Vous êtes sur la page 1sur 108

N° d’ordre : ………..

/……

UNIVERSITE ABDELMALEK ESSAADI


ECOLE NATIONALE DES SCIENCES APPLIQUEES
D’AL HOCEIMA

Département : Génie Civil, Énergétique & Environnement

Mémoire de Projet de Fin d’Etudes


Pour l’obtention du diplôme d’ingénieur d’état en
Génie Civil option Hydraulique

REHABILITATION DE LA ZONE INDUSTRIELLE


DE BOUZNIKA :
Etude des Réseaux de Voirie, d’Assainissement et de
l’Alimentation en Eau Potable

Réalisé Par :
FREIKECH Khalid

Effectué à

Conseil, Ingénierie et Développement

Encadré à l’ENSAH par : Encadré à C.I.D par :


Prof. DIMANE Fouad Mr. MAHBOUB Abdelkarim

Soutenu le …/07/2020 devant le jury composé de :

Prof. DIMANE Fouad Président (ENSAH)


Prof. GHOULBZOURI Abdelouafi Examinateur (ENSAH)
Prof. TAHRI Zakaria Examinateur (ENSAH)
Mr. MAHBOUB Abdelkarim Encadrant Professionnel (CID)

Année Académique : 2019/2020


Dédicace

Aux deux êtres,


qui me sont les plus chers au monde,
qui sont fait de moi ce que je suis,
à Si Thami et à Lalla Fatima

A ma très chère sœur Sanae


et à mon très cher frère Simohamed,
Qui m’avez toujours soutenu et qui n’avez jamais cessé de croire en moi

A Lalla Nisrine
Pour son encouragement et sa disponibilité inconditionnelle

A mes très chers amis


En témoignage des moments inoubliables, des sentiments purs, et des liens
solides qui nous unissent

A tous ceux qui ont contribué à ma formation, partant de mes enseignants


primaire et arrivant à mes professeurs au sein de l’ENSAH

Et à Boukidar,
Pour le savoir être le long d’un cursus universitaire
Remerciements
La réalisation de ce travail aurait été plus ardue sans le concours de personnes à
qui nous souhaitons exprimer ici ma reconnaissance.

Je tiens en premier lieu à exprimer toute ma gratitude à Monsieur MAHBOUB


Abdelkarim, Ingénieur chef de projets à la division VRD, et à Monsieur YAZIDI
Mohammed, Ingénieur à la même division, pour leur générosité, leur disponibilité, leurs
savoirs qu’ils ont partagé avec toute spontanéité, leurs conseils, leurs critiques
constructives, et leur patience.

Je m’exprime aussi à mon encadrant interne Monsieur DIMANE Fouad,


Professeur à l’Ecole Nationale des Sciences Appliquées d’Al Hoceima qui n’a ménagé
aucun effort pour me permettre de mener à bien ce travail ; ainsi que pour tous les
conseils qu’il m’a prodigués tout au long de mon PFE, je le remercie chaleureusement
pour sa disponibilité, ses recommandations et ses conseils précieux.

Et je tiens à remercier également tous les membres du jury pour leur bienveillance
à vouloir évaluer ce modeste travail.
Résumé
Dans un cadre général selon un modèle de partenariat public privé (ppp), un appel
d’offre était lancé pour l’aménagement, le développement et la gestion de trois parcs
industriels intitulé « Mise en œuvre et Revitalisation des zones industrielles de
Bouznika et Had Soualem et leurs extensions et le développement d’une nouvelle zone
à Sahel Lakhyayta. »

Notre projet de fin d’études est consacré au Lot2 ayant comme objectif la
réhabilitation de la zone industrielle de Bouznika ; y compris le traitement de la
composante VRD orienté hydraulique. Notre travail consiste alors, à l'établissement des
plans de viabilisation en termes de voirie, assainissement, et eau potable ; tout en
optimisant l’état actuel des réseaux sur un territoire de 31 ha.

Pour la voirie : nous avons effectué le tracé des axes des différentes voies du projet
selon le plan de masse élaboré afin de caler et renforcer l’existant.

Pour l’assainissement : nous avons effectué la conception et le dimensionnement


d’un réseau séparatif de collecteurs constitué des caniveaux linéaires et des conduites
enterrés pour l’évacuation des eaux pluviales ; et ainsi pour la collecte des eaux usées.

Pour l’alimentation en eau potable : Nous avons conçu, dimensionné un réseau


optimisé pour l’alimentation des tranches en eau potable tout en assurant, les pressions
au sol requises.

Le long de ce chemin, nous sommes revenus à un ensemble de formules


empiriques pour les calculs requis (Manning-Strickler, Hardy-Cross, Caquot etc.) et
d’autres outils informatiques pour la modélisation (Covadis, Epanet, Excel).

Mots Clés : Revitalisation, VRD, Voirie, Assainissement, Eau potable, Covadis, Epanet,
Manning-Strickler, Caquot.
Abstract
In a general framework according to a public-private partnership (ppp) model, a
call for tenders was launched for the planning, development and management of three
industrial parks entitled "Implementation and Revitalization of the industrial zones of
Bouznika and Had Soualem and their extensions and the development of a new area in
Sahel Lakhyayta. "

This Final Year Project is devoted to Lot2 with the objective of rehabilitating the
Bouznika industrial area; including the processing of the hydraulic oriented VRD
component. The needed job then consists in establishing service plans in terms of roads,
sanitation, and drinking water; while optimising the current state of the networks on a
territory of 31 ha.

For road works: we traced the axes of the different project tracks according to the
mass plan developed in order to wedge and strengthen the existing.

For sanitation: we carried out the design and the sizing of a separate network of
collectors consisting of linear gutters and buried pipes for the evacuation of rainwater;
and thus, for the collection of wastewaters.

For drinking water supply: We have designed and dimensioned an optimized


network for supplying wafers with drinking water while ensuring the required ground
pressures.

Along this path, we returned to a set of empirical formulas for the required
calculations (Manning-Strickler, Hardy-Cross, Caquot etc.) and other computer tools
for modelling (Covadis, Epanet, Excel).

Keywords: Revitalisation, VRD, Road works, Sanitation, Drinking water, Covadis, Epanet,
Manning-Strickler, Caquot.
Table des matières
DEDICACE ............................................................................................................................................ I.
REMERCIEMENTS ............................................................................................................................. II.
RESUME ............................................................................................................................................. III.
ABSTRACT ......................................................................................................................................... IV.
TABLE DES MATIERES .................................................................................................................... V.
LISTE DES FIGURES ........................................................................................................................ VI.
LISTE DES TABLEAUX.................................................................................................................. VII.
LISTE DES ABREVIATIONS ......................................................................................................... VIII.

INTRODUCTION GENERALE ........................................................................................................... 0

CHAPITRE I - ENVIRONNEMENT DU PROJET ............................................................................... 3


1 - L’organisme d’accueil ................................................................................................................. 4
1.1 - Généralités sur CID Technopolis ........................................................................................... 4
1.2 - Métiers ................................................................................................................................... 5
1.3 - Plan International ................................................................................................................... 7
1.4 - Fiche signalétique .................................................................................................................. 8
1.5 - Organigramme ....................................................................................................................... 9
2 - Contexte général du projet ....................................................................................................... 10
2.1 - Aperçu géographique et administratif .................................................................................. 11
2.2 - Aperçu Topographique ........................................................................................................ 13
2.3 - Aperçu géologique ............................................................................................................... 13
2.4 - Aperçu climatique ................................................................................................................ 13
2.5 - Consistance du projet ........................................................................................................... 14
2.6 - Risques et impacts potentiels du projet ................................................................................ 14

CHAPITRE II - ETUDE DE LA VOIRIE ............................................................................................ 17


1 - Généralités sur la voirie ............................................................................................................ 18
1.1 - Terminologie ........................................................................................................................ 18
1.2 - Caractéristiques géométriques ............................................................................................. 19
1.3 - Constitution des chaussées ................................................................................................... 19
1.3.1 - Couches ........................................................................................................................ 19
1.3.2 - Structures ...................................................................................................................... 20
1.4 - Normes et règlementations................................................................................................... 22
1.4.1 - Tracé en plan ................................................................................................................ 22
1.4.2 - Profil en long ................................................................................................................ 22
2 - Etude de cas : Réhabilitation du Réseau de Voirie de la ZI Bouznika ................................ 23
2.1 - Diagnostics........................................................................................................................... 23
2.2 - Accessibilité ......................................................................................................................... 27
2.3 - Calage de voirie ................................................................................................................... 27
2.3.1 - Profil en long ................................................................................................................ 27
2.3.2 - Profil en travers type..................................................................................................... 29

CHAPITRE III - ETUDE DE L’ASSAINISSEMENT ........................................................................ 31


1 - Généralités sur l’assainissement .............................................................................................. 32
1.1 - Objectifs ............................................................................................................................... 32
1.2 - Origines des eaux d’assainissement ..................................................................................... 32
1.3 - Systèmes d’assainissement .................................................................................................. 33
1.4 - Critères de choix d’un système adéquat :............................................................................. 35
1.5 - Ouvrages d’assainissement .................................................................................................. 36
1.5.1 - Regards ......................................................................................................................... 36
1.5.2 - Collecteurs .................................................................................................................... 37
1.5.3 - Station de refoulement des eaux usées : ....................................................................... 38
1.5.4 - Station d’épuration des eaux usées « STEP » ............................................................... 38
2 - Evaluation des débits ................................................................................................................ 39
2.1 - Les débits des eaux pluviales ............................................................................................... 39
2.1.1 - Méthode Rationnelle..................................................................................................... 39
2.1.2 - Méthode superficielle de Caquot .................................................................................. 39
2.1.3 - Validité de la formule de Caquot .................................................................................. 40
2.1.4 - Assemblage des bassins versants .................................................................................. 41
2.2 - Les débits des eaux usées ..................................................................................................... 41
2.2.1 - Le débit moyen journalier............................................................................................. 42
2.2.2 - Le débit de pointe journalière ....................................................................................... 42
2.2.3 - Le débit de pointe horaire ............................................................................................. 42
3 - Dimensionnement des canalisations......................................................................................... 43
3.1 - Calcul des sections ............................................................................................................... 43
3.2 - Vérification d’auto-curage ................................................................................................... 44
3.2.1 - En système unitaire (EP) .............................................................................................. 44
3.2.2 - En système séparatif (EU) ............................................................................................ 44
4 - Etude de cas : Réhabilitation des Réseaux d’Assainissement de la ZI Bouznika ............... 45
4.1 - Réseau existant..................................................................................................................... 45
4.2 - Système de collecte .............................................................................................................. 45
4.3 - Assainissement des eaux pluviales ...................................................................................... 45
4.3.1 - Diagnostics ................................................................................................................... 45
4.3.2 - Hypothèses de calcul .................................................................................................... 46
4.3.3 - Conception du Réseau .................................................................................................. 50
4.3.4 - Résultats de calcul ........................................................................................................ 53
4.3.5 - Déductions et Travaux de réhabilitation ....................................................................... 55
4.4 - Assainissement des eaux usées ............................................................................................ 56
4.4.1 - Diagnostics ................................................................................................................... 56
4.4.2 - Calcul des débits ........................................................................................................... 57
4.4.3 - Dimensionnement des canalisations ............................................................................. 58
4.4.4 - Déductions et Travaux de réhabilitation ....................................................................... 59

CHAPITRE IV - ETUDE DE L’ALIMENTATION EN EAU POTABLE.......................................... 60


1 - Généralités sur l’AEP ............................................................................................................... 61
1.1 - Types de réseaux de distribution.......................................................................................... 61
1.1.1 - Réseau ramifié .............................................................................................................. 61
1.1.2 - Réseau maillé................................................................................................................ 62
1.2 - Répartition spatiale de la consommation : ........................................................................... 62
1.3 - Estimation des besoins en eau.............................................................................................. 63
1.3.1 - Evaluation de la population .......................................................................................... 63
1.3.2 - Le débit moyen journalier............................................................................................. 64
1.3.3 - Le débit de pointe journalière ....................................................................................... 64
1.3.4 - Le débit de pointe horaire ............................................................................................. 64
1.3.5 - Besoins en eau d’incendie ............................................................................................ 65
1.4 - Calcul des pertes de charge .................................................................................................. 65
1.4.1 - Pertes de charges linéaires ............................................................................................ 65
1.4.2 - Pertes de charges singulières ........................................................................................ 66
1.5 - Critères de conception.......................................................................................................... 66
1.5.1 - Vitesses admissibles ..................................................................................................... 66
1.5.2 - Pressions requises ......................................................................................................... 67
1.6 - Ouvrages annexes ................................................................................................................ 68
1.6.1 - Regards de vidange....................................................................................................... 68
1.6.2 - Regards de la ventouse ................................................................................................. 68
1.6.3 - Robinets – vannes ......................................................................................................... 68
2 - Etude de cas : Réhabilitation du Réseau d’AEP de la ZI Bouznika .................................... 69
2.1 - Diagnostics........................................................................................................................... 69
2.2 - Conception du réseau de distribution ................................................................................... 70
2.2.1 - Evaluation des besoins.................................................................................................. 70
2.2.2 - Simulation du réseau avec « EPANET » ...................................................................... 70
2.3 - Déductions et Travaux de réhabilitation .............................................................................. 77
CONCLUSION GENERALE .............................................................................................................. 78

BIBLIOGRAPHIE ET WEBOGRAPHIE ............................................................................................ 80

Annexe 1 – Voirie : Profils en long .................................................................................................... 81


Annexe 1 – Voirie : Profils en travers ............................................................................................... 82
Annexe 2 – Assainissement : Délimitation des Bassins EP .............................................................. 83
Annexe 2 – Assainissement : caractéristiques des Bassins EP ........................................................ 84
Annexe 2 – Assainissement : assemblage des Bassins EP ................................................................ 85
Annexe 2 – Assainissement : Tracé des canalisations EP ................................................................ 87
Annexe 2 – Assainissement : Dimensionnement des conduites EP ................................................. 88
Annexe 2 – Assainissement : Dimensionnement des caniveaux ...................................................... 89
Annexe 2 – Assainissement : profils en long des conduites ............................................................. 90
Annexe 2 – Assainissement : Formes des caniveaux ........................................................................ 91
Annexe 2 – Assainissement : Découpage en Bassins EU .................................................................. 92
Annexe 2 – Assainissement : Vérification hydraulique EU ............................................................. 93
Liste des figures
Figure 1 : Prestations de CID ..................................................................................................... 4
Figure 2 : Zone d’intervention internationale de CID ............................................................... 8
Figure 3 : Organigramme de CID .............................................................................................. 9
Figure 4 : Situation de la ville de Bouznika en satellite .......................................................... 11
Figure 5 : Aperçu tridimensionnel de la ZI Bouznika en satellite ........................................... 12
Figure 6 : Aperçu bidimensionnel de la ZI Bouznika en satellite............................................ 12
Figure 7 : Diagramme climatique de Bouznika ....................................................................... 13
Figure 8 : Illustration intégrale de la zone de projet ................................................................ 16
Figure 9 : Eléments constitutifs de la voirie ............................................................................ 18
Figure 10 : Structure des chaussées souples ............................................................................ 20
Figure 11 : Structure des chaussées semi-rigides .................................................................... 21
Figure 12 : Structure des chaussées rigides ............................................................................. 21
Figure 13 : Plan de masse indicatif de voirie ........................................................................... 23
Figure 14 : Images de diagnostics des chaussées..................................................................... 24
Figure 15 : Images de diagnostics des trottoirs ........................................................................ 24
Figure 16 : Plan d'implantation des sondages .......................................................................... 26
Figure 17 : Profil en long de la voie 6 ..................................................................................... 28
Figure 18 : Profil en long de la voie 3 ..................................................................................... 28
Figure 19 : Profil en long de la voie 1 ..................................................................................... 28
Figure 20 : Profil en travers type de la coupe 1A-1A .............................................................. 29
Figure 21 : Profil en travers type de la coupe 1C-1C .............................................................. 29
Figure 22 : Profil en travers type de la coupe 5A-5A .............................................................. 29
Figure 23 : Profil en travers type d’une chaussée à renforcer.................................................. 30
Figure 24 : Profil en travers type d’une chaussée projetée ...................................................... 30
Figure 25 : Schéma explicatif du réseau unitaire et séparatif .................................................. 35
Figure 26 : Schéma d’une station de refoulement des eaux usées ........................................... 38
Figure 27 : Images de diagnostics des caniveaux .................................................................... 46
Figure 28 : Délimitation partielle des bassins versants ............................................................ 48
Figure 29 : Conception partielle des canalisations des eaux pluviales .................................... 51
Figure 30 : Profil en long du COLL-1 ..................................................................................... 52
Figure 31 : Images de diagnostics du réseau des eaux usées ................................................... 56
Figure 32 : Images de diagnostics par inspection camera........................................................ 56
Figure 33 : Découpage partielle en bassins élémentaires des eaux usées ................................ 57
Figure 34 : Schéma du réseau d’alimentation en eau potable .................................................. 61
Figure 35 : Réseau ramifié ....................................................................................................... 61
Figure 36 : Réseau maillé ........................................................................................................ 62
Figure 37 : Méthode des polygones de Tiessen ....................................................................... 62
Figure 38 : Images de diagnostics du réseau d’AEP................................................................ 69
Figure 39 : Distribution des nœuds .......................................................................................... 71
Figure 40 : Diamètres des conduites ........................................................................................ 73
Figure 41 : Simulation de la Variante Journalière ................................................................... 74
Figure 42 : Simulation de la Variante Horaire ......................................................................... 75
Figure 43 : Simulation de la Variante Incendie ....................................................................... 76
Liste des tableaux
Tableau 1 : Fiche signalétique de CID ....................................................................................... 8
Tableau 2 : Avantages et inconvénients des systèmes d’assainissement ................................. 34
Tableau 3 : Formules des coefficients dérivés de Montana ..................................................... 40
Tableau 4 : Formules d’assemblage des bassins versants ........................................................ 41
Tableau 5 : Coefficients de ruissellement de la zone de projet................................................ 46
Tableau 6 : Coefficients de Montana de la zone de projet ....................................................... 47
Tableau 7 : Caractéristiques de quelques bassins élémentaires des eaux usées ...................... 58
Tableau 8 : Caractéristiques du Coll 1.1 des eaux usées ......................................................... 59
Tableau 9 : Dotations de différentes agglomérations .............................................................. 63
Liste des abréviations
 AEP Alimentation en Eau Potable
 BB Béton Bitumineux
 BV Bassin Versant
 CAO Béton Centrifugé Armé Ordinaire
 CID Conseil, Ingénierie et Développement
 DN Diamètre Nominal
 EB Enrobé Bitumineux
 EP Eaux Pluviales
 EU Eaux Usées
 GBB Grave Bitume pour couche de Base
 GMTR Guide Marocain pour les Terrassements Routiers
 GNA Grave Non Traitée de type A
 GNF Grave Non Traitée pour couche de Fondation
 LPEE Laboratoire Public d’Essais et d’Etudes
 MCA Millennium Challenge Account
 MCC Millennium Challenge Corporation
 ML Mètre Linéaire
 PEHD Polyéthylène Haute Densité
 PI Poteau d’Incendie
 PN Pression Nominale
 PPP Partenariat Public Privé
 PVC Polychlorure de Vinyle
 REFT Routes Economiques à Faible Trafic
 SP Station de Pompage
 STEP Station d’Epuration
 T Période de Retour
 TN Terrain Naturel
 VRD Voiries et Réseaux Divers
 ZI Zone Industrielle
INTRODUCTION GENERALE

Introduction
Générale
INTRODUCTION GENERALE

Le Gouvernement du Royaume du Maroc a conclu, le 30 novembre 2015, un deuxième


programme de coopération (Compact II) avec le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique,
agissant par le biais de Millennium Challenge Corporation (MCC) et ce, dans l’objectif de
rehausser la qualité du capital humain et d’améliorer la productivité du foncier.

Le programme est mis en œuvre par l’Agence Millennium Challenge Account Morocco
(MCA Morocco), qui est un établissement public administré par un Conseil d’orientation
stratégique, présidé par le Chef du gouvernement et compte parmi ses membres des
représentants des secteurs public et privé et de la société civile.

