Vous êtes sur la page 1sur 94

AVANT-PROPOS

VERITABLE PASSEPORT POUR L'INSERTION PROFESSIONNELLE, LE STAGE


INGENIEUR PERMET A L'ELEVE-INGENIEUR DE VALORISER SON PARCOURS ET DE
CONSOLIDER SES ACQUIS ACADEMIQUES PAR L'EXPERIENCE PRATIQUE DANS LE
MONDE DU TRAVAIL CONSTITUANT AINSI UNE DIMENSION FONDAMENTALE
POUR LA FORMATION.

DANS CE CONTEXTE, NOUS AVONS EFFECTUE UN STAGE AU SEIN DE LA SOCIETE


MEGEC DU 01/07/2013 AU 17/08/2013.

NOTRE MISSION A ETE D’ETUDIER, DE CONCEVOIR ET DE DIMENSIONNER UNE


PASSERELLE PIETONS-CYCLES POUR LE FRANCHISSEMENT DE LA VOIE FERREE AU
PK 97+960. LE PRESENT RAPPORT EN EST LE COMPTE-RENDU QUI EXPLIQUE LE
TRAVAIL EFFECTUE ET QUI DONNE UN APERÇU SUR LES ACQUIS ET LES APPORTS
TIRES AU COURS DES SIX SEMAINES DU STAGE.
REMERCIEMENTS

NOUS COMMENÇONS PAREXPRIMER NOS REMERCIEMENTS LES PLUS VIFS, LES


PLUS SINCERES ET LES PLUS RESPECTUEUX A NOTRE ENCADRANT M. ABDERRAFIE
YOUSFI, INGENIEUR ET PRESIDENT DIRECTEUR GENERAL DE LA SOCIETE MEGEC ,
POUR SA PATIENCE ET SON AMABILITE DURANT LA PERIODE DU STAGE EN ETANT
TOUJOURS DISPONIBLE AVEC SON ŒIL D’EXPERT DANS LA MATIERE AFIN DE
NOUS GUIDER ET NOUS FOURNIR LES INFORMATIONS NECESSAIRES POUR NOTRE
TRAVAIL.

NOUS TENONS EGALEMENT A REMERCIER TOUT LE PERSONNEL DE LA SOCIETE


MEGEC QUI NOUS ONT FORMES ET ACCOMPAGNES TOUT AU LONG DE CETTE
EXPERIENCE PROFESSIONNELLE AVEC BEAUCOUP DE PATIENCE ET DE
PEDAGOGIE ET POUR LES CONSEILS QU'ILS ONT PU NOUS PRODIGUER AU
COURS DE CES SEMAINES ET A TRAVERS EUX TOUTE L’ENTREPRISE MEGEC POUR
L’INTERET QU’ELLE PORTE AUX STAGIAIRES.

LES EXPRESSIONS DE CIRCONSTANCES NE SONT PAS ASSEZ FORTES POUR


TRADUIRE NOTRE PROFONDE GRATITUDE ENVERS TOUS NOS ENSEIGNANTS POUR
LEUR BONNE VOLONTE ET POUR LA QUALITE ET LA RIGUEUR DE LA FORMATION
QU’ILS NOUS ONT DISPENSES AU COURS DE CES DEUX ANNEES.

1
PRESENTATION DE L’ORGANISME D’ACCUEIL ...................................................................................... 6

PRESENTATION DU PROJET ..................................................................................................................... 7

LA VARIANTE PSI-BA : AVANTAGES ET INCONVENIENTS .................................................................... 8

ELEMENTS DE PREDIMENSIONNEMENT ................................................................................................ 10

POUTRES PRINCIPALES .................................................................................................................................. 10


HOURDIS ..................................................................................................................................................... 10
ENTRETOISES ................................................................................................................................................ 11
PILES ........................................................................................................................................................... 11
SOMMIERS D’APPUI (CHEVETRES) .................................................................................................................. 12
FONDATIONS ............................................................................................................................................... 12
Calcul de la portance des fondations par la méthode pressiométrique ............................ 14

AVANT-METRE ....................................................................................................................................... 17

HYPOTHESES DE CALCUL DES SOLLICITATIONS .................................................................................. 19

CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX .............................................................................................................. 19


Béton ............................................................................................................................................. 19
Acier .............................................................................................................................................. 19
INVENTAIRE DES CHARGES ............................................................................................................................ 19
Charges permanentes ............................................................................................................... 19
Charges d’exploitation............................................................................................................... 19
Charge du vent ........................................................................................................................... 19
REPARTITION DES EFFORTS DE RETRAIT ET DE DILATATION .................................................................................. 20
TYPE DE FISSURATION .................................................................................................................................... 20

ETUDE DES POUTRES PRINCIPALES ....................................................................................................... 21

INVENTAIRE DES CHARGES AU NIVEAU DE LA TRAVEE ....................................................................................... 21


Charges permanentes ............................................................................................................... 21
Charges réparties ........................................................................................................................ 22
DETERMINATION DES SOLLICITATIONS AU NIVEAU DE LA TRAVEE PRINCIPALE...................................................... 22
Sollicitations dues aux charges permanentes ......................................................................... 22
Sollicitations dues aux charges réparties ................................................................................. 23
Combinaison des charges ......................................................................................................... 24
INVENTAIRE DES CHARGES AU NIVEAU DE LA CONSOLE ................................................................................... 25
Charges permanentes ............................................................................................................... 25
Charges réparties ........................................................................................................................ 26
DETERMINATION DES SOLLICITATIONS AU NIVEAU DE LA CONSOLE ................................................................... 26
Sollicitations dues aux charges permanentes ......................................................................... 26
Sollicitations dues aux charges réparties ................................................................................. 27
Combinaison des charges ......................................................................................................... 27
CALCUL DES FERRAILLAGES .......................................................................................................................... 27
Calcul de la flèche sous le poids propre.................................................................................. 32

ETUDE DE L’HOURDIS EN TRAVEE PRINCIPALE .................................................................................... 38

CALCUL DES SOLLICITATIONS DE LA TRAVEE ................................................................................................... 38


DIMENSIONNEMENT DE LA PREDALLE ............................................................................................................. 41
Caractéristiques géométriques ................................................................................................. 41

2
Calcul des sollicitations............................................................................................................... 41
CALCUL DES FERRAILLAGES DE L’HOURDIS COULE EN PLACE ........................................................................... 43
VERIFICATION DES ARMATURES...................................................................................................................... 44
Disposition des armatures dans le hourdis ............................................................................... 44
Valeur minimale des armatures – condition de non fragilité................................................. 44
Ecartement des armatures ........................................................................................................ 45
Vérification au cisaillement ........................................................................................................ 45

ETUDE DE L’HOURDIS EN CONSOLE ..................................................................................................... 46

DONNEES DE L’ETUDE ................................................................................................................................... 46


ANALYSE DU PROBLEME................................................................................................................................ 46
CALCUL DES MOMENTS AGISSANTS ............................................................................................................... 46
FERRAILLAGE DE LADALLE ............................................................................................................................. 46
Console 1...................................................................................................................................... 46
Console 2...................................................................................................................................... 47
VERIFICATION AU CISAILLEMENT .................................................................................................................... 47
FERRAILLAGE RETENU .................................................................................................................................... 47
Console 1...................................................................................................................................... 47
Console 2...................................................................................................................................... 47

EVACUATION DES EAUX A LA SURFACE DU TABLIER ......................................................................... 48

DONNEES .................................................................................................................................................... 48
Dimensions de l’ouvrage ............................................................................................................ 48
CALCUL DE L’AVALOIR ................................................................................................................................ 48
Largeur de bande d’eau ........................................................................................................... 48
Section mouillée du caniveau................................................................................................... 49
Rayon hydraulique ...................................................................................................................... 49
Débit capable du fil de l’eau .................................................................................................... 49
Hauteur d’eau ............................................................................................................................. 49
DIMENSIONS RETENUES ................................................................................................................................. 49
Diamètre minimal ........................................................................................................................ 49
Espacement maximal des avaloirs ........................................................................................... 49
VERIFICATION DU CANIVEAU ........................................................................................................................ 49

ETUDE DES ENTRETOISES D’ABOUT ....................................................................................................... 50

SOLLICITATIONS DUES AUX CHARGES PERMANENTES ....................................................................................... 50


Poids propre de l’entretoise ....................................................................................................... 50
Charges dues à l’hourdis............................................................................................................ 50
Moment maximal en travée ...................................................................................................... 52
Effort tranchant maximal............................................................................................................ 52
Moment sur appui ....................................................................................................................... 52
Récapitulatif................................................................................................................................. 52
SOLLICITATIONS DUES AU VERINAGE .............................................................................................................. 53
DETERMINATION DU FERRAILLAGE.................................................................................................................. 54
Armatures longitudinales ............................................................................................................ 54
Armatures transversales .............................................................................................................. 56

ETUDE DES APPAREILS D’APPUIS EN SERVICE ..................................................................................... 58

INTRODUCTION ............................................................................................................................................ 58
DEFINITION GEOMETRIQUE : .......................................................................................................................... 59

3
PREDIMENSIONNEMENT DES APPAREILS D’APPUIS ............................................................................................ 59
DIMENSIONNEMENT DE L’APPAREIL D’APPUI ................................................................................................... 61
Aire de l’appareil d’appui ......................................................................................................... 61
Hauteur nette d’élastomère ...................................................................................................... 61
Prédimensionnement en plan de l’appareil d’appui............................................................. 62
EFFORTS HORIZONTAUX EN TETE D’APPUIS ....................................................................................................... 62
Détermination de la rigidité des appuis ................................................................................... 62
Répartition des efforts de retrait et de dilatation .................................................................... 63
VERIFICATION DE LA VALIDITE DES APPAREILS D’APPUI..................................................................................... 64
Détermination des contraintes de cisaillement ...................................................................... 64
Vérification des contraintes de cisaillement............................................................................ 65
Contrôle de l’épaisseur des frettes ........................................................................................... 65
Condition de non soulèvement ................................................................................................ 65
Condition de non glissement ..................................................................................................... 66
CONCLUSION.............................................................................................................................................. 66

ETUDE DU CHEVETRE ............................................................................................................................. 67

EVALUATION DES CHARGES .......................................................................................................................... 67


Poids propre ................................................................................................................................. 67
Tablier............................................................................................................................................ 67
Vérins............................................................................................................................................. 68
SOLLICITATIONS DE CALCUL .......................................................................................................................... 69
Fléxion verticale et effort tranchant ......................................................................................... 69
Flexion horizontale ....................................................................................................................... 69
Torsion ........................................................................................................................................... 70
FERRAILLAGE DU CHEVETRE........................................................................................................................... 70
Armatures de flexion verticale................................................................................................... 70
Armatures de flexion horizontale............................................................................................... 70
Armatures longitudinales pour la torsion .................................................................................. 71
Ferraillage longitudinal constructif minimal ............................................................................. 71
Ferraillage longitudinal ............................................................................................................... 71
Armatures de cisaillement ......................................................................................................... 72
Ferraillage transversal constructif minimal ............................................................................... 72
JUSTIFICATION DES CONTRAINTES DE CISAILLEMENT ......................................................................................... 72
Cisaillement du à l’effort tranchant .......................................................................................... 72
Cisaillement dû à la torsion ........................................................................................................ 72
Vérification du béton .................................................................................................................. 73

ETUDE DES PILES .................................................................................................................................... 74

INVENTAIRE DES CHARGES ............................................................................................................................ 74


Charges permanentes ............................................................................................................... 74
Charges variables ....................................................................................................................... 74
DESCENTE DE CHARGES ............................................................................................................................... 75
Combinaisons possibles .............................................................................................................. 75
Application des combinaisons .................................................................................................. 75
FERRAILLAGE LONGITUDINAL DE LA PILE ......................................................................................................... 76
Calcul des armatures à l’ELU ..................................................................................................... 76
Vérification des contraintes à l’ELS ........................................................................................... 76
Justification vis-a-vis du flambement ........................................................................................ 77
FERRAILLAGE TRANSVERSAL DE LA PILE ........................................................................................................... 77

4
ETUDE DES FONDATIONS...................................................................................................................... 80

CALCUL DES SOLLICITATIONS ......................................................................................................................... 80


Au niveau de la semelle ............................................................................................................. 80
Au niveau du gros béton ........................................................................................................... 81
VERIFICATION DES CONTRAINTES ................................................................................................................... 81
contrôle des contraintes au niveau de la semelle ................................................................. 83
Controles des contraintes sous le gros béton .......................................................................... 83
FERRAILLAGE DE LA SEMELLE ......................................................................................................................... 83
VERIFICATION DE NON-POINÇONNEMENT DE LA SEMELLE................................................................................ 84
STABILITE AU GLISSEMENT ............................................................................................................................... 85

DIMENSIONNEMENT DES ESCALIERS ................................................................................................... 86

VOCABULAIRE ............................................................................................................................................. 86
DONNEES .................................................................................................................................................... 86
HAUTEUR ET LARGEUR DES MARCHES ............................................................................................................. 86
LARGEUR DES ESCALIERS............................................................................................................................... 87
CALCUL DE L’ESCALIER ................................................................................................................................. 87
inventaire des charges ............................................................................................................... 88
Calcul des sollicitations............................................................................................................... 90
FERRAILLAGE DE L’ESCALIER ......................................................................................................................... 91
Armatures filantes : choix de section commerciale ............................................................... 91
Aciers de répartition ................................................................................................................... 91
vérification au cisaillement ........................................................................................................ 92

SYNTHESE .............................................................................................................................................. 93

5
PRESENTATION DE L’ORGANISME
GANISME D’ACCUEIL

MEGEC (société Maghrébine d’Etudes et de Génie Civil) fut créée le 5 Novembre


1982 par son fondateur M.Abderrafie YOUSFI, Ingénieur d’Etat de l’Ecole
Mohammedia des Ingénieurs « promotion 1975 », Expert en bâtiment et travaux
publics.

MEGEC est spécialisée dans les travaux d’exécution de projets de toute envergure
allant de la construction des ouvrages d’art en l’occurrence, les ponts, les
infrastructures portuaires, stations d’épurations et de recyclage des eaux usées
usées, les
installations industrielles et arrivant au diagnostic et réparation de tout type
d’ouvrages dégradés.

Projets en cours de réalisation :

ONCF
Etude d’exécution et travaux de réalisation des ponts rails et des passerelles pour
piétons
Kenitra
Montant : 75 786 445 DH

DRE Beni Mellal


Reconstruction du pont Bounoual
Beni Mellal
Montant : 4 561 948 DH

SO.SI.PO.sa
Confortement de la structure en béton armé de 8 grandes cellules de stockage des
silos à céréales du port de Casablanca
Casablanca
Montant : 12 656 900 DH

6
PRESENTATION DU PROJET
ET

Ce projet entre dans le cadre de la requalification urbaine du site de la gare de


Kénitra suite au triplement et renouvellement de la voie ferrée. Dans ce sens,
plusieurs chantiers ferroviaires ont été lancés
lancés visant la modernisation des installations
actuelles (voies ferrées, caténaire, signalisation), et le renforcement du niveau de
sécurité par la suppression des passages à niveau restants sur la ligne, la construction
de plusieurs passerelles pour piétons
piétons et l'aménagement de celles existantes.

C’est dans ce cadre que nous allons procéder à l’étude de réaménagement et


d’élargissement de la passerelle piétons-cycles
piétons cycles pour le franchissement de la voie
ferrée au PK 97+960. Nous allons mener l’étude d’avant-projet
d’avant jet et estimer le coût du
projet, ensuite nous allons dimensionner les différents éléments manuellement et
dessiner les plans de coffrage et de ferraillage en respectant les contraintes et les
exigences du CPS et les différentes normes et règle régissant la
la construction.

7
ETUDE D’AVANT-PROJET

LA VARIANTE PSI-BA : AVANTAGES ET INCONVENIENTS

A l’issue de l’étude de définition, la structure de pont à poutres en béton armé à


travées indépendantes parait la mieux adaptée pour notre ouvrage. S’agissant d’un
réaménagement d’une passerelle, ce choix se justifie naturellement par le souci
d’assurer une certaine continuité par rapport au pont existant : nous allons, en effet,
essayer d’avoir le même type de structure (PSI-BA) avec des caractéristiques
approchant au mieux possible la structure projetée à celle en place.

Les ponts à poutres en béton armé présentent plusieurs avantages:

-LA PREFABRICATION :
 Choisir l’emplacement de l’atelier de préfabrication judicieusement de façon
à ce qu’on puisse s’affranchir des différentes contraintes liées au chantier (site
accidenté, réduction des gabarits…)
 Permettre une amélioration notable de la qualité des parements et des
tolérances dimensionnelles.
 Le recours à la préfabrication a également une incidence sur les délais
d'exécution de l'ouvrage, puisqu'il est possible de rendre indépendante la
fabrication des poutres du reste du chantier.

