration préjudiciable
Ouvrages exposés à des conditions agressives sévères Fissuration très préjudiciable

Dans la Norme P18-305 relative aux bétons prêts à l'emploi, est définie une classification des environnements à laquelle il faut
adapter méthodiquement les spécifications des bétons.

Le tableau ci-dessous résume cette classification.

CLASSES D'ENVIRONNEMENT
1 2a 2b 3 4a 4b 5a 5b 5c
SEC HUMIDE GEL+ SELS MARIN CHIMIQUE

SANS AVEC IMMERGÉ, MARIN FAIBLE MOYEN FORT


GEL GEL ZONE DE +GEL
MARNAGE,
EMBRUNS

La classe 1 concerne tous les éléments intérieurs, à l'exception de ceux exposés aux condensations qui sont classés 2 a.
La classe 2, les éléments exposés aux intempéries (sauf ceux protégés de la pluie par un bardage et qui peuvent être classés 1).
La classe 3, les éléments extérieurs soumis à l'action du gel et des sels de déverglaçage.
La classe 4, les environnements marins.
La classe 5, divers types d'agression chimique qui nécessitent une étude approfondie.

La sévérité du gel est indiquée en France par une carte des zones de gel. Les bétons sont ainsi définis par leur classe
d'environnement.

En fonction de cette classification, il est donc possible de spécifier des bétons spécialement adaptés.

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 39
SPECIFICATIONS DES BETONS
1 2a 2b1 2b2 3 4a1 4a2 4b 5a 5b 5c

CLASSES SEC HUMIDE GEL+ MARIN CHIMIQUE


D'ENVIRONNEMENT SELS
GEL GEL GEL IMMERGÉ MARNAGE MARIN FAIBLE MOYEN FORT
FAIBLE MODERE SEVERE EMBRUNS +GEL

E/C BA
NA
0,65 0,60 0,60 0,55 0,55 0,50 0,50 0,50 0,55 0,50 0,45
0,70 0,60 0,55 0,55 0,50 0,50 0,50 0,55 0,50 0,45

DOSAGE MINIMAL BA
EN LIANT (kg/m3) NA
260 280 280 310 330 330 350 350 330 350 385
150 200 240 300 330 330 350 350 330 350 385

RESISTANCE BA
NA
22 25 25 30 32 32 35 35 32 35 40
CARACTERISTIQUE
MINIMALE (MPa) - 16 20 18 32 32 35 35 32 35 40
(BA pour les bétons armés, NA pour les bétons non armés).
* Ces valeurs sont définies pour une dimension des plus gros granulats : D = 20 mm.

FORMULATION DES BETONS


Pour satisfaire les exigences de durabilité, l'ENV 206 définit en fonction des classes d'environnement, deux critères à respecter
: le rapport E/C et le dosage minimal en liant (ciments et additions éventuelles).
Pour satisfaire aux exigences spécifiques du projet (mise en oeuvre, qualité des parements, etc.), d'autres critères
complémentaires sont à prendre en considération.
Le dernier document normatif français paru est la Norme P18-305 d'août 1996. Cette Norme qui concerne la fabrication et la
fourniture de béton prêt à l'emploi, traduit l'esprit de l'ENV 206.
Le tableau ci-dessous regroupe, pour les différentes classes d'environnement, les spécifications minimales des bétons.
A noter : à chaque classe correspond une résistance minimale.
Des critères de qualité précis et chiffrés sont ainsi fixés pour chaque classe d'environnement.
Ces chiffres prennent en compte les progrès technologiques réalisés dans la fabrication des bétons, des ciments et autres
constituants.
L'innovation de cette Norme est donc que l'on part des classes d'environnement pour définir le béton de l'ouvrage ou de la
partie d'ouvrage.
La Norme P18-305 permet ainsi aux prescripteurs d'optimiser les caractéristiques des bétons et de profiter en toute sécurité de
l'ensemble des possibilités actuelles pour répondre aux objectifs de résistance et de durabilité et donc de qualité.
A noter que le DTU 21 fixe pour les bétons fabriqués sur site, des résistances attribuables "a priori" avec des dosages de 350 à
400 kg de ciment par m3.
CONTROLE DE CONFORMITE DES BETONS
II ne suffit pas d'appliquer une formulation susceptible de conduire à un bon résultat ; il faut encore le prouver par le contrôle
de conformité des bétons.
Suivant le DTU 21, la procédure de contrôle n'est précisément définie que 0pour des ouvrages dont l'importance est de
catégorie C et au-delà.
La Norme P 18-305, par contre, définit les modalités de contrôle de conformité pour l'ensemble des bétons.
Si, de plus, le béton provient d'une centrale de Béton prêt à l'emploi titulaire du droit d'usage de la marque NF, l'utilisateur a la
certitude que les bétons sont soumis à un contrôle strict efectué sous l'égide de l'AFNOR (certification par tierce partie). Il peut
alors se dispenser des essais de réception, ce qui est pour lui une source d'économie et de simplification.
PRESCRIPTION
La circulaire ministérielle instituant le BAEL indique que le
CCTP "doit systématiquement préciser si la fissuration est
considérée comme peu préjudiciable, préjudiciable ou très
préjudiciable".
Le DTU 21, qui constitue généralement l'élément de base du
CCTP concernant les bétons, demande qu'il soit tenu compte
de la nature de l'environnement pour le dosage des bétons.
Pour le prescripteur, toute la partie réglementaire de la
fabrication étant décrite par la Norme P 18-305, il ne reste
qu'à traduire de façon élémentaire sur les plans isl la
classification des bétons à réaliser, comme le montre
l'exemple ci-dessous :

