Vous êtes sur la page 1sur 75

Master Risk Management

UNIVERSITE HASSAN II CASABLANCA FACULTE DES SCIENCES JURIDIQUES ECONOMIQUES


ET SOCIALES AIN SEBAA

Projet de fin d’études Pour l’Obtention du Master Recherche en


Risk Management

L’apport du système de santé et sécurité dans la minimisation


des risques professionnel

Réalisé par : Fadwa JALIL

Encadré par : Raby GUERBAZ,

Tuteur de stage : A.Es-sebbar

A.U 2017/2018
Master Risk Management

« Les batailles de la vie ne sont pas gagnées par les plus


forts, ni par les plus rapides, mais par ceux qui
n'abandonnent jamais»
Master Risk Management

DÉDICACES
A Mes chers parents
Que nulle dédicace ne puisse exprimer mes sincères sentiment pour leur
patience illimitée leurs encouragements, leur aide, en témoignage de mon
profond amour et respect pour leurs grands sacrifices

A mon cher Frère BADR


Pour son grand amour et son soutien inconditionnel
Que dieu le garde pour moi

A mes amies

mes chères amies sans leurs encouragement ce travail n’aura jamais vu le jour

A tous mes chers professeurs


Je vous dédie en signe de mes reconnaissances ce travail qui n’a pu être
accompli qu’avec vos encouragements et votre collaboration.
Master Risk Management

Remerciement :

J’ai le grand plaisir d’adresser mes vifs remerciements à M. Raby GUERBAZ,


professeur à la faculté des sciences juridiques économiques et sociales Ain
Sebaà, qui m’a encadré pour préparer le présent mémoire sous le thème
«l’apport de la « SST » dans la minimisation des risques professionnelles »

Un grand merci à mon encadrant professionnel Monsieur A.Es-sebbar qui


m’accompagné tout au long de cette expérience professionnelle avec beaucoup
de patience et de pédagogie.

Je remercie aussi, tous ceux qui ont contribué de près ou de loin pour le soutien
de ce travail.
Master Risk Management

Résumé

Ce travail se veut une modeste présentation à la gestion globale des risques professionnels et
le système de management santé et sécurité au travail (SMSST). C’est le fruit d’une recherche
en santé sécurité et Prévention entre une confrontation théorique et empirique. Cette
présentation dessine le périmètre utile et le profil mouvant des risques professionnels majeurs
et propose quelques outils et méthodes de management adaptables aux contraintes
managériales et opérationnelles.

Se voulant pédagogique et guide pratique, mémoire, vise à présenter l’émergence d’une


culture « risque » et une prise de conscience collective de tous les acteurs et décideurs
ambitionnant maintenir leur entreprise en « orbite » c’est-à-dire performante

Autrement dit, il est temps de procéder à la réconciliation entre le travail et les trois valeurs
cardinales que sont Santé Sécurité et gestion des risques et faire du travail, un facteur de bien-
être plus qu’un facteur de risque.
Master Risk Management

Abstract:

This work aims to be modest one display in the global management of the occupational
hazards and the management system Health and Safety in the work (SMSST). It is the fruit of
a research in health safety (security) and Prevention enters a theoretical and empirical
confrontation. This display draws the useful perimeter (scope) and the profile moving major
occupational hazards and proposes some tools and methods of management adaptable to the
managerial and operational constraints.

Aiming to be educational and practical guide, report, aims at presenting the emergence of a
culture "risk" and a collective awareness of all the actors and the aspiring decision-makers to
maintain their company on that is successful "orbit" In other words, it's time to proceed to the
reconciliation between the work and three cardinal values that are Health Safety and risk
management and to do the work, the factor of well-being more than a risk factor.
Master Risk Management

Liste des abréviations :

SST : Santé Sécurité au Travail

SMSST : Système de management santé et sécurité au Travail

AT : accident de travail

TMS : troubles musculo- squelettiques

MP : maladie professionnelle

DGT direction général du travail

OIT : Organisation International du Travail

ILO : International Labour Organisation

ISO: International Organization for Standardization

OHSAS: British Standard Occupational Health and Safety Assessment Series

5M : Milieu, Machine, Main d’œuvre, Matière, Méthode.

COSUMAR : Compagnie Sucrière Marocaine de Raffinage.

ONA : Omnium nord-africain


Master Risk Management

Liste des figures :

Figure 1: enjeux de la santé et sécurité................................................................................................... 6


Figure 2: démarche SST ........................................................................................................................... 8
Figure 3: Exigences de L'OHSAS............................................................................................................. 14
Figure 4: Maitrise des risques professionnels ....................................................................................... 24
Figure 5: la production de la cosumar ................................................................................................... 37
Figure 6: Organigramme........................................................................................................................ 38
Figure 7: Résultat du diagnostic ............................................................................................................ 47
Figure 8: figure élaboré de la boite noir 'Kautz' .................................................................................... 51
Master Risk Management

Liste des tableaux :

Tableau 1: Présentation des étapes de la SST ....................................................................................... 10


Tableau 2: exigences de L'OHSAS .......................................................................................................... 19
Tableau 3: les avantages de la SST ........................................................................................................ 20
Tableau 4: démarche d'analyse des risques .......................................................................................... 26
Tableau 5: Les produits de la COSUMAR ............................................................................................... 37
Tableau 6: conformité réglementaire ................................................................................................... 41
Tableau 7: conformité Sociale et opérationelles .................................................................................. 42
Tableau 8: axes de l'autodiagnostic ...................................................................................................... 44
Tableau 9: maitrise opérationnel .......................................................................................................... 44
Tableau 10: exigences opérationnel et réglementaire ......................................................................... 46
Tableau 11: Maitrise documentaire ...................................................................................................... 46
Tableau 12: Amélioration continue ....................................................................................................... 47
Tableau 13: identification du risque "passage"..................................................................................... 50
Tableau 14: identification du risque machine "KAUTZ" ........................................................................ 50
Tableau 15: tableau d'échelle ............................................................................................................... 52
Tableau 16: phase d'évaluation............................................................................................................. 52
Tableau 17: Recommandation .............................................................................................................. 53
Tableau 18 : marquage des zones ......................................................................................................... 54
Tableau 19 : actions en situation d'urgence ......................................................................................... 54
Tableau 20 : situations d'urgences ........................................................................................................ 55
Master Risk Management

Sommaire
DÉDICACES ............................................................................................................................................... 2
Remerciement : ....................................................................................................................................... 3
Introduction............................................................................................................................................. 1
Partie I : Système de Management Santé et Sécurité au Travail ............................................................. 3
I. Chapitre : Notions, concepts Santé et sécurité au travail : ........................................................ 5
1. Section : Les évolutions de la Santé et sécurité au travail : ...................................................... 5
a. Définition des concepts : ................................................................................................................. 5
b. Les enjeux de la SST : ..................................................................................................................... 6
c. Démarche de la SST : ...................................................................................................................... 7
d. Référentiel : ................................................................................................................................... 10
2. Le référentiel en SMSST norme OHSAS 18001 : ...................................................................... 12
a. Présentation de la norme : .............................................................................................................. 12
b. Exigence : ....................................................................................................................................... 13
c. Avantages de la SST :....................................................................................................................... 19
II. Chapitre : la Maitrise des risques grâce à la SST : ................................................................... 22
1. Section : Analyse des risques dans la SST : ................................................................................. 22
a. L’apport du Risk management dans une démarche SST :.............................................................. 22
b. Les Etapes d’analyse des risques au travail : .................................................................................. 23
c. la démarche d’analyse des risques santé et sécurité ........................................................................ 24
2. Les Modèles d’analyses des risques professionnelles : .................................................................. 27
a. Notion de Modèle d’analyses des risques ....................................................................................... 27
b. La cartographie continue : ............................................................................................................. 28
c. Méthode d’amélioration continue : ................................................................................................. 29
d. Feuille de révélation de situation dangereuse : .............................................................................. 29
e. Analyse des modes de défaillances de leurs effets et de leur criticité amdec: ............................... 29
f. Brainstorming : ................................................................................................................................ 31
Partie II : La mise en place de méthodes de gestion des risques en fonction de l’OHSAS ................... 33
Master Risk Management

« Cas de la Cosumar » .................................................................................................................. 33


I. Chapitre : Présentation de l’étude empirique................................................................... 35
1. Section : Présentation de l’entreprise : .............................................................................. 35
a. Société Cosumar : .................................................................................................................. 35
b. Les produits de la COSUMAR : ............................................................................................ 36
c. Répartition de la production du sucre raffiné par la COSUMAR : ....................................... 37
d. Organigramme : ..................................................................................................................... 38
2. Section : Présentation de la mise en place d’un système de santé et sécurité : ..................... 39
a. Vérification de la conformité avec l’OHSAS (18001) dans le cadre de la SST : .................. 39
b. Conformité réglementaire ...................................................................................................... 40
c. Conformité aux exigences opérationnelles documentaires : ................................................. 42
II. Analyse de niveau de Maitrise selon L’OHSAS : ................................................................. 43
1. Etude de Maitrise des exigences de l’OHSAS: ..................................................................... 43
a. Autodiagnostic : .................................................................................................................... 43
d. Analyse des résultats : ........................................................................................................... 48
2. Section Analyse fonctionnelle des risques selon MOZAR : ................................................. 49
a. Identification des risques : ..................................................................................................... 50
b. Boite noire de la Machine kautz ............................................................................................ 51
c. Evaluation des Risques :........................................................................................................ 52
d. Prévention et recommandations : .......................................................................................... 53
Conclusion générale : ................................................................................................................... 57
Annexe : ......................................................................................................................................... 58
Annexe 1 : Démarche sécurité ...................................................................................................... 58
Annexe2 : Analyse des risques Fonctionnelle dans l’usine pain pack ........................................... 59
Annexe 3 : document unique ( TITRE INDICATIF) .......................................................................... 60
Bibliographie : ............................................................................................................................... 63
Master Risk Management

Introduction

Au 19è siècle, les innovations technologiques ont profondément marqué le mode de vie des
hommes. Les prises de risques et leurs conséquences respectives étaient tolérées en raison de
la prospérité apportée à la collectivité. Ainsi, en dépit d’une cascade d’accidents graves une
facture salée jamais égalée dans le monde professionnel la synergie entre la rationalité
économique et la rationalité sociale était considérée comme vitale au système industriel.

Des machines conçues sans considération pour l’intégrité de l’opérateur, Une main d’œuvre
sans protection ni formation ou qualification adéquate, Des sources d’énergie changeant
rapidement pour passer de l’énergie humaine à celle des chevaux, de la vapeur, de
l’électricité, de la combustion interne, Des soins médicaux rarement disponibles et les soins
d’urgence horriblement inadéquats Un lien imperceptible entre technologie bienfaitrice et les
risques considérés comme le prix à payer pour une plus-value générale, Une prolifération
hors contrôle des risques qui changeaient de nature, de dimension tant en conséquences qu’en
causes et ce, au gré des progrès technologiques, L’homme inventeur/utilisateur, vite dépassé
par l’équipement inventé/utilisé, et en devient sa victime première. Une gestion basée que sur
du visible.

