Vous êtes sur la page 1sur 23
Equipe nationale Mansouri prêt pour le grand saut ●«J’ai le profil pour intégrer le nouveau
Equipe nationale
Mansouri
prêt pour
le grand saut
●«J’ai le profil pour intégrer
le nouveau staff de l’EN»
●«Le long stage de fin de
saison a fatigué les joueurs»
Madjer défend l’entraîneur algérien
«Nos meilleurs résultats ont été
réalisés avec des techniciens locaux»
Fullone
candidat
VENDREDI 10 JUIN 2011
QUOTIDIEN NATIONAL SPORTIF N° 1590 PRIX 20 DA
JSK-Jaraaf, ce soir à 18h
Belhout met
en garde
«On n’est pas
encore qualifiés»
Yalaoui : «Je leur
marquerai encore»
Saïdi et Ziti out
JSMB-MCA
Zekri promet
des changements
Ghrib
De notre envoyé spécial
en Afrique du Sud
«Le coach ira
jusqu’au bout de
son mandat»
Aouedj au
USMA
Standard de Liège,
Mehiaoui exige
800 000 euros
Zerdab
s’éloigne,
Berchiche
se rapproche
«Le président
a promis
de me faciliter
la tâche»
EN olympique

02

0 2 N° 1590 Vendredi 10 juin 2011 lam, bien que ce point reste personnel. Mais

N° 1590 Vendredi 10 juin 2011

0 2 N° 1590 Vendredi 10 juin 2011 lam, bien que ce point reste personnel. Mais

lam, bien que ce point reste personnel. Mais on ne peut pas nier que ça peser dans le raisonne- ment de l’Algérien. Mais ce qui importe le plus dans cette his- toire, c’est que, même si ça fait mal aux grands natio- nalistes que nous sommes de voir ainsi le produit local marginalisé, on est toujours heureux de faire la queue pour ac- quérir un produit de marque et «made in». Est-ce le complexe de l’étranger qui per- dure à ce jour, à l’orée du 50ème anniversaire de notre indépen- dance ? Non, rassu- rez-vous. Car bien qu’on soit déçus de ne trouver personne parmi les 35 millions d’Algériens pour diri- ger onze footballeurs, il y a des exemples qui peuvent nous redon- ner le sourire en un clic. Il suffit juste de voir les Anglais, ce peu- ple qui a créé le football et dont la sélection est dirigée par un étranger. Rassurant, non ? Nacym Djender

Lounici

«Je conseille à la FAF de désigner Madjer comme entraîneur»

Khaled Lounici est contre l’idée de ramener un entraîneur étranger pour succéder à Ben- chikha, quand bien même il serait de renom- mée internationale. L’ancien joueur de l’USMH et de l’EN pense que le plus indiqué pour prendre en main la sélection nationale est Rabah Madjer : «Je suis pour l’entraîneur local. Il y a Ighil et Madjer. Ce dernier est ca- pable de mener la sélection nationale à bon port. Il n’y a pas mieux que les anciens joueurs pour diriger les sélections de leur pays, à l’ins- tar de Laurent Blanc en France et Diego Ma- radona en Argentine. Je conseille à la FAF de désigner Madjer comme prochain sélection- neur de l’équipe nationale. Il a une forte per- sonnalité, il a un bon niveau d’instruction et son CV est bien fourni. Les joueurs actuels, y compris les professionnels, se feront tout petits devant lui. Ils ne peuvent avoir la grosse tête, car ce que Madjer pos- sède dans son pal- marès, personne ne l’a parmi les joueurs actuels de la sélection natio- nale.»

S. M.

Coup d’œil Équipe nationale

Troussier, le gendre idéal pour la «Verte»

L a FAF a fini par céder à la pres- sion populaire en décidant de lancer un appel à candidatures ex-

clusivement réservé aux en- traîneurs étrangers. L’Algérien n’a pas droit de se présenter… chez lui ! La FAF a reconnu ouvertement l’incompétence généralisée des techniciens al- gériens. Sans compassion, sans pitié pour personne. On

ferme la porte des chambres

et on ouvre celle de l’entrée,

déroulant le tapis rouge aux seuls prétendants étrangers. Le pain de la maison sera donc mangé par l’étranger.

Soit.

De quoi a-t-on besoin au juste ?

Mais cet heureux élu, notre futur «beau frère», devrait

avoir beaucoup de valeurs et des qualités certaines surtout, afin de gagner le cœur de notre chère «Verte» et rassu- rer la famille. Mais quel est donc ce profil idéal qu’on re- cherche chez les prétendants ?

A qui veut-on confier notre

princesse et lui autoriser tout

ce qu’on a interdit à

l’Algérien ? A-t-on besoin d’un grand nom ? D’un en- traîneur sobre et compétent ? D’un fou furieux qui mettrait

le feu dans l’équipe sans se

soucier de son passé, de sa culture ? Cherche-t-on un

meneur d’hommes capable de

dresser ceux qui ont pris le melon parmi les joueurs, après juste trois petites appa- ritions au Mondial et une ra- clée honteuse au Maroc ? Qui pour succéder à ce Général qu’on a dégradé aussi rapide- ment au rang de Caporal, dans un pays où les Généraux sont censés être éternels ?

Veut-on ramener un guignol pour le manipuler ?

Veut-on ramener un gui- gnol qu’on manipulerait à sa guise, derrière le rideau au gré des ficelles enchevêtrées dont on finit comme toujours, par oublier l’origine ? Non, cet entraîneur qu’on attend comme le messie doit être parfait pour calmer la colère du peuple. Cet entraîneur de- vrait être indemne de tout re- proche, comme s’il allait diriger tous les portefeuilles importants de l’Etat. Comme s’il devrait diriger l’Algérie en- tière. Et comment ne pas exi- ger de lui tout cela, lorsqu’on voit comment le peuple vibre avec sa «Verte», comment les

Algériens, de 7 à 77 ans, arri- vent à oublier leurs peines les

jours des victoires et com- ment ils arrivent même à re- porter leurs suicides, à cause d’un match de football des Verts…

Philippe Troussier, le gendre idéal

Non, l’Equipe nationale est

devenue tellement importante qu’on ne peut plus la confier aux Algériens. Un peu comme on l’a fait avec le métro, les ponts, les auto- routes et les grands édifices. C’est pour cela que la FAF a réuni toutes ses compé- tences… (tiens, il y en reste curieusement dans ce pays !) avant de prendre ces déci- sions. Mais sans plaisanterie aucune, quel serait le profil idéal à retenir en fin de ce mois ? Un entraîneur qui coû- terait 250 000 euros comme Gerets ? L’on se marre des fois en entendant certains avancer des noms plus grands que nos ventres. Les phantasmes des uns les ont poussés à réclamer Trapattoni, Lippi, Luis Arago- nés… Que du gros, quoi ! Mais encore faut-il que ces cadors du football mondial acceptent de venir travailler chez nous. D’autres parlent, raisonnablement, de Hallilod- zic, Bora Mulitinovic, Hervé Renard et surtout de Philippe Troussier qui semble avoir la tête du gendre idéal pour notre chère «Verte».

L’exemple des Anglais pour nous rassurer

C’est manifestement ce der- nier qui répond le plus au profil idéal pour l’Algérie d’aujourd’hui. Un Français qui a vécu au Maroc et qui a épousé la culture maghrébine, au point de se convertir à l’Is-

Halilhodzic : « Je ne peux envoyer une demande d’emploi à la FAF »

L’ entraîneur bosniaque, Vahid Hali- lodzic, a affirmé qu’il ne peut pas envoyer une demande d’emploi au

site de la FAF, qui a lancé un appel d’offre, du moment que ses responsables le connaissent assez bien. L’ex-sé- lectionneur de la Côte

core décidé pour ma prochaine destina- tion. J’attends le moment opportun pour choisir ce qui me convient le mieux. J’ai discuté auparavant et à plusieurs reprises avec le président de la Fédération algé- rienne de football, et m’a proposé de pren- dre en main la sélection algérienne. En même temps, je reçois plusieurs contacts de la part des Algériens, surtout après le dernier match. J’ai discuté avec une di- zaine qui souhaitent me voir prendre en main la sélection.»

qui souhaitent me voir prendre en main la sélection.» d’Ivoire n’a pas en- core tranché quant

d’Ivoire n’a pas en- core tranché quant à sa prochaine destination et af- firme qu’il res- pecte tous ceux qui ont pris at- tache avec lui, dont le président de la FAF, Moha- med Raouraoua. «Je n’ai pas en-

«La mission du prochain entraîneur est difficile»

«La mission du prochain entraîneur est compliquée. Il n’y a plus de chances pour se qualifier à la CAN 2012. L’équipe est à 99 % éliminée. Ce qu’il y a lieu de faire maintenant c’est de remonter le moral des joueurs et penser aux prochains défis : la CAN 2013 et le Mondial 2014. N’importe quel entraîneur doit réfléchir mûrement avant d’accepter la mission en étudiant le calendrier et en déterminant les ob- jectifs à atteindre. Ajouter à cela l’en- gouement du peu- ple algérien pour son équipe et qui exige toujours

des résultats…»

«L’Algérie a profité de notre instabilité pour nous éliminer

En revenant sur le match héroïque des Algériens contre l’équipe qu’il dirigeait à l’époque, la Côte d’Ivoire en l’occurrence, grand favori de la CAN 2010, Vahid Hali- lodzic nous explique : «Notre équipe souf- frait de certaines turbulences. On n’était pas suffisamment concentrés, on est passés à côté. L’équipe d’Algérie a profité de la situa- tion et la plupart de ses joueurs étaient à leur meilleure forme. Ils ont fait un match exceptionnel. Sans vouloir diminuer de la valeur de l’équipe algérienne, certaines cir- constances ont perturbé notre concentration et ils nous ont éliminés.»

«Je souhaite que l’Algérie se relève au plus vite»

A la question de savoir comment il voit l’avenir du football algérien, l’ex-entraî- neur du PSG dira : «Le peuple algérien est obnubilé par le football, et c’est ce qui pous- sera le retour de la sélection au-devant de la scène internationale, mais à condition de travailler et apprendre de ses propres er- reurs. Je le souhaite de tout mon cœur pour mes amis algériens qui rêvent de voir leur équipe la meilleure dans le monde.»

N. S.

souhaite de tout mon cœur pour mes amis algériens qui rêvent de voir leur équipe la

N° 1590 Vendredi 10 juin 2011

N° 1590 Vendredi 10 juin 2011 Coup d’œil Équipe nationale 0 3 Madjer «Aucun sélectionneur étranger

Coup d’œil Équipe nationale

03

Madjer «Aucun sélectionneur étranger n’a réussi avec les Verts»

Depuis samedi dernier, Rabah Madjer fait partie de ceux qui sont réclamés par les supporters algériens afin de succéder à Abdelhak Benchikha en tant que sélectionneur national. Or, la FAF a annoncé que le futur sélectionneur sera un étranger. Madjer n’est pas d’accord.

A froid, quel commentaire faites-vous par rapport à la déroute subie par la sélec- tion nationale à Marrakech face au Maroc ? C’est une défaite aussi lourde que douloureuse. C’est franchement dur à avaler. Per- sonne n’a accepté une telle dé- faite parce que, justement, elle n’est pas acceptable. Le match, entre les deux équipes pour qui la défaite était interdite, promettait d’être chaud et serré, mais son issue était inat- tendue pour nous. Nous avons perdu d’une manière scanda- leuse qui a marqué tout le monde. Vraiment, je n’ai pas digéré cet échec. Comment avez-vous vécu le match à partir de la tribune officielle du stade de Mar- rakech ? Je ne veux même pas me souvenir de ce match. Nous, les anciens joueurs qui étions dans la tribune, avions honte car nous avons été profondé- ment touchés par cette défaite. Si nous avions été battus par un but d’écart, cela aurait été acceptable. Mais 4-0, c’est trop dur. Vraiment, nous aurions aimé ne pas avoir été présents au stade. Certes, nous avons honoré l’invitation du minis- tre, M. Djiar, qui est à remer- cier pour son initiative, afin d’apporter notre soutien aux joueurs. Nous les avons même attendus à leur descente du bus pour les encourager, mais le résultat n’a pas suivi. Mais vous avez quand même une analyse du match… Je peux le résumer en un seul mot : les Verts n’ont rien fait. Ils étaient complètement hors du coup. Les Marocains ont mérité la victoire en y al- liant la manière, mais ce n’est parce qu’ils sont plus forts que nous. C’était plutôt parce que nos joueurs n’étaient pas dans leur jour. Les Marocains l’ont emporté parce qu’ils étaient tout simplement plus volon- taires et plus motivés. C’est ce qui a fait la différence.

Pouvez-vous être plus précis dans votre analyse ? Par respect pour Abdelhak Benchikha

et les joueurs, je ne m’aventurerai pas à faire une analyse. Je ne veux pas en- trer dans les petits détails de crainte de heurter certaines sensibilités. Tout ce que je peux dire, c’est que notre équipe a très mal joué. Pour- tant, les conditions étaient idéales et tout s’est déroulé dans un bon esprit sportif. C’est la vérité. Cela dit, je ne veux pas tirer sur une ambu- lance. Il faut s’atteler à bien réagir.

Etes-vous d’accord avec ceux qui ont imputé la dé- faite aux défenseurs ? Une chose est sûre : c’est toute l’équipe qui assume la responsabilité de l’échec.

Certes, la charnière centrale était fragile, mais la majorité des er- reurs sont venues du milieu du terrain qui n’a pas récupéré beau- coup de ballons et a perdu beaucoup de duels. Cela a ouvert des brèches en défense dont ont profité les Ma- rocains. Il suffit de voir comment est venu le deuxième but, avec un joueur du Maroc qui a traversé la moitié du terrain avant de passer tranquillement à Cha- makh qui s’est retrouvé face-à-face à plusieurs mètres du but. Le pro- blème s’est situé donc au milieu du terrain. Le niveau affiché par la défense n’a pas été

à la hauteur, d’ail-

par la défense n’a pas été à la hauteur, d’ail- «Tôt ou tard, je reviendrai à

«Tôt ou tard, je reviendrai à la tête des Verts»

«J’ai discuté avec Djiar d’un grand projet de formation»

match. C’est mon humble avis, avec tout mon respect pour Benchikha. Je le répète : il ne faut pas imputer la défaite au seul entraîneur. Il faut traiter la problématique et non pas régler un problème de personnes.

C’est quoi la pro- blématique, selon vous ? Cette équipe avait

ne nous mènera pas loin et cette politique ne nous aidera pas à construire une sélection nationale performante. De quelle politique par- lez-vous ? Construire une

sélection qui re- pose à 100 % sur des joueurs émigrés est complètement

«Je ne blâme pas Benchikha, car c’est l’échec de la politique de la FAF»
«Je ne
blâme pas
Benchikha, car
c’est l’échec de
la politique de
la FAF»

déjà perdu sur le score de 4-0 face à l’Egypte, 3-0 face au Ma- lawi et la Serbie. Ce n’est pas la première fois que nous per- dons sur des scores lourds. Cela démontre qu’on n’a ja-

mais tiré les leçons des précé-

dentes défaites. Tout le monde sait que, même lorsque la sé- lection nationale gagne, elle ne convainc pas parce qu’elle ne joue pas comme elle devrait le faire. Ce n’est pas à cause d’une mauvaise tactique, mais c’est à cause de la politique préconi- sée par les responsables du football algérien depuis trois ans ou même plus. On ne peut pas faire de miracles dans de telles conditions de travail. Par votre façon de voir les choses, vous disculpez com- plètement le sélectionneur national… Je ne blâmerai pas Benchi- kha même s’il a commis des erreurs, parce qu’il a hérité d’une équipe précaire qui ne travaillait pas selon une méthodologie cor-

recte. Il a hérité d’une sélection piégeuse et cela a réduit sa marge

de manœuvre. Même s’il y avait, à la tête de la sélection, le meilleur entraîneur au monde, il n’aurait rien pu faire dans un contexte pareil. Il faut voir la réalité en face et arrêter de nous mentir. Cette mentalité

illogique. J’avais évoqué ce sujet dans l’entretien que je vous avais accordé avant le match de Marrakech. Cette politique est erronée et nous conduira à la catastrophe. Cela a déjà commencé. La défaite de Marrakech est un message clair pour comprendre ce qui se passe et réviser nos calculs. Le problème réside dans le fait

que la sélection n’a pas de base. C’est une équipe consti- tuée de joueurs émigrés, mais dénuée de cohésion. Il faut un véritable projet de jeu. Dans le communiqué ayant sanctionné sa réunion de mercredi, le Bureau fédéral a imputé une part de la res- ponsabilité au nul concédé par les verts à la Tanzanie sous Rabah Saâdane. Parta- gez-vous cette analyse ? C’est vrai que ce résultat pèse dans le classement, mais ce n’est pas ça le problème. N’importe quelle sé- lection au monde

«Le vrai problème, c’était le milieu de terrain, pas la défense»
«Le vrai
problème,
c’était le milieu
de terrain, pas
la défense»

peut être mise en échec dans un match à domi- cile, surtout après une parti-

cipation à une Coupe du monde. Ce serait injuste donc de faire porter le cha- peau à Saâdane, car ce même entraîneur a battu la Côte d’Ivoire une fois et l’Egypte

deux fois. Mon propos est clair : le problème est dans la stratégie adoptée au niveau de la FAF. Le football ne peut pas être géré de cette manière. On ne peut pas créer une sélection à partir de rien. Il n’y a pas de co- hésion entre les joueurs et c’est tout à fait natu- rel, car ils ne se rencon- trent ensemble que très rarement et cela n’aide pas le sélectionneur. Ce- pendant, si la sélection était constituée en ma- jorité de joueurs locaux, le sélectionneur aurait organisé des regroupe- ments cycliques tout au long de la saison qui créerait une cohésion dans le jeu. Avec l’ap- port des meilleurs joueurs émigrés, cela donnerait une sélection forte et complémen- taire. C’est quoi donc la solu- tion selon vous ? La solution est dans la formation. Ce que je dis est un conseil que je donne à tous les acteurs du football algérien, par devoir national, et non pas une remarque ou une critique. Cela fait longtemps que je dé- fends ces idées et il est temps qu’elles soient ap-

pliquées sur le terrain. Nous n’avons pas su tirer les leçons du passé. Il est temps de changer. On n’a plus le droit à l’erreur.

La FAF a réagi en annon- çant la nomination d’un sé- lectionneur étranger après l’échec des entraîneurs lo- caux. Quel est votre avis là- dessus ? En quoi l’entraîneur local a- t-il échoué ? J’aimerais bien

qu’on me l’explique ! Je ne crois pas que l’accession des Verts aux demi-finales de la CAN eut été un échec pour Saâdane ainsi que leur participa- tion à la Coupe du

monde, encore moins le nul im- posé à la sélection de Belgique sur son terrain. Cette même équipe de

Belgique avait battu la France, championne du monde à l’époque, en France même et avait atteint les demi-finales du Mondial- 2002. Les gens doivent com- prendre que toutes les grandes réalisations du football algé- rien ont été l’œuvre d’entraî- neurs algériens, à commencer par les Jeux méditerranéens et africains de 1975 et 1978 où nous avions remporté la mé- daille d’or sous la conduite de Rachid Mekhloufi, jusqu’au seul titre de champion d’Afrique des nations rem- porté par l’Algérie avec Abdel- hamid Kermali, en passant par deux participations en Coupe du monde en 1982 et 1986. A l’inverse, les entraîneurs étran- gers ont tous échoué à la tête des Verts, de Leekens à Cavalli en passant par Waseige, avec tous mes respects pour ces techniciens. Il ne faut pas tromper l’opinion publique.

