Vous êtes sur la page 1sur 332

MIKE URBAN+

Système de collecte

Manuel d'utilisation

1
AVERTISSEMENT

COPYRIGHT Ce document fait référence à un logiciel propriétaire


protégé par un copyright. Tous les droits sont réservés.
La copie ou toute autre reproduction de ce manuel sont
interdites sans accord écrit préalable de DHI A/S (ci-
après dénommé « DHI »). Pour plus de détails, veuillez-
vous reporter à votre « DHI Software Licence
Agreement ».

RESPONSABILITÉ La responsabilité de DHI est limitée selon les termes


LIMITÉE spécifiés dans le contrat de licence de votre logiciel DHI :

En aucun cas DHI ou un de ses représentants (agents et


fournisseurs) ne peut être tenu responsable de
dommages, incluant sans limitation des dommages
spéciaux, indirects, directs ou accidentels ou des
dommages entraînant la perte de bénéfices ou
d’économies, l’interruption d’activité, la perte
d’informations ou toute autre perte pécuniaire relative au
Contrat, notamment lors d’un usage inapproprié du
Contrat ou de l’incapacité à utiliser correctement ce
produit DHI, même dans le cas où DHI a été avisé de
l’éventualité de tels dommages.

Cette limitation sera également appliquée aux


revendications concernant des dommages personnels
dans les limites permises par la loi. Certains pays ou
états n’autorisent pas l’exclusion ou la limitation de la
responsabilité pour les dommages directs, spéciaux,
indirects ou accidentels et, par conséquent, certaines
parties de ces limitations peuvent ne pas s’appliquer à
eux.

Nonobstant ce qui précède, la responsabilité totale de


DHI (que ce soit en vertu du contrat, de la garantie, de la
responsabilité délictuelle, notamment la négligence ou de
toute autre raison) sous ou relative au Contrat, ne devra
pas dépasser, dans son ensemble, le moins élevé de
10 000 EUR ou le prix payé par le titulaire de la licence
sous le Contrat pendant la période de 12 mois précédant
les évènements donnant lieu à une réclamation.

Le titulaire de la licence reconnaît que les exceptions et


limitations de responsabilité exposées dans le Contrat
reflètent une répartition des risques négociée et faisant
l’objet d’un accord entre les parties et que DHI n’aurait
pas conclu ledit accord sans l’exposition des limitations et
des exceptions de sa responsabilité. Ces limitations et
exceptions s'appliqueront nonobstant de la non
réalisation de l’objectif essentiel de tout recours limité.

TABLE DES MATIÈRES


1 Paramètres généraux ...................................................................................... 6
1.1 Modules ........................................................................................................................ 6
1.1 Description.................................................................................................................... 7
2 Configuration de la carte ................................................................................ 8
2.1 Système de coordonnées............................................................................................. 8
2.2 Arrière plan ................................................................................................................... 8
3 Modéliser un réseau hydraulique................................................................. 10
3.1 Introduction ................................................................................................................. 10
3.2 Définir un réseau MIKE 1D......................................................................................... 10
3.3 Nœuds ........................................................................................................................ 13
3.4 Conduites et canaux ................................................................................................... 25
3.5 Déversoirs .................................................................................................................. 31
3.6 Orifices ....................................................................................................................... 35
3.7 Vannes ....................................................................................................................... 40
3.8 Les avaloirs ................................................................................................................ 43
3.9 Pompes ...................................................................................................................... 48
3.10 Générique CRS et Topographie ................................................................................. 58
Cross section properties (Propriétés de profils en travers) ................................................... 62
Raw data (Données brutes) ................................................................................................... 63
Sous-onglet Cross section plot (Graphes Profils en travers) ................................................ 69
4 Modélisation hydrologique ........................................................................... 72
4.1 Bassins versants ........................................................................................................ 73
4.2 Les modèles hydrologiques........................................................................................ 78
4.3 Connexions de bassins versants.............................................................................. 110
4.4 LID (Low Impact Development) ................................................................................ 114
5 Modéliser la qualité des eaux pluviales (SWQ)......................................... 137
5.1 Introduction ............................................................................................................... 137
5.2 Modèles SWQ .......................................................................................................... 140
5.3 Données globales SWQ ........................................................................................... 141
5.4 Méthodes SWQ ........................................................................................................ 142
5.5 Conditions aux limites SWQ ..................................................................................... 150
5.6 Propriétés de conditions aux limites WQ ................................................................. 152
5.7 Étapes de travail ....................................................................................................... 156
6 Conditions aux limites ................................................................................ 158
6.1 Conditions aux limites hydrauliques ......................................................................... 159
6.2 Prop. cond. limite. WQ ............................................................................................. 165
6.3 Points d’apport.......................................................................................................... 168
6.4 Profils répétitifs ......................................................................................................... 172

3
6.5 Aperçu cond. limites ................................................................................................. 177
7 Tables ........................................................................................................... 178
7.1 Courbes et relations ................................................................................................. 178
7.2 Matériaux .................................................................................................................. 211
7.3 Perte de charge en sortie ......................................................................................... 213
7.4 Captages au sol........................................................................................................ 216
8 Contrôle temps réel ..................................................................................... 217
8.1 Les contrôles RTC dans un système de collecte ..................................................... 217
8.2 Architecture des systèmes RTC ............................................................................... 218
8.3 Le système de contrôle MU+ en conditions réelles ................................................. 220
8.4 Capteurs ................................................................................................................... 221
8.5 Paramètres RTC ...................................................................................................... 224
8.6 Paramètres PID ........................................................................................................ 238
8.7 Simulations RTC ........................................................................................................... 241
9 Statistiques longue durée (LTS)................................................................. 242
9.1 Données d'entrée ..................................................................................................... 244
9.2 Simulations LTS ....................................................................................................... 254
9.3 Fichiers de résultats ................................................................................................. 256
9.4 Définir les fichiers de statistiques et de résultats ..................................................... 257
9.5 Présentation des statistiques LTS ............................................................................ 269
10 Qualité de l’eau ............................................................................................ 279
10.1 Advection-dispersion (AD)........................................................................................ 279
10.2 Qualité de l’eau (MIKE ECO Lab) ............................................................................ 283
11 Transport sédimentaire ............................................................................... 293
11.1 Modèle ST ................................................................................................................ 293
11.2 Les formules de transport......................................................................................... 294
11.3 La résistance à l'écoulement due aux dépôts de sédiments dans les réseaux d'eaux
usées ........................................................................................................................ 295
12 Calage ........................................................................................................... 296
12.1 Stations de mesure .................................................................................................. 296
12.2 Graphes et statistiques ............................................................................................. 302
13 Paramétrage des résultats .......................................................................... 305
13.1 Fichiers de résultats ................................................................................................. 305
13.2 Synthèse du réseau ................................................................................................. 327
14 Scénarios ..................................................................................................... 330
14.1 Présentation de Scénarios ....................................................................................... 330
14.2 Présentation de MIKE URBAN+ Scenario Manager ................................................ 331
14.3 Gérer des scénarios et des alternatives ................................................................... 334
14.4 Débuter avec Scénarios ........................................................................................... 337
15 Validation de la simulation ......................................................................... 338
16 Paramétrage des simulations ..................................................................... 341
16.1 Configuration simulation ........................................................................................... 341
16.2 Fichiers Hotstart ....................................................................................................... 354
16.3 Simulation en série ................................................................................................... 355
INDEX ........................................................................................................................... 358

5
Paramètres généraux

1 Paramètres généraux
La branche Paramètres généraux comporte les onglets Modules et Description.

1.1 Modules
En ouvrant l’onglet Modules, vous pourrez avoir un aperçu des fonctionnalités de
MIKE URBAN+ Système de collecte. Cochez les fonctionnalités (modules) pour les
activer pour le modèle en cours.

Modules hydrodynamiques :

 Hydrodynamique (HD)
 Contrôle en temps réel (RTC)
 Statistiques longue durée (LTS)
 Qualité de l’eau (AD)
 Qualité de l’eau (MIKE ECO Lab)

Modules pluie-débit :

 Pluie-débit (RR)
 Ruissellement WQ (SWQ)
 Apport BV
 Apport BV WQ

Ces modules permettent de savoir quels types d’analyses pourront être menés pour
le projet en cours.

Illustration 1.1 Onglet Modules

6
Paramètres générauxM
o
d
u
1.1 lDescription
e
s Description se trouve dans la branche Paramètres généraux de
L’onglet
l’arborescence Modèle. Cet onglet vous permet d’ajouter des informations
supplémentaires concernant le projet et d’ajouter une description au modèle. Vous
pouvez vous servir de ce champ comme moyen de communication et
d’enregistrement des modifications et mises à jour tout le long du projet.

Illustration 1.2 Onglet Description

7
Configuration de la carte

2 Configuration de la carte
Dans l’arborescence Modèle, la branche Configuration de la carte répertorie les
données du projet dans un système de coordonnées exploité par MIKE URBAN+ et
vous propose de nombreuses options de personnalisation de l’arrière-plan.

2.1 Système de coordonnées


L’onglet Système de coordonnées (Illustration 2.1) affiche le système de projection
utilisée pour le projet en cours.

Illustration 2.1 L’onglet Système de coordonnées, affichant les informations du système de


projection du projet

Le système de projection affiché correspond à la projection établie dans la fenêtre


Nouv. config. module, lors de la création du projet (Illustration 2.2).

La modification d’un système de projection d’un projet déjà existant n’est pour le
moment pas possible avec MIKE URBAN+.

Illustration 2.2 Paramètres du système de projection d’un nouveau projet MU+ depuis la fenêtre
Nouv. config. module.

2.2 Arrière plan


Pour mieux visualiser le projet, l’onglet Arrière plan permet à l’utilisateur de
sélectionner une image de fond qui sera affichée sur la Carte de MIKE URBAN+
(Illustration 2.3).

8
Arrière plan

Activez l’arrière-plan en cochant l’option Visible.

Illustration 2.3 Onglet Arrière plan

La carte d’arrière-plan comporte plusieurs options disponibles :

 Aucun
 Open Street Map (Ouvrir le Street Map)
 Google Map. Sélectionnez le type fond Google pour que celui-ci
s’affiche (par exemple en Street Map, image Satellite, Terrain ou
Hybride)
 Fichier shape Pays/Littoral Importer des polygones qui démarquent la
position de ligne de côte ou de frontières. Cochez l’option Palette
couleur pour attribuer des couleurs de distinction aux éléments.

Une connexion Internet est requise pour sélectionner les options Open street Map et
Google Map (Illustration 2.4).

Illustration 2.4 Exemple d’une carte de fond Google Map sur la Carte de MU+

9
Conduites et canaux

3 Modéliser un réseau hydraulique


3.1 Introduction
MIKE 1D est un moteur de calcul de simulation hydrodynamique des écoulements et
des niveaux d’eau dans un système de collecte d’eaux pluviales et d’eaux usées. Il
fournit donc des données précises sur le fonctionnement du système selon diverses
conditions aux limites. En plus de simulations hydrodynamiques, vous pouvez
également paramétrer des simulations de pollution, de transport sédimentaire ou de
qualité de l’eau. Les fonctionnalités de contrôle en temps réel permettent d’améliorer
les performances du modèle. Les simulations peuvent être menées sur le court-terme
pour des évènements ponctuels ou sur le long-terme pour des périodes
particulièrement longues.

Ce chapitre constitue un guide détaillé permettant de préparer un modèle


hydrodynamique MIKE 1D de base. Ce manuel comporte des chapitres spécifiques au
contrôle en temps réel, aux simulations longues durées et à la qualité de l’eau pour
plus d’informations sur ces modules.
Pour réaliser une simulation hydrodynamique sous MIKE 1D, il est essentiel de
comprendre la façon dont les réseaux sont modélisés. Cela étant, il n’est pas
nécessaire de connaître la méthode de calcul utilisée par le logiciel.

Le processus de modélisation s’effectue en quatre étapes distinctes :

 Définir les données du réseau


 Définir les conditions aux limites
 Paramétrer les calculs et exécuter la simulation
 Analyser les résultats

De plus, la réussite de la modélisation dépend du calage du modèle et de sa


validation. En effet, il faut s'assurer que les débits calculés reproduisent le plus
fidèlement possible les débits observés en réseau. Ces étapes relèvent de l’ingénierie
et sont primordiales dans la préparation d’un modèle.

3.2 Définir un réseau MIKE 1D


Dans MIKE URBAN+, un réseau MIKE 1D peut être défini selon les méthodes
suivantes :

 Importer un projet MIKE URBAN+ CS déjà existant


 Importer un projet de sauvegarde MIKE URBAN+ classique au format
*.mdb
 Importer des données externes (depuis un SIG, par exemple) dans le
réseau MIKE URBAN+ CS
 Entrer manuellement les données numériques et graphiques d’un projet
dans MIKE URBAN+

La dernière méthode est souvent utilisée après avoir suivi une des méthodes
précédentes afin d’homogénéiser au maximum le modèle MIKE URBAN+.

Les paragraphes suivants fournissent des renseignements complets sur le modèle de


10
Conduites et canaux

données réseau MIKE 1D et sur les onglets d’édition associés.

Un modèle est constitué des éléments hydrauliques suivants :

 Les nœuds et les structures


 Les conduites et les canaux
 Les pompes
 Les déversoirs
 Les orifices
 Les vannes
 Les avaloirs

3.2.1 Modéliser des éléments de réseaux


Lors de la préparation d’un modèle, il est toujours utile de connaître les rudiments de
la méthode de calcul d’écoulement utilisée. Bien que ce chapitre fournisse quelques
informations sur le sujet, il est recommandé de consulter le manuel de référence
MIKE 1D (disponible en anglais) pour plus de détails.

La grille de calculs utilisée pour les conduites et les canaux est établie selon une
séquence alternant les points h et Q. Dans ces points de calcul, le débit Q et le niveau
d’eau h sont calculés à chaque pas de temps. On attribue toujours des points de calcul
h aux extrémités des liens (conduites et canaux) connectées aux nœuds du réseau.
Cela signifie que les liens se voient toujours attribués un nombre impair de points de
calcul avec au minimum trois points (h-Q-h).

Illustration 3.1 Grille de calcul

Lorsque le niveau d’eau H est calculé, seul un point de calcul est attribué à chaque
nœud. Les nœuds représentent, en général, les regards du système de collecte. Ils
peuvent cependant indiquer la présence de bassins ou de réservoirs de volume
important. Cela étant, seul un point de calcul de niveau d'eau peut être attribué à un
nœud. Le logiciel suit l’évolution des volumes d’eaux stockés dans un nœud en se
basant sur les niveaux d’eaux calculés et sur la géométrie définie pour ledit nœud.

Il est important de préciser que les nœuds permettent uniquement de calculer les
niveaux d’eau. Prenons l’exemple simple d’un nœud disposant d’une conduite d’entrée
et d’une conduite de sortie. Le calcul de débit dans le nœud parait relativement simple.
Imaginons désormais une situation plus complexe où plus de deux conduites sont
connectées à un nœud avec un débit entrant externe. Dans cette situation pourtant
fréquente, le calcul du débit dans le nœud est impossible.

11
Conduites et canaux

Illustration 3.2 Eau circulant dans un nœud

Dans les nœuds, le niveau d’eau est calculé selon le niveau d’eau au pas de temps
précédent et l’apport en eau des conduites et sources externes, comme des bassins
versants, connectés au nœud lors du présent pas de temps. Lorsqu’une grille de calcul
est paramétrée pour un réseau fait de liens et de nœuds, elle peut être représentée
comme suit dans l’illustration 3.3.

Illustration 3.3 Grille de calcul d’un réseau défini

MIKE 1D est capable de prendre en charge de nombreux « dispositifs » associées aux


regards, aux bassins, aux puisards et à tout autre élément du système de collecte.
Cinq types de dispositif sont utilisés dans MIKE URBAN+ : les pompes, les déversoirs,
les orifices, les vannes et les avaloirs d’eau pluviale. De manière générale, ces
éléments sont placés dans le modèle aux positions géographiques réelles des
regards, des bassins ou de tous autres ouvrages du réseau. Un débit calculé est
également attribué à tous les éléments du modèle, selon le type d’installation : débit de
pompes, débit de déversoirs, débit dans les orifices et débit dans les vannes.

Il est important de noter un paradoxe entre le fait de calculer une valeur de débit pour
chacun de ces éléments et le fait que le calcul effectué dans les nœuds permet
uniquement de connaître le niveau d’eau.

12
Conduites et canaux

C’est pourquoi les pompes, les déversoirs, les orifices, les vannes et les avaloirs sont
considérés comme liens pour le calcul, et ne sont pas des éléments placés dans les
nœuds. Tous ces éléments sont en fait des liens établissant une connexion entre deux
nœuds.

MIKE URBAN+ fonctionne avec cinq éléments connectés aux différents types de
nœuds (regards, bassins, etc.) dans la préparation du modèle : les pompes, les
déversoirs, les vannes, les orifices et les avaloirs d’eau pluviale. Vous retrouvez ce
concept d’éléments connectés aux nœuds dans les onglets d’édition permettant de
paramétrer chaque élément. Chaque onglet comporte un champ nommé « Nœud
amont » pour tous les éléments. L’ID d’un nœud doit être entré dans ce champ. Tous
les éléments comportent également un champ « Nœud aval ». L’ID d’un nœud doit
également y être entré.

D’un point de vue du calcul, ces cinq éléments sont en fait considérés comme des
connexions entre deux nœuds. Ce système est similaire à la façon dont les conduites
sont définies pour évaluer les échanges de débits entre les nœuds. Dans les onglets,
vous trouverez les champs « Nœud amont » et « Nœud aval » correspondants à ce
concept de connexion des nœuds entre eux.

3.3 Nœuds
Cet onglet permet de définir les éléments du modèle représentant les regards, les
exutoires et les bassins dans un système de collecte.

L'onglet classe les données d'entrée dans différents groupes (ou sections) :

 ID et position : informations générales et position géographique de l’élément


 Géométrie : type de nœud, diamètre, cote TN, géométrie et courbes de
volume des bassins
 Tampon : type de tampon des nœuds de type Regard
 Régulation débit : débit entrant max, relation QH
 Perte de charge : informations sur la méthode et les coefficients de calcul
de perte de charge
 Nœuds sous pression : utilisé pour modéliser les regards les plus hauts des
branches pressurisées
 Puisard : paramètres de l'élément Puisard
 Description : description et divers attributs

13
Conduites et canaux

Illustration 3.4 Onglet Nœuds

MIKE 1D fait la distinction entre cinq types de nœuds : les regards, les bassins, les
exutoires, les nœuds standards et les puisards. L’onglet Nœuds est utilisé pour les
cinq types de nœuds, mais les champs proposés dépendent du type de nœud
sélectionné.

Par défaut, les regards et les bassins sont définis comme ouverts au niveau de
l’embouchure supérieure (Type de Tampon défini sur « Normal »). Cela signifie que
lorsque le niveau d’eau à l’intérieur du nœud atteint le niveau du sol, de l’eau se
déverse sur la surface. Dans ce cas, MIKE 1D ajoute automatiquement un bassin
artificiel en haut du nœud, d’une surface 1000 fois plus importante que la surface du
nœud. Le surplus d’eau est alors stocké dans le bassin afin d’être reversé dans le
système de collecte.

Vous pouvez aussi sélectionner l’option Tampon non standard, qui permet d’affiner
la définition du tampon en choisissant un type de nœud scellé/déversant (Type de
tampon défini sur « Scellé), en attribuant un couvercle fixe au nœud (au niveau du
sol). De cette manière, l’eau ne pas déborder, même lorsque la pression augmente à
l’intérieur du nœud.

Un nœud peut également être défini en tant que « Déversant » (Type de Tampon
« Déversant »). Un nœud déversant laisse l’eau s’échapper du modèle de manière
permanente lorsqu’elle atteint et dépasse le niveau du sol défini pour le nœud (champ
optionnel « Pression tampon »). Le coefficient de déversement est calculé de manière
approximative en tant que débordement en surface libre au-dessus de la crête à un
niveau donné et selon une longueur de crête « conceptuelle ». Pour plus
d’informations, consultez le manuel de référence MIKE 1D.

Dans la section inférieure de l’onglet, un tableau récapitule toutes les données entrées
et indique les données manquantes.
14
Conduites et canaux

3.3.1 Section Identification


Chaque nœud possède des coordonnées X et Y qui leur sont propres. Ces
coordonnées peuvent être indiquées dans n’importe quel système de coordonnées.

Les boutons <Insérer> et <Supprimer> permettent d’ajouter ou de retirer un élément


du réseau directement depuis l’onglet.

Tableau 3.1 Données à renseigner dans la section Identification (Table msm_Node).

Champ Description Utilisé ou Nom du champ


d'édition requis dans la base de
pour la données
simulation
ID GPR Référence à un ID utilisé dans la base Non AssetName
de données externe

Source Référence à la base de données Non DataSource


données externe (ID tableau) d’où proviennent
les informations
ID Nœud Identifiant du nœud. Jusqu’à 40 Oui MUID
caractères (lettres, nombres, espaces
et underscore)

Modèle Associe le nœud sélectionné à un Non SubModelNo


sous-modèle spécifique

Description Description du nœud ajoutée par Non Description


l'utilisateur

Etat État des données du fichier, permet Non Element_S


de suivre l’évolution de la source
d’informations

Type de réseau Associe le nœud à un certain type de Non NetTypeNo


réseau. Utilisé quand deux ou
plusieurs réseaux différents sont
inclus dans le même projet
Coordonnée X Coordonnée X du nœud Oui Shape_X

Coordonnée Y Coordonnée Y du nœud Oui Shape_Y

Liens Nombre de liens connectés au - -


nœud. Valeur non-éditable

15
Conduites et canaux

3.3.2 Données MIKE 1D

Tableau 3.2 Données à renseigner dans un modèle MIKE 1 D (Table msm_Node).

Champ d'édition Description Utilisé ou Nom du champ


requis pour dans la base de
la données
simulation
Niveau critique Niveau critique défini par Oui CriticalLevel
l’utilisateur. Utilisé dans la
présentation de résultats et dans
l’onglet Conduites et canaux.
Utiliser débit maximal Active la fonction de limitation de Oui InletCon-
[Case à cocher] débit entrant trolNo

Débit entrant max Valeur du débit maximal pouvant Oui MaxInlet


entrer dans un nœud par
ruissellement
Utiliser Relation QH Liste déroulante des méthodes de Oui QHTypeNo
[Case à cocher] calcul des conditions
hydrauliques des avaloirs, des
regards ou des bassins. Si
activée, le calcul se base sur la
relation QH ; si désactivée, le
calcul se base sur le niveau d’eau
(voir note après ce tableau)
Chaîne de caractères Référence à un tableau de relation Oui OutletQHID
QH
Utiliser des tampons Active l'utilisation de tampons non Oui Cover- TypeNo
non standard standards
[Case à cocher]

Type Sélectionnez le type : Oui Cover- TypeNo


1. Normal
2. Scellé
3. Déversant

Pression tampon La pression tampon est active Oui BufferPressure


uniquement lorsque le type de
nœud =
déversant. Définit la pression au-
dessus du niveau du sol causant
un déversement depuis le regard.
Coefficient de Le coefficient de déversement est Oui SpillCoeff
déversement actif uniquement lorsque le type de
nœud = déversant. Régule la
capacité de déversement

16
Conduites et canaux

Tableau 3.2 Données à renseigner dans un modèle MIKE 1 D (Table msm_Node) (suite 1)

Champ d'édition Description Utilisé ou Nom du


requis champ dans la
pour la base de
simulation données
Types de nœuds MIKE 1D :
Type de nœud Oui TypeNo
1. Regard : nœud avec puits et
chambre de stockage
2. Bassin : nœud avec une
géométrie plus complexe
3. Exutoire : nœud où l’eau est
évacuée du système (pas de
stockage)
Puisard : nœud avec une géométrie
aussi complexe que les bassins, mais
ayant des fonctionnalités d’infiltration
et de porosité interne
Diamètre Diamètre du regard : champ désactivé Oui Diamètre
pour les autres types de nœud
Cote TN Niveau du sol défini pour le nœud Oui GroundLevel
Cote radier Profondeur du regard Oui InvertLevel
ID Référence à une configuration de Oui LossParID
perte de charge prédéfinie
Méthode Méthode utilisée par la configuration - -
de perte de charge prédéfinie
Paramètres locaux
Active/désactive l’utilisation de Oui LossParNo
[Case à cocher] données locales de perte de charge

Coeff. Coefficient de perte de charge défini Oui LossTypeNo


localement Km = « surface du
coefficient », Contraction HCL =
coefficient de perte de charge de
contraction de l’exutoire (Selon la
vitesse de charge), Coeff.
total = coefficient total de perte de
charge de l’exutoire (selon la vitesse
de charge)
[Champ à côté du Valeur locale du coefficient de perte Oui LossCoeff
champ de
coefficient]
Liste déroulante permettant de choisir
Sect. réelle d’écoul. Oui EffAreaNo
la méthode de calcul de la section
mouillée.
1. Aire totale nœud
2. Surf. réelle calculée
Surf. réelle calc. réduite

17
Conduites et canaux

Tableau 3.2 Données à renseigner dans un modèle MIKE 1 D (Table msm_Node) (suite 2)

Champ d'édition Description Utilisé ou Nom du


requis champ dans la
pour la base de
simulation données
Géométrie Référence à une courbe d’évolution de Oui GeometryID
bassin surface de la géométrie du bassin. La
valeur de départ de la colonne H de la
courbe de géométrie de bassin peut
être définie par n’importe quel nombre.
Par exemple, 0.0 pour l’interprétation
de H en tant que profondeur du
bassin. Le moteur de calcul MIKE 1D
associe toujours la première valeur à
la profondeur maximale du nœud.
Nœud sous Définition du rôle du nœud dans la Oui PMTypeNo
pression conduite sous pression au point aval
de connexion entre la conduite et le
réseau. Les regards et les bassins
peuvent être définis en tant que nœud
de pression. Consultez le manuel de
référence de MIKE 1D pour plus
d’informations.
Niveau de Le niveau d’eau (élévation absolue) Oui PMLevel
pression dans le « nœud de réception ». Utilisé
en tant que limite inférieure pour les
parties du réseau toujours en charge.
Consultez le manuel de référence de
MIKE 1D pour plus d’informations sur
les conduites de pression.
Porosité Porosité du fluide de remplissage Oui Porosité du
remplissage remblai

Kfs, fond Conductivité du sol Oui Kfs, fond

[Case à cocher] Active la fonction de conductivité Kfs, Oui


radier.

Méthode Node.Infiltration.No Oui Méthode


d'infiltration d'infiltration

Taux Définit le taux d’infiltration Oui Node.InfConst


d’infiltration antValue

Niveau d'eau Niveau d’eau initial dans le puisard Oui Waterlevel


initial

18
Conduites et canaux

3.3.3 Relations Q-H aux nœuds


Définir une relation Q-H pour un exutoire permet de contrôler le débit de celui-ci. Dans
la relation Q-H, la valeur de débit (Q) doit être positive si elle représente une entrée
d’eau dans le réseau par le nœud et négative si elle représente une perte d’eau du
réseau par le nœud.

3.3.4 Perte de charge des exutoires


Si vous souhaitez modifier les paramètres de perte de charge auxquels vous faites
référence, rendez-vous dans Arborescence Modèle > Perte de charge sortie.
L’onglet correspondant est représenté sur l’Illustration 3.5.

Illustration 3.5 Onglet Pertes de charge sortie

3.3.5 Concept d’un puisard dans le modèle


Sur MIKE URBAN+, vous pouvez modéliser les solutions hydrauliques écologiques et
durables les plus détaillées à l’aide d’un type de nœud particulier : les puisards.
Comme tous les autres types de nœuds, les puisards peuvent être connectés au reste
du réseau pour effectuer des études hydrauliques poussées. Dans l’interface
MIKE URBAN+, les puisards représentent un type générique de solution LID et
proposent un certain nombre de régulations WSUD. Les puisards peuvent être définis
graphiquement et une couche cible de la Carte leur est réservée.

19
Conduites et canaux

Illustration 3.6 Schéma explicatif d’un puisard

L’illustration 3.6 représente le schéma d’un puisard (cellule de biorétention).


L’eau de pluie s’accumule à la surface avant de s’infiltrer dans les puisards situés au
niveau de la couche végétale supérieure. L’eau s’infiltre ensuite verticalement à
travers les puisards avant d’être évacuée par les côtés et par la couche inférieure des
puisards.

Dans certains cas, les puisards ne sont connectés à aucun système de récupération et
les eaux de pluie recueillies par le puisard s’infiltrent intégralement jusqu’à la couche
inférieure. Lors de pluies torrentielles, ces installations atteignent rapidement une
limite d’infiltration et de stockage, et le surplus d’eau reste donc en suspend à la
surface.

Dans d’autres cas, les puisards sont effectivement connectés à un système de


récupération, permettant de contrôler le débit grâce à des conduites de vidange (voir
3.6).Lors de pluies torrentielles, ces installations finissent aussi par atteindre leur limite
de stockage et de vidange, et le surplus d’eau reste également en suspend à la
surface.

Illustration 3.7 Le concept de puisard dans MIKE URBAN+

Dans MIKE URBAN+, un puisard est représenté par un nœud (un point sur la carte),
comme indiqué sur l’illustration 3.7.
20
Conduites et canaux

Les puisards étant définis en tant que nœud, de nombreuses possibilités de


configuration sont à votre disposition en termes de :

 Conduite(s) d’entrée + Régulation du débit


 Conduite(s) de sortie + Régulation du débit
 Déversoir(s) ou orifice(s)

Vous pouvez configurer les connexions aux systèmes de récupération déjà existants
pour s’adapter aux nombreux types de puisards possibles. Les nœuds de type Puisard
peuvent par exemple être couplés en séries pour permettre la modélisation de fosses
d’infiltration.

Les puisards peuvent être définis directement sur la Carte et/ou importés depuis un
fichier SIG. De cette manière, les puisards déjà existants peuvent être illustrés sur la
Carte dans MIKE URBAN+.

Attributs d’un nœud Puisard :

 N° Type nœud = 5 (Puisard)


 Cote radier
 Cote TN
 Géométrie : géométrie de bassin

Le débit entrant dans un puisard peut être défini de différentes façons :

 Débit direct (constant, séries temporelles)


 Débit entrant Eaux pluviales (Modèle eaux pluviales A, B, C, Unité
hydrogramme).
 Diverses options de taux d’infiltration
– Aucune infiltration
– Qinf : constante ou en tant que série temporelle avec un système de
condition aux limites
– Qinf, par le côté : fonction de section mouillée Calcul effectué par
MIKE 1D selon la géométrie de bassin choisie
– Qinf, par en-dessous : fonction zone inférieure
 Conductivité hydraulique saturée [m/s]

 Porosité du fluide dans le puisard

Dans MIKE URBAN+, les puisards sont modélisés de la même façon que les bassins
ordinaires. Le logiciel calcule le niveau d’eau des puisards en se basant sur le débit
entrant (eaux pluviales), sur le débit sortant (conduites, déversoirs, orifices vers le
système de récupération) et sur le taux d’infiltration. Mais contrairement aux bassins
ordinaires, les puisards gèrent un fluide de remplissage poreux. Cette porosité est
prise en compte dans le calcul du niveau de l’eau, utilisé par MIKE 1D et lorsque la
géométrie de bassin est définie en tant que géométrie de bassin classique.

Vous pouvez modéliser les conduites de débordement, les déversoirs et les orifices
dans MIKE URBAN+. Assurez-vous que le niveau d'élévation des conduites, des
21
Conduites et canaux

déversoirs et des orifices soit défini correctement et qu’il n’est pas égal à la valeur du
fond du bassin, ce qui est uniquement le cas lorsqu’un radier est défini. Si une
conduite est placée au fond, assurez-vous qu’elle subisse une régulation de débit.
Dans MIKE URBAN+, les conduites de débit entrant ne sont, en général, pas
modélisées. À la place, le bassin versant qui génère le ruissellement vers le puisard
(section de route, toit, etc.) est directement connecté au bassin par une installation de
connexion de bassins versants.

Une nouvelle couche cible a été générée pour illustrer la façon dont sont représentés
les puisards sur la Carte. Cette couche peut être utilisée pour définir des puisards et
leurs connexions aux systèmes de récupération déjà existants directement depuis la
carte.

Illustration 3.8 Puisards sur la couche cible appropriée

Dans le sous-onglet Géométrie de l’onglet Nœuds, la liste déroulante Type nœud


doit être définie sur « Nœud ». D’autres attributs peuvent être configurés :

 Cote TN
 Cote radier
 Géométrie bassin

La géométrie d’un puisard est la même qu’un bassin ordinaire.

Puisards
Le sous-onglet Puisard permet de définir le type d’infiltration, la porosité et le niveau
initial de l’eau.

22
Conduites et canaux

Différents types d’infiltration sont disponibles :

 Pas d’infiltration
 Infiltration constante
 Infiltration

Illustration 3.9 Onglet Nœuds

L’option « Pas d’infiltration » doit être sélectionnée lorsqu’aucune évacuation n’est


possible depuis le puisard. Le niveau initial de l’eau peut être défini dans ce sous-
onglet.

L’option « Infiltration constante » permet de définir un taux d’infiltration constant pour le


puisard. La donnée attendue dans ce champ est le taux d’infiltration, la porosité du
fluide de remplissage et le niveau d’eau initial.

L’option « Infiltration » autorise le taux d'infiltration à varier en fonction du niveau d’eau


dans le puisard. Un schéma explicatif du puisard est donné dans l’illustration 3.10 et
l’équation 1 décrit le bilan hydrologique du modèle. Les équations 2 et 3 expliquent le
calcul du taux d’infiltration. Vous trouverez ci-dessous une liste de tous les paramètres
et variables accompagnés d’une explication pour chacun d’entre eux, notamment sur
la façon dont ils sont exploités par MIKE 1D.

Illustration 3.10 Schéma d’un puisard dans le modèle


23
Conduites et canaux

L’option « Infiltration » se base sur le calcul de taux d’infiltration effectué par les
équations 3.1 et 3.2.

où  représente la porosité dans le puisard et h le niveau d'eau calculé.

Dans MIKE 1D, le taux d’infiltration calculé en utilisant l’équation (3.2) est redéfinie à
l’équation (3.3) pour utiliser la géométrie du bassin de MIKE URBAN+, mais aussi pour
être compatible avec une conductivité hydraulique différente par le côté et par en-
dessous.

où Kfs, bottom est la conductivité hydraulique saturée sur la couche inférieure, Kfs, side est
la conductivité hydraulique saturée sur le côté, As est la zone de surface et Ac est la
section d'écoulement surface de la section.

L’infiltration par en-dessous peut être désactivée en la marquant d’un signet. De plus,
l’infiltration par-en dessous et par les côtés peut être désactivée dans les deux cas en
définissant la conductivité de saturation hydraulique à 0.

La porosité du fluide de remplissage est utilisée pour calculer le niveau d'eau dans le
puisard. Le niveau initial de l’eau est ensuite exploité pour déterminer le niveau d'eau
initial du puisard. Les valeurs de conductivité hydraulique, Kfs, pour différentes classes
de sol fournies dans le Tableau 3.3 La conductivité hydraulique varie de manière
significative d’un sol à l’autre. C’est pourquoi il est important de mesurer la conductivité
hydraulique de chaque site.

Tableau 3.3 Conductivité hydraulique selon différentes classes de sols

Classification des sols Conductivité hydraulique saturée


[m/s]
Graviers 0,001 à 0,1
Sable 10-5 à 10-2
Limon 10-9 à 10-5
Argile Inférieur à 10-9 à 10-2
« Moræneler » 10-10 à 10-6

24
Conduites et canaux

3.4 Conduites et canaux

Illustration 3.11 Onglet Conduites et canaux

Une conduite est un lien entre deux nœuds. Dans le modèle, un lien est représenté
par une ligne droite ou une polyligne reliant deux nœuds. Par défaut, les liens
connectent les nœuds adjacents les uns aux autres dans le niveau inférieur du
modèle.

Les conduites soumises à une pression permanente sont définies en cochant la case
« Conduite sous pression » dans le sous-onglet Sous pression. Consultez le manuel
de référence MIKE 1D (Pipe flow) pour plus d’informations sur les branches sous
pression.

Dans le cas d'une chute, les cotes radier amont et aval de la conduite (elles doivent
être dans tous les cas supérieures aux cotes radier des nœuds) doivent être définies
dans les champs Cote amont et Cote aval.

Le choix des nœuds aval et amont ne seront pas pris en compte dans le calcul. Notez
tout de même que qu’un débit positif est défini par l’écoulement d’un nœud aval à un
nœud amont. Il est donc recommandé de définir les nœuds amont et aval dans la
même direction que les écoulements les plus importants.

La liste déroulante Type lien permet d’attribuer une forme au lien. Les liens peuvent
être de forme standard (Circulaire, Rectangulaire, Ovoïde, Forme d’œuf), avoir la
forme de profil en travers ouvert/fermé (CRS) ou de Canal Naturel. Les CRS et canaux
naturels sont définis dans les onglets CRS générique et Topographie.
Les conduites standards sont définies par leur diamètre (ou par la hauteur et la largeur
des profils en travers dans le cas des conduites non-circulaires). La géométrie des
CRS est définie, comme indiqué précédemment, dans l’onglet CRS. Dans
l’onglet Conduites et canaux, seule la référence de l’ID CRS peut être définie.

La topographie peut être importée directement depuis un fichier de profil en travers


25
Conduites et canaux

(.xns). Ce type de fichier permet de stocker des données de mesures de différentes


campagnes (de diverses années, ou avant et après la construction d’ouvrage dans le
canal, etc.).

Un type de matériau doit être attribué aux liens. C’est le matériau sélectionné qui
détermine le coefficient de frottement qui sera utilisé : Manning, Colebrook-White ou
Hazen-Williams. Vous pouvez choisir d’utiliser les valeurs de rugosité de matériaux
spécifiques par défaut ou de définir vous-mêmes des valeurs locales.

Les types de liens et les coefficients de rugosité peuvent être édités dans
Arborescence Modèle > Tables > Matériaux.

Illustration 3.12 Onglet Matériaux

Dans MIKE URBAN+, la longueur d’un lien est calculée en fonction de la forme de la
ligne qui représente le lien. La longueur d’un lien est affichée dans le champ Longueur
du sous-onglet Géométrie. Ce champ est mis à jour automatiquement lorsque les
références géométriques sont modifiées. Une longueur définie par l’utilisateur écrase
celle calculée par le logiciel lors d’une simulation.

26
Conduites et canaux

3.4.1 Section Identification

Tableau 3.4 Données à renseigner dans la section Identification (Table msm_Link).

Champ Description Utilisé ou Nom du


d'édition requis pour champ dans
la simulation la base de
données
ID GPR Référence à un ID utilisé dans la Non AssetName
base de données externe

Source Référence à la base de données Non DataSource


données externe (ID tableau) d’où proviennent
les informations

ID lien Nom unique du lien. Jusqu’à 40 Oui MUID


caractères (lettres, nombres, espaces
et underscore)

Etat État des données du fichier, permet Non Element_S


de suivre l’évolution de la source
d’information

Description Description du lien ajoutée par Non Description


l'utilisateur

Type de Associe un lien avec un certain type Non NetTypeNo


réseau de réseau. Utilisé quand deux ou
plusieurs réseaux différents sont
inclus dans le même projet
Nœud d’origine Nœud amont Oui MUID

Nœud Nœud aval Oui MUID


d’arrivée

Conduite sous Définit un lien en tant que Conduite Non PMApprNo


pression sous pression. Un lien connecté à un
regard ou à un bassin peut
uniquement être considéré en tant
que Conduite sous pression si le
regard/bassin a été déclaré en tant
que Nœud sous pression. Consultez
le manuel de référence MIKE 1D
(Pipe flow) pour plus d’informations
sur les conduites sous pression.
Taux du Coefficient de conversion de la Non SlotNo
schéma conduite sous pression
Preissman
défini par
l’utilisateur.

27
Conduites et canaux

3.4.2 Propriétés géométriques

Tableau 3.5 Géométrie (Table msm_link)

Champ d’édition Description Utilisé ou requis Nom du


pour la champ dans
simulation la base de
données
Forme Forme de la conduite Oui TypeNo
Diamètre Taille nominale de la Oui, si Forme Diamètre
conduite (diamètre pour une = Circulaire,
conduite circulaire, hauteur Forme œuf ou
pour conduite en forme Ovoïde
d’œuf, largeur pour une
conduite ovoïdale)
Largeur Largeur pour forme Oui, si Forme Largeur
rectangulaire = rectangulaire

Hauteur Hauteur pour forme Oui, si Forme= Hauteur


rectangulaire Rectangulaire

Profil en travers ID du profil en travers Oui, si Forme CrsID


= CRS
Topographie ID de la topographie Oui, si Forme TopographyI
= Canal naturel D

dx max Distance maximale entre les Oui, si Forme Maxdx


points du maillage = Canal naturel

Longueur Longueur du lien Oui Longueur


Cote amont Radier amont d’un lien Oui UpLevel

Cote aval Radier aval d’un lien Oui DwLevel

28
Conduites et canaux

3.4.3 Pertes de charge par frottement


3.4.4 Régulation débit

Tableau 3.6 Pertes de charge par frottement (Tables msm_Link)

Champ Description Utilisé ou requis Nom du


d'édition pour la champ dans
simulation la base de
données
Matériau Matériau du lien Oui MaterialID
Formule Choix de la formule de perte de charge Oui FricTypeNo
par frottement (Manning Explicite,
Manning Implicite, Colebrook-White,
Hazen-Williams).
Paramètres Définit si les valeurs de rugosité d’un Oui FricNo
locaux matériau sont écrasées par les données
locales
Manning Valeur de rugosité de Manning Oui, si « Manning Manning
Explicite » ou
« Manning
Implicite » est
sélectionné.
Rug. equiv. Rugosité équivalente Oui, si la formule Rough
« Colebrook-
White » est
sélectionnée.
Coeff HW Coefficient de rugosité Hazen-Williams Oui, si la formule HWCoef
« Hazen-
Williams » est
sélectionnée.
Variation Variation de la rugosité en fonction de la Oui, si « Variation FricNo
verticale des profondeur verticale des
frottements frottements » est
sélectionné.
Voûte Rapport profondeur-valeur Manning pour Oui, si « Variation ManTop
la voûte verticale des
frottements » est
sélectionné.

Radier Rapport profondeur-valeur Manning pour Oui, si « Variation ManBott


le radier verticale des
frottements » est
sélectionné.

Exposant Oui, si « Variation ManExp


verticale des
frottements » est
sélectionné.

29
Conduites et canaux

Le sous-onglet Régulation débit permet d’appliquer une régulation de débit au lien.


Ces régulations ne nécessitent pas l’utilisation de modules de contrôle. La régulation
de débit peut représenter un débit maximal en fonction du niveau de l’eau dans un
nœud défini par l’utilisateur (Nœud ctrl. A) ou un débit minimal en fonction de la
différence de niveau d’eau entre deux nœuds définis par l’utilisateur (Nœud ctrl. A et
Nœud ctrl. B).

Tableau 3.7 Régulation débit

Champ d'édition Description Utilisé ou requis Nom du champ


pour la simulation dans la base de
données
Régulation du débit Active la régulation Oui, si « Régulation FlowRegNo
du débit pour le lien de débit » est
défini. coché.
Type régulation Permet de Oui, si « Régulation RegulationTypeNo
sélectionner le type de débit » est
de fonction coché.
approprié pour
réguler le débit
ID fonction Permet de Oui, si « Régulation FunctionID
sélectionner la de débit » est
fonction pour coché.
réguler le débit
Clapet anti-retour Autorise la Non NonReturnNo
circulation de débit
dans un sens
uniquement.

30
Déversoirs
O
r
3.5 Déversoirs
i
f
Un déversoir
i représente une relation fonctionnelle connectant deux nœuds dans un
réseauc urbain MIKE 1D (régime noyé ou bidirectionnel possibles) mais pouvant
e
également s'appliquer à un seul nœud (régime dénoyé sortant de l’ouvrage). Pour
appliquer
s le déversoir à un seul nœud, définissez uniquement le nœud amont (pas de
nœud aval).

Dans un véritable système de collecte, les déversoirs sont situés au niveau des
regards ou de toute installation similaire, qui sont définies par un nœud dans un
modèle de réseau. Cela étant, afin de pouvoir résoudre les équations de débit, le
logiciel requière l’entrée de deux nœuds là où le déversoir est défini en tant que
connexion entre deux nœuds. Le déversoir est alors placé entre les deux nœuds en
tant que connexion permettant à l’eau de circuler.

De la même façon qu’il est possible de définir plusieurs conduites en tant que lien
entre deux nœuds, vous pouvez, si nécessaire, définir plusieurs déversoirs pour
connecter deux nœuds. Le schéma explicatif du calcul numérique des orifices
représenté à l’Illustration 3.14 est également valable pour les pompes, les déversoirs
et les vannes. Le type de calcul choisi pour résoudre l'équation de débit dépend du
type de dispositif sélectionné. Consultez le manuel de référence pour plus
d’informations.

Il est déconseillé de placer deux nœuds connectés par un déversoir au même endroit.
Pour plus d’efficacité, placez le premier nœud non loin de l’autre. Le calcul de perte de
charge du nœud dépend du changement de sens de l’écoulement. Si les deux nœuds
définis pour le déversoir sont placés exactement au même endroit, le moteur de calcul
ne peut pas déterminer le sens de l’écoulement. Un sens de circulation par défaut est
donc utilisé dans le calcul. Cela peut provoquer un changement de sens de circulation
malvenu dans le calcul et fausser les résultats de perte de charge.

En ne plaçant pas les nœuds exactement au même endroit, le sens d'écoulement peut
alors être déterminé selon la position géographique de chaque nœud et selon les
angles des conduites les connectant. Par conséquent, respectez minutieusement la
position géographique effective des installations.

31
Déversoirs

Illustration 3.13 Onglet Déversoirs

La géométrie d’un déversoir est définie par la méthode de calcul (Type) utilisée par ce
déversoir, sa cote et largeur de crête, sa méthode de débit et son orientation. Dans le
cas d’une méthode de calcul QH, seules la cote de crête et la table QH
correspondante doivent être définies. Selon la méthode de calcul sélectionnée, les
paramètres entrés influenceront les résultats différemment.

Méthodes de calcul possibles pour les déversoirs :

 Loi de seuil
 Coeff. de perte d’énergie
 QH
 Loi seuil CRS.

L'orientation du déversoir joue un rôle important (tant que le coefficient de perte de


charge n’est pas défini) puisque l'énergie cinétique de l'écoulement sera exploitée
dans les calculs dans le cas d'un déversoir frontal « 90° », mais ne le sera pas pour un
déversoir latéral « 0° ».

Le coefficient de débit est optionnel. Si le coefficient est défini, la valeur entrée


écrasera la valeur par défaut et le mode de calcul sera modifié (de manière à ce que
l’« Orientation » ne soit pas prise en compte) pendant la simulation.

Par défaut, les déversoirs sont définis comme statiques (non contrôlés). Il est
néanmoins possible de les contrôler à l'aide du système de contrôle en temps réel
RTC. En cochant la case « Contrôlé via RTC », l’accès rapide à l’onglet de régulation
est activé.

Il est possible de définir un nombre infini de déversoirs à un emplacement donné.

32
Déversoirs
O
r
i
f
3.5.1 Identification
i et connectivité
c
e
Tableaus 3.8 Description (Table msm_Weir)

Champ d'édition Description Utilisé ou requis Nom du


pour la champ dans
simulation la base de
données

Description Description du déversoir ajoutée Non Description


par l'utilisateur

Source données Référence à la base de données Non DataSource


externe (ID tableau) d’où
proviennent les données

ID GPR Référence à un ID utilisé dans la Non AssetName


base de données externe

Etat État des données du fichier, Non Element_S


permet de suivre l’évolution de la
source de données

Type de réseau Associe un déversoir avec un Non NetTypeNo


certain type de réseau. Utilisé
quand deux ou plusieurs réseaux
différents sont inclus dans le
même projet

ID déversoir Identifiant du déversoir. Jusqu’à Oui MUID


40 caractères (lettres, nombres,
espaces et underscore)

Nœud d’origine ID du nœud servant de référence Oui MUID


géographique au déversoir
Nœud d’arrivée ID du nœud vers lequel le contenu Oui MUID
du déversoir est évacué Si le
champ n’est pas renseigné, l’eau
contenue dans le déversoir est
évacuée du réseau.

33
Déversoirs

3.5.2 Données Modèle

Tableau 3.9 Régulation et Géométrie des déversoirs (Table msm_Weir)

Champ Description Utilisé ou requis Nom du


d'édition pour la champ dans
simulation la base de
données
Méthode de Sélection de la méthode de calcul Oui MethodNo
calcul

Cote de crête Cote de crête du déversoir Oui CrestLevel

Coeff. de débit Coefficient de débit Oui, si « Loi de Coeff


seuil » est
sélectionné.
Largeur de Largeur de déversoir rectangulaire Oui, si « Loi de CrestWidth
crête seuil » est
sélectionné.
Orientation Orientation du déversoir relatif au sens Oui, si le AngleNo
d'écoulement dans la conduite. « 0 » si coefficient de
« Surverse latéral » ; « 90 » si débit n’est pas
« Surverse frontal » défini
Table Q-H Référence un tableau de relation QH Oui, si « Table QHID
QH » est
sélectionné.
Géométrie de Référence à une courbe de variation Oui WeirCrestID
crête de la cote de crête le long du déversoir,
géométrie CRS
Clapet anti-retour Élément indiquant la présence d’un Oui FlapNo
dispositif anti-retour dans le déversoir
(écoulement inverse impossible).
Contrôlé via Contrôle RTC ou pas de contrôle du Oui, si « Contrôle Con-
RTC déversoir RTC » est coché trolTypeNo

Niv. max Niveau maximal de la crête Oui, si « Contrôle MaxCrestLev


RTC » est coché el

Niveau min Niveau minimal de crête. Un déversoir Oui, si « Contrôle MinCrestLev


fixe n’est pas utilisé en cas de contrôle RTC » est coché el
RTC.
Vitesse max Vitesse de montée maximale du Oui, si « Contrôle MaxCrestLe
mont. déversoir en mouvement dans un sens RTC » est coché velIncrease
non inverse Speed
Vitesse max Vitesse de descente minimale du Oui, si « Contrôle MaxCrestLe
desc. déversoir en mouvement dans un sens RTC » est coché veldecrease
non inverse Speed

34
Orifices

3.6 Orifices

Un orifice représente une relation fonctionnelle connectant deux nœuds dans un


réseau urbain MIKE 1D mais pouvant également s'appliquer à un seul nœud (régime
dénoyé sortant de l’ouvrage). Pour appliquer l’orifice à un seul nœud, définissez
uniquement le nœud amont (pas de nœud aval).
Dans un véritable système de collecte, les restrictions de débit sous forme d’orifice
sont situées au niveau des regards ou de toute installation similaire, qui sont définies
par l’élément nœud dans un modèle de réseau. Cela étant, afin de pouvoir résoudre
l’équation de débit, le logiciel requière l’entrée de deux nœuds là où l’orifice est défini
en tant que connexion entre deux nœuds. L’orifice est alors placé entre deux nœuds
en tant que connexion permettant à l’écoulement de circuler.

Illustration 3.14 Différence notable entre un modèle numérique d’orifice et un orifice réel

De la même façon qu’il est possible de définir plusieurs conduites en tant que lien
entre deux nœuds, vous pouvez, si nécessaire, définir plusieurs orifices pour
connecter deux nœuds. Le schéma explicatif du calcul numérique des orifices
représenté à l’Illustration 3.14 est également valable pour les pompes, les déversoirs
et les vannes. Le type de calcul choisi pour résoudre l'équation de débit dépend du
type de dispositif sélectionné. Consultez le manuel de référence pour plus
d’informations.

Il est déconseillé de placer les deux nœuds connectés par un déversoir au même
endroit. Pour plus d’efficacité, placez le premier nœud non loin de l’autre. Le calcul de
perte de charge du nœud dépend du changement du sens de l’écoulement. Si les
deux nœuds définis pour le déversoir sont placés exactement au même endroit, le
moteur de calcul ne peut pas déterminer le sens de l’écoulement. Un sens de
circulation par défaut est donc utilisé dans le calcul. Cela peut provoquer un

35
Orifices

changement de sens de circulation malvenu dans le calcul et fausser les résultats de


perte de charge.

En ne plaçant pas les nœuds exactement au même endroit, le sens d'écoulement peut
alors être déterminé selon la position géographique de chaque nœud et selon les
angles des conduites les connectant. Par conséquent, respectez minutieusement la
position géographique effective des installations.

Paramètres d’un orifice :

 Circulaire
 CRS
 Rectangulaire, diamètre, hauteur et largeur.

Vous pouvez attribuer un coefficient de débit (valeur par défaut = 1,0) et un clapet anti-
retour.

Par défaut, les orifices sont définis comme statiques (non contrôlés). Il est néanmoins
possible de les contrôler à l'aide du système de contrôle en temps réel RTC. Pour
accéder à l’onglet Paramètres RTC, cliquez sur Arborescence Modèle > Contrôle
en temps réel > Paramètres RTC.

Illustration 3.15 Onglet Orifices

36
Orifices

3.6.1 Identification et connectivité

Tableau 3.10 Description (Table msm_Orifices)

Champ Description Utilisé ou Nom du champ


d'édition requis pour dans la base
la de données
simulation

Description Description de l’orifice ajoutée par Non Description


l'utilisateur

Source Référence à la base de données Non DataSource


données externe (ID tableau) d’où proviennent
les données

ID GPR Référence à un ID utilisé dans la base Non AssetName


de données externe

Etat État des données du fichier, permet de Non Element_S


suivre l’évolution de la source
d’information

Type de Associe un lien avec un certain type de Non NetTypeNo


réseau réseau. Utilisé quand deux ou plusieurs
réseaux différents sont inclus dans le
même projet

ID orifice Nom de l’orifice. Jusqu’à 40 caractères Oui MUID


(lettres, nombres, espaces et
underscore)

Nœud ID du nœud servant de référence Oui MUID


d’origine géographique à l’orifice
Nœud ID du nœud vers lequel le contenu de Oui MUID
d’arrivée l’orifice est évacué. Si le champ n’est
pas renseigné, l’eau contenue dans
l’orifice est évacuée en dehors du
réseau.

37
Orifices

3.6.2 Données Modèle

Tableau 3.11 Géométrie (Table msm_Orifice)

Champ Description Utilisé ou requis Nom du


d'édition pour la champ dans
simulation la base de
données

Type Type d’orifice défini par sa forme : Oui TypeNo


Rectangulaire, Circulaire ou CRS

Diamètre Diamètre de l’orifice (quand circulaire) Oui Diamètre

Hauteur Hauteur de l’orifice (quand Oui Hauteur


rectangulaire)

Largeur Largeur de l’orifice (quand Oui Largeur


rectangulaire)

Coeff. de débit Coefficient de calage Valeur = 1 est Oui DischargeCo


égal au débit déterminé par eff
l’algorithme de l’orifice.

Cote radier Élévation effective du radier Oui InvertLevel


de l’orifice
CRS Référence à l’ID du profil en travers Oui, si le type ID CRS
Géométrie CRS pour les orifices de forme irrégulière « CRS » est
sélectionné.
Clapet anti- Élément indiquant la présence d’un Oui FlapNo
retour dispositif anti-retour (écoulement
inverse impossible).

Contrôlé via Contrôle RTC ou pas de contrôle de Oui ControlType


RTC l’orifice No

3.6.3 Définir une vanne ou un déversoir dans un orifice

En soi, l’orifice n’est qu’une simple ouverture ayant une forme immuable. En vérité, les
orifices sont souvent équipés de vannes régulatrices ou de déversoirs servant à
réguler le débit de l’orifice en temps réel. Une vanne se déplace verticalement depuis
le haut de l’orifice jusqu’à ce que celui-ci soit complètement fermé. Un déversoir se
déplace, lui aussi verticalement, mais commence sa course depuis le fond de l’orifice.
Celui-ci est complètement fermé lorsque le déversoir a atteint le haut de l’orifice (voir
Illustration 3.16). Vous pouvez attribuer les deux types de dispositif à un orifice. Dans
les deux cas, le dispositif est « ajouté » à l’orifice que vous configurez. Pour cela,
rendez-vous dans l’onglet Paramètres RTC.

38
Orifices

Consultez le chapitre sur les contrôles en temps réel pour plus d’informations.

Illustration 3.16 Exemple d’un orifice rectangulaire équipé d’une vanne/d’un déversoir.

39
Avaloirs

3.7 Vannes

Dans un modèle urbain MIKE 1D, une vanne représente une fonction connectant un
nœud à un autre.

Illustration 3.17 Onglet Vannes

Dans un véritable réseau, les vannes sont situées au niveau des regards ou de toute
installation similaire, qui sont définies par un nœud dans un modèle de réseau. Cela
étant, afin de pouvoir résoudre l’équation de débit, le logiciel requière l’entrée de deux
nœuds là où la vanne est définie en tant que connexion entre deux nœuds. La vanne
est alors placée entre deux nœuds en tant que connexion permettant à l’écoulement
de circuler.

De la même façon qu’il est possible de définir plusieurs conduites en tant que lien
entre deux nœuds, vous pouvez, si nécessaire, définir plusieurs vannes pour
connecter deux même nœuds. Le schéma explicatif du calcul numérique des orifices
représenté à l’Illustration 3.14 est également valable pour les pompes, les déversoirs
et les vannes. Le type de calcul choisi pour résoudre l'équation de débit dépend du
type de dispositif sélectionné. Consultez le manuel de référence de MIKE 1D pour plus
d’informations.

Il est déconseillé de placer les deux nœuds connectés par une vanne à la même
position géographique. Pour plus d’efficacité, placez le premier nœud non loin de
l’autre. Le calcul de perte de charge du nœud dépend du changement de sens dans
l’écoulement. Si les deux nœuds définis pour la vanne sont placés exactement au
même endroit, le moteur de calcul ne peut pas déterminer le sens de l’écoulement. Un
sens de circulation par défaut est donc utilisé dans le calcul. Cela peut provoquer un
changement de sens de circulation malvenu dans le calcul et fausser les résultats de
perte de charge.

En ne plaçant pas les nœuds exactement au même endroit, le sens d'écoulement peut
40
Vannes

alors être déterminé selon la position géographique de chaque nœud et selon les
angles des conduites les connectant. Par conséquent, respectez minutieusement la
position géographique effective des installations.

Paramètres à entrer pour définir une vanne :

 Diamètre
 Cote radier
 Section d’écoulement (par défaut, cette valeur est calculée selon le diamètre
de la vanne, mais elle peut-être redéfinie par l'utilisateur)
 Coefficient d’ouverture de la vanne

Dans le tableau récapitulatif, vous pouvez définir la vanne en tant que « Type clapet »
afin d’interdire un écoulement inverse (débit négatif). Une courbe de tarage permettant
d’illustrer la relation entre l’ouverture (%) et la résistance de la vanne (k) doit être
définie. Les courbes de tarage peuvent être crées et éditées depuis l’onglet Courbes
et relations, en cliquant sur Arborescence Modèle > Tables > Courbes et relations.
Vous pouvez accéder à cet onglet directement depuis l’onglet actuel en cliquant sur le
bouton <Modifier> à droite de l’entrée Courbe.

Par défaut, les vannes sont statiques (RTC non coché). L’ouverture de la vanne doit
donc être définie. Les vannes peuvent également être contrôlées via RTC, en cochant
la case correspondante dans le tableau récapitulatif. Dans ce cas-ci, l’ouverture de la
vanne est soumise aux régulations qui lui sont attribuées.

Tableau 3.12 Champs d'identification et de connectivité de l’onglet Vannes dans MIKE URBAN+
(Table msm_Valve)

Champ d'édition Description Utilisé ou Nom du


requis pour la champ dans
simulation la base de
données
Description Description de la vanne ajoutée par Non Description
l'utilisateur
Source données Référence à la base de données Non DataSource
externe (ID tableau) d’où
proviennent les données
ID GPR Référence à l’ID utilisé dans la base Non AssetName
de données externe
Etat État des données du fichier, permet Non Elements
de suivre l’évolution de la source
de données
Type Réseau Associe une vanne avec un certain Non NetTypeNo
type de réseau. Utilisé quand deux
ou plusieurs réseaux différents sont
utilisés dans le même projet
ID Nom de la vanne. Jusqu’à 40 Oui MUID
caractères (lettres, nombres,
espaces et underscore)
Nœud d’origine ID du nœud servant de référence Oui FromNodeID
géographique à la vanne
Nœud d’arrivée ID du nœud vers lequel le contenu Oui ToNodeID
de la vanne est évacué
41
Avaloirs

Tableau 3.12 Champs d'identification et de connectivité de l’onglet Vannes dans MIKE URBAN+
(Table msm_Valve) (suite)

Champ d'édition Description Utilisé ou Nom du


requis pour la champ dans
simulation la base de
données
Description Description de la vanne ajoutée par Non Description
l'utilisateur
Type vanne Choix du type de vanne. Cette Non TypeNo
donnée n’est pas prise en compte
lors de la simulation.
Diamètre Valeur calculée par défaut (champ Oui Diamètre
Section écoul.) en fonction du
diamètre de la vanne lorsque celle-
ci est circulaire.
De plus, la transition d’écoulement
(à surface libre ou en charge) de la
vanne en charge est déterminée en
calculant la cote radier plus le
diamètre.
Cote radier La cote radier définit le niveau d’eau Oui InvertLevel
minimale alimentant le débit dans la
vanne.
Section Une valeur de section d'écoulement Oui Area
d'écoulement entrée par l’utilisateur prévaut sur
celle calculée par le logiciel en
fonction du profil en travers
circulaire.
Ouverture de la Définit une valeur d’ouverture de la Oui Ouverture
vanne vanne en pourcentage (valeur entre
0 et 100). Pour une vanne contrôlée
en RTC, cette valeur n’est pas prise
en compte. L’ouverture de la vanne
est directement calculée par
l'algorithme intégré de
MIKE URBAN+.
Courbe de tarage Référence à la fonction ouverture- Oui RatingCurveI
résistance. D
Type clapet Élément indiquant la présence d’un Oui FlapNo
dispositif anti-retour dans la vanne
(écoulement inverse impossible).
Contrôlé via RTC Contrôle RTC ou pas de contrôle de Oui ControlType
la vanne No
Ouv. max [%] Pourcentage maximal d’ouverture Oui, si
d’une vanne lors d’un contrôle RTC. « Contrôle
RTC » est
coché
Ouv. min [%] Pourcentage minimal d’ouverture Oui, si
d’une vanne lors d’un contrôle RTC. « Contrôle
RTC » est
coché
vitesse max. [%] Vitesse maximale du clapet en Oui, si
mouvement « Contrôle
RTC » est
coché

42
Avaloirs

3.8 Les avaloirs


Les points de connections entre les modèles de réseau de conduites (réseau
souterrain) et les modèles de ruissellement de surface (modèle de surface) utilisés
pour modéliser la capacité de capture (et la surcharge) des avaloirs urbains peuvent
être définis en combinant la géométrie des orifices et des déversoirs. Cependant, une
méthode a été développée pour intégrer la géométrie de la structure de l’avaloir (curb
inlet) à l’aide d’un élément de réseau qui autorise l’utilisateur à utiliser un élément de
modèle « Grille avaloir ».

La représentation d’un avaloir/une grille est fournie ci-après. L'écoulement s’infiltre


dans le puits de l’avaloir en passant à la fois par le seuil et par la grille de l’avaloir
(opère comme un orifice pour les profondeurs plus importantes).

Illustration 3.18 Configuration classique d’un avaloir

Des courbes de capacité standards ont été développées en Australie pour les types
« Au sol » (relation Qproximité/Qcaptage où l’écoulement peut outrepasser l’ouvrage) et
« Point bas » (relation Hauteur/Q aux endroits/points bas où l’eau est recueillie). Cela
étant, la formule utilisée par MIKE 1D permet d’exploiter des relations personnalisées.
L’illustration ci-dessous propose des exemples de courbes empiriques développées
sur le type « Au sol », où l’écoulement de captage varie en fonction de l’écoulement de
proximité et de la pente.

Illustration 3.19 Illustration de courbes empiriques pour le type « Au sol »


43
Avaloirs

Un avaloir est une relation fonctionnelle connectant deux nœuds dans un réseau
urbain MIKE 1D (régimes noyé ou bidirectionnel possibles), et décrit le transfert d’un
écoulement depuis un réseau de surface vers un réseau souterrain par la présence
d’avaloirs. Vous pouvez ouvrir l’onglet Avaloirs en cliquant sur Arborescence
Modèle > Réseau > Avaloirs.

