Vous êtes sur la page 1sur 32

FEDERATION EUROPEENNE DES ECOLES

EUROPEAN FEDERATION OF SCHOOLS


EUROPÄISCHER SCHULVERBAND
FEDERAZIONE EUROPEA DELLE SCUOLE
FEDERACION EUROPEA DE CENTROS DOCENTES

Organisation Non Gouvernementale dotée du statut participatif auprès du Conseil de l’Europe


NGO enjoying participatory status with the Council of Europe

TECHNIQUES PROFESSIONNELLES

Niveau +3

MANAGEMENT ET GESTION DES PME

L’utilisation de la calculatrice est autorisée

Type d’épreuve : Etude de cas

Durée : 6 heures

Session : Juin 2007

© Fédération Européenne Des Ecoles – European Federation of Schools – Juin 2007


Etude de cas DEESGEST – Sujet
DEESGEST – ETUDE DE CAS

SOMMAIRE

PROBLEMATIQUE

QUESTIONS

ANNEXES

- Annexe 1 : Extraits des statuts


- Annexe 2a : Situation géographique et touristique de Gréoux-les-Bains
- Annexe 2b : Ville de Gréoux-les-Bains - Hébergement touristique
- Annexe 2c : Ville de Gréoux-les-Bains - Démographie Gréoux-les-Bains
- Annexe 2d : Ville de Gréoux-les-Bains - Activité et chômage
- Annexe 2e : Des communes touristiques bien équipées mais qui ne desservent
qu’elles-mêmes.
- Annexe 3 : Qu’est-ce que le savon ?
- Annexe 4 : Budget prévisionnel des investissements de la création
- Annexe 5 : Le marché du savon
- Annexe 6 : Dépliant publicitaire, format A5 réduit
- Annexe 7a : Détermination du chiffre d’affaires prévisionnel 2006
- Annexe 7b : Compte de résultat prévisionnel 2006 sur 7 mois d’activité
- Annexe 8 : Bilan réalisé au 31/12/2006
- Annexe 9 : Compte de résultat réalisé au 31/12/2006
- Annexe 10 : Inventaire
- Annexe 11 : Evolution des créations et des défaillances d’entreprises
- Annexe 12 : Rapport annuel d’Oseo sur l’évolution des PME
- Annexe 13 : Démographie d’entreprises
- Annexe 14 : Typologie des compétences du dirigeant
- Annexe 15 : Extraits de « Comment maintenir votre entreprise en bonne santé ? »

© Fédération Européenne Des Ecoles – European Federation of Schools – Juin 2007 2/32
Etude de cas DEESGEST – Sujet
ETUDE DE CAS « L’ILÔT SAVON »

La société Savy’s Sarl a pour objet la fabrication, la distribution auprès des détaillants et
revendeurs et la vente directe « grand public » en boutique, de savons artisanaux. Le nom
commercial, invitant au voyage vers les contrées lointaines recelant des parfums enivrants, est
« l’Ilôt Savon ». (Voir en annexe 1).

Créée en avril 2006, c’est une jeune société qui a clôturé son 1er exercice comptable de 7
mois, le 31/12/2006. La boutique fut ouverte au public le 1/06/06 et démarra son activité en ne
proposant que 7 parfums différents. Ses créateurs, tous deux associés dans l’affaire et ne
souhaitant pas ouvrir le capital à d’autres partenaires, Pierre et Caroline, ont été séduits par
cette activité …odorante. Venus de mondes professionnels très éloignés de cet artisanat, ils ont
suivi des stages chez un savonnier de la Drôme et mûri leur projet pendant un an. Tous deux
titulaires d’un baccalauréat et détenteurs d’une expérience professionnelle aussi variée que
dense, ils semblaient bien armés pour se lancer dans l’aventure de la création d’entreprise.
Pierre a 60 ans et Caroline, 51 ans. Cette dernière, gérante statutaire, était d’ailleurs au
chômage depuis 2 ans et a pu bénéficier de ce fait, de « l’Aide à la Création et la Reprise d’une
Entreprise » (ACCRE). Celle-ci se traduit par une exonération des cotisations sociales pour le
créateur d’entreprise pendant la 1ère année d’existence de l’entreprise.

Tentés par le Sud de la France, ils ont installé au printemps 2006 leur atelier et leur toute
petite boutique à Gréoux-les-Bains. Cette ville thermale est typique des Alpes de Haute
Provence : Aux nombreux touristes classiques des beaux jours s’ajoutent les curistes de début
avril à fin octobre. (Voir annexe 2a). L’activité estivale est donc soutenue. En revanche,
Gréoux-les-Bains s’installe dans un quasi-sommeil de début novembre à fin mars… La
commune de Gréoux fait partie du Parc Naturel Régional du Verdon et « l’espace à dominante
rurale couvre encore plus de la moitié du territoire régional » (Source : Sud Insee, l’essentiel -
n° 54). La ville de Gréoux présente un petit centre médiéval aux rues étroites et pentues. C’est
un bourg qui ne peut rivaliser avec les villes considérées comme « pôles de services » : Gap,
Digne-les-Bains, Manosque, Apt, Pertuis, Carpentras et Draguignan. Reportez-vous en annexes
2b, 2c, 2d, 2e pour évaluer Gréoux-les-Bains et sa région.

