Vous êtes sur la page 1sur 165

Sommaire/Contents

Cahiers Quels nouveaux défis


pour les agricultures irriguées ?
Agricultures New Challenges Facing Irrigated Farmingf

Revue coéditée en partenariat par l'Agence Éditorial/Editorial


universitaire de la Francophonie (AUF), l'Inra,
le Cirad, l'IRD, la faculté universitaire de
Gembloux (AgroBioTech), la Cidefa et les 5 Eau, alimentation et développement : s'adapter
éditions John Libbey Eurotext.
aux changements globaux
Watet; food and development: Adapting to global change
HenriTard ieu

Hommage! Tribute
8 Henri Tardieu 11946-2010)
Sam i Bo uarfa, François Brell e,Th ierry Rieu, Jean-Phil ippeTort erot ot,
Al ain Vidal, Al ain Villocel

Article introductif! Introductory Article


Ce numéro a été coordonnépar: 10 les agricultures irriguées face à de nouveaux défis
Irrigated agriculture facing new challenges
Jean-Yves Jamin
Jean-Yv es Jamin, Sami Bou arfa, Je an-Chri st oph e Poussin , Patri ce Garin
Sami Bouarfa
Jean-Christophe Poussin
Option! Option
(Unité mixte de recherche G-eau)
16 Des destins croisés: regards sur 30 ans de recherches
en grande hydraulique .
Crossed destinies: 30 years of research in large-scale irrigation systems
M arcel Kuper

I.?innovation technique et l'amélioration des performances


de l'agriculture irriguée! Tecbnical innovation and improving
irrigatedfarming perfor.mance
24 l'agriculture irriguée dans le Sahel ouest africain. Diversité des pratiques
et des performances
Irrigation in West-African Sahel. Diversity of practices
and levels of performance
Bruno Barbier, Herv é Ouedraogo, Yous souf Dembélé, Ham m aYacouba,
Boubacar Barry, Jean-Yves Jam in

34 Dévoiler les réseaux locaux d'innovation dans les grands périmètres


irrigués. le développement des agrumes dans la plaine du Gharb au Maroc
Revealing local innovation networks in large-scale irrigation schemes.
Citrus development on the Gharb plain in Morocco
Zhour Bou zidi, El Hassan Abdell aoui , Nicolas Faysse, Jean -Paul Bill aud , M arcel
Kupe r, M ostafa Errahj

40 Quand les petites exploitations adoptent le goutte-à-goutte :


initiatives locales et programmes étatiques dans le Gharb au Maroc
La pu blication de ce num éro t hématique When small-scale farms adopt drip irrigation: Local initiatives and state
a reçu le sout ien fi nancier du Cemagr ef,
du Cirad , et de l'IRD, ain si que de l'U nité programs in the Gharb (Morocco)
mixte de recherche (UM R) G-eau Maya Benouniche, Marcel Kuper, J ulie Poncet,Tarik Hartani, Ali Hamanni

Cah Ag ric , 2011 ; 20 : 1-2


Sommaire/Contents

Cahiers 48 Différenciation des exploitations agricoles dans les montagnes du Nord


du Vietnam : le rôle clé de l'accès à l'eau 7
Farm household differentiation in upper-catchments of Northern Vietnam:

Agricultures The key role of access to water?


Dam ien Jou rdain , Dang Dinh Guang ,Tran Pham Van Cuong, Jean-Yves Jam in

60 Accompagnement d'exploitations laitières pour mieux valoriser l'eau


d'irrigation dans la plaine du Tadla au Maroc
Supporting dairy farms by improving water productivity in the Tadla
John Libbey Eurotext Limited
irrigation scheme (Morocco)
127, av. de la Républ iq ue
92 120 Mon t rou ge, France Mo hame d Taher Sraï ri, M arcel Kuper, Pierre-Yves Le Gal
Tél. : (33) 01 46 73 06 60
Fax : (33) 01 40 84 09 99
e-mail : chantal.de looz@jle.co m Les nouvelles formes de gestion de l'eau et du foncier
http: //www.j le.com au sein des périmètres irrigués! New forms ofwater
and land management within irrigated schemes
Directeur de la publication
Gilles Cahn 67 Faut-il f orm ali ser les règles de gestion de l'eau 7 Une expérience
dans le Haut Atlas
Rédacteur en chef Should water rules be formalized? An experim ent in t he High Atlas
Jean-Pascal Pichot Jeann e Riaux

Rédacteur en chef délégué


73 l'appropriation du modèle d'association d'usagers de l'eau
Didier Picard
par une communauté villageoise du Moyen Atl as au M ar oc
The appropriation of the water user association model by II cOIII III /mlt y
in the Middle Atlas region in Morocco
Com ité de rédaction Lahssan Bekkari , IsabelYepez de i Castill o
Didi er Bazile (Sant iago , Chili) ;
Nico las Bricas (Mo ntpe ll ier) ;
Ed uardo Chia (Mo ntpell ier) ; 78 Gestion de l'irrigation dans les montagnes du Nord du Vi tn am :
Je an-Phil ippe Deg uin e (Saint- Denis , La Réuni on ) ;
Franc is Delp euch (Montpellier) ; vers une autonomie accrue des irrigants 7
Pierre Gadal (Orsay) ; Irrigation water management in the Northern M oun tains of v / ln "":
A lexa nd re lckowicz (Montpellie r) ;
Jea n-Yv es Jam in (Mo ntpe llie r) ; Towards more autonomy?
Pierre Jan in (Paris) ; Damien Jourdain, Auréli e Rakot ofi ri nga, Dang Dinh Ouanu . Mil io Jo 111111 Vll lolI Y,
Jéro m e Lazar d (Mo ntpe ll ie r) ;
Ann e Math ieu (Thiverv al-Gri gn on ) ; Romain Vidal , Jean-Yv es Jami n
Franço is Papy (Vanves) ;
Claude Pope deVa lavielle (Thiv erval-Gri gnon ) ;
Chr istin e Raw ski (Mo nt pellier) ; 85 Analyse des arrangements informels pour l' ace
An ne Rivi ère-Hon egger (Lyo n) ; sur les périmètres irrigués de la M it idja (Al g ri ) t du id lu lM iro cl
Jean Sem ai (Gemb loux, Bel giqu e) ;
Christi ne Sil vy (Mont pell ier) ; Analysis of local arrangements to eccoss gro ll llCl w Il r ln III M it/ci},
Moh am edTaher Sraïr i (Rabat, M aroc) ; (Algeria) and Tadla (Moro cco ) irrigation sel, III S
Charl es Vi nce nt (Saint-Jea n, Québec) ;
Nad in e Zakhi a-Rozis (Mo ntpe ll ier) Anhar Amm ar Boudjell al, Younes Bokk Il , M ll i cui KIIPUI, M w 1Ifll 1 Il IIl1i,
Ali Hamm ani,Tarik Hart an i

Comité scientifique 92 Quel comportement coop érnt lf ch z 1 Irr ) IIIt 7


Prési dents d 'ho nne ur l'économie expéri m ent al il l' pr uv du t rr 1 n
A. Co nesa (Mo nt pellier)
G. Gh er si (Montpe lli er) What cooperative behnv lou r for t",11 rs? CII ,II n g /n g exp erim en t al
economies with fie ld in vostlq itlon
Présid ent
Bertrand Hervi eu (Paris) Moh am ed Ali Bchir

97 l'irrigation pe ut-ell ub tltu r l U X cult ures de décrue 7


Ricard o Abram ov ay (S âo Paul o, Brésil ) ; La dépressio n du Ill e Horo (N ord M iii
An dr é Charrie r (Mo ntpe ll ie r) ;
Guy Deb aill eul (Lava l, Canada) ; Can irrig at ion roplnc îloot! r C Ion for crop s 7 The Lake Horo
Benoît Dedi eu (Clermo nt- Ferra nd) ; depression (North rn M,II)
Thi erry Dor é (Paris) ; A mandine Ad nm czuw : kl, 111 11 111 1 11t1lIw [J, M ireill e Dosso, Phil ippe Jo uve,
Mi chel Gri ff on (Paris) ;
Bern ard Hu bert (Mo ntpe llier) ; Jean-Yves Jnm ln
Rosa Issol ah (A lge r, Al géri e) ;
Frédéric Landy (Paris) ;
Marcel M azoyer (Paris) ;
Mi chel Pet it (Paris) ;
105
Al ain Ruel lan (Mo ntpe llie r) ;
Papa A bd oul aye Seck (Coto no u, Bénin) ;
Lam ine Sein y Bo ukar (N' Djarnena,Tchad) ;
Eric To lle ns (Leuve n, Belgi q ue) ;
Jean-Phi lip peTonneau (M ont pell ier) I lIplI ll l 'lIl1 111

C o h A ri ,20 11 ; zo : 1 /
-
Sommaire/Contents

Cahiers 112 Valeurs d'usage ou performances techniques : comment apprécier le rôle


des petits barrages en Afrique subsaharienne ?
Use-value or performance: Towards a better understanding

Agricultures of small reservoirs in sub-Saharan Africa


Jean -Philippe Venot, Phili ppe Cecchi

118 Jeux de rôles comme objets frontières dans un conflit de partage


de l'eau d'irrigation au Bhoutan
Role-playing games as boundary objects in an irrigation water sharing
conflict in Bhutan
Couverture Jérôme Queste, François Bo usquet, Tayan Raj Gurung, GuyTrébu il
Twice Daily
À partir de photo s fo urn ies par :
Jea n-Marc Leluc (exploitant agri col e du Loir et. Les tensions autour de l'irrigation dans les territoires/
France) : relevé de co m pteur d'eau sur un for age
indi viduel ; Franci s Golaz (exploitant ag rico le du Tension surrounding irrigation in the regions
Loir et, France) : ramp e d'aspersion m obil e [ « piv ot »]
dans la Beauce (France). Damien Jourdain (Cirad
G-Eau) : rizières en terrasses dans les m ontagnes
du nord du VietNam ; Hassan Quarouch (Institut des 124 Évaluation en partenariat des stratégies d'irrigation en cas de restriction
régi on s chaudes, IRC) : forage mécanique d'un puits des prélèvements dans la nappe de Beauce (France)
tu bulai re dans le Saïss (Maroc) ; creuseme nt m anuel
d' un puits par des pui satiers au Maroc ; Jean-Yves Evaluation of irrigation strategies in partnership in the case
Jam in (Cirad G-Eau) : zébus malga ches dans un of withdrawaltimitations in the Beauce aquifer (France)
péri mèt re irri gué du Lac Alaotra (Madagascar) ;
labo ur d' une rizière avec un attelage de bœuf s dans Sam i Bouarfa, Laurent Brunei, Jacqu es Granier, Jean -Claude Mai lhol,
un périm ètr e irri gué du Lac Alaotra (Ma dagascar) ;
repiq uage du riz à l'Office du Nig er (Ma li) ; enfants Sylvie Morardet, Pierre Ruelle
se bai gnant dans un canal. Périm ètr e irri gu é du
no rd d u Viet Nam ; labour d'un e rizière avec un
m otoculteur dans un pér im ètre irrigué du Lac
130 Des accords entre parties prenantes pour gérer l'impact
Alao t ra (Madagasc ar). Jean-Chri stoph e Pou ssin (lRD des prélèvements agricoles individuels dans les nappes phréatiques ?
G-Eau) : enfants dans un e pla in e in ond ée à M opti
(M ali) ; repiqu age d'oignon s dans un petit périm ètr e Les enseignements de trois cas de gestion des pollutions diffuses
m araîcher du Burkina Faso . Agreements to manage individual agricultural groundwater withdrawals.
Abonnements What lessons can be learned from three case studies of diffuse pollution
NPAI/Jo hn Lib bey
Serv ice abon neme nts management?
39, rue Ma rceli n-Berthe lot
93705 Drancy cedex Marielle Montginoul
Tél. : 01 43 62 66 64
Fax : 01 72 33 55 05
<abonnements@jle.co m >
136 L'agrobusiness à l'assaut des terres irriguées de l'Office du Niger (M ali)
6 numéros par an. France : 135 €TT C.
Agro -business assailing irrigated lands in the Office du Niger area (M ali)
Voir tarif s comp lets sur la pag e d' abonn em ent s Florence Brondeau
insérée dans ce num éro.
Prépresse
Thomson Digi tal (Ma uritius) Ltd, île Mauri ce
144 Irrigation et pauvreté : le cas de l'Office du Niger au Mali
Impression Irrigation and poverty: The case of the Office du Niger in Mati
Corlet, Imprimeur, S.A. Jean-François Bélières, Théa Hil horst, Dem ba Kébé, Manda Sadio Keïta,
Z.1. rout e de Vir e
14110 Cond é-sur-No ireau Souleymane Keïta, Oumar Sanogo
N" 137694
Cahiers Agricultures est une revue à com it é 150 Enjeux de la recomposition des exploitations agricoles collectives
de lect ure et facteur d'impact référ encée
dans les bases Agora, Agris, Agritrop, des grands périmètres irrigué s en Algérie: le cas du Bas-Cheliff
Biolog ical Ab stra cts, Biosis Previews, Transformation of collective.is rm s of large irrigation schemes in Algeria.
CAB (Commonwea lt h A gri cult ural Bureaux),
Current Contents®/Ag ricultu re, Biol ogy Issues and options: The case of the Lower Chetiff
and Envi ronm ental Sci ences (CC/A B& ES). Hichem Ami chi, Gilles Bazin, Foued Chehat, Olivier Ducourtieux,
Jou rnal Citat io n Reports/Scien ce Editi on ,
Orchis, Pascal, Resagri , Scien ce Citation Index Jean -Louis Fusillier,Tarik Hartani, Marce l Kuper
Expanded (SciSearch® ), Scopu s.
ISSN (Cah Agri c) : 1166-7699
ISSN (Cah Agri c en lign e) : 1777-5949
157 Faut-il subventionner la création de réserves d'eau pour l'irrigat ion ?
Com m issio n parita ire 0909 U 85390 Un e approche par la modélisati on microéconomique
Bim estr iel (6 num éros par an)
Should the buildin g of water reservoirs for irrigation be subsidized?
Copy right © « Les Cah ier s d'Étu des
et de Recherches Francoph on es/Agr icultures », An approach based on microeconom ies
Tous droits de repr odu ction par tou s procédés Sébastien Loubier, Jean -Christophe Po ussin, Guy Gleyses, Owen Le Mat,
réservé s po ur tou s pays.
Patrice Garin
Index des annonceurs :
John Libbey Eurot ext : 4' de couv .
Bulletin d'ab onnement : 3' de couv. 168 L'agricult ure sur Int ernet!Agriculture on the Internet
Instructions aux aute urs : 2e de co uv. Agricultures irriguées: sélect ion de sites
Contact marketing Christine Silvy, Jean -Yves Jamin, Sami Bouarf a, Jean-Christo phe Poussin
Bérangè re Brun
Secrétaire de réda cti on
Chantal Delooz-Karageor gi adès 171 Analyses d'ouvrages/ Book Reviews
Secrétariat
Flore nce Silié
Traduction 180 Résumés de thèses/ Theses
Donald Wh it e

Cah Agri c, 2011 ; 20 : 1-2


Les auteurs et les coordo n nateu rs de ce n u méro thématique adressent leurs rem erciements
aux évaluateu rs des différents textes, qui on t p erm is de les a méliorer et de les finaliser.

Je an-François Amen Tarik Hartani


Jean-Marie Attonaty Jean-Yves j a rnin
Olivia Aubriot Delphine Leenhardt
Bénédicte Augeard Ait Mohamed Mahd i
Akiça Bah ri Pascale Maïzi
Rémi Barbier Hubert Manichon
Bernard Barraqué Jérôme Marie
Slimane Bedrani Olivier Petit
Jean-François Bélières
Didier Picard
Sami Bou arfa
Jean-Pasc al Pichot
Florence Brondeau
Françoise Pommaret .
Marie-Hélène Chatelin
Jean- Christophe Pou ssin
Jean-Paul Cheylan
Dan iel Renault
Jean -Philippe Choisis
Dominique Rollin
Jean-Charles Clanet
Patrick d 'Aquino Bruno Romagn y
Dao The Anh Anne Rozan
William Daré Thi er ry Ruf
Jean-Pierre Darré Henr i Tard ieu
Mich el Dulcire Jean -Philippe To nneau
Guillaume Duteurtre Alban Thomas
Mostafa Errahj Ge rrit van Vuren
Jean-Philippe Fontenelle Jean Verdier
Christine Fourage Alain Vidal
Mohamed Gafsi Daniel Zimm er

Tous leurs remerciements vont aussi à la rédaction de la revue, et en particulier aux rédacteurs
en chef, j ean-Pascal Pichot et Didier Picard, ainsi qu 'à Cha ntal Delooz-Karageorgiadès,
Christine Rawski, Florence Sillé et Christine Silyy.

Cah Agri c, vol. 20, n° 1-2, janvier-avril 2011


Éditorial

Eau, alimentation et développement :


s'adapter aux changements globaux

« Les résultats passés de la gestion de


l’eau pour l’agriculture ont été
mitigés. Il nous faut mieux inté-
de 2008, les spécialistes de l’eau
potable ont remisé quelque peu leurs
jugements précédents, redécouvrant
Henri Tardieu* grer la gestion de l’eau agricole, à la complexité des questions globales
Pr
esident de l'Association française l’amont dans la gestion des ressources d’alimentation : les interactions spéci-
pour l'eau, l'irrigation et le drainage (AFEID) en eau et à l’aval dans l’économie fiques entre politiques publiques agri-
agricole. » coles et de réduction de la pauvreté, la
Voici la phrase essentielle de l’intro- nécessaire conciliation de la producti-
duction du document « Reengaging vité de la terre et de l’eau avec la
in Agricultural Water Mangement » conservation des milieux naturels – le
(Banque mondiale, 2006) qui marque concept d’agro-écosystèmes. On a
le retour des grandes institutions redécouvert aussi cette question qui
internationales dans l’agriculture irri- ne se pose pas pour l’eau potable :
guée ou plus exactement dans la gestion quel prix légitime pour les produits
de l’eau agricole. Le choix des mots est agricoles permettant aux agriculteurs
important car avec « gestion de l’eau de sécuriser, notamment, leur accès à
agricole » on parle désormais du conti- l’eau sans appauvrir les urbains ?
nuum agriculture pluviale–agriculture L’équation alimentaire est assez simple.
irriguée, affirmant ainsi la diversité des La population mondiale devrait se stabi-
techniques pour sécuriser l’alimentation liser autour de 9 milliards de personnes
en eau des plantes ; l’agronomie et en 2050. D’ici là, un doublement de la
le génie rural sont réconciliés ! Mais à production alimentaire est nécessaire
l’amont, il reste un long chemin pour pour suivre la croissance démogra-
rapprocher le monde de l’eau et le phique et accompagner la diversifica-
monde de l’agriculture. Le premier, tion de l’alimentation. En outre, la
dominé par les distributeurs d’eau production de biomasse, notamment
potable et les hydroélectriciens, a agricole, est attendue pour remplacer
longtemps ignoré le second, considéré un pétrole finissant. La croissance
au mieux pour les réserves d’eau qu’on agricole future devrait se faire au Sud,
pourrait prélever sur ses gaspillages. car l’heure n’est plus au transfert des
Façonné par la vision environne- surplus du Nord. Cette croissance exige
mentale, le jugement majoritaire sur de puiser encore dans les ressources
l’irrigation et sa part d’échec a été très naturelles, l’eau et la terre en particulier ;
sévère. elle exige aussi de revenir à des investis-
Le 5e Forum mondial de l’eau tenu sements massifs en agriculture. Le pay-
à Istanbul en mars 20091 a peut-être san africain pauvre produit aujourd’hui
montré le chemin d’un rapproche- 1 000 fois moins que le paysan gascon ;
ment. En effet, avec la crise alimentaire il lui faut d’urgence se développer,
pour vivre mais aussi pour nourrir les
doi: 10.1684/agr.2011.0478

villes africaines. Les très gros inves-


1
http://www.worldwaterforum5.org tissements nécessaires ne peuvent

* Tardieu H, 2011. Eau, alimentation et développement : s'adapter aux changements globaux. Cah
Décédé en avril 2010, Henri Tardieu avait écrit
Agric 20 : 5-7. doi : 10.1684/agr.2011.0478
cet éditorial juste avant sa disparition.

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 5


s’accommoder de la baisse continue sante pour permettre une gestion pro- transformer les incertitudes en proba-
des prix agricoles dissuadant les fessionnelle, il est possible de retrouver bilités et à hiérarchiser les résultats
agriculteurs de prendre des risques les chemins d’investissements appro- des modèles de circulation globale
financiers au-delà de la survie de leurs priés par les communautés. C’est en existants (GIEC, 2007). Ils sont déclarés
propres familles. tout cas ce que propose l’initiative équiprobables, ce qui peut paraı̂tre un
Mais pendant ce temps, des traders AgWA « Agricultural Water for Africa »3 peu déroutant. Et pourtant, convenons
fous se disputent des cargos de blé en lancée sous l’égide du Nouveau parte- que le changement climatique est en
papier, provoquant une hausse vertigi- nariat pour le développement en marche. Le constat de la baisse des
neuse des prix ; plus grave, ils disqua- Afrique (NEPAD) par les grandes pluies et des écoulements, confirmé par
lifient la nécessaire croissance des prix institutions financières et de recherche. les résultats concordants des modèles,
agricoles. En effet, même si elle est La pression internationale sur le thème doit nous convaincre de la raréfaction de
douloureuse pour les pauvres des de la perte globale de biodiversité l’eau dans le Bassin méditerranéen,
villes, une hausse des prix raisonnable conduit progressivement à réécrire un fait d’autant plus inquiétant que la
et qui profite aux paysans pauvres l’équation alimentaire globale en dimi- concurrence entre usages augmente
est indispensable pour financer dura- nuant le terme « extension des surfaces aussi. Qu’il pleuve plus en Sibérie est
blement la croissance dans les agri- cultivées » au profit du terme « aug- une maigre consolation ! Ainsi la question
cultures du Sud en respectant le mentation de la productivité ». Mais de la disponibilité en eau pour l’agricul-
climat et la biodiversité. Une agricul- l’augmentation de productivité n’est ture doit être revue à l’aune de cette
ture plus productive, notamment probablement pas possible partout au non-stationnarité de la ressource. Les
grâce à la maı̂trise de l’eau, permettrait rythme souhaitable. La condition est programmes de recherche-développe-
de son côté de baisser les coûts de qu’il faudrait atteindre rapidement des ment au Maghreb – tels que le projet
production. rendements de céréales très élevés SIRMA – témoignent des douloureuses
Oui, il faudra beaucoup d’eau pour (10 t/ha pour le maı̈s, par exemple), adaptations nécessaires et déjà en
sécuriser l’alimentation mondiale. Pour ce qui signifie une très forte croissance, marche pour sauvegarder l’essentiel
faire simple, disons qu’il nous faut au moins aussi rapide que celle qui a été de l’agriculture sur la base d’une
20 fois plus d’eau pour manger que observée en Occident depuis les participation active de producteurs de
pour boire et se laver. Produire 1 kcal années 1960. De telles prouesses tech- mieux en mieux organisés pour relever
alimentaire nécessite à peu près 1 litre niques ne peuvent s’envisager naturel- les défis (Kuper et Bouarfa, 2009).
d’eau. Consommer 2 800 kcal par jour lement qu’avec une parfaite maı̂trise de Cette organisation des producteurs par
revient à utiliser 1 000 m3 d’eau par l’eau. Mais elles donnent aussi lieu à de filière est nécessaire pour accéder aux
an ; mais cela varie fortement selon fortes tensions foncières, désormais marchés et bénéficier de la hausse
le régime alimentaire, puisque si pro- internationales. La location ou l’achat espérée des prix agricoles, elle est aussi
duire 1 kg de céréales consomme 1,5 m3 de terres à l’étranger est en effet une utile pour contrebalancer le désenga-
d’eau, pour 1 kg de viande de bœuf, tendance qui s’est renforcée suite à la gement des États qui, pour bénéficier
il en faut 15. L’équation alimentaire crise agricole de 2008. Avec le dérè- de l’ouverture du marché mondial ou
globale est aussi l’équation de l’eau2. glement récent du marché mondial des sous la pression des bailleurs de fonds,
Nous avons débattu des liens entre céréales, plusieurs pays ne veulent plus libéralisent leurs marchés agricoles. Les
l’eau et la production alimentaire au dépendre de l’importation pour nourrir systèmes publics de soutien des prix
sein de la Commission internationale leur population. Cette question devra intérieurs résisteront difficilement aux
des irrigations et du drainage (CIID) conduire à une réflexion difficile, notam- contraintes budgétaires croissantes. Les
(Schultz et al., 2009). Nous avons ainsi ment pour l’Afrique : quelle capacité de initiatives d’organisation par filières se
pu définir des priorités pour le futur, et négociation donner aux structures fon- développent à l’initiative du secteur
en particulier la nécessaire intensifica- cières traditionnelles ? Quelle contre- privé ou du secteur associatif. Souvent
tion des agricultures à très faibles partie réelle pour le pays d’accueil en timides dans beaucoup de pays, elles
rendements, dont on sait qu’elles sont termes de droit au développement concernent parfois des échelles plus
bien peu économes en eau. En effet, rural et à sa propre sécurité alimentaire? importantes, comme au Maroc, au
l’évaporation y pèse beaucoup plus La conférence de Copenhague de 2009 Ghana, au Mali, ou au Sénégal, pour
que la transpiration, conduisant à de suivie de celle de Cancun en 2010 a les filières lait, riz ou cultures maraı̂-
faibles productivités de l’eau. En por- encore augmenté la médiatisation du chères en zones irriguées. Mais les
tant l’effort sur ces agricultures exten- changement climatique. Ballotés entre paysans pauvres, produisant peu ou pas
sives – disons moins de 2 t/ha en pluvial catastrophisme et dénégation, nous de surplus restent encore en dehors de
ou irrigué – on pourrait économiser devons faire confiance à la science et ces circuits. La lutte contre la pauvreté
d’énormes quantités d’eau. Cela cor- aux modèles pour décider rien moins rurale nécessite aussi un accroissement
respond à des situations fréquentes que de changer notre façon de vivre. Ce de la dimension des exploitations et un
en Afrique, là où l’eau disponible n’est pas le lieu de discuter de la validité accompagnement par une politique de
est actuellement peu valorisée. Sans des consensus scientifiques, même si développement rural.
céder au « small is beautiful », car des on peut noter que le Groupe d’experts L’organisation collective est aussi indis-
aménagements hydrauliques intenses intergouvernemental sur l’évolution du pensable pour assurer la durabilité finan-
en capital doivent être de taille suffi- climat (GIEC) admet son incapacité à cière des services d’irrigation. Qu’il
s’agisse des comités d’usagers efficaces
dans les grands systèmes publics ou
2 3
http://www.waterfootprint.org http://www.agwaterforafrica.org/ des associations d’usagers pour les

6 Cah Agric, vol. 20, n81-2, janvier-avril 2011


aménagements transférés, l’organisa- (DCE), accélérée par le Grenelle de sion d’expliciter les enjeux complexes
tion des irrigants est indispensable l’environnement, se présente l’oppor- qui nouent l’eau, l’énergie et l’alimen-
pour développer une gestion profes- tunité de mobiliser les acteurs dans tation. C’est, entre autres, pour mieux
sionnelle des équipements, contrepar- le domaine de l’eau (Medad, 2008). comprendre ces enjeux qu’a été entre-
tie nécessaire et légitime de leur Les schémas directeurs d’aménagement pris le rapprochement des quatre
financement sur fonds publics. Cette et de gestion des eaux (SDAGE) et associations françaises du domaine
organisation collective, qui souvent les programmes de mesures qui les de l’eau : l’Académie de l’eau, l’Asso-
puise sa force dans une des organi- accompagnent sont en cours d’approba- ciation scientifique et technique pour
sations villageoises ou coopératives tion par les six comités de bassins. Ils l’eau et l’environnement (ASTEE), la
de filières existantes, devient essen- comportent d’importants financements Société hydrotechnique de France
tielle quand l’eau est rare, qu’elle doit pour la lutte contre les pollutions diffuses (SHF) et l’Association française pour
être partagée selon la valeur écono- et déclinent de nombreuses actions pour l’eau, l’irrigation et le drainage, (AFEID,
mique de l’eau allouée aux diverses améliorer les pratiques agricoles. Le affiliée à la CIID). Cela devrait aussi
cultures irriguées, ou même qu’elle doit débat est vif sur l’efficacité environ- aider à poser plus clairement les
être allouée à d’autres usages prioritaires. nementale de ces mesures, leur accep- questions de recherches transversales
C’est souvent sur la question des eaux tabilité par les agriculteurs français, le et à participer activement aux contro-
souterraines que la tension – et l’incom- bien-fondé de leur coût pour la collecti- verses sur l’eau, qui font progresser la
préhension – entre usages est la plus vité nationale. Avec un peu de recul, on décision publique vers des solutions de
forte. S’agissant d’eaux cachées, même voit que, même s’il lui reste des progrès à long terme. Ce numéro thématique des
en France, les outils collectifs de accomplir, le modèle de l’exploitation Cahiers Agricultures contribuera sûre-
régulation et de négociation n’ont pas familiale française hautement produc- ment à ces débats. &
fait les mêmes progrès que pour les tive n’est pas loin de l’exploitation
eaux de surface, où les systèmes de « écologiquement intensive » qui émerge
quotas d’eau modulables et de tarifi- dans les concepts internationaux. La
Références
cations incitatives spécifiques à l’agri- France ne devrait pas persister – par
culture irriguée assurent la résilience précaution – dans un certain renonce- Banque mondiale, 2006. Reengaging in agricultural
de la conservation de l’eau pour ment à la production agricole alors que water management, challenges and options.
l’environnement. En Inde par exemple, nous avons l’un des meilleurs potentiels Washington (DC) : World Bank. http://siteresources.
worldbank.org/INTARD/Resources/DID_AWM.pdf.
l’accès des agriculteurs aux nappes agricoles du monde et que nous
phréatiques est politiquement protégé, constatons le fort impact du changement GIEC, 2007. Changements climatiques 2007.
même au risque de laisser en déshé- climatique sur nos voisins du Sud de la Rapport de synthèse. Genève : GIEC. http://www.ipcc.
ch/pdf/assessment-report/ar4/syr/ar4_syr_fr.pdf.
rence les grands canaux publics ou Méditerranée. Avec le savoir-faire accu-
même en provoquant un dangereux mulé par plusieurs générations de Kuper M, Bouarfa S, 2009. Irrigation management
in North-Africa. Irrig Drain 58 (Special issue 3) :
abaissement des niveaux, car il a professionnels, des transferts et des s231-369.
apporté une contribution essentielle à adaptations de connaissances et de
Medad, 2008. Grenelle de l'environnement, Comité
la croissance de la production agricole bonnes pratiques pourraient être utiles opérationnel n° 17 « Eau ». Rapport au ministre
et à la lutte contre la pauvreté rurale. pour aider les producteurs agricoles du d'État, ministre de l'Écologie, du Développement et
Quels outils de négociation et de Sud à assurer durablement et à prix de l'Aménagement durables présenté par le député
André Flajolet. Paris : Medad. http://lesrapports.
régulation pour la gestion des eaux acceptable la sécurité alimentaire de ladocumentationfrancaise.fr/BRP/084000506/0000.
souterraines ? Voilà un sujet transversal leurs populations. pdf.
qui n’est pas épuisé. La France a la chance d’accueillir à Schultz B, Tardieu H, Vidal A, 2009. Role of water
En France, avec la mise en œuvre de la Marseille le 6e Forum mondial de l’eau management for global food production and poverty
directive cadre européenne sur l’eau en 2012. Gageons que cela sera l’occa- alleviation. Irrig Drain 58 (Special issue 3) :s3-21.

