Vous êtes sur la page 1sur 110

NO d’ordre : 10/2015-M/ELT

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE


Ministère de l’enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique
Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene
Faculté d’Electronique et Informatique

MEMOIRE
Présenté pour l’obtention du diplôme de MAGISTER
en ELECTROTECHNIQUE

Spécialité : S y s t è m e s E l e c t r o - E n e r g é t i q u e s

Par : NAIDJI Mourad

Sujet

ETUDE D'IMPACT DE L'INTEGRATION DES SOURCES PV


DANS LES RESEAUX DE DISTRIBUTION D'ENERGIE
ELECTRIQUE

Soutenu publiquement, le 17/01/2015, devant le jury composé de :

M. Hasni Professeur à l’USTHB Président


M. Boudour Professeur à l’USTHB Directeur de mémoire
A.A. Ladjici Maître de conférence/A à l’USTHB Examinateur
M. Menaa Maître de conférence/A à l’USTHB Examinateur
M. Ghezaili Expert à SONELGAZ Invité
Remerciements

Remerciements

Je présente l'expression de ma profonde gratitude à mon promoteur Monsieur


BOUDOUR Mohamed, Professeur à l'USTHB, pour la proposition du sujet, de tous
ses conseils, ses orientations et surtout ses encouragements.

Je tiens à remercier également Monsieur BOUSAHOUA Bouziane, Maître de


conférences à USTHB, pour son aide durant toute l’année, discutions et échanges.

Je remercie également toute l’équipe du LSEI (Laboratoire des Systèmes Électriques


et Industriels).

Mes remerciements aussi aux membres de jury, pour l'honneur qu’ils auront fait en
acceptant de juger ce travail.

Enfin, que tous ceux qui ont contribué de près ou de loin, à l'établissement de ce
travail, trouvant ici l'expression de notre profonde gratitude.
Dédicace

Dédicace

A mes chers parents

A toute ma famille

A tous ceux que j’aime et qui m’aiment

Je dédie ce modeste travail

Mourad
Sommaire

Sommaire

Nomenclature et abréviations ..................................................................................................9

Introduction générale .............................................................................................................11

Chapitre I - Planification des réseaux de distribution

I.1. Introduction ........................................................................................................................14


I.2. Architecture des réseaux électriques ..................................................................................14
I.3. L’évolution du réseau électrique ........................................................................................15
I.4. Différents types de réseaux électriques en Algérie ............................................................18
I.4.1. Réseaux de transport et d’interconnexion ..................................................................18
I.4.2. Réseaux de répartition ...............................................................................................18
I.4.3. Réseaux de distribution ..............................................................................................19
I.4.3.1. Réseaux de distribution à moyenne tension .........................................................19
I.4.3.2. Réseaux de distribution à basse tension ...............................................................19
I.5. La distribution publique MT .............................................................................................20
I.5.1. Les postes sur les réseaux MT ....................................................................................21
I.5.1.1. Le poste HT/MT en distribution publique ...........................................................21
I.5.1.2. Le poste MT/MT en distribution publique ...........................................................21
I.5.1.3. Le poste MT/BT en distribution publique ............................................................21
I.5.1.4. Le poste de livraison à un abonné HT ou MT ......................................................22
I.5.2. Choix de la moyenne tension .....................................................................................23
I.6. Etat de l’art sur la modélisation des réseaux électriques ...................................................24
I.8. Présentation des logiciels de simulation des réseaux électriques ......................................25
I.8. Généralités sur la production décentralisée d’énergie PDE ...............................................26
I.8.1. La production décentralisée .......................................................................................26
I.8.2. Les technologies de la production décentralisée ........................................................27
I.8.2.1. Les énergies contrôlables ou dispatchables..........................................................28
I.8.2.2. Les énergies non-contrôlables ..............................................................................28
I.9. Structure d’un système PV raccordé au réseau ..............................................................29
I.9.1. Système PV connecté directement au réseau ..........................................................30
I.9.1.1 Structure à convertisseur unique .......................................................................30
I.9.1.2. Structure avec bus à basse tension alternative ..................................................30
Sommaire

I.9.2. Système à bus continue intermédiaire .....................................................................31


I.9.2.1. Structure avec convertisseur forward ................................................................31
I.9.2.2. Structure avec un convertisseur de type fly-back.............................................32
I.9.2.3. Structure avec un hacheur et onduleur .............................................................32
I.10. Conclusion .......................................................................................................................33

Chapitre II - Modélisation et simulation d'une source PV

II.1. Introduction.......................................................................................................................35
II.2. Modèles de la cellule ........................................................................................................35
II.2.1. Modèle mathématique de la cellule .......................................................................36
II.2.2. Modèle amélioré ....................................................................................................38
II.3. Modélisation type circuit électrique..................................................................................40
II.3.1. Synoptique du modèle amélioré du module PV sous Matlab/ Simulink ...............40
II.3.2. Simulation du module test sous un éclairement et une température variable ........43
II.3.3. Résultats de simulation du module PV Test ..........................................................44
II.4. Modélisation et simulation du système PV connecté au réseau........................................45
II.4.1. Description du modèle PV proposé .......................................................................47
II.4.1.1. Convertisseur Boost (DC/DC) .........................................................................49
II.4.1.2. Convertisseur VSC (DC/AC)...........................................................................49
II.4.2. Résultats de simulation ..........................................................................................50
II.4.3. Interprétation des résultats .....................................................................................54
II.5. Conclusion ........................................................................................................................55

Chapitre III - Impact d’une intégration massive du photovoltaïque sur les réseaux
électriques de distribution

III.1. Introduction ....................................................................................................................57


III.2. Méthodologie...................................................................................................................57
III.3. Modélisation du system ..................................................................................................58
III.3.A. Le réseau..............................................................................................................58
III.3.A.1. méthode de balayage Avant/arrière ...............................................................58
III.3.B. Le système PV .....................................................................................................61
III.3.C. Modélisation de la charge ....................................................................................61
III.4. Résultats de simulation statique .....................................................................................62
III.4.A. Impact du photovoltaïque à grande pénétration...................................................62
III.4.B. Impact du niveau de dispersion ...........................................................................66
Sommaire

III.5. Réponse dynamique du PV due aux changements rapides de l'éclairement ...................69


III.6. Conclusion .......................................................................................................................71

Chapitre VI - Etude de cas : Analyse du réseau de distribution isolé de Djanet en


présence d’une source de production PV

VI.1. Introduction .....................................................................................................................74


IV.2. Le cas d’étude .................................................................................................................75
IV.3. Impact des sources décentralisées sur le réseau de distribution ......................................76
IV.3.1. Description du réseau ..............................................................................................76
IV.4. Variante de simulation de la Centrale PV .......................................................................81
IV.5. Etude de l’écoulement de puissance................................................................................82
IV.6. Etude de court-circuit ......................................................................................................85
IV.6.1. Résultats de simulation ............................................................................................86
IV.7. Etude d’harmonique ........................................................................................................90
IV.8. Conclusion.......................................................................................................................91
Conclusion générale ...............................................................................................................93

Bibliographie...........................................................................................................................96

Annexes..................................................................................................................................101

Liste de communications......................................................................................................113
Liste des figures et tableaux

Liste des figures

Figure I.1. Architecture verticale du réseau ........................................................................................1


Figure I.2. Architecture horizontale du réseau ....................................................................................1
Figure I.3. Architecture générale de réseau d’énergies électrique en Algérie .........................................1
Figure I.4. Différents types de schéma de postes utilisés sur les réseaux de distribution publique ............1
Figure I.5. Structure à convertisseur unique ........................................................................................1
Figure I.6. Structure avec bus à basse tension alternative .....................................................................1
Figure I.7. Convertisseur de type forward alimentant le bus continu ....................................................1
Figure I.8. Structure avec un convertisseur de type fly-back ................................................................1
Figure I.9. Hacheur élévateur de tension avec onduleur centralisé ........................................................1
Figure II.1. Schéma électrique équivalent à une diode d'une cellule photovoltaïque ...............................1
Figure II.2. Caractéristiques courant-tension d’une Cellule ..................................................................1
Figure II.3. Circuit équivalent général du module PV ..........................................................................1
Figure II.4. Données relatives au module PV Test ..............................................................................1
Figure II.5. Equation du Photo-courant Iph ........................................................................................1
Figure II.6. Equation du courant shunt Ish ..........................................................................................1
Figure II.7. Equation du courant de la diode Id ...................................................................................1
Figure II.8. Equation du courant généré I ...........................................................................................1
Figure II.9. Affichage des résultats ....................................................................................................1
Figure II.10. Influence de l’éclairement sur la courbe I-V et P-V .........................................................1
Figure II.11. Influence de la température sur la courbe I-V et P-V .......................................................1
Figure II.12. Schéma synoptique général d’un système PV connecté au réseau .....................................1
Figure II.13. Schéma de principe de la connexion de l’onduleur au réseau ............................................1
Figure II.14. Diagramme détaillé sous Simulink/Matlab de simulation du système PV ..........................1
Figure II.15. Caractéristiques I-V & P-V du Champ PV ......................................................................1
Figure II.16. Signal d’éclairement de type Ramp (Signal Builder/Simulink) .........................................1
Figure II.17. Ondes pour le convertisseur Boost .................................................................................1
Figure II.18. Ondes pour le convertisseur VSC (tension à régler et l’index de modulation) ....................1
Figure II.19. Vab– réponse de VSC ...................................................................................................1
Figure II.20. Tension et courant à la sortie du PV ..............................................................................1
Figure II.21. Id &Iq ..........................................................................................................................1
Figure II.22. Puissance active injectée au réseau P (kW) .....................................................................1
Figure II.23. Puissance réactive injectée au réseau Q(kVAr) ................................................................1
Figure II.24. Tension et courant coté réseau .......................................................................................1

7
Liste des figures et tableaux

Figure III.1. Schéma unifilaire du système de distribution test 33 nœuds ..............................................1


Figure III.2. Profil de tension Matlab vs Cymdist ...............................................................................1
Figure III.3. Impact du taux de pénétration ........................................................................................1
Figure III.4. Pertes actives ................................................................................................................1
Figure III.5. Pertes réactives .............................................................................................................1
Figure III.6. Impact du niveau de dispersion sur le profil de tension .....................................................1
Figure III.7. Pertes actives ................................................................................................................1
Figure III.8. Pertes réactives .............................................................................................................1
Figure III.9. Données d'éclairement sur une journée partiellement nuageux ..........................................1
Figure III.10. Pourcentage de la puissance totale injectée au réseau - 50 % de PV dans le nœud 18 ........1
Figure III.11. Injection du 50 % de PV au nœud 18 ............................................................................1
Figure III.12. Comparaison des résultats pour 26,92 %, 53.84% et 80.75 % de pénétration de PV dans le
nœud 18 ...........................................................................................................................................1
Figure IV.1. Topologie du réseau simulé - Poste source de la Centrale diesel de Djanet .........................1
Figure IV.2. Courbe de charge de la ville de Djanet à forte charge .......................................................1
Figure IV.3. Eclairement de la ville de Djanet – le cas le plus favorable dans l’année ............................1
Figure IV.4. Eclairement de la ville de Djanet – le cas le plus défavorable dans l’année ........................1
Figure IV.5. Comparaison entre la consommation locale et la production PV ........................................1
Figure IV.6. Profil de tension d’un extrait des nœuds du réseau pour différents scénarios ......................1
Figure IV.7. Evaluation des pertes totales pour différents scénarios d’injection du PV ...........................1
Figure IV.8. Les courants de court-circuit des différents scénarios .......................................................1
Figure IV.9. Courbe d’impédance vs fréquence ..................................................................................1

Liste des tableaux

Tableau II.1. Caractéristiques électriques du CS6P-250P (STC) ..........................................................1


Tableau III.1. Détail de la PDE .........................................................................................................1
Tableau IV.1. Consommation journalière maximale de la ville de Djanet .............................................1
Tableau IV.2. Equipements principaux de la Centrale PV ...................................................................1
Tableau IV.3. Les quatre scénarios examinés .....................................................................................1
Tableau IV.4. Caractéristiques du module PV utilisé ..........................................................................1
Tableau IV.5. Résultats de simulation des courants de court-circuit en kA ...........................................1
Tableau IV.6. Evaluation des harmoniques THDV et THDI après l’injection du PV ...............................1

8
Nomenclature et abréviations

ΔT Différence entre les températures réelle et nominale de la jonction PN (en K)

Eg Énergie de la bande interdite (gap) du semi-conducteur (en eV)

G Rayonnement solaire global incident (en W.m-2)

Id Courant circulant dans la diode (en A)

Imp Courant au point de puissance maximale de la Cellule (en A)

Isatr Courant inverse de saturation ou courant de fuite de la diode (en A)

Isat Courant de saturation de la Cellule (en A)

Isat,n Courant de saturation nominal de la Cellule (en A)

Iph Photo-courant de la cellule photovoltaïque (en A)

Ir Courant dérivé par la résistance shunt (en A)

Isc Courant de court-circuit de la Cellule (en A)

Isc,n Courant de court-circuit nominal de la Cellule (en A)

JDB Jeu de barre

K Constante de Boltzmann (= 1,3806503.10−23 J.K-1)

Ki Coefficient de température relatif à l’intensité en court-circuit (en A.K-1)

Kv Coefficient de température relatif à la tension en circuit ouvert (en V.K-1)

L Inductance de la bobine (en H)

Npar Nombres de modules connectés en parallèle d’un champ photovoltaïque

Nser Nombre de modules connectés en série d’un champ photovoltaïque

nCells Nombre de cellules connectées en série d’un module photovoltaïque

PV Photovoltaïque

PDE Production Décentralisée d’Energie

q Charge de l’électron (= 1,60217646.10−19 C)

Rs Résistance série de la Cellule (en Ω)

9
Nomenclature et abréviations

Rp Résistance shunt ou parallèle de la Cellule (en Ω)

T Température de la jonction PN (en K)

Tmax Température maximale de la jonction PN (en K)

Tn Température nominale de la jonction PN (en K)

Vmp Tension au point de puissance maximale de la Cellule (en V)

Voc Tension en circuit ouvert de la Cellule (en V)

VT,n Potentiel thermique à la température nominale Tn (en V)

VT Potentiel thermique du module PV (en V)

10
Introduction générale

Le monde actuel est en plein évolution (libéralisation des marchés économiques, ouverture
des frontières, etc.). En effet depuis plusieurs années, il y a un vaste mouvement
international de libéralisme qui apparait. Les secteurs d'activités concernés sont nombreux et
variés. L’outil informatique est un exemple.

Le secteur électrique est lui aussi en plein mutation. Dans de nombreux pays un vaste
mouvement de dérégulation apparait. Les causes (volonté politique, intérêt économique,
etc.) et les buts recherchés (augmentation des capitaux étrangers, amélioration de sociétés
électriques, ouvertures des marchés, etc.) de ce mouvement de dérégulation sont très variés.
L’une des conséquences de la dérégulation des marchés électriques est la connexion de
nouveaux moyens de production ceux-ci sont très diversifiés (centrales photovoltaïques,
fermes éoliennes, piles à combustibles, etc.) la plage de variation de la puissance injectée
dans les réseaux d'énergie est vaste. Elle s'étend de quelques kilowatts à une dizaine de
mégawatts. Cette introduction de production au sein des réseaux existants n'est pas sans
impact sur ceux-ci (modification du plan de tension et de la répartition des courants de
défauts, etc.). L’étude de ces impacts est nécessaire pour qu'elle se fasse sans dégradation en
termes de qualité et des performances de fonctionnement des réseaux.

L’Algérie a des projets importants en matière de développement des énergies renouvelables,


notamment le solaire, l'éolien, et leur raccordement au réseau, ceci dans le but de couvrir la
demande énergétique sur tout le territoire national.

Ainsi, l'Algérie s'engage dans une nouvelle ère énergétique durable, en établissant une
stratégie nationale de relance des énergies, identifiant des objectifs énergétiques claire pour
chaque filière renouvelable, et en lançant un programme ambitieux de développement des
énergies renouvelables et d'efficacité énergétique. Cette vision du gouvernement algérien
s'appuie sur une stratégie axée sur la mise en valeur des ressources inépuisables comme le
solaire et leur utilisation pour diversifier les sources d'énergie et préparer l'Algérie de
demain, vu que le développement des énergies renouvelables représente une des clés de la
transition énergétique, et une réponse au défi climatique parmi les filières renouvelables,

11
Introduction générale

l'énergie solaire PV s'est vu attribuer des objectifs ambitieux avec un objectif de production
de près de 1228 MW à l'horizon 2022. [1]

Les travaux réalisés dans le cadre de cette thèse s'inscrivent dans ce contexte. Ils ont porté
sur l'étude des impacts résultats de l’introduction de la Production Décentralisée d'Energie
(PDE) dans les réseaux de distribution.

Dans le premier chapitre, l’évolution et l’architecture des réseaux électriques, notamment en


Algérie, sont présentés. Puis les principaux moyens de production d'énergie seront introduits
(Photovoltaïque, éoliennes, etc.).

Le deuxième chapitre présente la modélisation d’une cellule photovoltaïque à travers un


modèle mathématique, ainsi que l’étude de la connexion d'un champ photovoltaïque au
réseau électrique en modélisant les éléments représentant le système photovoltaïque, la
modélisation et la simulation du modèle photovoltaïque ont été effectuées sous
l’environnement MATLAB/SIMULINK.

Le troisième chapitre présente l'étude d’impact de la PDE (système photovoltaïque) avec


une grande pénétration sur un réseau de distribution test 33 nœuds. Plusieurs impacts liés à
ce nouveau moyen de production d'énergie dans les réseaux d'énergie seront présentés et
discutés, on détaillera notamment l'impact de la PDE sur le plan de tension et sur les transits
de puissance.

Le quatrième chapitre a consacré à une étude de cas en Algérie qui se base sur l'analyse de
l'intégration d'une centrale photovoltaïque d’une puissance totale de 3 MW sur le réseau de
distribution isolé de Djanet, les résultats ont été présentés et discutés.

Une conclusion générale et des perspectives viennent clore ce mémoire.

