Vous êtes sur la page 1sur 98

Département : Sciences Economiques et Gestion

Master spécialisé : Ingénierie et management de la qualité

Rapport de projet de stage professionnel

Gestion des risques de santé et sécurité au


travail selon les standards SAFRAN

Réalisé par
Achraf MAHBOUB

Encadré par
Pr. Driss ENNESRAOUI : Encadrant pédagogique
M. Ihssane EL-MOKHTARI : Encadrant professionnel
M. Saïd SYASSI : Encadrant professionnel

Année Universitaire : 2018/2019

1
DEDICACES

C’est avec profonde gratitude et sincères mots,


que je dédie ce modeste travail de fin d’études
À
Mes chers parents ; qui ont sacrifié leur vie
pour ma réussite et m’ont éclairé le chemin par
Leurs conseils judicieux.

Je n’espère qu’un jour,


Je pourrai leurs rendre un peu de ce qu’ils
ont fait pour moi, que dieu leur prête
bonheur et longue vie.
Je dédie ce travail à mes professeurs qui m’ont
enseigné et à tous ceux qui m’ont chers.

2
REMERCIEMENT

Je tiens tout d’abord à remercier mes tuteurs en entreprise, Mme. Ihssane EL-MOUKHTARI
Ingénieur Santé, Sécurité et Développement durable, pour son accompagnement permanent,
également, pour ses nombreux conseils, et aussi M. Saïd SYASSI responsable Moyens industriels
et Moyens Généraux & SSE pour sa confiance et son soutien à débloquer les situations difficiles.

Je remercie également M.ENNESRAOUI Idriss mon tuteur pédagogique, pour son aide lors de
l’élaboration de ma problématique, son suivi durant la finalisation de ce projet et son support
durant mon parcours master ingénierie et management de la qualité.
Je tiens remercier toute l’équipe pédagogique de la faculté sciences juridiques, économiques et
sociales d’el Jadida FSJESJ

Je remercie également les responsables des unités autonomes de production (UAP), Chefs
d’équipes fabrication, Tutrices et Opératrices du bout d’usine pour m’avoir permis d’évoluer au
sein de mon sujet, pour leurs aide précieuse en toute circonstance et la bienveillance avec laquelle
ils m’ont reçu.

3
RESUME
Le présent mémoire expose mes travaux concernant mon projet de fin d’études «Gestion des
risques Santé et sécurité au travail selon les standards SAFRAN » afin d’améliorer en continue la
performance du système Santé sécurité et environnement.
Ma première mission consiste à évaluer les risques items ergonomiques et chimiques. Par la suite
élaborer un plan d’action.

Mot clés : Standards items ergonomique, mise en conformité, plan d’actions, risque routier, risque
chimique, amélioration continue, Maturité.

ABSTRACT
This dissertation sets out mywork on my end-of-studiesproject "Contribution to the
implementation of standards concerning MSD, chemical and road risks" in order to
continuouslyimprove the performance of the Health, Safety and Environment system.

The projectconsistsprimarily of assessing the ergonomic and chemicalrisks. Subsequently, and


basedonthisassessment, I developed a plan.

Key words:Ergonomic standard items, compliance, action plan, chemicalrisk,


continuousimprovement, Maturity

4
LISTE DES ABRÉVIATIONS

SSE Santé, sécurité et environnement

SEPM Safran Electrical and Power Maroc

RDD Revue de direction

TESSE Traçabilité des Evaluations SSE

POPSSE Plan opérationnelle de progrès SSE

DR Danger répétitivité

MR Maitrise des risques

PRAP Prévention des risques liés aux activités physiques

FDS Fiche des données de sécurité

GAP Groupe autonome de production

COMSSE Communication SSE

UAP Unité autonome de production

MLR Masse limite recommandé

5
SOMMAIRE

DEDICACES ................................................................................................................................................. 2
REMERCIEMENT ....................................................................................................................................... 3
RESUME ....................................................................................................................................................... 4
ABSTRACT ................................................................................................................................................... 4
LISTE DES ABRÉVIATIONS ...................................................................................................................... 5
INRODUCTION GENERALE...................................................................................................................... 8
PARTIE I : GESTION DES RISQUES SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL : ASPECT
THEORIQUE ................................................................................................................................................ 9
Chapitre 1 : Gestion des risque des items ergonomique ............................................................................. 10
Section 1 : La démarche de prévention des TMS ........................................................................................ 10
1.1 Mobiliser ............................................................................................................................................. 10
1.2 Investiguer .......................................................................................................................................... 10
1.3 Maîtriser le risque .............................................................................................................................. 12
1.4 Evaluer ................................................................................................................................................ 14
Section 2 : Méthode d’évaluation des items ergonomique .......................................................................... 14
1.1 Méthodologie de cotation des postures de travail .............................................................................. 14
1.2 La méthodologie de cotation de la répétitivité.................................................................................... 16
1.3 La méthodologie de cotation du port de charge ................................................................................. 19
Chapitre 2 : Gestion des risque chimique ................................................................................................... 22
Section 1 : Prévention des risques chimiques .............................................................................................. 22
1.1 Repérage des risques chimiques ......................................................................................................... 22
1.2 Analyse des conditions d’exposition aux risques chimiques .............................................................. 24
1.3 Hiérarchisation des risques chimiques et outils d’évaluation ............................................................ 24
Section 2 : Méthode d’évaluation des risques chimiques ............................................................................ 26
1.1 Méthodologie d’analyse des risques chimique.................................................................................... 26
1.2 Classification des substances selon leur(s) danger(s) ......................................................................... 26
1.3 Estimation de l’exposition au poste de travail .................................................................................... 28
1.4 Évaluation et hiérarchisation des risques ........................................................................................... 29
1.5 Évaluation du risque corrige .............................................................................................................. 33
PARTIE 2 : GESTION DES RISQUES SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL AU SEIN SAFRAN
ELECRICAL AND POWER MAROC ....................................................................................................... 36
CHAPITRE 1 : PRESENTATION SEPM ET ANALYSE DU PROJET ................................................... 37
Section 1 : Présentation de SEPM ............................................................................................................... 37
1. Présentation de SAFRAN Electrical & Power Maroc (S.E.P.M) ....................................................... 37
1.1 Evolution de la société depuis sa création........................................................................................... 37
1.2 Fiche signalétique ............................................................................................................................... 38
1.3 Ressources humaines .......................................................................................................................... 38
1.4 Les rythmes de production ................................................................................................................. 39
1.5 Organigrammes SSE .......................................................................................................................... 39
6
1.6 Les standards SSE SAFRAN .............................................................................................................. 41
2. Déroulement du stage ......................................................................................................................... 42
2.1 Cadre du projet et Taches effectuées.................................................................................................. 42
2.2 Equipe Projet ...................................................................................................................................... 43
2.3 Les acquis............................................................................................................................................ 43
2.4 Les problèmes rencontrés ................................................................................................................... 43
2.5 Les recommandations ......................................................................................................................... 44
CHAPITRE 2 : GESTION DES RISQUES SANTE ET SECURITE AU SEIN SAFRAN
ELECTRICAL AND POWER MAROC .................................................................................................... 45
Section 1 : Gestion des risques des items ergonomique ............................................................................... 45
1. Analyse et mise en œuvre de l’étude ................................................................................................... 45
1.1 Evaluation des postes de travail ......................................................................................................... 45
1.2 Détection des postes critiques ............................................................................................................. 53
2. Elaboration d’un plan d’action .......................................................................................................... 55
Section 2 : Gestion des risques chimique ..................................................................................................... 65
1. Analyse et mise en œuvre de l’étude ................................................................................................... 65
1.1 Inventaire des produits Chimiques : .................................................................................................. 65
1.2 Caractérisation des dangers ............................................................................................................... 66
1.3 Hiérarchisation des risques chimiques et outils d’évaluation ............................................................ 68
2. Elaboration d’un plan d’action .......................................................................................................... 74
CONCLUSION GENERALE...................................................................................................................... 80
Table des figures .......................................................................................................................................... 81
Liste des tableaux......................................................................................................................................... 82
BIBLIOGRAPHIE ...................................................................................................................................... 83
WEBOGRAPHIE ........................................................................................................................................ 83
ANNEXES ................................................................................................................................................... 84

7
INRODUCTION GENERALE
L'industrie aéronautique et aérospatiale évolue, le marché est de plus en plus exigeant en termes de
performance industrielle
Pour cette raison Safran s’est fixé comme principe dans sa politique Santé – Sécurité –
Environnement de préserver la santé et la sécurité de ses personnels et de minimiser l’impact de
ses activités sur l’environnement.
C’est dans ce cadre, SAFRAN Electrical & Power Maroc place depuis 2012 la santé, la sécurité au
travail et l’environnement parmi ses axes stratégiques
En se basant sur un des standards SSE plus détaillé et plus critique propre au Groupe, SAFRAN.
SEPM doit parvenir à mettre en conformité ces derniers et mettre à jour l’évaluation des risques
selon les standards SSE.
La démarche de mon projet s’appuie sur des méthodologies d’analyses, sur l’observation des
situations de travail. Elle nécessite des outils solides qui permettent de bien maitriser les risques
industriels et ergonomiques
Le présent Rapport est exposé en deux parties (théoriques et pratiques) :
- La première partie je l’ai réservé la revue documentaire qui consiste à expliquer la
méthodologie d’évaluation et de prévention des risques chimique et ergonomique
- La deuxième partie est divisée en deux partie la première expose à la présentation de
l’entreprise la deuxième partie expose rapport expose mes travaux concernant Gestion des
risques Santé et sécurité au travail selon les standards SAFRAN Par la suite élaborer un
plan d’action afin d’améliorer en continue la performance du système Santé sécurité et
environnement.
Dans le cadre de l’application des plans d’actions, il est important de mesurer si les améliorations
programmées sont effectivement atteintes

8
PARTIE I : GESTION DES RISQUES SANTE ET SECURITE
AU TRAVAIL AU SEIN ELECTRICAL AND POWER
MAROC : ASPECT THEORIQUE

9
Chapitre 1 : Gestion des risque des items ergonomique
La démarche de prévention des TMS repose sur 3 principes fondamentaux que sont
 L’approche globale pour prendre en compte tous les facteurs de risque,
 La participation de tous les acteurs de l'entreprise
 Le partage des connaissances ainsi que des compétences.
Section 1 : La démarche de prévention des TMS
La démarche de prévention des TMS repose principalementsur une phase d'intervention qui
comporte 4 étapes : mobiliser, investiguer, maîtriser et évalue

1.1 Mobiliser
La prévention des TMS nécessite un engagement de la direction. Celle-ci doit en effet :
 comprendre les enjeux et adhérer à la démarche de prévention,
 dégager les moyens nécessaires (humains, financiers, temporels)
 associer les différents services, les représentants du personnel, le CHSCT et/ ou les
instances représentatives du personnel ainsi que le service de santé au travail
Cette étape permet de motiver tous les acteurs, de les informer et de leur faire comprendre les
enjeux de la démarche.

