Vous êtes sur la page 1sur 4

« Le business des surdoués est tout à fait juteux »,

dénonce Nicolas Gauvrit


lepoint.fr/societe/le-business-des-surdoues-est-tout-a-fait-juteux-denonce-nicolas-gauvrit-18-09-2019-
2336561_23.php

18 septembre 2019

Société

ENTRETIEN. Mathématicien, psychologue et chercheur en


sciences cognitives, Nicolas Gauvrit défend le bon usage du QI et
dénonce les charlatans.

Nicolas Gauvrit © DR

Par Frédéric Lewino, Gwendoline Dos Santos

Nicolas Gauvrit est mathématicien et psychologue, chercheur en sciences cognitives au


laboratoire cognitions humaine et artificielle à l'École pratique des hautes études à
Paris. Il a dirigé l'ouvrage collectif Des têtes bien faites : défense de l'esprit critique aux
éditions PUF. Il s'attaque régulièrement à la « légende noire » des surdoués.

Le Point : Existe-t-il un commerce de l'intelligence, notamment en ce qui


concerne la prise en charge des « surdoués » ?

Nicolas Gauvrit : Indubitablement, le thème de surdoués est tout à fait « juteux ». De


bonne foi ou non, beaucoup se sont engouffrés dans ce business, par exemple en
victimisant les surdoués (on attribue alors tous les problèmes de la personne à un QI trop
élevé, ce qui est très valorisant) ou en identifiant tout patient solvable comme surdoué (si

1/4
le QI est trop faible, on explique qu'il est sous-estimé à cause d'une anxiété qu'il faut
traiter par des programmes onéreux réservés aux plus intelligents). Il y aurait, je pense,
une véritable enquête journalistique à faire sur ce business de la douance.

Sans qu'il y ait d'escroquerie, pour le psychologue, les vrais surdoués (car il y a
énormément de fausses identifications également) sont des patients de rêve. Leurs
capacités intellectuelles leur confèrent des ressources importantes et ils progressent vite
en thérapie. L'accompagnement est plus agréable, et l'on peut comprendre que beaucoup
aient envie de traiter préférentiellement les personnes à haut potentiel intellectuel.

Est-ce que tous les peuples quantifient l'intelligence ou est-ce une obsession
occidentale ?

C'est essentiellement une obsession occidentale. En particulier parce que d'autres cultures
valorisent beaucoup plus l'intelligence émotionnelle, l'entraide ou d'autres qualités. Mais
aussi parce que ce qu'on appelle « intelligence » varie d'une culture à l'autre. Un collègue
praticien me disait qu'il était impossible de faire passer des tests d'intelligence dans
certains pays africains parce que les personnes sont tellement loin de notre mode de
pensée qu'elles ne comprennent pas pourquoi elles devraient répéter des suites de cinq
lettres ou résoudre des problèmes arithmétiques absurdes et ne répondent tout
simplement pas. Pour des raisons culturelles, les tests sont inutilisables là-bas.

Quelles corrélations peut-on établir avec le bonheur, la réussite, la fortune,


la mortalité ?

Un QI plus élevé est statistiquement (légèrement) lié à moins de mortalité, plus de


réussite professionnelle, une meilleure satisfaction au travail et des revenus plus élevés.
Ces corrélations sont faibles, mais bien établies.

Quelle part la génétique occupe-t-elle dans le QI ?

La génétique explique plus de la moitié des variations de QI, ce qui ne veut pas dire
grand-chose de concret, mais disons que le facteur génétique est important (même s'il
n'explique, certes, pas tout). On n'a pas identifié de gène de l'intelligence en particulier,
mais on sait que le QI est en grande partie héritable. Les études sur la question sont si
nombreuses qu'il n'y a plus de doute sur ce résultat.

Quelle est votre définition de l'intelligence ?

Si l'on parle de l'intelligence au sens du QI, je dirais que c'est une mesure très générale de
l'efficacité du fonctionnement mental (cognitif) d'une personne.

Cependant, dans un sens plus courant, l'intelligence serait plutôt la capacité d'adaptation
à des situations nouvelles. Dans ce sens, elle engloberait alors une partie d'intelligence
émotionnelle, de compréhension sociale et de créativité, en plus de l'efficacité cognitive.