12
Chapitre I - Planification des réseaux de distribution

Chapitre I

Planification des réseaux de distribution

13
Chapitre I - Planification des réseaux de distribution

I.1. Introduction

Le réseau électrique est un « système » très complexe. Il comprend des milliers de


composants (générateurs, transformateurs, lignes, contrôleurs, systèmes de protection, entre
autres). La construction des nouveaux ouvrages prend souvent beaucoup de temps et nécessite
la mise en place de stratégies spécifiques et des choix technologiques adaptés, la durée de vie
des éléments est d’environ quarante ans voire plus. De plus, les divers composants insérés au
sein de ce système sont interdépendants dès lors que l’état d’un élément influence les autres.
Les conditions d’exploitation du réseau dépendent aussi de la demande, des prix du marché et
des modifications de la législation relative au secteur électrique. En outre, les conditions
météorologiques (température, vitesse du vent, éclairement, etc.) influence les courbes de
consommation et de production.

Ainsi, le dimensionnement des ouvrages tels que les lignes, transformateurs et postes sont
réalisés en considérant les politiques énergétique, la dérégulation du marché, le grand choix
des technologiques de composants, les contraints électriques du réseau, les grands choix
technologiques des gestionnaires (i.e. les niveaux de tension, la mise à la terre, les schémas de
reprise, la prise en compte des pertes, entre autres) et le niveau d’automatisation des
composants.

Le changement du paradigme énergétique avec l’ouverture des marchés de l’énergie, l’arrivée


massive de la production décentralisée et les contraintes environnementales de plus en plus
fortes, pousse à l’évolution des critères et outils de planification couramment utilisés dans les
réseaux électriques. Ce changement, couplé aux nouvelles technologies d’information et de
communication et autres nouveaux matériels de réseau, a en effet induit une augmentation des
incertitudes dans ce système qu’il convient de bien modéliser.

Par exemple, le raccordement de la production décentralisée dans le réseau de distribution


bouleverse les flux de puissances, change les conditions d’exploitation et augmente
l’incertitude de la puissance produite dans le cas de l’intégration des énergies renouvelables.

I.2. Architecture des réseaux électriques

L’ensemble des constituants d’un réseau électrique peut être agencé selon différentes
structures, leur complexité déterminera la disponibilité de l’énergie électrique, le coût
d’investissement et le plan de protection associé. Le choix de l’architecture, au travers de

14
Chapitre I - Planification des réseaux de distribution

grands choix technologiques, sera donc fait pour chaque application sur le critère de
l’optimum technico-économique.

La norme en vigueur (UTE C 18-510) définit les niveaux de tension alternative comme suit :

• HTB - pour une tension composée supérieure à 50 kV

• HTA - pour une tension composée comprise entre 1 kV et 50 kV

• BTB - pour une tension composée comprise entre 500 V et 1 kV

• BTA - pour une tension composée comprise entre 50 V et 500 V

• TBT - pour une tension composée inférieure ou égale à 50 V

La Commission Électrotechnique Internationale (publication 38-CEI) a donc été amenée à


normaliser une gamme de tensions visant à regrouper les techniques et les marchés autour de
valeurs qui résultent d’un compromis entre ce qui existe dans le monde et ce qui va se
développer,

• HT - pour une tension composée comprise entre 35 kV et 230 kV

Les valeurs normalisées sont : 45 kV - 66 kV - 110 kV - 132 kV - 150 kV - 220 kV

• MT - pour une tension composée comprise entre 1000 V et 35 kV

Les valeurs normalisées sont : 3,3 kV - 6,6 kV - 11 kV - 22 kV - 33 kV

• BT - pour une tension composée comprise entre 100 V et 1000 V

Les valeurs normalisées sont : 400 V - 690 V - 1000 V (à 50 Hz)

En Algérie, l'alimentation des clients est réalisée, pour le niveau de la tension HTA, en
général, à 10 kV, 30 kV.

Les caractéristiques locales du réseau de distribution où les particularités de l'installation


électrique du client peuvent entraîner des modifications sur ces choix de niveau de tension.

I.3. L’évolution du réseau électrique

Le réseau électrique a évolué de façon désorganisée à partir de petits réseaux formés dans la
première moitié du XXème siècle jusqu'aux grands réseaux continentaux d’aujourd’hui.

Afin de réaliser des économies d’échelle, il a évolué vers une structure « verticalement
intégrée », c’est-à-dire que la puissance est produite par des grandes centrales électriques
potentiellement très éloignée des centres de consommation. Le réseau a ainsi été conçu pour

15
Chapitre I - Planification des réseaux de distribution

fonctionner avec des réserves suffisantes afin de fournir l’énergie électrique à la demande
d'une manière économique et fiable. La production d'énergie est principalement basée sur des
sources primaires contrôlables telles que : les centrales thermiques utilisant les combustibles
fossiles, les centrales hydro-électriques, etc. Les machines utilisées dans ces centrales sont de
grande taille et développées à grande échelle. Ces sources permettent de contrôler la
production d’énergie en fonction des critères de sécurité et d’économie.

Le réseau est exploité de sorte que des évènements sévères ne provoquent pas la perte totale
du système ou la propagation des défaillances sur les réseaux voisins. Il doit aussi permettre la
reprise rapide de la portion du réseau électrique affecté par des événements majeurs.

Dans les structures traditionnelles, l'énergie électrique est transportée des centrales électriques
vers les consommateurs à travers une structure du réseau hiérarchique, de la très haute tension
HTB (Un > 50 kV), à la moyenne tension HTA (1kV < Un < 50 kV) puis à la basse tension
BT (Un < 1 kV).

Les réseaux de transport HTB sont maillés pour assurer la fiabilité et la disponibilité de
l’énergie, en cas de défauts sur des ouvrages.

Par contre, les réseaux de distribution HTA et BT sont majoritairement passifs avec une
configuration exploitée en structure radiale (un seul chemin vers le réseau amont) qui permet
l’utilisation de plans de protection simples et robustes.

La topologie du système fait que le flux d'énergie électrique est unidirectionnel (Figure I.1),
de la production vers la consommation. Le réseau doit fonctionner sous la contrainte que la
puissance électrique produite doit être, à chaque instant, égale à la puissance consommée. Par
conséquent, le fonctionnement du réseau repose sur un contrôle temps réel de la production
d'énergie et son adaptation aux fluctuations de la charge, selon les restrictions imposées par le
gestionnaire du réseau de transport d'électricité.

Une telle structure « verticalement intégrée » du système d'alimentation apporte des


avantages, tels que la réduction du coût d’exploitation, la mutualisation des marges de réserve
des générateurs, une meilleure efficacité énergétique des grands générateurs, une réduction du
risque de défaillances.

16
Chapitre I - Planification des réseaux de distribution

Figure I.1. Architecture verticale du réseau.

Les nouvelles politiques énergétiques et environnementales, qui ont prévalu au cours des
dernières années, ont encouragé l’interconnexion de nouvelles sources de production
d'énergie électrique non conventionnelles et décentralisées dans le réseau ainsi que une
séparation administrative stricte sur les activités d’exploitation, de fourniture et de
commercialisation. Cette redistribution des rôles doit permettre de créer des conditions
d’accès non discriminatoires et ainsi d’augmenter le nombre d’acteurs et ainsi la liquidité (et
donc la concurrence) sur les marchés de l’énergie.

L'insertion de la production décentralisée conduit à une transition vers une nouvelle structure
plus « éclatée » (Figure I.2). Dans cette structure, les petites et moyennes unités de production
sont souvent reliées au réseau de distribution.

La connexion de ces unités sur les réseaux HTA et BT, conduit à un fort bouleversement de
l'ancienne structure « verticale » du système électrique. Le flux de puissance n'est plus
distribué « verticalement » de la haute tension à la basse tension, mais aussi « horizontalement
», avec même la capacité d’inverser ces flux de puissance entre les réseaux HTA ou BT ou
même avec les niveaux de tension supérieurs. Les systèmes de distribution deviennent donc
des réseaux actifs.

17
Chapitre I - Planification des réseaux de distribution

Figure I.2. Architecture horizontale du réseau.

I.4. Différents types de réseaux électriques en Algérie

I.4.1. Réseaux de transport et d’interconnexion

Les réseaux de transport et d'interconnexion ont principalement pour mission :

 De collecter l'électricité produite par les centrales importantes et de l'acheminer par


grand flux vers les zones de consommation (fonction transport),
 De permettre une exploitation économique et sûre des moyens de production en
assurant une compensation des différents aléas (fonction interconnexion),

- La tension est 150 kV, 220 kV et dernièrement 400 kV,

- Neutre directement mis à la terre,

- Réseau maillé.

I.4.2. Réseaux de répartition

Les réseaux de répartition ou réseaux Haute Tension ont pour rôle de répartir, au niveau
régional, l'énergie issue du réseau de transport. Leur tension est supérieure à 60 kV selon les
régions.

Ces réseaux sont, en grande part, constitués de lignes aériennes, dont chacune peut transiter
plus de 60 MVA sur des distances de quelques dizaines de kilomètres. Leur structure est, soit

18
Chapitre I - Planification des réseaux de distribution

en boucle fermée, soit le plus souvent en boucle ouverte, mais peut aussi se terminer en
antenne au niveau de certains postes de transformation [4].

En zone urbaine dense, ces réseaux doivent être souterrains sur des longueurs n'excédant pas
quelques kilomètres.

Ces réseaux alimentent d'une part les réseaux de distribution à travers des postes de
transformation HT/MT et, d'autre part, les utilisateurs industriels dont la taille (supérieure à
60 MVA) nécessite un raccordement à cette tension.

- La tension est 90 kV ou 60 kV,

- Neutre à la terre par réactance ou transformateur de point neutre,

- Limitation courant neutre à 1500 A pour le 90 kV,

- Limitation courant neutre à 1000 A pour le 60 kV,

- Réseaux en boucle ouverte ou fermée.

I.4.3. Réseaux de distribution

Les réseaux de distribution commencent à partir des tensions inférieures à 60 kV et des postes
de transformation HTB/HTA avec l’aide des lignes ou des câbles moyenne tension jusqu’aux
postes de répartition HTA/HTA. Le poste de transformation HTA/BTA constitue le dernier
maillon de la chaîne de distribution et concerne tous les usages du courant électrique.

I.4.3.1. Réseaux de distribution à moyenne tension

- HTA (30 et 10 kV le plus répandu),

- Neutre à la terre par une résistance,

- Limitation à 300 A pour les réseaux aériens,

- Limitation à 1000 A pour les réseaux souterrains,

- Réseaux souterrains en boucle ouverte.

I.4.3.2. Réseaux de distribution à basse tension

- BTA (230 / 400 V),

- Neutre directement à la terre,

- Réseaux de type radial, maillés et bouclés.

19
Chapitre I - Planification des réseaux de distribution

Figure І.3. Architecture générale de réseau d’énergies électrique en Algérie.

I.5. La distribution publique MT

Cette partie est un rappel des principaux postes installés sur les réseaux MT, et des principales
technologies utilisées au niveau des matériels MT [6]. Il se termine par deux schémas
illustrant plus concrètement leurs applications :

20
Chapitre I - Planification des réseaux de distribution

I.5.1. Les postes sur les réseaux MT

Un poste ou ouvrage est une entité physique définie par sa localisation et ses fonctionnalités
dans les réseaux électriques.

La vocation d’un poste est avant tout d’assurer la transition entre deux niveaux de tension
et/ou d’alimenter l’utilisateur final.

I.5.1.1. Le poste HT/MT en distribution publique

Cet ouvrage est présent dans toute structure électrique d’un pays, il est situé entre le réseau de
répartition et le réseau de distribution MT.

Sa fonction est d’assurer le passage de la HT (≈ 220 kV) à la MT (≈ 60 kV).

Son schéma type (Figure II.4-a) comporte deux arrivées HT, deux transformateurs HT/MT, et
de 10 à 20 départs MT. Ces départs alimentent des lignes en aérien et/ ou des câbles en
souterrain.

I.5.1.2. Le poste MT/MT en distribution publique

Cet ouvrage peut réaliser deux fonctions :

- assurer la démultiplication des départs MT en aval des postes HT/MT (Figure II.4-b).
Dans ce cas, le poste ne comporte aucun transformateur. Il est constitué de deux arrivées
MT et de 8 à 12 départs MT. Ce type de poste est présent dans quelques pays, comme
l’Espagne, la Belgique, l’Afrique du sud.

- assurer le passage entre deux niveaux MT. De tels postes MT/MT intègrent des
transformateurs. Ils sont nécessaires dans certains pays qui utilisent deux niveaux
successifs de tension sur leur réseau MT, c’est le cas par exemple de la Grande- Bretagne
où le réseau MT est décomposé en deux niveaux avec le 11 kV et le 33 kV.

Leur schéma type s’apparente à celui du poste HT/MT.

I.5.1.3. Le poste MT/BT en distribution publique

Localisé entre le réseau de distribution MT et le réseau de distribution BT, cet ouvrage assure
le passage de la MT (≈ 60 kV) à la BT (≈ 400 V).

Le schéma type de ce poste (Figure I.4-c) est évidemment beaucoup plus simple que celui des
ouvrages précédents. En particulier, l’appareil de base MT utilisé est l’interrupteur et non plus
le disjoncteur.

21
Chapitre I - Planification des réseaux de distribution

Ces postes sont constitués de quatre parties :

- l’équipement MT pour le raccordement au réseau amont,

- le transformateur de distribution MT/BT,

- le tableau des départs BT comme points de raccordement du réseau aval de distribution


(en BT),

- et de plus en plus souvent une enveloppe extérieure préfabriquée (métallique ou de plus


en plus souvent en béton) qui contient les éléments précédents.

I.5.1.4. Le poste de livraison à un abonné HT ou MT

Ces ouvrages assurent le passage de la distribution publique à la distribution privée. Ils


permettent le raccordement

- au réseau de répartition HT d’un abonné à grande consommation (≈MVA) via un poste


HT/MT,

- au réseau de distribution MT d’un abonné à moyenne consommation (≈ 100 kVA) via


un poste MT/BT.

Le choix de la tension de raccordement au réseau de distribution publique pour un abonné


dépend essentiellement de :

- la qualité du réseau BT, en particulier de sa limite en puissance (tenues électriques) ;

- la politique du distributeur, en particulier de la tarification qu’il propose, car pour


l’abonné elle définit l’intérêt économique de l’énergie électrique, en concurrence avec les
autres sources d’énergie : fuel, gaz, ...

Dans la pratique, c’est la puissance souscrite par l’abonné qui définit le raccordement en BT
ou en MT, avec des valeurs fort différentes selon les pays.

Dans le cas des abonnés livrés en HT, le schéma du poste est conçu spécifiquement.

Mais si l’abonné est alimenté en MT, un schéma type peut être proposé (Figure I.4-d).
Cependant, l’installation d’un tel poste est évidemment liée à un accord du distributeur qui
peut avoir des spécificités propres (comptage, conditions d’exploitation, ...).

22
Chapitre I - Planification des réseaux de distribution

a)- Poste HT/MT ( (b)- Poste MT/MT

(c) - Poste MT/BT (d) - Poste de livraison pour un abonné MT


Figure I.4. Différents types de schéma de postes utilisés sur les réseaux de distribution publique. [6]

I.5.2. Choix de la moyenne tension

Le choix d’une moyenne tension est une décision stratégique engageant l’avenir, lourde de
conséquences quant à la structure et à l’évolution des réseaux et ayant un impact économique
important.

La volonté de standardiser les matériels, pour des raisons d’exploitation, d’approvisionnement


et de réduction des prix de revient au niveau des constructeurs, conduit naturellement à limiter
le plus possible le nombre de MT à mettre en œuvre sur les réseaux.

De plus, la coexistence de plusieurs tensions pose des problèmes de jonctions entre les
portions de réseaux de tensions différentes [7], limitant ainsi la souplesse d’exploitation
(secours mutuel compliqué en cas d’incident) et restreignant les possibilités de développement
des réseaux.

23
Chapitre I - Planification des réseaux de distribution

I.6. Etat de l’art sur la modélisation des réseaux électriques

Dans le cas général, on distingue quatre niveaux de modélisation suivant les phénomènes
étudiés [8]:

1- Modélisation des phénomènes quasi stationnaires: succession d’états stationnaires pour


effectuer un calcul de répartition de puissance active et réactive.
2- Modélisation des phénomènes à dynamique lente de l'ordre de plusieurs dizaines de
secondes voire de minutes : échauffements des rotors d'alternateurs, réglage secondaire
de tension.
3- Modélisation des phénomènes transitoires électromécaniques : les grandeurs électriques
restent sinusoïdales, une fréquence moyenne doit donc être définie pour l'ensemble du
réseau. L’évolution de la dynamique des rotors des groupes tournants est modélisée, on
distingue deux "sous niveaux" de modélisation suivant l'amplitude des sollicitations
appliquées au système:

 Phénomènes de faible amplitude: étude de stabilité en petits mouvement (ou statique)


autour d'un point de fonctionnement. il est alors possible de définir un modèle
mathématique linéarité. ces modélisations sont utilisées par exemple pour des analyses
de comportement oscillatoires des réseaux.

 Phénomènes de grande amplitude (court-circuit, déclanchement d'ouvrages). Ces


études, dites de stabilité transitoire, supposent de prendre en compte de manière plus
précise les régulations plus rapide comme les réglages primaires de tension et de
fréquence. (modélisation électromécanique étendue).

4- Modélisation des phénomènes transitoires électromagnétiques: l'onde de tension n'est


alors plus considérée comme sinusoïdale. Il est possible de simuler des phénomènes
transitoires électromagnétiques rapides dont les fréquences peuvent atteindre plusieurs
kHz.

Les études de stabilité dynamiques supposent d'utiliser des modèles dynamiques relevant des
derniers niveaux de modélisation évoqués ci-dessus: modélisation électromagnétique ou
électromécanique étendue.

