Vous êtes sur la page 1sur 255

Anne-Sophie

customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
Matière à penser
Essais d'histoire et de philosophie de la chimie

Bernadette Bensaude-Vincent

Éditeur : Presses universitaires de Paris


Ouest Édition imprimée
Année d'édition : 2008 ISBN : 9782840160311
Date de mise en ligne : 20 décembre 2012 Nombre de pages : 255
Collection : Sciences humaines et sociales
ISBN électronique : 9782821826748

http://books.openedition.org

Référence électronique
BENSAUDE-VINCENT, Bernadette. Matière à penser : Essais d'histoire et de philosophie de la chimie.
Nouvelle édition [en ligne]. Nanterre : Presses universitaires de Paris Ouest, 2008 (généré le 26 mars
2015). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/pupo/1281>. ISBN : 9782821826748.

Ce document est un fac-similé de l'édition imprimée.

© Presses universitaires de Paris Ouest, 2008


Conditions d’utilisation :
http://www.openedition.org/6540

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
00-Sommaire:Mise en page 1 4/11/08 14:52 Page 3

Matière à penser.
Essais d’histoire et de philosophie de la chimie

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
00-Sommaire:Mise en page 1 4/11/08 14:52 Page 4

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
00-Sommaire:Mise en page 1 4/11/08 14:52 Page 5

Matière à penser.
Essais d’histoire et de philosophie de la chimie

Bernadette BENSAUDE-VINCENT

2008
PRESSES UNIVERSITAIRES DE PARIS OUEST

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
00-Sommaire:Mise en page 1 4/11/08 14:52 Page 6

illustration de couverture :
© Kurt Holter – Fotolia.com

© PRESSES UNIVERSITAIRES DE PARIS OUEST


isbn : 978-2-84016-031-1

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
00-Sommaire:Mise en page 1 4/11/08 15:09 Page 7

Sommaire

INTRODUCTION

Matière à penser........................................................................................13
Sans prestige ...............................................................................................14
Sans intérêt ................................................................................................14
Sans originalité ...........................................................................................16
Regards croisés ............................................................................................19

PREMIÈRE PARTIE :
ENTRE SCIENCE ET ART

Chimique ou naturel ? .............................................................................. 25


Un lieu de transgressions ........................................................................... 26
Aspirations faustiennes .............................................................................. 28
Noblesse du factice ..................................................................................... 30
En guerre contre la nature ......................................................................... 33
À l’école de la nature ................................................................................. 35

Qu’est-ce que la matière aux yeux des chimistes ? .................................. 39


Un duel toujours recommencé ................................................................... 40
Pas d’atomes sans qualités ......................................................................... 42
Un réalisme opératoire ............................................................................... 45

L’énigme du mixte .................................................................................... 51


De l’émergence dans le mixte .................................................................... 53
Qu’en est-il des éléments dans le mixte ? ................................................... 56
L’ontologie des chimistes ............................................................................ 61

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
00-Sommaire:Mise en page 1 4/11/08 14:52 Page 8

Le corps refoulé des chimistes ................................................................. 65


Instrument/truchement .............................................................................. 68
La distinction par le corps ......................................................................... 69
Corps en labeur .......................................................................................... 73

Stratégies de classification ........................................................................ 77


Pression démographique ............................................................................ 77
Pression pédagogique ................................................................................. 81
Comment atteindre l’exhaustivité ............................................................. 85
Classification naturelle ou artificielle ...............................................85
Une solution bâtarde ..................................................................... 87
Comment gérer la multiplicité ................................................................... 88
Réduire le multiple à l’un ..............................................................88
Chercher une loi générale ............................................................... 90
Comment dessiner la classification ............................................................94

DEUXIÈME PARTIE :
L’HISTOIRE ET SES CLICHÉS

Newton et la chimie française du XVIIIe siècle ..........................................101


Existe-t-il une chimie newtonienne ? .........................................................105
La prétendue réception du newtonianisme ................................................108
Attraction ou rapports ? .............................................................................112
Tables ou loi ? .............................................................................................117
Lavoisier newtonien ? ................................................................................121

Lavoisier, disciple de Condillac ................................................................127


Les circonstances de la rencontre ................................................................131
L’analyse au laboratoire..............................................................................138
Une stratégie de simplification ...................................................................143

Lavoisier par documents et monuments ..................................................151


Le « zéroième anniversaire » .......................................................................152
Un désir d’éternité ......................................................................................155

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
00-Sommaire:Mise en page 1 4/11/08 14:52 Page 9

Un livre ou une statue ? .............................................................................157


Une « science française » ............................................................................ 163
Deux siècles après ....................................................................................... 166
Rites de passage .......................................................................................... 170

« Pur » et « appliqué » : une invention à dépasser ..................................175

Une origine locale ........................................................................................177


1750 : science et arts en interaction .............................................................179
1800 : le « génie » de la science chimique ..................................................183
1850 : la chimie s’applique .........................................................................188
XXe siècle : l’industrie, fille de la science ......................................................192

Une science sous influence positiviste ? ....................................................199

Un compromis historique ........................................................................... 200


Relire Comte ............................................................................................... 202
Indispensables hypothèses .............................................................. 203
Un atomisme serein ....................................................................... 205
Le mythe des influences .............................................................................. 210
La philosophie chimique de Dumas ............................................... 212
Des atomistes disciples de Comte ................................................... 218
Un large éventail de positivismes ............................................................... 222
Vulgate empiriste ........................................................................... 223
Berthelot, une position de combat ................................................. 224
L’antiréalisme de Gerhardt et Kekulé .............................................. 225
Une instance de légitimation ..................................................................... 229
Georges Urbain et le « retard » de la chimie française................................ 233
Un lecteur de Comte ...................................................................... 235
Un passéisme obstiné ..................................................................... 236
Réflexions sur la vie de laboratoire ............................................................ 238
Témoignage .................................................................................. 238
Disciplines et habitus ..................................................................... 240
Des problèmes issus du terrain ................................................................... 243
Analogie et terres rares .................................................................. 243
Le pluralisme des doctrines ............................................................ 245
Un pragmatisme amoral ............................................................................ 247
Index ............................................................................................................ 251

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
00-Sommaire:Mise en page 1 4/11/08 14:52 Page 10

Remerciements

Cet ouvrage est publié avec le concours de la Fondation d’entreprise « Édu-


cation et Science » de L’ORÉAL que je tiens à remercier personnellement.
Je remercie également l’École Doctorale Connaissance, Langage et
Modélisation (ED 139) et l’Institut de Recherches Philosophiques (EA 373)
pour leur soutien financier.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
01-Intro:Mise en page 1 23/10/08 15:58 Page 11

INTRODUCTION

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
01-Intro:Mise en page 1 23/10/08 15:58 Page 12

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
01-Intro:Mise en page 1 3/11/08 17:04 Page 13

Matière à penser

XIIIe Congrès International de Logique,

À
L’OCCASION DU
Méthodologie et Philosophie des Sciences à Pékin en août 2007,
un questionnaire a été adressé à tous les membres de la commu-
nauté française qui présente diverses rubriques : philosophie des mathéma-
tiques, de la physique, de la biologie, etc. Mais la chimie n’a pas droit de cité.
Tenue à l’écart du champ philosophique contemporain, tout comme jadis
l’alchimie fut tenue à l’écart des universités médiévales. Et il en va de même
dans la plupart des congrès d’histoire ou de philosophie des sciences.
Certes, la chimie fait aujourd’hui bonne figure parmi les disciplines acadé-
miques. Si l’on se réfère aux critères actuels d’évaluation par le nombre de
publications, elle est même en très bonne « santé » puisqu’elle produit à elle
seule autant de publications que toutes les autres disciplines scientifiques
réunies1. D’où ce paradoxe, que les philosophies de la connaissance se
construisent sans un regard sur la science qui produit le plus de connais-
sances (si l’on s’en tient aux critères actuellement en vigueur !).

1. SCHUMMER Joachim, in BAIRD Davis, SCERRI Eric et MCINTYRE Lee (éds.),


Philosophy of Chemistry, Synthesis of a New Discipline, Springer Verlag, 2006,
p. 19-20.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
01-Intro:Mise en page 1 23/10/08 15:58 Page 14

14 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

SANS PRESTIGE

Pourquoi la chimie est-elle invisible aux yeux des philosophes ? Dans les
Confessions d’un chimiste ordinaire, Jean Jacques remarquait que, contraire-
ment aux physiciens, les chimistes n’aiment pas parler d’eux2. Les chimistes
seraient hommes d’action plutôt que de réflexion. Faute d’un retour sur soi,
d’une mise en perspective, ils auraient échoué à attirer le regard des philo-
sophes. Aurait-il manqué à la chimie la culture et l’écriture d’un Louis de
Broglie ou d’un Niels Bohr ? La situation est plus complexe, car nombreux
sont les chimistes écrivains, d’histoire de leur science ou de réflexions ins-
pirées par leurs pratiques. Depuis Humphrey Davy au début du XIXe siècle,
en passant par Marcellin Berthelot, Georges Urbain jusqu’à Ilya Prigogine,
Roald Hoffmann, Pierre Lazlo, et Jean Jacques lui-même, bien des chimistes
prennent la plume « au nom de » leur discipline. Et certains, comme Primo
Levi, ont même acquis une renommée littéraire.
La chimie manque néanmoins de prestige dans le monde des humanités.
Ce statut que déplorent souvent les chimistes professionnels pourrait bien
avoir partie liée avec une singularité de la chimie qu’accuse un regard sur
son histoire. Voilà en effet un domaine aux frontières inassignables puisque
les chimistes s’intéressent aux substances appartenant aux trois règnes qui
ont historiquement structuré l’étude de la nature : le minéral, le végétal et
l’animal. Voilà, en outre, un domaine qui défie les catégories qui présidèrent
à la fondation des universités. La chimie est à la fois science et art, elle déve-
loppe un savoir sur le monde matériel tout en visant à le transformer.

SANS INTÉRÊT

Il est remarquable que la plupart des théories épistémologiques contem-


poraines empruntent leurs bases empiriques à l’histoire de la physique. Les
topiques classiques d’un bon cours de philosophie des sciences – induction,

2. JACQUES Jean, Confessions d’un chimiste ordinaire, Paris, Éditions du Seuil, 1981,
p. 5. C’est au même ouvrage que j’emprunte l’expression « bonne à tout faire ».

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
01-Intro:Mise en page 1 23/10/08 15:59 Page 15

MATIÈRE À PENSER 15

déduction, causalité, déterminisme… – sont invariablement illustrés et


approfondis à l’aide d’études de cas empruntées aux sciences physiques, ou
plus précisément à quelques épisodes conventionnels qui fonctionnement
comme de véritables stéréotypes : par exemple la dualité onde-corpuscule
dans l’histoire des théories de la lumière, la théorie de la relativité, ou les
relations d’indétermination de Heisenberg. Quand d’aventure quelques
philosophes évoquent l’histoire de la chimie, c’est pour illustrer les thèses
de Kuhn, de Popper, de Lakatos, ou autres, à l’aide d’une étude de cas ou
d’un épisode abstrait de tout contexte. La révolution chimique, le renverse-
ment du phlogistique et la classification périodique des éléments sont les
lieux favoris de ce genre d’excursions philosophiques au pays des chimistes.
Les philosophes ne trouvent rien à méditer dans cette discipline un peu trop
proche de la cuisine, moitié science, moitié technique. La chimie est certes
reconnue comme une science utile (et nuisible) mais elle est peu intéres-
sante. Elle n’offre pas de grands thèmes à méditer comme le déterminisme,
la finalité… Elle assure l’ordinaire, que dédaignent les philosophes. Bonne
à tout faire, elle ne semble pas bonne à penser.
La chimie fait figure de parent pauvre non seulement dans la philosophie
des sciences, mais aussi dans l’histoire des sciences. Contrairement à
d’autres sciences de la nature, elle n’a pas fonctionné comme une source
privilégiée de modèles de changement scientifique. Le grand schéma de la
révolution scientifique donnant naissance à la science moderne fut élaboré
par Alexandre Koyré et d’autres, à partir d’études sur Copernic, Galilée, et
Newton. Tout se passe comme si la chimie n’avait pas pris part à l’événe-
ment, restant en marge, engluée dans des traditions plus ou moins occultes,
à la traîne d’un bon siècle. De plus, la révolution lavoisienne, supposée
ouvrir l’ère de la chimie moderne, est souvent présentée comme une sorte
de « physicalisation » de la chimie par l’adoption des méthodes expérimen-
tales, des instruments et des raisonnements à l’œuvre dans la physique.
Qu’est-ce qu’une science intéressante pour un philosophe ? Mary Jo Nye
a remarqué que la « dignité » philosophique de la chimie est généralement
estimée en fonction de son rapport à la théorie physique3. Comme si la

3. NYE Mary Jo, From Chemical Philosophy to Theoretical Chemistry. Dynamics of


Matter and Dynamics of Disciplines, 1800-1950, Berkeley, Los Angeles, Londres,
University of California Press, 1993.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
01-Intro:Mise en page 1 23/10/08 15:59 Page 16

16 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

chimie n’était pas capable de forger ses propres théories et devait nécessai-
rement se fonder sur celles de la physique. En jouant sur le double tableau
de l’épistémologie et de l’histoire, Nye démontre qu’il faut avoir la mémoire
bien courte pour dénier à la chimie le pouvoir de créer ses propres concepts
et ses propres théories. Elle rappelle à juste titre qu’il y a eu des théories chi-
miques de la matière antérieures au moment où les deux disciplines voi-
sines se sont hybridées dans la constitution d’une chimie-physique à la fin
du XIXe siècle, relayée ensuite par l’émergence d’une Chemical Physics fon-
dée sur la mécanique quantique.
Le dédain des philosophes pour la chimie n’est donc pas étranger à un
projet de subordination voire de réduction de la chimie à la physique. Mais
il a été favorisé également par le positivisme logique porteur d’un projet
d’unification des sciences par adoption de la « langue de la physique »
comme langue universelle4. Or ce projet, fortement critiqué par plus d’une
génération de philosophes, a été abandonné. La « désunité » des sciences est
même devenue une revendication philosophique majeure à la fin du
XXe siècle5. Il est temps enfin de reconsidérer ce qui peut fonder l’originalité
d’une science comme la chimie.

SANS ORIGINALITÉ

Certes, quelques exceptions confirment la règle générale de méconnais-


sance. La chimie a marqué quelques philosophes du XXe siècle, en particu-
lier dans la tradition française : Pierre Duhem, Émile Meyerson, Gaston
Bachelard et François Dagognet se sont largement nourris d’histoire de la
chimie6. Mais cela est généralement perçu comme un aspect plutôt margi-

4. Voir notamment le projet formulé par Rudolf Carnap en 1932, « La langue de


la physique comme langue universelle de la science », in BONNET Christian et
WAGNER Pierre (dir.), L’Âge d’or du positivisme logique, Paris, Gallimard, 2006,
p. 321-362.
5. Peter GALISON, D.J. STUMP (éds.), Disunity of Science, Boundaries, Contexts and
Power, Stanford, Stanford University Press, 1996.
6. Voir BENSAUDE-VINCENT Bernadette, « Chemistry in the French tradition of
philosophy of science : Duhem, Meyerson, Metzger and Bachelard », in Studies in
History and Philosophy of Science, n° 36, 2005, p. 627-648.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
01-Intro:Mise en page 1 3/11/08 17:05 Page 17

MATIÈRE À PENSER 17

nal de leur œuvre. Quant à celle d’Hélène Metzger, tout entière centrée sur
la chimie, elle fut largement oubliée dans la deuxième moitié du XXe siècle,
mise à part l’influence avouée qu’elle eut sur Thomas Kuhn7. Non seule-
ment la chimie passe inaperçue dans la philosophie des sciences, mais en
outre les quelques épistémologues qui se penchent sur chimie ne la consi-
dèrent que dans sa culture académique. On privilégie la méthode, la théo

mie est aussi un secteur industriel, agricole, pharmaceutique, un


ensemble de pratiques de productions. En assumant comme une évidence
la distinction entre science pure et science appliquée, on se concentre sur les
activités académiques qui sont communes à la chimie et à d’autres sciences
de la nature et l’on caractérise souvent la chimie par défaut ou par écart aux
idéaux de scientificité issus des mathématiques ou de la physique.
De nouveau, on découvre aussitôt des exceptions. Quelques chimistes ont
développé au tournant du XXIe siècle une intense activité pour promouvoir
la philosophie de leur discipline, en revendiquant haut et fort son origina-
lité. On observe, en effet, un timide regain d’intérêt pour la philosophie
chimique sur la scène académique en Europe comme aux USA8. Quelques
conférences et symposiums ont créé un embryon de communauté interna-
tionale. Puis, selon le schéma traditionnel d’institutionnalisation d’un nou-
veau champ de recherche, ces rencontres furent suivies de la création de

7. KUHN, Thomas, The Structure of Scientific Revolutions, Chicago, University of


Chicago Press, 1996, p. VII-VIII (La Structure des révolutions scientifiques, Paris,
Flammarion, 1972, p. 8). Des efforts ont cependant été entrepris pour redécouvrir
l’œuvre d’Hélène Metzger : voir la publication d’un recueil de ses articles La
Méthode philosophique en histoire des sciences, Paris, Fayard, Corpus des œuvres phi-
losophiques en langue française, 1987 et FREUDENTHAL Gad (dir.), Études sur Hélène
Metzger, Leyde, E. Brill, 1990.
8. Pour une approche des diverses tendances voir SCERRI Eric et MCINTYRE Lee :
« The case for the Philosophy of Chemistry », in Synthese, n° 111, 1997, p. 213-232 ;
SCHUMMER Joachim, « Towards a philosophy of chemistry », in Journal for general
Philosophy of Science, 28, 1997, n° 2 ; « The Philosophy of Chemistry », in
Endeavour, 37, n° 1, mars 2003, p. 37-41. Nikos Psarros, « What has Philosophy to
Offer to Chemistry », in Foundations of Science, 1, 1998, p. 183-202. Jeffrey
L. Ramsey « Recent Work in the History and Philosophy of Chemistry », in
Perspectives on Science, 6, n° 4, 1999, p. 409-426.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
01-Intro:Mise en page 1 23/10/08 15:59 Page 18

18 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

journaux. Hyle, An International Journal for the Philosophy of Chemistry est


édité en ligne et sur papier depuis 1995 à Karlsruhe par Joachim Schummer
et Foundations of Chemistry fondé par Eric Scerri aux États-Unis.
Le moment est critique car cette communauté émergente doit tracer sa
propre voie, sous peine de retomber dans l’ombre ou de ne rien produire de
vraiment nouveau. Car l’une des motivations principales de ce timide
regain est de lutter contre les préjugés qui ont fait de la chimie une sorte de
physique appliquée. Certains chimistes semblent toujours souffrir du trop
fameux jugement émis en 1929 par l’un des fondateurs de la mécanique,
Paul Dirac : « les lois physiques sous-jacentes nécessaires à la théorie mathé-
matique d’une grande partie de la physique et de la totalité de la chimie
sont ainsi complètement connues, et la seule difficulté restante est que l’ap-
plication exacte de ces lois conduit à des équations trop compliquées pour
qu’on puisse les résoudre9 ». Il est alors tentant de se placer sur le terrain
philosophique pour surmonter le traumatisme et revendiquer l’autonomie
de la discipline. Ainsi le journal Foundations of Chemistry créé par Eric
Scerri en 1999 est-il largement focalisé sur les problèmes de réduction de la
chimie à la physique. Le titre même du journal semble une réponse de la
communauté chimique à la longue tradition d’ignorance de la chimie dans
Foundations of the Unity of Science, célèbre publication des positivistes
logiques. Eric Scerri, éditeur et fondateur de ce journal, ne cache pas que,
pour lui, la philosophie de la chimie est l’arme maîtresse d’un combat
contre les tentatives de réduction de la chimie à la mécanique quantique. Si
la question du réductionnisme est la condition de visibilité philosophique de
la chimie, si elle devient le passage obligé pour capter l’attention des philo-
sophes, la philosophie chimique à peine émergée sera elle-même très vite
réduite à des problèmes théoriques. La philosophie chimique restera pour
toujours subordonnée à celle de la physique et les philosophes n’en finiront
jamais de ruminer les mots de Dirac.

9. P.A.M. Dirac, « Quantum mechanics of many-electron systems », in


Proceedings of the Royal Society of London A, n° 123, 1929, p. 714-33.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
01-Intro:Mise en page 1 23/10/08 15:59 Page 19

MATIÈRE À PENSER 19

Ainsi tantôt la chimie se trouve mise au service d’une philosophie pré-


établie, tantôt la philosophie est enrôlée au service des mouvements auto-
nomistes de chimistes. Elle n’est jamais un terrain libre pour nourrir une
réflexion originale.

REGARDS CROISÉS

Il n’est donc pas question de constituer une « ligue philosophique »


(selon l’expression de Diderot) pour prendre la défense de la chimie. En
aucun cas la philosophie n’a vocation à être le porte-parole de communau-
tés bafouées ou de minorités opprimées. Mais refuser de parler au nom des
« indigènes », cela ne signifie pas qu’on regarde la chimie du haut d’un site
philosophique, en surplomb. Il s’agit bien plutôt de tenter de faire émerger
des pratiques chimiques elles-mêmes un questionnement philosophique
qui lui soit propre.
C’est pourquoi on évitera autant que possible de passer la chimie au
crible des questions traditionnelles de la philosophie. Précisément parce
que la plupart des catégories utilisées par les philosophes des sciences telles
que induction-déduction, réalisme-conventionalisme, ont été forgées
ailleurs, sur d’autres terrains, elles font obstacle à une compréhension fine
de la chimie. Il faut s’efforcer de penser la chimie sans recourir aux outils
conceptuels, ni aux étiquettes habituelles qu’affectionnent les philosophes
des sciences. Et tenter de dégager de cette localité du savoir les outils pour
la travailler en philosophe.
On tentera donc (sans jamais y parvenir tout à fait) d’adopter un point
de vue symétrique, en croisant les regards des chimistes et des philosophes.
Il s’agit de questionner les unes par les autres les pratiques des chimistes et
des philosophes. Qu’est-ce que le silence, le mépris ou la méconnaissance
des philosophes nous enseignent sur le régime de savoir en chimie ? Et réci-
proquement, la chimie méprisée, méconnue ou simplement ignorée des
philosophes ne signalerait-elle pas les travers des philosophes, et les limites
de leur pouvoir de conceptualiser, de penser ?
Donner un aperçu de la multiplicité des problèmes philosophiques sou-
levés par la chimie est une première exigence de ce recueil qui conduira à
traiter non seulement de théories de la matière mais aussi du corps du

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
01-Intro:Mise en page 1 23/10/08 15:59 Page 20

20 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

chimiste, de son statut social. Cette première exigence en appelle une


deuxième : envisager la chimie dans la longue durée de son histoire. Les
quelques philosophes qui ont daigné aborder la chimie se sont toujours
concentrés sur quelques épisodes célèbres comme la révolution chimique
de Lavoisier. Quant aux chimistes qui s’insurgent contre le réductionnisme,
ils font souvent appel à une prétendue nature de la chimie qui revient sim-
plement à éterniser une configuration historique. Ils prennent pour essence
ce qui n’est qu’un accident de l’histoire. Parce que l’identité de la chimie
s’est forgée dans l’histoire, à travers des pratiques artisanales et des pra-
tiques de laboratoire, au prix de multiples controverses et d’aventures
industrielles, il est préférable d’ancrer la réflexion philosophique dans une
approche historique afin d’éviter l’écueil essentialiste. Au lieu de prendre
pour acquis comme cadres d’interprétation des notions comme la « révo-
lution scientifique » ou science pure et science appliquée, on cherchera à
montrer dans quel cadre historique précis ces notions opèrent et devien-
nent pertinentes. La volonté d’ouvrir le champ sur la longue durée entraîne
en contrepartie une restriction d’ordre spatial. Les éléments d’histoire
mobilisés dans ce recueil sont bornés au cas de la France et ne prétendent
en rien donner une image globale du développement de la discipline.
Enfin, comment une réflexion philosophique sur la chimie pourrait-elle
faire abstraction des problèmes actuels de société auxquels sont confrontés
journellement les chimistes ? Le mouvement contemporain d’engouement
pour les produits naturels – rebaptisés bio – et de rejet de tout ce qui est
« chimique » — un terme couramment employé comme antonyme de
« naturel » n’est sans doute qu’un mouvement d’opinion. Mais les philo-
sophes des sciences qui s’occupent uniquement de choses sérieuses, de
science rationnelle et non d’opinion, risquent fort de passer à côté de pro-
blèmes aussi intéressants que fondamentaux. Les normes épistémiques
autant qu’éthiques qui règlent la pratique d’une science ne se constituent
pas sur un sol vierge ou neutre mais face à des valeurs culturelles affirmées
avec lesquelles elles entrent en harmonie ou en conflit.
Cet ouvrage a pour seule ambition d’intéresser les étudiants de philoso-
phie ou d’histoire des sciences à la chimie, sans chercher à faire un traité
exhaustif des problèmes philosophiques posés par la chimie, ni à proposer
des analyses approfondies des quelques points abordés. Il offre un échantillon
de points de vue sur la chimie, à partir d’un recueil de conférences inédites
prononcées en diverses circonstances au cours des quinze dernières années.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
01-Intro:Mise en page 1 23/10/08 15:59 Page 21

MATIÈRE À PENSER 21

Le message global qui s’esquisse à travers ces différentes études est que la
chimie est une science singulière qui n’a jamais séparé le connaître du faire,
la production d’artifices de l’étude de la nature. C’est sans doute parce
qu’elle est, au sens strict, une techno-science qu’elle fut longtemps tenue à
l’écart des pensées des philosophes. Mais l’engagement matérialiste et les
dimensions économiques qui l’ont marginalisée par rapport au « para-
digme » de scientificité qui a dominé au XXe siècle pourraient bien faire
d’elle une science modèle au XIXe siècle ?

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
01-Intro:Mise en page 1 23/10/08 15:59 Page 22

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
02-Chap1:Mise en page 1 23/10/08 15:59 Page 23

ENTRE SCIENCE ET ART

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
02-Chap1:Mise en page 1 23/10/08 15:59 Page 24

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
02-Chap1:Mise en page 1 23/10/08 15:59 Page 25

Chimique ou naturel ?

; ce « ou » disjonctif suggère une véritable

C
HIMIQUE OU NATUREL
alternative. Pour bien des consommateurs qui veulent des remèdes
ou des aliments « naturels », la chimie est l’autre de la nature. Son
extérieur, voire son antithèse. Comment peut-on dire d’une science de la
nature qu’elle est dans un rapport d’exclusion avec son objet. Comment en
est-on arrivé là ?
D’abord, il faut bien reconnaître que la démarcation entre chimique et
naturel n’est pas fondée puisque « tout est chimique » dans la nature. Que
la vie reposant sur des réactions chimiques, l’opposition du biologique au
chimique ne se justifie pas. De même, pour un chimiste, l’association cou-
rante entre nature et pureté est un vrai scandale, puisqu’il faut beaucoup de
chimie pour atteindre un état de pureté acceptable. Les produits naturels
sont toujours impurs, mélangés d’ingrédients extérieurs, non contrôlés ; ils
sont donc moins fiables et donc potentiellement plus dangereux que les
produits de synthèse.
Mais ces arguments rationnels répétés à satiété ne peuvent rien contre les
attitudes du public dans la mesure où ils ne s’attaquent pas à la racine du
problème. Car les sciences en général et la chimie en particulier ne procè-
dent pas d’une « raison pure ». Elles participent d’une culture et d’une
société dont dépend leur légitimité. La chimie n’est pas seulement la source

Ce chapitre reprend le texte d’une conférence donnée devant l’Union des


Industries Chimiques en novembre 2004.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
02-Chap1:Mise en page 1 23/10/08 15:59 Page 26

26 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

de denrées matérielles innombrables, elle est créatrice de valeurs fortes qui


l’ont façonnée dans un rapport de tension et de concurrence avec d’autres
valeurs de notre civilisation. L’identification de la chimie avec l’artifice n’est
pas une croyance irrationnelle d’un public ignorant. C’est le résultat d’une
alliance très ancienne, qui est la source d’une forte ambivalence dans les
valeurs qui s’attachent aux produits de la chimie.
Au lieu de repousser avec mépris la disjonction courante entre chimique
et naturel, cherchons à repérer sur quoi elle se fonde. C’est en allant jus-
qu’aux racines du problème qu’on peut espérer inventer une solution, ou à
tout le moins mieux gérer l’héritage de ce long passé tumultueux qui reste
inscrit dans la mémoire de notre culture.
Lorsque je parle de la chimie, j’entends aussi bien la science que l’indus-
trie. À mes yeux, il n’y a pas de distinction fondamentale quant au pro-
blème de l’alternative chimique ou naturel. En effet, ce qui distingue la chi-
mie parmi toutes les sciences de la nature c’est qu’elle est un art, au sens
fort, où elle produit des artifices. C’est en créant des artifices, en laboratoire,
qu’elle explore la nature. Ce choix épistémologique qui oriente indéniable-
ment la connaissance chimique vers le comment plutôt que vers le pour-
quoi, vers les procédés et leurs protocoles plutôt que vers l’être intime des
choses, semble motivé par la conviction que nous ne pouvons connaître
rationnellement que ce nous avons créé ou engendré. Or une telle convic-
tion implique un engagement de la part des chimistes sur le statut des arti-
fices. Non seulement, ils assument implicitement une certaine vision des
rapports entre la nature et l’artifice qui les place en position d’imitateur, ou
de rival, de continuateur ou de redresseur de la nature, mais ils ont la possi-
bilité de reconfigurer ces rapports, de susciter l’harmonie ou le conflit, la
protection ou la guerre avec la nature.

UN LIEU DE TRANSGRESSIONS

La première leçon à retenir du passé est que la chimie est un lieu de trans-
gression. Elle transgresse le grand partage entre nature et artifice. C’est la
raison pour laquelle les alchimistes ont eu des ennuis. La raison est essen-
tiellement théorique :
Au-delà des soupçons de charlatanerie, la condamnation plus sérieuse de
l’art alchimique repose sur la lecture d’Aristote. On sait que pour Aristote

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
02-Chap1:Mise en page 1 23/10/08 15:59 Page 27

CHIMIQUE OU NATUREL ? 27

l’art imite la nature, l’analogie entre les deux se fondant sur le rôle de cause
finale. Mais les êtres de nature ont en eux-mêmes un principe interne de
mouvement et de repos. Tandis que le produit de l’art – lit, manteau – ne
possède aucune tendance au changement. « Un homme naît d’un homme,
mais, objecte-t-on, non un lit d’un lit1. » La différence est radicale, elle est
de nature ontologique. Car l’art ne peut pas créer une essence, une forme
substantielle. Dès lors l’alchimiste est soit un charlatan, soit un sorcier.
La fabrication d’artifices relève soit de la duperie, soit de la magie. C’est
pourquoi l’alchimie qui fut au Moyen Âge une entreprise expérimentale et
artisanale n’a jamais été admise parmi les arts libéraux enseignés à l’univer-
sité. À la fin du XIIIe siècle, l’alchimie est condamnée par les dominicains et
en 1317 une bulle du pape Jean XXII dénonce l’alchimie contre une contre-
façon au terme d’une dispute entre pro et contra ; puis en 1396 l’Inquisition
condamne à son tour les alchimistes. On voit donc qu’au Moyen Âge le
débat suscité par les alchimistes met en scène quelques-uns des arguments
qu’on retrouve aujourd’hui : l’artifice est contre-nature, il s’oppose à l’ordre
de la création, à la distribution des espèces et trahit l’arrogance de l’homme
qui veut s’égaler à dieu.
Mais les alchimistes ne se laissent pas faire. Ils ripostent sur deux
tableaux : D’une part, au moyen des expériences, ils s’efforcent de montrer
la possibilité d’artifice en mettant au point un certain nombre de tests
prouvant l’authenticité de l’or produit dans leur coupelle (coupellation et
cémentation). Plus tard ils mettent au point la méthode d’union et désu-
nion, analyse et synthèse, afin de prouver que le produit fabriqué dans leurs
fioles et fourneaux est identique au produit extrait de la nature.
D’autre part, les alchimistes ont aussi recours à des arguments. En parti-
culier le livre d’Hermès (première moitié du XIIIe siècle) démontre la supé-
riorité des productions humaines. Il ne dénie pas que l’art imite la nature
mais dans certains cas il est plus efficace et inférieur. Non seulement « le feu
de la foudre naturelle et le feu allumé à l’aide d’un silex sont le même feu…
le sel vert, le vitriol et le sel ammoniac sont aussi bien naturels qu’artificiels.
Mais les artificiels sont meilleurs que les naturels et quiconque connaît les

1. ARISTOTE, Physique II, 193b.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
02-Chap1:Mise en page 1 23/10/08 15:59 Page 28

28 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

minéraux ne me contredira pas sur ce point. L’arbre sauvage naturel et


l’arbre artificiellement greffé sont tous deux des arbres. Ce n’est pas l’art qui
fait toutes ces choses, il aide plutôt la nature à les faire. C’est pourquoi l’as-
sistance de l’art n’altère pas la nature des choses ». Ainsi les travaux
humains peuvent être à la fois naturels, eu égard à l’essence, et artificiels eu
égard au mode de production. Bien avant Francis Bacon et Descartes, les
alchimistes ont exalté l’idée du pouvoir de l’homme sur la nature. Depuis le
Moyen Âge, ils n’ont cessé de se battre pour la dignité de l’artifice, c’est-à-
dire plus généralement de la technique. Et c’est l’une des contributions
majeures de la chimie à notre culture. Mais le revers de la médaille, c’est la
figure de la transgression qui leur colle à la peau.

ASPIRATIONS FAUSTIENNES

Il faut dire que nombreux furent les chimistes aux ambitions promé-
théennes qui proclamèrent la possibilité de surpasser la nature, d’égaler le
créateur, voire de créer de la vie. Donner vie à un morceau de matière inani-
mée dans une fiole est un espoir tenace chez les chimistes. C’est ainsi par
exemple que Paracelse, jugeant les rapports sexuels indignes des humains,
voulut fabriquer un homonculus en faisant putréfier du sperme dans du
fumier de cheval pendant quarante jours2. Le fantasme de l’homoncule est
repris au XIXe siècle par Goethe dans Faust. Le mythe de Faust, savant qui
signe un pacte avec le diable prend racine dans un personnage historique,
un certain Johann Faust, alchimiste et astrologue, qui vécut au début du
XVIe siècle et se vantait de ses exploits en magie noire et nécromancie. La
fabrication de l’homoncule inspire aussi Mary Shelley dans Frankenstein ou
le Prométhée moderne3. Deux œuvres à grand succès, maintes fois reprises,

2. NEWMAN William R., Promethean Ambitions. Alchemy and the Art-Nature


Debate, Chicago University Press, 2004, chap. 4.
3. On sait que Goethe était profondément instruit d’alchimie comme de chimie.
Le personnage de Frankenstein fut forgé par Mary Shelley en 1817 suite à l’évoca-
tion d’une génération spontanée dans un tube à essai. L’intrigue du roman semble
inspirée d’une conversation entre son mari Percy Shelley et Lord Byron sur un
exploit de génération spontanée d’Erasmus Darwin ; LECOURT Dominique,
Prométhée, Faust, Frankenstein. Fondements imaginaires de l’éthique, Paris,
Synthélabo, 1996, p. 85-87.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
02-Chap1:Mise en page 1 23/10/08 15:59 Page 29

CHIMIQUE OU NATUREL ? 29

revues, réinterprétées dont l’impact culturel reste considérable. Les chi-


mistes ont longtemps caressé le projet de faire de la vie artificielle et ces pro-
jets – toujours controversés – semblaient animés par une volonté de prou-
ver la puissance de la chimie.
Alors même qu’ils semblaient avoir renoncé à créer la vie artificielle, les
chimistes du XIXe siècle n’ont pas perdu tout espoir de rivaliser avec la
nature. Ainsi Marcellin Berthelot reconnaît certes que « jamais le chimiste
ne prétendra former dans son laboratoire une feuille, un fruit, un muscle,
un organe4 ». Son ambition la plus haute, dit-il, est la synthèse des principes
immédiats (éthylène, acétylène, etc.), non celle des plantes ou des animaux.
Mais cela ne l’empêche pas de proclamer avec d’autres chimistes de son
époque que la synthèse de produits jusqu’ici fabriqués par le vivant détruit
la croyance en la force vitale. William Hofmann et Hermann Kolbe, qui tous
deux se sont illustrés par de remarquables synthèses, ont propagé cette
légende tenace que la synthèse de l’urée accomplie par Friedrich Wöhler en
1828 aurait détruit la force vitale. Or cette synthèse effectuée à partir du
cyanate d’ammonium et non à partir des éléments n’était pas une synthèse
totale au sens de Berthelot et ne prouvait rien5. Seule une synthèse totale à
partir des éléments aurait pu à la rigueur remettre en cause la croyance en
la force vitale.
Mais l’enjeu est clair. Les chimistes du XIXe siècle voulaient forcer la bar-
rière entre l’inerte et le vivant, étendre le territoire et la puissance d’action
du chimiste à la physiologie animale et végétale. Si l’on admet que les sub-
stances renfermées dans les êtres vivants relèvent des mêmes éléments et
des mêmes lois que la chimie minérale, alors le chimiste peut occuper le ter-
ritoire de la physiologie animale et végétale. Il est parfaitement légitime de
parler de « chimie appliquée » à l’agriculture, à la physiologie, à la méde-
cine, etc. Derrière les nombreuses controverses du XIXe siècle au sujet de la

4. BERTHELOT Marcellin, La Synthèse chimique, Paris, Félix Alcan, 1897, p. 271.


5. Si elle fit événement ce n’est pas parce qu’elle détruisait la croyance en la force
vitale, mais plutôt parce qu’elle obligeait les chimistes à affronter un nouveau pro-
blème, plus tard nommé isomérisme : à savoir que deux substances formées des
mêmes éléments, comme le cyanate de potassium et l’urée, présentent cependant
des propriétés différentes. Voir BROOKE John, « Wöhler’s Urea and its Vital Force.
A Verdict from the Chemists », in Ambix, n° 15, 1968, p. 84-114.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
02-Chap1:Mise en page 1 23/10/08 15:59 Page 30

30 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

fermentation, de la génération spontanée, etc., pointe toujours la question


de la puissance et de l’extension du règne de la chimie. La chimie fut perçue
tout au long du XIXe siècle comme une science réductionniste et animée
d’une volonté de puissance. Elle semblait véhiculer le matérialisme et
l’athéisme. Tandis que l’histoire naturelle se prêtait à l’exaltation des desseins
de Dieu dans la création et pouvait nourrir la théologie naturelle, la chimie
semblait menacer les valeurs spirituelles et la religion6.
Transgression de la frontière entre le naturel et l’artifice par les alchimistes
médiévaux, transgression de la frontière entre l’inerte et le vivant par les
chimistes du XIXe siècle : décidément la chimie défie les grands partages et
semble cultiver les chemins de traverse qui franchissent les barrières et
repères de la civilisation.

NOBLESSE DU FACTICE

Science rebelle, un peu sauvage, la chimie transgresse aussi le partage


entre nature et société. C’est-à-dire qu’elle mêle les ressources de la nature
avec une logique économique, de compétition, à l’œuvre dans les sociétés
industrielles modernes. C’est au XVIIIe siècle que les chimistes ont com-
mencé à substituer aux produits extraits de la nature des produits fabriqués
par eux que l’on nommait alors factices. Le terme se répand en même temps
que le passage de la fabrication artisanale à la fabrication industrielle avec
l’introduction des procédés de fabrication en continu dans les manufac-
tures chimiques. La distinction se justifie plutôt par rapport aux procédés
de fabrication que par rapport aux produits, car entre la soude factice et la
soude naturelle, la seule différence est que l’une est fabriquée à partir de
végétaux, l’autre à partir de sel de mer et d’acide sulfurique.
Or les produits factices qui sortent des manufactures où l’on fabrique en
continu changent fondamentalement le rapport à la nature. D’abord les
manufactures qui produisent en masse bouleversent le paysage et polluent
l’atmosphère. De plus, ces produits factices sont souvent inventés pour

6. Ce n’est sans doute pas un hasard si Berthelot fut l’un des protagonistes de la
controverse sur la banqueroute de la science à la fin du XIXe siècle.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
02-Chap1:Mise en page 1 23/10/08 15:59 Page 31

CHIMIQUE OU NATUREL ? 31

diminuer la dépendance à l’égard d’un fournisseur en matière première,


permettent de s’émanciper à l’égard de la distribution géographique des
ressources naturelles, du pouvoir des localités.
Autant que la nature, les produits factices changent profondément la
société dans la mesure où ils permettent de réduire les coûts de production
ainsi que la main-d’œuvre, et de travailler dans de meilleures conditions de
sécurité que dans la production par étapes. C’est pourquoi les produits fac-
tices ou substituts mis sur le marché par les chimistes à partir du XVIIIe siècle
ne sont pas perçus comme des faux. Rien ne laisse soupçonner une volonté
de tromper. Ils sont traités comme des suppléants, palliatifs aux carences de
la nature ou du marché, comme des produits activement recherchés. Leur
fabrication est encouragée par des concours de l’Académie car elle répond
à une volonté politique de s’affranchir des contraintes et aléas de l’approvi-
sionnement, des taxes douanières, etc.
La chimie est la science qui proclame la dignité et la noblesse du factice.
On oublie trop souvent qu’il a fallu opérer une véritable « transmutation
des valeurs » pour que les substituts des produits extraits de la nature soient
considérés comme autre chose que des palliatifs temporaires, des ersatz. Les
vigoureuses campagnes de marketing qui ont accompagné l’essor des poly-
mères synthétiques au XXe siècle ont créé plus qu’un marché, une culture
nouvelle qu’on appelle « l’âge des plastics ».
« Better things for better living… through chemistry » ce slogan lancé par
Du Pont visait au départ à contrecarrer les images associant la chimie à la
mort à cause des productions de guerre. Mais il va beaucoup plus loin en
créant l’image de la chimie comme un art de vivre, fondé sur la prospérité
matérielle. La chimie est parée de mille vertus : elle répand l’abondance de
biens dans toutes les couches de la société, elle fournit du travail en période
de crise, elle garantit la santé avec des produits purs standards, sans sur-
prise ; elle économie les ressources naturelles, etc.
L’un des secrets de la réussite fut le choix du mot « plastique ». Car le fait
que les polymères synthétiques autorisent une grande variété de formes, et
se prêtent à toutes sortes d’usages comme de goûts était au départ (à
l’époque de la bakélite) un signe de leur infériorité. Leur « adaptabilité pro-
téenne » jointe à leur faible densité, leur faible coût de revient et leur faible
durée de vie étaient des signes de faiblesse. Or tous ces caractères devien-
nent en quelques décennies des signes positifs. Les polymères synthétiques

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
02-Chap1:Mise en page 1 23/10/08 15:59 Page 32

32 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

se prêtent à multiples fonctions, s’adaptent à tous les besoins, se présentent


comme des serviteurs zélés de la ménagère. Ces caractères utilisés et exploi-
tés par des artistes, architectes, designers ou couturiers, ont pu créer une
nouvelle ligne esthétique jouant sur les formes courbes et des lignes
aériennes. Ainsi les plastiques ont-ils acquis une dignité culturelle. La plas-
ticité est devenue une valeur culturelle et désigne l’aptitude à la déforma-
tion suivant l’ordre des désirs ou de la société. Dès lors, loin de se dissimu-
ler dans les tons pastel, ils se répandent en couleurs vives, brillantes et tapa-
geuses ; loin de chercher à se faire passer pour naturels, ils affichent leur
artificialité avec un rien d’insolence. Avec cette insoutenable légèreté qui
fait de leur être une presque virtualité, les plastiques deviennent un modèle
à suivre et imiter. Flexibilité, légèreté, disponibilité, et même l’imperma-
nence sont tenues pour des qualités non seulement des matériaux mais des
humains qui s’entourent de ces matériaux. Le terme plastic fonctionne
comme un code qui déclenche toute une série d’associations sur la culture
américaine. « Plastic man », l’individu souriant, léger, flexible, indéfiniment
changeant, adaptable à toutes les situations est un « type » social caractéris-
tique d’un « nouvel esprit du capitalisme7 », le modèle dans une société
néo-libérale qui valorise la flexibilité.
Ainsi la chimie des plastiques a-t-elle concouru à l’émergence d’une valo-
risation culturelle de l’artificiel. Disparues les connotations de tromperie,
ou falsification qui éveillaient les soupçons de charlatanerie. L’artificiel est
beaucoup plus qu’un palliatif de la nature, pâle imitation ou substitut éco-
nomique des matériaux offerts par la nature. L’artificiel a supplanté le natu-
rel et redéfini notre rapport au monde. Le plastic exprime une foi dans la
capacité des techniques à transmuter les imperfections de la nature pour
atteindre la perfection d’un monde de rêve. Leur but semble moins d’amélio-
rer la nature que de créer un monde de rêve, utopique, un Disney World, un
monde refuge sourd et aveugle aux bruits et grincements issus de la nature.

7. BOLTANSKI Luc, CHIAPELLO Ève, Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris,


Gallimard, 2000.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
02-Chap1:Mise en page 1 23/10/08 15:59 Page 33

CHIMIQUE OU NATUREL ? 33

EN GUERRE CONTRE LA NATURE

D’où l’inévitable retour du bâton. La perfection du monde de rêve que


promeut la chimie se retourne en cauchemar. L’image du paradis artificiel
devient une figure diabolique du mal. Au moment même où triomphe la
civilisation du plastic et la société de consommation, la chimie est attaquée
de front par les défenseurs de la nature.
En 1962, Rachel Carson, une scientifique américaine spécialiste de biolo-
gie marine, publie Silent Spring8, après plusieurs tentatives infructueuses
pour signaler sous forme d’articles les dégâts causés par le DDT, elle eut
recours au genre « les merveilles de la nature ». Elle mobilise les ressources
de la littérature populaire. Le livre se présente comme une fiction futuriste
en forme de fable qui délivre une leçon de morale. Une vision riante très
bucolique est mise en contraste avec une vision d’apocalypse, comme si les
« plaies » d’Égypte c’est-à-dire une calamité surnaturelle s’abattait sur la
ville. Le nuage de DDT apparaît comme une force aveugle qui détruit tout
signe de vie sur son passage. Plus d’insectes, plus d’oiseaux, plus d’harmo-
nie. Le message est clair. La chimie tue, elle élimine toute trace de vie. La
force du livre tient à l’utilisation consciente des mythes mêlés avec des
informations réalistes glanées dans les pages des journaux sur les dégâts
causés à la nature par les organochlorés. C’est donc une fiction qui s’appuie
sur des faits connus du public mais grossis par un effet d’accumulation. De
plus, la puissance de mort du nuage de DDT réactive les souvenirs de la
guerre des gaz. Mais la thèse de Carson est claire : si la chimie aboutit à
cette vision d’apocalypse c’est parce qu’elle est en lutte contre la nature, au
lieu d’être à son écoute.
Et l’ampleur des réactions que suscita Silent Spring montre à quel point
la fable et le mythe sont de puissants moyens d’action économique et poli-
tique. Tantôt adulée, tantôt traitée d’hystérique, Rachel Carson devint une
célébrité. La National Agricultural Chemical Association a dépensé un quart

8. CARSON Rachel, Silent Spring, New York, 1962 (Le Printemps silencieux, Paris,
Plon, 1963).

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
02-Chap1:Mise en page 1 23/10/08 15:59 Page 34

34 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

de million de dollars pour discréditer le livre dans les journaux et à la télé-


vision. Une firme chimique publia également une parodie décrivant un
monde sans pesticide, monde désolé, peuplé d’hommes affamés, et souf-
frant mille douleurs. Ces ripostes hyperboliques eurent pour effet principal
d’assurer une publicité formidable à ce livre. Au point qu’il est aujourd’hui
considéré comme un tournant historique car le mouvement d’opinion qu’il
suscita fut suivi de mesures politiques : le Président Kennedy demande une
enquête qui conduit en 1970 à la création d’une agence pour la protection
de l’environnement (Environmental Protection Agency) et à l’interdiction du
DDT en 1972. Les Nations Unies organisent en 1972 la première Conference
on the Human Environment à Stockholm qui souligne publiquement l’ur-
gence de maintenir la capacité de la terre à produire des ressources renou-
velables et instaure une politique de l’environnement. C’est pourquoi Silent
Spring est aujourd’hui considéré comme l’acte fondateur de l’écologie envi-
ronnementale.
Cet épisode est important car il souligne la solidarité entre l’essor d’une
pensée écologique et la diabolisation de la chimie. Le mécanisme de rejet se
renforce quand le danger annoncé par Carson à propos des pesticides est
étendu à l’ensemble de l’économie de consommation et de gaspillage des
ressources, quand de la préservation de la vie sur terre on est passé à la pré-
servation de la planète elle-même. Dès lors, la chimie avec ses produits de
grande consommation à base de pétrole apparaît sous la figure du préda-
teur qui ne tient pas compte de la nature. Le mouvement d’écologie indus-
trielle instruisant le procès de l’économie cow boy, qui exploite les ressources
sans égard pour ce qui reste derrière elle, cible précisément toutes les pro-
ductions chimiques qui produisent en masse des produits éphémères
démultipliant les flux matériels et les prélèvements d’énergie comme de
matière sur la planète9. À force d’accumuler des produits et des déchets net-

9. BOULDING, K.E., « The economics of the coming spaceship earth », in


Environment Quality in a Growing Economy, Johns Hopkins University Press, 1966,
p. 3-14. ERKMAN Suren, Vers une écologie industrielle. Comment mettre en pratique le
développement durable dans une société hyper-industrielle, Paris, Éditions Charles
Léopold Mayer, 2004.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
02-Chap1:Mise en page 1 23/10/08 15:59 Page 35

CHIMIQUE OU NATUREL ? 35

tement visibles et partout présents, la chimie se trouve, à nouveau, respon-


sable de méfaits sur l’environnement et une nouvelle fois désignée comme
ennemie de la nature.
On voit donc que la dichotomie « chimique ou naturel » avec toutes les
connotations qu’elle véhicule – poison, souillure, nuisance et ravage – ne
procède pas de l’ignorance ou de la crédulité d’un public ignare et assez
ingrat pour rester aveugle à tout ce qu’il doit à la chimie. Elle repose sur un
trait historique de l’industrie chimique, à savoir son développement dans le
contexte d’une économie visant la production de masse et la société de
consommation. C’est l’administration massive de gaz ou de pesticides qui
associa la chimie à une puissance aveugle, brutale et stupide. C’est la
consommation en masse de produits jetables qui associa la chimie à l’im-
moralité, aux notions de vanité, de superficialité, et d’inauthenticité. Et la
question doit être débattue en référence à ce contexte historique et culturel
global, plutôt qu’à coup de slogans ou de propagande. Le temps des croi-
sades où les compagnies chimiques redoraient leur blason en finançant des
campagnes publicitaires est révolu.

À L’ÉCOLE DE LA NATURE

Pour renverser cette image diabolique, on a fait longtemps confiance aux


campagnes de marketing, mais n’est-il pas plus raisonnable de changer la
réalité des systèmes de production et des produits ? Deux voies semblent se
préciser dans les pratiques de la synthèse depuis la fin du XXe siècle qui
reportent l’attention des chimistes vers la nature, plus précisément vers le
vivant. Tout se passe comme si, en cultivant l’artifice, la chimie redécouvrait
que son modèle se trouve dans la nature. À l’ambition de rivaliser avec la
nature succède une attitude beaucoup plus modeste de devenir l’élève qui
apprend son métier à l’école de la nature. La nature vivante nous apprend
le recyclage des déchets. Pour que la chimie entre pour de bon – et non à
reculons – dans l’ère du développement durable, il est indispensable d’inté-
grer dans la conception même des produits la question de leur devenir
après usage, de leur recyclage. Le fameux principe « du berceau à la tombe »
mis en application dans plusieurs secteurs chimiques, exige une véritable
mutation des modes de pensée et de conception, tant il est vrai que les

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
02-Chap1:Mise en page 1 23/10/08 15:59 Page 36

36 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

connaissances sur les divers matériaux en usage dans notre environnement


ont été élaborées dans le cadre d’une « chimie réductionniste » alors que le
problème exige le recours à un mode de pensée systémique. Pour évaluer le
cycle de vie des substances, il faut rassembler toutes les données possibles
concernant la toxicologie des matériaux du passé et mobiliser toutes les res-
sources de l’expérience comme de la simulation pour se faire une idée de
leurs impacts sur la santé et l’environnement. Mais force est d’avouer qu’en
dépit des efforts déployés, c’est une nouvelle culture de la chimie qui est à
développer.
Un autre changement manifeste dans la production des objets les plus
communs issus des industries chimiques réside dans le « sur-mesure ». Au
lieu de viser la production en masse des matériaux standards et polyvalents
(celle qui permit l’invasion des produits chimiques dans notre environne-
ment), on cherche à réaliser un matériau singulier adapté à une application
bien précise. Paradoxalement, c’est en poussant à l’extrême la logique de
l’artifice et de la transgression que les chimistes retrouvent la nature.
À l’époque des grands programmes nucléaires et spatiaux, où l’argent
coulait à flots, il fut demandé aux chimistes d’inventer des matériaux
inouïs : légers et tenaces, résistants en température comme à la corro-
sion, etc. Les composites qui sortirent de leur imagination sont légers
comme le plastique, tenaces comme l’acier, rigides comme les céramiques.
Rien de plus artificiel, à première vue, que ces étranges composites. Bien
qu’ils nous soient devenus familiers depuis qu’on a fait de certains des pro-
duits de consommation courante, ils sont pareils à des animaux fantasma-
goriques associant deux espèces, chien et lion, chèvre et loup. Parce qu’ils
réunissent souvent dans une même structure le minéral et l’organique, les
composites semblaient atteindre le comble de la transgression des grands
partages de la nature. Chassez le naturel, il revient au galop. Les matériaux
chimères, anisotropes, qui présentent des propriétés extraordinaires, res-
semblent plus aux matériaux que la nature met à notre disposition que les
substances pures, homogènes et de composition stable produites dans les
laboratoires et les usines. Dans le monde du vivant le composite est la règle
et la pureté l’exception. Les matériaux du vivant sont le produit d’une évo-
lution aveugle qui ne redoute pas les impuretés, les défauts, les mélanges
compliqués, un peu baroques. C’est pourquoi la culture du composite a
soudainement rapproché le synthétique et le naturel. Tout comme le vivant

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
02-Chap1:Mise en page 1 23/10/08 15:59 Page 37

CHIMIQUE OU NATUREL ? 37

fabrique un tissu ou un muscle adapté à de multiples fonctions dans un


environnement bien précis, les artefacts chimiques, la recherche de « maté-
riaux sur mesure » ou « by design » conduisent à produire des matériaux
avec une géométrie propre à une pièce particulière en fonction des efforts à
fournir et des conditions d’utilisation10.
Aux produits bon marché qui permirent à l’industrie chimique du début
du XXe siècle de formidables économies d’échelle succèdent des produits
chers et plus rares à forte valeur ajoutée. Chaque matériau est unique, sin-
gulier, voisin d’une œuvre d’art. C’est dans ce cadre qu’est systématisée une
logique de conception qui procède de la fonction aux propriétés et à la
structure et qui transforme le matériau en support de propriétés en vue des
fonctions requises pour une tâche donnée. Mais ici encore cela engage une
véritable mutation des techniques de production. La fabrication du « sur-
mesure » emprunte des méthodes de conception et de fabrication bien dif-
férentes de la production en série.
Ainsi, après des siècles de transgression des frontières entre art et nature et
des années de guerre entre le chimique et le naturel, verrait-on s’esquisser une
sorte de réconciliation entre chimie et nature ? Les chimistes découvrent les
merveilles de la nature, ils tentent de copier ses structures multifonction-
nelles, ses procédés, mais cela signifie-t-il qu’ils aient délaissé l’ambition de
la corriger, ou de la dépasser ? Rien n’est moins sûr.

10. Voir BENSAUDE-VINCENT Bernadette, Éloge du mixte. Matériaux nouveaux et


philosophie ancienne, Paris, Hachette Littératures, 1998.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
02-Chap1:Mise en page 1 23/10/08 15:59 Page 38

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
03-Chap2:Mise en page 1 23/10/08 16:01 Page 39

Qu’est-ce que la matière


aux yeux des chimistes ?

N DUEL OPPOSE DE FAÇON RÉPÉTITIVE, depuis le XVIIIe siècle, les chi-

U mistes aux physiciens pour déterminer qui des deux parvient à la


connaissance la plus approfondie de la matière. Le triomphe de la
mécanique quantique au XXe siècle a signifié pour beaucoup la victoire des
physiciens, reléguant les chimistes en surface.
La chimie est dès lors perçue comme une science inférieure qui se
contente de décrire des phénomènes macroscopiques, de manipuler les
corps sans atteindre l’explication ultime de leurs propriétés. Bref, une
science qui peut être réduite à – sinon entièrement déduite de – la physique.
Bien des chimistes ressassent toujours la fameuse phrase de Dirac en 1929 :
« Les lois physiques sous-jacentes nécessaires à la théorie mathématique
d’une grande partie de la physique et de la totalité de la chimie sont ainsi
complètement connues, et la seule difficulté restante est que l’application
exacte de ces lois conduit à des équations trop compliquées pour être sus-
ceptibles de solution1. »
Dès lors le chimiste a le choix entre deux voies : ou bien s’aligner sur la
« pensée unique » et devenir un satellite de la physique, ou bien engager
son peuple dans une résistance héroïque aux tentatives d’annexion d’un
puissant voisin.

Ce chapitre reprend le texte d’une conférence donnée en mars 2006 à Louvain-


la-Neuve, dans le cycle de conférences « Éléments d’histoire de la chimie » organisé
par Brigitte Van Tiggelen et Bernard Mahieu pour Memosciences.
1. DIRAC P.A.M., « Quantum mechanics of many-electron systems », in
Proceedings of the Royal Society of London A, 123, 1929, p. 714-733 (citation p. 714).

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
03-Chap2:Mise en page 1 23/10/08 16:01 Page 40

40 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

Pour en finir avec la question du réductionnisme – qui, semble-t-il,


inquiète beaucoup plus les professeurs de chimie que les chimistes eux-
mêmes – je propose d’analyser de plus près quelle est la conception de la
matière impliquée dans les pratiques chimiques. Il me semble, en effet, que
la question est mal posée pour deux raisons. Premièrement, elle revient à
juger la chimie par rapport à la physique. Mais plutôt que de poser le débat
par rapport à la question « que puis-je connaître ? », peut-être compren-
drait-on mieux quelle est l’approche chimique de la matière en tenant
compte de sa nature duale – science et industrie – c’est-à-dire par rapport à
la question « que puis-je faire ? ». Deuxièmement, la perspective réduction-
niste repose sur la conviction qu’il peut exister une science strictement posi-
tiviste, au sens de dénuée de métaphysique, sans bagage ontologique. Or, je
pense, avec Meyerson, que cette conviction est une fiction, que toute science
implique et véhicule une vision du monde qui lui est spécifique.
Tentons donc de dégager la philosophie de la matière propre aux chi-
mistes, en considérant comment elle s’est forgée au cours d’une longue his-
toire à travers des rivalités doctrinales comme des pratiques artisanales puis
industrielles.

UN DUEL TOUJOURS RECOMMENCÉ

La chymie par des opérations visibles résout les corps en certains prin-
cipes grossiers et palpables, sels, soufres etc. mais la physique par des
spéculations délicates agit sur les principes comme la chimie fait sur les
corps ; elle les résout eux-mêmes en d’autres principes encore plus
simples, en petits corps mus et figurés d’une infinité de façons : voilà la
principale différence de la Physique et de la Chymie. […] L’esprit de la
Chymie est plus confus, plus enveloppé ; il ressemble plus aux mixtes, où
les principes sont plus embarrassés les uns avec les autres : l’esprit de la
Physique est plus net, plus simple, plus dégagé, enfin il remonte jus-
qu’aux premières origines, l’autre ne va pas jusqu’au bout2.

2. FONTENELLE Bernard Le Bovier de, Histoire de l’Académie royale des sciences, t. 1,


sur l’année 1669, cité par METZGER Hélène, Les Doctrines chimiques en France du
début du XVIIe à la fin du XVIIIe siècle, Paris, Blanchard, 1969, p. 266-68.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
03-Chap2:Mise en page 1 23/10/08 16:01 Page 41

QU’EST-CE QUE LA MATIÈRE AUX YEUX DES CHIMISTES ? 41

Bien qu’inscrit dans un cadre historique dépassé de duel entre le méca-


nisme cartésien et la chimie du XVIIe siècle3, le jugement comparatif esquissé
par Fontenelle, alors Secrétaire perpétuel de l’Académie royale des sciences
de Paris, met en scène un défi toujours actuel. La chimie vise à dégager les
principes à l’œuvre dans les transformations matérielles tandis que la phy-
sique part en quête des constituants ultimes de la matière.
L’esprit de physique – qui séduit Fontenelle – n’est autre que la théorie
cartésienne de la matière, uniforme, homogène, pure étendue, en longueur,
largeur et profondeur, mise en mouvement par Dieu, sans qu’il y ait de vide.
Par contraste l’esprit de chimie est en quête de principes, c’est-à-dire d’in-
dividus matériels porteurs de propriétés qu’ils confèrent aux mixtes dans
lesquels ils entrent. Ces principes ontologiques (substances) sont aussi des
principes épistémologiques (logiquement premiers) au sens où ils ont pour
le chimiste un pouvoir explicatif.
L’article « chymie » de l’Encyclopédie de Diderot rédigé par Gabriel-
François Venel, médecin chimiste de Montpellier, se présente comme une
riposte aux propos dépréciatifs de Fontenelle que Venel considère comme
l’expression de préjugés. D’où une protestation véhémente contre l’arro-
gance et les prétentions des explications avancées par les physiciens qui, à
certains égards, entrent en résonance avec la révolte actuelle de quelques
chimistes contre l’emprise de la mécanique quantique. Les chimistes, dit
Venel, répondent non pas à une interrogation sur la matière en général mais
à des questions du genre : « Qu’est-ce qui fait que l’eau régale a la capacité
de dissoudre l’or ? » Toute leur attention porte sur les propriétés indivi-
duelles manifestées par les substances et leurs transformations plutôt que
sur la structure de la matière. Aux yeux des chimistes, « nul corps de la
nature n’est de la matière proprement dite4 ». Les qualités responsables des

3. La comparaison établie par Fontenelle entre un « esprit de physique » et un


« esprit de chymie » se réfère à une situation historique bien précise d’affrontement
entre deux interprétations des mêmes transformations chimiques : celle d’un cer-
tain Gaston Du Clos auteur d’une Dissertation sur les mixtes naturels et les interpré-
tations corpusculaires avancées par Descartes et par Robert Boyle.
4. VENEL Gabriel-François, « Principes (chymie) », in D’ALEMBERT, DIDEROT,
Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences des arts et des métiers, 1765,
vol. 13, p. 375-76. Sur la philosophie de Venel voir LEHMAN Christine, Gabriel
François Venel. Sa place dans la chimie française du XVIIIe siècle, Thèse de doctorat de
l’Université Paris 10, 2006.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
03-Chap2:Mise en page 1 23/10/08 16:01 Page 42

42 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

propriétés chimiques – acidité, combustibilité, etc. – sont incorporées dans


des principes qui les font passer d’un mixte à l’autre, ce qui permet de
rendre compte à la fois de la conservation de la matière, de la circulation et
des propriétés.
La querelle entre physiciens et chimistes semble donc, en première
approche, se jouer autour de deux conceptions de la matière : soit une
matière homogène unique distribuée en atomes ou particules disconti-
nues ; soit une matière qui se différencie en principes bien individualisés.
On aurait donc d’un côté des atomes, de l’autre, des principes ou élé-
ments au sens aristotélicien du terme. Le duel entre physique et chimie
reproduirait le duel entre les doctrines antiques atomistes et les doctrines
antiques des éléments (Empédocle et Aristote).

PAS D’ATOMES SANS QUALITÉS

Pourtant il serait trompeur de croire que chimie et physique se différen-


cient suivant cette ligne de clivage instaurée dès l’Antiquité. En effet, les
chimistes s’accommodent très bien de la doctrine atomiste, qu’ils marient
avec la doctrine des principes ou éléments bien différenciés.
Or, loin d’être une caractéristique de la science moderne, ce mariage
commence très tôt. Certes, la tradition alchimique occidentale s’est moulée
dans la culture scolastique dominante mais les alchimistes ont commencé à
réintroduire des notions corpusculaires ou atomistes pour se défendre
contre les attaques des scolastiques. Ces derniers niaient que l’or des alchi-
mistes fût authentique car leur or fabriqué ne présentait que l’apparence de
l’or sans contenir la « forme substantielle » de l’or, que seule la nature peut
donner5. Les chimistes, soucieux de prouver l’authenticité de leurs pro-
duits, postulent que les transformations chimiques se font per minima au
niveau du dernier terme de l’analyse. Et, comme le montre toute une série
d’études récentes de la tradition chimique du XVIIe siècle, les vues corpuscu-

5. LÜTHY Christopher, MURDOCH John E., NEWMAN W.R. (éds.), Late Medieval and
Early Modern Corpuscular Matter Theories, Leiden, Brill, 2001.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
03-Chap2:Mise en page 1 23/10/08 16:01 Page 43

QU’EST-CE QUE LA MATIÈRE AUX YEUX DES CHIMISTES ? 43

laristes se conjuguent sans problème avec les théories des éléments6. Daniel
Sennert, par exemple, explique un certain nombre d’opérations chimiques en
termes d’addition ou de soustraction d’atomes qui ont des propriétés chi-
miques individuelles. Et il semble avoir été la source d’inspiration de Robert
Boyle. Ni la discontinuité, ni l’homogénéité de la matière généralement
impliquées dans l’atomisme ne suffisent donc à distinguer une philosophie
de physiciens d’une philosophie propre aux chimistes. Que la matière soit
continue ou discontinue, peu importe. Les chimistes peuvent opter pour les
éléments-principes ou pour les atomes-corpuscules, ou même tenter de
concilier les deux. Car c’est moins une théorie de la matière qu’ils récusent
que la possibilité de réduire les qualités individuelles à des paramètres méca-
niques. Leurs principes ne se donnent pas comme une philosophie de la
matière alternative et rivale de l’atomisme, mais plutôt comme une grille de
lecture des phénomènes.
Ne pas disqualifier la matière, au sens de la dépouiller de ses qualités, telle
semble l’exigence primordiale des chimistes. Cela signifie non seulement
que les qualités ou propriétés sensibles sont considérées comme essentielles,
et non comme des effets secondaires de réalités plus profondes ; mais aussi
que la matière est disposée à agir. Deux voies s’offrent pour penser cette dis-
position à agir.
La première est la voie newtonienne. Il faut renoncer aux idées claires et
distinctes de Descartes, accepter un peu d’occulte, pour parvenir à expli-
quer à l’aide d’une seule force le mystère des « attractions électives ».
Newton prête à la matière des « vertus », au double sens de force et de vir-
tualités. Dans la Question 31 de l’Opticks, Newton décrit un grand nombre
de réactions chimiques et suggère que l’affinité des corps, manifeste à
l’échelle des phénomènes sensibles, est l’effet d’une attraction qui s’exerce
entre les particules ultimes qui les composent. Il trace ainsi une voie de

6. CLERICUZIO Antonio, « From van Helmont to Boyle : A study of the transmis-


sion of Helmontian Chemistry and medical theories in seventeenth-century
England », in British Journal for the History of Science, n° 26, 1993, p. 303-334 ;
NEWMAN William R. « The alchemical sources of Robert Boyle’s corpuscular philoso-
phy », in Annals of Science, n° 53, 1996, p. 567-585 ; NEWMAN, William R., Atoms and
Alchemy. Chemistry and the Experimental Origins of the Scientific Revolution,
Chicago, The University of Chicago Press, 2006.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
03-Chap2:Mise en page 1 23/10/08 16:01 Page 44

44 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

passage entre le microscopique et le macroscopique, entre le monde caché


des particules et des forces et le monde sensible où l’on agit. Newton, rappe-
lons-le, ne s’est pas contenté d’appliquer sur la chimie une loi mathéma-
tique qu’il aurait déchiffrée dans le ciel étoilé ou en regardant tomber une
pomme. On sait aujourd’hui qu’il a mené tout au long de sa vie des expé-
riences chimiques quantitatives et minutieuses pour tenter de comprendre
les mécanismes de l’attraction chimique7. Cette dimension alchimique de
l’œuvre du grand Newton, qui fut une révélation choquante pour les histo-
riens des sciences du XXe siècle, passait pour évidente aux yeux des chimistes
du XVIIIe siècle. Pour les auditeurs des démonstrations de chimie de
Guillaume François Rouelle au Jardin du Roy, cette origine chimique ne fait
aucun doute. Jean-Jacques Rousseau, par exemple, déclare sans discussion,
dans ses Institutions chymiques : « Newton explique la dissolution par l’at-
traction dont il ne faut pas douter qu’il n’ait tiré la première idée des expé-
riences chymiques8. »
L’autre voie est la voie dynamiste illustrée dans la Naturphilosophie alle-
mande, par Kant, Hegel, Schelling, et des savants comme Klaproth, Oersted
et Richter9. Elle consiste à éliminer la matière uniforme pour ne garder que
le concept de force. Prenant au sérieux les qualités sensibles manifestées par
les substances chimiques, le courant de chimie dynamiste suppose la
matière animée de forces – magnétiques, électriques, chimiques – dont les
polarités déterminent les qualités phénoménales des corps.
On voit donc que l’art des chimistes qui consiste à gérer des populations
de molécules pour produire des réactions voulues, permet de raisonner
indifféremment en termes d’atomes ou d’éléments… pourvu que ceux-ci
soient actifs, pourvu qu’ils fassent quelque chose.

