Vous êtes sur la page 1sur 76

Université de Tunis El Manar 

Département de Génie Civil

Projet de Fin d’Etudes

Présenté par

Hichri Walid
Khila Nizar

Pour obtenir le

Diplôme National d’Ingénieur en Génie Civil

Conception et Calcul De la Structure


De l’Hôtel SHERATON à Hammamet

Rapport Principal

Sujet proposé par Bureau d’étude Boudhri Sami

Date de Soutenance 5 Juin 2008

Devant le Jury :
Farah Cheikh Mhamed
Président :

Rapporteur  Azzabi Maha


Miled Karim
Encadreur(s) ENIT
Matoug Sadok
Encadreur bureau
d’étude
Boudhri Sami
Année universitaire: 2007 - 2008
B.P. 37 le Belvédère
Belvédère 1002 Tunis Tunisie 1002 37
Tél. / Fax : 216 71 871 476 / Email : departement.G_Civil@
departement.G_Civil@ enit.rnu.tn :
 A nos parents,

 A nos soeurs, A nos frères,

 A nos amis,

Et a toute nos familles,

Nous dédions ce travail .


Remerciements

Avant d’entamer notre présent rapport, nous tenons à adresser nos


remerciements à l'ensemble des enseignants qui nous ont assisté pour
que ce projet de fin d’études soit fructueux
fr uctueux et profitable.
Ensuite, toutes nos pensées de gratitude se dirigent vers Mr Miled
Karim et Mr Matooug Sadok pour bien avoir voulu encadrer notre
 projet, pour leur aident et leurs renseignements précieux qu’ils nous
ont fourni.
 Nous remercions également, Mr Boudhri Sami,
Sami, ingénieur conseil,
 pour son aide précieuse et ses conseils bénéfiques.
Enfin, j’adresse mes remerciements sincères et chaleureux aux
membres du Jury qui m’ont donné de leurs patiences et ont bien voulu
lire mon mémoire et assister à ma soutenance.
R ESUME

Ce projet vise la conception et le dimensionnement de la structure et des


fondations en béton armé de l’hôtel Sheraton Hammamet (de catégorie 5-étoiles) situé à
Hammamet sud. Ce dernier est marqué par une multitude de locaux à savoir un hall central,
des restaurants, trois étages d’hébergements, Un sous-sol est prévu le long de l’hôtel contenant
essentiellement des locaux techniques et l’administration. Le projet est aussi marqué par la
 présence de plusieurs types d’escaliers, d’ascenseurs.

En respectant la partie architecturale du projet, le système porteur classique poteaux


 poutres a été retenu pour la conception de l’ossature du bâtiment. En outre, l’existence de
grandes portées au niveau du hall central et du centre de congrès, du restaurant principal
nous amène à opter pour l’utilisation des portiques.
Une majeur partie de la structure a été dimensionnée à l’aide du logiciel ARCHE tandis
que certains ouvrages spéciaux comme, les piscines, les coupoles, ont étés dimensionnés
avec le logiciel Robot PL .Nous avons également dimensionné manuellement quelques
éléments courants tels que une poutre continue, une nervure continue, une dalle, un poteau,
un portique, une voile et une semelle.

Enfin, nous nous sommes intéressés à l’étude de l’assise de l’ouvrage, en tenant compte
des caractéristiques mécaniques du sol porteur.
SOMMAIRE

Introduction Générale ……….……………………………………………………………...1


Chapitre 1 : Présentation architecturale et conception structurale………..…………….. 2
1. PRESENTATION ARCHITECTURALE DU PROJET ......................................................................... 2
2. CONCEPTION STRUCTURALE DU PROJET...................................................................................... 4
2.1. CONCEPTION ADOPTE ........................................................................................................................... 5
Chapitre 2 : Hypothèses de calcul et évaluation des charges ……..……………………….7
1. LE REGLEMENT DE CALCUL............................................................................................................... 7
2. LES CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX................................................................................... 7
2.1. CARACTERISTIQUES DU BETON ............................................................................................................. 7
2.2. CARACTERISTIQUES DE L’ACIER ........................................................................................................... 8
3. LES HYPOTHESES DE CALCUL........................................................................................................... 9
4. EVALUATION DES CHARGES............................................................................................................. 10
4.1. ÉVALUATION DES CHARGES PERMANENTES........................................................................................ 10
4.2. ÉVALUATIONS DES AUTRES CHARGES PERMANENTE A CONSIDERER ................................................... 14
4.3. ÉVALUATION DES CHARGES D’EXPLOITATION .................................................................................... 15
Chapitre 3 : Modélisation et Dimensionnement de la structure ...……………………….16
1. MODELISATION..................................................................................................................................... 16
2. CALCUL MANUEL DES OUVRAGES SPECIAUX............................................................................ 17
2.1. DIMENSIONNEMENT D’UN ESCALIER [4] ............................................................................................. 17
2.2. DIMENSIONNEMENT D’UN MUR DE SOUTENEMENT ............................................................................. 24
2.3. DIMENSIONNEMENT D’UNE COUPOLE ................................................................................................. 35
2.4. DIMENSIONNEMENT DE LA PISCINE..................................................................................................... 42
Chapitre 4 : Dimensionnement des fondations…………………………………………….57
1. PROFIL GEOTECHNIQUE.................................................................................................................... 57
2. METHODE DE DIMENSIONNEMENT................................................................................................ 57
2.1. CARACTERISTIQUES DU SOL................................................................................................................ 57
3. DIMENSIONNEMENT DE LA SEMELLE S23... ................................................................................. 58
3.1. DESCENTE DE CHARGE........................................................................................................................ 58
3.2. SECTION DE LA SEMELLE .................................................................................................................... 59
3.3. VERIFICATION : .................................................................................................................................. 60
3.4. CONDITION DE NON POINÇONNEMENT DE LA SEMELLE : ..................................................................... 60
3.5. FERRAILLAGE ..................................................................................................................................... 60
3.6. DIMENSIONNEMENT DE GROS BETON .................................................................................................. 62
4. SCHÉMA DU FERRAILLAGE............................................................................................................... 63
 5. DIMENSIONNEMENT D’UNE SEMELLE ISOLE SOUS POTEAUX DE JOINT S3..................... 64
5.1. SCHEMA DU CALCUL ........................................................................................................................... 64
5.2. VERIFICATION DE NON POINÇONNEMENT............................................................................................ 65
5.3. SCHEMA DU FERRAILLAGE .................................................................................................................. 66
Conclusions……………………………………...…………………………………... ……...67
Bibliographie………………………………………………………………………..……….68
LISTE DES FIGURES
FIGURE 1. FAÇADE DE L'HOTEL ................................................................................................... 2
FIGURE 2. PLANCHER TERRASSE EN CORPS CREUX .................................................................... 11
FIGURE 3. PLANCHER INTERMEDIAIRE EN CORPS CREUX ........................................................... 11
FIGURE 4. PLANCHER TERRASSE EN DALLE PLEINE.................................................................... 11
FIGURE 5. PLANCHER INTERMEDIAIRE EN DALLE PLEINE ........................................................... 11
FIGURE 6. COUPE SUR VOLEE D'ESCALIER ................................................................................. 17
FIGURE 7. VUE EN PLAN DE L’ESCALIER .................................................................................... 18
FIGURE 8. DETAILS D'ESCALIER (PAILLASSE) ............................................................................ 19
FIGURE 9. DETAIL ESCALIER (PALIER )....................................................................................... 20
FIGURE 10. SCHEMA DE CALCUL DE LA VOLEE .......................................................................... 20
FIGURE 11. FERRAILLAGE DE LA VOLEE (ESCALIER ).................................................................. 23
FIGURE 12. CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES ...................................................................... 25
FIGURE 13. DIMENSIONS DU MUR DE SOUTENEMENT................................................................. 26
FIGURE 14. SOLLICITATION DUES A LA SURCHARGE .................................................................. 27
FIGURE 15. SOLLICITATION DUES A LA POUSSEE DE LA TERRE .................................................. 27
FIGURE 16. SOLLICITATION DUES A LA CHARGE VERTICALE ET POIDS PROPRE .......................... 28
FIGURE 17. SCHEMA DE FERRAILLAGE DU MUR DE SOUTENEMENT............................................ 34
FIGURE 18. EFFORTS DANS UNE COQUE SOUMISE A DES CHARGES VERTICALES UNIFORMEMENT
REPARTIS ........................................................................................................................... 36
FIGURE 19. MODELE DE CALCUL DE LA COUPOLE...................................................................... 38
FIGURE 20. SCHEMA DE FERRAILLAGE DE LA COUPOLE ............................................................. 41
FIGURE 21. PRESENTATION DE LA PISCINE ................................................................................. 42
FIGURE 22. MODELE DU CALCUL DE LA PISCINE......................................................................... 44
FIGURE 23. SOLLICITATIONS DUES A LA SURCHARGE ................................................................ 45
FIGURE 24. SOLLICITATIONS DUES A LA POUSSE DE LA TERRE...................................................46
FIGURE 25. EFFORTS NORMAL ................................................................................................... 46
FIGURE 26. SOLLICITATIONS DUES A LA PRESSION DE L'EAU .....................................................47
FIGURE 27. DIMENSIONS DU PANNEAU DE DALLE. ..................................................................... 52
FIGURE 28. DIAGRAMME DES MOMENTS SELON X...................................................................... 53
FIGURE 29. LONGUEUR DES BARRES.......................................................................................... 55
FIGURE 30. SCHEMA DU FERAILLAGE DU LA PISCINE ................................................................. 56
FIGURE 31. SCHEMA DU FERRAILLAGE DE LA SEMELLE S23......................................................63
FIGURE 32. SCHEMA DU CALCUL D'UNE SEMELLE SOUS POTEAU DE JOINT S3 ............................ 64
FIGURE 33. SCHEMA DU FERRAILLAGE DE LA SEMELLE SOUS POTEAUX DE JOINT S3................. 66
LISTE DES TABLEAUX

TABLEAU 1:R ESUME DES SOLLICITATIONS DE LA VOLEE ETUDIE...............................................21


TABLEAU 2:EFFORTS AGISSANTS SUR LE VOILE SUR LES DIFFERENTS NIVEAUX ........................ 28
TABLEAU 3:EFFORTS AGISSANTS SUR LE VOILE (1ER  CAS)......................................................... 47
TABLEAU 3:EFFORTS AGISSANTS SUR LE VOILE (2EME CAS).....................................................47
TABLEAU 7:DESCENTE DU CHARGE SUR LA SEMELLE ................................................................ 58
ENIT 2007-2008

Introduction Générale

La formation à l’Ecole Nationale d’Ingénieurs de Tunis s’achève par un projet de


fin d’études, dans le but de permettre aux élèves ingénieurs de synthétiser et appliquer
leurs connaissances pour l’étude d’un projet réel.
Dans ce contexte, la conception, l’étude et le dimensionnement de la structure et des
fondations en béton armé de l’hôtel Sheraton Hammamet nous ont été confiés.
L’étude de ce projet commence par le recueil des données architecturales et
géotechnique. Dans un premier temps, nous allons concevoir la structure de l’hôtel, ensuite
nous allons modéliser et dimensionner manuellement et à l’aide des logiciels« ARCHE » et «
ROBOT » la structure et les fondations.
Le présent rapport, comporte quatre chapitres.
Le premier chapitre sera consacré à la présentation du projet, à la description
architecturale et à la conception de la structure. Dans Le deuxième chapitre, nous allons
d’abord présenter les hypothèses de calcul et les caractéristiques des matériaux. Ensuite nous
allons évaluer les charges permanentes et les charges variables appliquées à notre structure.
Le troisième chapitre sera consacré à la modélisation et au dimensionnement de la
superstructure de l’hôtel. Le calcul de la descente des charges et les dimensionnement des
éléments classique de l’ossature (dalle pleine, nervure, poutre, poteau, etc…) seront conduits à
la fois manuellement et numériquement moyennant le logiciel « Arche ».les dimensionnement
des éléments spéciaux a savoir la piscine, la coupole, l’escalier et le mur voile seront conduit
manuellement, le calcul de ferraillage sera conduit manuellement.
Le quatrième chapitre sera réservé au dimensionnement de la fondation.