La FAF a quand même dé- cidé de confier les Verts à

un entraîneur étranger de niveau international… Je vous l’ai dit plus haut : le plus grand entraîneur au monde ne pourra pas réussir avec la politique actuelle. Il rencontrera les mêmes diffi- cultés qu’ont rencontrées Saâ- dane et Benchikha. Ce n’est pas un problème de per- sonnes, mais de politique sportive. Il faut revenir à l’an- cienne méthode en privilé- giant la formation du joueur local. Lorsque j’étais sélection- neur, j’avais affronté la Bel- gique avec seulement 3 joueurs émigrés et nous l’avions tenue en échec. Il faut réhabiliter le joueur local. Les responsables de la FAF ignorent-ils ce problème ? C’est à eux de vous répon- dre. J’essaye, à chaque fois que je le peux, de donner mon avis en ma double qualité d’ancien international et d’ancien sélec- tionneur national.

Certains affirment que la décision de la FAF de re- courir à un sélectionneur étranger vise uniquement à vous barrer la route, vous dont beaucoup d’Algériens réclament le retour, suivant un sondage fait par la Chaîne III… Cela ne me dérange pas. Tout le monde sait comment et pourquoi Madjer a été écarté de la sélection natio- nale. Je ne remercierai jamais assez le peuple algérien qui m’a toujours manifesté sa confiance. Je lui dirai une chose : un jour ou l’autre, je re- viendrai à la tête de la sélec- tion nationale et, main dans la main, nous ferons relancer le football algérien. Même Mekhloufi, Khalef, Hannachi et Ben Mabrouk ont réclamé votre retour… Je suis fier de cette recon- naissance de gens aussi impor- tants dans le football algérien et que je respecte beaucoup. Je suis honoré et fier de leur confiance. Nous avons appris que vous avez discuté

leurs Yahia et Mehdi-Mostefa ont été beaucoup criti- qués… Certes, ce duo a commis beaucoup d’er- reurs et n’était pas dans son jour, mais ce serait

injuste de leur faire en- dosser à eux seuls la responsa- bilité de l’échec. L’équipe dans son ensemble a été défaillante et n’a pas eu le rendement es- compté dans pareille confron- tation. Beaucoup de gens pensent que Rafik Halliche avait sa place dans ce match. Votre avis à ce sujet ? Il va sans dire que Halliche est un joueur particulier. Je l’aime bien parce qu’il est com- batif sur le terrain. Il a un grand potentiel et j’aurais aimé qu’il soit parmi le groupe, même s’il ne joue pas beau- coup dans son club.

Pensez-vous que Benchikha

a une part de responsabilité

«La solution : une sélection de locaux renforcée par les meilleurs émigrés»
«La
solution :
une sélection
de locaux
renforcée par
les meilleurs
émigrés»

avec El Hachemi Djiar, ministre de la Jeunesse et des Sports. De quoi avez-vous parlé ? Nous avions suivi

dans la défaite ? C’est trop facile de mettre

tout sur le dos de Benchikha. Il a sa part de responsa- bilité, mais il n’est

«Les meilleurs réalisations de l’Algérie, c’est avec des entraîneurs locaux»
«Les
meilleurs
réalisations de
l’Algérie, c’est
avec des
entraîneurs
locaux»

le match ensemble à Marrakech et au retour, nous nous sommes rencontrés dans son bureau. Il voulait comprendre ce qui s’est passé dans ce match. Je lui ai donné mon avis sur le match et sur la situation du football algérien. C’était une discussion convi- viale avec un échange de points de vue enrichissant. Je lui ai parlé de la nécessité de former des joueurs locaux en commençant par les petites catégories qui doivent être di- rigées par des techniciens di- plômés appuyés par d’anciens joueurs. Il faut un projet sé- rieux et rigoureux pour don- ner de l’équilibre à la sélection nationale. Les résultats ne se- ront pas immédiats, mais ils seront visibles après trois ou

quatre ans. Entretien réalisé par Youcef Koudri

pas l’unique res- ponsable. Il avait ses idées et un plan de jeu en tête qu’il a tentés d’appliquer et il a échoué. Cela ar-

rive à tout le monde. La défaite face au Maroc a révélé que le pro- blème est plus profond qu’un simple choix d’entraîneur ou de joueurs. Il faut donc traiter ce problème en profondeur.

Ne pensez-vous pas que Benchikha a commis une erreur en sortant Yebda à la mi-temps, vous qui dites que le problème était juste- ment au milieu du terrain ? Benchikha a commis une erreur, à mon avis, car je voyais Lemmouchia et Yebda comme milieux récupérateurs et Djebbour comme attaquant d’appui derrière Soudani en pointe. Même Boudebouz mé- ritait d’être titularisé dans ce

04

0 4 N° 1590 Vendredi 10 juin 2011 Coup d’œil Équipe nationale Fullone candidat pour remplacer

N° 1590 Vendredi 10 juin 2011

Coup d’œil Équipe nationale

Fullone candidat pour remplacer Benchikha

L’appel à candidatures, un procédé international

F ini le temps des coopta-

tions et des désigna-

tions ? C’est ce que

semble indiquer la dé-

cision du Bureau fédéral de la FAF de faire un appel à candi-

datures pour le choix du futur sélectionneur national. «Enfin !», devrions-nous nous écrier. Enfin une démarche conforme

L uis Oscar Fullone Arce, l'ancien entraîneur de l'USM Alger, du Raja Ca- sablanca, du WAC et de l'Espérance de Tunis,

s'est porté candidat pour le poste de sélectionneur national, pour remplacer Abdelhak Benchikha, démissionnaire juste après la lourde défaite concédée face au Maroc, samedi passé. Au lende- main du communiqué publié par la fédération sur son site internet, le technicien argentin a envoyé sa candidature. Le secrétariat de la FAF a bel et bien reçu cette de- mande qui sera examinée par la commission spécialisée installée par le président de la Fédération al- gérienne de football, Mohamed Raouraoua. Ce dernier, qui ne sou- haite pas commettre d'erreur, veut par contre réunir tous les atouts de son côté. C’est dire qu’il compte s’accorder le temps nécessaire pour faire le meilleur choix.

16 ans

 

2 Coupes de la Champion’s League et une Coupe des coupes

Oscar Fullone a remporté deux Coupes de League des champions africaine consécutives et deux Su- percoupes, avec deux clubs diffé- rents. En 1998, il a remporté la Ligue des champions africaine avec l'ASEC Mimosa. Quelques mois après, il a remporté la Supercoupe africaine. L'année d'après, soit en 1999, il a gagné la Ligue des cham- pions africaine avec un autre club, à savoir le Raja de Casablanca, puis la Supercoupe. Des chiffres qui ne sont pas à la portée de n'importe quel entraîneur. En 2002, il a rem- porté la Coupe d'Afrique des vain- queurs de coupes avec le WA Casablanca. Il a aussi remporté une Ligue des champions arabe avec le Raja lors de son second passage en 2006. Idem avec le WAC en 2008 où il avait perdu une finale en com- pétition arabe.

ce qui se fait au plan interna- tional ! C’est que Mohamed Raouraoua, depuis qu’il est re- venu à la tête de la Fédération algérienne de football en 2009,

à

a

modernisé le fonctionnement

de presque tous les aspects de la gestion de la sélection natio- nale, sauf celui de la désignation des différents staffs.

Les candidats seront auditionnés pour présenter leur projet sportif

Par cette décision, le Bureau

fédéral et son président, qui font l’objet de vives critiques de- puis la débâcle de Marrakech, veulent faire jouer la concur- rence entre les candidats afin que le choix se fasse sur la base de critères bien définis plutôt que sur un simple jugement. Ainsi, chaque candidat devra présenter son CV et son projet pour la sélection et, le cas échéant, le défendre dans une audition devant une commis- sion de candidatures. En fait, c’est comme un entretien d’em- bauche dans une entreprise, où

de travail

en Afrique

Oscar Fullone possède une très riche expérience en Afrique, lui qui y a travaillé de 1994 jusqu'en 2010. Ce dernier a coaché de grands clubs, à l'image de l'ASEC Mimosa, du WA Casablanca, du RAJA, de l'ES Tunis. Il a même effectué de courts passages dans les champion- nats égyptien et sud-africain. Au- trement dit, Oscar Fullone connaît fort bien le football africain. En outre, il a joué au Real Oviedo, en

Un passage au Burkina Faso

Le seul point qui pourrait jouer un vilain tour pour Fullone, c'est le fait de n'avoir fait qu'un seul pas- sage à la tête d'une sélection. Il y est resté un an seulement, c'était lors de la saison 2001/2002 avec le Bur- kina Faso. Néanmoins, ça ne de- vrait en principe pas constituer un handicap, quand on sait qu’il a été un bon entraîneur en club qui peut aussi réussir en sélection.

Hamza

le

candidat présente ses compé-

tences, son expérience profes-

sionnelles et ses prétentions salariales. La commission exa-

mine les candidatures, demande des éclaircissements aux candi- dats sur certains points, puis se réunit pour délibérer et choisir

Espagne, et Aston Villa, en Angle- terre.

 

le

candidat dont le profil se rap-

 

Rahmouni

 

procherait le plus de celui re-

 

cherché.

«Si je n'étais pas optimiste pour la qualification de l'Algérie à la CAN 2012,

je ne me porterais pas candidat pour le poste de sélectionneur»

Capello et Klinsmann

Bonjour M. Fullone, c'est Le Bu- teur, quotidien sportif algérien… Oui, bonjour. Coach, on a appris que vous au- riez envoyé votre candidature à la FAF pour postuler au poste de sé- lectionneur de l’EN algérienne, en remplacement d’Abdelhak Ben- chikha qui a démissionné… Oui, je vous le confirme. Vous le savez déjà, vous me surprenez. Je me suis effectivement porté candidat pour le poste de sélectionneur natio- nale de l'équipe d'Algérie. Donc vous ambitionnez de deve- nir sélectionneur des Verts ? Oui, c'est ça. L'Algérie est une grande nation de football qui pos- sède des joueurs vraiment exception- nels et talentueux. L'Algérie ne méritait pas une telle humiliation face au Maroc. Pensez-vous que votre CV pour- rait satisfaire nos responsables du football ? Oui, bien sûr. Sans prétention au- cune, j'ai longtemps travaillé en Afrique, c’est ce qui m’a permis d’em- magasiner un capital expérience im- portant. Je veux aider l'Algérie. Le peuple algérien ne mérite pas une telle humiliation. Vous avez parlé d'humiliation.

Pensez-vous que l'ancien sélec- tionneur Benchikha en est res-

ponsable ? Ecoutez, moi je ne peux pas parler en mal d’un collègue. L'équipe avait

65 minutes pour se ressaisir, après le second but. Seulement,

joueurs d'expérience d'un grand ni- veau. Ce n'est pas normal qu'on laisse de nombreux espaces. Il y a eu quand même 65 minutes pour corriger tout ça. Un match pareil restera dans l'his- toire.

je n'étais pas optimiste, je n'aurais pas déposé ma candidature pour le poste de sélectionneur national. Je connais bien l'Afrique, j'y ai travaillé pendant longtemps. J'ai les moyens de quali-

cités suite à un appel à candidatures

Ce système fonctionne dans plusieurs pays européens pour la désignation des sélection- neurs nationaux et même pour

le

de directeurs sportifs. Cela avait

choix d’entraîneurs de club ou

   

La défense a même mon- tré une certaine fébri- lité… Non, il faut comprendre que lorsqu'une équipe est lourde, la défense subit le match. Face au Maroc, les latéraux montaient et lais- saient des espaces. Cela a permis aux attaquants marocains de profiter et de marquer. Au cas où la fédération opte pour vous, la quali- fication à la CAN-2012, vous y croyez ? Oui, bien sûr. Les joueurs algériens sont ta- lentueux et l'Algérie est une grande nation de football. Autrement dit, qualifier

il a fait ses choix et voilà. Cependant, la si- tuation a empiré. Il y avait beaucoup d'es- paces, notamment der- rière, c’est ce qui a permis aux Lions de l'Atlas de marquer deux autres buts. A votre avis, à quel niveau il y a eu dé- faillance ? Lors des vingt pre- mières minutes de la partie, on a vu une ex- cellente équipe d'Algé- rie qui s'est écroulée par la suite. On a vu les dif- férents compartiments du jeu complètement

«Je me vois bien avec Madjer dans le même staff»

fier l'Algérie, rien n'est encore perdu. La FAF mise beaucoup sur une qualification pour le Mondial 2014 au Brésil… C'est un objectif que je pourrais réaliser le plus normalement du monde. Maintenant, on n’en est pas encore là. En Algérie, le nom de Rabah Madjer est évoqué avec insistance. Seriez-vous OK pour travailler avec lui ? Je voue un grand respect pour Madjer qui est un grand monsieur. Donc il n’y aura aucun problème à travailler avec lui Admettons que vous êtes nommé sélectionneur des Verts, est-ce que

été le cas en 2007 pour la dési- gnation du nouveau sélection- neur de l’Angleterre. Après avoir auditionné plusieurs can- didats, la Fédération anglaise avait choisi Fabio Capello. Le même procédé avait été appli- qué pour le choix du sélection- neur de l’Allemagne (Jürgen Klinsmann, puis son adjoint, Joachim Löw). En Afrique, ce procédé a été adopté en Côte d’Ivoire (Gérard Gili), au Nige- ria (pendant un certain temps, notamment avec la nomination de Berti Vogts) et, à un degré moindre, au Cameroun (Paul Le Guen). Il renferme deux grands avantages : la transpa- rence dans le choix (les motiva- tions de l’acceptation de l’heureux «gagnant» et du refus des recalés sont publiées) et la mise du sélectionneur devant ses responsabilités par son en- gagement public à remplir les termes de son projet sportif. F. A.-S.

à remplir les termes de son projet sportif. F. A.-S. «L'objectif du Mondial 2014 est très

«L'objectif

du Mondial 2014 est très motivant»

vous changeriez

la composante

de l'équipe en ramenant de jeunes joueurs ?

disloqués. C’est ce qui a

 

Oui, je puiserai de l'Equipe natio- nale olympique qui possède un très bon groupe. Je suis même prêt à prendre des joueurs de l'EN juniors comme réserviste.

Entretien réalisé par Hamza Rahmouni

créé beaucoup d'es- paces, notamment derrière, les atta- quants marocains ont su en profiter.

Les joueurs sont-ils seuls respon- sables ? Un peu. L'Algérie possède des

l'Algérie à la CAN 2012 est tou- jours possible, selon vous ? Oui, bien sûr que l'Algérie est ca- pable de se qualifier à la prochaine Coupe d'Afrique des nations 2012. Si

N° 1590 Vendredi 10 juin 2011

N° 1590 Vendredi 10 juin 2011 Coup d’œil Équipe nationale 0 5 Les 20 scénarios possibles

Coup d’œil Équipe nationale

05

Les 20 scénarios possibles

Ça reste

quand même

jouable

LL a lourde et humiliante dé- faite de l'Equipe nationale à Marrakech face au Maroc n'a pas hypothéqué les chances des Verts pour être présents lors du pro-

chain événement du football afri- cain qu’est la Coupe d'Afrique des nations qui aura lieu en juin 2012 conjointement au Gabon et en Guinée équatoriale. Même si elles sont minimes, il reste quand même des chances. Pour leur pro- chain déplacement à Dar Essa- lem, capitale tanzanienne le 5 septembre prochain, la victoire

est plus que nécessaire pour l'EN afin qu’elle reste en course. Tout autre résultat sera synonyme de catastrophe et les Algériens se contenteront de suivre la CAN à la télévision, comme cela a été le cas pour les éditions de 2006 et

2008.

RCA-Maroc à Bangui, le tournant du groupe D Dans tout ça, si les Verts sont dans l'obligation de gagner leur match à Dar Essalem en septem- bre prochain, l'autre rencontre du groupe D qui mettra aux prises les deux coleaders du groupe au stade Barthélémy Boganda, la Ré- publique centrafricaine et le Maroc, sera décisive. Le perdant sera carrément éliminé avant la dernière journée. Mais aussi le ré- sultat de la rencontre va concer- ner l'Algérie en cas de victoire en terre tanzanienne. Un nul, par exemple, ne pourra qu'arranger les affaires de l'Algérie. Une vic- toire des locaux fera les affaires des Verts. En revanche, un succès des Lions de l'Atlas, qui sera une surprise vu l'ambiance électrique de Bangui, on dira bye-bye aux

Centrafricains ainsi qu’aux Algé-

on dira bye-bye aux Centrafricains ainsi qu’aux Algé- riens pour la qualification à la CAN. Même

riens pour la qualification à la CAN. Même la Tanzanie a des chances ! Si on a parlé de l'Algérie, du Maroc et de la RCA, on ne peut

pas quand même pas oublier la Tanzanie. Les Taifa Stars peuvent, eux, se qualifier à condition de remporter leurs deux prochains matchs face à l'Algérie à domicile, mais surtout à Marrakech face au

Maroc. C'est dire que rien n'est encore joué pour le groupe D, même si la RCA et le Maroc par- tent avec un léger avantage. Hamza R.

Scénario 11 5 e journée : RCA 1- Maroc 0 Tanzanie 1- Algérie 0 6
Scénario 11
5 e journée :
RCA 1- Maroc 0
Tanzanie 1- Algérie 0
6 e journée :
Algérie 3 - RCA 0
Maroc 0 - Tanzanie 0
Classement :
1-
RCA 10 pts (Q)
2-
Maroc 8 pts
3-
Tanzanie 7 pts
4-
Algérie 7 pts
Scénario 12
5 e journée :
RCA 1 - Maroc 0
Tanzanie 1 - Algérie 0
6 e journée :
Algérie 3 - RCA 0
Maroc 1 - Tanzanie 0
Classement :
1-Tanzanie 10 pts (Q)
2- RCA 10 pts
3- Maroc 7 pts
4- Algérie 7 pts
Scénario 13
5 e journée :
RCA 0 - Maroc 0
Tanzanie 0 - Algérie 0
6 e journée :
Algérie 3 - RCA 0
Maroc 0 - Tanzanie 0
Classement :
1-
Maroc 9 pts (Q)
2-
Algérie 8 pts
3-
RCA 8 pts
4-
Tanzanie 6 pts
Scénario 14
5 e journée :
RCA 0 - Maroc 0
Tanzanie 0 - Algérie 1
6 e journée :
Algérie 3 - RCA 0
Maroc 0 - Tanzanie 0
Classement :
1-
RCA 9 pts (Q)
2-
Maroc 9 pts
3-
Algérie 8 pts
4-
Tanzanie 5 pts
Scénario 15
5 e journée :
RCA 1 - Maroc 1
Tanzanie 0 - Algérie 0
6 e journée :
Algérie 1 - RCA 1
Maroc 1 - Tanzanie 1
Classement :
1-
RCA 9 pts (Q)
2-
Maroc 9 pts
3-
Algérie 6 pts
4-
Tanzanie 6 pts

Ce que stipule l'article 14 du règlement de la CAN (phase préliminaire)

En cas d’égalité de

points entre deux

équipes ou plus, au terme des matches de groupe, les équipes se- ront départagées selon les critères suivants :

14.1 Le plus grand nombre de points ob- tenus lors des rencon- tres entres les équipes

concernées ;

14.2. La meilleure

différence de buts lors des rencontres entre les équipes concer- nées ;

14.3. Le plus grand nombre de buts mar- qués dans les matches de groupe entre les

équipes concernées ;

14.4. Le plus grand

nombre de buts mar- qués en déplacement dans les rencontres di- rectes entre les équipes

concernées ;

14.5. La différence de buts sur l’ensemble des parties disputées dans

le groupe ;

14.6. Le plus grand

nombre de buts mar- qués sur l’ensemble des matches de

groupe ;

14.7. Un tirage au

sort effectué par le Co- mité d’organisation de la CAF.

effectué par le Co- mité d’organisation de la CAF. Courbis : «L’Algérie a besoin d’un magicien
Courbis : «L’Algérie a besoin d’un magicien pour se qualifier»
Courbis : «L’Algérie a besoin d’un magicien pour se qualifier»

Si son nom circule en Algérie pour la suc- cession d’Abdelhak Benchikha, Rolland Courbis ne semble pas intéressé par le poste de sélectionneur des Fennecs. «L'Al-

gérie a besoin d'un magicien pour se quali- fier. Après cette déroute subie à Marrakech, c'est devenu pratiquement mission impossi- ble pour l'Algérie», a déclaré Rolland Cour-

bis sur les ondes de RMC. Le technicien et consultant radio ne devrait donc pas ré- pondre à l’appel à candidature lancé par la FAF.

