Vous êtes sur la page 1sur 120

17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.

com

Page 1

Page 2

Le nouveau vin est meilleur par Robert Thom


PLUS DE 100 000 COPIES IMPRIMÉES!
Préface de Pat Robertson et W. Blaine Amburgy «L'histoire d'un homme
qui a vu l'invisible, cru l'incroyable et reçu l'impossible »
Coordonnées:

Page 3

Drummond Thom
Deeper Life Ministries International PO Box 33066

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 1/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
Louisville, KY 40232
Téléphone: 502.968.2102
e-mail: dlcc@adept.net site web: www.drummondthom.org ISBN: 0-88368-036-
X
Imprimé aux États-Unis d'Amérique © 1974 par Drummond Thom Whitaker
Maison 30 Hunt Valley Circle New Kensington, PA 15068
Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite ou transmise sous quelque forme ou par quelque
moyens, électroniques ou mécaniques, y compris la photocopie, l'enregistrement, ou par tout
système de stockage et de recherche d'informations, sans l'autorisation écrite du
éditeur.
Impression spéciale pour Drummond Thom et Deeper Life Ministries, 2002

Page 4

Ce livre
L'histoire vivante et souvent amusante de la vie de Robert Thom, ce livre retrace son
descente d'un manoir de douze chambres en Afrique du Sud au désespéré
monde d'un alcoolique au bord du suicide.
Mais ensuite, Robert Thom a rencontré Mme Webster, et sa vie a été changée à jamais. Elle
lui fit découvrir la grâce salvifique de Jésus-Christ, et bientôt il marchait dans un
monde de foi, de puissance et de joie.
L'histoire de Robert Thom est un miracle des temps modernes qui dévoile le secret de la foi -
comment cela a fonctionné dans la vie de Robert Thom et comment cela peut fonctionner pour vous.
Le regretté Robert Thom était l'auteur de nombreux tracts ainsi que de 48 livres qui
a touché la vie d’innombrables chrétiens dans le monde.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 2/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

Page 5

Dévouement
À mes enfants et à ma défunte épouse
Épouse bien-aimée Joyce Thom
Enfants Drummond Thom Lionel Thom Roy Thom Elaine Thom Greeff Robert
Thom David Thom Leonard Thom Robyn Thom Rodgers

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 3/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

Page 6

Contenu
Le nouveau vin est meilleur par Robert Thom
Ce livre
Dévouement
Contenu
Préface
Préface
introduction
Chapitre un, Pauvre petit garçon riche
Chapitre deux, Un brandy à la menthe poivrée
Chapitre trois, Un ivrogne en Terre Sainte
Chapitre quatre, de tous les développements fous!
Chapitre cinq, cette «folle» Mme Webster
Chapitre six, «J-Jésus le guérisseur et B-baptiseur
Chapitre sept, La maison aux nombreux arbres fruitiers
Chapitre huit, Faire de l'auto-stop mille milles
Chapitre neuf, «Mais Dieu me l'a dit, monsieur!
Chapitre dix, Sur la paie de Dieu
Chapitre onze, Qui a besoin de quatre oreillers?
Chapitre douze, adieu aux rouges et aux bretelles
Chapitre treize, Doux vieux Bosworth
Chapitre quatorze, un générateur à la moutarde et à la mayonnaise
Chapitre quinze, Safari à Tonetti
Chapitre seize, «Sortez cet homme de la ville?
Chapitre dix-sept, «Mais Seigneur, c'est déraisonnable!»
Chapitre dix-huit, Vivre et mourir par la foi
Chapitre dix-neuf, Ne méprisez pas les prophéties
Chapitre vingt, voyage fantastique

Page 7

Chapitre vingt et un, 205 Henley Manor

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 4/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
Chapitre vingt-deux, la réponse

Page 8

Préface
Le programme du Christian Broadcasting Network, "The 700 Club", était bien en deçà
chemin dans notre studio de Dallas lorsque mon prochain invité a été présenté et a pris place
devant les caméras de télévision. Vous pourriez imaginer ma surprise lorsque l'invité,
sans un mot de salutation, leva une main vers le ciel devant notre
public dans tout le pays et résonnait de sa voix de stentor: «Le Seigneur a
vient de me montrer une vision - votre prochaine station sera à Seattle, Washington! »
Si mon invité avait été quelqu'un d'autre que Robert Thom d'Afrique du Sud, je le ferais
ont rejeté cette explosion comme un gadget publicitaire. Mais c'était l'homme qui,
lors d'une réunion en Virginie, avait correctement prédit trois jours avant l'événement que
Le sénateur Robert Kennedy serait invalidé. Quand le mot a été prononcé
à propos de la nouvelle station de télévision, j'ai écouté attentivement.
Je n'ai donc pas été trop surpris quand juste une semaine avant de recevoir une copie de
Le nouveau vin est meilleur, je me suis assis dans le bureau du propriétaire d'une chaîne de télévision

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 5/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
où j'ai signé -unmoins
Washington contrat
de pour acheter
quatre ses installations.
mois après C'estprophétie
la remarquable vrai - à Seattle,
de Robert Thom!
Le nouveau vin est meilleur est l'histoire passionnante de la façon dont Jésus-Christ a transformé un
marin robuste et alcoolique d'Afrique du Sud en un véritable homme du Nouveau Testament
Foi. Nous avons ici un récit tout à fait crédible d'un miracle des temps modernes. Son
la vraie beauté réside dans le fait qu'elle rend gloire à Jésus-Christ.
Certains disent qu'un véritable homme de foi doit aller avec un lointain,
expression céleste dans ses yeux, parlant de choses d'un autre monde comme
conseils, révélation et spiritualité. L'apôtre Paul pensait autrement,
cependant, quand il a écrit: «Nous avons ce trésor dans des vases de terre.
Chez Robert Thom, nous avons une fusion de l'authentique trésor céleste et d'un
authentique vase en terre. L'histoire de la façon dont les deux se sont réunis rend très
lecture intéressante.
Pat Robertson, président
Le Christian Broadcasting Network, Inc.

Page 9

Préface
Voici la longue histoire de la façon dont je - l'une des personnes les plus improbables au monde
- découvert le pouvoir de la foi.
Souvent, je me suis senti comme le père de la Bible qui a dit à Jésus: «Seigneur, je crois;
aide mon incrédulité »(Marc 9:24). Je suis pleinement conscient que quelle que soit ma foi
m'a été donné par Lui.
L'histoire est loin d'être terminée. Tant de choses miraculeuses se sont produites que je
savait à peine par où commencer - ou où s'arrêter. Mais «il est écrit que vous
pourrait croire »que Dieu répond vraiment à une foi ample, même aujourd'hui.
Afin de protéger les confidences de certains, quelques noms fictifs ont été
utilisé. Mais l'histoire est vraie. Puisse-t-il rendre gloire au nom merveilleux de Jésus.
Robert Thom

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 6/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

Page 10

introduction
En parcourant le monde pour administrer l'Évangile, tout ce que je reçois, ce sont de bons rapports
concernant ce livre, The New Wine is Better. C'est l'histoire de la vie de mon père,
Robert Thom, que Dieu a suscité et utilisé pour sa gloire.
Il n'a pas toujours été un homme que Dieu a utilisé. Mon père était alcoolique jusqu'au jour de son
conversion lorsque Jésus-Christ est entré dans son cœur et l'a rendu totalement libre. Le
l'inspiration de ce livre et ce que Dieu a fait pour lui a touché le cœur de
des milliers comme ils ont vu un homme de foi qui s'est déplacé sous le prophétique
onction et, par conséquent, a vu de nombreux besoins satisfaits.
Au début, il devait parfois prier pour le loyer et la nourriture. À l'autre
fois, il a dû croire que Dieu pourvoyait à ce que nous mettions de l'essence dans la voiture. Ceux-là étaient
les années maigres, mais c'étaient de bonnes années car la foi touche toujours le cœur
de Dieu et apporte le changement. "Car avec Dieu rien ne sera impossible" (Luc
1:37).
Mon père, Robert Thom, était un homme de foi qui croyait que Dieu ferait ce qu'il
avait dit. J'étais là; J'ai vu sa foi comme Dieu pourvoyait à nous tous et à la
ministère Il avait appelé papa à faire.
Ce petit livre vous inspirera car il en a des milliers devant vous. Si Dieu faisait tout
ces choses pour Robert Thom, Il peut les faire pour vous.
Drummond R. Thom

Page 11

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 7/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

Chapitre un, Pauvre petit garçon riche


Je m'appelle Robert Thom et je suis un miracle vivant; pourtant je suis juste un très ordinaire
personne qui a découvert que la vie n'a pas besoin d'être un
faire les mêmes vieilles choses de la même manière, jour après jour. . . pas si
vous êtes prêt à prendre le risque de vivre par la foi.
Prenez ce chèque de 2 000 $, par exemple. Croiriez-vous qu'un homme vient de remettre
cela pour moi, pas de conditions? C'est arrivé il y a à peine quelques jours. Je restais à
le Travelodge Motel à Zanesville, Ohio. Dès que je me suis réveillé ce matin-là, je
a commencé à penser à mes factures. Deux mille dollars, c'est beaucoup d'argent quand tu
ne l’ai pas. Mais notre imprimerie en Afrique avait besoin d'au moins autant
juste pour décoller. J'avais écrit une trentaine de livres inspirants pour
Chrétiens de langue afrikaans. Les assiettes étaient déjà faites, le papier avait
été reçu, et la presse était prête à rouler Mais je n'avais aucune idée d'où l'argent
venait de payer les employés.
«Si j'en ai assez pour payer ces ouvriers», dis-je à Dieu ce matin-là,
«Vous allez devoir accomplir un miracle de deux mille dollars pour moi.
«N'ai-je pas toujours pris soin de toi avant!» Semblait-il dire.
"Oh, bien sûr," répondis-je. "Je pensais juste que je le mentionnerais..."
«Alors pourquoi ne commencez-vous pas à me louer?» reprit doucement la Voix.
Immédiatement, je me suis souvenu de ce passage du Psaume 22: 3 où David parlait
Dieu comme Celui qui habite les louanges d'Israël.
"Pourquoi pas?" Je me suis demandé. «Je n'ai pas les 2 000 $, mais j'ai
promesses; alors je vais simplement prendre congé et le louer.
Je me suis levé de mes genoux, j'ai traversé la pièce et j'ai verrouillé la porte. J'ai souris
à moi-même à ce que j'allais faire. «Quiconque a entendu parler de prendre un jour de congé pour louer
le Seigneur?" J'ai ri.
J'étais sûr que ce serait une expérience édifiante, cependant; alors j'ai commencé
avec enthousiasme: «Père, je vous remercie d'avoir fourni tout ce dont j'ai besoin. Je bénis ton nom
pour ces 2 000 $ que tu vas m'envoyer. Je te loue de ne pas avoir à le faire
envoyer des lettres de supplication à mes amis. Louez le Seigneur! Alléluia!"
J'ai arpenté le sol de cette chambre de motel, me réjouissant simplement en Lui. Plus je louais
Lui, le plus petit que 2000 $ semblait! J'ai commencé à penser à beaucoup d'autres grandes choses
Dieu avait fait pour moi. Je me suis souvenu comment il m'avait sauvé et changé

Page 12

complètement - d'un marin ivre à un prédicateur de l'Évangile. Je me suis souvenu


comment Il m'avait donné une voiture toute neuve, absolument gratuite. Je me suis souvenu comment je
été sauvé d'une tentative de meurtre délibérée. Chaque incident qui est venu à mon
l'esprit a suscité plus d'éloges. J'ai levé les mains vers le ciel et ai adoré dans Dieu
présence. «Oh, mon Dieu, tu as été si bon avec moi!» M'écriai-je. «Je vous adore!
Je te loue!
Peu après midi, le téléphone sonna.
«Frère Thom?»
"Oui."
«C'est frère Chambers. Voudriez-vous prendre un steak avec moi aujourd'hui? »
Walt Chambers était un ami que j'avais rencontré dans l'Ohio lors d'un réveil sous tente.
«Eh bien,» j'ai dit, à moitié bave à la pensée d'un steak juteux, «J'adorerais; je
appréciez votre invitation. Mais, vous voyez, je pars aujourd'hui pour louer le Seigneur.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 8/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
"Tu es quoi?" dit-il avec un petit rire.
«C'est ma journée pour offrir à Dieu le sacrifice de louange», expliquai-je. «Je prends le
jour de congé pour louer le Seigneur pour quelque chose dont j'ai besoin. J'ai fait une alliance avec Dieu
de le louer toute la journée aujourd'hui, et le besoin que j'ai sera satisfait, parce que Dieu
vit dans les louanges de son peuple.
"Je n'ai jamais entendu une telle chose!" il s'est excalmé. "De toute façon, cela signifie que nous ne serons pas
capable de se réunir aujourd'hui, n'est-ce pas? Voyons voir - et demain? "
«D'accord, Walt,» répondis-je. "C'est très gentil de votre part. Si tu peux venir me chercher
demain à midi, je serai heureux de déjeuner avec vous.
«Je serai là», m'assura-t-il. En le remerciant à nouveau et en raccrochant le téléphone, je
est retourné à louer Dieu pour mes 2 000 $.
Le lendemain, frère Chambers est venu me chercher et nous sommes allés au restaurant
centre-ville de Zanesville. Alors que nous nous sommes assis pour déjeuner, il m'a dit: «Frère Thom,
Je viens de vendre une belle propriété, et maintenant je dois une dîme au Seigneur
de l'argent. Serait-ce correct si je vous remettais simplement un chèque de 2 000 $? »
J'ai loué le Seigneur avec gentillesse! «Frère Chambers,» dis-je, luttant pour garder
ma voix basse, «cela doit être un miracle! Savez-vous que c'est l'exact
combien je louais Dieu hier?
Nous avons ensuite loué le Seigneur ensemble, et il a sorti son chéquier et a commencé à
écrivez.
Quand je suis rentré dans ma chambre de motel, j'ai regardé ce chèque encore et encore avec

Page 13

yeux remplis de larmes. Une fois de plus, Dieu m'avait prouvé sa fidélité. N'avait-il pas
dit: «Mon Dieu pourvoira à tous vos besoins selon sa richesse dans la gloire. .
(Philippiens 4:19)? C'est sur la base de cette promesse que j'avais loué Dieu en
avance la veille. Je n'avais pas eu d'argent à ce moment-là, mais j'avais
Épée de Dieu. Je savais par expérience que Dieu tient toujours ses promesses. Si Dieu
a dit qu'Il répondrait à mes besoins, alors c'était aussi bien que fait. Alors je l'avais loué en
Foi. Et maintenant, voici le chèque dans ma main. Ce n'était pas une surprise cependant; il
était exactement ce à quoi je m'attendais.
«Seigneur», dis-je, en me couchant ce soir-là, «vivre par la foi en Toi est la meilleure façon
de tout!" En ajustant mon oreiller à un angle plus confortable, je me suis installé pour le
nuit et a commencé à me rappeler comment Dieu m'avait appris à marcher par la foi. Mon esprit
est retourné à mon enfance en Afrique du Sud où tout avait commencé dans une telle
manière improbable. ...
L'orphelinat méthodiste était situé dans une banlieue rurale appelée Rondebosch,
à environ huit miles de la ville animée de Cape Town. Les cinq bâtiments en briques rouges
hébergé environ 180 enfants strictement disciplinés. Il y avait trois maisons de filles
et deux maisons de garçons. Même les jours ensoleillés, ces vieux bâtiments de deux étages
semblait terne et déprimant - leurs toits noirs et leurs lucarnes grises regardant vers le bas
à nous comme des gardes au sommet d'un mur de prison.
C'est en 1925 que ma mère veuve a emmené ma sœur et moi à l'orphelinat;
J'avais dix ans. Ma nous a assuré que nous passerions de bons moments avec tous les autres
enfants, et que les responsables nous donneraient beaucoup d’amour.
«Tu sais, ton père a toujours cru en cet endroit», nous a dit Ma. "Chaque
année où il a donné 700 $ au soutien de cette maison, et je suis sûr qu'il serait heureux de
sachez que deux de ses enfants sont aimés et formés par des chrétiens.
Mais je ne comprenais pas le genre d'amour qu'ils avaient là-bas. Je suppose qu'ils voulaient bien dire,
mais la discipline était si rigide qu'il était difficile de ressentir de l'amour. J'ai passé quatre longs
ans dans cet endroit, et plus je restais longtemps, plus je détestais ça. Je détestais me lever

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 9/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
àdes
sixplanchers
heures des matins
avec rien froids
de plusetqu'une
brumeux et obligé
chemise fine,deunfrotter le béton
pantalon court et pas de chaussures ou de chaussettes.
"Cher Dieu," je sanglotais en m'agenouillant sur le ciment froid, brandissant ce gommage
brush, «pourquoi as-tu laissé papa mourir? Pourquoi dois-je vivre ici dans ce terrible
lieu? Je veux rentrer chez moi! »
Mais Dieu n'a jamais semblé faire attention à moi. Donc semaine après semaine et mois
par mois, je me levais les matins humides et tremblants et je les frottais
sols en béton. Bientôt, j'ai commencé à avoir une mauvaise toux et un essoufflement. je

Page 14

je ne le savais pas alors, mais l'exposition répétée à ces matins froids était
me faisant développer une condition asthmatique grave.
Un matin où j'étais sûr que personne ne regardait, j'ai claqué le gommage humide
brosse vers le bas et dit,
"Je déteste cet endroit! Je déteste ça, je déteste ça, je déteste ça!
«Oh oui, n'est-ce pas? dit une voix derrière moi.
J'ai levé les yeux, choqué et honteux que quelqu'un m'ait entendu. C'était sœur Emily
Dunn, la matrone en charge!
«Venez avec moi, Robert,» dit-elle sévèrement. «Vous devez apprendre à faire ce que vous
sont racontés sans se plaindre. N'avez-vous pas lu dans la Bible que lorsque les gens
se plaindre, cela déplaît au Seigneur? Et elle m'a emmené à son bureau, m'a donné un
bonne raclée au nom du Seigneur, et m'a renvoyé pour terminer mon travail.
Une fois le travail du matin terminé, nous devions tous nous déshabiller et prendre
bains dans de l'eau glacée. Je me souviens d'un matin particulièrement froid où l'un des
les garçons ont dit: "Hé, les gars, il y a de la glace dans cette eau!" Nous avons tous regardé dans le
baignoire à l'ancienne, et bien sûr, une fine couche de glace recouvrait l'eau.
«Je n'entre pas là-dedans!» cria un garçon.
"Moi non plus!" dit un autre.
«Mais s'ils n'entendent pas les éclaboussures d'eau, ils sauront que nous ne prenons pas notre
thermes!" avertit un autre garçon.
«Alors brise la glace et fais tourner un peu l'eau!» a suggéré un autre enfant.
Cela nous a semblé une bonne idée; Alors, un par un, nous avons tous collé un orteil
dans la baignoire et a donné un coup de pied dans l'eau environ trois fois pour donner l'impression que nous étions
baignade.
Mais ce que nous ne savions pas, c'est que sœur Emily Dunn regardait tout
à travers un trou dans le plafond! Après que nous nous soyons habillés, elle attendait
pour nous! Elle nous a tous emmenés à son bureau et en a sorti son bâton de coing de quatre pieds.
"Honte à vous tous!" elle a dit. «Ne savez-vous pas que la Bible dit: 'Soyez sûr que votre
le péché vous découvrira »? S'il fait trop froid pour prendre un bain aujourd'hui, alors peut-être que
vous réchauffer, hein? Et, un par un, elle a plié nos paumes fermement et
a donné des coups violents et piquants à nos mains avec le bâton redouté.
«Maintenant, descends dans la salle à manger et mange ton petit-déjeuner!» Elle a perdu la tête. "Et
ne me laisse plus jamais te surprendre sans prendre de bain!
"Oui m'dame!" nous avons chanté en chœur, et nous sommes rapidement descendus pour rejoindre les autres.

Page 15

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 10/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

À chaque pas, je disais défaire: mon souffle, «je déteste cet endroit! Dieu, comment je
le detesté! Eux et leur religion! Je déteste tout ça!
Dans la salle à manger, nous nous sommes tenus comme des soldats et avons répété la même prière que nous
toujours utilisé avant chaque repas: «Que le Seigneur nous rende vraiment reconnaissants pour cela
que nous sommes sur le point de recevoir. Amen." J'ai même détesté cette prière. Même vieille prière,
trois fois par jour, jour après jour. Pour moi, c'était dégoûtant.
Après un petit-déjeuner de porridge, d'épaisses tranches de pain et de tasses de cacao, nous avons dû
lave la vaisselle. Ma mission était de nettoyer les grandes casseroles et poêles. d'habitude je
terminé le travail juste à temps pour se précipiter en classe.
Nous avions l'école à l'orphelinat, ce qui était l'une des rares choses que j'aimais
à propos de cet endroit. En Afrique du Sud, l'éducation est assez avancée, en raison de la
quantité considérable de formation préscolaire requise. Pour cette raison, je
s'attendait à obtenir son diplôme à quatorze ans. Je ne veux pas rester dans cet orphelinat
un jour de plus que nécessaire, j'ai travaillé dur dans mes études pour pouvoir obtenir mon diplôme
temps. Pendant les quatre ans, j'étais au sommet de ma classe.
Après les cours du matin, nous serions de retour dans la salle à manger en disant ce même vieux
prière: «Que le Seigneur nous rende vraiment reconnaissants pour ce que nous sommes sur le point de
recevoir. Amen." Je doute que même l'un de nous ait pensé à ce que nous étions
en disant. C'était une routine strictement mécanique que nous avons vécue, et quiconque
voulait manger ferait mieux de dire ces «mots de passe».
Après le déjeuner, il y avait plus de casseroles et poêles à frotter avant de partir pour
cours de l'après-midi. L'école était à 15 h 30, puis pendant une heure nous nous frottions
et cirez les planchers encore plus. Au moment où nous avons terminé, ces sols brillaient tellement
brillamment, vous pouvez réellement voir le reflet de votre visage en eux.
On nous a permis une heure de jeu avant le souper. Si ça n'avait pas été pendant cette heure,
nous sommes tous peut-être devenus fous. Mais même alors, nous avons été attentivement surveillés, de peur
nous devenons trop bruyants. Pourtant, c'était mieux que rien, et nous étions reconnaissants
pour un peu de soulagement de la discipline de broyage du jour.
A 17 h 30, nous nous réunissons dans la salle à manger pour le souper. Encore une fois, il y avait le
répétition sourde de voix enfantines à l'unisson creux, broyant cette prière:
«Que le Seigneur nous rende vraiment reconnaissants. .
Parfois, alors que je m'asseyais à table, mon esprit retournait à ces jours heureux
Oudtshoora, à trois cents kilomètres de là. Nous étions riches alors. Je me suis souvenu de tout
si clairement: les arbres d'ombrage arqués sur notre pelouse avant; la pierre de douze chambres
maison sur High Street, debout comme un manoir de plantation majestueux; ma mère
aller faire ses courses dans un beau taxi tiré par six chevaux blancs, avec

Page 16

magnifiques panaches d'autruche blanche dans leurs harnais; les serviteurs qui ont ciré le
planchers, désherbé les jardins, lavé et repassé nos vêtements, et nous a servis à
la table; mes sept frères et sœurs, et les fidèles serviteurs qui ont veillé
sur nous et joué à des jeux avec nous sous les arbres.
Mon père, Alexander Thom, était un grand écossais blond de six pieds quatre pouces
grand, et l'un des hommes d'affaires éminents d'Oudtshoom. Oudtshoom était le
capitale mondiale de l'autruche, et doit son succès aux femmes à la mode
dans le monde entier qui portaient ces élégants plumes d'autruche sur leurs chapeaux. Mon
père était bijoutier, mais quand il a vu ce qui se passait dans la plume d'autruche
marché, il a décidé que ce serait un bon investissement secondaire pour aider à financer certains
les éleveurs d'autruches de la région qui voulaient augmenter la taille de leurs troupeaux. Pour un
temps, il a semblé qu'il avait fait un investissement judicieux, et les bénéfices ont roulé. Mais
un jour de 1922, mon père est rentré à la maison avec de mauvaises nouvelles.
https://translate.googleusercontent.com/translate_f 11/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

«Maria», je l’entendis dire à ma mère irlandaise aux cheveux noirs, «le commerce de la plume est
en descente "
"Oh?" elle a répondu avec une certaine surprise, "Cela signifie-t-il que nous avons des problèmes?"
«Eh bien, c'est forcément une mauvaise chose pour les éleveurs d'autruches. Et pouvez-vous imaginer
que nous arrivera-t-il si les agriculteurs sont contraints de fermer leurs portes? Après tout ça
l'argent que je leur ai prêté. ... »
Ma est restée profondément réfléchie pendant un moment, ne sachant apparemment pas quoi dire. Mais
seulement pour un instant. «Peut-être que ce n'est pas aussi grave qu'il y paraît», dit-elle en essayant de
réconforte mon père. «Chaque entreprise a ses mauvais jours.»
«Une mauvaise journée que nous pouvons tolérer», a-t-il répondu, «mais quand cela prend des semaines, vous savez
les choses ne sont pas bonnes.
Lorsque le grand fracas est finalement arrivé quelques mois plus tard, il nous a frappés durement. Les agriculteurs tous
autour de la région nous devait de l'argent et étaient incapables de payer. Mon père avait encore le
bijouterie, bien sûr, mais je me souviens que nous avons eu des moments désespérés
prière ensemble lorsque nous nous sommes réunis pour nos dévotions familiales habituelles. je
souviens-toi bien de la gêne des jeunes gens qui venaient courtiser mon
sœurs pendant ces jours, quand mon père les a fait asseoir à travers notre prière
sessions avant d'aller n'importe où!
Pauvres gens riches! D'une manière ou d'une autre, Dieu nous a vus traverser ces jours difficiles sans trop
beaucoup de perte, sauf un peu d'orgueil endommagé. Ma a témoigné que Dieu avait entendu notre
prières, et je croyais qu'Il l'avait fait!
De temps en temps, à ces heures de prière, papa parlait de la mort.
«Tu sais ce que j'aimerais? disait-il. «Quand je mourrai, j'aimerais être avec le

Page 17

Seigneur, le jour même de la mort de mon Sauveur: Vendredi saint. Ne serait-ce pas une amende
jour pour partir? "Oh, papa," répondait ma tristement, "tu dois toujours parler
de mourir?
«Eh bien, nous devons tous mourir un jour», répondait papa. «Et le Vendredi Saint
me conviendrait parfaitement.
"Eh bien, je ne vois pas quelle différence cela devrait faire sur le jour de votre mort," Ma
dirait.
«Peut-être pas», répondit papa, «mais le Seigneur a accordé des demandes plus petites que
ça, n'est-ce pas? Mon père était un homme particulier. C'était une sorte de presbytérien
avec un grand intérêt pour la Bible et la prière; pourtant je ne me souviens pas l'avoir jamais vu
à l'Eglise. Mais il était respecté par tous les habitants de la ville comme un homme de
dévotion, et il était très aimé, en particulier par les personnes défavorisées de
la cape.
Je me souviens du jour de sa mort. J'avais seulement dix ans. Papa avait souffert
d'un problème respiratoire, et sa respiration devenait de plus en plus
difficile. Un jour, alors qu'il ne s'était toujours pas levé à midi, je suis entré dans son
chambre pour voir pourquoi il dormait si longtemps. Il était là, respirant fort. Pour
un instant, je le regardai se tenir sur les côtés, luttant pour chaque souffle. Alors je
est retourné chercher ma mère.
«Tu ferais mieux de vérifier papa», criai-je. «Il n'a pas l'air très bien»
Elle pouvait dire au ton de ma voix que j'avais très peur. Elle s'est dépêchée
dans sa chambre et a été manifestement choqué de le trouver en train de travailler pour obtenir son
souffle. Il n'avait que cinquante-deux ans, et il ne s'est jamais rendu compte qu'il
pourrait être si malade. Elle a essayé de l'aider, mais rien de ce qu'elle pouvait faire ne l'a fait
plus facile pour lui. Il a continué à empirer, et à exactement 15h00, complètement
inattendu, il est décédé. Dans notre choc, cela ne nous est jamais venu à l'esprit avant un moment

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 12/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
plus tard, c'était le Vendredi Saint. ...
Quand nous avons mis mon père à pied, les deux côtés des rues étaient bordés de pauvres
les gens pendant les trois miles jusqu'au cimetière - une chose unique dans le sud
Afrique. Ces gens aimaient mon père.
C'est peu de temps après les funérailles de papa que Ma a décidé d'envoyer ma sœur et moi
l'orphelinat méthodiste à trois cents kilomètres de là. C'était une décision horrible pour
elle à faire. Si soudainement, son monde était tombé en morceaux! Ne m'attendant jamais à mourir
si jeune, papa n'avait pas rédigé son testament. Ma n'a plus rien. Il était sur
50000 $ de dettes, et Ma ne pensait pas qu'elle en avait assez d'une entreprise pour
gérer tous les détails de l'entreprise de bijouterie.

Page 18

«Je ne peux pas le faire,» sanglota-t-elle. «Alexander a toujours géré l'entreprise, et c'est juste
trop de responsabilité pour moi.
Le magistrat local a proposé de l'aider, mais ces 150000 semblaient
montagne immobile pour elle. Alors elle a décidé de sortir et de laisser la propriété partir
mise en vente. La bijouterie, la grande maison en pierre, les meubles et nos chevaux
- elle est sortie sur tout cela avec le cœur brisé et est allée au Cap….
Le crissement des chaises poussées loin des tables de notre orphelinat
salle à manger m'a amené à la réalité avec une secousse. J'avais été si complètement
immergé dans les souvenirs de Oudtshoom dont j'avais à peine conscience
passage de l'air. J'ai rapidement ramassé les deux ou trois dernières bouchées de pommes de terre
mon assiette, mettez-les tous dans ma bouche à la fois, et a sauté de la table pour
rattraper les autres garçons qui se dirigeaient vers la cuisine.
Une fois la cuisine en bon état, nous avons été envoyés dans nos chambres pour
étudiez jusqu'au coucher. À huit heures, nous avons marmonné à travers une prière mémorisée,
tomba dans son lit fatigué et épuisé - et les lumières s'éteignirent.
Ma avait loué une petite maison à Maitland à seulement quatre miles de la
orphelinat. Mais à notre grand regret, elle a été autorisée à venir voir ma sœur
et moi seulement quatre fois par an. C'était généralement un samedi après-midi. Au début, je
attendait avec impatience ses visites - mais après un an ou deux, notre
l'amour n'était plus le même. Nous avons vécu dans notre petit monde et elle a vécu dans
la sienne. Parfois, il était difficile de savoir de quoi parler quand elle venait, et nous
s'assit maladroitement, comme des étrangers qui s'efforçaient d'entamer une conversation.
La seule autre diversion de la routine sans joie de l'orphelinat méthodiste
était les vacances de trois semaines à Noël. À mesure que le temps approchait chaque année,
nous pouvions à peine retenir les tremblements et les rires qui semblaient venir
naturellement quand nous pensions sortir de notre «prison» pendant quelques semaines.
Mais nous savions que nous devions garder notre gaieté pour nous. Ça aurait été très mauvais
Sœur Emily Dunn avait-elle su à quel point nous avions hâte de partir!
Mais d'une manière ou d'une autre, ces vacances m'ont toujours un peu déçu. C'était
difficile d'oublier toutes les disciplines rigoureuses de l'orphelinat. Sœur Emily Dunn
semblait veiller sur moi comme un spectre silencieux. Sa religion à toute épreuve m'avait
muré, comme les fortifications qui ont été murées à Jéricho.
La nouvelle maison de Ma était également une déception. J'ai raté notre somptueuse maison en pierre
High Street, la vaste pelouse où nous avions l'habitude de jouer, et ma propre agréable
chambre à coucher. Le changement a dû être aussi difficile pour elle que pour nous, cependant
elle n'a jamais dit un mot à ce sujet Elle a gagné sa vie en s'occupant de personnes âgées,

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 13/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
Page 19

faire des travaux ménagers et autres petits travaux. Se souvenir des serviteurs que nous avions
Oudtshoom, je me demandais comment elle pouvait être si joyeuse et extravertie.
«C'est une mauvaise toux que tu as là, Bobbie», disait-elle. «Viens ici et
prends une dose de mon médicament contre la toux.
J'ai pris dose après dose de son médicament, mais cela n'a pas beaucoup aidé.
«Comment diable avez-vous attrapé un tel rhume?» elle a demandé avec beaucoup d'inquiétude.
«N'as-tu pas porté ton manteau quand tu sors jouer?» «Oui, je
porte toujours mon manteau, dis-je. «Il n'y a vraiment pas de quoi s'inquiéter - juste un peu
toux. J'en aurai probablement fini dans quelques jours. " Je ne voulais pas lui parler
frotter ces sols en ciment et savoir à quel point il faisait froid tôt le matin.
Au moment où la troisième semaine de vacances s'est déroulée, un esprit de mélancolie
a commencé à me saisir alors que je commençais à réaliser que nous allions bientôt retourner
orphelinat pour une autre année. Je voulais dire à Ma combien je détestais ça, mais je pourrais
ne jamais me résoudre à le faire. Elle savait probablement de toute façon.
J'ai combattu les larmes tout le chemin du retour à l'orphelinat. Avant de me quitter, maman l'a couchée
main sur ma tête et a dit, je vais prier pour vous, Bobbie. Vous savez comment votre
mon père et moi avons toujours voulu un ministre dans la famille. Et tu vas
soyez un bon bon! Et elle est partie.
"Ministre! Pas moi!" J'en avais tellement marre de la religion que je pourrais mourir! «Chère sœur Emily
Dunn, et ses prières puantes! Prières - tous les matins - tous les soirs - tous les
l'heure du repas! Le même vieux yak-ity-yak religieux encore et encore! J'en ai tellement marre de tout ce que je
pourrait vomir!
«Cher Dieu», ai-je prié cette nuit-là, «il doit y avoir plus dans la vie chrétienne que
Je vois ici »Après réflexion, je me suis surpris en ajoutant:« Vous savez,
J'aimerais vraiment être pasteur comme l'ont dit papa et maman - mais pas si je le dois
soyez comme ces gens ici!
Je m'allongeai sur mon lit, me sentant un peu coupable d'avoir pensé à de telles mauvaises pensées. Après
tous, les gens de l'orphelinat nous nourrissaient et nous habillaient et nous donnaient un
éducation. Ce n'est pas que je n'ai pas apprécié cela. Mais quelque chose manquait - un
quelque chose d'indéfinissable dont j'avais désespérément besoin. Je suis allongé là dans le noir avec des larmes
coulant sur mon visage, essayant de comprendre ce qui n'allait pas.
Quelques soirs plus tard, nous étions tous cent quatre-vingts réunis à l'orphelinat
l'église pour entendre un pasteur étudiant prêcher. Je ne me souviens pas de son nom mais je vais
n'oubliez jamais ce qu'il a dit.
«Dieu vous aime vraiment», déclara-t-il sincèrement. «Vous, les enfants, vous voulez

Page 20

Dieu. Vous êtes très spécial pour lui!


J'ai bu chaque mot. Les autres aussi. Ses mots tombaient comme des gouttes de pluie sur un
jardin fané. "Aimer!" Nous n'avions rien entendu à ce sujet depuis longtemps!
«Écoutez-moi», continua le jeune prédicateur. «Dieu t'aimait tellement qu'Il
a envoyé son fils unique mourir pour vous! Jésus a donné sa vie et a versé son sang
pour payer la pénalité de vos péchés. Et tu peux connaître Jésus et tu peux
expérimentez Son amour si vous lui demandez simplement d'entrer dans votre vie! "
Quand je suis rentré au dortoir cette nuit-là, je n'ai pas pu m'endormir. Je jetais
agité pendant plusieurs heures et a continué à penser à Dieu et à se demander s'il
m'a vraiment aimé.
https://translate.googleusercontent.com/translate_f 14/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

«Dieu», ai-je prié dans mon souffle, «si vous êtes vraiment Dieu, et si vous êtes vraiment
intéressé par moi, alors apparais-moi ce soir et laisse-moi prendre conscience de ton
présence à côté de mon lit.
Je n'avais pas plus tôt prié cette prière que j'ai entendu le quai de l'église frapper
minuit. J'avais entendu ces tristes carillons plusieurs fois auparavant, mais cette fois ils
sonnait comme les harpes des anges. Immédiatement, j'ai pris conscience de la
présence. Sa gloire m'a balayé comme des vagues et des vagues d'électricité liquide. Il
c'était presque comme si je pouvais le nourrir en se penchant sur moi alors qu'il murmurait: «J'aime
tu."
Pendant longtemps, j'ai pleuré et pleuré. Je ne pouvais tout simplement pas m'en remettre. Dieu m'a aimé!

Page 21

Chapitre deux, Un brandy à la menthe poivrée


J'ai obtenu mon diplôme d'école d'orphelinat en 1929 à l'âge de quatorze ans. Soeur Emily
Dunn m'a très bien traité ce jour-là, même si je me demandais si son bonheur était
en raison du fait qu'elle se débarrassait enfin de moi. Tous les diplômés ont reçu un
tenue toute neuve de vêtements, deux paires de chaussures et une paire de bottes. Nous étions
puis est devenu le monde pour se débrouiller seul. Mais je suis rentré à la maison avec une haute
espère continuer mes études.
Cependant, alors que Ma m'emmenait chez elle dans sa maison en brique de trois chambres à Maitland,
elle a fait en sorte que je devrais trouver un emploi et aider dans notre vie
les dépenses. Alec, Leslie et Myra, mes frères aînés et ma sœur qui étaient encore à
à la maison, travaillaient tous pour aider, et je devrais faire de même.
Quelques jours plus tard, mon frère m'a aidé à trouver un emploi comme aide à la comptabilité
département de la Otis Elevator Company pour le salaire ridiculement bas de quatre
dollars et trente-cinq cents par semaine.
«Maman,» dis-je en hésitant, «est-ce que ça va si je te donne quatre dollars et que je garde le
trente-cinq cents? Quatre dollars, ce n'était pas beaucoup, je le savais, mais j'espérais que ce serait à
aider le moins à payer notre loyer - qui était de huit dollars et quarante cents par mois.
«Bobbie», dit-elle tristement, «tu sais que je ne l'accepterais pas de ta part si les choses
n'étaient pas si mal. Peut-être que les choses iront mieux plus tard. Mais jusque-là, nous allons juste
devons continuer à mettre en commun l’argent dont nous disposons pour joindre les deux bouts. »
Mais je savais que ce ne serait jamais différent à moins que je puisse obtenir
formation afin de me qualifier pour un meilleur emploi. Alors j'en ai parlé avec Ma,

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 15/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
et finalement elle a accepté de me laisser aller à l'école du soir, même si c'était un lourd fardeau
sur elle.
Au fur et à mesure que j'allais et venais, je me suis vite rendu compte que tout n'allait pas bien chez nous.
Il y avait une froideur dans l'air qui me dérangeait. Nous avons rarement parlé à un
un autre, sauf lorsque nous nous battions. Bref, Alec et Leslie savaient à peine
moi, et comme ils étaient dans la vingtaine et que je n'avais que quatorze ans, il semblait
être peu à dire.
Ensuite, il y avait le problème de l'église. Depuis ma rencontre avec Dieu au
orphelinat, ma vie avait été bien différente. Alors quand je suis venu vivre
Maitland, j'ai décidé que j'irais à l'Église méthodiste là-bas. Mais je
pouvait voir que j'étais dans un mauvais moment le tout premier dimanche matin. Alec et
Leslie était sortie tard la nuit précédente et essayait de dormir. je

Page 22

essayait de se préparer pour l'église aussi tranquillement que possible, mais les éclaboussures de
l'eau et les allers-retours entre ma commode et le miroir perturbés
Alec.
"Hé, gamin, tu vas faire là-dedans?" il a appelé de sa chambre.
«Je me prépare», répondis-je timidement.
«Se préparer à quoi?
«Pour aller quelque part.»
À ce moment-là, Leslie était éveillée aussi. Ils roulèrent tous les deux hors du lit et se traînèrent
à la porte de ma chambre, à moitié éveillée.
«Ahhh, je comprends!» Alec ricana d'un air maussade, regardant ma chemise blanche et ma cravate.
«Vous allez à l'église, n'est-ce pas?
"Oui," répondis-je, les yeux baissés. "Qu'est-ce que tu as?"
«Ne savez-vous pas que personne ne va à l'église dans cette famille?» Leslie renifla.
«Peut-être qu'ils devraient le faire, cependant,» répondis-je, essayant de reprendre courage.
«Ne soyez pas intelligent avec nous, gamin,» menaça Alec. «Nous n'avons besoin d'aucun de vos
la religion ici!
«C'est vrai», a ajouté Leslie. «Nous ne croyons pas à ce genre de choses.»
«Alec! Leslie! J'ai entendu ma mère appeler de sa chambre. «Laissez-le tranquille!
Ils sont retournés dans leur chambre, mais à partir de ce moment-là, ils m'ont évité comme je l'avais fait
lèpre. Myra m'a parlé de temps en temps, et maman a essayé d'être gentille avec moi,
mais pour la plupart, c'était une vie solitaire.
Presque tous les samedis soirs, Alec et Leslie avaient leurs amis pour une carte
Jeu. Un samedi soir après être allé me coucher, j'ai entendu ma mère
discuter avec eux de quelque chose.

«Tu sais que ton père ne supporterait pas ce jeu, et je ne vais pas
Soit!" Disait Ma.
«C'est mon argent, n'est-ce pas? Dit Alec.
«Mais tu as dit que tu aiderais avec les dépenses de la maison», se plaignit-elle
bruyamment. «Et ici, vous jouez tout!»
«Vous voulez nous dire que nous ne pouvons pas nous amuser un peu avec nos amis de temps en temps?»
Demanda Leslie. "Qu'est-ce que tu essaies de faire de toute façon?" "J'essaye de

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 16/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

Page 23

Gardez une maison ensemble! "Ma a crié." Et vous vous souciez quoi? "
«Ne me criez pas dessus, vieille dame!» Alec mordit "Je n'ai pas besoin de te prendre la lèvre!"
"Sortir!" Claqua Ma.
"Nous faire!" Répliqua Leslie.
Et puis j'ai entendu une bagarre générale et des cris et des coups de bouleversement
chaises. J'ai sauté du lit à temps pour voir Ma bousculer et pousser le tout
bande d'entre eux à la porte. Ils lançaient des cartes en l'air et maudissaient un bleu
traînée. C'était presque drôle de voir ma petite mère se débrouiller si efficacement. je
se recouche rapidement sur la pointe des pieds avant de me voir. Avant que je ne retourne enfin à
dormir, j'ai juré que je ne causerais jamais à ma mère le chagrin qu'Alec et
Leslie la causaient. Mais je ne savais pas grand-chose. ...
À dix-sept ans, j'avais arrêté d'aller à l'église et j'étais très ennuyé
la personne. J'étais si fatigué de la vie à la maison que j'aurais presque aimé être de retour dans le
orphelinat;
C'était en 1933. Un soir, ne pouvant plus supporter mon ennui,
J'ai décidé d'aller danser à All Saints Hall, la salle paroissiale épiscopalienne,
pour voir si quelque chose d'excitant se passait.
Il y avait! La plus jolie fille que j'aie jamais vue était sur cette piste de danse. Elle
était un petit blond étincelant aux yeux irlandais souriants. Elle était aussi délicate qu'un
papillon, et aussi gracieux, juste un acarien d'une chose - et plus je la regardais,
plus je l'aimais.
J'aurais tout donné pour la rencontrer, mais j'ai toujours été gêné d'être
autour des filles, alors je suis resté là avec mes mains dans mes poches, faisant semblant de
n'était pas intéressé à danser. Mais elle m'a remarqué, et entre les danses elle est venue
au coin où je me tenais.
"Salut!" dit-elle en souriant. «Je suis Joyce O'Connor. Quel est ton nom?" ,
«Oh,» dis-je en m'éclaircissant la gorge de surprise, «je m'appelle Robert - Robert Thom.
"Aimes-tu danser?" elle a demandé.
«Eh bien… euh… je ne sais pas si… je veux dire, je…»
«Tu veux dire que tu ne sais pas danser?» «Eh bien, pas très bien. ... »
«C'est bon, je vais vous apprendre! Allons y!"
Et avec cela, elle m'a pris par la main et m'a tiré sur cette piste de danse,
et a commencé à me montrer quelques étapes. Au début, je me sentais si maladroit que j'aurais pu mourir. Mais

Page 24

après un certain temps, j'ai compris et j'ai commencé à en profiter.


Après deux ou trois danses, elle m'a souri et m'a dit: «Merci, Robert. Nous allons essayer
ça encore une fois! Et avec ça, elle était partie et dansait avec un autre garçon.
J'ai décidé d'attirer à nouveau son attention avant la fin de la soirée.
De toute évidence, mes talents de danseur ne l'éblouiraient pas, alors j'ai décidé de jouer le grand he-
rôle de l'homme. Entre les danses, je me suis approché d'elle et lui ai dit: «Hey, Joyce, comment
d'aller avec moi à l'hôtel Lord Milner pour prendre un verre?
«Bonne idée», dit-elle. «Un coca frapperait la tache en ce moment.»

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 17/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

Nous sommes donc allés au salon de l'hôtel voisin et nous nous sommes assis à une table. Après
Joyce a commandé son coca, j'ai décidé de l'impressionner en commandant quelque chose de plus fort
pour moi-même. «Je vais prendre un cognac à la menthe poivrée», dis-je au serveur.
C'était mon premier verre. Mais ce ne devait pas être ma dernière.
Au fil du temps, j'ai trouvé une amitié plus étroite avec Joyce, et nous avons commencé à sortir davantage
régulièrement. Nous avons adoré danser et sortir. De temps en temps, j'aurais
un autre verre - généralement une bière - bien que Joyce n'ait jamais bu avec moi.
Quand Ma a découvert que je buvais occasionnellement, elle a décidé qu'il était temps de
avoir une petite conversation à cœur-à-cœur avec moi.
«Bob», dit-elle solennellement, pour ne pas vous interdire de boire. Tu es assez vieux pour
faites votre propre opinion à ce sujet. Mais fais attention. Trop de boisson est une terrible
chose. Et si tu devais être un ivrogne, tu me briserais le cœur »
Elle savait qu'il ne servait à rien de m'interdire de boire. Nous avions toujours bu de l'alcool à
nos fêtes dans la maison. Elle, étant une «bonne pratiquante méthodiste», n'a vu aucune
faux en cela En fait, presque tous les gens d'église que je connaissais gardaient de l'alcool dans leur
maisons.
En un an, je buvais plus régulièrement. Un samedi soir je suis rentré à la maison
buvait. Quand maman m'a vu, elle s'est mise à pleurer.
"Qu'est-ce que je t'avais dit?" elle a dit. «Ne t'ai-je pas prévenu que trop de boisson
vous ridiculiser?
«Écarte-toi de mon chemin, je suis malade!» Dis-je en titubant devant elle vers la salle de bain.
«Tu devrais être malade,» lâcha-t-elle «j'espère que tu tomberas si malade que tu ne prendras jamais
encore un verre!
J'ai tout apporté dans la salle de bain et j'ai juré d'arrêter, je me suis roulé dans le lit, j'ai mis mon
bras autour de mon oreiller et marmonna: «Joycie, je t'aime. . . Le lendemain j'ai eu
un mal de tête toute la journée.