Ce programme s’articule autour de deux projets, à savoir « Education et formation pour


l’employabilité » et « Productivité du foncier ». Ce dernier vise l’amélioration de la
gouvernance et de la productivité du foncier grâce à la mise en œuvre de trois activités : «
Gouvernance du foncier », « Foncier industriel » et « Foncier rural ».

L’activité « Foncier industriel » a pour objet la conception d’une nouvelle approche en


matière de planification, de développement et de gestion d’espaces d’accueil industriel
durables et de revitalisation de zones industrielles existantes, tirée par la demande et
privilégiant le partenariat public privé (PPP) et la durabilité environnementale et sociale.

Cette approche sera mise en œuvre, à titre pilote, au niveau de trois zones industrielles
situées dans la Région Casablanca-Settat. Les sites devant abriter ces zones ont été identifiés
sur la base d’un ensemble de critères, dont essentiellement la demande, l’impact économique,
la viabilité financière, la surface mobilisable et l’absence de risques majeurs. Ainsi, il sera
procédé à :

• La revitalisation et l’extension de deux zones industrielles à Bouznika et Had Soualem


• Le développement d’une nouvelle zone industrielle à Sahel Lakhyayta

Le présent rapport concerne le projet de la revitalisation de la zone industrielle de


BOUZNIKA.

L’Agence MCA-Morocco a prévu une opération de revitalisation du site existant de


Bouznika, qui aura pour objectif d’améliorer de manière significative les infrastructures et
espaces communs. Cette opération permettra un rehaussement des standards de la zone
INTRODUCTION GENERALE

existante, en totale cohérence avec les développements prévus au sein de la nouvelle zone, et
une augmentation de l’attractivité de l’ensemble.

Ce programme de renouvellement des infrastructures couvrira la majorité des réseaux,


notamment :

▪ La reconstruction totale du réseau de voirie, via le renouvellement de la


couche de roulement en enrobé, avec un renforcement de la couche de base
en grave bitume ;

▪ La refonte totale du réseau des eaux pluviales : Les caniveaux superficiels


des voies qui serviront d’accès seront remplacés par des conduites enterrées.
Les caniveaux des voies secondaires seront maintenus, tout en les couvrant
par des dalettes en béton armé ;

▪ Le remplacement des tronçons endommagés ou fissurés du réseau des eaux


usées, avec une reconstruction des regards de visite lorsque leur état le
nécessite

▪ Le renouvellement total du réseau d’eau potable vu sa constitution en


amiante de ciment ;

▪ Le renouvellement total du réseau de moyenne tension ;

▪ La remise en état complète du réseau d’éclairage public, au travers un


renouvellement des candélabres et des luminaires en mauvais état.

C’est dans cette optique que s’inscrit mon projet qui a pour objectif de réaliser la
conception de réseau de voiries, et l’établissement d’un réseau d’assainissement pour assurer
une évacuation correcte des eaux pluviales et vérifier la capacite hydraulique des canalisations
des eaux usées. Tout en suivant une manière adaptable aux exigences de sécurité et de santé.
I ENVIRONNEMENT DU PROJET

Chapitre I -
Environnement
du Projet
I ENVIRONNEMENT DU PROJET

1 - L’organisme d’accueil

1.1 - Généralités sur CID Technopolis

Créée en 1982, CID est une société d’ingénierie pluridisciplinaire intervenant dans les
projets de génie civil, de bâtiment, de transport et d’hydraulique. Leader de l’ingénierie au
Maroc, CID dispose d’une équipe permanente de 400 ingénieurs et techniciens et assure : [15]

• Les prestations de maîtrise d’œuvre

Etudes techniques, études économiques, analyses environnementales, suivi des


travaux de réalisation, ordonnancement, pilotage et coordination, management de la
qualité, assistance à l’exploitation et à la maintenance,

• Et les prestations d’assistance à maîtrise d’ouvrage

Planification des projets, préparation des termes de références, assistance pour


l’évaluation des offres et la sélection des entreprise, suivi et pilotage des études et
des investigations, assistance sur les plans juridiques et institutionnels.

Figure 1 : Prestations de CID


I ENVIRONNEMENT DU PROJET

1.2 - Métiers

Le transport

L’expertise de CID couvre tous les modes de transport terrestres et lui permet d’intervenir
dans toutes les étapes de leur développement et de traiter toutes les infrastructures
correspondantes :

• Routes, Autoroutes, Voies urbaines, Logistique


• Carrefours et échangeurs
• Ponts, viaducs et tunnels routiers
• Etudes de trafic et d’exploitation d’infrastructures
• Transport urbain : plan de déplacement urbain, schéma de circulation
• Transport ferroviaire : train et tramways

Bâtiments, voirie et réseau divers :

CID accompagne les donneurs d’ordre publics et privés dans les projets de bâtiment pour
différents stades de leur développement :

• Bâtiments à usage d’habitation


• Bâtiments industriels
• Centres commerciaux
• Hôtels de résidences touristiques
• Infrastructures urbaines : voiries, réseaux d’AEP et d’assainissement, courant fort et
courant faible
• Equipements publiques : installations sportives, hôpitaux, équipements socio-
éducatifs

Aménagement hydrauliques et hydro-agricoles :

CID dispose de compétences confirmées dans le domaine de la mobilisation et de la


gestion des ressources en eau et détient des références importantes traitant des :
I ENVIRONNEMENT DU PROJET

• Barrages / Centrales hydro-électriques


• Prises d’eau
• Ouvrages souterrains
• Aménagements fluviaux
• Protection contre les inondations
• Ressources en eau
• Aménagements hydro agricoles : seuils, canaux, stations de pompages.
• Reconversion de réseaux d’irrigation

Aménagements maritimes :

CID dispose d’une équipe de spécialistes dans le domaine de la conception et de la


réalisation des ports, ayant des références importantes dans les différents types d’installations
portuaires et l’aménagement côtier :

• Aménagement et protection du littoral


• Infrastructures portuaires : quais, ouvrages de protection
• Superstructures portuaires : VRD, terres pleins, bâtiments d’exploitation
• Zones industrielles portuaires et zones logistiques
• Ouvrages de protection des cotes

Eau potable, assainissement :

L’expertise de CID dans le domaine de l’eau couvre également le traitement et la


distribution de l’eau potable, la collecte et la réutilisation des eaux usées :

• Systèmes d’adduction
• Réseau de distribution
• Stations de traitement
• Usines de dessalement
• Infrastructures d’assainissement
• Stations d’épuration des eaux usées
• Réutilisation des eaux usées
I ENVIRONNEMENT DU PROJET

Environnement :

Les compétences de CID, complétées le cas échéant par un réseau d’experts externes,
permettant d’appréhender les aspects environnementaux de tout projet de développent, tant sur
le plan technique que sue les plans réglementaires et institutionnel :

• Etudes d’impact sur l’environnement (EIE)


• Plan de gestion environnementale et sociale (PGES)
• Audits environnementaux
• Etudes de dépollution
• Energies renouvelables
• Bâtiments HQE
• Aménagements paysagers
• Déchets solides
• Efficacité énergétique

Développement local :

CID accompagne les collectivités territoriales dans tout type de projet de développent,
que ce soit au stade de leur identification et planification ou encore au niveau de leur conception
et réalisation. Son spectre d’intervention couvre, entre autres :

• Aménagement du territoire
• Plan de développement économique et social
• Etudes économiques requalification des villes
• Equipement publics
• Déchets solides
• Audits organisationnels et de gestion
• Renforcement des capacités techniques et organisationnelles

1.3 - Plan International

De plus d’être un acteur majeur de l’ingénierie au niveau national, CID vise aussi des
projets internationaux dans plus de 20 pays étrangers
I ENVIRONNEMENT DU PROJET

Zone d’implantation

CID-Technopolis possède en plus de son siège principal à Technopolis-Salé 4 autres


sièges dans 4 autres pays stratégiques : Salé, Tunisie, Dakar, Sultanat Oman, Abidjan

Zone d’intervention

Figure 2 : Zone d’intervention internationale de CID

1.4 - Fiche signalétique


Tableau 1 : Fiche signalétique de CID

Raison sociale CID : Conseil, Ingénierie et Développement


Année de fondation 1982
Capital 40 000 000 Dhs
Chiffre d'affaires 100 / 500 MDhs
Forme juridique SA RC 24355 Salé
Certification ISO 9001/2000 (2003)
Téléphone / Fax 0537579500 / 0537711087
Parc Technopolis, Rocade Rabat-Salé, 11100 Sala El
Siège social
Jadida - B.P, 1340 Rabat RP
I ENVIRONNEMENT DU PROJET

1.5 - Organigramme

Figure 3 : Organigramme de CID


I ENVIRONNEMENT DU PROJET

2 - Contexte général du projet


Dans le cadre de l’activité « Foncier industriel », le Ministère de l’Industrie, du
Commerce, de l’Economie Verte et Numérique, et l’Agence MCA-Morocco, souhaitent mettre
en application ce modèle à travers la mise en place de trois projets pilotes de développement et
de revitalisation de zones industrielles dans le cadre d'un partenariat entre les secteurs public
et privé. [1]

Les trois projets portent sur :

• La revitalisation et l’extension de la zone industrielle de Had Soualem ;


• La revitalisation et l’extension de la zone industrielle de Bouznika ;
• La création d’une nouvelle zone industrielle à Sahel Lakhyayta.

S’agissant des zones existantes, la partie publique prend en charge également :

• Les travaux de revitalisation qui porteront sur l’amélioration des infrastructures au


sein des zones industrielles de Had Soualem et Bouznika ;
• La mise en place d’un mécanisme d’incitation à la valorisation des lots non-valorisés
• Le renforcement des capacités des entreprises existantes en matière de gestion
environnementale et sociale ;
• Incitation des acteurs locaux à améliorer la qualité des services de base.

Tenant compte de ces apports de la partie publique, le partenaire privé est appelé à :

• Réaliser les aménagements in-site des zones ;


• Commercialiser les sites d’extension selon le schéma proposé par site ;
• Gérer la nouvelle zone et/ou les zones d’extension selon de hauts standards de qualité
• Offrir des services, selon la demande, au niveau des zones existantes ;
• Respecter les normes sociales et environnementales et notamment les standards de
la Société Financière Internationale (SFI)
I ENVIRONNEMENT DU PROJET

2.1 - Aperçu géographique et administratif

La ville de Bouznika est située à mi-chemin entre Rabat et Casablanca sur le littoral. Elle
se limite à l’ouest par la commune urbaine Mansouria, à l’Est par la commune rurale Echarrat
et au Sud par la commune rurale d’Ain Tizgha. La ville de Bouznika s’étale sur une superficie
de 1 905 ha. La population de la ville selon le recensement de 2014 est de 37 238 habitants. [2]

Figure 4 : Situation de la ville de Bouznika en satellite

Le site de notre intérêt se situe au nord de la ville, Il se caractérise par une localisation
privilégiée et une visibilité importante en point de vue entrepreneurial. Plus précisément, le site
est desservi par :

• L’autoroute A3 et l’échangeur de Bouznika, qui relie le site à Casablanca (57,5 km)


et Rabat (39,5 km) ;
• La Route Nationale n° 1, qui assure la liaison avec le territoire proche ;
• La route régionale 305, qui relie Bouznika à Benslimane à une distance de 32 km.
I ENVIRONNEMENT DU PROJET

Figure 5 : Aperçu tridimensionnel de la ZI Bouznika en satellite

• Étendu sur une superficie brute


d’environ 31 ha appartenant au
domaine privé de l’Etat.

• Ce site se trouve dans la commune de


Bouznika relevant de la Province de
Benslimane.

• Le parc a été développée en 1982 par


l’aménageur MedZ. Cette zone
comporte 73 parcelles attribuées
principalement à des sociétés ou des
personnes privées.

Figure 6 : Aperçu bidimensionnel de la ZI Bouznika en


satellite
I ENVIRONNEMENT DU PROJET

2.2 - Aperçu Topographique

Le site se trouve dans un environnement de plateaux traversé par les Oueds Cherrat et
N’fifikh. Sa topographie est régulière avec une pente douce orientée vers le nord. Cette
régularité est interrompue par Oued Sikouk (Chaàba) au nord centré, et Oued Bouznika à l'est.
A l’intérieur de l’assiette foncière du projet, les côtes du terrain naturel varient de 33 m à 22 m
NGM avec une dénivelée d’environ 11 m.

2.3 - Aperçu géologique

La zone d’étude appartient à l’unité géologique de la Meseta côtière, qui comprend des
terrains primaires (schisteux, gréseux et quartzites), des fondations gréso-calcaires du miocène,
du pliocène et du quaternaire. Du point de vue géologique, l’ensemble constitue le domaine
mésétien qui se divise en Meseta occidentale et Meseta orientale. Le domaine mésétien est
caractérisé par un socle paléozoïque déformé par l’orogenèse hercynienne ou varisque et une
couverture mésocénozoïque restée quasi horizontale. [2]

2.4 - Aperçu climatique

Le climat de la région se caractérise par une pluviométrie qui varie entre 400 et 500
mm/an, qui se répartie entre Novembre et Avril. Avec une température moyenne de 23.7 °C,
Ce climat sera considéré comme étant de type semi-humide. [17]

Figure 7 : Diagramme climatique de Bouznika


I ENVIRONNEMENT DU PROJET

2.5 - Consistance du projet

La consistance des aménagements proposés, dans le cadre de la réhabilitation et de la


modernisation des infrastructures communes de cette zone industrielle ainsi que son extension,
a été définie sur la base des résultats du diagnostic technique et selon une approche participative
qui a consisté à consulter l’ensemble des parties prenantes (départements ministériels,
établissements publics, secteur privé, société civile, milieux académiques et des partenaires
techniques et financiers) et à hiérarchiser les besoins exprimées. [16]

Ces composantes de la réhabilitation de la zone industrielle existante comprennent :

• Réhabilitation du réseau de voirie de la ZI de Bouznika : réhabilitation de la voirie


existante, élargissement des voies existantes, création d’un parking, la signalisation

• Renouvellement du réseau d’alimentation en eau potable ;

• Réhabilitation du réseau d’assainissement des eaux usées et des eaux pluviales ;

• Réhabilitation des réseaux d’électrification existant (moyenne et basse tension) ;

• Réhabilitation et renforcement de l’éclairage public existant ;

• Réhabilitation du réseau Télécom existant ;

Cette opération de revitalisation contribuera grandement à l’amélioration de


l’environnement global de la zone. De même, et de manière à pérenniser la qualité des
infrastructures, la gestion de la zone existante (réalisé par la commune avec l’appui de
l’association existante des industriels) sera améliorée dans le cadre d’un accord de partenariat
avec la commune.

2.6 - Risques et impacts potentiels du projet

Les principaux impacts du projet sur les milieux biophysique et humain dans lesquels il
intervient, tels qu’identifiés et évalués dans le cadre de l’étude d’impact sur l’environnement,
sont les suivants :
I ENVIRONNEMENT DU PROJET

• En phases de pré-construction et construction

Les impacts prévus lors de ces phases sont généralement associés à la nature des
travaux (installation de chantier, préparation du site, travaux de génie civil, remise
en état des lieux et fermeture du chantier).

Il s’agit de nuisances temporaires causées par des émissions de poussières et


l’augmentation du niveau de bruit. Il s’agit également des risques pour la santé et la
sécurité liés à la circulation des véhicules et des engins de travaux. Des risques de
déversement accidentels de produits dangereux (huiles, hydrocarbures, peintures,
…) peuvent survenir et impacter aussi bien le sol que les eaux superficielles et
souterraines. Cependant, compte tenu de leur caractère temporaire, ces impacts sont
jugés d’importance faible et sont faciles à gérer par l’application de mesures de
prévention et d’atténuation générales prévues dans l’étude d’impact sur
l’environnement et le dans le Plan de Gestion Environnementale et Sociale (PGES)
/ Plan de Surveillance et de Suivi Environnemental (PSSE).

L’application stricte de ces mesures incombe aux entreprises et à leurs sous-traitants


chargés de l’exécution des travaux. Des clauses environnementales, sociales, genre,
inclusion sociale et santé sécurité seront incorporées aux dossiers de consultations
des entreprises pour garantir le strict respect de ces exigences.

• En phase d’exploitation et d’entretien

Pendant la phase d’exploitation et d’entretien, les impacts sont essentiellement


positifs, induits par le nouveau modèle de développement de zone industrielles
durables et inclusives, qui implique l’amélioration des conditions d’hygiène, de santé
et de sécurité. Le projet permettra aussi la création d’au moins 6000 emplois directs
à Bouznika ainsi qu’un nombre important d’emplois indirects (non encore estimé).
De même, le projet aura des retombées positives multiples sur les capacités
organisationnelles des entreprises, l’amélioration de leur gouvernance et renforcera
leur capacité de gestion des aspects d’égalité de genre à leur avantage.

L’impact résultant de l’augmentation du trafic sera résorbé par l’élargissement des


voies d’accès existantes et par la création de nouvelles voies et ronds-points facilitant
la fluidité de la circulation.
I ENVIRONNEMENT DU PROJET

Figure 8 : Illustration intégrale de la zone de projet


II ETUDE DE LA VOIRIE

Chapitre II -
Etude de la Voirie
II ETUDE DE LA VOIRIE

1 - Généralités sur la voirie


La voirie est un réseau d’infrastructure composé de l’ensemble des voies de
communication qui permettent la circulation des biens et des personne (usagers, véhicules…)
et l’accès aux activités et espaces riverains. D’autre coté, c’est un espace collectif et social
(domaine public) qui structure l’espace urbain avant d’être une infrastructure.

1.1 - Terminologie

• L’emprise : partie du terrain qui appartient à la collectivité et affectée à la route ainsi


qu’à ses dépendances.

• L’assiette : surface du terrain réellement occupée par la route

• Plate-Forme : surface de la route qui comprend la chaussée et les accotements.

• Chaussée : surface aménagée de la route sur laquelle circulent les véhicules.

• Accotements : zones latérales de la Plate-Forme qui bordent extérieurement la chaussée

• Trottoirs : accotements d’une voie urbaine dont la fonction est d’assurer une fluidité
rapide des piétons [3]

Figure 9 : Eléments constitutifs de la voirie


II ETUDE DE LA VOIRIE

1.2 - Caractéristiques géométriques

Les caractéristiques techniques d’une voirie sont définies en fonction du rôle qu’elle doit
jouer, de la nature des véhicules qui vont l’emprunter et de sa localisation.

Les principales caractéristiques à définir sont : le tracé, la largeur, la présence ou non de


stationnement le long de la chaussée, le calage du profil en long en indiquant les pentes et les
points de récupération des eaux de ruissellement, la définition les profils en travers avec les
pentes transversales, les caractéristiques mécaniques de la chaussée et sa composition ainsi que
les qualités de la fondation et du revêtement. [3]

Profil en travers : C’est la coupe transversale de la chaussée sur un plan vertical.


Elle représente essentiellement les différentes composantes d’une voirie en montrant
la largeur de la chaussée et celle des accotements et en indiquant les pentes
transversales.

Profil en long : C’est une coupe longitudinale de l’axe de la chaussée sur un plan
vertical. Elle montre la valeur des pentes et des rampes, ainsi que les rayons des
sommets, des côtes et des points hauts et bas

Tracé en plan : C’est la projection verticale de l’espace occupé par la voie sur un
plan horizontal. Il met en évidence les longueurs des sections rectilignes et la valeur
des rayons de courbure et des virages.

1.3 - Constitution des chaussées

1.3.1 - Couches

La chaussée doit avoir une épaisseur suffisante afin de pouvoir supporter la pression
verticale transmise au sol sans dégradation.

Sachant que la pression dans la couche granulaire décroît régulièrement en profondeur,


on peut utiliser dans le corps de chaussée une superposition de couches de caractéristiques
mécaniques croissantes. En général, à partir du sol : [3]
II ETUDE DE LA VOIRIE

Couche de forme : c’est un élément de transition qui se trouve entre le sol, support
et les couches de chaussée afin d’améliorer et d’uniformiser la portance du sol ;

Couche de fondation : la construction de cette couche ne pose pas de problème


particulier. La plupart des matériaux routiers conviennent ;

Couche de base : elle doit résister aux contraintes résultant du trafic, les matériaux
qui la compose font alors l’objet d’une attention particulière ;

Couche de surface : elle doit résister aux efforts horizontaux des pneumatiques et
s’opposer à la pénétration de l’eau.