Deux types d’avaloirs sont possibles :

 Point bas > le nœud de connexion du réseau de surface est situé au


niveau d’un affaissement où l’eau est recueillie appelé « Point bas », La
capacité de transfert de ce point de connexion est définie en tant que
relation hQ (données dans la branche Tables).
 Au sol > l’écoulement du réseau de surface poursuit sa course en
surface après le nœud de connexion. La capacité de transfert de ce point
de connexion dépend de la pente du réseau de surface, et est défini par
un ID Captage (compilation de relations QQ définissant le coefficient de
captage en fonction de l’écoulement de proximité).

Illustration 3.20 L’onglet Avaloirs

44
Avaloirs

Illustration 3.21 Onglet Avaloirs, sous-onglet Propriétés hydrauliques

Les champs suivant sont à renseigner dans le sous-onglet Prop. hydrauliques :

 Revanche > définit un niveau d’eau critique (Cote radier - Revanche)


au nœud de connexion au réseau en-dessous duquel la relation hQ ou
QQ définie s’applique. Pour les régimes noyés et inverses (surcharge),
la capacité de transfert du point de connexion est la relation classique
d’un orifice.
 Cote radier [m] > niveau de débordement de l’avaloir (similaire au
niveau de crête pour les déversoirs). La valeur par défaut est celle de
la cote radier calculée par le logiciel. Elle est égale à la cote radier du
nœud de connexion dans le réseau de surface (ruissellement). Tout
comme avec les déversoirs, il est conseillé que le niveau de crête soit
plus élevé d’au moins 0,01 m par rapport à la cote radier du nœud de
connexion afin de garantir des conditions initiales stables.
 Pente [%] > représente le pourcentage de pente du lien le plus incliné
dans le réseau de ruissellement de surface couplé par le nœud de
connexion (applicable uniquement en type « Au sol »). La pente
calculée par le logiciel est utilisée automatiquement, sauf dans le cas
où cette valeur est définie par l’utilisateur.
 Obstruction [%] > taux de blocage des déchets au niveau des
avaloirs. Cette fonction linéaire est appliquée aux groupes de données
tabulaires définissant la capacité de transfert des points de connexion.
 Nb d’avaloirs > permet de définir le nombre d’avaloirs ayant les
mêmes propriétés géométriques (capacité de transfert) et situés au
même endroit (c’est-à-dire au niveau d’un même point de connexion).
 La géométrie rectangulaire de l’orifice s'applique aux écoulements

45
Avaloirs

(régime noyé ou inverse) où les relations définies hQ ou QQ ne


s’appliquent pas. Cette donnée s’applique généralement lorsque les
niveaux d’eaux des nœuds de connexion du réseau souterrain sont
supérieurs au niveau critique défini par la Revanche, y compris en cas
de régime inverse (surcharge) (ce paramètre peut ne pas apparaître
dans l’interface).

Bien qu’il n’y ait pas de limite au nombre d’avaloirs attribués à un même point de
connexion, il est essentiel que, pour chaque avaloir, le nœud amont soit situé dans le
réseau de surface et le nœud aval, dans le réseau souterrain. Si ce n’est pas le cas, le
résultat de calcul automatique de pente pourrait être faussé.

Remarque : pour qu’un calcul automatique de la pente soit effectué, la pente spécifique
à chaque lien (conduite ou canal) doit avoir été calculée au préalable dans
l’onglet Conduites et canaux.

L’onglet Captages au sol permet à l’utilisateur de regrouper les relations QQ


(données tabulaires) qui constituent une seule géométrie d’avaloirs (fonction similaire
à l’onglet Topographie). La capacité de transfert d’un avaloir au sol dépend du
pourcentage de pente du réseau de ruissellement de surface. De ce fait, vous pouvez
appliquer un ID Captage à l’avaloir.

Illustration 3.22 L’onglet Captages au sol (utilisé pour définir les ID Captages pour des avaloirs
au sol)

Lorsqu’une une valeur de pente obtenue automatiquement ou entrée par l'utilisateur


n’est comprise dans aucune courbe de pente définies dans l’onglet Captages au sol,
la courbe de pente comprenant la valeur plus proche est utilisée. Lorsqu’une valeur de
pente obtenue automatiquement ou entrée par l'utilisateur est comprise dans au moins
une courbe de pente de l’onglet Captages au sol, une interpolation linéaire est
appliquée.

Il arrive parfois que la capacité de transfert d’un avaloir au sol ne dépende pas de la
pente du réseau de ruissellement de surface. Dans ce cas, l’utilisateur doit définir
uniquement une relation QQ. Remarque : dans ce cas précis, la valeur de pente
obtenue automatiquement ou entrée par l’utilisateur dans l’onglet Avaloirs pour les
avaloirs au sol sera ignorée.

Courbes caractéristiques
46
Avaloirs

Deux types de courbes en données tabulaires (onglet Courbes et relations) peuvent


être utilisés pour les deux types d’avaloirs :

 Relation hQ (relation hauteur/débit définie dans l’onglet Courbes et


relations)
 Relation QQ (Qproximité/Qcaptage définie dans l’onglet Courbes et
relations)

La relation hQ définit la courbe caractéristique selon la hauteur pour les avaloirs de


type « Point bas ». Les valeurs de hauteurs d'eau et de débits doivent croître de
manière régulière et débuter à (0,0). Pour les hauteurs dépassant la valeur maximale
définie dans la dernière ligne du tableau, le dernier débit correspondant est utilisé.

La relation QQ définit la relation entre l’écoulement de proximité du réseau de surface


(Qproximité) et le réseau de captage au niveau du nœud de connexion pour les avaloirs
au sol (Qcaptage). Les valeurs doivent croître de manière régulière et débuter à (0,0).
Pour les débits de proximité dépassant la valeur maximale définie dans la dernière
ligne du tableau, le dernier captage correspondant est utilisé.

47
Pompes

3.9 Pompes
Une pompe représente une relation fonctionnelle connectant deux nœuds d’un réseau
urbain MIKE 1D mais pouvant également s'appliquer à un seul nœud (régime dénoyé
sortant de l’ouvrage). Pour attribuer la pompe à un seul nœud, définissiez uniquement
le nœud amont (pas de nœud aval).

Dans un système de collecte, les pompes sont situées au niveau des regards ou de
toutes installations similaires qui sont définies par l’élément nœud dans un modèle de
réseau. Cela étant, afin de pouvoir résoudre les équations de débit, le logiciel requière
l’entrée de deux nœuds là où la pompe est définie en tant que connexion entre les
deux nœuds. La pompe est alors placée entre les deux nœuds en tant que connexion
permettant à l’écoulement de circuler.

De la même façon qu’il est possible de définir plusieurs conduites en tant que lien
entre deux nœuds, vous pouvez, si nécessaire, définir plusieurs pompes pour
connecter deux nœuds. Le schéma explicatif du calcul numérique des orifices
représenté à l’Illustration 3.14 est également valable pour les pompes, les déversoirs
et les vannes. Le type de calcul choisi pour résoudre les équations de débit dépend du
type de dispositif sélectionné. Consultez le manuel de référence pour plus
d’informations.

Il est déconseillé de placer les deux nœuds connectés à la même position


géographique. Pour plus d’efficacité, placez le premier nœud non loin de l’autre. Le
calcul de perte de charge du nœud dépend du changement de sens de l’écoulement.
Si les deux nœuds définis pour la pompe sont placés exactement au même endroit, le
moteur de calcul ne peut pas déterminer le sens de circulation de l’écoulement. Un
sens de circulation par défaut est donc utilisé pour le calcul. Cela peut provoquer un
changement de sens de circulation malvenu dans le calcul et fausser les résultats de
perte de charge.

En ne plaçant pas les nœuds exactement au même endroit, le sens d'écoulement peut
alors être déterminé selon la position géographique de chaque nœud et selon les
angles des conduites les connectant. Par conséquent, respectez minutieusement la
position géographique effective des installations. Pour les pompes, la distance entre
les nœuds est souvent plus importante.

3.9.1 Type pompe

Différents types de pompes sont proposés dans MIKE URBAN+.

Débit constant
C’est la technique de modélisation la plus simple pour les pompes. Ce type de pompe
libère un débit constant Q tout au long de la période de fonctionnement de la pompe.
Une variation de débit peut se produire lorsqu’une période d’accélération et/ou de
décélération est définie.

Pour définir un débit constant pour une pompe, sélectionnez « Constant » dans la
cellule « Vitesse » du tableau récapitulatif, et sélectionnez le Type pompe « Débit
constant ». Dans le sous-onglet Capacité, entrez la valeur de débit constant
appropriée.

48
Pompes

Remarque : les types de pompe « Débit constant » et « Q-DeltaH » sont différents. Le


débit libéré par les pompes de type « Q-DeltaH » peut être amené à varier.

Q-DeltaH (vitesse constante)


Dans MIKE URBAN+, les pompes utilisées dans les modèles de systèmes de collecte
sont généralement associées à des courbes de type « Q, dH ». Il s’agit de la variation
du débit effectif de la pompe Q en fonction de la différence effective de pression dH
entre les puits de pompage et l’élément de destination dans le modèle. La courbe
caractéristique de ce type de pompe ressemble de manière générale à l’illustration ci-
dessous.

Illustration 3.23 Exemple caractéristique d’une courbe de pompe

Dans MIKE URBAN+, les courbes peuvent être éditées dans l’onglet Courbes et
relations. Pour cela, sélectionnez les points caractéristiques de la courbe pompe,
comme illustré ci-dessous. Les informations relatives à la courbe d’une pompe sont
généralement fournies par son fabricant.

Illustration 3.24 Manipulation de la courbe

Lorsqu’une courbe pompe est éditée de la sorte et utilisée par MIKE 1D lors d’une
simulation, la pompe associée peut fonctionner dans l’intervalle établi par les valeurs
dH. À n’importe quel moment, MIKE 1D peut être amené à recalculer la valeur
effective dH et ainsi, à déterminer la valeur Q correspondante à partir de la courbe
pour ordonner à la pompe de fonctionner selon un certain degré.

49
Pompes
Dans le cas où les conditions hydrodynamiques ne permettent pas d’obtenir une
valeur dH dans l'intervalle imposé par la courbe pompe, MIKE 1D interrompt la
simulation et affiche un message d’erreur.

QH (vitesse variable)
Le fabricant de pompes à vitesse variable fournit généralement les pompes avec les
courbes de fonctionnement associées, représentant la capacité de la pompe en
pourcentage sous tous ces aspects : vitesse maximale de rotation, capacité maximale
d’alimentation... Les courbes fournies peuvent ressembler à l’illustration ci-après.

Illustration 3.25 Courbes de capacité de vitesse de rotation ou d’alimentation de la pompe en


pourcentage

La capacité de certaines pompes à vitesse variable peut ne pas être comprise entre 0
et 100 %. Dans ce cas, elle est souvent comprise entre 70 et 100 %, comme indiqué
dans l’illustration ci-dessus. Referez-vous aux informations disponibles pour les
pompes associées aux stations de pompage du modèle.

Pour simplifier la modélisation au maximum, la véritable méthode de variation de


capacité d’une pompe n’est pas prise en compte par MIKE URBAN+ En effet, cette
variation n’est pas directement associée au nombre de tours par minute (tr/min ou
RPM) ni à la capacité effective d’alimentation d’entrée. Dans le modèle, nous
considérons simplement la variation de capacité en prenant en compte la courbe de
vitesse maximale et la courbe de vitesse minimale de la pompe.

Pour les pompes à vitesse variable, ces courbes dont définies en tant que courbes
« RPMmin » et « RPMmax ». Pour les pompes à vitesse constante, seule la courbe
« RPMmax » est utilisée.

50
Pompes

Illustration 3.26 Courbes « RPMmax » et « RPMmin »

Dans le cas où les conditions hydrodynamiques ne permettent pas d’obtenir une


valeur dH dans l'intervalle imposé par la courbe pompe, MIKE 1D interrompt la
simulation et affiche un message d’erreur. Cela est valable pour les deux types de
courbes : « RPMmax » et « RPMmin ».

Fonctionnement des pompes QH (vitesse variable)


Dans le sous-onglet Régulation, vous pouvez réguler l’activité de la pompe pour
maintenir un niveau d’eau donné dans le puits de pompage. En utilisant une
régulation, vous devez obligatoirement renseigner le champ « Consigne bâche ».

Lorsque qu’une pompe à vitesse variable est utilisée pendant une simulation, son
fonctionnement alterne d’une courbe à l’autre selon les conditions effectives du
modèle. Le débit effectif est déterminé en utilisant une fonction PID dont l’objectif est
d’ajuster le niveau de l’eau dans le puits de pompage à une valeur prédéfinie.

Le débit Q déterminé par la fonction PID et la valeur dH définie selon les conditions
hydrauliques effectives établissent le point de fonctionnement de la pompe. Ce point
de fonctionnement peut varier tant qu’il reste dans l’intervalle établi par les deux
courbes pompes RPMmin et PRMmax.

Illustration 3.27

51
Pompes
Les conditions hydrauliques peuvent mener le point de fonctionnement à atteindre une
des deux courbes. Si la fonction de régulation PID a déterminé un débit Q supérieur à
la limite représentée par RPMmax dans les conditions dH données, Q s’ajustera à
cette limite.

Par conséquent, le niveau d’eau dans le puits de pompage sera plus élevé que la
valeur prédéfinie.

Illustration 3.28

Si le débit entrant dans la station de pompage est bas, le point de fonctionnement de


la pompe peut éventuellement redescendre au minimum établi par RPMmin. Par
conséquent, le niveau d’eau dans le puits de pompage sera moins élevé que la valeur
prédéfinie.
La pompe s’arrête lorsque le niveau d’eau atteint le niveau d’arrêt prédéfini.

Illustration 3.29

MIKE 1D pompe autant d’eau que possible dans l’ouvrage, ce qui veut dire que la
pompe fonctionne en continue pendant toute la durée de la simulation. Si la quantité
d’eau dans le puits de pompage n’est pas suffisante, la pompe libère un débit nul
jusqu’à ce que l’eau soit à nouveau disponible sans pour autant être forcée à s’arrêter.

Un rapport de simulation est généré à la fin de chaque simulation hydrodynamique. Ce


52
Pompes

rapport comporte le nombre de fois que les pompes ont démarré pendant la
simulation.

Illustration 3.30 Rapport de démarrages des pompes pendant la simulation

La pompe continue à libérer du débit pendant la période prédéfinie de décélération en


suivant une diminution progressive et linéaire jusqu’à atteindre un débit nul. Pendant
cette période, le niveau de l’eau dans le puits de pompage peut décroître jusqu’à
atteindre le fond du puits en un seul pas de temps.

Les rapports de fin de simulation comportent uniquement les résultats de pompes-


débit si « Pompes » a été sélectionné dans « Rapport réseau », dans Rapports de
données/résultats.

Illustration 3.31 Onglet Pompes, Sous-onglet Description

53
Pompes

Illustration 3.32 Onglet Pompes, Sous-onglet Géométrie

Illustration 3.33 Onglet Pompes, Sous-onglet Capacité

54
Pompes

Illustration 3.34 Onglet Pompes, Sous-onglet Régulation

Les pompes sont définies par les paramètres suivants :

 Niveau de démarrage « Niv. démarrage »


 Niveau d’arrêt « Niv. arrêt »
 Période d’accélération
 Période de décélération
 Offset
 Courbe caractéristique de capacité

Les courbes caractéristiques peuvent être éditées dans l’onglet Courbes et relations.
Une courbe caractéristique peut être définie en tant que relation hQ ou relation Q-
DeltaH, où H est le niveau d'eau absolu dans le puits de pompage (Position) et dH est
la différence de niveaux d'eau entre le nœud aval et le nœud amont.

Une pompe présentant une courbe caractéristique QH est une pompe à vis, alors
qu'une pompe présentant une courbe caractéristique QQ est appelée pompe à charge
différentielle.

Si une valeur Offset est définie, elle sera ajoutée à la relation de la courbe
caractéristique.

Par défaut, les pompes sont statiques (non contrôlés). Il est néanmoins possible de les
contrôler à l'aide du système de contrôle en temps réel RTC. Sélectionnez le bouton à
choix unique « RTC » pour activer les paramètres de niveaux de démarrage/arrêt et de
temps minimal ON/OFF.

55
Pompes
3.9.2 Identification et connectivité

Tableau 3.14 Identification et description (Table msm_Pump)

Champ Description Utilisé ou Nom du


d'édition requis pour champ dans
la la base de
simulation données
ID pompe Identifiant de la pompe. Jusqu’à 40 Oui MUID
caractères (lettres, nombres, espaces et
underscore)
Nœud ID du nœud servant de référence Oui FromNodeID
d’origine géographique à la pompe
Nœud ID du nœud vers lequel le contenu de la Oui ToNodeID
d’arrivée pompe est évacué.
Descriptio Description de la pompe ajoutée par Non Description
n l'utilisateur
Source Référence à la base de données externe Non DataSource
données (ID tableau) d’où proviennent les
données
ID GPR Référence à un ID utilisé dans la base de Non AssetName
données externe
Etat État des données du fichier, permet de Non Element_S
suivre l’évolution de la source de
données
Type de Associe la pompe à un certain type de Non NetTypeNo
réseau réseau. Utilisé quand deux ou plusieurs
réseaux différents sont inclus dans le
même projet

3.9.3 Données Modèle

Tableau 3.15 Attributs éditables de l’onglet Pompes

Champ Description Utilisé ou Nom du


d'édition requis pour champ dans la
la simulation base de
données
Type Type de variation de débit : constante Oui CapTypeNo
pompe ou selon une courbe caractéristique.
La courbe QH est compatible avec les
pompes à vis d’Archimède ; la courbe
Q-DeltaH est compatible avec les
pompes centrifuge.
Niv. Niveau d’eau déclenchant le Oui StartLevel
démarrage démarrage de la pompe.
Niv. arrêt Niveau d’eau déclenchant l’arrêt de la Oui StopLevel
pompe.
Accélératio Période d’accélération de la pompe. Oui AccTime
n Utilisée pour réguler les violentes
augmentations de débit au
démarrage des pompes.

56
Pompes
Tableau 3.15 Attributs éditables de l’onglet Pompes (suite)

Champ Description Utilisé ou Nom du


d'édition requis pour champ dans la
la simulation base de
données
Décélérat. Période de décélération de la pompe. Oui DecTime
Utilisée pour réguler les violentes
chutes de débit à l'arrêt des pompes.
Débit Capacité de débit de la pompe en Oui DutyPoint
constant fonctionnement constant.
Courbe Courbe caractéristique en vitesse Oui QMaxSetID
caractéristi (maximale) de rotation
que
RPMmax
Courbe Courbe caractéristique en vitesse Oui QMinSetID
caractéristi
(minimale) de fonctionnement.
que Donnée uniquement applicable aux
RPMmin pompes QH (vitesse variable).
Offset 1 Offset de la courbe caractéristique Oui, si le type Offset1
Applicable aux pompes QH pouvant de pompe
être définies selon différentes « QH » est
données sélectionné.
Offset 2 Offset de la courbe caractéristique Oui, si le type Offset2
minimale. Donnée uniquement de pompe « Q-
applicable aux pompes QH (vitesse DeltaH » est
variable). sélectionné.
Régulation Case activant les options de Oui, si RegNo
régulation de la pompe, si cochée. l’utilisateur
souhaite
ajouter une
régulation
Consigne Niveau d'eau absolu dans le puits de Oui WetWellSetPoin
bâche pompage devant être maintenu par t
l’activité de la pompe
Vitesse Permet d’appliquer les paramètres de Oui SpeedNo
variable régulation aux pompes à vitesse
variable. Le contrôle PID peut
uniquement être effectué sur les
pompes à vitesse variable.
RTC Active les paramètres RTC (Contrôle Oui ControlTypeNo
temps réel) La « consigne bâche »
est un type de contrôle RTC
particulier accessible sans avoir à
activer la section RTC.

57
Génériques CRS et Topographie

3.10 Générique CRS et Topographie


Les onglets Générique CRS et Topographie permettent de définir les profils en
travers du réseau.

L’onglet Générique CRS permet de définir les profils en travers fermés ou ouverts.
Les types X-Z (coordonnées cartésiennes) sont adaptés aux profils en travers
irréguliers, tandis que les types H-L (hauteur relative, largeur) sont utilisés pour les
profils en travers symétriques.

Cinq types de profil en travers sont disponibles : deux types de profils fermés et trois
types de profils ouverts. Tous ces types comportent trois sous-types déterminés par la
méthode de définition de leur géométrie CRS.
Liste des types CRS exploitables dans MIKE URBAN+ :

 XZ Ouvert (XZ Open) : la géométrie de ce profil est définie par des points
déterminés par leurs coordonnées X et Z (X : axe horizontal ; Z : axe
vertical). Les points sont définis dans le sens inverse des aiguilles d'une
montre.
 X-Z fermé : la géométrie de ce profil est définie par des points
déterminés par leurs coordonnées X et Z (X : axe horizontal ; Z : axe
vertical). Les points sont définis dans le sens inverse des aiguilles d'une
montre. Le premier et le dernier point du profil sont connectés pour
fermer ledit profil.
 HW Ouvert : la géométrie du profil est définie par le couple (h, w), où h
correspond à la hauteur relative et w à la largeur du profil. Les couples
sont définis en direction ascendante.
 HW fermé : la géométrie du profil est définie par le couple (h, w), où h
correspond à la hauteur relative et w à la largeur du profil. Les couples
sont définis en direction ascendante. Le dernier couple h,w définit le point
le plus haut du profil en travers.
 XZRM ouvert (Open) : la géométrie du profil est définie par des points
déterminés par leurs coordonnées X et Z (X : axe horizontal ; Z : axe
vertical), par la résistance relative (R) et la marque (M). Les points sont
définis dans le sens inverse des aiguilles d'une montre.

Ce type de profil en travers permet de modéliser les systèmes de canaux ouverts pour
avoir une rugosité variable à travers le profil (souvent utilisé pour les études de
réseaux urbains ou de systèmes de collecte).

Les profils en travers peuvent être édités et affichés sur la carte ou sous forme de
graphe. Les données générées sont ensuite stockées dans un fichier externe de profil
en travers, avec l'extension *.xns11.

58
Génériques CRS et Topographie

Illustration 3.35 Graphe dans l’onglet Générique CRS

Onglet Topographie
Arborescence Profil en travers (Cross section tree)
L’arborescence Profil en travers affiche la liste de tous les profils en travers du
modèle en vue tabulaire. Les données générées sont stockées dans un fichier externe
de profil en travers, avec l'extension *.xns11.

En vue tabulaire, il est possible de voir tous les profils en travers. La première colonne
permet de visualiser le nom de branche, l’ID topographie et le PK du profil en travers.

Cliquez sur un profil en travers dans l’arborescence pour afficher les détails associés à
droite de la vue tabulaire.

Faites un clic droit sur la première colonne pour afficher les options relatives aux
profils en travers. Les options proposées dans le menu contextuel dépendent de
l’endroit où vous avez cliqué dans l’arborescence. Par exemple, en cliquant sur une
donnée PK (chainage), vous pourrez éditer uniquement le profil en travers
correspondant, alors qu’en cliquant sur l’ID topographie ou sur le nom de branche,
vous pourrez éditer la totalité ou une sélection de profils en travers.

L’option Move... (Déplacer...) permet de déplacer un profil en travers vers un autre


emplacement en changeant le nom de branche, l’ID topographie et/ou le PK. En
cliquant sur l’option Move... (Déplacer...), une boîte de dialogue apparaît. Les profils
allant être déplacés sont listés dans la section From (Depuis). La section To (Vers)
indique la destination entrée par l’utilisateur des profils à déplacer.

59
Génériques CRS et Topographie

Illustration 3.36 Boîte de dialogue permettant de déplacer des profils en travers

Le PK original est uniquement affiché dans la section From lorsqu’un seul profil en
travers est déplacé. L’ID topographie est uniquement affiché dans la section From
lorsqu’un seul profil ou un groupe de profils du même ID topographie sont déplacés.

La section supérieure de la boîte de dialogue est uniquement active après avoir cliqué
sur Move depuis un nom de branche ou un ID topographie. Elle permet de choisir de
déplacer tous les profils de même branche/ID topographie ou seulement les profils
sélectionnés. Ces options ne sont donc pas utiles pour déplacer un seul profil en
travers.

L’option Copy... (Copie...) est similaire à Move... à l’exception que les profils en
travers originaux sont conservés dans leurs emplacements respectifs.

Cliquez sur l’option Insert blank cross section (Insérer un nouveau profil en
travers) pour ajouter un profil en travers. Une boîte de dialogue s’ouvre, permettant de
définir la branche et l’ID topographie correspondante, comme indiqué dans l’Illustration
3.37.

Illustration 3.37 Ajouter un nouveau profil en travers

Vous pouvez aussi ajouter un profil en travers dans une branche ou dans un ID
60
Génériques CRS et Topographie

topographie en faisant un clic droit sur le nom d’une branche ou sur un ID topographie,
puis en sélectionnant Insert cross section in this topoID (Insérer un profil en
travers à cet ID topographie).

Dans ce cas, le nom de branche, voire même, l’ID topographie sont renseignés
automatiquement (voir illustration 3.38).

Illustration 3.38 Boîte de dialogue permettant d’ajouter un profil directement dans un ID


topographie

Il est également possible d’ajouter un profil en travers interpolé en faisant un clic droit
et en sélectionnant l’option Insert interpolated cross sections (Insérer des profils
en travers interpolés). Une boîte de dialogue semblable à celle présentée dans
l’illustration 3.39 s’ouvre. Vous pouvez y sélectionner le nom de branche et l’ID
topographie faisant l’objet d’une interpolation. Vous pouvez choisir d’interpoler un profil
en travers spécifique à un PK donné ou plusieurs profils en travers à la fois. Si vous
interpolez plusieurs profils à la fois, vous devez indiquer la distance maximale entre
chaque profil interpolé, ainsi que les PK concernés.

De la même manière, de nombreuses options sont proposées pour supprimer des


profils en travers. Faites un clic droit sur un profil en travers et sélectionnez l’option
Delete cross section (Supprimer des profils en travers). Pour un ID topographie, le
menu déroulant vous propose de supprimer tous les profils en travers de l’ID
topographie (option Delete topo ID (Supprimer ID topographie)) ou seulement les
profils sélectionnés de cet ID topographie (option Delete selected in this TopoID
(Supprimer uniquement les profils sélectionnés de cet ID topographie)). Enfin,
pour une branche, le menu déroulant vous propose de supprimer tous les profils en
travers de cette branche (option Delete river (Supprimer rivière)) ou seulement les
profils sélectionnés au sein de cette branche (option Delete selected in this river
(Supprimer uniquement les profils sélectionnés de cette rivière)).

61
Génériques CRS et Topographie

Illustration 3.39 Boîte de dialogue permettant d’ajouter un profil en travers interpolé

De la même manière, de nombreuses options sont proposées pour supprimer des


profils en travers. Faites un clic droit sur un profil en travers et sélectionnez l’option
Delete cross section (Supprimer des profils en travers). Pour un ID topographie, le
menu déroulant vous propose de supprimer tous les profils en travers de l’ID
topographie (option Delete topo ID (Supprimer ID topographie)) ou seulement les
profils sélectionnés de cet ID topographie (option Delete selected in this TopoID
(Supprimer uniquement les profils sélectionnés de cet ID topographie)).

Cross section properties (Propriétés de profils en travers)


Sous-onglet Général
Le sous-onglet Général propose des options et répertorie des données utiles pour
une partie ou la totalité des profils en travers.

Recompute all. (Recalculer tout) Le bouton <Recompute all> permet d’effectuer un


nouveau calcul des données traitées pour tous les profils en travers.

Recompute selected. (Recalculer sélection) Le bouton <Recompute selected>


permet d’effectuer un nouveau calcul des données traitées uniquement pour les profils
sélectionnés (profils cochés dans la section Cross section tree, colonne Select).

Cross-section filename. (Nom du fichier de profil en travers) Les données de


profils en travers sont stockées dans des fichiers de profils en travers, avec l’extension
*.xns11. Cliquez sur <...> pour charger un fichier déjà existant, en créer un nouveau ou
actualiser le contenu du fichier sélectionné.

Draw history on plots (Afficher l’historique sur le graphe). Quand cette option est
activée, les profils en travers précédemment actifs sont visibles en arrière-plan dans
les sous-onglets Cross section plot et Processed data. Cela permet de comparer
plusieurs profils en travers à une échelle commune.

Sous-onglet Coordinates (Coordonnées)


Le sous-onglet Coordinates comporte la liste de tous les sommets définissant la
position géographique d’un profil en travers (polylignes sur la Carte, par exemple).
Chaque ligne du tableau décrit un point géographique défini par ses coordonnées X et

62
Génériques CRS et Topographie

Y et exprimé dans le système de coordonnées utilisé par le modèle. Ces sommets ne


doivent pas obligatoirement correspondre aux points listés dans le sous-onglet Raw
data (Données brutes).

Lorsqu’un profil en travers est créé depuis la carte, ce tableau est automatiquement
mis à jour avec les sommets définissant la position de la polyligne et au moins un point
de croisement avec la branche.

Apply. (Appliquer) L’option Apply est disponible lorsque des coordonnées ont été
ajoutées au tableau. Lorsque cette option est cochée, les profils en travers sont
affichés sur la carte selon leurs coordonnées géographiques définies. Si elle n’est pas
cochée, les profils en travers sont affichés à la perpendiculaire de la branche au
niveau du PK défini.

Raw data (Données brutes)


Le sous-onglet Raw data répertorie la liste des points définissant la topographie de la
rivière le long du profil en travers. Ces points ne doivent pas obligatoirement
correspondre aux points listés dans le sous-onglet Coordinates (Coordonnées).

La colonne S répertorie la distance horizontale entre chaque point le long du profil en


travers, depuis le point le plus à gauche du profil. La colonne Z répertorie la valeur
d’élévation des points.

Vous pouvez ajouter une nouvelle ligne ou supprimer la ligne active dans le tableau en
cliquant respectivement sur les boutons <+> ou <-> en haut du tableau.

Markers. (Marqueurs) Des marqueurs peuvent être attribués aux points d’un profil
sous la colonne Marker. Les marqueurs peuvent être attribués de manières
différentes : la première est de cliquer sur une cellule de la colonne Marker, ouvrant
ainsi une boîte de dialogue (voir illustration 3.40). Vous pouvez y choisir le numéro de
marqueur approprié.

Illustration 3.40 Options de marqueur pour les profils en travers de type XZRM

63
Génériques CRS et Topographie

Illustration 3.41 Sélection de marqueur

La boîte de dialogue vous permet de choisir selon un certain nombre de marqueur :

Marqueur berge droit et gauche (marqueurs 1 et 3) : définit la partie du profil en


travers qui sera pris en compte dans le calcul. Par défaut, le marqueur 1 est placé au
tout premier point des données brutes et le marqueur 3 au tout dernier point. Le
placement de ces marqueurs définit l'étendue active du profil en travers de manière à
ce que seulement cette partie spécifiquement délimitée par les marqueurs 1 et 3 soit
prise en compte lors de la simulation (cela étant, les données traitées sont uniquement
calculées pour les données du profil en travers comprises dans cet intervalle).

Berges droite et gauche du lit mineur (marqueurs 4 et 5) : définit l’étendue du lit


mineur. Les marqueurs influencent l’utilisation des données traitées dans le calcul. Si
cochés, le profil est alors divisé en trois sections distinctes délimitées par les
marqueurs 4 et 5. Les données traitées obtenues pour ce profil représentent donc la
somme des résultats de simulation des trois sections du profil, au lieu de calculer le
profil dans son ensemble. De plus, les marqueurs 4 et 5 peuvent être utilisés pour
définir l’étendue du lit mineur. Cette étendue est utilisée dans la distribution de la
rugosité des zones submersibles dans les données brutes.

Point de profil le plus bas/alignement du profil avec la rivière (marqueurs 2) :


définit habituellement le point de profil de la rivière le plus bas ou la position de
l’intersection de la rivière avec une branche. Le marqueur 2 n’affecte en aucun cas les
calculs effectués pendant la simulation. Ce marqueur est surtout utilisé pour placer sur
la Carte les profils en travers sans coordonnées géographiques. Il est donc fortement
conseillé de définir correctement la position du marqueur 2 dans vos profils en travers.

User marker (Marqueur défini par l’utilisateur) : la donnée User Marker peut être
définie par tout nombre integer supérieur à 7. Ce marqueur n’affecte en aucun cas les
calculs effectués pendant la simulation. Il s’agit d'un marqueur optionnel permettant
d’indiquer un point spécifique d’un profil en travers, comme la position du jaugeage,
par exemple.

Les marqueurs doivent être placés de façon à ce que le marqueur 1 soit à gauche du
marqueur 3 dans le tableau des données brutes.

Bouton Update markers (Actualiser les marqueurs) : Cliquez sur ce bouton pour
actualiser les données des marqueurs 1, 2 et 3 du profil en travers, placés
respectivement au point le plus à gauche, au point le plus en bas et au point le plus à

64
Génériques CRS et Topographie

droite.

Section type: Liste déroulante permettant de sélectionner le type de profil en travers.


Quatre types de profils sont disponibles :

 Open section (profil ouvert) : type de profils en travers de rivière le plus


utilisé.
 Fermé-irrégulier : type de profils fermés et de forme irrégulière.
 Fermé-circulaire : type de profils fermés et de forme circulaire.
 Fermé-rectangulaire : type de profil fermé et de forme rectangulaire.

Datum. Ce champ permet de renseigner la valeur de référence. La valeur de


référence est généralement utilisée pour ajuster les niveaux d’eau des profils en
travers de manière à ce qu’ils soient conformes à la valeur de référence de la surface
modélisée. Cette valeur de référence est ajoutée à toutes les données d’élévation du
sous-onglet Raw data (données brutes). Cette valeur est également utilisée pour les
profils circulaires et rectangulaires pour déterminer la cote radier du profil.

Resistance – Type. Plusieurs options sont possibles pour déterminer la méthode de


rugosité du profil :

Relative resistance (rugosité relative) : rugosité calculée en fonction de la donnée


de rugosité définie dans l’onglet Conduites et canaux > Sous-onglet Frottements.
La valeur de rugosité du profil en travers pour ce type de rugosité est donc un simple
coefficient.

Un coefficient supérieur à 1 augmente la rugosité actuelle du lit de rivière ; un


coefficient inférieur à 1 diminue cette rugosité. Donc, lorsque le type de rugosité
« Manning (M) » (ou Strickler) est sélectionné dans le Sous-onglet Frottements
(Conduites et canaux), la valeur de Manning’s M est divisée par ce coefficient.

Mais lorsque le type de rugosité « Manning (n) » est sélectionné, la valeur de


Manning’s n est multipliée par ce coefficient.

 Manning’s n : la méthode de rugosité est définie en tant que Manning’s


n, unité s/m(1/3).
 Manning’s M (Strickler) : la méthode de rugosité est définie en tant que
Manning’s M, unité m(1/3)/s (Manning’s M = 1/Manning’s n).
 Chezy number (formule Chezy) : la méthode de rugosité est définie en
tant que Méthode Chezy, unité m(1/2)/s.
 Darcy-Weisbach (k) : la rugosité est définie sous forme de granulométrie.

Resistance – Distribution. Cette liste déroulante permet de définir le type de rugosité


transversale du profil en travers. Trois types de profils sont disponibles :

 Uniform (uniforme) : un seul coefficient de rugosité sera appliqué à


l’ensemble du profil en travers.
 High/low flow zones (Zones submersibles) : trois coefficients de rugosité
différents peuvent être définis. La méthode de « Berge lit majeur
gauche » s’applique à l’étendue définie par les marqueurs 1 et 4, la
méthode « Berge lit majeur droite » s’applique à l’étendue définie par les

65
Génériques CRS et Topographie
marqueurs 5 et 3, la méthode « Lit mineur » s’applique à l’étendue
définie par les marqueurs entre 4 et 5. Si les marqueurs 4 et 5 n’existent
pas, le coefficient de rugosité « Lit mineur » s’applique de manière
uniforme tout le long du profil en travers.
 Distributed (Spécifique) : le coefficient de rugosité doit être défini pour
chaque point du profil depuis le tableau de données brutes, dans la
colonne Resistance. La valeur définie pour un point spécifique s’applique
à l’étendue séparant ledit point du point qui le précède.

Processed data. (Données traitées) Le sous-onglet Processed data répertorie les


propriétés hydrauliques du profil en travers qui seront utilisées lors de la simulation.
Des données déjà traitées stockent les valeurs de la section d'écoulement, son rayon,
sa largeur, sa résistance et sa débitance en fonction du niveau de l’eau. Les détails de
ces variables sont présentés ci-après :

 Level (Niveau) : niveaux faisant l’objet de calcul des données traitées


dans les profils en travers. Par défaut, les niveaux sont définis par
l’intervalle allant de la valeur Z la plus basse à la valeur Z la plus élevée
dans le tableau de données brutes.
 Cross section area (Section d’écoulement) : section d’écoulement active
calculée à partir des données brutes. La section d’écoulement active est
déterminée selon la surface totale de la section d'écoulement ajustée avec des
valeurs potentielles de résistance à partir de 1 dans le sous-onglet Raw data
(consulter le manuel de référence MIKE 1D).
 Radius (Rayon) : résistance ou rayon hydraulique selon le type sélectionné
dans la liste déroulante Radius type.
 Storage width (Largeur de stockage) : largeur de la surface de l’eau pour un
niveau d’eau donné.
 Resistance : facteur utilisé pour définir une résistance variable ou dépendante
du niveau de l’eau. Le facteur de résistance peut contenir les deux types de
valeurs suivants, selon le type de résistance sélectionné dans le sous-onglet
Raw data :
– Si le type de rugosité sélectionné est « Relative resistance » : la
valeur de résistance est interprétée en tant que facteur multiplicateur
ou diviseur du coefficient de rugosité dans
l’onglet Conduites et canaux > Sous-onglet Frottements lors de
la simulation afin d’obtenir une rugosité dépendante du niveau d’eau
dans le profil. Ainsi, le facteur de résistance opère comme coefficient
proportionnel de la rugosité dépendante de l’eau dans le profil en
travers. Remarque importante : pour ce type de résistance, un
facteur supérieur à 1 augmente la rugosité actuelle du lit fluvial, alors
qu’un facteur inférieur à 1 la diminue. Donc, lorsque le type de
résistance « Manning (M) » est sélectionné, la valeur de Manning’s
M est divisée par ce facteur. Mais lorsque le type de résistance
« Manning (n) » est sélectionné, la valeur de Manning’s n est
multipliée par ce facteur.

– Si le type de rugosité sélectionné est le coefficient de rugosité


absolue (Manning’s n, Manning’s M ou méthode Chezy) : la colonne
de rugosité contient les valeurs effectives appliquées à la
simulation. Les valeurs entrées dans la colonne rugosité peuvent
donc être exprimées en valeurs de Manning’s n, Manning’s M ou
66
Génériques CRS et Topographie

Chezy.

 Conveyance (débitance) : les valeurs de débitance ne sont pas utilisées dans


la simulation mais sont affichées dans les données traitées dans le but
d'illustrer la croissance stricte de débitance proportionnelle au niveau d’eau. Il
s’agit d’une donnée clé pour l’écoulement à l’air libre.

Il est également possible d’ajouter manuellement une surface de stockage


supplémentaire, elle aussi proportionnelle au niveau d’eau. Une surface de stockage
supplémentaire permet de stocker des volumes d’eau supplémentaires dans le profil
en travers, ce qui ne peut pas être représenté dans la géométrie du profil, dans les
données brutes. Le niveau d’eau calculé dans cet espace de stockage reste
strictement égal à celui du profil en travers. Cela est notamment utile pour représenter
les petits espaces de stockage associés aux branches principales, comme les lacs, les
baies ou même les petits avaloirs. Les valeurs des surfaces de stockage
supplémentaires (add. storage area) définissent la surface de l’eau pour un niveau
d’eau donné. Aucune valeur par défaut n’est attribuée aux surfaces de stockage
supplémentaires lors du calcul automatique des données brutes : la valeur doit être
entrée par l’utilisateur. Pendant la simulation, les données traitées sont interpolées
pour couvrir tous les niveaux d’eau détectés pendant la simulation.

Remarque : les données traitées sont essentielles à la simulation car elles définissent
l’aspect hydraulique des profils en travers. De ce fait, il est primordial de vérifier
minutieusement les données traitées et de s’assurer qu’elles décrivent les paramètres
hydrauliques avec fidélité.

Par exemple, il est important de s’assurer que le graphe du profil soit « lissé » de
façon à reproduire les changements progressifs provoqués par les différents niveaux
d’eau. Si le graphe représente trop de changements abrupts, il sera peut être
nécessaire d'éditer les niveaux d’eau dont les données traitées feront l’objet de
simulation. De plus, il arrive fréquemment que les données dans la colonne de
débitance ne fassent pas état d’une croissance stricte. Cela arrive en particulier pour
les profils en travers fermés ou lorsque la géométrie du profil décrit une augmentation
soudaine de la largeur, mais aussi lorsque le type de rayon est défini sur « Rayon
hydraulique ». Dans ce cas, il est fortement recommandé (voire absolument
nécessaire) de consacrer plus de temps à ajuster les propriétés du profil de manière à
ce que la courbe de débitance représente une croissance stricte. Sans cela, la
simulation des niveaux d’eau risque de rencontrer d'importantes instabilités pour les
valeurs de débitance n’augmentant pas.

Pour optimiser les propriétés d’un profil en travers ouvert, il est recommandé de
sélectionner un type de rayon (Radius type) « Resistance radius ». Une autre méthode
permettant de conserver le type « Rayon hydraulique » consiste à diviser
manuellement le profil en plusieurs sections en ajustant les coefficients de rugosité
relative dans le sous-onglet Raw Data aux points du profil ou la forme du profil
change considérablement (ex : changer une valeur de résistance relative de 1000 en
1001 « force » la calculateur de données traitées à diviser la simulation de ces
données en plusieurs sections, arrangeant ainsi le problème de courbe de débitance
abrupte.

Remarque : les coefficients répertoriés dans la colonne Débitance ne sont pas les
valeurs de débitance effectives. Selon le type de résistance sélectionné dans le sous-
onglet Processed data, la débitance effective dépend des valeurs de résistance
définies dans l’onglet Conduites et canaux > Sous-onglet Frottements. Cependant,
il a été décidé que les valeurs de débitance affichées ne comprendraient pas les
67
Génériques CRS et Topographie
coefficients de rugosité. Par conséquent, la débitance affichée dans les données
traitées ne reflète pas la véritable débitance, mais peut être utilisée comme outil
d’analyse de la tendance de débitance en fonction des différents niveaux d’eau dans le
profil en travers. Ces données doivent subir une croissance stricte proportionnelle au
niveau d’eau afin d’assurer des résultats de simulation fiables.

Vous pouvez ajouter une nouvelle ligne ou supprimer la ligne active dans le tableau en
cliquant respectivement sur les boutons <+> ou <-> en haut du tableau.

Option « Allow for recalculation » Lorsque cette option est cochée, le logiciel peut
effectuer un recalcul automatique des données. Un nouveau calcul des données est
effectué lorsqu’un changement est opéré dans les propriétés du profil en travers et
uniquement en cliquant sur le bouton <Recompute> (Effectuer un nouveau calcul).
Dans les cas où les données traitées ont été définies manuellement, il est préférable
de décocher cette option pour s’assurer que ces données resteront inchangées après
le nouveau calcul.

Si l’option « Allow for recalculation » est cochée, les données traitées sont aussi
calculées de nouveau lorsque vous enregistrez le modèle

Recompute. (Effectuer un nouveau calcul) Ce bouton est uniquement actif lorsque


l’option Allow for recalculation est cochée. Cliquez sur ce bouton pour calculer de
nouveau toutes les données traitées dans le tableau.

Radius type. (Type de rayon) Trois types de rayon sont disponibles :

 Resistance radius (Rayon hydraulique) : une formule de rayon hydraulique


est utilisée.
 Effective area, hydraulic radius (Surface effective, rayon hydraulique) :
formule de rayon hydraulique où la surface est ajustée à la surface
effective en fonction de la variation de la résistance relative.
 Total area, hydraulic radius (Surface totale, rayon hydraulique) :
formule de rayon hydraulique où la surface totale est égale à la
surface physique effective du profil en travers.

Levels. (Niveaux) Vous pouvez choisir parmi les options Automatique, Équidistant et
Défini par l’utilisateur. La méthode de sélection Automatique n’utilise pas toujours le
nombre de niveaux définis. Cela arrive lorsqu’un nombre inférieur de niveaux est
suffisant pour décrire la variation des paramètres du profil. Vous pouvez ensuite définir
le nombre de niveaux que vous souhaitez appliquer.

Angle correction. (Correction d’angle) Vous pouvez choisir d’appliquer une


correction d’angle au profil en travers. Une correction peut être nécessaire dans les
situations où le profil en travers n’est pas perpendiculaire à la ligne centrale de la
rivière. Pour activer cette correction, cochez la case « Apply » (Appliquer), puis
définissez manuellement le degré de correction approprié.

La correction effectuée est une simple projection du profil en travers de la normale sur
le thwaleg de la rivière (lectures des corrections).



68
Génériques CRS et Topographie

Où comme illustré ci-dessous

Illustration 3.42 Croquis d’angle de correction

Remarque : la correction des coordonnées X n’entraîne pas de modifications des


données brutes, uniquement des données traitées.

Sous-onglet Cross section plot (Graphes Profils en travers)


Permet de présenter le graphique représentatif du profil en travers actif, ou
éventuellement plusieurs graphiques de différents profils en travers lorsque l’option
« Draw history on plots » (Afficher l’historique sur le graphe), dans le sous-
onglet Général, est cochée. La courbe représente les valeurs définies dans le tableau
de données brutes. L’axe des abscisses définit les valeurs S et l’axe des ordonnées
les valeurs Z plus la valeur de référence (datum).

Les points entourés en rouge sur le graphique indiquent la position des marqueurs 1, 2
et 3.

La courbe bleue représente les valeurs de résistance pour ce profil en travers.

Pour gérer les paramètres et l’apparence du graphe, ouvrez le menu contextuel du


graphe. Faites clic droit n’importe où sur le graphique. Un menu apparaît comme
illustré ci-dessous.

69
Génériques CRS et Topographie

Illustration 3.43 Menu des options du graphe de profil en travers

Le menu des options comprend trois sections principales :

 La première section présente les options de zoom : Zoom in (Faire un


zoom avant), Zoom to full extent (Visualiser la totalité du graphe) et
Previous/Next zoom (Revenir à la précédente vue/Rétablir la dernière
vue).
 La deuxième section présente les options d’apparence et d’export du
graphe : Clear history (Réinitialiser l’historique), Copy to clipboard
(Copier vers le presse-papier), Save to image file... (Enregistrer en tant
qu’image...), Print... (Imprimer...). Vous pouvez également changer la
palette de couleur du graphique en cliquant sur « Symbology dialog... ».
 La troisième section présente les modes d’édition des données brutes
du profil actif sur le grape. Les modes suivants sont disponibles :
– Select point (Sélectionner point) : lorsque ce mode est actif, il est
possible de sélectionner de sélectionner un point du profil,
permettant ainsi d’activer le point dans le tableau des données
brutes.

– Move point (Déplacer points) : lorsque ce mode est actif, il est


possible de bouger les points directement depuis le graphique. Le
tableau des données brutes sera actualisé en conséquence.

– Insert point (Insérer point) : lorsque ce mode est actif, vous pouvez
insérer de nouveaux points au profil en travers. Les points insérés
sont interpolés entre deux points déjà existants et peuvent ensuite
être déplacés.

– Delete point (Supprimer point) : lorsque ce mode est actif, les


points peuvent supprimer.

Sous-onglet Processed data plot (Graphe Données traitées)


70
Génériques CRS et Topographie

La vue graphique permet de présenter le les données du profil en travers actif, ou


éventuellement les données de différents profils en travers lorsque l’option « Draw
history on plots » (Afficher l’historique sur le graphe), dans le sous-onglet
Général, est cochée. La courbe représente les valeurs définies dans le tableau de
données traitées. L’axe des ordonnées représente les valeurs de niveau et l’axe des
abscisses un des éléments du tableau (la surface, le rayon, la largeur, la surface de
stockage supplémentaire, la résistance ou la débitance). Les éléments représentés
sont sélectionné par la liste déroulante au-dessus du graphique.

Pour gérer les paramètres et l’apparence du graphe, ouvrez le menu contextuel du


graphe.

71
Modélisation hydrologique

4 Modélisation hydrologique
MIKE URBAN+ fournit un ensemble d'outils adaptables, et des modèles de calculs
permettant de modéliser les ruissellements de surface et l'infiltration sur les bassins
versants urbains et semi-ruraux. Par conséquent, l'utilisateur peut rapidement mettre
en place un modèle précipitations/ruissellement avec la précision souhaitée en matière
de discrétisation et de données d'entrée du modèle. Il peut ensuite utiliser les débits
résultants pour le calcul hydraulique en tant que débits injectés dans le système de
collecte.

Cette rubrique fournit une procédure détaillée pour réaliser des modèles
hydrologiques.

Modéliser le ruissellement en milieu urbain et l'infiltration sous MIKE URBAN+


nécessite de comprendre les données requises et les méthodes utilisées. L’illustration
4.1 présente un schéma explicatif de la modélisation de précipitation-ruissellement.
Remarque : MIKE URBAN+ permet de modéliser des infiltrations dépendantes des
précipitations (RDI - rainfall-dependant infiltration). Cette méthode est abordée plus
précisément dans la rubrique réservée aux paramètres RDI, et n’est pas représentée
dans le schéma 4.1.

En principe, les calculs hydrologiques et les utilisations qui en découlent en tant que
source d’approvisionnement du réseau représentent deux étapes distinctes dans le
processus de modélisation. Cependant, MIKE URBAN+ offre la possibilité de lancer
les deux simulations de manière simultanée.

La modélisation de ruissellement de surface prend en compte les éléments suivants :

 Les bassins versants


 Si l'utilisateur a prévu de faire un calcul hydraulique par la suite, il doit
définir les connexions des bassins versants, c'est-à-dire les points
d’entrée des ruissellements dans le réseau.
 La définition des modèles hydrologiques utilisés
 Les précipitations (facultatifs : température et évapotranspiration)
 Lancement des calculs hydrologiques

Le ruissellement calculé est fréquemment utilisé en tant qu’apport hydraulique au


système de collecte. Pour cela, deux étapes sont nécessaires :

 Déclarer les résultats de simulation de ruissellement en tant qu’apport


hydraulique au système
 Lancer la simulation du système

Dans MIKE URBAN+, les simulations de ruissellement et d’hydrodynamiques du


système sont effectuées en simultanée. Ces deux simulations peuvent cependant être
lancées séparément, si nécessaire.

De plus, la réussite de la modélisation dépend du calage du modèle et de sa


validation. En effet, il faut s'assurer que les débits calculés reproduisent le plus
fidèlement possible les débits observés en réseau. Le calage et la validation sont deux
étapes primordiales du processus de modélisation qui doivent être effectuées
minutieusement.
72
Modélisation hydrologique

Illustration 4.1 Schéma explicatif de la modélisation hydrologique

4.1 Bassins versants


Les bassins versants sont essentiels pour la modélisation hydrologique. Sous
MIKE URBAN+, l’élément bassin versant représente les divers types de bassins
versants hydrologiques urbains et les zones de récupération des eaux usées. Ils sont
représentés sur la carte par des polygones géographiques. Ainsi, les bassins versants
peuvent être exploités en modélisation hydrologique ou en tant que source
d’approvisionnement des eaux usées.

Pour la modélisation hydrologique, les bassins versants sous MIKE URBAN+ sont
considérés comme des unités hydrologiques sur lesquelles l'eau ruisselle ou s'infiltre
(RDI). Les calculs sont effectués sur la base d'un ensemble unique de paramètres et
de données d’entrée. Les bassins versants représentent le degré de discrétisation du
modèle hydrologique.

Tous les bassins versants sont définis sur la même couche dans MIKE URBAN+. C'est
uniquement après avoir défini les connexions d'un bassin versant au réseau, qu'il peut
devenir une source d’apports hydrologiques pour le réseau modélisé.

73
Modélisation hydrologique

Les bassins versants peuvent être édités depuis la Carte ou depuis l’onglet Bassins
Versants. Pour plus d’efficacité dans la préparation des données de bassins versants,
vous pouvez utiliser les deux modes d’édition qui, bien souvent, se complètent.

Sur la carte, vous avez accès aux outils Créer, Éditer, Supprimer et Scinder
permettant de définir avec précision l’étendue physique et numérique du bassin
versant. Pour plus de précisions sur les outils de définition graphique, consultez le
guide du modélisateur.

L’onglet Bassins versants est utilisé pour :

 Renseigner les attributs des bassins. Cependant, il est possible


d'insérer des bassins versants directement depuis l’onglet Bassins
versants. Ils sont alors représentés par un quadrilatère.
 Connecter les modèles de réseaux et les données hydrologiques aux
modèles pluie-débit.
 Renseigner les attributs des modèles hydrologiques. Vous pouvez
aussi renseigner les attributs des bassins selon les nombreux
modèles hydrologiques disponibles sur MIKE URBAN+.

Pour ouvrir l’onglet Bassins versants, cliquez sur Arborescence Modèle > Branche
Bassins versants > Onglet bassins versants.

Illustration 4.2 Onglet Bassins versants

La section Identification de l’onglet permet de renseigner les informations du bassin


relatives à son identification et à sa position géographique.

74
Modélisation hydrologique

Illustration 4.3 Onglet bassins versants, section Identification

Tableau 4.1 Tableau des données à renseigner dans la section Identification de Bassins versants

Champ d'édition Description Usage Nom du champ


dans la table de
données
ID Identifiant unique Oui MUID
du bassin versant
X Coordonnée Calculé -Dérivée-
géographique X du automatiquement
bassin versant (en lecture seule)
Y Coordonnée Calculé -Dérivée-
géographique Y du automatiquement
bassin versant (en lecture seule)

D’autres données relatives à la modélisation hydrologique et aux connexions entres


modèles sont répertoriées dans les sous-onglets de l’onglet Bassins Versants. Ces
données sont décrites ci-après.

4.1.1 Sous-onglet Géométrie


Données générales relatives à la géométrie du bassin et à l’équivalent habitants
définis dans le sous-onglet Géométrie.

Dans MIKE URBAN, l'étendue géographique d'un bassin versant est déterminée par le
périmètre du polygone correspondant. MIKE URBAN+ répertorie toutes les
informations des bassins versants définis par la géométrie des polygones sur la Carte.

Dans certains cas, les limites géographiques d'un bassin versant ne coïncident pas
avec la véritable surface drainée. Par exemple, dans un cas où un bassin versant est
délimité administrativement, mais que le réseau ne draine que certaines parties de la
surface délimitée par le bassin versant. Dans certains cas, l'utilisateur peut définir lui-
même la valeur de la surface BV. Elle prévaut alors sur la surface géométrique
effective dans les calculs hydrologiques.

75
Modélisation hydrologique

Illustration 4.4 Onglet Bassins versants, sous-onglet Géométrie

Tableau 4.2 Attributs géométriques de l’onglet Bassins versants (Table msm_Catchment)

Champ d'édition Description Usage Nom du champ


dans la table de
données
Modèle Liste déroulante Oui HydrologicalModel
hydrologique permettant de No
sélectionner le
modèle
d'écoulement
hydrologique pour
le bassin versant.
Surface BV Surface BV Optionnel
adéquate pour le
projet en cours (<=
Surface géom)
(Zone géom.) Surface Calculé -Dérivée-
géométrique du automatiquement
polygone de BV (en lecture seule)
calculée
automatiquement.
Équivalents Unité per capita de Oui, Personnes
Habitants charge de bassin utilisé en tant que
méthode pour
définir la charge
d’eaux usées

76
Modélisation hydrologique

4.1.2 Description

Le sous-onglet Description de l’onglet Bassins versants permet à l’utilisateur


d’ajouter des informations supplémentaires sur bassin versant défini.

Illustration 4.5 Onglet Bassins versants, sous-onglet Description

Tableau 4.3 Attributs Description de l’onglet Bassins versants (Table msm_Catchment)

Champ d'édition Description Usage Nom du champ


dans la table de
données
Description Champ textuel permettant d’ajouter Optionnel Description
une description au bassin versant.

Source données Référence à la source de donnée Optionnel DataSource


externe (ID table) d’où les données
ont été extraites.

ID GPR Référence à un ID utilisé dans la Optionnel AssetName


base de données externe

Etat État des données permettant de Optionnel Element_S


suivre l’évolution de la source
d’informations.

Type Réseau Associe le bassin versant à un Optionnel NetTypeNo


certain type de réseau. Utilisé
notamment dans les cas où
différents types de réseaux font
partie d’un même projet.
Bouton <Ajouter Permet d’ajouter une image du Optionnel -
image> bassin versant. Formats acceptés :
fichiers images .PNG,
.JPG et BMP

77
Modélisation hydrologique

4.2 Les modèles hydrologiques


Les bassins versants doivent être définis par un type de modèle hydrologique. Ces
modèles hydrologiques répertorient des informations nécessaires pour définir
correctement le bassin versant. Chacun des modèles proposés est éditable dans un
sous-onglet approprié.

Il existe deux types de modèles hydrologiques pour les bassins versants urbains :

 Modèle de ruissellement de surface : Ce sont les plus utilisés en


hydrologie urbaine. La caractéristique commune à tous ces modèles est
que seule l’eau qui ruisselle en surface est calculée. Cela implique une
discontinuité dans les hydrogrammes : le débit augmente au début d'un
événement pluvieux, et retombe à zéro à la fin de la pluie. Ainsi, de tels
modèles conviennent pour des bassins versants assez densément
urbanisés, avec une majeure partie de leur surface imperméable, et pour
l'analyse d'événements uniques (par exemple pour représenter des
pluies d'une certaine période de retour). Ces modèles ne fournissent pas
de résultats réalistes dans les bassins versants à dominante rurale et
pour des analyses longues durées mettant en jeu plusieurs séries de
pluies.
 Les modèles hydrologiques continus : Ces modèles gèrent l’équilibre de
volume de précipitations en utilisant des concepts plus ou moins
complexes. Par conséquent, l'écoulement généré comprend à la fois le
ruissellement de surface et les écoulements souterrains. Comme les
échelles de temps mises en jeu sont beaucoup plus longues, les
hydrogrammes de ruissellement semblent pratiquement continus. La
propriété importante des modèles continus est la mémoire hydrologique,
c'est-à-dire la capacité à modéliser la réaction du bassin versant à la suite
de certains événements pluvieux en fonction des pluies qui ont précédé.
Ce type de modèle est essentiel dans la modélisation longue durée et
pour les bassins versants à dominante rurale. Par contre, ces modèles
sont absolument inaptes pour modéliser une réponse rapide à un
événement pluvieux sur un bassin versant très urbanisé.

MIKE URBAN+ propose plusieurs modèles de surface et un type de modèle continu.


Modèles de ruissellement de surface disponibles :

 Modèle des courbes Aire-Temps (A)


 Modèle de l'onde cinématique (B)
 Modèle du réservoir linéaire (C1 et C2)
 Méthode de l'hydrogramme unitaire (UHM)

Les modèles hydrologiques continus sont définis en tant que RDI (Infiltrations liées aux
précipitations - Rainfall Dependant Infiltration).

Tous les modèles de ruissellement de surface peuvent fonctionner de manière


autonome ou en combinaison avec la méthode RDI.

MIKE URBAN+ permet aussi de combiner différents types de modèles pour un seul
bassin versant lors de simulation de ruissellement.
78
Modélisation hydrologique

Les modèles sont décrits en détails dans les prochaines rubriques et dans le manuel
de référence MIKE 1D.

4.2.1 Méthode des courbes Aire-Temps (A)

La méthode des courbes Aire-Temps est un modèle de ruissellement de surface


nécessitant un faible nombre de données. La modélisation est basée sur une analyse
simplifiée des pertes hydrologiques, et une transformation de la pluie en débit par la
méthode des courbes Aire-Temps. Consultez le manuel de référence MIKE 1D pour
plus de détails techniques sur cette méthode.

Données du modèle
Les champs et attributs à renseigner dans l’onglet sont fournis dans le Tableau 4.4.

Illustration 4.6 Sous-onglet Aire-Temps

Tableau 4.4 Données à renseigner dans le sous-onglet Aire-Temps (Table msm_Catchment)

Champ d'édition Description Utilisé ou Nom du champ


requis pour la dans la base de
simulation données
Imperméabilité Pourcentage Oui ModelAImpArea
d’imperméabilité de
la surface effective
du modèle
Jeu de paramètres Permet de Oui ModelAParAID
sélectionner
l'ensemble des
paramètres du
modèle utilisés pour
un bassin versant
spécifique.
Paramètres locaux Permet d'utiliser les Optionnel ModelALocalNo
paramètres individuels
de manière locale.

79
Modélisation hydrologique

Onglet Paramètres Aire-Temps


Le modèle des courbes Aire-Temps utilise plusieurs paramètres. Pour des raisons
pratiques, ces paramètres ont été regroupés en « jeux de paramètres », qui peuvent
ensuite être associés à certains bassins versants. Cela signifie que le modèle peut
être défini avec un nombre limité d’informations, en offrant tout de même la possibilité
d’appliquer individuellement une variation spatiale de paramètres de modèles à
chaque bassin individuellement en définissant uniquement des valeurs locales.

De nouveaux jeux de paramètres peuvent être insérés et les valeurs individuelles de


paramètres peuvent être modifiées depuis l’onglet Paramètres Aire-Temps.

MIKE URBAN+ comprend un jeu de paramètres par défaut (-DEFAULT-). L'utilisateur


peut insérer un nombre illimité de jeux de paramètres et les modifier en fonction des
besoins.

Illustration 4.7 Onglet Paramètres Aire-Temps (Bassins versants > Paramètres Aire-Temps)

Les champs à renseigner dans l’onglet et la base de données d’origine sont


répertoriés dans le Tableau 4.5.

80
Modélisation hydrologique

Tableau 4.5 Aperçu des champs à renseigner dans l’onglet Paramètres Aire-Temps (Table
msm_HParA)

Champ d'édition Description Utilisé ou requis Nom du champ


pour la dans la base de
simulation données
ID ID du paramètre Aire- Oui MUID
Temps défini
Temps de Temps de Oui ConcTime
concentration concentration
Pertes initiales Pertes initiales Oui InitLoss
(première
humidification,
interception, fossés
localisés)
Facteur de réduction Facteur de réduction Oui RedFactor
hydrologique
Courbe aire-temps Permet d'utiliser une Oui TAMethodNo
courbe Aire-Temps
prédéfinie, ou une
relation Aire-Temps
calculée
analytiquement
Courbe Aire-Temps Courbe Aire-Temps Optionnel, TACurveID
sélectionnée alternativement
avec TA-CoeffID
Coeff. TA Valeur du coefficient Optionnel, TACoeff
de courbe analytique alternativement
TA avec TA-CurveID

Onglet Courbes et relation, Courbes Aire-Temps


Le modèle des courbes Aire-Temps utilise des courbes isochrones prédéfinies (sauf si
une courbe analytique est appliquée). Une courbe Aire-Temps représente la partie
contributive du bassin versant en fonction du temps. Implicitement, les courbes
isochrones dépendent de la forme du bassin versant connecté à l'exutoire.

MIKE URBAN+ propose trois courbes Aire-Temps par défaut : TACurve1, TACurve2 et
TACurve3, respectivement applicables aux bassins versants rectangulaires,
divergeant et convergents (voir illustrations ci-dessous).

81
Modélisation hydrologique

Illustration 4.8 Les trois courbes Aire-Temps par défaut

Vous pouvez définir un nombre indéfini de courbes Aire-Temps. Elles peuvent être
créées et éditées dans l’onglet Courbes et relations dans arborescence Modèle >
branche Tables > onglet Courbes et relations. Chaque table Aire-Temps doit
commencer avec deux valeurs (0,0) et doit se terminer avec deux valeurs représentant
la totalité (par défaut, MIKE URBAN+ garde les courbes TA en pourcentage (%), les
deux dernières valeurs de la table doivent donc être (100,100)).

Illustration 4.9 L’onglet Courbes et relations présentant une courbe Aire-Temps définie par
l'utilisateur

82
Modélisation hydrologique

4.2.2 Méthode de l'onde cinématique (B)

L’onde cinématique (Modèle B) est un modèle de ruissellement de surface qui


nécessite un nombre modéré de données d'entrée. La modélisation repose sur une
analyse détaillée des pertes hydrologiques (telles que l'infiltration) et sur le routage des
eaux pluviales en débit par la formule de l'onde cinématique (Manning). Consultez le
manuel de référence MIKE 1D pour plus de détails techniques sur cette méthode.