-INSENSIBILITE AUX DEFORMATIONS:


Un autre intérêt de ce type de structure provient de son fonctionnement isostatique
qui la rend pratiquement insensible aux déformations imposées, en particulier aux
tassements différentiels des appuis et aux effets d'un gradient thermique.
Cependant, ils ont certains inconvénients, entre autres:

-CONCEPTION LIMITEE DES FORMES :


Le tablier, constitué de poutres rectilignes, est naturellement bien adapté aux
franchissements rectilignes. En revanche, il ne s'adapte que plus difficilement aux
franchissements biais ou courbes.

-ESTHETIQUE :
Une autre critique peut être soulevée à propos de la qualité architecturale de ce
type de tablier. Chaque appui reçoit deux lignes d'appuis de travées adjacentes, ce
qui nécessite une largeur de sommier d'appui importante qui peut nuire à l'aspect
esthétique.

8
Pour pouvoir trancher sur l’adéquation de cette solution, on va procéder
maintenant à une étude technico-économique de cette variante en analysant et
en critiquant les résultats trouvés.

Nous commencerons, dans un premier temps, par la conception et le pré-


dimensionnement des éléments de chaque variante (tablier, appuis, fondations..) en
se référant aux dispositions les plus courantes et aux guides de conception,
notamment au dossiers-pilote de la DRCR et de SETRA.

La passerelle projetée est constituée d’une seule travée de L=13,5 m de portée.

La section du tablier est constituée de 2 poutres en béton armé d’une longueur de


13,5m, entretoisées au niveau des appuis et solidarisées transversalement par
l’hourdis en section courante. L’hourdis est de type général en BA, et il sera coulé sur
place par l’intermédiaire de pré-dalles.

9
ELEMENTS DE PREDIMENSIONNEMENT

POUTRES PRINCIPALES

L’élancement usuel des poutres est compris entre et de la portée et peut aller

jusqu’à à condition d’augmenter le nombre des poutres.

La hauteur de la poutre h doit donc vérifier : ≤ ≤ .

,
On prendra : = = , soit : = , .

Quant à la largeur b, il est recommandé de la choisir forfaitairement entre 0,3h et


0,6h.

On aura : = , × = , × , = , .
Ainsi : b=0,40m constituera une bonne base de départ.

0,78m

0,40m

HOURDIS

Selon le guide de conception de SETRA, l’épaisseur de l’hourdis est voisine de de la


portée transversale de 2,4 m.

,
= = ,

L’épaisseur du hourdis est généralement comprise entre 16 et 20cm, selon


l’espacement des poutres. Dans notre cas, une épaisseur de 16 cm conviendra
donc.

On prévoit que le hourdis sera bétonné par l’intermédiaire de prédalles de 6 cm


d’épaisseur qui serviront comme coffrage perdu et qui seront considérées comme
participantes.

16 cm

Prédalle de 6cm d’épaisseur

10
ENTRETOISES

Les entretoises font fonction de poutrelles transversales, elles ont pour rôle de répartir
les charges entre les poutres et de les encastrer à la torsion sur appuis.
La réalisation en place des entretoises complique et ralentit l’exécution du tablier

On se contente à cet effet de deux entretoises pour relier les poutres


transversalement au niveau de chaque appui.

La longueur de ces entretoises d’about est généralement fixée par l’espacement


des poutres principales qui les relient transversalement. Cette longueur sera ainsi
égale à la distance qui sépare les deux poutres soit L=1,6m.

Il faut aménager un espace suffisant entre le chevêtre d'appui et les entretoises pour
faciliter l'accès aux appareils d'appuis, et aussi pour avoir de la place aux vérins de
soulèvement du tablier. A cet égard, nous diminuerons la hauteur de la poutre de 24
cm, ce qui donne une hauteur des entretoises de h = 0,6 m.

Les entretoises étant coulées en place, leur épaisseur résulte des conditions de
bonne mise en œuvre du béton, et de celles du vérinage du tablier en cas de
changement d’appareils d’appuis.

Une largeur de e = 30cm parait suffisante du point de vue résistance.

PILES

La conception des piles est conditionnée par les paramètres suivants :

-la hauteur de la brèche à franchir ;


-le type du tablier et l’importance des efforts transmis ;
-le mode de liaison ;
-les problèmes d’implantation au sol (biais) ;
-les critères d’esthétique.

Choix du type de pile :

La hauteur des piles n’est pas très importante (7m) et puisqu’il s’agit d’un
franchissement de voies ferrées, nous avons un grand intérêt à éviter
l’encombrement transversal. Nous allons ainsi opter pour des piles voiles qui sont
minces et proportionnelles à l’épaisseur du tablier qu’elles supportent.

Conception et pré-dimensionnement :

Pour être robuste, facilement exécutable, et ne pas donner une impression trop
grêle, l’épaisseur doit être assez nettement supérieure à ce qui est exigé par les
seules conditions de résistance mécanique. Ainsi, une épaisseur de 50 cm est une
bonne base de départ pour des tabliers dont la hauteur ne dépasse pas 80 cm.

11
Une formule empirique, proposée dans le dossier pilote PP73 du S.E.T.R.A, constitue
une bonne base de départ, elle lie l’épaisseur E des piles à leur hauteur H et à la
portée L des travées centrales est comme suit :

+
( )= ( + , ; , )

Avec ≥ , à ,

Où e désigne l’épaisseur du tablier.

H = 7m, L = 13,5 m, e = 0,94 m

On obtient une épaisseur E ≈ 0,52 m.

Nous prendrons E = 0,70 m comme base de départ.

SOMMIERS D’APPUI (CHEVETRES)

Le sommier d’appui est un élément sur lequel s’appuie le tablier. Sa surface doit être
aménagée de manière à permettre :
L’implantation des appareils d’appui ;
La mise en place des niches à vérins pour changer les appareils d’appui s’il y a lieu
ou pour procéder à des mesures de réaction d’appui ;
Ainsi on le pré-dimensionne comme suit :

Pour la longueur du sommier : elle dépend directement de la largeur du tablier et


des espacements entre le bord des appareils d’appui et le bord des chevêtres. Si on
choisit 0,25 m comme largeur au niveau des bords des chevêtres et si nous assurons
un espacement entre les appareils d’appuis et les bords de 0,05 m. On prendra une
longueur de L = 2,40 + 0,05×2 + 0,25×2 = 3 m.
Pour sa hauteur: elle doit être supérieure à 0,80 m pour des raisons de robustesse. On
prend en général une hauteur environnant 1m. Dans notre cas, on choisit 1,1 m
comme hauteur du sommier.
Pour la largeur: elle dépend surtout de la largeur de la pile et de l’implantation du
mur garde grève dans le cas d’une culée. On prendra une largeur 0,70 m
FONDATIONS

La compagne de reconnaissance menée au droit de la passerelle a été entreprise à


l’aide de deux sondages pressiométriques de 15 m de profondeur chacun. Elle a mis
en évidence la présence de formations sableuses surmontant de grès qui constituera
une excellente assise.

Les fondations de la future passerelle consisteraient en des semelles de forme carrée


ancrées à 2,00m/TN dans le sable argileux.

Prédimensionnement des fondations superficielles

CALCUL APPROCHE SUIVANT LES RECOMMANDATIONS DE SETRA : PP73 1-3-1

12
Elle est déterminée de telle façon à ce qu'on aura une égalité entre les charges
verticales au niveau de la fondation et la pression admissible du sol sous celle-ci.
La largeur de la fondation est donnée par :

( + )
=
( − )

Avec
- R : La réaction d'appuis maximale
- P : Poids propre de la culée
- D : Encrage dans le sol
- L : longueur des fondations
- Densité moyenne du sol enlevé : = 2,2 T/m3
- q : la pression admissible du sol sous les fondations Q = 2 = 20 / ².
Puisqu’il s’agit d’une semelle carrée, on adaptera cette formule comme suit :

+
=

REACTION SUR APPUI

( )+ ( é )
=

 Poids du tablier = [(0,10×2,40 hourdis + 0,06×1,72 prédalles + 0,4×0,78×2


poutres)×13,5 + 2×0,8*0,3×1,6 entretoises + 0,05×13,5×2 revêtement +
2×0,2×13,5×2 garde-corps]*2,5
= 64,93 tonnes

 Surcharge piétons : la surcharge des piétons et cyclistes sera estimée à 500


Kg/ml soit :
Q (surcharges) = 0,5*13,5 = 6,75 tonnes

= ,

POIDS PROPRE DE LA CULEE

P= (2,00*0,70*7 + 3,00*0,50*0,70 + 0,60*0,25*0,70)*2,5 = 27,40 tonnes

= ,

ENCRAGE DANS LE SOL

Les fondations seront ancrées à 2,00m/TN.

= ,

13
Largeur B0 de la semelle

Pour des raisons de stabilité, la largeur de la semelle doit être au moins égale à 1,50
m.

On trouve une largeur B0 égale à 2,31


2, m.

Pour tenir compte de l’effet de la poussée des terres, on prendra une largeur de 3,00
m.

CALCUL DE LA PORTANCE DES FONDATIONS


FOND ATIONS PAR LA METHOD
METHODE
PRESSIOMETRIQUE

Pression limite nette équivalente au pressiomètre

Dans le cas d’une couche porteuse homogène d’épaisseur au moins égale à 1,5B
au-dessous
dessous de la base de la fondation - c’est-à-dire que le sol est de nature unique
et les pressions limites sont dans un rapport de 1 à 2 au plus dans la couche – on
établit un profil linéaire de la pression limite nette et l’on prend pour pression limite
nette équivalente ∗ la valeur qui correspond à la profondeur
profondeur D+2/3B.

En exploitant les données du rapport géotechnique, nous obtenons les résultats


suivants :

 Au niveau du sondage SP97-C0


SP97 :

= + = ( )= ,
 Au niveau du sondage SP97-C1
SP97 :

= + = ( )= ,

La hauteur d’encastrement équivalente

La hauteur d’encastrement équivalente est définie par :


= ∗ ( )

 Au niveau du sondage SP97-C0


SP97 :

14
, + ,
= × ( − , )× = ,
,
 Au niveau du sondage SP97-C1
SP97 :
, + ,
= × ( − )× = ,
,

Classification du sol

Le fascicule 62 titre V (1993) définit les catégories conventionnelles du sol données


par le tableau ci-après
après en fonction de la pression limite mesurée par le pressiomètre
Ménard

Les résultats de la campagne géotechnique montrent qu’il s’agit d’un sable


argileux. On va asseoir les appuis de la future passerelle sur ce sable à environ
2m/TN, les pressions limites à cette profondeur ne dépassent pas le 1MPa.

On peut donc classer ce sol dans la catégorie : Sable lâche A.

Capacité portante des fondations superficielles

Selon le fascicule 62, titre V (1993), la contrainte de rupture sous charge verticale
centrée est donnée par la formule :

= +

Avec :

: Contrainte de rupture

: Contrainte totale verticale au niveau de la base de la fondation (après travaux),



: Pression limite nette équivalente,

: Facteur de portance pressiométrique dont les valeurs sont données par les
formules du tableau ci-dessou
dessous

15
Pour notre cas de figure, le facteur de portance sera donc estimé par la formule
suivante : =[ + , ( , + , ) ]

Sondage C0 (culée droite) C1 (culée gauche)


Hauteur d’encastrement 0,28m 0,35m
équivalente
Pression limite nette 1,37MPa 1,41MPa
Facteur de portance 1,03 1,04
Le poids volumique du sol est estimé à 20 kN/m3 d’où q = 20 × 2 = 0,04 MPa

Influence de l’inclinaison du talus :

Pour tenir compte de l’effet du l’inclinaison du sol à proximité de la fondation,


comme schématisé surur la figure ci-dessous,
ci le fascicule 62-V
V propose une formule
adaptée pour de calcul de la charge limite :

= +

Cependant, les fondations des culées dans notre projet reposent sur un rocher sain.
Et sur ce dernier, on peut considérer que les contraintes transmises par la semelle
seront diffusées dans le sol par l’effet de bielle avec un angle de 45°, et l’effet du
talus
alus ne sera pas pris en compte.

D’où : =1. La contrainte admissible, quant à elle, sera prise égale à :

=
3

On obtient ainsi les contraintes de rupture et les contraintes admissibles au niveau de


chaque pile

Sondage SP97-C0 SP97-C1


Contrainte de rupture (MPa) 1,45 1,51
Contrainte admissible (MPa) 0,48 0,50

16
AVANT-METRE
Voici une estimation du coût du projet en se basant sur la mesure, d’après les plans
d’APD, de l’ouvrage et en établissant le devis à la lumière des prix moyens sur le
marché de construction marocain.

Désignation Nombre Dimensions Volume Total Unité Prix Montant (DH)


unitaire
Longueur Largeur Hauteur Surface/taux de
coffrage
Hourdis
B30 1 13,5 2,4 0,1 32,40 3,24 3,24 m3 1300 4212,0
Prédalles 13,5 1,72 0,06 23,22 1,3932 m2 1800 41796,0
Poutres
B30 2 13,5 0,4 0,78 0,31 4,212 8,424 m3 1300 10951,2
Coffrage 2 6,28 26,46 52,92 m2 300 15876,0
Entretoises
B30 2 1,6 0,3 0,8 0,24 0,384 0,768 m3 1300 998,4
Coffrage 2 6,58 2,528 5,056 m2 300 1516,8
Chevêtre
B25 2 3 0,7 0,5 0,35 1,05 2,1 m3 1000 2100,0
4 0,7 0,25 0,6 0,15 0,105 0,42 m3 1000 420,0
Coffrage 2 6,86 7,2 14,4 m2 300 4320,0
4 9,67 1,015 4,06 m2 300 1218,0
Piles
B25 2 2 0,7 7 1,40 9,8 19,6 m3 1000 19600,0
Coffrage 2 3,86 37,8 75,6 m2 300 22680,0
Semelle
B25 2 3 3 1 9,00 9 18 m3 1000 18000,0
Coffrage 2 2,33 21 42 m2 300 12600,0
Déblais 2 3,4 3,2 2,1 22,848 45,696 m3 100 4569,6
Gros béton 2 3,4 3,2 1 10,88 21,76 m3 800 17408,0
Béton de 2 3,4 3,2 0,1 1,088 2,176 m3 650 1414,4
propreté
Acier
Acier(150 52,552 7882,8 Kg 15 118242,0
Kg/m3)
Manutention
Lancement 2 22000 44000,0
des poutres
équipement du tablier
Joint de 2 2,4 4,8 ml 250 1200,0
dilatation
Revêtement 13,5 2,4 32,4 m2 120 3888,0
de 3 cm

17
Etanchéité 13,5 2,4 32,4 m2 150 4860,0
de 2 cm
Bordures 13,5 13,5 ml 250 3375,0
Garde- 13,5 13,5 ml 1600 21600,0
corps
Appareils 4 3,5 2,5 0,75 6,5625 26,25 dm3 850 22312,5
d'appui type
B
Escalier
Escalier
Marches 42 2,40 0,30 0,15 0,054 2,268 m3 1300 2948,4
(B30)
Coffrage 20,8333333 47,25 m2 300 14175
Paillasses 13,554732 2,40 0,20 6,50627135 6,50627135 m3 1300 8458,15275
Coffrage 5,83333333 37,9532495 m2 300 11385,9749
Paliers 9,53 2,40 0,20 4,5744 m3 1300 5946,72
Garde- 23,084732 23,084732 ml 1200 27701,6784
corps
Piles 2 23,50 0,30 0,30 4,23 m3 1300 5499
Semelles 2*5 0,40 1,00 1,00 4 m3 1300 5200
Gros béton1 3,50 3,50 0,50 6,125
Gros béton2 3,50 3,10 0,50 5,425
Gros béton3 3,50 1,30 1,72 7,826 19,376 m3 800 15500,8
Montant global du projet 495973,826

18
PROJET D’EXECUTION

HYPOTHESES DE CALCUL DES SOLLICITATIONS

CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX

BETON

Les poutres, l’hourdis et les entretoises seront réalisés avec du béton B30.

Les piles, les chevêtres et les semelles seront exécutés avec un béton B25.

ACIER

L’acier utilisé est de type HA FeE500.

INVENTAIRE DES CHARGES

CH ARGES PERM ANENTES


En plus du poids propres des différents éléments, il faut considérer une couche de
revêtement de 5 cm d’épaisseur avec une densité de 2,4 t/m².

CH ARGES D’EXPLOITATION

S’agissant d’une passerelle piétons-cycles, on peut avoir une estimation forfaitaire


des charges piétonnes avec la formule empirique suivante :

= , + ( / ²)OùL désigne la longueur du tablier. Pour une longueur


de 13,5 m, on trouve une charge de 436 Kg/m².

Pour rester sécuritaires, nous allons estimer la charge d’exploitation à 500 Kg/m²

CH ARGE DU VENT

On va travailler avec les hypothèses suivantes :

- Le vent souffle horizontalement dans une direction normale à l’axe longitudinal.