7. DOBBS Betty J.T., Foundations of Newton’s Alchemy, or « The Hunting of the


Green Lyon », Cambridge, Cambridge University Press, 1975 ; PRINCIPE Lawrence,
« The Alchemies of Robert Boyle and Isaac Newton. Alternate approaches and
divergent deployments », in OSLER Margaret (éd.), Canonical Imperatives.
Rethinking the Scientific Revolution, Cambridge, Cambridge University Press, 1998.
8. ROUSSEAU Jean-Jacques, Institutions chymiques, Paris, Fayard, « Corpus des
œuvres philosophiques en langue française », 1999, p. 298.
9. RENAULT Emmanuel, Philosophie chimique. Hegel et la science dynamiste de son
temps, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2003.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
03-Chap2:Mise en page 1 23/10/08 16:01 Page 45

QU’EST-CE QUE LA MATIÈRE AUX YEUX DES CHIMISTES ? 45

UN RÉALISME OPÉRATOIRE

Dès le XVIIIe siècle, les chimistes avaient pris l’habitude d’identifier les sub-
stances par ce qu’elles font. Par exemple, Wilhelm Homberg dans son Essai
sur l’analyse du soufre commun (1703) démontrait que l’acide du soufre
commun obtenu par décomposition du soufre et l’huile de vitriol sont
« parfaitement la même chose » parce que tout ce qui peut être fait par
l’huile de vitriol peut être fait par l’esprit de soufre et vice versa10. Ainsi les
quatre éléments traditionnels se trouvent-ils redéfinis par leur action sur
d’autres corps. Ils sont autant objets de connaissance que moyens d’action
mis en œuvre par la nature comme par le chimiste. De son côté, Hermann
Boerhaave, médecin et professeur de chimie à l’Université de Leyde, n’hé-
site pas à présenter les quatre éléments comme les « instruments » de la chi-
mie en précisant ce qu’il entend par instrument.
Dans quelque art que ce soit, où l’on se propose de changer des corps,
on appelle instrument celui à qui l’on peut imprimer, ou auquel on a
déjà imprimé un mouvement capable de produire le changement qu’on
a en vue11.

Guillaume-François Rouelle, célèbre démonstrateur de chimie au Jardin


du Roy à Paris reprend cette appellation : dans ses leçons rédigées par cer-
tains de ses élèves, il décrit les éléments comme des instruments naturels et
les présente dans le même chapitre que les instruments artificiels, comme
les menstrues et les vaisseaux12. De même, Rousseau qui fut élève de
Rouelle présente ainsi les éléments dans les Institutions chymiques :

10. HOMBERG Wilhelm « Essai sur l’analyse du soufre commun », in Mémoires de


l’Académie royale des sciences de Paris, 1703, p. 31-40.
11. BOERHAAVE Hermann, Éléments de chymie, vol. 1, Paris, Allamant, 1754, p. 267.
Voir aussi POWERS John C., « Chemistry without principles : Hermann Boerhaave
on instruments and elements », in PRINCIPE Lawrence M., (éd.), New Narratives in
Eighteenth-Century Chemistry, Dordrecht, Springer, 2007, p. 45-61.
12. ROUELLE Guillaume-François, manuscrit anonyme de son cours, présentation
par Christine Lehman, Site de l’INRP : http://www.inrp.fr/she/cours_magistral
/rouelle.htm. (accès juin 2008). Pour une analyse fine des options philosophiques
de Rouelle et de son élève Diderot voir, PÉPIN François, Philosophie expérimentale et
chimie chez Diderot, Thèse de l’Université Paris 10, 2007.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
03-Chap2:Mise en page 1 23/10/08 16:01 Page 46

46 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

Pour établir un laboratoire artificiel sur le modèle de celui de la


nature, il ne suffit pas de voir en gros les voies qu’elle emploie, il faut sur-
tout connaître bien parfaitement les instruments dont elle se sert. Ces
instruments sont en grand nombre : le soleil, les vents, la pluie, les eaux,
les sels, les terres, les parties mêmes des corps diversement mues, diver-
sement figurées. Mais on peut réduire tout cela à quatre classes générales
à savoir l’eau, le feu, la terre, l’air, par le concours desquels tous les corps
naturels existent, se produisent, se conservent ou s’altèrent conformé-
ment aux lois établies dès le commencement13.

Tous les corps se trouvent ainsi instrumentalisés : les sels, les affinités
elles-mêmes sont des instruments à disposition du chimiste. La nature
dans son ensemble est un immense laboratoire, c’est-à-dire un lieu où tra-
vaillent des corps. D’ailleurs, les chimistes du XVIIIe siècle désignaient tou-
jours ce que nous appelons aujourd’hui « réaction » par le terme « opéra-
tion », comme l’a judicieusement remarqué Frederic L. Holmes14. Les élé-
ments sont acteurs d’opera, à la fois du grand œuvre de la nature et des
œuvres de chimistes.
En transgressant ainsi le grand partage entre la nature et l’art, les chi-
mistes du XVIIIe siècle firent de la nature un théâtre d’opérations, où ils
œuvraient de concert avec les substances. S’il leur arrive d’utiliser la méta-
phore de la nature comme théâtre, ce n’est pas pour illustrer, comme
Fontenelle, la sagesse du philosophe qui pénètre les rouages de la machine-
rie cachée dans les coulisses mais plutôt pour évoquer une scène grouillante
d’opérations diverses15. Car le monde n’est pas un spectacle pour les chi-

13. ROUSSEAU Jean-Jacques, Institutions chymiques, op. cit., p. 63.


14. HOLMES Frederic L., « Concepts, operations and the problem of “Modernity”
in early modern chemistry », in Paper presented at the workshop on early modern
chemistry, Max Planck Institute, Berlin, juin 1995. HOLMES Frederic L., « The com-
munal context for Étienne-François Geoffroy’s Table des rapports », in Science in
Context, n° 9, 1996, p. 289-311.
15. FONTENELLE Bernard Le Bovier de, Entretiens sur la pluralité des mondes habi-
tés, Paris, Fayard, « Corpus des œuvres de philosophie en langue française », 1991.
Et Rousseau, dans les Institutions chymiques (op. cit. p. 59-62), caractérise le point
de vue exclusif du chimiste en ces termes : « Pour l’intérieur, toutes les préparations
nécessaires pour fournir aux différents règnes les aliments qui leur conviennent. Les
digestions, les dissolutions, les filtrations, les fermentations, les calcinations et
toutes les opérations que la chymie n’a fait qu’imiter » (p. 62).

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
03-Chap2:Mise en page 1 23/10/08 16:01 Page 47

QU’EST-CE QUE LA MATIÈRE AUX YEUX DES CHIMISTES ? 47

mistes et leur science n’a pas vocation à donner une représentation du


monde dont le but serait la fidélité à l’original.
C’est ainsi qu’on peut comprendre l’attitude autrement illogique des chi-
mistes du XIXe siècle qui défendent la théorie atomiste sans croire à l’exis-
tence des atomes. Comment peuvent-ils douter de l’existence des atomes et
molécules alors qu’ils dessinent des architectures moléculaires qui éclairent la
structure des composés aromatiques et permettent de synthétiser une foule
de nouveaux composés ? Cela paraît bien étrange. Si étrange qu’on est tenté
de considérer que les chimistes ne sont pas sincères et qu’il s’agit plutôt de
précautions oratoires, simples concessions au positivisme ambiant16.
Croire ou ne pas croire, ce n’est pas la question. Tous les chimistes du
monde croient sans doute à l’existence d’entités physiques atomiques, mais
ce n’est pas de cela qu’il s’agit. Les atomes de Gerhardt et de Kekulé assu-
ment avant tout une fonction logique : ils servent à relier les unes aux autres
des relations phénoménales exprimées sous forme de lois – lois de Gay-
Lussac, de Dulong et Petit, d’Avogadro – et à les rendre intelligibles au
moyen d’un schéma d’ensemble. Il s’agit d’établir des rapports entre des
entités. Même si on concède à Émile Meyerson qu’on ne peut penser des
rapports sans supports, et que donc la chimie comme toute autre science
présuppose le concept de chose, il reste que les chimistes n’ont pas à dis-
cuter de la nature du support. Le concept d’atome est pour eux un outil qui
concentre et permet d’unifier des relations multiples entre des données
empiriques. Il n’est pas posé comme une « chose ». Plus même qu’un objet,
il est un sujet, au sens de support hypothétique d’une foule de relations
repérées dans l’expérience.
Les atomes impliqués dans les formules structurales des chimistes orga-
niciens du XIXe siècle n’ont pas pour fonction de représenter l’organisation
des atomes dans le composé. Ils expriment, en revanche, une capacité de
liaison. Leurs formules sont des plans d’action : elles indiquent l’ensemble
des substitutions que peut subir un composé. Or, pour penser cette capacité
de liaison point n’est besoin de supposer des atomes avec des bras. Cela est
tout juste bon pour s’amuser ou enseigner ! La notion d’atomicité telle que

16. Voir plus loin chapitre 9.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
03-Chap2:Mise en page 1 23/10/08 16:01 Page 48

48 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

la définit Charles Adolphe Wurtz se rapporte aux éléments. À chaque élé-


ment correspond une capacité de combinaison inscrite dans ses atomes. La
combinaison chimique résulte de cette tendance des atomes de chaque élé-
ment à épuiser la capacité de combinaison qui « réside » en chacun d’eux,
à des degrés divers17. L’atome des chimistes est donc avant tout une capa-
cité d’entrer en relation, un substrat de relations multiples qui est indépen-
dant de la structure granulaire de la matière. Dévoiler la structure cachée est
un problème secondaire pour qui s’efforce de démêler le réseau dense et
complexe des nœuds de relations entre les corps. Il ne s’agit pas « d’aller jus-
qu’au bout », d’atteindre les ressorts ultimes, mais de cerner des individua-
lités (atome ou élément peu importe) par leurs relations entre elles.
Pour comprendre le genre d’objets dont traitent les chimistes, il faut pour
de bon sortir des débats dans lesquels s’enferre la philosophie de la
connaissance, c’est-à-dire mettre entre parenthèses la problématique de la
science comme représentation du réel. Oui, les chimistes postulent une
réalité et, à ce titre, ils sont réalistes au même titre que les physiciens ou les
électriciens qui postulent l’existence d’électrons18. Toutefois, ces entités
postulées sont non des choses mais des agents, que l’on connaît à travers
leurs actions, leurs effets. Et encore, par-delà les agents qui opèrent, il faut
encore postuler des capacités d’agir, des pouvoirs causaux.
On voit donc que l’image d’une chimie empirique et sans profondeur qui
trouverait ses fondements ailleurs, dans une science-mère, relève d’une
mauvaise comédie orchestrée par des philosophes « peu curieux de son
commerce », comme le regrettait Venel. Les chimistes ont choisi une voie
d’approche du monde qui est foncièrement anti-essentialiste. Le monde
matériel est plein d’individus, de capacités à mettre en relation pour pro-
duire des phénomènes. Il n’est pas souhaitable de nier les apparences, ni
même de les dépasser pour atteindre un réel caché. Car il n’y a pas de réel

17. WURTZ Charles A., Dictionnaire de chimie pure et appliquée, Discours prélimi-
naire, Paris, t. 1, p. LXXV-LXIX.
18. Les électrons dont la réalité est supposée par le physicien comme par l’électri-
cien sont l’exemple favori d’Émile Meyerson en faveur de son réalisme ; voir par
exemple MEYERSON Émile, L’Explication dans les sciences, op. cit., p. 46. Ian Hacking
convoque également les électrons dans Concevoir et expérimenter, mais pour

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
03-Chap2:Mise en page 1 23/10/08 16:01 Page 49

QU’EST-CE QUE LA MATIÈRE AUX YEUX DES CHIMISTES ? 49

caché à révéler sous la surface des choses. Celle-ci est trop intéressante pour
qu’on veuille la dépasser. Les agents matériels qui, par leurs mises en rela-
tion, font émerger des propriétés nouvelles, ne sont pas des marionnettes
que commanderait un mécanisme caché derrière la scène.

insister sur leur caractère opératoire, dans le même sens que les entités postulées
par les chimistes. Voir HACKING Ian, Representing and Intervening, Cambridge
University Press, 1983 (Concevoir et expérimenter, Paris, Christian Bourgois, 1989,
chapitre 16).

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
03-Chap2:Mise en page 1 23/10/08 16:01 Page 50

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
04-Chap3:Mise en page 1 23/10/08 16:02 Page 51

L’énigme du mixte

E MIXTE, mixis (terme imparfaitement traduit par mélange) est une

L notion commune et pourtant énigmatique. Clairement formulée et


résolue à sa manière par Aristote dans le De Generatione et corrup-
tione, cette énigme revient périodiquement hanter les chimistes. De quoi
s’agit-il ?
La mixis désigne une substance composée, homogène. Étant donné que
toutes les substances de la nature se présentent comme des mixtes ou com-
posés, la notion est centrale pour la physique. Le mixte a deux caractères. Il
est homogène, c’est-à-dire que toutes ses parties sont identiques, homéo-
mères ; et ses constituants peuvent être restitués par séparation1. Il faut
trois conditions pour obtenir un mixte : que les constituants soient récipro-
quement actifs et passifs ; qu’ils soient facilement divisibles en petites par-
ties ; enfin, qu’ils soient en proportion à peu près égales pour qu’il n’y ait
point dissolution de l’un dans l’autre. Alors l’homogénéité n’est pas une
illusion, car chaque partie du mélange aura la même composition dans les
mêmes proportions que le tout.

Ce chapitre est issu d’une communication donnée au premier congrès de la


Société de philosophie des sciences. Reproduit avec l’autorisation de MARTIN Th.,
Le Tout et les parties dans les systèmes naturels, Paris, Vuibert, 2007.
1. ARISTOTE, De la génération et de la corruption, I, 10, 327b 22, Paris, Les Belles
Lettres, 1993.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
04-Chap3:Mise en page 1 23/10/08 16:02 Page 52

52 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

Un tel mixte est-il possible ? Telle est la question débattue par Aristote en
réponse aux atomistes. En effet, si les ingrédients du mélange demeurent
dans le mixte, comme les grains d’orge et de blé dans un mélange de
céréales, alors il n’y a pas eu vraiment mixtion. Il s’agit d’un « mixte pour
les yeux », dont l’hétérogénéité n’échapperait pas au « regard de Lyncée2 ».
Leur homogénéité n’est qu’une apparence due à l’impuissance de nos sens,
incapables d’apercevoir la structure fine du matériau. Si, au contraire, les
corps mélangés n’existent plus et qu’un autre corps est apparu, alors on doit
dire qu’il y a eu génération d’un nouveau corps. Ou bien l’agrégation, jux-
taposition d’unités discrètes, ou bien la génération et la corruption. Le
mixte ne semble pas pensable. C’est un défi pour les Grecs anciens, un pro-
blème récurrent que les commentateurs, en particulier Alexandre
d’Aphrodise, ont finement travaillé. Mais mon propos n’étant pas de pré-
senter l’historique de la question, je me contenterai de rappeler que c’est
Pierre Duhem qui a traduit les textes d’Alexandre d’Aphrodise3, pour me
concentrer sur la manière dont les chimistes ont affronté l’énigme du mixte
aristotélicien.
Le mixte présente en fait deux apories. D’une part, comment comprendre
que l’union de deux composants donne un être entièrement nouveau dont
les propriétés ne sont pas la somme de celles des composants, alors même
que l’on peut revenir aux éléments de départ, comme le précise Aristote ?
Voilà une facette du problème de l’émergence que les philosophes ont trop
longtemps négligée mais que les chimistes ont affrontée. D’autre part, si le
mixte n’est pas juxtaposition, alors où sont passés les éléments qui le com-
posent ? On sait qu’Aristote échappe à la deuxième aporie grâce à la dis-
tinction entre la puissance et l’acte : les éléments cessent d’exister en acte
dans le mixte et se conservent en puissance. Mais comment les chimistes
définissent-ils le mode d’existence des éléments ? Cette question a déjà fait
l’objet d’analyses fines de la part de Paul Needham, en particulier. Dans le
cadre d’une tentative pour une définition exclusivement macroscopique de
la substance chimique, Needham caractérise les modalités d’existence des
éléments dans le mixte en termes logiques, traitant les propriétés comme

2. Ibid., I, 10, 328a 13f.


3. D’APHRODISE Alexandre, Du mélange, traduit par DUHEM P., in Le Système du
monde, I, Paris, Hermann, 1913, p. 306.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
04-Chap3:Mise en page 1 23/10/08 16:02 Page 53

L’ÉNIGME DU MIXTE 53

des prédicats4. C’est plutôt dans une perspective historique, en m’aidant de


l’histoire de la chimie et de son traitement par les philosophes français, que
je traiterai le problème.

DE L’ÉMERGENCE DANS LE MIXTE

Si la question de l’émergence dans le mixte est passée inaperçue, c’est en


grande partie parce qu’elle a été mise de côté, écartée par les chimistes eux-
mêmes. La naissance de la chimie moderne – que l’on situe usuellement
dans l’œuvre de Lavoisier – se signale précisément par le fait qu’un com-
posé est pensé comme l’addition d’éléments deux à deux5. Le concept dua-
liste de composition s’exprime dans la réforme de la nomenclature
en 17876. En effet, cette nomenclature, toujours en vigueur, repose sur le
principe que le nom d’un composé est formé par la juxtaposition de deux
mots désignant les deux composants (exemple oxyde de plomb ou chlorure
de sodium). Alors que dans la langue ancienne des chimistes, une substance
était désignée par un nom évoquant son histoire (nom de l’inventeur) ou
son origine géographique, ou son aspect physique, ou ses propriétés théra-
peutiques, dans la langue systématique forgée par quatre chimistes français,
une substance n’est plus que l’addition de deux éléments (ou groupes d’élé-
ments). Dès lors, la nature et la proportion des composants suffisent à défi-
nir un composé et déterminent entièrement ses propriétés.
On s’étonne moins que la réforme de la nomenclature s’accompagne de
l’abandon du terme « mixte » au profit de son équivalent latin « composé ».
La chimie lavoisienne se présente comme une science de la composition
centrée sur l’analyse et la synthèse. Or, dans son sens premier, la synthèse

4. NEEDHAM Paul, « Chemical Substances and Intensive properties », in Joseph E.


EARLEY (éd.), « Chemical Explanation : Characterisitics, Development, Autonomy »,
in Annals of the New York Academy of Science, n° 988, 2003, p. 90-98 ; NEEDHAM Paul,
« Mixtures and Modality », in Foundations of Chemistry, n° 7, 2005, p. 103-118.
5. SIEGFRIED Robert, DOBBS Betty Jo, « Composition : A neglected Aspect of the
Chemical Revolution », in Annals of Science, n° 24, 2, 1968, p. 75-93.
6. GUYTON DE MORVEAU, LAVOISIER, BERTHOLLET, FOURCROY, Méthode de nomencla-
ture chimique, Paris, Éditions du Seuil, 1994.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
04-Chap3:Mise en page 1 23/10/08 16:02 Page 54

54 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

n’est pas la production d’un être nouveau différent des réactifs. Aristote
avait forgé le mot sunthesis, littéralement « posé ensemble, côte à côte »
qu’Albert le Grand a traduit plus tard en latin par compositio, pour désigner
le mixte apparent. Un deuxième changement de vocabulaire achève d’en-
terrer le problème du mixte. Il fait suite à la controverse qui opposa au
début du XIXe siècle Louis Proust à Claude-Louis Berthollet. L’enjeu de la
dispute portait sur les combinaisons chimiques : se font-elles en propor-
tions fixes, ou bien de manière continue ? La controverse fut clôturée sans
vainqueur ni vaincu par la décision d’appeler « mélanges » les composés
sans proportions fixes et « combinaisons » les composés formés en propor-
tions définies. L’étude de ces derniers qu’on appelle aujourd’hui « compo-
sés stœchiométriques » occupa presque exclusivement les chimistes de la
première moitié du XIXe siècle. Le triomphe de la chimie stœchiométrique
fut renforcé par l’hypothèse atomique de John Dalton selon laquelle les
combinaisons chimiques s’opèrent atome par atome. D’où l’usage courant
encore aujourd’hui des termes « daltonides » pour désigner les composés en
proportions définies et « berthollides » pour les autres. Tandis que les chi-
mistes du XIXe siècle concentraient toute leur attention sur les composés en
proportions définies, l’énigme du vrai mixte fut simplement écartée.
On a vu qu’Aristote définissait le vrai mixte en réfutant la physique ato-
miste. Cela suggère que cette notion a une portée polémique. Elle exprime
un refus de réduire le composé à la somme des éléments, le tout à la somme
des parties. C’est souvent dans des contextes de controverse que l’énigme de
l’émergence est clairement posée. Ce fut le cas au XVIIIe siècle quand une
catégorie de chimistes, s’insurgeant contre le mécanisme cartésien, ridicu-
lise l’ambition d’expliquer les propriétés corrosives, aigres ou douces de
certaines substances à l’aide de petits corps mus et figurés. Aux yeux de
Fontenelle, ces explications mécanistes signent la clarté et la supériorité de
l’« esprit de physique » sur « l’esprit de chymie »7.

7. FONTENELLE Bernard Le Bovier de, Histoire de l’Académie royale des sciences,


t. 1, 1669, cité par Hélène METZGER, Les Doctrines chimiques en France du début du
XVIIe à la fin du XVIIIe siècle, Paris, Blanchard, 1969. p. 266-268 ; voir plus haut p. 40
et suivantes.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
04-Chap3:Mise en page 1 23/10/08 16:02 Page 55

L’ÉNIGME DU MIXTE 55

Mais la jungle des corpuscules lisses, ronds, crochus et pointus, que


Nicolas Lemery évoque à plusieurs reprises dans son Cours de chymie pro-
voque la fureur de l’auteur de l’article « chymie » de l’Encyclopédie de
Diderot et d’Alembert8. Pour Gabriel-François Venel, chimiste-médecin de
Montpellier, ce sont des spéculations oiseuses qui révèlent l’insuffisance du
mécanisme autant que l’inexpérience de ceux qui les professent. Venel
condamne comme illégitime toute tentative de satellisation de la chimie par
la physique. Les physiciens géomètres considèrent qu’ils expliquent quand
ils rapportent les phénomènes sensibles à des mouvements de masses ; les
chimistes estiment, quant à eux, qu’ils comprennent ce qui se passe à l’aide
de principes invisibles et cachés. Parce qu’elle est mathématique, abstraite,
la physique a un pouvoir explicatif limité. Les corpuscules du physicien
géomètre, tous homogènes, sont des entités abstraites qui font écran aux
causes inconnues et cachées que le chimiste tente d’atteindre à travers des
expériences laborieuses. Venel reconnaît à la rigueur aux philosophes méca-
nistes compétence pour parler d’un certain type de composés qu’il appelle
les « agrégés » mais il les distingue soigneusement des « mixtes » dont s’oc-
cupe le chimiste. L’agrégation est une union mécanique, une juxtaposition
d’unités. Qu’elle soit comprise en termes d’entrelacs de corpuscules ou bien
d’attraction newtonienne, elle renvoie aux propriétés générales des masses
et à leurs mouvements, c’est-à-dire à la mécanique, science d’une matière
homogène. La mixtion, en revanche, implique la diversité qualitative et l’in-
dividualité des constituants. Elle crée de nouveaux corps homogènes à partir
d’éléments hétérogènes. La distinction entre mixtes et agrégats, que Venel
emprunte à Georg-Ernst Stahl, trace la ligne de frontière entre physique et
chimie. Non seulement Venel place les deux sciences sur un pied d’égalité,
mais il soutient que la chimie va plus loin dans l’explication de la nature9.
L’énigme du mixte définit ainsi l’objet propre de la chimie qui s’attelle à
l’analyse ou « diacrèse » des mixtes sans prétendre « aller jusqu’au bout »,

8. VENEL Gabriel-François, « chymie » in DIDEROT D., D’ALEMBERT J., Encyclopédie


ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, vol. 3, p. 408-437.
9. BENSAUDE-VINCENT Bernadette et STENGERS Isabelle, Histoire de la chimie, Paris,
La Découverte, 1993, p. 78-85.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
04-Chap3:Mise en page 1 23/10/08 16:02 Page 56

56 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

sans même aspirer à connaître quels sont les vrais éléments qui composent
la nature. Affronter cette énigme sans avoir peur de l’inconnu, tel est, selon
Venel, l’héroïsme du chimiste.

QU’EN EST-IL DES ÉLÉMENTS DANS LE MIXTE ?

C’est encore à des fins polémiques que Duhem reprend la notion obso-
lète, périmée, de mixte pour intituler un essai historico-philosophique sur
la chimie : Le Mixte et la combinaison chimique. Toutefois il ne cherche pas
à dresser la chimie contre la physique. Au contraire, il cherche à unir ces
deux sciences dans son projet de mécanique chimique. Mais il attaque l’ato-
misme triomphant dans la chimie organique de la fin du XIXe siècle. Duhem
introduit la notion de mixte à l’aide d’une expérience familière :
Dans un verre d’eau, jetons un morceau de sucre ; au bout de quelque
temps, le corps solide, blanc, cristallin, qui constituait le sucre a disparu ;
le verre ne contient plus qu’un liquide homogène, transparent comme
l’eau, mais ayant une autre saveur. Qu’est-ce que ce liquide ? C’est de
l’eau sucrée dit le vulgaire. C’est une dissolution de sucre dans l’eau, dit
le chimiste. Ces deux dénominations correspondent à deux opinions
essentiellement distinctes10.
Le vulgaire s’attache à la couleur, au goût, à l’odeur de l’eau sucrée ; le chi-
miste, dépassant l’expérience immédiate, parle de dissolution des molécules
de sucre dans l’eau. Alors que pour Bachelard, cet exemple illustrerait les
obstacles que doit surmonter l’esprit scientifique pour se détacher de l’opi-
nion, Duhem donne raison au vulgaire contre le chimiste. Ce faisant, il veut
réveiller les chimistes du sommeil entretenu par les modèles moléculaires.
Pour Duhem, l’atomisme et l’architecture moléculaire n’éclairent pas les
transformations chimiques et ne dispensent pas d’affronter la question
d’Aristote. Outre l’atomisme, sa critique vise aussi l’élément au sens de
corps simple qui détiendrait la clé du corps composé. Au lieu d’expliquer
les propriétés sensibles des composés par la nature et par la proportion des

10. DUHEM Pierre, Le Mixte et la combinaison chimique, Paris, Fayard, « Corpus


des œuvres de philosophie en langue française », 1985, p. 11.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
04-Chap3:Mise en page 1 23/10/08 16:02 Page 57

L’ÉNIGME DU MIXTE 57

éléments constituants, Duhem pense que le composé éclaire les propriétés


des éléments. Duhem refuse le terme « atomicité » en usage à l’époque car
les capacités d’union sont liées aux caractères du composé. Les valences ne
sont pas, à ses yeux, des propriétés intrinsèques, invariables, propres aux
divers atomes. En réhabilitant Aristote, Duhem ne choisit pas l’élément
contre l’atome. Le mixte, le corps phénoménal que le chimiste manipule et
connaît, ne se laisse réduire ni aux éléments, ni aux atomes. Cette « irréduc-
tion » plantée au cœur de la théorie chimique justifie bien le titre désuet
que Duhem a choisi pour exposer sa philosophie de la chimie.
Toutefois ce n’est pas sur le mystère de l’émergence que Duhem veut atti-
rer l’attention (la religion a ses mystères, ses énigmes, que la science posi-
tive doit laisser de côté). Il déplace la question du mixte vers celle du mode
d’existence des composants dans le mixte. « Si l’eau sucrée ne renferme
plus, actuellement, l’eau et le sucre qui ont servi à la former, elle peut, en
cessant d’exister, reproduire cette eau et ce sucre ; elle les renferme en puis-
sance11. » Duhem retraduit la puissance (ou dunamis) aristotélicienne en
termes de potentiel thermodynamique. Cette notion abstraite permet de
définir un état en termes mathématiques sans se prononcer sur ce que sont
ou font les éléments durant la transformation12. On peut déterminer les
proportions d’une combinaison chimique sans la fiction des atomes, qui
fait croire que les ingrédients sont actuellement présents au sein du com-
posé, en passant par l’expression mathématique des potentiels des réactifs.
En enlevant tout poids ontologique à la notion aristotélicienne de puis-
sance, Duhem se donne les moyens d’exprimer en termes purement mathé-
matiques les réactions chimiques et de prévoir dans quelles circonstances
elles se produiront, sans rien supposer quant au mode d’existence des élé-
ments durant la transformation. Grâce aux mesures quantitatives des effets
observables, et à l’aide de formules abstraites, on peut établir des égalités
sans identifier ce qui est mesuré, en faisant abstraction de la nature des enti-
tés en jeu dans la réaction.

11. Ibid., p. 12.


12. VAUTHELIN Pierre-Michel, Pierre Duhem, historien de la chimie. Le mixte et la
combinaison chimique, DEA d’épistémologie et histoire des sciences, Université
Paris 10, 1992.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
04-Chap3:Mise en page 1 23/10/08 16:02 Page 58

58 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

Dira-t-on que ce retour vers Aristote et l’anti-atomisme qui l’accom-


pagne traduit seulement un positivisme frileux ? Duhem est-il un conserva-
teur qui fait retour à un concept suranné et retardataire puisque la chimie du
XXe siècle s’est fondée sur la réalité des atomes unis en édifices moléculaires.
Le cas d’Émile Meyerson, atomiste notoirement antipositiviste, suffit à
débouter l’accusation par trop répandue de positivisme retardataire.
Meyerson affronte la même énigme que Duhem quand il discute du prin-
cipe de conservation de la matière. Qu’est-ce au juste qui se conserve dans
les réactions chimiques ? Certes la notion lavoisienne d’élément assume la
fonction de conservation et répond aux besoins d’identification de l’intel-
lect. Néanmoins le problème théorique de la chimie est le suivant : « étant
donné cette immutabilité de l’élément, comment se fait-il que les qualités
se perdent et se retrouvent13 ? » Bien que la chimie lavoisienne réponde au
besoin d’identifier le permanent sous le changeant, elle implique une
absurdité, manifeste dans les équations chimiques introduites par Lavoisier.
Comme Duhem, Meyerson recourt à un exemple familier pour faire sentir
le problème mais, au sucre, il préfère le sel de cuisine. Soit l’équation « Na
+ Cl = Na Cl » prise au pied de la lettre. Elle dit qu’un métal mou (sodium)
additionné à un gaz jaunâtre (chlore) = un sel incolore14. Le chimiste n’est
pas plus logique que les « primitifs » de Lévy-Bruhl qui prétendent que « les
Bororos sont des Araras ». Ce signe « = » qui viole le principe de non-
contradiction traduit l’espoir que, si on avait une pleine connaissance du
monde, les antécédents et les conséquents seraient identiques15. Mais cet
espoir d’identification est aussi chimérique que contradictoire. Force est
d’avouer que ce qui assume la permanence n’a pas une existence objective
dans le composé. L’élément, cette entité qui conserve la quantité et la qua-
lité de la matière, n’est qu’une construction de l’esprit, que Meyerson dis-
tingue soigneusement de la réalité moléculaire16.
Cette distinction rejoint celle qu’établit Mendeleev entre élément et corps
simple, au début de la publication du système périodique des éléments.

13 MEYERSON Émile, commentaire d’André Job (1912) « Le progrès des théories


chimiques », in Bulletin de la Société française de philosophie, 13, n° 2, séance du 19
décembre 1912, p. 58.
14. MEYERSON Émile, Du cheminement de la pensée, Paris, Alcan, 1931, p. 84-85.
15. Ibid., p. 276-278.
16. Ibid., p. 359.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
04-Chap3:Mise en page 1 23/10/08 16:02 Page 59

L’ÉNIGME DU MIXTE 59

L’élément est une entité abstraite, un être de raison, défini par la masse ou
le nombre atomique (peu importe) tandis que le corps simple correspond
à un objet concret, isolable au terme d’une analyse expérimentale17.
Souvent négligée par les chimistes, cette distinction entre élément et corps
simple est pourtant fondamentale. La légende tenace qui fait de Lavoisier le
« père » de la notion moderne d’élément entretient la confusion. Si l’on
tient à rapprocher Lavoisier et Mendeleev, on parvient au mieux à distin-
guer élément et substance simple en termes d’ensemble et de sous-
ensemble, comme genre et espèce18. On considère le gaz dichlore comme
un échantillon du genre chlore. Cette représentation, prédominante dans
les manuels de chimie, affaiblit sérieusement la portée des concepts de base
de la chimie. Quelques chimistes seulement ont attiré l’attention sur la dis-
tinction entre élément et corps simple en soulignant leur différence de sta-
tut épistémologique en termes variables.
Dans une conférence célèbre à Koenigsberg en 1931, le chimiste allemand
Fritz Paneth dénonçait une ambiguïté dans les usages contemporains du
terme « élément » et proposait une distinction entre einfacher Stoff (sub-
stance simple) qui correspond à l’usage commun et naïvement réaliste et
Grundstoff, que le traducteur anglais a rendu par « basic substance » et que
Paneth qualifie de « transcendental19 ».
De son côté, Georges Urbain, chimiste français, spécialiste des terres rares
et membre d’une commission de l’Union internationale de chimie pure et
appliquée chargée de redéfinir les concepts de base dans les années 1920,
prête à l’élément un « caractère idéologique », au sens où ce n’est qu’une idée.
Ce quelque chose de commun à un corps simple et à toutes ses com-
binaisons présente un caractère nettement mystérieux. Cependant son
existence propre nous semble indiscutable, encore qu’il n’y ait positive-
ment là qu’une vue de l’esprit. C’est ce quelque chose que j’appellerai

17. Voir BENSAUDE-VINCENT Bernadette, « Mendeleev’s periodic system of chemi-


cal elements », in British Journal for the History of Science, n° 19, 1986, p. 3-17.
18. Voir par exemple FINDLAY HENDRY Robin, « Lavoisier and Mendeleev on the
elements », in Foundations of Chemistry, n° 7, 2005, p. 31-48.
19. PANETH F., « The Epistemological Status of the Concept of Element », in
British Journal for the Philosophy of Science, n° 13, 1962, repris in Foundations of
Chemistry, 5 (2), 2003, p. 111-145.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
04-Chap3:Mise en page 1 23/10/08 16:02 Page 60

60 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

provisoirement un élément. D’après cela l’élément échappe au contrôle


immédiat de la sensation. Cette notion dont l’origine expérimentale est
hors de discussion, présente néanmoins – et j’insiste sur ce point – un
caractère idéologique20.

Enfin, tout récemment, le chimiste américain Eric Scerri rappelait l’im-


portance de cette distinction conceptuelle en utilisant la terminologie « élé-
ment 1 » pour l’élément et « élément 2 » pour substance simple, ce qui
n’aide guère à lever la confusion21. Quel que soit le qualificatif qu’on lui
applique, le concept d’élément chimique est loin d’être élémentaire. C’est
un concept éminemment abstrait, difficile à saisir et néanmoins indispen-
sable car seul un concept abstrait autorise classification et prévisions.
À la difficulté du statut épistémologique de l’élément s’ajoute une autre
énigme qui concerne la relation entre la partie et le tout dans le vrai mixte.
« Y a-t-il du sel dans la mer ? » Cette question un peu provocante permet à
Joseph Earley de souligner que le mixte chimique défie la relation conven-
tionnelle entre la partie et le tout. Alors que la méréologie, ou théorie for-
melle des relations entre parties et tout, postule que les parties ne sont pas
modifiées par leur association dans le tout, lorsqu’on dissout des cristaux
solides de chlorure de sodium dans l’eau, les deux constituants, le solvant et
le soluté sont transformés. Le sel réagit avec l’eau pour former des ions
hydratés (cations de sodium et anions de chlorure)22. Or, d’après Earley,
l’eau dans son ensemble est affectée par ces réactions. Si bien que comme
dans un vrai mixte aristotélicien, il devient impossible de distinguer le sel
et l’eau dans la mer même si on peut retrouver ces ingrédients par évapo-

20. URBAIN Georges, Les Notions fondamentales d’élément chimique et d’atome,


Paris, Gauthier-Villars, 1924, p. 9.
21. SCERRI Eric, The Periodic Table. Its Story and Its Significance, Oxford, Oxford
University Press, 2007.
22. EARLEY, J.E., « Why there is no salt in the sea », in Foundations of Chemistry,
n° 7, 2005, p. 185-102. Comme le souligne Needham dans sa réponse à l’article de
Earley, (Needham, 2005) les solutions dites idéales, telles que la dissolution de naph-
talène dans le benzène, font exception dans la mesure où il n’y a pas dissociation des
molécules de naphtalène dans le benzène, ni interaction entre soluté et solvant. Une
philosophie de la chimie ne saurait se contenter de généralités. Il faudrait considé-
rer les diverses variétés de composés (en particulier berthollides et daltonides) et de
mélanges pour traiter la question du mode d’existence des éléments. Mais cela
déborde du cadre de ce chapitre.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
04-Chap3:Mise en page 1 23/10/08 16:02 Page 61

L’ÉNIGME DU MIXTE 61

ration. Il devient aussi difficile de penser le mode d’existence des éléments


dans le mixte, étant donné qu’ils interagissent avec le mixte lui-même. Il
reste qu’on pourrait difficilement faire l’économie de la notion aristotéli-
cienne de puissance.

L’ONTOLOGIE DES CHIMISTES

Ainsi l’énigme du mixte conduit-elle à s’interroger sur l’ontologie propre


à la chimie. À quel genre d’êtres ont affaire les chimistes ? Leur ontologie
me semble se caractériser par deux traits majeurs : une priorité de la rela-
tion sur la substance, et le primat de l’action.
Par-delà les substances concrètes macroscopiques que constituent les
corps simples et composés, le chimiste postule l’existence d’êtres indivi-
duels définis par leurs capacités à entrer en relation avec d’autres entités
individuelles. Qu’on désigne ces entités individuelles comme éléments ou
comme atomes caractérisés par leur structure électronique, peu importe :
leur raison d’être est la relation. Les chimistes ne cherchent pas à savoir
quelles sont les unités ultimes qui constituent le monde matériel. Leurs
formules structurales inventées au XIXe siècle ne représentaient pas l’organi-
sation réelle des atomes dans une molécule. Elles n’étaient pas pour autant de
simples conventions d’écriture. Elles exprimaient des capacités de liaison
(atomicité ou valence).
L’atome des chimistes est avant tout une capacité d’entrer en relation, un
substrat de relations multiples qui est indépendant de la structure granulaire
de la matière. Ce qu’a très bien saisi Ernst Cassirer :
C’est en apparence seulement que telle ou telle propriété se trouve
alors rattachée à l’atome comme à son support absolu, au sein d’un
ensemble qui paraît asservir et figer le tout de la relation. En vérité, il
s’agit non pas tant de rapporter les différentes séries à l’atome, que de
relier les unes aux autres, au moyen du concept médiateur d’atome, les
différentes séries devenues interdépendantes23.

23. CASSIRER Ernst, Substance et fonction, Paris, Les Éditions de Minuit, 1977,
p. 242.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
04-Chap3:Mise en page 1 23/10/08 16:02 Page 62

62 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

Puisque ce n’est pas le support mais le rapport qui définit l’être des chi-
mistes, et comme il n’y a de rapport ou de relation qu’entre plusieurs
termes, l’être des chimistes est nécessairement pluriel. Relationnel et pluriel
sont deux des thèmes retenus par Gaston Bachelard pour proclamer le
rationalisme de la chimie moderne, qu’il qualifie de « non-lavoisienne ».
Dans la classification de Mendeleev, il voit un renversement du réalisme au
rationalisme. « La loi prime le fait », « le genre commande à l’espèce24. »
Deuxièmement, les êtres supposés par les chimistes se caractérisent
moins par leur structure ou même par leurs propriétés que par leur dispo-
sition. Un coup d’œil sur l’histoire de la nomenclature éclaire ce point. En
1787, le projet de réforme était de remplacer les noms d’usage par des noms
qui reflètent la composition des corps. Or, l’idéal d’une nomenclature,
miroir-fidèle de la composition, n’a pas résisté à l’inflation du nombre des
composés à nommer (environ 6 millions). On observe une sorte de retour
à des notions instrumentales au XXe siècle25. Non seulement la nomencla-
ture des composés organiques range ces millions de composés sous une
vingtaine de rubriques désignées comme fonctions (acides, halides, aldé-
hydes, etc.), mais surtout les formules sont des instruments, des « outils de
papier », selon une expression utilisée par Ursula Klein, permettant de pré-
voir des opérations ou des substitutions26. Le nom ou la formule dit moins
la nature intrinsèque de l’objet nommé que le rapport des chimistes à cet
objet, l’utilisation qu’ils en peuvent faire, le parti qu’ils en peuvent tirer.
Comme l’a bien vu Bachelard, la formule développée « n’est pas juste une
représentation conventionnelle ; c’est plutôt une présentation qui suggère
des expériences. La formule développée est un substitut rationnel qui
donne, pour l’expérience, une comptabilité claire des possibilités27 ». C’est

24. BACHELARD Gaston, La Philosophie du non. Essai d’une philosophie du nouvel


esprit scientifique, Paris, PUF, 1966, p. 60.
25. BENSAUDE-VINCENT Bernadette, « A Language to Order the Chaos », in The
Cambridge History of Science, vol. 5., NYE Marie-Jo (éd.), Cambridge, Cambridge
University Press, 2003, p. 174-190.
26. KLEIN Ursula (éd.), Tools and Modes of Representation in the Laboratory
Sciences, Dordrecht, Boston, Kluwer Academic Publications, 2001.
27. BACHELARD Gaston, La Philosophie du non. Essai d’une philosophie du nouvel
esprit scientifique, op. cit., p. 60.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
04-Chap3:Mise en page 1 23/10/08 16:02 Page 63

L’ÉNIGME DU MIXTE 63

pourquoi les chimistes du XIXe siècle ont pu rejeter l’existence des atomes,
tout en les utilisant comme des plombiers utilisent des vis, des joints, ou des
écrous. Cette attitude, qui parut inconséquente à Meyerson, est souvent
considérée comme une preuve de l’influence délétère du positivisme sur la
chimie. En fait, les chimistes refusaient de prêter à la théorie atomique le
pouvoir de dire le monde tout en mettant les atomes au travail dans des
processus de synthèse.
Les entités cachées ne sont pas des clés d’explication du monde, qui livre-
raient la raison des apparences, mais des outils, des instruments pour agir.
L’action commande la pensée, la nomenclature comme la théorie chimique.
À cet égard, les catégories usuelles – structure, propriétés, fonctions – sont
très insuffisantes pour penser la chimie. La philosophie de la chimie peut
encore trouver chez Aristote des ressources. On a déjà souligné l’impor-
tance de la notion de puissance pour penser le mixte. Mais l’être en puis-
sance permet seulement de penser la conservation de la matière dans les
transformations chimiques. Or la double nature – science et technique – de
la chimie requiert aussi les distinctions subtiles des Catégories28. Les pro-
priétés relèvent de la catégorie de la qualité, à l’intérieur de laquelle Aristote
distingue la possession, qui concerne des qualités stables et durables, des
dispositions, qui s’altèrent facilement. Aristote ajoute au couple posses-
sion/disposition le couple capacités et incapacités naturelles. Les capacités
sont par nature dans le sujet tandis que possessions et dispositions doivent
advenir à un moment quelconque dans le sujet. Les chimistes ne se conten-
tent pas d’étudier pour les exploiter les propriétés, et les capacités et inca-
pacités naturelles ; l’art des synthèses consiste bien souvent à créer des
dispositions passagères qui permettront de franchir une étape.
C’est pourquoi, en reprenant la distinction faite par Hacking entre « réa-
lisme à propos des théories » et « réalisme à propos des entités », on peut
préciser que le réalisme des chimistes est un réalisme des entités en le qua-
lifiant de « réalisme opératoire29 ». Sera compté comme réel tout ce qui

28. Je tiens ici à remercier Pierre Michel Vauthelin qui a attiré mon attention sur
ce traité aristotélicien lors d’un séminaire à l’Université Paris Ouest.
29. HACKING Ian, Representing and Intervening, Cambridge, Cambridge
University Press (Concevoir et expérimenter, Paris, Christian Bourgois, 1989).

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
04-Chap3:Mise en page 1 23/10/08 16:02 Page 64

64 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

permet d’intervenir sur le monde extérieur ou tout ce par quoi le monde


extérieur peut nous affecter. Hacking voulait montrer que les physiciens ne
se servent pas des électrons pour expliquer les phénomènes ni même pour
les sauver mais plutôt pour créer des phénomènes en d’autres domaines de
la nature30. Le statut que Hacking prête aux électrons s’applique aux enti-
tés postulées par les chimistes quel que soit le contexte du jour : aux prin-
cipes du XVIIIe siècle, aux éléments du XIXe siècle, comme aux atomes et aux
électrons de la chimie du XXe siècle.
L’énigme du mixte pourrait donc rester entière. Alors même que l’on a les
moyens de visualiser la structure interne d’un mixte grâce à des micro-
scopes électroniques à transmission, que l’on peut voir un atome individuel
avec des microscopes à effet tunnel, les propriétés du mixte resteront une sur-
prise, un événement car elles dépendent des relations entre les ingrédients
(interfaces et surfaces) qui libèrent ou bloquent des dispositions à agir. La
chimie se distingue ainsi parmi les sciences de la nature par une ontologie
propre, fondée sur l’expérience des opérations matérielles, opérations de la
nature comme de l’art. Est réel ce qui agit ou plutôt interagit. Cette attitude,
bien distincte de celle des physiciens qui ont l’ambition de dévoiler la struc-
ture ultime des êtres, a souvent été confondue avec un idéalisme positiviste.
Mais il nous paraît plus juste d’y voir un réalisme opératoire.

30. Ibid., p. 419-439.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
05-Chap4:Mise en page 1 23/10/08 16:02 Page 65

Le corps refoulé
des chimistes

’IDÉE D’UN REFOULEMENT DU CORPS des chimistes est suggérée par la

L lecture de la réforme de la nomenclature chimique opérée en 1787


par Guyton de Morveau, Lavoisier, Berthollet et Fourcroy1. En effet,
une rapide comparaison des noms anciens et des noms nouveaux manifeste
un refoulement massif des dénominations impliquant le corps. Le principe
de la nouvelle nomenclature est que chaque dénomination reflète la com-
position des substances et, dans bien des cas, la proportion des constituants.
Cela implique une double éclipse du corps. Se trouvent évacuées première-
ment les références au corps comme cible d’action des substances, ou
comme consommateur des substances dénommées, c’est-à-dire de la foule
des noms évoquant les propriétés médicinales de certaines substances chi-
miques. L’émétique doit disparaître au profit du tartre de potasse antimo-
niale et les eaux hépatiques deviennent sulfureuses ou sulfurées. Les
interactions multiples et hautement spécifiques des substances matérielles
avec le corps malade ou souffrant qui justifient leur valeur d’usage et leur
intérêt pour la société doivent être bannies au profit de la description objec-
tive de leur composition.

Ce chapitre est issu d’une communication donnée à la Maison française d’Oxford


dans le cadre d’un meeting sur la thématique « Corps-Esprit-Machine » (23 mai 1997).
1. GUYTON DE MORVEAU, LAVOISIER, BERTHOLLET, FOURCROY, Méthode de nomen-
clature chimique, Paris, Éditions du Seuil, 1994.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
05-Chap4:Mise en page 1 23/10/08 16:02 Page 66

66 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

Mais ce n’est pas tout. Sont également évacuées les références aux quali-
tés sensibles des substances qui permettaient aux chimistes de les repérer et
de les identifier. Et c’est sur ces dernières que je concentrerai mon attention.
Tous les noms évoquant l’apparence sensible des corps, comme beurre
d’antimoine, crème de tartre, foie de soufre, huile grasse, sont à remplacer
par des binômes exprimant le genre et l’espèce… Les fleurs de benjoin
deviennent acide benzoïque sublimé. Au premier chef sont éliminées les
couleurs qui permettaient de se repérer dans la multiplicité des sels d’une
même espèce : par exemple les couperoses bleues, blanches ou vertes
deviennent sulfate de zinc, cuivre, fer. Le blanc de plomb utilisé en cosmé-
tique et le bleu de Prusse utilisé en teinture deviennent respectivement
oxyde de plomb et prussiate de fer. La vue n’était pas seule mobilisée dans
la terminologie des chimistes : on parlait de fluor pesant, de mercure doux,
d’alcali caustique ou d’air puant, lequel devient gaz hydrogène sulfuré.
Le langage de la nouvelle chimie se caractérise donc par l’exclusion du
goût, de l’odorat, du toucher, bref du corps comme sujet du savoir doué de
facultés sensibles. Par contraste avec l’ancienne nomenclature qui désignait
les substances par leur signification pour nous, par rapport à la connais-
sance qu’on en prend ou par rapport aux usages qu’on en fait, la nouvelle
nomenclature cherche à construire une objectivité substantielle.
Cette mutation est solidaire d’un renversement des priorités entre don-
nées qualitatives et quantitatives. Comme l’a montré Lissa Roberts dans un
article intitulé « The death of the sensuous chemist », l’éducation senso-
rielle des chimistes de l’école de Guillaume-François Rouelle et l’utilisation
du corps comme instrument d’analyse cèdent la place à une éducation fon-
dée sur l’analyse au sens logique, sur une langue analytique2. Certes,
comme ne manque pas de le préciser Roberts, les chimistes continuent
d’observer les changements de couleur, de sentir, de renifler leurs prépara-

2. ROBERTS Lissa, « The death of the sensuous chemist : The new chemistry and
the transformation of sensuous technology », in Studies in the History and
Philosophy of Science, n° 26, 4, 1995, p. 503-529. Voir aussi l’ouvrage de RISKIN
Jessica, Science in the age of Sensibility. The Sentimal Empiricists of the French
Enlightenment, University of Chicago Press, 2002 ; sur la langue analytique voir
le chapitre 7.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
05-Chap4:Mise en page 1 23/10/08 16:02 Page 67

LE CORPS REFOULÉ DES CHIMISTES 67

tions ou les émanations, ils continuent même de goûter, mais ces données
qualitatives ne suffisent plus à déterminer l’interprétation du phénomène.
Elles sont disqualifiées. À la limite, le corps devient un parasite de la réac-
tion quand, par exemple, la chaleur du corps de l’expérimentateur influe
sur le calorimètre. Le chimiste sensoriel est mort comme sujet historique
producteur de savoir. L’évidence sensible, la production de lumière, le chan-
gement de couleur, ne peuvent rien contre le jugement de la balance, contre
les bilans de réaction qui permettent à Lavoisier d’interpréter ce qui se passe
dans la boîte noire de la transformation chimique3. Lissa Roberts, à la suite
de Jan Golinski, souligne, à juste titre, que la priorité donnée au verdict des
instruments de mesure s’inscrit dans la culture locale de l’Académie royale
des sciences de Paris et plus généralement dans un contexte d’obsession
pour les poids et mesures dans la France révolutionnaire4.
On voit donc, premièrement, qu’il s’agit moins d’un refoulement du
corps que d’une délégitimation de sa fonction de sujet du savoir et, deuxiè-
mement, que la disqualification du corps a partie liée avec l’essor d’une cul-
ture instrumentale, d’un véritable culte de la précision5.
Sans contester ces deux thèses qui paraissent, somme toute, assez tri-
viales, je voudrais apporter quelques précisions qui compliquent la relation
entre disqualification du corps et promotion des instruments de mesure. Il
faut, en effet, nuancer l’évidence de ce lien. Tout d’abord, l’analyse qualita-
tive n’a pas totalement disparu de la chimie au XIXe siècle. Comme le sou-
ligne Émile Meyerson, Lavoisier n’a pas débarrassé la chimie de tout ce qui
a trait à la qualité6. La recherche analytique exploitait encore les données
qualitatives sur les composants et ce n’est pas un hasard si, au XIXe siècle, on a
choisi des noms évoquant des couleurs – comme chlore ou chrome par
exemple – pour désigner des corps simples qui forment des sels très colorés.

3. Sur les usages de la balance chez Lavoisier voir BENSAUDE-VINCENT Bernadette,


« Between chemistry and politics : Lavoisier and the Balance », in Eighteenth-cen-
tury, Essays and Interpretation, n° 33, 1992, p. 217-237.
4. GOLINSKI Jan, Science as Public Culture. Chemistry and Enlightenment in Britain,
1760-1820, Cambridge, Cambridge University Press, 1992.
5. Sur la culture de la précision à l’Académie royale des sciences de Paris à la fin du
XVIIIe siècle voir, Christian LICOPPE, La Formation de la pratique scientifique. Le discours
de l’expérience en France et en Angleterre (1630-1820), Paris, La Découverte, 1996.
6. MEYERSON Émile, « Le sens commun et la quantité », in Essais, Paris, Vrin, 1936,
p. 18.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
05-Chap4:Mise en page 1 23/10/08 16:02 Page 68

68 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

INSTRUMENT/TRUCHEMENT

Il faut encore nuancer le contraste entre corps et instrument. La thèse du


corps supplanté par les instruments dans l’investigation de la nature repose
sur une conception présentiste moderne des instruments. On a tendance à
imaginer les savants du XVIIIe siècle entourés de dispositifs techniques bien
calibrés, standardisés et mis en marche en pressant un bouton. Or, au
milieu du XVIIIe siècle, les instruments à disposition du chimiste sont pour
la plupart inventés par les savants eux-mêmes, à des fins bien précises et
pour des usages souvent locaux. Qu’est-ce qu’un instrument pour le méde-
cin professeur de chimie à l’université de Leyde, Hermann Boerhaave ?
Dans quelque art que ce soit, où l’on se propose de changer les corps,
on appelle instrument celui à qui on a pu imprimer, ou auquel on a
déjà imprimé un mouvement capable de produire le changement
qu’on a en vu7.

Cette définition montre bien que l’instrument n’est pas forcément un


appareil inventé pour interroger la nature, pour la soumettre à nos ques-
tions. Cette conception de l’expérience, qui soumet l’objet au projet d’un
sujet rationnel, codifiée par Kant à la fin du XVIIIe siècle, fait obstacle à notre
compréhension des pratiques expérimentales du milieu du XVIIIe siècle.
L’instrument est un concept plus large que l’appareil ou artefact, conçu en
vue d’une fin, auquel on réservait le terme de « machine ». L’instrument est
plus proche de la notion aristotélicienne d’organon. Est instrument toute
médiation pour l’accomplissement d’un projet, quelle que soit sa fonction.
L’instrument n’est pas forcément maîtrisé. Bien que le feu soit l’instrument
par excellence du chimiste, sa nature fait débat. Boerhaave qui considère le
feu – ainsi que les trois autres éléments : air, terre, et eau – comme les ins-
truments du chimiste, consacre un volume entier à la nature du feu et dans
les années 1740 un concours de l’Académie soumet cette question aux candi-
dats. C’est dire que l’instrument n’est pas une théorie matérialisée, comme
le voulait Bachelard. C’est un moyen, un intermédiaire ou truchement pour

7. BOERHAAVE Hermann, Éléments de chymie, Paris, Allamant, t. 1, 1754, p. 267.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
05-Chap4:Mise en page 1 23/10/08 16:02 Page 69

LE CORPS REFOULÉ DES CHIMISTES 69

opérer sur la nature, mais il ne relève pas nécessairement de l’artifice,


encore moins de la ruse. L’instrument du chimiste brouille les catégories de
nature et d’artifice. Rien pas même la loi d’attraction de Newton, ni les
tables de rapports, ne distingue l’action d’une substance sur une autre de
l’action du chimiste sur la nature. Les opérations de la nature et de l’art
usent des mêmes instruments des mêmes procédés des mêmes agents. La
nature elle-même est un laboratoire qui met à disposition du chimiste des
moyens. Les substances naturelles sont autant d’instruments pour l’indus-
trie humaine ou l’investigation de la nature, comme l’exprime Rousseau
dans ses Institutions chymiques :
Ces diverses substances en vertu de leurs différents rapports devenant
de véritables instruments entre les mains du chymiste pour séparer,
réunir, combiner tous les corps simples, mixtes, ou composés qu’il veut
soumettre à ses recherches, j’ai cru devoir les compter au nombre des
instruments que l’industrie humaine a trouvé le moyen d’appliquer aux
travaux de la chimie8.

Le corps n’est pas un instrument d’exploration de la nature, pas plus que


le thermomètre. Ce dernier est d’abord conçu comme un instrument mani-
festant les propriétés du feu, ou le baromètre comme manifestation de la
pression. Les instruments donnent à voir, font du spectacle. Ils mettent en
scène les phénomènes de la nature.
Il importe donc de souligner que la valorisation du corps comme sujet
épistémique s’inscrivait dans un cadre où l’homme et la nature formaient
un tout, où la distinction entre sujet et objet n’était pas l’axe privilégié de la
connaissance.

LA DISTINCTION PAR LE CORPS

Quel est donc le rôle attribué au corps chez les chimistes du siècle des
Lumières, avant la révolution lavoisienne ? Historiquement on constate que
chaque fois que les chimistes mettent l’accent sur le rôle du corps dans la

8. Voir par exemple ROUSSEAU Jean-Jacques, Institutions chymiques, Paris, Fayard,


« Corpus des œuvres philosophiques en langue française », 1999, p. 276.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
05-Chap4:Mise en page 1 23/10/08 16:03 Page 70

70 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

connaissance, c’est dans une situation polémique et pour affirmer leur


identité face à d’autres modes de savoir. J’en donnerai deux exemples :
Le premier remonte bien avant le XVIIIe siècle et concerne Paracelse,
réputé fondateur de la chimie pharmaceutique. Comme l’a souligné John
Christie, la rhétorique paracelsienne exalte le corps sujet de connaissance
contre le livre, contre l’école, c’est-à-dire contre la médecine galénique
dominante.
Laissez-moi vous dire ceci : le moindre petit cheveu sur mon cou en
sait plus que tous vos scribes ; et les boucles de mes chaussures sont plus
savantes que vos Galien et Avicenne, et ma barbe a plus d’expérience que
toutes vos grandes écoles9.

Ces paroles, d’authenticité douteuse, sont néanmoins colportées par les


disciples de Paracelse. Elles suggèrent que le savoir n’est pas localisé là où on
l’attend et certainement pas dans les maisons destinées à produire ou trans-
mettre du savoir. Le chimiste est d’abord un corps qui voyage, qui découvre
le code de la nature avec ses pieds. Il est avant tout explorateur. Mais
Paracelse va plus loin. Pour défier la culture du livre ou de l’école, il pré-
sente le corps comme un conservatoire de savoir. Pareil à une bibliothèque,
il concentre, emmagasine et capitalise le savoir.
Deuxième exemple, au milieu du XVIIIe siècle, le corps redevient un
recours stratégique pour lutter contre le mécanisme triomphant. Dans l’ar-
ticle « chymie » de l’Encyclopédie, déjà cité plus haut, Venel exalte le corps en
une sorte de manifeste anti-cartésien. Il ne s’agit plus cette fois d’une révolte
contre le livre, mais contre l’intellect. L’épistémê des idées claires et distinctes
telle qu’exprimée dans la célèbre méditation sur le morceau de cire n’admet
comme sujet légitime de la connaissance des corps que l’entendement.
Prenons comme exemple ce morceau de cire qui vient d’être tiré de la
ruche : il n’a pas perdu la douceur du miel qu’il contenait, il retient
quelque chose de l’odeur des fleurs dont il a été recueilli ; sa couleur, sa
figure, sa grandeur sont apparentes ; il est dur, froid si on le touche, et si
vous le frappez, il rend quelque son. Or quelle est cette cire, qui ne peut
être conçue que par l’entendement ou l’esprit ? Certes c’est la même que

9. PARACELSE, Sämtliche Werke, Munich/Berlin, Éditions Sudhoff und Watthiesen,


vol. 8, 1922-1933, p. 65.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
05-Chap4:Mise en page 1 23/10/08 16:03 Page 71

LE CORPS REFOULÉ DES CHIMISTES 71

je vois, que je touche, que j’imagine, et la même que je connaissais depuis


le commencement. Mais ce qui est à remarquer, sa perception, ou bien
l’action par laquelle on l’aperçoit, n’est point une vision, ni un attouche-
ment, ni une imagination, et ne l’a jamais été, quoiqu’il semblât ainsi
auparavant, mais seulement une inspection de l’esprit10.

Descartes souligne donc le caractère superficiel et instable de l’approche


sensorielle qui croit connaître en mobilisant tous les sens.
Or, ni l’odorat, ni le toucher, ni la vue, ne peuvent me donner une
connaissance claire et distincte des choses matérielles. Seul l’entendement
peut saisir ce qui demeure quand j’approche la cire du feu et qu’elle fond,
l’essence invariante par changement d’état, c’est-à-dire l’étendue en lon-
gueur, largeur et profondeur.
Cette métaphore constitue un véritable défi pour les chimistes car
Descartes ne disqualifie pas seulement les sens pour la connaissance de la
matière en général (ce qui relève aujourd’hui de la physique) mais aussi
pour la connaissance de ce morceau de cire concret placé devant moi. Pour
connaître clairement et distinctement la nature et la composition de ce
morceau de cire singulier, il faut refouler les sens et procéder par inspection
de l’esprit.
Face à cette prétention à mieux connaître les choses matérielles par une
approche intellectuelle que par une approche sensorielle, face à cette réduc-
tion de la matière à de l’étendue géométrique, Gabriel-François Venel proteste
dans l’article « chymie » de l’Encyclopédie en exaltant les pouvoirs du corps.
Loin d’être un signe de la perfection de la mécanique, la connaissance
intellectuelle, l’abstraction et la mathématisation sont pour Venel un écran,
un masque au réel. L’abstraction et les agents mécaniques sont des fictions,
des apparences d’explication, qui satisfont l’esprit à peu de frais. Des vertus
dormitives, en quelque sorte :
Les chymistes ne s’honorent d’aucun agent mécanique et ils trouvent
même fort singulier que la seule circonstance d’être éloigné d’un seul
degré de la cause inconnue ait rendu les principes mécaniques si chers aux
philosophes et leur ait fait rejeter toute théorie fondée immédiatement sur

10. DESCARTES, « Méditations métaphysiques », in Œuvres, Paris, Gallimard,


« Bibliothèque de la Pléiade », 1953, p. 279-281.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
05-Chap4:Mise en page 1 23/10/08 16:03 Page 72

72 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

les causes cachées, comme si être vrai n’était autre chose qu’être intel-
ligible, ou comme si un prétendu principe mécanique interposé entre
un effet et la cause inconnue, les rassurait contre l’horreur de l’inintel-
ligible11.

Parce que le réel n’est pas forcément rationnel, parce que la nature est
complexe, le travail du corps est indispensable. Venel proclame donc que le
vrai chimiste doit mettre bas la robe et se salir les mains12. L’éducation des
sens et l’acquisition d’un art sont nécessaires à l’investigation des principes
de la nature. Le chimiste éclairé ne se contente pas de l’exercice immédiat
des sens ; il doit allier à des connaissances générales acquises au contact des
faits et des manipulations – comme la différence entre « agrégé » et
« mixte » – le « pressentiment expérimental » acquis à force d’exercices
répétés. Le vrai chimiste artiste dénonce donc l’arrogance des mécaniciens
et de leur esprit géométrique. Il reconnaît qu’un art chimique ne pourra
jamais être « réformé » ou « perfectionné » que par un artiste « qui aura
acquis cette faculté de juger par sentiment qui s’appelle coup d’œil chez
l’ouvrier, et que celui-ci doit à l’habitude de manier son sujet13 ». Ce juge-
ment par sentiment – sorte de flair, de connaissance intime, familière, non
verbale – est un thème essentiel dans la philosophie expérimentale promue
par Diderot dans ses Pensées sur l’interprétation de la nature, parues en
même temps que l’article de Venel14.
Afin de parvenir à la connaissance des principes qui composent les corps,
le chimiste doit donc mobiliser toutes les ressources humaines. À la raison,
il faut ajouter une passion et un art consommé acquis à force de patience et
de dépenses. Venel demande au chimiste de « garder son thermomètre au

11. VENEL Gabriel-François, « Chymie », in DIDEROT D., D’ALEMBERT J., Encyclopédie


ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, vol. 3, 1753, p. 408-437,
citation p. 415.
12. La robe que portaient les médecins leur interdisait de faire des expériences
dans les cours publics et privés de chimie. C’est pourquoi les médecins professeurs
de chimie faisaient alliance avec un pharmacien pour réaliser les démonstrations
qui accompagnaient leurs discours. Voir LEHMAN Christine, Gabriel-François Venel :
le chimiste à travers ses cours et ses recherches, Thèse de l’Université Paris 10, 2007.
13. VENEL Gabriel-François, « Chymie », op. cit., p. 421.
14. Voir l’analyse fine de François PÉPIN, Philosophie expérimentale et chimie chez
Diderot, Thèse de l’Université Paris 10, 2007, p. 274-307.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
05-Chap4:Mise en page 1 23/10/08 16:03 Page 73

LE CORPS REFOULÉ DES CHIMISTES 73

bout des doigts et son horloge dans la tête » et juge un peu ridicules toutes
les « mesures artificielles » qu’on voudrait substituer à la lecture experte des
indices grossiers et sensibles15.

CORPS EN LABEUR

Le rôle du corps dans la connaissance chimique n’est pas seulement de


sentir. Le corps est aussi une puissance de travail. Venel souligne la singula-
rité de la chimie par la nécessité de subvertir la division sociale et intellec-
tuelle entre le chimiste scientifique et le chimiste artisan. Il fait écho aux
Pensées sur l’interprétation de la nature, où Diderot opposait deux catégories
de philosophes : ceux « qui réfléchissent », ont beaucoup d’idées et peu
d’instruments et ceux qui « se remuent » ont beaucoup d’instruments et
peu d’idées16. Ces derniers « ont vu si souvent et de si près la nature dans
ces opérations » qu’ils ont fini par acquérir « cet esprit de divination par
lequel on subodore pour ainsi dire des procédés inconnus, des expériences
nouvelles, des résultats ignorés ». En revanche, ceux qui réfléchissent met-
tent en œuvre les faits, tentent de les lier, « s’opiniâtrant à la solution de
problèmes peut-être impossibles17 ».
Pourquoi les sciences ont-elles fait si peu de progrès ? se demande
Diderot. Et il répond « parce que les sciences abstraites ont occupé trop
longtemps et avec trop peu de fruits les meilleurs esprits », tandis que les
« manouvriers de l’expérience », les philosophes ouvriers qui peinent toute
leur vie pour sonder la nature, passent souvent à côté des découvertes. Aussi
Diderot appelle-t-il de ses vœux la formation d’une « ligue philosophique »
entre les deux catégories de philosophes.
À quelle catégorie de philosophe appartient le chimiste ? Il est clair que
les chimistes qui inventèrent ce lieu que l’on nomme « laboratoire » four-
nissent le modèle du philosophe qui se remue, s’agite et « labore » pour inter-
préter la nature. S’il existe un trait permanent dans l’histoire de la chimie, c’est

15. VENEL Gabriel-François, « Chymie », op. cit., p. 420.


16. DIDEROT Denis, Pensées sur l’interprétation de la nature, 1753, section 1.
17. Ibid., sections 27 à 30.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
05-Chap4:Mise en page 1 23/10/08 16:03 Page 74

74 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

bien l’existence du laboratoire. Le chimiste est un travailleur manuel, alors


même qu’il évolue dans un laboratoire empli d’instruments de physique.
Cette configuration du corps au travail fut-elle effacée par le développe-
ment d’une chimie quantitative et instrumentale ? Certes Lavoisier, qui
avait débuté la recherche par des excursions géologiques en compagnie de
Jean-Étienne Guettard dans l’Est de la France, s’est vite fatigué des voyages.
Aux aléas du travail de terrain, il préféra le confort d’un laboratoire bien
équipé, et même à demeure à partir du moment où il s’est installé à
l’Arsenal en 1774. Le laboratoire de Lavoisier est plein d’instruments :
balances, thermomètres, baromètres, gazomètres, hydromètres ; est-il pour
autant un lieu où les expériences de chimie ne fatiguent plus le corps ?
Certes, Lavoisier prétend, dans le discours préliminaire au Traité élémen-
taire de chimie, être en mesure de former un chimiste en peu de temps,
grâce à une langue bien faite, en procédant du connu à l’inconnu. Mais cela
ne supprime pas le travail de production et de stabilisation des faits que
l’analyse doit combiner. Le recours aux instruments n’allège pas la tâche. Il
faut tout un travail d’éducation aux manipulations d’appareils de mesure
extrêmement sensibles que requiert le culte de la précision. Comme l’a
montré l’étude de Frederic L. Holmes sur les cahiers de laboratoire de 1773,
Lavoisier a beaucoup peiné, fait beaucoup d’essais et d’erreurs, avant de
parvenir à conclure quelque chose de ses bilans gravimétriques18. Dans la
troisième partie du Traité élémentaire, consacrée à la « description des appa-
reils et des opérations manuelles de la chimie », Lavoisier souligne : i) qu’un
livre ne remplacera jamais les manipulations en laboratoire ; ii) qu’il faut
plusieurs balances et que la manipulation des balances permettant d’at-
teindre le degré de précision requis pour la recherche est extrêmement déli-
cate – « mais ce n’est pas assez d’avoir d’excellentes balances, il faut les
connaître, les avoir étudiées, savoir s’en servir, et l’on n’y parvient qu’après

18. HOLMES Frederic L., Antoine-Laurent Lavoisier. The Next Crucial Year,
Princeton, Princeton University Press, 1998. Sur les tentatives de Lavoisier pour
mettre au point un hydromètre, voir BENSAUDE-VINCENT Bernadette, « The
Chemists’ Balance for Fluids : Hydrometers and their Multiple Identities, 1770-
1810 », in HOLMES Frederic L., LEVERE Trevor H. (éds.), Instruments and Experiments
in the History of Chemistry, Cambridge, MIT Press, 2000, p. 153-183.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
05-Chap4:Mise en page 1 23/10/08 16:03 Page 75

LE CORPS REFOULÉ DES CHIMISTES 75

un long usage et beaucoup d’attention19 ». Là où le coup d’œil d’un artiste


suffisait, le chimiste expérimenté doit répéter des pesées à longueur de jour-
née, attendre entre chacune que le fléau revienne à l’équilibre, etc. ; iii) aux
lenteurs des manipulations s’ajoute toute une gymnastique arithmétique
avec de longs calculs fastidieux pour estimer les résultats, évaluer les
erreurs, jongler avec les unités de mesure ; iv) la balance toute seule ne
prouve rien. Un instrument de mesure en appelle un autre et chacun exige
un apprentissage, des étalonnages, des manipulations délicates. Lavoisier
reconnaît le coût financier autant qu’énergétique de la chimie moderne.
Ainsi à propos du gazomètre conclut-il :
C’est un instrument précieux par le grand nombre des applications
qu’on en peut faire, et parce qu’il est des expériences à peu près impos-
sibles sans lui. Ce qui le renchérit, c’est qu’un seul ne suffit pas, il le faut
double dans un grand nombre de cas, comme dans la formation de l’eau,
dans celle de l’acide nitreux, etc. C’est un effet inévitable de l’état de per-
fection dont la chimie commence à s’approcher, que d’exiger des instru-
ments et des appareils dispendieux et compliqués ; il faut s’attacher sans
doute à les simplifier, mais il ne faut jamais que ce soit aux dépens de
leur commodité et surtout de leur exactitude20.