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 7


Hommage

Henri Tardieu (1946-2010)

H
enri Tardieu nous a quittés le 2 avril 2010.
Passionné par l’eau et l’environnement, il était devenu Ingénieur du génie rural, des eaux et des forêts après avoir été l’un
des plus jeunes diplômés de l’École polytechnique.
Originaire de la région parisienne, il commence sa carrière professionnelle dans le développement agricole au Sénégal et en
Algérie. En 1974, il entre à la Compagnie d’aménagement des Coteaux de Gascogne (CACG) dont il deviendra directeur
général en 1990 et qu’il quittera à sa retraite en 2007. Tout au long de ces années, il a contribué à la définition de la majorité des
schémas d’aménagement hydraulique de bassin en Adour-Garonne, participé au développement de la gestion intégrée des
associations syndicales autorisées (ASA) d’irrigation, lancé les commissions de concertation par rivière, dont celle du système
Neste, et contribué à la définition et à la mise en œuvre des pratiques modernes d’une gestion quantitative de l’eau. C’est
également dans le cadre de son mandat de directeur général qu’il accompagne l’insertion régionale de la CACG dans les
collectivités locales. Depuis 2007, Henri Tardieu demeurait très impliqué dans les réflexions conduites au sein de sa région en
tant que membre du comité de bassin Adour-Garonne, et depuis peu membre du Conseil économique et social régional de
Midi-Pyrénées.
Sa profonde connaissance de l’agriculture irriguée et de l’aménagement des territoires du Sud-Ouest de la France a permis à Henri
Tardieu de développer une vision originale de la gestion de l’eau fondée sur le partage et la solidarité. Tout au long de sa carrière,
il a su la faire partager en France et à l’international en tant que président de l’Association française pour l’eau, l’irrigation et le
drainage (AFEID) et de vice-président de la Commission internationale des irrigations et du drainage (CIID).
Henri Tardieu avait à cœur que l’AFEID porte des messages forts sur l’eau et l’alimentation. Il a ainsi contribué à rapprocher
l’AFEID de l’Association scientifique et technique pour l’eau et l’environnement, de la Société hydrotechnique de France et de
l’Académie de l’eau, afin de développer des synergies pour leur assurer un plus grand rayonnement local, national, et
international. Il participait activement à la définition de la position gouvernementale française lors des forums mondiaux de l’eau.
Il soutenait aussi les initiatives de l’AFEID pour faire vivre le débat sur l’eau, l’agriculture et l’environnement dans les territoires
français.
Au sein de la CIID, Henri Tardieu a été le maı̂tre d’œuvre de la réorganisation des activités techniques. Il y a également animé les
réflexions sur le thème de la stratégie de gestion de l’eau par bassin hydrographique et ce, jusqu’à la dernière réunion à New
Delhi en décembre 2009. Il a présidé l’équipe chargée de préparer un rapport sur la durabilité socio-économique des services
fournis par les projets d’irrigation, de drainage et de maı̂trise des crues, qui sert depuis plusieurs années de référence à la Banque
mondiale. L’an dernier, il a contribué de manière remarquable à la prise de position de la CIID sur le thème « L’eau et la nourriture
pour mettre fin à la pauvreté et la faim » au 5e Forum mondial de l‘eau à Istanbul.

Pour citer cet article : Bouarfa S, Brelle F, Rieu T, Torterotot JP, Vidal A, Villocel A, 2011. Henri Tardieu (1946-2010). Cah Agric 20 : 8-9. doi : 10.1684/
agr.2011.0479

8 Cah Agric, vol. 20, n81-2, janvier-avril 2011


Hommage

Henri Tardieu était convaincu de l’importance de l’enseignement et de la recherche pour penser et construire les nouveaux
paradigmes d’un secteur qui dépasse la vision de l’ingénieur, et dont la maı̂trise constitue l’une des clés de la satisfaction des
besoins alimentaires de l’humanité.
Henri Tardieu, enfin, était proche des jeunes et aimait enseigner. Depuis les années 1990, il donnait régulièrement des
conférences à AgroParisTech, sur les équilibres à trouver entre agriculture irriguée et environnement. La base de ses cours
reposait sur son métier exercé à la CACG, mais aussi sur ses nombreuses expertises internationales, dans lesquelles il trouvait les
ressorts pour illustrer son propos et provoquer les étudiants au débat. Mais s’il est un projet qui suscita particulièrement son
enthousiasme, c’est la mise en place d’un séminaire annuel sur la gestion de l’eau, ouvert aux doctorants du Nord comme du Sud,
sous l’égide de l’AFEID et de l’unité mixte de recherche (UMR) G-Eau. Il s’y impliqua chaque année, dans la revue des
présentations, et dans la présidence des ateliers ; il apportait alors au doctorant le regard du professionnel et de l’employeur sur
les travaux et leur utilité sociale. Il trouvait là un complément indispensable, expliquait-il, aux comités de thèse, puis aux jurys
auxquels il participait régulièrement.
Son charisme, ses compétences, sa curiosité intellectuelle et sa bonne humeur étaient unanimement appréciés, ce dont
témoignent les très nombreux messages de peine, d’amitié et d’admiration de celles et ceux qui l’ont connu dans tous les cercles
auxquels il participait, français et internationaux. &

Sami Bouarfa1
<sami.bouarfa@cemagref.fr>
François Brelle2
<francois.brelle@canal-de-provence.com>
Thierry Rieu3
<rieu@agroparistech.fr>
Jean-Philippe Torterotot4
<jean-philippe.torterotot@cemagref.fr>
Alain Vidal5
<a.vidal@cgiar.org>
Alain Villocel6
<a.villocel@cacg.fr>
1
Cemagref/UMR G-Eau
2
Société du Canal de Provence
3
AgroParisTech
4
Cemagref
5
CGIAR-CPWF
6
Compagnie d’aménagement des Coteaux de Gascogne

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 9


Article introductif

Les agricultures irriguées face à de nouveaux défis

Jean-Yves Jamin1 Résumé


Sami Bouarfa2 L’irrigation concerne 18 % des terres cultivées et assure plus de 40 % de l’alimentation
Jean-Christophe Poussin3 mondiale. Si la productivité à l’hectare de l’agriculture irriguée est plus élevée et plus
Patrice Garin2 régulière que celle de l’agriculture pluviale, l’irrigation est cependant plus contraignante à
1
Cirad bien des égards : investissements élevés, charges de fonctionnement et de maintenance
UMR G-Eau importantes, systèmes de cultures intensifs très dépendants des filières en amont
73, rue Jean-François Breton (agrofournitures) et en aval (mise en marché), gestion collective souvent obligatoire,
TA C-90/15 partage de l’eau devant être négocié avec les autres usagers. Ce numéro thématique fait
34398 Montpellier cedex 5 état, de manière non exhaustive, des nouvelles problématiques de l’irrigation, des grandes
France
évolutions en cours, de leurs enjeux et des problèmes qu’elles posent. À partir d’études de
<jamin@cirad.fr>
2
situations agraires localisées en Europe, en Asie, au Maghreb et en Afrique subsaharienne,
Cemagref trois grandes problématiques sont abordées : (i) l’innovation technique et l’amélioration
UMR G-Eau
des performances de l’agriculture irriguée ; (ii) les nouvelles formes de gestion de l’eau et
365, rue Jean-François Breton
BP 5095 des terres au sein des périmètres collectifs ; et (iii) les tensions autour de l’irrigation dans
34196 Montpellier les territoires.
France
<sami.bouarfa@cemagref.fr> Mots clés : approches participatives ; eau ; gestion des ressources ; gouvernance ;
<patrice.garin@cemagref.fr> innovation ; irrigation ; nappe souterraine ; système d’exploitation agricole.
3
IRD Thèmes : eau ; économie et développement rural ; ressources naturelles et
UMR G-Eau environnement.
361, rue Jean-François Breton
BP 5095
34196 Montpellier cedex 05
France
Abstract
<jean-christophe.poussin@ird.fr> Irrigated agriculture facing new challenges
Irrigated agriculture covers 18% of cropped areas and produces 40% of world food. Its
productivity per hectare is higher than rain-fed agriculture, but constraints are also more
demanding: high investment, important running and maintenance costs, intensive
cropping systems tightly dependent upon commercial chains, collective management
often necessary, sharing water with other users. This special issue gives a non-exhaustive
view of new irrigation problematics, current trends, opportunities, challenges and
potential problems. Based on case studies in Europe, Asia, North and Sub-Saharan Africa,
three main issues are discussed: (i) technical innovation and improvement of irrigation
performance; (ii) new land and water management institutions; and (iii) tensions
surrounding irrigation issues inside territories.
Key words: farming systems; governance; groundwater table; innovation; irrigation;
participatory approaches; resource management; water.
Subjects: economy and rural development; natural resources and environment; water.
doi: 10.1684/agr.2011.0477

Pour citer cet article : Jamin JY, Bouarfa S, Poussin JC, Garin P, 2011. Les agricultures irriguées face
à de nouveaux défis. Cah Agric 20 : 10-5. doi : 10.1684/agr.2011.0477
Tirés à part : J.-Y. Jamin

10 Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011


Les spécificités afin d’éviter la surexploitation de la dres frais. Cette innovation, qualifiée
ressource (Hardin, 1968 ; Ostrom et al., de « groundwater revolution » par
de l'irrigation 1999) ; il faut aussi se prémunir des
risques de pollution des eaux et des
Giordano et Villholth (2007) ou de
« groundwater economy » par Shah
sols. (2007), est générale et sans précédent
L’irrigation est probablement à l’ori- dans l’histoire de l’irrigation. Cette
gine de la structuration de nombreu- irrigation individuelle, devenue majo-
ses sociétés antiques (Weber, 1909 ; ritaire en France (Gleyses et Rieu,
Francfort et Lecomte, 2002 ; Mouton, L'émergence 2004), concerne la moitié des super-
2004) : la dimension nécessairement ficies irriguées en Asie du Sud
collective de la construction des ouvra- de l'irrigation individuelle (Giordano et Villholth, 2007), l’une
ges de captage et de transfert d’eau des régions les plus irriguées du
(avant la diffusion massive des pompes Considérée dans les années 1960 et monde ; elle est également très
immergées), l’importance des investis- 1970 comme un des piliers de la importante dans les pays du Maghreb
sements, mais aussi la concentration révolution verte et placée au centre (Kuper et al., 2009).
dans un espace restreint d’une très des politiques agricoles et hydrauli-
forte production, ont justifié un étroit ques, l’irrigation a connu une période
contrôle politique, allant jusqu’au de désintérêt à partir du milieu des
despotisme oriental de Wittfogel (1957). années 1980 et au cours des deux Des perspectives
Ce contrôle a été relancé aux XIXe et décennies suivantes. États et bailleurs
e
XX siècles, lorsque des projets d’irriga- de fonds, déçus par les résultats mitigés contradictoires
tion de grande ampleur ont mobilisé fournis par l’agriculture irriguée au
des fonds publics très importants et regard des importants fonds publics des politiques
ont conduit à adapter les politiques mobilisés, ont fortement réduit leurs
économiques, sociales et foncières investissements pour la création d’infra- d'irrigation
(Magasa, 1978 ; Gilmartin, 1994 ; Bernal, structures hydrauliques et l’aménage-
1997 ; Wehr, 2004 ; Molle et al., 2009). ment de nouvelles terres irrigables À long terme, l’irrigation est soumise
L’irrigation concernait environ 10 % des (Turral et al., 2010), que ce soit dans à deux évolutions, l’une favorable
terres cultivées en 1960. Aujourd’hui, le cadre de grands aménagements ou à son expansion, l’autre pouvant, au
18 % des terres sont irriguées (Siebert de périmètres villageois. Ce désenga- contraire, remettre en cause son
et al., 2005) et produisent plus de 40 % gement a d’ailleurs touché tout le importance.
de l’alimentation mondiale (OCDE, secteur agricole et s’est aussi traduit D’un côté, la demande sociale vis-à-vis
2002). Si sa productivité à l’hectare est par une dérégulation économique. Cela de l’irrigation pourrait s’accroı̂tre dans
généralement plus élevée et plus régu- a contribué à l’instabilité des prix et à la les régions où le changement clima-
lière que celle de l’agriculture pluviale, crise alimentaire de la fin des années tique altérerait significativement les
l’agriculture irriguée est aussi plus 2000, même si celles-ci trouvent aussi potentialités de l’agriculture pluviale.
contraignante à bien des égards. des origines dans le fonctionnement En effet, une augmentation des tempé-
1. Les infrastructures hydrauliques des marchés mondiaux (Banque mon- ratures moyennes et une plus forte
nécessitent des investissements élevés diale, 2008 ; Caron, 2008 ; Madramoo- demande évaporative conjuguée, dans
– 3 000 à 20 000 euros/ha – qui doi- too et Fyles, 2010). Mais le recul des certaines régions, à un aléa pluviomé-
vent être amortis sur le très long terme investissements publics dans les grands trique plus important, fragiliseront la
(20 à 50 ans) et qui font souvent appel périmètres a été en partie compensé par production agricole non irriguée. En
à des fonds publics ; une très forte expansion de l’irrigation outre, la croissance démographique,
2. Ces aménagements engendrent individuelle. Les avancées technologi- au moins jusqu’en 2050, et ses désé-
des charges de fonctionnement et de ques sur les performances des pompes quilibres, génèreront une progression
maintenance importantes ; immergées offrent en effet aujourd’hui constante de la demande de produits
3. Le surcoût global qui en résulte des possibilités inédites d’accès indivi- alimentaires. Cette croissance a pour
n’est justifié qu’avec des systèmes de duel à des eaux souterraines situées conséquence directe l’augmentation
cultures plus intensifs, ce qui génère à plusieurs dizaines, voire centaines, de de la demande en céréales et tubercu-
une dépendance accrue aux perfor- mètres de profondeur. L’irrigation indi- les. À cet effet primaire, s’ajoute celui de
mances des filières en amont (agro- viduelle s’est aussi développée au la hausse du niveau de vie et de la
fournitures) et en aval (transformation sein même des périmètres collectifs, demande en produits d’origine ani-
et commercialisation des produits) ; en exploitant directement rivières et male ; or, il faut 5 à 7 kg de céréales, soit
4. La gestion collective est obligatoire nappes, pour pallier l’absence d’inter- environ 15 000 litres d’eau, pour pro-
pour répartir l’eau et les charges entre ventions sur des réseaux collectifs duire 1 kg de viande de bœuf (http://
bénéficiaires quand il s’agit de péri- défaillants ou inadaptés. Ce dévelop- www.waterfootprint.org). La consom-
mètres irrigués partagés (Ostrom et pement s’est fait en dérogation aux mation alimentaire mondiale moyenne
Ostrom, 1977 ; Ostrom, 1992) ; règles très strictes de gestion des journalière passerait ainsi de 3 000 kcal
5. Le partage, entre des usages en concur- réseaux, mais souvent avec l’autorisa- par personne aujourd’hui, à 3 600 kcal
rence, de ce bien commun qu’est tion tacite, voire formelle, des pouvoirs par personne en 2050 (Molden et al.,
l’eau, impose une coordination pro- publics qui trouvaient là un moyen de 2007 ; Paillard et al., 2010). À
blématique avec le reste de la société contenter le secteur agricole à moin- la demande d’eau pour satisfaire la

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 11


production alimentaire viendront – les nouvelles formes de gestion de Les nouvelles formes
s’ajouter celles des populations urbai- l’eau et des terres au sein des périmè-
nes et des activités industrielles en forte
croissance dans les pays émergents.
tres collectifs ;
– les tensions autour de l’irrigation
de gestion de l'eau
A contrario, des contraintes économi- dans les territoires. et du foncier au sein
ques, sociales et environnementales
freinent le développement de l’irriga- des périmètres irrigués
tion. L’expansion de l’irrigation se
heurte en particulier aux réticences Les États ont été amenés, plans
pour développer de nouveaux ouvra- d’ajustement obligent, à abandonner
ges de stockage, coûteux et perturbants L'innovation technique une partie de leurs prérogatives en
pour le fonctionnement des écosystè- matière de gestion des périmètres
mes aquatiques. Le cadre réglemen- et l'amélioration publics collectifs. Ils ont donc trans-
taire européen et les réflexions féré tout ou une partie des fonctions
écologiques citoyennes se rejoignent des performances de gestion des infrastructures et de
pour mettre en débat le niveau des l’eau vers des associations d’usagers
dotations d’eau concédées à l’agricul- de l'agriculture irriguée de l’eau (water user associations).
ture irriguée. C’est le cas en France Souvent créées pour l’occasion sur
dans le Sud-Ouest (Fernandez, 2009), Longtemps promoteurs volontaristes un modèle imposé, ces structures
en Beauce (Bouarfa et al., 2011) ou du productivisme, les États n’en ont associatives sont peu à peu réappro-
en Charente (Granjou et Garin, 2005 ; plus aujourd’hui les moyens, ni peut- priées par les agriculteurs et les autres
Loubier et al., 2011). Mais aussi dans être l’ambition. Tant au plan des acteurs des filières irriguées, et finale-
les pays émergents (mobilisation moyens humains que financiers, ils ment elles se révèlent très diversifiées,
contre les grands barrages en Chine, ont de plus en plus de mal à assurer la comme cela a été montré tant au
en Afrique, au Brésil ou en Inde), où ces diffusion des nouvelles techniques et Maghreb (Bekkari et Yepez del
préoccupations peuvent être portées à élaborer des mécanismes d’incita- Castillo, 2011 ; Riaux, 2011 ; Sraı̈ri et al.,
par les gouvernements, les bailleurs de tion efficaces. Depuis leur désenga- 2011) que dans des sociétés asiatiques
fonds, les populations locales ou les gement, les innovations individuelles post-collectivistes comme au Vietnam
ONG, mais rarement avec les mêmes se multiplient et les systèmes de (Jourdain et al., 2011b). Les périmètres
priorités (Caubet, 2002). cultures irrigués se diversifient. C’est publics voient aussi se développer en
Les projections récentes ne prévoient particulièrement vrai en Afrique de leur sein les pompages individuels
donc qu’une faible extension des l’Ouest, où les États ont très peu de pour pallier les contraintes des
superficies irriguées pour atteindre, moyens (Barbier et al., 2011). Les réseaux collectifs. L’usage, faiblement
au plus, 18 à 20 % des terres cultivées à réseaux socioprofessionnels des agri- régulé ou de manière informelle, de
l’horizon 2050 (Turral et al., 2010 ; culteurs ont alors tendance à s’y ces ressources (eau souterraine, eau
Paillard et al., 2010). Les nouveaux substituer pour permettre la diffusion de drainage) prend souvent le pas sur
aménagements concerneraient princi- des innovations techniques. C’est celui du réseau public. Au Maghreb,
palement l’Afrique subsaharienne où ce que Bouzidi et al. (2011) et Ammar Boudjellal et al. (2011) mon-
l’irrigation est encore relativement peu Benouniche et al. (2011) ont observé trent que le secteur irrigué informel
développée. au Maghreb pour la diffusion du est porteur d’innovations techniques
L’esprit de ce numéro thématique des goutte-à-goutte. Pour intensifier leur même s’il peut aussi engendrer des
Cahiers Agricultures est de faire état, production, pour améliorer l’usage de risques environnementaux et sociaux,
de manière non exhaustive, des nou- certains facteurs, notamment le tra- tandis que Bchir (2011) met en
velles problématiques de l’irrigation, vail, les agriculteurs adoptent, adap- évidence un comportement coopératif
de dégager les principales lignes de tent, voire imaginent, de nouvelles plus élevé chez ces agriculteurs irri-
force des évolutions en cours, leurs techniques ou cultures : ils innovent. gants que ne le laissait présager un test
enjeux mais aussi les problèmes La diversité de pratiques qui en classique en économie expérimentale.
qu’elles posent, à partir d’une palette découle met en défaut les méthodes La libéralisation de l’accès à l’irrigation
d’études de cas. Ces exemples concer- utilisées par les offices étatiques pour touche aussi le statut foncier des
nent différents types de systèmes évaluer les performances des systèmes aménagements. Souvent, les États con-
irrigués, individuels ou collectifs, au irrigués, d’autant que leur connais- trôlaient étroitement les transactions
sein de petits ou de grands aménage- sance des diverses pratiques paysannes foncières sur les périmètres pour
ments hydrauliques, modernes ou est souvent faible (Barbier et al., 2011). maı̂triser la liste des ayants droit,
traditionnels, gravitaires ou sous pres- La construction de typologies des surveiller le paiement des redevances
sion, dans des contextes socio-écono- pratiques est un moyen de rendre ou pour imposer des cultures considé-
miques et institutionnels variés, en compte de cette diversité tout en la rées comme stratégiques. On observe
Europe, en Asie, au Maghreb et en simplifiant (Bouarfa et al., 2011 ; Jour- aujourd’hui l’émergence, ou la résur-
Afrique subsaharienne. Trois grandes dain et al., 2011a ; Jourdain et al., gence, de modes de faire-valoir indi-
problématiques sont abordées : 2011b ; Le Bars et al., 2011). L’évalua- rect, comme la sous-location de terres
– l’innovation technique et l’amélio- tion de performances multicritères irriguées, ou encore l’adaptation/
ration des performances de l’agricul- requiert de nouveaux indicateurs le contournement/l’interprétation des
ture irriguée ; (Le Grusse et al., 2009). lois pour s’approprier des terres. Mais

12 Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011


cette libéralisation peut menacer l’ave- sans régulation effective ni contrôle de des ingénieurs pour un modèle diri-
nir des agriculteurs les plus pauvres, l’adéquation entre ces demandes crois- giste et centralisé de mise en valeur
comme cela a été mis en évidence au santes et la disponibilité des ressources (Kuper, 2011). La puissance publique y
Maghreb (Ammar Boudjellal et al., en eau. Ce constat vaut pour les pays du jouait un rôle majeur, tant dans la
2011 ; Amichi et al., 2011), en Asie du Sud comme pour les pays du Nord. En gestion de l’eau que dans le choix des
Sud-Est (Jourdain et al., 2011a) ou en France, par exemple, l’obligation de productions et de leur commercialisa-
Afrique de l’Ouest (Bélières et al., comptage des prélèvements d’eau dans tion. Aujourd’hui, ce modèle est, pour
2011 ; Brondeau, 2011). le milieu, inscrite dans la loi sur l’eau de tout ou partie, devenu obsolète :
Bien que souvent illicites, ces dyna- 1992, n’a connu un début d’application libéralisation des assolements et des
miques d’accès individuel à l’eau et à qu’en 2007, et il existe encore des zones filières, privatisation des usines de
la terre sont largement tolérées par les où les points de prélèvements agricoles transformation, ouverture des marchés,
États et leurs représentants locaux. Ils ne sont pas tous déclarés. De conjonc- évolutions foncières. . . La dégradation
ne sont pas le signe d’un désordre turels les années sèches, les déficits des réseaux, faute d’entretien (du fait
total, puisque d’autres formes d’orga- entre la ressource disponible et la du non-paiement des redevances ou de
nisation prennent localement le relais. demande en eau, notamment agricole, carences de gestion), et leur concep-
Elles assurent la nécessaire coordina- sont devenus structurels dans de nom- tion ancienne, souvent destinée à
tion entre les acteurs qui partagent les breuses régions (Montginoul, 2011). d’autres cultures (tour d’eau, irrigation
mêmes ressources – eau et terre – et Les préoccupations environnemen- gravitaire, planage des parcelles. . .),
qui ont un même besoin de capital, tales de plus en plus prégnantes, et la font qu’ils ne répondent fréquemment
ressource externe au système, pour répétition des situations problémati- plus aux besoins actuels des agricul-
valoriser les deux premières. Cela a pu ques pour satisfaire les besoins en eau teurs. Ces carences sont pour partie
être observé aussi bien en Asie domestique, obligent aujourd’hui à une palliées par des initiatives locales peu
(Jourdain et al., 2011b) qu’en Afrique remise en question des volumes impor- conventionnelles : développement des
de l’Ouest (Adamczewski et al., 2011 ; tants alloués à l’irrigation. Deux types pompages individuels, location – ou
Venot et Cecchi, 2011) ou au Maghreb de réponses émergent. La première sous-location – des terres, équipement
(Amichi et al., 2011). Pour rendre consiste à construire des règles collec- en goutte-à-goutte à partir de matériels
compte de l’existence et du fonction- tives de partage de l’eau au sein du d’occasion. . . Parce qu’actuellement
nement de ces dispositifs informels, monde agricole pour adapter les sys- peu encadrées et peu coordonnées,
voire aider à faire émerger des orga- tèmes de culture à une offre d’eau ces initiatives intéressantes sont
nisations collectives ou résoudre des beaucoup plus restreinte (Bouarfa porteuses de risques, par exemple en
conflits, les travaux de recherche font et al., 2011). Pour la seconde, il s’agit termes de surexploitation des ressour-
participer les acteurs en utilisant des de constituer des réserves pendant les ces ou de déséquilibres sociaux.
méthodes fondées sur les jeux (jeux périodes hivernales pluvieuses, qui Fortement affectés par les spécula-
de rôles, simulations, économie expéri- seront utilisables en été pour l’irrigation, tions sur les marchés internationaux
mentale), comme l’ont fait Queste en substitution des prélèvements dans des produits agricoles, les États sou-
et al. (2011) en Asie, ou Bchir (2011) et les nappes et cours d’eau. La légitimité haitent reconquérir une plus grande
Le Bars et al. (2011) au Maghreb. du financement public de ces réserves souveraineté alimentaire, sans pour
de substitution, leur rentabilité et leur autant se lancer dans un encadrement
équité sont alors des questions explici- direct de la production comme dans
tement posées (Loubier et al., 2011). les années 1960-1970. Aujourd’hui,
Les tensions De fortes tensions apparaissent aussi l’enjeu des nouvelles politiques agri-
sur le foncier. Elles sont liées aux enjeux coles et hydrauliques est d’encoura-
autour de l'irrigation alimentaires mondiaux et à la plus- ger, les dynamiques locales portées
value accordée aux terres quand elles par les agricultures familiales ou les
dans les territoires deviennent irrigables. Les exploitations petites entreprises privées. L’officiali-
familiales sont alors en concurrence sation de ces dynamiques par des
Le besoin vital d’eau domestique, le pour la terre avec des investisseurs dispositions réglementaires adaptées
rôle central de l’eau dans le fonction- privés ou des États étrangers, comme ou des subventions reste en effet
nement des écosystèmes, l’importance au Mali (Bélières et al., 2011 ; Bron- délicate, car les États sont peu enclins
stratégique de cette ressource pour deau, 2011). Le contexte est, de plus, à renier leurs bases idéologiques et
tous les secteurs d’activités (de l’agri- parfois compliqué par une décollecti- législatives et disposent de peu de
culture irriguée au tourisme en passant visation inachevée, comme en Algérie moyens incitatifs. En outre, la pré-
par l’industrie, l’énergie hydroélec- (Amichi et al., 2011). dominance actuelle du modèle de
trique ou nucléaire), tout cela confère partenariat public-privé donne plus
à l’eau un statut de bien public qui d’écoute aux chants des grands inves-
légitime un dispositif étatique de tisseurs privés et internationaux à
contrôle pour son accès et d’arbitrage Quelles agricultures la recherche de terres et d’eau. Ces
entre ses usagers. chants sont dangereux, car cet accapa-
Or, la forte expansion de l’irrigation irriguées pour demain ? rement foncier (land grabbing),
ces dernières décennies, notamment dans un contexte où les ressources
par les pompages individuels en Les infrastructures des aménagements en terres, notamment celles qui sont
rivière et dans les nappes, s’est opérée créés au XXe siècle ont été conçues par irrigables, et en eau, sont déjà très