- Les pressions appliquées aux surfaces sont statiques
- L’intensité du vent vaut 2 kN/m² pour les ouvrages en service.
- Lorsque le vent souffle, le vent n’est supposé porter aucune charge de chaussée ou
de trottoir.
- Les effets du vent et des charges d’exploitation ne sont pas cumulables au niveau de
la justification.

On va donc estimer la charge du vent à 0,2 t/m².

19
REPARTITION DES EFFORTS DE RETRAIT ET DE DILATATION

La variation de la longueur d’une travée est calculée avec les données suivantes :

- Dilatation linéaire relative de 1.10-4 pour les actions à courte durée ;


- Dilatation linéaire relative de 3.10-4 pour les actions à longue durée ;
- Déformation relative de 4.10-4 imposée à la tête des appuis suite au retrait et au
fluage du béton.

TYPE DE FISSURATION

La fissuration sera considérée comme préjudiciable.

20
ETUDE DES POUTRES PRINCIPALES

INVENTAIRE DES CHARGES AU NIVEAU DE LA TRAVEE

CH ARGES PERM ANENTES

Les charges principales qui sollicitent la structure sont le poids propre du tablier et le
poids propre de la superstructure. Elles sont regroupées dans les tableaux suivants :

TABLIER

Poutres =2×0,78×0,4×13,5×2,5 = 21,06 t


Hourdis =0,16×2,4×13,5×2,5 = 12,96 t
Entretoises =2×0,30×0,8×1,6×2,5 = 1,92 t

G tablier =35,94 t

SUPERSTRUCTURE

Revêtement =0,05×2×13,5×2,4 = 3,24 t


Garde-corps en =2×0,20×2×13,5×2,5 = 27 t
BA
Socle =2× (0,5×0,2-0,15²/2) ×13,5×2,5 = 5,99 t

G superstructures =36,23 t

G total =72,17 t

Ainsi, nous pourrons déterminer les sollicitations sur les deux poutres principales.

A noter qu’on ne prendra pas en compte le poids des entretoises : celles-ci ne sont
prévues qu’au niveau des appuis et n’engendrent aucun moment fléchissant, mais
uniquement un effort tranchant au niveau des appuis.

CHARGES REPARTIES SUR LES DEUX POUTRES PAR METRE LINEAIRE :

G −G 72,17 − 1,92
g= = = 5,23 t/ml
L é 13,5

21
CHARGES REPARTIES PAR POUTRE PAR METRE LINEAIRE
G −G 71,79 − 1,92
g= = = 2,61 t/ml
2×L é 2 × 13,5

CH ARGES REPARTIES

Comme justifié auparavant, la charge d’exploitation est estimée à 0,5 t/m².

La charge répartie sur les deux poutres par mètre linéaire sera donc égale au
produit de la densité choisie et de la largeur du tablier. Soit :

q = 0,5 × 2 = 1 t/ml

DETERMINATION DES SOLLICITATIONS AU NIVEAU DE LA TRAVEE PRINCIPALE

SOLLICITATIONS DUES AUX CH ARGES PERM ANENTES


Nous n’avons pas besoin d’utiliser le principe des lignes d’influence. Il s’agit de
déterminer les sollicitations d’une charge répartie sur une poutre sur appuis simples.

1,9m 13,5m

L’expression du moment correspondant est la suivante :

x 1,9 x
M(x) = g. . (13,5 − x) − g. . (1 − )
2 2 13,5

L’expression de l’effort tranchant correspondant est la suivante :

13,5 1,9 1
∀x ∈]0; 13,5[, T(x) = g. − x − g. .
2 2 13,5

Il ne faut pas oublier d’ajouter l’effort tranchant qui traduit l’effet de l’entretoise au
niveau des appuis :

13,5 1,9 1 G
T(0) = g. − g. . +
2 2 13,5 2

Le tableau suivant rassemble les résultats obtenus :

22
Abscisse 2 poutres 1 poutre
x/l X Moment Effort Moment Effort Tranchant
Tranchant
0 0 -9,386 35,1747407 -4,693 17,5853704
0,1 1,35 34,1991 27,3847407 17,09955 13,6923704
0,2 2,7 68,3072 20,3647407 34,1536 10,1823704
0,3 4,05 92,9383 13,3447407 46,46915 6,67237037
0,4 5,4 108,0924 6,32474074 54,0462 3,16237037
0,49 6,615 113,628255 0,00674074 56,8141275 0,00337037
0,5 6,75 113,7695 -0,69525926 56,88475 -0,34762963
0,51 6,885 113,815975 -1,39725926 56,9079875 -0,69862963
0,52 7,02 113,76768 -2,09925926 56,88384 -1,04962963

SOLLICITATIONS DUES AUX CH ARGES REPARTIES


REPARTIE

Le moment et l’effort tranchant sont obtenus par les formules suivantes :

x 1,9 x
( ) = q. . (13,5 − x) − q.
M(x) . (1 − )
2 2 13,5

13,5 1,9 1
T(x) = q. − x − q. .
2 2 13,5

Voici un récapitulatif des résultats obtenus :

23
Abscisse 2 poutres 1 poutre
x/l x Moment Effort Moment Effort Tranchant
Tranchant

0 0 -1,805 6,6162963 -0,9025 3,30814815


0,1 1,35 6,57675 5,2662963 3,288375 2,63314815
0,2 2,7 13,136 3,9162963 6,568 1,95814815
0,3 4,05 17,87275 2,5662963 8,936375 1,28314815
0,4 5,4 20,787 1,2162963 10,3935 0,60814815
0,49 6,615 21,8515875 0,0012963 10,9257938 0,00064815
0,5 6,75 21,87875 -0,1337037 10,939375 -0,06685185
0,51 6,885 21,8876875 -0,2687037 10,9438438 -0,13435185
0,52 7,02 21,8784 -0,4037037 10,9392 -0,20185185

COMBINAISON DES CHARGES


CHAR
Pour le calcul des sollicitations finales on utilisera les combinaisons suivantes :

A l’ELU :

M((x) = 1,35 × M (x) + 1,5 × M (x)

T
T(x) = 1,35 × T (x) + 1,5 × T (x)

A l’ELS :

24
M(x) = M (x) + M (x)

T(x) = T (x) + T (x)

Le tableau suivant résume les résultats obtenus :

Moment Effort Tranchant Pour une seule poutre


ELU ELS ELU ELS Moment à l’ELU :
-15,3786 -11,191 57,4103444 41,791037 93,24 t.m
56,03391 40,77585 44,8688444 32,651037
111,91872 81,4432 33,3668444 24,281037 Moment à l’ELS :
152,27583 110,81105 21,8648444 15,911037 67,85 t.m
177,10524 128,8794 10,3628444 7,54103704
186,175526 135,479843 0,01104444 0,00803704 Effort Tranchant :
186,40695 135,64825 -1,13915556 -0,82896296 57,40 t
186,483098 135,703663 -2,28935556 -1,66596296
186,403968 135,64608 -3,43955556 -2,50296296

INVENTAIRE DES CHARGES AU NIVEAU DE LA CONSOLE

CH ARGES PERM ANENTES

TABLIER

Poutres =2×0,78×0,4×1,9×2,5 = 2,964 t


Hourdis =0,16×2,4×1,9×2,5 = 1,824 t

G tablier =4,79 t

SUPERSTRUCTURE

Revêtement =0,05×2×1,9×2,4 = 0,456 t


Garde-corps en =2×0,20×2×1,9×2,5 = 3,8 t
BA
Socle =2× (0,5×0,2-0,15²/2) ×1,9×2,5 = 0,843 t

G superstructures =5,10 t

G total =9,89 t

25
CHARGES REPARTIES SUR LES DEUX POUTRES PAR METRE LINEAIRE :

G 9,89
g= = = 5,2 t/ml
L 1,9

CHARGES REPARTIES PAR POUTRE PAR METRE LINEAIRE


G 9,89
g= = = 2,6 t/ml
2×L 2 × 1,9

CH ARGES REPARTIES

Comme justifié auparavant, la charge d’exploitation est estimée à 0,5 t/m².

La charge répartie sur les deux poutres par mètre linéaire sera donc égale au
produit de la densité choisie et de la largeur du tablier. Soit :

q = 0,5 × 2 = 1 t/ml

DETERMINATION DES SOLLICITATIONS AU NIVEAU DE LA CONSOLE

SOLLICITATIONS DUES AUX CH ARGES PERM ANENTES

1,9m

L’expression du moment correspondant est la suivante :

x
M(x) = g.
2
L’expression de l’effort tranchant correspondant est la suivante :

∀x ∈]0; 1,9[, T(x) = −g. x

Il ne faut pas oublier d’ajouter l’effort tranchant qui traduit l’effet de l’entretoise au
niveau des appuis :

G
T(0) = −g × 1,9 +
2

On trouve les résultats ci-après :

26
Abscisse 2 poutres 1 poutre
x/l X Moment Effort Moment Effort
Tranchant Tranchant
0 0 0 0 0 0
0,5 0,95 2,3465 -4,94 1,17325 -2,47
1 1,9 9,386 -8,92 4,693 -4,46

SOLLICITATIONS DUES AUX CH ARGES REPARTIES

x
∀x ∈ [0; 1,9], M(x) = q.
2
∀x ∈ [0; 1,9], T(x) = −q. x
Abscisse 2 poutres 1 poutre
x/l X Moment Effort Moment Effort
Tranchant Tranchant
0 0 0 0 0 0
0,5 0,95 0,45125 -0,95 0,225625 -0,475
1 1,9 1,805 -1,9 0,9025 -0,95

COMBINAISON DES CHARGES


Moment Effort Tranchant
ELU ELS ELU ELS

0 0 0 0
1,922325 1,398875 -4,047 -2,945

7,6893 5,5955 -7,446 -5,41


Moment à Moment à Effort
l’ELU : l’ELS : Tranchant :
7,7 5,6 7,45

CALCUL DES FERRAILLAGES

ETAT LIMITE ULTIME

DONNEES

Dimensions caractéristiques

 Largeur de la poutre : b=0,40m


 Hauteur utile des armatures tendus : d=0,75m

Contrainte de l’acier utilisé : Fe=500 MPa

Contrainte du béton à 28 jours : Fc28=30 MPa

Moment ultime : 0,9324 MN.m

27
CALCUL

CONTRAINTES DE CALCUL

Contrainte de compression du béton à l’ELU : F = 0,85 × = 17 MPa


,

Contrainte de traction des aciers : F = = 434,78 MPa


,

Contrainte de compression du béton à l’ELS : σ = 0,6 × F = 18 MPa

Résistance du béton en traction : F = 0,6 + (0,06 × F ) = 2,40 MPa

Calcul des moments réduits

Moment ultime réduit : μ = = 0,244<0,372 (moment réduit limite)


²

Pas d’aciers comprimés

Paramètres caractéristiques de la section

Coefficient de la fibre neutre : α = 1,25 × 1 − 1 − 2μ = 0,355

Ordonnée de la fibre neutre : y = αd = 0,27 m

Bras de levier du couple interne : Z = d × (1 − 0,4α) = 0,64 m

Section théorique des aciers tendus

= = , ²
×

De même, on calcule le ferraillage pour la console

Section théorique des aciers tendus au niveau de la console

= 2,39 ²

ETAT LIMITE DE SERVICE

DONNEES

Moment de service: 0,6785 MN.m

Conditions de fissurations : préjudiciables

Coefficient de fissuration : η = 1,6

CALCUL

Calcul des contraintes admissibles

28
Contrainte de compression du béton à l’ELS : σ = 0,6 × F = 18 MPa

Résistance du béton en traction : F = 0,6 + (0,06 × F ) = 2,40 MPa

Contrainte limite de traction des aciers : = min ; 150 = 250

Paramètres caractéristiques de la section

Coefficient de la fibre neutre : α = = 0,519

Ordonnée de la fibre neutre : y = αd = 0,389 m

Bras de levier du couple interne : Z = d − = 0,620 m

Moment résistant du béton de service : M = 0,5 × σ ×b×α 1− ×d =


0,869 MN. m > M ⇒ pas d aciers comprimés

Section théorique des aciers tendus

= = , ²
×

On suit le même procédé pour calculer le ferraillage à l’ELS de la console

Section théorique des aciers tendus au niveau de la console

M
A = = 3,61 cm²
σ ×Z

Pour faciliter la mise en œuvre, nous allons réaliser les poutres avec la même
section.

Section retenue :

= = +

La hauteur de la poutre étant supérieure à 0,70 m, il faut également prévoir des


armatures de peau à raison minimale de 3 cm²/mètre de parement proche du milieu
de la poutre et ce pour augmenter la résistance à la traction du béton. On va choisir
des armatures HA 10 les plus courantes et on va placer 3 de chaque côté soit une
section de 4,7 cm². On va également mettre 3 épingles HA 10 pour la couture des
recouvrements.

29
JUSTIFICATION VIS-A-VIS DE L’EFFORT TRANCHANT

DONNEES

Dimensions caractéristiques

 Largeur de la poutre : b=0,40 m


 Hauteur totale de la poutre : h= 0,78 m
 Hauteur utile de la poutre : d= 0,75 m

Effort tranchant ultime maximal : 57,4 t

Coefficient K : Fissurations préjudiciables, K=1

CALCUL

Calcul des contraintes admissibles

Contrainte tangente conventionnelle : τ = = 1,91 MPa

Contrainte tangente de travail admissible : = min(0,10 ;4 )=3

On a bien τ ≤ τ

Détermination des armatures transversales

( − 0,3 × × )
= × × 100 = 10,57 × 10
0,9 ×

A b
= 0,40 × × 100 = 3,2 × 10
S f
( )
Nous retiendrons donc la valeur : = , ×
( )

Dispositions constructives minimales

L’espacement maximal des aciers transversaux

S ≤S = Min(0,9 × d; 40cm) = 40cm

Le diamètre maximal des aciers transversaux

h b
ϕ ≤ Min ϕ ; ; = 2,22 cm
35 10
Choix des armatures transversales

Le diamètre des armatures transversales est généralement pris égal au tiers du


diamètre des armatures filantes.

ϕ 32
ϕ ≅ = E( )
3 3

30
On vaa choisir des HA 10, le choix des cadres identiques sur toute la travée facilitera
l’exécution des travaux et minimisera le risque d’erreurs.

²
Si l’on dispose un cadre, cela correspondra à une section de 2 brins × =
1,57 cm², on trouve st=15 cm. Pour des raisons de mise en œuvre et puisque toutes
les charges en question sont réparties,
réparties, les espacements sont choisis dans la suite de
Caquot.

 Soit un espacement de 16 cm.

La répartition des cours d’armatures suivant Caquot implique de poser le premier


cadre à 8 cm par rapport à l’appui.

Le nombre de cours est égal à E (13,5/2)=6.

Ainsi l’espacement à prévoir :

1 × 8 6 × 16 6 × 20 6 × 25 6 × 35 2 × 40

CONDITION DE NON FRAGILITE


GILITE

La condition de non fragilité conduit à placer une section minimum d’armatures


tendues pour une section de coffrage donnée. Une section de béton armé est
considérée comme non fragile si le moment fléchissant entraînant la fissuration de la
section de béton conduit à une contrainte dans les aciers au plus égale à leur limite
d’élasticité
ité garantie. Cette condition s’écrit :

= ²≥ , × × × = , ²

Cette condition est vérifiée

CROQUIS DU DESSIN DE FERRAILLAGE DE LA POUTRE (COUPE TRANSVERSALE)

31
Calcul de la flèche sous le poids propre

ANALYSE DU PROBLEME

Dans cette partie, nous allons contrôler la flèche de la poutre sous le poids propre
sous différentes hypothèses :

- Poutre toute seule soumise aux charges permanentes totales


- Poutre toute seule après coulage de l’hourdis et la pose de la prédalle soumise à son
poids propre et celui de l’hourdis
- Poutre solidarisée avec l’hourdis, l’ensemble résistant aux charges permanentes
relatives à la superstructure

Le problème peut se modéliser comme suit :

× 1,9²
2

L’expression de la flèche est donc déduite de la superposition des deux cas de


figures ci-dessous :

5 ×
= ×( + ) =− ×
16 384

Au niveau de la console, la flèche sera calculée à partir de la formule suivante :

×
=

CAS D’UNE POUTRE SEULE SOUMISE AUX CHARGES PERMANENTES


Dans ce premier cas, nous allons considérer la poutre soumise à la charge g=2,61
²
t/ml, cette charge va engendrer un moment maximal : M = = 59,45 t. m sur la

travée et un moment = = 4,71 . au niveau de la console.