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 40
Classement des Enduits Organiques (Classements D / I)
Type : Enduits Organiques
Exemple : D3 / I2

3 classes de peintures à but décoratif


Films épais pour la protection superficielle pouvant masquer le faïençage du support. Ils doivent satisfaire à la norme
NF T 30-700 pour les RPE (revêtements plastiques épais) et NF T 34-720 pour les RSE (revêtements semi-épais).

Revêtements protecteurs hydrofuges maintenant l’aspect d’origine ou peu DTU 59.1

D1 différent(hydrofuges transparents, lasures).

Films minces pour la décoration et protection superficielle. Les produits doivent DTU 59.1

D2 satisfaire à la norme NF T 30-804.

Films épais pour la protection superficielle pouvant masquer le faïençage du support. DTU 59.1 et 59.2

D3 Ils doivent satisfaire à la norme NF T 30-700 pour les RPE (revêtements plastiques
épais) et NF T 34-720 pour les RSE (revêtements semi-épais).

4 classes de systèmes d’imperméabilisation


Il s’agit des même produits appliqués selon des épaisseurs différentes

REVÊTEMENTS S’ACCOMMODANT DE NOMBRE DE ÉPAISSEUR À APPLIQUER


FISSURATION COUCHES
Existante jusqu’à 0,2 mm Primaire + 1 couche 200 microns

l1
Existante jusqu’à 0,5 mm Primaire + 2 couches 300 microns

l2
Existante ou à venir jusqu’à 1 mm Primaire + 2 couches 400 microns

l3
Existante ou à venir jusqu’à 2 mm Primaire + 2 couches 600 microns

l4 + entoilage

Leur mise en œuvre est régie par la norme NF P 84-404-DTU 42.1

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 41
Classe de Risque d’attaque biologique des bois
Type : Risques biologiques des bois
Exemple : Classe 2

1 domaine d'application
La norme EN 335 définit cinq classes de risque qui correspondent aux différentes situations en service auxquelles
peuvent être exposés le bois et les produits à base de bois. Cette partie indique également les agents biologiques
correspondant à chaque situation.

2 définition des classes de risque


2.1 classe de risque 1
Situation dans laquelle le bois ou le produit à base de bois est sous abri, entièrement protégé des
intempéries et non exposé à l'humidification.
2.2 classe de risque 2
Situation dans laquelle le bois ou produit à base de bois est sous abri et entièrement protégé des
intempéries, mais où une humidité ambiante élevée peut conduire à une humidification occasionnelle
mais non persistante.
2.3 classe de risque 3
Situation dans laquelle le bois ou le produit à base de bois n'est ni abrité, ni en contact avec le sol. Il est,
soit continuellement exposé aux intempéries, ou soit à l'abri des intempéries mais soumis à une
humidification fréquente.
2.4 classe de risque 4
Situation dans laquelle le bois ou le produit à base de bois est en contact avec le sol ou de l'eau douce et est ainsi exposé
en permanence à l'humidification.
2.5 classe de risque 5
Situation dans laquelle le bois ou le produit à base de bois est en permanence exposé à de l'eau salée.

3 apparition des agents biologiques dans les classes de risque


Le tableau suivant donne des informations sur l'apparition des agents biologiques dans les différentes classes de risque.

