Vous êtes sur la page 1sur 4

Lycée Charles De GAULLE Année Scolaire : 2021– 2022

Cellule de Sciences Physiques Classes : TS2A/TS2B

Induction – Dipôle R, L
Exercice 1:
1. Un solénoïde de longueur l = 30 cm et de rayon r = 2cm comporte 1000 spires jointives en cuivre, de
résistivité ρ =1,7.10-8 Ω.m
Calculer les caractéristiques électriques de la bobine, à savoir sa résistance et son inductance.
2. Une bobine de longueur l = 1 m, comportant N = 1600 spires de rayon R = 20 cm, assimilable à un solénoïde
est parcourue par un courant d’intensité I = 1 A.
2.1. Donner les caractéristiques du vecteur champ magnétique ⃗B à l’intérieur de la bobine.
N2
2.2. Montrer que l’inductance de la bobine a pour expression : L   0 R 2
l
2.3. La norme de B ⃗ décroît de 2.10-2 T à 10-2 T en 6 ms. Calculer la valeur moyenne em de la f.é.m. induite
qui apparaît dans la bobine.
3. Une bobine isolante cylindrique B a 10 cm de diamètre et 60 cm de longueur. On enroule sur celle-ci du fil
de cuivre de 0,6 mm de diamètre entouré d’une couche de vernis isolant d’épaisseur e = 0,10 mm. On réalise
ainsi une couche de spires jointives. La résistivité du cuivre est  = 1,69.10-8 .m
3.1. Quelle relation existe-t-il entre le nombre de spires N de la bobine, sa longueur l et l’épaisseur e de la
couche de vernis ?
3.2. Montrer que la valeur de la résistance de cette bobine est R = 14,08 .
3.3. Donner la définition de l’inductance L d’un circuit. L’appliquer au calcul de l’inductance de cette
bobine. On donne μ0 = 4π.10-7 S.I
3.4. On réalise un circuit comportant en série, la bobine B, un interrupteur K et un générateur G de f.é.m
E = 6 V et de résistance interne négligeable. A la date t = 0, on ferme l’interrupteur. Soit i l’intensité
instantanée du courant traversant le circuit.
3.4.1. Etablir l’équation différentielle liant i, E, R et L.
t
E
3.4.2. Montrer que la solution de l’équation différentielle est i = R (1 − e−τ ).
3.4.3. En déduire l’intensité limite I0 du courant et le temps au bout duquel, i vaut 90% de cette intensité
limite.

Exercice 2:
On branche en série aux bornes d’un générateur un conducteur ohmique de résistance R = 100Ω et un bobine
d’inductance L et de résistance négligeable.
Les tensions U1 = UCA et U2 = UBA sont appliquées aux bornes d’un oscilloscope à deux voies. On obtient sur
l’écran l’oscillogramme de la figure b.
L’oscilloscope est réglé de façon suivante : base de temps : 1 ms/div. ; voie 1 : 1 V/div. ; voie 2 : 0,5 V/div.
A l’absence de tension, les traces du spot sont confondues avec la ligne horizontale au milieu de l’écran.
1. La tension U1 détectée sur la voie 1 est-elle UCA ou UAC ? Exprimer U1 en fonction de R et i.
dU1
2. La tension U2 détectée sur la voie 2 est-elle UAB ou UBA ? Trouver une relation entre L, R, U2 et
dt
3. La tension U2 détectée est-elle rectangulaire avec deux créneaux de hauteur différente ? Pourquoi cette
tension est-elle négative lorsque U1 croit ?
4. Calculer l’inductance L de la bobine.

1
Exercice 3:
On dispose d'un générateur de tension de f.é.m. E , de deux lampes L1 et L2 identiques , d'une bobine (B)
d'inductance L et de résistance interne r , d'un conducteur ohmique de résistance R réglable , d'un ampèremètre
, d'un voltmètre et d'un interrupteur (K). Les différents dipôles et multimètres sont associés comme l'indique
le schéma de la figure 6. On ajuste la valeur de la résistance R du conducteur ohmique de façon à la rendre
égale à celle de la bobine (B).

