Vous êtes sur la page 1sur 16

Quelques pas sur le chemin

de Marie-Louise

Outil de prière et de partage


pour souligner le 25 ème anniversaire de la béatification
de Marie-Louise de Jésus
mai 2018
PRÉSENTATION
Pour nous aider à communier au charisme de Marie-Louise, neuf
événements de sa vie ont été retenus. Pour chacun, trois éléments sont
offerts:
- un bref rappel de l’événement,
- une citation d’un cantique de Montfort
- une strophe d’un chant sous forme de prière à Marie-Louise

˜ DÉMARCHE PROPOSÉE ˜
1. Chant à Marie-Louise (mélodie: Nous chanterons pour toi,
Seigneur) (cf aussi La famille montfortaine en prière, pp 292-294)
1. Marie-Louise de Jésus, Voilà qui résume ta vie!
Tu cherchais la Sagesse. Quel chemin tu nous offres.
Tu la trouves au cœur de Jésus,
Et vers Lui tu t'empresses. 3. Tu vois la grandeur du défi,
Tu appelles tes filles
2. Ton cœur ouvert aux démunis, À se rendre dans tout pays
Tes bras servant les pauvres: Pour que l'amour y brille.

2. Prière:
Seigneur, par un dessein de ta Providence, tu as voulu que la
Bienheureuse Marie-Louise Trichet devienne, à l'école de la Mère du
Sauveur, fidèle disciple de ta Sagesse; accorde-nous, à son exemple, de
révéler aux pauvres ton amour et de porter à tous le joyeux message de
la sagesse évangélique. Par Jésus-Christ, ton Fils, notre Seigneur et
notre Dieu, qui règne avec toi et le Saint-Esprit, maintenant et pour les
siècles des siècles.

3. Lecture du texte biographique et de la citation d’un Cantique de


Montfort

4. Réflexion personnelle ou partage


1. Qu’est-ce qui me rejoint ou m’impressionne dans cet événement?
2. Quelle parole ou événement de la Bible cela évoque-t-il en moi?
3. Quel appel cet événement de la vie de Marie-Louise fait-il

3
résonner en moi?

5. Conclusion
– Quelques invocations des litanies de Marie-Louise
– Strophe du chant à Marie-Louise placée à la fin de chaque
événement.

Litanie de Marie-Louise
Seigneur, prends pitié, - Maîtresse de charité envers tous,
Ô Christ, prends pitié, - Modèle d’humble service du
Seigneur, prends pitié, prochain,
- Sainte Marie, Servante du - Vierge sage à la lampe allumée,
Seigneur, prie pour nous. - Éducatrice patiente,
- Sainte Marie, Mère de la divine - Toi qui contemples la face de
Sagesse, prie pour nous. l’Éternel, obtiens-nous le désir de
- Sainte Marcelline, sainte Claire la Sagesse.
et toutes les vierges vouées à Dieu - Toi qui chantes la miséricorde
seul, priez pour nous. divine, obtiens-nous une sincère
- Sainte Marguerite d’Youville, conversion.
sainte Thérèse de Calcutta, et tous - Toi qui goûtes de l’arbre de vie,
les témoins de miséri-corde, priez obtiens-nous la faim de la Parole
pour nous. de Dieu.
- Bienheureuse Marie-Louise de - Toi qui resplendis de la divine
Jésus, intercède pour nous. charité, obtiens-nous le pur
- Disciple de la Sagesse incarnée, amour.
- Amie de la sagesse de la Croix, - Toi qui es avec la Mère du
- Experte en la sagesse Seigneur, obtiens-nous un amour
évangélique, filial envers Marie.
- Mère des petits et des pauvres, - Toi qui vis la communion des
- Compagne des faibles et des saints, obtiens-nous la charité
derniers, fraternelle.
- Sœur des malades et des - Toi qui es assise aux noces de
souffrants, l’Agneau, obtiens-nous la joie du
- Consolatrice des exclus, Royaume des Cieux.

4
˜ 1. La rencontre

Poitiers, 1701
« Ce prédicateur est un saint » dit
Élisabeth Trichet à sa sœur Marie-Louise.
Celle-ci porte en elle le rêve de se donner
à Dieu avec toute l’ardeur de ses dix-sept
ans. Poussée par le désir de rencontrer ce
jeune prêtre nouvellement arrivé à
Poitiers, elle se rend à la porte de son
confessionnal. De prime abord, il
l’interpelle: « Ma fille, qui vous a adressée
à moi? » « C’est ma sœur » répond-elle.
« Non, répond Montfort, ce n’est pas votre sœur, c’est la sainte Vierge qui
vous a envoyée à moi! » Une étonnante relation venait de naître, toute
pénétrée d’une quête d’Absolu.

