Vous êtes sur la page 1sur 42

Partie 2.

Rappels
d’électrostatique et
d’électricité

Partie 2.1 1
Electrostatique
 CHARGE ELECTRIQUE
La charge électrique est une grandeur physique qui s'exprime en
coulombs.

Des charges électriques peuvent être produites par frottement. En


frottant vigoureusement de la soie sur du verre, des électrons sont
transférés du verre à la soie. Il y a alors un surplus d'électrons sur la
soie qui devient chargée négativement et il y a un manque d'électrons
sur le verre qui devient chargé positivement. Si la soie et le verre sont
remis en contact, la charge positive portée par le verre et la charge
négative portée par la soie s'annulent. Au fur et à mesure que les
électrons retournent de la soie au verre, la valeur de la charge
électrique des 2 matériaux diminue.

Charge d’un électron : 1,6.10-19 coulombs.

Partie 2.1 2
Electrostatique
 LOI DE COULOMB
Deux charges électriques de même signe se repoussent.
Deux charges de signes contraires s’attirent.

q q′
F =k 2
d
d : distance entre les deux charges
k est un coefficient qui caractérise le milieu. Pour le vide
1 1
k= = 9.109 ε0 =
4πε 0 36π 10 9
ε0 est la permittivité absolue du vide.
Tous les isolants (ou diélectriques) sont caractérisés par une
permittivité. On considère généralement la permittivité relative
par rapport au vide εr. ε = ε 0ε r
Exemples :
− huile de transformateur : εr≈2
− cartons imprégnés d’huile : εr≈4
Partie 2.1 3
Champ et potentiel électrique
 CHAMP ELECTRIQUE

Une charge q, placée en un point A de l’espace,


modifie tout l’espace environnant. On dit qu’elle crée
un champ électrique.

Au point M, le champ électrique créé par la charge q


est égal à :
q d : distance AM
E=k
d2
Cela signifie qu’une charge q’ placée en M sera
soumise à une force : F = q′E
Partie 2.1 4
Champ et potentiel électrique
 LE FLUX ELECTRIQUE
Le champ produit par des charges peut être visualisé par des lignes de
champ électrique. Les lignes de champ électrique obéissent aux règles
suivantes :
1. Les lignes de champ électrique partent des charges positives et se
terminent sur les charges négatives.
2. Les lignes de champ électrique ne se croisent pas.

+ -

3. Le nombre de lignes de champ électrique par unité de surface est


proportionnel à la grandeur du champ électrique en chaque point.
Partie 2.1 5
Champ et potentiel électrique
 POTENTIEL ELETRIQUE

Supposons une charge q’ placée en M et supposons qu’elle se déplace


d’une petite distance x suivant l’axe AM.
r r
F = q′E

Lorsque la charge q’ se déplace de M en M’, la force F effectue un travail


qui correspond à une baisse d’énergie potentielle de la charge (le
potentiel électrique permet de calculer la quantité d'énergie à fournir à une
particule test chargée pour se déplacer dans un champ électrique).
On définit un potentiel électrique pour tous les points de l’espace (VM :
potentiel du point M) tel que :
q ′Ex = q ′(VM − VM ′ )
VM − VM ′
d’où : E =
x
r
Généralisation mathématique : E = − grad V
Partie 2.1 6
Champ et potentiel électrique

 Potentiel électrique (ou tension) : il s’exprime en volts.


Remarque : on peut parler que de différence de potentiel
entre deux points, ou de potentiel par rapport à une
référence de potentiel nul.
On considère en général la terre comme référence pour
tous les potentiels.

 Champ électrique : il s’exprime en volts par mètre.


Pour les transformateurs, l’unité courante du champ
électrique est plutôt le kV/mm.

Partie 2.1 7
Champ et potentiel électrique
 LES EQUIPOTENTIELLES
A chaque point de l'espace, correspond un potentiel électrique. Ce
potentiel électrique est visualisé par des équipotentielles. Une
équipotentielle est une ligne (dans un espace 2D) ou une surface (dans un
espace 3D) sur laquelle le potentiel électrique est constant. Les
équipotentielles sont équivalentes aux lignes de niveau sur les cartes
topographiques. La variation de potentiel est nulle pour une particule test
chargée se déplaçant sur une équipotentielle.
Les équipotentielles sont partout perpendiculaires aux lignes de champ
électrique.

