Vous êtes sur la page 1sur 12

République algérienne Démocratique et populaire

Ministère de l’Enseignement supérieur


Et de la recherche scientifique

ECOLE NATIONALE POLYTECHNIQUE

DEPARTEMENT hydraulique

Travaux pratique N° 1

Thème

ETUDE DES CAPTEURS DE TEMPERATURE.

Réalisé par : HANINI Nossaiba. Elève d’ingénieur d’Etat en hydraulique


à l’ENPA (2 ème année second cycle).

Année universitaire 2020/2021.

1
Table de matières :
I-1 BUT
I-2 MATERIEL UTILISE
I-3 ETUDE D’UN THERMOCOUPLE
I-3-1 Compensation de soudure froide
a) Température de soudure froide constante à 0 °C
b) Température de soudure froide variable
I-3-2 Manipulation
I-4 ETUDE D’UNE THERMISTANCE A COEFFICIENT DE
TEMPERATURE NEGATIF (CTN)
I-4-1 Description du dispositif
I-4-2 Linéarisation

2
I-1 BUT

On propose dans cette manipulation d'étudier deux capteurs de température ; à effet


thermoélectrique (thermocouple) et à thermistance.

I-2 MATERIEL UTILISE


 01 Bain thermostaté,  01 Thermomètre infrarouge,
 01 Multimètre numérique,  03 Thermocouples,
 01 Thermomètre à mercure,  02 Thermistance (CTN).

I-3 ETUDE D’UN THERMOCOUPLE

L'étalonnage d'un thermocouple consiste à relever sa f.e.m. E en fonction de l'écart de


température entre la température de la soudure "froide" et celle de la soudure "chaude".

I-3-1 Compensation de soudure froide

La connaissance de la température de la soudure froide est indispensable pour déterminer la


température de la soudure chaude. Deux cas pratiques se présentent :

a) Température de soudure froide constante à 0 °C

Lorsque la soudure froide est à 0 °C, la mesure de la f.e.m permet de connaître directement la
température de la soudure chaude à l'aide des tables de référence.

Dans ce cas idéal, les conducteurs de la soudure froide doivent être insérés dans un milieu
thermostaté à 0 °C.

Figure I-1 

b) Température de soudure froide variable


Lorsque la température TF est différente de 0 °C pour un thermocouple A/B. On a :
T , 0° C T , TF T , 0°C
EA/B
C
= E A/B
C
+ E A/B
F

3

T , TF
EA/B
C
: f.e.m mesurée à la jonction de référence
T F , 0 °C
EA/B : f.e.m à la lire dans la table de référence

Figure V-2  Montage de compensation de la soudure froide

I-3-2 Manipulation
T , 0 °C
EA/BF
1) Mesurer la température ambiante. En déduire la f.e.m, , à partir de la table de
référence du thermocouple à étalonner.
2) Plonger la soudure chaude du thermocouple dans le bain thermostaté et faire varier
T , TF
lentement la température. Mesurer à l'aide du voltmètre la f.e.m , EA/B
C
, pour
quelques points de la température , et calculer la f.e.m .

La réponse :
1/ la température ambiante : Tf = T AMB = 17◦C
T , 0 °C
A partir de la table du thermocouple de type K ,ont lit : EA/B
F
=0.677 mv
TC , 0° C T C, T F T F, 0°C
E A/B = E A/B + E A/B

2/Le tableau Compléter :

Pt100 (°C) 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50
Thermomètre 5 10.5 16 20.5 26 29.5 34 40 45.4 49.5
(°C)
Infrarouge (°C) 4.9 17.5 19.6 24.4 27.2 30.8 35.3 41 45.4 48.7
TC , T F
EA/B 0.004 0 0 0 0 0 0 0 0 0
T , 0°C
EA/B
C 0.681 0.677 0.67 0.677 0.677 0.677 0.67 0.677 0.677 0.677
7 7

4
T , 0°C
EA/B
C 0.198 0.397 0.59 0.798 1.000 1.203 1.40 1.612 1.817 2.023
(Table) 7 7

Pt100 (°C) 55 60 65 70 75 80 85
Thermomètre (°C) 55 59 63.8 69 74 79 84
Infrarouge (°C) 51.1 57.2 61.8 65.4 67.3 71.6 74.3
T , TF
EA/B
C 0 0 0 0 0.001 0.006 0.006
T , 0°C
EA/B
C 0.677 0.677 0.677 0.677 0.678 0.683 0.683
T , 0°C
EA/B
C 2.230 2.436 2.644 2.851 3.059 3.267 3.474
(Table)

Je remarque que les valeurs données dans les tables et les valeurs calculées ne sont pas le
même.

Conclusion :
Appareil n’pas précis

I-4 ETUDE D’UNE THERMISTANCE A COEFFICIENT DE TEMPERATURE


NEGATIF (CTN)

I-4-1 Description du dispositif


La thermistance est plongée dans un bain thermostaté de température réglable, la valeur de la
résistance est mesurée en permanence à l’aide d’un ohmmètre.