À LIRE AUSSIQI : faut-il mesurer son intelligence et celle de ses enfants ?

Que mesure exactement le QI ?

2/4
Le QI mesure correctement une version restreinte de ce qu'on peut appeler l'intelligence :
une compétence très générale. Les mots-clés sont rapidité, mémoire, connaissances,
capacité de raisonnement. Un équivalent du QI dans les matières scolaires serait la
moyenne générale, qui mesure globalement les résultats, sans faire la distinction entre les
disciplines.

Que pensez-vous de la fiabilité des tests actuellement utilisés pour mesure


l'intelligence des enfants et des adultes ?

Les tests de QI sont très fiables. Beaucoup de spécialistes critiquent le fait qu'ils ne
mesurent pas tout ce qu'on aimerait connaître pour savoir si quelqu'un est « intelligent »
dans un sens plus courant. Par exemple, le QI est assez peu lié à la créativité, à
l'intelligence émotionnelle ou à la motivation. Mais, si l'on cherche à mesurer une sorte de
puissance mentale générique, le QI est excellent. Les scores de QI prédisent les résultats
scolaires et académiques, mais aussi la réussite dans le milieu professionnel. À l'inverse,
ils sont assez peu liés aux éléments de la personnalité. Les tests usuels de QI sont les
mieux connus, car ce sont littéralement des millions de personnes qui les ont passés
depuis un siècle, et le recul qu'on a sur eux est phénoménal. En revanche, on ne peut
évidemment pas tout savoir sur quelqu'un avec un tel test. Beaucoup de chercheurs
pensent qu'on exagère généralement l'importance du QI. Le QI n'est pas une mesure de la
valeur d'un humain. Ce n'est qu'une mesure générique parmi d'autres.

Lire aussi Le test de QI, comment ça se passe

Le quotient intellectuel matérialisé par un chiffre a-t-il une signification en


lui-même ? Faut-il, en fait, l'intégrer dans un bilan psychologique ?

En clinique, lorsque l'on peut obtenir un score de QI qui a un sens (car la passation n'est
pas toujours facile ou des difficultés psychologiques peuvent rendre le test inutilisable),
celui-ci a un sens. Il permet de savoir où se situe globalement un individu par rapport aux
autres au niveau cognitif. Il n'a pas toujours de sens et il ne faut certainement pas
toujours l'intégrer dans un bilan psychologique. Il est surtout utile quand un tableau
clinique pourrait s'expliquer par une défaillance générale ou pas. Par exemple, on fait la
différence entre une personne avec un retard mental (QI faible) et qui, pour cette raison, a
du mal à lire et une personne dyslexique avec un QI moyen ou supérieur. Cela influence ce
qu'on peut envisager comme accompagnement.

Le QI reste-t-il le même tout au long de la vie ?

Il est statistiquement très stable à partir de l'adolescence. Cela veut dire qu'en général il
ne varie pas beaucoup, mais il y a des cas particuliers qui peuvent correspondre à des
traumatismes, des maladies mentales ou autres.

En quelles circonstances l'établissement du QI est-il utile chez l'adulte ? En


quoi un bilan d'intelligence peut-il aider ?

3/4
Cela peut permettre à certains adultes d'être rassurés sur leurs capacités. Dans le cas des
adultes ayant un QI élevé, notamment les adultes à haut potentiel intellectuel (QI
de 130 ou plus), cela peut dans certains cas expliquer un sentiment de décalage qu'ils ont
toujours ressenti sans le comprendre. Dans le cas de maladies neurodégénératives, cela
donne aussi une mesure objective de l'évolution des troubles. Si l'on va un peu plus loin
que le seul QI total (ce que permettent les tests), on peut également, pour les enfants
comme pour les adultes, avoir une idée plus précise du fonctionnement mental, connaître
les points forts et les points faibles et ainsi trouver des stratégies d'adaptation.

Que faut-il penser des tests proposés sur le Web ?

On peut s'en méfier, car ils ne sont en général pas étalonnés. Cependant, ils ressemblent
assez souvent aux véritables tests, vus de loin.

À LIRE AUSSINassim Nicholas Taleb : « Nous passons notre temps à rater


de grands génies »

4/4

Vous aimerez peut-être aussi