(Cantique de Montfort 155, 15)


Divine Mère,
Régnez au milieu de moi
Dans les ombres de votre foi
Pour croire et faire
La volonté de mon Père

+ 1. Marie-Louise de Jésus, ton cœur brûle pour Dieu,


et tu veux lui donner ta vie et ta jeunesse.
Marie-Louise de Jésus tu rencontres Montfort
et tu cherches avec lui la divine Sagesse.
Marie-Louise de Jésus, écoute-nous,
Marie Louise de Jésus, écoute-nous.

5
˜ 2. Pauvre avec les pauvres

Poitiers, 1702
Pour se donner à Dieu entièrement, Marie-
Louise veut être religieuse. Après une
tentative dans une communauté, elle
cherche conseil auprès du Père de
Montfort « Eh bien, lui lance-t-il, mi-
sérieux, allez demeurer à l’Hôpital! »
Montfort était alors aumônier à l’Hôpital
Général de Poitiers, un grand
établissement où on recueillait des
miséreux de toutes sortes: orphelins,
handicapés, mendiants. Cette parole inattendue ouvre pour la jeune fille un
chemin imprévu. Avec aplomb, elle rencontre l’évêque et obtient de lui la
permission d’entrer à l’hôpital. Elle est heureuse d’être pauvre avec les
pauvres et de les servir. Elle s’y sent tout proche du Christ...

(Cantique de Montfort 149, 1)


O Filles de la Sagesse,
Aidez les pauvres perclus
les accablés de tristesse,
Les estropiés, les rebuts.
Ceux que le monde délaisse
Doivent vous toucher le plus

+ 2. Marie-Louise de Jésus pour te donner à Dieu,


tu découvres un chemin pour les cœurs généreux.
Marie-Louise de Jésus, c’est le Christ que tu sers
en soignant les malades et les plus miséreux.

6
˜ 3. En tenue de service

Poitiers, 1703
Montfort avait regroupé quelques
pensionnaires de l’Hôpital en une petite
communauté - La Sagesse – à qui il avait
prescrit un règlement simple axé sur la
prière et la pratique de l’Évangile. Il invita
Marie-Louise à se joindre au groupe. Mais
percevant en elle un appel spécial à suivre
le Christ, il l’invita à faire un pas de plus.
En la fête de la Présentation du Seigneur,
Marie-Louise fut invitée à revêtir la robe
de serge grise des femmes du peuple. Au cours de cette sobre célébration,
Montfort lui dit: « Ma fille, prenez cet habit... Vous portez le nom Marie-
Louise, ajoutez-y celui de Jésus que vous prenez pour unique partage. » En
cette Chandeleur 1703, une petite flamme s’allumait dont la lumière allait
se répandre sur toute la terre.

(Cantique de Montfort 17, 49)


Enseignez le pauvre ignorant
Et lui donnez lumière,
Corrigez l'homme défaillant
Sans trouble et sans colère;
Donnez-lui conseil en ami,
Pardonnez toute injure,
Priez Dieu pour votre ennemi,
Cette aumône est bien pure.

+ 3. Marie-Louise de Jésus, tu t’habilles de gris


c’est la robe des pauvres avec qui tu vivras
Marie-Louise de Jésus, ta vie rayonnera
comme un cierge brillant pour la joie des petits.

7
˜ 4. Déracinement, enracinement

La Rochelle, 1715
Les années passent, durant lesquelles
Marie-Louise sert les pauvres en gérant
admirablement l’Hôpital général de
Poitiers. Quand et comment réalisera-t-elle
son rêve de devenir religieuse? Montfort
l’a assurée que cela se ferait, mais comme
on lui interdit tout ministère à Poitiers,
l’avenir semble bloqué. Puis, tout à coup,
une lettre du missionnaire appelle Marie-
Louise à La Rochelle où l’évêque appuie
ses projets. « Vous faites, il est vrai, de grands biens dans votre pays, lui
écrit Montfort, mais vous en ferez de bien plus grands dans un pays
étranger... Vous aurez des difficultés à vaincre... Si on ne hasarde quelque
chose pour Dieu, on ne fait rien de grand pour lui. » Marie-Louise répond
en se lançant dans cette aventure. Malgré mille oppositions, malgré les
larmes de sa mère, elle quitte Poitiers avec Catherine Brunet. Après un
trajet de plusieurs jours, les deux voyageuses descendent du coche... pour
se rendre compte que, dû à des malentendus, elles n’ont aucun endroit où
se loger... Après plusieurs va-et-vient, une dame qui connaît Montfort, leur
offre un toit.