24
Chapitre I - Planification des réseaux de distribution

I.7. Présentation des logiciels de simulation des réseaux électriques

L'analyse des systèmes électriques et des logiciels de simulation sont omniprésents dans la
pratique de l'ingénierie électrique. Initialement, ils ont été utilisés pour résoudre rapidement le
problème de load-flow non-linéaire et de calculer les courants de court-circuit, mais leur
utilisation a été étendue à de nombreux autres domaines tels que la stabilité du système
électrique, la protection et la coordination, de la contingence / fiabilité, la modélisation
économique, etc

Les programmes sont disponibles pour la planification, la conception et le fonctionnement des


systèmes de distribution d'énergie électrique. Les fonctions du programme comprennent : [9]

1. Risques d’arc électrique et analyse des défauts


2. Optimisation de placement des condensateurs
3. Sélectivité de disjoncteurs
4. Dimensionnement des conducteurs et des canalisations -courant admissibles et calcul
de température
5. Gestion de base de données
6. Gestion de la demande
7. Évaluation de la fiabilité de la distribution
8. Calcul de distribution de court-circuit
9. Détection de défaut et l'emplacement
10. Graphiques pour schémas unifilaires et des systèmes de cartographie
11. Analyse d'harmoniques
12. Démarrage des moteurs
13. Gestion de la panne
14. Correction du facteur de puissance
15. Calcul de l’écoulement de puissance et la chute de tension
16. Calculs de perte de puissance et les coûts des pertes
17. Qualité de l'énergie et de la fiabilité
18. Relais et la coordination des dispositifs de protection
19. L'optimisation de commutation
22. Dimensionnement du Transformateur – profil de la charge et l'espérance de vie

25
Chapitre I - Planification des réseaux de distribution

Les logiciels les plus connus de simulation des réseaux électriques sont:

- Cyme International (http://www.cyme.com)


- EUROSTAG par tractebel engineering (http://www.eurostag.be)
- NEPLAN Power System Analysis par BCP Switzerland (http://www.neplan.ch)
- SimPowerSystems par MathWorks (http://www.mathworks.com)
-Etap (http://etap.com)
- DIgSILENT Power Factory par DIgSILENT GmbH (www.digsilent.com/)
- PSS/E par Siemens (http://w3.siemens.com)

I.8. Généralités sur la production décentralisée d’énergie PDE

I.8.1. La production décentralisée

La littérature montre qu'il n'y a pas de définition universellement partagée du terme «


production décentralisée ». Certains pays définissent la production décentralisée suivant le
niveau de tension auquel sont connectés ces générateurs d’énergie décentralisée ou dispersés
(PDE), alors que d'autres partent du principe que la production décentralisée fournit
directement les charges.

D'autres pays, enfin, définissent la génération distribuée comme ayant une certaine
caractéristique de base (par exemple, reposant sur des sources renouvelables, la co-génération,
non-dispachable, entre autres caractéristiques). Cette section passe en revue les définitions de
la production décentralisée ou encore appelé production distribuée, proposées par différents
instituts et auteurs.

a) Institute of Electrical and Electronics Engineers (IEEE) définit la génération distribuée


comme la génération d'électricité par des installations qui sont suffisamment plus petites
que les centrales classiques de production pour permettre leur interconnexion à presque
n'importe quel point du réseau électrique.

b) Le Conseil International des Grands Réseaux Electriques (CIGRE) définit la génération


distribuée comme toutes les unités de production avec une capacité maximale de 50 MW
à 100 MW, qui sont habituellement connectés au réseau de distribution et qui ne sont ni
observables, ni dispatchables (pilotables par le gestionnaire de réseau).

c) Chambers [43] définit également la production distribuée comme les unités de production
relativement faibles (de 30 MW ou moins), ces unités étant située à proximité des sites ou

26
Chapitre I - Planification des réseaux de distribution

des clients pour répondre à ses besoins spécifiques ou afin de soutenir le fonctionnement
du réseau de distribution.

d) Dondi et al. [10] définissent la production distribuée comme une petite source de
production d'énergie électrique (généralement allant de moins de 1 kW à quelques
dizaines de MW) localisée près de la charge. Ces auteurs incluent également les
installations de stockage dans la définition de la production décentralisée.

e) Ackermann et al. [11] définissent la génération distribuée en termes d’interconnexion et


d'emplacement plutôt qu'en termes de capacité de production. Ils définissent une source
de production décentralisée en tant que source de production d'énergie électrique
connectée directement au réseau de distribution ou en aval du compteur du client. La
dernière définition par Ackermann est la plus générique, car il ne met aucune limite à la
technologie ou la capacité de l'application potentielle de production distribuée.

La production décentralisée peut être classifié sur la base de la puissance nominale [12]. Ainsi
la capacité d’une micro PDE varie de 1 W à 5 kW, une petite PDE de 5 kW à 5 MW, une
moyenne PDE de 5 MW à 50 MW, strictement raccordé au réseau de distribution et la
production centralisée de 50 MW à 300 MW.

I.8.2. Les technologies de la production décentralisée

L’interconnexion de la production décentralisée introduit un mélange de sources primaires


d’énergie et des technologies pour son interfaçage avec le réseau. Cela a stimulé la recherche,
la promotion, le développement et l'utilisation des nouvelles formes d’énergie renouvelables
ou avec un moindre impact écologique.

Pour ces technologies, la plupart arrivées à maturité technologique, il est prévu que leurs
coûts de production du kWh décroissent dans les années à venir, par des effets d’échelle et
d’apprentissage.

La puissance fournie au réseau est généralement définie par la source primaire d’énergie
(énergie fatale) et non par les besoins du système. Cela introduit une incertitude sur la
production d'énergie. Les principales sources de production d’énergie non-conventionnelles
sont brièvement présentées dans les sections suivantes.

27
Chapitre I - Planification des réseaux de distribution

I.8.2.1. Les énergies contrôlables ou dispatchables

Ce type de production d’énergie ne dépend pas des conditions météorologiques, mais des
exigences énergétiques du client ou (plus exceptionnellement) du réseau. La production est
basée sur des sources d’énergie primaires telles que le biocarburant, le diesel, le gaz naturel,
qui ont moins d’impact écologique par rapport à la génération conventionnelle du point de
vue des émissions de gaz à effet de serre.

Ces énergies sont contrôlables vu que la production dépend des combustibles fournis par
l’opérateur de la centrale au système de conversion de puissance. Les principaux types de
production d’énergie contrôlables sont les suivants :

a) Les petites centrales thermiques : ce type de centrale se réfère aux centrales électriques à
combustible fossile de quelque kW jusqu'à 100 MW. [13]

b) Les micro-turbines : c’est une turbine à combustion qui produit de l'énergie électrique dans
la gamme de puissance qui va de 10 à 500 kW.

c) La cogénération : c’est la production simultanée d'électricité et de chaleur. Les moteurs à


combustion externe ou tout autre cycle (Stirling, Rankine), les turbines à combustion, les
micro-turbines et même la pile à combustible peuvent être utilisés dans des montages de
cogénération.

d) Les centrales valorisant de la biomasse : le terme « Biomasse » se réfère au matériel


biologique qui peut être utilisé comme combustible ou pour la production industrielle. Ce
combustible comprend de la végétation, des déchets solides ou des ordures ménagères,
des déchets animaux (fumier), des résidus forestiers ou agricoles et certains types de
déchets industriels.

e) La pile à combustible : la pile à combustible produit de l'électricité grâce à l'oxydation sur


une électrode d'un combustible réducteur (par exemple l’hydrogène) couplée à la
réduction sur l'autre électrode d'un oxydant, tel que l’oxygène de l'air.

I.8.2.2. Les énergies non-contrôlables

Une autre forme de production décentralisée est constituée par les énergies renouvelables qui
« sont des formes d'énergies dont la consommation ne diminue pas la ressource à l'échelle
humaine ». Les énergies renouvelables captent leur énergie à partir des formes d’énergie
existantes ou des processus naturels.

La production d'énergie renouvelable possède deux caractéristiques qui la distinguent de la


génération conventionnelle : sa répartition géographique et sa non-contrôlabilité. Afin de

28
Chapitre I - Planification des réseaux de distribution

capturer ces énergies, qui se trouvent abondamment reparties dans la nature, la conversion en
électricité est effectuée par des installations sur nombreux sites.

La puissance totale injectée au réseau dépend du nombre d’unités de conversion d’énergie et


de sa disponibilité. Selon le niveau de regroupement, les convertisseurs peuvent être
connectés en différents niveaux de tension du réseau, y compris sur le réseau de transport.

a) Les petites centrales hydroélectriques : une usine hydro-électrique génère de l’électricité


par le mouvement d'une masse d'eau d'un réservoir supérieur à un niveau inférieur, où
plusieurs turbines et générateurs sont installés.

b) Les éoliennes : Une éolienne produit de l’électricité à partir de l'énergie cinétique du vent
qui passe dans les pales de la turbine. L'énergie éolienne est la source d’énergie la plus
prometteuse pour la production d'électricité renouvelable.

c) Les sources photovoltaïques : Les cellules photovoltaïques (PVs) convertissent l'énergie du


rayonnement solaire en électricité.

d) Les usines marémotrices : L'énergie est extraite soit directement en exploitant l'énergie
cinétique des courants de la marée, soit en utilisant un bassin pour capter l'énergie
potentielle due à l’amplitude de la marée.

e) Les usines houlomotrices : complémentaires de l'usine marémotrice, elles utilisent le


mouvement essentiellement vertical de la surface de la mer (énergie des vagues).

f) Les centrales géothermiques : Les centrales géothermiques convertissent l'énergie


contenue dans les roches chaudes en électricité, en utilisant de l'eau ou un autre fluide
pour absorber la chaleur de la roche et la transporter à la surface de la terre.

I.9. Structure d’un système PV raccordé au réseau

Il existe deux types de structures de système photovoltaïque connecté au réseau.

- les systèmes à connexion directe au réseau: cette installation est constituée d'un générateur
photovoltaïque qui est connecté à l'aide d'un onduleur au réseau électrique.

- le système à bus continu intermédiaire : le générateur photovoltaïque est connecté à un bus


continu par l'intermédiaire d'un convertisseur continu-continu.

L’onduleur délivre une tension modulée, celle-ci est filtrée pour réduire le taux de distorsion
harmonique (THD). On obtient alors en sortie de ce dispositif une tension utilisable peuvant

29
Chapitre I - Planification des réseaux de distribution

être injectée dans le réseau. Il existe plusieurs architecteurs pour les dispositifs permettant de
convertir la tension continue issue du générateur photovoltaïque en une tension sinusoïdale
utilisable. [14], [15]

Dans la suite de cette section, différents montages seront décrits, en précisant leurs avantages
et leurs inconvénients.

I.9.1. Système PV connecté directement au réseau

I.9.1.1. Structure à convertisseur unique

Le dispositif présenté à la figure I.5 est le plus simple, car il comporte le moins de composants
possible. On associe plusieurs modules photovoltaïques en série pour obtenir une tension
continue suffisamment grande. Cette solution est une alternative à un hacheur élévateur de
tension. La tension continue obtenue alimente directement un onduleur central, qui fournit la
tension sinusoïdale désirée. Il pourrait être avantageux d'insérer un transformateur pour isoler
le système PV du réseau. L’inconvénient majeur de ce dispositif est l'arrêt total et immédiat
de la production d'énergie lors d'un problème survenant en amont de l'onduleur. De plus le
contrôle du point de maximum de puissance est approximatif car tous les modules ne
délivrent pas le même courant en raison de leurs différences de structure interne et de
l'éclairement.

Figure I.5. Structure à convertisseur unique.

I.9.1.2. Structure avec bus à basse tension alternative

La figure I.6 montre un onduleur associé à un circuit de commande qui est directement
connecté au module photovoltaïque. La tension en sortie de ce dernier est transformée en une
tension alternative de fréquence 50 Hz. Cette tension est transportée grâce à un bus alternatif

30
Chapitre I - Planification des réseaux de distribution

(20 V - 50 Hz, exemple du schéma) vers un transformateur central qui l'élève au niveau
désiré.

Le faible niveau de tension dans le bus est l'avantage majeur de ce type de montage, puisqu'il
assure la sécurité du personnel. Cependant, la distance entre le transformateur et le module
doit être faible à cause du courant important qui traverse les câbles et qui génère les pertes
Joules. Il y a compromis à faire au niveau de la tension du bus alternatif. D’une part, il faut
que sa valeur crête soit inférieure à celle délivrée par le module (même avec faible
éclairement). D’autre part, une tension faible dans ce bus diminue le rendement.

Figure I.6. Structure avec bus à basse tension alternative.

I.9.2. Système à bus continu intermédiaire

I.9.2.1. Structure avec convertisseur forward

La figure I.7 présente un convertisseur forward qui est capable d'augmenter la tension en
sortie du module photovoltaïque jusqu'à 350 V (tension désirée).

L’utilisation d'un transformateur pour la connexion au réseau n'est donc plus nécessaire, la
conversion continue-alternatif se fait de façon relativement simple, grâce à un onduleur
centralisé. Les inconvénients majeurs de ce montage sont :

- la capacité doit être relativement importante, à cause des ondulations du courant en sortie du
module.

- le bus continu supportera un signal en créneaux qui induira une grande émission d'ondes
électromagnétiques et éventuellement des pertes de fuite, l'induction du transformateur
compris dans le convertisseur générera des pertes de fuite.

- la tension élevée qui traverse le bus continu réduit la sécurité du personnel d'entretien.

31
Chapitre I - Planification des réseaux de distribution

Figure I.7. Convertisseur de type forward alimentant le bus continu.

I.9.2.2. Structure avec un convertisseur de type fly-back

La figure I.8 montre une structure à base d'un convertisseur de type fly-back qui élève la
tension de sortie du module photovoltaïque au niveau de tension désiré. La caractéristique
principale du fly-back se situe au niveau du transformateur qui agit comme l'inducteur
principal et qui assure l'isolation galvanique. Le hacheur est contrôlé pour obtenir un
maximum d'énergie du module photovoltaïque et l'onduleur assure une tension constante et le
transfert de puissance vers le réseau. L’inconvénient du transformateur est qu’il génère des
pertes et qu'il augmente le coût de l'installation.

Figure I.8. Structure avec un convertisseur de type fly-back.

I.9.2.3 Structure avec un hacheur et onduleur

La figure I.9 montre un hacheur qui élève la tension en sortie du module photovoltaïque en
une tension 100 V délivrée sur le bus continu. Avec le hacheur, il est difficile d'élever la
tension de sortie des modules plus de 4 à 5 fois pour obtenir une tension continue
suffisamment grande, en raison de la résistance de l'inductance. On adjoint un onduleur pour
avoir une sortie sinusoïdale, puis un transformateur pour élever cette tension au niveau désiré

32
Chapitre I - Planification des réseaux de distribution

(selon le réseau) et pour assurer l'isolation entre la partie "production" et la partie "utilisation".
L’avantage de ce systeme est que des batteries peuvent être facilement connectées au bus
continu pour obtenir un système autonome. Le courant d'entrée est relativement lisse, c'est
pour cela que la capacité peut être faible.

Figure I.9. Hacheur élévateur de tension avec onduleur centralisé.

I.10. Conclusion

Aujourd'hui, les réseaux sont vieillissants et les contraintes d'exploitation sont plus
complexes. Cette situation nécessite des investissements adéquats dans ces réseaux pour une
meilleure flexibilité et sécurité. Sans ces investissements, l'ensemble de la sécurité du système
d'approvisionnement en électricité sera compromise. Les conséquences du risque induit
devront être subies par l'utilisateur final.

Le secteur électrique est actuellement en pleine évolution. Les réformes engagées dans de
nombreux pays engendrent une modification profonde des sociétés électriques. Suite à ces
réformes, des problèmes sont déjà apparus. D’autres problèmes apparaitront sans doute avec
une dérégulation totale. Dans les années à venir, la dérégulation du secteur électrique dans le
monde sera poursuivie du fait de l'ouverture des marchés.

Ce mouvement de dérégulation du secteur électrique a favorisé l'apparition de moyens de


production au sein des réseaux de distribution. Cette insertion de production, comme nous
allons le voir dans le troisième chapitre, n'est pas sans impact sur ceux-ci. Plusieurs de ces
impacts vont être présentés (impact du plan de tension, court-circuit, etc.)

Le chapitre suivant va mettre en détail la modélisation d’une source photovoltaïque connectée


au réseau électrique.

33
Chapitre II - Modélisation et simulation d'une source PV

Chapitre II

Modélisation et simulation d'une source PV

34
Chapitre II - Modélisation et simulation d'une source PV

II.1. Introduction

Une cellule photovoltaïque ou un photo-générateur est un dispositif qui permet de convertir


l’énergie lumineuse en électricité. Le principe physique de cette conversion est rappelé ici à
travers le cas d’une jonction PN au silicium. Le silicium est le matériau le plus utilisé car son
absorptivité concorde avec le spectre solaire. Sa technologie de fabrication est bien
développée car elle est omniprésente dans l’industrie électronique des semi-conducteurs.

La mise en service des centrales PVs dans un réseau de distribution électrique élargit le rôle
du distributeur. En plus de sa fonction traditionnelle de répartiteur de l'énergie produite par les
gros producteurs, le distributeur assure maintenant le rôle de compensateur entre les excédents
et les insuffisances de la production d'électricité d'origine solaire.

Ce chapitre présente un modèle de simulation de l'ensemble des éléments électriques


constituants une centrale PV raccordé au réseau. Le modèle contient une représentation
détaillée des principaux composants du system, le champ PV, le convertisseur DC/DC
(Boost), l'onduleur de tension DC/AC commandé par MLI, un filtre, et le réseau MT.

La modélisation et la simulation ont été faites sous l'environnement Matlab/Simulink.

II.2. Modèles de la cellule

Les solutions analytiques donnent une compréhension intuitive des cellules solaires et de leurs
performances. Elles sont limitées dans leurs précisions en raison des nombreuses hypothèses
simplificatrices effectuées. Il est plus direct de résoudre les équations sans la nécessité de faire
autant d’hypothèses simplificatrices avec des codes de calcul utilisant la méthode des
différences ou éléments finis pour résoudre les équations concernant des matériaux semi-
conducteurs constitutifs des cellules solaires. La simulation numérique permet une analyse de
la configuration et des conditions de fonctionnement pour laquelle des expressions
analytiques simples ne sont pas adaptées. Les modèles permettent ainsi d’étudier avec
précision la non-uniformité du dopage, les « gaps » qui varient dans la structure, les cellules
solaires en silicium amorphe où les phénomènes de recombinaison sont complexes, les
cellules solaires avec concentration du rayonnement. [44]

Le but de notre étude n’étant pas de modéliser finement une cellule solaire mais d’utiliser un
modèle suffisamment précis ; nous avons utilisé l’expression analytique du courant électrique
produit par la cellule solaire avec des paramètres empiriques permettant de prendre en compte

35
Chapitre II - Modélisation et simulation d'une source PV

les caractéristiques globales des matériaux et les paramètres physiques comme la température
et le temps. Une représentation pratique est celle d’un circuit électrique dont les composants
permettent de modéliser la conversion électrique de l’éclairement solaire en électricité, les
caractéristiques des composants électriques dépendant des matériaux constitutifs des cellules
considérées.

