Vous êtes sur la page 1sur 4

J.

M - Correction de l’examen blanc 1 - 2bac-PC-2022

Correction de l’exercice n°1


2Un − 3 2(Un − 4) + 5 5
On a : Un+1 = = = −2 + .
4 − Un 4 − Un 4 − Un
1) Montrons par récurrece que : (∀n ∈ N) : −1 ≤ Un ≤ 3.
Initialisation : pour n = 0, on a : −1 ≤ U0 = 2 ≤ 3, c’est vérifier.
Héridité : On suppose que −1 ≤ Un ≤ 3 et on montre que −1 ≤ Un+1 ≤ 3 ?
1 1
On a −1 ≤ Un ≤ 3 ⇐⇒ −3 ≤ −Un ≤ 1 ⇐⇒ 1 ≤ 4 − Un ≤ 5 ⇐⇒ ≤ ≤1
5 4 − Un
5 5
⇐⇒ 1 ≤ ≤ 5 ⇐⇒ −1 ≤ −2 + ≤ 3 ⇐⇒ −1 ≤ Un+1 ≤ 3.
4 − Un 4 − Un
Donc d’après le principe de récurrence on a : (∀n ∈ N) : −1 ≤ Un ≤ 3.
2) Étudions la monotonie de la suite (Un ).
2Un − 3 2Un − 3 − 4Un + Un2 U 2 − 2Un − 3
(∀n ∈ N) : Un+1 − Un = − Un = = n .
4 − Un 4 − Un 4 − Un
Or on sait que 4 − Un ≥ 1 > 0, donc le signe de Un+1 − Un dépend du signe de Un2 − 2Un − 3 et
Un2 − 2Un − 3 = Un2 − 1 − 2Un − 2 = (Un − 1)(Un + 1) − 2(Un + 1) = (Un + 1)[Un − 1 − 2].
Donc Un+1 − Un = (Un + 1)(Un − 3) et Un + 1 ≤ 0 et Un − 3 ≤ 0, donc (Un + 1)(Un − 3) ≤ 0, par
suite (Un + 1)(Un − 3) ≤ 0 pour tout n ∈ N. Donc, on conclut que la suite (Un ) est croissante.
3) Et puisque la suite (Un ) est croissante et majorée, alors elle est convergente.
Un − 3
4)a) Soit (Vn ) la suite défine par : Vn = , montrons qu’elle est géométrique.
Un + 1
2Un − 3 2Un − 3 − 12 + 3Un
−3
Un+1 − 3 4 − Un 4 − Un 5Un − 15 Un − 3
Vn+1 = = = = =5 = 5Vn .
Un+1 + 1 2Un − 3 2Un − 3 + 4 − Un Un + 1 Un + 1
+1
4 − Un 4 − Un
On conclut que la suite (Vn ) est géométrique de raison q = 5 et de premier terme
U0 − 3 2−3 1
V0 = = =− .
U0 + 1 2+1 3
5n Un − 3 Un + 1 − 4 4
b) (∀n ∈ N) : Vn = V0 qn = − et on a Vn = = = 1−
3 Un + 1 Un + 1 Un + 1
5n
3− n
D’où
4
= 1 − Vn , donc on en déduit que Un =
3 + Vn
= 3 = 9−5 .
Un + 1 1 − Vn 5n 3 + 5n
1+
3
On a : |5| = 5 > 1, donc lim Vn = −∞ et
n−→+∞
9 9
9 − 5n 5n ( n − 1) 5n ( n − 1)
lim Un = lim = lim 5 = lim 5 = −1.
n−→+∞ n−→+∞ 3 + 5n n−→+∞ n 3 n−→+∞ n 3
5 ( n + 1) 5 ( n + 1)
5 5
 1 − qn+1  1  1 − 5n+1  1
c) Sn = V0 + V1 + ...... + Vn = V0 =− = ( 1 − 5 n + 1 ).
1−q 3 1−5 12
lim Sn = −∞.
n−→+∞
Un − 3 Un + 1 − 4 4 1 1 − Vn
d) On a : Vn = = = 1− , d’où = , pour tout n ∈ N.
Un + 1 Un + 1 Un + 1 Un + 1 4
1 1 1 1 − V0 1 − V1 1 − Vn
Donc S0n = + + ..... + = + + .... +
U0 + 1 U1 + 1 Un + 1 4 4 4
1 1
= (1 − V0 + 1 − V1 + .....1 − Vn ) = (n − Sn ).
4 4
1
0
Et lim Sn = lim (n − Sn ) = +∞.
n−→+∞ n−→+∞ 4
Correction de l’exercice n°2
1)a) Soit r une rotation de centre Ω d’affixe ω et d’angle θ, alors l’écriture complexe de la rotion r qui
transforme dans le plan (P ) le point M d’affixe z en un point M0 d’affixe z0 est : z0 − ω = eiθ ( z − ω).