Page 25

Cependant, environ trois semaines plus tard, je suis rentré ivre à la maison. Ma a frappé le plafond.
«Bob, qu'est-ce qui te prend? demanda-t-elle avec colère. «Ne pensez-vous pas que j'ai
Assez de problèmes sans que vous m'apportiez cette honte?
«Je ne fais de mal à personne», ai-je dit. «Je suis assez vieux pour faire ce que je veux.»
«Bob», dit-elle tristement, «tu ne vois pas ce que tu fais chez nous? Est-ce que tu
tu crois que Dieu est satisfait de ta façon d'agir?
"Tais-toi!" Ai-je craqué. "Dieu n'a rien à voir avec ça." Et j'ai marché
loin d'elle dans ma chambre.
"Eh bien, je vais prier pour vous," appela-t-elle depuis le salon. "Seulement le
bon Dieu peut vous aider! Elle ne savait pas qu'elle aurait à prier pour moi
depuis seize ans!
En 1935, Joyce et moi nous sommes mariés. Je n'avais que vingt ans. Au début, nous
étaient heureux ensemble et j'ai même réduit ma consommation d'alcool. Mais petit à petit
peu, je suis devenu plus insouciant. Un samedi soir, je ne suis entré qu'à deux heures
suis Quand je suis enfin rentré à la maison, j'ai trouvé Joyce qui m'attendait avec du rouge, enflé
les yeux.
«Bob,» dit-elle doucement, «je ne suis pas en colère contre toi, mais je suis un peu déçue.
«Maintenant, bébé,» dis-je en la regardant avec des yeux vitreux et de la bave à court de
les coins de ma bouche, "est-ce que je vous décevrais un jour délibérément?" Elle a juste
me regarda un instant avec incrédulité. Puis elle enfouit son visage dans ses bras et
sanglotait et sanglotait.
Le lendemain matin, elle m'a fait promettre d'arrêter de boire. "Je le ferai, chérie," je
https://translate.googleusercontent.com/translate_f 18/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

déclaré. «Si ma consommation d'alcool vous rend malheureux, cela règle la question. J'ai eu
mon dernier verre.
Je pensais que je le pensais mais le jour de ma prochaine paie, la vieille soif est revenue. «Eh bien,» je
Je me suis dit «un petit verre ne fera pas mal» Alors avant de rentrer à la maison, je me suis arrêté
dans un bar et commandé un verre de bière. A partir de là, je ne sais pas trop quoi
arrivé. Tout ce que je sais, c'est que je suis arrivé vers trois heures du matin, Joyce m'attendait
de nouveau.
«Bob», dit-elle, «qu'en est-il de cette promesse que vous m'avez faite?»
"Quelle promesse?" J'ai ri. «La seule promesse que je t'ai jamais faite était d'aimer,
vous honorer et vous chérir jusqu'à ce que la bière nous sépare! J'étais tellement ivre que je ne savais pas ce que je
disait.
Les choses ont commencé à empirer après la naissance de Drummond. De plus en plus d'argent

Piste 26

était nécessaire pour le lait, la nourriture pour bébé et les vêtements. Bien que j'aie eu un bon travail par là
temps, encore mon habitude de boire prenait un peu plus de plus en plus de mon
chèque de paie. Chaque vendredi soir, je m'arrêtais au bar et buvais mon
l'argent est souvent tellement bu que je m'évanouirais et tomberais
tabouret
Joyce trouvait de plus en plus difficile d'être patiente avec moi. J'étais à peine
toujours à la maison, les factures s'accumulaient, et je m'en fichais; La bouteille était tout ça
mûri.
Un mercredi soir, Joyce m'a dit: «Bob, le loyer est passé deux mois
payable. Le propriétaire veut savoir quand vous allez payer.
Sans baisser le journal que je lisais, j'ai dit négligemment: «Je vais le payer
quand je suis bon et prêt.
"Bob, tu ne peux pas continuer à agir comme ça!" a-t-elle prévenu. «Le propriétaire nous mettra
si nous ne payons pas »
«Mettez-nous dehors? Lui et qui d'autre? J'ai ricané.
«Lui et le magistrat, c'est qui!»
«Laissez-les faire s'ils sont assez grands!»
À peu près à cette époque, Joyce ne pouvait plus contenir sa colère. Elle s'est dirigée vers
où j'étais assis et j'ai arraché le journal de mon visage. "Idiot!"
cria-t-elle. «Vous ne pensez qu'à votre liqueur! Cela ne veut rien dire
vous que vous avez une famille? Tu ne peux jamais penser à quelqu'un d'autre qu'à toi-même?
J'ai sauté sur mes pieds et l'ai giflée au visage. «Je vais vous apprendre à parler à
ton mari comme ça! J'ai reniflé Puis, tournant les talons, je suis sorti du
maison, rappelant quand je suis parti, «Dites à ce sale propriétaire qu'il récupérera son argent
Samedi!" Et j'ai claqué la porte et suis descendu au bar.
J'ai réfléchi un peu à un verre de bière ce soir-là. Les choses avaient changé un
beaucoup depuis que Joyce et moi nous sommes mariés pour la première fois. Je pouvais voir comment ma folie avait
l'a aigrie. Douce petite Joycie! Je me suis souvenu à quel point elle était belle
cette nuit-là quand je l'ai rencontrée pour la première fois. Je me suis souvenu du doux parfum du parfum qu'elle
portait. J'ai vidé mon verre sec et je me suis assis là et je me suis souvenu pendant un moment.
«Eh bien, dis-je enfin, je dois m'arrêter un jour - et ça pourrait aussi bien être ça.
«Une dernière bière! J'ai appelé le barman. Il sourit et posa un nouveau verre
devant moi. Je l'ai bu et suis rentré chez moi.
Quand vint le vendredi soir, j'avais déjà décidé que la première chose

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 19/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

Page 27

sortir de mon salaire serait le loyer. «Je ne peux plus laisser ce loyer aller», je
me marmonnai-je. «Cela fait déjà trop longtemps.»
Ma détermination était forte jusqu'à ce que je passe devant le bar. Dès que l'arôme
de bière atteignit mes narines, je savais que ça n'allait pas être facile. Au moment où j'étais
un pâté de maisons après le bar, cependant, j'ai pensé que j'avais léché la bataille.
Mais plus je marchais, plus je pensais à la qualité d'un verre de bière froide
goûterait. Je pouvais voir la mousse couler sur les parois du verre. je pourrais
sentir les ruisseaux froids de bière dorée couler dans ma gorge desséchée. Je pourrais nourrir
la sensation de picotement dans ma bouche. Mon imagination est devenue folle. Je me suis vu
boire un verre de bière après l'autre. Plus je buvais, plus je voulais.
L'un après l'autre. Plus rapide et plus rapide et plus rapide.
"Mon Dieu!" J'ai crié. «Je ne peux pas le supporter!» Et je me suis retourné et j'ai couru vers le bar
et commandé deux bières. Avant de quitter le bar ce soir-là, je me suis évanoui deux fois.
Finalement, le barman a dit: «Tommy, tu ferais mieux de rentrer à la maison. C'est presque trois
heure. » Joyce m'attendait quand je suis entré par hasard dans la maison.
"Menteur!" Elle a crié. «J'aurais pu mieux savoir que vous croire! Tu
et tes vaines promesses de payer le loyer!
Je serrai les poings et la fixai pendant un moment, faisant des allers-retours.
«Femme», dis-je en serrant les dents, «personne ne me parle comme ça et n'obtient
loin avec!
«Vas-y et frappe-moi, stupide ivre!» ricana-t-elle, levant les poings et
me piquer. «Je peux aussi jouer à ce jeu!»
Ses yeux brillaient de colère. Ses jointures étaient blanches. J'ai tendu la main et
lui donna une poussée, la renvoyant tentaculaire dans un coin. «Tu es stupide
poulet!" J'ai reniflé. «Je devrais te noircir les deux yeux! À ce moment-là bébé
Drummond était réveillé et criait.
Rapide comme un éclair, elle était debout. «Espèce de clochard!» cracha-t-elle. "JE
a toujours su que tu n'étais pas bon! Je ne peux plus supporter ta consommation de bière
et se balader! J'ai eu tout ce que je pouvais supporter! »Elle retira ses poings et
connecté sur ma mâchoire avec une fissure. Ensuite un autre. Et un autre. Je suis tombé au sol.
Pendant un moment, je restai là en silence. Puis, sans dire un mot, j'ai rassemblé
moi-même et je suis retourné dans la chambre. Je me sentais nauséeux. J'ai essayé de me préparer
pour le lit, mais je devenais de plus en plus malade. Je ne pouvais plus le retenir; je
vomi partout sur le couvre-lit. Quand tout fut fini, j'ai branlé le couvre-lit
le lit, l'a roulé en boule, l'a jeté dans un coin et s'est laissé tomber dans le lit
stupeur ivre. Avant de m'endormir, je me suis promis de ne jamais toucher un autre

Page 28

goutte d'alcool.
Mais le lendemain matin à six heures, j'ai sorti une bouteille de vin de sous le lit et
tout vidé avant de me lever.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 20/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

Page 29

Chapitre trois, Un ivrogne en Terre Sainte


D'une manière ou d'une autre, nous avons réussi à garder notre maison ensemble jusqu'à ce que la guerre éclate
1940. À ce moment-là, Lionel était né et Joyce attendait notre troisième
enfant. Je ne comprendrai jamais comment nous avons survécu pendant ces années d'avant-guerre. Mon
compte d'alcool était plus que mon compte d'épicerie. Mais nous n'avons jamais été affamés. Quelques
des amis de Joyce, connaissant mon problème d'alcool, me
des produits d'épicerie et des vêtements pour nous permettre de continuer.
Dès que j'apprendrai la guerre, je me décidai à rejoindre l'armée. je
savais que je ne pouvais pas supporter mon habitude d'alcool et ma famille en même temps. j'étais
malade de toutes les factures et des fardeaux de la vie de famille, et cela semblait être un bon
avenue d'évasion.
Quand j'ai informé Joyce de ma décision, j'ai pensé avoir détecté une note de soulagement dans
sa voix. Elle était probablement contente de se débarrasser de moi.
Deux mois après mon enrôlement dans l'armée sud-africaine, notre troisième petit garçon était
née. Joyce l'a nommé Roy. Je suis rentré chez moi pour la voir, mais j'étais ivre la plupart du temps
fois que j'étais en congé, la visite ne signifiait donc pas grand-chose pour nous deux.
Après une formation de base, notre unité a été expédiée vers le nord dans les déserts d'Égypte.
des gars étaient vraiment inquiets de se faire tirer dessus. Mais pas moi. Mon principal

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 21/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
l'inquiétude était de savoir comment j'allais avoir assez d'alcool là-haut dans le désert.
Mes inquiétudes n'étaient pas sans fondement. Quand nous sommes entrés dans le désert pour la première fois, il n'y avait pas
installations de toutes sortes - pas de réfectoire, pas de quartier des officiers, pas d'endroit pour acheter de l'alcool.
Nous étions 16000 dans notre unité, et c'était notre travail de créer un camp à El
Kantara. Quand ils ont vu la situation, beaucoup d'autres gars ont commencé à se plaindre
de ne pas avoir d'alcool.
Finalement, l'un d'eux a dit: «Il n'y a qu'un seul homme qui peut nous trouver de l'alcool.»
«Thom!» ils ont tous crié.
"Droit! Thom est notre homme!
Alors cette nuit-là, ils m'ont fait sortir dans le désert. «Tu trouveras de l'alcool, pas
toi, Tommy? "
«Je ferai de mon mieux,» dis-je.
Pendant un moment, je suis resté là à essayer de savoir quoi faire. Soudain j'ai dit à
les autres, «Voyez-vous cette lumière au loin là-bas? Allons par là! quand nous

Piste 30

arrivé, nous avons découvert que la lumière provenait d'un signal canadien
avant-poste, j'ai fouillé pendant que les autres hommes engageaient l'officier dans
conversation. Bientôt, j'ai découvert des caisses et caisses de bière canadienne enterrées
dans une pirogue sous le lit de l'officier!
"Hey les gars!" J'ai crié. "Regarde ce que j'ai trouvé! Bière!"
«Yahooo!» ils ont crié et se sont précipités pour voir le trésor que j'avais trouvé. Nous
a poussé le lit de côté et a commencé à nous aider, tandis que le Canadien se tenait debout
là, impuissant, nous regardant avaler sa bière!
«Qu'est-ce que je vous ai dit? dit l'un de nos camarades. «Si quelqu'un peut trouver de l'alcool,
Tommy peut. Il a le nez pour ça!
C'était vrai. J'ai le plus eu un démon qui m'a conduit, parce que je pouvais trouver de l'alcool
partout.
J'ai écrit à Joyce de temps en temps, mais il n'y avait pas beaucoup de cœur. Je savais qu'elle était
mieux sans moi, et ça me fait mal d'y penser, mais c'est comme ça
c'était. J'avais chargé le payeur de l'armée de lui envoyer la moitié de ma solde. je savais
elle avait besoin de plus que ça, mais j'avais aussi des «dépenses», donc elle devrait être
satisfait de ce que j'ai pu envoyer.
Une nuit, après que nous nous soyons tous retirés dans nos tentes, j'étais allongé là en pensant à
quel gâchis j'avais fait de ma vie. Quand je me suis finalement endormi, j'ai vu un
procession de personnes défilant devant moi dans un rêve. Sœur Emily Dunn était
d'abord, secouant son doigt vers moi et disant: «Honte à toi! Ne connaissez-vous pas le
La Bible dit: «Soyez sûr que votre péché vous découvrira»? » Puis j'ai vu le beau visage
de ma mère disant: «Bobbie, tu sais comment ton père et moi avons toujours
voulait un ministre dans la famille. Puis il y avait ce pasteur étudiant qui disait:
«Dieu vous aime vraiment!» Puis j'ai vu le visage en larmes de Joyce disant: «Bob, quoi
à propos de cette promesse que vous m'avez faite?
Je me suis réveillé dans une sueur froide, le cœur battant. «Dieu», ai-je dit dans le noir, «je ne
je sais quel est le problème avec moi. Je suppose que toi et moi n'avons rien dans
plus commun… »Je me suis retourné et j'ai essayé de me rendormir; mais je ne pouvais pas
sortir ces pensées folles de mon esprit, alors je me suis levé et j'ai trouvé une bouteille de bière
s'était caché, et je me suis réconforté avec ça jusqu'à ce que j'aie sommeil.
Le lendemain matin, j'ai remarqué que le caporal Williams lisait son Nouveau Testament. Ce
mec m'a vraiment dérangé. Chaque matin je l'ai vu assis là-bas sur sa couchette
lire cette Bible.
«Maintenant, regardez ce gentil petit méthodiste! J'ai crié assez fort pour tout le monde
https://translate.googleusercontent.com/translate_f 22/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

entendre. «Il a lui-même une petite école du dimanche!»

Piste 31

Tous les autres gars ont sonné avec hee-haws et piétinements. Mais Williams
continuer à lire. Il était habitué à mes railleries impitoyables. Intérieurement, j'ai admiré son
joie tranquille et sourire bon enfant. Cela m'a fait me demander quel était son secret.
Quelques semaines plus tard, j'ai eu un congé de dix jours pour moi. J'ai décidé que je le ferais
faire du stop vers la Terre Sainte et faire un peu de tourisme. Imaginer! Un ivrogne
comme moi - aller en Terre Sainte! C'était une idée stupide, pensai-je, mais ce ne serait pas le cas
être plus que dix ou douze heures de voyage, et j'étais intéressé à voir certains des
des endroits que nous avions étudiés dans l'orphelinat.
J'ai demandé à un type du nom de George Bancroft de m'accompagner. George était
catholique romain, et j'ai pensé qu'il serait intéressé à voir certains des «saints
sites »aussi.
Ce n'était généralement pas très difficile pour les soldats de faire du stop; en peu de temps, un polonais
Le gars s'est arrêté et est venu nous chercher. George a sauté sur la banquette arrière pendant que je prenais
le siège avant avec le conducteur.
«Nous allons à Jérusalem», ai-je dit au chauffeur. «Vous allez aussi loin?».
«Très bien, d'accord,» dit-il en m'adressant un grand sourire.
"Bon! Je m'appelle Thom, et voici mon copain, Bancroft, »dis-je en essayant de
amorcez une conversation.
«Très bien, d'accord,» répondit-il.
«Nous avons un congé de dix jours, alors Bancroft et moi avons pensé que ce serait une bonne façon de
passer nos vacances à regarder les lieux saints de Jérusalem. Nous prévoyons d'aller
à Bethléem et jetez un œil là-bas aussi. Ça devrait être un beau voyage,
tu ne penses pas?
«Très bien, d'accord,» acquiesça-t-il avec approbation.
Je regardai Bancroft et lui fis un clin d'œil. "Regarde ça," dis-je derrière le dos de
ma main. Me raclant la gorge, j'ai regardé le chauffeur et lui ai dit: «Eh bien, qu'est-ce que tu
pensez-vous à cette terrible guerre?
«Très bien, d'accord!» il a répondu.
Bancroft et moi avons éclaté de rire. Le chauffeur nous a regardés et a pensé qu'il avait
en a craqué un bon, alors il a ri aussi. Cela nous a pris dix heures de conduite continue
pour se rendre à Jérusalem. Abandonner la conversation avec un Polonais qui ne pouvait pas
dire quelque chose en anglais mais «Très bien, d'accord», nous avons fumé une cigarette après
un autre. Quand Bancroft et moi sommes sortis, nous avons remercié notre ami pour sa gentillesse.
«Très bien, d'accord!» dit-il en agitant la main et en s'éloignant.

Piste 32

«Bancroft», ai-je dit, «si jamais vous mentionnez les mots Très bien, d'accord à moi encore,
toi et moi avons fini!
Nous avons ramassé nos sacs et sommes allés chercher un endroit où nous pourrions prendre un verre.
Nous avons finalement localisé le bar de Vienne et sommes entrés et avons eu une vodka. J'aurais pu
J'en avais beaucoup plus, mais je ne voulais pas me saouler dans la ville sainte, alors je me suis limité
https://translate.googleusercontent.com/translate_f 23/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
à une.
Vers midi, nous sommes allés au jardin de Gethsémani, le lieu où Jésus
avait souvent prié. Peu de touristes étaient là ce jour-là, même si c'était un
journée parfaite pour faire du tourisme. Je n'oublierai jamais le sentiment étrange que j'ai eu pendant que nous
est entré dans l'ombre de ce jardin.
«Je vais dans l'église», dit Bancroft. «Tu veux venir?»
"Non, merci," répondis-je. Je pense que je vais rester ici. Alors Bancroft a continué dans
l'église franciscaine, et je suis resté seul.
J'ai décidé de me promener le long des sentiers qui faisaient une boucle autour de l'ancienne olive
des arbres. Parfois je m'arrêtais et regardais ces étranges vieux arbres. Les malles étaient
grands et noueux, comme de vieux soldats robustes qui refusaient de mourir. Aussi vieux qu'eux
étaient, encore ils soutenaient une croissance impressionnante de branches qui ombrageait le
voies. Le soleil doré filtrait à travers le feuillage gris-vert.
Il n'y avait pas de bruit à part le léger bruissement des feuilles.
Alors que je me tenais là dans le calme de cet endroit, j'ai senti la présence d'un homme
proche de moi. Pendant un moment, cela m'a stupéfaite. Je voulais le regarder, mais j'avais peur
Il serait retenu de mon regard. Mais je savais qui c'était. C'était pareil
Présence divine que j'avais ressentie des années auparavant à l'orphelinat. La puissance qui rayonnait
de Lui était si familier. Il n'a pas dit un mot - mais j'étais profondément convaincu
par Sa Présence. Tout mon corps tremblait et mes yeux se remplissaient de larmes….
Quand Bancroft est finalement sorti de l'église, j'étais un peu gêné par la
l'humidité de mes yeux, et espérait qu'il ne le remarquerait pas. Heureusement, il ne l'a pas fait.
Nous étions restés dans le jardin un peu plus longtemps que prévu, alors nous avons dû
dépêchez-vous vers le Calvaire et la tombe du jardin. La même Présence divine que j'avais
ressenti sous les oliviers a continué à s'attarder avec moi, malgré notre hâte.
Plus tard dans l'après-midi, nous avons fait du stop les cinq miles à Bethléem sur une armée
Piste. Tous deux voulaient voir l'église de la Nativité, qui soi-disant
marque le lieu où Jésus est né.
Le guide de l'aviron a dit que c'était la plus ancienne église de la chrétienté. Sauf les trois
beffrois, il ressemblait plus à un complexe de structures militaires fortifiées. Son gris

Piste 33

les murs de pierre étaient hauts et robustes, avec de très petites fenêtres. Un certain nombre de
les touristes étaient là ce jour-là. Avant que nous ne soyons autorisés à entrer dans l'église,
cependant, nous avons dû acheter une bougie. Ils les vendaient pour dix cents
un morceau. Puis notre guide nous a conduit à une toute petite ouverture dans le mur, pas plus de
quatre pieds de haut.
«C'est l'entrée de l'église», a-t-il annoncé. "Vous devrez descendre
sur vos mains et vos genoux pour entrer. Il est ensuite tombé à quatre pattes et a rampé
dans l'église, avec Bancroft et moi derrière lui.
Une fois à l'intérieur, j'ai dit au guide: «C'est étrange. Pourquoi devez-vous vous mettre entre les mains
et les genoux pour entrer dans cette église?
«Ah,» dit-il, avec une étincelle dans les yeux, «même le roi d'Angleterre doit s'incliner
ses genoux quand il entre à l'endroit où le roi des rois est né!
«Oui», ai-je dit, «mais quelle est la véritable explication?» «Les croisés ont fait en sorte que
façon », dit-il. «Vous voyez, lorsque l'église a été construite pour la première fois, la porte était à l'origine
dix-huit pieds de haut. Il a été fait de cette façon pour que les guerriers à cheval puissent
entrez avec facilité. Mais une porte aussi grande s'est avérée être un réel problème
défendre l'église contre les assaillants; alors finalement ils ont décidé de le réduire à
quatre pieds pour qu'ils puissent défendre le bâtiment plus facilement.
"Et c'est la vraie explication?"
https://translate.googleusercontent.com/translate_f 24/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

«Disons que c'est une explication», répond-on. «Nous chrétiens ici en


Bethléem croit toujours que Dieu a contribué à faire l'entrée de cette
l'église de telle manière que chaque genou doit s'incliner.
«Peut-être que oui,» répondis-je avec scepticisme alors que nous traversions le hall.
Bientôt, nous sommes entrés dans une élégante basilique à cinq nefs, à colonnades des deux côtés.
En marchant vers l'avant de la basilique, nous avons franchi une porte et
volée de marches vers le lieu de naissance de Jésus. Alors que nous attendions en ligne pour nous agenouiller devant
de l'étoile en laiton sur le sol qui marque soi-disant l'endroit exact, j'ai remarqué un
l'homme devant nous qui portait l'uniforme de la Royal Air Force. Alors qu'il s'agenouillait pour
la droite de l'étoile avec sa bougie, ce grand caporal sanglant s'est mis à pleurer
et priez comme un petit enfant. C'était très calme, et nous pouvions entendre chaque mot qu'il
a prié.
Merci, Seigneur, d'être descendu dans cette crèche pour naître pour moi », il
mentionné. «Merci, Seigneur, d'avoir sauvé mon âme!» Et il s'est agenouillé là et a pleuré
sans vergogne.
Encore une fois, j'ai senti cette même Présence m'envahir. C'était plus que je ne pouvais supporter

Piste 34

voir ce gros soldat pleurer comme ça. Je me suis détourné et j'ai commencé à sortir. Seulement
alors que j'allais remonter à l'étage, un prêtre grec orthodoxe barbu s'approcha
moi, posa ses mains sur mon épaule et pria: «Et que l'âme de ce pèlerin
soyez sauvé au nom de Jésus, ce sera un shilling s'il vous plaît, amen.
J'ai payé le shilling avec un peu d'amusement, et j'ai respiré une prière silencieuse que Dieu
répondrait à la requête du vieux prêtre. J'étais sûr que Dieu essayait de me dire
quelque chose.
Quelques jours plus tard, Bancroft et moi sommes retournés à notre camp militaire en Egypte, c'était
vers cinq heures de l'après-midi, et le réfectoire venait juste d'ouvrir; beaucoup de
les camarades allaient prendre un verre. Je suis resté là pendant quelques minutes, mes yeux
scrutant avidement la foule à la recherche d'un certain homme. Soudain, je l'ai repéré.
«Aumônier, Monsieur! J'ai crié. «Aumônier, je dois vous parler!» Il était en route
pour prendre son verre aussi.
"Oui," répondit-il avec un peu d'impatience, "qu'est-ce que c'est?"
«Monsieur, je viens de rentrer de Jérusalem, et je ne sais pas quel est le problème
avec moi. Je ne peux pas jurer, je ne peux pas prendre un verre, je ne peux même pas fumer une cigarette! j'ai besoin de
aider! Je dois te parler. Je veux être sauvé! »
Il m'a interrogé de la tête aux pieds pendant un moment, puis a dit: «Désolé, soldat, je suis
trop occupé - peut-être une autre fois. " Et il est allé dans la salle à manger pour avoir
sa boisson.
Je voulais me mettre en colère. Je voulais le jurer - mais je ne pouvais pas. En fait, pour le
les deux semaines suivantes, je n'ai pas pu prendre un verre ou allumer une cigarette. Je ne pouvais même pas aller
un film! Tout ce que je pouvais faire était de penser à Jésus! J'ai continué à chercher
quelque chose à lire qui me dirait comment être sauvé. J'ai enfin trouvé un moderne
traduction des épîtres de Paul. Comme j'ai aimé lire ce livre! C'était comme un
boire de l'eau froide au milieu d'un désert. Même si je n'ai pas tout compris
que j'ai lu, j'avais l'impression d'être sur la bonne voie.
Mes copains ne pouvaient pas comprendre ce qui m'était arrivé.
"Hey, Tommy," disaient-ils, "allez, allons prendre un verre"
«Merci», je dirais, «mais je ne bois plus!»
"Mec, quel est le problème avec toi?" ils ont contré. «Tu as toujours bu avec nous
avant que. Vous êtes heureux ou quelque chose comme ça?
https://translate.googleusercontent.com/translate_f 25/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

"Peut-être que cette vie de d *** désert lui arrive,"


un autre a suggéré.

Piste 35

«Ouais,» dit un autre, «et devinez qui va ensuite quitter leur rocker? MOI!"
«Attendez une minute, les gars», ai-je supplié. «Je peux tout expliquer si vous
donnes moi une chance." «D'accord, vous les gars», a lancé l'un d'eux. «Rassemblez-vous et
écoute un fou expliquer pourquoi il est fou!
«Voulez-vous le faire tomber?» Dis-je avec impatience.
«D'accord, mec, d'accord! Nous sommes tous des oreilles.
«Tout a commencé lorsque Bancroft et moi avons fait ce voyage en Terre Sainte.
«Oh-oh, ça vient, les gars!» l'un d'eux a interrompu. «Qu'est-ce que je vous ai dit?
Et il a commencé à crier The Old Rugged Cross d'une voix haute et grinçante.
«La ferme, d'accord? »A déclaré l'un des autres.
"Ouais," chorèrent les autres. "Nous devons l'entendre!"
Quand j'ai fini mon histoire, ils ont tous ri, crié et pilonné
retour.
«Amen, frère!» un crié. "Vous avez la religion de l'ancien temps!"
«Louez le Seigneur et passez la bière!»
"Hé, chérie, que diriez-vous d'un highball?"
«Halleluyer! Cet homme est SAUVÉ!
"Yahoo!"
J'étais tellement en colère que j'aurais pu mâcher des ongles. J'ai donné un coup de coude à travers l'anneau
de rires autour de moi et se dirigea vers le réfectoire. «Je vais montrer ces
idiots », me suis-je murmuré. «Je peux ranger plus de bière que mon d'entre eux!»
Mais quand je suis arrivé à la porte du réfectoire, je ne pouvais pas entrer. Je ne peux pas expliquer pourquoi; je
ne pouvait tout simplement pas. ...

Piste 36

Chapitre quatre, de tous les développements fous!

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 26/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
Quelques jours plus tard, nous avons quitté l'Égypte pour nous rendre sur le théâtre de guerre européen en Italie.
C'était en 1943. Nous avons d'abord atterri à Tarente, puis nous sommes passés à Naples.
De là, nous sommes passés derrière les forces américaines et britanniques à Rome,
a repris certaines usines et a commencé à produire les fournitures nécessaires aux Alliés
Les forces.
Pendant tout mon séjour à Rome, j'ai continué à chercher Dieu. Chaque fois que l'allemand
les bombardiers ont volé bas au-dessus de nos casernes, j'ai réalisé à quel point ma vie pouvait être facile
étouffé. A tout moment, de jour comme de nuit, les Allemands pouvaient nous larguer une charge utile,
et nous serions projetés dans l'éternité. Alors, le week-end, j'ai commencé à chercher Dieu en
beaucoup des plus grandes églises de Rome. Mais c'était décourageant les affaires. Peu importe
là où je regardais, Dieu semblait très loin.
Un jour, en désespoir de cause, je suis allé au Vatican et j'ai prié à Saint-Pierre.
Cathédrale. «Je devrais sûrement pouvoir trouver Dieu ici», ai-je pensé. Mais rien
arrivé.
Cependant, en quittant l'église, j'ai été arrêté par un jeune italien aux cheveux noirs
femme avec un bébé sur sa hanche.
«Hé, soldat,» appela-t-elle en me prenant le coude, «tu aides la pauvre veuve de guerre,
non?"
«Pourquoi certainement, madame,» répondis-je. "Que puis-je faire pour vous?"
Elle se pencha plus près et murmura à mon oreille: «Tu coma ma maison et dors
avec moi ce soir? Je dors avec toi toute la nuit pas cher!
Je me suis éloigné d'elle avec dégoût. «Écoutez, madame, j'ai assez de problèmes», dis-je. "Tu
tu dois avoir honte de toi!
«Je suis désolé, soldat, je n'ai pas d'autre moyen de le faire! Mon bébé, il est affamé.
Tout le monde s'en fout. Mon mari, c'est un mort. Ma famille, ils ne m'aident pas. "Bien,
qu'en est-il de l'église? J'ai dit. «Ils devraient pouvoir vous aider. Quelle église
appartenez-vous?
"Église?" elle répondit. «Je vais dans cette église!»
«Saint-Pierre?
"Ouais."
«Et vous ne pouvez obtenir aucune aide de leur part?»

Piste 37

«Non, soldat. Ils n'aident pas comme moi.


«Je serai foutu», dis-je. «Si c'est Dieu, je ne veux pas le connaître!» Je lui ai donné un
quelques dollars et a marché dans la rue, très découragé.
"Ces d ***** églises!" Je me suis dit.
«Ils se ressemblent tous. Ils sont comme ces orphelinats: ils parlent de
l'amour, mais ils n'en ont pas!
Plus j'y pensais, plus je devenais dégoûté. Ici je cherchais
pour Dieu partout à Rome, et qu'est-ce que cela m'avait apporté? Rien que des pieds endoloris et
déception. Dieu? Que se souciait-il? Je doutais qu'Il sache même que j'existais.
Dans mon découragement, la vieille soif d'alcool a commencé à revenir. Quoi d'autre était
là pour se tourner? Je ne voyais plus l'intérêt de me priver d'un bien
boire.
l'alcool était rare pendant les années de guerre, mais certains de mes amis m'avaient dit
à propos d'un fermier qui avait un alambic dans sa ferme juste à l'extérieur de Rome. Alors dimanche prochain
l'après-midi, j'ai fait du stop là-bas pour voir si je pouvais prendre un verre.
C'était une ferme porcine. L'air était lourd de la puanteur du fumier et pourri

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 27/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
des ordures. En montant à la grange où le fermier travaillait sur un vieux chariot,
J'ai dit: «Hé, j'ai entendu dire que tu as du vin. Est-ce vrai?"
Sans lever les yeux de son travail, il a répondu: «Oui. Rouge et blanc. Vous avez
de l'argent?"
«Bien sûr», répondis-je. «Combien pour remplir une cantine?»
"Deux dollars."
«Qu'est-ce que la merde! Vous faites du mosey, n'est-ce pas?
"À prendre ou a laisser."
"Je le prends."
Je lui ai donné l'argent, et il m'a conduit derrière la grange et dans un
petite chambre.
"Qu'est-ce que ce sera, rouge ou blanc?" Il a demandé.
"Rouge."
Une fois ma cantine remplie, je suis sorti et je me suis penché sur la clôture délabrée
entourant la porcherie, sirotant lentement le vin chaud et regardant les porcs
s'enracinant dans les trous de boue. L'un des porcs s'est approché de la clôture et
passa son museau ruisselant et mouillé à travers la clôture et me renifla. "Sors de

Piste 38

ici, espèce de cochon stupide! J'ai craché, donnant un coup de pied à la clôture.
Après avoir vidé la cantine, j'ai fait le plein de vin blanc «pour la route», et
Je suis rentré en stop à Rome, plus ivre que je ne l'avais été depuis longtemps. Pendant toute la durée
de mon séjour à Rome, je suis allé à la ferme tous les dimanches.
Enfin, en 1945, la guerre était finie. Dans les six jours, on m'a dit qu'à cause de
mon excellente performance osant la guerre, l'armée avait un très gros boulot à attendre
pour moi en Afrique du Sud. J'ai donc été expulsé d'Italie avec un pass VIP.
C'était bon de rentrer au Cap. J'ai eu trente jours de congé avant mon
nouvelle affectation, j'ai donc eu du temps à passer avec Joyce et les enfants. Même
même si j'ai maintenant réalisé que je ne pourrais pas vivre sans boire, j'ai osé espérer que
peut-être que les choses pourraient être un peu mieux entre Joyce et moi, après six ans
le service.
Ils étaient. Je n'ai pas pu le comprendre au début. Joyce semblait tellement détendue et heureuse.
Les anciennes tensions avaient disparu. Elle n'avait même pas l'air de s'en soucier quand je suis sorti
ce premier vendredi soir et je me suis saoulé. Mais le mystère a soudainement élucidé le
nuit, je l'ai attrapée dans la cuisine avec une bouteille de bière à la main.
«Joyce! J'ai crié. "Qu'est-ce que tu fous?"
«Oh, je ne vous l'ai pas dit? répondit-elle avec un sourire malicieux. «J'ai trouvé un nouveau
Passe-temps."
Je me tenais là, paralysée d'incrédulité, alors qu'elle prenait avec désinvolture deux verres du
placard, vider le contenu de la bouteille dedans, puis tenir un verre
à moi. "Ici," dit-elle, "on dirait que vous avez besoin d'un bon verre."
Je lui ai pris le verre avec hésitation et l'ai posé sur le comptoir de la cuisine.
«Vous voulez me dire que vous buvez maintenant?» Ai-je demandé.
«À quoi ça ressemble, soldat?» répondit-elle en sirotant la mousse du haut de
son verre.
«Maintenant, attendez une minute», dis-je, «aucune de mes femmes ne va boire ce slop!»
«Eh bien, je ne vois pas pourquoi», répondit-elle Candy. "Si vous pouvez le faire, vous le pouvez aussi!"
Je ne pouvais pas y croire. Ma femme! En buvant! De tous les développements fous!

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 28/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
Après
alcool quelques
apporté à jours, je mepar
la maison suis
la habitué à l'idée et nous
caisse Maintenant, avons
en plus de commencé
sortir avec à avoir
les garçons le vendredi ou le samedi soir, je pouvais boire à tout moment. Et moi
a fait. J'étais ivre la plupart du temps, et parfois Joyce se saoulait avec moi. j'ai eu
donc je ne pouvais pas tenir plus de quelques heures entre les verres. Je devais prendre un verre

Piste 39

la première chose le matin. Et au déjeuner. Et le dîner. Je m'en fichais


en mangeant. Tout ce que je voulais, c'était une bonne boisson raide.
À la fin des trente jours, j'ai obtenu un emploi dans le corps de démobilisation à
Cape Town, sortir les garçons du service. Ils avaient un énorme arriéré de
les boursiers qui attendaient des allocations et des allocations d'invalidité pour
collège. Malgré mon problème d'alcool, je me suis lancé dans ce travail et je l'ai nettoyé
dans trois semaines.
Mes officiers supérieurs connaissaient mon problème d'alcool et voulaient quitter
moi. En fait, j'étais ivre le jour où le médecin de l'armée m'a examiné pour la libération.
Après avoir terminé son examen, il a dit aux agents: «Si cet homme est
licencié, ses enfants mourront de faim, car il ne conservera jamais d'emploi
partout."
"Peut-être", a répondu l'un des agents. «Mais six ans dans l'armée, c'est long
suffisant."
Je n'étais pas d'accord. Si mes jours dans l'armée étaient terminés, j'ai décidé que je préférerais rejoindre la marine. je
je savais que je pouvais obtenir beaucoup d'alcool bon marché dans le service, ce qui était plus que moi
pourrait dire pour la vie civile. Donc à 11 h 59 le 1er juillet 1946, j'ai été renvoyé de
l'armée, et deux minutes plus tard, je suis officiellement devenu marin dans le sud
Marine africaine.
En raison de mon bilan de performance dans l'armée, j'ai reçu six promotions sur
une commande lors de mon tout premier jour dans la marine! Pourtant je ne pouvais même pas saluer la marine
chemin! Mais en raison de mon expérience en comptabilité chez Otis Elevator, ils ont estimé qu'ils
avait un travail pour moi que je pouvais gérer: tous les comptes de guerre de la Marine devaient être effacés
pour la reconversion dans la marine en temps de paix. Afin de terminer ce travail, je
a été affecté à la «base navale du HMS Bon 1» au Cap, ce qui m'a permis
vivre à la maison avec ma famille.
Pendant ces jours, c'était à nouveau le même vieux round. Me boire fou,
vivre pour le diable, pas de temps pour Dieu, pas de temps pour l'église. Pourtant j'ai prétendu être un
bon méthodiste! Le médecin de la marine m'a appelé en un jour et m'a dit que je
consommé tellement d'alcool qu'il avait rongé un de mes reins. j'ai découvert
plus tard, il ne m'a dit cela que pour m'effrayer, alors j'ai arrêté de boire. Mais je ne pouvais pas
arrêter. Non seulement je buvais à la maison, mais je retournais aussi dans les bars
de plus en plus fréquemment. On aurait dit que j'étais accro pour de bon.

Piste 40

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 29/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

Chapitre cinq, cette «folle» Mme Webster


En 1947, des choses ont commencé à se produire dans ma famille - la plupart d'entre elles m'étaient inconnues à
première. D'une part, Drummond, qui avait alors onze ans, était allé dans un
le service de Pâques des enfants à la plage et avait été sauvé quelques semaines
plus tard, Joyce a décidé d'aller à l'église un dimanche. Elle aussi a répondu au simple
message qu'elle a entendu, a accepté Christ comme son Sauveur personnel et l'a abandonnée
boire et vivre dans le péché. Mais rien de tout cela ne m'était connu. Joyce avait peur de
dis-moi ce qui s'était passé, et j'étais tellement ivre ce dimanche que je n'ai pas remarqué
le changement en elle.
Lundi matin, alors que je quittais la maison pour aller à mon travail au
base, Joyce m'a dit: «Maintenant, rentrez décemment à la maison ce soir, et faisons
souper à six heures.
«D'accord,» répondis-je. "Il est six heures."
Ce qui est étonnant, c'est que je suis rentré chez moi à six heures ce soir-là! Joyce
j'avais un souper alléchant préparé j'avais faim, alors je me suis assis à table
avec le reste de la famille et creusé. Personne n'a dit grand-chose, mais quelque part
à la moitié du repas, j'ai regardé Joyce de l'autre côté de la table. Elle était assise
là en me souriant!
Pendant quelques secondes, je l'ai vue telle qu'elle était - ses yeux irlandais souriants
accalmie d'amour - sa disposition pétillante rayonnant de beauté et de bonheur. Elle a presque
regardé de nouveau de cette façon.
«De quoi êtes-vous si heureux?» J'ai parlé.
«Oh, pas grand-chose, je suppose,» dit-elle avec hésitation. «Je me sens bien ce soir.»
«C'est une bonne chose que quelqu'un fasse», ai-je fait remarquer en retournant à mon alimentation.
Le lendemain matin, alors que je partais pour le travail, elle a dit: «Maintenant tu as bien fait la dernière
nuit; être à nouveau à la maison à six ce soir »
«Je serai là», ai-je promis.
Mais je commençais à devenir un peu «sec», alors j'ai décidé de m'arrêter au bar de l'hôtel
pendant quelques minutes avant de rentrer à la maison ce soir-là. J'ai commandé un verre de bière blonde
bière et un double brandy, siroté la mousse de la bière et ajouté la moitié
brandy à elle. Après quelques bières, je me suis disputé avec certains des
d'autres clients sur qui était le meilleur boxeur du monde. Au moment où je suis rentré à la maison,
il était sept heures. Je pouvais voir à la table que les autres avaient déjà
mangé.

Piste 41

«J'ai essayé de garder votre souper au chaud pour vous,» dit Joyce, prenant de la nourriture
le four. «J'ai peur que ce ne soit pas aussi bon. ... »
"C'est pas grave," dis-je avec une langue épaisse, "je n'ai pas trop faim de toute façon."
J'ai essayé de manger la nourriture délicieuse qu'elle a mise devant moi, mais ça n'allait tout simplement pas
vers le bas. Joyce a essayé d'être joyeuse ce soir-là, mais avec moi à moitié ivre, là
n'était pas très utile.
Mercredi matin, elle n'a rien dit de mon retour à la maison
temps. Encore une fois, je me suis arrêté au bar. Je suis rentré à huit heures trente.
«La nourriture est toute froide», dit-elle tristement. «Voulez-vous que je réchauffe quelque chose
pour vous?"
«Non, ai-je répondu, je n'ai pas faim. C'était l'étendue de notre conversation pour
le reste de la soirée.
Jeudi soir, je suis rentré à dix heures. Les enfants étaient déjà couchés. j'étais bon
et ivre, alors je suis allé directement au lit et j'ai laissé Joyce assise seule dans le salon

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 30/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
salle.
Vendredi soir, je ne suis jamais rentré à la maison. J'ai bu une bière après l'autre jusqu'à sept heures
à ce moment-là, j'étais tellement bu que je ne savais pas ce que je faisais. Je savais que je
ne pouvait pas rentrer à la maison, alors j'ai demandé au barman une chambre d'hôtel. Voir comment
J'étais malade, dit-il, «Il y a une pièce vide au bout du couloir. Prend ça
une."
Je sortis en titubant par une porte et dans le couloir voisin. J'étais faible et
vertigineux. Cette salle avait l'air d'un mile de long. Je savais que je ne pouvais pas y arriver, alors j'ai chancelé
passé les quartiers de la servante noire et suis entré dans la première porte ouverte où je suis arrivé,
je me suis jeté sur le lit et j'ai perdu connaissance.
Quand je me suis réveillé le lendemain matin, mes vêtements étaient recouverts de poulet
plumes! Ces matelas bourrés de plumes! Les plumes étaient continuellement
travail à travers le revêtement et les coutures. Mais je me sentais trop malheureux pour m'en soucier
environ quelques plumes. Alors j'ai titubé vers le bar, commandé une autre bière,
payé pour cela et la chambre, et resta assis là pendant encore quinze minutes en essayant de se réveiller
en haut.
Je suis rentré à la maison samedi matin au moment où Joyce se levait. Je n'avais aucune idée de quoi
il était temps. Elle a juste regardé les plumes partout sur moi.
"Où étais-tu?"
«J'ai perdu connaissance», ai-je dit, n'essayant pas d'expliquer le matelas. Je suis retourné à

Piste 42

ma chambre, j'ai enlevé mon uniforme, je l'ai posé à côté du lit, j'ai mis mon pyjama et
rampé sous les couvertures. L'oreiller moelleux faisait du bien. Ma tête se fendait; mais un
quelques heures de sommeil régleraient ça, j'ai pensé soupirer et fermer les yeux.
Deux minutes après m'être couché, l'alarme attend. Il était temps de se lever et de partir
travailler! J'ai roulé les couvertures, enlevé mon pyjama, enlevé les plumes
mon uniforme, je l'ai mis et je suis parti aux chantiers navals.
A midi, j'ai lu dans le journal qu'une femme de chambre noire avait été étranglée à mort
sa chambre avec un bout de fil quelque temps pendant le vendredi soir - dans l'hôtel même
où j'étais resté. J'ai essayé de me souvenir d'avoir entendu de l'agitation ou des cris. Mais mon
l'esprit était vide. Tout ce dont je me souvenais était de passer devant une chambre de bonne
quand j'étais sur le point de perdre connaissance.
L'article disait que les autorités recherchaient le suspect du meurtre.
Soudain, il m'est apparu que le fait même que j'étais dans le même bâtiment
automatiquement fait de moi un suspect! J'ai redouté l'idée d'être peut-être
interrogé par la police. Si j'avais des réponses sensées, ce ne serait pas si mal
- mais aussi ivre que j'étais, je ne me souvenais de rien.
«De quoi vous inquiétez-vous?» Me dis-je enfin. «Dis-leur juste que tu étais
malade et je ne me souviens de rien à ce sujet.
Soulagé, je me souris un instant. Mais alors une autre pensée est apparue
mon esprit de quelque part. «Qui peut dire que vous n'êtes pas celui qui l'a fait? Tu
étaient évanouis, vous vous souvenez? Vous étiez irresponsable. Tu aurais pu faire
presque tout dans votre sommeil. Et s'ils vous interrogent, comment pouvez-vous vous prouver
ne l’a pas fait?
J'ai éclaté de sueur. J'ai lu et relu cet article. Je ne pouvais pas le sortir de mon
l'esprit tout l'après-midi. «Suis-je un meurtrier? Je n'arrêtais pas de me demander. Chaque fois que j'ai entendu
des pas derrière moi, j'ai sursauté, pensant que c'était peut-être la police.
Toute la semaine suivante, j'ai vécu dans la peur. Chaque nuit, je rêverais de diabolique
créatures pointant leurs doigts osseux vers moi et criant: «Meurtrier! Meurtrier!
Robert Thom est un meurtrier! Et puis ils riraient d'une joie diabolique. Temps

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 31/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
et encore unedefois,
cauchemars ma je me réveillais dans une mousse de sueur et je suppliais Dieu de prendre ces maudits
part.
J'ai essayé de noyer mes peurs dans la boisson, mais ce n'était pas bon. À tout moment, la police
pourrait être à ma porte. J'ai passé tous les soirs de cette semaine au bar.
Le samedi, j'ai travaillé une demi-journée et suis rentré ivre à la maison comme d'habitude. Joyce et le
bébé était parti. Elle avait laissé un mot à Drummond. Je l'ai déplié et lu le mémoire
un message:

Piste 43

Je suis désolé, je ne peux plus rester ici. Veuillez prendre soin de


d'autres enfants pour moi. Il y a du rosbif et des pommes de terre dans le
réfrigérateur. Je t'aime. maman
Nous avons déjeuné tranquillement ce jour-là, sauf que les enfants ont continué à demander où maman
était.
«Elle a dû aller quelque part», leur ai-je dit. "Elle reviendra." Je ne pouvais pas manger
n'importe quoi pour la boule dans ma gorge.
Une fois que les enfants ont fini de manger, je les ai envoyés jouer dehors. Je nerveusement
tranché un morceau de rosbif, ramassé une pomme de terre froide et se tenait là à la
fenêtre regardant fixement la grande montagne derrière notre maison.
Je pensais que je sortirais de ma tête. Il semblait que je n'avais pas d'ami dans le
monde. La police me cherchait probablement. J'étais désespérément accro
alcool.
"RÉ***!" Je me suis dit. «À quoi sert la vie? Je suis tout lavé! Je me tenais
là en essayant de comprendre comment je pourrais mettre fin à tout cela.
Juste à ce moment-là, quelqu'un a frappé à la porte d'entrée. Quand j'ai ouvert la porte, là
se tenait une femme d'âge moyen vêtue d'un costume en tweed et d'un chapeau moulant. "Comment tu
fais?" elle a dit. «Êtes-vous Robert Thom?»
"Oui, madame," répondis-je avec lassitude, "Que puis-je faire pour vous?"
«Je m'appelle Gladys Webster», dit-elle en passant devant moi dans le salon.
Nous nous sommes tournés pour nous faire face. "M. Thom, dit-elle, je suis venue te parler de
Jésus."
"Jésus!" J'ai hué. «Écoute, stupide femme, je n’ai pas besoin d’école du dimanche
cours! J'ai mon église - j'ai ma Bible - je suis méthodiste - et je n'ai pas besoin
quoi que ce soit que vous colportez! "
«Où est votre Bible?» »elle a demandé, essayant toujours de sourire courageusement.
«C'est dans le fond de mon sac polochon où je l'ai mis quand j'ai quitté Rome en 1945!
Maintenant, sortez la merde de ma maison avant que je ne vous brise le cou maigre!
Elle était effrayée. «Très bien, M. Thom,» dit-elle en reculant la porte. "Je suis
désolé - je ne voulais pas. . .
"Tais-toi!" Rugis-je. «Sortez de ma propriété!»
"Oui monsieur!" répondit-elle en se sauvant de la maison.
«Et ne reviens jamais!» J'ai crié.

