Vous êtes sur la page 1sur 8

Professeur : Mzid Mourad 4ème Sciences Expérimentales

Prof :
M. Mzid
1ère partie : Fiche de révision

 Immunité de l’organisme: C'est la propriété que possède l'organisme de reconnaitre tout ce qui
lui appartient et de le tolérer, de tout ce qui lui est étranger et de le rejeter.
 Antigène : Tout élément étranger à l'organisme, susceptible d'être reconnu et capable de
déclencher une réponse immunitaire. Tout antigène a deux propriétés :
o L'antigénicité : il est reconnu par le système immunitaire.
o L'immunogénicité : il déclenche une réponse immunitaire.
 Soi: Ensemble de tous les éléments qui appartiennent à l'organisme, résultant de l’expression de
l’information génétique contenue dans la cellule œuf.
 Les marqueurs du soi :
o Les marqueurs du système ABO: ce sont les agglutinogènes à la surface des hématies,
ensemble de molécules codées par des genes du chromosome 9.
Groupe sanguin [A] [B] [AB] [0]
Agglutinogènes A B A et B AUCUN
Agglutinines Anti-B Anti-A Aucun Anti-A et Anti-B
o Les marqueurs du système HLA : c’est un ensemble de glycoprotéines situées à la surface
des cellules nucléées. II y a deux classes de molécules HLA. Les molécules HLA sont
codées par le CMH : complexe majeur d'histocompatibilité, ensemble de gènes (A, B, C et
D) du chromosome 6.
 Immunité spécifique :
o Propriétés acquise, mémorisable, spécifique transférable et diversifiée.
o Acteurs : macrophages, lymphocytes B et T.
o Types : RIMH et RIMC.
o Lieu : dans les organes lymphoïdes secondaires pour les 2 premières étapes et dans tout
l'organisme pour la 3ème étape.
o Etapes : phase d'induction (reconnaissance de l'Ag et activation des lymphocytes) ; phase
d'amplification (multiplication et différentiation des lymphocytes actives) ; phase effectrice
(élimination des antigènes).
RIMH : réponse immunitaire à RIMC : réponse immunitaire à
médiation humorale mediation cellulaire
Acteurs LB, LT4 et macrophages LT8, LT4 et macrophages
Effecteurs Plasmocytes LTc
Molécules
Anticorps Perforine
effectrices

 Organes et cellules de l'immunité spécifique :


Organes Moelle Lieu de naissance des cellules immunitaires
lymphoïdes osseuse Lieu de maturation des lymphocytes B
Organes de primaires Thymus Lieu de maturation des lymphocytes T
l'immunité Organes • Rate
Lieu de rencontre avec l'antigène et de déroulement de
lymphoïdes • Ganglions
la réponse immunitaire spécifique
secondaires lymphatiques
Cellules de
Macrophages, LB, LT4 et Macrophage : –> RIMH
l'immunité
LB et LT LT8, LT4 et Macrophage :–> RIMC
spécifique
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Séries de SVT Série 10 : L’immunité de l’organisme Page 1 sur 8
Professeur : Mzid Mourad 4ème Sciences Expérimentales
2ème partie : Restitution et mobilisation des connaissances
Exercice 1 :
Les groupes sanguins du système A, B, O sont déterminés par les agglutinogènes et les agglutinines.
1/ Que représentent les agglutinogènes et les agglutinines.
2/ Recopier et compléter le tableau suivant en écrivant l’agglutinogène et/ou l’agglutinine pour caractériser
chaque groupe sanguin.
Groupes sanguins A B AB O
Agglutinogène
Agglutinine
3/ Indiquer le principe à appliquer pour réussir une transfusion sanguine.
4/ En tenant compte de ces données, recopier et compléter le tableau suivant en indiquant le(s) donneur(s) et
le(s) receveur(s) possible(s) pour chaque groupe sanguin.
Groupes sanguins A B AB O
Receveur
Donneur
5/ On donne les quartes sujets suivants (X, Y, Z et T) avec leurs groupe sanguin :
X Y Z T
+ - -
AB O B A+
Pour vérifier le groupe sanguin de chaque individu, on a réalisé des tests avec différents sérums comme il est
indiqué dans le tableau suivant :
Individus Sérum anti-A Sérum anti-B Sérum anti-Rh
X
Y
Z
T
a- Recopiez et compléter le tableau [par les signes suivants : (+) agglutination, (-) pas d’agglutination].
b- X peut-il donner le sang à Z, justifier votre réponse.
Exercice 2 :
A- Le tétanos est une maladie due à l'introduction dans l'organisme d'une bactérie qui libère une toxine, la
toxine tétanique, dans le milieu intérieur. La diphtérie est aussi une maladie due à l'action d'une toxine, la toxine
diphtérique, libérée par une autre bactérie. Le document 1 présente une série d'expériences destinées, d'une part
à cerner le mécanisme immunitaire mis en jeu contre l'effet létal de la toxine tétanique, d'autre part à mettre en
évidence les applications thérapeutiques possibles.
Document 1