Classes de Situation générale en service Description de Apparition des agents biologiques


risques l’exposition à
l’humidification en
service
Champignons Coléoptères Termites Ténébrants
(Cf note 1) marins
1 Hors du contact du sol , à l’abri Aucune - U L -
(sec)
2 Hors du contact du sol , à l’abri Occasionnelle U U L -
(risque d’humidification)
3 Hors du contact non abrité Fréquente U U L -
4 En contact avec le sol, ou l’eau Permanente U U L -
douce
5 Dans l’eau salée Permanente U U L U
U = Universellement
L = Localement présent en Europe (note 1) Le risque d’attaque peut être insignifiant en fonction des situations en service spécifiques.

4 Le traitement des bois


Il sera préventif sur les bois neufs à la mise en œuvre,
II sera curatif sur des bois d'ouvrages existants, infestés par les larves d'insectes.
Pourquoi traiter ? Différentes essences de bois sont utilisées dans la construction. Elles ont chacune une
durabilité naturelle différente vis-à-vis de l'attaque des champignons ou des insectes xylophages.
Chaque essence présente encore une durabilité différente, si l'on utilise le bois parfait (partie centrale de
l'arbre) ou l'aubier qui est la partie située sous l'écorce. Pour augmenter cette durabilité, il faut effectuer
un traitement des bois neufs lors de la construction, c'est le traitement préventif. Pour les bois anciens
qui peuvent être infectés par les larves d'insectes xylophages, il faut effectuer un traitement curatif.

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 42
5 Durabilité naturelle ou conférée du bois massif
La durabilité naturelle du bois massif peut dépendre en grande partie :
- des essences,
- de la présence de bois parfait et d'aubier.
Une durabilité améliorée peut être conférée au bois massif par un traitement de préservation. Les
méthodes de traitement qui peuvent être utilisées dépendent :
- des essences,
- de la présence de bois parfait et d'aubier,
- du produit de préservation employé et des valeurs de pénétration et de rétention choisies selon
EN 351- 1.

6 Etiquette informative Produit de préservation (produit livré) - Modèle NF X 40-102

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 43
Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 44
Classe de réaction au feu des matériaux (Euroclasses)
Type : matériaux
Exemple : A2Fl

Plusieurs années de recherches ont été nécessaires à une quinzaine de laboratoires européens, dont le CSTB en France, pour
adapter des méthodes existantes et les compléter par une nouvelle méthode d'essai reproductible d'un laboratoire à l'autre, le
SBI (« single burning item » : objet isolé en feu). Une batterie de cinq essais normalisés est désormais disponible pour
caractériser les matériaux.
Pour assurer la libre circulation des produits de construction, les systèmes de classement doivent également être harmonisés.
C'est aujourd'hui chose faite avec les Euroclasses A1, A2, B, C, D, E, F qui remplacent le classement français M (de MO pour
un matériau incombustible à M4 pour un produit très facilement inflammable). Ce système de classification européen distingue
les revêtements de sol des autres produits, considérant qu'ils ont un comportement différent. Les classements associés à cette
famille particulière sont A1Fl, A2Fl, BFl, CFl, DFl, EFl, FFl (Fl pour « floor »).

Les classes A1 et A2 (respectivement A1Fl et A2Fl) sont attribuées aux produits très peu combustibles et correspondent à peu
près à la classe française MO, les classes B à F (respectivement BFl à FFl) s'appliquant aux produits combustibles
anciennement classés M1 à M4. Une classification supplémentaire peut être ajoutée à la classification de base pour mesurer la
production de fumées, avec les classes s1, s2, s3 (s pour « smoke »), et la production de gouttes enflammées, avec d0, d1, d2
(d pour « drop »).

L'arrêté prévoit que certains produits et matériaux, dont le comportement au feu est bien connu et stable, ne sont pas soumis
aux essais. Ainsi sont classés A1 ou A1Fl, sans essais, des matériaux tels que l'argile, la perlite et la vermiculite expansées, la
laine minérale, le verre cellulaire, le béton, le ciment, la chaux, le verre, la céramique... Au fur et à mesure de la parution des
normes européennes harmonisées sur les produits et de l'application du marquage CE, les industriels concernés devront
soumettre leurs produits aux nouveaux essais, dans n'importe quel laboratoire européen notifié, pour obtenir leur classement
européen.