Piste 44

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 32/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

Je me suis détourné de la porte, heureux d'être débarrassé d'elle. "Ces fanatiques stupides!" je
me marmonnai-je. «Je n'ai besoin d'aucune de leur folle religion!»
Mais à peine avais-je tourné le dos que je l'ai entendue remonter le chemin!
Elle est entrée directement, a mis son doigt sous mon nez et a commencé à prier dans un
langage que je n'avais jamais entendu. (J'avais entendu quelque part parler de personnes parlant
«Langues», et soupçonnait que c'était ce qu'elle faisait.) J'ai essayé de partir
loin d'elle et aller dans ma chambre, mais soudain un pouvoir invisible s'est emparé de moi,
et la prochaine chose que je savais, j'étais à genoux en train de prier, mes mains levées vers
le plafond! Je me suis entendu dire: «S'il y a un Dieu dans le ciel, soyez miséricordieux
moi - un pécheur! et je me suis mis à pleurer abondamment.
Immédiatement, elle a giflé sa main sur ma tête et a commencé à réprimander chaque démon
c'était en moi. «Démons, sortez de lui!» elle a crié. «Satan, je commande
vous de le perdre et de le laisser partir - au nom de Jésus!
Bien! Je n'avais jamais eu de traitement comme ça avant! Mais pendant qu'elle priait, j'ai senti
quelque chose d'étrange m'arrive - «un lâcher prise» à l'intérieur - «un déménagement» de
forces étranges. J'ai commencé à rire et à pleurer en même temps, tandis que Mme Webster
se tenait là en criant: «Louez le Seigneur! Merci Jésus!" Quand l'excitation
a commencé à mourir un peu, Mme Webster a saisi mon bras et a dit: «Venez
avec moi, M. Thom. Il y a quelqu'un que vous devez rencontrer.
Je me suis levé et je suis allé avec elle. Elle a accroché son bras dans le mien et
m'a fait descendre à travers le quartier et à la foi apostolique
Mission. Le bâtiment était vide, à l'exception de deux adolescentes qui jouaient
l'orgue.
«Où est le pasteur? Appela Mme Webster.
«Il ne rentrera que plus tard, sœur Webster», a répondu l'une des filles.
"Assez bien!" elle a dit. «Nous attendrons.»
Il était environ trois heures de l'après-midi. Les filles ont recommencé à jouer de l'orgue et le
première chose que je savais, ils m'ont fait chanter. Je n'avais pas chanté un hymne depuis un bon nombre
ans, mais une fois que j'ai commencé, je ne pouvais plus m'arrêter. J'ai «beller» toutes les chansons que je
jamais appris à l'école du dimanche Après avoir chanté toutes les chansons auxquelles je pouvais penser, je
recommencé. Quand le pasteur est finalement arrivé à sept heures ce soir-là, j'étais encore
va fort!
Après que le pasteur Crompton ait entendu mon histoire, il s'est agenouillé avec moi à l'humble autel de
cette petite mission et «m'a prié à travers», comme il l'a dit. Il voulait être sûr que je
a été «vraiment sauvé», alors j'ai confessé mes péchés une fois de plus et pleuré et ri
comme avant, tandis que Mme Webster criait et louait le Seigneur.

Piste 45

Quand je me suis enfin levé, le pasteur a dit: «Frère Thom, tu ne


oubliez ce jour. Tu es une nouvelle personne maintenant, et je veux que tu sois fidèle au
Seigneur, et commencez à venir à la Mission à chaque service.
«Je le ferai certainement, Pasteur,» dis-je avec gratitude, faisant un large sourire. je savais
quelque chose de merveilleux m'était arrivé.
Après que nous ayons tous serré la main chaleureusement, nous nous sommes séparés et j'ai commencé le chemin du retour. ...
Peu importe ce qui m'a fait arrêter au bar, je ne le saurai jamais. C'était peut-être juste le
chose naturelle à faire. Peut-être que je ne m'étais pas encore rendu compte de ce qui s'était passé.
Peut-être que je me demandais si tu ne pouvais pas être un bon chrétien et avoir encore un
boisson occasionnelle. J'étais peut-être dégoûté de moi-même d'avoir promis ça
Pasteur J'assisterais à sa mission sissifiée. En tout cas, au moment où je suis arrivé au bar
vers huit heures trente, quelque chose m'a fait entrer, j'avais deux dollars et dix cents
ma poche, et la bière ne coûtait que neuf cents la bouteille à l'époque, alors j'ai commandé un

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 33/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
bouteille. Après avoir terminé cela, je me sentais toujours sobre, alors j'ai commandé quelque chose de plus
coûteux. Un verre de vin. Puis brandy. Puis le whisky. Premières boissons droites,
puis mélangé. À dix heures et demie, j'avais dépensé tout l'argent que j'avais.
Je me préparais à partir quand un vieil ami à moi nommé Mostert est entré
et m'a offert de m'acheter un verre. Alors je me suis rassis et il m'a acheté des boissons jusqu'à
1130.
«Hé, Tommy,» lâcha Mostert, «pourquoi tu n'es pas ivre? Comment venir
tu es toujours sobre?
«Drôle», me suis-je dit. «Je suis sobre!» "Quel est ton problème?"
Hurla Mostert. «Mes boissons ne sont-elles pas assez bonnes pour vous?»
"Oh, ouais," répondis-je. «Ils sont bons, d'accord!» «Alors pourquoi doncha me saouler
avec moi? Je devrais frapper votre bloc pour gaspiller mon argent!
C'était une brute d'homme, et je savais qu'il pouvait facilement me battre. Alors j'ai vite
Je l'ai remercié pour les boissons et est rentré chez lui. Après trois heures à boire, je
marchait droit comme une flèche jusqu'à la maison, et je ne me suis jamais senti un peu malade!
Quand je suis entré dans mon salon, il y avait Mme Webster qui m'attendait! je
J'avais tellement honte que je voulais courir, mais quelque chose me retenait.
«Je t'attendais», dit-elle «J'ai donné un souper aux enfants,
au lit et rangé un peu la maison. (La maison était impeccable.) «Je pensais que je
ne devrait pas laisser les enfants avant votre retour », a-t-elle expliqué. "Maintenant si
vous m'excuserez, je serai en route. Bonne nuit, frère Thom.

Piste 46

Dès que la porte s'est fermée, j'ai poussé un soupir de soulagement. Si elle avait deviné où
J'avais été, elle n'a jamais dit un mot à ce sujet.
«Cher Dieu», ai-je prié dans mon lit cette nuit-là, «Je ne comprends pas exactement ce
m'est arrivé aujourd'hui - et je ne comprends pas comment j'ai bu toutes ces boissons et
je ne me suis pas soûlé - mais de toute façon, aidez-moi à bien vivre - et bénissez Joyce et
le bébé. Amen."
Le dimanche matin, je me suis levé en sachant que je devais trouver Joyce. J'avais le pressentiment que
elle était partie chez sa sœur dans un autre quartier de la ville, alors je suis partie
Drummond avec des instructions pour veiller sur les autres enfants pendant que j'allais
"Maman."
Sur le chemin de la sœur de Joyce, j'ai rencontré un de mes amis qui m'a proposé d'acheter
moi un verre. Je ne peux pas dire que je le voulais vraiment, mais j'étais curieux de la nuit
avant, et pourquoi j'étais resté sobre. Je me suis demandé si cela fonctionnerait à nouveau. Donc je
a remercié mon ami et il m'a mis en place pour le porto et le brandy, qui est l'un des
le plus puissant de toutes les boissons.
J'ai bu de neuf heures ce matin à deux heures de l'après-midi, et je suis resté
pierre froide sobre tout le temps! Je savais que ça devait être un miracle de Dieu!
J'ai remercié mon ami pour son hospitalité et je suis reparti à la recherche de Joyce. Comme je
marchait régulièrement, je n'arrêtais pas de penser: «Quelque chose est vraiment sorti de moi quand
cette femme a ordonné à ces démons de me quitter! Je ne peux même pas me boire! C'est un
miracle!" Puis j'ai commencé à penser à l'appétit insatiable pour l'alcool que j'avais
avant qu'elle n'ordonne à ce démon de l'alcool de me quitter. «Apparemment,» je
pensa, «ce désir ardent d'alcool n'était pas simplement un désir humain. Non.
était plus que ça. Qu'est-ce que je ressentais quand je pouvais boire seize litres de bière
en une nuit? Quoi qu'il en soit, il était parti.
Vers trois heures dimanche après-midi, je suis arrivé chez la sœur de Joyce. Joyce et
le bébé était là. En franchissant la porte d'entrée, mon beau-frère a dit:
«Désolé, je n'ai pas de verre pour vous.» Carré mes épaules et le regarde
https://translate.googleusercontent.com/translate_f 34/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
droit dans les yeux, j'ai dit: «Je veux te dire que je n'aurai plus jamais besoin du vôtre ou
la boisson de quelqu'un d'autre. Merci"
En prononçant ces mots, j'ai senti un lourd fardeau glisser de mes épaules, comme un
pardessus de l'armée humide tombant au sol. Jésus semblait me dire: «Selon
à votre foi que ce soit pour vous. J'ai su à ce moment-là que j'étais libre - que j'étais
vraiment sauvé.
Me tournant vers Joyce, j'ai dit: «Femme, rentrons à la maison et commençons une nouvelle vie.» Elle
a rassemblé le bébé et a dit: «Eh bien, d'accord, les enfants ont probablement besoin de moi.» Sur

Piste 47

sur le chemin du retour, elle a demandé: «Que voulez-vous dire là-bas de ne pas boire
plus?"
«Juste ce que j'ai dit», ai-je répondu. «J'ai accepté le Christ dans ma vie et dans l'ancien temps
sont partis. Plus d'alcool, plus de cigarettes - rien.
«Eh bien, j'ai déjà entendu cette histoire», dit-elle avec scepticisme.
Quand nous sommes rentrés à la maison, elle a été surprise de voir la maison briller et les enfants
habillés de leur mieux du dimanche. «Avez-vous déjà eu votre dîner du dimanche?» elle a demandé
anxieusement, les étreignant tous à la fois.
«Oui», ont-ils crié. «Nous avons eu un dîner spécial !.
«Mais qui l'a cuisiné pour vous?
"Madame. Webster et les dames de l'église! "Madame. Webster? La dame de
la mission de foi apostolique?
«Oui, elle nous a tous nettoyés, et les dames ont nettoyé la maison
toi et papa n'auriez rien à faire en rentrant à la maison! «Mais pourquoi
Mme Webster, venez ici! "
À ce moment-là, je suis entré par effraction et j'ai expliqué toute l'histoire à Joyce. «Oh, Bob!» elle
s'exclama en passant ses bras autour de mon cou. «Alors c'est vrai! Vous êtes sauvé! »
Elle posa sa tête sur mon épaule et pleura et pleura. Après quelques minutes, elle
essuya les larmes de ses yeux. «Je suis désolé de ne pas avoir eu le courage de vous dire,
mais j'ai été sauvé dimanche dernier.
Je reculai avec étonnement. «Vous êtes sauvé?» Ai-je demandé incrédule.
«Oui,» dit-elle timidement. «J'avais peur de te le dire, mais j'espérais que tu remarquerais le
différence…." «J'ai remarqué», ai-je répondu, «mais je n'avais aucune idée de ce qui était arrivé à
tu."
«Drummond a aussi accepté Jésus.»
«Drummond?
"Oui."
"Lorsque?"
«Le dimanche de Pâques.»
«À la mission?»
"Non. À la réunion d'enfants de Mme Webster sur la plage.
«Cette femme folle! Dis-je en riant. «Elle est là pour toute ma famille!»

Piste 48

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 35/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

"Le plus tôt sera le mieux!" Répondit Joyce en riant.


«Allons tous à la Mission ce soir», ai-je suggéré.
«J'adorerais ça», a déclaré Joyce. «Donnez-moi juste quelques minutes pour me préparer.»
Pendant que j'attendais, j'ai pris le journal du samedi que je n'avais pas lu à cause de
toute l'excitation de la veille. Mon œil est tombé sur un article sur le noir
femme de chambre qui avait été étranglée à mort au bar de l'hôtel la nuit où j'y ai dormi.
L'article disait que la police avait arrêté son petit ami et qu'il avait avoué
le meurtrier. J'ai laissé tomber le papier sur mes genoux, j'ai posé ma tête sur le dossier de la chaise
et a ri et ri. "Dieu merci!" J'ai soupiré. «Je ne l'ai pas fait!» Je me sentais comme si
avait reçu une nouvelle vie.
Peu de temps après, toute notre famille est descendue à la mission de foi apostolique
pour le service du dimanche soir. Nous avons rempli un banc entier. J'ai apprécié le chant
et prêcher, mais la femme du pasteur a continué à crier «Alléluia» et «Louez le
Seigneur »tout au long du service, ce qui m'a beaucoup dérangé.
Sur le chemin du retour, j'ai dit à Joyce, je n'y retournerai plus jamais. Ils sont un
bande de fanatiques!
Mais mercredi soir, nous étions de retour. Et encore une fois, vendredi. Et encore sur
Dimanche. Nous avons commencé à profiter de la fraternité, et même la femme du pasteur n'a pas
semble si mauvais une fois que nous avons appris à la connaître.
L'un des gros problèmes auxquels nous avons été confrontés après avoir commencé la vie chrétienne était
nos finances. J'avais dépensé tellement d'argent en alcool qu'il en restait peu
pour payer nos factures. L'endettement s'était empilé de plus en plus haut, et aussi longtemps que
Je buvais, je m'en fichais. Mais maintenant que j'étais venu à Christ, je savais
quelque chose doit etre fait. Joyce et moi en avons discuté et nous avons finalement décidé que
nous commencerions par consacrer toute notre famille et ses problèmes au Seigneur.
Jésus n'avait-il pas dit: «Cherchez d'abord le royaume de Dieu et sa justice; et
toutes ces choses vous seront données par-dessus »(Matthieu 6:33)? Alors nous sommes descendus à
la Mission le dimanche suivant et quand l'invitation a été donnée, nous avons tous marché
dans l'allée et s'agenouilla à l'autel. Joyce tenait le bébé et tous nos
d'autres enfants aux cheveux blonds s'y agenouillaient avec révérence.
«Jésus, ai-je dit, j'ai mis ma famille dans un désordre terrible. J'ai gaspillé mon
l'argent sur la boisson, et les enfants n'ont pas été correctement nourris ou vêtus, et le
les factures sont restées impayées. » J'ai pleuré comme un enfant avant de continuer. «Jésus, tu as
sauvé Joyce et moi pour la gloire de ton nom, et je crois que tu peux te redresser
sur tout ce gâchis si nous Te le donnons.
Alors je me suis consacré au Seigneur, avec ma femme et mes enfants. J'ai dit à Dieu

Piste 49

Il pourrait avoir tous mes enfants comme missionnaires, si c'est ce qu'Il voulait. je
lui a parlé de mon état asthmatique qui ne cessait de s'aggraver
depuis les jours de l'orphelinat. Je lui ai parlé de mes échecs et de mes frustrations. je
lui a parlé de mes dettes - des milliers de dollars que je savais que je ne pouvais pas payer.
J'ai eu deux très gros prêts de la Marine et du Military War Fund, en plus
à mon loyer, nourriture, vêtements et autres dépenses. «Dieu», ai-je prié, «je vous donne ces
des dettes au nom de Jésus.
Je ne le savais pas alors, mais quand vous donnez une dette à Dieu, cela devient Sa dette -
et Dieu paie toujours ses dettes! Trois semaines plus tard, j'ai reçu deux identiques
des lettres des deux fonds disant qu'après des réunions avec les comités, mes prêts
avaient été convertis en subventions, et il n'y aurait pas lieu de les rembourser!

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 36/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

Piste 50

Chapitre six, «J-Jésus le guérisseur et B-baptiseur


Dix-neuf quarante-huit était une grande année. J'étais toujours dans la marine, mais depuis mon
conversion un an et demi auparavant, j'avais consacré l'essentiel de mon temps libre à
Étude biblique et aide à la mission. Je grandissais spirituellement, mais un
le grand test était juste autour du coin dont je ne savais rien.
J'avais découvert qu'une des doctrines sur laquelle on insistait sans cesse
la Mission était celle de la guérison divine. Le pasteur a fermement proclamé que Jésus
a pu guérir toutes nos maladies et je l'ai cru. Notre chef de chœur aussi
parlait fréquemment du pouvoir de guérison de Dieu. Maintes et maintes fois, j'ai vu des malades
être oint d'huile, selon les instructions de Jacques 5:14. Chaque fois,
le pasteur citerait Marc 16:18: "... ils imposeront les mains aux malades, et ils
récupérera. »
Mais personne ne s'est jamais remis. Personne n'a jamais été guéri. C'était très décourageant
tome. Mon état asthmatique empirait. Encore et encore, je le ferais
se réveiller pendant la nuit avec un sursaut, à bout de souffle. J'avais été oint
et oint, mais rien ne s'est jamais produit.
Alors un soir, je suis allé voir le directeur de la chorale et j'ai dit: «N'y a-t-il personne autour
cette ville qui peut prier pour ma guérison? Je suis malade!"
«Eh bien, dit-elle, je prierai pour vous, si vous le voulez.
«Mais vous avez prié pour moi», ai-je répliqué, «et je suis plus malade que jamais.
«Je sais,» dit-elle avec un regard lointain dans les yeux. «Tu aurais dû être
à l'époque où John G. Lake était ici.
"Pourquoi? Qui est John a Lake?
«Oh, c'est le prédicateur américain qui a fait tous les miracles quand il était ici -
https://translate.googleusercontent.com/translate_f 37/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

mais il est retourné aux États-Unis maintenant. . .


«Et j'ai emporté les miracles avec lui», ai-je ajouté sarcastiquement.
«Eh bien, Frère Thom,» répondit-elle, «il n'y a personne d'autre ici qui puisse
priez la prière de la foi comme il l'a fait.
«J'ai remarqué ça», répondis-je tristement.
Je suis rentré chez moi cette nuit-là dégoûté et découragé. Je suis sûr que Joyce doit avoir
remarqué. Avant d'aller me coucher, j'ai pris deux comprimés d'éphédrine, qui était le seul
chose qui m'a soulagé de ma respiration laborieuse. Je me suis assis au bord de
le lit, prit ma Bible sur la table de chevet et l'ouvrit au hasard

Piste 51

Évangile de Marc. Là j'ai lu ces mots:


Car en vérité, je vous dis que quiconque dira à ceci
montagne, éloigne-toi et jette-toi dans la mer; et
ne doutera pas dans son cœur, mais croira que ces choses
qui est dit arrivera; être aura tout ce qu'il
dit (Marc 11:23).
«Seigneur, ai-je dit, est-ce que cette promesse est pour moi? Ou était-ce seulement pour les douze
disciples?
«Relisez-le» semblait dire le Saint-Esprit.
Alors j'ai recommencé, cette fois en prononçant les mots dans mon souffle. «Car en vérité je dis
à vous, que quiconque. … »Je me suis arrêté net. Quiconque! «Seigneur, m'écriai-je,
"Cela signifie que cette promesse est pour quiconque choisit de le croire!"
Puis la pensée m'a traversé l'esprit que peut-être cette promesse ne s'appliquait qu'à
certaines situations. Peut-être que ça n'avait rien à voir avec ma maladie - ou avec personne
la maladie d'autre. Alors j'ai lu le reste du verset, et le Saint-Esprit m'a laissé
«Voir» les derniers mots du verset:. . il aura tout ce qu'il dira.
Quoi que ce soit. Quoi que ce soit! Tout, quoi que ce soit dans le monde entier, est
possible là où il y a la foi.
Quiconque et que ce soit! N'importe qui peut avoir n'importe quoi, s'il veut juste croire!
La promesse était si grande qu'elle m'a presque fait nager la tête. «Seigneur», ai-je prié, «si
personne d'autre dans cette ville n'a fait vivre cette Bible depuis que John G.
ici, alors laissez-moi être le premier!
Quelques jours plus tard, j'étais de retour à la Mission, et pour une raison étrange, je
s'est senti poussé à commencer à prier pour les malades. C'était étrange. Je souffrais encore de
mon asthme, et cela n'avait aucun sens que moi, un homme malade, je devienne
s'occuper des malades - mais cela semblait être ce que Dieu me disait de faire; alors
à la fin du service, j'ai prié pour quelques malades. Dans quelques jours,
à ma grande surprise, j'ai entendu dire qu'ils allaient bien.
Encouragé, j'ai commencé à prier plus régulièrement pour les malades. Souvent je rendais visite à des malades
amis chez eux et priez pour eux. Dieu a commencé à faire des miracles. UNE
peu de guérisons exceptionnelles ont été écrites dans le journal local. Mais encore je
respiration sifflante. Je ne pouvais tout simplement pas comprendre pourquoi Dieu ne voulait pas me guérir.
J'ai vécu une accalmie temporaire dans mon découragement le jour où le pasteur a demandé
moi si je prêchais le sermon le dimanche soir suivant.
«Pensez-vous que je peux le faire, pasteur? Ai-je demandé avec anxiété.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 38/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

Piste 52

«N'êtes-vous pas un marin dans la marine sud-africaine?» il a rétorqué,


"Oui monsieur."
«Et n'êtes-vous pas en partenariat avec Dieu Tout-Puissant?»
"Oui monsieur."
«Alors tu le feras, mon homme, tu le feras!
J'ai souri et l'ai remercié pour cet honneur.
Sur le chemin du retour, j'ai décidé de m'arrêter et de voir frère Busche, qui était l'un des
les anciens de notre mission. "Devinez quoi?" J'ai laissé échapper, en entrant dans le
salon où il était assis. «Je prêche dimanche soir!»
"Oh, c'est donc ça?" répondit-il avec surprise. «Et comment se fait-il que vous prêchiez?»
«Le pasteur m'a invité», répondis-je avec un large sourire.
«Eh bien, n'est-ce pas agréable? dit-il froidement, avec une trace de jalousie. «Je suppose que vous êtes
vous vous attendez à un excellent service? »
«Eh bien, ai-je dit, il y aura des âmes sauvées, j'en suis sûr.
«Mais qu'est-ce qui vous rend si sûr?» Il a demandé. «Ne savez-vous pas qu'en dehors de votre
étant gagnés au Seigneur par Mme Webster, nous n'avons pas vu une âme sauvée en quatre
années?"
«C'est peut-être le cas, lui ai-je répondu, mais vous venez dimanche soir et vous verrez.
«Frère Thom,» dit-il en se levant avec indignation, «pensez-vous que Dieu
nous contournerait les anciens et les diacres et travaillerait avec un novice?
«Je ne voulais pas manquer de respect…» ai-je balbutié. "Sors de ma maison!" il
a crié. «Votre orgueil est une abomination pour Dieu!»
«D'accord, je suis désolé,» dis-je en me retournant pour partir. «Mais vous venez dimanche soir;
tu verras."
Le dimanche soir, il était là, agissant très cool. Mais Dieu m'a aidé à prêcher mon
message et bien sûr, quatre personnes se sont avancées pour être sauvées. Réaliser comment
il avait eu tort, frère Busche est venu me voir après le service et a demandé à être
pardonné. Cependant, en raison des critiques de certains des autres anciens et diacres,
le pasteur a fait beaucoup plus attention à me demander de prêcher après cela.
Mais quoi qu'il en soit, j'ai ressenti ma responsabilité d'être un témoin du Christ à chaque fois
possible, alors j'ai commencé à descendre à la plage le dimanche après-midi et
témoigner aux gens là-bas. Il ne m'est jamais venu à l'esprit que c'est là que tout le
Le peuple juif est allé dimanche! Inutile de dire que mon témoignage a été méprisé et

Piste 53

ridiculisé.
Il n'y avait guère d'encouragement de la part de quiconque sauf de Joyce. La plupart des gens de
la Mission n'arrêtait pas de me dire: «Attention, tu vas trop vite» Mais ce n'est pas le cas
semble raisonnable de ralentir mon zèle pour le Seigneur. J'avais perdu trop de temps
déjà dans les années où j'avais vécu dans le péché.
En descendant la rue quelque temps plus tard, j'ai rencontré Danny Maxwell, le dimanche
directeur de l'école de l'église méthodiste où j'avais été auparavant
membre. Cet homme m'avait aidé à me ramener à la maison une nuit alors que j'étais ivre mort,
juste deux mois avant ma conversion, donc j'étais sûr qu'il serait ravi d'entendre
mon témoignage.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 39/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
Après lui avoir parlé du merveilleux changement dans ma vie, il a dit: «Eh bien, je suis content
d'entendre parler du changement en vous, mais je ne pense pas vous avoir vu à l'église.
Où étais-tu?"
"Oh," dis-je, "vous voyez, cette Mme Webster qui m'a conduit au Christ m'a emmené à
la mission de foi apostolique et m'a présenté au pasteur, et je suis allé
là depuis.
«Vous participez à la mission de foi apostolique!» Demanda-t-il avec dédain.
"Oui. J'y fréquente depuis un an et demi maintenant.
«Vous êtes membre?»
"Sûr."
Il secoua la tête avec incrédulité. «Tommy, je n'aurais jamais pensé voir le jour où
vous quitteriez l'Église méthodiste et vous vous mêleriez à une fausse secte. Si tu veux
pour connaître la vérité, tu étais mieux quand tu buvais »
Je l'ai laissé abasourdi. En rentrant chez moi, je n'arrêtais pas de me répéter: «Imagine!
Il préfère que je sois un méthodiste ivre plutôt qu'un chrétien sauvé
cette mission! Je ne pouvais tout simplement pas le comprendre: mais encore plus décourageant était
ce qui s'est passé le samedi suivant. Le pasteur Crompton et sa femme savaient
comment je souffrais d'asthme, et quand ils ont entendu parler d'un certain
Frère McQuade qui devait parler et s'occuper des malades à l'Apostolique
Faith Church à Plumstead, ils ont décidé de nous emmener Joyce et moi à la réunion.
"Qui sait?" Dit le pasteur Crompton avec optimisme. «Vous pourriez revenir un
bien mec!
«J'espère bien», répondis-je. «Je ne peux pas continuer comme ça plus longtemps.»
Mais quelle déception quand frère McQuade s'est levé pour parler! Il

Piste 54

était un homme bossu, très déformé, avec des bandes osseuses et un faucon comme
Caractéristiques. «Comment cet homme peut-il servir les malades?» Je me suis demandé. «Il est à moitié
mort lui-même!
Pour aggraver les choses, quand il ouvrit la bouche pour parler, il bégaya
terriblement. Il a dit qu'il allait parler de «J-Jésus le guérisseur et B-baptiseur
dans le SS-Spirit.
Je me suis assis là et je l'ai écouté bégayer et je me suis dit: «Cet homme est un
menteur; s'il a un pouvoir de guérison, pourquoi n'en utilise-t-il pas une partie sur lui-même?
J'ai quitté cette réunion plus découragée que jamais.
Le mercredi suivant, j'étais presque léché. L'asthme agissait
plus que d'habitude ce jour-là, alors je me suis présenté au travail. J'ai eu une respiration sifflante et haleté pendant
souffle jusqu'à ce que je sois complètement épuisé.
«Pourquoi ne vas-tu pas chez le pasteur?» Suggéra Joyce. «Ils sont
avoir une réunion de prière ce matin.
«C'est une bonne idée», ai-je convenu. «Peut-être que je peux être guéri aujourd'hui.»
"Eh bien, je l'espère bien," dit-elle. «Si Dieu ne fait rien à ce sujet
l'asthme, vous serez bientôt en congé tous les jours.
Alors je me suis dirigé vers la maison du pasteur Crompton et j'ai rejoint le groupe qui était
déjà assemblé dans son salon. J'ai vite découvert que c'était juste un
réunion de prière où les gens priaient pour le réveil et pour les besoins de
la mission.
Après la fin de la réunion, j'ai continué à m'agenouiller à ma chaise, priant à haute voix
pour la guérison de Dieu pour mon asthme. La plupart des gens sont rentrés chez eux, mais quand
https://translate.googleusercontent.com/translate_f 40/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
Sœur Crompton m'a entendu prier, elle a posé sa main sur mon épaule et
a prié, "Seigneur, aide ce frère dans son apitoiement sur lui-même." "Apitoiement!" Je me suis reniflé.
«Elle ne comprend pas ce que j'ai vécu ces derniers temps!» Juste à ce moment-là, il y avait un
frappa à la porte et elle alla répondre.
Quelques minutes plus tard, le pasteur est venu de l'étage où il était allé après la
réunion, a posé sa main sur ma tête et a prié: «S'il vous plaît, Père, aidez ce frère
dans son apitoiement sur lui-même!
"Que se passe t-il ici?" Je me suis demandé. «Ils ont répété cette prière!»
Puis une autre personne a demandé à parler au pasteur, alors il m'a quitté. Une pensée
m'est venu à l'esprit de quelque part: "Ils ne vous aiment pas."
«C'est vrai», ai-je convenu, «ils ne l'ont jamais fait.

Piste 55

J'ai arrêté de prier et j'ai commencé à répéter tous mes doutes et mes problèmes pour moi-même.
«Autant faire face aux faits», ai-je pensé. «Ils parlent de guérison, mais ils
n'ont pas plus de pouvoir de guérison que cette chaise sur laquelle je m'appuie. Ils parlent
à propos de l'amour, mais je ne peux plus rien faire à cette mission à cause de
leur jalousie charnelle!
Je me suis agenouillé là en silence pendant un long moment, comme si j'essayais de trouver du courage pour
pense à mes vraies pensées. Enfin, je ne pourrais plus les retenir: «Dieu ne
se soucier de rien de moi. S'Il le faisait, Il me guérirait. Il me soulèverait. Il m'aiderait
comprendre la Bible mieux que moi. Il me donnerait plus de pouvoir de témoigner. Mais
Il s'en fiche. J'étais fou de croire à ce genre de choses. Je ne suis rien d'autre qu'un idiot
hypocrite. Tout comme les autres…. »
Je me suis levé de la chaise où j'étais agenouillé, je suis sorti sur la pointe des pieds
dire au revoir à quiconque et attraper un bus. J'étais tellement dégoûté que j'aurais pu
tout fini là. Une pensée m'est venue de quelque part: «Pourquoi ne pas
retourner au Grand Hôtel où tu buvais?
«Peut-être aussi bien,» marmonnai-je au plus profond du désespoir. "Personne ne s'en soucie de toute façon."
À environ un pâté de maisons de l'hôtel, j'ai tiré le brûleur, signalant au chauffeur que je
voulait descendre. Alors que je me levais pour quitter le bus, j'ai entendu une voix, pas tout à fait audible,
mais néanmoins très distinct. La voix a dit: «Je ne te quitterai jamais ni
abandonne-toi »Je suis descendu du bus, j'ai traversé la rue et j'ai de nouveau entendu la voix,
"Je ne te quitterai jamais ni ne t'abandonnerai"
Au moment où je suis arrivé au Grand Hotel, il y avait Jock le barman sur le
trottoir, là où le diable l'avait planté! En passant, Jock a reconnu
moi.
«Tommy! Vieux copain! »cria-t-il en faisant un large sourire. «Combien de temps
ça fait depuis que je t'ai vu! Entrez et prenez un verre à la maison! C'était
comme le souffle chaud de Satan droit sur mon visage.
«Je ne peux pas venir aujourd'hui, Jock», ai-je répondu avec un élan de détermination, et j'ai continué
en marchant. Alors que je marchais de plus en plus vite, j'ai eu la plus étrange impression d'aller
à la maison de frère McQuade, et il me parlait du baptême du
Fantôme sacré. Je savais que j'avais besoin d'un baptême de quelque chose ou autre, alors j'y suis allé.
J'étais à peu près sûr que McQuade vivait quelque part en haut de la colline au-delà du grand Groot
Hôpital Schuur, alors j'ai pris un bus - mais il s'est avéré que ce n'était pas le bon. Pas
voulant dépenser plus d'argent en bus, j'ai marché tout le long de la colline,
me renseigner sur la maison de McQuade pendant que j'allais.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 41/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

Piste 56

À une heure, je ne l'avais toujours pas trouvée, et j'avais faim, alors j'ai passé mon dernier morceau de
changer sur une barre chocolatée pleine de noix et de raisins secs. Je l'ai déballé et j'étais
sur le point de mordre dedans quand j'ai remarqué qu'il était vermifuge. Dégoûté, je l'ai laissé tomber
dans la gouttière. Une voix semblait dire: «Dieu ne s'intéresse même pas à toi quand
tu as faim." Pendant un moment j'ai pensé à me retourner et à revenir
domicile. Mais ensuite je me suis souvenu de cette autre voix: «Je ne te quitterai jamais,. .
Enfin, j'ai trouvé la maison de McQuade. J'ai frappé et une femme de chambre est venue à la porte.
«Je m'appelle Thom - Robert Thom», ai-je dit.
«Oui, M. Thom. Qui voulez-vous voir? » «Frère McQuade. Est-il ici?"
"Oui. Entrez. Il vous verra juste après le déjeuner. Elle a pris ma veste et
disparu dans la pièce voisine.
Je me suis assis pour attendre. Mais quand j'ai commencé à penser à parler à McQuade de
le Saint-Esprit, je n'étais pas sûr de vouloir le faire. J'avais envie de me lever
et se faufiler par la porte. Mais juste à ce moment-là, le vieux McQuade aux épaules voûtées est venu
dans la pièce où j'étais assis.
«Oh, mon frère Tommy!» dit-il avec un sourire ratatiné. «Que puis-je faire
pour vous?"
Cherchant une issue, j'ai dit: «Eh bien, euh, j'ai un problème de sinus», ce que j'ai fait.
Sans hésitation, il est venu vers moi, a serré cette main osseuse sur mon nez
et il a dit: «Au nom de Jésus-Christ, esprit de sinus, laisse-le. Dans En cela
moment, un étrange pouvoir est venu sur moi et mes narines se sont ouvertes
complètement. J'ai pris une grande gorgée d'air frais et j'ai dit: «Loué soit le Seigneur!»
«Frère», dit-il, «agenouillez-vous, vous avez besoin du Saint-G-Esprit.
«En fait», ai-je balbutié, «c'est pour ça que je suis venu»
«Je le savais», répondit-il avec une étincelle dans les yeux. «Agenouillez-vous ici et commencez à
p-louez Dieu. Dieu va vous baptiser dans le Saint-Esprit.
Obéissant, je me suis agenouillé et j'ai essayé de louer Dieu pour tout ce qu'il avait fait pour moi. Mais
ma bouche était sèche et mon cœur n'y était pas.
Alors que j'étais à genoux là-bas, j'ai «entendu» une voix me dire: «Ta maison est en feu!
Votre femme vous appelle! Sautant sur mes pieds, j'ai dit à McQuade: «Où est mon
veste?"
"Pourquoi, qu'est-ce qui ne va pas?"
«Ma maison est en feu et ma femme m'appelle!» Il m'a regardé étrangement pendant un
moment, puis tourna les talons et ouvrit une fenêtre. "Vous d-diable," il

Psaumes 57

cria, montrant la fenêtre ouverte, «au nom de Jésus-Christ, s-sors de


ici!' Puis, se tournant vers moi, il a dit: «Frère, ta femme ne t'a jamais appelé,
et votre maison n'est pas en feu. Puis, en fermant la fenêtre et en la verrouillant, il
a expliqué: «C'était un démon qui s'opposait à vous. Mais je lui ai ordonné de
partez au nom de J-Jésus, et il a obéi. Maintenant, revenons au b-
entreprise à portée de main.
Je savais très peu de choses sur cette affaire de «démon» et je n'étais pas sûr de vouloir
Soit! Donner des ordres aux démons et aux esprits invisibles était un peu loin pour

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 42/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
moi. Pourtant,
moi, je soit,
quoi que ce me suis souvenu
alors comment
peut-être Mme
y avait-il Webster
quelque avait chassé le «démon buveur» de
chose.
«Maintenant, Frère Tommy,» continua McQuade, «Dieu ne veut pas de paroles en l'air,
Il veut des éloges du cœur. Si vous voulez vraiment être baptisé dans le Saint
Fantôme, alors commencez à louer Dieu de tout votre cœur. F-Faith prospère dans la louange, et
Dieu vit dans les louanges de son p-peuple.
Alors j'ai levé les mains et j'ai commencé à louer Dieu de tout mon cœur. La sécheresse laissée
ma bouche. J'avais l'impression que ma langue était en feu, alors que les louanges commençaient à couler de moi.
Soudain, j'ai été pris dans l'Esprit. C'était étrange - une sorte de «hors du commun»
expérience corporelle, quand mon esprit semblait voir dans un autre royaume.
J'ai vu un escalier de marbre blanc descendre du ciel. Il s'est plié comme
un accordéon, et s'est reposé sur le sol devant moi. Puis j'ai vu un homme miniature
à genoux au bas de ce grand escalier, levant les yeux et applaudissant
mains dans l'adoration et la louange. J'ai été étonné quand j'ai vu le petit homme regardé
exactement comme moi!
Fasciné par ce petit homme si pris dans le culte, mes yeux ont parcouru le
escalier pour voir l'objet de son regard. La première chose que j'ai observée était une paire de
pieds percés de clous, portant des sandales et descendant à travers les nuages qui
obscurcit le haut de l'escalier. Sachant que c'était le Seigneur, j'ai baissé la tête
crainte, alors que ses pas se rapprochaient de plus en plus.
Quand j'ai levé les yeux à nouveau, j'ai haleté d'émerveillement. Il est apparu comme un grand, fort
Homme vêtu d'une robe blanc argenté, attaché avec une large ceinture dorée. Son roux
le visage rayonnait de lumière comme le soleil. Dans sa main droite, il portait un grand, étroit-
pichet à col plein de vin nouveau.
Je me suis instantanément rappelé comment Jésus avait dit: «Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à
moi, et bois »(Jean 7:37). Je me suis également rappelé l'explication de John sur cette déclaration
au verset 39: «Mais il a dit cela de l'Esprit que ceux qui croient en lui
devrait recevoir. ... »

Psaumes 58

Dès que le Seigneur a atteint le bas de l'escalier, il a parlé à ce petit


homme qui, je le savais maintenant, était moi. «Mon fils», dit-il, «je te donne maintenant le cadeau de
Foi." Et j'ai vu ce petit homme prendre ses petites mains, et le Seigneur a versé
du vin mousseux dedans, et l'homme but.
Puis le Seigneur a dit: «Mon fils, je te donne aussi le don de la guérison.» Et encore il
renversa le pichet et versa plus de vin dans ces petites mains. Et encore le
l'homme a bu.
Une troisième fois, le Seigneur a parlé. Il a dit: "Je vous donne le don de prophétie" Plus
du vin a été versé. Et l'homme a bu.
Une quatrième fois, le Seigneur a dit: «Je vous donne la parole de connaissance.» Le vin
gargouilla de la cruche, et l'homme but.
Une cinquième fois, le Seigneur a dit: "Je vous donne le don des langues." J'ai vu le petit homme
boire comme avant, et soudain il leva les yeux vers le Seigneur, comme s'il allait éclater
pour la joie.
(Je me souviens avoir pensé en même temps: «Si je n'ouvre pas la bouche maintenant, et laisse
c'est en moi, je vais exploser! Je me sentais comme «l'homme des pneus Dunlap» -
le petit personnage de dessin animé que la Dunlap Company employait à l'époque pour
annoncent leurs pneus - un petit gros homme fait de pneus et de chambres à air. J'étais si plein de joie
et adorer, je ne pouvais pas le contenir!)
Soudain, le petit homme a commencé à adorer le Seigneur dans une langue que je n'avais jamais
entendu avant. Au début, il hésitait et trébuchait, mais ensuite c'est devenu un clair
dialecte, doux et plein de culte. Alors que je regardais ce petit homme louant le Seigneur,

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 43/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
tout à coup, l'escalier de marbre se détourna vers la gauche et disparut. Alors je
vit le Seigneur disparaître dans les airs, et la petite silhouette aussi disparut. Pour un peu
moments où j'ai semblé «redescendre sur terre» et me suis retrouvé à genoux
dans la salle avant de frère McQuade, priant en langues! Quels fleuves de vie
l'eau coulait de moi! Je savais que le Seigneur m'avait baptisé dans le Saint
Esprit.
Mais rapidement, j'ai été de nouveau pris dans l'Esprit. Cette fois, j'ai levé les yeux et j'ai vu un
ville de quatre carrés s'abaissant gracieusement sur la terre, comme un vaisseau spatial majestueux.
Alors que la ville descendait lentement, j'ai été pris dans les cieux, où je
a pu voir la beauté à couper le souffle de cette métropole céleste. Pour la taille, il
C'était comme voir une centaine de villes de New York réunies en une seule grande ville. je pourrais
voir les beaux toits d'or et les zones ressemblant à un parc où les arbres se cambrent
les rues.
Encore une fois, j'ai été expulsé loin à l'est de la ville. Avec le recul, j'ai été surpris

Piste 59

voir un homme sur un cheval blanc, entre moi et la ville. Il doit avoir été
près de seize pieds de haut, et était fort et musclé, avec des bandes dorées autour
Ses bras.
«Seigneur, m'écriai-je, pourquoi le Christ est-il si grand?»
Et j'ai entendu une voix exploser hors de la ville qui disait: «Il n'est plus le bébé
de Bethléem, non plus le Christ crucifié - mais maintenant le roi des rois et
Seigneur des seigneurs, revenant pour recevoir les rachetés de tous les âges »
Instantanément, la vision disparut. Quand je suis revenu à moi-même, j'adorais encore
langues. McQuade riait et louait le Seigneur en même temps. Je me tenais
à mes pieds, sortis de cette maison ivre du «vin» de l'Esprit, et
n'a même pas dit au revoir à McQuade. Tout ce dont je me souviens, c'est son rire hilarant
alors que je sortais de sa porte d'entrée.
Quand je suis rentré à la maison cet après-midi, Joyce a dit: «Eh bien, comment était la prière
Rencontre? "
"Oh génial!" J'ai répondu. «Je ne suis pas encore guéri, mais je pense que je peux continuer maintenant.
"Bon!" dit-elle joyeusement en mettant la table pour le souper. "Je priais
quelque chose de bien supplémentaire vous arriverait aujourd'hui.
"Ça faisait!" Dis-je en souriant.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 44/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

Piste 60

Chapitre sept, La maison aux nombreux arbres fruitiers


C'est cette même année que la marine m'a transféré au Transvaal (le
au nord-est de l'Afrique du Sud), à près de mille kilomètres. Ce n'était pas
facile de quitter Joyce et les enfants, mais nous avions confié notre vie au Christ,
et nous savions qu'Il contrôlait toutes les situations auxquelles nous étions confrontés.
J'étais en poste à Pretoria, qui est la capitale du Transvaal. Tandis que là
J'ai essayé de profiter de chaque occasion de témoigner pour le Christ. Le
les week-ends étaient gratuits, j'ai donc eu beaucoup de temps pour partager le Christ avec quiconque
écouterait.
Un week-end, Dieu m'a rappelé l'Église du Plein Evangile de Benoni et
m'a dit que je devais y prêcher dimanche matin. «Seigneur, protestai-je, ce n'est pas
bonne étiquette pour entrer dans une église et leur dire que vous êtes là pour prêcher! "
«Faites-moi confiance» semblait dire le Seigneur. "Il y en a un qui a besoin de votre aide"
Si tôt dimanche matin, j'ai enfilé mon uniforme de marin et avec un sou
ma poche, je suis descendu en stop jusqu'à cette église qui était à plusieurs kilomètres de là.
Quand je suis arrivé, les gens m'ont traité très gentiment et ont tout demandé sur moi. Lorsque
ils ont découvert que je venais de Pretoria juste pour être à leur service,
ils étaient perplexes: «Pourquoi voudriez-vous faire du stop ici pour être dans notre
église?" ils ont demandé.
«Eh bien, euh… tu ne le croiras probablement pas, mais Dieu m'a envoyé ici pour
prêchez ce matin.
Rapidement, deux d'entre eux sont allés voir le pasteur et lui ont parlé de moi et de ce que je
mentionné. Quand le moment est venu pour le service religieux, je me suis retrouvé derrière le
chaire, prédication! Et, oh, comme ils ont apprécié le simple message de l'Evangile
prêché!
En me souvenant de ce que le Seigneur avait dit à propos de quelqu'un que je devais aider, j'ai gardé
à la recherche de ma cible, mais à la fin du service, je n'avais toujours pas repéré mon
perspective. J'étais un peu déçu.
Cependant, après le service, un frère et une sœur Anderson m'ont demandé si j'irais
à la maison avec eux et priez pour leur fille, Hope, qui souffrait de dystrophie musculaire.
J'ai accepté d'y aller et ils m'ont emmené dans leur ferme de maïs. Oscar Changuoin, qui
était secrétaire du directeur général des chemins de fer sud-africains en
Johannesburg et un grand gagnant de l'âme, ont suivi.

