Vous êtes sur la page 1sur 6

Chapitre II

Intégration dans le champ complexe

2. 1. Intégration Curviligne Complexe

2.1.1 Chemine Paramétré


Définition 2.1.1 : On appelle Chemine paramétré une application définir par
𝚪: [𝒂, 𝒃] ⊂ ℝ → ℂ

𝒕 → 𝚪(𝒕) Continue et de classe 𝒄1


Orientation d’une chemine
On dite que 𝚪 est orienté dans le sens directe, on la note 𝚪+

On dite que 𝚪 est orienté dans le sens inverse, on la note 𝚪 −


2.2. Intégrale curviligne complexe
2.2.1 Intégrale curviligne complexe –changement de variables
𝑡=𝑏
∫Γ 𝑓(𝑧)𝑑𝑧 = ∫𝑡=𝑎 𝑓[Γ(t)]Γ́(𝑡)𝑑𝑡 ……………(1)

Exercice
Evaluée l’intégrale ∫Γ 𝑧 2 𝑑𝑧 avec Γ: {𝑧, 𝑧 = 𝑒 𝑖𝑡 , −𝜋 ≤ 𝑡 ≤ 𝜋}
O na 𝑧(𝑡) = 𝑒 𝑖𝑡 , 𝑑𝑧 = 𝑖𝑒 𝑖𝑡 𝑑𝑡
+𝜋 2
∫Γ 𝑧 2 𝑑𝑧 = ∫−𝜋 (𝑒 𝑖𝑡 ) (𝑖𝑒 𝑖𝑡 ) 𝑑𝑡 = 0

2.2.2. Intégrale curviligne complexe-au moyen d’intégrales réelles


Définition 2.2.1 En écrivant la fonction 𝑓(𝑧)sous la forme
𝒇(𝒛) = 𝒖(𝒙, 𝒚) + 𝒊𝒗(𝒙, 𝒚) Alors

∫Γ 𝑓(𝑧)𝑑𝑧 = ∫Γ[𝑢 + 𝑖𝑣][𝑑𝑥 + 𝑖𝑑𝑦] = ∫Γ[𝑢𝑑𝑥 − 𝑣𝑑𝑦] + 𝑖 ∫Γ[𝑣𝑑𝑥 + 𝑢𝑑𝑦]…….(2)

Exercice
Evaluée l’intégrale ∫Γ 𝑧 2 𝑑𝑧 sur le conteur suivante
De l’origine (0,0) à (1,0) sur l’axe des 𝒙 et de (1,0) à
(1,1) sur une droite parallèle à l’axe des 𝒚

Solution
2 2
∫Γ 𝑧 2 𝑑𝑧 = ∫Γ(𝑥 + 𝑖𝑦)2 𝑑(𝑥 + 𝑖𝑦) = − 3 + 𝒊 3

Page 1 sur 6
Figure 1. Demain simplement connexe

2.2.3. Intégrale curviligne complexe-cas d’une primitive


Définition 2.2.2 soit 𝑓(𝑧) et 𝐹 (𝑧) deux fonctions, 𝑭́(𝒛) = 𝒇(𝒛) ,∀ 𝒛 ∈ 𝛀 ⊂ ℂ alors
𝒛 𝒛
2
∫𝒛1 𝒇(𝒛)𝒅𝒛 = 𝑭(𝒛)|𝒛21 = 𝑭(𝒛2 ) − 𝑭(𝒛1 ) (3)

Exercice
𝑖+1
Calculer l’intégrale ∫𝑖 𝑧𝑑𝑧

Solution ∫𝑖𝑖+1 𝑧 2 𝑑𝑧 = 12 (1 + 𝑖)2 − 𝑖 2


2.2.4 Propriété dès l’intégrale curviligne
1.∫Γ(𝑓(𝑧) + 𝑔(𝑧))𝑑𝑧 = ∫Γ 𝑓(𝑧)𝑑𝑧 + ∫Γ 𝑔(𝑧)𝑑𝑧
2.∫Γ 𝜆𝑓(𝑧)𝑑𝑧 = 𝜆 ∫Γ 𝑓(𝑧)𝑑𝑧
3.∫𝛼𝛽 𝑓(𝑧)𝑑𝑧 = − ∫𝛽𝛼 𝑓(𝑧)𝑑𝑧
2.2 Théorème de Cauchy (cas particulière) Nous abordons maintenant le plus
célèbre, sans doute, des théorèmes de la théorie des variables complexes. On
présente souvent ce théorème sous deux formes.