Lavoisier n’ignore pas le coût de la précision qu’il valorise plus que tout.
Il l’ignore si peu qu’il recommande à tout propos des instruments plus
commodes et moins dispendieux pour les usages du commerce ou de l’in-
dustrie. v) Enfin, malgré la rhétorique très codifiée des récits d’expérience
dans les mémoires académiques, il arrive que Lavoisier confesse les fatigues
et labeurs de l’expérimentateur. S’il déclare que seuls les poids et mesures
peuvent donner accès à la nature des substances, il ajoute aussitôt que cela
exige de la vigueur, que les expériences sont longues et difficiles, si pénibles
qu’il renonce parfois à mener jusqu’au bout une campagne d’expériences
en vue de tester une hypothèse. Ainsi, par exemple, à la fin du mémoire sur
la calcination de l’étain, Lavoisier déclare qu’il manque de courage pour
poursuivre l’investigation21.

19. LAVOISIER Antoine-Laurent, Traité élémentaire de chimie, Paris, 1789 ; réédi-


tion Jacques Gabay, 1992, p. 335.
20. Ibid., p. 359-60.
21. LAVOISIER Antoine-Laurent, Œuvres, t. 2, Paris, Imprimerie impériale, 1864, p. 120.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
05-Chap4:Mise en page 1 23/10/08 16:03 Page 76

76 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

Loin donc de dispenser du travail physique, la pratique instrumentale


oblige le corps à de nouvelles fatigues, à de nouveaux apprentissages,
comme à une nouvelle économie de la recherche. Même si l’habitude per-
met d’acquérir des automatismes, des réflexes, le corps de l’expérimenta-
teur ne peut jamais agir comme une machine. Les pratiques instrumentales
développées à la fin du XVIIIe siècle, en particulier dans le laboratoire de
Lavoisier, n’ont pas produit d’effet de rupture : le corps participe toujours
à l’aventure chimique. La seule différence est que le corps de l’expérimen-
tateur lui-même devient objet de recherche. On connaît le fameux sépia de
Marie-Anne Lavoisier représentant le laboratoire de Lavoisier lors des expé-
riences de physiologie. Armand Seguin, collaborateur de Lavoisier, et co-
signataire du mémoire sur la respiration, est pris comme cobaye pour
étudier la dépense en oxygène d’un travail quelconque. Ce mémoire est
celui-là même où Lavoisier et Seguin se laissent aller à des visions ergono-
miques en suggérant d’établir une sorte d’unité de mesure de tout travail
animal. Ils envisagent la possibilité d’évaluer à combien de livres en poids
répondent les efforts d’un homme qui récite un discours, d’un musicien qui
joue d’un instrument. On pourrait même évaluer ce qu’il y a de mécanique
dans le travail du philosophe qui réfléchit, de l’homme de lettres qui écrit,
du musicien qui compose22.
En conclusion, l’essor de la culture de précision dans les laboratoires de
chimie à la fin du XVIIIe siècle ne correspond pas vraiment à un refoulement
du corps mais plutôt à un déplacement des fonctions mobilisées. Les fonc-
tions sensorielles de connaissance sont certes disqualifiées au profit des ins-
truments, mais le corps reste au travail. La connaissance chimique
s’acquiert au prix d’un labeur. La chimie instrumentale et quantitative qui
émerge au tournant du XIXe siècle n’a pas profondément ébranlé la concep-
tion traditionnelle du laboratoire comme un lieu de travail pénible, fati-
gant, coûteux. Mieux, elle transforme ce travail nécessaire à la production
du savoir en objet d’investigation. Loin d’être considéré comme un élément
d’imperfection, un résidu opaque d’irrationalité dans les sciences de la
nature, le travail du corps et tout le savoir tacite qu’il enveloppe deviennent
eux-mêmes objets de savoir et doivent être évalués à l’aide d’une balance.

22. Ibid., p. 698-699.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
06-Chap5:Mise en page 1 23/10/08 16:03 Page 77

Stratégie de classification

est souvent présentée comme une

L
A CLASSIFICATION PÉRIODIQUE
sorte de charte livrant les briques élémentaires de la nature. Son
tableau semble alors inscrit dans la nature, et l’on s’imagine volon-
tiers que Mendeleev n’avait qu’à ouvrir le livre de la nature pour la décou-
vrir, ou qu’il lui fut révélé dans une vision, comme les tables de la loi reçues
par Moïse.
Or ce tableau n’est pas une anticipation visionnaire de la physique ato-
miste ; il est le fruit d’un long et patient travail de construction de
Mendeleev, sur la base des connaissances empiriques accumulées au cours
du XIXe siècle. Mieux, c’est l’aboutissement d’un travail collectif de plusieurs
générations de chimistes. Car la quête d’une classification hante les chi-
mistes du XIXe siècle. Plutôt que de raconter l’histoire de cette longue quête
(qui persiste malgré le caractère monumental et définitif de ce tableau), j’es-
saierai de dégager les raisons de cette quête inlassable d’une classification des
éléments et les types de raisonnement mobilisés pour parvenir à construire
une classification.

PRESSION DÉMOGRAPHIQUE

La chimie du XIXe siècle est confrontée à une croissance rapide de la popu-


lation des substances chimiques sous l’effet des progrès de l’analyse, d’une

Ce chapitre reprend un cours d’agrégation donné à l’ENS Paris en 2005.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
06-Chap5:Mise en page 1 4/11/08 14:32 Page 78

78 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

part et de la synthèse plus tard. Les substances simples passent de quatre à


trente-trois à l’époque de Lavoisier puis cinquante vers 1840 et une centaine
en 1900, cent onze en 2005.
Quant aux substances composées, on en compte six milliards environ
aujourd’hui. Pour gérer des multiplicités d’individus, par exemple dans la
gestion des forêts, les statistiques ont été inventées au XVIIIe siècle1. Mais cela
n’est pas un outil adéquat pour les chimistes. La chimie, comme la bota-
nique ou la zoologie, s’intéresse aux particularités des substances, à leur sin-
gularité, tandis que la physique ne retient que ce qu’il y a de général dans
le particulier.
À chaque substance, il faut donner un nom. Au XVIIIe siècle, la volonté de
systématique qui caractérise l’entreprise de Linné en botanique s’applique
aussi à la chimie. Linné a forgé pour chaque espèce un binôme latin avec un
substantif pour désigner le genre auquel elle appartient et un adjectif qui la
spécifie plus un suffixe indiquant l’appartenance à une famille2. Quatre
principes président à la construction de son langage : les noms génériques
doivent être en latin ou du moins forgés à partir des langues anciennes ; ils
doivent exprimer une propriété essentielle et distinctive du genre désigné ;
ils doivent être simples, un seul mot si possible, et courts. La nomenclature
de Linné présuppose une classification en genres et en espèces. De même la
nomenclature systématique élaborée par les chimistes en 1787 présuppose
une classification sous-jacente des composés chimiques3. Mais je ne parle-
rai pas ici de la nomenclature, ni de la classification des composés. Car le
problème de leur nomenclature et de leur classification est subordonné à
celui de la classification des corps simples dans une chimie centrée sur la
composition. Or, la distinction entre corps simples et composés devient

1. FRÄNGSMYR T., HEILBRONN J.L. et RIDER R., The Quantifying Spirit in the
Eighteenth Century, Berkeley, University of California Press, 1990.
2. Par exemple, « Acer pseudo-platanus » pour l’érable sycomore, et dans le
monde animal « Parus major » pour la mésange charbonnière ; voir DAUDIN Henri,
De Linné à Jussieu. Méthode de la classification et idée de série en botanique et en zoo-
logie (1740-1790), Paris, Alcan, 1983 ; voir aussi DROUIN Jean-Marc, Réinventer la
nature, Paris, Desclée de Brouwer, 1991, p. 34-37.
3. CROSLAND Maurice P., Historical Studies in the Language of Chemistry, New
York, Dover Publication, 1978.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
06-Chap5:Mise en page 1 4/11/08 14:33 Page 79

STRATÉGIE DE CLASSIFICATION 79

l’axe directeur de la chimie vers la fin du XVIIIe siècle avec Lavoisier, en par-
ticulier. Auparavant, les classifications chimiques étaient plutôt fondées sur
le comportement des substances, leurs rapports ou affinités4.
Classer les corps simples est une obsession des chimistes du XIXe siècle.
Comte a bien aperçu ce problème en 1835 dans la 36e leçon du Cours de phi-
losophie positive « Considérations générales sur la chimie inorganique ».
Bien qu’il déclare que seule la philosophie biologique peut inventer l’art des
classifications rationnelles5, c’est à propos de la chimie et encore en passant,
dans une note qu’il énonce les conditions de réalisation d’une classification.
Cette remarque est motivée, dit Comte, par le nombre croissant des élé-
ments actuels qui conduit à se préoccuper de leur classification car d’elle
dépend celle des composés.
On peut à ce sujet poser en principe que la hiérarchie des substances
élémentaires ne doit pas être uniquement déterminée par la seule consi-
dération de leurs propres caractères essentiels, mais par celle, non moins
indispensable, quoiqu’indirecte, des principaux phénomènes relatifs aux
composés qu’elles forment. Ainsi conçue, cette question est une des plus
capitales que puisse présenter la philosophie chimique : bornée au
contraire à l’examen direct des corps simples, elle offrirait aussi peu
d’intérêt que de rationalité ; car, en soi-même, il importe assez peu, sans
doute, suivant quel ordre conventionnel on procéderait à l’étude succes-
sive des cinquante-six corps, dont les histoires propres sont nécessaire-
ment indépendantes6.

Deux points sont à retenir dans cette réflexion. D’abord, une classifica-
tion respectueuse des singularités, de l’essence de chaque individu, ou de
son « histoire » ne peut être que conventionnelle. Une vision synoptique
d’une population d’individus singuliers ne peut être qu’une photographie,
un paysage ou, à la limite, une liste alphabétique comme dans un diction-

4. Sur les classifications liées aux tables d’affinités au XVIIIe siècle voir KLEIN
Ursula, LEFÈVRE Wolfgang, Materials in Eighteenth-Century Science, Cambridge
Mass, MIT Press, 2007.
5. Voir COMTE Auguste, Cours de philosophie positive, t. 1, 40e leçon, Paris,
Hermann, 1975, p. 732-734.
6. Ibid., 36e leçon, p. 594-595.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
06-Chap5:Mise en page 1 23/10/08 16:03 Page 80

80 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

naire. On doit donc classer les corps simples d’après les composés qu’ils for-
ment, comme le fit Lavoisier dans le Traité élémentaire de chimie en 1789.
Ensuite, pour échapper à l’arbitraire ou à la convention, il faut établir une
hiérarchie et Comte insiste sur les implications de ce terme dans une note
de bas de page :
J’emploie à dessein cette expression pour mieux marquer que je ne
saurais concevoir de classification vraiment philosophique là où l’on ne
serait point parvenu à saisir préalablement une considération prépondé-
rante, commune à tous les cas, et graduellement décroissante de l’un à
l’autre. Telle est, ce me semble la condition fondamentale imposée par la
théorie générale des classifications… L’origine, évidemment politique,
de tous nos termes relatifs aux idées de classement, devrait suffire pour
rappeler sans cesse, dans une question d’ordre réel, la loi indispensable
de subordination, mal appréciée jusqu’à présent par la plupart des phi-
losophes inorganiques7.

La solution prônée par Comte est donc de sélectionner un ou deux fac-


teurs révélant la croissance ou décroissance d’un caractère ou d’une pro-
priété pour transformer la multiplicité éparse et un peu chaotique des
individus en une série uniforme. C’est ce qu’il a fait dans sa classification
des sciences qui transforme le paysage encyclopédique des Lumières en une
hiérarchie suivant le degré de simplicité décroissante et de généralité
décroissante et donc de spécialité croissante des phénomènes étudiés.
Classer revient à constituer un espace abstrait, pour ordonner au double
sens du terme, mettre en ordre et faire passer les commandements. La clas-
sification est un espace d’administration où opère un général en chef qui
dispose son armée, ou bien un professeur qui classe ses élèves, ou le grand
ordinateur qui inscrit les étudiants et garde trace de leurs résultats.
Or dans quelle mesure le modèle comtien de classification hiérarchique
(que j’appellerai administrative) a-t-il inspiré ou satisfait les chimistes ?

7. Ibid., p. 594.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
06-Chap5:Mise en page 1 23/10/08 16:03 Page 81

STRATÉGIE DE CLASSIFICATION 81

PRESSION PÉDAGOGIQUE

Un deuxième moteur de la quête de classification au XIXe siècle est la pres-


sion pédagogique. Avec le développement des cours de sciences expérimen-
tales dans les écoles centrales et les facultés (surtout de médecine), se
multiplie le nombre des chimistes professeurs. Comment apprendre et
enseigner les connaissances sur des dizaines et dizaines de substances ?
Mémoriser exige une mise en ordre (comme le montre la technique des
théâtres de la mémoire). L’inflation de la population matérielle, qui semble
indéfinie, galopante à raison des progrès de l’analyse, met les professeurs de
chimie dans le plus grand embarras. Seront-ils contraints d’égrainer devant
leurs étudiants un chapelet de monographies sur les divers corps simples et
sur leurs propriétés ? Et comment passer en revue les diverses combinaisons
de chaque élément ? Faut-il se contenter de faire un inventaire de proprié-
tés individuelles qu’il faut apprendre sans trop chercher à comprendre ? Les
professeurs de chimie semblent acculés à commencer par faire ce qu’on
appelle « l’histoire des corps simples », c’est-à-dire à exposer une science
purement descriptive. Mais dans quel ordre, alphabétique, comme un dic-
tionnaire ?
La plupart des chimistes professeurs sont à la recherche d’une classifica-
tion des corps simples ou éléments afin d’ordonner les chapitres de leurs
cours. Mendeleev a travaillé à la classification périodique parce que,
nommé professeur de chimie à l’Université de St Petersbourg en 1860, il
entreprit d’écrire un manuel pour son cours de chimie générale8. L’ouvrage
intitulé Principes de chimie, paru en 1871, commence par des chapitres sur les
substances les plus communes et familières : l’eau, (qui permet d’introduire
deux éléments, l’hydrogène et l’oxygène) ; l’air, (qui introduit l’azote et ses
composés) ; puis le carbone ; le chlorure de sodium ; les halogènes (chlore,
brome, etc.), et c’est seulement à la moitié du parcours au chapitre XV inti-
tulé « Similitude des éléments et loi périodique » qu’arrive la classification.

8. BENSAUDE-VINCENT Bernadette, « La classification périodique des éléments », in


Éléments d’histoire des sciences, Paris, Bordas, 1989, p. 447-468.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
06-Chap5:Mise en page 1 23/10/08 16:03 Page 82

82 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

Mendeleev n’est pas une singularité. Il existe une liaison forte entre pré-
occupation pédagogique et invention taxonomique au point que les débats
sur la classification au XIXe siècle sont menés par des professeurs et auteurs
de manuels. Quel est exactement leur problème ?
Il provient de la fausse bonne solution annoncée par Lavoisier. Lavoisier
entreprit de publier en 1789 un Traité élémentaire de chimie. Il déclare que
la chimie doit procéder du simple au complexe, du connu à l’inconnu, en
imitant la genèse des idées chez l’enfant, et il cite abondamment La Logique
de Condillac. Pareil à l’enfant qui forme des idées de plus en plus complexes
à partir des sensations élémentaires, le chimiste doit partir des faits pour
former un savoir de plus en plus complexe. De cette analogie, Lavoisier tire
la certitude que la démarche du simple au complexe est identique à la
marche du connu vers l’inconnu. « Les faits, les mots et les idées sont
comme trois empreintes d’un même cachet9. » Si lumineuse est la solution
que Lavoisier déclare que grâce à la logique du simple au complexe qui suit
l’ordre pédagogique, la chimie devient facile, accessible aux « commen-
çans », à ceux qui peuvent et doivent construire la science sur une sorte de
table rase.
Mais pratiquement, les deux ordres sont inverses : si l’on procède du
connu à l’inconnu, on doit partir de ce que rencontre l’enfant dans son
milieu. Or on rencontre rarement de l’oxygène, de l’hydrogène ou de l’azote
purs. On a plutôt l’expérience de l’eau, de l’air, de mixtes ou composés.
C’est pourquoi les deux ordres ne sont pas compatibles et chaque auteur
doit faire des choix, prendre une décision.
Le chimiste suédois Jon Jacob Berzelius, qui ne semble pas du tout
convaincu que l’ordre matériel de complexité croissante se superpose à
l’ordre d’acquisition des connaissances formule explicitement son
dilemme :
Il y a deux manières d’exposer la chimie dans un livre pour des com-
mençants. Tantôt on cherche à faire une collection de monographies de
corps simples et quant aux combinaisons dans lesquelles chacun de ces

9. Voir le chapitre 7.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
06-Chap5:Mise en page 1 23/10/08 16:03 Page 83

STRATÉGIE DE CLASSIFICATION 83

corps est susceptible d’entrer, on les range suivant un ordre quelconque,


mais qu’on s’est tracé d’avance, afin de ne point être obligé de décrire un
composé deux fois ou même davantage. C’est, à mon avis, sous cette
forme que la science se trouve réduite à sa plus simple expression et
qu’elle s’inculque le mieux dans la mémoire. Tantôt on traite d’abord
tous les corps simples, puis on examine, dans un ordre donné, les com-
binaisons de chacun de ces corps avec toutes les autres ; ensuite on passe
en revue les combinaisons des diverses combinaisons les unes avec les
autres, de manière à procéder du simple au composé et de celui-ci à ce
qui l’est davantage10.

Finalement Berzelius opte pour une solution un peu mixte. Afin d’alléger
l’exposé et la mémoire des étudiants, il n’hésite pas à faire un tri parmi les
corps simples en privilégiant les éléments les plus répandus dans la nature.
Au bilan, l’organisation de son traité se dessine par application, sur la base
du principe incontournable de complexité croissante, d’un jeu de dichoto-
mies successives. Berzelius applique d’abord la division entre substances
pondérables et impondérables et commence ainsi par l’étude de quatre sub-
stances impondérables (la lumière, la chaleur, les forces électrique et
magnétique, qui faisaient partie intégrante de la chimie au début du XIXe
siècle). Ensuite il divise les éléments pondérables en deux catégories, inorga-
nique et organique. La première se subdivise à son tour en métaux et non-
métaux que Berzelius baptise « métalloïdes » ; enfin les substances organiques
se subdivisent également en deux catégories : végétales et animales.
En France Louis-Jacques Thenard publie un traité de chimie en 1816,
maintes fois réédité jusqu’en 1836, qui servit de modèle pour tous les
manuels de chimie à destination des écoles ou des lycées pendant plusieurs
générations. Il énonce trois critères de classification : du connu à l’in-
connu ; du simple au complexe ; et suivant les analogies de propriétés11.
Cela le conduit à une classification assez proche du modèle comtien : il
sélectionne un caractère unique — le degré d’affinité pour l’oxygène – qui
détermine le type de composés formés par un corps simple et lui permet

10. BERZELIUS, Jacob J., Traité de chimie, Paris, 1819-1833, 8 vols, t. 1, p. 2.


11. THENARD Louis-Jacques, Traité élémentaire de chimie, théorique et pratique,
1813-1816, t. 1, p. 208-210. Ces critères sont maintenus dans les éditions ulté-
rieures, 1817-1818, I, 240-241 ; 1821, I, 256-257 ; 1827, I, 320-322.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
06-Chap5:Mise en page 1 23/10/08 16:03 Page 84

84 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

d’établir une échelle de croissance. Tous les corps simples vont être caracté-
risés et classés en fonction de leurs réactions avec l’oxygène. Thenard en
vient ainsi à privilégier une réaction parmi d’autres : la combustion, qu’il
définit comme « phénomène dans lequel l’oxygène se combine avec un
corps quelconque ». « Tous ces corps simples autres que l’oxygène étant
connus sous le nom générique de corps combustibles, on doit connaître en
général sous le nom de corps brûlés, ces mêmes corps unis 1 à 1, 2 à 2, 3 à
3, etc., avec l’oxygène. » Ainsi, la dichotomie, corps combustibles/corps brû-
lés, remplace et recouvre discrètement la dichotomie simple/composé, tou-
jours célébrée comme principe fondamental.
Le critère de la réactivité avec l’oxygène est appliqué de manière systéma-
tique. Seuls y échappent les quatre corps impondérables. Dans le groupe
des six non-métaux, Thenard utilise le critère de la réactivité avec l’oxygène
« autant que possible » ; mais c’est surtout dans le local de la classification
des métaux que ce critère fait merveille. Thenard répartit les trente-huit
métaux connus en six classes suivant qu’ils absorbent ou non l’oxygène, à
température élevée ou non, en décomposant l’eau ou non. Quant aux sels,
qui constituent le groupe le plus important en chimie minérale, Thenard les
présente comme résultats de la combinaison d’un (ou plusieurs) oxyde
métallique avec un acide.
Dans le domaine de la chimie végétale et de la chimie animale, Thenard
classe les principes immédiats des plantes en fonction des proportions res-
pectives d’hydrogène et d’oxygène, soit trois classes : 1) plus d’oxygène que
dans l’eau ; 2) la même proportion ; 3) moins d’oxygène. Thenard innove
vraiment. Les réformateurs de la nomenclature à la fin du XVIIIe siècle
n’avaient pas trouvé de solution satisfaisante pour nommer et classer les
principes immédiats des végétaux et des animaux. On les ordonnait selon
des critères hétérogènes : propriétés physiques et chimiques ou bien pro-
priétés thérapeutiques, ou bien leur origine.
On voit donc ici que toute classification chimique présuppose : 1) un
postulat (que la nature et la proportion des éléments constituants détermi-
nent les propriétés). C’est ce qui permet de se fier aux analogies de compor-
tement et propriétés ; 2) un socle théorique sur la nature des combinaisons
chimiques (le rôle privilégié de l’oxygène). Malgré la ruine de la théorie
lavoisienne des acides, qui accordait un rôle privilégié à l’oxygène, la classi-
fication de Thenard – en particulier sa classification des métaux – perdure.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
06-Chap5:Mise en page 1 23/10/08 16:25 Page 85

STRATÉGIE DE CLASSIFICATION 85

La classification des métaux de Louis-Jacques Thenard


[d’après le Traité de chimie élémentaire, 4e éd. 1824, t. I]

COMMENT ATTEINDRE L’EXHAUSTIVITÉ12

Classification naturelle ou artificielle

Ce genre de classification, fondée sur l’élection d’un principe d’ordre, est


attaqué par Louis-Marie Ampère. Rejetant la théorie lavoisienne des acides
il déplore l’exagération du rôle de l’oxygène. Il préfère chercher des prin-
cipes de classification chez les naturalistes, et s’inspire en particulier de
Antoine-Laurent de Jussieu. Ce sont, en effet, les naturalistes qui ont intro-
duit la distinction entre classifications naturelle et artificielle dans leur cri-
tique de Linné. La classification de Linné, fondée sur un critère unique – le
nombre des étamines – a été jugée artificielle et dépassée au profit de classi-
fications dites naturelles, fondées sur la considération de plusieurs caractères.
En 1816, Ampère transpose la distinction en chimie. Il publie un « Essai
d’une classification naturelle pour les corps simples » dans lequel il tente

12. Pour des vues plus précises sur ce débat voir BENSAUDE-VINCENT Bernadette,
GARCIA-BELMAR Antonio, BERTOMEU José Ramon, L’Émergence d’une science des
manuels. Les livres de chimie en France (1789-1852), Paris, Éditions des archives
contemporaines, 2003, 3e partie.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
06-Chap5:Mise en page 1 4/11/08 14:34 Page 86

86 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

d’élaborer une classification naturelle, reposant sur « l’ensemble des carac-


tères des corps qu’on se propose de classer » et réunissant dans un même
groupe les substances qui présentent les analogies les plus nombreuses et les
plus essentielles13. Il dénonce le privilège accordé à l’oxygène par tous les
chimistes (à l’exception de Gay-Lussac) parce qu’il laisse croire que les pro-
priétés attribuées à l’oxygène lui appartiennent en exclusivité. Convaincu
qu’il existe « un ordre naturel », que seule peut révéler une « méthode natu-
relle », Ampère rejette la dichotomie entre corps combustibles et soutiens
de la combustion, aussi bien que la division entre métaux et non-
métaux car elles masquent, à ses yeux, les analogies avec des corps qui se
trouvent situés dans des classes éloignées.
Exprimer toutes les analogies, tel est le rêve d’Ampère. Il tente d’abord, en
vain, une classification circulaire présentant une série unique avec variation
continue des propriétés. Après cet échec, Ampère choisit de regrouper les
corps simples en trois familles – gazolytes, leucolytes, chroïcolytes – qui se
divisent à leur tour en quinze genres lesquels se subdivisent en espèces, de
telle sorte que « deux corps placés aux deux extrémités de la chaîne formée
par tous les autres se rapprochent et s’unissent mutuellement par des carac-
tères communs ».

Classification d’Ampère
[d’après « Essai d’une classification naturelle des corps simples »]

13. AMPÈRE Louis-Marie, « Essai d’une classification naturelle des corps simples »,
in Annales de chimie, t. 1, 1816, p. 295-308 et p. 373-394 ; t. 2, p. 5-32 et p. 105-125.
Sur Ampère et la chimie voir SCHEIDECKER Myriam, « Impact des idées d’Ampère en
chimie sur J.B. Dumas et M.A. Gaudin », in Science et technique en perspective, n° 1,
1997, p. 285-307.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
06-Chap5:Mise en page 1 23/10/08 16:03 Page 87

STRATÉGIE DE CLASSIFICATION 87

Les gazolites – ainsi nommés parce qu’ils sont « susceptibles de former,


avec d’autres substances de la même classe, des gaz permanents qui puissent
subsister sans se décomposer lorsqu’ils sont mêlés à l’air atmosphérique » –
regroupent pratiquement tous les non-métaux plus l’arsenic et le tellure.
Les leucolytes (qui forment des sels blancs ou incolores) comprennent les
métaux qui fondent au-dessous de 25º au pyromètre. Le groupe des chroï-
colytes est formé par les « métaux infusibles à cette température » et « qui
forment avec ces acides des dissolutions colorées » (d’où leur nom).
Ampère prévient les objections que peut susciter le choix de tels critères en
invoquant un impératif d’exclusivité pour chaque groupe.
Cette classification inspire des minéralogistes comme François Beudant,
auteur d’un Traité élémentaire de minéralogie, et certains chimistes comme
Alexandre Baudrimont et Ferdinand Hoefer qui s’efforcent de l’améliorer.
Tout en la considérant comme « plus philosophique » que les classifications
artificielles, les chimistes ne parviennent pas cependant à l’adopter dans leurs
cours et traités. Ils choisissent une attitude plus pragmatique, de compromis.

Une solution bâtarde

Ainsi Jean-Baptiste Dumas commence-t-il son monumental Traité de chi-


mie appliquée aux arts en 1828 bien décidé à s’appuyer sur une classification
naturelle14. Il introduit, dès l’abord, plusieurs critères : le premier, il pro-
pose de considérer le nombre d’atomes qui se combinent avec un atome
d’hydrogène et il ajoute d’autres critères, tels la formation de composés
analogues ou la formation de composés isomorphes. Suivant ces principes,
il propose une classification naturelle des non-métaux en cinq groupes.
Mais dans un volume consacré aux métaux, publié quelques années plus
tard, il renonce à chercher une classification naturelle et il adopte la classi-
fication artificielle des métaux par Thenard.
Et il est suivi par la plupart des auteurs de manuels qui proposent, en
effet, la classification naturelle pour les non-métaux et la classification

14. DUMAS Jean-Baptiste, Traité de chimie appliquée aux arts, Paris, Béchet, 8 vols,
1828-1846.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
06-Chap5:Mise en page 1 23/10/08 16:03 Page 88

88 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

artificielle pour les métaux. Cette double solution devient la règle générale
dans les livres d’enseignement, surtout après la révision de la classification
de Thenard par Victor Regnault.
Le fait qu’une solution aussi bâtarde a pu être adoptée dans l’enseigne-
ment de la chimie et y demeurer pendant près d’un demi-siècle en dit long
sur le statut de la chimie. La formule bâtarde ne satisfait pas les chimistes
qui avouent pour la plupart son inconsistance. Mais elle est acceptable dans
la mesure où la plupart des analogies entre éléments sont respectées. Or, ce
sont les analogies qui servent de guide dans la pratique des chimistes. Le
consensus qui s’établit parmi les auteurs français contribue à diffuser un
sentiment profond de l’imperfection de la chimie. Il n’est pas question d’un
état de crise mais plutôt d’un scepticisme un peu désabusé.

COMMENT GÉRER LA MULTIPLICITÉ

Comment Mendeleev a-t-il pu échapper au dilemme, construire une clas-


sification obéissant à un critère unique – le poids atomique des éléments –
qui embrasse cependant la totalité des propriétés et qui puisse donc prétendre
au titre de classification naturelle ? Le secret est la loi périodique.
Il y a en effet deux manières possibles de classer la multiplicité indéfinie des
corps simples : l’une revient à chercher sous cette multiplicité l’unité d’un
élément primordial, l’autre à chercher une loi unique régissant la multiplicité.

Réduire le multiple à l’un

L’idée que la diversité des éléments pourrait dériver de l’hydrogène est


avancée par William Prout au début du XIXe siècle. À l’époque, John Dalton
a émis l’hypothèse atomique et choisi conventionnellement l’hydrogène
pour unité des poids atomiques : H = 1. Ce choix incite à utiliser le poids
atomique pour prouver que tous les autres éléments sont des multiples
entiers de celui de l’hydrogène. Quand les chimistes déterminent que le
poids atomique du chlore est Cl = 35,5 l’hypothèse est aménagée pour
accommoder cette décimale. On déclare alors que les poids atomiques sont
multiples d’une fraction de l’hydrogène. Ainsi aménagée, l’hypothèse
échappe aux démentis expérimentaux et elle trouve un appui dans la clas-

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
06-Chap5:Mise en page 1 23/10/08 16:03 Page 89

STRATÉGIE DE CLASSIFICATION 89

sification des radicaux organiques puis dans la théorie darwinienne de


l’évolution qui suggère une origine commune des vivants.
En tout cas, tout au long du XIXe siècle, cette hypothèse stimule les classi-
fications fondées sur le principe des relations arithmétiques entre poids
atomiques dont le but est de dégager les structures de parenté entre les élé-
ments. Le premier essai – contemporain de ceux d’Ampère et de Thenard –
est celui de Johan Döbereiner, professeur à Iéna, qui établit des relations
arithmétiques remarquables. Döbereiner propose une série de triades qui
reposent sur la corrélation entre analogies chimiques et relations des poids
atomiques. Br = Cl + ½ ; Na = Li + K/2 ; Se = S + Te/2.
En regardant la liste de tous les essais de classification fondés sur le poids
atomique et antérieurs à Mendeleev dressée par John W. Van Spronsen, on
voit que l’objectif de réduction sous-tend la plupart d’entre eux (Gmelin,
Gladstone, Cooke, Carey Lea, Lenssen, Dumas)15. Cette quête généalogique
centrée sur les liens de parenté a permis de repérer les familles. La caracté-
ristique majeure de cette approche est que les chimistes procèdent du local
au local et ne parviennent pas à dresser un tableau d’ensemble. Il est cepen-
dant une exception notable : Alex Béguyer de Chancourtois propose à
l’Académie des sciences en 1862 une « vis tellurique » fondée sur la prise en
considération de la loi de Prout. Mais celle-ci passe inaperçue, sans doute
parce qu’elle présente deux faiblesses. Elle mêle corps simples et compo-
sés et le graphisme paraît si peu adéquat aux éditeurs des Comptes rendus de
l’Académie des sciences qu’il n’est pas inséré dans la publication. En
revanche, il subsiste un modèle en 3D dans la bibliothèque de l’École natio-
nale des mines à Paris.
Ainsi l’hypothèse de Prout stimule les entreprises de classification, mais
échoue car elle focalise la recherche sur les parentés locales au lieu d’inciter
à la recherche d’une loi d’ensemble. C’est du moins l’analyse qu’en propose
Mendeleev pour souligner le contraste avec sa propre démarche.

15. VAN SPRONSEN John W., The Periodic System. A Story of the First Hundred Years,
Amsterdam, Elsevier, 1969.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
06-Chap5:Mise en page 1 23/10/08 16:03 Page 90

90 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

Chercher une loi générale

Contrairement aux chimistes français qui adoptent une solution bâtarde,


Mendeleev cherche une loi de la nature plus qu’une classification. Or les lois
naturelles, dit-il, ne souffrent pas d’exception et c’est en cela qu’elles se dis-
tinguent des règles de grammaire, par exemple. Une loi peut être confirmée
seulement quand toutes les conséquences que l’on peut en tirer ont subi la
sanction expérimentale.
Ils étaient trois chimistes, travaillant dans les années 1860 à contre-cou-
rant de la majorité des classificateurs : John Alexander Newlands, William
Odling et Dimitri Mendeleev. Tous trois adoptent les poids atomiques fon-
dés sur la loi d’Avogadro-Ampère qui révèlent mieux des régularités et qui
ont été proposés lors du Congrès de Karlsruhe en 1860.
Mendeleev entrevoit le motif de la périodicité en comparant les éléments
les plus dissemblables. Au lieu de chercher des analogies, il cherche les
contrastes et découvre ainsi une régularité des poids atomiques :

Li = 7 Na = 23 K = 39 Rb = 85,4 Cs = 133
F = 19 Cl = 35,5 Br = 80 Te = 127

Telle est la charpente de sa table. Ensuite, il va mailler peu à peu un réseau


avec les métaux alcalino-terreux et comparer cette démarche à un solitaire
chimique.
Cette démarche par les extrêmes et les éléments les plus légers conduit en
1869 à la loi périodique : « Les propriétés des corps simples et composés
dépendent d’une fonction périodique des poids atomiques des éléments
pour la seule raison que ces propriétés sont elles-mêmes les propriétés des
éléments dont ces corps dérivent ». L’énoncé de cette loi générale de la
nature engage trois credo solidaires les uns des autres :
Le premier credo de Mendeleev est épistémologique : il a foi dans la
constance et la généralité des lois de la nature. Et à ses yeux, la science a
pour objet de rechercher les lois auxquelles obéissent les phénomènes de la
nature, d’en tirer toutes les conséquences et de se mettre en devoir de sou-
mettre ces conséquences aux épreuves de l’expérimentation. C’est pourquoi,

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
06-Chap5:Mise en page 1 23/10/08 16:03 Page 91

STRATÉGIE DE CLASSIFICATION 91

dès qu’il entrevoit le motif de la périodicité, il met en œuvre toutes les consé-
quences possibles : prédiction d’éléments, corrections de poids atomiques,
pour parvenir à énoncer une loi générale, la loi périodique des éléments.
D’où l’inversion du tellure et de l’iode, et les fameuses prédictions de l’eka-
aluminium, de l’eka-bore, et de l’eka-silicium, tous éléments inconnus pour
lesquels il laisse des cases vides en prédisant approximativement leur poids
atomique et leurs propriétés. Mendeleev reconnaît certes que la loi pério-
dique ne régit pas parfaitement les individualités, mais il estime qu’on trou-
vera la raison des écarts lorsqu’on connaîtra la cause de la loi périodique,
qu’il espère trouver dans une mécanique chimique (mirage du Newton de
la chimie).
Un deuxième credo philosophique inspire la démarche de Mendeleev : il
a foi dans l’individualité des éléments. Il est tout à fait hostile à la recherche
d’un élément originaire d’où dériveraient tous les autres et dans laquelle il
voit la résurgence de l’ambition alchimique de transmutation des éléments.
D’où ses protestations contre les récupérations de la loi périodique au ser-
vice de l’hypothèse de Prout. Pour Mendeleev, l’individualité des éléments
chimiques est l’une des trois lois fondamentales qui gouvernent le monde.
Kant pensait qu’il existe dans l’Univers deux objets qui provoquent
l’admiration et la vénération des hommes : « la loi morale au dedans et
le ciel stellaire au-dessus de nous ». En approfondissant la nature des élé-
ments et la loi périodique, il faut ajouter un troisième objet : « la nature
des individus élémentaires qui s’exprime partout autour de nous »
attendu que, sans ces individus, nous ne pourrions pas nous faire une
idée du ciel stellaire et que la notion d’atomes révèle, à la fois la singula-
rité des individualités, la réitération in fine des individus, et leur sujétion
à l’ordre harmonique de la nature16.

Une troisième décision – rarement notée mais néanmoins fondamentale


– concerne la définition claire et distincte de l’objet à classer. La plupart des
devanciers de Mendeleev, s’appuyant sur la notion commune d’élément
chimique comme substance indécomposable, ne prenaient pas la peine de

16. MENDELEEV Dimitri, « Loi périodique des élements chimiques », in Le


Moniteur scientifique, IV, 1889, p. 888-904, citation p. 895.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
06-Chap5:Mise en page 1 23/10/08 16:20 Page 92

92 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

Manuscrit du tableau périodique par Mendeleev

distinguer ce qu’ils classaient : des corps simples ou des éléments, les deux
mots étaient interchangeables. Mendeleev, en revanche, prend soin d’établir
une distinction entre eux, en soulignant que le corps simple peut être carac-
térisé par ses propriétés physiques et chimiques tandis que seul l’élément est
caractérisé par son poids atomique.
Quels que soient les changements des propriétés des corps simples à
l’état libre, quelque chose demeure constant, et quand les éléments for-
ment des composés, ce quelque chose a une valeur matérielle et déter-
mine les caractéristiques des composés qui comprennent les éléments en
question. […] La valeur du poids atomique, par l’essence même de la
matière, est un nombre qui n’est pas déterminé par l’état de division du

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
06-Chap5:Mise en page 1 23/10/08 16:03 Page 93

STRATÉGIE DE CLASSIFICATION 93

corps simple mais par la partie matérielle qui est commune au corps
simple et à ses composés. Le poids atomique n’appartient ni au charbon,
ni au diamant mais au carbone17.

La distinction peut paraître assez intuitive, voire triviale, quand on


l’illustre avec l’exemple du carbone. Mais ces exemples ne dispensent pas
d’expliciter les hypothèses théoriques : en l’occurrence, la distinction est
sous-tendue par l’hypothèse d’Avogadro qui distingue atomes et molécules.
Le corps simple est à l’élément ce que la molécule est à l’atome. De là déri-
vent les définitions scolaires actuelles : un corps simple est un ensemble de
molécules formées d’atomes de même espèce ; un corps composé est un
ensemble de molécules formées d’atomes d’espèces différentes. C’est
Mendeleev qui a construit ce petit réseau de concepts et défini l’élément par
ses relations à d’autres concepts. Après avoir examiné les théories ato-
miques en vigueur à son époque, il conclut qu’il est plus simple de suppo-
ser que l’individualité gît dans les éléments chimiques plutôt que partout
ailleurs. C’est un choix, une libre décision.
Donc la construction d’une classification comme celle de Mendeleev pré-
suppose un pas vers l’abstraction : rapporter la multiplicité phénoménale des
substances aux comportements fortement individualisés à des entités abs-
traites comme les éléments. Le caractère peu positif de cette notion n’a pas
échappé à Georges Urbain, un chimiste très influencé par Auguste Comte :
Ce quelque chose de commun à un corps simple et à toutes ses com-
binaisons présente un caractère nettement mystérieux. Cependant son
existence propre nous semble indiscutable, encore qu’il n’y ait positive-
ment là qu’une vue de l’esprit. C’est ce quelque chose que j’appellerai
provisoirement un élément. D’après cela l’élément échappe au contrôle
immédiat de la sensation. Cette notion dont l’origine expérimentale est
hors de discussion, présente néanmoins – et j’insiste sur ce point – un
caractère idéologique18.

17. MENDELEEV Dimitri, « The relation between the properties of the atomic
weight of the elements », in Journal of the Russian Society of Chemistry, 1869,
p. 60-67 ; réédité in LEICESTER H.M., KLICKSTEIN H.S., Sourcebook in Chemistry
1400-1900, New York, Dover, 1952 (citation p. 439).
18. URBAIN Georges, Les Notions d’élément et d’atome, Paris, O. Doin et fils, 1925, p. 9.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
06-Chap5:Mise en page 1 23/10/08 16:03 Page 94

94 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

Le choix de Mendeleev est un pari sur le pouvoir explicatif d’une notion


purement abstraite qui se définit dans un jeu de relations avec d’autres
notions.
La démarche de Mendeleev présuppose, enfin, un credo métaphysique
quant à l’harmonie de la nature qui concilie unité et diversité grâce à une
loi sans faille. Cet aspect est le seul qui a retenu l’attention de Gaston
Bachelard dans Le pluralisme cohérent de la chimie moderne :
La pensée du chimiste nous paraît, en effet, osciller entre le pluralisme,
d’une part, et la réduction de la pluralité, d’autre part. Ainsi on voit
d’abord que la chimie n’hésite pas à multiplier les substances élémen-
taires, à considérer des composés hétérogènes, livrés souvent au hasard
de l’expérience. C’est là le premier temps de la découverte. Puis une sorte
de scrupule intervient et l’on sent le besoin d’un principe de cohérence,
tant pour comprendre les propriétés des substances composées que pour
saisir le vrai caractère des substances élémentaires19.

Ce que Bachelard présente comme une sorte de repentir, motivé par


quelque scrupule, nous semble plutôt relever d’un pari risqué. Il ne s’agit
pas, comme le suggère Bachelard, de compenser ou de tempérer un « réa-
lisme substantialiste » qui pousserait la chimie à s’engluer dans le particu-
lier concret, au moyen d’un mathématisme pythagoricien visant
l’harmonie. Le pari de Mendeleev, comme celui des chimistes qui l’ont
renouvelé après lui, serait plutôt de maintenir au cœur des sciences
modernes la pertinence d’un discours sur le monde qui part des singulari-
tés concrètes et vise à atteindre les causes – à défaut d’atteindre l’universel
– au terme d’un processus d’abstraction. Dans la réalité, on n’a affaire qu’à
des singularités concrètes, des ceci, qui agissent dans des circonstances
locales. On peut néanmoins dégager des lois générales à condition de sépa-
rer mentalement les aspects inextricablement embrouillés dans la réalité.

COMMENT DESSINER LA CLASSIFICATION

Il est bien dommage que l’histoire héroïque ne retienne que la fermeté et


les succès de Mendeleev, car c’est un versant moins glorieux, plus hésitant

19. BACHELARD Gaston, Le Pluralisme cohérent de la chimie moderne, Paris, Vrin,


1973, p. 5.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
06-Chap5:Mise en page 1 23/10/08 16:03 Page 95

STRATÉGIE DE CLASSIFICATION 95

de sa démarche qui nous éclaire sur ce qu’est une opération de classifica-


tion. Bien qu’il compare sa loi périodique à la loi de Newton et à la loi
morale de Kant, Mendeleev reconnaît qu’elle ne livre pas une classification
parfaite. Localement, elle présente quelques défauts : elle ne rend pas
compte de certaines analogies fortes, par exemple, entre lithium et magné-
sium, béryllium et aluminium, bore et silicium, ces analogies que l’on dit
« diagonales » en raison de la place de ces éléments dans le tableau. De plus,
la loi périodique ne livre même pas un schéma global de classification. C’est
pourquoi ce « Newton de la chimie » qui se montre si ferme et résolu dans
l’énoncé de la loi et dans les prédictions qu’il en tire, tergiverse sur la forme
graphique à donner à la classification20.
Il envisage d’abord une spirale, mais la discontinuité de la fonction pério-
dique le conduit à renoncer à une courbe. Il choisit donc la forme du
tableau, faute de mieux, parce qu’elle met en relief la discontinuité de la
fonction périodique. Au fil des huit éditions de ses Principes de chimie,
Mendeleev essaie plusieurs graphismes avec les périodes à la verticale ou à
l’horizontale, avec des périodes longues ou courtes, avec des groupes pairs
et impairs. Il cherche inlassablement la meilleure représentation possible
sans jamais trouver une solution tout à fait satisfaisante. Sa préférence va à
la présentation en trois blocs qui suggère une image globale du système,
avec la série courte des éléments typiques et deux blocs en miroirs compre-
nant les éléments appartenant aux séries paires et impaires car ils ont entre
eux plus d’analogies. Mendeleev déplore toutefois qu’une telle présentation
sacrifie la continuité du système. Plus loin dans le livre, il détaille une pré-
sentation mono-bloc horizontale. En fait, en divers chapitres, il utilise des
représentations différentes, adaptant le système périodique suivant le pro-
pos, suivant l’intention. La classification idéale unique n’existe pas.
L’ironie de l’histoire est que parmi les multiples formes possibles qu’il
envisage, Mendeleev en abandonne une seule : le tableau long, avec des
périodes longues et irrégulières, celui qui est devenu, au XXe siècle, la forme

20. Pour une analyse plus détaillée des différentes représentations voir BENSAUDE-
VINCENT Bernadette, « Graphic representations of the periodic system of chemical
elements », in Ursula KLEIN (éd.), Tools and Modes of representation in the
Laboratory Sciences, Dordrecht, Kluwer, 2001, p. 133-161.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
06-Chap5:Mise en page 1 23/10/08 16:03 Page 96

96 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

standard du système périodique. Mendeleev ne retient que les tableaux


compacts avec des courbes périodiques qui ne dépassent jamais huit élé-
ments.
Que nous enseigne ce contraste ? Dira-t-on que ces questions de présen-
tation graphique importent peu, qu’au fond il y a un système unique, le sys-
tème périodique qui traduit fidèlement la réalité ? Mais quelle est la réalité
mise en scène dans le système périodique ?
Les théoriciens voient dans le système périodique une image de l’ordre de
remplissage des orbitales électroniques. À leurs yeux, la longueur des
périodes successives dans la table actuelle – soit 2, 8, 8, 18, 18, 32 etc., – se
déduit de la mécanique quantique. Ainsi la table périodique est donnée
comme une sorte de charte, un tableau des briques élémentaires qui livre le
secret de la construction du monde matériel, naturel autant qu’artificiel.
Tel n’est pas le point de vue des chimistes, du moins de ceux qui ne sont
pas de purs théoriciens. Depuis plus d’un siècle, ils sont toujours en quête
de la représentation « naturelle » de la loi périodique, de celle qui permet-
trait d’embrasser toutes les analogies constatées dans l’expérience. C’est
pourquoi longtemps après Mendeleev, subsiste en chimie une multiplicité
de tables périodiques. Chaque chimiste se sent autorisé à donner sa propre
version du système périodique, en fonction de son interprétation, ou de son
expérience dans la recherche ou dans l’enseignement. Alors même qu’une
représentation s’est imposée depuis les années 1960, qui a été officialisée
par l’International Union of Pure and Applied Chemistry dans les années
1980, chaque jour des chimistes continuent de soumettre de nouvelles
tables de leur cru, dans des revues. Et de recommander un système court ou
long, ou entre les deux, en spirale, en hélice ou en pyramide, en deux
dimensions ou en trois dimensions.
Si nombreuses sont les tentatives qu’en 1973 le chimiste Edward Mazurs
a inventorié plus de sept cents variétés de systèmes périodiques qu’il a
entrepris de classer en distinguant cent quarante-six types structuraux dif-
férents21 ! Le système périodique, même fondé sur une loi naturelle qui

21. MAZURS Edward G., Graphic Representations of the Periodic System during One
Hundred Years, Tuscaloosa, University of Alabama Press, 1974. Mazurs lui-même
recommande l’un de ces modèles, qui est aussi l’élu d’Eric Scerri (The Periodic
Table. Its Story and Its Significance, Oxford, Oxford University Press, 2007).

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
06-Chap5:Mise en page 1 23/10/08 16:03 Page 97

STRATÉGIE DE CLASSIFICATION 97

repose aujourd’hui sur la mécanique quantique, reste donc irréductible-


ment multiple, et toujours imparfait.
On voit donc dans le local de la chimie, et encore en se limitant à la clas-
sification des éléments, combien il est difficile de penser un ordre unique et
univoque. Non seulement les chimistes ont déployé plusieurs stratégies
pour classer les éléments mais encore, après avoir arrêté une stratégie, et
même admis la validité d’une loi générale gouvernant la multiplicité des
éléments, ils doivent encore faire cohabiter plusieurs ordres. Toute classifi-
cation est à leurs yeux un compromis que l’on peut et doit vouloir optimal
mais qui ne sera jamais un ordre parfait.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
06-Chap5:Mise en page 1 23/10/08 16:03 Page 98

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
07-Chap6:Mise en page 1 23/10/08 16:04 Page 99

L’HISTOIRE ET SES CLICHÉS

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
07-Chap6:Mise en page 1 23/10/08 16:04 Page 100

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
07-Chap6:Mise en page 1 23/10/08 16:04 Page 101

Newton et la chimie française


du XVIIIe siècle

’INTERPRÉTATION DE LA CHIMIE française du XVIII siècle est particuliè-


e

L rement délicate du fait d’un certain nombre d’obstacles persistants.


Le premier est l’effet de la révolution lavoisienne qui a accrédité
l’idée qu’avant Lavoisier la chimie végétait sous le joug des doctrines alchi-
miques dans l’attente du sauveur qui allait la libérer. Il suffit néanmoins de
lire quelques ouvrages antérieurs à Lavoisier pour comprendre à quel point
cette vision est erronée.
Un deuxième obstacle, plus compliqué à lever à cause de la difficulté
d’embrasser la variété des cultures de la chimie au XVIIIe siècle, provient de
l’attention prévalente aux doctrines en histoire des sciences. En particulier,
quand Pierre Duhem a décrit les traditions chimiques du XVIIIe siècle et
sommairement organisé le paysage en distinguant deux écoles1 : l’école cor-
pusculaire qui fut d’abord cartésienne, puis newtonienne et l’école dite
empiriste. Dans la première, la clé de l’explication des comportements et
réactions chimiques se situe dans les particules ultimes de matière. Que l’on
invoque la forme des corpuscules ou leur attraction mutuelle, on explique
le visible par des entités invisibles, inaccessibles à l’expérience. La deuxième

Ce chapitre reprend en traduction – actualisée en fonction des publications


récentes – une conférence prononcée en septembre 1998 au workshop Newton’s
Legacy organisé par la Sloan Foundation à Pines Lodge (Minnesota).
1. DUHEM Pierre, Le Mixte et la combinaison chimique, Paris, Fayard, « Corpus »,
1985, p. 17-45.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
07-Chap6:Mise en page 1 23/10/08 16:04 Page 102

102 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

école de pensée dite « empiriste », Duhem la caractérise de manière pure-


ment négative par son rejet de tout système ou raisonnement a priori. Elle
est principalement incarnée par Guillaume-François Rouelle, démonstra-
teur de chimie au Jardin du Roy de 1742 à 1764. Dans cette tradition, on
explique les comportements chimiques par référence à des éléments-prin-
cipes, hérités des chymistes du XVIIe siècle et par-delà, des doctrines antiques
d’Empédocle et d’Aristote. Un petit nombre de principes – invisibles mais
bien individualisés – sont ainsi responsables des propriétés des « mixtes ».
S’ils demeurent inaccessibles aux sens, ils peuvent être connus par leurs
effets sur les composés sensibles, ou plus exactement par les effets de leur
circulation d’un mixte à l’autre.
Dans cette perspective, on devrait pouvoir repérer deux styles de chimie
bien distincts et rivaux à l’époque des Lumières en France. On les note, en
effet, dans un texte important et souvent cité, l’article « chymie » de
l’Encyclopédie de Diderot rédigé en 1753 par le chimiste médecin de
Montpellier, Gabriel-François Venel2. Ce texte très polémique se présente
comme un réquisitoire contre l’emprise de la mécanique cartésienne aussi
bien que newtonienne – sur la chimie. Il développe un long plaidoyer pour
une chimie autonome, indépendante de la tutelle mécaniste, fondée sur des
« concepts-maison » empruntés aux œuvres de Joachim Beccher et Ernst-
Georg Stahl. Ainsi semblent se dresser face à face deux modèles de science
en compétition dans la philosophie de la nature : une science spéculative
inspirée de Newton et une science empiriste inspirée de Stahl. Venel fait un
portrait héroïque du chimiste artiste, habile expérimentateur, qui acquiert
son savoir au prix d’un dur et coûteux labeur. Ce contraste entre savoir spé-
culatif et savoir acquis dans l’expérience qui fait écho au texte contempo-
rain de Diderot, Discours sur l’Interprétation de la nature, conforte indénia-
blement la distinction proposée par Duhem entre deux écoles de pensée
rivales3. De plus, l’existence d’un mouvement anti-newtonien dans le

2. VENEL Gabriel-François, « Chymie », in DIDEROT D., D’ALEMBERT J.,


Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, vol. 3,
p. 408-437 ; voir plus haut p. 71-72.
3. Sur la chimie chez Diderot voir PÉPIN François, Philosophie expérimentale et
chimie chez Diderot, Thèse de l’Université Paris 10, 2007.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
07-Chap6:Mise en page 1 23/10/08 16:04 Page 103

NEWTON ET LA CHIMIE FRANÇAISE DU XVIIIe SIÈCLE 103

milieu des encyclopédistes est attestée par des historiens des sciences
comme Charles Gillispie et Jean-Claude Guédon4.
Mais le célèbre article de Venel donne-t-il une image fidèle de la chimie
au milieu du XVIIIe siècle en France ? L’Encyclopédie est un témoin important
certes, et même incontournable, mais c’est une vitrine qui est ouvertement
partiale et ne livre pas forcément un tableau d’ensemble5. Déjà Hélène
Metzger, qui a minutieusement étudié les traités français de chimie des XVIIe
et XVIIIe siècles relevait une plus grande variété de doctrines : la tradition
alchimiste centrée sur les métaux, la tradition iatrochimique issue de
Paracelse, à laquelle elle rattache Van Helmont ; les doctrines mécaniques
qu’elle démultiplie ; et enfin « la chimie expérimentale ». Bien que cette
dénomination rappelle l’école empiriste de Duhem, Metzger invite à adop-
ter une autre perspective : « au lieu de chercher quelle est la métaphysique
de la matière qui est à la base de la doctrine chimique, il faut pénétrer dans
le laboratoire et voir les faits aux prises avec la théorie6 ». Malheureusement
son attention aux pratiques de laboratoire fut limitée par le type de sources
étudiées. Dans son deuxième grand ouvrage, Metzger s’en tient à une his-
toire des doctrines et elle partage la chimie du XVIIIe siècle entre trois grands
auteurs : Newton, Stahl et Boerhaave7. Qu’on distingue deux ou trois cou-
rants, la chimie reste dominée par l’histoire des doctrines de la matière.

4. GILLISPIE Charles C., « The Encyclopédie and the Jacobin Philosophy of Science :
A study in Ideas and Consequences », in Critical problems in the History of Science,
Madison, University of Wisconsin Press, 1959, p. 255-288. GUÉDON Jean-Claude,
The Still-Life of a Transition : Chemistry in the Encyclopédie, University of
Wisconsin, Madison, 1974 ; « Chimie et matérialisme : La stratégie anti-newtonienne
de Diderot », in Dix-huitième Siècle, n° 11, 1979, p. 185-200.
5. Cet article apparaît déjà comme une singularité notable au sein de l’œuvre de
Venel. Sur le décalage entre les propos de Venel dans l’Encyclopédie et le contenu de
ses cours à Montpellier voir LECORNU-LEHMAN Christine, Gabriel-François Venel
(1723-1775). Sa place dans la chimie française du XVIIIe siècle, Thèse de l’Université
Paris 10, 2006.
6. METZGER Hélène, Les Doctrines chimiques en France du début du XVIIe à la fin du
XVIIIe siècle, chapitre VI, Paris, Albert Blanchard, 1969.
7. METZGER Hélène, Newton, Stahl, Boerhaave et la doctrine chimique, Paris, Albert
Blanchard, 1974.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
07-Chap6:Mise en page 1 23/10/08 16:04 Page 104

104 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

En revanche, Frederic Lawrence Holmes a proposé dans les années 1980


une nouvelle perspective dans Eighteenth-century as an investigative enter-
prise, en prenant au sérieux la dimension expérimentale de la chimie et sa
vocation utilitaire8. Holmes minimise le rôle de Newton comme celui de
Stahl en insistant sur l’originalité de l’approche chimique de la matière et
l’élaboration de théories et de concepts propres comme celui de sel moyen.
Depuis lors, d’autres historiens ont aussi mis l’accent sur les pratiques expé-
rimentales voire artisanales des chimistes du XVIIIe siècle et tenté de recons-
truire un nouveau récit de la chimie des Lumières9.
C’est dans cette perspective qu’il convient, me semble-t-il, de revisiter la
question de l’influence du newtonianisme sur la chimie française du
XVIIIe siècle. Alors que Holmes abordait la chimie à partir des sources de
l’Académie royale des sciences de Paris, je propose d’approcher la question
dans un contexte moins académique, celui des cours publics de chimie qui
abondent dans la France du siècle des Lumières. Bien que les chimistes pro-
fesseurs semblent, à première vue, moins porteurs d’innovations théoriques
ou expérimentales majeures que les illustres chimistes qui orientèrent les
programmes de recherche de l’Académie royale, tels que Wilhelm Homberg
et Étienne-François Geoffroy au début du siècle, ou Berthollet et Lavoisier
à la fin du siècle, leur importance n’est pas négligeable. Ce sont eux qui
façonnent la doctrine comme le corpus des connaissances chimiques dans
leur enseignement, eux qui dessinent l’identité de la chimie dans la culture
et la société.
Quant à l’héritage newtonien, je propose de l’aborder en reprenant le
plan proposé par Hélène Metzger dans Newton, Stahl et Boerhaave. Elle dis-
tingue trois aspects du programme newtonien10 ; 1) l’attraction entre cor-

8. HOLMES Frederic L., Eighteenth-Century Chemistry as an Investigative


Enterprise, Berkeley, Office for the History of Science, 1989.
9. KIM Mi Gyung, Affinity, that Elusive Dream, A Genealogy of the Chemical
Revolution, The MIT Press, 2003 ; KLEIN Ursula, LEFÈVRE Wolfgang, Materials in
Eighteenth-Century Science : A Historical Ontology, Cambridge, Mass, The MIT
Press, 2007.
10. METZGER Hélène, Newton, Stahl, Boerhaave et la doctrine chimique, op. cit.,
1974, p. 19-20. Metzger ajoute un quatrième trait pour caractériser le newtonia-
nisme – la conception corpusculaire de la lumière – qu’on laisse de côté pour notre
propos.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
07-Chap6:Mise en page 1 23/10/08 16:04 Page 105

NEWTON ET LA CHIMIE FRANÇAISE DU XVIIIe SIÈCLE 105

puscules de matière ; 2) la méthodologie bien connue prêtée à Newton par


ses partisans français : à savoir le rejet des hypothèses et l’attention aux faits
expérimentaux ; 3) enfin une approche de la quantité de matière fondée sur
les poids plutôt que sur les volumes comme cela semblait plus naturel dans
la conception cartésienne où l’essence de la matière est l’étendue.

EXISTE-T-IL UNE CHIMIE NEWTONIENNE ?

On admet généralement que le newtonianisme triomphe en France vers


le milieu du XVIIIe siècle, et l’on ne manque pas de rappeler l’énergique cam-
pagne menée par Voltaire avec la publication des Éléments de la philosophie
de Newton (1738) ainsi que la traduction française des Principia par Émilie
du Châtelet (1759). Cela est sans doute justifié aussi longtemps qu’on
considère exclusivement Newton comme l’auteur des Principes. Mais la
catégorie « chimie newtonienne », souvent utilisée par les historiens, fait
référence à un autre Newton, l’auteur de l’Optique qui, dans la Ques-
tion 31 de l’édition de 1706, aventure des explications de quelques réactions
de dissolution en termes d’attraction entre corpuscules. L’affinité manifeste
dans les réactions entre corps sensibles serait l’effet d’une attraction qui
s’exerce entre les particules ultimes qui les composent et dont l’intensité va
diminuant avec la grosseur des assemblages. Dès lors on admet facilement
que la table des rapports publiée par Geoffroy en 1718 est une application
de la loi de Newton à la chimie, une sorte d’adaptation concrète des direc-
tions développées par Newton dans la Question 31 de l’Optique. Duhem
par exemple parle de la Question 31 comme d’un immense chantier sur
lequel travaille tout le XVIIIe siècle11. De son côté, Arnold Thackray affirme
sans hésitation que les tables de rapports de Geoffroy sont le développe-
ment de l’idée d’attraction relative développée dans l’édition de l’Opticks
publiée en 1706 et en particulier dans la Question 3112. Le lien est plausible
étant donné que cette édition circule en France dès 1706. Et comme les

11. DUHEM Pierre, Le Mixte, op. cit., p. 31.


12. THACKRAY Arnold, Atoms and Powers : An Essay on Newtonian Matter-Theory
and the Development of Chemistry, Cambridge, Mass, 1970, p. 90 ; voir aussi
DUNCAN Alistair M., « Some theoretical aspects of eighteenth-century tables of
affinity », in Annals of Science, n° 18 (3), 1964, p. 177-194.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
07-Chap6:Mise en page 1 23/10/08 16:04 Page 106

106 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

tables de Geoffroy ont elles-mêmes inspiré bien des développements de la


chimie tout au long du XVIIIe siècle, il semble légitime de décrire, à l’instar
de Maurice Crosland, la chimie du XVIIIe siècle comme un processus continu
de développement des idées newtoniennes débutant avec les tables d’affi-
nité de Geoffroy et se prolongeant jusqu’à la Statique chimique de Claude-
Louis Berthollet en 180313. Robert Fox résume ainsi la situation en
quelques mots :
La croyance fondamentale de la chimie du XVIIIe siècle était que les
phénomènes chimiques pouvaient s’expliquer en termes de forces à
courte distance que les chimistes avaient pour but de quantifier et de
systématiser : d’où leur intérêt soutenu pour les tables d’affinité14.

Pourtant le lien entre la table des rapports et le programme newtonien


est-il si évident ? En fait, Geoffroy ne mentionne jamais Newton – bien qu’il
le connaisse puisqu’il rédige une recension de l’Opticks. On peut certes pen-
ser que s’il présente sa table comme une compilation de résultats d’expé-
riences, c’est pour éviter de prononcer le nom de Newton dans une académie
dont le Secrétaire perpétuel – Louis Bernard Le Bovier de Fontenelle – est
ouvertement cartésien. Mais il reste que le programme mis en œuvre par
Geoffroy diffère profondément de celui de Newton. Bien qu’il parle de
« rapports », Geoffroy ne cherche à aucun moment à quantifier ces rap-
ports, ni à donner une expression algébrique des réactions de déplacement.
Mais quelles sont alors les notions qui guident Geoffroy ? Comme Ursula
Klein l’a fait remarquer, le seul concept qu’il mobilise est le concept tradi-
tionnel de principe et ne présuppose aucune théorie, corpusculaire ou
autre, relative aux constituants universels de la matière15. Dans ces condi-

13. CROSLAND Maurice, « The Development of Chemistry in the Eighteenth-


century », in Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, n° 24, 1963, p. 369-441.
14. FOX Robert, « The Rise and Fall of Laplacian Physics », in Historical Studies in
the Physical Sciences, n° 4, 1974, p. 89-136, citation p. 98.
15. KLEIN Ursula, « E.F. Geoffroy’s table of different rapports observed between
different chemical substances – a reinterpretation », in Ambix, n° 42 (2), 1995,
p. 79-100. « Origin of the Concept of Chemical Compound », in Science in Context,
n° 7, 1994, p. 180-183. Voir aussi KLEIN Ursula, « The Chemical Workshop Tradition
and Experimental Practice : Discontinuities with Continuities », in LEFÈVRE W.
(éd.), « Fundamental Concepts of Early Modern Chemistry », in Science in Context,
n° 9, 1996, p. 251-287.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
07-Chap6:Mise en page 1 23/10/08 16:04 Page 107

NEWTON ET LA CHIMIE FRANÇAISE DU XVIIIe SIÈCLE 107

tions n’est-il pas un peu abusif de tenir pour acquis qu’il existe une chimie
newtonienne ? Les tables de Geoffroy construites sur la base de dizaines de
réactions de déplacement, ne sont en aucune manière réductibles à une
application du programme newtonien. De plus, elles n’expriment nulle-
ment un souci de dégager une loi unique gouvernant toutes les réactions
chimiques. D’où il faut conclure que l’interprétation traditionnelle des
tables de Geoffroy comme l’accomplissement du programme newtonien est
une reconstruction anachronique et biaisée de ce qui se passe au début du
XVIIIe siècle16.
On trouve certes une référence explicite à Newton en 1723 dans le
Nouveau cours de chymie suivant les principes de Newton et Stahl, attribué à
Jean-Baptiste Sénac. Il est clair cependant que, loin d’être rivale de la tradi-
tion stahlienne, l’influence de Newton se conjugue avec celle de Stahl. Cet
ouvrage élabore un cadre conceptuel qui combine sans les opposer les théo-
ries stahlienne et newtonienne. Stahl et Newton réunis fournissent les
« principes » de base d’un cours de chimie. Certes dans son Specimen
Beccherianum (paru en 1720), Stahl dénigre les modèles mécaniques des
transformations chimiques qu’il juge illusoires et superficiels, et leur
oppose les descriptions précises de ces mêmes changements en termes de
principes tels que la terre et l’eau. Mais il n’installe pas vraiment d’alterna-
tive entre son point de vue et celui des philosophes mécanistes, et pas même
d’alternative claire entre cartésiens et newtoniens. De fait, Stahl a développé
une vision hiérarchique des niveaux de complexité croissante qui mobilise
la notion de particule ultime aussi bien que celle de principe individuel. Les
particules ultimes de matière, dont la forme et la taille échappent radicale-
ment à notre connaissance, forment les principes premiers ou éléments qui
sont les substances les plus simples. Ces principes se combinent à leur tour
en proportions diverses pour former les mixtes. Les mixtes de toutes sortes
s’unissent ensuite pour former des composés (par exemple un acide ou un
alcali). Et l’union de plusieurs composés donne des surcomposés qui peu-
vent à leur tour former des super-composés. Même Duhem qui a forgé la

16. HOLMES Frederic L., Eighteenth-Century Chemistry as an Investigative


Enterprise, op. cit., p. 40 ; KLEIN Ursula, « E.F. Geoffroy’s table of different rapports
observed between different chemical substances – a reinterpretation », op. cit.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
07-Chap6:Mise en page 1 23/10/08 16:04 Page 108

108 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

thèse des deux écoles de pensée rivales – mécaniste et empiriste – est bien
obligé de reconnaître dans le chapitre sur Stahl que ce dernier utilisait aussi
bien le langage des corpuscules que celui des principes et que, tout comme
son maître Beccher, il respectait le cartésianisme17.
Plus récemment, Alistair Duncan a suggéré que les chimistes du
XVIIIe siècle n’adhèrent pas vraiment aux théories qu’ils exposent dans l’in-
troduction de leurs ouvrages et payent simplement tribut à la culture domi-
nante. À ses yeux, ces doctrines ne sont qu’ornements rhétoriques sans
influence réelle sur leurs pratiques, lesquelles se fondent sur des notions et
considérations « non officielles » plus pragmatiques, et mieux adaptées à
leurs besoins18. Au bilan de cette première section, on voit que la notion
même de chimie newtonienne est problématique car, d’une part, il n’existe
pas de programme explicitement inspiré par Newton ; d’autre part, les
apports de Newton sont utilisés en combinaison avec d’autres issus de tra-
ditions différentes. L’homogénéité doctrinale apparaît comme une inven-
tion d’historiens, les chimistes, eux, mêlent les sources doctrinales comme
les ingrédients dans les mixtes qu’ils fabriquent.

LA PRÉTENDUE RÉCEPTION DU NEWTONIANISME

Mais la question elle-même est-elle bien posée ? S’interroger sur l’in-


fluence ou l’impact de Newton sur la chimie, c’est déjà présupposer que ces
modèles ont été importés de la physique vers la chimie et que les chimistes
les ont « reçus » plus ou moins passivement des modèles corpusculaires –
cartésiens ou newtoniens – élaborés ailleurs. Metzger par exemple écrit :
Ainsi que les autres sciences physiques et naturelles, la chimie subit,
vers le début du XVIIIe siècle, une transformation profonde qui a profon-
dément altéré les traits permanents de sa méthodologie et de sa théorie.