Une cellule photovoltaïque a un comportement équivalent à une source de courant shuntée par
une diode (Figure II.1). Le modèle est complété par une résistance série Rs due à la
contribution des résistances de base et du front de la jonction et des contacts face avant et
arrière et une résistance parallèle ou shunt Rp qui provient des contacts métalliques et des
résistances de fuite sur la périphérie de la cellule. [45]

Figure II.1. Schéma électrique équivalent à une diode d'une cellule photovoltaïque.

II.2.1. Modèle mathématique de la cellule

Dans le modèle à « une seule diode » d’une cellule la résistance série RS est due à la
contribution des résistances de base et du front de la jonction et des contacts en face avant et
arrière. La résistance shunt RP est une conséquence de l’état de surface le long de la périphérie
de la cellule ; elle est réduite à la suite de pénétration des impuretés métalliques ou des prises
de contact sur la face diffusée de la cellule

La caractéristique courant-tension I-V d’une cellule réelle est:

(II.1)

Avec :

- Ipv est le photo-courant de la cellule, proportionnel à l’éclairement G.

- Ir est le courant dérivé par la résistance shunt

36
Chapitre II - Modélisation et simulation d'une source PV

Il en résulte que :

* ( ) + (II.2)

- Rs est la résistance série équivalente de la cellule (en Ω) ;

- Rp est la résistance parallèle équivalente (en Ω) ;

- Vt=nCells.K.T/q est le potentiel thermique du module photovoltaïque pour « nCells »


cellules connectées en série.

L’allure de la caractéristique est donnée par la figure II.2. Il y a trois points remarquables sur
cette figure: le point de court-circuit (0,Icc), le point de puissance maximale (Vmp ,Imp) et le
point à circuit ouvert (Vco,0) .

Figure II.2. Caractéristiques courant-tension d’une Cellule.

II.2.2. Modèle amélioré

La cellule réelle a une résistance série RS dont l'influence est plus forte lorsque l'appareil
fonctionne dans la région de source de tension, et une résistance parallèle RP ayant une
influence plus grande dans la région de fonctionnement en source de courant.

La caractéristique (I-V) de la cellule représentée sur la Figure II.1 dépend de ses


caractéristiques internes (Rs, Rp) et des facteurs externes comme l’éclairement et la

37
Chapitre II - Modélisation et simulation d'une source PV

température. Dans les modèles photovoltaïques, on suppose généralement que Ipv≈Isc parce
que dans la cellule réelle, la résistance série est faible et la résistance parallèle est élevée.

Le courant "photo-généré" de la cellule photovoltaïque dépend directement de l'éclairement


solaire et est proportionnelle à la température d’après l'équation suivante [46], [47], [48], [49]
:

( ) (II.3)

Où :

- Ipv,n (en A) est le photo-courant dans les conditions normalisées de test (STC) des
panneaux solaires (un éclairement de 1000 W.m-2, une masse atmosphère AM1,5 et une
température de cellule de 25°C).

- T=T -Tn , T et Tn étant respectivement les températures réelle et nominale (en K).

L’équation de la dépendance à la température du courant de saturation inverse de la diode


I0, peut être exprimée par l’équation (II.4) [L33], [L34], [A 22]:

( ) * ( )+ (II.4)

- Eg est l'énergie de la bande interdite (gap) du semi-conducteur (en eV);

- Eg≈1,12eV pour le silicium poly-cristallin à 25°C ;

- I0,n est le courant de saturation nominal (en A) :

(II.5)
( )

où Vt,n est le potentiel thermique de « nCells » cellules connectées en série à la température


nominale Tn.

38
Chapitre II - Modélisation et simulation d'une source PV

Le courant de saturation Isat des cellules photovoltaïques qui composent le dispositif dépend
de la densité de courant de saturation du semi-conducteur (J0 généralement en A.cm-2) et de
la surface effective des cellules.

La densité du courant J0 dépend des caractéristiques intrinsèques de la cellule photovoltaïque,


qui dépendent de plusieurs paramètres physiques comme le coefficient de diffusion
d'électrons dans le semi-conducteur, la durée de vie des porteurs minoritaires, la densité des
porteurs intrinsèques, etc. [52]

Le courant nominal de saturation I0,n est indirectement obtenu à partir des données
expérimentales à travers l’équation (II.5), qui est obtenu par évaluation de l’équation (II.2)

dans les conditions nominales (STC) en circuit-ouvert avec : V =Vco,n , I = 0 et Ipv ≈Icc,n

Le dispositif photovoltaïque réel présente un comportement hybride, il peut être considéré soit
comme une source de courant ou comme une source de tension selon la caractéristique I-V de
la figure II.2.

Le modèle photovoltaïque décrit précédemment peut être amélioré en remplaçant l'équation


(II.4) par :

(II.6)
( )

Cette modification a pour but de faire correspondre la tension en circuit ouvert du modèle aux
données expérimentales pour une très large gamme de températures.

L’équation (II.6) est obtenue à partir de l’équation (II.5) en y introduisant les coefficients de
courant et de tension Ki et Kv.

Le courant de saturation I0 dépend fortement de la température, l’équation (II.6) propose une


approche différente pour exprimer cette dépendance, de telle sorte que l'effet net de la
température soit une variation linéaire de la tension en circuit ouvert selon le coefficient de
tension/température pratique.

Cette équation simplifie le modèle et annule l'erreur aux alentours de la tension en circuit
ouvert et par conséquent, à d'autres régions de la caractéristique I-V.

39
Chapitre II - Modélisation et simulation d'une source PV

Le coefficient de tension/température Kv apporte des informations pour obtenir le meilleur


ajustement possible des caractéristiques I-V pour différentes températures de la valeur
nominale.

En utilisant l'équation traditionnelle (II.4) au lieu de (II.6), il est possible d'obtenir pour le
modèle une meilleure valeur de Eg, de telle sorte que les tensions en circuit ouvert du modèle
soient comparées aux tensions en circuit ouvert de la cellule réelle dans la gamme Tn<T <Tmax

En égalant (II.4) et (II.6), et en résolvant cette équation on obtient Eg pour T =Tmax:

( )( )
[ ] ( )
(II.7)
( )

Où : = , et

II.3. Modélisation type circuit électrique

Le synoptique présenté sur la Figure II.3, a été développé sous Matlab/Simulink, pour un
ensemble de Nser *Npar modules photovoltaïques. Nser et Npar sont respectivement le nombre
de modules photovoltaïques en série et en parallèle. Chaque module est constitué ici
de« nCells » cellules photovoltaïques assemblées en série.

De manière générale, un module peut comprendre des ensembles de cellules associés en série
ou en parallèle pour augmenter respectivement la tension et l’intensité produites. Signalons
également qu’un panneau solaire peut être constitué par un ensemble de modules comportant
un nombre défini de cellules.

II.3.1. Synoptique du modèle amélioré du module PV sous Matlab/ Simulink

Les détails de la programmation sous Matlab sont fournis en Annexe 1.

40
Chapitre II - Modélisation et simulation d'une source PV

Figure II.3. Circuit équivalent général du module PV.

Figure II.4. Données relatives au module PV Test.

Figure II.5. Equation du Photo-courant Ipv.

41
Chapitre II - Modélisation et simulation d'une source PV

Figure II.6. Equation du courant shunt Ish.

Figure II.7. Equation du courant de la diode Id.

Figure II.8. Equation du courant généré I.

Figure II.9. Affichage des résultats.

Le modèle comporte les blocs de données d’entrées, le circuit équivalent de la cellule et le


bloc de visualisation des résultats :

42
Chapitre II - Modélisation et simulation d'une source PV

- les blocs de données d’entrées qui permettent d’introduire les valeurs de l’éclairement
solaire global incident (G) et de la température (T) des cellules. Les valeurs de l’éclairement
solaire global incident sont calculées pour une journée, un lieu, et des conditions
atmosphériques donnés grâce au code d’évaluation du gisement solaire réalisé préalablement ;

- le bloc "Controlled Current Source" (source de courant contrôlé) qui représente la différence
entre le courant photo-généré (Ipv) et le courant de diode (Id), soit Im =Ipv=Id, le courant photo-
généré Ipv pour un seul module s’exprimant en fonction de l’éclairement et de la température
des cellules suivant l’équation II.3 et le courant inverse de saturation pour un seul module,
donné par la relation (II.6) ;

- les blocs de visualisation des résultats, notés "scope" permettent de visionner le courant
délivré et la tension aux bornes du générateur photovoltaïque, ainsi que sa puissance
électrique.

II.3.2. Simulation du module test sous un éclairement et une température variable

Le module PV test (CS6P-250P) de CanadianSolar est choisi pour la simulation, il contient 60


cellules poly-cristallin et fourni une puissance nominale de 250 W.

Les caractéristiques électriques du module sont données dans le tableau II.1.

Tableau II.1. Caractéristiques électriques du CS6P-250P (STC).

Afin de constater l'influence des conditions externes, de l'éclairement et de la température


(G,T) sur les caractéristiques (I-V, P-V), nous avons adopté l’hypothèse suivante :
43
Chapitre II - Modélisation et simulation d'une source PV

- On fait fixer la température ambiante (T=25°C) et on fait varier l'éclairement dans une
gamme de (200 à 1000 W/m2) avec un pas de 200 W/m2.

- Pour un éclairement constante (G=1000 W/m2), on fait varier la température de (0 à


75°C), avec un pas de 25°C, afin de voir l'influence de celle-ci par rapport aux
caractéristiques du module PV.

II.3.3. Résultats de simulation du module PV Test

Figure II.10. Influence de l’éclairement sur la courbe I-V et P-V.

La figure II.10 illustre une forte diminution du courant de court-circuit Isc et une faible
diminution de la tension du circuit-ouvert Voc.

Ainsi la variation de l’éclairement influe directement sur la puissance du module.

44
Chapitre II - Modélisation et simulation d'une source PV

Figure II.11. Influence de la température sur la courbe I-V et P-V.

D’après la figure II.11, on constate que l'augmentation de la température fait diminuer la


tension du circuit ouvert du module PV, contrairement au courant de court-circuit qui subit
une légère augmentation.

Ainsi l'augmentation de la température influe directement sur la puissance du module.

Le modèle choisi a donné des résultats concordant avec les données du fabricant et ceux
obtenus dans la littérature et reflète bien le comportement physique d'une cellule PV vis-à-vis
aux variations de l'éclairement et de la température.

II.4. Modélisation et simulation du système PV connecté au réseau

Le système que nous proposons pour l'étude et la simulation est schématisé par la figure
II.12 :

45
Chapitre II - Modélisation et simulation d'une source PV

Figure II.12. Schéma synoptique général d’un système PV connecté au réseau.

La figure II.13 montre une variante de la commande de puissance constante. Au lieu d'utiliser
une référence de puissance active, une tension de bus DC est régulée, tandis que l'entrée à
l'onduleur est une source de puissance constante pour représenter la force électromotrice.
Dans ce cas, la sortie du régulateur du bus continu est proportionnelle à la puissance active, la
boucle est donc au-dessus de Idref. Lorsque la tension du bus DC augmente, la puissance de la
force électromotrice augmente et donc la charge du condensateur DC. Pour maintenir la
tension du bus continu, Idref sera augmenté de sorte que la puissance peut être transmise à la
sortie de l'onduleur.

Figure II.13. Schéma de principe de la connexion de l’onduleur au réseau avec tension contrôlée du bus DC.
[36]

46
Chapitre II - Modélisation et simulation d'une source PV

II.4.1. Description du modèle PV proposé

Le modèle globale du système PV représenté par la Figure II.14, illustre l'utilisation de


SimPowerSystems/Matlab pour la modélisation d'un Champ PV connecté à un réseau
électrique MT.

Il s’agit d’un modèle d'un champ PV de 500 kW relié à un réseau MT de 30 kV par


l'intermédiaire d'un convertisseur élévateur (Boost) DC-DC et un convertisseur triphasé à trois
niveaux (VSC – convertisseur de source de tension).

Le MPPT « Recherche du Point de Puissance Maximum » est mis en œuvre dans le


convertisseur élévateur (Boost) au moyen d'un modèle Simulink en utilisant la technique «
Conductance Incrémentale + régulateur intégré ». Voir le Flowchart [34] en Annexe 2.

Notre modèle est principalement constitué de :

- Un champ PV constitué de 20 modules en série et 102 modules en parallèle, ce choix a été


fait sur la base de la tension et le courant d’entrée du convertisseur, il fournit une puissance
maximale de 500 kW à 1000 W / m2 d’éclairement.

- Un convertisseur élévateur de 5 kHz qui augmente la tension naturelle du PV (602 V DC à


puissance maximale) à 1000 V DC. Le rapport cyclique de commutation est optimisé par le
contrôleur de MPPT qui utilise la technique « Conductance Incrémentale + régulateur
intégré ».

- Un convertisseur triphasé VSC à trois niveaux 1650 Hz (33*50). Le VSC convertit le 1000
VDC à 500 VAC et maintient un facteur de puissance unitaire.

Pour un onduleur de tension raccordé à un réseau triphasé dont les tensions simples peuvent
atteindre 500V efficace, la tension du bus continu doit obéir à la relation suivante :

- Un banc de condensateurs de 10 kVAr qui filtre les harmoniques produites par le VSC.

- Un transformateur triphasé de couplage de 500 kVA, 500V / 30 kV.

- Modèle de réseau (la distribution de 30 kV + 220 kV système de transmission équivalent


« Swing »).

Dans ce modèle, le temps échantillon utilisé pour les systèmes de contrôle est de 100 µs.

47
Chapitre II - Modélisation et simulation d'une source PV

Figure II.14. Diagramme détaillé sous Simulink/Matlab de simulation du système PV – 500 kW connecté au
réseau MT.

Figure II.15. Caractéristiques I-V & P-V du Champ PV.

48
Chapitre II - Modélisation et simulation d'une source PV

II.4.1.1. Convertisseur Boost (DC/DC)

Dans notre modèle, le convertisseur élévateur augmente la tension continue PV de 602V


(Vmp*20 = 30,1*20) à 1000V. Ce convertisseur utilise un système MPPT qui varie
automatiquement le rapport cyclique afin de générer la tension nécessaire pour extraire la
puissance maximale.

II.4.1.2. Convertisseur VSC (DC/AC)

Le VSC à trois niveaux règle la tension du bus DC à 1000 V et maintient le facteur de


puissance à l’unité.

Le système de contrôle utilise deux boucles de contrôle: une boucle de contrôle externe qui
règle la tension continue à +/- 500 V et une boucle de contrôle interne qui règle les courants
du réseau Id et Iq (composantes actives et réactives).

Le courant de référence Id est la sortie du régulateur de tension continue externe. Le courant


de référence Iq est réglé à zéro pour maintenir un facteur de puissance unitaire.

Les tensions de sortie Vd et Vq du régulateur de courant sont converties en trois signaux de


modulation Uref_abc utilisés par le générateur d'impulsions MLI à trois porteuses.

Le système de contrôle utilise un temps d’échantillonnage de 100 µs pour les contrôleurs de


tension et de courant ainsi que pour l'unité de synchronisation PLL.

Dans notre modèle, les générateurs d'impulsions de Boost et le convertisseur VSC utilisent un
temps d'échantillonnage rapide de 1 µs afin d'obtenir une résolution appropriée de formes
d'onde MLI.

Figure II.16. Signal d’éclairement de type Ramp (Signal Builder/Simulink).

49
Chapitre II - Modélisation et simulation d'une source PV

II.4.2. Résultats de simulation

Figure II.17. Ondes pour le convertisseur Boost.

Figure II.18. Ondes pour le convertisseur VSC (tension à régler et l’index de modulation).

50
Chapitre II - Modélisation et simulation d'une source PV

Figure II.19. Vab– réponse de VSC.

Figure II.20. Tension et courant à la sortie du PV.

51
Chapitre II - Modélisation et simulation d'une source PV

Figure II.21. Id &Iq.

Figure II.22. Puissance active injectée au réseau P (kW).

52
Chapitre II - Modélisation et simulation d'une source PV

Figure II.23. Puissance réactive injectée au réseau Q(kVAr).

Figure II.24.Tension et courant coté réseau.

53
Chapitre II - Modélisation et simulation d'une source PV

II.4.3. Interprétation des résultats

On exécute notre modèle pendant 3 secondes et on observe la séquence des événements sur
les champs ci-dessous.

 De t = 0 s à t = 0,05 s, les impulsions des convertisseurs Boost et VSC sont bloqués. La


tension du PV correspond à la tension du circuit ouvert (Nser * Voc = 37,2*20 = 744 V,
Figure Boost). Le pont à trois niveaux fonctionne comme un redresseur à diodes et les
condensateurs du bus DC sont chargés au-dessus de 1000 V ( Vdc_meas - Figure II.18).
 A t = 0,05 s, les convertisseurs Boost et VSC sont dé-bloqués. La tension du bus DC est
réglée à Vcc=1000V. Le rapport cyclique du convertisseur Boost est fixé (D = 0,5 comme
indiqué sur la Figure Boost). L'état d'équilibre est atteint à t = 0,25 s.

La tension résultante PV est donc V_PV = (1-D) * Vcc = (1-0,5) * 1000 = 500 V (V sur la
figure II.17 : Boost). La puissance de sortie du champ PV est de ≈450 kW (Pmean sur la figure
II.17 : Boost), alors que la puissance maximale avec un éclairement de 1000W/m2 est de
509,65 kW.

On observe sur (la figure II.24 : Réseau) que la tension et le courant sont en phase (facteur de
puissance unitaire).