La section de la poutre : S=bh=0,312 m²

L’inertie de la poutre : I = = 1,5818 × 10 m

32
Le module instantané du béton : E = 11000 f = 34179,5576 MPa

Le module différé du béton : E = = 11393,186 MPa

Nous pouvons ainsi estimer la flèche approximativement sous cette première


hypothèse :

 A court terme :
5 × 13,5 13,5 × 1,9
=− × + × = 1,98
384 34179,5576 × 1,5818 16 × 2
1 × 1,9
= × = 0,78
8 34179,5576 × 1,5818

 A long terme :
5 × 13,5 13,5 × 1,9
=− × + × = 5,96
384 11393,18 × 1,5818 16 × 2
1 × 1,9
= × = 2,36
8 11393,18 × 1,5818

VERIFICATION DES CONTRAI NTES

Contrainte Fibre supérieure Fibre inférieure


Travée 59,45 59,45
× 0,39 = 14,67 MPa × (0,78 − 0,39) = 14,67 MPa
1,58 1,58
Console 4,71 4,71
× 0,39 = 1,17 MPa × (0,78 − 0,39) = 1,17 MPa
1,58 1,58
La contrainte limite : σ = 0,6 × f = 18 MPa

Les contraintes sont donc vérifiées

CAS DE LA POUTRE SOUMISE A SON POIDS PROPRE ET CELUI DE L’HOURDIS (JUSTE APRES LA
POSE DE PREDALLE ET LE COULAGE DE L’HOURDIS)

SECTIONS D’ACIERS

Commençons, dans un premier temps par une estimation de la section d’acier au


droit de la poutre :

4 HA 10 + 6 HA 10 + 4 Brins HA 10 + 4 HA 25 + 2 HA 32 = 66 cm².

Nous estimerons la section d’acier au niveau de la prédalle à 10 cm².

SECTION D’ACIER CONSIDEREE

A = 66 cm²

CHARGES PERMANENTES CONSIDEREES

34,02
g=g +g = = 1,26 t/ml
2 × 13,5

MODULE DE YOUNG EQUIVALENT

33
E é × (S − A) + E ×A
Eé =
S
A court terme

On trouve Eé = 37687,29 MPa

Ainsi : n = = 5,31
é

A long terme

On trouve Eé = 15382,94 MPa

Ainsi : n = = 13
é

POSITION DE LA FIBRE NEUTRE


²
+ (n − 1) × A × (h− enrobage)
x à é =
S + (n − 1) × A

A court terme

On trouve x = 0,42 m

A long terme

On trouve x = 0,46 m

INERTIE EQUIVALENTE

bh h
Ié = +S× −x + (n − 1) × A × (h− enrobage − x )²
12 2

Ié = 1,91 × 10 m

Ié = 2,5 × 10 m

FLECHE

5 g × 13,5 13,5 g × 1,9


w =− × + × = 0,72 cm
384 37687,29 × 1,91 16E ×I 2

5 g × 13,5 13,5 g × 1,9


w =− × + × = 1,35 cm
384 15382,94 × 2,5 16E × I 2

VERIFICATION DES CONTRAINTES

M lc l
σ= y avec M = M( + ) = M(6,885) = 27,57 t. m
I 2l 2

34
Contrainte Fibre supérieure Fibre inférieure
Court terme 27,57 27,57
× 0,42 = 6,06 MPa × (0,78 − 0,42)
1,91 1,91
= 5,19 MPa

Long terme 27,57 27,57


× 0,46 = 5,07 MPa × (0,78 − 0,46)
2,5 2,5
= 3,53 MPa

La contrainte limite : σ = 0,6 × f = 18 MPa

Les contraintes sont donc vérifiées

CAS DE LA POUTRE SOLIDARISEE AVEC L’HOURDIS, L’ENSEMBLE SOUMIS A LA CHARGE


RELATIVE AUX SUPERSTRUCTURES

SECTION D’ACIER CONSIDEREE

A = 66 cm au niveau de la poutre

A = 10 cm au niveau de la prédalle

CHARGES PERMANENTES CONSIDEREES

36,23
g=g ê +g +g = = 1,34 t/ml
2 × 13,5

MODULE DE YOUNG EQUIVALENT

E é × (S − A) + E ×A
Eé =
S
A court terme

On trouve Eé = 37687,29 MPa

Ainsi : n = = 5,31
é

A long terme

On trouve Eé = 15382,94 MPa

Ainsi : n = = 13
é

CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DE LA SECTION

v X

v’

35
2,4 0,16 0,4 × 0,78 0,78
I = × + + + 0,16 × 0,78 × 0,4 = 0,110608 m
2 12 12 2
, ,
1,2 × 0,16 × + 0,78 × 0,4 × ( + 0,16)
v= = 0,37 m
0,78 × 0,4 + 1,2 × 0,16

v = h− v = 0,57 m

I = I − v × S = 4,16 × 10 m

POSITION DE LA FIBRE NEUTRE

x à é
,
S × v + (n − 1) × [A × (h− enrobage) + A × ]
=
S + (n − 1) × A

A court terme

On trouve x = 0,39 m

A long terme

On trouve x = 0,41 m

INERTIE EQUIVALENTE

Ié = I + S × v − x + (n − 1) × [A × (h− enrobage − xg)² + A × (xg


0,16
− )²]
2

Ié = 4,59 × 10 m

Ié = 5,28 × 10 m

FLECHE

5 g × 13,5 13,5 g × 1,9


w =− × + × = 0,32 cm
384 37687,29 × 4,59 16E ×I 2

5 g × 13,5 13,5 g × 1,9


w =− × + × = 0,68 cm
384 15382,94 × 5,28 16E × I 2

VERIFICATION DES CONTRAINTES

M lc l
σ= y avec M = M( + ) = M(6,885) = 29,32 t. m
I 2l 2

36
Contrainte Fibre Fibre supérieure de Fibre inférieure Contrainte
supérieure la poutre limite
Court 29,32 29,32 29,32
terme
× 0,39 × (0,39 × (0,94
4,59 4,59 4,59
= 2,49 MPa − 0,16) = 1,47 MPa − 0,39) = 3,51 MPa

Long 29,32 29,32 29,32 18 MPa


terme
× 0,39 × (0,39 × (0,94
5,28 5,28 5,28
= 2,16 MPa − 0,16) = 1,28 MPa − 0,39) = 3,05 MPa

Vérifié

37
ETUDE DE L’HOURDIS EN TRAVEE PRINCIPALE
La dalle de couverture du pont a quatre appuis qui sont les poutres principales et les
entretoises. Elle est soumise uniquement au poids propre et aux surcharges des
piétons-cycles. Puisque la longueur de la dalle est prépondérante par rapport à sa
largeur, nous allons considérer que sous de tels cas de charges, la dalle est
simplement appuyée sur les poutres, il est ainsi possible de calculer les moments en
mi- travée et les moments d’encastrements pour en déduire la section des armatures
transversales de l’hourdis.

Quant au ferraillage longitudinal, il est déduit en considérant un pourcentage de


20% du moment transversal qui sera transmis le long de la travée.

CALCUL DES SOLLICITATIONS DE LA TRAVEE

SECTION A MI- PORTEE TRANSVERSALE

La portée de l’hourdis entre poutres est : d=2,0 m.

On a ainsi une densité de charge de :

g=e é × 2,5 + 1,4 × e ê × 2,4 = 0,16 × 2,5 + 1,4 × 0,05 × 2,4


= 0,57 t/m²

q = 0,5 t/m²

D’où le moment isostatique maximal :

× ² × ²
M = = 0,285 t. m/ml Et M = = 0,25 t. m/ml

Par suite,

Le moment transversal vaut : M = M = 0,285 t. m/ml et M = M = 0,25 t. m/ml

Le moment longitudinal vaut : M = 0,2 × M = 0,057 t. m/ml et M = 0,05 t. m/ml

SECTION A L’ENCASTREMENT SUR POUTRE


Au niveau de l’encastrement sur la poutre, les charges relatives aux superstructures
doivent être prises en compte. Voici un tableau qui donne les efforts tranchants et
les moments fléchissants sous les diverses charges

38
Désignation Effort Tranchant (t/ml) Bras de Moment (t.m/ml)
levier
Poids propre 2,5×0,16×0,40 0,16 0,20 0,032
Revêtement 2,4×0,05×0,40 0,048 0,20 0,0096
Bordure (0,5×0,2- 0,222 0,30 0,0665
0,15²/2)×2,5
Garde-Corps 2,5×0,20×2,00 1 0,40 0,40
T=1,43 t/ml Mag=0,496 t.m/ml

CHARGES SUR LE GARDE-CORPS

Les efforts à prendre en compte sont définis par la norme XP P 98.405

 Charges horizontales : on exerce sur la main courante d’un garde-corps pour


piétons une charge horizontale uniformément répartie « longitudinalement »
d’intensité Q donnée en fonction de la largeur utile du trottoir b : Qh=500×
(1+b) en N/m.
Pour notre cas, et si on prend une largeur de 0,2m on trouve Qh=600 N/m
 Charges verticales : une charge verticale uniforme Qv=1000 N/m est
susceptible d’être appliquée à la main courante du garde-corps.
 Effet du vent : le garde-corps est frappé par le vent, le coefficient de masque
à prendre en compte est égale à 1. La force due au vent est égale à :
W=2000 N/m²×surface frappée.
Nous calculons la surface frappée par le vent au niveau du garde-corps
préfabriqué en béton armé, nous trouvons : 5,88 m² ce qui donne une force
de 11760 N soit une charge horizontale uniforme de W=870 N/m. cet effet sera
donc prépondérant car les efforts développés sont supérieurs aux charges
horizontales

Le tableau suivant illustre les effets des charges sur le garde-corps

Désignation T (kN/m) N (kN/m) Bras de levier Moment


(t.m/ml)
Poussée sur le 0,87 0,9 0,0783
garde-corps (Vent)
Charge verticale 1 0,4 0,04
Q=0,1138 t.m/ml

MOMENT A L’ENCASTREMENT SUR LES ENTRETOISES

Dans notre cas, les surcharges réglementaires ne sont pas considérées donc le
moment de continuité vaut :

² , × ²
M = = = 0,19 t. m/ml.

Le moment du à l’effet de la superstructure vaut : M = 0,496 t. m/ml

39
, × ²
Le moment de continuité relatif à la surcharge des piétons vaut : M = =
0,167 t. m/ml

,
Le moment dû à l’entretoise est égale à : M = 2,5 ∗ 0,8 ∗ = 0,64 t. m/ml

ETAT LIMITE ULTIME

Le moment maximal à l’ELU sous l’effet des charges permanentes et des surcharges
d’exploitation

M , é = 0,496 t. m/ml, M , é = 0,0992 t. m/ml,M , é = 0,285 t. m/


ml, M , é = 0,057 t. m/ml ,M , é = 0,25 t. m/ml, M , é = 0,05 t. m/ml,
Q é = 0,1138 t. m/ml

MOMENT TRANSVERSAL

M , é = [1,35 × M , é + 1,605 × Q]

M , é = 0,85 t. m/ml

M , é = [1,35 × M , é + 1,605 × M , é ]

M , é = 0,786 t. m/ml

MOMENT LONGITUDINAL

M , é = [1,35 × M , é + 1,605 × (0,2 ∗ Q)]

M , é = 0,17 t. m/ml

M , é = [1,35 × M , é + 1,605 × (M , é )]

M , é = 0,157 t. m/ml

ENCASTREMENT SUR LES ENTRETOISES

M , é = [1,35 × M + 1,605 × M ]

M , é = 0,524 t. m/ml

M , é = [1,35 × (M + 0,2 × M ) + 1,605 × (0,2 ∗ Q)]

M , é = 1,03 t. m/ml

ETAT LIMITE DE SERVICE

Le moment maximal à l’ELS sous l’effet des charges permanentes et des surcharges
d’exploitation

40
MOMENT TRANSVERSAL

M , é = [M , é + 1,2 × Q]

M , é = 0,632 t. m/ml

M , é = [M , é + 1,2 × M , é ]

M , é = 0,585 t. m/ml

MOMENT LONGITUDINAL

M , é = [M , é + 1,2 × (0,2 ∗ Q)]

M , é = 0,1265 t. m/ml

M , é = [M , é + 1,2 × (M , é )]

M , é = 0,117 t. m/ml

ENCASTREMENT SUR LES ENTRETOISES

M , é = [M + 1,2 × M ]

M , é = 0,39 t. m/ml

M , é = [(M + 0,2 × M ) + 1,2 × (0,2 ∗ Q)]

M , é = 0,766 t. m/ml

DIMENSIONNEMENT DE LA PREDALLE

CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES
Prédalles rectangulaires de 6 cm d’épaisseur, 1,72 m de longueur et de largeur 60
cm.

Les distances entre les aciers de levage et les bords de la prédalle font 40 cm en
général.

CALCUL DES SOLLICITATIONS


La prédalle doit résister à tous les efforts susceptibles d’être appliqués en phase de
construction ou en service.

PHASE DE MANUTENTION
On calcule la charge surfacique due au poids propre : G=0,06×2,5=0,15 t/m²

41
La charge à l’ELU vaut ainsi : P=1,35×G×0,6×1,72=0,21 t

D’où les réactions : Ra=Rb=0,105 t

La section des aciers de levage est donnée par : Al = = 0,024 cm²

,
Le moment ultime au niveau de l’encastrement : Mu = −P ∗ = −0,0168 t. m

Soit : Mu=-0,028 t.m/ml

La section d’armatures correspondante : Ast1=0,22 cm²/ml

PHASE DE MISE EN PLACE


Les prédalles sont posées sur les poutres, ce qui induit un moment à mi-travée :

P 1,72
Mu = ∗ = 0,129 t.
0,6 8

La section d’armatures correspondante : Ast2=1,03 cm²/ml.

COULAGE DE L’HOURDIS
La charge due à l’hourdis vaut : g=0,10×2,5=0,25 t/m².

La charge d’exploitation du chantier : q=0,1 t/m².

La charge à l’ELU : P=1,35×G+1,5×(g+q)=0,7275 t/m²

Le moment en travée : M=P×1,72²/8=0,269 t.m/ml

La section d’armatures correspondante :Ast3=2,28 cm²/ml

PHASE DE SERVICE
Cf. Calcul des sollicitations de l’hourdis

M , é (ELU) = 0,786 t. m/ml ;M , é (ELS) = 0,585 t. m/ml ;

La section d’armatures correspondante : Ast4=5,6 cm²/ml

SECTION RETENUE
Transversalement : Ast=Max(Ast1 ;Ast2 :Ast3 :Ast4)=2,18 cm²/ml

Longitudinalement : cf. calcul des sollicitations de l’hourdis

M , é (ELU) = 0,17 t. m/ml ; M , é (ELS) = 0,117 t. m/ml

Asl’ELU=0,79 cm²/ml ;Asl’ELS=1,21 cm²/ml

Asl=1,21 cm²/ml

42
FERRAILLAGE DES PREDALLES
Ast=0,60×5,60=3,36 cm²  7 HA 8

Asl=1,72×1,21=2,08 cm² 4 HA 8

VERIFICATION DE LA CONTRAINTE DE CISAILLEMENT


Effort tranchant maximal : V=1,10×0,7275×1,72/2=0,6875 t/ml
,
Contrainte tangente de travail : τ = ∗
= ,
= 22,9 t/m²

Contrainte tangente admissible : τ admissible= 0,07fc28/1,5=1,5 MPa

τ=0,23 MPa < τ admissible=1,5 MPa  Pas d’armatures transversales pour la prédalle

CALCUL DES FERRAILLAGES DE L’HOURDIS COULE EN PLACE

DONNEES

Epaisseur de la dalle : 10 cm.

Contrainte de l’acier utilisé : Fe=500 MPa

Contrainte du béton à 28 jours : Fc28=30 MPa

Enrobage des aciers : 3 cm

Ma ELU=0,85t.m/ml et Mb ELU=0,17t.m/ml

Ma ELS=0,64t.m/ml et Mb ELS=0,1265t.m/ml

Mce ELU=1,03t.m/ml

Mce ELS=0,766t.m/ml

CALCUL
En appliquant les règles du BAEL à une poutre de largeur 1m et de hauteur utile de
7cm, nous trouvons les sections suivantes (cm²)

As
Type de ferraillage
(cm²/ml)
ELU 2,95
Transversalement
ELS 4,65
ELU 0,56
Longitudinalement
ELS 1,87
Encastrement des ELU 3,62
entretoises ELS 5,29

43
VERIFICATION DES ARMATURES

Il y’a lieu de plusieurs vérifications du ferraillage au niveau de l’hourdis

DISPOSITION DES ARMATURES DANS LE HOURDIS

Le diamètre maximal des armatures : ∅ ≤ = 16 mm

Le diamètre minimal des armatures : ∅ ≥ 6 mm ( issuration préjudiciable)

Ces dispositions doivent bien été respectées

VALEUR MINIMALE DES ARM ATURES – CONDITION DE NON FRAGILITE

Pour une dalle rectangulaire dont l’épaisseur est comprise entre 12 et 30 cm (16 cm
dans notre cas) le taux minimal d’armatures en chaque direction, c’est-à-dire le
rapport de la section des armatures dans chaque direction à la section totale du
béton (Sx/bh, Sy/bh) sera calculé à partir d’un taux ρ0 ayant pour valeur 6×épaisseur
de la dalle lorsqu’il s’agit de barres ou de fils à haute adhérence de classe FeE500.

