Vous êtes sur la page 1sur 52

CGS-2009

Séminaire N°3:

LES ESSAIS EN GEOTECHNIQUE

Thème:

Essais en laboratoire
(essais d’identification, essais
mécaniques …).

„ Par M. AKCHICHE
„ FGC/ USTHB
„ makchiche@usthb.dz

„ Date : 19, 20 et 21 Avril


A. La géotechnique: Pourquoi?
„ - Les terrains naturels sont composés de grains solides, de vide
et d'eau. Leurs caractéristiques sont souvent variables. Leurs
comportements évoluent dans le temps et dépendent de
l'ouvrage qui les sollicite (bâtiments, ponts, pylônes, barrages,
tunnels...).

- L'étude de leurs propriétés en termes de comportement


mécanique et hydraulique est complexe et nécessite l’expérience
de l’ingénieur geotechnicien et de techniciens hautement qualifiés
en géotechnique.
B. Peut-on construire sur ce terrain ?
On ne peut raisonnablement répondre aussitôt à cette question.
Il est préférable d’adopter une approche jalonnée par des questions
successives :
- Que va-t-on construire ?
Un barrage, une digue, une route, une piste, un mur de clôture,
une maison ou un bâtiment à étage.

- Où va-t-on construire? En région sèche ou pluvieuse ?


- Comment va-t-on construire ?
„ Il est ici question de choisir un type de fondation au sens large
compte tenu des charges à supporter, des propriétés mécaniques du
sol d’appui, du niveau de la nappe phréatique, etc..

„ En particulier, on doit pouvoir prévoir l’amplitude des tassements


et vérifier qu’ils sont compatibles avec le bon fonctionnement de
l’ouvrage.
C. En Algérie qu’impose la réglementation ?

En Algérie, la réglementation impose une


étude de sol pour tout projet public ou privé. La
contenance de cette étude est fixée en commun
accord entre le bureau chargé de l’étude et/ou
le maître de l’œuvre et le laboratoire chargé de
l’étude de sol. (D.T.R.B.C.2.32)
D. Facteurs influençant le choix du type de
fondation
„ De quelles informations a-t-on besoin lors de l’élaboration d’un
projet de fondations ?
Cartographie
− cartes topographiques
− cartes géologiques et géotechniques
− cadastre de surface (et souterrain)
− photos aériennes etc.

Documents
I . Etudes géotechniques − Sondages existants
préliminaires - Etudes géotechniques existantes
- Renseignements sur les fondations
et l’exécution des bâtiments voisins

Enquête in situ ”
− affleurements
− végétation
− interrogation des voisins
Lever les incertitudes par une investigation
géotechnique complémentaire:
Résistance, Déformabilité, Tassements
totaux et différentiels, Perméabilité des
couches ...Etc.

II. Campagne de Carte et profil géologique et hydro-


reconnaissance géologique détaillés

Classification qualitative et quantitative


des sols in situ

Remarques:
- La compréhension de l’influence géologique pendant la
planification des projets de l’ingénierie (préliminaires),
peut au bout du compte, mener dans beaucoup de cas
aux solutions plus économiques.
- Exemple de Pré-investigation ingénieur-géologique pour
différents types d’ouvrage
Type d’ouvrage Pré-investigation

Bâtiments Choix du site, portance et caractéristiques de tassements du sol

Choix du site, stabilité et caractéristiques de tassements des zones


Ponts
des soutiens et des culées
Position du tracé (situation à flanc de coteau ou de vallée),
Voirie caractéristiques de tassements, stabilité de talus naturels et
artificiels
Choix de la section d’arrêt, capacité de charge du sous-sol dans les
Barrages directions décisives, stabilité des aboutement de roche, étanchéité
du réservoir et du barrage
Choix de tracé et de site, prédiction géologique, caractéristiques
Tunnels, Galeries, Puits,
des différents types de roches en excavant une cavité, régime des
Cavernes
eaux, température

Activité d’érosion, entraves d’érosion, formation de sédiments,


Construction fluviale
stabilité de talus de rivage, traînage des matières solides

Construction marine et Questions d’érosion, de sédimentation de matières en suspension


portuaire et de fondation
Construction de Choix du site, étanchéité de la barrière géologique, régime des
décharges eaux, caractéristiques de tassements du sol
E. Domaine d'application

