Vous êtes sur la page 1sur 29

Sommaire

Remerciement…………………………………………………

I. Introduction générale………………………………………
II. Description de l’entreprise…………
III. Description du système photovoltaïque………
IV. Présentation du stage………………………
1. Bref explication…………………………………………………..
2. Taches effectuées et les activités
nécessaires pour la fabrication du panneau
solaire…………………
V. Conclusion générale…………………………
Remerciement

Je remercie d’abbord mon professeur Monsieur ALOUI .

Mrs benDaoudi, Mlle Kibir , Mrs Kechar , tout d'abord pour leur
accueil au sein de leur société mais aussi pour tout ce qu'ils ont pu
m'apporter pendant ces 15 jours de stage . Leurs conseils avisés
m'ont permis d'apprendre énormément de choses et donc d'acquérir
de nouvelles connaissances et compétences.

Je remercie également l'ensemble des personnes avec qui j'ai pu


travailler. Ils ont su se rendre disponibles quand cela été nécessaire
et ont toujours pris soin de m'expliquer les choses de façon
pédagogique. 

Merci à toutes ces personnes qui ont fait de mon stage une réussite.
Introduction
générale
C’est grâce a ce stage effectuée à l’entreprise ENIE SOLAR, que j ai
eu la chance de coupler mes renseignements théoriques avec celles
de la pratique.

Cela m’a permet aussi de rentrer dans la vie active et de découvrir


plus précisément le milieu professionnel.

L’entreprise ENIE SOLAR présente la conception et le procédé de


fabrication des systèmes et panneaux solaires pour la production de
l’énergie électrique.
Ce rapport contient au premier lieu l’historique de l’entreprise et son
développement dans la production de l’énergie solaire généralement
et la fabrication des panneaux solaires précisément, ainsi qu’une
brève explication sur le système photovoltaïque, ses principes et son
fonctionnement.
En deuxième lieu, j’ai décris la conception et la fabrication du
panneau photovoltaïque dans l’entreprise ENIE SOLAR, les activités
et les taches effectuées et les machines utilisées ainsi que leur
principe de fonctionnement.

Ce rapport regroupe entre la théorie et la pratique, et à la fin on


conclue avec une conclusion générale .
Description de
l’entreprise
Entreprise nationale de l'industrie électronique :

Depuis plus de 30 ans, ENIE est une entreprise Algérienne de


fabrication d’audio et de vidéos et de composants électroniques.
L'ENIE a été créée en 1982, à la suite de la restructuration de la
Sonelec qui regroupait depuis sa création en 1978 plusieurs filiales.
En 1989, elle devient automne, et sera érigée en société par actions.
Son siège social est situé à Sidi Bel Abbès, son effectif passe de
6 000 employés en 1994 à 1 870 en 2009 à la suite de nombreux
plans de redressement et de la fermeture de plusieurs unités de
production.
Leader de l'industrie électronique en Algérie,
l'entreprise a connu une grave crise financière qui a
failli provoquer sa faillite et qui a abouti à la fermeture de plusieurs
unités de production : Ras El Ma en 2006 et Telagh en 2008.
Le gouvernement algérien a mis en place une aide financière pour
l'acquisition de nouveaux équipements de production et le lancement
de nouvelles gammes de produits, mais également la formation du
personnel.
L'entreprise produit des téléviseurs toutes gammes confondues1, des
téléphones Smartphones, des tablettes tactiles, des ordinateurs de
bureau, des panneaux solaires, des cartes mères, des circuits
imprimés et des appareils de télésurveillance

Les employeurs d’ENIE


ENIE SOLAR :

C'est une unité photovoltaïque spécialisée dans la


fabrication des panneaux solaires photovoltaïques, la
commercialisation, des activités de dimensionnement, réalisation
et maintenance des systèmes et solutions solaires, au niveau de la
zone industrielle de la wilaya de Sidi Bel-Abbés. Crée en avril 2015.