1- Interpréter méthodiquement ces résultats expérimentaux et tirer des conclusions.


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Séries de SVT Série 10 : L’immunité de l’organisme Page 2 sur 8
Professeur : Mzid Mourad 4ème Sciences Expérimentales
2- Quelles applications médicales découlent de l'ensemble de ces résultats expérimentaux et dans quelles
circonstances sont-elles utilisables ?
Remarque : Dans les expériences 4 et 5, le sérum et les lymphocytes sont prélevés de A2 après la fin de
l'expérience 2.
B- Un virus X est inoculé à une souris de souche A. 10 jours après, on prélève les lymphocytes de cette souris.
Ces lymphocytes sont ensuite mis en présence, soit de cellules d'une souris de souche A ou de cellules d'une
souris de souche B infectées par le virus X ou de cellules d'une souris de souche A infectée par un autre virus
Y.
Document 2
virus X
inoculation du virus X souris
à une souris souche A souche A

10 jours après,
on prélève
les lymphocytes Lymphocytes de la souris souche A

Les lymphocytes sont 1er cas 2ème cas 3ème cas


mis en cultures avec
des cellules de souris
de souche A ou avec
des cellules de souris
de souche B infectées
par le virus X ou avec
des cellules de souris cellules de souris cellules de souris cellules de souris
de souche A infectée de souche A infectée de souche B infectée de souche A infectée
par un autre virus Y par le virus X par le virus X par un virus Y
Destruction des Pas de destruction Pas de destruction
Résultats
cellules infectées des cellules infectées des cellules infectées

1- Justifier la durée de 10 jours entre l'inoculation du virus X à la souris A et le prélèvement des lymphocytes.
2- Identifier en justifiant la réponse, le type de réponse immunitaire mise en œuvre contre les virus.
3- Par une étude comparative, expliquer les résultats obtenus et tirer des conclusions.
4- Expliquer schéma à l'appui le mécanisme de destruction cellulaire observé dans le 1er cas.
Exercice 3 :
Le document ci-dessous représente un schéma concernant une étape essentielle dans la réponse
immunitaire.

1) Identifier, en justifiant votre réponse, l’étape représentée.


2) Ecrire la légende correspondant aux numéros figurant dans le document.
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Séries de SVT Série 10 : L’immunité de l’organisme Page 3 sur 8
Professeur : Mzid Mourad 4ème Sciences Expérimentales
3) En vous basant sur les données du document précédent et sur votre connaissance :
a- indiquer le rôle de la cellule (1) dans les réponses immunitaires.
b- reproduire et compléter le tableau suivant :
Lieu de maturation Rôle
Cellules (2)
Cellules (3)
Cellules (4)
Exercice 4:
A) Pendant sa vie fœtale le nouveau-né était à l’abri de presque tous les antigènes et il n’a lui-même
fabriqué aucun anticorps. A sa naissance, il devrait donc être à la merci de la moindre infection.
En fait, pendant les premiers mois de sa vie, il résiste à un certain nombre d’infections. Le dosage des anticorps
dans le sang d’un nourrisson, jusqu’au douzième mois, donné par le document 1, permet de comprendre cette
résistance.
Document 1