Khila Nizar&HichriWalid 1
ENIT 2007-2008

Chapitre 1 : Présentation architecturale


Et conception structurale

1. Présentation architecturale du projet

Le projet proposé par le bureau d’études de l’ingénieur conseil Boudhri Sami


concerne la reconstruction total de l’hôtel Sheraton Hammamet (de catégorie 5-étoiles) qui a
été démoli complètement. Cet hôtel en forme d’arc situé à Hammamet Sud s’étend sur une
surface couverte d’environ 32000 m 2, son élévation atteint 15.6 m.
L’hôtel est composé d’un sous sol, un RDC, une mezzanine et trois étages
d’hébergements divisés en plusieurs blocs séparés par des joints de dilatations. Ces joints
débutent à partir du sous -sol. (Voir figure 1)

Figure 1. Façade de l'hôtel

Généralement, la hauteur sous plafond est de 3 m. Pour les restaurants, le centre


de congrès et le centre thalasso, elle est de 6.30 m. La profondeur du sous-sol varie entre
2.4 et 2.7 m.

Khila Nizar&HichriWalid 2
ENIT 2007-2008

Le sous-sol de l’hôtel occupe une surface d’environ 9000 m 2 et contient :


• L’entrée des personnels.
• Un restaurant des personnels.
• Un Sanitaire pour les personnels.
• Un vestiaire pour les personnels.
• L’économat des produits secs.
• Des chambres froides pour la congélation.
• Des dépôts.
• Des bureaux.
• Une blanchisserie.
• Des Bâches à eau.
• Huit escaliers.
• Quatre ascenseurs.
Le RDC de l’hôtel occupe une surface de 8200 m 2 et contient :
• Le hall de réception.
• Un centre thalasso.
• Un centre de congrès.
• Des restaurants.
• Une cuisine.
• Dix escaliers.
• Cinq ascenseurs.
La mezzanine occupant une surface d’environ 3400 m 2 est constituée principalement
de galeries techniques.
Les blocs d’hébergements commencent a partir du 1er étage jusqu’au 3éme occupent
une surface d’environ 3800 m 2  par étage. Ils se composent d’un système d’appartements
séparés, s’élevant sur trois étages. Ces différents niveaux sont accessibles par des ascenseurs et
des escaliers. Un espace vide occupe la zone centrale des étages et assure l’éclairage en
employant la lumière du jour provenant de la coupole située au niveau du plancher terrasse de
l’hôtel.

Khila Nizar&HichriWalid 3
ENIT 2007-2008

2. Conception structurale du projet


La conception de la structure porteuse est la phase la plus importante pour l’ingénieur
lors l’élaboration d’un projet. En effet le développement du calcul numérique n’a pas
dispensé l’ingénieur du nécessaire recours à la conception. Le grand intérêt qu’elle présente
est essentiellement de permettre l’optimisation des dimensions de la structure.
La conception d’une structure doit d’abord satisfaire les d’art de la construction.
Ensuite elle doit d’une part tenir compte des contraintes imposées par la partie architecturale,
a savoir le type des locaux, les respect des hauteurs libres, les types des matériaux utilisés et
optimiser le coût du projet d’autre part.
On commence d’abord par une lecture détaillée des plans d’architectures ; plans des
différents étages ainsi que les coupes et détails qui permettent une meilleure compréhension
du projet. Cette lecture permet de déceler les différents problèmes et contraintes à prendre en
compte.
Les éléments intervenant dans une conception structurale sont les suivants :
- Le respect de la sécurité des personnes et des biens.
- Le respect de l’architecture, notamment pour l’emplacement des poteaux et les
retombées.
- Le choix des matériaux de constructions.
- La facilité de mise en œuvre.
- L’optimisation des coûts grâce à l’étude économique de différentes variantes.
- La prise en compte du rapport géotechnique pour le choix de type de fondation
en béton armé.
La conception à proposé doit permettre de :
- Choisir le type de système porteur formant l’ossature du bâtiment.
- Fixer l’emplacement des élément de structure : poteaux, poutres, raidisseurs…
- Choisir le type de plancher : dalle pleine, nervuré avec corps creux coulé en
œuvre ou préfabriqués (poutrelles en béton armé ou en béton précontrainte).
- Choisir le type de fondation : semelle isolée, semelle filante, radier général,
 pieux …
- Fixer l’emplacement des joints de dilatation ou de rupture.

Khila Nizar&HichriWalid 4
ENIT 2007-2008

 2.1. Conception adopté

2.1.1. Choix de type d’ossature

 Nous avons opté pour le système porteur classique poteaux poutres. Ce système est
le plus adéquat dans notre conception, vu sa facilité d'exécution et qu’il présente un bon
compromis entre la résistance et l'économie. Ce choix doit être concrétisé tout en respectant la
fonctionnalité des espaces. En effet, l'emplacement des poteaux ne doit en aucun cas gêner
l'objet fonctionnel de l’architecture. Les espacements doivent être alors bien répartis.
Le choix des positions des poteaux a été fait par superposition des différents plans
d’architectures des étages en essayant de les loger dans les différentes cloisons. Nous avons
conservé la plupart des poteaux proposés par l’architecte. Pour les étages courants, il était
utile d’éviter les grandes portées des poutres pour ne pas avoir des retombés qui peuvent être
gênantes.

2.1.2. Choix de type de plancher

Le choix du type de plancher dépend de plusieurs facteurs, principalement liés à la


répartition architecturale des espaces et les longueurs des travées des poutres. Cependant,
des critères d'isolation acoustique, thermique et résistance au feu peuvent aussi intervenir
dans ce choix. Nous avons opté principalement pour le plancher nervuré avec entrevous
céramiques (corps creux) au niveau des différents locaux. La solution dalle pleine a été
retenue pour la coupole, les bâches à eaux, le centre de thalasso et pour certains planchers
difficiles à coffrer comme ceux du vide central et des tourelles.
L'épaisseur de chaque plancher est déterminée en fonction de sa portée et de sa
rigidité.

2.1.3. Choix de type de fondation

Le choix de type de fondation a été réalisé après interprétation des résultats du rapport
géotechnique. Nous avons une contrainte admissible moyenne égal à 0.15 Mpa.
Ainsi nous avons choisi la solution fondation superficielle consistant en semelles
isolées en béton armé reposant sur des semelles en gros béton.

Khila Nizar&HichriWalid 5
ENIT 2007-2008

2.1.4. Emplacement des joints

Vu l’importance de la superficie du projet, on a besoin d’avoir des joints de dilatation.


Un joint désigne une solution de continuité voulue c’est à dire une rupture rectiligne ménagée
dans un ouvrage pour absorber les différences de mouvements ou de comportements.
Les joints des structure du gros œuvre destinés à découper verticalement une construction de
grandes dimensions en plusieurs parties indépendantes l’une de l’autre pour parer d’une part
aux retraits et dilatations thermiques, d’autre part aux tassements différentiels des
infrastructures ou du sol sous-jacent.
En pratique, l’espacement maximal entre deux joints de structures consécutifs dits
aussi joints de dilatation ou de rupture selon leur fonction ne dépassent pas :
• 25m à 30m pour les régions sèches ou à forte opposition de température.
• 50m dans les régions humides et tempérées.
 Nous avons divisé l’hôtel en 13 blocs séparés par des joints de dilatation d’épaisseur
2 cm et espacés de 25 à 30 m. ces joints seront remplis par des panneaux en polystyrènes.
En fin, les plans de coffrage de différents niveaux, joint à ce rapport contiennent tous
les détails de la conception proposée.

Khila Nizar&HichriWalid 6
ENIT 2007-2008

Chapitre2 : Hypothèses de Calcul


Et évaluation des Charges

1. Le règlement de calcul
Pour les calculs et vérification des différents éléments porteurs sont conduits selon le
règlement Béton Armé aux Etats Limites 91 révisé 99 [1,2]

2. Les caractéristiques des matériaux


Avant de commencer le calcul des éléments de la structure on adopte des hypothèses de calcul
qu’il faut respecter tout au long du dimensionnement.

Ces hypothèses sont prises du cahier des prescriptions techniques particulières du projet. [7]

 2.1.Caractéristiques du béton
2.1.1. Béton pour éléments d’ossature

- ciment utilisé : CPA45.


- Dosage en ciment : 350 Kg/m 3.
- Pour l’infrastructure, la probabilité de présence de sulfates dans la nappe d’eau, impose
l’utilisation du ciment de haute résistance aux sulfates (HRS).

- La résistance caractéristique à la compression à 28 jours :


. f c28  =25 MPa
- Le coefficient partiel de sécurité pour le béton : γ b=1.5
- La résistance caractéristique à la traction du béton à 28 jours :

 f  = 0.6 + 0.06 ⋅  f  = 2.1MPa


t 28 c 28

- Le module de déformation longitudinale instantanée du béton à 28 jours, pour les


charges dont la durée d’application est inférieur à 24 heures :

E i = 11000 3  f  = 30822MPa .


c 28
Khila Nizar&HichriWalid 7
ENIT 2007-2008

- Le module de déformation différée du béton à 28 jours, pour les charges de longue


durée :

υ 28
= 3700 3  f c 28 = 10367 MPa
- Le poids volumique du béton armé :

 ρ  = 25KN/m 3

- Le coefficient prenant en compte la durée d’application des charges :


θ = 1 si t  > 24 heures

- La résistance de calcul de béton à l’ELU :


 f c 28
 f bu = 0.85 = 14.2  MPa
θ  γ b

- La contrainte limite de compression du béton à l’ELS :


σ  bc = 0.6 f c 28 = 15  MPa

- Le coefficient d’équivalence :
E s
n= = 15
E b

2.1.2. Béton de fondation

 Le Béton de propreté


Pour ce genre de béton destiné au béton de la semelle du sol d’assise, le béton est le plus
souvent dosé à 150kg / m 3 avec le ciment Portland (H.R.S).

 Le gros Béton


3
Le béton est dosé à 250kg / m .
La capacité portante du gros béton est: σ gb = 0,7  MPa

 2.2. Caractéristiques de l’acier


2.2.1. Aciers destinés aux armatures longitudinales
Pour ce type, on prévoit des aciers à hautes adhérences à nuance F eE400.

Khila Nizar&HichriWalid 8
ENIT 2007-2008

 La limite d’élasticité garantie :  f e = 400 MPa


 Le module d’élasticité : Es = 2.155 MPa
 Le coefficient partiel de sécurité des aciers:
γ s = 1.15
 Le coefficient de fissuration : η  = 1.6
 Le coefficient de scellement : s = 1.5

2.2.2. Aciers destinés aux armatures transversales

Pour ce type, on prévoit des ronds lisses à nuance F eE235.

 La limite d’élasticité garantie :  f et  = 235 MPa


 Le coefficient partiel de sécurité des aciers: γ s = 1.15
 Le coefficient de fissuration : η  = 1.0
 Le coefficient de scellement : s = 1.0
- La résistance de calcul :
 À l’Etat Limite Ultime (ELU) :
 f e
 f su = =348 Mpa
γ s

 À l’Etat Limite de Service (ELS) :

A l’ELS, dans le cas de fissuration peu préjudiciable ⇒ σ s  =  f e

= inf ⎧⎨  f e , 110 η  f t 28 ⎫⎬


2
Dans le cas de fissuration préjudiciable : σ  s
⎩3 ⎭

= inf ⎧⎨  f e , 90 η  f t 28 ⎫⎬


1
Dans le cas de fissuration très préjudiciable : σ  s
⎩2 ⎭

3. Les hypothèses de calcul


La région de Hammamet est marquée par un climat non agressif. Et en ce qui
concerne l'infrastructure, le milieu est supposé agressif vu la proximité de la mer et l’existence
de la nappe phréatique au niveau proche du TN, on adopte alors :

Khila Nizar&HichriWalid 9
ENIT 2007-2008

 Pour le dimensionnement et le ferraillage des éléments de la superstructure :


 L’enrobage des armatures sera égal à 3 cm,
 La fissuration sera considérée comme peu préjudiciable et pas de reprise de
 bétonnage.
 Pour le dimensionnement des fondation:
 L’enrobage des armatures sera égal à 5 cm.
 La fissuration sera considérée comme préjudiciable.
 La combinaison fondamentale est adoptée pour le calcul des sollicitations:

S = γ G SG + γ Q S Q
Avec :

S G  : Sollicitations dues aux actions permanentes.