Partie 2.1 8
Capacités
La capacité est la caractéristique d'un condensateur. Un condensateur
est un élément qui se charge sous l'effet d'une différence de potentiel (un
condensateur fournit du courant pendant qu'il se décharge c'est un système
d'accumulateur d'énergie).
Q
 Capacité d’un C=
conducteur seul, isolé V
dans l’espace.
C s’exprime en Farads

 Condensateurs formés de deux conducteurs.


Avec la même source de potentiel que
précédemment :
le conducteur 1 se charge avec Q’>Q
le conducteur 2 se charge avec –Q’
Q′ désigne la capacité du
C′ =
V condensateur.

Dans les transformateurs on aura à considérer les capacités


entre bobinages, ou entre bobinages et masse.
Partie 2.1 9
Capacités
 Cas d’un condensateur plan
Ce cas s’apparente au cas des
+Q
condensateurs formés de deux conducteurs :
++++
C V lorsqu’une différence de potentiel est
---- appliquée aux bornes d’un condensateur, des
-Q
charges s’accumulent sur les 2 armatures en
quantités égales mais avec leur polarité
opposée.
Un champ électrique est produit par les charges présentes sur les
armatures du condensateur. Le champ électrique dans le condensateur
plan (rempli d’air dans l’exemple) est :
Q Q : charge accumulée sur les armatures en coulombs
E=
ε 0S S : surface des armatures en m²
ε0 : permittivité absolue du vide

Partie 2.1 10
Capacités
Il y a une relation directe reliant le champ électrique (supposé uniforme)
entre les armatures et la différence de potentiel aux bornes du
condensateur plan, soit :
V
E=
d
V : différence de potentiel entre les armatures en volts
d : distance entre les armatures

On peut alors écrire :


 Q 
V = Ed =  d

++++

 ε0S  C d
----

Q ε0S
C= = S
V d
Un condensateur plan dépend principalement de ses dimensions et de
la nature du matériau se trouvant entre les armatures.

Partie 2.1 11
Champ et potentiel électrique

 Isolants
Les matériaux sont généralement classés en isolants et conducteurs.
Isolants : matériaux dans lesquels les charges électriques ne peuvent
pas se déplacer facilement sous l’effet d’un champ électrique.
Exemple : Air (et gaz d’une manière générale)
Huile pour transformateurs
Carton et papier pour transformateurs
SF6
Verre
Caoutchouc
Mica
Les isolants sont caractérisés par leur rigidité diélectrique. C’est la
tension sous laquelle on obtient le claquage.

On exprime la rigidité diélectrique en V ou en kV dans des conditions


d’essais déterminées.
Partie 2.1 12
Champ et potentiel électrique
 Remarques
La rigidité diélectrique des gaz augmente fortement avec la pression d’où
l’utilisation de SF6 sous pression dans certains appareils à haute tension.
Dans les gaz et les liquides, le champ électrique correspondant à la
rupture diminue lorsque la distance augmente.

Ce point est très important dans la conception des transformateurs : on a


intérêt à fractionner les distances d’huile par des « barrières isolantes »
en carton imprégné (qui a une meilleure tenue que l’huile seule).

 Remarques concernant les diélectriques liquides


Les liquides permettent un refroidissement facile de pièces sous tension
soumises à un dégagement de chaleur. C’est le cas notamment des
bobinages de transformateurs. Cela explique l’emploi quasi général
d’huile dans les transformateurs de tension élevée.
La tenue des diélectriques peut être fortement affectée par des impuretés.
Dans l’exemple de l’huile pour transformateurs il est vital de maîtriser la
teneur en eau et la teneur en particules. C’est l’objet des opérations de
traitement et de filtration de l’huile.
Partie 2.1 13
Loi d’ohm en courant continu
Les conducteurs sont des matériaux dans lesquels les charges
électriques peuvent se déplacer facilement (exemple : métaux tels
que le cuivre).
Appliquons une force électromotrice constance U à un conducteur
de longueur L et de section S.