1. Faites une analyse du document 1 ?


2. Expliquez l’origine des anticorps A1 et A2 ?
3. A partir du document 1, expliquez :
a) La résistance du nouveau-né à certaines infections durant les premiers mois après la naissance ?
b) La plus grande sensibilité à certain affections aux environ du cinquième sixième mois ?
B) Dans cette partie on se propose de déterminer les conditions de production des anticorps.
1- Avec des globules rouges de mouton (GRM), qui sont antigéniques pour le rat, on réalise les
expériences suivantes :
Expérience 1 :
Au temps t=0, on réalise une injection intraveineuse de 108 globules rouges de mouton chez 10 rats ayant subi,
24 heures avant, une irradiation aux rayons X d’une intensité suffisante pour détruire les cellule de la moelle
osseuse. On mesure ensuite dans le sérum de ces rats l’évolution du taux d’anticorps anti-GRM. Les résultats
sont donnés par le document 2 suivant :
Document 2

Analysez ces résultats ? Déduire le type d’immunité déclenché par les globules rouges de mouton ?
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Séries de SVT Série 10 : L’immunité de l’organisme Page 4 sur 8
Professeur : Mzid Mourad 4ème Sciences Expérimentales
Expérience 2 :
Un prélèvement de cellule dans les ganglions lymphatiques chez les témoins au sixième jour après l’injection,
montre la présence en nombre très élevé de cellules de même type que celle du document 3, alors que ces
mêmes cellule sont pratiquement absentes chez les rats irradiés. On a également observé que les cellules Y
provenaient d’une transformation des cellules X.
Document 3

Cellule X Cellule Y

(Les 2 cellules ont été photographiées au même grossissement)

a- Identifiez X et Y et dégagez les différences les plus importantes entre ces deux cellules ?
b- En mettent en relation tous les faits et les observations des expériences 1 et 2 et en utilisant vos
connaissances, précisez l’origine des cellules X et des anticorps.
2- L’expérience qui suit apporte des informations complémentaires sur les conditions de la production des
anticorps.
Expériences 3 :
Des souris adultes, privées de thymus par voie chirurgicale à la naissance et soumises au même âge à des
rayons X qui détruisent la moelle rouge et les lymphocytes (les macrophages sont préservés), sont réparties en 3
lots. Chaque lot est soumis à un traitement particulier.
Au bout de quelques jours, le sérum des souris des trois lots est mis en présence de GRM. De plus des
prélèvements effectués dans les ganglions lymphatiques sont observés aux microscopes.
Les conditions expérimentales et les résultats figurent dans le tableau qui suit :

Lot 1 Lot 2 Lots 3


Injection de cellules de
Injection de cellules Injection de moelle
Temps 1 thymus + cellules de moelle
de thymus osseuse
osseuse
Temps 2 Injection de GRM aux souris des 3 lots
Temps 3 Prélèvement de sérum dans les 3 lots
Sérum du lot 1 Sérum du lot 2 Sérum du lot 3
Expériences
+ GRM + GRM + GRM
Pas Pas
Résultats Agglutination
d’agglutination d’agglutination

Observation de  Présence de  Présence des cellules  Présence de lymphocytes


prélèvement de lymphocytes T X T et des cellules X
ganglions  Pas de cellules Y  Pas de cellules Y  Nombreuse cellules Y