17. DUHEM Pierre, Le Mixte, op. cit., p. 37-44.


18. DUNCAN Alistair W., Laws and Order in the Eighteenth-Century Chemistry,
Oxford, Clarendon Press, 1996 ; « Particles and Eighteenth-Century Concepts of
Chemical Combination », in British Journal for the History of Science, n° 21, 1988,
p. 447-53.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
07-Chap6:Mise en page 1 23/10/08 16:04 Page 109

NEWTON ET LA CHIMIE FRANÇAISE DU XVIIIe SIÈCLE 109

Alors qu’à la fin du XVIIe siècle, cette théorie, en se donnant comme une
promotion de l’hypothèse mécaniste reçue telle quelle des mains des
philosophes, aspirait à ramener à des combinaisons variées de figures et
de mouvements toutes les réactions matérielles étudiées, cette même théo-
rie accepta tout aussi docilement de se mettre sous la dépendance de la
cosmologie newtonienne qu’elle n’avait aucunement inspirée et qui exer-
çait sur l’esprit de la plupart des savants une influence dominatrice19.

La thèse de la réception passive d’un cadre théorique élaboré pour


d’autres objectifs que l’interprétation des transformations chimiques, sou-
lève immédiatement la question « pourquoi ». Pourquoi le cartésianisme et
le newtonianisme devaient-ils s’imposer à l’esprit des chimistes ? À quoi
devaient-ils leur attrait ? La réponse semble évidente à certains historiens
qui jugent que la rationalité du mécanisme était tellement supérieure à celle
des doctrines en vigueur parmi les chimistes qu’il était tout naturel de le
préférer. Ainsi Metzger écrit-elle : « Nos auteurs [les chimistes du
XVIIIe siècle] seront contraints de recourir à un certain atomisme pour éta-
blir sur un terrain solide leur doctrine chimique20 ». Ce jugement repose
sur un double postulat : que l’atomisme est plus rationnel que les doctrines
qualitatives des principes ; qu’entre deux théories rivales on choisit tou-
jours la plus rationnelle. Or les deux thèses peuvent sans aucun doute
faire débat.
Une autre explication est avancée par Duncan, qui invoque la « respecta-
bilité académique » des concepts cartésiens ou newtoniens. Les chimistes se
seraient sentis « obligés d’adopter la philosophie mécanique », sans trop y
croire ni s’en servir, afin de conquérir eux aussi un peu de dignité acadé-
mique21. Ici encore, même s’il est vrai que le statut académique et la hiérar-
chie implicite des sciences qui le fonde sont une considération importante
dans l’évolution de la chimie, il semble un peu téméraire de les invoquer
comme un motif de choix théorique. Ne s’agit-il pas plutôt d’un pro-
blème à affronter que d’une solution, d’un explanandum plutôt que d’un
explanans ?

19. METZGER Hélène, Newton, Stahl, Boerhaave et la doctrine chimique, op. cit.,
p. 17.
20. Ibid., p. 103.
21. DUNCAN, Laws and Order, op. cit., p. 28 et p. 66.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
07-Chap6:Mise en page 1 23/10/08 16:04 Page 110

110 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

Trop d’historiens tiennent pour acquis que la chimie devait nécessaire-


ment emprunter ses fondements théoriques à la physique pour progresser.
Or l’identité de chacune de ces disciplines n’était pas établie au XVIIIe siècle,
sauf précisément dans l’affrontement des théories de la matière tel qu’il est
mis en scène dans l’Encyclopédie. Mais surtout il n’est pas du tout évident
que les chimistes aient reçu des physiciens la théorie corpusculariste.
Comme l’ont montré un certain nombre de travaux sur l’alchimie et la
« chymie » du XVIIe siècle, les notions corpuscularistes ont été utilisées par
des alchimistes, notamment dans leur réponse aux attaques des scolastiques
contre la possibilité de transmutation. William Newman a montré que la
Summa perfectionis faussement attribuée à Geber mais rédigée vers la fin du
XVIIIe siècle développe des conceptions corpuscularistes qui se mêlent déjà à
la théorie des principes. Le pseudo-Geber décrit la combinaison de minima
partes ou des « particules subtiles » (subtilis pars) qui s’assemblent dans une
« composition forte » pour former les deux principes constituants des
métaux : le soufre et le mercure. Newman et Lawrence ont également mon-
tré que la philosophie corpusculaire de Robert Boyle tire son origine de
l’œuvre de certains chymistes en particulier de Daniel Sennert, que Boyle
ne mentionne pourtant guère dans ses écrits. Ainsi, loin de greffer une
théorie physique sur un corps un peu bancal de doctrine chimique ou
iatrochimique, Boyle semble avoir puisé les bases de sa philosophie de la
matière dans la tradition chymique22. Si donc une certaine « vulgate ato-
miste » sous-tend la tradition chimique, il faut décidément dissocier cor-
puscularisme et mécanisme23. En tout cas, conclure que les chimistes n’ont
pas forcément reçu de la philosophie mécaniste l’interprétation corpuscu-
lariste des transformations chimiques.

22. NEWMAN William R., The Summa perfectionis of pseudo-Geber, Leiden, 1991 ;
« Boyle’s debt to corpuscular alchemy », in HUNTER Michael (éd.), Robert Boyle
reconsidered, Cambridge, 1994, p. 107-118 ; NEWMAN William R., Atoms and
Alchemy, Chemistry and the Experimental Origins of the Scientific Revolution,
Chicago, The University of Chicago Press, 2006. Voir aussi PRINCIPE Lawrence, The
Aspiring Adept. Robert Boyle and His Alchemical Quest, Princeton NJ, Princeton
University Press, 1998.
23. Telle est la thèse défendue en particulier par Antonio CLERICUZIO dans « A
redefinition of Boyle’s chemistry and corpuscular philosophy », in Annals of Science,
n° 47, 1990, p. 561-589.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
07-Chap6:Mise en page 1 23/10/08 16:04 Page 111

NEWTON ET LA CHIMIE FRANÇAISE DU XVIIIe SIÈCLE 111

Dans la foulée, il faut également questionner le présupposé symétrique, à


savoir que la théorie des principes appartiendrait naturellement à la tradi-
tion chimique. C’est une évidence aux yeux de Duncan qui en déduit que
les chimistes se trouvent confrontés à un dilemme :
S’ils utilisent des notions sur la nature des éléments et des principes
qui se sont développées naturellement à partir des exigences de la chi-
mie, ils s’éloignent des concepts philosophiques traditionnels qui jouis-
saient de respectabilité académique. Si, par ailleurs, ils utilisent les expli-
cations mécaniques qui offraient une alternative et un accès plus au goût
du jour vers la respectabilité académique, ils offensaient le canon pres-
crivant de ne pas faire de supposition qui ne soit soutenue par l’évidence
sensible fournie par l’observation et l’expérience24.

On voit donc à quel point le discours des historiens de la chimie du


XVIIIe siècle a été façonné par des présupposés tacites suggérés par l’état des
sciences à l’époque moderne et inconsciemment plaqués sur la chimie du
XVIIIe siècle. Il paraît tout naturel de postuler que l’atomisme mécaniste est
une doctrine physique qui devait naturellement supplanter les théories
qualitatives forgées par les chimistes pour expliquer les propriétés des sub-
stances. D’où le mythe tenace sur la fondation de la chimie moderne rap-
portée tantôt à Boyle, tantôt à Lavoisier ou à Dalton, trois personnages qui,
comme le note Mi Gyung Kim, ont en commun d’être plutôt des théori-
ciens que des chimistes chevronnés25.
Un autre exemple de lecture biaisée par le paradigme dominant dans la
science d’aujourd’hui se trouve dans un livre éloquemment intitulé From
Elements to Atoms. A History of Chemical Composition. L’historien Robert
Siegfried décrit l’abandon des explications invoquant des principes au pro-
fit des interprétations atomistes, comme la voie nécessaire vers la théorie
moderne de la composition, qui, à ses yeux, n’a guère évolué depuis
Lavoisier et Dalton26. Or, avec un tel présupposé, comme le souligne le livre

24. DUNCAN Alistair W., Laws and Order in the Eighteenth-Century Chemistry,
op. cit., p. 28.
25. KIM Mi Gyung, Affinity, that Elusive Dream, A Genealogy of the Chemical
Revolution, op. cit.
26. SIEGFRIED Robert, From Elements to Atoms. A History of Chemical Composition,
American Philosophical Society, Transactions, 2003, p. 92-04.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
07-Chap6:Mise en page 1 23/10/08 16:04 Page 112

112 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

de Kim, on s’interdit de comprendre la théorie des affinités, ses prémisses,


son importance et son succès au XVIIIe siècle27.

ATTRACTION OU RAPPORTS ?

Pour porter un regard neuf sur cette époque et reconsidérer la place de


Newton dans la chimie, il faut d’abord, suivant le sage conseil de Larry
Holmes, admettre que la philosophie de la matière n’occupe pas une place
centrale dans la culture chimique du XVIIIe siècle. Cette conviction, Holmes
l’a tirée d’une étude minutieuse des mémoires de l’Académie royale des
sciences de Paris au début du XVIIIe siècle qui montrent une communauté
organisée menant une recherche collective dans le cadre de vastes pro-
grammes dont la finalité est tout autant cognitive que pratique28. Concepts
et théories sont à considérer en rapport avec cette riche culture expérimen-
tale qui intéresse non seulement l’institution officielle de l’Académie royale
des sciences de Paris mais aussi bien d’autres personnes. Car la chimie n’est
pas cultivée exclusivement sur la scène académique, elle est étudiée et pra-
tiquée par une foule d’apothicaires et de médecins, d’artisans et d’entrepre-
neurs, de femmes, de gentilshommes ou « philosophes ». C’est pour
répondre à cette « demande sociale » que s’ouvrent à Paris comme en plu-
sieurs villes de province des cours publics et privés de chimie, qui connais-
sent un succès continu tout au long du XVIIIe siècle29. À la lecture des notes
manuscrites de ces cours, on mesure combien l’importance de la philoso-

27. KIM Mi Gyung, Affinity, that Elusive Dream, A Genealogy of the Chemical
Revolution, op. cit.
28. HOLMES Frederic L., Eighteenth-Century Chemistry as an Investigative
Enterprise, op. cit.
29. PERKINS John, « Creating Chemistry in Provincial France before the
Revolution : The examples of Nancy and Metz, Part 1, Nancy », in Ambix, n° 50,
2003, p. 145-81 ; « Part II, Metz », n° 51, 2004, p. 43-75. LABRUDE Pierre, « Les débuts
de l’enseignement de la chimie en Lorraine ducale : le Collège royal de médecine et
la Faculté de médecine de Nancy (1756 et 1776) », in Revue d’histoire de la pharmacie
n° 53, 2005, p. 199-220 ; BENSAUDE-VINCENT Bernadette, LEHMAN Christine, « Public
lectures of Chemistry in Mid-Eighteenth-Century France », in PRINCIPE L.M. (éd.),
New narratives in eighteenth century chemistry, Dordrecht, 2007, p. 77-96.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
07-Chap6:Mise en page 1 23/10/08 16:04 Page 113

NEWTON ET LA CHIMIE FRANÇAISE DU XVIIIe SIÈCLE 113

phie de la matière a été surestimée. Le plus connu, car on dispose de plu-


sieurs versions manuscrites, est le cours de Guillaume-François Rouelle, le
très populaire démonstrateur de chimie au Jardin du Roy de 1743 à 1764,
qui compte parmi ses élèves d’illustres personnages comme Condorcet,
Turgot, Rousseau et Diderot, aussi bien que des savants renommés comme
Pierre-Joseph Macquer, Antoine-Laurent Lavoisier et Antoine de Jussieu.
Son cours consiste essentiellement en démonstrations expérimentales, il
enseigne comment identifier et préparer des substances dont il indique les
propriétés caractéristiques et les usages. Bref, il vise l’utile autant que la
connaissance. Pour Rouelle « la chimie traite des séparations et des unions
des principes constituants des corps, qu’elles soient opérées par la nature ou
résultent des procédures de l’art, de manière à découvrir les propriétés et les
usages de ces corps30. » Cette définition se retrouve invariante, à quelques
nuances de vocabulaire près, dans tous les cours de chimie. La chimie a
donc une identité stable, bien définie. Contre la légende d’une chimie pré-
lavoisienne livrée à l’obscurantisme alchimiste ou à la routine empirique
des artisans, il faut souligner avec force cette cohérence d’un projet cognitif
allié à une orientation jamais démentie vers les arts, la technique. Rouelle
développe quelques vues sur la matière qui ne sont pas un simple ornement
rhétorique.
Quant à nous, dit Rouelle, nous appelons principes (principe étant
synonyme d’élément) des corps simples, indivisibles, homogènes,
immuables et non sensibles, qui sont plus ou moins mobiles suivant leur
nature, leur figure et leur masse. Ils diffèrent par leur volume, leur figure
particulière, leur nature et il est impossible de les apercevoir isolés ou
séparés des autres principes, à moins qu’un grand nombre d’entre eux
soient assemblés. C’est pourquoi nous ignorons ce que sont leur figure
et leur nature. Tout ce que nous savons est qu’ils sont peu nombreux et
que néanmoins leurs combinaisons suffisent à former tous les corps de
la nature31.

30. HENRY Charles, Introduction à la chymie. Manuscrit inédit de Diderot publié


avec notice sur les cours de Rouelle, Paris, E. Dentu Éditeur, 1887, p. 1.
31. ROUELLE G.F., Cours de chymie recueilli des leçons de M. Rouelle… par
A.L. Jussieu, 1767, Bibliothèque du Muséum d’histoire naturelle, Ms 102, p. 4.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
07-Chap6:Mise en page 1 23/10/08 16:04 Page 114

114 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

Cette définition conjugue étroitement des notions corpusculaires et l’idée


de principes individualisés. Contrairement à Venel dans l’article « chymie »
de l’Encyclopédie, Rouelle ne se pose pas en héros combattant le mécanisme
triomphant ; il se contente de mentionner à l’occasion les limites des expli-
cations que le mécanisme peut fournir32. Les principes sont à jamais invi-
sibles, comme les corpuscules. Mais comme ils abandonnent une combi-
naison pour entrer aussitôt dans une autre, on peut les suivre à la trace dans
les réactions de déplacement que le chimiste réalise au laboratoire. Ici
pointe l’originalité du point de vue sur la matière adopté par Rouelle et ses
élèves : après avoir assimilé les éléments (molécules ultimes) et les principes
(constituants des corps) ils cessent de regarder les éléments-principes
comme des unités ontologiques et les redéfinissent comme des unités opé-
rationnelles. Comme l’a souligné Rhoda Rappaport, dans une étude désor-
mais classique, Rouelle attribue aux éléments une double fonction : ils sont
à la fois les unités constituantes des mixtes, responsables de la conservation
et du transport des propriétés individuelles au cours des transformations et
instruments des opérations chimiques dans la nature comme dans le labo-
ratoire33. Rouelle, comme Hermann Boerhaave, illustre professeur à
l’Université de Leyde, introduit la théorie des quatre éléments dans le cha-
pitre « Instruments », l’air, l’eau et le feu étant des instruments naturels par
contraste avec instruments artificiels que sont les vaisseaux et menstrues.
Dans cette science tout entière centrée sur les opérations – effectuées par
la nature ou par l’art – fonctionne à plein la distinction introduite par Stahl
entre union agrégative et union mixtive. Rouelle et son élève Venel distin-

32. Ainsi dans le manuscrit de 1743, conservé à la Bibliothèque de Genève, l’au-


diteur anonyme note à propos des dissolutions : « On a dit que les dissolutions se
faisaient par les coins du corps dissolvant entrant par les pores du corps à dissoudre,
et qu’il fallait une proportion entre la grosseur, la figure du coin et les pores du corps
à dissoudre. Mais pourquoi les corps ne se précipitent-ils point après la dissolution ?
Ils répondent que les parties sont devenues si petites qu’elles sont plus légères que le
dissolvant. Mais cela étant elles devraient surnager à la liqueur du dissolvant. Nous
avouerons pourtant que c’est par des raisons mécaniques et la différence de ces petits
coins que se doivent expliquer les effets de la dissolution. Mais cela ne rend pas rai-
son de tout, v.g. du mouvement qui arrive et qui n’existait pas avant. »
33. RAPPAPORT Rhoda, « G.F. Rouelle : An Eighteenth-Century Chemist and
Teacher », in Chymia, n° 6, 1960, p. 68-101 ; « Rouelle & Stahl – The phlogistic revo-
lution in France », in Ambix, n° 7, 1961, p. 73-102,

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
07-Chap6:Mise en page 1 23/10/08 16:04 Page 115

NEWTON ET LA CHIMIE FRANÇAISE DU XVIIIe SIÈCLE 115

guent nettement l’agrégat qui ne change pas de propriétés lors de la décom-


position et le mixte dont les propriétés disparaissent quand on le décom-
pose. Il est donc légitime de souligner avec Rappaport que le cours de
Rouelle, loin d’être un cours pratique dénué de toute théorie, a contribué à
répandre en France la doctrine de Stahl34. En effet, bien que Stahl et
Newton aient été diffusés en France dès 1723 par le Nouveau cours de Sénac,
la théorie de Stahl a été considérablement clarifiée et transformée par
Rouelle. Au terme d’une comparaison entre le livre de Sénac et le cours de
Rouelle, Rappaport soutient que Rouelle est le véritable inventeur du stah-
lianisme. « La soudaine popularité de la théorie du phlogistique au milieu
du XVIIIe siècle est définitivement un produit du travail de Rouelle, à la fois
professeur, partisan de la théorie, transformateur et adaptateur des idées de
Stahl35. »
Est-ce à dire que Stahl aurait gagné en France contre Newton ? Certes
c’est l’impression que donne l’un des élèves de Rouelle, Venel, dans l’article
« chymie » de l’Encyclopédie. C’est aussi l’impression qui domine à la lec-
ture des notes du cours de Rouelle prises par Diderot ; elles sont émaillées
de petites attaques contre l’arrogance des explications mécanistes et
Diderot ajoute un long préambule historique où il fustige Boyle :
Il [Robert Boyle] se glorifiait d’être philosophe par le feu, comme van
Helmont, à qui Boyle refusait ce titre. M. Rouelle pense qu’il méritait
moins, ayant été plus physicien que chymiste. Il a beaucoup écrit sur
l’élasticité, sur le vuide, sur la forme spirale des molécules de l’air que
Becher avant les newtoniens, a tournée en ridicule… [Ses expériences
chimiques] sont toutes fort exactes, bien détaillées et faciles à répéter ;
mais les conséquences qu’il en tire ne sont pas toujours bien déduites et
les explications fondées sur sa physique corpusculaire ne sont pas rece-
vables en chymie. La réfutation qu’il en tire des erreurs répandues parmi
le peuple des chymistes n’était pas nécessaire, puisqu’elles avaient été
aperçues et bannies avant lui par les chymistes éclairés36.

34. Ibid.
35. Ibid., p. 92.
36. DIDEROT, « Introduction à la chymie », manuscrit inédit de Diderot, Paris,
E. Dentu Éditeur, 1887, p. 61.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
07-Chap6:Mise en page 1 23/10/08 16:04 Page 116

116 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

Mais tous les élèves de Rouelle ne partagent pas ce point de vue. Dans la
plupart des autres manuscrits, on ne trouve pas de telles attaques ni même
l’ébauche d’un conflit37. Quant à Rousseau, lui aussi élève de Rouelle et
auteur d’un traité longtemps inédit Institutions chymiques, il se permet
certes des critiques du cartésianisme et fustige les « philosophes et les belles
hypothèses », tout comme Venel et Diderot38 mais il assume entièrement
l’héritage newtonien. Rousseau – qui suit littéralement Rouelle sur ce point
– évoque ainsi la Question 31 : « Newton explique la dissolution par l’at-
traction dont il ne faut pas douter qu’il n’ait tiré la première idée des expé-
riences chymiques39 ». Rouelle et Rousseau considèrent Newton comme
l’un des leurs. Non pas comme un mathématicien qui aurait soumis tous les
phénomènes de la nature à une formule unique mais comme un chimiste
qui a extrapolé au ciel et à la terre un phénomène chimique bien connu. Ils
n’ont pas conscience d’appliquer un programme newtonien sur la chimie.
Dans la Question 31, ils ont trouvé non pas une alternative à la chimie des
principes mais au contraire un encouragement à pousser plus loin l’inves-
tigation des principes actifs que le mécanisme cartésien avait bannis.

37. ROUELLE G.F., « Traité de chymie par G.F. Rouelle, apothicaire à Paris »,
(1760), Bibliothèque de Lausanne, cote P 275 ; voir aussi SECRETAN Claude, « Un
aspect de la chimie prélavoisienne (Le cours de G.F. Rouelle) », in Mémoires de la
Société vaudoise, n° 50, 1943, p. 277-293 ; « Cours de chymie recueilli des leçons de
M. Rouelle », op. cit.
38. ROUSSEAU Jean-Jacques, Institutions chymiques, Paris, Fayard, « Corpus des
œuvres philosophiques en langue française », 1999, p. 14. « Il faut d’abord com-
mencer par congédier les philosophes et les belles Hypothèses. Ce n’est pas en bâtis-
sant des sistèmes dans son cabinet qu’on connoitra la nature ; et les Monades, et les
essences hylarchiques, et les cubes écornés, et la matière subtile, et les atomes crochus
sont sans doute de fort jolies inventions. Mais je voudrois bien demander à leurs
Auteurs comment ils s’y sont pris pour voir tout cela : quand à moi, je n’attends pour
admettre le sisteme de Descartes que d’avoir apperçu seulement un globule de
lumière. L’inutile travail des spéculatifs oiseux d’imaginer comment les choses
auroient pu se faire, le vrai Physicien recherche comment elles sont faites réellement. »
39. ROUSSEAU Jean-Jacques, Institutions chymiques, op. cit., p. 296. Elle fait écho à
la formule de Rouelle : « Newton a attribué cela à l’attraction et en a pris l’idée des
expériences chymiques. Nous appelons cela affinité, rapports, avec Mr Stahl. Nous
en donnerons des raisons physiques dans la suite. Cette affinité fait que les corps
s’unissent et le mouvement est excité » (ROUELLE G.F., « Cours de chymie », MS
Duveen, Cornell University, t. 1, fol. 40, cité pat GUÉDON J.C., « Chimie et matéria-
lisme. La stratégie antinewtonienne de Diderot », in Dix-huitième Siècle, n° 11,
1979, p. 185-200).

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
07-Chap6:Mise en page 1 23/10/08 16:04 Page 117

NEWTON ET LA CHIMIE FRANÇAISE DU XVIIIe SIÈCLE 117

Est-ce à dire que Stahl et Newton, main dans la main, livrent les principes
de la chimie enseignée au siècle des Lumières ? Les deux fournissent certes
des concepts utiles tels que mixte, agrégat, attraction. Mais le cadre théo-
rique qui organise le corpus des connaissances chimiques n’est pas une
sorte de syncrétisme de ces deux héritages. Rousseau estime que le concept
d’attraction ne permet pas de différencier les substances individuelles, et
préfère utiliser le terme de « rapport » ou d’affinité, introduit par Geoffroy.
C’est bien cette table des affinités, fondée sur des dizaines d’expériences
de déplacements qui organise les connaissances de la chimie enseignée en
France au milieu du XVIIIe siècle. Elle implique une conception de la combi-
naison chimique comme processus réciproque, et surtout un nouveau
regard sur les principes : leur individualité ne réside pas dans un attribut
substantiel mais dans leurs relations avec d’autres. C’est de leur mise en
rapport avec d’autres principes ou éléments que dépend leur comporte-
ment. Et c’est ce jeu de relations que la table permet de prévoir. Tout
comme les cours de chimie moderne sont guidés par le tableau périodique
des éléments, la table de Geoffroy guide les professeurs du siècle des
Lumières. Mais loin d’être une charte immuable, cette table reste un chan-
tier toujours ouvert : Rouelle n’hésite pas à la mettre à l’épreuve, à la tester
devant l’auditoire afin de la perfectionner, tout comme Rousseau et bien
d’autres professeurs ou démonstrateurs de chimie.

TABLES OU LOI ?

Parmi les élèves de Rouelle on constate déjà deux interprétations diver-


gentes de Newton : si pour le Venel de l’Encyclopédie, Newton est l’anti-
héros, le rival de Stahl dans la philosophie naturelle, pour Rouelle et
Rousseau il est celui qui a étendu le concept chimique d’attraction à l’en-
semble de la philosophie naturelle. Mais un troisième regard s’esquisse chez
un autre élève célèbre de Rouelle, Pierre-Joseph Macquer.
Membre de l’Académie royale des sciences de Paris et Inspecteur de la
manufacture royale des Gobelins, Macquer a aussi délivré des cours de chi-
mie, des cours privés en tandem avec l’apothicaire Antoine Baumé de 1757
à 1773. Chemin faisant, il publie un Dictionnaire de chymie dont la première
édition paraît en 1766 et la deuxième en 1778. Ce dictionnaire est l’un des

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
07-Chap6:Mise en page 1 23/10/08 16:04 Page 118

118 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

meilleurs témoins de ce que Rappaport appelle le stahlianisme français. En


particulier, l’article « phlogistique » révèle la puissance et la fécondité de ce
principe aux multiples fonctions et la deuxième édition de 1778 répond aux
attaques contre ce principe. Macquer précise en outre la distinction stah-
lienne entre mixte et agrégat. Dans l’article Aggrégation, Macquer distingue
les « principes prochains » qui sont les constituants des mixtes des « parties
intégrantes » ou molécules primitives. Par exemple, l’acide et l’alcali sont les
principes prochains qui constituent le sel commun et ne peuvent être obte-
nus sans détruire le sel. En revanche, les parties intégrantes, toutes iden-
tiques, sont obtenues par division sans destruction du sel commun40.
Macquer est donc clairement un partisan de la chimie de Stahl. À l’égard du
mécanisme, il adopte une position pas franchement hostile. Il fut confronté
à l’alternative entre mécanisme et affinité sur le problème concret des pro-
cédés de teinture, lorsqu’il eut à trancher entre les explications données par
ses prédécesseurs au poste d’inspecteur des teintures à la manufacture
royale des Gobelins. Alors que Jean Cisternay Du Fay, expliquait l’interac-
tion entre la couleur et la fibre en termes d’affinité, en 1740 son successeur
Jean Hellot expliquait la fixation des colorants naturels sur la fibre de laine
en termes mécaniques avec des particules de couleur pénétrant dans les
pores. Après avoir hésité, Macquer finit par proposer une explication éclec-
tique : tout en soulignant le rôle de la forme et de la surface de la fibre il
estime que la fixation est une véritable combinaison chimique qui met en
jeu des affinités41. Toutefois Macquer combat ouvertement le chimiste car-
tésien Baron, qui en publiant une nouvelle édition du Cours de chymie de
Lemery en 1755, présentait l’affinité comme une « chimère » tout juste
bonne à amuser des chimistes scolastiques. Macquer plaide la cause de l’af-
finité en usant de la même stratégie que Newton pour défendre l’attraction
face aux cartésiens : c’est un fait constaté, indiscutable. Lorsqu’il publie son
Dictionnaire en 1766, Macquer semble très influencé par le programme que
le naturaliste Buffon assigne à la chimie. Dans son Histoire naturelle, Buffon

40. MACQUER Pierre-Joseph, « Aggrégation », in Dictionnaire de chymie, t. 1,


2e édition, 1778, p. 50.
41. BENSAUDE-VINCENT Bernadette, NIETO-GÀLAN Agusti, « Theories of Dyeing »,
in Natural Dyestuffs and Industrial Culture in Europe, Fox R., Nieto-Gàlan A. (éds),
Science History Publications, 1999, p. 3-24.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
07-Chap6:Mise en page 1 23/10/08 16:04 Page 119

NEWTON ET LA CHIMIE FRANÇAISE DU XVIIIe SIÈCLE 119

encourage les chimistes à dépasser les tables d’affinité au profit d’une loi
unique régissant l’ensemble des rapports. À ses yeux, pour dépouiller les
affinités chimiques de leur mystère, il faut les traiter comme une manifesta-
tion de la gravitation universelle. Pour y parvenir il suggère de modifier légè-
rement la loi de gravitation pour les cas où la force s’exerce à courte distance
en prenant en compte la figure des particules constituantes.
Toute matière s’attire en raison inverse du carré de la distance & cette
loi générale ne paroit varier, dans les attractions particulières, que par
l’effet de la figure des parties constituantes de chaque substance ; parce
que cette figure entre comme élément dans la distance. […] D’après ce
principe, l’esprit humain peut encore faire un pas, & pénétrer plus avant
dans le sein de la Nature42.

Du programme de Buffon, Macquer retient l’idée de traiter la diversité


des aspects de l’affinité comme l’expression d’une seule force. Il insiste pour
montrer que l’affinité d’agrégation et l’affinité de composition proviennent
d’une seule et même cause. Dans l’article « pesanteur » de son Dictionnaire
il écrit :
On ne peut guère se refuser à croire que ces différents phénomènes [de
la chimie] ne sont que les effets d’une même force, telle par exemple, que
la gravitation réciproque de ces petits corps les uns sur les autres,
laquelle se trouve modifiée de beaucoup de manières différentes, par
leur grandeur, leur densité, leur figure, l’étendue, l’intimité de leur
contact, ou la distance plus ou moins petite à laquelle ils puissent s’ap-
procher43.

Macquer souligne également une différence majeure entre les unités


matérielles qui s’attirent en astronomie et en chimie. Tandis que les pla-
nètes sont visibles au télescope, les parties intégrantes restent invisibles au
microscope. Les principes constituants des mixtes ne sont pas, en effet, des

42. BUFFON, Histoire naturelle, in Œuvres philosophiques, t. 13, Paris, PUF, 1954,
p. 39.
43. MACQUER Pierre-Joseph, « Pesanteur », in Dictionnaire de chymie, op. cit.,
p. 193.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
07-Chap6:Mise en page 1 23/10/08 16:04 Page 120

120 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

entités sensibles et, de ce fait, ne sont pas susceptibles d’un traitement géo-
métrique comme les objets célestes.
Macquer qui est entré au Jardin du Roy en 1771 n’hésite pas à critiquer
les idées de son puissant patron. Dans la deuxième édition de son
Dictionnaire, à l’article « phlogistique » Macquer défend l’existence du
phlogistique contre les critiques de Buffon et dans l’article « affinité » il cri-
tique la quête d’une loi unique. Macquer considère que la chimie des affi-
nités est déjà unifiée par une loi. Il ne s’agit certes pas d’une loi mathéma-
tique gouvernant l’ensemble des substances individuelles, mais à ses yeux,
les tables d’affinité expriment la loi d’attraction mutuelle de toutes les par-
ties de la matière44.
L’appel de Buffon à lever le mystère des affinités par la recherche d’une loi
mathématique a été entendu, et pris en compte, mais n’a pas vraiment
affecté la chimie des affinités. Il semble difficile de souscrire au jugement
d’Arthur Donovan que « l’adoption du programme buffonien par Macquer
a placé cette doctrine philosophique spéculative au centre de la tradition
chimique française45. » Toutefois il faut reconnaître que, contrairement à
Venel qui dresse face à face Newton et Stahl, Macquer concilie les deux tra-
ditions. Mieux, il cherche même à réunir physique et chimie. Il utilise
volontiers l’expression « chimie physique » pour caractériser la chimie
moderne qu’il sépare nettement de la tradition alchimique et qui participe
d’un « renouvellement des sciences46 ».
En résumé, les chimistes français du milieu du XVIIIe siècle semblent adop-
ter Newton comme l’un des leurs, c’est-à-dire comme quelqu’un qui les a
libérés du carcan imposé par le mécanisme cartésien en osant mettre au
centre de la réflexion théorique le concept d’attraction ou de rapport
mutuel entre des unités matérielles. Mais, dans l’ensemble, ces mêmes chi-
mistes restent hostiles à une autre vision du programme newtonien qui

44. MACQUER Pierre-Joseph, « Affinité », in Dictionnaire de chymie, op. cit., p. 40,


note 1. Macquer se réfère au Supplément à l’Histoire naturelle, t. 1, 1775.
45. DONOVAN Arthur, « Buffon, Lavoisier and the Transformation of French
Chemistry », in J. GAYON (dir.), Buffon 88, Paris, Vrin, 1992, p. 391.
46. MACQUER Pierre-Joseph, « Affinité », in Dictionnaire de chymie, op. cit., p. 47-48.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
07-Chap6:Mise en page 1 23/10/08 16:04 Page 121

NEWTON ET LA CHIMIE FRANÇAISE DU XVIIIe SIÈCLE 121

gagne du terrain dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle : à savoir l’idéal


d’une déduction des phénomènes de la nature à partir d’une loi unique. La
théorie des affinités est promue comme une science alternative, qualitative,
gérant une multiplicité de rapports.

LAVOISIER NEWTONIEN ?

Metzger retient comme troisième aspect du newtonianisme l’identifica-


tion de la quantité de matière avec le poids parce que cela lui semble avoir
eu une influence décisive sur la chimie.
Même s’il en est ainsi, dira-t-on, si Newton a été puiser dans les
notions du sens commun sa définition de la quantité de matière, com-
ment cette définition a-t-elle pu apporter au chimiste un appui encore
inconnu sur lequel s’est développée sa science ? À cette délicate question,
nous répondrons tout d’abord que la philosophie newtonienne eut le
grand mérite de mettre en pleine lumière un postulat qui s’était glissé
inconsciemment dans l’esprit des expérimentateurs ; ce postulat, claire-
ment énoncé put servir de base au savant quand il voulut raisonner
d’une manière quantitative sur la réaction chimique ; quand il voulut
surtout mettre sa réaction en équation ; affirmer par exemple que le
poids de l’acide carbonique obtenu en brûlant du charbon est égal à la
somme des poids de carbone et d’oxygène qui, en se combinant, ont
donné l’acide carbonique. Au lieu de faire du principe de la conservation
de la masse une vérité que l’on proclame accidentellement à l’occasion
de quelque fait d’apparence étrange, le chimiste, grâce à l’influence de la
méthodologie newtonienne, le formula, vers la fin du XVIIIe siècle comme
une vérité fondamentale et évidente dont la négation serait absurde
puisqu’il est un pilier de la théorie47.

L’influence de Newton est particulièrement manifeste, poursuit-elle, dans


la préférence des chimistes pour les « indications grossières de la balance »
qui les dispense de spéculations sur la figure des particules et leur permet
de s’en tenir à l’observation des phénomènes. En soulignant le rôle du prin-
cipe de conservation et de l’usage corrélatif de la balance, Metzger dessine

47. METZGER Hélène, Newton, Stahl, Boerhaave et la doctrine chimique, op. cit.,
p. 31-32.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
07-Chap6:Mise en page 1 23/10/08 16:04 Page 122

122 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

une continuité entre Newton et Lavoisier, qui a systématisé l’usage de la


balance et du principe de conservation du poids dans l’interprétation des
réactions chimiques.
Or, ce lien Newton-Lavoisier est loin d’être évident. Il est frappant, en
effet, de constater à quel point Newton est peu présent dans l’œuvre de
Lavoisier. À ma connaissance, il n’est jamais cité dans les œuvres publiées, à
l’exception d’une brève allusion critique lors d’une controverse avec Baumé
en 1773. À propos des particules de sel qui devraient traverser les vaisseaux
de verre à cause de la force répulsive exercée par les molécules de l’air,
Lavoisier juge que les mots attraction et répulsion sont si vides qu’on ne
devrait pas les utiliser pour expliquer les phénomènes physiques et chi-
miques48.
Les quelques mentions de Newton repérées dans les manuscrits de
Lavoisier sont en général critiques. Le jeune Lavoisier critique la théorie
newtonienne de la lumière dans un manuscrit daté de 1764 et intitulé
Nouveau cours de chimie49. En 1780-81, quand Lavoisier projette de rédiger
un traité de chimie avec Jean-Baptiste Michel Bucquet, il rédige un feuillet
« Introduction et prolégomène » où il évoque les règles de la méthode de
Newton et critique la première – « de ne rien supposer en physique » – « car
la supposition fournit souvent une méthode pour faciliter le raison-
nement50 ». Une autre référence à Newton dans le projet de seconde édition
du Traité (probablement rédigé en 1792) concerne le rôle des scientifiques
dans la société : « Le grand Newton, le génie le plus sublime que l’histoire
des sciences nous ait fait connaître est loin d’être grand quand il a voulu
discuter des objets religieux. Beaucoup d’autres ont trouvé l’écueil de leur
gloire au moment où ils ont discuté des objets politiques51. »

48. LAVOISIER, Journal de physique (1773) cité in METZGER Hélène, Newton, Stahl,
Boerhaave et la doctrine chimique, op. cit., p. 65-66.
49. BERETTA Marco, A New course of chemistry, Florence, Leo S. Olschki, 1994,
p. 46-48.
50. LAVOISIER, Archives de l’Académie des sciences, dossier 1259, folio 3.
51. Archives de l’Académie des sciences, dossier 1260, folio 2.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
07-Chap6:Mise en page 1 23/10/08 16:04 Page 123

NEWTON ET LA CHIMIE FRANÇAISE DU XVIIIe SIÈCLE 123

Il semble donc difficile de prétendre à une influence de Newton sur l’en-


treprise lavoisienne. Nombreux sont les historiens de Lavoisier qui affir-
ment qu’il n’était pas du tout newtonien, mais pour des raisons fort
diverses. Robert Schofield estime que Lavoisier reste au fond profondément
stahlien52. Arthur Donovan affirme que Lavoisier rompt avec le cadre tra-
ditionnel de la philosophie naturelle pour inaugurer une ère positiviste en
se concentrant sur un champ de recherche restreint. Ce programme res-
treint que déploie Lavoisier, Donovan le considère comme une seconde
révolution scientifique et l’acte de fondation de la science moderne53. Mais
ces jugements ne tiennent pas compte du détail de l’héritage newtonien,
comme le suggère Metzger.
Testons son idée d’une connexion entre les pratiques expérimentales de
Lavoisier et la théorie newtonienne de la matière. Dans cette hypothèse, le
Newton que retient Lavoisier ne serait donc pas celui de l’Opticks – on sait
que Lavoisier prend ses distances à l’égard de la chimie des affinités – mais
plutôt celui des Principia. Un coup d’œil sur l’inventaire de la bibliothèque
de Lavoisier publié par Marco Beretta montre que Lavoisier n’a acquis une
édition de l’Opticks qu’en 1779, quand il achète les œuvres complètes54. En
revanche, il possédait déjà deux éditions des Principia (1713 et 1743) ainsi
qu’une traduction par Buffon de La Méthode des fluxions (1740). Est-ce à
dire qu’il aurait trouvé dans les Principia la source de sa préférence pour la
gravimétrie et l’idée que sur le principe de conservation de la quantité de
matière « est fondé tout l’art de faire des expériences en chimie » ?

52. « Far from freeing chemistry from Stahl, he (Lavoisier) ordered and rationalized
Stahlian chemistry, and in so doing so, changed the emphasis of future chemists’
activities from a futile attempt at an overly sophistcated physical reductionism to the
jig-saw puzzle problems of permutation and combinations of elements. He did not do
for chemistry what Newton had done for mechanics, but what Linnaeus had done for
botany » (SCHOFIELD Robert E., « The Counter-Reformation in Eighteenth-
Century Science – Last Phase », in ROLLER Duane (éd.), Perspectives in the History
of Science and Technology, Norman, Oklahoma U.P. 1971, p. 39-54).
53. DONOVAN Arthur, « Newton, Lavoisier and Modern Science », in International
Colloquium on Newton’s Scientific and Philosophical Legacy, Catholic University of
Nijmegen, June 9-12, 1987.
54. BERETTA Marco, Bibliotheca Lavoisieriana, The Catalogue of the Library of
Antoine-Laurent Lavoisier, Florence, Leo Olschki, 1995.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
07-Chap6:Mise en page 1 23/10/08 16:04 Page 124

124 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

L’étude minutieuse de Larry Holmes sur les sources de la méthode


expérimentale de Lavoisier dans Antoine Lavoisier. The Next Crucial Year
suggère que Lavoisier tire la méthode gravimétrique qu’il s’efforce de déve-
lopper non de la lecture de Newton mais de la chimie pneumatique. Plus
précisément, Lavoisier s’inspire des travaux de Stephen Hales (qui a
construit l’appareil permettant de récolter les gaz) et des travaux de Joseph
Black sur l’air fixé. C’est Black qui lui a suggéré de traquer les gaz invisibles
à l’aide d’une balance précise en faisant le bilan des pertes et gains de poids
au cours de la réaction chimique. Holmes souligne avec justesse la distance
– négligée par Metzger – entre l’acceptation tacite du principe théorique de
conservation de la matière qui est ancré dans la culture scientifique depuis
longtemps et la formulation explicite de ce principe comme guide de la pra-
tique expérimentale. « Lavoisier a dû apprendre à pratiquer une science
fondée sur une telle “loi” implicite avant que ce principe ne devienne évi-
dent à ses yeux55 ».
L’importance de la pratique expérimentale chez Lavoisier éclaire sa posi-
tion à l’égard du programme de déduction des affinités à partir de la loi de
Newton, qui est devenu dans les années 1780, le « programme laplacien ».
Quand Lavoisier commence à collaborer avec Laplace en 1780 il semble
adhérer avec enthousiasme à ce programme. Dans le mémoire « Sur l’affi-
nité du principe oxigine » (1782) il critique les tables d’affinité tout en exal-
tant les promesses d’une mathématisation de la chimie56. Mais quelques
années plus tard, dans le « Discours préliminaire » au Traité élémentaire de
chimie, Lavoisier reporte à plus tard le programme d’une science des affini-
tés, laquelle pourrait devenir une science exacte un peu comme la géomé-
trie transcendante par rapport à la géométrie élémentaire57.
C’est un avenir possible pour la chimie, mais Lavoisier, quant à lui, suit
une autre route. Quand il essaie d’appliquer les mathématiques à la chimie,
il se réfère plutôt au modèle de Condillac. Au lieu de tenter une déduction

55. HOLMES F.L., Antoine Lavoisier. The next crucial year or the sources of his quan-
titative method, Princeton, Princeton University Press, 1998, p. 149.
56. LAVOISIER, « Mémoire sur l’affinité du principe oxigine », in Œuvres, t. 2, Paris,
Imprimerie impériale, 1862.
57. LAVOISIER, Traité élémentaire de chimie, Paris, Cuchet, 1789, p. XIV.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
07-Chap6:Mise en page 1 23/10/08 16:04 Page 125

NEWTON ET LA CHIMIE FRANÇAISE DU XVIIIe SIÈCLE 125

des phénomènes à partir d’une loi unique, il préfère exprimer ses résultats
d’expérience sous forme algébrique. Dans le mémoire « Sur la dissolution
des métaux dans les acides » où il écrit pour la première fois une équation
chimique, il plaide pour l’introduction du calcul en chimie. C’est donc cette
méthode algébrique d’analyse permettant de progresser du connu à l’in-
connu que met en œuvre Lavoisier plutôt que le programme déductif de
Laplace.
Le seul héritage newtonien chez Lavoisier réside dans sa théorie calorique
des gaz. Elle mobilise en effet deux thèmes newtoniens : les corpuscules et
les forces d’attraction et répulsion à courte distance. Comme plusieurs de
ses prédécesseurs en chimie, Lavoisier postule que les substances chimiques
sont formées de molécules et que leur état physique dépend de la quantité
de matière du feu contenue entre ces molécules58. Pour Lavoisier, à partir
de 1787, la matière du feu – renommée calorique – est un fluide élastique,
responsable de la raréfaction, tout comme la matière du feu chez Rouelle.
Mais à la différence du feu de Rouelle, le calorique ne prend pas simplement
place dans les interstices intermoléculaires, il exerce une force répulsive à
courte distance. On voit donc comment ce concept clé du programme
laplacien, greffé sur le portrait traditionnel de la matière du feu, a pu servir
le projet du calorimètre et plus généralement d’une chimie expérimentale
quantitative.
En conclusion, la chimie française du XVIIIe siècle n’a jamais été ni inté-
gralement newtonienne ni anti-newtonienne. En dehors de l’article fameux
de l’Encyclopédie, qui dresse face à face deux modèles rivaux, Stahl contre
Newton, le newtonianisme n’est pas un enjeu de débat. Un consensus se
dessine autour des notions de corpuscules et de forces à courte distance qui
sont sous-jacentes à la majorité des cours et traités de chimie du XVIIIe siècle.
Mais cette adhésion à une philosophie de la matière globalement newto-
nienne ne justifie pas un partipris newtonien, car les chimistes ont leur
propre cadre théorique, centré sur la notion d’affinité conçue comme rap-
port ou interaction entre substances.

58. LAVOISIER, « De la combinaison de la matière du feu avec les fluides évapo-


rables », in Œuvres, t. 3 ; FOX Robert, The Caloric Theory of Gases, From Lavoisier to
Regnault, Oxford, Clarendon Press, 1971.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
07-Chap6:Mise en page 1 23/10/08 16:04 Page 126

126 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

Deux visions bien distinctes de Newton sont repérables dans la littérature


chimique : dans la première moitié du siècle, Newton est celui qui encou-
rage la construction de tables d’affinité à partir des données expérimen-
tales, un peu comme les tables d’astronomie à partir des données obser-
vables. Ce Newton contribue à la promotion de la chimie sur la scène aca-
démique bien que les chimistes ne se réclament jamais de son autorité pour
légitimer la théorie des affinités. Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle,
c’est la figure de Newton philosophe mathématicien qui semble prendre le
dessus. Sa loi de gravitation nourrit l’idéal d’une science déductive et
mathématique. Par rapport à cet idéal, la chimie reste en retrait, à l’écart, et
s’impose comme une culture différente, à part entière, dans l’univers des
Lumières.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
08-Chap7 :Mise en page 1 23/10/08 16:05 Page 127

Lavoisier, disciple de Condillac

ANS L’HISTORIOGRAPHIE POSITIVISTE traditionnelle, la révolution chi-

D mique accomplie par Lavoisier est souvent présentée comme


l’écho un peu tardif de « la » révolution scientifique qui com-
mence en astronomie avec Copernic, puis se serait propagée à la physique
terrestre au XVIIe siècle et un siècle plus tard, à la chimie. C’est ainsi, par
exemple, qu’Herbert Butterfield intitulait le chapitre consacré à la chimie :
« The postponed revolution in chemistry »1. La propagation de cette onde
de choc est posée comme une évidence, comme si un mouvement irrésis-
tible d’appel à la modernité avait traversé l’échelle du savoir établie par
Auguste Comte.
Des études minutieuses et intensives de la révolution chimique au cours
des trente dernières années ont sérieusement compliqué le tableau.
Plusieurs interprétations rivales s’affrontent qui ont pour effet de discrédi-
ter les certitudes sereines de l’historiographie positiviste sans pour autant
produire une vision d’ensemble de la révolution chimique2. Parmi ces

1. BUTTERFIELD Herbert, The Origins of Modern Science, 1300-1800, Londres,


Bell & Sons, 1957.
2. Sur la variété des interprétations voir BENSAUDE-VINCENT Bernadette, Lavoisier,
mémoires d’une révolution, Paris, Hachette littératures, 1993, p. 15-30 ; BRET Patrice
(dir.), « Débats et chantiers autour de Lavoisier et la révolution chimique », in Revue
d’histoire des sciences, n° 48/1-2, 1995.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
08-Chap7 :Mise en page 1 23/10/08 16:05 Page 128

128 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

études, on abordera celles qui interrogent la relation de Lavoisier à la culture


du siècle des Lumières et, en particulier à la philosophie de l’Abbé Étienne
Bonnot de Condillac3.
L’influence de Condillac est revendiquée avec force par Lavoisier qui cite
longuement La Logique, publiée en 1780, dans le mémoire « Sur la nécessité
de réformer & de perfectionner la nomenclature de la chimie », lu à
l’Assemblée publique de l’Académie royale des sciences du 18 avril 1787. La
thèse principale qu’il en retient – à savoir que « les langues sont de véri-
tables méthodes analytiques » – inspire le titre même de l’ouvrage exposant
la réforme : Méthode de nomenclature chimique4. Et ce choix est important
car, en proposant une méthode de nommer au lieu d’un lexique, les réfor-
mateurs ont travaillé pour l’avenir et œuvré dans le long terme : les prin-
cipes de 1787 sont toujours actuels, du moins en chimie minérale.
Peu après cet hommage ostensible à Condillac à l’occasion de la publica-
tion de la Méthode de nomenclature, Lavoisier va jusqu’à présenter son iti-
néraire intellectuel comme une confirmation des thèses de Condillac, dans
le Discours préliminaire au Traité élémentaire de chimie, publié en 1789.
Je n’avais pour objet lorsque j’ai entrepris cet ouvrage, que de donner
plus de développement au Mémoire que j’ai lu à la séance publique du
mois d’Avril 1878, sur la nécessité de réformer et de perfectionner la
Nomenclature de la Chimie.
C’est en m’occupant de ce travail, que j’ai mieux senti que je ne l’avais
encore fait jusqu’alors, l’évidence des principes qui ont été posés par
l’Abbé de Condillac dans sa Logique, & dans quelques autres de ses

3. Cette relation est étudiée par ALBURY William Randall, The Logic of Condillac
and the Structure of French Chemical and Biological Theory (1780-1800), Ph. D.
Thesis, The Johns Hopkins University, Baltimore, 1972 ; voir aussi CROSLAND
Maurice P., Historical Studies in the Language of Chemistry, Dover Publications,
New York, 1978, p. 170-175 ; CROSLAND, Maurice, « The development of Chemistry
in the Eighteenth-Century », in Studies on Voltaire and the Eighteeeeth-Century,
n° 24, 1963, p. 369-441 ; DAGOGNET François, Tableaux et Langages de la chimie,
Paris, Vrin, 1969, p. 15-55 ; BERETTA Marco, The Enligntenment of Matter. The
Definition of Chemistry from Agricola to Lavoisier, Science History Publications,
USA, 1993.
4. GUYTON DE MORVEAU, LAVOISIER, BERTHOLLET et FOURCROY (1787), Méthode de
nomenclature chimique, Paris, Cuchet ; par la suite on se référera à l’édition récente
parue aux Éditions du Seuil, collection « Sources du savoir », 1994.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
08-Chap7 :Mise en page 1 23/10/08 16:05 Page 129

LAVOISIER, DISCIPLE DE CONDILLAC 129

ouvrages. Il y établit que nous ne pensons qu’avec le secours des mots ;


que les langues sont de véritables méthodes analytiques ; que l’algèbre la
plus simple, la plus exacte & la mieux adaptée à son objet de toutes les
manières de s’énoncer, est à la fois une langue & une méthode analy-
tique ; enfin que l’art de raisonner se réduit à une langue bien faite. Et en
effet tandis que je croyais ne m’occuper que de Nomenclature, tandis
que je n’avais pour objet que de perfectionner le langage de la Chimie,
mon ouvrage s’est transformé insensiblement entre mes mains, sans
qu’il m’ait été possible de m’en défendre, en un Traité élémentaire de
Chimie5.

Nous voici donc en présence d’un cas remarquable de révolution scienti-


fique étayée sur un système philosophique. Il est tentant de parler d’une
« influence » de la philosophie de Condillac sur la révolution chimique de
Lavoisier en mettant en regard les propos de Lavoisier et ceux de Condillac,
comme le font William Albury6 et Marco Beretta7. Par exemple, Beretta
conclut que « la chimie de l’oxygène a des racines philosophiques ». Le pont
entre la Logique de Condillac et le Traité élémentaire de chimie, semble natu-
rellement le concept d’analyse, qui occupe une place centrale dans le texte
source comme dans le texte d’accueil.
Toutefois, la manière dont Lavoisier s’approprie un concept philoso-
phique pour le mettre au travail dans une localité du savoir étrangère à la
construction de ce concept, appelle examen. L’analyse au sens de Condillac
est une méthode inspirée de l’algèbre. Condillac lui-même n’était point un
mathématicien chevronné – il avait simplement lu des livres élémentaires
de Euler, Lagrange et Lacaille. Il a néanmoins été l’un des moteurs de la
mathématisation des sciences au XVIIIe siècle. Dans La Logique ou l’art de
raisonner, ouvrage paru peu avant sa mort en 1780, il définit longuement
l’analyse. En gros :

5. LAVOISIER, Traité élémentaire de chimie, Paris, Éditions Jacques Gabay, 1992.


p. IIJ-VJ.
6. ALBURY, W.R., « The order of Ideas : Condillac’s Method of Analysis as a
Political Instrument in the French revolution », in The Politics and the Rhetoric of
Scientific Method. Historical Studies, SCHUSTER J.A., YEO R. (éds.), T. Reidel, 1986,
p. 203-226.
7. BERETTA Marco, The Enligntenment of Matter. The Definition of Chemistry from
Agricola to Lavoisier, op. cit., p. 187.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
08-Chap7 :Mise en page 1 23/10/08 16:05 Page 130

130 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

1) C’est un art de raisonner, la méthode que nous enseigne la nature et


qu’elle met à l’œuvre dans la génération des idées. Elle est simple, elle est
facile, insiste Condillac. L’analyse opère en nous. Il suffit de suivre la nature.
D’où une première métaphore : c’est le levier de l’esprit. « Or comme l’art
de mouvoir de grandes masses a ses lois dans les facultés des corps et dans
les leviers dont nos bras ont appris à se servir, l’art de penser a les siennes
dans les facultés de l’âme et des leviers dont notre esprit a également appris
à se servir8. »
2) C’est un double processus, du complexe au simple et du simple au
complexe. Condillac l’explique par la métaphore suivante : je suppose un
château-observatoire d’une campagne. De la fenêtre, j’aperçois un paysage.
Cette première vision d’ensemble ne permet pas de saisir tous les éléments
simples qui composent ce paysage. L’esprit doit les passer en revue succes-
sivement avant de recomposer une image globale. L’analyse est ainsi l’exa-
men de ce qui est donné en simultané dans la sensation. « Dans l’art de
raisonner, comme dans l’art de calculer, tout se réduit à des compositions
et à des décompositions, et il ne faut pas croire que ce soit là deux arts dif-
férents9. »
3) Cet art de raisonner est une langue bien faite. À chaque élément de
sensation s’attachent un mot et une idée ; ce sont trois empreintes d’un
même cachet. Donc la manière de procéder du connu à l’inconnu est de
suivre le processus de génération des idées du simple au complexe.
Qu’est ce qu’un chimiste rompu aux analyses matérielles peut bien trou-
ver dans cet ouvrage qui exalte l’analyse comme processus mental ? Pour
démêler la question, je commencerai par préciser à quel moment de son iti-
néraire et dans quel contexte Lavoisier lit La Logique de Condillac et pour-
quoi elle lui apparaît comme une révélation, une formule miracle. Ensuite,
je confronterai les caractères de l’analyse condillacienne avec la tradition
d’analyse dans la chimie du XVIIIe siècle. Enfin je tenterai de cerner l’impact
effectif de l’emprunt du concept condillacien d’analyse sur la chimie pro-
mue par Lavoisier.

8. CONDILLAC, La Logique ou l’art de raisonner, Paris, Vrin, 1981, p. 324.


9. Ibid., p. 413.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
08-Chap7 :Mise en page 1 23/10/08 16:05 Page 131

LAVOISIER, DISCIPLE DE CONDILLAC 131

LES CIRCONSTANCES DE LA RENCONTRE

Lavoisier présente Condillac comme une révélation, la solution à ses pro-


blèmes de chimiste. Mais de quelle nature sont ses problèmes ? Et dans
quelle mesure rencontrent-ils les problèmes de Condillac dans La Logique ?
Cet ouvrage, ne l’oublions pas, est issu d’une commande adressée en 1777
par le gouvernement de Pologne : il s’agissait de rédiger une logique clas-
sique en vue d’une réforme de l’éducation. La vocation pédagogique me
semble livrer une piste pour comprendre l’intérêt que Lavoisier porte à
l’analyse condillacienne. Lui qui, contrairement à la plupart de ses collègues
chimistes, n’a jamais enseigné, consacre néanmoins une part importante de
sa réflexion et de son œuvre à l’enseignement de la chimie. Avec son colla-
borateur Jean-Baptiste Bucquet, professeur de chimie à l’École de méde-
cine, il avait préparé une suite d’expériences pour des démonstrations
publiques de chimie. Mais ce pourrait être Condillac qui a inspiré chez
Lavoisier le désir d’écrire un traité.
Lavoisier, on l’a vu, paye tribut à Condillac au début du Traité élémentaire
quand il évoque une séquence logique ou une force mystérieuse qui l’aurait
poussé, malgré lui, à rédiger un traité alors qu’il avait le projet de continuer
ses réflexions sur la nomenclature. Cette version de la genèse du Traité est
visiblement inspirée par la thèse condillacienne d’une logique agissant
comme une force naturelle dans tout esprit tant qu’elle n’est pas contrariée
par quelque obstacle10. Néanmoins elle est un peu mensongère. Le rôle
moteur accordé à la réforme du langage, illustrant la thèse fameuse de
Condillac « une science bien faite est une langue bien faite », masque l’an-
tériorité du projet d’un traité de chimie. Les brouillons conservés aux
archives de l’Académie des sciences montrent en effet que Lavoisier avait
ébauché un traité vers 1780-178111. Sur les premiers feuillets de cette
ébauche Lavoisier note : « Ce sera l’ouvrage de ma vie ». Repenser la
manière d’enseigner la chimie, tel est l’objectif, à long terme, de Lavoisier.

10. Ibid., p. 326-336.


11. Archives de l’Académie des sciences, Fonds Lavoisier, Carton 1259, dossier 1.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
08-Chap7 :Mise en page 1 23/10/08 16:05 Page 132

132 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

La réforme de la nomenclature n’est qu’un moyen, une occasion fournie


par le travail entrepris par Guyton de Morveau12.
S’il est évident que le projet d’un traité n’est pas enfanté par la nomencla-
ture, ni par la force des idées de Condillac, on voit néanmoins qu’il est
contemporain de la lecture de La Logique. Les feuilles de brouillon intitu-
lées « Premier Discours préliminaire » sont une suite de citations emprun-
tées à La Logique. Apparemment, Lavoisier a hésité entre deux maîtres à
penser puisqu’un autre feuillet d’« introduction et prolégomènes » intitulé
« manière de raisonner » énumère les trois règles énoncées par Newton au
début des Principia mathematica. Lavoisier critique le célèbre hypotheses
non fingo, « car la supposition fournit souvent une méthode pour faciliter
le raisonnement13. »
Par où commencer ? Telle est, aux yeux de Lavoisier, la difficulté majeure
que doit affronter l’auteur d’un traité. La première feuille de brouillon inti-
tulée « Réflexions sur la logique » critique les cours et traités traditionnels
parce qu’ils supposent, dès le commencement chez leurs lecteurs ou audi-
teurs, une foule de connaissances qui ne peuvent être acquises qu’a poste-
riori. « Il est extrêmement difficile de remédier à ce défaut », note Lavoisier,
qui prend alors la résolution suivante :
[La logique] appliquée aux sciences nécessite de bien concevoir l’en-
semble avant d’en former un traité. L’ordre que j’ai cru devoir adopter
est celui des géomètres mais modifié relativement à l’état d’imperfection
où est la chimie. Imperfection qui ne permet pas de poser des principes
certains et démontrer comme en géométrie et qui nécessite conséquem-
ment une autre marche.

12. GUYTON DE MORVEAU Louis-Bernard, « Mémoire sur les dénominations chy-


miques, la nécessité d’en perfectionner le système et les règles pour y parvenir », in
Observations sur la Physique, sur l’histoire naturelle et sur les arts, 19, mai 1782,
p. 370-382 (également publié sous forme de brochure à Dijon, 1782). Sur l’origine
et le contenu de ce projet voir BENSAUDE-VINCENT Bernadette, introduction à la
réédition de GUYTON DE MORVEAU, LAVOISIER, BERTHOLLET, FOURCROY, Méthode de
nomenclature chimique, op. cit.
13. Archives de l’Académie des sciences, Fonds Lavoisier, Carton 1259, dossiers 1
et 2. Les pages recopiées par Lavoisier sont p. 16, 28, 86 et 87 ; la référence à Newton
se trouve dans le dossier 3.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
08-Chap7 :Mise en page 1 23/10/08 16:05 Page 133

LAVOISIER, DISCIPLE DE CONDILLAC 133

Condillac a peut-être tourné les regards de Lavoisier vers la méthode,


mais il ne lui a pas fourni de recette pour organiser le traité rêvé. Lavoisier
hésite et envisage d’appliquer à la chimie l’ordre géométrique. Or cette piste
suggère qu’il n’a pas bien lu les derniers chapitres de La Logique, puisque
Condillac y critique la méthode géométrique consistant à prendre des défi-
nitions pour point de départ.
Parce que la géométrie est une science qu’on nomme exacte, écrit
Condillac, on a cru que pour bien traiter toutes les autres sciences, il n’y
avait qu’à contrefaire les géomètres et la manie de définir à leur manière
est devenue la manie de tous les philosophes14.

Bref, en 1781, Lavoisier a lu et pris des notes dans La Logique de


Condillac, sans y trouver de solution immédiate à son problème. Il y trouve
plutôt l’énoncé d’un problème insistant. Il faut une méthode logique pour
écrire un traité. Mais quelle méthode ? Le projet de traité est abandonné et
ne sera repris qu’en 1789. Lavoisier explique ce renoncement en ces termes :
Tel est le plan que j’ai conçu d’un Traité élémentaire de chimie et je ne
crains pas de me tromper en affirmant que c’est le seul que l’on doive
proposer pour former de cette science encore dans le chaos une science
réelle et qu’on ne doit point fonder sur des mots. Mais ce plan l’aurai-je
rempli ? Non, sans doute, peut-être même est-il impossible à remplir
dans l’état actuel de nos connaissances. Pour y réussir, il faudrait d’abord
recommencer peut-être les trois quarts et (plus) des expériences faites
jusqu’à ce jour. Il faudrait les revoir sous un point de vue nouveau. Il fau-
drait y apporter un soin, une exactitude dont les premiers chimistes
étaient bien éloignés et dont il n’existe de nos jours qu’un petit nombre
de modèles. Nous avions conçu ce projet M. Bucquet et moi. Nous
l’avions même ébauché mais la mort moissonna ce chimiste infatigable
qui embrassait à la fois toutes les parties de la science chimique qui s’en
formait le tableau exact, qui en appréciait les lacunes. J’ai perdu le
secours et les lumières de ce compagnon de mes travaux et j’avoue que
je n’ai pas le courage d’entreprendre seul un travail aussi étendu. J’ai, il
est vrai, ajouté quelques expériences aux travaux déjà faits, j’ai rempli

14. CONDILLAC, La Logique ou l’art de raisonner, op. cit., p. 398-404.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
08-Chap7 :Mise en page 1 23/10/08 16:05 Page 134

134 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

quelques vides de la science chimique mais il en reste d’immenses et je


ne peux présenter qu’un ouvrage imparfait15.

Cette confession dit bien que la condition pour présenter de manière


logique la chimie est de refaire toutes les expériences connues, une tâche si
fastidieuse qu’elle est impossible ; en tout cas, ajournée.
Bien différente est la lecture de Lavoisier quelques années plus tard
quand, ayant échafaudé sa propre théorie chimique, attaqué de front celle
du phlogistique, il se trouve engagé par Guyton de Morveau dans le projet
de réforme de la nomenclature. C’est le rôle du langage dans la pensée qui
retient alors son attention et motive sa référence à Condillac au début du
mémoire sur la nécessité de réformer la nomenclature :
Une méthode analytique est une langue ; une langue est une méthode
analytique, & ces deux expressions sont, dans un certain sens, syno-
nymes. Cette vérité a été développée avec infiniment de justesse et de
clarté dans La Logique de l’abbé de Condillac, ouvrage que les jeunes
gens qui se destinent aux sciences ne sauraient trop lire, & dont nous ne
pouvons nous dispenser d’emprunter quelques idées. Il y a fait voir com-
ment on pouvait traduire le langage algébrique en langage vulgaire &
réciproquement ; comment la marche de l’esprit était la même dans les
deux cas ; comment l’art de raisonner était l’art d’analyser16.

Cette façon de résumer La Logique révèle le glissement des priorités chez


Lavoisier. Il s’intéresse préférentiellement à la manière de raisonner : du
simple au complexe et du complexe au simple. C’est la logique naturelle.
Elle peut s’appliquer à la chimie, quel que soit son état d’imperfection.
Dans le mémoire « Sur la nécessité de réformer et de perfectionner la
nomenclature », Lavoisier présente les thèses de Condillac comme si elles
lui avaient fourni les principes généraux dont dérive le nouveau langage de
la chimie.
Nous nous bornerons à entretenir, dans ce moment, l’Académie des
vues générales qui nous ont dirigés, de l’espèce de métaphysique qui

15. LAVOISIER, Archives de l’Académie des sciences, Fonds Lavoisier, Carton 1259,
dossier 2.
16. LAVOISIER, « Sur la nécessité de réformer et de perfectionner... », in Méthode de
nomenclature chimique, op. cit., p. 66.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
08-Chap7 :Mise en page 1 23/10/08 16:05 Page 135

LAVOISIER, DISCIPLE DE CONDILLAC 135

nous a guidés : les principes une fois posés, il ne nous restera plus qu’à
en faire des applications, à présenter des tableaux & à y joindre des expli-
cations sommaires17.

Ainsi la logique analytique aurait inspiré les dénominations de la nou-


velle nomenclature. Cette présentation déductive contredit simplement les
faits. Car loin de se déduire d’une lecture de Condillac, ces termes mettent
en œuvre bien d’autres principes. Les uns résultent de plusieurs essais et
tentatives de réforme de la nomenclature – notamment par Macquer,
Bergman et surtout le projet largement développé par Guyton de Morveau.
Ce dernier est l’inspirateur et l’auteur principal de la réforme du langage
trop souvent attribuée au seul Lavoisier. Si l’on compare le mémoire de
Guyton en 1782 et la Méthode de nomenclature présentée en 1787, on peut
mieux repérer en quoi l’analyse condillacienne joua le rôle de « levier ». Le
projet de Guyton de Morveau repose déjà sur l’idée que le nom doit expri-
mer la chose : « Les dénominations doivent être, autant qu’il est possible,
conformes à la nature des choses […]. La dénomination d’un composé chi-
mique n’est claire et exacte qu’autant qu’elle rappelle les parties compo-
santes par des noms conformes à leur nature ». Certes Guyton ne dit pas
exactement qu’il faut commencer par dénommer les substances simples
pour former les noms des composés. Mais de là à prétendre que tous les
termes techniques se déduisent de ce principe condillacien, c’est sauter un
peu vite par-dessus un certain nombre de décisions plus arbitraires.
En effet, les dénominations des substances proposées en 1787 par le col-
lectif qui retravaille le projet de Guyton reflètent moins l’ordre des choses
que les idées de Lavoisier : sur la combustion (du coup on ne trouve pas
trace du phlogistique dans la nouvelle nomenclature) ; sur les acides (d’où
le mot oxygène = générateur d’acide) ; et sur la composition de l’eau (d’où
le mot hydrogène = générateur d’eau). C’était un pari osé : une nomencla-
ture étant faite pour durer et s’étendre à tous les pays, comme le rappelle
Lavoisier, elle ne devrait pas se fonder sur une théorie acceptée seulement
par une petite dizaine de chimistes français. On voit donc qu’en aucun cas,
la nomenclature chimique moderne ne fut, comme le prétend Lavoisier,
entièrement déduite des principes tirés de La Logique de Condillac.

17. Ibid., p. 65.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
08-Chap7 :Mise en page 1 23/10/08 16:05 Page 136

136 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

L’autorité philosophique invoquée masque un coup d’état accompli dans


les coulisses de l’Académie.
Dès lors, les préliminaires philosophiques du mémoire lu par Lavoisier en
avril 1787 seraient-ils de simples artifices rhétoriques ? Une manière habile
d’invoquer une autorité extérieure à la communauté des chimistes pour
justifier une volonté de rupture avec la tradition ? La lecture du Traité ren-
force certes cette impression d’utilisation stratégique d’un patronage philo-
sophique pour en découdre avec la tradition mais elle oblige à aller plus
loin. En effet, si le Traité est reconnu comme l’acte fondateur de la chimie
moderne, c’est, dit-on, parce qu’il introduit le premier l’ordre analytique du
simple au complexe.
Or, premièrement, Lavoisier ne suit pas cet ordre tout au long du Traité,
mais seulement dans la deuxième partie, qui reprend les tableaux de nomen-
clature. Deuxièmement, cet ordre avait déjà été introduit dans un Traité
publié cinquante ans auparavant et que Lavoisier avait sans doute lu, les
Éléments de chimie théorique, publiés par Pierre-Joseph Macquer en 1749.
Le plan que je me suis principalement proposé de suivre, écrivait
Macquer, est de ne supposer aucune connoissance chymique dans mon
lecteur ; de le conduire des vérités les plus simples, et qui supposent le
moins de connoissances, aux vérités les composées qui en demandent
davantage. Cet ordre que je me suis prescrit, m’a imposé la loi de traiter
d’abord des substances les plus simples que nous connaissions, & que
nous regardons comme les éléments dont les autres sont composées,
parce que la connaissance des propriétés de ces parties élémentaires
conduit naturellement à découvrir celles de leurs différentes combinai-
sons ; & qu’au contraire la connoissance des propriétés des corps com-
posés, demande qu’on soit déjà instruit de celles de leurs principes. La
même raison m’engage lorsque je traite des propriétés d’une substance,
à ne parler d’aucune de celles qui sont relatives à quelque autre susb-
tance dont je n’ai point parlé18.