Nous désignerons par Ax la section d’armatures par m² parallèles à la petite portée


lx=2,4 m et Ay la section des armatures par m² parallèles à la grande portée ly= 13,5
m.

La largeur de la dalle est b= 1 m et la hauteur de la dalle est h=0,16 m.

ρ0 = 6 × 16 = 0,96 cm²/m²

On doit avoir :
A ≥ ρ0

1
A ≥ ρ0(3 − ρ)
2
Ax≥Ay/3

Avec ρ=(lx/ly)

On trouve :

A = 1,937 cm²/m² ≥ 1,35 cm / ²

A = 0,14 cm²/m² < 0,96 cm /m²

Ainsi nous attribuerons la valeur du ferraillage minimal dans le sens longitudinal

Ay=0,96 cm²/m²

44
ECARTEMENT DES ARMATURES
L’écartement des armatures d’une même nappe ne doit pas dépasser les valeurs
suivantes :

Suivant lx : espacement ≤Inf(3h ; 33 cm) = 33 cm

Suivant ly : espacement ≤ Inf (4h ; 45 cm) = 45 cm

VERIFICATION AU CISAILLEMENT

L‘efforts tranchants maximum sur les bords du panneau :

g = 0,57 ∗ 2,4 = 1,37 t/m

q = 0,5 ∗ 2,4 = 1,2 t/m

(1,35 ∗ g + 1,5 ∗ q) ∗ 1,1


T = = 2 t/m et T = 1,35 ∗ 1,43 = 1,93 t/m
2
T +T 3,93
τ = = = 56,14 t/m²
b∗d 1 ∗ 0,07

Nous vérifions bien que les armatures d’effort tranchant ne sont pas nécessaires

f
τ = 0,56 MPa < 0,07 ∗ = 1,5 MPa
1,5

FERRAILLAGE DE L’HOURDIS COULE EN PLACE


Ast0=4,65×13,5=62,77 cm²  80 HA10

Asl0=12,96×2,4=31,10 cm²  16 HA 16

Astentretoise1=5,29×1,00=5,19 cm²  5 HA 12

45
ETUDE DE L’HOURDIS EN CONSOLE

DONNEES DE L’ETUDE

Nous allons procéder au calcul d’une dalle en console uniformément chargée de


portées L1=1,9 m et L2=0,98 m soumise à son poids propre de densité surfacique
g=5,20/2,4=2,16 t/m² et à une charge d’exploitation q=0,5 t/m².

ANALYSE DU PROBLEME

L’étude de l’hourdis en travée principale s’est effectuée dans l’hypothèse que la


dalle repose sur deux côtés, elle est fléchie dans un seul sens suivant la petite portée,
nous avons donc déterminé la section d’armatures à disposer transversalement
(sens de flexion). Une section forfaitaire a été disposée longitudinalement.

La dalle en console est encastrée quant à elle sur l’appui et assurera la continuité
entre la passerelle en place et celle projetée. Le moment d’encastrement est le
moment dimensionnant qui permettra de ferrailler la dalle longitudinalement, c.-à-d.
suivant le sens de flexion de la console.

CALCUL DES MOMENTS AGISSANTS

L’effort ultime repris par la console est : = 1,35 ∗ + 1,5 ∗ = 1,35 ∗ 2,16 + 1,5 ∗ 0,5 =
3,66 / . Cet effort va engendrer un moment d’encastrement qui vaut : = ∗

Soit pour la console 1 : 1 = 6,62 . et pour la console 2 : 2 = 1,76 .

FERRAILLAGE DE LADALLE

La dalle est calculée comme une poutre de largeur b=1m.

L’enrobage est de 3 cm : d=13 cm.

Nous résumons l’étude dans les tableaux ci-après :

CONSOLE 1
σb σs µ µLim α β
(MPa) (MPa)
17,0 435 0,230 0,372 0,3320 0,867

Ax Espacement Diamètre Ay Espacement Diamètre Non


fragilité
(cm2) (cm) (mm) (cm2) (cm) (mm) (cm2)
13,50 15 16,06 3,4 15 8,03 0,78

Nous prenons une section forfaitaire correspondant à 25% dans le sens transversal.

46
CONSOLE 2

Sigma ''b'' Sigma ''s'' mu mu ''L'' Alpha Bêta


(MPa) (MPa)
17,0 435 0,061 0,372 0,0791 0,968

Ax Espacement Diamètre Ay Espacement Diamètre Non


fragilité
(cm2) (cm) (mm) (cm2) (cm) (mm) (cm2)
3,22 16 8,10 0,8 15 3,92 0,78

VERIFICATION AU CISAILLEMENT

L’effort tranchant ultime vaut :

1= ∗ = 3,66 ∗ 1,9 = 6,95

2= ∗ = 3,66 ∗ 0,98 = 3,58


,
Contrainte tangente de travail : τ = ∗
= ,
= 53,46 t/m²

Contrainte tangente admissible : τ admissible= 0,07fc28/1,5=1,5 MPa

τ=0,535 MPa < τ admissible=1,5 MPa  Armatures transversales non nécessaires.

FERRAILLAGE RETENU

CONSOLE 1
Longitudinalement: As=13,50×2,40=32,4 cm²  16 HA16 e=15 cm

Transversalement: As=3,40×1,90=6,46 cm²  13 HA 8 e=15 cm

CONSOLE 2
Longitudinalement: As=3,22×2,40=7,73 cm²  15 HA8 e=16 cm

Transversalement: As=0,80×0,98=0,78 cm²  2 HA 8

47
EVACUATION DES EAUX A LA SURFACE DU TABLIER

Il est obligatoire de récupérer les eaux de la collecte longitudinale pour les conduire
hors de l’ouvrage, des avaloirs sont prévus à cet effet.

Pour dimensionner correctement cet ouvrage d’assainissement, on se doit de


rassembler les éléments d’appréciation du volume d’eau pluviale tombant sur
l’ouvrage d’art et, en particulier, l’intensité de l’averse.

Pour calculer les dimensions de l’ouvrage d’évacuation nous nous référons à la


méthode exposée dans le document publié par SETRA « assainissement des ponts
routes » (juin 1989).

DONNEES

Intensité de pluie
Nous partons généralement des cartes pluviométriques qui donnent une répartition
géographique schématique de la fréquence décennale des averses. La période de retour
10 ans est la plus couramment utilisée.

A défaut de données d’enregistrement de pluviométrie

= 100 /ℎ

Coefficient de Manning-Strickler : = 90 ( )

Coefficient de ruissellement : = 0,95( é ℎ )


Coefficient de débit : = 0,7

DI MENSI ONS DE L’OUVRAG E

LONGUEUR D’UTILISATION : = 1,9 + 13,5 = 15,4

LARGEUR DE VOIE A DRAINER : =2

PENTE TRANSVERSALE DE L’OUVRAGE : = 0,025 /

PENTE LONGITUDINALE DE L’OUVRAGE : = 0,030 /

CALCUL DE L’AVALOIR

LARGEUR DE BANDE D’EAU


Il faut commencer par choisir la largeur maximale de la nappe d’eau que l’on
accepte de voir sur l’ouvrage au moment de l’averse. Il est conseillé de prendre une
largeur de bande inférieur à 1 m. On prend :

= 50

48
SECTION MOUILLEE DU CANIVEAU
×
= = 0,003
2

RAYON HYDRAULIQUE

= = 0,006
× (1 + )+

DEBIT CAPABLE DU FIL DE L’EAU


/ /
= × × × = 0,002 3/

HAUTEUR D’EAU
= × = 0,013

DIMENSIONS RETENUES

DI AMETRE MINIMAL

4
= 1000 × /
= 77
∗ ∗ 2 ∗ 9,81 ∗ + 9,81 ∗ ∗

On retiendra le diamètre commercial : = 100

ESPACEMENT MAXIMAL DES


D AVALOIRS
3600 ∗
. = 1000 ∗ = 31
∗ ∗

Disposer 2 avaloirs au niveau de la travée s’avère ainsi très suffisant.

VERIFICATION DU CANIVEAU
VEAU
2
∗ ∗ = 9 ∗ 10 > ∗ ∗ = 5,48 ∗ 10
3 3600000 ∗ ∗

49
ETUDE DES ENTRETOISES D’ABOUT
Les entretoises d’about ont principalement trois rôles : encastrer les poutres pour
empêcher la torsion, rigidifier les extrémités de l’hourdis et permettre le vérinage du
tablier pour remplacer et entretenir les appareils d’appuis.

Leur épaisseur doit être suffisante pour résister à l’effort tranchant et à la flexion. Nous
allons contrôler donc la valeur 30 cm proposée dans l’APD.

L’entretoise est calculée sous l’effet :

 Du poids propre compté à partir du nu des poutres.


 Une partie du poids de l’hourdis correspondant à une zone triangulaire limitée à sa
base par le tablier et par des droites à 45° (triangle équilatéral)
 Action du vérin lors du soulèvement du tablier pour remplacer les appareils d’appuis.

Nous admettons que les moments fléchissants sont ceux d’une travée isostatique
multipliés par 0,8.

SOLLICITATIONS DUES AUX CHARGES PERMANENTES

POIDS PROPRE DE L’ENTRETOISE

P = 0,8 ∗ 1,6 ∗ 2,5 = 3,2 t/m

Les réactions aux niveaux des appuis valent ainsi :

P ∗ 1,6
R= = 2,56 t
2
Le moment isostatique maximal vaut :

R ∗ 2 P ∗ 1,6
M= − = 1,536 t. m
2 8
Par suite : M = 0,8 ∗ M = 1,23 t. m et T = 2,56 t

0,2 1,6 m 0,2

CH ARGES DUES A L’HOURDIS

La densité surfacique de charges est :

g = 0,16 ∗ 2,5 + 0,05 ∗ 2,4 = 0,52 t/m²

50
Il y’a deux zones supportées par l’entretoise, une zone rectangulaire P1 et une zone
triangulaire P2 comme le montre la figure ci-dessous.

Zone
Zone 2
1

Nous allons calculer les sollicitations relatives à chaque zone.

PARTIE TRIANGULAIRE

∗ , ,
La réaction à l’appui : R = ∗ = 0,166 t

∗ ∗ ,
Le moment isostatique : M = − = 0,1105 t. m

Par suite : M = 0,08 t. m et T = 0,166 t

PARTIE RECTANGULAIRE

51
La deuxième zone est calculée à partir de l’extrémité de la travée à l’extrémité de la
zone triangulaire (nu de l’entretoise). On prend, généralement 0,3 m + e(entretoise),
soit 0,6 m.
,
La réaction à l’appui vaut donc : R = g ∗ 0,6 ∗ = 0,25 t

,
Le moment isostatique vaut donc : M = R ∗ − g ∗ 0,6 ∗ = 0,15 t. m

Il s’ensuit que : M = 0,12 t. m et T = 0,25 t

MOMENT M AXIMAL EN TRAVEE

A partir des trois points précédents, le moment maximum en travée vaut :

M = 0,12 + 0,08 + 1,23 = 1,43 t. m

EFFORT TRANCH ANT MAXIM AL

A partir des trois points précédents, l’effort tranchant maximal est :

T = 0,25 + 0,166 + 2,56 = 2,976 t

MOMENT SUR APPUI

La densité linéaire des charges dues au poids propre de l’entretoise a été calculée
précédemment : P1=3,2 t/m

La densité linéaire moyenne des charges dues à l’hourdis est :

P2=0,52 × (2/2+0,6)=0,83 t/m

La densité moyenne de la surcharge des piétons :

Q=0,5×(2/2+0,6)=0,8 t/m

Il s’ensuit que le moment sur appui vaut :

Q
P = (P + P + )
2

P ∗ 2 ∗ 1,6 ∗ 3 − ,
Ma = − = −0,85 t. m
24

RECAPITULATIF

M en travée (t.m) M sur appui (t.m) T (t)


ELU 1,93 1,15 4,00
ELS 1,43 -0,85 2,97

52
SOLLICITATIONS DUES AU VERINAGE

Le soulèvement du tablier pour le remplacement des appareils d’appuis se fait via


un seul vérin.

Vérin

1,00
1,00

HYPOTHESES DE CALCUL

 On suppose que le vérin est un appui simple


 On suppose qu’il n’y a pas de surcharges lors du vérinage

SOLLICITATIONS

 Le poids par mètre linéaire de l’entretoise et de l’hourdis vaut : 4,03 t/m


 Le poids supporté par la poutre a été calculé précédemment : 70,25/2=35,12t

SCHEMA STATIQUE

Ainsi, nous trouvons :

53
M = −37,13 t. m

M = 4,03 t. m

T = 39,15 t

DETERMINATION DU FERRAILLAGE

L’entretoise sera calculée comme une poutre en T dont les caractéristiques


géométriques sont données ci-après :

 Largeur de la table : b=1,00 m


 Hauteur de la table (épaisseur de l’hourdis) : h0=0,16m
 Largeur de la retombée : b0=0,30m
 Hauteur utile des aciers tendus d=0,77m

ARMATURES LONGITUDINALES

ARMATURES INFERIEURES

Le moment dimensionnant est celui qui correspond au service, soit :

- A l’ELU : Mu=1,92 t.m


- A l’ELS : Ms=1,42 t.m

CALCUL MANUEL DE LA SECTION D’ACIER TENDU

ETAT LIMITE ULTIME


CONTRAINTES DE CALCUL

Contrainte de compression du béton : F = 0,85 ∗ = 17 MPa


,

Contrainte de traction des aciers : F = = 434,78 MPa


,

Moment réduit : μ = = 0,002


∗ ∗

On a bien : μ < (limite) = 0,372 donc pas d’aciers comprimés

Coefficient de la fibre neutre : α = 1,25 ∗ 1 − 1 − 2μ = 0,002

Ordonnée de la fibre neutre : y = α ∗ d = 0,00154

Détermination du moment de calcul : y < 1,25 ∗ h = 0,2 m , la poutre se calcule en


section rectangulaire

54
PARAMETRES CARACTERISTIQUES DE LA SECTION

Moment repris par la table : M = (b − b ) ∗ h ∗ F ∗ d− = 1,314 MN. m

Moment repris par la nervure : M =M −M = −1,295 MN. m

Moment critique réduit résiduel : μμ = = −0,128


∗ ∗

CALCUL DE LA SECTION THEORIQUE DES ACIERS TENDUS

Coefficient de la fibre neutre : α = 1,25 ∗ 1 − 1 − 2 ∗ μμ = −0,151

Bras de levier du couple interne :Z = d ∗ (1 − 4 ∗ α) = 0,82 m

Section théorique des aciers tendus :A = + = 7,33 cm²


∗ ∗

ETAT LIMITE DE SERVICE


CALCUL DES CONTRAINTES DE TRAVAIL

Contrainte limite du béton en traction : F = 0,6 + (0,06 × F ) = 2,40 MPa

Contrainte limite de traction des aciers : σ = min F ; 150η = 250 MPa

Contrainte de compression du béton à l’ELS : σ = 0,6 × F = 18 MPa

Contrainte de travail du béton comprimé : σ =σ ∗ = 4,37 MPa


∗( )

Moment repris par la table : M = ∗σ ∗h∗b∗ d− = 0,251 MN. m >

La poutre se calcule en section rectangulaire

PARAMETRES CARACTERISTIQUES DE LA SECTION


Coefficient de la fibre neutre : α = = 0,519

Ordonnée de la fibre neutre : y = α ∗ d = 0,40 m

Moment résultant du béton de service :

1 y 1 y−h
M = ∗b∗y∗σ − ∗ (b − b ) ∗ (y − h) ∗ σ
∗ d− ∗
2 3 2 y
y−h
∗ d−h− = 1,811 MN. m
3

55
DETERMINATION DE LA SECTION D’ACIER

M >M ⇒ pas d acier comprimé

Bras de levier du couple interne : Z = d − = 0,69 m

Section théorique des aciers tendus : A = = 0,82 cm²


CONDITION DE NON FRAGILITE

Elle se traduit par l’inégalité :

f
A ≥ 0,23 ∗ ∗ b ∗ d = 2,55 cm²
f

SECTION D’ARMATURES RETENUE :

Finalement on retient = ,

On peut prendre 7 HA 12 ou bien 3 HA 20

ARMATURES SUPERIEURES

Le moment dimensionnant est celui correspondant au vérinage :

- A l’ELU : Mu=50,12t.m
- A l’ELS : Ms=37,13t.m

CALCUL MANUEL DE LA SECTION D’ARMATURES SUPERIEURES

En suivant les mêmes étapes, on trouve :

ETAT LIMITE ULTIME

A = 20,37 cm²

ETAT LIMITE DE SERVICE

A = 21,44 cm²

SECTION D’ARMATURES RETENUE :

Finalement on retient = ,

On peut prendre 7 HA 20

ARMATURES TRANSVERSALES

Nous calculons les contraintes de cisaillement à partir des efforts tranchants en


service et lors du vérinage dans un premier temps.