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Séries de SVT Série 10 : L’immunité de l’organisme Page 5 sur 8
Professeur : Mzid Mourad 4ème Sciences Expérimentales
a- Expliquez, schéma à l’appui ; l’agglutination observée pour le lot 3 ?
b- A partir de toutes les données fournies par cette expérience 3 et à l’aide d’une argumentation
méthodique, dégagez les conditions de la production des anticorps ?
3- Pour tirer d’autre information concernant la réaction immunitaire mise en évidence dans cet exercice, on
réalise l’expérience suivante :

Expérience 4 :
Des cellules de la rate d’une souris normale sont cultivées ‹‹ in vitro ›› en présence de GRM. Quatre jours plus
tard, on observe un grand nombre de plaque de lyse (agglutination suivie de la lyse du GRM).
a- Expliquez l’apparition des plaques de lyse ?
b- En utilisant les données et les informations apportées par les différentes expériences, complétées de vos
connaissances, élaborez un schéma de synthèse annoté illustrant le type de réaction immunitaire étudié
ici. Un bref commentaire permettra d’illustrer les organes de formation et de maturation des différentes
cellules du système immunitaire qui participent et collaborent à la production des anticorps.

Exercice 5 :
On se propose d’étudier quelques aspects de la réponse immunitaire contre un le virus de la grippe.
L’individu du document 1 a été en contact du virus de la grippe à deux reprises : la 1ère fois à l’âge de deux
ans, la 2ème à l’âge de cinq ans.

D O C U M E N T 1
Taux d'anticorps en unités arbitraires (u.a)
individu à 2 ans en contact
10
avec la forme 1 du virus
de la grippe
8

antigène D 4
antigène C
2
antigène A
antigène B
A B C D
forme 1 du virus de la grippe Différents antigènes

Taux d'anticorps en unités arbitraires (u.a)


Le même individu à 5 ans 10
en contact avec la forme 2
du virus de la grippe 8

4
antigène F
antigène C 2
antigène A
antigène E
A B C D E F
Différents antigènes
forme 2 du virus de la grippe
représentation simplifiée d'un document extrait de Janeway et al. Immunolgie De Boeck

Remarque : Les deux formes correspondent au virus de !a grippe dont certains antigènes diffèrent.