1.2 Investiguer
 Connaître le risque
L'objectif est de rechercher des données sur la santé des salariés etcelle de l'entreprise. Ce recueil
d'information permet de mieuxconnaître le risque et de déterminer les situations de travail à
analyser en priorité (secteurs ou postes de travail à risque). Ce travail, réalisé avec la contribution
des services de santé au travail, peutse faire :
10
 par des entretiens avec les salariés,
 par l'analyse des données existantes sur la santé des salariés ou à partir d'un recueil
prospectif aumoyen d’outils tels que le questionnaire nordique, et le protocole
clinique, avec la contribution dumédecin du travail,
 par l'analyse des données de l'entreprise.
Le taux de turnover, l'absentéisme, les types de contrats, la répartition par âge, le fonctionnement
global du processus de production sont des exemples d'informations à recueillir permettant de
mieuxcomprendre la santé de l'entreprise. Les sources d'informations sont diverses : entretiens,
rapport annuel du CHSCT, bilan social, rapport annuel dumédecin du travail…
Analyser les situationsde travailet identifier les facteursde risque
L'objectif est de dépister les situations de travail à risque et d’en rechercher les causes
.L'identification des facteurs de risque au poste de travail doit s'accompagner d'une compréhension
des mécanismes qui expliquent leur présence. Cela nécessite :
 d'analyser le travail réel au moyen d’entretiens et d’observations afin de décrire finement
la succession chronologique des actions effectuées par le salarié et, éventuellement,
d’identifier les écarts avec le travail prescrit
 d'effectuer des mesures permettant d'évaluer le dimensionnement du poste ainsi que
l'environnement physique (éclairage, niveau sonore, ambiance thermique….)
 d'évaluer, grâce à des mesures et/ou à partir du ressenti des salariés sur leur travail, les
contraintes biomécaniques, psychosociales et liées à l'organisation pour identifier des
leviers d’action permettant de réduire le risque de TMS
Analyse de l'activité, mesures de dimensionnement et d'environnement physique
Le recueil de ces données est le propre de toute étude ergonomique.
 la répétitivité des gestes le maintien prolongé de la posture
 les efforts excessifs
 les amplitudes articulaires extrêmes
La gestuelle est considérée comme répétitive si :
 Des mouvements identiques ou comparables démembre supérieur sont effectués toutes
les 10 à 15 s (check-list de l'OSHA, 1997)
 le temps de cycle est inférieur à 30 s (norme EN 1005-5, 2007)
 La même activité est exercée pendant au moins 50 % du temps de travail (norme EN
1005-5, 2007)

11
 La fréquence des actions techniques par membre estsupérieure à 40 par minute (norme EN
1005-5, 2007)
En ce qui concerne la posture, il faut éviter particulièrement :
 l'extension répétée et / ou prolongée du cou
 Le travail au-dessus du niveau des épaules
 Les positions extrêmes du poignet en extension ou en flexion
 Le maintien d'une même posture plus de 4 secondes
 Les prises d'objet au-delà de la zone d'atteinte de confort
Evaluation des facteurs psychosociaux et organisationnels
Il s’agira en particulier de s’intéresser auxfacteurs d’intensification du travail (fluctuation de la
production, gestion des aléas, combinaison d’actions (ex : assemblage associé à un contrôle
qualité), à la charge cognitive, aux exigences émotionnelles, en particulier dans les activités de
services, auxrapports sociaux avec les collègues et la hiérarchie, à la perception qu’ont les
salariés de leur avenir (insécurité de la situation de travail).
Les facteurs organisationnels sont identifiés comme des déterminants des contraintes
biomécaniques et psychosociales.
Les horaires et le rythme de travail, l’organisation de la polyvalence, de la rotation des postes,
les modes de communication, la définition des modes opératoires, la façon dont les salariés sont
affectés sur différents postes en fonction de leur âge, de leur genre, de leur expérience, de leurs
capacités fonctionnelles, l’organisation de la formation continue, l’accompagnement des
nouveaux embauchés, les procédures d’accompagnement à la reprise après un arrêt de travail,
sont autant d’informations pertinentes pour identifier des pistes de solutions dans l’étape
"maitriser".
1.3 Maîtriser le risque
La prévention des TMS passe par des actions ergonomiques qui visent à modifier les situations
de travail afin de réduire les contraintes qui pèsent sur les salariés. Pour cela l'entreprise doit
mettre en place, grâce à un travail d'équipe, des solutions suite aux pistes de prévention
identifiées antérieurement.

Il est nécessaire de planifier cette prévention (définir les priorités et établir l’échéancier) car les
actions engagées doivent être effectuées sans précipitation, et d’indiquer les modalités de suivi.
Cette prévention repose conjointement sur :

Réductiondes sollicitationsprofessionnelle
12
Les contraintes de travail peuvent être réduites en agissant en amont sur :
 La conception des équipements de travail (chaines, postes, outils, …
 La conception des produits de fabrication
 La conception de l’organisation
Exemples de solutions de prévention
 Courber l'outil plutôt que le poignet
 Choisir les machines les moins vibrantes possibles.
 Réduire l'effort en améliorant la conception et en utilisant des aides techniques.
 Ralentir la cadence et réduire les manutentions lourdes.
 Aménager les postes de travail en s'appuyant sur les normes.
 Alterner les tâches, à condition que le salarié ne refasse pas les mêmes gestes d'un poste
à l'autre.
 Mettre à disposition des équipements de protection individuelle permettant de répartir les
forces de pression sur le genou et d'amortir le contact avec un sol dur.
 Favoriser l'entraide, donner des marges de manœuvre aux salariés
 . Diminuer les facteurs de stress, favoriser les pauses collectives pour encourager les
temps d’échanges, éviter le travail en situation d’isolement géographique ou social.
 Reconnaitre et valoriser les compétences et l’expérience.
 Améliorer la maintenance pour prévenir pannes et dysfonctionnements.
Il est souvent nécessaire d'agir à différents niveaux de l'entreprise car un problème de TMS sur
un poste peut trouver son origine bien en amont de celui-ci voire même chez un fournisseur.

A l’inverse, la suppression d’un risque de TMS sur un poste peut avoir un impact négatif sur
d’autres postes dans l’entreprise. Seule une vision globale de la situation permet d’éviter le
déplacement du risque.

, de produits par des actions formatives s’avèrent bénéfiques pour prévenir le risque de TMS.
Maintiendes capacités fonctionnelles

Le maintien des capacités fonctionnelles au moyen d’une activité physique régulière et


d’exercices d’échauffement avant la prise de postes à forte exigence physique ne peut constituer
à lui seul une réponse de prévention en première intention. Il doit être envisagé comme une
mesure complémentaire dès lors que la réduction des contraintes dans l’activité de travail est
effective.

13
1.4 Evaluer
L'évaluation de l'intervention fait partie intégrante de la démarche de prévention. Elle doit être
prévue dès l'initiation de la démarche, de façon à mettre en place des indicateurs de suivi
pertinents, en cohérence avec les objectifs poursuivis. Ces indicateurs concernent l'état de santé
des salariés vis-à-vis des TMS.

Section 2 : Méthode d’évaluation des items ergonomique


L’ergonomie est une disciplines scientifique qui vise la compréhension fondamentale des
interactions entre les êtres humains et les autres composantes d’un système ; et la profession
qui applique les principes théorique,
La démarche d’analyse des risques TMS (ergonomiques), couvre un ensemble de méthodes
et de moyens à mettre en œuvre pour assurer le plus haut niveau de sécurité et de confort
possible du personnel, allant de l’analyse et l’évaluation des postes de travail jusqu’à
l’identification des risques ergonomiques et des postes critiques

1.1 Méthodologie de cotation des postures de travail


La méthodologie de cotation des postures de travail intégrée dans TESSE. Cette
méthodologie reprend en grande partie la méthode élaborée dans la fiche d’évaluation ergo
industrielle pour l’item « gestes et postures » en s’appuyant sur les travaux de W. Samann
(1970).
La cotation s’effectue en deux temps :
1) Cotation du sous-thème postures en fonction de la fréquence de temps passé par
phase d’activité
2) Cotation du sous-thème amplitudes de gestes en fonction de la fréquence de temps
passé
Cotation des postures

Figure 1: Diagramme bête à corne

Typologie de 7 postures avec un code postion de 1 à 7 :

14
Posture 1 : Assis avec appui dorsal ou assis-debout avec appui dorsal
Posture 2 : Debout avec un appui-fesses
Posture 3 : Debout droit
Posture 4 : Debout penché ou assis penché ou accroupi
Posture 5 : Agenouillé penché
Posture 6 : Debout ou assis bras au-dessus de la tête
Posture 7 : Allongé sur le dos bras au-dessus de la tête
La valeur obtenue correspond à la somme des produits : posture x fréquence de temps passé
valeur de la posture de 1 à 7 (cf. ci-dessus)
valeur de la fréquence de 1 à 10 (100% du temps passé correspondant à
10).
On peut donc additionner plusieurs réponses à cette question et obtenir un score
maximum de 70 pts à la cotation du sous-thème posture
Cotation de l’amplitude des gestes
Des amplitudes adoptées durant cette phase d’activité

Figure 2 : Amplitudes

Trois niveaux de zones d’amplitude de mouvements :


Zone bonne soit le volume face à l’opérateur à hauteur du plan de travail sur
lequel il manipule de 900 mm de largeur, 300 mm de profondeur et 300 mm de
hauteur.
Zone acceptable soit le volume face à l’opérateur à hauteur du plan de travail
de 1300 mm de largeur, 500 mm de profondeur et 500 mm de hauteur.
Hors zone à l’extérieur des deux zones précédentes.

15
 Pour le sous thème amplitude, la valeur obtenue correspond à la somme des produits
Avec :
 trois niveaux (zone bonne, zone acceptable et hors zone) ayant pour valeur respective
(1, 2, 4)
 une valeur de fréquence de 1 à 10 (la somme des fréquences étant 10)

Amplitude x fréquences de temps passé


On peut donc additionner plusieurs réponses à cette question et donc obtenir un score
maximum de 40 pts à la cotation de l’amplitude des gestes.
Evaluation Finale
Le score d’évaluation finale est obtenu en additionnant la valeur totale obtenue pour le sous-
thème postures avec la valeur totale obtenue pour le sous-thème amplitude.
Il est ensuite codé en niveau de risque selon la codification Safran :
Risque bleu (risque mineur) : 0 à 28 pts
Risque vert (risque à surveiller) : 29 à 55 pts
Risque jaune (risque important) : 56 à 82 pts
Risque rouge (risque prioritaire) : 83 à 110 pts

1.2 La méthodologie de cotation de la répétitivité


Cette méthodologie reprend en partie la norme européenne NF EN 1005-5.
La cotation s’effectue en deux temps :
1) Renseignements caractérisant la répétitivité et le temps d’exposition au danger «
répétitivité »
2) Pondération en fonction de la maîtrise ou non du risque
Caractérisations de la répétitivité
La répétitivité se caractérise en fonction de l’un des deux paramètres suivants :
- Le nombre d’actions techniques par minute soit des actions manuelles
élémentaires requises pour la réalisation des opérations effectuées au cours du cycle de
travail, telles que «tenir», «tourner», «pousser», «couper», etc. En fonction du nombre
d’actions techniques par minute, un score (de 1 à 3) est attribué.
Tableau 1: Nombre d’action technique par minute

16
-Le temps de cycle en secondes soit le temps écoulé entre le moment où l’opérateur
commence un cycle de travail (c'est-à-dire une séquence d’actions techniques qui sont
toujours répétées de la même façon) et le moment où il recommence le même cycle de
travail. En fonction de la durée du temps de cycle en secondes, un score (de 1 à 3) est
attribué.
Tableau 2 : Temps de cycle en seconde

Le score de Danger Répétitivité (DR de 1 à 3) le plus élevé entre les deux dangers est
retenu pour le cycle de travail considéré.
Dans un second temps, il est nécessaire d’estimer la fréquence cumulée de temps passé
par jour à effectuer des cycles de travail répétitif.

D’après le tableau ci-dessous, on obtient en fonction de la Fréquence cumulée


considérée un niveau F entre 1 et 4. Plus l’exposition est fréquente, plus le niveau F
retenu de 1 à 4 sera élevé.

Tableau 3: Fréquence du danger

Absence de maitrise du risque répétitivités

Pour chaque thématique suivante :

- Conditions ambiantes,
- Caractéristiques des objets et du plan de travail,
- Conditions d’organisation de la tâche,
- Conditions d’exécution de la tâche,

On attribue un score en fonction du nombre de facteurs défavorables recensés à savoir


:

17
Tableau 4: Fréquence du danger

Chaque thématique caractérise une (ou plusieurs) non-maîtrise(s) du risque aux travers
de facteurs défavorables comme :
 Les conditions ambiantes
Les conditions considérées comme défavorables sont les vibrations et les contraintes thermiques
difficiles (froid, chaud). En fonction du nombre de facteurs défavorables retenus le score de cette
thématique se situe entre 0 à 2 pts.
 Les caractéristiques des objets et du plan de travail
Les caractéristiques considérées comme défavorables sont les espaces inadéquats pour la
réalisation de la tâche et des équipements de travail inadaptés. En fonction du nombre de facteurs
défavorables retenus le score de cette thématique se situe entre 0 à 2 pts.
 Les conditions d’organisation de la tâche
Les conditions considérées comme défavorables sont les contraintes de temps (temps du cycle
imposé par la machine…) et une fréquence faible des périodes actives de récupération (<5mn/2h).
En fonction du nombre de facteurs défavorables retenus le score de cette thématique se situe entre 0
à 2 pts.
 Les conditions d’exécution de la tâche
Les conditions considérées comme défavorables sont les angulations articulaires extrêmes et les
gestes sous contraintes (mauvaise qualité de préhension de l’objet, forces importantes exercées
manuellement). En fonction du nombre de facteurs défavorables retenus le score de cette
thématique se situe entre 0 à 2 pts.

On additionne ensuite les scores de chaque thématique et on obtient ainsi un score global de
Maîtrise du Risque (MR) entre 0 et 8 pts.
Suite de l’exemple :
 Evaluation finale
Le score d’évaluation finale est obtenu par la matrice ci-dessous en fonction du score (DR x F) et du
score (MR).