„ • Les fondations des ouvrages : bâtiments, ponts, usines,


„ • Les ouvrages de soutènement,
„ • La stabilité des pentes naturelles et des talus,
„ • Les terrassements : routes, autoroutes, voies ferrées...
„ • Les V.R.D. et chaussées
„ • Les tunnels et travaux souterrains
„ • Les barrages et notamment digues et barrages en terre
„ • Les ouvrages fluviaux, portuaires et maritimes
„ • L'hydrogéologie et la protection de l'environnement
F. Domaine d'intervention du géotechnicien
L'intervention du géotechnicien est nécessaire à tous
les stades d'élaboration d'un projet et de la réalisation
des travaux :

„• Etude d'impact, d'environnement et de pollution


„• Recherche et choix d'un site
„• Avant-projet et mise au point du projet
„• Assistance technique à la maîtrise d’œuvre
„• Contrôle des travaux liés au terrain
„• Auscultation des ouvrages
„• Diagnostic sur les désordres ou les sinistres
d'ouvrages
G. Comportement des terrains in situ

„ Comportement des sables → dépend de l'état de


compacité
„ Comportement des argiles → dépend de la quantité
d'eau
„ Comportement des sols grenus → dépend du
squelette solide, peu importe l'état d'humidité →
importance de la dimension des grains et de leur état
de compacité
H. Influence du comportement du sol

Après une catastrophe, les ingénieurs ont constaté


que:
• Des bâtiments respectant les normes de
constructions étaient quand même tombés,
• Le problème ne viendrait pas de la structure de
l’ouvrage, mais plutôt du sol.

DONC
• L’étude des ouvrages demande la maîtrise du comportement du
sol.
• Nécessité d’adapter les campagnes de reconnaissance a
l’ouvrage projeté.
I. Essais de laboratoire en mécanique
des sols

Cette liste non-exhaustive est donnée à titre


indicatif. Elle comprend seulement les
principaux essais de caractérisation des sols
I. Identification des
sols
„ -1/ Masse volumique des sols fin (NF P 94-053)
„ -2/ Masse volumique des particules solides ( NF P 94-054)
„ -3/ Teneur en eau – Méthode par étuvage (NF P 94-050)
„ -4/ Analyse granulométrique
– -5.1/ Par tamisage après lavage (NF P 94-056)
– -5.1/ Par sédimentométrie (NF P 94-057)
„ -5/ Matières organiques
• -5.1/ par calcination (XP P 94-047),
• -5.1/ par la méthode chimique (NF P 94-055)
„ -6/ Limites d’Atterberg
• -6.1/ Limite de liquidité a la coupelle (NF P 94-051)
• -6.2/ Méthode du cône de pénétration (NF P 94-052.1)
„ -7/ Essai d'équivalent de sable (P 18-597)
„ -8/ Limite de retrait
– -8.1/ Sur échantillon remanié (NF P 94-060-1)
– -8.2/ Sur échantillon intact (NF P 94-060-2)
„ -9/ Mesure de la quantité et de l’activité de la fraction argileuse- valeur
„ de bleu de méthylène d’un sol par l’essai de la tache (NF P 94-068)
„ -10/ Essais Proctor ou Essais Proctor Modifié (NF P 94-093)
„ -11/ Essais CBR (NF P 94-078)
„ -12/ Analyse minéralogique (Diffraction des rayons X)
II. Essais chimiques sur les sols et l'eau
souterraine

„ -1/ La teneur en matières organiques d’un sol (NF P 94 - 055)


„ -2/ La teneur en carbonates : Méthode du calcimètre (NF P 94-048)
„ -3/ La teneur en sulfates,
„ -4/ La valeur du pH (acidité ou alcalinité)
„ -5/ La teneur en chlorures
III. Essais mécaniques

„ -1/ Compression simple (NF P 94-077)


„ -2/ Essai de cisaillement direct ((NF P 94 –071-1)
„ -3/ Essai de cisaillement alterné (NF P 94 –071-2)
„ -4/ Compression au triaxiale de révolution (UU, CU, CD)
„ (NF P 94-074)
„ -5/ Scissomètre de laboratoire (NF P 94-072)
„ -6/ Essai oedométrique

IV. Essai de perméabilité


I. Identification des
sols
I.1. Masse volumique des sols fin (NF P 94-053)
La détermination de la masse de l’échantillon est obtenue par pesage
et pour mesurer le volume en utilise la méthode par pesées
hydrostatiques.
La masse volumique des sols fin utilisé avec:
- La teneur en eau (NF P 94-050)
Et
- la masse volumique des particules solides (NF P 94-054)

Permet de déterminer:
-L’indicedes vides,
-La porosité,
-Le degré de saturation,
-La masse volumique du sol sec
I.2. Masse volumique des particules solides ( NF P 94-054)

Cette analyse est réalisée par la méthode du pycnomètre à eau,


concernant les sols dont les particules sont inférieures à 2 mm.