Fabriquer du savon est assez facile. A condition d’acheter la matière première (1) : les
bondillons de savon d’origine entièrement végétale. (Voir annexe 3). La société Savy’s a fait le
choix de bondillons fabriqués à base d’huile de coprah. Ces bondillons sont codifiés, certifiés.
Il suffit d’ajouter du beurre de karité (3%), des huiles essentielles (l’hydrolat), du colorant
alimentaire. Et le tour est joué ! Pour ces dernières manipulations, l’investissement est réduit :
une balance de joaillier !
Mais en revanche, il faut malaxer les bondillons en les chauffant avant de rajouter le
beurre de karité adoucissant, l’hydrolat et le colorant choisi puis les passer dans une extrudeuse
et les couper au fil à couper le beurre.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
(1) Fabriquer la base du savon demande une véritable installation industrielle chimique qui est soumise à des normes très
strictes, notamment en matière de protection de l’environnement. En particulier, il est nécessaire d’avoir une station
d’épuration. En effet, on distingue, parmi les différents procédés employés, pour la fabrication du savon, ceux qui s 'opèrent de
manière continue et ceux qui s'opèrent de manière discontinue.
Toutefois, quelle que soit la technique mise en œuvre, les graisses subissent une purification et une décoloration, puis elles sont
traitées à chaud avec une lessive alcaline contenant de la soude ou de la potasse : c'est la saponification, au cours de laquelle
des glycérides présentes dans les graisses sont attaqués par la soude et se décomposent pour donner des sels d'acides gras et de
la glycérine. La glycérine est ensuite séparée du savon et ce dernier est purifié.

© Fédération Européenne Des Ecoles – European Federation of Schools – Juin 2007 3/32
Etude de cas DEESGEST – Sujet
Vous trouverez en annexe 4 le détail des matériels nécessaires. Il leur a fallu emprunter
21 000 € à la banque, répartis de la façon suivante :
- 12 000 € à 4,50% sur 60 mois à la Banque Populaire. Pierre et Caroline se sont
portés caution sur ce prêt ;
- 3 000 € à taux 0 sur 24 mois auprès d’un organisme régional HPI (Haute Provence
Initiative) ;
- 6 000 € à 5,57% sur 54 mois auprès de OSEO Banque, dont le but est d’aider à la
création d’entreprise.

Oseo est un organisme présent dans toutes les régions françaises. Laissons-le se
présenter…
« Qui sommes-nous ?
Nous avons pour mission de financer et d'accompagner les PME, en partenariat avec les
banques et les organismes de capital-investissement, dans les phases les plus décisives du cycle
de vie des entreprises.
Nos métiers :
OSEO intervient dans trois domaines principaux :
 Le soutien à l’innovation
 Le financement des investissements et du cycle d'exploitation, en partenariat avec les
établissements bancaires
 La garantie des financements bancaires et des interventions en fonds propres ».
(Source : www.oseo.fr)

Pierre et Caroline aiment créer de nouveaux savons et choisissent avec soin les huiles
essentielles à intégrer dans leurs bondillons. D’ailleurs, ils achètent les huiles essentielles à un
fabricant local. Les colorants jouent également un rôle fondamental. La couleur est
indissociable du parfum et fait vendre. Chaque savon est estampillé et chaque lot est répertorié.

Leur production est soignée. Les savons sont crémeux et colorés. Les clients de la
boutique touchent, sentent, retouchent et achètent. Modestement toutefois. Le panier moyen est
de 10 € TTC. Le taux de TVA est de 19,60%. Le prix unitaire TTC d’un savon est de 2,50 €.
Mais les clients profitent souvent de l’offre commerciale permanente d’un lot de 5 savons pour
10 € TTC. Ils s’intéressent peu aux produits de bains et autres produits savonniers que la
société Savy’s ne fabrique pas. Cependant les savons thématiques saisonniers (Père Noël et ses
rennes en décembre, par exemple ou savons en forme de cœur à la Saint Valentin), au prix
unitaire majoré de 10 à 15% en moyenne, remportent du succès. Toutefois, les quantités
vendues ne sont pas encore significatives. La boutique est exiguë et bien que très jolie, ne
libère pas assez de surface de flânerie pour les clients et pas assez de rayonnages pour exposer
les produits. Elle est située dans le vieux Gréoux, dans une rue piétonne assez difficile d’accès.
La société Savy’s vend à quelques hôtels et restaurants des savons « invités ». Ils
viennent de signer un accord avec 2 clients distributeurs assez intéressants par les quantités
négociées en Allemagne et en Suisse. Mais qu’en est-il du marché ? Vous trouverez quelques
éléments en annexe 5.

Le calcul du chiffre d’affaires prévisionnel faisait état de vente sur les marchés, de ventes
aux distributeurs et aux boutiques revendeurs et de ventes de savons publicitaires. Or l’Ilôt
Savon ne fut présent que sur 2 marchés, celui d’Halloween dans une localité voisine et le
marché de Noël à Gréoux, alors vidé de ses curistes.