Il conviendra ensuite de reformuler en Euroclasses les exigences exprimées dans les diverses réglementations incendie
applicables aux différents types d'ouvrages. « Entre les établissements recevant du public, les immeubles de grande hauteur,
les locaux de travail, les installations classées, les logements, les tunnels... les règlements incendie contiennent plus de trois
cents prescriptions concernant la réaction au feu des produits mis en oeuvre, remarque Hervé Téphany, à la direction de la
défense et de la sécurité civile du ministère de l'Intérieur. L'intégration des Euroclasses dans ces textes sera donc progressive. »
En attendant, un tableau de correspondance publié dans l'arrêté permet de traduire les Euroclasses en niveaux d'exigence MO à
M4

Classement M maintenu pour les produits d'aménagement


Les produits d'aménagement tels que rideaux, voilages et tapisseries ne relèvent pas de la directive « Produits de construction »
car ils ne sont pas fabriqués « en vue d'être incorporés de façon durable dans les ouvrages de construction ». Leurs
performances de réaction au feu pourront être évaluées, au choix de l'industriel, selon la méthode française ou européenne.

La réaction au feu d'un matériau est caractérisée par son inflammabilité. La commission européenne a prévu un système
unique de classification des produits, appelé "Euroclasses", reposant sur des normes européennes d'essai. Il se décompose en
sept classes. La classification partage également les produits de construction en deux groupes : les revêtements de sol (A1FL,
A2FL, BFL…) et les autres produits (A1, A2, B, C…).

Les Euroclasses impliquent des changements au niveau réglementaire. L'arrêté de Réaction au feu de 1983 (classement
M0 à M4) est remplacé par un nouveau, en date du 21 novembre 2002. Il distingue les matériaux de construction qui relèvent
obligatoirement du système des Euroclasses, et les matériaux d'aménagement dont les performances de réaction au feu sont
réalisées au choix de l'industriel, selon la méthode française ou européenne. Elles se décomposent ainsi :
A1 et A2 (également A1 FL et A2 FL) sont attribués aux produits non combustibles;
B (BFL), indique un produit faiblement combustible;
C (CFL), un produit combustible;
D (DFL), un produit très combustible;
E (EFL), un produit très inflammable et propagateur de flamme;
F (FFL), un produit non classé ou non testé.
Les Euroclasses sont associées à des critères supplémentaires liés à la production de fumées "s" et aux gouttes enflammées "d"
comprenant trois niveaux.

Classe d'opacité aux fumées :


s1, quantité et vitesse de dégagement faibles;
s2, quantité et vitesse de dégagement moyennes;
s3, quantité et vitesse de dégagement élevées.

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 45
Classe des particules enflammées :
d0, pas de gouttes ou débris enflammés;
d1, pas de gouttes ou débris dont l'inflammation dure plus de 10 secondes;
d2, ni d0 ni d1.

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 46
Classe de sécurité vis à vis de l’effraction

Type : Serrures, Fermetures, Bloc-portes Fenêtres


Exemple : A2P **

A2P, marque collective destinée à identifier les produits certifiés par le CNPP, concerne actuellement :
- Les serrures de bâtiment
- Les coffres forts
- Les fenêtres et fermetures de bâtiment
- Les blocs portes
- Les matériels électroniques de détection d'intrusion

1 LES SERRURES DE BATIMENT


La certification A2P des serrures de bâtiment a pour objet d'identifier les serrures offrant de réelles capacités de résistance à
des tentatives d'effraction par des méthodes destructives ou non.
En fonction de leur résistance, les serrures certifiées A2P sont classées en 3 catégories (1, 2 ou 3 étoiles).
A2P*(assurance protection et prévention) est un label français délivré par APSAD (Assemblée plénière des sociétés
d'assurances et dommages) qui permet d'obtenir un degré de résistance à l'effraction en terme de temps.

Classement A2P Temps de résistance


avant ouverture de la
porte
A2P* 5 minutes
A2P** 10 minutes
A2P*** 20 minutes

Les paramètres qualifiant cette résistance sont nombreux : la plupart sont issus d'observations faites à l'occasion de sinistres ou
de tentatives d'effractions.
parmi ceux-ci, l'on peut citer :
- la résistance à des méthodes d'ouverture non destructives : il s'agit d'estimer la probabilité de résistance des serrures
pendant un temps minimum par le biais d'essais du type crochetage, tâtage… exécutés par des ouvreurs professionnels ;
- la résistance à des moyens d'ouverture destructifs : ces essais permettent de vérifier la qualité de la résistance des
serrures vis-à-vis, par exemple, de chocs répétés sur l'organe de sûreté, d'un perçage effectué au niveau de cet organe,
de son arrachement….
Matériels couverts :
- serrures et verrous de bâtiment, à mortaiser ou en applique, à un ou plusieurs pênes et à sûreté intégrée ou rapportée.