S Q  : Sollicitations dues aux charges d’exploitations.
 À l’ELU γ G = 1.35  et γ Q = 1.50
 À l’ELS γ G = 1.00  et γ Q = 1.00

4. Evaluation des charges


Le projet ci-présent comprend des planchers nervurés en béton armé avec corps creux
d’épaisseur,(16+5), (19+6) et (19+PL+6). Nous avons aussi des planchers en dalles pleines de
différentes épaisseurs (suivant les portées), qu’on exposera ici de façon détaillée. [7]

 4.1. Évaluation des charges permanentes


Les valeurs des charges permanentes diffèrent en fonction de la situation de chacun des
 planchers, (plancher intermédiaire ou terrasse), la détermination des différentes valeurs de ces
charges sera basée sur les coupes détaillées ci-dessous:

Khila Nizar&HichriWalid 10
ENIT 2007-2008

Figure 2. Plancher terrasse en corps creux

Figure 3. Plancher intermédiaire en corps creux

Figure 4. Plancher terrasse en dalle pleine

Figure 5. Plancher intermédiaire en dalle pleine

Khila Nizar&HichriWalid 11
ENIT 2007-2008

4.1.1. Planchers terrasse


Plancher nervuré (19+6)
Enduit sous plafond (1.5 cm), 20 KN/m3 : 0.30 KN/m2
Faux plafond : 0.5 KN/m2
Corps creux (19+6) : 3.25 KN/m2
Forme de pente, 10 cm en moyenne : 2 KN/m2
Etanchéité :
Enduit de planéité : 0.40 KN/m2

Multicouches: 0.12 KN/m2


Protection de l’étanchéité : 0.50 KN/m2
TOTAL : G = 7.07KN/m2

Plancher nervuré (16+5)


Enduit sous plafond (1.5 cm), 20 KN/m3 : 0.30 KN/m2
Faux plafond : 0.5 KN/m2
Corps creux (16+5) : 2.75 KN/m2
Forme de pente, 10 cm en moyenne : 2 KN/m2
Etanchéité :
Enduit de planéité : 0.40 KN/m2
Multicouches: 0.12 KN/m2
Protection de l’étanchéité : 0.50 KN/m2
TOTAL : G = 6.57 KN/m2

Dalles pleines (d’épaisseur e)


Enduit sous plafond (1.5 cm), 20 KN/m3 : 0.30 KN/m2
Dalles pleines , 25 KN/m3 : (e x 25) KN/m2
Forme de pente, 10 cm en moyenne : 2 KN/m2
Faux plafond : 0.5 KN/m2
Etanchéité :
Khila Nizar&HichriWalid 12
ENIT 2007-2008

Enduit de planéité : 0.40 KN/m2


Multicouches: 0.12 KN/m2
Protection de l’étanchéité : 0.50 KN/m2

TOTAL: G = 3.82 + (e x 25) KN/m2

4.1.2. Planchers intermédiaires


Plancher nervuré (19+PL+6)
Enduit sous plafond (1.5 cm), 20 KN/m3 : 0.30 KN/m2
Corps creux (19+PL+6) : 3.5 KN/m2
Faux plafond : 0.5 KN/m2
Revêtement :
Sable (3cm), 17 KN/m3 : 0.51 KN/m2
Mortier pour carrelage (2 cm), 20 KN/m 3 : 0.40 KN/m2
Carrelage (25x25x2.5) : 0.45 KN/m2
Cloison légère de 20 cm: 0.75 KN/m2
TOTAL : G = 6.41 KN/m2

Plancher nervuré (19+6)


Enduit sous plafond (1.5 cm), 20 KN/m3 : 0.30 KN/m2
Faux plafond : 0.5 KN/m2
Corps creux (19+6) : 3.25 KN/m2
Revêtement :
Sable (3cm), 17 KN/m3 : 0.51 KN/m2
Mortier pour carrelage (2 cm), 20 KN/m 3 : 0.40 KN/m2
Carrelage (25x25x2.5) : 0.45 KN/m2
Cloison légère : 0.75 KN/m2

TOTAL : G = 6.16 KN/m2

Plancher nervuré (16+5)


Enduit sous plafond (1.5 cm), 20 KN/m3 : 0.30 KN/m2
Faux plafond : 0.5 KN/m2

Khila Nizar&HichriWalid 13
ENIT 2007-2008

Corps creux (16+5) : 2.75 KN/m2


Revêtement :
Sable (3cm), 17 KN/m3 : 0.51 KN/m2
Mortier pour carrelage (2 cm), 20 KN/m 3 : 0.40 KN/m2
Carrelage (25x25x2.5) : 0.45 KN/m2
Cloison légère : 0.75 KN/m2
TOTAL : G = 5.66 KN/m2

Dalle pleine (d’épaisseur e )


Enduit sous plafond (1.5 cm), 20 KN/m3 : 0.30 KN/m2
Faux plafond : 0.5 KN/m2
Dalles pleines , 25 KN/m3 : (e x 25) KN/m2
Revêtement :
Sable (3cm), 17 KN/m3 : 0.51 KN/m2
Mortier pour carrelage (2 cm), 20 KN/m 3 : 0.40 KN/m2
Carrelage (25x25x2.5) : 0.45 KN/m2
Cloison légère : 0.75 KN/m2

TOTAL: G = 2.91 + (e x 25) KN/m2

 4.2. Évaluations des autres charges permanente à considérer

Murs de 35 cm d’épaisseur : 4 KN/ml.


Murs de 30 cm d’épaisseur : 3 KN/ml.
Murs de 20 cm d’épaisseur : 2 KN/ml.
Acrotères : 2.5 KN/ml.

Khila Nizar&HichriWalid 14
ENIT 2007-2008

 4.3. Évaluation des charges d’exploitation


Les valeurs des charges d’exploitation sont précisées par la norme NF P 06-001 en
fonction de la nature des locaux.
• Les étages d’habitations : 1.5 KN/m².
• Bureaux : 2.5 KN/m².
• Restaurants: 2.5 KN/m².
• Salle de conférence : 4 KN/m2.
• Escaliers : 2.5 KN/m².
• Balcon : 3.5 KN/m².
• Terrasses inaccessibles : 1 KN/m².
• Terrasse accessible : 1.5 KN/m².

Khila Nizar&HichriWalid 15
ENIT 2007-2008

Chapitre3 : Modélisation et Dimensionnement


De la superstructure

1. Modélisation

L’étape de modélisation est l'étape intermédiaire entre la conception et le


dimensionnement. Nous avons essayé dans cette phase d’établir des modèles de calcul
 pour les éléme nts porteurs proches de la réalité. Ces modèles devront répondre, d'une
 part aux exigences de la simplicité et la facilité de calcul et d'autre part de la fiabilité des
résultats.
Pour les éléments calculés manuellement, nous avons suivi les règles de
modélisation de la statique, en fixant les conditions aux limites et le comportement des
matériaux, et en se servant des théories disponibles. Vu le nombre important des éléments,
nous avons eu recours aux logiciels de dimensionnement «ARCHE » et « ROBOT».
Le calcul de la descente des charges et les dimensionnement des éléments classique de
l’ossature (dalle pleine, nervure, poutre, poteau, etc…) seront conduits à la fois manuellement et
numériquement moyennant le logiciel « Arche ».les dimensionnement des éléments spéciaux a
savoir la piscine, la coupole, l’escalier et le mur voile seront conduit manuellement, le calcul de
ferraillage sera conduit manuellement.
Le principe de calcul ainsi que les résultats de dimensionnement des éléments porteurs
classiques à savoir un poteau, une poutre continue, une nervure continue et la dalle pleine
figurant dans l’annexe 1.
En fin, une présentation des logiciels utilisés et des notes de calcul des éléments porteurs
classique figurent dans l’annexe 2.

Khila Nizar&HichriWalid 16
ENIT 2007-2008

2. Calcul manuel des ouvrages spéciaux

 2.1. Dimensionnement d’un escalier [4]


 Notre projet présente une grande diversité notamment au niveau des escaliers qui se
diffèrent par leur architecture aussi bien que leur géométrie.
 Nous avons choisi l’escalier allant du sous sol jusqu’au RDC pour le dimensionner
manuellement. (Voir figure)

Figure 6. Coupe sur volée d'escalier


2.1.1. Définition et terminologie

Les escaliers constituent un ouvrage de circulation verticale composé d'une série de


marches de même hauteur permettant de monter ou de descendre d'un niveau de plancher à
un autre.

Pour les différents types d’escaliers on considère les paramètres suivants :


h : hauteur de la contre marche, variant de 0.13 à 0.17m.
g : largeur de la marche, variant de 0.26 à 0.36m.
⎛ h ⎞
α : Inclinaison du volée, α  = arctg ⎜⎜ ⎟⎟ .
⎝ g ⎠
H : hauteur de la volée, égale à la hauteur libre sous plafond + épaisseur du plancher
fini.
L : longueur projetée de la volée.
e : épaisseur de dalle (paillasse ou palier).

Khila Nizar&HichriWalid 17
ENIT 2007-2008

2.1.2. Calcul de l’escalier

La hauteur de ce escaliers est de 3.0m, Le nombre de contre marches étant égal à


 H 1 300
20, la hauteur de la contre marche est définie alors par : h1 =   h1 = =15cm.
n1 20

Or on a la formule de Blondel à vérifier, donnée par : 0.60< g1 +2h1<0.64m


 g1 = 0.30m  0.30 +2 × 0.15 = 0.6 m  Vérifié, soit alors g1 = 30 cm et h 1 = 15 cm.
⎛h ⎞
= arctg ⎜ 1 ⎟ = arctg ⎛⎜ ⎞⎟ =26.56°. [1]
15
α 1
⎝ g1 ⎠ ⎝ 30 ⎠
Vue en plan de l’escalier

Figure 7. Vue en plan de l’escalier

Pré dimensionnement de l’épaisseur de la dalle

e1 = 0.018⋅ L⋅ 3 25⋅ e1 + q .

L1 = 4.10 m ; q=2.5 KN/m²   e1 = 0.018⋅ 4.10⋅ 3 25⋅ e1 + 2.5


Après résolution de cette équation e = 12cm;
  1

Soit e1 = 18 cm pour tenir compte du poids du revêtement.


Et de Même pour la deuxième volée e 2 = 18 cm

Khila Nizar&HichriWalid 18
ENIT 2007-2008

Figure 8. Détails d'escalier (paillasse)

Détermination des charges


Charges sur paillasses
Les charges à considérer sont :

- Marche (marbre de 3 cm) : 0.03 × 1× 28 g1 = 0.840 KN/m,


- Contre marche (marbre de 2 cm) : 0.15 × 0.02 ×1 × 28 g2 = 0.084KN/m,
(0.15 − 0.03) × (0.3 − 0.02)
- Béton banché : × 22 × 1 g3 = 0.369 KN/m,
2
0.18
- Chape en béton (18cm) :  × 2 5 × 1 g4 = 5.030KN/m,
cos26.56
0.015
- Enduit (1.5 cm) :  × 22 × 1 g5 = 0.36 KN/m,
cos26.56
- Mortier de pose : 18 × ⎡⎣( 0.025 × 0.3 ) + ( 0.025 × 0.15 ) ⎤⎦ ×1 g6 =0.202 KN/m,
- Gard corps : 10 × 0.1×1 g7 =1 .000KN/m,
Poids du paillasse : G1 =7.885 KN/m.

Khila Nizar&HichriWalid 19
ENIT 2007-2008

Figure 9. Détail escalier (palier)


Charges sur paliers
Les charges à considérer sont :

- Revêtement (marbre de 2.5 cm) : 0.025 × 28 × 1 = 0.7 KN/m,


- Chape en béton (18 cm) : 0.18 ×1 × 25 = 4.50 KN/m,
- Enduit (1.5 cm) : 0.015 × 22 ×1 = 0.33 KN/m,
- Mortier de pose : 18 × 0.025 × 1 = 0.45 KN/m,
Poids du palier : G2 = 5.98 KN/m.

Charges d’exploitation
Q= 2.5 KN /m pour le palier et la paillasse.

Calcul des sollicitations

 Nous nous intéressons seulement pour le calcul de la volée1 car les deux volées sont
semblables.
 Schéma de calcul :

Figure 10. Schéma de calcul de la volée

Khila Nizar&HichriWalid 20
ENIT 2007-2008

 Sollicitations :
Travée Appui Appui
gauche droit
Moment fléchissant 29 0 0
ELU (KN.m)
Effort tranchant (KN) - 29 26
ELS Moment fléchissant 20.8 0 0
(KN.m)

Tableau 1:Résumé des sollicitations de la volée étudié

Calcul des sections d’armatures


Le calcul des sections des armatures est réalisé pour une section rectangulaire de largeur
unité, sollicitée à la flexion simple. Les calculs seront fait pour une seule volée : [1 ,9]

En Travée

Mu = 29 KN.m.
 M u 0.029
μ u = = = 0.08
b ⋅ d 2 ⋅ f bu 1× 0.155 2 ×14.2
< μ lu  Asc = 0.