 A t = 0,4 s MPPT est activé. Le régulateur MPPT commence la régulation de la tension


PV en faisant varier "le rapport cyclique" afin d'en extraire la puissance maximale. La
puissance maximale (509,65 kW) est obtenue lorsque "le rapport cyclique" est D = 0,39.

 A t = 0,6 s, la tension moyenne PV vaut 611,64 V comme prévu à partir de spécifications


des modules PV (Nser * Vmp = 20*30,1= 602 V).

 De t = 0,7 s à t = 1,2 s, la courbe d’éclairement (Figure II.16 : Signal d’éclairement) est


une rampe vers le bas à partir de 1000 W/m2 à 250 W m2. MPPT continue le suivi de la
puissance maximale.

 A t = 1,2 s quand l’éclairement a diminué à 250 W/m2, le rapport cyclique est D=0,421.

Correspondant à ce dernier, la tension PV et la puissance sont Vmean = 570 V et Pmoy =


120 kW. On note que le MMPT continue à suivre la puissance maximale lors de ce
changement d'éclairement rapide.

 De t = 1,5 s à 3 s, divers changements d'éclairement sont appliqués afin d'illustrer la bonne


performance du contrôleur MPPT.

54
Chapitre II - Modélisation et simulation d'une source PV

Les figures II.22 et II.23, P(kW) et Q(kVAr)) respectivement, illustrent la puissance active et
réactive fournies au réseau.

II.5. Conclusion

Dans ce chapitre, nous avons vu que la modélisation du champ PV relativement aux


conditions météorologiques tels que, l'éclairement et la température est indispensable pour
fournir une puissance maximale. L’inclinaison et l'orientation des modules doivent être
également prises en considération afin de produire le plus possible d'énergie. Cette
modélisation est une étape essentielle pour évaluer les caractéristiques d'une centrale PV.

Aussi, nous avons modélisé et simuler tous les équipements représentent le système PV
connecté au réseau électrique, tel que, le champ PV, le Boost et l'onduleur.

- Nous avons opté pour la commande MLI (Modulation de la Largeur d'Impulsion), car les
puissances mises en jeu sont importantes, ce qui nécessite un contrôle de la fréquence des
commutations.

- La méthode MPPT utilisée est celle de IC (Conductance Incrémental).

- Le système de synchronisation (PLL) a pour objectif de reconstituer une information sur la


composante directe de la tension fondamentale du réseau, assurant la commande par rapport à
l'évolution des tensions du réseau en cas de diverses perturbations qui peuvent survenir sur le
réseau électrique (creux de tension, saut de phase, harmoniques, déséquilibre).
L’identification et régulation des courants de référence est indispensable afin d'injecter le
maximum de la puissance produite.

Les résultats de simulation de notre modèle ont été validés par plusieurs études de la
littérature scientifiques portant sur les systèmes PVs connectés au réseau électrique.

55
Chapitre III - Impact d’une intégration massive du photovoltaïque
sur les réseaux électriques de distribution

Chapitre III

Impact d’une intégration massive du photovoltaïque sur les


réseaux électriques de distribution

56
Chapitre III - Impact d’une intégration massive du photovoltaïque
sur les réseaux électriques de distribution

III.1. Introduction

Dans les systèmes électriques traditionnels, les sources de production sont connectées
au réseau de transmission. Mais avec l’intégration des sources décentralisées, il y aura
une génération importante dans les réseaux de distribution. Donc, l'analyse des
systèmes de distribution est devenue une partie très importante de la planification
globale des systèmes électriques afin d'améliorer la fiabilité, la sécurité et les
bénéfices économiques [54], [55].

L'un des principaux problèmes liés à la grande pénétration du photovoltaïque est


l'impact sur la stabilité du système. La plupart des articles dans les systèmes de
distribution ont proposés essentiellement la modélisation de la charge et de la stratégie
d'estimation des paramètres [56], [57].

La charge du réseau de distribution est en évolution constante du fait des variations de


la demande des consommateurs. Dans certains domaines industriels, il a été observé
que, dans certaines conditions critiques de charge, le système de distribution subit un
effondrement de tension [37].

La connexion d'une PDE au système de distribution aura une incidence sur le flux de
puissance et les profils de tension. L'augmentation de la tension à l'état stable résultant
de la connexion des PDEs peut être un obstacle majeur à leur connexion au niveau des
réseaux de distribution [38]. L'objectif dans [38] est d'utiliser la méthode statique pour
analyser la stabilité de la tension à l'état d'équilibre qui a signalé que la tension au
point de connexion augmentera en raison de la plus grande quantité de la puissance
active et il y aura une augmentation de la tension locale au point de connexion.

Donc, l'objectif principal de cette étude est d'examiner l'impact de la grande


pénétration du photovoltaïque sur les réseaux de distribution.

III.2. Méthodologie

La méthodologie détaillée est décrite ci-dessous:

Étape 1: Modéliser le réseau et la production décentralisée à injecter.

Étape 2: Effectuer une analyse d’écoulement de puissance.

Étape 3: Vérifier le profil de tension et calculer les pertes.

57
Chapitre III - Impact d’une intégration massive du photovoltaïque
sur les réseaux électriques de distribution

Étape 4: Identifier les nœuds avec des endroits stratégiques, ayant des tensions
minimales.

Étape 5 : Placer la PDE à différents nœuds avec différents taux de pénétration,


effectuer une analyse d'écoulement de puissance et sélectionner
l'emplacement le plus optimisé en considérant l’amélioration du profil de
tension ainsi que la réduction des pertes actives et réactives.

Étape 6: Garder un taux de pénétration fixe et faire varier le niveau de dispersion de


la PDE.

Étape 7 : Faire une analyse sur la réponse dynamique du système pour différents
nœuds et pour différents niveaux de pénétration lorsqu'il est soumis aux
brusques changements d’éclairement.

Étape 8: Interpréter les résultats et donner des recommandations.

III.3. Modélisation du système

L'approche de modélisation utilisée dans ce chapitre est décrite ci-dessous.

III.3.A. Le réseau

Dans ce chapitre, on considère un système de distribution test 33 nœuds comme


représenté sur la figure III.1. Dans ce système, la charge totale est de 3,715 MW et
2,240 MVAr.

La puissance de base est de 100 MVA et la tension de base est 12,66 kV.

La modélisation R + jX est utilisée pour tous les lignes de distribution à partir des
données réelles. Les données du système test sont données en Annexe 3.

III.3.A.1. méthode de balayage Avant/arrière

L'algorithme « balayage avant / arrière » pour l'analyse de l’écoulement de puissance


d’un système radial de distribution a été utilisé.

La méthode utilisée pour effectuer l'analyse de l’écoulement de puissance est la


méthode de balayage avant / arrière pour le calcul de chutes de tension et les pertes du
réseau à différents bus / nœuds. La méthode de balayage avant / arrière est expliquée
en bref ci-dessous.

58
Chapitre III - Impact d’une intégration massive du photovoltaïque
sur les réseaux électriques de distribution

Le balayage avant / arrière est utilisé comme un moyen itératif pour résoudre les
équations de l’écoulement de puissance des systèmes de distribution radial. La
méthode de balayage avant / arrière exploite la topologie radiale du réseau de
distribution. En effet, il existe un chemin unique à partir de n'importe quel nœud à la
source donnée.

Dans le balayage vers l'arrière, la loi de courant de Kirchhoff et la loi de tension de


Kirchhoff sont utilisées pour calculer la tension de bus en amont de chaque ligne ou
branche de transformateur.

Dans le balayage vers l'avant, la tension au niveau de chaque bus en aval est alors
mise à jour par les composantes réelle et imaginaire de la tension du bus calculée en la
multipliant par le rapport correspondant.

Il existe deux étapes de cette méthode, le balayage vers l'arrière, ce qui est
essentiellement une sommation de courant sur la base des mises à jour de la tension à
partir du nœud le plus éloigné de la source à l’extrémité émettrice et le balayage vers
l'avant, notamment un calcul de la chute de tension à partir de l'extrémité émettrice au
nœud le plus éloigné de la source ou du latéral.

Ces deux étapes sont répétées jusqu'à ce que la convergence soit obtenue.

Le balayage vers l'arrière calcule le courant injecté dans chaque branche en fonction
des tensions de nœud d'extrémité.

Il effectue une sommation de courant pendant la mise à jour des tensions.

Les tensions de bus au niveau des nœuds d'extrémité sont initialisées pour la première
itération.

À partir des bus d'extrémité, chaque branche est traversée vers le bus de source mise à
jour de la tension et de calcul du courant injecté dans chaque bus.

Ces courants calculés sont stockés et utilisés dans les calculs de balayage vers l'avant
ultérieures.

La tension de source calculée est utilisée pour le calcul de décalage en tant que les
critères de terminaison en le comparant à la tension de la source spécifiée. Le
balayage vers l'avant calcule des tensions de nœud en fonction des courants injectés
dans chaque bus.

59
Chapitre III - Impact d’une intégration massive du photovoltaïque
sur les réseaux électriques de distribution

Le balayage vers l'avant est un calcul de la chute de tension avec la contrainte que la
tension de la source utilisée est la tension nominale spécifiée, au début de chaque
balayage vers l'avant. La tension est calculée à chaque bus, commençant par le bus de
source et traversant vers les bus d'extrémité à l'aide des courants calculés dans le
balayage vers l'arrière précédent.

La convergence est obtenue lorsque l'amplitude du décalage de tension entre la


tension de source calculée dans le balayage vers l'arrière et la tension de la source
spécifiée est inférieure ou égale à une tolérance spécifiée.

Les courants de toutes les branches ainsi calculés lors de la dernière itération du
balayage vers l’arrière sont utilisés pour le calcul des pertes.

Le flowchart de l’algorithme de la méthode balayage Avant/arrière est fourni en


Annexe 4.

D’après la figure III.2, on constate que certains nœuds sont en dessous du niveau de
tension admissible en raison de la nature fragile du système de distribution.

Figure III.1. Schéma unifilaire du système de distribution test 33 nœuds.

60
Chapitre III - Impact d’une intégration massive du photovoltaïque
sur les réseaux électriques de distribution

Profil de tension du réseau de distribution test 33 bus


1,02
1
0,98
V pu

0,96
V pu (Cymdist)
0,94
V pu (Matlab)
0,92
0,9

12

25
10
11
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
26
27
28
29
30
31
32
33
1
2
3
4
5
6
7
8
9
Noeuds

Figure III.2. Profil de tension Matlab vs Cymdist.

III.3.B. Le système PV

Le tableau III.1 illustre le détail des différents cas étudiés.

Sachant que : Pnet = Puissance nette sortie onduleur et Pcr = Puissance crête installée.

Le système PV est connecté aux nœuds 6, 18 et 33. Le nœud 1est connecté au réseau
principal (bus infini).

Tableau III.1. Détail de la PDE.

Cas 1 Cas 2 Cas 3 Cas 4 Cas 5


Taux de
13,46% 26,92% 53,84% 80,75% 107,67%
pénétration %
Ns 20 20 20 20 20
Np 102 202 402 602 802
Pnet kW 500 1000 2000 3000 4000
Pcr kW 507 1007 2007 3007 4007

III.3.C. Modélisation de la charge

Les nœuds des charges sont considérés comme des nœuds PQ constante. Ils sont
modélisés comme des consommateurs à puissance constante, où les puissances actives
et réactifs n'ont aucune relation avec l’amplitude de la tension.

61
Chapitre III - Impact d’une intégration massive du photovoltaïque
sur les réseaux électriques de distribution

III.4. Résultats de simulation statique

La simulation a été faite sur Matlab et les résultats ont été validés par Cymdist, les
résultats de simulation sont présentés ci-après :

III.4.A. Impact du photovoltaïque à grande pénétration

Le taux de pénétration (% pénétration de PDE) peut être défini comme une fonction
de la PDE totale (PPDE), sur la demande de la charge de pointe (Pcharge) [35].

( III.1)

 Profil de la tension

Intégration au noeud 33
1,1

1,05
Sans PDE
V(pu)

1 13,46%
26,92%
0,95
53,84%
0,9 80,75%
107,67%
0,85
19

32
6

10
11
12
13
14
15
16
17
18
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
33
1
2
3
4
5
7
8
9

Noeuds

Figure III.3a. Impact du taux de pénétration sur le profil de tension.

Intégration au Noeud 18
1,2

1,15

1,1 Sans PDE


1,05 13,46%
V pu

1 26,92%
53,84%
0,95
80,75%
0,9 107,67%
0,85
29
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
30
31
32
33
1
2
3
4
5
6
7
8
9

Noeuds

Figure III.3b. Impact du taux de pénétration sur le profil de tension.

62
Chapitre III - Impact d’une intégration massive du photovoltaïque
sur les réseaux électriques de distribution

Intégration au noeud 6
1,05
1,04
1,03
1,02
1,01 Sans PDE
1
0,99 13,46%
V pu

0,98
0,97 26,92%
0,96
0,95 53,84%
0,94
0,93 80,75%
0,92
0,91 107,67%
0,9

22
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
1
2
3
4
5
6
7
8
9

Noeuds

Figure III.3c. Impact du taux de pénétration sur le profil de tension.

 Pertes actives

Pertes actives kW
500
400
Pertes kW

300
200
100
0

Taux de pénétration (Noeud 33)

Figure III.4a. Pertes actives (Intégration au nœud 33).

63
Chapitre III - Impact d’une intégration massive du photovoltaïque
sur les réseaux électriques de distribution

Pertes kW
700
600
500
Pertes kW 400
300
200
100
0

Taux de pénétration (Noeud 18)

Figure III.4b. Pertes actives (Intégration au nœud 18).

Pertes kW
250

200
Pertes kW

150

100

50

0
Sans PDE 13,46% 26,92% 53,84% 80,75% 107,67%
Taux de pénétration (noeud 6)

Figure III.4c. Pertes actives (Intégration au nœud 6).

64
Chapitre III - Impact d’une intégration massive du photovoltaïque
sur les réseaux électriques de distribution

 Pertes réactives

Pertes réactives kVAr


400
350
300
Pertes kVAr
250
200
150
100
50
0

Taux de pénétration (Noeud 33)

Figure III.5a. Pertes réactives (Intégration au nœud 33).

Pertes kVAr
600
500
Pertes kVAr

400
300
200
100
0

Taux de pénétration (Noeud 18)

Figure III.5b. Pertes réactives (Intégration au nœud 18).

65
Chapitre III - Impact d’une intégration massive du photovoltaïque
sur les réseaux électriques de distribution

200
180
160
140

Pertes kVAr
120
100
80
60
40
20
0
Sans PDE 13,46% 26,92% 53,84% 80,75% 107,67%
Taux de pénétration (noeud 6)

Figure III.5c. Pertes réactives (Intégration au nœud 6).

- Interprétation

La figure III.3 illustre le profil des tensions des nœuds du système de distribution test
33 nœuds pour différents taux pénétrations du PV.

On constate que certains nœuds vont au-dessus du niveau de tension accepté (1.05 pu)
plus que la pénétration du photovoltaïque est importante. Pour les nœuds 18 et 33 le
système est devenu instable à haute pénétration PV ( >100 %).

En analysons les figures ci-dessus, on déduit que le nœud 6 présente la meilleur point
d’injection du PV (≈50 %) en termes de réduction des pertes actives et réactives.

Cette approche permet d'identifier les problèmes statiques de tension provoqués


lorsque le PV est intégré à différents nœuds et permet de déterminer le taux maximum
de pénétration du PV qui ne cause pas des problèmes statiques de tension.

III.4.B. Impact du niveau de dispersion

Le niveau de dispersion de la PDE (%dispersion de PDE) est le rapport entre le


nombre de nœuds dans lequel il y a PDE (#BusPDE) et le nombre de nœuds dans lequel
existe la consommation (#Buscharge) [35].

( III.2)

66
Chapitre III - Impact d’une intégration massive du photovoltaïque
sur les réseaux électriques de distribution

Niveau de dispersion %
1,15 Sans PDE
3,13%
1,1
9,38%
1,05 18,75%
V pu

0,95

0,9

0,85
10

27
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
28
29
30
31
32
33
1
2
3
4
5
6
7
8
9

Noeuds

Figure III.6. Impact du niveau de dispersion sur le profil de tension.

Pertes kW
450
400
350
Pertes kW

300
250
200
150
100
50
0
Sans PDE 3,13% 9,38% 18,75%
Niveau de dispersion %

Figure III.7. Pertes actives.

Pertes kVAr
400
350
300
Pertes kVAr

250
200
150
100
50
0
Sans PDE 3,13% 9,38% 18,75%
Niveau de dispersion %

Figure III.8. pertes réactives.

67
Chapitre III - Impact d’une intégration massive du photovoltaïque
sur les réseaux électriques de distribution

La figure III.5 représente les tensions des nœuds du système de distribution test 33-
noeuds pour différents niveaux de dispersion, mais conservant le même taux de
pénétration (80%).

On remarque que l'augmentation du niveau de dispersion améliore le profil de tension.

On constate que plus que le niveau de dispersion augmente, plus que le profil de
tension du système est amélioré. Pour le niveau de dispersion 18,75%, les tensions des
nœuds du système sont dans les limites autorisées.

En plus de l’amélioration de la tension, les pertes actives et réactives deviennent très


réduites lorsque le niveau de dispersion augmente.

On constate qu’une source photovoltaïque décentralisée affecte de manière


significative le profil de tension du système. Une grande pénétration PV présente une
grande variation de tension dans le système.

Cette variation de tension peut devenir un sérieux problème pour le réseau de


distribution qui peut réduire la durée de vie ou d'endommager les équipements qui y
sont connectés. Pour le bon fonctionnement des équipements électriques, il est
essentiel de maintenir la tension du système dans les limites admissibles (0.95 – 1.05
pu).

Enfin, le profil de tension du réseau de distribution est amélioré par un choix


approprié du niveau de dispersion.

68
Chapitre III - Impact d’une intégration massive du photovoltaïque
sur les réseaux électriques de distribution

III.5. Réponse dynamique du PV due aux changements rapides de l'éclairement

Cette partie d’étude illustre la réponse du système lorsqu'il est soumis aux brusques
changements d’éclairement causés par un nuage qui passe. Différents cas de
pénétrations PV sont considérées.

