Vous êtes sur la page 1sur 2

Théorème 0.

2 (Limites et fonctions continues)


Soient f ∶ I ⊂ R → R une fonction et (un )n∈N une suite dont tous les termes appartiennent à I. Si (un )n∈N
Résumé : les suites numériques converge vers un réel ` et si f est continue en ` alors

lim f (un ) = f (`).


n→+∞

Définition Une suite (un )n∈N est dite


. stationnaire (ou constante) à partir d’un certain rang n0 si : ∃n0 ∈ N ∶ ∀n ∈ N, n � n0 ⇒ un+1 = un .
. périodique si : ∃n0 ∈ N∗ ∶ ∀n ∈ N, un+n0 = un . Proposition 0.1 (Comparaison de suites convergentes)
. arithmétique de raison r si : ∀n ∈ N, un+1 = un + r et alors un = u0 + n × r. Soient (un )n∈N et (vn )n∈N deux suites réelles convergentes telles que
. géométrique de raison q si : ∀n ∈ N, un+1 = q × un et alors un = u0 × q n . ∃Ñ ∈ N ∶ ∀n ∈ N, n � Ñ ⇒ vn � un ,
. majorée si : ∃M ∈ R ∶ ∀n ∈ N, un � M .
alors on a
. minorée si : ∃m ∈ R ∶ ∀n ∈ N, un � m.
lim vn � lim un .
. bornée si : ∃m ∈ R, ∃M ∈ R ∶ ∀n ∈ N, m � un � M et de façon équivalente : ∃M � 0 ∶ ∀n ∈ N, �un � � M . n→+∞ n→+∞

. croissante si : ∀n ∈ N, un � un+1 .
. strictement croissante si : ∀n ∈ N, un < un+1 .
. décroissante si : ∀n ∈ N, un � un+1 .
. strictement décroissante si : ∀n ∈ N, un > un+1 . Proposition 0.2 (Suite géométrique)
. monotone (resp. strictement monotone) si elle est croissante ou décroissante (resp. strictement croissante On fixe un réel a. Soit (un )n∈N une suite de terme général un = an . Alors on a le résultat suivant :
ou décroissante). 1. Si a = 1, alors (un )n∈N converge vers 1.
. convergente s’il existe ` ∈ R tel que ∀✏ > 0, ∃N✏ ∈ N ∶ ∀n ∈ N, n � N✏ ⇒ �un − `� < ✏. 2. Si a > 1 alors (un )n∈N diverge vers +∞.
. divergente si elle n’est pas convergente. 3. Si −1 < a < 1, alors (un )n∈N converge vers 0.
4. Si a � −1 alors (un )n∈N diverge en ayant aucune limite.
. divergente vers +∞ si : ∀M > 0, ∃N ∈ N ∶ ∀n ∈ N, n � N ⇒ un > M.

. divergente vers −∞ si : ∀M > 0, ∃N ∈ N ∶ ∀n ∈ N, n � N ⇒ un < −M.

Définition Si (un )n∈N est une suite réelle, on appelle suite extraite ou sous-suite de (un )n∈N toute suite (vn )n∈N
de la forme
Proposition 0.3 (Série géométrique)
vn = u'(n) , ∀n ∈ N, n n
1 − an+1
On fixe un réel a, a ≠ 1. En notant � ak = 1 + a + a2 + .... + an , on a � ak =
où ' ∶ N → N est une application strictement croissante. (Exemple : (u2n )n∈N , (u2n+1 )n∈N , (un+3 )n∈N ...) 1−a
.
k=0 k=0

Corollaire 0.1 Si une suite (un )n∈N admet deux sous-suites (ou plus !) convergeant vers des limites dis-
tinctes alors la suite (un )n∈N ne converge pas.
Théorème 0.3 (Théorème des gendarmes)
Soient (an )n∈N , (bn )n∈N et (cn )n∈N trois suites réelles telles que

Définition (Suites adjacentes) ∀n ∈ N, an � bn � cn .


Deux suites (un )n∈N et (vn )n∈N sont dites adjacentes si
1. ∀n ∈ N, un � vn . Si (an )n∈N et (cn )n∈N convergent vers un même réel ` alors (bn )n∈N converge aussi vers `.
2. (un )n∈N est croissante.
3. (vn )n∈N est décroissante.
4. (vn − un )n∈N converge vers 0.
Corollaire 0.2 On considère (un )n∈N et (vn )n∈N deux suites réelles telles que
1. ∀n ∈ N, �un � � �vn �.
Théorème 0.1 Deux suites adjacentes convergent et ce vers une même limite.
2. lim vn = 0.
n→+∞
Alors lim un = 0.
n→+∞

1 2
Corollaire 0.3 On considère (un )n∈N et (vn )n∈N deux suites réelles telles que
1. (un )n∈N est bornée.
2. lim vn = 0.
n→+∞
Alors lim un vn = 0.
n→+∞

Proposition 0.4 Soit (un )n∈N une suite à termes non nuls et telle que lim � � = q.
un+1
n→+∞ un
Si q < 1 alors lim un = 0.
n→+∞

Définition On appelle valeur d’adhérence (ou point d’accumulation) d’une suite (un )n∈N , tout réel ` qui est
limite d’une sous suite de (un )n∈N .

Théorème 0.4 (Bolzano-Weirestrass) Toute suite réelle bornée admet une sous-suite convergente.

Définition (Suite récurrente)


Soit I un intervalle de R et f ∶ I → I une application. Toute suite définie par


u0 donné dans I
un+1 = f (un ), ∀n ∈ N,

est appelée suite récurrente.

Théorème 0.5 Soit I un intervalle de R et f ∶ I → I une application continue sur I. Si la suite récurrente
(un )n∈N définie par

u0 donné dans I
un+1 = f (un ), ∀n ∈ N,
converge vers ` ∈ I, alors ` est solution dans I de l’équation f (`) = `.

Vous aimerez peut-être aussi