Données Modèle

Illustration 4.10 Sous-onglet Onde cinématique

Les champs et les attributs à renseigner dans l’onglet sont fournis dans le Tableau 4.6.

83
Modélisation hydrologique

Tableau 4.6 Champs à renseigner dans l’onglet Onde cinématique

Champ d'édition Description Utilisé ou requis Nom du champ


pour la dans la base de
simulation données
Longueur Longueur Oui ModelBLength
caractéristique du
bassin versant
Pente Pente représentative Oui ModelBSlope
du bassin versant

Paramètres Permet de sélectionner Oui ModelBParBID


l'ensemble des
paramètres du modèle
utilisés pour le bassin
versant en question
Surface (cinq champs) Fractions de surface Oui ModelBAISteep,
de chaque catégorie, ModelBAIFlat, Mod-
sous forme de elBAPSmall, Model-
pourcentage de la BAPMedium,
surface totale du ModelBAPLarge
bassin versant
modélisé
Striclker locaux Permet d'utiliser les Optionnel ModelBLocalNo
paramètres individuels
de manière locale.
Coefficient de Strickler Valeur locale du Optionnel ModelBMISteep,
(5 champs) coefficient de Manning ModelBMIFlat,
pour les différents ModelBMPSmall,
types de surfaces de ModelBMPMedium,
bassins versants ModelBMPLarge

Onglet Paramètres Onde Cinématique


Le modèle d'onde cinématique nécessite un certain nombre de paramètres. Pour des
raisons pratiques, ces paramètres ont été regroupés en ensembles de paramètres, qui
peuvent ensuite être associés à certains bassins versants. Cela permet de renseigner
les données du modèle à l'aide d'un nombre très restreint d'informations, en autorisant
cependant l'affectation de valeurs particulières à des bassins versants spécifiques.

De nouveaux jeux de paramètres peuvent être insérés et les valeurs de chaque


paramètre peuvent être modifiées à partir de l’onglet Paramètres Onde cinématique.
Pour ouvrir cet onglet, cliquez sur Arborescence Modèle > Branche Bassins
versants > Onglet Paramètres Onde Cinématique.

MIKE URBAN+ comprend un jeu de paramètres par défaut (-DEFAULT-). L'utilisateur


peut insérer un nombre illimité de jeux de paramètres et les modifier en fonction des
besoins.

84
Modélisation hydrologique

Illustration 4.11 Onglet Paramètres Onde Cinématique (Bassins versants > Paramètres
Onde Cinématique)

Les champs à renseigner dans l’onglet et la base de données d’origine sont


répertoriés dans le Tableau 4.7.

Tableau 4.7 Champs à renseigner dans l’onglet Paramètres Onde cinématique (Table
msm_HParB)

Champ d'édition Description Utilisé ou Nom du champ


requis pour la dans la base de
simulation données
ID Paramètres ID du paramètre Aire- Oui MUID
Temps défini
Mouillage (cinq Pertes par mouillage Oui WetSteep, WetFlat,
champs) sur les différents types WetSmall,
de surfaces WetMedium,
WetLarge
Stockage (quatre Pertes par stockage Oui StorageFlat,
champs) sur les différents types StorageSmall,
de surfaces StorageMedium,
StorgaeLarge
Maximum (trois Capacité maximale Oui InfMaxSmall,
champs) d’infiltration d’Horton InfMaxMedium,
sur différents types de InfMaxLarge
surface
Minimum (trois Capacité minimale Oui InfMinSmall,
champs) d’infiltration d’Horton InfMinMedium,
sur différents types de InfMinLarge
surface

85
Modélisation hydrologique

Tableau 4.7 Champs à renseigner dans l’onglet Paramètres Onde cinématique (Table
msm_HParB) (suite)

Champ d'édition Description Utilisé ou Nom du champ


requis pour la dans la base de
simulation données
État humide (trois Exposant d’Horton en Oui InfExpWetSmall,
champs) conditions humides sur InfExpWetMedium,
différents types de InfExpWetLarge
surfaces
État humide (trois Exposant d’Horton par Oui InfExpDrySmall,
champs) temps sec sur InfExpDryMedium,
différents types de InfExpDryLarge
surfaces
Strickler (5 champs) Nombre de Manning Oui ManningSteep,
pour différents types ManningFlat,
de surfaces de bassins ManningSmall,
versants ManningMedium,
ManningLarge

4.2.3 Méthode du réservoir linéaire (C1 et C2)

Le modèle de réservoir linéaire Modèle (modèle C) est un modèle de ruissellement de


surface nécessitant peu de données d'entrée. La modélisation est basée sur une
analyse détaillée des pertes hydrologiques (prenant en compte l'infiltration) et sur le
routage des eaux pluviales en débit par la méthode de réservoir linéaire. Consultez le
manuel de référence MIKE 1D pour plus de détails techniques sur cette méthode.

MIKE URBAN+ propose deux versions de ce type modèle : C1 et C2. Ce sont deux
variantes du même modèle, qui sont utilisées selon les normes nationales
respectivement aux Pays-Bas et en France.

Réservoir linéaire C1, Données Modèle

Illustration 4.12 Sous-onglet Réservoir linéaire C1

86
Modélisation hydrologique

Un aperçu complet des champs à renseigner dans l’onglet et de leurs attributs


correspondants est fourni dans le Tableau 4.8.

Tableau 4.8 Données à renseigner dans le sous-onglet Réservoir linéaire C1 (Table


msm_Catchment)

Champ d'édition Description Utilisé ou requis Nom du champ


pour la simulation dans la base de
données
Surface active Surface active Oui ModelC1EffectiveA
rea
Jeu de paramètres Permet de Oui ModelC1ParCID
sélectionner
l'ensemble des
paramètres du
modèle utilisés
pour le bassin
versant en
question
Paramètres locaux Permet d'utiliser Optionnel ModelC1LocalNo
les paramètres
individuels de
manière locale.
Constante de temps Valeur locale de Optionnel ModelC1TimeCons
la constante de t
temps
Pertes initiales Valeur locale des Optionnel ModelC1Iloss
pertes initiales

Réservoir linéaire C2, Données Modèle

Illustration 4.13 Sous-onglet Réservoir linéaire C2

87
Modélisation hydrologique

Un aperçu complet des champs à renseigner dans l’onglet et de leurs attributs


correspondants est fourni dans le Tableau 4.9.

Tableau 4.9 Données à renseigner dans le sous-onglet Réservoir linéaire C2 (Table


msm_Catchment)

Champ d'édition Description Utilisé ou requis Nom du champ


pour la simulation dans la base de
données
Longueur Longueur Oui ModelCLength
caractéristique du
bassin versant
Pente Pente Oui ModelCSlope
représentative du
bassin versant
Imperméabilité Fraction de surface Oui ModelC2ImperviousAr
imperméable par ea
rapport à la surface
totale du bassin
versant modélisé
Jeu de paramètres Permet de Oui ModelC2ParCID
sélectionner
l'ensemble des
paramètres du
modèle utilisés
pour le bassin
versant en
question
Paramètres locaux Permet d'utiliser Optionnel ModelC2LocalNo
les paramètres
individuels de
manière locale.
Coefficient de réduction Valeur locale du Optionnel ModelC2RedFactor
coefficient de
réduction
hydrologique
Pertes initiales Valeur locale des Optionnel ModelC2Iloss
pertes initiales
Lag Time Valeur locale du Optionnel ModelC2LagTime
Lag Time

Onglet Paramètres Réservoir linéaire


Le modèle de Réservoir Linéaire utilise un certain nombre de paramètres. Pour des
raisons pratiques, ces paramètres ont été regroupés en « jeux de paramètres », qui
peuvent ensuite être associés à un bassin versant. Cela permet de renseigner les
données du modèle à l'aide d'un nombre très restreint d'informations, en autorisant
cependant l'affectation de valeurs particulières à des bassins versants spécifiques.

De nouveaux jeux de paramètres peuvent être créés et les valeurs individuelles des
paramètres peuvent être modifiées dans l’onglet Paramètres Réservoir linéaire.
Pour ouvrir cet onglet, cliquez sur Arborescence Modèle > Branche Bassins

88
Modélisation hydrologique

versants > Onglet Paramètres Réservoir linéaire.

MIKE URBAN+ comprend un jeu de paramètres par défaut (-DEFAULT-). L'utilisateur


peut insérer un nombre illimité de jeux de paramètres et les modifier en fonction des
besoins.

Illustration 4.14 Onglet Paramètres Réservoir linéaire C1 (Bassins versants > Paramètres
Réservoir linéaire) - Version néerlandaise.

Illustration 4.15 Onglet Paramètres Réservoir linéaire C2 (Bassins versants > Paramètres
Réservoir linéaire) - Version française.

Un aperçu complet des champs à renseigner dans l’onglet et de la base de données


d’origine sont répertoriés dans le Tableau 4.10.

89
Modélisation hydrologique

Tableau 4.10 Champs à renseigner dans l’onglet Paramètres Onde cinématique (Table
msm_HParB)

Champ d'édition Description Utilisé ou requis Nom du champ


pour la simulation dans la base de
données
ID ID du paramètre Oui MUID
Réservoir linéaire
défini
C1/C2 Cochez pour afficher Oui -
l'éditeur du modèle C1
ou du modèle C2
Pertes initiales Valeur locale des Oui Iloss
pertes initiales
Const. de temps Valeur locale de la Optionnel, CTime
constante de temps seulement pour
le modèle C1
Facteur de réduction Valeur locale du Optionnel, RFactor
coefficient de seulement pour
réduction hydrologique le modèle C2
Lag Time Valeur locale du Lag Optionnel, LagTime
Time seulement pour
le modèle C2
Infiltration Cochez ou décochez Optionnel InfitrNo
la case pour tenir
compte ou non de
l'infiltration dans les
calculs
Capacité maximale Capacité maximale Optionnel MaxCap
d’infiltration Horton d’infiltration Si l’infiltration est
ajoutée au
paramètre
Capacité minimale Capacité minimale Optionnel MinCap
d’infiltration Horton d’infiltration Si l’infiltration est
ajoutée au
paramètre
Const. de temps État Constance de temps Optionnel WetCond
humide d'infiltration en état Si l’infiltration est
humide ajoutée au
paramètre
Const. de temps Constance de temps Optionnel DryCond
Temps sec d'infiltration en temps Si l’infiltration est
sec ajoutée au
paramètre

4.2.4 Méthode de l'hydrogramme unitaire (UHM)

La méthode de l'hydrogramme unitaire (UHM) est un modèle simplifié de


transformation de la pluie en débit ruisselé qui peut être utilisé pour déterminer les
hydrogrammes de ruissellement consécutifs à n'importe quelle précipitation. Le calcul
hydrologique repose sur une analyse détaillée des pertes hydrologiques (c'est-à-dire le
calcul de la pluie en excès) et sur le calcul de l'hydrogramme ruisselé à partir d'un
90
Modélisation hydrologique

hydrogramme unitaire créé à cet effet. Consultez le manuel de référence MIKE 1D


pour plus de détails techniques sur cette méthode.

Illustration 4.16 Sous-onglet UHM

Un aperçu complet des champs à renseigner dans l’onglet et de leurs attributs


correspondants est fourni dans le Tableau 4.11.

Tableau 4.11 Données à renseigner dans le sous-onglet UHM (Table msm_Catchment)

Champ d'édition Description Utilisé ou requis Nom du champ


pour la dans la base de
simulation données
Coeff. corr. de Taille relative de la zone active Oui UHMAreaFactor
surface
Cp Facteur pic de l'hydrogramme Optionnel, UHMCp
seulement pour
la méthode du
SUH standard
Hydrogramme Méthode de calcul de Oui UHMMethodNo
l’hydrogramme
Pente Pente représentative du bassin Optionnel, UHMSuhSlope
versant seulement pour
la méthode du
SUH Alameda
Modèle Pertes Méthode de calcul des pertes Oui UHMLossModelNo
initiales
Pertes initiales Pertes initiales Optionnel, UHMInitLoss
seulement pour
la méthode de
pertes
constantes

91
Modélisation hydrologique

Tableau 4.11 Données à renseigner dans le sous-onglet UHM (Table msm_Catchment) (suite 1)

Champ d'édition Description Utilisé ou requis Nom du champ


pour la dans la base de
simulation données
Pertes Pertes constantes Optionnel, UHMConstLoss
constantes seulement pour la
méthode de pertes
constantes
Coeff. de Coeff. de ruissellement Optionnel, UHMRunoffCoeff
ruissellement seulement pour la
méthode des
pertes
proportionnelles
CN Curve number standard Optionnel UHMCurveNum
Seulement pour les
méthodes de
pertes SCS et SCS
généralisée
AMC Initial Cond. init. d’humidité Optionnel UHMAMC
Seulement pour la
méthode de pertes
SCS
Interception Hauteur Interception initiale Optionnel, UHMInitAbstractDe
initiale seulement pour la pth
méthode de pertes
SCS généralisée
Calcul du temps Méthode de calcul du temps de Oui UHMLagTimeMeth
de réponse - réponse odNo
Méthode
Temps réponse Temps de réponse défini par Optionnel, UHMLagTime
l'utilisateur seulement quand
le temps de
réponse est défini
par l’utilisateur
(personnalisé)
Longueur Longueur hydraulique du bassin Optionnel, UHMHydraulicLen
hydraulique versant seulement pour la gth
formule SCS
CN Curve Number (CN) du SCS Optionnel, UHMLagCurveNu
utilisé pour calculer le temps de seulement pour la m
réponse formule SCS
Pente Pente moyenne du bassin Optionnel, UHMSlope
seulement pour la
formule SCS
L Longueur du cours d'eau Optionnel, UHMSuhL
principal, de l'exutoire jusqu'au seulement pour
lieu de divergence du cours les méthodes
d'eau « standard SUH »
et « Alameda »

Ct Coefficient de ligne de partage Optionnel, UHMSuhCt


des eaux (bassin versant) seulement pour la
méthode de calcul
de temps de
réponse SUH
standard

92
Modélisation hydrologique

Tableau 4.11 Données à renseigner dans le sous-onglet UHM (Table msm_Catchment) (suite 2)

Champ d'édition Description Utilisé ou requis Nom du champ


pour la dans la base de
simulation données
Lc Longueur du cours d'eau Optionnel, UHMSuhLc
principal, de l'exutoire jusqu'au seulement pour
point le plus proche du les méthodes
barycentre du bassin « standard SUH »
et « Alameda »

Pente Pente moyenne du sol Optionnel, UHMStreamSlope


seulement pour la
méthode de calcul
du temps de
réponse « SUH
Alameda »
Facteur de Facteur de bassin Optionnel, UHMBasFactor
bassin seulement pour la
méthode de calcul
du temps de
réponse « SUH
Alameda »

4.2.5 RDI et débit additionnel

Un ruissellement continu provenant des bassins versants définis sous MIKE URBAN+
peut être modélisé à deux niveaux différents. Il est possible de définir un débit
additionnel constant ou d'utiliser la méthode de calcul RDI.

La deuxième option fait intervenir un modèle continu en Infiltration dépendante des


précipitations (RDI). La méthode RDI fournit un calcul continu et détaillé du trajet de
l'eau, utilisé pour modéliser des bassins versants urbains, ruraux, ou mixtes. Les eaux
pluviales sont stockées sous quatre formes différentes : neige, eau de surface, zones
d'interception (zone racinaire) et eau souterraine. Cela permet de modéliser en continu
le processus de ruissellement, ce qui est particulièrement utile lorsque l'on veut
analyser le comportement hydraulique ou les effets de la pollution à long terme.

Plutôt que de se contenter d'étudier la charge hydraulique dans le système de collecte


sur de courtes périodes d'événements pluvieux très intenses, on applique une analyse
longue durée pour observer les périodes de temps de pluie et de temps sec ainsi que
le débit entrant ou s'infiltrant dans le système. Cette technique fournit une
représentation plus réaliste de la charge hydraulique des stations de traitement et des
débordements d’eaux usées combinées.

Lorsque l'on observe les débits réels dans les systèmes de collecte, les pics de débit
durant les événements pluvieux sont souvent largement supérieurs à ceux pouvant
être engendrés par le ruissellement sur les surfaces imperméables. C'est une
conséquence du phénomène appelé « infiltration » résultant des précipitations
(« Rainfall Induced Infiltration »). Ce phénomène est différent que lorsque les
précipitations se transforment en ruissellement car il ne dépend pas uniquement des
précipitations, mais est aussi très influencé par la situation hydrologique réelle, c'est-à-
dire par la « mémoire » hydrologique des événements ayant précédé (ex : pluies,
saturation du sol, etc.). Pour un certain événement pluvieux, le débit ruisselé en
surface va donc dépendre des événements hydrologiques survenus dans la période
93
Modélisation hydrologique

ayant précédé cette pluie. L'infiltration résultant des précipitations est aussi
caractérisée par une réponse lente, qui a lieu quelques jours après l’événement
pluvieux.

D'un point de vue hydrologique, une partie de l'eau infiltrée se comporte de la même
façon qu’un débit entrant. Par conséquent, classer les apports hydrologiques totaux en
tant que débit infiltré ou débit ruisselé en surface n'est pas approprié dans la démarche
de modélisation.

Pour décrire de façon appropriée les composants constituant les hydrogrammes de


débit, qui se distinguent par leur comportement hydrologique, on utilise plutôt les
concepts suivants :

 FRC - Fast Response Component : comprend les composantes


« débit résultant de la pluie » et « l'infiltration rapide »
 SRC - Slow Response Componant : comprend la composante
« infiltration lente »

Ce qui distingue la composante FRC, c'est qu'elle n'est pas influencée par les
antécédents hydrologiques, c'est-à-dire le taux d'humidité du sol. Il s’agit en fait d’une
conséquence directe de la pluie. La composante FRC est composée des apports au
système de collecte et de l'infiltration rapide ne dépendant pas des conditions
hydrologiques précédentes.

Par ailleurs, la caractéristique majeure de la composante SRC est qu'elle dépend


fortement des antécédents hydrologiques et de la réponse lente aux précipitations. La
composante SRC est l'infiltration résultant des précipitations et de l'infiltration/débit de
temps sec.

Quand il est combiné avec un modèle de ruissellement de surface, le modèle RDI


fournit une modélisation précise des ruissellements urbains, affranchis des « normes »
de la modélisation urbaine.

L’Illustration 4.17 représente l'influence des antécédents hydrologiques pour les deux
composantes et leur réponse respective à un événement pluvieux.

94
Modélisation hydrologique

Illustration 4.17 Différentes réponses de bassins versants au même événement pluvieux, dues à
différentes conditions d'humidité du sol au début de l’événement

95
Modélisation hydrologique

Illustration 4.18 Schéma d’un modèle RDI

Données du modèle
Les données du modèle RDI sont stockées dans une table de données
msm_Catchment.

Illustration 4.19 Sous-onglet RDI

96
Modélisation hydrologique

Les champs à renseigner dans l’onglet et la base de données d’origine sont


répertoriés dans le Tableau 4.10.

Tableau 4.12 Champs à renseigner dans l’onglet RDI (Table msm_Catchment)

Champ d'édition Description Utilisé ou requis pour Nom du champ


la simulation dans la base
de données
Option Cochez cette option Optionnel RdiiNo
« RDI » pour activer la
fonction RDI
% surface Surface RDI sur Optionnel RdiiArea
l’ensemble de la si la case « RDI » est
surface modélisée cochée
Paramètres Permet de Optionnel ParRDiiID
sélectionner un si l’option « RDI » est
ensemble de cochée
paramètres du
modèle devant
être utilisé pour le
bassin versant en
question
Option Débit additionnel Cochez cette Optionnel AddFlowNo
option pour activer
un débit
additionnel

Débit Additionnel Valeur constante Oui, la valeur par défaut AddFlow


du débit est nulle.
additionnel

Onglet Paramètres RDI


Le modèle RDI utilise un certain nombre de paramètres. Pour des raisons pratiques,
ces paramètres ont été regroupés en « jeux de paramètres », qui peuvent ensuite être
associés à un bassin versant spécifique. Cela signifie que les données du modèle
peuvent être renseignées à l'aide d'un nombre très restreint de paramètres, en
permettant néanmoins d'affecter localement des valeurs particulières à des bassins
versants spécifiques.

Les nouveaux jeux de paramètres peuvent être insérés et les valeurs de chaque
paramètre peuvent être modifiées à partir de l'onglet Paramètres RDI. Pour ouvrir cet
onglet, cliquez sur Arborescence Modèle > Branche Bassins versants > Onglet
Paramètres RDI.

MIKE URBAN comprend avec un jeu de paramètres par défaut (-DEFAULT-).


L'utilisateur peut insérer un nombre illimité de jeux de paramètres et les modifier en
fonction des besoins.

97
Modélisation hydrologique

Illustration 4.20 Onglet Paramètres RDI (Bassins versants > Paramètres RDI)

Les paramètres RDI sont regroupés sous quatre différents sous-onglets :

 Paramètres principaux
 Paramètres seuil
 Paramètres eaux souterraines
 Conditions initiales

Les champs à renseigner dans l’onglet et la base de données d’origine sont


répertoriés dans les Tableau 4.13 à 4.15.

Tableau 4.13 Champs à renseigner dans le sous-onglet Paramètres principaux (Table


msm_HParRDII)

Champ d'édition Description Utilisé ou requis Nom du champ


pour la simulation dans la base de
données
ID ID du paramètre Oui MUID
RDI défini
Stockage max en Capacité de Oui Umax
surface (Umax) stockage en surface
Stockage max zone Capacité de Oui Lmax
racinaire (Lmax) stockage de la
zone racinaire
(inférieure)

98
Modélisation hydrologique

Tableau 4.13 Champs à renseigner dans le sous-onglet Paramètres principaux (Table


msm_HParRDII) (suite)

Champ d'édition Description Utilisé ou requis Nom du champ


pour la dans la base de
simulation données
Coefficient surface Fraction de précipitation se Oui Cqof
(CQof) transformant en
ruissellement de surface
Coeff. eau Taille relative du réservoir Oui GwCarea
souterraine (Carea) souterrain
TC Écoul. surface Constante de temps pour Oui Ck
(CK) la composante de
ruissellement de surface
TC ruiss. retardé Constante de temps pour Oui Ckif
(CKif) la composante de
ruissellement retardé
TC débit de base (BF) Constante de temps pour Oui Ckbf
la composante de débit de
base
Option « Fonte Permet de prendre en Oui SnowmeltNo
neige » compte l'eau stockée sous
forme de neige
Champ « Fonte Coefficient de fonte de Optionnel, si SnowmeltC
neige » neige l’option « Fonte
des neiges » est
cochée

Illustration 4.21 Sous-onglet Paramètres seuil

99
Modélisation hydrologique

Tableau 4.14 Champs à renseigner dans le sous-onglet Paramètres seuil

Champ d'édition Description Utilisé ou requis Nom du champ


pour la simulation dans la base de
données
Seuil écoul. surface Fraction de la capacité de Oui Tof
(Tof) stockage en surface
déclenchant le
ruissellement de surface

Seuil ruiss. Retardé Fraction de la capacité de Oui Tif


(Tif) stockage en surface
déclenchant l’écoulement
hypodermique

Seuil débit de base Fraction de la capacité de Oui Tg


(Tg) stockage en surface
déclenchant la recharge
des nappes souterraines

Illustration 4.22 Sous-onglet Conditions initiales

100
Modélisation hydrologique

Tableau 4.15 Champs à renseigner dans le sous-onglet Conditions initiales

Champ d'édition Description Utilisé ou requis Nom du champ


pour la simulation dans la base de
données
Stockage surface (U) Eau stockée en Oui InitU
surface au début
de la simulation
Humidité zone raci. (Of) Humidité contenue Oui InitL
dans la zone
racinaire au début
de la simulation
Écoulement surface (Of) Écoulement de Oui InitOf
surface initial au
début de la
simulation
Ruissellement retardé Écoulement Oui InitIf
(si) hypodermique au
début de la
simulation
Prof. eau souterraine Profondeur de Oui InitGwl
(Gwl) nappe souterraine
au début de la
simulation

Illustration 4.23 Sous-onglet Paramètres eaux souterraines

101
Modélisation hydrologique

Tableau 4.16 Champs à renseigner dans le sous-onglet Paramètres eaux souterraines

Champ d'édition Description Utilisé ou requis Nom du champ


pour la simulation dans la base de
données
Rendement spécifique Rendement spécifique de Oui GwSy
(GwSy) la nappe d’eau
souterraine (porosité)
Prof. eau sout. Min Profondeur supérieure de Oui GwLmin
(GwLmin) la couche géologique
constituant la nappe
souterraine
Prof. max eau sout. Profondeur inférieure de Oui GWLbf0
pour Q base (GWLbf0) la couche géologique
constituant la nappe
souterraine.
Prof. eau sout. Q Profondeur de nappe Oui Gwlfl1
capillaire unitaire souterraine provoquant
(GWLfl1) une circulation d'eau par
capillarité

4.2.6 RDI : directives de sélection des critères pour calcul du pas de temps

En calculant avec la méthode RDI, les pas de temps sont donnés de manière distincte
selon qu’il s’agisse du modèle de ruissellement de surface ou de la partie d’infiltration
dépendante des précipitations.

Les calculs RDI sont souvent faits avec un pas de temps relativement long (quelques
heures), tandis que les calculs avec un modèle de ruissellement de surface
nécessitent uniquement un pas de temps de l'ordre de quelques minutes.

Le pas de temps des calculs des modèles de ruissellement de surface servent


principalement à calculer le débit ruisselé en surface au cours du temps.

Généralement, le pas de temps de modélisation RDI est choisi en accord avec la


résolution des données pluviales. Par exemple le pas de temps de 24 heures
conviendrait uniquement si des données pluviales journalières étaient disponibles.
Cependant, dans le cas où il existe des données de précipitations avec des petits pas
de temps (par exemple quelques minutes), le pas de temps RDI doit être choisi en
accord avec la réponse aux précipitations. Par exemple, un pas de temps de deux à
quatre heures devrait être choisi, si on donne une valeur de huit heures à la constante
de temps CK (constante de temps pour l’écoulement de surface).

Pour minimiser le temps de calcul ainsi que la taille des fichiers résultats, les calculs
RDI sont utilisés en suivant les principes suivants :

Les calculs RDI sont réalisés de façon continue pour toute la période définie. Au
contraire, le calcul de ruissellement de surface ne s’effectue que lors d’un événement
pluvieux. Par conséquent, la date de début des calculs pour le modèle de
ruissellement de surface est fixée à la date de début de l’événement pluvieux. Les
calculs du modèle de ruissellement de surface continuent jusqu'à ce que
l'hydrogramme de sortie soit complètement atténué.

102
Modélisation hydrologique

La reprise sous le modèle RDI (Hotstart)


La fonctionnalité de reprise « Hotstart » du modèle RDI de MIKE 1D, permet de définir
de manière automatique les conditions initiales des différents stockages (à l'instant où
démarre la simulation) à partir d'un fichier résultat précédemment généré.

La structure et le contenu des fichiers résultats utilisés en tant que fichier HOTSTART
nécessitent que les séries temporelles spécifiées dans les conditions limites
commencent au moins pour la série où le temps de concentration Tc est le plus fort -
plus tôt que le fichier de reprise. Cela est nécessaire pour la construction correcte de
la composante du débit correspondant au ruissellement de surface (FRC).

Le fichier résultat RDI


MIKE URBAN+ génère deux fichiers résultats lors d’un calcul RDI. Ceux-ci sont :

1. Fichier *.RES1D, contenant au maximum cinq séries temporelles pour


chaque sous-bassin versant, précisément :
 Débit de sortie calculée avec le modèle de ruissellement de surface
(composante FRC)
 Débit de sortie calculé avec le modèle RDI (composante SRC)
 Débit total
 Variation de la quantité d'eau stockée en surface dans le modèle de
ruissellement de surface
 Variation de la quantité d'eau de surface stockée sous forme de neige dans
le modèle de ruissellement de surface

Des fichiers *.RES1D, contenant les informations détaillées sont utilisés en tant
que données d'entrées pour les calculs hydrodynamiques sous MIKE URBAN+.

2. Fichier *.NOF (optionnel), contiennent les renseignements détaillés concernant les


processus traités par le modèle RDI, par exemple :
 Différentes composantes du débit dans le modèle RDI
 Variation de la quantité d'eau dans les différentes surfaces de stockage du
modèle RDI.

Les fichiers *.NOF sont utilisés pour caler la composante SRC (la composante
d'infiltration lente du débit) et pour la partie HOTSTART de RDI.

Dans les fichiers *.RES1D, les séries temporelles sont enregistrées avec deux
intervalles différents, le plus court concerne les périodes pour lesquelles le modèle de
ruissellement de surface est utilisé, et le plus grand pour les périodes restantes. Dans
les fichiers *.NOF, les séries temporelles sont enregistrées sur un intervalle de temps
plus grand, qui sera égal au pas de temps utilisé pour les calculs RDI.

Validation RDI
Certains des paramètres du modèle RDI de MOUSE (qui servent à la fois pour le
calcul du ruissellement de surface et de l'infiltration) ont un sens physique réel.
Cependant, le choix final des valeurs de paramètres doit être basé sur une
comparaison avec les vraies mesures de débit historiques, car un grand nombre de
103
Modélisation hydrologique

ces caractéristiques sont empiriques.

Les débits mesurés disponibles et la période sur laquelle ils s'étalent ont une grande
importance dans l'évaluation de la crédibilité des valeurs de paramètres obtenues.
Idéalement, et pour une bonne précision, des séries temporelles contenant trois à cinq
ans de données de débits mesurés, avec des valeurs journalières, sont nécessaires
pour caler les paramètres RDI. Quelques longues séries temporelles s'étalant sur
plusieurs mois, avec des pas de temps plus petits, c'est-à-dire de l'ordre des minutes
ou des heures, selon la surface du bassin versant, sont nécessaires pour caler le
modèle de ruissellement de surface. Les séries temporelles mesurées sur des durées
plus petites sont également utiles, bien qu'elles ne fixent pas des valeurs optimales de
paramètres. Dans ce cas, il est très important que les séries temporelles représentent
différentes situations hydrologiques : c'est-à-dire, en général, les périodes humides ou
sèches.

Il ne faut pas cependant s'attendre à une correspondance exacte entre les calculs et
les mesures, et pour les zones où l'on dispose de mesures de moins bonne qualité, il
faut se contenter d'un calage moins précis. Dans ce cas, il est préférable de se fixer
sur les objectifs du modèle, et de se concentrer sur le calage des volumes annuels,
des pics de débit, ou des débits de base, en fonction du type d'analyse à réaliser avec
le modèle.

Il faut garder à l'esprit que la méthode RDI calcule une composante du débit
dépendant des précipitations. Quand l'on compare avec les débits mesurés, il faut
soustraire au débit total la composante du débit qui ne dépend pas des précipitations,
par exemple les eaux parasites.

Le modèle RDI calcule le débit total généré par un bassin versant, c'est-à-dire que les
débordements dans un sous bassin versant seront aussi inclus dans les calculs du
débit. Par conséquent, quand on fait la comparaison avec les pics de débit mesurés, et
que l'on vérifie le bilan en volumes d'eau, cela doit être pris en compte.

En principe, la validation du modèle dépend de la comparaison des hydrogrammes


mesurés et calculés. Comme il existe un nombre infini de possibilités pour décrire le
niveau de concordance entre deux hydrogrammes, il est recommandé d'établir
quelques critères de validation, c'est-à-dire une mesure de la précision du modèle,
appropriée pour l'application en question. Il y a plusieurs types de critères, tels que les
critères numériques basés sur les valeurs uniques (par exemple un pic de débit, un
volume, etc.) ou un critère numérique plus complexe basé sur l'analyse statistique des
séries temporelles modélisées et calculées. Il y a aussi différents types de critères
visuels, par exemple la comparaison de représentations graphiques des courbes des
valeurs calculées et mesurées en fonction du temps. La difficulté, c'est de trouver le
critère le plus adapté en fonction de l'utilisation que l'on veut faire du modèle.

Le choix d'un critère est important, car il peut affecter le choix final des valeurs de
paramètres et par là même, le comportement du modèle calé. Les critères numériques
sont, cependant limités, et par conséquent, il est indispensable de comparer
visuellement les deux hydrogrammes.

MIKE URBAN+ permet de comparer visuellement n'importe quelles séries temporelles


contenues dans la même base de données sur le même graphe. Par exemple, pour la
validation d'un modèle, les débits mesurés peuvent être représentés sur le même
graphique que les débits calculés pour être comparés.

104
Modélisation hydrologique

Dans la version actuelle du modèle RDI, il n'y a pas de calculs automatiques ou


d'évaluation des critères numériques spécifiques de validation mentionnés ci-dessus.
Si c'est nécessaire, il est possible d'exporter les séries temporelles vers une feuille de
calcul ou vers un autre programme, afin de faire une comparaison plus poussée de
ces séries.

Dans l'exemple représenté sur les illustrations, il y a des débordements. La méthode


RDI de MIKE URBAN+ ne peut pas décrire ce type de processus, ce qui complique le
choix du critère de validation.

Modèle de ruissellement de surface


Lorsque l'on modélise des réseaux d'eaux usées, ou des systèmes combinés,
habituellement une bonne estimation de la surface drainée par la composante FRC
(surfaces imperméables, etc.) peut être obtenue à partir des données physiques
(cartes, etc.). La vérification finale de la valeur de la composante rapide du débit (FRC)
du modèle devrait cependant être basée sur la comparaison avec les débits mesurés
pendant l’événement pluvieux.

Pour distinguer la composante Afrc (Modèle de ruissellement de surface) et la partie


lente de la composante SRC (Composante lente du débit dans RDI), des données de
débits s'étalant sur une durée assez longue sont nécessaires (quelques heures).

Pour caler les paramètres qui décrivent la réponse en débit à un événement, par
exemple tc (temps de concentration) et TAtype pour le modèle A, ou M, L et S pour le
modèle B, il est habituellement nécessaire de disposer d'une très bonne résolution
temporelle, de l'ordre de plusieurs minutes à quelques heures.

Modèle hydrologique général - RDI


Il n'est pas possible de déterminer les paramètres RDI à partir des mesures
géophysiques, car la plupart de ces paramètres sont de nature empirique. Il est par
conséquent nécessaire de disposer de débits mesurés sur la zone modélisée, de
façon à ce que les paramètres puissent être déterminés à partir de la comparaison
entre les débits mesurés et calculés au cours du calage.

Un premier calage d'introduction est réalisé visuellement en comparant les débits


mesurés et calculés. L'optimisation finale des paramètres est ensuite réalisée
visuellement en utilisant, de préférence, différents critères numériques et graphiques.

Les effets du changement de tel ou tel paramètre sont abordés plus loin. De plus, les
périodes hydrologiques les plus adaptées pour caler certains paramètres sont
connues, ce qui implique que certains paramètres ont plus d'influence sur le
comportement du modèle pendant certaines périodes, et dans des conditions
hydrologiques spécifiques. En général, on constate aussi des effets pendants d'autres
périodes, c'est pourquoi cela doit aussi être vérifié quand on ajuste les paramètres.

Il y a un ordre préférentiel d'ajustement des paramètres. Cependant, il peut être


nécessaire de retourner à une étape de calage précédente, voire même de répéter le
même processus plusieurs fois. Il est particulièrement recommandé aux utilisateurs les
moins expérimentés de ne modifier qu'un paramètre à la fois (c'est-à-dire une
modification par calcul), pour que les effets de la modification apparaissent clairement.

Parfois, cependant, modifier un seul paramètre ne suffit pas. Dans ce cas, plusieurs

105
Modélisation hydrologique

paramètres liés au même phénomène peuvent être ajustés en même temps.

Par ailleurs, des effets indésirables peuvent apparaître lorsqu'on ajuste certains
paramètres du modèle. Ces effets peuvent disparaître en ajustant simultanément
d'autres paramètres qui n'ont pas d'influence sur les résultats ajustés, mais qui
réduisent les effets secondaires provoqués par les premiers paramètres.

Les étapes de travail suivantes sont recommandées :

 Le premier pas du calage d'un modèle RDI est d'ajuster le bilan


volumique du système, c'est-à-dire la correspondance entre le volume
total calculé et le volume total observé pendant la période d'observation.
Pour cela, il faut corriger la proportion de surface drainée, Asrc.
Augmenter la surface Ascr augmente proportionnellement toutes les
composantes du débit à chaque pas de temps.

Les pics de débit mesurés contiennent également en général le ruissellement


provenant des surfaces imperméables.

 Ensuite, le coefficient de surface CQoF est ajusté pour obtenir une


répartition correcte des volumes entre les volumes de ruissellement de
surface (pics de débits) et les volumes de base. Cela se fait après un
événement pluvieux relativement long, et de préférence, pour une faible
évaporation.

Réduire CQoF permet de réduire le débit de ruissellement de surface et d'augmenter


l'infiltration, c'est-à-dire d'augmenter le débit de base.

Les pics de débit mesurés contiennent également en général le ruissellement


provenant des surfaces imperméables. (Modèle de ruissellement de surface).
 Le paramètre BF (constante de temps du débit de base) est ajusté en
fonction du comportement du sol, c'est-à-dire de l'augmentation et de la
diminution du débit de base. Pour ajuster ce paramètre en fonction de
l'augmentation du débit de base, on se place en temps de pluie (pendant
et après l'événement pluvieux) avec une faible évaporation. Pour ajuster
ce paramètre en fonction de la diminution du débit de base, on se place
en début de période sèche avec forte évaporation, de préférence quand
le débit de base est la seule composante du débit.

L'ajustement du paramètre BF n'a pas d'influence sur la valeur du volume de sortie,


étudié pendant de longues périodes, mais déplace les volumes dans le temps.
 Le paramètre CK (TC d’écoulement en surface) est ajusté en fonction de
la réponse à un pic de débit, c'est-à-dire en fonction de la forme du pic
de l'hydrogramme de crue. On se place durant des périodes de fortes
pluies, de préférence après un événement pluvieux.

Les pics de débit mesurés contiennent également en général le ruissellement


provenant des surfaces imperméables. (Modèle de ruissellement de surface).
 La réduction de Umax (capacité maximale de stockage en surface)
permet de réduire l'évapotranspiration réelle, le processus responsable
de la réduction des débits pendant les périodes de potentielle forte
évaporation. Les effets de la réduction de Umax seront accentués
106
Modélisation hydrologique

pendant les périodes précédées d'une période de temps de pluie. De


plus, on obtient un débit de ruissellement de surface plus grand, si bien
que plus d'eau est transportée vers les réserves d'eaux souterraines, ce
qui provoque un effet de retard dans l'augmentation du débit de base, à
cause du long temps de réponse du débit de base.

Un autre comportement important du modèle RDI est que la surface de stockage doit
être remplie avant que l'eau ne s'écoule en surface et ne s'infiltre.
Par conséquent, durant les périodes sèches avec une forte évaporation potentielle,
Umax peut être estimé à partir de l'intensité de pluie nécessaire pour remplir la surface
de stockage, c'est-à-dire pour générer un débit ruisselé. La même méthodologie peut
ensuite être appliquée à des périodes avec une faible évaporation potentielle, mais
seulement si l'événement pluvieux est précédé d'une longue période sèche.
 Le paramètre CKiF (constante de temps du ruissellement
hypodermique) est ajusté en fonction de la réponse durant les
périodes à faible évaporation potentielle. La réduction du paramètre
CKiF entraîne une petite augmentation en volume durant ces
périodes.

 Le pourcentage d'eau contenu dans les zones non-saturées (zones


racinaires), L/Lmax contrôle plusieurs types de transport de l'eau dans le
modèle RDI. Lmax est ajusté pendant les périodes de forte saturation des
zones de stockage racinaires, car la capacité de stockage, Lmax, a une
influence sur la vitesse de remplissage, c'est-à-dire le passage de L à Lmax.
Cela se produit en général pendant les périodes de faible évaporation
potentielle, et de préférence en période humide.

La réduction de Lmax augmente le débit, mais il peut diminuer un peu pendant les
périodes de très forte évaporation.
 Les trois valeurs seuil indiquent à quel pourcentage relatif de saturation des
zones racinaires, L/Lmax, l'écoulement de surface, l'écoulement
hypodermique et le débit de base sont respectivement générés. Par
conséquent, ces paramètres peuvent être estimés à partir du temps de
remplissage de la zone de stockage racinaire à partir du début de chaque
composante du débit de sortie.

Cette valeur n'a pas d'effet quand le remplissage des zones racinaires est à Lmax.

L'augmentation de cette valeur réduit le débit de sortie durant les périodes sèches et
au début des périodes humides, c'est-à-dire les périodes avec un remplissage
relativement peu élevé des zones racinaires.

Le paramètre Tg est ajusté pendant les périodes de fort remplissage des zones
racinaires, de préférence en combinaison avec une faible évaporation potentielle, et
précédé par une période sèche. Le paramètre Tg est par conséquent un paramètre
important pour ajuster l'augmentation du niveau des eaux souterraines au début des
périodes humides.

Le paramètre Tof est ajusté après une période sèche pour des événements pluvieux
avec un fort remplissage des zones racinaires. Par exemple, l'ajustement peut être fait
pour des périodes où même des volumes de pluie plus importants ne génèrent pas de
ruissellement de surface.

107
Modélisation hydrologique

Le paramètre Tif est ajusté après une période sèche quand survient un remplissage
des zones racinaires, et de préférence pour une potentielle évaporation faible.
Cependant, le paramètre Tif est l'un des paramètres les moins importants.

 Le coefficient de fonte des neiges peut être estimé à partir de l'analyse de la


relation entre la température, la saturation en eau dans la surface de
stockage, et les débits de sortie mesurés. Quand la température est en
dessous de zéro, les précipitations sont stockées dans les zones de
stockage de la neige. Quand la température est au-dessus de zéro, le
contenu des zones de stockage de la neige se vide, dans le stockage de
surface. La vitesse de vidange dans le champ Fonte neige. Une valeur plus
élevée accélère la procédure de vidange.

Il est préférable de mener à bien cette procédure dès maintenant et lors de la phase
de calage. Dans le cas contraire, l’absence du phénomène de fonte des neiges devra
être compensée par le réglage d’autres paramètres.

 Le paramètre Carea permet d'établir le ratio entre la surface du bassin


versant sous laquelle s'étendent la nappe souterraine et la surface
totale du bassin versant (par défaut, les deux surfaces sont égales).
Lorsque l'on modifie ce rapport, le rapport entre le débit de base et les
autres composantes du débit est automatiquement modifié en
conséquence.

Les valeurs par défaut des paramètres RDI restants : GwSy, (rendement spécifique du
réservoir souterrain), GWLmin (profondeur minimum d'eaux souterraines), GWLbf0
(profondeur maximum d'eaux souterraines causant le débit de base), GWLfl1
(profondeur d'eaux souterraines pour le flux capillaire unitaire) sont ajustés
uniquement dans des cas exceptionnels. Par conséquent, ces paramètres font partie
de l’onglet RDI général, mais sont dans une partie isolée. Les effets de l'ajustement de
tels paramètres doivent être bien connus avant que leurs valeurs par défaut ne soient
modifiées.

La variation de l'eau contenue en surface et dans les zones racinaires devrait être
étudiée de façon continue pendant le calage, car elle contrôle plusieurs des autres
procédés.

Les valeurs mensuelles et annuelles obtenues pour les différents procédés sont
reportées dans un fichier ASCII, NAMSTAT.TXT après chaque calcul par la méthode
RDI. Il est recommandé d'étudier le contenu de ce fichier avant et après le calage.

Débordement dans la surface modélisée


Dans le cas où des débordements se produisent dans le périmètre du modèle par
exemple quand on calcule le débit entrant dans une station de traitement, il faut le
prendre en compte quand on cale les pics de débits pendant un événement pluvieux.
Dans MIKE URBAN+, la méthode RDI calcule le débit total généré dans la surface des
bassins versants et n'est donc pas capable de décrire les processus hydrauliques tels
que les débordements (perte d'eau). Le calage des paramètres qui affectent le volume
des pics de débit doit donc être réalisé avec des événements pluvieux pour lesquels
des débordements sont peu susceptibles de se produire. Les paramètres du modèle,
qui affectent le débit de sortie, pour les événements pluvieux pour lesquels des
débordements ont lieu, peuvent être calés en fonction du pic de débit de base, ou de
108
Modélisation hydrologique

sa largeur.

Un modèle RDI bien calé peut être utilisé pour une estimation sommaire des volumes
de débordement en étudiant la différence entre les débits mesurés et calculés pour de
forts pics de temps de pluie. La crédibilité de telles estimations dépend cependant
énormément de la qualité des mesures de précipitations, et des séries temporelles de
débits.

Les composantes de débit ne dépendant pas des précipitations


Le modèle RDI calcule les composantes de débit qui dépendent des précipitations. Par
conséquent, les autres composantes du débit doivent être analysées en dehors de la
méthode RDI sous MIKE URBAN+ pour le calage ainsi que la validation.

Des exemples de composantes de débit ne dépendant pas des précipitations sont


l'infiltration d'eaux parasites et l'infiltration d'eau de mer dans le réseau d'eaux usées.

Le débit d'eau parasite est de préférence estimé à partir des valeurs journalières de
volumes d'eau produits pondérés par les volumes d’apport d’eau annuels. Cela ne
donnera cependant qu'une estimation sommaire, c'est pourquoi il peut être nécessaire
de se baser sur cette méthodologie, par exemple pour les surfaces où une grande part
de l'eau potable est utilisée pour irriguer.

La proportion d'eau de mer infiltrée est estimée de préférence à partir d'une procédure
itérative entre les calculs par la méthode RDI et l'étude de la différence entre les débits
de sortie mesurés et calculés. Seule une estimation sommaire est réalisable, c'est
pourquoi les résultats de calage moins précis doivent être validés.

Il est particulièrement important pendant la procédure de calage que les erreurs qui ne
sont pas de type hydrologique soient minimisées au maximum dans les séries de débit
utilisées. Sinon, il y a un risque d'interpréter ces erreurs de manière hydrologique.
L'erreur se transmet ensuite dans le modèle et augmente lorsque l'on simule des
situations hydrologiques extrêmes. Un exemple typique est la résolution sommaire
dans le temps de la composante du débit provenant des eaux parasites. La méthode
décrite ci-dessus devrait décrire d'une façon suffisamment correcte pour la plupart des
situations.

109
Connexions de bassins versants

4.3 Connexions de bassins versants


Pour transférer les débits générés à la surface du bassin versant dans le système de
collecte, le modèle doit contenir des renseignements concernant la connexion de
l'exutoire du bassin versant vers le système de collecte. Plusieurs bassins versants
peuvent être connectés à un même nœud. Et un bassin versant peut être connectés à
plusieurs nœuds.

Pour utiliser les bassins versants dans la modélisation d’un réseau, vous devez les
connecter au réseau en question.

MIKE URBAN+ permet de connecter les bassins versants à plusieurs endroits (nœuds,
liens, etc.) et peut aussi attribuer des débits de bassins versants ou de ruissellement à
plusieurs endroits du modèle.

4.3.1 Présentation des connexions de bassins versants


Une rapide présentation des connexions de bassins versants appliquées au réseau est
disponible dans le sous-onglet onglet Connexions BV de l’onglet Bassins versants
(Arborescence Modèle > Branche Bassins versants > Onglet Bassins versants). Il
propose un tableau récapitulant toutes les connections BV au réseau modélisé. Les
données sont liées à celles de l’onglet Connexions BV de manière dynamique
(Bassins versants > Connexions BV).

Le tableau récapitulatif répertorie les informations suivantes :

 Emplacement. À quel type d’élément du modèle est connecté le bassin versant


et l’ID associé.
 Ruissellement. Pourcentage du ruissellement du bassin versant entrant
dans le réseau à cet emplacement.
 Apport BV. Pourcentage du débit du bassin versant entrant dans le réseau
à cet emplacement.
 Action. Permet d’ajouter ou de modifier les connexions actives pour ce
bassin versant.

Modifier. Ouvre l’onglet Connexions BV où vous pouvez directement modifier les


propriétés des connexions de bassins versants déjà existantes.
Ajouter connexion. Ajoute une connexion au bassin versant actif. La nouvelle
connexion apparaît dans le tableau récapitulatif et peut être définie dans l’onglet
Connexions BV.

110
Connexions de bassins versants

Illustration 4.24 Tableau récapitulatif, Sous-onglet Connexions BV

4.3.2 Présentation des connexions de bassins versants


Connecter des bassins versants au réseau dans l’onglet Connexions BV (Branche
Bassins versants > Onglet Connexions BV).

La définition et la gestion des connexions de bassins versants peuvent être effectuées


dans les onglets appropriés ou directement depuis la Carte à l’aide des outils
graphiques de connexion des bassins versants.

Illustration 4.25 Onglet Bassins versants


111
Connexions de bassins versants

Ajouter un bassin versant avec le bouton <Insérer>. Il est possible de paramétrer


plusieurs connexions pour un seul bassin.

Tableau 4.17 Champs à renseigner dans l’onglet Connexions BV (Table msm_CatchCon)

Champ d'édition Description Usage Nom du champ


dans la table de
données
ID BV Identifiant du bassin versant Oui CatchmentID

Emplacement Permet de définir le type Oui TypeNo


Bouton à choix d’élément de réseau auquel
unique est connecté le bassin versant.
Options
disponibles :
Nœud
Lien entier ou PK lien
ID nœud Identifiant du nœud auquel est Oui, NodeID
connecté le bassin. Si Type de
connexion
= Nœud
ID lien Identifiant du lien auquel est Oui, LinkID
connecté le bassin. Si Type de
connexion
= Lien entier
ou PK lien
PK Amont/Aval PK Amont/Aval du lien auquel Oui, StartChainage/En
est connecté le bassin. Si Type de dChainage
connexion
= PK lien
Liste déroulante Permet de définir par quel Oui LoadTypeNo
Type d’apport moyen les apports du bassin
seront acheminés au réseau
pour un point de connexion.
Options disponibles :
Standard, Eaux usées total,
Eau pluvial total, Unitaire
partiel, Eaux usées partiel,
Eau pluviale partiel.
Une description est donnée
plus bas pour chaque type
d’apport.
% de Volume de ruissellement du Optionnel RRFraction
ruissellement du BV à attribuer à la connexion Si le Type
BV d’apport =
Unitaire partiel
ou Eau pluviale
partiel
% d’apport BV Volume d’apport du BV à Optionnel PEFraction
attribuer à la connexion. Si le Type
d’apport = Unita
ire partiel ou
Eaux usées
partiel
112
Connexions de bassins versants

Un bassin versant peut être la source de différents types d’apports (eaux pluviales,
eaux usées, etc.) et être connecté à plusieurs éléments et plusieurs types de réseau. Il
est donc primordial de définir minutieusement le type d’apport de la connexion
conformément au type de réseau et aux options de connexion adéquates. Ces types
d’apport sont décrits ci-dessous :

 Standard : ce type d’apport s’applique aux réseaux entièrement


séparatifs où toute la production d’eau du bassin versant est connecté à
un seul point d’entrée du réseau d’eaux pluviales. Il s’agit du type par
défaut correspondant à la connexion à seul nœud dans MIKE URBAN
classique.
 Eaux usées total : ce type d’apport s’applique aux réseaux entièrement
séparatifs où le bassin versant est connecté à un seul point d’entrée du
réseau d’eaux usées.
 Eaux pluvial total : ce type d’apport s’applique aux réseaux entièrement
séparatifs où le bassin versant est connecté à un seul point d’entrée du
réseau d’eaux pluviales.
 Unitaire partiel : ce type d’apport s’applique aux réseaux unitaires où le
bassin versant est connecté à plusieurs points d’entrée du réseau
unitaire. Ce type de connexion s’adapte à la plupart des cas.
 Eaux usées partiel : ce type d’apport s’applique aux réseaux
entièrement séparatifs où le bassin versant est connecté à plusieurs
points d’entrée du réseau d’eaux usées.
 Eau pluviale partiel : ce type d’apport s’applique aux réseaux
entièrement séparatifs où le bassin versant est connecté à plusieurs
points d’entrée du réseau d’eaux pluviales.

Le type d’apport sélectionné par l’utilisateur influence les champs actifs dans la
section Répartition des apports du BV et la validation des données internes.

Le logiciel s’assure automatiquement, que la somme des valeurs de débits de bassin


versants (PEFraction, par exemple) et de débit de ruissellement (RRFraction) soit
proche de 100 (99,9<somme<100,1).

Pour les bassins versants dont la somme de ces valeurs ne sera pas proche de
100 %, toutes les connexions seront reportées comme incorrectes et surlignées en
rouge.

113
LID (Low Impact Development)

4.4 LID (Low Impact Development)

L’approche WSUD (Water sensitive urban design) est une approche de


développement de territoire (ou de redéveloppement) qui consiste à travailler en
accord avec la nature pour gérer les eaux pluviales le plus proche possible de leur
source. On l’appelle également l’approche LID (Low Imapct Development).

L’approche LID repose sur les principes tels que la préservation et la régénération des
espaces naturels ou la minimisation de l’imperméabilité afin de créer des sites de
collecte fonctionnels et avantageux qui peuvent traiter les eaux pluviales en tant que
ressource et non en tant que déchet.

De nombreuses installations ont été mises en place pour suivre ces principes : unités
de biorétention, chaussées poreuses, jardins de pluies et toits végétalisés... En
mettant en place les pratiques LID, les eaux pluviales peuvent être gérées de manière
à réduire l’impact des installations sur les zones sensibles et à accompagner le
mouvement naturel de l’eau au sein d’un écosystème urbain ou d’un bassin versant.

À plus grande échelle, l’approche LID permet de maintenir et de restaurer les fonctions
hydrologiques et écologiques des bassins versants. L’approche LID se caractérise
comme étant une méthode durable pour traiter les eaux pluviales.

Les prestataires de service d'eau et les autres décisionnaires du domaine peuvent


demander une évaluation prévisionnelle de résultats de mise en place de pratiques
LID dans les bassins versants urbains. Une grande partie de ces prérequis est la
capacité à modéliser des aménagements LID autant à l’échelle d’un bassin versant
qu’à l’échelle des structures hydrauliques plus petites pour évaluer l'effet des
installations LID dans le système de récupération des eaux pluviales.

Ce chapitre décrit la mise en place et le développement d’un modèle de plusieurs


structures LID dans MIKE URBAN+.

La modélisation de pratiques LID est divisée en 2 approches principales :

 Modélisation de gestion d’eaux pluviales à l’échelle d’un bassin versant


 Modélisation hydraulique locale à une structure spécifique

Cette méthode propose la possibilité de modéliser individuellement, et de façon


détaillée, les structures LID connectées d’un point de vue hydraulique au système de
collecte d’eaux pluviale. Elle repose sur l’utilisation des nœuds de type Puisard.

Cette rubrique aborde le développement d’aménagement LID à l’échelle des bassins


versants.

Les méthodes de développement des bassins versants proposées dans


MIKE URBAN+ ont été, dans leur majorité, inspirées par des études publiées par
US EPA et adaptées pour MIKE URBAN+ au concept de modélisation de l’hydrologie
urbaine. Aux États-Unis, le terme Low Impact Development Systems (ou LIDS) est
utilisé pour les technologies WSUD. Le concept LID met à la disposition de l'utilisateur
une méthode généralisée permettant d’évaluer les performances de divers dispositifs
de régulation LID, tels que les unités de biorétention, les jardins de pluie, les toits
végétalisés, les tranchées d’infiltration, les chaussées poreuses, les citernes de
114
LID (Low Impact Development)

pluie/réservoirs d’eau pluviale ou encore les fossés végétalisés.

Chaque bassin versant peut se voir attribué un certain nombre de dispositifs de


régulation LID. L’approche qui repose sur les bassins versants est utilisée pour
quantifier l’infiltration requise ou l’eau pluviale récoltée d’un bassin versant spécifique
en soustraction à l’écoulement du ruissellement calculé dans chaque bassin versant.

Remarque : dans MIKE URBAN+ la modélisation des systèmes LID est compatible
exclusivement avec les modèles de ruissellement Onde cinématique (Modèle B) et
utilise le moteur de calcul MIKE 1D.

Les systèmes LID sont des structures de développement à impact limité conçus pour
capter ou réduire le ruissellement d’une surface de collecte en utilisant une
combinaison de techniques de rétention, d’infiltration et d'évapotranspiration de l’eau.
Les déploiements LID ne sont pas, à proprement parlé, des systèmes tangibles. Ils ne
sont donc pas représentés sur la Carte. Une fois déployés, ils sont considérés par le
logiciel en tant que propriétés d’un bassin versant spécifique. MIKE URBAN+ permet
de modéliser sept types de dispositifs LID :

1. Unités de biorétention
2. Tranchées d’infiltration
3. Chaussées poreuses
4. Citernes de pluie
5. Fossés végétalisés
6. Jardins de pluie
7. Toits végétalisés

Les unités de biorétention, les tranchées d’infiltration et les chaussées poreuses sont
équipées de systèmes de drain inférieur au niveau de la couche gravillonnée de
stockage pour acheminer le surplus d’eau de ruissellement hors du site plutôt de la
forcer à l’infiltration. Elles peuvent également reposer sur un sol en revêtement
imperméable pour empêcher l’eau de s’infiltrer dans les sols d’origine. De plus, les
tranchées d’infiltration et les chaussées poreuses ont tendance à se colmater et
peuvent perdre en conductivité hydraulique au fil du temps.

Bien qu’il existe certaines structures LID capables de réduire la pollution


considérablement, celles qui sont proposées dans MIKE URBAN+ peuvent
uniquement être utilisées pour modéliser les performances hydrologiques quantitatives
de l’approche LID.

4.4.1 Unités de biorétention


Les unités de biorétention sont des dépressions de terrain constituées de végétations
diverses, résistantes à une forte humidité prolongée et aux extrêmes concentrations
de nutriments (Azote et phosphore) amenées par les eaux pluviales. Elles sont
développées dans un sol mixte juste au-dessus de la couche gravillonnée. Elles
permettent l’infiltration et l’évaporation directement depuis les eaux de pluies ou depuis
les ruissellements captés sur la surface de collecte entourant l’unité. Les jardins de
pluie, les jardinières urbaines et les toits végétalisés représentent différents types
d’unités de rétention.

115
LID (Low Impact Development)
Leur structure épidermique se construit de cette manière :

 Surface
 Sol
 Stockage
 Drain (drain inférieur)

Un schéma explicatif de ce dispositif est présenté à l’illustration 4.26.Chaque couche


applique un ou plusieurs processus hydrologique(s) propre(s).

Surface : stockage en surface, infiltration en surface, surface de collecte, évaporation


de surface et débordement.

Sol : percolation (mouvement vertical de l’eau vers la couche de stockage),


évapotranspiration (perte causée par l’action racinaire) et zone vide.

Stockage : eaux pluviales provenant du sol par percolation stockée dans les zones
vides de stockage. Infiltration (fuite) dans le sol d’origine par le bas de la couche,
régulée selon les caractéristiques du sol environnant. Participe à la régénération de
capacités du sol.

Un drain inférieur peut être inclus dans le LID pour permettre d’évider la zone de
stockage. Le drain est activé (avec une capacité définie) lorsque le niveau d’eau dans
la zone de stockage atteint le niveau offset.

Illustration 4.26 Structure de la biorétention

4.4.2 Tranchées d’infiltration


Les tranchées d’infiltration sont des unités de stockage remplies de gravier captant les
ruissellements provenant de zones imperméables en amont. Elles permettent aux
ruissellements de s’infiltrer dans le sol.

L’illustration 4.27 représente la structure d’une tranchée d’infiltration :

 Surface
 Stockage
 Drain (drain inférieur en option)

116
LID (Low Impact Development)

Les processus de simulation des tranchées d’infiltration sont similaires à ceux des
unités de rétention, l’exception que la couche Sol n'existe pas : les eaux pluviales
provenant de la surface pénètrent directement dans la zone de stockage (le sol ne
retient donc pas d’eau).

Illustration 4.27 Structure de l’une tranchée d’infiltration

4.4.3 Chaussées poreuses


Les chaussées poreuses définissent des zones excavées remplies de graviers, puis
recouvertes d’un mélange d’asphalte ou de bitume poreux. Les chaussées poreuses
permettent d'accueillir la circulation de véhicules dans les rues ou les parkings.

De manière générale, les eaux pluviales pénètrent directement la chaussée pour


atteindre la zone de stockage en-dessous. Puis, elles s’infiltrent au rythme naturel
d’infiltration dans les sols d'origine.

L’illustration 4.28 représente la structure épidermique d’une chaussée poreuse :

 Surface
 Revêtement
 Stockage
 Drain (drain inférieur)

La fonctionnalité hydraulique des chaussées poreuses est similaire à celle des unités
de rétention, l’exception que la couche Sol (végétation) est remplacée par un
revêtement poreux.

Certains types de chaussées poreuses peuvent perdre en capacité d’infiltration au fil


du temps à cause de particules sédimentaires fines obstruant le revêtement poreux.

Illustration 4.28 Structure de chaussée poreuse

117
LID (Low Impact Development)

4.4.4 Citernes de pluie


Les citernes de pluie récoltent l’eau pluviale ruisselant des toits. Elles peuvent ensuite
relâcher ou réutiliser l’eau accumulée pendant les périodes sèches.

Structure d’une citerne à pluie :

 Espace de stockage (avec porosité totale, par exemple en volume vide)


 Drain (drain inférieur)

La simulation met en application les processus de rétention de l’eau dans l’espace de


stockage, de débordement et de drainage (ex : récupération du volume de stockage).
L’activation du drain inférieur est programmée : la durée offset entre la fin de
l’événement pluvieux et l’activation du drain peut être définie. Lors de la simulation,
cette fonctionnalité permet de réutiliser l’eau pluviale pour l’irrigation des jardins
quelques jours ou heures après l’événement pluvieux.

L’illustration 4.29 représente un croquis de citerne de pluie.

Illustration 4.29 Citerne de pluie

4.4.5 Fossés végétalisés

Les fossés végétalisés peuvent être des cours d’eau ou des zones de dépression aux
berges inclinés couverts d’herbe ou d’autre type de végétation. Ils ralentissent la
débitance des ruissellements et permettent ainsi une meilleure infiltration dans les
sols. Couche concernée par les fossés végétalisés :

 Surface (et les sols environnants)

118
LID (Low Impact Development)

Illustration 4.30 Structure d’un fossé végétalisé

4.4.6 Jardin de pluie


Les jardins de pluie sont la forme simplifiée des unités de biorétention. Ils permettent
d’optimiser l'utilisation des eaux pluviales et des ruissellements associés, contribuant
ainsi à réduire le volume de ruissellement et la quantité de polluants relâchés. De
manière générale, il s’agit de petits jardinets constituées de végétations diverses,
résistantes à une forte humidité prolongée et aux extrêmes concentrations de
nutriments (Azote et phosphore) amenées par les eaux pluviales.

L’illustration 4.31 représente toutes les couches constituant les jardins de pluie :

 Surface
 Sol

Stockage en surface, infiltration en surface, surface de collecte, évaporation en


surface, débordement en surface.

Stockage dans les zones vides, évapotranspiration (perte causée par l’action racinaire)
et infiltration (fuites) vers les sols d’origine environnants par le bas. L’infiltration est
régulée selon les caractéristiques du sol environnant.

Illustration 4.31 Structure des jardins de pluie

4.4.7 Toits végétalisés


Les toits végétalisés sont des composants structurels qui réduisent les effets négatifs

119
LID (Low Impact Development)
de l’urbanisation sur la qualité de l’eau et sur le ruissellement d’eaux pluviales en
absorbant, retenant ou en filtrant les ruissellements. Ils sont développés à partir de sol
tourbé avec une couche de drainage et sont constitués des couches suivantes :

 Surface
 Sol
 Matériau de drainage

La couverture végétale des toits végétalisés peut être intensive ou extensive. Une
couverture végétale intensive est lourde avec une couche sol de plus de 15 cm
d’épaisseur.
Une couverture végétale extensive est plus légère avec une couche de sol de 3 cm
d’épaisseur.

Les toits végétalisés sont équipés d’une couche de drainage appelée matériau de
drainage. L’objectif de la nappe de drainage est d’acheminer le surplus d’eau obtenue
par percolation à travers la couche Sol depuis le toit vers le système de drainage.