© Fédération Européenne Des Ecoles – European Federation of Schools – Juin 2007 4/32
Etude de cas DEESGEST – Sujet
Le budget communication fut réduit à sa plus simple expression : Des dépliants de format
A5, distribués dans Gréoux-les-Bains de façon traditionnelle : Pare-brise de voitures en
stationnement, commerçants, office de tourisme…. (Voir en annexe 6). Par ailleurs, il n’y a pas
de catalogue à donner aux éventuels distributeurs et Pierre et Caroline n’ont pas participé aux
salons professionnels du savon.

La société Savy’s a déposé la marque « L’Ilôt Savon » auprès de l’INPI dès sa création.

Elle entame le 6ème mois de son deuxième exercice et le résultat de 2006 que l’expert-
comptable vient de confirmer à Pierre et Caroline a cassé partiellement leur moral et leur
dynamisme. Ils ont déjà beaucoup travaillé et se sont beaucoup investis sur la partie fabrication
de leurs savons. Toute création est chronophage et laisse peu de temps à la réflexion dès que la
fabrication a commencé.

L’heure est dans un premier au constat et à l’analyse puis au choix d’actions et à leur
mise en place …. Vous aidez Pierre et Caroline à se poser les bonnes questions et à trouver les
bonnes réponses !

© Fédération Européenne Des Ecoles – European Federation of Schools – Juin 2007 5/32
Etude de cas DEESGEST – Sujet
Questions

1. A l’aide d’une analyse PEST très simple, évaluez les opportunités et les
menaces auxquelles est soumise la jeune Sarl. Vous rappellerez au préalable ce
qu’est l’analyse PEST et son contexte d’utilisation. 15 points

2. Quels commentaires :
- D’ordre mercatique ;
- D’ordre juridique ;
- D’ordre économique ;
- D’ordre financier, les documents prévisionnels des annexes 4, 5, 6 et 7, vous
inspirent-ils ? 10 points

3. Quel est l’enjeu de la protection d’une marque ? Le dépôt était-il nécessaire


pour le nom « l’Ilot Savon » ? Les frais de protection se sont finalement élevés à
276 € HT. S’enregistrent-ils comme une charge dans la comptabilité de la Sarl ?
Justifiez vos réponses. 10 points

4. Etudiez le bilan 2006. Calculez le FRNG et le BFR et les principaux ratios.


Analysez vos résultats. 20 points

5. Calculez les soldes intermédiaires de gestion. Commentez-les. 20 points

6. La société a dégagé une perte de 12 756 €. Rapprochez ce chiffre du résultat


prévisionnel 2006. Mesurez, analysez et commentez l’écart. 10 points

Lorsqu’à l’issue de l’AGOA, les associés constatent que les capitaux propres sont
inférieurs à la moitié du capital social, ils doivent convoquer dans les 4 mois une AGE pour
décider du sort de la société. S’ils décident de continuer l’activité, ils devront avoir
reconstituer les fonds propres ou avoir diminué leur capital à hauteur des fonds propres
restants, au plus tard à la clôture du deuxième exercice suivant celui au cours duquel la perte
a été constatée.

7. Quelle stratégie pouvez-vous préconiser à la Sarl Savy’s pour se sortir de ce


mauvais pas ? Rédigez votre préconisation sous forme d’un rapport structuré et en
intégrant la totalité des informations et des contraintes que la perte fait peser sur
associés et la société. 15 points

8. Rappelez à l’aide des annexes 11 à 15 et en vous aidant de vos connaissances,


quelles sont les faiblesses managériales classiques de la TPE. Identifiez celles qui
peuvent être repérées dans le cas de la Sarl Savy’s. 10 points

9. Ont-ils eu raison de créer une Sarl ? Auraient-ils pu choisir d’autres formes,


lesquelles et pourquoi ? 10 points

© Fédération Européenne Des Ecoles – European Federation of Schools – Juin 2007 6/32
Etude de cas DEESGEST – Sujet
Annexe 1 : Extrait des statuts

La société a pour objet :

La fabrication, la distribution sous toute forme, l’exportation, l’importation, de savons et


produits dérivés, de produits de bains et dérivés, de bougies, de parfums à usage corporel et à
usage domestique, de produits de décoration, ainsi qu’une activité de conseil et formation en
matière commerciale et technique liée à l’artisanat du savon……..
Et, plus généralement, toutes opérations industrielles, commerciales, financières, mobilières ou
immobilières, se rapportant directement ou indirectement à l'objet social ou susceptibles d'en
faciliter l'extension ou le développement.

Annexe 2a : Situation géographique et touristique de Gréoux les Bains


Source : http://www.greoux-les-bains.com/acces.php?type=2&lang=fr

© Fédération Européenne Des Ecoles – European Federation of Schools – Juin 2007 7/32
Etude de cas DEESGEST – Sujet
Annexe 2a suite : Situation géographique et touristique de Gréoux les Bains
Source : Ville de Gréoux-les-Bains

Au gré de vos balades dans le village ou au cours des visites commentées (pimentées de petites
anecdotes), découvrez Gréoux-les-Bains à travers son patrimoine et ses légendes.