2 COFFRES FORTS
Cette certification conduit à une classification des coffres forts en fonction de leur résistance à l'effraction. Elle couvre
différentes catégories de coffres destinés tant aux particuliers (coffres domestiques) qu'aux exploitants d'établissements
sensibles du secteur bancaire, industriel et commercial.
Matériels couverts :
- Coffres forts et portes fortes
- Chambres fortes préfabriquées
- Serrures de coffres forts
- Coffres pour automates bancaires
- Coffres domestiques

3 FENETRES ET FERMETURES DE BATIMENTS


La certification des fenêtres et fermetures de bâtiment a pour objet de classer les fenêtres et fermetures en fonction de leurs
caractéristiques de résistances à l'effraction.
La classification de ces produits est faite sur la base d'essais.
Celle-ci comporte 3 classes, telles que définies dans le tableau 1 ci-dessous.
Les produits comportant des parties vitrées doivent répondre aux exigences du tableau 1 ci-dessous ainsi qu’à
celles du paragraphe 4.a du présent document.

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 47
Les produits équipés d’une serrure permettant une ouverture depuis l’extérieur doivent
répondre aux exigences du tableau 2 ci-dessous.

Matériels couverts :
- fenêtres, portes-fenêtres
- volets (battants,roulants, persiennes, jalousies ...)
- fermetures de magasin (rideaux à enroulement, grilles articulées extensibles ...)

4 BLOCS-PORTES
La certification A2P des blocs-portes conduit à une classification en quatre niveaux croissants en fonction de leur capacité de
résistance à l'effraction : porte vitrée, BP1, BP2 et BP3.
Les essais seront réalisés selon les méthodes définies dans la norme XP ENV 1630 à l’exception des essais décrits au
paragraphe 6.6 qui seront remplacés par les dispositions suivantes :

Niveau Classement A2P Temps de Niveau Bloc-porte Niveau serrure


résistance (mn) (minimum)
Porte vitrée 3 minutes BP1 5 minutes Porte vitrée A2P*
BP2 10 minutes BP1 A2P*
BP3 15 minutes BP2 A2P**
BP3 A2P***

Matériels couverts :
Blocs-portes constitués d'un ou plusieurs vantaux comprenant :
- l'ouvrant ;
- le dormant et son système de liaison avec la structure porteuse ;
- la quincaillerie.

5 LES MATERIELS ELECTRONIQUES DE DETECTION D'INTRUSION


Matériels couverts :
- centrale d'alarme ;
- centrale d'alarme et transmetteur téléphonique ;
- contrôleur d'enregistreur ;
- détecteur de mouvement à infrarouge actif, à infrarouge passif, à hyperfréquence, à ultrasons, volumétrique à
multimode de fonctionnement ;
- détecteur périmétrique (chocs...) ;
- détecteur de chocs, détecteur de chocs et d'ouverture, détecteur d'ouverture ;
- détecteur sismique ;
- dispositif d'alarme sonore extérieur, extérieur et lumineux, intérieur, intérieur et lumineux ;
- transmetteur téléphonique ;
- boîte de dérivation.

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 48
Classe de VMC hygroréglable (ST Maison individuelle RT2000)

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 49
Classement des locaux en fonction de l’exposition à l’humidité des parois
Type :
Exemple : EB+P

1. Objet
Le Cahier du CSTB 3335 a pour objet de définir un classement des locaux (tableau 1) établi en tenant compte :
- de l'hygrométrie du local et de la production de vapeur (la définition est rappelée au § 2.1),
- de l'exposition à l'eau des parois (§ 2.2),
- de l'entretien et du nettoyage (§ 2.3).
Ce classement est destiné à servir de référence pour le choix des parois tant du point de vue des matériaux constitutifs que des
revêtements de finition qui leur sont associés.
Il ne vise pas les locaux industriels.

2. Critères de classement
2.1 Hygrométrie des locaux (rappel du DTU 20.1)
On définit quatre types de locaux
3
W
- local à faible hygrométrie : ≤ 2,5 g / m
n
3
W
- local à hygrométrie moyenne 2,5 < ≤ 5g / m
n
3
W
- local à forte hygrométrie : 5< ≤ 7,5 g / m
n
W
- local à très forte hygrométrie 7,5 <
n
W : quantité de vapeur d'eau produite à l'intérieur d'un local par heure, exprimée en grammes par heure (g/h).
n : le taux horaire de renouvellement d'air exprimé en mètres cube par heure (m3/h)

En règle générale :
• local à faible hygrométrie : les locaux équipés de ventilations mécaniques contrôlées et de systèmes propres à
évacuer les pointes de production de vapeur d'eau, dès qu'elles se produisent, (par exemple : hottes, ...) sont de locaux
à faible hygrométrie,
• local à hygrométrie moyenne : les locaux correctement chauffées et ventilés, sans suroccupation sont des locaux à
hygrométrie moyenne,
• local à forte hygrométrie : les locaux médiocrement ventilés et sur-occupés sont des locaux à forte hygrométrie,
• local à très forte hygrométrie : les locaux spéciaux où l'activité maintien une humidité relative élevée, sont des
locaux à très forte hygrométrie.

