Vous êtes sur la page 1sur 12

Chapitre 4

Ecoulement de Fluides Newtoniens


_____________________________________________
1- Equation de base pour un écoulement laminaire
1-1 Equation de continuité (conservation de la masse)
Soit une masse m de fluide délimitée par un volume V. ρ étant sa masse volumique.

La conservation de la masse se traduit par :

Or d’où

En utilisant le théorème de transport de Reynolds, on peut écrire :

Le volume V étant choisi arbitrairement, pour que cette équation soit satisfaite pour tous volume V
, il faut que :

C’est l’équation de continuité.

Avec est le champ de vitesse

Dans le cas ou le fluide est incompressible (liquide ou ρ=cte), l’équation de continuité se résume
alors :

comme ρ est cte, alors ou div v = 0

1-2- Equation du mouvement (conservation de la quantité de mouvenemt)

La deuxième loi de Newton appliquée à une masse de fluide en mouvement avec une accélération
est :

1
Les forces qui peuvent sur cet élément de fluide peuvent être classées en :

 Forces de volumes telles que les forces gravitationnelles, les forces électromagnétiques…
 Forces de surfaces telles que les forces de pression, les forces de frottement visqueux…

Si f représente la résultante des forces de volume par unité de masse. La force agissant sur toute la
masse de fluide est :

Si P représente la résultante des forces de surface par unité de surface. La force agissant sur toute
la surface :

La quantité de mouvement de la masse de fluide dans le volume est :

En appliquant la loi de Newton nous obtenons :

En général, il y a 9 composantes de contraintes : Une composante normale pour deux composantes


tangentielles sur chaque plan de coordonnées.

y 2

x
1
z 3

Fig. 4.1- Répartition de contraintes sur une masse de fluide de forme cubique

La force de surface peut s’écrire sous forme :

i représente le plan, j représente la direction et ni la composante du vecteur unitaire normale à la


surface.

L’équation de la variation de quantité de mouvement s’écrit sous forme indicielle :

2
Le terme de gauche de la relation est transformé en utilisant le théorème de Reynolds. L’intégrale
de surface du terme de droite est transforme en une intégrale de volume en utilisant le théorème de
Gauss-Ostrogradsky.

Or d’après l’équation de continuité on a :

D’où on obtient l’équation de quantité de mouvement :

Le membre de gauche représente la variation de la quantité de mouvement : le 1er terme est


l’accélération locale ou temporelle et le 2ème terme est l’accélération convective ou spatiale.

Le membre de droite les forces causant ces accélérations : le 1er terme sont les forces de surface ou
de frottement visqueux et le 2ème terme sont les forces de volume ou la pesanteur.

En écrivant les hypothèses de Newton :

1ère hypothèse : les composantes tangentielles des contraintes visqueuses sont proportionnelles aux
vitesses de déformation.

2ème hypothèse : les composantes normales des contraintes visqueuses sont :

3
μ : la viscosité dynamique du fluide en [Pa.s]
: la viscosité secondaire du fluide

Un fluide Newtonien est un fluide où les contraintes s’écrivent sous las formes précédentes.
Dans le cas ou le fluide est incompressible alors :

1.3-Equations de Navier-Stokes

Pour un fluide visqueux (réel) Newtonien, les équations de Navier-Stokes (N-S) peuvent s’écrire
algébriquement comme suite :

Où : est l’accélération de la pesanteur


: force d’inertie par unité de volume
: force de pesanteur par unité de volume
: force de pression par unité de volume
: force de frottement visqueux par unité de volume

Les équations algébriques de Navier-Stokes peuvent s’écrire par projection sur les 3 axes comme
suite :

4
Remarque

-Si le fluide s’écoule en régime permanent, on aura l’accélération locale ou temporelle nulle :

-Dans le cas ou le fluide est incompressible, et les équations de (N-S)


s’écrivent algébriquement comme suite :

-Dans le cas ou le fluide est parfait, on retrouve l’équation d’Euler :

-Dans le cas de fluide incompressible parfait en écoulement permanent, s’effectuant sur une ligne
de courant et dans un champ de pesanteur, on retrouve l’équation de Bernoulli.

1.4-Solutions exactes des équations de (N-S) pour quelques écoulements usuels simples
1.4.1-Ecoulement de Poiseuille
Un écoulement de poiseuille est un écoulement permanent s’effectuant à travers une conduite de
section constante, en régime laminaire.

Soit un écoulement entre 2 plans parallèles infiniment longs. Come l’écoulement est permanent
( et les équations de Navier-Stockes se résument à :

5
Plans parallèles
y
Sachant que l’écoulement est unidirectionnel,
, l’équation de continuité devient :
h
Ecoulement

Si on néglige les forces de pesanteur : 0 x

Fig. 4.1- Ecoulement de Poiseuille entre 2 plans


parallèles

car c'est-à-dire que P= g(x)

Comme x et y sont des variables indépendantes, alors l’équation à résoudre devient :

et le profil de vitesse est donné par une double intégration qui mène à l’équation
suivante :

Conditions aux limites : d’où B =0 et A = -h/2

Ainsi le profil de vitesse est de la forme :

1.4.2-Ecoulement de Couette
C’est un écoulement entre 2 plans parallèles, dont
l’un est en mouvement uniforme à la vitesse Plan mobile
constante uo. Dans notre cas, il s’agit du plan y
supérieur en mouvement.