α  = 1.25 ⋅ 1 − 1 − 2μ ) = 0.10


 yu = α  ⋅ d  = 0.0155 m.
 Z  = d  − 0.4 yu = 0.14 m.
 M u 0.029
  Ast  = = = 5.95 ⋅10 −4 m2/m = 5.95 cm2/m.
 Z ⋅ f su 0.14 ⋅ 347.82
 f t 28 2.1
 Amin = 0.23 ⋅ b ⋅ d ⋅ = 0.23 ×1× 0.155 × = 1.87 ⋅10 −4 m2/m.
 f e 400
 Ast  >  Amin On choisit 4HA14 par mètre (A = 6.15 cm2/m). [Réf 9]

Khila Nizar&HichriWalid 21
ENIT 2007-2008

Aciers de répartition

La section des armatures de répartition dans le sens de la largeur des escaliers est prise
égale au quart de la section d’armatures principales, ainsi on a :

 A 10.77
 Asc = = = 1.53 cm2/m  On choisit 5HA8 par mètre(A = 2.51 cm 2/m). [9]
4 4

Aciers de chapeau

La section des armatures de chapeau dans le sens de la longueur des escaliers est prise
égale à 15% de la section d’armatures principales, ainsi on a :

 Ac = A × 0.15 = 0.92  cm2/m < Amin  On choisit 5HA8 par mètre. (A = 2.51 cm2/m).

2.1.3. Vérification des contraintes transversales

Pour les poutres dalles coulées sans reprise de bétonnage sur leur épaisseur, on peut s’en
 passer des armatures transversales si on vérifie :

0.07 f cj 0.07 × 25 V u


τ u ≤ = = 1.16 MPa, avec τ u =
γ b 1.5 b0 ⋅ d 

0.029
Vu ≈ 29 KN } ⇒ τ u = = 0.187 MPa ≤ 1.16 MPa.
0.155

2.1.4. Vérification des contraintes à l’ELS


 M 
σ bc = ser   y1 ≤ σ bc MPA
 I 
f(y) = A y²+B y+C
Avec A= b/2
B = 15 Asc+15 Ast
C = -[15 Ast d’+15 Ast d]
Avec d’= l’enrobage supérieur
D’où A = 0.5 m ; B= 0.0124 m² ; C = -1.6.10-3m3
⇒ y1 = 0.045 m

Khila Nizar&HichriWalid 22
ENIT 2007-2008

 y13
I=b +15 Asc (y1-d’)²+15 Ast (d-y1)²
3
= 1.12 10-4 m4
 M ser 
Mser  = 20.8 10 -3 MN.m d’où σ bc =  y = 8.35 MPa
 I  1
σ bc = 0.6 f c 28 = 0.6 × 25 = 15 MPa
σ 
bc ≤ σ  bc ⇒ La contrainte est vérifié à l’E.L.S

2.1.5. Plan de ferraillage

5HA8/m

5HA8/m

4HA14/m

5HA8/m

Figure 11. Ferraillage de la volée (escalier)

Khila Nizar&HichriWalid 23
ENIT 2007-2008

 2.2. Dimensionnement d’un mur de soutènement


Considérons le mur de soutènement du sous sol. Ce mur est d’épaisseur 20 cm et de
2.7 m de hauteur. ce voile est encastré à son extrémité inférieure dans la fondation, alors
que son extrémité supérieure est considérée libre lors de la phase de construction et
simplement appuyée sur le plancher haut sous-sol lors de la phase d’exploitation.
Le dimensionnement du mur dépend à la fois de sa stabilité globale et de la
résistance. La stabilité du mur vis-à-vis des efforts extérieurs est alors nécessaire. [8]

2.2.1. Préliminaire

Le mur de soutènement est un ouvrage destiné à soutenir, à contre buter, à s’opposer à


la poussée latérale des masses de terre d’un remblai. Les murs du sous-sol ont été
conçus et dimensionnés en tant que murs de soutènement, autrement dit, ils ont
été dimensionnés pour résister à :
• Poussée des terres.
• Effort normal résultant de la descente de charges.
• Charges d’exploitation.

2.2.2. Données du problème

L’étude du mur de soutènement est réalisée en considérant ce qui suit :


- Surcharge en tête du mur : Q = 10kN/m2,
- Hauteur du fût : H = 3 m,
- Hauteur de la semelle h=0.3 m,
 Notre sol est assimilé à un sable fin d’où les caractéristiques suivantes :
- Angle de frottement interne : ϕ = 30°,
π 
D’où le coefficient de poussée égal à k = tg2 ( − ) = 0.333
4 2
- Poids surfacique du terrain : γ = 18 kN/m3,
- Epaisseur en tête du mur : e = 0.2m,
- Longueur du mur : longueur unité,
- Cohésion : C = 0.
- La contrainte admissible du sol : σ=0.15MPa.
Voir rapport géotechnique dans l’annexe 3.

Khila Nizar&HichriWalid 24
ENIT 2007-2008

2.2.3. Pré dimensionnement et vérifications

Figure 12. Caractéristiques géométriques

Dans cette partie, on détermine les différentes caractéristiques géométriques du mur de


soutènement tout en satisfaisant les conditions de vérification. [1]

Longueur A

Pour un coefficient de sécurité au glissement g = 1.5 ( μ  = 1 , semelle coulée en place  ),
les dimensions du mur a, b et A sont à déterminer par les formules suivantes :
g ⋅ k ⋅ H  ⋅ ( H  + 2h' )
♠ b= , avec h’ : une hauteur fictive telle que Q = γ .h’
2( H  + h' ) ⋅ tgϕ 
( la charge est prise équivalente à une hauteur h’ de terrain ),
 H  ⎛ 2 tgϕ  ⋅ ( H  + 3 h' ) 2 k ⋅ ( H  + 2 h' )  ⎞
 A = ⋅⎜ + ⎟,
1 + 2 ε  ⎜⎝  3 g ⋅ ( H  + 2 h' ) 2 tgϕ  ⋅ ( H  + h' ) ⎠⎟

♠ a = A-b,
1
Pour ε  =  : b = 1.48 m et A = 2.20 m On retient alors b = 1.5 m , a = 0.7 m et A = 2.2 m
6
On néglige la composante verticale de la poussée, par suite on a :
G1 : force verticale due au poids du sol,
G2 : force verticale due à la surcharge,
P1 : force horizontale due à la poussée du sol,
P2 : force horizontale due à la surcharge

Khila Nizar&HichriWalid 25
ENIT 2007-2008

Figure 13. Dimensions du mur de soutènement

2.2.4. Calcul des efforts

- poids propre du mur de soutènement


G 0 = 25 × (1× 0.2 × 2.7) + 25 × (1 × 2.2 × 0.3) = 30 KN 
-charge verticale transmise par la dalle du sous sol
On a G=5.66×2=11.32kN
Q=2.5×2=5kN
 N s = G + Q = 16.32KN 
-poussée des terres et de la surcharge
σ h = Ka× γ  × z=0.33×18×2.7=16.03kN
1
P1 = σ h × z × = 16.03 × 2.7 × 0.5 = 21.64 kN  
2
P2 = Ka × Q × z = 0.33 ×10 × 2.7 = 8.91kN  
-poids des terres et de la surcharge sur le talon
G1 = γ  × z × b ×1 = 18 × 2.7 ×1.5 ×1 = 72.9 KN  
G 2 = 10 × 1.5 ×1 = 15 KN    [8]

Khila Nizar&HichriWalid 26
ENIT 2007-2008

2.2.5. Sollicitations dans le voile

Surcharge
q×l × z ⎛ 3 z ⎞
 M  = ×⎜ − ⎟
2 ⎝4 l ⎠
3
Le moment est maximal pour  z = × l
8
3
V = − × q ×l + q × z
8

Figure 14. Sollicitation dues à la surcharge


Poussé de terre :

G (l ) × z
 M = × ( 3l 2 − 5 z 2 )
30 × l
1
Le moment est maximal pour  z = ×l
5
G (l )
V= × (5z 2 − l 2 )
10 × l

Figure 15. Sollicitations dues à la poussée de la terre

Charge vertical et poids propre :


•  poids propre du voile : Pp=e×25 ×2.7 = 13.5kN/m
• dalle de sous sol : G = 11.32 kN

Khila Nizar&HichriWalid 27
ENIT 2007-2008

Q = 5. kN  NS=Q+G=16.32 kN.

Ps=Pp+Ns

Figure 16. Sollicitation dues à la charge verticale et poids propre

Le calcul des efforts se fait en tête du voile et au niveau de l’encastrement avec la semelle,
moyennant un simple calcul de résistance des matériaux, on obtient :

moment fléchissant maximal En travée Sur appui


(kN.m) 6.85 -18.6
Effort normal (KN) 29.82
Effort tranchant maximal 44.36
(kN)
Tableau 2:Efforts agissants sur le voile sur les différents niveaux

Pour un calcul à l’ELS on a :


σ bc = 0.6 f c 28
2
σ st = min( ×  fe;110 × η × f t 28 )
3
σ bc = 15 MPa

σ st  = 201.633 MPa

- Moment résistant du béton réduit :


On calcule ce moment pour le comparer avec le moment réduit de service.
α 1 α 1
On a μrb=  (1- )
2 3

Khila Nizar&HichriWalid 28
ENIT 2007-2008

σ bc 15
 Avec α 1 =  = = 0,527
σ st  201.63
σ bc + 15 +
15 15
 μrb=0,217.

2.2.6. Étude de stabilité vis-à-vis au glissement

Dans le cas général, le coefficient de sécurité s’exprime :


a × B + FV  × tgϕ 
F g =
F  H 

Avec :
a :désignant l’adhérence entre le sol et la semelle ( a ≤ c )
FV : la somme des forces verticales.
FH : la somme des forces horizontales.
(30 + 16.32 + 72.9 +15) × tg30 °
 F g = = 2.53 > 1.5
(21.64 + 8.91)
Le mur est stable vis-à-vis au glissement.

2.2.7. Étude de stabilité vis-à-vis au renversement

Le coefficient de sécurité au renversement s’écrit :

F r  =  ∑ M  rés

∑ M  mot 

Avec :
 M rés  : Moments des forces de stabilisation.
 M mot  : Moments des forces motrices.
 A
 Mrés / A G0 × 2 + (G1 + G2) × ( a + 0.5b) + Ns × (a − 0.5e) 30×1.1+ 87.9 ×1.45 +16.32 × 0.6

F r  = = =

 Mmot  / A 1
(P1 + P2) × (h + × (H − h)) 30.55×1.2
3
170.24
= = 4.64 f  f r  = 1.5
36.66
Le mur est stable vis-à-vis au renversement.

Khila Nizar&HichriWalid 29
ENIT 2007-2008

2.2.8. Étude de stabilité vis-à-vis au poinçonnement

La condition à vérifier est la suivante :


P = Ps − σ sol × (e + 2 × d ) 2 ≤  f t 28 × bmoy × d 
Avec :
P : force
f orce de poinçonnement
d : L’hauteur utile
bmoy : périmètre moyen des bases de la pyramide de poinçonnement ;
4 × e + 4 × (e + 2 d )
bmoy = = 4 × ( e + d ) = 1.6m; pour d=0.2 m.
2
 f t 28 × bmoy × d = 2.1×1.6 × 0.2 = 0.672 MN .

Ps = G + Q + G0 = 46.32kN ⇒  P = 46.32 ×10 −3 − (0.3 × 0.6 2 ) = 0.35


⇒ P ≤  ft 28 × bmoy × d 
Le mur est stable vis-à-vis au poinçonnement

2.2.9. Calcul des armatures

Étant donné que le mur en question est ancré dans le sol et qu’il traverse la nappe phréatique,
les fissurations sont considérées comme préjudiciables et le calcul se fait par conséquent à
l’ELS.
En travée

La première étape est de déterminer l’excentricité par rapport au centre de gravité de la


section du béton e0 s . [2]
On a:
PS=29.82 kN
MS=6.85 kN.m
 M s
e0 s = = 0.22m
Ps
h
D’où e A = e0s + ( d − ) = 0.32m
2
 M s / A = Ps × eA = 9.542 KN .m

Khila Nizar&HichriWalid 30
ENIT 2007-2008

On a Ps f 0  donc la section est


est soumise à une
une compression et
h 0.3
e0 s = 0.22m f = = 0.05m ⇒ la section est partiellement tendue, donc le calcul sera
6 6
établi en flexion simple, duquel on déduit les résultats d’un calcul en flexion composée.