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 13


largement exploitées, ne peut se faire Fernandez S, 2009. Si la Garonne avait voulu. . .
Références Étude de l'étiologie déployée dans la gestion de
qu’au détriment d’autres formes d’agri- l'eau de la Garonne, en explorant l'herméneutique
culture. Le danger est d’autant plus Adamczewski A, Hertzog T, Dosso M, Jouve P, sociale qui a déterminé sa construction. Thèse
grand que, dans bon nombre de pays Jamin JY, 2011. L'irrigation peut-elle se substituer AgroParisTech. http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-
aux cultures de décrue ? La dépression du lac Horo 00466462/fr/.
du Sud, les capacités régulatrices de (Nord Mali). Cah Agric 20 : 97-104. doi: 10.1684/
l’État sont aujourd’hui beaucoup plus agr.2011.0469. Francfort HP, Lecomte O, 2002. Irrigation et
faibles que par le passé. Mais c’est aussi société en Asie centrale des origines à l'époque
Amichi H, Bazin G, Chehat F, Ducourtieux O, achéménide. Ann HSS 3 : 625-63.
le cas de pays du Nord, où le souci de Fusillier JL, Hartani T, et al., 2011. Enjeux de la
garantir la libre entreprise reste, de fait, recomposition des exploitations agricoles collecti- Gilmartin D, 1994. Scientific empire and imperial
ves des grands périmètres irrigués en Algérie : le science: colonialism and irrigation technology in the
très présent dans les décisions publi- cas du Bas-Cheliff. Cah Agric 20 : 150-6. doi: Indus basin. J Asian Stud 53 : 1127-49.
ques, malgré des discours très volon- 10.1684/agr.2010.0459.
taires sur la sécurité alimentaire et la Giordano M, Villholth KG, eds., 2007. The
Ammar Boudjellal A, Bekkar Y, Kuper M, Errahj M, Agricultural groundwater revolution: Opportuni-
gestion des biens publics mondiaux. Hammani A, Hartani T, 2011. Analyse des arran- ties and threats to development. Wallingford
Les tensions internationales sur l’eau, gements informels pour l'accès à l'eau souterraine (UK) ; Colombo (Sri Lanka) : CABI ; IWMI.
la montée des préoccupations envi- sur les périmètres irrigués de la Mitidja (Algérie) et
du Tadla (Maroc). Cah Agric 20 : 85-91. doi: Gleyses G, Rieu T, 2004. L'irrigation en France. État
ronnementales et la remise en cause 10.1684/agr.2010.0458. des lieux 2000 et évolution. Antony : Cemagref
de la part importante de l’eau que éditions.
Banque mondiale, 2008. Rapport sur le développe-
mobilise l’agriculture irriguée, pous- ment dans le monde. L'agriculture au service du Granjou C, Garin P, 2005. Organiser la proximité
sent aussi à adopter des systèmes développement. Washington (DC) : Banque mon- entre usagers de l'eau : le cas de la gestion
irrigués qui valorisent mieux l’eau. diale. volumétrique dans le bassin de la Charente.
Au-delà du slogan « more crop per Développement durable et territoires, dossier 7.
Barbier B, Ouedraogo H, Dembélé Y, Yacouba H,
http://developpementdurable.revues.org/document.
drop » repris par tous, il convient de Barry B, Jamin JY, 2011. L'agriculture irriguée dans
html?id=2694.
le Sahel ouest africain. Diversité des pratiques et
s’interroger sur la faisabilité des chan- des performances. Cah Agric 20 : 24-33. doi: Hardin G, 1968. The tragedy of the commons.
gements que cela implique : capacité 10.1684/agr.2011.0475. Science 162 : 1243-8.
des petits agriculteurs à investir pour Bchir MA, 2011. Quel comportement coopératif
passer de l’irrigation gravitaire au chez les irrigants ? L'économie expérimentale à
Jourdain D, Quang DD, Cuong TPV, Jamin JY,
2011. Différenciation des exploitations agricoles
goutte-à-goutte, ou possibilité d’opérer l'épreuve du terrain. Cah Agric 20 : 92-6. doi:
dans les montagnes du Nord du Vietnam : le rôle
des changements de culture radicaux 10.1684/agr.2011.0468.
clé de l'accès à l'eau ? Cah Agric 20 : 48-59. doi:
pour économiser l’eau. L’irrigation s’est Bekkari L, Yepez del Castillo I, 2011. L'appropria- 10.1684/agr.2011.0470.
développée en France avec l’expan- tion du modèle d'association d'usagers de l'eau par
une communauté villageoise du Moyen Atlas au Jourdain D, Rakotofiringa A, Quang DD, Valony
sion du maı̈s, parce qu’il y avait une Maroc. Cah Agric 20 : 73-7. doi: 10.1684/agr. MJ, Vidal R, Jamin JY, 2011. Gestion de l'irrigation
forte demande émanant de l’élevage et 2011.0474. dans les montagnes du Nord du Vietnam : vers une
autonomie accrue des irrigants ? Cah Agric 20 : 78-
de l’industrie. Au Sahel, la riziculture Bélières JF, Hilhorst T, Kébé D, Keita MS, Keita S, 84. doi: 10.1684/agr.2010.0464.
reste dominante dans l’irrigation, parce Sanogo 0, 2011. Irrigation et pauvreté : le cas de
que le riz est devenu la base de l’alimen- l'Office du Niger au Mali. Cah Agric 20 : 144-9. doi: Kuper M, 2011. Des destins croisés : regards
10.1684/agr.2011.0473. sur 30 ans de recherches en grande hydraulique.
tation des villes africaines de la région. Cah Agric 20 : 16-23. doi: 10.1684/agr.2011.
Changer les assolements pour faire Benouniche M, Kuper M, Poncet J, Hartani T, 0467.
Hammani A, 2011. Quand les petites exploitations
plus de place à des techniques et des adoptent le goutte-à-goutte : initiatives locales et Kuper M, Bouarfa S, Errahj M, Faysse N, Hammani
cultures moins gourmandes en eau, programmes étatiques dans le Gharb au Maroc. A, Hartani T, et al., 2009. A crop needs more than a
impose aussi de revoir le financement, Cah Agric 20 : 40-7. doi: 10.1684/agr.2011.0476. drop: towards a new praxis in irrigation manage-
l’organisation et les débouchés de la ment in North Africa. Irrig Drain 58 : S231-9.
Bernal V, 1997. Colonial moral economy and the
production agricole. discipline of development: the Gezira scheme and Le Bars M, Le Grusse P, Albouchi L, Poussin JC,
Dans ce contexte, il appartient à la ''modern'' Sudan. Cult Anthropol 12 : 447-79. 2011. Un jeu de simulation pour préparer une
gouvernance de l'eau : une expérience en Tunisie
recherche de continuer à analyser les Bouarfa S, Brunel L, Granier J, Mailhol JC, Morardet centrale. Cah Agric 20 : 105-11. doi: 10.1684/
innovations multiples qui émergent S, Ruelle P, 2011. Évaluation en partenariat des agr.2010.0463.
dans les agricultures irriguées, à en stratégies d'irrigation en cas de restriction des
prélèvements dans la nappe de Beauce (France). Le Grusse P, Mailhol J, Bouaziz A, Zairi A, Raki M,
évaluer le potentiel mais aussi les Cah Agric 20 : 124-9. doi: 10.1684/agr.2010. Chabaca M, et al., 2009. Indicators and framework
risques, au regard des enjeux de société 0461. for analysing the technical and economic perfor-
sur le partage des ressources en eau et Bouzidi Z, Abdellaoui EH, Faysse N, Billaud JP,
mance of irrigation systems at farm level. Irrig Drain
58 : S307-19.
sur les questions de durabilité. Cela Kuper M, Errahj M, 2011. Dévoiler les réseaux
permettra de montrer qu’il existe des locaux d'innovation dans les grands périmètres Loubier S, Poussin JC, Gleyses G, Le Mat O, Garin
irrigués. Le développement des agrumes dans la
alternatives aux modèles de type par- plaine du Gharb au Maroc. Cah Agric 20 : 34-9. doi:
P, 2011. Faut-il subventionner la création de
réserves d'eau pour l'irrigation ? Une approche
tenariat public-privé, et surtout de 10.1684/agr.2011.0471. par la modélisation microéconomique. Cah Agric
préciser dans quelle mesure elles sont 20 : 157-64. doi: 10.1684/agr.2011.0484.
Brondeau F, 2011. L'agrobusiness à l'assaut des
viables sur les plans sociaux, économi- terres irriguées de l'Office du Niger (Mali). Cah Agric Madramootoo CA, Fyles H, 2010. Irrigation in the
ques et environnementaux. Cela pourra 20 : 136-43. doi: 10.1684/agr.2011.0472. context of today's global food crisis. Irrig Drain 59 :
éclairer les arbitrages que devront faire 40-52.
Caron P, 2008. La crise alimentaire n'en cache pas
les décideurs entre différentes utilisa- une autre, agricole. . . Mais repenser l'agriculture Magasa A, 1978. Papa commandant a jeté un grand
tions possibles d’une eau de plus en devient plus que jamais une priorité ! Cah Agric 17 : filet devant nous. Les exploités des rives du Niger,
plus disputée, mais aussi entre des 423-5. 1902-1962. Paris : Maspero.
options de souveraineté alimentaire et Caubet CG, 2002. L'impact des grands barrages. Molden D, Frenken K, Barker R, de Fraiture C, Mati
des options d’ouverture des marchés. & Ecol Polit 25 : 77-86. B, Svendsen M, Sadoff C, Finlayson CM, 2007.

14 Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011


Trends in water and agricultural development in Ostrom E, Burger J, Field CB, Norgaard RB, Siebert S, Döll P, Hoogeveen J, Faures JM, Frenken
water for food, water for life. London ; Colombo : Policansky D, 1999. Revisiting the commons: local K, Feick S, 2005. Development and validation of
Earthscan : IWMI. http://www.iwmi.cgiar.org/ lessons, global challenges. Science 284 : 278-82. the global map of irrigation areas. Hydrol Earth Syst
assessment/. Sci 9 : 535-47.
Ostrom V, Ostrom E, 1977. Public goods and public
Molle F, Mollinga PP, Wester P, 2009. Hydraulic choices. In : Savas ES, ed. Alternatives for Sraïri MT, Kuper M, Le Gal PY, 2011. Accompagne-
bureaucracies and the hydraulic mission: flows of delivering public services: toward improved per- ment d'exploitations laitières pour mieux valoriser
water, flows of power. Water Altern 2 : 328-49. formance. Boulder (USA) : Westview Press. l'eau d'irrigation dans la plaine du Tadla au Maroc.
Cah Agric 20 : 60-6. doi: 10.1684/agr.2010.
Montginoul M, 2011. Des accords entre parties Paillard S, Treyer S, Dorin B, eds., 2010. Agri- 0462.
prenantes pour gérer l'impact des prélèvements monde. Scénarios et défis pour nourrir le monde en
agricoles individuels dans les nappes phréatiques ? 2050. Versailles : éditions Quae. Turral H, Svendsen M, Faures JM, 2010. Investing
Les enseignements de trois cas de gestion des in irrigation: reviewing the past and looking to the
Queste J, Bousquet F, Gurung TR, Trébuil G, 2011. future. Agric Water Manage 97 : 551-60.
pollutions diffuses. Cah Agric 20 : 130-5. doi: Jeux de rôles comme objets frontières dans un
10.1684/agr.2010.0466. conflit de partage de l'eau d'irrigation au Bhoutan. Venot JP, Cecchi P, 2011. Valeurs d'usage ou
Cah Agric 20 : 118-23. doi: 10.1684/agr.2010. performances techniques : comment apprécier le
Mouton M, 2004. Irrigation et formation de la
0460. rôle des petits barrages en Afrique subsaharienne ?
société antique dans les basses-terres du Yémen :
Cah Agric 20 : 112-7. doi: 10.1684/agr.2010.
un essai de modèle. Syria 81 : 81-104. Riaux J, 2011. Faut-il formaliser les règles de 0457.
gestion de l'eau ? Une expérience dans le Haut
OCDE, 2002. Transition to full-cost pricing of Atlas. Cah Agric 20 : 67-72. doi: 10.1684/agr. Weber M, 1909. Économie et société dans l'anti-
irrigation water for agriculture in OECD countries. 2010.0465. quité. Paris : La Découverte (traduction de 1998).
Paris : Organization for Economic Co-operation and
Development. http://www.oecd.org/officialdocu- Shah T, 2007. The groundwater economy of Wehr K, 2004. America's fight over water: the
ments/displaydocument/?doclanguage=en&cote= South-Asia: An assessment of size, significance environmental and political effects of large scale
com/env/epoc/agr/ca(2001)62/final. and socio-ecological impacts. In : Giordano M, water systems. New York : Routledge.
Villholth KG, eds. The agricultural groundwater
Ostrom E, 1992. Crafting institutions for self- revolution: Opportunities and threats to develop- Wittfogel KA, 1957. Le despotisme oriental : étude
governing irrigation systems. Oakland (USA) : ICS ment. Wallingford (UK) ; Colombo (Sri Lanka) : CABI ; comparative du pouvoir total. Paris : éditions de
Press. IWMI. Minuit (traduction de 1977).

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 15


Option

Des destins croisés :


regards sur 30 ans de recherches
en grande hydraulique

Marcel Kuper Résumé


Cirad La « grande hydraulique » fut un modèle scientifique et centralisateur d’aménagement par
UMR G-eau l’irrigation, conçu et géré par des corps d’ingénieurs bâtisseurs depuis la deuxième partie
TA C-90/15 du XIXe siècle. Traversant plusieurs crises, elle a constitué de ce fait un champ de recherche
L'Hortus exceptionnel, inspirant une multitude d’écoles de pensée. Au cours des 30 dernières
73, rue JF Breton
années, trois paradigmes forts fondés sur l’action prééminente de l’État, puis sur l’action
34398 Montpellier cedex 5
France collective, et plus récemment sur l’action individualiste et la régulation par le marché, ont
<marcel.kuper@cirad.fr> fortement influencé les programmes de recherche mais aussi les politiques publiques sur
l’irrigation. Si l’enrôlement de la recherche au service d’États aménageurs, ou de bailleurs
de fonds, a été très marquant pour le domaine de l’irrigation, le propos pourrait être sans
doute élargi à d’autres domaines (sciences agronomiques, par exemple) et à d’autres
acteurs. La proximité croissante entre la recherche et la société constitue en même temps
une opportunité pour une recherche vivante opérant dans un double souci de rigueur et
de pertinence. Ceux-ci s’opposent au quotidien, mais peuvent se conjuguer dans le temps.
Mots clés : irrigation ; politique de la recherche ; système hydraulique.
Thèmes : eau ; méthodes et outils.

Abstract
Crossed destinies: 30 years of research in large-scale irrigation systems
Large-scale irrigation development is based on a scientific and civilizing model, designed
and managed by engineers since the second half of the 19th century. Passing through
several crises, it has fostered innovative research at numerous occasions. Three paradigms,
based on State supremacy in public action, then on collective action, and later on
individualistic action and market regulation, have guided research and influenced public
action in irrigation systems over the past 30 years. These paradigms, to which science has
contributed considerably, have changed the outlook of policy makers and donors on water
management, but also influenced the research agenda and the vision of research itself. The
results of this study, pertaining to irrigation systems but probably valid also for other fields
of research, show that ever-increasing interactions between science and society often
produce an unproductive tête-à-tête with main stream ideas, but are also an opportunity to
continually renew action research with a critical view on development.
Key words: hydraulic systems; irrigation; research policies.
Subjects: tools and methods; water.
doi: 10.1684/agr.2011.0467

Pour citer cet article : Kuper M, 2011. Des destins croisés : regards sur 30 ans de recherches en
grande hydraulique. Cah Agric 20 : 16-23. doi : 10.1684/agr.2011.0467
Tirés à part : M. Kuper

16 Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011


« Un dispositif technique, par exemple grands périmètres ont traversé plu- – des narratifs construits autour du
un réseau hydraulique, n’a de chance sieurs crises existentielles. Ces crises potentiel que porte l’action collective
de bien fonctionner et donc d’être ont fait de la grande hydraulique un au travers des mécanismes d’appren-
rentable sur la longue durée que si, champ de recherche privilégié. Levine tissages sociaux ;
paradoxalement, il a su rencontrer des (1977) proposait les grands périmètres – des narratifs économiques et straté-
sociétés locales assez fortes pour lui irrigués comme « laboratoires de giques construits autour de l’idée de la
résister et par conséquent composer recherche » pour combler les lacunes nature égoı̈ste de l’être humain et de la
avec de l’épaisseur sociale » dans les connaissances, et proposer et régulation par le marché.
(Marié et al., 1999) tester des solutions permettant d’amé- Les narratifs coexistent et les valeurs
liorer leurs performances. Par son qui les sous-tendent (altruisme/
ampleur, son importance sociale et égoı̈sme. . .) font partie du répertoire
économique, la présence d’ingénieurs de tout un chacun. J’emploie volontiers
faisant le lien avec la recherche, mais la métaphore des poupées russes
La grande hydraulique : surtout son modèle d’action contro- proposée par Röling et Maarleveld
versé, la grande hydraulique a attiré de (1999) pour dévoiler progressivement,
modèle scientifique nombreux chercheurs, dont Elinor dans ce qui suit, la construction de trois
Ostrom (1992) est sans doute la plus paradigmes de recherche en systèmes
et laboratoire connue. irrigués, chacun porté par un des
L’objectif de cet article est d’analyser narratifs décrits. Pour cela, je mobili-
de recherche les différents courants de recherche en serai mon parcours scientifique et
systèmes irrigués des 30 dernières humain au sein des systèmes irrigués
La grande hydraulique est venue à moi années en relation avec la trajectoire de l’Indus (1991-1997), de la zone
dès le début de mes études à Wage- mouvementée de la grande hydrau- Office du Niger (1998-2002), et du
ningen. Son école d’irrigation était alors lique. Je fais l’hypothèse que non Maghreb (2003-2010).
partie prenante d’un nouveau paradi- seulement la science a contribué à
gme de recherche en systèmes irrigués. construire son modèle d’action, mais
Le paradigme de l’irrigation manage- qu’elle a, à son tour, contribué au
ment research, mettant l’accent sur le renouveau de la recherche-action en Émergence,
rapport de l’homme à l’irrigation, s’est tant que modèle de production de
construit sur un constat de performan- connaissances (Hatchuel, 2000). À apogée et déclin
ces décevantes des grands périmètres travers ce récit, je souhaite illustrer la
irrigués (Coward, 1980). Il s’agissait contextualisation croissante et réci- de la grande hydraulique
d’une remise en cause du caractère proque de la science et de la société
hiérarchique et modernisateur d’un (Gibbons, 1999). comme modèle d'action :
modèle d’action auquel la science avait
tant contribué, et qui ne correspondait un narratif basé
plus à l’air du temps. Ce paradigme est
devenu ensuite un courant dominant Cadre conceptuel sur la suprématie
dans la recherche en systèmes irrigués
de la fin des années 1980, mais suscitait Le concept de « narratif », tel que défini de l'État
à l’époque débats, frictions et incerti- par Röling et Maarleveld (1999), me
tudes, y compris à l’intérieur de semble particulièrement adapté pour L’aménagement de la grande irrigation
l’Université (Diemer et Slabbers, 1992). expliquer les paradigmes qui ont a été un axe central du développement
Le modèle d’action dont relèvent orienté les recherches sur les grands économique et social dans de nom-
les grands périmètres irrigués, et que périmètres irrigués et influencé son breux pays. Souvent opposé à la petite
j’appellerai ici « la grande hydrau- modèle d’action. Un narratif est une et moyenne hydraulique, la grande
lique », fut conçu et mis en place à représentation sociale construite qui hydraulique pourrait être qualifiée de
partir de la seconde partie du XIXe influence les représentations indivi- modèle d’action d’aménagement par
siècle. Reprenant certains acquis tech- duelles et l’imaginaire collectif, et qui a l’irrigation, planifié et centralisateur,
niques et organisationnels des anciens des implications dans l’action par un distingué par de grands équipements
systèmes irrigués tout en voulant en jeu herméneutique en double sens hydrauliques modernes, garantissant
corriger les défauts, la grande hydrauli- Röling et Maarleveld (1999). Tout un service régulier de l’eau à des
que fut avant tout un « modèle scienti- narratif met ainsi en forme, structure périmètres irrigués de grande taille
fique » et civilisateur d’inspiration et influence les modes d’actions, en (Bouderbala et al., 1984). Mais au-delà
coloniale, reposant sur des prouesses même temps qu’il opère une recon- d’une certaine singularité hydraulique,
hydrauliques, conçu et développé par figuration du monde en produisant ou la grande hydraulique est tout autant
des corps d’ingénieurs (Pascon, 1977 ; important des discours. On peut caractérisée par son ambition de maı̂-
Gilmartin, 1994 ; Kuper, 1997 ; Molle identifier trois types de narratifs : trise, voire même de domination, des
et al., 2009). Critiqués pour leurs – des narratifs construits autour du facteurs de production (Pascon, 1977).
performances économiques et les rap- modèle de la suprématie de l’État et Il s’agissait d’abord pour les États d’en
ports problématiques entre bureau- des choix publics, traduits en règles, obtenir les droits, à travers la promul-
cratie hydraulique et paysannerie, les lois, normes, et obligations ; gation de la domanialité publique des

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 17


eaux, l’immatriculation foncière pour historiques, comme l’attestent les sont cultivés aujourd’hui par 20 000
apurer les terres de leurs droits anté- disparités des dotations en eau entre familles. La lecture fouillée de l’his-
rieurs, et la mise en place d’un cadre périmètres, et entre mailles hydrauli- toire tourmentée de la zone Office par
légal pour la mise en valeur en mettant ques au sein d’un même périmètre Schreyger (1984), et ses observations
les paysans en position d’usagers (Kuper, 1997 ; Habib, 2004). En même sur la lourdeur de l’appareil technique
soumis à autorité (Bouderbala et al., temps, et dans la limite des dotations, répandant résignation et apathie parmi
1984). Ensuite, il fallait concevoir et le département de l’Irrigation pouvait les familles, font penser à l’hypothèse
mettre en place les moyens techniques afficher des principes rationnels de hydraulique de Wittfogel (1957) sur
pour rendre ce modèle opérationnel. Il conception et de gestion des périmè- l’impasse des sociétés orientales et
s’agissait de la régularisation hydrau- tres (Kuper, 1997). Ceux-ci portaient leurs bureaucraties hydrauliques, inca-
lique des eaux des rivières, du remem- sur la conception d’un système hydrau- pables d’intégrer le changement dans
brement des terres et de l’installation lique permettant une distribution la durée (Vidal-Naquet, 1964).
d’agriculteurs sur des exploitations ni proportionnelle (en fonction d’une Après les indépendances politiques,
trop grandes (terriens absentéistes) ni allocation d’eau/ha) et automatique l’aménagement de la grande hydrau-
trop petites (ne permettant pas une de l’eau (peu d’interventions au lique fut relancée avec vigueur dans
exploitation moderne et rationnelle), et quotidien), et la répartition équitable bien des pays (Molle et al., 2009). Au
enfin d’un encadrement de proximité d’une quantité a priori insuffisante Maroc, l’objectif d’un million d’hecta-
des agriculteurs pour une mise en d’eau au plus grand nombre (notion res irrigués a structuré la politique
valeur correspondant aux ambitions de protective irrigation ; [Jurriëns et agricole, suscitant des investissements
d’aménagement. Mollinga, 1996]) pour aménager de lourds et un interventionnisme poussé
Dans l’Inde des raj, la mise en valeur de nouvelles terres. C’est par rapport à ces durant les trois premières décennies
terres en friche était le fait d’une normes que les réseaux hydrauliques suivant l’indépendance. L’État aména-
alliance moderne entre la science, le ont été conçus, et que la distribution de geur dirigeait la mobilisation et la
producteur intensif et l’État dans l’eau et les systèmes de culture ont été distribution de l’eau, mais intervenait
l’asservissement de la terre (Gilmartin, organisés. Pour l’ingénieur, ces normes aussi dans les choix d’assolement, la
2003). Le système irrigué du bassin de constituaient alors un rempart pour conduite des exploitations agricoles,
l’Indus – 16 millions d’hectares irrigués – écarter, ou du moins mieux négo- la transformation et la commercialisa-
illustre l’ampleur inédite des réalisa- cier, toute intervention politique des tion des produits.
tions de grande hydraulique, mais aussi élites rurales voulant s’affranchir des Partout, dans les années 1980, ce
son caractère empirique : le modèle de contraintes du réseau collectif. modèle fut soumis à de fortes per-
la grande hydraulique était en perpé- Plus important encore était le contraste turbations par la libéralisation politique
tuelle évolution ; au fur et à mesure des entre le producteur idéal imaginé et les et économique. D’un mode de coor-
difficultés rencontrées, des ingénieurs exploitations familiales se retrouvant dination hiérarchique, il fallait passer à
comme Kennedy, Lacey et Lindley en grande hydraulique. Le problème, des modes de coordination impliquant
durent réaliser des exploits en matière écrivait Préfol (1986) à propos du futur les usagers (Johnson et al., 1995) et
d’hydraulique (Kuper, 1997). En même « irrigant » au Maroc dans les années faisant intervenir les mécanismes du
temps, leurs travaux empiriques ont 1940, « était simple dans sa définition : marché, du fait de la redéfinition du
contribué à faire émerger l’hydraulique faire d’un agriculteur occasionnel un rôle de l’État, du démantèlement des
comme science à travers la conceptua- agriculteur intensif ». Mais, confondant filières intégrées et de la libéralisation
lisation d’un savoir ingénieur, enseigné « oisiveté » et « liberté », il ne pouvait pas des marchés agricoles. Les mutations
dans les grandes écoles des empires « souscrire de gaieté de cœur » à l’avenir des 30 dernières années ont fait évoluer
coloniaux. Le meilleur exemple est peut- laborieux qui lui était promis. Si les le modèle de la grande hydraulique et
être constitué par le fameux « Roorkee politiques visaient le renforcement brisé l’image d’un « ordre implacable
College » en Inde, établi dès 1847 dans d’exploitations familiales viables, les d’une autorité hors du commun qui
le cadre du « Ganges Canal Scheme », conditions n’avaient pas été négociées serait à la source de la distribution de la
qui allait irriguer 310 000 hectares, et avec les agriculteurs se retrouvant dans vie » (Pascon, 1978).
où on retrouve des ingénieurs comme un « réseau serré d’obligations » Dans un contexte de pénurie d’eau, le
Gerald Lacey, théorisant le concept (Bouderbala et al., 1977). Leur adhé- recours à l’eau des nappes souterraines
du « régime » d’un canal alluvial pour sion au projet moderne était dès lors par des forages privés, y compris à
diminuer la maintenance des canaux compromise. L’apparente incompatibi- l’intérieur des périmètres, a aussi contri-
d’irrigation. lité entre l’agriculture familiale et la bué au démantèlement de la grande
Des tensions vont vite apparaı̂tre entre bureaucratie hydraulique va constituer hydraulique(Shah,2009).Sonpérimètre
l’Administration coloniale et les ingé- un point de blocage et le leitmotiv de n’est plus aussi net que dans le passé,
nieurs, protagonistes de l’alliance nombreuses recherches (Pascon, 1978 ; et les agriculteurs ont acquis une
(Gilmartin, 1994). Tiraillés entre les Coward, 1980 ; Lees, 1986). certaine indépendance hydraulique.
réalités politiques et locales et la L’Office du Niger fut établi en 1932, Cependant, ils continuent à exploiter,
planche à dessin, ils durent trouver inspiré par les exploits hydrauliques là où c’est possible, les deux ressources
de douloureux compromis pour réalisés en Inde (l’ingénieur E. Bélime de façon conjuguée, et à bénéficier des
la conception des périmètres. Ces était à Pondichéry de 1907 à 1910) et infrastructures accompagnant la grande
compromis permettaient à l’Adminis- au Soudan. Après un long et laborieux hydraulique (eau peu chère, réseau
tration de ménager les élites rurales cheminement hydraulique et social, et routier, proximité des services de
se prévalant de droits d’eau riverains bien des péripéties, 80 000 hectares l’État. . .). A minima, ils mettent en