18
Figure 3: Evaluation finale

1.3 La méthodologie de cotation du port de charge


Suite aux tests menés par le réseau Ergonomie courant décembre 2012 au sein des sociétés du groupe
Safran, ce document spécifie la méthodologie de cotation du port de charge intégrée dans TESSE.
Cette méthodologie reprend en partie les normes internationales ISO 11228 et NF EN 1005-2 ainsi
que la Niosh lifting equation 1994.
La cotation s’effectue en deux temps :
 Renseignements des caractéristiques de la manutention manuelle
 Calcul de la Masse Limite Recommandée

 Caractéristiques de la manutention manuelle


Sur une Unité de Travail, l’opérateur peut être amené à manutentionner plusieurs types de charge
dans différentes conditions.
Il faut donc réaliser l’évaluation à plusieurs reprises pour une même UT (en fonction du découpage
de l’activité de travail implémenté en prenant en considération à chaque fois la situation la plus
contraignante pour le salarié, notamment la masse maximale que l’opérateur est amené à soulever
ainsi que la profondeur et la hauteur maximales possibles de prise de la charge.
Pour chaque situation évaluée, le préventeur rentrera les paramètres suivants
– La masse (M) de la charge portée (en kg)
- La hauteur maximale de prise ou de dépose des mains tenant la charge (H) comprise entre :

- La profondeur maximale de prise ou de dépose de la charge (P) comprise entre :

La qualité de la prise soit :


19
La torsion du buste du salarié :

 Masse limite recommandé


En fonction des données initiales de Hauteur et de Profondeur, TESSE calcule la
Masse Limite Recommandée Initiale comme l’indique le tableau ci-dessous.
Tableau 5: Masse limite recommandée initiale

Si le port de charge s’effectue avec au moins un paramètre de qualité de la prise (mauvaise)


et de torsion du buste (existante), un coefficient de sévérité de 0,9 est appliqué et la Masse
Limite Recommandée (MLR) devient MLR= 0.9 x MLRI.

Figure 4: Masse limite recommandé

 Evaluation finale

20
Le score d’évaluation finale est obtenu en divisant la Masse (M) de la charge réellement portée par
la Masse Limite Recommandée et en comparant le score aux tranches suivantes :
Si (M / MLR) ≤ 0,6 alors risque bleu (risque mineur)
Si 0,6 < (M / MLR) ≤ 0,8 alors risque vert (risque à surveiller)
Si 0,8 < (M / MLR) ≤ 1 alors risque jaune (risque important)
Si (M / MLR) >1 alors risque rouge (risque prioritaire)
 Attention :
a) Si la côte de position de prise de la pièce est « Hors zone » que ce soit en hauteur ou
en profondeur, le risque est automatiquement évalué rouge.
b) Dans le cas d’une fréquence importante de manutention, le risque est majoré au
niveau supérieur (exemple, le risque jaune devient rouge).

21
Chapitre 2 : Gestion des risque chimique
L’évaluation des risques constitue le préalable de toute démarche de prévention des risques
chimiques. Bien menée, elle doit permettre de construire un plan d'actions de prévention.

Section 1 : Prévention des risques chimiques


Pour être efficace, il faut la renouveler régulièrement et, notamment, à chaque modification
importante des processus de travail. Les résultats sont à joindre au document unique. Elle se
déroule en 4 étapes :
 repérer les produits et répertorier leurs dangers dans un inventaire
 analyser leur mise en œuvre pour évaluer les conditions d’exposition
 hiérarchiser les risques par priorités d’action
 élaborer un plan d’action
De nombreux outils et sources d’information sont disponibles pour mener à bien l’évaluation des
risques chimiques.
1.1 Repérage des risques chimiques
Ce repérage est la base de l’évaluation. Il permet de disposer :
 d’un inventaire tenu à jour des produits utilisés dans l’entreprise, mais aussi stockés,
émis ou en passe d’être éliminés,
 des informations sur les dangers que chacun représente.
C’est bien souvent cette opération qui prend le plus de temps dans la démarche d’évaluation mais
elle est primordiale : outre le repérage des risques, elle peut déjà permettre de trier et d’éliminer un
certain nombre de produits stockés dans l’entreprise qui n’ont plus d’utilité ou qui sont dégradés.

Inventaire
Il s’agit dans un premier temps, d’identifier et de lister les produits chimiques rencontrés dans
l’entreprise. Cet inventaire, aussi exhaustif que possible, doit prendre en compte :

22
 les matières premières,
 les sous-produits (y compris ceux qui sont émis par des procédés ou des opérations :
émissions de fumées, produits de dégradation, brouillards, poussières…),
 les produits finis,
 les produits de nettoyage ou d’entretien,
 les déchets.
Plusieurs sources d’information peuvent aider à ce repérage : relevés du service achat, bons de
commande, inventaires, étiquettes, procédures…
La consultation des salariés et l’observation des postes de travail et de stockage permettent
d’ajouter les éventuels produits chimiques et procédés qui n’apparaissent pas sur les documents
précédents : échantillons remis par les commerciaux, déchets intermédiaires, nuisances de
l’environnement de travail…

Caractérisation des dangers


L’inventaire est suivi d’une recherche et d’une analyse des informations sur les dangers des
produits et procédés qui ont été repérés. L’exploitation de certains documents peut, ici aussi, se
révéler utile :
- Etiquettes des produits,
- Fiches de données de sécurité,
- Fiche d’entreprise établie par le médecin du travail,
- Rapports d’incident,
- Comptes rendus du CHSCT…
Attention, un certain nombre de produits chimiques ne disposent pas d’étiquettes ou de fiches de
données de sécurité mais présentent tout de même des dangers. C’est le cas des produits émis par
des procédés (comme par exemple les poussières de bois, les fumées de soudage, les gaz
d’échappement, les produits de combustion ou de dégradation thermique…). Ils nécessitent donc
une recherche d’informations complémentaires avec l’aide du médecin du travail.

Résultat de l’inventaire
Le résultat de l’inventaire peut être un tableau ou une liste des produits utilisés dans l’entreprise,
pouvant être facilement réactualisé, contenant les noms des agents chimiques repérés, leur numéro
CAS, les quantités présentes, les lieux de stockage et d’utilisation, l’usage prévu et les
informations sur les dangers qu’ils présentent (classes de danger mentionnées sur l’étiquette ou la

23
FDS). Cet inventaire doit être conservé afin de pouvoir assurer la traçabilité des produits qui ont
pu être utilisés dans l’entreprise.
1.2 Analyse des conditions d’exposition aux risques chimiques

L’exposition d’un travailleur à un agent chimique peut être estimée


Trois manières en fonction de la voie de pénétration de la substance dans l'organisme :

par la concentration dans l’air de l'agent chimique pour l’inhalation,


par la quantité de substance déposée ou passant à travers la peau pour le contact cutané,
par la quantité de substance ingérée pour l’ingestion.

Les expositions peuvent être décrites de différentes manières :

De façon qualitative pour décrire les expositions par niveau de risque et établir des
priorités : faible exposition, exposition modérée, exposition forte...
De façon quantitative déterministe, c'est-à-dire en décrivant l’exposition par une valeur
chiffrée déterminée à partir de données ponctuelles ou moyennées. On peut ainsi
exprimer l’exposition d’un salarié en ppm ou mg/m3 de substance par journée de
travail (8h).
De façon quantitative probabiliste en décrivant l’exposition comme une distribution
statistique de valeurs possibles ou probables. Cette approche est plus complexe mais
permet de mieux prendre en compte la variabilité des expositions et les incertitudes
liées à sa mesure. C’est ce type de méthode qui a été choisi par le législateur pour le
contrôle technique des valeurs limites d’exposition professionnelle (VLEP).
1.3 Hiérarchisation des risques chimiques et outils d’évaluation
 Parmi les risques identifiés, lesquels faut-il traiter en priorité ? Différents outils sont disponibles
pour aider les acteurs de l’entreprise à opérer une hiérarchisation des risques. Ils combinent
généralement des données sur les dangers et l’exposition probable.
Les outils d’aide à l’évaluation ne doivent pas être envisagés comme des outils « clés en main ».
Ils nécessitent en effet généralement que l’entreprise se positionne sur le contour de l’évaluation
(faut-il prendre en compte l’établissement en entier ? procéder atelier par atelier ?) ou sur le type
de démarche à privilégier (part de l’analyse quantitative et qualitative).

Dans tous les cas, il est souhaitable que les résultats obtenus à l’aide des outils choisis soient remis
dans le contexte de l’entreprise et discutés avec les acteurs de l’entreprise..

24
Une limite concernant la plupart des outils existants est, d’autre part, à garder en tête : basés sur la
lecture de l’étiquetage, ils prennent rarement en compte les produits non étiquetés.

Les risques liés aux poussières et vapeurs produites lors de mélanges accidentels, ou au cours de
l’activité normale, ainsi que certains risques environnementaux ne doivent pas être ignorés pour
autant. Quand de tels procédés et émanations sont repérés, des recherches complémentaires sont
donc souvent nécessaires.

25
Section 2 : Méthode d’évaluation des risques chimiques
1.1 Méthodologie d’analyse des risques chimique
La démarche s’appuie sur des techniques simplifiées de modélisation et des méthodes de calcul de
scores pondérés.
Cette évaluation comprend quatre étapes principales
 Classification des substances selon leur danger intrinsèque
 Estimation de l’exposition au poste de travail ;
 Evaluation et hiérarchisation des risques ;
 Sélection de l’approche de maîtrise et de prévention et calcul du risque résiduel estimé.
il convient de revoir l’évaluation dès lors qu’un changement intervient :
 Remplacement/introduction d’un nouveau produit chimique au poste ;
 Modification du procédé de travail existant ;
 Modification des quantités mises en œuvre ;
 Annuellement dans tous les cas.
1.2 Classification des substances selon leur(s) danger(s)
Suite à l’inventaire, il convient d’attribuer une classe de danger. Les classes de dangers sont
déterminées à partir de la classification des substances mises en œuvre et sont regroupées en 5 classes.
Le tableau ci-dessous indique la classe de danger à considérer, en fonction (SGH/CLP).
Tableau 6 : Classification selon la Directive sur les substances dangereuses

Classification selon la Directive sur


ClassieCLP Mention de Classe
les substances dangereuses
danger de
Phrases de risque R
dang
er

R36, R37, R38, R66


H315, H335, EUH066 1
(ou toute combinaison de phrase
contenant un des éléments ci-
dessus)

R20, R21, R22, R33, R65, R67 H302, H304, H312,


H319, H332, H336,
EUH206 2
(ou toute combinaison de phrase
contenant un des éléments ci-
26
dessus)

R23, R24, R25, R29, R31, R34, H301, H311, H314, H317,
H318, H331, H371, H373,
R41, R43 EUH031, EUH032, 3
EUH070,
(ou toute combinaison de phrase
EUH202, EUH204, EUH205,
contenant un des éléments ci- EUH208
dessus)

R26, R27, R28, R32, R35, R40, H300, H310, H330, H334,
H341, H351, H361, H362,
R42, R48, H370, H372, EUH071 4c

R62, R63, R64, R68 (ou toute

combinaison d phrase contenant un


des éléments ci-dessus)

R39, R45, R46, R49, R60, R61 H340, H350, H360, EUH201,
EUH201A, EUH203, EUH207
5
(ou toute combinaison de phrase
contenant un des éléments ci-
dessus)

27
1.3 Estimation de l’exposition au poste de travail
L’estimation de l’exposition nécessite une connaissance des méthodes de mise en œuvre des
produits. Cette étape prend en compte trois paramètres :
 La quantité mise en œuvre ;
 La fréquence d’utilisation ;
 La durée.
Les classes de quantité
Les classes de quantité sont calculées sur la base du tableau ci-dessous :
Tableau 7: Quantité mise en œuvre

Classe de quantité
Solide Liquide

Moins de 1 kilogramme Moins de 1 litre 1

Entre 1 et 5 kilogrammes Entre 1 et 5 litres 2

Entre 5 et 50 kilogrammes Entre 5 et 50 litres 3

Plus de 50 kilogrammes Plus de 50 litres 4

Pour un mélange, en prendra en compte la quantité de la substance la plus toxique et de prendre en


compte les dilutions éventuelles. Ex : 20 litres d’huile de coupe contenant 2% d’Acide borique
sera en classe de quantité 1 (2% x10 litres = 0.2 litre)
 Fréquence et Durée d’utilisation
La classe d’utilisation est déterminée à l’aide du tableau ci-dessous :
Classed’utilisation
Tableau 8: Fréquence et Durée d’utilisation