06

0 6 N° 1590 Vendredi 10 juin 2011 Coup d’œil EN olympique De notre envoyé spécial

N° 1590 Vendredi 10 juin 2011

Coup d’œil EN olympique

De notre envoyé spécial en Afrique du Sud

De notre envoyé spécial en Afrique du Sud

De notre envoyé spécial en Afrique du Sud
De notre envoyé spécial en Afrique du Sud
De notre envoyé spécial en Afrique du Sud
De notre envoyé spécial en Afrique du Sud
Bedbouda et Boulaïnceur sont arrivés B rahim Bedbouda (MCA) et Lyès Boulaïnceur ger. Pur hasard
Bedbouda et Boulaïnceur
sont arrivés
B rahim Bedbouda
(MCA) et Lyès
Boulaïnceur
ger. Pur hasard donc, mais
qui s’est transformé en re-
trouvailles chaleureuses.
Les deux joueurs ont fait
la bise à tout le monde
avant de prendre congé.
depuis l’arrivée de l’équipe
que Son Excellence vient
en personne prendre des
nouvelles du groupe et
discuter avec les responsa-
bles.
teraient tous les deux d’un
léger décrassage en marge
du groupe. On ne les a
plus revus jusqu’au soir.
Ils se sont
entraînés en solo
Sitôt venus,
sitôt en tenue !
Direction,
le plumard

(JSMB) sont arrivés, hier, à Johannesburg. Il était midi passé lorsque les deux joueurs ont pointé à l’hôtel Hayet Regency en compagnie de Nabil Bou- tenoune, responsable de la logistique au niveau de la FAF. Les trois hommes ont été accueillis par Salah Boutadjine. «Ce fut un voyage très long. Je suis cla- qué», dira Brahim Bed- bouda, le visage pâlichon, mais le sourire aux lèvres. Petit comité d’accueil de circonstance ! Les deux joueurs ont été accueillis par leurs coéquipiers qui s’apprêtaient à aller man-

Bedbouda et Boulaïn- ceur ont juste eu le temps d’aller se changer. Arrivés tout deux en tenue de ville, ils se sont mis en tenue de parade (short et maillot blancs) avant de redescendre au restaurant où toute la délégation dé- jeunait avec Son Excel- lence l’ambassadeur d’Algérie en Afrique du Sud. C’est la deuxième fois

Le déjeuner en pré- sence de l’ambassadeur et ses assistants n’aura pas duré plus d’une demi- heure. Ça tombait bien pour Bedbouda et Bou- laïnceur qui ne se sont pas fait prier pour aller se re- poser. Avant de rejoindre leur chambre, le prépara- teur physique leur a an- noncé que pour l’après-midi, ils se conten-

Comme nous le préci- sions ci-dessus, Bedbouda et Boulaïnceur ne se sont pas entraînés hier soir avec le groupe. Ils se sont contentés d’un léger dé- crassage sous la houlette du préparateur physique. Ils devraient néanmoins reprendre avec le groupe dès cet après-midi. En tout cas d’ici là, ils auront récu- péré de leur voyage. A. A. A.

Daoud attendu

aujourd’hui

péré de leur voyage. A. A. A. Daoud attendu aujourd’hui A lors qu’il était prévu qu’il

A lors qu’il était prévu qu’il vienne avec Bedbouda

et Boulaïnceur, Farid Daoud n’était pas présent.

Nous avions alors toutes les raisons de croire à

un faux bond. Renseignement pris, il s’est avéré que le milieu de terrain du MCA a reporté sa venue de vingt- quatre heures pour subir des examens médicaux. En

effet, le joueur, d’après une source, s’est blessé à une cheville lors du match de championnat MCA-ASO et, du coup, a demandé l’autorisa- tion du staff technique de retarder de vingt- quatre heures son arrivée à Johannesburg afin d’effectuer les examens d’usage. Les médecins de l’équipe que nous avons interrogés à son sujet n’ont rien voulu avancer sur ce cas. «Je sais seulement qu’il est blessé à une cheville et qu’il est en train d’effectuer des examens. On sera fixé sur son cas une fois arrivé», nous a déclaré

Mourad Aït Tahar, le médecin de l’équipe. Ce qui fait planer un certain air d’incertitude sur sa dispo- nibilité pour le match face à la Zambie. Mais il n’y pas de quoi susciter d’inquiétudes chez le staff technique qui sait qu’il a le temps de le récupérer.

A. A. A.

Aït Djoudi peut compter sur

Saâyoud

Voilà une nouvelle qui a dû faire bien plaisir à Azze- dine Aït Djoudi. Celui-ci pourra finalement compter sur les services de Amir Saâyoud pour le match retour face à la Zambie. L’ailier gauche du Ahly a fait savoir, en effet, qu’il était disponible pour le match. Alors qu’il était prévu qu’il fasse l’impasse sur le stage, puis le match, car retenu pour des échéances en club, Saâyoud a fait part à la Fédération de sa disponibilité pour la sélection. A l’heure où nous mettons sous presse, la date de son arrivée n’a pas encore été communiquée, mais le sélectionneur a fait savoir au secrétariat de la FAF qu’il le voulait dans les meilleurs dé- lais. Selon une source proche du groupe, il de- vrait arriver en début de semaine prochaine. Vers le 13 ou 14 juin. Ce qui lui laissera le temps de se préparer une ou deux fois avec le groupe, ici à Johannesburg, avant de rallier Lusaka, le 16, avec le reste de la délégation. En tout cas, Aït Djoudi ne peut que se réjouir de pouvoir compter sur Saâyoud dont le jeu éclairé et la qualité des passes devraient rendre d’énormes services à l’équipe. Nous avons eu à le vérifier au match aller. A lui seul, il a distillé deux passes décisives. Bon pour le moral des troupes.

deux passes décisives. Bon pour le moral des troupes. L’ambassadeur a déjeuné avec l’équipe ●● Son

L’ambassadeur a déjeuné avec l’équipe

●●Son Excellence l’ambassadeur d’Algérie à Johannesburg a déjeuné hier avec la délégation. Accompagné de ses collaborateurs, il a tenu à parta- ger la table de l’équipe et a discuté avec les dirigeants de tout et de rien. C’est la deuxième fois depuis l’arrivée de l’équipe, ici à Johannesburg, que l’am- bassadeur vient aux nouvelles.

Les joueurs frissonnent

!

●●Il fait très froid à Johannesburg en cette période de l’année. Tempéra- tures basses, des pluies par intermit- tence, on se croirait en Algérie en plein mois de janvier. La plupart des joueurs qui se trimballaient en short et tongs à l’hôtel ressortent en survête- ments et parkas avant chaque entraî- nement.

100 euros de frais de mission

●●Durant leur séjour à Johannes- burg et à Luanda, les joueurs perce- vront une prime de 100 euros chaque jour en guise de frais de mission. Les joueurs ont reçu 100 euros chacun hier. Certains en ont profité pour faire des achats dans les boutiques de l’hô- tel.

Farid le cuisinier, aujourd’hui à Johannesburg

●●Farid, le cuistot attitré des Verts, jouit d’une grande notoriété, pas seulement chez les A, mais aussi chez les A’ et les U23. Il devrait rejoindre le reste de la délégation au Hayet Re- gency Hôtel aujourd’hui. C’est lui qui se chargera de préparer le repas des joueurs pour les deux prochains jours, avant de s’envoler, en compagnie de Salah Boutadjine, à destination de Lu- saka pour préparer l’arrivée de l’équipe et, si besoin est, faire les achats pour sa cuisine sur place.

A. A. A.

Les entraînements maintenus à 15 h

●●Azeddine Aït Djoudi n’a pas jugé utile de modifier l’heure des séances d’entraînement. Ces trois premiers jours, le groupe s’est entraîné à 15h. Un horaire qui semble convenir à tout le monde.

Il pleut encore

sur Johannesburg

●●Le ciel est gris à Johannes- burg. Il fait frisquet et le temps est pluvieux ces deux derniers jours. Comme l’hiver s’installe dans cette partie du globe, les Sud-Africains ont ressorti de

leurs armoires pulls à col roulé et autres parkas. Car il fait vraiment froid. Les joueurs, qui ont laissé

une chaleur estivale en Algérie,

ont prévu, eux aussi, des équipe- ments d’hiver.

Aït Djoudi motive ses troupes

●●Le sélectionneur a réuni ses joueurs avant-hier soir dans

l’une des salles de conférences de l’hôtel Hayet Regency. Aït Djoudi

a mis à profit ce tête-à-tête avec

ses joueurs pour leur expliquer le

programme de travail durant les

dix jours que l’équipe passera à

Johannesburg, sans pour autant éluder le match retour face à la Zambie. Il a ainsi rappelé à ses joueurs la nécessité de rester concentrés sur le sujet. Le dis- cours du coach semble être bien

passé, puisque les joueurs ont eu

le même discours le lendemain.

le sujet. Le dis- cours du coach semble être bien passé, puisque les joueurs ont eu
le sujet. Le dis- cours du coach semble être bien passé, puisque les joueurs ont eu
le sujet. Le dis- cours du coach semble être bien passé, puisque les joueurs ont eu
N° 1590 Vendredi 10 juin 2011 De notre envoyé spécial en Afrique du Sud Coup
N° 1590 Vendredi 10 juin 2011
De notre envoyé spécial
en Afrique du Sud
Coup d’œil EN olympique

07

Chalali

en Afrique du Sud Coup d’œil EN olympique 0 7 Chalali «Ça ne sera pas facile

«Ça ne sera pas facile au retour»

Mohamed Chalali fait office de grand frère ou de boss, c’est selon, au sein de cette sélection olympique. Très impliqué, il sait donner l’exemple à ses coéquipiers. On l’a même entendu lever le ton quand il le faut pour recadrer le groupe. Il est un peu le relais de Azeddine Aït Djoudi. C’est donc tout logiquement que nous nous sommes approché du copain de Rafik Djebbour pour nous parler de la préparation de l’équipe, ici à Johannesburg, mais aussi du match retour face à la Zambie.

? que cela ne va pas être facile. Avec l’altitude et l’humi- dité, ça va
?
que cela ne va pas être facile. Avec l’altitude et l’humi-
dité, ça va être dur. Nous avons eu à le vérifier hier à
l’entraînement. Personnellement, j’étais à l’agonie au
bout de dix minutes ! C’est pour ça qu’il va falloir s’ha-
bituer au climat.
Vous avez eu le temps d’apprécier la qualité de
cette équipe de Zambie ; quelle impression vous a-
t-elle laissée ?
Moi, personnellement, elle m’a vraiment impres-
sionné. Ils ont de très bons joueurs. Malgré le score
final, c’est une équipe qui nous a posé beaucoup, beau-
coup (sic) de problèmes. Je ne sais pas comment ils ne
nous ont pas marqués, mais quand je revois les ac-
tions qu’ils se sont procurées, je me dis qu’il fau-
dra s’en méfier, d’autant que, d’après ce qu’on m’a
dit, ils auront quatre joueurs des A en ren-
fort. Ça promet une forte opposition…
Vous avez sans doute suivi le dernier
Maroc-Algérie, quel sentiment vous a
laissé le score plutôt cinglant ?
Comme vous dites, ce fut cinglant
pour tout le monde. Oui, je l’ai suivi
chez moi en famille. J’étais comme
un fou ! J’étais dégoûté à la fin.
On a fait pourtant vingt très
bonnes premières minutes.
Je ne sais pas ce qui s’est
passé. L’équipe s’est écroulée.
Je pense que le premier but
a été l’élément déclencheur
de cette débâcle. Mais
bon, il ne faut pas blâmer
les joueurs pour autant.
Ils nous ont redonné le
sourire. C’est grâce à eux
que le peuple est sorti
dans la rue.
Vous avez eu des nouvelles
des joueurs ?
Non, je n’ai eu personne
au téléphone. Sincèrement,
j’ai préféré les laisser digérer
tout ça tranquillement. Je
pense que d’ici à quelques
jours, on reprendra
contact, mais là, je pré-
fère les laisser respirer et
reprendre leurs esprits.
Entretien réalisé par
Achour Aït Ali
Un match d’application
au menu d’aujourd’hui

Cela fait trois jours que vous êtes à Johannes- burg, alors satisfait des conditions de travail et de séjour ?

Très satisfaits, même. Comme vous pouvez le constater, il y a une bonne ambiance. Un bon état d’es- prit aussi. On est logés dans un bel hôtel avec de bonnes conditions de travail. Après, on sait tous pour- quoi on est là. Comme je l’ai dit, tout ça, ce n’est que du décor, car le plus important sera d’être prêts pour le match. Le match, vous y pensez déjà ! Oui, on est déjà dedans ! Les condi- tions du match ont été recréées ici. L’altitude, le climat et tout. Nous sommes en train de nous préparer en conséquence. Après, il faudra se montrer sérieux que ce soit à l’hôtel ou à l’entraînement. C’est très important parce que ce match retour ne va pas être facile, malgré l’avance qu’on a. Vous arrive-t-il d’évo- quer le match entre vous

Oui …Oui ! On en parle beaucoup, que ce soit dans les chambres ou à l’entraî- nement. Cela pour vous dire qu’on est déjà plon- gés dedans. Ce n’est pas un peu trop tôt … Si, mais ça passe très vite. Il ne s’agit pas là de se mettre trop de pression mais juste d’être sérieux, concentrés à fond. Après tout, ce n’est qu’un match de foot, mais on en connaît tous l’enjeu. Vous avez quand même une avance assez confortable… Trois buts, cela devrait norma- lement vous permettre d’aborder ce match sereine- ment… Bien sûr que c’est une avance confortable. Trois buts d’avance, ce n’est pas rien. Seulement, on sait

Samir et Mohand- Arab, fidèles parmi les fidèles

●●Les Verts en ont reçu des visites depuis qu’ils sont ici à Johannesburg ! Les ressortissants algériens, du moins quelques-uns, n’ont pas hé- sité à venir accueillir l’équipe à l’hôtel. Seule- ment, Samir et Mohand-Arab Lalmas, tous deux originaires des Ouadhias, se sont distingués par leur fidélité. Cela fait trois jours que l’équipe est là et ils restent fidèles, assistent aux entraîne- ments et se montrent disponibles en cas de be- soin.

●●La sélection olympique disputera un match d’ap- plication cet après-midi. Le sélectionneur, Azeddine Aït Djoudi, a souhaité attendre l’arrivée des retarda- taires pour programmer cette rencontre. Pour la cir- constance, l’équipe devra changer de terrain. Salah Boutadjine a réussi à dénicher un beau terrain non loin du QG de l’équipe, propriété d’une équipe locale de deuxième division. Aït Djoudi en profitera sans doute pour tester son dispositif tactique, mais le but de cette rencontre est d’habituer les joueurs au climat.

Transfert de Aouedj

Mehiaoui exige 800 000 euros du Standart de Liège

I l y a de quoi croire que cette saison est

la dernière en Algérie pour Aouedj,

l’attaquant de poche de la sélection

olympique. L’Oranais, auteur d’un

doublé au match aller face à la Zambie (3- 0) est sur les tablettes du Standart de Liège (D1 Belgique). Le club belge, qui a mani- festé son intérêt pour le joueur, est passé depuis peu à la vitesse supérieure. En effet, une offre de 500 000 euros a été faite au MCO, il y a près de dix jours. Le club belge souhaiterait faire signer Aouedj sans le soumettre à des essais. Il semblerait que les

quelques vidéos du joueur, visionnées par les recruteurs du Standart de Liège, ont

suffi à convaincre les dirigeants de le faire signer. Seulement, l’affaire n’est pas gagnée d’avance. Mehiaoui, le ci-devant président du MCO, ne compte pas laisser filer sa pé- pite sans avoir soutiré au Standart de Liège plus que les 500 000 euros qu’il compte mettre sur la table. Selon les affirmations du joueur, Mehiaoui aurait demandé plus. 800 000 euros ! Le Standart de Liège n’a pas formulé de contre proposition depuis, mais cela ne semble pas inquiéter outre mesure Aouedj qui s’est dit confiant quant à l’issue des négociations. Cela va se négo- cier serré, c’est certain. A. A. A.

«Le président a promis de me faciliter la tâche»

Vous frissonnez

là…

Vous n’avez pas vu

le temps qu’il fait de- hors. Un froid de ca- nard ! Alors, quelle im- pression gardez- vous de ces trois premiers jours pas- sés à Johannesburg

?

On est mis dans de très bonnes condi- tions, rien à dire. L’ambiance est très sympa. Franchement, toutes les conditions sont réunies pour qu’on fasse une bonne préparation. Certains de vos co- équipiers se sont plaints de l’humi- dité, ça vous gêne tant que ça ? Oui, c’est vrai. On a eu du mal à respirer hier au bout de dix, vingt minutes d’entraî- nement. Mais on de- vrait s’y habituer très vite. C’est le but du jeu. On est venus ici

recréer les conditions du match. On a devant nous près de dix jours pour se préparer en conséquence. Est-il vrai que vous avez sacrifié votre bac pour jouer ce match ? Oui, j’avais un choix à faire et j’ai choisi de répondre favorablement à la convoca- tion du sélectionneur. Cette qualification me tient à cœur. Nous avons beaucoup bossé pour arriver à ce stade de la compé- tition. L’attachement à la sélection s’est consolidé davantage, je ne voulais donc pas rater ça. Quelle a été la réaction de vos parents, vous ont-ils soutenu ? Oui, el hamdoulah ! Mes parents m’ont toujours soutenu dans tout ce que j’entre- prenais. Ne pas aller passer le bac n’a pas été une décision facile à prendre, mais il fallait trancher. Ils étaient là à me conseil- ler, sans pour autant être pressants… pour que je prenne moi-même la bonne déci- sion. On parle de vous avec force insistance au Standart de Liège ; on croit même savoir qu’une offre de 500 000 euros a été faite à votre club en contrepartie de votre transfert, qu’en est-il au juste ?

contrepartie de votre transfert, qu’en est-il au juste ? Eh bien, vous n’êtes pas dans le

Eh bien, vous n’êtes pas dans le faux. Ce que vous

dites là est vrai. Je ne connais pas le montant exact de l’offre qui a été faite au club, mais ça doit être ça. Quelle a été la ré- ponse de vos res- ponsables ? Ils ont décliné cette proposition. Pourquoi ? Ils veulent plus ?