Les activités de l’ENIE SOLAR :

 Eclairage publique solaire


 Pompage solaire
 Habitation isolées
 Chauffe eau solaire
 Chariot mobile
 Installations professionnelle
(centrale solaire)
 Autre solution selon le
besoin

L’investissement global qui a été


engagé par ENIE dans ce projet a été estimé à 2 milliard de DA.
Implanté dans le site du complexe électronique, avec une main
d'œuvre de prés de 100 personnes à son démarrage, et avec une
capacité de production de panneaux qui correspondait à 25 MW/an au
départ.

Aujourd’hui, l’activité la plus importante de l’entreprise est


l’installation des panneaux solaires (mono et poly cristallins), avec
différents

 Capacité (250 W, 300 W, 200 W, 320 W, 155 W, 100 W et 20


W) pour l’éclairage publique de 5,5 m à 12 m avec orientation de
360°
 Batteries solaires (AGM/GEL), (90 Ah, 120 Ah, 100 Ah, 150
Ah, 170Ah)
 Luminaire a Led 10 W à 80 W
 Onduleurs (150W, 300W, 500W, 800 W, 1000W, 2000W) ou
convertisseur pompes solaires, chauffe-eau solaire (de 100 à
300 litres)
 Produit de téléviseurs tout les gammes
confondues et prévoit lancement de nouveaux

produits dont des panneaux solaires, des cartes mères, des


circuits imprimés

Système photovoltaïque
1. INTRODUCTION :
L’énergie photovoltaïque est la plus jeune des énergies
renouvelables, elle a l’avantage d’être non polluante, souple et
fiable. Les systèmes photovoltaïques sont utilisés depuis 40
ans. Les applications ont commencé avec le programme spatial
pour la transmission radio des satellites. Elles se sont
poursuivie ensuite avec les balises en mer et l'équipement de
sites isolés dans tous les pays du monde, en utilisant les
batteries pour stocker d'énergie électrique pendant les heures
sans soleil Effet photovoltaïque : effet par lequel l’énergie
lumineuse est directement transformée en énergie électrique
dans un semi-conducteur.
En général, une cellule photovoltaïque est une plaquette de
silicium (semi-conducteur) dopée dans sa partie supérieure au
bore (coté P) et dans sa partie inférieure au phosphore (coté
N). Au voisinage de cette jonction P-N, un champ électrique
maintient la séparation des charges électriques. Lorsqu’un
photon vient frapper la cellule, il arrache des électrons par
effet photoélectrique et crée un pair électron - trou.
L’électron a suffisamment d’énergie pour franchir la jonction
et il est collecté du côté N. Un courant électrique est créé. Un
ensemble de cellules forme des modules solaires dont la
fabrication a été multipliée par 8 sur la dernière décennie et
dont le coût a baissé de 50 % en 5 ans. Actuellement, le
rendement de ces cellules ne dépasse pas 15 %. Des
recherches sont effectuées sur d’autres
matériaux, comme le diséléniure de cuivre et
d’indium ou le tellure de cadmium.

Les cellules photovoltaïque :

1/ Historique : Découverte de l’effet photovoltaïque. En


1839, Antoine-César Becquerel constate les effets électriques
que produisent les rayons solaires dans une pile. En 1905,
Einstein découvrit que l’énergie de ces quanta de lumière est
proportionnelle à la fréquence de l'onde électromagnétique.
L'utilisation des cellules solaires débute dans les années
quarante. Le domaine spatial a besoin d'une énergie sans
combustible embarqué. La recherche
s'intensifie sur le photovoltaïque. En 1954 est
créée par les laboratoires BELL la première cellule
photovoltaïque avec un rendement de 4%. Le spatial devient le
banc d'essai de la technologie photovoltaïque. Les coûts de
fabrication élevés des cellules et leurs rendements médiocres
ne leur permettent pas encore une exploitation à grande
échelle. Il faudra attendre les années 70 pour que les
gouvernements et les industriels investissent dans la
technologie photovoltaïque.
2/Principe de fonctionnement d’une cellule :
Les matériaux semi-conducteurs : Les matériaux semi-
conducteurs sont des corps dont la résistivité est
intermédiaire entre celle des conducteurs et
celle des isolants. Les quatre électrons de
valence du silicium permettent de former quatre
liaisons covalentes avec un atome voisin. Dans ce
cas, tous les électrons sont utilisés et aucun
n’est disponible pour créer un courant électrique.