Fréquence d’utilisation Durée d’utilisation par jour


Occasionnell Ponctuelle Fréquen Inférieure Ent
Permanente à re Entre 1H Supérieur 4H
e Moins Au te
moins Tous les 15 et 4H
d’une fois Au 15 minutes
parmois une fois moins jours min
par mois une utes
fois et
par 1H
semain
e
Côte 1 2 3 4 1 2 3 4
Classe
d’utilisati Classe d’utilisation = Somme des cotes (fréquence + Durée) / 2
on
28
En cas de nombre décimal, il convient d’arrondir au chiffre supérieur
Classe d’exposition
Les classes d’utilisation sont calculées à l’aide de la matrice ci-dessous :
Tableau 9 : classe d’exposition

Classe de
quantité
4 3 4 5 5
3 2 3 4 4
2 2 2 3 4
1 1 1 2 2
1 2 3 4
Classe
d’utilisation

Score de potentiel de risque


Le score de potentiel de risque est déterminé à l’aide du tableau suivant :
Tableau 10 : Score de potentiel de risque

Classe de
danger
5 10.000 20.000 50.000 70.0 100.000
00
4 1.000 2.000 5.000 7.00 10.000
0
3 100 200 500 700 1.000
2 10 20 50 70 100
1 1 2 5 7 10
1 2 3 4 5
Classe d’exposition

1.4 Évaluation et hiérarchisation des risques


Il convient de distinguer
la voie respiratoire (inhalation) 
 la voiepercutanée.
Dès lors, les deux voies sont à étudier indépendamment et systématiquement.
Evaluation lors d’exposition par inhalation
Cette étape prend en compte trois paramètres :
 La forme physique du produit mis en œuvre ;
 La typologie du procédé de fabrication ;
 Le recours à des moyens d’aspiration au poste de travail (EPC – Equipements de
Protection Collectifs)

29
 Forme du produit mis en œuvre
La pénétration dans lesvoies respiratoires et dans le poumon profond d’une substance dépend de ses
caractéristiques physico-chimiques. La classe de volatilité est à considérer selon le tableau ci-après :
Tableau 11 : Forme physique du produit

Forme physique du produit Score de


volatilité
Solide de taille non inhalable
1
Masse solide non dégradée dont la forme et la taille rendent toute
inhalation impossible (> 1 mm). Ex : granulés, pastilles, paillettes …

Liquides, produits pâteux, pré-imprégnés


10
Produits susceptibles d’être volatils et de générer des composés
inhalables. Ex : colle, peinture, mastic, bains de traitement de surface
Poussières, poudres, fumées, fibres, aérosols, gaz
100
Produits dont la taille est directement inhalable (<500µm).
Ex : poussières générées lors d’un procédé, utilisation d’un gaz…

30
 Typologie du procédé de mise en œuvre
La classe de procédé doit donc être prise en compte selon le tableau suivant :
Tableau 12 : Liste des programmes aéronautiques et de défense S.E.P.M par avion et client

Typologie Score de
Exemple
du procédé
procédé

Dispersif Peinture au pistolet, Ponçage, Meulage, 1


Soudure, Utilisation de machines d’usinage
portatives …

Ouvert Peinture à la brosse/pinceau, Poste de 0,5


reconditionnement, Nettoyage manuel au
chiffon humide, Fontaine de dégraissage
Clos mais
ouvert Machine à dégraisser en phase liquide/vapeur, 0,05
régulièrement Etuve, Cabine plasma …

Clos en Réacteur chimique 0,001


permanence

 Equipements de protection collective


Tableau 13 : Typologie d’aspiration à la source utilisée

Typologie d’aspiration à la source utilisée Score de


Protection
collective
Aucune ventilation à la source mais présence d’une
0,7
ventilation générale mécanique
Ventilation à la source : dispositif fixe, contrôlé et efficace
Ex : Table aspirante, hotte ouverte, fentes d’aspiration, 0,1
aspiration intégrée à l’outil, cabine ventilée …
Captage enveloppant ; sorbonne de laboratoire 0,001

31
 Calcul final et hiérarchisation du risque par inhalation

Score de risque par inhalation=


Score de potentiel de risque x Score de volatilité x Score de procédé x
Score de protection collective

Tableau 14 : Score de risque par inhalation

Score de Caractérisation
risque par du Actions correctives et/ou préventives
inhalation risque
Risque a priori S’assurer des bonnes pratiques
≤ 10 négligeable d’hygiène du travail
Idem ci-dessus +
11 – 700 Risque a priori
Vérification de la ventilation générale
faible
Idem ci-dessus +
Mise en place de mesures correctives
701 - 7000 Risque moyen Réalisation de prélèvements
atmosphériques pour vérification des
VLEP
Situation indésirable
Idem ci-dessus +
> 7000 Risque majeur Mise en place de mesures correctives
immédiates et réévaluation des risques
après la mise en oeuvre desdites actions

Evaluation lors d’exposition percutanée

 Surfaceducorpsexposée au Produitconsidéré
Tableau 15 : Surface exposée au produit utilisé

Surface exposée au produit utilisé Score de surface exposée


Aucune 0
Main(s) 2
Membre(s) supérieur(s) 3
Au-delà des 2 membres supérieurs exposés 10

32
Calcul final et hiérarchisation du risque par contact cutané

Score de risque par contact cutané=


Score de potentiel de risque x Score de surface exposée

Tableau 16 : Liste Score de risque par contact percutané

Score de Caractérisation du
risque risque Actions correctives
par et/ou préventives
contact
percutan
é
Risque a priori S’assurer des bonnes
≤ 10 négligeable pratiques d’hygiène du
travail

11 – 700 Risque a priori faible Idem ci-dessus

Idem ci-dessus +
701 - 7000 Risque moyen Mise en place de mesure
corrective : méthode
d’application limitant le
contact cutané
Situation indésirable
Idem ci-dessus +
> 7000 Risque majeur Mise en place de mesures
correctives immédiates et
réévaluation des risques
après la mise en oeuvre
desdites actions

1.5 Évaluation du risque corrige


Dans cetteétape en prendra en compte les moyens de réduction des risques habituellement
déployés aux postes de travail, à savoir :
Les Equipements de Protection Collective (EPC) mobiles ou amovibles ;
Les Equipements de Protection Individuelle (EPI) ;
Les Formations spécifiques aux risques chimiques ;
Les Consignes aux postes précisant les bonnes pratiques enSSE
En calculera le score de risque corrigé afin de mettre en évidence les situations à
risque non maîtrisées.
33
Les scores des différents moyens de réduction des risques sont les suivants :

 Score d’EPC mobiles/amovibles


 Par EPC mobiles/amovibles, il faut comprendre : aspirations sur bras articulé (boas),
entonnoirs aspirants, tuyaux aspirants …

Tableau 17 : Score d’EPC mobiles/amovibles


Score d’EPC
mobiles/amovibles

EPC mobiles/amovibles correctement adaptés et utilisés,


0,2
vérifiés périodiquement et efficaces
Si la condition précédente n’est pas rencontrée 1
 Score d’EPI
Tableau 18 : Score d’EPI

Score d’EPI

EPI correctement adaptés et utilisés, vérifiés 0,3


périodiquement et efficaces

Si la condition précédente n’est pas rencontrée 1

 Score de formation
Tableau 19 : Score de formation Score de
formation
Formation à la maîtrise des risques chimiques adaptée et 0,8
renouvelée
Si la condition précédente n’est pas rencontrée 1

 Score de consigne
Tableau 20 : Score de consigne Score de
consigne
Consignes au poste, connues et disponibles, présentant les
0,8
bonnes pratiques SSE spécifiques
Si la condition précédente n’est pas rencontrée 1

 Calcul du risque corrigé

Score de risque corrigé=


Score de risque par inhalation OUpar contact cutané x Score EPC mobile/amovible
x Score EPI x Score Formation x Score Consignes
34
 Hiérarchisation des risques corrigés
Tableau 21 : Hiérarchisation des risques corrigés

Score de Caractérisation du
Actions correctives et/ou préventives
risque par risque
inhalation
Risque a priori
≤ 10 Pas d’action corrective à mener
négligeable
11 – 700 Risque a priori faible Pas d’action corrective à mener
Se rapprocher d’une personne compétente en
701 - 7000 Risque moyen Santé, Sécurité, Environnement pour
action complémentaire éventuelle
Situation indésirable
Mise en place de mesures correctives
> 7000 Risque majeur immédiates pour atteindre un niveau de
risque inférieur.
Se rapprocher immédiatement d’une personne
compétente en Santé, Sécurité,
Environnement

35
PARTIE 2 : GESTION DES RISQUES SANTE ET SECURITE AU
TRAVAIL AU SEIN SAFRAN ELECRICAL AND POWER MAROC

36
CHAPITRE 1 : PRESENTATION SEPM ET ANALYSE DU PROJET

Durant ma première semaine du stage, et après une sensibilisation SSE, j'ai effectué en compagnie
de mon tuteur entreprise une visite de tout le périmètre du site de SAFRAN Electrical& Power
Maroc afin d’avoir une idée générale du processus de fabrication sur plusieurs programmes et aussi
de rencontrer les différents membres des équipes avec lesquels j'allais travailler tout au long de ma
durée du stage
SAFRAN Electrical& Power anciennement Labinal Power Systems, occupe une position mondiale
de premier plan dans le domaine de la conception, de la production, de l’installation et de
maintenance des systèmes de câblages électrique. Implantée à plusieurs endroits dans le monde,
Safran Electrical& Power propose son savoir-faire industriel et son expérience au service des
principaux constructeurs aéronautiques mondiaux ; elle propose désormais à ses clients une
stratégie « end to end » allant de la conception à l’installation, en passant par l’ingénierie, adaptable
aux besoins spécifiques des clients.

Figure 5: Ligne de production Usine SEPM

Section 1 : Présentation de SEPM


1. Présentation de SAFRAN Electrical& Power Maroc (S.E.P.M)
1.1 Evolution de la société depuis sa création.
SAFRAN Electrical& Power Maroc (S.E.P.M) a démarré son activité l4 novembre 2004 et afin
d’augmenter les capacités existantes de production et de disposer d’une usine performante, elle a
emménagédansunenouvelleunitéindustrielleàAINATIG,régiondelavilledeRabat,dansunterrain
de7hectares(sansextension)etd’unesuperficiede10.850m²(fig.3),enmars2006.Lanouvelleusine (figure
4), qui offre à son personnel un environnement de travail à la pointe de l’innovation technique, est
la concrétisation d’un investissement de 100 millions de dirhams;

37
1.2 Fiche signalétique

Raison sociale société SAFRAN Electrical& Power du


Groupe SAFRAN.

Directeur Général M. Patrick GAILLARD

Adresse Route RHOUBOULA AIN ATIG


Temara Maroc. BP 5110 Temara

Centre Activité Câblage Aéronautique

Année de création 2004

Année 2006
d’inauguration

Effectifs de 1600 (94% féminin)


LABINAL Maroc

Téléphone +212 5 37 61 58 00
Figure 6 : Fiche Signalétique de Safran Electrical and Power Maroc

1.3 Ressources humaines


L’effectif actuel de la société s’élève à 1600 personnes. Le profil général de cet
effectif et l’identification de la société se présentent de la façon suivante :
 Clients principaux :
Airbus Military, Airbus HelicopterMilitary, Airbus, Airbus Helicopter,
SNECMA Aircraft.
 94 % de personnel féminin :
100% chez les opératrices, en raison de l’exigence de dextérité manuelle et
de méticulosité liée au métier de câbleur.
 Formation minimum à l’embauche :
Les opératrices ont au minimum le niveau baccalauréat et nombreuses sont
celles qui ont plus, baccalauréat + 2, voir un niveau supérieur.
 29 ans de moyenned’âge.