La source de tension U maintient en permanence dans le conducteur un


champ électrique : E ′ = U
L
La loi d’ohm exprime que ce champ électrique provoque un déplacement
continu d’électrons qui constitue le courant électrique.
Le courant électrique I s’exprime en ampères.
Partie 2.1 14
Loi d’ohm en courant continu
Loi d’ohm : la densité de courant I est proportionnelle au champ
électrique. S
I U 1L 1L
=k d’où U= I U = RI avec R=
S L k S k S

R : résistance électrique (exprimée en ohms)


1
ρ= : résistivité électrique du conducteur
k

La résistivité est une caractéristique électrique qui permet de


caractériser les conducteurs. Plus la résistivité d'un matériau est
grande, plus le matériau est isolant. La résistivité varie linéairement en
fonction de la température :

ρ = ρ 0 (1 + α (T − T0 ))
ρ résistivité à la température T, ρ 0 et α sont respectivement la résistivité à la
température T0 et le coefficient thermique connus pour chaque matériaux.

Partie 2.1 15
Loi d’ohm en courant continu

L’effet Joule est le phénomène par lequel une résistance,


traversée par un courant dégage de la chaleur.

La puissance dissipée par une résistance est :

P = UI = RI 2

Partie 2.1 16
Champ et potentiel électrique
Exemples et illustrations

Dans un milieu homogène,


par exemple deux électrodes
planes dans l’huile, la
contrainte est la même en
tout point.

Dans un milieu hétérogène, si


la forme d’électrode présente
une pointe, le pas des
surfaces équipotentielles se
réduit, la contrainte est plus
importante au voisinage de la
pointe.

Partie 2.1 17
Champ et potentiel électrique
Exemples et illustrations

 Champ et potentiel électriques pour une sphère


conductrice chargée et isolée dans l’espace

A l’intérieur de la sphère :
1 Q
E=0 V = V1 =
V1 4πε 0 R
E1 Le potentiel est constant et le
champ électrique est nul
(principe de la cage de
Faraday).

Partie 2.1 18
Champ et potentiel électrique
Exemples et illustrations
A l’extérieur de la sphère :
1 Q 1 Q R
E= V= = V1
4πε 0 r 2 4πε 0 r r
Les surfaces équipotentielles sont des sphères de rayon r.

Près de la surface extérieure de la


sphère :
V1
1 Q V1
E1 E= =
4πε 0 R 2
R

Le champ électrique maximum


augmente lorsque le rayon R diminue
(effet de pointe).

Partie 2.1 19
Champ et potentiel électrique
Exemples et illustrations
Simulation 2D

Conducteur
100V à la surface

0V autour du
domaine
Huile

Partie 2.1 20
Champ et potentiel électrique
Exemples et illustrations
Simulation 2D : R=20mm
Equipotentielle

Tension sur le
chemin

Champ ou contrainte
électrique sur le
chemin

Chemin

Partie 2.1 21
Champ et potentiel électrique
Exemples et illustrations
Simulation 2D : R=10mm

Tension sur le
chemin

Champ ou contrainte
électrique sur le
chemin

Chemin

Partie 2.1 22
Champ et potentiel électrique
Exemples et illustrations
 Ballon de traversée

Partie 2.1 23
Champ et potentiel électrique
Exemples et illustrations
 Ballon de traversée

Partie 2.1 24
Champ et potentiel électrique
Exemples et illustrations
 Les effets de la haute tension sur un isolant

Un isolant peut travailler : AU PERCEMENT

U∼

OU
U∼

AU CHEMINEMENT

Partie 2.1 25
Champ et potentiel électrique
Exemples et illustrations
 Calcul du champ électrique appliqué au transformateur
Le calcul peut être réalisé par un logiciel de simulation par éléments
finis (type FLUX 2D par exemple) qui permet d’obtenir la cartographie
du champ dans des zones choisies.

Pour la configuration courante d'un canal interélectrodes


multibarrières en champ uniforme, la cale dimensionnante est la plus
épaisse :
U
U
E=
d huile + 0,5d carton
é é O,5 = ε huile / ε carton
électrode

c c
électrode

r r E est à comparer à Etravail en champ quasi-uniforme


a a sur le canal d’huile le plus important.
n n

dc

d
Partie 2.1 26
Champ et potentiel électrique
Exemples et illustrations
Le fournisseur de carton donne les contraintes limite à ne pas
dépasser.