© Fédération Européenne Des Ecoles – European Federation of Schools – Juin 2007 8/32
Etude de cas DEESGEST – Sujet
EGLISES ET CHAPELLES
Notre Dame des Ormeaux
C'est l'église paroissiale de Gréoux-les-Bains. Son nom vient du fait que la place devant l'église était autrefois
peuplée d'ormes. D'architecture Romane, la construction de cet édifice s'étend du XIe au milieu du XIIe. L'église
subit diverses transformations du XIVe au XVIe dans un esprit gothique. Le clocher date de 1821, il fut construit
avec les pierres de la porte St Sébastien, une des 4 portes du rempart du XVIe.

Notre Dame des Œufs


Petite Chapelle blottie dans les monts du Haut Var. La tradition veut
que les femmes stériles puissent être guéries par Notre Dame des Œufs.
Celles-ci devaient monter à la chapelle avec un œuf dans chaque main
lors d'un premier pèlerinage (le lundi de Pâques). Elles gobaient alors
un œuf et enterraient l'autre. Elles devenaient fécondes si elles
retrouvaient leur oeuf intact au 2ème pèlerinage (le 8 septembre).

La Chapelle Saint Sébastien


Erigée à la gloire du saint Patron du village. Elle n'est plus utilisée pour les cultes, mais sert quelques fois de lieu
d'expositions.

La Chapelle Ste Croix.


Route de Vinon. Construite entre 1696 et 1700, son origine est sans doute due aux Capucins de Riez.

LES REMPARTS
Le Rempart du XIIIe
Le premier rempart de Gréoux longe la rue de la Vière. Il protégeait
uniquement le Château et ses dépendances, les maisons du village étaient
construites au-delà de cette ceinture. La porte appelée "du vieil horloge"
parce qu'une horloge avait été installée au XVIIIe, constitue le plus beau
vestige de ce rempart. Le Castelet (situé juste derrière la porte) était un
ensemble de constructions où logeaient intendance et hommes de
confiance du seigneur.
Le Rempart du XVIe
Le seigneur de Gréoux autorise la communauté à construire un rempart qui cette fois englobe toute la ville –
contrairement au premier rempart – afin de prémunir la population des voyageurs porteurs possibles du germe de
la peste qui ravageait les pillages voisins. Il ne reste aujourd'hui que la porte de Valensole de visible. La rue des
remparts reprend une partie de ce tracé.

AU DETOUR D'UNE RUE


Passage de l'Hôpital
Passage taillé dans la roche, où les pèlerins de passage pouvaient trouver un abri et un bol de soupe offert par
l'ordre religieux.

Rue Rompe Cuou


Textuellement cela veut dire "Casse cul". Cette ruelle était faite avec des galets du Verdon très glissants tellement
ils avaient été polis par les eaux.

Rue Esquichecoude
Cela signifie qu'elle est tellement étroite qu'on touche chaque côté de la rue avec nos coudes quand on l'emprunte.

Andrône
C'est un petit passage couvert pierreux, l'équivalent à Lyon s'appelle les "traboules".

© Fédération Européenne Des Ecoles – European Federation of Schools – Juin 2007 9/32
Etude de cas DEESGEST – Sujet
Annexe 2b : Ville de Gréoux-les-Bains – Hébergement touristique
Source : www.regionpaca.fr

© Fédération Européenne Des Ecoles – European Federation of Schools – Juin 2007 10/32
Etude de cas DEESGEST – Sujet
Annexe 2c : Ville de Gréoux-les-Bains – Démographie
Source : www.regionpaca.fr

© Fédération Européenne Des Ecoles – European Federation of Schools – Juin 2007 11/32
Etude de cas DEESGEST – Sujet
Annexe 2d : Ville de Gréoux-les-Bains – Activité et chômage
Source : www.regionpaca.fr

© Fédération Européenne Des Ecoles – European Federation of Schools – Juin 2007 12/32
Etude de cas DEESGEST – Sujet
Annexe 2e : « Des communes touristiques bien équipées mais
qui ne desservent qu’elles-mêmes… »
Source Sud Insee l’essentiel – n°54

© Fédération Européenne Des Ecoles – European Federation of Schools – Juin 2007 13/32
Etude de cas DEESGEST – Sujet
Annexe 2e suite: « Des communes touristiques bien équipées mais
qui ne desservent qu’elles-mêmes… »
Source : Sud Insee l’essentiel – n°54

© Fédération Européenne Des Ecoles – European Federation of Schools – Juin 2007 14/32
Etude de cas DEESGEST – Sujet
Annexe 2e fin: « Des communes touristiques bien équipées mais
qui ne desservent qu’elles-mêmes… »
Source Sud Insee l’essentiel – n°54

© Fédération Européenne Des Ecoles – European Federation of Schools – Juin 2007 15/32
Etude de cas DEESGEST – Sujet
Annexe 3 : Qu’est-ce que le savon ?
Auteur(s) : Pierre GADRAT, Société ALCIMED, 57, boulevard de Montmorency, 75016 Paris