Les équations de conservation de la masse et de h


quantité de mouvement restent identiques à celle Ecoulement
de l’écoulement de Poiseuille. Mais, les
conditions aux limites changeront.
0 x
Plan fixe

Fig. 4.2- Ecoulement de Couette

6
u (y)
K=-3.4
Conditions aux limites : K=-1.8

K=-0.5
On aura
K=0
K=1
0
K=2 y

Posons Fig. 4.3- Evolution du profil de vitesse dans un


écoulement de Couette

Ainsi le profil de vitesse est de la forme :

 Si , le profil de vitesse est linéaire

 Si , la vitesse devient négative dans un région. Au voisinage de la paroi inférieure et le sens


de l’écoulement est inversé. Dans ce cas les contraintes visqueuses exercée par le fluide sur la paroi
supérieure n’ont pas l’amplitude suffisante pour compenser les effets du gradient de pression.

 Si , Pour un gradient de pression décroissanr dans le sens de l’écoulement, la vitesse est


toujours positive.

1.4.3-Ecoulement de Couette rotatif

Soit un écoulement entre 2 cylindres coaxiaux.

C1 : cylindre externe tournant à une vitesse ω.

C2 : cylindre interne fixe.

Si , le mouvement du fluide est équivalent à celui entre 2 plans parallèles infiniment longs
distants de e dont l’un se déplace à une vitesse .

7
Si on reprend les résultats obtenus pou z
l’écoulement de Couette :

C1
On aura par identification : C2
 h=e Fluide
 , c'est-à-dire K=0 pour avoir le
profil de vitesse linéaire. e
 A partir de l’équation de continuité, on a

y
D’où
Ecoulement e
R
La contrainte tangentielle appliquée sur le
cylindre est :
0 x
Le couple exercé sur le cylindre externe C1
sur une hauteur h du fluide esnte les 2 Fig. 4.4- Ecoulement de Poiseuille entre 2 plans
cylindres est : parallèles

On peut exprimer la viscosité dynamique du fluide par :

1.4.4-Ecoulement établi dans un tube de section annulaire

On a le sens d’écoulement suivant oz, donc la r u(r) τ(r)


vitesse d’écoulement est
indépendante de oz (régime établit). Ecoulement e
R

Les équations de Navier-Stockes s’écrivent en


coordonnée cylindriques : 0 z

Fig. 4.5- Ecoulement dans une conduite annulaire

8
Une double intégration donne

Conditions aux limites :

Ainsi le profil de vitesse est de la forme :

W(r) n’est pas une fonction de z.

2- Equation de base pour un écoulement turbulent


Dans un écoulement turbulent, les propriétés du fluide et les variables caractéristiques de
l’écoulement varient avec le temps.
2.1-Rappel
Les expériences de Reynolds ont mis en évidence l’existence de régimes d’écoulement.

 Le régime laminaire qui est ordonné, stratifié et où les lignes de courant sont parallèles.
 Le régime turbulent qui est désordonné, mouvements rotatifs dotés de fluctuations de vitesse.

Entre les deux régimes d’écoulement, on observe le régime d’écoulement transitoire. Ces régimes
d’écoulements sont caractérisé par un nombre adimensionnel appelé Reynolds tel que .

Dans l’industrie pétrolière, la plupart des écoulements sont turbulents tels que la vitesse est :


: vitesse instantanée
: vitesse moyenne
: vitesse fluctuation

De même la pression la pression est :

Remarque : les moyennes de fluctuations sont nulles.

9
2.2-Equation de continuité

Pour un fluide incompressible ,

, Or

en prenant la moyenne de tous les termes

or la moyenne d’une valeur fluctuée est nulle

D’où

On constate que l’équation de conservation de masse qui est linéaire n’a pas changé. Les vitesses
sont remplacées par leurs moyennes temporelles.

2.2-Equation de quantité de mouvement

 En négligeant les forces de pesanteur (écoulement horizontal).

 En prenant l’équation de continuité multipliée par u, c'est-à-dire :

 En introduisant le tout dans l’équation du mouvement, on obtient :

En prenant la moyenne de tous les termes

10
En utilisant :

L’équation de Navier-Stokes devient :

 En prenant l’équation de continuité multipliée par , c'est-à-dire :

 En la retranchant de l’équation du mouvement, on obtient :

On remarque que dans l’équation de Navier-Stokes apparait des termes complémentaires qui font
intervenir les moyennes quadratiques des composantes de fluctuation de vitesses.

Les termes et représentent la tension de Reynolds ou termes de frottement turbulent


apparents.

En traitant le second terme de l’équation de Navier-Stokes :

11
 Dans le cas d’un écoulement bidimensionnel :

 Le terme est souvent négligeable

L’équation de Navier-Stokes se réduit à :

D’où

On aura

: Contrainte tangentielle visqueuse

: Contrainte de Reynolds dû au flux de la quantité de mouvement turbulent

Remarque

 Près de la paroi, est dominant.

 Loin de la paroi, est dominant.

12

Vous aimerez peut-être aussi