18 Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011


location leurs terres pour bénéficier l’irrigation en Asie par l’université – en conséquence, l’ingénieur devra
d’une rente (Imache et al., 2010). Cornell, a un retentissement fort dans identifier d’abord les probabilités et
Malgré leur mort annoncée, les péri- la recherche sur la grande hydraulique. viser ensuite les possibilités d’un
mètres de grande hydraulique conti- Coward soulève deux insuffisances changement raisonnablement accep-
nuent donc à accueillir des dizaines de dans la littérature sur l’organisation table par les autres acteurs.
millions de familles pratiquant, à leur de l’irrigation. Il veut dire par là que les programmes
façon, l’agriculture. Selon Lees (1986), D’une part, il regrette le manque de de modernisation se veulent trop
les deux parties, paysans et bureau- perspective écologique en sciences souvent en rupture radicale avec les
cratie, gèrent leur apparente incompa- sociales. Cette perspective désigne la pratiques existantes, considérant le
tibilité par des arrangements informels prise en compte de l’environnement changement uniquement d’un point
pour obtenir une flexibilité opération- physique – ou hydraulique pour les de vue de l’efficience de l’ingénieur.
nelle et intégrer le changement. Ces périmètres irrigués – dans le façonnage Celui-ci propose des solutions spéci-
arrangements permettent à un système des institutions et l’organisation de fiques pour les relations physiques,
de régulation rigide (règles standardi- l’irrigation. Le livre souligne la per- mais se limite à des solutions géné-
sées et peu évolutives) de se perpétuer tinence des enseignements (pour la riques dans le domaine social. Le
et aux irrigants de survivre au sein de grande hydraulique) qui peuvent être résultat est l’introduction d’organisa-
tels périmètres. Détournant l’eau vers tirés de l’étude de l’organisation des tions de gestion de l’eau standardi-
des cultures vivrières ou lucratives, systèmes gérés par des communautés sées et inspirées par des modèles
installant des forages illicites, actifs sur d’irrigants. L’intérêt pour l’organisation étrangers, vouées le plus souvent à
des marchés fonciers informels, les des systèmes irrigués communautaires l’échec.
agriculteurs ont construit de nouvelles n’est pas nouveau (Geertz, 1959 ; Plusieurs collectifs de recherche ont
agricultures irriguées très éloignées du Leach, 1959 ; Mollard, 2005), mais cette relevé les défis posés, et les recherches
modèle annoncé. C’est ainsi que se sont fois-ci l’appel de Coward sera claire- impulsées deviennent le courant
construites des dynamiques moins ment entendu et repris par Ostrom dominant en systèmes irrigués.
visibles et en partie en dehors des (1992) et par d’autres, qui ont théorisé Il s’agit d’abord des travaux en écono-
cadres de l’État, mais bien réelles. C’est différents modes de coordination à mie institutionnelle, analysant les failles
particulièrement vrai pour les locatai- propos de la gestion de biens du modèle de Hardin (1968) sur le
res informels de la Mitidja (Algérie), communs. caractère inéluctable de la tragédie des
porteurs d’innovations et de dynami- D’autre part, il regrette l’absence de la communs. Ostrom (1992) montre que
ques agricoles (Imache et al., 2010). recherche-action pour concevoir et les systèmes communautaires, gérant
Qualifiées par certains de « bricolages », tester d’autres solutions organisation- des infrastructures hydrauliques par-
ces dynamiques informelles sont alors nelles et contribuer à la compréhen- fois sommaires, disposent de systèmes
un objet de recherche passionnant si sion des interactions sociales dans les de gestion très élaborés. Cette vision
l’on veut porter un regard original sur la systèmes irrigués. Il a pressenti plus optimiste de la portée et de
grande hydraulique. Appréhender ces l’engouement qu’allait connaı̂tre le l’efficacité de l’action collective pour
dynamiques par rapport à des modèles débat sur le transfert de la gestion la gestion des ressources naturelles a
de développement qui les ignorent de l’irrigation et la mise en place des influencé la réflexion de bon nombre
demande beaucoup de doigté. Dans associations d’usagers de l’eau agri- de communautés scientifiques, dont
l’optique d’un regain d’intérêt pour cole (AUEA ; Johnson et al., 1995). témoigne le prix Nobel de 2009. Ses
l’agriculture irriguée, la question est Le livre identifie des pistes de recher- travaux ont également influencé les
donc bien de trouver les moyens de che, mais ambitionne surtout de mettre politiques publiques, encourageant la
faire se rencontrer politiques publiques en débat le modèle d’action de la gestion participative de l’eau en grande
et coordinations locales informelles grande hydraulique et d’influencer hydraulique. Le revers de la médaille
(Errahj et al., 2009). l’objet même de la recherche. Levine est une vision parfois idéaliste des
(1977) développe le raisonnement de systèmes communautaires (Boelens
ce qui va devenir le paradigme de et al., 2005), ignorant la complexité
S'inspirer l’irrigation management research : des communautés d’irrigants, suppo-
– les connaissances des relations sol- sées unies, solidaires et équitables.
des systèmes irrigués eau-plante dépassent de loin celles D’autres critiquent la dimension
concernant le rapport de l’homme à prescriptive des principes d’Ostrom,
communautaires l’irrigation ; détournant l’attention des dynami-
– les efficiences utilisées dans la con- ques organisationnelles et politiques
pour mieux gérer ception des systèmes irrigués sous- (Mollinga, 2001). Cela plaide, il me
estiment l’importance de la compo- semble, pour une lecture poppérienne
la grande hydraulique : sante humaine dans l’usage de l’eau ; des principes comme propositions réfu-
– les objectifs et les critères d’effi- tables, qui constituent alors une grille
un narratif fondé cience de l’usage de l’eau diffèrent pertinente pour l’analyse des dynami-
entre agriculteurs et ingénieurs ; ques de gouvernance des ressources
sur l'action collective – des optima opérationnels entre naturelles (Popper, 1934).
acteurs sont à rechercher par la mise Il s’agit ensuite de l’International Irri-
Le livre collectif de Coward (1980), en place de mécanismes de feed-back gation Management Institute (IIMI),
fruit de 25 ans de recherches sur et de réponse ; dont la création en 1984 fut inspirée

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 19


par le paradigme de Levine. L’IIMI se actif dans ce qui va devenir une Retour à la raison
focalise de 1985 à 1995 autant sur le communauté de pratiques sur la
renforcement des capacités des
acteurs que sur la production de
recherche participative en milieu
paysan (Bentley, 1994). Conçues pour
économique :
connaissances. La période de concep- se démarquer des travaux antérieurs un narratif fondé
tion des systèmes irrigués étant révo- en développement rural, ces démar-
lue, les recherches portent surtout sur ches incorporaient : sur le marché
leur fonctionnement. À travers une – des approches bottom-up ;
recherche inductive partant d’études – le renforcement des pouvoirs de
de cas de systèmes irrigués, cette ceux qui avaient été jusque là margi- La productivité de l’eau n’est pas un
école de pensée produit un grand nalisés ; concept nouveau quand Seckler
nombre de connaissances empiri- – une méfiance vis-à-vis de l’État, devient directeur-général de l’IIMI en
ques. Les travaux sur le transfert de favorisant l’action des ONG ; 1996. Chambers l’identifie déjà en
gestion, le financement, ou les per- – une célébration des connaissances 1980, dans une liste non exhaustive,
formances de l’irrigation, alimentent locales. comme un des objectifs de l’irrigation.
les débats internationaux sur la grande Ces travaux ont été fortement critiqués. Ce qui change, c’est la priorité donnée
hydraulique (Abernethy, 1986 ; Small et Le manque de conceptualisation de la à cet objectif précis, («more crop per
Carruthers, 1991 ; Johnson et al., 1995). nouvelle orthodoxie (Henkel et Stirrat, drop »), qui va devenir un leitmotiv.
En même temps, les travaux de recher- 2001) et les écueils de telles démar- Inspiré par une note d’orientation de
che-action de l’IIMI sont peu concep- ches (Mosse, 2001) peuvent transfor- la Banque mondiale (Easter et al.,
tualisés. Commandités par des bailleurs mer la participation en une forme de 1993) et les débats sur la gestion
de fonds, qui exigent des impacts gouvernance, incorporant encore plus intégrée des ressources en eau (GWP,
documentés dans des rapports, ils efficacement les acteurs dans le projet 2000), Seckler (1996) définit le para-
ne donnent pas toujours lieu à une moderne. digme de l’IWMI en deux compo-
capitalisation scientifique (Merrey, Une autre école de pensée, dont je santes. Premièrement, il adopte une
1996). Mais je crois que c’est aussi ferai connaissance plus tard, a che- approche néoclassique de l’efficience,
lié à une conception de la recherche, miné au Maroc autour de Pascon en replaçant l’eau d’irrigation dans le
qui s’installe progressivement, distin- (1980). Rejetant la domination de la cycle de l’eau ; pertes et efficiences à
guant la recherche scientifique de science coloniale, et voulant dépasser l’échelle locale influencent la dispo-
la recherche-action. Merrey (1996) un tête-à-tête infructueux, il propose nibilité de l’eau à l’échelle globale. La
l’exprime clairement dans sa synthèse un retour sur le terrain pour une productivité de l’eau sera raisonnée à
des travaux de l’IIMI de 1985 à 1995 : réappropriation de la réalité maro- l’échelle du bassin. Pour souligner
« The topic of this book is research. caine et un renouvellement du ques- la nouvelle orientation, l’institution
Nevertheless, ‘‘capacity building’’ or tionnement scientifique (Bouderbala, change de nom pour devenir Inter-
‘‘institutional strengthening’’ has 2007). Dans une période où le devenir national Water Management Institute
been so important that some discus- des terres des colons, souvent situées (IWMI).
sion is required. » La recherche s’est en systèmes irrigués, fait débat Deuxièmement, il insiste sur de nou-
ainsi privée d’une source inestimable (réforme agraire ou pas), le collectif velles techniques (satellitaires) pour
pour faire évoluer concepts et théo- est un des rares à aborder à la fois la observer, mesurer et analyser les
ries, et chercheurs et acteurs restent question agraire (Bouderbala et al., écoulements de l’eau, et déterminer
dans une posture inconfortable de 1977) et la question hydraulique, l’évapotranspiration des cultures, et
dialogue manqué (Korten, 1986). théorisant pour la grande hydraulique donc, indirectement, les rendements.
L’IIMI va prendre une posture plus le passage de « l’eau du ciel à l’eau de L’objectif était d’améliorer d’au moins
scientifique et plus globale : ses clients l’État » (Pascon, 1978). Le collectif va 25 % en termes monétaires la pro-
ne sont plus les seuls gestionnaires de créer une école en sciences sociales ductivité des systèmes irrigués dans le
l’eau, mais de plus en plus une au sein d’une école agronomique, monde.
audience internationale de décideurs, pour élaborer des modèles d’action On l’aura compris, il y a une vraie
bailleurs de fonds, et chercheurs en milieu rural (Khatibi, 2002). Au- rupture avec le paradigme de l’irriga-
(Merrey, 1996). delà de la qualité de la formation tion management research. Ce qui
Il s’agit aussi de Chambers (1988). et de la proximité de terrain, le importe, ce ne sont plus les processus
L’homme est un passionné (« analysis problème est bien sûr la place de de gestion mais les performances d’un
without action is empty ») qui fait l’ingénieur dans la société (Pascon, espace élargi (le bassin). La recherche
remonter les réalités de terrain de 1980), l’idée étant de former des privilégiera les analyses comparatives,
douze ans de recherche en systèmes ingénieurs capables de trouver des utilisant un ensemble minimal d’indi-
irrigués en Asie du Sud. Il se focalise interlocuteurs : « L’ingénieur peut cateurs de performance (Merrey,
sur la gestion de ces systèmes, car « no continuer à affirmer la valeur et 1996). Il n’y a pas de place pour les
profession, not even irrigation engi- la spécificité de son savoir à condi- indicateurs internes (spécifiques à
neering, had the actual management tion que les agriculteurs, organisés certains systèmes), ni pour des indi-
of canal irrigation systems as the et regroupés, aient la possibilité cateurs d’impacts sociaux ou environ-
core of its professional training and d’affirmer le leur et donc d’entrer nementaux (Merrey, 1996). L’homme
concerns. » Quand il termine son livre en conflit et en négociation avec lui.» n’est plus au centre de l’analyse, l’eau
de référence, Chambers est déjà (Bouderbala, 1993) est dépolitisée, le chercheur s’éloigne

20 Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011


du terrain, l’environnement devient par une échelle d’analyse, un secteur ques de développement qui semblent
une externalité, la question agraire spécifique ou un système de produc- exemplaires pour d’autres situations,
n’est plus une préoccupation, et les tion, un périmètre spatial et temporel – d’autres objets. Ainsi, sur les décom-
performances quantifiables sont prio- pour explorer le potentiel d’améliora- bres de son modèle d’action, de
ritaires par rapport aux processus tion de la productivité de l’eau et nouvelles formes de recherches s’opè-
qualitatifs. produire plus de matière sèche par rent dorénavant en marge des grands
Seckler (1996) tient un discours ferme volume d’eau (Le Gal et al., 2009). périmètres irrigués, portant sur des
et veut provoquer le changement. Le Dans les faits, la recherche de l’IWMI situations aussi complexes, par exem-
message paraı̂t clair : la recherche au retrouve sa complexité et sa diversité ple sur les nouvelles frontières de
centre, sur la base du nouveau para- de thématiques, car, selon Rijsberman l’irrigation, explorées par des irrigants
digme de l’IWMI, pour améliorer la (2006), l’amélioration de la producti- se procurant un accès, individuel ou
productivité mondiale de l’eau. Il faut vité de l’eau implique en réalité collectif, à la nappe (Shah, 2009).
attendre le livre de Kijne et al. (2003) la maximisation des services sociaux, L’ouverturedesfrontièresconceptuelles
pour nuancer le message et analyser économiques et écologiques à l’en- de la grande hydraulique a encouragé
les limites du concept de productivité semble de la société. Il situe le la recherche à travailler sur des sujets
de l’eau : changement de cap à la réunion du d’intérêt fort pour la société (santé,
– sa définition dépend de l’échelle Groupe consultatif pour la recherche environnement, eaux usées. . .), délais-
de l’analyse (Molden et al., 2003) : agricole internationale (GCRAI) en sant des sujets plus classiques tels que
conseiller l’agriculteur pour améliorer 2001 : « This. . . marked the occasion la relation entre l’État et les paysans. Il
la productivité de l’eau ne demandera where IWMI started arguing for a se peut qu’un quatrième narratif que
pas les mêmes termes dans le numé- broader interpretation of water pro- subodorent Röling et Maarleveld (1999)
rateur ni dans le dénominateur qu’en ductivity than ‘more crop per drop’ soit en marche.
cas d’évaluation des politiques de alone. » L’IWMI va renouer le dialogue La lecture diachronique de 30 ans de
l’eau à l’échelle d’un pays ; avec d’autres collectifs de recherche recherches en systèmes irrigués me
– Barker et al. (2003) montrent les à travers plusieurs initiatives de ramène à deux réflexions sur le cadre
limites d’une approche partielle de la recherche, mettant le triptyque eau- conceptuel de la recherche en systè-
productivité de l’eau, la reliant à alimentation-environnement au centre mes irrigués.
l’efficience économique, la durabilité, de l’analyse (Molden, 2007). Une fois D’un côté, les débats scientifiques sur
les rendus sociaux (équité, droits éliminé le carcan du paradigme « more l’eau ont débordé les murs des
d’eau) ; crop per drop » et renoué le dialogue institutions de recherche pour péné-
– l’analyse devient compliquée quand avec le monde scientifique de l’eau, il trer l’agora (Gibbons, 1999). En
elle dépasse la seule composante s’ensuit une production scientifique témoignent les débats sur la gestion
physique et s’adresse aux composan- assez diversifiée. Cette orientation sera participative de l’irrigation et la pro-
tes économiques, car il faut donner néanmoins contestée par l’évaluation ductivité de l’eau. Ces sujets sont
des valeurs économiques à l’eau, aux du CGIAR en 2008, pilotée par Easter devenus des narratifs, faits de per-
coûts de production et aux externa- qu’on retrouve ainsi, et qui reproche à spectives, Leitbilds, métaphores, his-
lités, sans parler de la valeur sociale de l’IWMI d’avoir abandonné son focus toires, images, théories, slogans,
l’eau (Barker et al., 2003) ; scientifique, inaugurant une nouvelle axiomes, qui sont entrecroisés et de
– les fonctions de production, consti- crise existentielle. plus en plus partagés et qui influen-
tuant l’ossature des analyses de la Au-delà d’une histoire en trois temps cent notre comportement (Röling et
productivité de l’eau, sont difficiles à d’un institut de recherche dans le Maarleveld, 1999). Ces narratifs, cons-
établir, la corrélation entre évapo- domaine de l’eau, le cheminement truits en grande partie par la recher-
transpiration et rendement des cultu- scientifique me semble exemplaire che, en étroite interaction avec les
res étant souvent médiocre (Zwart et par sa rapidité et la profondeur des acteurs mondiaux de l’eau, changent
Bastiaanssen, 2004). revirements conceptuels, qui ailleurs, non seulement le regard des décideurs
La productivité de l’eau dépend en dans des institutions plus stabilisées, et des bailleurs de fonds sur la gestion
effet d’une multitude de facteurs rencontrent plus de résistances, de de l’eau, mais cela va à son tour
(pratiques d’irrigation et de culture, débats, et sont moins marqués. influencer le contenu de la commande
potentiel génétique des plantes, para- passée à la recherche et par la suite le
mètres climatiques, pédologiques). regard de la recherche. La rapidité de
Kijne et al. concluent que le concept l’élaboration, de la diffusion et de la
est polysémique, difficile à utiliser Pour une recherche transformation de tels narratifs a été
en dehors d’une interprétation stricte- rendue possible par une mondialisa-
ment physique, et manipulé par vivante en systèmes tion de la recherche et une intercon-
différentes disciplines, chacune ayant nexion des différents acteurs, par
ses propres interprétations de l’échelle irrigués exemple dans les forums mondiaux
et des objectifs de l’analyse, et des de l’eau. Nous nous retrouvons, me
termes des indicateurs utilisés. Cepen- Ce récit montre la vivacité de la semble-t-il, de plus en plus souvent
dant, une fois que l’on a pris cons- recherche en systèmes irrigués depuis dans un « tête-à-tête pervers et impro-
cience des difficultés, l’approche de la plus de 30 ans, inspirant et question- ductif » (Bouderbala, 2007), face aux
productivité de l’eau peut être utile nant des modèles de développement, courants dominants de la recherche
dans une situation donnée – définie tout en se nourrissant de problémati- et aux mots d’ordre des bailleurs de

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 21


fonds. C’est ainsi que je me suis politique, y compris à travers la resources management. In : Roth D, Boelens R,
Zwarteveen , eds. Liquid relations: contested water
retrouvé en 2004 à assurer la coor- confrontation et la mise en débat des rights and legal complexity. Piscataway (New
dination scientifique d’un projet de pratiques émergentes que nous avons Jersey) : Rutgers University Press.
recherche sur la productivité de l’eau théorisées (Callon, 1999). Cela nous Bouderbala N, Chraïbi M, Pascon P, 1977. La
en systèmes irrigués au Maghreb, dont ramène d’abord à des réflexions question agraire au Maroc 2. Bulletin économique et
le cadre logique était inspiré du « more classiques en développement rural social du Maroc : 133-134.
crop per drop ». Récusant la simplicité sur la tension entre le changement Bouderbala N, Chiche J, Herzenni A, Pascon P,
du raisonnement et suivant l’intuition endogène et l’intervention extérieure, 1984. La question hydraulique, petite et moyenne
de Pascon, nous avons voulu dépasser et ensuite au propos de Bouderbala hydraulique au Maroc. Rabat (Maroc) : Institut
Agronomique et Vétérinaire Hassan II.
ce paradigme et construire un narratif (1993) sur la place de l’ingénieur, mais
alternatif de l’action collective à travers aussi du chercheur, dans la société. Bouderbala N, 1993. Analyses et comptes-rendus.
Cah Etud Afr 33 : 335-7.
une réappropriation du rural maghré- Mais Callon (1999) propose une autre
bin (Kuper et al., 2009a). Si l’enrôle- solution, en mettant en symétrie Bouderbala N, 2007. Souvenir de Paul. In : Akesbi
N, Benatya D, Zagdouni L, Zouggari A, eds.
ment de la recherche au service d’États l’attachement du chercheur aux Hommage à Paul Pascon, devenir de la société
aménageurs, ou de bailleurs de fonds, acteurs pour faciliter leur détachement rurale, développement économique et mobilisation
a été particulièrement marquant pour (émergence d’une nouvelle représen- sociale. Rabat (Maroc) : Institut agronomique et
vétérinaire Hassan II.
le domaine de l’irrigation, le propos tation, par exemple), pour ensuite
pourrait être sans doute élargi à opérer un détachement et une géné- Bourdieu P, 2002. Questions de sociologie. Collec-
tion Reprise. Paris : éditions de Minuit.
d’autres domaines (sciences agrono- ralisation des savoirs quand les acteurs
miques, par exemple, chargées de la s’attachent ailleurs. Cette tension per- Callon M, 1999. Ni intellectuel engagé, ni intellec-
diffusion des modèles techniques manente et explicite entre une neu- tuel dégagé : la double stratégie de l'attachement et
du détachement. Sociol Trav 41 : 65-78.
issus des stations expérimentales) et tralité axiologique (Wertfreiheit) et un
à d’autres acteurs, y compris la société certain rapport aux valeurs (Wertbe- Chambers R, 1988. Managing canal irrigation:
practical analysis from South Asia. Cambridge :
civile qui monte en puissance et a saisi ziehung), selon les termes de Weber Cambridge University Press.
l’intérêt d’une association avec la (Gendron, 1993), aide le chercheur à
Coward EW, 1980. Irrigation and agricultural
recherche. emprunter ces deux chemins dans un development in Asia. Perspectives from the social
De l’autre côté, l’expérience de la double souci de rigueur et de per- sciences. Ithaca : Cornell University Press.
recherche en systèmes irrigués montre tinence (Schön, 1983) à travers une Diemer G, Slabbers J, 1992. Irrigators and engi-
aussi l’intérêt que peuvent avoir ascèse qu’on pourrait qualifier de neers: essays in honour of Lucas Horst. Amster-
science et société à s’ouvrir mutuelle- scientifique. C’est à travers la confron- dam : Thesis publishers.
ment leurs cuisines (Bourdieu, 2002). tation d’idées et de points de vue à la Easter KW, Feder G, Le Moigne G, Duda AM,
Callon (1999) rappelle que « la science fois dans des communautés séculières Forsyth E, 1993. Water resources management.
ne naı̂t pas d’une prise de distance, ce et scientifiques que la recherche World Bank Policy Paper. Washington (DC ): World
Bank.
mot d’ordre rabâché n’a aucun sens. donnera le meilleur d’elle-même. &
Elle est engendrée par le double Errahj M, Kuper M, Faysse N, Djebbara M, 2009.
Finding a way to legality, local coordination modes
mouvement de la coopération et du and public policies in large-scale irrigation schemes
transport [c’est-à-dire de la généralisa- in Algeria and Morocco. Irrig Drain 58 : 358-69.
tion des savoirs], de l’attachement et Remerciements
Geertz C, 1959. Form and variation in Balinese
du détachement » [vis-à-vis des Je remercie Patrice Garin, Jean-Pascal village structure. Am Anthropol 61 : 991-1012.
acteurs]. Le choix des acteurs auxquels Pichot et Margreet Zwarteveen pour leurs Gendron P, 1993. La théologie comme science et la
s’attacher pour coconstruire une théo- commentaires judicieux sur des versions vocation de savant d'après Max Weber. Laval Théol
rie des pratiques émergentes n’est pas antérieures de l’article. Les opinions expri- Philos 49 : 215-22.
chose aisée. Callon propose deux mées restent, bien sûr, de ma responsabilité. Gibbons M, 1999. Science's new social contract
critères : with society. Nature 402 : 11-7.
– le degré d’innovation montré par les Gilmartin D, 1994. Scientific empire and imperial
acteurs et la charge théorique des science: colonialism and irrigation technology in the
interrogations portées par ces acteurs ; Indus Basin. J Asian Stud 53 : 1127-49.
– le niveau d’asymétrie créé par Références Gilmartin D, 2003. Water and waste: nature,
l’intervention, en favorisant par exem- productivity and colonialism in the Indus Basin.
Abernethy CL, 1986. Performance measurement in Econ Polit Weekly 38 : 5057-65.
ple l’émergence de nouvelles repré-
canal water management. ODI-IIMI Irrigation Mana-
sentations. gement Network Paper 86. London : Overseas GWP, 2000. Integrated water resources manage-
Ces critères ont été très importants Development Institute. ment. GWP Technical Advisory Committee, Back-
ground Paper 4. Stockholm : Global Water
dans notre choix de travailler avec des Barker R, Dawe D, Inocencio A, 2003. Economics Partnership Secretariat.
leaders paysans au Maghreb (Kuper of water productivity in managing water for
Habib Z, 2004. Scope of reallocation of river waters
et al., 2009a ; Kuper et al., 2009b). agriculture. In : Kijne JW, Barker R, Molden D,
for agriculture in the Indus Basin. Thèse de doctorat
eds. Water productivity in agriculture: limits and
Cela a contribué à un renouvellement opportunities for improvement. Wallingford (UK) : Paris : École nationale de génie rural, des eaux et
du questionnement scientifique, mais CAB International. forêts.
aussi à la création d’une association Bentley JW, 1994. Facts, fantasies, and failures of Hardin G, 1968. The tragedy of the commons.
nationale de ces leaders. farmer participatory research. Agr Hum Values 11 : Science 162 : 1243-8.
Mais encore faut-il pouvoir opérer un 140-50.
Hatchuel A, 2000. Intervention research and the
détachement des acteurs, à travers un Boelens R, Zwarteveen M, Roth D, 2005. Legal production of knowledge. In : Cerf M , ed. Cow up
travail de généralisation et de mise en complexity in the analysis of water rights and water a tree: knowing and learning for change in

22 Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011


agriculture: case studies from industrialized coun- agrofood supply chains: a synthesis from two North Pascon P, 1978. De l'eau du ciel à l'eau de l'État :
tries. Paris : éditions Quae. African cases. Irrig Drain 58 : 320-33. psychosociologie de l'irrigation. Hommes, Terre et
Eaux 8 : 3-10.
Henkel H, Stirrat R., 2001. Participation as a Levine G, 1977. Management components in
spiritual duty; empowerment as secular subjection. irrigation system design and operation. Agr Admin Pascon P, 1980. Études rurales : idées et enquêtes
In : Cooke B, Kothari U , eds. Participation, the new 4 : 37-48. sur la campagne marocaine. Rabat : Société
tyranny. London : Zed Books. marocaine des éditeurs réunis.
Marié M, Larcena D, Dérioz P, 1999. Cultures,
Imache A, Hartani T, Bouarfa S, Kuper M, 2010. La usages et stratégies de l'eau en Méditerranée Popper K, 1934. Logik der Forschung. (trad. The
Mitidja, 20 ans après : réalités agricoles aux portes occidentale, tensions, conflits et régulations. Col- Logic of Scientific Discovery, 2002). Londres :
d'Alger. Alger : Alpha Éditions. lection Villes et Entreprises. Paris : L'harmattan. Routledge.
Johnson SH, Vermillion DL, Sagardoy JA, 1995. Merrey D, 1996. Expanding the frontiers of Préfol P, 1986. Prodiges de l'irrigation au Maroc, le
Irrigation Management Transfer: Selected papers irrigation management research: Results of développement exemplaire du Tadla 1936-1985.
from the International Conference on Irrigation research and development at IIMI, 1984 to 1995. Paris : Nouvelles Éditions Latines.
Management Transfer, Wuhan, China, 20-24 Sept Colombo (Sri Lanka) : International Irrigation
1994. Water Report 5. Rome; Colombo (Sri Lanka) : Management Institute. Rijsberman F, 2006. `More Crop per Drop':
Food and Agriculture Organization; International realigning a research paradigm. In : Giordano MA,
Irrigation Management Institute. Molden D, 2007. Comprehensive assessment Rijsberman FR, Saleth RM, eds. `More Crop per
of water management in agriculture. London : Drop': Revisiting a Research Paradigm. Results
Jurriëns M, Mollinga P, 1996. Scarcity by design: Earthscan. and synthesis of IWMI's research, 1996-2005.
protective irrigation in India and Pakistan. ICID Colombo (Sri Lanka) : IWMI.
Journal 45 : 31-53. Molden D, Murray-Rust H, Sakthivadivel R, Makin I,
2003. A water-productivity framework for under- Röling N, Maarleveld M, 1999. Facing strategic
Khatibi M, 2002. Chemins de traverse, essais de standing and action. In : Kijne JW, Barker R, Molden narratives: an argument for interactive effective-
sociologie. Rabat : Éditions Okad. D, eds. Water productivity in agriculture: limits and ness. Agr Hum Values 16 : 295-308.
opportunities for improvement. Wallingford (UK) :
Kijne JW, Barker R, Molden D, 2003. Water pro- CAB International. Schön DA, 1983. The reflective practitioner. how
ductivity in agriculture: limits and opportunities for professionals think in action. New York : Basic Books.
improvement. Wallingford (UK) : CAB International. Mollard E, 2005. « Recherches sur les arrosages
chez les peuples anciens » de F.J. Jaubert de Passa Schreyger E, 1984. L'Office du Niger au Mali : la
Korten FF, 1986. Making research relevant to (1846) : une histoire de la gouvernance avant problématique d'une grande entreprise agricole
action: a social learning perspective. In : IIMI, l'avènement de la technocratie. In : Ruf T, Rivière- dans la zone du Sahel. Wiesbaden (Allemagne) :
WECS. Public intervention in farmer-managed Honegger A, eds. La gestion sociale de l'eau, Franz Steiner Verlag.
irrigation systems. Sri Lanka : Kandy. concepts, méthodes et applications. Territoires en Seckler D, 1996. The IIMI Paradigm of Water
Kuper M, 1997. Irrigation management strategies Mutations (12): 17-31. Resource Management. Annual report. Colombo
for improved salinity and sodicity control. PhD Molle F, Mollinga PP, Wester P, 2009. Hydraulic (Sri Lanka) : International Irrigation Management
study, Wageningen (The Netherlands). bureaucracies and the hydraulic mission: flows Institute.
Kuper M, Bouarfa S, Errahj M, Faysse N, Hammani of water, flows of power. Water Alternatives 2 : Shah T, 2009. Taming the anarchy: groundwater
A, Hartani T, et al., 2009a. A crop needs more than 328-49. governance in South Asia. Washington (DC) :
a drop: towards a new praxis in irrigation manage- Mollinga PP, 2001. Water and politics: levels, Resources for the Future Press.
ment in North Africa. Irrig Drain 58 : 231-9. rational choice and South Indian canal irrigation. Small LE, Carruthers ID, 1991. Farmer-financed
Kuper M, Errahj M, Faysse N, Caron P, Djebbara M, Futures 33 : 733-52. irrigation: the economics of reform. Cambridge:
Kemmoun H, 2009b. Autonomie et dépendance Cambridge University Press.
Mosse D, 2001. People's knowledge, participation
des irrigants en grande hydraulique, observations
and patronage: operations and representations in Vidal-Naquet P, 1964. Histoire et idéologie: Karl
de l'action organisée au Maroc et en Algérie. Nat Sci
rural development. In : Cooke B, Kothari U, eds. Wittfogel et le concept de « mode de production
Soc 17 : 248-56.
Participation, the new tyranny. London : Zed asiatique ». Ann Econ Soc Civil 19 : 531-49.
Leach ER, 1959. Hydraulic Society in Ceylon. Past Books.
& Present 15 : 2-26. Wittfogel KA, 1957. Le despotisme oriental : étude
Ostrom E, 1992. Crafting institutions for self- comparative du pouvoir total. Paris : éditions de
Lees SH, 1986. Coping with bureaucracy: survival governing irrigation systems. San Francisco : Ins- Minuit (trad. de 1977).
strategies in irrigated agriculture. Am Anthropol titute for contemporary studies.
88 : 610-22. Zwart SJ, Bastiaanssen WGM, 2004. Review of
Pascon P, 1977. Le Haouz de Marrakech. Rabat measured crop water productivity values for
Le Gal PY, Kuper M, Moulin CH, Sraïri MT, Rhouma (Maroc) : Institut agronomique et vétérinaire irrigated wheat, rice, cotton and maize. Agr Water
A, 2009. Linking water saving and productivity to Hassan II. Manage 69 : 115-33.

