Vous êtes sur la page 1sur 7

EprEuvE dE math section MAtH sEssion principalE 2009

Exercice n°1
De quoi s’agit-il ?

Nombres complexes-Rotations-arithmétique-Probabilités

SOLUTION

1) Réponse - b - 2) Réponse - c - 3) Réponse - c - 4) Réponse - b -

Exercice n°2
De quoi s’agit-il ?

Fonction logarithme népérien-Fonction exponentielle-Fonction réciproque d’une fonction


continue et strictement monotone-calcul intégral-Calcul d’aire

SOLUTION

 f  x   ln 1  t    1 ln 1  t  
1) a- En posant t   x on aura lim    lim  2   lim      .
x 0  x  t 0  t  t 0  t t 

 f  x  f 0   f  x 
b- lim    lim    
x0  x0  x 0  x 

donc f n’est pas dérivable à droite en 0

et C  admet au point O une

demi-tangente verticale dirigé vers le bas.

2) a- f est définie et strictement décroissante

sur 0,1 donc réalise une bijection de

0,1 sur f 0,1 de plus f est continue sur

0,1 donc f 0,1  , 0 .

Conclusion : f réalise une bijection de 0,1 sur f 0,1  , 0 .

b-  Γ  SD:y x C 

C  admet au point O une demi-tangente verticale donc  Γ  admet en ce point


une demi-tangente horizontale.

 y  0,1
3) a- On a :  1 
 x  , 0
, si et seulement si 
 f  x  y  f  y  x
2
x  f  y   ln 1  y   e x  1  y  y  1  ex  f 1  x  1  e x  .
0
1  2e x  e 2x  dx  x  2e x  1 e 2x   1  2 1 
0 0
b- A   f 1  x dx    2      ln 2  ln 2  ln 4 
 ln 2  ln 2  2   ln 2  2  e 2e 
5
donc A  ln 2  u.a
8
c- En utilisant la symétrie orthogonale d’axe la droite d’équation y  x on aura :
1 1
1 ln 2 5 1
 4 ln 1  x  dx   4 f  x dx   ln 2  A =  ln 2  ( f 0  0 et f 1   ln 2 
1
)
0 0 4 4 8 4
1
3 5
D’où  ln 1  x  dx = 4 ln 2  8
4
0

1 1
5 5 1 3 5
Autrement : A = 0  f  x   ln 2 dx  ln 2 
4
8
donc  ln 1  x  dx  ln 2  8  4 ln 2  4 ln 2  8
0
4

Exercice n°3
De quoi s’agit-il ?

Similitude directe –Similitude indirecte-symétrie orthogonale –Composée d’une similitude


directe et d’une symétrie orthogonale.

SOLUTION

1) voir figure ci-contre.


 
2) a-  JA, JK    π 2π est une mesure de l’angle de f
4
en effet :
  1  
 JK  2 BA  IA car J  B  C , K  A  C et I  A  B
     π

  AI , AK    AB, AC   2 2π
 
 AI  AK car ABC est isocèle en A , K  A  C et I  A  B

donc AIJK est un carré direct dont  JA est une diagonale
  π
ainsi  JA, JK    2π
4
Autrement :
 JK  / /  AB  car dans le triangle ABC on a : J  B  C et K  A  C
  
donc  JC, JK    BC, BA 2π
  π
or  BC, BA  2π car ABC est un triangle rectangle et isocèle en A de sens direct
4
 

 

 
par suite  JA , JK    JA , JC    JC, JK  2π
π π  
   2π d’où  JA, JK    π 2π
2 4 4
1
JK 2 BA BA π 2
   cos    est le rapport de f .
JA 1
BC BC 4 2
2

 1
 JL 4 BC BC 1 2
 JK  1   π 
b-  BA 2BA 2cos 4 2  d’où f  K  L .
  2
 JA, JK    π 2π
 4

       π


  JI , JH   CA , JA    AC, AJ    2π
 4
c-  1 1 d’où f I  H .
JA BC
 JH  2  2 
1

2
1 π
 JI

AC BA 
2 cos
4
2
2

1 1 2
3) a- z '   1  i  z  1  i est de la forme z '  az  b où a  0
2 2 2

2
donc φ est une similitude indirecte de rapport
2
1 1 i 1 1 1
Or  1  i zC  1  i   1  i   1  i   i  1  1  i   i  zC d’où φ C  C
2 2 2 2 2 2

et comme a  1 donc C est l’unique point invariant par f qui n’est autre que le centre.

