Vous êtes sur la page 1sur 4

ENSAM-MEKNES 1ERE ANNEE

CALCUL INTEGRAL ET EQUATIONS DIFFERENTIELLES


Pr M. BERRADA (EXAMEN 2017-2018)

Calcul intégral et équations différentielles


Examen du 21 Juin 2018, durée 1h30.
Les documents et les calculatrices ne sont pas autorisés.

PARTIE I (40mn)
Z π/2
cos(2x)
1. Montrer que l’intégrale I = q dx converge. (2pts)
0 sin(2x)
Déterminer ensuite sa valeur.
Z +∞
1
2. Déterminer la nature de l’intégrale suivante : sin(x)dx. (3pts)
0 x3/2
3. ZDéterminer pour quelles valeurs du couple (α, β) ∈ R2 l’intégrale suivante est convergente
+∞ 1
dx (3pts)
0 x (1 + xβ )
α
Z +∞
4. Soit une fonction f telle que f (t)dt converge et que lim f (t) existe. Déterminer
1 t→+∞
lim f (t). Justifier votre réponse. (2pts)
t→+∞

PARTIE II (50mn)

1
1. On considère l’équation : y 0 + y = 2 cos(x) (E) sur l’intervalle ]0, π/2[.
tan(x)
1
(a) Résoudre l’équation homogène : y 0 + y = 0 (E0 ) (2pts)
tan(x)
(b) Déterminer la solution de (E) qui satisfait y( π4 ) = 1 : (3pts)
2. On considère l’équation : y 00 + 3y 0 + 2y = (x + 1)e−x (E).
00 0
(a) Résoudre l’équation homogène : y + 3y + 2y = 0 (E0 ) (2pts)
(b) Déterminer l’ensemble des solutions de (E) : (3pts)

1
ENSAM-MEKNES 1ERE ANNEE
CALCUL INTEGRAL ET EQUATIONS DIFFERENTIELLES
Pr M. BERRADA (EXAMEN 2017-2018)

2
ENSAM-MEKNES 1ERE ANNEE
CALCUL INTEGRAL ET EQUATIONS DIFFERENTIELLES
Pr M. BERRADA (EXAMEN 2017-2018)

Corrigé de l’examen de 21 Juin 2018


PARTIE I (40mn)

1. On a problème à la fois en 0 et en π/2.


2
Problème en 0 : On a cos(2x) ∼0 1 − 2x2 et sin(2x) ∼0 2x. Donc √cos(2x) ∼0 1−2x √
2x
=
sin(2x)

√1 × √1 − 2x3/2 . Or d’après le critère de Riemann √1 3/2
R R
x 0 x dx et 0 x dx convergent tous
2 √
les deux, donc par linéarité ( √2 × √1x − 2x3/2 )dx converge aussi, et par conséquent
R 1
Z
cos(2x)
q dx converge.
0 sin(2x)
Problème en π/2 : On effectue le changement de variable u = −2x + π, alors les
intégrales π/2 √cos(2x) dx et 0 √cos(−u+π) du sont de même nature. On étudie la nature
R R
sin(2x) sin(−u+π)
cos(−u+π)
√ du au voisinage de 0+ . On a
R
de l’intégrale 0 sin(−u+π)
Z
cos(−u + π) Z
− cos(u)
q du = q du
0 sin(−u + π) 0 sin(u)
− cos(u)
Et on a cos(u) ∼0+ 1 et sin(u) ∼0+ u, donc √ ∼0+ − √1u .
sin(u)
On a d’après le critère de Riemann, 0 √1u du converge, donc par critère d’équivalence
R
R − cos(u)
√ du converge aussi, ce qui implique l’intégrale π/2 √cos(2x) dx converge.
R
0 sin(u) sin(2x)
R π/2 cos(2x)
Au final, notre intégrale 0
√ dx converge.
sin(2x)
La valeur de cette intégrale : On considère le changement de variable v = sin(2x),
donc dv = 2 cos(2x)dx et x = 0 → v = 0 et x = π/2 → v = 0 donc
Z π/2
cos(2x) Z 0
1
I= q dx = √ dv
0 sin(2x) 0 2 v

On a l’intégrale converge et par changement de variable elle s’écrit 00 2√1 v dv donc I = 0.