Naturelle-

ment… Ils demandent combien ? Là aussi, je ne connais pas les chiffres exacts, mais ça doit frôler les 800 000. Vous ne craignez pas que les exi- gences de vos di- rigeants fassent capoter votre transfert ? Non ! Non ! Je suis rassuré de ce côté. Je sais qu’ils vont finir par trouver un

consensus. Si vous dites ça, c’est que vous avez reçu des assurances de votre président… En effet. Il m’a promis de me faciliter la tâche ; après, il est aussi de son droit de de- mander plus. Il ne fait que défendre les in- térêts du club. Vous n’allez sans doute pas subir des es- sais au Standart de Liège du moment qu’il a formulé une première offre concrète ? Oui, je signerai direct. C’est ce qui a été convenu entre nous lors des négociations. Qui s’est chargé de négocier à votre place ? Mon agent. C’est lui qui s’occupe de tout. Il défend bien mes intérêts. Cela me per- met de me concentrer totalement sur mon match. Peut-on dire dès à présent que cette sai- son est la dernière pour vous dans le championnat algérien ? (Il sourit) Inch’Allah… Entretien réalisé par Achour Aït Ali

dernière pour vous dans le championnat algérien ? (Il sourit) Inch’Allah… Entretien réalisé par Achour Aït
dernière pour vous dans le championnat algérien ? (Il sourit) Inch’Allah… Entretien réalisé par Achour Aït
dernière pour vous dans le championnat algérien ? (Il sourit) Inch’Allah… Entretien réalisé par Achour Aït

08

0 8 N° 1590 Vendredi 10 juin 2011 Coup d’œil Coupe de la CAF 8 e

N° 1590 Vendredi 10 juin 2011

Coup d’œil Coupe de la CAF

8 e de finale bis de Coupe de la CAF JSK - ASC Jaraaf ce
8 e de finale bis de Coupe de la CAF
JSK - ASC Jaraaf
ce soir à 18h
Se qualifier et terminer la
C’ est ce soir que
les joueurs de la
JSK tenteront de
décrocher leur
billet qualificatif
saison en beauté
pour la phase des poules, en af-
frontant la formation sénégalaise
pour le compte des 8es de finale.
Les Kabyles ont pris une légère op-
tion après avoir réalisé un nul po-
sitif d’un but partout. Comme
nous l’a déclaré Belhout, l’appétit
vient en mangeant. Au début de la
compétition, les responsables n’ont
pas fait de cette coupe de la CAF
un objectif. Tout était focalisé sur
la coupe d’Algérie. Par la suite, les
joueurs avançaient parfaitement
bien dans la course. Les observa-
teurs sont unanimes à dire que le
tournant fut enregistré face à la
formation gabonaise du FC Mis-
sile. En effet, après une lourde dé-
faite par 3 buts à 0, rares sont ceux
qui avaient misé sur un revirement
de situation au stade de Tizi
Ouzou. Une semaine seulement
après leur succès en finale de
coupe d’Algérie, les camarades de
Saâd Tedjar se sont qualifiés au 8e
de finale bis après la séance des tirs
au but. Cet excellent parcours
poussera les joueurs de la JSK à se
défoncer ce soir face à la forma-
tion sénégalaise. Cette coupe de la
CAF leur tient vraiment à cœur et
ils ne jurent que par la qualifica-
tion, qui leur permettra de passer
des vacances la conscience tran-
quille. Le seul point noir lors de ce
match c’est l’absence à la dernière
minute de Mohamed Khoutir Ziti
et de Lyès Saïdi. L’entraîneur en
chef Belhout a fait de son mieux
pour composer sa charnière cen-
trale et son duo de milieux récu-
pérateurs sans l’aide de ses deux
éléments blessés. D’autre part, le
public qui n’a pas été autorisé à
prendre part au derby, est lui
aussi attendu en force ce soir
pour remplir les gradins du stade
de Tizi Ouzou. Ce qui est certain,
c’est que le rendez-vous de ce soir
sera le dernier match important de
la saison, après que la JSK a perdu
ses chances d’accéder sur le po-
dium. Les joueurs souhaiteraient
donc terminer la saison en beauté.
Ce qui pousse plusieurs personnes
à prédire une grande fête ce soir.
A. A.
Bangora
L’entraîneur
du Jaraaf l’a à l’œil
Younès, la hantise
des Sénégalais
Le buteur du match
aller annonce la
couleur
Abu Bacar
Yalaoui «Je leur
pour
officier le
marquerai de nouveau»
match
Tout comme
constitue désor-
Rachid Belhout au
match aller qui a
décortiqué le jeu
des Sénégalais à
domicile, l’entraî-
neur sénégalais a
fait de même il y a
quelques jours de
ça, en visualisant
quelques cassettes
vidéo de son futur
adversaire. A son
arrivée à Alger,
mercredi après-
midi, nous avons
profité de l’occa-
sion pour lui
poser quelques
questions. En l’in-
terrogeant sur la
prestation de la
JSK au match aller
mais la hantise des
Sénégalais. Le
coach du Jaraaf
n’est pas le seul à
partager ce point
La veille de ce rendez-vous africain, les joueurs de la JSK, à l’image de l’homme fort Nabil Yalaoui,
semblent plus déterminés que jamais à se qualifier pour la phase des poules de la Coupe de la CAF.
L’expérience magique vécue la saison dernière en Ligue des champions motive davantage les
joueurs. Yalaoui, quant à lui, promet de rééditer l’exploit de l’aller.
de vue, puisque
même le capitaine
Sidibé estime que
cet élément pour-
rait faire la diffé-
rence à n’importe
quel moment.
Younès devrait
saisir cette occa-
sion pour frapper
une nouvelle fois
et emmener son
équipe en poules.
Il sera
surveillé de
Il ne vous reste qu’une seule séance avant d’affronter la
formation sénégalaise. Êtes-vous prêt pour cette rencon-
tre (Entretien réalisé hier avant la séance d’en-
traînement) ?
On avait des craintes au début après le report
du derby, mais par la suite, nous avons parfaite-
ment bien géré notre récupération. Il nous reste
une seconde et dernière séance ce soir. Le
groupe est dans le bain. La victoire face à la
JSMB nous a remis en confiance. Je peux dire
que nous sommes prêts à aller arracher le bil-
let qualificatif pour la phase des poules.
Qu’avez-vous gardé du match aller ?
Je ne vous cache pas que nous avons un
très près
à Dakar, le coach a
Il est clair que le
affiché clairement
ses craintes, en es-
timant que la JSK
est assez expéri-
mentée dans ce
genre de rencon-
tre, contrairement
meneur de jeu ka-
byle sera surveillé
de très près. Il
aura probable-
ment très peu d’es-
pace devant. Mais
d’après le staff
à son équipe. Par
technique de la
la suite, l’entraî-
neur de l’ASC Ja-
raaf a commencé à
parler des joueurs
kabyles les plus
dangereux. C’est à
ce moment que
l’entraîneur en
question nous a
fait savoir qu’un
marquage strict
sera opéré sur le
meneur de jeu So-
fiane Younès. Au-
teur d’une
excellente rencon-
tre à l’aller, Younès
JSK, la rapidité de
Younès sur les
côtés lui permettra
de se démarquer
et servir ses atta-
quants. D’autant
plus que les défen-
seurs sénégalais
ont montré cer-
taines faiblesses.
La défense lente
de Jaraaf pourrait
profiter à Younès,
Tedjar, Nessakh et
Yalaoui.
A. A.
certain regret, car j’estime qu’on aurait pu
revenir avec la victoire de Dakar. Nous
nous sommes créés pas mal d’occa-
sions devant les buts. La formation
de l’ASC Jaraaf n’est pas un foudre
de guerre. Toutefois, ce n’est pas
une raison pour les pren-
dre à la légère.
Pensez-vous que votre
but à Dakar vaudra
son pesant d’or ?
C’est mon souhait.
Mais je tiens à dire
que nous allons
aborder ce match
avec l’esprit d’avoir
réalisé un nul de
zéro partout. Cela
nous poussera à
nous défoncer
devant.
Nous avons
l’avantage
de jouer chez nous. Tout ce que je peux dire, c’est que le staff
technique peut compter sur moi. Je ferai en sorte d’être une
nouvelle fois efficace.
Un mot sur les déclarations du capitaine du Jaraaf
qui estime que son équipe va vous
surprendre ?
Ce que disent les joueurs de
l’ASC Jaraaf ne nous intéresse pas.
Le match se jouera sur le terrain.
C’est à nous maintenant de faire le
nécessaire pour les faire taire. On
ne se contentera pas du nul du
match aller. On doit rester
concentrés sur notre tâche sur
le terrain car la qualification ne
doit pas nous échapper. On
doit l’emporter par un score
large afin de gagner en
confiance et ne rien laisser au
hasard.
Attendez-vous un retour en
masse des supporters ?
Croyez-moi que c’est ce que
je souhaite de tout cœur. Nous
avons vraiment besoin de nos
supporters, surtout dans des ren-
contres comme celle-ci. Il est de
notre devoir de leur offrir la quali-
fication aux poules, afin de nous
racheter après nos mauvais résul-
tats en championnat. La victoire
face à la JSMB n’avait aucun
charme. On a besoin de retrouver
l’ambiance de la Ligue des cham-
pions.
Entretien réalisé par
Abdelatif Azibi
Comme rapporté
dans nos précédentes
éditions, le trio d’arbi-
tres désignés pour ce
match retour JSK – Ja-
raaf comptant pour les
8es de finale de la
Coupe de la CAF, est
de nationalité gui-
néenne. En effet, l’ar-
bitre directeur n’est
autre que Bangora
Abu Bacar, il sera as-
sisté de Kaba Moussa
Bintou et de Camara
Babou. Pour rappel,
l’arbitre directeur de ce
match JSK – Jaraaf,
comme son premier
assistant d’ailleurs,
n’est pas à son premier
déplacement en Algé-
rie. Bangora Abu
Bacar a été 4e arbitre
et son premier assis-
tant s’est chargé du
même rôle, lors du
match qui a opposé la
sélection nationale
d’Algérie face au
Rwanda, le 10 octobre
2010, comptant pour
les éliminatoires jume-
lées CAN-Coupe du
monde joué et gagné
par 3 à 1 au stade de
Blida par les cama-
rades de Anthar Yahia.
Quant au quatrième
arbitre de ce soir, il ré-
pond au nom de Touré
Sekou. Le commissaire
au match est de natio-
nalité mauritanienne.

N° 1590 Vendredi 10 juin 2011

N° 1590 Vendredi 10 juin 2011 Coup d’œil Coupe de la CAF 0 9 Belhout «Il

Coup d’œil Coupe de la CAF

09

Belhout «Il faut rester vigilants, la qualif n’est pas encore acquise»

A yant assuré une bonne

partie de la qualifica-

tion dans les condi-

tions les plus

compliquées, c’est le

cas de le dire, l’entraîneur en chef de la JSK, Rachid Belhout, met en garde ses joueurs contre tout excès de confiance pouvant coûter à la JSK la qualification en poules de la CAF. Pour Belhout il n’est pas ques- tion de se laisser aller et s’oublier car en face il y aura assurément une équipe sénégalaise qui jouera son va-tout pour renverser la vapeur. Ce faisant, Belhout a tenu à s’adres- ser, à la reprise des entraînements à ses joueurs, lesquels sont avertis et doivent faire preuve de beaucoup de vigilance ce soir face à Jaraaf. «Je sais que nous avons arraché un ré- sultat plus que confortable au match aller, cependant il ne faut pas crier victoire tant que le second round n’est pas terminé. A ma connais- sance, il reste encore une manche à jouer, oublions complètement le nul du match aller et ouvrons une autre page, la qualification se jouera au bout des 90 minutes. Mes joueurs en sont donc avertis, j’attendrai d’eux une réaction ce soir», a déclaré l’en- traîneur kabyle.

« Voici pourquoi il faut passer aux poules »

Après avoir goûté au trophée de la coupe d’Algérie avec les Canaris

le premier mai dernier, Belhout semble avoir tracé le chemin pour une autre soirée mémorable, celle de conduire la JSK en poules de la CAF. Pour Belhout, il n’y a aucune raison de ne pas atteindre ce tour lorsqu’on se rappelle seulement le genre de sacrifices consentis pour y parvenir. Les raisons qui poussent Belhout à résister sont multiples il nous citera entre autres : «Nous te- nons à la qualification pour plu- sieurs raisons, d’abord il y a cette image de marque du club qu’on doit impérativement perpétuer. La JSK est le club qui a toujours visé plus haut en coupe du continent et l’on saura comment respecter la règle. Aussi, il y a cette image du football national qu’on doit défendre, c'est- à-dire prouver que nous sommes capables de faire de belles choses, pourvu qu’on s’y mette. Enfin, la qualification aux poules fera gagner au club des marches en matière de classement CAF. Pour toutes ces raisons et plusieurs autres, nous fe- rons tout pour gagner face aux Sé- négalais».

« Certains joueurs seront de retour, je regrette l’absence des autres pour blessures »

Sur la disponibilité de ses joueurs, et bien qu’il estime que la JSK se réjouit du retour de certains joueurs absents au match aller pour

différentes raisons, Belhout regrette dans un autre registre l’absence de Ziti et Saïdi. Ces deux joueurs, pré- sents au match aller, devront faire l’impasse sur la rencontre de ce soir pour des raisons médicales. Il nous dira à ce propos : «Finalement, je n’aurai qu’un ou deux joueurs de plus par rapport au groupe qui a été aligné il y a deux semaines à Dakar, car si d’un côté nous allons devoir ré- cupérer quelques absents du match aller, je regrette que deux autres joueurs, en l’occurrence Ziti et Saïdi ne pourront pas être de la partie. Ziti souffre d’une entorse à la cheville et il faudra un miracle pour qu’il se ré- tablisse d’ici le match, c’est le même cas pour Saïdi qui souffre lui aussi de l’adducteur.»

« En fonction du dispositif présent, on devra trouver la meilleure formule pour contrer Jaraaf »

Sur les incidences que pourraient avoir ces absences, Belhout rassure :

«On ne doit surtout pas abandonner, il ne nous reste que cette manche pour passer aux poules. Nous trouve- rons assurément, en fonction des joueurs qui seront disponibles, bien sûr, la meilleure formule pour contrer cette formation sénégalaise de Jaraaf. Je dois encore attendre la dernière séance d’entraînement (en- tretien réalisé hier matin) pour pou-

Lamine Dieng

(entr. Jaraaf)

«Comme la JSK, nous aussi pouvons marquer à Tizi»

C’ est un entraîneur très optimiste, c’est le cas de le dire, que nous avons laissé il y a de cela

quinze jours à Dakar, à l’issue de la première manche de la qualification aux poules de la CAF et qui semble garder le même sentiment pendant toute cette période, estimant que malgré le match nul concédé dans son propre jardin, son équipe garde intactes ses chances pour la

qualification aux poules de la CAF. Selon lui, comme la JSK a pu marquer au match aller, son équipe a les moyens d’en faire autant, c’est ce qui le laisse optimiste d’ailleurs pour le match de ce soir : «Nous sommes venus jouer comme nous avons l’habitude de le faire, avec l’objectif de gagner et repartir avec la qualifica- tion. Ce n’est pas parce que le match aller s’est soldé par un score de parité que nous de- vons baisser les bras. Nous aussi avons un objectif à attein- dre, nous sommes venus pour ça».

«Younès m’a impressionné au match aller, on doit l’empêcher de jouer librement»

Et comme il a eu 90 minutes pour apprécier et prendre tous les renseignements pouvant lui servir au match retour, Lamine Dieng avoue que la JSK renferme un groupe de joueurs intéressants et

qu’il a été surtout impressionné par les qua- lités d’un joueur en particulier : «J’ai une idée sur notre adversaire. J’ai constaté plu- sieurs choses qui me serviront à adopter la stratégie la plus adéquate pour cette seconde manche. Cependant, le joueur qui m’a le plus impressionné est le milieu de terrain Younès, qui d’ailleurs a été pour beaucoup dans le ré- sultat positif que la JSK a engrangé, il y a deux semaines, à Dakar. Et pour s’assurer la meilleure couverture défensive possible, on doit l’empêcher de jouer librement».

«C’est pour mieux récupérer que nous avons annulé l’entraînement à Tunis»

La délégation sénégalaise n’a pas rallié di- rectement Tizi depuis Dakar, les gars de Ja- raaf ont transité par Tunis où ils ont passé la nuit avant de reprendre le vol sur Alger avant-hier. Le staff technique sénégalais qui avait programmé une séance de décrassage le matin, a dû l’annuler à la dernière minute. Lamine Dieng s’explique : «Oui, on devait effectuer une séance d’entraînement à Tunis avant de reprendre l’avion, mais pour assurer une meilleure récupération sur le plan phy- sique on a dû s’abstenir, on se contentera d’une seule séance à l’heure du match sur le terrain principal».

«Je regrette l’absence de Papa Amadou Touré, suspendu»

Et enfin, pour terminer, l’entraîneur La- mine Dieng nous fait part de son regret d’être venu sans son numéro 9, Papa Ama- dou Touré qui a écopé d’un second carton au match aller et qui, du coup, se voit privé du match retour : «Nous allons devoir faire sans un joueur sur lequel je comptais beau- coup, c’est Amadou Touré, suspendu pour cumul de cartons».

Lyès A.

voir être fixés défini- tivement sur les joueurs aptes à participer au match. Certes, Ziti et Saïdi sont out, mais il reste toute- fois Tedjar qu’on doit encore revoir».

« Le soutien de nos supporters est prépondérant, on compte sur eux »

«Allah Akbar, Rachid Belhout» retentira certainement ce soir dans le temple du 1er- Novembre à l’entrée des Canaris. Les suppor- ters kabyles, attendus en nombre, sont plus que jamais appelés à res- ter aux côtés des leurs et les pousser vers la qualification. Leurs encou- ragements seront très utiles et ils devront aussi faire attention à toute forme de comportement qui nuirait à l’image du club, Belhout saisit l’oc- casion pour leur lancer : «Nous comptons énormément sur eux, l’équipe a beaucoup souffert ces der- niers temps à jouer à huis clos. Ce vendredi, l’occasion leur sera donnée de venir en nombre pour nous aider dans notre mission. Nous avons un rôle commun : qualifier la JSK aux poules de la CAF». Lyès A.

commun : qualifier la JSK aux poules de la CAF». Lyès A. Hannachi a rendu visite

Hannachi a rendu visite à Jaraaf avant-hier soir…

Les deux hommes ont eu une longue entrevue à l’hôtel. Ama- dou Saliou Sac a tenu à réitérer ses remerciements à Hannachi et ses collaborateurs.

… et Me Berkaïne, hier matin

Et comme c’est l’avocat du club, Me Berkaïne qui a été désigné

pour conduire la JSK à Dakar, il y

a deux semaines, ce dernier, ayant

apprécié la façon avec laquelle la

JSK a été traitée durant son séjour,

a tenu lui aussi à effectuer une vi- site hier matin à Lala Khedidja pour s’enquérir des conditions

d’accueil des invités de la Kabylie. Maître Berkaïne s’est aussi entre- tenu avec le président dakarois.

L. A.

Soucieux de la bonne prise en charge de l’équipe hôte de la Kabylie, le président de la JSK, Moh Cherif Hannachi, que nous avons an- noncé présent en personne à l’aé- roport international, a accompagné l’équipe jusqu’à son lieu de résidence. Mieux encore, Hannachi a tenu à revenir en début de soirée pour s’enquérir de la situation, il est arrivé à Lala Khedidja au moment où on ser- vait le dîner à la délégation séné- galaise. Hannachi a même laissé son numéro de téléphone à son homologue sénégalais qui pour- rait le joindre en cas de besoin.

Le personnel de Lala Khedidja aux petits soins

L’hospitalité, c’est sur quoi on

ne badine pas en Ka- bylie. Le personnel de l’hôtel Lala Khedidja a veillé à ce que les hôtes de Tizi Ouzou ne manquent de rien. Tout le personnel exerçant dans cet éta- blissement a été ré- quisitionné pour l’occasion. Il faut si- gnaler que cela fait un moment que la JSK reçoit ses invités à

Lala Khedidja, un hôtel que même la CAF a homologué.

Tedjar s’est contenté de quelques tours de piste

Absent lors de la

séance de mer- credi, Saâd Tedjar était présent, hier à l’entraînement, au stade du 1er - Novembre de Tizi Ouzou. Le milieu de terrain kabyle, qui a effectué quelques tours de piste, a été retenu par son coach pour le match re- tour face au Jaa- raf.