T
τ =
b ∗d

56
Effort tranchant Contrainte τu
Tmax (MN) (MPa)
En service 0,0295 0,127
Vérinage 0,3915 1,69

f
τ = min 0,15 ∗ ; 4 MPa = 3 MPa
1,5

Les contraintes sont donc admissibles. Calculons la section d’armatures transversales


correspondante

τ Τ At/st
0,0295 0,12770562 -4,6×10-2 cm²/ml
0,3915 1,69480519 2,61×10-2 cm²/ml
Si nous choisissons St=15 cm < min (0,9d ;40) = 40 cm, alors At=0,39 cm²/ml

Soit des cadres HA 6(0,56 cm²) espacés de 15 cm (3,77 cm²/ml).

57
ETUDE DES APPAREILS D’APPUIS EN SERVICE

INTRODUCTION

Les appareils d’appuis transmettent les charges normales à leur plan et les rotations
causées par l’effet des charges d’exploitation, de température, du vent ou du
séisme. C’est l’élément clé qui permet la liberté du mouvement entre le tablier et sa
structure porteuse.

On a choisi de disposer
er deux pour chaque pile. Chaque appareil se trouve sous une
des deux poutres de rive.

Les appareils d’appuis sont en caoutchouc fretté sont constitués par un empilage de
plaques d’élastomère et de feuilles d’acier.

Les appareils d’appui réalisent une liaison élastique entre la structure et son support.

SOLLICITATIONS QUE DOIVENT


OIVENT SUPPORTER LES APPAREILS D’APPUIS

Effort normal Rotation DEFORMATION TANGENTIELLE

58
DEFINITION GEOMETRIQUE :

 n : nombre de frettes
 ts : épaisseur de frette
 a,b,a’,b’ : dimensions de l’appareil d’appui de forme rectangulaire
 D,D’ : dimensions de l’appareil d’appui de forme circulaire
 Tb : épaisseur nominale totale de l’appareil d’appui
 e : enrobage
 T=nts : épaisseur des frettes

PREDIMENSIONNEMENT DES APPAREILS D’APPUIS

EVALUATION DES DEFORMATIONS

ROTATION D’APPUI :

ROTATION D’APPUI SOUS LE POIDS PROPRE



Elle est donnée par la formule suivante : α =
∗ ∗

Où : g est le poids propre de la poutre y compris la superstructure (g=2,61 t/ml), l la


portée de la travée (l=13,5 m), Ev le module différé de déformation du béton pour
les charges de durée d’application supérieure à 24h (E = = 11393,186 MPa), I
le module d’inertie de la poutre (I=1,58×10-2 m4)

α = 1,48 × 10

ROTATION D’APPUI SOUS LES SURCHARGES



Elle est donnée par la formule suivante : α =
∗ ∗

59
Avec : Ei le module instantané de déformation du béton pour les charges de durée
d’application inférieure à 24h (E = 32164 MPa), q est la surcharge estimée à 1
t/ml (q= 1 t/ml)

α = 2,15 × 10

ROTATION TOTALE

La rotation d’appui vaut ainsi :

- A vide : α = α = 1,48 × 10
- En service : α = α + α = 1,69 × 10

DEPLACEMENT D’APPUI

DEPLACEMENT DU A LA ROTATION
h
∆α = α ×
2
Où α est la rotation d’appui en service et h est la hauteur de la poutre en section
complète (h=0,78+0,16=0,94 m)

∆α = 0,793 × 10 m

DEPLACEMENT DU AU RETRAIT

Il est dû à l’évaporation de l’eau qui, chimiquement, n’est pas nécessaire à la prise


du ciment, mais qui est indispensable pour obtenir une consistance plastique du
béton et faciliter ainsi sa maniabilité.

On estime que la déformation relative imposée à la tête des appuis suite au retrait et
au fluage du béton vaut 4.10-4, c’est la même que celle produite par la variation de
température égale à -40 C°.

13,5
∆r = −4 × 10 × = −2,7 × 10
2
DEPLACEMENT DU A LA VARIATION DE TEMPERATURE
A partir de la température ambiante, nous envisageons une variation saisonnière de
la température de ±30 °C et une variation journalière –instantanée- de ±10 °C.

La variation de la longueur de la travée est calculée avec les données suivantes :

- Dilatation linéaire relative de 1.10-4 pour les actions à courte durée ;

- Dilatation linéaire relative de 3.10-4 pour les actions à longue durée ;

13,5
∆t é = ±10 × = ±6,75 × 10 m
2

60
13,5
∆t é = ±3 × 10 × = ±2,025 × 10 m
2

REACTIONS D’APPUIS
Les efforts normaux sollicitant les appareils d’appuis sont déduits des réactions
d’appuis dus aux différents cas de charges qu’on divisera par le nombre de plaques
par appuis (2 plaques).

On adoptera les deux combinaisons suivantes :

 A l’ELU : R = 1,35 × R(G)et R = R(1,35 × G + 1,605 × Q)


 A l’ELS : R = R(G)et R = R(G + 1,2 × Q)

CHARGES PERMANENTES :

Les charges permanentes dues au tablier {poutre + hourdis + entretoise +


superstructures} sont de : 72,17 tonnes.

La réaction d’appui est donc : R(G) = 36,08 t

CHARGES D’EXPLOITATION

Les charges d’exploitation dues aux piétons-cycles sont estimées à : 13,5 t

La réaction d’appui vaut : R(Q)=6,75 t

EFFORT NORMAL TRANSMIS

L’effort normal transmis à un appareil d’appuis sous les charges précitées :

A l’ELU : Rmax=(1,35 × 36,08 + 1,605 × 6,75) /2=29,77 t, Rmin=24,35 t

A l’ELS : Rmax=(36,08+6,75)/2=21,41 t et Rmin=18,04 t

DIMENSIONNEMENT DE L’APPAREIL D’APPUI

AIRE DE L’APPAREIL D’APPUI


Condition de non compression :

R
σ= ≤ 15 MPa
n×a×b
Rmax étant la réaction verticale maximale à l’ELS qui s’exerce sur un appui, n est le
nombre d’appareils d’appuis disposés sur chaque appui

R 21,41 × 10
a×b≥ = = 143 cm²
15n 15

HAUTEUR NETTE D’ELASTOMERE


La condition générale prépondérante est : τ ≤ 0,5 × G

61
Avec : τ la contrainte de cisaillement due à un effort horizontal lent (dilatation,
fluage, retrait) et G le module d’élasticité transversal.

Si nous désignons par T la hauteur nette de l’élastomère et u le déplacement


d’appui du aux efforts horizontaux lents (distorsion de l’appareil d’appui) alors on
démontre que :
u
τ=G×
T
D’où T> 2×u = 2×(7,93 + 2,7 + 0,675 + 2,025) = 26,6 mm

On choisit 5 feuillets intermédiaires de 10 mm soit T=50 mm

PREDIMENSIONNEMENT EN PLAN DE L’APPAREIL D’APPUI


On cherche à respecter les inégalités suivantes qui concernent la condition de non
flambement et la condition de l’épaisseur minimale pour les irrégularités de la
surface de pose.
a a
< <
10 5
Or, T=50 mm, d’où 25 cm <a < 50 cm

On prend : a = 25 cm et b = 35 cm

Nous adopterons les dimensions suivantes : a×b ; n×(t+ts) = 25×35×5×(10+3)

Avec ts l’épaisseur des frettes (ts=3 mm) et n=5 est le nombre de feuillets.

EFFORTS HORIZONTAUX EN TETE D’APPUIS

La rigidité k d’un appui est l’inverse du déplacement de la tête d’appui sous l’action
d’une force horizontale, elle donne une idée sur la répartition des efforts horizontaux.

Les déplacements en question proviennent de la distorsion de l’appareil d’appui et


de la déformation du corps l’appui.

Ces déformations internesde l’appui sont théoriquement égales à celles de la pile


supposée encastrée sur la semelle de fondation.

DETERMINATION DE LA RIGIDITE DES APPUIS

DISTORSION DE L’APPAREIL D’APPUI


Elle est traduisible, compte tenu du nombre d’appareils par appui, par le
déplacement :

Sous un effort statique : u =

62
Sous un effort dynamique : u =

DEFORMATION DU CORPS DE L’APPUI


Elle est due aux déplacements de la pile encastrée sur la semelle de fondation

Sous un effort statique : u = + ∗2+

Sous un effort dynamique : u = + ∗2+

,
Où l désigne la hauteur de la pile considérée (l=7,5 m), I son inertie (I = 2 × =
5,71 × 10 m ) et Ei et Ev les modules de déformation instantané et différé
respectivement.

RIGIDITE INSTANTANEE ET DIFFEREE DES APPUIS


Voici un tableau qui résume les résultats obtenus :

Appareil d’appui Pile Rigidité de l’appui


u u u u k k
3,17 mm 1,58 mm 10,45 mm 31,37 mm 734,21 t/m 303,49 t/m

REPARTITION DES EFFORTS DE RETRAIT ET DE DILATATION


On note :

 U1 : le déplacement de l’appui 1 situé à gauche


 U2 : le déplacement de l’appui 2 situé à droite
 d2 : le déplacement relatif de l’appui 2 par rapport à l’appui 1
 ∆ : la variation de la longueur de la travée
 Hi : l’effort dû aux déformations lentes appliqué à l’appui i
 Ki: rigidité vis-à-vis des déformations lentes de l’appui i

On a : U2 − U1 = ∆= d2 et Hi = Ki × Ui

Comme :∑ Hi = 0 alors K1 × U1 + K2 × (U1 + d2) = 0



D’où : U1 = −

Le déplacement ∆ a été calculé auparavant, il vaut : ∆= 2,7 + 2,025 = 4,725 mm

Avec ces données, nous pouvons maintenant calculer l’effort du au retrait et à la


dilatation au niveau de chaque appui :

63
Appui di (mm) Ki(t/m) Ki×di Ui(mm) Hi(t)
C0 0 734,21 0 2,3625 1,734
C1 -4,725 734,21 -3469,14 -2,3625 -1,734
On retiendra la valeur H1=1,734 t

Pour les actions rapides, à savoir la dilatation de courte durée, ∆= 0,675 mm

Appui di (mm) Kv(t/m) Ki×di Ui(mm) Hi(t)


C0 0 303,49 0 0,3375 0,102
C1 -0,675 303,49 -0,204 -0,3375 -0,102
On retiendra la valeur H2=0,102 t

VERIFICATION DE LA VALIDITE DES APPAREILS D’APPUI

DETERMINATION DES CONTRAINTES DE CISAILLEMENT

SOUS L’EFFORT NORMAL


σ a. b
τ = 1,5 × avec β =
β 2. t. (a + b)

R
σ = = 2,44 MPa et β = 7,29
a. b

On trouve : τ = 0,5 MPa

SOUS LA ROTATION
G a
τ = . .α
2 t

Avec : G = 0,9 MPa, a = 250 mm, t = 10 mm, α = , n = 5 (nombre de feuillets)

La rotation d’appui a été estimée à α = 1,69 × 10 rad, une valeur qu’on va majorer
par α = 3 × 10 rad (Prescriptions de SETRA)

On trouve ; τ = 1,12 MPa

SOUS L’EFFORT HORIZONTAL


Il s’agit des contraintes responsables de la distorsion, de distribution uniforme au
niveau du plan de frettage.

L’action lente (dilatation de longue durée, retrait) correspondant à des efforts


horizontaux statiques engendre des contraintes de cisaillement τ = qu’on a
explicité précédemment :

64
1,8
τ = = 0,205 MPa
250 × 350

Les actions de courte durée (freinage, dilatation de courte durée) correspondent à


des efforts dynamiques et engendrent des contraintes de cisaillementτ . Dans notre
cas, et en l’absence de surcharges réglementaires Bc, on peut négliger les efforts de
freinage.

0,257
τ = = 0,016 MPa
250 × 350

VERIFICATION DES CONTRAINTES DE CISAILLEMENT


Les contraintes de cisaillement sous l’effort horizontal doivent vérifier deux conditions
pour la justification vis-à-vis de la distorsion :

τ = 0,205 MPa < 0,5 = 0,45

τ =τ + 0,5τ = 0,213 MPa < 0,7 = 0,63

Une autre limitation des contraintes de cisaillement est exprimée par :

τ + τ + τ = 1,833 MPa < 5 = 4,5

CONTROLE DE L’EPAISSEUR DES FRETTES


a σ
t ≥ .
β σ
.
Or,β = . .( )
= 7,29,σ = 2,44 MPa,σ = 235 MPa

a σmax
t = 3 mm ≥ . = 0,32 mm OK
β σe

CONDITION DE NON SOULÈVEMENT


3 t σ
α= . . ≥ α = 3,98 × 10
β a G
,
Or, σ = = 2,06 MPa
×

3 t σ
α= . . = 1,9 × 10
β a G

Cette condition n’est pas vérifiée, c’est pour cela qu’on a prévu un dispositif d’anti-
soulèvement en équipant les appareils d’appui de butées interdisant le soulèvement
sans pour autant empêcher ou gêner les déformations : compression, distorsion et
rotation

65
CONDITION DE NON GLISSEMENT
Les deux conditions suivantes doivent être remplies

σ = 2,06 MPa > 2

H = 1,8t < . N = 0,22 ∗ 21,41 = 4,7 t OK


,
Avec f = 0,12 + = 0,22

CONCLUSION

Nous adopterons deux appareils d’appui en élastomère fretté par pile :

a × b × n(t + ts) = 250 × 350 × 5(10 + 3)

Avec ts=3 mm l’épaisseur des frettes, et n=5 le nombre de feuillets

Nous préviendrons également un dispositif adéquat (butées) pour empêcher le


soulèvement.

66
ETUDE DU CHEVETRE

Le chevêtre est la partie supérieure de la pile sur laquelle repose le tablier via les
appareils d’appuis. Il permet de positionner correctement les appareils d’appui et
assure la transmission des charges verticales dans la pile.

Le chevêtre est une poutre qui peut être soumise, en plus de son poids propre, à
certaines actions provenant du tablier lorsque les points d’appui ne sont pas
disposés au droit des poteaux en plus des charges provenant du vérin utilisé pour le
soulèvement du tablier.

Les sollicitations correspondantes se traduisent par des moments de flexion, des


efforts tranchants et des moments de torsion, ces derniers étant produits dans notre
cas de figure par les efforts horizontaux dues au retrait et aux variations de la
température.

EVALUATION DES CHARGES

POIDS PROPRE
La densité de charge correspondante est donnée par :

P = 2 × 2,5 × S = 2 × 2,5 × 0,5 × 0,7 = 1,75 t/ml

Sur les bords, cette densité s’élève à

P = 1,75 + 2,5 × 0,6 × 0,7 = 2,8 t/ml

Le coefficient 2 tient compte du poids moyen de la partie du tablier situé au droit du


chevêtre au moment de la construction.

TABLIER
Le tablier n’exerce pas d’efforts sur le chevêtre puisque les points d’appuis sont
disposés en face du la pile. Le chevêtre n’est donc pas porteur. La réaction au
niveau de chaque appui est estimée à : R=(2,61×2×13,5)/2+(0,5×2×13,5)/2=57,7 t.

Pour l’évaluation des sollicitations dans le chevêtre en service, nous traçons les
diagrammes des moments fléchissants et des efforts tranchants à l’aide du logiciel
RDM 6.

67
DIAGRAMME DES MOMENTS
MOMENT FLECHISSANTS

DIAGRAMME DES EFFORTSS TRANCHANTS

VERINS
Nous n’avons prévu qu’un seul bossage pour recevoir
recevoir le dispositif du vérinage au
milieu du tablier. Avec une telle conception, on court le risque de renversement du
tablier lors de son soulèvement même s’il est assez étroit,, il faut absolument prévenir
des étaiements, juste après l’actionnement du vérin pour éviter un tel problème
problème.

Pour les calculs, nous n’allons pas prendre en compte ces étaiements et ce
uniquement pour rester dans le cas le plus défavorable en termes de sollicitations.

Puisque le chevêtre n’est pas porteur, les opérations de vérinage vont


vont créer dans le
chevêtre des moments et essentiellement des efforts tranchants assez importants et
qui doivent être pris en compte pour le dimensionnement.

Le vérinage est fait en l’absence de trafic, il conviendra néanmoins d’évaluer assez


largement la charge lors du vérinage en considérant 25 % de la surcharge piétons
piétons-
cycles.

La réaction au niveau du vérin est estimée à : R = (2,61×2×13,5) + 0,25××


(0,5×2×13,5)=73,845t.