1.3.2 - Structures

Selon le fonctionnement mécanique de la chaussée, on distingue généralement les trois


types de structures suivantes : [4]

Les chaussées souples :

C’est une structure de chaussée dans laquelle l’ensemble des couches liées qui la
constituent, sont traitées aux liants hydrocarbonés. La couche de fondation et/ou la
couche de base peuvent être constituées de grave non traitée.

Figure 10 : Structure des chaussées souples


II ETUDE DE LA VOIRIE

Les chaussées semi-rigides :

Elles comprennent une couche de surface bitumineuse reposant sur une assise en
matériaux traités aux liants hydrauliques disposés en une couche (base) ou deux
couches (base et fondation)

Figure 11 : Structure des chaussées semi-rigides

Les chaussées rigides :

Une chaussée rigide est constituée d’un revêtement en béton de ciment pervibré ou
fluide. En règle générale ; une chaussée en béton comporte à partir du sol, les couches
suivantes : une couche de forme, une couche de fondation, et une couche de
roulement en béton de ciment.

Dans le cas d’une chaussée neuve à faible trafic, la couche de fondation n’est pas
nécessaire. La dalle en béton de ciment peut être ainsi réalisée directement sur l’arase
terrassement ou sur la plate-forme support de la chaussée. Dans la chaussée rigide,
la couche de surface et la couche de base sont confondues.

Figure 12 : Structure des chaussées rigides


II ETUDE DE LA VOIRIE

1.4 - Normes et règlementations

1.4.1 - Tracé en plan

Le traitement en tracé en plan des axes des voies projetées est fait conformément aux
normes d’aménagement en vigueur. A cet effet, tous les axes sont traités en succession
d’alignements droits et courbes. La valeur limite du tracé en plan est 30m comme rayon
minimal. (REFT - une voirie est dite à faible trafic lorsque le nombre de véhicules qui y
circulent est inférieur à l’équivalent de 150 poids lourds par jour, soit environ 1500 véhicules
par jour, tous modèles confondus.). [5]

1.4.2 - Profil en long

Le profil en long des axes des voies est une courbe continue, composée de segments de
droite raccordés par des arcs de cercle. Les principaux paramètres du choix des profils en long
sont conditionnés par les facteurs suivants : [5]

• Le type de voie (distribution, desserte…)


• Un bon écoulement des eaux pluviales
• Un rayon de courbure minimum respectant les normes en vigueur

Les pentes maximales retenues, au niveau des profils en long sont :

• Pente de 7% comme maximum normal


• Pente de 12% comme maximum absolu

La valeur minimale des rayons de raccordement est généralement prise égale à :

• 1000m (Angle saillant)


• 500m (Angle rentrant)
II ETUDE DE LA VOIRIE

2 - Etude de cas :
Réhabilitation du Réseau de Voirie
de la ZI Bouznika
L’étude de la voirie est une étape primordiale dans un projet d’établissement d’un réseau
d’assainissement ou d’un réseau de distribution de l’eau potable, en raison de son rôle
important dans le calcul des débits des eaux pluviales ensuite dans le dimensionnement des
canalisations.

2.1 - Diagnostics

Avant d’entamer cette étude, il est nécessaire d’analyser toutes les données de base du
projet en question. Voici un plan de masse déclarant les voies du projet afin de se familiariser.

Figure 13 : Plan de masse indicatif de voirie


II ETUDE DE LA VOIRIE

Une équipe de diagnostics in-site a révélé les résultats suivants :

▪ Chaussée revêtue en enrobé bitumineux, avec une forme en toit.

▪ Plusieurs dégradations relatives d’une part à la fatigue de la couche de roulement


(faïençage, Nids de poule, arrachements…), et d’autre part aux interventions pour
le passage des ouvrages d’assainissement et autres réseaux dont la réfection n’a
pas été réalisée conformément aux règles de l’art.

Figure 14 : Images de diagnostics des chaussées

▪ Trottoirs non aménagés, on trouve des espaces en terre naturelle, alternés par des
dalles en béton longeant quelques usines, particulièrement au niveau de la voie
N°1. L’espace dédié aux trottoirs est caractérisé donc par une hétérogénéité des
types de revêtement.

Figure 15 : Images de diagnostics des trottoirs


II ETUDE DE LA VOIRIE

Campagne géotechnique (LPEE, avril 2019)

La reconnaissance géotechnique a été effectué par la réalisation des puits manuels


descendus jusqu’au sol rocheux, les résultats de ces sondages réalisés au droit de la chaussée
existante montrent : [6]

• Présence d’une faible couche de béton bitumineux BB ne dépassant guère


5 cm.

• Présence d’une couche limoneuse argileuse d’une épaisseur variable de de


10 à 50 cm par endroit.

• Un substratum schisteux à faible profondeur à 1 m par rapport au TN.

Le sol en place est un limon argileux classé majoritaire A2 suivant la classification


GMTR.

Le LPEE confirme les anomalies constatées lors de l’opération du diagnostic effectuée


en tâche 1, il s’agit essentiellement des dégradations suivantes :

• La chaussée existante présente des tassements au niveau des tranchées qui


traverse la chaussée et des fissures accompagnés par des faïençages par
endroit.

• La structure de la chaussée est constituée de l’enrobé bitumineux et du tout


venant d’épaisseur variable par endroit avec une moyenne de 20 cm
d’épaisseur.

• La classe de portance de la plateforme est estimée P0

• Type de profil en travers : P1

• Revêtement et couche supérieure liée : R2

• Trafic : TPL6/T1

Au vu de ce qui précède, la structure du corps de chaussée proposée par LPEE est la


suivante :

Reprofilage + 10 cm de Grave bitume (GBB) + 6cm Béton bitumineux (BB)


II ETUDE DE LA VOIRIE

Voici une partie du plan d'implantation des sondages :

Figure 16 : Plan d'implantation des sondages


II ETUDE DE LA VOIRIE

2.2 - Accessibilité

Le seul accès actuel de la zone industrielle existante se trouve sur le côté Ouest
moyennant la route (R 305) à double voies qui relie la ville de Bouznika et la Plage avec la
province de Ben Slimane.

Afin de fluidifier cet accès Il est prévu avec des améliorations notamment sur la largeur
de la chaussée et le réaménagement de l’assainissement pluvial, pour desservir à la fois la ZI
existante et son extension.

Un accès de secours dédié à la protection civile est proposé et permettra aux sapeurs-
pompiers d’accéder à la zone industrielle en cas d’incendie. La voie menant à ce dernier accès
sert actuellement aux usagers de l’autoroute d’aller à Rabat.

2.3 - Calage de voirie

2.3.1 - Profil en long

Le calage du profil en long des différentes voies a été effectué à l’aide du logiciel
COVADIS.

Sachant que le réseau de la voirie de la ZI de Bouznika est déjà établi, l’élaboration des
profils en long est une étape d’une importance fondamentale pour la suite des travaux en
théorie. Les profils en long ont été élaborés de manière à assurer dans la mesure du possible :

• Un bon écoulement des eaux pluviales ;


• Une desserte correcte des propriétés riveraines au niveau des seuils de bâtiments,
• Une pente minimale de 0,03%, et une pente maximale de 4% ;
• Un rayon de courbure minimal assurant les conditions de visibilité pour les
courbes saillantes et celles de confort (accélération verticale) pour les courbes
rentrantes.

Représentons ci-dessous quelques profils en long afin d’avoir une idée sur la topographie
du terrain. Vous trouverez l’ensemble complet dans l’annexe I.
II ETUDE DE LA VOIRIE

Figure 19 : Profil en long de la voie 1

Figure 17 : Profil en long de la voie 6

Figure 18 : Profil en long de la voie 3


II ETUDE DE LA VOIRIE

2.3.2 - Profil en travers type

Les mesures suivantes sont définies et prises en compte :

• Maintien de la voirie existante avec élargissement de la chaussée de 10 à 12 m de


la voie d’accès avec adaptation des réseaux existants
• Traitement des zones faïencées par reprise des couches de base et de surface
• Aménagement des trottoirs et réalisation d’une couche de revêtement en béton
imprimé sur les trottoirs.

Voici des différents exemples illustrant quelques cas fréquents :

Figure 20 : Profil en travers type de la coupe 1A-1A

Figure 21 : Profil en travers type de la coupe 1C-1C

Figure 22 : Profil en travers type de la coupe 5A-5A


II ETUDE DE LA VOIRIE

Figure 23 : Profil en travers type d’une chaussée à renforcer

Figure 24 : Profil en travers type d’une chaussée projetée


Chapitre III -
Etude de
l’Assainissement
III ETUDE DE L’ASSAINISSEMENT

1 - Généralités sur l’assainissement


L’assainissement liquide est un processus ayant comme cible l’amélioration de la
situation sanitaire globale de l'environnement dans ses différentes composantes. Il comprend
la collecte, le traitement et l'évacuation des déchets liquides dans le milieu naturel. De tel sorte
à éviter les dangers qui peuvent en résulter en tant que source de contamination fécale et de
pollution du milieu. Son but est donc d’installer une barrière sanitaire contre toute
contamination

1.1 - Objectifs

L’objectif étant d’assurer l’évacuation de l’ensemble de l’eau pluviale et usées ainsi que
leur rejet dans les exutoires naturels sous des modes compatibles avec les exigences de la santé
publique et de l’environnement.

L’assainissement vise les cibles suivantes :

▪ La protection des individus contre les dangers des maladies.

▪ La protection des ressources en eau souterraines et superficielles.

▪ La préservation de la qualité du milieu récepteur (sol, cours d’eau, lacs…)

▪ L’élimination de la reproduction des mouches et autres insectes.

▪ La prévention des odeurs et des aspects malpropres.

1.2 - Origines des eaux d’assainissement

Les eaux d’assainissement englobent :

• Les eaux de ruissellement :

Qui comprennent les eaux de la pluie, les eaux de lavage et les eaux de drainage.
III ETUDE DE L’ASSAINISSEMENT

• Les eaux usées d’origine domestique :

▪ Les eaux grises provenant des salles de bains et des machines à laver
contenant principalement des détergents.

▪ Les eaux vannes, issues des toilettes, chargées en matières organiques


azotées fermentées riches en germes.

▪ Les eaux ménagères, issues principalement des cuisines souvent riches en


graisses, détergents et solvants.

• Les eaux industrielles :

Qui sont définies comme étant les eaux utilisées pour des fins industrielles. Elles
peuvent conduire à une pollution industrielle. On distingue entre les pollutions : aux
métaux, aux acides, aux hydrocarbures, aux matières organiques et graisses, et aux
matières radioactives.

1.3 - Systèmes d’assainissement

Selon la nature des habitats, et le choix des collectivités, on distingue entre plusieurs
types de systèmes d’assainissement : [7]

Système unitaire :

On dit qu’un réseau d’assainissement est unitaire lorsque les eaux usées et les eaux
pluviales sont collectées et transportées dans une seule canalisation. Ce type de
réseau est généralement doté de réservoirs permettant, en cas d’orage, le rejet d’une
partie des eaux directement dans le milieu naturel.

Système séparatif :

Dans un système séparatif, les eaux usées et pluviales sont récupérées dans des
ouvrages distincts : Les canalisations et les collecteurs acheminent les eaux usées
jusqu’à la station d’épuration. Et les collecteurs pluviaux entraînent les eaux de pluie
vers leurs exutoires naturels.
III ETUDE DE L’ASSAINISSEMENT

Système pseudo séparatif :

Le système pseudo-séparatif reçoit les eaux usées et une partie des eaux pluviales en
provenance directe des habitations, c'est un système dans lequel on divise les apports
des eaux pluviales en deux parties :

▪ Les apports des eaux pluviales provenant des toitures et cours intérieures qui
sont raccordées au réseau d'assainissement, à l'aide des mêmes branchements
que ceux des eaux usées domestiques.

▪ Les apports des eaux pluviales provenant des surfaces de voirie, qui s'écoule
par des ouvrages particuliers déjà reçus pour cet objet par les services de la
voirie municipale (caniveaux, aqueducs, fossés avec évacuations directes
dans la nature...)

Tableau 2 : Avantages et inconvénients des systèmes d’assainissement

Système Avantages Inconvénients

 Problème de dépôts en temps sec.


 Coût d’entretien plus élevé.
Unitaire
 Facilité d’installation  Surdimensionnement de la STEP.
 Système non couteux  Une partie des effluents est rejetée dans
le milieu récepteur, en période de pluie,
sans passer par la station.

 Les eaux pluviales sont rejetées


 Coûts d’exploitation et d’investissement
Séparatif directement dans la nature.
très élevés.
 Traitement efficace et rentable
 Encombrement des réseaux (difficulté
des eaux usées.
d’installation).
 Pas de problème d’auto-curage

 Simplification des raccordements


Pseudo  Installation assez complexe.
des immeubles.
séparatif  Déversoir à ciel ouvert.
 STEP non surdimensionnée.
 Réutilisation des eaux rejetées non
 Coût d’investissement et
contrôlée.
d’entretien raisonnable.
III ETUDE DE L’ASSAINISSEMENT

Figure 25 : Schéma explicatif du réseau unitaire et séparatif

1.4 - Critères de choix d’un système adéquat :

En général, le choix d'un système d'évacuation donné dépend essentiellement des


objectifs et des contraintes liées au site, ces contraintes sont jugées :

Techniques et locales telles que la topographie, le régime des précipitations, et la


répartition des habitats.

Économiques, liées au niveau d’investissement consenti par la collectivité pour


l’ensemble du projet, et en intégrant le coût de conception et de réalisation ainsi que
celui du fonctionnement et de l’entretien.

Urbanistiques, selon les prévisions de l’évolution future de l’agglomération.

Environnementales, liées au niveau du traitement toléré lorsque le pouvoir auto


épurateur est limité.
III ETUDE DE L’ASSAINISSEMENT

1.5 - Ouvrages d’assainissement

1.5.1 - Regards

Ce sont des compartiments en maçonnerie ou préfabriqué munis d’un couvercle


amovible, ils permettent l’accès aux canalisations pour d’éventuels branchements, et
notamment pour le curage de ces derniers. Ils existent plusieurs types de regards : [8]

Regard de visite :

Ils permettent la surveillance et le curage des égouts ainsi que leur aération qui est
assurée grâce à une fonte sur le couvercle du regard, ce type de regard est prévu dans
les cas suivants :

• Au niveau de chaque branchement avec un autre collecteur

• À chaque changement de direction (horizontale ou verticale)

• En alignement droit, la distance maximale est d’environ 50m.

Regard chute :

Ce sont des regards analogues aux regards de visite, seulement la chute est plus
importante, ce type de regard est prévu lorsque les canalisations sont disposées en
forte pente, ce qui entraîne des vitesses très importantes, la chute des effluents dans
ces regards permet de briser la vitesse d’écoulement.

Bouche d’égout :

Destinées à recueillir les eaux usées de la chausse, elles doivent être sélectives pour
permettre la retenue du maximum de déchets, elles sont généralement disposées sous
le trottoir.

Regard avaloir :

Ils sont généralement placés aux points bas des caniveaux destines à la collecte des
eaux de ruissellement depuis le caniveau jusqu’à l’égout.
III ETUDE DE L’ASSAINISSEMENT

Regards à grille :

Ce sont des regards de petites dimensions, couverts par une grille en fonte, il sert à
évacuer les eaux de ruissellement des parcs, allées piétonnes et des pelouses.

Regards de façade :

Ils sont utilisés pour les branchements particuliers, disposes plus près de la façade
de la propriété à raccorder.

Regards de branchement :

Servent au branchement du réseau sanitaire d’un immeuble au réseau


d’assainissement, les regards siphoïdes sont conseillés pour éviter les relents des
mauvaises odeurs.

Déversoirs d’orage :

C’est un ouvrage en béton armé de section rectangulaire, sa fonction est d’évacuer


les pointes exceptionnelles de débit d’orage vers un milieu récepteur, en d’autres
termes, il est prévu pour soulager le réseau sanitaire en période d’orage.

1.5.2 - Collecteurs

Ils sont constitués par des tuyaux (canalisations) enterrés alignés allons de regard en
regard avec un diamètre et une pente suffisante pour éviter toutes les stagnations des liquides
chargés. Les matériaux utilisés pour les conduites sont : [9]

• CAO (Centrifuge Armé Ordinaire), séries 90A et 135A ;

• PEHD (Polyéthylène à haute densité) ;

• PVC (Polychlorure de Vinyle non plastifié)

Les collecteurs des eaux usées et des eaux pluviales peuvent être implantés dans l’axe de
la voie ou bien sous trottoir.
III ETUDE DE L’ASSAINISSEMENT

1.5.3 - Station de refoulement des eaux usées :

La station de refoulement est un ouvrage d’assainissement conçu pour transporter les


eaux usées dans les zones où l’assainissement par voie gravitaire est impossible ou non
rentable. On distingue les stations de relèvement destinées à élever l’eau localement et les
stations de refoulement destinées à forcer le transport des effluents sur de grandes surfaces.

Figure 26 : Schéma d’une station de refoulement des eaux usées

1.5.4 - Station d’épuration des eaux usées « STEP »

C’est une installation destinée à épurer les eaux usées domestiques ou industrielles avant
le rejet dans le milieu naturel. Le but du traitement est de séparer l’eau des substances
indésirables pour le milieu récepteur. Une station d’épuration est généralement installée à
l’extrémité d’un réseau de collecte. Elle peut employer plusieurs procédures de traitement,
physiques et biologiques.

Le plus souvent, le processus de traitement est biologique car il fait intervenir des
bactéries capables de dégrader les matières organiques. La taille et le type des dispositifs
dépendent du degré de pollution des eaux à traiter. Une station d’épuration est constituée d’une
succession de dispositifs, conçus pour extraire en différentes étapes les différents polluants
contenus dans les eaux. La pollution retenue dans la station d’épuration est transformée sous
forme de boues. La succession des dispositifs est calculée en fonction de la nature des eaux
usées recueillies sur le réseau et des types de pollutions à traiter.
III ETUDE DE L’ASSAINISSEMENT

2 - Evaluation des débits

2.1 - Les débits des eaux pluviales

Diverses formules d'évaluation des débits d'eaux pluviales existent et ils reposent sur la
modélisation des écoulements par la transformation pluie-débit. Parmi ces formules, deux
modèles sont les plus répandues et utilisées actuellement, la méthode rationnelle développée
aux Etats-Unis à la fin du 19ème siècle, et la méthode superficielle de CAQUOT qui dérive de
cette dernière. [10]

2.1.1 - Méthode Rationnelle

C'est la méthode la plus ancienne, elle utilise un modèle simple de transformation de la


pluie de projet (décrite par son intensité I), en un débit maximal lorsque l'ensemble de son
bassin contribue à ce débit, selon la relation :

𝑄 =𝐶∙𝐼∙𝐴

 Q : Débit maximal à l'exutoire ;


 C : Coefficient de ruissellement ;
 I : Intensité des précipitations ou temps de concentration Tc (temps nécessaire à l'eau,
pour atteindre l'exutoire depuis le point hydrauliquement le plus éloigné de celui-ci) pour
une période de retour donnée ;
 A : Superficie du bassin versant.

Notons que cette méthode pose les deux hypothèses suivantes :

▪ L'intensité de pluie est constante et est généralisée sur tout le bassin.


▪ La durée de l'averse excède le temps de concentration du bassin versant

2.1.2 - Méthode superficielle de Caquot

Ce modèle a été proposé par Albert CAQUOT en 1949. Dans sa forme originale, ce
modèle repose sur une expression mathématique globale qui le rend relativement plus facile
pour une application manuelle.
III ETUDE DE L’ASSAINISSEMENT

𝑄𝑏 = 𝐾 1/𝑢 ∙ 𝐼𝑣/𝑢 ∙ 𝐶 1/𝑢 ∙ 𝐴𝑤/𝑢

𝑄𝑐 = 𝑚 ∙ 𝑄𝑏

Dont

 Qb : débit brut à l’exutoire en m3/s pour une période de retour T ;


 Qc : débit corrigé en m3/s ;
 I : la pente moyenne du bassin versant (en mètres par mètre) ;
 C : le coefficient de ruissellement du bassin versant ;
 A : la superficie du bassin versant (en hectares).