Cette situation dramatique ne pouvait perdurer. Des changements de vision du risque vont
s’opérer de façon irréversible. En effet, le monde de la culture du risque avec le modèle
assurantiel va faire son entrée dans l’univers des risques. Mais malheureusement pas pour
longtemps : la complexification des risques et des coûts financiers difficilement maîtrisables
vont entraîner le modèle assurantiel dans une crise vers les années soixante-dix. La multi
temporalité et la multi causalité des accidents rendront difficiles voire impossible
l’identification exhaustive des risques et l’évaluation exacte des conséquences y associées.

De nouvelles méthodes, démarches et outils de gestion seront expérimentés. Ils seront basés
sur l’amélioration continue, la maintenance préventive, du juste à temps. Ils se révéleront
comme des moyens pratiques pour construire des modes d’approches mieux adaptés aux
changements et mutations imposées par l’obligation réglementaire et celle du résultat.

1
Master Risk Management

Ainsi, sans arrêter la mouvance du développement industriel, les risques jusqu’ici pris et sur
lesquels on gardait le profil bas devenaient désormais inacceptables aux yeux et à la
conscience collective des syndicats de la législation qui sont devenu exigent vis-à-vis des
conditions de travail et de gestion des risques. Cette phase marque la naissance d’une nouvelle
culture triomphante de la recherche du bien-être des citoyens et des travailleurs, avec un
impératif réglementaire et managérial devenu omniprésent dans le monde professionnel.

Le cœur des préoccupations individuelles et collectives et devenir un outil transverse de


management des entreprises. Cette nouvelle dimension et vision de sécurité à contribuer dans
la naissance d’un système qui va booster la favorisation la satisfaction personnelle ,Améliorer
les relations de travail, Améliorer les relations avec l’environnement ,Augmenter la
productivité et permettre la conformité aux normes internationales

Dans ce contexte de risque, le système de management santé et sécurité au travail, sans en être
la panacée, représente néanmoins l’outil fondamental qui confère à la gestion des risques son
caractère fédérateur et dynamique susceptible de favoriser une prise de conscience collective
et l’émergence d’une culture sécurité .Il convient cependant d’interroger le fonctionnement de
nos organisations pour tenter de mieux de validé leurs conformités avec les principes de ce
système .

L’objectif de ce projet est d’analyse la valeur ajouté d’un système de gestion de santé et
sécurité dans la minimisation des risques professionnels pour ce faire ce travail traitera la
problématique suivante :

Dans quelle mesure l’implication d’un système de santé et sécurité dans une industrie
permet de maitriser les risques Professionnels ?

À cet égard nous allons essayer d’apporter une réponse aux hypothèses suivantes :

Dans quelle mesure le référentiel OHSAS permet aux établissements de respecter les
principes de la SST?

1
Master Risk Management

L’intégration de la culture SST permet-elle de réduire la probabilité


d’exposition aux situations de risques ?

Dans une première partie, nous nous intéresserons aux évolutions de la SST, l’influence de la
certification OHSAS 18001 sur la maitrise de la santé et sécurité au sein du travail tout en

Et dans une seconde partie, nous essaierons de démontrer l’importance d’intégrer un système
de santé et de sécurité au travail (SST) dans les organisations contemporaines et démontrer la
démarche de sa mise en place selon les différents niveaux.

Cependant, cette présentation enrichissante en matière théorique doit également prendre en


compte l’évolution des méthodes de gestion de la SST notamment en gestion des risques c’est
ce que nous allons essayer d’éclaircir au niveau de la deuxième partie de ce travail avec une
confrontation empirique qui sera faite sur un cas de la société COSUMAR ou nous allons
définir les différents risques professionnels confrontés , Leurs incidences et les l’implication
de la société dans une logique SMSST .

2
Master Risk Management

Partie I :

Système de Management Santé et


Sécurité au Travail

« Ne pas perdre sa vie à la gagnerai dents du


travail et maladies professionnelles

3
Master Risk Management

Manager la santé et la sécurité est une affaire sérieuse qui obéit à des méthodes, établir
un diagnostic, définir des objectifs, appliquer des plans d’action, tracer les mesures instaurées,
évaluer les résultats obtenus, etc. Mais, aussi indispensable qu’elle soit basée sur des normes
référentiels afin d’assurer le respect de tous les axes qu’il entoure notamment l’aspect
juridique

Cela requiert la mise en place d’un système de management des risques dynamique et
participatif. Mais pour y parvenir, il importe au préalable en comprendre les risques
endogènes et exogènes, définir et justifier les priorités d’action, favoriser l’atteinte des
objectifs limiter et/ou transformer les risques, accroître globalement la performance de
l’organisation.

4
Master Risk Management

I. Chapitre : Notions, concepts Santé et sécurité au travail :

Naturellement tout employeur est tenu d’organiser la santé et la sécurité au sein de


l’entreprise , Cependant la formalisation de cette démarche reste compliqué dans sa mise en
place d’où la nécessite d’identifier le besoin les fonctions les actions et choisir un référentiel
pour bénéficier d’une certification qui aide à améliorer la réputation et l’image de l’entreprise
et également facilite l’insertion de la totalité des collaborateurs

1. Section : Les évolutions de la Santé et sécurité au travail :

Le traitement de la santé et sécurité des travailleurs est une discipline large s’inscrit dans le
cadre d’une multitude de domaines qui touchent généralement à la qualité sécurité santé et
environnement de l’entreprise car il s’agit d’un passage qui permettra par la suite a multiplié
les gains, améliorer la réputation et garantir la survie. En effet la réussite du système SST est
lié principalement au bon départ de la démarche ; Notamment la délimitation du concept, la
précision de ses enjeux, et la détermination des actions et acteurs.

a. Définition des concepts :

La première question qui se pose est celle de la délimitation et du contenu la santé et sécurité
peut être définie comme :

Santé : c’est un état de présence total des capacités physiques et morales « complet bien-être
(selon L’OMS)

« L’absence de risque de dommage inacceptable » Selon le Guide ISO/CEI Mais elle peut
toucher différents domaines. La sécurité des personnes dans leur vie domestique ou dans leur
travail.

Effet nocif pour la santé et la sécurité désigne l’ensemble des changements susceptibles de
dégrader les capacités physiques ou morales des travailleurs on cite :

• Les maladies

5
Master Risk Management

• La diminution de la durée de vie


• Changement dans l’état mental lié aux conditions défavorables (stress…)

pour simplifier, s’intéresse, elle, sous l’abréviation « S & ST » – aux domaines de la sécurité
au travail , mais plus largement à ceux de l’hygiène , de la santé , et des conditions de travail
reprendrons dans la suite de ce rapport aux domaines de la sécurité au travail, mais aussi
plus largement à ceux de l’hygiène, de la santé.

Enjeux Enjeux
Sanitaires juridiques

Enjeux Système Enjeux


Humains complexe sociaux

Enjeux Enjeux
Economiques techniques

Figure 1: enjeux de la santé et sécurité

b. Les enjeux de la SST :

• Enjeux sanitaire : Le travail est un déterminant de santé publique. On note une forte
Influence des facteurs professionnels (risques, exposition aux risques et pathologies associées)
et des conditions de travail inégalitaire (selon les catégories socioprofessionnelles et/ou le
statut professionnel).
• Enjeux Economique : Des effets négatifs sous la forme de coûts directs (comme les
cotisations payées par l’entreprise à la sécurité sociale au titre des accidents du travail
et des maladies professionnelles), et de coûts indirects (perte de production, climat

6
Master Risk Management

• social, coût de remplacement du salarié, etc.). Des effets positifs par la compétitivité
d’où la nécessité de la mise en place d’un système qui nous permettra de gagner en
production et en charges financiers
• Enjeux sociaux : Réduction de la défiance vis-à-vis des risques professionnels,
l’impact des risques industriels sur l’environnement.
• Enjeux Humains : Réduction des accidents du travail et des maladies professionnelles.
• Enjeux technique : Optimisation des moyens, des méthodes, des processus mis en
œuvre.
• Enjeux juridique : la conformité au niveau réglementaire en SST est liée au respect des
sources juridiques comme le code de travail et le code de sécurité sociale vis-à-vis des
employés et également de l’évolution de la maîtrise des risques.

c. Démarche de la SST :
La démarche de maitrise des accidents professionnels consiste à accompagner le changement
en prenant en compte toutes les dimensions organisationnelles, humaines, économiques et
environnementales de l’entreprise. Elle s’appuie sur les cadres règlementaires et sociales. Il
s’agit ainsi d’agir de façon durable pour plus de sécurité et des conditions de travail
améliorées des actifs agricoles

7
Master Risk Management

Formalisation du plan d'action


Evaluation et hiearchisations des
risques

Identification des facteurs


déclenchant et lancement de
la démarche par la direction

etape: formalisation de
Vérification de la Conformité l'engagement et revue de
direction

Figure 2: démarche SST

Niveau 1 Méthode
➢ Lancer la démarche santé et sécurité au
travail
➢ Identification des facteurs susceptibles de
déclencher la démarche santé et sécurité au
Identification des facteurs travail au sein de l’organisme

déclenchant et lancement de la ➢ Recensement des incidents et accidents,


maladies professionnelles et atteintes à la
démarche par la direction
santé
➢ Engagement de la direction
➢ Information et sensibilisation du personnel à
cette démarche.

➢ Identifier les dangers et hiérarchiser les


principaux risques pour la sécurité et la santé
des salariés de l’organisme
➢ Description des phases de travail : poste
Identification initiale des dangers occupé ou activités réalisées

8
Master Risk Management

et hiérarchisation des Risques ➢ Identification des dangers


➢ Estimation des risques
➢ Description des moyens de prévention et de
protection existants à l’unité de travail
➢ Identification des risques subsistants
➢ Evaluation du niveau de risque fréquence et
gravité
➢ Hiérarchisation participative des risques

➢ Identifier, analyser et tenir à jour les


principales exigences légales
➢ Identification du processus existant d’accueil,
Identification de principales d’information et de formation au poste de
exigences légales
travail de l’ensemble du personnel présent
dans l’établissement
➢ Identification du processus existant en
matière de visite médicale des salariés
➢ Inventaire des formations, habilitations et
autorisations obligatoires
➢ Inventaire des appareils et équipements
soumis aux contrôles périodiques
obligatoires.

