Vous êtes sur la page 1sur 12

LES PROCÉDÉS DE FORMATION DU LEXIQUE

3- LA TRANSPOSITION / LA NÉOLOGIE

PR. HICHAM OUARDI

Module 16 : LEXICOLOGIE
Cours en faveur des étudiants de la filière Etudes françaises (GROUPE B)
Faculté des lettres et des sciences humaines – Rabat
2020-2021
PLAN :
I - Les procédés nécessitant le recours à une
langue-source
1/ Les mots héréditaires
2/ Les mots empruntés
A) Le xénisme
B) l’emprunt
C ) Le calque
II - Les procédés néologiques
1/ L'abréviation
A) La contraction
B) la troncature
B.1) L’apocope
B.2) L’aphérèse
2 / La siglaison
3 / L’onomatopée
I- LES PROCÉDÉS NÉCESSITANT LE
RECOURS À UNE LANGUE-SOURCE
 Les mots transposés sont, en français, des unités lexicales
(on ne repère ni suffixe ni préfixe français), même si, dans
leur langue d’origine, ils pouvaient être parfois formés par
dérivation ou composition.
1/ Les mots héréditaires :
 Ce sont des mots hérités du latin par le gallo-roman
 Caballum >> cheval
 Noctem >> nocturne >> nuit
 Mais, ils ont pu être empruntés encore au gaulois :
 *Landa >> lande
 Ou au germanique :
 *hagja >> haie
I- LES PROCÉDÉS NÉCESSITANT LE
RECOURS À UNE LANGUE-SOURCE
 Le stock des lexies héritées n’est pas stable du faut que
certains mots ont disparu :
 Le verbe galer (s’amuser) n’est resté que dans galant et
galanterie
 D’autres ont connu d’importantes variations de sens :
 Chef (l’extrémité de qq chose/ tête). A partir du XVIe siècle se
spécialise pour désigner l’être qui assume un commandement
 Par ailleurs, il reste des traces dans la langue de l’acception
première :
 Couvre-chef : Ce qui couvre la tête; chapeau. (Il était coiffé
d’un curieux couvre-chef)
 Chef d’accusation : Ce dont est accusée une personne
I- LES PROCÉDÉS NÉCESSITANT LE
RECOURS À UNE LANGUE-SOURCE
2/ Les mots empruntés
 L’emprunt aux langues étrangères peut revêtir des formes différentes,
allant des plus nettement intégrées au lexique aux mots issus sans
aucune modification formelle:
A) Le xénisme est une unité lexicale constituée par un mot d’une langue
étrangère et désignant une réalité propre à la culture des locuteurs de
cette langue. IL peut intégrer la langue-cible mais sans perdre la référence
à la réalité étrangère, il est toujours reconnu comme tel:
 Yes : oui un harem :Ensemble des femmes >> appartement
 Pub [pœb] : Brasserie ou café rappelant les pubs anglais.
 No comment ! = sans commentaire.
 Peace and Love. = Paix et amour.
 Maybe : peut-être
I- LES PROCÉDÉS NÉCESSITANT LE
RECOURS À UNE LANGUE-SOURCE