Et

0.84∙𝑏
𝑀
 𝑚 : le coefficient correcteur 𝑚 = ( )1+0.287∙𝑏
2
𝐿
 M : le coefficient d’allongement 𝑀=
√𝐴
 a et b sont les coefficients de Montana définis selon la période de retour ;
 K, u, v, w, sont les coefficients dérivés avec :

Tableau 3 : Formules des coefficients dérivés de Montana

K 𝒖 𝒗 𝒘

𝒂 ∙ 𝟎. 𝟓𝒃 1 + 0.287 ∙ 𝑏 −0.41 ∙ 𝑏 0.95 + 0.507 ∙ 𝑏


𝟔. 𝟔

2.1.3 - Validité de la formule de Caquot

▪ La surface totale doit être inférieure ou égale à 200 ha ;


▪ La valeur de la pente doit rester comprise entre 0,2 % et 5% ;
▪ La valeur du coefficient de ruissellement C doit être supérieur à 0,2 ;
▪ M = 2 ; Sinon le débit sera corrigé par le coefficient correcteur m.
III ETUDE DE L’ASSAINISSEMENT

2.1.4 - Assemblage des bassins versants

Tableau 4 : Formules d’assemblage des bassins versants

Paramètres équivalents 𝑨𝒆𝒒 𝑪𝒆𝒒 𝑰𝒆𝒒 𝑴𝒆𝒒

2
 
 
 
C A   Lj L
 
j j j
Bassins en série Aj
A   L
  j

 A
  I j
j j


  

C A  (I Q ) L(Q pjMAX )

j j j pj
Bassins en parallèle Aj
A j Q pj A j

A noter que lors de l’assemblage des bassins versants en parallèle le débit résultant doit
être dans les limites suivantes :

𝑚𝑎𝑥 (𝑄1 , 𝑄2 ) < 𝑄 < 𝑄1 + 𝑄2

Avec Q1 et Q2 les débits des deux bassins assemblés ; Et Q le débit corrigé de


l’assemblage, dont :

▪ Si 𝑄 < 𝑚𝑎𝑥 (𝑄1, 𝑄2) : 𝑄 = 𝑚𝑎𝑥 (𝑄1, 𝑄2) ;


▪ Si 𝑄 > 𝑄1 + 𝑄2 : 𝑄 = 𝑄1 + 𝑄2 .

2.2 - Les débits des eaux usées

Le débit des eaux usées domestiques est calculé sur la base de la consommation moyenne
par habitant et par jour en eau potable affecté d’un taux de rejet à l’égout. [10]
III ETUDE DE L’ASSAINISSEMENT

2.2.1 - Le débit moyen journalier

Le débit de moyen journalier des eaux usées est donné par la formule suivante :

𝐷 ∙ 𝑁 ∙ 𝑇𝑟
𝑄𝑚 =
86400

 Qm : débit moyen eau usée en litre/seconde ;


 D : dotation moyenne par jour en litre/habitant/jour ;
 N : nombre d’habitants ;
 Tr : taux de retour à l’égout pris égal à 80 %.

En ce qui concerne les industries et les équipements, on calcule la superficie de la zone


industrielle considérée S en (ha), et on définit le ratio de consommation industrielle Ci en
(m3/ha/j) qui est généralement compris entre 30 et 60 (m3/ha /j)

Le débit moyen journalier des eaux industrielles Qmi (m3/j) est donné par la formule :

𝑄𝑚𝑖 = 𝑆 ∙ 𝐶𝑖 ∙ 𝑇𝑟

2.2.2 - Le débit de pointe journalière

Le débit de pointe journalier est calculé par la formule suivante :

𝑄𝑝𝑗 = 𝐶𝑝𝑗 ∙ 𝑄𝑚

Avec Cpj Le coefficient de la pointe journalière, est le rapport du volume moyen d’eau
potable des trois journées successives les plus chargées de l’année sur le volume moyen annuel.

2.2.3 - Le débit de pointe horaire

Le débit de pointe horaire est calculé par la formule suivante :

𝑄𝑝ℎ = 𝐶𝑝ℎ ∙ 𝑄𝑚

2.5
Dont : 𝐶𝑝ℎ = 1.5 + ≤4
√𝑄𝑚
III ETUDE DE L’ASSAINISSEMENT

3 - Dimensionnement des canalisations


Le dimensionnement consiste à trouver les diamètres des collecteurs constituant le
réseau, le calcul du diamètre théorique requis dans chaque canalisation se fait en se basant sur
le calcul des débits des assemblages des bassins versants élémentaires. [10]

3.1 - Calcul des sections

Les sections à donner aux ouvrages se calculent souvent par la formule de Manning &
Strickler. [11]

𝑄 = 𝐾𝑠 ∙ 𝑆 ∙ (𝑅ℎ )𝛼 ∙ √𝐼

 Q : Débit transité par la canalisation en m3/s,


 S : Section de la canalisation (Surface mouillée à pleine section) en m2
 Rh : Rayon hydraulique de la canalisation (Rh=D/4 pour une conduite circulaire).
 I : Pente de la canalisation en m/m
 Ks : Coefficient de Manning & Strickler qui dépend de la rugosité de la
canalisation en fonction du matériau choisi.
 𝛼 : un coefficient qui varie en fonction du type du système d’assainissement :
- 𝛼 = 3/4 pour le réseau des eaux pluviales en système unitaire ou en
séparatif.
- 𝛼 = 2/3 pour le réseau des eaux usées en système séparatif.

Le diamètre s’obtient selon la formule d'écoulement standard sachant que le débit à


évacuer est donné par :

𝑄= 𝑉 ∙ 𝑆

Le diamètre calculé n’est pas celui adopté, car on arrondi le résultat au diamètre
supérieur le plus proche et présent dans le marché. Les diamètres minimaux adoptés
pour les collecteurs sont : 300mm pour les EU et 400mm pour les EP [12]
III ETUDE DE L’ASSAINISSEMENT

3.2 - Vérification d’auto-curage

La vitesse des eaux usées et pluviales dans un réseau d’assainissement est limitée
inférieurement pour éviter les stagnations susceptibles de provoquer des dépôts et
supérieurement pour éviter l’érosion des canalisations par les matières solides charriées par les
eaux. [13]

3.2.1 - En système unitaire (EP)

La pente des ouvrages doit permettre pour des débits pluviaux atteints assez
fréquemment, l’entraînement des sables, et pour le débit moyen des eaux usées, celui des vases
organiques fermentescibles. On tend vers la satisfaction de ces conditions dans les ouvrages
calculés pour l'évacuation du ruissellement de fréquence décennale en y réalisant des vitesses
de l’ordre de :

1. 0,60 m/s pour 1/10 du débit à pleine section :


(𝒓𝑸 = 𝟎, 𝟏 ; 𝒓𝑽 = 𝟎, 𝟓𝟓 → 𝟏. 𝟎𝟏 ∙ 𝑽𝑷𝑺  𝟏 𝒎/𝒔 )
2. 0,30 m/s pour 1/100 de ce même débit :
(𝒓𝑽 = 𝟎, 𝟔 → 𝟎, 𝟔 ∙ 𝑽𝑷𝑺  𝟎, 𝟑 𝒎/𝒔)

3.2.2 - En système séparatif (EU)

L’auto-curage des canalisations d’eaux usées est considéré comme assuré si les trois
conditions ci-après sont remplies :

1. À pleine ou à demi section, un tuyau circulaire doit assurer une vitesse


d'écoulement de 0,70 m/s ou à l'extrême rigueur 0,50 m/s ;

2. Pour un remplissage égal au 2/10 du diamètre, la vitesse d'écoulement doit être


au moins égale à 0,30 m/s ; (𝒓𝑽 = 𝟎, 𝟔 → 𝟎, 𝟔 ∙ 𝑽𝑷𝑺  𝟎, 𝟑 𝒎/𝒔)

3. Un remplissage de la canalisation au moins égal au 2/10 du diamètre doit être


assuré pour le débit moyen actuel. (𝒓𝑸 = 𝟎, 𝟏𝟐 → 𝑸𝒎𝒐𝒚𝒆𝒏  𝟎, 𝟏𝟐 ∙ 𝑸𝑷𝑺)

Ces limites sont respectées avec des vitesses à pleine section de 1 m/s dans les
canalisations circulaires et 0,90 m/s dans les ovoïdes.
III ETUDE DE L’ASSAINISSEMENT

4 - Etude de cas :
Réhabilitation des Réseaux
d’Assainissement de la ZI Bouznika
Cette partie explique au préalable le choix que nous avons pris concernant le choix du
système d’assainissement convenable. Puis, il détaille la méthodologie de dimensionnement
des réseaux des eaux pluviales d’une part, et des eaux usées d’une autre part. Et enfin une
déduction des travaux de réhabilitation prises comme mesures.

4.1 - Réseau existant

La zone industrielle de Bouznika est munie d’un réseau d’assainissement séparatif assuré
par des caniveaux linéaires pour la collecte des eaux pluviales ; et par des conduites enterrées
pour l’évacuation des eaux usées. Toutefois, ces réseaux consistent des travaux de
réhabilitation afin d’optimiser le fonctionnement requis.

4.2 - Système de collecte

Le système d’assainissement adopté pour le projet de la ZI de Bouznika est un système


séparatif qui est le plus approprié en raison de la présence de deux exutoires naturels des eaux
pluviales à proximité : Oued Sikouk (Châaba) situé au milieu de la zone, et Oued Bouznika
situé à la limite de l’est entre la zone et son extension.

4.3 - Assainissement des eaux pluviales

4.3.1 - Diagnostics

Le réseau d’assainissement EP de la ZI de Bouznika assure la collecte des eaux pluviales


provenant des bassins versants urbanisés des voies internes de la zone industrielle ainsi que des
eaux pluviales provenant de l’intérieur des unités industrielles. Le réseau est composé de
caniveaux en 5 316 ml toutes sections confondues.
III ETUDE DE L’ASSAINISSEMENT

Le diagnostic effectué sur le réseau existant des eaux pluviales a fait apparaître plusieurs
anomalies et dysfonctionnements engendrant des nuisances aux industriels et à l'environnement
de façon générale.

Les anomalies détectées sont généralement des anomalies dues au manque d’entretien
(Curage périodique). Le manque d’entretien a permis le développement de la végétation au
niveau du caniveau. Ce qui réduit la capacité de l’ouvrage. Ainsi des quantités considérables
en débris accumulés au niveau des caniveaux réduisent de même l’efficacité de l’ouvrage.

Figure 27 : Images de diagnostics des caniveaux

4.3.2 - Hypothèses de calcul

4.3.2.1 - Méthode de calcul des débits

La méthode utilisée pour le calcul des débits des eaux pluviales est la méthode
superficielle de Caquot vu que ses conditions sont vérifiées dont les superficies sont inférieures
à quelques dizaines d'hectares, ce qui est le cas pour notre projet.

Les coefficients de ruissellement relatifs aux différentes composantes du projet sont


récapitulés dans le tableau suivant :

Tableau 5 : Coefficients de ruissellement de la zone de projet

Type de surface Coefficient de ruissellement

Voirie + parking 0,90


Surfaces bâtis 0,70
Espace vert 0,15
III ETUDE DE L’ASSAINISSEMENT

4.3.2.2 - Choix de la période de retour

Pour un bassin versant déterminé, les débits dont il convient de se préoccuper sont ceux
engendrés par les événements pluvieux contre lesquels on désire se protéger. Une protection
totale contre les inondations causées par la pluie serait excessive, compte tenu des
investissements lourds qu'il faudrait consentir pour satisfaire des besoins de caractère
exceptionnel. On est donc amené à admettre des insuffisances de réseaux pour des événements
pluvieux présentant une fréquence de dépassement ou une période de retour T plus qu'un seuil
déterminé.

Pour la présente étude, on adopte la période de retour de 10 ans.

Les paramètres de Montana

Pour le calcul des débits de pointe des eaux pluviales par bassin versant, la période de
retour adoptée est la décennale. Les coefficients de Montana et les coefficients dérivées sont
donnés dans les tableaux ci-dessous :

Tableau 6 : Coefficients de Montana de la zone de projet

Période de retour Coefficient a Coefficient b

10 ans 6.04 -0.630

Les coefficients dérivés se calculent comme suit :

K 𝒖 𝒗 𝒘

1.416 0.819 0.258 0.631

𝑲^(𝟏/𝒖) 𝟏/𝒖 𝒘/𝒖 𝒗/𝒖

1.529 1.221 0.770 0.315


III ETUDE DE L’ASSAINISSEMENT

La formule superficielle de Caquot s’écrit ainsi :

𝑄𝑐 = 1.529 ∙ 𝐼0.315 ∙ 𝐶 1.221 ∙ 𝐴0.770 ∙ 𝑚

 Qc : le débit corrigé, il est exprimé en m3/s.


 𝑚 : le coefficient correcteur

4.3.2.3 - Découpage en bassins versants

L’impluvium de la zone d’étude qui totalise une superficie d’environ 31 ha, est organisé
en 41 bassins versants élémentaires, de superficies ne dépassant pas 2,4 ha.

Le débit total décennal généré par le bassin versant de la zone projet est 6,699 m3/s.

Nous représentons ci-dessous quelques exemples d’illustration concernant le découpage


et les caractéristiques des bassins versants élémentaires, et celles des bassins d’assemblage. Les
notes de calcul des débits EP sont présentées en Annexes 2 du rapport.

Figure 28 : Délimitation partielle des bassins versants


III ETUDE DE L’ASSAINISSEMENT

N° du Bassin A (ha) Ceq Ieq Leq (m) Qb (l/s) M m Qc (m3/s) Qc (l/s)

BV - 1 0.2693 0.70 0.30% 67.05 0.057 1.29 1.30 0.074 74.00


BV - 2 1.4264 0.70 0.58% 166.60 0.254 1.39 1.24 0.316 316.00
BV - 3 0.9380 0.70 0.30% 124.20 0.150 1.28 1.31 0.195 195.00
BV - 4 0.7560 0.70 1.15% 105.04 0.194 1.21 1.35 0.262 262.00
BV - 5 0.7413 0.70 0.82% 116.10 0.171 1.35 1.27 0.217 217.00
BV - 6 1.5919 0.70 0.85% 193.65 0.312 1.53 1.17 0.366 366.00
BV - 7 1.1436 0.70 0.46% 142.49 0.199 1.33 1.28 0.254 254.00
BV - 8 0.6156 0.70 0.30% 90.24 0.108 1.15 1.39 0.151 151.00
BV - 9 2.3694 0.70 0.30% 232.90 0.305 1.51 1.18 0.361 361.00
BV - 10 2.2925 0.70 0.65% 224.92 0.379 1.49 1.20 0.453 453.00

«parallèle» Qb Qc Qc
N° du Bassin A (ha) Ceq Ieq Leq (m) M m N° du Rejet
ou «série» m3/s m3/s l/s

BV - 1 0.2693 0.70 0.30% 67.05 0.057 1.29 1.30 0.074 74.00


BV - 2 1.4264 0.70 0.58% 166.60 0.254 1.39 1.24 0.316 316.00
S A - 01 1.6957 0.70 0.47% 233.65 0.272 1.79 1.07 0.316 316.00

A - 01 1.6957 0.70 0.47% 233.65 0.272 1.79 1.07 0.316 316.00


BV - 3 0.9380 0.70 0.30% 124.20 0.150 1.28 1.31 0.195 195.00
S A - 02 2.6337 0.70 0.40% 357.85 0.362 2.21 0.94 0.341 341.00

A - 02 2.6337 0.70 0.40% 357.85 0.362 2.21 0.94 0.341 341.00


BV - 4 0.7560 0.70 1.15% 105.04 0.194 1.21 1.35 0.262 262.00
S A - 03 3.3896 0.70 0.48% 462.88 0.467 2.51 0.87 0.408 408.00
REJET A
III ETUDE DE L’ASSAINISSEMENT

4.3.3 - Conception du Réseau

4.3.3.1 - Tracé en plan

Le traçage en plan du réseau d’assainissement se fait conformément aux normes et règles


de conception afin de garantir son fonctionnement optimal.

Implantation des collecteurs

Les collecteurs d’assainissement seront prévus à l’axe de la voie, les caniveaux sont
situés déjà aux accotements.

Calage des collecteurs

Le calage du réseau d’assainissement a répondu aux contraintes suivantes :

▪ La profondeur minimale des collecteurs : elle est de 1,20 m, afin d’éviter


d’une part les surcharges roulantes, et d’autre part les encombrements avec
les autres réseaux (eau potable, téléphone…).

▪ Une Pente minimale de 0.5% (Exceptionnellement 0.3% en terrain plat tout


en respectant les critères d’auto curage).

Implantation des regards de visite

En alignement droit, les regards de visite seront espacés au maximum de 50 m, ils


seront placés en particuliers :

▪ A chaque changement de diamètre ;


▪ A chaque changement de direction ;
▪ A chaque changement de pente ;
▪ A chaque point de raccordement de deux ou plusieurs collecteurs ;
▪ À l’emplacement des chutes (changement de côte radier des collecteurs).

Dans le cas où les hauteurs de chute dépassent 0,80 m, il faut prévoir des regards de
visite doubles. Les regards de visites à avaloir ou à grille doivent être implantés à
tous les points bas et carrefours.
III ETUDE DE L’ASSAINISSEMENT

Implantation des bouches d’égout

Les bouches d’égout à avaloir ou à grille doivent être implantés à tous les points bas
et de refous en fonction du profil en travers des voies et espacées au maximum de
50 m.

Conception des branchements particuliers

Un branchement particulier est un ouvrage comportant un regard de façade, ne


canalisation de raccordement sur l’égout public en ¢200 ou en ¢300 et n regard
borgne enterré ou un regard de visite.

▪ La pente minimale de la canalisation de branchement est de 2 %

▪ Le raccordement doit être réalisé avec un angle maximum de 60° entre la


canalisation de branchement et le collecteur dans le sens de l’écoulement.

Figure 29 : Conception partielle des canalisations des eaux pluviales


III ETUDE DE L’ASSAINISSEMENT

4.3.3.2 - Tracé du profil en long

Les profils en long doivent être tracés de façon à :

• Minimiser les problèmes d’auto curage en choisissant des pentes convenables ;

• Minimiser de l’importance de la profondeur des tranchées en tenant compte de


80cm du dessus de la canalisation ainsi que les points obligés ;

• Ne pas dépasser la vitesse 4 m/s et cela en jouant sur la pente de l’ouvrage ;

• La pente de l’ouvrage doit être comprise entre 0.3% et 5% les fortes pentes
engendrent la dégradation du réseau ;

• Prévoir un espace de décantation d’une profondeur de 10cm dans tous les regards.

La figure suivante représente le profil en long du COLL-1 comme exemple, le reste des
profils est situé dans l’annexe 2

Figure 30 : Profil en long du COLL-1


III ETUDE DE L’ASSAINISSEMENT

4.3.4 - Résultats de calcul

4.3.4.1 - Dimensionnement des canalisations

Cette partie aborde le dimensionnement des conduites et les caniveaux des eaux pluviales
que nous avons effectué en ayant recours à la relation de Manning Strickler :

𝑄 = 𝐾𝑠 ∙ 𝑆 ∙ (𝑅ℎ )𝛼 ∙ √𝐼

Notons que :

 𝐾 = 100 pour les conduites en PVC ou PEHD ;


 𝐾 = 70 pour les canalisations en Béton ;
 𝛼 = 3/4 parce qu’il s’agit d’un système des eaux pluviales

4/11
47/4 × 𝑄𝑐
𝐷𝑐𝑜𝑛𝑑𝑢𝑖𝑡𝑒 = ( )
𝜋 × 𝐾 × √𝐼

Et ainsi pour les caniveaux :

3/4
𝜋 𝑄𝑐
(𝐿 + 𝑏) × ℎ = ∙ ( )
2 𝜋 × 𝐾 × √𝐼 × 4 −5/3

 L : Largeur à la crête L en m
 b : la base du caniveau
 h : La hauteur du caniveau

4.3.4.2 - Conditions d’auto curage

Ces conditions sont à peu près satisfaites dans les ouvrages calculés pour l’évacuation du
ruissellement de fréquence décennale en y réalisant des vitesses de 0,60 m/s pour 1/10 du débit
à plein section et de 0,30 m/s pour 1/100 de ce même débit. Et une vérification de capacite en
ce qui concerne la collecte par les caniveaux.