Entraînement hier à 18 h pour Jaraaf

N’ayant rallié la ville des Genêts

qu’avant-hier vers 19h, les Sénégalais de Jaraaf n’ont pas eu le temps de s’entraîner. Les poulains

de Lamine Dieng, fati- gués du voyage qui les a conduit à Alger, de Dakar via Tunis, ont dès leur installation à Lala

Khedjidja, pris leurs quartiers pour récupérer. C’est hier, soit le dernier jour avant le match qu’a eu lieu l’unique séance d’entraînement à l’heure du match, au stade prin- cipal qui abritera le match de ce soir.

L. A.

10

1 0 N° 1590 Vendredi 10 juin 2011 Coup d’œil Coupe de la CAF A la

N° 1590 Vendredi 10 juin 2011

Coup d’œil Coupe de la CAF

A la toute dernière minute

Saïdi et Ziti non opérationnels

sera aligné tandis que El Orfi et Naïli s’occuperont de la récupéra- tion.

Ils seront toutefois sur le banc

En manque d’effectif, le coach kabyle nous a fait savoir que Ziti et Saïdi seront sur la feuille de match, mais ne joueront pas. Cela per- mettra à la JSK de compléter la feuille des 18 mais aussi aux 2 joueurs de vivre pleinement le match dans l’espoir d’oublier leurs blessures. Toutefois, nous avons appris que le staff leur a demandé d’effectuer des examens approfon- dis dès demain, pour être fixés sur leur blessure. En attendant, les deux joueurs seront soumis à un programme spécifique jusqu’à mardi prochain.

A. A.

S i le staff technique de la JSK a récupéré pas mal de blessés, il
S i le staff technique de la
JSK a récupéré pas mal
de blessés, il n’a pu néan-
moins réunir l’ensemble
de ses éléments la veille
du match retour qualificatif pour la
phase des poules. Contre toute at-
tente, la JSK a perdu deux élé-
ments, l’international espoir
Mohamed Khoutir Ziti et le
milieu récupérateur, Lyès
Saïdi. En effet, chacun
souffre d’une blessure
certes bénigne, mais qui les em-
pêche de jouer ce soir. Ziti, qui
pourtant vient de rater le stage en
Afrique du Sud avec l’EN Olym-
pique, souffre d’une légère entorse
à la cheville. D’après le diagnostic
du médecin, Ziti doit bénéficier
d’une semaine de repos au mini-
mum. Pressenti dans l’axe au côté
de Ali Rial, Mohamed Khoutir ne
pourra donc pas jouer ce soir. C’est
Kouceïla Berchiche qui le rempla-
cera à ce poste. Quant à Lyès Saïdi,
il n’a pas été chanceux. Le milieu
récupérateur kabyle s’est blessé
avec la sélection militaire lors
de son match amical face à
l’USMA. D’ailleurs, les respon-
sables kabyles n’ont pas caché
leur mécontentement, estimant
que Saïdi aurait dû faire plus at-
tention, du moment qu’il ne
s’agissait que d’une rencontre
amicale. La priorité va pour son
■ ■ Lyès Saïdi, lui, nous dira : «Ce qui m’a le plus
déçu, c’est d’avoir été blessé lors d’un match ami-
cal. Mais je dirais que cela fait partie du destin, du
moment que je jouais en sélection militaire. Main-
tenant, c’est à moi de faire le nécessaire pour
Naïli «On ne sous-estime
pas Jaraaf, la qualification
passe par une victoire»

club qui disputera un match déter- minant pour la qualification des poules. Quant à la nature de sa blessure, une source proche du staff médical du club nous a fait sa- voir que Saïdi souffre d’une élonga- tion à la cuisse. Tout comme Ziti, le natif de Sidi Aïch devrait rester indisponible pour une durée mini- male d’une semaine.

Belhout désappointé

Dans l’entretien qu’il nous a ac- cordé, Rachid Belhout a affiché clairement sa déception quant au forfait de ses deux joueurs, lui qui comptait sur leur apport pour ce match retour face à Jaraaf. Heu- reusement pour lui qu’il a pu récu- pérer certains cadres. Le coach kabyle en a profité hier soir lors de l’ultime séance de la mise en place. Sur le côté droit, c’est Remache qui

Saïdi : «Déçu de m’être blessé en match amical»

me rétablir le plus vite possible. La saison n’est pas en- core terminée. Le kiné du club m’a fait savoir que ma blessure n’est pas aussi grave que ça, et que je pourrai reprendre dès la semaine prochaine.»

L. A.

Ziti : «Je prends mon mal en patience»

■ ■ Interrogé quant à sa non participation, le latéral comme il se doit notre
■ ■ Interrogé quant à sa non
participation, le latéral
comme il se doit notre quali-
fication.
On a senti et ce depuis
quelques jours que le
groupe commence à re-
trouver du plaisir à jouer,
notamment depuis le
derby kabyle, un commen-
taire ?
Il est vrai que nous
sommes passés par des mo-
ments difficiles, et les raisons,
tout le monde les connaît.
Nous sommes les seuls à
avoir joué le plus grand nom-
bre de matches et ces
quelques moments de relâ-
chement sont donc justifiés,
néanmoins je considère notre
parcours de positif. Il nous
reste encore du chemin à
faire, laborieux je dois
l’avouer, mais on fera
tout pour terminer sur
une bonne note.
J’imagine qu’une
qualification aux
poules fera beau-
coup plaisir à
nos supporters.
Vous serez en fin de
contrat au terme de la sai-
son, vous pensez à votre
avenir ?
Je vous assure que j’ai tou-
jours accordé la priorité à la
stabilité, elle est pour beau-
coup dans la réussite. Je sais
que je serai libre dès la fin du
mois courant, mais pour
l’heure je ne pense pas à ce
chapitre. J’ai un engagement
avec le club que je me dois
d’honorer. A la JSK je ne
manque de rien. Mieux, je
sens que je progresse et je ne
trouverai aucun inconvé-
nient à prolonger.
Entretien réalisé par
Lyès Aouiche
droit Mohamed Khoutir Ziti était
très déçu, du moment qu’il a été
mis à la disposition de la JSK par
le staff de la sélection olympique.
Il nous dira à ce sujet : «Que voulez-
vous que je vous dise ! J’ai contracté
une blessure à la dernière minute. Je
voulais vraiment jouer ce match, car je
m’y suis préparé mentalement. Main-
tenant, je vais prendre mon mal en
patience. J’essaye de positiver. Mieux
vaut rater un match que terminer la
saison et prendre un risque inutile
avec cette blessure à la cheville. Je sou-
haite seulement que mes partenaires
feront de leur mieux pour se qualifier
aux poules».
A. A.
Les Sénégalais
optimistes
Il semblerait que le nul
concédé au match aller à
Dakar n’ait pas trop af-
fecté le moral des
joueurs de l’ASC Ja-
raaf. C’est l’impres-
sion donnée par la
plupart des
joueurs et le staff
technique dès leur
arrivée mercredi soir
à l’hôtel Lala Kha-
dîdja. Tout en sa-
chant qu’ils
affronteront l’une
des meilleures
équipes à l’échelle
africaine, les
joueurs sénéga-
lais s’attendent
à un retournement de si-
tuation. Pour eux, le nul à
Dakar n’est qu’un acci-
dent de parcours et ne re-
flète nullement le niveau
réel de leur équipe.
D’après leur entraîneur,
son équipe a les moyens
de surprendre la JSK.
L’idéal, d’après lui, serait
d’inscrire un premier but
avant de fermer le jeu
une fois pour toutes. Au
cours de la séance d’en-
traînement d’hier soir au
stade de Tizi Ouzou, les
adversaires de la JSK ont
donné l’air d’être très dé-
contractés. Reste à savoir
si c’est réellement l’am-
biance au sein du groupe,
ou si ce n’est qu’une appa-
rence. La réponse nous
sera donnée ce soir sur le
terrain. Les récentes dé-
clarations du capitaine
Sidibé, qui a provoqué les
Kabyles, n’ont nullement
déstabilisé les partenaires
de Douicher Laâmara qui
réservent leur réponse
sur le terrain. Connais-
sant parfaitement l’adver-
saire, les joueurs de la
JSK souhaitent un large
succès pour prouver que
le résultat de l’aller n’est
pas le fruit du hasard.
A. A.
Amadou Alliou (pdt Jaaraf) : «Ce sont les
autorités sénégalaises qui ont décidé de
décaler le match aller»
■ ■ Le président du Jaaraf, Amadou Alliou
Sak, est revenu sur le changement qu’a eu
lieu lors du match aller, lorsque la rencontre
face à la JSK a été décalée : «Ce n’est pas nous
qui avons décalé le match. Ce sont les plus
hautes autorités qui nous ont saisis, car, il y
avait un grand événement au Sénégal, la lutte
traditionnelle, qui a coûté aux organisateurs
des millions de CFA. Il n’a jamais été question
de déstabiliser la JSK.»

La JSK n’est qu’à 90’ de la phase des poules, le match aller s’étant soldé par un nul, peut-on considérer que vous êtes bien partis pour accéder aux poules ? J’estime que ce serait une erreur stratégique de se croire déjà qualifiés en tenant uniquement compte du ré- sultat du match aller. C’est évident que le match nul est le résultat qui nous ouvre le chemin de la qualification, toutefois, il faut rester vigi- lants et surtout ne pas crier victoire avant l’heure, la qua- lification se jouant sur deux manches. On doit impérati- vement gagner le match re- tour et par là même confirmer que nous méritons d’aller aux poules. Vous avez eu à connaître votre adversaire au match aller, quels sont selon vous ses points forts et points faibles ? Je sais que c’est une équipe homogène et qui a la seule ambition, au même titre que nous d’ailleurs, d’aller en poules. J’ai pu noter leur combativité de même qu’ils sont surtout forts offensive- ment — chose à quoi nous devons justement rester très attentifs — et légèrement fé- briles en défense. A mon avis, il faut se montrer effi- cace dès la première occasion qui se présentera. Gagner se- rait une manière de fêter

De notre envoyé spécial au Nigeria N° 1590 Vendredi 10 juin 2011 Coup de joie
De notre envoyé
spécial au Nigeria
N° 1590 Vendredi 10 juin 2011
Coup de joie ESS

11

Kheireddine R.

Kaduna, un paradis par rapport à Garoua

suffisante. Ils ont également trouvé qu’il n’y avait pas assez de protéine et de calories, et que ce n’était pas assez varié. Ce problème a été vite réglé après que les responsables de Kaduna eurent mis à leur disposi- tion un cuisinier libanais qui saura mieux satisfaire leurs besoins en alimentation, ce qui a dû soulager Abassen et ses joueurs.

Un banquier à leur service

Les Sétifiens n’étaient pas au bout de leurs surprises. Hier jeudi, un représentant d’une banque lo- cale est venu rendre visite aux Séti- fiens à leur hôtel, à la demande du président de Kaduna. C’est pour être à la disposition des membres de la délégation algérienne qui souhaitent échanger leurs euros en monnaie locale sans qu’ils aient à se déplacer en ville à la recherche de bureaux de change.

Djeroudi : « C’est le meilleur accueil dont je me souviens en Afrique »

L’accueil chaleureux qui a été ré- servé aux Sétifiens, les conditions d’hébergement et le geste du prési- dent de Kaduna a scotché les En- tentistes, qui n’ont pas vu cela auparavant. Le chef de la déléga- tion de l’Entente l’a d’ailleurs re- connu en nous déclarant : «C’est la première fois que l’équipe est aussi bien accueillie dans ses différents déplacements en Afrique. Jamais on n’a vu un tel accueil et une telle hospitalité». De leur côté, les joueurs ont qualifié Kaduna de pa- radis par rapport à ce qu’ils ont en- duré lors de leur dernier déplacement à Garoua.

K. R.

Le président de Kaduna serait un parent à Celestine Babayaro

Le président de Kaduna Uni- ted se nomme Babayaro, et

cela nous a poussés à savoir si le pre- mier responsable du club nigérian n’a aucun lien de parenté avec l’ancien défenseur nigérian, Celestine Ba- bayaro, qui a fait des passages à Chel- sea, à Newcastle avant d’aller finir sa carrière à Los Angeles Galaxy. On nous a fait savoir qu’effectivement, il est de sa famille, et certains nous ont même révélé qu’il est son père, mais c’est difficile à vérifier.

Il fait 30° à Kaduna

En plus des bonnes conditions dans lesquelles sont hébergés les joueurs de l’ESS, même les conditions climatiques sont clémentes. Il ne fait pas très chaud et la température avoisine les 30° seule- ment.

Ceux qui sont là prouvent leur amour pour l’Entente

Tout le monde sait que l’En- tente de Sétif a fait le déplace-

ment à Kaduna dans des conditions très particulières et difficiles à la fois. Des joueurs ont refusé de faire le dé- placement, sans aucune raison vala- ble selon les dirigeants, d’autres, même blessés, ont tenu à y aller. On a même laissé entendre que l’élimina- tion de l’ESS était programmée. Mais ceux qui sont là à Kaduna tiennent à démentir cette hypothèse en arra- chant la qualification ici en terre ni- gériane. Les dirigeants ont même fait savoir que les joueurs qui ont tenu à effectuer le déplacement, alors qu’ils ne sont pas en possession de tous leurs moyens, à l’image de Metref, Raho ou encore Djabou, ont prouvé qu’ils aiment l’Entente et qu’ils se bat- tent pour ses couleurs.

2400 DA le kg de raisin

Une seule journée passée à Kaduna nous a permis de

constater la cherté de la vie dans cette région, et même dans beaucoup d’au- tres régions comme nous avons pu le savoir. Et afin que vous vous en ren- diez compte, sachez qu’un kilo de rai- sin ici équivaut à 2400 DA en Algérie.

Ce n’est plus du raisin, c’est plutôt du caviar.

Serrar à Oran pour superviser Maâyouf

Le président de la SSPA/ESS s’est déplacé hier à Oran en

compagnie du manager Radjradj. L’objet de ce déplacement est de su- perviser quelques éléments évoluant dans le championnat Amateur. Nous avons pu savoir que le président de l’Entente va particulièrement suivre le jeune Maâyouf qui évolue au sein du Widad de Boufarik qui affrontera aujourd’hui Aïn Turk. Il est à noter que ce joueur avait déjà tapé dans l’œil d’Hervé Renard, l’entraîneur de l’USMA, lors d’un match amical des Rouge et Noir contre le WAB.

Rardjradj à Mascara

Au même moment, Radjradj sera à Mascara pour suivre le

dernier match du championnat Ama- teur entre le GCRM et Sig, afin de voir de près un jeune junior de Mar- cara qui évolue avec les seniors et qui, selon nos informations, fait des mer- veilles sur le terrain.

nos informations, fait des mer- veilles sur le terrain. L’ Entente de Sétif est ar- rivé

L’ Entente de Sétif est ar-

rivé à Kaduna mercredi

en fin de journée, après

un périple qui aura

duré plus de 24 heures. Les Séti- fiens avaient quitté Alger mardi matin en direction du Caire, d’où ils ont rallié, le soir, la capitale ni- gériane ,Abuja. Mercredi matin, les Sétifiens ont pris la direction de Kaduna qu’ils ont rejoint en fin de journée. Le voyage était harassant, certes, mais à son arrivée, la délé- gation algérienne a vite oublié tout ce qu’elle avait enduré. En effet, un accueil chaleureux lui a été réservé, eux qui n’avaient pas l’habitude d’être reçus de la sorte dans des coins aussi perdus de la savane. Tout a été mis en place par les res- ponsables de Kaduna pour que les Sétifiens puissent bénéficier des meilleures conditions de séjour, hébergement, transport et tran- quillité autour de leur résidence.

La Supercoupe de l’UNAF n’a pas été annulée

Suite au dernier communi- qué de l’Unaf où il a été établi le programme de la compéti- tion pour la saison prochaine, on a pensé que le match entre l’ESS et le Club Africain, comptant pour la Supercoupe de l’Unaf, a été annulé. Nous avons donc contacté le secré- taire général de cette struc- ture, monsieur Mahieddine Bekkar, pour de plus amples informations. Ce dernier nous a fait savoir que le «fait que la date de ce match n’ait pas été mentionnée dans le communiqué ne veut pas dire qu’il a été annulé. Nous avons essayé de programmer cette rencontre à la fin juin, mais les championnats algérien et tunisien nous ont posé pro- blème. Actuellement, nous sommes en train de chercher une date qui puisse arranger les deux parties».

20 000 dollars pour

la participation et

15 000 pour

chaque match

Aussi, nous avons pu savoir que pour la nouvelle édition des compétitions de l’UNAF, cette dernière a décidé d’oc- troyer 20 000 $ à chaque club participant, comme frais de préparation, plus 15 000 $ pour chaque match joué. Nous avons également pu sa- voir que le nombre des mem- bres des délégations des équipes a été augmenté à 30, au lieu de 25.

En plus, après avoir dîné dans le restaurant de l’hôtel, les joueurs ont rejoint directement leur cham- bre où ils ont pu dormir jusqu’au lendemain matin, avec une grasse matinée en prime, puisque la séance d’entraînement a été pro- grammée en fin d’après-midi.

Le président de Kaduna offre 25 puces téléphoniques aux Sétifiens

C’est le président de Kaduna en personne qui était à l’accueil des Sétifiens. Il a veillé à ce qu’ils ne manquent de rien, et il ne les a quittés que lorsqu’il s’était assuré que tout allait bien. Maic ce qui a surpris les Ententistes, c’est lorsque le président de Kaduna leur a offert 25 puces afin qu’ils puissent appe- ler et recevoir des communications gratuitement. Un geste qui a fait

?

beaucoup plaisir à la délégation al- gérienne.

Le wifi dans les chambres

Autre bonne nouvelle, l’établisse- ment où est hébergée la délégation sétifienne est doté d’un réseau in- ternet wifi. Une agréable surprise pour les joueurs qui peuvent se connecter à tout moment et s’occu- per ainsi en surfant sur le net, tout en restant en contact avec leurs proches. Les Sétifiens arrivaient à peine à croire que tout cela existait dans la lointaine Afrique.

Un cuisinier libanais à la disposition de l’équipe

En dépit de tous ces points posi- tifs, les Sétifiens ont toutefois émis des réserves concernant les repas qui leur ont été servis les premier et deuxième jours, en quantité in-

Lemmouchia : «Avec 13 joueurs,

ça va être vraiment difficile»

Khaled Lemmouchia demeure l’un des fi- dèles de cette équipe de l’Entente qu’il n’a pas tardé à joindre dès son re- tour de Marrakech. Malgré un moral à plat, il a tenu à ho- norer son engage- ment avec l’équipe de Aïn El Fouara qui va tenter de réaliser un exploit à Kaduna.

Votre séjour se passe très bien ici à Kaduna, vous le confirmez ? Oui, nous bénéficions de très bonnes conditions de sé- jour et de confort et nous sommes très satisfaits de l’ac- cueil qui nous a été réservé, contrairement à ce que nous avons vécu récemment à Ga- roua. Je crois qu’ils ont fait tout cela par rapport au bon accueil qu’on leur a réservé au match aller, et le football c’est cela avant tout, c’est un échange entre les peuples et cela fait vraiment plaisir. On entre directement dans le vif du sujet, comment voyez-vous ce match retour

Ecoutez, moi, je n’aime pas me mettre la pression, ni l’exercer sur mes coéquipiers. Le résultat de ce match dé- pend des conditions du jour

de la rencontre. Il est difficile de se prononcer sur quoi que ce soit, alors que l’équipe s’est déplacée avec 13 joueurs seu- lement, dont deux blessés. Avant de parler de qualifica- tion, il faut parler d’honorer les couleurs de l’Entente. Cela va être vraiment diffi- cile avec 13 joueurs, non ? Et comment ! Imaginer qu’un joueur se blesse ou se fasse expulser… Imaginez que le gardien se blesse ou se fasse expulser… Je n’ose pas imagi- ner ce scénario, et nous allons prier pour que tout se passe bien. Mais comment allez-vous aborder cette rencontre par rapport au résultat du match aller ? L’idéal serait de les surpren- dre en marquant un but. Cela les obligerait à chercher à marquer trois buts, ce qui compliquera leur mission. Mais je sais en même temps que cela va être difficile, avec un seul entraîneur, un seul di- rigeant et treize joueurs seule- ment. Nous allons essayer de faire valoir notre expérience et je sais aussi que la détermina- tion et la volonté peuvent faire la différence. Est-il vrai que l’élimination de l’Entente a été program- mée ?