En flexion simple on a :
 M s / A 9.542 ×10 −3
μs = = = 0.10 p μ rb = 0.217 ⇒  A ' = 0.
b0 × d 2 × σ bc 1× 0.252 ×15
α 1
⇒  Méthode simplifiée ⇒  Z b = d × (1 − ) = 0.22m
3
9.542 ×10 −3
 As = ×104 = 2.05cm 2
0.22 × 210.663
Ensuite on déduit la section d’aciers en flexion composée :
Ps 29.82 ×10−3
 A = As − = 2.05 − ×104 = 0.63cm2
σ s 210.633
A’=0 cm2.
Par suite il faut s’assurer que la valeur trouvée vérifie la condition de non fragilité :
 f t 28 e − 0.45 × d 
 Amin = 0.23 × ×b×d × ⇒ Amin = 1.4cm 2 f A;
 f e e − 0.185 × d 
Donc il faut prévoir la section minimal : soit 4 HA 8 ⇒  Aréel = 2cm 2 .
La même procédure se répète pour calculer la section d’armatures sur appui :
Sur appui

On a :
PS=29.82 kN
MS=-18.6kN.m
 M s
e0 s = = 0.62m
Ps
h
D’où e A = e0s + ( d − ) = 0.72m
2
 M s / A = Ps × eA = 21.47 KN .m

Khila Nizar&HichriWalid 31
ENIT 2007-2008

h
On a Ps f 0  donc la section est une compression et e0 s = 0.72m f
est soumise à une  donc la
6
section est partiellement tendue, donc le calcul sera établi en flexion simple, duquel on déduit
les résultats d’un calcul en flexion composée.
En flexion simple on a :
 M s / A 21.47 ×10−3
μs = = = 0.19 p μ rb = 0.217 ⇒  A ' = 0.
b0 × d 2 × σ bc 1× 0.27 2 ×15
α 1
⇒  Méthode simplifiée ⇒  Z b = d × (1 − ) = 0.22m
3
21.47 ×10 −3
 As = ×104 = 4.63cm 2
0.22 × 210.633
Ensuite on déduit la section d’aciers en flexion composée :
Ps 29.82 ×10 −3
 A = As − = 4.63 − ×104 = 3.21cm 2
σ s 210.633
et A’=0 cm2.

Par suite il faut s’assurer que la valeur trouvée vérifie la condition de non fragilité :
 f t 28 e − 0.45 × d 
 Amin = 0.23 × ×b×d × ⇒ Amin = 1.4cm 2 < A;
 f e e − 0.185 × d 
On adopte alors 5HA 10 et A réel=3.95 cm2.
 Arrêts des barres :
- Armatures sur appuis : l r  : longueur de recouvrement : lr  = 40 × φ  = 40 cm  .
- Armatures en travée : lr  = 40 × φ  = 40 cm .
Calcul des aciers transversaux

La section à étudier pour l’effort tranchant est la section basse du mur (encastrement).
Généralement pour l’existence de l’acier transversal il faut que : [9]
Vu max 0,07 f c 28
τu = f τ u = = 1,17 MPa
b × d  γ b

0,0443
Or τ u = = 0.17  MPa condition vérifiée.
0,25
V u
La condition τ u = = 0.17 MPa p τ lim = Min (5MPa, 0.2 f cj / γ b ) = 3.333MPa  est bien
b0 × d 
vérifiée et en revenant au ferraillage minimale on aura 1HA10 tous les 9cm
Khila Nizar&HichriWalid 32
ENIT 2007-2008

- Etude des abouts (appuis)


La section des aciers prolongés sur les appuis doit vérifiée :
Appuis inférieur : (l’encastrement)
Vu=44.36 KN
Vu ×10−3
Ag ≥ = 1.27 cm 2  il suffit de prolonger 2HA 10.
 fsu
Vérification de la bielle :
2 × Vu max ×10−3
σ b = Avec a =b –2cm –enrobage =0.93 m
bo * a
⇒ σ = 0,095  MPa ≤ σ  = 15 MPa
b

2.2.10. Dimensionnement de la Semelle filante sous voile

On applique la méthode de bielle pour le calcul de la semelle filante [10]

Armatures (parallèle au coté A)


Pu ( A − e) ser Ps ( A − e)
 A = sup( AELU = ;A =   )
8 × d × f su 8 × d × σ s

Pu ( A − e) 52.78(2.2 − 0.2)
 AELU  = = = 1.51cm2/m
8 × d × f su 8 × 0.25 × 347.82

Ps ( A − e) 46.32(2.2 − 0.2)
 Aser  = = =2.22 cm2/m
8 × d × σ s 8 × 0.25 × 201.633
Donc
As=2.22 cm2/m
On prend 4HA10 (Areel=3.12 cm2/m)

Ancrage des aciers transversaux


 A A
= 27 ≤ ls = 35 ×∅ = 35 ×1 = 35 ≤ = 55
8 4
Donc un encrage droit des barres est suffisant

Armatures parallèles au voile

Ar =As×A/4=1.71 cm2

On prend 4HA8=2 cm 2

Khila Nizar&HichriWalid 33
ENIT 2007-2008

2.2.11. Condition de non- poinçonnement de la semelle

0.045
Pred ≤ f c 28U c h
γ b
eb + Uc
Pred  = Pu − ( Pu + 1.35G0 )( ) = −86.52 OK 
 Ab
Pu=22.78KN. ;

G0=30KN. ; U c = 2(e + b + 2h) = 3,6 M

2.2.12. Ferraillage du voile

Figure 17. Schéma de ferraillage du mur de soutènement

Khila Nizar&HichriWalid 34
ENIT 2007-2008

 2.3.  Dimensionnement d’une coupole


Les couples sont des coques minces de révolution, destinées la plus part du temps à
couvrir un espace de forme circulaire ou de toute autre forme. Dans notre projet toutes les
coupoles ont une forme circulaire, nous avons choisie la coupole située au plancher terrasse
du troisième étage pour la calculer manuellement.(voir figure)
La coupole à étudier est de rayon R= 3m
Les caractéristiques géométriques de cette coupole sont représentées sur le schéma suivant :
Les éléments à calculer sont la coupole et la ceinture. [3]
Parallèle

Méridien

Ceinture

2.3.1. INTRODUCTION

Il y’a deux théories distinctes pour l’analyse des structures coques :la théorie de la
membrane et la théorie de flexion, la première considère la membrane comme solide
incapable de résister à la flexion ou à des efforts tranchants, tandis que la deuxième tient
compte des effets de la flexion.
On va utiliser dans la suite la théorie de la membrane vu que les résultats issus de cette
théorie ont une signification plus pratique que ceux de la seconde théorie et vu la simplicité de
cette méthode.

Les coupoles ne sont soumises qu’à des charges verticales uniformément réparties. Elles sont
considérées comme infiniment minces, les efforts internes se réduisent alors à un effort de
compression suivant les méridiens et un effort de traction suivant les parallèles. [11]

Khila Nizar&HichriWalid 35
ENIT 2007-2008

2.3.2. Présentation de la théorie appliqué (la théorie de membrane)

Hypothèses

Charges appliquées sur la coupole sont des charges verticales uniformément réparties (action du vent
négligeable) ⇒ la ligne de pression est confondue avec la ligne moyenne.
Les coupoles sont considérées comme infiniment minces ⇒ pas de moments de flexion et les efforts
internes sont des efforts (de traction ou de compression) pour les parallèles et des efforts (de
compression) pour les méridiens. [4]
Etude théorique

Considérons un élément de la coque découpé par deux méridiens et deux parallèles adjacents.
En désignant par :
 Nϕ : effort suivant les méridiens
 Nθ : effort suivant les parallèles
ϕ : La coordonnées angulaire courante
θ : L’angle entre deux méridiens

Figure 18. Efforts dans une coque soumise à des charges verticales uniformément repartis

Khila Nizar&HichriWalid 36
ENIT 2007-2008

Equation d’équilibre suivant la direction y

L’équilibre des Forces agissant sur les côtés sup et inf de la surface élémentaire
Donne :
d
(r  N ) + p y r 0 r 1 − N θ r 1cosϕ = 0 (1)
dϕ 0 ϕ
Equation d’équilibre suivant la direction z

 Nθ r 1 sinϕ + Nϕ r 0+ pz r 0 r 1 = 0 (2)

Les deux équations (1) et (2) permettent de déterminer les efforts N ϕ et Nθ


Connaissant r 0 et r 1 et les composantes p y et pz de la force extérieure
r 0
En divisant (2) par r 0 r 1 on a :(avec r 2 = ) on trouve :
sin ϕ
 N ϕ  N θ
+ = − p z (3)
r 1 r 2
.
Soit R t la résultante totale de la charge surfacique agissant suivant la verticale sur une portion
de coupole située au-dessus d’une parallèle définie par l’angle ϕ.
L’équilibre global de cette portion de coupole nous fournit l’équation :

R t + 2 Π r 0 Nϕ sinϕ = 0 (4)


ϕ 2
Soit p le poids propre par mètre carré de coupole on a: R t = 2Π ∫0 a  p sinϕ dϕ
Pour une coupole sphérique complète d’épaisseur constante on a :

r 1 = r 2 = a
r 0 = a sinϕ
Avec a : le rayon de la sphère ⇒ R t = 2Π a2 p (1 - cosϕ)

a p
. 1
Donc Les équations (3) et (4) donnent : Nϕ = - et  Nθ = a.p [ − cos ϕ ]
1 + cos ϕ 1 + cos ϕ
Le signe (–) devant N ϕ indique une compression : Les méridiens sont toujours comprimés,
alors que les parallèles ne sont comprimées qu’aux petits angles ϕ.
a. p a p
* pour ϕ=0 (au sommet) : Nϕ = - et  Nθ = - .
2 2
* pour ϕ= ∏ : Nϕ = - a. p et  Nθ = a. p
2
 Nθ s’annule pour cos 2ϕ + cosϕ - 1 = 0 c’est à dire pour ϕ = 51°50’.

sin ϕ. cos ϕ
Soit H la composante horizontale de N ϕ : H = 2Π r 0 Nϕ cosϕ = 2Π a2 p
1 + cos ϕ
Khila Nizar&HichriWalid 37
ENIT 2007-2008

Cette composante est nulle au sommet, aux retombées et elle est maximale pour ϕ = 51,50°
Pour une unité de longueur de pourtour, on définit H’ qui est égale à :

H a.p.cosϕ
H’ = =
2πr 0 1 + cosϕ

Figure 19. Modèle de calcul de la coupole

r 2 + f 2 r 2 − f 2


Posons f la flèche et r la demi corde : a =   et cosϕ = 2
2f  r  + f 2
 p (r 4 − f 4 )
⇒ H’ =
4.f .r 2
 p (r 4 − f 4 )
La traction T dans la ceinture est déterminée par : T = H’.r =
4.f .r 
T
La section d’acier A =
σs
Appelons P la composante verticale de N ϕ : P = S.p = 2Π a.f. p

Par unité de longueur de pourtour :


P  p(r 2 + f 2 )
P’ =  =
2πr  2r 

L’effort de compression méridien vaut : N ϕ = H '2 + P '2

Pour éviter le flambement de la structure, il convient de vérifier que la contrainte dans le


 béton σ b est inférieure à la contrainte critique σcr , cette vérification est donnée par la condition
 N ϕ  N E .e.0,286
suivante :σ bϕ = = ϕ ≤ σ cr  = ij  ; Avec : τ = 0.2 (coefficient de poisson).
 b.e 100 × e R  3 (1 − τ) 2

Khila Nizar&HichriWalid 38
ENIT 2007-2008

2.3.3. Evaluation des charges

Charges permanentes

Enduit (e = 3cm) 66 daN/m²


Briques de 6 trous 70 daN/m²
Chape de béton armé (e = 8cm) 200 daN/m²
Faux plafond 50 daN/m²
Etanchéité 12 daN/m²
Protection de l’étanchéité 30 daN/m²

G = 428daN/m²

Charges d’exploitations

On prend une charge d’exploitation de 100 daN/m² puisque les coupoles sont des terrasses
inaccessibles :
Q = 100daN/m²

Charges pondérées

Pu = 1.35 G + 1.5 Q = 727.8 daN/m²


Pser  = G + Q = 528 daN/m²
La poussée horizontale est nulle vue la forme en demi sphère de la coupole.
L’effort de compression suivant un méridien est :
2.3.4. Evaluation des sollicitations
a⋅ p 3 × 727.8
 N ϕ max = − =− = −2183.4 daN/m
1 + cos ϕ  1 + cos(90)

L’effort suivant les parallèle N θ est :

 Nθmax ( ϕ = 90°) = a.p = 2183.4 daN/m


 Nθmax ( ϕ = 0°) = -a.p/2 = -1091.7 daN/m

2.3.5. Ferraillage

Suivant les méridiens

Pour une section de béton de B = 0.08m², on a


σ bc = 0,6 f = 0,6.25 = 15 MPa
c 28
 N c
Or σ bc = ⇒ N c = σ bc ⋅ B = 1200 kN ff N ϕ max = 21.834 kN
 B
Donc il suffit de prévoir une quantité minimale d’acier comprimé :A min  = 0.25 à 0.35% B
On prend Amin = 0.3% B = 2.4 cm²
Soit 5 HA 8/ml=2.5 cm²

Khila Nizar&HichriWalid 39
ENIT 2007-2008

Suivant les parallèles

Les cerces équilibrent les efforts angulaires.

