Vous êtes sur la page 1sur 4

La taupe

il y a
1 mois

4 min
468
lectures

280
Finaliste
Jury

Rémy Bloch

S'abonner

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Lorsqu'elle était encore de ce monde, chaque matin à la belle saison, avant même de

préparer le petit-déjeuner, Francine sortait pour une tournée d'inspection en chemise

de nuit et sabots de jardin. A son retour, pendant que je beurrais mes tartines et que je

les trempais dans mon café au lait, elle me faisait son rapport :

« Les tomates commencent à mûrir » ou bien « les carottes lèvent bien », ou encore « les

courgettes sont en fleur ». Le rapport de Francine couvrait la voix du présentateur de

Télé Matin ; le rapport de Francine, c'était « Radio Jardin ». Parfois les nouvelles n'étaient

pas bonnes : « les doryphores m'ont encore bouffé trois rangs de patates », voire

carrément exécrables : « tu as vu comment tu as désherbé les fraisiers ? Tu m'en as

arraché la moitié ! ».

Depuis que Francine n'est plus là, c'est moi qui prends soin du jardin, plus par habitude,

voire par devoir, que par goût. Le jardin est bien trop grand pour moi tout seul, je le

répète encore chaque matin à Francine, mais de là où elle est, elle ne m'entend pas.

Je n'ai pas envie de m'embêter à faire des bocaux de haricots verts ni de la confiture de

fraises, alors forcément, il y a de la perte. Quand les enfants passent à la maison, je


remplis le coffre de leur SUV avec des laitues bien pommées, des tomates juteuses et

parfumées qui ont bien pris le temps de pousser, des carottes charnues et croquantes,

ça les change des saloperies pleines de pesticides de leur supermarché. Mais ma bru,

qui a aussi mauvais caractère que Francine, est par-dessus le marché bien trop

feignante pour éplucher et cuisiner mes légumes – et je ne parle pas de faire des

conserves, elle préfère les cochonneries de chez Picard. Alors mes légumes finissent par

pourrir, que ce soit chez eux en ville ou ici à la maison. Je l'avais bien dit à Francine,

qu'on n'avait pas besoin d'un aussi grand potager.

Certes, je pourrais donner des légumes aux voisins, mais ils ont tous un jardin quatre

fois trop grand pour leurs besoins, exception faite de la mère Trochu, mais celle-là,

après tout le mal qu'elle a dit de moi au cimetière, elle peut toujours courir.

Bien sûr j'aurais pu laisser le jardin en friche, qu'est-ce que j'en ai rêvé du vivant de

Francine ! Mais maintenant qu'elle n'est plus là, je me sens obligé, comme si elle

continuait à me gouverner par-delà la mort. Chaque dimanche, les enfants me répètent

de me ménager, de cesser de m'esquinter la santé avec le jardin, de semer une bonne

fois pour toute du gazon, Jérôme a même promis qu'il s'occuperait de le tondre. Je ne

peux pas faire ça, jamais Francine ne me le pardonnerait.

Alors désormais, tous les matins, avant le petit-déjeuner, je sors en pyjama et sabots de

jardin et je fais ma tournée, j'informe Francine là où elle est.

Aussi l'autre matin, quand j'ai vu les poireaux que je venais de repiquer, les racines à

l'air, mon sang n'a fait qu'un tour. Saloperie de taupe ! Notez que je n'ai rien contre les

taupes en général, c'est utile les taupes, ça bouffe la vermine, mais tout de même, elle

aurait pu trouver pour refaire surface un autre endroit que la planche de poireaux que

je venais de repiquer. Heureusement qu'il me restait des plants, alors j'ai passé un coup

de râteau et j'ai remplacé les poireaux manquants. J'ai fait un rapport détaillé de

l'opération à Francine.

Le lendemain, la taupe est revenue. Elle m'a fichu en l'air mes semis de carottes d'hiver.

J'en ai parlé au fils Trochu quand je l'ai vu à la pharmacie, il m'a proposé du taupicide. Je

ne vais tout de même pas mettre de cette saloperie dans notre jardin, ce n'est pas la

peine de s'échiner à cultiver des produits sains et naturels – écologiques même, n'en

déplaise à Francine – pour les polluer avec ce poison, autant aller chercher des légumes
au supermarché comme ma bru.

Alors j'ai eu recours à la bonne vieille méthode : planter une tige de rosier à la sortie de

la taupinière. Comme ça, lorsque la taupe sortira son museau pour voir ce qu'il se passe

dehors, elle s'écorchera le museau ; et comme toutes les taupes sont hémophiles, elle

se videra de son sang et en crèvera. J'ai choisi une branche du rosier grimpant de

Francine, celui auquel elle tenait tant, comme ça, c'est certain, la taupe s'empoisonnera.

Pendant trois jours, je n'ai plus revu la taupe, certainement qu'elle se méfiait. En tous

cas, moi, j'étais rassuré : j'ai repiqué mes tomates. Je fais moi-même mes plants de

tomate avec les graines que je garde de mes plus belles tomates et que je fais sécher.

J'ai fini par installer des châssis. De son vivant, Francine me tannait pour que je le fasse,

je n'avais jamais le temps, mais depuis qu'elle n'est plus là, je me suis empressé de le

faire. J'ai récupéré du crottin de cheval au centre équestre, et j'ai monté des couches

chaudes. Résultat : j'ai de superbes plants de tomate, vigoureux et précoces. C'est peut-

être un peu tôt pour planter les tomates, mais s'il y a un coup de froid en mai, je pourrai

toujours mettre un tunnel plastique.

Bref, j'ai donc repiqué mes tomates : quatre rangs, une bonne cinquantaine de pieds. Eh

bien, vous me croirez ou pas, le lendemain matin, la taupe m'avait retourné tout ça. Elle

l'a fait exprès, ou quoi ?

Mais comment pouvait-elle le savoir, que c'était justement là où j'avais repiqué mes

tomates ? Depuis sa galerie, elle ne peut pas voir ce qu'il y a au-dessus. Alors, comment

fait-elle pour viser précisément le coin du jardin où je me suis donné le plus de mal ?

Il m'est venu un terrible pressentiment : et si c'était Francine qui, de là-haut, guidait la

taupe, rien pour se venger ?

Je ne vais pas me laisser faire. Je ne vais pas me laisser tourner en bourrique par une

bestiole à la con. Je ne vais pas devenir la risée du village, je les entends d'ici, les

commères, la mère Trochu et les autres. Je vais m'armer de patience, mais j'en viendrai

à bout.

Depuis une semaine, je guette toutes les nuits devant les trous de taupinière avec ma

bêche. Attends un peu, ma salope, que tu sortes ton museau, je ne te louperai pas. Elle

se méfie, la taupe, elle sent ma présence, elle se terre dans ses galeries. Je n'ai même

pas pris la peine de replanter mes tomates, elles sont fichues maintenant. Ah, tu ne
l'emporteras pas au paradis, c'est moi qui te le dis. Tu te caches, mais tu ne perds rien

pour attendre.

Ah, mais voilà que ça bouge dans les fraisiers. Dans les fraisiers que j'ai justement

désherbés hier, et soigneusement, crois-moi. Les petites pattes qui grattent, la terre qui

se soulève, et voilà le museau. Ma bêche s'est abattue d'un coup, j'ai entendu craquer

les os.

Fallait pas me faire chier avec tes fraisiers, Francine !

Vous aimerez peut-être aussi