Les semi-conducteurs intrinsèques : Les électrons situés sur la


couche la plus éloignée du noyau, qui
Participent aux liaisons covalentes peuvent, sous
l’effet de l’agitation
thermique, devenir porteur de charge.
Le diagramme énergétique est constitué de deux
bandes (conduction et valence) séparé par une bande
interdite. Pour franchir cette bande l’électron doit
acquérir de l’énergie (thermique, photon, …)
Mais le nombre d’électrons libres dans un semi-
conducteur intrinsèque reste très faible. Ici le
nombre de trou et d’électron est égal.
Les semi-conducteurs extrinsèques :
Pour augmenter la conductivité des semi-
conducteurs on y introduit des impuretés.
Ce procédé est appelé dopage.

Dopage de type N :
On remplace un atome de silicium par un atome pentavalent.
Quatre d’entre eux assurent
les liaisons avec les atomes
voisins de silicium et le
cinquième resté disponible va
être excité vers la bande
deconduction très facilement par l’agitation thermique. D’où le
nombre d’électron libre qui va
fortement augmenter : dans ce cas le nombre de trou est très
inférieur au nombre d’électron libre.
On obtient ainsi un cristal dopé N (négatif).
Dopage de type p :
De la même façon on introduit des atomes
Trivalents ses trois électrons vont assurer les
liaisons covalentes avec trois atomes voisins
mais laisser un trou au quatrième.
Ce trou se déplace de proche en proche dans
le cristal pour créer un courant.
Ici le nombre de trous est très supérieur au nombre
d’électrons libres du cristal intrinsèque, on obtient
donc un cristal dopé P (positif), les impuretés utilisées sont souvent
du Bore.
La jonction PN :
Une jonction PN est l’accolement d’une région
dopé P et d’une région dopée N.
Lors de cet assemblage les porteurs de charges
libres s’attirent et se recombinent dans la zone de
jonction où les porteurs libres disparaissent : c’est la zone de
transition

Il ne reste donc plus que les ions dans cette


zone qui vont
créent un champ électrique interne au niveau
de la jonction et qui empêche les charges
libres restantes dans chaque zone de
traverser la jonction pour se recombiner.
L’effet photovoltaïque :
Lorsqu’un matériau est exposé à la lumière du soleil, les
photons constituant la lumière « attaquent » les
atomes exposés au rayonnement.
Les électrons des couches électroniques
supérieures, appelés aussi électrons de valence
ont tendance à être arracher. Dans les cellules
PV, une partie des électrons ne revient pas à son
état initial et les électrons « arrachés » créent une tension
électrique continue et faible.
Association de cellules :
Lorsque l’on associe en série des cellules leur tension s’ajoute,
lorsque l’on associe en parallèle des cellules leur courant s’ajoute. Il
faut savoir que lorsque l’une des cellules est affectée d’une gêne
(ombre..) , tout le
fonctionnement est perturbé.
La tension générée par une
cellule est limitée à la valeur
du gap de son matériau On
associe les cellules afin de pouvoir délivrer des
tensions de 12V, 24 V, 48V.
Le module photovoltaïque :

Le module est par définition un ensemble de cellules solaires


assemblées pour générer une puissance électrique exploitable lors de
son exposition à la lumière . Les connections en série de plusieurs
cellules augmentent la tension résultante pour un même courant. La
mise en parallèle accroît le courant en conservant la tension.