Partie 2.1 27
Champ et potentiel électrique
Exemples et illustrations
Exemple numérique - 2 bobines – Champ uniforme – UBF=200kV
U
Cas 1 : 200
E= = 4,76kV / mm
42

Bobine 1

Bobine 2
15
Tenue : E = 0,31
= 4,71kV / mm
d

42mm

200
Cas 2 : E= = 4,878kV / mm
2
Insertion 20 + 20 +
Bobine 1

Bobine 2

d’un 2
écran de 15
2mm Tenue : E = 0,31
= 5,926kV / mm
20

20mm 20mm
Partie 2.1 28
Champ et potentiel électrique
Exemples et illustrations

Cas 3 : Réduction des distances


Les distances peuvent être réduites si on limite les canaux d’huile à
8mm par exemple.

28mm
200
E= = 7,69kV / mm
4
Bobine 2 8+8+8+
Bobine 1

2
15
Tenue : E = 0,31
= 7,87kV / mm
8

8mm 8mm 8mm

Partie 2.1 29
Champ et potentiel électrique
Exemples et illustrations

Pièces isolantes dans un transformateur cuirassé


Cartons d’isolement entre groupe de bobines BOBINES

Rondelles écran

Pièces en U et en L

B
Barrières à la terre

Partie 2.1 30
Champ et potentiel électrique
Exemples et illustrations
Placement des cartons dans un transformateur : Les barrières
isolantes sont placées sur les surfaces équipotentielles.

Partie 2.1 31
Champ et potentiel électrique
Exemples et illustrations
 Exemple de tracé de champ électrique

Partie 2.1 32
Champ et potentiel électrique
Exemples et illustrations
 Exemple de tracé de champ électrique

Partie 2.1 33
Champ et potentiel électrique
Exemples et illustrations
 Exemple de tracé de champ électrique
G extérieur

Partie 2.1 34
Champ et potentiel électrique
Exemples et illustrations
 Tracé de champ électrique
A extérieur

Partie 2.1 35
Champ et potentiel électrique
Exemples et illustrations
 Exemple de tracé de champ électrique
G intérieur

Partie 2.1 36
Champ et potentiel électrique
Exemples et illustrations
 La structure isolante dans le transformateur haute
tension
Dans le transformateur haute tension, la structure isolante est
composée de :

CARTON ET PAPIER + HUILE

2 caractéristiques fondamentales des matériaux isolants :

LA PERMITTIVITE
Pouvoir d’isolation

LA RIGIDITE DIELECTRIQUE D’UN ISOLANT


Valeur du champ électrique auquel il faut soumettre un matériau
isolant pour qu’il y ait perforation. Valeur exprimée en kV dans
des conditions d’essais déterminées.

Partie 2.1 37
Champ et potentiel électrique
Exemples et illustrations
Sous l’effet du vide l’huile imprègne le carton
et remplit les espaces entre les fibres
Épaisseur du Carton

Espace de l’ordre du µ
Fibres de Cellulose
Partie 2.1 38
Champ et potentiel électrique
Exemples et illustrations

L’huile ne peut remplir son rôle d’isolant que si elle est


parfaitement propre c’est à dire :

SANS IMPURETES

SANS HUMIDITE
<4 a 5g d’eau par tonne d’huile

Partie 2.1 39
HUILE PROPRE ET SECHE
CLAQUAGE A 70 kV

HUMIDITE
30 g d ’eau par tonne huile
CLAQUAGE A 40 kV

Partie 2.1 40
GRENAILLE
CLAQUAGE A 20 kV

PARTICULES ISOLANTES
fibres de carton
CLAQUAGE A 40 kV

Partie 2.1 41
Champ et potentiel électrique
Exemples et illustrations

LE TRAITEMENT
En quoi consiste le traitement ?
• Sécher les diélectriques : enlever l’eau du carton
diélectrique et des isolants par chauffage et mise
sous vide
• Dégazer les diélectriques : sortir l’air emprisonné
dans les isolants
• Filtrer les fluides : enlever les particules en
suspension dans l’huile

En quoi cela consiste ?


• Traitement des phases (étuve/autoclave)
• Traitement final du transformateur
• Remplissage du transformateur
• Filtration du transformateur
Partie 2.1 42

Vous aimerez peut-être aussi