Le premier produit s'apparentant au savon est apparu dès l'Antiquité. Composé d'un mélange de
cendres, de graisses, de plantes (saponaire), d'argile à goudron et de détergents minéraux, ce
produit ressemblait plus à une lessive qu'à notre savon.
Le terme de savon n'est apparu que plus tard dans le langage, chez les Celtes et les Germains. Il
désignait une mixture de graisse de chèvre ou de suif et de cendres de bouleau.
Le savon est resté longtemps un produit artisanal et n'a été produit industriellement en Europe
qu'au xiie siècle. À cette époque, les fabriques les plus renommées étaient italiennes ou
espagnoles.
Le marché du savon ne s'est développé en France qu'au xve siècle, avec l'apparition du « savon
de Marseille ». Par rapport aux savons disponibles à cette époque, le savon de Marseille avait la
particularité de ne pas utiliser de graisses animales comme matière première mais de l'huile
d'olive.

Différents produits et matières premières utilisés


Actuellement, il y a deux grandes classes de savons : les savons traditionnels et les savons
liquides.
Les savons traditionnels, appelés aussi « pain de toilette ou de ménage », sont définis comme
des sels de sodium issus des fractions triglycériques de matières grasses non fractionnées
subissant une étape de saponification.
Les formulations les plus courantes consistent en un mélange de suif et d'huile de palmiste dans
des proportions moyennes de 80/20 en poids. Le suif apporte la dureté et l'insolubilité du savon
grâce à ses chaînes longues de triglycérides ; l'huile de palmiste lui confère ses propriétés
moussantes et détergentes.
Une autre formulation utilise des « bondillons malaisiens de palme », petits morceaux de savon
fabriqués en Asie caractérisés par de longues chaînes triglycérides.
Les savons liquides sont des sels issus d'acides gras neutralisés (sels de Ca, Zn, Pb, Mg, Li, Ba,
Al).
Les acides gras utilisés dans ces formulations proviennent de matières premières variées
d'origine animale ou végétale.

(…)

Évolution des matières premières


Le suif reste la matière grasse privilégiée : il est utilisé dans la fabrication de plus de 90 % des
savons traditionnels (consommation européenne de 370 000 t) et dans plus de 50 % des savons
liquides (consommation de 160 000 t). Les sources végétales (huiles de palme, coprah,
palmiste, tall oil, voire soja, tournesol) restent unitairement plus faibles. La consommation de
bondillons malaisiens est estimée à plus de 50 000 t.
Depuis quelques années, le secteur de la savonnerie s'intéresse cependant aux huiles végétales,
pour des raisons essentiellement sanitaires.
En effet, les risques liés aux produits dérivés de la filière bovine (encéphalopathie spongiforme
bovine) ont poussé les savonniers à évaluer des alternatives végétales au suif, bien que les
consommateurs ne soient pas encore sensibilisés à ce problème. Depuis la crise de la vache
folle, la plupart des grands savonniers ont ainsi testé l'huile de palme en association avec du
palmiste ou du coprah.
Cette approche reste cependant très prospective et n'a pas encore abouti à la substitution

© Fédération Européenne Des Ecoles – European Federation of Schools – Juin 2007 16/32
Etude de cas DEESGEST – Sujet
massive du suif.
Par ailleurs, des matières premières autres que le suif sont utilisées de façon croissante par de
petits fabricants pour améliorer la rentabilité de leur production. En effet, ces acteurs ont cessé
leur activité de saponification pour se tourner vers des bondillons végétaux malaisiens. Ces
produits bénéficient d'une détaxe à l'importation qui les rend économiquement plus attractifs
que les sources européennes ou américaines.
Le suif reste cependant la principale matière première utilisée dans la fabrication des savons.
Les grands savonniers se limitent aujourd'hui à assurer la traçabilité de leurs matières premières
et évitent de communiquer sur leur nature, de peur d'éveiller des soupçons chez les
consommateurs.

© Fédération Européenne Des Ecoles – European Federation of Schools – Juin 2007 17/32
Etude de cas DEESGEST – Sujet
Annexe 4 : Budget prévisionnel des investissements

Budget des investissements


en € HT

Frais d'établissement
Inpi 34,00
CFE 80,00
Annonce légale 200,00
Stage de création 230,00
Stage de savon 695,00
Total 1 239,00

Laboratoire
Bureau 145,00
PC / Imprimante couleur/ fax 1 500,00
Armoire 189,00
Chariot 167,50
Pétrin 500,00
Matériel 16 100,00
Table et bain-Marie en inox 350,00
Plomberie 423,21
Electricité 400,00
Aménagement mobilier 300,00
Tables en inox 420,00
Thermo-soudeuse 446,00

Total 20 940,71

Commun Frais établissement 1 239,00


Aménagement peinture 184,71 Matériel industriel 17 983,50
Extincteur 149,00 Installations générales etc.… 2 376,73
Total 333,71 Matériel de bureau et info 1 500,00
Mobilier 1 592,80
Boutique
Revêtement sol 328,01
Présentoirs en pin 609,00
Echelles en pin 78,00 Total 24 692,03
Casiers en pin 162,00
Présentoir en pin 109,80
Fontaine déco 291,81
Electricité 600,00

Total 2 178,62

Total général 24 692,03


TTC 29 531,67
TVA 4 839,64

© Fédération Européenne Des Ecoles – European Federation of Schools – Juin 2007 18/32
Etude de cas DEESGEST – Sujet
Annexe 5 : Le marché du savon
Auteur(s) : Pierre GADRAT, Société ALCIMED, 57, boulevard de Montmorency, 75016
Paris, France.