Du simple au complexe, cette logique, introduite cinquante ans avant le


fameux Traité élémentaire de Lavoisier, montre combien l’analyse dominait
déjà la chimie avant Lavoisier et en même temps consacre l’autonomie de

18. MACQUER Pierre Joseph, Éléments de chimie théorique, Paris, 1749, p. XVI-XVII.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
08-Chap7 :Mise en page 1 23/10/08 16:05 Page 137

LAVOISIER, DISCIPLE DE CONDILLAC 137

la chimie à la fois à l’égard des arts chimiques et à l’égard de l’histoire natu-


relle. Cependant, Macquer introduit une ambiguïté. Il justifie son plan au
nom de considérations pédagogiques : partir de zéro, et procéder pas à pas,
« du connu à l’inconnu ». Puis il superpose l’ordre de complexité croissante
des substances chimiques. Il postule ainsi comme une évidence, que le
simple dans l’ordre ontologique (les éléments de la matière) est le même
que le simple dans l’ordre de la connaissance (les premiers éléments d’une
science). Ce postulat de coïncidence de la ratio essendi et de la ratio cognos-
cendi, jette une équivoque sur le terme « éléments de chimie ».
Lavoisier possédant dans sa bibliothèque les Éléments de chimie de
Macquer, a pu puiser à cette source l’idée d’introduire l’ordre du simple au
complexe dans son propre Traité élémentaire de chimie. Pourtant ce n’est
pas à Macquer que Lavoisier se réfère pour justifier sa méthode, mais à
Condillac. Au lieu de tracer une généalogie en ligne droite, Lavoisier fait un
crochet par la philosophie. Pourquoi ? Il n’est pas interdit de penser que ce
qui précisément l’éblouit chez Condillac, c’est la superposition des deux
ordres : la marche du simple au complexe est aussi celle du connu à l’in-
connu, puisque c’est la « marche naturelle des idées ». Lavoisier compare
longuement la généalogie condillacienne des idées chez l’enfant à l’appren-
tissage de la chimie. Pareil à l’enfant qui forme des idées de plus en plus
complexes à partir des sensations élémentaires, le chimiste doit partir des
faits pour former un savoir de plus en plus complexe. Il superpose ainsi
l’ordre des choses (la formation des composés à partir des substances
simples), l’ordre de la connaissance (la formation des idées à partir des sen-
sations) et l’ordre du langage (la formation des noms composés par juxta-
position de noms simples). C’est lumineux !
Pour résumer cette première partie, il semble que la rencontre entre
Lavoisier et Condillac se fait sur la question pédagogique19. Lavoisier
trouve dans l’analyse condillacienne une méthode de progression didac-

19. De fait, la rencontre effective s’est faite sur des problèmes économiques.
Lavoisier et Condillac ont consacré une partie de leur œuvre à des questions écono-
miques : voir CONDILLAC, Le Commerce et le gouvernement considérés relativement
l’un à l’autre (1776) et LAVOISIER, Œuvres, t. 6 ; rapports à l’Académie. Notes et rap-
ports divers, Économie politique, Agriculture et finances, Commission des poids et
mesures, Paris, Imprimerie nationale, 1893.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
08-Chap7 :Mise en page 1 23/10/08 16:05 Page 138

138 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

tique et une référence à la nature qui conforte le postulat que l’ordre du


simple au complexe est le même que l’ordre du connu à l’inconnu.
De fait, les difficultés rencontrées par les auteurs de traités après la révo-
lution montreront que cela n’était pas une solution miracle. Que la marche
du connu à l’inconnu procède tout autant du complexe au simple et que
cela ne permet pas de savoir dans quel ordre il faut présenter les substances
aux débutants20.

L’ANALYSE AU LABORATOIRE

Si la pédagogie est un motif de rencontre, il reste à voir comment cette


méthode de raisonner s’articule sur les pratiques matérielles effectives
d’analyse en laboratoire. Quel rapport peut-on établir entre l’art de raison-
ner et l’art du laboratoire, entre le logiciel et le matériel ? Pour Marco
Beretta, il s’agit d’une simple « généralisation épistémologique » ou encore
d’une « extension sémantique » de l’analyse chimique.
Lavoisier savait bien que la notion d’analyse chimique avait besoin
d’une généralisation épistémologique pour devenir le principe central
de la science. Pour cette raison, il avait l’intention d’en modifier le sens,
en l’utilisant pour signifier une méthode d’investigation plutôt qu’une
opération ordinaire de laboratoire et en faisant de l’analyse le fondement
de la méthode chimique21.

Extension, généralisation, ces termes supposent une identité d’opération.


Est-ce vraiment la même opération qui se fait dans l’esprit et dans le labo-

20. Voir BENSAUDE-VINCENT Bernadette, GARCÍA-BELMAR Antonio, BERTOMEU


José-Ramon, L’Émergence d’une science des manuels. Les livres de chimie en France
(1789-1852), Paris, Édition Archives contemporaines, 2003.
21. BERETTA Marco, The Enlightenment of Matter. The Definition of Chemistry
from Agricola to Lavoisier, op. cit., p. 201. Il faut tout de même préciser que ce n’est
pas Lavoisier qui a introduit l’analyse en chimie, ni même qui en a fait « le fonde-
ment de la méthode chimique ». L’analyse est plutôt ce qui caractérise l’identité
même de cette science au cours des siècles. Dès la tradition spagyriste, la chimie
définissait son objet comme décomposition des corps mixtes en leurs principes
(généralement mercure, soufre et sel) avec purification de ces principes et recom-
position sous forme d’un mixte plus pur et plus noble.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
08-Chap7 :Mise en page 1 23/10/08 16:05 Page 139

LAVOISIER, DISCIPLE DE CONDILLAC 139

ratoire ? Il y a, en effet, des points communs entre les opérations matérielles


de décomposition et l’analyse condillacienne :
1) Tout comme l’analyse condillacienne, la démarche du chimiste
implique un double mouvement de décomposition et de recomposition.
Même si les chimistes réservent le terme analyse pour l’étape de décompo-
sition et celui de « synchrèse » pour l’étape de recomposition, ils insistent
comme Condillac sur la complémentarité des deux démarches.
2) Comme chez Condillac, l’analyse est le moyen privilégié d’atteindre la
vérité, de faire avancer nos connaissances sur les substances matérielles. Au
XVIIe siècle, Daniel Sennert recommandait le procédé dit de reductio in pris-
tinum statum pour établir la composition corpusculaire des mixtes et
détruire les formes substantielles des scolastiques. Ernst-Georg Stahl suscite
l’admiration de Kant dans la seconde préface à la Critique de la raison pure
justement parce qu’il « transforma les métaux en chaux et la chaux en métal
en leur ôtant ou en leur restituant quelque chose22. » C’est cette « réver-
sion » des opérations (distincte de la réversibilité thermodynamique) qui
constitue en chimie le nerf de la démonstration. Lavoisier lui-même l’uti-
lise dans ses premières recherches sur les gaz en 1772 et 1773 et c’est par une
expérience solennelle de décomposition et de recomposition de l’eau qu’il
démontre en 1785 la composition de l’eau.
3) Les chimistes sont bien avertis des limites d’une telle preuve par
décomposition et recomposition. Le danger est de prendre les produits de
l’analyse pour vrais principes constituants des corps alors qu’ils peuvent
avoir été créés dans l’opération d’analyse. En effet, l’analyse altère les par-
ties du corps qu’elle sépare et forme de nouvelles substances, qu’on appelait
parfois « créatures du feu ». Ces artefacts d’expérience, soulignés par Robert
Boyle au XVIIe siècle, et par Boerhaave dans ses Elementa chemiae en 1732,
fondent le scepticisme des chimistes. Leur prudence conduit parfois à un
certain agnosticisme, qu’attestent les affirmations réitérées dans

22. KANT Emmanuel, Critique de la raison pure, Paris, PUF, 1968, p. 17. Sur la chi-
mie des XVIIe et XVIIIe siècles voir DUHEM Pierre, Le Mixte et la combinaison chimique.
Essai sur l’évolution d’une idée, Paris, Fayard, 1985 ; METZGER Hélène, Les
Doctrines chimiques en France du début du XVIIe à la fin du XVIIIe siècle, Paris,
Blanchard, 1969 ; Newton, Stahl, Boerhaave et la doctrine chimique, Paris, 1930,
réédition Blanchard, 1974.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
08-Chap7 :Mise en page 1 23/10/08 16:05 Page 140

140 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

l’Encyclopédie de Diderot sur l’impossibilité de jamais connaître les vrais


éléments des corps car on ne les atteint jamais lorsqu’on décompose un
mixte23. En tout cas, la conscience des pièges de l’analyse encourage une
définition toute relative des éléments comme « dernier terme auquel par-
vient l’analyse ». Ce relativisme foncier quant au pouvoir de l’analyse est un
troisième point commun entre l’analyse définie par Condillac et l’analyse
chimique. De même que Condillac souligne que nous ne pouvons juger de
l’essence des choses mais seulement « des rapports que les choses ont à
nous, et de ceux qu’elles ont entre elles », de même les chimistes soulignent
que les termes auxquels ils parviennent par leur analyse « ne sont principes
qu’à notre égard et qu’en tant que nous ne pouvons aller plus loin24 ».
Or Condillac ne prend à aucun moment en considération les pratiques
analytiques des chimistes. Malgré les points communs évidents avec sa
conception de l’analyse, malgré la popularité de la chimie dans la culture du
siècle des Lumières, malgré l’attention que lui portent des philosophes
comme Diderot et Rousseau, Condillac n’y fait jamais référence. La seule
référence aux chimistes, à ma connaissance, se trouve dans le Traité des sys-
tèmes de 1749, où Condillac leur dénie tout espoir d’atteindre à la connais-
sance des principes vrais de la nature :
En vain, par exemple, le chymiste se flatte d’arriver, par l’analyse aux
premiers éléments : rien ne lui prouve que ce qu’il prend pour un élément
simple et homogène, ne soit pas un composé de principes hétérogènes25.

23. Voir par exemple l’article « Éléments » dans l’Encyclopédie de Diderot ; il se


réduit à quelques lignes et l’auteur s’en justifie ainsi : « On sera peut-être étonné de
la brièveté de cet article : mais nos connaissances sur ce qui en fait l’objet sont
encore plus courtes ».
24. CONDILLAC, La Logique ou l’art de raisonner, op. cit., p. 376. Pour les chimistes,
on trouve une définition relative des principes dès 1675 dans le Cours de chymie de
Nicolas Lemery, constamment réédité jusqu’au milieu du XVIIIe siècle. « Le nom de
“principe” en chimie ne doit pas être pris tout à fait dans une signification exacte ; car
les substances à qui l’on a donné ce nom ne sont principes qu’à notre égard et qu’en
tant que nous ne pouvons pas aller plus avant dans la division des corps, mais on
comprend bien que ces principes sont encore divisibles en une infinité de parties, qui
pourraient à plus juste titre être appelées principes ». Cité par DUHEM Pierre, Le Mixte
et la combinaison chimique. Essai sur l’évolution d’une idée, op. cit., p. 26
25. CONDILLAC, Traité des systèmes, in Œuvres, t. 1, 1749, p. 197-198.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
08-Chap7 :Mise en page 1 23/10/08 16:05 Page 141

LAVOISIER, DISCIPLE DE CONDILLAC 141

Si plus tard dans La Logique, Condillac admet qu’on commence à faire


usage de l’analyse en physique et en chimie, il reste que l’élaboration de son
concept d’analyse ne doit rien aux pratiques des chimistes. Il les ignore sim-
plement quand il s’efforce de passer en revue les différentes méthodes
d’analyse :
Je sais bien qu’on distingue différentes espèces d’analyses ; analyse
logique, analyse métaphysique, analyse mathématique : mais il n’y en a
qu’une ; et elle est la même dans toutes les sciences, parce que dans
toutes elle conduit du connu à l’inconnu par le raisonnement seulement,
c’est-à-dire par une suite de jugements qui sont renfermés les uns dans
les autres26.

L’exclusion de la chimie hors de l’horizon de pensée de Condillac se jus-


tifie par son attention exclusive aux opérations mentales et non gestuelles
ni matérielles. Condillac décompose des raisonnements, des propositions,
qu’il compare à des tableaux visuels mais il ne travaille pas la matière. Une
seule fois, il prend l’exemple d’une substance matérielle – l’or – pour défi-
nir ce qu’est une « évidence de fait » par opposition à l’« évidence de rai-
son », que l’on atteint en géométrie.
Je verrais également toutes les propriétés de l’or dans son essence, si je
la connaissais. Sa pesanteur, sa ductilité, sa malléabilité etc. ne seraient
que son essence même qui se transformerait, et qui, dans ses transfor-
mations, m’offrirait différents phénomènes ; et j’en pourrais découvrir
toutes les propriétés par un raisonnement qui ne serait qu’une suite de
propositions identiques. Mais ce n’est pas ainsi que je le connais. […]
Quoique la pesanteur, la ductilité, la malléabilité ne soient vraisembla-
blement qu’une même chose qui se transforme différemment, je ne le
vois pas. Je ne saurois donc arriver à la connaissance de ces phénomènes
par l’évidence de raison : je ne les connais qu’après les avoir observés, et
j’appelle évidence de fait la certitude que j’en ai27.

Condillac ne considère que les propriétés physiques, celles qui relèvent de


l’observation et non de l’expérience, celles qui n’affectent en rien la nature
ou composition de l’or. Aux yeux des chimistes contemporains de

26. CONDILLAC, La Logique ou l’art de raisonner, op. cit., p. 406.


27. Ibid., p. 418.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
08-Chap7 :Mise en page 1 23/10/08 16:05 Page 142

142 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

Condillac, cela n’est pas de l’analyse. Certes la distillation des chimistes


répond, en un sens, à la définition condillacienne de l’analyse dans la
mesure où elle fait apparaître en successif ce qui était donné en simultané,
d’un coup, dans le mixte de départ. Mais tandis que l’opération mentale
d’analyse « à la Condillac » laisse subsister le tableau à analyser, la distilla-
tion implique la destruction de ce mixte. C’est une divergence fondamen-
tale entre le concept d’analyse de Condillac et celui des chimistes ses
contemporains. Ceux-ci avaient coutume de distinguer, à la suite de Stahl,
les deux notions de mixte et d’agrégat. L’agrégat n’est qu’une union méca-
nique, une juxtaposition d’unités, molécules ou particules de nature homo-
gène entre elles. La décomposition d’un agrégat ne met en jeu que des
forces mécaniques et parvient à ce que Macquer appelle les « parties inté-
grantes » qui sont de même nature que l’agrégat de départ. En revanche, la
décomposition des mixtes, qui est l’objet propre de la chimie, détruit le
mixte de départ et parvient à des éléments hétérogènes, que Macquer
nomme « principes prochains28 ». Par exemple l’acide et l’alcali qui sont les
principes constituants du sel marin n’ont pu être obtenus qu’en faisant dis-
paraître le sel marin.
D’où une deuxième divergence fondamentale entre l’analyse condilla-
cienne et celle des chimistes. Les éléments auxquels parvient l’analyse
condillacienne doivent être sensibles alors que ceux des chimistes comme
Rouelle échappent radicalement aux sens. Chez Condillac, les éléments
sont physiquement présents dans le tableau et perceptibles par les sens,
même s’ils demeurent inaperçus au coup d’œil rapide. En revanche, dans le
mixte chimique les éléments ou principes demeurent imperceptibles,
même à un œil exercé. Le phlogistique, par exemple, est radicalement invi-
sible, et ne peut jamais être isolé à l’état pur. Cependant sa présence dans les
mixtes est attestée par un certain nombre d’effets sensibles dont il est la
cause supposée.
Le concept condillacien d’analyse laisse donc de côté la difficulté majeure
posée par les analyses chimiques concernant la possibilité d’atteindre les
éléments, tels qu’ils étaient réellement contenus dans le mixte29.

28. MACQUER Pierre-Joseph, « Aggrégation », in Dictionnaire de chymie, t. 1, p. 50.


29. Sur les difficultés soulevées par la notion de mixte voir plus haut chapitre 3.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
08-Chap7 :Mise en page 1 23/10/08 16:05 Page 143

LAVOISIER, DISCIPLE DE CONDILLAC 143

Dès lors, qu’est-ce que ce concept peut bien apporter à un chimiste


comme Lavoisier ? Si, comme on vient de le montrer, il y a une divergence
profonde entre l’analyse logique de Condillac et celle des chimistes, com-
ment Lavoisier articule-t-il les deux ?

UNE STRATÉGIE DE SIMPLIFICATION

D’un côté, l’esprit d’analyse au sens condillacien est censé gouverner la


construction du nouveau langage et présider à la reconstruction de la chi-
mie dans le Traité élémentaire de chimie30. D’un autre côté, les opérations
d’analyse matérielle restent pour Lavoisier l’instrument par excellence du
chimiste. L’analyse matérielle est même l’objectif de la chimie puisqu’il
déclare dans le Traité élémentaire de chimie :
La chimie en soumettant à des expériences les différents corps de la
nature, a pour objet de les décomposer et de se mettre en état d’exami-
ner séparément les différentes substances qui entrent dans leur combi-
naison. […] La chimie marche donc vers son but & vers sa perfection,
en divisant, subdivisant & resubdivisant encore, & nous ignorons quel
sera le terme de ses succès31.

Entre les deux analyses, mentale et matérielle, Lavoisier suppose ou sou-


haite une relation de miroir. Telle est l’ambition de la réforme de la nomen-
clature. Les noms simples, qui constituent l’alphabet ou le point de départ
de la nomenclature, seront le terminus des opérations effectives d’analyse
en laboratoire. On recompose au niveau du langage les éléments auxquels
atteint le chimiste analyste. Le logiciel est l’image inversée du matériel. Il
faut donc prendre au pied de la lettre l’expression « miroir fidèle » que
Lavoisier désigne comme état de perfection de la nomenclature : « La per-
fection de la nomenclature de la chimie, envisagée sous ce rapport, consiste

30. De fait la logique analytique n’est vraiment appliquée que dans la deuxième
partie du Traité présentée sous forme de tableau (voir BENSAUDE-VINCENT
Bernadette, Lavoisier, mémoires d’une révolution, op. cit., p. 304-307).
31. LAVOISIER, Traité élémentaire de chimie, op. cit., p. 193-194.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
08-Chap7 :Mise en page 1 23/10/08 16:05 Page 144

144 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

à rendre les idées & les faits dans leur exacte vérité, sans rien supprimer de
ce qu’ils présentent, surtout sans rien y ajouter : elle ne doit être qu’un
miroir fidèle32 ».
Allons plus loin, si l’on en croit le mémoire sur la nomenclature, l’analyse
linguistique ou mentale de Condillac pourrait – à la rigueur – dispenser des
peines de l’analyse matérielle. Elle offre, en tout cas, un raccourci qui per-
met à Lavoisier d’accomplir « l’ouvrage de sa vie », de rédiger le traité qu’il
avait abandonné suite à la mort de Jean-Baptiste Bucquet. Les deux colla-
borateurs estimaient urgente la tâche pédagogique mais la concevaient de
telle sorte qu’elle était impossible à réaliser promptement. Pour écrire un
traité, il fallait d’abord, selon eux, répéter toutes les expériences, vérifier
tous les résultats d’analyse, stabiliser les faits.
Or l’analyse, une fois érigée en « logique naturelle » grâce à l’autorité de
Condillac, dispense de cette tâche fastidieuse car elle permet d’anticiper les
résultats de l’expérience.
Nous sommes bien éloignés sans doute de connaître tout l’ensemble,
toutes les parties de la science ; on doit donc s’attendre qu’une nomen-
clature nouvelle, avec quelque soin qu’elle soit faite, sera loin de son état
de perfection ; mais pourvu qu’elle ait été entreprise sur de bons prin-
cipes, pourvu que elle soit une méthode de nommer, plutôt qu’une
nomenclature, elle s’adaptera naturellement aux travaux qui seront faits
dans la suite, elle marquera d’avance la place & le nom des nouvelles
substances qui pourront être découvertes, & elle n’exigera que quelques
réformes locales & particulières33.

Tel semble donc, en première approche, le pouvoir de la langue : une fois


corrigée, réformée, elle dispense du fastidieux travail d’inventaire matériel
et autorise l’invention. Cette assimilation triomphante de l’analyse mentale
à l’analyse chimique simplifie la tâche du chimiste et permet d’enseigner
cette science selon un ordre logique.
Lavoisier aurait-il donc sorti la chimie des impasses où l’enferrait une
doctrine essentiellement empiriste en imposant un code, une langue sur le

32. LAVOISIER, « Sur la nécessité de réformer et de perfectionner...», in Méthode de


nomenclature chimique, op. cit., p. 69
33. Ibid., p. 70.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
08-Chap7 :Mise en page 1 23/10/08 16:05 Page 145

LAVOISIER, DISCIPLE DE CONDILLAC 145

monde insaisissable des transformations matérielles ? À une doctrine for-


gée sur la base d’une collection d’opérations et de traditions diverses, il
aurait substitué une discipline intellectuelle, une méthode de raisonne-
ment. C’est à une conclusion semblable que parviennent l’analyse de ten-
dance koyréenne de Marco Beretta comme l’analyse ouvertement
foucaldienne de Wilda Anderson. Pour Anderson, Lavoisier instaure une
discursivité scientifique. Il « établit moins une science per se qu’il n’établit
une idéologie générale de la science et de la scientificité34 ».
Cette image de Lavoisier renforce par des approches historiographiques
nouvelles le cliché d’un Lavoisier plus théoricien qu’expérimentateur formé
au cours du XIXe siècle35. Néanmoins elle me semble trop facile et assez
paresseuse. À toujours célébrer ses prouesses de théoricien, on oublie parfois
que Lavoisier est aussi un expérimentateur acharné, et averti des difficultés
épistémologiques que pose l’établissement d’une preuve expérimentale.
Or il me semble que c’est précisément un moyen de résoudre le classique
problème d’interprétation des analyses matérielles que Lavoisier pense
avoir trouvé chez Condillac. Les études minutieuses de ses carnets de labo-
ratoire par Frederic L. Holmes, qui suit la démarche de Lavoisier au jour le
jour, dans ses tâtonnements, ses essais et ses erreurs, montrent à quel prix
Lavoisier a mis au point en 1773 sa méthode des bilans36. Peser ce qui entre
et ce qui sort de la réaction, évaluer les gains et les pertes, c’est pour
Lavoisier le plus sûr moyen d’expliquer ce qui s’est passé dans le processus
réactionnel qui, lui, reste une boîte noire et de déterminer les éléments
d’une substance, d’un gaz par exemple. Si Lavoisier a peu à peu pris
confiance dans sa méthode expérimentale, s’il a pris l’habitude d’accorder
plus de crédit aux mesures qu’aux observations qualitatives et, parmi les

34. BERETTA Marco, The Enligntenment of Matter. The Definition of Chemistry


from Agricola to Lavoisier, op. cit.
35. Pasteur, par exemple, aimait à souligner le contraste entre l’inventeur fécond,
expérimentateur chevronné qu’était Priestley et l’homme de méthode, le législateur
qu’était Lavoisier. PASTEUR Louis, « Lavoisier », in Le Moniteur universel, 4 sep-
tembre 1865, in Œuvres, t. 7, Paris, Masson, 1939, p. 281-285 ; voir aussi BENSAUDE-
VINCENT Bernadette, Lavoisier, mémoires d’une révolution, op. cit., p. 370-373.
36. HOLMES Frederic, L. Antoine Lavoisier. The Next Crucial Year, Princeton,
Princeton University Press, 1998.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
08-Chap7 :Mise en page 1 23/10/08 16:05 Page 146

146 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

mesures, aux poids plus qu’aux volumes, il doit néanmoins convaincre ses
collègues et rivaux de la validité de sa méthode de bilans gravimétriques. En
particulier, lors de la controverse avec Priestley au sujet du phlogistique en
1775, tous deux font les mêmes expériences, mais parviennent à des conclu-
sions divergentes sur la composition de l’air nitreux comme sur la réduc-
tion de la chaux de mercure. Lavoisier s’efforce donc moins de dispenser le
chimiste d’expériences que de faire accepter sa propre lecture des expé-
riences. D’où la troisième partie du Traité élémentaire de chimie, consacrée
à la description des appareils et expériences de laboratoire que Lavoisier
justifie ainsi :
En général la pratique des expériences, & surtout des expériences
modernes, n’est point assez répandue ; & peut-être si, dans les différents
mémoires que j’ai donnés à l’Académie, je me fusse plus étendu sur le
détail des manipulations, me serois-je fait plus facilement entendre ; &
la science auroit-elle fait des progrès plus rapides37.

C’est donc dans le contexte de cette lutte pour faire accepter une lecture
de l’expérience, qu’il faut reconsidérer la lecture que Lavoisier fait de
Condillac. Il y trouve un moyen de contourner une difficulté fondamentale
de la chimie, qu’on peut nommer l’énigme du mixte. Comme l’a souligné
Pierre Duhem, le mixte, bien distingué de l’agrégat par les chimistes du
XVIIIe siècle soulève deux difficultés38 : comment comprendre que l’union
de deux composants donne un être entièrement nouveau dont les proprié-
tés ne sont pas la somme de celles des composants ? Et d’autre part, puisque
le mixte n’est pas une simple juxtaposition de parties constituantes, quel est
le mode d’être des éléments dans le mixte ?
Si le mixte n’est pas une juxtaposition mais une stratégie pour contour-
ner la difficulté, pour traiter cette inconnue qu’est la composition.
Lavoisier, lisant Condillac, découvre une analogie entre sa balance, ses
bilans gravimétriques et le « levier de l’esprit », cette méthode naturelle que,
d’après Condillac, tout le monde pratique naturellement sans le savoir. Si

37. LAVOISIER, Traité élémentaire de chimie, Discours préliminaire, op. cit., p. XXX.
38. Voir plus haut chapitre 3 et DUHEM Pierre, Le Mixte et la combinaison chimique.
Essai sur l’évolution d’une idée, op. cit.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
08-Chap7 :Mise en page 1 23/10/08 16:05 Page 147

LAVOISIER, DISCIPLE DE CONDILLAC 147

l’algèbre est le modèle le plus accompli de cette méthode, alors pourquoi ne


pas exprimer par une équation ce qui se passe dans l’analyse ?
Il me paraît significatif que Lavoisier tente pour la première fois une écri-
ture algébrique des réactions chimiques avec symboles et mises en équa-
tion, en 1782, donc après lecture de La Logique. Le mémoire sur « La
dissolution des métaux dans les acides » présente cette mise en formule en
des termes qui rappellent certes l’analyse condillacienne mais avec une
extrême prudence, les formules n’étant qu’un artifice simplificateur :
Maintenant il est clair qu’il existe, dans la dissolution des métaux par
les acides, un grand nombre de forces qui agissent chacune avec l’éner-
gie qui leur est propre, et qu’il en résulte un problème d’une solution dif-
ficile et compliquée. Pour mieux faire sentir à cet égard l’état de la
question, et pour présenter aux yeux, sous un même coup d’œil, le résul-
tat de ce qui se passe dans les dissolutions métalliques, j’ai construit des
espèces de formules qu’on pourrait prendre d’abord pour des formules
algébriques, mais qui n’ont point le même objet, et qui ne dérivent point
des mêmes principes ; nous sommes encore bien loin de pouvoir porter
dans la chimie la précision mathématique, et je prie en conséquence, de
ne considérer les formules que je vais donner que comme de simples
annotations, dont l’objet est de soulager les opérations de l’esprit39.

Dans la conclusion, Lavoisier revient sur la distance qui sépare encore


l’analyse chimique de l’analyse algébrique mais ne la présente plus comme
un fossé insurmontable. Lavoisier a l’espoir d’arriver à une chimie algé-
brique. « J’espère que la lecture de ce mémoire fera entrevoir la possibi-
lité d’appliquer l’exactitude du calcul à la chimie ; mais, avant tout, il faut
des données certaines qui puissent servir de base, et c’est à quoi je vais
m’attacher40. »
De la même époque datent les débuts de la collaboration avec Laplace,
leurs recherches sur la dilatation des métaux et sur la mesure de la chaleur.
Or, comme l’a montré Roger Hahn, cette collaboration se justifie par une

39. LAVOISIER, « La dissolution des métaux dans les acides », in Œuvres, t. 2, Paris,
Imprimerie impériale, 1862, p. 545.
40. Ibid. p. 526

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
08-Chap7 :Mise en page 1 23/10/08 16:05 Page 148

148 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

préoccupation commune aux deux académiciens concernant les mesures


expérimentales et leur interprétation41. Leur mémoire commun sur la cha-
leur fournit une illustration exemplaire de la méthode analytique proposée
par Condillac. Laplace et Lavoisier se proposent, en effet, de mesurer la cha-
leur, sans se prononcer sur sa nature. Pour ce faire, ils procèdent du connu
à l’inconnu, par reformulations successives en mettant les inconnues en
équation. Que mesure le calorimètre ? On n’en sait rien. Mais si on procède
du connu à l’inconnu, on connaît la cause inconnue (la chaleur) par la
mesure de ses effets sensibles, tels que la fusion d’une certaine quantité de
glace en eau. En mettant un signe « = » entre cette cause inconnue et les
effets connus, Lavoisier met entre parenthèses la question de la nature et du
mode d’être des principes constituants. En mettant un signe « + » dans un
membre de l’équation, il met entre parenthèses la question de la nature du
lien entre les unités constituantes. Du coup, la distinction entre mixte et
agrégat, qui au cours du XVIIIe siècle, définissait le champ d’étude de la chi-
mie, cesse d’être pertinente. Il me paraît symptomatique que ce terme de
« mixte », si courant dans la littérature chimique du XVIIIe siècle, disparaisse
à l’époque de Lavoisier pour laisser place aux termes de composé ou de
mélange. La méthode analytique est donc avant tout une stratégie de
recherche, une manière de transformer l’énigme des mixtes en un problème
à résoudre. Loin de dispenser de l’expérience, la méthode analytique com-
mande un programme expérimental orienté vers la mesure et les bilans, en
même temps qu’elle livre une clé de lecture des résultats42.
Cette interprétation purement pragmatique me paraît éclairer le passage
trop fameux du Traité élémentaire où Lavoisier énonce ce qu’on appelle le
principe de conservation de la matière.

41. HAHN Roger, « Lavoisier et ses collaborateurs », in Il y a deux cents ans,


Lavoisier, Actes de colloque, Paris, Académie des sciences, 1995, p. 55-65.
42. Ce travail exige des compétences mathématiques qui dépassaient un peu
celles de Lavoisier. C’est la collaboration avec Jean-Baptiste Meusnier de la Place,
officier d’état-major formé à la géométrie et à la physique, qui lui a permis d’arri-
ver à une analyse plus sophistiquée des données de l’expérience. Toutefois en 1789,
quand il écarte la question des affinités de son Traité élémentaire, Lavoisier avoue
que ce projet reste un vœu pieux. « La science des affinités, qui est à la chimie ordi-
naire ce que la géométrie transcendante est à la géométrie élémentaire » est un rêve
inaccompli.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
08-Chap7 :Mise en page 1 23/10/08 16:05 Page 149

LAVOISIER, DISCIPLE DE CONDILLAC 149

Rien ne se crée, ni dans les opérations de l’art, ni dans celles de la


nature, et l’on peut poser en principe que, dans toute opération, il y a
une égale quantité de matière avant et après l’opération ; que la qualité
et la quantité des principes est la même, et qu’il n’y a que des change-
ments, des modifications.
C’est sur ce principe qu’est fondé tout l’art de faire des expériences en
chimie : on est obligé de supposer dans toutes une véritable égalité ou
équation entre les principes du corps qu’on examine et ceux qu’on en
retire par l’analyse. Ainsi puisque du moût de raisin donne du gaz acide
carbonique et de l’alcool, je puis dire que le moût de raisin = acide car-
bonique + alcool43.

Ce principe n’est pas formulé comme une loi fondamentale de la chimie


mais comme un principe qui commande « l’art de faire des expériences ».
Pour faire des expériences, pour conclure avec certitude à partir des expé-
riences, il faut postuler : « que la qualité et la quantité des principes est la
même ». Nature et proportion des constituants sont les seuls critères perti-
nents pour juger de la composition. En mettant un signe « = » entre « moût
de raisin » et « acide carbonique + alcool », Lavoisier établit une relation
d’identité entre une cause et son effet qui néglige les métamorphoses dues
à la fermentation alcoolique, comme le mode d’action ou d’intervention
des principes.
De plus, ce principe est formulé en passant, à l’occasion d’un chapitre sur
la fermentation vineuse. Lavoisier qui a rencontré un abîme de difficultés
pour établir des bilans dans son étude de la fermentation choisit précisé-
ment ce terrain pour illustrer sa méthode. D’une manière générale, le
domaine des analyses végétales est ce qui marque la limite du pouvoir de
l’analyse condillacienne. La nomenclature réformée s’applique très bien aux
sels, aux chaux métalliques et à l’ensemble du règne minéral mais ne modi-
fie guère la dénomination des substances végétales. Le « levier de l’esprit »
n’a pas réussi à soulever tout l’édifice de la chimie. N’est-il pas paradoxal
alors d’illustrer la méthode là où elle est le plus difficile à mettre en œuvre ?
Si l’on accepte de lire la suite de ce chapitre sur la fermentation vineuse, il
est clair que la mise en équation n’est pour Lavoisier qu’un point de départ.

43. LAVOISIER, Traité élémentaire de chimie, op. cit., partie I, chapitre XIII, p. 140-141.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
08-Chap7 :Mise en page 1 23/10/08 16:05 Page 150

150 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

Aussitôt après avoir écrit l’équation moût de raisin = acide carbonique


+ alcool, Lavoisier se demande sous quelle forme doivent subsister les prin-
cipes constituants du sucre (carbone, hydrogène, oxygène) dans le moût de
raisin pour que la fermentation puisse avoir lieu. L’équation de bilan n’est
donc qu’une étape qui relance l’investigation sur le mode d’action des prin-
cipes, sur leur circulation, leurs unions et désunions durant la réaction.
En conclusion, Lavoisier trouve dans le concept condillacien d’analyse
deux choses : d’une part une méthode d’enseigner qui conjugue le respect
de l’ordre du simple au complexe et la marche du connu à l’inconnu.
D’autre part, l’analogie entre le levier de l’esprit et la méthode des bilans
qu’il pratiquait en laboratoire lui a fourni une grille de lecture algébrique
de ses résultats d’expérience. Bref, une technique d’analyse de données. Son
exploitation de l’analyse condillacienne traverse le clivage jadis à la mode
entre contexte de la découverte et contexte de justification, car cette lecture
algébrique est tout à la fois un instrument d’exploration, une ruse pour
aller de l’avant en contournant les énigmes et un outil de légitimation par
référence à la nature.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
09-Chap08:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 151

Lavoisier par documents et monuments.


Deux cents ans de commémorations

du bicentenaire de la

D
ANS LA FOULÉE DES COMMÉMORATIONS
Révolution française, la mort de Lavoisier fut célébrée en 1994
comme un événement de marque. L’Académie des sciences, dont
Lavoisier fut un membre actif, dans laquelle il est entré à l’âge de 25 ans, et
qu’il a énergiquement défendue jusqu’à sa dissolution par le décret révolu-
tionnaire du 8 août 1793, a pris en charge la commémoration officielle.
Pour les membres d’une communauté scientifique, un bicentenaire comme
celui-ci est indéniablement un événement permettant de réaffirmer l’iden-
tité d’une discipline en cultivant la mémoire du fondateur. Pour les histo-
riens d’une science, c’est un prétexte pour obtenir des fonds, réunir les
spécialistes d’un secteur et faire le point sur les développements historio-
graphiques récents.
Le bicentenaire de Lavoisier a ainsi fourni une occasion de rencontre
entre les chimistes et leurs historiens. La confrontation fut saisissante : les
chimistes restent attachés à la vignette propagée par les manuels scolaires,
faisant de Lavoisier le héros fondateur de la chimie moderne, qui a chassé
d’un coup d’oxygène les explications fumeuses de l’alchimie et donné à la

Ce chapitre est le texte d’une intervention donnée au séminaire d’histoire des


sciences de Claire Salomon Bayet à l’Université Paris I, en 1995 ; il développe
quelques idées traitées dans l’article : « Between history and memory : Centennial
and bicentennial images of Lavoisier », in Isis, n° 87, 1996, p. 481-499.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
09-Chap08:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 152

152 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

chimie une loi fondamentale « rien ne se perd, rien ne se crée ». Or ce por-


trait légendaire n’a pas résisté à la passion historiographique. Documents et
archives à l’appui, il est facile de montrer que la chimie était déjà une
science avant Lavoisier et que la fameuse loi de conservation de la matière
n’a pas été inventée par Lavoisier, encore moins formulée en ces termes et
qu’elle n’est pas une loi. La divergence des points de vue est telle qu’on peut
se demander s’il s’agit du même épisode, du même Lavoisier.
Il est facile aux scientifiques de s’ériger en gardiens de la mémoire de leur
discipline et de dénier aux historiens toute compétence pour en com-
prendre l’histoire. Il est tout aussi facile aux historiens de démystifier à
l’aide d’archives et de documents les erreurs et légendes attachées au culte
des fondateurs dans bien des disciplines. Et voici que la commémoration
devient sinon un puits de conflits entre scientifiques et historiens, du moins
un révélateur de leur incompréhension.
Cet état de choses suscite une perplexité qui est à l’origine des réflexions
proposées dans ce petit essai. Je me propose d’utiliser l’histoire non pour
discréditer la naïveté des images de fondateur perpétrées par les chimistes
mais pour m’interroger sur la mémoire des communautés scientifiques,
pour mener une réflexion sur le rapport des scientifiques à leur passé. En
évoquant, à grands traits, le portrait de Lavoisier composé peu après sa
mort, puis cent ans et deux cents après, je propose une mise en perspective
des présentations faites à l’occasion du bicentenaire. À partir de cette
confrontation de rites et de récits relatifs à un même épisode mais à dis-
tance d’un puis de deux siècles, j’aventurerai en conclusion quelques
réflexions générales sur les relations des communautés scientifiques au
passé de leur discipline.

LE « ZÉROIÈME ANNIVERSAIRE »

La prise de la Bastille, dit l’histoire, ce fut proprement une fête, ce fut


la première célébration, la première commémoration et pour ainsi dire
le premier anniversaire de la prise de la Bastille. Ou enfin le zéroième
anniversaire1.

1. PÉGUY Charles, « Dialogue de l’histoire avec l’âme païenne », in Œuvres en prose


(1909-1914), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1961, p. 180.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
09-Chap08:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 153

LAVOISIER PAR DOCUMENTS ET MONUMENTS. DEUX CENTS ANS DE COMMÉMORATIONS 153

Cette formule paradoxale de Charles Péguy trouve une bonne illustration


avec le cas de Lavoisier. Son œuvre révèle en effet de façon saisissante le lien
intime entre l’accomplissement de la révolution chimique et l’écriture de
cette révolution, son inscription dans la mémoire.
Le premier qui a façonné l’histoire – en tant que récit des événements –
est Lavoisier lui-même. L’image du fondateur de la chimie moderne est,
dans une certaine mesure, un autoportrait. C’est Lavoisier qui, dès 1773, a
désigné son entreprise comme « révolution en physique et en chimie » et
qui graduellement a donné à ce terme le sens nouveau d’une rupture radi-
cale avec le passé. En fait, un regard d’ensemble sur les mémoires de
l’Académie des sciences dans les années 1770-1780 suggère que ce genre de
prétention était assez répandu. Coulomb en électricité, Haüy en cristallo-
graphie, Vicq d’Azyr en anatomie… tous prétendent fonder un édifice.
Dans le cas de Lavoisier, le glissement de l’idée de révolution à celle de fon-
dation mobilise les ressources de la philosophie empiriste de Condillac. Sa
théorie empiriste de la connaissance légitime qu’on cherche à écarter tout
ce qui n’est pas de l’ordre des faits, à balayer la tradition pour reconstruire
le savoir sur une tabula rasa. La réforme de la nomenclature est l’instru-
ment privilégié qui a permis d’évincer la tradition pour forger un nouveau
langage adéquat à la nouvelle doctrine et d’éradiquer jusqu’au souvenir de
la tradition antérieure après quelques générations de chimistes formés dans
la nouvelle nomenclature.
C’est encore Lavoisier qui favorisa l’identification de la nouvelle doctrine,
et de la nouvelle nomenclature à sa personne. Malgré l’importance des
contemporains et surtout des collaborateurs dans l’élaboration de la
nomenclature et dans le triomphe de la nouvelle doctrine, Lavoisier a
revendiqué pour lui seul le titre fondateur :
Cette théorie n’est donc pas, comme je l’entends dire, la théorie des
chimistes français, elle est la mienne, et c’est une propriété que je
réclame auprès de mes contemporains et de la postérité2.

2. LAVOISIER Antoine-Laurent, Œuvres, t. II, Paris, Imprimerie impériale, 1862,


p. 104.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
09-Chap08:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 154

154 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

La deuxième contribution majeure au portrait du fondateur est celle des


collaborateurs eux-mêmes qui ont favorisé la personnification de la révolu-
tion en Lavoisier. Au plus fort de la controverse déclenchée par la nomen-
clature réformée, Guyton de Morveau, récemment converti aux vues de
Lavoisier, présente ce dernier comme un Descartes qui aurait osé mettre fin
au règne d’une doctrine erronée, maintenue par l’autorité d’un culte.
Lavoisier est dépeint comme un démiurge qui installe l’ordre après le chaos,
la lumière après les ténèbres. Emporté par la force de sa métaphore, Guyton
va jusqu’à prétendre que l’ordre installé par Lavoisier est immuable, éternel
et ne sera détruit que quand « avec les mêmes matières, dans les mêmes cir-
constances, la nature cessera d’opérer les mêmes phénomènes3 ». Ainsi, dès
avant la mort de Lavoisier, la statue du héros mythique est forgée et son
œuvre, à peine achevée, est inscrite dans l’éternité.
L’exécution de Lavoisier, le 8 mai 1794, rehausse le mythe naissant en
ajoutant la dimension du sacrifice. Une fois passés les mauvais jours de la
Terreur, vient le temps du culte posthume. Une grande pompe funèbre
célèbre Lavoisier le 2 août 1796 : cérémonie grandiose avec tentures noires,
cariatides de marbre blanc et 100 choristes chantant un hyérodrame qui se
termine sur ces quatre vers :
Des utiles talents consacrons la gloire
Ouvrons à Lavoisier les fastes de l’histoire
Pour consacrer son génie à jamais
Qu’un monument s’élève à sa mémoire.

La mise en scène et la platitude des vers font sourire. On s’empresse géné-


ralement de les rapporter au goût de l’époque, mais on ne saurait oublier
que cette pompe et ces vers ont façonné notre mémoire. Fourcroy qui pro-
nonce l’éloge funèbre est d’autant plus enclin à la vénération qu’il cherche
manifestement à se disculper des soupçons et calomnies qui pèsent sur sa

3. GUYTON DE MORVEAU, « Second avertissement », in Dictionnaire de Chymie de


l’Encyclopédie méthodique, t. I, Paris, p. 628. La date de 1786, mentionnée sur la page
de couverture, est trompeuse car la deuxième partie du volume I, introduite par ce
second avertissement a été publiée en 1789. Voir DUVEEN Denis I. et KLICKSTEIN
Herbert S., « A letter from Guyton de Morveau to Macquart relating to Lavoisier’s
attack against the phlogiston theory (1778) with an account of Morveau’s conver-
sion to Lavoisier’s doctrine in 1787 », in Osiris, n° 12, 1956, p. 342-367.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
09-Chap08:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 155

LAVOISIER PAR DOCUMENTS ET MONUMENTS. DEUX CENTS ANS DE COMMÉMORATIONS 155

collaboration au régime de la Terreur. Lui qui, dans l’Encyclopédie métho-


dique présentait la révolution chimique comme un processus collectif,
l’œuvre d’une génération de chimistes qui ont travaillé à isoler et identifier
les gaz (Cavendish, Priestley…), forge ce jour-là une version dramatique
des événements qui présente Lavoisier comme l’unique auteur de la révolu-
tion chimique et concentre tout le processus en un point, une intuition ori-
ginaire, une idée primitive que Lavoisier aurait énoncée dès 17744.
D’où le paradoxe inscrit dans l’idée d’une fondation de la chimie par
Lavoisier. Avant lui, c’est la préhistoire, ou l’âge préscientifique. Après lui, il
n’y a pas vraiment d’histoire mais plutôt le déroulement d’un plan prééta-
bli, puisqu’on ne fait qu’élever l’édifice dont il a tracé le plan. De l’accom-
plissement révolutionnaire lui-même, il n’y a pas davantage d’histoire,
puisque toute la révolution est concentrée sur un instant, une intuition
géniale. Si la science moderne se pense comme un éternel présent, elle
relève de la mémoire et ne peut être objet d’histoire.

UN DÉSIR D’ÉTERNITÉ

La double face du destin de Lavoisier, héros d’une révolution scientifique


et victime de la révolution politique qui a donné naissance à la République
française, lui vaut une inscription spéciale dans la mémoire collective fran-
çaise. On sait qu’il fut exécuté en tant que Fermier général de l’ancien
régime et non point en tant que chimiste. Mais justement la rencontre des
deux personnages ne laisse pas de susciter l’émotion.
Il ne leur a fallu qu’un moment pour faire tomber cette tête, et cent
années, peut-être, ne suffiront pas pour en produire une semblable ». Cette
remarque amère que l’on prête à Joseph-Louis Lagrange, lorsqu’il apprit la
mort de son collègue et ami Lavoisier pourrait bien révéler le ressort profond

4. FOURCROY A. de, Notice sur la vie et les travaux de Lavoisier, lue le 15 thermidor
an IV (2 aout, 1796) au Lycée des Arts, Archives de l’Académie des sciences, Fonds
Lavoisier, dossier 1732. Voir aussi FOURCROY, entrée « Chimie », in « Dictionnaire de
Chymie », t. III de l’Encyclopédie méthodique ; LANGINS Janis, « Fourcroy, historien
de la révolution chimique », in GOUPIL M. (dir.), Lavoisier et la révolution chimique,
Palaiseau, Sabix École polytechnique, p. 13-34.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
09-Chap08:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 156

156 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

des commémorations lavoisiennes. Entre une logique de pouvoir et la


logique de création scientifique, entre la force et l’esprit, le conflit se situe
dans le rapport au temps : le progrès des sciences et des Lumières s’inscrit
dans une longue durée que le tranchant de la guillotine, inscrit dans un
temps expéditif et d’urgence, peut à chaque instant menacer. La figure de
Lavoisier se situe à l’intersection des deux temporalités qui tissent notre
mémoire culturelle, comme celle du grand Archimède5. Des légendes étran-
gement similaires s’attachent à la mort des deux savants. Plutarque raconte
qu’Archimède, sommé d’aller se présenter devant Marcellus après la chute
de Syracuse, aurait demandé un sursis pour terminer ses calculs mathéma-
tiques ; à quoi le soldat irrité aurait répondu en sortant son épée et frappant
le savant. Antoine-François de Fourcroy, et d’autres à sa suite, racontent
qu’au jour du jugement des Fermiers généraux, Lavoisier aurait demandé
au tribunal révolutionnaire un sursis pour achever ses travaux ; à quoi le
président aurait répondu « la république n’a pas besoin de savants6 ».
Pourquoi ces légendes résistent-elles à l’usure du temps, sinon parce
qu’elles ont pour fonction d’alimenter une mémoire ? L’appel au tribunal
de l’histoire est la seule riposte possible au tribunal révolutionnaire. La
mémoire, le souvenir éternel, perpétuellement réactivé par la commémora-
tion, est la revanche du spirituel sur le temporel. La tournure religieuse que
prennent inévitablement ces rites n’a pas échappé à la perspicacité de
Charles Péguy qui fait dire à Clio :
Celui qui a perdu la bataille en appelle au tribunal de l’histoire, au
jugement de l’histoire. C’est encore une laïcisation. D’autres peuples,
d’autres hommes en appelaient au jugement de Dieu et nos anciens
même en appelaient quelquefois à la justice de Zeus. Aujourd’hui ils en
appellent au jugement de l’histoire. C’est l’appel moderne. C’est le juge-
ment moderne. Pauvres amis ? Pauvre tribunal, pauvre jugement. Ils me

5. Voir AUTHIER Michel, « Archimède, le canon du savant », in SERRES Michel


(dir.), Éléments d’histoire des sciences, Paris, Bordas, 1993, p. 101-128.
6. Sur l’origine de cette légende voir GOUPIL Michelle, HOREAU Alain, « La répu-
blique n’a pas besoin de savants : Légende ou réalité ? », in La Vie des Sciences, n° 7,
1990, p. 231-36.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
09-Chap08:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 157

LAVOISIER PAR DOCUMENTS ET MONUMENTS. DEUX CENTS ANS DE COMMÉMORATIONS 157

prennent pour un magistrat, et je ne suis qu’une (petite) fonctionnaire.


Ils me prennent pour le Juge, et je ne suis que la demoiselle de l’enregis-
trement7.

En réveillant la distinction entre le spirituel et le temporel, comme en ins-


taurant un calendrier de leur discipline débutant par un événement fonda-
teur, une année 0, les contemporains de Lavoisier ont inscrit le personnage
dans l’ordre du sacré. L’idée d’une « chimie moderne » se construit par un
appel à des structures religieuses traditionnelles, voire archaïques, telles que
la création d’un temps. Faut-il s’étonner que, quelque trente ans après,
Auguste Comte érige une religion positiviste fondée précisément sur cette
division entre les pouvoirs temporel et spirituel ?

UN LIVRE OU UNE STATUE ?

Un siècle après, a-t-on oublié ce héros révolutionnaire ? En 1890,


Marcellin Berthelot publiait un ouvrage historique intitulé Lavoisier, la
révolution chimique. L’introduction du livre installe une ambiance nette-
ment commémorative : à la faveur d’un parallèle soutenu entre la
Révolution française et la révolution scientifique, Berthelot exalte le génie
de Lavoisier :
Cet anniversaire [du début de la Révolution] est aussi celui de l’un des
moments mémorables de la science et de la philosophie naturelle. À
cette époque, en effet, la science a été transformée par une révolution
considérable dans les idées jusque-là régnantes, je ne dis pas seulement
en chimie mais dans l’ensemble des sciences physiques et naturelles […].
Ces découvertes et ces transformations scientifiques offrent dans la
manière dont elles se sont produites un caractère saisissant, pareil à celui
de la Révolution sociale, avec laquelle ils ont coïncidé : elles n’ont pas été
effectuées graduellement, par la lente évolution des années et les travaux
accumulés de plusieurs générations de penseurs et d’expérimentateurs.
Non elles se sont produites subitement : quinze ans ont suffi pour les

7. PÉGUY Charles, « Dialogue de l’histoire avec l’âme païenne », op. cit., p. 210.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
09-Chap08:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 158

158 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

accomplir […]. Ce n’est pas tout : les idées qui ont triomphé ne sont pas
une œuvre collective, contrairement à une opinion trop généralisée et
qui tendrait à décourager l’effort personnel du génie. Si le progrès insen-
sible du temps finit par tout éclaircir, il n’en est pas moins certain qu’un
homme, tel que Newton ou Lavoisier, peut le devancer et épargner à
l’humanité le travail indécis et sans guide de plusieurs générations : les
conceptions qui ont fondé la chimie moderne sont dues à un seul
homme, Lavoisier8.

Tout en adhérant à la croyance générale en un déterminisme historique,


Berthelot crée une parenthèse pour le génie scientifique. Cependant la suite
du livre n’est pas un éloge académique. Berthelot y propose une analyse de
l’œuvre de Lavoisier fondée sur des sources manuscrites, inédites, à savoir
les cahiers de laboratoire qui venaient d’être déposés à l’Académie. Le mixte
de célébration et de zèle historien manifeste dans l’œuvre de Berthelot,
caractérise plus largement l’historiographie lavoisienne du XIXe siècle. Les
chimistes ne se contentent plus de présenter un panorama historique de
leur discipline en préambule à leurs traités, comme au XVIIIe siècle mais
consacrent à l’histoire des ouvrages entiers, parfois très érudits, répondant
aux exigences croissantes que la création de la Revue critique d’histoire
(1866) puis de l’École pratique des hautes études, ont imposé sur les pra-
tiques historiennes.
La discipline historienne à laquelle se soumettent les chimistes vers la fin
du XIXe siècle va-t-elle démystifier le portrait héroïque de Lavoisier ? Il faut
dire que le mythe s’est embelli dans les années 1830 grâce au zèle de Jean-
Baptiste Dumas. Ce chimiste qui entreprit la publication des Œuvres com-
plètes de Lavoisier, aux frais de l’État, justifiait en effet son entreprise en ces
termes : « Oui je doterai les chimistes de leur Évangile ». Lavoisier était pour
lui non seulement un père fondateur infaillible mais un modèle de
méthode, de prudence épistémologique à l’égard des hypothèses9. Lavoisier
est ainsi un patron pour les chimistes, au double sens du terme : à la fois un
modèle, un guide et une puissance tutélaire, protectrice. Pour suivre un

8. BERTHELOT Marcellin, La Révolution chimique : Lavoisier, Paris, Alcan, 1890.


9. DUMAS Jean-Baptiste, Leçons sur la philosophie chimique, Bruxelles, Éditions
culture et civilisation, 1972, p. 105-157.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
09-Chap08:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 159

LAVOISIER PAR DOCUMENTS ET MONUMENTS. DEUX CENTS ANS DE COMMÉMORATIONS 159

modèle, il faut le bien connaître et l’étudier. Pour vénérer un saint patron,


en revanche, il faut plus qu’un livre, un lieu de mémoire, une statue.
En 1894, un chimiste américain parcourant les rues de Paris chercha vai-
nement une statue de Lavoisier et s’en retourna, scandalisé. Comment cette
ville si riche en statues de tout genre pouvait-elle ignorer le « fondateur de
la chimie » ? Son indignation faisait écho à une brève insidieuse parue en
1882 dans la Revue scientifique, annonçant la récente inauguration d’une
statue de Lavoisier, non pas en France, ni à Paris, cette ville où le grand
homme était né, mais à Bucarest10. L’ironie suggère fortement que cet oubli
est un signe d’ingratitude. La république de France serait-elle encore en
train de bouder ses savants ? Paris aurait-il gardé quelque ressentiment à
l’égard du Fermier général, serviteur de l’Ancien Régime, qui ordonna la
construction du « mur murant Paris qui fit murmurer Paris » ? Un débat
s’engage dans la presse scientifique sur la question de savoir si la publica-
tion d’un livre comme celui de Berthelot – qui fut précédé de la première
biographie de Lavoisier, publiée peu auparavant par Édouard Grimaux, un
autre chimiste académicien – peuvent être considérées comme un hom-
mage suffisant11. Une recension du livre de Berthelot, dans la Revue géné-
rale des sciences, souligne l’impartialité de l’ouvrage et précise que sa
publication est motivée par le dépôt à l’Académie des manuscrits de
Lavoisier et non par le centenaire de la révolution chimique12. Et de rappe-

10. RODWELL G.F., Revue scientifique, 1882, 4, p. 800. Cette brève fut suivie d’un
feuilleton sur la biographie de Lavoisier par le même Rodwell publiée par la Revue
scientifique, en 1883. En fait dans les années 1890 on pouvait trouver quelques sta-
tues de Lavoisier dans Paris : sur la façade principale de l’Hôtel de Ville, Lavoisier
figure avec Molière, Voltaire et un autre savant bien connu pour son rôle dans la
Révolution française, Lazare Carnot. Dans la Sorbonne, le grand amphithéâtre est
orné de six bustes placés en couronne, Robert de Sorbon fait face à Richelieu,
Descartes à Pascal, et Lavoisier se trouve associé à Charles Rollin, écrivain et doyen
de l’Université de Paris au XVIIe siècle qui publia des traités de pédagogie et intro-
duisit une réforme des programmes. On trouve également un buste de Lavoisier
dans le grand escalier de la faculté de pharmacie et un au Louvre. Mais de monu-
ment à lui dédié, point.
11. GRIMAUX Édouard, Lavoisier, 1743-1794, d’après sa correspondance, ses manus-
crits, ses papiers de famille et d’autres documents inédits, Paris, Éditions Jacques
Gabay, 1992.
12. OLIVIER Louis, « Lavoisier d’après M. Berthelot », in Revue générale des
sciences, 1890, 1, p. 572-576.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
09-Chap08:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 160

160 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

ler que le Cosmos de l’Abbé Moigno fut choqué par ce souci d’impartia-
lité13 ; que le journal anglais Nature a commenté l’absence de statue : « Paris
républicain craint sans doute de manifester un sentiment tardif de repentir
au sujet du crime du 8 mai 1794 ». Et la Revue générale des sciences répond :
Ce n’est pas seulement par le marbre ou le bronze que la patrie recon-
naissante perpétue le souvenir de ceux qui l’ont illustrée. Plus conforme
au pur génie de Lavoisier est le beau monument que M. Berthelot vient
d’élever à sa mémoire14.

Le malaise redouble, à l’approche de la date anniversaire. En mai 1894, la


Revue scientifique rapporte l’hommage rendu par l’Académie royale de
Belgique :
Nous sommes aujourd’hui le 8 mai. Je ne relèverais pas cette date
devant l’Académie si elle n’appartenait pas à l’histoire. Il y a aujourd’hui
cent ans, la tête de Lavoisier roulait sur l’échafaud de la place de la
Révolution, à Paris. L’Académie sait ce que fut et que fit le grand chimiste
français ; ce serait presque lui faire injure que songer à le lui rappeler
[…] J’ose dire qu’il n’est pas de savant dont le nom recueille partout,
chez tous les peuples civilisés, plus de sympathie respectueuse, plus d’ad-
miration profonde. Je convie l’Académie, si soucieuse de toutes les
gloires de la Science, à rendre en ce jour, à la mémoire de ce grand
homme, le tribut des hommages auxquels il a droit à tant de titres15.

Pendant ce temps, l’Académie des sciences de Paris reste muette. À peine


le projet de statue est-il mentionné dans un compte rendu de séance de
1894 :
Monsieur le Secrétaire perpétuel signale une Communication de M.G.
Hinrichs qui propose de faire élever par les chimistes de toutes les
nations un monument à la mémoire de Lavoisier. M. le Secrétaire perpé-
tuel pense que l’Académie serait disposée à examiner la question et l’in-

13. Cosmos, 12 juillet 1890, p. 408-410.


14. OLIVIER Louis, « Lavoisier d’après M. Berthelot », in Revue générale des
sciences, op. cit., p. 576.
15. La Revue scientifique, 4e série, t.1, 1894, p. 763.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
09-Chap08:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 161

LAVOISIER PAR DOCUMENTS ET MONUMENTS. DEUX CENTS ANS DE COMMÉMORATIONS 161

vite à entendre M. Grimaux, qui présente une proposition analogue.


L’Académie décide que la question sera renvoyée à l’examen de la
Commission administrative16.

La froideur des académiciens français contraste avec l’émotion de leurs


confrères belges et leur manque d’empressement avec l’ardeur de Gustav
Hinrichs. Ce chimiste américain en visite à Paris, dès son retour à Saint-
Louis, en février 1894, lance une souscription et mobilise toute la commu-
nauté chimique pour rendre hommage à Lavoisier. Le prospectus de son
appel, faisant une allusion appuyée à la fin tragique de Lavoisier et au
manque de reconnaissance publique, suggère une sorte de devoir de
mémoire de la part des chimistes du monde entier :
An entire century has rolled over the unmarked grave of the Copernicus
of chemistry. Will not the chemists of the world deem it a privilege to erect
a monument to the memory of their common master who fell a victim to
the frenzy of the reign of terror ? And will not the chemists of France open
the way and furnish a place for it17 ?

Pour stimuler la générosité de ses collègues américains, Hinrichs invoque


un devoir de réciprocité en rappelant que la maison de Lavoisier était
ouverte à Benjamin Franklin et que les citoyens français venaient d’offrir à
la ville de New York la statue de la liberté.
L’Académie des sciences de Paris a fini par suivre le mouvement. Elle a
contribué pour une bonne part à financer la statue avec l’aide du Ministère
de l’Instruction publique et coordonné la souscription internationale avec
Jean-Albert Gauthier-Villars comme trésorier du Comité. Après avoir cir-
culé pendant près de six ans, la souscription a récolté 99 572 Francs grâce à
des fonds venus de France, d’Alsace, d’Allemagne, d’Autriche-Hongrie, de
Grande-Bretagne, de Belgique, des États-Unis d’Amérique, de Grèce, de
Hollande, d’Italie, du Mexique, de Norvège, du Portugal, de Roumanie, de
Russie, de Serbie, de Suède et de Suisse. La statue, commandée au sculpteur

16. Comptes rendus de l’Académie des sciences, 119, 1894, p. 1036 ; voir aussi 1895,
120, p. 766 ; 1896, 123, p. 333 ; 1899, 129, p. 855-859 ; p. 985-86.
17. HINRICHS Gustavus, Centenary Commemoration of Antoine Lavoisier, 1794-
may 8th-1894.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
09-Chap08:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 162

162 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

Louis-Ernest Barrias, membre de l’Institut de France, a été inaugurée en


grande pompe, le 27 juillet 1900, durant l’Exposition universelle et en pré-
sence des participants au Quatrième Congrès international de chimie qui se
tenait à Paris18. Situé sur la place de la Madeleine, face à la Rue Tronchet, à
l’emplacement même où se trouvait la dernière habitation de Lavoisier, le
monument se composait d’une statue en bronze d’un Lavoisier debout, le
bras droit tendu au loin et touchant de la main gauche des cornues et autres
instruments. Sur le socle en granit, deux bas-reliefs, œuvres de Gehrardt,
illustraient les travaux de Lavoisier. Sur l’un d’eux, Lavoisier est représenté
en situation de recherche, dans son laboratoire en présence de Madame
Lavoisier, assise à une table en train de noter des comptes rendus d’expé-
rience dans le registre de laboratoire. Cette allusion à la collaboration des
époux est un détail intéressant car même si Madame Lavoisier est présente
dans toutes les mémoires grâce au fameux tableau peint par Louis David,
elle est rarement évoquée dans les vignettes biographiques de Lavoisier de
la littérature de science populaire. Plus inhabituelle encore est la présence
en arrière-plan d’un garçon de laboratoire portant une lourde cuve à mer-
cure. Malgré leur rôle essentiel dans la vie de laboratoire, les techniciens et
assistants sont, en effet, souvent absents des récits héroïques consacrés aux
savants19. L’autre bas-relief représente Lavoisier exposant ses travaux sur la
calcination du mercure devant ses collègues de l’Académie : au premier
plan est assis Monge, près de Lagrange, Condorcet, Berthollet, Vicq d’Azyr,
Laplace, Lamarck et Guyton de Morveau. Même si une telle rencontre n’a
probablement jamais eu lieu, la scène est intéressante parce qu’elle repré-
sente Lavoisier en contexte institutionnel, dans un collectif de brillants
savants alors que les discours commémoratifs exaltaient toujours l’image-
rie du savant solitaire, génie incompris à grand renfort de comparaisons
avec Copernic ou Galilée.

18. On peut visualiser cette statue ainsi que celle de Ossip Zadkine sur le site créé
par Marco Beretta consacré à l’iconographie de Lavoisier : http://moro.imss.fi.it/
lavoisier–iconografiaGb.asp. Voir aussi le catalogue imprimé : Marco BERETTA,
Imaging a Career in Science. The Iconography of Antoine Laurent Lavoisier, Canton
Mass, Science History Publications/USA, 2001.
19. Steven SHAPIN, « The House of experiment in seventeenth-century England »,
in Isis, 79, 1988, p. 373-404

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
09-Chap08:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 163

LAVOISIER PAR DOCUMENTS ET MONUMENTS. DEUX CENTS ANS DE COMMÉMORATIONS 163

L’ironie, comme bien souvent, se loge dans les détails de l’histoire. Au


moment où le gouvernement français, assisté ou plutôt aiguillonné par la
communauté chimique internationale, semblait enfin « réparer » le crime
de la Terreur, Berthelot, chargé de prononcer le discours d’inauguration, au
titre de Secrétaire perpétuel de l’Académie, fut porté défaillant. Gaston
Darboux a donc lu à sa place le discours qui reprend la question, discutée
dans l’introduction du livre de Berthelot, des mérites comparés du collectif
des chimistes et du génie de Lavoiser20. Le maire de Paris recevant le monu-
ment offert par Henri Moissan, Secrétaire du Comité Lavoisier, déclara :
« La piété du monde savant l’a élevé, la piété de Paris saura le conserver21 ».
Hélas, la piété des Parisiens n’a pu arrêter l’ardeur belliqueuse des troupes
nazies occupant Paris durant la Deuxième Guerre mondiale. Et tandis que
plusieurs pays s’apprêtaient à commémorer le bicentenaire de la naissance
de Lavoisier en 1943, la statue fut fondue et le monument détruit22.

UNE « SCIENCE FRANÇAISE »

Bien que motivé par les circonstances de la guerre, le destin de la statue


de Lavoisier s’inscrit dans la continuité d’un long affrontement entre les
patriotismes allemands et français. En 1869, le chimiste alsacien Charles
Adolphe Wurtz, écrivait :
La chimie est une science française : elle fut constituée par Lavoisier,
d’immortelle mémoire. Pendant des siècles, elle n’avait été qu’un recueil
de recettes obscures, souvent mensongères, à l’usage des alchimistes, et
plus tard, des iatrochimistes. Vainement un grand esprit, E.G. Stahl, avait
essayé, au commencement du XVIIIe siècle, de lui donner une base scien-
tifique. Son système ne put résister à l’épreuve des faits et à la puissante
critique de Lavoisier23.

20. BERTHELOT Marcellin, « Inauguration du monument érigé à Lavoisier, par une


souscription internationale, le 27 juillet 1900 », in Comptes rendus de l’Académie des
sciences, n° 131, 1900, p. 305-316.
21. Propos rapportés in La Nature, n° 28, 4 août 1900, p. 145-146.
22. Sur les commémorations de 1943, on trouve trace d’une exposition, ou d’un
projet d’exposition, au Palais de la découverte (Archives de l’Académie des sciences,
Fonds Lavoisier, dossier 2) ; à l’étranger voir Chemical Age, n° 49, 1943, p. 193-194.
23. WURTZ C.A., Histoire des doctrines chimiques depuis Lavoisier jusqu’à nos jours,
Paris, Hachette, 1869, p. 1.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
09-Chap08:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 164

164 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

Dans un contexte de tensions, à la veille de la guerre franco-prussienne,


cette déclaration posant clairement une compétition pour le titre de fonda-
teur entre le Prussien Stahl, inventeur de la doctrine du phlogistique, et le
Français Lavoisier, a été lue comme une provocation. Deux chimistes alle-
mands, Hermann Kolbe, professeur à Leipzig, éditeur du Journal für
Praktische Chemie, et Jacob Vohlard, professeur à l’Université de Munich,
ripostent aussitôt. Dans l’ardeur de Wurtz à défendre les gloires du passé,
Kolbe voit l’aveu des faiblesses de la chimie française, humiliée par la puis-
sance de la chimie organique allemande24. Quant à Vohlard, il présente
Lavoisier comme un amateur dilettante, qui a su habilement exploiter les
résultats expérimentaux de ses contemporains25.
Ces propos virulents sont cependant restés marginaux. De Russie, les chi-
mistes récemment regroupés au sein de la Société chimique russe, élèvent
une protestation contre les propos nationalistes de Vohlard et de Kolbe. La
plupart des chimistes allemands se désolidarisent également : Albert
Ladenburg, par exemple, publie en 1871 une histoire de la chimie, qui com-
mence par Lavoisier, « investigateur génial », origine de la chimie
moderne26.

24. KOLBE Hermann, Journal für Praktische Chemie, n° 110, 1870, p. 173-183 ; voir
aussi METZGER Hélène, « Introduction à l’étude du rôle de Lavoisier dans l’histoire
de la chimie », in Archeion, n° 14, 1932, p. 31-50 ; ROCKE Alan J., The Quiet revolu-
tion. Hermann Kolbe and the Science of Organic Chemistry, Berkeley, University of
California Press, 1993, p. 340-352 ; ROCKE Alan J. et E. HEUSER (éds), Justus Liebig
und Hermann Kolbe in ihren Briefen, Mannheim, Bionomica, 1994.
25. VOHLARD J., « Die Begründung der Chemie durch Lavoisier », in Journal für
praktische Chemie, n° 110, 1870, p. 1-47 ; ROCKE Alan J. (1990) « Between two
stools : Kopp, Kolbe, and the history of chemistry », in Bulletin for the History of
Chemistry, n° 7, 1990, p. 19-24 ; ROCKE Alan J., « History and Science, History of
Science. Adolphe Wurtz and the Renovation of the Academic Professions in
France », in Ambix, n° 14, 1994, p. 20-32.
26. LADENBURG Albert, Histoire du développement de la chimie depuis Lavoisier jus-
qu’à nos jours, Paris, Hermann, 1911. L’ouvrage publié initialement sous le titre
Vorträge über die Entwicklungs geschihte der Chemie in der letzen hundert Jahren
(1869) est réédité dix ans plus tard avec une référence à Lavoisier dans le titre Vorträge
über die Entwicklungs geschihte der Chemie von Lavoisier bis zur Gegenwart (1979).