Une partie des feuilles de calculs est donnée ci-après à titre d’exemple, la version
intégrale est située dans l’annexe 2.
III ETUDE DE L’ASSAINISSEMENT

Diamètre Utilisation de Vitesse à Vitesse Vitesse à


N° Dist.part Dist.Cum Diamètre Pente Débits Capacité Autocurage
adopté capacité pleine sect partielle 2/10 du D
Regard (m) (m) calculé (m) (m/m) (l/s) (l/s)
(m) (%) (m/s) (m/s) (m/s)
1ère condit° 2ème condit°

R1
R2 31.10 31.10 0.304 0.400 0.50% 74.00 158.01 46.83% 1.26 0.59 0.75 Non vérifiée Vérifiée
R3 40.00 71.10 0.515 0.600 0.50% 316.00 481.89 65.58% 1.70 1.12 1.02 Vérifiée Vérifiée
R4 40.00 111.10 0.515 0.600 0.50% 316.00 481.89 65.58% 1.70 1.12 1.02 Vérifiée Vérifiée
R5 40.00 151.10 0.515 0.600 0.50% 316.00 481.89 65.58% 1.70 1.12 1.02 Vérifiée Vérifiée
COLL-1 R6 35.14 186.24 0.515 0.600 0.50% 316.00 481.89 65.58% 1.70 1.12 1.02 Vérifiée Vérifiée
R7 40.00 226.24 0.529 0.600 0.50% 341.00 481.89 70.76% 1.70 1.21 1.02 Vérifiée Vérifiée
R8 40.00 266.24 0.529 0.600 0.50% 341.00 481.89 70.76% 1.70 1.21 1.02 Vérifiée Vérifiée
R9 40.00 306.24 0.565 0.600 0.50% 408.00 481.89 84.67% 1.70 1.44 1.02 Vérifiée Vérifiée
R10 58.92 365.16 0.565 0.600 0.50% 408.00 481.89 84.67% 1.70 1.44 1.02 Vérifiée Vérifiée
RE-A 36.98 402.14 0.565 0.600 0.50% 408.00 481.89 84.67% 1.70 1.44 1.02 Vérifiée Vérifiée
REJET A

Vitesse
Largeur Utilisation
Débit à Vitesse Hauteur
Caniveau / T Longeur Dimension Largeur Hauteur Pente Cotan S à la Capacité de la
BV Q (l/s) Nature K P (m) R (m) pluvial pleine réelle d'eau vérification
Cunette n° (m) (mxm) (m) (m) (%) cotg(j) (m²) crête L (m3/s) capacité
(m3/s) section (m/s) (m)
(m) (%)
(m/s)

CAN-A.1 BV - 11 212.0 T1 109.0 0.6 x 0.6 0.60 0.60 0.50% 0.36 Béton 70 0.49 1.88 0.26 1.03 0.99 0.212 21% 2.02 1.36 0.229 suffisant
CAN-A.1 A - 11 322.0 T2 163.0 0.6 x 0.6 0.60 0.60 0.50% 0.36 Béton 70 0.49 1.88 0.26 1.03 0.99 0.322 33% 2.02 1.53 0.298 suffisant
CAN-A.1 A - 17 673.0 T3 151.0 0.6 x 0.6 0.60 0.60 0.50% 0.36 Béton 70 0.49 1.88 0.26 1.03 0.99 0.673 68% 2.02 1.84 0.474 suffisant

CAN-A.2 BV - 13 143.0 T1 109.0 0.6 x 0.6 0.60 0.60 0.50% 0.36 Béton 70 0.49 1.88 0.26 1.03 0.99 0.143 14% 2.02 1.21 0.178 suffisant
CAN-A.2 A - 14 237.0 T2 163.0 0.6 x 0.6 0.60 0.60 0.50% 0.36 Béton 70 0.49 1.88 0.26 1.03 0.99 0.237 24% 2.02 1.40 0.246 suffisant

CAN-B.1 BV - 27 45.0 T1 39.0 0.6 x 0.6 0.60 0.60 0.50% 0.36 Béton 70 0.49 1.88 0.26 1.03 0.99 0.045 5% 2.02 0.83 0.086 suffisant
CAN-B.1 A - 50 130.0 T2 101.0 0.6 x 0.6 0.60 0.60 0.50% 0.36 Béton 70 0.49 1.88 0.26 1.03 0.99 0.130 13% 2.02 1.18 0.168 suffisant
CAN-B.1 A - 51 176.0 T3 90.0 0.6 x 0.6 0.60 0.60 0.50% 0.36 Béton 70 0.49 1.88 0.26 1.03 0.99 0.176 18% 2.02 1.29 0.203 suffisant
CAN-B.1 A - 52 252.0 T4 160.0 0.6 x 0.6 0.60 0.60 0.50% 0.36 Béton 70 0.49 1.88 0.26 1.03 0.99 0.252 25% 2.02 1.43 0.255 suffisant
CAN-B.1 A - 53 317.0 T5 153.0 0.6 x 0.6 0.60 0.60 0.50% 0.36 Béton 70 0.49 1.88 0.26 1.03 0.99 0.317 32% 2.02 1.52 0.295 suffisant
III ETUDE DE L’ASSAINISSEMENT

4.3.5 - Déductions et Travaux de réhabilitation

▪ Réaliser une campagne de curage de l’ensemble du réseau.

▪ Réfection de zones dégradées des caniveaux en béton armé.

▪ Couverture des caniveaux à ciel ouvert par des dalettes en béton armé

▪ Le renouvèlement des tronçons insuffisants en tenant compte l’adoption des


résultats de dimensionnement du réseau projeté avec les sections adéquates (1200
ml de collecteurs en PEHD et en Béton + 3000 ml de caniveaux et 800 ml de
cunettes CC2).

▪ Démolition de 2600 ml caniveaux et cunettes existants y compris la conversion


des caniveaux latéraux en conduites circulaires pour la voie d’accès à la zone
d’extension.
III ETUDE DE L’ASSAINISSEMENT

4.4 - Assainissement des eaux usées

4.4.1 - Diagnostics

▪ Le linéaire total du réseau s’élève à 1994 ml. Tous les colleteurs du réseau
d’assainissement ont une section de ø300 mm en béton et en PEHD.

▪ Les eaux usées atteignent la station de pompage qui par la suite les refoule vers le
réseau de la ville raccordé à la STEP.

▪ Il existe dans la ZI une station de relevage préfabriquée qui n’a jamais fonctionné en
raison du branchement électrique.

Figure 31 : Images de diagnostics du réseau des eaux usées

Inspection caméra

Le diagnostic par inspection caméra a révélé certaines anomalies invisibles :

▪ L’effluent dans certaines parties est trouble et colorant ;


▪ Des pénétrations des colleteurs de branchement sont apparentes dans les canalisations ;
▪ Des dégradations ont été détectées dans certains tronçons ;
▪ Des fissurations longitudinales ont été détectées dans certains tronçons.
▪ Le collecteur EU4 colmaté en amont, fissuré et contre pente

Figure 32 : Images de diagnostics par inspection camera


III ETUDE DE L’ASSAINISSEMENT

4.4.2 - Calcul des débits

Sachant que le débit moyen journalier des eaux industrielles est donné par la formule :

𝑄𝑚𝑖 = 𝑆 ∙ 𝐶𝑖 ∙ 𝑇𝑟

Et en absence de toute habitat d’autre type, Nous fixons le ratio de consommation à 30


m3/ha/j.

Vous trouverez ci-après un tier du découpage en bassins élémentaires des eaux usées afin
d’avoir une idée sur les débits dans les conduites et la vérification de ses capacités. La version
complète est donnée dans l’annexe 2.

Figure 33 : Découpage partielle en bassins élémentaires des eaux usées


III ETUDE DE L’ASSAINISSEMENT

Tableau 7 : Caractéristiques de quelques bassins élémentaires des eaux usées

A Ratio AEP Retour à Qm Qph


N° du Bassin Cph
(ha) (m3/ha/j) l'égout (l/s) (l/s)

BU - 1 0.6027 30.00 0.80 0.17 4.000 0.670

BU - 2 0.5505 30.00 0.80 0.15 4.000 0.612

BU - 3 0.4116 30.00 0.80 0.11 4.000 0.457

BU - 4 0.5961 30.00 0.80 0.17 4.000 0.662

BU - 5 0.1249 30.00 0.80 0.03 4.000 0.139

BU - 6 1.0424 30.00 0.80 0.29 4.000 1.158

BU - 7 0.1071 30.00 0.80 0.03 4.000 0.119

BU - 8 0.3321 30.00 0.80 0.09 4.000 0.369

BU - 9 0.3531 30.00 0.80 0.10 4.000 0.392

BU - 10 0.4737 30.00 0.80 0.13 4.000 0.526

4.4.3 - Dimensionnement des canalisations

le dimensionnement des conduites des eaux usées se fait de la même manière de celle des
eaux pluviales que nous avons effectué en ayant recours à la relation de Manning Strickler :

𝑄 = 𝐾𝑠 ∙ 𝑆 ∙ (𝑅ℎ )𝛼 ∙ √𝐼

Notons que :

 𝐾 = 100 pour les conduites en PVC ou PEHD ;


 𝛼 = 2/3 parce qu’il s’agit d’un système des eaux usées

3/8
45/3 × 𝑄𝑐
𝐷𝑐𝑜𝑛𝑑𝑢𝑖𝑡𝑒 = ( )
𝜋 × 𝐾 × √𝐼

Ce calcul est effectué apparemment pour la vérification hydraulique de la capacité des


conduites existantes d’évacuation des eaux usées.
III ETUDE DE L’ASSAINISSEMENT

Tableau 8 : Caractéristiques du Coll 1.1 des eaux usées

Utilisation de
Dist.part Dist.Cum Diamètre Diamètre Pente Débits Capacité
N° Regard la capacité
(m) (m) calculé (m) adopté (m) (m/m) (l/s) (l/s)
(%)

R1

R2 40.00 40.00 0.050 0.300 0.50% 0.67 80.00 0.84%


COLL-1.1
R3 40.00 80.00 0.050 0.300 0.50% 0.67 80.00 0.84%

R4 49.35 129.35 0.050 0.300 0.50% 0.67 80.00 0.84%

Vitesse Vitesse à Débit à Autocurage


Vitesse à
à demi 2/10 du 2/10 du
pleine sect
section Diametre Diametre
(m/s)
(m/s) (m/s) (l/s) 1ère condit° 2ème condit° 3ème condit°

1.132 1.14 0.68 9.60 Vérifiée Vérifiée Non vérifiée


COLL-1.1
1.132 1.14 0.68 9.60 Vérifiée Vérifiée Non vérifiée

1.132 1.14 0.68 9.60 Vérifiée Vérifiée Non vérifiée

COLL-6

4.4.4 - Déductions et Travaux de réhabilitation

D’après les résultats de la simulation du réseau d’assainissement existant, aucune


insuffisance n’a été relevée. Et les mesures qui sont prises consistent à :

▪ Réaliser une campagne de curage de l’ensemble du réseau ;

▪ Remplacement de collecteurs dégradés ou en contre pente ;

▪ La réhabilitation des regards en béton armé dégradés y compris équipements


inexistants ou endommagés (tampon et échelons) ;

▪ Le remplacement des échelons dégradés et les tampons scellés ou détériorés.

▪ Branchement électrique de la station de relevage


IV ETUDE DE L’AEP

Chapitre IV -
Etude de l’Alimentation
en Eau Potable
IV ETUDE DE L’AEP

1 - Généralités sur l’AEP


Un réseau d’alimentation en eau potable constitue l’ensemble des moyens et
infrastructures dont dispose l’ingénieur pour transporter l’eau depuis la source jusqu’au
consommateur. Un réseau d’eau potable doit être fiable et durable pour pouvoir répondre aux
exigences des consommateurs (quantité et qualité optimales, dysfonctionnement minimaux).
Le transport de l’eau de la source jusqu’au point de distribution se fait suivant une chaîne
composée de quatre maillons principaux.

conduite
Branchement
d’amenée
• captage • réservoir
• station de • réseau de
traitement distribution
conduite de conduite
liaison d’adduction

Figure 34 : Schéma du réseau d’alimentation en eau potable

1.1 - Types de réseaux de distribution

1.1.1 - Réseau ramifié

C’est le système le plus ancien, l’écoulement des eaux


s’effectue dans le même sens, c’est à dire pas d’alimentation en
retour des canalisations ; c’est un système économique mais il
présente un grand inconvénient en matière de sécurité et de
souplesse lorsqu’un arrêt se produit en un point ; il nous oblige
d’isoler toute ou une partie d’un réseau située en aval, il a comme
avantage, la facilité de réalisation et de calcul. Figure 35 : Réseau ramifié
IV ETUDE DE L’AEP

1.1.2 - Réseau maillé

Le réseau maillé dérive du réseau ramifié par


connexion des extrémités des conduites (généralement
jusqu'au niveau des conduites tertiaires), permettant une
alimentation de retour. Ainsi, chaque point du réseau peut
être alimenté en eau de deux ou plusieurs côtés. Ce type de
réseaux présente plus de sécurité dans l'alimentation (en
cas de rupture d'une conduite, il suffit de l'isoler et tous les
abonnés situés à l'aval seront alimentés par les autres
conduites) et une répartition plus uniforme des pressions
et des débits dans tout le réseau. Il est, par contre, plus
coûteux et plus difficile à calculer. Figure 36 : Réseau maillé

1.2 - Répartition spatiale de la consommation :

Les besoins en eau sont répartis entre les zones d'occupation selon la méthode nodale qui
se base sur la délimitation des zones d’influence de chaque nœud. La délimitation des zones
d’influence est faite en appliquant la méthode des polygones de Tiessen.

Figure 37 : Méthode des polygones de Tiessen

Pour les abonnés domestiques, leur consommation sera répartie compte tenu du nombre
de lots, affecté des densités et des dotations selon la typologie d’habitat.

Concernant les gros consommateurs (zones d’équipement, hôtels, etc.), leur


consommation sera affectée au nœud du réseau le plus proche, les consommations sont
calculées en multipliant la superficie de l’équipement par la dotation correspondante.
IV ETUDE DE L’AEP

1.3 - Estimation des besoins en eau

Les consommations en eau varient beaucoup selon les conditions locales et reflètent,
d'une certaine façon, le niveau de vie d'une population. La quantité d'eau nécessaire à une
agglomération se détermine non pas dans l'absolu, mais en relation avec le climat, l'hygiène,
les circonstances locales, les usages divers que l'on fait de l'eau, etc. [14]

L’estimation des besoins en eau potable d’une agglomération se base sur la dotation. Le
tableau suivant donne quelques exemples des différentes dotations :

Tableau 9 : Dotations de différentes agglomérations

Type d’habitat Dotation (m3/ha/j)

Centres commerciaux 20

Espaces verts / complexes sportifs 15

Equipements administratifs 10

Zones industrielles 30 à 60

Mosquées 2

Dotation domestique 50 à 350 l/hab/j

1.3.1 - Evaluation de la population

L’évaluation du nombre d’habitants se fait sur la base du taux d’accroissement de la


population selon la formule :

𝑃𝑓𝑢𝑡 = 𝑃𝑎𝑐𝑡 ∙ (1 + α)𝑛

 α: taux d’accroissement
 𝑛 : horizon futur de calcul moins l’horizon actuel
IV ETUDE DE L’AEP

1.3.2 - Le débit moyen journalier

Le débit moyen journalier est le débit nécessaire pour un logement pour satisfaire ses
besoins, exprimé par la formule suivante :

𝐷∙𝑁
𝑄𝑚 =
86400

 Qm : débit moyen en l/s ;


 D : dotation moyenne par jour en litre/habitant/jour ;
 N : nombre d’habitants ;

Le débit moyen journalier de l’eau pour les industries Qmi (l/s) est donné par la formule :

𝐶𝑖 ∙ 𝑆
𝑄𝑚𝑖 =
86400

 Ci : le ratio de consommation industrielle en m3/ha/j


 S : la superficie de la zone considérée en ha ;

1.3.3 - Le débit de pointe journalière

Le débit de pointe journalier est calculé par la formule suivante :

𝑄𝑝𝑗 = 𝐶𝑝𝑗 ∙ 𝑄𝑚

Avec Cpj Le coefficient de la pointe journalière, est le rapport du volume moyen d’eau
potable des trois journées successives les plus chargées de l’année sur le volume moyen annuel.

1.3.4 - Le débit de pointe horaire

Le débit de pointe horaire est calculé par la formule suivante :

𝑄𝑝ℎ = 𝐶𝑝ℎ ∙ 𝑄𝑚

2.5
Dont : 𝐶𝑝ℎ = 1.5 + ≤4
√𝑄𝑚
IV ETUDE DE L’AEP

1.3.5 - Besoins en eau d’incendie

Pour pouvoir lutter contre les incendies, les services de la protection civile ont besoin
d’alimenter en eau leurs véhicules engins - pompes. [14]

Depuis les années 50, l’engin de base des sapeurs-pompiers était la motopompe dont le
débit horaire était de 60m3/h. La durée moyenne d’un sinistre fût évaluée à l’époque à 2 heures.
Il en résulte que les sapeurs-pompiers devraient, depuis cette époque, pouvoir disposer sur
place et en tout temps de 120m3 d’eau utilisables en 2 heures sans avoir à déplacer les engins.
Ces besoins ne constituant que des minima.

Ainsi les deux principes pour l’évaluation des besoins en eau d’incendie sont :

• Le débit nominal d'un engin de lutte contre l'incendie qui est de 60m3/h ;
• La durée approximative d'extinction d'un sinistre moyen est évaluée à deux heures.

L'utilisation du réseau d'eau potable par l'intermédiaire de prises d'incendie (poteaux ou


bouches) doit satisfaire aux conditions suivantes :

 Réserve d'eau disponible en tout temps : 120m3 ;


 Débit disponible : 60m3/h (17l/s) à une pression de 1 bar (0,1 MPa).

1.4 - Calcul des pertes de charge

1.4.1 - Pertes de charges linéaires

Les pertes de charge linéaires sont calculées sur la base de la formule de Darcy et de
ColeBrook : [11]

𝐿 𝑉2
∆𝐻𝐿 = 𝜆 ∙ ∙
𝐷 2𝑔
𝜆 est défini comme suit :

1 𝑘 2.51
= −2 ∙ log ( + )
√𝜆 3.7 ∙ 𝐷 𝑅𝑒 ∙ √𝜆
IV ETUDE DE L’AEP

 ∆HL : Pertes de charges linéaires ;


 V : Vitesse (m/s) ;
 D : Diamètre intérieur de la conduite (m)
 Re : Nombre de Reynolds ;
 k : Rugosité de la paroi de la conduite ;
 L : Longueur de la conduite (m).

Les valeurs de rugosité tiennent compte du vieillissement des conduites et des pertes de
charge singulières. Les pertes de charges ne doivent pas dépasser 10m/km au maximum. On
retiendra les valeurs de rugosité (k) suivantes :

▪ 0,1 mm pour le PVC et le PEHD


▪ 0,3 mm pour le BP

1.4.2 - Pertes de charges singulières

Elles sont introduites dans une conduite par la présence de singularités correspondant
toujours à un changement de direction des particules fluides et à une modification diamètre.
Les pertes de charges singulières sont calculées comme suit :

𝑉2
∆𝐻𝑆 = 𝐾𝑆 ∙
2𝑔

 Ks : coefficient de singularité

Leur influence n’est plus comparée aux pertes de charge linéaire, et par conséquent on
Généralement on estime les pertes de charge singulières par un pourcentage de 10% dans le
cas des conduites d’adduction et 15% dans les réseaux de distribution.

1.5 - Critères de conception

1.5.1 - Vitesses admissibles

On s’efforcera dans la mesure du possible de limiter les vitesses aux valeurs suivantes
pour des motifs de sécurité et pour garder une bonne qualité de l’eau distribuée :
IV ETUDE DE L’AEP

Vitesse maximale :

2 m/s pour remédier aux problèmes de coup de bélier importants au niveau des
conduites du réseau et pour protéger ces dernières contre la corrosion.