Loin de moi cette idée, il m’arrive personnellement de m’interroger si l’élimination ne serait pas la meilleure chose qui puisse arriver à l’équipe.

Entretien réalisé par Kheireddine R.
Entretien réalisé par
Kheireddine R.

Cela fait des années que l’ESS n’a pas soufflé. Nous ne bénéficions pas de repos comme toutes les au- tres équipes à l’inter- saison, et cela nous a causé beaucoup de problèmes. Dans pareilles condi- tions, il faut re- garder très loin, mais cela ne veut

nulle-

ment dire que nous allons provoquer les choses pour que l’ESS soit éli- minée. Mais si tel sera le cas, je répète qu’il faut regarder le bon côté des choses. Vous vous êtes remis de la dé- faite de l’EN à Marrakech ou pas encore ? Je n’ai pas encore di- géré cette défaite, ça me fait encore mal, et à l’oc- casion, je tiens à m’excu- ser auprès du peuple algérien qui ne méritait pas cela. Mais il ne faut pas rester les bras croisés, si nous avons perdu le présent, il nous faut pré- parer l’avenir.

12

N° 1590 Vendredi 10 juin 2011 Coup difficile CRB
N° 1590 Vendredi 10 juin 2011
Coup difficile CRB
1 2 N° 1590 Vendredi 10 juin 2011 Coup difficile CRB N° 1590 Vendredi 10 juin

N° 1590 Vendredi 10 juin 2011

2011 Coup difficile CRB N° 1590 Vendredi 10 juin 2011 Coup sûr USMH 1 3 Les

Coup sûr USMH

13

Les Harrachis se concentrent sur les deux prochains derbys El Harrach voit loin L a
Les Harrachis se concentrent
sur les deux prochains derbys
El Harrach voit loin
L a séance d’hier a été
caractérisée par la
présence de tous les
joueurs. L’entraîneur
harrachi en a profité
devenue une équipe qui doit
jouer pour un titre. Les joueurs
ont compris le message rapide-
ment et se sont mis au travail
pour préparer cette rencontre
avec le plus grand sérieux. Ce
qui témoigne de leur volonté
d’arracher une place parmi les
trois premières au classement.
Une fin de championnat
chargée pour le Chabab
Gamondi
aux EAU la
L e derby qui devait oppo-
ser l’USMH au CRB ce
samedi au stade Lavige-
rie a été reporté sur de-
mande du club
belouizdadi qui possède
c’est-à-dire pour le 21 du même
mois. Comme nous l’avons annoncé
dans notre édition d’hier, il a été dé-
cidé de faire jouer tous les matches
en retard au plus tard le 21 juin et
programmer les quatre dernières
journées le même jour et à la même
heure dans le but de garantir l’équité
et l’éthique sportive. Cette nouvelle
programmation aura des retombées
sur la formation belouizdadie qui
héritera d’une fin de championnat
très chargée. Les gars de Laâquiba
seront appelés à disputer quatre
matches en douze jours, soit un
match chaque trois jours. Le 21 juin,
le Chabab affrontera l’USMH au
stade Lavigerie avant de recevoir le
25 du même mois l’USMA pour un
deuxième derby d’affilée au 20-Août.
Trois jours plus tard, c’est-à-dire le 28
juin, les Rouge et Blanc croiseront le
fer avec le WAT, une équipe qui lutte
pour sa survie en L1, à Tlemcen. Le
premier du mois prochain, le CRB
recevra la JSMB sur son terrain. Un
marathon pour les poulains de Ga-
mondi qui jouent pour garder leur
deuxième place au classement, sy-
nonyme d’une participation à la
Ligue des champions africaine, la
compétition la plus prestigieuse du
continent, à laquelle le Chabab n’a
pas goûté depuis un bon moment.
Les Belouizdadis n’ont pas caché
leurs inquiétudes d’être coiffés au po-
teau à cause d’une programmation
démesurée en cette fin de cham-
pionnat. Le CRB, à l’instar de toutes
les équipes, disputera son dernier
match de l’actuel exercice le 8 juillet
en affrontant l’Entente de Sétif, alors
que le début de la saison prochaine
a été fixé au 10 septembre.
pour booster à nouveau ses
poulains. Il leur a parlé du
match contre l’USMB et les im-
perfections qu’il a décelées au
sein de l’équipe. Le coach harra-
chi a d’ailleurs précisé qu’il pro-
cèdera à faire les correctifs qui
s’imposent. Mais la plus grande
partie de son discours a
concerné les deux prochains
matchs face au CRB d’abord,
puis contre le Doyen. Deux der-
bys que le coach de l’USMH
veut absolument gagner. Charef
voulait voir ses joueurs se
concentrer d’ores et déjà sur
cette confrontation et oublier les
deux derniers matchs en cham-
pionnat, caractérisés par deux
succès. Ainsi, il a averti ses pou-
lains du danger s’ils prennent
l’adversaire à la légère ou s’ils
s’estiment gagnants d’avance, en
leur rappelant que les matchs ne
se ressemblent pas tous et qu’au-
cune équipe n’est à l’abri d’une
surprise. Charef n’a pas caché
ses ambitions de viser le podium
A u vu du recrutement des quatre
juniors engagés officiellement et
qui ont signé des précontrats, on
peut penser que la direction de
l’USMH a déjà donné un aperçu
semaine
prochaine
trois joueurs avec la sélection olym-
pique qui est à pied d’œuvre à Jo-
hannesburg en prévision de la
rencontre retour contre la Zambie
pour le compte des prochains JO de
Londres. La Ligue nationale de foot-
ball a programmé cette rencontre
pour le 28 du mois en cours avant de
se raviser et l’avancer d’une semaine,
et pourquoi pas aller le plus loin
possible en championnat. Pour
lui, l’USMH est
N. B.
Hannachi
B eaucoup a été dit sur l’ave-
nir de Gamondi ces der-
niers jours. Nous avons
Tafat opéré de l’appendicite
veut Rebih
● ●Le junior Tafat qui a été promu
en équipe première cette saison a
Kerbadj «Le report de la rencontre
de l’USMH est un droit, non un privilège»
Deux matchs amicaux
au programme
L’USMH est au repos forcé
pour une durée de onze jours, à
compter de ce week-end, en rai-
son du report de la rencontre
contre le CRB. Pour cela, Charef
a déjà programmé deux rencon-
tres amicales. La première aura
lieu aujourd’hui. Cela permettra
à ses poulains de garder la
forme physique et le rythme
compétitif. Le coach harrachi,
convaincu de la nécessité des
matchs amicaux pour ses pou-
lains, attend la réponse des diri-
geants qui sont en contacts avec
plusieurs clubs de Ligue 1 et 2
pour conclure la programma-
tion d’une autre rencontre qui
aura lieu probablement ce
mardi. L’entraîneur harrachi
profitera de cette confrontation
amicale pour apporter quelques
réglages au sein de son équipe,
et surtout combler les lacunes
constatées après les deux der-
nières rencontres de champion-
nat. Charef veut surtout voir à
l’œuvre certains éléments qui
n’ont pas eu la chance de jouer
ces dernières semaines. Ce sera
une bonne occasion pour cer-
tains réservistes de prouver
leurs capacités à prétendre à
mieux qu’un statut de rempla-
çant.
sur les objectifs qu’elle veut atteindre. A
priori, les dirigeants harrachis pensent
plus à construire une grande équipe
d’avenir que de jouer les premiers rôles
la saison prochaine. Le fait d’avoir fait si-
gner trois juniors, Kerbane, Haou, Dah-
mane, en attendant Boudjenah, on peut
dire que la direction travaille plus pour
le long terme. C’est pour cette raison que
dans les coulisses, les dirigeants pensent
d’ores et déjà à préparer l’avenir. Du
moins à y tracer les grandes lignes. En
tout cas par rapport aux informations
que nous avons, cette éventualité de s’y
mettre est très envisagée. Même s’il est
vrai qu’en matière de résultat, l’équipe
harrachie est depuis trois ans en train de
réaliser des résultats satisfaisants. Ceci
est sans aucun doute lié aux compétences
de l’entraîneur en chef qui avec peu de
moyens arrive à s’en sortir.
Le départ des vedettes,
une aubaine pour les
jeunes
Même si le départ l’été prochain de
plusieurs éléments parmi les vedettes
commence à se faire sentir, mais pour
beaucoup d’observateurs à El Harrach,
c’est une occasion pour certains jeunes
éléments de prendre la relève. C’est ce
que nous a confié un ancien joueur du
club, actuellement membre au sein des
staffs techniques des jeunes : «Je pense
que le départ de certaines vedettes est une
bonne chose pour certains jeunes, issus du
réservoir comme Touahri, Benayache,
Kabla, Benaï, ainsi que certains jeunes
éléments recrutés officiellement en janvier
dernier comme le cas Kerbane un joueur
formé en Tchéquie ou encore Haou de Re-
lizane. Il y a aussi Limane le gardien de
but qui aura sûrement l’occasion de jouer
plus souvent, en cas de départ de Doukha.
Même si tous ces jeunes n’ont pas encore
l’expérience voulue pour prétendre com-
bler un grand vide en cas d’un éventuel
départ massif, mais des éléments comme
Touahri, Kabla, Limane ont les capacités
pour s’imposer en plus d’un statut d’in-
ternational à défendre. Il leur suffit de tra-
vailler, et avec plus de temps de jeu ils
devraient y arriver.»
Nacer-Eddine Ratni
rapporté dans nos précédentes
éditions que le technicien argen-
tin est convoité par des clubs
émiratis. Interrogé à ce sujet, le
président du CRB, Mahfoud Ker-
badj, nous dira : «Je me suis réuni
hier (mercredi ndlr) avec Ga-
mondi pour tirer les choses au
clair. Il m’a confirmé les informa-
tions que vous avez publiées selon
lesquelles il est en contact avec un
club du championnat des Emirats.
Mais je ne sais pas de quel club il
s’agit exactement, lui-même
n’étant pas encore fixé. Il a appa-
remment reçu une offre très allé-
chante, ce n’est pas donc facile
pour nous de le convaincre de res-
ter. Cela dit, il y a toujours une
possibilité qu’il reste parmi nous la
saison prochaine. Nous allons
faire un effort pour lui augmenter
son salaire (8 000 euros), garder
nos joueurs et renforcer l’effectif
par des joueurs de qualité. Je pense
qu’avec ces conditions, il prolon-
gera son bail avec nous.» Selon
nos information, Miguel Angel
Gamondi devra s’envoler au
cours de la semaine prochaine
aux Emirats arabes unis où il pas-
sera deux jours pour négocier
son éventuel transfert. Ce qui si-
gnifie que rien n’est officiel pour
Nacer-Eddine Ratni
été opéré de l’appendicite à l’hôpital de
Douira. Sa convalescence ne sera pas
longue, et il ne tardera donc pas à re-
prendre le chemin des entraînements.
L e report de la ren-
contre USMH-
Gharbi
CRB,
sur
En amical face
à Tipaza demain à 10h
Entraînement aujourd’hui
à Aïn Benian
● ●Le staff technique du CRB a
programmé la séance d’entraîne-
ment d’aujourd’hui à l’Institut des
Sports d’Aïn Benian à cause de l’indis-
ponibilité du stade du 20-Août. Les
poulains de Gamondi sont devenus des
habitués de cet institut qu’ils connais-
sent parfaitement bien.
L’excellente
saison
réalisée
par
Bouba-
Samedi repos
keur
Rebih
au
sein
du
● ●N’étant pas concernés par la
journée de championnat de de-
CRB
n’a
pas
laissé
in-
différents
les
prési-
main après le report de leur match
face à l’USMH, les joueurs du Chabab
ont bénéficié d’un jour de repos. La
reprise est programmée pour di-
manche au stade 20-Août.
dents
de
club.
En
fin
de
contrat,
l’ex-
joueur
de
l’USMAn
et
de
l’USMB
intéresse
au
plus
haut
point
le
Le directeur du 20-Août
était malade
président
de
la
JSK,
Moh
Cherif
Hanna-
● ●L’absence du directeur du
stade du 20-Août, Noured-
nos
sources, le président
chi.
Selon
dine Boussefiou, n’est pas passée ina-
perçue. Renseignements pris, le
premier responsable de cette en-
ceinte était malade et alité chez lui.
Cela ne l’a pas empêché toutefois
d’élaborer son programme et le
kabyle
a même
pris
attache avec le joueur
pour
lui
soumettre
l’idée
de
porter
le
maillot kabyle la sai-
son prochaine.
demande des Belouizda-
dis, n’a pas été apprécié
du côté d’El Harrach
dont les dirigeants sont
montés au créneau pour
dénoncer une telle déci-
sion. Le président de sec-
tion de l’USMH,
Bensemra, a accusé le pré-
sident du CRB, Mahfoud
Kerbadj, pressenti pour le
poste de président de la
LNF, d’être derrière cette
décision. Contacté par nos
soins, le premier responsa-
ble du Chabab nous décla-
rera : «Je dirai à ce
bonhomme (Bensemra
ndlr) que Kerbadj n’est pas la
Ligue. Reporter le match est
un droit, et non pas un privi-
lège. La loi en vigueur nous
permet de demander le re-
port. Nous avons trois
joueurs en Equipe nationale
olympique, donc la LNF n’a
fait qu’appliquer la réglemen-
tation. On a reporté un
match récemment au Mou-
loudia pour les mêmes rai-
sons, et à ce que je sache,
la présidence de la LNF. Inu-
tile donc de dire que notre
match a été reporté parce que
Kerbadj est soi-disant le futur
président de la Ligue. Ces
choses-là me font vraiment
rire.»
«Ces reports nous perturbent,
mais on a pris l’habitude»
volonté qui caractérise le groupe
Vous semblez très optimiste,
bien que votre tâche paraisse
des plus délicates ?
Quand on est conscients de ses
Pour combler le vide de la compétition,
provoqué par le report du match contre le
CRB, les poulains de Charef donneront la
réplique à l’équipe de Tipaza demain en ami-
cale au stade Lavigerie. Charef a beaucoup
insisté auprès des dirigeants pour jouer une
rencontre amicale pour bien préparer son
équipe, en prévision du derby contre le CRB.
Le coach harrachi devrait faire tourner son
effectif afin d’avoir une idée précise sur la
forme de chaque élément.
capacités, on ne peut qu’être
confiants. Dans ce match, on sor-
tira le grand jeu, comme si on al-
lait à affronter le leader et soyez
sûr que nous n’allons pas être ri-
dicules.
Benomar optimiste
pour la suite
du parcours
nuons à le faire d’ailleurs.
Mais je dirai que Slimani et
Rebih resteront avec nous, et
aucun autre joueur ne quit-
tera le CRB cette saison. Si les
autres présidents leur offrent
des milliards, au CRB ils ont
la paix. Plusieurs joueurs ont
quitté le club pour des raisons
financières, et qui veulent re-
venir juste pour retrouver la
paix.»
Beaucoup d’observateurs
pensent que vous fournissez
un grand travail au milieu et
que vos prestations sont en
nette progression. Personnel-
lement, comment jugez-vous
Hacen Benomar, l’adjoint de Charef, à qui
nous avons demandé de nous donner son
votre rendement ?
Je ne peux pas porter un juge-
ment sur moi-même, mais si
l’entraîneur continue à
point de vue sur les capacités du groupe, s’est
montré très satisfait, voire optimiste. «Les
joueurs ont beaucoup progressé et personnelle-
ment j’ai une confiance en leurs capacités. Il ne
faut pas trop se référer aux quelques faux pas
qu’on a concédés durant notre parcours, parce
que je les considère comme simple accident de
parcours. Mais toujours est-il qu’il reste
encore du travail à faire pour at-
N. B.
m’aligner, c’est que
mes prestations
le moment. Et comme il peut
aller signer aux EAU, il pourra
également rester au CRB et pour-
CRB a bénéficié de tous ses cré-
neaux habituels tout au long de la
semaine.
Touahri
et Demou en
Ghrib n’est pas candidat pour
«Aucun joueur
ne quittera le CRB»
Au sujet de ses joueurs en
fin de contact et qui sont
convoités par plusieurs au-
tres clubs, le premier res-
ponsable du club de
Laâquiba rétorque : «Je suis
vraiment outré par le com-
portement de certains prési-
dents. Lorsque j’entends
qu’un responsable se déplace
jusqu’à El Affroun, le lieu de
résidence d’un joueur (Rebih,
ndlr) pour qu’il discute avec
lui et lui miroite des milliards
alors que le championnat
n’est pas encore terminé, cela
me dégoûte. Le professionna-
lisme, ce n’est que des paroles
dans l’air. Ils font dans la sur-
enchère en offrant des mil-
liards à des joueurs. Moi, je
ne suis pas comme ça. On a
recruté des joueurs de divi-
sions inférieures et ils ont
réussi chez nous. Nous conti-
L’USMH, votre équipe,
s’accroche toujours au pe-
loton de tête, cela dénote
de sa volonté à arracher
une place au podium…
C’est vrai mais le plus
important est de rester
dans cette dynamique, à
savoir mettre le plein à do-
micile tout en essayant de
faire mieux en déplace-
ment. Les matchs qui
nous restent à jouer seront
encore plus difficiles, mais
on peut faire mieux que les
objectifs fixés
Le report du match
contre le CRB ne risque-
t-il pas de freiner l’élan
de votre équipe qui reste
sur une courbe ascen-
dante ?
Vous savez, on a déjà
pris l’habitude avec ces
changements de pro-
gramme fréquents.
Certes ce report nous
perturbe un tant soit
peu, mais on essayera
de rester concentrés
sur cette confronta-
tion.
Pensez-vous que le
groupe sera prêt
sur le plan moral
pour cette
confrontation ?
Nous sommes d’ores et déjà
prêts. Il reste encore quelques ré-
glages à faire au sein du groupe.
Cela viendra avec les quelques
séances qui nous restent à jouer,
et durant lesquelles le coach ap-
portera les dernières retouches.
Pour les deux prochaines ren-
contres vous aurez à affronter
le CRB puis le MCA trois
jours plus tard. Comment
voyez-vous l’issue de cette
rencontre ?
Tous les matchs sont difficiles ;
mais si l’équipe se comportera
comme lors des dernières ren-
contres, je suis sûr qu’on réalisera
de bons résultats. Le groupe est
en train de retrouver ses moyens.
Cela dit, le CRB et le MCA sont
deux équipes redoutables, mais
je pense qu’on a les moyens de
surmonter ces deux obstacles.
Une chose est sûre, on va se bat-
tre pour réussir le meilleur résul-
tat possible.
Que ce soit le MCA ou le
CRB, les deux équipes possè-
dent des joueurs expérimen-
tés. Ce facteur pourrait
s’avérer déterminant, non ?
Il est vrai que ces deux équipes
sont plus expérimentées, mais
nous avons les moyens de com-
penser notre inexpérience par la
sont
bonnes.
L
a
confiance
regroupement avec la
sélection olympique
teindre les objectifs tracés.
Nous avons une équipe
jeune qui se débrouille
très bien, face à des
adversaires plus ex-
suivre sa mission à la tête du club.
Arrivé au début de la saison, Ga-
mondi a réussi à hisser l’équipe à
Au sujet de la succession de Kerbadj Chettouf indécis
du
coach
et celle du
Ils sont actuellement deux joueurs à faire
partie de l’équipe nationale olympique, entraînée
périmentés. On
doit laisser ces
public
la deuxième place du champion-
I l n’est un secret pour per-
jeunes grandir en-
semble afin d’ac-
nat à cinq journées de la fin de
sonne que le président ac-
quérir
de
l’exercice. Le technicien argentin
tuel du CRB, Mahfoud
m’aident
beaucoup
sur le plan
a gagné en moins d’une saison
Kerbadj, est candidat pour
psycholo-
l’estime des joueurs et des res-
ponsables et a été adopté par les
supporters.
la présidence de la LNF. Le pre-
mier responsable du Chabab
devra, selon toute vraisemblance,
succéder à Mohamed Mecherara.
Du côté du Caroubier, on com-
mence d’ores et déjà à préparer la
succession de Mahfoud Kerbadj.
Le candidat le plus indiqué et qui
fait plus ou moins l’unanimité
est, comme nous l’avons déjà an-
noncé, Karim Chettouf. L’ancien
vice-président et porte-parole du
club qui a démissionné de son
poste, est néanmoins indécis. Il
ne sait pas encore s’il devra pré-
senter sa candidature ou pas, du
moment que rien n’est encore sûr
concernant l’avenir de Mahfoud
Kerbadj. Rappelons que Chettouf
a présenté sa démission avec l’ex-
président de section, Djaâdi,
alors qu’ils étaient tous les deux
en désaccord avec Mahfoud Ker-
badj. Karim Chettouf voudra sû-
rement être d’abord sûr du départ
de Mahfoud Kerbadj avant de
prendre sa décision.
par Aït Djoudi. Il s’agit bien sûr du défenseur Ab-
delghani Demou et de l’attaquant Touahri. Ces
deux éléments ont fait le voyage en Afrique du
Sud comme l’ensemble du groupe retenu par
le sélectionneur national et ce, pour un
l’expérience. Cela
viendra avec le tra-
gique. Entretien
réalisé par Nacer-
stage de préparation en perspective
du match retour contre la
Zambie
vail, le sérieux et la
persévérance. Je suis très
optimiste quant à l’avenir
N. B.
Eddine Ratni
de cette équipe.»
N° 1590 Vendredi 10 juin 2011 Coup de force MCA Zekri devra opérer quelques changements
N° 1590 Vendredi 10 juin 2011
Coup de force MCA
Zekri devra opérer quelques
changements face à Béjaia
rane aura à cœur de confirmer de-
main soir tout le bien que l’on
pense de lui.
Babouche dans le
couloir gauche
Absent en raison de l’interven-
tion chirurgicale qu’il avait subie
au niveau de la mâchoire, Réda
Babouche devra reprendre du ser-
vice contre Béjaïa. L’absence de
Bedbouda a incité Réda à rechaus-
ser les crampons prématurément.
Le capitaine mouloudéen devra
jouer comme latéral gauche. A
moins que Zekri ne décide au der-
nier moment de le titulariser au
milieu du terrain côté gauche.
Megherbi pourrait
retrouver Zeddam
dans l’axe
du déplacement à Be-
jaïa, retrouver son
poste de prédilection
qui est milieu récu-
pérateur. L’absence
de Daoud pourrait
inciter Zekri à faire
monter d’un cran
Bouchema qui ai-
merait se pro-
duire dans un
registre qu’il af-
fectionne tout
particulièrement.
C’est l’occasion
d’associer de nou-
veau Bouchema à
Koudri qui a sou-
vent constitué le
maillot fort du mi-
lieu de terrain
mouloudéen.
Relégué depuis un certain temps
au rang de remplaçant, Mohamed
Megherbi pourrait retrouver une
place de titulaire aux côtés de
Hamza Zeddam. Titularisé à trois
reprises depuis la venue de Zekri,
l’enfant d’Oran aimerait fêter sa
quatrième titularisation par un
bon résultat en terre bejaouie.
Attafen
serait
préféré
à Berramla
Bouchema devrait
rejouer dans son poste
de prédilection
Très critiqué ces
derniers temps par
les supporters qui
ne sont pas du tout
emballés par les prestations de
Tayeb Berramla loin du niveau qui
était le sien lorsqu’il se produisait
sous les couleurs de la JSK, le natif
d’Oran a de très fortes chances de
ne pas être reconduit contre la
JSMB. C’est Billel Attafen qui lui
serait préféré pour animer le mi-
lieu de terrain mouloudéen. C’est
l’occasion ou jamais pour Attafen
de gagner le confiance du staff
technique.
Aligné en libéro comme cela a
été le cas contre l’ASO, Nacim
Bouchema pourrait, à l’occasion
Laref bien placé
pour jouer en pointe
fortes chances de débuter la ren-
contre demain soir dans le onze de
départ. Le joueur émigré, qui sera
face à son ancienne équipe, pour-
rait constituer l’option numéro un
de Zekri qui avait aligné contre
Chlef Mohamed Amroune sans
avoir le résultat escompté.
Abdelhakim Laref a de très
T. Che
Il retrouvera demain le stade de l’Unité-Magrébinne et son ancien club