Constitution d'un Module photovoltaïque :


Les cellules cristallines telles quelles ne permettent pas d’utiliser
l’énergie photovoltaïque de manière efficace et pérenne. En effet, les
cellules ne développent qu’une puissance relativement faible (de
l’ordre de 3 W) et sont extrêmement fragiles et sensibles aux
éléments extérieurs.
Pour utiliser l’énergie PV à grande échelle, les cellules sont
connectées entre elles en série pour augmenter la tension et en
parallèle pour augmenter le courant. Elles sont ensuite encapsulées
entre une feuille de verre et une feuille de Tadla à l’aide d’un
polymère (éthylène vinyle acétate EVA)

schéma descriptive d’un module photovoltaïque


La

diode by-pass :
Nous avons vu qu’il est possible, par exemple sous l'effet d'un
ombrage ou de la température que toutes les cellules placées en série
n'aient pas les mêmes caractéristiques, créant ainsi des
déséquilibres.
Lors d’un assemblage de cellules
PV en série, il est nécessaire de
mettre une diode de by-pass
pour empêcher le
fonctionnement dans la zone II
(en inverse) d'une cellule ombrée
et ainsi empêcher la destruction
de celle-ci. Pour empêcher cette
destruction, la tension inverse
vue par la cellule ne doit pas
dépasser Ubo (environ 12V, aussi appelé tension d’avalanche). Pour
que cette condition soit vérifiée, une diode by-pass doit être mise en
parallèle au maximum toutes les 20 cellules [HER97] pour les
technologies silicium. Dans les faits, pour des raisons de simplicité de
réalisation, une diode de by-pass est placée en parallèle de chaque
groupe de 18
cellules constituant le module.
La fabrication du panneau photovoltaïque
Procès de fabrication du panneau solaire :

1. Lavage du verre (glass washer) :

Il est nécessaire d’inspecter le contrôle de qualité de la matière


première qui est le verre avant l’insérer dans le GLASS
WASHER ;il faut aussi vérifier la température du l’eau de lavage
qui doit atteindre 65 degré .cette étape est nécessaire pour la
vérification de la qualité(protéger le verre de
marques et des rayures).

Le Spi-Glass Washer lave le verre trempé à l’aide des brosses


rotatif en haut et en bas, et un système de pompage qui pulvérise
une solution d’eau chaude et détergente. Puis elle le fait rincer par
un liquide de rinçage, à la fin la machine sèche le verre grâce à un
ventilateur centrifuge.

Le convoyeur transport les feuilles du verre en préparant pour les


autres opérations de production, il est du caoutchouc afin de
protéger le verre de marques et des rayures.

2. La sélection des cellules : Cell sorter

Son rôle principale est de trier les cellules a base de leur puissance
et voltage.
Le Spi-Cell Sorter trie les cellules photovoltaïque
selon leur rendement électrique testé sous la
lumière solaire simulé (une lampe au xénon pulsé avec un filtre
optique fournit une correspondance étroite à la masse d’air 1,5
globale spectre solaire). A l’aide d’un logiciel convivial on peut ajuster
l’intensité de la lampe, contrôler le processus de mesure et la gestion
de cellule et acquiert des données sur le rendement cellulaire.

3. La coupure de L’EVA & Backsheet

L’EVA et le back sheet doit être coupé sur les dimensions du verre.
Le EVA Lay-up Station est un system de Rack rouleau est conçu pour
permettre à l’operateur de couper l’EVA et le BACK-SHEET aux
dimensions déterminer, à l'aide d'un couteau piloté par commande
pneumatique qui coupe avec précision.
4. Assembler (Assemblage des cellules(
L'assembler contient 3 parties le stringer, le gripper et
l’aligneur
L’assembler contient le répand InterConnect qui s’étale sur le
bus bar l’aide du FLUX qui est un produit chimique nécessaire
pour humidifier les répands pour les souder avec les cellules
déchargé sous un réglage spécifique.
L’assembler contient aussi un système de sécurité qui possède
un détecteur de mouvement.
A la fin de ce cycle l’Alligneur pose les cellules afin de
construire des chaines .
Autrement dis, il décharge les cellules à partir de piles et
aligne leurs bords, et à l’aide d’une Lampes à haute intensité
(infrarouge) qui fournissent de l'énergie
thermique rayonnante aux cellules et les
rubans. Les deux contacts de la cellule avant et arrière sont
soudés (comme une vague) en une seule étape, ce qui réduit la
contrainte thermique sur les cellules.