Permet de déterminer:
-L’indicedes vides,
-La porosité,
-Le degré de saturation,
-La masse volumique du sol sec
I.3. Teneur en eau – Méthode par étuvage (NF P 94-050)

La perte d’eau d’un échantillon de sol est provoquée par étuvage à


105°. Les masses de l’échantillon et de l’eau évaporée sont mesurées
par pesage.

Permet de déterminer:
-L’indicedes vides,
-La porosité,
-Le degré de saturation,
-La masse volumique du sol sec,
-D’apprécier la consistance d’un sol.
I.4. Analyse granulométrique
– - I.4.1/ Par tamisage après lavage (NF P 94-056)
–(particules ne passant pas au tamis de 80 µm)
– - I.4.2/ Par sédimentométrie (NF P 94-057)
–(particules passant au tamis de 80 µm)
Identification des sols menant à la classification géotechnique des sols c'est-à-
dire de les mettre dans un groupe ayant des comportements similaires.

Permet de déterminer:

- Les proportions pondérales des grains de différentes tailles dans le sol,


- L’identification (pulvérulent ou cohérent).
- En peut prévoir les propriétés (perméabilité, l’amplitude au tassement, etc.)
Exemple:
I.5. Matières organiques
– - I.5.1/ par calcination (XP P 94-047)
S'applique à la détermination de la teneur massique en matières
organiques de la fraction granulométrique inférieure ou égale à 2
mm d'un échantillon de sol.
Un échantillon est maintenue pendant au moins 3 h dans un
four dont la température est comprise entre 450 °C et 500 °C.
–- I.5.2/ par la méthode chimique (NF P 94-055)

L’essai consiste à déterminer, par un procédé chimique, la


teneur en carbone d’un échantillon de sol. Il est fonction du
procédé d’oxydation.

Permet de déterminer:
I.6. - Limites d’Atterberg
• -I.6.1/ Limite de liquidité a la coupelle (NF P 94-051)
• -I.6.2/ Méthode du cône de pénétration (NF P 94-052.1)

En général, la méthode d’enfoncement d'un cône est préférée à la


méthode de Casagrande. En particulier, la méthode du cône donne des
résultats plus fiables pour les sols à faible plasticité.
Permet de déterminer:

état liquide état plastique


- pas de capacité portante - fortes déformations
- déformations plastiques
état solide (avec retrait) état solide (sans retrait)
- déformations élastiques - pas de changement de
volume avec la baisse de w
Détermination de la Limite de liquidité wL
Détermination de la Limite de plasticité wp

cylindre de 3mm de diamètre se brisant en tronçons de 10 à 20mm


Indice de plasticité Ip

classification du sol suivant Ip et WL


Indice de consistance Ic
Exemple d’essai:

Limite de Limite de
Couche Profondeur (m)
liquidité (%) plasticité (%)

1 1,2 30 21

2 2,2 28 22

3 3,5 26 20

4 4,9 30 21

Ceci permet d’avoir une classification grossière des sols.

- Les échantillons prélevés à 1,2 et 4,9 m présentent les mêmes limites


de plasticité et peuvent être classifiés comme des sols argileux peu à
moyennement plastiques.
- Les échantillons prélevés à 2,2 et 3,5 m de profondeur se situent dans
la tranche d’indice de plasticité entre 4 et 7 %, correspondant aux limons
argileux peu plastiques.

Ceci confirme l’identification visuelle et manuelle faite sur place.


I.7. - Essai d'équivalent de sable (P 18-597)

L’essai permettant de mesurer la propreté d’un sable.