 B) l’emprunt :
 Lorsque deux langues entrent en contact pour diverses
raisons (proximité géographique, colonisations, relations
commerciales…) il arrive souvent que des unités linguistiques
passent d’une langue à l’autre. On appelle « emprunt » ce
procédé consistant à faire passer une forme (emprunt lexical)
ou un sens (emprunt sémantique), d'une langue à l'autre.
 L’emprunt peut être :
 direct : le mot « football » passe directement de l’anglais au
français).
 indirect : le mot café de l’arabe « qahwa » est passé au français
par le turc «qahwé » via l’italien)
I- LES PROCÉDÉS NÉCESSITANT LE
RECOURS À UNE LANGUE-SOURCE
 intégré /assimilé :
 En passant d’une langue à une autre, les mots sont susceptibles d’être
adaptés phonétiquement,
Exemples : balcone (italien) >> balcon (français), est, ouest, nord et sud
(anglais), hasard, matelas, assassin, magasin viennent de l’arabe
 hybride :
 Par l’hybridité, nous entendons toute création de mots composés sur la
base de deux ou plusieurs morphèmes dont le premier élément est
d’origine arabe et le reste est allochtone ; et vice versa.
I- LES PROCÉDÉS NÉCESSITANT LE
RECOURS À UNE LANGUE-SOURCE
 Sémantique :
 C’est le fait d'emprunter uniquement le sens d'un mot étranger et de
l'ajouter au(x) sens d'un mot existant.
 réaliser dans le sens de « se rendre compte » (sens du verbe « to
realize » en anglais)
 trafic » pour circulation
 opportunité pour occasion
 administration pour gouvernement.
C ) Le calque :
 Honey moon / Lune de miel ;
 Gentleman / gentilhomme
 Welcome / bienvenue
 Week-end / fin de semaine
II - LES PROCÉDÉS NÉOLOGIQUES
 On désigne par le terme « néologie » la création de nouveaux
éléments hors des mécanismes décrits jusque-là
 Le phénomène est très large
1) L'abréviation
 c’est le retranchement de lettres dans un mot à des fins d'économie
d'espace, de temps, d’énergie
 On distingue différents types d'abréviations:
 A) La contraction :
 Il s’agit d’une abréviation purement graphique et propre à l’écrit :
 Madame = Mme/ Melle = mademoiselle / Dr = docteur / 3e =
troisième
 B) la troncature :
 fac[ulté], pub[licite], amphi[théâtre], auto[mobile], dactylo [graphe],
kilo[gramme], micro[phone], photo[graphe], télé[viseur],
vidéo[phonie], bac[calauréat], hebdo[madaire]
II - LES PROCÉDÉS NÉOLOGIQUES
 La troncature peut se réaliser selon différentes manières :
 B.1) L’apocope : Elle consiste à abréger un mot en tronquant sa ou
ses dernières syllabes (sa fin) :
 publicité >> pub Cinématographe >> cinéma
 cinéma >> ciné Stylographe >>stylo
 vélocipède >> vélo automobile >> auto
 pneumatique = un pneu Météorologie >> météo..
 B.2) L’aphérèse
 c’est une modification phonétique impliquant la perte d'un ou
plusieurs phonèmes au début d'un mot.
 Internet >> le net…
 blème >> problème
 omnibus >> bus
II - LES PROCÉDÉS NÉOLOGIQUES
 2 / La siglaison :
 Il s’agit d’une création à partir des initiales d’une suite de mots.
 Les sigles peuvent être oralisés de deux façons :
 soit par la prononciation de chaque lettre (sigle épelé) :
 les S.M.S (Short Message Service), le FMI (Fond Monétaire
International, l’OMS (l’Organisation Mondiale de la Santé),
 Soit ils sont lus comme s'il s'agissait de mots pleins (
acronyme)
 SMIC : Salaire Minimum Inter-professionnel de Croissance
 LASER: Light Amplification Stimulated by Emission of
Radiation
 RADAR: Radio Detecting And Ranging
 OVNI : Objet Volant Non Identifié
 ONU : Organisation des Nations Unies
 SIDA : Syndrome Immuno-Déficitaire Acquis
II - LES PROCÉDÉS NÉOLOGIQUES
 3 / L’onomatopée :
 Il s’agit d’une création de mots qui par leur aspect phonique sont des
imitations plus ou moins proches, des cris d'animaux ou des bruits
différents. Exemples :
 Cui-cui : Pépiement des petits oiseaux.
 Coucou : Cri pour manifester sa présence. Coucou, me voilà!
 Miaou : Miaulement. Le chat a fait un miaou.
 Coquerico : Cri du coq
 Ronron : petit grondement sourd par lequel le chat manifeste son
contentement. Un chat qui fait ronron, qui fait des ronrons.
 Froufrou: Bruit léger que produit le frôlement ou le froissement de
quelque chose. Le frou-frou d’une étoffe soyeuse, des feuilles.
 Ce procédé offre une particularité par le fait qu'il s'appuie sur une
motivation naturelle qui s'oppose à la motivation intralinguistique,

Vous aimerez peut-être aussi