➢ Etablir un plan d’action prioritaire visant à


réduire, maîtriser et prévenir les risques et
dangers identifiés
➢ Identification des axes d’améliorations
possibles :
Plan d’actions
➢ suppression de non-conformités, actions de
prévention pour réduire ou éliminer les
risques
➢ Estimation des moyens nécessaires pour
mettre en œuvre les améliorations possibles

9
Master Risk Management

➢ Définition de priorités, et classement des


améliorations en liaison avec le personnel et
ses représentants.
➢ Mettre en œuvre et suivre le plan d’action
prioritaire
➢ Mise en œuvre des actions définies dans le
plan d’actions prioritaires défini au Niveau 1
Etape 4
➢ Formaliser l’engagement de la direction dans sa
démarche santé et sécurité au travail
➢ S’assurer que les mesures prises sont apportées
aux moyens et à l’activité de l’organisme
Formalisation de l’engagement et
➢ Décider les éventuels changements
revue de direction
d’orientation stratégique pour l’organisme
➢ élaboration d’un ordre du jour, constitution
d’un « dossier » à remettre à la direction
Examen par la direction :
- Du niveau de réalisation des objectifs du plan
d’action prioritaires, des informations et
suggestions des salariés

Tableau 1: Présentation des étapes de la SST

d. Référentiel :

Les différents référentiels SST Faute de consensus international, il existe de nombreux


référentiels en management S & ST Ils peuvent être développés par :
► Des pays (exemple : BS 8800 par l’Angleterre) ;
► Des organismes privés (exemple : ISRS de DNV) ;

► Des activités ou groupements d’activités (exemple : MASE-UIC dans le secteur


pétrochimique) ;

10
Master Risk Management

► Des institutions (exemple : ILO-OSH 2001 proposé par l’OIT) ;


► Des entreprises (exemple : Dupont de Nemours).
Chaque pays possède aussi son propre référentiel de normes. Il peut s’agir des normes
AFNOR pour la France, mais aussi de la norme BNQ 9700-800 sur la démarche Entreprise en
santé au Québec, de la norme OHSAS 18001 sur les systèmes de management de la santé et
de la sécurité au travail au Royaume-Uni, etc.

L’OHSAS 118001 contribue à réduire cette prolifération, du fait qu’il est le plus utilisé dans
le monde à ce jour.

Par exemple, dans le domaine agroalimentaire, la volonté que le produit ne crée pas de
préjudice au client peut se traduire par la mise en place d’une démarche de type HACCP c’est
exactement le cas en ce qui concerne la sécurité au travail la norme BS OHSAS 18001:2007,
que nous appellerons OHSAS 18001:2007

1
Le management de la santé et de la sécurité au travail : Maîtriser et mettre en œuvre l'OHSAS 18001 Auteur:
Courdeau, Daniel,Gey, Jean-Marc Editeur: AFNOR Année de Publication: 2014

11
Master Risk Management

2. Le référentiel en SMSST norme OHSAS 18001 :

Dans un univers économique de plus en plus complexe, la recherche d’une certaine maîtrise
dans la gestion quotidienne de la santé et de la sécurité au travail a amené les entreprises, de
nombreux pays, à adopter des systèmes de management de la santé et de la sécurité au travail.
Ces systèmes visent à optimiser l’organisation de l’entreprise et l’engagement de ses
dirigeants en la matière. Les entreprises appliquent des ensembles d’exigences préétablies
auxquelles elles doivent satisfaire. On qualifie ces exigences de : « référentiel d’exigences de
management de la santé et de la sécurité au travail », ou de façon plus brève de « référentiel ».
Dans un contexte international concurrentiel croissant, il peut être jugé intéressant que ce «
référentiel » soit l’objet d’un processus de normalisation. Dans cette hypothèse, il peut alors
devenir une norme nationale ou internationale de management, comme il en existe en qualité
(ISO 9001) ou en environnement (ISO 14001), qui a déjà fait l’objet d’un consensus
international

a. Présentation de la norme :

On entend par référentiel de management de la sécurité, un texte de référence sur lequel


l’entreprise pourra appuyer son système de management de la sécurité. Il peut s’agir d’une
norme, d’un code, d’un règlement ou d’un guide externe à l’entreprise, ou de tout texte que
l’entreprise se sera fixée comme exigence. Certains référentiels peuvent donner lieu à
certification par tierce partie. Il s’agit ici de L’OHSAS 180012 en fait partie : c’est un
référentiel (une norme) permettant d’évaluer et de certifier le système sécurité mis en place
par une entreprise.

2
Le management de la santé et de la sécurité au travail : Maîtriser et mettre en oeuvre l'OHSAS 18001 Auteur:
Courdeau, Daniel,Gey, Jean-Marc Editeur: AFNOR Année de Publication: 2014

12
Master Risk Management

L’OHSAS 18001:2007 ne donne pas de définition de : « management de la S & ST », mais de


« Système de management de la S & ST », comme étant la « partie du système de
management général d’un organisme utilisée pour élaborer et mettre en œuvre sa politique
S & ST et en gérer les risques ».En l’absence de définition ISO normalisée, on peut aussi le
définir simplement comme étant la « partie du management global d’un organisme axée sur la
santé et la sécurité au travail ».

Le système de management S & ST fournit un cadre de travail pour établir des


responsabilités S & ST de façon à ce que celles-ci s’exercent plus efficacement et
soient mieux intégrées dans l’ensemble des opérations.

Le but de la norme 18001 relative aux systèmes de management de la santé et de la sécurité


au travail est d’établir « un cadre de référence pour l’amélioration de la sécurité des
travailleurs, la réduction des risques sur le lieu de travail et la création de conditions de travail
meilleures et plus sûres dans le monde entier ».

b. Exigence :

La norme cite un nombre d’exigence réglementaire et opérationnelle concerne la sécurité des


travailleurs afin de guider l’entreprise dans sa démarche , rendre le travail plus facile et
permettre aux collaborateurs de suivre l’avancement de leurs démarche

13
Master Risk Management

Etape 5 : non
Etape 2:Maitrise conformité actions
opérationnelle correctives et
préventives

Etape3:communicati
Etape 1: Ressources , on consultation et Etape 6Audit
role, responsabilité participation interne
obligations de rendre
compte et autorité
Etape 4: Surveillane Etape7: Revue de la
et mesure de la direction
performance

Figure 3: Exigences de L'OHSAS

La démarche que nous allons présenter formalise le système de management de la santé, de la


sécurité de l’environnement au travail conformément aux exigences du référentiel OHSAS
18001. Il définit les responsabilités, organise la consultation des personnels et la
communication en matière de santé et sécurité et s’assure de la performance de l’organisme
sur ce sujet.

14
Master Risk Management

Etape du niveau 3 Méthode et pratique

Ressource, rôles, responsabilités, ➢ Définir et communiquer les rôles, responsabilités et

obligation de rendre compte et délégations des autorités indiquées dans la mise en


œuvre et le suivi du
autorité
➢ système de management de la santé et sécurité au
travail Garantir la disponibilité des ressources
nécessaires (humaines et financières)
➢ Définition de l’organisation à mettre en place pour
gérer le système de management de la santé et
sécurité au travail de l’organisme
➢ Inventaire, définition et attribution des rôles,
responsabilités et délégations Information du
personnel concerné

15
Master Risk Management

➢ Etablir et communiquer au personnel concerné les


éléments nécessaires (règles et consignes) à la
maîtrise des risques
➢ Reprise des résultats du Niveau 1 Etape 6
Maîtrise opérationnelle ➢ Mise à jour des documents opérationnels nécessaire
(consigne, procédure, mode opératoire, instructions)
en changements techniques et organisationnels et en
liaison avec le personnel et ses représentants
➢ procédure, mode opératoire, instructions), en tenant
compte des

➢ Organiser la communication et externe en matière de


santé et sécurité au travail de l’organisme
➢ Organiser la consultation et la participation du
communication consultation et
personnel, y compris le personnel des entreprises
participation
extérieures, lors de tout changement technique et
organisationnel
➢ Elaboration d’une procédure décrivant les modalités
de la communication interne (descendante,
ascendante et transversale) :
➢ affiches, réunion, journal interne, boîte à idées,
intranet…
➢ Elaboration d’une procédure de traitement des
démarches externes
➢ Communication sur la maîtrise de ces risques auprès
des entreprises extérieures Consultation et

16
Master Risk Management

participation des représentants du personnel en


matière de santé et sécurité au travail (CHSCT, CHS,
délégué du personnel, CISSCT…)

Surveillance et mesure de la ➢ Assurer la mesure et la surveillance de la


performance performance concernant la santé et la sécurité au
travail de l’organisme
➢ Mise en place d’une procédure de surveillance de la
performance santé et sécurité au travail de
l’organisme comprenant :
- Le niveau de réalisation des objectifs
- L’efficacité des contrôles
- Le suivi médical
- Le bon enregistrement des résultats
- La gestion des écarts
➢ Mise en place des indicateurs et tableau de bord
permettant d’atteindre la performance en matière de
santé et de sécurité au travail
➢ Evaluer sa conformité aux exigences légales et autres
Evaluation de la conformité exigences déjà identifié
➢ Vérification prioritaire de la conformité de
l’organisme aux exigences légale et autres exigences

➢ Définir les responsables et l’autorité pour le


traitement et l’analyse des causes profondes des
accidents et incidents, maladies professionnelles et
atteintes à la santé, et les non-conformités
➢ Eviter ou réduire l’effet d’un défaut ou de tout autre
Non-conformité, action évènement indésirable potentiel (action préventive)
corrective et préventive
➢ Eviter le renouvellement d’un défaut ou de tout autre
évènement
➢ indésirable existant (action corrective) Identification :

17
Master Risk Management

➢ Des différents écarts pouvant donner lieu à des non-


conformités
➢ Des applications correctives ou préventives possibles
➢ Des responsables correspondantes

➢ Faire en sorte que la documentation utile au


fonctionnement du système de management santé et
sécurité au travail soit gérée convenablement
➢ Favoriser l’accès et la compréhension de cette
Documentation et documentation par le personnel
enregistrements ➢ Définir des caractéristiques de la documentation :
manuel, procédures, instructions, formulaires,
enregistrements
➢ Elaboration d’une procédure de maîtrise de la
documentation détaillant les modalités de création,
modification ou suppression des documents, leur
diffusion, leur archivage
➢ Elaboration d’une procédure de gestion des
enregistrements
➢ Réalisation d’un inventaire des documents
➢ Vérifier le bon déroulement du système de
management santé et sécurité au travail
➢ Vérifier l’application des bonnes pratiques sur le
terrain
➢ Fournir à la direction des informations sur les
Audit interne résultats des audits
➢ Définition des types d’audit à réaliser : audits de
système, terrain, Prise en compte des résultats des
audits
➢ Définition du programme d’audits
➢ Rédaction d’une procédure décrivant le déroulement
des audits internes
➢ Détermination des conclusions à la direction