Illustration 4.32 Structure des toits végétalisés

4.4.8 Onglet Propriétés LID


Dans MIKE URBAN+, l’onglet Propriétés LID permet d’organiser les données
d’entrée des différentes couches et éléments constituant la structure des LID. Les
données à renseigner sont regroupées dans les sections et sous-onglets suivants :

 Section Identification : cette section permet d’attribuer un ID à la structure


LID et d’en définir le type. Chaque ID est unique et définie à une surface
unitaire. En tant que tel, il peut être copié et attribué à n’importe quel
sous-bassin versant de la zone étudiée (il est déployé) avec des tailles
différentes selon les cas.
 Les sous-onglets : Surface, Sol, Chaussée, Stockage, Drain, Mat.
Drainage Ces sous-onglets représentent différentes couches et éléments
définissant la structure d’un LID. Les propriétés de chaque couche et de
chaque élément constituant le type de LID doivent être renseignées dans
ces sous-onglets. Seuls les champs compatibles avec le type de LID
sélectionné sont actifs.

120
LID (Low Impact Development)

Identification

Tableau 4.18 Données à renseigner dans l’onglet Propriétés LID (Table msm_LIDcontrol)

Champ d'édition Description Utilisé ou requis Nom du champ


pour la simulation dans la base de
données
ID ID du LID Oui MUID
Type Type de LID1 : Unité Oui LIDTypeNo
biorétention, 2 : Chaussée
poreuse, 3 : Tranchée
d’infiltration, 4 : Citerne de pluie,
5 : Fossé végétalisé, 6 : Jardin
de pluie, 7 : Toit végétalisé

Propriétés LID
Les illustrations 4.33 à 4.38 présentent les six sous-onglets contenant les différents
éléments de structuration des LID. Les attributs répertoriés dans le tableau
msm_LIDcontrol sont résumés dans les tableaux suivants, selon les composantes des
sous-onglets.

Surface
Une composante Surface est utilisée pour les structures LID suivantes :

 Unités de biorétention
 Chaussée poreuse
 Tranchées d’infiltration
 Fossés végétalisés
 Jardins de pluie
 Toits végétalisés

Illustration 4.33 Onglet Propriétés LID, Sous-onglet Surface

121
LID (Low Impact Development)
Tableau 4.19 Attributs du sous-onglet Surface

Champ Description Utilisé ou requis Nom du champ


d'édition pour la simulation dans la base de
données
H de stockage C’est la hauteur maximale Oui StorHt
que l’eau peut atteindre Oui si LIDTypeNo =
avant le débordement. Pour (1,2,3,5)
les structures LID sujets à
l’accumulation d’eau, il s’agit
de la hauteur de n’importe
quel stockage de dépression
de surface. Pour les fossés,
c’est la hauteur du profil en
travers trapézoïdal.

Couverture Part de la surface de Oui VegFrac


végétale stockage au-dessus de la Oui si LIDTypeNo =
surface recouverte de (1,2,3,5)
végétation (0 = pas de
végétation, 1 = pas de
stockage disponible).
Remarque : pour les
tranchées d’infiltration, il n’y
a en général pas de
couverture végétale
Pente des berges Pente (ordonnées sur Oui Xslope
abscisse) de berge du profil Si LIDTypeNo = 5
en travers du fossé
végétalisé. Utilisé dans le
calcul de volume de stockage
et de largeur mouillée. Cette
valeur n’est pas prise en
compte pour les autres types
de LID.
Rugosité de Valeur Manning ou Strickler Oui Rough
surface (utilisée en combinaison avec Si LIDTypeNo =
les valeurs de pente et de (1,2,3,5 et 6)
largeur de surface) pour
router le débordement depuis
la surface de l’unité de
biorétention, du jardin de
pluie, des tranchées
d’infiltration et des chaussées
poreuses ou le ruissellement
dans les fossés végétatifs
(voir le Tableau 4.25 pour
consulter les valeurs
usuelles). Si une valeur nulle
est indiquée (pour tous les
types de LID, à l’exception
des fossés végétalisé), le
débordement n’est pas route.

122
LID (Low Impact Development)

Tableau 4.19 Attributs du sous-onglet Surface

Champ Description Utilisé ou requis Nom du champ


d'édition pour la dans la base de
simulation données
Pente surface Valeur de pente (utilisée en Oui Slope
combinaison avec les valeurs de Si LIDTypeNo =
rugosité et de largeur de surface) (1,2,3,5 et 6)
pour router le débordement depuis
la surface de l’unité de biorétention,
du jardin de pluie, des tranchées
d’infiltration et des chaussées
poreuses, ou le ruissellement dans
les fossés végétalisés.
Si une valeur nulle est indiquée
(pour tous les types de LID, à
l’exception des fossés végétalisés),
le débordement n’est pas routé.

Sol
Une composante Sol est utilisée pour les structures LID suivantes :

 Unités de biorétention
 Jardins de pluie
 Toits végétalisés

Illustration 4.34 Onglet Propriétés LID, Sous-onglet Sol

123
LID (Low Impact Development)

Tableau 4.20 Attributs du sous-onglet Sol, Onglet Propriétés LID (Table msm_LIDcontrol)

Champ d'édition Description Utilisé ou Nom du champ


requis pour la dans la base de
simulation données
Épaisseur Épaisseur de la couche Sol. Valeurs Oui SThick
usuelles : pour les jardins de pluie, les Si LIDTypeNo
jardinières urbaines et tout autre type = (1, 6, 7.)
d’unités de biorétention au sol = de
450 à 900 mm ; pour les toits
végétalisés = seulement de 75 à
150 mm.

Porosité Part du volume total du sol consisté Oui Por


d’espace poreux (décimal) Si LIDTypeNo
= (1, 6, 7.)

Pouvoir de Part d’eau poreuse du volume totale Oui FC


rétention d’eau retenue dans le sol après que le Si LIDTypeNo
surplus d’eau a été évacué et que le = (1, 6, 7.)
coefficient de mouvement de
descente a diminué (décimal). La
percolation verticale de l’eau à travers
le sol se produit uniquement lorsque
la valeur de pouvoir de rétention est
atteinte ou dépassée.

Point de Part d’eau poreuse du volume total Oui WP


flétrissement d’un sol sec où seulement l’eau liée Si LIDTypeNo
subsiste (fraction). L’humidité du sol = (1, 6, 7.)
ne peut pas chuter plus bas que cette
limite et la valeur du point de
flétrissement ne peut pas être
supérieure à celle du pouvoir de
rétention.
Capacité de Taux auquel l’eau quitte la couche Oui LeakageCapa
fuite Sol et pénètre dans l’espace de Si LIDTypeNo city
stockage. S'applique à la couche Sol. = (1,6, 7) ET
La fuite est enclenchée lorsque la Méthode
valeur de stockage du sol dépasse d’écoulement =
celle du pouvoir de rétention et 1 (selon la
continue en permanence jusqu’à ce capacité de
que cette valeur se retrouve de fuite)
nouveau inférieure à la deuxième.

124
LID (Low Impact Development)

Tableau 4.20 Attributs du sous-onglet Sol, Onglet Propriétés LID (Table msm_LIDcontrol) (suite)

Champ d'édition Description Utilisé ou Nom du champ


requis pour la dans la base de
simulation données
Capacité Taux auquel l’eau quitte la surface et Oui InfiltrationCapa
d’infiltration pénètre dans la couche Sol. S’applique Si LIDTypeNo = city
à la surface et à la couche Sol la moins (1, 6, 7.)
profonde (équivalent de la capacité
initiale d’infiltration d’Horton).
L’infiltration se produit pendant toute la
durée de l’évènement pluvieux et se
poursuit tant que de l’eau est
disponible en tant que précipitation ou
stockage en surface.
Conductivité Conductivité hydraulique pour un sol Si LIDTypeNo = Ksat
intégralement saturé. Valeur (1,6, 7) ET
équivalente à la capacité de fuite. Méthode
d’écoulement =
2 (selon la
conductivité)

Pente Pente de la courbe log Oui Kcoeff


conductivité (conductivité)/humidité (sans Si LIDTypeNo =
dimension). Valeurs usuelles : de 5 (1,6, 7) ET
pour le sable à 15 pour l’argile Méthode
limoneuse d’écoulement =
2 (selon la
conductivité)

H d'aspiration Valeur moyenne de l’aspiration par Oui Suct


capillarité du sol le long du front Si LIDTypeNo =
d’infiltration. Il s’agit des mêmes (1,6, 7) ET
paramètres utilisés dans les modèles Méthode
d’infiltration Green-Ampt. d’écoulement =
2 (selon la
conductivité)

125
LID (Low Impact Development)

Chaussée
Une composante Chaussée est utilisée pour les structures LID suivantes :

 Chaussée poreuse

Illustration 4.35 Onglet Propriétés LID, Sous-onglet Chaussée

Tableau 4.21 Attributs du sous-onglet Chaussée, Onglet Propriétés LID (Table msm_LIDcontrol)

Champ Description Utilisé ou requis Nom du champ


d'édition pour la simulation dans la base de
données
Épaisseur Épaisseur de la chaussée. Oui PThick
Valeurs usuelles : de 100 à Si LIDTypeNo = 2
150 mm.

Porosité Part du volume poreux d’un Oui PVPorosity


matériau (exprimée en Si LIDTypeNo = 2
décimal) par rapport à la
surface totale de la
chaussée. Valeurs
usuelles : de 0,11 à 0,17
pour les chaussées
Remarque : la porosité =
ratio vide (1+ ratio vide).

126
LID (Low Impact Development)

Tableau 4.21 Attributs du sous-onglet Chaussée, Onglet Propriétés LID (Table


msm_LIDcontrol) (suite)

Champ Description Utilisé ou requis Nom du champ


d'édition pour la simulation dans la base de
données
Perméabilité Perméabilité du bitume ou Oui Perm
de l'asphalte utilisé dans Si LIDTypeNo = 2
les systèmes continus ou
conductivité hydraulique du
revêtement (graviers ou
sable) utilisé dans les
systèmes modulaires. La
perméabilité d’un nouveau
bitume ou d’un nouvel
asphalte est relativement
élevée (>2450 mm/h). Mais
au fil du temps, les
ruissellements acheminent
des particules fines
colmatant les pores du
revêtement, réduisant ainsi
la perméabilité de la
structure.
Surface Ratio d’imperméabilité du Oui FracImp
imperméable matériau de revêtement Si LIDTypeNo = 2
par rapport à la surface
totale pour les systèmes
modulaires. Valeur nulle
pour les systèmes de
chaussées poreuses
continues.
Coeff. Pores obstrués par Oui PVclog
colmatage l'accumulation de particules Si LIDTypeNo = 2
fines (exprimé en décimal
de la surface totale des
pores).
Si la valeur est nulle, le
colmatage ne sera pas pris
en compte. Valeur
maximale = 1

Stockage
Une composante Stockage est utilisée pour les structures LID suivantes :

 Unités de biorétention
 Chaussée poreuse
 Tranchée d’infiltration
 Buse à pluie

127
LID (Low Impact Development)

Illustration 4.36 Onglet Propriétés LID, Sous-onglet Stockage

Tableau 4.22 Attributs du sous-onglet Stockage, Onglet Propriétés LID (Table msm_LIDcontrol)

Champ Description Utilisé ou Nom du


d'édition requis pour champ dans
la simulation la base de
données
Hauteur Hauteur de la couche de stockage pour les unités Oui Hauteur
de biorétention, les chaussées poreuses et les Oui si
tranchées d’infiltration ; hauteur de la citerne à LIDTypeNo =
pluie (mm ou pouces). Les couches constituées de (1,2,3,4)
gravier et de pierres pilées font en général entre
150 et 450 mm d'épaisseur pour 600 mm au
minimum pour les citernes de pluie.
Porosité Part du volume poreux par rapport à la surface Oui SVPorosity
totale de la couche. Oui si
Valeurs usuelles : de 0,30 à LIDTypeNo =
0,45 pour les revêtements gravier. Remarque : (1,2,3)
porosité = ratio
vide/(1+ratio vide).

Conductivi Taux maximal auquel l’eau s’infiltre dans le sol Oui Filt
té environnant par le fond de la couche de stockage Si LIDTypeNo
récemment posée. = (1, 2, 3.)

Coeff. de Part du volume total poreux colmaté par Oui SVclog


colmatage l’accumulation de particules fines. Si la valeur est Oui si
nulle, le colmatage ne sera pas pris en compte. LIDTypeNo =
(1,2,3)

128
LID (Low Impact Development)

Drain
Une composante Drain est utilisée pour les structures LID suivantes :

 Unités de biorétention
 Chaussée poreuse
 Tranchée d’infiltration
 Citernes de pluie

Illustration 4.37 Onglet Propriétés LID, Sous-onglet Drain

Tableau 4.23 Attributs du sous-onglet Drain, Onglet Propriétés LID (Table msm_LIDcontrol)

Champ d'édition Description Utilisé ou requis Nom du champ


pour la simulation dans la base de
données
Décalage H Le cas échéant, Oui si LIDTypeNo = HOffset
hauteur du drain (1,2,3,4)
inférieur recueillant
l’eau au-dessus du
fond de la couche de
stockage ou de la
citerne de pluie
Retard Période de temps sec Oui si LIDTypeNo = 4 Delay
à atteindre en heures
pour enclencher
l’action du drain dans
les citernes de pluie.

129
LID (Low Impact Development)
Tableau 4.23 Attributs du sous-onglet Drain, Onglet Propriétés LID (Table
msm_LIDcontrol) (suite)

Champ Description Utilisé ou Nom du champ


d'édition requis pour la dans la base de
simulation données
Exposant Exposant n déterminant la variation Oui Expon
du débit à travers le drain en fonction Oui si
de la hauteur de l’eau stockée au- LIDTypeNo =
dessus de la hauteur du drain. (1,2,3,4)

Capacité Coefficient déterminant la variation du Oui DrainCapacit


débit à travers le drain en fonction de Si LIDTypeNo = yArea
la hauteur de l’eau stockée au-dessus (1,2,3,4 ) et le
de la hauteur du drain. Pouvoir
Exprimé en pouvoir drainant par zone. drainant =
Par zone
Débit de fuite Coefficient déterminant la variation du Oui DrainCapacit
débit à travers le drain en fonction de Si LIDTypeNo = yFlow
la hauteur de l’eau stockée au-dessus (1,2,3,4 ) et le
de la hauteur du drain. Pouvoir drainant
Exprimé en tant que capacité de = Débit
débit.

Matériau de drainage
Une composante Matériau de drainage est utilisée pour les structures LID suivantes :

 Toits végétalisés

Illustration 4.38 Onglet Propriétés LID, Sous-onglet Matériau de drainage

130
LID (Low Impact Development)

Tableau 4.24 Attributs du sous-onglet Matériau de drainage, Onglet Propriétés LID (Table
msm_LIDcontrol)

Champ Description Utilisé ou Nom du champ


d'édition requis pour la dans la base de
simulation données
Épaisseur Épaisseur du revêtement. Oui DMThick
Habituellement entre 25 et 50 mm. Si
LIDTypeNo = 7

Porosité Ratio du volume poreux par rapport Oui DMVPorosity


au volume total du revêtement. Si
Habituellement entre LIDTypeNo = 7
0,5 à 0,6

Rugosité Coefficient de Manning/Strickler Oui DMRough


utilisé pour calculer le débit Si
horizontal de l’eau drainée dans le LIDTypeNo = 7
revêtement. Si aucun indice de
rugosité n’a été fourni par le
fournisseur du produit, le logiciel
effectuera une estimation de cet
indice.
Valeur Manning, entre 0,1 et 0,04 /
Strickler, conseillé entre 2,5-10)

Le Tableau 4.25 propose les valeurs Strickler correspondant à des surfaces distinctes.
Le Tableau 4.26 indique les propriétés de conductivité hydraulique de milieux poreux
distincts.

Tableau 4.25 Valeurs Strickler de surface pour les chaussées ou les fossés végétalisés

Type de surface Strickler


Asphalte lisse 91
Bitume lisse 83
Revêtement bitume standard 77
Bois en bon état 71
Briques et mortier 71
Argile vitrifiée 67
Fonte 67
Tôle ondulée 42
Surface de ciment de gravats 42
Sol en jachère (pas de résidus) 20
Sols cultivés 50 à 20
Couches résidus <20 % 17

Tableau 4.25 Valeurs Strickler de surface pour les chaussées ou les fossés végétalisés

131
LID (Low Impact Development)
Type de surface Strickler
Couches résidus >20 % 6
Rangées (naturelles) 8
Prairie herbe coupée 7
Dense 4
Cynodon dactylon 2
Pelure de bois 10
Broussailles légères 2,5
Broussailles denses 1,25
Source : McCuen, R. et al. (1996), Hydrology, FHWA-SA- 96-067, Federal
Highway Administration, Washington, DC

Tableau 4.26 Conductivité hydraulique et porosité de milieux poreux non-consolidés

Matériau Conductivité hydraulique K Porosité  (%)


(cm/s)
Graviers 10-1 - 102 25 - 40
Sable 10-5 - 1 25 - 40
Limon 10-7 – 10-3 35 - 50
Argile 10-9 – 10-5 40 - 70
Source : Freeze, R.A., and Cherry, J.A., (1979), Ground- water, Prentice-
Hall, Englewood Cliffs, NJ

4.4.9 Déploiement LID

Les LID sont attribués aux bassins versants dans l’onglet Déploiement LID. Cet
onglet permet de définir la taille d’un LID (sa surface), la taille de la surface
imperméable du bassin qui sera introduite à l’intérieur du LID et le nombre de
structures LID en fonctionnement.

Les propriétés de taille peuvent être définies directement en tant que superficie de
surface ou en tant que pourcentage de la surface totale du bassin versant. La surface
totale de collecte ne doit pas être supérieure à la superficie de la surface imperméable
du bassin.

De plus, cet onglet donne également la possibilité de définir la saturation (ou teneur)
en eau initiale et la largeur d’acheminement pour les ruissellements de surface.

Les données à renseigner sont regroupées dans les sections :

 Identification
 Paramètres de déploiement

132
LID (Low Impact Development)

Illustration 4.39 Onglet Déploiement LID

Identification
Chaque LID « déployé » doit avoir un ID Déploiement LID (ID DepLID) associé.
Chaque déploiement représente la mise en application d’une méthode LID sur un
bassin versant spécifique en un nombre défini d’unités LID. Pour chaque déploiement
LID, un fichier de résultats est généré à la fin de la simulation. Ce fichier répertorie les
séries temporelles des variables importantes (échanges débits et données de
stockages) et est donc généré au format de séries temporelles DFS0.

Les tableaux 4.27 et 4.28 listent les propriétés pouvant être attribuées aux
déploiements LID.

Tableau 4.28 Données à renseigner dans la section Identification de l’onglet Déploiement LID
(Table msm_LIDusage)

Champ d'édition Description Utilisé ou requis Nom du champ


pour la simulation dans la base de
données
ID Identifiant du déploiement LID Oui MUID
ID BV Identifiant du bassin versant Oui CatchID
associé
ID LID Identifiant de la structure LID Oui LidID
(Propriétés LID) devant être
déployée
Option Actif Permet d’activer/de désactiver Oui IncludeNo
le déploiement d’une structure
LID.

En cochant/décochant cette case, la structure LID sera prise en compte/ignorée lors


de la simulation. Par défaut, la case est cochée.

133
LID (Low Impact Development)

Paramètres de déploiement
Tableau 4.28 Données à renseigner dans la section Paramètres de déploiement de l’onglet
Déploiement LID (Table msm_LIDusage)

Champ Description Utilisé ou Nom du champ


d'édition requis pour la dans la base de
simulation données
Nombre d'unités Nombre de déploiements de la Oui ReplicateNumber
même structure LID au sein
d’un même bassin.
Largeur Largeur du débit sortant de Oui (pour les Largeur
chaque unité LID (mètres). Ce chaussées
paramètre s’applique à toutes poreuses,
les unités utilisant un débit fossés
sortant pour évacuer le végétalisés,
ruissellement de surface : toits, toits
chaussées, tranchés et fossés. végétalisés et
Pour tout autre type de tranchées
d’infiltration)
structure, la valeur de ce
paramètre doit être nulle.
Options Permet de choisir le type de Oui CollectingNo
Surface/% surface de collecte utilisée
surface BV
Surf. unitaire Superficie de surface de Oui UnitArea
chaque unité LID pouvant être Si Surface
réutilisée plusieurs fois de
(réplique LID) collecte =
Surface
Surface active Une méthode LID est Oui CollectingArea
connectée à une surface de Si Surface
ruissellement spécifique. Cette de
surface comprend la méthode collecte =
LID. Surface

% surface unitaire La surface de chaque réplique Oui UnitAreaPercent


d’unité LID exprimée en tant Si Surface de
que pourcentage de la surface collecte = %
totale du bassin versant surface BV

% surface Surface connectée à l’unité Oui CollectingAreaPer


active LID exprimée en tant que Si Surface de cent
pourcentage de la surface du collecte = %
bassin versant. surface BV
Surface Teneur en eau initiale de la Oui InitSatSurface
couche Surface
Sol/chaussée Degré initial de teneur en eau Oui InitSatSoil
dans le sol de l’unité (0 % de
saturation correspond au point
de flétrissement).

Stockage Teneur en eau initiale de la Oui InitSatStorage


couche Stockage.

134
LID (Low Impact Development)

Fichier résultats de déploiement LID


Si vous le souhaitez, un fichier de séries temporelles DFS0 peut être généré pour
chaque déploiement LID. Ce fichier répertorie les séries temporelles des variables
importantes du LID : débit entrant, circulation d’eau d’une couche à l’autre, niveaux de
stockage des différentes couches et évacuation du LID vers les sols d’origine.
Si cette option n’est pas choisie par l’utilisateur, les seuls résultats visibles de
simulation de ruissellement exploitant des structures seront ceux des hydrogrammes
modifiés (diminués) causés par les pertes et les stockages d'infiltration dans le LID, et
le tableau récapitulatif du LID.

Les informations répertoriées dans le fichier DFS0 dépendent du type de LID


sélectionné. Un exemple de fichier de résultats DFS0 d’une chaussée poreuse est
présenté à l’illustration 4.40. Les 13 colonnes contiennent les données de séries
temporelles des processus réalisés par la chaussée poreuse pendant la simulation.

REMARQUE : le débit interne du LID et le débit drainé sont exprimés en intensités


calculées selon la surface du LID. Dans le cas où la surface de collecte est plus grande
que la surface effective du LID, ces intensités ne peuvent pas être comparées avec les
intensités de précipitations ou d’évapotranspiration qui sont données en tant que
conditions aux limites du modèle. Pour pouvoir effectuer cette comparaison, les
intensités de débit enregistrées doivent être réduites proportionnellement au ratio entre
la surface effective du LID et la surface de collecte.

Illustration 4.40 Exemple de fichier de résultats DFS0 d’un déploiement LID (chaussée poreuse)

1. Time (Temps) : chronologie des étapes effectuées pendant la simulation.


2. Inflow (débit entrant) (mm/h) : débit entrant dans le LID donné en tant
que multiple d’intensité de pluie et de surface de collecte en dehors du
LID/surface LID. C’est la combinaison de la surface de collecte en
dehors du LID et de la pluie recueillie par le LID. EIle représente l’eau
de pluie nette recueillie sur la surface de collecte imperméable, en
soustrayant les pertes initiales.
3. Rain (pluie) (mm/h) : eaux pluviales tombant sur le bassin versant
dont le LID a été défini. L’eau pluviale est recueillie automatiquement
par la surface du LID.
4. Evaporation (Évaporation) (mm/h) : paramètre défini par l’utilisateur
selon les conditions aux limites. Il s’applique aussi bien aux bassins
versants qu’aux unités LID.
5. Infiltration (mm/h) : infiltration depuis l’unité LID vers les sols
d’origine environnants.
6. Surface flow (écoulement en surface) (mm/h) : écoulement d’eau
de surface. Pour les fossés végétalisés, c’est le ruissellement de
surface ; pour les autres types de LID, c’est le débordement.
135
LID (Low Impact Development)
7. Drain flow (débit drainé) (mm/h) : écoulement dans le drain.
8. Surface depth (hauteur en surface) (m) : eau accumulée à la surface,
exprimée en tant que la hauteur d’eau sur la couche Surface. La valeur
maximale est la hauteur de stockage (H de stockage, onglet
Propriétés LID > sous-onglet Surface) en surface définie par
l’utilisateur.
9. Soil moisture (humidité du sol) () : exprimée sous forme de faction
de 1. 1 étant le volume total de la couche Sol. Correspond à l’eau
retenue dans les petits espaces se trouvant entre les particules de sol.
L’humidité maximale du sol (saturation complète) est équivalente à la
porosité du sol définie par l'utilisateur.
10. Pavement moisture (humidité du revêtement () : exprimée sous forme de
faction de 1. 1 étant le volume total du revêtement de chaussée poreuse.
Correspond à l’eau retenue dans les espaces vides de la chaussée.
L’humidité maximale du revêtement (saturation complète) est équivalente à
la porosité de la chaussée définie par l'utilisateur.
11. Storage depth (hauteur de stockage) (m) : eau accumulée à la surface,
exprimée en tant que la hauteur d’eau dans la couche Stockage. La valeur
maximale est la hauteur de stockage définie.
12. Surface to soil (infiltration surface-sol) (mm/h) : infiltration depuis la
couche Surface vers la couche Sol exprimée en mm/h.
13. Surface to pavement (infiltration surface-chaussée) (mm/h) : infiltration
depuis la couche Surface vers la couche Chaussée en mm/h.
14. Sol to storage (infiltration sol-stockage) (mm/h) : écoulement depuis la
couche Sol vers la couche Stockage, exprimée en mm/h.
15. Pavement to storage (infiltration chaussée-stockage) (mm/h) :
écoulement depuis la couche Chaussée vers la couche Stockage, exprimée
en mm/h.
16. MassChecksum (bilan de masse) (m3) : relatif à la vérification du bilan de
masse pour chaque pas de temps calculé. Une valeur peu élevée dans
l’ordre de 1*E-015 indique une bonne estimation d’écoulement interne.

Rapport de simulation LID


Le rapport de simulation LID est inclus dans le rapport général de simulation, en fichier
HTML. Tableau récapitulatif du bilan de volume de chaque déploiement LID (voir
illustration 4.41).

Illustration 4.41 Exemple de rapport de simulation LID

136
Modéliser la qualité des eaux pluviales (SWQ)
M
é
5 Modéliser
t
la qualité des eaux pluviales (SWQ)
5.1 h
Introduction
o
d
e
SWQs - Un modèle associé aux modèles de bassins versants urbains
et deSdonnées hydrologiques
W
Q
La modélisation de la qualité des eaux pluviales sur les bassins versants urbains
et du transport d’eaux pluviales polluées vers les systèmes de collecte urbains
doit couvrir de nombreux champs d’application tout en restant efficace. Elle doit
s’articuler autour d’une vision la plus localisée possible de la gestion des eaux
pluviales, de la séparation des systèmes de récupération, du traitement des eaux
pluviales avant que celles-ci rejoignent le système de distribution et de la gestion
du surplus d’eaux pluviales non traitées.

La pollution des eaux pluviales dans les bassins versants est due à la présence
de matière désagrégée et de particules suspendues qui sont la conséquence de :

 L’érosion des sols


 L’érosion des infrastructures (toits, routes)
 La pollution de l’air (ex : émissions de gaz industriels)
 La pollution naturelle biologique locale humaine, faune et flore
(divers déchets, fientes d’oiseaux, etc.)
 Déchets liées à la circulation
 Etc.

MIKE URBAN+ SWQ permet de modéliser la qualité des eaux pluviales en


réalisant un modèle spécial qui sera associé aux bassins versants urbains, aux
ruissellements d’eau pluviale et à l’infiltration. Ce concept est présenté sur
l’illustration 5.1.

Illustration 5.1 Un modèle hydrologique et un modèle SWQ fonctionnant simultanément pour


le même bassin versant. Pour fonctionner, les deux modèles utilisent les données de
précipitation et les paramètres de régulation de quantités/dynamiques de ruissellement et de
pollution en surface.

137
Modéliser la qualité des eaux pluviales (SWQ)

Variation spatio-temporelles de la pollution dans les bassins versants


urbains.
Modèle hydrologique d’un bassin versant en corrélation avec un modèle
SWQ de pollution en surface

Sur un bassin versant, la quantité de pollution en surface varie selon des


paramètres spatio-temporels établis par les types de polluants présents,
l’utilisation et le type de surface du bassin versant. Afin de parvenir à des
résultats représentatifs, ces variations doivent être détectées avec précision
pendant la simulation.

La surface de récupération d’eau modélisée est, en général, délimitée en sous-


bassins versants déterminés par la configuration du réseau de récupération, la
topographie du terrain ou même les limites administratives du territoire (terrains,
quartiers de la ville, etc.).

Il arrive parfois que la délimitation des sous-bassins soit effectuée à l’aide de


polygones Thiessen et repose ainsi sur un simple raisonnement géométrique.
Mais caractériser efficacement les charges de pollution en surface générées sur
ces sous-bassins avec de telles délimitations reste rare et pour des cas bien
spécifiques.

En conséquence, les sous-bassins définis dans le modèle sont en général


constitués de plusieurs surfaces, comme des toits faits de différents matériaux,
des routes de différentes affluences et comportant des types de chaussée
distinctes ou des zones vertes avec diverses végétations, etc.).

Chacune de ces surfaces a une utilisation bien spécifique. Cela signifie qu’un
même bassin versant peut être source d’une multitude de polluants :

 Type de polluant :
– Pollution organique
– Produits chimiques
– Microplastiques
– Métaux lourds
– Etc.
 Origine, accumulation et lessivage :
– Particules aériennes (vent, brouillard)
– Activités (circulation, population, faune, industrie locale)
– Érosion des matériaux de surface (toits en métal, amiante, HAP...)
– L’érosion des sols
 Fixation aux sédiments de surface :
– Particules suspendues, fixées aux sédiments de surface
– Particules suspendues autonomes
– Matière désagrégée

Ces différences transparaissent selon les quantités de polluants observés ou


dans le comportement de des matières polluantes à la surface du bassin-versant
en temps sec (accumulation) et en temps de pluie (lessivage). La situation
suivante est donnée à titre d'exemple représentatif.

138
Modéliser la qualité des eaux pluviales (SWQ)
M
Un bassin
é versant présente une surface totale de 2,1 ha. En termes de pollution
de surface,
t on observe trois types de surfaces sur le bassin : des toits (15 % ou
0,315 hha), des routes (10 % ou 0,21 ha) et la zone verte environnante (75 % ou
1,575 oha). Chacune de ces surfaces peut être source de divers polluants et peut
être exposée
d à l’accumulation de pollution exogène de différentes intensités et
dynamiques
e de dépôt, selon l’exposition de la surface aux aléas externes. Par la
suite, sces polluants peuvent se comporter différemment lors de leur lessivage par
l’actionS des précipitations.
W
Un modèle
Q MIKE URBAN+ peut comporter une multitude (généralement des
milliers) de bassins versants.

Déstructurer les bassins versants en couches de pollution

Afin de reproduire cette situation de manière précise et efficace dans le modèle,


le bassin (chaque sous-bassin du modèle) est déstructuré en un nombre défini de
bassins versants superposés et géographiquement identiques. Dans l’exemple
décrit, le bassin est divisé en trois couches. Chaque couche représente un des
trois types de surface. Un schéma est donné sur l’illustration suivante :

Illustration 5.2 Bassin versant déstructuré en trois couches, chacune d’elles représentant un
type de surface du bassin.

Le premier polygone représente l'ensemble du bassin versant. Dans le modèle,


ce bassin est divisé en trois polygones (en-dessous), représentant
respectivement les toits, les routes et les zones vertes.

Ces trois modèles de bassin peuvent hériter des paramètres hydrologiques et des
connexions au réseau du bassin d’origine. Cela étant, ces paramètres et
connexions peuvent être modifiés au besoin pour faciliter une meilleure
description du comportement des différents types de surface dans le bassin
versant défini.

Dans tous les cas, les bassins versants divisés en plusieurs couches seront
139
Modéliser la qualité des eaux pluviales (SWQ)
différents les uns des autres à cause de la surface effective de récupération qui
correspond à la surface effective du type respectif de surface dans le bassin
versant réel. La somme des surfaces actives des trois sous-bassins doit être
égale à la surface active effective totale du bassin versant.

Modéliser la qualité des eaux pluviales en considérant des types de


surface multiple en tant que conditions aux limites

De la même manière que les précipitations sont définies en tant que conditions
aux limites pour les modèles hydrologiques, les charges de pollution en surface
sont définies en tant que conditions aux limites spécifiques aux modèles de
bassins versants (conditions aux limites SWQ). La répartition spatiale des
précipitations et de la pollution en surface étant entièrement indépendantes l’une
de l’autre, il est essentiel de définir les charges de pollution en tant que conditions
aux limites indépendantes des conditions aux limites de précipitations. En
appliquant ces conditions aux limites indépendantes, les précipitations et les
charges de pollution en surface peuvent être modélisées dans leur propre zone
de répartition géographique.

Chaque condition aux limites SWQ est associée à une zone géographique définie
(fait référence à un ou plusieurs bassins versants : Toute, Liste sélectionnée ou
Individuelle), et à n’importe quel nombre de propriétés de condition WQ (un pour
chaque composant polluant donné). Donc, chaque type de surface BV doit être
défini par une condition aux limites SWQ spécifique. C’est-à-dire une condition
pour tous les types de surface que l’utilisateur souhaite modéliser, pour toutes les
couches BV, une condition aux limites SWQ doit être définie.

Chaque condition aux limites doit être connectée à un sous-groupe de BV qui


représente un certain type de surface et qui pourrait comporter le même nombre
de propriétés aux limites WQ que de composants polluants associés avec ce type
de surface. Chaque type utilisant sa propre méthode de quantité (variation en
fonction du temps).

5.2 Modèles SWQ


Les modèles SWQ comprennent les composantes suivantes :

 Bassins versants urbains ayant les paramètres hydrologiques du


modèle hydrologique actif.
 Des conditions aux limites de précipitation (tout type ou
précipitations réparties géographiquement (dfs0 ou dfs2))
 Composante WQ et/ou fraction(s) ST (transport sédimentaire)
 Données globales SWQ
 Paramètres locaux SWQ (s’appliquent uniquement aux méthodes
Accumulation/Lessivage et EMC).
 Conditions aux limites SWQ (Surface et/ou RDI) : plusieurs
conditions aux limites sont définies quand la répartition spatiale des
charges SWQ est analysée (ex : dans le cas de différents types de
surface BV ou d’utilisation des sols).
 Propriétés des conditions aux limites SWQ : pour chaque condition
aux limites SWQ, les propriétés doivent être définies pour chaque
polluant et/ou fraction de sédiment.
 Définition des données de sortie SWQ
 Configuration de la simulation
140
Modéliser la qualité des eaux pluviales (SWQ)
M
é
Dans les
t prochaines rubriques, la modélisation SWQ est abordée en détail.
Consultez
h aussi les étapes de travail, plus brièvement mentionnée, dans la
rubrique
o 5.7.
Les autres
d étapes (BV urbains, conditions aux limites de précipitations,
composants
e WQ, fractions ST, définition des données de sortie, et configuration
de la simulation)
s sont abordées dans d’autres rubriques du présent manuel.
S
W
5.3 DonnéesQ globales SWQ
Les paramètres du modèle de l’onglet Données globales SWQ (voir illustration
5.3) s’appliquent à la totalité du modèle et pour les méthodes avancées SWQ
uniquement.

Illustration 5.3 Onglet Données globales SWQ

Les données à renseigner dans l’onglet Données globales SWQ sont listées
dans le Tableau 5.1.

Tableau 5.1 Listes des données à renseigner dans l’onglet Données globales SWQ (table
msm_SWQGlobalData)

Champ Description Usage Nom du champ


d'édition dans la table de
données
ADWP Durée de la période de temps sec Méthodes EMC ADWPIni
initiale avant le début de la simulation (en et
heures). Accumulation/Les
sivage
Seuil Pic d’intensité de précipitation Méthode EMC EventThreshold
d’événement d’un événement pluvieux. Valeur
du seuil minimum pour que
l’événement pluvieux soit pris en
compte lors de la simulation
SWQ
ADWP Min Deux périodes pluvieuses Méthode EMC ADWPMin
séparées par un intervalle de
temps sec seront considérées
comme événement pluvieux
continu si l'intervalle de temps sec
entre deux périodes de pluie est
inférieur au ADWP min. défini.

141
Modéliser la qualité des eaux pluviales (SWQ)

5.4 Méthodes SWQ


De la même manière que les processus hydrologiques et qu’un ruissellement d’un
BV urbain peuvent être modélisés selon plusieurs modèles hydrologiques, la
SWQ est compatible avec plusieurs méthodes de simulation de la qualité des
eaux pluviales. Méthodes disponibles :

1. Simple concentration
2. Table de concentration
3. Accumulat./Lessivage
4. EMC

Méthode 1 La méthode de concentration simple attribue directement une


concentration de polluants au BV. Cette concentration peut être définie comme
constante ou changer en fonction d’une série temporelle.

Méthode 2 La méthode de table de concentration attribue une concentration de


polluants définie en tant que courbe en fonction de l’intensité du ruissellement
(ruissellement spécifique).

Remarque : les méthodes 1 et 2 ne prennent pas en compte la disponibilité


effective des polluants. En d’autres termes, ces méthodes considèrent que les
polluants viennent en ressource illimitée sur la surface du bassin versant. Elles
devraient donc être utilisées avec précaution, et uniquement dans des cas
adaptés.

Méthode 3 La méthode Accumulation/Lessivage modélise l’accumulation de


polluants ou de sédiments à la surface du bassin versant et le lessivage de ces
polluants par l’action mécanique des événements pluvieux. Cette méthode
conserve la masse initiale. C’est-à-dire que la quantité de polluants lessivés à la
surface du BV est limitée par le processus d’accumulation préalable. Elle est
particulièrement adaptée pour modéliser un premier rinçage des polluants.

Méthode 4 La méthode EMC considère que la concentration de polluants à la


surface du BV est constante tout au long de l’événement pluvieux. Cette méthode
modélise l’accumulation des polluants ou des sédiments d’un BV de la même
manière que la méthode 3, mais le processus de lessivage en fonction de la pluie
est en fait remplacé par un calcul de concentration-moyenne. Cette méthode
conserve la masse initiale. C’est-à-dire que la quantité de polluants lessivés à la
surface du BV est limitée par le processus d’accumulation préalable.

Les méthodes 3 et 4 sont toutes deux adaptées à la modélisation d’événements


pluvieux consécutifs, en association avec les LTS, par exemple. Ces méthodes
sont aussi appelées Méthodes avancées SWQ.

Méthodes avancées SWQ


Il existe deux types de méthodes avancées SWQ : la méthode
Accumulation/Lessivage et la méthode EMC (Concentration
Événement/Moyenne)

En plus d’utiliser les données globales SWQ, les calculs effectués par ces
méthodes exploitent des paramètres locaux définis par l’utilisateur (données
locales SWQ) qui peuvent être associés individuellement à chaque propriété de

142
Modéliser la qualité des eaux pluviales (SWQ)
M
condition
é SWQ. Il est donc possible de modéliser les différents comportements
des polluants
t et des surfaces de bassins versants face aux mécanismes
d’accumulation/lessivage
h et aux quantités de polluants.
o
Les paramètres
d des méthodes avancées SWQ utilisés dans un modèle SWQ
peuvent
e être configurés dans l’onglet Méthodes avancées SWQ (voir illustration
5.4) s
S
W
Q

Illustration 5.4 Onglet Méthodes avancées SWQ

Cet onglet comporte trois sous-onglets décrits ci-après.

5.4.1 Identification
Les propriétés générales des paramètres SWQ peuvent être définies dans la
section Identification. Un paramètre SWQ peut être configuré pour définir un
composant polluant ou une fraction de sédiment (transportant ou non un
polluant). Remarque : vous pouvez définir l’identification d’un paramètre
uniquement pour un type de méthode à la fois (Accumulation/Lessivage ou EMC).

Illustration 5.5 Onglet Méthodes avancées SWQ, Section Identification

La Tableau 5.2 répertorie les données à renseigner dans la section Identification (Table

143
Modéliser la qualité des eaux pluviales (SWQ)
msm_SWQPolluant)

Champ Description Usage Nom du champ


d'édition dans la table de
données
ID Identifiant du paramètre SWQ Méthodes EMC et MUID
Accumulation/Lessivage

Type charge 1 = Polluant Méthodes EMC et TypeNo


surface 2 = Sédiment Accumulation/Lessivage

Méthode Permet de sélectionner la Méthodes EMC et MethodNo


méthode de calcul SWQ utilisée. Accumulation/Lessivage
1 = EMC
2 = Accumulat./Lessivage

5.4.2 Sous-onglet Charges en surface

Le sous-onglet Charges en surface (voir illustration 5.6) permet de définir le


composant polluant (ou la fraction de sédiment) associé(e) au paramètre SWQ.

Illustration 5.6 Onglet Méthodes avancées SWQ, Sous-onglet Charges en surface

144
Modéliser la qualité des eaux pluviales (SWQ)
M
é 5.3 Données à renseigner dans le sous-onglet Charges en surface, de l’onglet
Tableau
Méthodes
t avancées SWQ, (Table msm_SWQPolluant)
h
Champ
o d'édition Description Usage Nom du champ
d dans la table de
e données
Charge
s en surface Choix du composant Méthodes EMC et ComponentID
polluant (ou de la Accumulation/Les
S
fraction de sédiment) sivage
W associé(e) au
Q paramètre SWQ.
Polluants rattachés 0 = Pas de polluant Méthodes EMC et SedimentAttachNo
rattaché (valeur par Accumulation/Les
défaut) sivage, TypeNo =
1 = Polluant(s) 2 (fraction de
rattaché(s) aux sédiment)
fractions de sédiment

Si le paramètre défini est associé à une fraction de sédiment, le rattachement des


polluants (optionnel) peut également être sélectionné dans le tableau Polluants
rattachés (base de données msm_SWQAttachedPollutant (voir illustration 5.7)).

Illustration 5.7 Tableau Polluants rattachés, dans le sous-onglet Charges en surface

La quantité de polluants rattachés aux sédiments est exprimée en fraction


(pourcentage) de la masse totale du sédiment. La quantité totale de polluants
rattachés ne doit pas être supérieure à 100 %.

Lorsque la charge de surface est définie en tant que polluant, les résultats du
modèle sont directement transférés en résultats de polluants SWQ. Ils peuvent
ensuite être utilisés en tant que données d’entrée dans la modélisation d’un
réseau d’advection/dispersion (directement dans le cas de simulation simultanée
de bassin versant/réseau ou en tant que propriétés de conditions aux limites WQ
pour calculer la charge de ruissellement dans un modèle-réseau).

Lorsque la charge de surface est définie en tant que fraction de sédiment, les
résultats du modèle sont directement transférés en résultats de polluants SWQ.
Ils peuvent ensuite être utilisés en tant que données d’entrée dans la
modélisation de transport sédimentaire (directement dans le cas de simulation
simultanée de bassin versant/réseau ou en tant que propriétés de conditions aux
limites ST pour calculer la charge de ruissellement dans un modèle-réseau).

Les résultats de polluants rattachés (le cas échéant) sont transférés en tant que
145
Modéliser la qualité des eaux pluviales (SWQ)
résultats de polluants SWQ, de la même façon qu’en cas de charge de polluant
en surface. La masse des polluants est calculée en tant que fraction définie de la
masse de la fraction de sédiment.

Le tableau 5.4 répertorie les données à renseigner dans le tableau Polluants


rattachés (table msm_SWQAttachedPollutant).

Tableau 5.4 Données à renseigner dans le tableau Polluants rattachés, Sous-onglet


Charges en surface (Table msm_SWQAttachedPolluant)

Champ d'édition Description Usage Nom du champ


dans la table de
données
PollutantID Durée de la période de Méthodes EMC et PollutantID
temps sec avant le début de Accumulation/Less
la simulation (en heures). ivage,
SedimentAttachNo
=1
Ratio RS Pic d’intensité de Méthodes EMC et PSRatio
précipitation d’un Accumulation/Less
événement pluvieux. Valeur ivage,
du seuil minimum pour que SedimentAttachNo
l’événement pluvieux soit =1
pris en compte lors de la
simulation SWQ

5.4.3 Sous-onglet Accumulat./Lessivage

Le sous-onglet Accumulat./Lessivage (voir illustration 5.9) permet de configurer


les paramètres nécessaires à la méthode d’Accumulation/Lessivage.

Paramètres à configurer :

Méthode : Linéaire ou exponentiel. Pendant les périodes de temps sec, la


pollution et les sédiments s'accumulent à la surface des bassins versants urbains.
La manière la plus rependue de calculer ce processus consiste à considérer que
l’accumulation est une fonction linéaire ou exponentielle qui varie au fil du temps.
Les expériences menées n’ont cependant pas apporté suffisamment de résultats
pour donner une consigne claire quant à la bonne méthode à choisir selon le cas.

146
Modéliser la qualité des eaux pluviales (SWQ)
M
é
t
h
o
d
e
s
S
W
Q

Illustration 5.8 Illustration des fonctions d’accumulations linéaire et exponentielle. Consultez


le manuel de référence de MIKE 1D pour plus de précisions sur les calculs mathématiques
effectués.

Taux : Taux d’accumulation linéaire du composant polluant (ou de la fraction de


sédiment) à la surface du BV, donné en tant que masse par zone étudiée par
unité de temps.

Max. : Quantité maximale possible de pollution (ou de sédiments) à la surface du


BV. Atteint l’état d’équilibre lorsque le taux de lessivage est égal au taux
d’accumulation.

Illustration 5.9 Sous onglet Accumulat./Lessivage, Onglet Méthodes avancées SWQ

Les paramètres de lessivage sont liés à la formule de lessivage utilisée. Cette


formule repose sur le postulat que le lessivage fluctue de manière exponentielle
avec l’intensité de la pluie.

Taux de détachement : Taux de lessivage (détachement) pour une intensité de


précipitation de 25,4 mm/heure. Il s’agit d’un facteur de calage pour le processus
de lessivage : les valeurs les plus basses sont plus adaptées aux polluants
fermement attachées ; les valeurs les plus élevées sont plus adaptées aux
particules les moins bien fixées.

Exposant : La valeur par défaut est 2. Cela signifie que le lessivage est
proportionnel à l’énergie cinétique des gouttes de pluie.

La Tableau 5.5 répertorie les données à renseigner dans le sous-onglet


Accumulat./Lessivage
147
Modéliser la qualité des eaux pluviales (SWQ)

Tableau 5.5 Données à renseigner dans le sous-onglet Accumulat./Lessivage (Table


msm_SWQPolluant)

Champ d'édition Description Usage Nom du champ


dans la table de
données
Accumulation de Taux d’accumulation Méthodes EMC et BuildUpRate
polluants/Taux linéaire du polluant Accumulation/Lessi
(ou sédiment) à la vage
surface du bassin
versant
(ML-2T-1)
Accumulation de Quantité maximale de Méthodes EMC et MaxBuildUp
polluants/Max. polluants (sédiments) Accumulation/Lessi
à la surface du bassin vage
versant, par unité de
zone étudiée (ML-2).
Accumulation de 1 = Linéaire Méthodes EMC et BuildUpTypeNo
polluants/Méthod 2 = Exponentiel Accumulation/Lessi
e vage
Lessivage/Taux Taux de Méthode DetachRate
de détachement détachement des Accumulation/Lessi
polluants (ou vage
sédiments) lors de
précipitation d’une
intensité de
25,4 mm/heure.
Lessivage/Expos La valeur par défaut Méthode WashOffExp
ant est 2. Accumulation/Lessi
Plus la valeur est vage
élevée, plus la
dépendance non
linéaire du lessivage
à l’intensité des
précipitations
augmente.
Une valeur de 1 définit
une dépendance
linéaire.

5.4.4 Sous-onglet EMC


Le sous-onglet EMC (voir illustration 5.10) permet de renseigner un paramètre
local EMC (Concentration Événement-Moyenne).

Illustration 5.10 Onglet Méthodes avancées SWQ, Sous-onglet EMC

148
Modéliser la qualité des eaux pluviales (SWQ)
M
é
EMC maxt Concentration maximale possible du polluant (ou du sédiment) dans le
ruissellement
h s'échappant du bassin versant.
o
L’objectif
d principal de ce paramètre est d’assurer que les résultats générés soient
réalistes.
e Par exemple, lorsque les valeurs de polluants EMC sont élevées dans
les cass ADWP de longue période et/ou de taux d’accumulation élevées pendant
les événements
S pluvieux courts. Dans ce cas, la donnée EMC max est utilisée
pour empêcher
W le lessivage total des polluants lors d’un événement pluvieux
court. Q

Tableau 5.6 Données à renseigner dans le sous-onglet EMC (Table msm_SWQPolluant)

Champ Description Usage Nom du champ


d'édition dans la table de
données
EMC max EMC maximal assurant que les Méthode EMC MaxEMC
valeurs de concentrations soient
réalistes (pas de valeurs trop
élevées) et que les événements
pluvieux mineurs de permettent
pas un lessivage total.

149
Conditions aux limites

5.5 Conditions aux limites SWQ

Les conditions aux limites SWQ permettent de définir le domaine de validité et


l’étendue spatiale de la condition aux limites active (ruissellement de surface ou RDI).

Illustration 5.11 Onglet Conditions aux limites, présentant les types de CL valables pour la SWQ

5.5.1 Types de conditions aux limites SWQ


Les types de conditions aux limites adaptés à la SWQ (voir illustration 5.11) :

 Apports eau pluviale (surface) S’applique pour la WQ en ruissellement de


surface.
 Apport eau pluviale (RDII) S’applique pour la WQ en écoulements RDI.

Le tableau 5.7 fournit une liste des méthodes SWQ applicables aux types d’apport en
eau pluviale (ruissellement de surface et RDI), c’est-à-dire les types de CL
compatibles avec la SWQ.

150
Conditions aux limites
Tableau 5.7 Types de conditions aux limites et méthodes SWQ ainsi que des combinaisons de
celles-ci pour différents modèles hydrologiques. Tous les modèles de ruissellement de surface
sont compatibles avec les quatre méthodes SWQ, mais la RDI fonctionne uniquement avec les
méthodes 1 (Concentration simple) et 2 (Table de concentration).

Modèle hydrologique/ Conditions aux limites et méthodes SWQ


combinaison
Apports eau pluviale Apport eau pluviale
(surface) (RDII)
Aire-Temps Méthodes 1, 2, 3, 4 -
Aire-Temps + RDI Méthodes 1, 2, 3, 4 -
Onde cinématique Méthodes 1, 2, 3, 4 -
Once cinématique + RDI Méthodes 1, 2, 3, 4 Méthodes 1, 2
Réservoir linéaire (C1) Méthodes 1, 2, 3, 4 -
Réservoir linéaire (C1) + RDI Méthodes 1, 2, 3, 4 Méthodes 1, 2
Réservoir linéaire (C2) Méthodes 1, 2, 3, 4 -
Réservoir linéaire (C2) + RDI Méthodes 1, 2, 3, 4 Méthodes 1, 2
UHM Méthodes 1, 2, 3, 4 -
UHM + RDI Méthodes 1, 2, 3, 4 Méthodes 1, 2
RDI (en autonomie) - Méthodes 1, 2

5.5.2 Étendue spatiale


Comme toute condition aux limites, les CL SWQ peuvent être définies de manière à
être appliquées à tout un modèle (avec un modèle de bassins versants, par exemple),
à être réparties selon une sélection de bassins ou à être attribuées à un bassin versant
spécifique.

L’illustration 5.12 présente le sous-onglet dont l'étendue spatiale est définie sur
« Liste » (sélection personnalisée).

Remarque : les sélections peuvent faire référence à des zones géographiques


différentes, mais aussi à des couches de BV distinctes.

Illustration 5.12 Exemple d’une CL Apports eau pluviale (surface) dont l’étendue spatiale est
définie par une liste (sélection) de BV (« toits_BV »)

151
Propriétés de conditions aux limites WQ
qualité des eaux
5.6 Propriétés de conditions aux limites WQ pluviales (SWQ)
L’onglet Prop. cond. limite. WQ permet de définir les quantités et méthodes de calcul
SWQ des divers polluants associés à une CL SWQ.

Illustration 5.13 Onglet Prop. cond. limite. WQ. Exemple d’un élément de qualité de l’eau
(« Elément_Qual_Eau »)

En théorie, une propriété CL SWQ doit être définie pour chaque polluant attribué à une
CL SWQ.

Une propriété CL SWQ peut être définie de la même manière que n’importe quelle
autre propriété CL WQ Pour plus de détail, consultez le chapitre Conditions aux
limites de ce manuel.

De plus, les propriétés de conditions aux limites WQ pour SWQ comprennent deux
types de variations temporelles :

 Table de concentration (compatible avec la méthode de table de


concentration SWQ)
 Méthodes avancées SWQ (compatible avec les méthodes avancées
SWQ : méthodes EMC et Accumulation/Lessivage).
152
Propriétés de conditions aux limites WQ
M
a
Les propriétés
r de conditions aux limites WQ (propriétés CL WQ) peuvent être définies
pour toutes
c les méthodes SWQ dans l’onglet Prop. cond. limite. WQ en suivant les
étapesh suivantes.
e
à
5.6.1 Sélecteur s de conditions aux limites
u
i
v
r
e
Illustration 5.14 Pour paramétrer les propriétés de conditions aux limites WQ pour SWQ, vous
devez d’abord sélectionner une condition aux limites avec le sélecteur approprié.

Ouvrez le sélecteur dans la section supérieure de l’onglet Prop. cond. limite. WQ,
puis sélectionnez la condition aux limites SWQ que vous souhaitez associer à la
propriété CL WQ.

5.6.2 Identification

Illustration 5.15 Section Identification permettant de renseigner les informations générales de la


propriété de conditions aux limites WQ pour SWQ.

Cliquez sur le bouton <Insérer> pour ajouter une nouvelle propriété CL WQ à la liste,
entrez un nom pertinent dans le champ ID (identifiant), puis attribuez-lui un type (de
qualité de l’eau) en le sélectionnant dans la liste déroulante.

Pour faciliter son identification, il est conseillé de choisir un identifiant reflétant le


contenu de la propriété (Ex : composant polluant/sédiment ou zone du modèle décrite)

Les choix disponibles dans la liste déroulante des types de qualité de l’eau dépendent
des composants WQ précédemment définis.

5.6.3 Qualité de l’eau

Illustration 5.16 Le sous-onglet Qualité de l’eau, Onglet Prop. limite WQ. Cet onglet permet de
définir les composants polluants (ou fractions de sédiments) associé(e)s avec la propriété CL WQ
active.

153
Propriétés de conditions aux limites WQ
qualité des eaux
pluviales (SWQ)
L’utilisateur sélectionne le composant ou la fraction approprié(e), en fonction du type
(de qualité de l’eau) sélectionné.

5.6.4 Variation temporelle

Illustration 5.17 Le sous-onglet Variation temporelle, Onglet Prop. cond. limite. WQ

Dans le contexte de la SWQ, les paramètres de variation temporelle des propriétés


CL WQ sont étroitement liés à la méthode SWQ sélectionnée, comme indiqué dans le
tableau 5.8.

Tableau 5.8 Aperçu de la relation entre la variation temporelle et les méthodes SWQ

Méthodes
SWQ
Variation Méthode 1 Méthode 2 Méthode Méthode
temporelle (Concentratio (Table de 3 4 (EMC)
n simple) concentration) (Accumul
ation/Les
sivage)
Constante Oui - - -
Cyclique - - - -
Séries temporelles Oui - - -
Table de - Oui - -
concentration
SWQ avancées - - Oui Oui

Méthode 1 : Constant (Simple concentration)

Illustration 5.18 Paramètres de concentration SWQ constante

Une constante est attribuée à tous les composants WQ du modèle (concentration,


température, etc.)

154
Propriétés de conditions aux limites WQ
M
a
r
Méthode c 1 : Série temporelle (Séries temporelles)
h
e
à
s
u
i
v
r
e 5.19 Une série temporelle de n’importe quelle propriété peut être attribuée au
Illustration
ruissellement. En l'absence de données observées, les séries temporelles reflètent généralement
une estimation des variations saisonnières.

L’utilisation des valeurs temporelles pour les propriétés de CL SWQ implique que
l’utilisateur connaisse ou estime correctement les variations passées de chaque
composant WQ, dans le cadre d’un calage de modèle WQ, par exemple.

Méthode 2 : Table de concentration

Illustration 5.20 Table de concentration appliquée à la méthode de table de concentration SWQ

Une courbe de Polluant-ruissellement est sélectionnée et associée à la propriété CL


WQ. Elle établit une relation fixe entre l’intensité du ruissellement (ruissellement
spécifique) et la valeur du composant WQ (concentration de polluants, etc.).

Méthode 3 : SWQ Avancé

Illustration 5.21 L’option SWQ Avancé est sélectionnée lorsque les méthodes 3
(Accumulation/Lessivage) et 4 (Concentration Événement/Moyenne) sont utilisées.

En choisissant l’option SWQ Avancé, l’utilisateur doit sélectionner un paramètre SWQ


parmi ceux précédemment configurés pour le composant polluant ou pour la fraction
de sédiment à associer à la propriété CL WQ active.

Les paramètres SWQ font référence à une des deux méthodes SWQ avancées et sont
configurés selon la méthode choisie. Les paramètres peuvent être édités dans l’onglet
Méthodes avancées SWQ.

155
Propriétés de conditions aux limites WQ
qualité des eaux
pluviales (SWQ)
5.7 Étapes de travail
Ce chapitre présente les étapes de modélisation SWQ.

En premier lieu, on considère qu’un modèle MU+ fonctionnel comprenant un ou


plusieurs bassin(s) versant(s) est disponible.

Préparer des bassins versants divisés en couches (optionnel)


Si l’analyse comprend plusieurs types de surfaces, mais que la délimitation des
bassins versants ne permet pas de percevoir ces différents types, le sous-bassin
original doit être cloné et divisé en plusieurs couches. Toutes les couches du bassin
doivent obligatoirement être connectées de manière identique au réseau modélisé. La
surface de drainage du véritable bassin versant doit être commune aux trois couches.
La somme de toutes les surfaces de drainage d’un bassin doit être égale à la surface
totale du bassin actif.

Définir des limites de précipitation (apport en eau pluviale)


Une condition aux limites de précipitation doit être définie. Une même série temporelle
de précipitation peut être associée à tous les bassins versants du modèle, mais vous
pouvez aussi répartir les précipitations dans l’espace en définissant une sélection de
pluviomètres ou de données pluviométriques RADAR.

Définir des composant WQ et des fractions de sédiments


Une composante WQ et/ou au moins une fraction de sédiments est requise pour la
simulation SWQ. Les composants WQ et/ou fractions de sédiments doivent être définis
dans leurs onglets respectifs (Onglets Composants WQ et Fractions
sédimentaires).

Activer le module SWQ


Assurez-vous que le module Ruissellement WQ (SWQ) est activé (Paramètres
généraux > Modules). Une fois ce module activé, les onglets associés seront visibles
dans l’arborescence Modèle.

Choisir la méthode SWQ appropriée


Comme indiqué dans le tableau 5.7, la méthode SWQ appropriée dépend du
composant de ruissellement (choix du modèle de ruissellement, par exemple).

De plus, toutes les méthodes SWQ ne peuvent pas être utilisées avec tous les types
de polluants/sédiments. Par exemple, les polluants externes sont mieux modélisés en
utilisant une méthode de conservation de masse (méthodes 3 et 4).

Vérifier tous les paramètres SWQ


Si l’une des méthodes SWQ doit être appliquée, vérifiez et réglez correctement les
paramètres SWQ (dans l’onglet Données globales SWQ).

Définir les paramètres SWQ appropriés


Si l’une des méthodes SWQ avancées doit être utilisée pour modéliser le
comportement des polluants ou des sédiments, un paramètre SWQ approprié doit être
défini.

Remarque : les polluants et fractions de sédiments peuvent être


associés à un paramètre SWQ par type de surface de bassin versant.

156
Propriétés de conditions aux limites WQ
M
Définira les conditions aux limites SWQ
r
Deux types de condition aux limites SWQ sont disponibles et peuvent être attribués
c
individuellement à chaque type de surface de bassin versant ou à chaque composant
h
de ruissellement. Pour associer une condition aux limites à un modèle de sous-bassin
versante représentant un type de surface spécifique, créez une liste de sélection qui
à
vous convient et sélectionnez-la.
s
Définiru des propriétés WQ aux limites SWQ
i
Des propriétés WQ peuvent être attribuées aux conditions aux limites SWQ
v
précédemment définies. D’une manière générale, une propriété WQ doit être attribuée
r polluant (ou faction sédimentaire) devant se trouver sur le type de surface
à chaque
BV danse le composant de ruissellement actif. Consultez le point 5.6 pour plus de
détails.

Configurer une simulation hydrologique (Pluie-Débit) en SWQ


Le module SWQ est activé pour la simulation hydrologique en cochant l’option
Ruissellement WQ (SWQ) dans Paramètres généraux > Modules.

Illustration 5.22 Exemple d’un modèle comprenant la simulation hydrologique et le module SWQ.
Remarque : le module SWQ fonctionne uniquement en association avec une simulation
hydrologique (Pluie-Débit).

MIKE URBAN+ intègre automatiquement les données externes nécessaires. Les


fichiers externes par défaut peuvent être modifiés ou remplacés par l’utilisateur.

Illustration 5.23 Données externes fournies automatiquement par le logiciel.

157
Conditions aux limites
6 Conditions aux limites
En quelques mots, une condition aux limites représente une sorte d’interférence
externe forçant le comportement des variables de calcul à l’intérieur du domaine.

Une grande partie des conditions limites représente différents types d’apports
hydrauliques (pluie, infiltration, eaux usées…). La caractéristique principale de ces
conditions aux limites (ou apports) est qu'elles constituent aussi un moyen de
transport : l'eau. L'eau peut transporter des matériaux (polluants dissous, oxygène,
sédiments), de la chaleur (température) et des organismes (bactéries et parasites), ou
véhiculer d'autres propriétés telles que le pH, la conductivité, la turbidité, etc. Les
propriétés des conditions aux limites en tant qu’ « apport » (exprimées en
concentrations, débits massiques, températures, etc.) sont aussi, au sens strict, des
conditions aux limites pour les modèles de transport de pollution (Advection,
Dispersion), par exemple. Cependant, elles ne sont pas considérées comme des
conditions limites isolées, mais comme des éléments indissociables des apports en
eau. Par exemple, un débit d'entrée latéral est une condition aux limites pour le
processus hydrodynamique du réseau (défini en tant qu'élément « débit »), alors que
la température, la concentration, etc. associées à cet écoulement entrant sont définies
en tant qu'éléments polluants de cet apport. En réalité, les éléments polluants
« chargent » les conditions aux limites pour le calcul AD dans le réseau.

Les conditions aux limites autres que des apports hydrauliques sont « simples » car
elles sont intégralement définies par les variables de conditions aux limites elles-
mêmes, c'est-à-dire qu'on ne peut pas leur ajouter d'élément associé. Parmi ces types
de conditions, on trouve les niveaux d'eau, la température de l’air, l’évapotranspiration,
etc.

Par la suite, nous utiliserons les termes suivants :

 Condition aux limites : définie par son type et sa connexion au modèle.


 Éléments aux limites : par définition, c'est une propriété indissociable
d'une condition limite. Un élément aux limites est entièrement défini par
son type, sa variation temporelle et sa quantité/qualité. La connexion au
modèle d’un élément aux limites est assurée par un lien qui le rattache à
la condition aux limites à laquelle il appartient.

La variable définissant une condition aux limites est un élément par défaut de cette
condition aux limites.

Il existe pour le moment 4 éléments éditables dans Conditions aux limites :

– Les conditions aux limites standards (apports hydrauliques et


hydrologiques)
– Les propriétés aux conditions aux limites WQ (si le module WQ est
activé)
– Les points d’apports
– Les profils répétitifs

MIKE URBAN+ est équipé d'un outil permettant de visualiser toutes les conditions aux
limites du modèle, dans l’onglet Aperçu cond. limites.

158
Conditions aux limites

6.1 Conditions aux limites hydrauliques


L’onglet Condition limites permet à l’utilisateur de paramétrer tous les apports au
modèle.

Pour appliquer une condition aux limites au modèle, cochez la case « Appl. cond.
lim. » dans le tableau récapitulatif.