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
09-Chap08:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 165

LAVOISIER PAR DOCUMENTS ET MONUMENTS. DEUX CENTS ANS DE COMMÉMORATIONS 165

Au bilan, le résultat le plus manifeste de la polémique déclenchée par la


petite phrase de Wurtz fut de transformer les études historiques sur
Lavoisier en un champ de bataille entre la France et l’Allemagne. Il est à
remarquer que ces tensions nationalistes accompagnent le développement
d’une histoire professionnelle, fondée sur le traitement des sources et docu-
ments27. Les normes de la discipline historique, qui se développent, en
France comme en Allemagne, dans la deuxième, du XIXe siècle, sont large-
ment adoptées et respectées par les chimistes historiens de leur discipline,
comme en témoignent aussi bien Berthelot que Grimaux. Mais elles n’assu-
rent en rien un climat de neutralité et semblent plutôt offrir une nouvelle
occasion de conflit entre nations rivales.
À la veille de la Première Guerre mondiale, la polémique fait rage. À qui
doit revenir le titre de fondateur de la chimie ? Tel est l’enjeu de la contro-
verse qui se transporte dans le monde des thèses universitaires et mobilise
un impressionnant appareil critique d’historiens. Répondant à la thèse d’un
érudit allemand, Max Speter sur les précurseurs de Lavoisier, une thèse en
Sorbonne soutenue par René Lote oppose la science allemande, fondamen-
talement mystique, obscurantiste, illustrée par Stahl, au rationalisme scien-
tifique français personnifié par Lavoisier. La longue résistance des chimistes
allemands à la théorie de Lavoisier devient le combat du mysticisme contre
la raison, des instincts germaniques contre l’intelligence française28.
Lorsqu’en pleine guerre, Pierre Duhem fait paraître un livre intitulé La
Chimie est-elle une science française ? on peut sans peine deviner sa réponse
sans ouvrir le livre. Et pourtant, tout en magnifiant Lavoisier, Duhem ne

27. KEYLOR William R., Academy and Community. The foundation of the French
Historical Profession, Cambridge, Harvard University Press, 1975 ; CARBONNELL
Charles-Olivier, Histoire et historiens. Une mutation idéologique des historiens
français, 1865-1885, Toulouse, Privat, 1976. Sur les chimistes-historiens du XIXe siè-
cle voir RUSSELL C., « Rude and Disgraceful Beginnings : A view of History of
Chemistry from the Nineteenth Century », in British Journal for the History of
Science, n° 21, 1988, p. 273-294 ; LAUDAN Rachel, « Histories of the Sciences and
Their Uses. A review to 1913 », History of Science, n° 31, 1993, p. 1-34.
28. LOTE René, Les Origines mystiques de la science allemande, Paris, Alcan, 1913.
Cet ouvrage d’histoire s’inscrit dans un vaste ensemble de publications de Lote sur
l’« esprit allemand ».

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
09-Chap08:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 166

166 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

restaure pas l’idée d’une révolution-fondation de la science chimique et


souligne au contraire la valeur scientifique de la chimie stahlienne. Luttant
contre un partage simpliste de l’histoire de la chimie, Duhem développe
une vision continuiste plus proche de celle des chimistes allemands : « La
chimie de Stahl a vraiment préparé la chimie de Lavoisier ; celle-ci pour se
développer, a dû briser celle-là, mais comme le chêne, pour croître, fait écla-
ter le gland29 ». À la suite de Duhem, plusieurs historiens et philosophes des
sciences, comme Émile Meyerson puis Hélène Metzger ont largement
démontré que la chimie prélavoisienne était bien autre chose qu’une téné-
breuse alchimie, un recueil de recettes ou un fatras d’erreurs30.

DEUX SIÈCLES APRÈS

En 1994, une nouvelle statue de Lavoisier fut inaugurée. Il s’agit d’une


œuvre d’Ossip Zadkine commandée quarante ans auparavant par la Société
chimique de France. Modeste par sa taille et discrète par son emplacement
dans les feuillages du jardin de la Maison de la chimie, à Paris, elle a peut-
être plus de chance d’échapper aux tempêtes de l’histoire nationale qui
semblent s’acharner sur Lavoisier !
Les célébrations du bicentenaire, sans être tapageuses, furent néanmoins
nombreuses. Une exposition préparée par l’Académie des sciences à partir
de documents d’archives, a circulé dans toute la France. Le colloque inter-
national de l’Académie des sciences, réunissant chimistes et historiens à
Paris du 3 au 6 mai 1994 s’est achevé par une visite des propriétés de
Lavoisier dans le Blaisois31. Dans un genre moins sérieux, des écoles et

29. DUHEM Pierre, La Chimie est-elle une science française ? Paris, Éditions
A. Hermann et Fils, 1916, p. 7.
30. MEYERSON Émile, De l’explication dans les sciences, Paris, Payot, 1921 ;
METZGER H., Histoire des doctrines chimiques en France du début du XVIIe à la fin du
XVIIIe siècle, Paris, PUF, 1923 et La Philosophie de la matière chez Lavoisier, Paris,
Hermann, 1935.
31. Les actes du Colloque ont été publiés par l’Académie des sciences,
DEMEULENAERE-DOUYÈRE C., (dir.), Il y a deux cents ans Lavoisier, Paris et Blois 3-6 mai,
Paris, Tec-Doc Lavoisier, 1995.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
09-Chap08:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 167

LAVOISIER PAR DOCUMENTS ET MONUMENTS. DEUX CENTS ANS DE COMMÉMORATIONS 167

lycées portant le nom de Lavoisier ont aussi tenu à célébrer le héros épo-
nyme de leur établissement. Par exemple, le lycée Lavoisier de Paris a pro-
duit un film, des jeux divers et un quiz, une pièce de théâtre et reproduit
certaines des expériences célèbres de Lavoisier. Le destin de Lavoisier sti-
mula la créativité de quelques élèves de cours moyen à Châlons-sur-Marne
qui – avec l’aide de leur professeur sans doute – ont conçu et joué un petit
drame. Au-delà des limites de l’hexagone, ce bicentenaire fut commémoré
par une foule de congrès et conférences de l’Italie jusqu’au Mexique en pas-
sant par l’Angleterre et les États-Unis. Pourquoi tant d’ardeur commémo-
rative ? Qui célèbre-t-on au juste ? Quel souvenir veut-on réveiller ? À quoi
et à qui servent ces commémorations ?
Dans certains cas, le nom de Lavoisier n’était qu’un prétexte pour tenir
une réunion essentiellement consacrée à la chimie contemporaine32. En
d’autres cas, ce sont les historiens des sciences qui utilisaient le prétexte de
la commémoration pour réunir les spécialistes de la révolution chimique,
pour faire le point sur trente ans d’historiographie33.
Sur l’événement à commémorer, les sensibilités divergent. Faut-il attacher
la célébration à la mort de Lavoisier, le 8 mai 1794, sur la guillotine ou bien
à la publication du Traité élémentaire de chimie, qui symbolise une révolu-
tion scientifique au même titre que le De Revolutionibus de Copernic ou les
Principia Mathematica de Newton ? En France, on a célébré les deux puis-
qu’un colloque avait déjà été organisé en 1789 par l’École polytechnique34.
En Espagne, au Portugal, en Italie, en Suisse et en Belgique, c’est la mort tra-
gique de Lavoisier sur la guillotine qu’on rappelle, alors qu’aux États-Unis

32. Tel fut le cas par exemple du Congrès de la Société française de chimie tenu à
Lyon en septembre 1994 ou du congrès organisé par l’Université Xochimilcayo de
Mexico « Lavoisier entre Europa y America : Las Ciencias Químicas y Biológicas
200 Años y despuès ».
33. C’est le cas, par exemple, du congrès organisé à l’École de Physique et de chimie
industrielle de Paris par la Fondation européenne des sciences les 9-10 mai 1994 sur
la diffusion de la nomenclature réformée par Lavoisier dont les actes ont été
publiés : BENSAUDE-VINCENT B., ABBRI F. (dir.), (1995) Lavoisier in European
Context. Negotiating a New Language for Chemistry, Science History Publication,
1995, ou du numéro spécial dirigé par Patrice Bret, de la Revue d’Histoire des
Sciences, 1995, p. 48.
34. GOUPIL Michelle (dir.), Lavoisier et la révolution chimique, Sabix, École poly-
technique, 1992.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
09-Chap08:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 168

168 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

comme en Angleterre, l’effervescence commémorative a atteint son apogée


en 198935.
Deux traits dominent dans l’ensemble des commémorations du bicente-
naire. Malgré une reconnaissance universelle, Lavoisier est célébré comme
un savant français. Ce caractère national ressort par contraste avec l’image
de Louis Pasteur, célébré comme un savant bienfaiteur de l’humanité dans
son ensemble. Il est significatif qu’on ait choisi une organisation internatio-
nale comme l’UNESCO pour commémorer le centenaire de la mort de
Pasteur en 1995. Le souvenir de Lavoisier reste profondément lié à l’histoire
de France à cause de sa mort tragique sur la guillotine pendant la Terreur.
Mais Lavoisier n’est pas pour autant célébré comme un héros national. Il
n’a jamais été question de transférer ses cendres au Panthéon à l’occasion
du bicentenaire comme on le fit pour Pierre et Marie Curie.
S’il n’est plus guère présenté comme un héros de la patrie, en revanche
Lavoisier est célébré comme un héros fondateur. Sous la coupole de
l’Académie des sciences, les orateurs ont décliné ce thème sur plusieurs
registres : Lavoisier fut successivement présenté comme le fondateur de la
chimie moderne, le fondateur de l’agronomie, le fondateur de la physiolo-
gie ou du moins de cette partie qu’on appelle la bio-énergétique, et le fon-
dateur de la méthode scientifique expérimentale. En France, la chimie est
tellement personnifiée par Lavoisier que l’année du bicentenaire de la mort
de Lavoisier a été décrétée « année de la chimie ». Si forte est l’image du
génie fondateur, que le président du Comité Lavoisier n’hésita point à ima-
giner que si Lavoisier n’avait pas connu une mort prématurée il aurait
« favorisé l’émergence de la théorie atomique et de la chimie structurale et
moléculaire36. »
Le portrait du fondateur, novateur inconditionnel, dressé par les acadé-
miciens contrastait singulièrement avec les réévaluations patientes de
l’œuvre de Lavoisier, dans le contexte global de la chimie du XVIIIe siècle,

35. DONOVAN Arthur (ed), « The Chemical revolution : essays and reinterpreta-
tions », in Osiris, n° 4, 1988. Voir aussi le numéro spécial du Bulletin of the History
of Chemistry, 5, 1989.
36. KAGAN Henri, « Lavoisier chimiste », in Il y a deux cents ans Lavoisier, op. cit.,
p. 9.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
09-Chap08:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 169

LAVOISIER PAR DOCUMENTS ET MONUMENTS. DEUX CENTS ANS DE COMMÉMORATIONS 169

comme dans le milieu local de l’Académie royale de Paris, présentées par les
historiens professionnels. Malgré les divergences d’interprétations qui peu-
vent se manifester dans l’historiographie contemporaine sur le sens et la
portée de la révolution chimique, tous les spécialistes de Lavoisier s’accor-
dent à dénoncer comme naïve l’idée d’une fondation de la chimie par
Lavoisier. Les historiens de la chimie des Lumières ne peuvent décemment
pas prétendre que la chimie n’existait pas avant Lavoisier, qu’elle ne formait
qu’un ensemble incohérent de recettes pratiques, dénué d’assises expéri-
mentales37. Malgré l’abondance et la richesse de l’historiographie sur la
révolution chimique développée depuis les premières publications de
Henry Guerlac dans les années 1950, malgré une génération d’historiens
qui ont minutieusement analysé, décortiqué les mémoires et manuscrits de
Lavoisier, traqué les influences, l’image du fondateur unique et solitaire
reste bien vivante dans la communauté des chimistes. Les historiens peu-
vent multiplier les études montrant comment Lavoisier s’inscrit dans la tra-
dition de la chimie des Lumières et démontrer que les progrès
spectaculaires et rapides de la chimie du XIXe siècle n’étaient pas une consé-
quence directe de l’œuvre de Lavoisier, qu’ils mobilisent bien d’autres tra-
ditions, d’autres théories et d’autres pratiques de la chimie, ils peuvent
démentir un par un les éléments qui composent le portrait mythique de
Lavoisier, ils ont peu de chance de le démystifier.

37. Voir par exemple CROSLAND Maurice P., « Chemistry and the Chemical
Revolution », in The Ferment of Knowledge : Studies in the Historiography of
Eighteenth-Century Science, Éd. G.S. Rousseau and Roy Porter, Cambridge,
Cambridge University Press, 1980, p. 389-418. SMEATON W.A. (1989), « The Legacy
of Lavoisier », in Bulletin for the History of Chemistry, n° 5, p. 4-10 ; MELHADO Evan
M., « Metzger, Kuhn, and Disciplines », in Studies on Hélène Metzger, Leiden, New
York, E.J. Brill, 1990, p. 11-134. MELHADO Evan M., « Toward an understanding of
the chemical revolution », in Knowledge and Society : Studies in the Sociology of
Science Past and Present, n° 8, 1990, p. 123-37 ; HOLMES Frederic L., Lavoisier and
The Chemistry of Life. An Exploration of Scientific Creativity, Wisconsin University
Press 1985 ; HOLMES Frederic L., Eighteenth-Century Chemistry as an Investigative
Enterprise, Berkeley, University of California Press, 1989 ; DONOVAN A., Antoine
Lavoisier, Science, Administration and Revolution, Cambridge Mass, Blackwell,
1993 ; POIRIER Jean-Pierre (1993), Antoine-Laurent de Lavoisier, (1743-1794) Paris,
Pygmalion ; BENSAUDE-VINCENT Bernadette, Lavoisier, mémoires d’une révolution,
Paris, Flammarion, 1993 ; BERETTA Marco, The Enlightenment of Matter, Science
History Publications, USA, 1993.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
09-Chap08:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 170

170 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

La rencontre de deux portraits de Lavoisier au sein d’un même congrès


traduit bien le paradoxe des commémorations scientifiques. Scientifiques et
historiens y trouvent une occasion de se réunir, mais se trouvent en conflit,
latent ou patent. Les scientifiques parlent non pas du passé, mais au nom
du passé. Au nom d’un passé glorieux, ils mettent leur science en fête. Les
historiens de la science, quels que soient leurs choix philosophiques, s’effor-
cent de mettre en lumière le travail du temps, les déplacements, les petits et
grands changements. La commémoration pour les scientifiques s’inscrit
dans un temps immobile, le temps de la fête et des rituels. Elle vise essen-
tiellement à rapprocher le temps origine, le temps zéro, de l’actualité.
« Pouvez-vous me faire un article montrant l’actualité de Lavoisier », telle
était la demande habituellement formulée par les journaux et revues de vul-
garisation qui voulaient marquer le bicentenaire. Le rituel de commémora-
tion annihile toute l’épaisseur de l’histoire qui constitue le pain quotidien
des historiens.

RITES DE PASSAGE

On pourrait en rester à ce constat de divergence et conclure que les his-


toriens doivent se mobiliser pour faire la chasse aux mythes propagés par
les communautés scientifiques sur elles-mêmes. Il me semble toutefois que
les images de héros fondateur d’une discipline scientifique sont un phéno-
mène trop fréquent pour qu’on les écarte simplement au profit d’une ver-
sion réputée plus authentique des événements célébrés.
On pourrait encore conclure simplement qu’il y a deux types de rapport
au passé : la mémoire qui assure la maintenance du passé, et le représente,
au double sens du terme en français : en le rendant présent et en le mettant
en scène lors de cérémonies rituelles. L’histoire, par contraste, écrit le passé,
dans une construction narrative issue de sources et documents considérés
comme de simples traces à déchiffrer.
Cette dualité est celle-là même que soulignait Michel Foucault dans l’in-
troduction à l’Archéologie du savoir en opposant la discontinuité de l’his-
toire du savoir à la continuité de l’histoire proprement dite constituée en
grandes unités ininterrompues. Ce contraste est présenté comme l’une des
conséquences d’un nouveau mode de traitement des documents que

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
09-Chap08:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 171

LAVOISIER PAR DOCUMENTS ET MONUMENTS. DEUX CENTS ANS DE COMMÉMORATIONS 171

Foucault présentait comme une mutation épistémologique en cours dans


l’histoire :
Par une mutation qui ne date pas d’aujourd’hui mais qui n’est sans
doute pas encore achevée, l’histoire a changé de position à l’égard du
document : elle se donne pour tâche première, non point de l’interpré-
ter, non point de déterminer s’il dit vrai et quelle est sa valeur expressive,
mais de le travailler de l’intérieur, de l’élaborer : elle l’organise, le
découpe, le distribue, l’ordonne, le répartit en niveaux, établit des séries,
distingue ce qui est pertinent de ce qui ne l’est pas, repère des éléments,
définit des unités, décrit des relations. Le document n’est donc plus pour
l’histoire cette matière inerte à travers laquelle elle essaie de reconstituer
ce que les hommes ont fait ou dit, ce qui est passé et dont seul le sillage
demeure : elle cherche à définir dans le tissu documentaire lui-même des
rapports […]. Il faut détacher l’histoire de l’image où elle s’est long-
temps complue et par quoi elle trouvait sa justification anthropolo-
gique : celle d’une mémoire millénaire et collective qui s’aidait de
documents matériels pour retrouver la fraîcheur de ses souvenirs38.

C’est en faisant le deuil de sa fonction de mémoire que l’histoire peut


constituer des « tableaux », c’est-à-dire des séries aux rythmes et tempora-
lités hétérogènes et multiples. L’histoire du savoir a ainsi éclaté en tableaux
différenciés. La belle unité d’une histoire téléologique, avec sa référence
caractéristique à quelque événement origine, ou geste fondateur, avec sa
mise en scène dramatique des progrès de la conscience ou de l’accomplis-
sement de la rationalité a fait place à une multiplicité d’échelles de temps
distinctes et irréductibles qui se juxtaposent ou se chevauchent39.
La perspective foucaldienne conduit donc à considérer tout ce qui relève
de la mémoire ou du souvenir comme une histoire périmée, une histoire à
dépasser. S’ouvre alors un champ presque indéfini de constructions et
reconstructions possibles à partir du même « tissu documentaire ». Ce
qu’atteste la multiplicité des récits de la révolution chimique élaborés
depuis deux siècles.

38. FOUCAULT Michel, L’Archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969, p. 14.


39. Ibid., p. 16.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
09-Chap08:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 172

172 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

Mais qu’est-ce qui distingue ces récits de simples fictions à motifs histo-
riques ? Devant la multiplicité des strates d’interprétation de l’œuvre lavoi-
sienne, devant le poids des circonstances politiques ou guerrières, on
pourrait en venir à se demander si Lavoisier et la révolution chimique ont
encore quelque réalité. Qu’est-ce qui garantit l’authenticité des histoires
historiennes ? Plus généralement, comment assumer un constructivisme
relativiste sans sacrifier du même coup le réalisme du passé ?
Affrontant cette question ontologique dans Temps et récit III, Paul Ricœur
souligne l’importance des médiations. Pour construire l’histoire, que
Ricœur définit comme l’élaboration d’un « tiers-temps » entre temps vécu
et temps cosmologique, il faut des procédures de connexion, telles que le
calendrier, la suite des générations et les archives ou documents. Or, chacun
de ces médiateurs mobilise directement la mémoire : le souvenir des ori-
gines est réactivé dans le calendrier ; les récits des ancêtres font le pont entre
passé historique et mémoire individuelle ; enfin, au feu de la critique idéo-
logique, les traces et documents se sont révélés l’expression d’une logique
de pouvoir ou de domination. Perdant son privilège d’objectivité, « le docu-
ment est monument », selon l’expression de Jacques Le Goff.
Autant la notion de mémoire collective doit être tenue pour une
notion difficile, dénuée de toute évidence propre, autant son rejet
annoncerait, à terme, le suicide de l’histoire. En effet la substitution
d’une science historique nouvelle à la mémoire collective reposerait sur
une illusion documentaire qui ne serait pas foncièrement différente de
l’illusion positiviste qu’elle croit combattre40.

C’est dire qu’il n’est point d’histoire sans mémoire. Il n’y a donc pas d’op-
position entre la mémoire des communautés scientifiques et les tableaux
historiques brossés par les historiens professionnels. Non seulement parce
que la mémoire constitue la matière première que travaillent les historiens,
façonnant leur propre tableau à partir d’un mixte de souvenirs et d’amné-
sies, mais aussi parce que l’appareil scientifique et la rigueur critique des
historiens ne leur confèrent aucune transcendance à l’égard de ces jeux de

40. RICŒUR Paul, Temps et récit, III, Paris, Éditions du Seuil, 1985, chapitre 3,
p. 216.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
09-Chap08:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 173

LAVOISIER PAR DOCUMENTS ET MONUMENTS. DEUX CENTS ANS DE COMMÉMORATIONS 173

mémoire. Les commémorations et la formation corrélative d’un calendrier


spécifique à chaque discipline agissent comme médiateurs entre la
mémoire et l’histoire. Ce sont des rites de passage au sens où leur principale
fonction est de maintenir poreuse la paroi qui sépare le temps individuel
des acteurs et témoins du temps public des avancées de la connaissance41.
C’est parce que le savoir, comme toute activité, sans doute, se construit sur
des échelles de temps hétérogènes que nous avons besoin de tels échan-
geurs. À ce titre, loin de constituer des légendes faisant obstacle à la recons-
truction du passé « réel », les commémorations fonctionnent comme de
subtils mécanismes destinés à garantir l’authenticité du passé reconstruit, à
lester d’une réalité les récits historiens, à les démarquer de la fiction. Ces
cultes et rituels aux allures religieuses, si « tribaux » qu’ils attirent les
anthropologues, sont moins un obstacle qu’une condition à la promotion
d’une histoire savante si, du moins, renonçant à s’ériger en tribunal, l’his-
torien se donne pour tâche de démêler les pelotes de significations et de
fonctions qui entourent certains événements du passé.

41. La popularité dont jouissent les mémoires autobiographiques écrits par des
scientifiques me paraît relever de la même fonction : établir un pont entre les noms
propres et la connaissance collective, entre le temps d’une vie humaine et la longue
coulée du savoir.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
09-Chap08:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 174

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
10-Chap9:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 175

« Pur » et « appliqué » :
une invention à dépasser

entre « pur » et « appliqué » est une évi-

À
NOS YEUX LA DISTINCTION
dence : d’un côté une recherche à finalité cognitive ; de l’autre, une
explication des connaissances acquises dans un but utilitaire.
Pourtant l’affirmation d’une identité commune à la science et aux arts chi-
miques est une idée récente et durement conquise. En effet, dans la littéra-
ture chimique au début du XVIIIe siècle, on trouvait plutôt le couple
théorique et pratique et le couple science et arts qui furent évincés vers le
milieu du XIXe siècle par les expressions « chimie pure » et « chimie appli-
quée ». Or ce glissement sémantique présente une particularité. Les catégo-
ries qui organisaient la chimie au XVIIIe siècle sont d’origine philosophique :
l’une issue de la philosophie grecque, l’autre de la scolastique. Au contraire,
les concepts de « pur » et « appliqué » ne semblent pas empruntés à une
philosophie et ne sont même pas, semble-t-il, intégrés aux discours philo-
sophiques contemporains.
Un bref rappel des catégories philosophiques voisines, en vigueur à la fin
du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle éclaire le problème. Chez Kant, le
« pur » s’oppose à l’« empirique » et non à l’appliqué. C’est justement parce
que la chimie n’est pas « pure » que Kant lui refuse le titre de science en 1786,
dans la préface des Premiers principes métaphysiques de la science de la nature

Le début de ce chapitre reprend un article paru dans Culture technique, n° 23, « La


chimie, ses industries et ses hommes », juin 1991, p. 16-31.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
10-Chap9:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 176

176 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

À proprement parler on ne peut appeler science que celle dont la cer-


titude est apodictique, une connaissance qui n’offre qu’une certitude
empirique, n’est appelée qu’improprement savoir. La totalité de la
connaissance qui est systématique peut déjà, pour cette raison, être
appelée science et même science rationnelle si la liaison de la connais-
sance dans ce système constitue un enchaînement de raisons et de consé-
quences. Mais si finalement ces raisons ou ces principes sont, comme
dans la chimie par exemple simplement empiriques et, si les lois, en
vertu desquelles on explique par raison les faits donnés, ne sont que des
lois d’expérience, ils ne comportent pas dans ce cas la conscience de leur
nécessité (et ne sont pas certains apodictiquement) et au sens strict la
totalité ne mérite pas le nom de science ; c’est pourquoi la chimie devrait
s’appeler art systématique plutôt que science1.

En 1797, Kant semble revenu sur ce jugement puisqu’il déclare qu’il n’y a
qu’une seule chimie, celle de Lavoisier. Il en vient à la traiter comme une
science rationnelle reposant sur des principes. Plus loin, Kant avoue qu’en
chimie comme en physique, des principes dérivés de l’expérience peuvent
être admis comme universels bien qu’ils ne présentent pas le même carac-
tère de nécessité que des principes a priori2. Ces deux allusions suggèrent
que Lavoisier a profondément changé le statut philosophique de la chimie,
mais pas au point de conduire Kant à qualifier la chimie de « pure ».
En 1830, Auguste Comte définissant l’objet de son Cours de philosophie
positive, utilise à plusieurs reprises la notion d’application mais non pas
celle de « science pure ». D’une part, il distingue deux types de sciences
naturelles :
Les unes abstraites, générales ont pour objet la découverte des lois.
[…] Les autres concrètes, particulières, descriptives et qu’on désigne
quelquefois sous le nom de sciences naturelles proprement dites, consis-
tent dans l’application de ces lois à l’histoire effective des différents êtres
existants3.

1. KANT Emmanuel, Premiers principes métaphysiques de la science de la nature,


Paris, Vrin, 1971, p. 9.
2. KANT Emmanuel, Doctrine du droit, Paris, Vrin, p. 81 et 89.
3. COMTE Auguste, Cours de philosophie positive, Paris, Hermann, t. 1, p. 45-48.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
10-Chap9:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 177

« PUR » ET « APPLIQUÉ » UNE INVENTION À DÉPASSER 177

Comte qui dénie toute spécificité aux secondes, n’en parle pas dans son
Cours. Il considère que « les applications les plus importantes dérivent
constamment des théories formées dans une simple intention scienti-
fique ». D’autre part, Comte utilise la distinction générale entre « spécula-
tion » et « action », à laquelle il fait correspondre deux catégories de
connaissance théorique et pratique, le couple de catégories sous-tend la
fameuse formule du positivisme : « science d’où prévoyance, prévoyance
d’où action ». Tout en admettant qu’au temps de Bacon, on a progressé en
concevant la connaissance « comme véritable base rationnelle de l’action de
l’homme sur la nature », Comte déplore l’utilitarisme de son siècle qui
réduit les sciences à cette fonction, ignorant leur destination essentielle qui
est de connaître les lois des phénomènes. L’autorité des recherches théo-
riques par rapport aux besoins pratiques appelle, dit Comte, un médiateur
entre science et arts, concrétisé dans une forme sociale nouvelle, l’ingénieur,
« dont la destination spéciale est d’organiser les relations de la théorie et de
la pratique4 ». Mais de science pure, il n’est pas question. Le couple science
pure et science appliquée n’appartient pas à la réflexion des philosophes sur
les sciences.

UNE ORIGINE LOCALE

Ce couple est formé dans une localité encyclopédique, et non dans une
réflexion sur l’ensemble du savoir encyclopédique. Les mathématiciens du
XVIIe siècle ont d’abord introduit la notion de mathématiques mixtes qui
étudient des êtres réels sous le rapport de la quantité et au XVIIIe siècle
Bernouilli et d’Alembert distinguent clairement les mathématiques pures
des mathématiques mixtes5. Malgré l’origine chimique de ces deux qualifi-
catifs « mixte » et « pur », les chimistes empruntent aux mathématiciens la
notion d’un savoir pur, non mélangé, mais ils modifient profondément la

4. Ibid., p. 46-47.
5. Voir PASSERON Irène, « D’Alembert refait le Monde (Phys.) : parcours dans les
mathématiques mixtes », in Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, n° 40-41,
« Les branches du savoir dans l’Encyclopédie » (en ligne), mis en ligne le 21
décembre 2006 : http://rde.revues.org/document349.html.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
10-Chap9:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 178

178 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

dichotomie en opposant le pur à l’appliqué. La distinction ainsi modifiée


leur permet de résoudre un problème spécifique à leur histoire, car en chi-
mie les pratiques techniques sont largement antérieures à l’élaboration
scientifique.
Les expressions « chimie pure » et « chimie appliquée » ont une origine
assignable en précision. Le chimiste suédois Johan Gottschalk Wallerius,
titulaire en 1750 d’une chaire de chimie, de médecine et de pharmacie à
l’Université d’Uppsala, utilise ces expressions dans un traité de chimie
publié en 1751. D’après Christoph Meinel, cette dichotomie correspond à
une tentative de légitimation de la chimie sur la scène académique6. Les
notions de pur et d’appliqué permettent un renversement stratégique : la
priorité chronologique des arts chimiques – teinturerie, verrerie, métallur-
gie, pharmacie, etc., – est effacée au profit d’une dépendance logique des
arts à l’égard de la science. Le changement de statut participe, d’après
Meinel, de la tradition allemande et scandinave caractéristique des
Lumières qui mêle étroitement la chimie, le mercantilisme et le « kamme-
ralisme ». Les multiples traductions du traité de Wallerius ont permis une
large diffusion des expressions « pur » et « appliqué » notamment en
Allemagne et en Angleterre dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle.
Comme le souligne une étude de Robert Bud et Gerrylyn K. Roberts sur
l’Angleterre victorienne, c’est dans un contexte de promotion de l’enseigne-
ment de la chimie que les expressions « pur » et « appliqué » font fortune7.
La catégorie « chimie pure » justifie la création de cours de chimie dans
des formations généralistes autant que professionnelles. Car paradoxale-
ment, c’est au nom de son utilité que la chimie est promue comme une
science pure.
Qu’en est-il en France ? Bien qu’on trouve dans l’Encyclopédie l’idée géné-
rale d’application d’une science à d’autres domaines, la notion d’exploita-

6. MEINEL Christoph, « Theory or practice ? The eighteenth-century debate on


the scientific status of chemistry », in Ambix, n° 3, 1983, p. 121-32. Voir aussi
« Reine und angewandte Chemie. Die entstehung einer neuen
Wissenschaftskonzeption in der Chemie der Aufklârung », in Berichte zur
Wissenschaftsgeschichte, n° 8, 1985, p. 25-45.
7. BUD Robert, ROBERTS Gerrylynn, Science versus Practice. Chemistry in Victorian
Britain, Manchester, Manchester University Press, 1984.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
10-Chap9:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 179

« PUR » ET « APPLIQUÉ » UNE INVENTION À DÉPASSER 179

tion utilitaire d’un savoir autonome, n’apparaît qu’à l’époque révolution-


naire. Meinel la situe dans L’Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’es-
prit humain de Condorcet. Toutefois ce texte ne contient pas les formes
adjectivales pur et appliqué qui n’entrent en usage qu’au début du XIXe siècle.
Dans quel contexte, et quelles circonstances la France a-t-elle adopté la
distinction chimie pure et chimie appliquée ? Que traduit-elle ? Quels
intérêts servait-elle, qui pourraient expliquer son effacement vers la fin du
XXe siècle ?

1750 : SCIENCE ET ARTS EN INTERACTION

Voyons pour commencer quelle était la situation antérieure à l’entrée en


scène des notions de science pure et appliquée. Vers le milieu du XVIIIe siècle
la majorité des traités de chimie publiés en France comprennent une partie
théorique et une partie pratique. La distinction semble admise par tradition
et n’est pas, semble-t-il, remise en question. L’action (praxis) était bien dis-
tincte de la production (poiesis). Ce qu’on appelle « chimie pratique » ne
décrit pas les arts chimiques mais les opérations chimiques et les instru-
ments de laboratoire. En fait la distinction porte moins sur le contenu que
sur l’ordre d’exposition. Ainsi Pierre-Joseph Macquer publie un traité en
deux parties : la première, Éléments de chymie théorique (1749) expose la
chimie des affinités et inclut déjà un certain nombre de récits d’expériences
dans le corps de la théorie ; la deuxième partie, Éléments de chymie pratique
(1751) décrit un plus grand nombre d’opérations non pas dans l’ordre
logique – du simple au complexe, du connu à l’inconnu – mais plutôt selon
les lieux de pratiques chimiques.
L’union du laboratoire et de l’atelier est encouragée par le gouvernement
qui confie à l’Académie royale des sciences de Paris la recherche de solu-
tions à des problèmes très pratiques. Cette union est illustrée par la création
en 1731 du poste d’Inspecteur de la manufacture royale des Gobelins. D’où
une dynastie de chimistes qui sont chargés d’éclairer par la science les pra-
tiques artisanales mises en œuvre dans les manufactures du Royaume.
Charles-François de Cisternay du Fay, puis Jean Hellot, auxquels succèdent
Macquer puis Claude-Louis Berthollet, eurent tous pour mission d’élabo-
rer des interprétations scientifiques de la teinture sous forme de traités. Il

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
10-Chap9:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 180

180 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

n’est pas douteux que cette mission a dû familiariser ces chimistes avec les
ateliers, et qu’elle apporte une sorte de rationalisation des pratiques artisa-
nales. Ainsi L’Art de la teinture des laines et des étoffes de laine en grand et en
petit teint publié par Hellot en 1750 ; Macquer lui-même avance une théo-
rie de la liaison entre teinture et textile dans L’Art de la teinture en soie
(1763). Mais il est plus douteux que ces grands commis d’État soient par-
venus à articuler effectivement la science et l’art. Comme le souligne Agustí
Nieto-Galan, malgré la prolifération des traités sur la teinture qui combi-
nent théorie et pratique, le savoir théorique reste un ornement rhétorique
sans prise sur les pratiques d’atelier8. Deux cultures de la chimie coexistent
en dépit des belles déclarations sur l’utilité de la science. Est-il possible
d’évaluer l’utilité exacte de la science académique dans la configuration du
XVIIIe siècle ? Elle favorise peu l’innovation. Dans ses Éléments de l’art de la
teinture (1791), Berthollet propose une vaste synthèse ordonnée des procé-
dés observés et recueillis dans les ateliers. Ce traité qui fut un best-seller n’a
pas pour ambition de guider les artisans, ni même d’améliorer leurs
méthodes. Comme le précise le rapport de Lavoisier, il s’agit bien plutôt
d’« éclairer les artistes sur les principes de leur art pour qu’ils puissent
ensuite les perfectionner dans leur pratique9 ». Intégrer les diverses pra-
tiques et savoir-faire dans un cadre général pour classer et systématiser les
phénomènes, c’est cela qu’on entend par « éclairer » l’art par les lumières de
la science. D’innovation technique suscitée par la théorie chimique, il n’est
pas question10.

8. NIETO-GALAN Agustí, Colouring Textiles. A History of Natural Dyestuffs in


Industrial Europe, Dordrecht, Boston, Kluwer Academic Publishers, 2001,
chapitre 3.
9. BERTHOLLET Claude-Louis, Éléments de l’art de la teinture, Paris, 1791. Voir la
recension par Lavoisier, Œuvres, vol. IV, Paris, Imprimerie impériale, 1868, p. 545.
Sa lecture va contre l’optimisme scientifique de certains contemporains qui voient
dans cet ouvrage une illustration exemplaire des lumières que la science apporte à
l’art. Optimisme étrangement partagé par certains historiens notamment KEYSER
Barbara W., « Between science and craft : The case of Berthollet and Dyeing », in
Annals of Science, n° 47, 1990, p. 213-260.
10. FOX Robert, « Science, practice and innovation in the age of natural
dyestuffs », in BERG Maxime, KRISTINE Bruland (éds.), Technological Revolutions in
Europe : Historical Perspectives, Cheltenham, E. Elgar, 1998, p. 86-95.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
10-Chap9:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 181

« PUR » ET « APPLIQUÉ » UNE INVENTION À DÉPASSER 181

L’enjeu est ailleurs. Il y va du statut de la chimie. Car les rapports entre


science et arts sont un sujet sensible au niveau symbolique dans la lutte
pour la reconnaissance et la dignité qui est menée sur la scène de
l’Encyclopédie. Or ce combat, illustré par l’article « chymie » de Gabriel-
François Venel, ignore les catégories de « pur » et « appliqué » diffusées à la
même époque par un collègue suédois. Il mobilise une configuration bien
différente qui valorise le chimiste comme artiste. Venel commence par
dénoncer un double préjugé. Le premier, répandu parmi « les gens peu ins-
truits » consiste à confondre le chimiste et l’artisan verrier, céramiste ou
autre. Le second, plus grave aux yeux de Venel, consiste à confondre le chi-
miste avec « le manœuvre de l’expérience ». Venel dénonce pareillement la
réduction de la chimie aux arts et l’assimilation de la chimie à un empi-
risme aveugle. Il entend prouver qu’elle dispose d’une doctrine générale,
rivale et non servante de la mécanique, car fondée sur « le laboratoire de la
nature et de l’art ». Si Venel s’insurge contre la confusion entre science chi-
mique et arts chimiques, ce n’est pas pour proclamer leur indépendance. Au
contraire, il situe l’originalité de la chimie dans leur alliance. Il pense leur
relation en termes de général et particulier. La chimie – toujours au singu-
lier – est « une vaste source de connaissances naturelles » dont les arts ou
d’autres sciences font « une application particulière11 ». Mais cette relation
Venel ne la pense pas à sens unique. Il envisage leur interaction sous forme
de deux questions :
Les arts chimiques étant liés à la Chimie générale comme un tronc
commun, il se présente ici deux questions très importantes, ce me
semble. 1. Jusqu’à quel point chacun de ces arts peut-il être corrigé &
perfectionné par la science chimique ? 2. Combien la science chimique
peut-elle être avancée à son tour par les connoissances particulières pui-
sées dans l’exercice de chacun de ces arts ?
Quant à la première question, il est évident que le chimiste le plus
éclairé, le plus instruit, dirigera, réformera, perfectionnera un art chi-
mique quelconque, avec un avantage proportionnel à ses connoissances
générales, à sa science ; à condition néanmoins que sur l’objet particu-
lier de cet art il aura acquis cette faculté de juger par sentiment, qui s’ap-
pelle coup d’œil chez l’ouvrier, & que celui-ci doit à l’habitude de manier

11. VENEL, « Chymie », in Encyclopédie, t. III, Paris, 1753, p. 420.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
10-Chap9:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 182

182 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

son sujet ; car aucun moyen scientifique ne sauroit suppléer à cette habi-
tude : c’est un fait, une vérité d’expérience12.

À la première question la réponse est positive mais conditionnelle : les


lumières de la science éclairent l’atelier si et seulement si le chimiste possède
en outre l’habitude, la familiarité, la longue expérience de l’ouvrier. En
revanche, à la deuxième question, la réponse est nette et franche : la science
chimique ne peut se passer des ressources de l’art. Généralité et prévision,
ces deux caractères essentiels des énoncés scientifiques ne peuvent être
atteints sans l’habileté opératoire, le « coup d’œil », le bon sens d’un artiste.
Lui seul est capable d’éliminer les singularités, les caprices de la nature, les
résultats aberrants de mesure. Bref, de « stabiliser » les faits comme on dit
aujourd’hui.
En un mot, il faut être artiste, artiste exercé, rompu, ne fût-ce que pour
exécuter, ou pour diriger les opérations avec cette facilité, cette abon-
dance de ressources, cette promptitude, qui en font un jeu, un délasse-
ment, un spectacle qui attache, & non pas un exercice long & pénible,
qui rebute & qui décourage nécessairement par les nouveaux obstacles
qui arrêtent à chaque pas, & surtout par l’incertitude des succès. Tous ces
phénomènes isolés, ces prétendues bizarreries des opérations, ces varié-
tés des produits, toutes ces singularités dans les résultats des expériences,
que les demi-chimistes mettent sur le compte de l’art, ou des propriétés
inconnues des matières qu’ils employent, peuvent être attribuées assez
généralement à l’inexpérience de l’artiste, & elles se présentent peu aux
yeux du chimiste exercé. Il n’arrivera que très rarement à celui-ci, peut-
être même ne lui arrivera-t-il jamais d’obtenir un certain produit, et de
ne pouvoir jamais parvenir à le retirer une seconde fois des mêmes
matières13.

L’interaction entre science et art présente donc une nette dissymétrie ;


l’art est source de savoir pour la science : pas de savoir chimique sans
savoir-faire, pas de vue d’ensemble sans une curiosité minutieuse du détail.
Mais la relation inverse reste problématique. La science est certes utile pour

12. Ibid.
13. Ibidem.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
10-Chap9:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 183

« PUR » ET « APPLIQUÉ » UNE INVENTION À DÉPASSER 183

perfectionner, corriger, étendre les procédés de l’art, mais quant à savoir si


elle est capable d’inventer un art, cela reste une question. Ainsi la science
n’est ni antérieure ni supérieure aux arts. Pour Venel comme pour les autres
chimistes qui articulent quotidiennement les activités cognitives et pra-
tiques, ce sont deux manifestations de l’identité de la chimie, deux modes
d’expression de son originalité parmi les sciences de la nature.

1800 : LE « GÉNIE » DE LA SCIENCE CHIMIQUE

Changement de décor. Dans le Discours préliminaire à son monumental


Système des connaissances chimiques, Antoine de Fourcroy, ancien conven-
tionnel, qui fut membre du Comité de salut public aux heures les plus
chaudes, rappelle les exploits des chimistes révolutionnaires pour défendre
la patrie en danger :
Sans le génie de la science chimique, elle [la France] était menacée
d’une disette absolue dans ses moyens de défense. Une administration
active, et accoutumée à vaincre toutes les résistances […] conçoit l’es-
poir de trouver dans la chimie ce que la routine des ateliers ne peut lui
fournir, et ce que le commerce interrompu lui refuse. Elle appelle les
chimistes les plus éclairés, elle les réunit, leur fait connaître ses besoins
pressants autant qu’étendus, la confiance qu’elle a placée dans leurs
lumières et les secours qu’elle leur demande. Son attente n’a pas été
trompée : ses espérances se sont réalisées au-delà même du point où elle
les avait portées14.

Fini le temps des artistes habiles et créatifs inspirant les recherches chi-
miques. La science se définit par sa capacité d’adaptation et d’invention de
solutions pratiques, en contraste avec la routine qui domine dans les ate-
liers. Toute la fonction d’utilité de la chimie semble transférée des arts vers
la science. D’où une inversion des rapports décrits par Venel. Évoquant la

14. DE FOURCROY Antoine, Système des connaissances chimiques, Paris, Baudouin,


1800, vol. 1, p. XXJ.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
10-Chap9:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 184

184 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

collecte du salpêtre dans les caves durant les guerres révolutionnaires


Fourcroy conclut :
Voilà donc un fonds inépuisable de la matière la plus utile à la défense,
et la plus avantageuse à une foule d’ateliers et de manufactures, trouvé
pour jamais dans les connaissances chimiques15.

L’art n’alimente plus le savoir ; la science, en revanche fournit la matière


première des arts.
Cette relation unilatérale s’esquisse dans un contexte bien précis de mobi-
lisation des savants au service de la patrie. La chimie est présentée comme
une science-providence. Sa capacité à répondre aux besoins sociaux, à procu-
rer presque immédiatement une offre adéquate à la demande présuppose en
réalité quelques médiations que Fourcroy évoque d’ailleurs. Il s’agit d’une
administration éclairée qui gère et organise l’articulation entre savants et
fabricants et dont on sait qu’elle était en partie aux mains des chimistes
comme Guyton de Morveau, Prieur de la Côte-d’Or, et Fourcroy lui-même.
Deuxième élément de contexte : les services rendus par la science chimique
sont consécutifs à la révolution chimique que Fourcroy évoque plus que dis-
crètement en taisant le nom de Lavoisier et en l’attribuant à la France. Ainsi
scelle-t-il en quelques phrases une alliance entre la chimie et la France qui
lui permet de réclamer en échange des services rendus que l’État procure des
postes et des crédits pour que prospère la science chimique.
C’est à la France que sont dus le renouvellement, la restauration com-
plète et la perfection de cette belle science ; et s’il était juste qu’elle en
recueillit les fruits dans une grande occasion où il s’agissait de son exis-
tence et de son soutien, il est aussi naturel qu’elle voit former en son sein
les plus grandes entreprises destinées à augmenter les progrès de la chi-
mie et à en étendre les avantages16.

C’est donc une science en « bon état » qui fut bonne à tout faire pendant
la révolution française. Une science renouvelée par sa propre révolution que
Fourcroy présente dans son Système des connaissances chimiques comme

15. Ibid., p. XXIJ.


16. Ibid., p. XXIIJ.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
10-Chap9:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 185

« PUR » ET « APPLIQUÉ » UNE INVENTION À DÉPASSER 185

une science autonome, affranchie du joug de la médecine et de la pharma-


cie, émancipée de l’histoire naturelle. Ce traité devait d’après le discours
préliminaire comporter quatre parties : théorie de la science, histoire de la
science, pratique de la science et applications. Mais Fourcroy n’a pas suivi
ce plan idéal et présente son Système comme un ouvrage inachevé, incom-
plet, en dépit de ses cinq épais volumes. Seule est intégralement traitée la
partie théorique avec de-ci de-là quelques aperçus d’histoire et quelques
parenthèses sur les pratiques. Au bilan, la chimie qu’apprennent les chi-
mistes dans les années 1800 consiste en un système théorique avec des
« accessoires17 ». Encore faut-il ajouter que les menues injections de pra-
tique et d’applications sont moins destinées à familiariser le lecteur avec les
savoir-faire chimiques qu’à faire valoir la puissance de la théorie moderne :
« faire apercevoir en quoi les procédés actuels de l’art chimique diffèrent de
ceux qu’ils étaient autrefois », « exposer les grands avantages dont la culture
et l’étude approfondie de la chimie sont accompagnées ».
Bref, la science chimique est autonome, simplement embellie par la pra-
tique et les applications. Et Fourcroy ne s’est pas contenté de véhiculer ce
message dans un traité. En tant que responsable de la réforme de l’enseigne-
ment médical, il a redéfini le profil de la médecine et de la pharmacie
comme des techniques fondées sur la science chimique en même temps
qu’il créait les institutions qui les placent sous contrôle de l’État18.
On voit donc que l’émergence de la relation unilatérale entre science et
applications est autant solidaire d’une opportunité politique – la révolution
française – que de la révolution interne à la chimie. De fait Lavoisier lui-
même envisageait différemment les relations entre sciences et arts, si l’on en
juge par l’esquisse qu’il a laissée d’un programme d’enseignement. Ses
« Réflexions sur l’instruction publique » rédigées en 1793, prévoient l’intro-
duction de la chimie dans l’enseignement secondaire. Celui-ci est divisé en
deux filières répondant à deux orientations professionnelles : l’une destinée

17. Ibid., p. XXXVIIJ.


18. Sur l’histoire des relations entre chimie et pharmacie et l’importance de
l’événement révolutionnaire voir SIMON Jonathan, Chemistry, Pharmacy and
Revolution in France, 1777-1809, Aldershot, Ashgate, 2005.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
10-Chap9:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 186

186 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

aux fonctions publiques avec science, langue et littérature et l’autre destinée


aux « arts » avec un tronc commun – le dessin indispensable à tous les arts,
puis une structure arts mécaniques ou arts chimiques. Or le plan qu’il pro-
pose pour le cours d’art chimique est indépendant de la science chimique :
Le cours relatif aux arts chimiques devra commencer par une exposi-
tion des corps naturels qui sont en usage dans les arts, par une descrip-
tion de leurs qualités extérieures, par quelques explications sur leur
origine. Passant ensuite à l’emploi de ces substances simples, le profes-
seur fera voir que les opérations chimiques relatives aux arts peuvent se
classer, se décomposer comme les machines ; que ces opérations se rap-
portent à des combustions, à des décombustions, à des dissolutions, à
des cristallisations, à des précipitations, à des fermentations. Il aura
comme dans le cours des arts mécaniques, l’attention de commencer par
les généralités qui sont communes à un grand nombre d’arts, et de réser-
ver pour la fin de son cours les instructions relatives aux arts qui exigent
des développements particuliers19.

Lavoisier souligne beaucoup plus la proximité entre arts mécaniques et


arts chimiques qu’entre science et arts chimiques. La logique analytique du
simple au complexe est déplacée des substances vers les opérations, du
matériau vers le geste. Toutefois la suite du projet prenant l’Angleterre pour
modèle, souligne que la prospérité industrielle d’un pays ne dépend pas
seulement de ses ressources matérielles mais aussi de l’avancement de la
recherche, de « l’emploi des facultés de l’esprit20 ». Lavoisier propose la
création d’un corps de chercheurs fonctionnaires, sans charges d’enseigne-
ment, exclusivement voué à l’invention et à la publication21.

19. LAVOISIER, « Réflexions sur l’instruction publique présentées à la Convention


nationale par le Bureau de consultation des arts et métiers, suivies d’un projet de
décret », in Œuvres, vol. IV, Paris, Imprimerie impériale, 1868, p. 516-540, citation
p. 525.
20. Ibid., p. 528.
21. Cette proposition de créer un corps de savants salariés de la république
contemporaine du décret de fermeture des académies en août 1793, reprend celle
du mémoire « Observations sur l’Académie des sciences », in Œuvres, vol. IV,
op. cit., p. 617.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
10-Chap9:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 187

« PUR » ET « APPLIQUÉ » UNE INVENTION À DÉPASSER 187

Si la plupart des chimistes français semblent persuadés que la science chi-


mique conditionne la prospérité de la nation, tous ne partagent pas la
conviction de Fourcroy sur la dépendance des arts à l’égard des sciences.
Jean-Antoine Chaptal est l’auteur d’un traité intitulé Chimie appliquée aux
arts publié en 1807 et pourtant il s’insurge contre une application unilaté-
rale de la science dans les ateliers. Ce savant professeur à l’École de santé de
Montpellier qui est aussi manufacturier souligne la distance entre le labo-
ratoire et l’atelier. Tout en adoptant dans ses traités la logique analytique et
la nouvelle nomenclature des chimistes académiciens, il s’inquiète du
divorce entre le point de vue des savants et celui des fabricants.
Dans le discours préliminaire, il commence par exalter les bienfaits
qu’apporte la « nouvelle chimie » à la conduite des arts. La science est plus
encore qu’un flambeau qui éclaire la pratique, une source inépuisable d’arts
nouveaux, tels que le blanchiment des toiles et l’aérostation. Les principes
généraux permettent de faire l’économie d’une description détaillée de
chaque procédé technique. La chimie, écrit-il, est « devenue tout à coup une
science centrale d’où tout dérive et vers qui tout se réunit22 ». Cependant,
cette science ne répond pas aux besoins des industriels et Chaptal va jusqu’à
les mettre en garde contre une aveugle application des procédés inventés
par les chimistes de laboratoire.
Le fabricant pourrait aisément compromettre sa fortune et sa réputa-
tion s’il réglait sa conduite, ou fondait ses spéculations, sur quelques
résultats de laboratoire ou sur des apparences trompeuses. Ce n’est
qu’avec la plus grande circonspection qu’on doit porter dans les ateliers
les innovations, quelqu’avantageuses qu’elles paraissent23.

Chaptal estime que le chimiste de laboratoire ne maîtrise pas tous les


paramètres dont dépend le succès d’une innovation industrielle : marché,
main-d’œuvre, approvisionnement en matière première… Chaptal insiste
sur la foule de petits détails circonstanciels dont dépend la prospérité d’une

22. CHAPTAL Jean-Antoine, Chimie appliquée aux arts, Paris, Déterville 1807,
vol. 1, p. XIJ.
23. Ibid., p. XV.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
10-Chap9:Mise en page 1 4/11/08 14:45 Page 188

188 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

fabrique : la composition particulière du minerai local, la configuration du


paysage, un micro-climat… tous ces ingrédients constituent ce qu’il
nomme « le pouvoir des localités », lequel doit contrebalancer le pouvoir
des généralités scientifiques : « Le chimiste propose, le fabricant juge et
décide24 ». En soulignant le savoir irremplaçable que confère la pratique de
l’art, Chaptal est en un sens plus proche de Venel, son prédécesseur à
Montpellier, que de Fourcroy. Et de fait, la relation de dépendance instau-
rée par Fourcroy semble largement rhétorique : si l’on en juge d’après ce
qui se passe dans le domaine de la pharmacie que Fourcroy a tenté de trai-
ter comme une simple « science appliquée », l’innovation technologique,
autant que scientifique, repose en grande partie sur le savoir-faire des phar-
maciens en analyse25. L’expansion de la chimie dans les études de médecine
et de pharmacie se traduit bien plutôt par l’hybridation des cultures que par
une relation d’application. Résumons donc : vers le milieu du XVIIIe siècle la
littérature chimique présente toujours deux faces – théorique et pratique –
et tente l’articulation entre science et arts, sans vraiment subordonner les
seconds à la première. Vers 1800, sous la double impulsion de la révolution
chimique et de la révolution française, la science est ouvertement présentée
comme source d’inventions techniques mais cela n’implique pas en pra-
tique une relation unilatérale de dépendance des techniques chimiques à
l’égard de la science.

1850 : LA CHIMIE S’APPLIQUE

Un coup d’œil sur un corpus des manuels de chimie publiés en France


entre 1889 et 1865 révèle en même temps qu’une forte croissance du
nombre des titres vers les années 1830-1850, que l’expression « chimie
appliquée » fleurit, supplante de très loin les formules telles que « traité de
chimie avec ses applications à… ». Toutefois l’expression « chimie appli-
quée » – le plus souvent à l’agriculture – est parfois relayée dans les réédi-

24. Ibid., p. XX.


25. Voir TOMIC Sacha, Pratiques et enjeux de l’analyse chimique des végétaux : étude
d’une culture hybride (1790-1835), Thèse de l’Université Paris 10, 2003.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
10-Chap9:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 189

« PUR » ET « APPLIQUÉ » UNE INVENTION À DÉPASSER 189

tions par des expressions telles que « chimie agricole ». On trouve ainsi sur
le marché de l’édition une grande diversité de chimies : agricole, indus-
trielle, médicale, pharmaceutique, photographique, etc. Cette diversifica-
tion accompagne l’essor de l’enseignement de la chimie dans
l’enseignement secondaire, supérieur et professionnel. La notion de chimie
appliquée est avant tout une catégorie pédagogique utilisée dans l’élabora-
tion des programmes pour l’ouverture de nouveaux cours. Dans toute
l’Europe, la chimie appliquée permet la création de chaires de chimie dans
un ensemble de cursus très variés. La chimie s’applique au sens premier de
ce terme qui désigne une action de superposition d’où résulte le recouvre-
ment d’un espace. La chimie s’étale comme la peinture sur le mur et
recouvre un vaste champ de savoirs et de pratiques.
À s’appliquer aux domaines les plus divers de la technique, la chimie
aurait pu se fragmenter en multiples sous-disciplines. Or c’est le contraire
qui advint. La plupart des traités de chimie appliquée exposent largement
les bases de la science chimique dans ses assises théoriques tandis que la
partie pratique – les procédés de fabrication des produits, tels que la soude,
l’acide sulfurique, les chlorures décolorants, etc. – se trouve souvent réduite
à quelques pages ou lignes26. D’où ce paradoxe : ce qui s’invente dans cette
prolifération de cours de chimie appliquée, c’est le concept de chimie pure.
Comme le soulignent Bud et Roberts dans leur étude du Royal College of
Chemistry créé à Londres dans les années 1840 : « Ironiquement la disci-
pline chimique, promue pour son utilité intrinsèque, prospère comme une
science pure27 ». En France, l’invasion de la chimie pure dans les formations
même les plus techniques est favorisée par le cumul des fonctions, particu-
lièrement accentué dans la capitale du fait de la concentration d’instituts et
d’écoles et les faibles revenus des enseignants. Les chimistes cumulards
donnent plus ou moins le même cours à la Sorbonne, dans les écoles d’in-
génieurs ou à l’école de médecine, etc.

26. Cette éclipse des procédés pratiques est d’ailleurs plus marquée dans les
ouvrages d’enseignement que dans les ouvrages populaires qui accompagnent les
cours du soir, destinés aux industriels et ouvriers.
27. BUD Robert, Science versus Practice, op. cit., p. 16 ; ROBERTS Gerrylyn, « “A plea
for pure science” : the ascendancy of academia in the making of the English
chemist », in KNIGHT David, KRAGH Helge (éds.), The Making of the Chemist,
Cambridge, Cambridge University Press, 1998, p. 107-120.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
10-Chap9:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 190

190 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

En même temps qu’elle acquiert la réalité d’un dénominateur commun,


la science pure devient une valeur à défendre, un enjeu de revendications.
En Allemagne, par exemple, la promotion de la chimie universitaire est for-
tement marquée par la figure de Justus von Liebig qui, pendant plus de
vingt-cinq ans, a formé aux opérations d’analyse des dizaines de chimistes
venus étudier du monde entier28. Or, alors même qu’il forme des chimistes
professionnels qui irriguent les officines, les manufactures et usines
d’Allemagne et d’ailleurs, Liebig se pose en fervent défenseur de la science
pure. Contre les tendances utilitaristes dont il attribue l’origine à Bacon,
Liebig demande qu’on cultive la science pour elle-même et déclare que le
degré de civilisation d’un peuple se mesure à ses recherches pures29.
Tout en célébrant les bénéfices de la science pure, Liebig s’active néan-
moins pour étendre l’empire de la chimie à la physiologie végétale et ani-
male. Dans la Chimie appliquée à la physiologie végétale et à l’agriculture, il
fait de réels efforts d’adaptation au public des fermiers. Tout en posant la
question générale des rapports entre le règne minéral et celui du vivant, il
aborde des problèmes très pratiques. Son hypothèse sur la fixation directe
de l’azote de l’air par les plantes s’est trouvée vite démentie, mais cela n’a
pas empêché l’ouvrage de devenir très populaire. Son succès tient moins à
ce qu’il démontre qu’à la manière de démontrer. Sur chaque question abor-
dée Liebig brandit une série d’analyses systématiques d’eaux de pluie, de
sols, d’urines, d’excréments de bovins, de chevaux, d’hommes… À la fin de
chaque paragraphe il administre des conseils pratiques, parfois énoncés
comme de véritables principes comme : « rendre toujours à la terre, en
pleine mesure, sous n’importe quelle forme, tout ce qu’on lui enlève par les
récoltes et se régler en cela sur les besoins de chaque espèce de plantes en
particulier30 ». À chaque occasion Liebig place un couplet sur les bienfaits

28. MORELL Jack B.,« The Chemist Breeders : The Research Schools of Justus
Liebig and Thomas Thomson », in Ambix, n° 19, 1972, p. 1-43. BROCK, William
Justus von Liebig : The Chemical Gatekeeper, Cambridge, New York, Melbourne,
Cambridge University Press, 1997. FRUTON Joseph, « The Liebig’s research group. A
reappraisal », in Proceeding American Philosophical Society, n° 132, 1988, p. 1-66.
29. LIEBIG Justus von, Lord Bacon, Paris [sans date], p. 119.
30. LIEBIG Justus von, Chimie appliquée à la physiologie végétale et à l’agriculture,
Paris, 1840, p. 182.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
10-Chap9:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 191

« PUR » ET « APPLIQUÉ » UNE INVENTION À DÉPASSER 191

de la chimie pour l’agriculture, scandant un invariable message : agricul-


teurs, vous ne pouvez vous passer des services d’un laboratoire de chimie31.
Dans la Chimie appliquée à la physiologie animale et à la pathologie, Liebig
soutient des positions plus radicales en traitant la physiologie de science
décadente qui ne trouvera son salut que dans la chimie et ses laboratoires32.
Est-ce à dire que les notions de chimie pure et de chimie appliquée ne
sont qu’un fétiche académique, une fiction forgée pour servir les stratégies
professionnelles des chimistes ? En fait, les chimistes-professeurs du
XIXe siècle ne se contentent pas d’exploiter l’utilité des arts chimiques pour
promouvoir leur discipline, obtenir des chaires et des crédits. La perspective
des applications et des marchés oriente leurs recherches et les avancées de
la science. La théorie chimique elle-même semble commandée par les
impératifs de maîtrise des techniques d’analyse, et de purification. L’illustre
de manière exemplaire la carrière de Joseph-Louis Gay-Lussac. Professeur à
la Faculté des sciences, à l’École polytechnique, membre de l’Académie des
sciences, du Bureau consultatif des poudres et salpêtres, du Bureau de
garantie de la monnaie et président du conseil d’administration de Saint-
Gobain en 1839, Gay Lussac développe un style de chimie particulier en lien
avec ses activités multiples33. Il publie aussi bien des résultats fondamen-
taux comme la fameuse loi sur les volumes gazeux ou des études sur l’iode
et le cyanogène que des instructions pratiques pour les ouvriers. Il est avant
tout un expérimentateur qui se tient à l’écart des controverses théoriques et
se plaît par-dessus tout à perfectionner les méthodes d’analyse (titrimétrie,
alcalimétrie, etc.). La science réputée pure est en fait « contaminée » par les
applications multiples de la chimie en période d’industrialisation. Ce qui ne

31. Ibid., p. 233-234. Voir aussi ROSSITER Margareth, The emergence of Agricultural
Science : Justus Liebig and the Americans, 1840-1880, New Haven, Yale University
Press, 1975.
32. LIEBIG Justus von, Chimie appliquée à la physiologie animale et à la patholo-
gie, Paris, 1842, vol. 1, p. LXXXIJ. Cette stratégie rappelle celle que décrit Bruno
Latour à propos de Pasteur, LATOUR B., Les Microbes. Guerre et paix, Paris, Éditions
Métaillié, 1984.
33. CROSLAND Maurice P., Gay-Lussac, Scientist and Bourgeois, Cambridge,
Cambridge University Press, 1978.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
10-Chap9:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 192

192 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

garantit pas pour autant des relations harmonieuses et fécondes entre


science et industrie. Les démêlés de Gay-Lussac avec Saint-Gobain mon-
trent qu’en dépit de sa prestance, de son activité infatigable, il n’a pas réussi
à créer les conditions d’une collaboration suivie et fructueuse entre
recherche académique et production industrielle34.
On voit donc que l’essor de la chimie académique est largement tributaire
de l’essor de la chimie industrielle. Mais la catégorie de « chimie appliquée »
destinée à répondre à la demande de chimistes professionnels a finalement
servi davantage les intérêts académiques que ceux des industriels.

XXe SIÈCLE : L’INDUSTRIE, FILLE DE LA SCIENCE

L’écart maladroitement camouflé dans les cours et traités entre chimie


industrielle et chimie appliquée se lit dans les initiatives de créations de
sociétés professionnelles dans toute l’Europe. Les premières sont des socié-
tés savantes : la Chemical Society of London est fondée en 1841, la Société de
chimie de Paris en 1857, la Société chimique russe en 1868, etc. Elles ten-
tent d’attirer les chimistes industriels, par exemple en ouvrant une section
industrie, comme le fit par exemple la Société de chimie de Paris. Mais les
industriels s’y sentent si peu représentés qu’ils créent leurs propres sociétés :
Au Royaume Uni, la Society for Chemical Industry est fondée en 1881 ; en
Allemagne, le Verein Deutscher Chemiker créé en 1877 devient le porte-
parole de la grande industrie chimique. Ces deux sociétés ont un rôle stra-
tégique de pont entre le monde académique, le monde industriel et l’État35.
Qu’en est-il pour la France ? Une fois encore, la France suit la vague euro-
péenne avec retard. La Société industrielle de chimie est créée en 1918, dans
un contexte de guerre et, une fois encore, de mobilisation des chimistes au
service de la patrie.

34. Gay-Lussac qui a mis au point une innovation importante dans la production
d’acide sulfurique – la tour de Gay-Lussac – se voit octroyé en 1844 le poste très
honorifique de président du conseil d’administration mais c’est la compagnie qui
exploite son brevet. Il démissionne en 1847.
35. FELL Ulrike (dir.), L’Apport des sociétés savantes industrielles du XIXe siècle jus-
qu’à nos jours, Paris, Éditions archives contemporaines, 2001.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
10-Chap9:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 193

« PUR » ET « APPLIQUÉ » UNE INVENTION À DÉPASSER 193

Pourtant, vers la fin du XIXe siècle, plusieurs régions françaises ont com-
mencé à se doter de sociétés et d’instituts plus favorables à une véritable
alliance entre science et industrie. Il s’agit d’initiatives locales à Rouen, Lille,
Nancy, Mulhouse, Lyon. Le modèle consacré par tous les historiens est la
Société industrielle de Mulhouse créée en 1826 pour donner une base
scientifique aux techniques industrielles et encourager l’esprit d’entre-
prise36. Des sociétés locales sont créées à l’écart des mandarins parisiens et
des instituts de chimie destinés à former de véritables praticiens répondant
aux demandes des industries locales37. Suite à la perte de l’Alsace-Lorraine,
le mouvement atteint la capitale. La nécessité de dépasser la chimie appli-
quée au profit d’une chimie industrielle est clairement invoquée à la fonda-
tion de l’École municipale de physique et de chimie industrielle en 1882 et
l’ouverture en 1886 d’un laboratoire de chimie industrielle à la Faculté des
sciences de Paris. Ce train de mesures est fructueux puisque, d’après l’étude
de Terry Shinn, les publications relatives à des sujets de chimie industrielle
progressent de 600% et conquièrent droit de cité dans les vénérables
Annales de Chimie et de Physique38.
La décision de créer une Société de chimie industrielle pourrait donc
apparaître comme une victoire du courant de chimie industrielle sur le
courant de chimie appliquée. Le modèle de la science industrielle porté par
les Alsaciens, Albin Haller, Paul Kestner, fut aussi fortement encouragé à
Paris par Henry le Chatelier. Toutefois ce courant est loin d’être majoritaire.
Le Chatelier n’a pas réussi à imposer la réforme qu’il souhaitait à la Société
d’encouragement de l’industrie nationale lorsqu’il en fut président39.

36. FOX Robert, « Science, industry and the social order in Mulhouse, 1789-
1871 », in British Journal for the History of Science, n° 17, 1984, p. 127-168.
37. FOX Robert, « The savant confronts his peers : scientific societies in France,
1815-1914 » in FOX Robert, WEISZ George (éds), The organisation of Science and
technology in France 1808-1914, Cambridge, Cambridge University Press, 1980,
p. 241-282.
38. SHINN Terry, « Des corps de l’État au secteur industriel : genèse de la profes-
sion d’ingénieur, 1750-1920 », in Revue française de sociologie, n° 22, 1981, p. 167-
182. GRELON André, « Les universités et la formation des ingénieurs en France
(1870-1914) », in Formation-Emploi, n° 27-28, 1980, p. 65-88.
39. LE CHATELIER Henry, Science et industries, Paris, Flammarion, 1925. LETTÉ
Michel, Henry Le Chatelier (1850-1936) ou la science appliquée à l’industrie, Rennes,
Presses Universitaires de Rennes, 2004.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
10-Chap9:Mise en page 1 4/11/08 14:46 Page 194

194 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

Quel concept de chimie industrielle défend la Société de chimie indus-


trielle ? Changer la mentalité des industriels français, tel est le mot d’ordre.
Albin Haller les exhorte : « Il faut que vous preniez le chemin des biblio-
thèques et des laboratoires.40 » Il s’agit surtout, comme le souligne Ulrike
Fell, d’encourager journaux et congrès afin de promouvoir une organisa-
tion rationnelle de la recherche et de la communication scientifique. Malgré
les rapports multiples sur le succès de la chimie allemande, les Français ne
semblent pas convaincus que l’organisation d’une recherche industrielle
telle que celle qui a permis aux grands groupes industriels allemands de
conquérir les marchés des colorants de synthèse, soit le modèle à suivre41.
La Société de chimie industrielle ne vise pas une recherche technologique
adaptée à la production industrielle sur le modèle du Chemical Engineering
promu en 1915 par Arthur D. Little aux États-Unis42. À la différence de
leurs collègues américains, les ingénieurs chimistes français ne valorisent
pas les procédés comme instrument pour affirmer leur identité et conqué-
rir leur autonomie. Il n’est pas question d’une recherche industrielle auto-
nome, quand l’Union nationale des anciens élèves des écoles de chimie
congédie le concept de chimie industrielle – au sens du chemical engineering
– pour revendiquer l’unité de la chimie : « Il n’y a pas deux chimies. Il n’y a
pas la chimie pure et la chimie appliquée. Il n’y a qu’une chimie. Les appli-
cations de la chimie sont l’extension à l’industrie des découvertes de la chi-
mie pure, l’industrie est fille de la science43 ».