18
Master Risk Management

➢ S’assurer de la continuité de l’application, de


l’adéquation et de
➢ l’efficacité des mesures prises et évaluer les
opportunités
➢ d’améliorations Décider les éventuels changements
Revue de direction d’orientation stratégique pour l’organisme
➢ Préparation de la revue de direction : élaboration d’un
ordre du jour, constitution d’un « dossier » à remettre
à la direction Examen par la direction :
➢ Du niveau de réalisation des objectifs
➢ De la réalisation et des résultats des risques
➢ Des audits internes et des résultats des évaluations de
conformité aux exigences légales et autres
➢ Du tableau de bord des indicateurs santé et sécurité
au travail
➢ Du suivi des actions décidées lors des revues de
directions précédentes
➢ Des informations venant des parties prenantes,
compris les incidents/accidents
Tableau 2: exigences de L'OHSAS

a. Avantages de la SST :

4
La gestion de la SST comme une composante de la production est important pour réduire les
coûts, certes, mais également pour s’assurer de la stabilité de sa main-d’œuvre. Gérer les
mesures préventives et correctrices de SST en tenant compte de l’usure prématurée des
travailleurs plus âgés pourrait les inciter à différer leur retraite. Afficher une productivité
annuelle sans accident ou avec une fréquence minimale pour le secteur d’activité pourrait
devenir un attrait pour de nouvelles recrues en quête d’un environnement sain. Et finalement,
assurer aux employés saisonniers qu’ils termineront leur saison de travail sans lésions et sans
limitations les mettra en confiance pour renouveler leur contrat l’année suivante.

Source :L'interaction entre les problèmes de gestion des ressources humaines et de santé et de sécurité au
travail Auteur: Gravel, Sylvie,Lortie, Monique,Bilodeau, Henriette Editeur: Presses de l'Université du
Québec
Démystifier la veille réglementaire HSE : Le guide Santé-Sécurité et Environnement Auteur: Watts, Dalila
Editeur: AFNOR Année de Publication: 2015

19
Master Risk Management

Pour l’entreprise, le management de la santé et de la sécurité au travail permet notamment de


maîtriser les coûts, d’améliorer le taux de rendement synthé que, d'intégrer les contraintes
réglementaires, d'améliorer l'image de l'entreprise et de mobiliser le personnel. 5

Maitrise des couts • Réduction de pertes matérielles ;


• Réduction des couts d’assurance ;
• Maitrise de ceux liés aux accidents du travail
et aux maladies professionnelles.

Intégrer les contraintes réglementaires • Mise en conformité réglementaire ;


• Anticipation de l’évolution de la réglementation ;
• Diminution des risques de fermeture
administrative de l’entreprise.

Améliorer l’image de l’entreprise • Instauration d’une relation de confiance avec les


actionnaires, les banques, les assurances ;
• Démonstration de l’engagement en tant
qu’entreprise citoyenne notamment après des
riverains, de la collectivité, des associations, des
autorités, etc.

Mobiliser le personnel de l’entreprise • Diminution des risques pour les salariés ;


• Motivation et mobilisation de l’ensemble du
personnel autour d’un projet fédérateur.

Tableau 3: les avantages de la SST

5
La Boîte à outils en Santé-Sécurité-Environnement : 64 outils et méthodes Ed. 3Auteur: Gillet-
Goinard, Florence,Monar, ChristelEditeur: DunodAnnée de Publication: 2017

20
Master Risk Management

Les normes internationales du travail sont des instruments juridiques élaborés par les
mandants de l'OIT

Comme nous l’avons expliqué précédemment, le système de santé et sécurité au travail a pour
principal but de gérer les risques professionnels. Il convient, pour ce faire, de procéder à la
l’identification l’analyse et l’évaluation des dangers et des risques à travers une panoplie de
modèles que nous essayerons de présenté dans le chapitre suivant en vue d’établir des
mesures de prévention et de protection adaptées puissent être élaborées et mises en œuvre.

21
Master Risk Management

II. Chapitre : la Maitrise des risques grâce à la SST :

La gestion des risques étant un processus matriciel itératif de prise de décision, doit aider à la
mise œuvre des instruments qui permettent de réduire l’impact des évènements de rupture
interne et externe pesant sur l’entité. Elle procède d’amélioration continue pour deux raisons :
le risque est en permanente évolution ; le risque ne prévient pas, il survient. Dans cette vision,
la gestion des risques vise essentiellement à trouver un équilibre optimal entre la saisie des
opportunités et la limitation des menaces. Autrement dit, si l’objectif engendre le risque, la
gestion des risques favorise l’atteinte des objectifs.

1. Section : Analyse des risques dans la SST :

L’analyse de risques représente un moyen fondamental pour la SST; elle est au cœur de tout
système de gestion de la SST. A cet effet pour assurer la maîtrise de son système de gestion
de la SST, l’entreprise doit mettre en place certaines activités ou processus qui lui
permettront de maintenir et maitriser la conformité des résultats obtenus avec les objectifs
fixés. Maîtriser la SST reste impossible sans pouvoir éliminer, réduire ou de contrôler les
risques professionnelles

a. L’apport du Risk management dans une démarche SST :

Intégrer une culture de risk management est très importantes puisqu’elle fait partie intégrante
d'un bon plan de gestion de la santé et de la sécurité au travail. Elles contribuent à :

• Sensibiliser les personnes aux dangers et aux risques.


• Déterminer qui est exposé à des risques (employés, personnel d'entretien, visiteurs,
entrepreneurs, membres du public, etc.).
• Déterminer si un programme de gestion est nécessaire pour un danger particulier.
• Déterminer si les mesures de maîtrise des risques en place sont appropriées ou s'il faut
en instaurer d'autres.

22
Master Risk Management

• Prévenir les blessures ou les maladies lorsque les évaluations sont effectuées à l'étape
de la conception ou de la planification.
• Hiérarchiser les risques et les mesures de maîtrise de ces derniers.
• Satisfaire les obligations juridiques, le cas échéant.

L'objectif de la démarche Risk management consiste à examiner les dangers, puis à éliminer
ces dangers ou à réduire le degré de risque en ajoutant des mesures de maîtrise des risques, au
besoin. Ainsi, le lieu de travail deviendra plus sûr et plus sain.

De nombreuses circonstances peuvent justifier la nécessité d’intégrer une démarche de la


gestion des risques notamment :

• avant l'intégration de nouveaux processus ou activités;


• avant l'apport de changements à des activités ou à des processus courants, dont
l'arrivée de produits, de machinerie, d'outils, de modifications à l'équipement ou la
communication de nouveaux renseignements concernant les dangers;
• au moment où des dangers sont relevés.

b. Les Etapes d’analyse des risques au travail :

Nous dressons brièvement les grandes étapes de la démarche de la gestion des risques

• Formaliser l’engagement de la Direction et préciser le mandat


• Constituer un groupe de travail Sélectionner les unités de travail névralgiques ou
dangereuses
• Recenser les risques du sinistre possible des unités à haut risque Évaluer et
hiérarchiser les risques possibles du sinistre Examiner les options de traitement
possible des risques du
• sinistre Consolider les travaux et présenter au comité de direction Mettre en œuvre le
plan d’action de traitement Assurer le dispositif d’activité de contrôle et de suivi.

23
Master Risk Management

• Etape 1: politique santé et sécurité au travail (RM)

• Etape2 : recueil et analyse des incidents et


accidents , maladie profesionnelles et atteintes à la
santé

• Etape 3: identification des dangers et évaluation des


risques

Figure 4: Maitrise des risques professionnels

c. la démarche d’analyse des risques santé et sécurité

Ce Niveau a pour but d’élaborer le programme santé, sécurité environnement au travail de


l’organisme. Il définit l’ensemble des règles et consignes nécessaires à la maîtrise des risques,
complète le dispositif d’information et de formation et définit les moyens de prévention et
d’intervention pour répondre aux situations d’urgence.

24
Master Risk Management

Phase Action
➢ Définir la politique de santé et sécurité au travail de
l’organisme
Mettre en place la - Etre appropriée à la nature, à la dimension et aux
politique SST risques santé et sécurité au travail
(Maitrise des risques) - Comporter un engagement à prendre les mesures
nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé
des salariés de l’organisme
- Comporter un engagement d’amélioration continue et
de prévention des risques
➢ Identifier les dangers et évaluer les risques liés aux
Identification des
interventions humaines
dangers et évaluation
des risques ➢ Inventaire des phases de travail : poste de travail ou activités
réalisées
➢ Reprise de l’évaluation initiale des risques réalisés Compléter
l’identification des dangers et risques associés pour chaque
poste de travail ou activité réalisée
➢ Evaluation des risques selon les principes généraux du code du
travail
➢ Prévenir les accidents potentiels et mettre en place les moyens
Prévention,
de réaction pour en limiter les conséquences
préparation et réponse
aux situations ➢ Identification, à partir du retour d’expérience et de l’évaluation
d’urgence
des
➢ risques, des situations d’urgence
➢ Elaboration et mise en œuvre d’une
➢ procédure d’identification des situations d’urgence
➢ Définir des moyens de prévention et d’identification adaptés :

6
De la gestion des risques au management des risques : Pourquoi ? Comment ? Auteur: Le Ray Jean Editeur:
AFNOR Année de Publication: 2015
Manager santé et sécurité au travail : Pour une approche humaine de la prévention des risques
Auteur: Capsecur Conseil Editeur: DunodAnnée de Publication: 2013

25
Master Risk Management

➢ premiers soins, moyens de lutte contre l’incendie, évaluation


des
➢ personnes, collaboration éventuelle avec les services locaux
d’intervention d’urgence

➢ S’assurer de l’efficacité des mesures prises Décider les éventuels


changements d’orientation stratégique pour l’organisme
Revue De Direction
➢ Préparation de la revue de direction : élaboration d’un ordre du
jour, constitution d’un « dossier » à remettre à la direction
➢ Examen par la direction :
- Du niveau de réalisation des objectifs
- De la réévaluation des risques
- Du tableau de suivi des indicateurs santé et sécurité au travail
- Du suivi des actions décidées lors des revues de direction
précédentes
➢ Des informations venant des parties, y compris les
incidents/accident
Tableau 4: démarche d'analyse des risques

En règle générale, l’intérêt de cette démarche consiste à identifier, évaluer, prévenir et


maitriser les risques présents ou potentiels qui peuvent être présents sur le lieu de travail. Il
peut être préférable de travailler en équipe formée de personnes connaissant le milieu de
travail et d’autres gens qui ne sont pas familiers avec celui-ci. De cette manière, on profite de
l'expérience des uns tout en ayant, grâce aux autres, un regard neuf sur la situation au cours de
l'inspection. Dans les deux cas, la personne ou l'équipe doit avoir les compétences nécessaires
pour procéder à l'évaluation et bien connaître le danger évalué, les situations qui pourraient
survenir et les mesures de protection pertinentes contre le danger ou le risque évalué

26
Master Risk Management

2. Les Modèles d’analyses des risques professionnelles :


Les industries actuelles doivent mettre en place des méthodes d'analyse des risques
garantissant que leurs installations suivent les normes en vigueur. Un large choix de méthodes
est à leur disposition. Mais, actuellement, très peu de méthodes permettent à partir d'une
représentation de l'installation de réaliser une analyse des risques permettant la validation des
barrières matérielles ou méthodologiques nous allons essayer de présenter dans cette sections
une partie de ces méthodes.

a. Notion de Modèle d’analyses des risques

Il existe trois grandes familles de méthodes pour identifier les risques

● Méthodes intuitives et empiriques telles que le brainstorming ;

● Méthodes déductives qui partent d’un inventaire des effets pour remonter aux causes
(ascendantes) ; (MOSAR)

● Méthodes déductives qui partent des causes (méthodes descendantes) pour remonter aux
effets.