38
1.4 Les rythmes de production
1 équipe 1 x 8 = sur les horaires suivants : 8h – 17h45 du lundi au vendredi.
L’activité Laser fonctionne 24h/24.
Le samedi est réservé aux activités de maintenance.
L’usine ferme habituellement pendant une semaine l’été

Figure 8: La nouvelle usine Figure 7: Situation


S.E.P Maroc à AIN ATIG géographique S.E.P.M

LapartducapitalmarocaindeS.E.P.Ms’élèveà100000DH contre300000DHcommepartducapital
étranger. Aveccetteusinedédiéeprincipalement àdesproductionsdecâblagesdestinésàl’ensemblede
la gamme Airbus, Eurocopter et prochainement Boeing, S.E.P.M répond aux augmentations de
production du marché aéronautique et contribue ainsi au développement industriel de larégion

1.5 Organigrammes SSE


La direction générale de SAFRAN Electrical& Power Maroc compte 6 directeurs répartis sur 6
départements et un délégué général de SAFRAN Electrical& Power, voir l’organigramme de la
figure 4, dont le principal rôle est le maintien du système management intégré Santé, Sécurité,
Environnement.
 Organigramme general

39
Figure 9: Organigramme de Safran Electrical and Power

 Organigramme SSE

Le service Santé, Sécurité, Environnement (SSE) vient d’être mis en place à SAFRAN Electrical
& Power Maroc depuis 2012 le département Moyens Industriels et Moyens Généraux & Santé,
Sécurité et Environnement (MIMG&SSE)

Figure 10: Organigramme du Service SSE

40
1.6 Les standards SSE SAFRAN
Le standard :

 Outil de management pour une auto-évaluation des sites mais également outils
d’échange dans le groupe et cohérence de la maitrise des risques SSE et outil d’audit
 Le standard se présente sous forme de niveaux de maturité. Pour passer d’un niveau à un
autre niveau, il faut se conformer et répondre aux exigences décrites dans le standard.

Axe 1 Tableau 22: Organisation des


standards SSE SAFRAN – Axe 1 et
Les prérequis du système de management 2

1-1 Gestion réglementaire


1-2 Gestion documentaire
Axe 2 1-3 Environnement – Permis, milieu, voisinage
2-1 Engagement et Leadership du Mangement
Leadership (Performance)
2-2 Analyse de risques et d’impacts
2-3 Inspections Générales Planifiées (IGP)
2-4 Enquêtes et analyses
2-5 Gestion des changements
Tableau 23: Organisation
des standards SSE SAFRAN
Axe 3 - Axe 3 et 4
Tous acteurs (Pérennité)
3-1 Implication du personnel
3-2 Formation / Sensibilisation
3-3 Prestataires sur site
Axe 4 4-1 Travaux en hauteur
4-2 Consignation – Déconsignation
Bonnes pratiques (Amélioration 4-3 Espaces confinés
4-4 Atmosphères Explosives (ATEX)
4-5 Interventions hors sites
4-6 Risques Chimiques Santé Environnement
4-7 Risques Physiques Santé

4-8 Santé- Conditions de travail


* Les standards concernés par les projets 4-9 Amiante et fibres
4-10 Prévention de la légionellose
4-11 Ergonomie*
4-12 Environnement – Sols et pollutions historiques
4-13 Aspects environnementaux
4-14 Gestion des situations d’urgences
4-15 Prévention et protection incendie
4-16 Système de gestion de la sécurité (SGS)
4-17 Risque routiers

41
2. Déroulement du stage
2.1 Cadre du projet et Taches effectuées
Safran dispose d’un référentiel d’un niveau de maturité certifié Or depuis 2017, et visant
Maintenir ce niveau et mettre en place les standards selon les nouvelles outils et processus
dans d’une démarche d’amélioration continue et préparer la revue de direction 2019 selon
les objectif définit dans le POPSSE,j’étais responsable de mettre en œuvre les standards
concernant les risques TMS, chimiques le nouveau standards risque routier 2018
Tableau 24: Cerner la problématique avec la méthode QQOQCP

Données d’entrée : Standards, outils, et processus de Safran

Qui ? Qui est concerné par le Le département Moyens généraux, moyens industriels
problème et SSE de SEPM
A qui l’amélioration rendra-t-
elle service

Gestion des risques SSE et Contribution à la mise en


Quoi ? De quoi il s’agit œuvre des standards routiers

L’ensemble des zones


Où ? le lieu du problème

Quand ? Quand est-ce nous avons POPSSE Préparation pour la revue de direction 2018
fixé comme objectif la montée en
maturité du système de
management

Comment ? Comment -Evaluation des risques chimiques


améliorer le niveau de maturité -Evaluation des risques TMS
du système de management

Pourquoi ? pourquoi on doit Assurer un environnement de travail sain et sécuritaire


résoudre ce problème
Données de sortie :
 Améliorer la performance SSE
 Maintenir le niveau or
 Preparation à la revue de direction 2018

42
2.2 Equipe Projet
Tableau 25: Equipe Projet

Equipe du projet Rôle et responsabilité projet

Ihssane EL-MOUKHTARI Acteur PRAP, responsable Santé, Sécurité,


Environnement

Said SYASSI Acteur PRAP, sponsor Standard Ergonomie,


responsable Safran+ Programmes Séries

Brahim EZ-ZEDGUI Responsable Maintenance

Fatah OFKIR Acteur PRAP, technicien Maintenance

Fatiha Tutrice KANBAN

Opératrices Collecte des données

Après avoir maitrisé les méthodologies d’évaluation et une réunion de lancement de projet a été
programmée avec la présence du responsable SSE, Un e-mail informant du début de mon
intervention a été envoyé à tous les responsables UAP et aux chefs d’équipes de fabrication.

2.3 Les acquis


Ce stage m’a permis :
- Avoir une maturité professionnelle,
- Travailler avec des équipes
- Découvrir des méthodes et des outils indispensables à un responsable SSE
- Application des connaissances sur l’ergonomie et risque chimique.

2.4 Les problèmes rencontrés


- Comprendre la méthodologie d’évaluation SSE
- Confidentialité des données
- Contrainte du temps
- Conflit d’intérêt entre production, qualité et SSE

43
2.5 Les recommandations
J’aimerais bien préciser que les objectifs sont atteints et la durée insuffisante du stage, pour que
je puisse voir d’autres standards SSE tel que :
 Gestion réglementaire
 Risque Généraux
 Risque routier
 Achat durable
Ma seule recommandation c’est renforcé les formations ergonomique et prévention des
risques chimiques pour intégrer l’ensemble des personnelles

44
CHAPITRE 2 :GESTION DES RISQUES SANTE ET SECURITE AU SEIN
SAFRAN ELECTRICAL AND POWER MAROC
La planification de la démarche est généralisée sur tout le
sitedeSAFRANElectrical&PowerMAROC(soit6 programmesdeproduction,). La planification est
réalisée à l’aide du logiciel Excel, étalée sur une durée de 12 semaines, tout en mentionnant les dates
d’intervention et les équipes avec lesquelles j’ai collaboré dans chaque programme. Ces zones sur la
démarche de travail desquels j’avais déjà une première idée grâce à mes premières semaines dustage.

Section 1 : Gestion des risques des items ergonomique


Le déploiement de l’Ergonomie dans l’ensemble des sites du Groupe vise à améliorer la performance
des systèmes de travail en adaptant le travail aux salariés afin de mieux préserver la santé et
d’optimiser les situations de travail.
Cette partie s’appuie une application nommée TESSE Safran génère automatiquement un résultat
sur la gravité du risque de chaque sous activité réalisée dans ce poste et proposer des solutions pour
chaque risque pour éliminer les risques important

1. Analyse et mise en œuvre de l’étude


1.1 Evaluation des postes de travail
L’évaluation de chaque programme débute par une entrevue avec le responsable UAP qui me donne
une idée globale sur l’ensemble du programme.
Ensuite, ses chefs d’équipes m’accompagnent pour une visite guidée détaillée de chaque ligne de
production.
Par la suite je me dirige vers les opératrices dans chaque poste de la ligne pour les interroger, surveiller
et chronométrer les opérations qu’elles effectuent, peser les produits en cas de port de charge et enfin
remplir ma check-list.
SAFRAN utilise une application nommée TESSE - Traçabilité des Evaluations SSE- élaborée à l’aide
du logiciel Microsoft Excel 2013 et programmée pour générer automatiquement le résultat des
évaluations (Figure 12)

45
Figure 11 : TESSE SAFRAN

Au final, j’obtiens automatiquement un résultat sur la gravité du risque de


chaque sous activité réalisée dans ce poste (Figure 11).
Bleu  Risque Mineur ;

Vert  Risque à surveiller ;

cJaune  Risque Important ;

Rouge  Risque Prioritaire ;

Figure 12 : Résultat TESSE

Ci-dessousl’évaluationdetoutpostedetravailchezSAFRANElectrical&Power MAROC

46
- Programme CMP

Figure 13 : Evaluation Programme C

- Poste autosodeur

Figure 14 : Evaluation

- Sertissage

Figure 15 : Evaluation

47
- Enfichage

Figure 16 : Evaluation

- Surtressage

Figure 17 : Evaluation

- Préparation des berrettes

48
- Préparation des berrettes

- Cheminement

Figure 18 : Evaluation

49
- Déplacement des harnais

Figure 19 : Evaluation Magasin

- Mise caisse

Figure 20 : Evaluation

- Manutention

Figure 21 : Evaluation

50
- Déviation

Figure 22 : Evaluation

 Activités aux zones de stockages


- Magasin

Figure 23 : Evaluation Magasin

- Hangar & Locale expédition et réception :

Figure 24 : Evaluation

51
 Activités aux locaux techniques

- Local Surtressage

Figure 25 : Evaluation Local Surtressage

Local Gabarit

Figure 26 : Evaluation Local Gabari

52
1.2 Détection des postes critiques
L’évaluation des risques ergonomiques sur le site a dévoilé plusieurs opérations présentant un risque « Majeur
» et principalement en liaison avec le Port du charge (voir tableau5). Ces opérations détectées nécessitent une
intervention immédiate pour les corriger.
Tableau 26 : Liste des opérations détectées représentant un risque « Majeur »

Programme
Type de Gravit L'activité
concerné
risque é
Port de 80VU Mise en Caisse
Charge

Port de HANGAR Chargement & Déchargement des


Charge bobines grandes section

Montage bobines étiquettes dans


Port de
Charge "Préparation Manchons et plaquettes".
CMP
Changement et déplacement des
Port de
bobines
Charge
pour "Coupe LASER".

Port de Stockage & Déstockage des bobines


Charge MAGASIN
Port de Alimentation du stock
Charge

Port de TP400 Coupe Gaines


Charge

53
Dans le tableau 6 ci-dessous on trouve plusieurs opérations d’un risque évalué « Important » réparti sur
l’ensemble du site et qui englobe les trois items d’ergonomie (Port de charge, Posture et Répétitivité).
Tableau 27 : Liste des opérations détectées représentant un risque « Important »

Programme
Type de Gravité L'activité
concerné
risque

Port de A400M Déplacement Harnais entre le poste et test


charges

Port de AHF MKII BASE Déplacement Harnais entre le poste et


charges Test

Port de AHF N4 Déplacement Harnais entre le poste et


charges Test

Chargement/déchargement
Port de Hangar
charges
des bobines moyennes
sections

Déplacement des outillages modulaires avant et après


Port de TP400 utilisation
charges

Postures 80 VU Mise en caisse

Postures 120 VU Mise en caisse

Postures Rangement dossiers dans la zone


impression

Postures CMP Assemblage dans montage mécanique


(1er bout)

Postures Montage bobines dans "Manchons et


plaquettes"

Postures GAP 1 Traitement "Pièce Mécanique"

Mise en caisse
Postures Zone finition

54
Postures Stockage des bobines

Magasin
Postures Alimentation du stock

Postures TP400 Coupe Gaines

Postures Maintenance Travail en hauteur


atelier

10VU - 80 VU -
Répétitivité A400M - AHD - Enfichage (1er bout)
A350
- WP 300 - WP
4004

10VU - 80 VU -
Répétitivité A400M - AHD - Nœud de frette
A350
- WP 300 - WP
4004

Répétitivité Préparation câbles dans "Coupe LASER"

Répétitivité CMP Dénudage pneumatique dans "Coupe/Etamage"

Répétitivité Coupe gaine & étiquetage dans "Coupe/


Etamage"

L’étape de l’évaluation nous a permis de déterminer les postes critiques qui présentent des grands
risques liés à l’ergonomie.
Le temps maintenant est venu d’apporter des modifications en profondeur afin d’atteindre l’objectif
fixé au début du projet, celui d’éliminer en priorité les risques évalués majeurs ensuite ceux évalués
importants et cela à l’aide des outils de de la qualité.