Consommation et production européenne


Le marché des savons est très concentré et dominé en Europe par quatre leaders internationaux :
Procter & Gamble, Unilever, Henkel et Colgate .
Des sociétés spécialisées dans la saponification ou la cosmétique (Bernard, Bourgeois,
Cosmeurop, etc.) ont aussi développé leur propre gamme de savons pour des applications plus
techniques ou des marchés de niche.
La production européenne de savons, estimée à plus de 850 000 t, est constituée à 60-70 % de
savons traditionnels et à 30-40 % de savons métalliques*.
Les principaux producteurs sont le Royaume-Uni, l'Allemagne, la France, l'Espagne et l'Italie,
qui se partagent plus de 90 % du marché européen.

La consommation de savons est évaluée aujourd'hui à plus de 890 millions de $ en Europe. Elle
reste particulièrement faible dans le secteur des produits de bain et de douche (18 % de la
consommation totale), contrairement à la consommation américaine (60 % de la consommation
totale)

Le marché des savons traditionnels diminue de 1 à 2 % par an depuis 10 ans au profit des
savons liquides de plus en plus demandés et employés dans des applications très
diversifiées (détergents, surfactants, etc.).

* Le savon métallique est destiné à enlever les mauvaises odeurs. Il s’utilise comme un
savon normal sous le jet d’eau et coûte environ 9,90 € TTC pièce.

© Fédération Européenne Des Ecoles – European Federation of Schools – Juin 2007 19/32
Etude de cas DEESGEST – Sujet
Annexe 6 : Dépliant publicitaire, format A5 réduit

© Fédération Européenne Des Ecoles – European Federation of Schools – Juin 2007 20/32
Etude de cas DEESGEST – Sujet
Annexe 7a : Détermination du chiffre d’affaires prévisionnel sur 12 mois

Détermination du chiffre d'affaires HT

En € Année 1 Année 2 Année 3


Clientèle de particuliers
Nombre jours Nombre jours Nombre jours
d'ouverture d'ouverture d'ouverture
Boutique ouverte du 15/03 au 15/11 200 200 230
Nombre de clients savons 35 50 60
Panier moyen HT 10 12 15
Chiffre d'affaires / jour 350 600 900
Chiffre d'affaires / an 70 000 120 000 207 000

Chiffre d'affaires accessoires / personne 2 3 4


Chiffre d'affaires accessoires total 14 000 30 000 55 200

Total CA des particuliers 84 000 150 000 262 200

Clientèle de revendeurs

Revendeur sur Marché


1 marché par semaine Nombre marchés Nombre marchés Nombre marchés
par an par an par an
40 40 40
Nombre de clients par marché 20 25 30
Panier moyen HT 10 11 12,1
Prix de vente au distributeur 5 5,5 6,05
Chiffre d'affaires / jour 100 137,5 181,5
Chiffre d'affaires / an 4 000 5 500 7 260

Boutiques
Nombre de boutiques 10 20 40
CA par boutique 400 440 484
CA par an 4 000 8 800 19 360

Total CA revendeurs 8 000 14 300 26 620

Clientèle d'objets publicitaires

Nombre de clients 2 3 5
Chiffre d'affaires moyen par an par client 1 000 1 000 1 000
Chiffre d'affaires total par an 2 000 3 000 5 000

Total CA clients publicitaires 2 000 3 000 5 000

Total général 94 000 167 300 293 820

© Fédération Européenne Des Ecoles – European Federation of Schools – Juin 2007 21/32
Etude de cas DEESGEST – Sujet
Annexe 7b : Compte de résultat prévisionnel 2006 sur 7 mois - Charges

Charges 2006 - 7 mois 2007 2008


Charges d'exploitation
Achats de marchandises 7 777,78 16 666,67 30 666,67
Plus ou moins variation de stock 0,00 0,00 0,00
Achats de matières 1ères et autres approvisionnements 12 000,00 22 883,33 39 770,00
Plus ou moins variation de stock 0,00 0,00 0,00
Autres achats et charges externes*** 17 261,60 29 344,72 55 754,97
Impôts, taxes et versements assimilés (taxe prof.) 0,00 1 000,00 2 000,00
Salaires et traitements 6 089,55 16 076,41 17 537,91
Charges sociales 4 044,78 10 038,21 11 768,95
Dotations aux amortissements et aux provisions 2 511,81 3 583,21 3 066,96
Autres charges* 3 000,00 4 000,00 5 000,00
Total 1 52 685,51 103 592,55 165 565,45
Charges financières
Intérêts et charges 1 500,00 2 000,00 2 100,00
Total 2 1 500,00 2 000,00 2 100,00
Charges exceptionnelles
Sur opérations de gestion
Total 3 0,00 0,00 0,00