Piste 61

Dès que j'ai vu la jeune Hope, j'ai su qu'elle était la personne que j'avais été envoyée pour aider.
Elle était horriblement paralysée et une de ses jambes était tirée et paralysée.
«Espère», dis-je en la prenant par la main, «Jésus va vous guérir aujourd'hui.» Alors je
nous nous sommes agenouillés avec Oscar et frère et sœur Anderson, et nous avons prié un simple
prière de la foi, et a commencé à louer le Seigneur pour la réponse avant même que nous
vu toute preuve visible d'une guérison.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 45/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
Plus tard dans la journée, je suis retourné à Pretoria en stop. Oscar m'a assuré qu'il appellerait
dès qu'il y avait un changement visible dans l'état de Hope. En fait, je
s'attendait à recevoir son appel ce soir-là. Mais aucun appel n'est venu.
J'ai donc attendu toute la journée du lundi, mais je n'ai toujours rien entendu. Lundi soir, mon
mon esprit était inondé de questions sur la réalité de ma foi et pourquoi je n'étais pas
voir des résultats plus immédiats.
Le mardi matin, le téléphone a sonné. C'était Oscar. «Frère Thom!» il cria
dans le récepteur. «Avez-vous entendu ce qui est arrivé à Hope Anderson?»
«Non», ai-je répondu en souriant et en tenant le téléphone loin de mon oreille,
arrivé?"
«Elle s'est réveillée lundi matin et elle était parfaitement guérie!»
«Vous voulez dire que toute la paralysie est partie?
"Chaque partie de ça!"
«Et sa jambe s'est-elle redressée? Et cela a-t-il été prolongé?
«Oui, il est redressé et allongé de deux pouces et demi!»
«Elle marche alors?
"En marchant! Ils ne peuvent pas la faire asseoir!
«Louez le Seigneur!» J'ai crié.
"Amen!" Répondit Oscar en sanglotant.
J'ai raccroché le combiné, submergé par la réalité du pouvoir de guérison de Dieu. UNE
quelques semaines plus tard, je me suis rendu à Benoni en stop, spécialement pour voir Hope par moi-même. je
pouvait à peine croire que c'était la même fille. *
* Le lecteur sera intéressé de savoir que quatre ou cinq ans après cette guérison,
Hope Anderson a postulé pour un emploi dans la fonction publique. Afin de compléter son physique
examen, le médecin traitant a demandé ses antécédents médicaux. Le docteur
qui l'avait soignée pendant sa maladie était décédée, mais ils ont pu
obtenir les dossiers de l'hôpital local. Quand le médecin lui avait présenté

Piste 62

antécédents médicaux, et l'a réexaminée, il a dit: «Votre médecin était-il dans son
Esprit droit? Il a surtout été mental.
"Pourquoi dites vous cela?" Hope a demandé.
«Ces enregistrements montrent que vous avez eu une dystrophie musculaire, mais vous êtes en parfait
santé.
«C'est vrai», dit-elle, «je suis en parfaite santé maintenant, mais j'ai eu la dystrophie.»
"Et alors, qu'est-il arrivé?" demanda le docteur.
«Eh bien, dit-elle, un homme a prié pour moi ...»
Elle a obtenu le poste et est maintenant mariée au pasteur d'une Église du Plein Evangile de Dieu
en Afrique du sud. Elle continue de jouir d'une bonne santé.
C'est alors que j'ai réalisé l'importance d'agir avec foi. Il n'y avait pas de visible
raison pour laquelle nous aurions dû louer le Seigneur pour avoir guéri l'espoir lorsque nous
a prié pour elle. Les preuves visibles disaient: «Non, elle n'est pas guérie.» Mais moi aussi
Je savais que la Bible disait que «la foi sans les œuvres est morte» (Jacques 2:20). C'est pourquoi
nous avons décidé de mettre notre foi en action et de louer Dieu à l'avance. Nous avons choisi de
croire les promesses de Dieu encore plus que nous ne le pensions les circonstances que nous
avec nos yeux. La Bible n'a-t-elle pas dit que «la foi est. . . la preuve de choses non
vu "(Hébreux 11: 1)? C'était le principe qui allait devenir la clé de
la vie passionnante de foi que Dieu m'avait tracée. En fait, ce n'était que quelques
quelques jours plus tard, je devais utiliser à nouveau cette clé.
https://translate.googleusercontent.com/translate_f 46/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

Quand il a commencé à apparaître que je serais en poste à Pretoria pendant un certain temps, je
a commencé à prier pour que Dieu me permette de faire évoluer ma famille
de Cape Town. Joyce m'a beaucoup manqué et les enfants avaient besoin de leur père.
Mais il y avait une grave pénurie de logements. Je savais que ce serait presque impossible
pour trouver un endroit où vivre - à moins que Dieu n'opère un miracle.
Un dimanche soir, alors que je priais très sincèrement à ce sujet, un
l'impression écrasante m'est venue que Dieu allait me donner une maison
avec de nombreux arbres fruitiers. J'étais si sûr que c'était Dieu qui me parlait que je suis descendu
lundi au bureau de contrôle du logement du gouvernement et a demandé une maison.
Après avoir rempli le formulaire, je l'ai retourné à la dame de l'accueil.
«Madame, ai-je dit, je vais au Cap chercher ma famille. Bien être
de retour vendredi soir. Dès que vous aurez la clé de ma maison, aimeriez-vous
le laisser à cette adresse? Et je lui ai tendu un bout de papier portant le nom et
adresse du pasteur dont j'avais fréquenté l'église depuis que j'étais à Pretoria.
Elle m'a regardé comme si j'étais complètement folle. «Monsieur», dit-elle, «cela peut intéresser

Piste 63

vous savez que vous êtes le numéro 11 001 sur la liste des logements.
impossible."
«Non», dis-je avec insistance, «Dieu m'a dit qu'Il allait me donner une maison avec
de nombreux arbres fruitiers. "Monsieur," répondit-elle, "vous ne pouvez pas me soudoyer."
«Madame, je ne vous soudoie pas», répondis-je en souriant. «Je te dis juste que tu
va laisser la clé à cet homme, et je déménage. Nous arriverons vendredi
nuit."
Alors qu'elle me regardait sans voix, je me tournai et la laissai debout avec mon
forme dans sa main. Mais elle n'était pas plus étonnée que moi! Alors que je m'éloignais
de ce bureau, je m'émerveillais de ma propre audace en déclarant ma foi avec une telle
certitude. «Où ai-je pu avoir une telle foi?» Me suis-je demandé avec perplexité.
Quand je suis rentré au Cap, Joyce et les enfants ont été surpris de me voir -
et doublement surpris d'apprendre que nous bougions!
«Mais je n'ai rien emballé!» Dit Joyce. «Cela ne prendra pas longtemps,» j'ai dit «Si
nous intervenons tous, nous pouvons tout préparer en un jour.
Elle m'a regardé à moitié en colère et à moitié excité. Soudain, elle a éclaté
rire éclatant. "Bob," dit-elle, "tu es l'homme le plus fou que j'aie jamais rencontré!"
À la fin de la journée, nous avions tout emballé et j'ai pris des dispositions pour
faites tout transporter par camion au bureau de fret ferroviaire le lendemain matin. Par
jeudi en milieu de matinée, nous étions à bord du train, cliquetant sur notre
jusqu'à Pretoria. Les enfants étaient fatigués de la veille et se sont rapidement endormis.
"Eh bien, ça fait du bien de se détendre un peu," dit Joyce en penchant sa tête blonde
contre le siège pullman.
«Oui, c'était un jour hier, n'est-ce pas? Répondis-je en bâillant.
Soudain, elle s'est redressée et a dit: «Bob, tu ne m'as jamais parlé de notre
nouvelle maison."
"Oh, oui," répondis-je. «Dans toute la hâte, j'ai oublié de vous le dire. Tu vas l'adorer. Il a
beaucoup d'arbres fruitiers. «Combien de chambres?»
"Suffisant."
"Y a-t-il une cuisine de bonne taille?"
"Vous l'aimerez, j'en suis sûr."
"Est-ce tout ce que vous pouvez dire?"

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 47/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
«Je voulais que ce soit une surprise.»

Piste 64

"Oh." Elle sourit et reposa à nouveau sa tête contre le siège. Ce n'était pas long
jusqu'à ce qu'elle dorme paisiblement.
«Seigneur,» j'ai prié dans mon souffle, «si tu me manques maintenant, je ne te parlerai jamais
de nouveau."
Vendredi soir vers six heures, nous sommes arrivés à Pretoria. Dès que nous sommes descendus
le train, je suis allé à un téléphone et j'ai appelé le pasteur.
«C'est Robert Thom», dis-je. «Avez-vous un mot pour moi?»
«Oh, oui, Robert,» dit-il. «Une femme est passée aujourd'hui et vous a laissé une clé -
et un bout de papier avec une adresse dessus.
"Quelle est l'adresse?" Ai-je demandé en sortant mon stylo.
«Quarante rue Van Heerden, Capital Park,
Pretoria. »
«Merci,» dis-je. Je serai juste à côté pour obtenir la clé.
Avant de quitter le téléphone, j'ai rapidement passé un autre appel, m'organisant pour avoir notre
effets personnels emmenés à notre nouvelle adresse.
Quand nous sommes arrivés à la nouvelle maison, la première chose que j'ai remarquée était que c'était
entouré d'arbres fruitiers! Les larmes ont rempli mes yeux. J'ai déverrouillé la porte d'entrée du
maison, et Joyce et les enfants ont crié de joie. Pendant qu'ils enquêtaient,
Je suis sorti dans la cour et j'ai compté quatorze variétés d'arbres fruitiers - abricots,
pêches, pommes, poires, oranges, citrons, grenades, figues, figues de Barbarie et
autres. Cela devait être un miracle.
«Jésus», ai-je dit avec une boule dans la gorge, «pourquoi es-tu si bon avec nous?»

Piste 65

Chapitre huit, Faire de l'auto-stop mille milles


Environ six mois plus tard, une autre de ces étranges impressions m'est venue: je

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 48/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
serait bientôt
installé de retour
à Pretoria, je neau Cap. Maispas
comprenais puisque nouscela
pourquoi devenions justesibien
devait être tôt. Connaître le
danger de suivre aveuglément chaque notion qui vient, j'ai commencé à prier pour
conseils spéciaux.
Bientôt, l'impression devint encore plus claire. Dieu semblait me dire,
«Vous devez jeûner et prier pendant quatorze jours. Vous allez bientôt quitter votre famille
pour un bref moment, et de retour au Cap. Là je vais vous montrer un autre
fait partie de mon plan pour vous.
Aller au Cap m'a beaucoup plu. Un de mes plus chers chrétiens
des amis, Ken Sawyer, y vivaient. Si je pouvais juste passer quelques jours de jeûne et
prière dans le calme de la maison de Ken, j'étais sûr que Dieu ferait sa volonté
connu de moi.
Je devais prendre un congé de trente jours à partir de la semaine suivante, et il semblait
serait ma seule opportunité de faire le voyage pendant un certain temps. Alors j'ai dit à Joyce
à propos de la relation de Dieu avec moi, et elle a accepté que je parte.
Le lendemain, j'ai commencé à jeûner. J'avais décidé que ce devait être un rapide total, sauf pour
l'eau. Donc, à chaque repas, je priais au lieu de manger, généralement en privé
endroit où je pourrais me concentrer sur Jésus,
Au cinquième jour, je savais que le moment était venu pour moi de commencer mon voyage. J'avais seulement
un peu de monnaie dans ma poche, mais j'avais confiance que le Seigneur ferait un chemin.
Alors j'ai dit au revoir à ma famille et j'ai commencé le voyage de mille kilomètres.
J'ai fait un tour à l'aéroport de Zwartskop, avec le pressentiment que je pourrais peut-être
faire de l'auto-stop dans un avion. Il était facile pour les militaires de faire du stop presque
quoi que ce soit en ces jours. Quand j'ai dit à l'officier responsable ce que je voulais, il
a jeté un coup d'œil à mon uniforme de la marine et a dit: «Où vas-tu?»
Le Cap, monsieur.
«Faire du stop?»
"Oui monsieur."
«Nous avons un avion qui part dans une heure. Signez simplement ces formulaires et vous avez un
balade."

Piste 66

«Que dois-je payer?»


«Combien avez-vous sur vous?»
«Quatre-vingts cents.»
Il sourit. «Vous prévoyez de revenir?» "Oui monsieur."
«D'accord, si l'aller-retour coûte quatre-vingts cents, alors le demi-tarif sera de quarante cents.» Il
tamponné mes papiers, déchiré mon exemplaire et me le remit.
Je l'ai remercié, salué et me suis dirigé vers le hangar où se trouvait l'avion
desservis. En peu de temps, le vieil avion militaire a dévalé la piste d'atterrissage, et je
était sur mon chemin.
Au lieu de se rendre directement au Cap, qui était plein sud, le pilote a tourné
l'avion vers l'est. «Nous devons faire une escale sur la côte», a-t-il expliqué.
«Nous aurons une escale ce soir, et demain, dirigez-vous bien vers le sud jusqu'à l'est de Londres.
Nous devons arriver au Cap le lendemain. "
Alors ce soir-là, on a atterri dans un aéroport sur la côte Avoir un peu de temps libre
sur mes mains, j'ai décidé de voir si je ne pouvais pas trouver une bonne réunion de l'Évangile à assister
quelque part. J'ai finalement localisé une petite salle où un missionnaire essayait de
prêchez à quelques hindous. C'était triste de voir dans quelle obscurité spirituelle ils se trouvaient.
Alors que j'étais assis là à regarder ce missionnaire travailler avec ces gens, Dieu semblait
https://translate.googleusercontent.com/translate_f 49/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
pour me dire: «Il y en a beaucoup comme ceux-là qui ne me connaissent pas, ni
Puissance. Obéissez-moi, et je vous montrerai une porte ouverte du ministère.
Plus tard, j'ai eu une conversation agréable avec le missionnaire; quand il a appris que
J'étais en route pour Cape Town, il m'a offert une chambre pour la nuit, que j'ai
accepté avec gratitude.
Le lendemain matin, j'étais à nouveau dans l'avion, volant le long de la côte vers l'Est
Londres. «Nous aurons un temps un peu difficile», a fait remarquer le pilote. "Londres est
la radio dit qu'il pleut vers le bas depuis presque vingt-quatre heures maintenant
sans aucun signe de ralentissement. Mais les deux moteurs ont bourdonné pendant la majeure partie de la journée, et
le vol était parfait
Tard cet après-midi, cependant, environ une demi-heure avant notre arrivée à terre, nous
a rencontré du mauvais temps. L'avion a heurté les nuages comme un vieux bus
voyager une route de campagne. En quelques minutes, nous nous sommes retrouvés sous une pluie battante
tempête.
Quinze ou vingt minutes plus tard, le pilote a tenté de radio l'aéroport pour l'atterrissage
instructions, mais n'a pas pu passer.

Piste 67

"Quel est le problème?" J'ai demandé.


«La radio doit être grillée», répondit-il avec dégoût. «Nous devrons entrer
aveugle."
J'ai regardé par la fenêtre et je n'ai rien vu. Il n'y avait rien là-bas
mais un monde de pluie et de nuages. C'était le sixième jour de mon jeûne. «Seigneur», j'ai prié
sous mon souffle, «je refuse de m'inquiéter; ma vie est entre tes mains. »
En quelques minutes, nous avons franchi un plafond très bas, et à travers l'implacable
la pluie nous pourrions distinguer le tracé obscur d'une ville ci-dessous. Le pilote a encerclé
soigneusement deux ou trois fois, en essayant de repérer la piste d'atterrissage.
"J'ai compris!" dit-il dans un instant. «Tenez votre chapeau; nous y voilà!"
J'ai loué le Seigneur jusqu'au bout. En quelques minutes, nous roulions sur le
piste mouillée, saine et sauve.
«Pourquoi n'essayez-vous pas de prendre un ascenseur pour Le Cap d'une autre manière?» le pilote
suggéré. «J'ai l'impression que nous allons faire une longue escale ici. La météo
Le rapport ne dit rien d'autre que de la pluie, de la pluie, de la pluie pour les prochains jours. Nous ne pourrons jamais
décoller par temps comme celui-ci.
"D'accord, merci," répondis-je. "Je vais voir ce que je peux faire."
L'aéroport était à la périphérie de East London. Il se faisait tard dans la journée,
et j'avais besoin de trouver un endroit pour dormir, alors j'ai fait de l'auto-stop dans une résidence
section de la ville. Quand je suis sorti de la voiture, il coulait encore, alors je me suis précipité
la porte d'un petit magasin à garder au sec, et a prié pour être guidé. Pendant que je priais,
mon attention a été attirée sur une petite maison dans la rue. Boulonner la rue
sous la pluie aveuglante, je suis allé directement dans cette maison et j'ai frappé à la porte.
Une femme au visage bienveillant répondit.
«Mon Dieu, entre!» elle raid. «Vous serez trempé!»
«Merci, madame,» répondis-je en entrant. "Tu es très gentil."
«Et qui pourriez-vous être? elle a demandé curieusement. «Robert Thom, madame. je suis
voyage de Pretoria au Cap. »
«Et vous êtes dans la marine?
«Oui, mais je suis en congé.
«Mais qu'est-ce qui t'a fait venir chez moi? «Eh bien, je suppose que j'ai été conduit ici.
https://translate.googleusercontent.com/translate_f 50/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
Vous voyez, je suis un enfant de Dieu.
"Vous êtes? Vous êtes un chrétien né de nouveau?

Piste 68

"Oui m'dame."
«Eh bien, laissez-moi vous nourrir. Que voudriez-vous manger?"
«Serez-vous offensé si je refuse, madame? Vous voyez, je ne mange pas aujourd'hui.
"Vous n'êtes pas? Alors qu'aimeriez-vous boire? «Juste un verre d'eau froide.»
"Eau froide? Tu jeûnes?
"Oui."
«Comme il est étonnant que vous veniez à ma porte,» répondit-elle. «J'ai jeûné
plusieurs fois. Une fois, j'ai jeûné pendant quarante-cinq jours. J'ai vu de bonnes réponses
à la prière par le jeûne. En fait, quand mon mari a été dégoûté et a quitté le
ministère, je l'ai prié de nouveau dans le ministère par le jeûne.
«Votre mari est un ministre? Ai-je demandé avec surprise. "Oh oui!" elle a dit. «Il est le
pasteur de la Full Gospel Church ici à East London. En fait, nous aurons un
service là-bas ce soir. Voudriez-vous venir avec nous?"
«J'aimerais ça, Mme…»
«Stevens - je suis désolé, je me suis emporté. Avez-vous dit que vous vouliez de l'eau froide?
"Oui m'dame."
«Non», dit-elle gentiment, «quand tu jeûnes, tu devrais boire de l'eau tiède.
"Vraiment?"
«Oui, cela vous aidera à rester au chaud et éliminera les poisons de votre
corps plus rapidement. Vous n'aurez pas la moitié des maux de tête que les gens
obtenir du jeûne, non plus.
"Je n'ai jamais su cela."
"C'est vrai. Je vais vous chauffer une tasse. Au fait, vous pouvez rester avec nous ce soir. Elle
rempli la bouilloire et placez-la sur la cuisinière. «Maintenant, dis-moi», continua-t-elle, «peu importe
vous a décidé à suivre le Seigneur?
J'ai donc partagé mon témoignage avec elle. Je lui ai tout raconté sur les jours de l'orphelinat et
mon problème d'alcool et comment le Seigneur m'avait délivré et baptisé
Esprit. Elle a écouté avec beaucoup d'intérêt.
«Quel merveilleux témoignage!» s'exclama-t-elle. «Vous devriez raconter cette histoire à notre
église!" Effectivement, quand son mari est rentré à la maison une heure plus tard, elle lui a dit
tout sur mon témoignage et il a accepté de me laisser parler.
Le lendemain matin, je me suis réveillé tôt. Il pleuvait encore. Je redoutais de m'en sortir

Piste 69

le mauvais temps encore, mais je devais me rendre au Cap. Il y avait une vieille Bible sur un
petite table à côté de mon lit. J'ai balancé mes pieds hors du lit et l'ai pris.
Apparemment, c'était la Bible d'un enfant de nombreuses années auparavant. À l'intérieur du capot avant,

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 51/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
J'ai trouvé ces mots griffonnés d'une écriture enfantine:
Dieu est amour.
Dieu envoie la pluie.
Quand j'ai lu cela, j'ai eu honte de moi. «Pardonne-moi, Seigneur», ai-je prié. "Comment
pourrais-je être si ingrat? Tu m'as conduit dans ce voyage, tu m'as amené à
amis, vous m'avez abrité et vous m'avez protégé. Et même la pluie est
un cadeau de ton amour. "
«Continuez votre chemin aujourd'hui» semblait dire le Seigneur. «Au fur et à mesure, vous
entendez une voix derrière vous dire: Voici le chemin; marchez-y.
Alors je me suis habillé, je suis descendu pour remercier les Stevens pour leur gentillesse, et
sortit sous la pluie battante.
En bas de la rue à une courte distance, j'ai trouvé un abri où je pourrais me tenir jusqu'à ce que je sois
capable de faire un tour. Finalement, une voiture s'est arrêtée.
«Où aller?» cria le chauffeur en abaissant un peu la vitre.
"Le Cap."
«Je ne vais pas aussi loin», répondit-il. «Port Elizabeth vous aidera-t-il?» C'était plusieurs
cent miles sur la côte.
«C'est sûr!» M'écriai-je.
«Alors viens et entre.»
J'ai sauté et après environ 100 miles, nous sommes finalement sortis de la pluie.
Ce soir-là, je me suis retrouvé chez un autre ministre. Ce ministre avait
anciennement commandant de la Marine et il était très intéressé par mon histoire. Comme
J'ai partagé avec lui comment Dieu avait travaillé dans ma vie, il a dit: «Pourquoi ne pas dire
cette histoire dans mon église ce soir? Donc pour la deuxième nuit consécutive, Dieu m'a donné
une occasion de prêcher l'Évangile. Cette nuit-là, le pasteur m'a donné un lit et
le dollar et l'offre de quarante cents.
Le lendemain matin, j'étais de nouveau sur la route. Le temps était beau, alors je
J'ai marché une courte distance jusqu'à ce que j'arrive à un endroit appelé Green Acres Hotel. Ils
il y avait un bar là-bas, alors j'ai pris l'idée d'entrer et de voir si je pouvais témoigner à qui que ce soit.
Quand je suis entré, j'ai découvert qu'ils s'ouvraient juste. En fait, le compteur

Piste 70

était encore bordée de verres à bière de la nuit précédente, certains vides, certains à moitié
complet.
«Puis-je vous aider, mon pote?» le barman a parlé.
«À quelle distance du Cap?» J'ai demandé.
«Environ 500 miles. Vous faites de l'auto-stop?
"Oui. Je suppose que j'ai encore un long voyage devant moi.
"Ouais, que diriez-vous d'un verre pour la route?"
"Non, merci," dis-je. «Je ne bois plus. J'en ai eu assez.
«Personne ne se fait jamais le plein d'alcool, mon pote.
"J'ai fait. Tu sais, il y a quelques années à peine, j'aurais vidé chaque verre dans ce
lieu."
"Tu aurais? Ce qui vous est arrivé?"
«J'ai été sauvé.»
"Enregistré?" cracha-t-il. "Que veux-tu dire?"

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 52/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
Alors je lui ai raconté toute l'histoire. J'ai parlé et parlé. Après avoir semé tout l'Évangile
semence dans l'esprit de cet homme à laquelle je pouvais penser, quelque chose d'inhabituel s'est produit.
Une vision est apparue devant moi. C'était si réel, c'était étrange. C'était comme un
rêve, sauf le fait que mes yeux étaient grands ouverts. J'ai vu une Pontiac verte
en direction de l'hôtel Green Acres, je me suis vu debout à côté de la route
auto-stop;
Bientôt la Pontiac verte est arrivée, s'est arrêtée et m'a emmenée jusqu'au Cap
Ville. Puis aussi soudainement qu'elle est apparue, la vision s'est évanouie.
Ça m'a fait peur. J'ai décidé que Dieu essayait de me dire de partir, alors j'ai dit
au barman: «Eh bien, je ferais mieux d'y aller maintenant; une Pontiac verte va me chercher
et emmène-moi au Cap.
«Oh, vous vous êtes arrangé pour que quelqu'un vienne vous chercher?
«Non, Dieu vient de me dire qu'une Pontiac verte arrive.
"Tu blagues."
"Non, je ne plaisante pas."
"Tu es fou alors."
«Non, je ferais mieux d'y aller. Cette Pontiac arrive maintenant. "Vraiment?" dit-il en me regardant

Piste 71

douteusement.
"Oui!" Ai-je crié en descendant le pas vers la porte. C'était une centaine
mètres de la route. Au moment où je franchissais cette porte, une Pontiac verte s'est arrêtée!
"Où vas-tu?" demanda le chauffeur.
"Le Cap."
«Désolé, je vais seulement aussi loin que Humansdorp, mais entre. Je vais vous emmener aussi loin.
Humansdorp n'était qu'à une soixantaine de kilomètres. Je suis monté sur le siège arrière, à moitié étourdi
par la vision, mais se demandant pourquoi le conducteur ne me prenait que soixante miles.
Selon la vision, ce Pontiac devait m'emmener jusqu'au Cap.
Un homme digne était assis sur la banquette arrière à côté de moi. Dès que je suis entré, il a regardé
moi et a dit: "Je te connais."
"Non, tu ne me connais pas."
"Oui. Vous avez un frère Harold, n'est-ce pas?
"Pourquoi, oui, je le fais."
"Où est-il?"
"Australie. C'est un artiste.
«Comment va ta sœur Ethel - et ton frère Cecil - et ta sœur René?
«Ils vont tous bien. Comment les connaissez-vous?" «Eh bien, je suis né à Oudtshoom. je
est allé à l'école avec la famille Thom. Lequel es-tu?" "Je suis le plus jeune-
Robert. »
Il a ri et a ri. "N'est-ce pas quelque chose?" il s'est excalmé. «Et maintenant ici
vous êtes dans la marine! Où avez-vous dit que vous alliez?
"Le Cap."
«Très bien, alors, nous irons au Cap!»
«Mais c'est loin de votre chemin….» "Bien! C'est le moins que l'on puisse faire pour un
vieil ami." Donc, cette nuit-là, j'étais au Cap.
Il ne m'a pas fallu longtemps pour me rendre chez Ken Sawyer. Lui et sa femme,

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 53/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
Peggy, était contente
moi à propos de me voir.
d'un ministère, Je leur aijeexpliqué
et comment comment
me sentais conduitDieu avait
à venir traité
chez eux pendant quelques jours
prière et jeûne.
«Frère Tommy,» dit Ken chaleureusement, «la maison est à vous; tu peux prier aussi longtemps
comme vous voulez." "La bonté! Tu es probablement affamé après une si longue journée

Psaumes 72

Voyage!" Peggy a pris la parole. "Qu'est ce que je peux vous servir?"


«Juste une tasse d'eau tiède.»
"Oh, vous commencez déjà votre jeûne?"
«Oui», ai-je répondu. "C'est important." (Je n'ai pas dit que j'étais déjà en huitième
jour du jeûne.)
Les jours de prière qui ont suivi m'ont été très précieux. Je me sentais
devenir de plus en plus sensible à la volonté de Dieu. Heure après heure était passée
à genoux dans la louange et l'adoration. J'avais presque l'impression d'être dans un autre monde.
Mais le onzième soir de mon jeûne, j'ai eu très faim. Ken et Peggy
étaient dans le salon, et j'étais assis à la table de la salle à manger en train de faire un peu
en train de lire. Soudain, de terribles crampes d'estomac m'ont envahi. Je me suis penché sur la table
et me tenait le ventre, en espérant que les crampes disparaîtraient en quelques secondes. Mais
à peine une crampe s'est calmée qu'une autre a commencé. Peggy aurait
m'a préparé du bouillon, je savais, mais j'étais sûr que Dieu m'avait dit que je devais jeûner
pendant deux semaines, et je ne voulais pas désobéir.
«Oh, mon Dieu, tu dois me nourrir!» J'ai prié dans mon souffle. "Vous avez à
nourris moi maintenant!"
A peine avais-je prié cette prière que mes «yeux» spirituels se sont ouverts et je
j'ai vu un grand ange debout devant moi tenant une grande corne d'abondance de fruits. À
J'ai d'abord cru que je souffrais d'une hallucination. J'ai fermé les yeux, appuyé contre
le dossier de la chaise et a essayé de se détendre. Mais quand j'ai ouvert les yeux, l'ange
était toujours là.
C'était peut-être une vision. Je suis plutôt enclin à le penser, compte tenu de la nature de
ce qui s'est passé entre cet ange et moi. Pas un mot n'a été prononcé entre
nous, mais instinctivement, je «savais» que le fruit de cette corne d’abondance était pour moi,
et que tout ce que j'avais à faire était d'ouvrir la bouche et je serais nourri. Alors j'ai incliné mon
la tête en arrière et ouvrit grand la bouche.
Immédiatement, l'ange est venu à côté de moi, et a commencé à secouer le fruit de
la corne d'abondance dans ma bouche. Il a secoué et a tremblé, et il n'y avait pas de mastication
nécessaire. J'ai senti ce «fruit» fondre dans ma bouche et couler dans ma gorge. Il
était doux et juteux. Quand l'ange eut secoué tous les fruits de la
corne d'abondance, il se retourna, fit deux ou trois pas vers la cuisine, et soudain
disparu.
Pendant un moment, je me suis assis là dans un état second. Puis j'ai commencé à me rendre compte à quel point je
vraiment ressenti. Chaque crampe avait disparu. J'avais l'impression que je venais de prendre un repas de sept plats!

Piste 73

Un tel sentiment de bien-être m'enveloppa que je me mis à rire

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 54/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
Esprit. J'ai ri si fort que je ne pouvais plus y aller. Glissant de la chaise, je
détendu sur le sol sous la table et a ri et ri et ri, tandis que
des larmes d'hilarité coulaient du coin de mes yeux et coulaient sur les côtés de mon
visage.
À ce moment-là, Ken et Peggy avaient entendu l'agitation et se tenaient dans le
porte de la salle à manger, me regardant avec étonnement.
«Frère Tommy est vraiment béni!» Dit Ken.
"Pitié! »Répondit Peggy. «Est-ce attrayant?»
«Je l'espère», répondit Ken.
Riant toujours, je suis sorti de sous la table et suis sorti dans la cuisine,
stupéfiant comme si j'étais ivre. J'étais ivre de l'Esprit.
«Louez le Seigneur, Tommy!» Cria Ken.
Vers cette époque, une autre vague de gloire m'a frappé. Je me suis assis à la table de la cuisine et
ri si fort que je pouvais à peine reprendre mon souffle. Encore une fois, incapable de me retenir
la chaise, je me suis glissé au sol, en riant et en priant en langues.
Quand je me suis finalement calmé plus tard dans la soirée, je n'avais plus de douleur, ni plus
faiblesse. Je savais que je pouvais finir mon jeûne maintenant.
Au moment où le quatorzième jour est arrivé, je savais pourquoi Dieu m'avait dit de venir à
Le Cap. La puissance de l'Esprit de Dieu était maintenant sur moi d'une manière nouvelle.
À travers ces moments de prière répétés, Dieu avait révélé qu'il appelait
moi aux personnes défavorisées du Cap, et j'étais maintenant prêt à commencer
travaillant vers ce ministère.
"Cher Dieu," dis-je, "si vous pouvez utiliser ce marin, alors je suis à vous pour le reste de mon
la vie."

Piste 74

Chapitre neuf, «Mais Dieu me l'a dit, monsieur!


Quand je suis rentré chez moi à Joyce et aux enfants de Pretoria, j'avais hâte de
partagez la bonne nouvelle avec eux.
«Nous retournons au Cap», ai-je annoncé. «Dieu a un ministère pour moi
parmi les pauvres là-bas.
Les enfants ont applaudi et Joyce s'est mise à pleurer. «Tu es vraiment sérieux
à propos du ministère, n'est-ce pas? dit-elle en larmes. «Oh, Bob, je suis si content!»
Alors quand je suis rentré à la base, je suis allé voir mon officier supérieur, le commandant
Johnson (qui est maintenant l'amiral de la flotte), pour obtenir un transfert hors de la
Marine à la base militaire à Cape Town. Ne pas avoir de formation formelle pour le
ministère, je ne pensais pas être prêt à quitter complètement les forces armées; mais si je
pourrait simplement descendre au Cap, ce serait un pas dans la bonne direction. j'avais
aucune raison particulière de passer de la marine à l'armée, à l'exception de la
vague sentiment qu'un changement serait bon pour moi.
https://translate.googleusercontent.com/translate_f 55/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

C'était le 22 octobre 1948. Comme je m'y attendais, le commandant a refusé


le transfert, mais a déclaré que la décision finale reviendrait à la Marine
Siège à Durban. Il a dit qu'il me ferait savoir quand il recevrait la Parole. Dans
en attendant, j'ai eu beaucoup de temps pour jeûner et prier au sujet de mon prochain déménagement.
Un des gros problèmes, je le savais, serait de trouver une maison pour ma famille. Presque
chaque maison vide du Cap avait été réquisitionnée par les
gouvernement afin de fournir un logement à des milliers et des milliers de
militaires mariés stationnés dans cette région. Mais même ainsi, il n'y avait tout simplement pas
assez de maisons pour tout le monde, et le Bureau du logement du gouvernement a
liste d'attente. Et même quand tu as eu une maison, ça n'a jamais été la vôtre
choisir. Vous avez simplement pris ce qui était disponible au milieu de cela.
Alors j'ai réalisé quelle chose improbable je demandais quand j'ai commencé à prier pour un
maison à Sea Point à Cape Town. «Seigneur, ai-je dit, cela semble presque impossible
le naturel! »Mais je me suis souvenu de la façon dont le Seigneur avait dit:« Quoi que vous
désir, quand vous priez, croyez que vous les recevez, et vous les aurez »
(Marc 11:24). Donc, conformément à tout ce que Dieu m'avait enseigné
foi, j'ai commencé à le remercier pour une maison.
Enfin, grâce à des amis au Cap, j'ai appris l'existence d'une belle maison qui était
disponible au 14 Burnham Road à Seapoint. «Ça y est» semblait dire Dieu. "Ce
la maison est à vous si vous la réclamez au nom de Jésus!

Piste 75

Alors je savais que je devais devenir très précis dans ma foi et commencer à louer Dieu pour
cette maison - ainsi que l'autorisation nécessaire du quartier général naval pour
transfert à l'armée.
Pendant un mois, j'ai attendu un mot sur mon transfert, mais pas un mot canne. Bientôt
Le vingt-deux novembre, à deux heures de l'après-midi, je suis entré dans le bureau de
Lieutenant Quixley, mon officier supérieur.
«Monsieur», ai-je dit, «je veux connaître la demande que j'ai faite pour le transfert vers le
Armée."
«Il a été refusé», dit-il catégoriquement.
«Mais, monsieur! J'ai dit: «Dieu m'a dit que j'irais au Cap et que je serais sur le
train le vingt-deux décembre.
"Qui te l'a dit?"
«Dieu, monsieur.
«Qu'est-ce que la merde!» il renifla. «Ce sera le jour où le Sud-Africain
La marine prend les ordres de Dieu!
Dès que j'ai entendu cela, je suis retourné à mon bureau, j'ai pris le téléphone et
a composé les chemins de fer sud-africains.
«Voici le Maître Robert Thom, de la marine sud-africaine», dis-je à haute voix.
«S'il vous plaît, réservez-moi, Mme Thom et cinq enfants, pour que je parte sur votre train de 20 heures
le vingt-deux décembre pour Cape Town.
Ensuite, j'ai téléphoné à trois entreprises de déménagement différentes pour obtenir des offres sur le déménagement de mon
meubles. L'offre la plus basse provenait de la Norman Spencer Moving Company, donc je
leur a donné l'ordre d'expédier mes meubles le 22 décembre, au gouvernement
frais, au 40 Arthurs Road, Seapoint, Cape Town, qui était l'adresse de
la mission de foi apostolique où notre famille était autrefois allée à l'église.
(Le pasteur Crompton m'avait déjà dit qu'ils pouvaient me donner
stockage chaque fois que j'en ai eu besoin.)
Dès que j'ai terminé mes appels, le lieutenant Quixley était à ma porte!
https://translate.googleusercontent.com/translate_f 56/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
«Thom, vous êtes en état d'arrestation pour insubordination,» aboya-t-il. «Tu n'as pas
droit de réserver une place dans ce train! »
«Mais Dieu me l'a dit, monsieur. . .
«Je m'en fous de ce que Dieu vous a dit! Votre transfert n'est pas approuvé et
tu n'as pas le droit de faire ça!
«Très bien,» dis-je. «Si c'est comme ça, c'est comme ça que ça se passera.» Donc je

Psaumes 76

a laissé tomber l'affaire pour le moment.


Mais environ un mois plus tard, le 20 décembre, je suis retourné à
Bureau de Quixley.
«Monsieur», ai-je dit, «aujourd'hui, c'est lundi, et après-demain j'attraperai le
train pour Cape Town. » «Écoute, Thom,» répondit-il, essayant de contrôler son tempérament,
«Je pensais que nous avions réglé ce problème. N'avez-vous pas annulé ces réservations? "
"Non, monsieur, Dieu ne m'a pas laissé faire."
«D *** toi, Thom!» il cria. « Quel genre d'endroit pensez-vous que nous sommes
courir ici? Vous êtes en état d'arrestation pour insubordination!
Je savais qu'il était sérieux cette fois. Il m'a rapidement conduit vers le général
Quartier général au bureau du commandant Johnson, et a exposé son cas contre moi.
«Très bien, Thom,» dit doucement le commandant, «le lieutenant a raison. Tu es
en état d'arrestation pour insubordination et désobéissance à votre supérieur.
«Je ne voulais pas être insubordonné, monsieur.
«Alors comment savez-vous que vous allez au Cap? Et comment tu
savez-vous que vous recevez un transfert? »
«Le Seigneur Dieu me l'a dit, monsieur. J'ai jeûné et prié, et Dieu m'a dit que je
partirait - et je pars dans ce train.
Il m'a regardé avec étonnement. «Thom», continua-t-il, «même si vous obtenez le
transfert dans l'armée, comment pouvez-vous être sûr qu'ils vous déplaceront au Cap? »
«Dieu me l'a dit, monsieur.
Il s'est juste assis là en secouant la tête Puis, d'un ton de voix défait, il a dit:
«Lieutenant, décrochez ce téléphone et appelez la base de Durban - et demandez à quelqu'un
voyez ce qui est arrivé à la demande de transfert de cet homme dans l'armée. Si ça a été
accordé, dites-leur de nous rappeler.
Alors je me suis assis là dans le bureau du commandant, attendant et priant. À vingt minutes
après quatre heures, le téléphone sonna. Je pouvais dire à la façon dont le commandant était en colère
parler que mon transfert avait été accordé. Après une courte dispute, le
Le commandant a claqué le récepteur. «Sortez d'ici, Thom!» il
a crié. «Vous pouvez remercier vos étoiles chanceuses, vous avez votre putain de transfert!»
"Pas mes étoiles chanceuses, monsieur," répondis-je, "mais je remercie mon Seigneur et Sauveur, Jésus
Christ!"
Le matin du vingt-deuxième (le jour où nous devions partir pour

Piste 77

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 57/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

Cape Town), je suis allé au Dépôt de l'Armée pour recevoir mes ordres. J'ai dû remplir un
nombre de formulaires, et je me suis finalement retrouvé dans le bureau de l'un des
commandants. «Nous vous transférons dans un camp au Cap,» il
a commencé. Mes doigts ont commencé à frémir d'excitation.
«Cependant», a-t-il poursuivi, «en raison des vacances et des vacances de Noël,
nous ne pouvons pas vous faire monter dans le train pendant trente jours, vous devrez donc rester ici
camp."
«Mais, ar, ai-je dit, et si j'avais des réserves?» «Alors tu pourrais partir ce soir.
"Alors les voici, monsieur," dis-je, tirant les réserves de ma poche.
Il les a regardés pendant quelques secondes, puis a dit: «Où sont ta femme et
enfants?"
«Eh bien, je suppose que maintenant le taxi les a emmenés à la gare de Pretoria, où
ils attendront leurs billets. »
«Mais ce n'est pas aussi facile que cela», a déclaré l'officier. «Et vos meubles?
Vous devez avoir trois soumissions, et elles doivent être proposées aux frais du gouvernement.
«Je sais,» répondis-je en souriant. «Je me suis occupé de tout ça quand j'étais dans la marine.»
Et j'ai sorti plus de papiers pour lui montrer que tous les arrangements pour le déménagement avaient
été terminé. «En fait, ai-je poursuivi, la compagnie de déménagement Norman Spencer
a déménagé mes meubles à huit heures ce matin. Il est maintenant dans le train, se dirige vers
Le Cap."
L'officier était plus qu'un peu étonné. «Les choses ne sont tout simplement pas aussi simples
l'armée », plaisanta-t-il. «Il doit y avoir quelque chose qui ne va pas quelque part.»
Mais tout allait bien. Alors ils m'ont inscrit et ont émis mon uniforme, et
en trente-cinq minutes, j'ai été officiellement transféré au sud-africain
Armée.
Ce soir-là, à huit heures, toute notre famille est montée dans le train pour Cape Town,
et est arrivé deux jours plus tard dans la matinée du jeudi 24 décembre.
Avant de quitter nos sièges, nous avons tous incliné la tête et loué Dieu pour la maison
au 14 Burnham Road.
Ken et Peggy Sawyer étaient à la gare pour nous accueillir, et ils nous ont cuisiné à leur
à la maison pour les vacances de Noël. Le lendemain de Noël, qui était
Samedi, je suis allé au bureau du logement du gouvernement et j'ai mis mon
demande de maison. On m'a dit que c'était impossible - qu'il y avait
des milliers sur la liste d'attente avant moi. D'ailleurs, le mercredi décembre
trentième, la loi sur le logement du gouvernement prendrait fin et il y aurait

Piste 78

plus de logement disponible par l’intermédiaire de cette agence. C'était une mauvaise nouvelle. Je savais que je
ne pouvait pas se permettre d'acheter une maison et le contrôle du logement semblait mon seul espoir.
Néanmoins, j'ai refusé de me décourager. Dieu nous avait promis une maison, n'avait pas
Il? J'étais sûr de pouvoir compter sur sa parole. Ainsi, le dimanche 20 décembre
septièmement, nous sommes tous allés à la mission ensemble, et j'ai témoigné que Dieu allait
pour nous donner une maison.
Le mercredi 30 décembre, je n'avais toujours rien entendu de la
Office du logement du gouvernement. À 17 heures ce jour-là, ce bureau serait fermé
pour toujours. Nous avons prié et prié tout au long de la journée, mais cinq heures sont venues et
est allé, et rien ne s'est passé. Mais nous nous accrochions toujours.
Quand le journal du soir est arrivé, j'ai lu avec beaucoup d'intérêt une actualité
à propos de la fermeture du bureau de contrôle du logement. Il a dit que le dernier acte officiel
du bureau était de réquisitionner une maison en vertu de la loi sur le gouvernement, et de lui donner

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 58/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
àminutes
un soldat de l'armée
jusqu'à permanente.
cinq, selon l'article.Une lettredu
Le nom avait été n'a
soldat envoyée
pas étéà donné,
ce soldat à cinq
donc il heures
était une lueur d'espoir.
Deux jours plus tard, quand j'ai ouvert le courrier, il y avait la lettre! Nous avions une maison -
au 14 Burnham Road, Seapoint, Capetown, à distance de marche du
Mission, et à 200 mètres de la maison où j'avais été sauvé.
«LOUANGE LE SEIGNEUR!» J'ai crié. Joyce, Ken et Peggy sont venus en courant
avec les enfants. "Que s'est il passé?" ils ont choré.
«Nous avons une maison!» Ai-je annoncé.
"Magnifique! Louez le Seigneur! Alléluia!" ils ont tous pleuré.
Le jeune Drummond nous regarda tous un peu perplexes. «Pourquoi tout le monde est-il si
surpris?" il a demandé innocemment. «Dieu tient toujours ses promesses, n'est-ce pas?

Piste 79

Chapitre dix, Sur la paie de Dieu


Malgré la succession rapide des événements en 1948, tout semblait
un arrêt au cours des deux ou trois prochaines années - c'est-à-dire en ce qui concerne mon appel au
le ministère était concerné. Ce fut une période difficile pour moi; Je n'ai pas compris
ce que Dieu attendait. Étais-je trop immature? Ai-je besoin de formation? Ou pourrais-je
se tromper sur cet «appel» à l'œuvre de Dieu?
Le travail à la base militaire se déroulait bien. J'étais quartier-maître dans un
Unité d'ingénierie, et avait la charge de la totalité de la paie. De plus, j'étais
responsable des magasins de tous les trimestres, qui ont traité pour des millions de dollars de
matériaux chaque année. C'était une tâche énorme d'affecter les troupes à nos 300 ou plus
bâtiments et approvisionner les hommes en vêtements et en équipement. Mais je
apprécié le défi de faire un gros travail.
Pourtant, le travail à la base ne pourrait jamais remplacer un ministère à plein temps pour
Jésus Christ. Donc, avec un certain découragement, j'ai continué à prier pour que Dieu
montre-moi quoi faire.
Une autre chose qui commençait à me déprimer était le scepticisme croissant de Joyce
sur le baptême dans l'Esprit. Je n'avais pas été au courant de ce problème jusqu'à ce que nous
déménagé à Seapoint. Depuis sa conversion, Joyce était une
Christian; et bien que j'aie reçu le baptême avant elle, j'avais été confiant
elle recevrait bientôt cette expérience plus profonde. Mais après avoir assisté à la
Mission pendant un moment, ses doutes ont commencé à se manifester.
«Tu sais,» me dit-elle un jour, «Dieu me pardonne si je me trompe, mais c'est juste
difficile d'accepter certaines des choses qu'ils prêchent dans cette mission.
"Oh?" Dis-je, un peu surpris. "Que veux-tu dire?"
«Eh bien, cette affaire de guérison, pour une chose. Je ne veux pas être sceptique, Bob -
vous savez que j'aime le Seigneur - mais si Dieu accomplit encore des miracles aujourd'hui, alors pourquoi

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 59/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
n'êtes-vous pas guéri?
«Je ne sais pas», répondis-je, «mais Dieu guérit aujourd'hui. Souviens-toi de ce que je t'ai dit
à propos de Hope Anderson et comment Dieu l'a guérie de la dystrophie?
«Oui, c'était génial, mais pourquoi cela n'a-t-il pas fonctionné pour vous?»
"Je ne sais pas - Dieu doit avoir Ses raisons."
«Oui, c'est ce qu'ils disent à la Mission.» «Mais que peuvent-ils dire d'autre?»
«Ils pourraient être honnêtes et admettre qu'ils se sont peut-être trompés sur la guérison

Piste 80

… Et quelques autres choses.


"Autres choses? Tel que?"
"Comme tout ce discours sur le baptême dans l'Esprit."
«Mais, Joyce, pourquoi en douteriez-vous? «Juste parce que je n'en vois aucun
preuve de tout ce pouvoir dont ils parlent toujours », répondit-elle. "Ils parlent
d'avoir le pouvoir de témoigner, mais presque personne n'est sauvé. Ils parlent à propos de
avoir le pouvoir de guérir les malades, mais personne ne se guérit. Bob, c'est dur de croire en
une puissance qui ne fonctionne pas.
«Mais vous devrez admettre que le baptême a fait un grand changement dans la plupart des
eux », lui ai-je rappelé.
«Oui, dit-elle en me regardant droit dans les yeux, je vous l'accorderai. Tout l'esprit
baptisés maintenant frappent des mains et crient alléluia - mais, Bob, ce n'est pas le
puissance dont Jésus a parlé!
Ouf! D'une certaine manière, je savais qu'elle avait raison. Je me suis assis là en silence, pensant à mon
propre baptême dans l'Esprit dans la maison de frère McQuade. Aussi glorieux un
expérience telle qu'elle était, mais je devais admettre que je n'étais pas tout à fait satisfait de
le pouvoir qui s'était manifesté dans ma vie depuis cette expérience. Quelque chose
bloquait le plein flux de la puissance du Saint-Esprit - mais je n'avais pas pu
trouvez la clé de ce mystère. Je me suis couché ce soir-là en me sentant un peu
découragé. Je ne savais pas à quel point j'étais proche de trouver la réponse.
À l'automne 1951, j'ai appris que j'étais candidat à une promotion à la base. Cela signifiait
que j'aurais bientôt la position la plus élevée de notre unité. Si Dieu voulait
moi dans le ministère, je ne pouvais pas comprendre pourquoi Il me bénissait avec une telle
succès dans l'armée.
À peu près au même moment, les gens de la Mission essayaient de décider
qui envoyer à la grande convention des jeunes au Maranatha Park Camp Grounds
à Johannesburg, à 930 milles au nord. Depuis que j'étais le vice-président de notre jeunesse
organisation, et depuis que j'ai passé une semaine de vacances en octobre, la semaine même
la convention, ils ont voté vingt-cinq dollars pour m'envoyer. Selon quoi
Le pasteur Crompton m'a dit que j'allais avoir un double plaisir spirituel. La jeunesse
convention devait se clôturer jeudi soir, puis vendredi, le Bosworth
Healing Revival devait commencer dans le même auditorium.
Cela aurait été une bénédiction pour toute la famille, mais nous
avait six enfants à cette époque et c'était trop cher. Alors Joyce a accepté de rester à
à la maison pendant que je faisais le voyage à Johannesburg.