2. Elaboration d’un plan d’action


A la fin de l’évaluation, j’ai organisé une réunion avec son acteur PRAP pour valider les résultats
obtenus, définir si effectivement le risque évalué « Majeur » ou « Important » représente un grand
risque sur la santé de l’opératrice et mettre ensemble un plan de prévention et d’action à planifier et
à mettre en place par la suite

55
Pour garder un œil et suivre personnellement l’avancement des projets, j’ai opté Tableau présentant
le responsable de chaque action préventive avec une date limite désignée pour sa réalisation
Tableau 28 : Avancement plan d’action

Type de Gravi Prog. concerné L’action Prévu Responsable Date prévu état
risque té
Equipement technique
Port de 80 VU - Mise en
industriel pour soulever Manger SSE 28/06/2019
charges caisse
l'harnais et le mettre en caisse
Local gabarit - Améliorer le chargement et
Port de Chargement/déchar déchargement des bobines Maryam
31/05/19
charges gement des bobines grandes sections au Local ESSAID
grandes sections Gabarit
Hangar -
Définition d'une solution pour
Port de Chargement/déchar Hatim
le port des bobines grandes 31/05/19
charges gement des bobines CHADLI
sections dans le Hangar
grandes sections
Hangar - Mise en place de la solution
Port de Chargement/déchar contre le port des bobines Hatim
31/05/19
charges gement des bobines grandes sections dans le CHADLI
grandes sections Hangar
Hangar -
Définition d'une solution pour
Port de Chargement/déchar
le port des bobines moyennes / Hatim 31/04/19
charges gement des bobines CHADLI
sections dans le Hangar
moyennes sections
Hangar - Mise en place de la solution
Port de Chargement/déchar contre le port des bobines Hatim
28/03/19
charges gement des bobines moyennes sections dans le CHADLI
moyennes sections Hangar
CMP - Changement
Port de Khadija
des bobines pour la Formation Geste et Posture 28/03/19
charges MELIJI
coupe LASER
CMP - Changement Mettre en place des chariots
Port de Fatah OUFKIR
des bobines pour la adéquats pour le stockage des / Hatim 28/03/19
charges
coupe LASER bobines devant les machines CHADLI
Port de CMP - Changement Mettre en place un chariot à Maryam 28/04/19

56
charges des bobines pour la disposition en cas du besoin ESSAID
coupe LASER d'une référence bobine non
disponible devant la machine
Définition d'une solution pour
Port de Magasin - Stockage Maryam
le stockage des bobines dans 30/05/19
charges des bobines ESSAID
le magasin
Mettre en place une solution
Port de Magasin - Stockage Maryam
pour le stockage des bobines 30/05/19
charges des bobines ESSAID
dans le magasin
WP300 -
Port de
Cheminement Chariot pour le déplacement Jaouad BYADI 28/03/19
charges
système I et II
Equipement technique
80 VU - Mise en
Postures industriel pour soulever SaidSyassi 28/03/19
caisse
l'harnais et le mettre en caisse
GAP 1 - Traitement Benchmark avec VMR + Ghali
Postures 28/03/19
"Pièce Meca" solution technique BENBACHIR
Zone finition / Détailler le problème + Flash
expédition / mur sécurité pour l'interdiction de
Postures SaidSyassi 28/03/19
qualité - Mise en monter sur la table pour
caisse l'éxécution de la tâche
Zone test D16 - Réorganisation de la tâche
Branchement/débra pour faciliter le
Postures Hatim DRAGA 28/03/19
nchement sur les débranchement des câbles sur
tables Univ les tables universelles
Magasin - Stockage Khadija
Postures Formation Geste et Posture 28/03/19
des bobines MELIJI
Régularisation efficace de la
80 VU - Enfichage
Répétitivité climatisation - Projet de Said SYASSI 30/06/19
(1er bout)
climatisation
Donner aux opératrices
concernées le droit à 5min de
CMP - Coupe Mohamed
Répétitivité pause chaque 2 heures/ 30/05/19
LASER AGRAD
Remplacement de l'opératrice
pour la récupération

57
Donner aux opératrices
CMP -
concernées le droit à 5min de
Blindage/Etamage Mohamed
Répétitivité pause chaque 2 heures/ 30/05/19
(Dénudage AGRAD
Remplacement de l'opératrice
pneumatique)
pour la récupération
CMP -
Améliorer la périodicité de
Blindage/Etamage Brahim EZ-
Répétitivité l'entretien de la pédale 30/05/19
(Dénudage ZEDGUI
pneumatique
pneumatique)

58
Affichage ergonomique
Un affichage ergonomique est à mettre en place et à respecter pour éviter tout type d’accident en
relation avec la manutention bobines au Hangar :
Une fiche Flash Sécurité a été mise en place dans le Hangar expliquant une méthode saine à suivre
pour éliminer le risque de port de charge avec l’utilisation du chariot élévateur.

Les manutentionnaires ont été sensibilisés au risque et formé pour effectuer l’opération avec
l’utilisation du gerbeur.

Figure 28 : Flash
Figure 27 : Flash sécurité mise en
sécurité crée Hangar

59
Bonnes pratiques
(POSTE DE TRAVAIL « COUPE GAINES »)
Ce poste de travail situé dans le programme TP400 représentait à l’évaluation un risque majeur en port de charge
causé par le déplacement manuelle des bobines grandes sections. Cependant, la suppression de ce poste et la
conception d’un nouveau poste de travail facilitant l’opération a été mise en action piloté par le technicien Lean
de la zone.

Figure 29 : Image du poste de travail précédemment

Nouvelle conception de poste a été réalisée. Après sa validation de la part du sponsor ergonomie,

Figure 30 : CDC Figure 31 : Le


du nouveau pos nouveau poste
réalisé et mis en
place

60
Figure 32 : projet portique rotatif

61
Figure 33 : Le nouveau poste réalisé et mis en place

AUTOMATISATION DE LA PORTE DE SURTRESSEUSE


Le constat est que la porte de la surtresseuse (atelier WP4004) est lourde. En plus, vu les fréquentes
manipulations (ouvrir/fermer), la tâche devient pénible. Aussi minime qu’elle soit, La répétitivité
présentait un risque TMS.

L’idée est d’automatiser la porte en dimensionnant des vérins pneumatiques. La partie commande est
intégrée sur le pupitre. Le tout est conçu en respectant les consignes SSE

Figure 34: la porte de la surtresseuse

62
CHARIOT VALISE JAUNE
Le test de la résistance électrique se fait à l’aide d’un appareil nommé valise jaune. Le constat est que
l’appareil est lourd, et l’opération nécessite de le déplacer le long de la table où le harnais est déposé,
selon les parties qu’il faudrait tester.
Conception et réalisation en interne d’un chariot qui permettra de faire l’opération de test sans avoir
à porter, transporter, déposer la valise jaune

Figure 35 : chariot valise jaune

ACTIVATEUR PNEUMATIQUE
POSTES DE SERTISSAGE DES CONTACTS ALUS A350

Figure 36 : poste de sertissage

Trouver un moyen technique pour faire un sertissage automatisé du câble afin d’éliminer la
manipulation manuelle qui conduit à des gestes sous contraintes.
 Mettre en place une pince à sertir légère qui ne nécessite pas une grande force pour
l’utilisation.

 Situation après

63
Figure 37 : Activateur pneumatique

64
Section 2 : Gestion des risques chimique

1. Analyse et mise en œuvre de l’étude


La méthode d’évaluation des risques chimiques Safran vise à identifier, estimer et hiérarchiser les
risques induits par des substances chimiques dans le but de les réduire à un niveau le plus bas possible.
1.1 Inventaire des produits Chimiques :
L’étape la plus importante dans l’évaluation des risques d’établir un inventaire (Annexe 1)
Il s’agit d’identifier et de lister les produits chimiques rencontrés dans l’entreprise. L’inventaire est
réalisé pour pouvoir assurer la traçabilité des produits qui sont utilisés dans l’entreprise et pour faire
une évaluation aussi exhaustive que possible. Il comportera les éléments Disponible sur Reaching
(REACHING est un outil Groupedestiné à recenser, mettre à jour et archiver les Fiches de
Données de Sécurité (FDS) afin de répondre aux exigences imposées par différentes
réglementations et notamment REACH.

Figure 38 : Interface site REACHING

65
1.2 Caractérisation des dangers
Après l’inventaire que j’ai réalisé il convient de leur donner une classe de danger. Pour définir la classe
de danger je me suis baser sur les phrases de ‘R et les Phrases ‘H’ qui se trouvent sur les FDS
téléchargeable sur REACHING et sont regroupées en cinq classes Selon le tableaude classification des
dangers
Le tableau suivant représente un récapitulatif des nombres des produits dans chaque classe de danger :
Tableau 29 : Caractérisation des dangers

Classe de
Nom produit Phrases de risque Mention de danger (CLP) danger

Activateur 3140 ____ H225-H319-H336-H400-H410 2


H225- H317-H335-H336-H412-
AerodurClear
H411-H334-H332-H319-H315- 4
43022
H312-H226-H304-H325
Alcool
2
isopropilique H225-H336-H319
Alliage de soudre
____ ____ 3
au plomb
AZOLLA ZS 46 ____ EUH210
H315-H319-H336-H411-H225-
BOSTIK 1400 ____ EUH208-H304-H361f-H317-H224- 3
H373-EUH066
CareClean AS1 R65-R66 H226-H304 2
H225-H319-315-H336-H411-
COLLE HAUTE EUH208-H304 (EUH066-H225-
____ 2
TEMPERAT H304-H315-H317-H319-H336-
H361d-H400-H410-H411-H413)
DOUBLE
BUBBLE RED ____ ____
PACKAGE
Dowcorning 732 ____ ____
R11 - R67-R36-
H225 H319 H336 H226 EUH066
ECOFREC 202 R10-R66 - R67 R22 3
H302 H318 H411
R41 -R51/53
ELASTOSIL H318-H302-H314-EUH014 3
R10 - R36 R37 - H226 - H319- H335- H336 - H411-
F69TUK 2
R51/53 - R67 R50 EUH208-H413-H400 H410
FM 200 H280
H315-H317-H319 H335 H314 H242
Freinage Fort 300 _____ H302 H312 H331 H335 H373 H411 3
H412

66
Hellerine20CCM ____ ____
R38
Huile-hydraulique R41 H304-H315-H318-H400-H410-
3
HF-‐95 R50/53 H411-
R51/53
H319-H335(H242-H301-H302-
H311-H312-H314-H315-H317-
Loctite 222 R36/37 2
H319-H330-H331-H335-H373-
H400-H410-H411-H412)
H225 H315 H318 H317 H335 H412
Loctite 246 ____ H302 H311 H332 H314 H312 H373 4
H242 H331 H400 H410 H351
H315 H319 H317 H335 H412 H373
Loctite 270 R36/37/38 - R43 H302 H242 H411 H331 H314 H301 4
H351 H400 H410
H242-H301-H302-H311-H312-
R20 - R36/37 -
Loctite 274 H314-H331-H373-H411-H412- 3
R52/53
H319-H335-H412
H315 H319 H335 H400-EUH202-
Loctite 424 ____ 4
H410 H351 H341 H302 H318 H317
H319 H335 H312 H373 H302 H242
Loctite 932 R20-R36/37-R52/53 H331 H411 H412 H301 H315 H317 4
H330 H400 H410
H242-H301-H302-H311-H312-
H314-H315-H317-H319-H412-
Loctite E242 ____ 4
H335-H330-H331--H373-H400-
H410-H411-
H225 - H319 - H336
LOCTITE SF R11-R36-R52/53-
- H412-EUH066-H318-H302-H410- 3
7471 R66-R67
H317-H400
H302-H315-H319-H373-(H290-
Naftoseal MC 780
____ H314-H318-H332-H334-H373- 3
B1-2, Hardener
H335-H412-H413)
Naftoseal MC238
R52/53 R51/53 H225 - H314- H361- H373 - H413 4
B-2
H302-H315-H319-H373-(H290-
Naftoseal MC-780
____ H314-H318-H332-H334-H373- 3
B-2 Hardener
H335-H412-H413)
R20/22 - R36/38-
Naftoseol MC-780 H332-H302-H314-H335-H318-
R35-R42/43- 4
B2 H334-H317
R37/38-R41
Compound MC-
R52/53 H412 2
238B-2
R20/22.R36/38 H302-H319-H315.
R22 H314
R35 H317
Naftoseal MC-238
R36/38 H318 3
B-2 Hardener
R37/38 H332
R41 R H334
R42/43 H335
Nyco 65
___ ___ ___
VASELINE

67
PR1773B2 ____ H400-H410-H411-H412 ___
Raychman Brand R34 R38 R41 R43
H315 H318 H317 H314 H225 H361
S1125 et S1264 R11 R63 R65 R67 2
H304 H373 H336
Adhésif part 1 R48/20

 Certaines FDS de certains produits on ne peut pas définir leurs classes de dangerne
comportepas les phrases R ni les phrases de danger H
 L’inventaire a été réalisé dans magasin de stockage, magasin produit chimiques et l’atelier.