En fait il s’agit de conduire un processus bien structuré et systématiques pour aboutir à une
identification aussi complète que possible de tous les risques majeurs qu’ils soient sous
contrôle direct ou dans l’environnement de chaque unité de travail.

Il s’agit de répondre aux questions suivantes :

● Qu’est-ce qui peut mal tourner ?

● Que ferons-nous pour prévenir les dommages et réagir à un sinistre ?

● Si un sinistre se produit, comment assurer la résilience de l’entreprise ?

● Que peut-il arriver, où et quand ?

27
Master Risk Management

Établir une liste complète des sources de risques et des événements qui pourraient avoir un
impact sur l’atteinte des objectifs : empêcher, dégrader, retarder, voire améliorer la réalisation
des objectifs.

Pourquoi et comment cela peut-il arriver ?

Une fois identifié ce qui pourrait arriver, remonter les causes et envisager des scénarios «
catastrophes ». Ne pas oublier une cause importante.

Toute entreprise pour être performante doit maîtriser les risques inhérents à son
fonctionnement à ses ressources, à sa production et au système dans lequel elle fonctionne.
Cela suppose une compréhension de son fonctionnement et de son environnement,

L’identification des risques encourus par l’entreprise, le recensement des ressources,


l’analyse des points forts et points faibles, et enfin l’étude des relations avec les parties
prenantes.

Moyen de gestion des qualifications :

La gestion des risques et le développement durable ont un point commun : la durée et la


pérennité. Si le développement est un concept, la gestion est une démarche qui donne de la
concrétude au concept de management intégré. Les deux procèdent de la

Même intention, celle de préserver les ressources, quelle qu’en soit la nature. Préserver, porte
un sens double : quantitatif (utiliser que le strict nécessaire !), et qualitatif (ne point altérer la
qualité !). Or, préserver suppose la réduction des risques qui pèsent sur lesdites ressources : la
précaution, la prévention et la protection sont donc requises.

b. La cartographie continue :

Elle vise à établir un document unique de l’entreprise. Type de représentation matricielle et


évolutive des risques de l’organisation à l’instant T, la cartographie constitue un excellent
outil de suivi et de communication tant interne qu’externe. C’est aussi une référence pour

28
Master Risk Management

Justifier l’arbitrage éventuel d’entre risque et utilité dans un temps où réaction et décision sont
nécessaires. Autrement dit, la cartographie est cet outil de classement, de comparaison et de
Hiérarchisation des risques. Elle est basée sur une démarche permanente et repose sur trois
étapes principales : collecte des données –cœur du système d’information pour la gestion des
risques –atelier d’autoévaluation et amélioration continue, Dans le cadre du choix du
maillage, le poste de travail et l’unité de travail peuvent en répondre à l’exigence. La
démarche doit cependant être remontante et participative impliquant en amont les travailleurs
afin qu’ils s’en approprient et la fasse vivre au quotidien.

En effet, l’approche permet concrètement de ne pas cloisonner les métiers mais de travailler
également sur les interactions entre <<corps de métiers>> qui opèrent ensemble dans
l’atteinte d’objectifs et qui peuvent causer des risques mutuels. Autrement dit, on sort du cœur
métier pour une démarche préventive intégrée qui est plus « système »

c. Méthode d’amélioration continue :

Il s’agit d’une gestion en quatre étapes : prévoir, développer, contrôler et agir. Tout cela doit
se passer par un enchaînement d’actions pour conduire à petits pas au progrès et éviter toute
dégradation naturelle dans le temps. Elle symbolise à la fois, l’aspect cyclique des évolutions
et la nécessité d’un progrès continu donc une remise en question permanente empêchant la
sclérose des habitudes.

d. Feuille de révélation de situation dangereuse :

C’est une description synthétique d’une situation dangereuse constatée sur le terrain ou
ailleurs et qui est décomposée en quatre thèmes à savoir : fait observé, origine,
conséquences, solutions suggérées dans la spontanéité.

e. Analyse des modes de défaillances de leurs effets et de leur criticité amdec:

L'Analyse des Modes de Défaillances et de leurs Effets et Criticités (AMDEC) est une
méthode d'analyse inductive et qualitative étudiant les défaillances d'un système en s'aidant
d'une liste quasi-exhaustive de modes de défaillances génériques. Pour permettre une
meilleure identification de modes de défaillances, la méthode AMDEC est précédée d'une

29
Master Risk Management

analyse structurelle ou fonctionnelle du A chaque composant, sous système et système,


l'analyste associe des modes de défaillances considérés vraisemblables et poursuit l'analyse

Par l'identification des causes et des conséquences de ce mode de défaillance sur le


fonctionnement à ce niveau de décomposition et sur les niveaux supérieurs du système
Lorsque les modes de défaillance ne sont pas connus a priori, ils peuvent être issus de la liste
des modes génériques en recherchant les spécificités de l'équipement (moteur, circuit
électrique, vérin, pompe, ...) et en raisonnant par analogie. Dans le même objectif
l'identification des modes de défaillances est exhaustive.

On utilise la méthode aussi bien à titre préventif que correctif. Elle est pertinente dans les
évaluations et les diagnostics. Il s’agit de détecter les points pouvant potentiellement amener à
la défaillance d’un produit, d’un équipement ou d’une prestation de service, les mesurer puis
définir pour chacun d’eux les améliorations possibles avec finalité, fiabilité optimale et
pérennité.

Le mode de défaillances C'est l'effet par lequel une défaillance est observée (norme CEI)

• en d'autres termes :

- le mode est la façon, la manière par laquelle la défaillance d'une entité se manifeste de
façon physique (concrète) à l'utilisateur

- alors que la défaillance est la cessation de l'aptitude d'une entité à assurer une fonction
requise. La cause d'une défaillance C'est la circonstance liée à la conception, la fabrication ou
l'emploi et qui a entraîné une défaillance (norme CEI) Effet d'une défaillance

• C'est l'ensemble des manifestations de toutes natures qui se produisent après l'apparition
Définition du système, de ses fonctions et de ses composants Établissement des modes de
défaillances des composants et de leurs causes Étude des effets des modes de défaillances des
composants Conclusions recommandations Une AMDE est réalisée dans un état de
fonctionnement donné du système Analyse de l'expérience d'exploration Essais de fiabilité
tests ... Analyse prévisionnelle de la sûreté de fonctionnement du composant Recensement des

30
Master Risk Management

modes de défaillances potentiels du composant Fonction du composant 1er liste de modes de


défaillances retenue pour l'analyse Causes internes et externes de défaillances du composant

Modes de défaillances et leurs causes retenues pour l'analyse Prise en compte de l'état de
fonctionnement du système L'analyse des risques 33 d'un mode de défaillances.

• Ces manifestations peuvent être :

- sur la disponibilité du moyen de production - sur la qualité du produit fabriqué - sur les
coûts de maintenance [AFNOR 1994]

- sur la sécurité, l'hygiène, l'environnement

L'AMDEC a pour objectif d'examiner comment chaque entité d'une installation peut
tomber en panne (ou être utilisée de façon incorrecte). On définit les notions de modes de
défaillances, de causes de défaillances et d'effets d'une défaillance.

f. Brainstorming :

C’est un outil de créativité et un cadre d’échanges permettant à un groupe de produire le


maximum d’idées sur la base de quatre étapes :

Cadrage de la réflexion, émergence des idées, classement des idées et la recherche de


solutions. Après la révélation des idées ou des réflexions achevées, il faut hiérarchiser et
classer la production du groupe en vue de favoriser l’émergence de solutions.

g. Arbre des causes ou méthode des 5M :

Il s’agit de classer les origines potentielles de l’accident selon cinq critères,-milieu, matériel,
matière, méthodes, main d’œuvre. La force de la méthode est qu’elle élimine tout préjugé
d’un axe par rapport à un autre. C’est la représentation graphique de l’enchaînement logique

31
Master Risk Management

Des faits ayant provoqué l’accident : partant du fait ultime (l’accident), il rétablit
7
l’enchaînement des faits jusqu’au point de départ. En termes mathématiques : si X n’avait
pas eu lieu, est-ce Y serait arrivé ? Et pour que Y apparaisse, a-t-il fallu X et seulement X ?

à ce niveau nous avons pu démontrer le passage d’un système de santé et sécurité au travail

classique à l’élaboration du démarche complète selon L’OHSAS et le point de convergence

avec une approche du Risk Management vu que la raison de ce référentiel est principalement

la Minimisation des risques qui touchent la santé et la sécurité des travailleurs ; en revanche

les modèles présenté dans le deuxième chapitre représente un moyen pratique , qui permet de

réussir cette démarche . Le choix de ces modèles dépend de la nature de l’activité de

l’entreprise, sa taille, le degré des risques.

7
Source : thèse pour obtenir le grade de docteur de l’inpg : Contribution à l'analyse des risques :
Proposition d'une méthode par scénarios et capitalisation de la connaissance par Laurent FROQUET le
4 avril 2005

32
Master Risk Management

Partie II :
La mise en place de méthodes de gestion
des risques en fonction de l’OHSAS
« Cas de la Cosumar »

"La prévention des accidents ne constitue pas


seulement une obligation légale"

33
Master Risk Management

Les dangers et risques sont connus et reconnus depuis de nombreuses années mais leurs
identification et gestion est réellement complexes. souhaitant améliorer la sécurité de ce type
d’exploitation et face à la diversité des domaines est à la complexité des systèmes et
phénomènes mis en jeu , il est indispensable de maitriser une méthode d’évaluation
formalisée des dangers et de posséder ensemble de systèmes décisionnels aptes à en intégrer
les résultats , nous avons donc choisis de travailler sur un guide qui facilité la mise en place
du système de management santé et sécurité au travail et pour l’analyse des risques appliquée
au secteur agroalimentaire d’un pas en voie de développement et plus spécifiquement sur le
danger liée à l’être humain dans l’organisation on envisager un modèle de gestion des risques
professionnels . Pour ce faire on s’est orienté vers une méthode systématique d’analyse de
risques afin de tenter de limiter l’incidence de ces risques

L’objectif de cette partie est d’analyse la contribution du référentiel ohsas dans le respect des
principes de la sst et l’apport de ce système dans la minimisation des risques professionnel
pour ce faire on a fait appel à un cas pratique dans la société Cosumar.