L’illustration 6.1 présente l’onglet où l’on peut voir le bouton <Insérer> permettant
d’ajouter une nouvelle condition aux limites à la base de données. 16 types de
conditions aux limites sont disponibles :

– Pluie
– Température air
– Evapo-transpiration
– Apport BV
– Apport BV par surface
– Apport BV par EH
– Débit point d’apport
– Débit unitaire point d’apport
– Apport au nœud
– Apport au lien
– Apport d’un fichier résultat
– Niveau d'eau exutoire
– Exfiltration du nœud
– Exfiltration de lien
– Apports eau pluviale (surface)
– Apport eau pluviale (RDII)

Illustration 6.1 Les différents types de conditions aux limites hydrauliques

159
Conditions aux limites
6.1.1 Conditions aux limites de bassin versant

Les types de variables associés aux conditions limites de bassin versant (BV) sont :

 Température air
 Evapo-transpiration
 Pluie
 Apport BV
 Apport eau pluviale

Il est possible de définir un nombre infini de conditions aux limites de chaque type.

« Température de l'air » est une condition aux limites de type « Température de l'air »
et une température (de forme constante ou sous forme de série temporelle) lui est
toujours associée en tant qu'élément par défaut. Ce type de condition limite est utilisé
pour calculer le volume d'eau stocké sous forme de neige.

« Evapo-transpiration » est une condition aux limites de type « Évapotranspiration » et


possède toujours une potentielle évapotranspiration (constante ou sous forme de série
temporelle) en tant qu'élément par défaut. Ce type de condition aux limites est utilisé
pour les calculs hydrologiques par la méthode RDI. Le fichier dfs0 doit être du type
« Évapotranspiration ». Les valeurs supprimées seront considérées comme égales à
0,0.

« Pluie » est une condition aux limites de type « Pluie » et une pluie (de forme
constante ou sous forme de série temporelle) lui est toujours associée en tant
qu'élément par défaut. Ce type de condition limite est utilisé pour les calculs
hydrologiques de transformation de pluie en débit sur le bassin versant. Si une série
temporelle est utilisée, le fichier *.dfs0 doit être d’un des types d'éléments suivants :
« Intensité de précipitation (Rainfall intensity) », « Précipitation (Rainfall) » ou
« Profondeur de précipitation (Rainfall Depth) ». Les valeurs supprimées seront
considérées comme égales à 0,0.

« Débit BV » est une condition limite de type « Charge BV » et un débit (de forme
constante ou sous forme de série temporelle) lui est toujours associé en tant
qu'élément par défaut. Ce type de conditions aux limites englobe de nombreux apports
hydrauliques : apports par temps sec par surface ou par EH, infiltration en surface, etc.
Ce débit peut être associé à n’importe quel polluant, sédiment ou élément de
température (constant, cyclique ou selon une série temporelle).

La partie suivante décrit l'essentiel de la démarche à suivre pour définir les conditions
limites d'un bassin versant.

La première chose à faire après avoir inséré une nouvelle condition limite est de définir
un identifiant (ID) approprié. Il est recommandé d’utiliser un ID pertinent.

Sélectionnez ensuite le type de condition aux limites approprié dans la liste déroulante
Type.

L’Étendue spatiale détermine le type de connexion de BV pour laquelle s’applique la


condition aux limites. Individuel : s’applique à un seul bassin versant dont l’ID doit être

160
Conditions aux limites

indiqué. Liste : s’applique à une sélection de BV prédéfinie. Tout : s’applique à tous les
bassins versants.

6.1.2 Conditions limites du réseau


Les types de variables de conditions limites associées au réseau (c'est-à-dire aux
nœuds) sont :

 Le niveau d'eau
 Le débit, comprenant es propriétés WQ et les propriétés de WD et de sédiments

Les conditions limites de débit sont des charges hydrauliques. Les conditions aux
limites de niveau d’eau sont considérées en tant que « Niveau d’exutoire » et ne
peuvent être connectés qu’à des nœuds de type « Exutoire ».

Les apports hydrauliques du réseau représentent tous les types d’apports


hydrauliques, telles que les débits de temps sec, les débits d'entrée individuels,
l'infiltration, le ruissellement d'eau pluviale, etc. Ce type de conditions limites est
toujours associé par défaut à un élément « débit » (constant, cyclique, ou sous forme
de série temporelle). Ce débit peut être associé à n’importe quel polluant, sédiment ou
élément de température (constant, cyclique ou selon une série temporelle).

Un nombre illimité d’apports peut être défini et ne dépend pas du point d’entrée dans
le réseau.

Seule une condition aux limites de niveaux d’eau peut être attribuée au nœud exutoire
d’un réseau. Si aucune condition de niveau d’eau n’est définie, le logiciel considère
qu’un niveau constant est égal à la cote radier de l’exutoire est appliqué. L’exutoire est
donc considéré comme vide.

Par défaut, ce type de conditions aux limites est toujours associé à élément « niveau
d’eau » (constant ou selon une série temporelle).

Illustration 6.2 Onglet Conditions aux limites

Dans MIKE URBAN+, tous les types d’apports peuvent être définis dans l’onglet
Conditions aux limites.

161
Conditions aux limites

La partie suivante décrit l'essentiel de la démarche à suivre pour définir les conditions
limites d'un réseau. Il pourrait s’agir, par exemple, d’un débit entrant par un regard ou
par une conduite d’infiltration.

La première chose à faire après avoir inséré une nouvelle condition limite est de lui
définir un identifiant (ID) approprié. Utilisez un ID pertinent.

6.1.3 Étendue spatiale


L’Étendue spatiale permet à l'utilisateur de répartir les conditions aux limites sur la
Carte. La répartition peut être paramétrée selon différentes options : « Tout » (selon
les BV), « Individuelle » (selon la position géographique), « Liste » (selon une liste de
sélection d'éléments), « Géoréférencé » (positions), « Coord. source donnée » et
« Pondération distribuée ».

L’option « Tout » peut être utilisée pour les limites de bassins versants (« Apport BV »,
« Apport BV par surface », « Apport BV par EH ») et les limites liées à la météo
(« Pluie », « Température air », « Evapo-transpiration »).

Une liste de sélection peut être créée pour attribuer des conditions aux limites. Les
listes peuvent être créées pour attribuer des limites de bassins versants, des limites
liées à la météo, des débits entrants et des paramètres d’infiltrations aux nœuds et aux
liens. « Liste » s’applique à un groupe de nœuds et de liens d’une liste de sélection
définie. Les sélections peuvent être sauvegardées et modifiées dans le Gestionnaire
de sélection.

« Individuelle » s’applique à un seul nœud ou à une seule conduite et requière que l’ID
du nœud ou du lien spécifique soit défini.

De la même manière qu’avec les listes, il est possible d’attribuer des limites à des
positions géographiques spécifiques. En plus des limites de BV, des limites liées à la
météo, aux débits entrants ou paramètres d’exfiltration des nœuds et des liens,
niveaux d’eaux aux exutoires peuvent être définies.

Si un apport est attribué à un lien, il sera distribué équitablement dans la grille de


calcul de points H le long du lien.

Pour un nœud, il est possible d’attribuer un hydrogramme de débit entrant ou une


limite d'infiltration. Lorsqu’une option d’infiltration/exfiltration est sélectionnée, le sous-
onglet d’éléments aux limites permet de définir une valeur positive ou négative. Donc
seules l’infiltration vers le nœud ou la perte d’eau depuis le nœud vers le sol
environnant peuvent être utilisés.

Les pertes peuvent être définies pour tous les types de nœuds, mais elles sont le plus
souvent utilisées pour les bassins ou les nœuds ayant une géométrie de petit bassin.
L’infiltration peut être définie en tant que taux constant (vitesse) en fonction de la
surface humide effective du nœud. Remarque : un taux négatif définit une perte d’eau
par le nœud. Un taux positif indique de l’eau pénètre dans le réseau par le nœud.

« Géoréférencé » s’applique aux Points d’apports (généralement DWF)


géoréférencés sur les nœuds du réseau. L'utilisateur peut sélectionner la catégorie
d’apport à appliquer à cette condition limite.

162
Conditions aux limites

Le géoréférencement peut être utilisé pour attribuer des apports, en débit de points
d’apports ou en point d’apport par unité. Pour plus d’informations sur le
géoréférencement des points d’apport, consultez le chapitre Points d’apports.

« Pondération distribuée » est utilisé pour répartir des données pluviométriques


variables sur le modèle. Vous pouvez utiliser les données RADAR 2D dans le modèle
de récupération urbain en chargeant les fichiers *.dfs2 (propriétaire DHI) en tant que
données d’entrée pour le calcul hydrologique. MIKE 1D distribuera individuellement les
données de précipitation aux bassins versants et les utilisera pour le calcul
hydrologique.

Consulter les conditions aux limites


Les apports définis peuvent être affichés sur la Carte en cliquant sur le bouton
<Afficher sur carte>.

6.1.4 Variation temporelle


Le sous-onglet Variation temporelle permet de régler les paramètres de temps
selon les conditions prédéfinies. Variations temporelles pouvant être appliquées aux
conditions aux limites : « Constant », « Cyclique » ou « Séries temporelles ».

Les trois types de variations temporelles sont relativement explicites. Selon le type de
conditions aux limites défini, les unités de valeurs sont représentatives des résultats et
mises à jour automatiquement.

Dans le cas d’une variation temporelle cyclique, un profil doit être sélectionné. Pour
plus d’informations sur l’édition et l’application de profils, consultez le chapitre Profils
répétitifs.

Dans le cas d’une variation temporelle par série temporelle, un fichier de séries
temporelles compatible doit être défini. DFS0 est le format de fichier de séries
temporelles standard. Pour plus d’informations sur la création et l’utilisation de séries
temporelles, consultez la rubrique réservée aux séries temporelles.
Si vous avez sélectionnée une étendue spatiale par pondération distribuée, vous
devez importer un fichier *.dfs2 ou de type 2 Grid.

6.1.5 Intervalle limité


La fonction d’intervalle limité permet de limiter l’application d’un élément aux limites
pendant une période de temps définies.

Si la limite a une validité limitée dans le temps, cochez l’option Utiliser un intervalle
de validité limité. L’heure et la date de début et de fin de la période de validité doivent
ensuite être définies.

6.1.6 Facteur d'échelle


Le sous-onglet Facteur d'échelle est utilisé pour appliquer un facteur d'échelle à
l’apport hydraulique défini. Cette fonctionnalité est notamment utilisée pour ajouter un
facteur climatique.

6.1.7 Points distribués


163
Conditions aux limites
Le sous-onglet Points distribués permet de vérifier la pondération de distribution
des points par bassins versants, et de la régler si nécessaire. Tous les bassins
versants connectés à la grille (d’étendue spatiale par pondération distribuée) seront
affichés dans le sous-onglet. Les bassins versant peuvent s’afficher en plusieurs
entrées si plusieurs points de grille couvrent son intégralité.

Deux champs textuels affichent les données les plus importantes de la condition aux
limites sélectionnée : le nom de grille et le type d’élément.

Dans le tableau : toute information pertinente portant sur les bassins versants ou
points de calcul connectés (coordonnées i et j) et le pourcentage pondéré calculé
couvrant le bassin par point de calcul. La somme de ces pourcentages devrait
atteindre 100 % pour chaque bassin versant.

Le tableau est dynamique et affiche les données de la condition aux limites


sélectionnée. Il permet aussi d’insérer un nouveau point de calcul de connexion en
faisant un clic droit sur une des cellules.

Le bouton <Calculer> permet de calculer les données pondérées pour la totalité ou


pour seulement une sélection de bassins versants et en prenant en compte les
nouveaux points de calcul (obsolètes).

Illustration 6.3 Condition aux limites à points distribués

6.1.8 Description
Le sous-onglet Description vous permet d’ajouter une description à la condition aux
limites et au type d’apport définis.
164
Conditions aux limites

6.2 Prop. cond. limite. WQ


Cet onglet est seulement disponible lorsque le module WQ est activé. Il permet
d’ajouter des paramètres de qualité de l’eau à la condition aux limites hydraulique :
composants chimiques, sédiments ou âge de l’eau.

6.2.1 Qualité de l’eau


Une condition aux limites Qualité de l’eau (CL WQ) doit être connectée à une condition
aux limites hydraulique. Une condition aux limites hydraulique est compatible avec un
apport hydraulique nul dans le seul but d’ajouter une charge sédimentaire ou
polluante. Le l’option Sélection de conditions aux limites permet de sélectionner
l’ID d’une condition aux limites prédéfinie.

Illustration 6.4 Sous-onglet Qualité de l’eau

La case n’est pas cochée, toutes les propriétés WQ de conditions aux limites
(propriété CL WQ) apparaissent. Si cette case est cochée, seuls les propriétés WQ de
la condition aux limites hydraulique sélectionnée apparaissent dans le tableau en bas
et peuvent être éditées. Dans ce cas-ci, les autres propriétés CL WQ associées à
d’autres conditions aux limites hydrauliques que celle sélectionnée restent utilisées en
mode caché.

Les boutons <Insérer> et <Supprimer> permettent respectivement d’ajouter et de


retirer une propriété CL WQ de la liste. Tout nouvel élément est automatiquement
associé à la condition aux limites hydraulique sélectionnée. Chaque propriété CL WQ
est utilisée pour un type de composant de qualité de l’eau spécifique.

Un identifiant (ID) et un type doivent obligatoirement être définis pour la propriété CL


WQ active. Types disponibles :

Polluant
165
Conditions aux limites
Le polluant est ajouté à la concentration définie dans le sous-
onglet Variation temporelle.

Microorganismes
Le composant en tant que charge microorganique. Utilisé pour les bactéries et les
pathogènes.

Température
Le composant représente la température. L’unité dépend du système d’unité défini
pour le modèle dans Paramètres généraux > Modules.

pH
Le composant est relatif au pH de l’eau. Un indice d’acidité et de basicité de l’eau.

Salinité
Le composant reflète la salinité de l’eau.

Âge de l’eau
Cette option permet de renseigner l’âge de l’eau entrant dans le réseau.

Mélange d’eau
Ce type permet d’incorporer de l’eau avec un ratio de mélange défini.

Autre type de composant AD


Permet de sélectionner le type de composant AD. Un type de polluant de l’eau doit
être prédéfinie dans l’onglet Composants WQ.

6.2.2 Variation temporelle

Illustration 6.5 Onglet Prop. cond. limite.WQ, sous-onglet Variation temporelle.

Une propriété CL WQ peut avoir une variation temporelle différente que celle de la
condition aux limites hydraulique à laquelle elle est rattachée.

166
Conditions aux limites

La variation temporelle peut être de cinq types différents :

 Constant
 Cyclique
 Série temporelle
 Table de concentration
 SWQ avancé

Les unités de mesure dépendent du type de qualité de l’eau sélectionnée et sont


mises à jour automatiquement.

Dans le cas d’une variation temporelle cyclique, un profil doit être sélectionné.

Dans le cas d’une variation temporelle par série temporelle, un fichier de séries
temporelles compatible doit être défini. DFS0 est le format de fichier de séries
temporelles standard.

La table de concentration permet de définir une variation de charges polluantes selon


une relation ruissellement-concentration.

La variation temporelle peut aussi être définie avec une méthode SWQ :
accumulation/lessivage ou EMC. Pour plus de détails, consultez le chapitre consacré à
la qualité de l’eau.

6.2.3 Facteur d'échelle


Le facteur d'échelle permet d’ajouter un facteur global à l’apport. La valeur par défaut
est définie à 1.

Illustration 6.6 Onglet Prop. cond. limite.WQ, sous-onglet Facteur d’échelle.

6.2.4 Description
167
Conditions aux limites
Le sous-onglet Description vous permet d’ajouter une description à la propriété
CL WQ active.

Illustration 6.7 Onglet Prop. cond. limite.WQ, sous-onglet Description.

6.3 Points d’apport


Le chapitre Points d’apport explicite la marche à suivre pour attribuer des points
d’apport géographiquement positionnés aux nœuds et/ou aux liens dans un système
de collecte. Les points d’apport sont des points géographiques représentant de
manière générale un apport catégorisé en eaux usées telles que les eaux usées
résidentielles, commerciales ou industrielles, ou encore l’infiltration.

Il est cependant possible de modifier ou d’ajouter des catégories pour élaborer un


système de codage plus personnalisé et ainsi reproduire l’apport en eau des bassins
versants.

Les apports peuvent être ajoutés dans la base de données du modèle en les insérant
ou en les important manuellement.

168
Conditions aux limites

Illustration 6.8 Liste déroulante des catégories d’apports

L’onglet Points d’apport comporte trois sous-onglets : Géométrie, Connexion point


d’apport, Description.

6.3.1 Géométrie
Le sous-onglet Géométrie permet de renseigner la catégorie d’apport, le débit et le
nombre d’unités.

Le champ Nombre fait référence au débit du point d’apport par unité lorsque l’étendue
spatiale est géoréférencée. Le débit d’apport est défini dans la colonne Débit apport
[m^3/d] dans le tableau récapitulatif.

6.3.2 Connexion point d’apport


Vous pouvez connecter les points d’apport au modèle en utilisant les nœuds ou les
liens. Chaque point d’apport peut être connecté à uniquement un élément du réseau.

169
Conditions aux limites

Illustration 6.9 Sous-onglet Connexion point d’apport

Vous pouvez sélectionner l’élément en question en ouvrant le sélecteur d’ID ou en le


définissant directement depuis la Carte.

Si vous utilisez un lien en tant que connexion aux points d’apport, il est possible de
définir le début et la fin de la connexion.

6.3.3 Description
Le sous-onglet Description permet à l’utilisateur de renseigner des informations
diverses sur les points d’apports.

170
Conditions aux limites

Illustration 6.10 Onglet Points d’apports, Sous-onglet Description

171
Profils répétitifs

6.4 Profils répétitifs


Les onglets proposés dans la sous-branche Profils répétitifs de l’arborescence
Modèle sont utilisés pour créer des séries temporelles sans dimension ou de type
cyclique (« profils répétitifs ») ayant une résolution temporelle fixe d’une heure. Vous
pouvez notamment l’utiliser pour définir des profils journaliers décrivant des
écoulements par temps sec (DWF - Dry Weather Flow) sur un bassin versant
spécifique. Vous pouvez ajouter autant de profils répétitifs que nécessaire à vos
groupes de bassins versants. En effet, les zones industrielles ne présentent pas les
mêmes caractéristiques DWF que les zones rurales ou résidentielles. Les profils DWF
peuvent également être affectés par les variations d’activités pendant la semaine, les
jours fériés ou les vacances.

Les profils répétitifs sont répartis en quatre catégories :

– Profils journaliers : définir les profils journaliers


– Profils cycliques : associer des profils journaliers à des calendriers
– Calendriers : définir des calendriers
– Jours spéciaux : définir des jours faisant exception au calendrier
établi (comme le 1er janvier, par exemple)

6.4.1 Profils journaliers

Chaque profil journalier est défini par un ID profil, un Delta T (min) et un coefficient
sans dimension.

L’onglet Profils journaliers est représenté sur l’illustration 6.11. Cliquez sur le bouton
<Insérer> pour ajouter un nouveau profil. Une valeur Delta T doit ensuite être entrée
(en minutes). Le Delta T représente l’intervalle de distribution du profil. Exemple avec
une valeur DeltaT de 60 min de retour à intervalles de 24 h. Une valeur DeltaT de 240
retourne donc tous les intervalles de 6 x 4 heures.

Cliquez sur le bouton <Distribuer> pour créer les intervalles déterminés selon les
valeurs de Delta T attribuées. Vous pouvez définir les coefficients dans la colonne
Multiplicateur du tableau en bas à droite.

Cliquez sur le bouton <Normaliser> pour régler les valeurs de multiplicateurs de


manière à ce que la somme soit égale à 1 mais que les pondérations moyennes soient
conservées.

Illustration 6.11 Sous-onglet Profils journaliers

172
Profils répétitifs

6.4.2 Profils cycliques


Un profil cyclique permet d’associer un profil journalier avec un calendrier prédéfini.

Chaque profil cyclique doit être déni par un ID profil propre, par un jour spécial et un
calendrier. De plus, un profil cyclique demande l'entrée d’une donnée liée à
l’interpolation : « Interpolation linéaire » ou « Pas d’interpolation ». En sélectionnant
« Pas d’interpolation », aucunes valeurs intermédiaires à celles définies par l’utilisateur
ne seront utilisées entre les profils journaliers.

L’onglet Profils cycliques est représenté dans l’illustration 6.12. Le graphe donne un
aperçu du profil cyclique (de manière mensuelle ou hebdomadaire) en associant un
profil journalier à un calendrier spécifique. Le profil cyclique illustré dans l’exemple fait
état des activités d’une usine pendant une période hebdomadaire.

Illustration 6.12 Onglet Profils Cycliques

6.4.3 Calendriers
L’objectif des calendriers est de définir quand les profils journaliers doivent s’appliquer
(pendant l’été, seulement au mois de février, seulement pendant les jours de la
semaine, seulement le premier jour du mois, etc.).

Les calendriers définissent quand les profils journaliers doivent s’appliquer. Pour cela,
il est possible de les configurer selon trois formats : Jours de la semaine, Jours du
mois (Dates), Mois.

Vous pouvez appliquer plusieurs formats de calendrier pour créer un calendrier bien
spécifique.

173
Profils répétitifs

Illustration 6.13 Sous-onglet Jours de semaine

Illustration 6.14 Sous-onglet Dates

174
Profils répétitifs

Illustration 6.15 Sous-onglet Mois

6.4.4 Jours spéciaux


L’onglet Jours spéciaux permet d’identifier les jours qui dérogent à ce qui est indiqué
dans le calendrier.

Par exemple le 1er janvier (férié) tombe chaque année sur un jour différent. D’une
manière générale, les jours spéciaux permettent de représenter les jours fériés ou les
week-ends. Le sous-onglet Jours spéciaux peut être utilisé pour attribuer un profil
journalier de weekend au 1er janvier, par exemple.

Les journées spéciales sont divisées en deux catégories : « Date unique » et


« Chaque année ». Le jour de Pâques est un autre exemple représentatif. Pâques
tombe tous les ans sur un jour différent. L’option « Date unique » est donc plus
appropriée.

175
Profils répétitifs

Illustration 6.16 Onglet Jours spéciaux

Le champ Date propose un calendrier qui permet à l’utilisateur de sélectionner la date


considérée comme un jour spécial. Les boutons à choix unique « Date unique
(sélectionnée » et « Chaque année » permettent d’indiquer la fréquence de ces jours
spéciaux. La liste déroulante Utiliser permet d’attribuer un comportement de profil
similaire à celui appliqué normalement aux jours de la semaine ou en weekend.

176
Aperçu des conditions aux limites

6.5 Aperçu cond. limites

Il est possible de visualiser toutes les variations temporelles attribuées aux conditions
aux limites du modèle en ouvrant l’onglet Aperçu cond. limites.

Illustration 6.17 Onglet Aperçu cond. limites

Cet onglet permet à l'utilisateur d’activer les conditions aux limites définies pour le
modèle et, le cas échéant, de les modifier. Pour ce faire, cliquez sur <...> dans la
colonne Modifier de la condition aux limites nécessitant modification. La section de
droite affiche les variations temporelles des conditions aux limites du modèle.

177
Courbes et relations
T
a
7 Tables b
Dans MIKE URBAN+, les onglets de la branche Tables répertorient toutes les l
informations de type tabulaire : e
s
 Courbes et relations
 Matériaux
 Perte de charge sortie
 Captages au sol

7.1 Courbes et relations


Dans arborescence Modèle > branche Tables > Courbes et Relations (voir
illustration 7.1) vous pouvez consulter et modifier les données tabulaires utilisées dans
les autres onglets d’édition. Différents types de données tabulaires :

 Courbe caractéristique QH (utilisée pour les pompes)


 Courbe caractéristique QdH (utilisée pour les pompes)
 Courbe d'accélération pompe (utilisée pour les pompes)
 Régulation Qmax (H)
 Régulation Qmax (dH)
 Relation QH (identification de la relation QH d'un nœud)
 Courbe de tarage vanne
 Courbe Aire-Temps (utilisée dans le modèle Pluie-Débit)
 Efficacité d'enlèvement (pour la courbe d'efficacité des déversoirs)
 Relation hQ (utilisée pour les avaloirs)
 Relation QQ (utilisée pour les avaloirs et pour les captages au sol)
 Courbe caractéristique Q-detlaH & Puissance
 Polluants ruissellement
 Géométrie bassin (utilisée pour les bassins)
 RTC (utilisée pour les points d’action RTC)
 Instant RTC (utilisée pour les points d’action RTC)
 Non défini

178
Courbes et relations

Illustration 7.1 Onglet Courbes et relations

Il existe déjà 3 types de courbes Aire-Temps dans la base de données (TACurve1,


TACurve2, TACurve3). Veillez à ne pas les supprimer.

Pour ajouter une courbe à la liste des courbes et relations, cliquez sur le bouton
<Insérer>. Une nouvelle courbe est générée et apparaît dans le tableau récapitulatif
dans la section en bas à gauche de l’onglet (voir illustration 7.2).

Illustration 7.2 Tableau récapitulatif des courbes et relations définies, dans la section
en bas à gauche de l’onglet Courbes et relations.

Une fois un nouvel élément de données tabulaires (courbe ou relation) ajouté, vous
pouvez éditer les données qui lui sont propre dans le tableau des Valeurs courbe
(section en bas à droite de l’onglet) (voir illustration 7.3). Ce deuxième tableau doit être
complété selon le type de courbe ou relation sélectionné.

179
Courbes et relations
T
a
b
l
e
s

Illustration 7.3 Tableau Valeurs courbe dans la section en bas à droite de l’onglet Courbes et
relations. Le graphe dans la section en haut à droite de l’onglet représente les données tabulaires
du tableau valeurs courbe sous forme de graphique.

A plot of the tabular data is also shown on the upper right corner of the editor (Figure
7.3).

Tableau 7.1 Données à renseigner dans l’onglet Courbes et relations (Table ms_Tab)

Champ d'édition Description Utilisé ou requis Nom du champ


pour la simulation dans la base de
données
ID Identifiant de l’élément de Oui MUID
données tabulaires
Type Liste déroulante permettant Oui TypeNo
de sélectionner le type de
l’élément de données
tabulaires
Description Champ permettant d’ajouter Optionnel Description
une description à l’élément
de données tabulaires

180
Courbes et relations
M
a
7.1.1 Courbes caractéristiques
t
é
r
Deux types de courbes caractéristiques peuvent être édités sous MIKE URBAN+ afin
i
de définir le fonctionnement des pompes du modèle :
a
Courbeu caractéristique QH (pour les pompes à vis) ou Courbe caractéristique QdH
x pompes à charge différentielle).
(pour les

H est le niveau d’eau absolu dans le puits de pompage (autrement dit, un nœud), et
dH est la différence de niveau d’eau entre la position géographique du niveau amont et
celle du nœud aval.

Si une valeur Offset est définie, elle sera ajoutée à la relation de la courbe
caractéristique.

Remarque : l’utilisateur peut inclure la consommation d’énergie dans une courbe


caractéristique d’une pompe (Courbe de capacité QdH & Puissance).

7.1.2 Courbe accélération de pompe


Les pompes peuvent être contrôlées en temps réel (RTC). Pour les pompes RTC
contrôlées en PID, la vitesse de la pompe peut être augmentée indépendamment du
débit effectif. Cette courbe d'accélération de pompe est ensuite définie en tant que
nombre dans les valeurs dQ, dQ/dt.

7.1.3 Courbes de régulation Qmax (H) et Qmax (dH)


Les courbes de régulation Qmax (H) et Qmax (dH) sont utilisées pour réguler le débit
maximum dans les liens. La régulation peut être un débit maximal en fonction du
niveau d'eau dans un nœud défini par l'utilisateur, ou bien un débit maximal en
fonction de la différence du niveau d'eau entre deux nœuds définis par l'utilisateur.

7.1.4 Relation QH
Les relations hQ peuvent être utilisées pour les exutoires. Utiliser une relation QH pour
un exutoire revient à spécifier le débit à l'extérieur de l'exutoire, basé sur le niveau
d'eau de l'exutoire.

7.1.5 Courbe de tarage vanne


Dans un modèle de système de collecte, une vanne représente une fonction
connectant un nœud à un autre. La courbe de tarage d’une vanne définit la relation
entre l’ouverture et la résistance de la vanne (%).

7.1.6 Courbe Aire-Temps


La courbe Aire-Temps est utilisée dans un modèle hydrologique (Pluie-Débit). Une
courbe Aire-Temps représente le pourcentage de la surface active d’un bassin versant
en fonction en fonction du temps.

MIKE URBAN+ propose trois courbes Aire-Temps par défaut : TACurve1,


TACurve2TACurve3. Elles peuvent être appliquées respectivement aux bassins
181
Courbes et relations
T
versants rectangulaires, divergents et convergents. a
b
L’utilisateur peut définir ses propres courbes Aire-Temps. Chaque tableau de valeurs l
T-A doit commencer avec un couple (0,0) et se terminer avec un couple représentant e
la totalité de la surface active du bassin versant. MIKE URBAN+ conserve les valeurs s
de courbes T-A en pourcentage (%), et le dernier couple du tableau doit être de valeur
(100,100).

Illustration 7.4 Exemple d'une courbe Aire-Temps définie par l'utilisateur

7.1.7 Efficacité d’enlèvement


Il y a trois méthodes disponibles pour la remise en suspension des sédiments dans les
déversoirs. Une de ces méthodes vous permet de définir la relation entre le débit du
déversoir et l'efficacité, autrement dit, la courbe d'efficacité. L'efficacité de rétention est
ainsi une fonction de Q et de l'efficacité (sans dimension 1/1).

7.1.8 Relations hQ et QQ pour les avaloirs


Deux types de courbes peuvent être définis pour les deux types d'avaloirs distincts :

 Relation hQ (relation hauteur-débit définie dans l’onglet Courbes et


relations)
 Relation QQ (Qprox.-Qcaptage définie dans l’onglet Courbes et relations)

La relation hQ définit la courbe caractéristique selon la hauteur pour les avaloirs de


type « Point bas ». Les valeurs des hauteurs d'eau et des débits doivent augmenter de
manière régulière et débuter à (0,0). Pour les hauteurs dépassant la valeur maximale
spécifiée dans la dernière ligne de la table, le dernier débit correspondant est utilisé.

La relation QQ définit la relation entre l’écoulement de proximité du réseau de


ruissellement de surface (Qprox) et le réseau de captage au niveau du nœud de
connexion pour les avaloirs au sol (Qcaptage). Les valeurs doivent augmenter de
manière régulière et débuter à (0,0). Pour les débits de proximité dépassant la valeur
maximale spécifiée dans la dernière ligne de la table, le dernier captage correspondant
est utilisé.

182
Courbes et relations
M
7.1.9 a
Courbe caractéristique Q-detlaH & Puissance
t
é
Si la consommation d’énergie de la pompe en fonction des niveaux d’eau est connue,
r
il est possible d’inclure cette donnée dans le modèle en utilisant une courbe de type
i
« Courbe de capacité QdH & Puissance ».
a
u
x

Illustration 7.5 Courbe de capacité de la pompe, incluant la consommation d’énergie

Après une simulation effectuée avec la courbe caractéristique « QdH & Puissance », le
rapport généré contiendra des informations sur la consommation d'énergie pendant la
période de simulation.

7.1.10 Polluants ruissellement


Ce type de courbe est utilisé pour les conditions aux limites de qualité de l’eau en
surface (SWQ). Elle permet de définir la variation temporelle d’apports d’eaux pluviales
en surface ou en RDI.

Associée aux conditions aux limites, cette courbe offre la possibilité de visualiser les
valeurs de concentration de polluants en fonction de l’intensité du ruissellement.

Le tableau de valeurs de la courbe doit donc être complété avec les valeurs d’intensité
de ruissellement (ruissellement divisé par la surface totale du BV) et de concentrations
associées.

7.1.11 Géométrie bassin


La courbe de géométrie de bassin met en relation la surface et l’élévation du bassin.
Les paramètres H, Ac et As doivent être entrés par l'utilisateur.

Ac est l'aire du profil en travers qui est perpendiculaire à l'écoulement principal dans le
bassin (utilisé pour calculé la vitesse). As est l'aire de la surface du bassin (utilisée
pour calculer le volume). Ces deux paramètres sont définis en tant que fonctions du
niveau d'eau, H, dans le bassin.
183
Courbes et relations
T
a
La valeur de départ de la colonne H de la courbe de géométrie de bassin peut être b
définie par n’importe quel nombre. Par exemple, 0 pour l’interprétation de H en tant l
que profondeur du bassin. MIKE URBAN+ associe la valeur de départ H à la cote e
radier du nœud. Cela signifie que la même géométrie peut être utilisée à plusieurs s
endroits dans le même modèle.

Le niveau maximal d’eau dans le bassin avant inondation est soit égal à la plus grande
valeur H de géométrie ou au niveau du sol. Par conséquent, si le point le plus haut de
la géométrie de bassin est situé sous le niveau du sol, la géométrie de bassin indiquée
sera étendue avec des points supplémentaires pour permettre l'inondation.

7.1.12 RTC
Les courbes RTC permettent de représenter la relation avec les valeurs d’entrée
(capteurs ou différences entre les données de capteurs, etc.) et les valeurs de sortie
(ou paramètre). Les valeurs sont interpolées de manière linéaire entre les relations
définies.

7.1.13 Instant RTC


Les courbes Instant RTC permettent de représenter les valeurs de sortie (ou
paramètres) à un instant T (date/heure). Les valeurs sont interpolées de manière
linéaire entre les relations définies.

7.1.14 Non indéfini


Les relations non définies ont été implémentées pour pouvoir permettre l’ajout de
nouvelles fonctionnalités futures.

184
Matériaux

7.2 Matériaux
Dans MIKE URBAN+, l’utilisateur doit indiquer un type de matériau pour les liens du
modèle. Les matériaux utilisés pour les conduites sont définis par différents
paramètres : le frottement (coefficient de Strickler), la rugosité équivalente (coefficient
de Colebrook-White) et le coefficient Hazen-Williams.

Vous pouvez choisir d’utiliser les valeurs de rugosité de matériaux spécifiques par
défaut ou des valeurs locales définies par l'utilisateur.

Les types et les coefficients de rugosité d’un lien peuvent être édités dans
Arborescence Modèle > Tables > Matériaux.

Illustration 7.6 Onglet Matériaux

MIKE URBAN+ comprend déjà les configurations de frottements des matériaux


suivants :

 Cement Morter (Mortier)


 Ceramics (Céramique)
 Concrete (Normal) (Bitume normal)
 Concrete (Rough) (Bitume brute)
 Concrete (Smooth) (Bitume lisse)
 Iron (cast) (Fonte)
 Iron (wrought) (Fer)
 Plastic (Plastique)
 Stone (Pierre)

211
Matériaux
T
Tableau 7.2 Données à renseigner dans l’onglet Matériaux a
b
Champ d'édition Description Utilisé ou requis pour la Nom du champ l
simulation dans la base de e
données s
ID ID du type de matériau Oui MUID
Manning Valeur de rugosité de Oui Manning
Manning Si une des formules
« Manning Explicite » ou
« Manning implicite » a
été sélectionnée dans le
sous-onglet
Frottements,
onglet Conduites et can
aux.
Rugosité équiv. Rugosité équivalente Oui EQRough
Si la formule « Colebrook-
White » a été
sélectionnée dans le
sous-onglet
Frottements,
onglet Conduites et can
aux.
Coefficient HW Coefficient de Oui HWCoef
rugosité Hazen- Si la formule « Hazen-
Williams Williams » a été
sélectionnée dans le
sous-onglet
Frottements,
onglet Conduites et can
aux.
Description Champ permettant Optionnel Description
d’ajouter une
description au
matériau

212 MIKE URBAN+ - © DHI


Perte de charge en sortie

7.3 Perte de charge en sortie


MIKE URBAN+ vous permet de modéliser les pertes de charge en sortie au niveau
des nœuds. L’équation générale d’écoulement est valable uniquement avec les
conduites continues où la seule résistance à l’écoulement est causée par le frottement
sur le fond et les parois latérales. Les conditions hydrauliques dans les nœuds
(regards et ouvrages) font office de conditions aux limites pour le calcul d'écoulement
dans les conduites. En fait, les conditions hydrauliques à l’intérieur d’un nœud
dépendent des écoulements dans les conduites d’entrée (avaloir) et de sortie
(exutoire).

Ces conditions hydrauliques, exprimées en principe de conservation d’énergie, sont


calculées en tant que niveaux d’eau et vitesses de charge. Le calcul repose sur la
continuité de la masse et sur la formule permettant de calculer la relation énergétique
plus ou moins complexe entre un nœud et les liens associés, notamment les pertes
d’énergie provoquées par des perturbations de l’écoulement à différents points
localisés à l’intérieur du nœud.

Les paramètres suivants doivent être entrés par l'utilisateur pour configurer
correctement l’option de calcul des pertes de charge dans MIKE URBAN+.

Méthode de calcul
Trois méthodes sont disponibles :

 Classique Méthode de calcul simplifiée permettant de modéliser les


pertes d’énergie des nœuds. Elle repose sur la formule de perte
d’énergie proposée par F.A. Engelund. La perte totale de charge
comprend toutes les pertes de charge aux entrées et sorties, y compris
les pertes provoquées par la contraction (le cas échéant) ou les
changements de sens d'écoulement et d’élévation.
 Aucune perte de charge Cette méthode de calcul ne prend pas en
compte les pertes de charge mineures. Les niveaux d’eau dans le nœud
et la conduite de sortie restent égaux tout au long de la simulation,
comme s’il n’y avait pas de variation de géométrie ou d’écoulement entre
le nœud et la conduite de sortie. Le logiciel ne prend donc pas en compte
la forme des sorties ni la géométrie des nœuds ni la répartition des
écoulements à travers les conduites d’entrée et de sortie. Cela étant,
cette méthode peut être utilisée uniquement lorsque le profil en travers
ne connait aucune modification. Les résultats de simulation peuvent de
pas être représentatifs en cas de mauvaise utilisation de cette méthode.
Elle est adaptée, par exemple, pour les nœuds artificiels le long de
conduites continues, où aucune perte de charge ne se produit.
 Approche Energie Moyenne Solution alternative ne prenant pas en
compte la perte de charge aux sorties. Pour les regards simples, cela
signifie que les niveaux de charge du regard et de l’extrémité aval de la
conduite d’avaloir sont égaux. Les pour regards à multiples entrées, le
niveau de charge est calculé en tant que moyenne pondérée des
écoulements entrants (autrement dit, les écoulements les plus
importants font augmenter le niveau d’énergie de manière significative).
Dans ce type de calcul, la perte totale de charge aux regards est en fait
calculée au niveau des sorties. L’utilisateur peut également réguler le
calcul comme il le souhaite.

213
Perte de charge en sortie
T
a
Pour plus de détails sur les différentes méthodes de calcul de pertes de charge b
abordées plus haut, consultez le manuel de référence 1D. l
e
Aire totale nœud s
Cette option est spécifique à la méthode de calcul Classique. Dans les autres cas, la
valeur de section mouillée du nœud est utilisée. Les options suivantes sont
disponibles :

 Aire totale nœud Produit du diamètre et de la profondeur de l’eau dans


les regards prenant en compte la relation (Ac) de géométrie de bassin.
Les résultats de pertes locales d’un nœud sont souvent supérieurs aux
valeurs effectives.
 Surf. réelle calculée La surface réelle d’un regard est calculée selon une
formule empirique (voir Chapitre 4.6.2 du manuel de référence 1D,
« Headloss calculation for inflowing water » (« Calcul de charge des
écoulements entrants »). La surface déterminée est généralement
beaucoup plus petite que la section mouillée totale, permettant un calcul
de débit plus réaliste.
 Surf. réelle calculée réduite La surface réelle d’un regard est par la
suite réduite à 50 % de la surface réelle calculée.

Coeff. de perte
Les trois coefficients de perte distincts permettent d’obtenir trois interprétations
différentes de la valeur de coefficient de perte définie.

 Km Interprète la valeur définie en tant que coefficient Km de « forme »


de sortie du nœud (voir Équation (4.17) dans le manuel de référence
1D).
 Coeff. contraction Interprète la valeur définie en tant que coefficient de
« contraction » de sortie du nœud contr(j) (voir Équation (4.17) dans le
manuel de référence 1D). Cela signifie que le modèle ignore les relations
géométriques entre les nœuds et les conduites de sortie (forme de sortie)
et applique la valeur définie directement en tant que contr. Les pertes
par contraction à l’intérieur des conduites de sortie sont calculées en
multipliant la vitesse de charge d’une conduite spécifique par contr. La
perte de charge totale d’une conduite de sortie est égale à la somme des
pertes par contraction, par changement de direction et par changement
d’élévation.
 Coeff. total Interprète la valeur définie en tant que perte totale de
charge de sortie. Cela signifie que le modèle ignore la géométrie des
nœuds/liens et applique directement la valeur définie (Coeff. Total) en
tant que out, et l’attribue à toutes les conduites de sortie du nœud.
Les pertes totales de charge à l’intérieur des conduites de sortie sont
calculées en multipliant la vitesse de charge d’une conduite
spécifique par contr.

Pour régler les paramètres de perte de charge en sortie devant être appliqués aux
nœuds, rendez-vous dans l’onglet Perte de charge sortie (Tables > Perte de
charge sortie). L’illustration 7.7 présente cinq paramètres de perte de charge
prédéfinis dans MIKE URBAN+.
214 MIKE URBAN+ - © DHI
Perte de charge en sortie

Illustration 7.7 Onglet Pertes de charge sortie

Tableau 7.3 Données à renseigner dans l’onglet Pertes de charge sortie

Champ Description Utilisé ou Nom du champ


d'édition requis pour la dans la base de
simulation données
ID Identifiant du paramètre de perte de Oui MUID
charge
Méthode Liste déroulante permettant de Oui OutletShapeNo
sélectionner une méthode de calcul
pour le paramètre de perte de
charge :
Classique
Aucune perte de charge
Approche Energie Moyenne
Surface Option de méthode de calcul de la Oui EffAreaNo
réelle nœud section mouillée Si la méthode
- Aire totale nœud de calcul =
- Surface effective de la Classique
zone du nœud.
- Surface réelle calculée réduite
Liste Choix du coefficient de perte Oui CoeffNo
déroulante utilisé : Si la méthode
Coefficient Km de calcul =
de perte Coeff. contraction Classique ou
Coeff. total Approche
Energie
Moyenne
[Champ à Valeur du coefficient de perte Oui Coeff
côté de la Si la méthode
liste de calcul =
déroulante Classique ou
Coefficient Approche
de perte] Energie
Moyenne

215
Captages au sol
T
a
7.4 Captages au sol b
Les courbes de captages au sol décrivent les propriétés hydrauliques et les capacités l
de transfert des avaloirs au sol. L’onglet Captages au sol permet à l’utilisateur de e
rassembler des relations QQ (type de courbe éditables dans l’’onglet Courbes et s
relations) qui décrivent une seule géométrie d’avaloir au sol (groupe de relations QQ,
définissant le taux de capture au sol en fonction de l'écoulement de proximité). La
capacité de transfert d’un avaloir au sol dépend du pourcentage de pente du réseau
de ruissellement de surface. De ce fait, vous pouvez appliquer plusieurs relations à un
avaloir.

Illustration 7.8 Onglet Captage au sol

Lorsqu’une une valeur de pente obtenue automatiquement ou entrée par l'utilisateur


n’est comprise dans aucune courbes de pente définies dans l’onglet Captages au
sol, la courbe de pente comprenant la valeur plus proche est utilisée. Lorsqu’une
valeur de pente obtenue automatiquement ou entrée par l'utilisateur est comprise dans
au moins une courbe de pente de l’onglet Captages au sol, une interpolation linéaire
est appliquée.

Il arrive parfois que la capacité de transfert d’un avaloir au sol ne dépende pas de la
pente du réseau de ruissellement de surface. Dans ce cas, l’utilisateur doit définir
uniquement une relation QQ.

Remarque : dans ce cas précis, la valeur de pente obtenue automatiquement ou


entrée par l’utilisateur dans l’onglet Avaloirs pour les avaloirs au sol sera ignorée.

216 MIKE URBAN+ - © DHI


Contrôle en temps réel

8 Contrôle temps réel


Le module de contrôle MIKE URBAN+ offre l’option de contrôle en temps réel (RTC)
pour la simulation des systèmes de collecte. Il permet de configurer plusieurs
dispositifs de contrôle et des logiques opérationnelles complexes transparentes,
efficaces et rapides par le biais régulateurs interdépendants. Les dispositifs de
contrôle suivants peuvent être configurés dans MIKE URBAN+ :

 Les pompes
 Les déversoirs
 Les vannes d’orifice rectangulaire (la lame se déplace de haut en bas)
 Les déversoirs d’orifice rectangulaire (la lame se déplace de bas en haut)
 Les vannes standards

Ces éléments peuvent être régulés directement ou selon un algorithme PID


(Proportionnel-Intégral-Différentiel), la fonction de contrôle étant sélectionnée suite à
une analyse globale du système. Chaque régulateur et chaque pompe est soumis(e) à
une logique de contrôle élaborée à partir d’un ensemble de règles et de fonctions de
contrôles simples.

Le module de contrôle MIKE 1D utilise un algorithme qui analyse les données d’entrée
arbitraires, pas nécessairement de l’état du réseau en lui-même, et définit ensuite l’état
de la simulation d’une manière générale. L’état du réseau est défini par une multitude
de données : les variables mesurables et dérivées des dynamiques hydrauliques et de
la qualité de l’eau (ex : niveaux d’eau, débit, concentration de polluants, différences de
niveaux), l’état des dispositifs de contrôle (ex : position « ouvert/fermé » des vannes et
des pompes) et les fonctions de contrôle actives.

Les fonctions de contrôle définissent un large panel d’options pouvant aller des
constantes de variables opérationnelles les plus simples (crête de déversoir, débit
constant) aux variables dynamiques en relation continue avec mesures prises dans le
réseau (débit de débordement en fonction de la concentration d’écoulement ou les
niveaux de démarrage/d’arrêt en fonction des niveaux d’eau à un point stratégique du
système).

8.1 Les contrôles RTC dans un système de collecte


Les contrôles RTC (contrôle temps réel) englobent le fonctionnement et le contrôle
actifs des régulateurs de débit qui reposent sur des informations en temps réel sur
l’état du système.

Les contrôles RTC doivent être mis en place dans les systèmes où il est démontré
qu’une redistribution flexible de l’eau dans le temps et dans l’espace permet de remplir
les objectifs de fonctionnement prédéfinis conformes aux exigences économiques et
techniques. En conséquence, la mise en œuvre de régulations RTC peut s'avérer
intéressante dans un système de collecte pour les cas suivants :

 Tout le potentiel des capacités de transport, de stockage et de traitement du


système n’est pas exploité en fonctionnement passif.
 Les événements pluvieux récurrents au-dessus des bassins
versants démontrent une grande variabilité spatiale, ce qui
217
Contrôle en temps réel

provoque une inégalité d'utilisation de certaines parties du réseau


(certaines surchargées, d’autres sous-utilisées).
 Les performances du réseau d’eaux usées sont compatibles avec
l'activation de contrôle à court terme.
 Les capacités d'assimilation du milieu récepteur varient en fonction du
temps.

Généralement, la mise en place d’un système RTC fait partie intégrante des projets de
réhabilitation/rénovation de systèmes de collecte nécessitant de lourds travaux sur les
infrastructures publiques afin d’améliorer le transport, le traitement et la capacité
d’assimilation du réseau d’eaux usées. Dans de telles circonstances, le rôle de
l’installation RTC est d’optimiser le fonctionnement, à la fois du nouveau système
comme de l’ancien, en améliorant ainsi la rentabilité du réseau. Lorsqu’il est question
de remplir les objectifs de performance prédéfinis, les régulateurs RTC sont utilisés
pour minimiser l’importance et l’étendue des travaux prévus.

8.2 Architecture des systèmes RTC


Un système RTC est composé de capteurs chargés de générer des valeurs de
mesures décrivant l’état du système. Pour être prises en compte par les régulateurs,
les mesures doivent leur parvenir presque instantanément (sans délais). De plus, les
capteurs doivent être fiables et précis.

L’action réelle de contrôle est effectuée par les régulateurs : pompes ou d’autres
dispositifs pouvant être contrôlés et déplacés (déversoirs, vannes d’orifices et vannes
standards). Les régulateurs peuvent prendre des formes et des tailles diverses, et la
régulation peut être continue, par étapes ou discontinue (par exemple
MARCHE/ARRÊT, OUVERT/FERMÉ). Les régulateurs peuvent être actionnés de
manière mécanique, hydraulique ou pneumatique.

Les mouvements du régulateur (actions de contrôle) sont déterminés à partir de


stratégies opérationnelles prédéfinies. La stratégie opérationnelle s’effectue en suivant
deux types de procédures : l’utilisation d’une ou de plusieurs action(s) de contrôle ET
dans le cas où plus d’une action de contrôle est définie l’utilisation de logique de
contrôle (conditions) chargées de sélectionner l’action de contrôle adaptée à une
situation. Une action de contrôle établit une relation entre une variable de contrôle et
une variable contrôlée. Une variable contrôlée peut définir un paramètre de
régulateur (ex : position d’une vanne, niveau de démarrage/d’arrêt d’une pompe) ou
une variable d’écoulement (niveau d’eau, débit).

Dans le cas d’une variable d'écoulement, les décisions de contrôle sont définies en
comparant la valeur actuelle de la variable d'écoulement contrôlée avec la valeur de
sortie. L'algorithme de contrôle repose sur une solution numérique de « correction
continue du problème » appelé contrôle PID (Proportionnel-Intégral-Différentiel). Le
signal de régulation est généré par un régulateur PID, qui fait partie de la stratégie
opérationnelle programmée par le PLC (Programmable Logical Controller).

La sélection d'une variable contrôlée est néanmoins limitée par la « contrôlabilité » de


la variable. Par conséquent, une variable contrôlée est généralement sélectionnée
parmi les variables d’écoulement disponibles (débit, niveaux d’eau). Cette variable
doit, de préférence avoir été mesurée dans les environs du régulateur. Plus une
variable contrôlée est éloignée du régulateur et plus elle devient difficile à contrôler, en
raison des décalages temporels, des phénomènes de diffusion et des interférences
218 MIKE URBAN+ - © DHI
Contrôle en temps réel
parasites. Le contrôle de variables éloignées est difficile et ne fournit pas, en général,
de résultats satisfaisants.

Quand un paramètre de régulation est utilisé en tant que variable contrôlée,


l'algorithme de contrôle est simplifié en relation fonctionnelle explicite entre la variable
de contrôle et le paramètre de régulation. C’est ce paramètre qui gère indirectement la
réponse du système. Ceci est beaucoup plus simple qu'une régulation PID mais ne
permet pas de contrôler les écoulements avec autant de précision. Ce type de contrôle
convient donc mieux aux régulations de type MARCHE/ARRÊT (ou
OUVERT/FERMÉ), et son application à des régulateurs en continu doit être
soigneusement examinée.

La stratégie opérationnelle se base sur des conditions établies au niveau local pour un
dispositif régulé (par exemple, le contrôle ON/OFF d’une pompe repose sur le niveau
d’eau dans le puits de pompage). Dans ce cas-ci, il s’agit de contrôle local. Les PLC
reçoivent les signaux (mesures) captés par les capteurs et envoient la décision de
contrôle (signal d’activation) aux régulateurs. Dans un système de collecte, on trouve
généralement un nombre déterminé de contrôles locaux fonctionnant avec les
pompes.

Si la stratégie opérationnelle repose d'avantage sur des conditions globales à travers


tout le réseau, on parle alors de contrôle global. Des régulateurs globaux sont alors
utilisés dans cette situation. Un régulateur global est un programme informatique qui
analyse en temps réel l'état de l'ensemble du système puis transmet des données
supplémentaires aux régulateurs locaux. Ces nouvelles informations viennent
remplacer ou compléter les données locales existantes.

En outre, un système de transmission des données est également nécessaire pour


transférer les données entre les capteurs, les régulateurs locaux et les régulateurs
globaux. Pour faciliter l'utilisation des régulateurs globaux, les systèmes RTC sont
généralement équipés d’une interface utilisateur et d’un système de stockage/gestion
des données (bases de données), souvent appelé SCADA (Système de contrôle et
d'acquisition de données).

En plus des données en temps réel, les contrôles globaux peuvent intégrer des
données prévisionnelles. On parle alors de RTC prévisionnel (predictive RTC). Pour
obtenir un maximum de données prévisionnelles, il est conseillé d’associer un modèle
au système de contrôle. Le RTC prévisionnel est notamment utile pour les systèmes
peu réactifs. C’est-à-dire les systèmes dont le temps de réponse de la variable
opérationnelle est élevé pour corriger les perturbations du réseau (donnée externe ou
action de contrôle).

219
Contrôle en temps réel

8.3 Le système de contrôle MU+ en conditions réelles


MU+ RTC simule les systèmes de régulation dynamiques locaux et globaux au sein
d’un système de collecte. L'utilisateur doit garder à l’esprit que le logiciel permet de
construire un modèle conceptuel du réseau réel. Certaines des conceptualisations
appliquées dans MU+ RTC sont listées ci-dessous :

 Le programme ne distingue pas explicitement les régulations RTC


globales des locales. Par défaut, on suppose que tous les éléments d'un
système RTC modélisé peuvent être utilisés pour une régulation
globale.
 Les capteurs sont définis en tant qu’éléments opérationnels caractérisés
par leur type et leur position dans le réseau. Les capteurs à
fonctionnalités multiple doivent être définis individuellement.
 Lorsqu'un élément (déversoir, vanne, pompe) est défini comme régulé
dans l'interface MIKE URBAN+, un certain nombre de paramètres
additionnels décrivant son comportement physique doivent être
renseignés, par exemple, les vitesses d'ouverture et de fermeture d'une
vanne.
 Les éléments opérationnels de régulation ne sont pas explicitement
définis en tant que dispositifs tangibles, mais leur fonction (c'est-à-dire
l'opération logique qui associe un type de régulation à certaines
conditions opérationnelles) est associée à l'élément régulé.
 MU+ RTC utilise une fréquence de discrétisation (boucle de régulation)
identique au pas de temps de la simulation.
 Dans la modélisation, les données détectées par les capteurs sont
considérées comme étant parfaitement fiable et précises à 100 %.
 L'arrêt et le démarrage de la pompe font partie d'un programme et sont
régis par les niveaux de démarrage et d'arrêt.
 Un algorithme de contrôle PID est intégré au logiciel. Pour pondérer les
données de solution numérique de l’équation de contrôle, il requière les
constantes PID et les facteurs de pondérations appropriés.

220 MIKE URBAN+ - © DHI


Capteurs
P
a
8.4 Capteurs
r
a
Un capteur est un dispositif positionné dans le réseau qui transmet les valeurs brutes
m
aux variables contrôlées.
è
t
Un capteur transmet des informations à seulement une variable. Si plusieurs variables
r être exploitées à un même endroit du réseau, un nombre correspondant de
doivent
e doit être défini.
capteurs
s
R
T
C

Illustration 8.1 L’onglet Capteurs avec un exemple de configuration d’un capteur externe

Tableau 8.1 Données à renseigner dans l’onglet Capteurs

Champ d'édition Description Utilisé ou requis Nom du champ


pour la simulation dans la base de
données
ID Identifiant du capteur Oui MUID
défini.
Type Type de paramètre de Oui TypeNo
contrôle mesuré par le
capteur
Composant WQ Composant de qualité de Oui Si Type = ComponentID
l’eau mesuré « Concentration » ou
« Flux de masse »
Type (sous- Type d’élément où le Oui LocationNo
onglet capteur est positionné
Emplacement)
ID (sous-onglet ID de l’élément où le Oui _LocationID (le
Emplacement) capteur est positionné préfixe varie
selon le type
d’emplacement
sélectionné)

221
Contrôle temps réel
Tableau 8.1 Données à renseigner dans l’onglet Capteurs

Champ d'édition Description Utilisé ou requis Nom du champ dans la


pour la base de données
simulation
Elément TS Nom du fichier de série Oui TSItemName
temporelle sélectionné si Type =
« Externe »
Elément TS Chemin vers le fichier Oui TSFileName
de série temporelle si Type =
définissant les valeurs « Externe »
du capteur
Description Champ textuel Optionnel Description
permettant à
l'utilisateur d‘ajouter
une description au
capteur défini.
Ajouter image Bouton permettant à Optional
l’utilisateur d’ajouter
une photo du capteur
défini

ID
Identifiant unique du capteur qui permet d'accéder aux renseignements sur le capteur
à partir d'autres onglets.

Type
Ce paramètre définit le type de variable mesurée par le capteur. Types de variables
disponibles :

– Niveau
– Débit
– Ruissellement
– Concentration
– Flux de masse
– Niveau déversoir/vanne
– Pompe ON/OFF
– Action active
– Durée action active
– Ouverture de la vanne
– Externe (fichier externe de série temporelle)

Composant WQ
Composant de qualité de l’eau mesurée pour les types « Concentration » et « Flux de
masse ».

Emplacement
Selon le type de capteur, il peut y avoir un ou plusieurs types d’emplacement (Voir
tableau 8.2).

Définissez le type et l’ID de l’élément où le capteur est positionné. Remarque : certains


capteurs de type « Action active » ou « Externe » peuvent être associés uniquement
de façon indirecte à une position géographique physique.

222 MIKE URBAN+ - © DHI


Capteurs
P
a
r
Elément et Fichier TS
a capteurs de type « Externe », un fichier de série temporelle définissant les
Pour les
mdu capteur doit être sélectionné. Sélectionnez l’élément approprié de série
valeurs
è
temporelle.
t
r
Tableau
e 8.2 Types d’emplacement possibles
s
Type de capteur Emplacement
R
T Nœud Lien Déver Vanne Pomp Action Vanne
C soir (orific e (stand
e) ard)
Niveau Oui Oui - - - - -
Débit Oui - - - - - -
Ruissellement Oui Oui - - - - -
Concentration chimique Oui Oui Oui Oui Oui - -
Flux de masse - Oui Oui Oui Oui - -
Niveau déversoir/vanne - - Oui Oui - -
Pompe ON/OFF - - - - Oui - -
Action active - - - - - Oui -
Durée action active - - - - - Oui -
Ouverture de la vanne - - - - - - Oui
Externe - - - - - - -

223
Contrôle temps réel

8.5 Paramètres RTC


Configurez les dispositifs contrôlables et les paramètres associés dans l’onglet
Paramètres RTC (Voir 8.2).

L’onglet Paramètres RTC est divisé en plusieurs sous-onglets et sections :

 Un tableau récapitulatif des dispositifs de contrôle (section en bas à gauche)


 L’éditeur de règles de contrôle (sous-onglet Règles)
 Deux autres sous-onglets permettant de contrôler les dispositifs
contrôlables (Type et Description).
 L’éditeur Action RTC (section en bas à droite)

Illustration 8.2 Onglet Paramètres RTC

L'onglet Paramètres RTC permet de définir les règles de contrôle opérationnel des
dispositifs contrôlables. Un paramètre de contrôle est un groupe de règles mettant en
relation des conditions logiques avec des actions de contrôle. Ces règles sont
évaluées successivement dans l'ordre de la liste.

8.5.1 Identification
L’ID du paramètre RTC est défini dans la section Identification de l’onglet Paramètres
RTC.

Cliquez sur le bouton <Insérer> pour ajouter un paramètre RTC au projet. Dans la
section en bas à gauche, il y a un tableau récapitulatif des paramètres RTC définis.

224 MIKE URBAN+ - © DHI


Contrôle RTC
P
8.5.2 a Type
Sous-onglet
r
Le sous-onglet Type permet de définir le type de dispositif de contrôle auquel le
a
paramètre RTC s’applique.
m
è
t
r
e
s
R
T
C

Illustration 8.3 Sous-onglet Type, Onglet Paramètres RTC

La liste déroulante identifie le dispositif contrôlé.


Types de dispositifs disponibles (voir illustration 8.4) :

 Pompes
 Déversoirs
 vanne dans orifice rectangle
 Orifice rect. avec déversoir
 Vanne

Pour sélectionner un dispositif, ceux-ci doivent d’abord avoir été définis et placés dans
le réseau, grâce aux onglets de la branche Réseau (voir les rubriques suivantes et les
illustrations 8.5 à 8.8).

Pour les dispositifs de contrôle de type « vanne dans orifice rectangle » et « Orifice
rect. avec déversoir », un orifice doit avoir été défini dans le réseau (arborescence
Modèle > branche Réseau > onglet Orifices). L’onglet Paramètres RTC permet
d’ajouter une vanne ou un déversoir à un orifice déjà existant.

Remarque : pour ajouter un déversoir à orifice, un orifice doit être défini dans le
modèle. Il ne peut pas s’agir d’un déversoir ordinaire.

En outre, la différence fondamentale entre une vanne et un déversoir placés dans un


orifice est que dans le cas de la vanne, les lames du dispositif se déplacent de haut en
bas dans l’orifice ; dans le cas d’un déversoir, les lames se déplacent de bas en haut
dans l’orifice.

225
Contrôle temps réel

Illustration 8.4 Différents types de dispositifs de contrôle

Pompes
Une fois le type d’élément sélectionné, vous pouvez entrer les paramètres spécifiques
de configuration de l’élément en question.

Vous pouvez régler les paramètres RTC d’une pompe dans l’onglet Pompes, sous-
onglet Régulation (branche Réseau de l’arborescence Modèle).

Illustration 8.5 Données de contrôle spécifiques aux pompes dans l’onglet Pompes, sous-onglet
Régulation

Niv. dém. max


Niveau de démarrage maximum de la pompe. Si ce niveau est dépassé, la pompe est
en fonctionnement sans conditions.

Niv. arr. min.


Niveau d'arrêt minimum de la pompe. Si le niveau est inférieur à cette valeur, la pompe
s’arrête sans autre condition.

Temps ON min
Temps de marche minimum de la pompe avant qu'elle ne puisse être arrêtée.

Temps OFF min


Temps d'arrêt minimum de la pompe avant qu'elle ne puisse être remise en marche.

226 MIKE URBAN+ - © DHI


Contrôle RTC
P
Vannes a
r
Vous pouvez
a régler les paramètres RTC d’une vanne dans l’onglet Vannes, sous-
ongletmRégulation (branche Réseau de l’arborescence Modèle).
è
t
r
e
s
R
T
C

Illustration 8.6 Données de contrôle spécifiques aux vannes dans l’onglet Vannes, sous-onglet
Régulation.

Ouverture max
Position maximum de la vanne.

Ouverture min
Position minimum de la vanne.

Vitesse max
Vitesse maximale du mouvement de la vanne, en pourcentage/seconde.

Déversoirs
Vous pouvez régler les paramètres RTC d’un déversoir dans l’onglet Déversoirs, sous-
onglet Régulation (branche Réseau de l’arborescence Modèle).

Illustration 8.7 Données de contrôle spécifiques aux déversoirs dans l’onglet Déversoirs, sous-
onglet Régulation
227
Contrôle temps réel

Niv. Max
Niveaux de crête maximal.

Niv. Min
Niveaux de crête minimal. Le niveau de crête fixe n’est pas utilisé lorsque le déversoir
est contrôlé.

Vit. mont. max


Vitesses de montée maximales.

Vit. desc. max


Vitesses de descente maximale.

Orifices équipés de déversoirs ou de vannes


Pour les dispositifs de contrôle de type « vanne dans orifice rectangle » et « Orifice
rect. avec déversoir », les paramètres RTC de l’orifice doivent être définis dans le
sous-onglet Régulation de l’onglet Orifices (arborescence Modèle > branche
Réseau > onglet Orifices).

Illustration 8.8 Données de contrôle spécifiques aux orifices dans l’onglet Orifices, sous-onglet
Régulation

Niv. max
Hauteur maximum de la vanne/du déversoir mobile

Niv. min
Hauteur minimum de la vanne/du déversoir mobile.

Vit. mont. max


Vitesse maximale de montée de la vanne ou du déversoir.

Vit. desc. Max


Vitesse maximale de descente de la vanne ou du déversoir.

228 MIKE URBAN+ - © DHI


Contrôle RTC
P
a
Différence entre un déversoir et un déversoir dans un orifice
r
Il est possible de définir les déversoirs de deux méthodes différentes. La première
a
méthode peut être effectuée en ouvrant l’onglet Déversoir. Elle permet de définir les
m
« déversoirs ordinaires ». La seconde méthode consiste à utiliser la combinaison d’un
è
orifice et d’un dispositif de contrôle : « Orifice rect. avec déversoir ».
t
r
e
s
R
T
C

Illustration 8.9 Différence entre un déversoir ordinaire et un déversoir dans un orifice rectangle

La principale différence est que le déversoir d’orifice peut refermer l’orifice entièrement
alors que le déversoir ordinaire reste ouvert en à l’embouchure supérieure. Un
déversoir ordinaire n’est pas doté de paroi supérieure. Ainsi, l’eau peut tout de même
circuler si le niveau d'eau est supérieur à la hauteur de crête du déversoir.