Vitesse minimale :

0,3 m/s (0.2m/s à la rigueur) pour éviter la formation de dépôt dans les canalisations
et pour préserver la qualité de l’eau distribuée.

1.5.2 - Pressions requises

Pour l’ensemble des nœuds constituant le réseau, les pressions au sol doivent satisfaire
les conditions suivantes :

Pression minimale

Le réseau de distribution doit assurer, dans les conditions les plus défavorables
(pointe horaire) les pressions au sol suivantes :

 Habitat à R.D.C. : 12 mètres.


 Habitat à 2 niveaux : 16 mètres.
 Habitat à 3 niveaux : 20 mètres.
 Habitat à 4 niveaux : 24 mètres.

En effet, la pression minimale requise au sol se calcule selon la formule suivante :

𝑃𝑠 = 𝑃𝑟 + 𝐻 + ∆𝐻𝐵

 Ps : Pression requise au sol (m) ;


 Pr : Pression résiduelle chez tout usager, prise égale au minimum à 1 bar qui est
équivalent à 10 m ;
 H : Hauteur de construction en m (3m par niveau) ;
 ∆𝐻𝐵 : Perte de charge des tuyaux et singularités de l’installation intérieure du
bâtiment (m). La valeur moyenne par niveau est de 0.5 m.
IV ETUDE DE L’AEP

Pression maximale

En tout point du réseau de distribution projeté, la pression maximale ne doit pas


excéder en aucun cas 6 bars. En cas de dénivelée importante, il y a lieu de concevoir
un réseau étagé ou prévoir des appareils de réduction de pression (stabilisateurs aval,
brises charge, etc.)

1.6 - Ouvrages annexes

Pour permettre une exploitation adéquate des conduites, il est nécessaire de prévoir
l'installation d'un certain nombre d'organes de manœuvre et de sécurité qui comprennent : [14]

1.6.1 - Regards de vidange

C’est une sorte de vanne associée à une conduite versant dans un regard maçonné, monté
sur le réseau dans les points les plus bas. Ils servent à vidanger les conduites, et sont
constituées d’une canalisation piquée sur le réseau et aboutissant à un regard maçonné qui sera
le siège provisoire des eaux de vidange. Le point de piquage doit être au-dessous de la conduite
du réseau pour garantir la non remontée de l’eau.

1.6.2 - Regards de la ventouse

La ventouse est un appareil mis en place aux points les plus hauts, et qui sert à évacuer
l’air emprisonné dans les tuyaux pour contourner les pannes dévastatrices liées à l’air
compressé. Cet appareil peut aussi injecter de l’air dans les conduites lors de la séance de
vidange dans le but d’éviter toute déformation des tuyaux

1.6.3 - Robinets – vannes

Pour faciliter la gestion et l’exploitation des futurs réseaux de distribution, il est


nécessaire de prévoir des vannes de sectionnement dans le réseau permettant d’isoler des
tronçons pour procéder aux réparations et entretiens éventuels.
IV ETUDE DE L’AEP

2 - Etude de cas :
Réhabilitation du Réseau d’AEP
de la ZI Bouznika
Cette partie explique au préalable le choix que nous avons pris concernant la
modélisation convenable pour l’alimentation en eau potable de la ZI Bouznika suivant Epanet.
Puis, la méthodologie de dimensionnement du réseau tout en assurant la satisfaction des
besoins en eau demandés d’une part, et la vérification des conditions d’auto-curage d’une autre
part.

2.1 - Diagnostics

▪ Le linéaire total du réseau s’élève à environ 2.4 km, de diamètre variant de DN110
à DN250 en amiante de ciment.

▪ L’alimentation assurée à partir d’une conduite de 400 mm existante dans la R305

▪ La majorité des équipements installés au niveau des jonctions des conduites d’AEP
de la zone industrielle sont dégradés sous effet de la corrosion.

Figure 38 : Images de diagnostics du réseau d’AEP


IV ETUDE DE L’AEP

2.2 - Conception du réseau de distribution

Le dessin du réseau d’AEP se fait le long des trottoirs des voiries en assurant
l’alimentation de tous les lots de notre projet. Nous avons utilisé le logiciel AutoCAD pour
tracer le chemin que suivra le réseau d’AEP, en respectant les exigences suivantes :

▪ Faire le(s) piquage(s), c’est-à-dire relier le réseau existant qui contient l’eau avec
celui créé

▪ Eviter au maximum les traversées des chaussées en installant une conduite sous
chaque trottoir de chaque côté des rues importantes.

▪ Eviter les courbures excessives afin de minimiser les forces exercées par l'eau sur
les conduites au niveau de ces zones, et aussi permettre la pose des conduites de gros
diamètres qui épousent difficilement les formes courbes.

▪ Si les conduites seront posées d’un seul côté de la voie, elles doivent passer du côté
où se trouve le poteau d’incendie.

2.2.1 - Evaluation des besoins

Le débit moyen journalier de l’eau pour les industries Qmi (l/s) est donné par la formule :

𝐶𝑖 ∙ 𝑆
𝑄𝑚𝑖 =
86400

 Ci : le ratio de consommation industrielle en m3/ha/j


 S : la superficie de la zone considérée en ha ;

Et en absence de toute habitat d’autre type, Nous fixons le ratio de consommation à 30


m3/ha/j.

2.2.2 - Simulation du réseau avec « EPANET »

Les étapes classiques de l’utilisation d’EPANET pour simuler un système de distribution


d’eau sont résumées en quatre étapes suivantes :
IV ETUDE DE L’AEP

1. Dessin ou import de réseau ;

2. Saisie des propriétés des éléments de réseau ;

3. Simulation hydraulique ;

4. Visualisation des résultats

La simulation a été faite par itération en jouant sur les diamètres des conduites pour avoir
une bonne pression au niveau de chaque nœud et des vitesses acceptables dans les canalisations.

Le long de cette simulation, nous avons requis à établir plusieurs variantes de


modélisation (Variante Journalière, Variante Horaire, Variante Incendie) afin d’avoir la
solution optimale

Nous représentons ci-après les résultats majeurs de la modélisation hydraulique.

Figure 39 : Distribution des nœuds


IV ETUDE DE L’AEP

RESEAU D'ALIMENTATION EN EAU POTABLE

CARACTERISTIQUES DES ZONES NODALES

Ratio Cons jrn Cons moy Qpj Qph


Nœud Altitude Surface (ha) Cph X Y
(m3/ha/j) (m3/j) (l/s) (l/s) (l/s)

N-1 30.84 0.27 30.00 8.08 0.094 0.140 4.000 0.374 337018.2 356420.2

N-2 29.98 1.43 30.00 42.79 0.495 0.743 4.000 1.981 337169.3 356505.2

N-3 29.16 1.69 30.00 50.82 0.588 0.882 4.000 2.353 337327.8 356597.4

N-4 26.47 3.68 30.00 110.34 1.277 1.916 3.712 4.741 337197.1 356830.1

N-5 23.69 6.42 30.00 192.63 2.230 3.344 3.174 7.077 337553.9 357009.4

N-6 22.10 3.65 30.00 109.57 1.268 1.902 3.720 4.718 337491.8 357261.2

N-7 28.80 1.20 30.00 36.03 0.417 0.626 4.000 1.668 337111.8 356615.6

N-8 27.27 1.84 30.00 55.12 0.638 0.957 4.000 2.552 337056.9 356761.1

N-9 24.21 1.98 30.00 59.29 0.686 1.029 4.000 2.745 337049.9 356979.2

N-10 22.94 4.59 30.00 137.78 1.595 2.392 3.480 5.549 337365.0 357114.1

N-11 29.14 0.25 30.00 7.64 0.088 0.133 4.000 0.354 337033.9 356583.7

N-12 27.53 1.16 30.00 34.76 0.402 0.603 4.000 1.609 337019.0 356738.5

N-13 26.47 1.02 30.00 30.72 0.356 0.533 4.000 1.422 337611.1 356849.4

N-14 27.38 0.21 30.00 6.21 0.072 0.108 4.000 0.288 337471.6 356801.8
IV ETUDE DE L’AEP

Longueur Diametre
Conduite DN Troncons
(m) (mm)

C-1 200 N1-N2 173.4 176.2

C-2 200 N2-N7 124.7 176.2

C-3 200 N7-N8 155.6 176.2

C-4 160 N2-N3 183.9 141.0

C-5 160 N3-N4 267.3 141.0

C-6 160 N4-N5 399.3 141.0

C-7 160 N4-N8 156.3 141.0

C-8 160 N8-N9 220.9 141.0

C-9 160 N9-N10 342.9 141.0

C-10 110 N11-N12 159.3 93.8

C-11 110 N13-N14 147.6 93.8

C-12 110 N5-N13 182.1 93.8

C-13 110 N5-N6 277.1 93.8

C-14 110 N6-N10 203.7 93.8

C-15 110 N7-N11 87.75 93.8

C-16 110 N8-N12 44.51 93.8 Figure 40 : Diamètres des conduites


IV ETUDE DE L’AEP

Variante Journalière

Conduite
Pertes de Coef de
Vitesse V min V max ∆H max
charge frottement

C-1 0.62 2.30 0.021 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-2 0.40 1.01 0.022 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-3 0.33 0.69 0.022 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-4 0.30 0.77 0.024 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-5 0.24 0.53 0.025 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-6 0.30 0.79 0.024 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-7 0.18 0.32 0.026 Non vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-8 0.29 0.75 0.024 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-9 0.23 0.47 0.025 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-10 0.15 0.39 0.030 Non vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-11 0.02 0.01 0.045 Non vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-12 0.09 0.16 0.034 Non vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-13 0.11 0.20 0.033 Non vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-14 0.17 0.46 0.030 Non vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-15 0.17 0.48 0.030 Non vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-16 0.07 0.09 0.037 Non vérifiée Vérifiée Vérifiée

Variante Journalière
Nœud
Q (l/s) Pression (m) P min

N-1 0.14 21.14 Vérifiée


N-2 0.74 21.60 Vérifiée
N-3 0.88 22.27 Vérifiée
N-4 1.92 24.83 Vérifiée
N-5 3.34 27.29 Vérifiée
N-6 1.90 28.82 Vérifiée
N-7 0.63 22.65 Vérifiée
N-8 0.96 24.08 Vérifiée
N-9 1.03 26.97 Vérifiée
N-10 2.39 28.08 Vérifiée
N-11 0.13 22.27 Vérifiée
N-12 0.60 23.82 Vérifiée
Figure 41 : Simulation de la Variante Journalière
N-13 0.53 24.48 Vérifiée
N-14 0.11 23.57 Vérifiée
IV ETUDE DE L’AEP

Variante Horaire

Conduite
Pertes de Coef de
Vitesse V min V max ∆H max
charge frottement

C-1 1.66 14.92 0.019 Vérifiée Vérifiée Non vérifiée

C-2 1.07 6.39 0.019 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-3 0.87 4.29 0.020 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-4 0.80 4.84 0.021 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-5 0.65 3.26 0.022 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-6 0.81 4.93 0.021 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-7 0.49 1.91 0.022 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-8 0.78 4.68 0.021 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-9 0.61 2.90 0.022 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-10 0.42 2.40 0.025 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-11 0.04 0.04 0.042 Non vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-12 0.25 0.92 0.028 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-13 0.28 1.17 0.027 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-14 0.45 2.76 0.025 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-15 0.47 2.97 0.025 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-16 0.19 0.54 0.029 Non vérifiée Vérifiée Vérifiée

Variante Horaire
Nœud
Q (l/s) Pression (m) P min
N-1 0.37 22.01 Vérifiée

N-2 1.98 20.28 Vérifiée

N-3 2.35 20.21 Vérifiée

N-4 4.74 22.03 Vérifiée

N-5 7.08 22.84 Vérifiée

N-6 4.72 24.10 Vérifiée

N-7 1.67 20.66 Vérifiée

N-8 2.55 21.53 Vérifiée

N-9 2.74 23.55 Vérifiée

N-10 5.55 23.83 Vérifiée

N-11 0.35 20.06 Vérifiée

N-12 1.61 21.30 Vérifiée


Figure 42 : Simulation de la Variante Horaire
N-13 1.42 19.89 Non vérifiée

N-14 0.29 18.97 Non vérifiée


IV ETUDE DE L’AEP

Variante Incendie

Conduite
Pertes de Coef de
Vitesse V min V max ∆H max
charge frottement

C-1 1.32 9.60 0.019 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-2 0.89 4.49 0.020 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-3 0.75 3.30 0.020 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-4 0.63 3.09 0.022 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-5 0.57 2.59 0.022 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-6 0.83 5.21 0.021 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-7 0.38 1.20 0.023 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-8 0.86 5.53 0.021 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-9 0.79 4.75 0.021 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-10 0.36 1.81 0.026 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-11 0.02 0.01 0.045 Non vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-12 0.09 0.16 0.034 Non vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-13 1.30 20.31 0.022 Vérifiée Vérifiée Non vérifiée

C-14 1.44 24.78 0.022 Vérifiée Vérifiée Non vérifiée

C-15 0.38 2.00 0.026 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

C-16 0.27 1.09 0.027 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

Variante Incendie 1 Variante Incendie 2


Nœud
Q (l/s) Pression (m) P min Q (l/s) Pression (m) P min
N-1 0.14 21.06 Vérifiée 0.14 21.06 Vérifiée

N-2 0.74 20.26 Vérifiée 0.74 20.26 Vérifiée

N-3 0.88 20.51 Vérifiée 0.88 20.67 Vérifiée

N-4 1.92 22.51 Vérifiée 1.92 22.90 Vérifiée

N-5 3.34 23.21 Vérifiée 3.34 25.35 Vérifiée

N-6 1.9 + 17 19.17 Non vérifiée 1.90 26.87 Vérifiée

N-7 0.63 20.88 Vérifiée 0.63 20.79 Vérifiée

N-8 0.96 21.90 Vérifiée 0.96 22.10 Vérifiée

N-9 1.03 23.73 Vérifiée 1.03 24.99 Vérifiée

N-10 2.39 23.38 Vérifiée 2.39 26.11 Vérifiée


Figure 43 : Simulation de la Variante Incendie
N-11 0.13 20.36 Vérifiée 0.13 + 17 17.94 Non vérifiée

N-12 0.60 21.69 Vérifiée 0.60 21.27 Vérifiée

N-13 0.53 20.40 Vérifiée 0.53 22.54 Vérifiée

N-14 0.11 19.48 Non vérifiée 0.11 21.63 Vérifiée


IV ETUDE DE L’AEP

2.3 - Déductions et Travaux de réhabilitation

Nous avons constaté que les pressions sont satisfaisantes au niveau de tous les nœuds
apparemment, sauf dans le cas d’incendie ou le nœud d’alimentation de l’engin s’abaisse un
peu mais toujours dans la norme de vérification (10m). Les vitesses d’écoulement présentent
des valeurs qui sont admissibles pour les différentes variantes. Cependant, Il est à signaler que
certains tronçons du réseau présentent des vitesses faibles (de l’ordre de 0,02 m/s). Ce qui est
tolérable vu au taux de la demande.

A titre de réhabilitation et au vu de sa constitution en amiante de ciment, il a été décidé


d’abandonner le réseau d’AEP existant. Ainsi un nouveau réseau en PVC sera mis en place.

Le renouvèlement du réseau existant comportera ce qui suit :

▪ Réalisation de deux piquages avec la conduite hors site DN 315 en PVC ;

▪ Réalisation de 3000 ml de conduites en PVC PN16

▪ Réalisation de dalettes de protection sur les conduites de distribution ;

▪ Equipement du réseau par des poteaux d’incendie

▪ Equipement des points hauts par ventouse et des points bas par vidange
Conclusion
Générale
Ce travail de fin d’étude, effectué au sein du bureau d’études CID, avait comme principal
objectif la réalisation de l’étude du réseau de voirie, d’assainissement et d'eau potable, relatives
au projet de la Réhabilitation de la zone industrielle de Bouznika.

Sur le plan technique, ce stage a été une expérience très enrichissante. Il m’a permis
d’acquérir de nombreuses connaissances portant sur le domaine de VRD, mettre en pratique
les enseignements acquis pendant ma formation, approfondir les connaissances récoltées tout
au long de mes précédents stages et bénéficier du savoir-faire et des compétences hautement
pointues de l’entreprise.

Ce projet de grande envergure m’a permis de toucher les différents aspects de l’étude
d’un projet, m’immerger au sein des vraies conditions de travail et me confronter aux
différentes problématiques auxquelles doit faire face un ingénieur VRD.

En somme, ce projet m’a permis de concrétiser l’ensemble des objectifs fixés avant de
débuter le stage. À savoir, toucher et mettre en pratique un large spectre de connaissances
acquises pendant ma formation, et acquérir le savoir-faire nécessaire pour pouvoir débuter ma
vie professionnelle sur des bases solides.
Bibliographie et Webographie
▪ [1] Mémorandum d’information : Processus de sélection des partenaires privés pour
l’aménagement, la commercialisation et la gestion de parcs industriels dans la Région
Casablanca-Settat / Maroc

▪ [2] Résumé du plan de gestion environnementale et sociale - BAD

▪ [3] Pratique des VRD et aménagement urbain, voirie et réseau durable - R. BOURRIER, B. SELMI

▪ [4] Voiries et aménagements urbains en béton : Conception et dimensionnement - J. ABDO, R.