Nous modélisons le vérin par un appui simple, les sollicitations ont été évaluées
comme suit :

68
DIAGRAMME DES MOMENTS
MOMENT FLECHISSANTS

DIAGRAMME DES EFFORTSS TRANCHANTS

SOLLICITATIONS DE CALCUL
LCUL

FLEXION VERTICALE ET EFFORT TRANCHANT


Le tableau suivant résume les sollicitations maximales trouvées :

Moment fléchissant Effort tranchant


M+ (t.m) M- (t.m) T+ (t) T- (t)
En service 0,5578 0,3172 1,75 1,75
Vérinage 37,48 0,3172 38,67 38,67
Max 37,48 -0,3172 38,67 -38,67

FLEXION HORIZONTALE
Les efforts dus au retrait
etrait et aux variations de la température qui se développent au
niveau des appareils d’appui peuvent créer des moments horizontaux dans le
chevêtre.

Dans notre cas, ces forces sont concentrées dans les appuis encastrés
longitudinalement à la pile et donc ils n’induisent aucun moment horizontal.

69
TORSION
Les forces verticales ne sont pas excentrées et ne vont pas créer des moments de
torsion.

Les forces horizontales par contre vont induire des moments de torsion puisqu’ils
s’appliquent sur la partie du chevêtre encastré à la pile.

Le couple de torsion maximal à l’ELU est : C=0,5×(1,35×1,8)=


1,8)= 1,215 t.m

FERRAILLAGE DU CHEVETRE
TRE

ARMATURES DE FLEXION VERTICALE

ARMATURES DE NON FRAGILITE


GILITE
f 2,1
A = 0,23 × × b × d = 0,23 × × 0,7 × 0,47 = 3,17 cm²
f 500

ARMATURES SUPERIEURES
M = 37,48 t. m => A = 37,88 cm²

ARMATURES INFERIEURES
M = 0,558 t. m => A = 0,56 cm²

On prend: A = A = 3,17 cm²

ARMATURES DE FLEXION HORIZONTALE


Même si aucun moment horizontal ne se développe théoriquement, on adoptera les
armatures de non fragilité
lité des côtés latéraux

f 2,1
A = 0,23 × × b × d = 0,23 × × 0,5 × 0,67 = 3,23 cm
f 500

2∗A = 2 HA 25

70
ARMATURES LONGITUDINALES POUR LA TORSION
Pour évaluer les contraintes tangentes de torsion dans un profil plein de force
convexe, on remplace la section réelle par une section creuse équivalente dont
l’épaisseur de la paroi est égale au 1/6 du diamètre du cercle qu’il est possible
d’inscrire dans le contour extérieur.

Si on désigne par bn l’épaisseur de la paroi de la section creuse équivalente, Ω l’aire


du contour tracé à mi- épaisseur des parois et p le périmètre du contour, alors et
pour une section rectangulaire de longueur b et de largeur a, on a :

bn=a/6, Ω=(a-a/6)×(b-a/6)=5a/6×(b-a/6), p=2×(a-a/6+b-a/6)=4a/3+2b

Les armatures longitudinales sont déterminées par application de la règle des


coutures à la section droite normale à l’axe du chevêtre.

La section des armatures est définie par :

C×p×γ
A =
2×f ×Ω
∗ , , ,
Avec : Ω = ∗ 0,7 − = 0,257 m ; p = 4 ∗ + 2 ∗ 0,7 = 2,06 m ; C = 1,215 t. m

1,215 ∗ 10 ∗ 2,06 ∗ 1,15


A = = 1,12 cm
2 ∗ 500 ∗ 0,257

SECTION MINIMALE D’ARMATURES POUR LA TORSION


,
b
A ≥ 0,4 ∗ p ∗ = 0,4 ∗ 2,06 ∗ = 1,37 cm²
fe 500

On prend alors : A = 1,37 cm

FERRAILLAGE LONGITUDINAL CONSTRUCTIF MINIMAL


D’après le dossier-pilote PP73 de SETRA, le ferraillage longitudinal ne doit pas être
inférieur à 0,5% de la section, c.-à-d. :

A +A +2∗A + A = 48,88 cm ≥ 0,5% ∗ (50 ∗ 70) = 17,5 cm²

FERRAILLAGE LONGITUDINAL
A + A + A = 42,42 cm = 9 HA 25

71
ARMATURES DE CISAILLEMENT

ARMATURES D’EFFORT TRANCHANT


At τ ∗ γs
=
b ∗ St 0,9 ∗ fe
,
Avec : τ = = , ∗ ,
= 1,175 MPa

At
= 21 cm /ml
St

ARMATURES DE TORSION
At C 1,215 ∗ 10
= = = 0,47 cm /ml
St 2 ∗ fe ∗ Ω 2 ∗ 500 ∗ 0,257

Section minimale : ≥ 0,4 ∗ = 5,6 cm /ml

At
= 5,6 cm /ml
St

FERRAILLAGE TRANSVERSAL CONSTRUCTIF MINIMAL


D’après le guide PP73 de SETRA, la section minimale d’armatures transversales par un
plan horizontal doit être au moins égale à 0,002 fois l’aire du béton correspondant

At
≥ 0,002 ∗ 50 ∗ 70 = 7 cm /ml
St

On retient alors pour les armatures de cisaillement

At
= 26,6 cm /ml
St

L’espacement des cours successifs d’armatures transversales doit être inférieur à 20


cm.

On peut choisir des cadres HA 20avec un espacement de 20 cm (31,4 cm²/ml).

JUSTIFICATION DES CONTRAINTES DE CISAILLEMENT

CISAILLEMENT DU A L’EFFORT TRANCHANT


T 38,67
τ = = = 1,175 MPa
b ∗ d 0,7 ∗ 0,47

CISAILLEMENT DU A LA TORSION
C C 1,215
τ = = = = 0,28 MPa
2 ∗ bn ∗ Ω 2 ∗ ∗ Ω 2 ∗ , ∗ 0,257

72
VERIFICATION DU BETON
La condition à respecter est la suivante :

τ ²+τ ²≤τ ²

Pour le cas de la fissuration préjudiciable :

0,15 ∗ fc28
τ = min ; 4 MPa = 2,5 MPa
γb

Donc la condition est vérifiée : 1,175²+0,28²=1,45 < 6,25

73
ETUDE DES PILES

Il s’agit de piles-culées qui sont à l’air libre sur la plus grande partie de leur hauteur,
de ce fait, elles ne transmettent pas des réactions horizontales importantes.

INVENTAIRE DES CHARGES

CHARGES PERMANENTES
Il s’agit du poids propre des différents éléments

Désignation N (t)
Poids du tablier G 36,08
Poids de la pile Chevêtre 3,15
Poteau 24,5
Poids de la semelle Semelle superficielle 22,5
Charge permanente Sur semelle 63,73
appliquée Sous semelle 86,23

CHARGES VARIABLES

PIETONS-CYCLES
Il s’agit de la surcharge des piétons-cycles : N = 6,75 t

ACTION DU VENT
Nous avons expliqué précédemment les hypothèses de calcul et les données
relatives à cette charge.

L’action du vent (0,20 t/m²) qui s’exerce en tête du poteau vaut la somme de celle
frappant le tablier et celle qui s’exerce au niveau du chevêtre :

Q= 2,20×13,50×0,20 + 1,10×0,70×0,20 = 6,09 t.

Cette action s’exerce à une distance d au-dessus du chevêtre et elle est


équivalente à l’action d’une charge de même intensité appliquée au centre de
gravité du chevêtre combinée avec un moment tel que :

2,2 1,1
d= + = 1,65 m et M = Q ∗ d = 10,05 t. m
2 2

La densité linéaire de force qui s’exerce sur le poteau par mètre de longueur du
poteau vaut :

q = 0,70 × 0,20 = 0,14 t/ml

Cela correspond à une force de : 6,09+0,14×7=7,07 t exercée à l’encastrement pile-


semelle combinée à un moment : M=10,05+6,09×(1,1/2+7)+0,14×7×7/2=59,46 t.m

74
RETRAIT ET DILATATION
La répartition des efforts de dilatation et de retrait est définie comme suit :

Efforts dus au retrait Efforts dus aux variations de température


ε 0,0004 Εi 0,0001
∆L 0,0028 Εv 0,0003
Ui 0,08717355 ∆Li 0,0007
Uv 0,26152829 ∆Lv 0,0021
Ki 1147,13699 Ki 1147,136986
Kv 382,367808 Kv 382,3678082
Fi 3,21198356 Fi 0,80299589
Fv 1,07062986 Fv 0,802972397
On retient la valeur H=4,01 t.

DESCENTE DE CHARGES

Voici un tableau qui récapitule tous les cas de charges possibles qu’on va utiliser
dans la justification :

Cas des charges N Mx My Hx Hy Z


Cas 1 G 63,73
Cas 2 Piétons-cycles 6,75
Cas 3 Vent 59,46 7,07
Cas 4 Retrait et dilatation 28,07 4,01 7

COMBINAISONS POSSIBLES

ELS
1 : Cas1+Cas2+Cas4

2 : Cas1+Cas3+Cas4

ELU
1 : 1,35×Cas1+1,605×Cas2+1,35×Cas4

2 : 1,35×Cas1+1,50×Cas3+1,35×Cas4

APPLICATION DES COMBINAISONS


Combinaison N (t) Mx (t.m) My (t.m) Hx (t) Hy (t)
ELU 1 96,86 37,89 5,41
2 86,03 37,89 89,19 5,41 10,60
ELS 1 70,48 28,07 4,01
2 63,73 28,07 59,46 4,01 7,07

75
FERRAILLAGE LONGITUDINAL DE LA PILE

CALCUL DES ARMATURES A L’ELU


Le cas le plus défavorable est le cas 2. Les sollicitations de calcul sont les suivantes :

N (t) M (t.m)
86,03 96,9
Dans un premier temps et en appliquant les règles du BAEL, nous calculons la section
en flexion composée (enrobage=5 cm), nous trouvons une section d’armatures
tendues de 22,87 cm².

D’après les recommandations du dossier-pilote PP73 de SETRA, et en raison du risque


de choc sur les voiles (accident, choc d’un engin de chantier), la section minimale
d’armatures longitudinales correspond à un taux de 2% de la section du béton,
soitA=0,02×2×0,7=280 cm².

Nous retiendrons une disposition minimale de 35 HA 32 disposés en 2 nappes avec un


espacement de 12 cm.

VERIFICATION DES CONTRAINTES A L’ELS


Nous déterminons les sollicitations de calcul :

N (t) M (t.m)
63,73 65,75
La section est partiellement comprimée et les contraintes maximales de compression
et de traction sont calculés par :

N Mv N Mv′
σ = + et σ = −
B I B I

Nous homogénéisons la section du béton :

B=S + nA = (0,7 ∗ 2 − 0,028) + 15 ∗ 0,028 = 1,792 m²

Nous positionnons la fibre neutre :

S ∗ 0,35 + n ∗ A ∗ 0,65
v= = 0,42 m et v = 0,28 m
B

Nous calculons l’inertie équivalente :

2 ∗ 0,7 0,65
I= + 15 ∗ 0,028 ∗ = 0,0793 m
12 8

La contrainte de compression maximale vaut donc :

σ = 3,838 MPa < σ = 0,6 ∗ f = 15 MPa OK

76
La contrainte de traction maximale est égale à :

σ = 1,965 MPa < σ =f = 2,1 MPa OK

Les contraintes de traction et de compression sont ainsi vérifiées.

JUSTIFICATION VIS-A-VIS DU FLAMBEMENT


 La pile fait 7 m de hauteur.
 Longueur de flambement : 0,7×7=4,9 m.
 Section de la pile : 0,7×2=1,4 m²
 Moment d’inertie : 2×0,73/12=0,0572 m4

Nous calculons le rayon de giration :

0,0572
i= = 0,202
1,4

Nous calculons l’élancement :

4,9
λ= = 24,25 < 50
0,202

La colonne est trapue, la condition de non flambement est vérifiée et les


justifications relatives au flambement ne sont pas requises.

FERRAILLAGE TRANSVERSAL DE LA PILE

L’effort horizontal maximal appliqué à la pile est égal à : Hu=11,9 t

Dans notre cas, on a : τ = 1,4 × = 0,128 MPa avec, B= 2,00 m et d = 0,65 m.


×

Donc :τ = 0,128 MPa < min 0,2 × ; 4 MPa = 4 MPa OK

Les armatures transversales minimales: ×


≥ , ×

C’est à dire : ≥ 6,4 cm²/m

On disposera des cadres Φ 8 avec un espacement de 15 cm.

ARMATURES DE CHAINAGE

Le chainage doit équilibrer un effort égal à 0,25 fois la descente de charge localisée
la plus forte calculée sous sollicitations d’utilisation.

= 0,25 × = 1,60 ² => 4 8


×

77
Pour limiter le plus possible la propagation des fissurations, le dossier-pilote PP73
recommande de placer des armatures horizontales sous le chaînage sur une
hauteur égale à la moitié de l’espacement des appareils d’appuis et ce pour
reprendre un effort égal à 0,125 fois Rmax.

ℎ = 0,125 × = 0,80 ² => 2 8


×

E=1m

A
E/2
Ah

ARMATURES DE SURFACE ET D’ECLATEMENT

Il s’agit des nappes de frettage disposées au droit des appareils d’appuis et des
bossages choisis pour les vérins pour éviter les fissurations.

Les armatures supérieures sont dites de surface tandis que les armatures inférieures
sont dites d’éclatement. Ces dernières ne sont nécessaires que lorsque des
contraintes importantes ont lieu de se développer. Pour pouvoir en juger, nous
calculons une contrainte dite d’éclatement :

= 0,5 × 1 − × = 0,5 × (1 − ) ×
é

a E

250
= 0,5 × 1 − × 14,16 = 2,02 < = 2,4
350

Nous n’allons donc pas placer des armatures d’éclatement mais uniquement les
armatures de surface.

78
AU DROIT DES BOSSAGES DES APPAREILS D’APPUIS

= 0,04 × = 0,36 ² => 2 8


×

AU DROIT DES BOSSAGES DES VERINS

2∗
= 0,04 × = 0,72 ² => 3 8
×

79
ETUDE DES FONDATIONS

Les fondations de la future passerelle consisteraient en des appuis ancrés à 2,10m/TN


dans le sable argileux. Les culées seront alors fondées superficiellement par
l’intermédiaire d’un massif de gros béton. Le taux de travail du sol à prendre en
compte est de 2 bars.

Dans un premier temps, nous allons effectuer la descente de charge et calculer les
contraintes au niveau de la semelle et du gros béton afin de contrôler leur portance.

Ensuite nous allons calculer le ferraillage de la semelle superficielle et vérifier sa


stabilité au glissement et sa résistance au poinçonnement.

CALCUL DES SOLLICITATIONS

AU NIVEAU DE LA SEMELLE
En tête de la pile,l’action du vent est équivalente à une force de 6,09 t appliquée à
une distance de 9,7 m par rapport au pied de la semelle, l’effet du vent se traduit
également par une charge de 0,98 t au niveau du poteau appliquée à 4,5 m par
rapport aux fondations, sans perdre de vue l’effort induit par le vent sur la semelle
égale à 0,6 t.

Le présent tableau résume les cas de charges possibles :

Cas des charges N Mx My Hx Hy Z


Cas 1 G 86,23
Cas 2 Piétons-cycles 6,75
Cas 3 Vent 63,78 7,67
Cas 4 Retrait et dilatation 32,08 4,01 8

Au niveau de la semelle, les combinaisons de charges sont ainsi :

Combinaison N (t) Mx (t.m) My (t.m) Hx (t) Hy (t)


ELU 1 127,24 43,10 5,41
2 116,41 43,10 95,67 5,41 11,50
ELS 1 92,98 32,08 4,01
2 86,23 32,08 63,78 4,01 7,67

80
AU NIVEAU DU GROS BETON
Le massif en gros béton a pour dimensions : L×B×h=3,4×3,2×1,2. Si on prend un poids
volumique de 2,5 t/m3, les cas de charges possibles se présentent comme suit :

Cas des charges N Mx My Hx Hy Z


Cas 1 G 118,87
Cas 2 Piétons-cycles 6,75
Cas 3 Vent 72,98 7,67
Cas 4 Retrait et dilatation 36,9 4,01 9,2

Au niveau de la semelle, les combinaisons de charges sont ainsi :

Combinaison N (t) Mx (t.m) My (t.m) Hx (t) Hy (t)


ELU 1 171,30 49,81 5,41
2 160,47 49,81 109,47 5,41 11,50
ELS 1 125,62 36,90 4,01
2 118,87 36,90 72,98 4,01 7,67
VERIFICATION DES CONTRAINTES

Avec les notations suivantes:

B : Largeur de la semelle (B=3m)

A : Longueur de la semelle (A=3m)

b : La petite dimension de la section du poteau (b=0,7m)

a : La grande dimension de la section du poteau (a=2m)

M : Le moment appliqué sous la semelle (Mx=32,08 t.m ; My=63,78 t.m)

N : L’effort normal transmis par l’ouvrage sous la semelle (N=86,23 t)

Nous calculons les contraintes minimales et maximales normales au sol :

N M N 6
σ = + = + ×M
A×B AB A²

N M N 6
σ = − = − ×M
A×B AB A²

σ , = 30,96 t/m²σ , = 52,10 t/m² σ , = −11,80 t/m²σ , = −32,94 t/m²


La fondation est ainsi partiellement comprimée.