2.2 Exposition à l'eau


Il s'agit de l'exposition à l'eau sous forme liquide d'au moins une paroi verticale du local en cours d'exploitation.
- aucune paroi n'est exposée à l'eau.
- l'eau intervient ponctuellement sous forme de rejaillissements sans ruissellement.
- l'eau est projetée épisodiquement (ruissellement).
- l'eau intervient sous forme de ruissellement et elle agit de façon discontinue pendant des périodes plus longues que
dans le cas précédent, le cumul des périodes de ruissellement sur 24 heures ne dépassant pas 3 heures.
- l'eau intervient de façon quasi-continue (sous forme liquide).

2.3 Entretien et nettoyage


Les critères pris en compte sont:
- l'utilisation ou non d'eau projetée,
- l'utilisation ou non d'un nettoyeur à faible ou haute pression,
- l'utilisation de produit d'entretien non agressifs (pH entre 5 et 9) ou agressifs,

Les revêtements de finition des parois du local et les interfaces (mastic, garniture de joints.... ) doivent être compatibles avec
l'agressivité des produits d'entretien (pH), du nettoyage (pressions des appareils) et de la température.

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 50
3. Classement des locaux
Le tableau 1 indique le classement du local en fonction de son hygrométrie (§ 2.1) de l'exposition à l'eau des parois (§ 2.2) et
de son entretien (§ 2.3).
Cinq classes sont ainsi définies :
EA locaux secs ou faiblement humide.
EB locaux moyennement humides.
EB+ locaux privatifs : locaux humides à usage privatif,
EB+ locaux collectifs: locaux humides à usage collectifs.
Ec locaux très humides en ambiance non agressive.

Le non respect d'un seul des critères conduit au classement du local dans la classe correspondant
au degré d'exposition à l'eau du local immédiatement supérieur.

4. Prescriptions particulières
La conception des parois (finition de surface, revêtements, interfaces et traitement des points singuliers) doit tenir compte de
l'agressivité chimique, mécanique et thermique du nettoyage. En particulier le revêtement, les mastics et garnitures de joint
doivent être compatibles avec l'agressivité des produits d'entretien.
Dans les locaux classés EC les conditions d'entretien et de nettoyage des parois doivent être définies dans les pièces écrites du
marché.
Une liste non exhaustive de support pour revêtement muraux intérieurs est donnée au tableau 2. Elle précise dans chaque cas la
nomenclature et les documents décrivant la mise en oeuvre des produits ou de l'ouvrage concernés.

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 51
Tableau 1 : Classement des locaux en cours d'exploitation en fonction de leur hygrométrie, du degré d'exposition à l'eau d'au moins
une paroi, son entretien et son nettoyage
Types de local Hygrométrie Exposition à l'eau Entretien - nettoyage Exemples " de classement minimum de
du local locaux

EA faible Les parois ne sont L'eau intervient seulement pour l'entretien Locaux normalement ventilés et chauffés
Locaux secs ou hygrométrie pas exposées à et le nettoyage, mais jamais sous forme - chambres,
faiblement l'eau. d'eau projetée. - locaux de bureau,
humides Nettoyage réalisé selon des méthodes et - couloirs de circulation.
avec des moyens non agressifs.

EB Hygrométrie En cours L'eau intervient pour l'entretien et le Locaux normalement ventilés et chauffés
Locaux moyenne d'exploitation du nettoyage, mais jamais sous forme d'eau Locaux à usage collectif
moyennement local, l'eau projetée sous pression. salle de classe
humides intervient Nettoyage réalisé selon des méthodes et Locaux à usage privatif:
ponctuellement avec des moyens non agressifs. e local avec un point d'eau (cuisine,
sous forme de WC, ),
rejaillissement sans • cellier chauffé,
ruissellement. • cuisine privative.