1.3 Hiérarchisation des risques chimiques et outils d’évaluation


- WP300
Tableau 30 : hiérarchisation des dangers WP300

W4004

Tableau 31 : hiérarchisation des dangers WP300

68
- TP400
Tableau 32 : hiérarchisation des dangers WP300

- ECD
Tableau : hiérarchisation des dangers WP300

69
- CMP
Tableau : hiérarchisation des dangers WP300

70
- COMPOUND
Tableau : hiérarchisation des dangers WP300

71
- ECD

Tableau : hiérarchisation des dangers WP300

72
- PORTES
Tableau : hiérarchisation des dangers WP300

73
Au final, j’obtiens automatiquement un résultat sur la gravité du risque, L’étape de l’évaluation
nous a permis de déterminer les postes critiques qui présentent des grands risques.

2. Elaboration d’un plan d’action


la prévention des risques chimiques effectué sur des substances chimiques conduisant à des
risques jaunes. Ils devront être réduits
Tableau 33 : Plan d’action

Nom du
Programmes Inhalation Percutané Description de l'action
produit

LOCTITE
TP400
f246
143 768 Flash et consigne SSE

WP300 PR1773B2Base 3500 2000 Substitution

ECD ELASTOSIL 7000 4000 Flash et consigne SSE

ECD S1125 Kit1 7 000 6000 Flash et consigne SSE

WP 300 S1125 Kit1 7000 4000 Flash et consigne SSE

Portes A380 S1125 Kit1 4 000 768 Flash et consigne SSE

KE-42-B CMP 3500 2000

VERNIS
CMP 3500 2000
VERNILIC

COMPOUND LOCTITE 270 143 768 Substitution

WP300 Loctite 222 2 688 768 Réalisation des FDS

74
.
Organisation des armoires magasin et Lignes de production

 Afficher les standards dans l’armoire de chaque programme


 Contrôler les armoires périodiquement (Produits périmés, organisation…)
 Mettre à jour les FDS dans les classeurs (magasin et infirmerie)

Figure 39 : standard armoire2 magasin

75
Figure 40 : standard armoire2 magasin

76
Figure 41 : standard armoire2 magasin

Réalisation des fiches de poste

La fiche de poste est un support d’aide incontournable lors de la formation du nouvel arrivant
au poste de travail correspondant.

Une mise à jour de la fiche de poste doit être envisagée de façon régulière et notamment dans les
cas suivants

 Suite à un accident
 Quand une situation à risques a été détectée
 Quand l’évaluation a été remise à jour
 Suite à des évolutions techniques (Connaissance de nouveaux dangers,
nouvelles installation, nouvelles protection collective, Nouveau EPI, …) et
réglementaires (évolution de la classification ou de l’étiquetage, nouvelles
obligations …)

77
Elle doit être accessible à tous, placés près du poste de travail et lisible, avec un aspect esthétique
et convivial : photographie du poste de travail, texte synthétique, pictogramme, couleurs variant
en fonction de la nature du message.

Sur papier, sous un plastique le protégeant d’éventuelles salissures, elle peut êtretraduite en
plusieurs langues. La forme de ces fiches est donc très variée.

Figure 42 : Exemple de Flash sécurité MAPAERO

Etiquetage

Les étiquettes sont présentes sur les substances délivrées par le fournisseur, mais très rarement sur
les préparations ou les substances transférées. Cela une procédure d'étiquetage doit donc être mise
en place en respectant les principes de communications fixés dans la partie précédente.

 Moyens mis en place


- Récolter les données nécessaires sur le produit à étiqueter (dangers, phrases de
risques,
- conseil etc.) sur les Fiche de données de sécurité
- Choisir les pictogrammes de dangers correspondant
- Si besoin est, rajouter un deuxième pictogramme.
- Indiquer le nom du produit chimique :
- Donner sa composition chimique, sa concentration etc.
- Ajouter les phrases de risques qui correspondent aux dangers du produit.

78
- Ajouter les phrases pour les conseils de prudence qui correspondent aux
dangers du produit.
- Choisir la taille de l'étiquette désirée (grande, moyen, petite)
- Imprimer les étiquètes

Figure 43 : Exemple étiquette grande taille

79
CONCLUSION GENERALE
Au terme de ce projet industriel intitulé «Gestion des risques santé et sécurité au
travail selon les standards SAFRAN»
Ma première mission consiste à évaluer les risques des items ergonomiques (postures,
porte de charge et répétitivité) et chimiques. Selon les nouvelles outils, processus,
méthodes et standards, L’objectif de cette partie est de localiser les risques critiques sur
la base de cette évaluation j’ai élaboré un plan d’action. .
Une bonne compréhension de la méthodologie d’évaluation et une planification bien
organisée sont nécessaires à la réussite de l’évaluation
Ce stage m’a permis :
 Avoir une maturité professionnelle,
 Travailler avec des équipes
 Découvrir des méthodes et des outils indispensables à un responsable SSE
 Application des connaissances sur l’ergonomie et risque chimique.
J’aimerais bien préciser que les objectifs sont atteints et la durée insuffisante du stage,
pour que je puisse voir d’autres standards SSE.

80
Table des figures
Figure 1: Diagramme bête à corne .............................................................................................. 14
Figure 2 : Amplitudes ................................................................................................................. 15
Figure 3: Evaluation finale .......................................................................................................... 19
Figure 4: Masse limite recommandé............................................................................................ 20
Figure 5: Ligne de production Usine SEPM ................................................................................ 37
Figure 6 : Fiche Signalétique de Safran Electrical and Power Maroc ........................................... 38
Figure 7: Situation géographique S.E.P.M .................................................................................. 39
Figure 8: La nouvelle usine S.E.P Maroc à AIN ATIG................................................................ 39
Figure 9: Organigramme de Safran Electrical and Power ............................................................ 40
Figure 10: Organigramme du Service SSE .................................................................................. 40
Figure 11 : TESSE SAFRAN ...................................................................................................... 46
Figure 12 : Résultat TESSE ........................................................................................................ 46
Figure 13 : Evaluation Programme C .......................................................................................... 47
Figure 14 : Evaluation ................................................................................................................. 47
Figure 21 : Evaluation ................................................................................................................. 50
Figure 22 : Evaluation ................................................................................................................. 51
Figure 23 : Evaluation Magasin .................................................................................................. 51
Figure 24 : Evaluation ................................................................................................................. 51
Figure 25 : Evaluation Local Surtressage .................................................................................... 52
Figure 26 : Evaluation Local Gabari ........................................................................................... 52
Figure 27 : Flash sécurité crée ..................................................................................................... 59
Figure 28 : Flash sécurité mise en Hangar ................................................................................... 59
Figure 29 : Image du poste de travail précédemment ................................................................... 60
Figure 30 : CDC du nouveau pos ................................................................................................ 60
Figure 31 : Le nouveau poste réalisé et mis en place ................................................................... 60
Figure 32 : projet portique rotatif ................................................................................................ 61
Figure 33 : Le nouveau poste réalisé et mis en place ................................................................... 62
Figure 34 : la porte de la surtresseuse ......................................................................................... 62
Figure 35 : chariot valise jaune ................................................................................................... 63
Figure 36 : poste de sertissage ..................................................................................................... 63
Figure 37 : Activateur pneumatique ............................................................................................ 64
Figure 38 : Interface site REACHING ........................................................................................ 65
Figure 39 : standard armoire2 magasin ........................................................................................ 75
Figure 40 : standard armoire2 magasin ........................................................................................ 76
Figure 41 : standard armoire2 magasin ........................................................................................ 77
Figure 42 : Exemple de Flash sécurité MAPAERO ................................................ 78
Figure 43 : Exemple étiquette grande taille ............................................................ 79

81
Liste des tableaux
Tableau 1: Nombre d’action technique par minute ................................................. 16
Tableau 2 : Temps de cycle en seconde .................................................................. 17
Tableau 3: Fréquence du danger ............................................................................. 17
Tableau 4: Fréquence du danger ............................................................................. 18
Tableau 5: Masse limite recommandée initiale ....................................................... 20
Tableau 6 : Classification selon la Directive sur les substances dangereuses .......... 26
Tableau 7: Quantité mise en œuvre ........................................................................ 28
Tableau 8: Fréquence et Durée d’utilisation ........................................................... 28
Tableau 9 : classe d’exposition ............................................................................... 29
Tableau 10 : Score de potentiel de risque ............................................................... 29
Tableau 11 : Forme physique du produit ................................................................ 30
Tableau 12 : Liste des programmes aéronautiques et de défense S.E.P.M par avion
et client .................................................................................................................. 31
Tableau 13 : Typologie d’aspiration à la source utilisée ......................................... 31
Tableau 14 : Score de risque par inhalation ............................................................ 32
Tableau 15 : Surface exposée au produit utilisé ...................................................... 32
Tableau 16 : Liste Score de risque par contact percutané ....................................... 33
Tableau 17 : Score d’EPC mobiles/amovibles ........................................................ 34
Tableau 18 : Score d’EPI ....................................................................................... 34
Tableau 19 : Score de formation ............................................................................. 34
Tableau 20 : Score de consigne .............................................................................. 34
Tableau 21 : Hiérarchisation des risques corrigés ................................................... 35
Tableau 22: Organisation des standards SSE SAFRAN – Axe 1 et 2...................... 41
Tableau 23: Organisation des standards SSE SAFRAN - Axe 3 et 4 ...................... 41
Tableau 24: Cerner la problématique avec la méthode QQOQCP .......................... 42
Tableau 25: Equipe Projet ...................................................................................... 43
Tableau 26 : Liste des opérations détectées représentant un risque « Majeur » ....... 53
Tableau 27 : Liste des opérations détectées représentant un risque « Important » ... 54
Tableau 28 : Avancement plan d’action ................................................................. 56
Tableau 29 : Caractérisation des dangers ................................................................ 66
Tableau 30 : hiérarchisation des dangers WP300 ................................................... 68
Tableau 31 : hiérarchisation des dangers WP300 ................................................... 68
Tableau 32 : hiérarchisation des dangers WP300 ................................................... 69
Tableau 33 : Plan d’action ...................................................................................... 74

82
BIBLIOGRAPHIE

 Aide-mémoire risque chimique 3 édition, DUNOD CHAPITRE 7 la prévention des


risques professionnels page 187
 Ergonomie –. Guide de formation, Ste-Foy, Université Laval, 4e édition, Lajoie,
ergonome (CSST)Articles : OUTILS D’ANALYSE ERGONOMIQUE page 98
 Les standards SSE-Groupe SAFRAN
 Norme EN 1005-5, 2007 :5.3.3 Estimation du risque et évaluation simple de la
manipulation répétitive à fréquence élevée liée à l'utilisation de machines (Méthode 1)
 Le code du travail, Loi n° 65 – 99 de décembre 2003, chapitre santé et à la sécurité au
travail

WEBOGRAPHIE

 Site officiel de SAFRAN


 http://www.inrs.fr/risques/tms-troubles-musculosquelettiques/prevention.html
 http://www.inrs.fr/risques/chimiques/evaluation-risques.html

83
ANNEXES
Liste des annexes

Annexe1 : Inventaire des produits chimiques


Annexe2 : Fiche terrain

84
Annexe 1 : Inventaire des produits chimiques

Pro Nb
Conditionne Utilisab Nb de
Phras Mention Dis gs de Produit
Date ment le dans perso
Nom es de de Fabric Embal po Util perso Lieu de avec
de la BT N° CAS le local nnes
Produit fds risqu danger ant lage FD isat nnes stockage pictogram
FDS Compo utilisa
e (CLP) S ion( expos mes
Qua und trices
Unité s) ées
ntité
H225-
H319-
315-
H336-
H411-
EUH208
78-93-3 10
-H304
9010-98-4 VU
(EUH06
109-60-4 -
SCOTCH- 6-H225- Magasin
23/01/1 1309-48-4 3M Métalli W4
WELD ____ H304- ____ 1L 13 Oui Oui 5 5 Reception Oui
8 1314-13-2 France que 004
(TM°) H315- (Armoire)
8050-09-7 -
H317-
68610-51- WP
H319-
5 300
H336-
H361d-
H400-
H410-
H411-
H413)

