Vous êtes sur la page 1sur 5

République du Cameroun Republic of Cameroon

**** ****
Paix – Travail – Patrie Peace – Work – Fatherland
**** ****
Ministère de l’Enseignement Supérieur Ministry of Higher Education
**** ****
Université de Maroua The University of Maroua
**** B.P. /P.O. Box: 814Maroua ****
FACULTE DES SCIENCES THE FACULTY OF SCIENCES
**** ****

Correction Travaux Dirigés 2022.


Code UE : ETH…: Ethique et éducation à la citoyenneté

I. Définition :

1. Citoyen :

 un citoyen, c'est un partenaire de plusieurs responsabilités communes auxquelles on participe


en s'informant, en informant, en travaillant, en consommant, en produisant ;
 c'est celui qui est capable de reconnaître les valeurs éthiques requises pour la vie en commun,
d'effectuer et d'agir avec la conscience d'appartenir à un corps social organisé.

2. Citoyenneté (chacune de ces propositions est une bonne réponse)

 La citoyenneté, dérive du Latin, civitas, ensemble des citoyens


 La citoyenneté est un statut juridique conférant des droits égaux et des obligations égales
pour tous dans une communauté politique donnée avec la participation au pouvoir, à la
décision et au contrôle.
 La citoyenneté est un ensemble de qualités morales, de devoirs civiques considérés comme
nécessaires à la bonne marche de la cité, lieu où chaque personne doit accepter la règle
commune.

3. Ethique : (chacune de ces propositions est une bonne réponse)

 Etymologiquement le mot "éthique" vient du grec ethikos, moral, de ethos, mœurs ; ce mot
est donc un synonyme d'origine grecque de "morale
 L'éthique est la science de la morale et des mœurs.
 L'éthique peut également être définie comme une réflexion sur les comportements à adopter
pour rendre le monde humainement habitable.

4. Ethique professionnelle :

L'éthique professionnelle couvre le vaste ensemble des questions et phénomènes éthiques qui
sont soulevés par l'exercice concret de fonctions ou métiers particuliers dans l'entreprise :
l'éthique de l'informatique, l'éthique de l'environnement, etc.

Page 1/3
5. Déontologie professionnelle :
La déontologie est l'ensemble des règles ou des devoirs régissant la conduite à tenir pour les
membres d'une profession ou pour les individus chargés d'une fonction dans la société. Qu'elle
soit imposée ou non par la loi, elle constitue la morale d'une profession. C'est le cas par exemple
pour les professions médicales (serment d'Hippocrate), les journalistes (Charte de Munich), les
avocats…

6. Biotechnologie.

La bioéthique est l'étude des problèmes éthiques posés par les avancées en matière de
biologie et de médecine.

7. Droit de l’homme ;

Ce sont des règles qui organisent les rapports entre les hommes, ils permettent un mieux vivre
ensemble, rendent possiblement réalisable la relation entre l'éthique personnelle de chacun et
les lois qui régissent les rapports sociaux ; ce sont donc les valeurs vers lesquels tendent les
volontés humaines.

8. Démocratie ;

C'est un ensemble de valeurs que chaque peuple peut s'approprier, les transformer selon son
génie propre, les adapter: c'est une pratique. C'est un système social, politique, qui restitue
libertés et pouvoirs de décisions l'ensemble des acteurs sociaux, qui reconnaît les décisions
émanant du dialogue institutionnalisé, prônant l'initiative et l'exemplarité c'est-à-dire mettre en
pratique la théorie en somme l'action.

9. Paix.

C'est plus que l'absence de guerre, c'est une situation où les conflits sont réglés par la non-
violence; elle est liée aux droits de l'homme et à la démocratie; c'est la résultante d'un ensemble
de conduites démocratiques inspirées de droits humains; elle naît du respect de droits humains,
du développement, du respect de l'environnement.

II. Différence entre les notions suivantes(01 point x 5 = 5 points)

1. Ethique et morale ;
 Les termes "éthique" et "morale" ont des sens proches et sont souvent
confondus. L'éthique est plutôt la science et l'étude de la morale.