(Cantique de Montfort 11, 13)


Avec moi, quelqu’un veut-il vivre?
Dit Jésus-Christ à haute voix.
Quelqu’un veut-il partout me suivre?
Qu'il prenne et porte donc sa croix.

+ 4. Marie-Louise de Jésus tu entends un appel


comm’ jadis Abraham, vers un pays nouveau.
Marie-Louise de Jésus, ta confiance est en Dieu
tu pars vers l’inconnu, sans peur et sans fardeau.

8
˜ 5. Douleurs d’enfantement

La Rochelle-Poitiers 1716-1719
« Je ne vous oublierai jamais » écrit
Montfort à Marie-Louise, en avril 1716.
Stupeur: peu après, elle apprend sa mort.
Du coup, elle perdait son maître spirituel,
son guide le plus sûr, son compagnon de
route le plus fidèle. Qui la guidera
désormais? Aussi, c’est avec un certain
désarroi qu’environ deux ans plus tard,
elle voit sa mère arriver de Poitiers et
l’inciter à y revenir! Marie-Louise se sent
tiraillée... Puis, elle cède et revient à Poitiers. Entre temps, les choses se
compliquent à La Rochelle. D’anciennes filles de la Sagesse se sont
regroupées en une petite communauté qui calque la vie des filles de
Montfort sans avoir aucun lien avec la supérieure et sans en porter le
costume. Marie-Louise se rend à La Rochelle. Loin de les accabler de
reproches, elles les félicitent de leur travail, soulignent leur succès, vit avec
elles simplement pendant trois mois. Cette douceur convainc ces filles de
rentrer au bercail... L’autorité de Marie-Louise jaillira toujours de son
accueil et de son écoute.

(Cantique de Montfort 9, 17)


Un saint est tout affable,
Doux, honnête, charmant,
Complaisant, agréable,
Sans nul emportement.
C'est par ce doux moyen
Qu'il gagne et qu'il attire,
Qu'il fait beaucoup de bien,
Quelquefois sans rien dire.

+ 5. Marie-Louise de Jésus, la tempête fait rage,


ta barque est ébranlée par la mort et le doute

9
Marie-Louise de Jésus Montfort est toujours là,
sa présence secrète te rassure et t’écoute.

˜ 6. Le nid est prêt

Saint-Laurent, 1720
Très tôt Marie-Louise réalise que les
conditions qu’on lui impose à l’Hôpital
général de Poitiers ne sont pas propices à
l'établissement et au développement de la
jeune congrégation. Perplexe, elle va prier
La Reine-des-cœurs dans sa petite chapelle
de Montbernage. Elle y rencontre Jacques
Goudeau, ce tisserand à qui Montfort a
confié la prière quotidienne à la chapelle et
lui partage ses inquiétudes. Celui-ci la
réfère à une pieuse et généreuse
bienfaitrice, Madame de Bouillé, jadis guérie par Montfort lui-même.
« Elle aime beaucoup le P. de Montfort, affirme Jacques, et elle va souvent
prier sur sa tombe. » Une lumière s’allume: la tombe de Montfort... n’est-
ce pas l’endroit idéal pour y établir la congrégation de la Sagesse? La
fougueuse bienfaitrice vient à bout de toutes les résistances, achète une
ancienne auberge à St-Laurent et l’offre à Marie-Louise. Celle-ci y arrive
le jour de la Fête-Dieu, 1720. L’auberge est vide de tout, sauf de la
pauvreté la plus totale. Seule, devant sa miche de pain noir, Marie-Louise
prie et rend grâce... C’est le Bethléem où Jésus veut naître dans les cœurs.
De l’aide arrive. D’abord, René Joseau, habile et pieux laïc qui servira
toute sa vie La Sagesse, puis un prêtre, Jacques Le Valois, qui sera leur
guide spirituel. En 1722, les Montfortains s’installent à St-Laurent. Le nid
est prêt d’où missionnaires et religieuses partiront, portés par l’audace et
la foi de Montfort.