Impôt sur les bénéfices** 2 400,00 12 000,00 35 000,00

Total des charges (1 + 2 + 3) 56 585,51 117 592,55 202 665,45


Solde créditeur (bénéfice 13 914,49 49 707,45 91 154,55

Total général 70 500,00 167 300,00 293 820,00

* Par prudence
** Exonération en année 1
***Elles comprennent :

,
Eau, électricité loyer, expert comptable, 17 261,60
fournitures diverses, …

© Fédération Européenne Des Ecoles – European Federation of Schools – Juin 2007 22/32
Etude de cas DEESGEST – Sujet
Annexe 7b suite et fin - Produits

Produits 2006 - 7 mois 2007 2008


Produits d'exploitation
Ventes de marchandises 10 500,00 30 000,00 55 200,00
Prestations de services 0,00 0,00 0,00
Production vendue 60 000,00 137 300,00 238 620,00

Total 1 70 500,00 167 300,00 293 820,00


Produits financiers

Total 2 0,00 0,00 0,00


Produits exceptionnels

Total 3 0,00 0,00 0,00

Total des produits (1 + 2 + 3)**** 70 500,00 167 300,00 293 820,00

****Les calculs sont faits sur 150 jours d'ouverture


au public en 2006.

© Fédération Européenne Des Ecoles – European Federation of Schools – Juin 2007 23/32
Etude de cas DEESGEST – Sujet
Annexe 8 : Bilan au 31/12/2006

NB : Au 31/12/2006, les comptes courants d’associés s’élèvent à 10 129 €. Les dettes auprès
des fournisseurs se montent à 1 995 € et les dettes fiscales et sociales, à 1 483 €.

© Fédération Européenne Des Ecoles – European Federation of Schools – Juin 2007 24/32
Etude de cas DEESGEST – Sujet
Annexe 9 : Compte de résultat au 31/12/2006

© Fédération Européenne Des Ecoles – European Federation of Schools – Juin 2007 25/32
Etude de cas DEESGEST – Sujet
Annexe 10 : Inventaire au 31 décembre 2006

Récapitulatif

Matières premières H.T. 1 555,92

Parfums (MLW/GILDEWERK) H.T. 1 019,32

Colorants (GILDEWERK) H.T. 215,07

Produits à la Revente H.T. 855,80

Emballages H.T. 535,48

TOTAL GENERAL H.T. 4 181,59


(en euros)

© Fédération Européenne Des Ecoles – European Federation of Schools – Juin 2007 26/32
Etude de cas DEESGEST – Sujet
Annexe 11 : Evolution des créations et des défaillances d’entreprises
Source : TEF 2006

« Etre chef d’entreprise est un métier à part entière, aux complexités indiscutables, ou
l’empirisme, le flair et la chance ne compenseront jamais l’incompétence et
l’inexpérience. »

Ministère des Petites et Moyennes Entreprises, du Commerce, de l’Artisanat et des Professions


libérales, 07/2001

© Fédération Européenne Des Ecoles – European Federation of Schools – Juin 2007 27/32
Etude de cas DEESGEST – Sujet
Annexe 12 : Rapport annuel d’OSEO sur l’évolution des PME

Le rapport 2006 d’OSEO sur l’évolution des PME dresse un panorama de ces 2,6 millions
d’entreprises qui contribuent de manière décisive à la vitalité de notre tissu économique, au
dynamisme des territoires et à la création d’emplois.

Dans un contexte économique en demi-teinte, nous observons une hausse importante du


nombre de PME (+ 14 % en 5 ans), à mettre en corrélation avec le rythme élevé de créations
d’entreprises et la stabilité du taux de défaillance durant la période. Leur situation financière est
restée saine même si quelques nuances existent selon les secteurs.

Les PME emploient 55% de la population active. Globalement, ce sont elles qui contribuent le
plus à la création d’emplois.

Les PME se tournent de plus en plus vers l’innovation : une PME de plus de 10 salariés sur
deux développe des produits nouveaux ou met en œuvre des processus ou des organisations
innovantes. Le besoin d’innovation, dans tous les sens du terme, est d’autant plus élevé que
l’entreprise se développe. Plus de 75% des PME innovantes oeuvrent dans les secteurs des
industries des biens d’équipements, des biens intermédiaires et des services aux entreprises.

Le nombre de PME qui exportent reste encore insuffisant (moins de 100 000 entreprises),
même si l’on observe une légère progression des montants de leurs opérations à l’international.
Nous constatons aussi un lien fort entre innovation et développement à l’international.

Enfin, un éclairage particulier est porté cette année sur la part, encore faible, des femmes chefs
d’entreprise. Elles sont 30% à diriger des PME, pourcentage stable depuis plusieurs années, la
part des dirigeantes se réduisant au fur et à mesure de l’augmentation de la taille de
l’entreprise.