DALLEMAGNE C. DERACHE, P. GUIRAUD et E. HAAG

▪ [5] Routes Economiques à Faible Trafic, instruction générale sur les caractéristiques
géométriques, direction des routes et de la circulation routières

▪ [6] Rapport de reconnaissance géotechnique de la Zone industrielle Existante à Bouznika - LPEE

▪ [7] Guide technique de l’assainissement - M. SATIN et B. SELMI

▪ [8] Etude de l’élaboration des plans types des ouvrages d’assainissement - ONEP

▪ [9] Guide pratique des VRD et aménagements extérieurs ”, G. KARSENTY

▪ [10] Instructions techniques relatives aux réseaux d’assainissement des agglomérations - J. C


DEUTSCH et B. TASSIN,

▪ [11] Les ABC de l’hydraulique - A. GOUZROU

▪ [12] Guide technique des travaux d’assainissement des lotissements et des ensembles
immobiliers - ONEP

▪ [13] Mémento technique 2017 - Conception et dimensionnement des systèmes de gestion des
eaux pluviales et de collecte des eaux usées

▪ [14] Guide technique assainissement et alimentation en eau potable - ONEP

▪ [15] cid.co.ma/

▪ [16] mcamorocco.ma/

▪ [17] fr.climate-data.org/location/722467/

▪ [18] google.com/maps/

▪ [19] flickr.com/photos/archivesmontreal/
Annexe 1 – Voirie : Profils en long
Annexe 1 – Voirie : Profils en travers
Annexe 2 – Assainissement : Délimitation des Bassins EP
Annexe 2 – Assainissement : caractéristiques des Bassins EP

RESEAU D'ASSAINISSEMENT DES EAUX PLUVIALES

CARACTERISTIQUES DES BASSINS VERSANTS


Coefficients de Montana pour une période de retour de 10 ans :
a = 6.04 ; b = - 0.630 T = 10ans

Coefficients pour la formule de Caquot :


u = 0.819 v = 0.258 w = 0.631 K = 1.416

K^(1/u) = 1.529 1/u = 1.221 w/u = 0.770 v/u = 0.315

Formule de Caquot :
Q(T) = K^(1/U) x I^(V/U) x C^(1/U) x A^(W/U)

Qc Qc
N° du Bassin A Ceq Ieq Leq Qb M m
m3/s l/s

BV - 1 0.2693 0.70 0.30% 67.05 0.057 1.29 1.30 0.074 74.00


BV - 2 1.4264 0.70 0.58% 166.60 0.254 1.39 1.24 0.316 316.00
BV - 3 0.9380 0.70 0.30% 124.20 0.150 1.28 1.31 0.195 195.00
BV - 4 0.7560 0.70 1.15% 105.04 0.194 1.21 1.35 0.262 262.00
BV - 5 0.7413 0.70 0.82% 116.10 0.171 1.35 1.27 0.217 217.00
BV - 6 1.5919 0.70 0.85% 193.65 0.312 1.53 1.17 0.366 366.00
BV - 7 1.1436 0.70 0.46% 142.49 0.199 1.33 1.28 0.254 254.00
BV - 8 0.6156 0.70 0.30% 90.24 0.108 1.15 1.39 0.151 151.00
BV - 9 2.3694 0.70 0.30% 232.90 0.305 1.51 1.18 0.361 361.00
BV - 10 2.2925 0.70 0.65% 224.92 0.379 1.49 1.20 0.453 453.00
BV - 11 0.7100 0.70 0.85% 114.71 0.168 1.36 1.26 0.212 212.00
BV - 12 1.1621 0.70 0.84% 205.15 0.244 1.90 1.03 0.252 252.00
BV - 13 0.4911 0.70 0.85% 114.71 0.126 1.64 1.13 0.143 143.00
BV - 14 0.1339 0.70 1.07% 70.21 0.050 1.92 1.03 0.051 51.00
BV - 15 0.1209 0.70 1.25% 60.06 0.048 1.73 1.09 0.053 53.00
BV - 16 0.4491 0.70 1.13% 153.56 0.129 2.29 0.92 0.119 119.00
BV - 17 0.4559 0.70 1.21% 158.48 0.133 2.35 0.91 0.121 121.00
BV - 18 0.0790 0.70 0.64% 48.10 0.028 1.71 1.10 0.031 31.00
BV - 19 0.7026 0.70 0.80% 239.15 0.163 2.85 0.81 0.132 132.00
BV - 20 0.1471 0.70 0.49% 63.68 0.042 1.66 1.12 0.047 47.00
BV - 21 0.6227 0.70 0.62% 145.63 0.137 1.85 1.05 0.144 144.00
BV - 22 0.5268 0.70 0.30% 134.93 0.096 1.86 1.05 0.100 100.00
BV - 23 0.5325 0.70 1.60% 123.25 0.164 1.69 1.11 0.181 181.00
BV - 24 0.4627 0.70 0.41% 141.54 0.096 2.08 0.98 0.094 94.00
BV - 25 1.3079 0.70 0.34% 168.19 0.201 1.47 1.20 0.242 242.00
BV - 26 1.0503 0.70 1.45% 189.17 0.268 1.85 1.05 0.281 281.00
BV - 27 0.1952 0.70 0.31% 87.64 0.045 1.98 1.01 0.045 45.00
BV - 28 0.4062 0.70 1.21% 114.07 0.122 1.79 1.07 0.130 130.00
BV - 29 0.5748 0.70 1.03% 154.94 0.151 2.04 0.99 0.149 149.00
BV - 30 1.0428 0.70 0.30% 155.39 0.162 1.52 1.18 0.191 191.00
BV - 31 1.1915 0.70 0.37% 197.30 0.192 1.81 1.06 0.204 204.00
BV - 32 0.2509 0.70 0.51% 193.25 0.064 3.86 0.67 0.043 43.00
BV - 33 1.5020 0.70 0.39% 251.64 0.233 2.05 0.98 0.230 230.00
BV - 34 1.3217 0.70 0.64% 210.05 0.248 1.83 1.06 0.261 261.00
BV - 35 0.2070 0.70 0.53% 170.62 0.056 3.75 0.69 0.038 38.00
BV - 36 0.4176 0.70 1.68% 165.52 0.138 2.56 0.86 0.119 119.00
BV - 37 0.6065 0.70 1.57% 177.18 0.180 2.28 0.93 0.167 167.00
BV - 38 0.3915 0.70 0.30% 86.70 0.076 1.39 1.25 0.095 95.00
BV - 39 0.1863 0.70 0.30% 68.30 0.043 1.58 1.15 0.050 50.00
BV - 40 0.4582 0.70 0.66% 303.95 0.110 4.49 0.62 0.068 68.00
BV - 41 0.2882 0.70 0.77% 195.44 0.081 3.64 0.70 0.057 57.00
Annexe 2 – Assainissement : assemblage des Bassins EP

RESEAU D'ASSAINISSEMENT DES EAUX PLUVIALES

ASSEMBLAGE DES BASSINS VERSANTS


Coefficients de Montana pour une période de retour de 10 ans :
a = 6.04 ; b = - 0.630 T = 10 ans

Formule de Caquot :
Q(T) = K^(1/U) x I^(V/U) x C^(1/U) x A^(W/U)

«parallèle»
Qc Qc
ou N° du Bassin A Ceq Ieq Leq Qb M m N° du Rejet
«série» m3/s l/s

BV - 1 0.2693 0.70 0.30% 67.05 0.057 1.29 1.30 0.074 74.00


BV - 2 1.4264 0.70 0.58% 166.60 0.254 1.39 1.24 0.316 316.00
S A - 01 1.6957 0.70 0.47% 233.65 0.272 1.79 1.07 0.316 316.00

A - 01 1.6957 0.70 0.47% 233.65 0.272 1.79 1.07 0.316 316.00


BV - 3 0.9380 0.70 0.30% 124.20 0.150 1.28 1.31 0.195 195.00
S A - 02 2.6337 0.70 0.40% 357.85 0.362 2.21 0.94 0.341 341.00

A - 02 2.6337 0.70 0.40% 357.85 0.362 2.21 0.94 0.341 341.00


BV - 4 0.7560 0.70 1.15% 105.04 0.194 1.21 1.35 0.262 262.00
S A - 03 3.3896 0.70 0.48% 462.88 0.467 2.51 0.87 0.408 408.00
REJET A

BV - 5 0.7413 0.70 0.82% 116.10 0.171 1.35 1.27 0.217 217.00


REJET B
BV - 11 0.7100 0.70 0.85% 114.71 0.168 1.36 1.26 0.212 212.00
BV - 12 1.1621 0.70 0.84% 205.15 0.244 1.90 1.03 0.252 252.00
S A - 11 1.8722 0.70 0.85% 319.86 0.353 2.34 0.91 0.322 322.00

BV - 13 0.4911 0.70 0.85% 114.71 0.126 1.64 1.13 0.143 143.00


BV - 14 0.1339 0.70 1.07% 70.21 0.050 1.92 1.03 0.051 51.00
P A - 12 0.6250 0.70 0.91% 114.71 0.155 1.45 1.21 0.188 188.00

A - 12 0.6250 0.70 0.91% 114.71 0.155 1.45 1.21 0.188 188.00


BV - 15 0.1209 0.70 1.25% 60.06 0.048 1.73 1.09 0.053 53.00
P A - 13 0.7459 0.70 0.98% 114.71 0.182 1.33 1.28 0.233 233.00

A - 13 0.7459 0.70 0.98% 114.71 0.182 1.33 1.28 0.233 233.00


BV - 16 0.4491 0.70 1.13% 153.56 0.129 2.29 0.92 0.119 119.00
S A - 14 1.1950 0.70 1.06% 268.28 0.268 2.45 0.88 0.237 237.00

BV - 17 0.4559 0.70 1.21% 158.48 0.133 2.35 0.91 0.121 121.00


BV - 18 0.0790 0.70 0.64% 48.10 0.028 1.71 1.10 0.031 31.00
S A - 15 0.5349 0.70 1.03% 206.58 0.143 2.82 0.81 0.121 121.00

A - 14 1.1950 0.70 1.06% 268.28 0.268 2.45 0.88 0.237 237.00


A - 15 0.5349 0.70 1.03% 206.58 0.143 2.82 0.81 0.121 121.00
P A - 16 1.7299 0.70 1.05% 268.28 0.356 2.04 0.99 0.351 351.00

A - 11 1.8722 0.70 0.85% 319.86 0.353 2.34 0.91 0.322 322.00


A - 16 1.7299 0.70 1.05% 268.28 0.356 2.04 0.99 0.351 351.00
P A - 17 3.6021 0.70 0.95% 268.28 0.607 1.41 1.23 0.673 673.00

A - 17 3.6021 0.70 0.95% 268.28 0.607 1.41 1.23 0.673 673.00


BV - 21 0.6227 0.70 0.62% 145.63 0.137 1.85 1.05 0.144 144.00
S A - 18 4.2248 0.70 0.81% 413.91 0.652 2.01 1.00 0.673 673.00

A - 18 4.2248 0.70 0.81% 413.91 0.652 2.01 1.00 0.673 673.00


BV - 6 1.5919 0.70 0.85% 193.65 0.312 1.53 1.17 0.366 366.00
P A - 19 5.8167 0.70 0.83% 413.91 0.839 1.72 1.10 0.919 919.00

A - 19 5.8167 0.70 0.83% 413.91 0.839 1.72 1.10 0.919 919.00


BV - 22 0.5268 0.70 0.30% 134.93 0.096 1.86 1.05 0.100 100.00
P A - 20 6.3435 0.70 0.78% 413.91 0.879 1.64 1.13 0.988 988.00

A - 20 6.3435 0.70 0.78% 413.91 0.879 1.64 1.13 0.988 988.00


BV - 7 1.1436 0.70 0.46% 142.49 0.199 1.33 1.28 0.254 254.00
S A - 21 7.4871 0.70 0.67% 556.40 0.952 2.03 0.99 0.988 988.00

A - 21 7.4871 0.70 0.67% 556.40 0.952 2.03 0.99 0.988 988.00


BV - 8 0.6156 0.70 0.30% 90.24 0.108 1.15 1.39 0.151 151.00
S A - 22 8.1027 0.70 0.58% 646.64 0.970 2.27 0.93 0.988 988.00
REJET C
BV - 9 2.3694 0.70 0.30% 232.90 0.305 1.51 1.18 0.361 361.00
BV - 10 2.2925 0.70 0.65% 224.92 0.379 1.49 1.20 0.453 453.00
S A - 10 4.6618 0.70 0.42% 457.82 0.572 2.12 0.97 0.553 553.00
REJET D
BV - 35 0.2070 0.70 0.53% 170.62 0.056 3.75 0.69 0.038 38.00
BV - 36 0.4176 0.70 1.68% 165.52 0.138 2.56 0.86 0.119 119.00
S A - 35 0.6247 0.70 0.87% 336.14 0.153 4.25 0.64 0.119 119.00

A - 35 0.6247 0.70 0.87% 336.14 0.153 4.25 0.64 0.119 119.00


BV - 37 0.6065 0.70 1.57% 177.18 0.180 2.28 0.93 0.167 167.00
P A - 36 1.2312 0.70 1.28% 177.18 0.291 1.60 1.15 0.286 286.00
REJET E
BV - 38 0.3915 0.70 0.30% 86.70 0.076 1.39 1.25 0.095 95.00
BV - 41 0.2882 0.70 0.77% 195.44 0.081 3.64 0.70 0.057 57.00
S A - 38 0.6798 0.70 0.55% 282.14 0.141 3.42 0.73 0.102 102.00

A - 38 0.6798 0.70 0.55% 282.14 0.141 3.42 0.73 0.102 102.00


BV - 39 0.1863 0.70 0.30% 68.30 0.043 1.58 1.15 0.050 50.00
P A - 39 0.8660 0.70 0.47% 282.14 0.162 3.03 0.78 0.126 126.00
REJET F
BV - 19 0.7026 0.70 0.80% 239.15 0.163 2.85 0.81 0.132 132.00
BV - 20 0.1471 0.70 0.49% 63.68 0.042 1.66 1.12 0.047 47.00
S A - 40 0.8497 0.70 0.71% 302.84 0.182 3.29 0.74 0.135 135.00

A - 40 0.8497 0.70 0.71% 302.84 0.182 3.29 0.74 0.135 135.00


BV - 23 0.5325 0.70 1.60% 123.25 0.164 1.69 1.11 0.181 181.00
S A - 41 1.3822 0.70 0.87% 426.09 0.282 3.62 0.70 0.198 198.00

A - 41 1.3822 0.70 0.87% 426.09 0.282 3.62 0.70 0.198 198.00


BV - 24 0.4627 0.70 0.41% 141.54 0.096 2.08 0.98 0.094 94.00
S A - 42 1.8449 0.70 0.70% 567.63 0.329 4.18 0.64 0.212 212.00

A - 42 1.8449 0.70 0.70% 567.63 0.329 4.18 0.64 0.212 212.00


BV - 25 1.3079 0.70 0.34% 168.19 0.201 1.47 1.20 0.242 242.00
S A - 43 3.1529 0.70 0.58% 735.82 0.469 4.14 0.65 0.303 303.00

A - 43 3.1529 0.70 0.58% 735.82 0.469 4.14 0.65 0.303 303.00


BV - 26 1.0503 0.70 1.45% 189.17 0.268 1.85 1.05 0.281 281.00
S A - 44 4.2031 0.70 0.68% 924.99 0.614 4.51 0.61 0.377 377.00

BV - 27 0.1952 0.70 0.31% 87.64 0.045 1.98 1.01 0.045 45.00


BV - 28 0.4062 0.70 1.21% 114.07 0.122 1.79 1.07 0.130 130.00
S A - 50 0.6015 0.70 0.59% 201.71 0.132 2.60 0.85 0.130 130.00

A - 50 0.6015 0.70 0.59% 201.71 0.132 2.60 0.85 0.130 130.00


BV - 29 0.5748 0.70 1.03% 154.94 0.151 2.04 0.99 0.149 149.00
S A - 51 1.1762 0.70 0.74% 356.64 0.237 3.29 0.74 0.176 176.00

A - 51 1.1762 0.70 0.74% 356.64 0.237 3.29 0.74 0.176 176.00


BV - 30 1.0428 0.70 0.30% 155.39 0.162 1.52 1.18 0.191 191.00
S A - 52 2.2191 0.70 0.54% 512.03 0.349 3.44 0.72 0.252 252.00

A - 52 2.2191 0.70 0.54% 512.03 0.349 3.44 0.72 0.252 252.00


BV - 31 1.1915 0.70 0.37% 197.30 0.192 1.81 1.06 0.204 204.00
S A - 53 3.4106 0.70 0.48% 709.33 0.469 3.84 0.68 0.317 317.00

A - 44 4.2031 0.70 0.68% 924.99 0.614 4.51 0.61 0.377 377.00


A - 53 3.4106 0.70 0.48% 709.33 0.469 3.84 0.68 0.317 317.00
P A - 60 7.6137 0.70 0.59% 924.99 0.927 3.35 0.73 0.681 681.00
REJET G
BV - 33 1.5020 0.70 0.39% 251.64 0.233 2.05 0.98 0.230 230.00
BV - 34 1.3217 0.70 0.64% 210.05 0.248 1.83 1.06 0.261 261.00
P A - 33 2.8237 0.70 0.52% 210.05 0.416 1.25 1.33 0.491 491.00

A - 33 2.8237 0.70 0.52% 210.05 0.416 1.25 1.33 0.491 491.00


BV - 32 0.2509 0.70 0.51% 193.25 0.064 3.86 0.67 0.043 43.00
P A - 34 3.0746 0.70 0.52% 210.05 0.444 1.20 1.36 0.534 534.00
REJET H

BV - 40 0.4582 0.70 0.66% 303.95 0.110 4.49 0.62 0.068 68.00


REJET I
Annexe 2 – Assainissement : Tracé des canalisations EP
Annexe 2 – Assainissement : Dimensionnement des conduites EP

Diamètre Diamètre Utilisation de la Vitesse à Vitesse Autocurage


Dist.part Dist.Cum Pente Débits Capacité Vitesse à 2/10
N° Regard calculé adopté capacité pleine sect partielle
(m) (m) (m/m) (l/s) (l/s) du D (m/s)
(m) (m) (%) (m/s) (m/s)
1ère condit° 2ème condit°

R1

R2 31.10 31.10 0.304 0.400 0.50% 74.00 158.01 46.83% 1.26 0.59 0.75 Non vérifiée Vérifiée

R3 40.00 71.10 0.515 0.600 0.50% 316.00 481.89 65.58% 1.70 1.12 1.02 Vérifiée Vérifiée

R4 40.00 111.10 0.515 0.600 0.50% 316.00 481.89 65.58% 1.70 1.12 1.02 Vérifiée Vérifiée

R5 40.00 151.10 0.515 0.600 0.50% 316.00 481.89 65.58% 1.70 1.12 1.02 Vérifiée Vérifiée

COLL-1 R6 35.14 186.24 0.515 0.600 0.50% 316.00 481.89 65.58% 1.70 1.12 1.02 Vérifiée Vérifiée

R7 40.00 226.24 0.529 0.600 0.50% 341.00 481.89 70.76% 1.70 1.21 1.02 Vérifiée Vérifiée

R8 40.00 266.24 0.529 0.600 0.50% 341.00 481.89 70.76% 1.70 1.21 1.02 Vérifiée Vérifiée

R9 40.00 306.24 0.565 0.600 0.50% 408.00 481.89 84.67% 1.70 1.44 1.02 Vérifiée Vérifiée

R10 58.92 365.16 0.565 0.600 0.50% 408.00 481.89 84.67% 1.70 1.44 1.02 Vérifiée Vérifiée

RE-A 36.98 402.14 0.565 0.600 0.50% 408.00 481.89 84.67% 1.70 1.44 1.02 Vérifiée Vérifiée

REJET A
R11

COLL-2 R12 30.00 30.00 0.368 0.400 1.50% 217.00 273.69 79.29% 2.18 1.73 1.31 Vérifiée Vérifiée

R13 28.65 58.65 0.368 0.400 1.50% 217.00 273.69 79.29% 2.18 1.73 1.31 Vérifiée Vérifiée

RE-B 21.07 79.72 0.368 0.400 1.50% 217.00 273.69 79.29% 2.18 1.73 1.31 Vérifiée Vérifiée

REJET B
R14

R15 40.00 40.00 0.479 0.500 1.00% 366.00 412.77 88.67% 2.10 1.86 1.26 Vérifiée Vérifiée

R16 40.00 80.00 0.479 0.500 1.00% 366.00 412.77 88.67% 2.10 1.86 1.26 Vérifiée Vérifiée

R17 40.00 120.00 0.479 0.500 1.00% 366.00 412.77 88.67% 2.10 1.86 1.26 Vérifiée Vérifiée

COLL-3 R18 31.96 151.96 0.479 0.500 1.00% 366.00 412.77 88.67% 2.10 1.86 1.26 Vérifiée Vérifiée

R19 40.00 191.96 0.687 0.800 1.00% 988.00 1503.29 65.72% 2.99 1.97 1.79 Vérifiée Vérifiée

R20 40.00 231.96 0.687 0.800 1.00% 988.00 1503.29 65.72% 2.99 1.97 1.79 Vérifiée Vérifiée

R21 40.00 271.96 0.687 0.800 1.00% 988.00 1503.29 65.72% 2.99 1.97 1.79 Vérifiée Vérifiée

R22 40.00 311.96 0.687 0.800 1.00% 988.00 1503.29 65.72% 2.99 1.97 1.79 Vérifiée Vérifiée

RE-C 7.32 319.28 0.687 0.800 1.00% 988.00 1503.29 65.72% 2.99 1.97 1.79 Vérifiée Vérifiée

REJET C
R23

R24 40.00 40.00 0.476 0.500 1.00% 361.00 412.77 87.46% 2.10 1.84 1.26 Vérifiée Vérifiée

R25 40.00 80.00 0.476 0.500 1.00% 361.00 412.77 87.46% 2.10 1.84 1.26 Vérifiée Vérifiée
COLL-4
R26 40.00 120.00 0.556 0.600 1.00% 553.00 681.49 81.15% 2.41 1.96 1.45 Vérifiée Vérifiée

R27 40.00 160.00 0.556 0.600 1.00% 553.00 681.49 81.15% 2.41 1.96 1.45 Vérifiée Vérifiée

R28 40.00 200.00 0.556 0.600 1.00% 553.00 681.49 81.15% 2.41 1.96 1.45 Vérifiée Vérifiée

RE-D 43.00 243.00 0.556 0.600 1.00% 553.00 681.49 81.15% 2.41 1.96 1.45 Vérifiée Vérifiée

REJET D
Annexe 2 – Assainissement : Dimensionnement des caniveaux
Vitesse à
Largeur à Débit Hauteur
Caniveau / Longeur Dimension Largeur Hauteur Pente Cotan Capacité Utilisation de la pleine Vitesse réelle
BV Q (l/s) T n° Nature K S (m²) P (m) R (m) la crête L pluvial d'eau vérification
Cunette (m) (mxm) (m) (m) (%) cotg(j) (m3/s) capacité (%) section (m/s)
(m) (m3/s) (m)
(m/s)