81
La justification des fondations superficielles est menée à partir de modèles simplifiés
définis ci-après.

Pour tenir compte de l’effet défavorable de l’excentrement des charges, le


fascicule 62 Titre V définit une contrainte conventionnelle de référence à partir de la
contrainte maximale sous la semelle (qmin=0) déduite de la résultante générale de
force prise au niveau du plan de contact sol-semelle:

3 3 3 M 6×e
q′ é = q′ B = q′ = × (1 + )
4 4 4 A×B B

Avec B’=B-2×e0.

e étant l’excentricité, c’est-à-dire le rapport entre le moment fléchissant et l’effort


normal sollicitant la semelle.

Q’

Pmax
0,75B’

B’

S’agissant d’une semelle rectangulaire, il est loisible d’admettre -selon le fascicule


62- que les contraintes normales sont uniformes sur un rectangle de surface réduite
suivant le modèle de Meyerhof. La contrainte de référence s’écrit alors :

q é = × ×
×

L-2e‘

F e
B-2e
B
e’

82
CONTROLE DES CONTRAINTES
CONTRAI AU NIVEAU DE LA SEMELLE
Nous avons opté pour une semelle carrée d’arête 3 m : A=B=3m

N Mx σmax réf (Modèle


σréf My σmax σréf (Modèle σréf
tirangulaire) triangulaire) (Meyrhof)
86,23 32,08 28,99 21
1,74 63,78 43,17 32,38 25,13

Les contraintes maximales dans le sens longitudinal et transversal sont largement


inférieures à la contrainte du gros béton qui est de l’ordre de 6 bars.

CONTROLES DES CONTRAINTES


CONTRA SOUS LE GROS BETON
N Mx σmax σréf (Modèle My σmax réf (Modèle
σréf σréf
tirangulaire) tirangulaire) (Meyrhof)
118,87 36,90 6,28 4,71 72,98 31,21 23,41 21,68
La contrainte admissible au sol a été calculée précédemment (AP). Elle est de 0,48
MPa au niveau de la culée C0 et de 0,5 MPa au niveau de la culée C1, toutes les
contraintes ne dépassent par 0,43 MPa et don il n’y a pas de risque de rupture. Le
rapport géotechnique affirme que les tassements seront également admissibles pour
l’ouvrage. La semelle est vérifiée.

FERRAILLAGE DE LA SEMELLE
MELLE

La justification vis-à-vis
vis des règles du béton armé relève de la méthode des bie
bielles.

Nous définissons les hauteurs utiles da et db par :

B − b 3 − 0,7
d = A − a = 3 − 2 = 1m et d = = = 0,575 m
4 4

83
La condition de bielle impose que :

B−b
≤ d≤B−b
4

Le moment agissant doit rester inférieur au moment résistant :

q é A′B′ B − b A f
× ≤
2 4 γ d

D’où l’expression de la section d’armatures tendues

 Longitudinalement : A = q é ×A ×B ×( )
× ×
 Transversalement : A = q é ×A ×B ×( )
× ×

N 116,41
q é = = , ,
= 37,97 t/m²
AB 3−2× × (3 − 2 × )
, ,

On trouve ainsi : Ab=13,38 cm² et Aa=3,34 cm²

D’après le PP73, le ferraillage minimal est de 0,12 % de la section de la semelle soit 36


FERRAILLAGE LONGITUDINAL DE LA SEMELLE


On adopte le ferraillage suivant :

18 HA 16 avec un espacement de 16 cm dans les deux directions.

ANCRAGE DES ACIERS PRINCIPAUX ET ARRET DES BARRES


On calcule la contrainte d’adhérence acier-béton :
,
N (B − b) 1 × (3 − 0,7) 1
τ= × × = ×
2 2Bd nπϕ 2 × 3 × 0,575 6π × 0,016
= 1,28 MPa, n étant le nombre de barres d′acier/m

On calcule la valeur ultime de la contrainte d’adhérence :

τ(ultime) = 0,6 × Ψ × ft28 = 0,6 ∗ 1,5 ∗ 2,1 = 2,83 MPa

L’ancrage par courbure n’est donc pas nécessaire, on peut utiliser des barres droites
et les arrêter à 2,1m=0,70B.

VERIFICATION DE NON-POINÇONNEMENT DE LA SEMELLE

Il faut vérifier que

N(b + 2h) 0,13 × h× fc28


N− = 0,23 MN ≤ = 2,16 MN OK
B γb

84
STABILITE AU GLISSEMENT

Les fondations reposent sur un massif en gros béton, le coefficient de sécurité au


glissement est donné par la formule suivante :

tan(δ)
F = N.
H

Et il faut vérifier que Fg>1,2 soit que H<0,83 N

δ est l’angle de frottement entre le gros béton et la fondation pris égale à 45°

Combinaison N (t) Hx (t) Hy (t) H(t) Fg


ELU 1 127,24 5,41 5,41 OK
2 116,41 5,41 11,50 12,70 OK
ELS 1 92,98 4,01 4,01 OK
2 86,23 4,01 7,67 8,65 OK

85
DIMENSIONNEMENT DES ESCALIERS

VOCABULAIRE

Cage d’escalier : murs ou voiles entourant l’escalier.

Crémaillère : poutre inclinée servant de support au milieu des marches.

Emmarchement : largeur des marches perpendiculairement à la pente.

Marche (giron) : distance entre deux nez de marches, on la désignera par L.

Contremarche : hauteur de marche notée H.

Ligne de foulée : trajet perpendiculaire aux nez de marches.

Paillasse : dalle inclinée servant de support à l’ensemble des marches.

Palier : partie horizontale d’accès ou d’arrivée d’une volée.

Pente=H/L.

Profondeur de marche : giron+débord du nez de marche.

Volée : ensemble de marche entre deux parties horizontales.

DONNEES

Il s’agit de la réalisation de deux parties d’escalier à pentes perpendiculaires pour


permettre la liaison entre la passerelle et les aménagements existants et assurer ainsi
le franchissement des piétons.

Données générales
Hauteur totale à franchir l= 6,3 m
Perpendiculairement à l’axe du tablier H1 = 2,1 m
Parallèlement à l’axe du tablier H2 = 4,2 m

HAUTEUR ET LARGEUR DES MARCHES

Valeurs courantes Valeurs extrêmes


H 0,16 à 0,17 m 0,13 à 0,17 m
L 0,26 à 0,29 m 0,26 à 0,36 m

La formule de Blondel qui relie H et L est d’usage courant et s’écrit :

L+2H=0,60 à 0,64 m.

86
PERPENDICULAIREMENT A L’AXE DU TABLIER
Hauteur à franchir : 2,1m.

Choix de la contremarche : 0,15 m.

Nombre de contremarches : 2,1/0,15=14 soit n=14.

Choix de la marche (Blondel) : L=0,60-2×0,15=0,30m.

H=0,15 m et L=0,30 m

PARALLELEMENT A L’AXE DU TABLIER


Hauteur à franchir : 4,2m.

Choix de la contremarche : 0,15 m.

Nombre de contremarches : 4,2/0,15=28 soit n=28.

Choix de la marche (Blondel) : L=0,60-2×0,15=0,30m.

H=0,15 m et L=0,30 m

LARGEUR DES ESCALIERS

Pour des raisons de circulation des personnes, le minimum est de 0,60 m.

Pour des établissements recevant du public :

Nombre d’unités de Nombre de personnes à Largeur minimale


passage (UP) évacuer
1 <100 0,80 m
2 <200 1,40 m
3 <300 1,80 m
4 <400 2,40 m
Une largeur de 2,40 m nous parait convenable, d’une part ce choix permet de
respecter les prescriptions présentées ci-dessus, et d’autre part, il est judicieux
d’avoir la même largeur que le tablier pour répondre aux contraintes de l’esthétique
et pour faciliter la mise en œuvre sur chantier.

Emmarchement=2,40 m

CALCUL DE L’ESCALIER

Il s’agit d’un escalier en béton armé à volées droites. Il se calcule comme une
rampe en prenant en compte le poids des marches, des contremarches et du
garde-corps.

87
INVENTAIRE DES CHARGES

Soit α = Arctan (voir figure)

L (marches)

H (contremarche)
E (épaisseur du paillasse)

Désignons par g11 la densité surfacique du poids propre de l’escalier :


g11=g(paillasse)+g(marches)

E H
g11 = γ × +
cos(α) 2

Notons g2 le poids par m² horizontal du revêtement sur marche (p1 kN/m²),


contremarche (p2 kN/m²) et en sous face du paillasse (p3 kN/m²).

H p3
g2 = p1 + p2 +
L cos(α)

Notons g3 le poids par m² horizontal du garde-corps :

Le garde-corps est en béton préfabriqué, de hauteur utile 1,20 m, d’épaisseur


moyenne de 0,20 m avec des ouvertures rectangulaires de 14×68 cm² espacées de
53 cm.

Nous rappelons finalement que la charge d’exploitation est de densité 0,5 t/m²
horizontal

PERPENDICULAIREMENT A L’AXE DU TABLIER


 Escalier en une seule volée directe de 2,1 m de hauteur assurent le
franchissement d’une distance de 4,20 m avec un palier de 2,70m.
 La longueur du paillasse vaut ainsi Lp=(2,1²+4,2²)1/2 =4,7 m
 L’épaisseur E du paillasse est donnée par la formule :
E = 0,018 ∗ Lp ∗ 25 ∗ E + q (q=5 kN/m²)
Par approximations successives, on trouve E=0,179 m que l’on arrondira à 0,20
m pour prendre en compte le poids du garde-corps et du revêtement.

88
0,20 0,15
g11 = 2,5 × + = 0,7465 t/m²
cos Arctan
, 2
,

Le poids propre pour la zone palier vaut :

g12 = 2,5 × 0,20 = 0,5 t/m²

Quant au revêtement, nous considérons toujours une couche de 5 cm d’épaisseur


sur les marches et contremarches et une couche de 2 cm de plâtre en sous face de
la paillasse.

p1 = 2,4 × 0,05 = 0,12 t/m²

p2 = p1 = 0,12 t/m²

p3 = 1,275 × 0,02 = 0,0255 t/m²

0,15 0,0255
g2 = 0,12 + 0,12 × + = 0,208 t/m²
0,30 cos Arctan ,
,

Estimons à présent le poids du garde-corps


, × ,
4,20 × 1,20 − 14 × − 7 × 0,14 × 0,68 2,70 × 1,2 − 4 × 0,14 × 0,68
g3 = ( + ) × 2,5
4,20 2,7
= 5,06 t/m²

PARALLELEMENT A L’AXE DU TABLIER


 Escalier en deux volées directes de 1,80 m et 2,40 m successivement assurent
le franchissement 14,36 m. les volées correspondant à 3,30 m et 4,50 m
respectivement séparées de trois paliers 2,40m, 2,30m puis 2,13m.
 Les longueurs des paillasses sont ainsi 3,76m et 5,10m ; la formule empirique
E = 0,018 ∗ Lp ∗ 25 ∗ E + q (q=5 kN/m²) donne des épaisseurs de paillasses de
0,137m et 0,197 m successivement. Il est convenable de garder la même
épaisseur tout au long de l’escalier et il parait que le choix de 20 cm est
judicieux.
 Le poids propre de l’escalier est le même : g11 = 0,7465 t/m²
 Le poids propre du palier : g12 = 0,20 × 2,5 = 0,5 t/m²
 Le poids du revêtement ne change pas : g2 = 0,208 t/m²
 Le poids de l’escalier vaut :

89
, × ,
4,50 × 1,20 − 16 × − 7 × 0,14 × 0,68 2,30 × 1,20 − 4 × 0,14 × 0,68
g3 = ( +
4,50 2,30
, × ,
3,30
30 × 1,20 − 12 × − 5 × 0,14 × 0,68
+
3,30
2,40
40 × 1,2 − 4 × 0,14 × 0,68 2,13 × 1,20 − 4 × 0,14 × 0,68
+ + ) × 2,5
2,40 2,13
= 12,6
6 t/m²

CALCUL DES SOLLICITATIONS


TIONS

PARALLELEMENT A L’AXE
E DU TABLIER
Le chargement peut être lu sur la figure suivante :

g escalier = 1,35 × (g11 + g2 + g3) = 8,12 t/m²

g palier = 1,35 × (g12 + g2 + g3) = 7,78 t/m²

q = 1,5 × 0,5 = 0,75 t/m²

DIAGRAMME DES MOMENTS


MOMENT FLECHISSANTS (ELU)

Le moment dimensionnant : M=10,17 t.m soit Mu=4,24 t.m/ml

Le moment dimensionnant au niveau des appuis : M=12,80 t.m soit Mu


Mu-=5,33 t.m/ml

DIAGRAMME DES EFFORTSS TRANCHANTS (ELU)

90
L’effort tranchant maximal vaut : 20,19 t

DIAGRAMME DES MOMENTS


MOMENT FLECHISSANTS (ELS)

Le moment dimensionnnant vaut : M=7,475 t.m soit Ms=3,11 t.m/ml

Le moment dimensionnant au niveau des appuis : M=9,404 t.m soit Ms


Ms-=3,92 t.m/ml

FERRAILLAGE DE L’ESCALIER
ALIER

En appliquant les règles du BAEL à une poutre de largeur


largeur 1m et de hauteur utile de
17cm, nous trouvons les sections suivantes (cm²)

Moment Acier calculé Section retenue


ELU 4,24 6,01 cm²/ml 21,24 cm²
Longitudinalement
-5,33 (appui) 7,65 cm²/ml
(ferraillage inférieur)
ELS 3,11 8,85 cm²/ml 26,76 cm²
Longitudinalement
-3,92
3,92 (appui) 11,15 cm²/ml
au niveau de l’appui
(ferraillage supérieur)

ARMATURES FILANTES : CHOIX DE SECTION COMMERCI


C ALE
Ferraillage inférieur : As=21,24 cm²  14 HA 14 e=15 cm

Ferraillage supérieur (appuis) : As = 26,76 cm²  14 HA 16 e=15 cm

ACIERS DE REPARTITION

91
La section théorique des aciers transversales vaut : At=As/4=5,31 cm²

Choix de section commerciale : At=5,31 cm²  20 HA 6

VERIFICATION AU CISAILLEMENT
Vmax 0,2019 fc28
τ= = = 1,18 MPa < 0,07 × = 1,4 MPa OK
1×d 0,17 1,5

Les contraintes de cisaillement sont donc vérifiées.

92
SYNTHESE

CE STAGE FUT L’OCCASION POUR ELARGIR LE DOMAINE DE NOS CONNAISSANCES


DANS LE GENIE CIVIL ET D’ACQUERIR DE NOUVEAUX SAVOIR-FAIRE EN SE
CONFRONTANT A UNE SITUATION DE PROJET REEL SE TROUVANT ACTUELLEMENT EN
COURS D’ETUDE.

NOUS AVONS PU DECOUVRIR LES ETAPES PRATIQUES POUR LA CONCEPTION ET LE


DIMENSIONNEMENT D’UN PONT, ET PROCEDER A L’ETUDE COMPLETE DU PROJET EN
MENANT LES CALCULS DES DIFFERENTS ELEMENTS STRUCTURAUX ET EN ETABLISSANT
LES PLANS DE COFFRAGE ET DE FERRAILLAGE Y ASSOCIES.

NOUS AVONS AUSSI EU UN GRAND PLAISIR A REDIGER CE RAPPORT DE STAGE, UNE


EXPERIENCE ASSEZ RICHE ET ASSEZ INTERESSANTE.

CE STAGE A ETE L’OCCASION DE RENCONTRER DES GENS DU DOMAINE: DES


INGENIEURS, DES TECHNICIENS ET DES OUVRIERS. NOUS AVONS EU LA CHANCE DE
NOUER DE BONNES RELATIONS AVEC BEAUCOUP DE PERSONNES ET CONFORTER
NOTRE DESIR D’EXERCER LE METIER D’INGENIEUR.

NOUS TENONS ENFIN A EXPRIMER NOTRE SATISFACTION D’AVOIR ETE ACCUEILLI


CHALEUREUSEMENT AU SEIN DE CETTE ENTITE DE GRAND POIDS DANS LE DOMAINE
ET D’AVOIR TROUVE UN ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL AGREABLE AVEC DES GENS
INTERESSANTS QUI ONT EU L’AMABILITE ET LA GENTILLESSE DE NOUS AIDER ET DE
PARTAGER LEUR SAVOIR AVEC BIENVAILLANCE A CHAQUE FOIS QUE L’ON EN A EU
BESOIN.

93

Vous aimerez peut-être aussi