C’est Évaluer la proportion relative d'éléments fins dans un sable 0-2 mm.
„I-8/ Limite de retrait
– I-8.1/ Sur échantillon remanié (NF P 94-060-1)
– I-8.2/ Sur échantillon intact (NF P 94-060-2)

Limite de retrait sur échantillon intact

1: socle, 2: embase, 3: comparateur


Phase 1 : Phase 2 : Phase 3 :
- Départ de l ’eau et Apparition de l’air Les grains entrent en
rapprochement des grains contact

Le retrait est responsable des pathologies sur les constructions et


il ne peut être empêché.
„I-9/ Mesure de la quantité et de l’activité de la fraction argileuse-
valeur de bleu de méthylène d’un sol par l’essai de la tache (NF P 94-
068)

Cet essai exprime globalement la quantité et la qualité de l’argile contenue dans un sol.
„I-10/ Essais Proctor ou Essais Proctor Modifié (NF P 94-093)
Le compactage est l’ensemble des mesures prises pour augmenter la densité apparente sèche
du sol traité. Ce qui conduit à réduire son volume apparent (par diminution de l’indice des
vides).

Permet de déterminer:
- La compacité : la suppression ou du moins la limitation des tassements.
- La diminution de la perméabilité de la couche traitée,
- L’amélioration des caractéristiques mécaniques qui en résultent généralement : portance
et module de déformation, résistance à la compression et au poinçonnement, résistance au
cisaillement.

Remarque:
Pour les sols fins, une réserve s’impose, une augmentation de compacité pouvant à
des teneurs en eau élevées, entraîner une diminution brusque de la portance et du
module de déformation.
„I-11/ Essais CBR (NF P 94-078)

A pour But de déterminer un indice permettant de calculer grâce à des abaques


l’épaisseur des couches de fondation d’une route nécessaires à la constitution d’une
chaussée en fonction du sol sous-jacent, du trafic et des charges par essieu prévues
et des conditions hydriques futures que subira cette route. Il est déterminé pour des
sols à vocation routière de manière purement empirique.
II. Essais chimiques sur les sols
Bien que la composition chimique détaillée du sol soit peu intéressante pour les
besoins du génie civil, la présence de certains composants chimiques dans le sol
peut être très importante.
Les essais chimiques courants dans un laboratoire de géotechnique se limitent en
général à la détermination :

II-1/ La teneur en carbonates: Méthode du calcimètre (NF P 94-048)

La détermination de la teneur en carbonates sert à classer les sols et roches


carbonatées naturels ou à indiquer le degré de cimentation.

Du point de vu mécanique mécanique, elle est un bon indice de la résistance du


sol, et de la sensibilité à l’eau.

„II-3/ La teneur en sulfates,

L'essai a pour but de déterminer la teneur en sulfates, qui sert d’indice de l'effet
néfaste éventuel du sol sur l'acier et le béton.
„II-4/ La valeur du pH (acidité ou alcalinité)

„II-5/ La teneur en chlorures

Pour évaluer la salinité de l'eau interstitielle ou du sol. Les résultats fournissent un


indice de l'effet éventuel de l'eau souterraine sur le béton, l'acier, d'autres
matériaux et les sols.

III. Essais mécaniques

III-1/ Compression simple (uniaxial) (NF P 94-077)

Pour déterminer la résistance à la compression simple: σc pour la teneur en eau de


l’échantillon tester.
„III.2. Essai de cisaillement direct ((NF P 94 –071-1)

- Rectiligne de Casagrande a pour but la détermination des caractéristiques de


plasticité C et ϕ.

Remarque:
Avantages et inconvénients de l'essai de cisaillement direct
- Avantages
• simple
• rapide
• économique

- Inconvénients
• pas de maîtrise des conditions de drainage
„III-3/ Essai de cisaillement alterné (NF P 94 –071-2)
L’essai pour déterminer la résistance au cisaillement résiduelle dans des
conditions drainées sur tous les sols fins.