La figure III.9 montre les données de l'éclairement sur une journée typique nuageuse.

Le système PV a été simulé sur une période de 700 secondes. Le taux


d'échantillonnage des données d'éclairement est de 1 échantillon / seconde.

Eclairement (W/m2)
900,00
800,00
Ecliarement(W/m2)

700,00
600,00
500,00
400,00
300,00
200,00
100,00
0,00
0 100 200 300 400 500 600 700
Temps(s)

Figure III.9. Données d'éclairement sur une journée partiellement nuageux.

90
Puissance totale injectée au réseau

80
70
60
50
%

40
30
20
10
0
0 100 200 300 400 500 600 700
Temps (s)

Figure III.10. Pourcentage de la puissance totale injectée au réseau - 50 % de PV dans le nœud 18.

69
Chapitre III - Impact d’une intégration massive du photovoltaïque
sur les réseaux électriques de distribution

Tension des noeuds


1,05
1,04
1,03
1,02
1,01 Nœud 2
V pu

1
Nœud 6
0,99
0,98 Nœud 18
0,97 Nœud 33
0,96
0,95
0,94
0 100 200 300 400 500 600 700
Temps(s)

Figure III.11. Injection du 50 % de PV au nœud 18.

1,1
1,09
1,08
1,07
1,06
1,05
1,04
1,03
V (pu)

PV-26,92%
1,02
1,01 PV-53,84%
1 PV-80,75%
0,99
0,98
0,97
0,96
0,95
0,94
0 100 200 300 400 500 600 700
Temps(s)

Figure III.12. Comparaison des résultats pour 26,92 %, 53.84% et 80.75 % de pénétration de PV dans
le nœud 18.

- Interprétation

La figure III.10 montre que la quantité de puissance produite par les générateurs
photovoltaïques suit le modèle de l'éclairement. Ceci parce que les contrôleurs MPPT
gardent le point de fonctionnement des unités de production PV sur leurs point de

70
Chapitre III - Impact d’une intégration massive du photovoltaïque
sur les réseaux électriques de distribution

puissance maximale malgré les fortes fluctuations de l'éclairement qui ont lieu sur la
période de 700 secondes de la trame considérée.

Figure III.11 confirme que la tension des nœuds à proximités de la source infinie
(nœud 2) n’est pas affectée par la fluctuation de la production photovoltaïque. Le
profil de tension du nœud 2 entre t = 0 s et t = 700s reste la même, à savoir 0.999 pu

Le générateur photovoltaïque connecté au nœud 18 est modélisé comme un injecteur


de P sans régulateur de tension. Sa tension de nœud fluctue au cours des grandes
variations du niveau de l'éclairement qui se produisent entre t = 80s et t = 100s ainsi
que entre t = 300s et t = 450s. Cette variation de tension suit le modèle d'injection de
la puissance au niveau du nœud.

La figure III.12 montre que, lorsque la quantité de pénétration PV est élevée, la


variation de la tension due au changement de l'éclairement devient plus importante.

On constate aussi sur la figure III.12 que, à t = 600s, lorsque le niveau d'éclairement
est relativement stable, la tension du nœud 18 se stabilise à 0,999 pu pour le cas de
pénétration de 26.92 %, 1.045 pu pour le cas de pénétration de 53.84 % et à 1,085 pu
pour le cas de 80.75%.

III.6. Conclusion

Dans ce chapitre, les résultats de simulation montrant l'effet d’une grande et faible
pénétration de la production décentralisée du photovoltaïque sur le profil de tension
dans les réseaux de distribution ont été présentés. L'analyse a été effectuée sur un
réseau radial de distribution IEEE 33 nœuds, la modélisation détaillée du système est
également présentée.

L’analyse montre que les problèmes de variation de tension se produisent en


différents nœuds des réseaux de distribution avec l’augmentation du taux de
pénétration. Cependant, une bonne sélection du niveau de dispersion peut améliorer le
profil de tension et réduire les pertes actives et réactives dans les réseaux de
distribution.

Une augmentation significative de la pénétration du photovoltaïque pourrait avoir un


impact significatif sur la stabilité du réseau de distribution.

71
Chapitre III - Impact d’une intégration massive du photovoltaïque
sur les réseaux électriques de distribution

Selon le pourcentage de la pénétration du PV et de son degré de concentration, les


variations de l'éclairement peuvent provoquer des variations de tension indésirables et
peuvent affecter le bon fonctionnement des équipements de la régulation de tension.

72
Chapitre IV - Etude de cas

Chapitre IV

Etude de cas : Analyse du réseau de distribution isolé de Djanet en


présence d’une source de production PV

73
Chapitre IV - Etude de cas

IV.1. Introduction

Comparativement aux réseaux de transport et de répartition, les réseaux de distribution ne


sont que très peu instrumentés. De part leur conception et leur mode de fonctionnement, il
n'est pas nécessaire de disposer de nombreux points de mesure pour pouvoir garantir une
tension dans les limites admissibles à tous les nœuds du réseau. En effet, en l'absence de
production décentralisée, la connaissance de l'évolution moyenne des charges au cours du
temps et de la topologie du réseau suffit au SD (Société de Distribution d’électricité) pour
prévoir quelle va être la chute de tension. Le sens des flux de puissance, du poste source vers
la consommation, et la structure radiale du réseau permettent d'effectuer une bonne
approximation de la tension du réseau. Celle-ci décroit progressivement à mesure que la
distance au poste source augmente (Figure IV.1). Par ailleurs les études d'amont effectuées
avant la construction du réseau permettent de dimensionner suffisamment les réseaux de
distribution pour faire face à leur maximum de charges.

Les variations de la consommation ont bien sûr une influence sur la tension du réseau de
distribution.

Par ailleurs, actuellement la production décentralisée connectée aux réseaux de distribution ne


participe pas dynamiquement au réglage de tension. L'article I.6 du Grid Code Algérien «
Spécifications techniques des installations de raccordement des groupes de production aux
réseaux isolés » [2] stipule cependant que :

- Le raccordement de l'installation de production à un réseau de distribution HTA,


s'effectue à la tension du réseau de distribution et au point de raccordement le plus
proche, et ce, à travers un jeu de barre HTA.

- Chaque liaison de raccordement comporte un disjoncteur et un sectionneur de ligne


situés en aval de l’installation de production au point d’injection au réseau de
distribution

- Toute installation de production doit avoir la capacité constructive de contribuer au


réglage de la tension. En fournissant et en absorbant de la puissance réactive. A cet
effet, les groupes de production et leurs transformateurs de puissance doivent être
conçus de façon à satisfaire les règles suivantes :

74
Chapitre IV - Etude de cas

- A puissance active nominale et un Cosφ nominal de 0,80, l’installation de production


doit pouvoir fournir une puissance réactive égale à 0,75 de la puissance active
nominale à la tension nominale.

- A puissance active nominale et un Cosφ nominal de 0,80, l’installation de production


doit pouvoir absorber au minimum une puissance réactive égale à -0,30 de la
puissance nominale à la tension nominale.

- Les installations de production doivent fonctionner dans le domaine de


fonctionnement défini par le diagramme [P, U, Q] sans limitation de durée en tout
point situé dans ce domaine de fonctionnement normal.

- Le transformateur de puissance doit être muni d’un régleur à vide avec trois prises
graduées –5%, 0 et +5%.

- Les groupes de production doivent être munis de régulateurs permettant de contrôler


la puissance réactive au point d’injection. Le système de réglage doit être secouru
d’un régulateur manuel de puissance réactive.

Du point de vue réglementaire [2], en Algérie la loi limite la puissance des installations
raccordées aux réseaux de distribution MT à 10MW.

Le réglage de tension actuellement en place sur les réseaux de distribution a été conçu
initialement pour des réseaux sans production décentralisée. L'arrivée de la PDE peut donc
être problématique. Des simulations simples du réseau de distribution avec et sans la PDE
permettent de bien caractériser les limites de tension actuel.

IV.2. Le cas d’étude

Le cas d'étude présenté ici concerne un réseau de distribution radial de Djanet MT – 30 kV.
Le réseau entier est constitué d’un seul poste source, celui de la centrale diesel de Djanet,
avec dix groupes diesel et dix transformateurs élévateurs.

Ce réseau simulé est issu de données réelles fournies par SDC (Société de distribution
d’électricité Centre) - SONELGAZ.

La topologie des départs simulés est présentée sur la Figure IV.1a,b,c et d.

75
Chapitre IV - Etude de cas

La charge totale maximale du réseau est de 7,2 MW, les charges sont de type résidentiel.
Cette évolution correspond à une évolution réelle dans 24 heures. Dans les résultats présentés
ci-après.

IV.3. Impact des sources décentralisées sur le réseau de distribution

Il s'agit d'une étude d'impact sur le réseau de distribution isolé de Djanet 30 kV compte tenu
de l'installation d’une centrale PV d’une puissance totale de 3 MW.

Afin d'évaluer l'impact du raccordement sur le réseau de distribution, les études suivantes
doivent être effectuées:

 Estimation de la nouvelle tension, flux de puissance (kVA, kW) et les courants associés
à un certain nombre de points importants sur le réseau

 Analyse de court-circuit

 Analyse d’harmonique

La version de Cymdist V.7.1 (de Cyme International Inc.) a été utilisée pour les études de
Load Flow, court-circuit et les harmoniques.

IV.3.1. Description du réseau

Le réseau de Djanet est un réseau radial, il est alimenté par une seule source fossile, une
centrale diesel d’une puissance installée de 24 MW environ, et le poste source composé de
trois départs :

- Départ Aérodrome avec 128 nœuds.

- Départ Ville avec112 nœuds.

- Départ Kanafer avec 101 nœuds.

Tableau IV.1. Consommation journalière maximale de la ville de Djanet.

Départ Puissance consommée en kW en juin 2012

Aérodrome 1870,56

Ville 3325,44

Kanafer 2078,40

Total 7274,40

76
Chapitre IV - Etude de cas

Figure IV.1-a. Topologie du réseau simulé - Poste source de la Centrale diesel de Djanet avec 3 départs en
service.

Court-circuit

Insertion de PDE

Figure IV.1-b: Départ Aérodrome - 128 nœuds.

77
Chapitre IV - Etude de cas

Insertion de PDE

Figure IV.1-c: Départ Ville - 112 nœuds.

78
Chapitre IV - Etude de cas

Insertion de PDE

Figure IV.1-d: Départ Kanafer - 101 nœuds.

79
Eclairemenr (W/m2)
Puissance en kW

200
400
600
800
1000
1200
1400
1600

0
4000
4500
5000
5500
6000
6500
7000
7500

00:10
01:00 00 :00
01:50 01 :00
02:40 02 :00
03:30 03 :00
04:20 04 :00
05:10
05 :00
06:00
06:50 06 :00
07:40 07 :00
08:30 08 :00
09:20 09 :00
10:10 10 :00
11:00
11 :00
11:50
12 :00
12:40

Temps
13:30 13 :00
14:20 14 :00
15:10 15 :00
16:00 16 :00
16:50 17 :00
17:40 Eclairement (W/m2) du 17/05/2006
18 :00
18:30
19 :00
Courbe de charge du 14 juin 2012

19:20
Figure IV.2. Courbe de charge de la ville de Djanet à forte charge.

20:10 20 :00
21:00 21 :00
21:50 22 :00

Figure IV.3. Eclairement de la ville de Djanet – le cas le plus favorable dans l’année.
22:40 23 :00
23:30
Chapitre IV - Etude de cas

80
Chapitre IV - Etude de cas

Eclairement W/m2 du 14 /02 2006


450
Ensoleillement W/m2 400
350
300
250
200
150
100
50
0

06:50

22:40
00:10
01:00
01:50
02:40
03:30
04:20
05:10
06:00

07:40
08:30
09:20
10:10
11:00
11:50
12:40
13:30
14:20
15:10
16:00
16:50
17:40
18:30
19:20
20:10
21:00
21:50

23:30
Temps

Figure IV.4. Eclairement de la ville de Djanet – le cas le plus défavorable dans l’année.

IV.4. Variante de simulation de la Centrale PV

Le choix de l'onduleur et de sa taille est fait en tenant compte de la puissance assignée du PV


prise en charge. La taille de l'onduleur peut être déterminée par un rapport de variant de 0.8 à
0.9 entre la puissance active mise dans le réseau et la puissance assignée du centrale PV.

Ce rapport tient compte de la perte de puissance des modules PV dans des conditions réelles
d'utilisation (température d'utilisation, chutes de tension au niveau des raccordements
électriques...) et de l'efficacité de l'onduleur. [25]

Tableau IV.2. Equipements principaux de la Centrale PV.

Puissance unitaire Nombre Puissance totale

Modules PV 250 W 13440 3.36 MW

Onduleurs 500 kW 6 3 MW

Transformateurs 1250 kVA 3

81
Chapitre IV - Etude de cas

IV.5. Etude de l’écoulement de puissance

Ces études de flux de puissance du réseau de distribution de la zone concernée a pour objectif
d’identifier le besoin de renforcement des réseaux tels que les lignes et les câbles

Les études relatives aux évaluations thermiques des composants et les variations de tension
sont principalement pertinent que si il y a des moments au cours de laquelle un système
photovoltaïque produit considérablement plus de puissance que la charge correspondante ne
peut l’absorber.

Tant que la production du PV est inférieure à la demande maximale de la charge


correspondante, la production du PV ne fera que réduire les chutes de tension des lignes.

Seulement dans le cas où la production d'un système PV commence à dépasser la charge


associée, une augmentation de la tension ou augmentation de la charge thermique de lignes ou
câbles peut être observée.

La figure IV.5a, illustre une comparaison d’une journée avec un maximum de production
photovoltaïque dans l’année (du 08 mars) avec la courbe de charge correspondante, La figure
IV.5b, illustre une comparaison d’une journée avec un minimum de charge dans l’année (du
04 décembre) avec la production photovoltaïque correspondante.

D’après les figures IV.5a et IV.5b, le cas de la pire situation se produit pendant le milieu de la
journée, lorsque la production PV dépasse la consommation locale, ce qui conduit à un flux de
puissance inverse sur le poste source.

Profil de cherge du 08 mars


Puissance du PV 08 mars
4000
3500
3000
2500
Puissance (kW)

2000
1500
1000
500
0
08 :00

17 :00
00 :00
01 :00
02 :00
03 :00
04 :00
05 :00
06 :00
07 :00

09 :00
10 :00
11 :00
12 :00
13 :00
14 :00
15 :00
16 :00

18 :00
19 :00
20 :00
21 :00
22 :00
23 :00

Temps

Figure IV.5a. Comparaison entre la consommation locale et la production PV


(pire cas : maximum de PV).

82
Chapitre IV - Etude de cas

Profil de cherge du 04 décembre
Puissance du PV du 04 décembre
4000
3500
3000
Puissance kW

2500
2000
1500
1000
500
0
00 :00
01 :00
02 :00
03 :00
04 :00
05 :00
06 :00
07 :00
08 :00
09 :00
10 :00
11 :00
12 :00
13 :00
14 :00
15 :00
16 :00
17 :00
18 :00
19 :00
20 :00
21 :00
22 :00
23 :00
Temps

Figure IV.5b. Comparaison entre la consommation locale et la production PV


(pire cas : minimum de charge).

La figure IV.6 illustre le profil de tension des nœuds du réseau pour différents scénarios.

Plusieurs scénarios de simulation ont été faits afin d’obtenir des résultats significatifs.

Après avoir injecté une PDE (3 MW - PV) dans les nœuds JDB, N132 et N140, nous avons
comparé les profils de tension des différents scénarios. Les simulations confirment tout
d'abord qu'en présence de la PDE, le niveau de tension sur le réseau s’améliore surtout dans le
cas du N140 (Figure IV.6).

Cette étude simple montre qu'en l'absence de la PDE sur le réseau de distribution de Djanet,
en régime normal de fonctionnement, le profil de tension actuel n'est pas mis en défaut car les
réseaux de distribution Algériens sont suffisamment bien dimensionnés.

L'ajout de la PDE sur le réseau de distribution de Djanet produit une simple amélioration du
profil de tension, la figure IV.6 montre ainsi que même après l’injection de la PDE, le profil
de tension est partout compris entre les limites admissibles +5% et -5%.

83
Chapitre IV - Etude de cas

1,06

1,05
Sans PV
1,04 PV au JDB
PV au N140
1,03 PV au N132

1,02

1,01
V(pu)

0,99

0,98

0,97

0,96

0,95
118

156
104
109
112

123
128
133

142
147
153

J102
J115
J121
J127
1

3
3145
3166
3176
3193

P-1
14

16
20
25

34
39
43
48
52
57

64

75

84
89
93
98
Noeuds

Figure IV.6. Profil de tension d’un extrait des nœuds du réseau pour différents scénarios.

Sur la figure IV.7, On peut constater que le nœud 140 présente le meilleur point d’injection du
PV en termes de réduction des pertes actives et réactives.

1600
1398,42 1360,57 1387,76
1400
1200
1000
800
600
400
248,21 205,77 249,68
200
0
pertes kW pertes kVar

PV au JDB PV au N140 PV au N132

Figure IV.7. Evaluation des pertes totales pour différents scénarios d’injection du PV.

84
Chapitre IV - Etude de cas

IV.6. Etude de court-circuit

Un court-circuit est la mise en connexion volontaire ou accidentelle de deux points (ou plus)
d'un circuit électrique entre lesquels existe une différence de potentiel par un conducteur de
faible résistance. On distingue sur un réseau les court-circuits suivants:

- Monophasés (80 % des cas), où une phase et la terre ou le neutre sont reliés ensemble.

- Biphasés (15 % des cas), où les deux phases sont raccordées ensemble.

- Triphasés (5 % des cas), où les trois phases sont reliées ensemble.

- Biphasés-terre, où deux phases et la terre sont reliées ensemble.

Cette partie d’étude présente l’impact de l'emplacement du PV sur le courant de court-circuit


du réseau de distribution de Djanet, en utilisant le logiciel Cymdist.

Cela comprend différents types de court-circuits: triphasé (LLL); monophasé-terre (LT),


biphasé ligne-ligne (LL), et biphasé-terre (LLT). Une comparaison détaillée pour le niveau de
court-circuit des quatre types de court-circuit et pour les quatre différents scénarios de la
pénétration du PV.