10
(Cantique de Montfort 66, 6. 9)
Est-ce là, notre cher Maître,
Notre Dieu, notre Créateur?
Que n'êtes-vous donc venu naître
Dans le palais d'un empereur?
Votre amour vous fait reconnaître,
Vous ne cherchez que notre cœur.

N'ayant rien, agneau débonnaire


Qui puisse être digne retour,
Voilà nos cœurs, daignez y faire
Votre crèche et votre séjour;
Mais afin de vous y complaire,
Embrasez-les de votre amour.

+ 6. Marie-Louise de Jésus, la Sagesse est fragile


et tu lui cherches un nid où elle pourra grandir.
Marie-Louise de Jésus, ton Dieu bon et puissant
te veut près de Montfort, là bas à St-Laurent.

˜ 7. Un autre feu

Rennes, 1724
Dans les nombreuses fondations de
Marie-Louise s’entrecroisent de multiples
présences: laïques et prêtres, nobles et
pauvres, couples mariés et célibataires.
Parfois, c’est un heureux apport, parfois
un pénible obstacle. En 1724, Mlle
Dauvaise qui a fondé avec Montfort
l’Hôpital des Incurables à Nantes,
demande à la Sagesse de prendre charge
d’une école pour jeunes filles pauvres
qu’elle a fondée à Rennes dans ce qu’on appelait la Maison du verger. La

11
directrice en place, Mlle Sylvins, plus habile aux conversations galantes
qu’à la direction d’une école, menace de démissionner. Marie-Louise s’y
rend pour découvrir que l’école ressemble plutôt à une grange délabrée...
Mais comme la Sagesse veut vivre avec les pauvres et pour les pauvres,
elle accepte le défi. Trois sœurs y arrivent. Sœur St-Joseph, la supérieure,
finit par évincer la directrice encombrante. Offusquée par ce geste, une
bienfaitrice menace de reprendre tous les meubles qu’elle a donnés. Sœur
St-Joseph, alitée par la maladie lui envoie comme réponse: « Qu’elle
reprenne tout, y compris le lit où je suis couchée, étant trop contente de
mourir sur la paille! » Paroles qui provoquent l’admiration de la
bienfaitrice. Dans cette Rennes à moitié détruite par un incendie récent ,
s’allume un autre feu: celui du service aux plus petits.

(Cantique de Montfort 40, 11. 14)


O grand Coeur! O fournaise ardente!
O brasier tout miraculeux
Qui jette une flamme abondante
Pour brûler la terre et les cieux!

Dans ce Coeur, les plus saintes âmes,


Les plus grands amis du Sauveur
Ont puisé leurs plus pures flammes,
Leur plus ineffable ferveur.

+ 7. Marie-Louise de Jésus tu es tout attentive


aux signes et aux appels qui parsèment ta vie.
Marie-Louise de Jésus, dépourvue de tout bien,
tu t’établis à Rennes, pour servir les enfants.

12
˜ 8. « Le ravin de la mort »

Niort 1729
Les administrateurs de l’Hôpital Général
de Niort font appel aux Filles de la
Sagesse. Grande joie car cela marque le
retour dans le diocèse de Poitiers. Marie-
Louise s’y rend dès le mois de juin. Sa
première nuit dans l’établissement lui
révèle dans quel état il est: assaillie par la
vermine, elle y passe une nuit blanche!
Qu’importe, les pauvres les appellent.
Tout commence par un grand nettoyage et
des lieux... et des pauvres, sales et
teigneux. L’administration, impressionnée par la rapidité du travail, les
félicite officiellement. Mais un an plus tard, la petite communauté est
décimée: trois décès en moins de cinq semaines! Les sœurs s’épuisent au
travail. En tout, six religieuses meurent en l’espace de dix ans. Lorsque la
quatrième supérieure tombe malade, Marie-Louise se rend à la chapelle y
prier Montfort. La malade est guérie. Invisible berger, Montfort
accompagne la jeune communauté au travers du « ravin de la mort. »
(Psaume 23).