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 23


Synthèse

L'agriculture irriguée dans le Sahel ouest-africain


Diversité des pratiques et des performances

Bruno Barbier1,2,3 Résumé


 Ouedraogo4
Herve En Afrique de l’Ouest sahélienne, l’irrigation des terres recouvre une grande diversité de
Youssouf Dembe  le
5 systèmes techniques et de pratiques sociales. Nous donnons ici un aperçu des options
3
Hamma Yacouba techniques existantes (décrue, bas-fond aménagé, submersion libre ou contrôlée, contrôle
Boubacar Barry6 total de l’eau, avec ou sans pompage, sur de grands et de petits périmètres) selon une
Jean-Yves Jamin2 typologie développée par des experts de cinq pays sahéliens. Les performances de ces
1
Cirad différents systèmes sont très diverses et en constante évolution. Actuellement les décideurs
UMR G-Eau relancent la grande irrigation en recourant aux investisseurs privés, nationaux ou
01 BP 596 étrangers. Ils relancent aussi la petite irrigation privée, considérée plus dynamique que les
Ouagadougou 01 périmètres villageois. Partout, la raréfaction des ressources en eau et la compétition
Burkina Faso croissante entre usagers imposent au secteur agricole de mieux valoriser l’eau d’irrigation.
<bbarbier@cirad.fr> Néanmoins cette contrainte sociale et politique sur l’utilisation de l’eau est encore peu prise
2
Cirad en compte par les États qui effectuent des attributions foncières de grande envergure. Leur
UMR G-Eau objectif prioritaire est en effet d’assurer à tout prix la sécurité alimentaire de leur
73, rue Jean-François Breton population, de plus en plus urbaine.
TA C-90/15
34398 Montpellier cedex 5 Mots clés : gestion des eaux ; méthode d’irrigation ; Sahel.
France
<jamin@cirad.fr> Thèmes : eau ; économie et développement rural ; territoire, foncier, politique agricole et
3
2iE alimentaire.
GVEA
01 BP 594
Ouagadougou 01 Abstract
Burkina Faso Irrigation in West-African Sahel. Diversity of practices and levels of performance
<hamma.yacouba@2ie-edu.org>
4
Irrigation in Sahelian West African countries covers a wide variety of systems and practices. In
Arid
this paper, we discuss various technical and managerial options including free or controlled
s/c 2iE
01 BP 594 submersion, improved inland valleys, flood recession cropping, and full control in small and
Ouagadougou 01 large irrigation schemes through a classification developed by national experts in five
Burkina Faso Sahelian countries. Governments are currently promoting two strategies. One is based on
<herve.ouedraogo@yahoo.fr> large schemes, with foreign or national private investment. The other is based on small
5
Inera private irrigation approches. Water constraints are not very strongly taken into account, as the
04 BP 8645 priority is to develop new schemes in order to reach food security for fast growing cities.
Ouagadougou 04
Burkina Faso Keyword: irrigation methods; Sahel; water management.
<yldembele@yahoo.fr>
6
Subjects: economy and rural development; territory, land use, agricultural and food
IWMI production policy; water.
PMB CT 112
Cantonments
Accra
Ghana
<b.barry@cgiar.org>

L
a production agricole des pays besoins alimentaires de leurs popula-
sahéliens ouest-africains est tions. Les importations de blé, riz,
non seulement très variable huile, lait et sucre sont massives (un
doi: 10.1684/agr.2011.0475

d’une année à l’autre, mais aussi million de tonnes de céréales sont


souvent insuffisante pour couvrir les importées chaque année par l’Afrique

Pour citer cet article : Barbier B, Ouedraogo H, Dembélé Y, Yacouba H, Barry B, Jamin JY, 2011.
L'agriculture irriguée dans le Sahel ouest-africain. Cah Agric 20 : 24-33. doi : 10.1684/agr.2011.0475
Tirés à part : B. Barbier

24 Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011


de l’Ouest) et représentent des sorties Des irrigations survie locale, même si les coûts liés
monétaires de 3 milliards de dollars1 à l’irrigation rendaient illusoire une
(FAOSTAT, 2010). Même si les famines
sont devenues exceptionnelles, l’insé-
anciennes irrigation dédiée à l’autoconsomma-
tion, sauf quand des revenus migra-
curité alimentaire reste au cœur des mais toires permettaient de les prendre en
discours politiques sur le Sahel depuis charge. Les petits barrages et les
la crise alimentaire de 1972-1973. un développement aménagements de bas-fonds se sont
L’envolée des prix mondiaux en multipliés (Payen et Gillet, 2007). Les
2008-2009 a réactivé la priorité accor- récent grands aménagements ont aussi pro-
dée à l’indépendance alimentaire fité de cette dynamique, qui a poussé
(Janin, 2010). L’irrigation est considé- à leur réhabilitation et à leur extension,
rée comme le meilleur moyen d’aug- L’apparition d’une riziculture utilisant y compris dans des régions jusque-là
menter la production agricole tout en la crue du Niger remonte à 1 500 ans peu aménagées comme le nord du
réduisant sa vulnérabilité à la variabi- av. J-C (Portères, 1950). Des techni- Nigeria (Diemer et van der Laan, 1987 ;
lité climatique (Rosegrant et Cline, ques d’irrigation existent en effet Shettima, 1997 ; Barbier et Thompson,
2003 ; Diouf, 2008 ; Cilss, 2010). Alors depuis des siècles dans les oasis 1998).
que le développement des surfaces sahariennes, les polders du lac Tchad, Le mouvement de libéralisation éco-
irriguées devrait être très faible dans la les ouadis du Tchad et du Niger ou les nomique des années 1990 s’est traduit
plupart des pays du monde dans les rizières des mangroves sénégambien- par une révision drastique des lettres de
prochaines décennies, l’Afrique est le nes, d’où elles ont essaimé pour créer mission des sociétés d’État chargées de
seul continent où les prévisionnistes les rizicultures américaines (Carney, l’irrigation. Auparavant omnipotentes
pensent qu’elle devrait continuer à 2001 ; Carney, 2003). Dans les vallées (aménagement, foncier, irrigation, trans-
fortement progresser, du fait de la du Sénégal et du Niger, l’irrigation formation et commercialisation, crédit,
demande alimentaire croissante et avec maı̂trise de l’eau sur de grandes etc.), elles doivent transférer de nom-
d’un potentiel encore important surfaces (tableau 1) est apparue au breuses fonctions aux paysans et voient
(Paillard et al., 2010 ; Turral et al., début du XXe siècle. La France cher- leur rôle limité à la gestion des grands
2010). Toutefois, l’investissement chait à y cultiver du coton pour ouvrages (Jamin et al., 2005). Parallè-
pour l’irrigation est coûteux et sa l’exportation, puis aussi du riz, suite lement, les petits périmètres maraı̂-
durabilité incertaine du fait de pro- aux famines liées aux sécheresses de chers privés se sont multipliés, comme
blèmes importants de gestion et 1902-1903 et 1913-1914. Cette forme au Burkina Faso (Lemoalle et de
d’entretien des aménagements (Turral d’irrigation ne fut pas proposée Condappa, 2009). L’arrivée du secteur
et al., 2010). comme une amélioration des systèmes privé dans la grande irrigation a été plus
Dans le Sahel ouest-africain, les for- agraires existants : l’Administration tardive : même si certains grands péri-
mes d’irrigation sont multiples, en coloniale l’imposa à leur place aux mètres privés datent des années 1970
termes de taille des bassins irrigués, paysans, autochtones ou déplacés (Compagnie sucrière sénégalaise par
de maı̂trise de l’eau, de saisonnalité ou (Jamin, 1994). exemple), l’acquisition massive de
de mode de gestion. On observe aussi Les années 1930 virent l’aménagement très grandes surfaces irrigables par
une grande diversité de pratiques, de des casiers irrigués du fleuve Sénégal des capitaux privés, nationaux ou
coûts et de performances. Décideurs et de l’Office du Niger. Des cuvettes étrangers, ne s’est développée qu’a-
et bailleurs de fonds s’interrogent sur furent aménagées pour la riziculture près la crise alimentaire de 2007-2008
le type et la taille des aménagements à en submersion contrôlée le long du (Brondeau, 2011).
promouvoir (petite ou grande irriga- Niger (Mopti, Ségou, Tillabéri), du
tion), leur mode de gestion (collectif Logone et du Chari. Les polders
ou individuel) ou les cultures à traditionnels du lac Tchad furent
favoriser (riziculture ou diversifica- endigués. Après la seconde guerre Des modalités
tion). Cette réflexion s’inscrit dans mondiale, les aménagements repri-
un contexte de raréfaction de l’eau, rent : casiers de Bongor et Yagoua sur d'irrigation variées
de concurrence croissante entre usa- les rives tchadiennes et camerounaises
ges agricoles et non agricoles et du Logone, passage au pompage pour Afin de ramener la forte diversité
d’émergence d’un souci de protection sécuriser l’irrigation au Sénégal héritée de l’histoire à quelques cas
des zones humides naturelles (Guillaume, 1960 ; Boutillier et al., simples et comparables, l’Association
(Zwarts et al., 2005 ; ABN, 2007 ; 1962), début du développement de régionale de l’irrigation et du drainage
Lemoalle et de Condappa, 2009 ; l’irrigation dans le nord du Nigeria en Afrique de l’Ouest et du Centre
Venot et Cecchi, 2011). (Barbier et Thompson, 1998). (ARID, 2004), a proposé une typologie
Après un bref historique de l’irrigation Les indépendances entraı̂nèrent une des systèmes irrigués pour cinq pays
au Sahel, nous présentons ici la relance de la grande irrigation pour sahéliens : Burkina Faso, Mali, Mauri-
diversité des systèmes irrigués actuels essayer de garantir l’approvisionne- tanie, Niger et Sénégal. En combinant
et donnons un aperçu de leurs coûts et ment en riz de capitales en extension des critères d’investissement, de ges-
de leurs performances. rapide. Avec les épisodes de séche- tion, de maı̂trise de l’eau et de taille,
resse des années 1970 et 1980, les elle différencie 9 types de systèmes
périmètres irrigués villageois (PIV) se (tableaux 1 et 2). Parmi les systèmes
1
FAOSTAT, 2010. http://faostat.fao.org/ sont développés pour assurer la en maı̂trise totale de l’eau (MTE), la

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 25


Tableau 1. Description de différents types de systèmes irrigués en Afrique de l'Ouest sahélienne.
Table 1. Description of several types of irrigated systems in the Sahel.

Type de système Caractéristiques

rimètre irrigue
Pe  public e depuis une ressource abondante
Superficie de plus de 100 hectares, irrigue
grand ou moyen (fleuve, retenue, lac), par pompage ou derivation. Re
seau de surface, riziculture
dominante, mais petits espaces de diversification.
rimètre irrigue
Pe  villageois Quelques dizaines d'hectares, attribue s à de nombreux petits agriculteurs. Irrigation
public depuis une rivière ou une retenue, par pompage ou de rivation. Riziculture dominante,
comple te
e par de
crue et/ou pluvial. Quelques puits ou forages en oasis ou en horticulture.

rimètre irrigue
Petit pe  Quelques dizaines d'hectares, ame nage
s sommairement à faible coût. Irrigation par pompage,
communautaire rivation, ou par branchement sur des ouvrages d'État (barrages au Burkina Faso,
par de
grands reseaux au Senegal ou à l'Office du Niger). Riziculture dominante.

rimètre irrigue
Petit pe  rieurs à 1 hectare. Petit agriculteur pe
Souvent infe riurbain ou proche d'une route.
individuel Pompage individuel, souvent manuel, dans une retenue, une rivière ou une nappe peu
e.
profonde. Évolution possible vers des petites motopompes et l'irrigation localise
rimètre
Petit ou moyen pe Quelques dizaines d'hectares, amenages avec des capitaux d'origine non agricole
 commercial
irrigue s. Émergence d'irrigation
(fonctionnaire, homme d'affaires, migrant). Ouvriers salarie
sous-pression, avec aspersion ou goutte-à-goutte, pour une e conomie de main-d'œuvre.

Grand perimètre irrigue


 1 000 à 20 000 hectares. Firme agro-industrielle, à capitaux nationaux ou e trangers.
agro-industriel Production à haute valeur transforme e sur place (canne à sucre, tomate industrielle,
gumes exporte
fruits/le s). Irrigation depuis un fleuve. Techniques sophistique es : planage
guide au laser, aspersion, goutte-à-goutte, serres. Main-d'œuvre très qualifie e.

e
Submersion contrôle Ame nagement sommaire de cuvettes en bord de fleuve. Riz flottants ou à paille
en bord de fleuve longue au Mali (Segou, Mopti) et en Guine e (Kankan). Cultures tributaires de la pluie en
debut de cycle, puis de la crue (qui doit coïncider avec la croissance des plantes).

Bas-fonds en submersion Quelques dizaines d'hectares. Ame nagement simple, prise au fil de l'eau ou seuil de
versant.
e
contrôle pandage des crues par digue
Riziculture en saison des pluies. En zones plus sèches, e
filtrante pour apport d'eau de comple ment aux cultures pluviales (sorgho, maïs). Nappe
utilisable en saison sèche pour du maraîchage (puisard).
crue
De Zone de battement de fleuve, lac ou retenue. Cultures (sorgho, maïs) ou pâturages
(bourgoutières) soumis au cycle crue-de crue (eau stockee dans le sol et remonte
es
crue parfois contrôle
capillaires). De e par barrage (Mauritanie) ou endiguement (lacs du Mali).

typologie distingue les grands péri- Si ces différents systèmes ont été décrits En termes de superficie, les systèmes
mètres d’initiative publique et les depuis longtemps (Guillaume, 1960 ; de décrue et de submersion contrôlée
petits périmètres, d’initiative publique, Boutillier, 1962), on connaı̂t mal dominent. Les cultures de décrue sont
communautaire, ou individuelle. Au l’importance des surfaces concernées très pratiquées dans la boucle du Niger
sein des périmètres privés agro-indus- par les systèmes traditionnels, l’irriga- et sur les deux rives du Sénégal, même
triels, elle distingue aussi les petits des tion informelle ou les petits aménage- si les sécheresses, puis la régulation
grands. La taille et le mode de finance- ments de bas-fonds (Payen et Gillet, par les barrages, ont réduit les crues et
ment de l’aménagement conditionnent 2007). De plus, les surfaces cultivées au donc les surfaces inondées cultivables
en effet beaucoup son fonctionnement. sein des aménagements en MPE varient en décrue. La submersion contrôlée
Parmi les systèmes à maı̂trise partielle fortement d’une année à l’autre en est essentiellement pratiquée le long
de l’eau (MPE), elle distingue la sub- fonction des crues. Même au sein des du Niger, dans son cours supérieur en
mersion contrôlée, les bas-fonds amé- aménagements en MTE, il est souvent Guinée et au Mali, et dans son delta
nagés, et la décrue, contrôlée ou libre. difficile de savoir quelles sont les intérieur. Mais elle existe aussi dans
Du fait de l’absence de maı̂trise, même surfaces réellement exploitées aux une multitude de petits bas-fonds
partielle, de l’eau, la submersion libre différentes saisons (Raes et al., 1994). répartis dans tout le Sahel (Windmeijer
n’est pas incluse dans cette typologie L’Association régionale pour l’irrigation et al., 2002 ; Venot et Cecchi, 2011).
malgré son importance dans la vallée et le drainage (ARID, 2004) a tenté Dans la sous-région, l’irrigation en MTE
du Niger (Gallais, 1984 ; Marie et al., d’estimer ces surfaces à dire d’experts représente moins de 1 % des terres
2007). (tableau 2 et figure 1). cultivées (Frenken, 2005 ; Aquastat,

26 Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011


Tableau 2. Caractéristiques des différents types de systèmes irrigués au Sahel (ARID, 2004).
Table 2. Characteristics of the different types of irrigated systems in the Sahel (ARID, 2004).

Type de système Investissement Gestion Maîtrise Spéculation Main-d'œuvre


de l'eau

rimètre irrigue
Pe  public État/bailleur OP + État Totale Riz, polyculture Familiale
grand ou moyen e
+ salarie
rimètre irrigue
Pe  villageois État/bailleur/ONG OP Totale re
Riz, ce ales, Familiale
public polyculture
rimètre irrigue
Petit pe  Groupe d'exploitants OP Totale re
Riz, ce ales, Familiale
communautaire polyculture
rimètre irrigue
Petit pe  Exploitant individuel Exploitant Totale  re
Ce ales, fruits, Familiale
individuel maraîchage
rimètre
Petit ou moyen pe Entrepreneur 
Salarie Totale Riz, fruit, e
Salarie
 commercial
irrigue particulier maraîchage

Grand pe rimètre Firme agro-industrielle 


Salarie Totale Canne, fruits, e
Salarie
 agro-industriel
irrigue maraîchage
e
Submersion contrôle État/bailleur/ONG OP + État Partielle Riz Familiale
en bord de fleuve

Bas-fonds en submersion État/bailleur/ONG OP (+ État) Partielle Riz, pomme de Familial


e
contrôle terre, oignon
crue
De Exploitant individuel Exploitant Partielle Sorgho, riz, Familial
fourrages

OP : organisation paysanne ; ONG : organisation non gouvernementale.

2010). Les aménagements (et donc les les pays. Le Mali a, de loin, les plus nariat (Seck, 2009). Dans un contexte
investissements) se concentrent au grandes surfaces irriguées de la sous- social très spécifique et conflictuel, la
Mali, avec près de 100 000 hectares région ; il promeut le passage de la Mauritanie a favorisé, dès le milieu
pour l’Office du Niger (Keı̈ta et al., submersion libre à un contrôle partiel des années 1980, le développement de
2002 ; ABN, 2007), et dans la vallée du ou total de l’eau, tout en maintenant un grands périmètres privés dans le delta, la
Sénégal (Raes et al., 1994). Les quel- appui aux rizicultures pluviales et de moyenne vallée restant plutôt occupée
ques grands périmètres agro-indus- bas-fonds (République du Mali, 2008 ; par des périmètres publics (Schmitz,
triels privés sont des casiers sucriers République du Mali, 2009). Le Burkina 1993 ; Haefele et al., 2001). Le Niger
(Faivre Dupaigre et al., 2004). Mais les Faso, qui n’a pas d’aussi grands fleuves, a encouragé des formes très variées
acquisitions de grandes surfaces irriga- a construit environ 1 700 petits barra- de petits périmètres, individuels ou
bles par certains pays manquant de ges (contre 800 au Mali), mais qui sont collectifs, périurbains ou oasiens, dans
terres se développent depuis peu, encore peu utilisés pour l’irrigation les vallées fossiles ou sur le fleuve Niger,
notamment dans la zone de l’Office (République du Burkina Faso, 2008 ; exploitant ainsi ses différents types de
du Niger (Brondeau, 2011). Venot et Cecchi, 2011). L’aménage- ressources (République du Niger 2008 ;
La petite irrigation en MTE est en ment des bas-fonds concerne surtout ARID, 2004).
développement rapide partout (ARID, les zones méridionales, à climat plus L’Autorité du bassin du Niger (ABN,
2004). Depuis le gel des investisse- soudanien, du Burkina Faso, du Mali et 2007) envisage des plans ambitieux
ments publics dans les années 1990, du Sénégal (Windmeijer et al., 2002). d’expansion des surfaces irriguées.
les individus et les communautés En irrigation par pompage, le Sénégal a La surface rizicole en MTE pourrait
ont étendu eux-mêmes les surfaces, d’abord privilégié les grands et les quadrupler, en hivernage et en saison
notamment dans les zones périurbai- petits périmètres publics (Diemer et sèche ; le maraı̂chage et la canne à
nes (Payen et Gillet, 2007). Les inves- van der Laan, 1987), même si le casier sucre devraient aussi se développer.
tissements réalisés par des urbains aisés sucrier privé de la CSS s’est installé dès Avec les projets de nouveaux barrages
s’accélèrent et provoquent parfois des le début des années 1970 ; depuis le hydroélectriques, la régulation du
conflits fonciers avec les villageois milieu des années 2000, il a mis en fleuve écrêtera les crues et soutiendra
(Ouedraogo, 2003). place, dans le delta, un partenariat l’étiage ; les surfaces cultivées en décrue
On observe de fortes différences de public-privé, qui prend plus la forme ou en submersion libre devraient alors
développement de l’irrigation selon d’une coexistence que d’un réel parte- régresser, tandis que l’irrigation pourrait

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 27


rendements peuvent dépasser 5 t/ha/
culture, avec une double culture dans
Bas-fonds certains casiers. Les paysans bénéfi-
5% ciant d’une bonne maitrise de l’eau
ont ainsi notablement amélioré leurs
rendements ces dernières années
Grand public (IPTRID, 2004 ; Inocencio, 2007),
Submersion 20 % notamment à l’Office du Niger où
contrôlée le rendement du riz est passé de
16 % 1,5-2 t/ha en 1985 à 5-6 t/ha en 2000,
avec une double culture sur une partie
des surfaces (Bonneval et al., 2002).
Mais ces progrès sont souvent très
Petit public liés aux conditions locales : politiques
8% publiques, projets, etc. Les causes les
plus fréquentes de ces progrès sont
la fonctionnalité des aménagements,
l’apprentissage progressif de l’irriga-
tion, une meilleure commercialisation
et/ou organisation des producteurs
Culture (Abernethy et Sally, 1999 ; Legoupil
de décrue Petit individuel et al., 1999 ; Bonneval et al., 2002 ;
25 % 15 % Petit collectif Bethemont, 2003 ; IPTRID, 2004 ;
2% Poussin et al., 2005).
Les revenus des paysans en MTE, qui
ne prennent en général pas en compte
l’amortissement des aménagements,
sont plus élevés que ceux obtenus
Grand Petit en pluvial dans les mêmes zones.
agro-industriel agro-industriel L’irrigation constitue donc un moyen
3% 6% efficace pour réduire la pauvreté,
même si, de fait, les systèmes d’activité
paysans associent très souvent plu-
Figure 1. Part des surfaces des différents systèmes d'irrigation au Sahel (ARID, 2004).
sieurs systèmes de culture (irrigué,
Figure 1. Proportion of irrigation systems areas in the Sahel (ARID, 2004).
pluvial, décrue), élevage et activités
extra-agricoles, notamment migratoi-
res (Coulibaly et al., 2006 ; Vidal et al.,
encore se développer en saison sèche Performances 2006 ; Dillon, 2008 ; Nkonya et al.,
(Zwarts et al., 2005). On assisterait ainsi, 2008 ; Adamczewski et al., 2011 ;
pour le fleuve Niger, à un transfert de
potentiel productif, à l’intérieur même
techniques Bélières et al., 2011).
Augmenter les performances techni-
du Mali, du delta vif vers l’Office du et économiques ques des cultures irriguées reste encore
Niger. Toutefois, le développement de possible, puisqu’en riziculture le
l’irrigation dans ce pays a aussi des potentiel est supérieur à 8 t/ha. D’ail-
conséquences internationales impor- On dispose de nombreuses données leurs, un nombre croissant de rizicul-
tantes : d’une part, il dépend en partie (rendements, coûts de production, teurs récolte plus de 7 t/ha de paddy
des aménagements qui seront faits en revenus, etc.) sur la riziculture en (IPTRID, 2004). Les auteurs s’accordent
amont, en Guinée ; d’autre part, il aura MTE (IIMI, 1997 ; Sally, 1997 ; pour dire qu’il n’y a pas de solution
un impact, en aval, sur la disponibilité Ducrot et al., 2002 ; Rigourd et al., technique standard, mais plutôt une
en eau pour le Niger et le Nigeria, qui 2002 ; ARID, 2004 ; IPTRID, 2004 ; synergie entre avancées techniques,
s’en sont inquiétés. Même si, pour Frenken, 2005 ; Inocencio et al., organisationnelles et sociales (Abernethy
l’instant, l’ABN donne encore peu lieu 2007 ; Bélières, 2011). Les performan- et Sally, 1999 ; Legoupil et al., 1999 ;
à des affrontements ouverts entre les ces sont très variables selon les casiers Poussin et Boivin, 2002 ; Poussin et al.,
différents États intéressés, l’exemple de (tableau 3) ; elles sont souvent infé- 2005 ; Vandersypen et al., 2006). Le
l’Organisation pour la mise en valeur du rieures aux prévisions des études de manque d’expérience des irrigants en
Fleuve Sénégal (OMVS) montre que les faisabilité et les taux de rentabilité matière d’organisation des groupements
enjeux sur l’irrigation et l’hydroélectri- interne restent modestes (ABN, 2007). d’irrigation, de distribution de l’eau,
cité peuvent amener certains États à En termes agronomiques, le degré de d’entretien des infrastructures, d’appro-
faire pression pour limiter le dévelop- maı̂trise de l’eau influence fortement visionnement en matériels et en intrants
pement de leurs voisins. Or, la région le rendement des rizières (tableau 3). ou de commercialisation, reste un frein
compte 25 cours d’eau transfrontaliers Il est difficile de dépasser 2,5 t/ha de puissant. Il est en partie dû au transfert,
(Niasse, 2004). paddy en MPE alors qu’en MTE, les assez brutal et sans concertation, de

28 Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011


Tableau 3. Quelques performances technico-économiques des 9 types de systèmes irrigués.
Table 3. Some levels of performance of the 9 irrigated systems.

Type de système Investissement Rendements Prélèvements bruts Productivité de l'eau


(F CFA/ha) paddy (t/ha) m3/ha/campagne (kg paddy/m3)
(1) (2) (rapport 1/2)

Office du Niger hivernage 5à6 25 000 0,20


> 5 000 000
Office du Niger saison sèche 4à5 87 000 0,08
rimètres publics
Petits pe < 2 000 000 3à5 13 000 0,23 à 0,38
rimètres irrigue
Pe s villageois < 500 000 5,5 ? ?
rimètres prive
Petits pe s Mali  2 000 000 5.5 ? ?
e Mopti
Submersion contrôle 0,8 à 2,5 5 400 0,15 à 0,46
400 000 à 600 000
e Se
Submersion contrôle gou 0,8 à 2,5 9 000 0,08 à 0,27

Bas-fonds < 1 000 000 0,5 à 2 6 000 0,25

Source : ARID, 2004 ; ABN, 2007 ; Vandersypen et al., 2006. 655, 96 F CFA = 1 euro.

responsabilités depuis les sociétés d’excellent fourrage, ce qui, en termes échappent largement aux statistiques,
d’État vers les producteurs (Abernethy énergétiques, correspond à une per- parce qu’elles ne concernent souvent
et Sally, 1999 ; Jamin et al., 2005). Si, à formance supérieure à celle de la que de petites surfaces. De plus, elles
l’Office du Niger ce transfert est plutôt riziculture inondée (Marie et al., 2007). sont fréquemment entreprises par les
considéré comme un succès (Bonneval, En termes économiques, la compéti- jeunes et les femmes, et pas seulement
2002 ; Coulibaly et al., 2006), il s’est tivité de la riziculture irriguée est par les chefs de famille qui sont en
ailleurs révélé décevant, comme dans la l’objet de nombreux débats (Faivre général les seuls considérés comme
vallée du Sourou (Bethemont et al., Dupaigre et al., 2004). Si les faibles agriculteurs par les organisations pro-
2003), et reste souvent problématique taxes à l’importation dans la zone de fessionnelles et l’Administration. Enfin,
pour la gestion de l’eau, même à l’Office l’Union économique et monétaire le suivi agricole dans les pays sahéliens
du Niger (Vandersypen et al., 2008). Le ouest-africaine (UEMOA) et la suréva- concerne essentiellement les céréales
renforcement des compétences des luation du franc CFA (arrimé à l’euro) – stratégiques pour leur sécurité ali-
producteurs dans les différentes fonc- pénalisent la production rizicole mentaire et dont les offices de déve-
tions que requiert l’irrigation reste à locale, les évolutions inquiétantes loppement contrôlaient autrefois
développer (Legoupil et al., 1999 ; du marché mondial poussent les pays étroitement la commercialisation –
Compaoré et al., 2002 ; Vidal et al., sahéliens à rechercher la sécurité ainsi que les cultures industrielles
2006). Les difficultés de gestion des alimentaire. Celle-ci est quasiment comme le coton.
périmètres collectifs, mais aussi la atteinte au Mali, où la riziculture L’arboriculture fruitière se développe
recherche de nouveaux investisseurs, irriguée profite de l’absence de coûts partout dans les bas-fonds (Ahmadi et
poussent les bailleurs de fonds et les de pompage et de coûts de mécanisa- Teme, 1998), mais plus sous la forme de
pays à privilégier l’irrigation indivi- tion peu élevés (en raison du choix plantations de bordure de bas-fonds
duelle ou agro-industrielle (Banque historique, favorisé par l’enclavement, que de grands vergers irrigués. La
mondiale, 2009 ; Brondeau, 2011). de la traction animale et de la fabrica- canne à sucre est cultivée en régie
En submersion contrôlée, les perfor- tion locale des outils), ainsi que des par de grandes entreprises maintenant
mances sont mitigées (République coûts d’acheminement élevés du riz toutes privatisées, au Mali, au Sénégal
du Mali, 2009), même si l’utilisation importé depuis les ports de Dakar et au Burkina Faso. Mais elle con-
croissante de barrages seuils ou de et Abidjan. Elle est plus difficile à somme beaucoup d’eau, en particulier
motopompes permet de corriger les atteindre ailleurs, notamment au Séné- en saison sèche. Elle est aussi peu
faibles crues. Grâce à cette meilleure gal où il y a pourtant peu d’alternatives compétitive au niveau mondial (Faivre
maı̂trise de l’eau, la production agri- à la culture irriguée pour répondre Dupaigre et al., 2004), ce qui menace
cole pourrait être concentrée sur une localement à la demande urbaine une agro-industrie fortement pour-
surface plus réduite en préservant en riz. voyeuse d’emplois salariés. Cela amène
ainsi les pâturages et la biodiversité Même si le riz est de loin la culture les États à protéger leur marché. Le
en bordures des fleuves et des bas- irriguée la plus répandue, les autres différentiel de prix avec le marché
fonds. Les pâturages inondés, par cultures irriguées (de diversification mondial entraı̂ne alors un important
exemple les bourgoutières, peuvent par rapport au riz) progressent. Mais, commerce transfrontalier illégal, par
produire 20 à 30 t/ha de matière sèche à l’exception de la canne à sucre, elles exemple entre la Mauritanie et le