Le réseau de Djanet est le système où l'analyse de court-circuit est examinée en utilisant le


logiciel Cymdist comme un outil de simulation. Le schéma unifilaire du réseau simulé est
représenté sur la figure. IV.1.

Quatre scénarios sont choisis pour étudier l'impact de la pénétration du PV sur le niveau du
courant de court-circuit du réseau de distribution, ils sont présentés dans le tableau IV.3. Dans
cette étude, l'impact du changement dans le niveau d'éclairement est supposé constant.

Tableau IV.3. Les quatre scénarios examinés.

Scénario Point d’injection

Scénario 1 (S1) Sans injection

Scénario 2 (S2) 3 MW du PV injecté au JDB principal

Scénario 3 (S3) 3 MW du PV injecté au nœud 140

Scénario 4 (S4) 3 MW du PV injecté au nœud 132

Les caractéristiques du module PV utilisé est répertorié dans le tableau IV.4 où ISC est le
courant de court-circuit, VOC est la tension en circuit ouvert, Pmax est la puissance maximale,

85
Chapitre IV - Etude de cas

IMP est le courant pour une puissance maximale, et VMP est la tension pour la puissance
maximale.

Tableau IV.4. Caractéristiques du module PV utilisé.

ISC (A) VOC (V) Imp(A) Vmp(A) Pmax(W) Eclairement (W/m2)

8,87 37,2 8,3 30,1 250 1000

Les scénarios sont variés pour obtenir des résultats valides et fiables. La simulation comprend
un examen de la présence de quatre types de court-circuit (LLL, LT, LL et LLT) à trois nœuds
différents : JDB principal, 140, 132.

Le critère de sélection des nœuds où le court-circuit peut se produire est basé sur la distance
par rapport au poste source (la centrale diesel) et la concentration des charges. L'évaluation
des résultats de simulation est basée sur la comparaison des valeurs limites de court-circuit à
chaque scénario avec les valeurs limites de court-circuit dans le cas du réseau sans pénétration
du PV.

Dans le cas d'un court-circuit sur le réseau, le courant de court-circuit pourrait théoriquement
être en partie apporté par le générateur PV, ce qui perturberait la détection du court-circuit par
les dispositifs de protection prévus sur le réseau.

Cette situation se présenterait plus particulièrement en bout de réseau, avec des lignes
à forte impédance et une pénétration importante de PV [39]. En premier lieu les conséquences
seraient principalement la mauvaise coordination du déclenchement des dispositifs de
protection du réseau (fusibles et sectionneurs).

De manière générale il est tout de même considéré que la contribution du PV au courant de


court-circuit est limitée par construction (choix des IGBT) du fait de la faible différence (10-
20%) entre le courant de court-circuit fourni par l’onduleur et son courant nominal [41]. Ces
conclusions pourraient être à revoir si les onduleurs étaient équipés à l’avenir des fonctions
additionnelles telles que le support à la tension du réseau. [42]

86
Chapitre IV - Etude de cas

IV.6.1. Résultats de simulation

Étant donné l'emplacement géométrique et le niveau d’éclairement comme hypothèses, les


résultats de simulation de l'analyse des courants de court-circuit en examinent les quatre types
de court-circuit pour les quatre différents scénarios sont présentés dans le tableau IV.5.

Tableau IV.5. Résultats de simulation des courants de court-circuit en kA.

Emplacement du court- Court-circuit triphasé (LLL) en kA


circuit Scénario 1 Scénario 2 Scénario 3 Scénario 4

JDB principal 1,58 1,63 1,63 1,63

Nœud 140 1,15 1,18 1,2 1,18

Nœud 132 1,21 1,24 1,24 1,26

Court-circuit monophasé-terre (LT) en kA

Scénario 1 Scénario 2 Scénario 3 Scénario 4

JDB principal 2,2 2,24 2,24 2,24

Nœud 140 1,63 1,65 1,67 1,66

Nœud 132 1,71 1,74 1,74 1,75

Court-circuit biphasé (LL) en kA

Scénario 1 Scénario 2 Scénario 3 Scénario 4

JDB principal 1,36 1,39 1,39 1,39

Nœud 140 0,99 1,01 1,02 1,01

Nœud 132 1,05 1,06 1,06 1,07

Court-circuit biphasé-terre (LLT) en kA

Scénario 1 Scénario 2 Scénario 3 Scénario 4

JDB principal 2,28 2,36 2,36 2,36

Nœud 140 1,69 1,74 1,77 1,74

Nœud 132 1,76 1,81 1,82 1,84

87
Chapitre IV - Etude de cas

L'apparition du court-circuit biphasé-terre (LLT) représente l’impact le plus élevé sur le


niveau de court-circuit dans les quatre différents scénarios appliqués, ensuite suivi par le
court-circuit monophasé terre (LT). A l'inverse, le court-circuit biphasé (LL) représente
l’impact le plus faible en comparaison avec les trois autres types de court-circuits testés.

Aussi, on remarque qu'il y a un changement légèrement faible dans les résultats des valeurs de
courant de court-circuit pour les scénarios 2,3 et 4 (Avec PV) en comparaison avec le scénario
1 (Sans PV).

Les figures IV. 8a, 8b, 8c et 8d illustrent des comparaisons entre les courants de court-circuit
en tenant compte l'emplacement du PV et le type de court-circuit.

D'après les figures IV.8a,b,c,d, il pourrait être remarqué que lors d’un incident du court-circuit
au niveau du JDB principal, le courant de court-circuit représente presque 1,4 par rapport aux
courants de court-circuit des nœuds 132 et 140 pour tous les types de court-circuit et les
différents scénarios examinés.

Aux scénarios 3 et 4, le courant de court-circuit possède les valeurs les plus élevées lors d'un
court-circuit au niveau du nœud 140 et 132 respectivement (les nœuds les plus éloignés du
poste source, au bout du réseau) où la centrale PV est située dans le même nœud en court-
circuit. Donc dans ces scénarios la contribution du PV est relativement grande en
comparaison avec le scénario 1.

Comparaison des valeurs du courant de court-circuit

JDB principal Nœud 140 Nœud 132


104% 104%
103% 103% 103%
103%102% 102% 103%

100%100%100%

Scénario 1 Scénario 2 Scénario 3 Scénario 4


Défaut triphasé LLL

Figure IV.8a. Les courants de court-circuit des différents scénarios pour un court-circuit triphasé.

88
Chapitre IV - Etude de cas

Comparaison des valeurs du courant de court-circuit

JDB principal Nœud 140 Nœud 132

102% 102%
102% 102% 102% 102% 102%102%
101%

100%100%100%

Scénario 1 Scénario 2 Scénario 3 Scénario 4


Défaut monophasé-terre (LT)

Figure IV.8b. Les courants de court-circuit des différents scénarios pour un court-circuit monophasé.

Comparaison des valeurs du courant de court-circuit

JDB principal Nœud 140 Nœud 132


103%
102%102% 102% 102%102%
102%

101% 101%

100%100%100%

Scénario 1 Scénario 2 Scénario 3 Scénario 4


Défaut biphasé (LL)

Figure IV.8c. Les courants de court-circuit des différents scénarios pour un court-circuit biphasé.

89
Chapitre IV - Etude de cas

Comparaison des valeurs du courant de court-circuit

JDB principal Nœud 140 Nœud 132

105% 105%
104% 104% 103% 104%
103% 103% 103%

100% 100% 100%

Scénario 1 Scénario 2 Scénario 3 Scénario 4


Défaut biphasé-terre (LLT)

Figure IV.8d. Les courants de court-circuit des différents scénarios pour un court-circuit biphasé-terre.

IV.7. Etude d’harmonique


L’objectif de l’analyse d’harmonique est d’examiner les effets des courants harmoniques sur
le réseau et de les circonscrire à l’intérieur de limites acceptables tel que spécifié par la norme
IEEE 519-1992.

Selon les règles du grid code [2] il y a deux exigences en ce qui concerne les harmoniques:

- Distorsion harmonique du courant ne doit pas dépasser un THDI de 5%.

- Distorsion harmonique de la tension ne doit pas dépasser un THDV de 5% au point de


connexion de tout utilisateur.

Tableau IV.6. Evaluation des harmoniques THDV et THDI après l’injection du PV.

Insertion de PV

JDB N132 N140

THDv % THDi % THDv % THDi % THDv % THDi %


Taux d'harmonique
0,05 0,06 0,05 0,38 0,05 0,38

90
Chapitre IV - Etude de cas

D’après le tableau IV.6, on remarque que les valeurs de THDI et THDV ne dépassent en aucun
cas les limites autorisées de 5 % parce que les harmoniques sont atténués par le
transformateur raccordé au PV.

La figure IV.9 présente la courbe de l'impédance en fonction de la fréquence, cette courbe a


été tracée pour étudier les effets des harmoniques de courant produites sur la résonance du
système. La figure montre que la probabilité d'apparition d'une résonance dans le réseau est
très faible en raison du rapport élevé R/X des systèmes radiaux.

Ainsi, on constate que les onduleurs injectent des harmoniques de courant dans le réseau,
mais ce n’est pas le cas en ce qui concerne les harmoniques de tension.

En outre, le niveau des harmoniques de courant suggère que les harmoniques de l'onduleur
s’ajoutent (en supposant que les harmoniques de l'onduleur sont limités aux niveaux énoncés
dans les normes), il est donc possible d'envisager des pénétrations plus élevées induisant des
valeurs supérieures des harmoniques.

Figure IV.9. Courbe d’impédance vs fréquence.

D'après de tous les résultats de cette étude de cas, on constate que il y a pas d’une forte
corrélation entre les harmoniques de courant et les harmoniques de tension. La principale
préoccupation des harmoniques de courant c’est qu'ils conduisent à une augmentation des
pertes dans le réseau.

91
Chapitre IV - Etude de cas

IV.8. Conclusion

Ce chapitre a été consacré à l’intégration d’une centrale PV d’une puissance totale de 3 MW


dans le réseau de distribution isolé de Djanet.

Ce chapitre présente l'impact de l'intégration du système PV sur le profil de tension et le


niveau de court-circuit du réseau de distribution de Djanet en comparant quatre différents
scénarios et en faisant varier l'emplacement de la centrale PV.

L’énergie injectée par la centrale PV pendant quelques jours a dépassé les besoins de la
charge du réseau de distribution ce qui provoque des surcharges dans les lignes et par
conséquent une augmentation des pertes.

Cependant, les résultats du courant de court-circuit ont une faible différence en valeurs en
comparant les scénarios avec PV et le scénario sans PV. Ce conclut que la pénétration du PV
n'a pas d'impact significatif sur le niveau de court-circuit du réseau de distribution étudié,
même en variant l'emplacement du PV et en particulier près du poste source.

La méthodologie décrite dans ce chapitre est destinée à aider les opérateurs du réseau à
comprendre les changements importants dans la production PV notamment causées par le
déplacement des nuages. Dans la pratique, un opérateur de système aurait besoin de
prévisions météorologiques et d'éclairement pour faire une bonne prédiction de la variabilité
de la production photovoltaïque dans le système. L'opérateur du système électrique serait
alors en mesure de garantir que les moyens de contrôle de la tension et de contrôle de
fréquence disponibles sont suffisants.

92
Conclusion générale et perspectives

Conclusion générale et Perspectives

Depuis l'apparition des réseaux électriques ceux-ci ont toujours connu des évolutions.
L’interconnexion des réseaux de différents pays en a été une de ces évolutions. Ces
évolutions avaient a pour but majeur d'améliorer le fonctionnement des réseaux. Avec le
vaste mouvement de dérégulation que connaissent actuellement les réseaux électriques dans
de nombreux pays et qui trouve notamment son origine dans une volonté politique
d'ouverture du marché électrique ou dans des problèmes liés aux sociétés électriques une
autre évolution apparait. Il s'agit de la dérégulation des sociétés électriques. D’une manière
générale, la dérégulation des sociétés électriques a pour conséquence l'introduction de
nouveaux moyens de production dans les réseaux existants. Comme nous l'avons montré,
cette introduction de moyen d'énergie modifié de façon importante le fonctionnement de ces
réseaux.

Dans une première partie de ce document, les causes et un bilan de dérégulation des réseaux
ont été rappelés. Certains problèmes survenus dans les sociétés électriques ont été aussi
exposés. Les principaux moyens d'énergie décentralisés existants ou futurs furent ensuite
listés. Les impacts liés à l'introduction de ces moyens d'énergie décentralisés dans les
réseaux d'énergie existants ont été présentés. Les différents résultats ont mis en évidence que
les impacts dépendent de nombreux facteurs liés à la Production Décentralisés d'Energie
(puissance, lieu de connexion, nombre de PDE, etc.). De l'ensemble des résultats présentés,
il ressort une tendance générale. La modification du plan de tension, de la puissance de
court-circuit, de la répartition des courants de défauts, des transits de puissance augmente en
fonction de la puissance de la PDE. À partir de ce travail d'observation et de compréhension
des différents impacts, plusieurs axes d'études ont été menés.

Des simulations ont permis d’analyser le plan de tension du réseau du Djanet. Elles révèlent
des variations moins importantes de la tension dues à la présence de la production PV. En
effet, les flux de puissance dans la plupart du réseau peuvent avoir un sens ou l’autre selon le
niveau de production PV. Les variations de tension sont sensibles principalement dans les
périodes où la production PV est importante et la consommation des charges est faible. Pour
cette condition de fonctionnement, la valeur élevée de tension au niveau du poste source de

93
Conclusion générale et perspectives

Djanet, l’augmentation de la tension et l’injection de puissance active, peuvent conduire à


des problèmes de franchissement des limites de tension. Cela, notamment dans les points de
connexion des sources de production les plus éloignées.

Dans ce travail, nous avons analysé les conditions de fonctionnement les plus
contraignantes. Elles sont difficilement atteintes dans la réalité, c’est pourquoi on peut
s’attendre à des variations de tension moins importantes.

Ce scénario de simulation offre une représentation réaliste du réseau de distribution isolé de


Djanet, qui, dans le futur, pourraient être confronté à une augmentation importante du
nombre des PDEs connectées.

Ce travail a mis en évidence l'importance des services concernés d’engager plus activement
dans la mise en œuvre des stratégies de gestion pour atténuer les problèmes d'intégration
attendus et maximiser les bénéfices du PV.

Nous avons étudié les différentes formes d’impact des productions décentralisées sur le
réseau de distribution Djanet. Plus le taux de pénétration de PDE augmente, plus que
l’impact est important.

Cependant, une telle simulation est souvent difficile du fait de la grande taille du réseau de
distribution.

L’énergie injectée par la centrale PV pendant quelques jours a dépassé les besoins de la
charge du réseau de distribution ce qui provoque des surcharges dans les lignes et par
conséquent une augmentation des pertes.

Du ce fait, le problème de dépassement de l’énergie photovoltaïque injectée au réseau de


distribution isolé rend l’installation d’un local des batteries de stockage une solution
obligatoire afin d’améliorer les performances du réseau d’une part, et de maximiser cette
forme d’énergie durable d’autre part.

Les options de gestion comprennent la mise en œuvre d'un programme de monitoring, en


regardant dans les options de stockage, ce qui limite la quantité du PV dans les
transformateurs de distribution, la normalisation des systèmes de protection de l'onduleur, la
mise en œuvre de la puissance réactive dans les onduleurs.

94
Conclusion générale et perspectives

Perspectives

De nombreux axes de recherche peuvent être dégagés suite aux travaux menés.

- La détermination des emplacements optimums et la taille des PDEs par des algorithmes
intelligents permettra de réduire les pertes et améliorer les performances du réseau
électrique.
- Le stockage d’énergie constitue un levier technique difficilement contournable pour intégrer
les moyens de production intermittents au sein d’un mix énergétique décarboné, il
représente également une opportunité économique.
- L’hybridation du PV avec d’autres PDEs (éolienne, etc.) afin de subvenir aux besoins et
prévoir du stockage.
- Les nouveaux moyens de production d'électricité insérés dans les réseaux existants utilisent
souvent les énergies renouvelables (soleil, vent). Des méthodes d'estimation de la puissance
disponible (dans une heure, une journée, etc.) permettront de connaître la puissance qui sera
injectée dans les réseaux. Ceci permettra de planifier les autres moyens de production et de
prévoir les scénarios de secours.
- L'insertion de certains moyens de production (centrales PVs, piles à combustible, etc.)
nécessite un dispositif d'électronique de puissance (onduleur), ce dispositif risque de
dégrader la qualité de l'énergie par injection d'harmoniques. Cette dégradation est à prendre
en compte et doit être étudiée afin de quantifier les problèmes éventuels sur les
consommateurs et pour trouver des solutions adéquates (filtres passifs et/ ou actifs).

95
Bibliographie

Bibliographie

[1] DGSP/SONELGAZ, « Plan de développement de la production de l’électricité d’origine


renouvelable 2012 – 2022 », Alger, 2013.

[2] Ministère de L’Energie et des Mines, « Règles Techniques de Raccordement au Réseau de


Transport de l’Electricité et Règles de Conduite du Système Electrique », Grid Code Algérien,
2008.

[3] Société de distribution du groupe SONELGAZ, « Guide Technique de Distribution »,


Document technique, 1984.

[4] Siemens, « Power Engineering Guide - Transmission and Distribution » 4th Edition, 2005.

[5] Université de sherbrooke Quebec, « Méthodes d'analyse des réseaux, réseaux électriques
d’énergie », Cours en ligne,

http://www.gel.usherbrooke.ca/leroux/projet/data/Reseaux/preface.htm

[6] Christian Puret, « Les réseaux de distribution publique MT dans le monde », Cahier
technique n° 155, Merlin Gerin, 1991.

[7] Philippe CARRIVE, « Réseaux de Distribution, Structure et planification», Technique de


l’Ingénieur, D 4 210.

[8] J.P.Barret, P. Bornard, B. Meyer, « Simulation des Réseaux Electriques », Direction des
Etudes et Recherche d'Electricité en France, Editions Eyroles, Paris, 1997.

[9] J.Duncan Glover, Mulukutla S Sarma, Thomas J.Overbye, « Power System, Analysis and
Design, Fifth Edition », Cengage learning, Stamford, 2012.