Piste 81

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 60/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

J'avais beaucoup entendu parler de l'incroyable ministère de guérison de FF Bosworth, auteur de


Christ le guérisseur. Beaucoup de gens ont dit que des miracles incroyables avaient eu lieu dans son
services, tels que les aveugles recevant leur vue et les sourds recevant leur
entendre, et les estropiés jettent leurs béquilles. J'avais hâte de voir si quoi
J'avais entendu dire que c'était vraiment vrai. Qui sait, je pourrais même guérir mon asthme!
Quand je suis arrivé au camping, l'auditorium du parc Maranatha était
bourdonnant d'excitation. C'était un grand bâtiment en tôle ondulée avec des côtés ouverts,
spécialement conçu pour les conventions religieuses. Le bâtiment
comptait plus de 9 000 places assises, en comptant les sièges du grand balcon.
Quel plaisir de voir des adolescents chrétiens de toute l'Afrique du Sud se remplir
ce grand tabernacle!
Jeudi soir, le président de la réunion a averti tous ceux qui planifiaient
de rester le reste de la semaine pour le Bosworth Revival pour être sûr de venir tôt si
nous nous attendions à de bonnes places. Alors, tôt vendredi après-midi, je suis allé au
auditorium et s'assit sur un siège dans la deuxième rangée de l'avant. Si ces
les guérisons étaient réelles, je voulais les voir de près. Non pas que j'étais là en tant que
doutant de Thomas. Mais après mes conversations avec Joyce, je devais connaître le
vérité.
«Seigneur, ai-je dit, soit la guérison divine fonctionne, soit elle ne fonctionne pas. Si ça marche (et je
croyez-le), j'espère que cela ne vous dérangera pas de donner à votre travail un gros plan
inspection!"
Le service ne devait commencer que le soir. Mais en regardant autour de moi,
J'ai remarqué que je n'étais pas le seul à être venu si tôt. En fait, plusieurs
cent personnes étaient déjà dispersées dans l'auditorium, et d'autres
arrivaient régulièrement. Au moment où le service devait commencer, chaque place était occupée
et la foule à débordement s'est répandue sur l'herbe entourant
salle. La zone devant moi, entre les sièges et la plate-forme, était
rempli de fauteuils roulants et de lits bébé. L'organiste jouait un évangile familier
Chansons.
Le service a été ouvert avec tous ces milliers de personnes qui ont fait entendre leur voix
chanson. Plus tard, un court sermon a été prononcé par l'évangéliste associé. C'était
après que l'évangéliste eut fini de parler et que nous priions tous tranquillement,
le Saint-Esprit a commencé à se déplacer dans cette congrégation avec une grande puissance. J'ai entendu
les gens tout autour de moi sanglotent. La première chose que je savais, je pleurais aussi! Les larmes
roula sur mes joues et tomba sur ma chemise. J'avais l'impression d'être lavé,
à l'intérieur et à l'extérieur, par la puissance de Dieu. Et puis Dieu a parlé, de cette manière particulière je
ne peut pas expliquer, et m'a dit: «Robert, ce soir je t'ai appelé à travailler à plein

Psaumes 82

temps pour moi. Je vous ai appelé à quitter toute sécurité terrestre et à prêcher
Evangile, pour proclamer le message de délivrance, pour porter l'Evangile aux pauvres,
guérir les malades, chasser les démons.
En un éclair, j'ai vu ce qui avait empêché ma marche dans l'Esprit. Pour trois ans
maintenant, Dieu attendait que je me décide. Allais-je sortir
dans la foi et l'obéissance au service à plein temps pour Lui, ou n'est-ce pas?
D'une manière ou d'une autre, j'avais pensé que lorsque Dieu voulait que je quitte l'armée, il
remuerait mes circonstances de telle manière que je serais obligé
pour faire le mouvement. Mais maintenant, j'ai tout vu sous un jour nouveau. Dieu n'allait pas
forcez-moi de quitter l'armée; si je quittais l'armée, ce serait de mon choix.
Dieu avait appelé. C'était à moi de faire le pas de la foi et de répondre à son appel.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 61/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
J'ai pensé
faire à Abram quittant
ce mouvement, n'est-ceUrpas?
desIlChaldéens. Dieurévélé
a simplement ne l'avait pas obligé
sa volonté, à
et c'était à Abram
pour décider s'il prendrait ou non ce pas de foi radical et quitterait Ur.
Quand j'ai vu ça, j'ai réalisé avec un peu d'embarras que c'était la même chose
leçon que Dieu m'avait enseignée plusieurs fois auparavant. Il voulait que je marche dans la foi.
Mais Il n'allait pas marcher pour moi. Si je marchais, il ferait
le chemin devant moi. Mais si j'insistais pour rester immobile, rien ne se passerait.
J'ai pleuré et pleuré. Je savais que le moment de la décision était venu.
«Seigneur, ai-je dit, ma femme est à mille milles d'ici. Elle ne comprend pas
ces choses. Elle ne comprend pas le baptême de l'Esprit. Mais si c'est votre
voix qui me parle, je suis prêt à être obéissant. Je renoncerai à ma position
à la base et suivez-vous.
Je savais ce que c'était grave à dire. Pour quitter un bon travail et sortir
servir Dieu sans garantie d'aucune sorte de salaire semblerait être une chose insensée
faire - en particulier à Joyce. En fait, une décision comme celle-ci pourrait facilement ruiner ma famille,
à moins que Dieu n'y soit vraiment. Et ça, je devais le savoir avec certitude. Il ne pourrait y avoir aucun
des erreurs.
"Seigneur," dis-je à nouveau, "je dois savoir que c'est vraiment Ta voix qui parle
moi, et non une idée de la mienne. Alors, en signe pour moi, je te demande de baptiser
Joyce dans le Saint-Esprit très bientôt - et que ce soit un vendredi après-midi. Alors je
saura que vous avez parlé.
Je savais avec quelle facilité les gens pouvaient être trompés sur des questions d'orientation. Et sûrement
Cela ne me dérangerait pas si je faisais une petite double vérification. Après tout, j'avais vu aussi
beaucoup de gens courent après les ombres et font de graves erreurs.

Piste 83

À peu près à ce moment-là, Bosworth, soixante-quatorze ans, s'est levé et a commencé à parler.
C'était un homme grand et digne qui avait servi des millions de personnes: pendant quelques minutes,
il a parlé à cette foule de 10 000 personnes de la puissance de Jésus.
«Maintenant,» il a continué, «il y a neuf personnes ici qui ont eu une mastoïde
opérations. Certains d'entre vous sont partiellement sourds, d'autres sont totalement sourds. Où
es-tu? Tenez-vous debout si vous m'entendez. Ou, si quelqu'un ici est assis à côté d'un
personne sourde, amenez-la au front.
Bientôt, neuf personnes sourdes ou partiellement sourdes se tenaient devant
grand auditorium. Bosworth est descendu et a posé ses mains sur eux un par un.
"Toi démon sourd, sors de cette femme au nom de Jésus!" il
commandé. Instantanément, la femme leva les yeux avec étonnement et dit: «Je peux
écouter! Je peux entendre!" Le public haleta. Chacune de ces personnes a reçu son
audience. Dans chaque cas, Bosworth a pris le temps de tester les résultats après la prière, de sorte que
tous les présents pouvaient voir ce qui s'était passé.
Et cela s'est fait tout au long de la soirée, car de nombreux autres miracles ont eu lieu.
À la fin de ce service, je savais sans aucun doute que Dieu
accomplissez des miracles de guérison aujourd'hui.
Le lendemain soir, j'avais l'impression que je pouvais faire confiance à Dieu pour n'importe quoi! Quand c'est venu
temps de prier pour les malades, je me suis assis là à mon siège, priant avec l'évangéliste.
Soudain, il y eut une agitation devant moi.
"Que se passe t-il ici?" Me suis-je demandé en levant les yeux rapidement. Là j'ai vu deux
des femmes au dos cassé qui avaient été amenées à la réunion sur des lits de camp. Ils
les deux ont sauté et ont commencé à louer Dieu, se serrant dans leurs bras et dansant pour
joie! Un autre type avec une attelle en fer et une chaussure reconstituée a retiré son appareil orthopédique
et a vu sa jambe grandir de 2 1/2 pouces! À ce moment-là, les gens commençaient à
crier et crier partout dans cet auditorium. Certains avec les jambes raides ont commencé à marcher
https://translate.googleusercontent.com/translate_f 62/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
et dans les allées. Certains qui n'avaient pas pu voir s'exclamaient: «Je peux
voir! Je vois!" Tout le monde pleurait. Une telle vague du pouvoir de guérison de Dieu
Je n'avais jamais vu. Aucun de nous ne l'avait fait. Bientôt les gens ont commencé à se lever de leurs sièges
et aller de l'avant pour prier. Avant la fin de ce service, près de deux mille
les gens avaient été sauvés.
Le samedi soir, il y a eu bien d'autres miracles. Mais, pour moi, le plus excitant
chose à propos de ce service était l'annonce que Bosworth serait à Cape
Ville le week-end suivant. «Louez le Seigneur!» Dis-je dans mon souffle. "Je vais
prends Joyce! Si cela ne la convainc pas, rien ne le fera »
Avant de quitter cet auditorium ce soir-là, je me suis frayé un chemin à travers le

Psaumes 84

foule, dans l’espoir de serrer la main de Bosworth. Mais il semblait que tout le monde
avait une idée de chat aussi, et j'ai dû attendre dans une longue file.
«C'est probablement un gaspillage d'énergie», ai-je pensé. «Il n'y aura pas de temps pour
rien de plus qu'un «Dieu vous bénisse». "
Mais quand je me suis finalement tenu devant Bosworth, il m'a serré la main chaudement comme je
était un vieil ami et a commencé à me poser des questions sur moi-même. Quand je lui ai dit que
Dieu m'avait appelé à un ministère parmi les pauvres du Cap, il montra
grand intérêt.
«Frère, tu devrais venir en Amérique un jour,» dit-il. «Nous pourrions faire quelques
des choses passionnantes ensemble.
«J'aimerai sûrement ça,» répondis-je, quelque peu décontenancé par sa suggestion.
«Et moi aussi», dit-il. «J'adore aider les jeunes hommes à être triés dans le ministère. C'est
tout aussi important pour moi que les grandes croisades.
«Frère Bosworth, vous pouvez compter dessus», ai-je répondu. «Un de ces jours je viendrai
en Amérique pour vous rendre visite.
"Bon!" dit-il en souriant. «J'adorerais aider à former un autre 'Timothy!' "
"Imagine ça!" Dis-je en moi en m'éloignant de Bosworth. "Il
veut vraiment m'aider!
Je suis retourné au Cap, plus sûr que jamais que Dieu m'avait appelé à
Son travail. Quand je suis rentré chez moi, j'ai fait irruption dans la porte et j'ai commencé à tout dire à Joyce
à propos des choses que j'avais vues et de la courte conversation que j'avais eue avec Bosworth. "Tu as
pour voir ce que j'ai vu, ai-je laissé échapper. «Ce camarade Bosworth est le plus grand que j'ai jamais
vu - et il vient à Capetown ce week-end. Irez-vous?"
«Avez-vous guéri votre asthme?» elle a demandé. «Eh bien, non, mais beaucoup d’autres
les gens ont été guéris.
«Je ne peux tout simplement pas comprendre cela. Tout le monde est guéri sauf vous.
«Mais je vais guérir», ai-je répondu. «S'Il l'a fait pour les autres, Il le fera pour moi
trop."
"Peut-être."
Mais quand Bosworth est arrivée en ville, elle a accepté d'y aller. Je pense qu'elle était curieuse de
voyez ce qui m'a tellement excité. Alors elle a préparé tous les enfants, et nous sommes allés au
un service. La puissance de Dieu est tombée comme elle l'avait fait à Johannesburg. Joyce était très
intéressé. Quand nous sommes rentrés à la maison ce soir-là, je lui ai dit: «Eh bien, qu'est-ce que tu
pense?"

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 63/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

Piste 85

Les larmes lui montèrent aux yeux. «C'était magnifique», dit-elle. "Juste magnifique!" Mais tout
trop vite la campagne prit fin et Bosworth passa à autre chose. «Joyce», je
dit: «J'ai le sentiment que ce n'est que le début de ce que Dieu veut faire en
cette ville."
«Oui,» répondit-elle. «Je me demande s'il reviendra un jour.
«Je ne sais pas», ai-je dit, «mais même s'il ne le fait pas, l'œuvre de Dieu doit continuer
sur."
"Oui mais comment?"
«Je vais écrire des lettres - à T, L. Osborne - ou Oral Roberts - ou peut-être
Billy Graham. Je vais les inviter à venir organiser des campagnes ici au Cap. »
C'est donc ce que j'ai fait. Mais tous ont répondu et ont dit qu'ils étaient solidement
réservé longtemps à l'avance. Puis, un mercredi, Dieu m'a parlé.
«Sors toi-même» dit-il avec un doux reproche. «Ne t'ai-je pas appelé à prêcher mon
Gospel?" «Seigneur, pardonne-moi», dis-je. «Je vais le faire, mais je ne quitte pas mon travail à
la base jusqu'à ce que vous baptisiez Joyce dans l'Esprit. Nous avons un accord, tu te souviens?
Mais je savais que je devais obéir à Dieu si je voulais avoir une communion avec lui. De sorte que
la nuit, j'ai attelé un petit générateur à l'arrière d'un camion emprunté, je suis
le quartier pauvre, et a commencé un renouveau en plein air. Ils n'avaient pas d'électricité
cette zone, donc les lumières électriques étaient une attraction en elles-mêmes. Une petite fille neuf
ans ont été amenés à la réunion, sourds et muets. Au nom de la
Seigneur Jésus-Christ, j'ai chassé l'esprit muet.
Lorsque les lumières s'étaient éteintes et que nous nous apprêtions à partir, j'ai vu un
homme avec sa femme et ses cinq filles vêtues de blanc, traversant le
domaine. L'homme était très excité.
"Monsieur," dit-il, "je suis le père de la petite fille sourde et muette que vous avez priée
car ce soir nous sommes hindous. Ma petite fille a neuf ans et je n'ai jamais
l'entendit parler jusqu'à ce soir. Je comprends que tu as prié pour elle au nom de
ton Dieu, le Seigneur Jésus-Christ, »Cet homme, sa femme et ses cinq filles se sont agenouillés
et a accepté Jésus comme leur Sauveur personnel.
Le réveil est devenu de plus en plus grand jusqu'à ce que dans les trois semaines, nous en ayons eu autant que
15 000 debout sur le terrain. Une nuit, environ 5000 personnes ont accepté Jésus
comme leur Sauveur.
Un autre soir, l'un des professeurs principaux de l'Université d'Afrique du Sud
Pretoria passait par là. Son nom était M. Tromp. Il était venu à
Cape Town pour quelques jours de vacances au bord de la mer. Être chrétien, il

Psaumes 86

était très intéressé par la grande foule de personnes qu'il a vues écouter la Parole
de Dieu.
Alors qu'il se tenait là au bord de la foule (il nous l'a dit plus tard), il m'a entendu dire
il y avait un homme avec une hernie debout dans l'auditoire que Dieu voulait
guérir. Il savait qu'il était cet homme, bien qu'il ait dit que personne n'était au courant de son
affliction sauf lui et Dieu. Pendant dix-neuf mois, il avait prié pour que
Dieu le guérirait. À la minute où j'ai fait cette déclaration, il a levé la main pour
reconnaissez sa condition, et au nom de Jésus-Christ, j'ai ordonné au
affliction de le quitter. Instantanément, la hernie a disparu!
Pendant ces jours, j'ai lu tous les livres que je pouvais trouver sur la foi. J'ai lu les histoires de vie
https://translate.googleusercontent.com/translate_f 64/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
de Smith Wigglesworth, Charles Finney et John Wesley. L'impression
est devenu de plus en plus profond que Dieu me voulait à son service à plein temps.
C'était trois semaines après le réveil de Bosworth à Johannesburg que Dieu
s'est manifesté à moi d'une manière spéciale. Je suis parti travailler ce vendredi
matin comme d'habitude. Vers 16 heures, le téléphone sonna. C'était une soeur Maude
Solomon, un ami de Gladys Webster.
«Frère Thom», dit-elle, «c'est vous?»
«Oui, ai-je dit. «Qu'est-ce que tout ce bruit qui se passe en arrière-plan?»
"Oh," dit-elle en riant, "je suis contente que tu puisses entendre ça!" "Bien qu'est-ce que c'est?"
«C'est ta femme qui parle en langues. Le Seigneur vient de la baptiser du Saint
Fantôme!"
"Tu rigoles!"
"Non! C'est vrai! Écoutez." Elle a arrêté de parler assez longtemps pour que je l'entende
La voix de Joyce chèrement. Effectivement, elle priait dans une langue inconnue.
«Loué soit Dieu!» J'ai dit. «C'est exactement ce pour quoi j'ai prié.»
"Il est?"
"Oui m'dame! Il y a trois semaines aujourd'hui, j'ai dit à Dieu qu'Il me voulait dans le
ministère à plein temps, il doit bientôt baptiser Joyce dans le Saint-Esprit, et
doit arriver un vendredi après-midi! "
"Non!" dit-elle avec étonnement. "Vous avez fait cette prière?"
"Oui m'dame!"
«Et c'est arrivé comme vous avez prié!»
"Oui, Jésus n'est-il pas merveilleux?"

Psaumes 87

J'ai raccroché le téléphone et je me suis assis là pendant un moment dans un état second. «Seigneur», moi et, après
un moment, «Vous n'avez plus besoin d'en dire plus. Je t'obéirai. Je suis rapidement passé
au bureau du commandant. (Il s'est avéré être mon beau-frère.)
«Major,» j'ai annoncé, «je demande mes papiers de décharge. Je veux partir
le trente et un décembre.
«Vous démissionnez? Pourquoi?"
«Je vais au ministère.»
«Espèce de connard! Vous feriez mieux d'y réfléchir. Ne réalisez-vous pas que je vous ai levé
pour la promotion? Vous serez bientôt le meilleur homme de votre unité! "
"Je sais, mais Dieu m'a dit de sortir."
«Vous vous attendez à ce que je le croie? Pourquoi, au nom du bon sens, Dieu
t'as déjà dit de faire une chose idiote comme ça?
«Je ne sais pas,» répondis-je avec un sourire. «Il doit avoir quelque chose en tête. Il
secoua la tête d'un air incrédule. «Vous êtes vraiment devenu fou de cette religion
les affaires, n'est-ce pas? »ricana-t-il.« Bientôt, vous aurez Joyce
vous êtes."
"Je suppose qu'elle l'est déjà," répondis-je. «Elle vient juste d'être remplie du Saint-Esprit
après midi."
Il se tourna avec dégoût pour sortir de son bureau. «D'accord», dit-il, «si vous voulez
tirer, c'est votre stupide erreur. Ne viens pas pleurer sur mon épaule quand
vous mourez de faim.
Quand je suis rentré ce soir-là, Joyce a jeté ses bras autour de moi et a pleuré de joie

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 65/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
àsanglota.
sa nouvelle expérience
«Je me danscomme
suis nourri l'Esprit.
si «Oh,
j'étaisBob,
entréc'est
danstellement
une toutemerveilleux!»
nouvelle vie!»elle
«Oui, ça le sera», dis-je en riant, «- de plus de façons que vous ne le pensez.
«Que voulez-vous dire,» dit-elle en se reculant et en me regardant à travers les larmes.
yeux remplis.
«Je vais au ministère à plein temps.»
«Vous quittez votre emploi à la base?»
"Oui. Je peux acheter ma sortie pour cinquante-deux livres britanniques.
Pendant un moment, elle est devenue très sérieuse. «De quoi vivrons-nous?»
«Chérie», dis-je, «le Dieu qui appelle pourvoira aussi.»

Psaumes 88

Elle s'est mise à rire. «Wheeee!» elle couina. «Nous allons sur la paie de Dieu!»
Nous sommes tous les deux restés là le plus longtemps à rire et à pleurer.
Au cours des jours suivants, nous avons prié avec ferveur pour l'argent nécessaire. En fait, nous
besoin de demander un total de soixante-trois livres: cinquante-deux livres pour acheter mon chemin
hors de l'armée, et onze livres pour quelques jours de vacances. Bien sûr, avec mon
l'asthme, j'aurais pu facilement obtenir une pension à cent pour cent, mais j'étais sûr que Dieu
allait me guérir; alors j'ai décidé qu'il valait mieux acheter ma sortie.
Un soir, je suis allé à une réunion de prière. J'avais décidé que j'avais besoin de prier très
sincèrement pour les soixante-trois livres ce soir-là. Quand je suis rentré à la maison, il y avait un
homme parlant à Joyce à la porte.
«Frère Thom, dit-il, votre femme a un chèque pour vous.
«Oui, ai-je dit. «Soixante-trois livres.»
Il m'a regardé avec surprise. "Comment savez-vous? Est-ce que ta femme t'a appelé ou
quelque chose?"
«Comment aurais-je pu lui téléphoner?» Joyce l'interrompit. «Vous venez de me remettre le
vérifie la porte il y a quelques minutes, et je suis resté ici en train de parler
vous depuis.
«Oui, bien sûr», dit-il en se tournant vers moi, «mais comment le saviez-vous?»
«Eh bien,» j'ai répondu, «j'ai juste prié pour soixante-trois livres. Et quand je prie, je
attendez-vous à ce que Dieu réponde.
Il a été surpris. "C'est un miracle!" il a dit. «Attends, je vais en parler à ma femme!»

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 66/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

Psaumes 89

Chapitre onze, Qui a besoin de quatre oreillers?


Au moment où le dernier décembre est arrivé, tout le monde dans mon unité savait que j'étais
en quittant. Le major pensait toujours que je faisais une grave erreur. J'avais un bon dossier
de performance, comme en témoignent mes sept médailles et décorations.
Néanmoins, Dieu avait rendu sa volonté claire, et je savais qu'il n'y avait rien d'autre
pour moi de faire mais obéir.
Le trente et un décembre, j'ai donc eu un adieu militaire. Le commandant
L'officier et tous les hommes de l'unité se sont réunis dans une salle pour me donner un grand envoi.
Quand je suis entré, chaque homme était au garde-à-vous alors que j'étais escorté à la tête
table.
La liqueur a été apportée et tout le monde a commencé à remplir ses verres. Certains
les camarades souriaient et se faisaient un clin d'œil; ils savaient ce que je ressentais à propos de l'alcool.
«Fais mon soda au gingembre», dis-je assez fort pour qu'ils entendent tous. "Je veux partir
l'armée en pleine possession de mes facultés. Ils ont tous ri.
Après que le commandant ait prononcé son discours sur moi, mentionnant tous les
des choses que j'avais faites pour l'armée, ils avaient tous leurs toasts prêts. Mais d'abord, je devais
donne mon discours de réponse. Je ne me sens pas bien de griller avec eux et leur
liqueur, j'ai répondu de cette façon:
«Commandant, officiers, adjudants, sous-officiers et hommes: j'apprécie
ce merveilleux geste d'adieu cet après-midi. J'en suis profondément touché. Mais
depuis que le Christ est entré dans ma vie, j'ai eu un réel changement de cœur. Je suis venu
avoir horreur de l'alcool qui a perturbé ma maison et a ruiné ma vie et a failli envoyer
moi à la tombe d'un suicide. J'apprécierais cet après-midi si, avant de lever
ces verres pour me porter un toast, tu inclinerais simplement la tête en prière et me permettrais
pour remercier Dieu pour mes années dans le service, et prier la bénédiction de Dieu sur vous
mes camarades.
Ils ont baissé leurs lunettes et j'ai prié. L'onction de Dieu est venue sur moi, et
au moment où j'ai dit «amen», il y avait de véritables difficultés entre
ces hommes pour retenir leurs larmes. Avant qu'ils aient eu la chance d'offrir leurs toasts, j'ai mis
sur ma casquette, marcha vers l'officier commandant et salua dans un silence de mort.
Puis, tournant les talons, je suis sorti de cette salle pour une nouvelle vie, au milieu du
tonnerre d'applaudissements des hommes.
À minuit une minute, ce soir-là, j'étais officiellement hors de l'armée.

Piste 90

Personne ne saura jamais à quel point je me sentais libre quand je me suis réveillé le jour de l'an,
1952! Il n'y avait plus rien pour me retenir; toute la sécurité terrestre a été laissée
derrière; J'étais maintenant engagé dans une vie de foi nue dans les promesses de Dieu.
«Mais ne me laisse pas m'inquiéter pour les choses matérielles, Seigneur», ai-je prié. "Laisse-moi tranquille
préoccupé uniquement par les millions et les millions de personnes qui n'ont pas encore entendu
le gospel. Remplis-moi d'amour pour les perdus, et laisse-moi comprendre à quel point c'est terrible
pour aller dans l'éternité sans Christ. C'est la chose importante. Vous prendrez soin de
nous et nos besoins matériels si nous gardons d'abord vous et votre travail. »

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 67/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
Rebondissant hors du lit, j'ai commencé à fredonner un bon vieux morceau de Gospel en m'habillant. Mais je
J'avais seulement fredonné quelques lignes quand j'ai commencé à tousser. J'ai toussé tellement
J'ai dû m'asseoir sur le bord du lit pour reprendre mon souffle.
«Cet asthme misérable!» Je grognai pour moi-même. «Ça va être ma mort
un jour!" Puis je suis entré dans un spasme de toux qui a duré peut-être quinze
minutes. Quand il s'est finalement calmé, je me suis senti faible et épuisé.
"Vous et vos rêves stupides d'un ministère auprès des pauvres!" le diable
suggéré. «Qui veut écouter une machine à respiration sifflante comme vous?» Je réprimandais
lui faiblement, et a dit quelque chose au sujet de servir Jésus même si je mourais dans le processus.
Et c'était tout à fait possible. Mon état avait avancé au stade où
Je vivais pratiquement sur des comprimés d'éphédrine et je ne pouvais pas m'allonger pour dormir. je
toujours me calé sur quatre oreillers.
Le troisième jour de janvier, j'ai emmené Joyce et les enfants à une convention d'église
dans les montagnes voisines. J'avais l'impression que ce serait une bonne opportunité de s'échapper
pour un week-end de rafraîchissement spirituel avant de commencer mon ministère parmi les
les gens du Cap.
Mais tout a mal tourné. Nous sommes restés dans, une petite cabane en rondins, et Joyce partait
faire la cuisson sur une cuisinière à gaz portable. Le premier jour, elle en faisait bouillir
eau, et quand elle est allée verser cette eau, elle l'a renversée sur ses jambes et
brûlée, elle-même gravement. J'ai traité les fesses avec les premiers soins que j'ai pu trouver
là-bas dans la cabine, et a dit à Joyce qu'elle ferait mieux de s'allonger pendant un moment. Cela signifiait
que je devais surveiller les enfants et cuisiner le repas du soir. Cette nuit, aucun de nous
a beaucoup dormi. Joyce a passé la majeure partie de la nuit dans la douleur, et j'ai passé la plus grande partie
la nuit en toussant et en essayant de reprendre mon souffle.
Quand nous sommes rentrés à la maison dimanche soir, j'ai décidé que
il fallait faire quelque chose au sujet de mon état. «Seigneur», ai-je prié avant de me retirer
cette nuit-là, «comment puis-je continuer ainsi? Ici, tu m'as appelé pour prêcher le
Évangile et ministère auprès des malades, mais comment puis-je le faire quand je suis moi-même malade?

Piste 91

Vous devez faire quelque chose! »


«Non», le Seigneur a semblé dire: «VOUS devez faire quelque chose.»
«Moi, fais quelque chose? Mais quoi?'
«Mettez votre foi en action.»
Juste à ce moment-là, une autre attaque a éclaté et j'ai toussé si longtemps et si fort
mourir. Joyce est entrée et m'a attiré, mais cela n'a pas aidé. Puis elle a ouvert le
fenêtre, pensant qu'un peu d'air frais ferait du bien. Mais il n'y avait rien
autre faire mais souffrir. Quand j'ai finalement commencé à me calmer, j'ai commencé à
pensez à ce que Dieu m'avait dit. «Mettez votre foi en action.»
Etrange que Dieu dise cela - encore une fois! Il savait à quel point je croyais sincèrement
grands enseignements de sa Parole sur son pouvoir de guérison. Je n'y croyais pas seulement mais
l'a prêché. J'ai pensé au Psaume 103: 3 où David parle de Dieu comme de l'Unique
«Qui guérit toutes tes maladies.» Je me suis souvenu comment Isaïe a prédit la crucifixion
de Jésus, disant: «C'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris» (Ésaïe 53: 5). J'ai vraiment cru
ces déclarations. Mais Dieu semblait dire que je devais prouver ma foi en
faire quelque chose.
«Très bien,» dis-je à haute voix. "Si vous voulez de l'action, alors c'est parti."
Je me suis levé de mes genoux, j'ai rassemblé trois des quatre oreillers dont j'avais toujours l'habitude
me soutenir et les mettre dans le placard. "A partir de maintenant," dis-je à Joyce,
«Je vais dormir comme n'importe quelle autre personne normale! Si Dieu veut me guérir, alors
Je n'ai pas besoin de quatre oreillers pour me garder en vie! "

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 68/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
"Êtes-vous sûr?" Demanda Joyce d'un air dubitatif.
"Oui. Et les pilules iront aussi », ai-je répondu en prenant la bouteille d'éphédrine
comprimés et sortir à la cuisine. J'ai ouvert le robinet et je les ai jetés
tout dans l'évier. «Ce sera tuer ou guérir», dis-je, «mais je vais continuer
Épée de Dieu." Je suis retourné au lit et je me suis allongé sur le dos pour la première fois
mois.
Environ une demi-heure plus tard, j'ai recommencé à tousser. C'était comme si tout mon air était coupé
désactivé. Ma poitrine s'est soulevée et j'ai eu du mal à respirer. Soudain, tout est allé
noir et je me suis évanoui.
Dans cet état inconscient, quelque chose d'étrange s'est produit. Je ne sais pas si
était un rêve ou une vision, mais je me sentais tomber dans les entrailles du
la terre. Était-ce un puits de mine abandonné ou une fosse sombre et mystérieuse? Je n'étais pas
bien sûr, mais il y avait du moisi et de l'humidité là-bas.

Psaumes 92

Quand j'ai touché le fond, j'avais l'air d'être dans une caverne souterraine sombre.
En regardant devant moi, je distinguais un grand lac trouble. J'ai marché vers le
au bord du lac et là j'ai vu des serpents et des rats. Les grenouilles sautaient, et
il y avait des scorpions et des araignées.
"Où suis-je?" Me suis-je murmuré. Puis, regardant loin à travers le lac, j'ai vu
ce qui semblait être un bateau avec un homme à l'intérieur qui avançait lentement mais sûrement vers
moi. J'ai immédiatement su que c'était l'Ange de la Mort qui venait pour moi. Je voulais tourner
et courir, mais mes pieds étaient collés à l'endroit.
Quand mes yeux se sont habitués aux ombres, j'ai vu qu'il y avait
des millions et des millions de personnes dans ce lac. J'ai surtout remarqué les têtes des
des femmes flottant sous la surface, les cheveux lâches et tourbillonnants.
«Vous m'avez demandé une vision des perdus» a dit une voix. «Chaque cheveu sur ces
des millions de têtes représentent une perte vendue dans l'éternité. Voyez combien il y a de millions
sommes!"
Alors que je regardais ce vaste lac et que j'y voyais de très nombreuses personnes, je suis tombé
à genoux et a commencé à pleurer, pas pour moi, mais pour les millions d'âmes perdues
J'ai vu. «Oh, mon Dieu, criai-je, ne me laisse pas encore mourir! Laisse-moi retourner au pays de
les vivants, afin que je puisse travailler pour vous et amener les perdus au Christ. Quelqu'un
doit les aider! Laisse-moi revenir! Laisse-moi revenir!
Puis j'ai commencé à réciter le vingt-troisième psaume. "Le Seigneur est mon berger; je vais
ne veux pas…. Alors que j'essayais de dire ces mots, ma respiration devenait de plus en plus
difficile. J'ai eu le vertige et je suis tombé en arrière, chuchotant toujours les mots de cela
Psaume. Finalement, j'en suis venu à ces mots: «Oui, bien que je marche dans la vallée de
l'ombre de la mort, je ne craindrai aucun mal, car tu es avec moi; ta verge et ta
le personnel me réconforte »
Juste à ce moment-là, j'ai senti une paire de mains invisibles glisser sous mon corps et se soulever
moi hors de cette fosse. J'ai fini le psaume et j'ai recommencé. Ces mains invisibles
m'a soulevé tout le chemin, et m'a doucement déposé sur une pente herbeuse le long d'un
ruisseau. Juste à ce moment-là, je disais: «Il me fait me coucher dans de verts pâturages; Il
me conduit au bord des eaux calmes. ... »
Soudain, je suis revenu à la conscience. C'était tard dans la nuit. J'ai entendu quelqu'un
priant tranquillement à côté de mon lit. C'était le pasteur Crompton. Il disait: «Merci
Toi, Jésus! Merci Seigneur!"
Je l'ai touché à l'épaule. "Depuis combien de temps êtes-vous ici?"
Il était un peu surpris. «Deux heures et demie», sourit-il. "Êtes-vous tous
droit?"

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 69/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

Piste 93

C'est alors que j'ai remarqué à quel point je respirais facilement. Il n'y avait pas de respiration sifflante.
Pas de tension. À bien y penser, même ma voix était différente.
«Louez le Seigneur!» J'ai crié, juste pour entendre à nouveau ma propre voix. Effectivement, le
le râpeur avait disparu. J'ai sauté du lit et j'ai serré dans mes bras le pasteur Crompton et Joyce.
«Dieu m'a guéri!» J'ai crié. «Pouvez-vous battre ça? Je suis guérie! Mon asthme est
disparu!"
Bientôt, tous les enfants se sont levés. "Qu'est-ce qui se passe cm?" Demanda Drummond d'un air endormi.
«Papa est guéri!» Cria Joyce. "Regardez comme il respire facilement!" Ils tous
s'entassait et me regardait avec émerveillement.
"Oh, mon garçon," dit David, "maintenant je peux récupérer mon oreiller!" Nous avons tous ri et
se réjouit pendant longtemps. Mais finalement le pasteur est parti, et nous avons renvoyé les enfants
lit. Pour la première fois depuis des mois, j'ai dormi comme un bébé.
Le lendemain, je me suis levé avec le sentiment de posséder le monde. C'était génial d'être en vie.
Mes premières pensées concernaient le ministère. Apparemment, Dieu avait enlevé le dernier
grande barrière, alors j'ai décidé qu'il était maintenant temps de commencer mon travail.
Je suis allé voir le pasteur Crompton. «Pasteur», ai-je commencé, «tu sais que j'ai coupé
moi-même lâche pour l'œuvre de Dieu. J'aimerais postuler pour devenir ministre sous le
Mission de foi apostolique. »
«Ah, Frère Tommy», répondit le pasteur, «Je suis si heureux de vous entendre dire ça!»
En ouvrant un tiroir, il a produit un formulaire de demande. «Remplissez cette avoine, et nous
envoyez-le au siège de l'église.
J'ai tiré une chaise et rempli la longue demande. Tout le temps que j'écrivais,
Pasteur Crompton n'arrêtait pas de dire calmement: «Louez le Seigneur! Merci Jésus!"
Quand j'ai fini, le pasteur a dit qu'il l'envoyait tout de suite, et je le ferais
probablement entendre du siège dans quelques jours. Je suis rentré chez moi, convaincu que tout
serait bien.
Dans quelques jours, cependant, j'ai reçu une lettre de rejet. La lettre expliquait que
il était contraire à la politique de l'église d'accepter quiconque pour une mission missionnaire
qui avait plus de cinq enfants. J'en ai eu six.
«Seigneur, qu'est-ce que je fais maintenant?» Ai-je demandé avec déception.
«Je ne vous l'ai pas déjà dit? le Seigneur sembla répondre.
«Vous me l'avez déjà dit? J'ai demandé avec perplexité: «Quand? Où?"
Puis Dieu m'a rappelé un service que j'avais été plusieurs mois auparavant

Épisode 94

où deux ou trois personnes avaient prophétisé que je ne rejoindrais jamais aucun


organisation et que Dieu me donnerait un ministère unique par lequel je
apportez l'Évangile non seulement au Cap, mais à de nombreuses nations.
«Seigneur, est-ce vraiment toi qui parlais?» J'ai demandé.
«J'ai autorisé le rejet de votre candidature, afin que vous puissiez voir mon plan
plus clairement. Il semblait dire. «Tout ne fonctionne-t-il pas pour de bon pour

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 70/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
ceux qui M'aiment, pour ceux qui sont appelés selon Mon dessein? »
Alors quelques jours plus tard après de nombreuses prières, j'ai décidé de me lancer par la foi, en prêchant
et enseigner partout où Dieu me donnerait une place. Je ne le savais pas alors, mais ça
était la décision qui était de me lancer dans une vie plus excitante que tout
osé rêver possible.

Psaumes 95

Chapitre douze, adieu aux rouges et aux bretelles


Une de mes premières réunions a eu lieu dans une maison au 19 Bromwell Street à
Woodstock, une banlieue de Cape Town. J'ai trouvé que les réunions à domicile étaient un bon
façon de répondre aux besoins des gens, et beaucoup ont été sauvés et guéris.
Mis à part la foule qui s'est rassemblée dans le salon cette nuit-là, il y avait un
fille de la famille alitée.
«Quel est son problème? J'ai demandé aux parents.
«Elle a le dos cassé.
"Oh? Qu'est-il arrivé?"
«Elle a été blessée à l'usine. Elle touche une indemnité de chômage et obtient un peu
du syndicat. Mais ça va prendre du temps avant qu'elle puisse sortir de ça
lit."
"C'est dommage," dis-je. «Voulez-vous que je prie pour elle?»
"Oh oui!" ils ont répondu. "Je vous en prie!"
Alors, vers la fin du service, je me suis dirigé vers le lit d'hôpital surélevé où elle
mentait et a fait une simple prière pour sa guérison. Cependant, rien
est arrivé que je pouvais voir, alors je l'ai encouragée et les parents à avoir la foi,
https://translate.googleusercontent.com/translate_f 71/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
et quitta la maison vers neuf heures trente.
À onze heures cinq minutes, mon téléphone sonna.
"Bonjour. Frère Boetie ici », dit une voix excitée.
«Oui, Frère Boetie», ai-je répondu. "Y a-t-il quelque chose qui ne va pas?" Frère Boetie en était un
des hommes qui avaient assisté à la réunion.
«Je pensais que vous voudriez savoir à ce sujet», dit-il. «Après avoir quitté le
réunion ce soir, leur pasteur est passé et a dit à ces gens que vous êtes de la
diable, et qu’ils ne doivent plus jamais vous laisser entrer dans leur maison.
«Et qu'est-ce qu'ils ont dit? J'ai répondu.
«Ils lui ont dit que vous aviez prié pour leur fille. Et il a dit: 'Eh bien, elle n'a pas
guérie, n'est-ce pas? Et ils ont dit: «Non». Alors il a dit: 'Vous voyez, cela prouve qu'il est
du diable; sinon Dieu répondrait à ses prières. "
"Et après, que s'est-il passé?"
«Ah, c'est la grande partie», dit-il. «Quand il a dit ça, cette fille a sauté hors de

Psaumes 96

son lit - et vous vous souvenez de sa hauteur - elle a sauté de ce lit et


marchait juste en face de ce ministre, et elle n'a pas été debout depuis
dix-neuf mois!
J'ai commencé à rire. «Louez Dieu! N'est-ce pas comme le Seigneur? Qu'est-ce que le
dit le ministre?
«Oh, Frère Thom, il était dans un état terrible. Il a juste regardé cette fille dans
incrédulité, puis il s'est levé et nous a dit: «Oh, pardonne-moi, pardonne-moi! Elle
juste continué à marcher devant lui, puis elle a même descendu les escaliers pour
la salle de bain du premier étage!
Après avoir raccroché le combiné, j'ai ri et ri. Puis je suis allé et j'ai dit
Joyce et nous avons loué Dieu ensemble.
Le lendemain matin, on a frappé à la porte. Quand j'ai répondu, il y avait un
homme qui s'est présenté comme le pasteur de la famille sur Bromwell
Rue. «Oh, frère,» dit-il, «s'il vous plaît pardonnez-moi! Je suis tellement Gené!"
"Pourquoi qu'est ce qui ne va pas?" Dis-je, agissant comme si je n'en savais rien. Puis il
m'a raconté toute l'histoire et m'a demandé pardon en larmes.
«C'est bien, tout est pardonné», dis-je en souriant. «Vous n'avez simplement pas compris
le pouvoir de guérison de Jésus »
Dans toutes mes réunions après cela, je savais ce que ça devait être quand Jésus était
sur Terre. Sa présence était si réelle qu'il semblait que rien n'était impossible.
A partir de ce moment, j'ai commencé à organiser des équipes de témoins pour aller prêcher
et guéris les malades. Une nuit, mon aide et moi sommes allés dans un endroit appelé Elsie
Rivière où nous devions avoir une réunion dans la maison d'une famille du nom de
Groves. C'était une nuit orageuse, et nous avons dû patauger dans la boue, inondée
routes pour y arriver. Quand nous sommes arrivés, mon attention a été attirée par un garçon
dix ans qui gisait sur le sol dans une accolade pleine longueur. L'orthèse avait un
section en cuir qui soutenait la tête et le corps du garçon. Il y avait aussi du fer
extensions auxquelles les membres du garçon étaient attachés.
"Qui est-il?" J'ai demandé à l'un des hommes.
«C'est le garçon de frère et sœur Groves, Collin,» répondit l'homme. "Il a un
maladie des articulations. »
Pendant la réunion, je me suis senti ému de prier pour lui. «Collin, ai-je dit, est-ce que tu
croire au pouvoir de guérison de Jésus? »

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 72/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
"Oui monsieur."

Épisode 97

«Et croyez-vous qu'Il peut vous guérir?»


"Oui monsieur."
Je lui ai imposé les mains, j'ai fait une brève prière et je l'ai bien prononcé
nom de Jésus.
«Maintenant, alors,» j'ai dit, «crois-tu que tu peux marcher maintenant?»
"Oui monsieur."
«Seriez-vous prêt à nous faire retirer cette vieille orthèse?»
"Oui monsieur."
Nous l'avons donc détaché et l'avons aidé à se relever. Immédiatement il a commencé à marcher
sans aide, et son visage s'illumina de joie. Quand les gens ont vu ce qui était
en cours, ils ont commencé à crier: «Merci, Jésus! Et d'autres sont tombés sur leur
genoux et a commencé à se repentir de leurs péchés. Aucune invitation n'était nécessaire ce soir-là.
Dès qu'ils ont vu cette manifestation de la puissance de Dieu, ils ont réalisé leur besoin
de Jésus.
Quelques jours plus tard, j'ai emmené Peter Dreyer, un jeune homme d'un de mes témoins
équipes, et nous sommes allés à un endroit appelé Grassy Park. Là nous avons trouvé un autre
petit garçon dans presque le même état que Collin Groves, et dans le même genre de
entretoise. Des hanches vers le bas, il était enveloppé de bandages qui le maintenaient
solidement au cadre en fer.
«Il a la tuberculose des articulations et de la colonne vertébrale», nous a dit sa mère. «Il n'a pas marché pendant
dix-huit mois. Voulez-vous prier pour lui?
«Oui, ai-je dit, mais où est son père?
"A la maison", dit-elle. "Il n'a aucune utilité pour ce genre de religion. Il dit qu'il est un
Christian, mais tout ce qu'il faut, c'est rester à la maison et boire.
«D'accord, nous prierons pour le garçon», lui ai-je dit. Puis Peter et moi avons posé nos mains sur
lui et a prié, pendant que cette mère implorait Dieu avec nous.
Dès que j'ai fini de prier, cette petite mère a commencé à déballer le
des pansements. Pendant qu'elle faisait cela, j'ai continué à servir d'autres personnes qui
attendaient. En quelques minutes, j'ai entendu un cri, et je me suis retourné pour voir ce garçon
danser une gigue et louer Dieu. Dès que les autres ont vu ce qui s'était passé, ils
a commencé à louer Dieu aussi.
«Je rentre à la maison et montre à mon père!» dit le garçon. Alors nous l'avons tous suivi pour
voir ce qui se passerait. Je n'oublierai jamais cette scène. Nous avons dû marcher sur le sable
pendant environ 300 mètres, ce qui est le pire type de marche à faire si vous en avez

Psaumes 98

affliction des jambes ou de la colonne vertébrale. Mais ce garçon marchait sans un peu de
hésitation. Les voisins nous ont entendus louer Dieu et ont sorti la tête
leurs portes pour voir ce qui se passait.
Quand nous sommes arrivés chez le garçon, nous sommes entrés et il y avait le père assis là

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 73/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
avec une bouteille de bière à la main.
"Papa!" le garçon a pleuré. "Voir! Je peux marcher! Jésus m'a guéri!
Ce père a jeté un coup d'œil au garçon et a crié: «Oh, mon Dieu! Je ne crois pas
il!"
Je me suis approché de ce père et j'ai mis mon bras autour de ses épaules. «Jésus aime
toi, mon pote, »j'ai dit« Tu n'aimerais pas Le connaître? » Il s'est tenu là et a pleuré
de vraies larmes de repentir.
Quelques jours plus tard, on m'a dit que deux infirmiers du grand hôpital de Victoria
à Wynberg, ils allaient s'occuper du garçon, comme ils le faisaient habituellement deux fois par semaine.
Quand ils l'ont vu, ils ont été très bouleversés.
«Nous vous avons dit que ce garçon doit rester dans cette accolade!» ils ont dit "Pourquoi marche-t-il
autour comme ça?
«Un homme de Dieu a prié pour lui», a expliqué la mère. «Et grâce au pouvoir
de Dieu, il marche, comme vous le voyez.
«Il y a quelque chose qui ne va pas», ont-ils dit. "Vous devrez nous laisser le vérifier."
Alors ils ont sorti leur mètre ruban et ont soigneusement mesuré ses hanches et ses jambes.
Ensuite, ils lui ont fait subir une série de manœuvres pour voir s'il y avait de la douleur dans
ses articulations. Finalement, quelque peu perplexes, ils le mesurèrent à nouveau.
«Eh bien, dit la mère, qu'en est-il? Dois-je le remettre dans l'accolade?
"Non", a dit l'un d'eux, "je suppose qu'il n'en aura plus besoin."
"Magnifique! Louez le Seigneur! »
«Etes-vous sûr de n'avoir eu aucun problème avec lui depuis que le corset a été
supprimé?" demanda l'autre.
"Des problèmes?", A-t-elle demandé. "Pourquoi, oui. Hier, j'ai dû le battre."
"Le battre? Comment l'avez-vous battu?
«Sur la croupe - comment faire autrement?
"Mais pour quoi?"
«Pour avoir grimpé sur ce grand arbre là-bas.»

Psaumes 99

Ils se regardèrent avec étonnement. Ils savaient tous les deux que grimper aux arbres
serait physiquement impossible pour un garçon atteint d'une maladie aussi douloureuse.
«Très bien», ont-ils dit, «le seul conseil que nous pouvons vous donner est, si cela ne dure pas,
tu ferais mieux de poursuivre le guérisseur. Ils n'ont pas tout à fait compris que le guérisseur était
le Seigneur Jésus.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 74/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

Piste 100

Chapitre treize, Doux vieux Bosworth


Un jour au début de 1952, j'ai dit à Joyce: «Je pense qu'il est temps pour mon rendez-vous avec
Bosworth. »
«Quel rendez-vous?» Demanda-t-elle en fronçant le front avec perplexité.
«Tu ne te souviens pas? J'ai répondu. «Je vous l'ai dit quand je suis revenu de
Johannesburg en octobre dernier que Bosworth m'avait invité à lui rendre visite à
Amérique."
«Oh, oui, vous avez mentionné cela, n'est-ce pas? se souvient-elle. «Je suppose que je n'étais pas
prêtant beaucoup d'attention à l'époque.
"Eh bien, je pense que Dieu veut que je fasse ce voyage." "Mais pourquoi? Tu en as assez
à faire ici, n'est-ce pas?
«Oui,» j'ai souri, «mais j'ai juste le sentiment que Dieu a des choses à m'apprendre
à travers ce vieil homme, c'est tout.
Depuis que Bosworth avait fait cette suggestion quatre mois auparavant, je n'avais pas
été capable de faire sortir l'idée de mon esprit. Même si Dieu avait béni
mon ministère en Afrique du Sud, je sentais toujours que j'avais beaucoup à faire. Mes années en
le service m'avait rendu extrêmement autoritaire et parfois un peu sec. je savais
à quel point j'avais besoin d'être dans la fraternité d'un chrétien plus âgé et plus doux
frère, afin que je puisse en apprendre davantage sur l'expression des grâces chrétiennes dans mon
propre vie et ministère.
Alors je me suis assis et j'ai écrit une lettre à Bosworth chez lui à Coral Gables,
Florida, et l’a posté cet après-midi. En quelques jours, j'ai reçu sa réponse.
Il a dit qu'il organiserait bientôt une croisade à Hammond, Indiana, et que je devrais
prévoyez de le rencontrer là-bas.
Quelques semaines plus tard, j'ai atterri au grand aéroport de Chicago et j'ai appelé l'hôtel
où Bosworth devait rester. Dès qu'il a entendu ma voix et mon sud
Accent africain, il savait qui j'étais.
«Frère Thom!» il s'est excalmé. "Bienvenue en Amérique!"
«Merci,» répondis-je. «J'avais hâte de venir.»