1 1 1 1 1 1
b- zI  zK  i zJ   i zH   i
2 2 2 2 4 4

1 1 1 1 1
c-  1  i  zI  1  i    1  i  1  i   1  i   z H d’où φ  I   H .
2 2 4 2 4

1 1 1 1 1 1 1
 1  i z J  1  i    1  i 1  i  1  i     1  i   i  z K d’où φ  J   K .
2 2 4 2 2 2 2
 f  SIK   I   f  I   H donc f  S IK   I   H

d-   f  S IK   J   f  A  K donc f  SIK   J   K

 f  SIK  est une similitude indirecte comme composée

 d'une similitude directe et antidéplacement

Donc f  SIK  et φ sont deux similitudes indirectes qui coïncident en deux points distincts

par suite φ  f  S IK  .
   
4) a- La droite Δ est porté par la bissectrice intérieur de CJ , CK  ( ou CI , CH  )

b- P   IK  alors S IK   P  P par suite φ  P  f  S IK   P  f  P donc φ  P  f  P .

P   IK  alors f  P  f  IK    LH  par suite φ  P   LH 

P  Δ et Δ étant l’axe de φ alors φ  P  φ Δ  Δ

Ainsi φ  P  Δ   LH   Q par conséquent φ  P  Q .

Exercice n°4
De quoi s’agit-il ?

Ellipse-équation de la tangente à une ellipse en l’un de ses points-Aire d’un triangle

SOLUTION

 x2 y 2
1) a- L’ellipse E  a pour équation, dans le repère orthonormé direct O, i, j  ,  1
12 22

a  1 , b  2 et comme a  b , l’axe focal est O, j  .

Les sommets suivant l’axe focal de E  ont pour coordonnées 0, 2 et 0,2

Les sommets suivant l’axe non focal de E  ont pour coordonnées 1,0 et 1,0

Comme c  b²  a²  3 donc les foyers de E  ont pour coordonnées 0,  3  et 0, 3 

b- voir figure ci-contre

cos 2 x 4sin 2 x
c-   cos2 x  sin 2 x  1 .
12 22

Donc M  E 
2) Une équation de la tangente à E  en un point M  x0, y0  est :

xx0 yy0
T:  2  1 par suite pour M cosθ,2sinθ on aura
12 2

2 y sin θ
T : x cos θ   1 d’où T : 2 x cos θ  y sin θ  2  0 .
4

3) a- Le triangle OPQ est rectangle en O

1
donc l’aire A   OP  OQ
2

P  O,i y  0
Or 
P  T
donc  p
2
 px cos θ  2
1
d’où P cosθ , 0  

Q  O, j x  0
de même 
Q  T
donc  Q
y
 Q sin θ  2
2
d’où Q 0, sinθ  
 π
De plus cos θ  0 et sin θ  0 pour tout θ   0, 
 2

1 1 2 2 2
Ainsi A     
2 cos θ sin θ 2 cos θ sin θ sin 2θ 

2
donc A  .
sin  2θ

2
b- L’aire A  est minimale si et seulement si
sin  2θ

sin 2θ est maximum or 0  2θ  π donc 0  sin 2θ  1

π
d’où A est minimale si et seulement si 2θ 
2

par suite θ 
π
4
d’ou : P  2, 0 , Q 0, 2 2  et M 2 , 2
2  
ce qui prouve que M est le milieu du segment PQ .
Exercice n°5
De quoi s’agit-il ?

Equations différentielles -Recherche d’un ensemble de fonctions.

SOLUTION

1) L’ensemble des solutions de l’équation différentielle y " y  0 est l’ensemble des fonctions

par : f  x  Asin x  B cos x où  A, B 


2
définies sur

2) a- g  x  cos x est deux fois dérivable sur et g '  x   sin x

     
donc g '  x  g π  x   sin x  cos π  x   sin x  sin x  0 ainsi g '  x  g π  x  0
2 2 2

par suite g est un élément de E.

b- Comme f est un élément de E donc pour tout réel x on a : f '  x   f π  x  0


2  
   
et par suite f "  x   f ' π  x  0 d’où f "  x   f ' π  x
2 2

c- Si f est un élément de E alors pour tout réel x on a : f '  x    f π  x


2  
    
ce qui donne : pour tout réel x , f ' π  x   f π  π  x   f  x .
2 2 2

Or d’après b- si f est un élément de E alors pour tout réel x , f "  x   f ' π  x


2  
Par suite : pour tout réel x , f "  x    f  x  d’où f "  x  f  x  0

C'est-à-dire f est une solution de l’équation différentielle y " y  0 .

d- d’après c- si f est un élément de E alors f est une solution de l’équation différentielle


2
y " y  0 donc f  x   A sin x  B cos x où  A, B  .

 
D’autre part, comme f est un élément de E donc pour tout réel x on a : f '  x   f π  x  0
2

  
Ce qui donne, pour tout réel x,  A cos x  B sin x  A sin π  x  B cos π  x  0
2 2  
donc pour tout réel x , A cos x  B sin x  A cos x  B sin x  2 A cos x  0 ainsi A  0

d’où f  x  B cos x où B  .

Conclusion : E est l’ensemble des fonctions définies sur par : f  x  B cos x où B  .

FIN.