[10] P. Dondi, D. Bayoumi, C., Haederli, D. Julian and M. Suter, (2002), « Network Integration
of Distributed Power Generation », Journal of Power Sources, vol. 106, p. 1-9.

[11] T. Ackermann, G. Andersson, and L. Soder, (2001), « Distributed Generation: A


Definition », Electric Power Systems Research, vol. 57, p. 195-204.

[12] CIRED, « Dispersed generation, Preliminary report of CIRED working group WG04 »,
June 1999, p. 9 + Appendix (p.30).

[13] A. Lallemand, « Production d'énergie électrique par centrales thermiques », Document


Techniques de l’Ingénieur n° D 4002, 2005.

96
Bibliographie

[14] Pankow Yann, « Etude de l'intégration de la production décentralisée dans le réseau BT


Applications au générateurs PV», Thèse de doctorat, Ecole Nationale d'arts et Métiers, 2004.

[15] B.Lindgren, « Topology for Decentralised Solar Energy Inverters with a Low Voltage AC-
Bus », Proceedings of the 8th European Conference on Power Electronics and Applications,
Lausanne, Swichland 1999.

[16] Émile GAIN, « Réseaux de Distribution, Conception et dimensionnement », Technique de


l’Ingénieur, D 4 220.

[17] Nouredine Hadjsaïd, Jean-Claude Sabonnadière, « Electrical Distribution Networks »,


John Wiley & Sons, Grand bretagne, 2011.

[18] Thanh Luong LE, « Analyses Dynamiques du Réseau de Distribution en Présence des
Productions Décentralisées », Thèse de doctorat, INPG, 2008.

[19] Alireza SOROUDI, « Architecture des réseaux de distribution en présence de production


décentralisée - planification sous incertitudes et modes d'exploitation décentralisés», Thèse de
doctorat, Université de Grenoble, 2011.

[20] Damien Thirault, « Architectures des Réseaux de Distribution pour l’Electrification rurale
des Pays en Développement », Thèse de doctorat, INPG, 2004.

[21] BDEW Bundesverband der Energie, « Generating Plants Connected to the Medium-
Voltage Network, Guideline for generating plants’ connection to and parallel operation with
the medium-voltage network », Technical Guideline, Berlin, 2008.

[22] Ali Keyhani, Mohammad N. Marwali, Min Dai, « Integration of Green and Renewable
Energy in Electric Power Systems », Wiley, USA 2010.

[23] Math Bollen & Fainan Hassan, « Integration of Distributed Generation in the Power
System », IEEE press, USA, 2011.

[24] kosuke kurokawa, keiichi komoto, peter van der vleuten, david faiman, « Energy from the
Desert, Pratical Proposals For Very Large Scale PV Systems », UK, 2009.

[25] ABB Sace, « Photovoltaic plants », Technical Application Papers n°10, 2010.

[26] Jean-François CANARD, « Impact de la Génération d'énergie Dispersée dans les Réseaux
de Distribution », Thèse de doctorat, INPG, 2000.

[27] Wendy Carolina Briceño Vicente, « Modélisation des réseaux de distribution sous
incertitudes », Thèse de doctorat, Université de Grenoble, 2012.

97
Bibliographie

[28] V.Acquaviva Wendy, « Analyse de l’intégration des Systèmes Energétiques à Sources


Renouvelables dans les Réseaux Electriques Insulaires », Thèse de doctorat, Université de
Corse, 2009.

[29] Yun Tiam Tan, « Impact on the Power System with a Large Penetration of Photovoltaic
Generation», Thèse de doctorat, Université de Manchester, 2004.

[30] M.Ansoumane Camara, « Modélisation du stockage de l’énergie photovoltaïque par


supercondensateurs », Thèse de doctorat, Institut Polytechnique de Conakry, 2011.

[31] Umar Naseem Khan, « Impact of Distributed Generation on Electrical Power Network »,
Wroclav University of Technology, Wroclav, Poland, 2008.

[32] Sujatha Kotamarty, Sarika Khushalani, Noel Schulz, « Impact of Distributed Generation
on Distribution Contingency Analysis », Electric Power Systems Research 78, Elsevier, 2008.

[33] Alessandro Casavola, Giuseppe Franze, Daniele Menniti, Nicola Sorrentino, « Voltage
Regulation in Distribution Networks in The Presence of Distributed Generation: A Voltage Set-
Point Reconfiguration Approach », Electric Power Systems Research, Elsevier, 2011.

[34] Moacyr A. G. de Brito, Leonardo P. Sampaio, Luigi G. Jr., Guilherme A. e Melo, Carlos
A. Canesin Comparative Analysis of MPPT Techniques for PV Applications » , 2011
International Conference on Clean Electrical Power (ICCEP).

[35] Fracisco M. González-Longatt, « Impact of distributed generation over power losses on


distribution system », in Proc. 9th International Conference on Electrical Power Quality and
Utilisation, 9-11 October, Barcelona, 2007.

[36] Z. Ye, R. Walling, L. Garces, R. Zhou, L. Li, nd T. Wang, « Study and Development
of Anti-Islanding Control for Grid-Connected Inverters », NREL, General Electric Global
Research Center Niskayuna, New York, 2004.

[37] M. Chakravorty and D. Das, « Voltage stability analysis of radial distribution networks »,
Electical Power and Energy Systems, vol. 23, pp. 129-135, 2001.

[38] S. Boljevic, M. F. Conlon, « Voltage Stability Analysis of an Urban Distribution Network


(UDN) with High Penetration of Combined Heat & Power (CHP) Generation », in Proc. the
45th International Universities Power Engineering Conference (UPEC), Aug. 31-Sept. 3, 2010.

98
Bibliographie

[39] H. Colin , C. Duvauchelle , G. Moine, Y. Tanguy, B. Gaiddon, T. Tran-Quoc,


« Raccordement des Installations Photovoltaïques au Réseau Public de Distribution Electrique
à BT, Cadre réglementaire, impacts et préconisations », ESPRIT, 2010.

[40] V. Chauve, H. Colin, Y. Tanguy, B. Gaiddon, T. Tran Quoc, C. Kieny, C. Duvauchelle,


« Proposition d’un Cadre de Validation des Performances et de Certification des Onduleurs
PV », ESPRIT, 2011.

[41] E.Caamaño, J.Thornycroft, H.Moor, S.Cobben, M.Jantsch, T.Erge, H.Laukamp, D.Suna,


B.Gaiddon, « State of the art on dispersed PV power generation: publications review on the
impact of PV Distributed Generation and Electricity networks », IEE PV Upscale, WP4-
Deliverable 4.1, 2007.

[42] Halcrow Group, Department of Trade and Industry, « Micro-generation network


connection (renewables) », (K/EL/00281/00/00), 2003, http://www.dti.gov.uk/ publications.

[43] A. Chambers, « Distributed Generation: A Nontechnical Guide », PennWell, Tulsa,


Oklahoma, 2001.

[44] A. Luque, S. Hegedus, « Handbook of Photovoltaic Science and Engineering, John


Wiley and Sons, Chichester, 2003.

[45] Y. Yusof, S. H. Sayuti, M. Abdul Latif, M. Z. C. Wanik, « Modeling and simulation of


maximum power point tracker for photovoltaic system », Proceedings. National Power
and Energy Conference (PECon), pp. 88–93, 2004.

[46] Q. Kou, S. A. Klein, W. A. Beckman, « A method for estimating the long-term


performance of direct-coupled PV pumping systems », Solar Energy, 64(1-3), pp. 33–40, 1998.

[47] De Soto, S. A. Klein, W. A. Beckman, « Improvement and validation of a model for


photovoltaic array performance », Solar Energy, 80(1), pp. 78–88, 2006.

[48] D. Sera, R. Teodorescu, P. Rodriguez, « PV panel model based on datasheet values


», Proceedings. IEEE International Symposium on Industrial Electronics (ISIE), pp. 2392–
2396, 2007.

[49] A. Driesse, S. Harrison, P. Jain, « Evaluating the effectiveness of maximum power


point tracking methods in photovoltaic power systems using array performance models »,
Proceedings. IEEE Power Electronics Specialists Conference (PESC), pp. 145–151, 2007.

99
Bibliographie

[50] K.H. Hussein, I. Muta, T. Hoshino, M. Osakada, « Maximum photovoltaic power


tracking: an algorithm for rapidly changing atmospheric conditions, Generation »,
Transmission and Distribution IEEE Proceedings, 142, pp. 59–64, 1995.

[51] R.A. Messenger, J. Ventre, « Photovoltaic systems engineering », CRC Press, 2004.

[52] K. Nishioka, K., N. Sakitani, Y. Uraoka, T. Fuyuki, « Analysis of multicrystalline


silicon solar cells by modified 3-diode equivalent circuit model taking leakage current
through periphery into consideration », Solar Energy Materials and Solar Cells, 91(13), pp.
1222–1227, 2007.

[53] J. Crispim, M. Carreira, R. Castro, « Validation of photovoltaic electrical models against


manufacturers data and experimental results », Proceedings. International Conference on
Power Engineering, Energy and Electrical Drives, Powereng, pp. 556–561, 2007.

[54] Ming Ding, Yingyuan Zhang, and Meiqin Mao, « Key technologies for microgrids-a
review », inProc. International Conference on Sustainable Power Generation and Supply, pp. 1-
5, 6-7 April, 2009, Nanjing, China.

[55] William H. Kersting, « Distribution system modeling and analysis », CRC Press, 2006.

[56] Qian Chen, Ping Ju, Zheng-Yan Shao, and Feng Wu, « Electrical load modeling with
considering distribution network », in Proc. 2007 iREP Symposium- Bulk Power System
Dynamics and Control – VII, Revitalizing Operational Reliability, pp. 1-6, August 19-24, 2007,
Charleston, South Carolina, USA.

[57] Q. Chen, , P. Ju, , , K.Q. Shi, , Y. Tang, , Z.Y. Shao and W.Y. Yang, « Parameter
estimation and comparison of the load models with considering distribution network directly or
indirectly », Electical Power and Energy Systems, vol. 32, pp. 965-968, 2010.

100
Annexes

Annexes

101
Annexes

Annexe 1 : Code Matlab utilisé pour la simulation des caractéristiques du module PV

function I = modulePV(Rs,V,G,TaC)
%Canadian Solar CS6P-250P
%Calcule du courant sous tension éclairement et température donnée
% I,V=Courant et Tension du module
%G=Irradiation du module G=1 l’irradiation=1000W/m^2
% on a les constente
k = 1.381e-23; % Constante de Boltzmann
q = 1.602e-19; % Charge d’électron
%Les constante suivante sont obtenus par les caractéristiques du PV
%selon un éclairement de 1000W/m^2 et une température de 25°C
Qd = 1.35; % Facteur d’idéalité de la diode
% 1 (diode ideale) <Qd< 2
Vg = 1.12; % gap 1.12(si),(1.5 (CdTe), 1.75 (Si amorphe)
nCells = 60; % Nombre de cellules connectées en série (diodes)
TrK = 298; % Température de référence (25°C) en kelvin
Voc_TrK = 59.6 /nCells; % Voc (Tension de circuit ouvert d’une cellule) a tempTrK
Isc_TrK = 5.49; % Isc (Courant de court-circuit) à TrK
Ki = 3.3e-3; % Ki Coefficient de température relatif à l’intensité
%en court-circuit (en A.K-1)
% Variable a définir
TaK = 273 + TaC; % Température du module en kelvin
Vc = V / nCells; % tension de cellule
% Calcule du courant de cour circuit aTaK
Isc = Isc_TrK * (1 + (Ki * (TaK - TrK)));
% Calcule du courant du générateur photovoltaïque a irradiation donné
Iph = G * Isc;
% difinir Potentielle thermique (Vt)aTrK
Vt_TrK = Qd * k * TrK / q;
% Calcule du courant de saturation inverse àla température TaK
Ir_TrK = Isc_TrK / (exp(Voc_TrK / Vt_TrK) -1);
Ir = Ir_TrK * (TaK / TrK)^(3/Qd) * exp(-Vg * q /(Qd * k) * (1 / TaK -1 / TrK));
dVdI_Voc = -1.0/Ns; % dVdI à Voc par cellule
Xv = Ir_TrK / Vt_TrK * exp(Voc_TrK / Vt_TrK);
Rs = - dVdI_Voc - 1/Xv % résistance série de la cellule
%obtenu à partir du graph du fabricant
% Calcule le potentielle thermique (Vt) a Ta
Vt_Ta = (Qd * k * TaK / q);
% I = Iph - Ir * (exp((Vc + I * Rs) / Vt_Ta) -1)
% f(I) = Iph - Ia - Ir * ( exp((Vc + Ia * Rs) / Vt_Ta) -1) = 0
% On utilise la méthode de newton pour résoudre cette équation:
%Ia2 = Ia1 - f(Ia1)/f'(Ia1)
I=zeros(size(Vc));
for j=1:5;
I = I - (Iph - I - Ir .* ( exp((Vc + I .* Rs) ./ Vt_Ta) -1))...
./ (-1 - Ir * (Rs ./ Vt_Ta) .* exp((Vc + I .* Rs) ./ Vt_Ta));
end

102
Annexes

Annexe 2 : Flowchart de l’algorithme Conductance Incrémental [34].

103
Annexes

Annexe 3 : Données du réseau 33 noeuds

Résistance Réactance
Branche De A P(kW) Q(kVAr)
R (Ω) X (Ω)
0 0 1 0 0
1 1 2 0,0922 0,047 100 60
2 2 3 0,493 0,2511 90 40
3 3 4 0,366 0,1864 120 80
4 4 5 0,3811 0,1941 60 30
5 5 6 0,819 0,707 60 20
6 6 7 0,1872 0,6188 200 100
7 7 8 0,7114 0,2351 200 100
8 8 9 1,03 0,74 60 20
9 9 10 1,044 0,74 60 20
10 10 11 0,1966 0,1966 45 30
11 11 12 0,3744 0,1298 60 35
12 12 13 1,468 1,155 60 35
13 13 14 0,5416 0,7129 120 80
14 14 15 0,591 0,526 60 10
15 15 16 0,7463 0,545 60 20
16 16 17 1,289 1,721 60 20
17 17 18 0,732 0,574 90 40
18 2 19 0,164 0,1565 90 40
19 19 20 1,5042 1,3554 90 40
20 20 21 0,4095 0,4784 90 40
21 21 22 0,7089 0,9373 90 40
22 3 23 0,4512 0,3083 90 50
23 23 24 0,898 0,7091 420 200
24 24 25 0,896 0,7011 420 200
25 6 26 0,203 0,1034 60 25
26 26 27 0,2842 0,1447 60 25
27 27 28 1,059 0,9337 60 20
28 28 29 0,8042 0,7006 120 70
29 29 30 0,5075 0,2585 200 600
30 30 31 0,9744 0,963 150 70
31 31 32 0,3105 0,3619 210 100
32 32 33 0,341 0,5302 60 40

104
Annexes

Annexe 4 : Le flowchart de l’algorithme de la méthode balayage Avant/arrière

105
Annexes

Annexe 5 : Schéma unifilaire du poste source de la centrale diesel de Djanet existant.

106
Annexes

107
Annexes

Annexe 6 : Extrait des données du réseau de Djanet

Section Résistance Réactance Longueur


Nœud1 Nœud 2
(mm2)+Nature Ω/km Ω/km (km)
872E24 872P41 34,4 ALM 0,958 0,35 0,048
872E26 872P80 34,4 ALM 0,958 0,35 0,06
872D1C5 872J125 120 CU 0,176 0,1 0,015
872E10 872E11 34,4 ALM 0,958 0,35 0,176
872E10 872P60 34,4 ALM 0,958 0,35 0,204
872E107 872J107 93,3 ALM 0,357 0,35 0,1
872E107 872J120 34,4 ALM 0,958 0,35 0,126
872E108 872P125 120 ALU 0,284 0,1 0,03
872E108 872P128 120 ALU 0,284 0,1 0,03
872E11 872P61 34,4 ALM 0,958 0,35 0,264
872E11 872P62 34,4 ALM 0,958 0,35 0,04
872E110 872P157 120 ALU 0,284 0,1 0,104
872E110 872P53 48,3 CU 0,3 0,1 0,04
872E113 872E110 34,4 ALM 0,958 0,35 0,25
872E113 872P120 34,4 ALM 0,958 0,35 0,083
872E118 872E15 93,3 ALM 0,357 0,35 0,5
872E118 872P115 34,4 ALM 0,958 0,35 0,048
872E12 872E13 34,4 ALM 0,958 0,35 0,05
872E12 872P32 34,4 ALM 0,958 0,35 0,52
872E123 872P130 34,4 ALM 0,958 0,35 1,1
872E123 872P64 34,4 ALM 0,958 0,35 0,416
872E124 872E107 34,4 ALM 0,958 0,35 1,1
872E124 872P131 34,4 ALM 0,958 0,35 0,993
872E126 872E131 34,4 ALM 0,958 0,35 0,16
872E126 872E139 34,4 ALM 0,958 0,35 0,05
872E128 872E145 34,4 ALM 0,958 0,35 0,019
872E128 872P94 34,4 ALM 0,958 0,35 0,112
872E13 872E95 93,3 ALM 0,357 0,35 0,08
872E13 872P33 34,4 ALM 0,958 0,35 0,094
872E131 872E132 34,4 ALM 0,958 0,35 0,1
872E131 872P138 34,4 ALM 0,958 0,35 0,018
872E132 872P134 34,4 ALM 0,958 0,35 0,188
872E132 872P139 34,4 ALM 0,958 0,35 0,018
872E133 872E134 34,4 ALM 0,958 0,35 0,387

108
Annexes

Annexe 7 : Schéma unifilaire global du réseau de Djanet sous Cymdist.

109
Liste de communications

1- M.NAIDJI, M.BOUDOUR, « Impact of High Distributed Photovoltaic Penetration


on the Electrical Distribution Networks », CAGRE 2015: Algerian Large Electrical
Network Conference, 24-26 March 2015 Algiers, Algeria.

L’article a été transmis le 16/11/2014 et a été accepté le 27/12/2014.

Vous aimerez peut-être aussi