R

2. On a problème en 0 et en +∞
1 x 1 R 1
Problème en 0 : On a x3/2 sin(x) ∼0 Rx3/2 = x1/2 . Par critère de Riemann 0 x1/2 dx
1
converge, donc par critère d’équivalence 0 x3/2
sin(x)dx
converge aussi.
1 1
Problème en +∞ : On a |sin(x)| 6 1 donc x3/2 sin(x) 6 x3/2 . Par critère de Riemann
R +∞ 1
dx converge, donc par critère de comparaison +∞ x3/2 1 R
sin(x) dx converge ce qui

x3/2
R +∞ 1
signifie x3/2
sin(x)dx (car toute intégrale absolument convergente est convergente)
3. On distingue les cas selon β :
1 1 1 1
 Si β > 0, alors xα (1+x β ) ∼0 xα et xα (1+xβ ) ∼+∞ xα+β . Par critère de Riemann on a

convergence dans ce cas ssi α < 1 et α + β > 1.


1 1 1 1
 Si β < 0, alors xα+β (1+x β ) ∼0 xα et xα (1+xβ ) ∼+∞ xα . Par critère de Riemann on a

convergence dans ce cas ssi α + β < 1 et α > 1.


1 2 1 2
 Si β = 0, alors xα (1+x β ) ∼0 xα et xα (1+xβ ) ∼+∞ xα . Par critère de Riemann on a

convergence dans ce cas ssi α > 1 et α < 1, c’est à dire diverge dans ce cas.
On résumé, on a convergence uniquement dans l’un des deux cas suivants : {β > 0, α <
1, α + β > 1} ou {β < 0, α > 1, α + β < 1}

3
ENSAM-MEKNES 1ERE ANNEE
CALCUL INTEGRAL ET EQUATIONS DIFFERENTIELLES
Pr M. BERRADA (EXAMEN 2017-2018)

4. On démontre que lim f (t) = 0.


t→+∞
Par absurde, supposons limt→+∞ f (t) = a > 0 (on suppose a > 0, on peut faire du même
pour a < 0). Par définition de la limite, il existe alors A > 1 tel que f (t) > a2 , ∀t > A.
Z +∞
a Z +∞
Or dt diverge, donc par critère de comparaison f (t)dt diverge aussi, ce qui
A 2 A
absurde.
PARTIE II (50mn)
1
1. On considère l’équation : y 0 + y = 2 cos(x) (E) sur l’intervalle ]0, π/2[.
tan(x)
1
(a) Équation homogène : On a tan(x) est continue et donc admet une primitive sur ]0, π/2[.
1
dx = cos(x)
R R
Et tan(x) sin(x)
dx = ln(sin(x)).
Une solution de l’équation homogène doit être sous la forme y0 = λe− ln(sin(x)) =
λ
sin(x)
, λ ∈ R.
(b) On utilise la méthode de variation de la constante pour déterminer les solutions
λ(x)
de (E). On cherche alors une solution particulier sous la forme yp = sin(x) , avec
0 ln(sin(x))
λ (x) = 2 cos(x)e = 2 cos(x) sin(x) = sin(2x). On primitive alors λ(x) =
cos(2x)
sin(2x)dx = − 2 . L’ensemble des solutions de l’équation (E) est
R

λ cos(2x)
S={ − , λ ∈ R}.
sin(x) 2
La solution de (E) qui satisfait y( π4 ) = 1 : On cherche la valeur de λ telle que√ a
λ
y = sin(x) − cos(2x)
2
et y( π4 ) = 1. On a alors y( π4 ) = √2/2
λ
= 1 ce qui implique λ = 22 .
D’où la solution de (E) qui satisfait y( π4 ) = 1 est

2 cos(2x)
y= − .
2 sin(x) 2

2. On considère l’équation : y 00 + 3y 0 + 2y = (x + 1)e−x (E).


(a) Équation homogène : L’équation caractéristique correspondante à (E0 ) est r2 + 3r +
2 = 0, cette équation a deux racines réelles r1 = −2 et r2 = −1. Alors l’ensemble des
solutions de l’équation homogène est donné par
S0 = {λe−2x + µe−x , (λ, µ) ∈ R2 }.

(b) Les solutions de (E) : Le second membre est (x + 1)e−x , avec −1 est une racine
simple de l’équation caractéristique, on cherche une solution particulier sous la forme
yp = (ax2 + bx + c)e−x .
On a alors yp0 = −yp + (2ax + b)e−x et yp00 = −yp0 − (2ax + b)e−x + 2ae−x .
On remplace dans l’équation (E), on obtient alors
(2ax + b + 2a)e−x = (x + 1)e−x ,
ce qui revient à prendre a = 1/2 et b = 0, une solution particulière de (E) est alors
yp = 21 x2 e−x .
L’ensemble des solutions de l’équation (E) est donné par
1
S = { x2 e−x + λe−2x + µe−x , (λ, µ) ∈ R2 }.
2

Vous aimerez peut-être aussi