Vous êtes sur la page 1sur 19

LES PROCÉDÉS DE FORMATION DU LEXIQUE

1- LA DÉRIVATION

PR. HICHAM OUARDI

Module 16 : LEXICOLOGIE
Cours en faveur des étudiants de la filière Etudes françaises (GROUPE B)
Faculté des lettres et des sciences humaines – Rabat
2020-2021
PLAN :
Définition
A) La dérivation propre
1- La dérivation régressive
2- La dérivation progressive
a) La dérivation simple
La dérivation préfixale
La dérivation suffixale
b) La dérivation cumulative
B) La dérivation impropre
1- La substantivation
2- La création d’adjectifs
3- La création de prépositions
4- La création d’adverbes
LA DÉRIVATION :
DÉFINITION

 Définition : la dérivation est un procédé qui consiste à


partir d’un mot de base appelé radical, de construire un
nouveau mot soit par addition, soit par suppression ou par
remplacement d’éléments appelés préfixes ou suffixes.
 Les préfixes et les suffixes viennent s’ajouter à un mot de
base appelé radical et les mots nouveaux ainsi créés sont
appelés des dérivés.
 Déchargement > dé+charge+ment
(Préfixe+ radical+ suffixe)
 On parle des mots de la même famille tous les mots formés
sur le même radical.
LA DÉRIVATION :
DÉFINITION

 Cependant le radical ne se présente pas


toujours sous la même forme :
 Acheter/ achat ; été > estival ; dimanche >
dominical ; cœur > cordial ;
siècle>séculaire.
 C’est ce qu’on appelle la famille
étymologique.
LA DÉRIVATION :
DÉFINITION

 La famille lexicale d’un mot est formée de


l’ensemble des mots apparentés par le sens ou par
la forme.
 La dérivation est sans conteste le procédé de
morphologie lexicale qui a le plus enrichi le
répertoire lexical français. On distingue deux
grands types de dérivations, la dérivation affixale et
la dérivation non affixale.
A) LA DÉRIVATION PROPRE
 C’est un procédé lexical réalisé au moyen de l’adjonction
d’affixes sur un radical ou une base:
 Détester> Détestable> détestation
 On parle de dérivation progressive ou au contraire par
suppression d’éléments à partir du terme de base
(dérivation régressive)
 Nb :
 Radical : unité de sens minimale auquel on ne peut rien
enlever par commutation (fleur par exemple)
 Base : toute unité à laquelle se joint un affixe :
re+[fleur+ir]
A) LA DÉRIVATION PROPRE
1- LA DÉRIVATION RÉGRESSIVE:

 La lexie est obtenue par réduction : chanter> chant,


galoper> galop, crier>cri, amasser> amas,
apporter>apport, défier>défi, …
 A partir du verbe, on forme ainsi les noms appelés
déverbaux.
 Dans la plupart des cas, l’effacement peut s’effectuer
sans aucune modification du radical.
 Par ailleurs, cette altération peut entrainer une
modification phonétique du radical :
 Espérer [ɛspeʀe] > espoir [ɛspwaʀ]
• Avouer [avwe] > aveu [avø]
A) LA DÉRIVATION PROPRE
2- LA DÉRIVATION PROGRESSIVE:

 Elle consiste à former de nouveaux mots à


partir de mots déjà existant par l’adjonction
d’un affixe: un préfixe, un suffixe, plus
rarement un infixe, à une base lexicale
donnée (une racine ou un radical).
 a) La dérivation simple:
 Elle s’effectue soit par adjonction d’un préfixe
(dérivation préfixale) soit par celle d’un
suffixe(dérivation suffixale)
A) LA DÉRIVATION PROPRE
2- LA DÉRIVATION PROGRESSIVE:

 La dérivation préfixale :
 Elle se fait exclusivement par l’ajout d’un préfixe à
une base. ( l’affixe se situe avant la base) : un
dé/tour, un re/tour.
 Le préfixe a un rôle sémantique. il porte une
restriction au sens de la base à la manière d’un
complément :
 Évaluer > sur+évaluer (évaluer au dessus de la valeur
réelle)
 Estimer> sous-estimer / surestimer
A) LA DÉRIVATION PROPRE
2- LA DÉRIVATION PROGRESSIVE:

 Les préfixes ne modifient jamais la catégorie lexicale du


lexème auquel ils s’ajoutent. Ils forment alors :
1. des verbes sur la base d’un autre verbe :
évaluer>dévaluer>réévaluer>surévaluer> …
2. Des adjectifs sur des adjectifs :
possible >impossible
 Il faut signaler qu’un même préfixe il peut s’adjoindre à
un verbe, un nom et un adjectif :
Prévoir, prévision, prévisible
 Parfois, l’ajout d’un préfixe peut entrainer des
modifications phonétiques (in/im/ il/ir ): Invisible,
impossible, illisible, irréel
A) LA DÉRIVATION PROPRE
2- LA DÉRIVATION PROGRESSIVE:
 La dérivation suffixale :
 Elle se fait par l’ajout d’un suffixe à une base :
 Les suffixes sont toujours placés à droite de la base
dont ils modifient le sens
Croissant > Croissanterie
Plaisant > plaisanterie
 Il faut remarquer que certains suffixes sont
polysémiques; Exemple : « -tion » :
1. Il désigne l’action exprimée par le verbe :
contempler> contemplation
1. Le résultat de cette action : s’abstenir > abstention
A) LA DÉRIVATION PROPRE
2- LA DÉRIVATION PROGRESSIVE:

 Certains suffixes modifient la valeur d’emploi de la


base sans changer totalement son sens (l’adjonction
du suffixe n’entraîne pas un changement de classe
grammaticale. Dans ce cas, il s’agit d’une suffixation
endocentrique (les suffixes diminutifs, péjoratifs et
collectifs) :
Exemples:
 Rue (nom) + -elle = ruelle (nom)
 Blanche (adjectif) + -âtre = blanchâtre (adjectif)
 Pleurer (verbe) + -icher = pleurnicher (verbe)
A) LA DÉRIVATION PROPRE
2- LA DÉRIVATION PROGRESSIVE:

 Les suffixes ont la particularité de se spécialiser en fonction


de la catégorie grammaticale qu’ils imposent. On distingue
alors :
 Les suffixes nominaux qui forment des noms à partir des
verbes (travailler> travailleur ou des noms (maison>
maisonnette), etc.
 Les suffixes adjectivaux propres à créer des adjectifs sur la
base des noms (démocratie> démocratique) ou des verbes
(consommer>consommable, porter>portable), etc.
A) LA DÉRIVATION PROPRE
2- LA DÉRIVATION PROGRESSIVE:

 Les suffixes adverbiaux : le suffixe « -ment » le


seul encore productif en français. Il s’ajoute
normalement à un adjectif :
honnête > honnêtement
 Les suffixes verbaux (iser, ifier, ailler, asser, oter,
etc.) qui s’ajoutent au nom (codifier), à
l’adjectif (finasser), ou au encore au verbe
(toussoter), etc.
A) LA DÉRIVATION PROPRE
2- LA DÉRIVATION PROGRESSIVE:

 NB :
 La tradition grammaticale décrit les suffixes
verbaux et les désinences d’infinitif (er, ir, oir, etc.)
qui s’ajoutent à des adjectifs (calme> calmer,
jaune> jaunir) des noms (groupe> grouper).
 Cs éléments n’ont cependant aucune valeur
sémantique : on hésitera donc à les classer parmi
les suffixes
A) LA DÉRIVATION PROPRE
2- LA DÉRIVATION PROGRESSIVE:

b) La dérivation cumulative :
 Plusieurs affixes s’ajoutent au terme de base .
 Le mécanisme peut fonctionner de deux façons différentes
A. Adjonction successive :
 Le lexème est formé par l’accumulation progressive des affixes :
Nation> national> nationaliser> dénationaliser
B. Adjonction simultanée :
 La lexie est formée par l’adjonction simultanée d’un prefixe et d’un
suffixe. L’omission de l’un ou de l’autre est impossible :
em+pièce+ment
En+cabl+ure
In+dispens+able
B) LA DÉRIVATION IMPROPRE
 On décrit sous ce phénomène qui consiste à transposer un lexème
hors de sa catégorie lexicale d’origine, sans en changer la forme.
 Il n’y a donc ni surpression ni adjonction d’éléments. L’unité lexicale
reste la même.
1- La substantivation :(La création des noms = des
substantifs)
 De nouveaux noms sont crées sur la base d’un :
 Adjectif: beau> le beau, vrai> le vrai, mal> le mal, faux>le faux, etc.
 Verbe : déjeuner> le déjeuner, goûter> le goûter, rire> les rires,
dire> les dires, etc.
 Participe : vivre> le vécu, passer> le passant, étudier> l’étudiant, etc.
 Préposition: pour> le pour, contre> le contre, etc.
 Adverbe : devant> le devant, haut> le haut, bas> le bas, etc.
B) LA DÉRIVATION IMPROPRE

2- La création d’adjectifs:
 Les adjectifs peuvent être issus d’un :
 Nom:
 bleu> le bleu,
 vert> le vert,
 paste> le pastel,…
 Participe :
 étonner> étonnant> étonnant(e); « une conviction
étonnante »
 Charmer> charmant> charmant (e); « des enfants
charmants »
B) LA DÉRIVATION IMPROPRE

3- La création de prépositions:
 Les participes ont pu donner naissance à des prépositions :
(devant avant, suivant, ...)
 Tu choisiras suivant tes gouts.
 Parfois, les prépositions sont créées sur la base de deux
entités ou plus : auprès de , pour un tel,
 4- La création d’adverbes :
 Le français contemporain fait un large usage de l’adjectif
qualificatif en emploi adverbial lorsqu’il s’agit de préciser
les verbes : parler haut et clair, voter utile,

Vous aimerez peut-être aussi