Dans notre cas on a : Ω = O c’est à dire ω = 0 et θ = .
3

D’où l’écriture complexe de r est : z0 = ei 3 z.
2π 2π 5π 2π 5π π
b) On a : C = r( B) ⇐⇒ zC = ei 3 z B = ei 3 × e−i 6 = ei( 3 − 6 ) = e−i 6 . √

 5π   5π   5π   5π  3 1
c) z B = e−i 6 = cos − + i sin − = cos − i sin =− − i.
6 6 6 √ 6 2 2
π
 π  π π  π  3 1
zC = e−i 6 = cos − + i sin − = cos − i sin = − i.
6 6 6 6 2 2
d)


3 1 √
2z − z B + 2zC 2i + + i+ 3−i
2) D = Bary{( A, 2); ( B, −1); (C, 2)} ⇐⇒ z D = A = 2 2 .
√ 3 3
3 3 √
3 + i 3 1
⇐⇒ z D = 2 2 = + i.
3 2 2
b) On a : | z A | = | z B | = | zC | = | z D | = 1, alors on en déduit que les points A, B, C et D sont sur le cercle
de centre O et de rayon 1.
3)a) Si h est une homothétie de centre Ω d’affixe ω et de rapport k, alors l’écriture complexe de
l’homothétie h qui transforme dans le plan (P ) le point M d’affixe z en un point M0 d’affixe z0 est :
z 0 − ω = k ( z − ω ).
Dans notre cas on a : Ω = A c’est à dire ω = i et k = 2.
D’où l’écriture complexe de h est : z0 − i = 2(√z − i ) ⇐⇒ z0 = 2z − i.
 3 1  √
b) On a : h( D ) = E ⇐⇒ z E = 2z D − i = 2 + i − i = 3.
2 2
On a : E est un point de l’axe réel
h πi et appartient à la droite ( AD ) donc E ∈ [( X 0 OX ) ∩ ( AD )].
z − zC 2i 2, h πi 2π
4) a) D =√ = h π2 i = 1, = ei 3 .
z E − zC 3+i 2, 3
z − z 2π 6 z − z  2π
b) On a : D C D C
i3
= e = 1 et arg ≡ [2π ].

z E − zC z E − zC 3


→\ −→ 2π
C’est à dire que (CE, CD ) ≡ [2π ], et CD = CE.
3
Conclusion : le triangle CDE est un triangle équilatéral.
Correction de l’exercice n°3
Partie I
1)a) la fonction g est dérivable sur ]0, +∞[, car elle est somme de deux fonctions usuelles dérivables sur
]0, +∞[.
1 2x2 − x + 1
∀ x > 0, on a : g0 ( x) = 2x − 1 + = , donc le signe de g0 ( x) dépend du signe de
x x
2x2 − x + 1, or ∆ = 1 − 8 = −7 < 0 et a = 2 > 0 donc ∀ x ∈ R, 2x2 − x + 1 > 0, en particulier
∀ x > 0, 2x2 − x + 1 > 0, d’où g0 ( x) > 0 pour tout x > 0.
Conclusion : La fonction g est strictement croissante sur ]0, +∞[.
2) g(1) = 0, donc pour x ∈]0, 1], on a : g( x) ≤ 0 et pour x ∈ [1, +∞[, on a : g( x) ≥ 0.
Partie II
1)a) lim f ( x) = lim ( x − 1)2 + (ln( x))2 = +∞ et
x−→0+ x−→0+
lim f ( x) = lim ( x − 1)2 + (ln( x))2 = +∞.
x−→+∞ x−→+∞
b) Les fonctions x 7−→ ( x − 1)2 et x 7−→ (ln( x))2 sont dérivables sur ]0, +∞[ et comme f est la somme
de ces deux fonctions, alors elle est dérivable sur ]0, +∞[ et
ln( x) ln( x) 2x2 − x + ln( x) g( x)
∀ x ∈]0, +∞[: f 0 ( x) = 2( x − 1) + 2 = 2( x − 1 + )=2 =2 .
x x x x
c) Pour x ∈]0, +∞[, le signe de f ( x) dépend du signe de g( x), donc sur ]0, 1], on a : g( x) ≤ 0 par suite
0

f 0 ( x) ≤ 0, d’où f est décroissante sur ]0, 1].