Page 2/3
 La différence entre les deux notions réside dans le fait que la morale est liée
à la contrainte personnelle des individus, tandis que l’éthique se réfère aux
principes de base de l’acte juste et aux règles de conduite.
 La morale est régie par des valeurs relatives comme le bien le mal la justice…
et varient selon les individus, les sociétés alors que l’éthique est la définition
des comportements acceptables ou non à travers un raisonnement.
Il faut faire la différence entre la morale, qui renvoie aux mœurs telles qu'elles sont
pratiquées (connotation pratique) et la notion d'éthique, qui est le souci de fonder une
morale, ce qui fait plutôt référence à la théorie, aux règles et aux principes.
Ethique est donc la science de la morale ou un ensemble de principes moraux qui sont
à la base du comportement d’un individu.

2. Ethique et droit ;

L’éthique et la morale se distinguent du droit positif en ceci que leurs


recommandations ne sont pas nécessairement incarnées dans des lois.

3. Déontologie médicale et bioéthique

La bioéthique se distingue de la déontologie médicale classique, en ce que celle-ci


constitue davantage un code éthique fondé par les médecins pour les médecins. La
bioéthique, au contraire, fait intervenir une pluralité d'acteurs et de disciplines (outre
les médecins, biologistes et généticiens, les philosophes, juristes, sociologues,
théologiens, etc.).

4. Citoyenneté et droits de l’homme.

Alors que la citoyenneté fait nécessairement référence à la communauté politique


d’appartenance, les droits de l’homme s’imposent comme la référence la plus
universelle avec laquelle les droits particuliers de chacune de ces communautés ne
doivent pas être en contradiction.

5. Morale objectiviste et morale relativiste ;

On distingue en général deux grandes conceptions de la morale :


Objectiviste. Les lois morales ne dépendent pas de l'homme mais des lois de la nature,
de "commandements divins" ou des lois de la raison. Elles ont un caractère universel,
éternel, absolu, normatif. Elles ne peuvent être ni changées, ni supprimées.

Page 3/3
Relativiste. Les valeurs morales ont une origine humaine. Elles sont définies par la
société ou par l'individu lui-même et varient donc d'une société à une autre.

6. Quel est la différence entre un code de déontologie et un code d'éthique ?

Le code d'éthique peut se définir comme « un texte énonçant les valeurs et les
principes à connotation morale ou civique auxquels adhère un organisme de
bienfaisance pour l'aider à juger de la justesse de ses actions. » Plus précisément,
le code d'éthique est un outil qui est principalement défini par la dimension.
Le code de déontologie est un document ou ensemble de documents qui régit
une profession dans son intégralité sur les attitudes et comportements adéquats. Elle
vise donc à déterminer les agissements inacceptables dans l'exercice de la profession
en question.
L'éthique ne se résume pas à la conformité à un ensemble de normes : elle
comprend un ensemble de valeurs et fait donc référence à la culture
organisationnelle. En revanche, le code de déontologie fait plutôt référence à la
culture d'une profession.

III. Dans quel domaine l'éthique des affaires est-elle appliquée?


(Chacune des réponses suivantes est juste).(

Le domaine de l'éthique des affaires a un recouvrement avec la philosophie des affaires,


dont l'un des objectifs est d'identifier les finalités fondamentales d'une entreprise.

 Responsabilité sociale des entreprises : un terme générique sous lequel on débat


des droits et devoirs éthiques entre les entreprises et la société civile.
 Les questions relatives aux droits et devoirs moraux entre une entreprise et
ses actionnaires .
 Les questions éthiques relatives aux relations entre plusieurs entreprises ;
 Les questions de modes de fonctionnement et de direction : gouvernance d'entreprise.
 Le financement illégal de parti politique ou d'élection politique, par les entreprises.
 L'évolution de la loi ;
 L'instrumentalisation de codes éthiques d'entreprise comme pure façade à visée
marketing ;
 Les cas de crimes ou abus dont l'auteur est en réalité une entreprise .

IV. A quelles questions répond la réflexion éthique :

1. Au niveau le plus général, la réflexion éthique porte sur les conceptions du bien,
du juste et de l’accomplissement humain et répond alors à des questions comme
:
 qu’est-ce qui est le plus important dans la vie?

Page 4/3
 que voulons-nous accomplir?
 quels types de rapports voulons-nous entretenir avec les autres?
2. Au niveau particulier, sur les cas embarrassants et les dilemmes, elle répond aux
questions :
 Quelle est la valeur la plus importante dans cette situation?
 quelle est la meilleure décision éthique dans ces circonstances?

V. QCM (répondre par vrai ou faux)

1. vrai
2. vrai
3. faux
4. faux
5. faux

Page 5/3

Vous aimerez peut-être aussi