34
Master Risk Management

I. Chapitre : Présentation de l’étude empirique

Le présent chapitre nous donne une aperçue général sur l’organisme d’accueil pour mieux

comprendre la hiérarchie de l’entreprise ainsi que le procédé de fabrication du sucre. Ensuite

sa démarche pour l’étude de conformité avec le référentiel OHSAS.

1. Section : Présentation de l’entreprise :

a. Société Cosumar :

La COSUMAR est une société nationale anonyme qui fait partie du groupe ONA et qui a
pour vocation le raffinage du sucre brut importé, le conditionnement et la
commercialisation des produits finis (sucre raffiné et mélasse).

L’entreprise a été créée en Avril 1929 sous le sigle « COSUMA» par la société SAINTLOUIS
de Marseille, pour une capacité de production quotidienne de 100 tonnes de sucre par jours à
partir de 1932.Le 1er janvier 1967, des accords entre l’état marocain et COSUMA ont donné
naissance à COSUMAR. La participation de l’état était de 50% du capital et la production de
900 tonnes par jour. En 1985, L’ONA « Omnium Nord-Africain» devient l’actionnaire
principal avec 55% du capital de la COSUMAR. La société entre en bourse .En 1993
Cosumar intègre pas fusion les sucreries de Zemamra et de Sidi Bennour En 2005, Cosumar
acquière 4 sucreries : Surac, Suta, Sucrafor et Sunabel .

L’histoire de COSUMAR se confond avec le début de l’industrialisation de la production du


sucre blanc au Maroc. Autrefois de fabrication artisanale, c’est en 1929 qu’est créée la
première raffinerie de sucre à Casablanca au quartier des Roches Noires. La liste ci-dessous
reprend les dates clés de l’histoire de cette entreprise.

▪ 1929 : création du site historique de la raffinerie de Casablanca par la Société


Nouvelle des Raffineries de Sucre de Saint-Louis de Marseille. Elle produit 100
tonnes de sucre par jour, exclusivement sous forme de pains de sucre.
▪ 1967 : l'État marocain acquiert 50 % du capital de la société.
▪ 1985 : le groupe ONA prend le contrôle du capital de Cosumar, désormais cotée à la

35
Master Risk Management

▪ Bourse des Valeurs de Casablanca.


▪ 1993 : Cosumar absorbe les sucreries des Doukkala (Zemamra et Sidi Bennour), dont
il détenait déjà une part significative.
▪ 2005 : acquisition des quatre sociétés sucrières publiques;SUTA, SURAC,
SUNABEL et SUCRAFOR.
▪ 2006 : projet d’extension de la capacité de traitement de betteraves à 15 000 t
betteraves/jour de la sucrerie de Sidi Bennour, montant de l’investissement : 850
MDH.
▪ 2009 : Barid Al Maghrib consacre un timbre dédié à l’industrie sucrière marocaine et
célèbre le 80e anniversaire de ses débuts. La FAO décerne au Groupe Cosumar la
médaille de modèle agrégateur.
▪ 2012 : Cosumar obtient le Label CGEM de la Responsabilité sociale et est distingué
Pionnier de la RSE en Afrique par l’Institut RSE.
▪ 2013 : SNI cède 27,5 % du capital de Cosumar au Groupe singapourien WILMAR.
▪ 2014 : introduction d’un consortium d’institutionnels dans le capital de cette
entreprise : Axa Assurances, CNIA Saada, RMA Watanya, SCR, Wafa Assurances,
MAMDA, MCMA, CDG, CMR, RCAR, Wafa Gestion, CFG.
▪ 2015 : Cosumar dévoile sa nouvelle entité visuelle à l’occasion du Salon
SIAM 2015.

b. Les produits de la COSUMAR :

Le Morceau : Des petits lingots utilisés essentiellement pour


sucrer le café.
Emballage : boîtes en carton de 1Kg
Conditionnement : fardeaux de 5 Kg
Sucre en morceaux.

36
Master Risk Management

Le Lingot : Des lingots utilisés de sucre.


Emballage : boîtes en carton de 1Kg
Conditionnement : fardeaux de 5 Kg.
Sucre en lingots

Le Granulé : Forme utilisée par les industriels comme par les


ménages
Emballage : papier et polyéthylène
Conditionnement : sachets de 2 kg regroupés par 6, 12 ou 15 et
sacs de 50 Kg.
Sucre granulé

Le pain de sucre : Produit phare de COSUMAR


Emballage : individuel en papier, par pain de 2 kg.
Conditionnement : cartons de 24 kg ,16Kg ou 10kg.

pain de sucre
Tableau 5: Les produits de la COSUMAR

c. Répartition de la production du sucre raffiné par la COSUMAR :

Figure 5: la production de la cosumar

37
Master Risk Management

d. Organigramme :

Figure 6: Organigramme

38
Master Risk Management

2. Section : Présentation de la mise en place d’un système de santé et sécurité :


La Mise en place du système de la santé et sécurité au travail est différente d’une société à
une autre selon les outils utilisés mais les obligations réglementaires et économiques restent
les mêmes vu que c’est une démarche qui dépend du référentiel ISO (OHSAS, ILO) dans
cette section nous allons présenter les étapes suivi par la société Cosumar pour vérifier leurs
conformités aux exigences de l’OSHAS

a. Vérification de la conformité avec l’OHSAS (18001) dans le cadre de la SST :


Les objectifs de chaque entreprise en termes de veille et conformité réglementaire doivent être
fixés au préalable de manière claire, sur la base de l’évaluation :

❖ du risque juridique et donc économique


❖ des ressources humaines et financières à disposition
La vérification de ce qui se fait réellement se fonde sur :

❖ l’observation directe de terrain


❖ témoignage exprimés oralement
témoignage écrits par des questionnaires
❖ examen de documents

❖ Etat initial :
Identification des activités, équipements et produits par une visite sur site à l’aide du
responsable Maintenance et l’ensemble des collaborateurs en matière de sécurité santé au sein

De la division pain de sucre.

❖ Recensement des textes réglementaires :


Recensement Principe, concernant le système de gestion santé et sécurité à l’aide d’un outil
web mise à disposition en désignant l’ensemble des textes et règles juridiques.

❖ Checklist d’audit :
Elaborer une check-list concernant normes réglementaires ainsi des guides méthodologiques
et on fait l’Examen de la conformité vis-à-vis de ces exigences réglementaires et humains
par des audits sur Site.

N.B Le degré d’application dépendra de divers facteurs, tels que la politique SST de
l’organisme, la nature de ses activités, les risques et la complexité de ses opérations.

❖ Plan d’action
Il permet à terme de lever les non-conformités :

39
Master Risk Management

Toutes les exigences de la présente norme OHSAS sont prévus pour être intégrées dans tout
système de management de la SST.

Le degré d’application dépendra de divers facteurs, tels que la politique SST de l’organisme,
la nature de ses activités, les risques et la complexité de ses opérations.

Analyse de la conformité :
Au début de la réunion quotidienne de performance, un mot d’ouverture est dédié au volet
Sécurité afin de commenter la performance sécuritaire de la veille et de s’arrêter sur les
dysfonctionnements et les défaillances liées à la sécurité, à l’issue de la réunion un plan
d’action est mis en place avec un délai et un responsable.

Le règlement général de construction fixant les règles de sécurité contre les risques d’incendie
et de panique dans les constructions et instituant le comité national de la prévention des
risques d’incendie et de panique dans les constructions.

b. Conformité réglementaire

Conforme : Validé
Non conforme : NV

40
Master Risk Management

Domaine Type Date Intitulé Conforme Non


concerné conforme
Prévention co Décret ❖ Loi n° 65-99 Publié au Bulletin V
ntre les Officiel n° 5680 du 7 kaada
incendies 1429 (6 novembre 2008),
chapitre V intitulé, article 25
❖ Loi n° 65-99 Publié au Bulletin
Officiel n° 5680 du 7 kaada
1429 (6 novembre 2008),
chapitre V, article 26.
❖ Loi n° 65-99 Publié au Bulletin
Officiel n° 5680 du 7 kaada
1429 (6 novembre 2008),
chapitre V, article 27.
❖ Loi n° 65-99 Publié au Bulletin
Officiel n° 5680 du 7 kaada
1429 (6 novembre 2008),
chapitre V, article 28.
❖ Loi n° 65-99 Publié au Bulletin
Officiel n° 5680 du 7 kaada
1429 (6 novembre 2008),
chapitre V, article 29.
❖ Loi n° 65-99 Publié au Bulletin
Officiel n° 5680 du 7 kaada
1429 (6 novembre 2008),
chapitre V, article 30.
❖ Loi n° 65-99 Publié au Bulletin
Officiel n° 5680 du 7 kaada
1429 (6 novembre 2008),
chapitre V, article 31 ;
Règles pour Décret ❖ Norme marocaine homologuée V
l’organisation par arrête du Ministre, de
d’un service l’industrie N° 1099-99 du 15
de sécurité Juillet 1999, publié au B.O.N°
incendie 4718 du 19 Aout 1999.
Emploi des Dahir ❖ Réglementation régie par le V
appareils à dahir du 18 Joumada I 1374 (12
pression de Janvier 1955) portant règlement
gaz sur l'emploi des appareils à
pression de gaz et les textes pris
pour leur application.
Tableau 6: conformité réglementaire

41
Master Risk Management

c. Conformité aux exigences opérationnelles documentaires :

1 : Conforme
2 : Non conforme

Intitulé
conforme Non conforme
Phase Action Opérationnel Stratégique

Plan Politique SST


Planification de V
l’identification des
dangers, de l’évaluation
et de la
maitrise du risque.
Exigence légales et autres
Objectifs Programme de
management de la santé
de la sécurité au travail

Do Formation, Au début de la RQP le


sensibilisation (EPI) premier mot est dédié au
v
À chaque situation Au volet sécurité afin
Consultation et d’assuré un pal d’action
communication avec un délai et un
Documentation responsable
(Management visuelle)
Etat d’alerte et réponse

Check Surveillance des Au niveau de v


Performances chaque atelier de
v
Actions correctives et conditionnement,
préventives pour un tableau
chaque incident recensant tous
Enregistrements et les risque
gestion de la traçabilité probables est
Audit rédigé avec un
plan d’action
afin de réduire
voire éliminer la
probabilité
Act Revue de direction
pour contrôler et
V
diriger les actions

Tableau 7: conformité Sociale et opérationelles

42
Master Risk Management

II. Analyse de niveau de Maitrise selon L’OHSAS :

Dans ce chapitre nous allons présenter l’étude de la conformité effectuer au sein de l’usine
pain pack pour but de valider la compatibilité du système de management santé et sécurité
adopté avec les exigences du référentiel OHSAS.