• Zone 1 : C’est la zone prés de la base (51.83° < ϕ < 90°), où N θ sont des efforts de traction,
 N 
 A = θ  max = 0,627cm²
 fsu

 f 
 A = B t 28 =  4.2cm²
min  f 
e

⇒ A = A min = 4.2cm²; soit 9 HA 8/m disposée en deux lits

• Zone 2 : C’est la zone loin de la base (0° < ϕ < 51.83°), où N θ sont des efforts de
Compression,

⏐ Nθ ⏐= 8,914 KN/m< Nc = 1056 KN soit A = A min = 5 HA 8/m avec un espacement


de 20 cm

Ferraillage de la Ceinture

Dans notre cas la ceinture reposant sur une dalle, permet de répartir uniformément la charge
due au poids propre de la coupole, en effet l’effort de traction est nul
H a.p.cosϕ
En faite : H’ = =  = 0 (car ϕ =Π/2). On disposera alors d’une section minimale
2πr 0 1 + cosϕ
d’acier qui vaut 2 cm² soit 2 HA 12.

Khila Nizar&HichriWalid 40
ENIT 2007-2008

2.3.6. Schéma de ferraillage

Figure 20. Schéma de ferraillage de la coupole

Khila Nizar&HichriWalid 41
ENIT 2007-2008

 2.4. Dimensionnement de la piscine
2.4.1. Préliminaire [5]

Une bonne exécution de la piscine couverte doit répondre à différentes conditions tel
que la résistance, l’étanchéité et la durabilité.
- La résistance : l’ouvrage doit, dans toutes ses parties, équilibrer les efforts auxquels
il est soumis.
- L’étanchéité : La réalisation de la piscine doit impérativement assurer son
étanchéité. Vu la nature du milieu, l’ouvrage peut être calculé en admettant
l’existence de fissurations dans des conditions acceptables. La fissuration est alors
 préjudiciable.
- Durabilité : En tenant compte de la durée de vie de l’ouvrage, les propriétés initiales
des matériaux utilisés doivent résister à un contact permanent avec le liquide. Ce dernier
doit aussi garder le même niveau de qualité. L’étanchéité mise en œuvre protége alors aussi
 bien les matériaux que le liquide.
L’étude que nous allons mener porte sur l’étanchéité et la résistance. En effet, l’étude
de stabilité commence par la modélisation. Ainsi, la création d’un modèle de calcul fidèle
aux exigences de réalisation permet la détermination des sollicitations afin d’aboutir au
dimensionnement. Concernant l’étanchéité, l’étude tiendra compte de plusieurs
 prédispositions constructives. (Voir figure)

Figure 21. presentation de la piscine

Khila Nizar&HichriWalid 42
ENIT 2007-2008

2.4.2. Étanchéité

L’étanchéité de la piscine sera assurée par un revêtement imperméable tel que les cuvelages
(revêtements d’imperméabilisation en mortier de ciment). [5, 6]
2.4.3. Matériaux utilisés
- Sables : Les sables utilisés pour la confection des mortiers hydrofugés seront de
 préférence des sables silico-calcaires non poreux ou des sables siliceux. Ils seront propres,
arrondis de préférence, de granulométrie continue 0/5 mm. Il ne faut pas utilisés Les sables de
mer ou de dune.
- Ciments : le type de ciment utilisé est le ciment HRS .après avoir cependant vérifié leur
compatibilité avec les produits pour le pré étanchement des venues d’eau. Il ne faut pas utilisés
les ciment sur sulfatés et la chaux hydraulique.
- Eaux : Les eaux utilisées pour la confection des mortiers seront des eaux propres,
non agressives et exemptes de matières organiques.
- Produits : Adjuvants des mortiers (SUPER SIKALITE Hydrofuge). L’utilisation
d’hydrofuge de masse peut se révéler utile pour améliorer l’homogénéité et la compacité
nécessaire du béton.

2.4.4. Techniques d’exécution


Parois
- Couche de 2mm d’épaisseur dosé en ciment à 700 Kg/m 3 couvrant toute la surface.
- Couche de 10mm d’épaisseur dosé en ciment à 600 Kg/m 3  jeté vigoureusement à la
truelle sans retouche
- Chemise d’étanchéité : dès le début de prise de la couche précédente et avant
durcissement complet, une couche de 8mm d’épaisseur dosé en ciment à 700 Kg/m 3
fortement serrée et lissée à la truelle.
- Après le début de prise identique de la couche 2 on applique 2mm dosé en ciment à
700 Kg/m3  pour assurer l’adhérence de la dernière couche.
- Couche de 10mm d’épaisseur dosé en ciment à 500 Kg/m 3 soigneusement surfacée à la
taloche : c’est la couche intérieur. [7]
Radier :
- Barbotine en ciment dosée à 1000Kg/m 3 appliquée à la brosse.
- Première couche : 25 mm d’épaisseur dosée en ciment à 700 Kg/m 3 à consistance
 plastique.

Khila Nizar&HichriWalid 43
ENIT 2007-2008

- Deuxième couche : 15 mm d’épaisseur dosée en ciment à 600 Kg/m 3 à consistance plus


sèche que la précédente vigoureusement damée et surfacée à la taloche. [7]
2.4.5. Modélisation
Selon la conception de la piscine, nous pouvons considérer le modèle constitué
de l’ensemble (Parois dalle) chaque élément est mécaniquement considéré seul. Le fond est
une dalle appuyée sur son contour sur des éléments rigides et les parois sont des voiles
encastrés aux semelles filantes.

Figure 22. Modèle du calcul de la piscine


Dimensions :
D’après la cahier des charges applicable à la construction des bassins de piscines à
structure en béton armé, les éléments coulés en place ou projetés auront une
épaisseur minimale de :
- 12 cm pour les dalles : Nous prendrons h = 40 cm. (Dalle surélevé)
- 15 cm pour les parois : Nous prendrons e = 20 cm.

2.4.6. Evaluation des charges

Parois :
- Charges verticales : G = G1+G0 ;
Avec : G1 : poids de revêtement et l’étanchéité (G 1 = 2.15 KN),
G0 : poids propre des parois (G 0 = 6.75 KN)
=> G = 8.9 KN.

Khila Nizar&HichriWalid 44
ENIT 2007-2008

- Charges horizontales : Poussée de la terre : C’est une charge permanente qui dépend de
la profondeur :
g = Kp × γ  × h =0.33×18×1.35=8.01KN/m2

Surcharges : C’est une charge d’exploitation uniformément répartie :

g = Kp ×10 =0.33×10=3.3 KN/m2

Pression de l’eau : elle est considéré comme une charge variable qui dépend de la
 profondeur
qe = γ eau × h =10×1.35=13.5 KN/m 2
Dalle :
- G = G1+G0 ; Avec :

G1 : poids de revêtement et l’étanchéité (G1 = 1.6 KN/m 2)


G0 : poids propre du radier
(G0 = 10 KN/m2) => G =11.6 KN/m 2.
- poids du l’eau :
qe = γ eau × h =10×1.35=13.5 KN/m 2

2.4.7. Calcul des sollicitations sur les parois

La piscine est vide


-Surcharges
q × H 2
 M  A = − =- 9.11KNm / ml
2
V  A = q × z =13.5KN
q × z2
 M  z = −
2

Figure 23. Sollicitations dues à la surcharge

Khila Nizar&HichriWalid 45
ENIT 2007-2008

- Poussée de la terre :
g × H  2
 M  A = − =- 2.34 KNm / ml
6
g × Z  3
 M  Z  = −
6 ×  H 
g × Z  2 =5.4KN
V  A =
2 ×  H 

Figure 24. Sollicitations dues à la poussé de la terre

- Charge verticale G :
 N  = G = 8.9KN 

Figure 25. Efforts normal

La piscine est pleine

- Pression de l’eau

q e × H  2 4.1KNm / ml
 M  A = =
6
q e × Z  3
 M  Z  =
6 ×  H 

Khila Nizar&HichriWalid 46
ENIT 2007-2008

q e × Z  2
V  A = − =-9.11 KN
2 ×  H 

Figure 26. Sollicitations dues à la pression de l'eau

Le calcul des efforts se fait en tête du voile et au niveau de l’encastrement, moyennant un


simple calcul de résistance des matériaux, on obtient :

moment fléchissant maximal


(kN.m) -11.45
Effort normal (KN) 8.9

Effort tranchant maximal


(kN) 18.9

Tableau 3:Efforts agissants sur le voile (1 er  cas)

moment fléchissant maximal


(kN.m) -7.35
Effort normal (KN) 8.9

Effort tranchant maximal


(kN) 9.79

Tableau 4:Efforts agissants sur le voile (2ème cas)

Khila Nizar&HichriWalid 47
ENIT 2007-2008

2.4.8. Ferraillage

Armatures extérieures

Le calcul des efforts se fait en tête du voile et au niveau de l’encastrement, moyennant un


simple calcul de résistance des matériaux, on obtient :
La présence de l’eau fait que le calcul se fait l’ELS
Pour un calcul à l’ELS on a :
σ bc = 0.6 f c 28
2
σ st = min( ×  fe;110 × η × f t 28 )
3
σ bc = 15 MPa

σ st  = 201.633 MPa

- Moment résistant du béton réduit :


On calcule ce moment pour le comparer avec le moment réduit de service.
α 1 α 1
On a μrb=  (1- )
2 3
σ bc 15
Avec α 1 =  = = 0,527
σ st  201.63
σ bc + 15 +
15 15
 μrb=0,217.
Aciers longitudinaux

On a
PS=8.9 kN
MS=-11.45kN.m
 M s
e0 s = = 1.28m
Ps
h
D’où e A = e0 s + ( d − ) = 1.36m
2
 M s / A = Ps × eA = 12.1KN .m
h
On a Ps 0  donc la section est soumise à une compression et e0 s = 1.28m f  donc la
f
6
section est partiellement tendue, donc le calcul sera établi en flexion simple, duquel on déduit
les résultats d’un calcul en flexion composée. [1]

Khila Nizar&HichriWalid 48
ENIT 2007-2008

En flexion simple on a :
 M s / A 12.1×10 −3
μs = = = 0.04 p μ rb = 0.217 ⇒  A ' = 0.
b0 × d 2 × σ bc 1× 0.182 ×15
α 1
⇒  Méthode simplifiée ⇒  Z b = d × (1 − ) = 0.14m
3
12.1×10−3
 As = ×104 = 4.10cm2
0.14 × 210.633
Ensuite on déduit la section d’aciers en flexion composée :
Ps 8.9 ×10 −3
 A = As − = 4.10 − ×104 = 3.6cm2
σ s 210.633
et A’=0 cm2.
Par suite il faut s’assurer que la valeur trouvée vérifie la condition de non fragilité :
 f t 28 e − 0.45 × d 
 Amin = 0.23 × ×b×d × ⇒ Amin = 1.4cm 2 < A;
 f e e − 0.185 × d 
Lorsqu’on va choisir les barres on doit tenir compte les instructions suivantes :
 Les armatures de peau sont de 5 cm 2 lorsque la fissuration est très préjudiciable.
 Le diamètre des armatures les plus proches des parois est au moins égal à 8 mm
 la section d’acier de répartition dans le voile est d’au moins égal à 5cm 2
On adopte alors 5HA 10 et Aréel=3.93cm2.
 Arrêts des barres :
- Armatures sur appuis : l r  : longueur de recouvrement : lr  = 40 × φ  = 40 cm  .
Calcul des aciers transversaux