Il s’est entretenu longuement hier après-midi avec Zekri

T. Che

Laref : «On ira à Béjaïa

pour réussir un grand coup»

Le match de demain contre la JSMB aura un parfum assez particulier pour Abdelhakim Laref qui se retrouvera pour la deuxième fois depuis sa venue au Mouloudia face à son ancienne équipe. Pour le cen- tre avant du Doyen, la page de Béjaïa a été tournée et il n’a qu’un seul objectif qui est de revenir de La Soummam avec au moins le point du match nul.

Comment se déroule votre pré- paration pour cette renconttre contre la JSMB ? On se prépare avec la plus grande concentration pour ce match face à la JSMB. Nous ne voulons rien laisser au hasard, car l’heure est à la mobili- sation générale. Cette défaite que nous avons essuyée chez nous contre Chlef nous a mis dans une situation très délicate. Sincèrement, on ne s’at- tendait pas à pareille mésaventure surtout que le but de Chlef était en- taché d’une position de hors-jeu. Malheureusement, on ne pourra pas faire marche arrière et il faudra se serrer les coudes pour rectifier le tir, car nous sommes en danger. Ce match contre Béjaïa revêt un parfum particulier pour vous qui aviez signé en début de saison à la JSMB… Pour être franc avec vous, j’ai com- plètement tourné la page de la JSMB. J’ai été recruté par ce club en tout début de la saison, mais en raison de certains choix, je n’ai jamais eu l’oc- casion de m’exprimer sur le terrain. Votre différend était donc avec Djamel Menad ?

Absolument. Je n’ai jamais eu de souci, que ce soit avec la direction ou les joueurs du club. D’ailleurs, je suis souvent en contact avec mes anciens potes comme Bouraba, Maïza et bien d’autres joueurs de la JSMB. Ne craignez-vous pas une cer- taine hostilité des supporters be- jaoui envers vous ? Pas du tout. J’ai toujours entretenu de très bons rapports avec les sup- porters de la JSMB qui sont des connaisseurs. Je n’ai aucune crainte de ce côté-là. Lors de la rencontre de Coupe d’Algérie, vous avez déjà affronté la JSMB à Béjaïa même avec la qualification au bout. Mais ce week-end, la rencontre va se jouer devant le public et non à huis clos comme cela a été le cas lors du rendez-vous de coupe ? Ce match de coupe, je ne l’oublierai jamais, car c’était mon premier sous les couleurs du Mouloudia. Et nous avons réussi à nous qualifier après être passés à deux doigts de l’élimina- tion. Mais ce qu’il faut retenir, c’est que nous sommes parvenus à termi- ner la partie sur un score vierge même si je reconnais que le fait d’avoir joué ce match à huis clos a ar- rangé nos affaires. Cette fois-ci, ce sera totalement différent avec une grosse pression qui sera exercée par les supporters béjaouis, car leur club joue pour une place africaine. Est-ce que vous avez parlé de ce match avec les joueurs de la JSMB ? Oui, assez brièvement, et la plupart des joueurs de la JSMB à qui j’ai parlé m’ont juré qu’on n’avait rien à espérer de ce match et qu’on n’avait aucune

rien à espérer de ce match et qu’on n’avait aucune chance. Mais Maïza n’avait t-il pas

chance. Mais Maïza n’avait t-il pas tenu le même discours lors du match de Coupe d’Algérie ? Effectivement, et c’était nous qui avions eu le dernier mot. On sait tous qu’un match de foot se joue avant toute chose sur un terrain et non sur le papier. A nous de nous battre avec nos tripes pour réussir un grand coup à Béjaïa. Auteur d’un but depuis votre venue au MCA, vous aimeriez bien retrouver le chemin des fi- lets à l’occasion de cette rencon- tre qui revêt une grande importance pour votre équipe ? Ce serait fabuleux de marquer un but décisif lors d’un match aussi ca- pital. Mais le plus important à mes yeux, c’est de réussir un bon résultat et peu importe celui qui trouvera la faille. Seul un bon résultat compte. Entretien réalisé par Tarek-Che

Daoud s’est envolé hier vers l’Afrique du Sud via Paris

Blessé au genou droit lors du match contre l’ASO où il avait été contraint de sortir au bout de vingt minutes de jeu cédant ainsi sa place à Billel Attafen, Farid Daoud n’avait pu partir mardi en France comme prévu afin de passer les examens pour connaître la nature exacte de sa blessure. Finalement, c’est hier matin que Daoud a passé l’écho- graphie qui n’a rien révélé. Ras- suré par son médecin traitant, le demi-défensif du Mouloudia a pu s’envoler hier vers 15 h à des- tination de Paris où il devait passer quelques heures avec son frère avant d’attaquer la deuxième étape de son voyage qui le conduira en Afrique du Sud. Daoud devra, dès son arri- vée, se remettre au boulot avec les U23 qui sont en stage depuis lundi passé au pays de Nelson Mandela. «Je suis soulagé et content de pouvoir être opéra- tionnel pour le match contre la Zambie. D’ailleurs, j’ai reçu le OK pour reprendre les entraîne- ments dès mon arrivée en Afrique du Sud. Je souhaite de tout cœur que mon équipe va réussir un bon résultat contre la JSMB», nous a dit en substance l’enfant de Beni Zemenzer qui n’a plus une minute de répit avec l’enchaînement des rencon- tres avec la sélection nationale Espoirs et le Mouloudia. Chose qui était impensable il y a quelques mois lorsque Daoud cherchait à revenir à son meil- leur niveau, après avoir contracté une très grave bles- sure au tendon d’Achille qui avait nécessité une intervention chirurgicale.

14

P our ce déplacement périlleux à Béjaïa, le coach Nourredine Zekri devra opérer quelques change- ments par rapport à

l’équipe qui avait perdu face à l’ASO. On dit qu’on ne change pas une équipe qui gagne, mais le contraire est tout aussi valable car il serait inconcevable de maintenir la même ossature pour défier une équipe de la JSMB qui a actuelle-

ment le vent en poupe. Même si Zekri se refuse de dévoiler, comme à son habitude, le onze avec lequel il abordera le match de demain soir contre les Béjaouis, nous avons essayé d’avoir plus de préci- sions sur la composante qui sera remaniée, du moment qu’il est dé- cidé à réussir un coup de maître en terre bejaouie pour faire taire les critiques.

Le jeune Aberane en latéral droit

Le jeune Mohamed Aberan,e qui avait été au centre d’une dis- sension entre Zekri et Ghrib, sera cette fois-ci sur le terrain pour af- fronter la JSMB. Profitant de l’ab- sence de Besseghier suspendu pour cumul de cartons, Aberane devra disputer demain son troi- sième match comme titulaire. Le joueur avait été aligné contre le Mouloudia d’El Eulma et le MCO avec le succès que l’on sait. Abe-

Ghrib réitère sa confiance à Zekri

Alors que la rumeur de l’évic- tion de Zekri enfle au fil des jours, Omar Ghrib, pour cre- ver l’abcès, s’est longuement entretenu hier après-midi avec le coach Zekri. Durant la réu- nion qui a eu lieu au siège du club, Ghrib a tenu à réitérer sa confiance à son coach qui devra rester jusqu’au terme de son contrat. Cependant, Ghrib a exigé de Zekri de modérer ses sorties médiatiques qui ont souvent fait le buzz ces der- niers mois.

Ghrib : «Je compte garder Zekri jusqu'au terme de son contrat»

«Je me suis entretenu avec Zekri avec lequel nous avons fait le point sur la situation. J’ai tenu à cette occasion à lui réitérer ma confiance et je peux vous dire qu’il restera avec nous jusqu’au terme de son contrat. Je ne peux juger l’entraîneur alors qu’il a pris le train en cours de route. Ce n’est que la saison prochaine qu’on pourra véritablement juger Zekri sur les performances et les résultats qu’il aura réalisés, pas avant», nous a dit avec fermeté et détermination Ghrib.

N° 1590 Vendredi 10 juin 2011

N° 1590 Vendredi 10 juin 2011 1 5 MCA Ghrib : «Nous avons une entière confiance

15

MCA

Ghrib : «Nous avons une entière confiance en Benouza qui est l’homme indiqué pour gérer un tel match»

A la veille de chaque match, la question de l’arbitrage est devenue le centre d’inquié-

tude des responsables du Mouloudia et des membres du staff technique. Souvent lésé par des décisions d’arbitrage, à l’image du but de Ali Hadji validé contre l’ASO alors qu’il était enta- ché d’une position de hors-jeu, et à la veille d’af- fronter la JSMB dans son antre de l’Unité- Magrébine, il y a de quoi nourrir quelques in- quiétudes sur l’arbitrage. Mais la désignation de Mohamed Benouza pour diriger les débats ras- sure quelque peu Omar Ghrib qui a une entière confiance en l’arbitre international. «Depuis le début du championnat, nous avons perdu beau- coup de points en raison des fautes d’arbitrage et ce n’est pas les exemples qui nous manquent pour illustrer la hogra dont on est victime. Pour ce qui est de cette rencontre face à la JSMB, nous sommes rassurés avec la désignation de Benouza qui est l’homme tout indiqué pour une telle af- fiche. Il a l’étoffe pour bien gérer une rencontre aussi importante où les enjeux sont énormes. On ira à Bejaia avec l’intention de réussir un très bon résultat», nous a confié Ghrib.

Koudri sera bel et bien présent face à Béjaïa

Comme nous l’avons évoqué dans notre précédent numéro, Hamza Koudri sera

d’attaque pour le match de demain contre la JSMB. Alors qu’il y avait quelques doutes sur le carton jaune reçu pour contestation de décision arbitrale et qui l’aurait privé du déplacement à Béjaïa alors qu’il venait de purger un match de suspension pour cumul de cartons contre An- naba, finalement, les Mouloudéens peuvent être rassurés puisque Koudri a eu un avertissement pour comportement anti-sportif. Cela sous-en- tend que le demi-défensif mouloudéen sera pré- sent ce samedi contre le club phase de La Soummam. Une bonne nouvelle pour Nourre- dine Zekri qui pourra compter sur son joueur qui devra évoluer à la récupération aux côtés de Bouchema.

Attalah est de retour

Absent depuis le derby contre l’USMA pour des raisons de santé, le secrétaire du

Mouloudia, Attalah, fera son retour à l’occasion du déplacement de l’équipe à Béjaïa. Homme de l’ombre depuis plus d’une vingtaine d’années, le

retour d’Attalah tombe vraiment à pic en cette période de crise où le club aura besoin de son secrétaire emblématique qui connaît les règle- ments sur le bout des doigts.

Les supporters comptent se déplacer en nombre

Même si les résultats ne suivent pas, les supporters du Mouloudia comptent se dé-

placer en nombre à Béjaïa pour soutenir et aider leur équipe à sortir de cette impasse. Ils seront donc quelques centaines de fans à faire demain le déplacement pour pousser Zemmamouche et

les siens à se surpasser pour revenir de Béjaïa avec au moins le point du match nul, ce qui se- rait une performance notable au vu de la situa- tion qui prévaut actuellement au Mouloudia.

Hier, séance sous le signe de la mobilisation

L’avant-dernière séance de travail avant le déplacement à Béjaïa a eu lieu, comme

prévu, hier après-midi à l’annexe du 5-Juillet. Les camarades de Zeddam ont bossé avec une grande volonté, question de se booster et de se mobiliser pour l’affiche de demain qui s’annonce décisive pour les champions en titre. Zekri a axé l’essentiel de la séance au volet technico-tac- tique, pour faire une petite répétition avant de rentrer demain dans l’arène pour affronter les Béjaouis qui sont donnés favoris pour ce match.

T. Che

Coup fort ASO

Soudani : «On jouera à fond face à l’ASK»

Non, je suis très à l’aise, j’ai perdu ce titre symbolique jusqu’à maintenant parce que j’étais absent du championnat durant trois matches. Cela dit, j’ai confiance en mes qualités et je ferai tout pour marquer lors des prochaines rencontres, surtout à domicile où on aura à faire le jeu, ce qui implique que l’attaque aura beaucoup de travail. Le challenge est encore ouvert et je garde toujours mes chances de revenir en tête du classement des buteurs. Avec neuf points d’avance sur votre poursuivant immédiat, comment allez-vous aborder votre match de ce samedi face aux Khroubis ? On a, certes, un écart sécurisant, mais ça ne veut pas dire qu’on prendra l’adver- saire à la légère. Bien au contraire, on jouera à fond contre les Khroubis qui jouent pour leur survie et qui ne vien- dront donc pas en villégiature. Nous sa- vons qu’ils espèrent tirer profit du fait que le match se déroulera à huis clos, mais ce paramètre n’est pas pour nous déranger outre mesure, même si nous aurions de loin souhaité évoluer devant nos suppor- ters qui ont toujours répondu présents de- puis le début de cette saison. D’ailleurs, ce sera pour eux aussi qu’on va s’appliquer pour leur offrir une victoire et en même temps à faire durer le plaisir comme on compte le faire jusqu’au jour de la consé- cration. Ne craignez-vous pas de tomber dans la facilité dans ce match ? Il n’y a pas de facilité en fin de cham- pionnat, tous les matches sont difficiles. Notre groupe est assez expérimenté et sait comment gérer une telle situation. Il faut oublier le résultat du match aller et penser seulement aux trois points. Nous devons absolument réussir notre début de match et prendre l’avantage pour les faire douter d’entrée. Nous savons qu’ils viendront pour jouer le tout pour le tout et il faut qu’ils trouvent une équipe bien en place et plus volontaire qu’eux. Entretien réalisé Ahmed Feknous

plus volontaire qu’eux. Entretien réalisé Ahmed Feknous Quel effet cela vous a-t-il fait de re- trouver

Quel effet cela vous a-t-il fait de re- trouver l’ambiance du championnat directement après votre retour du Maroc où vous étiez avec l’Equipe na- tionale ? Le fait de ne pas avoir pris de repos à mon retour du Maroc démontre au besoin combien j’étais impatient de retrouver cette ambiance du championnat et celle de l’équipe aussi, surtout que le match était décisif. Ce retour m’a remis dans la trajec- toire pour poursuivre ma mission dans l’équipe et aider mon club à attendre ses objectifs. Mais vous n’avez pas pu débloquer

votre compteur buts lors de cette ren- contre face au MCA ? Effectivement, mais ce n’est pas drama- tique pour moi, car j’aurais d’autres occa- sions lors des prochains matches pour le faire. L’essentiel est que l’équipe ait marqué et gagné, c’est le plus important pour moi et pour le club en général car cette victoire nous mettra encore plus à l’aise lors des prochains matches et personnellement, je serai moins sous pression. Vous avez perdu votre statut de bu- teur du champion au profit du Be- jaoui N’djeng, cela ne vous met-il pas de la pression ?

