Vous êtes sur la page 1sur 5

IUT de Cachan  GEII Mathématiques S3'  2013

DS 1  Corrigé

Exercice 1
Déterminer les limites suivantes :

1 1 1
1. lim , 3. lim+ − ,
x→+∞ x7 x→0 x 2 x
ex 2 + sin(x)
2. lim 2013 , 4. lim .
x→+∞ x x→+∞ x
Corrigé
1
1. On a x7 −→ +∞ ; en passant à l'inverse on en déduit que lim = 0.
x→+∞ x→+∞ x7
x
e
2. Par croissance comparée, on sait que pour tout entier n, −→ +∞, en particulier pour
x
xn x→+∞
e
n = 2013, lim = +∞.
x→+∞ x2013
1 1 1 x 1−x 1 1
3. On sait que
2
− = 2− 2 = ; donc lim − = +∞.
x x x x x2 x→0+ x 2 x
4. Pour tout x,
−1 ≤ sin x ≤ 1,
donc
1 ≤ 2 + sin x ≤ 3
et pour x > 0,
1 2 + sin x 3
≤ ≤ .
x x x
1 3 2 + sin(x)
Or lim = lim = 0, donc par le théorème des gendarmes, lim = 0.
x→+∞ x x→+∞ x x→+∞ x

Exercice 2
À l'aide de développements limités, déterminer la limite suivante :

cos(x) − 1
lim .
x→0 ln(1 + x) − x
Corrigé
2 2
cos(x) − 1 1 − x2 + x2 ε(x) − 1 − x2 + x2 ε(x)
Par développement limité à l'ordre 2, = 2 = 2 , avec
ln(1 + x) − x x − x2 + x2 ε(x) − x − x2 + x2 ε(x)
−2 cos(x) − 1 1 + ε(x)
ε(x) −→ 0 ; en multipliant en haut et en bas par , on obtient = , et par
x→0 x2 ln(1 + x) − x 1 + ε(x)
cos(x) − 1
conséquent lim = 1.
x→0 ln(1 + x) − x

Exercice 3
Déterminer une primitive des fonctions suivantes, sur les intervalles indiqués :

DS 1  Corrigé page 1
IUT de Cachan  GEII Mathématiques S3'  2013

1. f (x) = 3x2 + 5x4 sur R, 1 1


3. f (x) = e x sur ]0, +∞[,
x2
1
2. f (x) = 3 cos(2x) sur R, 4. f (x) = √ − (1 + x2 )2 sur ]0, +∞[.
x

Corrigé
xn+1
1. On sait que pour tout entier n, x 7→ est une primitive de x 7→ xn sur R. Donc F (x) =
n+1
3 5
x +x est une primitive de f sur R.
2. La fonction sinus est une primitive de la fonction sinus sur R, donc une primitive de f sur R est
3
donnée par F (x) = sin(2x).
2
1
3. On reconnaît que f est de la forme f (x) = −u0 (x).v 0 (u(x)), avec u(x) = et v(x) = ex . On en
1
x
déduit que F (x) = −e est une primitive de f sur ]0, +∞[.
x

√ 1 2 2 2 4
4. On sait que x 7→ 2 x est une primitive de x 7→ √ sur ]0, +∞[. De plus, (1+x ) = 1+2x +x ,
x
2 3 1
donc x 7→ x + x + x5 est une primitive de x 7→ (1 + x2 )2 sur ]0, +∞[. Par conséquent,
3 5
√ 2 1
F (x) = 2 x − x − x3 − x5 est une primitive de f sur ]0, +∞[.
3 5

Exercice 4
Calculer les intégrales suivantes :
Z 2π
1. cos2 (x) dx,
0
Z e
2. ln(x) dx (on pourra faire une intégration par parties),
1
Z e2
1
3. dx (on pourra faire le changement de variables u = ln(x)),
e x(ln(x))3
Z +∞
1
4. dx.
2 x2 − 1
Corrigé
1. Première méthode : on linéarise le cosinus. On sait que cos2 (x) = cos(2x)
2
+1
, donc