Conditions de drainage
pendant le
avant le cisaillement symbole
cisaillement
consolidé drainé CD

consolidé non drainé CU

non consolidé non drainé UU

Les résultats sont groupés comme suites :


Drainage des échantillons Æ lié aux deux types de comportement des sols

Comportement des sols

non drainé drainé

- pas d'évacuation d'eau - l'eau interstitielle est partie


- contraintes totales - le squelette granulaire reprend la
- l'eau reprend une partie des totalité des charges
contraintes - contraintes effectives
- comportement peu de temps après - comportement longtemps après
l'application des charges l'application des charges

comportement à court terme comportement à long terme


Détermination de C et de ϕ
„III. 4/ Compression au triaxiale de révolution (UU, CU, CD) (NF P 94-074)

Il existe 3 types d’essais triaxiaux, à choisir en fonction du chantier et des données


nécessaires à l’étude géotechnique :

- l’essai non consolidé non drainé (UU) afin de déterminer des caractéristiques à
court terme,
- l’essai consolidé non drainé avec mesure de la pression interstitielle (CU) afin
de déterminer des caractéristiques à long terme,
- l’essai consolidé drainé (CD), cet essai sensiblement identique à l’essai (CU)
reproduit parfaitement les conditions géostatiques du sol in situ et assure un
contrôle de comportement du sol de manière plus satisfaisante.
III.6/ Essai oedométrique

- - Standard (XP P 94 – 090-1)


- - Essai de fluage (XP P 94 – 090-2)
- - Essai à déformation quasi nulle (XP P 94 – 090-3)
- - Essai à drainage radial (XP P 94 – 090-3)
- Essai de gonflement par l’oedomètre (XP P 94 – 091)

Permet de déterminer:

- COMPRESSIBILITE - La détermination de la charge limite qui provoque la


- CONSOLIDATION rupture,
- GONFLEMENT - L’estimation des tassements provoqués par un
-CALCUL DES TASSEMENTS chargement donné.
exemple de consolidation
Exemple:

Déterminer la pression de
gonflement σg et l'indice de
gonflement Cg a l’essai
l’oedométrique.
IV. Essai de
perméabilité
A charge constante A charge variable

L'essai a pour but de déterminer le coefficient de perméabilité (ou conductivité


hydraulique) correspondant à l’écoulement de l’eau à travers un sol saturé d'eau.
Exemple de résultat perméabilité d’un sol:

Perméamètre à charge constante pour des : k > 10 −5 cm / s


PERMEABILITE DU
SOL
Perméamètre à charge variable pour des : k < 10 −5 cm / s
J/ Résultats attendus d’une étude
géotechnique
L’étude géotechnique doit permettre de :

• • Définir les méthodes et moyens pour effectuer les différents


• terrassements,
• • Définir les caractéristiques du sol au droit des ouvrages.
• • Définir les principes de mode de fondation pouvant être adopté.
• • Définir la possibilité de réutilisation de certains ouvrages en bassin
• tampon,
• Définir le traitement d’un mouvement de terrain déclaré,
• Définir et prévenir les mouvements lors de projets d’aménagement.
• Définir les ouvrages de soutènement,
• Définir la stabilité des pentes naturelles et des talus,
• Définir les terrassements: routes, autoroutes, voies ferrées...
• Définir les V.R.D. et chaussées,
• Définir les tunnels et travaux souterrains,
• Définir les barrages et notamment digues et barrages en terre,
• Définir les ouvrages fluviaux, portuaires et maritimes,
• Définir l'hydrogéologie et la protection de l'environnement,
L'intervention du géotechnicien est nécessaire à tous les stades d'élaboration
d'un projet et de la réalisation des travaux:
- Etude d'impact, d'environnement et de pollution,
- Recherche et choix d'un site,
- Avant-projet et mise au point du projet,
- Assistance technique à la maîtrise d'œuvre,
- Contrôle des travaux liés au terrain,
- Auscultation des ouvrages,
- Diagnostic sur les désordres ou les sinistres d'ouvrages,
•K. Ce que les études géotechniques
• permettent
- - La détermination du phasage de construction et du phasage général de
l’opération (intimement liés).
- Une approche critique de l’analyse,
- Recommandations par la détermination (le calcul) des différents éléments
des fondations:
- le rapport doit fournir les éléments de calcul (pression limite,
pression de fluage, module, etc.),
- Attention: le calcul de pieux ou de semelles dans les rapports est
plus dangereux qu’utile, car les paramètres de la structure sont
inconnus par l’ingénieur géotechnicien

L. Points à retenir
- Le BET de l’entreprise (études d’exécution) est responsable de
l’interprétation du rapport fourni (à titre indicatif),

- Les principales sujétions géotechniques (essais de laboratoire et in situ) à


prendre en compte pour l’élaboration du projet résident sur le compte tenu
du contexte géologique obtenu et sur l’importance du projet.
FIN

Vous aimerez peut-être aussi