A la fermeture de l'interrupteur (K), on constate que la lampe L1 atteint son éclat maximal en retard par rapport
à la lampe L2.
1. Préciser la cause de ce retard et le phénomène mis en évidence.
2. .
2.1. Prévoir ce qu'on peut observer, au niveau des deux lampes, une fois que le régime permanent s’établit.
Justifier.
2.2. En régime permanent, l'ampèremètre indique une intensité de courant I =100mA et le voltmètre une
tension U = 1,2 V. En déduire la valeur de la résistance interne r de la bobine.
3. Dans le but de déterminer l’inductance L de la bobine (B) de résistance supposée nulle, on réalise le circuit
électrique schématisé par la figure 7 comportant un générateur délivrant une tension alternative triangulaire,
un conducteur ohmique de résistance R1=300Ω et la bobine (B). On ferme l’interrupteur K et à l’aide de
l’oscilloscope, on visualise simultanément la tension uAM (t) aux bornes de résistor R1 sur la voie Y1 et la
tension uBM (t)aux bornes de la bobine sur la voie Y2. pour une valeur N1 de la fréquence de la tension
délivrée par le générateur G et en faisant les réglages nécessaires, on obtient les chronogrammes représentés
sur la figure 8 avec :
 sensibilité verticale de la voie Y1: 1 V/div ;
 sensibilité verticale de la voie Y2: 0,2 V/div;
 balayage horizontal : 4 ms/div.
3.1. Identifier, parmi les chronogrammes c1 et c2 celui qui correspond à la tension visualisée sur la voie Y2.
Justifier la réponse.
3.2. Montrer, qu’à tout instant, la bobine est le siège d’un phénomène d’auto-induction électromagnétique.
3.3. Donner les expressions des tensions uAM et uBM en fonction de l’intensité i du courant et des
caractéristiques du dipôle AB.
3.4. Exprimer uBM en fonction de uAM , L et R1.
3.5. Déterminer la valeur de l’inductance L de la bobine

Exercice 4 :
Le montage, représenté sur la figure suivante comporte, montés en série :
- un générateur approprié faisant circuler un courant d’intensité variable i(t) entre P et Q.
- une bobine d’inductance L et résistance r.
- deux conducteur ohmiques de résistance R = 1000Ω.
- un conducteur ohmique de résistance variable R0
1.
di
1.1. Etablir les expressions de uPM et uQM en fonction de l’intensité i et de sa dérivée .
dt
di
1.2. En déduire l’expression u = uPM + uQM en fonction de i et de sa dérivée .
dt
2
2. Montrer qu’il existe une valeur de R0 pour laquelle la courbe observée sur l’écran est la représentation de la
di
fonction L
dt
3. La condition 2 étant réalisée, on mesure avec un ohmmètre la valeur de R 0 = 9 Ω. Les figures ci-dessous
représentant respectivement uQM (t) et u(t) sont observées successivement sur l’écran de l’oscilloscope avec
les réglages suivants :
- sensibilité verticale des deux voies :1 V/division.
- base de temps : 0.2ms /division.
3.1. Calculer la période et la fréquence du courant que fait
circuler le générateur.
L d u QM
Montrer que u = - . Calculer L.
R+ R 0 dt
Exercice 4’ :
On réalise le montage de la figure c ci-dessous avec un générateur supposé idéal de f.é.m. E.
1.
1.1. Quelle tension visualise-t-on sur la voie Y1 et sur la voie Y2 ?
1.2. Lorsque K est ouvert, donner la valeur des tensions uL, uR et uAC.
2. On ferme l’interrupteur K à la date t = 0.
2.1. Exprimer uAB en fonction de R et i.
2.2. Exprimer uBC en fonction de L, r et i puis en fonction de L, R, r et uAB.
2.3. Etablir l’équation différentielle qui traduit l’évolution de i(t).
2.4. La solution de cette équation différentielle est de la forme i(t) = A.e-.t + B. Retrouver l’expression de
i(t) en fonction de r, R, L et E sachant qu’au départ i est nulle. préciser les expressions de A, B et .
3. En déduire l’expression de la valeur I0 de i(t) en régime permanent.
4. On représente sur le graphe de la figure c, la tension aux bornes de la résistance R et la tension aux bornes
du générateur.
4.1. Déterminer à partir du graphe, la valeur de la f.e.m. E du générateur.
4.2. Retrouver la valeur de l’intensité I circulant dans le circuit en régime permanent sachant que la valeur
de la résistance R est R = 50 .
4.3. En déduire la valeur de la résistance r de la bobine.
4.4. Calculer la valeur de l’inductance L.
4.5. Sur le même graphe, tracer l’allure de la courbe
visualisée sur la voie Y2 de l’oscilloscope.