40. Bulletin du syndicat général des produits chimiques, février 1917, p. 89, cité par
FELL Ulrike, « La Société de chimie industrielle entre les deux guerres », in FELL
Ulrike (dir.), Chimie et industrie en Europe, op. cit., p. 69-95, citation p. 72.
41. TRAVIS Anthony, « Heinrich Caro, chemist and calico-printer », in FOX Robert,
NIETO-GÀLAN Agustí (éds.) Natural Dyestuffs and Industrial Culture in Europe,
1750-1880, USA, Science History Publications, 1999, p. 285-312. CARLSON W.B.,
« Innovation and the Modern Corporation : From Heroic Invention to Industrial
Science », in KRIGE John & PESTRE Dominique, Science in the Twentieth Century,
Amsterdam, Harwood, 1997, p. 203-226.
42. Il s’agit « non d’un composite de chimie et de génie mécanique ou civil mais
d’une science à part entière », dont la base est le concept d’opérations unitaires
(unit operations) dont la suite bien coordonnée constitue un procédé chimique à
l’échelle industrielle. Voir REYNOLDS Terry S., 75 Years of Progress. A History of the
American Institute of Chemical Engineers, 1803-1983, New York, American Institute
of Chemical Engineers, 1983, p. 12-13.
43. Rapport du 28 mai 1920, cité par SORDES René, Histoire de l’enseignement de
la chimie en France, Paris, Société de chimie industrielle, 1928, p. 170

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
10-Chap9:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 195

« PUR » ET « APPLIQUÉ » UNE INVENTION À DÉPASSER 195

Cette déclaration a au moins le mérite de mettre en lumière que l’appel-


lation « chimie industrielle » n’a pas supplanté le paradigme du
pur/appliqué ni le projet qui le sous-tend. Les concepts de chimie pure et
chimie appliquée n’ont jamais constitué une réelle dichotomie, ils inspirent
au contraire un modèle unitaire. L’ingénieur chimiste à la française est
d’abord et avant tout un chimiste qui doit acquérir de surcroît quelques
notions d’ingénierie. Or ce paradigme se fonde sur un schéma linéaire de
dépendance de la technique à l’égard de la science qui, tout en déniant la
spécificité des techniques, sert paradoxalement une idéologie technocra-
tique. Comme l’indique le slogan de l’Exposition universelle de Chicago en
1933, la filiation de l’industrie à l’égard de la science permet d’énoncer un
impératif de soumission au progrès : Science finds, industry applies, man
conforms. La puissance de ce paradigme linéaire ne fut pas démentie après
la Deuxième Guerre mondiale, notamment dans le fameux rapport de
Vannevar Bush, Science. The endless frontier44.
Plus personne aujourd’hui n’ose utiliser les expressions de chimie pure et
appliquée dans un discours ou dans le titre d’un laboratoire de recherche.
Vers la fin du XXe siècle, en Europe comme aux États-Unis, un nouveau
modèle de production du savoir semble prévaloir dans les milieux de la
politique scientifique, qui prône le décloisonnement des disciplines, les
partenariats entre recherche académique et industrielle, avec une forte sen-
sibilité au marché et à la société45. Ce modèle, inspiré des programmes de

44. KEVLES Daniel, « Principles and Politics in Federal R & D Policy, 1945-1990 –
An Appreciation of the Bush Report », réédition de BUSH Vannevar, Science – The
Endless Frontier – A Report to the President on a Program for Postwar Scientific
Research, Washington, D.C., National Science Foundation, 1990, p. IX-XXXIII ; KLINE
Ronald, « Constructing “Technology” as “Applied Science” – Public Rhetoric of
Scientists and Engineers in the United States, 1880-1945 », in Isis, n° 86, 1995,
p. 194-221.
45. GIBBONS Michael, LIMOGES Camille, NOWOTNY Helga, SCHWARTZMAN Simon,
SCOTT Peter, TROW Martin, The New Production of Knowledge. The Dynamics of
Science and Research in Contemporary Societies, Londres, Sage, 1994 ; NOWOTNY
Helga, SCOTT Peter, GIBBONS Michael, Re-Thinking Science. Knowledge and the Public
in an Age of Uncertainty, Cambridge, Polity Press, 2001 ; trad. fr. Repenser la science,
Paris, La Découverte, 2003. PESTRE Dominique, Science, argent et politique. Un essai
d’interprétation, Paris, INRA Éditions, 2003.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
10-Chap9:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 196

196 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

recherche menés durant la Seconde Guerre mondiale puis durant la guerre


froide, favorise la suprématie de l’approche ingénieur sur l’approche
science pure et bouleverse le partage disciplinaire dans la mesure où la
conception industrielle exige toujours un concours de spécialistes qui se
moque du partage des disciplines académiques. Aux États-Unis, ce modèle
prend corps dès les années 1960-1970 avec les Materials Science and
Engineering, qui insistent sur la liaison étroite entre science et ingénierie et
rompent avec le modèle linéaire, en imposant une démarche interdiscipli-
naire et en insistant sur l’importance des procédés dans la conception des
matériaux46. Toutefois, en France, la recherche en matériaux ne subvertit
pas le cadre des disciplines académiques traditionnelles et ne rompt jamais
franchement avec le modèle linéaire. Malgré quelques efforts pour lancer
des programmes interdisciplinaires au CNRS dans les années 1980, l’orga-
nisation de la recherche en ce domaine exprime toujours la foi dans la
suprématie du modèle linéaire et ne renonce pas à la filiation : science, tech-
niques et industrie. Dans le domaine des recherches en matériaux comme
dans les programmes de recherches en nanotechnologie, la France semble
garder foi dans le modèle linéaire en cette première décennie du XXIe siècle.
On maintient une distinction entre nanoscience et nanotechnologies, et les
publications s’organisent toujours dans les cadres disciplinaires tradition-
nels, nanophysique, nanochimie, nanobiologie. Mais l’histoire semble se
répéter car, une fois encore, c’est loin de la capitale – dans la région de
Grenoble, notamment avec le projet Minatec – que s’expérimentent de
nouveaux modèles d’organisation de la recherche.
En conclusion, les notions de chimie pure et chimie appliquée qui émer-
gent localement au XVIIIe siècle se traduisent dans l’organisation de la
science au XIXe siècle, avec la multiplication des cours et traités de chimie.
Mais la distinction est trompeuse car elle ne traduit pas du tout la recon-
naissance d’une dualité dans les cultures de la chimie. Loin de favoriser l’es-
sor de la recherche industrielle et l’émancipation du génie chimique à

46. BENSAUDE-VINCENT Bernadette, « The Construction of a Discipline : Materials


Science in the U.S.A », in Historical Studies in the Physical and Biological Sciences,
n° 31, 2001, p. 223-248.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
10-Chap9:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 197

« PUR » ET « APPLIQUÉ » UNE INVENTION À DÉPASSER 197

l’égard de la science académique, cette distinction sert avant tout la science


académique et un projet unitaire de dépendance de la technologie à l’égard
de la science. Que ces expressions disparaissent du vocabulaire dans la
deuxième moitié du XXe siècle ne signifie pas nécessairement que les poli-
tiques et la communauté scientifique françaises aient rompu avec le modèle
linéaire qui les sous-tend.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
10-Chap9:Mise en page 1 23/10/08 16:06 Page 198

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 199

Une science sous influence positiviste ?

N DES LIEUX COMMUNS de l’histoire de la chimie est le retard des chi-

U mistes français face à l’atomisme. Retard spectaculaire puisque


l’hypothèse atomique, introduite en1808 par John Dalton ne sera
enseignée en France qu’après la mort de Marcellin Berthelot en 1907.
À l’atomisme, les chimistes français ont préféré l’équivalentisme, qui
consiste à déterminer la proportion d’un corps A qui s’unit avec un corps
B, sans préjuger de la nature des unités qui entrent en combinaison. Cette
position timorée, répondant à une sorte de « vœu de chasteté épistémolo-
gique », selon une expression naguère utilisée par Jacques Merleau-Ponty,
scandalise bien des chimistes contemporains qui dénoncent le conserva-
tisme des mandarins français. Pourquoi pendant près d’un siècle, les chi-
mistes français refusent-ils l’atome et la représentation des structures
moléculaires qui en découle alors que, globalement, les autres pays l’ont
adoptée dans les années 1860 ?

Le début de ce chapitre reprend les grandes lignes d’un article « Le positivisme


fait-il obstacle au progrès scientifique ? », in DESPY-MEYER Andrée, DEVRIESE Didier
(dir.), Positivismes, Philosophie, Sociologie, Histoire, Sciences, Turnout, Brepols, 1999,
p. 217-246.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 200

200 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

UN COMPROMIS HISTORIQUE

En guise d’explication, les historiens de la chimie invoquent générale-


ment l’influence du positivisme au XIXe siècle, particulièrement écrasante
dans la patrie d’Auguste Comte1. L’argument paraît convaincant, à première
vue. Le positivisme étant associé au refus de toute spéculation sur la nature
des choses, de toute enquête sur les causes cachées des phénomènes, l’expli-
cation semble aller de soi et se passe généralement de tout commentaire.
Elle pourrait cependant être étayée sur la synchronie remarquable entre
la condamnation de l’atome par les chimistes et la publication du Cours de
philosophie positive. C’est dans la vingt-huitième Leçon figurant dans le
deuxième volume, paru en 1835, que Comte expose sa théorie des hypo-
thèses. En mai 1836, le chimiste Jean-Baptiste Dumas semble lui faire écho,
quand il conclut la septième de ses Leçons de philosophie chimique au
Collège de France :

1. L’influence du positivisme est invoquée comme un obstacle à l’adoption de


l’atomisme aussi bien en France qu’à l’étranger. Voir par exemple KNIGHT David,
Atoms and Elements, Londres, Hutchinson, 1967, p. 105 et 126 ; JACQUES Jean,
Marcellin Berthelot. Autopsie d’un mythe, Paris, Belin, 1987, p. 195-208. Dans une
étude sur Dumas, on peut lire : « Dumas a créé de fait une École de chimie positi-
viste ou École Lavoisier », dont les lointains héritiers seront Stallo, Ostwald et Mach,
in PÉTREL Jacques « La négation de l’atome dans la chimie du XIXe siècle. Cas de
J.B. Dumas », in Cahiers d’histoire et de philosophie des sciences, n° 13, 1979, p. 16.
Alan ROCKE rapporte le repli sur les équivalents vers la fin des années 1830 aux
publications récentes de Whewell et de Comte et à leur large diffusion (From Dalton
to Cannizzaro. Chemical Atomism in the Nineteenth Century, Ohio State University
Press, 1984, p. 181-182). CARNEIRO Ana, « Adolphe Wurtz and the atomism contro-
versy », in Ambix, n° 40, 1993, p. 85 ; SCHEIDECKER Myriam, « A.E. Baudrimont
(1806-1880) : les liens entre sa chimie et sa philosophie », in Archives internationales
d’histoire des sciences, n° 47, 1997, p. 26-56. Le positivisme du milieu scientifique
français est encore accusé d’avoir empêché Marie Curie d’interpréter théorique-
ment la radioactivité qu’elle avait développée expérimentalement (MALLEY
Marjorie, « The Discovery of Atomic Transmutation : Scientific Style and
Philosophies in France and Britain », in Isis, n° 70, 1979, p. 213-223). Quelques
études consacrées à tel ou tel chimiste ont tenté de contester de telles allégations
mais sans vraiment parvenir à dénouer le lien trop vite noué entre positivisme et
anti-atomisme. BROCK William, « Comte, Williamson et Brodie », in The Atomic
Debates, BROCK William H, KNIGHT David (éds), Leicester, 1967, p. 145-152 ; PAUL
E. Robert, « Alexander A. Williamson on the Atomic Theory : A Study of
Nineteenth-Century British Atomism », in Annals of Science, n° 35, 1978, p. 17-31.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 201

UNE SCIENCE SOUS INFLUENCE POSITIVISTE ? 201

Mais vous le voyez, messieurs, que nous reste-t-il de l’ambitieuse


excursion que nous nous sommes permise dans la région des atomes ?
Rien, rien de nécessaire du moins.
Ce qui nous reste, c’est la conviction que la chimie s’est égarée là,
comme toujours, quand, abandonnant l’expérience, elle a voulu mar-
cher sans guide au travers des ténèbres. […] Si j’en étais le maître, j’effa-
cerais le mot atome de la science, persuadé qu’il va plus loin que
l’expérience ; et jamais en chimie nous ne devons aller plus loin que l’ex-
périence2.

Le rapprochement entre cet appel à la prudence et les préceptes positi-


vistes paraît d’autant plus fondé que l’adversaire le plus acharné de l’ato-
misme en France, Marcellin Berthelot, est proche d’Ernest Renan, et donc
fortement imprégné de positivisme3.
La liaison entre l’anti-atomisme et le positivisme français pourrait encore
se vérifier a contrario. En effet, le chef de file des atomistes français, Charles
Adolphe Wurtz, est un Alsacien partiellement éduqué en Allemagne et, en
tout cas, ouvert aux influences allemandes comme la plupart des chimistes
que l’on trouve dans le camp des adversaires de Berthelot4.

2. DUMAS Jean-Baptiste, Leçons sur la philosophie chimique, Bruxelles, Éditions


Culture et civilisation, 1972, p. 246.
3. Renan et Berthelot se rencontrent lorsqu’ils sont étudiants en 1845 et nouent
alors une amitié durable qu’ils se rappellent comme une sorte de symbiose intellec-
tuelle et morale. Renan : « Notre amitié fut ainsi quelque chose d’analogue à celle
des deux yeux quand ils fixent un même objet et que, de deux images résulte au cer-
veau une seule perception » (RENAN Ernest, « Souvenirs d’enfance et de jeunesse »,
in Œuvres complètes, t. II, Paris, Calmann-Lévy, 1948, p. 890). De son côté, Berthelot
s’associe pleinement à la gestation de l’Avenir de la science. Cet ouvrage de Renan,
rédigé en 1849 et publié seulement en 1890, représente, aux dires de Berthelot, « le
premier produit non mûri du bouillonnement de nos deux jeunes têtes... Depuis
longtemps, comme Renan l’a rappelé ailleurs, nous avions renoncé à faire la part
distincte de l’influence réciproque que chacun de nous a exercée sur le développe-
ment de son ami » (BERTHELOT Marcellin et RENAN Ernest, Correspondance 1847-
1892, Paris, Calmann-Lévy, 1929, p. 3).
4. CARNEIRO Ana, The Research School of Chemistry of Adolphe Wurtz, Paris, 1853-
1884, Ph. D. dissertation, University of Kent at Canterbury, 1992. CARNEIRO Ana,
« Adolphe Wurtz and the atomism controversy », in Ambix, op. cit., p. 75-95.
CARNEIRO Ana, PIGEARD Natalie, « Chimistes alsaciens à Paris au XIXe siècle : un
réseau, une école ? », in Annals of Science, n° 54, 1997, p. 533-46.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 202

202 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

Bref, tout porte à admettre qu’un préjugé philosophique, lié à l’influence


prononcée en France du fondateur du positivisme Auguste Comte, est à
l’origine de « l’aveuglement » des scientifiques et de leur refus d’admettre la
structure atomique et moléculaire de la matière. Dans la mesure où les for-
mules structurales combattues avec acharnement par Berthelot, en particu-
lier la représentation de l’hexagone du benzène, sous-tendent les synthèses
industrielles de la fin du XIXe siècle, et conditionnent la montée en puissance
de la chimie allemande, le positivisme se trouverait ainsi indirectement res-
ponsable des faiblesses de l’industrie chimique française. Lourde charge
contre le positivisme. Voici une philosophie des sciences accusée de faire
obstacle au progrès scientifique et, par ricochet, d’affaiblir la puissance de
son pays de naissance.
L’évidence de ce compromis historique entre positivisme et anti-atomisme
n’est-elle pas suspecte ? Le lien entre un courant philosophique et des choix
de scientifiques n’est-il pas trop hâtivement noué ? Ce chapitre tente
d’aborder la question de front, dans toute sa généralité, afin de préciser ce
que l’on entend quand on invoque l’influence d’un système philosophique
sur une communauté scientifique. Je montrerai que cette association entre
positivisme et anti-atomisme repose (1) sur une méconnaissance de
l’œuvre d’Auguste Comte ; (2) sur une mésinterprétation des textes et
controverses chimiques du XIXe siècle. Enfin (3), renversant la probléma-
tique, j’analyserai les positions épistémiques des chimistes français pour
tenter d’identifier la philosophie qu’ils élaborent au plus près de leurs
propres pratiques et notamment dans les controverses.

RELIRE COMTE

Une première source de malentendu vient de la confusion entre positi-


visme et baconisme. Bien que Comte ait pris soin de se démarquer par rap-
port à la méthode baconienne qui prescrit l’induction à partir de
l’observation5, on le suppose toujours avocat de la méthode inductive et
censeur de toute hypothèse.

5. COMTE Auguste, Cours de philosophie positive, 1re leçon, t. I, Paris, Hermann,


1975, p. 23.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 203

UNE SCIENCE SOUS INFLUENCE POSITIVISTE ? 203

Indispensables hypothèses
Or, lorsque Comte aborde la question des hypothèses dans la vingt-hui-
tième Leçon du Cours, il affiche tout net son opposition à cette attitude
dominante de méfiance ou de censure.
Je me trouve obligé, dit-il, de choquer directement les opinions accré-
ditées parmi les physiciens, et surtout les habitudes profondément enra-
cinées chez la plupart d’entre eux. Il s’agit du véritable esprit qui doit
présider à la construction rationnelle et à l’usage scientifique des hypo-
thèses, conçues comme un puissant et indispensable auxiliaire dans
notre étude de la nature6.

Comte attaque de front l’empirisme qui a sacralisé le fameux hypotheses


non fingo de Newton, nourri les slogans contre l’« esprit de système » dans
la philosophie de la nature au XVIIIe siècle et qui anime encore un philo-
sophe proche d’Auguste Comte dans les années 1830, John Stuart Mill. Plus
précisément, si l’on se rappelle qu’à l’époque même où Comte écrit ces
lignes, les physiciens de l’Académie des sciences se divisent entre partisans
de l’hypothèse ondulatoire et partisans de l’hypothèse corpusculaire de la
lumière, on voit que Comte fait un sort à un empirisme rhétorique, bon
teint, contredit dans l’actualité scientifique. L’entreprise comtienne, pom-
peusement baptisée par lui « théorie fondamentale des hypothèses » se pré-
sente, en un sens, comme un ajustement de la théorie épistémique aux
pratiques effectives des savants.
Pourtant, Comte ne se soucie pas trop de se conformer aux pratiques
réelles des scientifiques puisque, aussi bien, il ne se prive pas de condamner
sévèrement – et en bloc – les deux hypothèses rivales sur la nature de la
lumière7. C’est l’objectif assigné à la science positive, à savoir les lois des
phénomènes, qui impose l’usage des hypothèses. Les deux moyens directs
de parvenir à établir une loi – l’induction à partir de l’observation et la
déduction à partir d’une autre loi plus générale – sont tous deux insuffi-
sants. L’hypothèse est donc déclarée « indispensable » à la construction
d’une science positive8.

6. Ibid., 28e leçon, p. 456.


7. Ibid., 33e leçon, p. 531-534.
8. Ibid., 28e leçon, p. 457.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 204

204 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

Il est significatif que Comte, toujours soucieux de caractériser chaque élé-


ment de la méthode positive sur son lieu d’origine, n’énonce pas sa théorie
des hypothèses dans les leçons consacrées à l’astronomie, où il aurait pu
l’illustrer par l’exemple historique de l’héliocentrisme triomphant du géo-
centrisme. Qu’il ait choisi de l’énoncer dans la leçon introductive à la phy-
sique suggère fortement qu’à ses yeux, l’hypothèse n’a pas pour fonction de
« sauver les phénomènes » mais de les explorer, de nous permettre de pro-
gresser du connu à l’inconnu. Comte en trouve le modèle dans la méthode
d’approximation des géomètres. Il présente clairement les hypothèses
comme un « artifice logique », une sorte de ruse pour établir des lois des
phénomènes dans l’ignorance des causes. L’hypothèse est donc un instru-
ment de l’esprit positif qualifié par deux adjectifs qui reviennent sans cesse
sous la plume de Comte : « puissant » (les hypothèses démultiplient nos
capacités cognitives un peu comme un levier démultiplie nos forces phy-
siques) et « provisoire » (car les hypothèses n’étant qu’un « heureux détour »,
un chemin indirect pour parvenir à la connaissance quand la voie directe
est impraticable, sont destinées à s’effacer quand le but est atteint, comme
un échafaudage devant l’édifice achevé).
Comment faire bon usage de cette technologie cognitive ? Plus un outil
est puissant, plus son usage doit être réglé pour éviter les catastrophes.
Comte énonce donc une condition qui, à ses yeux, doit définir le régime
positif des hypothèses :
Ne jamais imaginer que des hypothèses susceptibles, par leur nature,
d’une vérification positive, plus ou moins éloignée, mais toujours claire-
ment inévitable, et dont le degré de précision soit exactement en harmo-
nie avec celui que comporte l’étude des phénomènes correspondants9.

Cette règle qui en contient deux – la vérifiabilité et la précision adaptée à


la nature du phénomène étudié – semble conduire tout droit à la condam-
nation de l’hypothèse atomique telle qu’elle se présente dans les années
1830. Les atomes, défiant tous les instruments d’analyse, même les plus per-
formants, ne peuvent au sens strict « se vérifier ». L’atome semble pure spé-
culation, entité métaphysique, à dégager. Mais, comme le souligne fort

9. Ibid.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 205

UNE SCIENCE SOUS INFLUENCE POSITIVISTE ? 205

justement Larry Laudan, Comte ne prétend jamais limiter les hypothèses


légitimes aux seules entités observables10. L’hypothèse présuppose et com-
plète le concours de l’expérience et du raisonnement. Ce n’est pas parce que
la lumière serait non observable que Comte condamne les hypothèses cor-
pusculaire et ondulatoire, mais parce que l’expérience ne permet pas de faire
la différence, de trancher. Est donc vérifiable tout énoncé pour lequel un ou
plusieurs montages expérimentaux peuvent faire la différence.
L’expérimentation peut ne porter que sur de lointaines conséquences
déduites par raisonnement à partir de l’hypothèse. Dans ces conditions, l’hy-
pothèse atomique énoncée par Dalton peut être considérée comme vérifiée
dans ses conséquences, telles que la loi des proportions définies et multiples.

Un atomisme serein

On s’étonnera moins dès lors, à la lecture des leçons sur la philosophie


chimique (35 à 39), de découvrir un Comte favorable à l’hypothèse ato-
mique. Loin de condamner l’atome, Comte parle de la « théorie atomique »
comme d’une évidence non problématique. Il introduit cette notion dans la
trente-septième Leçon, consacrée à la « doctrine chimique des proportions
définies ». Suivant un ordre historique, Comte a d’abord évoqué deux fon-
dateurs – Richter et Berthollet – avant de présenter les promoteurs de la
doctrine, Dalton, Gay-Lussac, Berzelius et Wollaston. Du premier voici ce
qu’il écrit :
Aussitôt que l’illustre M. Dalton eût dirigé ses méditations vers cette
face de la science chimique, son génie éminemment philosophique le
poussa à embrasser, dans une seule conception générale, l’ensemble de
cet important sujet, quoique l’étude en fût, pour ainsi dire, naissante. Ses
heureux effets produisirent la célèbre théorie atomistique, qui a présidé
jusqu’ici à tous les développements ultérieurs de la doctrine des propor-
tions chimiques, et qui sert encore de base essentielle à son application
journalière. Le principe général de cette théorie consiste à concevoir tous
les corps élémentaires formés d’atomes absolument indivisibles, dont les
différentes espèces en se réunissant, le plus souvent une à une, par

10. LAUDAN Larry, Science and Hypothesis, Dordrecht, Boston, Londres, Reidel,
1981, p. 152-153.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 206

206 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

groupes peu nombreux, constituent les atomes composés du premier


ordre, toujours mécaniquement insécables, mais alors chimiquement
divisibles, et qui, à leur tour, par suite d’assemblages analogues, font
naître tous les ordres de composition. Ce principe est tellement en har-
monie avec l’ensemble des notions scientifiques de tous genres, qu’il se
réduit presque à une heureuse généralisation directe des idées spontané-
ment familières à tous les esprits qui cultivent les différentes parties de
la philosophie naturelle : aussi son admission universelle a-t-elle eu lieu
sans obstacles11.

Comte accueille en toute sérénité une hypothèse qui, aux yeux de la plu-
part des historiens, était de nature à déchaîner les foudres du censeur posi-
tiviste. N’aurait-il rien compris ? Quoique succincte, son exposition de
l’atomisme daltonien n’est pas fausse. Comte admet autant d’atomes qu’il y
a d’espèces chimiques. Il semble cependant qu’il assimile immédiatement
l’atome daltonien à l’hypothèse corpusculaire qui sous-tend la théorie new-
tonienne des mixtes, telle qu’elle est esquissée dans la Question 31 de
l’Optique12. Il reprend, en effet, l’idée d’une échelle de degrés de composi-
tion depuis les corpuscules inaccessibles à toute expérience qui, par attrac-
tion, forment les premiers composés (« atomes composés du premier
ordre ») jusqu’aux mixtes visibles et manipulables formés par agrégation de
composés des premiers ordres. À cet égard, Comte s’aligne sur la philoso-
phie dominante chez la plupart des chimistes français dans les deux pre-
mières décennies du XIXe siècle. Sans adhérer pleinement au credo de la
Société d’Arcueil, au rêve laplacien d’une mécanique chimique permettant
de déduire d’une loi unique le comportement des substances chimiques
individuelles13, Comte assume néanmoins « une activité moléculaire de la
matière », par rapport à laquelle il définit les relations entre physique, chimie

11. COMTE Auguste, Cours de philosophie positive, op. cit., t. I, 37e leçon, p. 611.
12. Voir plus haut chapitre 4.
13. Comte critique le projet laplacien dès la première leçon (Cours de philosophie
positive, op. cit., p. 40-41). Sur ce rêve et la Société d’Arcueil voir CROSLAND Maurice,
The Society of Arcueil : A View of the French Science at the Time of Napoléon I,
Londres, Heineman, 1971.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 207

UNE SCIENCE SOUS INFLUENCE POSITIVISTE ? 207

et physiologie14. À la chimie, il assigne un but général : « étudier les lois des


phénomènes de composition et de décomposition, qui résultent de l’action
moléculaire et spécifique de diverses substances, naturelles ou artificielles,
les unes sur les autres15 ». Parce qu’il superpose l’atome de Dalton sur une
théorie moléculaire de la matière largement consensuelle, quasi axioma-
tique, Comte parle de « théorie atomique » et non d’hypothèse.
Son interprétation de l’atome de Dalton appelle un deuxième commen-
taire. « La conception atomistique, écrit Comte, représente évidemment
l’ensemble de la doctrine des proportions définies16 ». Comte souligne par
là que l’atome daltonien exprime le poids relatif d’une substance qui entre
en combinaison avec un poids donné d’une autre substance. En d’autres
termes, l’originalité de l’atome de Dalton n’est pas sa fonction référentielle
– ce n’est pas la désignation des particules constitutives de la matière qui est
en jeu – mais la signification donnée à l’atome dans le contexte d’un corps
de doctrine organisé autour du concept de proportion. Ce déplacement est
visible dans le fait que les poids atomiques de Dalton sont tous relatifs au
choix d’une unité arbitrairement choisie H = 1. Il est assez curieux que
Comte, d’ordinaire si attentif à tout abandon de l’absolu dans la connais-
sance de la nature, puisque le caractère relatif est l’un des traits majeurs de
l’esprit positif17, ne souligne pas cette nouveauté de l’atome daltonien. Il est
tout aussi surprenant qu’il n’accorde aucune importance aux précautions
de langage introduites en 1814 par le chimiste anglais William H.
Wollaston, lequel préfère renoncer au terme atome pour se contenter de
celui d’« équivalent de combinaison », tandis que d’autres chimistes anglais
optent pour l’expression « proportion pondérale ». Mais dans leur
ensemble, suivant l’exemple de Humphrey Davy, ils ont soin de discriminer
l’aspect pratique de la doctrine de Dalton de son aspect conjectural relatif
aux atomes18. Comte admire beaucoup Wollaston pour ses recherches

14. COMTE, Cours de philosophie positive, op. cit., 35e leçon, p. 569.
15. Ibid., p. 571.
16. Ibid., p. 612.
17. COMTE Auguste, Discours sur l’esprit positif, Paris, Vrin, 1995, p. 67-71.
18. KNIGHT David, Atoms and Elements, op. cit., p. 16-19.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 208

208 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

expérimentales, mais ne valorise pas sa prudence à l’égard de l’hypothèse


atomique. Il juge un peu ridicules ses divergences avec Dalton.
Sa transformation, d’ailleurs très heureuse, de la théorie atomistique
proprement dite en celle des équivalents chimiques [...] offre un énoncé
bien plus positif, et tend à préserver des enquêtes radicalement inacces-
sibles auxquelles la première peut donner lieu, quand elle n’est point
judicieusement dirigée : cette substitution constituerait sans doute une
amélioration capitale, si elle ne se réduisait point à un simple artifice du
langage, la pensée réelle étant restée essentiellement identique19.

Comte, toujours en alerte devant les risques de dérapages métaphysiques,


ne prend pas au sérieux le danger d’une régression causée par la théorie ato-
mistique. Elle ne soulève pas de réel problème épistémologique à ses yeux.
Elle s’intègre dans un corps de doctrine dont « la réalité nécessaire » est
prouvée par la convergence des résultats obtenus par divers chimistes tra-
vaillant indépendamment20. Expression d’une loi expérimentale, en har-
monie avec la mécanique, la théorie atomistique présente en outre un
troisième avantage : sa fécondité. Comte souligne que Dalton en a dérivé la
loi des proportions multiples. Tout concourt donc à satisfaire les exigences
de la méthode positive.
Et pourtant, troisième remarque, la théorie atomistique n’a rien de fon-
damental pour la chimie, aux yeux de Comte. Significativement, il n’intro-
duit l’atome que dans la troisième des leçons consacrées à la chimie et
encore ne cesse-t-il de souligner que la doctrine des proportions définies –
dont l’atome est une « représentation » – n’est qu’un accessoire numérique
de la chimie : « secours réel quoique secondaire », « appendice », « vestibule
presque superflu de la science chimique »21. Si la portée de la théorie des
proportions définies se trouve ainsi minimisée, c’est moins à cause des
objections de Berthollet22, que parce qu’elle ne permet pas vraiment de

19. COMTE Auguste, Cours de philosophie positive, op. cit., t. 1, p. 613.


20. Ibid., p. 614.
21. Ibid., p. 609 et p. 616.
22. Pour Comte, en effet, Berthollet n’est pas l’adversaire des proportions définies
que suggère la controverse avec Proust, mais l’un des fondateurs de cette doctrine
comme on l’a mentionné plus haut. Premièrement, c’est lui qui a généralisé les pro-
portions définies limitées par Richter aux seuls sels neutres. Deuxièmement – même

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 209

UNE SCIENCE SOUS INFLUENCE POSITIVISTE ? 209

prévoir l’issue d’une réaction chimique. Elle peut seulement diminuer le


nombre de cas de combinaisons logiquement possibles. À cet égard, elle
n’est qu’un préliminaire pour atteindre l’objectif de la chimie rationnelle
telle que définie par Comte : « étant donné les propriétés de tous les corps
simples, trouver celles de tous les composés qu’ils peuvent former23 ».
Plus tard, dans le Système de politique positive, Comte se montre encore
plus favorable à l’hypothèse atomique. Tout en conservant l’expression
d’« artifice », il la désigne comme la « conception moléculaire » et la valo-
rise pour les deux motifs suivants : « elle facilite nos pensées, et se trouve
conforme à la nature des phénomènes correspondants24 ». Il limite seule-
ment son champ d’application en refusant de l’étendre à la physiologie. Ce
jugement très laudatif participe du « changement de régime logique » que
Comte prévoit pour la systématisation du positivisme. En légitimant la sub-
jectivité dans la connaissance objective, Comte en vient à déclarer qu’il est
indispensable de « reprendre la liberté rationnelle, maintenant comprimée
par des scrupules empiriques », qu’il est « possible de rejeter les faits inop-
portuns dont l’appréciation vicieuse ou seulement prématurée, entraverait
nos constructions au nom d’une vaine exactitude, que l’application n’exi-
gerait pas25 ». Il redéfinit alors les conditions d’acceptabilité d’un énoncé
sans se soucier de distinguer hypothèse et théorie :
Une théorie sera jugée admissible quand, confrontée aux phénomènes
essentiels, elle les expliquera suffisamment, avant que son institution
subjective se trouve accompagnée d’une confirmation objective et lors
même que ce complément de démonstrations ne pourrait jamais se réa-
liser […]. Nous formons librement des hypothèses vérifiables afin d’insti-
tuer des lois suffisantes pour notre conduite, sans aspirer davantage à la
parfaite représentation du monde qu’à la parfaite satisfaction de l’esprit26.

si les proportions définies ne sont que l’exception et non la règle –, Berthollet a su


transformer un simple fait en nécessité car il a énoncé les causes ou circonstances
où se produisaient les combinaisons en proportions définies ; COMTE Auguste,
Cours de philosophie positive, op. cit., 37e leçon, p. 610-611.
23. COMTE Auguste, Cours de philosophie positive, op. cit., 35e leçon, p. 572.
24. COMTE Auguste, Système de politique positive, Paris, Anthropos, 1970, p. 520.
25. Ibid., t. IX, p. 25-26.
26. Ibid.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 210

210 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

Allons plus loin ; la règle numéro un du « nouveau régime » qui prescrit


« qu’on doit dans tous les cas choisir l’hypothèse la plus simple compatible
avec l’ensemble des faits à représenter » levait le principal reproche que
Berthollet avait adressé à Dalton. Malgré son admiration pour Berthollet,
Comte ne pouvait pas trouver arbitraire la règle de simplicité selon laquelle
les combinaisons se font de la manière la plus simple27.
Résumons donc : le fondateur du positivisme n’a jamais censuré les
hypothèses, ni tenté de limiter la science aux faits observables. Il pose trois
critères d’acceptabilité des hypothèses : la vérifiabilité, le degré de préci-
sion conforme à la nature des phénomènes et enfin le pouvoir explicatif
qui devient prioritaire dans le Système. Enfin, il n’invite en rien à une
condamnation de l’atomisme, qu’il intègre sans réserves dans le corps de
la science positive.

LE MYTHE DES INFLUENCES

Du côté des chimistes français, serait-ce un mot d’ordre philosophique


qui décide du sort de l’atome ? On constate, dans les années 1830, un regain
d’intérêt pour la « philosophie chimique » dans les milieux parisiens, mais
cela traduit-il une quelconque influence de Comte ?
Avant les Leçons sur la philosophie chimique de Dumas, Louis-Jacques
Thenard, ajoute à la sixième édition de son Traité de chimie, parue en 1834,
un appendice, intitulé « Essai Philosophie chimique » rédigé par
A. Bineau28. Cette addition traduit-elle une quelconque influence de Comte
sur Thenard ?

27. « Règle 1 : Quand une seule combinaison de deux corps peut être obtenue,
nous devons présumer qu’elle est binaire, à moins qu’une certaine cause indique le
contraire. 2. Quand deux combinaisons sont observées, on doit présumer que l’une
est binaire, l’autre ternaire » (DALTON John, A New System of Chemical Philosophy,
1808, t. I ; trad. fr., in Les Atomes. Une anthologie historique, BENSAUDE-VINCENT
Bernadette, KOUNELIS Catherine (dir.), Paris, Presses Pocket, 1991, p. 83).
28. THENARD Louis-Jacques, Traité de chimie élémentaire, théorique et pratique,
Paris, Crochard (4 vols), 1817, ajoute deux appendices « Des principes généraux de
l’analyse chimique » (p. 245-508) « Essai de philosophie chimique par Bineau »
(p. 409-519).

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 211

UNE SCIENCE SOUS INFLUENCE POSITIVISTE ? 211

L’expression « philosophie chimique », utilisée de manière courante pour


désigner une partie de la philosophie naturelle dans les publications du
début du XIXe siècle, prend dans cet appendice un sens plus restreint puis-
qu’elle désigne la partie spéculative ou hypothétique d’un traité qui, au long
de quatre volumes, passe en revue les connaissances les plus récentes de la
chimie. L’essai définit la chimie par écart à l’idéal :
Si nous possédions des notions précises sur la constitution des molé-
cules et sur leurs affections ; si nous connaissions d’une manière certaine
la nature de la force qui préside à leurs combinaisons, les géomètres
pourraient soumettre au calcul les divers phénomènes dont la chimie
s’occupe et nous aurions à développer ici une véritable philosophie
chimique29.

Pour une intelligence analogue à celle du démon de Laplace, la science


chimique serait entièrement déductible des notions de force et de corpus-
cules. La philosophie chimique serait donc l’exposé des premiers principes
dont les phénomènes chimiques sont supposés dériver. L’explication cau-
sale est posée comme une sorte d’horizon de perfection, hors de portée de
la science actuelle. Loin d’être présentées comme un caractère positif, signe
de positivité, les pratiques expérimentales caractéristiques de la chimie sont
la mesure de son imperfection, de sa distance par rapport à l’idéal déductif
dont le modèle unique reste la géométrie. La science chimique, n’ayant pas
accès aux causes, aux premiers principes, se borne à établir par voie d’expé-
rience et d’observation les effets et ne peut guère remonter au-delà de
quelques idées générales coordonnant ces effets. C’est ce niveau intermé-
diaire de « considérations fondées sur l’expérience et généralement desti-
nées à grouper un grand nombre de faits sous une loi commune » qui
caractérise la philosophie chimique façon Thenard30. Le but ultime

29. Ibid., t. V, p. 409.


30. En termes plus précis, la philosophie chimique de Thenard se compose de la
théorie des équivalents, exposée suivant l’ordre historique et complétée par les
tableaux d’équivalents de chaque corps simple (ce que d’autres incluent dans les
cours de chimie) ; ensuite de la théorie des atomes centrée sur les divers moyens de
déterminer les poids atomiques relatifs d’après la loi d’Avogadro, de Dulong et Petit
et de Mitscherlich. En troisième lieu, Thenard présente les états de la matière et le

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 212

212 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

consiste à élucider le principe de conservation, posé comme axiome de la


science chimique et la classification rationnelle des corps. À l’instar de
Comte, Thenard admet tacitement le corpuscularisme et la mécanique
pour modèle, mais sa « philosophie chimique » ne ressemble pas pour
autant à ce que Comte entend par là. Quoique pour les deux, elle présup-
pose l’exposé des connaissances propre aux traités de chimie, elle est plutôt
dans le traité de Thenard une sorte de « méta-chimie » dégageant les prin-
cipes généraux tandis qu’elle consiste essentiellement, pour Comte, en une
réflexion épistémologique, strictement régionale, visant à définir la chimie
dans le cadre général de la hiérarchie des sciences31.

La philosophie chimique de Dumas

La philosophie chimique de Dumas se distingue d’un traité par son degré


de généralité et paraît proche de celle de Comte dans la mesure où elle
incorpore l’histoire de la discipline :
La philosophie chimique […] a pour objet de remonter aux principes
généraux de la science, de montrer non seulement en quoi ils consistent
aujourd’hui mais encore quelles sont les diverses phases par lesquelles ils
ont passé, de donner l’explication la plus générale des phénomènes chi-
miques, d’établir la liaison entre les faits et la cause même de ces faits32.

Cela ne révèle pas pour autant une lecture de Comte. D’une part, les pro-
pos qui suivent cette définition subvertissent la hiérarchie d’Auguste Comte,
puisque Dumas suggère que la chimie, à son tour, pourrait réagir sur les
mathématiques. D’autre part, Dumas admet que la spécificité de la chimie

dimorphisme. Puis le chapitre 4 concerne les combinaisons isomériques. Qu’est-ce


qui préside à cette sélection de concepts et à quoi mène-t-elle ? Le chapitre V sur
« l’état des éléments dans le composé » éclaire en fait la logique qui préside à ce
choix : les notions présentées sont autant d’outils pour penser la question fonda-
mentale et proprement chimique : à savoir le mode de conservation des éléments.
31. Sur la distinction entre science et philosophie chimiques chez Comte, voir
Cours de philosophie positive, op. cit., t. I, 35e leçon, p. 589
32. DUMAS Jean-Baptiste, (1837) 1re leçon, op. cit., p. 2.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 213

UNE SCIENCE SOUS INFLUENCE POSITIVISTE ? 213

est l’expérimentation (que Comte attribuait à la physique). Enfin, Dumas


présente cette méthode comme une sorte d’essence transhistorique de la
chimie, alors que Comte souligne que la méthode propre à chaque science
se développe dans son histoire33.
Reste le problème de la condamnation de Dumas. N’est-elle pas la preuve
que le positivisme écrase la théorie chimique ? Replacée dans le contexte
des recherches menées dans les années 1830, la condamnation spectaculaire
de Dumas prend deux significations bien précises. Premièrement, si on l’in-
terprète dans le genre littéraire où elle prend place, il est clair qu’il s’agit
d’un exercice oral, mobilisant toute la rhétorique d’un plaidoyer34.
Adressée à l’auditoire du Collège de France, formé de chimistes, en particu-
lier de jeunes thésards ou assistants, cet exercice prend l’allure d’une injonc-
tion, presque d’une mise en garde. « Méfiez-vous, ne vous laissez pas
séduire ou embarquer », tel est le message que Dumas veut faire passer. Le
« si j’en étais le maître », maintes fois répété comme une imprécation,
exprime la volonté du berger qui voudrait empêcher les brebis de s’égarer.
Deuxièmement, le choix narratif est clair. L’argumentation de Dumas est
fondée sur son expérience personnelle. Cette leçon n’est pas une profession
de foi positiviste, une déclaration de scepticisme, c’est un récit, en première
personne. Dumas raconte sa propre aventure au pays des atomes, comment
il s’est embarqué avec enthousiasme, comment il s’est trouvé coincé dans
une impasse. Proposant une approche historique de la notion de propor-
tion volumétrique et pondérale, Dumas évoque l’atomisme comme une
théorie d’hier : « C’est, il y a bientôt vingt ans, que la théorie atomique eut
son beau moment35. » Les beaux jours de l’atomisme, c’était le bon temps
où l’on croyait possible de déterminer les poids atomiques, soit par la
méthode des densités gazeuses, soit avec l’aide de la loi de Dulong et Petit
pour les solides. L’atome semblait alors une notion définissable en termes

33. Ibid., p. 3-4.


34. Le texte du livre est la transcription des leçons recueillies par un auditeur
nommé Bineau (le même qui rédigea l’« Essai de philosophie chimique » de
Thenard) et chaque leçon est datée du jour où elle fut prononcée.
35. DUMAS Jean-Baptiste, Traité de chimie appliquée aux arts, Paris, Béchet jeune,
1828, 7e leçon, p. 230.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 214

214 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

opératoires. Dumas, en effet, a pris l’hypothèse d’Avogadro au sérieux,


comme base de travail pour la détermination de poids atomiques ; il a
adopté la distinction entre atome et molécule qu’il traduisait en « molécule
chimique » et « molécule physique » dans son Traité de 1828 ou « atome
chimique » et « atome physique » dans ses Leçons36. Mais lorsque les don-
nées pondérales et volumétriques sur les gaz et les solides cessèrent de
converger, alors commencèrent les difficultés. Bref, si Dumas avait lu
Lakatos, il aurait présenté l’atomisme de 1835 comme un « paradigme
dégénérescent37 ».
Dumas n’exprime en rien une méfiance de principe à l’égard des hypo-
thèses ou théories. Il privilégie au contraire l’approche théorique par rap-
port à l’accumulation stérile des faits38. Mais, à ses yeux, la théorie en
chimie n’a qu’une valeur heuristique et prédictive : elle ne dit pas la réalité,
elle stimule l’invention. D’où sa faillite quand elle mène à une aporie. La
condamnation de l’atome traduit donc un sentiment d’échec, de déception,
dans une longue campagne d’expériences inspirées par une adhésion ini-
tiale. Comme l’a justement souligné Satisch Kapoor, c’est parce qu’il n’est
pas parvenu à découvrir une méthode pour déterminer de manière sûre et
univoque le nombre d’atomes impliqués dans une réaction chimique, parce
qu’il obtient des résultats contradictoires suivant les méthodes utilisées (en
l’occurrence la loi d’Avogadro, la loi sur les chaleurs spécifiques de Dulong
et Petit ou celle d’isomorphisme) que Dumas en vient à considérer l’atome
comme une entité métaphysique au-delà de l’expérience39. Le principe
épistémologique sous-jacent à cette condamnation est un critère de consis-

36. DUMAS Jean-Baptiste, Leçons sur la philosophie chimique professées au Collège


de France, Paris, Ébrard, 1837, p. XXIV-VI.
37. LAKATOS Imre, Histoire et méthodologies des sciences, Paris, PUF, 1994. Le pro-
blème est plutôt que les disciples de Lakatos qui ont travaillé sur l’atomisme du
XIXe siècle n’ont pas lu Dumas (voir FRICKÉ, M., « The rejection of Avogadro’s
Hypothesis », in HOWSON C., Method and Appraisal in the Physical Sciences,
Cambridge, Cambridge University Press, 1976, p. 277-308).
38. C’est le motif principal du contraste établi par Dumas entre Priestley et
Lavoisier dans la 7e leçon.
39. KAPOOR Satisch C., « Dumas and Organic Classification », in Ambix, n° 16,
1969, p. 1-65 ; sur l’atomisme voir p. 7-13 ; voir aussi ROCKE Alan, From Dalton to
Cannizzaro. Chemical Atomism in the Nineteenth Century, op. cit., p. 115-118.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 215

UNE SCIENCE SOUS INFLUENCE POSITIVISTE ? 215

tance : pour être acceptable, une hypothèse doit conduire à des détermina-
tions compatibles avec les valeurs déterminées par d’autres voies.
Le retournement de l’enthousiasme en scepticisme ne doit pas toutefois
nous cacher que l’enjeu de cette condamnation n’est pas la structure cor-
pusculaire de la matière, laquelle fait partie de la « philosophie chimique »
et n’est jamais ouvertement remise en question :
Voici donc relativement à l’état présent de nos connaissances, la
conséquence la plus probable à laquelle on arrive, ce me semble, en
essayant de rendre compte de la constitution intime des corps. La
matière est formée d’atomes. Les chaleurs spécifiques nous enseignent
les poids relatifs des atomes des diverses sortes. La chimie opère sur des
groupes d’atomes de matière. Ce sont des groupes qui, en s’unissant
dans différentes proportions produisent les combinaisons en suivant la
loi des proportions multiples ; ce sont eux dont le déplacement mutuel
donne lieu de remarquer la règle des équivalents dans les réactions.
Enfin la conversion en gaz ou en vapeur crée encore d’autres groupes
moléculaires, dont dépendent les lois observées par M. Gay-Lussac40.

La constitution atomique de la matière n’est pas plus remise en question


chez Dumas que chez Auguste Comte. Il est clair pour tous les deux que les
équivalents sont l’expression, au niveau phénoménologique où opère le
chimiste, des relations entre les atomes. L’incertitude ne porte même pas
sur la distinction entre atomes et molécules, mais seulement sur le nombre
d’atomes dans les molécules. Le souhait final « si j’en étais le maître, j’effa-
cerais le mot atome de la science » me semble donc à interpréter comme
une hyperbole motivée par le souci d’un chef d’école qui souhaiterait dis-
cipliner un peu ses troupes.
La mise en garde concerne, en premier lieu, un jeune chimiste, ancien
élève de l’École des mines, qui prépare son doctorat dans le laboratoire de
Dumas, Auguste Laurent. Sa thèse, Recherches diverses de chimie organique,
soutenue en 1837, fut précédée d’un article paru aux Annales de chimie qui
lance une attaque en règle contre le dualisme électrochimique de Berzelius.

40. DUMAS Jean-Baptiste, Leçons sur la philosophie chimique professées au Collège


de France, op. cit., p. 239-240.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 216

216 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

L’offensive s’appuie sur une explication de la loi des substitutions, énoncée


par Dumas, en termes de remplacement d’un atome par un autre dans un
édifice moléculaire41. Dans sa thèse, Laurent admet que « toutes les combi-
naisons organiques dérivent d’un carbure d’hydrogène, radical fondamen-
tal, qui souvent n’existe plus dans ces combinaisons mais y est représenté
par un radical dérivé renfermant autant d’équivalents que lui42. »
Cette théorie – dite du noyau – est explicitement « imitée » de la cristal-
lographie de Haüy. Elle repose sur une représentation géométrique un peu
rigide de la configuration des atomes dans la molécule qui permet au chi-
miste d’interpréter les combinaisons comme des dérivations à partir d’un
noyau fondamental qui déterminait, chez Haüy, l’appartenance à une
espèce cristalline. Le radical invoqué par Laurent n’est donc plus, comme
chez Lavoisier, un groupe d’éléments qui se comporte comme un corps
simple, mais un édifice qui se transporte stable, invariant, par variations des
atomes qui le constituent. Contrairement à l’atome daltonien, l’atome
architectural de Laurent présuppose un référent physique, mais pas néces-
sairement matériel, puisque la nature des éléments importe peu. Entités
non observables, les molécules sont conçues comme de petits solides géo-
métriques, des prismes droits à seize pans, ou bien à six ou quatre pans, qui
permettent de découvrir des familles de composés. Cet atomisme, inspiré
de la tradition cristallographique inaugurée par Haüy, et illustré en France
par Ampère, Gaudin, Delafosse, Laurent et Baudrimont43, a été à la fois

41. LAURENT Auguste, « Théorie des combinaisons organiques », in Annales de


Chimie, n° 61, 1836, p. 125-146 ; voir aussi la première partie inédite de cet article in
JACQUES Jean, « La thèse de doctorat d’Auguste Laurent et la théorie des combinaisons
organiques (1836) », in Bulletin de la société chimique de France, 1954, p. 31-39.
42. LAURENT Auguste, Recherches diverses de chimie organique, Thèse de Doctorat
de sciences physiques, Faculté de Paris, le 20 décembre 1837, cité par BLONDEL-
MÉGRELIS Marika, Dire les choses, Auguste Laurent et la méthode chimique, Paris,
Vrin, 1996, p. 73.
43. MAUSKOPF Seymour H., « Crystals and Compounds », in Transactions of the
American Philosophical Society, n° 66, 1976, p. 5-80. SCHEIDECKER Myriam, Structure
de la matière, réactivité chimique, classification des corps simples en France dans la
tradition d’André-Marie Ampère (1800-1850), Synthèse des travaux en vue de l’ha-
bilitation à diriger des recherches, Université des Sciences et technologies de Lille,
1998, troisième partie.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 217

UNE SCIENCE SOUS INFLUENCE POSITIVISTE ? 217

revivifié par Dumas car il s’accorde bien avec l’idée de substitution d’un
atome à un autre et combattu par lui.
Comme Laurent a eu quelques querelles de priorité avec Dumas et
comme l’histoire a par la suite retenu sa notion d’édifice moléculaire – sans
les prismes à seize pans, il est vrai – la tentation est grande, irrésistible
même pour certains chimistes historiens, de considérer Laurent comme un
martyr, étouffé par le positivisme timoré de son « patron ».
La réalité est plus complexe car, s’il est vrai que Laurent a été victime dans
sa carrière de son opposition à Dumas, il faut reconnaître que sa représen-
tation rigide et géométrique des atomes semblait naïve aux chimistes et dif-
ficilement acceptable car elle contredisait la théorie électrochimique de
Berzelius. Il faut reconnaître enfin que, même si Dumas a manqué de
rendre justice aux mérites de son élève, son conservatisme n’est pas tel qu’il
n’ait deux ans plus tard lui-même pris la tête d’une croisade contre la théo-
rie de Berzelius.
Enfin, bien que plusieurs aspects de son œuvre trahissent une réticence à
l’égard des explications générales44, Dumas passerait difficilement pour un
positiviste étant donné que sa volonté de bannir l’atome ne l’a pas empêché
de défendre et de soutenir une hypothèse beaucoup moins acceptable, selon
l’orthodoxie comtienne : l’hypothèse d’une matière première d’où dérive-
raient tous les éléments connus (l’hypothèse de Prout), explicitement
dénoncée comme métaphysique par Comte en la trente-sixième Leçon du
Cours45, est vaillamment défendue par Dumas qui lui consacre de longues
recherches, fondées sur des déterminations minutieuses de poids ato-
miques ainsi que sur une comparaison des corps simples avec les radicaux
de la chimie organique46.

44. Voir par exemple son refus d’accepter aucune des explications de l’adhésion
des colorants aux divers tissus dans son Traité de chimie appliquée aux arts, op. cit.,
t. VIII, p. 152.
45. Comte n’attaque pas nommément l’hypothèse de William Prout qu’il semble
ignorer mais celle de l’Allemand Oken, in Cours, t. 1, 36e leçon, op. cit., p. 592
46. Dumas soutient une version révisée de l’hypothèse de Prout : tous les corps
simples dériveraient d’un élément originaire inconnu de poids atomique égal à un
demi ou un quart de celui de l’hydrogène. DUMAS Jean-Baptiste, « Sur les équiva-
lents des corps simples », in Annales de chimie et de physique, n° 55, p. 29-210.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 218

218 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

L’anti-atomisme de Dumas trouve donc sa cohérence propre dans l’évo-


lution intellectuelle de ce chimiste et ne doit rien aux idées d’Auguste
Comte qu’il ne cite d’ailleurs jamais et qu’il n’a sans doute jamais lu. On se
trouve ici en présence d’un cas exemplaire d’illusions attachées à l’usage de
la notion de « climat intellectuel » par les historiens. La référence à « l’air
du temps » positiviste ne tient aucun compte des conditions concrètes de
diffusion de la doctrine philosophique développée par Comte. Bien que ce
dernier enseigne publiquement son Cours de philosophie positive – d’abord
dans son appartement, Rue Monsieur le Prince puis à l’Athénée en 1829-30
– il a peu d’audience parmi les chimistes. On trouve dans l’auditoire des
mathématiciens et des physiciens célèbres comme Fourier, Poinsot, Navier
de l’École polytechnique, des biologistes comme Broussais et Esquirol le
psychiatre, mais de chimistes, point. De fait, le peu d’intérêt des chimistes
semble répondre au désintérêt de Comte pour la chimie : au fil des années,
tandis qu’il accroît le nombre de leçons sur la biologie, il réduit le nombre
des leçons consacrées à cette discipline passant de 10 en 1826 à 8 en 1828
puis 6 en 182947.

Des atomistes disciples de Comte

Combien de chimistes ont réellement eu connaissance des idées exposées


par Comte dans le Cours de philosophie positive ? Ils sont deux ou trois à
témoigner d’une connaissance de son œuvre. Or parmi eux, on trouve plus
d’étrangers que de Français. Contre l’idée reçue d’une influence dominante
du positivisme comtien sur la chimie française, il faut souligner que le seul
chimiste français du XIXe siècle qui, à ma connaissance, se réfère explicite-
ment à Comte dans son élaboration théorique, est Alexandre-Édouard
Baudrimont. Assistant de Laurent à l’Université de Bordeaux à partir de
1847, puis professeur, Baudrimont forge une conception réaliste de l’atome
et de la molécule en faisant large usage de réflexions philosophiques. Son
modèle est André-Marie Ampère auquel il emprunte deux concepts – le

47. PICKERING Mary, Auguste Comte. An Intellectual Biography, vol. I, Cambridge,


Cambridge University Press 1993. Voir aussi BENSAUDE-VINCENT Bernadette, « La
chimie, un statut toujours problématique dans la classification du savoir », in Revue
de Synthèse, 115, n° 1-2, 1994, p. 135-148.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 219

UNE SCIENCE SOUS INFLUENCE POSITIVISTE ? 219

point de vue « autoptique » correspondant au phénomène kantien et le point


de vue « cryptologique » correspondant à la recherche des causes des phé-
nomènes, à une visée nouménale.
Dans ce contexte, Comte fait plutôt figure d’anti-modèle. Il lui est repro-
ché d’être trop « sage » et de stériliser l’esprit en empêchant la recherche des
causes. Baudrimont présente l’œuvre de Comte comme un discours appro-
prié à une phase du développement de la chimie du XIXe siècle, quand il fal-
lut débarrasser la science des fluides imaginaires. Il faut cependant le
dépasser à cause des barrières qu’il impose à la recherche :
Les fluides ont donc été admis dans la science […]. On a nommé ces
prétendus fluides des agents naturels. Puis est venue la philosophie expé-
rimentale ou philosophie positive, développée il y a une trentaine d’an-
nées par M. Auguste Comte, et qui a été suivie par Dulong dans son
enseignement de la physique à la Faculté des sciences de Paris. Dans cette
philosophie, toutes les actions exercées par la matière ou les corps, tous
les phénomènes qu’ils présentent sont considérés comme le résultat de
l’action de forces, et sans s’occuper de l’origine et de la nature de ces
forces, on les considère comme des grandeurs susceptibles d’augmenta-
tion et de diminution, et par conséquent comme pouvant être soumises
au calcul. Cette théorie mérite d’être prise en très sérieuse considération.
On comprend facilement que son auteur, fatigué de l’incertitude et de la
variabilité des théories, se soit demandé si l’on ne pourrait pas se passer
de toutes les explications fondées sur des hypothèses, et rester complète-
ment dans le domaine des faits et de leurs relations autoptiques. Cette
idée est véritablement sage, mais elle a l’inconvénient de ne point stimu-
ler le zèle des travailleurs et de demeurer pour ainsi dire stérile lorsqu’en
réalité elle possède tout ce qui convient pour établir les sciences expéri-
mentales d’une manière très sérieuse. Cette théorie s’arrête à ce qui reste
évident et n’en recherche point les causes. L’esprit n’est point satisfait :
en voyant une machine en mouvement, il demande quel en est le
moteur, et il n’est pas indifférent de s’occuper de cette question. La phi-
losophie positive ne lui permet pas de la chercher, et c’est là ce qui fait
qu’on l’a abandonnée48.

48. BAUDRIMONT Alexandre-Édouard, « Observations sur la philosophie des


sciences », in Mémoires de la Société des sciences physiques et naturelles de Bordeaux,
n° 3, 1868, p. 276-305 (citation p. 293-94). À son tour, Marc-Antoine Gaudin, aussi
fortement influencé par Ampère, déplore le mépris pour la chimie théorique en

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 220

220 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

Il est manifeste que Baudrimont n’a pas lu en détail le Cours de philoso-


phie positive puisqu’il suppose que Comte condamne toute hypothèse.
Malgré cette vue très sommaire, Baudrimont ne suppose pas un moment
que le positivisme soit ennemi de l’atomisme. Il y voit au contraire une phi-
losophie newtonienne de la matière avec forces et particules. On note aussi
que lors même qu’une interaction est reconnue entre le fondateur du posi-
tivisme et les chimistes français, elle ne justifie pas l’anti-atomisme mais la
recherche des lois, illustrée par Dulong.
Parmi les chimistes étrangers, se trouvent deux anciens élèves de Comte,
tous deux promoteurs de l’atomisme, à des époques différentes. Alexander
Williamson (1824-1904) fut directement l’élève de Comte. Après un séjour
au laboratoire de Liebig à Giessen de 1844 à 1846, Williamson séjourne à
Paris où, grâce à des moyens personnels, il installe un laboratoire privé et
sympathise avec Laurent et Gerhardt. Sur les conseils de John Stuart Mill,
son ami d’enfance, il suit les cours de Comte pendant toute la durée de son
séjour parisien de1846 à 1849. Il fréquente donc Comte à l’articulation de
ses « deux carrières », scientifique et religieuse49. Bien que Comte le consi-
dère comme l’un de ses plus brillants disciples, Williamson n’a jamais été
un bon missionnaire du positivisme. Dans sa leçon inaugurale au
University College, où il est nommé professeur lorsqu’il retourne à Londres,
il esquisse un projet d’application du programme politique de Comte à
l’Angleterre mais l’exercice ne plut pas au « chef spirituel » qui critiqua
sévèrement sa thèse par lettre50. Il développe en revanche, dès 1850, une

France qui expliquerait d’après lui l’indifférence de ses compatriotes à l’égard de


son mémoire de 1833 « Recherche sur la structure intime des corps inorga-
niques... », GAUDIN Marc A., L’Architecture du monde des atomes, Paris, 1873, avant-
propos.
49. Après la rédaction du Cours (1830-42) et la publication du Discours sur l’es-
prit positif (1844), Comte développe son programme politique d’abord dans une
sorte de manifeste, Le Discours sur l’ensemble du positivisme (1848), puis dans un
traité en quatre volumes, le Système de politique positive (1851-1854).
50. WILLIAMSON Alexander, Development of Difference on the Basis of Unity,
Londres, 1849. Voir aussi une lettre de Comte à Williamson du 15 frédéric 61
(19 novembre 1849), in COMTE, Auguste, Correspondance générale, Paris, La Haye,
Mouton, t. V, p. 108-117.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 221

UNE SCIENCE SOUS INFLUENCE POSITIVISTE ? 221

théorie de l’éthérifiation où il avance une explication nouvelle de la for-


mation des éthers à partir des alcools51. L’originalité des travaux de
Williamson tient dans sa méthode, qui conjugue de belles recherches expé-
rimentales avec un effort d’explication fondée sur la théorie des substitu-
tions et une représentation de l’organisation des atomes dans la molécule.
L’explication retenue est validée au terme d’une campagne systématique
d’élimination des hypothèses alternatives. Il serait difficile de voir dans sa
méthodologie la marque d’une influence de Comte plus que de Liebig. On
peut toutefois conjecturer que la notion de « type » chimique développée
par Williamson dans les années 1850, n’est pas totalement étrangère à l’im-
portance que Comte attache à la notion de « type historique » dans sa
sociologie. Dans la cinquante-quatrième Leçon du Cours, Comte souligne
qu’un type est toujours abstrait, idéal et ne correspond jamais à une réalité
concrète. Simple conjecture. Il est significatif, en tout cas, que là où l’in-
fluence de Comte sur une pratique scientifique est vraiment repérable, on
n’observe ni mépris des explications théoriques, ni condamnation des
hypothèses, mais au contraire l’une des plus belles contributions au déve-
loppement de l’atomisme en chimie.
Jacobus H. van’t Hoff (1852-1911) est un autre contre-exemple à l’asso-
ciation du positivisme avec l’anti-atomisme. En 1874, il apporte une belle
preuve à l’appui de la réalité spatiale des atomes avec un mémoire qui le
rendit célèbre sur l’asymétrie du carbone, où il explique les cas d’isomérie
optique en précisant la position relative des atomes avec des formules chi-
miques à trois dimensions. Or cette « chimie dans l’espace » est l’œuvre
d’un fervent disciple de Comte52. Étudiant à Delft, van’t Hoff lit le Cours de
philosophie positive, L’Histoire des sciences inductives de William Whewell et
De l’intelligence d’Hyppolite Taine. Apparemment c’est surtout Comte qui

51. WILLIAMSON Alexander, « Theory of etherification », in The London,


Edimburgh and Dublin Philosophical Magazine and Journal of Science, n° 37, 1850,
p. 350-356.
52. VAN’T HOFF Jacobus, « Sur les formules de structure dans l’espace », in
Archives néerlandaises des sciences exactes et naturelles, n° 9, 1874, p. 445-454. Dix
ans plus tard, Van’t Hoff résume la découverte dans « La chimie dans l’espace » où
il rend hommage aux travaux contemporains de Le Bel, réédité in PASTEUR Louis,
VAN’T HOFF Jacobus, WERNER A., Sur la dissymétrie moléculaire, Paris, Christian
Bourgois Éditeur, 1986, p. 109-220.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 222

222 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

l’influença. D’après le témoignage de son collègue Ernst Cohen, ce serait la


hiérarchie des sciences, en particulier la subordination de la chimie aux
mathématiques et à la physique qui aurait conduit van’t Hoff à entre-
prendre l’étude du calcul lorsqu’il était à Delft. En fait, on l’a vu, Comte
n’encourage guère l’application du calcul à la résolution des problèmes
chimiques, qu’il considère comme un perfectionnement accessoire. Mais
van’t Hoff lui-même souligne sa fidélité à Comte quand il déclare dans une
lettre à Ostwald en 1901 : « Bien que je sois un philosophe approximatif, je
reste attaché à Comte53 ». De fait, par son souci de produire des appuis
expérimentaux à chacun de ses énoncés théoriques, comme par sa
recherche passionnée d’explications générales, van’t Hoff se montre en effet
fidèle à l’esprit, sinon à la lettre du Cours de philosophie positive.

UN LARGE ÉVENTAIL DE POSITIVISMES

Si l’anti-atomisme déclaré des années 1830-40 ne doit rien à la publica-


tion du Cours de philosophie positive, si les quelques chimistes lecteurs de
Comte se trouvent parmi ceux qui ont le plus contribué à développer et à
faire accepter l’atomisme, faut-il renoncer tout à fait à lier le sort de l’atome
dans la chimie française avec le positivisme ?
Cette question oblige à reconsidérer la définition courante du terme
« positivisme » pour préciser ce que l’on entend par là. Dans le débat sur
l’atome, chacun des protagonistes s’appuie sur une épistémologie qui
évoque sans doute la philosophie positive, si l’on s’en tient à une vague
notion. Mais, comme l’a souligné Annie Petit, on ne doit pas confondre
cette philosophie positive ambiante et le système philosophique forgé par
Auguste Comte54. L’ambiguïté vient sans doute du choix du terme « positi-
visme » par Comte en 1843 : un terme sans nom d’auteur serait plus uni-
versel, croyait-il. Il fut au contraire la source de bien des confusions.

53. Van’t Hoff à Oswald, le 27 juillet 1901, COHEN E. J.H. (1912) Van’t Hoff, Sein
Leben und Wirken, Leipzig Akademische Verlag-Gesselshaft. Van’t Hoff est aussi un
fervent admirateur du travail de Berthollet (p. 184-185).
54. PETIT Annie, Heurs et malheurs du positivisme, Philosophie des sciences et poli-
tique scientifique chez Auguste Comte et ses premiers disciples, Thèse de doctorat
d’État, Université Paris I, 1995, t. I, p. 1-7 ; voir aussi le numéro spécial de
Romantisme, « Le(s) positivisme(s) », n° 21/22, 1978.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 223

UNE SCIENCE SOUS INFLUENCE POSITIVISTE ? 223

Une vulgate empiriste

Vers le milieu du XIXe siècle, une sorte de vulgate positiviste imprègne tout
discours sur les sciences qui n’a guère de rapport avec le système philoso-
phique et politique élaboré par Comte. Dans le meilleur des cas, la vulgate
reprend quelques formules empruntées à une lecture hâtive des deux pre-
mières leçons du Cours de philosophie positive, mais elle est indépendante de
la Société positiviste fondée par Comte en 1847. De ce que cette vulgate
positiviste est devenue une référence incontournable, un moyen de légiti-
mer des engagements, des prises de position, on ne doit pas conclure à l’in-
fluence d’un système philosophique, ou d’une école assez puissante pour
dominer ou imprégner les milieux scientifiques.
Il est donc plus sage, plus intéressant surtout, de considérer les positions
philosophiques exprimées par les savants du XIXe siècle comme issues de
leurs propres pratiques et largement déterminées par les tensions et contro-
verses du moment. On est ainsi conduit à distinguer plusieurs variétés de
philosophies susceptibles d’être qualifiées de positives et à décliner le mot
positivisme au pluriel.
Si l’on assimile le positivisme à une forme d’empirisme baconien – ce qui
est fort peu comtien –, alors on considère comme positiviste l’épistémologie
propagée par les manuels scolaires français produits en masse à la suite de
la réforme du baccalauréat à la fin des années 182055. Ces manuels, essen-
tiellement destinés à préparer les lycéens à de futures études de médecine,
défendent l’équivalentisme contre l’atomisme en répandant l’idée que le
concept d’équivalent, contrairement à celui d’atome, est d’origine pure-
ment expérimentale, non contaminé par des hypothèses. Cette forme de
positivisme – que j’appellerai « scolaire » – s’exprime dans une rhétorique
inductiviste, dans un culte presque fétichiste des « faits », le tout justifié au
nom d’impératifs pédagogiques. Par exemple, dans la préface de leur Cours
de chimie générale, Frémy et Pelouze déclarent : « C’est surtout un livre
d’enseignement que nous avons voulu rédiger. On conçoit que nous ayons

55. BENSAUDE-VINCENT Bernadette, GARCÍA-BELMAR Antonio et BERTOMEU José R.,


L’Émergence d’une science des manuels. Les livres de chimie en France (1789-1852)
Paris, Éditions archives contemporaines, 2003.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 224

224 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

dû n’admettre que ce que l’on peut appeler la partie positive et avérée


de la science, c’est-à-dire les faits, et rejeter tout ce qui n’est encore que
conjecture56. »
Ainsi se répand le mythe d’une science libre de toute théorie. Cette phi-
losophie, fortement recommandée par les instructions officielles concer-
nant l’enseignement des sciences physiques, est rigoureusement intenable
dans la pratique des sciences. Les chimistes savent bien que pour construire
les tables d’équivalents, il faut adopter un certain nombre de conventions
qui sont autant d’engagements théoriques sur la nature des combinaisons et
la structure des composés57. Quoiqu’elle fût impraticable, cette philosophie
inductiviste a imprégné les discours des chimistes pour des générations.

Berthelot, une position de combat

Marcellin Berthelot radicalise cet empirisme baconien dans le feu de la


controverse qui, durant les années 1860-70, oppose les atomistes – Wurtz et
son école – aux anti-atomistes – Sainte-Claire Deville et Berthelot. Dans
une courte réponse à Wurtz concernant la loi d’Avogadro, Berthelot mobi-
lise le hypotheses non fingo et la mémoire de Lavoisier pour opposer « l’hy-
pothèse mal définie » qu’est l’atome à la « notion claire, susceptible en
général d’être réalisée par des expériences précises » qu’est l’équivalent58.
Son argument principal consiste à dénoncer une confusion entre loi et
hypothèse à partir d’un stock de formules invoquant la solidité des faits et
le spectre des spéculations.

56. FRÉMY E., PELOUZE J., Cours de chimie générale, Paris, Victor Masson, t. I,
1848, p. 1.
57. ROCKE A.J., From Dalton to Cannizzaro. Chemical Atomism in the Nineteenth
Century, op. cit. Voir aussi du même auteur, The Quiet revolution : Hermann Kolbe
and the Science of Organic Chemistry, Berkeley, University of California Press, 1993,
et Nationalizing Science, Adolphe Wurtz and the Battle for French Chemistry,
Cambridge Mass., MIT Press, 2001.
58. BERTHELOT Marcellin, « Réponse à la note de M. Wurtz, relative à la loi
d’Avogadro et à la théorie atomique », in Comptes rendus de l’Académie des sciences,
n° 84, 1877, p. 1189-1195 (citation p. 1195).

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 225

UNE SCIENCE SOUS INFLUENCE POSITIVISTE ? 225

Avogadro et Ampère ont énoncé une hypothèse et non une loi en


disant : Tous les gaz renferment le même nombre de molécules sous le
même volume. En réalité, nous ne voyons pas les molécules, et nous
n’avons aucun moyen connu de les compter. […] Qui a jamais vu, je le
répète, une molécule gazeuse ou un atome59 ?

Ce positivisme tient du robuste réalisme de bon sens, comme le remarque


Mary Jo Nye60. Il se démarque nettement de celui de Comte qui condam-
nait l’empirisme strict et n’a jamais prétendu que les énoncés positifs ren-
voyaient nécessairement à des entités observables. En exigeant de rapporter
chaque énoncé à des observables, le positivisme « bricolé » par Berthelot au
cœur de la controverse qui l’oppose à Wurtz, se rapproche davantage du
néopositivisme développé dans la mouvance du Cercle de Vienne (dans sa
version la plus dure) que de celui de Comte. Et cette riposte radicalise aussi
la philosophie que Berthelot développait quelque quinze ans auparavant.
En effet, dans « La science idéale et la science positive », il soulignait l’im-
portance de la recherche d’explication et ne condamnait pas les
hypothèses61. Il suggérait même qu’une part de jugement entre dans leur
estimation comme si seul l’œil exercé d’un savant pouvait démêler dans la
foule des effets divers les notions les plus générales. Bref, ce positivisme
hâtivement fourbi dans une controverse est un positivisme de circonstance,
que j’appellerai « polémique ».