et sur [1, +∞[, on a : g0 ( x) ≥ 0, d’où f est croissante sur [1, +∞[.
Tableau de variation

x 0 1 +∞
+∞ +∞
f ( x)
0

3) h est la restriction de f sur ]0, 1] c’est à dire h( x) = ( x − 1)2 + (ln( x))2 , pour x ∈]0, 1].
h est une fonction cotinue et strictement décroissante sur ]0, 1] car elle est la restriction d’une fonction
continue et strictement décroissante sur ]0, 1], donc h réalise une bijection de ]0, 1] vers
J = [h(1), lim h( x)[= [0, +∞[.
x7−→+∞
3) a) Soit u une fonction définie sur ]0, 1] par u( x) = h( x) − x.
La fonction u est dérivable sur ]0, 1] car elle est différence de deux fonctions dérivable sur ]0, 1] et
g( x)
∀ x ∈]0, 1] : u0 ( x) = h0 ( x) − 1 = 2 − 1.
x
g( x) g( x)
On sait que sur ]0, 1], on a : 2 ≤ 0, d’où 2 − 1 ≤ −1 < 0, ce qui implique que u0 ( x) < 0 sur
x x
]0, 1] et par suite la fonction u est strictement décroissante sur ]0, 1].
lim u( x) = +∞ et lim u( x) = −1.
x−→0+ x−→1
Tableau de variation

x 0 1
+∞
u( x)
−1
h1 i
b) la foction u est contiue et strictement décroissante sur ,1 .
2  2
1 1 1  2 1 1 1 1
u = − 1 + ln( ) − = + (ln(2))2 − = (ln(2))2 − > 0 et u(1) = −1 < 0, c’est à
2 21  2 2 4 2 4
dire que u × u(1) < 0.Finalement et grâce au Théorème des valeurs intermédiaires on conclut qu’il
2 i1 h
existe un réel α ∈ , 1 et qui vérifi u(α ) = 0 c’est à dire h(α ) = α.
2
f ( x) ( x − 1)2 + (ln( x))2
4) a) lim = lim .
x−→+∞ x x−→+∞ x √ √
( x − 1)2 (ln( x))2 (ln(( x)2 ))2 (ln(( x)))2
on a : lim = +∞ et lim = lim √ = 4 lim √ .
x−→+∞
√ x x−→+∞ x x−→+∞ ( x)2 x−→+∞ ( x)2
Posons x = t, alors quand x tend vers +∞, ttend vers +∞ et
 ln(√ x) 2
!2
 ln(t) 2 t
4 lim √ = 4 lim = 2 lim = 0.
x−→+∞ x t−→+∞ t t−→+∞ t

f ( x)
On conclut que : lim = +∞ et que la courbe (C f ) admet une branche parabolique de direction
x−→+∞ x
−→
celle de l’axe (O, j ).

Partie III Z 1 Z 1
1) On a : A = f ( x)dx et I = x f 0 ( x)dx.
α α
On fait une intégration par partie en posant t( x) = x et v0 ( x) = f 0 ( x), alors t0 ( x) = 1 et v( x) = f ( x),
d’oùZ:
1 h i1 Z 1
0
I= x f ( x)dx = t( x) f ( x) − f ( x)dx = −t(α ) f (α ) − A = −α 2 − A.
α Z 1 Z 1  α α Z 1
0 g( x) 
2) a) I = x f ( x)dx = x 2 dx = 2 g( x)dx.
α α x α !
Z 1h i Z 1 Z 1
b) I = 2 x( x − 1) + ln( x) dx = 2 ( x2 − x)dx + ln( x)dx et par une intégration par partie
α α α
Z 1 h i1 Z 1 h i1
on a : ln( x)dx = x ln( x) − dx = −α ln(α ) − x = −α ln(α ) − 1 + α.
α α α α
Z 1 h x3 x 2 i1 1 1 α3 α2
( x2 − x)dx = − = − − + .
α 3 2 α 3 2 3 2
2 3 2 7
Donc I = − α + α + 2α − − 2α ln(α ).
3 3
2 2 3 2 7
c) A = −α − I = α − 2α − 2α + + 2α ln(α ).
3 3

Vous aimerez peut-être aussi