EB +p forte En cours L'eau intervient pour l'entretien et le Locaux normalement ventilés et chauffés
Locaux hygrométrie d'exploitation du nettoyage, mais jamais sous forme d'eau - salle d'eau intégrant un receveur de
privatifs local, J'eau est projetée sous pression. douche et/ ou une baignoire
Locaux projetée Nettoyage réalisé selon des méthodes et - cellier non chauffé, garage
humides épisodiquement sur avec des moyens non agressifs. - cabine de douche ou salle de bain à
à usage au moins une paroi caractère privatif dans des locaux
privatif (ruissellement). recevant du public : douches dans les
hôtels, les résidences de personnes âgées
et dans les hôpitaux.
- sanitaires de bureau à usage privatif .

EB+C Fort En cours L'eau intervient pour l'entretien et le - douche individuelle à usage collectif
locaux hygrométrie d'exploitation du nettoyage. dans des locaux de type : internat, usine,
collectifs local, l'eau Le nettoyage au jet n'est admis que si la - vestiaires collectifs sauf communication
Locaux intervient sous conception globale du local, y compris le directe avec un local EC,
humides à forme de sol, est appropriée (exemple : siphon de - cuisines collectives suivant type de
usage collectif projection ou de sol ), le nettoyage au jet d'eau sous haute nettoyage et d'entretien,
ruissellement e elle pression restant exclus. - locaux humides à usage privatif avec un
agit de façon Le nettoyage (fréquence généralement jet hydromassant dans le receveur de
discontinue quotidienne) est réalisé avec des produits douche et/ou la baignoire,
pendant des de 5 < pH < 9 à une température :g 40 oC. - laveries collectives n'ayant pas un
périodes plus caractère commerciale (école, hôtel,
longues que dans le centre de vacances, ),
cas EB+ privatif, le - sanitaires accessibles au public dans les
cumul des périodes locaux de type ERP : école, hôtels,
de ruissellement aéroports....
sur 24 h ne
dépassant pas 3
heures

EC Très forte L'eau intervient de Le nettoyage au jet d'eau sous haute - douches collectives, plusieurs personnes
Locaux hygrométrie façon quasi pression est admis. à la fois dans le même local : stades,
très humides continue sous Le nettoyage (fréquence généralement gymnases )
en ambiance forme liquide sur quotidienne) peut être réalisé avec des - cuisines collectives (1) et sanitaires
non agressive au moins une produits agressifs (alcalins, acides chlorés accessibles au public si nettoyage prévu
paroi. ) et/ou à une température :g 60oC. au jet d'eau sous haute pression et/ou
Les revêtements de finition des parois du avec produit agressif.
local et les interfaces (mastic, garniture de - laveries ayant un caractère commercial
joints ) doivent être compatibles avec et destinées à un usage intensif,
l'agressivité des produits d'entretien (pH), - blanchisserie centrale d'un hôpital,
du nettoyage (pressions des appareils) et - centre aquatique, balnéothérapie,
de la température. piscine (hormis les parois de bassin) y
compris locaux en communication directe
avec le bassin.
1 Cuisines collectives : il s'agit de locaux dans lesquelles sont préparés les repas ou les plats qui sont consommés sur place.

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 52
Classement de la Nature des supports
Type :
Exemple :

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 53
Classement des batiments d’habitations vis à vis de l’incendie
Exemple : 2ème Famille

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 54
Classement des établissements recevant du public vis à vis de l’incendie
Exemple :

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 55
Classement des vitrages vis à vis de leur résistance au feu

La classification des vitrages vis à vis de la résistance au feu fait référence aux normes européennes
:[EN357.1]
Les classements sont symbolisés par un code alpha-numérique constitué d'une ou plusieurs lettres,
correspondant aux critères de performance exigés, suivi du degré de résistance au feu exprimé en minutes. Il est important de
noter que les classements de résistance au feu ne sont attribués qu'a des éléments de construction
vitrés ou des systèmes de vitrages complets, et jamais à l'un des constituants seul. En plus de la résistance
mécanique, R, pour les éléments porteurs, les principaux critères sont:

Classe E - Etanchéité
Etanchéité aux flammes et aux gaz chauds, évite leur apparition significative
du côté opposé au feu,

Classe EW – Rayonnement
Rayonnement thermique mesuré face au vitrage et limité à une valeur
spécifiée ( par exemple de 15 kW /m2),

Classe EI – Isolation
Isolation thermique pendant l'incendie, limitation de l'élévation de température
sur la face opposée au feu ( par exemple de plus de 140°C en moyenne et. De
180°C maximum).

Exemple de classement: EI30 = classement de résistance au feu d'étanchéité 30 minutes et d'isolation 30


minutes.