85
68611-50-
7
H400- 1317-65-3 LE
Magasin
PR 1773 B2 H410- 18/08/2 471-34-1 JOINT Metali 0,10 WP
____ ____ 87 Non Oui 1 1 Reception Oui
Base H411- 015 13463-67- FRAN que M 300
(Armoire)
H412 7 CAIS
7779-90-0
1314-13-2
Weib
11000/gelb
H226
12-/rot 13-/
H312 Magasin
blau 14-/ 09/12/2 Bader- Metali 20M
_____ H332 ____ 23 Non Oui 22 22 (Rayonnag Oui
grun 15-/ 015 1330-20-7 Lacke que L
H315 e)
grau 17-/
H304
schwarz
18000
Weib
11000/gelb
H226
12-/rot 13-/
H312 Magasin
blau 14-/ 09/12/2 Bader- Metali 20M
_____ H332 ____ 23 Non Oui 22 22 (Rayonnag Oui
grun 15-/ 015 1330-20-7 Lacke que L
H315 e)
grau 17-/
H304
schwarz
18000
H242-
H301-
R20 -
H302-
R36/3 80-15-
H311- 22/01/2 HENK plastiq EC Magasin
Loctite 274 7- ____ 9/613-48- 50ml 17 Non Oui 5 5 Oui
H312- 016 EL ue D (Frigo)
R52/5 9/609-72-3
H314-
3
H331-
H373-
86
H411-
H412-
H319-
H335-
H412
H319
H335
H312
H373
H302
R20- H242
R36/3 H331 80-15-9
01.06.2 HENK Plastiq CM Magasin
Loctite 932 7- H411 609-72-3 ___ Non Oui 1 1 Oui
015 EL ue P (Réfrig)
R52/5 H412 130-15-4
3 H301
H315
H317
H330
H400
H410
H315
H319
H335
H400-
EUH202
25/05/2 7085-85-0 HENK Plastiq AH Magasin
Loctite 423 ____ - H410 ____ 20G 1 Non Oui 1 1 oui
015 123-31-9 EL ue F (Réfrig)
H351
H341
H302
H318
H317

87
H242-
H301-
H302-
H311-
H312-
H314-
H315-
H317- 80-15-9
Loctite 22.03.2 HENK plastiq 120 Magasin
____ H319- ____ 613-48-9 50ml 8 Non Oui 4 4 Oui
E242 017 EL ue VU (Réfrig)
H412- 130-15-4
H335-
H330-
H331--
H373-
H400-
H410-
H411-
H225
H315
H318
H317
H335
80-62-6
H412
79-41-4
H302
25068-38- TP4
H311
Loctite 18.05.2 6 HENK Plastiq 00- Magasin
____ H332 ____ 50ml ___ Non Oui 47 47
F246 017 80-15-9 EL ue LE (Réfrig)
H314
128-37-0 AP
H312
79-00-5
H373
109-16-0
H242
H331
H400
H410
H351

88
H315
H319
H317
H335
H412
7779-31-9
H373
109-16-0
R36/3 H302 Magasin
29/09/2 80-15-9 HENK Plastiq Port
Loctite 270 7/38 - H242 ____ 50ml 13 Non Oui 25 25 Reception Oui
016 110-16-7 EL ue es
R43 H411 (Armoire)
114-83-0
H331
130-15-4
H314
H301
H351
H400
H410
H225 -
H319 -
H336
67-64-1
- H412- PO Magasin
LOCTITE 22/05/1 67-63-0 HENK Plastiq 150m
____ H318- ____ 1 Non Oui RT 25 25 Reception Oui
SF 7471 5 3077-12-1 EL ue l
H302- ES (Armoire)
149-30-4
H410-
H317-
H400
H319-
H335(H2
42-H301-
H302-
H311- 613-48-9
R36/3 05/09/2 HENK Plastiq AH Magasin
Loctite 222 H312- ___ 80-15-9 NON OUI 5 5 Oui
7 016 EL ue F (Réfrig)
H314- 130-15-4
H315-
H317-
H319-
H330-
89
H331-
H335-
H373-
H400-
H410-
H411-
H412)

R36/3
8-
R52/5
3
R14,2
2,34 4253-34-
KE-42- Magasin
R11 06/05/2 3/67-56- SHIN Metali EC
B(supprimé ____ ____ 100g 76 Non Oui 10 10 (Rayonnag Non
23/24 008 1/2781-10- ETSU que D
) e)
/25 04
39/23
/24/2
5 R34
48/22
50/53
Dowcorning
732 Multi- Dow Magasin
01.12.2 plastiq 310m AH
Purpose ____ ____ ____ ____ Crowi 10 Non Oui 10 10 Reception Non
017 ue l F
sealant ng (Armoire)
white

90
R34 Port
H315
R38 es-
H318
Raychman R41 AH
H317 68911-25- Tout
Brand R43 F-
H314 1/1332-58- TE le Magasin
S1125 et R11 19/09/2 plastiq Lea
H225 ____ 7 Conect ____ 6 Non Oui 1 progr (Rayonnag Oui
S1264 R63 014 ue p-
H361 /4246-51-9 ivity amm e)
Adhésif R65 TP4
H304 /108-88-3 e
part 1 R67 00 -
H373
R48/2 EC
H336
0 D
R34
H315
R38
H318
Raychman R41
H317
Brand R43
H314 25068-38- TE Magasin
S1125 et R11 14/11/2 Metali EC Perso Perso
H225 __ 6/1332-58- Conect Non Oui (Rayonnag OUI
S1264 R63 014 que D nne nne
H361 7 ivity e)
Adhésif R65
H304
Part 2 R67
H373
R48/2
H336
0
H222
R 11-
H229
R 10
H315
51/53 VU
Silicone- H336 Magasin
-R 22/08/2 ORAP Metali -
AEROSOL H411 ____ 124-38-9 2 Non Oui 1 1 Reception
38-R 014 I que WP
803A H281 (Armoire)
65-R 400
H304
66-R 4
H325
67
EUH066
Tout
Alcool H319-
13/05/2 PROC les Magasin
isopropiliqu H336- 67-63-0 Oui non
015 OP progra (armoire)
e H225
mmes

91
80
VU
-
10
13463-67-
VU
7
H226 - -
78-92-2
R10 - H319- S13
61788-32-
R36 H335- -B -
7
R37 - H336 - WP Magasin
FINISH 02/03/1 1314-13-2 Mapae Plastiq
R51/5 H411- ____ 45ml 48 Non Oui 300 15 15 Reception Oui
F69 Base 8 68611-44- ro ue
3 - EUH208 - (Armoire)
9
R67 -H413- SM
26140-60-
R50 H400 AL
3
H410 L-
90640-67-
CM
8
P-
PO
RT
ES

WP
H315-
300
H317-
-
H319
S13
H335 868-77-9
-B -
H314 7534-94-3
SM
H242 110-16-7
Freinage 20/03/2 ORAP Plastiq AL Magasin
_____ H302 ____ 80-15-9 50ml 56 Non Oui 111 111 Oui
Fort 300 018 I ue L- (Frigo)
H312 114-83-0
S13
H331 52628-03-
-A -
H335 2
Div
H373
ers
H411
Fus
H412
elag
e-
92
S11
-
WP
400
4-
A4
00
M-
PO
RT
ES
AH
F- Magasin
CareClean R65- H226- 29/01/1 Castro Plastiq 500m
____ ____ 16 Non Oui CM 15 15 Reception Oui
AS1 R66 H304 6 l ue l
P- (Armoire)
S11
S13
-b /
S15
HELL -A /
Magasin
Hellerine 30/11/1 ERM Plastiq 250m DI
____ ____ ____ ____ 46 Non Oui - - Reception Non
Grade M 5 AN ue l VE
(Armoire)
Tyton RS
Fus
elag
e
H226- MOM
31.05.2 Plastiq LE Magasin
RTV 106 ____ H361f- T3 556-67-2 ENTI Non Oui 10 10 Non
016 ue AP (Armoire)
H413 VE
Div
ers
Magasin
Nyco 65 22/02/2 64742-54- Plastiq Fus
___ ___ ___ NYCO ___ Non Oui 15 15 (Rayonnag Non
VASELINE 017 7 ue elag
e)
e/
CM
93
P
R11 -
R67- H225
R36- H319 67-63-0 EC
R10- H336 123-86-4 D
ECOFREC R66 - H226 25/02/2 110-63-4 INVE Plastiq AH
___ 5L ___ Non Oui 7 7 lpc Oui
202 R67 EUH066 016 110-15-6 NTEC ue -
R22 H302 1017237- CM
R41 - H318 78-3 P
R51/5 H411
3
7439-92-1
7440-31-5
Alliage de Magasin
07/07/2 7440-50-8 Plastiq CM
soudre au ___ ___ T3 mbo Non Oui 5 (Rayonnag Oui
014 7440-22-4 ue P
plomb e)
7440-69-9
7440-36-0
H318-
ELASTOSI H302- 21.06.2 WAK Plastiq Magasin
4253-34-3 Oui NON
L H314- 016 CER ue (Armoire)
EUH014
DOUBLE
An Magasin
BUBBLE Angl APR- Angl Anglai Plastiq Angl Angla Angla Angl
Anglais Anglais Anglais Oui glai (Rayonnag Anglais
RED ais 28-2008 ais s ue ais is is ais
s e)
PACKAGE
64742-55-
R38 H304- 8/68649-
R41 H315- 42-
Huile-
R50/5 H318- 10/02/2 3/64742- Enerpa
hydraulique Oui lpc NON
3 H400- 015 55- c B.V.
HF-‐95
R51/5 H410- 8/68649-
3 H411- 42-3/128-
39-2

94
H225-
H317-
H335- 53317-61-
H336- 6/64742-
H412- 95-
H411- 6/54839-
AerodurCle H334- 08/08/2 24-6/108- akzon
___ T3 Oui lpc Oui
ar 43022 H332- 017 10-1/141- obel
H319- 78-6/1330-
H315- 20-7/4083-
H312- 64-1/108-
H226- 65-6
H304-
H325
04.02.2 chemo
FM 200 ___ H280 431-89-0 Oui lpc Oui
016 urs
1313-13-
H302- 9/7704-34-
Naftoseal Magasin
H315- 19.02.2 9/68412- cheme Metali
MC-780 B-2 ____ T3 Oui Reception Oui
H319- 016 53-3/1310- tall que
Hardener (Armoire)
H373 73-2/85-
44-9

SM
Naftoseol R51/ H373-
Cheme AL Magasin
MC-780 B1- R53. H319- 26/09/1 68611-50- Metali
____ ttalGm 45ml 0 Non Oui L- 3 4 Reception Oui
2 Base R52/ H315- 3 7 que
bH PO (Armoire)
coumpound R53 H302
RT
ES
Co
Naftoseal mp
Local Magasin
MC238 B-2 R52/5 03.03.2 68611-50- Cheme Metali oun
H412 ___ Compou Oui Reception NON
Base 3: 011 7/471-34-1 ttal que d_1
nd (Armoire)
compound 0V
U
95
R20/2
2.R36
/38 H302-
R22 H319-
1313-13-
R35 H315. CHE
9/7704-34- Cou
Naftoseal R36/3 H314 META Magasin
03/03/2 9/68412- Metali mp
MC 238 B- 8 H317 T3 LL 1 Unité Non Oui 2 2 Reception Oui
016 53-3/1310- que oun
2,Hardener R37/3 H318 BREN (Armoire)
73-2/85- d
8 H332 T SA
44-9
R41 H334
R H335
R42/4
3
H302-
H315-
H319-
H373-
1313-13-
(H290-
9/7704-34-
Naftoseal H314- Magasin
19.02.2 9/68412- cheme Metali
MC 780 B1- ____ H318- T3 Oui Reception Oui
016 53-3/1310- tall que
2, Hardener H332- (Armoire)
73-2/85-
H334-
44-10
H373-
H335-
H412-
H413)
R20/2 /H302/H
2 319/H31
1313-13-
5 /H302
9/7704-34-
MC-780 B R36/3 H314 Magasin
05.05.2 9/68412- cheme
1/2 8R20/ H315 T3 Reception Oui
011 53-3/1310- tall
Hardener 22 H317 (Armoire)
73-2/85-
R22 H318
44-11
R35 H319
R36/3 H332
96
8 H334
R37/3 H335
8
R38
R41
R42/4
3

AZOLLA 14/02/2
____ EUH210 ____ 128-39-2 Total Oui lpc Non
ZS 46 018
H225
H400 67-63- Magasin
ACTIVATE 07/04/2 ORAP Métall
____ H410 ____ 0/7440-50- Reception Oui
UR 3140 017 I ique
H319 8 (Armoire)
H336

97
Annexe 2 : Fiche terrain

98

Vous aimerez peut-être aussi