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 75/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
«Et combien de temps comptez-vous rester?» s'enquit-il.
«Quelques semaines», ai-je répondu. "Est-ce que tout va bien?" "Excellent!" il a dit. "Je vous suggère
obtenir une chambre dans le même hôtel où je séjourne, afin que nous puissions fraterniser autant que

Épisode 101

possible. Nous serons occupés dans les réunions la plupart du temps, mais nous devons simplement
réunissez-vous pour des entretiens personnels et des moments de prière. Veux-tu venir
juste au-dessus?"
«Oui, ai-je dit. "Je devrais être là dans l'heure." «Très bien,» répondit-il. "Je serai
Dans votre attente." Ce soir-là, après mon enregistrement, je me suis senti un peu nerveux alors que je
frappa à la porte de Bosworth. Mais la nervosité a bientôt disparu quand il
a répondu à la porte et m'a accueilli si chaleureusement. Nous nous sommes assis pour parler, et c'était
comme si nous nous connaissions depuis des années. Je n'oublierai jamais ce soir.
Il y avait une «douceur» spirituelle chez ce vieil homme que j'avais rarement vu
n'importe quel chrétien n'importe où.
Le lendemain, nous avons commencé la grande croisade à Hammond, à la périphérie de
Chicago. J'ai aidé en priant pour les malades et en conduisant les gens au Christ à
les heures d'invitation. C'était un réel plaisir d'avoir une petite part dans ces grandes réunions,
et d'avoir l'opportunité d'apprendre autant de ce «guerrier expérimenté
de la croix. "
Après plusieurs escales supplémentaires dans l'État de l'Indiana, nous avons pris l'avion pour Miami,
Floride, pour une autre grande croisade dans une grande alliance chrétienne et missionnaire
Église où un Dr Miller était le ministre. Ils avaient un ministère radiophonique quotidien
qui provenait de l'auditorium de l'église; Le Dr Miller a décidé d'inviter
Bosworth ou l'un de ses associés pour parler sur les émissions. Ceci, nous l'avons tous ressenti,
serait une excellente publicité pour la croisade.
Mais imaginez ma surprise quand Bosworth m'a demandé si j'assumerais cette responsabilité!
"Qui? Moi?" J'ai répondu. "Eh bien, je n'ai jamais prêché en ondes avant"
«Non», dit Bosworth en souriant, «mais demain après-midi, ce ne sera plus
Sois sincère."
Alors le lendemain matin, je suis descendu à l'église avec Bosworth, qui a décidé de
asseyez-vous dans la salle de contrôle et regardez pendant que je travaillais sur la plate-forme avec le Dr.
Meunier.
Quand le moment est venu pour moi de parler, je tremblais comme une feuille dans le vent. "Seigneur,
Vous devez m'aider », ai-je prié à voix basse. «Je ne sais rien de
ce genre de prédication.
Le fait que ce fût ma première expérience radio était déjà assez mauvais; mais dès que je
j'ai ouvert la bouche pour parler, j'ai réalisé que je devais prêcher à une église vide - et
c'était pire!
Mais alors que je luttais avec mes phrases d'ouverture, soudain une vision particulière

Épisode 102

est venu avant moi. Je voulais le combattre. J'essayais de me concentrer sur mon
sermon. Mais il a refusé de partir. J'ai vu un jeune soldat dans le feu de la bataille
front en Corée. (C'était l'époque de la guerre de Corée.) J'ai entendu le tir de
https://translate.googleusercontent.com/translate_f 76/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
l'artillerie, et a vu que le garçon était en danger. Puis, rapidement, la vision a changé, et
J'ai vu le. la mère du garçon mettant un rôti au four. J'ai vu les inquiets
expression sur son visage, et savait à quel point elle devait être accablée pour son fils.
En un éclair, j'ai su ce que Dieu voulait que je dise. «Il y a une mère qui m'écoute
en ce moment qui met un rôti au four », ai-je déclaré. «Tu as un fils cm
le front de bataille en Corée, vous portez un fardeau de préoccupation pour ce garçon.
Vous avez pleuré beaucoup de larmes. Mais écoutez-moi; J'ai une parole du Seigneur pour vous.
Mère, que ton cœur ne se trouble pas: tu crois en Dieu; crois aussi en
Moi…."
Pendant les vingt-cinq minutes suivantes, j'ai parlé à cette mère comme si elle était face à face. je
pouvait voir la barre dans ma vision, et Dieu me disait quoi lui dire.
Quand j'ai fini, des appels téléphoniques ont commencé à arriver de partout à Miami.
«Qui était ce prédicateur?» s'enquirent-ils. «Nous n'avons jamais rien entendu de tel!»
Même un journaliste a appelé.
Bosworth est descendu de la salle de contrôle les larmes aux yeux. «Où est-ce que
avez-vous déjà appris à prêcher comme ça? Il a demandé.
"Eh bien, je ne sais pas," ai-je répondu. "Je viens de voir une vision d'une mère troublée, et je
vu son garçon dans un uniforme de GI américain, et je savais juste que j'étais censé parler
à cette mère.
"C'est bien!" S'exclama Bosworth. «Je n'ai jamais vu une meilleure démonstration de
la parole de la connaissance.
Immédiatement, mon esprit est retourné à ce jour où j'ai été baptisé dans l'Esprit en
Maison de McQaade. Je me suis souvenu comment j'avais vu le Seigneur en vision et comment il
m'avait dit: "Je vous donne la parole de la connaissance." Serait-ce que ça
la promesse commençait maintenant à se réaliser? J'avais souvent lu 1 Corinthiens 12,
et savait que l'un des dons du Saint-Esprit est «la parole de connaissance». Si je
compris ce don correctement, il impliquait la «connaissance» de certains faits par
révélation divine. Pierre n'avait-il pas reçu une parole de connaissance quand Dieu
lui a-t-il révélé les faits sur la tromperie d'Ananias et de Sapphira? Et si Dieu
avait révélé cela à Peter, alors évidemment Il pourrait nous donner des connaissances sur un
mère inquiète. Pourquoi pas? Cela me semblait parfaitement logique.
À partir de ce jour, Bosworth a commencé à passer de plus en plus de temps avec moi. Il
m'a traité comme si j'étais son propre fils. Parfois, il m'a emmené chez lui

Épisode 103

Coral Gables et nous passions de longues soirées à parler des choses de Dieu.
À d'autres moments, nous priions ensemble, demandant la direction de Dieu pour mon ministère
quand je suis retourné en Afrique. Plusieurs fois, il a organisé des allocutions
pour moi, et toujours venu pour m'entendre prêcher. Quel privilège d'associer
avec ce grand homme!
Un soir, il a abordé un sujet qui m'a quelque peu surpris. «Robert», il
a dit: «Je crois que la main de Dieu est sur vous. Il vous a donné un grand ministère. Mais
vous devez être ordonné.
«Ordonné? J'ai répondu. «Vous plaisantez, n'est-ce pas? Je n'ai pas de formation formelle pour
le ministère - quel bien l'ordination va-t-elle faire?
«Beaucoup de bien, Robert;» il a insisté. "Il y a des portes qui
rester à jamais fermé pour vous si vous n'êtes pas un ministre dûment reconnu
Gospel. Il y a beaucoup de chaires où vous ne serez pas accueilli et beaucoup de monde
qui ne respectera pas votre ministère.
«Proposez-vous que je retourne à l’école alors?» J'ai demandé un peu
avec appréhension.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 77/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
"Pas
Mais vraiment," répondit-il ans,
vous avez trente-sept avecetunDieu
sourire.
vous«Si vouslancé
a déjà étiezdans
un homme
un bon plus jeune, je dirais oui.
ministère.
"Mais vous pensez toujours que je devrais être ordonné?"
«Oui,» répondit-il. «Je pense que c'est très important.» «Mais je peux toujours être ministre
sans ordination, n'est-ce pas?
"Dans un sens. C'est comme un lanceur ayant des capacités de lanceur de grande ligue et pourtant pas
être reconnu par les grandes ligues. Et un lanceur comme ça peut lancer une balle pro
toutes les ligues mineures qu'il veut, mais il n'atteindra jamais vraiment la note d'un grand
lanceur de la ligue jusqu'à ce qu'un éclaireur le reconnaisse et l'aide à le faire embaucher.
«Alors, quel éclaireur me reconnaîtra?» J'ai ri. "Ce scout ici."
"Tu?"
"Oui frère. J'ai regardé ton ministère et je crois que tu as le nécessaire
qualifications. Je suis sur le point de vous recommander dans un 'club'. »
«Mais quel directeur général m'engagerait?» «Ah,» dit-il avec un sourire chaleureux,
«Je connais juste l'homme. Nous écrirons à mon bon ami, Joseph Mattsson-Boze up
à Chicago. Il est le pasteur de l'Assemblée indépendante de Dieu là-bas. Il sera
heureux d'organiser votre ordination, j'en suis sûr.
Donc, dans quelques semaines, nous avons pris l'avion pour l'église de Mattsson-Boze où un

Épisode 104

une cérémonie d'ordination spéciale a eu lieu pour moi. Henry Carlson, l'un des
les directeurs internationaux de la bourse des hommes d'affaires du Plein Evangile étaient là,
et une Mme Mary Uzelle, qui avait tout ministère prophétique inhabituel dans cette église.
Quand le moment est venu pour eux de m'imposer les mains, frère Carlson a commencé à
priez en langues. Mme Uzelle a donné l'interprétation, et j'ai senti le puissant
l'onction de Dieu venant sur moi alors qu'elle prononçait ces paroles:
Ainsi parle le Seigneur: Mes yeux ont sondé la nation et regardé parmi le peuple
pour trouver un homme qui irait se tenir debout dans la brèche. Ne t'ai-je pas enlevé
le niveau le plus bas qu'un homme pourrait tomber? Ne t'ai-je pas délivré? N'ai-je pas mis
toi libre? Oui, voici, je t'ai donné le don de la foi, et il sera grand
être. ...
Voici, je suis le Seigneur, ton Dieu, et je t'ai donné le don de chasser
démons. Tu imposeras aussi les mains aux malades, et ils seront guéris. Et moi, le
Seigneur, pourvoira à tous tes besoins, et grande sera ta foi.
Lorsque l'interprétation fut terminée, j'étais en larmes. Frère Mattsson-Boze
vint et passa son bras autour de mon épaule. «Bénissez-vous, Robert», dit-il. "C'est
juste le commencement."
Le lendemain, je déjeunais avec Bosworth quand il m'a dit: «Robert, je
aime aller en Afrique avec toi.
"Avec moi?" Dis-je avec surprise. "Que veux-tu dire?"
«Nous pourrions travailler ensemble pendant un certain temps. Je prévois de lancer quelques campagnes dans
L'Afrique du Sud le mois prochain. Pourquoi n'allez-vous pas être mon homme vendredi?
Peut-être que cela vous aidera à vous lancer dans un ministère encore plus grand.
«Cela semble très séduisant», ai-je répondu, «mais laissez-moi prier quelques jours avant de me réconcilier
mon esprit."
Quelques semaines plus tard, j'étais sur un bateau avec Bosworth, soixante-quinze ans,
retour à Cape Town. Après quelques jours passionnants avec Joyce et les enfants,
nous sommes allés en voiture à Carnarvon pour commencer notre première campagne. Pour la durée de cela
réveil, et pendant les dix mois suivants, j'étais le compagnon constant de Bosworth. je
partagé une chambre avec lui partout où nous allions. Chaque nuit, il me demandait d'en placer six
des crayons aiguisés et une longue tablette d'écriture à côté de son lit.
https://translate.googleusercontent.com/translate_f 78/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

«À quoi servent-ils?» J'ai demandé d'un air interrogateur la première nuit.


«Le Seigneur me donne mes sermons la nuit», a-t-il expliqué, «et j'écris simplement
ce qu'il me donne. Je n'avais jamais entendu parler de cette méthode de préparation de sermon
avant, alors j'espérais pouvoir le voir en action. Effectivement, environ la moitié

Épisode 105

heure après s'être endormi, le Saint-Esprit l'a réveillé et il s'est assis et


a commencé à écrire comme un fou. Après quelques minutes, il éteignit la lumière et partit
rendormir. Mais pas pour longtemps. Dans une vingtaine de minutes environ, la lumière était
de retour et je l'ai entendu écrire. Avant le matin, il était pour la plupart
réveillé dix ou douze fois.
À sept heures le lendemain matin, il était debout. Il est venu dans mon lit avec son
longue tablette en main. «Regardez ici, Robert», dit-il. «Voici le sermon du Saint
Ghost m'a donné pendant la nuit.
J'ai pris la tablette, et c'était là: un sermon parfait, complètement organisé et
entièrement enrichi de nombreux passages bibliques.
«Quelle façon d'obtenir un sermon!» J'ai dit. «N'êtes-vous pas fatigué?
"Fatigué?" il en riant. «Quiconque est fatigué d'écouter le Saint-Esprit?»
Pendant dix mois, j'ai regardé ce vieil homme obtenir ses sermons de cette façon. Et quand le
le moment est venu pour lui de prêcher, l'onction de Dieu viendrait sur moi
le pouvoir que de grandes congrégations étaient envoûtées sous sa prédication et des milliers
est venu à connaître Jésus par son ministère.
Mon association trop brève avec Bosworth m'a en effet lancé dans un nouveau
phase du ministère. J'ai vite commencé à voyager dans des endroits de plus en plus éloignés pour
prêcher l'Évangile, et était souvent loin de chez soi pendant des mois à la fois.
Je ne peux pas dire que c'était facile. Mais tout au long des mois passés avec Bosworth, je
a beaucoup appris sur la profondeur de la consécration nécessaire pour
traverser et suivre Jésus. Chaque nuit, j'entendais ce vieil homme appeler sa femme
nom dans la prière, et je savais à quel point elle lui manquait, tout comme ça me manquait d'être avec
Joyce. Pourtant, j'ai vu combien il a fait ce sacrifice volontairement pour le bien de Jésus. Donc je
bientôt appris que Dieu voulait que je sois à sa disposition, disposé à être envoyé
partout où Il voulait que j'aille.
Joyce a été une vraie princesse pendant toutes ces premières années de mon ministère. je savais
mes nombreux voyages ont été difficiles pour elle, mais il n'y a jamais eu un mot de plainte.
Toujours, elle était à la maison en train de prier pour moi, essayant d'être à la fois une mère et une
père aux enfants. Nous avons discuté et prié pour chaque voyage que j'ai fait, et quand
il est devenu clair pour nous deux que je devais repartir, elle était toujours d'accord.
Peu de gens comprennent les problèmes particuliers auxquels est confronté un couple vivant ce type de
la vie. C'était difficile pour moi de maintenir le genre d'unité familiale que je
voulait, mais Dieu m'a montré quelques choses que je pouvais faire. Même si c'était coûteux, je
a commencé à se faire une pratique de rester en contact avec Joyce par téléphone aussi souvent que
possible. Nous avions vécu par la foi depuis que j'étais dans le ministère, donc j'étais

Épisode 106

confiants que Dieu pourvoirait à ce besoin pour le bien de notre famille. Et comment je

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 79/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
attendait avec impatience ces conversations avec Joyce! Mais j'étais toujours un peu
amusée quand elle me posait la même question tous les mois: «Chérie, comment allons-nous
va payer le loyer ce mois-ci?
J'ai également décidé qu'une fois tous les deux ans, j'emmènerais toute ma famille avec moi
lors d'une tournée missionnaire de trois ou quatre mois. Cela a beaucoup contribué à renforcer notre famille
liens et donner aux enfants une meilleure compréhension de ce que je faisais. Par
au fil des années, nous avons fait de nombreux voyages ensemble, partout en Amérique et en Europe.
Mais il y a eu des moments de tests sévères. Le ministère parmi les gens de la
Cape n'était pas si mal; c'était la maison. Mais les nombreux voyages à l'étranger étaient souvent
pénible.
Je n'oublierai jamais le temps que j'ai eu pour faire un vol de retour rapide. Joyce avait téléphoné
moi que Lionel, notre deuxième garçon aîné, avait eu un grave accident et était dans le
hôpital.
Quand je suis arrivé à l'hôpital Groot Schuur, Joyce était presque en hystérie.
Lionel avait joué avec des pétards. Vingt-feu d'entre eux avaient explosé en
sa poche arrière. Il y avait des blessures internes importantes. Les médecins ont dit que
seule une opération d'urgence pourrait lui sauver la vie.
Immédiatement, le diable me murmura: «Si tu étais à la maison en tant que père
ce garçon, cela ne serait pas arrivé. J'ai pris la main de Joyce et nous avons prié
certainement que Dieu toucherait Lionel.
Il a été si gravement blessé qu'il n'a pas pu être déplacé de son lit à la salle d'opération.
table. Ils ont donc installé une salle d'opération d'urgence autour de son lit, tandis qu'un
des médecins m'ont présenté un papier à signer.
«Ce formulaire nous donne la permission de pratiquer une intervention chirurgicale», a expliqué le médecin.
"Comme il est mineur, nous aurons besoin de votre signature."
«Docteur», ai-je dit, «je ne signerai pas ce papier avant d'avoir posé la main sur mon fils
et j'ai prié pour lui.
«Il n'y a pas de temps pour ça!» avertit le médecin. «Ne réalisez-vous pas que ce garçon
en train de mourir?"
«Je le sais», ai-je dit. «Laissez-moi lui imposer les mains.»
«Signez le papier!» demanda le docteur.
"Je ne peux pas avant d'avoir prié."
À cela, le médecin est parti avec colère et était bientôt de retour avec l'un des chefs

Épisode 107

médecins de l'hôpital.
"M. Thom, dit le médecin, si vous ne signez pas ce papier et que le garçon meurt, je
avez-vous arrêté!
«Mais j'ai demandé à ce médecin de me laisser imposer les mains à mon fils et de prier avant
l'opération, ai-je insisté. «Vous pouvez sûrement m'accorder cette petite faveur.»
Il m'a regardé avec dédain. «Je te donnerai deux minutes pour prier pour lui», il
cassé.
Quand je me suis approché du lit de Lionel, j'ai vu dans quelle agonie il était. - Mon fils, dis-je,
«Je vais faire ce que je crois; Je vais vous imposer les mains au nom
du Seigneur Jésus-Christ - et ensuite je vais de nouveau signer ce papier comme la loi
demandes." Puis j'ai simplement posé mes mains sur son corps tremblant et j'ai prié un
simple prière de foi, réclamant sa guérison selon la Parole de Dieu. Comme je
s'est éloigné de son lit, j'ai «entendu» Dieu me dire: «Je suis le Seigneur ton Dieu
qui guérit toutes tes maladies »
Dès que j'ai quitté la pièce, les médecins et les infirmières se sont précipités pour commencer leur travail.
https://translate.googleusercontent.com/translate_f 80/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

J'ai regardé pendant un moment pendant qu'ils entraient. Dès que la porte a été fermée, je me suis incliné
ma tête là dans ce couloir et a commencé à louer Dieu. Je savais que Dieu avait entendu
ma prière.
"Comment est-il?" Joyce a voulu savoir, quand je suis rentré dans la salle d'attente.
"Il ira bien," dis-je avec confiance.
Juste à ce moment, Joyce regarda par-dessus mon épaule et haleta. Je me suis retourné pour voir un groupe de
les médecins viennent vers nous. C'étaient les mêmes médecins que j'avais vus se dépêcher
dans la chambre de Lionel quelques minutes avant. Rapidement, je suis allé à leur rencontre.
"Qu'est-ce qui ne va pas?" J'ai demandé.
Le diable a chuchoté: «Il est mort!»
"Eh bien, M. Thom," dit le médecin en chef avec un visage cendré, "je ne sais pas
exactement comment expliquer cela, mais lorsque nous avons soulevé le couvre-lit de votre fils,
il n'y avait aucun signe de blessure, à l'exception d'une petite cicatrice ... »
Je ne pouvais pas m'empêcher de sourire largement. «Je peux expliquer cela, docteur. Tu es trop lent!
Le docteur Jesus a terminé le travail pendant que vous attendiez dans le couloir! Plus tard, je
dit à Joyce: «Je souhaite juste que le vieux Bosworth puisse être ici pour voir le
expression sur les visages de ces médecins!
"Oui," répondit Joyce, "il serait mort de rire!"

Épisode 108

Chapitre quatorze, un générateur avec de la moutarde et


Mayonnaise
En 1956, j'ai fait un autre voyage en Amérique, mais cette fois seul. j'avais reçu
invitations à prendre la parole dans de nombreuses églises et dans un certain nombre de
Conventions d'hommes d'affaires.
Pendant que j'étais à la convention à Minneapolis, j'ai commencé à ressentir un lourd fardeau pour
notre travail auprès des pauvres du Cap en Afrique. Nous avions été
en ajoutant de plus en plus d'équipes de témoins à notre groupe et en distribuant des milliers
de livres. Mais il y avait encore des multitudes qui n'étaient pas atteintes avec l'Évangile.
Il m'est venu pendant que je priais pour que je puisse faire un meilleur travail d'évangélisation si je
avait un autre générateur électrique. Je savais par expérience précédente quelles foules
viendrait dans un champ éclairé où l'Évangile était prêché.
Pendant que je priais, j'ai vu une vision. C'était comme une «image» qui passait devant mes yeux - un
image d'un générateur Holman portable. C'était vert, 110-115 volts, 1500 watts,
et était au prix de 300 $.
Ma première inclination a été de téléphoner immédiatement et d'essayer de localiser
un tel générateur. Mais comme j'ai pris le répertoire téléphonique et j'ai commencé à me tourner vers le
pages jaunes, Dieu semblait dire: «Non, vous n’étiez pas obligé de chercher
Générateur. Faites-moi confiance, et je vous y conduirai. »Alors j'ai posé l'annuaire et
a laissé la question entre les mains de Dieu. Cependant, sur une idée que je serais bientôt
ayant besoin des informations que j'avais vues dans la vision, j'ai noté les détails dans un
petit cahier et mettez-le dans la poche intérieure de mon manteau.
Dans quelques jours, j'ai quitté Minneapolis et je me suis envolé pour Fort Worth, Texas, pour parler
dans une autre convention. Après l'un des services, un groupe d'hommes chrétiens
assis autour d'une table dans un restaurant en me parlant de notre travail en Afrique.
«Nous aimerions certainement vous aider», a déclaré l'un des hommes. «Y a-t-il quelque chose que vous
avoir besoin?"
https://translate.googleusercontent.com/translate_f 81/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

«Eh bien, oui», ai-je admis. «J'ai besoin d'un générateur électrique.»
«Vous savez quel genre?
"Oui. J'ai besoin d'un Holman, 110-115 volts, 1500 watts. Dieu m'a montré que dans un
vision."
"Il a fait? Lorsque?"

Épisode 109

«Il y a quelques jours à peine. Je sais exactement à quoi ça ressemble, et je sais même comment
cela me coûtera beaucoup.
"Dire!" l'un des hommes est intervenu. "Il y a un camarade du centre-ville qui dirige une armée
magasin de surplus. Pourquoi ne descendons-nous pas le voir? Peut-être qu'il a un bon
générateur à vendre. »
Ils ont tous convenu que nous devions partir immédiatement, et comme ce n'était pas mon idée, je
a consenti à continuer juste au cas où cela pourrait être la direction de Dieu.
Quand nous sommes arrivés au magasin, un de mes amis a dit au propriétaire que nous cherchions
pour une centrale électrique portable.
"Oui monsieur!" il a dit. "De quelle taille avez-vous besoin?"
«Juste un escargot», répondis-je, ne voulant pas divulguer les détails à ce stade.
«Pourquoi ne nous montrez-vous pas ce que vous avez?»
"D'accord," acquiesça le propriétaire "Je pense que j'ai exactement ce dont vous avez besoin tout de suite
ici." Et il nous a emmenés dans une autre pièce et nous a montré un assez gros générateur
peint en rouge vif.
«N'est-ce pas une beauté? dit-il en souriant.
"Oui, c'est une belle, d'accord," répondis-je, "mais je ne peux pas le supporter."
«Mais attendez que vous entendiez le prix!» dit-il, toujours souriant. «Vous pouvez avoir ceci
générateur pour 375 $ - et c'est le meilleur portable que j'ai. »
«Non, ai-je dit, ce n’est pas la bonne couleur.
Je suppose qu'il pensait que je plaisantais parce qu'il a complètement ignoré ce que j'ai dit et
m'a offert un prix inférieur.
"Trois cinquante?"
"Non, je ne peux pas le supporter."
«Trois heures quarante-cinq?»
«Non, tu ne comprends pas. Ce n'est pas la bonne couleur. Est-ce tout ce que vous avez?
«Oh, non,» dit-il. «J'en ai plus. Regarde par ici - comment va celle-ci?
Il était peint en gris.
«Non, ai-je dit, ce n'est pas non plus la bonne couleur. Tu n'en as pas un autre?
Il m'a regardé comme si j'étais une sorte de cinglé. «Eh bien, j'ai ça
orange une poule, et voici une autre rouge - et cette bleue. Aimez-vous un
de ces couleurs?

Épisode 110

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 82/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

«Non, ai-je dit, rien de tout cela ne fera l'affaire. Il y en a un autre que vous ne m'avez pas montré.
"Non," dit-il, "vous avez vu tous mes portables." "Êtes-vous sûr?"
Juste à ce moment-là, l'un des camarades qui m'accompagnaient a crié: «Hé, les gars,
en voici un coincé ici!
«Oh, ouais,» l'aide du propriétaire du magasin, «j'ai tout oublié de celui-là! «Il attend de nouveau
tirez-le là où nous pourrions tous le voir. Immédiatement, j'ai fouillé dans la poche de mon manteau
et a sorti un petit carnet de notes.
«Regardez ça, maintenant», ai-je dit aux hommes, et j'ai levé le cahier ouvert devant
mon visage.
«Très bien, monsieur», dis-je. 'J'ai mon petit cahier ici, et j'ai écrit
ce dont j'ai besoin. De quel type de plante s'agit-il? »
«Holman.»
«D'accord, quelle est la couleur?»
"Vert."
«Quelle est la tension?»
«110-115 volts.»
«Quelle est la puissance?»
«1,5 kilowatts.»
«Qu'est-ce que c'est en watts?»
«Quinze cents watts.».
«D'accord, quel est le prix?»
"À vous de me dire"
"Non, dites-moi."
«D'accord, 300 $.»
Avec un large sourire sur mon visage, je me suis dirigé vers cet homme et lui ai remis mon
Petit cahier. «Ami», dis-je, «voulez-vous bien lire ce qu'il y a dans mon livre? Ce
c'est ce que Dieu m'a dit il y a quelques jours à peine. Il a jeté un coup d'œil sur ma liste de
spécifications et secoua la tête avec étonnement.
J'ai fait renvoyer cette centrale électrique en Afrique, sachant à quel point elle serait précieuse
dans les nombreuses réunions en plein air que j'aurais à mon retour au Cap.
Cependant, il y avait encore un gros problème auquel j'étais confronté. Comment allais-je

Épisode 111

transporter ce générateur d'un endroit à l'autre, une fois qu'il est arrivé en Afrique? je n'avais aucun
voiture. Les voitures étaient très difficiles à trouver en Afrique. Aussi longtemps que j'avais été
le service, j'avais été autorisé à utiliser des véhicules de l'armée. Mais maintenant que j'étais sur
la mienne, je devais marcher ou faire du stop partout où j'allais.
Plus j'y pensais, plus je réalisais à quel point un morceau de
équipement que le générateur serait sans voiture. Alors j'ai décidé que je postulerais à
le gouvernement pour un permis d'importation spécial à mon retour en Afrique, afin que je puisse
acheter une voiture de fabrication américaine.
Beaucoup de mes amis m'ont dit combien il était difficile d'obtenir ces permis. Seulement le plus
les gens importants étaient autorisés à importer des voitures, m'a-t-on dit, et à moins que je
un fonctionnaire du gouvernement pour tirer quelques ficelles pour moi, ce serait complètement hors
de la question.
Un de mes amis m'a donné le nom d'un sénateur chrétien qui pourrait

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 83/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
aide-moi.
vous devezMaisfairealors que
est de mejedemander;
priais pourvous
savoir comment
n'avez procéder,
pas besoin Dieu semblait
de connivence; me dire:
si vous «Tout simplement en mon nom,
demandez
Je le ferai."
J'ai donc décidé de ne pas parler au sénateur et je suis plutôt allé directement au
bureau d'importation du gouvernement et a demandé une demande de permis d'importation. Sur
cette application, j'ai écrit que je voulais une voiture à moteur Chevrolet, modèle 1956,
couleurs or et jaune. Puis je suis rentré chez moi et j'ai dit à Joyce ce que j'avais fait.
«Or et jaune?» gloussa-t-elle. «Pourquoi des couleurs aussi folles?»
«Qu'y a-t-il,» taquinai-je. «Tu n'aimes pas la moutarde et la mayonnaise?
«Bob», dit-elle en riant, «qui a entendu parler d'un prédicateur conduisant quelque chose comme ça?
Eh bien, je parie qu'ils ne fabriquent même pas une voiture de cette couleur.
«Oh, oui,» répondis-je. «J'en ai vu un lors de mon dernier voyage aux États-Unis, et j'ai fait
dans mon esprit à ce moment-là et là, c'est le genre de voiture que je voulais! Elle
s'affala sur la grande chaise du salon et rit jusqu'à ce que les larmes coulent. "Oh,
Bob, dit-elle entre deux rires, tu es juste trop!
Eh bien, il ne semblait pas très probable que j'obtienne le permis de toute façon, mais j'avais le
promesse de Dieu alors j'ai continué à m'accrocher à la foi. Pendant que j'attendais, je suis arrivé à
rencontrez un jour un missionnaire qui essayait d'obtenir un permis pour importer un camion.
"Vous savez," dit-il, "ces permis valent leur pesant d'or de nos jours."
«Oui, je sais», ai-je répondu. «Vous attendez-vous à obtenir le vôtre?»
"Eh bien, ce sera difficile," répondit-il, "mais j'ai un sénateur chrétien qui travaille pour

Épisode 112

moi, alors peut-être que ce n’est pas désespéré.


Quand je l'ai interrogé davantage, j'ai découvert que le sénateur était le même
qui m'avait été recommandé par mon ami.
«Eh bien, ai-je dit, j'ai aussi une demande, mais j'ai mis la mienne directement dans le
bureau d'importation. »
"Tu l'as fait?" le missionnaire rit. "Vous savez où cette application se terminera
en haut?"
"Nulle part?"
«Dans la poubelle!»
Cela semblait décourageant, mais j'ai continué à louer Dieu pour ce permis. Environ deux
quelques semaines après avoir soumis la demande, j'ai reçu une lettre du bureau d'importation.
Quand j'ai ouvert l'enveloppe, il y avait le permis.
"C'est ici!" J'ai crié à Joyce.
«Est-ce vraiment le permis? »Elle a demandé avec incrédulité. "Ouais. Dieu va nous donner
une voiture!"
"Oh-oh," dit-elle. «Voici la moutarde et la mayonnaise!»
«Tu ferais mieux de le croire,» rigolai-je. «Dieu me donne ce que je demande!»
Maintenant que j'avais le permis, j'étais prêt à affronter le prochain grand obstacle. Et un grand
c'était un obstacle! J'avais un permis, mais pas d'argent.
«Comment pouvez-vous penser à obtenir une voiture sans argent?» se moqua le diable.
N'ayant pas de réponse sensée à cette question, j'ai décidé d'ignorer la pensée
et laissez à Dieu le soin de travailler sur les détails.
Plus tard dans cette année 1956, j'ai fait un autre voyage aux États-Unis. Cette fois, j'ai rencontré un
bon ami chrétien, Albert Seitz, qui m'a proposé de me conduire où je voulais
pour aller dans son camion. Donc pendant deux mois et demi, j'ai roulé dans tout le pays

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 84/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
ce camion. Chaque fois que nous avons croisé une Chevrolet or et jaune, je dirais tout de suite
fort, "Merci, Seigneur, c'est la voiture de couleur que je veux."
Albert riait et disait: «Croyez-vous vraiment que vous allez l'obtenir?»
"Bien sûr que oui," répondis-je. «Dieu me l'a dit!»
Finalement, nous sommes arrivés à Hampton, Iowa, et Albert a dû rentrer chez lui. Il
m'a déposé chez un frère chrétien du nom de Floyd
Methfessel, qui devait me conduire à Minneapolis, où je devais prêcher à un
Convention des hommes d'affaires du Plein Evangile le lendemain.

Épisode 113

En moins d'une heure, Floyd était prêt à commencer le voyage. Dès que nous étions sur le
autoroute, il voulait tout savoir sur le travail que je faisais pour le Seigneur
Afrique. Je lui ai tout expliqué sur nos équipes de témoins et nos réunions en plein air,
et comment nous faisions souvent du stop d'un endroit à l'autre.
«Frère Thom,» dit-il, «vous avez besoin d'une voiture en Afrique, n'est-ce pas?»
«Oh, oui,» j'ai dit, «mais le Seigneur va pourvoir. Je lui ai déjà demandé un
nouvelle Chevrolet »« Oh, c'est vrai? » il a dit. «Et quelle couleur aimeriez-vous
votre nouvelle Chevrolet? »
«Or et jaune», ai-je dit. «Moutarde et mayonnaise.»
Il a éclaté de rire. «Ici, la plupart des prédicateurs conduisent des voitures noires», dit-il.
«Je sais», dis-je, «mais je préfère l'or et le jaune.
«Eh bien, chacun à son goût», gloussa-t-il.
Quand nous sommes arrivés à mon hôtel à Minneapolis, Floyd m'a dit: «Frère Thom,
Je veux que vous reveniez me rendre visite dans quelques mois. Serait-ce
possible?"
«Eh bien, je pense que oui,» répondis-je en sortant mon agenda de ma poche «Voyons voir…
oui, je peux être de retour chez vous dans dix semaines.
"Bon!" il s'est excalmé. «J'attends avec impatience votre visite!» Et avec ça nous
se sépara.
Le lendemain, la convention des hommes d'affaires du Full Gospel a commencé dans l'hôtel même
où je logeais. Il y avait un certain nombre d'orateurs exceptionnels qui
administré pendant la semaine, et le Saint-Esprit a été répandu sur de nombreux
gens. Je n'oublierai jamais une réunion en particulier. Demos Shakarian, président
du Full Gospel Businessmen's Fellowship International, était là ce soir-là
Le Dr Mordecai Ham, l'évangéliste baptiste qui avait dirigé Billy
Graham à Christ.
À la fin du service, l'invitation régulière a été donnée à tous les
allez dans une pièce qui avait été désignée comme salle de prière. Aussi tôt que le
invitation a été donnée, je me suis rapidement rendu dans la salle de prière pour aider à
de toute façon je pourrais. Mais à ma grande surprise, la salle était si pleine que je ne pouvais que
tenez-vous à la porte et priez tranquillement pour ceux qui sont à l'intérieur. Après avoir prié pour un
pendant, j'ai levé la tête et j'ai été un peu surpris de trouver Mordecai Ham debout
là à côté de moi, à regarder tout ce qui se passait!
Beaucoup de gens dans cette salle de prière ont reçu le baptême dans l'Esprit qui

Psaumes 114

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 85/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

nuit et parlait en langues. Parmi eux se trouvaient un certain nombre de luthériens


ministres - et en 1956, c'était pratiquement inconnu. Alors que le Saint-Esprit est tombé
sur ces personnes, Mardochée Ham s'est tourné vers moi en pleurant. «Penser, dit-il, que
J'ai combattu la manifestation des langues pendant près de soixante ans!
Je suis retourné dans ma chambre ce soir-là en me réjouissant en Esprit. "Seigneur," dis-je à l'intérieur
moi-même, «c'est merveilleux! Toutes sortes de personnes s'ouvrent au Saint
Esprit!"
À partir de cette convention, j'ai participé à de nombreuses autres réunions et j'ai été témoin de centaines de
des miracles de salut et de guérison. Mais finalement les dix semaines se sont écoulées, et je
Je savais que je devais retourner chez Floyd Methfessel dans l'Iowa, comme précédemment
promis.
En fait, je ne savais pas pourquoi je devrais faire ce voyage de retour chez Floyd, mais
Dieu semblait m'assurer que c'était sa volonté. Et cette assurance était
souligné lorsque j'ai croisé à nouveau Albert Seitz et sa piste, et il
m'a proposé de m'emmener chez Floyd une fois de plus!
Il était vers minuit quand nous sommes arrivés dans l'allée de Floyd, et la maison
était sombre. En sortant du camion, Albert a dit: «Reste ici, je verrai si
Je peux les lever. Il a laissé le camion en marche et a disparu dans l'obscurité.
Me sentant assez fatigué par le long trajet en voiture, j'ai décidé de sortir pour un tronçon. Le
les phares du camion brillaient sur les portes du grand garage double de Floyd.
Paresseusement, j'ai regardé à travers les panneaux de verre de ces portes de garage. Là, par le
éclairage des phares, j'ai vu une Chevrolet or et jaune. ...
Dans quelques minutes, Albert était de retour déchargeant mes bagages et les
la maison. Dès que cela a été fait et que nous étions à l'intérieur de la maison et avons eu
a échangé des salutations, Floyd m'a dit: «Vous avez regardé dans le garage,
tu?"
«Oui,» ai-je admis en souriant.
«Et qu'avez-vous vu?
«J'y ai vu une Chevrolet - une Chevrolet or et jaune.
«C'est vrai», dit-il. «C'est ta voiture! Le Seigneur m'a dit de l'obtenir pour vous! "
Mes yeux se sont remplis de larmes de joie alors qu'il me conduisait en bas au garage et
m'a remis les clés. «Ça y est», dit-il. "Entrez. Tout est à vous,"
Quand je suis arrivé au volant de cette toute nouvelle voiture, tout ce que je pouvais faire était
inclinez la tête et dites en larmes: «Merci, Jésus! Merci! Merci!"

Épisode 115

De retour en Afrique, j'ai immédiatement mis ma voiture «moutarde et mayonnaise»


utiliser. J'ai attelé mon générateur et je suis allé dans de nombreux villages pour prêcher
Evangile en plein champ. Des multitudes de personnes sont venues, autant voir la voiture et la
des lumières électriques pour entendre l'Évangile. Mais Dieu a honoré Sa Parole et des milliers
ont été sauvés et guéris.
Un soir, nous avons tenu une réunion à Athlone, une banlieue du Cap. Inconnu de
moi, il y avait une Mme Beades à la réunion, un chrétien rétrograde qui avait un
vessie déchirée. Six ans auparavant, un gangster était entré par effraction dans son deuxième étage
appartement; elle a couru dans la salle de bain et a claqué la porte. Frénétiquement, elle
a essayé de ramper par la fenêtre, mais est tombée et s'est gravement blessée. Elle était
s'est précipitée à l'hôpital où elle a été radiographiée rapidement. Les photos ont montré un
vessie déchirée et plusieurs os fracturés. Mais ne pas avoir assez d'argent pour

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 86/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
subir une intervention chirurgicale à ce moment-là, elle a demandé à être renvoyée chez elle pour récupérer du mieux qu'elle po
Le triste résultat de cet accident était qu'elle pouvait retenir très peu de liquide
cette fois-là. Pendant six ans, elle n'avait pas osé boire une tasse de café ou de thé avant
aller au lit. Elle n'avait pas non plus pu aller à l'église - ni nulle part ailleurs, pour cela
matière. C'était un miracle qu'elle ait survécu; mais apparemment, Dieu était épargnant
elle et lui donnant le temps de sortir de son état rétrograde.
Puis vint cette nuit-là lorsque Mme Beades vint à notre réunion à Athlone. Comme elle
assis là à écouter, j'ai dit: «S'il y a quelqu'un ici qui veut se mettre d'accord avec le
Seigneur ce soir, lève-toi sur tes pieds; Je vais prier pour vous. Elle se leva,
avec beaucoup d'autres, et est revenu au Seigneur.
Après la prière, j'ai dit: «Maintenant, s'il y a quelqu'un ici qui est malade, avancez;
Je vais prier pour les malades dans quelques minutes.
Mais elle se tenait juste là, enracinée sur place. Il était difficile pour elle de croire en «ceci
entreprise de guérison. » Son église lui avait appris que les jours des miracles sont passés,
et cette guérison n'est pas pour aujourd'hui. Alors elle a décidé qu'elle resterait juste là et
Regardez.
La nuit suivante, elle était de retour. Quand j'ai donné l'invitation à la guérison, elle était
parmi les premiers à se manifester. Quand est venu son tour de prier pour elle, j'ai dit,
«Madame, de quoi voulez-vous être guéri?
«Monsieur,» répondit-elle, «je ne suis pas venue pour qu'on prie; Je suis venu pour vous dire et tout
ces gens ici que la nuit dernière, j'ai eu une guérison merveilleuse.
"La nuit dernière?" Je ne me souviens pas avoir prié pour elle.
«Oui», dit-elle. «Je veux juste vous dire que la nuit dernière, je suis venu ici avec un
vessie. J'avais pu retenir seulement très peu de liquide dans mon corps pendant six

Épisode 116

années. Mais hier soir pendant que tu priais pour les autres, quelque chose d'étrange
arrivé. J'ai senti une main invisible masser ma vessie. ... »Sur ce, elle a commencé à
pleurer.
Je n'avais jamais rien entendu de tel auparavant. "Dites-nous exactement ce que vous avez ressenti," je
dit, cherchant plus d'informations.
«Oh,» dit-elle en souriant à travers ses larmes, «c'était vraiment embarrassant! C'est juste
ressenti comme des doigts chauds massant doucement ma vessie. Je ne peux pas l'expliquer mieux
que ça. Tout ce que je sais, c'est que je suis rentré chez moi et que j'ai pris une tasse de café avec mon
mon mari avant d'aller me coucher - ce que je n'ai pas fait depuis six ans.
«Et cela ne vous a pas dérangé?
"Non. Je ne me suis jamais levé de la nuit. Alors quand je me suis réveillé ce matin, j'ai réalisé que j'avais
été guéri.
«Et vous avez eu une vessie déchirée?»
«Oui», dit-elle, «mon dossier est terminé à l'hôpital Groot Schuur. Je suis censé être
Radiographié à nouveau mardi pour une éventuelle intervention chirurgicale.
Alors que je me tenais là à parler avec elle, Dieu m'a montré que même si sa vessie était
guérie, elle souffrait toujours des fractures, qui n'avaient pas guéri correctement.
Alors je lui ai simplement posé les mains et l'ai prononcée complètement guérie au nom de
Jésus. Elle tremblait sous la puissance de Dieu.
«Maintenant, ai-je dit, que s'est-il passé?
"Oh!" s'exclama-t-elle. «J'ai encore senti cette main masser mes os! Je les ai entendus
remettre en place! »
Mardi, Mme Beades m'a dit plus tard, elle est allée à l'hôpital pour son X-
des rayons. Alors qu'elle était dans la salle d'attente, elle a commencé à dire aux autres patients externes

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 87/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
sur ce qui s’était passé. Au bout d'un moment, quelques médecins ont entendu le
conversation et ils lui ont dit: «Madame, vous dérangez les autres patients.
Viens avec nous."
Alors ils l'ont emmenée dans une pièce et lui ont offert une chaise. «Maintenant, alors,» ont-ils dit,
«Racontez-nous l'histoire que vous racontiez à ces gens là-bas.»
Alors elle a tout répété pendant qu'ils écoutaient avec scepticisme. Enfin le plus âgé des
les deux ont dit à la plus jeune: "Prends son dossier."
Lorsque les fichiers ont été apportés, ils ont trouvé les rayons X qui montraient les fractures
et la vessie déchirée. «Mais nous ne saurons pas s'il y a eu des changements tant que nous
pris de nouvelles radiographies », a déclaré le médecin plus âgé.

Épisode 117

Elle est donc allée à la salle de radiographie, puis a attendu dans une salle de consultation le
rapport. Après environ une heure, le médecin est entré et a regardé Mme Beades
silencieusement pendant un moment. Enfin, il a pris la parole très brusquement: «Vous pouvez rentrer chez vous,
Mme Beades; tu as été guéri.
«Louez le Seigneur!» elle a ri. "Qu'est-ce que je t'avais dit?"
Le docteur eut un sourire penaud en quittant la pièce.
Quand Mme Beades m'a raconté cette histoire plusieurs jours plus tard, j'ai dit dans mon souffle,
«Merci, Seigneur, pour un générateur et une voiture à la moutarde et à la mayonnaise!

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 88/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

Épisode 118

Chapitre quinze, Safari à Tonetti


En 1959, j'avais acheté une grande tente verte, 60 x 120 pieds, qui s'est avérée être un
endroit idéal pour nos réunions. Après avoir monté la tente dans de nombreux endroits et
autour du Cap, il semblait que Dieu me disait d'emmener ma famille sur un
longue tournée en Afrique du Sud. Mon objectif était d'atteindre un endroit appelé Tonetti,
à environ 1200 miles de là, loin dans le coin nord-est de l'Afrique du Sud. C'était un
zone de grande obscurité spirituelle, où les gens écoutaient les conseils de la sorcière
les médecins et les démons adorés.
Quand j'ai suggéré à Joyce qu'elle et les enfants viennent avec désinvolture, leur
les visages s'illuminent de joie.
"Quelle bonne idée!" S'exclama Joyce. «Jusqu'où irons-nous?»
«Douze ou treize cents milles. Un endroit appelé Tonetti, autour de Kroger
National Park, "" Mais c'est le pays des lions, n'est-ce pas? " Elle eut l'air soudainement inquiète.
"Oui. Le pays des serpents aussi.
«Je pourrais penser à de meilleurs endroits pour faire du camping.» «Mais aucun n'est aussi excitant, mon
ma chérie, ai-je taquiné. Les enfants bavardaient tous à la fois. Les lions et les serpents ont sonné
excitant pour eux. Mais Joyce n'en était pas si sûre.
«Tout ira bien», lui assurai-je. «Nous ne traverserons pas le parc, donc ce sera
parfaitement sûr. »
«Très bien,» dit-elle avec résignation. «Si Dieu veut que nous y allions….»
Ainsi, la semaine suivante, Joyce et moi et nos six plus jeunes enfants (nous avions
huit à ce moment-là) coincé dans notre Chevrolet jaune et or et se dirigea vers le nord,
tirant notre tente et notre générateur derrière nous.
Ce fut un voyage long et fastidieux qui dura plusieurs jours. La nuit, nous nous arrêtions
en cours de route et plantez une petite tente que nous avions apportée pour le camping. À
l'aube, nous serions tous debout pour le petit-déjeuner sur un feu ouvert, avant de commencer
de nouveau.
Quand nous sommes finalement arrivés dans le village natal de Tonetti le quatrième jour, Mack
les gens venaient de partout pour voir la «merveille dorée». Ils
aimait particulièrement le chrome, et le touchait avec délice, bavardant entre
eux-mêmes dans une langue que je ne comprenais pas.
On m'avait dit qu'il y avait une femme missionnaire travaillant à Tonetti - une Miss

Épisode 119

Stacey, qui servait sous le British Assemblies of God Mission Board.


Joyce et moi étions impatients de rencontrer Miss Stacey et de voir ce que nous pourrions faire pour
aider. Nous avons eu du mal à faire comprendre aux indigènes ce que nous voulions,
mais quand nous avons dit le nom «Stacey» trois ou quatre fois, leurs visages s'illuminaient et
ils nous ont fait signe de les suivre.
Mlle Stacey était une femme petite mais énergique qui avait une grande compassion pour le
besoins des habitants de Tonetti. Dès qu'elle a découvert qui nous étions, pourquoi nous
était venu, et que nous avons mal une tente et un générateur électrique, elle était ravie.
«C'est une réponse à mes prières», dit-elle avec un visage radieux. «Le travail ici
a été lent - juste un converti de temps en temps. Mais ce dont nous avons besoin est un moyen de
https://translate.googleusercontent.com/translate_f 89/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
atteindre plusieurs d’entre eux à la fois.
«Eh bien,» j'ai dit, «installons la tente et voyons ce qui se passe. Je prédis que nous serons
emballé à chaque service.
"Je le crois!" elle a chanté. «Dieu va nous donner un réveil!»
«Au fait, ai-je dit, pouvez-vous nous fournir un interprète?
«Oui, répondit-elle, nous avons un jeune homme. Danielli est son nom. Je lui demanderai de
aider."
Nous avons prié ensemble pendant quelques minutes, remerciant Dieu de nous avoir réunis
et pour le réveil qu'Il allait envoyer. Ensuite, nous avons cherché une grande clairière
assez pour installer la grande tente.
Cela ne nous a pas pris longtemps. Même les enfants ont aidé, et en fin d'après-midi nous
avait la tente installée et câblée pour les lumières. De grandes foules d'indigènes se tenaient autour
curieusement, nous regardant travailler. J'ai demandé à Mlle Stacey de leur parler des services
nous allions avoir.
Cette nuit-là, il y avait une foule à débordement dans et autour de la tente bien avant le
le service devait commencer. Quand j'ai démarré le générateur et que les lumières se sont allumées,
ils poussèrent des cris de joie.
Quand le temps est venu pour moi de prêcher, Danielli était là à mes côtés. Aussitôt que
nous avons commencé, je savais que Mlle Stacey avait fait un choix judicieux. Chaque déclaration que j'ai faite
a été interprété avec une grande puissance et onction. Parfois, des larmes coulaient sur son
joues pendant qu'il parlait. Lorsque nous avons donné l'invitation, de nombreux autochtones
répondit, acceptant Jésus comme leur Sauveur.
Nous avons également prié pour les malades lors de ces réunions. Danielli a prié avec
moi, et oh, l'amour et la compassion qui coulaient de son cœur!