1. Etude de Maitrise des exigences de l’OHSAS:


a. Autodiagnostic :

Cet outil sert à procéder au diagnostic de la prise en charge de la santé et de la sécurité du travail
(SST) dans votre établissement. Composé d’un questionnaire d’une cinquantaine de questions et d’un
diagnostic, il permet :

• d’établir un portrait des pratiques de prévention des risques à la SST en fonction des cinq
conditions gagnantes du cadre de référence pour la prise en charge de la SST;

• de cibler des actions à prioriser pour améliorer la prise en charge de la SST;

• d’effectuer un suivi des progrès accomplis en réalisant périodiquement le diagnostic;

• de soutenir le dialogue autour de la prévention des risques pour la SST au sein de votre
établissement. L’outil est destiné à être utilisé par les principaux acteurs concernés par la prise
en charge de la SST dans l’établissement : l’employeur, les travailleurs, leurs représentants, le
comité de santé et de sécurité ou tout autre groupe de travail concerné. Pour réaliser un
diagnostic optimal, il est préférable que ces acteurs se rencontrent et mettent en commun
l’information à leur disposition.

43
Master Risk Management

Maitrise opérationnelle
Maitrise documentaire
5axes compétence et formations
Exigences légales
Amélioration continue
Tableau 8: axes de l'autodiagnostic

MAITRISE OPERATIONNELLE Cotation

Avez-vous une organisation permettant d'effectuer les premiers soins en cas tout à fait d'accord
d'accident corporel:

Le ou les personnels affectés à ces tâches ? tout à fait d'accord


Les locaux ou services réservés à ces actions ? tout à fait d'accord
La limite des soins à donner en interne ? tout à fait d'accord
Les actions pour prévenir les services médicaux externes (médecin, Pompiers, tout à fait d'accord
Centre de Brûlés, …)?
L'évacuation du blessé ? tout à fait d'accord
La rédaction et fourniture des documents d'accidents (triptyque, relevé plutôt en désacord
d'accident, …) ?

L'enregistrement de toutes les données nécessaires au suivi et à l'analyse ? tout à fait d'accord

Maintenance préventive (contrôles périodiques) ? tout à fait d'accord

Contrôles techniques et moyens de protections (EPI …)? plutôt d'accord

Les moyens de premiers soins sont-ils accessibles en toute circonstance ? tout à fait d'accord

Tableau 9: maitrise opérationnel

44
Master Risk Management

Exigences réglementaire
Cotation

L'entreprise est-elle organisée pour vérifier l'identification des exigences tout à fait
réglementaires (ou autres exigences) applicables et la conformité de leur prise d'accord
en compte ?
La mise en conformité aux réglementations en vigueur fait-elle l'objet d'un tout à fait
plan d'action? d'accord

L’entreprise dispose d'un système de veille réglementaire ? tout à fait


d'accord

Le site a-t-il développé une Politique d'Audits Internes ? Si OUI : tout à fait
d'accord
De la mise en place des actions définies du plan annuel de prévention et/ou tout à fait
des objectifs de la Politique Sécurité ? d'accord

Du respect des consignes, procédures, instructions documentées, modes plutôt d'accord


opératoires, affichages ?
Un représentant du Comité Sécurité, structures spécifiques ou autres tout à fait
personnes liées à la sécurité ? d'accord

La Direction organise-t-elle, au minimum, une revue annuelle de son système tout à fait
sécurité mis en place afin de vérifier s'il est approprié, efficace et conforme à d'accord
sa politique et à ses objectifs ? allignée sous forme de check-list ?

Communication et FORMATIONS Cotation

Existe-t-il une politique de formation santé et sécurité formalisée et diffusée ? plutôt d'accord

L’entreprise vérifie-t-elle que le personnel intérimaire a suivi les formations tout à fait
de santé et sécurité d'accord
Y a-t-il un responsable chargé de la mise en œuvre du plan de formation ? tout à fait
d'accord
Existe-t-il des campagnes de sensibilisation à la santé et à la sécurité destinées plutôt d'accord
à développer la motivation, l'esprit et les comportements sécurité par la
promotion des meilleures pratiques SST ?
L'entreprise prend en considération le besoin réclamé par son personnel en tout à fait
matière de sécurité d'accord

45
Master Risk Management

Cette expression du besoin fait-elle mention des risques liés au poste à tout à fait
pourvoir (risques particuliers, risques produits, et aptitudes nécessaires) ? d'accord

Les dossiers du personnel d'appoint comprennent-ils une copie des tout à fait
compétences et aptitudes médicales ? d'accord

L'entreprise a-t-elle un système d'évaluation et d'appréciation (métier + plutôt d'accord


sécurité) de son personnel d'appoint ?

L'entreprise a-t-elle mis en place un système de parrainage/compagnonnage plutôt en


du personnel d'appoint pour faciliter son adaptation et son insertion dans désacord
l'entreprise ?
L'entreprise dispense-t-elle à son personnel d'appoint une formation tout à fait
spécifique renforcée à la sécurité et aux métiers ? d'accord

Tableau 10: exigences opérationnel et réglementaire

Maitrise Documentaire Cotation


L'ensemble des documents généraux du système de management SST sont-ils tout à fait
gérés (révisés, datés, signés, archivés) ? d'accord

L'entreprise réalise-t-elle des déclarations préalables à l'ouverture des chantiers ? tout à fait
d'accord

Ces déclarations préalables comportent-elles une analyse de risque pertinente par tout à fait
rapport aux travaux à réaliser ? d'accord

Ces analyses de risques et les mesures de protection préconisées sont-elles tout à fait
communiquées aux responsables du chantier et au personnel intervenant ? d'accord
L'application est-elle vérifiée ?
Existe-t-il un formulaire disponible pour établir les rapports d'accidents, tout à fait
d'incidents et situations dangereuses ? d'accord
L'entreprise réalise-t-elle un retour d'expériences sur les affaires réalisées ? plutôt
d'accord
Ces retours d'expériences sont-ils pris en compte pour les affaires à réaliser ? tout à fait
d'accord

Tableau 11: Maitrise documentaire

46
Master Risk Management

Amélioration continue Cotation

Les résultats Hygiène et Sécurité de l'entreprise sont-ils en amélioration plutôt


permanente (personnel organique et d'appoint) au niveau des ? d'accord
Les indicateurs du suivi de l'efficacité du système de management Sécurité tout à fait
permettent-ils d'avoir un suivi de l'ensemble de la démarche. d'accord

La direction de l'entreprise effectue-t-elle des audits de son système de tout à fait


management Hygiène et Sécurité suivant un plan établi et écrit ? d'accord

Les pistes d'amélioration identifiées font-ils l'objet d'un plan d'actions de type plutôt en
PDCA? désaccord
de l'historique des indicateurs Hygiène et Sécurité tout à fait
d'accord
- des écarts constatés par rapport aux exigences (réglementation, système de tout à fait
management Hygiène et Sécurité interne ou tierces parties) d'accord

- des plans d'actions d'améliorations tout à fait


d'accord
- des retours d'information tout à fait
d'accord
- des rapports de contrôles : résultats d'audits (externes, internes) tout à fait
d'accord
- des rapports de contrôles : résultats d'audits (externes, internes) tout à fait
d'accord
Tableau 12: Amélioration continue

exigences légales
100%
80%
60%
40% compétence et
amélioration continue
formations
20%
objectifs
0%
resultat

maitrise opérationnelle maitrise document

Figure 7: Résultat du diagnostic

47
Master Risk Management

d. Analyse des résultats :

D’après les réponses de l’autodiagnostic on constate que la société dispose d’un système de
management santé et sécurité au travail bien maitrisé Les résultats représente un niveau de
maitrise partiellement favorable puisque la majorité des exigences en matière SST sont
supérieur à la moyenne, cela reflète que La santé et la sécurité au travail est une culture
instaurée grâce au référentiel OHSAS 18001 qui permet de tracer les lignes directrices

Cet outil ne représente pas seulement un guide pour l’élaboration de la sst mais c’est égement
un moyen de maitrise d’évaluation et de contrôle continue car il permet à l’entreprise de se
situer dans sa démarche

48
Master Risk Management

2. Section Analyse fonctionnelle des risques selon MOZAR :

La méthode MOSAR est une méthode d’analyse des risques. Cette analyse des risques prend
en compte l’identification exhaustives ou non de ces risques, l’évaluation du niveau de danger
de ces risques, la mise en place de barrières et enfin l’évaluation de ces barrières, la méthode
MOSAR se décompose en 5 étapes qui son représenter, identifier, évaluer, négocier et définir

❖ Etape 1 : la 1ère étape de la méthode MOSAR consiste à modéliser l’entreprise. cette


modélisation découpe l’entreprise pris dans sa globalité en sous-systèmes ;
généralement géographiquement plus simple à étudier, en tenant compte également
des flux extérieur.
❖ Etape 2 : Etablissement des processus dangers : Dans cette étape on définit pour
chaque sous-système la liste des sources de dangers présents (mécaniques, chimiques,
électriques …) la recherche des sources de dangers est favorisée ; Puis pour chaque
source de danger, dans chaque sous-système on construit les scénarios d’accidents
possibles en utilisant un tableau (A) l’évènement initiateur, l’évènement initial le flux
et l’évènement final associé à chaque danger. (ENS)
❖ Etape 3 : On établit une modélisation sous forme de boite noire pour chaque sous-
système tout en attribuant à chaque situation dangereuse le risque générer ; avec la
détermination du niveau de risque selon sa probabilité de créer un nouveau risque à
travers la création d’un tableau d’évaluation des risques.
❖ Etape 4 : on procéde à la détermination des actions préventifs adéquats pour chaque
situation

49
Master Risk Management

a. Identification des risques :

Fréquence matériels et Sous


Poste de travail Danger scénarios
d'exposition équipements activité

chariot Manque de
PASSAGE Blessure/heurt
élévateur visibilité

Tableau 13: identification du risque "passage"