Figure 3  Dispositif expérimental

5
1/on a faire varier lentement la température  du bain thermostaté sur une plage comprise
entre 20 °C et 80 °C tout en mesurant la résistance R de la thermistance
Tableau Compléter :

Pt100 (°C) 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50
Thermomètre (°C) 5 10.5 16 20.5 26 29.5 34 40 45.4 49.5
Infrarouge (°C) 4.9 17.5 19.6 24.4 27.2 30.8 35.3 41 45.4 48.7
R (kΩ) 13.11 10.1 7.88 6.35 5.01 4.13 3.2 2.64 2.17 1.81

V(m) 3.8 3.59 2.6 2.6 2.4 2.2 2.1 1.9 1.8 1.8

Pt100 (°C) 55 60 65 70 75 80 85
Thermomètre (°C) 55 59 63.8 69 74 79 84
Infrarouge (°C) 51.1 57.2 61.8 65.4 67.3 71.6 74.3
R (kΩ) 1.46 1.23 1.01 0.83 0.72 0.61 0.5
V(m) 1.6 1.58 1.4 1.4 1.4 1.7 1.3

Réponse 01 :
Je remarque pour chaque valeur de température augmente la valeur de la
résistance Thermistance diminue.
Réponse 02 :
Détermination des valeurs de R(T)

Rappel : T (K) =  (°C) + 273,15

 (°C) 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50
T(K) 278.15 283.15 288.15 293.15 298.15 303. 308. 313.15 318.15 323.15
15 15

RΩ 13.11 10.1 7.88 6.35 5.01 4.13 3.2 2.64 2.17 1.81

Pt100 (°C) 55 60 65 70 75 80 85
T(K) 328.15 333.15 338.15 343.15 348.15 353.15 358.15

RΩ 1.46 1.23 1.01 0.83 0.72 0.61 0.5

6
7
La courbe d'étalonnage R(T).

3) La loi de variation de la résistance en fonction de la température est de la forme :

R=R 0 exp β
[ ( )]1 1

T T0

R0 la résistance à la température de référence T0.

 Tracer la courbe qui vous permet de déterminer la valeur de .


 (°C) 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50
T(K) 278.15 283.15 288.15 293.15 298.15 303. 308. 313.15 318.15 323.15
15 15

RΩ 13.11 10.1 7.88 6.35 5.01 4.13 3.2 2.64 2.17 1.81

1 1 0 -6,34 -1.24 -1.83 -2.4 -2.9 -3.5 -4.01 -4.52 -5.00



T T0

Ln R 2,573 2,312 2,064 1,848 1,611 1,41 1,163 0,97


8 0,774 0,593

8
Pt100 (°C) 55 60 65 70 75 80 85
T(K) 328.15 333.15 338.15 343.15 348.15 353.15 358.15

¿)*10^-4 -5.47 -5.93 -6.37 -6.81 -7.22 -7.63 -8.03

Ln R 0,378 0,207 0,0099 -0,186 -0,328 -0,494 -0,69


RΩ 1.46 1.23 1.01 0.83 0.72 0.61 0.5

La courbe :

2.5

1.5

0.5

0
-0.0009 -0.0008 -0.0007 -0.0006 -0.0005 -0.0004 -0.0003 -0.0002 -0.0001 0
-0.5

-1

Alors le graphe est un droit linéaire s écrit sous la fourme :


7.88−6.35
Y= βx+c Alors β c’est la pente β = =-4955.81 k
−0,000124768−0,00018396
I-4-2 Linéarisation

La thermistance est introduite dans un montage selon le schéma suivant :

Figure V-4 

9
10
Prendre E = 10.8 V, R= 2 kΩ

 Pour chacune des valeurs de  précédentes, on a relevé la tension V m aux bornes de la


thermistance.
Pt100 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50
(°C)
V(m) 3.8 3.59 2.6 2.6 2.4 2.2 2.1 1.9 1.8 1.8

T(K) 278.15 283. 288. 293. 298. 303. 308. 313. 318.1 323.15
15 15 15 15 15 15 15 5

Pt100 (°C) 55 60 65 70 75 80 85
V(m) 1.6 1.58 1.4 1.4 1.4 1.7 1.3
T(K) 328.15 333.15 338.15 343.15 348.15 353.15 358.15

-Le montage est : un diviseur de tension donc expression égale


v Rctn .E
m=
R ctn + R

- Tracer la courbe Vm=f(T) en même temps que celle obtenue théoriquement

courb de l'expression théorique


10
9
8
7
6
5
vm

4
3
2
1
0
0 2 4 6 8 10 12 14
Rctn

11
vm en fonction de T(k)
400
300
200
vm

100
0
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
T(k)

La courbe théorique n’est pas linéaire, pour La courbe vm en fonction de T(k) elle est linéaire
mais pas à100%.

3) Sensibilité théorique :

Pt100 (°C) 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50
S(Ω/K) 0.839 0.624 0.47 0.366 0.279 0.222 0.16 0.133 0.106 0.085
0 7

Pt100 (°C) 55 60 65 70 75 80 85
s(Ω/K) 0.067 0.054 0.043 0.034 0.029 0.024 0.019

La sensibilité n’est pas constante ; le capteur est donc non-linéaire. Il faut corriger la valeur mesurée
(la résistance) pour un usage courant du capteur

12

Vous aimerez peut-être aussi