Ce soir, dernière séance Encore un arrêt à gérer ●●Ighil a programmé la der- nière
Ce soir, dernière
séance
Encore un arrêt à gérer
●●Ighil a programmé
la der-
nière séance avant le match pour ce
soir à partir de 19h, c’est-à-dire à
l’horaire prévu pour le coup d’envoi
de la rencontre. Cette dernière
séance sera consacrée
tique et Ighil devrait
au volet tac-
en profiter
pour apporter les derniers réglages
sur la composante qui prendra part
au match et qui ne devrait,
à un élé-
ment près, pas être différente
de
celle qui a été alignée
Après avoir souffert de l’arrêt du championnat à deux reprises lors de cette phase re-
tour, surtout lors de cette dernière coupure d’un mois qui a beaucoup affecté l’équipe en
lui cassant le bon rythme sur lequel elle se trouvait, les poulains de Ighil devront en-
core remiser les crampons durant deux semaines, après le match de samedi face à l’ASK.
En effet, la Ligue nationale a programmé la 27 e journée pour le 25 juin ce qui fait que
le championnat se mettra en voie de garage pendant deux semaines qu’il va falloir en-
core gérer de façon à permettre aux joueurs de ne pas perdre leur concentration et les
bonnes dispositions psychologiques dont ils jouissent suite à leur dernier succès acquis
au stade Hamadi aux dépens du MCA et grâce auquel ils ont pu de nouveau prendre le
large en tête de classement. Dans de telles circonstances, et pour éviter une baisse de ré-
gime, la seule solution pour le staff technique est de programmer un match amical au
milieu de cette période, pour permettre aux joueurs d’avoir leur cycle de compétition
ordinaire.
lundi dernier
A. F.
face au Mouloudia
d’Alger. Ce qui
est sûr, c’est que l’auteur du
but de
la victoire face aux Mouloudéens,
en l’occurrence Ali Hadji, sera ab-
sent pour cause
de suspension en
ayant écopé d’un carton rouge lors
de ce même rendez-vous.
Ali Hadji veut à tout
prix être de la fête
Medouar reviendra
aujourd’hui
●●Le président chéliffien, Ab-
delkrim Medouar,
sera de retour du
Maroc aujourd’hui même pour
veiller sur son équipe lors du pro-
chain match qui aura lieu à huis
clos face à l’ASK.
Medouar, qui n’a
pas assisté à la victoire
de ses pou-
L’homme en forme de cette fin de saison dans les rangs de
l’ASO, Karim Ali Hadji, aura à se défendre la semaine pro-
chaine devant la Commission de discipline, après le carton rouge
qu’il a reçu lors du match disputé lundi dernier face au Mouloudia
d’Alger au stade Bologhine. C’est le joueur qui a insisté à être présent
à la séance où il accompagnera le SG de l’équipe, car il faut dire que
Ali Hadji souhaiterait ne pas rater plus d’une rencontre en cette pé-
riode où il est attendu d’une journée à l’autre que
l’ASO célèbre le premier titre de champion de
son histoire. En effet, un événement à ne pas
rater pour pouvoir un jour dire : «J’y étais !»
lains face aux Mouloudéens,
de-
vrait ainsi profiter de
sa présence
pour féliciter ses joueurs et éven-
Trois jours de repos
tuellement
à remettre de
à comme
promis
le les
primes
matchs
qu’ils
n’ont
toujours
la perçues des
et
qui
sont
au
nombre
trois,
savoir
les
rencontres
face
JSK,
au
CRB
et
enfin
MCA,
leur pas soit
trois
primes
de
matchs
gagnés.
Ighil accordera à ses poulains trois jours de repos juste
après la fin de la rencontre face à l’ASK pour leur permet-
tre de se ressourcer, avant de revenir mardi prochain
pour préparer le prochain match face à Annaba. Les
joueurs pourront souffler un peu après six matches où ils
ont tout donné pour préserver leur première place au
classement général.
16 N° 1590 Vendredi 10 juin 2011 Coup d’envoi JSMB Ayant touché un mois et
16
N° 1590 Vendredi 10 juin 2011
Coup d’envoi JSMB
Ayant touché un mois
et demi de salaire et
une prime
Tiab motive ses
joueurs
RepartirRepartirRepartirRepartirRepartirRepartir dudududududu bonbonbonbonbonbon piedpiedpiedpiedpiedpied
A près la défaite concédée à
Tizi-Ouzou devant la JSK,
les Béjaouis, qui ont pris
une journée de repos à l’is-
●●Après leur avoir accordé un
mois de salaire le mois dernier, ce
qui a motivé encore plus les joueurs
à se surpasser en réalisant une très
belle série de trois victoires, dont
deux à l’extérieur et un match nul en
déplacement, le président Tiab, qui
est en train de faire de son mieux
pour mettre ses poulains dans de
très bonnes conditions en prévision
des prochaines sorties. D’après nos
informations, le chairman de la
JSMB a déjà procédé à la régularisa-
tion de ses poulains. En effet, le pré-
sident béjaoui vient juste d’accorder
un mois de salaire, celui de mars, et
le complément (la moitié) de ce qui
restait du mois de janvier. Et ce n’est
pas tout ! La direction de Tiab a dé-
cidé de remettre aux joueurs une
prime de match aussi. Tiab veut
motiver ses joueurs afin qu’ils puis-
sent décrocher les trois points de la
victoire, demain, face au MCA, ce
qui leur permettra de préserver la
place au podium qu’ils occupent ac-
tuellement.
sue de cette ultime confrontation, ont
repris le chemin du travail hier dans
la matinée à 10h, au stade de l’Unité-
Maghrébine, sous la houlette de
Fouad Bouali. La JSMB se prépare
d’arrache-pied pour le match contre
le Mouloudia d’Alger prévu pour de-
main, à Béjaïa, à partir de 19h.
mance a obligé le coach, Bouali, et
son staff, à axer le travail sur le côté
psychologique. Lors de ces deux der-
nières séances avant le match, Bouali
a exigé de ses joueurs d’oublier ce re-
vers face à la JSK et de ne plus penser
qu’à la rencontre de demain contre le
MCA.
Ultime séance ce soir
Très bonne ambiance
au sein du groupe

joueurs était clair, leur assurant qu’ils sauront gérer cet échec et en tirer les enseignements nécessaires qu’ils prendront en compte et capitalise- ront. En un mot, la séance de reprise d’hier s’est déroulée dans une am- biance bon enfant et tout porte à croire que la page est réellement tour- née et que l’esprit commence déjà à voguer vers la prochaine rencontre à domicile devant le MCA. De leur part, les Béjaouis sont très concentrés et motivés et se préparent sérieuse- ment à affronter cette équipe du Mouloudia, pour laquelle un faux pas, un deuxième consécutif, serait embarrassant pour la suite des événe- ments.

Plus droit à l’erreur

Ayant raté leur dernière sortie, les Béjaouis se doivent de se racheter lors de la prochaine journée devant le MCA. Pour cela, les protégés de Bouali savent que la mission, même si elle est difficile, reste, néanmoins réalisable et que, dans l’intérêt du club, des sacrifices et des efforts sont nécessaires, aussi bien en ce qui concerne les joueurs que de la part du staff administratif et des supporters. Le compte à rebours semble bien en-

clenché du côté de Béjaïa où, actuelle- ment, on ne parle que du match de demain. Un match où l’échec n’est pas permis aux Vert et Rouge, qui sou- haitent ne surtout pas rencontrer en- core des ennuis susceptibles d’entraîner le club vers d’autres crises. Du côté des joueurs, qui veulent faire, de ce match face aux Algérois du Mouloudia, une rencontre de la ré- conciliation avec leur public, ce bon public qui reste toujours derrière son équipe malgré la dernière défaite qu’il n’arrive toujours pas à digérer, la mo- bilisation semble aussi de mise. En ce sens, les Bellakhdar and Co ont donné leur parole de vite se racheter et de faire de leur mieux pour arra- cher la victoire devant une équipe mal en point. Une victoire qui appor- tera à coup sûr une grosse bouffée d’oxygène dans le groupe et apaisera un tant soit peu la tension et le stress engendrés par le dernier revers. En somme, on pourrait dire que ce match face aux Mouloudéens est une opportunité pour les gars de Yemma Gouraya de se refaire une santé, d’au- tant que cette rencontre se jouera à Béjaïa

S. A.

●●C’est aujourd’hui dans la soi- rée, à 18h, que les camarades de Boukemacha vont effectuer leur dernière séance d’entraînement au stade de l’Unité-Maghrébine avant leur match comptant pour la 26 e journée, face au Mouloudia. Comme d’habitude, ce sera donc une séance légère et il faut dire aussi que le coach ne va pas programmer grand-chose afin d’éviter la fatigue à ses poulains à quelques encablures seulement de la confrontation de demain face au Doyen.

Mise au vert au Zéphyr

●●Vu l’importance de la ren- contre de demain devant le Mou- loudia d’Alger, la direction du club béjaoui a décidé donc d’entrer à partir d’aujourd’hui dans l’après- midi en mise au vert. Contraire- ment à leurs habitudes, les Vert et Rouge vont élire domicile à l’hôtel le Zéphyr, et non pas aux Hama- dites, qui sera leur quartier géné- ral lors des prochaines 24 heures. Cet après-midi, les joueurs concernés par ce match face aux Mouloudéens regagneront l’hôtel, où ils passeront la nuit avant la rencontre de ce samedi. Les res- ponsables veulent surtout mettre les joueurs dans les meilleures conditions et leur éviter la pres- sion avant ce match.

Les U20 joueront demain à 16h

Le staff technique des Vert et Rouge, à sa tête le coach, Bouali, s’est distingué avec grand art, tact et subti- lité en cette reprise. Une reprise que d’aucuns n’espéraient qu’elle allait se dérouler sous de bons auspices pour l’équipe, mais le staff technique a su la canaliser et la mettre sur les rails. L’ancien driver du WAT et ses assis- tants ont tenu à ce que les joueurs ne gardent pas les stigmates du match précédent. Requinquer le moral des troupes, effacer la déception et stimu- ler à mieux faire à l’avenir, notam- ment contre le MCA, où l’enjeu est d’importance, tel était le but. A l’issue d’une heure de palabres, les joueurs ont pu balayer le mauvais souvenir d’un match qui leur est resté en tra- vers de la gorge. Le langage du staff technique béjaoui à l’endroit des

Les Lions de la Soummam sont décidés à réagir

A les voir se défoncer à l’entraîne- ment, les Béjaouis donnent l’impres- sion d’être très concentrés pour le match prochain devant les Moulou- déens. «On a déjà oublié cette rencon- tre face à la JSK. C’est du passé. On reste mobilisés pour celle du Moulou- dia», affirme Boukemacha. La confrontation avec le Doyen ne sem- ble pas inquiéter outre mesure la ma- jorité des éléments de l’équipe béjaouie. Les choses ne seront pas fa- ciles pour la formation béjaouie et les joueurs doivent s’attendre à de chauds débats. Ils ont l’intention de casser la baraque. La dernière contre-perfor-

Boudar «Seule la victoire nous intéresse face au Mouloudia»

Pour le milieu de terrain de la JSMB, Mehdi Boudar, son équipe aurait pu revenir au moins avec un match nul lors du dernier match face à la JSK. L’enfant de Bône estime que son équipe a perdu trois précieux points mais il pense néanmoins que la situation n’est pas si dramatique et que, lui et ses coéquipiers, feront tout pour se ressaisir dès la prochaine journée devant le Doyen à domicile.

Un commentaire sur votre rencontre face à la JSK ? Que voulez-vous que je vous dise ? C’est une défaite amère, on n’a pas eu de chance. On a fourni une belle prestation lors de cette confrontation, surtout en deuxième mi-temps où nous avons eu pas mal d’occasions que nous n’avons pas exploitées mal- heureusement. Le résultat final ne reflète pas toujours la physio- nomie de la rencontre. Les Cana- ris nous ont surpris par leur premier but dans les dernières minutes de la première mi- temps. Sinon, je peux vous dire qu’on méritait au moins le point du nul. Selon vous, ce faux pas n’est donc pas mérité… Exactement. Nous avons fait un bon match et on a même im- pressionné par le jeu développé où on a eu aussi bien plus d’occa- sions que notre adversaire. Je pense que nous méritions mieux, mais le football est ainsi fait. Il y a des victoires, des nuls mais aussi des défaites. Je pense que la chance nous a fait faux bond, sinon on aurait pu, non seule- ment en sortir indemnes mais aussi gagner cette rencontre. Cette situation risque même de vous perturber en prévi- sion de votre prochain ren- dez-vous en championnat n’est-ce pas ? Certes, perdre des points bête- ment a toujours des effets néga-

Khedache Mehdi

approché

L’ex-joueur de la JSK, Khedache Mehdi, qui a fait toutes ses classes au sein de ce club avant de re- joindre l’US Biskra l’été dernier, intéresse sérieuse- ment les responsables de la JSMB. Auteur d’une très belle saison avec son équipe avec 13 réalisa- tions, il a été contacté récemment par un dirigeant béjaoui pour lui proposer cette idée de rejoindre la formation de la JSMB dès cet été. Se trouvant donc en fin de contrat avec l’USB, Khedache pourrait bien atterrir à la JSMB dans les tout prochains jours. Toutefois, ce n’est pas encore acquis pour les Béjaouis car, d’après nos informations, les Canaris de la JSK veulent le récupérer pour la saison pro- chaine.

«Oui, la JSMB m’a contacté»

Joint par nos soins, le joueur nous a confirmé les contacts qu’il a eus de la part des dirigeants bé- jaouis. Khedache estime que l’offre de la JSMB est très intéressante et se dit prêt à négocier son trans- fert dans les jours à venir car la JSMB est un grand club qui ne se refuse pas. «C’est un proche de la JSMB qui a pris attache avec moi cette semaine, il faut dire aussi que l’offre est très sérieuse donc cela m’intéresse beaucoup. Pour le moment, je n’ai rien décidé encore mais il faut aussi que je ne ferme pas la porte. Je suis prêt à négocier avec les dirigeants de la JSMB. En tout cas un club comme la JSMB, ça ne se refuse pas», a-t-il dit. S. A.

cile contre le leader. Mais de notre part on doit s’offrir les trois points si
cile contre le
leader. Mais
de notre part
on doit s’offrir
les trois points
si on veut attein-
dre notre objectif
cette saison. Nous
n’avons plus droit
à l’erreur. On doit
faire oublier à
notre public la
défaite de la JSK.
Et cela passera
bien sûr par une
belle victoire de-
vant le MCA. Ce
sera certaine-
ment très diffi-
cile devant
cette
équipe du
Mou-
lou-
dia
qui
joue
sa survie
en Ligue
Une, mais il
faut dire aussi
que la situation de
notre adversaire ne
nous intéresse pas.
Nous sommes motivés
donc nous ferons tout
pour récolter les trois
points.
Entretien réalisé
par S. A.

tifs sur l’équipe, mais je pense qu’il faut mettre ce match aux oubliettes et ne plus y penser. Désormais, on tourne la page, on doit se concentrer sur le reste du championnat. Ce n’est qu’une dé- faite qu’on a subie après quatre bons résultats, dont trois vic- toires. Il nous reste encore pas moins de cinq matchs à jouer et on fera de notre mieux pour ré- colter le maximum de points. Ce n’est pas cette défaite qui nous ar- rêtera, seulement, on doit assurer maintenant afin de ne pas retom- ber dans les mêmes travers. On comprend par là que cette défaite est déjà oubliée… Après ce match, nous avons décidé d’oublier cette contre-per- formance. Il est vraiment impor- tant de noter qu’il ne sert à rien de revenir sur une rencontre déjà jouée sauf pour en retenir les en- seignements utiles. Pour être plus précis, je dirai que ce n’est pas le moment de fléchir, c’est n’est qu’un faux pas et on doit se re- mettre en question afin de se ra- cheter prochainement. Votre prochain match en championnat, ce sera devant le MCA ; comment se pré- sente cette confrontation pour vous ? Ce sera une rencontre très difficile pour les deux équipes. On aura devant nous une équipe mal en point qui va essayer de faire de son mieux pour se rache- ter de sa dernière défaite à domi-

●●Comme leurs aînés, les ju- niors de la JSMB affronteront de- main dans l’après-midi, à partir de 16h, les U20 du MCA sur la pe- louse de stade de l’Unité-Ma- ghrébine en ouverture. Les poulains du coach, Amine Ghimouz, qui restent sur une victoire ramenée de leur périlleux dépla- cement à El Eulma, lors de la dernière journée face au MCEE, auront à cœur d’enchaîner avec un autre succès afin de glaner encore quelques points pour améliorer davantage leur place au classement avant la fin de l’exercice actuel.

Benouza pour officier la rencontre

●●La commission fédérale a communiqué hier les noms des arbitres désignés pour diri- ger les rencontres du cham- pionnat professionnel des Ligues 1 et 2 seniors et U20 ainsi que celles du champion- nat de division nationale ama- teur programmées vendredi 10 et samedi 11 juin. Pour ce qui concerne la rencontre de la JSMB locale, contre le MCA, ce sera l’arbitre, Be- nouza, qui sera assisté par les deux juges de touche, Naceri et Hedia.

N° 1590 Vendredi 10 juin 2011

Coup d’œil MCO

N° 1590 Vendredi 10 juin 2011 Coup d’œil MCO 1 7 Houari Boukessassa reprend le chemin

17

Houari Boukessassa reprend le chemin des entraînements Riad O.
Houari
Boukessassa
reprend le chemin
des entraînements
Riad O.

central, Kada Kechamli. Après avoir rencontré quelques difficultés avec son club cette saison, on laisse entendre que l’ex-sociétaire de l’ASO a de fortes chances de quitter le Mouloudia en fin de saison. Les Asémistes espè- rent le convaincre. Alors que jadis, c’est le Moulou- dia d’Oran qui recrutait les joueurs de l’ASMO, les choses semblent changer cette fois-ci.

Absent lors de la séance d’entraînement d’avant- hier qui s’est déroulée au stade Ahmed-Zabana, Boukessassa Kouider a repris, hier, le travail avec ses coéquipiers au stade communal d’El-Karma. Le joueur a justifié son absence auprès de l’entraîneur par sa souffrance d’une angine. L’ex-sociétaire du CR Belouizdad s’est entraîné en solo en se contentant de quelques tours de piste. Boukessassa ne sera pas du voyage pour Annaba aujourd’hui. Il est à noter également que le défenseur latéral arrière droit, Boussaâda Hachemi, s’est, lui aussi, entraîné en solo hier.

Daoud, Boukessassa, Kechamli et Ouasti dans le viseur de l’ASMO

Boukessassa, Kechamli et Ouasti dans le viseur de l’ASMO M’dina J’dida veut faire son marché à
Boukessassa, Kechamli et Ouasti dans le viseur de l’ASMO M’dina J’dida veut faire son marché à

M’dina J’dida veut faire son

marché à Sidi El

tuellement parmi les priorités des diri- geants de l’ASMO. Privé de temps de jeu au Mouloudia d’Oran, le très expérimenté Kouider Boukessassa pourrait alors conti- nuer à évoluer dans un club du champion- nat professionnel. Exclus du Mouloudia d’Oran, l’attaquant Daoud Bouabdallah et le défenseur central Zoubir Ouasti intéressent au plus haut point les responsables de l’ASMO qui voient en eux un renfort de choix pour permettre à leur équipe de re- trouver l’élite. Autre joueur qui séduit les responsables de l’ASMO est le défenseur

A quelques jours seulement de l’ouverture du marché des transferts, les contacts s’in- tensifient entre les différents clubs. En difficulté en cham-

pionnat ces quatre dernières années, l’ASMO aurait dans l’idée de se renforcer chez le voisin, le MCO. Ainsi, et selon une source autorisée, les dirigeants asémistes souhaiteraient s’attacher les services des