(Cantique de Montfort 106, 9-10)


Vous êtes seul la Vérité, La Vie
Et notre bon Pasteur;
Parlez-nous donc, un chacun vous en prie,
Chacun vous écoute en paix, Chacun vous écoute.
Parlez-nous, bon Maître, au cœur,
Parlez-nous, bon Maître.

+ 8. Marie-Louise de Jésus, les plus pauvres t’appellent


tu amènes tes filles les servir à Niort
Marie-Louise de Jésus, tu rencontres la mort,
qui t’enlève tes filles et te perce le cœur.

13
˜ 9. « Vers les périphéries... »

Île d’Oléron, 1733


Les Filles de la Sagesse s’étaient investies
généreusement jusqu’à maintenant dans
des établissements où étaient accueillies
des populations fort diverses: mendiants,
orphelins, handicapés, malades. Ces
institutions étaient toujours soutenues par
des personnes généreuses, de la
bourgeoisie ou de la noblesse. Mais voilà
qu’on leur demande de prendre charge de
l’Hôpital militaire de l’Île d’Oléron,
financé par l’État et dont la clientèle est exclusivement des soldats blessés
ou malades. Avec une soixantaine de patients à soigner, c’était une lourde
charge que Marie-Louise ne craignit pas d’assumer. Elle en fut directrice
pendant 3 ans, appuyée par sept religieuses. Non seulement les soldats
étaient mieux soignés que jamais, mais ils étaient aussi nourris
spirituellement. Ces hommes rudes, venus de tous les horizons, ouvrirent
leur cœur à la présence de Dieu, se joignant au chapelet quotidien et autres
exercices de piété. Sur leur île, ces huit femmes rejoignent ces gens de la
périphérie, tant géographique que spirituelle.

(Cantique de Montfort 21, 19-20)


Imitons cet exemple rare:
Ce très bon Maître se compare
A la poule avec ses poussins
Qui jour et nuit les cache sous ses ailes,
Les appelle tout doucement,
Les nourrit très soigneusement,
Sans écarter les plus rebelles.

Qu'une brebis quitte la bergerie:


S'il la trouve après son malheur,
Il la transporte sans aigreur
Jusqu'au bercail, jusqu'à la vie.

14
+ 9. Marie-Louise de Jésus sur une île lointaine,
Tu soignes les blessés, victimes de la guerre.
Marie-Louise de Jésus , l’Esprit t’a envoyée
vers ces périphéries, révéler Dieu ton Père.

˜ Suggestion de célébration de clôture ˜


Prière d’action de grâce
Dieu notre Père, nous voulons te rendre grâce pour ta fille et ta servante,
Marie-Louise de Jésus. Dès sa jeunesse, tu as mis en son cœur une soif
ardente de la Sagesse éternelle et incarnée. Tu as voulu que sa route croise
celle de Montfort pour que l'un et l'autre s'enrichissent de leur expérience
spirituelle et s'aident sur le chemin de la sainteté. Tu as rempli le cœur de
Marie-Louise d'une compassion si grande pour les pauvres qu'elle n'a
reculé devant aucun sacrifice, aucune croix, pour les aimer et les servir. Sa
vie et son exemple ont suscité dans ton Église une grande famille
religieuse qui prolonge dans notre monde sa joie de servir à la manière de
Jésus lui-même.
Père, allume en nos cœurs cet amour concret des plus démunis.
Communique-nous la joie de les servir que Marie-Louise portait en son
cœur. Et suscite partout dans le monde des jeunes filles qui veulent suivre
ses traces et des amies de la Sagesse qui veulent se nourrir de son
charisme. Amen

Symbole de l’étoffe
Nous sommes invités à poser un geste symbolique afin d’exprimer
notre désir de nous engager sur les pas de Marie-Louise dans le service des
pauvres, selon les besoins de notre milieu.
Quelques morceaux de tissu ont été cousus ensemble, selon le nombre
de participants. Au centre, on a écrit sur un tissu la phrase de Marie-
Louise: Marie-Louise a dit: « Si j’étais étoffe, je me donnerais aux
pauvres. ». Chaque participante exprime ce qu’elle admire le plus chez
Marie-Louise et comment elle veut la suivre. Puis, elle écrit son nom sur
une des pièces de tissu.

15
Chant final
On termine par le chant du Magnificat

Chant à Marie-Louise de Jésus


pour souligner le 25ème de sa béatification

[Ì[Ì[Ì[Ì[Ì[Ì[Ì[Ì[Ì[

Vous aimerez peut-être aussi