Exercice 5:
Donnée : perméabilité magnétique du vide: o = 4.10-7 S.I. On réalise le circuit comprenant une bobine
d'inductance L et de résistance r = 11 , un résistor de résistance R1 = 100 , un interrupteur, un
ampèremètre et un générateur de tension continue dont la f.é.m est Eo et sa résistance interne est négligeable.
(figure 4)
1. L'interrupteur est fermé, le régime permanent étant établi, l'ampèremètre indique
I = 0,50 A. Avec un teslamètre, on mesure l'intensité du champ magnétique à au centre
de la bobine. On trouve B = 0,31 mT.
La longueur de la bobine est l = 40 cm et son diamètre est d = 5 cm.
Ces dimensions permettent de considérer la bobine comme un solénoïde.
1.1. Représenter sur une figure claire le champ magnétique à au centre du solénoïde
et préciser la nature de ses faces.
1.2. Calculer le nombre de spires N du solénoïde.
2. Le circuit précédent étant maintenu, on remplace le générateur de tension continue
par un générateur basse fréquence délivrant une tension en créneaux (figure 5). Cette
tension périodique varie entre 0 et E1 = 6 V (voir figure 6). On désire suivre l'évolution
de la tension aux bornes du résistor par un oscilloscope à mémoire bicourbe.

3
2.1. Reproduire la figure 5 et indiquer les branchements à réaliser pour visualiser sur l'écran de
l'oscilloscope la tension aux bornes du générateur à la voie A et la tension aux bornes du résistor à la
voie B.
2.2. Etablir l'équation différentielle régissant la variation de l'intensité du
T
courant i lorsque t [0 ; ], T étant la période de la tension délivrée
2
par le générateur.
t
E1
2.3. Vérifier que i = R [1 − e−τ ] est une solution de cette équation où
1 +r

T est une constante que l'on exprimera en fonction de R1, r et L


3.
3.1. Que représente r pour le circuit ? Déterminer à partir du Graphe de la figure 7 sa valeur en explicitant
la méthode utilisée.
3.2. En déduire la valeur de L.
3.3. A partir de cette valeur, vérifier la valeur du nombre de spires N trouvée à la question 3).

Exercice 6 :
On branche en série une pile de force électromotrice E et de résistance interne r, un interrupteur K, une bobine
d’inductance L et de résistance R1 et un conducteur ohmique de résistance R2 = 500 Ω.
Un ordinateur relié au montage par une interface appropriée, permet
d’enregistrer au cours du temps les valeurs des tensions.
1. A l’instant t = 0, on ferme l’interrupteur et on procède à
l’enregistrement. On obtient les courbes y1 = f(t) et y2 = g(t).
1.1. Quelles sont les grandeurs électriques observées sur les
voies A et B ? identifier alors y1 et y2. Justifier la réponse.
1.2. A partir de la courbe représentant la variation de l’intensité i
du courant dans le circuit, expliquer le comportement
électrique de la bobine.
1.3. Donner la valeur de la force électromotrice E de la pile.
2. Lorsque le régime permanent est établi, l’intensité i prend la valeur
Ip tandis que y2 prend la valeur Yp.
2.1. Donner les expressions littérales des tensions uAM, uAB, uBM.
2.2. Montrer, en utilisant les courbes ci-avant que la bobine a une
résistance R1 non nulle.
2.3. Calculer :
2.3.1. L’intensité Ip.
2.3.2. La résistance interne r de la pile.
2.3.3. La résistance R1 de la bobine
3. Le circuit étudié peut être caractérisé par une constante de temps qui permet d’évaluer la durée nécessaire à
L
l’établissement d’un régime permanent dans le circuit. Pour le circuit (R,L), on pose   .
R
3.1. Montrer que τ est bien homogène à un temps.
3.2. Que représente R dans le circuit étudié ? On admet que, si i est l’intensité du courant dans le circuit à
   
 t

un instant t, alors : i  A.1  e     . Montrer que A est égal à Ip


 
4. .
4.1. Donner la valeur de τ ainsi déterminée graphiquement.
4.2. En déduire la valeur de l’inductance L de la bobine et calculer l’énergie emmagasinée celle-ci quand le
régime permanent est établi.

Vous aimerez peut-être aussi