La taille des PME est à la fois une force et une faiblesse.

© Fédération Européenne Des Ecoles – European Federation of Schools – Juin 2007 28/32
Etude de cas DEESGEST – Sujet
Annexe 13 : Démographie d’entreprises
Source : TEF 2006 - Insee

© Fédération Européenne Des Ecoles – European Federation of Schools – Juin 2007 29/32
Etude de cas DEESGEST – Sujet
Annexe 14 : Typologie des compétences du dirigeant de PME

© Fédération Européenne Des Ecoles – European Federation of Schools – Juin 2007 30/32
Etude de cas DEESGEST – Sujet
Annexe 15 : Extraits de « Comment maintenir votre entreprise en bonne santé ? »
ou Le rôle de l'anticipation et des outils de gestion.
Juillet 2003 pour Yvelines Compétences par
Michel ZOURBAS, Conseil en gestion et finance d'entreprise
Chargé de cours à l'Université de Versailles St Quentin en Yvelines.

Je commencerai cet article en faisant un parallèle, dans le domaine de la santé, entre l'homme
et l'entreprise. En tant qu'individus, nous souhaitons rester en bonne santé. Pour cela, on se
vaccine, on fait des bilans de santé, des check-up, des dépistages (en matière de cancer,
notamment). On fait attention à ne pas faire d'excès dans certains domaines (arrêter de fumer,
boire moins d'alcool, faire plus de sport), on surveille sa tension ou son taux de cholestérol. En
résumé, on fait de la prévention. On le fait parce qu'on sait que la santé est quelque chose de
fragile, qu'on n'est pas à l'abri d'une maladie et qu'on se préfère en bonne santé que malade.
Je dirai que pour l'entreprise, cela doit être la même chose : le dirigeant doit se soucier de ce
qu'il faut faire pour que son entreprise reste en bonne santé et ne connaisse ni difficultés, ni
défaillance. (…)

Pour l'entreprise, la prévention, c'est l'anticipation, et pour cela il y a des outils de gestion à
mettre en place, et des démarches/attitudes à développer.
Quand on parle de prévention des difficultés des entreprises, on fait généralement référence au
dispositif législatif et judiciaire (procédures amiables, règlement judiciaire). Il s'agit, le plus
souvent, de parer au plus pressé face à des difficultés déjà bien réelles. Et, dans la plupart des
cas, ce dispositif ne permet pas le sauvetage de l'entreprise (93% à 95% des procédures de
règlement judiciaire aboutissent à la liquidation de l'entreprise). La véritable prévention des
difficultés doit se situer plus en amont (en amont des difficultés). (…)

C'est donc parce que l'on n'a pas su, ou quelquefois pu, réagir plus en amont, ou que l'on a réagi
trop tard, et/ou trop lentement, que les difficultés rencontrées conduisent à la défaillance de
l'entreprise. C'est pourquoi il est impératif de mettre en place certains outils de gestion, et
démarches d'anticipation, quand l'entreprise est en bonne santé. Sinon quand les difficultés
surviennent, on ne les voit pas venir, et quand on en prend conscience, il est souvent trop tard.

La réalisation d'un plan d'entreprise, sur la base d'une analyse stratégique (forces, faiblesses,
opportunités, menaces), permet d'identifier les potentiels de développement et de progrès, et de
définir le projet de l'entreprise en s'assurant qu'elle a bien les moyens de le mettre en œuvre.
Faire un plan d'entreprise, c'est, en effet, planifier les moyens en hommes et matériels
nécessaires, anticiper l'évolution de la rentabilité de l'entreprise, évaluer les besoins financiers
nécessaires au maintien de l'autonomie financière. Avec pour conséquence positive de
minimiser les risques et sécuriser l'entreprise (" Il n'est de vent favorable que pour celui qui sait
où il va. " Sénèque)

Concernant la trésorerie, il importe d'anticiper en faisant des prévisions (plan de financement,


budget de trésorerie) et de suivre sa trésorerie en temps réel pour ajuster en permanence ses
moyens à l'activité et s'assurer qu'à tout moment les entrées d'argent pourront couvrir les
sorties.

Se renseigner sur la solvabilité de ses clients et prospects avant de leur accorder un crédit est
vital pour l'entreprise (plus de 20% des faillites sont dues à la défaillance d'un client ou à
l'allongement des délais de paiement des clients). Les informations sont nombreuses, faciles
d'accès (bases de données télématiques) et d'un coût peu élevé. De plus, les sociétés de

© Fédération Européenne Des Ecoles – European Federation of Schools – Juin 2007 31/32
Etude de cas DEESGEST – Sujet
renseignements peuvent, au-delà des données relatives aux états financiers, réaliser des études
spécifiques assorties de recommandations. Il ne faut pas, enfin, négliger d'exploiter les
informations détenues, dans l'entreprise, par la comptabilité client et les commerciaux.

© Fédération Européenne Des Ecoles – European Federation of Schools – Juin 2007 32/32
Etude de cas DEESGEST – Sujet

Vous aimerez peut-être aussi