La section à étudier pour l’effort tranchant est la section basse du mur (encastrement).
Généralement pour l’existence de l’acier transversal il faut que [1]
V 0,07 f c 28
τ u = u max f τ u = = 1,16 MPa
b × d  γ b

0,0189
Or τ u = = 0.10  MPa condition non vérifiée.
0,18
V u
La condition τ u = = 0.10 MPa p τ lim = Min ( 5MPa,0.2 f cj / γ b ) = 3.333MPa  est bien
b0 × d 
vérifiée et en revenant au ferraillage minimale on aura 1HA10 tous les 9cm
Etude des abouts (appuis)
La section des aciers prolongés sur les appuis doit vérifiée :
Appuis inférieur : (l’encastrement)
Khila Nizar&HichriWalid 49
ENIT 2007-2008

Vu=18.9 KN
Vu ×10−3
Ag ≥ = 0.54 cm2  il suffit de prolonger 1HA 10.
 fsu
Vérification de la bielle :
2 × Vu max ×10−3
σ b = Avec a =b –2cm –enrobage =0.93 m
b0 × a
⇒ σ = 0,04  MPa ≤ σ  = 13.33 MPa  Vérifiée
b

Armatures intérieures

La présence de l’eau fait que le calcul se fait l’ELS


Pour un calcul à l’ELS on a :
σ bc = 0.6 f c 28
2
σ st = min( ×  fe;110 × η × f t 28 )
3
σ bc = 15 MPa

σ st  = 201.633 MPa

- Moment résistant du béton réduit :


On calcule ce moment pour le comparer avec le moment réduit de service.
α 1 α 1
On a μrb=  (1- )
2 3
σ bc 15
Avec α 1 =  = = 0,527
σ st  201.63
σ bc + 15 +
15 15
 μrb=0,217.
Aciers longitudinaux

On a :
PS=8.9 kN
MS=-7.35kN.m
 M s
e0 s = = 0.82m
Ps
h
D’où e A = e0 s + ( d − ) = 0.9m
2

Khila Nizar&HichriWalid 50
ENIT 2007-2008

 M s / A = Ps × eA = 7.29 KN .m
h
On a Ps f 0  donc la section est soumise à une compression et e0 s = 0.82m f  donc la
6
section est partiellement tendue, donc le calcul sera établi en flexion simple, duquel on déduit
les résultats d’un calcul en flexion composée.
En flexion simple on a :
 M s / A 7.29 ×10−3
μs = = = 0.01 p μ rb = 0.217 ⇒  A ' = 0.
b0 × d 2 × σ bc 1× 0.182 ×15
α 1
⇒  Méthode simplifiée ⇒  Z b = d × (1 − ) = 0.14m
3
7.29 ×10 −3
 As = ×104 = 2.47cm2
0.14 × 210.633
Ensuite on déduit la section d’aciers en flexion composée :
Ps 8.9 ×10 −3
 A = As − = 4.10 − ×104 = 2.04cm2
σ s 210.633
et A’=0 cm2.

Par suite il faut s’assurer que la valeur trouvée vérifie la condition de non fragilité :
 f t 28 e − 0.45 × d 
 Amin = 0.23 × ×b×d × ⇒ Amin = 1.4cm 2 < A;
 f e e − 0.185 × d 
On adopte alors 4HA 10 et A réel=3.16 cm2.
 Arrêts des barres :
- Armatures sur appuis : l r  : longueur de recouvrement : lr  = 40 × φ  = 40 cm  .
Aciers transversaux

La section à étudier pour l’effort tranchant est la section basse du mur (encastrement).
Généralement pour l’existence de l’acier transversaux il faut que
Vu max 0,07 f c 28
τu = < τ u = = 1,16 MPa
b × d  γ b

0,0079
Or τ u = = 0.04  MPa condition non vérifiée.
0,18
V u
La condition τ u = = 0.10 MPa p τ lim = Min ( 5MPa,0.2 f cj / γ b ) = 3.333MPa  est bien
b0 × d 
vérifiée et en revenant au ferraillage minimale on aura 1HA10 tous les 9cm
Khila Nizar&HichriWalid 51
ENIT 2007-2008

Etude des abouts (appuis)


La section des aciers prolongés sur les appuis doit vérifiée :
Appuis inférieur : (l’encastrement)
Vu=9.79 KN
Vu ×10−3
Ag ≥ = 0.28 cm2  il suffit de prolonger 1HA 10.
 fsu
Vérification de la bielle :
2 × Vu max ×10−3
σ b = Avec a =b –2cm –enrobage =0.93 m
bo × a
⇒ σ = 0,02  MPa ≤ σ  = 13.33 MPa  Vérifiée
b

2.4.9. Dimensionnement de la dalle de la piscine

On va prendre la section de largeur 1m (voir figure si dessus) pour dimensionner la dalle de la


 piscine. [7]
Le panneau prend la forme suivante :

Figure 27. dimensions du panneau de dalle.

 L x
L’élancement est: α  = = 1 >0.4.
 L y
La dalle porte dans 2sens.

2.4.10. Évaluation des charges


Charge au m2 du plancher [1]
Gp=25×0.4+1.6=11.6KN/m2
G(eau)=10×1.35=13.5KN/ m 2
q=1.5 KN/m2
Pu=1.35g+1.5q
 Pu=1.35×20.1+1.5×1.5=36.135KN/m2

Khila Nizar&HichriWalid 52
ENIT 2007-2008

2.4.11. Calcul des sollicitations pour le panneau


On a Lx=Ly on va travailler seulement sur Lx
1
Soient : μ  x = =0.036
8 × (1 + 2.4 × α 3 )

D’où les moments pour les bandes de largeur unité :


Mox= μ  x ×Pu×Lx2 =254.96 KN.m.
En travées

Pour une bande de largeur unité parallèle à L x :


Mtx=0.75×M ox=191.22KN.m.
Max==0.5×M ox=127.48KN.m.
D’où le diagramme des moments est comme suit:
Selon x :

Figure 28. diagramme des moments selon x.

Calcul de l’effort tranchant

Au milieu du coté :
Pu × L 1
Vu = × = 168.63KN / m.
2 1 + 0.5 × α 

2.4.12. Ferraillage
Armatures longitudinales
Soit :
Pu
γ  = = 1.35.
g +q
D’ou ⇒ μlu = (3440.γ  + 49.F c 28 − 3050).10 −4 = 0.281

Khila Nizar&HichriWalid 53
ENIT 2007-2008

En travée Lx :
 M tx 191.22.10−3
μ  bu = = = 0.10 < μ lu A’=0.
b × d 2 × f bu 1× 0.362 ×14.2
 M tx
 Atx = Avec  Z b = d (1 − 0.6 × μ bu ) = 0.36 × (1 − 0.6 × 0.1) = 0.33m.
 Z b × f ed 
191.22.10−3 4
D’où  Atx = .10 = 16.65cm2 / m.
0.33 × 348
Sur appui :
 M ax 127.48.10−3
μ  bu = = = 0.06 < μ lu A’=0.
b × d 2 × f bu 1× 0.362 ×14.2
μ bu <0.285 utilisations des formules simplifiées
 M ty
 Aax = Avec  Z b = d (1 − 0.6 × μ bu ) = 0.36 × (1 − 0.6 × 0.22) = 0.31m.
 Zb × f ed 
127.48.10−3 4
D’où  Aax = .10 = 11.81cm2 / m.
0.31× 348
Choix des aciers
h0
φ  ≤ = 40mm.
10
On doit donc utiliser au plus HA 40.

En travée Lx :
On a Atx=16.65 cm2/m et st<=MIN [3×h0 ; 33 cm]
st<=33 cm.
On adopte 6 HA 20 avec un espacement de 16 cm.
 Atx réel=18.85cm2/m.
Sur appui :
On a Atx=11.81cm 2/m et st<=MIN [3×h0 ; 33 cm]
st<=33 cm.
On adopte 6 HA 16 avec un espacement de 16 cm.
 Atx réel=12.06cm2/m.
Vérifications :
V u 168.63 −3
τ  = = .10 = 0.46 MPa.
d  0.36

Khila Nizar&HichriWalid 54
ENIT 2007-2008

 f c 28 25
Or τ u lim = 0.07 = 0.07 × = 1.166 MPa.
γ b 1.5
τ<τulim  pas d’armatures d’âme.

Longueur des barres


Ø max×  fe
L1 = Max ( l ;0.2l x ) .avec ls =  ; τ u = 0.6 ×ψ S 2 × f t 28 =2.835MPa
s 4 ×τ  u
2 × 400
ls = = 70.54cm
4 × 2.835

L1 = Max ( 70.54cm; 280cm )

L1 = 280cm

 L
L 2 = Max ( l s ; 1 )
2
L2=140cm

Figure 29. Longueur des barres

Khila Nizar&HichriWalid 55
ENIT 2007-2008

2.4.13. Schéma de ferraillage

Figure 30. schéma du feraillage du la piscine

Khila Nizar&HichriWalid 56
ENIT 2007-2008

Chapitre 4 : Dimensionnement des fondations

Le choix de type de fondation a été réalisé après interprétation des résultats du rapport
géotechnique. Nous avons une contrainte admissible moyenne égal à 0.15 Mpa.
Ainsi nous avons choisi la solution fondation superficielle consistant en semelles
isolées en béton armé reposant sur des semelles en gros béton.
1. Profil géotechnique
La compagne géotechnique a été réalisée par « PROSOL». Cette compagne comporte :
 Deux sondages préssiométriques de 20m de profondeur chacun, cette essai va
 permettre de déterminer deux caractéristiques mécaniques conventionnelles du sol
 pour chaque profondeur ; à savoir : le module préssiométriques E p  et la pression
limite Pl*.
 Deux prélèvements d’échantillons d’eau pour mesurer des teneurs en sulfates
dissous correspondantes.
2. Méthode de dimensionnement
Le dimensionnement est basé sur la méthode de bielle qui suppose que les charges
appliqués au semelle par les pointes d’appuis sont transmises par des bielles obliques qui
 provoques des efforts de traction à la base qui doivent être équilibrer par des armatures.
Le dimensionnement des semelles est conduit en respectant les conditions suivantes :
 La condition de portance du sol
 La condition de rigidité
 La condition de non poinçonnement

 2.1.Caractéristiques du sol
D’après le rapport de reconnaissance géotechnique réalisé en Août 2007 par  PROSOL :
 Le terrain est composé d’une couche de terre végétale de 0.5 m d’épaisseur
suivi d’une couche de sable fin et moyen beige jaunâtre de 1.5m d’épaisseur,
une couche de sable fin et moyen marron de 3m d’épaisseur, une couche de
sable fin et moyen gris argileux de 5m enfin une couche de sable fin et moyen
marron graveleux à trace d’argile de 10.2 m .

Khila Nizar&HichriWalid 57
ENIT 2007-2008

 La nappe d’eau s’est stabilisé a une profondeur de 2.5 m/T.N.


 La teneur en sulfate est égale à 2600mg/l donc l’environnement est agressif.
 La fondation sera sur des semelles isolées de 20cm dans le sable fin et moyen
marron verdâtre graveleux soit à -4.2m/T.N.
 σsol =1.5 bars =0.15 MPa

 Les tassements seront de l’ordre de 6.2 mm


 Un rabattement de la nappe et un soutènement des parois de fouilles sont à
 prévoir.
 Enfin, vu le niveau de la nappe et la proximité de la mer; le ciment HRS est
recommandé
En se basant sur cette compagne géotechnique, nous avons choisi la solution fondation
superficielle consistant en semelles isolées en béton armé reposant sur des semelles en gros
 béton.