Psaumes 120

Après le service, j'ai dit à Mlle Stacey: «Ce jeune homme, Danielli, je n'ai jamais
vu quelque chose comme lui. Est-il né dans une maison missionnaire, ou où est-il arrivé
ail ce pouvoir?
"Non, Frère Thom," répondit Mlle Stacey, "Danielli est né juste ici en
le pays de la brousse. Son frère est missionnaire à environ 10 km d'ici, mais
Danielli a eu de très mauvais débuts.
"Oh? Que veux-tu dire?"
«Il a étudié pendant cinq ans pour devenir sorcier.» «Un sorcier? C'est
incroyable! Comment est-il devenu chrétien?
«Eh bien, c'est une histoire intéressante. La nuit de son diplôme de sorcière
formation médicale, qui a eu lieu un samedi soir à minuit, les instructeurs
a dit à Danielli que Satani viendrait en lui vingt-quatre heures plus tard.
«Qui est Satani?» J'ai interrompu.
«C'est le nom natif de Satan. Ils lui ont dit que Satani viendrait comme une flamme
du feu et prenez possession de lui. Il devait se tenir devant sa hutte à minuit,
et quand il a vu le feu venir, il devait ouvrir la bouche, et Satani
entrez-le.
«Et cela lui donnerait des pouvoirs surnaturels, je suppose?
"Oui, ils lui ont dit qu'il recevrait le pouvoir de la vie et de la mort."
"Alors, qu'est-ce-qu'il s'est passé?"
«Eh bien, la nuit suivante, il a fait ce qu'on lui avait dit. Peu avant minuit, il est sorti
et se tenait dans l'obscurité à côté de la porte de sa hutte, attendant que le feu

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 90/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
apparaître. Alors qu'il
frère missionnaire qui se tenait
l'avait là, ilàaplusieurs
averti commencé à avoirdepeur.
reprises Il a pensédeà Satani.
la puissance son
Plus il restait là, plus il était craintif.
«Je parie que son frère priait pour lui», commentai-je.
"Il était; il nous a dit plus tard. Eh bien, de toute façon, comme l'heure de minuit est venue très dose,
tout à coup Danielli se dit: «Voici le feu! Cela lui faisait tellement peur,
que sa seule pensée était d'atteindre son frère aussi vite que ses jambes le porteraient.
Alors qu'il courait, il a dit qu'il pensait pouvoir entendre le diable juste derrière lui.
«Je ne serais pas surpris si c'était vraiment le cas», ai-je dit. «Le pouvoir de ces sorcières
les médecins sont plus réels que ce que beaucoup de gens pensent.
"Je sais. Je l'ai vu aussi. Eh bien, Danilli a couru pendant six miles en montée et en descente
à travers ce pays infesté de lions et de serpents, et quand il est arrivé chez son frère

Épisode 121

mais il s'est presque effondré en criant: «Aidez-moi! Et son frère s'est enfui, et
il nous a dit plus tard qu'il ressentait la puissance de Satani tout autour. Alors il a crié: 'Satani,
Je vous réprimande au nom de Jésus-Christ! Je t'ordonne de quitter mon frère
en solo! Allez et ne revenez plus! "
"Et après, que s'est-il passé?"
«Danielli a dit que instantanément, il a senti le pouvoir du mal partir, et il a commencé à pleurer
pour la joie. Et en quelques instants, son frère l'a conduit à se tourner vers le Christ, et lui aussi
reçu le baptême du Saint-Esprit. «Louez le Seigneur!» J'ai crié, applaudissant
mes mains ensemble. «N'est-ce pas merveilleux!»
"Oui," répondit Mlle Stacey. 'Dieu a été bon avec Danielli, il sera un grand
bénédiction dans ce réveil »Plus tard dans la nuit, Joyce et moi et les six enfants nous sommes tous installés
pour une nuit de repos dans notre petite tente de 14 'x 10' x 6 '. Nous avons dormi dans cette tente
toutes les nuits. Les enfants ont pensé que c'était très amusant d'être emballé là-dedans comme
sardines. Mais il y avait beaucoup de ballottements et de retournements, et tu te réveillais
matin en se demandant à qui le pied était presque dans ta bouche.
Mais c'était très amusant. En fait, nous vivions comme des rois. Nous pourrions acheter un gros morceau de
viande pour quinze cents, et nous obtenions des légumes des agriculteurs qui vivaient dans les environs
la zone. Nous avons cuisiné sur un feu ouvert, et les indigènes étaient gentils avec nous et
a apporté de nombreux cadeaux de nourriture. Nous nous sommes donc sentis très heureux, malgré le mineur
inconforts du camping.
Nuit après nuit, les bénédictions de Dieu ont été déversées sur les services. Danielli était
toujours à mes côtés alors que nous servions le peuple, et beaucoup, beaucoup de gens
expérimenté le miracle du salut. Le grand nombre de conversions a été
provoqué, non seulement par la prédication de la Parole, mais aussi par les signes
et des miracles, qui ont profondément impressionné les gens avec la puissance de Jésus.
Une nuit, une femme est entrée dans la tente qui était si mal courbée qu'elle
le front touchait presque le sol. Elle boitillait avec l'aide d'un vieux
bâton tordu, sa tête légèrement inclinée vers le haut. Ses yeux enfoncés et ratatinés
mais une bouche déterminée étaient des signes révélateurs de la vie difficile qu'elle avait vécue. Douloureux
assez, au moment de prier pour les malades, cette pauvre femme était
ligne de guérison.
«Danielli, ai-je dit, demandez-lui depuis combien de temps elle est comme ça. Il y avait un bref
échange entre eux.
«Neuf ans», répondit-il.
Immédiatement, Danielli et moi avons posé nos mains sur elle au nom de Jésus, et je
dit: «Cette femme, liée ces neuf années par Satan, ne devrait-elle pas être relâchée

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 91/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

Épisode 122

Le nom de Jésus?
J'ai dit cela en me rappelant comment Jésus, confronté à un cas similaire, avait
dit: «Cette femme, que Satan a liée, ne devrait-elle pas, voici, ces dix-huit ans,
être délié de ce lien (Luc 13:16). Mais ensuite il m'est venu que cette femme
l'affliction avait été causée par un «esprit» d'infirmité, selon un verset précédent
dans le chapitre.
Prenant cela comme un indice de la cause de la condition de cette femme, qui était maintenant
devant nous, j’ai dit: «Au nom de Jésus-Christ, mauvais esprit d’affliction, je
ordonne-toi de sortir d'elle et libère-la dès maintenant!
Immédiatement, elle jeta son bâton au sol, se redressa et commença à
dansez pour la joie, parfaitement entière au nom de Jésus! La plupart des gens pleuraient, et
avant la fin de ce service, de nombreux indigènes ont reçu Jésus comme leur Sauveur.
«Oh, frère Thom!» Mlle Stacey s'est exclamée en larmes. «Le réveil pour lequel j'ai prié
est venu!" Au cours du réveil, le Seigneur a délivré de nombreuses personnes qui
possédé du diable. Certaines de ces personnes tourmentées ont tenté de briser le
services, agissant comme des animaux et faisant des bruits étranges. Mais quand nous avons réprimandé
ces mauvais esprits au nom de Jésus, ces gens ont été parfaitement délivrés.
Trop tôt, cependant, le moment est venu où je savais que nous devions commencer le long voyage
domicile. Joyce était assez fatiguée et je savais que les enfants aussi étaient fatigués. Alors
avec des émotions mitigées, nous avons démonté la tente et avons dit au revoir à tout le monde.
«Je n'oublierai jamais ces jours merveilleux», dit Mlle Stacey avec des lèvres tremblantes.
«Cela a vraiment été l'œuvre du Saint-Esprit!»
«Oui, et ce n'est que le début», ai-je répondu. «Tant que vous êtes jeune
des hommes comme Danielli ici, le travail continuera. J'ai ensuite embrassé Danielli comme si
il était mon propre fils, est monté dans la voiture et est parti, alors que des milliers d'indigènes
nous a fait ses adieux.

Épisode 123

Chapitre seize, «Sortez cet homme de la ville?


Nous avions prévu de nous diriger vers la côte est en rentrant de Tonetti.
Cette partie de l'Afrique était peuplée de nombreux hindous, et je sentais que ce serait un
véritable défi de travailler avec des personnes connues pour être très résistantes
Efforts missionnaires chrétiens. Ayant déjà communiqué avec un pasteur en
Melville du nom de Bobby Mannikim, qui était lui-même un hindou converti,
nous étions impatients d'accepter son invitation à prêcher l'Évangile dans ce difficile
https://translate.googleusercontent.com/translate_f 92/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
communauté.
Melville était une ville sucrière très active. La plupart des agriculteurs autour du
les régions périphériques cultivaient la canne à sucre et la vendaient à la grande usine pour la transformation.
Dès que nous sommes entrés dans cette ville, nous savions que nous étions en territoire hindou. Presque
toutes les femmes portaient le sari indien et de nombreux animaux erraient dans les rues.
Des groupes d'hommes ont regardé avec intérêt notre automobile en or et jaune pendant que nous allions
par.
Ce fut une période de grande joie lorsque nous avons retrouvé Bobby Mannikim. Bien que nous
ne nous étions jamais rencontrés auparavant, nous avons ressenti un lien de fraternité chrétienne au moment où nous
se sont regardés.
«Bienvenue à Melville, frère Melville!» il a chanté «Quelle joie de vous avoir
ici!"
Je l'ai remercié pour l'accueil chaleureux et présenté tout le reste de ma famille.
Puis nous sommes restés debout et avons bavardé gaiement sur le réveil, nous étions sûrs que Dieu était
va envoyer. Après l'effusion de l'Esprit de Dieu à Tonetti, notre foi était élevée
pour Melville.
Le lendemain, Bobby nous a aidés à trouver un terrain vague où nous pourrions ériger notre tente.
Au milieu de la matinée, nous travaillions dur pour mettre les poteaux et dérouler les
Toile. Pendant que nous travaillions, j'ai remarqué que de nombreux hindous se tenaient debout, essayant de comprendre
ce que nous faisions.
Ce soir-là, le mot avait circulé dans toute la ville que nous avions un
la relance. Beaucoup de chrétiens locaux se sont présentés pour le premier service; mais à notre
déception, seule une poignée d'hindous est venue. En quelques jours, cependant,
des miracles de guérison ont commencé à se produire, et de plus en plus d'hindous ont afflué vers
la tente pour voir ce qui se passait.
Lorsque quelques hindous se sont convertis, je savais que nous allions
difficulté. Nous étions surveillés attentivement par les prêtres hindous, et ils
visiblement senti menacé par notre présence.

Épisode 124

Les foules devenaient de plus en plus grandes. Un matin, après que nous ayons eu une
bon service la veille, Bobby a reçu un appel téléphonique de l'un des
prêtres.
«Faites sortir cet homme de la ville», a averti le prêtre hindou. «Sinon, nous allons
tuez-le ce soir. Et sans attendre de réponse, il raccrocha.
La couleur se dissipa du visage de Bobby. Je savais que quelque chose n'allait pas. «Quel est le
matière?" J'ai demandé.
«Ils menacent de vous tuer.»
"Qui?"
"Les prêtres hindous."
"Mais pourquoi?"
«Vous faites trop de convertis. Ils sont très en colère. Soit tu quittes la ville
immédiatement, ou ils vont vous tuer.
"Ce soir?"
«C'est ce que le prêtre a dit. Il était furieux. «Que pensez-vous que je devrais
fais?"
«Peut-être que nous ferions mieux de démonter la tente et de vous préparer. Après tout, vous
j'ai une famille à laquelle penser.
Je me suis assis en silence pendant quelques instants, juste à réfléchir. «Bobby», dis-je enfin, «donne-moi
une heure pour prier. J'ai l'impression d'avoir besoin de conseils. »

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 93/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
Trouvant un endroit où je pourrais être seul, j'ai présenté la question à Dieu. «Seigneur, toi
m'a envoyé ici pour cette mission, et maintenant vous voyez comment je suis menacé. Quoi
voulez-vous que je fasse?
Pendant que je priais, Dieu m'a apporté deux passages d'Écritures avec beaucoup de force.
«Ne vous ai-je pas dit dans Ma Parole que le moment viendrait
Quiconque vous tuera pensera-t-il faire le service de Dieu?
Et ne vous ai-je pas dit: réjouissez-vous et soyez très heureux, car
grande est votre récompense dans le ciel: car ils sont si persécutés
prophètes qui étaient avant vous? "
Une heure plus tard, je suis revenu vers Bobby avec un grand sourire. "Tout va bien, Bobby," je
mentionné. «Dieu m'a envoyé ici pour avoir un réveil, et si cela coûte ma vie, nous aurons
une!"
Cette nuit-là, nous sommes descendus à la tente comme d'habitude; il y avait une foule à débordement. Comme

Épisode 125

l'heure était proche pour moi de parler, j'ai senti une onction puissante du Saint-Esprit
venir sur moi. En observant la foule, j'ai remarqué un prêtre hindou qui me regardait
de l'entrée arrière de la tente. J'ai supposé que c'était le prêtre qui avait
appelé Bobby ce matin-là. Puis j'ai remarqué un hindou particulièrement grand, musclé
homme debout dans l'embrasure de la porte à ma gauche. J'ai remarqué que lui et le prêtre gardaient
échange de regards.
«Eh bien,» j'ai pensé, «si c'est l'homme qu'ils ont choisi pour faire le travail, ils ont fait un
bon choix."
Je me suis levé pour prêcher, ne sachant pas si je serais abattu ou si cela
le grand homme me plongeait un couteau après le service. Je savais seulement qu'il était là
pour rien de bon.
«Seigneur», ai-je prié en silence, «je m'engage à Toi. Tu prends soin de moi et
glorifie ton Fils Jésus.
Cette nuit-là, j'ai vu à quel point le Seigneur est disposé à honorer la foi et à confirmer sa Parole
La prédication était exceptionnellement claire et puissante, et quand j'ai donné l'invitation,
un certain nombre d'hindous se sont avancés pour recevoir le Christ. Le prêtre lançait un regard noir.
Après cela, j'ai commencé à prier pour les malades. «Seigneur, ai-je dit, au nom de Jésus, je
ordonne à chaque affliction de laisser chaque malade dans cette tente! Immédiatement,
la puissance de Dieu est descendue et un grand nombre de personnes se sont levées et ont commencé
louant Dieu pour avoir guéri leur corps. Certains ont reçu leur audition. D'autres, qui
avaient été paralysés, sautaient de joie. Alors que la puissance du Seigneur a balayé cela
tente, tout à coup j'ai vu ce grand homme à ma gauche se détourner comme s'il était terrifié
à quelque chose. Poussant frénétiquement son chemin à travers la foule dans laquelle il s'est enfui
la nuit. A peine parti, j'ai vu le prêtre partir aussi.
«Seigneur, que se passe-t-il ici?» Dis-je en moi.
«Ils vont probablement récupérer leurs armes», suggéra une autre voix.
«Non», ai-je pensé, «cet homme avait peur. Quelque chose d'étrange s'est passé
là. Il ne reviendra pas.
Quand j'ai rendu visite à Bobby plus tard dans la nuit, il était aussi mystifié que moi
ce qui s'était passé. Nous en avons parlé jusque tard dans la nuit.
«Ils n'abandonneront pas facilement», prévint Bobby. «Nous sommes constamment surveillés.»
La nuit suivante, la foule était encore plus grande que celle de la veille. je
s'attendait à revoir le prêtre (avec un nouvel «assistant»); mais s'il était là, je
ne pouvait pas le repérer.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 94/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

Épisode 126

À ma grande consternation, cependant, il y avait ce même grand homme hindou qui avait été
debout dans l'embrasure de la porte gauche la nuit précédente - mais cette fois, il était à l'intérieur
tente.
«Seigneur», ai-je prié à voix basse, «pourquoi l'as-Tu laissé revenir?» j'ai pensé
de descendre et de lui demander de partir, mais cela aussi pourrait être dangereux s'il
était armé. J'ai donc décidé que c'était la meilleure partie de la sagesse de procéder à la
service comme j'avais la veille.
Après quelques chants, j'ai demandé des témoignages de la congrégation. Le grand
Hindu bondit sur ses pieds.
"Canard! C'est un truc! »Chuchota Bobby.
Je me suis armé, prêt à tomber derrière la chaire au moment où il a atteint son
arme à feu. Pour un instant fugace, le temps s'est arrêté
Finalement, l'homme parla. «Louez le Seigneur!» il cria. «Je suis guéri!»
Mon cœur s'est transformé en eau. Je me suis presque évanoui sur place. Complètement sans voix, je
se tenait juste là et adorait le Seigneur en langues.
«Je suis complètement guéri,» continua l'homme. «Dernière vue, je suis venu à votre réunion
avec une mauvaise intention. Mais nous, tu priais pour les malades, la puissance de Dieu est venue
sur moi, et je vais maintenant parfaitement bien!
J'ai regardé cet homme avec étonnement. "Quel était votre problème, mon ami?"
«J'ai de terribles abcès depuis longtemps», a-t-il répondu. "Ils étaient très
douloureux. Mais hier soir, alors que je me tenais dans la porte arrière de cette tente, j'ai senti
la puissance de votre Jésus, et j'ai senti ces abcès se briser.
«Viens ici», dis-je. "Je veux que tout le monde entende ce témoignage." Rapidement, il
se dirigea vers l'avant de la tente.
"Maintenant, que s'est-il passé lorsque ces abcès se sont cassés?" Ai-je demandé avec beaucoup d'intérêt.
«Je suis rentré chez moi», a-t-il répondu. «J'avais peur de cette étrange sensation de ces
abcès s'ouvrant, »
«Et qu'avez-vous trouvé en rentrant chez vous?» trouvé beaucoup de sang et
pus. C'était partout sur mes sous-vêtements. Mais toute la douleur avait disparu. Alors aujourd'hui je suis allé
au médecin de l'entreprise de l'usine sucrière où je travaille, et a demandé à être
examiné. Et le miracle des miracles - il m'a dit que les abcès sont complètement
guéri!
Je peux difficilement décrire ce qui s'est passé à partir de là. Les gens ont commencé à pleurer et
louez Dieu partout dans cette tente. Bobby et moi avons mis nos bras autour de cet hindou et

Épisode 127

l'a conduit à Christ sur-le-champ. Et avant la fin du service ce soir-là,


dix-sept familles hindoues ont été sauvées. Je me remettais longtemps de ce service!
En fait, même après notre retour au Cap, Joyce et moi avons continué à
en parler, et nous avons ressenti un étrange sentiment de tendresse dans nos esprits pendant des jours.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 95/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

Épisode 128

Chapitre dix-sept, «Mais Seigneur, ceci est


Déraisonnable!"
En 1960, j'ai reçu de nombreuses invitations à revenir en Amérique pour prendre la parole à
diverses conventions et églises. Rassemblant ceci pour être la volonté de Dieu, je me suis préparé à
quitte à nouveau ma famille, avec une certaine tristesse naturelle.
«N'oubliez pas de nous appeler», a déclaré Joyce à l'aéroport. «J'ai besoin d'entendre la voix d'un homme
autour de la maison de temps en temps.
«Je ne pouvais pas oublier», lui ai-je assuré. Puis me tournant vers les enfants, j'ai dit: «Maintenant,
Bien sûr, faites attention à Mère, et priez pour moi tous les jours, voulez-vous?
"On le fera!" ils ont choré. Et je leur ai tous fait un gros câlin et un gros bisou, et j'ai couru pour
mon avion.
Quand je suis arrivé aux États-Unis, c'était un cycle d'activité régulier alors que je quittais
d'une ville à l'autre, parlant partout, des grandes salles de congrès aux petites
réunions de prière dans le salon.
Un des arrêts que j'ai fait était au Liban, dans l'Ohio. Tandis que là-bas, je suis resté à la maison
de Blaine Amburgy, à environ sept miles de la ville. Blaine est l'un des
directeurs internationaux de la bourse des hommes d'affaires du Plein Evangile
International, et je devais parler dans l'église qu'il fréquente le lendemain.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 96/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
Comme c'était samedi, Blaine et sa femme, Helen, ont pensé que j'apprécierais un peu
calme. «Nous allons en ville pour nous occuper de certaines affaires,» Blaine
a dit: «Nous reviendrons bientôt, alors pourquoi ne pas vous détendre un peu jusqu'à ce que nous ayons
retour?" «Il y a beaucoup de nourriture dans le réfrigérateur, si vous avez faim», Helen
ajoutée.
«D'accord,» dis-je. «Cela me semble bien.»
Après leur départ, je me suis installé pour étudier la Bible et prier, essayant d'obtenir
je me suis préparé pour le ministère de dimanche. Ma méthode de préparation est toujours la
même. Je demande simplement à Dieu de me guider vers le passage de l'Écriture dont je dois parler
Ensuite, j'ai lu et relu ce passage jusqu'à ce que je sois sûr de bien le comprendre.
Ceci, plus une prière fervente pour l'onction de Dieu sur le ministère de ce passage,
apporte généralement des résultats.
J'ai donc passé toute la matinée de cette façon: lire, prier pour comprendre,
relire, prier pour une compréhension plus profonde, relire à nouveau.
Apparemment, Blaine et sa femme ont été détenus; à midi, ils n'étaient toujours pas revenus,

Épisode 129

et je commençais à avoir faim. Alors j'ai sorti de la viande pour le déjeuner et j'ai fait
moi-même un sandwich.
En milieu d'après-midi, le temps me pesait un peu les mains. J'ai lu le
journal et a continué à regarder par la fenêtre, espérant qu'ils reviendraient bientôt.
«Ils ne peuvent pas être bien plus longtemps», me suis-je dit. «Ils ont dit qu'ils reviendraient
prochainement."
Juste à ce moment-là, le téléphone sonna. J'ai commencé à me lever, quand j'ai réalisé que ce n'était pas
La bague de Blaine. (Il était sur une ligne de parti.)
Quand il a sonné la deuxième fois, je l'ai simplement ignoré. Mais sur la troisième sonnerie, j'ai reçu un
forte impression de décrocher le récepteur. Pour mon esprit naturel, cela ressemblait à
une chose déraisonnable à faire; néanmoins j'ai sauté de la chaise et pris le
récepteur décroché, en le plaçant à mon oreille. A l'autre bout de la ligne, j'ai entendu un
femme très larmoyante.
«Betty,» dit-elle, «j'ai de terribles nouvelles au sujet de ce cher frère George!»
"Oh mon!" dit l'autre femme. "Qu'est-ce qui ne va pas?"
«Il est à l'hôpital général de Dayton», a-t-elle répondu. «Ils ont trouvé une tumeur sur
son cerveau.
"Oh non!" l'autre pleura. «Est-ce malin?»
"Oui. Ils disent qu'ils ne peuvent rien faire pour lui! À cela, sa voix se brisa
et elle se mit à sangloter lourdement.
J'ai immédiatement su pourquoi Dieu avait voulu que je décroche ce téléphone. J'ai tenu le
récepteur dans mes mains tremblantes, sachant que je dois administrer ce cœur brisé
femme.
«Madame», l'interrompis-je, «excusez-moi, je sais que je ne devrais pas écouter votre
conversation, mais j'ai juste eu la plus étrange impression de prendre ce récepteur.
Puis-je prier pour frère George?
«Mais qui êtes-vous? demanda la femme perplexe en la reniflant
larmes.
«Je m'appelle Robert Thom», ai-je répondu. "Je suis un ami de Blaine Amburgy."
"Oh!" s'exclama-t-elle. «Êtes-vous cet homme d'Afrique du Sud qui prie pour le
malade?"
"Oui m'dame. Je suis l'homme."

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 97/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
«Betty,» dit-elle, «n'est-ce pas merveilleux? Pourquoi ne pouvons-nous pas tous les trois être d'accord dans la prière

Épisode 130

pour frère George maintenant?


Alors nous l'avons fait. J'ai fait une simple prière de foi pour cet homme que je ne connaissais même pas,
demandant à Dieu d'enlever cette tumeur au nom de Jésus, blanc ils étaient d'accord avec moi
avec de nombreux Amens et Louez les seigneurs.
Quand j'ai raccroché le combiné, j'ai ri pour moi-même. «Quelle étrange prière
rencontre qui était! J'ai pensé. «Je me demande quel sera le résultat?» Un autre
la voix a dit: "Parfois, vous faites les choses les plus stupides ..."
Quand Blaine et Helen sont rentrés à la maison plus tard dans l'après-midi, je leur ai tout raconté.
Ils étaient assez amusés, mais m'ont promis qu'ils me feraient savoir s'ils en entendaient
des nouvelles de frère George.
Trois semaines plus tard, j'étais dans une autre ville quand j'ai reçu un appel de Blaine.
«Vous connaissez cette femme avec laquelle vous avez prié au téléphone il y a quelques semaines? il
mentionné.
"Oui. À propos d'elle?"
«Elle est venue à l'église ce soir et a témoigné de votre prière pour frère
George. Je pensais juste que tu aimerais savoir que quand les médecins ont réexaminé
lui, ils n’ont trouvé aucune trace de la tumeur.
«Louez le Seigneur! " J'ai dit. "N'est-ce pas fantastique?" Quand j'ai raccroché le récepteur, je
j'étais heureux d'avoir obéi à la douce inspiration du Saint-Esprit. je voyais
de plus en plus clairement l'importance de sortir avec foi et de faire tout cela
Dieu m'a demandé, peu importe à quel point cela pourrait sembler insensé.
À la mi-septembre, j'ai terminé ma tournée de conférences et je suis allé à New
York City, prévoyant de partir sous peu pour Londres, puis vers le sud vers Cape
Ville.
J'étais à l'hôtel New Yorker ce qui était probablement mon dernier jour à
New York, quand j'ai reçu un appel téléphonique d'une femme qui était à la tête d'un
groupe de prière de femmes dans une église presbytérienne en Jamaïque, New York. Elle
Je voulais savoir si je sortirais et parlerais à son groupe le lendemain.
«Eh bien, Seigneur,» j'ai pensé, «j'ai tous mes plans faits pour partir d'ici demain, mais
si c'est ce que tu veux, je reporte mon vol d'un jour. "
J'ai donc remercié la femme pour l'invitation et lui ai promis que je serais là.
Quand je suis arrivé à l'église le lendemain, j'ai trouvé un groupe d'une trentaine de femmes
qui voulait tout savoir sur le baptême du Saint-Esprit. J'ai rarement vu
un groupe de personnes si impatient d'entendre la Parole de Dieu! Pendant plus d'une heure, je

Épisode 131

leur a enseigné aussi simplement et clairement que possible. Puis j'ai offert de prier pour ceux
qui voulait avoir cette relation plus profonde avec Jésus. À mon grand étonnement,
presque chacune de ces trente femmes a reçu le baptême ce jour-là et a parlé
dans d'autres langues!

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 98/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
Alors queà je
être prêt quittais l'église,
rencontrer demain une femme m'aqui
un gentleman dit:veut
«Révérend
en savoirThom, voulez-vous
plus sur le
Esprit Saint?"
«Mais, Seigneur,» pleurai-je intérieurement, «j'ai déjà repoussé mon vol une fois! Sûrement
Vous ne vous attendez pas à ce que j'attende la fête des mères! J'avais hâte de rentrer à la maison, et vraiment
Je n'ai vu aucune raison raisonnable pour laquelle je devrais continuer à reporter mon voyage.
Mais ensuite je me suis rapidement rappelé la leçon que Dieu m'avait enseignée encore et encore - que
la vie de foi implique souvent de faire des choses qui semblent complètement
déraisonnable.
Après une longue pause, j'ai dit à la femme: «Quel est son nom?»
«John Sherrill. Est-ce-que tu le connais?"
«Je ne pense pas. Qui est-il?"
«Il est le rédacteur en chef du magazine Guideposts.
Je lui ai déjà parlé de toi et il adorerait te parler.
«Très bien,» répondis-je. «Je reporterai mon vol un autre jour. Cela sonne
intéressant."
«Il confirmera la rencontre avec vous le matin», a-t-elle poursuivi. "Où sont
vous restez, et quel est le numéro de la chambre?
«Je reste à l'hôtel New Yorker», lui ai-je répondu, et je lui ai donné mon numéro.
«Merci,» répondit-elle. «Vous entendrez M. Sherrill dans la matinée. je suis allé
retour à l'hôtel, me demandant dans quelle nouvelle aventure Dieu me conduisait.
Le lendemain matin, le téléphone a sonné. J'ai répondu avec empressement.
"Bonjour. Robert Thom ici. »
"M. Thom, voici John Sherrill, le magazine Guideposts. »
«Oui, M. Sherrill - je m'attendais à votre appel. Que puis-je faire pour vous?"
«Robert, j'ai été profondément impliqué dans de nombreuses recherches sur le Saint-Esprit,
et sur le baptême de l'Esprit, en particulier. Je veux juste demander, est-ce pratique
pour que vous me voyiez aujourd'hui dans mon bureau? «Je serais honoré», ai-je répondu. "Quelle heure
dois-je venir?

Épisode 132

«Et pour midi? Je travaille sur un calendrier plutôt serré aujourd'hui, mais je largement
doit parler avec vous. "D'accord. Où est-ce que je viens?
«Trois West 29th Street. Et, Robert, compte tenu de ma position de rédacteur en chef,
veuillez garder ceci confidentiel pour le moment. Je n'ai aucune idée de comment les gens
ici à Guideposts va réagir à mon intérêt pour ce sujet. Je vais tout expliquer à
plus tard. »
«Je comprends», répondis-je. «Je te verrai à midi.»
Il était exactement midi lorsque je suis entré dans le bureau de John Sherrill. Il
m'a accueilli chaleureusement, a fermé la porte et a immédiatement commencé à m'interroger sur
le baptême en (le Saint-Esprit. Depuis combien de temps avais-je l'expérience?
aimer? Qu'est-ce que cela avait fait pour moi? Et le parler en langues? Pouvez-vous le tourner
allumé et l'éteindre à volonté? Qu'en est-il des dons du Saint-Esprit?
À une heure, il allait toujours fort. Jetant un coup d'œil à sa montre, il a dit,
«Révérend Thom, je ne veux pas que cette conversation se termine encore; sortiras-tu
et déjeuner avec moi?
«Très bien,» dis-je. "Je serais ravi de."
Nous sommes donc sortis dans un restaurant et avons continué notre discussion.
"Vous savez," dit-il, "j'ai parlé à de nombreuses personnes intéressantes à ce sujet
https://translate.googleusercontent.com/translate_f 99/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

vivre. En fait, il n'y a pas si longtemps, j'ai interviewé David du-Plessis. Fais
vous connaissez David?
«Oh oui, très bien»
«Il a une belle histoire, n'est-ce pas?
"Oui, Dieu l'a utilisé puissamment."
Puis il a recommencé avec les questions. Tout le monde est-il censé parler
langues? Qu'en est-il de l'interprétation - comment ça marche? Ai-je déjà interprété?
Au moment où nous avons fini le déjeuner, il était toujours très intéressé. «Pourquoi tu ne
revenir au bureau avec moi? suggéra-t-il. "As-tu du temps?"
«Bien sûr», répondis-je. Nous sommes donc retournés au bureau et avons parlé jusqu'à trois heures
après midi. Avant de quitter son bureau, il a dit avec une simplicité enfantine: «Révérend
Thom, veux-tu prier pour moi avant de partir?
Nous avons donc incliné la tête des rames, et j'ai senti la puissante présence du Saint-Esprit en ce
bureau pendant que nous priions ensemble. Je savais que Dieu allait faire quelque chose d'inhabituel
la vie de cet homme, mais je n'avais aucune idée que c'était le même John Sherrill qui
recevrait le baptême dans l'Esprit environ deux mois et demi plus tard, et

Épisode 133

qui continuerait à écrire ce beau livre, Ils parlent avec d'autres langues,
qui a été le moyen pour tant de personnes de recevoir la plénitude du Saint
Esprit.
Quand je suis rentré au Cap, j'ai passé un bon moment de retrouvailles avec la famille,
et j'ai parlé pendant des heures des nombreux moments forts de mon voyage.
Ce soir-là, Joyce m'a dit: «Bob, ta mère a posé des questions sur toi. je
pense que tu devrais aller la voir demain.
«D'accord,» dis-je. «Elle aimerait probablement tout savoir sur le voyage.»
Alors le lendemain, je suis parti en voiture à Brooklyn, où ma mère avait déménagé. «Seigneur», je
a prié dans mon souffle, "faites-moi simplement une bénédiction pour elle."
Dès que je l'ai vue, je l'ai embrassée chaleureusement et j'ai commencé à lui dire tout sur le
de nombreux endroits où j'avais prêché lors de ma tournée aux États-Unis, et les miracles que j'avais vus.
Elle a écouté tranquillement pendant un long moment. Finalement, elle a dit: «Bob, Dieu a été très
Bien à vous. J'aimerais en savoir plus.
«Eh bien, maman,» j'ai dit, «pourquoi ne me laissez-vous pas emmener à la mission demain soir pour
m'entends-tu prêcher? Je vais tout raconter sur mon voyage.
«Très bien,» dit-elle, «je vais juste faire ça. Une petite église n'a jamais fait de mal à personne.
Effectivement, elle était au service le lendemain soir. L'Esprit de Dieu est venu puissamment
sur moi alors que je racontais les nombreux miracles que j'avais vus; et cette nuit-là ma mère
s'est rendu compte qu'elle n'était pas sauvée et s'est présentée, à l'âge de soixante-douze ans, pour
recevoir Jésus comme son Sauveur personnel. Je me suis émerveillé de l'action du Saint-Esprit
dans sa vie.
À partir de ce moment-là, je l'ai regardée s'épanouir dans la foi et l'obéissance. Où
une fois qu'elle pensait que Joyce et moi étions complètement stupides de vivre comme nous, maintenant elle
a aussi commencé à se lancer dans de petits actes de foi «déraisonnables» - mais tout cela a fait
beaucoup de sens pour elle maintenant.
«Après tout», a-t-elle observé, «les voies de Dieu sont plus élevées que nos voies et ses idées
ont beaucoup plus de sens que les nôtres, n'est-ce pas?

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 100/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

Épisode 134

Chapitre dix-huit, Vivre et mourir par la foi


Tout au long des années 60, j'étais constamment en mouvement, comme le va-et-vient
des marées océaniques. Encore et encore, j'ai été «emporté» à travers la mer vers l'Amérique
où je pourrais lever des fonds suffisants pour financer notre opération en Afrique. Alors je
revenir acheter les livres et cassettes qui étaient si nécessaires à notre travail de
évangélisme.
Certains de mes amis ont trouvé mes voyages un peu étranges, car ils
généralement des entreprises spontanées avec peu de planification préalable. Mais je
appris à ne pas s'attendre à ce que les gens comprennent cette vie de foi imprévisible à laquelle
Je m'étais engagé.
Plusieurs fois, Dieu me disait de faire une tournée de conférences, et Il montrait même
moi où m'arrêter - mais souvent Il me le disait trop tard pour que mes amis sachent que j'étais
à venir! Alors je retiendrais mon souffle et je tomberais dessus par surprise, ayant foi que
Dieu m'avait dirigé. Fait intéressant, il s'est généralement avéré qu'Il l'avait fait!
Mais dans le naturel, tout était incertain. Parfois j'avais du bon
transport; à d'autres moments, je faisais de l'auto-stop ou des bus. Parfois je parlais
à des milliers; à d'autres moments, il n'y en avait qu'une poignée.
Mais dans tous ces allées et venues au hasard, qui ressemblaient à de la pure folie,
Dieu m'a dirigé vers des gens qui avaient besoin de mon ministère et des gens qui voulaient
aidez-moi dans mon travail en Afrique.
Tant que j'ai gardé Dieu et son œuvre en premier dans ma vie, je m'émerveillais de la façon dont il
a ouvert les fenêtres du ciel et a fourni de l'argent pour cela autrement
ministère non soutenu. Nous n'avions aucune dénomination ou organisation derrière nous, non
listes de diffusion, pas de programmes publicitaires; et pourtant Dieu a veillé à ce que je reçoive
chaque centime nécessaire pour notre rayonnement africain.
Parfois, Dieu me faisait mes plus grandes offrandes lors des plus petites réunions. Identifiant
se retrouve avec de l'argent dans mon portefeuille, dans mes poches et même dans le petit
poche avant de ma veste!
Quand je rentrais dans ma chambre après les services, je disais: «Merci, Seigneur,
pour ces dollars américains! Laisse-moi juste être sage en investissant cet argent dans Ton
travailler!"
J'avoue, cependant, que parfois cela semblait terriblement étrange d'avoir autant
l'argent, et pourtant souvent faire de l'auto-stop d'un endroit à l'autre. Mais j'avais inventé mon

Épisode 135

sachez que l'argent destiné à notre ministère en Afrique ne devait jamais être utilisé
égoïstement. Dieu prendrait soin de mes besoins personnels d'une autre manière.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 101/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
Parfois,
disait-il.le"Quand
diable vous
me tourmentait
mourrez, ilsur
n'yleaura
risque
pas de vivre
assez par la pour
d'argent foi. "Idiot!"
vous enterrer!" Et moi
admettez qu'il y a eu des moments où je me suis posé des questions à ce sujet. je n'avais aucun
assurance, pas d'hospitalisation, pas de caisse de retraite et pas d'argent en banque.
Parfois je me disais: «C'est bien de vivre par la foi, mais je me demande
ce sera comme mourir par la foi?
À sa manière particulière, Dieu m'a bientôt donné la réponse à cette question. ...
J'avais hâte de descendre de l'avion à Cape Town après un autre voyage fructueux au
États. Dès que Joyce est venue me chercher, j'ai commencé à lui dire à quel point
le temps que j'avais eu, à propos des nombreuses personnes qui avaient été sauvées et remplies de l'Esprit,
et sur les offrandes généreuses que j'avais reçues pour notre ministère. J'ai babillé et
sur, et je suppose que j'étais si pleine de joie qu'elle détestait me dire la triste nouvelle
elle avait pour moi.
«Bob», dit-elle enfin, «tu as perdu un bon ami pendant ton absence…»
"Oh? Qui?"
«Bosworth.»
«Bosworth? Mon vieux copain?
«Oui, j'ai reçu une lettre de sœur Bosworth. Il avait 80 ans.
«Mais quand est-ce arrivé?
"Il y a environ un mois. Elle a essayé de vous contacter, mais n'a pas pu.
«Je ne peux pas y croire,» soupirai-je. «Bosworth - parti! «Sœur Bosworth veut que vous
passez la voir la prochaine fois que vous serez aux États-Unis.
«Je vais faire un autre voyage dans quelques mois», ai-je répondu. «Je ne peux tout simplement pas m'en remettre -
Bosworth! Le doyen des guérisseurs divins! Allé vers la gloire! »
«C'est une grosse perte pour nous», a commenté Joyce, jetant un regard vers le ciel, «mais je parie qu'il
avoir du temps là-haut!
«Oui,» soupirai-je, «un meilleur moment qu'aucun de nous n'a jamais rêvé.
La prochaine fois que j'étais aux États-Unis, je me suis rendu à Coral Gables pour parler avec
Mme Bosworth. Tout en bas, je me demandais à quoi ça ressemblait
lui dans ces dernières heures. Cet homme qui avait gagné un million d'âmes au Christ et avait
a administré la guérison à des milliers et des milliers - comment un homme comme celui-là meurt-il?

Épisode 136

Si je m'attendais à trouver sœur Bosworth navrée et affligée, je n'aurais pas pu


été plus erroné. «Tommy,» dit-elle, «tu aurais dû être ici; c'était
glorieux!"
«Dis-moi ce qui s'est passé.»
«Eh bien, comme vous le savez, il était alité depuis environ un an. Non pas qu'il soit malade.
Il était juste vieux et fatigué.
«Je sais», ai-je répondu. «Il était à peine malade un jour de sa vie.»
«C'est vrai,» acquiesça-t-elle. «Et il n'était pas malade non plus le jour de sa mort. Mais le
la chose la plus étrange s'est produite. Je suis entré dans sa chambre et là il était couché avec
les deux mains levées vers le ciel. Et il ondulait vers le ciel d'une main et
dites: «Eh bien, bon sang, sœur Katherine! Je suppose que tu l'as entendu parler
Katherine. »
«Oui, c'est la femme qui est décédée il y a de nombreuses années.
"Vingt ans. Et puis il agita l'autre main, et il disait: 'Bonjour,
Frère Jim Wilson! Comment allez-vous?' Vous ne connaissiez pas Jim, n'est-ce pas? "Non."
«Il est mort il y a une quinzaine d'années. Et il n'arrêtait pas de saluer les gens qui avaient été
https://translate.googleusercontent.com/translate_f 102/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

nos amis intimes, et appelant leurs noms.


«Il doit avoir eu un aperçu du paradis», dis-je.
"Il était. Et il était si heureux et excité qu'il ne m'a même pas remarqué
debout là-bas. Il semblait juste être complètement absorbé par quelque chose qui
ne pouvait pas être vu avec l'œil naturel.
«En avez-vous parlé à quelqu'un d'autre?»
"Quelques. Certains pensaient qu'il avait peut-être des hallucinations, mais pas moi
croyez cela pendant une minute. Eh bien, il était aussi vif et brillant que possible.
"Eh bien, certaines personnes ne comprennent tout simplement pas ces choses."
«Oui, c'est vrai. N'est-ce pas triste? Eh bien, je ne vous ai pas encore dit la meilleure partie. Il enfin
au lit et a redressé ses épaules comme un soldat, et a dit d'une voix forte,
«J'ai combattu le bon combat de la foi! J'ai couru la course! J'ai gardé la foi! '
Et puis, prenant un grand souffle, il a crié, Hal-le-lu-jah! Et instantanément il
retomba sur son oreiller, le souffle quitta son corps et il était parti! À cela, elle
couvrit ses yeux avec son mouchoir et pleura de joie.
J'ai sauté de ma chaise et j'ai levé les mains vers le ciel. "Alléluia!" J'ai sangloté.
«N'est-ce pas merveilleux? Quel chemin à parcourir!

Épisode 137

Ce soir-là, vers le coucher du soleil, j'ai fait du stop jusqu'à l'océan et j'ai regardé les infatigables
vagues culbutes sur la plage. Alors que le soleil rouge se couchait, je ne pouvais pas m'empêcher
louez Dieu pour la vie et le ministère de FF Bosworth. Je pensais que je pourrais presque
voyez-le bien au-delà de l'horizon scintillant, me faisant signe de triomphe. je
pouvait presque l'entendre dire: «Dieu ne vous manquera jamais, Robert. Ne donne jamais
la vie de foi. Vivre par la foi est beau, et mourir par la foi est oh, alors
facile!"
Puis je me suis souvenu de lui tel que je l'avais vu pour la première fois dans ce grand réveil à
Johannesburg. Le bruit des vagues claquantes s'est éloigné alors que je me retrouvais assis
à nouveau dans l'auditorium du parc Maranatha, écoutant le bon vieil évangéliste
prêcher la Parole de Dieu.
«Seigneur», ai-je prié après un long silence, «quand vient le temps pour moi de passer
Ton royaume, laisse-moi partir aussi victorieusement que lui! J'ai essuyé un rassemblement
larmes de mes yeux et rappelé un verset de Tennyson's Crossing the Bar:
Étoile du coucher du soleil et du soir,
Et un appel clair pour moi!
Et qu'il n'y ait pas de gémissements de la barre,
Quand je suis parti en mer ...

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 103/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

Épisode 138

Chapitre dix-neuf, Ne méprisez pas les prophéties


Pendant plusieurs années, j'avais remarqué la fréquence croissante d'un nouveau
phénomène dans mon ministère. De plus en plus je me suis retrouvé à dire aux individus
et regroupe des choses qui semblaient absurdes - et pourtant devenues miraculeusement réalité.
Au début, cela m'a fait peur. Je serais assis à une table dans un restaurant en train de parler à un
ami, et soudain je «verrais» quelque chose à propos de cet ami que je n'ai jamais su
avant que. Ce serait si clair que c'était presque comme regarder dans une télévision
image. Je «verrais» que mon ami devait démarrer un certain type d'entreprise ou
acheter un certain terrain. Et je me sentirais obligé de lui dire ce que j'ai vu.
Après avoir été assez audacieux pour «prophétiser» de cette manière à plusieurs reprises, j'ai commencé à dire
à moi-même, «Thom, tu ferais mieux d'être prudent. Ce sont des affaires effrayantes, vous savez.
Et si vous vous trompiez? Quelqu'un pourrait vous poursuivre en justice.
Pourtant, mon esprit reviendrait au jour où j'ai été baptisé dans l'Esprit en
La maison de McQuade, et je me suis souvenu si clairement comment j'avais entendu Jésus dire: «Je donne
vous le don de la prophétie. Donc, de temps en temps, je recevais des
révélations sur certaines personnes, et j'ai senti que je devais être obéissant et avoir assez
la foi pour leur dire ce que Dieu voulait qu'ils sachent.
Plus j'ai permis à Dieu de travailler à travers moi de cette manière, plus j'ai commencé à
en savoir plus sur la prophétie. Tout d'abord, j'ai appris la nécessité absolue de Dieu
onction. Il y avait des moments où je ressentais une «poussée» du Saint-Esprit,
et je me sentirais habilité à parler prophétiquement. Les mots sortiraient de mon
bouche facilement tandis que je cédais au mouvement de l'Esprit. C'était parler sous
l'onction.
Mais il y avait d'autres fois où les gens venaient me demander un mot
du Seigneur. Ils n'ont pas compris l'importance de l'onction. je voudrais
doivent leur rappeler que «la prophétie n'est pas venue autrefois par la volonté de l'homme: mais
les saints hommes de Dieu parlaient alors qu'ils étaient animés par le Saint-Esprit »(2 Pierre 1:21).
Je me souviens d'une fois où je partageais une chambre avec un chrétien dans un hôtel de
Suède; il n'arrêtait pas de me demander si je n'avais pas de message de Dieu pour lui.
"Non J'ai dit. «Dieu ne m'a rien dit sur vous.»
Mais il a continué à me harceler. Il m'a même offert un chèque de 2000 $ si je prophétisais
lui - et ce chèque avait l'air très tentant, parce que j'étais fauché! Mais je savais que je
n'osais pas parler sans l'onction de Dieu, alors j'ai continué à le refuser.

Épisode 139

Puis, une nuit, Dieu m'a montré pourquoi cet homme était si insistant. Il avait
https://translate.googleusercontent.com/translate_f 104/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
problèmes de mariage. Il voulait que je lui dise de divorcer de sa femme. Quand j'ai vu son
mauvaise intention, je résolus de continuer à lui résister.
Mais il me réveillait au milieu de la nuit et disait: «Dieu a-t-il dit quelque chose?
à toi de moi encore?
"Non, monsieur," répondis-je. "Retourne te coucher."
La nuit suivante, il me réveillait à nouveau. «Dieu ne vous a-t-il rien dit sur mon
épouse?"
«Non, monsieur,» dis-je fermement. «Pourquoi n'abandonnez-vous pas cette folle affaire? je sais
ce que tu veux, tu ne peux pas m'acheter. Je parle seulement quand Dieu me dit de
parler." Alors il a finalement abandonné, à mon grand soulagement; et j'ai loué Dieu d'avoir laissé
je vois l'importance de l'onction.
Une autre chose que j'ai apprise sur la prophétie était l'importance de la tester.
Chaque fois que je parlais à quelqu'un de manière prophétique, je lui demandais de procéder
avec prudence. Je crois toujours que personne ne devrait se précipiter tête baissée dans un cours de
action juste parce que quelqu'un a prophétisé qu'il devrait. La Bible nous dit
très clairement: «Bien-aimés, ne croyez pas à tous les esprits, mais essayez les esprits s'ils
sont de Dieu: parce que de nombreux faux prophètes sont sortis dans le monde »(1 Jean
4: 1). En attendant patiemment (m Dieu en prière et en observant
circonstances, nous pouvons discerner quand une prophétie particulière doit être accomplie - si elle
doit être accompli du tout.
Dans les années soixante, je suis retourné aux États-Unis et ai fait une escale au Liban, dans l'Ohio,
restant à nouveau dans la maison de Blaine Amburgy. Pendant que j'étais là-bas, j'ai eu une expérience
qui m'a appris une autre leçon sur le ministère prophétique: l'importance de
considération attentive et obéissance dirigée par l'Esprit de la part de l'auditeur.
Blaine et moi étions en train de dîner un soir au Golden Lamb Hotel. Pendant
au cours de la conversation, Blaine a commencé à me parler d'un certain bout de
terrain qu'il souhaitait acheter. La propriété lui ressemblait à un bon
investissement; pourtant il n'était pas sûr.
Pendant qu'il parlait, j'ai «vu» dans l'Esprit que Dieu voulait verser une grande
bénédiction sur Blaine, et j'ai aussi compris comment cette bénédiction allait venir: il était
pour acheter cette propriété à un prix avantageux. Plus tard, cette propriété
devenir très précieux et pourrait être vendu à grand profit.
Comme toujours, je tremblais intérieurement à l'idée de donner ce message à Blaine. j'ai senti
sûr que c'était une révélation de Dieu, mais la question me traversait l'esprit,
«Et si vous vous trompez? Et si vous vous trompez?