Dans le cas d’un déversoir d’orifice, l’eau ne peut circuler à travers l’installation une
fois le déversoir refermé, même si le niveau d’eau est supérieur à la hauteur de crête.

8.5.3 Actions de contrôle


Une action de contrôle est une relation fonctionnelle entre les données d’entrée d’un
ou de plusieurs capteur(s) et les paramètres ou données de sortie d’un dispositif
contrôlé.

Les actions peuvent être définies dans la section en haut à droite de l’onglet
Paramètres RTC. Les paramètres proposés pour configurer une action dépendent du
type de contrôle sélectionné.

229
Contrôle temps réel

Illustration 8.10 Section de paramétrage des actions de contrôle, Onglet Paramètres RTC

Les données à renseigner dans la section des actions de contrôle sont répertoriées
dans le tableau 8.3.

Tableau 8.3 Données à renseigner dans la section des actions de contrôle (Table
msm_RTCAction)

Champ Description Utilisé ou requis Nom du champ


d'édition pour la simulation dans la base de
données
ID Identifiant de l’action de Oui MUID
contrôle permettant
d’utiliser l’action depuis
d’autres onglets.
Type de contrôle Type d’action approprié. Oui ControlTypeNo
Niv. demarrage Niveau d’eau Oui StartLevel
déclenchant la mise en Si type de
marche de la pompe contrôle = Régler
Niv. démarrage et
arrêt
Niv. arrêt Niveau d’eau Oui StopLevel
déclenchant l’arrêt de la Si Type de contrôle
pompe = Régler Niv.
démarrage et arrêt
Entrée Paramètre à contrôler (à Oui PIDInput
l’emplacement de val Si Type de contrôle
valeur consigne) = Contrôle PID
Valeur consigne Valeur que le paramètre Oui PIDSetPoint
contrôlé par PID doit Si Type de contrôle
atteindre. = Contrôle PID
230 MIKE URBAN+ - © DHI
Contrôle RTC
P
a
r
a
Tableau 8.3 Données à renseigner dans la section des actions de contrôle (Table
m
msm_RTCAction)
è
t
Champ Description Utilisé ou requis Nom du champ
r pour la simulation dans la base de
d'édition
e données
s
Paramètres PID Paramètres de l’action de Oui PID
R contrôle PID Si Type de contrôle
T = Contrôle PID
C
Cote seuil Niveau d’élévation des Oui WeirLevel
lames du déversoir Si Type de contrôle
appropriées = Régler Niv.
déversoir
Position Niveau d’élévation des Oui GatePosition
lames de la vanne Si Type de
contrôle = Régler
position vanne
Ouv. vanne Ouverture de la vanne Oui ValveOpening
appropriée en Si Type de
pourcentage contrôle = Régler
ouv. vanne

Type de contrôle
Cette liste déroulante permet de renseigner le type de contrôle décrite par l’action. Le
type sélectionné détermine la disponibilité des champs suivants, car chaque type est
associé à un dispositif de contrôle particulier. Par exemple, en sélectionnant « Régler
ouv. vanne », une action relative à une vanne contrôlée sera effectuée.

Types de contrôle disponibles :

 Paramètre direct :
– Régler Niv. démarrage et arrêt
– Régler Niv. déversoir
– Régler position vanne
– Ouvert
– Fermer
– Régler ouv. vanne
 Contrôle PID (valeur consigne)

Si un paramètre direct est utilisé, l’action renseigne une information sur le niveau
d’arrêt et de démarrage des pompes, sur la position des vannes ou des déversoirs
appropriée, etc. Si un contrôle PID est utilisé, l’action définit une valeur consigne (une
valeur de débit ou de niveau d’eau) qui peut être relevée dans la totalité du système.

Entrée
Pour une action de contrôle PID, l’« Entrée » est la valeur comparée avec la valeur
consigne à atteindre pour le dispositif contrôlé.

Cliquez sur <...> pour ouvrir la boîte de dialogue Editer l’expression permettant de
définir la donnée d’entrée. Remarque : une donnée de type Double est attendue de
l’évaluation de l’expression de donnée d’entrée.

231
Contrôle temps réel

Cette donnée d’entrée peut concerner deux capteurs (si le débit est régulé en fonction
de la différence entre deux valeurs de capteurs de niveaux, par exemple).

Valeur consigne
Valeur à atteindre pour les actions de contrôle PID. Cliquez sur <...> pour ouvrir la
boîte de dialogue Editer l’expression permettant de définir la valeur consigne.
Remarque : une donnée de type Double est attendue de l’évaluation de l’expression
de valeur consigne.

Une relation fonctionnelle peut également être définie sous « Valeur consigne ». Les
relations fonctionnelles (de type RTC ou Durée RTC) doivent être définies dans
l’onglet Courbes et relations (branche Tables > Courbes et relations). Consultez
la rubrique Tables du présent manuel pour plus d’informations sur les courbes et
relations.

Les courbes représentent les relations fonctionnent entre l’entrée (lecture


du (des) capteur(s) donnant la donnée d’entrée) et de la valeur de retour
(valeur consigne ou paramètre). Les valeurs sont interpolées de manière
linéaire entre les relations définies.
Les illustrations 8.11 à 8.13 représentent la marche à suivre pour
paramétrer une action pour un déversoir en contrôle PID.

Illustration 8.11 Action de contrôle PID

Dans cet exemple, le niveau d’eau (à Weir_13_3) peut être modifié en paramétrant le
niveau d’eau de la valeur consigne [Level 12] (voir illustration 8.12).

Le niveau d’eau à [Level 12] doit être régulé conformément à la table de


correspondance associée (a:WeirControlDirect_onWeir_Weir_12a_3) (voir

232 MIKE URBAN+ - © DHI


Contrôle RTC
P
illustration
a 8.13). La table de correspondance donne la valeur consigne de [Level 12]
appropriée
r en fonction des niveaux d'eau mesurés par un autre capteur de référence
[LevelaA] (voir illustration 8.13). La syntaxe de la fonction de table de correspondance
pour cette
m expression est « Tablelookup » (Table MUID, reference sensor)
è
t
r
e
s
R
T
C

Illustration 8.12 Exemple d’expression de donnée d’entrée dans la boîte de dialogue Editer
l’expression

Tout d’abord, sélectionnez une variable dans la liste déroulante Variables, dans la
boîte de dialogue Editer l’expression. La liste propose des variables prédéfinies,
comme une variable Capteur.

Illustration 8.13 Exemple d’expression de valeur consigne dans la boîte de dialogue Editer
l’expression

Des fonctions et des opérations mathématiques peuvent également être utilisées pour
définir des expressions plus complexes, que ce soit pour la donnée d’entrée
233
Contrôle temps réel
(différence entre deux capteurs, par exemple) ou pour la valeur consigne (table de
correspondance).

8.5.4 Règles
Les règles de contrôle peuvent être définies dans le sous-onglet Règles de l’onglet
Paramètres RTC.

Illustration 8.14 Sous-onglet Règles, Onglet Paramètres RTC

Le tableau 8.4 répertorie les données à renseigner dans le sous-onglet Règles.

Tableau 8.4 Données à renseigner dans le sous-onglet Règles, onglet paramètres RTC

Champ Description Utilisé ou Nom du champ


d'édition requis pour la dans la base de
simulation données
ID Identifiant de la règle Oui MUID
Description Champ textuel permettant à l’utilisateur Optionnel Description
d’ajouter une description à la règle
Condition Zone de saisie des expressions de Oui Condition
conditions
ID Action Permet de sélectionner l’élément Oui ActionID
Action associé à une condition pour
une règle de contrôle
Durée min Période pendant laquelle le système Oui BlockTime
est forcé à utiliser une règle après que
celle-ci ait été activée.
Tableau Tableau récapitulant toutes les règles Oui -
récapitulati de contrôle créées à partir de
f Règles combinaison Condition-Action
contrôle

234 MIKE URBAN+ - © DHI


Contrôle RTC
P
a
r
Tableaua récapitulatif Règles contrôle
Vous pouvez
m créer des règles à suivre par le dispositif en vous rendant dans le
tableauè récapitulatif Règles contrôle, dans le sous-onglet Règles (voir illustration
8.15). tCliquez sur le bouton <Insérer> pour ajouter une nouvelle règle dans le tableau.
r
e
s
R
T
C

Illustration 8.15 Le tableau récapitulatif Règles contrôle dans le sous-onglet Règles

Une règle est une combinaison de conditions et d’actions.

Vous pouvez ajouter autant de règles que nécessaire. Les règles sont évaluées
successivement depuis le haut de la liste. Il est donc essentiel d’obtenir une séquence
appropriée de règles pour atteindre la logique de contrôle voulue.

Cliquez sur les boutons <Monter> ou <Desc.> au-dessus du tableau de Règles de


contrôle pour changer l’ordre des règles.

Si la condition logique rattachée à une règle est évaluée en tant que ‘VRAI’, l’action de
contrôle associée est sélectionnée. Si la condition logique rattachée à une règle est
évaluée en tant que ‘FAUX’, le logiciel passe la règle actuelle et évalue la suivante
dans le tableau.

Si aucune condition logique n'est définie, la loi est inconditionnellement évaluée en


tant que VRAI. Ceci implique que la dernière règle définie dans le tableau ne doit
contenir aucune condition logique pour assurer l'existence d'une solution par défaut au
cas où toutes les autres règles auraient été évaluées comme ‘FAUX’.

Condition
Une condition logique démarque les limites d’une situation opérationnelle spécifique
dans le système contrôlé. Dans ce champ doivent être définis l’ensemble des tests
logiques indépendants effectués sur les différentes variables opérationnelles. Ces
tests comparent la valeur actuelle (ou l’état) de la variable (mesurée par le capteur) à
la valeur consigne (ou limite) définie. Les tests individuels sont évalués en tant que
‘VRAI’ et ‘FAUX’. Les résultats dépendent de la valeur actuelle de la variable (état), du
seuil défini et de l’opération mathématique choisie.

Une condition est définie en tant qu’expression mathématique dans la zone de saisie
Condition, dans le sous-onglet Règles (voir illustration 8.16).

235
Contrôle temps réel

Illustration 8.16 Zone de saisie Condition dans le sous-onglet Règles

MIKE URBAN+ permet de vastes possibilités d’utilisation d’expressions


mathématiques. Le logiciel est compatible avec un grand nombre de fonctions et
d’opérations mathématiques. Cliquez sur le bouton <...> à droite de la zone de saisie
pour ouvrir la boîte de dialogue Editer l’expression.

Illustration 8.17 Boîte de dialogue Editer l’expression

Les expressions mathématiques sont représentées en tant que formules ou suite


d’opérations. Les formules sont compatibles avec les fonctions mathématiques de
base : sinus, cosinus, valeur absolue, puissance, etc. Mais MIKE URBAN+ propose
également d’autres formules spécifiquement utilisées par le moteur de calcul MIKE 1D.

Remarque : le résultat de l'évaluation des expressions de conditions est une valeur


booléenne (VRAI/FAUX).

ID Action
Permet de sélectionner l’élément Action associé à une condition pour une règle de
contrôle Les actions peuvent être définies dans la section en haut à droite de l’onglet
Paramètres RTC. Les actions de contrôle disponibles dépendent du dispositif de
236 MIKE URBAN+ - © DHI
Contrôle RTC
P
contrôle
a sélectionné.
r
Duréea min
Permetmde s'assurer qu'une certaine règle est appliquée pour une période minimale.
Une fois
è qu’une règle a été activée, le système est forcé de l’appliquer pendant la
période
t définie dans le champ Durée min.
r
Lorsque
e vous définissez des règles, gardez quelques informations à l’esprit :
s
 R Toutes les actions de contrôle attribuées à un même dispositif doivent

T obligatoirement avoir le même type de fonction. Il correspond au type de


C structure et au type de contrôle définis par l'utilisateur.
 Pour les contrôles PID, toutes les actions de contrôle doivent faire
référence au même capteur de contrôle (par exemple la donnée
d’entrée). Il est impossible de changer le capteur de contrôle pendant
l’exécution de la simulation.
 Uniquement une règle peut être définie pour les contrôles tributaire du
temps (Valeur de consigne = Table de correspondance Durée RTC).
Bien que l’interface permettent d’en ajouter d’autre, seul la première
règle du tableau sera prise en compte lors de la simulation;
 Avant de démarrer la simulation, le logiciel vérifie que toutes les
conditions requises sont remplies. S’il détecte une erreur, la simulation
ne pourra pas démarrer.

8.5.5 Description
Le sous-onglet Description permet à l’utilisateur d’ajouter une description aux
paramètres RTC ou de sélectionner une image du dispositif contrôlé en cliquant sur le
bouton <Ajouter image>.

Illustration 8.18 Sous-onglet Description, Onglet Paramètres RTC

237
Paramètres PID

8.6 Paramètres PID


Cet onglet permet de définir les fonctions de contrôle PID (Proportionnel-Intégral-
Différentiel). Le contrôle en temps réel offre la possibilité d’appliquer des contrôles PID
aux déversoirs, aux vannes d’orifice, aux pompes et aux vannes standards.
Indépendamment du choix de la variable contrôlée, l'algorithme PID ajuste l'ouvrage
régulé selon l'erreur calculée entre la valeur de consigne prédéfinie et la valeur
actuelle de la variable contrôlée.

Le débit peut être régulé par les paramètres et actions suivantes :

 Déversoirs : cote de crête du déversoir


 Vannes d’orifice : niveau de la lame inférieur
 Pompes : débit de la pompe
 Vannes : ouverture de la vanne

Un seul paramètre PID peut être utilisé pour réguler tous ces paramètres.

Illustration 8.19 Onglet Paramètres PID

ID
Identifiant propre à un paramètre PID regroupant différentes caractéristiques PID. L’ID
du paramètre PID permet d’accéder à celui-ci depuis les autres onglets.

Facteur de proportionnalité, Temps d'intégration et Temps de dérivation


Principaux paramètres du contrôle PID. Ces paramètres sont abordés plus en détail en
8.6.1 ci-après.
Alpha-1, Alpha-2 et Alpha-3
Poids relatifs des instants n, n-1 et n-2. Ces paramètres sont abordés plus en détail en
8.6.1 ci-après.

238 MIKE URBAN+ - © DHI


P
8.6.1a Calage des constantes PID
r
Le calage des constantes PID (Ti, Td et K) n’est pas une tâche évidente. Dans le cas
a
présent, il est préférable que l'utilisateur ait une compréhension et une connaissance
m
théoriques suffisantes de la résolution numérique de l’équation de contrôle.
è
t
Les valeurs suivantes peuvent être utilisées en tant que référence :
r
e
Valeurs usuelles des constantes PID et des coefficients Alpha
s
Le tableau 8.5 répertorie les valeurs initiales conseillées lors du calage des constantes
P
PID.
I
D
Tableau 8.5 Valeurs usuelles des constantes PID et des facteurs de pondération associées

Paramètres Pompes Vannes Déversoirs


(orifice)
Ti 300 sec.
Td 0,8 sec.
K (Valeur consigne à l’aval du 1 1 -1
dispositif)
K (Valeur consigne à l’amont du -1 -1 1
dispositif)
Alpha 1 1 1 1
Alpha 2 1 0,7 0,7
Alpha 3 1 1 1

REMARQUE : Le signe du facteur K est d’une importance primordiale. S’il est


faux, la fonction de contrôle ne pourra pas fonctionner : le dispositif permutera
vers l’une des positions extrêmes possible et restera bloqué ainsi jusqu’à la fin
de la simulation.

Les illustrations 8.20 à 8.22 présentent des exemples corrects de fluctuations de la


valeur actuelle (débit ou niveau d’eau) autour de la valeur consigne une fois les
constantes PID adéquates définies. Chaque illustration comporte trois graphes, un
pour chaque résultat de constante : trop haute, trop basse ou juste.

Illustration 8.20 Fluctuations autour de la valeur consigne, selon la valeur du facteur de


proportionnalité K

239
Paramètres PID

Illustration 8.21 Fluctuations autour de la valeur consigne, selon la valeur de dérivation


du temps Td

Illustration 8.22 Fluctuations autour de la valeur consigne, selon la valeur d’intégration


du temps Ti

240 MIKE URBAN+ - © DHI


Simulations RTC

8.7 Simulations RTC


Comme pour les autres types de simulation, une simulation RTC peuvent être lancée
depuis l’onglet Configuration simulation (Arborescence Modèle > branche
Paramétrage des simulations > Onglet Configuration simulation).

Les simulations RTC sont effectuées depuis le module Contrôle temps réel (RTC)
pouvant être activé depuis l’onglet Modules (voir illustration 8.23).

Illustration 8.23 Activer le module Contrôle en temps réel (RTC) depuis l’onglet Modules

241
Statistiques longue durée (LTS)

9 Statistiques longue durée (LTS)


Le module de statistiques longue durée (LTS) permet de programmer des simulations
longue durée performantes en utilisant un modèle de réseau avec des apports
hydrologiques discontinus. Les simulations LTS couvrent une longue période continue
et permettent le calcul de statistiques pertinentes pour des variables opérationnelles
spécifiques. Le module MIKE 1D LTS permet de basculer aisément des simulations
continues classiques à des simulations discontinues sur une longue période, et de
définir les statistiques utiles pour l'exploitation ultérieure des résultats.

Le logiciel sélectionne automatiquement les périodes de simulation dynamique


d’écoulement en réseau par temps de pluie. Cela réduit considérablement le temps de
simulation sans affecter la précision des effets dynamiques pertinents dans le réseau
(débordements, surcharges, pollution, etc). Par exemple, en effectuant plusieurs
simulations LTS successives sur le réseau existant, il est possible de tester et
d’estimer avec précision les améliorations de rendement qu’apporteront effectivement
les prochains investissements (nouveau réseau d’eau usées, réservoirs, programme
de contrôle) au réseau en se basant sur les statistiques opérationnelles calculées par
ordinateur. Cela permet également de trouver un aménagement ou une stratégie
d'évolution optimale, pour être en accord avec la réglementation environnementale en
vigueur, par exemple.

Les statistiques hydrologiques (niveaux d’eaux maximum, débits dans les déversoirs,
émission polluantes, etc.) sont générées lors de simulations longue durée prenant en
compte les conséquences de nombreux événements pluvieux sur une longue période.
Pour cette raison, ces statistiques sont particulièrement utiles pour évaluer le
rendement et le fonctionnement d’un réseau modélisé. Ces statistiques sont exploitées
pour évaluer plusieurs caractéristiques du réseau : mesures d’atténuation lors d’un
programme d’aménagement, efficacité de stratégies de contrôle différentes, rentabilité
coûts-bénéfices, conformité du réseau d’eaux usées avec la réglementation en
vigueur.

Les systèmes de collecte doivent souvent se soumettre à un certain nombre


d’exigences :

 les inondations ne doivent pas survenir plus d'une fois toutes les T
années
 les saturations ne doivent pas survenir plus d’une fois toutes les T
années
 les déversoirs ne doivent pas rejeter leur contenu dans le milieu
récepteur plus de n fois par an
 le volume d’effluent non traité rejeté au milieu naturel ne doit pas
dépasser une certaine limite par an

La technologie LTS répond à tous ces questionnements et se démarque comme étant


un outil de simulation essentiel pour évaluer avec fiabilité les performances d’un
système de collecte.

Les statistiques portant sur certains paramètres opérationnels ne sont fiables que si
elles reposent sur un grand nombre d’événements indépendants. C’est-à-dire, si la
période de simulation est suffisamment étendue. Il est important de noter que les
simulations LTS peuvent entraîner des temps de simulation très importants (avec
242 MIKE URBAN+ - © DHI
Statistiques longue durée (LTS)

matériel informatique standard), ce qui compromet la faisabilité de l’analyse.

Cependant, les analyses de simulations de transport de polluants et de dynamiques


hydrauliques ne sont utiles pour un système de collecte qu’en période de fort débit.
Sinon, des outils plus simples et plus rapides peuvent fournir des résultats similaires.
Puisque les surcharges d’un système de collecte vont souvent de pair avec des
événements pluvieux, la simulation peut être paramétrée pour inclure uniquement les
périodes par temps de pluie dans l’analyse. C’est-à-dire un petit pourcentage
seulement de toute la période étendue de simulation.

Le principe fondamental derrière le concept de MIKE 1D LTS est donc la capacité à


réduire la période de simulation sans perdre d'information utile. En LTS, l'utilisateur
peut choisir d'éliminer les périodes non pertinentes de la série de simulation et de
restreindre les simulations dynamiques à une série d’événements dissociés au lieu
d’utiliser la période de simulation dans son intégralité.

243
Données d’entrées

9.1 Données d'entrée

9.1.1 Listes des tâches (Job List)


Afin d'isoler les intervalles utiles pour la simulation hydrodynamique, MIKE 1D LTS
génère une « Job List » (une « liste de tâches ») à partir des informations sur le
système et des séries temporelles de temps sec (eaux usées), de pluie et
éventuellement d'autres apports et de l'ensemble des « critères de définition Job ».
Les jobs de simulation de la liste sont délimités par l’heure de début et de fin de la
simulation active. Ils peuvent cependant être sujets à une évaluation plus poussée par
des « critères de simulation » pendant la simulation.

Les critères de simulation sont fondés sur l’évaluation des variables opérationnelles
opérant au sein du réseau. Dans certains cas, ils peuvent étendre les simulations au-
delà des intervalles de temps définis dans la Job List. Ces « critères de simulation »
étant évalués durant les simulations, il n'est donc pas possible de déterminer par
avance la durée exacte des simulations.

Lors de la création d’une Job List, vous pouvez définir on son heure/date de départ et
son heure/date d’arrêt.

9.1.2 Critères définition Job

Les critères définition Job permettent de définir les intervalles de temps qui seront
calculés dans le modèle hydrodynamique pendant la simulation LTS.

Les critères de Job Lists LTS comportent de nombreux seuils de chargement du


réseau qui sont utilisés pour évaluer si l’état du système remplit les conditions
« dynamiques » d’écoulement. Les critères de début déterminent l’heure et la date de
démarrage des simulations dynamiques. Ils sélectionnent les événements devant faire
partie de la simulation. Un critère de fin détermine la date et l’heure de fin des
simulations dynamiques.

Les critères de démarrage sont comparés avec les séries temporelles d’apport (les
écoulements par temps sec, les événements pluvieux, etc.) pour l’intégralité ou
certaines parties du système, voir pour des sous--bassins versants spécifiques. Vous
pouvez définir plusieurs critères de démarrage pour une simulation. Si au moins un
des critères est rempli, l’événement est inclus dans la Job List. L’heure de début de
simulation de l'événement inclus correspond alors au début réel de l’événement
pluvieux.

Les critères d'arrêts comprennent un seuil de débit total entrant dans l'ensemble du
système, et une condition temporelle supplémentaire qui étend les simulations de la
durée définie après que le débit total entrant soit tombé en dessous de la valeur limite.
Tout comme dans le cas des critères de démarrage, MIKE URBAN+ peut comparer les
séries temporelles d’apport avec les critères d’arrêt pour une partie ou la totalité du
système.

L’objectif des critères d’arrêt est de restreindre la simulation dynamique sans entraîner
une perte importante des informations en raison de l’offset entre les apports et les
leurs effets dans le système.

244 MIKE URBAN+ - © DHI


Données d’entrées

Illustration 9.1 Onglet Critères définition Job

Tableau 9.1 Données à renseigner dans l’onglet Critères définition Job (Table
msm_LTSJoblistCriteria)

Champ Description Utilisé ou Nom du champ


d'édition requis pour dans la base
la simulation de données
ID Identifiant de la Job Liste Chaîne de Oui MUID
caractères sensibles à la casse (40
caractères maximum)

Type Permet de choisir le type de critère à Oui ConditionNo


définir. Cette version du logiciel propose
uniquement l’option « Apport total »

Applique Option à cocher permettant Oui ApplyNo


r d’activer/désactiver l’utilisation de la
Job list active

Emplacement Pour une Job List de type « Apport Oui LocationNo


total », l’utilisateur doit définir pour
quelle partie du réseau l’écoulement
doit être évalué. Types d’
« Emplacement » disponibles :
Général (totalité du réseau),
Liste (liste d'éléments spécifiques),
Individuel (un seul nœud)

245
Données d’entrées

Tableau 9.1 Données à renseigner dans l’onglet Critères définition Job (Table
msm_LTSJoblistCriteria)

Champ d'édition Description Utilisé ou Nom du champ


requis pour dans la base de
la simulation données
Lieu Les types « Liste » et « Individuel » Oui, sauf si LocationID
nécessitent l’entrée de données LocationNo =
supplémentaires dans le champ 1 (Général)
Emplacement. Pour le type
« Liste », une liste de sélection doit
être sélectionnée. Pour le type
« Individuel », l’ID du nœud doit
être tapé dans le champ textuel ou
sélectionné depuis le sélecteur
d’ID.
Début du Définit le seuil le plus haut qui doit Oui StartValue
job/Seuil être atteint pour que le logiciel
considère le critère de démarrage
en tant que ‘VRAI’.
Début du Il est possible d’étendre les critères Oui StartTime
job/Durée de type « Apport total » en
définissant la durée d’une période
continue pendant laquelle le seuil
doit être atteint afin que le logiciel
considère le critère en tant que
‘VRAI’. La durée par défaut est
zéro.
Fin du job/Seuil Définit le seuil le plus bas devant Oui StopValue
être atteint pour que le logiciel
considère le critère d’arrêt en tant
que ‘VRAI’.

Fin du job/Durée Définit la durée d’une période Oui StopTime


continue pendant laquelle le seuil
le plus bas doit être atteint afin
que le logiciel considère le critère
en tant que ‘VRAI’. La durée par
défaut est zéro.

9.1.3 Conditions initiales des événements inclus dans la simulation


Afin de générer des statistiques réalistes dans les simulations hydrodynamiques LTS,
il est essentiel d’attribuer des conditions initiales adaptées à chaque job.

La technologie LTS propose deux méthodes distinctes pour configurer le système. Le


système peut être configuré en mode Démarrage à sec avant chaque job (méthode
par défaut) ou en mode Utiliser Hotstart, nécessitant ainsi l’utilisation d’un fichier
Hotstart. Dans le deuxième cas, le fichier Hotstart utilisé pour un job est sélectionné
selon l’apport au système au début du job.

En choisissant la méthode Démarrage à sec, toute l’eau présente dans le système est
évacuée avant chaque début de job listé dans le tableau des Job List LTS. Les
niveaux d’eau augmentent jusqu’à la limite imposée au niveau des exutoires, comme

246 MIKE URBAN+ - © DHI


Données d’entrées

lors d’une simulation « normale » sans fichier Hotstart (voir manuel de référence MIKE
1D). Cette méthode est seulement valable pour les systèmes de récupération d’eaux
pluviale où l’eau ne circule pas par temps sec. L’utilisation de cette méthode dans
d’autres cas n’est pas recommandée.

Si plusieurs fichiers Hotstart sont utilisés, chacun d’entre eux doit comporter un
intervalle d’apport. Cet intervalle est un « intervalle de validité ». Cela signifie que le
fichier Hotstart sélectionné sera utilisé pour tous les jobs de la Job List dont l’apport au
réseau au début du job est compris dans cet intervalle.

Remarque : en choisissant un fichier Hotstart, l’apport au réseau est calculé à partir de


tous les apports au réseau marqués en tant que « Ruissellement » ou « Autre »
(msm_BBoundary.LoadTypeNo). Les apports marqués en tant que « DWF »
(écoulement par temps sec) sont exclus du total des apports lorsqu’un fichier Hotstart
est sélectionné. Les apports de simulation hydrologiques sont considérés comme
« Ruissellement d’eaux pluviale ». Ils sont, par conséquent, inclus dans le calcul du
total des apports.

Si, au début d’un job, le total des apports au système n’est compris dans aucun des
intervalles de validité contenus dans les fichiers Hotstart, toute l’eau est évacuée des
conduites du système avant l’exécution du job.

Afin de prendre en compte les variations quotidiennes d’apports, le moment de la


journée source des valeurs du fichier Hotstart qui seront utilisées doit être égal au
moment de la journée du début du job. Cependant, la date doit être définie par
l’utilisateur. Cela signifie qu’il est nécessaire d’éliminer la phase de remplissage au
début des fichiers Hotstart. Pour cela, il faut lancer une simulation générant les fichiers
Hotstart sur deux ou plusieurs jours avant la date Hotstart définie. De plus, le fichier
Hotstart doit couvrir une période d'au moins 24 h. Si les 24 h de la date Hotstart ne
sont pas toutes couvertes par le fichier Hotstart, la simulation pourrait échouer.

Cette méthode utilise l’heure de début d’un job pour analyser les variations
quotidiennes. L’inconvénient de cette technique est qu’elle ne permet pas de prendre
en compte les variations hebdomadaires ou saisonnières.

Illustration 9.2 Onglet Conditions initiales

247
Données d’entrées

Tableau 9.2 Données à renseigner dans l’onglet Conditions initiales (Table msm_LTSInit)

Champ Description Utilisé ou Nom du champ


d'édition requis pour dans la base de
la données
simulation
Démarrage à Bouton à choix unique permettant de Oui -
sec/Utiliser sélectionner le mode de conditions
Hotstart initiales approprié
Bouton à choix
unique

Fichier Hotstart Permet de sélectionner un fichier Oui, HotStartFilename


Hotstart qui sera utilisé pour configurer si Hotstart
le système en prenant en compte
l’intervalle du total des apports (apports
DWF exclus) détecté au début d’un job
spécifique.

De Définit le seuil le plus bas d’intervalles Oui, InitFrom


de total des apports (apports DWF si Hotstart
exclus) utilisés au début de chaque job
du tableau des Job Lists pour évaluer
quel paramètre Hotstart utiliser.

À . Définit le seuil le plus haut d’intervalles Oui, InitTo


de total des apports (apports DWF si Hotstart
exclus) utilisés au début de chaque job
du tableau des Job Lists pour évaluer
quel paramètre Hotstart utiliser

Date Permet de sélectionner la date d’un Oui, InitDate


fichier Hotstart qui sera utilisée pour si Hotstart
rechercher les conditions Hotstart
associées à l’intervalle du total des
apports (apports DWF exclus) détecté
au début d’un job spécifique.

9.1.4 Créer une Job List (ou liste de Job)

Une Job List est créée à partir des critères de Job List, des fichiers source de
simulation, de la période de simulation (définie dans l’onglet Configuration
simulation, sous-onglet Général) et, le cas échéant, de fichiers Hotstart
d’initialisation LTS.

Pour créer une liste de Job, rendez-vous dans l’onglet Configuration


simulation > sous-onglet LTS.

248 MIKE URBAN+ - © DHI


Données d’entrées

Illustration 9.3 Fonction Créer une liste de Job, Onglet Configuration simulation, sous-onglet LTS

Illustration 9.4 Exemple de fichier Job List

Les périodes de simulation pour chaque événement dans la liste des Job représentent
la durée minimale de simulation (préalable) qui peut être étendue pendant la
simulation, en complétant les critères de simulation.

La liste de Job est écrite dans un fichier texte ASCII (*.MJL, écrit au format PFS) qui
contient toutes les informations utiles concernant les fichiers d'entrée de la simulation,
les périodes de simulation pour chaque événement et éventuellement des informations
sur les fichiers Hotstart et les dates/heures Hotstart.

249
Données d’entrées

9.1.5 Modifier une Job List

Vous pouvez modifier un fichier de liste de Job avant de lancer la simulation LTS. Il n'y
a pas de boîte de dialogue prévue à cet effet. À la place, nous vous conseillons
d’utiliser Windows Notepad ou un logiciel d’édition des fichiers ASCII pour éditer des
fichiers de liste de Job. En éditant une liste de Job avant le début de la simulation,
vous pouvez aussi changer les valeurs de pas de temps minimal et maximal pour
chaque Job. Par défaut, tous les Job utilisent les même pas de temps minimal et
maximal, conformément aux paramètres globaux de la simulation. On peut ensuite
changer ces valeurs par défaut en allant modifier dans le fichier texte la valeur des
paramètres Dt_MaxSec et Dt_MinSec (voir ci-dessous).

[SIMULATION_EVENT]

Simulation_start = '1937-06-08 01:19:00'

Simulation_end = '1937-06-08 04:33:00'

Dt_MaxSec = 60

Dt_MinSec = 10

EndSect // SIMULATION_EVENT

9.1.6 Critères d’arrêt du calcul

Les critères LTS d’arrêt du calcul définissent l’ensemble des valeurs seuil à être
évaluées pendant la simulation (par exemple le temps d’exécution) afin de déterminer
l’heure la plus tôt à laquelle il serait possible d’arrêter la simulation sans pour autant
perdre une grande quantité d’informations pendant la phase de fermeture de
l’événement pluvieux modélisé. L’évaluation de critères d’arrêt de calcul pour
l’événement modélisé commence immédiatement après la fin de l’événement
préalable indiquée dans la Job List. La simulation se poursuit tant que les critères
d’arrêt du calcul ne sont pas remplis.

La configuration des critères d’arrêt du calcul LTS est optionnelle. Vous pouvez définir
autant de critères d’arrêt de calcul que vous le souhaitez. Si aucun critère d’arrêt de
calcul n’est défini, la simulation s’arrêtera conformément aux critères de Job List.

250 MIKE URBAN+ - © DHI


Données d’entrées

Illustration 9.5 Onglet Critères d’arrêt du calcul

Tableau 9.3 Données à renseigner dans l’onglet Critères d’arrêt du calcul (Table
msm_LTSRunS)

Champ d'édition Description Utilisé ou Nom du champ


requis pour dans la base de
la simulation données
ID Identifiant spécifique au critère Oui MUID
d’arrêt de calcul.
Chaque critère est associé à un ID
spécifique qui sert de référence dans
la matrice d’évaluation.

Type Permet de choisir le type de critère à Oui ConditionNo


définir.
- Entrée-sortie (différence entre le
débit entrant et le débit sortant),
- Rejet (total de débit sortant),
- Volume total (volume total d’eau
stockée dans le système),
- Degré remplissage (degré de
remplissage dans le système),
- Hauteur or
- Débit local
Appliquer Option à cocher permettant Oui ApplyNo
d’activer/désactiver l’utilisation du
critère d’arrêt du calcul

251
Données d’entrées

Tableau 9.3 Données à renseigner dans l’onglet Critères d’arrêt du calcul (Table msm_LTSRunS)

Champ Description Utilisé ou Nom du champ


d'édition requis pour la dans la base de
simulation données
Type position Définit pour quelle partie du Oui LocationNo
système le critère d’arrêt du calcul
sera évalué.
Types d’ « Emplacement »
disponibles :
- Général (totalité du réseau),
- Liste (une liste d’éléments
spécifiques)
- Nœud
- Exutoire
- Déversoir
- Orifices
- Pompe
- Vanne (standard)
- Lien
Emplacement Pour le type « Liste », une liste de Oui, sauf si LocationID
sélection doit être sélectionnée. Type
Pour les types de position position =
d’élément individuels, l’ID de Général
l’élément concerné doit être tapé
ou sélectionné depuis le sélecteur
d’ID.
Seuil Valeur résiduelle de la variable Oui StopValue
défini par le Type. Elle doit être
atteinte pour que le critère soit
considéré en tant que ‘VRAI’.
Durée Période pendant laquelle la valeur Oui StopTime
du paramètre doit être inférieure
au seuil pour que le critère soit
considéré en tant que ‘VRAI’.

Les différents types de critères sont décrits plus en détails ci-dessous :

 Entrée-sortie. Différence entre le total de débit entrant dans le réseau et


le total de débit sortant du réseau. Lorsque la différence entre le débit
entrant et le débit sortant est petite, cela signifie que le réseau a retrouvé
des conditions d’écoulement quasi-stationnaires. Valide avec Type
position = Général
 Rejet. Total de débit sortant de la totalité du réseau ou des éléments
spécifiques définis du réseau. Cette donnée est particulièrement
intéressante lorsqu’on se concentre sur les débordements. La simulation
s’arrête lorsque la valeur de débordement est nulle (seuil = 0). Valide
avec Type position = Général, Liste, Exutoire, Déversoir, Orifice, Pompe,
Vanne.
 Volume total. Volume total de l’eau contenue dans le réseau. Lorsque le
volume diminue en dessous du seuil, il est possible qu’un bassin de
rétention ait été vidé. Valide avec Type position = Général, Liste ou
252 MIKE URBAN+ - © DHI
Données d’entrées

Nœud.
 Degré remplissage. Le degré de remplissage (en pourcentage) de la
totalité du réseau. Le degré de remplissage est calculé en tant que
relation entre le volume d’eau contenue dans le réseau et le volume total
du réseau en lui-même. Valide avec Type position = Général.
 Hauteur. Hauteur d’eau dans une structure spécifique ou dans la totalité
du réseau. Valide avec Type position = Général ou Nœud.
 Débit local. Débit calculé circulant dans un ouvrage spécifique. Valide
avec Type position = Exutoire, Déversoir, Orifice, Pompe, ou Vanne.

253
Simulations LTS

9.2 Simulations LTS

Exécuter une simulation LTS à partir d’une Job List s’avère, en général, utile lorsque la
période de simulation totale est trop longue et le volume du modèle trop important. La
méthode LTS peut réduire considérablement le temps de simulation sans entraîner la
perte d’informations essentielles.

Pour lancer une simulation LTS discontinue, rendez-vous dans l’onglet Configuration
simulation, disponible une fois l’option Simulation Longue Durée (LTS) activée
dans le sous-onglet Général.

Illustration 9.6 Activer la simulation LTS dans l’onglet Configuration simulation, sous-onglet
Général.

Une fois l’option LTS activée, la fonctionnalité Créer liste de Job dans le sous-
onglet LTS est disponible.

Illustration 9.7 Onglet Configuration simulation, Sous-onglet LTS

254 MIKE URBAN+ - © DHI


Simulations LTS
F
i
Une liste
c de Job est requise pour lancer une simulation LTS. Vous pouvez créer
plusieurs
h listes de Job différentes et sélectionner la liste appropriée à la simulation
LTS quei vous configurez.
e
Pour générer
r une liste de Job, MIKE 1D examine les données de conditions aux
limitesset évalue les critères de début de job définis afin d’identifier les événements
devantd être modélisés. Chaque événement inclus dans la liste de Job est
préalablement
e délimité par les critères d’arrêt de calcul.
r
Simultanément,
é les apports totaux (apports DWF exclus) sont déterminés au début de
chaque s événement et le fichier d'initialisation approprié est sélectionné
u
Lors del l'utilisation d'une liste de Job dans une simulation LTS, la période de
simulation
t définie peut contenir seulement une partie ou l’intégralité de la liste. Cette
fonctionnalité
a permet d’utiliser la même liste de Job pour plusieurs phases du projet.
On peutt alors utiliser des événements individuels pour des simulations test ou lors de
la procédure
s de calage, puis exploiter l’intégralité de la liste pour étendre la simulation
au maximum. Grâce à l’utilisation de liste de Job, la simulation LTS permet d’avoir
accès à des statistiques intéressantes non disponible en mode « ordinaire » continu.

255
Définir les fichiers de statistiques de résultats

9.3 Fichiers de résultats

Les simulations MIKE URBAN+ LTS génèrent des fichiers de résultats répertoriant de
nombreuses statistiques annuelles ou spécifiques à un événement particulier. Les
simulations TLS peuvent générer des fichiers de résultats standards ou prédéfinis par
l‘utilisateur. Les périodes de simulation étant généralement très longues, assurez-vous
que le volume des fichiers de résultats ne sera pas trop important. Les fichiers de
résultats MIKE 1D standards (*RES1D) contiennent la plupart des séries temporelles
calculées. Ainsi, si la fréquence de sauvegarde est trop élevée, les fichiers peuvent
être extrêmement volumineux pour les simulations longue durée. D'un autre côté, une
fréquence de sauvegarde trop irrégulière peut engendrer des résultats inutiles. Pour
les simulations couvrant de longues périodes, il est donc conseillé de choisir des
fichiers de résultats minutieusement définis par l'utilisateur.

9.3.1 Fichiers de résultats définis par l'utilisateur

Les fichiers de résultats définis par l'utilisateur contiennent uniquement les éléments
de résultats sélectionnés par l’utilisateur. De cette manière, les fichiers de résultats
LTS sont assez exhaustifs et les fichiers de résultats standards ne sont
potentiellement plus nécessaires. Consultez le chapitre Paramétrage des résultats
pour en savoir plus sur la sélection des contenus apparaissant dans les fichiers de
résultats définis par l'utilisateur.

9.3.2 Fichiers de résultats statistiques

Lorsque des simulations sont mises en œuvre sur de longues périodes, les résultats
cherchés sont souvent des statistiques opérationnelles plutôt que des séries
temporelles brutes. MIKE URBAN+ peut générer des fichiers de résultats
supplémentaires (*RES1D) qui répertorient les différentes statistiques (annuelles ou
spécifiques à un événement particulier) portant sur des séries temporelles spécifiques
ou sur la performance du réseau dans son intégralité :

 Statistiques LTS extrêmes


 Les statistiques LTS chronologiques :

Les statistiques sont calculées conformément aux spécifications précisées dans le


fichier configuré par l’utilisateur.

Les références techniques utilisées pour les calculs statistiques et la procédure à


suivre pour définir les résultats statistiques sont décrites plus loin.

256 MIKE URBAN+ - © DHI


Définir les fichiers de statistiques de résultats

9.4 Définir les fichiers de statistiques et de résultats

MIKE 1D LTS peut générer un panel de résultats statistiques (portant sur l’année, sur
un événement spécifique, sur des éléments du réseau) pour la période de simulation
définie.

Les statistiques d’événement (valeurs impromptue extrêmes ou accumulées) sont


classées par importance.

Les statistiques mensuelles/annuelles d’un ouvrage spécifique ou de la totalité du


réseau sont répertoriés dans l’ordre chronologique.

Ces résultats statistiques sont stockés dans un fichier de résultats statistiques


(*RES1D). Un fichier *.ERF est également généré. Il peut ensuite être chargé dans
MIKE View pour faciliter la présentation des statistiques et l’écriture de rapport.

Il est possible de combiner une simulation hydrodynamiques LTS et une simulation de


transport de pollution (AD). De cette manière, il est possible de générer des
statistiques portant sur les charges polluantes tout au long d’une année ou pour un
événement spécifique.

Le contenu des fichiers de résultats statistiques doit être déterminé avant l’exécution
de la simulation LTS. Le contenu des statistiques peut être défini dans l’onglet
Fichiers résultats (Paramétrage des résultats > Fichier résultats).

9.4.1 Paramètres globaux LTS - Définir un événement

En ce qui concerne les événements extrêmes, MU+ LTS distingue deux types
d’événements : les événements associés aux valeurs extrêmes (maximums) des
variables instantanées (niveaux d’eau, débits, transport de masse, etc.) et les
événements intermittents (discontinus) où les durées et valeurs cumulées (volume,
masse de pollution, etc.) sont calculées.

Pour son analyse statistique des événements extrêmes (maximums), MU+ LTS
examine la série temporelle associée puis identifie les événements extrêmes
indépendants. Pour les variables instantanées (niveaux d’eau, débit, concentration,
etc.), le logiciel identifie l’événement en prenant en compte le temps entre chaque
événement extrême consécutif et la « hauteur » du minimum local dans le but
d’éliminer les maximums dépendants et les différents « parasitages » provoqués par
des instabilités de calcul (l’action d’une pompe proche dans le réseau, par exemple).
En d’autres termes, MU+ LTS applique deux critères inter-événement pour identifier
les événements extrêmes indépendants :

1. Critère inter-événement dTc : Deux événements successifs (pic


d'occurrence) sont considérés comme indépendants si la période entre ces
deux événements est supérieure à dTc. Ce paramètre est pris en compte
dans toutes les statistiques de valeurs instantanées (niveaux, débit, vitesse,
concentration, etc.).

2. Critère de niveau inter-événement pc (0 < pc < 1) : Deux événements


successifs sont considérés comme indépendants si le niveau entre les deux
257
Définir les fichiers de statistiques de résultats
événements est inférieur à pc fois le niveau le plus bas des deux
événements. Il s’agit du seuil (ratio) entre la valeur minimale la plus basse
des deux pics et le pic le plus bas.

MU+ LTS considère deux événements successifs comme indépendant uniquement si


les deux critères (1) et (2) sont remplis. Cela signifie que les deux pics sont considérés
comme indépendants si la période qui les sépare est plus longue que dTc ET si la
valeur minimale la plus basse des deux pics est inférieure à la valeur du pic le plus bas
multiplié par pc.
Notez que pour les deux types de statistiques (de pics et de valeurs cumulées), deux
événements successifs sont toujours considérés comme indépendants si la simulation
a été arrêtée entre les deux événements, comme défini dans les critères d’arrêt de
calcul. Donc, en configurant une période de temps très longue (plus longue que tous
les événements individuels de la simulation), les valeurs pic et le nombre de
débits/durées cumulées obtenus correspondent exactement au nombre d'événements
de la simulation.

Chaque Job de simulation MU+ LTS contient au moins un événement statistique,


parfois plus.

Le critère inter-événement dTc est défini par l’utilisateur dans l’onglet Param.
Globaux LTS. On distingue l’entrée de ce paramètre d’un côté pour les variables
instantanées (Q, H, v, C) et de l’autre pour les valeurs cumulées (V, T, M). Le critère
de niveau inter-événement pc peut également être défini dans l’onglet Param.
Globaux LTS.

Remarque : une valeur de 0,75 permet de neutraliser un « parasitage » de petite


amplitude et d'éviter les faux extrêmes dans le cas de séries temporelles plates. Une
valeur inférieure à 0,75 diminue le nombre d’événements indépendants identifiés.

Remarque : pour certaines variables (le débit, par exemple), la valeur pc définie
d’applique pour la valeur actuelle de la variable. Dans d’autres cas (niveaux d’eau), la
valeur pc s’applique à une hauteur d’eau locale (niveau d’eau moins la côte radier). En
principe, toutes les variables sont Offset de manière à ce que la valeur minimale locale
soit nulle.

Les exemples ci-dessous illustrent la configuration d’événements extrêmes


indépendants pour les variables instantanées.

258 MIKE URBAN+ - © DHI


Définir les fichiers de statistiques de résultats

Illustration 9.8 Dans cette série temporelle, les deux pics de niveau d'eau (ou hauteur)
sont regroupés dans un seul et même événement. Dans la simulation actuelle, le plus
important des deux pics de hauteur est visiblement un événement extrême. Le deuxième
pic (Hmax(2)) pourrait également être considéré comme un événement extrême puisque
qu’il se produit avant le pic le plus important, sur une période plus longue (supérieure) que
la valeur définie du critère dTc . Mais l’estimation du critère de niveau est négative : le
niveau le plus bas entre les deux pics est supérieur à la valeur définie du critère pc. En
conséquence, Hmax(2) n’est pas considéré comme événement indépendant mais comme
appartenant au même événement dont le pic le plus élevé est Hmax(1).

Illustration 9.9 Dans cette série temporelle, les deux pics de niveau d'eau (ou hauteur) sont
regroupés dans un seul et même événement. Dans la simulation actuelle, le plus important
des deux pics est visiblement un événement extrême. Le deuxième pic (Hmax(2)) pourrait
également être considéré comme un événement extrême, mais l’estimation des deux
critères est négative : les deux pics sont trop rapprochés dans le temps ET le niveau le
plus bas entre les deux pics est supérieur à la valeur définie de critère de niveau pc. En
conséquence, Hmax(2) n’est pas considéré comme événement indépendant mais comme
appartenant au même événement dont le pic le plus élevé est Hmax(1).

259
Définir les fichiers de statistiques de résultats

Illustration 9.10 Dans cette série temporelle, les deux pics de niveau d'eau (ou hauteur) sont
regroupés dans un seul et même événement. Dans la simulation actuelle, le plus important
des deux pics de hauteur (Hmax(1)) est visiblement un événement extrême. Le deuxième pic
(Hmax(2)) pourrait également être considéré comme un événement extrême mais l’estimation
du critère dTc est négative : (Hmax(2)) est trop rapproché dans le temps du pic le plus
important. En conséquence, Hmax(2) n’est pas considéré comme événement indépendant
mais comme appartenant au même événement dont le pic le plus élevé est Hmax(1).

Illustration 9.11 Dans cette série temporelle, les deux pics de niveau d'eau (ou hauteur) sont
identifiés comme deux événements distincts. Dans la simulation actuelle, le plus important
des deux pics de hauteur (Hmax(1)) est visiblement un événement extrême. Le deuxième pic
(Hmax(2)) peut également être considéré comme événement extrême indépendant.
L’estimation des deux critères s’avère positive : le premier pic s’est produit bien avant le pic le
plus élevé (dt > dTc ) ET le niveau le plus bas entre les deux pics est inférieur à la valeur
définie du critère pc. Par conséquent, Hmax(2) est également identifié en tant qu’événement
indépendant dissocié du pic le plus élevé.

Pour établir des statistiques et identifier des événements intermittents par rapport à
des variables cumulées (volume, durée et masse), seul le critère inter-événement de
temps dTc s’applique. Les événements indépendants consécutifs sont séparés par des
intervalles de temps plus longs que dTc, dans les cas où la valeur de la variable
instantanée (débit pour volume, transport de masse pour masse) est inférieure au seuil
défini (par défaut, la valeur du seuil est nulle). Deux événements de débordement sont
considérés comme événements de débordement indépendants si l’écoulement est nul
entre les deux événements pour une période supérieure (plus longue) à dTc.
L'algorithme de calcul n’accepte pas une valeur de seuil nulle pour les variables

260 MIKE URBAN+ - © DHI


Définir les fichiers de statistiques de résultats

fondamentalement continues (débit des conduites, même si la conduite est vide).


Ainsi, le logiciel reporte automatiquement une valeur de débit de conduite basse. Pour
que le logiciel considère ces périodes autrement que « sèche », l’utilisateur doit
indiquer une petite valeur de seuil de débit différente de 0.

Vous pouvez configurer ce paramètre en ouvrant la boîte de dialogue Configuration


calculs CS depuis le menu Simulation. Développez la branche MIKE 1DHD et cliquez
sur LTS_DICHARGE_THRESHOLD.

Illustration 9.12 Boîte de dialogue Configuration calculs CS

Effacez la valeur par défaut de 1E-13 et indiquez une valeur de votre choix.

Les exemples suivants permettent d’identifier plus facilement les événements


indépendants.

261
Définir les fichiers de statistiques de résultats

Illustration 9.13 Cet exemple illustre deux événements de débordement d’eaux usées se
produisant à deux moments distincts et dissociés par une période de temps à écoulement
nul. Dans le premier graphe, les deux débordements sont séparés par une période dT
plus longue que la valeur définie dTc. Dans ce cas-ci, MU+ TLS considère que les deux
déversements sont deux événements indépendants et calcule leurs volumes/durée
séparément. Dans le deuxième graphe, le second déversement, débute peu après l’arrêt
du premier. L’intervalle de temps est donc inférieur à dTc. Dans ce cas-là, MU+ LTS
considère que les deux déversements font partie du même événement de débordement
(probablement causé par le même événement météorologique) et calcule le volume et la
durée totale de l’intégralité de l’événement.

Les principaux paramètres qui contrôlent la définition des évènements pour différents
types de statistiques sont spécifiés dans l’onglet Param. globaux LTS.

Illustration 9.14 Onglet Param. globaux LTS

262 MIKE URBAN+ - © DHI


Définir les fichiers de statistiques de résultats

Tableau 9.4 Données à renseigner dans l’onglet Param. globaux LTS

Champ d'édition Description Utilisé ou Nom du champ


requis pour la dans la base de
simulation données
dT inter-even. Critère de temps inter- Oui Dth
(pour les événement ou intervalle de
statistiques de temps minimal entre deux pics
variables pour qu’ils soient considérés
instantanées) comme deux événements
distincts.
p inter-even. Critère de niveau inter- Oui Pc
(pour les événement ou seuil (ratio) entre
statistiques de la valeur minimale la plus basse
variables des deux pics et le pic le plus
instantanées) bas.

dT inter-even. Critère de temps inter- Oui DtQV


(pour les événement ou intervalle de
statistiques de temps minimal entre deux
variables événements pour qu’ils soient
cumulées) considérés comme deux
événements distincts.
Nb d’événements Nombre maximal d’événements Oui EventLimit
à enregistrer les plus importants pouvant être
enregistrés dans les résultats
statistiques (1-5000).
Fréquence des Liste déroulante permettant de Oui StatFrequencyNo
statistiques de sélectionner entre une
rejets et fréquence de statistique
d’émissions annuelle ou mensuelle

Pour certains paramètres statistiques, le nombre d'événements durant une simulation


longue durée peut être très élevé et la taille du fichier résultat peut augmenter très
rapidement.

Pour remédier à ce problème, vous pouvez déterminer un nombre maximal


d’événements les plus importants à prendre en compte dans le calcul statistique.
C’est-à-dire indiquer un nombre limité des événements les plus importants devant être
inclus dans la simulation. Ceci n'est possible que si les calculs statistiques portent
uniquement sur des statistiques extrêmes. Dans ce cas, tous les événements les
moins importants sont éliminés des calculs statistiques.

Le nombre maximal d’événements à prendre en compte peut être compris entre 1 et


5000.

9.4.2 Fichiers de résultats statistiques

Deux types de résultats de statistiques LTS sont disponibles :

1. Les statistiques LTS extrêmes. Elles sont divisées en deux sous-types :


 Statistiques de valeurs instantanées. Elles représentent les valeurs

263
Définir les fichiers de statistiques de résultats
extrêmes (les pics) instantanées. Ces sous-types concernent :
– Niveau d’eau maximal. Enregistre les pics de niveau d’eau hiérarchisés.
– Débit maximal. Enregistre les pics d’écoulement hiérarchisés.
– Vitesse max. Enregistre les pics de vitesse d’écoulement hiérarchisés.

 Statistiques de valeurs cumulées. Elles représentent les valeurs


cumulées pendant les différents événements.

Volume de l’événement. Enregistre la totalité des écoulements
hiérarchisés lors d’un événement
– Durée de l’événement. Enregistre la totalité de la durée
d’écoulement d’un événement.
2. Les statistiques LTS chronologiques : Elles sont divisées en deux sous-types :
 Les statistiques LTS chronologiques individuelles : Ces statistiques
peuvent être menées sur le transport de masse polluante ou le débit
cumulées dans une conduite, un déversoir, une pompe, un orifice,
un exutoire, une vanne ou un nœud déversant spécifique. Les
statistiques individuelles comportent plusieurs valeurs d’éléments
par fichier.
– Volume cumulé. Enregistre les écoulements individuels
cumulés pendant un an/mois dans l’ordre chronologique.

Transport de masse cumulée. Enregistre la circulation de masse individuelle cumulée


pendant un an/mois pour tous les types de polluants utilisés dans la simulation dans
l’ordre chronologique.

 Statistiques générales cumulées des écoulements et émissions.


Enregistre les écoulements et le transport de masse polluante pour TOUS
les exutoires, déversoirs, pompes, orifices, vannes et nœuds déversants
évacuant de l’eau en dehors du réseau ainsi que le TOTAL des débits et
transports de masse polluantes cumulés circulant en dehors du réseau.
Les statistiques générales comportent une valeur d’élément par fichier.
– Volume total cumulé. Enregistre le total des écoulements cumulés
pendant un an/mois.
– Émission totale. Enregistre la circulation de masse
générale cumulée pendant un an/mois pour tous les
types de polluants utilisés dans la simulation.

Les éléments de résultats statistiques LTS peuvent être définis dans l’onglet Fichiers
résultats, sous les sous-onglets Résultats HD LTS et Résultats AD LTS.

264 MIKE URBAN+ - © DHI


Définir les fichiers de statistiques de résultats

Illustration 9.15 Onglet Fichiers résultats, sous-onglets Résultats HD LTS et Résultats AD LTS

Types de résultats pour les nœuds


Les types de statistiques pouvant être menées sur les nœuds sont répertoriés dans le
tableau 9.5 ci-dessous.

Tableau 9.5 Types de résultats statistiques pour les nœuds (Regards, Bassins et Puisards)

Type de résultats Nœuds Nœuds déversants Nœuds Puisards


(regards, (Type de tampon surchargés
bassin, = déversant) (WL > GL)
exutoire)
Niveau d'eau maximal Oui Oui Oui Oui
Débit maximum Oui Oui Oui
Vitesse maximale
Volume de l’événement Oui Oui Oui
Durée de l’événement Oui Oui Oui
Concentration maximale Oui Oui Oui
Apports ponctuels Oui Oui
Volume total cumulé Oui
Volume cumulé Oui
Émission totale Oui
Masse cumulée Oui

265
Définir les fichiers de statistiques de résultats

Types de résultats pour les liens


Les types de résultats statistiques pour les liens et les conduites de sortie sont
répertoriés dans le tableau 9.6.

Tableau 9.6 Types de résultats statistiques pour les liens (liens et conduites de sortie)

Type de résultats Lien (point de calcul) Conduite de sortie

Niveau d'eau maximal Oui Oui


Débit maximum Oui Oui
Vitesse maximale Oui
Volume de l’événement Oui Oui
Durée de l’événement Oui Oui
Concentration maximale Oui Oui
Apports ponctuels Oui Oui
Volume total cumulé Oui
Volume cumulé Oui
Émission totale Oui
Masse cumulée Oui

Types de résultats des ouvrages d’évacuation de débit


Les résultats statistiques des ouvrages évacuant l’eau en dehors du système sont
répertoriés dans le tableau 9.7.

Tableau 9.7 Résultats statistiques des ouvrages d’évacuation (Pompes, déversoirs, orifices et
vannes)

Type de résultats Pompe Déversoir Orifice Vanne


Niveau d'eau maximal
Débit maximum Oui Oui Oui Oui
Vitesse maximale
Volume de l’événement Oui Oui Oui Oui
Durée de l’événement Oui Oui Oui Oui
Concentration maximale Oui Oui Oui Oui
Apports ponctuels Oui Oui Oui Oui
Volume total cumulé Oui Oui Oui Oui
Volume cumulé Oui Oui Oui Oui
Émission totale Oui Oui Oui Oui
Masse cumulée Oui Oui Oui Oui

266 MIKE URBAN+ - © DHI


Définir les fichiers de statistiques de résultats

Position
Pour les résultats définis par l'utilisateur (c’est-à-dire non définis par défaut), il est
possible de déterminer la position dans le réseau pour laquelle les résultats doivent
être enregistrés. Types de position disponibles : « Enreg. tout » (totalité du réseau),
« Enreg. certain » (Sélection), « Enreg. un » (ID de l’élément) ou « Enreg. dans
polygone ».

Pour les types de position « Enreg. certain » et « Enreg. un », une liste de sélection ou
l’ID d’un élément doit être sélectionné(e).

Certaines listes de sélections prédéfinies peuvent être sélectionnées :

 Conduites et canaux
 Regards
 Pompes
 Déversoirs
 Orifices
 Vannes
 Exutoire
 Bassins
 Puisards

Illustration 9.16 Listes de sélections prédéfinies du sous-onglet Position

267
Définir les fichiers de statistiques de résultats
Pour les conduites et les canaux, le filtre de points de calcul peut être défini comme
suit :

 Tous points calcul (aucun filtre)


 Point de calcul amont
 Point de calcul aval
 Points amont et aval
 PK personnalisé. Si sélectionné, vous devez indiquer la valeur
correspondante dans le champ suivant PK.

Illustration 9.17 Filtre de points de calcul pour les positions en conduites ou en canaux

268 MIKE URBAN+ - © DHI


Présentation des statistiques LTS

9.5 Présentation des statistiques LTS

Les résultats LTS sont sauvegardés au format *.RES1D. Pour la présentation, les
fichiers de résultats LTS contiennent des contenus et des prérequis différents que les
autres fichiers *.RES1D contenant des séries temporelles ordinaires. Ils sont donc
marqués pour les reconnaître en conséquence.

Deux types de fichiers résultats LTS sont disponibles :

1. Fichiers contenant les statistiques extrêmes (valeurs de classe extrême)


pour les variables et positions définies.
2. Fichiers contenant les statistiques chronologiques
mensuelles/annuelles cumulées pour les variables et positions
définies.

9.5.1 Générer des statistiques mensuelles/annuelles en graphique-barre

Les statistiques mensuelles/annuelles peuvent être générées et visualisées en


graphique-barre.

Illustration 9.18 Statistiques chronologiques annuelles en graphique-barre

Axe des abscisses : Années dans le cas de statistiques annuelles, les valeurs à
l’année sont données. Dans le cas de statistiques mensuelles, les grands repères
marquent les années et les plus petits marquent les mois.

Axe des coordonnées : Axe des valeurs affichant les unités selon le type de variable
de valeurs cumulées sélectionné.

Informations statistiques : Le graphique présente également les valeurs (ou durées)


mensuelles/annuelles moyennes cumulées et les valeurs de déviation standards
représentées par des séries de lignes sur le graphe.

L'apparence du graphique (couleur des barres, par exemple) peut être personnalisée.

269
Présentation des statistiques LTS
Q
u
a
9.5.2 Générer des graphiques de probabilité de statistiques d’événements extrêmes l
i
Les statistiques d’événements extrêmes sont représentées par des graphiques de t
probabilité : é
d
e
l

e
a
u

Axe des abscisses : Intervalle de récurrence en années.

Axe des coordonnées : les unités de valeurs utilisées dépendent du type de variable
représentées. L’utilisateur peut modifier l’apparence des séries de données : couleur,
épaisseur des lignes, type de marqueur, etc.

« Période d’observation » définie par l’utilisateur


La « période d’observation » représente la différence entre la date/l’heure de début et
la date/l’heure de fin de la simulation. Il arrive parfois que la période de simulation ne
soit pas couverte de manière continue par les données limites. En conséquence, ces
intervalles « vides » ne peuvent pas être pris en compte dans les statistiques.

L’illustration 9.18 représente un graphique dont la période entre 1943 et 1952 (dix ans)
n’est pas couverte par les données pluviométriques. De ce fait, aucunes statistiques
ne sont disponibles pendant cette période de dix ans. Les résultats manquent aussi
pour certaines autres années, mais cela est une conséquence des simulations
effectuées, pas de l’absence de données limites.

Afin de compenser l'absence d’intervalles (c’est-à-dire pour calculer la fréquence de


l’excédent avec une base de temps correcte), la valeur de période d’observation par
défaut peut être rectifiée par une valeur définie par l’utilisateur.

270 MIKE URBAN+ - © DHI


Présentation des statistiques LTS

Illustration 9.19 Boîte de dialogue Période d’observation LTS

Pour ouvrir la boîte de dialogue Période d’observation, cliquez sur le bouton


<Période utilisateur LTS> dans la fenêtre Result Time Series Cette option est
uniquement disponible avec les synthèses de statistiques extrêmes.

Illustration 9.20

9.5.3 Générer des profils en long de statistiques d’événements extrêmes

Période de retour des excédents pour les variables sélectionnées peuvent être
représentés par un profil en long.

L’exemple ci-dessous illustre ces valeurs d’excédents pour les niveaux d’eau des
liens. Le profil en long présente des périodes de retour de 1, 3, 10 et 20 ans. Ces
valeurs sont statiques, et ne peuvent donc pas être utilisées dans une présentation
animée.

271
Présentation des statistiques LTS
Q
u
a
l
i
t
é
d
e
l

e
a
u

Illustration 9.21 Exemple d’un profil en long présentant les intervalles d’excédent de niveau d’eau
des liens

Les valeurs d’excédent pour les variables suivantes sont compatibles avec un profil en
long :

 Niveau d’eau max (Points de calcul, nœuds)


 Débit max (Points de calcul, pompes, orifices, déversoirs, vannes)
 Vitesse max (Points de calcul)
 Concentration max (Points de calcul, pompes, orifices, déversoirs, vannes,
nœuds)

Une fois la variable appropriée sélectionnée, les valeurs d’excédent de la fréquence


définie sont représentées sur le profil en long pour tous les éléments du modèle, là où
des statistiques extrêmes sont disponibles. Les valeurs intermédiaires entre deux
valeurs proches disponibles sont interpolées de manière linéaire.

Calculer l’atteinte et le dépassement des valeurs maximales avec des


périodes de retour définies
Après avoir choisi d’ajouter les valeurs maximales d’une variable au profil (niveau
d’eau, par exemple), l’utilisateur doit définir une période de retour.