L’antiréalisme de Gerhardt et Kekulé

Si l’on appelle positiviste une attitude instrumentaliste, opposée au réa-


lisme, alors il faut faire basculer l’étiquette positiviste dans le camp des ato-
mistes. La philosophie qui s’élabore dans l’œuvre de Charles Gerhardt
(1816-56), l’un des champions de l’atomisme dans les années 1840 et 1850
est, en un sens, plus fidèle au Cours de philosophie positive que l’inductivisme

59. Ibid., p. 1194.


60. NYE Mary Jo, « Berthelot’s anti-atomism : “A Matter of taste” », in Annals of
Science, n° 38, 1981, p. 585-590.
61. BERTHELOT Marcellin, « La science idéale et la science positive », lettre à Renan
datée de novembre 1863, in Science et philosophie, Paris, Calmann Lévy, 1886, p. 4-39.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 226

226 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

baconien. En effet, l’objectif principal de Gerhardt est la classification que


Comte reconnaissait, en la trente-sixième Leçon, comme une condition
fondamentale pour accéder à une chimie positive. Gerhardt ne suit pas
pour autant les préceptes comtiens puisque sa classification renverse la
théorie dualiste des combinaisons qui, d’après Comte, serait la base d’une
classification rationnelle62. À la suite de Williamson, Gerhardt développe
dans son Traité de chimie organique une théorie des « types » qui permet de
classer la foule sans cesse croissante des composés organiques en les suppo-
sant dérivés, par substitutions, de quatre types fondamentaux ou organisa-
tions moléculaires63. D’où découlent une nouvelle écriture et des formules
structurales. Mais de même que Comte insistait sur le caractère idéal de ses
types historiques, Gerhardt prévient toute représentation réaliste de ses
types chimiques. Il estime qu’on ne peut rien savoir sur la constitution
réelle des substances. Pour lui, les radicaux ou groupements d’atomes
n’existent pas comme des entités physiques isolables. Ce sont seulement des
schèmes taxonomiques, qui manifestent des analogies, des homologies. Le
radical est « le rapport suivant lequel se substituent ou se transportent d’un
corps à un autre, dans la double décomposition, certains éléments ou
groupes d’éléments64 ». Gerhardt désubstantialise donc l’architecture
moléculaire pour concentrer toute la théorie chimique sur la notion très
abstraite de rapports, qui seule l’intéresse pour son projet de classification.
Ses formules n’ont aucune portée ontologique, Gerhardt les nomme « for-
mules rationnelles » et il admet qu’un même corps peut recevoir plusieurs
formules65.
Ce positivisme résolument anti-réaliste n’est pas un cas isolé dans la chi-
mie du XIXe siècle. C’est, au contraire, la position qui sous-tend le combat
des atomistes contre les équivalentistes, tel qu’il s’exprime lors du premier

62. COMTE Auguste, Cours de philosophie positive, op. cit., 36e leçon, p. 594-602.
63. Voir BENSAUDE-VINCENT Bernadette, STENGERS Isabelle, Histoire de la chimie,
Paris, La Découverte, 1993, p. 173-192.
64. GERHARDT Charles, Traité de chimie organique, Paris, Firmin-Didot, t. IV,
1853-1856, p. 568-569.
65. BROOKE John, « Laurent, Gerhardt, and the philosophy of chemistry », in
Historical Studies in the Physical Sciences, n° 6, 1975, p. 405-429.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 227

UNE SCIENCE SOUS INFLUENCE POSITIVISTE ? 227

Congrès international des chimistes à Karlsruhe en 1860. En aucun cas, on


ne peut interpréter le débat des années 1860 comme un affrontement entre
des atomistes réalistes et des équivalentistes, idéalistes ou positivistes. Les
atomistes plaident leur cause à l’aide de deux arguments principaux : (1) la
convergence ou non-contradiction entre les valeurs de poids atomiques
déterminées selon la loi d’Avogadro revue par Gerhardt et les détermina-
tions obtenues par d’autres voies ; (2) invoquant la nécessité d’un consen-
sus sur des conventions d’écriture, ils soulignent la commodité des
formules issues de la notation de Gerhardt66. Si l’on tente de caractériser les
positions épistémologiques sous-jacentes à l’atomisme des années 1860, il
faudrait parler d’un conventionnalisme : l’atome promu par les chimistes
face aux équivalentistes est une convention ou un symbole dont la fonction
est de donner une représentation de ce qui se passe dans les combinaisons
chimiques. Ce n’est pas une réalité, la question ontologique étant tout sim-
plement inadéquate, hors sujet, comme le souligne August Kekulé, lui aussi
ardent défenseur de la chimie structurale.
La question de l’existence des atomes a peu d’importance du point de
vue chimique. Sa discussion relève plutôt de la métaphysique […]. Je
n’ai aucune hésitation à déclarer que, du point de vue philosophique, je
ne crois pas à l’existence réelle des atomes, si l’on prend le terme au sens
littéral de particules indivisibles. En tant que chimiste, néanmoins, je
considère l’affirmation des atomes, comme non seulement recomman-
dable mais même absolument nécessaire à la chimie67.

66. BENSAUDE-VINCENT Bernadette, « Karlsruhe, septembre 1860 : l’atome en


congrès », in Relations internationales, n° 62, « Les Congrès scientifiques internatio-
naux », 1990, p. 149-169.
67. KEKULÉ August von, « On some points of chemical philosophy », in The
Laboratory, I, 27 juillet, 1867 cité par GÖRS Britta, « Sous mes yeux voltigeaient les
atomes », in Les Cahiers de Science & Vie, n° 42, 1997, p. 48-54. À la même époque,
Benjamin Brodie, professeur de chimie à Oxford et président de la Chemical Society,
est tellement révolté par le réalisme des modèles moléculaires fabriqués avec des
boules et tiges, qu’il conçoit un langage purement formel et symbolique lui permet-
tant, avec le secours de l’algèbre de Boole, d’exprimer algébriquement les réactions
chimiques ; BRODIE Benjamin, « Calculus of Chemical Operations », in Philosophical
Transactions, Part I, 156, 1866, p. 781-859 ; Part II, 167, 1877, p. 35-116 ; voir KNIGHT,
Atoms and Elements, op. cit., p. 105-126.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 228

228 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

L’ancien élève de Comte, Alexander Williamson, lorsqu’il est devenu pré-


sident de la Chemical Society, soutient une position analogue d’agnosti-
cisme quant à la nature des atomes :
Savoir si nos atomes élémentaires sont par nature indivisibles, ou s’ils
sont formés de plus petites particules est une question sur laquelle, en
tant que chimiste, je n’ai aucune prise, et je puis dire qu’en chimie la
question n’est posée par aucune évidence quelle qu’elle soit. Ils peuvent
être des vortex, comme le pense Thomson ; ou de petites boules insé-
cables et dures de forme régulière ou irrégulière. Je n’en sais rien ; et je
suis sûr que nous pouvons mieux étendre et consolider notre connais-
sance des atomes en examinant leurs réactions, en étudiant les proprié-
tés physiques de leurs divers produits, en revenant le plus souvent aux
faits acquis, en les ordonnant en fonction des analogies, et en cherchant
à exprimer dans un langage aussi concis que possible les relations géné-
rales que nous avons observées entre eux68.

De telles positions sont tout en contraste avec celles que présentaient


Auguste Comte en 1835 ou encore Thenard et Dumas en 1834 et 1836.
Comte admettait sans problème l’existence des corpuscules ultimes de la
matière mais estimait la théorie atomique secondaire. Les chimistes ato-
mistes des années 1860-70, ceux qui ont jeté les bases de la chimie orga-
nique, affirment la nécessité de la théorie atomique, en lui refusant toute
portée ontologique. Les atomes sont à leurs yeux des principes explicatifs
nécessaires, féconds, qui permettent de faire des prévisions et des actions69.
Voilà deux attitudes épistémologiques si radicalement opposées qu’il est
absurde de continuer à invoquer une vague influence positiviste sur la ques-
tion de l’atomisme.

68. WILLIAMSON Alexander, « Presidential Address », 3 juin 1869, Journal of the


Chemical Society, 22, p. 328-365, cité par KNIGHT, Atoms and Elements, op. cit., p. 118.
69. On retrouve le même choix philosophique au XXe siècle dans les débats sur la
réalité des orbitales. Certains chimistes refusent la question métaphysique et assi-
milent la réalité des orbitales à leur pouvoir de prédiction précise. Voir JENKINS
Zack, « Do you need to believe in orbitals to use them ? Realism and the autonomy
of chemistry », in Philosophy of Science, n° 70, 2003, p. 1052-1062.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 229

UNE SCIENCE SOUS INFLUENCE POSITIVISTE ? 229

UNE INSTANCE DE LÉGITIMATION

Le positivisme est une catégorie trop polysémique pour expliquer les


choix des chimistes dans les débats sur l’atome au XIXe siècle. C’est, en
revanche, une instance de légitimation. On se réclame du positivisme aussi
bien pour plaider en faveur de l’atomisme que pour lutter contre lui.
En témoigne un inventaire rapide de la revue La Philosophie positive, qui
ouvre ses pages aux porte-parole des deux camps adverses. Publiée à partir
de 1867 par les continuateurs de Comte, rassemblés sous la houlette de
Émile Littré, cette revue propage la philosophie positive comme une philo-
sophie des sciences, en se démarquant nettement du positivisme, c’est-à-
dire du système élaboré par Comte dans sa « deuxième carrière » qui inspire
l’autre école positiviste, orthodoxe, conduite par Pierre Laffitte qui promeut
la religion de l’Humanité. Pour les atomistes, c’est Alfred Naquet, ancien
élève du laboratoire de Wurtz, professeur à la Faculté de médecine depuis
1863 qui mène campagne sous la forme de deux articles70. Dans les années
1860, la controverse tourne moins autour de la distinction entre atome et
molécule que sur la théorie de l’atomicité, c’est-à-dire la capacité d’un
atome à se combiner à un, deux, trois, n… atomes d’un autre élément. À
Sainte-Claire Deville qui reproche à l’atomicité de réintroduire des forces
occultes dans une science positive, Naquet répond qu’il ne faut pas
confondre affinité et atomicité. Il entreprend alors, dans un second article,
de démontrer que la notion d’atomicité est une hypothèse parfaitement
conforme aux préceptes de la philosophie positive. Il rappelle d’abord que
Comte, loin de se montrer hostile aux hypothèses, encourage celles qui
groupent les faits en lois ou les phénomènes en un système, « pourvu qu’on
ne les prenne pas pour des vérités absolues, pour des faits indiscutables,
pourvu qu’on ne les accepte que sous bénéfice d’inventaire, qu’on ne leur
accorde même qu’une valeur hypothétique71 ». Il développe ensuite six
arguments en faveur de l’atomicité qui mettent en œuvre deux critères
d’acceptabilité d’une hypothèse : son pouvoir explicatif (par exemple,

70. NAQUET Alfred, « De l’affinité », in La Philosophie positive, n° 1, 1867, p. 313-


321 ; NAQUET Alfred, « De l’atomicité », in La Philosophie positive, n° 2, 1868, p. 85-107.
71. Ibid., p. 88.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 230

230 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

l’hypothèse moléculaire est nécessaire pour expliquer les variations de


volume avec la température ainsi que les changements d’état) et son pou-
voir heuristique ou prédictif (les formules structurales ont permis de
découvrir de nouvelles classes de composés que l’expérience a ensuite réa-
lisés). Et de conclure :
Les chimistes les plus partisans de la théorie atomique ne considèrent
cette théorie que comme une hypothèse propre à faire progresser la
science. Ils croient seulement, et ce n’est que là qu’ils se distinguent de
leurs adversaires, que cette théorie est aujourd’hui utile, féconde, néces-
saire, et qu’en attendant des faits qui la contredisent, ou une meilleure
théorie qui vienne s’y substituer, on ne peut s’en passer qu’en faisant de
la chimie un empirisme dans lequel la science étouffe72.

Les lecteurs de La Philosophie positive n’auront pas tout à fait le même


point de vue après avoir lu les articles de Grégoire Wyrouboff. Initié à la
philosophie positive par un professeur français en Russie, Wyrouboff devient
cristallographe et membre de la Société de chimie de Paris, tout en militant
activement pour la diffusion du positivisme comme co-fondateur de la revue
La Philosophie positive. Il y publie une vingtaine d’articles dont un, à la fin des
années 1870, qui prend position contre Wurtz et l’école atomiste en tentant
de réactualiser les leçons de chimie d’Auguste Comte73. Tout en rappelant
que Comte souligne la nécessité des hypothèses, Wyrouboff estime que la chi-
mie de son époque est « un mélange en proportions inégales de science et de
métaphysique74 ». Quels sont les ingrédients métaphysiques ? Ce n’est pas
l’hypothèse moléculaire que Wyrouboff accepte sereinement.
Tout le monde admet que la matière est constituée de particules exces-
sivement petites, indivisibles par les moyens mécaniques et chimiques

72. Ibid., p. 107. Naquet dénonce également l’empirisme entretenu par les anti-
atomistes dans l’avant-propos de ses Principes chimiques fondés sur les théories
modernes (1865).
73. WYROUBOFF Grégoire, « De l’esprit métaphysique en chimie », in La
Philosophie positive, n° 13, 1879, p. 177-199. En 1903, Wyrouboff occupe la chaire
d’histoire des sciences du Collège de France (longtemps demandée par Auguste
Comte puis créée pour son disciple P. Laffitte). D’après le résumé succinct qui nous
reste de ses cours, on devine que Wyrouboff n’est pas pour autant favorable à l’éner-
gétisme. À la chimie physique, il reproche « une connaissance insuffisante et
inexacte de la structure de la matière ».
74. Ibid., p. 199.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 231

UNE SCIENCE SOUS INFLUENCE POSITIVISTE ? 231

que nous possédons, semblables entre elles dans chaque corps simple
mais différentes d’un corps à un autre. Cela est hypothétique sans doute
mais enfin l’hypothèse sous cette forme est inoffensive ; elle a le mérite
de satisfaire l’esprit et de ne gêner en rien la science75.

Wyrouboff n’est pas prêt à favoriser l’équivalentisme contre l’atomisme.


Il n’est pas d’accord avec Berthelot, à qui il reproche de privilégier la chimie
organique et de ne pas respecter la subordination du règne organique au
règne minéral. Il critique aussi sévèrement l’invention d’une écriture abs-
traite et purement formelle des réactions chimiques inventée par Benjamin
Brodie pour combattre le réalisme naïf des modèles moléculaires76.
Wyrouboff, comme Comte, n’est pas hostile au réalisme moléculaire, pas
plus qu’il n’est hostile à l’atomisme de Gerhardt auquel il reconnaît le
mérite de fournir « des formules élégantes ». Ce qui lui semble foncière-
ment métaphysique, c’est l’hypothèse d’une atomicité variable des éléments
défendue par Wurtz. Il la traite d’hypothèse ad hoc, arbitraire, inutile puis-
qu’elle se réduit à poser les proportions multiples que Dalton cherchait pré-
cisément à expliquer avec l’hypothèse atomique77. Ces critiques, partagées
par beaucoup de chimistes contemporains, sont néanmoins étonnantes
sous la plume d’un ardent défenseur d’Auguste Comte. En effet, l’enjeu de
la critique, c’est la relativité de la notion d’atomicité, le fait qu’elle n’est pas
absolue, c’est-à-dire définie une fois pour toutes pour chaque élément,
mais variable suivant les corps rencontrés. Quand on sait à quel point
Comte a combattu l’absolu et prôné le relativisme, cette critique semble
assez paradoxale.
Si, dans la controverse des années 1860-1870, les deux camps – atomiste
et anti-atomiste – peuvent également se réclamer du positivisme, serait-ce
parce qu’en dépit de leurs divergences doctrinales, ils partagent de plus en
plus certaines positions épistémologiques face aux vues des physiciens ? On
peut, en effet, conjecturer que l’atomisme mécaniste qui se développe à la
fin du XIXe siècle dans la théorie cinétique des gaz puis dans la mécanique
statistique de Boltzmann, suscite de la part des chimistes, une méfiance de

75. Ibid., p. 187.


76. Ibid., p. 194-196.
77. Ibid., p. 189.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 232

232 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

plus en plus prononcée. Comme le souligne Nye, on peut voir dans le posi-
tivisme radical défendu par Berthelot lors de sa controverse avec Wurtz une
revendication d’autonomie de la chimie par rapport aux prétentions réduc-
tionnistes de la physique. Berthelot pense préserver l’originalité de la chi-
mie en refusant tout net les hypothèses78. De même, le refus de toute
implication ontologique chez les atomistes promoteurs des formules struc-
turales comme Kekulé ou Williamson peut être vu comme un moyen de
résister aux modèles mécaniques en tous genres qu’inventent les physiciens.
Cette philosophie, partagée par les atomistes et les anti-atomistes, peut être
caractérisée comme une nouvelle forme de positivisme dans la mesure où
elle correspond à une conception purement instrumentaliste de l’hypothèse
et où elle exprime une revendication d’autonomie de la chimie qui réactive
le souci de régionalisme épistémologique qui s’exprime dans le Cours de
philosophie positive d’Auguste Comte79.
On ne peut toutefois pousser très loin cette hypothèse d’une chimie qui,
transcendant ses clivages internes, affirmerait son identité sous la bannière
positiviste face à la physique. Cette épistémologie se développe peut-être en
réaction contre le réalisme des modèles mécaniques, mais elle ne constitue
pas vraiment une identité disciplinaire propre à la chimie. N’est-ce pas pré-
cisément dans La Théorie physique, son objet, sa structure, que Pierre
Duhem développe sa critique des modèles mécaniques jugés naïfs, inutiles,
voire parasites, tout en assignant à la théorie un rôle purement symbolique
de mise en ordre80 ? Parmi les physiciens français du tournant du siècle, la
critique du mécanisme n’est d’ailleurs pas l’exclusivité des énergétistes ou
des anti-atomistes comme Duhem, elle est aussi sous-jacente à l’atomisme
d’un Perrin ou d’un Langevin81. Pas plus qu’il n’est possible de tracer une
ligne de clivage dans la tradition chimique française entre des atomistes

78. NYE Mary Jo, « Berthelot’s anti-atomism : “A Matter of taste” », op. cit.
79. Sur cet aspect de la pensée de Comte voir HEILBRON J., « Theory of knowledge
and theory of science in the work of Auguste Comte. Note on Comte’s originality »,
in Revue de Synthèse, n° 112, 1991, p. 75-89.
80. DUHEM Pierre, La Théorie physique, son objet, sa structure, réédition, Paris,
Vrin, 1981, p. 77-154.
81. BENSAUDE-VINCENT Bernadette, Paul Langevin. Science et vigilance, Paris,
Belin, 1987, p. 41-60 ; GARDNER Michael R., « Realism and instrumentalism in 19th-
century chemistry », in Philosophy of Science, n° 46, 1979, p. 1-34.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 233

UNE SCIENCE SOUS INFLUENCE POSITIVISTE ? 233

réalistes et des anti-atomistes positivistes, il ne serait raisonnable de coller


une étiquette positiviste sur la chimie par opposition au réalisme de la phy-
sique. Les identités de ces deux disciplines se dessinent dans un jeu beau-
coup plus complexe que la simple gestion des hypothèses.
Il faut donc renverser la problématique. Ce n’est pas une philosophie qui
fait obstacle au progrès des sciences, mais une mauvaise connaissance du
positivisme qui fait obstacle à notre compréhension du développement des
sciences. L’école positiviste française n’a pas favorisé l’anti-atomisme. Il suf-
fit de comparer le réalisme tranquille de Comte ou de Dumas avec l’idéa-
lisme foncier d’un Gerhardt ou d’un Kekulé, pour voir que le positivisme
n’a rien à voir avec le refus de l’atome et le repli sur les équivalents.

GEORGES URBAIN ET LE « RETARD »


DE LA CHIMIE FRANÇAISE

Une fois démonté le mythe de l’influence écrasante du positivisme pour


expliquer les réticences durables à l’atomisme chez les chimistes français du
XIXe siècle, la question du lien entre le positivisme et l’anti-atomisme se
repose avec insistance à propos de Georges Urbain, au XXe siècle.
Contrairement aux chimistes français du XIXe siècle, Urbain a lu et bien lu
Auguste Comte, qu’il cite d’abondance. Et cet intérêt pour le positivisme
s’accompagne de réticences à l’égard de l’atome. Urbain ne déclare-t-il pas,
en plein XXe siècle, que l’atome n’est qu’une fiction, une image et qu’on
pourrait s’en passer ? Un siècle après la leçon du Collège de France où
Dumas proclamait « Si j’en étais le maître, j’effacerais le mot atome de la
science… », Urbain professe encore le scepticisme :
Ce qu’il y a d’essentiel […] c’est le symbolisme qui, ne représentant
que des faits, n’a pas de rapport nécessaire avec les images atomiques.
Sera-t-il possible d’en convaincre ceux qui ont appris la chimie organique
dans la langue de l’atomisme ? À force de parler d’atomes, la plupart des
chimistes pensent sincèrement que cette notion a joué le principal rôle
dans le développement de cette science, et qu’elle ne pouvait s’en passer.
Rien n’est moins sûr ; mais c’est là une autre histoire82.

82. URBAIN Georges, avant propos à DUMAS Jean-Baptiste, Leçons de philosophie


chimique, Paris, Gauthier-Villars, 1937, p. 1.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 234

234 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

Le propos paraît tellement suranné, tellement étranger aux développe-


ments de l’atomistique au XXe siècle qu’il est tentant d’éreinter Urbain,
comme le fait Micheline Charpentier-Morizé : « Cette conception relève du
positivisme le plus étroit ; elle est en opposition totale avec les acquis de la
science chimique à cette date83. » Urbain est ainsi présenté comme un man-
darin qui jouit d’une grande renommée en dépit de la médiocrité de ses
contributions à la science, un de ces savants qui, comme Perrin son ami,
« aime beaucoup disserter sur la chimie et la science » et qui ont finalement
freiné le progrès des idées nouvelles en France.
Le cas de Georges Urbain – auquel on pourrait adjoindre Maurice
Delacre, Professeur à l’université de Gand84 – oblige donc à reposer la ques-
tion de l’alliance historique entre positivisme et anti-atomisme, et à se
demander une fois de plus si le positivisme a pu jouer comme frein aux
avancées scientifiques. Urbain a consacré une partie de son œuvre à des
réflexions épistémologiques sur la chimie : en particulier dans Les
Disciplines d’une science, la chimie85. Tout comme le faisait Jean Jacques à
l’égard de Berthelot, Charpentier-Morizé incrimine les « dissertations » des
scientifiques comme obstacle au travail scientifique. Ces arguments soulè-
vent le problème plus général de la pertinence des réflexions historiques et
philosophiques chez un chercheur en activité. À leurs yeux, ce genre d’es-
sais littéraires serait « excusable » de la part d’un savant à la retraite. Mais
Urbain publie Les Disciplines d’une science, alors qu’il est encore en pleine
activité, professeur à la Sorbonne et à l’École centrale, et qu’il a des respon-
sabilités internationales. Bref, la philosophie parasite le monde de la science
et retarde ses progrès.
Afin de mettre en relief la différence des opinions que l’on peut défendre
sur de telles questions, je propose deux lectures alternatives du petit essai de
Urbain : la première livre le point de vue d’un chimiste ou d’un étudiant de

83. CHARPENTIER-MORIZÉ Micheline, Perrin, savant et homme politique, Paris,


Belin, 1997, p. 118-119.
84. DELACRE Maurice, Essai de philosophie chimique, Paris, Payot, 1923.
85. URBAIN Georges, Les Disciplines d’une science : la chimie, Paris, Librairie Doin,
1921. L’ouvrage paraît dans la collection « Encyclopédie scientifique » qui fait par-
tie de la Bibliothèque d’histoire et de philosophie des sciences dirigée par le philo-
sophe Abel Rey.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 235

UNE SCIENCE SOUS INFLUENCE POSITIVISTE ? 235

chimie formé à la chimie quantique et qui s’indigne qu’un chimiste honoré


du XXe siècle ait pu se rendre aveugle à la vérité, sourd aux nouveautés. La
deuxième lecture, « plus littéraire », replace les propos de Urbain dans le
contexte de ses recherches au lieu de les traiter comme un indicateur
d’avancement des sciences. Par leur contraste, ces deux lectures visent non
pas à réhabiliter Urbain, ni à défendre les couleurs de la science française
mais à montrer qu’un travail d’interprétation historique doit d’abord et
avant tout chercher à comprendre les intentions de l’auteur plutôt qu’à
l’évaluer par rapport aux connaissances ultérieures.

Un lecteur de Comte

Une première surprise pour le lecteur moderne de cet ouvrage est l’om-
niprésence de Comte. Il est convoqué à tout propos : par exemple en expo-
sant sa théorie de l’homéomérie, qui met en relation les propriétés
thermo-élastiques ou physico-chimiques avec la composition chimique,
Urbain proclame qu’elle constitue une vérification des vues de Comte sur
le rôle de la comparaison et la manière de faire une classification positive
en chimie86.
Plus loin, l’énergétique est présentée comme l’accomplissement de l’idéal
comtien de prévision des réactions à partir des éléments. « La prévision des
réactions est, comme l’avait dit Lavoisier dans un langage plus archaïque, le
problème le plus hautement philosophique de la science chimique. Auguste
Comte en a fait le but exclusif et la définition même d’une chimie arrivée à
l’âge positif et au stade rationnel. L’énergétique chimique tend vers cet
idéal87. » L’énergétique est donc un modèle de positivisme par opposition
à l’atomisme qui est le prototype d’une science explicative88. Or la science,
contrairement à la philosophie, n’a pas pour but d’expliquer : « La science
positive se borne à constater et à prévoir, elle n’explique pas au sens que les
philosophes donnent à ce terme89. » Et à propos de ces deux doctrines,

86. Ibid., p. 176-177.


87. Ibid., p. 188.
88. Ibid., p. 193.
89. Ibid., p. 10.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 236

236 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

Urbain trouve encore moyen de saluer la « juste hiérarchie des sciences »


énoncée par Comte90.
Comment un chimiste du XXe siècle peut-il regarder sa discipline avec les
lunettes d’une philosophie aussi vieillote, dont beaucoup de philosophes
déjà contestent la pertinence pour interpréter la science contemporaine ?
Aussi bien un conventionnaliste comme Gaston Milhaud, que le promoteur
du « nouveau positivisme » Édouard Le Roy ou qu’un antipositiviste
acharné comme Émile Meyerson, tous dénoncent la rigidité du système de
Comte et les censures qu’il a voulu imposer. Par contraste, Urbain s’évertue
à actualiser la philosophie de Comte, et s’aventure jusqu’à formuler le juge-
ment que Comte aurait porté sur les découvertes récentes s’il les avaient
connues : il aurait déclaré à propos de la radioactivité qu’elle est au stade
métaphysique91.

Un passéisme obstiné

Plus surprenant encore est le décalage entre les préoccupations qui ani-
ment ce chimiste bien en vue et les enjeux de la recherche en physique et en
chimie au début des années 1920. Dès l’introduction, Urbain expose les
grandes lignes de sa philosophie dans un tourbillon de références. Or tous
les grands noms qu’il convoque appartiennent à un passé sans actualité :
aux côtés de Comte, on trouve Malebranche, Condillac, Lavoisier. On cher-
cherait en vain une discussion des modèles atomiques de Ernest Rutherford
et de Niels Bohr. Quant aux électrons, ce sont des « vues de l’esprit » agitées
par « les physiciens de la jeune école atomistique » qui n’apportent rien
d’intelligible à la chimie92. Si l’atomisme est largement discuté, ce n’est pas
la structure de l’atome qui fait problème mais l’affirmation de son existence
même. Comment l’ami intime et personnel de Jean Perrin qui a démontré
la réalité moléculaire dans un livre célèbre intitulé Les Atomes, en 1913,
peut-il encore dénier toute portée ontologique à l’hypothèse des atomes ?
« Il n’est pas absurde de supposer que le modèle atomique s’identifie avec

90. Ibid., p. 213.


91. Ibid., p. 232.
92. Ibid., p. 224.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 237

UNE SCIENCE SOUS INFLUENCE POSITIVISTE ? 237

l’absolue réalité. Mais nous n’en savons positivement rien. Ce modèle est
une œuvre d’art93. » Mettre des réalités sous les symboles chimiques, c’est
une preuve que le symbolisme chimique est encore au stade méta-
physique94. Tout comme les chimistes du XIXe siècle, Urbain veut traiter les
atomes comme des symboles, et rien d’autre : « Le symbolisme pourrait
être, en chimie, substitué purement et simplement à l’atomisme. Il en pré-
sente les avantages économiques et ne risque pas de faire illusion95. »
Urbain semble avoir arrêté son cerveau au début du XXe siècle, à l’époque
du débat entre énergétisme et atomisme qui opposa Ostwald à Boltzmann
et Planck. À ses yeux, le problème majeur est de dépasser l’alternative entre
ces deux doctrines qu’il juge conciliables et complémentaires, chacune étant
valable dans un domaine. L’énergétisme répond à l’idéal comtien d’une
science positive. L’atomisme est certes plus risqué, mais Urbain estime,
comme Comte, que la science a besoin d’hypothèses et ne progresse que par
elles. Son projet est de refonder l’atomisme sur la base de l’homéomérie, un
concept inventé par lui pour généraliser l’isomorphisme de Mitscherlisch,
le dégager de son contexte cristallographique en intégrant les acquis des
travaux de Duhem. Sont homéomères des corps qui ont les mêmes coeffi-
cients moléculaires thermiques et élastiques. Dans le chapitre IV, Urbain
s’efforce de démontrer que, de la connaissance de ces coefficients, on peut
déduire celle des propriétés chimiques et que « la théorie chimique n’a pour
base expérimentale que des rapports d’homéomérie96. » En particulier,
l’homéomérie est supposée éclairer le choix des poids atomiques. « J’espère
avoir montré ainsi que le choix des poids atomiques dissimulait jusqu’ici
son origine dans ce que j’ai appelé homéomérie, que l’on doit considérer
comme un guide sûr pour la recherche des analogies physiques-chimiques,
et la base théorique qui permettra d’édifier une chimie comparée97. »
Comme si, en 1921, les problèmes d’actualité étaient de refonder sur des
bases expérimentales une doctrine déjà universellement admise et de déter-
miner des poids atomiques. Décidément, Urbain qui – toujours dans la

93. Ibid., p. 11.


94. Ibid., p. 253.
95. Ibid., p. 256.
96. Ibid., p. 148.
97. Ibid., p. 150.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 238

238 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

lignée de Comte – multiplie les couplets sur l’utilité de l’histoire et de la


réflexion semble victime de ses inclinations philosophiques. Il semble en
effet donner une démonstration magistrale des méfaits de cette méthode :
platitudes philosophiques sur le sensualisme de la science et le rôle des
hypothèses ; attitude passéiste et isolationnisme dans une culture franco-
française. De la mauvaise philosophie et de la mauvaise science.
Les historiens ont coutume de marquer la limite du XIXe siècle à 1914. La
lecture de ce texte invite à le prolonger jusqu’en 1921 tant la chimie d’Urbain
appartient au XIXe siècle. Elle semble frappée d’immobilisme. Voici un savant
qui se débat avec ardeur pour résoudre des problèmes dépassés, clôturer des
controverses déjà closes. Alors faut-il souscrire à l’opinion répandue que le
positivisme fut un obstacle au progrès des sciences en France ?
Observons tout d’abord que l’idée du retard de la chimie française est un
cliché invoqué par les chimistes en deux circonstances bien précises : après
la défaite de la France face à la Prusse en 1870 (avec des références envieuses
au modèle allemand) ; et après la Deuxième Guerre mondiale (avec des
références envieuses au modèle américain). Dans les deux cas l’argument
du retard sert à dénoncer une situation et à désigner un responsable : soit
l’incurie du gouvernement dans le premier cas, soit le mandarinat des pro-
fesseurs dans le deuxième cas. Mais il s’agit toujours de faire pression sur les
pouvoirs publics pour obtenir des crédits, des postes, des laboratoires.

RÉFLEXIONS SUR LA VIE DE LABORATOIRE

Si on se libère de ce fardeau et qu’on renonce une fois pour toutes à invo-


quer ce cliché du « retard » pour expliquer l’histoire des sciences, une autre
lecture du livre de Urbain est possible, qui cherche moins à juger qu’à com-
prendre afin d’éclairer le sens d’un projet. Or cette lecture peut avoir
quelque pertinence quand il s’agit de saisir ce qui fait la spécificité de la phi-
losophie des chimistes.

Témoignage

Rappelons d’abord quelle est la destination de cet ouvrage. Ce n’est pas


un traité de chimie, ni un cours, ni un article de recherche. Il ne s’agit pas

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 239

UNE SCIENCE SOUS INFLUENCE POSITIVISTE ? 239

d’un texte magistral, d’une parole ex cathedra. Voici un texte écrit en pre-
mière personne, qui raconte l’itinéraire intellectuel d’un savant. Ce récit
s’adresse aux jeunes et cherche à les mettre en garde contre toute forme de
dogmatisme. « Ils éviteront d’être les croyants qui prétendent pénétrer le
secret des dieux ».
Les principes positifs qu’il expose ne procèdent pas d’une lecture envoû-
tante de Comte mais d’une longue expérience de laboratoire.
Il ne m’a pas fallu moins de trente ans passés au laboratoire pour
acquérir ces idées. C’est que, dans ma jeunesse, je me proposais d’être un
savant, comme d’autres se proposent d’être prêtres. J’étais en quête de
perfection et d’absolu [...] Le laboratoire me paraissait un temple où la
science était Dieu98.

D’ailleurs Urbain ne ménage pas ses critiques à l’égard de Comte. Tout en


soulignant la justesse de ses thèses majeures, il lui reproche, comme la plu-
part des philosophes, son virage vers le dogmatisme religieux et ses erreurs
sur l’avenir des sciences. Comte est un mauvais prophète, il s’est trompé sur
l’unité de doctrine et sur le triomphe du dualisme en chimie99. Comte est
même jugé responsable du retard de l’adoption de l’atomisme en chimie :
Marignac qui, des chimistes de son temps fut l’esprit le plus finement
critique, s’étonnait de la résistance à laquelle se heurtait en France
l’adoption de la théorie atomique. Cette résistance provenait de l’orien-
tation imposée aux esprits, de façon consciente ou non, par l’application
que A. Comte avait fait de sa doctrine à la chimie. A. Comte voulait, en
matière chimique, tout ramener à l’élément, comme en matière biolo-
gique à la cellule100.

Urbain critique Comte en fonction de son projet à lui. Mais quel est son
projet ? C’est ce qu’il importe de cerner.

98. Ibid., p. 3.
99. Ibid., p. 191, 195, et p. 219-220.
100. Ibid., p. 191.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 240

240 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

Disciplines et habitus

Le titre Les disciplines d’une science est à prendre au sérieux. Le projet est
de réfléchir sur ce qu’exige la pratique d’une science comme la chimie. Le
mot « discipline » est à prendre non au sens d’une matière scolaire, ni d’une
entité institutionnelle, mais au sens d’un type de comportement lié à un
domaine de recherche. Urbain est convaincu que la pratique de chaque
scientifique détermine ses conceptions. Il est sensible à l’effet d’école engen-
dré par l’engagement dans une spécialité et déplore que l’on veuille
l’étendre au-delà du champ d’étude où s’est formée l’école. Par exemple, au
sujet de la variabilité de valence, « ce qui est critiquable c’est de vouloir
imposer à tout l’ensemble d’une science des disciplines qui ne conviennent
strictement qu’à une partie101 ». L’idée maîtresse qui commande l’écriture
de ce livre est que chaque domaine de recherche impose sa propre discipline
– au sens d’habitus de recherche – et son système – au sens de vision du
monde. C’est parce la pratique de laboratoire est une école qui forme l’es-
prit et dessine une vision d’école, que Urbain entreprend de redéfinir les
règles, les contraintes et obligations, les habitus qui caractérisent la disci-
pline chimique.
Parmi les habitudes de pensée acquises par les chimistes dans la pratique
de laboratoire, Urbain signale en premier lieu « l’habitude d’appeler un
chat un chat », c’est-à-dire la décision commune – contraire aux habitudes
des philosophes – de ne pas mettre en doute la validité des perceptions et
de s’entendre sur les mots.
Cet accord remarquable crée entre savants une atmosphère de
confiance, un unisson où ils puisent une certitude qui me paraît être une
fois robuste. Il n’est peut-être pas un chimiste qui doute de la réalité du
sulfate de baryte. J’ai eu la curiosité de poser la question à quelques uns
d’entre eux. À tous, elle a paru singulière. Au regard effaré qu’ils m’ont
jeté, j’ai reconnu que tous me croyaient fou de poser une telle question.
Voilà qui est acquis : le chimiste actuel croit à la réalité en soi du sulfate

101. Ibid., p. 217.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 241

UNE SCIENCE SOUS INFLUENCE POSITIVISTE ? 241

de baryte. Il fait des corps le substratum de leurs propriétés, et n’imagine


guère que corps et propriétés soient des perceptions destinées à interpré-
ter les sensations qu’il éprouve102.

Alors qu’on a vite fait de taxer Urbain de positivisme, il faut souligner que
cette « foi robuste » du chimiste dans la réalité est peu en accord avec l’idéa-
lisme qu’on associe couramment au positivisme. Elle est si peu positiviste
que la citation ci-dessus est invoquée comme un argument d’autorité par
un philosophe réaliste et adversaire acharné du positivisme103. Émile
Meyerson qui est aussi un chimiste de formation, partage avec Urbain la
conviction qu’une vision du monde s’attache à la pratique d’une spécialité.
Chaque science a ses règles et ses méthodes, dit Meyerson, qui forment un
système. Certaines relèvent d’un savoir tacite acquis dans la pratique du
laboratoire. Elles confèrent au « vieux routier de laboratoire » (dont
l’exemple est Bunsen) une façon de « voir les choses par le dedans104 », tout
en contraste avec les concepts apportés du dehors par les physiciens. Or à
l’appui de cet argument, Meyerson cite Urbain en exemple, et ce qu’il en dit
peut nous éclairer sur les raisons de l’opposition de ce dernier aux théories
électroniques de la valence.

102. Ibid., p. 18-19.


103. MEYERSON Émile, De l’explication dans les sciences, Paris, Payot, 1921, p. 560
et sq. Plus tard dans une lettre adressée à Urbain, Meyerson commente : « Il a fallu
un esprit profondément philosophique par essence pour penser à poser, à des chi-
mistes, la question telle que vous l’aviez formulée. Leur étonnement le prouve, et
c’est pourquoi aussi il me paraît étonnant que, vous inspirant uniquement de
recherches de méthode, vous ayez mis le doigt directement sur le point sensible. Car
le chimiste, évidemment, n’y pense jamais. Non parce qu’il ne croit pas au réel, mais
au contraire parce qu’il y croit trop, parce qu’il lui semblerait absurde de laisser
effleurer sa « foi robuste » (comme vous la qualifiez à juste titre) du doute le plus
léger. Sans doute le réel auquel il croit n’est-il pas tout à fait celui du sens commun ;
il a remplacé les objets de la perception immédiate par les éléments chimiques, les
molécules, les atomes. Mais ces « objets de seconde catégorie » comme les a appe-
lés le logicien Sigwart, il est convaincu de leur persistance quand ils ont disparu en
apparence, tout comme l’homme de sens commun croit que la table persiste dans
l’existence alors qu’il a détourné la tête » (Archives Meyerson, Central Zionist
Archives, Jérusalem, A 408/102).
104. MEYERSON Émile, Du cheminement de la pensée, Paris, Alcan, 1931, p. 495.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 242

242 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

Ce savoir [la chimie] par son essence même et à l’encontre de la phy-


sique proprement dite a toujours été dominé par le concept de la qua-
lité ; les théories explicatives qui en faisaient abstraction étant
généralement nées sous des influences venues du dehors, c’est-à-dire
engendrées par des courants prenant leur naissance dans d’autres cha-
pitres de la science. À l’heure actuelle, le puissant mouvement qui, par la
théorie de l’atome Rutherford-Bohr et par celle des quanta, tend à par-
venir à l’explication de la valence de l’atome chimique et qui est né pour
ainsi dire d’hier, compte déjà tant et de si beaux succès à son actif que
tous les espoirs semblent permis dans cet ordre d’idées. Cependant ce ne
sont encore que des espoirs, bien que le physicien soit parfois enclin à
oublier un peu cette circonstance, voire à la méconnaître entièrement ;
au grand scandale du chimiste qui sent fortement que son travail exige
et implique une méthode et une conception particulières. Quand M.
Georges Urbain s’indigne de constater que “tout ce qu’un physicien sait
aujourd’hui de chimie se réduit la plupart du temps au tableau de
Mendeleev”, c’est bien ce conflit qui se manifeste. En effet, ce que le
célèbre chimiste entend affirmer c’est que ce physicien, jugeant la théo-
rie chimique plus avancée qu’elle ne l’est en réalité, arrive à se persuader
que l’on peut déduire le comportement entier des substances chimiques,
ou du moins tout ce qu’il y a d’essentiel dans ce comportement, de la
manière dont les éléments se sont trouvés placés dans le système pério-
dique. Au chimiste de laboratoire, tout au contraire, qui à chaque pas se
heurte – on oserait dire se cogne douloureusement – aux manifestations
surprenantes et le plus généralement imprévisibles des qualités de ces
substances, la prétention semble proprement extravagante ; s’il envisage
un état de sa science où un tel programme se trouverait réalisé, cet état
idéal lui paraît certainement fort éloigné105.

Meyerson justifie donc les réticences de Georges Urbain vis-à-vis des


théories électroniques de la valence par ce biais propre aux disciplines de sa
science. La pratique de laboratoire lui a appris à se méfier, à ne pas s’aven-
turer dans des explications spéculatives. De fait, la question est moins de
savoir si l’entrée dans une spécialité – en l’occurrence la chimie minérale –
biaise la vision d’un savant. La question est : dans quelle mesure un certain
type de pratique de laboratoire détermine-t-il des choix théoriques ?

105. Ibid., p. 495-496.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 243

UNE SCIENCE SOUS INFLUENCE POSITIVISTE ? 243

DES PROBLÈMES ISSUS DU TERRAIN

Soit donc à appliquer à ce livre la grille de lecture que Urbain lui-même


suggère : comment sa vision de la chimie et son projet théorique ont-ils été
façonnés par ses pratiques de recherche106 ?
Puisque l’on se propose d’analyser la construction d’un univers scienti-
fique et philosophique à partir du vécu de l’auteur, il faut apporter un mini-
mum d’informations biographiques107. Georges Urbain, fils du chimiste
Victor Urbain, fait ses études à l’Ecole municipale de physique et de chimie
industrielles de Paris, tout en pratiquant la sculpture, la peinture et la poé-
sie. Ses premiers pas dans la chimie sont marqués pat le conflit durable
entre Berthelot et Wurtz au sujet de l’hypothèse atomique et de son appli-
cation à la chimie organique. Lui-même s’oriente vers la chimie minérale,
travaille sur les terres rares, puis étudie les complexes. En 1908, il devient
membre de la commission de l’Union internationale de chimie pure et
appliquée chargée des poids atomiques.

Analogie et terres rares

Or chacune des trois parties du livre semble déterminée par l’un des
champs de recherche auxquels Urbain a travaillé au fil de sa carrière. La pre-
mière partie sur l’analogie est issue de l’expérience des terres rares, évoquée
d’ailleurs au début du chapitre III :
Durant vingt-trois ans de recherches ininterrompues sur le groupe des
Terres rares, j’ai cherché à me faire une idée précise de ce qu’est l’analo-
gie chimique. L’exemple des terres rares est bien caractéristique de ce
point de vue108.

106. On note que Urbain, comme Kuhn et Polanyi, insiste sur la participation de
l’irrationnel – sentiment, passion, imagination – dans l’activité scientifique.
107. Pour la biographie et l’ensemble de l’œuvre de Georges Urbain, je renvoie à
la thèse de José CLARO-GOMÈS, Georges Urbain (1872-1933) Chimie et philosophie,
Thèse de l’Université Paris 10, 2003.
108. URBAIN Georges, Les Disciplines d’une science : la chimie, op. cit., p. 120.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 244

244 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

Pour isoler les éléments de la série des terres rares, extrêmement difficiles
à distinguer les uns des autres, Urbain n’a pu déployer des raisonnements
déductifs à partir d’une hypothétique structure de leurs atomes. Il a usé de
raisonnements beaucoup plus tâtonnants, fondés sur des indices109. S’il
déclare que l’analogie est le « principal guide » du chimiste c’est parce qu’il
a éprouvé pendant des années la difficulté dans un domaine où l’analyse
causale était impossible. D’après son expérience, le chimiste travaille non
dans la verticalité, en remontant d’un effet à sa cause, mais dans l’horizon-
talité c’est-à-dire en repérant des relations ou rapports dans les propriétés
phénoménologiques. Or cette démarche implique une vision de la nature
que Urbain dégage avec finesse :
Un corps étant une collection de propriétés, le raisonnement par ana-
logie implique que ces propriétés ne sont pas indépendantes les unes des
autres. Pour aborder le problème de l’analogie, au point de vue chi-
mique, il faut d’abord chercher dans quelles limites les différentes pro-
priétés d’un corps sont interdépendantes110.

C’est ce postulat d’une cohérence de l’ensemble des propriétés de l’indi-


vidu chimique qui intéresse Urbain. L’analogie présuppose un réseau de
correspondances qui défie la structure des raisonnements logiques, à sens
unique.
L’analogie ne peut avoir le caractère unilatéral des conceptions pure-
ment logiques. Les analogies isolées, c’est-à-dire restreintes, n’ont qu’un
médiocre intérêt. Les analogies qui méritent d’être retenues sont celles
qui se ramifient, qui se répercutent111.

Ceci conduit Urbain à un rapprochement avec la méthode de l’anatomie


comparée de Georges Cuvier112. Son but est de faire une chimie comparée,
c’est-à-dire une chimie des éléments, plutôt que des corps simples. Il fait
grand cas de la distinction de Mendeleev qu’il adopte comme principe

109. Sur les tâtonnements et les méthodes expérimentales dans la recherche sur
les terres rares, voir CLARO-GOMÈS José, Georges Urbain, op. cit., chapitre 2.
110. URBAIN Georges, Les Disciplines d’une science : la chimie, op. cit., p. 39
111. Ibid., p. 84.
112. Ibid., p. 40.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 245

UNE SCIENCE SOUS INFLUENCE POSITIVISTE ? 245

méthodologique113. « En identifiant les concepts de corps simple et d’élé-


ment, on se met volontairement un bandeau sur les yeux pour ne pas voir
certaines analogies114. » Car le problème de l’analogie est double : ne pas
laisser passer des analogies, les prendre toutes en compte, mais en même
temps, domestiquer la prolifération des ressemblances et discriminer celles
qui sont pertinentes.
On voit donc que si Urbain a tendance à saper la confiance trop sereine
des chimistes à l’égard de l’atomisme, c’est parce que le principe de dépen-
dance verticale des propriétés à l’égard de la structure lui semble masquer
la richesse des corrélations entre propriétés que découvre la méthode ana-
logique fondée uniquement sur une approche phénoménologique.
L’attachement à cette approche le conduit à tenter de refonder la théorie
atomique sur des bases physico-chimiques – c’est-à-dire sur sa théorie de
l’homéomérie – afin de compléter les données chimiques sur la valence ou
atomicité qui fondaient l’atomisme chimique du XIXe siècle.

Le pluralisme des doctrines

La deuxième partie de l’ouvrage, intitulée « Les invariants » est un recueil


d’articles séparés, moins solidement construit, mais globalement elle
résulte de l’étude des complexes, substances hybrides à la frontière de la chi-
mie organique. La thèse générale est le pluralisme des doctrines. Sa tenta-
tive de conciliation de l’énergétisme et de l’atomisme qui nous est apparue
comme un éclectisme mou et inactuel repose en fait sur deux convictions
ancrées dans sa pratique.
Premièrement, toute théorie est locale. Tel est le cas de la théorie des com-
plexes de Werner, élaborée pour des métaux de faible électro-positivité
(complexes minéraux parfaits où le type se conserve par substitution des
éléments comme dans la chimie organique de Gerhardt)115. Urbain en
éprouve les limites justement parce qu’il a tenté de la transformer pour

113. voir ci-dessus chapitre 5.


114. URBAIN Georges, Les Disciplines d’une science : la chimie, op. cit., p. 75.
115. Ibid., p. 293-295.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 246

246 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

élargir son champ de validité. À la limite, il y autant de chimie que de


colonnes du tableau périodique116. Mais la difficulté est de concilier ces
genres de chimies, de ménager des transitions pour former un tableau
d’ensemble.
Deuxièmement, chaque théorie répond à un point de vue sur la nature.
C’est ce qui justifie l’affirmation qu’énergétisme et atomisme sont complé-
mentaires :
L’atomiste voit le monde en artiste, soucieux d’interpréter la nature.
L’énergétiste voit le monde en ingénieur, soucieux d’en tirer profit. Le
premier fait des représentations et n’attache de prix qu’à ses touches de
peintre ; le second fait des transactions avec l’énergie ; et quand il trans-
forme cette énergie, il a cure d’un prix de revient. Les deux points de vue
sont aussi humains l’un que l’autre. Ils se complètent sans s’opposer
nécessairement117.

La dualité des points de vue évoquée ici renvoie aux débats auxquels par-
ticipent Urbain et son collègue de la Sorbonne Henry Le Chatelier, sur la
finalité de la recherche et les orientations de l’enseignement scientifique.
Urbain, plutôt partisan de la recherche fondamentale, voit la science
comme une création d’artiste. Mais il a reçu une formation d’ingénieur à
l’École municipale de physique et de chimie industrielles de la ville de Paris
qu’il a mise à profit durant la Première Guerre mondiale pour participer à
l’effort de guerre. De plus, il a noué des liens avec l’industrie pour exploiter
les propriétés des terres rares118. C’est dire qu’il peut déployer deux pers-
pectives différentes sur la pratique scientifique.
Le perspectivisme foncier de Urbain l’isole certes des courants porteurs
dans la chimie de son époque. Néanmoins, il se fonde paradoxalement sur
des convictions qui rejoignent celles des promoteurs de la mécanique quan-
tique : la thèse de Bohr sur la complémentarité – qui stipule une égale
nécessité mais avec exclusion réciproque de deux points de vue – pouvait

116. Ibid., p. 203.


117. Ibid., p. 161.
118. Pendant la guerre Urbain a travaillé à la mise au point d’un obus et assuré plu-
sieurs expertises. voir CLARO-GOMÈS José, Georges Urbain, op. cit., chapitre III. Sur les
débats avec Le Chatelier au sujet de la formation des chimistes, voir chapitre VIII.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 247

UNE SCIENCE SOUS INFLUENCE POSITIVISTE ? 247

sembler sympathique aux oreilles de Urbain ; et l’indéterminisme de


Heisenberg pouvait venir conforter les propos de Urbain sur le détermi-
nisme comme idéal inaccessible119.
Enfin la troisième partie, qui pose la question de la nature et de la fonction
des symboles chimiques, est liée à la mission de Urbain à la Commission des
poids atomiques de l’Union internationale de chimie pure et appliquée.

UN PRAGMATISME AMORAL

Dès l’introduction de l’ouvrage, il est clair que l’épistémologie de Urbain


est commandée par une préoccupation qui a hanté Ernst Mach, comme
Wilhelm Ostwald, celle de l’économie du savoir. Si la prolifération des tra-
vaux scientifiques pose un problème de gestion des connaissances, cela ne
résulte pas aux yeux de Urbain de l’augmentation exponentielle des articles
de recherche (que soulignera Derek de Solla Price). C’est la dépendance des
conceptions théoriques à l’égard des pratiques de recherche dans un
domaine particulier qui rend nécessaire le pluralisme théorique. S’il y a
autant de théories que d’objets ou de domaines de recherche, comment
apprendre ? Pour Urbain, le rôle de la théorie est de classer les faits, de
condenser les connaissances sous forme de symboles et, ce faisant, de les
mettre à la portée du grand nombre120. Les symboles sont toujours abs-
traits, toujours conventionnels, fruits d’une analyse de l’expérience via le
langage et les mathématiques121.
Les vues épistémologiques de Urbain s’ancrent dans un projet person-
nel assez voisin de celui de Duhem : à savoir réunir la physique et la chimie.
Tel est le thème qu’évoque le dernier chapitre de Les Disciplines d’une
science : la chimie. Aux yeux de Urbain, la distinction entre propriétés phy-
siques et chimiques, apparaît de plus en plus arbitraire, et semble vouée à
disparaître. La physique pure est une science abstraite. La chimie pure se

119. URBAIN Georges, Les Disciplines d’une science : la chimie, op. cit., p. 15.
120. Ibid., p. 30.
121. Ibid., p. 297 et p. 306.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 248

248 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

bornerait à faire entrer de nouveaux faits dans le cadre de ses lois fondamen-
tales. La chimie physique est la science d’avenir, et Urbain s’efforce de mon-
trer qu’elle est dans la droite ligne de la tradition instaurée par Lavoisier.
Il n’est pas besoin de pousser plus avant l’analyse du projet de Urbain
pour le propos de ce chapitre. Le but essentiel était de montrer que les choix
méthodologiques et doctrinaux d’un chimiste ne résultent pas forcément
de l’influence du positivisme d’Auguste Comte. Il est clair que l’omnipré-
sence de Comte dans le texte n’implique pas que Comte ait servi de moule
ou de modèle. Non seulement Urbain le critique, mais ses vues sont parfois
plus proches de celles de Condillac et d’autres sources d’inspiration plus
aveugles mais aussi importantes, comme Mach et Duhem. Urbain déve-
loppe une forme de positivisme peu comtien, favorisant l’instrumentalisme
tout en reconnaissant droit de cité au réalisme « artiste » des atomistes.
L’épistémologie de Urbain procède de ses propres pratiques de chercheur
et de ses projets. Son enjeu est de définir une économie du savoir scienti-
fique face à la fragmentation inévitable des doctrines et paradigmes résul-
tant de la spécialisation des pratiques de la science. C’est une épistémologie
que j’appellerai de la convenance, non pas opportuniste mais animée par la
conviction que méthode et doctrine sont imposées par l’objet d’étude plus
que par l’entendement humain ou les structures de l’ego transcendental. Le
sujet du savoir est façonné par son objet. Ceci justifie, à mes yeux, la for-
mule « pragmatisme amoral » employée par Urbain pour exprimer ses
vues122. Le chimiste comme l’artiste n’a pas à jurer fidélité à une doctrine
ou à une école. Il peut et doit utiliser tous les outils à disposition pour
façonner son objet et embellir son œuvre.
Au bilan de ce parcours, il apparaît que la prétendue influence positiviste
sur la science française est un fantôme qui entretient la paresse intellec-
tuelle. Elle dissimule, en effet, un polymorphisme d’attitudes épistémiques
élaborées face à des questions bien précises relatives à la pratique de la
recherche. Le positivisme d’un Comte, formé au début du XIXe siècle dans
l’esprit de l’École polytechnique, aux beaux jours de la mécanique ration-
nelle et du rêve laplacien, n’a pas beaucoup de parenté avec le positivisme

122. Ibid., p. 30.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 249

UNE SCIENCE SOUS INFLUENCE POSITIVISTE ? 249

élaboré par Pierre Duhem ou Ernst Mach à la fin du XIXe siècle, dans une
critique sévère de la mécanique rationnelle. Il n’a pas davantage d’affinité
avec le positivisme scolaire des manuels ou le positivisme tactique d’un
Berthelot, exigeant de voir les atomes avant d’en parler.
Les débats sur l’atome au XIXe et au XXe siècles montrent que la philoso-
phie des savants est circonstancielle, qu’elle est élaborée par eux-mêmes au
fil des problèmes qu’ils ont à affronter dans leurs pratiques quotidiennes.
Ces positions philosophiques, fréquemment suscitées par des controverses,
n’en sont pas moins sérieuses et sont souvent beaucoup plus nuancées que
ne le laissent soupçonner toute notre artillerie d’étiquettes en « ismes ».
Elles nous obligent, en tout cas, à renoncer à plaquer sur les controverses du
passé les dichotomies philosophiques en vigueur au XXe siècle. En particu-
lier, l’alternative désormais courante entre réalisme et instrumentalisme est
inadéquate pour comprendre l’attitude des chimistes du XIXe siècle. Car
l’atome des chimistes n’est pas une entité physique au sens où il n’est pas
déterminable par des grandeurs physiques. Il ne se voit pas, ne se mesure
pas, ne se pèse pas. L’atome et la molécule étaient des entités relatives,
construites dans un jeu de relations entre plusieurs voies de détermination.
Leur réalité ne pouvait être prouvée que par un faisceau de déterminations
convergentes, comme l’illustre la démonstration de Jean Perrin en 1913
dans son célèbre ouvrage Les Atomes. Positivisme, instrumentalisme, réa-
lisme, les catégories de l’épistémologie contemporaine, souvent empruntées
à la physique du XXe siècle, font obstacle à notre compréhension de la nature
des problèmes philosophiques en jeu dans chaque localité scientifique. Au
lieu de les appliquer tous azimuts de manière intempestive, on peut enrichir
la philosophie des sciences en se mettant à l’écoute des chimistes.

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
11-Chap10:Mise en page 1 23/10/08 16:07 Page 250

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
Index:Mise en page 1 4/11/08 11:40 Page 251

Index

A Beudant François, 87
Beretta Marco, 122, 123, 128, 129, 138, 145,
Académie royale des sciences de Paris, 41, 45, 162, 169
67, 104, 112, 117, 179 Berthelot Marcellin, 14, 29, 30, 157-160,
Albury William R., 128 163, 165, 199-202, 224, 225, 231, 232, 234,
Ampère Louis Marie, 86 243, 249
D’Alembert Jean Le Rond, 41, 55, 72, 102, 177 Berthollet Claude-Louis, 53, 54, 65, 104,
D’Aphrodise Alexandre, 52 106, 128, 132, 162, 179, 180, 205, 208-210,
Aristote, 26, 27, 42, 51, 52, 54, 56-58, 60, 61, 222
63, 68, 102 Berzelius Jon Jakob, 82, 83, 205, 215, 217
Authier Michel, 156 Black Joseph, 124
Blondel Megrelis Marin, 216
B Boerhaave Hermann, 45, 68, 103, 104, 109,
114, 121, 122, 139
Bohr Niels, 14, 236, 242, 246
Bachelard Gaston, 16, 56, 62, 68, 94 Boltanski Luc, 32
Bacon Francis, 28, 177, 190, 202, 223, 224, 226 Boltzmann Ludwig, 231, 237
Barrias Louis-Ernest, 162 Boulding K.R., 34,
Baudrimont Alexandre Edouard, 87, 200, Bret Patrice, 127, 167
216, 218-220 Brock William, 190, 200
Baumé Antoine, 117, 122 Brodie Benjamin, 227, 231
Béguyer de Chancourtois Alexandre, 89 Brooke John H., 29, 226
Bensaude Vincent B., 16, 37, 55, 59, 62, 67, 74, Bucquet Jean Baptiste, 122, 131, 133, 144
81, 85, 95, 112, 118, 127, 132, 138, 143, 145, Bud Robert, 178, 189
167, 169, 196, 210, 218, 223, 226, 227, 232 Buffon G.L., 118, 119, 120, 123
Bernouilli Jean, 177 Bush Vannevar, 195
Bertomeu José Ramon, 85, 138, 223 Butterfield Herbert, 127

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
Index:Mise en page 1 4/11/08 11:40 Page 252

252 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

C Drouin Jean Marc, 78


Duhem Pierre, 16, 52, 56, 58, 101, 102, 105,
Cannizzaro Stanislao, 200, 214, 224 107, 108, 139, 140, 146, 165, 166, 232, 237,
Carnap Rudolph, 16 247, 248, 249,
Carnot Lazare, 159 Duncan Alistair, 105, 108, 109, 111
Carlson W.B., 194 Du Pont, 31
Carneiro Ana, 200, 201 Duveen Denis, 116, 154
Carson Rachel, 33, 34
Cassirer Ernst, 61 E
Cavendish Henry, 155
Chaptal Jean Antoine, 187, 188 Earley John E., 53, 60
Charpentier-Morizé Micheline, 234 Empedocle, 42, 102
Cisternay Du Fay Jean, 118, 179 Erkman K.E., 34
Claro Gomès José, 243, 244, 246
Clericuzio Antonio, 43, 110 F
Comte Auguste, 79, 80, 93, 127, 157, 176,
177, 200, 202-210, 212, 213, 217-220 Faust, 18, 28
Condillac Etinenne Bonnot de, 82, 124, Fell Ulrike, 192, 194
127-150, 153, 236, 248 Fontenelle Bernard Le Bovier de, 40, 41, 46,
Condorcet Nicolas de, 113, 162, 179 54, 106
Copernic, 15, 127, 161, 162, 167 Foucault Michel, 170, 171
Coulomb Charles de, 153 Fourcroy Antoine de, 53, 65, 128, 132, 154-
Crosland Maurice P., 78, 106, 128, 169, 191, 156, 183, 184, 185, 187, 188
206 Foundations of Chemistry, 18, 53, 59, 60
Curie Marie, 168, 200 Fox Robert, 106, 118, 125, 180, 193, 194
Cuvier Georges, 244 Franklin Benjamin, 161
Frémy Edmond, 223, 224
D Freudenthal Gad, 17
Fruton Joseph, 190
Dagognet François, 16, 128
Dalton John, 54, 60, 88, 111, 199, 200, 205, G
207, 208, 210, 214, 216, 224, 231
Daudin Henri, 78 Galilée, 15, 162
Davy Humphrey, 14, 207 Galison Peter, 16
Delacre Maurice, 234 Garcia Belmar Antonio, 85, 138, 223
Descartes René, 28, 41, 43, 71, 116, 154, 159 Gaudin Marc-Antoine, 86, 216, 219, 220
Diderot Denis, 19, 41, 45, 55, 72, 73, 102, Gauthier-Villars Jean-Albert, 161
103, 116, 115, 116, 140, 177 Gay Lussac Jospeh, 47, 86, 191,192, 205, 215
Dirac Paul, 18, 39 Geoffroy Etienne-François, 40, 104-107, 117
Dobbs Betty Jo, 44, 53 Gerhardt Charles, 47, 220, 225-227, 231,
Döbereiner Johan W., 89 233, 245
Donovan Arthur, 120, 123, 168, 169 Gibbons Michael, 195

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
Index:Mise en page 1 4/11/08 11:40 Page 253

INDEX 253

Gillispie Charles C., 103 Kekulé August von, 225, 227, 232, 233
Golinski Jan, 67 Kennedy John F., 34
Goupil Michelle, 155-157 Kestner Paul, 193
Grelon André, 193 Kevles Daniel, 195
Grimaux Edouard, 159, 161, 165 Keylor William, 165
Guédon Jean-Claude, 103, 116 Kim Mi Gyung, 104, 111, 112
Guyton de Morveau Louis Bernard, 53, 65, Klaproth Martin Heinrich, 44
128, 132, 134, 135, 154, 162, 184 Klickstein Herbert, 93, 154
Kline Ronald, 195
H Knight David, 200, 207, 227, 228
Kolbe Herman, 29, 164, 224
Hacking Ian, 48, 19, 63, 64 Koyré Alexandre, 15, 145
Hahn Roger, 147, 148 Kuhn Thomas, 15, 17, 169, 243
Haller Albin, 193, 194 Klein Ursula, 62, 79, 95, 106, 107
Haüy René Just, 153, 216
Hegel Georg Wilhelm F., 44 L
Heisenberg Werner, 15, 247
Hellot Jean, 118, 179, 180 Ladenburg Albert, 164
Henry Charles, 113 Lagrange Joseph Louis, 129, 155, 162
Hinrichs Gustav, 160, 161 Lakatos Imre, 15, 214
Hofmann William, 29 Lamarck Jean-Baptiste, 162
Hoffmann Roald, 14 Langins Janis, 155
Holmes Frederic L., 46, 74, 104, 107, 112, Laplace Pierre, 124, 125, 147, 148, 162, 211
124, 145, 169 Latour Bruno, 191
Homberg Wilhelm, 45, 104 Laudan Larry, 205
Horeau Alain, 156 Laudan Rachel, 165
Hyle, 18 Laurent Auguste, 215-218
Lavoisier Antoine-Laurent, 75, 153
I Lecourt Dominique, 28
Le Chatelier Henry, 193, 246
International Union of Pure and Applied Le Goff Jacques, 172
Chemistry, 96 Lehman Christine, 41, 45, 72, 103, 112
Lemery Nicolas, 55, 118, 140
J Le Roy Edouard, 236
Letté Michel, 193
Jacques Jean, 14, 200, 216 Levere Trevor, 74
Levy Bruhl Lucien, 58
K Liebig Justus von, 164, 190, 191, 220, 221
Licoppe Christian, 67
Kagan Henri, 168 Little Arthur D., 194
Kant Emmanuel, 175, 176, 219 Lote René, 165
Kapoor Satisch, 214 Lüthy Christopher, 42

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
Index:Mise en page 1 4/11/08 11:40 Page 254

254 MATIÈRE À PENSER. ESSAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DE LA CHIMIE

Mach Ernst, 200, 247-249 Passeron Irène, 177


Macquer Pierre Joseph, 113, 117-120, 135- Pasteur Louis, 145, 163, 191, 221
137, 142, 179, 180 Péguy Charles, 152-157
Mahieu Bernard, 39 Pelouze J. , 223, 224
Malley Marjorie, 200 Pépin François, 45, 72, 102
Mauskopf Seymour, 216 Perkins John, 112
Mazurs Edward G., 96 Perrin Jean, 232, 234, 236, 249
Meinel Christoph, 178, 179 Pestre Dominique, 194, 195
Melhado Evan M., 169 Petit Annie, 222
Mendeleev Dmitri, 59, 62, 77, 81, 82, 88-96 Pétrel Jacques, 200
Metzger Hélène, 17, 40, 54, 103, 104, 108, Pickering Mary, 218
109, 121-124, 139, 164, 166, 169 Pigeard Natalie, 201
Meusnier de la Place, Jean Baptiste, 148 Planck Max, 46, 237
Meyerson Emile, 16, 40, 47, 48, 58, 63, 67, Popper Karl, 15
166, 236, 241, 231, 252 Priestley Joseph, 145, 146, 155
Milhaud Gaston, 236 Prieur de la Côte d’Or, 184
Moigno Abbé, 160 Prigogine Ilya, 14
Moissan Henri, 163 Principe Lawrence, 44, 45, 110
Molière, 159 Prométhée, 28
Monge Gaspard, 162 Proust Louis, 54, 208
Morell Jack B., 190 Prout William, 88, 89, 91, 217
Murdoch John, 42 Psarros Nikos, 17

N R

Needham Paul, 52, 53, 60 Ramsey J.L., 17


Newman William R., 28, 42, 43, 110, 120 Rappaport Rhoda, 114, 115, 118
Nieto-Gàlan Agusti, 118, 180, 194 Renan Ernest, 201
Nowotny Helga, 195 Renault Emmanuel, 44
Nye Mary Jo, 15, 16, 62, 225, 232 Rey Abel, 234
Ricœur Paul, 172
O Richter Jeremias, 44, 205, 208
Riskin Jessica, 66
Odling William, 90 Roberts Gerrylin K., 178, 189
Oersted Christian, 44 Roberts Lissa, 66, 67
Ollivier Louis, 159, 160 Rocke Alan, 164, 200, 214, 224
Ostwald Wilhelm, 200, 222, 237, 247 Rodwell G.F., 159
Rollin Charles, 159
P Rouelle Guillaume François, 44, 45, 66, 102,
113-117, 125, 142
Paneth Fritz, 59 Rousseau Jean Jacques, 44-46, 69, 113, 116,
Paracelse, 28, 70, 103 117, 140

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200
Index:Mise en page 1 4/11/08 11:40 Page 255

INDEX 255

Russel Colin, 165 Van Tiggelen Brigitte, 39


Rutherford Ernst, 236, 242 Vauthelin Pierre-Michel, 57, 63
Venel Gabriel François, 41, 48, 55, 56, 70-73,
S 102, 103, 114-117, 120, 181, 183, 188
Vicq d’Azyr Félix, 153, 162
Sainte-Claire-Deville Henri, 224, 229 Voltaire, 105, 106, 128, 159
Salomon Bayet Claire, 151
Scerri Eric, 13, 17, 18, 60, 96 W
Scheidecker Myriam, 86, 200, 216
Schelling Friedrich W.J., 44 Whewell William, 200, 221
Schofield Robert R., 123 Williamson Alexander, 200, 220, 221, 226,
Schummer Joachim, 13, 17, 18 228, 232
Seguin Armand, 76 Wöhler Friedrich, 29
Shelley Mary, 28 Wollaston William H., 205, 207
Shinn Terry, 193 Wurtz Charles Adolphe, 48, 163-165, 200,
Smeaton William A., 169 201, 224, 225, 229-233
Sorbon Robert de, 159 Wyrouboff Grégoire, 230, 231
Sordes René, 194
Stahl Ernst Georg, 55, 102-104, 107-109, 114- Z
118, 120-123, 125, 139, 142, 163, 164-166
Stengers Isabelle, 55, 226 Zadkine Ossip, 162, 166
Stuart Mill John, 220

Taine Hyppolite, 221


Thackray Arnold, 105
Thenard Louis Jacques, 83-85, 87-89, 210-
213, 228
Tomic Sacha, 188
Travis Anthony, 194

Union des industries chimiques, 25


Urbain Georges, 60, 233, 234, 243-245, 247

Van Helmont J.B., 43, 103, 115


Van Spronsen John W., 89
Van’t Hoff Jacobus, 221, 222

Anne-Sophie
customer 863570
Milon
at 2020-04-08
<nnsph.milon@gmail.com>
863570 20:01:37 +0200