Le nombre de cellules par chaîne, l'espacement des cellules, la


longueur du ruban, l'emplacement stress virage, et les paramètres de
soudage sont programmables par logiciel. Chaque chaine terminée est
automatiquement placé sur le verre trempé.
5. La connexion électrique :
La soudure faite manuellement par les opératrices à l’aide de la
manual bussing station, c’est une table de boule avec des outils de
soudure, coupure et des rubans afin d’interconnectée les chaines de
cellules aux extrémités.
Une bande isolante en EVA et backsheet est placée entre les bus-bar
pour éviter le court-circuit.
1-Test du courant-tension : Dark Iv
La station d'inspection manuelle comprend une
table à billes pour positionner et déplacer facilement le module. Les
lampes fournissent un rétro éclairage pour nous aider à déterminer
les défauts visuellement, tels que les fissures ou des débris dans le
module. Ces inspections, minimisent le plus possible le laminage des
produits défectueux ou mal assemblés.

Une alimentation avec clip mène est utilisée


pour mesurer les caractéristiques I-V du
module. Ce test assure une bonne soudure
et le placement de polarité appropriée des
chaînes
2-Tester les modules par E.L
Spi-EL™ Electroluminescence Solar Module Tester
sert à identifier les microfissures et d'autres défauts invisibles
dans les modules, grâce à des cameras CCD qui capture l'image de
chaque cellule solaire avec des résolutions plus fine (image de 60
méga pixels).
Les systèmes intègrent une interface informatique conviviale pour
une utilisation facile et offrent la possibilité de connexion électrique
automatique au module.

3- Lamination (stratification)

SPI-laminateur ; cette machine interconnecte tous les composants du


module, ils seront laminés dans une chambre de traitement a une
température de 150°C, et des capacités de pression pneumatique, qui
sont commandés de façon indépendante pour fournir des conditions
de traitement optimales pour les matériaux. La
machine est équipée d’un système de verrouillage
supérieur pour prévenir les blessures de l'opérateur.

4-Ebavurage de l' EVA et Back-sheet

Manual Edge Triming station est une station d’ébavurage de l'EVA et


le back-sheet qui se prolongent au-delà de bord du verre. Une table à
billes permet un positionnement
facile du module, et un couteau
chaud permet alors à l'opérateur
d’enlever facilement les matériaux
excédentaires à partir du bord.
6-Cadrage 

Les couches laminaires sont mise sur une table

rotative (tourne à 360°), et elle se soulève pour le séchage et


descend pour presser. Le Spi- Frame Press comprend un frein à
commande pneumatique bloque la rotation, ce qui permet à l’opérateur
d'appliquer la silicone sur les bords du module sans changer de
position.

Des presses à commande hydraulique fixe le cadre d’aluminium autour


du module, afin de protéger les bords du verre contre les conditions
environnementales.

7-Installation de la boite jonction :

La station d’installation manuelle J-Box comprend une table et des


outils permettre le positionnement et la fixation de la boîte de
jonction sur la surface arrière du module, ainsi que la fixation des
bus-bar dans les onglets de la boîte de jonction.
Fixation de la boite jonction

8-Simulation :

Le Spi-Sun Simulator permet à l’operateur de tester la


performance du module, à partir d’un module de référence,
impression d’étiquette et de la fiche des caractéristiques du
module avec la courbe (I-V).
Le convoyeur est spécialement conçu pour éviter l'ombrage à travers
le plan de test qui maintient des données précises pour le courant, la
tension et la puissance maximale
machine de simulation

Conclusion :
Ce stage a été très bénéfique pour moi, les renseignements que j’ai
appris , les déférentes étapes pour fabriquer un panneau solaire, la
chance d’expérimenter le milieu professionnelle ,ont constitué un
vrai apprentissage pour moi.

Vous aimerez peut-être aussi