Salle Risque de troubles de


Bruit compresseurs l'audition

fuite de
l'huile Risque d'éjection du
flexible hydraulique
fuite de l’eau
kautz Q Mouleuse chaud pré-compresseur Risque d’explosion

absence de
bons
éclairages,
manque de la chaine de Risque d'écrasement lors
concentration cadence de l'intervention
Tableau 14: identification du risque machine "KAUTZ"

50
Master Risk Management

b. Boite noire de la Machine kautz

Choc
Blessures

Erreur de
Risque d’ecrasement
manipulation

Papiottement de la Glissades
lumière
KAUTZ
Bruit Trouble d’audition

Manque de Chute
concentartion

Fuite de
l’hydraulique

Indendie

Figure 8: figure élaboré de la boite noir 'Kautz'

Risque significatif : risque peu grave vu qu’il ne va pas nous induire à d’autres risques

Risque moyen : risque moyennement signifiant à éviter puisqu’il donne naissance à des risques
majeurs

Risque majeur : conséquence catastrophique ce qui nécessite des mesures préventif préalable

51
Master Risk Management

c. Evaluation des Risques :

Pour passer à cette phase on s’est basé sur le tableau d’échelle suivant :

Critère Niveau Signification


1 Très rare
2 Rare
Fréquence (F) 3 Fréquent
4 Très fréquent
1 Dangers détectable
2 Danger difficile à détecter
Détection (D) 3 Danger très difficile à détecter
4 Danger n'est pas apparent
Gravité 1 Mineure : pas de conséquence
sur la production

2 Significative : mécontentement
léger bouleversement sur la
production.
3 Grave : grand mécontentement
Désorganisation élevée de la
production
Tableau 15: tableau d'échelle

ENS D P G CR
Scénarios

Manque de Ecrasement 2 3 2 12
concentration, erreur
de manipulation,
manque d’éclairage, Chute de 2 3 3 18
escalier obsolète hauteur
Bruit-trouble Incendie 4 2 3 24
d’audition-erreur de explosion
manipulation- fuite de
fuel
Tableau 16: phase d'évaluation

On constate après l’élaboration de la boite noire de la machine kautz et l’établissement de


l’évaluation des risques qu’il y a une criticité très élevé liée aux risques suivants :

52
Master Risk Management

« Bruit-trouble d’audition-erreur de manipulation » ce groupement de


risques qu’on appelle un scénario donne naissance au risque le plus majeur dans cette boite
noir et une criticité de 24 calculer par la méthode suivante ( Gravité *Détectabilité*probabilité
d’occurrence »

A travers cette méthode nous pouvons détecter les scénarios critiques qui affectent la santé et
sécurité des travailleurs, et de réagir à travers le système de la sst notamment l’apport en
matière opérationnel ou documentaire pour limiter ce genre d’incidence même avant leur
concrétisation.

d. Prévention et recommandations :

Cette étape s’appuie sur les « principes généraux de prévention ». La suppression des risques
doit toujours privilégier la prévention intrinsèque avant de mettre en œuvre la protection
individuelle.

Recommandations
Poste de travail Techniques
matériels/ Organisationnelle humaines/personnes
détection
Passage -Bip sonore -Passage piéton, sensibilisation au
de marche -Suppression de la respect des passages
arrière mauvaise visibilité piéton limitation de
/rétroviseurs l’encombrement vitesse, interdiction des
(dégagement des voies écouteurs et casques
de circulation et audio, sensibilisation et
-revue de l'espace de contrôle.
stockage
Machine (kautz ) -Distribution -élimination physique
des EPI (Anti du problème « contrôle
bruit) technique du bruit »
Station - Mettre en - Management visuel Sensibiliser le personnel
hydraulique place une pour être plus prudent
barrière de
protection
dans chaque
section
concernée
Tableau 17: Recommandation

53
Master Risk Management

❖ Un esprit sécurité vise à prévenir plutôt que guérir

Pour les marquages d’avertissement et les objets mobiles


jaune •
Pour le marquage des zones de recyclages (poubelles,
vert • déchets)

Pour signaler les interdictions des dangers, mesures de


rouge • sécurité (matière inflammable)

Tableau 18 : marquage des zones

Caractère Stratégie générale


• Relevés d’explosimètre
• Ventilation des volumes
Risque d’explosion et incendie • Evacuation si la
concentration est
supérieur à la LIE
• Périmètre de sécurité
Alerte Engagement EPA
EDF/GDF et force de l’ordre
Consigne • Ne jamais éteindre une fuite de gaz enflammé si on ne
peut stopper la fuite
• Déposer tout appareil susceptible d’être déflagrante
(bip, téléphone, portatif…) et allumer les divers
appareils dans le FPT
• Identifier le gaz à rechercher afin d’être en adéquation
avec les données explosmétriques
• Effectuer les prélévements à plusieurs endroits ,
verticalement et horizontalements
Actions Identifier le risque (évacuation)
Localiser la fuite et obturer
Tableau 19 : actions en situation d'urgence

54
Master Risk Management

Caractère Stratégie générale


• Périmètre de sécurité
• Engagement sous ARI
Risque d’électrocution • Attendre EDF
Risque toxique et irritant

Alerte Engagement EPA


EDF/GDF et force de l’ordre
Consigne • Ne jamais éteindre une fuite de gaz enflammé si on ne
peut stopper la fuite
• Déposer tout appareil susceptible d’être déflagrante (bip,
téléphone, portatifs…) et allumer les divers appareils
dans le FPT
• Identifier le gaz à rechercher afin d’être en adéquation
avec les données explosmétriques
• Effectuer les prélèvements à plusieurs endroits,
verticalement et horizontalement
Actions Identifier le risque (évacuation)
Localiser la fuite et obturer
Tableau 20 : situations d'urgences

55
Master Risk Management

Le déploiement d’une certification OHSAS 18001 implique la société quelque soit sa volonté
à améliorer son système de santé et sécurité au travail vu l’exhaustivité de ces exigences en
matière réglementaire, économique et social qui s’inscrivent dans le cadre de gestion global
des risques professionnel. En effet à travers la présentation des niveaux de la conformité avec
les axes de L’OHSAS.

Une approche SST ne saurai complète sans l’intégration d’un modèle de gestion des risques
qui consiste à identifier les situations dangereuse, évaluer ; traiter et prévenir leurs incidence
ou carrément les éliminer avant leurs matérialisation

Grâce aux éléments de notre étude empirique nous sommes aujourd’hui capable de dire le
référentiel OHSAS permet aux entreprise de développer leurs système de management santé
et sécurité au travail à travers une démarche lancée par le responsable du service QHSE (
qualité hygiène sécurité et environnement) et également la commission d’audit en mettant en
place des outils d’aide à la maitrise notamment l’autodiagnostic qui représente un guide pour
l’élaboration et la continuité d’un système fiable crédible et surtout bien maitrisé .

Pour clarifier de plus la contribution de la sst en matière de gestion des risques professionnels
il était indispensable de l’associer à la notion du risk management puisque l’identification le
traitement et l’évaluation des dangers constitue une phase important dans le système et pour
donner plus de clarification a cette étape , on a élaborer via le modèle MOSAR un tableau
exhaustif sur la globalité des risques présent ou potentiel dans l’usine pain pack à la société
Cosumar ; qui comporte des évènement nous souhaitable que chaque employeur est tenu
capable de les éliminer s’il maitrise son système de management santé et sécurité au travail .

En revanche ; à travers l’étude empirique le référentiel OHSAS représente un pont pour la


création d’un système de management santé et sécurité maitrisé et faciliter le contrôle des
risque inhérent aux entreprise industriel

56
Master Risk Management

Conclusion générale :

En effet, la Santé, la Sécurité et l’Environnement demeurent à la fois une nécessité et un défi


permanent à relever qui confère une légitime fierté. Sacré challenge… mais jouable, pourvu
que chacun s’implique et joue collectif.
En effet suite au évolution permanente en matière de management des risques l’intégration
d’une nouvelle norme qui sera alignée aux changements technique économiques
environnemental est indispensable dans ce sens L’iso 45001 sera largement alignée sur les
prochaines révisions ( à paraitre en avril 2017 sera une norme unique , mondialement
reconnue et adaptée à toutes les formes d’organisation dans le monde Comportera des
exigences moins prescriptives qui demanderont aux organisations de concevoir un système de
management particulièrement bien adapté aux besoins de s et ST .
Ce projet de fin d’études est une occasion qui m’a permis d’intégrer la vie professionnelle.
Durant la période de ce projet, j’ai essayé d’appliquer mes connaissances acquises lors de
mon cycle d’études.

J’ai pu approfondir mes connaissances sur le plan pratique concernant le système de santé et
sécurité au travail, à travers les différents plans d’actions que j’ai accompli notamment
l’amélioration du système d’analyse des risques professionnels

57
Master Risk Management

Annexe :

Annexe 1 : Démarche sécurité

58
Master Risk Management

Annexe2 : Analyse des risques Fonctionnelle dans l’usine pain pack

59
Master Risk Management

Annexe 3 : document unique (TITRE INDICATIF)

60
Master Risk Management

Annexe 4 : Démarche d’analyse des risques selon la COSUMAR « AMDEC »

61
Master Risk Management

Annexe 5 : Fiche du mode opératoire sur la sécurité du Matériel

62
Master Risk Management

Bibliographie :

La Boîte à outils en Santé-Sécurité-Environnement : 64 outils et méthodes Ed.


3Auteur: Gillet-Goinard, Florence,Monar, ChristelEditeur: DunodAnnée de
Publication: 2017
Le management de la santé et de la sécurité au travail : Maîtriser et mettre en oeuvre
l'OHSAS 18001Auteur: Courdeau, Daniel,Gey, Jean-MarcEditeur: AFNOR Année de
Publication: 2014
Manager santé et sécurité au travail : Pour une approche humaine de la prévention des
risques Auteur: Capsecur Conseil Editeur: DunodAnnée de Publication: 2013
Guide commenté des normes et référentiels Auteur: Teneau, Gilles,Ahanda, Jean-Guy
Editeur: Editions d'Organisation Année de Publication: 2009
CSE et CHSCT : les bonnes pratiques en santé, sécurité et conditions de travail :
Guide à l'usage des élus du personnel Ed. 2 Auteur: Sévéon, Olivier Editeur: Gereso
Année de Publication: 2018
Démystifier la veille réglementaire HSE : Le guide Santé-Sécurité et Environnement
Auteur: Watts, Dalila Editeur: AFNOR Année de Publication: 2015
10 clés pour réussir sa certification QSE Auteur: Pinet, Claude Editeur: AFNOR
Année de Publication: 2015
De la gestion des risques au management des risques : Pourquoi ? Comment ?
Auteur: Le Ray Jean Editeur: AFNOR Année de Publication: 2015

63

Vous aimerez peut-être aussi