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 56
Classement des bois de structure
Type : Classement des bois vis à vis de leur résistance mécanique
Exemple : ST II ou C22

Classement des bois de structure (norme EN 338 (NF P 21-353) mai 1995)
La présente norme européenne (EN 338) définit un certain nombre de classes de résistance désignées par un
nombre indiquant la valeur de la résistance à la flexion en newtons par millimètre carré.
Les valeurs caractéristiques de la résistance, de la rigidité et de la masse volumique correspondant aux différentes
classes de résistance sont données dans le tableau suivant :

Symboles
Eo,mean , valeur caractéristique moyenne du module d'élasticité axial, en newtons par millimètre carré.
E0,05 , valeur caractéristique au 5e pourcentile du module d'élasticité axial, en newtons par millimètre carré.
E90,mean , valeur caractéristique moyenne du module d'élasticité transversal, en newtons par millimètre carré.
fc,o,k , valeur caractéristique de la résistance à la compression axiale, en newtons par millimètre carré.
fc,90,k , valeur caractéristique de la résistance à la compression transversale, en newtons par millimètre carré.
fm,k , valeur caractéristique de la résistance à la flexion, en newtons par millimètre carré.
ft,0,k , valeur caractéristique de la résistance à la traction axiale, en newtons par millimètre carré.
ft,90,k , valeur caractéristique de la résistance à la traction transversale, en newtons par millimètre carré.
fv,k , valeur caractéristique de la résistance au cisaillement, en newtons par millimètre carré.
Gmean , valeur caractéristique moyenne du module de cisaillement, en newtons par millimètre carré.
ρk, valeur caractéristique de la masse volumique, en kilogrammes par mètre cube.

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 57
NORME NF B 052-001 DEC 1998
CRITERE DE CLASSEMENT VISUEL DU SAPIN-EPICEA

Critères de classement visuel du chêne

Classes 1 2
Largeur des cernes d’accroissement ≥ 7 mm ≥ 4 mm
Diamètre des nœuds ∅ ≤ 30 mm ∅ ≤ 40 mm
Fentes Non prises en compte
Pentes de fil
- locales ≤ 20 % ≤ 20 %
- générales ≤7% ≤ 12 %
Flaches
- longueur < 1/3 de la longueur de la pièce et < 100 cm
- largeur < 1/3 de l’épaisseur de la rive
Altérations biologiques
- piqûres noires Admises si elles apparaissent sur une seule face
- échauffures Non admises
Masse volumique à 20% (kg/m3) ≥ 800 ≥ 750

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 58
Correspondance entre les catégories visuelles et les classes de résistance
mécanique (extrait de la NF EN 1912 : 1998)

- Pour les résineux

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 59
- Pour le chêne :

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 60
Classement des complexes isolants

L’utilisation des complexes isolants (ex : plaque de plâtre + isolant) est réglementée en fonction de la perméance du
produit.

Catégorie P1:
-3 2
constituée des complexes dont la perméance est supérieure à 60.10 g/m .h.mm Hg et des sandwiches dont la
-3 2
perméance est supérieure à 300.10 g/m .h.mm Hg. Ils sont marqués P1.

Catégorie P2:
-3 2 -3 2
constituée des complexes dont la perméance est comprise entre 15. 10 g/m .h.mm Hg et 60.10 g/m .h.mm Hg et
-3 2 -3 2
des sandwiches dont la perméance est comprise entre 15. 10 g/m .h.mm Hg et 300.10 g/m .h.mm Hg. Ils sont
marqués P2.

Catégorie P3:
-3 2
constituée des complexes et sandwiches dont la perméance est inférieure ou égale à 15. 10 g/m .h.mm Hg. Ils sont
marqués P3.

* Les complexes de catégorie P1 sont destinés aux parois en maçonnerie ou en béton, situées en dehors des zones très
2
froides (1) dont la résistance thermique est supérieure ou égale à 0,086 m .°C/W.

* Les complexes de catégorie P2 sont destinés aux parois en béton plein de granulats courants d'épaisseur inférieure à 15
2
cm dont la résistance thermique est inférieure à 0,086 m .°C/W.

* Les complexes de catégorie P3 sont destinés aux zones très froides (1) et aux murs revêtus d'un enduit plâtre quelle que
soit la résistance thermique du mur à doubler.

(1) Une construction est considérée en "zone très froide" lorsque la température de base du lieu est inférieure à –
15°C ou lorsque l'altitude est supérieure à 600 m en zone Hl. Le DTU "Règles Th" précise les températures de base en
fonction de la situation géographique et de l'altitude.

Classes, classements et labels dans le bâtiment JM Bouchart LTB Arago REIMS page 61

Vous aimerez peut-être aussi