► A partir de l’exploitation des données du document 1, déduire certaines propriétés de la réponse immunitaire
mise en jeu contre le virus de la grippe.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Séries de SVT Série 10 : L’immunité de l’organisme Page 6 sur 8
Professeur : Mzid Mourad 4ème Sciences Expérimentales
3ème partie : QCM
Chaque série d’affirmation peut comporter une ou plusieurs réponses exactes. Relever sur votre copie les
numéros des questions et indiquer devant chaque numéro les lettres qui correspondent à la réponse exacte.
1- Le groupe sanguin [O] peut se définir :
a- Les hématies portent l’antigène A ou B.
b- Les hématies ne portent pas l’antigène A ou B.
c- Le plasma contient les agglutinines anti-A et anti-B.
d- Le plasma ne contient pas les agglutinines anti-A et anti-B.
2- Le plasma de Mounir agglutine les hématies de Lotfi et le plasma de Lotfi n’agglutine pas les hématies
de Mounir. On peut conclure :
a- Mounir et Lotfi sont du même groupe sanguin.
b- Si Lotfi est du groupe [o], Mounir est [A] ou [B] ou [AB].
c- Si Mounir est du groupe [o], Lotfi est [A] ou [B] ou [AB].
d- Ces résultats sont insuffisants pour déterminer les groupes sanguins de ces 2 personnes.
3- Lors d’une transfusion sanguine entre un donneur de groupe A et un receveur du groupe B, il y a eu
agglutination des globules rouges chez le receveur :
a- Les anticorps anti-B du donneur se sont fixés sur les anticorps anti-A du receveur.
b- Les anticorps anti-A du receveur se sont fixés sur les antigènes A du donneur.
c- Les antigènes A du donneur se sont fixé sur les antigènes du receveur.
d- Le donneur et le receveur n’ont pas le même HLA.
4- La phagocytose :
a- est commune à toutes les cellules immunocompétentes
b- participe aux réactions immunitaires spécifiques
c- ne participe jamais aux réactions immunitaires spécifiques
d- est réalisée par certains globules blancs.
5- Le complexe majeur d'histocompatibilité (CMH) :
a- correspond à des protéines fixées à la membrane de toutes les cellules nucléées de l'organisme.
b- permet de prévoir les incompatibilités entre un greffon (organe greffé) et un receveur (hôte).
c- joue un rôle dans les réactions immunitaires spécifiques.
d- est constitue par un seul gène polyallélique.
6- La réponse immunitaire à médiation humorale :
a- est appelée ainsi car elle fait intervenir des substances solubles, les interleukines.
b- est toujours spécifique.
c- détruit les antigènes uniquement par l'action d'immunoglobulines.
d- détruit les antigènes grâce à une interaction entre immunoglobulines et phagocyte.
7- Au cours de la phase effectrice de la réponse immunitaire :
a- Les lymphocytes T (LTc) déversent leur substance dans le sang.
b- Les anticorps fixent les antigènes circulants st les fonts précipités.
c- Les anticorps perforent l’antigène à l’aide du complément.
d- Le macrophage neutralise le complément.
8- Suite à l’absence congénitale du thymus il y a :
a- Absence de lymphocytes B et de lymphocytes T.
b- Un affaiblissement des réponses immunitaires non spécifique.
c- Affaiblissement de la RIMH.
d- Affaiblissement des RIMH et des RIMC.
9- La réponse immunitaire spécifique à médiation cellulaire :
a- nécessite la présentation d’un antigène.
b- détruit les antigènes uniquement par l'action d'immunoglobulines.
c- nécessite une immunoglobuline pour détruire sa cible.
d- nécessite des lymphocytes T8.
10- Les lymphocytes T4 peuvent reconnaître :
a- les antigènes libres.
b- les antigènes présentés par d’autres lymphocytes T.
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Séries de SVT Série 10 : L’immunité de l’organisme Page 7 sur 8
Professeur : Mzid Mourad 4ème Sciences Expérimentales
c- les antigènes présentés par des lymphocytes B.
d- les antigènes présentés par des macrophages.
11- Les Lymphocytes B :
a- existent avant tout contact avec les antigènes.
b- naissent tous suite au contact avec les antigènes.
c- chacun d'eux est spécifique à un seul déterminant antigénique.
d- chacun d'eux est spécifique à plusieurs déterminants antigéniques.
12- Les macrophages :
a- sont capables de produire des anticorps.
b- sont capables de phagocytose.
c- présentent l'antigène aux lymphocytes T.
d- produisent l'interleukine IL2.
13 - Les lymphocytes T cytotoxiques :
a- reconnaissent des antigènes libres.
b- ne reconnaissent un antigène du non soi que s'il est associe à des marqueurs de CMH situés à la surface
de cellules du soi.
c- produisent des perforines.
d- naissent et deviennent immunocompétentes au niveau de la moelle rouge des os.
14- Un plasmocyte :
a- possède la propriété de mémoriser l'antigène contre lequel il défend l'organisme.
b- est une cellule sécrétrice.
c- secrète des interleukines.
d- se reconnaît à son abondant réticulum endoplasmique granuleux.
15- Le lymphocyte T auxiliaire (Ta) :
a- porte des récepteurs à l'IL1 (interleukine 1).
b- secrète 1' IL1.
c- porte des récepteurs à l'IL2 (interleukine 2).
d- stimule les macrophages par l'IL2.
16- Les anticorps :
a- sont des glucides codés par des gènes polyalléliques.
b- sont toujours des molécules solubles circulantes.
c- détruisent directement les antigènes.
d- permettent la fixation du phagocyte, précédant la neutralisation de l’antigène.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Séries de SVT Série 10 : L’immunité de l’organisme Page 8 sur 8

Vous aimerez peut-être aussi