Le logiciel calcule ensuite les valeurs maximales par interpolation linéaire entre la
première période de retour la plus courte et ma première période de retour la plus
longue (voir exemple ci-dessous) :

Nombre d’années dans la simulation : 15

272 MIKE URBAN+ - © DHI


Présentation des statistiques LTS

Une valeur maximale pour une période de retour de 10 ans est calculée ainsi
(interpolation entre valeurs pour des périodes de 7,5 et 15) :

Hmax(10y) = 7,20 + (10-7,5)/(15-7,5)*(7,5-7,2) = 7,30

9.5.4 Afficher les statistiques d’événements extrêmes sur la Carte

MU+ permet de représenter les résultats suivants en tant que couche sur la Carte :

 Atteinte ou dépassement du niveau d’eau maximal des nœuds et des


points de calcul pour les périodes de retour définies. Les valeurs sont
représentées à tous les nœuds et à tous les points de calcul là où des
statistiques de niveau d’eau maximal sont disponibles. Les résultats aux
nœuds sont représentés par des points de couleur tandis que les
résultats aux points de calcul apparaissent sous forme de lignes de
couleur.
 Atteinte ou dépassement du débit maximal aux points de calcul, aux
déversoirs, aux pompes, aux orifices et aux vannes pour des intervalles
de retour définis. Les valeurs sont représentées à toutes les positions où
des statistiques de débit maximal sont disponibles. Les résultats
apparaissent sous forme de ligne de couleur.
 Période de retour d’atteinte ou de dépassement du niveau d’eau maximal
du niveau du sol aux nœuds et aux points de calcul. La période de retour
est calculée de la même manière que précédemment (interpolation
linéaire). Les valeurs sont représentées à tous les nœuds et à tous les
points de calcul là où des statistiques de niveau d’eau maximal sont
disponibles.

273
Présentation des statistiques LTS
Q
u
a
l
i
t
é
d
e
l

e
a
u

Illustration 9.22 Exemple de représentation sur la Carte d’une période de retour d’atteinte ou de
dépassement du niveau d’eau maximal aux liens et aux nœuds.

Les valeurs de niveaux du sol des nœuds sont définies dans les données relatives aux
nœuds. Les niveaux du sol des points de calcul sont interpolés à partir des données
des nœuds les plus proches.

Les résultats apparaissent sous forme de ligne de couleur au niveau des nœuds.
L’utilisateur peut modifier la couleur et la taille des symboles.

 Période de retour d’atteinte ou de dépassement du niveau d’eau maximal


critique des nœuds. La période de retour est calculée de la même
manière que précédemment (interpolation linéaire). Les valeurs sont
représentées à tous les nœuds où des statistiques de niveau d’eau
maximal et des données de niveau critique sont disponibles.

Les valeurs de niveaux critiques des nœuds sont définies dans le fichier résultats LTS,
par les données relatives aux nœuds.

 Période de retour d'atteinte ou de dépassement du débit Manning (débit


maximal dans une conduite) aux points de calcul. La période de retour
est calculée de la même manière que précédemment (interpolation
linéaire). Les valeurs sont représentées à tous les nœuds et à tous les
points de calcul là où des statistiques de débit maximal sont disponibles.

Les valeurs de débit Manning pour points de calcul sont définies dans le fichier
résultats LTS, par les données relatives aux liens.

274 MIKE URBAN+ - © DHI


Présentation des statistiques LTS

9.5.5 Générer des rapports statistiques LTS

MU+ permet de générer différents types de rapports de statistiques LTS :

1. Synthèse des statistiques extrêmes. Ce rapport comporte des


tableaux de synthèse de toutes les statistiques calculées dans le fichier
(positions spécifiques, types de variables et de statistiques, etc.). Ce type
de rapport peut uniquement être généré à partir d’un fichier de résultats
de statistiques LTS extrêmes.
2. Statistiques extrêmes détaillées. Ce rapport comporte des tableaux
détaillés de toutes les statistiques calculées dans le fichier (positions
spécifiques, types de variables et de statistiques, etc.). Ce type de
rapport peut uniquement être généré à partir d’un fichier de résultats de
statistiques LTS extrêmes.
3. Rapport de statistiques mensuelles/annuelles. Ce rapport comporte
des tableaux de toutes les statistiques mensuelles/annuelles pour toutes
les positions spécifiques et toutes les variables (volumes, masse
cumulée, durées, nombre d’événements). Ce type de rapport peut
uniquement être généré à partir d’un fichier de résultats Chronologiques
(statistiques mensuelles/annuelles).

Synthèse des statistiques extrêmes


Ce type de rapport comprend une partie ou la totalité des tableaux listés ci-dessous.
Les tableaux inclus dans la synthèse dépendent du contenu du fichier LTS utilisé et de
la sélection personnalisée de l’utilisateur.

Les champs suivants (colonnes) sont présentés dans les différents tableaux :

 MUID : ID position (toujours)


 Position : Distance entre le point de calcul et le nœud amont associé
(optionnel, seulement si Type position = Lien)
 GL : Niveau du sol nœud (optionnel, seulement pour certains types de
statistiques de nœuds)
 T_GL : Période de retour d’atteinte ou de dépassement du niveau du
sol dans le nœud (optionnel, seulement pour certains types de
statistiques de nœuds)
 H_crit : Niveau critique du nœud (optionnel, seulement pour certains types
de statistiques de nœuds)
 T_Hcrit : Période de retour d’atteinte ou de dépassement du niveau
critique du nœud (optionnel, seulement pour certains types de
statistiques de nœuds)
 Q_full : Débit maximal Q dans les conduites (Manning Q) (optionnel,
seulement pour les statistiques de débit des liens)
 T_Qfull : Période de retour d’atteinte ou de dépassement du débit maximal
Q_full dans les conduites (optionnel, seulement pour les statistiques de
débit des liens)
 T_spill : Période de retour de débordement d’un nœud déversant
(optionnel, seulement pour certains types de statistiques de nœuds

275
Présentation des statistiques LTS
Q
déversants) u
 T_surcharge : Période de retour de surcharge d’un nœud déversant a
(optionnel, seulement pour certains types de statistiques de nœuds l
déversants) i
t
 1 an : atteinte ou dépassement d’une valeur variable pour une période é
de retour d’1 an (pour les simulations LTS plus longues qu’1 an). d
 2 ans : atteinte ou dépassement d’une valeur variable pour une période e
de retour de 2 ans (pour les simulations LTS plus longues que 2 ans). l
 5 ans : atteinte ou dépassement d’une valeur variable pour une période ’
de retour de 5 ans (pour les simulations LTS plus longues que 5 ans). e
a
 10 ans : atteinte ou dépassement d’une valeur variable pour une u
période de retour de 10 ans (pour les simulations LTS plus longues
que 10 ans).
 20 ans : atteinte ou dépassement d’une valeur variable pour une
période de retour de 20 ans (pour les simulations LTS plus longues
que 20 ans).
 50 ans : atteinte ou dépassement d’une valeur variable pour une
période de retour de 50 ans (pour les simulations LTS plus longues
que 50 ans).

 100 ans : atteinte ou dépassement d’une valeur variable pour une


période de retour de 100 ans (pour les simulations LTS plus longues
que 100 ans).

Illustration 9.23 Exemple d’un rapport de statistiques extrêmes portées sur le niveau d’eau des
nœuds.

276 MIKE URBAN+ - © DHI


Présentation des statistiques LTS

Statistiques extrêmes détaillées


Ce type de rapport génère un compte rendu exhaustif des statistiques extrêmes
disponibles dans les fichiers résultats LTS. Le nombre de tableau correspond au
nombre de types de statistiques disponibles multiplié par le nombre de positions pour
chaque type de statistiques.

Une liste de tous les hyperliens menant aux statistiques disponibles est fournie dans
l’en-tête du rapport.

Illustration 9.24 En-tête du rapport contenant les hyperliens

Rapport de statistiques chronologiques (mensuelles/annuelles)


Les tableaux inclus dans ce rapport dépendent du contenu du fichier résultat de
statistiques chronologiques LTS utilisé et de la sélection personnalisée de l’utilisateur.

Illustration 9.25 Rapport de statistiques chronologiques

277
Présentation des statistiques LTS
Q
Le nombre de tableaux dans le rapport correspond au nombre de types de tableau u
inclus (sélectionnés) multiplié par le nombre de positions choisies. a
l
Les champs suivants sont présentés dans les différents tableaux : i
t
 Year (Année) : (Toujours) Année actuelle. La première et la dernière é
rangée du tableau contiennent respectivement la première et la dernière d
année de simulation. Les rangées intermédiaires contiennent toutes les e
années de simulation entre les deux dans l’ordre croissant. l
 Month (Mois) : (Optionnel, uniquement dans le cas de statistiques ’
mensuelles) Mois actuel. La première et la dernière rangée du tableau e
contiennent respectivement le premier et le dernier mois de simulation. a
Les rangées intermédiaires contiennent tous les mois de simulation entre u
les deux dans l’ordre croissant, allant de 1 à 12 chaque année.
 No. of events (Nombre d’événements) : (Optionnel, uniquement pour
les positions spécifiques) Nombre d’événements identifiés dans le
mois/l’année actuel(le).
 Total Duration (Durée totale) : (Optionnel, uniquement pour les
positions spécifiques) Durée cumulée de tous les événements
identifiés dans le mois/l’année actuel(le).
 Total Volume (Volume total) : (Optionnel, si les statistiques de volume
sont disponibles et sélectionnées pour ce type de position) Volume
cumulé de tous les événements identifiés dans le mois/l’année actuel(le).
 Total mass (Component xx) (Masse totale (Composant xx)) : (Optionnel,
si les statistiques de polluants sont disponibles et sélectionnées pour ce type
de position) Masse polluante cumulée de tous les événements identifiés dans
le mois/l’année actuel(le). REMARQUE : Un exemplaire de cette colonne
apparaît pour chaque composant AD ajouté à la simulation.

278 MIKE URBAN+ - © DHI


Qualité de l’eau

10 Qualité de l’eau
MIKE URBAN+ dispose de plusieurs modules pour modéliser le transport des
sédiments et la qualité de l'eau dans les bassins versants urbains et les réseaux
d’eaux usées. Puisque la plupart des polluants sont transportés par les sédiments, les
modèles de transport solide et de la qualité des eaux sont étroitement liés. Ce concept
permet notamment de comprendre les phénomènes tels que le premier rinçage des
polluants qui peut être modélisé en définissant la distribution spatio-temporelle des
sédiments à la surface du bassin versant et dans le réseau d’eaux usées.
MIKE URBAN+ est capable de modéliser ces mécanismes complexes en utilisant les
modules SWQ (voir la rubrique consacrée aux bassins versants) et d’advection-
dispersion (AD), et le moteur de calcul MIKE ECO Lab pour résoudre les équations de
processus biologiques.

10.1 Advection-dispersion (AD)

Le module Advection-dispersion (AD) permet de modéliser le transport des substances


dissoutes et des sédiments fins en suspension dans les conduites. Des matériaux de
conservation ou d’autres matériaux sujets à un décroissement linéaire peuvent être
sélectionnés pour la simulation. Les débits, les niveaux d'eau et les sections
d’écoulement dans les conduites sont utilisés dans les calculs d'advection-dispersion.
La solution à l’équation d’advection-dispersion est obtenue en utilisant un schéma
implicite de différences finies dont les dispersions numériques sont négligeables. Les
profils de concentration avec des fronts très raides peuvent donc être modélisés
correctement. Les résultats de simulation peuvent ensuite être représentés sous forme
de profils de concentration en long et de graphiques de polluants pour ensuite être
utilisés en tant que débit entrant d’une station de traitement ou d’un ouvrage de
débordement. Le module AD peut être utilisé en association avec le module longue
durée LTS pour obtenir une modélisation longue durée du transport de polluants.

Le module AD permet également de paramétrer les options de modélisation de l’âge


de l’eau et du pourcentage de mélange entre deux sources.

Le modèle advection-dispersion peut être utilisé pour calculer le transport des


substances dissoutes ou en suspension et pour modéliser la variation de la
température dans le réseau d'eaux usées Le modèle est basé sur les équations de
transport unidimensionnel pour les matériaux dissous. L'équation d'advection-
dispersion reflète deux mécanismes de transport : le transport advectif (ou convectif)
de la substance dissoute avec la vitesse d'écoulement moyenne et le transport
dispersif sous l'effet des gradients de concentration de la substance dissoute. Les
équations de transport sont résolues par l’utilisation des schémas implicite des
différences finies, de façon à minimiser la dispersion numérique. L'équation mono-
dimensionnelle d'advection-dispersion repose sur les hypothèses suivantes :

 La substance est entièrement mélangée à travers les profils en travers.


Cela signifie que les termes sources devraient se mélanger
instantanément en passant par les profils en travers.
 La substance est considérée comme conservative et ne subit qu'une
dégradation du 1er ordre (dégradation linéaire).

279
Qualité de l’eau
Q
u
 La loi de diffusion est la loi de Fick où le transport dispersif est a
proportionnel au gradient de concentration. l
i
t
Il existe des considérations spéciales pour le transport vers les regards et les autresé
ouvrages. d
e
Le modèle d'Advection-dispertion nécessite deux types de données : les séries l
temporelles de concentrations aux limites du modèle et les données permettant de ’
définir complètement les composants à modéliser (concentration initiale, coefficient ede
dispersion, taux de décroissement, etc.). a
u
Composants de qualité de l’eau (WQ)
Chacun des composants (ou substances) à inclure dans les calculs d'Advection-
Dispersion doivent être définis dans l’onglet Composants WQ. Le choix du nom du
composant est absolument libre, et il n'y a pas de nom de composant « réservé » ou
« standard ».

Illustration 10.1 Sous-onglet Composants WQ

Types de substances possibles : Polluants, Microorganismes, Température, pH,


Salinité, Âge de l’eau, Mélange de l’eau, Autre. Ces catégories permettent de définir
correctement l'unité : masse par unité de volume (polluants, autre), nombre par unité
de volume (bactéries), âge de l'eau en heures, mélange de l’eau en % et température
(degrés). Quand on travaille avec le modèle de qualité de l'eau, d'autres paramètres
entrent en compte pour appliquer correctement les composants dans le modèle WQ.
En pratique, chacun de ces composants définis peuvent être connectés à un
composant standard dans le module WQ. Cela veut dire que le module WQ est
capable de déterminer comment traiter chaque composant.

Pour chaque composant, une concentration initiale et un coefficient de décroissance


peuvent être définis. Le coefficient de décroissance peut donc être donné pour le
paramètre d’âge de l’eau et le type de mélange d’eau. Si aucune concentration initiale
n'est définie pour un composant, une concentration nulle est automatiquement
appliquée.

280 MIKE URBAN+ - © DHI


Qualité de l’eau

La concentration de mélange d’eau doit toujours être un chiffre entre 0 et 100 et la


somme des deux composants de mélange doit être égale à 100 %.

Les conditions initiales AD des types de polluants, des mélanges ainsi que l’âge et de
la température de l’eau peuvent être définis dans l’onglet Conditions initiales AD.

Illustration 10.2 Onglet conditions initiales AD

Ces conditions initiales sont spécifiées pour des nœuds individuels. Les conditions
initiales dans les conduites sont calculées en interpolant linéairement les
concentrations spécifiées au nœud amont et au nœud aval de la conduite.

En définissant une décroissance constante, les composés dégradables peuvent être


spécifiés. Pour de tels composés, la concentration décroît en suivant l'expression du
premier ordre :

(10.1
avec :

K = coefficient de décroissance (h-1)


C = la concentration

La constante de décroissance définit une décroissance uniforme dans le modèle


entier.

Le modèle AD peut être lancé uniquement avec les spécifications de composants.


Dans ce cas, tous les paramètres spécifiques au modèle (décroissance constante,
coefficient de dispersion, concentration initiale) ainsi que les conditions aux limites
sont remises à zéro.

281
Qualité de l’eau
Q
Remarque : la somme des deux composants de mélange doit toujours être égale à u
100. a
l
Dispersion AD i
Le coefficient de dispersion est une fonction de la vitesse. Cette fonction est la t
suivante : é
d
e
D = aub l
’(10.2)
avec : e
a
D = coefficient de dispersion (m²/s), a = facteur de dispersion, u
u = vitesse d’écoulement (m/s),

b = exposant sans dimension.

Si l'exposant est nul, alors le coefficient de dispersion est constant et indépendant de


la vitesse d'écoulement. Le facteur de dispersion est alors exprimé en m²/s. Si
l'exposant est égal à 1, c'est-à-dire que le coefficient de dispersion est une fonction
linéaire de la vitesse, alors le facteur de dispersion est exprimé en mètre et correspond
à la dispersivité. Il est possible de de définir les valeurs des coefficients minimal et
maximal des coefficients de dispersion, afin de limiter la plage de coefficients de
dispersion calculés pendant la modélisation.

Illustration 10.3 Onglet Dispersion

Le coefficient de dispersion peut être attribué à l’ensemble du réseau ou à une


conduite spécifique.

La description générale sera utilisée partout, excepté pour les conduites dans
lesquelles les conditions spécifiques ont été définies dans l’onglet, dans la section AD
global.

Un coefficient de dispersion défini localement prévaut sur le coefficient attribué à


l’intégralité du réseau.
282 MIKE URBAN+ - © DHI
Qualité de l’eau

10.2 Qualité de l’eau (MIKE ECO Lab)


Les simulations hydrodynamiques et d'advection-dispersion (transport) peuvent être
couplées avec MIKE ECO Lab pour améliorer la performance et l’adaptabilité de la
simulation des processus de qualité de l’eau en réseau d’eaux usées. Cette
fonctionnalité offre un nombre pratiquement infini de simulations possibles à condition
d’utiliser un modèle correctement paramétré et calibré.

MIKE ECO Lab est un outil d’une grande flexibilité permettant de définir efficacement
les modèles de qualité de l’eau. MIKE ECO Lab est fondé sur un concept de gabarit
(appelés « Modèles » dans le logiciel) où les modèles de qualité de l’eau sont définis
de manière transparente. Des gabarits complets compris dans l’installation de MU+
peuvent être consultés, utilisés et modifiés sans avoir à faire appel au support
technique. L’utilisateur peut également choisir de développer ses propres gabarits.

Deux gabarits prédéfinis de qualité de l’eau sont compris dans l’installation de


MIKE URBAN+. Ils peuvent être utilisés en l’état ou être modifiés par l'utilisateur selon
les besoins du projet.

Les gabarits MIKE ECO Lab sont au format ASCII. Ils peuvent donc être exploités et
édités dans les onglets MIKE ECO Lab. Remarque : MIKE ECO Lab est un module de
MIKE Zero. L’installation de MIKE Zero et l'acquisition d’une licence MIKE ECO Lab
sont requis pour utiliser MIKE ECO Lab dans MIKE URBAN+.

Les procédures à suivre pour créer des gabarits de modèles, et de manière générale,
pour utiliser l’éditeur MIKE ECO Lab sont expliquées dans la documentation relative à
MIKE ECO Lab.

L’utilisation de MIKE ECO Lab dans MIKE URBAN+ se limite à coupler des gabarits
MIKE ECO Lab déjà existants avec les modèles hydrodynamiques ou les modèles de
transport, et à modifier les constantes du gabarit pendant le calage.

Les simulations HD/AD couplées avec un modèle MIKE ECO Lab peuvent être
configurées et exécutées depuis MIKE URBAN+ de la manière classique.

Pour utiliser MIKE ECO Lab dans MIKE URBAN+, l’interface MU+ propose quatre
onglets MIKE ECO Lab :

 Modèles MIKE ECO Lab


 Variables d’état MIKE ECO Lab
 Forçage MIKE ECO Lab
 Constantes MIKE ECO Lab

Ces quatre onglets et les bases de données qu’ils permettent de manipuler sont
décrits ci-dessous :

283
Qualité de l’eau
Q
u
a
l
i
t
é
d
e
l

e
a
u

Illustration 10.4 Onglet Modèles MIKE ECO Lab

Table 10.1 Champs à renseigner dans l’onglet Modèles MIKE ECO Lab

Champ d'édition Base de données Description


ID msm_EcoLabTem- Identifiant du gabarit (ou modèle)
plate.MUID défini par l’utilisateur
Description msm_EcoLabTem- Champ textuel permettant à
plate.Description l'utilisateur d‘ajouter une
description au gabarit défini.
Modèle msm_EcoLabTem- Chemin/nom de fichier du
plate.TemplatePath gabarit MIKE ECO Lab

Connexions msm_EcoLabTem- 1 = Tout


plate.ConnectionType 2 = Liste
3 = Individuel
Nœud msm_EcoLabTem- Permet de choisir un nœud
plate.NodeID spécifique.
Lien msm_EcoLabTem- Permet de choisir un lien
plate.LinkID spécifique.
Liste msm_EcoLabTem- Chemin/nom de fichier
plate.ListName de sélection *.MUS.

En cliquant sur le bouton <Importer> après avoir chargé (importé) le gabarit (ou
modèle) une première fois, le même gabarit sera réimporté de nouveau mais toutes
les données relatives aux variables d’état MIKE ECO Lab associées aux composants
MIKE URBAN+ AD et toutes les modifications des constantes MIKE ECO Lab seront
perdues.

284 MIKE URBAN+ - © DHI


Qualité de l’eau

10.3.1 Variables d’état MIKE ECO Lab

Cet onglet permet de coupler les composants MIKE URBAN+ AD aux variables d’état
MIKE ECO Lab et pour possiblement harmoniser les différences d’unités utilisées
entre MIKE URBAN+ et MIKE ECO Lab. Les données exploitées par cet onglet sont
stockées dans la base de données msm_EcoLab.Component.

La base de données MIKE URBAN+ msm_ADComponent doit intégrer une entrée


pour chaque variable d’état MIKE ECO Lab existante dans un gabarit MIKE ECO Lab.
Cela signifie que les variables d’état MIKE ECO Lab sont à la fois impactées par les
mécanismes de transports AD et les transformations MIKE ECO Lab.

Les composants AD peuvent être définis par l’utilisateur. Ces composants AD doivent
refléter avec fidélité les mêmes constituants que ceux du gabarit MIKE ECO Lab.
Cependant, le choix de leur nom est libre. Les conditions initiales de composants AD
prédéfinies seront utilisées dans la simulation. Les valeurs initiales (par défaut) des
variables d’état MIKE ECO Lab définies dans le gabarit seront ignorées.

Lors de la procédure d’import décrite dans le chapitre Modèles MIKE ECO Lab, les
entrées requises seront automatiquement ajoutées à la base de données. L’utilisateur
doit coupler chacune de ces variables d’état MIKE ECO Lab (composants) à un
composant AD approprié.

Le facteur de conversion (valeur par défaut = 1 (pas de conversion)) peut être défini
avec une valeur de départ de 1,0 si les unités de composants 1D et les variables d’état
MIKE ECO Lab sont différentes. Remarque : les composants AD nécessitent une unité
spécifique alors que MIKE ECO Lab ne requiert pas l‘entrée d’une unité spécifique
selon le type de composant sélectionné.

Illustration 10.5 Onglet Variables d’état MIKE ECO Lab

285
Qualité de l’eau
Q
Table 10.2 Champs à renseigner dans l’onglet Variables d’état MIKE ECO Lab u
a
Champ d'édition Base de données Description l
ID Composant msm_EcoLabCompo- Identifiant de la variable d’état
i
nent.ComponentID MIKE ECO Lab t
é
MIKE ECO Lab msm_EcoLabCompo- Nom MIKE URBAN+ du gabarit
d
gabarit MIKE ECO Lab nent.TempID auquel le composant appartient
e
l
Composant WQ msm_EcoLabCompo Composant AD MU+ couplé à la’
nent.ADCompon variable d’état MIKE ECO Lab
e
entID
a
Facteur de conversion msm_EcoLabCompo Facteur de conversion pour les u
nent.ConvFactor potentielles conversions d’unités
entre MU+ et MIKE ECO Lab.

Remarque : les seuls champs actifs de cet onglet sont ceux destinés à coupler les
composants AD MU+ avec les variables d’état MIKE ECO Lab et à définir le facteur de
conversion.

Le bouton <Supprimer> doit être utilisé dans de rares cas uniquement. La suppression
d’un gabarit MIKE ECO Lab peut avoir des conséquences difficiles à prévoir.

10.3.2 Forçage MIKE ECO Lab

Les forçages sont des variables externes associées à des points de calcul (immuable
dans l’espace), constants ou variables dans le temps, ce qui influence certains
processus appliqués aux variables d’état.

Les forçages peuvent être intégrés ou définis par l’utilisateur. Les forçages intégrés
sont obtenus par le modèle hydraulique lors du couplage avec MIKE ECO Lab. Les
forçages définis par l'utilisateur doivent être entrés manuellement, en tant que valeurs
constantes ou que série temporelle (nom du fichier dfs0 ou d’un élément du fichier).

L’onglet Forçage MIKE ECO Lab permet de paramétrer les forçages définis par
l'utilisateur et associés à des gabarits MIKE ECO Lab importés. Les forçages intégrés
sont également importés dans MIKE URBAN+ mais leurs valeurs ou leurs séries
temporelles n’affectent en rien les simulations MIKE ECO Lab.

Les forçages MIKE ECO Lab sont stockés dans la base de données MIKE URBAN+
mem_EcoLabForcing. Les entrées de la base de données sont automatiquement
créées pendant l’import du gabarit. La base de données stocke autant de forçages
qu’il en existe dans le gabarit MIKE ECO Lab.

286 MIKE URBAN+ - © DHI


Qualité de l’eau

Illustration 10.6 Onglet Forçage MIKE ECO Lab

Table 10.3 Champs à renseigner dans l’onglet Forçage MIKE ECO Lab

Champ d'édition Base de données Description


ID forçage msm_EcoLabForcing.ForcingID Identifiant du forçage
MIKE ECO Lab
Gabarit MIKE ECO Lab msm_EcoLabForcing.TempID Nom MIKE URBAN du gabarit
duquel le forçage provient
Valeur msm_EcoLabForcing.Defau Valeur constante de forçage
ltValue
Nom fichier msm_EcoLabForcing.FileName Chemin/nom du fichier de
séries temporelles dfs0
contenant les données de
forçage TS
Elément : msm_EcoLabForcing.ItemLabel Référence de l’élément dans
le fichier dfs0

Remarque : les seuls champs actifs sont destinés aux valeurs de forçage ou aux
références pour les fichiers TS dfs0. Les autres champs sont non-éditables.

Le bouton <Supprimer> doit être utilisé dans de rares cas uniquement. La suppression
d’un forçage rendrait le gabarit MIKE ECO Lab inutilisable, ce qui peut avoir des
conséquences difficiles à prévoir.

287
Qualité de l’eau
Q
u
a
10.3.3 Constantes MIKE ECO Lab l
i
L’onglet Constantes MIKE ECO Lab permet de paramétrer les valeurs des constantes t
utilisées dans un gabarit MIKE ECO Lab, généralement pour son utilisation dans le é
calage du modèle. d
e
Les constantes MIKE ECO Lab sont stockés dans la base de données MIKE URBAN+ l
msm_EcoLabCoeff. Les entrées de la base de données sont automatiquement créées ’
pendant l’import du gabarit. La base de données stocke autant de constantes qu’il en
e
existe dans le gabarit MIKE ECO Lab. a
u

Illustration 10.7 Onglet Constantes MIKE ECO Lab

Table 10.4 Champs à renseigner dans l’onglet Constantes MIKE ECO Lab

Champ d'édition Base de données Description


Coefficient msm_EcoLabCoeff.CoeffID Identifiant de la constante
MIKE ECO Lab
Gabarit MIKE ECO Lab msm_EcoLabCoeff.TempID Nom MIKE URBAN du
gabarit duquel la constante
provient
Description msm_EcoLabCoeff.D Champ textuel permettant à
escription l'utilisateur d‘ajouter une
description à la constante du
gabarit définie.
Valeur globale msm_EcoLabCoeff.CoeffValue Valeur de la constante

288 MIKE URBAN+ - © DHI


Qualité de l’eau

Remarque : le seul champ actif est celui permettant d’entrer la valeur de


la constance. Les autres champs sont non-éditables.

La suppression d’une constante rendrait le gabarit MIKE ECO Lab inutilisable, ce qui
peut avoir des conséquences difficiles à prévoir.

10.3.4 Exécuter une simulation MIKE ECO Lab

Pour exécuter une simulation MIKE ECO Lab, il est primordial que le modèle du
réseau soit conforme au gabarit MIKE ECO Lab faisant l’objet d’une simulation. Cela
signifie qu’il devrait au moins contenir tous les composants AD devant être couplés
avec les variables d’état MIKE ECO Lab.

Le gabarit MIKE ECO Lab approprié doit ensuite être importé dans MIKE URBAN+.
Les potentielles incompatibilités d’unités doivent être prises en comptes et résolues en
définissant les facteurs de conversions qui s’y prêtent. Les valeurs de constante doit
être vérifiée et modifiée, le cas échéant. Les forçages définis par l’utilisateur doivent
être définis en tant que constantes ou en tant que séries temporelles.

Pour activer les paramètres MIKE ECO Lab pour votre simulation, rendez-vous dans
l’onglet Configuration simulation, cochez les cases Transport pollution AD) puis
MIKE ECO Lab (WQ) comme indiqué dans l’illustration 10.8.La méthode d’intégration
par défaut (EULER) peut être utilisée dans la plupart des cas.

La simulation générera trois fichiers résultats contenant respectivement toutes les


informations hydrodynamiques (*.res1d), les résultats d’advection/dispersion pour les
variables d’état (*.AD.res1D) et les variables auxiliaires, puis les processus et résultats
dérivés compris dans le fichier résultats MIKE ECO Lab (ADEL.res1D).

Illustration 10.8 Option MIKE ECO Lab


289
Qualité de l’eau
Q
u
a
l
i
t
é
d
e
l

e
a
u

Illustration 10.9 Méthode d’intégration MIKE ECO Lab

10.3.5 Modéliser le transport sédimentaire

Les modèles de transport sous MIKE URBAN+ se divisent en deux catégories :

 les modèles explicites,


 les modèles morphologiques.

La différence principale entre ces deux modèles est que dans le modèle explicite, le
niveau du lit est fixe pendant la simulation. Dans le modèle morphologique, les niveaux
du lit, liés aux dépôts de sédiments sont recalculés pendant la modélisation.

Les modèles de transport solide explicites


Dans les modèles de transport solide, le niveau du lit est fixe pendant la modélisation,
et les calculs de transport solide sont utilisés uniquement pour estimer le nombre de
Manning. La capacité de transport solide est calculée dans le temps et dans l'espace
en tant que fonction explicite des paramètres d'écoulement hydrodynamiques
correspondants, c'est-à-dire que le modèle calcule un transport solide potentiel et
aucun sédiment n'est déplacé dans le système. Les modèles explicites sont en général
utilisés pour :

 estimer la capacité hydraulique dans les conduites contenant des dépôts de


sédiments ;
290 MIKE URBAN+ - © DHI
Qualité de l’eau

 calculer le transport des sédiments aux endroits où les niveaux du lit


sont modifiés de manière significative pendant la modélisation.

Les modèles morphologiques


Les modèles morphologiques peuvent être destinés :

 aux sédiments uniformes,


 aux sédiments non-uniformes.

Dans les modèles morphologiques l'équation de continuité du transport solide est


résolue, et basée sur les valeurs correspondantes des paramètres hydrodynamiques
(c'est-à-dire le débit, les niveaux d'eau, etc.). Dans le module hydrodynamique, les
calculs servent à estimer la modification de la section d'écoulement et la rugosité.

Le modèle morphologique pour les sédiments non-uniformes utilise un diamètre de


grain à chaque point du système d’eaux usées pour calculer le transport solide. Dans
le modèle morphologique pour les sédiments non-uniformes il est possible de calculer
le transport solide à partir d'une plage de diamètres de grains. Pour le transport de
particules organiques fines, certaines des fractions de sédiments peuvent être utilisées
pour modéliser leur transport en utilisant la formule d'advection-dispersion à la place
de la formule de transport solide non cohésif, dans la mesure où le transport des
particules en suspension est mieux décrit par l'équation d'advection-dispersion. Les
fractions transportées par le module d'advection-dispersion sont toujours inclues dans
les calculs morphologiques, mais la description de l'érosion et du dépôt n'est pas la
même.

10.3.6 Les formules de transport - Description rapide

MIKE URBAN+ ST intègre quatre modèles de transport solide non-cohésif :

 Engelund-Hansen
 Ackers-White
 Engelund-Fredsøe-Deigaard
 van Rijn

Une rapide description des formules de transport solide est donnée ci-dessous. Aucun
guide général n'est disponible pour choisir entre l'une ou l'autre des formules données,
dans la mesure où leur application dépend d'un certain nombre de facteurs.

Toutes ces formules montrent que le transport de sédiments est une fonction non
linéaire de la vitesse d'écoulement : en fonction de la formule, le transport solide est
proportionnel à la vitesse élevée à la puissance 3 à 5. Par conséquent, l'utilisateur doit
être très prudent dans la description du modèle hydrodynamique.

La formule d’Ackers-White
Le modèle d'Ackers-White permet de calculer le transport solide total. Le modèle est
semi-empirique, et repose d'une part sur l'analyse dimensionnelle du phénomène et
d'autre part sur des arguments physiques résultats expérimentaux.

291
Qualité de l’eau
Q
u
a
La formule d’Engelund-Hansen l
Le modèle d’Engelund-Hansen permet de calculer le transport solide total. La i
formulation est basée sur le travail qu'effectue l'écoulement pour transporter les t
sédiments (OKE). Originellement développée pour les lits alluviaux couverts de dunes, é
elle est également applicable aux lits plats et aux anti-dunes. d
e
l
La forume d’Engelund-Fredsøe-Deigaard ’
La formule calcule le transport solide total en faisant la somme du transport par e
charriage et du transport en suspension. Le transport des sédiments est calculé à a
partir des efforts exercés sur la surface du lit. Avec cette formule, il est possible de u
décrire le développement de dunes de sable dans des conduites et d'inclure les
frottements qui en résultent dans les calculs. La résistance mécanique totale du lit est
ensuite calculée comme la somme d'un terme de frottements de surface agissant sur
la dune et d'un terme de perte dû à l'avancement de la dune.

La formule de Van Rijn


Dans la formule de Van Rijn, le transport solide est dissocié en transport par charriage
et transport des particules en suspension. Le transport solide par charriage est calculé
sur la base de la hauteur de saltation, la vitesse des particules et la concentration
volumique des particules au niveau du lit. Le charriage est calculé en suivant
l'approche de Bagnold (1973), qui affirme que le mouvement des particules charriées
est déterminé par la force de gravité. Quand la vitesse de contrainte de cisaillement
dépasse la vitesse de chute, les sédiments sont transportés en suspension.

La charge en suspension est calculée par intégration sur la hauteur de la


concentration locale et de la vitesse d’écoulement. Cette méthode s'appuie sur la
concentration de référence calculée sur la base du transport par charriage. Le modèle
a été vérifié pour des particules de tailles comprises entre 200 et 2000 mm. Basée sur
600 jeux de données, cette vérification a montré que, pour le transport par charriage,
77 % des estimations réalisées par le modèle étaient de 0,5 à 2 fois supérieures aux
valeurs observées (van Rijn (1984a)). Pour la composante particule en suspension,
800 jeux de données ont montré que 76 % des valeurs estimées étaient de 0,5 à 2 fois
supérieures aux valeurs observées (van Rijn (1984b)).

10.3.7 Rugosité due aux dépôts de sédiments dans les réseaux d'eaux usées

La résistance hydrodynamique dans les conduites d'eaux usées provient des parois
latérales de la conduite et des dépôts de sédiments au radier de la conduite. La
résistance du dépôt de sédiments est composée de deux contributions : une partie
provient des frottements et une autre de l'expansion du lit. Les dimensions du lit sont
déterminées par le transport solide et l'écoulement, la résistance mécanique du lit peut
être décrite par les formules de transport solide.

La contrainte de cisaillement moyenne dans une conduite contenant des dépôts est
calculée à partir de la « procédure d'élimination de la paroi latérale » d'Einstein. La
rugosité de la conduite et la contrainte de cisaillement du lit sont estimées à partir du
calcul des dépôts de sédiments.

292 MIKE URBAN+ - © DHI


Transports sédimentaire

11 Transport sédimentaire

11.1 Modèle ST
Les modèles de transport sous MIKE URBAN+ se divisent en deux catégories :

 les modèles explicites,


 les modèles morphologiques.

La différence principale entre ces deux modèles est que dans le modèle explicite, le
niveau du lit est fixe pendant la simulation. Dans le modèle morphologique, les niveaux
du lit, liés aux dépôts de sédiments sont recalculés pendant la modélisation.

Les modèles de transport solide explicites


Dans les modèles de transport solide, le niveau du lit est fixé pendant la modélisation,
et les calculs de transport solide sont utilisés uniquement pour estimer le nombre de
Manning. La capacité de transport solide est calculée dans le temps et dans l'espace
en tant que fonction explicite des paramètres d'écoulement hydrodynamiques
correspondants, c'est-à-dire que le modèle calcule un transport solide potentiel et
aucun sédiment n'est déplacé dans le système. Les modèles explicites sont en général
utilisés pour :

 estimer la capacité hydraulique dans les conduites contenant des dépôts de


sédiments ;
 calculer le transport des sédiments aux endroits où les niveaux du lit
sont modifiés de manière significative pendant la modélisation.

Les modèles morphologiques


Les modèles morphologiques peuvent être destinés :

 les modèles morphologiques pour les sédiments uniformes,


 les modèles morphologiques pour les sédiments non-uniformes.

Dans les modèles morphologiques l'équation de continuité du transport solide est


résolue, et basée sur les valeurs correspondantes des paramètres hydrodynamiques
(c'est-à-dire le débit, les niveaux d'eau, etc.). Les calculs servent dans le module
hydrodynamique à estimer la modification de la section d'écoulement et de la rugosité.

Le modèle morphologique pour les sédiments non-uniformes utilise un diamètre de


grain à chaque point du système d'assainissement pour calculer le transport solide.
Dans le modèle morphologique pour les sédiments non-uniformes il est possible de
calculer le transport solide à partir d'une plage de diamètres de grains. Pour le
transport de particules organiques fines, certaines des fractions de sédiments non-
uniformes peuvent être transportées en utilisant une formule de transport d’advection-
dispersion à la place de la formule de transport solide non cohésif, dans la mesure où
le transport des particules en suspension est mieux décrit par l'équation d'advection-
dispersion. Les fractions transportées par le module d'advection-dispersion sont

293
Transport sédimentaire

toujours inclues dans les calculs morphologiques, mais la description de l'érosion et du


dépôt n'est pas la même.

11.2 Les formules de transport


MIKE URBAN+ ST intègre quatre modèles de transport solide non-cohésif :

 Engelund-Hansen
 Ackers-White
 Engelund-Fredsøe-Deigaard
 van Rijn

Une rapide description des formules de transport solide est donnée ci-dessous. Aucun
guide général n'est disponible pour choisir entre l'une ou l'autre des formules données,
dans la mesure où leur application dépend d'un certain nombre de facteurs.

Toutes ces formules montrent que le transport de sédiments est une fonction non
linéaire de la vitesse d'écoulement : en fonction de la formule, le transport solide est
proportionnel à la vitesse élevée à la puissance 3 à 5. Par conséquent, l'utilisateur doit
être très prudent dans la description du modèle hydrodynamique.

La formule d’Ackers-White
Le modèle d'Ackers-White permet de calculer le transport solide total. Le modèle est
semi-empirique, et repose d'une part sur l'analyse dimensionnelle du phénomène et
d'autre part sur des arguments physiques résultats expérimentaux.

La formule d’Engelund-Hansen
Le modèle d’Engelund-Hansen permet de calculer le transport solide total. La
formulation est basée sur le travail qu'effectue l'écoulement pour transporter les
sédiments (OKE). Originellement développée pour les lits alluviaux couverts de dunes,
elle est également applicable aux lits plats et aux anti-dunes.

La formule d’Engelund-Fredsøe-Deigaard
La formule calcule le transport solide total en faisant la somme du transport par
charriage et du transport en suspension. Le transport des sédiments est calculé à
partir des efforts exercés sur la surface du lit. Avec cette formule, il est possible de
décrire le développement de dunes de sable dans des conduites et d'inclure les
frottements qui en résultent dans les calculs.

La résistance mécanique totale du lit est ensuite calculée comme la somme d'un terme
de frottements de surface agissant sur la dune et d'un terme de perte dû à
l'avancement de la dune.

La formule de Van Rijn


Dans la formule de Van Rijn, le transport solide est dissocié en transport par charriage
et transport des particules en suspension. Le transport solide par charriage est calculé
sur la base de la hauteur de saltation, la vitesse des particules et la concentration
volumique des particules au niveau du lit. Le charriage est calculé en suivant
294 MIKE URBAN+ - © DHI
Transports sédimentaire

l'approche de Bagnold (1973), qui affirme que le mouvement des particules charriées
est déterminé par la force de gravité. Quand la vitesse de contrainte de cisaillement
dépasse la vitesse de chute, les sédiments sont transportés en suspension.

La charge en suspension est calculée en tant que la profondeur-intégration de la


concentration locale et de la vitesse d'écoulement. Cette méthode s'appuie sur la
concentration de référence calculée sur la base du transport par charriage. Le modèle
a été vérifié pour des particules de tailles comprises entre 200 et 2000 mm. Basée sur
600 jeux de données, cette vérification a montré que, pour le transport par charriage,
77 % des estimations réalisées par le modèle étaient de 0,5 à 2 fois supérieures aux
valeurs observées (van Rijn (1984a)). Pour la composante particule en suspension,
800 jeux de données ont montré que 76 % des valeurs estimées étaient de 0,5 à 2 fois
supérieures aux valeurs observées (van Rijn (1984b)).

11.3 La résistance à l'écoulement due aux dépôts de sédiments


dans les réseaux d'eaux usées
La résistance hydrodynamique dans les conduites d'eaux usées provient des parois
latérales de la conduite et des dépôts de sédiments au radier de la conduite. La
résistance du dépôt de sédiments est composée de deux contributions : une partie
provient des frottements et une autre de l'expansion du lit. Les dimensions du lit sont
déterminées par le transport solide et l'écoulement, la résistance mécanique du lit peut
être décrite par les formules de transport solide.

La contrainte de cisaillement moyenne dans une conduite contenant des dépôts est
calculée à partir de la « procédure d'élimination de la paroi latérale » d'Einstein. La
rugosité de la conduite et la contrainte de cisaillement du lit sont estimées à partir du
calcul des dépôts de sédiments.

295
Calage
C
a
l
a
12 Calage g
Le calage du modèle est important car il permet de s'assurer que les prévisions du e
modèle représentent les conditions hydrauliques et de qualité de l'eau réelles dans le
réseau. Le calage d’un modèle est essentiel lorsque les résultats de simulation sont
destinés à développer des actions de réhabilitation, à lancer des travaux
d'accroissement du réseau, à faire des prévisions sur les performances du système,
etc.

Le calage vise en premier lieu à reproduire les phénomènes hydrauliques et de qualité


de l'eau observés dans les réseaux, en termes de pression/hauteur, débit et vitesse
d’écoulements. Le calage du modèle doit comparer les résultats des modèles et les
mesures sur le terrain pour les données suivantes au minimum :

 Écoulement
 Niveau d'eau/Pression/Charge hydraulique
 Vitesse
 Bilan massique
 Concentrations de contaminants
 Taux de migration des contaminants
 Taux de dégradation

Généralement ces comparaisons sont présentées sur des cartes, dans des tableaux
ou des graphiques. Les résultats du calage doivent être évalués par un ingénieur. Il
n'existe pas de critère universel de validation d'ajustement pouvant être appliqué à
tous les cas. Cependant, il est important que le modélisateur tente au maximum de
minimiser la différence entre les simulations du modèle et les données mesurées sur
le terrain.

La procédure de calage de modèle est possible avec MIKE URBAN+ qui permet de
créer et de comparer visuellement les valeurs modélisées et mesurées dans des
courbes de calage. De plus, une analyse statistique permettant de déterminer la
validité de l'ajustement peut être effectuée. Les courbes et statistiques de calage sont
ensuite incluses dans une synthèse HTML qui sert de documentation pour le
traitement de futurs rapports.

12.1 Stations de mesure


MIKE URBAN+ permet de définir les stations de mesures, la position des débitmètres,
des pressiomètres, etc. Les stations de mesure peuvent être ajoutées directement
depuis la Carte ou être définies dans l’onglet Stations de mesure (Calages > Stations
de mesure) (voir illustration 12.1).

296 MIKE URBAN+ - © DHI


Calage

Illustration 12.1 Onglet Stations de mesure

Les stations peuvent être visualisées sur la Carte, ce qui donne à l'utilisateur une
vision d'ensemble des emplacements de contrôle. Vous pouvez aussi ajouter une
image et une description à la station définie.

Pour ajouter une station directement depuis la Carte, ouvrez la Vue Carte et
sélectionnez « Stations de mesure » en couche cible dans la barre d’outils édit.
couche. Comme avec toutes les autres couches, vous pouvez Créer, Éditer et
supprimer des stations de mesure de la Carte.

Illustration 12.2 Créer ou éditer une station de mesure sur la Carte avec la barre d’outils édit.
couche.

Les options proposées dans l’onglet Stations de mesure sont décrites ci-après.

297
Calage
C
12.1.1 Identification a
l
a
La section Identification répertorie les données relatives à l’ID et à la position de la
g
station de mesure. Cliquez sur le bouton <Insérer> pour ajouter une station de mesure
e
au modèle.

Illustration 12.3 Section Identification de l’onglet Stations de mesure

12.1.2 Connexion modèle

Les stations de mesure doivent être connectées (par géoréférencement) aux éléments
du réseau modélisé pour associer les stations de mesure à un élément de résultat du
modèle.

Les stations de mesure peuvent être connectées à des éléments spécifiques du


modèle dans le sous-onglet Connexion modèle, onglet Stations de mesure (Illustration
12.4).

Illustration 12.4 Section Identification de l’onglet Stations de mesure

298 MIKE URBAN+ - © DHI


Calage

Type élément
Cette liste déroulante permet de sélectionner le type de l’élément associé à la station
de mesure. Types d’élément pouvant être associés aux stations :

– Nœuds
– Conduites et canaux
– Pompes
– Déversoirs
– Orifices
– Vannes
– Les avaloirs

ID élément
Permet de sélectionner l’ID de l’élément associé à la station; Cliquez sur le bouton
<...> pour sélectionner l’ID depuis le sélecteur d’ID.
Cliquez sur la flèche noire pour sélectionner l’élément directement depuis la Carte.

PK
Pour les stations connectées à des conduites, il existe une option permettant de définir
le PK ou le point de connexion sur la grille de calcul (Aval, Amont, Milieu).

Remarque : des lignes représentant les connexions entre les stations et le réseau
apparaissent sur la Carte une fois les stations définies. D’autre part, l’outil Connecter
station est disponible dans la barre d’outils édit. couche, permettant de définir les
connexions des stations au reste du réseau directement depuis la Carte.

12.1.3 Mesures

Ce sous-onglet permet de sélectionner des séries temporelles de données de mesures


externes (Illustration 12.5).

Cliquez sur les cellules de la colonne Fichier pour importer des séries temporelles
dans le tableau de mesures. Un graphe de la série temporelle sélectionnée est ensuite
généré dans la section de droite.

Illustration 12.5 Sous-onglet Mesures, Onglet Stations de mesure

299
Calage
C
Le tableau de mesure est constitué des colonnes suivantes : a
l
ID mesure a
Identifiant de la série temporelle de mesure. g
e
Fichier
Les séries temporelles de mesure peuvent être au format DAT et DFS0.

Elément
Élément à exploiter dans le fichier de série temporelle.

Unité
Unité de l’élément du fichier de série temporelle qui sera utilisé.

Début
Date et heure de début de la série temporelle.

Fin
Date et heure de fin de la série temporelle.

Action (Modifier)
Cliquez sur le bouton <Modifier> pour ouvrir l’onglet Graphes et statistiques
permettant de configurer la comparaison des données mesurées avec les résultats de
simulation.

12.1.4 Description

Le sous-onglet Description permet d’ajouter une description de la station de mesure


ou de sélectionner une image de la station en cliquant sur le bouton <Ajouter image>.

Illustration 12.6 Sous-onglet Description, Onglet Station de mesure

300 MIKE URBAN+ - © DHI


Calage

Le tableau 12.1 répertorie les données à renseigner dans l’onglet Stations de


mesure.

Tableau 12.1 Données à renseigner dans l’onglet Stations de mesure (Table m_Station)

Champ d'édition Description Utilisé ou requis Nom du champ


dans la base de
données
ID Identifiant de la station Oui MUID
X Coordonnée X de la Oui -
station
Y Coordonnée Y de la Oui -
station
Type élément Type de l'élément du Oui LocationType
modèle connecté à la
station.
ID élément ID de l'élément du modèle Oui LocationID
connecté à la station.
PK Point de calcul de Oui Chainage
l’élément du modèle Si Type élément
associé aux mesures. = « Conduites et
canaux »
Description Champ textuel Optionnel Description
permettant à l'utilisateur
d‘ajouter une description
de la station de mesure
définie.
Source données Source des données Optionnel DataSource

ID GPR ID GPR de la station Optionnel AssetName


dans la base de données
GPR

Etat Statut de la station Optionnel Element_S

Type réseau Type de réseau du Optionnel NetTypeNo


modèle

Cote radier Cote radier au point de Optionnel BottomLevel


mesure

Modèle Groupe de modèle dans Optionnel SubModelNo


lequel le modèle actif est
catégorisé.

301
Calage
C
a
l
a
12.2 Graphes et statistiques g
L’onglet Graphes et statistiques permet au modélisateur de comparer les données e
mesurées avec les résultats de la simulation.

Une courbe de calage peut être éditée dans l’onglet Graphes et statistiques
(illustration 12.7) ou un fichier de référence (données mesurées) peut être comparé
avec un fichier de résultats (données calculées). Plusieurs graphes et plusieurs
statistiques peuvent être généré(e)s pour un même projet.

Illustration 12.7 Onglet Graphes et statistiques

L’utilisateur peut également générer un graphe de corrélation, présentant la différence


entre les résultats modélisés et les données mesurées.

Illustration 12.8 Exemple d’un graphe de corrélation

302 MIKE URBAN+ - © DHI


Calage

L’exemple d’un graphe de comparaison de moyennes est également donné ci-


dessous : il permet de comparer les résultats de la simulation avec la valeur des
données mesurées.

Illustration 12.9 Exemple d’un graphe de comparaisons des moyennes

Tableau 12.2 Champs à renseigner dans l’onglet Graphes et statistiques (Table m_Measurement)

Champ d'édition Description Utilisé ou Nom du champ


requis dans la base de
données
ID Un identifiant de la forme suivante Oui m_Measure
est automatiquement attribué à ment.MUID
chaque enregistrement :
Calibration_1, Calibra- tion_i….

Il peut être remplacé par un


identifiant plus pertinent.

ID Station ID de la station de mesure Oui m_Measuremen


t.Measurement.St
ationID
Type fichier Les séries temporelles de mesure Oui -
peuvent être au format DAT et DFS0.

Fichier de données Nom et chemin du fichier externe. Oui TSFileName


mesurées C'est ici que la série temporelle des
données mesurées est rapportée à la
station de mesures.

303
Calage
C
Tableau 12.2 Champs à renseigner dans l’onglet Graphes et statistiques (Table m_Measurement)
a
(suite) l
a
Champ d'édition Description Utilisé ou Nom du champ g
requis dans la base de e
données
Élément de Élément pris en compte dans la Oui TSItemName
données mesurées série temporelle de mesure.
Début Rempli automatiquement avec la Oui -
date et l’heure de début du fichier
de série temporelle.
Utilisé pour vérifier la date et
l’heure de début par comparaison
Fin Rempli automatiquement avec la Oui -
date et l’heure de fin du fichier de
série temporelle. Utilisé pour
vérifier la date et l’heure de fin
par comparaison
Variable Affiche le nom de l’élément Oui -
exploité dans la série temporelle
de mesure.
Unité Affiche l’unité exploitée dans la Oui -
série temporelle de mesure.
Fichier Chemin et nom du fichier de Oui ResFileName
résultats
Elément Élément du fichier de résultats Oui ResItemName
comparés avec les données
mesurées.
Début Rempli automatiquement avec la Oui -
date et l’heure de début du fichier
de série temporelle.
End Rempli automatiquement avec la Oui -
date et l’heure de fin du fichier de
série temporelle.

Fonctionnalités disponibles dans l’onglet Graphes et statistiques :

Insérer
Cliquez sur le bouton <Insérer> pour ajouter un nouvel élément de Graphes et
statistiques à la liste.

Effacer
Cliquez sur le bouton <Supprimer> pour retirer un nouvel élément de Graphes et
statistiques à la liste.

Statistiques
Cliquez sur le bouton <Statistiques> pour afficher les valeurs de paramètres
divers telles que l’erreur moyenne et RMS utilisées pour évaluer la différence entre les
valeurs calculées et les valeurs mesurées.

Synthèse
Cliquez sur le bouton <Synthèse> pour exporter le rapport de comparaisons des séries
temporelles en différents formats.

304 MIKE URBAN+ - © DHI


Paramétrage des résultats
F
i
13 Paramétrage
c
des résultats
MIKE h URBAN+ permet de générer un large panel de synthèses et de fichiers de
i des simulations. Les onglets de la branche Paramétrage des résultats
résultats
offrentede nombreuses possibilités pour définir et générer les fichiers résultats pouvant
ensuite r être utilisés dans une nouvelle simulation.
s
d
La création des fichiers résultats peut être personnalisée sur un certain nombre de
pointse: nombre de fichiers créés, types de fichiers, étendue spatiale des résultats
enregistrés
r et types d’éléments de résultats répertoriés dans les fichiers.
é
s
Dans MIKE URBAN+, un fichier résultat peut être configuré pour contenir plusieurs
groupes u de résultats constitués de différentes combinaisons position-élément
(voir lal rubrique
13.1.4t et Fichiers de résultats définis par l'utilisateur).
a
t
La configuration des fichiers et des rapports de réseau peut être effectuée dans les
onglets s suivants :

 Onglet Fichiers de résultats La création des fichiers résultats peut être


personnalisée sur un certain nombre de points : nombre de fichiers
créés, types de fichiers, étendue spatiale des résultats enregistrés et
types de paramètres répertoriés dans les fichiers.
 Onglet Synthèse du réseau Il est possible d’ajouter des tableaux
aux rapports de réseau au format HTML.

13.1 Fichiers de résultats


L’onglet Fichiers de résultats (voir illustration 13.1) permet de visualiser et de modifier
les différentes configurations de fichiers de résultats du projet. Les types de résultats
utilisables dépendent des modules actifs pour le projet en cours (Paramètres
généraux > Modules).

Vous pouvez configurez un fichier de résultats avec des résultats par défaut et/ou
définis par l’utilisateur.

Résultats par défaut


L’onglet propose de nombreux de résultats par défaut. Le logiciel génère des résultats
par défaut propres aux modules actifs du projet. Ces configurations de résultats
peuvent être identifiées par un ID contenant le préfixe « Default ».

Le tableau suivant répertorie tous les types de fichiers par défaut que peut générer
MIKE URBAN+.

305
Paramétrage des résultats
Tableau 13.1 Types de fichiers par défaut pouvant être générés par MU+

ID fichier défaut Type de modèle Format Type de contenu

Default_Surface_ru Bassins versants .RES1D Ruissellement


noff
Default_RDII Bassins versants .RES1D RDII
Default_Storm_wat Bassins versants .RES1D Qualité de l’eau
er_quality pluviale (SWQ)
Default_Storm_wat Bassins versants .RES1D Sédiments eaux
er_sediments pluviales
Default_LIDs Bassins versants .DFS0 LID
(code brute)

Default_Catchment Bassins versants .RES1D Débit bassin


_discharge versant
Default_Catche Bassins versants .RES1D Qualité de débit
mnt_discharge_ bassin versant
quality
Default_Networ Réseau .RES1D Hydrodynamique
k_HD
Default_Networ Réseau .RES1D Contrôle temps
k_RTC réel
Default_Networ Réseau .RES1D Transport de
k_AD pollution
Default_Network_ Réseau .RES1D MIKE ECO Lab
MIKE_ECOLab
Default_LTS_extre Réseau .RES1D Statistiques
me_statistics extrêmes LTS
Default_LTS_chron Réseau .RES1D Statistiques LTS
ological_statistics chronologiques

Les jeux de résultats par défaut comprennent des résultats de tous les éléments du
modèle et sauvegardent les valeurs pour les paramètres de simulation de base.

Les résultats par défaut peuvent cependant être modifiés sur certains points :

 Format de fichier : fichier .RES1D ou .DFS0.


 Éléments de résultats : paramètres calculés puis ajoutés aux fichiers de
résultats. Seuls les éléments de résultats sont, par défaut, ajoutés aux
fichiers de résultats par défaut.

Remarque : l’emplacement d’enregistrement des résultats par défaut ne peut


pas être modifié, et les résultats sont toujours sauvegardés dans tous les
éléments.

Il est également important de noter que les résultats LTS sont uniquement générés au
format .RES1D et que les modifications des résultats LID par défaut ne seront pas
prises en compte à cause du type de format et des éléments du fichier.

306 MIKE URBAN+ - © DHI


Paramétrage des résultats
F
i
Résultats définis par l'utilisateur :
c
L’utilisateur peut également personnaliser les fichiers de résultats selon les besoins du
h
modèle.
i
e
Propriétés pouvant être personnalisées par l’utilisateur :
r
s
 Format de fichier : fichier .RES1D ou .DFS0.
d
e  Position : Étendue spatiale ou éléments du modèle délimitant les
r résultats sauvegardés dans le fichier.
é  Éléments de résultats : paramètres calculés puis ajoutés aux fichiers de
s résultats.
u
l Remarque : plusieurs groupes de résultats constitués de différentes
t combinaisons position-élément peuvent être incorporés dans un seul et
a unique fichier résultat défini par l'utilisateur.
t
s
(Voir rubrique 12.14 pour plus de détails).

Illustration 13.1 Onglet Fichiers de résultats

Il est également important de noter que les résultats LTS sont uniquement générés au
format .RES1D et que les modifications des résultats LID par défaut ne seront pas
prises en compte à cause du type de format et des éléments du fichier.

307
Paramétrage des résultats
Les différents sous-onglets et composants de l’onglet Fichiers de résultats sont
décrits ci-après.

13.1.1 Identification

La section Identification répertorie les informations générales de l’élément de fichier


résultat.

Illustration 13.2 Section Identification de l’onglet Fichiers de résultats

Type modèle
Les éléments de fichiers résultats sont catégorisés selon le type de modèle faisant
l’objet d’une analyse. Il peut s’agir d’un modèle bassin versant ou un modèle réseau.

Type contenu
Liste déroulante permettant d’indiquer le module de calcul utilisé. Il filtre les éléments
de résultats pouvant être compris dans le fichier de résultat selon le type de contenu
du modèle. Les types de contenu disponibles dépendent du type de modèle
sélectionné.

Remarque : il existe aussi des types de contenu « mixtes ». Ils permettent


d’avoir des fichiers résultats générés par plusieurs modules en un seul
fichier résultats (voir rubrique 13.1.4).

Types de contenu disponibles.

 Types de contenus pour un modèle Bassin versant :


– Contenu BV mixte. Type de contenu pouvant incorporer plusieurs
modules de bassins versants.
– Ruissellement
– RDII
– Qualité de l’eau pluviale
– Sédiments eaux pluviales
– LIDs
– Apport BV
– Qualité des apports BV
 Types de contenus pour un modèle Réseau :
– Contenu BV mixte. Type de contenu pouvant incorporer plusieurs
modules de réseau (HD, AD, ST, MIKE ECO Lab).
– Hydrodynamique
– Contrôle temps réel Seulement lorsque le module Contrôle en temps réel
(RTC) est actif.
– Transport pollution Seulement lorsque le module Qualité de l’eau (AD) est
activé.
– MIKE ECO Lab. Seulement lorsque le module Qualité de l’eau
(MIKE ECO Lab) est activé.
– Stat. extrêmes LTS Seulement lorsque le module Statistiques longue
durée (LTS) est actif.
308 MIKE URBAN+ - © DHI
Paramétrage des résultats
F
i – Stat.chronologiques LTS . Seulement lorsque le module Statistiques
c longue durée (LTS) est actif.
h
i
Format e
Les fichiers de résultats, en général, générés au format .RES1D. Mais MIKE URBAN+
r
propose également la possibilité de générer des fichiers de résultats au format .DFS0.
s
Ces deux formats de fichier peuvent être utilisés pour la plupart des types de résultats
d
(types de contenu). Cependant, les statistiques LTS sont uniquement au format
e
.RES1D et les résultats LIDs uniquement au format .DFS0.
r
é
Le tableau 12.2 répertorie les données à renseigner dans l’onglet Fichiers de
s
résultats.
u
l
Tableaut 13.2 Données à renseigner dans l’onglet Fichiers de résultats (Table msm_RS)
a
Champt d'édition Description Utilisé ou requis Nom du champ
s pour la simulation dans la base de
données
ID Identifiant de la configuration Oui MUID
de fichiers de résultats
Type modèle Type de modèle utilisé pour Oui ModelTypeNo
générer les résultats du
projet :
- Bassins versants
- Réseau
Type contenu Type de groupe de résultats Oui ContentTypeNo
des éléments de résultat.
Types de contenu disponible

Format Format du fichier résultat : Oui FormatNo


.RES1D
.DFS0

Les boutons à droite de la section Identification permettent d’éditer le tableau


récapitulatif des fichiers résultats, en bas à gauche de l’onglet.

Bouton <Insérer>
Cliquez sur le bouton <Insérer> pour ajouter un nouveau fichier de résultats au
tableau.

Bouton <Copie>
Cliquez sur le bouton <Copie> pour copier le fichier de résultat actif. L’ID de l’élément
copié est le même que son original auquel est ajouté le suffixe « _Copy ».

Bouton <Supprimer>
Cliquez sur le bouton <Supprimer> pour retirer le fichier de résultats actif du tableau.

309
Paramétrage des résultats
13.1.2 Position

MIKE URBAN+ présente une grande flexibilité de sauvegarde des résultats. Ainsi, il
est possible de sauvegarder des résultats uniquement pour des éléments sélectionnés
ou pour des positions définies.
La position des résultats ne peut cependant pas être modifiée pour les fichiers de
résultats par défaut, mais uniquement pour les fichiers de résultats définis par
l'utilisateur. Remarque : les fichiers de résultats par défaut sauvegarde les résultats de
tous les éléments du modèle (option Enreg. tout).

Les positions spécifiques de sauvegarde peuvent être définies dans le sous-onglet


Position de l’onglet Fichiers de résultats (Illustration 13.3).

Illustration 13.3 Sous-onglet Position, Onglet Fichiers de résultats

Tableau 13.3 Données à renseigner dans le Sous-onglet Position

Champ d'édition Description Utilisé ou requis Nom du champ


pour la simulation dans la base de
données
Boutons à choix unique Options Oui SelectionNo
disponibles :
- Enregistrer tout
- Enregistrer
certain
- Enregistrer un
- Enregistrer dans
polygone
Liste déroulante pour Liste déroulante Si Position = SubsetNo
l’option Enreg. certain permettant de Enreg. certain
sélectionner le
type de module BV
Zone de saisie/Sélecteur Le bouton <...> Si Position = SelectionListID
ouvre le Enreg. certain
sélecteur de Et Liste
listes de déroulante =
sélection Sélection

310 MIKE URBAN+ - © DHI


Paramétrage des résultats
F
i
Liste déroulante pour Liste déroulante Si Position = IndividualNo
l’option
c Enreg. un permettant de Enreg. un
h sélectionner le
i type d’élément de
résultats pour
e
lequel les résultats
r
doivent être
s enregistrés.
Zone dde saisie/Sélecteur Le bouton <...> Si Position = ElementID
e ouvre le sélecteur Enreg. un
r d'éléments
é
Enregistrer Option permettant Oui GridPointNo
Filtre ssur conduites et canaux de sélectionner les Si Type modèle =
u points de calcul le Réseau
l long des conduites et que les résultats
t et des canaux doivent être
a pour lesquels les enregistrés pour les
t résultats doivent conduites et les
s être enregistrés. canaux
PK [Filtre sur conduites et Champ permettant Oui PK
canaux] de définir le PK Si Type modèle =
(distance depuis le Réseau,
nœud amont) du résultats
point de calcul le enregistrés pour les
long des conduites conduites et les
ou des canaux canaux, et
pour lesquels les Enregistrer = PK
résultats doivent personnalisé.
être enregistrés.