Z 2π Z 2π    2π h x i2π
2 cos(2x) 1 sin(2x)
cos (x) dx = + dx = + = 0 + π = π.
0 0 2 2 4 0 2 0

2π 2π
Deuxième méthode : on fait une intégration par parties :
Z Z
2
cos (x)dx = u(x)v 0 (x)dx où
0 0
u(x) = cos(x) et v(x) = sin(x). Par conséquent,
Z 2π Z 2π Z 2π
2π 2π
cos2 (x) dx = [u(x)v(x)]0 − u0 (x)v(x)dx = [cos(x) sin(x))]0 − − sin(x) sin(x)dx.
0 0 0

On en déduit que

Z 2π Z 2π Z 2π Z 2π Z 2π
cos2 (x) dx = 0 + sin2 (x)dx = 1dx − cos2 (x)dx = 2π − cos2 (x)dx,
0 0 0 0 0

puis, en rassemblant les intégrales à gauche de l'égalité, que

Z 2π
2 cos2 (x) dx = 2π,
0

DS 1  Corrigé page 2
IUT de Cachan  GEII Mathématiques S3'  2013

et nalement Z 2π
cos2 (x) dx = π.
0
Z e Z e
2. On a ln(x) dx = u(x)v 0 (x)dx où u(x) = ln(x) et v(x) = x. Par intégration par parties, on
1 1
obtient :
Z e Z e Z e
e 0 e x e
ln(x) dx = [u(x)v(x)]1 − u (x)v(x)dx = [x ln(x)]1 − dx = e ln(e) − 0 − [x]1 = 1.
1 1 1 x

dx
3. Si on pose u = ln(x), alors du = et donc
x
e2 2  2
−1
Z Z
1 1 3
dx = du = = .
e x(ln(x))3 1 u3 2u2 1 8

4. On commence par vérier que l'intégrale est bien dénie : en eet, en +∞ l'intégrande est
1 1
équivalent à qui est intégrable. Décomposons en éléments simples :
x2 x2 − 1
 
1 1 1 1
= − .
x2 − 1 2 x−1 x+1
1
On recherche ensuite une primitive de sur [2, +∞[ :
x2 − 1
Z   
x−1
Z Z
1 1 1 1 1  1
dx = dx − dx = [ln(x − 1)] − [ln(x + 1)] = ln .
x2 − 1 2 x−1 x+1 2 2 x+1
Ainsi,
+∞   +∞  
x−1
Z
1 1 1 1 ln(3)
dx = ln = 0 − ln = ,
2 x2 − 1 2 x+1 2 2 3 2
 
x−1
car lim ln = 0.
x→+∞ x+1

Exercice 5 un
On dénit la suite (un )n∈N par u0 = 3 et la relation de récurrence un+1 = (1 + sin(un )).
4
1. Montrer par récurrence que pour tout entier n, un est positif.
un
2. Montrer que pour tout entier n, un+1 ≤ .
2
3
3. En déduire que pour tout entier n, 0 ≤ un ≤ .
2n
4. Montrer que lim un = 0.
n→+∞
Corrigé
1. On veut montrer par récurrence que pour tout entier P (n) :  un est n, un est positif. Posons
positif . Pour l'initialisation, c'est simple : on sait par hypothèse que u0 = 3 ≥ 0 ; donc P (0)
est vraie. Passons à l'hérédité : on suppose P (n) vraie et on veut montrer que P (n + 1) est elle
aussi vraie. L'hypothèse de récurrence nous indique que un est positif. Or 1 + sin(un ) est lui aussi
un
positif, donc un+1 = (1 + sin(un )) est positif. On vient de montrer que P (n + 1) est vraie. Par
4
récurrence, on en déduit que P (n) est vraie pour tout n, autrement dit que un est positif pour
tout entier n.

2. On sait que pour tout n, sin(un ) ≤ 1, donc 1+sin(un ) ≤ 2. Puisque un ≥ 0 (c'est la conclusion de
un un un
la question précédente), on en déduit que (1 + sin(un )) ≤ , autrement dit que un+1 ≤
4 2 2
pour tout entier n.

