Vous êtes sur la page 1sur 2

Université de Yaoundé I Ecole Nationale Supérieure Polytechnique

Département de Mathématiques et Sciences Physiques

UE PHY224 : TRAVAUX DIRIGES DE THERMODYNAMIQUE 2019/2020

Fiche n°2 : Calcul du travail et calcul de la chaleur échangée par un système

Exercice 10 :
Un liquide est comprimé de façon isotherme et réversible de P1 à P2. L’équation d’état du liquide est :
V = V0 e − A(P− P0 )
Calculer le travail reçu au cours de la compression réversible
AN: V0 = 1L; A = 4,5 10-10 Pa-1 ; P0 = 1; P1 = 1 bar ; P2 = 100 bars.
Exercice 11 : Travail échangé par un fil élastique.
Considérons le fil élastique de l’exercice 7 et calculons le travail qu’il échange dans une transformation quasi
statique et isotherme.
Exercice 12 :
Trois moles de gaz parfait subissent les transformations menant le système d’un point A donné à un point
B donné.
1) Transformation 1 : Les points A et B sont relié par une isotherme T0.
2) Transformation 2 : Les points A et B sont relié par une droite dans le diagramme de Clapeyron.
3) Transformation 3 : Les points A et B sont relié par la succession d’une isochore et d’une isobare.
Calculer, en fonction de R, T0 et α, les travaux et les quantités de chaleur mis en jeu durant ces transformations.
Que remarque-t-on ? NB : Les conclusions attendues permettent de préparer le chapitre de cours sur l’énergie
interne.
Données : PA = P0 ; PB = αP0 (α < 1).
Exercice 13 : Travail de pression échangé par un morceau de cuivre.
On veut calculer le travail échangé afin d’accroitre, de façon isotherme (T = 300 K) et réversible, la pression
d’un morceau de 10g de cuivre, de 1 Atm à 103 Atm. Il faudra pour cela procéder comme suit :
a) Considérer que le solide obéit à une loi f(P, V, T) = 0 et la propriété isotherme de la transformation pour
montrer que dV = − VdP ;
b) S’assurer que les variations de volume entre les états initial et final sont négligeables.
c) Calculer en fin le travail W1 échangé par intégration de l’expression de l’échange infinitésimal du travail
des forces de pression.
d) Comparer le résultat précédent à celui W2 obtenu sans l’approximation V négligeable. Ecrire, en

W2 − W1
particulier, l’expression de
W1

AN :  = 2,86.10 −15 T + 0,701.10 −11USI ;  Cu = 8,93.10 3 Kg / m 3

Page 1 sur 2
Exercice 14 :
Calculer le travail reçu par la compression isotherme d’une mole de gaz parfait, initialement à la pression
P1, jusqu’à la pression finale P2 dans chacun des trois cas suivants :
1) La compression est réversible ;
2) La compression brutale de P1 à P2 a lieu en M étapes d’égal saut P / M avec P = ( P2 − P1 ) :

• Le gaz passe de P1 à P2 en un saut ;


• Le gaz passe de P1 à P2 en deux sauts ;
• Le gaz passe de P1 à P2 en trois sauts ;
• En déduire que pour M–1 états d’équilibre intermédiaires sur le parcours de P1 à P2,
M −1
 P 
WIRRM = nRT0   
j = 0  MP1 + jP 

• Calculer le travail pour infinité d’états d’équilibre


3) Comparer les différents travaux et tirer les conclusions qui s’imposent
AN: P2 = 3 Atm; P1 = 1 Atm; T = 300 K
(*) On rappellera les correspondances entre les différentes unités de pression : atmosphère, bar, pascal, mm de Hg.

Exercice 15 :
Un récipient isolé thermiquement mais percé d’un petit trou, contient 10 moles d’air sous la pression
atmosphérique P0 (capacité thermique Cp = 29,12 J.K-1.mol-1) et à la température extérieure T0 = 273 K. L’air de
l’enceinte est chauffé de façon réversible jusqu’à une température Tf = 393 K ; au cours de cette opération, une
partie de l’air s’échappe à l’extérieur, permettant ainsi à la pression de rester constante.
Calculer la quantité de chaleur fournie en supposant le volume du récipient constant.

Exercice 16 :
1) Etablir l’équation de l’adiabatique réversible d’un gaz parfait.
2) Considérons 1 Kg d’air (gaz parfait diatomique) pris dans les conditions normales de température et de
pression (1 Atm, 273 K)
2.1) Représenter, sur le diagramme de Clapeyron, le travail échangé pendant une transformation
adiabatique réversible de (P0, V0) à P1.
2.2) Représenter, sur le même diagramme le travail échangé par le même gaz pendant la transformation
isotherme réversible de (P0, V0) à P1.
2.3) Comparer la pente des deux courbes à l’origine (P0, V0) des transformations.
AN: P2 = 3 Atm ;  = 7/5

Page 2 sur 2

Vous aimerez peut-être aussi