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 29


Sénégal. La canne à sucre connaı̂t ces À plus ou moins court terme, l’aug- d’eau, sont vulnérables aux risques de
dernières années un regain d’intérêt, mentation du prix mondial de l’énergie dégâts provoqués par les crues. De
du fait de grands projets de production se répercutera sur le coût des pompa- même, les aménagements de bas-
de bioéthanol, en particulier au Mali, ges, thermiques ou électriques. Dans fonds, encore moins élaborés, sont
mais leur intérêt économique, écolo- un premier temps, les interconnexions vulnérables aux aléas naturels.
gique et social est fortement discuté en cours entre pays sahéliens et pays Pour que l’irrigation soit durable, il ne
(Brondeau, 2011). côtiers devraient permettre aux pre- faut pas qu’elle engendre de dégrada-
L’avenir du maraı̂chage irrigué appa- miers de bénéficier de ressources tion à l’environnement et, en premier
raı̂t plus prometteur, puisque l’urba- énergétiques moins coûteuses, comme lieu, aux sols. En effet, les plus grands
nisation des pays sahéliens et de leurs le gaz naturel. Mais ces énergies fossiles dangers, communs à la plupart des
voisins côtiers augmente fortement la s’épuiseront à moyen terme. Les nou- zones arides, sont la salinisation et
demande (Direction générale des veaux barrages hydroélectriques pro- l’alcalinisation des sols (Umali, 1993).
prévisions et des statistiques agricoles grammés devraient pouvoir fournir de Ces risques concernent ainsi aussi bien
[DGPSA], 2004 ; Faivre Dupaigre et al., l’énergie à meilleur marché. Ils sont de grands aménagements comme
2004). Bien que pratiqué en saison utilisés en priorité pour alimenter les ceux de l’Office du Niger et du delta
sèche, il nécessite moins d’eau que la grandes villes, mais on constate aussi du Sénégal, que des périmètres de
riziculture ; il génère des revenus que le pompage s’électrifie dans les taille plus modeste comme ceux situés
importants, améliore l’état nutritionnel périmètres irrigués dès que cela est au Niger (Poussin et Boivin, 2002 ;
des familles et fait vivre un grand possible. L’électricité d’origine solaire, Marlet et N’Diaye, 2002 ; Barbiero
nombre d’intermédiaires, notamment qui pourrait être utilisée pour les petites et al., 2005). Une solution est d’amé-
des femmes (Direction générale des stations de pompage isolées, l’est liorer le drainage pour évacuer les
prévisions et des statistiques agricoles encore très peu, malgré un potentiel sels. Mais cela impose d’aménager un
[DGPSA], 2004). Cependant, les mar- naturel élevé, du fait de coûts d’inves- réseau de drainage fonctionnel, voire
chés sont régulièrement saturés car la tissement hors de portée des acteurs d’installer une station d’exhaure
demande reste limitée et les légumes locaux et d’une fiabilité encore faible lorsque l’irrigation est gravitaire. Les
sont difficiles à conserver et fragiles à en conditions difficiles (Betaleb, 2004). petits périmètres ne sont pas épargnés
transporter sur de longues distances, à par ce type de problème, même s’ils
l’exception des oignons et de la sont souvent situés sur des sols de
pomme de terre qui font ainsi l’objet bourrelet de berge ou de terrasse, plus
d’exportations vers les pays côtiers du Performances filtrants (Marlet et al., 1996).
golfe de Guinée, dont le climat est Les impacts de l’irrigation sur les zones
moins favorable à ces productions. La sociales et durabilité humides naturelles constituent un
main-d’œuvre nécessaire et le coût des autre problème environnemental de
cultures (semences, engrais, produits Les performances des périmètres irri- plus en plus sensible. En effet, les
phytosanitaires) sont aussi pénali- gués ne peuvent pas être uniquement systèmes en MPE occupent les cuvettes
sants. Le maraı̂chage, qui devrait se jugées en termes techniques et éco- humides et les transforment radicale-
développer à moyen terme avec nomiques. Nous avons choisi quel- ment. En revanche, les petits périmè-
l’urbanisation, reste donc une solution ques indicateurs qui permettent aussi tres en MTE sont situés le plus souvent
encore limitée en termes de surfaces. d’illustrer le niveau de participation en bordure des cuvettes et ont donc
C’est un secteur à risque pour les sociale, de dynamique de développe- moins d’impact. Les barrages construits
paysans du fait de la saturation des ment et de durabilité des différents pour réguler les fleuves inondent des
marchés locaux et des entraves à la types d’irrigation (tableau 4). Les zones humides en amont et diminuent
libre circulation des marchandises, périmètres en MTE nécessitent une l’amplitude des crues en aval. Mais
accentuées par les passages de fron- forte participation et coordination des ces barrages ayant le plus souvent la
tières, qui sont la cause de fortes usagers pour gérer un calendrier production hydroélectrique comme
fluctuations de prix (Rigourd et al., d’irrigation et assurer l’entretien des fonction principale et prioritaire, on
2002). canaux. Assurer cette gestion est plus ne peut rendre l’irrigation seule res-
Les problèmes de transport expliquent facile sur les périmètres individuels. ponsable de leurs impacts environne-
aussi que les périmètres irrigués Les périmètres en MPE nécessitent mentaux,
sahéliens, souvent éloignés des gran- moins d’entretien et aucun tour d’eau ; Enfin, les différents aménagements
des villes, n’aient pas vu se développer ils requièrent donc peu ou pas hydroagricoles sont également porteurs
une production laitière intensive repo- d’action collective. de risques sanitaires puisqu’ils favori-
sant sur des fourrages irrigués, comme La durabilité de certains aménage- sent la prolifération de vecteurs de
cela a été le cas au Maroc (Sraı̈ri et al., ments est problématique : faute diverses maladies (paludisme, schisto-
2011). Ils ont en revanche permis, à d’entretien courant suffisant, grands somiase, etc.). En contrepartie, l’irriga-
travers la disponibilité de sous-pro- ou petits aménagements en MTE tion engendre une amélioration du
duits comme la paille et le son de riz, la doivent être régulièrement réhabilités. niveau de vie, ce qui permet de limiter
survie (dans les années 1983-984), Néanmoins, la taille influence cet ces risques à condition de mettre
puis le développement, d’un élevage entretien car, pour les grands aména- en œuvre des programmes de lutte
d’embouche et d’une production gements, les gestionnaires le confient adaptés au nouveau contexte irrigué
laitière à commercialisation locale souvent à des entreprises. Les aména- (Audibert et Etard, 2002 ; Parent
(Duteurtre et al., 2010). gements en MPE, proches des cours et al., 2002 ; Boelee et al., 2009), dont

30 Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011


Tableau 4. Évaluation qualitative à dire d'experts d'indicateurs sociaux et de durabilité pour différents
systèmes irrigués au Sahel.
Table 4. Expert-based qualitative evaluation of social and sustainability indicators for different irrigated systems in the Sahel.

Type de système Participation Dynamique Durabilité Problèmes Impact zones Ravageurs


des usagers actuelle infrastructures de sols humides

rimètre irrigue
Pe  public + ++ - + + ++
grand ou moyen
rimètre irrigue
Pe  villageois public ++ + - = ++ ++
rimètre irrigue
Petit pe  ++ = + = ++ ++
communautaire
rimètre irrigue
Petit pe  individuel ++ ++ ++ = + ++
rimètre
Petit ou moyen pe ++ ++ ++ = + ++
 commercial
irrigue

Grand perimètre irrigue


 ++ ++ = = ++ ++
agro-industriel
crue
De = - - = = ++
e
Submersion contrôle + - - = ++ +
en bord de fleuve

Bas-fonds en submersion + ++ = + ++ +
e
contrôle

++ : très important ; + : important ; = moyen ; - : faible ; – : très faible.

l’impact environnemental doit aussi de grands projets, mais peu se sont des considérations non agricoles,
être pris en compte. concrétisés pour l’instant : entre effets comme les besoins urgents de la
d’annonce, accaparement des terres et sous-région en énergie. La régulation
jeux politiques, leur concrétisation des débits opérée par les barrages
dans une production effective reste hydroélectriques de Manantali sur le
Conclusion problématique. Sénégal et de Sélingué sur le Niger, se
L’avenir des systèmes irrigués sahéliens renforcera et favorisera l’extension de
Les systèmes irrigués du Sahel recou- est encore incertain, mais de grandes l’irrigation en saison sèche. Elle va aussi
vrent un ensemble très varié de lignes se dessinent. Les grands périmè- contribuer à faire reculer les cultures et
pratiques d’aménagement et de mise tres connaissent de nouvelles évolu- les pâturages de décrue, déjà affectés
en valeur. Avec les évolutions clima- tions, notamment au Sénégal et au Mali, par les évolutions climatiques. La
tiques et les aménagements en cours, avec le développement de l’agro- nature et l’importance des investisse-
les formes de maı̂trise de l’eau les industrie. Les petits périmètres privés ments dans l’irrigation annoncés par
plus coûteuses en investissement, en sont aussi en pleine extension, sponta- certains pays vont être déterminan-
intrants et en travail vont être favori- nément et avec l’appui des gouverne- tes : orientation vers des cultures
sées, tandis que les valorisations ments et de la Banque mondiale énergétiques (bioéthanol à partir de
traditionnelles de l’eau, plus extensi- (Sonou et Abric, 2010). Les modèles à la canne à sucre, pourghère) ou vers
ves, devraient continuer à reculer. Si le faible maı̂trise de l’eau régressent des cultures alimentaires, et dans ce
choix de la riziculture, fortement partout : la culture de décrue est peu dernier cas, destinées au marché local
consommatrice d’eau, a souvent été à peu remplacée par des formes ou à la sécurité alimentaire des pays
critiqué, les solutions alternatives res- d’irrigation ; l’irrigation en maı̂trise investisseurs ?
tent cependant limitées en termes de partielle de l’eau en bordure des L’avenir de l’irrigation au Sahel sera
marchés. Seul le maraı̂chage de saison fleuves stagne ou régresse. En revan- d’abord porté par les dynamiques
sèche a pris une part significative en che, la culture des bas-fonds se déve- rurales, car les agricultures familiales
termes de revenus et d’emploi, mais il loppe fortement, surtout dans les zones assurent encore la quasi-totalité de la
ne couvre encore que de petites de savanes, aussi bien en hivernage production céréalière et maraı̂chère
surfaces et les marchés sont encore (riziculture inondée) qu’en saison irriguée. Mais il va aussi être déterminé
étroits et soumis à des difficultés de sèche (maraı̂chage sur nappe). par de puissants changements en
transport importantes. La canne à Les choix futurs d’aménagements cours : forte croissance urbaine indui-
sucre et les biocarburants font l’objet hydrauliques sont surtout guidés par sant des demandes alimentaires en

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 31


augmentation rapide et qui évolue Ouagadougou : ARID. http://www.arid-afrique. Discussion Paper 782. Washington (DC) : IFPRI.
org/IMG/pdf/Typologie_des_systemes_irrigues_AO_. http://www.ifpri.org/sites/default/files/publications/
vers une plus grande consommation pdf. ifpridp00782.pdf.
de fruits, de légumes et de produits
animaux – lait et viande (Paillard et al., Audibert M, Etard JF, 2002. Bénéfices économi-
ques d'un investissement en santé au Mali. Cah
Diouf J, 2008. Discours d'ouverture de la confé-
rence « L'eau pour l'agriculture et l'énergie en
2010) ; déficits énergétiques très Agric 11 : 75-80. Afrique : les défis du changement climatique »,
importants poussant à l’aménagement Syrte (Libye), 15-17 décembre 2008. http://www.
Barbier EB, Thompson JR, 1998. The value of fao.org/news/story/fr/item/8954/icode/.
et à la régulation des fleuves (Niasse, water: floodplain versus large-scale irrigation bene-
2004) ; acquisitions foncières massives fits in Northern Nigeria. Ambio 27 : 434-40. Ducrot R, Zaslavsky J, Magassa H, 2002. Dyna-
par de grandes sociétés privées et des mismes et contraintes du développement de la
Barbiero L, Mohamedou AO, Roger L, Furian S, petite irrigation, cas du delta intérieur du Niger. In :
États étrangers (Brondeau, 2011) ; et Aventurier A, Rémy JC, et al., 2005. The origin of Orange D, Arfi R, Kuper M, Morant P, Poncet Y, eds.
enfin changements climatiques, dont vertisols and their relationship to acid sulfate soils in Gestion intégrée des ressources naturelles en zones
l’orientation pluviométrique reste très the Senegal valley. Catena 59 : 93-116. tropicales inondables. Paris : IRD éditions.
incertaine au Sahel, où les très fortes Bélières JF, Hilhorst T, Kébé D, Keïta MS, Keïta S, Duteurtre G, Alary V, Ancey V, Corniaux C, Dieye
irrégularités interannuelles sont difficile- Sanogo O, 2011. Irrigation et pauvreté : le cas de PN, Gautier D, Ninot O, Vatin F, 2010. Accès aux
l'Office du Niger au Mali. Cah Agric 20 : 144-9. marchés et développement de l'élevage en
ment prévues par les modèles (Hulme doi : 10.1684/agr.2011.0473. Afrique : la construction sociale des liens mar-
et al., 2001), tandis que le recul de la chands. Quatrièmes journées Sciences sociales
Betaleb N, 2004. L'électrification rurale décentra-
végétation arborée au profit des cultures lisée dans le Sud. VertigO 5. http://vertigo.revues.
SFER-INRA-CIRAD, Rennes, 9-10 décembre 2010.
http://www.sfer.asso.fr/content/download/3696/
augmente les volumes écoulés et la org/3910. 32875/file/B4%20-%20Duteurtre%20et%20al%
précocité des crues (Mahé, 2006). La Bethemont J, Faggi P, Zoungrana T, 2003. La vallée
20final.pdf
capacité des petits paysans, disposant du Sourou, Genèse d'un territoire hydraulique dans Faivre Dupaigre B, Baris P, Liagre L, 2004. Étude sur
d’un capital très faible, à maintenir et l'Afrique soudano-sahélienne. Paris : L'Harmattan. la compétitivité des filières agricoles dans l'espace
développer leur activité irriguée dans ce Boelee E, Cecchi P, Kone A, 2009. Health impacts
UEMOA. Ouagadougou : UEMOA.
contexte, favorable en termes de mar- of small reservoirs in Burkina Faso. IWMI Working Frenken K, ed, 2005. L'irrigation en Afrique en
chés mais de plus en plus concurrentiel Paper 136. Colombo (Sri Lanka) : IWMI. chiffres. Enquête Aquastat 2005. Rome : FAO.
et risqué, dépendra en grande partie des Bonneval P, Kuper M, Tonneau JP, 2002. L'Office Gallais J, 1984. Hommes du Sahel, espace-temps
politiques agricoles, énergétiques et du Niger grenier à riz du Mali : Succès économi- et pouvoir, le delta intérieur du Niger. Paris :
ques, transitions culturelles et politiques de déve-
foncières que mettront en œuvre leurs loppement. Montpellier ; Paris : Cirad éditions ;
Flammarion.
gouvernements, mais aussi des moyens Karthala. Guillaume M, 1960. Les aménagements hydro-
financiers que les grandes institutions Boutillier JL, Cantrelle P, Causse J, Laurent C,
agricoles de riziculture et de culture de décrue dans
la vallée du Niger. Agro Trop 15 : 73-91, 133-187,
internationales (gouvernementales et N'Doye T, 1962. La moyenne vallée du Sénégal. 273-319, 390-413.
non gouvernementales) pourront mobi- Etude socio-économique. Paris : PUF.
liser pour permettre à ces politiques de Haefele SM, Wopereis MCS, Donovan C, Maubuis-
Brondeau F, 2011. L'agrobusiness à l'assaut des son J, 2001. Improving the productivity and
rester orientées, au moins en partie, vers terres irriguées de l'Office du Niger (Mali). Cah Agric profitability of irrigated rice production in Maurita-
les petits paysans et les différentes 20 : 136-43. doi : 10.1684/agr.2011.0472. nia. Europ J Agronomy 14 : 181-96.
formes d’irrigation qu’ils pratiquent. & Carney JA, 2001. Black rice : the African origins Hulme M, Doherty R, Ngara T, New M, Lister D,
of rice cultivation in the Americas. Cambridge 2001. African climate change : 1900-2100. Clim
(Massachusetts) : Harvard University Press. Res 17 : 145-68.
Références Carney JA, 2003. The African antecedents of IIMI, 1997. Projet management de l'irrigation au
Uncle Ben in U.S. rice history. Journal of Historical Niger : rapport final de synthèse. Niamey : IIMI.
Abernethy CL, Sally MH, 1999. Experiences of Geography 29 : 1-21. http://publications.iwmi.org/pdf/H05369.pdf.
some government-sponsored organisations of irri-
CILSS, 2010. Déclaration des chefs d'État et de
gators in Niger and Burkina Faso, West Africa. In : Inocencio A, Kikuchi M, Tonosaki M, Maruyama A,
gouvernement du CILSS relative à la coalition
Abernethy CL, Heim F, eds. Irrigators' organisa- Merrey D, Sally H, et al., 2007. Costs and
mondiale sur l'eau au Sahel. N'Djamena. http://
tions : Government actions towards effective performance of irrigation projects : a comparison
www.cilss.bf/IMG/pdf/declaration_cetat.pdf.
irrigators' organisations. Feldafing (Germany) : of sub-Saharan Africa and other developing
German Foundation for International Development. Compaoré ML, Blanchet B, Rigourd C, Hermiteau I, regions. IWMI Research Report 109. Colombo
2002. Vers une professionnalisation des fonctions (Sri Lanka) : IWMI.
ABN, 2007. Élaboration du Plan d'Action de
hydrauliques des périmètres irrigués en Afrique
Développement Durable. Phase 2 : schéma direc- IPTRID, 2004. Identification et diffusion de bonnes
de l'Ouest. Sud Sciences et Technologies (28) :
teur d'aménagement et de gestion. Niamey : ABN. pratiques sur les périmètres irrigués en Afrique de
28-40.
http://www.cru-bn.org.ml/dossiers/A%20Pages% l'Ouest. Rome : FAO.
20de%204543_PADD_Phase%202_FR_v2.pdf. Coulibaly YM, Bélières JF, Koné Y, 2006. Les
exploitations agricoles familiales du périmètre Jamin JY, 1994. De la norme à la diversité :
Adamczewski A, Hertzog T, Dosso M, Jouve P, l'intensification rizicole face à la diversité paysanne
Jamin JY, 2011. L'irrigation peut-elle se substituer irrigué de l'Office du Niger au Mali : évolutions et
perspectives. Cah Agric 15 : 562-9. doi : 10.1684/ dans les périmètres irrigués de l'Office du Niger.
aux cultures de décrue ? La dépression du lac Horo Thèse de doctorat, Paris, INA-PG. http://tel.archi-
(Nord Mali). Cah Agric 20 : 97-104. doi : 10.1684/ agr.2006.0024.
ves-ouvertes.fr/tel-00408411/fr/.
agr.2011.0469. Direction générale des prévisions et des statistiques
agricoles (DGPSA), 2004. Formulation d'une Jamin JY, Bisson P, Fusillier JL, Kuper M, Maraux F,
Ahmadi N, Teme B, eds, 1998. Aménagement et
méthodologie pour l'enquête maraîchère au Burkina Perret S, et al., 2005. La participation des usagers à
mise en valeur des bas-fonds au Mali. Bilan et
Faso. Campagne 2004-2006. Ouagadougou : la gestion de l'irrigation : des mots d'ordre aux
perspectives nationales, intérêt pour la zone de
ministère de l'Agriculture, de l'Hydraulique et des réalités dans les pays du Sud. Colloque Irrigation et
savane ouest-africaine. Actes du séminaire de
Ressources halieutiques. http://www.insd.bf/fr/ développement durable, 2005-05-19, Paris. Les
Sikasso, Mali, 21-25 octobre 1996. Montpellier :
IMG/pdf/Enquete_maraichere_2004-2007.pdf. colloques de l'Académie d'agriculture de France
Cirad éditions.
91 : 65-83.
Aquastat, 2010. http://www.fao.org/nr/water/ Diemer G, van der Laan E, 1987. L'irrigation au
aquastat/main/indexfra.stm. Sahel. Paris ; Wageningen : Karthala ; CTA. Janin P, 2010. La lutte contre l'insécurité alimen-
taire au Sahel : permanence des questionnements
ARID, 2004. Typologie des systèmes irrigués Dillon A, 2008. Access to irrigation and the escape et évolution des approches. Cah Agric 19 : 177-84.
en Afrique de l'Ouest sahélienne. Projet Appia. from poverty. Evidence from Northern Mali. IFPRI doi : 10.1684/agr.2010.0393.

32 Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011


Keïta N, Bélières JF, Sidibé, 2002. Extension de la Payen J, Gillet V, 2007. L'irrigation informelle en nes et développement local : leçons à partir du cas
zone aménagée de l'Office du Niger : exploitation Afrique de l'Ouest. Une solution ou un problème ? du Delta du fleuve Sénégal. Torino (Italia) :
rationnelle et durable des ressources naturelles au Issue paper. Rome : IPTRID. L'Harmattan Italia.
service d'un enjeu national de développement. In :
Orange D, Arfi R, Kuper M, Morant P, Poncet Y, eds. Poussin JC, Boivin P, 2002. Performances des Shettima KA, 1997. Ecology, identity, develop-
Gestion intégrée des ressources naturelles en zones systèmes rizicoles irrigués sahéliens. Cah Agric mentalism and displacement in northern Nigeria.
tropicales inondables. Paris : IRD éditions. 11 : 65-73. Journal of Asian and African Studies 32 : 66-80.

Legoupil JC, Dancette P, Maïga IM, N'Diaye KM, Poussin JC, Diallo Y, Legoupil JC, Sow A, 2005. Sonou M, Abric S, 2010. Capitalisation d'expé-
1999. Pour un développement durable de l'agri- Increase in rice productivity in the Senegal River riences sur le développement de la petite irrigation
culture irriguée dans la zone soudano-sahélienne : valley due to improved collective management of privée pour des productions à haute valeur ajoutée
synthèse des résultats du pôle régional de recher- irrigation schemes. Agron Sustain Dev 25: 225-36. en Afrique de l'Ouest. Arnhem (Pays-Bas) : Prac-
che sur les systèmes irrigués. Dakar (Sénégal) : PSI/ tica ; Banque mondiale. http://www.practica.org/
Raes D, Sy B, Feyen J, 1994. Water use in rice wp-content/uploads/services/publications/Back-
CORAF. schemes in the Senegal River Delta and Valley. ground%20documents/small%20scale%20irrigation
Lemoalle J, de Condappa D, 2009. Atlas de l'eau du Irrigation and Drainage Systems 9 : 117-28. %20study%20world%20bank/SSI%20study%
bassin de la Volta. Colombo ; Marseille : CPWF ; République du Burkina Faso, 2008. Rapport natio- 20Rapport%20final%20%20-%20SA310810.pdf.
IRD éditions. nal d'investissement. Burkina Faso. Conférence sur Sraïri MT, Kuper M, Le Gal PY, 2011. Accompa-
Mahé G, 2006. The impact of land-use/land-cover l'eau pour l'agriculture et l'énergie en Afrique : les gnement d'exploitations laitières pour mieux valori-
change and climate variability on the hydrology of défis du changement climatique, Syrte (Libye), 15- ser l'eau d'irrigation dans la plaine du Tadla au Maroc.
the Sahel. In : Demuth S, Gustard A, Planos E, 17 décembre 2008. http://www.sirtewaterande- Cah Agric 20 : 60-6. doi : 10.1684/agr.2010.0462.
Scatena F, Servat E, eds. Climate variability and nergy.org/docs/reports/BurkinaFaso-Rapport2.pdf.
change – Hydrological impacts. Proceedings of the Turral H, Svendsen M, Faures JM, 2010. Investing
République du Mali, 2009. Bilan de la campagne in agriculture : reviewing the past and looking to the
Fifth FRIEND World Conference. Publ. AISH 308. agricoles de l'initiative riz (2008-2009). Synthèse.
Wallingford (Great Britain) : AISH. future. Agr Water Manage 97 : 551-60.
Bamako : Primature. http://www.primature.gov.
Marie J, Morant P, N'Djim H, eds, 2007. Avenir du ml/images/bilan_initiative_riz_synthese.doc. Umali DL, 1993. Irrigation-induced salinity : a
fleuve Niger. Paris : IRD éditions. growing problem for development and the environ-
République du Mali, 2008. Rapport national ment. World Bank Techn Paper 215. Washington
Marlet S, N'Diaye MK, 2002. La fertilité des sols. d'investissement. Mali. Conférence sur l'eau pour (DC) : World Bank.
Des risques d'alcalinisation liés à l'irrigation et aux l'agriculture et l'énergie en Afrique : les défis du
pratiques culturales. In : Kuper M, Tonneau JP, changement climatique, Syrte (Libye), 15-17 Vandersypen K, Bengaly K, Keita ACT, Sidibé S,
Bonneval, eds. L'Office du Niger, grenier à riz du décembre 2008. http://www.sirtewaterandenergy. Raes D, Jamin JY, 2006. Irrigation performance at
Mali : succès économiques, transitions culturelles org/docs/reports/Mali-Rapport2.pdf. the tertiary level in the rice schemes of the Office du
et politiques de développement. Montpellier : Cirad Niger (Mali) : Adequate water delivery through
République du Niger, 2008. Rapport national over-supply. Agr Water Manage 83 : 144-52.
éditions. d'investissement. Niger. Conférence sur l'eau pour
Marlet S, Vallès V, Barbiero L, 1996. Field study l'agriculture et l'énergie en Afrique : les défis du Vandersypen K, Bastiaens L, Traoré A, Diakon B,
and simulation of geochemical mechanisms of soil changement climatique, Syrte (Libye), 15-17 décembre Raes D, Jamin JY, 2008. Farmers' motivation for
alkalinization in the sahelian zone of Niger. Arid Soil 2008. http://www.sirtewaterandenergy.org/docs/ collective action in irrigation : a statistical approach
Research and Rehabilitation (10) : 243-56. reports/Niger-Rapport2.pdf. applied to the Office du Niger in Mali. Irrigation and
Drainage 57 : 139-50.
Niasse M, 2004. Prévenir les conflits et promouvoir Rigourd C, Hermiteau I, Nepveu de Villemarceau A,
la coopération dans la gestion des fleuves trans- Vidal A, 2002. La riziculture irriguée en Afrique Venot JP, Cecchi P, 2011. Valeurs d'usage ou
frontaliers en Afrique de l'Ouest. VertigO 5. http:// sahélienne : rompre avec le pessimisme. Cah Agric performances techniques : comment apprécier le
vertigo.revues.org/3979. 11 : 59-5. rôle des petits barrages en Afrique subsaharienne ?
Rosegrant MW, Cline SA, 2003. Global food Cah Agric 20 : 112-7. doi : 10.1684/agr.2010.0457.
Nkonya E, Philip D, Mogues T, 2008. From the
security : challenges and policies. Science 302 : Vidal A, Préfol B, Tardieu H, Fernandez S, Platey J,
ground up : Impacts of a Pro-poor community-
1917-9. Darghouth S, 2006. Public-private partnership in
driven development project in Nigeria. Discussion
Paper 756. Washington (DC) : IFPRI. Sally H, 1997. Améliorer les performances des irrigation and drainage : the need for a professional
périmètres irrigués. Actes du Séminaire régional du third party between farmers and government. In :
Ouedraogo M, 2003. Les nouveaux acteurs et la projet Management de l'irrigation au Burkina Faso. Perret S, Farolfi S, Hassan R. Water governance for
promotion des activités agro-sylvopastorales dans Ouagadougou ; Colombo : IIMI, 1997. sustainable development. Londres : Earthscan.
le sud du Burkina Faso : Faux départ ou inexpé-
rience ? Issue paper. Londres : IIED. Schmitz J, 1993. Anthropologie des conflits Windmeijer PN, Dugué MJ, Jamin JY, van de
fonciers et hydropolitiques du fleuve Sénégal Giesen N, 2002. Présentation des caractéristiques
Paillard S, Treyer S, Dorin B, eds, 2010. Agri- (1975-1991). Cah Sci Hum 29 : 591-623. hydrologiques de la mise en valeur des bas-fonds.
monde. Scénarios et défis pour nourrir le monde en Bouaké : ADRAO.
2050. Versailles : éditions Quae. Seck SM, 2009. Changements institutionnels et
difficultés de développement hydroagricole dans le Zwarts L, van Beukering P, Kone B, Wymenga E,
Parent G, Poda JN, Zagré NM, de Plaen R, Courade Delta du fleuve Sénégal : nouvelles dynamiques et 2005. Le Niger, une artère vitale : gestion efficace
G, 2002. Irrigation, santé et sécurité alimentaire en recompositions autour de l'irrigation. In : Dansero de l'eau dans le bassin du Haut Niger. Totnes (UK) :
Afrique : quels liens ? Cah Agric 11 : 9-15. E, Luzzati ES, Seck M, eds. Organisations paysan- NHBS.