3. Dimensionnement de la semelle S23

 3.1. Descente de charge

Charge Charge
 permanente  d'exploitation
G Q
(KN) (KN)
 3eme étage 120 12
 2eme étage 240 30
1er étage 330 48
 Mezzanine 450 66
 R .D.C 560 84
Sous Sol 660 102

Tableau 5:descente du charge sur la semelle

On ajoute à la charge permanente du poteau P3 calculée précédemment, le poids propre


de pré poteau. [10]
Poids propre de pré poteau : 25 x (0,22 x 0,80) x 0,6 = 2,64KN
Charge permanente du poteau P15  = 660 KN

Khila Nizar&HichriWalid 58
ENIT 2007-2008

Ainsi les valeurs des charges subies par cette semelle sont les suivantes :
G = 660 + 2,64 = 662,64KN.
Q = 102 KN .
Hypothèses de calcul
 G =0,67MN.
 Q = 0.11MN.
 a = 22 cm.
  b = 80 cm.
 fe = 400 MPa.

 σ sol  = 0.15MPa.

 σ GB  = 0.7 MPa.

 Masse volumique du béton


σ béton = 25 ×  10-3 MN/m3.
 Masse volumique du gros béton
σ  gros béton
= 23 ×  10-3 MN/m3.
 Masse volumique du remblai
σ remblai = 18 ×  10-3 MN/m3.
 C = 0.05 m.
 Fc28 = 25 MPa.
 h =1.5m(profondeur de la fouille).
 Fissuration préjudiciable
 γs = 1.15
 γ b = 1.50
Pré dimensionnement des semelles

 3.2.Section de la semelle
P ser  = G + Q = 0.78MN.
 B > b ×  p ser   = 0,8
×
0,78
a σ  GB
0, 22 0, 7

⇒ B = 2.40 m on prend B = 2.50 m


a
⇒ A = × B = 0.68 m
b
Khila Nizar&HichriWalid 59
ENIT 2007-2008

 A=B=2.5 m

3.2.1. Hauteur :
 H ≥  B−b + C ⇒ 2.5 − 0.8 + 0.05 = 0,475 m
4 4
On prend H =0.50 m
Poids semelle = σ béton ×  A ×  B ×  H = 0.1718 MN.
Poids remblai = σ remblai ×  h ×  [(A ×  B) – (a ×  b)] = 0.164MN

 3.3. Vérification :
 A × B = 6.25 m2 ≥ Pser
+ Poids remblai + Poids semelle
 = 1,594m2
σ GB

→ 6,25m² ≥ 1,594m² → vérifié ok

 3.4.Condition de non poinçonnement de la semelle :


 A × B = 6,25m2 ≥ Pul × (a + 2 × H ) ( b + 2 × H ) = 0,681m2 OK
⎛  f c28 × 2 × (a + H ) × ( b + H ) ⎞⎟
Pul − ⎜⎜ 0.045 × H × ⎟
⎝  γ b  ⎠
Avec Pul = 1.35 ×  (G + Poids remblai + Poids semelle ) + 1.5 ×  Q
Pul = 1,500 MN.
Conclusion :
 A = 2.50 m
 B = 2.50 m
 H = 0.80m
 Pser = 0.78MN
 Pul = 1.50MN

 3.5. Ferraillage
3.5.1. Les armatures selon Direction B
Pu × (B - b )
  A B =
8 × d B × σ s

Avec σ s = f e = 348 M Pa et dB =H-C = 0.2 m


γ s

Khila Nizar&HichriWalid 60
ENIT 2007-2008

( 2 .5 − 0 .8 ) × 1 .5
 A B = = 8, 72cm ²
8 × 1 .0 5 × 3 4 8

3.5.2. Les armatures selon la direction A


Pu × ( B-b )
  A A =
8 × d B × σ s

Avec σ s = f e = 348 M Pa et dB =H-C = 1.05 m


γ s
( 2 .5 − 0 .8 ) × 1 .5
 A B =
= 8, 72cm ²
8 × 1 .0 5 × 3 4 8

3.5.3. Espacement des armatures


Selon la direction B :
 Nombre de barre

A-2 × C + 1 = 13 ≤  N  B  ≤ A-2 × C + 1 17


0.2 0.15
On prend  N  B = 14 barres.

Choix des armatures

2
 A B  = 8,72 cm

Soit 14HA10 =10,92 cm2

Espacement

A-2 × C
e A = = 18 cm.
 N A -1
Selon la direction A
 Nombre de barre

B- 2×C
+1 = 13 ≤  N  A ≤ B-2 × C + 1 = 17
0.2 0.15

On prend  N  A = 14 barres

Khila Nizar&HichriWalid 61
ENIT 2007-2008

Choix des armatures


2
 A A = 8,72 cm
Soit 14HA10 =10,92 cm2

Espacement
B-2×C = 18 cm.
e B =
 N B - 1

3.5.4. Vérification de l’ancrage


 L s = Φ ×
4 0.6 ×
fe
2
 = 46.89cm Ψs = 1.5
f tj Ψs

 L s =35.27 cm ≥  B
4
= 20 cm ⇒ Ancrage courbe . Suivant la direction A et B.

 3.6. Dimensionnement de gros béton


3.6.1. Pré dimensionnement de gros béton

On a Pser  =0.78 MN.

Il faut B’ ≥ B × P ser  = 2.82m ⇒  On prend B’ = 3.00m


A σ sol

 A '=  A× B'  = 3.00m ⇒ on prend A’ = 3.00 m


 B
 H’ ≥  Max (1 m; 3 × B'-B  ) = 1 m.
4
Poids gros béton = σ gros béton ×  A’ ×  B’ ×  H’ = 0.207 MN.
Poids remblai1 = σ remblai × (h +H) ×  [(A’ ×  B’) – (A ×  B)] = 0.1287MN.

3.6.2. Vérification
+ Poids remblai1+ Poidsgros béton
 A' × B'  = 9 m2 ≥ Pser =2,288 m2 .[10]
σ sol

→  9 m² ≥ 2,288m² → vérifié ok

Khila Nizar&HichriWalid 62
ENIT 2007-2008

Conclusion :
 A’ = 3 m
 B’ = 3 m
 H’ = 1.00 m
 A = 2.5 m
 B = 2.5 m
 H = 0.50 m

4. Schéma du ferraillage

Figure 31. Schéma du ferraillage de la semelle S23

Khila Nizar&HichriWalid 63
ENIT 2007-2008

 5. Dimensionnement d’une semelle isolé sous poteaux de joint S3

 5.1.Schéma du calcul
Le schéma de calcul de semelles sous deux poteaux de joint est présenté généralement
comme suit : N
M

 b’
 bf 

a’ af 

Figure 32. schéma du calcul d'une semelle sous poteau de joint S3

Avec :
* S = a’x b’ : section de la semelle.
* S1 = a1x b1 : Section du poteau N°1.
* N1 : Charge transmise par le poteau N°1.
* S2 = a2x b2 : Section du poteau N°2.
* N2 : Charge transmise par le poteau N°2.
* d : distance entre les deux axes de poteaux.
* d1 : distance entre l’axe de la semelle et l’axe du poteau N°1.
* d2 : distance entre l’axe de la semelle et l’axe du poteau N°2

Khila Nizar&HichriWalid 64
ENIT 2007-2008

• Si N1 = N2 : Le calcul se ramène à celui d’une semelle rectangulaire soumise à un


effort normal centré.
• Si N1 ≠ N2 : La semelle est remplacée par une semelle fictive équivalente soumise
à un effort normal ( N ) appliquée à la distance ( e ) du centre de gravité, d’où la
 production d’un moment de flexion ( M ) définie comme suit :

d  N1 − N 2
- L’excentricité ( e ) est déterminée par : e =
2  N1 + N 2

- Le moment de flexion ( M ) est : M = e  N


 N étant la résultante des efforts normaux ultimes N 1 et N2.
Dans l’exemple suivant, on va étudier le cas d’une semelle sous poteaux de joints où :
* N1 = N2 = 764,64 KN.
* a1 = a2 = 0,22 m.
* b1 = b2 =0,80 m.
* N = 2095,18 KN : Effort normal résultant à l’ELU.
* N’ = 1529,28 KN : Effort normal résultant à l’ELS.
On a N1 = N 2 ; donc l’excentricité est nulle ( e = 0 ), et le moment de flexion : M = 0.
Le calcul sera alors ramené au calcul précédent dans le cas de semelle rectangulaire sous
 poteau de section équivalente S’ = 2 S et soumise à un effort normal ( N =N 1 + N2 ).
On présente ci-dessous les résultats de calcul : [10]
* Pour la semelle :
- a’ = 2,50 m ; b’ = 2,50 m.
- H = 1,10 m.
- La quantité d’aciers est : A a = 14 HA 12 /m ; A b’ = 14 HA 12 /m
* Pour le gros béton :
- A = 3,00 m ; B = 3,00 m ; Hg = 1,00 m.

 5.2. Vérification de non poinçonnement


* ( 1 ) ⇒ 0.045 uc H f c28 = 3,86 MN
* ( 2 ) ⇒ Nr = 2,095 MN
 Nr  < 0.045 Uc H f c28 ; La condition de non poinçonnement est bien vérifiée.

Khila Nizar&HichriWalid 65
ENIT 2007-2008

 5.3.Schéma du ferraillage

Figure 33. Schéma du ferraillage de la semelle sous poteaux de joint S3

Khila Nizar&HichriWalid 66
ENIT 2007-2008

CONCLUSIONS

Dans ce projet, nous avons conçu, modélisé et dimensionner la structure et les fondations
en béton armé de l’hôtel Sheraton Hammamet situé à Hammamet Sud.
La conception de la structure s’est appuyée notamment sur la limitation des portées des
 poutres, mi ni misa nt ainsi les flèches et évitant les retombées non préférables. Pour
l’ossature du bâtiment, nous avons choisi le système porteur classique de type « poutres-
 poteaux » et des planchers nervurés en corps creux et en panneaux de dalles pleines. Pour les
fondations, nous avons opté pour des semelles isolées sous poteaux et des semelles filantes
sous voiles en béton armé reposant toutes sur des semelles en gros béton.
Ensuite, Nous avons effectué la modélisation et le dimensionnement de l’ossature du bâtiment à
l’aide du logiciel « Arche ». Des calculs et vérifications manuels ont été également conduits
 pour plusieurs types d’éléments porteurs. Pour chaque élément, nous avons essayé d’identifier
un modèle de calcul adéquat, nous avons évalué son chargement puis calculer ses
sollicitations et enfin déterminer son ferraillage. Nous avons utilisé la méthode forfaitaire pour
évaluer les sollicitations servant au dimensionnement d’une nervure et d’une dalle pleine
continues et la méthode de Caquot minorée pour une poutre continue. En outre, nous avons
utilisé la théorie membranaire pour évaluer les sollicitations servant au dimensionnement d’une
coupole. Nous avons également dimensionné un voile, un portique, une piscine, un escalier,
une poutre courbe et un poteau.
Enfin, Le dimensionnement des fondations superficielles a été conduit à la fois numériquement
et manuellement selon la méthode des bielles.

Khila Nizar&HichriWalid 67
ENIT 2007-2008

BIBLIOGRAPHIE

[1] J.PERCHAT; J.ROUX : Pratique du BAEL Edition Eyrolles 1992.


[2] J.PERCHAT; J.ROUX: Maîtrise du BAEL deuxième Edition Eyrolles.
[3] A.GUERRIN: Traité de béton armé : T5 et T6.
[4] Henry THONIER : Conception et calcul des structures de bâtiment : T1 à T6
Deuxième Edition.
[5] ANNALES de l’institut technique des bâtiment et des travaux publics : Cahier des
Charges applicables à la construction des basins de piscines à structure en béton armé.
[6] SIKA : Notice Technique.
[7] Technique de l’ingénieur :
- J.PERCHAT: Béton armé : Règles BAEL : Ouvrages particuliers.
- J.PERCHAT : Béton armé : Règles BAEL : Ossatures et éléments courants.
- J.COURBON; Noël THEILLOUT.J : Résistance des matériaux : Formulaire.
[8] : M.BOUASSIDA : Cours de mécanique des sols édition 1991.
[9] : L.PALIAN : Cours de BETON ARME EDITION 2003.
[10] : K.MILED: Cours de BETON ARME.
[11] : H.HASSIS : Cours de PLAQUE ET COQUE 2007.
[12] : TUTORIAL ROBOT ET GRAITEC.

Khila Nizar&HichriWalid 68

Vous aimerez peut-être aussi