DS 1  Corrigé page 3
IUT de Cachan  GEII Mathématiques S3'  2013

3. L'inégalité 0 ≤ un pour tout n a été traitée à la question 1. Reste l'autre inégalité, que l'on
3
montre par récurrence. Posons P (n) :  un ≤ . Par hypothèse, u0 = 3, donc P (0) est vraie.
2n
3
Supposons P (n) vraie et montrons P (n + 1). Par hypothèse de récurrence, on a un ≤ n . On
2
un 3 1 3
applique alors la question précédente : on sait que un+1 ≤ , donc un+1 ≤ n = n+1 . On
2 2 2 2
vient de montrer P (n + 1) ; par récurrence P (n) est vraie pour tout n. Ainsi, pour tout entier n,
3
on a 0 ≤ un ≤ .
2n
3
4. On sait que lim = 0, donc par théorème des gendarmes, lim un = 0.
n→+∞ 2n n→+∞

Exercice 6
Déterminer la nature (convergente ou divergente) des séries de terme général :

1 n+1
1. un = , 3. un = ,
n n3
+ 2n + 3
 
(−1)n 1
2. un = , 4. un = tan ,
n! 3n

Corrigé
1
1. Le critère de Riemann indique que la série de terme général diverge.
n
= 1
un+1 (−1)n
2. On a −→ 0, donc par le critère de d'Alembert, la série de terme général
un n + 1 n→+∞ n!
converge.
1 1
3. On a un ∼ . Or la série de terme général converge (par le critère de Riemann), donc la
n→+∞ n2 n2
n+1
série de terme général converge. On peut aussi utiliser le critère des séries alternées :
n3 + 2n + 3
1
un = (−1)n an avec an = , en n'oubliant pas de préciser que (an )n∈N est une suite décroissante
n!
de réels positifs tendant vers 0 en +∞.
1 1 1
4. On a un ∼ . Or la série de terme général converge (sa somme vaut ), donc la
n→+∞ 3 n
 
3n 1 − 13
1
série de terme général tan converge.
3n

Exercice 7
Calculer la transformée de Laplace des fonctions suivantes :

1. f (x) = 7, 3. f (x) = x3 − 2x,



0 si x<2
2. f (x) = .
4. f (x) = sin2 (x).
1 si x≥2

Corrigé
1
1. On sait que la transformée de Laplace de la fonction de Heaviside H est ; par linéarité le
p
7
tranformée de Laplace la transformée de 7H est .
p
2. On a
+∞ +∞
e−2p
Z Z
Lf (p) = f (x)e−px dx = e−px dx = .
0 2 p

DS 1  Corrigé page 4
IUT de Cachan  GEII Mathématiques S3'  2013

n!
3. On sait que la transformée de Laplace de x 7→ xn est ; par linéarité on obtient :
pn+1
3! 2! 6 2
Lf (p) = 4
− 2 = 4 − 2.
p p p p

4. Première méthode : on linéarise et on utilise le transformée de Laplace du cosinus.


Lf (p) = L(sin2 (x))(p)
 
1 − cos(2x)
= L (p)
2
1 1
= L(1)(p) − L(cos(2x))(p)
2 2
1 1 p
= −
2p 2 p2 + 4
Deuxième méthode : on passe en complexe.
Z +∞
Lf (p) = sin2 (x)e−px dx
0
+∞ 2
eix − e−ix
Z 
= e−px dx
0 2i
+∞
e2ix 2eix e−ix e−2ix
Z  
= − + e−px dx
0 −4 −4 −4
Z +∞  2ix
1 e−2ix

e
= − + − e−px dx
0 4 2 4
Z +∞  (2i−p)x
e−px e(−2i−p)x

e
= − + − dx
0 4 2 4
+∞
e(2i−p)x e−px e(−2i−p)x

= − + −
4(2i − p) 2(−p) 4(−2i − p) 0
 
1 1 1 1
= + +
2p 4 2i − p −2i − p
1 1 −2i − p + 2i − p
= +
2p 4 (2i − p)(−2i − p)
1 1 −2p
= +
2p 4 4 + p2
1 1 p
= −
2p 2 p2 + 4

DS 1  Corrigé page 5

Vous aimerez peut-être aussi