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 33


Étude originale

Dévoiler les réseaux locaux d'innovation


dans les grands périmètres irrigués
Le développement des agrumes dans la plaine du Gharb au Maroc

Zhour Bouzidi1,2 Résumé


El Hassan Abdellaoui1 Au Maroc, le développement et la diffusion des innovations techniques dans les grands
Nicolas Faysse1,3 périmètres irrigués ont longtemps été conçus comme relevant nécessairement de
Jean-Paul Billaud2 politiques dirigistes, ce qui a masqué les initiatives locales des agriculteurs. Une analyse
Marcel Kuper3,4 des réseaux locaux de dialogue et des pratiques de coordination des acteurs a été
Mostafa Errahj1 effectuée, dans le cas de l’introduction des agrumes par les agriculteurs d’une coopérative
1
École nationale d'agriculture de Meknès de la réforme agraire, dans le périmètre irrigué du Gharb. Ces réseaux et ces pratiques sont
BP S/40 apparus comme moteurs d’une innovation autour de laquelle se cristallisent des enjeux à la
Meknès 50000 fois techniques et sociaux, mais aussi de construction identitaire. La mise en évidence de
Maroc ces dynamiques ouvre des pistes pour renouveler les méthodes d’appui aux agriculteurs et
<zhour_bouzidi@yahoo.fr> plus généralement aux communautés rurales.
<elhassanea@aol.com>
<nicolas.faysse@cirad.fr> Mots clés : innovation ; Maroc ; périmètre irrigué ; réseau.
<merrahj@gmail.com>
2 Thèmes : eau ; économie et développement rural ; territoire, foncier, politique agricole et
Universit
e Paris Ouest Nanterre
La Defense alimentaire.
LADYSS
200, avenue de la Re publique
92001 Nanterre cedex Abstract
France Revealing local innovation networks in large-scale irrigation schemes. Citrus
<billaud@u-paris10.fr> development on the Gharb plain in Morocco
3
Cirad The design and diffusion of technical innovations in large-scale irrigation schemes in
UMR G-eau
TA C-90/15 Morocco have generally been understood as necessarily stemming from centralized public
L'Hortus policies. This situation tends to mask farmers’ local initiatives. We analyzed local networks
73, rue JF Breton for innovation and coordination practices among local actors, in the case of the
34398 Montpellier cedex 5 introduction of citrus plantations in an agrarian reform cooperative of the Gharb irrigation
France scheme. These networks and practices appeared as the motor for innovation around which
<kuper@cirad.fr> revolved social and technical stakes and an issue of identity construction. Revealing these
4
IAV Hassan II dynamics provides guidance for renewing the approaches to support farmers and more
Departement de l'eau et des infrastructures generally rural communities.
BP 6202
1, rue Allal Al Fassi Key words: innovation; irrigation schemes; Morocco; networks.
Madinate Al Irfane
10101 Rabat Subjects: economy and rural development; territory, land use, agricultural and food
Maroc production policy; water.

D
ans de nombreux pays en désengagement des États et de concur-
développement, les agricultu- rence croissante sur les marchés agrico-
res familiales sont appelées à les. Le « transfert » du progrès technique
doi: 10.1684/agr.2011.0471

innover et à améliorer leurs pratiques pour moderniser les exploitations agri-


pour s’adapter au contexte de colesa longtemps faitpartiedespriorités

Pour citer cet article : Bouzidi Z, Abdellaoui EH, Faysse N, Billaud JP, Kuper M, Errahj M, 2011.
Dévoiler les réseaux locaux d'innovation dans les grands périmètres irrigués. Cah Agric 20 : 34-9.
doi : 10.1684/agr.2011.0471
Tirés à part : Z. Bouzidi

34 Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011


assignées à l’État. Une telle ambition fut (canne à sucre, betterave, riz). À partir sente l’innovation comme un méca-
particulièrement problématique dans des années 1990, du fait de contraintes nisme complexe fondé sur un réseau
les zones où la gestion centralisée de budgétaires, ces offices ont grande- où les inventeurs mobilisent des alliés,
la production agricole a contribué à ment réduit leurs activités d’appui au des intérêts alignés ou enrôlés et des
fragiliser les solidarités traditionnelles et développement agricole et les assole- objets autour d’une idée ou d’une
les capacités des agriculteurs à agir ments sont devenus libres. L’État ne technique nouvelle contribuant à la
collectivement (Putnam, 1995). joue donc plus un rôle central dans les construction d’un réseau sociotech-
Entre les années 1960 et 1990, l’État systèmes d’innovations qui se mettent nique (Callon, 1986). Cette analyse de
marocain a largement piloté le déve- en place, de plus en plus, dans le cadre réseaux est appliquée dans de nom-
loppement rural en lui consacrant des de réseaux d’innovation plus « hori- breuses études traitant des dynamiques
moyens conséquents et en adoptant zontaux ». Dans le périmètre du Gharb, d’innovation : par exemple, pour
un mode de gestion interventionniste. Poncet et al. (2010) soulignent que, l’étude des apprentissages techniques
Un intérêt particulier fut accordé même pendant la phase d’innovation (Chiffoleau, 2005), pour la mise en
aux grands aménagements hydro- planifiée, les services de vulgarisation œuvre de changements institutionnels
agricoles, considérés comme les piliers n’étaient pas les seuls intermédiaires (Cross et al., 2002) ou pour appréhen-
du développement agricole national dans la circulation des savoirs et der la complexité des motivations et les
(Akesbi et al., 2008). Des dispositifs connaissances. Les agriculteurs ont, effets induits par l’innovation dans le
techniques et institutionnels fortement en effet, constamment su mettre en cas de l’introduction de l’arboriculture
structurés ont donc été mis en place place de nombreuses innovations loca- dans un village du Haut-Atlas au Maroc
pour promouvoir un progrès tech- les en mobilisant différents réseaux (Mahdi, 1993). Nous suivons ici la
nique susceptible d’accroı̂tre rapide- (voisinage, experts locaux. . .). Ces démarche d’Akrich et al. (1988) qui
ment la production agricole. Par leur réseaux peuvent se constituer de façon traitent l’innovation comme une cons-
taille, la complexité de leur gestion et ponctuelle, par exemple pour le pas- truction collective qui, pour être
surtout leur forte exigence en coordi- sage à l’irrigation localisée ou pour reprise, doit intéresser des acteurs de
nation centralisée, les aménagements l’introduction de nouvelles cultures. plus en plus nombreux et s’insérer dans
laissaient peu de place aux commu- Dans cet article, nous analysons la un réseau d’acteurs qui la soutiennent.
nautés locales, considérées comme nature et le rôle des réseaux d’innova- C’est ainsi que nous tenterons d’éluci-
« bénéficiaires » plutôt que partenaires tion associés au développement de la der, non pas le processus de diffusion
dans la prise de décision (Errahj et al., culture des agrumes au sein d’une de l’innovation ni les caractéristiques
2009). Si ce constat concerne tous coopérative issue de la réforme agraire de ses leaders et intermédiaires (Poncet
les grands périmètres irrigués, il est et située dans le Gharb. L’objectif est et al., 2010), mais plutôt la nature des
plus manifeste dans le Gharb où de de caractériser ces réseaux (morpho- réseaux au sein desquels s’est opéré
grands investissements ont été réalisés logie, facteurs d’émergence, motiva- l’intéressement autour de l’innovation,
(114 000 hectares sont actuellement tions) de façon à saisir, au-delà des et d’en saisir les implications dans le
équipés) et où l’intervention de l’État projets individuels, dans quelle mesure contexte local.
marocain a été la plus forte (Le Coz, ceux-ci constituent des « catalyseurs »
1964). pour la production de connaissances
Dans le Gharb, après plusieurs décen- et d’innovations locales et présentent Méthodologie
nies d’expérience, les déceptions des opportunités d’action collective
marquent aujourd’hui le discours de pour le développement agricole ou La coopérative étudiée est située à l’est
tous les acteurs. En effet, les perfor- social. de la plaine du Gharb (figure 1). Le
mances enregistrées sont largement Gharb est l’une des régions du Maroc
en deçà des prévisions effectuées lors ayant connu, dans le cadre de la
des phases d’investissement : intensi- Cadre d'analyse réforme agraire, une importante redis-
fication faible, taux d’irrigation insa- tribution du foncier des anciens colons
tisfaisant, endettement des exploitants au profit de petits agriculteurs et de
(Akesbi et al., 2008). Une certaine Réseaux et innovation paysans sans terre. Pour favoriser la
« apathie » ou un certain « attentisme » en milieu rural productivité des terres attribuées, les
des paysans, associés notamment à bénéficiaires des distributions ont été
l’échec des organisations profession- Les études sur les réseaux mettent en regroupés en coopératives. Les lots
nelles agricoles créées par l’État (Errahj évidence le rôle des relations sociales attribués sont déclarés, en vertu de la
et al., 2009), figurent au nombre des dans les dynamiques d’innovation au loi, impartageables (afin d’éviter tout
raisons souvent avancées pour expli- sein des communautés professionnelles morcellement ultérieur), inaliénables
quer de tels dysfonctionnements. (Degenne et Forsé, 2004). En France, (sauf au profit de l’État) et insaisissa-
Ces grands périmètres sont gérés par Darré (1996) montre que le change- bles. Ainsi, au décès de l’attributaire
des offices régionaux de mise en valeur ment des pratiques agricoles passe par initial, un seul de ses héritiers prend
agricole, en charge de la gestion de des réseaux de dialogue professionnel possession du lot, à charge pour lui
l’eau et de l’appui au secteur agricole. entre agriculteurs qui constituent des d’indemniser les autres cohéritiers.
Après la mise en place des aménage- espaces sociaux de production de Un agent de l’Administration était
ments, les agriculteurs des secteurs connaissances et d’innovations ne se désigné comme directeur pour assurer
équipés étaient astreints à pratiquer limitant pas à des rapports d’influence. l’encadrement, le suivi et le règle-
les cultures choisies par les offices La théorie de « l’acteur réseau » pré- ment des litiges entre les attributaires

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 35


desagrumesetautourdequelsaspects ? »
L’agriculteur cite ses relations avec
ses voisins et éventuellement avec des
Tanger personnes ou organisations extérieu-
res. Pour saisir les logiques d’action, les
contextes sociaux et les pratiques de
coordination au sein du réseau, nous
avons été amenés à observer et à suivre
les pratiques agricoles. Cette entrée a
été capitale pour gagner la confiance
Océan Atlantique des agriculteurs, accéder à des infor-
mations peu accessibles comme la
fréquence des discussions autour des
agrumes et appréhender la complexité
des motivations associées à l’innova-
tion. Une analyse des « récits de
pratiques » d’une dizaine d’attributaires
Gharb et de leurs fils, choisis de façon à
représenter autant que possible la
• Coopérative variabilité des situations existantes
Kenitra étudiée (âge, village d’origine, niveau d’ins-
truction, statut avant l’attribution des
terres), fut aussi effectuée pour exami-
ner l’histoire, les motivations et les
Rabat
coordinations liées à l’innovation. Le
« récit de pratiques » est un outil qui
permet de saisir les interactions entre les
N pratiques et les systèmes sociaux au
Casablanca 0 50 sein desquels elles s’inscrivent et
Kilomètres qu’elles contribuent à reproduire ou à
transformer (Bertaux, 2005).

Figure 1. Localisation de la coopérative étudiée.

Figure 1. Location of the cooperative studied.


Résultats
Les réseaux d'innovation :
une entrée pour saisir
des coopératives relevant de sa de production fut essentiellement basé
responsabilité. Suite au désengage- sur la canne à sucre, imposée par l’État la profondeur
ment de l’État, le rôle du directeur fut au début des aménagements. Une des dynamiques
considérablement réduit, avant son partie de la superficie était réservée sociotechniques
retrait définitif à partir de 2006. aux céréales et aux fourrages, pour
C’est dans ce cadre que la coopérative entretenir un élevage bovin laitier. Ce Les premières plantations d’agrumes
étudiée a été créée en 1971, suite système n’a quasiment pas changé remontent à 1996, lorsque trois attri-
à l’attribution de terres à 32 petits jusqu’en 2007, lorsque les plantations butaires motivés par leur maı̂trise de la
paysans et ouvriers agricoles. Ces d’agrumes ont été introduites par les conduite technique des arbres et par
attributaires ont été amenés à occuper attributaires. Cette initiative fut prise la proximité du fleuve Sebou décidè-
une zone de résidence commune et à dans un contexte où, depuis 2006, la rent d’introduire des agrumes. Deux
exploiter une superficie de 160 hecta- culture des agrumes connaissait une semaines plus tard, les jeunes planta-
res divisée en 4 blocs d’irrigation large diffusion au sein de l’agriculture tions furent arrachées par les agricul-
adjacents et répartie en lots de 5 hec- familiale du Gharb, alors qu’aupara- teurs d’un village voisin opposés à ces
tares pour chaque attributaire. Un vant elle était limitée aux grandes plantations. La raison avancée par ces
bloc est constitué par un ensemble exploitations. opposants était que les arbres consti-
de parcelles contiguës desservies par le Pour identifier la nature du réseau de tuent un marqueur d’enracinement et
même canal tertiaire et regroupe, dans dialogue autour des agrumes, nous d’appropriation de terrains apparte-
le cas de cette coopérative, les attribu- avons suivi le protocole communé- nant historiquement à leur collectivité
taires issus des mêmes villages. Ces ment utilisé pour l’analyse des réseaux ethnique originaire de cette zone. Les
nouveaux attributaires devaient habiter (Degenne et Forsé, 2004). Chaque lots de la réforme agraire demeuraient
et cultiver à proximité de villageois plus membre de la coopérative a été invité à leurs yeux sous la tutelle de l’État tant
anciennement implantés. Lors de la à répondre à la question générale : que les attributaires n’avaient pas reçu
création de la coopérative, le système « Avec qui discutez-vous fréquemment officiellement les titres fonciers leur

36 Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011


conférant le statut de propriétaires. Le tions de dialogue technique (variétés, technique qui rendent tangibles des
conflit entre les deux parties a mobi- cultures intercalaires, dose d’irrigation liens d’interaction et d’interdépen-
lisé tous les attributaires et s’est traduit et engrais), des relations d’enrôlement, dance renforcés par des origines
par des dégâts matériels (arbres arra- au sens de la théorie de « l’acteur- communes et un partage des oppor-
chés, tracteurs et paille brûlés. . .) chez réseau » (Callon, 1986), s’établissent tunités et des contraintes de produc-
l’ensemble des attributaires et des entre, d’une part, les attributaires qui tion. À l’échelle du bloc, une certaine
peines d’emprisonnement pour une ont déjà planté des agrumes ou qui en organisation collective s’était d’ailleurs
soixantaine de personnes parmi les ont l’intention, et, d’autre part, ceux déjà instaurée entre les attributaires
opposants. L’idée fut donc abandon- qui hésitent encore. C’est par exemple pour gérer l’irrigation (curage des
née par crainte que la même histoire le cas de l’agriculteur C4 avec ses canaux, tours d’eau). Les nouvelles
ne se reproduise. En 2007, quatre ans voisins du bloc C. Par ailleurs, le coordinations autour des agrumes
après la mise en place de subventions développement des agrumes a eu pour viennent s’ajouter à ces coopérations
pour la plantation d’agrumes dans effet la constitution d’un réseau externe techniques liées à l’irrigation. Les
le cadre de la politique d’encourage- d’échange d’informations techniques attributaires partagent le coût du
ment de l’arboriculture, les attribu- impliquant le voisinage, les revendeurs gardiennage des arbres, parviennent
taires reprirent progressivement les de plants, les négociants et les grandes même à convaincre ceux qui n’ont pas
plantations, sans réaction des voisins fermes agrumicoles. En revanche, le encore planté d’en payer une partie,
qui jugèrent peu utile et risqué de se recours à l’office de mise en valeur choisissent ensemble le même reven-
mobiliser. En 2009, une vingtaine agricole se limite à l’irrigation et aux deur de plants, se déplacent en groupe
d’attributaires de cette coopérative procédures d’accès aux subventions, pour effectuer les procédures admi-
introduisirent les agrumes, sur une ce qui dénote une restructuration des nistratives et discutent de la possibilité
partie (2,5 hectares) ou sur la totalité rapports à l’État. d’installer des haies. Conscients de
(5 hectares) de chaque lot. l’ampleur du changement entrepris, ils
L’introduction des agrumes a pro- débattent de la mise en place de
fondément changé les systèmes de Vers de nouveaux processus nouvelles formes de coordination pour
production. Les attributaires sont de coordination anticiper d’éventuels risques. Ainsi,
désormais à la recherche d’informa- et de construction identitaire l’idée d’installer un forage collectif pour
tions et de conseils pour affiner leurs sécuriser l’accès à l’eau est souvent
pratiques sur ces nouvelles cultures. L’analyse du réseau fait apparaı̂tre non discutée. Les attributaires prévoient aussi
L’analyse du réseau de dialogue (figure 2) seulement une relation entre les de prendre en charge l’entretien des
montre que la discussion autour des agriculteurs qui décident de s’engager pistes, tâche vue par le passé comme
agrumes est socialement répartie en dans le changement, mais aussi une relevant de la responsabilité de l’État.
grappes (A, B, C, D) qui correspondent relation les associant à un même objet Par ailleurs, si la rentabilité et les
aux groupes ayant introduit successi- (les agrumes) et à un même espace subventions constituent les motiva-
vement les agrumes entre 2007 (grappe irrigué (le bloc). En effet, loin de tions les plus saillantes de l’introduc-
A) et 2009 (grappes C et D). Chaque constituer une simple maille hydrau- tion de la culture des agrumes, les
grappe rassemble les attributaires d’un lique ou géographique, le bloc repré- « récits de pratiques » ont révélé
même bloc d’irrigation. Outre les rela- sente un espace social et un objet d’autres incitations – d’ordre foncier,
économique et professionnel – moins
perceptibles a priori.
Aux yeux de certains attributaires,
B5
B6 planter des arbres constitue un moyen
B2 GRAPPE B
de s’approprier des terrains, sujet de
GRAPPE C
litige avec les autochtones car ces
C2 B4 terrains sont perçus comme apparte-
C8 GRAPPE A B1 nant encore à l’État tant que la
C9
D2 procédure d’attribution des titres fon-
A1 B3 ciers n’est pas terminée : « Les agrumes
C7 C4 A6 D7
B7 D3 valorisent la terre, ils vont nous per-
C5 A7
C3
C1 D1 mettre de nous l’approprier. On n’aura
D6
plus besoin du titre foncier, notre titre,
C6
A2
A5
D4 D5
c’est désormais les agrumes, on pourra
faire le forage et améliorer notre niveau
A4 GRAPPE D de vie. » (fils d’attributaire, 30 ans). La
A9 A3 plantation d’arbres s’apparente ainsi à
A8 l’affirmation de droits sur la terre mise
en valeur et symbolise une volonté de
rompre la dépendance vis-à-vis de
Figure 2. Réseau d'innovation, au sein des membres de la coopérative, lié à la production d'agrumes.
l’État, en arrachant les anciennes cultu-
Figure 2. Innovation network among cooperative members about citrus production. res imposées.
attributaires du bloc A ; attributaires du bloc B ; attributaires du bloc C ; 5 attributaires du bloc D ; Les coordinations envisagées cristalli-
A3 A7 : relation de dialogue technique et de coordination entre l'attributaire A3 et l'attributaire A7. sent pour les jeunes, particulièrement

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 37


intéressés par ce changement, une rarement visibles, car les analyses se récits d’acteurs a permis de « rendre
ambition de se projeter dans le modèle sont généralement focalisées sur la visibles des relations sociales invisi-
des grandes exploitations et de concré- mise en œuvre des politiques publi- bles » (Cross et al., 2002) en soulignant
tiser des motivations d’ordre plutôt ques d’un État omniprésent lors de la la complexité des liens sociaux et la
économique : « Dès que les 45 ha du période 1960-1990 (Errahj et al., 2009). diversité des dynamiques sociotechni-
bloc seront plantés, on installera les L’entrée par les réseaux d’innovation ques intervenant dans le processus
haies, le forage, on aménagera les s’avère pertinente pour rendre compte d’innovation (Mahdi, 1993). En milieu
pistes, le paysage va complètement des capacités d’adaptation des agri- agricole, cette approche, en amenant à
changer et nous aurons une belle culteurs face aux déterminants struc- distinguer de nouvelles coordinations
grande ferme. » (fils d’attributaire, turels et environnementaux auxquels et de nouveaux profils d’innovateurs,
32 ans). Ces jeunes sont porteurs de ils sont confrontés (Chauveau et al., ouvre des pistes opérationnelles pour
nouvelles idées et se montrent cons- 1999). Dans le cas présenté, les repenser l’innovation et renouveler le
cients des enjeux liés au développe- dynamiques repérées illustrent la regard qui lui est associé. Cela passe-
ment agricole local : « Les agrumes capacité collective des agriculteurs rait d’abord par un regain d’intérêt
sont largement plus rentables que la à composer avec une pluralité de pour les recherches fondées sur l’ana-
canne à sucre, ça consomme moins transformations et d’incertitudes liées lyse de réseaux (Chiffoleau, 2005).
d’eau, en plus l’État les encourage vu tant au désengagement de l’État qu’à Ensuite, les innovations locales de-
les problèmes de raréfaction de l’eau l’insécurité foncière et ainsi à jouer le vraient être mieux considérées dans les
et de changement climatique. » (fils rôle de précurseurs de l’innovation évaluations des périmètres irrigués qui
d’attributaire, diplômé, 33 ans). (Poncet et al., 2010). L’innovation est demeurent focalisées sur les résultats
Enfin, le développement des agrumes pensée par le collectif local avec une ex-post des investissements selon des
met en évidence des motivations profes- influence indirecte de l’extérieur (sub- schémas préconçus méconnaissant les
sionnelles. La réhabilitation du savoir- vention à l’achat des plants). Elle dynamiques émergentes. Dans le cas
faire technique, acquis lors d’une expé- est ensuite discutée entre « pairs » de présenté, l’innovation se traduit par la
rience antérieure de travail dans des statuts homogènes et de ressources réactivation de liens forts au niveau
fermes agrumicoles ou par l’apparte- équivalentes, exerçant les mêmes communautaire et sert de référence
nance de certains attributaires à des activités sous les mêmes conditions pour d’autres agriculteurs familiaux.
régions de production d’agrumes, illus- (Darré, 1996) avec une forte implica- Ces initiatives locales jouent donc le
tre ce type de motivations : « J’étais un tion des jeunes, tandis que les leaders rôle d’intermédiaires entre pairs (Klerkx
spécialiste de la taille d’agrumes, je sais traditionnels sont peu représentés. et al., 2009) ; en dépit de leur caractère
bien que la vigueur de l’arbre n’est pas Les attributaires témoignent ainsi d’un informel, ces intermédiaires sont essen-
un critère d’une bonne production, engagement collectif pour le déve- tiels dans les processus d’innovation
mais il faut éliminer les gourmands de loppement d’une nouvelle activité (Poncet et al., 2010). Ces réseaux
façon à ce que tous les rameaux non lancée par l’État. Par ailleurs, gagneraient en vigueur en renforçant
fructifères soient bien exposés au soleil ; ces initiatives locales sont porteuses les liens avec un environnement plus
mes chefs (à l’époque où j’étais ouvrier) de valeurs humaines, de structures large : marché, intermédiaires. . . (Klerkx
reconnaissaient bien mon savoir- sociales et économiques ; en elles et al., 2010). Enfin, l’appui à ces
faire dans ce domaine. » (attributaire, s’expriment « le savoir, le geste et le initiatives pourrait renforcer la capacité
70 ans). Ces motivations sont révéla- nom des agriculteurs » (Sabourin d’innovation et d’action autonome des
trices de la construction d’identités et al., 2005). Les réseaux identifiés agriculteurs familiaux, assurer la repro-
territoriales, économiques et profes- constituent donc un marqueur impor- duction et la pérennisation des inno-
sionnelles. L’analyse de réseaux per- tant de la construction d’une identité vations (Sabourin et al., 2005) et aider
met ainsi non seulement de repérer commune et révèlent une dimension les agriculteurs familiaux à jouer un
les coordinations privilégiées autour de structurante pour le collectif. Les rôle dans la coordination et la négocia-
certains objets ou enjeux, mais aussi de attributaires utilisent le « nous » plutôt tion à des niveaux supérieurs à celui de
révéler les processus de construction que le « je » pour faire référence à la communauté (Imache et al., 2009).
identitaire en cours sur un territoire où leur histoire et aux projets qu’ils La question de la constitution d’un tissu
le rôle de l’État a été considérablement mettent en œuvre, qui répondent à social et économique capable d’accom-
réduit. des intérêts individuels (rentabilité, pagner les acteurs pour s’investir à des
appropriation) mais qui présentent échelles plus larges qu’actuellement
aussi une dimension collective (pistes, (Akrich et al., 1988) est à explorer, ainsi
Enseignements haies, forages). L’analyse micro-sociale
des réseaux locaux est ainsi capitale
que la nécessité d’assurer une flexibilité
des systèmes techniques et institution-
et conclusion dans la compréhension des processus nels au-delà des cadres technocratiques
d’innovation. centrés sur les agriculteurs « les plus
performants » (Darré, 1999). La planifi-
Les réseaux d'innovation : cation du développement au niveau de
un outil de dévoilement Quelle reconnaissance la région comme à des niveaux plus
des dynamiques locales pour ces dynamiques ? locaux, devrait ainsi être repensée de
façon à accompagner la réflexion des
Dans les grands périmètres irrigués du L’analyse des réseaux sociaux asso- collectifs locaux et à légitimer leurs
Maroc, les dynamiques locales sont ciée à un suivi des pratiques et des projets. &

38 Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011


de Saint-Brieuc. L'Année Sociologique ; (36) : Imache A, Dionnet M, Bouarfa S, Jamin JY, Hartani
Remerciements 169-208. T, Kuper M, Le Goulven P, 2009. « Scénariologie
participative » : une démarche d'apprentissage
Nous remercions le projet SIRMA (Économies Chauveau JP, Cormier-Salem MC, Mollard E, 1999. social pour appréhender l'avenir de l'agriculture
d’eau dans les systèmes irrigués au Maghreb L'innovation en agriculture. Questions de méthodes irriguée dans la Mitidja (Algérie). Cah Agric 18 :
(www.eau-sirma.net) pour l’appui à la et terrain d'observation. Paris : IRD éditions. 417-24. doi: 10.1684/agr.2009.0324.
réalisation de ce travail. Chiffoleau Y, 2005. Learning about innovation Klerkx L, Hall A, Leeuwis C, 2009. Strengthening
Nos remerciements s’adressent aussi à through networks : the development of envir- agricultural innovation capacity : Are innovation
Thierry Ruf pour sa relecture d’une version onment-friendly viticulture. Technovation 25 : brokers the answer ? IJARGE 8 : 409-38.
1193-4.
antérieure de l’article. Klerkx L, Aarts N, Leeuwis C, 2010. Adaptive
Cross R, Borgatti SP, Parker A, 2002. Making management in agricultural innovation systems :
invisible work visible : using social network analy- The interactions between innovation networks and
sis to support strategic collaboration. Calif Manage their environment. Agr Syst 103 : 390-400.
Rev 44 : 25-46.
Le Coz J, 1964. Le Gharb : fellahs et colons. Rabat :
Darré JP, 1996. L'invention des pratiques dans Imframar.
Références l'agriculture. Paris : Karthala.
Mahdi M, 1993. Innovation et système social.
Darré JP, 1999. La production de connaissance Options méditerranéennes 2 : 17-30.
Akesbi N, Benatya D, El Aoufi N. 2008. L'agricul-
dans les groupes locaux d'agriculteurs. In : Chau-
ture marocaine à l'épreuve de la libéralisation. Poncet J, Kuper M, Chiche J, 2010. Wandering off
veau JP, Cormier-Salem MC, Mollard E, eds.
Rabat : Economie Critique. the paths of planned innovation : The role of formal
L'innovation en agriculture. Questions de méthodes
Akrich M, Callon M, Latour B, 1988. A quoi tient le et terrain d'observation. Paris : IRD éditions. and informal intermediaries in a large-scale irriga-
succès des innovations ? L'art de l'intéressement. tion scheme in Morocco. Agr Syst 103 : 171-9.
Degenne A, Forsé M, 2004. Les réseaux sociaux.
Gérer et comprendre. Ann Mines 11 : 4-17.
Paris : Armand Colin. Putnam R, 1995. Bowling alone: America's declin-
Bertaux D, 2005. L'enquête et ses méthodes : ing social capital. J Democr 6 : 65-78.
le récit de vie. Paris : Armand Colin. Errahj M, Kuper M, Faysse N, Djebara M, 2009.
Finding a way to legality, local coordination modes Sabourin E, Duque G, Diniz PCO, Olivera MSL,
Callon M, 1986. Éléments pour une sociologie and public policies in large-scale irrigation schemes Granchamp LF, 2005. Reconnaissance publique
de la traduction : la domestication des coquilles in Algeria and Morocco. Irrig and Drain 58 : des acteurs collectifs de l'agriculture familiale au
Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie 358-69. Nordeste. Cah Agric 14 : 111-5.

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 39


Étude originale

Quand les petites exploitations adoptent


le goutte-à-goutte : initiatives locales
et programmes étatiques dans le Gharb (Maroc)

Maya Benouniche1,2,3 Résumé


Marcel Kuper1,2 Les petites exploitations agricoles adoptent souvent des systèmes d’irrigation en goutte-à-
Julie Poncet3 goutte simplifiés, à faible coût, au lieu des systèmes sophistiqués promus convention-
Tarik Hartani3 nellement. Nous étudions ici les processus d’adoption du goutte-à-goutte à travers des
Ali Hammani2 initiatives locales ou des programmes étatiques dans les exploitations du Gharb au Maroc.
1
Cirad On distingue trois types d’installations : celles qui sont conformes aux normes
UMR G-eau internationales, subventionnées par l’État, dans les grandes exploitations ; celles qui
TA C-90/15 sont réalisées à partir de l’expertise locale, plus simples, moins coûteuses, dans les petites
L'Hortus exploitations maraı̂chères ; et celles qui sont réalisées à partir d’un matériel d’occasion, à
73, rue JF Breton faible coût et très mobiles, utilisées sur de petites parcelles dispersées. Ces deux derniers
34398 Montpellier cedex 5
systèmes sont installés par des intermédiaires informels. Nous montrons que les
France
<maya.benouniche@cirad.fr> dynamiques issues des initiatives locales et étatiques se croisent et se renforcent. Si ce
<marcel.kuper@cirad.fr> sont les grands exploitants qui ont impulsé la diffusion du goutte-à-goutte conforme, ce
<poncetjulie@yahoo.fr> sont les programmes étatiques qui ont conforté ce développement en attirant les
2
IAV Hassan II investisseurs à travers les subventions. Ces grands exploitants sont aussi à l’origine du
Madinate Al Irfane développement du goutte-à-goutte par des initiatives locales, en ayant permis la
10101 Rabat multiplication d’intermédiaires. Enfin, en transformant le goutte-à-goutte, les initiatives
Maroc locales ont permis de déconstruire l’objet de l’innovation et ainsi de le reconstruire en
<a.hammani@iav.ac.ma> l’adaptant à différents contextes, multipliant les possibilités d’adoption par le plus grand
3
Ensa nombre.
École nationale sup
erieure agronomique
Hassan-Badi16200 Alger Mots clés : économie de l’eau ; innovation ; irrigation localisée ; Maroc.
Alg
erie
<t.hartani@ensa.dz> Thèmes : eau ; économie et développement rural.