CAN-A.1 BV - 11 212.0 T1 109.0 0.6 x 0.6 0.60 0.60 0.50% 0.36 Béton 70 0.49 1.88 0.26 1.03 0.99 0.212 21% 2.02 1.36 0.229 suffisant
CAN-A.1 A - 11 322.0 T2 163.0 0.6 x 0.6 0.60 0.60 0.50% 0.36 Béton 70 0.49 1.88 0.26 1.03 0.99 0.322 33% 2.02 1.53 0.298 suffisant
CAN-A.1 A - 17 673.0 T3 151.0 0.6 x 0.6 0.60 0.60 0.50% 0.36 Béton 70 0.49 1.88 0.26 1.03 0.99 0.673 68% 2.02 1.84 0.474 suffisant

CAN-A.2 BV - 13 143.0 T1 109.0 0.6 x 0.6 0.60 0.60 0.50% 0.36 Béton 70 0.49 1.88 0.26 1.03 0.99 0.143 14% 2.02 1.21 0.178 suffisant
CAN-A.2 A - 14 237.0 T2 163.0 0.6 x 0.6 0.60 0.60 0.50% 0.36 Béton 70 0.49 1.88 0.26 1.03 0.99 0.237 24% 2.02 1.40 0.246 suffisant

CAN-B.1 BV - 27 45.0 T1 39.0 0.6 x 0.6 0.60 0.60 0.50% 0.36 Béton 70 0.49 1.88 0.26 1.03 0.99 0.045 5% 2.02 0.83 0.086 suffisant
CAN-B.1 A - 50 130.0 T2 101.0 0.6 x 0.6 0.60 0.60 0.50% 0.36 Béton 70 0.49 1.88 0.26 1.03 0.99 0.130 13% 2.02 1.18 0.168 suffisant
CAN-B.1 A - 51 176.0 T3 90.0 0.6 x 0.6 0.60 0.60 0.50% 0.36 Béton 70 0.49 1.88 0.26 1.03 0.99 0.176 18% 2.02 1.29 0.203 suffisant
CAN-B.1 A - 52 252.0 T4 160.0 0.6 x 0.6 0.60 0.60 0.50% 0.36 Béton 70 0.49 1.88 0.26 1.03 0.99 0.252 25% 2.02 1.43 0.255 suffisant
CAN-B.1 A - 53 317.0 T5 153.0 0.6 x 0.6 0.60 0.60 0.50% 0.36 Béton 70 0.49 1.88 0.26 1.03 0.99 0.317 32% 2.02 1.52 0.295 suffisant

CAN-B.2 A - 40 135.0 T1 41.0 0.6 x 0.6 0.60 0.60 0.50% 0.36 Béton 70 0.49 1.88 0.26 1.03 0.99 0.135 14% 2.02 1.19 0.172 suffisant
CAN-B.2 A - 41 198.0 T2 103.0 0.6 x 0.6 0.60 0.60 0.50% 0.36 Béton 70 0.49 1.88 0.26 1.03 0.99 0.198 20% 2.02 1.33 0.219 suffisant
CAN-B.2 A - 42 212.0 T3 90.0 0.6 x 0.6 0.60 0.60 0.50% 0.36 Béton 70 0.49 1.88 0.26 1.03 0.99 0.212 21% 2.02 1.36 0.229 suffisant
CAN-B.2 A - 43 303.0 T4 160.0 0.6 x 0.6 0.60 0.60 0.50% 0.36 Béton 70 0.49 1.88 0.26 1.03 0.99 0.303 31% 2.02 1.50 0.287 suffisant
CAN-B.2 A - 44 377.0 T5 153.0 0.6 x 0.6 0.60 0.60 0.50% 0.36 Béton 70 0.49 1.88 0.26 1.03 0.99 0.377 38% 2.02 1.59 0.330 suffisant

CAN-C.1 BV - 14 51.0 T1 51.0 0.6 x 0.6 0.60 0.60 0.50% 0.36 Béton 70 0.49 1.88 0.26 1.03 0.99 0.051 5% 2.02 0.87 0.093 suffisant

CAN-C.2 BV - 15 53.0 T1 51.0 0.6 x 0.6 0.60 0.60 0.50% 0.36 Béton 70 0.49 1.88 0.26 1.03 0.99 0.053 5% 2.02 0.88 0.095 suffisant

CAN-D.1 A - 15 121.0 T1 45.0 0.6 x 0.6 0.60 0.60 0.50% 0.36 Béton 70 0.49 1.88 0.26 1.03 0.99 0.121 12% 2.02 1.15 0.160 suffisant

CAN-D.2 BV - 22 100.0 T1 68.0 0.6 x 0.6 0.60 0.60 0.50% 0.36 Béton 70 0.49 1.88 0.26 1.03 0.99 0.100 10% 2.02 1.08 0.142 suffisant

CAN-E.1 BV - 37 167.0 T1 139.0 0.6 x 0.6 0.60 0.60 0.50% 0.36 Béton 70 0.49 1.88 0.26 1.03 0.99 0.167 17% 2.02 1.27 0.197 suffisant

CAN-E.2 BV - 38 95.0 T1 150.0 0.6 x 0.6 0.60 0.60 0.50% 0.36 Béton 70 0.49 1.88 0.26 1.03 0.99 0.095 10% 2.02 1.07 0.137 suffisant
CAN-E.2 A - 35 119.0 T2 139.0 0.6 x 0.6 0.60 0.60 0.50% 0.36 Béton 70 0.49 1.88 0.26 1.03 0.99 0.119 12% 2.02 1.14 0.158 suffisant

CAN-F.1 BV - 39 50.0 T1 56.0 0.6 x 0.6 0.60 0.60 0.50% 0.36 Béton 70 0.49 1.88 0.26 1.03 0.99 0.050 5% 2.02 0.86 0.091 suffisant

CAN-F.2 A - 38 102.0 T1 76.0 0.6 x 0.6 0.60 0.60 0.50% 0.36 Béton 70 0.49 1.88 0.26 1.03 0.99 0.102 10% 2.02 1.09 0.144 suffisant

CAN-G BV - 34 261.0 T1 178.0 0.6 x 0.6 0.60 0.60 0.50% 0.36 Béton 70 0.49 1.88 0.26 1.03 0.99 0.261 26% 2.02 1.44 0.261 suffisant

CAN-H.1 BV - 33 230.0 T1 248.0 0.6 x 0.6 0.60 0.60 0.50% 0.36 Béton 70 0.49 1.88 0.26 1.03 0.99 0.230 23% 2.02 1.39 0.241 suffisant

CAN-H.2 BV - 32 43.0 T1 194.0 0.6 x 0.6 0.60 0.60 0.50% 0.36 Béton 70 0.49 1.88 0.26 1.03 0.99 0.043 4% 2.02 0.82 0.083 suffisant

CUN-D.1 BV - 17 121.0 T1 148.0 0.4 x 0.4 0.40 0.40 0.50% 0.36 Béton 70 0.22 1.25 0.17 0.69 0.34 0.121 36% 1.54 1.20 0.212 suffisant

CUN-D.2 BV - 19 132.0 T1 188.0 0.4 x 0.4 0.40 0.40 0.50% 0.36 Béton 70 0.22 1.25 0.17 0.69 0.34 0.132 39% 1.54 1.22 0.224 suffisant

CUN-J.1 BV - 40 68.0 T1 294.0 0.4 x 0.4 0.40 0.40 0.50% 0.36 Béton 70 0.22 1.25 0.17 0.69 0.34 0.068 20% 1.54 1.02 0.147 suffisant

CUN-J.2 BV - 41 57.0 T1 180.0 0.4 x 0.4 0.40 0.40 0.50% 0.36 Béton 70 0.22 1.25 0.17 0.69 0.34 0.057 17% 1.54 0.97 0.132 suffisant
Annexe 2 – Assainissement : profils en long des conduites
Annexe 2 – Assainissement : Formes des caniveaux
Annexe 2 – Assainissement : Découpage en Bassins EU
Annexe 2 – Assainissement : Vérification hydraulique EU

Vitesse à Vitesse à Débit à


Diamètre Diamètre Utilisation de Vitesse à Autocurage
Dist.part Dist.Cum Pente Débits Capacité demi 2/10 du 2/10 du
N° Regard calculé adopté la capacité pleine sect
(m) (m) (m/m) (l/s) (l/s) section Diametre Diametre
(m) (m) (%) (m/s) ère ème ème
(m/s) (m/s) (l/s) 1 condit° 2 condit° 3 condit°

R1
R2 40.00 40.00 0.050 0.300 0.50% 0.67 80.00 0.84% 1.132 1.14 0.68 9.60 Vérifiée Vérifiée Non vérifiée
COLL-1.1
R3 40.00 80.00 0.050 0.300 0.50% 0.67 80.00 0.84% 1.132 1.14 0.68 9.60 Vérifiée Vérifiée Non vérifiée
R4 49.35 129.35 0.050 0.300 0.50% 0.67 80.00 0.84% 1.132 1.14 0.68 9.60 Vérifiée Vérifiée Non vérifiée
COLL-6
R4
R5 40.00 40.00 0.087 0.300 1.00% 4.19 113.14 3.70% 1.601 1.62 0.96 13.58 Vérifiée Vérifiée Non vérifiée
R6 36.26 76.26 0.087 0.300 1.00% 4.19 113.14 3.70% 1.601 1.62 0.96 13.58 Vérifiée Vérifiée Non vérifiée
R7 40.00 116.26 0.087 0.300 1.00% 4.19 113.14 3.70% 1.601 1.62 0.96 13.58 Vérifiée Vérifiée Non vérifiée
COLL-6
R8 40.00 156.26 0.087 0.300 1.00% 4.19 113.14 3.70% 1.601 1.62 0.96 13.58 Vérifiée Vérifiée Non vérifiée
R9 40.00 196.26 0.087 0.300 1.00% 4.19 113.14 3.70% 1.601 1.62 0.96 13.58 Vérifiée Vérifiée Non vérifiée
R10 40.00 236.26 0.087 0.300 1.00% 4.19 113.14 3.70% 1.601 1.62 0.96 13.58 Vérifiée Vérifiée Non vérifiée
R11 44.39 280.65 0.087 0.300 1.00% 4.19 113.14 3.70% 1.601 1.62 0.96 13.58 Vérifiée Vérifiée Non vérifiée

COLL-8
R11
R12 40.00 40.00 0.155 0.300 1.00% 19.57 113.14 17.29% 1.601 1.62 0.96 13.58 Vérifiée Vérifiée Vérifiée
R13 40.00 80.00 0.155 0.300 1.00% 19.57 113.14 17.29% 1.601 1.62 0.96 13.58 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

COLL-8 R14 40.00 120.00 0.155 0.300 1.00% 19.57 113.14 17.29% 1.601 1.62 0.96 13.58 Vérifiée Vérifiée Vérifiée
R15 40.00 160.00 0.155 0.300 1.00% 19.57 113.14 17.29% 1.601 1.62 0.96 13.58 Vérifiée Vérifiée Vérifiée
R16 40.00 200.00 0.155 0.300 1.00% 19.57 113.14 17.29% 1.601 1.62 0.96 13.58 Vérifiée Vérifiée Vérifiée
R17 29.81 229.81 0.155 0.300 1.00% 19.57 113.14 17.29% 1.601 1.62 0.96 13.58 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

COLL-4.1
R17
R18 40.00 40.00 0.236 0.300 0.20% 26.65 50.60 52.67% 0.716 0.72 0.43 6.07 Vérifiée Vérifiée Vérifiée
R19 40.00 80.00 0.236 0.300 0.20% 26.65 50.60 52.67% 0.716 0.72 0.43 6.07 Vérifiée Vérifiée Vérifiée
R20 40.00 120.00 0.236 0.300 0.20% 26.65 50.60 52.67% 0.716 0.72 0.43 6.07 Vérifiée Vérifiée Vérifiée
R21 40.00 160.00 0.236 0.300 0.20% 26.65 50.60 52.67% 0.716 0.72 0.43 6.07 Vérifiée Vérifiée Vérifiée
COLL-4.1
R22 40.00 200.00 0.236 0.300 0.20% 26.65 50.60 52.67% 0.716 0.72 0.43 6.07 Vérifiée Vérifiée Vérifiée
R23 40.00 240.00 0.236 0.300 0.20% 26.65 50.60 52.67% 0.716 0.72 0.43 6.07 Vérifiée Vérifiée Vérifiée
R24 51.23 291.23 0.236 0.300 0.20% 26.65 50.60 52.67% 0.716 0.72 0.43 6.07 Vérifiée Vérifiée Vérifiée
R25 23.80 315.03 0.236 0.300 0.20% 26.65 50.60 52.67% 0.716 0.72 0.43 6.07 Vérifiée Vérifiée Vérifiée
R26 30.00 345.03 0.236 0.300 0.20% 26.65 50.60 52.67% 0.716 0.72 0.43 6.07 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

STATION

R30
R31 40.00 40.00 0.048 0.300 0.50% 0.61 64.47 0.95% 1.132 1.14 0.68 7.74 Vérifiée Vérifiée Non vérifiée
COLL-1.2
R32 40.00 80.00 0.048 0.300 0.50% 0.61 64.47 0.95% 1.132 1.14 0.68 7.74 Vérifiée Vérifiée Non vérifiée
R4 35.75 115.75 0.048 0.300 0.50% 0.61 64.47 0.95% 1.132 1.14 0.68 7.74 Vérifiée Vérifiée Non vérifiée

COLL-6
R33
COLL-2 R34 31.26 31.26 0.035 0.300 0.50% 0.26 80.00 0.32% 1.132 1.14 0.68 9.60 Vérifiée Vérifiée Non vérifiée
R7 27.44 58.70 0.035 0.300 0.50% 0.26 80.00 0.32% 1.132 1.14 0.68 9.60 Vérifiée Vérifiée Non vérifiée
COLL-6
R39
COLL-10 R40 62.57 62.57 0.077 0.300 0.50% 2.11 80.00 2.63% 1.132 1.14 0.68 9.60 Vérifiée Vérifiée Non vérifiée
R41 60.15 122.72 0.077 0.300 0.50% 2.11 80.00 2.63% 1.132 1.14 0.68 9.60 Vérifiée Vérifiée Non vérifiée
COLL 3.1
R41
R42 40.00 40.00 0.147 0.300 0.20% 7.56 50.60 14.94% 0.716 0.72 0.43 6.07 Vérifiée Vérifiée Vérifiée
R43 40.00 80.00 0.147 0.300 0.20% 7.56 50.60 14.94% 0.716 0.72 0.43 6.07 Vérifiée Vérifiée Vérifiée
R44 40.00 120.00 0.147 0.300 0.20% 7.56 50.60 14.94% 0.716 0.72 0.43 6.07 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

COLL-3.1 R45 40.00 160.00 0.147 0.300 0.20% 7.56 50.60 14.94% 0.716 0.72 0.43 6.07 Vérifiée Vérifiée Vérifiée
R46 40.00 200.00 0.147 0.300 0.20% 7.56 50.60 14.94% 0.716 0.72 0.43 6.07 Vérifiée Vérifiée Vérifiée
R47 45.50 245.50 0.147 0.300 0.20% 7.56 50.60 14.94% 0.716 0.72 0.43 6.07 Vérifiée Vérifiée Vérifiée
R48 8.79 254.29 0.147 0.300 0.20% 7.56 50.60 14.94% 0.716 0.72 0.43 6.07 Vérifiée Vérifiée Vérifiée
R49 22.73 277.02 0.147 0.300 0.20% 7.56 50.60 14.94% 0.716 0.72 0.43 6.07 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

COLL-3.2
R61
R62 40.00 40.00 0.065 0.300 1.00% 1.95 113.14 1.72% 1.601 1.62 0.96 13.58 Vérifiée Vérifiée Non vérifiée
R63 40.00 80.00 0.065 0.300 1.00% 1.95 113.14 1.72% 1.601 1.62 0.96 13.58 Vérifiée Vérifiée Non vérifiée
R64 40.00 120.00 0.065 0.300 1.00% 1.95 113.14 1.72% 1.601 1.62 0.96 13.58 Vérifiée Vérifiée Non vérifiée
COLL-7
R65 40.00 160.00 0.065 0.300 1.00% 1.95 113.14 1.72% 1.601 1.62 0.96 13.58 Vérifiée Vérifiée Non vérifiée
R66 40.00 200.00 0.065 0.300 1.00% 1.95 113.14 1.72% 1.601 1.62 0.96 13.58 Vérifiée Vérifiée Non vérifiée
R67 29.69 229.69 0.065 0.300 1.00% 1.95 113.14 1.72% 1.601 1.62 0.96 13.58 Vérifiée Vérifiée Non vérifiée
R53 27.15 256.84 0.065 0.300 1.00% 1.95 113.14 1.72% 1.601 1.62 0.96 13.58 Vérifiée Vérifiée Non vérifiée

COLL-3.2
R49
R50 9.27 9.27 0.149 0.300 0.50% 12.49 80.00 15.61% 1.132 1.14 0.68 9.60 Vérifiée Vérifiée Vérifiée
R51 40.00 49.27 0.149 0.300 0.50% 12.49 80.00 15.61% 1.132 1.14 0.68 9.60 Vérifiée Vérifiée Vérifiée
R52 40.00 89.27 0.149 0.300 0.50% 12.49 80.00 15.61% 1.132 1.14 0.68 9.60 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

COLL-3.2 R53 49.29 138.56 0.149 0.300 0.50% 12.49 80.00 15.61% 1.132 1.14 0.68 9.60 Vérifiée Vérifiée Vérifiée
R54 40.00 178.56 0.149 0.300 0.50% 12.49 80.00 15.61% 1.132 1.14 0.68 9.60 Vérifiée Vérifiée Vérifiée
R55 40.00 218.56 0.149 0.300 0.50% 12.49 80.00 15.61% 1.132 1.14 0.68 9.60 Vérifiée Vérifiée Vérifiée
R56 40.00 258.56 0.149 0.300 0.50% 12.49 80.00 15.61% 1.132 1.14 0.68 9.60 Vérifiée Vérifiée Vérifiée
R11 34.75 293.31 0.149 0.300 0.50% 12.49 80.00 15.61% 1.132 1.14 0.68 9.60 Vérifiée Vérifiée Vérifiée

COLL-8
R35
R36 40.00 40.00 0.052 0.300 1.00% 1.04 113.14 0.92% 1.601 1.62 0.96 13.58 Vérifiée Vérifiée Non vérifiée

COLL-5 R37 40.00 80.00 0.052 0.300 1.00% 1.04 113.14 0.92% 1.601 1.62 0.96 13.58 Vérifiée Vérifiée Non vérifiée
R38 51.78 131.78 0.052 0.300 1.00% 1.04 113.14 0.92% 1.601 1.62 0.96 13.58 Vérifiée Vérifiée Non vérifiée
R11 54.40 186.18 0.052 0.300 1.00% 1.04 113.14 0.92% 1.601 1.62 0.96 13.58 Vérifiée Vérifiée Non vérifiée

COLL-8
R57
R58 66.09 66.09 0.099 0.300 0.20% 2.62 50.60 5.18% 0.716 0.72 0.43 6.07 Vérifiée Vérifiée Non vérifiée

COLL-4.2 R59 53.78 119.87 0.099 0.300 0.20% 2.62 50.60 5.18% 0.716 0.72 0.43 6.07 Vérifiée Vérifiée Non vérifiée
R60 50.22 170.09 0.099 0.300 0.20% 2.62 50.60 5.18% 0.716 0.72 0.43 6.07 Vérifiée Vérifiée Non vérifiée
R25 31.43 201.52 0.099 0.300 0.20% 2.62 50.60 5.18% 0.716 0.72 0.43 6.07 Vérifiée Vérifiée Non vérifiée
COLL-4.1
Ce rapport est réalisé par :
Khalid FREIKECH - Ingénieur Civil Hydraulique
khalid.freikech@gmail.com
Lnkdn : Khalid Freikech

Vous aimerez peut-être aussi