La seconde, connue sous le nom de théorème Cauchy-Goursat, nécessite moins


d’hypothèses.

Théorème 2.2.1 Soit f une fonction holomorphe dans un domaine connexe D et


sur sa frontière C. Alors

∮(𝒄) 𝒇(𝒛)𝒅𝒛 = 0 (4)

Page 2 sur 6
Démonstration

On à f(z) = u(x, y) + iv(x, y) est holomorphes avec une dérivée continue, on aura en
utilisant les conditions de Cauchy-Riemann .et le théorème de Green.

∮ f(z)dz = ∮(u(x, y) + iv(x, y)(dx + idy)


(c) (c)

= ∮(u(x, y)dx − v(x, y)dy) + i ∮(v(x, ydx + u(x, y)dy)


(c) (c)

𝜕v(x, y) 𝜕u(x, y) 𝜕u(x, y) 𝜕v(x, y)


= ∬ (− − ) dxdy + i ∬ ( − ) dxdy = 0
𝜕x 𝜕y 𝜕x 𝜕y
D D

Ou (D) indique la région intérieure à la courbe

Exemple Ces exemples seront utilisés dans le suivante

∮𝐜 𝐝𝐳 = 0, ∮𝐜 𝐳𝐝𝐳 = 0, ∮𝐜(𝐳 − 𝐳0 )𝐝𝐳 = 0 (5)

Proposition Soit f une fonction holomorphe dans un domaine connexe

Limité par deux courbes fermées simples 𝑐1 et 𝑐2 et sur ces


Courbes. Alors ∮c1 f(z)dz = ∮c2 f(z)dz

Figure 2. Domaine connexe limite par deux courbes

Limité par deux courbes


2.2.2 Inégalité de Cauchy
Si f est holomorphe à l’intérieur du cercle C et sur C, où C désigne le cercle
d’équation |z − r| = a alors
𝐌𝐧!
|𝐟 𝐧 (𝐚)| ≤ , 𝐧 = 0,1,2, … (6)
𝐫𝐧

Page 3 sur 6
Exercice à l’aide de théorème de Cauchy calculer l’intégral ∫𝚪 𝒛̅𝒅𝒛 𝚪: {𝒄:

|𝒛| = 1}

Solution posons 𝑧 = 𝑒 𝑖𝜃 ;𝑧̅ = 𝑒 −𝑖𝜃 ; 0 ≤ 𝜃 ≤ 𝜋


𝜋
∫Γ 𝑧̅𝑑𝑧 = 𝑖 ∫0 (𝑒 −𝑖𝜃 )𝑒 𝑖𝜃 𝑑𝜃 = −𝜋

Figure 3. {𝑐: |𝑧| = 1}

Théorème de Cauchy-Goursat 2.2.2

Si 𝑓 (𝑧) est analytique à l’intérieur d’une courbe fermé simple 𝐶 et sur la courbe
elle-même alors on aura ∮(c) f(z)dz = 0

2.3 Formule intégrale de Cauchy

Dans le théorème suivant, nous voyons comment le théorème de Cauchy est


puissant en nous permettant, par exemple, d’évaluer la valeur d’une fonction
analytique en chaque point intérieur à un contour simple fermé dès qu’on connait
les valeurs de cette fonction sur ce contour.

Figure 4

Soit 𝑓(𝑧) une fonction analytique dans un domaine simplement connexe (𝐷) et sur
𝑓(𝑧)
Le conteur(𝐶). 𝑔(𝑧) Est une fonction donnée par 𝑔(𝑧) = 𝑧−𝑎 .