Épisode 140

Mais finalement, je savais que je devais sortir avec foi et obéir. «Blaine,» dis-je en dessinant
dans une profonde inspiration, «le Seigneur veut que vous achetiez cette terre. Il veut puissamment
vous bénisse, et si vous achetez la propriété et soyez patient, vous verrez cette terre
la valeur monte en flèche. »
«Mais comment le savez-vous?» Demanda Blaine.
«Je ne peux pas vous dire comment je le sais», ai-je répondu. «Je le vois juste dans mon esprit, et je suis
convaincu que c'est vrai. Vous manquerez une grande bénédiction si vous ne l'achetez pas »
"Eh bien," dit-il finalement, "que pensez-vous que je devrais faire?"
«Dieu m'a dit que vous offriez au propriétaire une option de 1 000 $», ai-je répondu.
"Et maintenant quoi?"
«C'est tout ce que Dieu m'a dit», ai-je dit. «Vous priez à ce sujet, et si cela semble juste, alors
fais le."
C'est donc ce que Blaine a fait. Il savait qu'il n'osait rien faire d'imprudent ou de stupide juste

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 105/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
parce qu'une prophétie
«Prophéties», avait
et avait vu été donnée.
les tristes Il avait
résultats entendu
lorsque plus crédules
des gens qu'assez avaient
de soi-disant
agi
bêtement, finissant dans beaucoup de confusion. Pourtant, il savait aussi qu'il ne pouvait pas nier le
valeur d'un véritable ministère prophétique, puisque la Bible dit très clairement dans 1
Thessaloniciens 5:20 que nous ne devons pas mépriser les prophéties. Alors la chose à faire
était prier. Après tout, il avait de toute façon songé à acheter ce terrain, alors
peut-être que mes paroles prophétiques étaient la confirmation de Dieu que c'était sa volonté. Il
prié et prié pour la sagesse. En fait, pendant plusieurs semaines après, il a gardé
demander à Dieu de vous guider. Il a fouillé les Écritures et jeûné, essayant de faire un
décision.
Quelques semaines plus tard, je suis retourné voir Blaine. «Descendons et jetons un œil à
cette propriété », ai-je suggéré. «J'aimerais le voir.»
Nous sommes donc descendus en voiture, et il y avait cette ferme de quatre-vingts acres. Ici et là je pourrais
voir des signes de construction en cours le long des bords de la propriété. «Qu'est-ce que
ça se passe là-bas? J'ai demandé à Blaine.
«Deux nouvelles autoroutes arrivent», a-t-il expliqué. «Interstate 71 et State
Route 48. Ils passeront juste à côté de cette étendue de terre.
J'ai souri à moi-même. C'était peut-être pour cela que Dieu avait dit que la propriété
devenir précieux!
En regardant autour de moi, j'ai de nouveau «vu» quelque chose dans l'Esprit. Adjacent à la
propriété, une usine devait être construite, et Dieu m'a dit que ce devait être un

Épisode 141

projet en dollars.
«Une usine de plusieurs millions de dollars!» M'écriai-je en moi.
«Oui», dit le Seigneur, «c'est une des raisons pour lesquelles cette propriété apportera une grande prospérité
à lam qui l'achète
Alors j'ai dit à Blaine: «Tu ferais mieux de préparer l'argent des options. Il y a un multi-
usine d'un million de dollars qui monte juste là-bas, et cette propriété sera
ça vaut le coup.
"Comment sais-tu ça?" s'enquit-il.
«Dieu me l'a dit», répondis-je avec un sourire.
Il m'a juste regardé impuissant, comme pour dire: «J'aurais aimé être aussi sûr de
tel que vous êtes.
Quand nous sommes revenus chez Blaine, lui, sa femme et moi avons continué à prier
ensemble pour la direction. Finalement, Blaine dit: «Eh bien, je pense que je vais offrir au propriétaire un
mille comme tu l'as dit, et nous verrons ce qui se passera, "Alors le lendemain, Blaine
est allé discuter de l'achat de la propriété avec le fan qui en était propriétaire.
«Je voudrais mettre mille dollars sur cette propriété», a déclaré Blaine
à lui, «c'est-à-dire si le prix est juste. Que demandez-vous?
«Quatre-vingt dix mille», répondit l'homme. «Et c'est une vraie aubaine!»
"Tout à fait!" S'exclama Blaine.
Trois jours plus tard, Blaine a élaboré une option indiquant qu'il achèterait
le terrain s'il pouvait organiser un financement adéquat, et si tous les autres détails pouvaient
être travaillé correctement.
L'achat réel a été conclu le 15 avril 1965. Je n'avais aucune idée de ce qui
à partir de ce moment-là, à part les informations sommaires que j'avais «vues» dans le
Esprit. Mais au fil du temps, et je me suis arrêté pour voir Blaine d'année en année, je
a commencé à s'émerveiller de la façon dont la prophétie a commencé à prendre chair et os.
En premier lieu, la construction de la nouvelle Interstate 71 et de la State Highway 48
https://translate.googleusercontent.com/translate_f 106/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
devait être terminé dans quelques mois, créant un échange important.
Cela a automatiquement rendu la propriété plus précieuse.
Puis Blaine a pu négocier un bail avec la Texaco Oil Company pour un
station-service à construire sur 7/10 d'un acre de terrain. C'était un bon
emplacement pour une telle entreprise. Blaine a construit la station puis l'a louée à Texaco
pendant quinze ans, ce qui lui a procuré de beaux revenus locatifs.

Épisode 142

Deux ou trois ans plus tard, la Cincinnati Milling Machine Company a annoncé
leur intention de construire une usine de plusieurs millions de dollars autour de trois côtés de
La propriété de Blaine. Lors de la construction de l'usine, les constructeurs
ont constaté qu'il n'y avait pas suffisamment d'eau sur leurs terres. Quand ils ont découvert
il y avait de l'eau sur la propriété de Blaine, ils ont conclu un marché avec lui pour cinq acres de
sa terre, et lui a payé 3 1/2 fois l'acre ce qu'il a payé pour cela en premier lieu -
un total de 17 500 $!
Plusieurs années plus tard, les propriétaires de Coney Island Park ont annoncé leur intention de
construire un nouveau parc d'attractions appelé King's Island Park au prochain échangeur
au sud de la propriété de Blaine, en direction de Cincinnati. Cela a été fait, et le
la valeur de la propriété de Blaine à nouveau!
En plus de cela, Blaine a été payé environ 6000 $ par la Soil Bank pour ne pas
planter des cultures pendant le temps où il était propriétaire de la propriété.
Et ce n'est que récemment que Blaine a demandé à un évaluateur indépendant de lui donner un
évaluation sur la superficie. On lui a dit que la propriété valait environ cinq
fois plus qu'il ne l'avait payé! (La propriété n'a pas encore été vendue, alors qui
sait combien de valeur elle va accumuler avant le «moment d'or» de
vendre?)
Quand j'ai entendu cela, j'ai dit en moi-même: «Seigneur, c'est Toi. J'ai seulement donné
Blaine le message que tu m'as dit de lui donner - et je suppose que n'importe qui avec un peu
la foi aurait pu faire cela. Mais merci, Seigneur, pour la volonté de Blaine de
considérez votre volonté dans ce domaine et obéissez à la direction de votre Esprit. Tu
a déclaré que la propriété augmenterait en valeur; et merci, Seigneur - Tu as gardé
Ta parole! »

Épisode 143

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 107/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

Chapitre vingt, voyage fantastique


C'était bon d'être à nouveau à Londres. J'avais terminé une autre tournée de conférences et
avait hâte de rentrer à la maison. J'avais arrangé pour visiter brièvement avec un ami, puis attraper un
avion pour Cape Town le lendemain. Comme je n'avais pas d'argent, j'ai décidé de
mentionnez-le à nouveau au Seigneur.
En m'enfermant dans ma chambre, j'ai raconté à Dieu la situation impossible que j'étais
face et comment je comptais sur Lui pour me tracer une voie. Toutes les offres
J'avais reçu de mes allocutions avait déjà été emmené à la banque
et envoyé en Afrique du Sud, et j'avais épuisé les offres qui m'avaient été données
pour mon propre usage.
Pendant que je priais, une forte impression m'est venue que je devais changer mon
des plans. Au lieu de prendre l'avion le matin, je devais rentrer chez moi le lendemain
après-midi sur un navire à vapeur Union Castle.
«Seigneur», objectai-je, «cela prendra deux semaines de plus!»
«Mais Mes voies ne sont pas vos voies», répondit-il. «J'ai un travail pour vous là-dessus
expédier, comme vous le ferez bientôt
«Très bien, Seigneur,» répondis-je. "Tu sais mieux" Et je me suis allongé sur le lit pour me détendre
pendant un certain temps.
Pendant longtemps, je suis resté là à me demander quelle mission Dieu avait pour moi à ce sujet
bateau. Il était probablement tout à fait naturel que mes pensées se tournent vers Smith
Wigglesworth, le grand plombier-prédicateur que Dieu avait autrefois utilisé, parmi
d'autres choses, pour apporter un renouveau à un navire à passagers. Je me suis souvenu clairement de l'incident,
puisqu'elle m'avait été racontée peu après ma conversion par Jimmy Salter,
Le gendre de Smith Wigglesworth.
Smith avait été sur un grand bateau à vapeur voyageant de Southampton à Capetown.
Et assez intéressant, je me suis souvenu que Jimmy m'avait dit que c'était un navire
détenu et exploité par l'Union Castle Steamship Company. Quand certains de
les gens ont appris qu'ils avaient à bord ce célèbre évangéliste, ils lui ont demandé si
il participerait au concert du navire. Eh bien, l'un des plus
des choses indécentes à cette époque était un concert de bateau. En dehors de la limite de trois milles,
tout est allé.
Smith soupçonnait qu'ils étaient prêts à faire des bêtises, car il était bien connu qu'il
ne pouvait pas chanter une note et ne pouvait même pas prononcer ses h. Mais il avait été

Épisode 144

ridiculisé avant, il a donc décidé de saisir l'occasion de faire un petit témoignage.


«Très bien, dit-il, je participerai à deux conditions: d’abord, que je sois numéro un
au programme, et deuxièmement, que vous me permettez de chanter »
Ils ont accepté et pendant plusieurs jours, le concert a été très médiatisé.
Tout le monde a ri et fait des sagaces quand ils ont entendu que Smith
Wigglesworth allait chanter.
"Je me demande ce qu'il va chanter?" a dit une femme.
«Que diriez-vous de 'oly,' oly, 'oly?" un gars a suggéré
«Ouais, dans tous les appartements», a ajouté un autre gars, auquel tout le monde a répondu avec
rire tumultueux.
Mais finalement la nuit du concert est arrivée, et le grand Smith Wigglesworth a obtenu
et a chanté Raconte-moi l'histoire de Jésus devant 1 500 personnes. L'onction du

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 108/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
Le Saint-Esprit est venu sur lui et il a chanté comme il n'avait jamais chanté auparavant. Par le temps
il avait fini, il y avait un silence sur cette grande foule, et il a commencé à prêcher.
La puissance de l'Esprit est tombée sur le peuple et Smith Wigglesworth a fini par
avec une renaissance à bord de ce navire qui a duré pour le reste du voyage.
Alors que je restais là à réfléchir à cet incident, j'ai prié: «Seigneur, peux-tu m'utiliser
comme ça?"
Et Dieu a dit: «Demain après-midi, vous naviguerez sur ce bateau et je donnerai
vous un réveil en mer comme celui de Smith Wigglesworth »
J'ai jeté un coup d'œil à ma montre. Il était une heure de l'après-midi. J'ai vite couru
en bas, a parlé à mon ami de mon changement de plans, et est allé au
bureau de la Union Castle Steamship Company pour voir si je pourrais obtenir le passage.
Je suis entré dans ce bureau sans un sou dans ma poche. J'ai dû faire la queue pour
voir un M. Osborne, qui était l'agent maritime.
"M. Osborne, dis-je quand ce fut mon tour, je veux monter sur le navire qui est
départ de Southampton demain après-midi pour Cape Town. La livre sterling
Château."
"Monsieur," répondit-il, "j'ai 300 personnes sur la liste d'attente pour ce navire. J'ai peur
il n'y a aucun espoir.
"Mais ajoutez simplement mon nom à la liste, d'accord?" J'ai insisté. «Dieu m'a dit que je serais
voyager sur ce paquebot.
"Mais je t'ai dit que tu n'as pas d'espoir!"

Épisode 145

"M. Osborne, dis-je avec un anile, je serai sur ce navire!


"Jamais!" dit-il sèchement. "Il n'y a pas moyen!" Néanmoins, il a ajouté à contrecœur mon
nom à la liste et marmonna quelque chose pas trop élogieux sous son
souffle.
Juste à ce moment-là, j'ai entendu une voix crier: «Paging Révérend Robert Thom. Pagination
Révérend Robert Thom. »
Je me suis retourné pour voir passer un petit homme qui n'était pas plus de 4 1/2 dans ces
jours de hauteur, vêtu de l'uniforme du British Overseas Cable.
En l'attrapant par le coude, j'ai dit: «Je suis le révérend Robert Thom.
«Câble pour vous, monsieur», dit-il en me tendant une enveloppe.
«Merci,» répondis-je avec un peu d'embarras; Je n'en avais même pas assez
de l'argent pour lui donner un pourboire.
Quand j'ai ouvert l'enveloppe, là, à mon grand étonnement, il y avait un télégramme pour
200 $. Il avait été envoyé par des amis à Spencerville, Ohio.
Me tournant vers l'agent maritime, j'ai dit: «M. Osborne, quel est le tarif pour
Afrique du Sud?" Sans sourciller, il a dit: «La classe touriste coûte 200 $.»
«Eh bien, n'est-ce pas incroyable? M'écriai-je en poussant le télégramme sur le comptoir.
«Je viens de recevoir ce télégramme pour ce montant!» Il l'a ramassé et a regardé
sur ses lunettes à monture dorée. "Hmmm, oui - deux cents dollars," il
marmonna.
"N'est-ce pas merveilleux?" J'ai jubilé. «Ces gens n'avaient aucune idée que j'avais besoin de ça
de l'argent."
"Mais ce n'est pas votre argent," répondit-il, étudiant toujours le télégramme.
«Ne sois pas idiot,» répondis-je. "C'est certainement."
«Je vous demande pardon, monsieur; si vous regardez de plus près, vous verrez que ce
https://translate.googleusercontent.com/translate_f 109/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
cablegram a été libellé à l'ordre de l'Union Castle Steamship Company. »
Effectivement, quand j'ai regardé à nouveau, j'ai vu qu'une erreur avait été commise dans le
adresse. L'autorisation a été donnée de payer 200 $ au destinataire: Union Castle
Steamship Company, c / o le révérend Robert Thom, Bond Street, Londres, WC 1,
Angleterre.
"Vous voyez", a souligné l'agent, "légalement cet argent appartient à Union Castle
Steamship Company. »
«Oui, je vois ça», ai-je dit, «mais qu'essayez-vous de me dire?»

Épisode 146

«Pourquoi, simplement que cet argent doit passer par nos livres et par nos
Banque. Je ne peux pas vous payer cet argent avant d’obtenir la permission. »
«Et en attendant, qu'est-ce que je vais faire?» «Je ne sais pas, monsieur, mais ceci
l'argent devra passer par les canaux appropriés, et cela prendra un jour ou
alors."
J'étais perplexe. Qu'est-ce que j'allais faire maintenant? Je suis resté là en silence pendant quelques
des moments. Finalement, j'ai dit: «Eh bien, monsieur Osborne, allez-y et traitez
câblogramme. En attendant, je descends à Southampton. Et je serai sur
ce navire demain après-midi.
«Oh non, tu ne le feras pas! cracha-t-il en retour.
"Oh, oui je le ferai!" J'ai souri. «Dieu m'a dit d'être sur ce bateau.»
«Vous perdez votre temps, M. Thom,» répondit-il avec dégoût. «Et le mien comme
bien. Bonne journée Monsieur!" Je suis retourné chez mon ami plus tard cet après-midi, bien sûr
que Dieu allait démêler le désordre enchevêtré et réaliser Son dessein. Cette
soir, mon ami m'a dit combien il appréciait mon ministère et m'a donné un
quelques dollars dans une enveloppe. Quand je l'ai compté, il y avait juste assez pour payer
mon billet de train à Southampton.
Le lendemain, j'ai donc fait le voyage vers le sud jusqu'à Southampton, à 160 miles de là. Le bateau
devait naviguer à 4 heures cet après-midi. A 14h00, je suis entré dans le hangar des douanes et
mettre mes sacs sous l'initiale «T.» Dans le naturel, je savais que le voyage était
impossible. Il n'y avait aucun signe que je pourrais monter à bord de ce navire. Mais «la foi
est la preuve de choses non vues », alors je suis allé de l'avant et j'ai parcouru toutes les
mouvements d'être un passager. En marchant vers une table, j'ai commencé à préparer tous les
documents nécessaires pour passer par l'Autorité de l'Immigration. Alors que je me tenais là
écrit, un garde de sécurité est venu vers moi.
«Votre nom, monsieur?
«Révérend Robert Thom», ai-je répondu.
«Robert Thom? Mon garçon, vous ont-ils déjà appelé pendant la dernière heure!
"Ils ont?"
"Oui. Prenez toutes vos affaires et montez à bord du bateau jusqu'au salon des touristes. C'est
d'où ils vous ont envoyé. "
"Merci Monsieur!" Répondis-je, rassemblant mes papiers et mes sacs et me dirigeant vers le
passerelle aussi vite que possible. Quand je suis sorti du bateau, il doit y avoir eu
plus de 300 personnes en attente de monter à bord, même s'il restait encore une heure avant

Épisode 147

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 110/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

n'importe qui serait autorisé sur le pont.


«Excusez-moi,» dis-je en me frayant un chemin à travers la foule. "Excusez-moi,
s'il te plaît…. Je suis désolé, madame ... Excusez-moi, monsieur. ... »
Je suis sûr qu'ils ont dû se demander qui j'étais et quel droit j'avais de monter à bord
expédiez avant tout le monde! Quand je suis entré dans le salon des touristes, il y avait le
Commissaire assis à une table, remplissant des formulaires.
«Révérend Robert Thom, monsieur», dis-je.
«Révérend», dit-il, «nous vous téléphonons. Où étais-tu?"
«Eh bien, dis-je avec assurance, il m'a fallu un peu de temps pour arriver ici - mais je suis là;
Qu'est-ce que c'est?"
«Monsieur, nous avons eu une annulation, et pour une raison inconnue, bien que vous soyez
en bas de la liste d'attente et je ne sais rien de toi, je sens que je devrais
vous donne la couchette.
«Très bien, combien coûte-t-il?» J'ai demandé.
«Deux cents dollars.»
«Monsieur, ai-je dit, j'ai déjà déposé l'argent à votre bureau à Londres. Volonté
vous appelez gentiment votre agent, M. Osborne?
«Je le ferai», dit-il, «mais pourquoi avez-vous payé à l'avance alors que vous n'aviez même pas de
couchette?"
"M. Osborne vous l'expliquera », ai-je répondu.
Alors pendant qu'il passait l'appel à Londres, j'ai dit à voix basse: «Seigneur, ceci
est merveilleux! Mais il y a encore une chose: je n'ai pas d'argent de poche. je serai
en mer pendant deux semaines, et nous allons traverser l'équateur, et je ne peux même pas acheter un
bouteille de boisson gazeuse. Si cela ne vous dérange pas, Seigneur, pourrais-je avoir un autre miracle?
Juste à ce moment-là, le commissaire a raccroché le téléphone. «Tout est clair», dit-il. "Donne-moi
juste un instant pour vous faire un reçu, alors vous pouvez être sur votre chemin. »
Alors qu'il commençait à écrire, il s'est soudainement arrêté et a dit: «Monsieur, êtes-vous de bonne foi
Révérend?"
"Oui, monsieur," répondis-je.
«D'accord,» dit-il, «vous obtenez une réduction de dix pour cent. Je vais juste te rendre vingt
dollars. Est-ce que tout va bien?"
«Louez le Seigneur!» Dis-je à voix haute. Il sourit et termina de remplir le
le reçu. Quelques heures plus tard, le gros paquebot a pris la mer, et j'étais sur

Épisode 148

mon chemin à la maison.


Après un jour ou deux sur l'Atlantique, j'ai commencé à penser à la promesse de Dieu
avait fait pour me donner un réveil en mer comme Smith Wigglesworth l'avait fait. Alors j'ai prié
sincèrement pour obtenir des conseils; et lors de notre premier dimanche en mer, j'ai été impressionné de demander
permission d'avoir un service ce soir-là. Le capitaine était très gentil et a donné
la permission d'utiliser la grande salle où les passagers jouaient souvent et
buvait. Il a même fait annoncer le service pour moi sur l'AP. système.
Lorsque le moment est venu pour le service, tant de gens se sont entassés dans cette salle que nous
ne pouvait pas les accueillir tous. J'ai donc obtenu la permission d'ouvrir les fenêtres du
chambre et mettre des haut-parleurs pour que ceux sur le pont puissent entendre. Il y avait
1500 personnes à bord de ce navire, et on m'a dit qu'environ 1200 se sont
cette réunion.
https://translate.googleusercontent.com/translate_f 111/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

Un des officiers du navire a présidé le service. Après quelques chants et


recevant une offre, j'ai été présenté. J'ai prêché le salut à travers le
sang de Jésus. J'ai vécu une grande onction cette nuit-là, et quand j'ai donné le
invitation pour les hommes et les femmes à recevoir le Christ, de nombreuses personnes se sont
a prié la prière du pécheur.
Après le service, l'officier m'a remis l'offre.
"Merci, monsieur," dis-je, "mais je n'ai pas besoin de cela." Je voulais faire attention de ne pas donner
l'impression que l'argent était mon motif de prédication.
«Mais c'est le privilège de l'orateur, monsieur,» répondit-il. «Nous offrons toujours l’offre
à l'orateur. " «J'apprécie ça», ai-je répondu, «mais ce que j'ai vu ce soir
hommes et femmes recevant le Christ ici sur l'océan Atlantique plus de
me récompense pour tous les efforts que j'ai faits.
«C'est beau», dit-il, «mais sous les ordres du commissaire du navire, je dois insister
que vous prenez l'argent.
«Très bien, donne-le ici», dis-je. «Je vais en parler au commissaire.
Une minute plus tard, je me suis dirigé vers le bureau du commissaire et j'ai déposé l'argent
devant lui.
"Qu'est-ce que c'est ça?" s'enquit-il.
«C'est l'offre du service de ce soir.»
«Alors c'est à toi», répondit-il. «Toutes les offres vont à l'orateur.»
"M. Purser, lui ai-je répondu, j'apprécie beaucoup cela, mais vous voyez, je suis un ex-
matelot et… - Ne me dis pas! l'interrompit-il. «Vous étiez marin?

Épisode 149

«Oui, monsieur,» j'ai souri, «et un très ivre aussi. Maintenant voudriez-vous donner
cette offre de quatre-vingt-six livres britanniques aux orphelins et aux veuves des marins
Fonds?"
«Vous ne voulez pas dire cela», dit-il incrédule.
"Oui monsieur."
"Parle-moi de toi."
J'ai donc commencé à témoigner de ce commissaire. Je lui ai tout raconté sur les années ivres dans le
Marine, et comment Jésus avait changé ma vie. Je lui ai parlé des nombreux miracles
J'avais vu dans le monde entier. Il buvait chaque mot, clignant parfois des yeux pour tenir
retour une larme.
«Révérend,» dit-il après avoir terminé, «je veux faire quelque chose pour vous. Tu
Tu connais cette pièce où tu as parlé ce soir? Je te le donne pour le reste de la
voyage; vous pouvez y avoir des services tous les soirs si vous le souhaitez. "
C'est donc exactement ce que j'ai fait. Pour le reste de ce voyage, nous avons eu un réveil. Par le
Lorsque nous sommes arrivés au Cap, je me sentais comme Smith Wigglesworth II.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 112/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

Épisode 150

Chapitre vingt et un, 205 Henley Manor


Le ministère en Afrique contenait de se développer. Dieu m'avait montré que les indigènes
de la terre pourraient être formés pour devenir missionnaires beaucoup moins cher
qu'en faisant venir des missionnaires américains. Alors qu'un missionnaire américain
nécessiterait plusieurs centaines de dollars par mois pour s'entendre, un natif qui
connaissait déjà la langue et les coutumes locales pouvaient atteindre son peuple pendant
à peine 35 $ par mois. Nous avons donc commencé à ajouter de plus en plus d'évangélistes autochtones à
notre personnel et de les envoyer mener des croisades dans de nombreuses régions d'Afrique.
J'avoue que j'ai eu du mal à me reposer dans mon lit la nuit quand je pensais à
Les 344 millions d'habitants d'Afrique, pour la plupart sans Christ. Agents communistes et
Les missionnaires mahométans par milliers étaient occupés sur tout le continent,
dispersant leur littérature et proclamant leur message. De quel droit avais-je à
se reposer si facilement quand ils travaillaient presque nuit et jour?
Mon fils, Drummond, qui était parti aux États-Unis et avait décidé de donner sa vie
au ministère, a lancé une organisation m Louisville, Kentucky, pour l'express
objectif de soutenir des dizaines d'évangélistes autochtones, ainsi que de leur fournir
avec des bibles, des livres, des vélos et des systèmes de sonorisation. Cela nous a été d'une grande aide, et
pourtant, il y avait tellement plus à faire.
J'étais également très préoccupé par la croissance spirituelle de nos jeunes convertis.
Dieu a mis dans mon cœur l'importance de mettre entre leurs mains la littérature utile;
j'ai donc écrit un certain nombre de livres et de brochures et les ai imprimés par milliers
sur notre propre presse. En quatre mois, nous avons imprimé plus de 80000 livres en Afrikaans
langue et a fait des plans pour publier de la littérature dans cent des pays africains
langues et dialectes
Au milieu de toute cette activité, cependant, Dieu ne m'a jamais laissé oublier que j'avais aussi
jeunes chrétiens à prendre en charge chez moi. Alors que Joyce était un merveilleux
aider à élever les enfants d'une manière chrétienne (et je n'aurais jamais pu
sans elle), j'avais encore mes obligations aussi. Dieu s'attendait à ce que je sois le
chef spirituel de ma maison. Donc j'étais constamment mis au défi de donner
temps et attention à Joyce et aux quelques enfants qui sont encore restés
à la maison, tout en faisant l'œuvre de Dieu en même temps.
Je suppose que c'est cette prise de conscience de la responsabilité qui m'a rendu très prêt à
Acceptez la suggestion du Seigneur en 1968 que j'emmène ma famille sur une évangélisation
tournée en Europe. Nous avions déjà participé à de nombreuses tournées de ce type et j'étais sûr que ce serait

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 113/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

Épisode 151

soyez à nouveau bon pour nous. Cependant, je n'avais pas la moindre idée d'où l'argent
proviendrait d'une entreprise aussi coûteuse.
Mais il devait y avoir un moyen. Joyce devenait de plus en plus agitée et gardée
parler de déménager de notre maison.
«Bob», disait-elle, «je pense que Dieu veut que nous partions d'ici. Maintenant que la plupart de
les enfants ont grandi, il n'est pas nécessaire pour nous d'avoir une si grande maison de toute façon.
«Mais où irions-nous?» J'ai répondu.
«J'aimerais vivre au Henley Manor.»
«Henley Manor? L'immeuble chic au bord de la mer?
"Oui. N'aimeriez-vous pas ça?
«Je suppose que je l'aimerais, mais il n'y a aucun moyen que nous puissions nous le permettre.
Elle m'a regardé avec amusement. "Cet homme de foi africain parle-t-il?" elle
taquiné. "Ou Dieu est-il mort hier et personne ne me l'a dit?"
«Mais il faut faire preuve de bon sens,» répliquai-je faiblement.
J'utilise le bon sens », a-t-elle insisté. «Je pense que Henley Manor serait un
bien meilleur quartier général pour notre ministère que cet endroit. Et d'ailleurs, n'a pas
Jésus dit: `` Tout ce que vous désirez, quand vous priez, croyez que vous recevez
eux, et vous les aurez »?
«Oui, c'est ce qu'Il a dit», ai-je admis.
«Eh bien, alors, je dis que nous allons bientôt vivre à Henley Manor.
«Vous devez être fou!» J'ai répondu. «Nous n'y vivrons jamais.»
«Mais je dis que nous le ferons», a-t-elle insisté. «Dieu me l'a dit. Avant de m'endormir
nuit, j'ai médité la question plus profondément. Je devais emmener Joyce et les enfants là-dessus
voyage en Europe. Rien d'autre ne guérirait cette agitation et ces notions folles
sur le déplacement. «Seigneur», ai-je prié, «Vous et moi savons tous les deux que ce voyage est financièrement
impossible - mais Tu as dit: 'Quelles choses si vous désirez, quand vous priez, croyez
que vous les receviez, et. . . Soudain, je me suis souvenu que c'était le
promesse que Joyce m'avait citée plus tôt dans la soirée! J'ai souri dans l'obscurité et
est allé dormir.
Le jour du nid, j'ai partagé mon idée de la tournée en Europe avec les enfants. Ils tous
"A explosé" à la fois et je voulais savoir quand nous partirions, combien de temps nous serions
parti, si nous campions dans une tente et quand nous pourrions commencer à faire nos bagages.
«Tenez tout!» J'ai dit. «Comme vous le savez, cela va coûter beaucoup d'argent -

Épisode 152

et nous ne pouvons le faire que si Dieu pourvoit au besoin. Alors je suggère que nous en fassions
prier avant de faire ses valises!
Et nous l'avons fait. Nous avons prié sincèrement à ce sujet pendant quelques semaines.
Finalement, Dieu m'a fait comprendre que le voyage devait être une entreprise de foi. Au lieu
d'attendre d'avoir assez d'argent, nous prendrions ce que nous avions et
aller aussi loin qu'il nous faudrait. Ensuite, nous dépendrions de Dieu pour répondre au besoin de
la prochaine étape du voyage - et la suivante - jusqu'à ce que nous soyons enfin rentrés chez nous. j'ai senti
ce serait une excellente façon d'enseigner davantage aux enfants les joies de vivre par la foi.
On s'est arrangé pour aller jusqu'à Londres d'abord, puis on traversait
en France. Nous avons prévu de visiter de nombreux pays, terminant notre tournée à Genève,
https://translate.googleusercontent.com/translate_f 114/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

Suisse, puis retour au Cap.


C'est l'hiver dans le nord », ai-je prévenu Joyce,« il est donc possible que nous devions
rester à Londres pendant un certain temps.
"Mais où?" A demandé Joyce. «Il faudrait louer une maison, n'est-ce pas?
«Je suppose que oui,» répondis-je. "J'ai une idée. Je t'aiderai à emballer autant de fournitures
que possible au cas où nous devions louer. Ensuite, je m'envolerai pour Londres avant toi et
voir si je peux trouver une maison meublée. Vous et les enfants pouvez venir par bateau. »
Cela semblait être une bonne idée pour Joyce, alors nous avons passé les deux ou trois jours suivants
fournitures d'emballage.
«Assurez-vous d'emporter beaucoup de couvertures», ai-je dit à Joyce. «Nous ne voulons personne
attraper froid.
Nous avons emballé dix-sept cartons de literie, de vaisselle, d'argenterie, de couverts, etc. et
fait des plans pour avoir que transporté à Southampton sur le même navire que Joyce
et les enfants continueraient à voyager. En quelques jours, je suis monté à bord d'un avion et
s'est envolé pour Londres, tandis que la famille est partie sur un bateau qui arriverait à Londres deux
semaines plus tard.
J'avais communiqué avec des amis chrétiens à Londres et partagé notre
plans avec eux. Ils m'avaient promis de me retrouver à l'aéroport. Et, bien sûr,
whoa je suis sorti de l'avion dans l'air froid et hivernal de l'aéroport d'Heathrow,
il y avait un bon frère là-bas avec un break,
«Frère Thom,» dit-il, «j'espère que vous aimez ce break. Notre église est
en faisant don à vous et à votre famille pour l'utiliser pendant la durée de votre voyage à travers
L'Europe ." Son souffle faisait de petites bouffées de vapeur pendant qu'il parlait.
Je l'ai beaucoup remercié puis j'ai été ramené à la maison avec lui pour un séjour de quelques jours,
jusqu'à ce que des dispositions plus précises puissent être prises.

Épisode 153

Pendant les deux semaines suivantes, j'ai prié pour être guidé et j'ai cherché des maisons. Mais non
peu importe où je regardais, je ne pouvais pas trouver une maison convenable. «Eh bien,» j'ai pensé, «le
l'hiver n'est pas si mal que ça. Peut-être devrions-nous oublier une maison et continuer
le tour."
J'ai donc conduit le break jusqu'à Southampton à temps pour rencontrer Joyce et
les gars. Quand les enfants m'ont repéré pour la première fois en descendant la passerelle, ils
tous poussèrent un cri et se mirent à bavarder sauvagement.
En peu de temps, je les ai emmenés là où j'avais garé le break.
«Regardez ici», ai-je dit à Joyce. «Nous avons un moyen de transport!»
"Où l'avez-vous?" A demandé Joyce.
«C'est le miracle numéro un!» Lui ai-je répondu en la poussant doucement alors qu'elle se tenait là
frissonnant. "C'est un cadeau pour nous, tant que nous sommes en Europe."
«Louez le Seigneur!» s'exclama-t-elle. «N'est-il pas étonnant de voir comment Dieu continue de fournir
pour nous?"
"Tout à fait!" J'ai souris.
"Il n'y a rien d'impossible, n'est-ce pas?"
"Absolument rien!" J'ai chanté.
«Alors même Henley Manor n'est pas impossible, n'est-ce pas?
J'ai agi comme si je ne l'avais pas entendue et j'ai procédé au déverrouillage du break
des portes.
Nous avons tous sauté dans le wagon et sommes allés voir l'agent maritime à propos de
organiser le stockage de nos dix-sept cartons de fournitures, jusqu'à ce que nous
https://translate.googleusercontent.com/translate_f 115/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
besoin d'eux. J'ai expliqué à Joyce que j'avais eu du mal à localiser une maison,
«Peut-être que le Seigneur ne veut pas que nous louions une maison», répondit Joyce. «Ne pouvons-nous pas
avec la tournée?
«Je pensais la même chose», ai-je répondu.
Mais quand nos amis de Londres ont entendu parler de nos projets, ils ont pensé que nous devrions
attendez le printemps pour aller en Europe. Mais nous avons prié sincèrement, et finalement,
grâce à certains services que nous avons tenus, nous avons réuni suffisamment d'argent pour payer notre
tarif et expédition du break vers la France. Alors nous avons laissé nos fournitures
stockage et a continué notre chemin.
Une fois en France, nous avons entrepris notre voyage, et pour les prochains mois
break est devenu notre maison de voyage. Même s'il faisait froid,

Épisode 154

nous avons rencontré de nombreux amis chaleureux qui nous ont toujours offert un endroit confortable où séjourner
la nuit. J'ai organisé des services dans de nombreuses églises, salles et maisons, et de nombreux
les gens spirituellement affamés ont été sauvés, guéris et baptisés dans l'Esprit.
Joyce et les enfants ont vraiment apprécié d'être dans les services et d'aider à
de toutes les manières possibles.
Le compteur kilométrique a continué à rouler les miles alors que nous avançions régulièrement pendant l'hiver
pays des merveilles de la Belgique, des Pays-Bas, de l'Allemagne - encore et encore, pour apparemment
des kilomètres sans fin. Toujours, nous avons reçu juste assez d'argent des offres pour
nous continuer à aller au prochain arrêt.
Vers la fin de l'hiver, nous avions bouclé le cercle et revenions
à l'ouest à travers les majestueuses Alpes suisses. À l'arrivée à Genève, notre voyage
serait fini. Je ramènerais le break en Angleterre, et le
la famille reviendrait en Afrique du Sud.
Quand nous sommes arrivés à l'hôtel Pascal à Genève, j'ai dit à Joyce: «Restons
avant pour le week-end. Le voyage a été fatigant et ce sera une bonne chance pour vous
et les enfants pour sortir et profiter de la neige. C'est donc ce que nous avons fait.
Le lundi matin, nous étions tous reposés et nous nous sommes préparés à quitter le
hôtel et conduisez jusqu'à l'aéroport.
Peu de temps après, alors que nous attendions l'avion, Joyce m'a dit: «Maintenant
n'oubliez pas de sortir nos boîtes de stockage et de les renvoyer à Cape
Ville, j'aurai besoin d'argenterie et de vaisselle.
"Mais que ferez-vous jusqu'à ce qu'ils arrivent?" J'ai demandé. "Emprunter, je suppose. Combien de temps
cela prendra?"
"Deux ou trois semaines après leur expédition. Ils auraient dû être
envoyé il y a deux semaines. De plus, il y a la facture de stockage à payer avant que je puisse obtenir les choses
sur le bâteau."
«Oh, mon Dieu, j'ai oublié ça. Sera-ce beaucoup? «Dix-sept colis à trente
cinq cents par colis par jour - cela reviendra à plusieurs centaines de dollars, je
supposer. Plus les frais d'expédition vers l'Afrique. »
«Mais où allez-vous obtenir tout cet argent?»
«Je n'ai pas la moindre idée», ai-je admis, «mais Dieu vient toujours à travers,
n'est-ce pas?
«D'accord,» dit-elle en m'embrassant d'adieu. «Je te verrai dans quelques semaines à
Henley Manor. » «Henley Manor!» J'ai répondu en riant. «Je pensais que tu avais oublié
à propos de ça! Nous ne pouvons pas nous permettre d'y vivre; nous sommes des pauvres, tu te souviens?

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 116/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

Épisode 155

«Mais nous avons un Dieu riche!» Répondit-elle avec une étincelle dans les yeux. «Allez, les enfants,
l'avion se charge!
Je les ai tous embrassés à la hâte, et en quelques minutes ils étaient au-dessus de Genève,
direction la ville ensoleillée de Gape.
Quand je suis enfin rentré à Londres quelques jours plus tard, je suis allé immédiatement à
la compagnie maritime pour voir mes dix-sept cartons. Je n'avais pas le moindre
idée de la façon dont je paierais la facture, mais Dieu savait à quel point c'était important, et je me sentais sûr
Il s'enfuirait.
Lorsque je suis entré dans le bureau de l'agent maritime et que je me suis renseigné sur les articles
stockage, le jeune employé derrière le bureau a commencé à remplir un formulaire.
«Votre nom, monsieur?
Dès que j'ai mentionné mon nom, il a arrêté d'écrire et son visage est devenu très
pâle.
"Qu'est-ce qui ne va pas?" J'ai demandé.
«Monsieur,» répondit-il avec hésitation, «Je suis désolé de vous dire que nous avons commis une terrible erreur.
Il y a deux semaines, nous avons envoyé vos colis au Cap. Ils y arrivent
demain."
«Mais pourquoi avez-vous fait cela sans mes instructions?» J'ai exigé
«Je ne sais pas», gémit le pauvre garçon. «C'était juste une sorte d'erreur. je suis
désolé, je ne peux pas l'expliquer »
«Eh bien, qui va être financièrement responsable de tout cela?» J'ai demandé. "Quoi
sur les frais de stockage et les frais d'expédition? »
«Croyez-moi, monsieur», répondit-il, «notre société s'occupera de tout. je
Je ne comprends tout simplement pas comment une erreur aussi stupide a pu se produire, mais je
vous assure, cela ne vous coûtera pas un centime. J'espère que tu comprends."
Soudain, je l'ai fait! "Seigneur!" Dis-je dans mon souffle. "Quel miracle! "
Puis j'ai dit à l'agent: «Jeune homme, pourriez-vous mettre cela par écrit…
que l'entreprise s'occupe de ce projet de loi? Donnez-moi juste une décharge signée, et
dites-leur de laisser les marchandises au Cap.
"Oui monsieur!" répondit-il, visiblement soulagé de ne pas être en colère.
Dès qu'il m'a remis le communiqué, je me suis précipité vers un téléphone et j'ai appelé Joyce,
qui était déjà de retour au Cap à ce moment-là. A-t-elle jamais été surprise de
écoute ma voix!

Épisode 156

«Bob, est-ce que quelque chose ne va pas? elle a demandé.


"Non! Tout va bien! » M'écriai-je. Et je lui ai expliqué ce qui avait
arrivé. «Il ne vous reste plus qu'à vous adresser à la compagnie maritime demain
et réclamez les marchandises! J'ai conclu. "N'est-ce pas merveilleux?"
«Louez le Seigneur!» elle couina. «C'est un miracle!»
"Tout à fait!" J'ai été d'accord.
«Bob», dit-elle en baissant la voix, «puis-je vous poser une question?»

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 117/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

"Sûr de ce que?"
«Puis-je faire envoyer ces boîtes à Henley Manor?»
Le moment n'aurait pas pu être meilleur. J'ai ri et j'ai répondu: «Chérie, si tu
avoir confiance pour le loyer du Henley Manor, alors allez-y!
«Wheeee!» elle a chanté. «L'homme de foi de l'Afrique passe enfin!» Tous les deux
ri jusqu'à ce que nos côtés nous blessent
Quand j'ai raccroché le combiné, j'ai décidé que je ferais mieux de rentrer à la maison le plus tôt possible.
Après quelques jours, j'ai reçu suffisamment d'offres de services supplémentaires pour acheter mon
billet d'avion de retour.
Dès que je suis descendu de l'avion au Cap, j'ai appelé Joyce pour qu'elle descende et
me chercher. En quelques minutes, elle est venue et m'a conduit à notre nouvelle maison et
siège social au 205 Henley Manor.

Épisode 157

Chapitre vingt-deux, la réponse


En 1970, j'étais assis dans notre appartement en train de lire le journal quand je suis tombé sur
un article sur un certain ex-aumônier qui devait témoigner lors d'un
église de Durban. L'article racontait comment cet aumônier avait servi pendant la Seconde Guerre mondiale
avec une unité de l'armée sud-africaine en Egypte - à un endroit appelé El Kantara.
«El Kantara!» Je me suis dit. «C'est l'endroit où j'étais en poste.»
Jetant à nouveau un coup d'œil au nom de l'homme et le reconnaissant, j'ai presque sauté de mon
chaise.
«Joyce! J'ai crié. «Regardez ici!»
"Qu'est-ce que c'est?" demanda-t-elle en entrant dans l'embrasure de la porte.
«Regardez cet article de journal. Rappelez-vous cet aumônier dont je vous ai parlé
a refusé de m'aider en Égypte alors que j'avais mon problème d'alcool?
«Vous voulez dire celui à qui vous avez essayé de parler après votre retour du Saint
Terre?"
"Oui, c'est celui-là."
«Est-ce que cet article le concerne?»
"Ouais. Apparemment, il a été sauvé. Il va donner son témoignage à un
l’église de Durban.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 118/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com
«Eh bien, n'est-ce pas quelque chose! Allez-vous aller l'entendre?
«J'aimerais bien, mais c'est un trajet assez long. Je pense que j'écrirai au vieux coquin. je
me demande s'il se souviendra de moi?
Alors j'ai sorti mon stylo et mon papier et j'ai commencé à écrire. «Aumônier», ai-je commencé, «je veux
repenser à 1942 lorsque vous étiez stationné dans le désert à un endroit appelé
El Kantara. Si vous vous en souvenez, un garçon soldat est venu vers vous. C'était cinq
heures, et le réfectoire venait juste d'ouvrir, et il voulait vous parler de
son âme. Et vous avez dit que vous n'aviez pas le temps, et vous êtes entré pour avoir votre
les boissons.
«Aumônier, ai-je poursuivi, je suis ce garçon soldat. J'ai vu la nouvelle dans le journal
à propos de votre réunion à Durban, et je veux juste que vous sachiez que j'ai été sauvé;
J'ai été converti par la puissance de Jésus-Christ. » Et je suis ensuite passé à
partager avec lui certaines des choses passionnantes qui m'étaient arrivées depuis mon
conversion. Avec la lettre, je lui ai envoyé un de mes livres.

Épisode 158

Quelques jours plus tard, j'ai reçu une belle lettre en retour: «Oh, comme je remercie Dieu pour
votre salut! » il a dit. «Vous ne saurez jamais comment cette chose m'a troublé
à travers toutes ces années. Encore et encore, je me souviens comment je t'ai échoué dans ton
heure de besoin, et ma conscience me dérangerait beaucoup. Je pensais que jamais
obtenez un soulagement de cet affreux fardeau de culpabilité - mais votre lettre est arrivée! Oh,
comme cette lettre était douce pour mon âme! Le fardeau a finalement été levé.
Quand j'ai montré la lettre à Joyce, elle a dit: «Tu sais, Bob, il n'y a jamais de
terne quand tu fais vraiment confiance à Jésus, n'est-ce pas?
«Je devrais dire non», ai-je répondu. «C'est dommage que tant de gens ne comprennent pas cela.
Le monde regorge de gens à la recherche de sensations fortes et d'aventure -
et ici nous avons eu plus d'excitation en quelques années à suivre Jésus que la plupart
les gens ont eu dans leur vie.
«Eh bien, les gens sont confus,» continua Joyce doucement. «Les lumières vives du monde
et la musique forte et les verres de vin leur font penser que ces choses doivent être
terriblement excitant.
"Mais nous savons que le nouveau vin est meilleur, n'est-ce pas?" "Je devrais dire!" s'exclama-t-elle.
«Je ne retournerais pas à cette vieille vie pour tout l'or du monde! "
«Et pourtant, nous avons eu nos problèmes, élevant neuf enfants sans
revenus et ne sachant jamais comment nous allons payer le loyer d'un mois à
le suivant. Vous rendez-vous compte que la semaine dernière était la 236e fois que vous me posiez la question
question, "Comment allons-nous payer le loyer?" "
"Là vous recommencez, comptez!" dit-elle en riant. «Mais la chose merveilleuse est
que nous n’avons jamais été en retard une seule fois au cours de ces vingt et un ans.
«Eh bien, c'est ce qui rend la vie chrétienne passionnante», ai-je dit. «C'est avoir de gros
problèmes et regarder Dieu les résoudre à sa manière.
«Bien sûr, beaucoup de chrétiens ne voient pas le genre de miracles que nous avons vu»,
elle a observé. «Les églises sont pleines de chrétiens qui vivent terne, banal
vit et ne voit presque jamais de miracle. Je me demande pourquoi?"
«Il n'y a qu'une seule réponse à cette question», ai-je répondu. «Les grandes choses ne seront jamais
jusqu'à ce que vous soyez prêt à sortir avec Dieu.
«Je suppose que cela semble être un risque trop important pour certaines personnes», a-t-elle commenté.
suppose, dis-je. «Mais après avoir appris à quel point la Parole de Dieu est totalement digne de confiance
c'est que cela ne semble plus être un risque.

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 119/120
17/02/2021 Le nouveau vin est meilleur - PDFDrive.com

Épisode 159

Table des matières


Le nouveau vin est meilleur par Robert Thom
Ce livre
Dévouement
Contenu
Préface
Préface
introduction
Chapitre un, Pauvre petit garçon riche
Chapitre deux, Un brandy à la menthe poivrée
Chapitre trois, Un ivrogne en Terre Sainte
Chapitre quatre, de tous les développements fous!
Chapitre cinq, cette «folle» Mme Webster
Chapitre six, «J-Jésus le guérisseur et B-baptiseur
Chapitre sept, La maison aux nombreux arbres fruitiers
Chapitre huit, Faire de l'auto-stop mille milles
Chapitre neuf, «Mais Dieu me l'a dit, monsieur!
Chapitre dix, Sur la paie de Dieu
Chapitre onze, Qui a besoin de quatre oreillers?
Chapitre douze, adieu aux rouges et aux bretelles
Chapitre treize, Doux vieux Bosworth
Chapitre quatorze, un générateur à la moutarde et à la mayonnaise
Chapitre quinze, Safari à Tonetti
Chapitre seize, «Sortez cet homme de la ville?
Chapitre dix-sept, «Mais Seigneur, c'est déraisonnable!»
Chapitre dix-huit, Vivre et mourir par la foi
Chapitre dix-neuf, Ne méprisez pas les prophéties
Chapitre vingt, voyage fantastique
Chapitre vingt et un, 205 Henley Manor
Chapitre vingt-deux, la réponse

https://translate.googleusercontent.com/translate_f 120/120

Vous aimerez peut-être aussi