Enregistrer tout
Sauvegarde les résultats de tous les éléments du modèle. Les fichiers de résultats par
défaut (voir la rubrique consacrée aux résultats par défaut) utilisent cette option, ne
permettant pas de modifier la position. Il est important de noter que cette option n’est
pas disponible quand les résultats sont sauvegardés au format .DFS0 (voir la rubrique
Format).

Enregistrer certain
Cette option active une liste déroulante permettant de sélectionner un groupe
d’éléments pour lesquels les résultats seront enregistrés. Les options disponibles dans
la liste déroulante dépendent du type de modèle sélectionné. Une liste de sélection
doit être sélectionnée (voir illustration 14.4) lorsque le groupe d’élément est défini en
tant que « Sélection ».

311
Paramétrage des résultats

Illustration 13.4 Sélecteur d’ID

Enregistrer un
Cette option active une liste déroulante permettant de sélectionner un groupe
d’éléments pour lesquels les résultats seront enregistrés. Les options disponibles dans
la liste déroulante dépendent du type de modèle sélectionné. L’ID de l’élément du
modèle approprié doit être sélectionné depuis le sélecteur d’ID.

Enreg. dans polygone


Seuls les résultats d’éléments du modèle au sein d’un polygone défini sont
sauvegardés dans le fichier. Le polygone peut être défini par ses coordonnées XY
dans le tableau Géométrie Sélection Résultats, dans le sous-onglet Position
(Illustration 13.5)

Illustration 13.5 Tableau Géométrie Sélection Résultats

312 MIKE URBAN+ - © DHI


Paramétrage des résultats
F
i
La position
c du polygone peut être définie de deux manières différentes :
h
i  Indiquer les valeurs XY dans le tableau Géométrie Sélection Résultat.
Les boutons
e <Insérer> et <Supprimer> permettent d’ajouter et de retirer les
coordonnées
r des sommets du polygone dans le tableau.
s
d  Définir le polygone directement depuis la Carte en cliquant sur le
e bouton <Modifier sur la carte> à gauche du tableau.
r
Cliquez
é sur le bouton <Modifier sur la carte> pour dessiner un nouveau polygone
directement
s sur la Carte. La Carte s’affiche (voir illustration 13.6). Dessinez le
u sur la Carte en apposant la position des sommets à l’aide du curseur.
polygone
Double-cliquez
l sur la Carte pour valider la création du polygone. Les coordonnées du
polygone
t créé sont ensuite ajoutées au tableau Géométrie Sélection Résultats de
l’onglet
a Fichiers de résultats.
t
Le bouton
s <Aff. sur carte> est renommé <Modifier le> dès que le polygone a été défini
et que le deuxième tableau a été rempli.

Remarque : le polygone apparaît sur la Carte lorsque vous le dessinez. Une fois la
création du polygone validée, celui-ci n’est plus visible.

Lorsque le polygone existe déjà, (le tableau du sous-onglet Position n’est pas vide),
le bouton <Modifier le> vous permet d’éditer le polygone existant. La carte s’ouvre sur
les sommets du polygone que vous avez modifiés, supprimés ou ajoutés.

Illustration 13.6 Définir la position d’un polygone servant de repère aux résultats sur la Carte

313
Paramétrage des résultats

Définir une sauvegarde selon les points de calcul


Lorsque le modèle est de type Réseau, la section Filtre sur conduites et canaux
apparaît sur la partie de droite du sous-onglet Position.

Elle permet de sélectionner les points de calcul le long des conduites et canaux pour
lesquels les résultats seront enregistrés.

La liste déroulante Enregistrer contient les options suivantes :

 Tous points calcul (aucun filtre)


 Point de calcul amont
 Point de calcul aval
 Points amont et aval
 PK personnalisé. Lorsque « PK personnalisé » est sélectionné, la position du
point de calcul pour lequel les résultats seront enregistrés peut être définie dans
le champ PK. Les résultats sont sauvegardés pour le point de calcul le plus
proche de la valeur PK indiquée.

13.1.3 Modules

Les sous-onglets de modules de l’onglet Fichiers de résultats sont utilisés pour


sélectionner les éléments qui seront répertoriés dans les fichiers de résultats. Les
sous-onglets actifs dépendent du type de modèle sélectionné et des modules actifs
pour le projet en cours.

Remarque : MIKE URBAN+ ne permet, pour le moment, pas de personnaliser des


éléments LID. De plus, la modification des éléments relatifs aux MIKE ECO Lab doit
être effectuée, non pas dans l’interface MU+, mais dans le gabarit MIKE ECO Lab
(ECOLAB),

314 MIKE URBAN+ - © DHI


Paramétrage des résultats
F
i
c
h
i
e
r
s
d
e
r
é
s
u
l
t
a
t
s

Illustration 13.7 Sous-onglets de modules de l’onglet Fichiers de résultats Cette illustration


présente les sous-onglets disponibles pour des modèles de bassins versants.

Chaque sous-onglet répertorie les éléments liés aux différents modules. Ces éléments
peuvent être catégorisés en deux groupes :

 Résultats standards. Paramètres de résultats de base pour une simulation.


 Résultats additionnels. Paramètres de résultats supplémentaires,
fournissant des informations plus détaillées sur les différentes
simulations effectuées sur le système.

Les rubriques suivantes décrivent les nombreux éléments de résultats disponibles


dans MIKE URBAN+.

Résultats RR (Ruissellement et RDII)


Éléments de résultats spécifiques aux modèles hydrologiques (bassins versants). Les
éléments de résultats RDII peuvent également être choisis dans le sous-onglet
Résultats RR (voir les résultats additionnels).

Le tableau 13.4 récapitule tous les éléments pouvant être enregistrés dans les
modèles hydrologiques.

315
Paramétrage des résultats

Illustration 13.8 Sous-onglet Résultats RR Les éléments « Ruissellement total » et « Pluie nette »
sont initialement inclus dans les résultats de ruissellement de surface par défaut.

Tableau 13.4 Liste des éléments de résultats disponibles en ruissellement de surface, dans le
sous-onglet Résultats RR

Résultats Résultats additionnels


standards
Ruissellement Pluie réelle Évapotranspiration
total réelle Infiltration totale
Pluie nette RDI : Ruissellement de surface
RDI : Routage du ruissellement retardé depuis le 2nd réservoir Débit de base
RDI : Ruissellement retardé et débit de base Stockage en zone
racinaire
RDI : Stockage en surface Hauteur d’eau souterraine
RDI : Infiltration vers les eaux souterraines
RDI : Ecoulement du ruissellement de surface du 1er réservoir vers le 2nd
RDI : Ecoulement du ruissellement retardé du 1er réservoir vers le 2nd
RDI : Flux capillaire
RDI : Stockage en surface dans le 1er réservoir Stockage en surface dans le
2nd réservoir Débit de base inférieur
Stock de neige
RDI : Température par zone Chute de neige par zone
RDI : Rétention d’eau en neige par zone Coefficient de fonte de neige
par zone Couverture de neige par zone Fonte de neige par zone Aire-
Temps : pertes initiales
UHM : Pluie nette
KW ruissellement [Imperméable Plat]
KW ruissellement [Perméable, Bas, Moyen, Haut], KW Hauteur
[Imperméable, Plat]
KW Hauteur [Perméable Bas, Moyen, Haut]
KW Pertes par humidification [Perméable, Bas, Moyen, Haut], KW
Pertes par humidification [Imperméable, Plat]
KW Pertes par stockage [Imperméable Plat]
KW Pertes par stockage [Perméable Bas, Moyen, Haut], KW Infiltration
[Perméable Bas, Moyen, Haut]

KW Infiltration Potentielle [Perméable Bas, Moyen, Haut]

316 MIKE URBAN+ - © DHI


Paramétrage des résultats
F
i
c
Résultats
h AD SWQ
i
Résultats associés aux modèles de qualité des eaux pluviales dans les bassins
e
versants.
r
s
d
e
r
é
s
u
l
t
a
t
s

Illustration 13.9 Sous-onglet Résultats AD SWQ L’élément « Transport de masse » est


initialement inclus dans les résultats par défaut de qualité d’eau pluviale.

Tableau 13.5 Liste des éléments de résultats disponibles en qualité d’eau pluviale, dans le sous-
onglet Résultats AD SWQ

Résultats standards Résultats additionnels


Transport de masse Masse en surface de BV Transport de
masse cumulé Concentration

Résultats ST SWQ
Résultats associés aux modèles de transport sédimentaire par eau pluviale dans les
bassins versants.

317
Paramétrage des résultats

Illustration 13.10 Sous-onglet Résultats ST SWQ Les éléments « Transport sédimentaire total » et
« Transport sédimentaire (par fraction) » sont initialement inclus dans les résultats par défaut de
transport sédimentaire par eau pluviale.

Tableau 13.6 Liste des éléments de résultats disponibles pour un modèle de transport
sédimentaire, dans le sous-onglet Résultats ST SWQ.

Résultats standards Résultats additionnels


Transport sédimentaire total Transport Masse totale à la surface des BV Masse
sédimentaire (par fraction) en surface de BV (par fraction)
Transport de masse total
Transport de masse (par fraction)
Transport de masse totale cumulé
Transport de masse cumulé (par fraction)
Transport sédimentaire cumulé (par
fraction)

Résultats LID
MIKE URBAN+ ne permet, pour le moment, pas de personnaliser des éléments LID.
Par défaut, tous les éléments de résultats LID sont donc sauvegardés. Le tableau 13.7
récapitule tous les éléments LID pouvant être enregistrés dans les modèles de bassins
versants au format .DFS0.

318 MIKE URBAN+ - © DHI


Paramétrage des résultats
F
Tableau i 13.7 Liste des éléments LID
c
h Résultats standards Résultats additionnels
Pluie i Évaporation
Débit e d'entrée Hauteur en surface
r
Écoulement en surface Humidité du sol
Débit s drainé Profondeur de stockage
d
Infiltration Infiltration surface-sol
e Infiltration sol-stockage
r Hauteur de stockage des drains (toits
é végétalisés)
Stockage sol-drain (toits végétalisés)
s
Humidité du revêtement (chaussées poreuses)
u Surface-revêtement (chaussées poreuses)
l Revêtement-stockage (chaussées poreuses)
t Bilan massique
a
t
Pour plus de détails sur les résultats de LID, consultez la section Fichier résultats de
s
déploiement LID, sous le chapitre Modélisation hydrologique du présent manuel.

Résultats CD (Catchment discharge - Apport BV)


L’apport BV (CD) correspond aux apports en eau selon l’équivalent habitant ou la
surface du bassin versant (apports en eaux usées, par exemple).

Illustration 13.11 Sous-onglet Résultats CD, Onglet Fichiers de résultats L’élément « Apport
BV » est initialement inclus dans les résultats par défaut d’apport BV.

319
Paramétrage des résultats
Résultats AC CD (Qualité Apport BV)
Éléments de calcul permettant de modéliser le transport de polluants associé à un
apport BV.

Illustration 13.12 Sous-onglet AD CD, Onglet Fichiers de résultats L’élément « Apport massique
de polluant CD » est initialement inclus dans les résultats par défaut de qualité d’apport BV.

Tableau 13.8 Liste des éléments de résultats disponibles en qualité d’apport BV, dans le sous-
onglet Résultats AD CD

Résultats standards Résultats additionnels


Apport massique de polluant CD Apport massique cumulé de polluant CD

Résultats HD (Hydrodynamique et Contrôle temps réel)


Résultats relatifs aux simulations hydrodynamiques du réseau d’eaux usées.

Les éléments de résultat RTC (Contrôle temps réel) peuvent être sélectionnés depuis
le sous-onglet HD. Les résultats additionnels « Valeur consigne RTC », « Niv. Dém.
pompe RTC » et « Niv. arr. pompe » sont toujours sauvegardés dans les fichiers de
résultats RTC car ils sont essentiels à la mise en place d’un démarrage Hotstart.

320 MIKE URBAN+ - © DHI


Paramétrage des résultats
F
i
c
h
i
e
r
s
d
e
r
é
s
u
l
t
a
t
s

Illustration 13.13 Sous-onglet Résultats HD, Onglet Fichiers de résultats Les éléments « Niveau
d’eau », « Débit » et « Vitesse » sont initialement inclus dans les résultats hydrodynamiques par
défaut.

Tableau 13.9 Liste des éléments pour les résultats hydrodynamiques et RTC, dans le sous-onglet
Résultats HD

Résultats standards Résultats


additionnels
Niveau d'eau Vitesse à travers les ouvrages
Débit Section d'écoulement dans les ouvrages
Vitesse Section d'écoulement
Largeur d’écoulement
Rayon hydraulique
Rugosité
Débitance
Nombre de Froude
Surface inondée
Volume
Volume d’eau en surface
Débit débordant au nœud
dt simulation
Nombre d’essais pour le pas de temps actuel
Pente du niveau d’eau
Niveau d’énergie
Pente niveau d’énergie
Contrainte de cisaillement au fond du lit
Niveau vanne
Cote déversoir
Position de vanne
Valeur consigne RTC
Niv. dém.pompe RTC
Niv. arr. pompe RTC
Pompe active
Taux d’infiltration
321
Paramétrage des résultats

Résultats AD (Transport de pollution)


Éléments de calcul permettant de modéliser le transport de polluants dans le réseau
d’eaux usées.

Illustration 13.14 Sous-onglet Résultats AD, Onglet Fichier de résultats L’élément


« Concentration » est initialement inclus dans les résultats par défaut de transport de pollution

Tableau 13.10 Liste des éléments de transport de pollution, dans le sous-onglet Résultats AD

Résultats Résultats additionnels


standards
Concentration chimique Masse
Transport de masse Masse total
Erreur de masse
Erreur de masse totale
Erreur de masse cumulée
Erreur de masse totale cumulée
Décroissance de 1er ordre
Décroissance de 1er ordre total
Décroissance de 1er ordre cumulée
Décroissance de 1er ordre totale
cumulée

ECO Lab (MIKE ECO Lab, qualité de l’eau)


Les éléments de résultats de modélisation de qualité de l’eau dans le réseau utilisant
ECO Lab dépendent des variables d’état, des variables auxiliaires, des processus
engagés et des résultats dérivés définis dans le gabarit MIKE ECO Lab utilisé pour la
simulation (voir illustration 13.15).

322 MIKE URBAN+ - © DHI


Paramétrage des résultats
F
i
c
h
i
e
r
s
d
e
r
é
s
u
l
t
Illustration 13.15 Gabarit MIKE ECO Lab (*ECOLAB), sections variables auxiliaires,
a et sorties dérivés
processus
t
s
Les éléments de résultats ECO Lab peuvent être configurés dans un gabarit
MIKE ECO Lab. Cependant, ce gabarit peut seulement être importé dans l’interface
MIKE URBAN+.

La MIKE ECO Lab simulation générera trois fichiers résultats contenant


respectivement toutes les informations hydrodynamiques (*.RES1D), les résultats
d’advection/dispersion pour les variables d’état (*.AD.RES1D) et les variables
auxiliaires, puis les processus et résultats dérivés compris dans le fichier résultats
MIKE ECO Lab (ADEL.RES1D).

Consultez le chapitre Qualité de l’eau du présent manuel pour plus de détails sur
l’utilisation des gabarits MIKE ECO Lab dans MIKE URBAN+.

Résultats HD LTS (Stat. extrêmes LTS et Stat. chronologiques LTS)

Résultats de statistiques LTS relatifs à la modélisation hydrodynamique LTS dans un


réseau d’eaux usées.

Illustration 13.16 Sous-onglet Résultats HD LTS, Onglet Fichiers de résultats.


L’illustration présente les éléments présélectionnés pour les résultats de statistiques
LTS extrêmes.

323
Paramétrage des résultats

Tableau 13.11 Liste des éléments de résultats HD LTS pour les statistiques LTS chronologiques
et extrêmes.

Statistiques LTS extrêmes Statistiques LTS chronologiques


Niveau d'eau maximal Volume total cumulé (hors du réseau)
Débit max (points de calcul) Volume total cumulé (conduites exutoires)
Débit max (nœuds déversants) Volume total cumulé (rejets par pompes)
Débit max (nœuds en charge) Volume total cumulé (rejets par déversoirs)
Vitesse max (points de calcul) Volume total cumulé (rejets par orifices)
Volume de l’événement (points de calcul) Volume total cumulé (rejets par vannes)
Volume de l’événement (nœuds déversants) Volume total cumulé (nœuds déversants)
Volume de l’événement (nœuds en charge) Volume déversé cumulé (nœuds déversants)
Volume de l’événement (exfiltration des Volume de surchage cumulé (nœuds)
puisards) Exfiltration volumique cumulée (puits
Durée de l’événement (points de calcul) d’infiltration)
Durée de l’événement (nœuds déversants) Volume cumulé (débit)
Durée de l’événement (nœuds en charge)
Durée de l’événement (exfiltration des
puisards)

Résultats HD LTS (Stat.extrêmes LTS et Stat. chronologiques LTS)

Résultats de statistiques LTS relatifs à la modélisation LTS de transport de pollution


dans un réseau d’eaux usées.

Illustration 13.17 Sous-onglet Sous-onglet Résultats AD LTS, Onglet Fichiers de résultats.


L’illustration présente les éléments présélectionnés pour les résultats de statistiques LTS
chronologiques

324 MIKE URBAN+ - © DHI


Paramétrage des résultats
F
Tableaui 13.12 Liste des éléments de résultats AD LTS pour les statistiques LTS chronologiques
et extrêmes.
c
h
i Statistiques LTS extrêmes Statistiques LTS chronologiques
e
Concentration max Rejet de Emission totale
r
l’événement (point de calcul) Emission totale (conduites
Rejetsde l’événement (nœuds exutoires) Emission totale
d
déversants) Rejet de l’événement (pompes) Emission totale
(Nœudse en charge) (déversoirs)
Rejetrde l’événement (exfiltration des Emission totale (orifices) Emission
é
puisards) totale (vannes)
s Emission totale (nœuds déversants) Masse
u déversée cumulée (nœuds déversants)
l Masse de surcharge cumulée (nœuds)
t Exfiltration massique cumulée (puits
a d’infiltration)
t Transport de masse cumulée
s

13.1.4 Combiner plusieurs éléments de résultats dans un seul fichier

MIKE URBAN+ offre une grande flexibilité de configuration des fichiers de résultats de
simulation. Le deuxième tableau récapitulatif de l’onglet Fichiers de résultats (voir
illustration 13.18) permet de définir les combinaisons d’éléments et de positions
adéquates.

En effet, les fichiers de résultats définis par l'utilisateur (ceux qui ne sont pas générés
par défaut) peuvent être configurés de manière à contenir différents groupes de
résultats et varier les combinaisons possibles :

 Positions
 Éléments. Les éléments peuvent provenir de contenus de même type
ou de tout autre type actif.

325
Paramétrage des résultats
Illustration 13.18 Deuxième tableau récapitulatif Sélection résultat, Onglet Fichiers de résultats

Cet exemple (13.18) illustre fichiers de résultats « Réseau » avec du contenu mixte :
trois types d'emplacement contenus dans le même fichier RES1D. Les éléments de
résultats de plusieurs types de contenus actifs (selon les modules actifs) peuvent aussi
être sauvegardés dans un seul fichier. Sélectionnez le type de contenu « Contenu
mixte » dans la section Identification (voir illustration 13.18).

Tableau 13.13 Combinaisons positions-éléments provenant de plusieurs types de contenu et


pouvant être inclus dans des fichiers de résultats mixtes.

Résultats Position Éléments


Selection_1 Enreg. sous-ensemble = Résultats HD = « Niveau
Conduites et canaux d’eau », « Vitesse »
Selection_2 Enregistrer un = Regard 7 Résultats AD = Concentration
Selection_3 Enreg. dans polygone Résultats HD = Débit

Le contenu du deuxième tableau récapitulatif Sélection résultat peut être géré à


l’aide des boutons suivants :

Bouton <Insérer>
Cliquez sur le bouton <Insérer> pour ajouter un nouvel élément au tableau. Tout
nouvel élément possède des propriétés par défaut.

Bouton <Supprimer>
Cliquez sur le bouton <Supprimer> pour supprimer la rangée active.

Bouton <Copie>
Cliquez sur le bouton <Copie> pour créer une copie de la rangée active.

326 MIKE URBAN+ - © DHI


Synthèse du réseau

13.2 Synthèse du réseau


Dans MIKE URBAN+, vous pouvez configurer le contenu des rapports HTML générés
à la fin de la simulation. Le contenu des rapports de simulation de réseau peut être
configuré dans l’onglet Synthèse du réseau (branche Paramètres des
résultats > onglet Synthèse du réseau) (voir illustration 13.20). Une fois une
configuration de contenu créée, vous pouvez l’utiliser dans l’onglet Configuration
simulation pour exécuter des simulations de réseau (HD).

Par défaut, les fichiers HTML répertorient les informations de simulation générales et
les données d’entrée de conditions aux limites. En ajoutant une configuration de
contenu, la synthèse HTML sera plus exhaustive et comprendra les résultats HD (voir
illustration 13.19).

Illustration 13.19 Synthèse HTML de simulation de réseau comprenant les résultats HD


additionnels des nœuds.

Des éléments supplémentaires peuvent être activés pour chaque configuration de


contenu d’un rapport de réseau dans l’onglet Synthèse du réseau. Les données à
renseigner dans l’onglet Synthèse du réseau sont organisées différentes sections :

 Identification
 Tables avec les valeurs min, max et cumulées pour
 Synthèse des données d'entrée
 Utiliser une sélection pour réduire les tables de synthèse

Cochez les cases correspondantes aux options proposées pour les ajouter au rapport
de réseau HTML. Le tableau 13.14 répertorie les options pouvant être activées dans
l’onglet Synthèse du réseau.

327
Paramétrage des résultats

Illustration 13.20 Onglet Synthèse du réseau

Tableau 13.14 Données à renseigner dans l’onglet Synthèse du réseau (Table


msm_HtmlSummary)

Champ d'édition Description Utilisé ou Nom du champ


requis pour la dans la base de
simulation données
ID ID du paramètre de synthèse. Oui MUID
Doit être défini par l'utilisateur.
Case Cochez pour inclure les valeurs Optionnel SummaryNodeNo
« Nœuds » minimales, maximales et
cumulées des nœuds dans la
synthèse.
Case « Déversoirs Cochez pour inclure les valeurs Optionnel SummaryWeirNo
et orifices » minimales, maximales et
cumulées des déversoirs/orifices
dans la synthèse.
Case « Pompes » Cochez pour inclure les valeurs Optionnel SummaryPumpNo
minimales, maximales et
cumulées des pompes dans la
synthèse.
Case « Liens et Cochez pour inclure les valeurs Optionnel SummaryLinkNo
structures » minimales, maximales et
cumulées des liens/structures
dans la synthèse.

328 MIKE URBAN+ - © DHI


Synthèse du réseau
Tableau 13.14 Données à renseigner dans l’onglet Synthèse du réseau (Table
msm_HtmlSummary) (suite)

Champ d'édition Description Utilisé ou Nom du champ


requis pour la dans la base de
simulation données
Case « Points de Cochez pour inclure les valeurs Optionnel SummaryLinkLevel
calcul, niveau minimales, maximales et No
d’eau » cumulées des points de
calcul/niveaux d’eau dans la
synthèse.
Case « Points de Cochez pour inclure les valeurs Optionnel SummaryLinkDischa
calcul, débit » minimales, maximales et rgeNo
cumulées des points de
calcul/débit d’eau dans la
synthèse.
Case « Liens, Cochez pour inclure les valeurs Optionnel SummaryLinkVelocit
vitesse » minimales, maximales et yNo
cumulées des liens/de la vitesse
d’eau dans la synthèse.
Synthèse des Cochez pour inclure les données Optionnel SummaryLinkInputN
données d'entrée d'entrée dans la synthèse HTML. o
Case « Liens et
structures »
Case/zone de saisie Cochez pour activer la zone de Optionnel NodeSelectionNo
« Sélection saisie, puis cliquez sur le bouton
Nœuds » <...> pour choisir la liste de
sélection de nœuds desquels
vous voulez ajouter les valeurs
maximales, minimales et
cumulées dans la synthèse.
Zone de saisie Permet de choisir la liste de Oui NodeSelectionName
« Sélection sélection de nœuds Si
Nœuds » NodeSelectionN
o=1
Case/zone de saisie Cochez pour activer la zone de Optionnel LinkSelectionNo
« Sélection lien » saisie, puis cliquez sur le bouton
<...> pour choisir la liste de
sélection de liens desquels vous
voulez ajouter les valeurs
maximales, minimales et
cumulées dans la synthèse.
Zone de saisie Permet de choisir la liste de Oui LinkSelectionName
« Sélection lien » sélection de liens Si
LinkSelectionNo
=1

Les boutons suivants vous permettent d’ajouter ou de retirer un paramètre de


synthèse à/de votre projet :

Bouton <Insérer>
Cliquez sur le bouton <Insérer> pour créer un nouveau paramètre de synthèse.

Bouton <Supprimer>
Cliquez sur le bouton <Supprimer> pour supprimer le paramètre de synthèse actif.

329
Scénarios
S
c
é
14 Scénarios n
Les modèles eau potable et assainissement sont utilisés en général pour a
diagnostiquer le fonctionnement hydraulique du réseau et pour son dimensionnement. r
Les systèmes impliqués sont complexes et les coûts de maintenance, de réhabilitation i
et de développement d'un réseau sont très élevés. Il est donc nécessaire de tester o
toutes les configurations du réseau en matière de faisabilité technique, d'impact s
environnemental, et de rentabilité. Ces configurations (ou scénarios) peuvent différer
par la structure, les conditions de simulation, les stratégies opérationnelles, etc. De
nombreux projets, tels que les schémas directeurs d'assainissement où le
dimensionnement d'ouvrages de dépollution par exemple, vont générer un grand
nombre de scénarios, représentant des configurations différentes du système à un
temps donné, et/ou représentant le système à différents stades. Il est nécessaire de
créer un modèle particulier pour les scénarios allant à l’encontre de la réglementation
en vigueur ou des standards de fonctionnement imposés par les autorités.

Les scénarios sont toujours reliés les uns aux autres à travers le scénario de base
(« Base ») et les différents scénarios ne diffèrent en général que par un petit nombre
de données. La difficulté associée à ce processus est le grand nombre de modèles qui
doivent être construits alors que les données varient très peu de l'un à l'autre (seuls
des changements localisés apparaissent le plus souvent.) L'analyse des scénarios en
tant que projets indépendants entraîne de gros inconvénients :

 Un grand nombre de modèles doit être construits, alors que les


données varient très peu de l'un à l'autre.
 Il est difficile de visualiser globalement l'ensemble des solutions.
 Il est impossible de conserver les relations entre les différents scénarios
automatiquement. Donc, pour mettre à jour des modèles ayant des
informations supplémentaires, il est nécessaire d’éditer plusieurs fichiers
pour modifier le même élément.

Par exemple, si le diamètre d’une conduite a été mal enregistré dans le SIG,
l’information incorrecte devra être mise à jour plusieurs fois pour chacun des fichiers
de projets Scénarios.

14.1 Présentation de Scénarios


Le gestionnaire de scénarios de MIKE URBAN fournit une interface utilisateur pour un
ensemble d'éléments MIKE URBAN+, rendant possible la définition, la gestion de
l'organisation, et la simulation de divers scénarios de modélisation, tels que :

 Le redimensionnement de canalisations existantes ;


 L’augmentation des charges hydrauliques injectées dans le réseau du fait
de la croissance démographique ;
 L'augmentation de la consommation du fait de la croissance démographique
;
 La variation des charges hydrologiques, en testant par exemple différentes
périodes de retour pour les pluies ;
 La modification du tracé des réseaux ;

330 MIKE URBAN+ - © DHI


Scénarios

 La mise en place de nouveaux collecteurs et de nouvelles conduites de


distribution dans le but de desservir une nouvelle zone de
développement au sein du même projet MIKE URBAN+.

14.2 Présentation de MIKE URBAN+ Scenario Manager


Le gestionnaire de scénarios de MIKE URBAN est fondé sur un principe de groupes
de données, de variantes et de scénarios. Dans ce contexte, un groupe de données
est un ensemble de bases de données qui forment un ensemble cohérent. Par
exemple, toutes les tables de données contenant les informations sur le réseau
d'assainissement appartiennent au groupe de données « Réseau ». Toutes les bases
de données jouant un rôle dans le gestionnaire de scénario sont inclues dans un des
groupes de données.

Chaque groupe de données peut apparaître dans un nombre illimité de variantes dans
le projet MIKE URBAN dans un grand nombre de variantes. La variante initiale porte le
nom par défaut « Base ». Toute autre variante est créée à la demande de l’utilisateur,
qui devra lui donner un nom. Pour un groupe de données particulier, les alternatives
sont organisées selon une arborescence, dans laquelle les relations et dépendances
se propagent le long des branches, des branches-mère aux sous-branches.

Un scénario représente un ensemble complet de données, comportant la configuration


du système pour une situation donnée. En d'autres mots, un scénario contient une
variante de chaque groupe de données. En fait, chaque variante représente une
brique dans la construction de scénarios. Un nombre restreint de groupes de données
(huit pour un système d’assainissement et neuf pour la distribution d'eau) permet de
gérer facilement la structure des scénarios.

Le scénario initial est nommé par défaut « Base » et est constitué de toutes les
alternatives de base de chaque groupe de données. Tout autre scénario est créé à la
demande de l’utilisateur, qui devra lui donner un nom. Les scénarios sont organisés
sous forme d’arborescence avec des branches-mère et des sous-branches.

Alternatives
Les alternatives sont les composants-clé des scénarios. Les variantes contiennent les
données correspondant à un certain groupe de données. En fait, chaque alternative
génère uniquement les informations sur les différences par rapport à son alternative
d’origine immédiate dans l'arborescence. Le reste de ses données lui vient
directement de son alternative d’origine.

L'association de diverses alternatives appartenant à différents groupes de données


dans un scénario est parfois limitée. En effet, il ne faut pas considérer que les données
des groupes de données sont indépendantes, mais plutôt qu'elles doivent être
regroupées de façon logique. Par exemple, l’alternative du groupe de données
« Connexions de bassins versants » du mode assainissement qui spécifie la
connexion d'un bassin versant à un nœud A ne peut pas être utilisée avec une
variante du groupe de données « Réseau » dont le nœud A a été renommé ou effacé.
Le bassin versant ne serait donc pas connecté au nœud.

331
Scénarios
S
Les variantes du système de collecte c
é
Pour les réseaux d'assainissement, les scénarios sont composés des groupes de
n
données suivants :
a
r
 Réseau
i
 Charges hydrologiques et hydrauliques et conditions aux limites o
 Bassins versants et hydrodynamiques s

 Qualité de l’eau
 Fonctionnement RTC
 Paramètre du module longue durée (« LTS »)
 Courbes et relations

Illustration 14.1 Alternatives de scénarios en Système de collecte

Alternatives en eau potable


Pour la distribution en eau potable, les scénarios sont composés des groupes de
données suivants :

 Réseau
 Consommations
 Données du contrôle
 Qualité de l’eau
 Profils et courbes

332 MIKE URBAN+ - © DHI


Scénarios

Illustration 14.2 Alternatives de scénarios en distribution d’eau potable

Principes d'héritage
L'héritage d'attributs par des variantes « enfant » depuis des variantes « parent »
suppose de garder à l'esprit les remarques suivantes.

 Les modifications effectuées sur une alternative d’origine seront


transmises à ses alternatives dérivées. Cela signifie que tous les
scénarios pour lesquels interviennent ces alternatives (d’origine ou
dérivées) seront impactés. Ainsi, si une valeur doit être mise à jour, elle
le sera dans tous les scénarios concernés (si par exemple le diamètre
d'une conduite était erroné dans le modèle de base, il suffirait de le
modifier une seule fois pour que la correction s'applique à toutes les
alternatives et tous les scénarios).
 La chaîne d'héritage pour un certain type de données s'arrête quand
une modification ou un écrasement de données est survenu dans un
travail précédent. Par exemple, si le radier d'un nœud A a été édité dans
une variante dérivée (« enfant »), une mise à jour du radier dans le
scénario de base se propagera le long de l'arborescence de variantes
seulement jusqu'à la variante contenant l'ancien changement.
 Si vous ajoutez un élément dans une alternative d’origine (un nœud par
333
Scénarios
S
exemple) en le définissant par un identifiant déjà existant pour un élément c
présent dans une ou plusieurs alternatives dérivées, le contenu de é
l’élément en question sera écrasé dans les alternatives dérivées. n
 Si un élément « parent » (par exemple une pompe, une conduite) est a
ajouté dans une variante mais qu'il ne peut pas être intégré dans toutes r
les variantes dérivées "enfant" (parce que certaines parties du réseau i
ont été supprimées par exemple), alors l'élément ne sera ajouté que o
dans les enfants où cela est possible. s

14.3 Gérer des scénarios et des alternatives


Le gestionnaire de scénarios présente contient deux onglets :

 L'onglet « Scénario »
 L'onglet « Variantes »

Dans l'onglet « Scénario » on peut créer, éditer et gérer des scénarios alors que
l'onglet « Variantes » on peut créer, éditer et gérer des variantes.

En effectuant un clic droit sous Scénarios dans l’arborescence Modèle, l’option « Créer
sous-scénario » apparaît en menu.

Illustration 14.3 Créer un sous-scénario

En effectuant un clic droit sur un sous-scénario, le menu d’options disponibles pour ce


scénario apparaît : activer, renommer, créer un sous-scénario, dupliquer, supprimer,
afficher les différences sur la Carte.

Illustration 14.4 Menu des sous-scénarios

334 MIKE URBAN+ - © DHI


Scénarios

Scénarios
L'onglet Scénario est utilisé pour créer, éditer et gérer des scénarios. Il y a par défaut
un scénario qui est proposé, le scénario de base. Le scénario « Base » ne peut pas
être édité ni supprimé. Un nombre illimité de sous-scénarios peuvent être ajoutés pour
couvrir les divers scénarios à tester.

Créer un sous-scénario
Cette option de menu ajoute un scénario qui est dérivé du scénario en surbrillance (à
ne pas confondre avec le scénario actif). Le nouveau scénario créé aura, dans un
premier temps, les mêmes alternatives que celui apparaissant en surbrillance. Un nom
par défaut est attribué à chaque nouveau scénario. Ce nom peut être modifié en
cliquant sur l’option « Renommer scénario » ou en l'éditant directement depuis le
champ d’ID dans la section Scénario en haut de l’onglet.

Supprimer
Cette option supprime le scénario en surbrillance. Le scénario de base ne peut pas
être effacé.

Remarque : la suppression d’un scénario n’entraîne pas la suppression des


données, puisque les données sont contenues dans les alternatives. Les scénarios
font simplement référence aux alternatives. Les commentaires associés à des
scénarios supprimés seront cependant également supprimés.

Renommer
L’option « Renommer scénario » rend le nom du scénario actif de sorte qu'il peut être
facilement modifié.

Activer
Le bouton activer charge le scénario sélectionné, c’est-à-dire les données du projet
sont modifiées de sorte que tous les éditeurs contiennent les données appropriées
pour ce scénario. Selon la taille du projet, cette action peut prendre un certain temps.

Alternatives
Les alternatives ne peuvent être éditées que si le scénario approprié est actif. Les
variantes peuvent, cependant, être ajoutées indépendamment du scénario actif.
Lorsqu'un scénario est chargé, les données du projet sont modifiées de sorte que tous
les éditeurs contiennent les données appropriées.

Les alternatives peuvent être activées, insérées ou supprimées dans la section


Alternatives, en utilisant les boutons appropriés.

335
Scénarios
S
c
é
n
a
r
i
o
s

Illustration 14.5 Options des alternatives

336 MIKE URBAN+ - © DHI


Scénarios

14.4 Débuter avec Scénarios


Créer des variantes et des scénarios
 Faites un clic droit sur Scénarios, sous l’arborescence Modèle
 Créez un sous-scénario
 Sélectionnez le groupe d’alternatives auquel vous voulez ajouter une
variante et cliquez sur <Insérer>

 Vous pouvez maintenant la renommer et/ou continuer à ajouter des variantes


 Sélectionnez une alternative et cliquez sur le bouton <Activer> en haut de
l’onglet.

Le scénario actif est affiché en gras. De la même façon, toutes les alternatives
appartenant au scénario actif sont affichées en gras dans la section « Alternatives ».

Les tables de données, les graphiques, et tous les outils MIKE URBAN+ utilisent alors
UNIQUEMENT les données du scénario actif. L'accès à des données appartenant aux
scénarios inactifs n’est pas possible par l’interface MIKE URBAN+.

337
Validation de la simulation

15 Validation de la simulation
MIKE URBAN+ effectue une validation automatique des données entrées par
l’utilisateur dans les différents onglets. Cependant, l’utilisateur peut également vérifier
les données du modèle MIKE URBAN+ dans l’onglet Validation de la simulation.

Cliquez sur <Exécuter validation> en haut de l’onglet comme indiqué dans l’illustration
15.1.

Illustration 15.1 Onglet Validation de la simulation

La validation des données effectuée dépend du mode de modélisation et des modules


actifs pour le projet MIKE URBAN+ en cours.

Exécuter validation
Cliquez sur <Exécuter validation> pour lancer la validation.

Le temps de validation varie selon la taille de la base de données, le nombre de


modules actifs et le nombre d’erreurs détectées.

Un récapitulatif des erreurs est généré et affiché à la fin de la validation.

Dernière validation
La date et l’heure de la dernière validation effectuée pour le projet en cours est
affichée au-dessus du récapitulatif d’erreurs.

338 MIKE URBAN+ - © DHI


Validation de la simulation

Illustration 15.2 Dernière validation

Masquer avertissements
Cochez l’option « Masquer avertissements » pour exclure les avertissements du
récapitulatif. Seules les erreurs seront affichées.

Récapitulatif d’erreurs (Error Log)


Le récapitulatif d’erreurs est une liste de toutes les erreurs et de tous les
avertissements détecté(e)s.

Les erreurs sont en surbrillance rouge, et les avertissements en surbrillance jaune.

La colonne Texte fournit une description de l’erreur ou de l’avertissement détecté(e).


Généralement, elle indique le type de la donnée erronée ou l’onglet dans lequel
l’erreur doit être corrigée.

Le nombre d’erreurs et d’avertissements détecté(e)s est indiqué dans l’arborescence


Modèle, à côté de l’onglet Validation de la simulation.

339
Validation de la simulation

Illustration 15.3 9 erreurs et avertissements ont été détecté(e)s par la validation de simulation
effectuée

340 MIKE URBAN+ - © DHI


Paramétrage des simulations

16 Paramétrage des simulations


Sous MIKE URBAN+, les simulations peuvent être configurées et exécutée avec les
onglets de la branche Paramétrage des simulations. Cette branche propose deux
onglets :

 Configuration simulation. Permet de configurer et d’exécuter de


nombreuses combinaisons de simulations diverses.
 Simulation en série. Permet de programmer des simulations en série
grâce au lancement séquentiel automatique de plusieurs jobs de
simulation.

16.1 Configuration simulation


L’onglet Configuration simulation comporte plusieurs sous-onglets. Les onglets
disponibles dépendent des modules actifs pour le projet en cours :

 Général. Paramètres généraux : configuration de la période de


simulation, sélection des types de simulation, description de la simulation
définie.
 Bassins versants. Paramètres spécifiques aux simulations hydrologiques.
 HD. Paramètres spécifiques aux simulations de réseau HD.
 AD et WQ. Paramètres spécifiques aux simulations de réseau AD et
MIKE ECO Lab.
 LTS. Paramètres spécifiques aux simulations de réseau LTS.
 Resultats. Paramètres des résultats de simulation.

Illustration 16.1 Onglet Configuration simulation

341
Paramétrage des simulations

La section Identification en haut de l’onglet et le tableau récapitulatif en bas de l’onglet


sont communs à tous les sous-onglets.

Tableau 16.1 Données à renseigner dans la section Identification de l’onglet Configuration


simulation (Table msm_Project)

Champ d'édition Description Utilisé ou requis Nom du champ


pour la simulation dans la base de
données
ID Identifiant de la Oui MUID
simulation définie par
l’utilisateur. Cet ID
sera utilisé pour
générer le nom des
fichiers de résultats.
Scénario Liste déroulante Oui ScenarioName
permettant de
sélectionner l’ID du
scénario utilisé pour la
simulation.
Option « Projet actif » Définit la simulation Oui ActiveProject
actuelle devant être
lancée en premier
parmi les simulations
configurées, et dont
les données externes
pourront être utilisées
par une autre
application (par
exemple MIKE Flood),
et pouvant être lancé
directement depuis la
barre d’outils
Simulation. Un seul
job de simulation peut
être « Actif » à la fois.

Les boutons suivants sont situés à droite de la section Identification, en haut de


l’onglet.

Bouton <Insérer>
Cliquez sur le bouton <Insérer> pour ajouter une nouvelle configuration de simulation.
Un identifiant par défaut lui sera attribué.

Bouton <Copie>
Cliquez sur le bouton <Copie> pour copier la configuration de simulation active.

Bouton <Supprimer>
Cliquez sur le bouton <Supprimer> pour supprimer la configuration de simulation
active.

Bouton <LANCER>
Cliquez sur le bouton <LANCER> pour exécuter la simulation avec la configuration de
simulation active.

342 MIKE URBAN+ - © DHI


Paramétrage des simulations

16.1.1 Général

Le sous-onglet Général répertorie les paramètres valables pour la l’intégralité de la


configuration de simulation. Le sous-onglet Général permet de définir les paramètres
suivants :

 Type de simulation
 Période de simulation
 Description

Illustration 16.2 Sous-onglet Général, Onglet Configuration simulation

Les champs à renseigner dans l’onglet et la base de données d’origine sont


répertoriés dans le Tableau 16.2.

Tableau 16.2 Données à renseigner dans le sous-onglet Général (Table msm_Project)

Champ d'édition Description Utilisé ou Nom du champ


requis pour la dans la base de
simulation données
Bassins versants Active les simulations Oui CatchmentComputa
relatives aux bassins tionNo
versants
Pluie-débit (RR) Active les simulations Pluie- Oui RRComputationNo
Débit (hydrologiques)
Qualité Eaux Active les simulations SWQ Oui SWQComputatio
Pluviales (SWQ) nNo
Apport BV (CD) Active les simulations Oui CDComputationNo
d’apport BV
CD Water Quality Active les simulations de Oui CDWQComputation
(CQ Qualité de qualité de l’eau en CD No
l’eau)
Hydraulique (HD) Active les simulations Oui HDComputationNo
hydrauliques HD
Simulation Longue Active les simulations LTS Oui LTSComputationNo
Durée (LTS)

343
Paramétrage des simulations

Tableau 16.2 Données à renseigner dans le sous-onglet Général (Table msm_Project) (suite)

Champ d'édition Description Utilisé ou Nom du champ


requis pour la dans la base de
simulation données
Transport de Active les simulations Oui ADComputationNo
pollution (AD) hydrauliques AD

MIKE ECO Lab Active les simulations Oui ELComputationNo


(WQ) hydrauliques ECO Lab

Début Date et heure de début de Oui ComputationBegin


la simulation.

Durée Permet de définir la durée Oui -


de la simulation en
jours/heures/minutes/secon
des.
Ce paramètre est
automatiquement mis à jour
lorsque les paramètres de
début et de fin de
simulation définis.
Fin Date et heure de fin de la Oui ComputationEnd
simulation. Ce paramètre
est automatiquement mis à
jour une fois le paramètre
de durée défini.
Description Champ textuel permettant à Optionnel Description
l'utilisateur d‘ajouter une
description à la simulation.

Info Cond. Lim.


Cliquez sur le bouton <Info Cond. Lim.> pour ouvrir l’onglet Aperçu conditions aux
limites présentant un graphique des conditions aux limites actives de tous les
modules du projet.

Illustration 16.3 L’onglet Aperçu cond. limites en cliquant sur le bouton <Info Cond. Lim.>

344 MIKE URBAN+ - © DHI


Paramétrage des simulations
Période max
Le bouton <Période max> permet de définir le temps maximal de simulation en
remplissant les champs de début et de fin de la simulation. L’heure de début de la
simulation définit l’heure de début le plus tardif de toutes les limites. De la même
manière, l’heure de fin de la simulation correspond à l’heure de fin la plus avancée de
toutes les limites.

Chaque limite contient un nombre d'éléments pouvant couvrir différentes périodes de


la simulation.

Lorsqu’un intervalle de validité limité est défini pour une condition aux limites, les
heures de début et de fin s’ajustent automatiquement. Dans le cas contraire, seuls les
éléments définis en tant que séries temporelles ont un début et une fin. Si une valeur
constante ou cyclique est donnée sans intervalle de validité, l’élément n’est pas inclus
dans l’évaluation des périodes couvertes par les données d’entrée.

345
Paramétrage des simulations

16.1.2 Bassins versants

Le sous-onglet Bassin versant permet de définir les paramètres suivants :

 Pas de temps des modèles hydrologiques


 Pas de temps de simulation RDII
 Pas de temps de simulation Apport BV
 Configuration Hotstart RDII
 Paramètres additionnels

Illustration 16.4 Sous-Onglet Bassins versants, Onglet Configuration simulation

Tableau 16.3 Données à renseigner dans le sous-onglet Bassins versants (Table msm_Project)
Champ d'édition Description Utilisé ou requis pour la Nom du champ
simulation dans la base de
données
Aire-Temps Pas de temps fixe Oui TSDt
pour les modèles si au minimum un bassin
hydrologiques Aire- versant est utilisé lors
Temps d’une simulation de
modèle Aire-Temps
Onde cin. Pas de temps pour les Oui KWDt
modèles hydrologiques si au minimum un bassin
Onde cinématique versant est utilisé lors
d’une simulation de
modèle Onde cinématique
UHM Pas de temps pour les Oui UHMDt
modèles UHM si au minimum un bassin
versant est utilisé lors
d’une simulation de
modèle UHM
Even. pluvieux Pas de temps lors d’un Oui DtWetPeriod
événement pluvieux. si au minimum un bassin
versant est utilisé lors d’une
simulation de modèle
Réservoir linéaire

346 MIKE URBAN+ - © DHI


Paramétrage des simulations

Tableau 16.3 Données à renseigner dans le sous-onglet Bassins versants (Table msm_Project)
(suite)
Champ d'édition Description Utilisé ou requis pour la Nom du champ
simulation dans la base de
données
Temps sec Pas de temps en Oui si au minimum un DtDryPeriod
période sèche bassin versant est utilisé
lors d’une simulation de
modèle Réservoir linéaire
RDII Pas de temps du Oui si au minimum un SRCDt
modèle RDII pour bassin versant est utilisé
ruissellement lors d’une simulation de
indirect. Le pas de modèle RDI
temps de la
composante de
ruissellement rapide
est égal au pas de
temps du modèle
hydrologique.
Apport BV Pas de temps pour Oui lorsqu’une simulation CDDt
une simulation en en Apport BV est activée.
Apport BV
Hotstart RDII / Cochez cette option Optionnel RDIHotStartNo
Option pour activer la
« Appliquer » sélection d’un fichier
Hotstart RDII.
Paramètres Cochez cette option Optionnel ADPRunoffFileNo
additionnels pour activer la
Option sélection d’un fichier
« Appliquer » *.ADP pour la
simulation
hydrologique.

Les fichiers de paramètres additionnels (*.ADP) sont des fichiers externes contenant
des paramètres supplémentaires que vous pouvez intégrer à la simulation. Consultez
les annexes du manuel pour plus d’informations (documentation supplémentaire en
anglais).

347
Paramétrage des simulations

16.1.3 HD

Le sous-onglet HD répertorie les paramètres spécifiques aux simulations


hydrodynamiques (Réseau) :

 Pas de temps constant ou adaptif


 Paramètres de pas de temps de simulation adaptives
 Fichier Hotstart t hydraulique
 Paramètres additionnels

Ce sous-onglet est uniquement disponible lorsque le module HD est actif, et lorsqu'au


minimum 1 conduite est définie dans le modèle.

Illustration 16.5 Sous-onglet HD, Onglet Configuration simulation

Tableau 16.4 Données à renseigner dans le sous-onglet HD (Table msm_Project)

Champ d'édition Description Utilisé ou requis Nom du champ


pour la simulation dans la base de
données
Bouton à choix unique Permet de Oui HDTimeStepType
Constant/Adaptif sélectionner le type
de pas de temps
approprié.
Constant Permet de définir Oui HDDtFixed
un pas de temps si le type de pas
constant pour la de temps Constant
simulation est sélectionné.
hydraulique
Minimum Permet de définir Oui HDDtMin
un pas de temps si le type de pas de
minimal pour le temps Adaptif est
modèle sélectionné.
hydraulique
Maximum Permet de définir Oui HDDtMax
un pas de temps si le type de pas de
maximal pour le temps Adaptif est
modèle sélectionné.
hydraulique
348 MIKE URBAN+ - © DHI
Paramétrage des simulations

Tableau 16.4 Données à renseigner dans le sous-onglet HD (Table msm_Project) (suite)


Champ d'édition Description Utilisé ou requis Nom du champ
pour la simulation dans la base de
données
Coeff. multipli. max. Oui
Permet de définir un coefficient multiplicateurHDDtIncreaseFactor
maximal pour un pas desitemps de simulation
le type de pas de temps Adaptif est
hydraulique adaptif. sélectionné.
Ficher Hotstart t hydraulique Active le Hotstart pourOptionnel
la simulation hydraulique.
HDHotstartFileNo
Option « Appliquer » Si activé, un fichier Hotstart et le chemin
correspondant doivent être définis.
Date Hotstart Date et heure de la simulation
Optionnel HDHotStartDateTime

Paramètres additionnels Active l’utilisation d’unOptionnel


fichier *.ADP pour laADPNetworkFileNo
Option « Appliquer » simulation hydraulique.
Si activé, un fichier *.ADP et le chemin
correspondant doivent être définis.

Les fichiers de paramètres additionnels (*.ADP) sont des fichiers externes contenant
des paramètres supplémentaires que vous pouvez intégrer à la simulation. Consultez
les annexes du manuel pour plus d’informations (documentation supplémentaire en
anglais).

16.1.4 AD et WQ

Le sous-onglet AD et WQ répertorie tous les paramètres hydrauliques AD et


MIKE ECO Lab (WQ). Le sous-onglet est disponible uniquement lorsque le module
Qualité de l’eau (AD) est actif pour le projet en cours et si au minimum 1 composant
AD est défini.

Illustration 16.6 Sous-onglet AD et WQ, Onglet Configuration simulation

349
Paramétrage des simulations

Tableau 16.5 Données à renseigner dans le sous-onglet AD et WQ (Table msm_Project)

Champ d'édition Description Utilisé ou requis Nom du champ


pour la simulation dans la base de
données
Fichier Hotstart AD / Active le Hotstart pour la Optionnel ADHotStartFileNo
Option « Appliquer » simulation AD.

Bouton <...> Si activé, un fichier Oui ADHotStatrFileNam


Hotstart AD et le chemin si Fichier Hotstart e
correspondant doivent AD = Appliquer
être définis.
MIKE ECO Lab Méthode d'intégration Oui ELIntegrationNo
Intégration MIKE ECO ECOLab utilisée. si Type de
Lab simulation (sous-
onglet Général) =
MIKE ECO Lab
(WQ)

Remarque : la date et l’heure Hotstart du Hotstart AD sont les mêmes que


celles du Hotstart HD (cela signifie que le Hotstart HD doit être actif pour que
Hotstart AD puisse être utilisé).

16.1.5 LTS
Le sous-onglet LTS répertorie les spécifiques aux simulations de réseau (HD)
LTS. Ce sous-onglet est disponible uniquement si le module Statistiques
Longue Durée (LTS) est actif pour le projet en cours et si au minimum un
critère définition Job est défini.

Illustration 16.7 Sous-onglet LTS, Onglet Configuration simulation

350 MIKE URBAN+ - © DHI


Paramétrage des simulations

Tableau 16.6 Données à renseigner dans le sous-onglet LTS (Table msm_Project)

Champ d'édition Description Utilisé ou requis pour Nom du champ


la simulation dans la base de
données
Liste de Job LTS Permet de sélectionner une Oui MJLFileName
(liste des tâches) Job List au format *.MJL Type de simulation
et le chemin (sous-onglet Général)
correspondant pour la = Simulation Longue
simulation LTS. Durée (LTS)

Le sous-onglet LTS comporte également deux boutons permettant d’effectuer les


fonctions suivantes :

Bouton <Modifier>
Ouvre le fichier Job List (*.MJL) sélectionné dans un éditeur de texte. Si aucun fichier
*.MJL n’est sélectionné ou s’il est introuvable, un fichier Texte vide s’ouvre.

Bouton <Créer liste de Job>


Démarre le processus de création d’une liste de Job. Il s’agit d’une forme particulière
de simulation dont les résultats sont exportés en fichier Job List (*MJL).

Consultez le manuel de l’utilisateur consacré aux statistiques longue durée (LTS) pour
en savoir plus sur la création et l’édition de Job Lists (documentation en anglais).

16.1.6 Résultats

Le sous-onglet Resultats permet de configurer les résultats de la simulation.


Plusieurs fichiers de résultats peuvent être définis pour chaque simulation.

Illustration 16.8 Sous-onglet Resultats, Onglet Configuration simulation, présentant plusieurs


fichiers de résultats pour une seule simulation
351
Paramétrage des simulations
I
Tableau 16.7 Données à renseigner dans le sous-onglet Résultats (Table msm_Project) n
d
Champ d'édition Description Utilisé ou Nom du champ e
requis pour la dans la base de x
simulation données
Enreg. dans un Permet de choisir Oui HDOutputNo
dossier par l’emplacement des fichiers
défaut/Enreg. dans de résultats : emplacement
ce dossier par défaut ou défini par
[Section Dossier l’utilisateur.
résultats]
[Champ Permet de renseigner le Oui HDFolderPath
textuel/bouton <...> chemin du dossier si l’option
pour l’option Enreg. d’enregistrement des Enreg. dans ce
dans ce dossier] fichiers de résultats] dossier est
sélectionnée
Liste déroulante Permet de sélectionner une Oui SummaryID
Synthèse Système synthèse de simulation
de collecte MIKE 1D parmi les
synthèses disponibles dans
la liste.
Seulement une synthèse de
réseau peut être
sélectionnée pour un job de
simulation.
Bouton <Modifier> Ouvre l’onglet Synthèse Oui -
réseau en mettant en
lumière la synthèse
sélectionnée. Cet onglet
permet d’éditer les
synthèses. Si l’utilisateur a
sélectionné une synthèse
dont l’ID n’est pas reconnu,
le logiciel créé
automatiquement un
nouveau fichier de
synthèse aux propriétés par
défaut, puis ouvre l’onglet
Synthèse réseau en
mettant en lumière le
nouveau fichier créé.

Le tableau récapitulatif Résultats du projet répertorie tous les fichiers résultats


sélectionnés pour la simulation (voir illustration 16.9). Le tableau fait référence aux
informations de l’onglet Fichiers de résultats (branche Paramètres des résultats >
onglet Fichiers de résultats).

Illustration 16.9 Tableau Résultats du projet, dans le sous-onglet Resultats

352 MIKE URBAN+ - © DHI


Paramétrage des simulations

Les boutons à droite du tableau permettent de manipuler la liste des résultats.

L’utilisateur sélectionne les résultats à incorporer au projet parmi ceux disponibles


dans la liste. Les résultats proposés dépendant des modules actifs pour la simulation
(ils doivent être définis dans l’onglet Fichiers de résultats) Les options sont filtrées
selon le contenu actif pour la simulation actuelle.

Au minimum un fichier par défaut de chaque module est disponible dans la liste
(Ruissellement, hydrodynamique, etc.). Ils contiennent les résultats généralement
consultés pour la totalité du modèle (ruissellement de tous les BV, débit et niveau
d’eau de tous les éléments du modèle, etc.). La liste de résultats peut être modifiée
par l’utilisateur.

Le tableau 16.8 répertorie les données renseignées dans le tableau Résultats du


projet.

Tableau 16.8 Données à renseigner dans le tableau Résultats du projet, Sous-onglet Resultats
(Table msm_ProjectOutput)

Champ d'édition Description Utilisé ou requis Nom du champ


pour la simulation dans la base de
données
ID Identifiant du fichier Oui OutputID
résultat
Type Type et contenu par Oui ContentsTypeNo
défaut du fichier résultat
(lecture seule)
Format Format du fichier Oui FormatNo

Freq Enreg. Fréquence de Oui DtSave


sauvegarde des
résultats.
[Colonne à droite Unité de temps pour la Oui DtSaveUnitNo
de « Freq enreg. »] fréquence de
sauvegarde
Colonne Si cochée, les résultats Oui DefaultSavePeri
Période par défaut seront sauvegardés tout odNo
au long de la simulation.
Sinon, les résultats
seront seulement
sauvegardés lors de la
période définie par
l'utilisateur.
Début Date et heure Oui SaveStartDate
auxquelles commence si la période par
l'enregistrement des défaut est décochée.
résultats.
Fin Date et heure Si la période par SaveEndDate
auxquelles se termine défaut est décochée.
l'enregistrement des
résultats.

353
Paramétrage des simulations
I
Les boutons suivants permettent de manipuler les résultats listés dans le tableau n
Résultats du projet : d
e
Bouton <Inclure> x
Ouvre la liste de tous les fichiers de résultats disponibles pour la simulation. Vous
pouvez ensuite choisir les fichiers que vous souhaitez ajouter au tableau.

Bouton <Inclure tout>


Ajoute tous les fichiers de résultats disponibles dans la base de données et
compatibles avec le projet. La compatibilité des données dépend des modules actifs.
Si des fichiers de résultats sont déjà inclus dans la liste, le logiciel complètera
simplement le tableau avec les fichiers de résultats manquant.

Bouton <Modifier>
Ouvre l’onglet Fichiers de résultats en mettant en lumière le fichier de résultats
sélectionné.

Bouton <Supprimer>
Retire le fichier de résultats actif de la liste.

Bouton <Période par défaut>


Cliquez sur le bouton <Période par défaut> pour sauvegarder les résultats sur la
totalité de la période de simulation. L’information est ensuite reportée dans les
colonnes Début et Fin. Cet outil permet de définir manuellement des périodes
d’enregistrement comprises dans les périodes valides de simulation.

16.2 Fichiers Hotstart


Hotstart : présentation
La fonction Hotstart permet d’appliquer des conditions de simulation initiales autre que
les conditions initiales par défaut. Par mis les conditions initiales, on peut trouver les
réseaux vides, une concentration uniforme des polluants dans le réseau ou les valeurs
initiales de variables d’état hydrologique d’un modèle hydrologique RDI.

Fichiers Hotstart
Les conditions initiales Hotstart décrivent l’état du réseau enregistré à un moment
donné dans un fichier de résultats précédent. Ce fichier est un fichier Hotstart.

En simulation HD, les fichiers Hotstart comportent les informations suivantes :

 Niveaux d’eau et concentrations en polluant dans les nœuds du réseau


 Niveaux d’eau, débit et concentrations en polluant aux points de calcul
du réseau
 Concentration en polluant et écoulement aux pompes, déversoirs,
orifices (vannes d’orifice) et vannes
 Position des déversoirs, vannes d’orifice et vannes standards contrôlables (si
RTC appliqué).

Pour un modèle RDI, les fichiers Hotstart comportent toutes les variables d’état
hydrologique comme les surface de stockage, la hauteur des eaux souterraines, etc.

Il est recommandé de générer le fichier Hotstart d’une simulation HD à partir de la


354 MIKE URBAN+ - © DHI
Paramétrage des simulations

même configuration de modèle que le modèle utilisé dans une simulation démarré en
Hotstart.

Seules les informations disponibles dans le fichier Hotstart seront utilisées pour
configurer une simulation. Les informations manquantes (des informations mises à
jour, par exemple) ne seront pas interpolées/extrapolées à partir du fichier Hotstart
pendant la configuration.

Quand et pourquoi utiliser des fichiers Hotstart ?


Les fichiers Hotstart peuvent être utilisés pour les raisons suivantes :

 Pour éviter de potentielles instabilités numériques pouvant survenir


pendant la phase d’initialisation d’une simulation, lors du calcul des ondes
dynamiques.
 Pour générer des conditions de simulation initiales réalistes. Il s’agit de
définir une vase constante de débits au début de la simulation (pour un
réseau de canaux d’adduction) ou certaines constances de débit d’eaux
usées par temps sec) pour les réseaux d’assainissement .Le fichier
Hotstart généré par cette simulation est ensuite utilisé lors de simulation
suivante où des écoulements entrants réels sont utilisés.
 Pour diviser les simulations continues trop longues en de plus petites
périodes de simulations. La simulation suivante débutera au dernier pas
de temps de la dernière simulation.

Configuration d’un fichier Hotstart


Les options Hotstart peuvent être réglées dans les sous-onglets Bassins versants, HD
et AD et WQ de l’onglet Configuration simulation.

Pour les modèles RDI, le seul paramètre devant être défini est le nom du fichier
Hotstart. Le logiciel détecte automatiquement les valeurs des variables utiles au début
de la simulation et initialise la simulation en conséquence.

Pour les modèles HD, les paramètres suivants doivent être définis :

 Nom du fichier Hotstart : nom du fichier de résultats existant à partir


duquel les conditions initiales de simulation seront chargées.
 Date Hotstart : date et heure auxquelles les conditions initiales devront
être chargées depuis le fichier Hotstart. La date et l’heure indiquées
doivent être comprises dans la période de temps couverte par le fichier
Hotstart.

Pour une simulation de pollution (AD), l’initialisation du modèle est effectuée


directement depuis les données contenues dans le fichier Hotstart AD. La date et
l’heure Hotstart sont les mêmes que celles indiquées en HD, puisque les fichiers
Hotstart HD et AD doivent être homogènes (générés à partir de la même simulation).

16.3 Simulation en série


Si vous souhaitez réaliser des simulations les unes après les autres, vous pouvez
programmer une simulation en série. Pour cela, rendez-vous dans l’onglet Simulation
en série.
L’onglet Simulation en série permet de configurer et d’exécuter des simulations en
355
Paramétrage des simulations
I
séries. n
d
Cliquez sur le bouton <LANCER EN SERIE> pour exécuter toutes les simulations dont e
la case « Ajouter à la série » est cochée dans le tableau récapitulatif. Cela signifie que x
plusieurs simulations et scénarios peuvent être exécutés en série sans interaction
nécessaire de la part de l’utilisateur.

Illustration 16.10 Onglet Simulation en série

L'onglet Simulation en série exploite les mêmes données que l’onglet


Configuration simulation. Le tableau récapitulatif présente les mêmes entrées que
celui de l’onglet Configuration simulation, mais des outils supplémentaires
permettent de réorganiser et de filtrer au besoin les Jobs de simulation à exécuter en
série.

Tableau 16.9 Données à renseigner dans l’onglet Simulation en série

Champ d'édition Description Utilisé ou Nom du champ


requis pour la dans la base de
simulation données
ID ID de la configuration de Oui MUID
simulation
Scénario Scénario de la configuration de Oui ScenarioName
simulation
Case « Ajouter Option permettant d’ajouter la Oui IncludeToBatchNo
à la série » configuration de simulation à la
série

Les boutons suivants donnent la possibilité de manipuler le tableau récapitulatif :

Monter
Fait monter la configuration de simulation active d’une ligne dans le tableau.

Descendre
Fait descendre la configuration de simulation active d’une ligne dans le tableau.

356 MIKE URBAN+ - © DHI


Paramétrage des simulations

Au début
Place la configuration de simulation en première ligne.

À la fin
Place la configuration de simulation en dernière ligne.

Option Toutes les tâches ou Série uniquement


Cette option filtre la liste de configuration de simulation. Par défaut, toutes les
configurations sont affichées (Toutes les tâches). Vous pouvez choisir d’afficher
uniquement les configurations ajoutées à la série en sélectionnant « Série
uniquement ».

Bouton <LANCER EN SERIE>


Cliquez sur ce bouton pour lancer la série de simulations dans l’ordre établi dans le
tableau. Une simulation doit être entièrement terminée avant que la suivante puisse
commencer. Aucune intervention de l'utilisateur n’est nécessaire lors d’une simulation
en série. Le logiciel exécutera automatiquement les simulations les unes après les
autres.

357
I
n
d
e
INDEX x

A
Avaloirs
C
Conduites et canaux

D
Déversoirs

M
Méthode de l'hydrogramme unitaire (UHM)

O
Onde cinématique
Orifice

P
Pompes
Propriétés de profils en travers (Cross section properties)
Puits d’infiltration

Réservoir linéaire

S
SWMM 105

358 MIKE URBAN+ - © DHI