Page 4 sur 6
Elle est analytique dans (𝐷) et sur (𝐶) sauf au point 𝑧 = 𝑎.
𝒇(𝒛) 1 𝒇(𝒛)
∮𝒄 𝒛−𝒂 𝒅𝒛 = 2𝝅𝒊 ∮(𝒄) 𝒛−𝒂 𝒅𝒛 (7)

D’après le théorème de Cauchy

Figure 5.domaine multi connexe


𝑓(𝑧) 𝑓(𝑧)
∮ 𝑑𝑧 = ∮ 𝑑𝑧
𝑧−𝑎 𝑧−𝑎
𝑐 𝑐1

|𝑧 − 𝑎 | = 𝑟 , or 𝑧 − 𝑎 = 𝑟𝑒 𝑖𝜃 ; 0 ≤ 𝜃 ≤ 2𝜋

𝑓(𝑧) 2𝜋 𝑓(𝑎+𝑟𝑒 𝑖𝜃 ) 2𝜋
∮𝑐 𝑧−1
𝑑𝑧 = ∫0 𝑟𝑒 𝑖𝜃
𝑖𝑟𝑒 𝑖𝜃 𝑑𝜃 = 𝑖 ∫0 𝑓(𝑎 + 𝑟𝑒 𝑖𝜃 )𝑑𝜃
1

2𝜋
lim 𝑖 ∫0 𝑓(𝑎 + 𝑟𝑒 𝑖𝜃 )𝑑𝜃 = 2𝜋𝑖𝑓(𝑎)
𝑟⟶0

1 𝑓(𝑧)
𝑓 (𝑎) = 2𝜋𝑖 ∮𝑐 (𝑧−𝑎) 𝑑𝑧

1 𝑓(𝑧
𝑓 ′ (𝑎) = 2𝜋𝑖 ∮(𝑐) (𝑧−𝑎)2 𝑑𝑧

De façon générale, nous obtenons la ni-iéme dérivée


𝒇(𝒛) 2𝝅𝒊
∮(𝒄) (𝒛−𝒂)𝒏+1 𝒅𝒛 = 𝒏!
𝒇(𝒛)|𝒛=𝒂 (8)

Commentaires

Les formules (1), (2), (3) sont appelées formule intégrale de Cauchy.

On constate que si une fonction est analytique dans un domaine (𝐷) est sur son
conteur (𝐶) alors les valeurs de 𝑓 et de ses dérivées dans (𝐷) sont complètement
déterminées par les valeurs que prend 𝑓 sur (𝐶)

Page 5 sur 6
Corollaire Soit (𝐷) un disque fermé contenue dans un ouvert Ω, dont le bord
orienté dans le sens directe noté 𝛾, et soit 𝑓 une fonction analytique dansΩ. On a

f(z) 0, 𝑠𝑖 𝑎 ∉ (𝐷)
∮ dz = {
z−a 2𝜋𝑖𝑓 (a) , 𝑠𝑖 𝑎 ∈ (𝐷)
γ

𝑒 𝑧2
Exercice d’application (cours) Calculer l’intégrale ∫𝑐 𝑧(𝑧−6) 𝑑𝑧

1) C désignant le cercle |𝑧 − 1| = 1

2) C désignant le cercle |𝑧 − 1| = 3

3) C désignant le cercle |𝑧 − 2| = 5

𝑒 𝑧2 𝑒 𝑧2
Solution 1) La fonction𝑧(𝑧−6) étant holomorphe sur c, alors ∫𝑐 𝑧(𝑧−6) 𝑑𝑧 = 0 (théorème

de Cauchy)

2) le point 𝑧 = 0 se trouve à m’intérieur de 𝑐 d’après la formule de Cauchy


2 𝑧2
𝑒𝑧 𝑓(𝑧) 𝑒
𝑧(𝑧−6)
= 𝑧−𝑧 ; 𝑓(𝑧) = (𝑧−6)
0

2
𝑒𝑧 𝜋𝑖
∫ 𝑑𝑧 = 2𝜋𝑖𝑓(𝑧)|𝑧=0 = −
𝑧(𝑧 − 6) 3
𝑐

3) les points 𝑧 = 0 et = 6 , se trouvent à l’intérieur de 𝑐


2 2 2
𝑒𝑧 𝑒𝑧 𝑒𝑧 𝜋𝑖
∫𝑐 𝑧(𝑧−6) 𝑑𝑧 = 2𝜋𝑖 [(𝑧−6)] + 2𝜋𝑖 [ ] = (𝑒 36 − 1)
𝑧=0 𝑧 𝑧=6 3

m.zigadi@univ-boumerdes.dz
Nouvelle mise à jour le 26/06/2021

Page 6 sur 6

Vous aimerez peut-être aussi