Abstract
When small-scale farms adopt drip irrigation: Local initiatives and state programs in
the Gharb (Morocco)
Small-scale farmers often adopt simplified and low-cost drip irrigation systems rather than
the sophisticated systems promoted conventionally. We studied different drip irrigation
systems in small-scale farms in the Gharb (Morocco), equipped through state-driven or
local initiatives. The first ‘high-tech’ system, promoted by state subsidy programs, concerns
large commercial farms, but does not reach small-scale farmers. The second system is
based on local expertise. Simpler and less expensive, it concerns small-scale horticultural
farms. The third is a low-cost system with second-hand mobile equipment for small plots.
Small-scale farmers prefer the latter two systems, installed by informal intermediaries,
because of their low cost, simpler and more flexible procedures, and rapid return on
investment. We show that the dynamics of local initiatives and state programs are mutually
reinforcing. The large farmers initiated the diffusion of high-tech drip irrigation, which was
later consolidated by the state subsidy program. The same farmers were also at the origin of
doi: 10.1684/agr.2011.0476

Pour citer cet article : Benouniche M, Kuper M, Poncet J, Hartani T, Hammani A, 2011. Quand les
petites exploitations adoptent le goutte-à-goutte : initiatives locales et programmes étatiques
dans le Gharb (Maroc). Cah Agric 20 : 40-7. doi : 10.1684/agr.2011.0476
Tirés à part : M. Benouniche

40 Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011


the diffusion of low-cost drip irrigation through local initiatives, by training informal
innovation intermediaries. Finally, the local initiatives have allowed deconstructing the
innovation object as well as its adaptation to different contexts, making it accessible to a
wide range of farmers.
Key words: innovation; localized irrigation; Morocco; water saving.
Subjects: economy and rural development; water.

A
ujourd’hui, les agriculteurs (services de l’État, sociétés agréées), actuels de subvention autour du goutte-
adoptent de plus en plus le leur préférant des intermédiaires infor- à-goutte.
goutte-à-goutte pour amélio- mels tels que les ouvriers des grandes
rer leur quotidien dans un contexte de exploitations, des voisins, ou de petits
pénurie d’eau. Deux logiques d’adop- bureaux d’études locaux (Poncet et al., Méthode
tion de ce mode d’irrigation s’oppo- 2010) Les intermédiaires sont définis
sent selon Shah et Keller (2002) : la comme des personnes ou des ins-
première fondée sur un équipement titutions qui apportent un appui au Pour étudier les conditions d’adoption
coûteux, correspondant à une agri- processus d’innovation en procurant du goutte-à-goutte, nous avons choisi
culture à haute valeur ajoutée, déve- information, connaissances, conseil, de travailler dans la région du Gharb
loppée par de grandes exploitations ; capital, ou en agissant comme média- (nord-ouest du Maroc), où cette tech-
et une deuxième, reposant sur un teurs (Howell, 2006). nique s’est fortement développée
équipement plus sommaire, moins per- Selon Schumpeter (1911), une innova- depuis les années 1990. On peut y
formant, mais adapté aux moyens des tion est une « invention qui a réussi, distinguer deux zones, où les trajectoi-
petits agriculteurs, accessible à travers ou qui a rencontré des utilisateurs ». res d’adoption sont bien différentes.
de nombreux processus informels. Ces L’adoption des innovations ne peut La zone côtière est une zone non
auteurs constatent que les petits agri- avoir lieu sans réunir les facteurs aménagée par l’État. Le goutte-à-goutte
culteurs n’arrivent pas à adopter un susceptibles d’enrôler les acteurs par s’y est développé avec l’arrivée d’inves-
système conforme aux normes inter- la création d’un environnement socio- tisseurs espagnols dès les années 1990.
nationales, le coût de l’installation et le technique approprié (Akrich et al., La zone est caractérisée par des sols
risque d’échec étant trop élevés. 1988). Les processus d’innovation sableux, un climat tempéré et une
Au Maroc, on observe aussi ces deux commencent souvent par une période nappe peu profonde de bonne qualité,
logiques. Les programmes de subven- de perte de maı̂trise, que les acteurs utilisée pour l’irrigation et permettant la
tion à l’installation du goutte-à-goutte, récupèrent en construisant les connais- production de cultures à haute valeur
mis en place par l’État pour aider sances nécessaires à la conduite des ajoutée (banane, fraise, maraı̂chage).
la modernisation de l’agriculture et nouvelles pratiques (Darré, 1996). Ils Des infrastructures agro-industrielles
réduire les consommations d’eau, ont s’approprient à leur manière des sys- (stations de stockage et de condition-
concerné essentiellement les grandes tèmes techniques, qui évoluent par nement) se sont développées pour ces
exploitations, capables de cofinancer rapport aux systèmes établis par les filières. En 2009, la superficie équipée
leur projet et de gérer des procédures concepteurs. en irrigation localisée, subventionnée
parfois complexes (Bekkar et al., Dans cet article, nous examinons les ou non, était de l’ordre de 27 000 hec-
2007). Dans les zones aménagées, différents types d’installations techni- tares dans cette zone, selon l’Adminis-
l’État propose aux petites exploita- ques d’irrigation au goutte-à-goutte tration agricole.
tions une reconversion collective pour existant dans les petites exploitations Dans la zone aménagée (rive droite du
diminuer le coût d’investissement. Ces du Gharb au Maroc. À partir de là, nous périmètre irrigué du Gharb), l’eau
projets collectifs, qui en sont à leurs analysons les processus par lesquels provient du réseau collectif étatique,
débuts, concernent la reconversion à les agriculteurs se sont équipés à progressivement mis en place depuis le
l’échelle d’un secteur hydraulique, soit travers des programmes étatiques et début des années 1980. Certains sec-
plusieurs exploitations. Cette recon- des initiatives locales. Nous posons teurs sont aménagés pour une irriga-
version introduit une complexité de l’hypothèse que ces deux dynamiques, tion gravitaire, d’autres pour une
gestion supplémentaire (dimension étatique et locale, se croisent et se irrigation sous pression pour l’asper-
collective, matériel sophistiqué). Face renforcent mutuellement. À travers sion. Le réseau est géré par une
à cette situation, Poncet (2010) a mis l’étude des différentes installations structure d’État, l’Office régional de
en évidence un grand nombre d’ini- techniques, des intermédiaires impli- mise en valeur agricole du Gharb
tiatives locales informelles d’installa- qués dans ces processus et des moti- (ORMVAG). Les cultures industrielles
tion du goutte-à-goutte à bas coût par vations des agriculteurs pour l’adoption (canne à sucre, betterave à sucre, riz),
de petits exploitants. Ces derniers font du goutte-à-goutte, nous nous inter- les fourrages, le tournesol et les
peu appel aux intermédiaires officiels rogeons sur la pertinence des processus céréales dominent. Des usines de

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 41


transformation (sucreries) sont implan- dynamiques se croisent et se renfor- ces gérants se sont installés à leur
tées dans la zone. Au plan foncier, une cent, suivant notre hypothèse centrale. compte pour réaliser des cultures à
partie des agriculteurs a été installée Enfin, nous terminons par une discus- forte valeur ajoutée (bananes, fraises,
dans le cadre de la réforme agraire, au sion-conclusion pour mettre en débat maraı̂chage), irriguées au goutte-à-
sein de coopératives regroupant 20 à les conditions d’adoption du goutte-à- goutte (figure 1). À leur tour, ils ont
30 agriculteurs, censés travailler de goutte par les petites exploitations formé de nouveaux ouvriers agricoles
façon indivise les terres – 5 à 15 hecta- agricoles et réfléchir à la pertinence sur leurs exploitations.
res par attributaire – qui leur avaient été des processus actuels de subvention À partir de 1995, les ouvriers des
allouées. L’encadrement par l’État y autour du goutte-à-goutte. grandes fermes adoptent à leur tour
est très fort. Le goutte-à-goutte a été le goutte-à-goutte sur leurs propres
adopté plus tardivement dans la zone exploitations. Disposant de petites
aménagée que dans la zone non Résultats superficies et de peu de moyens,
aménagée par l’État, à travers des ils l’ont adapté à leur situation,
processus informels d’abord, puis plus utilisant du matériel d’occasion, par-
largement suivant une procédure offi- Installations issues fois récupéré sur les fermes espagno-
cielle. En 2009, la superficie équipée en d'initiatives locales les. Leur expérience a encouragé
goutte-à-goutte y était de 3 770 hecta- d’autres petits agriculteurs à mettre
res. Récemment, un projet pilote de Les investisseurs espagnols de la zone en place le goutte-à-goutte pour faire
reconversion collective a été impulsé côtière ont joué un rôle important dans du maraı̂chage.
par l’État dans trois coopératives de la la diffusion du goutte-à-goutte dans On peut distinguer trois types d’instal-
réforme agraire, suivant les orienta- les années 1990, en formant sur leurs lations (figure 1) :
tions du Programme national d’écono- exploitations des gérants et des ouvriers 1. Les installations conformes aux
mie d’eau en irrigation, qui incite à la agricoles venant des villages voisins. normes internationales, reprises par
reconversion collective pour les petites Motivés par l’expérience acquise, le ministère de l’Agriculture dans le
exploitations agricoles. Le projet est
proposé par l’ORMVAG en collabora-
tion avec l’industrie sucrière, qui veut
inciter les agriculteurs à cultiver la
canne à sucre. Initiatives locales Programmes étatiques
De précédents travaux de notre équipe
autour des processus d’adoption du 1990 Grandes EA Grandes
Espagnols EA
goutte-à-goutte dans le Gharb (Poncet,
2010) ont permis : Grandes EA
- d’identifier les différentes trajectoires Gérants Grandes
EA
d’adoption et les intermédiaires impli-
qués ; Petites EA
- d’établir une typologie des installa- 1995 Ouvriers
tions d’irrigation au goutte-à-goutte, Grandes
Grandes EA EA
en distinguant les initiatives étatiques
et locales. Sur cette base, nous avons Petites EA
analysé les démarches de mise en
place de chaque type d’installation, 2000 Petites EA
par des entretiens réalisés auprès Petites EA
de personnes ressources (agents de Grandes EA
l’Office et ingénieurs conseil) et de Petites EA
40 agriculteurs, choisis en fonction de Projet collectif
la taille de l’exploitation et du type 2010
d’installation adopté. Une grille d’ana-
Installation conforme aux normes
lyse a servi à structurer ces enquêtes internationales
à partir des principaux composants
du système technique, des processus Installation réalisée Ont inspiré
d’installation, et des motivations pour à partir de l’expertise locale
la mise en place des systèmes issus Ont adhéré
d’initiatives locales et des programmes Installation réalisée
EA : exploitations agricoles
étatiques. à partir de matériel d’occasion
En suivant cette grille d’analyse, nous
allons d’abord présenter les installa-
tions issues d’initiatives locales, puis Figure 1. Développement des installations de goutte-à-goutte à travers les programmes étatiques et les
initiatives locales dans le Gharb.
celles réalisées dans le cadre du
programme étatique. Ensuite, nous Figure 1. Development of different drip irrigation systems in state programs and through local initiative in the
allons analyser comment ces deux Gharb.

42 Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011


programme national d’économie d’eau, de main-d’œuvre. Des marchés spécia- les calendriers de culture, d’irrigation
comportent tous les composants du lisés dans la vente de matériel neuf de et de fertigation, et sur l’entretien
système goutte-à-goutte d’origine : une goutte-à-goutte et des sociétés locales, (visite d’exploitation, discussion le
stationdecaptage,unbassindestockage, spécialisées dans la réalisation des jour du souk. . .).
une station de filtration, une station installations, mais pas nécessairement
de fertigation (pour mélanger l’engrais agréées par l’État, sont apparus. Les
à l’eau d’irrigation) et des équipements premiers temps, les installations à Programmes étatiques :
à la parcelle. Elles concernent surtout expertise locale étaient relativement une aide financière
les grandes fermes orientées vers des coûteuses (2 000 euros/ha), mais les
cultures à haute valeur ajoutée. On prix ont baissé (1 000 euros/ha) du fait
mais aussi un accès à l'expertise
trouve ces installations en zone non du développement des marchés de et au matériel de qualité
aménagée, et plus récemment dans la matériel de goutte-à-goutte.
zone aménagée, grâce aux program- 3. Les installations réalisées à partir La reconversion individuelle
mes de subvention. Des sociétés d’un matériel d’occasion, plus récen- subventionnée reste limitée
agréées par l’État venant d’Agadir se sont tes, qui utilisent ce matériel sur des aux grandes exploitations
installées dans la zone non aménagée, exploitations maraı̂chères ayant de
attirées par, et en appui à, cette petites parcelles (souvent inférieures Avant 1996, les premières subventions
dynamique. La motivation des grands à 2 hectares) dispersées. Ces instal- ne portaient que sur certains éléments
exploitants pour installer le goutte-à- lations comportent une station de des installations ou sur l’aide à
goutte est d’assurer un contrôle de la captage, une station simplifiée de l’importation de matériel. Depuis, les
qualité de la production par la maı̂trise fertigation, et des équipements à la taux de subvention ont été régulière-
de l’irrigation et de la fertigation. La parcelle qui sont d’occasion. Ces ment augmentés : de 10-30 % du coût
majorité de ces installations en zone équipements et les motopompes sont de l’installation en 1996, ils sont
côtière n’ont pas été subventionnées. mobiles et tournent entre les parcel- montés à 30-40 % en 2002, ont été
Cependant,depuis 2006, la simplifica- les. Les ouvriers embauchés pour la relevés à 60 % en 2006, puis à 80-
tion de l’accès à la subvention tend mise en place du système sont des 100 % en 2010. Parallèlement, les
à inverser la tendance. L’adoption ne agriculteurs ayant des installations à conditions d’accès à la subvention
se fait hors programme étatique qu’en expertise locale. L’installation du ont été simplifiées par la création
cas de problème pour fournir les goutte-à-goutte sur ces exploitations d’un guichet unique. La subvention
pièces constitutives du dossier (titre est motivée par la disponibilité de est conditionnée par une conception
foncier, autorisation de pompage). matériel à faible coût sur le marché et une réalisation du projet par des
Une installation conforme aux normes d’occasion (300 à 400 euros/ha), la sociétés agréées, permettant aux agri-
coûte environ 3 500 à 3 700 euros/ha conduite facile de l’irrigation et de la culteurs de bénéficier d’une expertise
sans bassin et 5 000 euros/ha avec fertigation (doses, répartition et pério- pour la conception du projet de goutte-
bassin. des d’apport), et l’économie de main- à-goutte et d’accéder à du matériel
2. Les installations réalisées à partir d’œuvre. Ce type d’installation se homologué de bonne qualité. Le pro-
de l’expertise locale inspirées des rencontre uniquement dans la zone gramme national d’économie d’eau en
installations conformes ; elles plus non aménagée. irrigation de 2007 vise, à l’horizon 2020,
simples, moins coûteuses et desser- La diffusion du goutte-à-goutte hors la reconversion de 550 000 hectares en
vent de petites superficies maraı̂- zone aménagée s’est majoritairement irrigation localisée.
chères, inférieures à 5 hectares. Elles réalisée en dehors de l’intervention de Jusqu’à présent, les subventions accor-
comportent une station de captage, l’État. Les installations techniques se dées dans le Gharb concernent essen-
une station simplifiée de fertigation, et révèlent très différentes de celles qui tiellement les grandes exploitations ;
des équipements à la parcelle. Le plus sont préconisées dans les cahiers des c’est aussi le cas ailleurs au Maroc
souvent ces installations n’ont ni charges des procédures de subvention (Bekkar et al., 2007). En 2009, le
bassin de stockage, ni filtration, les (installations incomplètes, mobiles, montant des subventions accordées
agriculteurs estimant la qualité de matériel d’occasion). Les intermédiai- aux exploitations équipant une super-
l’eau souterraine suffisante pour se res impliqués sont majoritairement ficie supérieure à 10 hectares (39
passer de filtration, même si cela peut informels (ouvriers, voisins, bureaux dossiers sur 69) était de 4,7 millions
écourter la durée de vie de l’équipe- d’études locaux non agréés), les d’euros, soit 94 % du montant total des
ment à la parcelle (2 ans), car il se transactions se font de manière orale, subventions accordées durant l’année
bouche plus vite. Les installations sont et les agriculteurs n’ont pas besoin dans toute la région du Gharb. Seuls
réalisées par les gérants et ouvriers des d’avancer d’argent pour leurs équipe- 12 dossiers ont concerné des super-
grandes fermes de la zone côtière, ou ments (paiement à la récolte). Seuls ficies inférieures à 5 hectares.
par des sociétés locales, installées les ouvriers embauchés pour l’instal- Habitués aux procédures administra-
sur les marchés hebdomadaires où lation initiale sont payés en début de tives, les grands exploitants consti-
les agriculteurs s’approvisionnent. Les campagne (10 à 20 euros seulement). tuent plus facilement les dossiers de
motivations des agriculteurs étudiés De plus, les interactions ne se limitent subvention. Il faut en effet fournir de
qui adoptent ce type d’installation, sont pas à la conception et à la réalisation nombreux documents, dont certains
la facilité de la conduite de l’irrigation, des installations, ces experts locaux sont difficiles à obtenir (autorisation
une meilleure utilisation des engrais fidélisent leur clientèle en la conseil- de pompage, titre foncier). Habitués à
grâce à la fertigation, et une économie lant tout au long de la campagne sur établir des contrats oraux (marchés

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 43


informels de la terre et de l’eau), les à l’installation de petites superficies de suite à la concession des terres du
petits exploitants perçoivent le recours bananeraies, en zone non aménagée. domaine privé de l’État, explique aussi
aux documents écrits comme une Dans la zone aménagée, il s’agit cette hausse.
procédure lourde et chronophage ; il essentiellement de grandes exploita- Dans la zone aménagée, et en dehors
faut de plus faire appel à quelqu’un tions, équipant une partie seulement des grandes exploitations, les premières
d’instruit et se déplacer dans les de leur surface (2-3 hectares). La tech- reconversions au goutte-à-goutte ont
diverses administrations. Il y a une nique est alors nouvelle, les agricul- lieu au sein d’une coopérative issue de
certaine réticence, voire une « peur », teurs ne prennent pas de risques. La la réforme agraire. En 2005, un agri-
vis-à-vis des papiers, pour des agricul- baisse du nombre de dossiers en 1997 culteur, en lien avec un ancien gérant
teurs qui font la relation entre papiers, et 1998 est liée à la mise en place de d’une exploitation espagnole, a réalisé
sanctions et impôts. Les petites exploi- nouvelles procédures et au temps une installation avec expertise locale
tations qui obtiennent des subventions, nécessaire pour instruire les dossiers. pour produire des melons. L’absence
ont souvent des liens avec l’Adminis- Vient ensuite une période d’adoption de titre foncier individuel et l’endet-
tration et savent mobiliser ses agents du goutte-à-goutte par les grandes tement de la coopérative auquel il
pour surmonter les difficultés procé- exploitations (1999-2006). Durant cette appartient, ainsi que la réticence de
durales. Enfin, les grands exploitants période, le nombre de dossiers reste l’Administration à encourager la multi-
négocient plus facilement avec les stable, mais les superficies équipées plication de petits bassins, l’ont empê-
sociétés la réalisation d’études techni- augmentent (10-15 hectares par dossier), ché d’obtenir la subvention. Cependant,
ques à coût zéro et disposent de les agriculteurs étant encouragés par assuré de l’approvisionnement en eau,
moyens pour préfinancer la mise en la réussite des premières expériences cet agriculteur a franchi le pas de
place du système ou obtiennent des dans la région. l’adoption du goutte-à-goutte sur une
facilités de paiement de ces sociétés. Après une nouvelle baisse momenta- partie de son exploitation, sans subven-
On distingue trois périodes dans le née en 2007, expliquée aussi par la tion. L’année suivante, les bons rende-
développement du goutte-à-goutte mise en place de nouvelles procédu- ments obtenus pour le melon l’ont
subventionné (figure 2). res, commence, à partir de 2008, une poussé à reconvertir l’ensemble de ses
La première est une période d’expéri- période d’investissement massif des parcelles. La réussite de cet agriculteur a
mentations (1986-1996), durant grandes exploitations, qui équipent montré que le succès du goutte-à-goutte
laquelle on passe de 2 à 70 dossiers de en irrigation au goutte-à-goutte la en zone côtière était à portée de main
subvention par an. Entre 1986 et 1992, totalité de leurs parcelles. L’arrivée des agriculteurs de la zone aménagée,
un nombre important de dossiers est lié de nombreux investisseurs privés, incitant d’autres agriculteurs de la co-
opérative à adopter le goutte-à-goutte
pour pratiquer le maraı̂chage. Ce
succès a alors décidé l’Administra-
tion à aider les agriculteurs à obtenir
Nombre de dossiers subventionnés Superficie totale subventionnée des subventions individuelles. Lors de
100 2 500 l’extension de son installation, le pre-
mier agriculteur a pu lui aussi formuler
90 une nouvelle demande de subvention,
qui a été acceptée.
80 2 000
Superficie
Nombre de dossiers
70

60 1 500 Reconversion collective :


une conception
50 sous forte impulsion de l'État,
40 1 000 peu adaptée aux petites exploitations
30 Trois coopératives (436 hectares) de
la zone aménagée ont été concernées
20 500 par un projet pilote de reconversion
collective de l’aspersion vers le goutte-
10 à-goutte. Le projet a été proposé par
0 0 l’Administration dès 2003, suite aux
plaintes des agriculteurs concernant la
19 6
19 7
19 8
19 9
19 0
19 1
19 2
93

19 4
95

19 6
19 7
19 8
20 9
00

20 1
20 2
03

20 4
05

20 6
07

20 8
09
8
8
8
8
9
9
9

9
9
9
9

0
0

dégradation du matériel d’irrigation


19

19

19

20

20

20

20

existant et le coût élevé de l’eau. Le


projet sera finalement mis en œuvre
Figure 2. Superficies équipées en irrigation au goutte-à-goutte et nombre de dossiers de subvention dans en 2007, une fois que les attributaires
le Gharb entre 1986 et 2009
de ces coopératives eurent estimé
Figure 2. Surface area equipped in drip irrigation and number of subsidies granted in the Gharb between 1986
réunies les conditions nécessaires :
and 2009. - l’implication de l’industrie sucrière
Source : Office régional de mise en valeur agricole du Gharb (ORMVAG). pour assurer un débouché commercial

44 Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011


(canne à sucre) et pour financer la part Des initiatives locales version et en préciser la conception
non subventionnée ; technique. Cependant, au moment de
- la connaissance préalable de la et des programmes étatiques la réalisation de l’installation, ils ont
technique acquise grâce à leurs liens qui se croisent et se renforcent recours aux intermédiaires officiels, de
avec la zone côtière (liens familiaux, façon à pouvoir obtenir l’autorisation
fonciers, ou professionnels) ; Trois processus d’adoption coexistent de creuser un bassin et avoir accès aux
- le constat de la réussite de projets de dans le Gharb : un processus d’initia- subventions. Les premières exploita-
reconversion individuelle dans une tive locale et deux processus encadrés tions reconverties n’ayant pas réussi à
coopérative voisine. par l’État. Ces trois processus se obtenir des subventions, nous obser-
L’installation, très complète, du maté- sont fortement influencés les uns les vons alors une nouvelle transforma-
riel de pointe, est branchée sur les autres. tion de l’innovation : les installations
bornes collectives sous pression, pré- Les premiers investisseurs ayant adopté techniques de goutte-à-goutte sont
cédemment destinées à l’aspersion. le goutte-à-goutte après l’installation complètes, mais elles comportent
Elle comporte une station de tête des Espagnols ont bénéficié de sub- des éléments copiés sur les installations
collective et des stations individuelles ventions, dans le cadre du processus de faites avec l’expertise locale, comme
de filtration et de fertigation pour reconversion individuelle subvention- des stations de fertigation réduites à un
chaque exploitation. Ces agriculteurs née. Ces exploitants, comme les Espa- simple bidon. Par la suite, ces exploi-
ont bénéficié de plusieurs expertises gnols, en ayant recours à de la main- tations ont servi de modèles pour
professionnelles : d’œuvre locale pour l’irrigation, ont d’autres agriculteurs voisins, ainsi que
- les services d’une société agréée contribué à la diffusion de connaissan- pour l’Office, qui y a organisé de
pour l’installation du système ; ces sur le goutte-à-goutte et donc à la nombreuses visites. Nous pouvons
- un ingénieur de la sucrerie pour le diffusion de cette technique, dans le considérer que ces exploitations sont
suivi de la culture et de l’irrigation ; cadre de processus d’adoption relevant à la charnière entre les initiatives
- des agents de l’Office pour la de l’initiative locale. Les intermédiaires locales, dont elles s’inspirent et sur
formation des fils d’agriculteurs, jugés de ces processus relevant de l’initiative lesquelles elles s’appuient, et les initia-
plus aptes à assimiler la nouvelle locale sont issus de la dynamique de tives étatiques, qu’elles inspirent à leur
technique que leurs parents. ces exploitations, que ce soient les tour.
Les motivations des agriculteurs étaient gérants, les ouvriers, ou les sociétés Les reconversions collectives dans les
avant tout d’accéder au statut jugé locales qui se sont installées dans la secteurs d’irrigation par aspersion sont
favorable des agriculteurs de la zone zone côtière, attirées par cette nouvelle aussi issues d’initiatives locales. Comme
côtière, au moyen d’une agriculture à dynamique. Le matériel d’irrigation pour les agriculteurs des secteurs
plus haute valeur ajoutée (maraı̂chage, lui-même circule entre les grandes gravitaires, les liens avec la zone côtière
notamment), irriguée au goutte-à- exploitations subventionnées et les ont été déterminants pour prendre la
goutte. Ils ont dû accepter la proposi- autres, à travers la revente de matériels décision de se reconvertir en goutte-à-
tion de la sucrerie (produire de la canne d’occasion. goutte. Les reconversions individuelles
à sucre), car elle permettait des facilités Lors de la diffusion du goutte-à-goutte voisines du secteur d’irrigation gravi-
de paiement pour l’investissement et par les initiatives locales, l’innovation taire ont aussi motivé les agriculteurs
diminuait les risques du fait du débou- se transforme (adaptation aux condi- leaders du projet pour faire appel à
ché assuré à la production. tions locales et aux nouvelles cultures). l’Administration et à la sucrerie, de
La société chargée de la mise en place Il y a production de nouveaux savoirs façon à pouvoir lever aussi les contrain-
du système avait conçu le système locaux autour du goutte-à-goutte, et tes financières et techniques et ainsi
collectif du goutte-à-goutte pour que l’équipement devient moins cher et convaincre l’ensemble des agriculteurs
les agriculteurs puissent irriguer, tous plus mobile. Cette transformation de la des coopératives concernées.
en même temps, une partie de leurs technique du goutte-à-goutte permet Depuis sa réalisation, le projet fait des
parcelles. Trouvant la technique d’irri- aussi de « désacraliser » l’innovation et émules, d’autres agriculteurs actuelle-
gation chronophage (10 vannes à de la rendre accessible à de nouveaux ment en aspersion ou en gravitaire
manipuler toutes les 90 minutes, pour agriculteurs : le goutte-à-goutte n’est souhaitent adopter le goutte-à-goutte
2 hectares) et l’installation inadéquate pas réservé à la production de fraises, pour produire de la canne à sucre.
par rapport à leurs attentes, les agri- ni aux grandes exploitations. Nous assistons à une sorte de combi-
culteurs ont mis en place des arrange- En zone aménagée, les agriculteurs naison technique des expériences
ments, en se relayant pour irriguer entretiennent des liens avec la zone individuelles du secteur gravitaire, et
leurs parcelles mais aussi celles côtière : certains ont de la famille et collectives du secteur en aspersion. De
d’autres agriculteurs de la coopérative, ont travaillé chez des parents comme petits agriculteurs en gravitaire sou-
et ainsi diminuer leur présence sur la ouvriers agricoles, d’autres y ont loué haitent entreprendre une reconver-
parcelle. Ils ont aussi réduit le nombre leurs services aux grandes fermes et sion collective au goutte-à-goutte en
de vannes, pour une irrigation plus ont développé des réseaux d’amitié installant un bassin collectif, tandis
aisée. Ils ont ainsi adapté l’installation avec des gérants. Les agriculteurs des que des agriculteurs disposant d’une
avec une pratique d’irrigation diffé- coopératives de la réforme agraire borne d’aspersion pour leur seule
rente de celle qui avait été proposée du secteur gravitaire mobilisent leurs exploitation souhaitent effectuer une
au début du projet, tout en maintenant liens avec ces intermédiaires informels reconversion individuelle, mais en
une organisation collective. pour élaborer leurs projets de recon- s’inspirant du schéma technique

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 45


proposé aux membres des coopérati- ici un type d’exploitants qu’Olivier de s’étant pas appuyée sur les expérien-
ves en aspersion. Sardan (1995) appelle les rentiers du ces locales et informelles, s’est révélée
Enfin, suite à la mise en place de développement. Reconnaı̂tre, appuyer peu adaptée aux conditions d’exploi-
nouveau taux de subvention (100 % et encadrer ces intermédiaires tation des agriculteurs. Cependant, ce
pour les exploitations de moins de informels dans les programmes de projet a permis aux petits exploitants,
5 hectares), il est possible que nous subvention permettrait à la fois de et notamment aux fils d’agriculteurs,
puissions observer dans l’avenir un faciliter les échanges entre ces inter- d’expérimenter le goutte-à-goutte. En
rétroeffet des initiatives étatiques vers médiaires et les petits agriculteurs modifiant le dispositif hydraulique et
les initiatives locales, avec la mise à dont ils sont les interlocuteurs habi- en mettant en place de nouvelles
niveau technique des premières instal- tuels, mais aussi de contrôler la qualité règles de gestion, ceux-ci pourraient
lations de la zone côtière. des services rendus. constituer des porte-parole (Akrich
La transformation de l’innovation au et al., 1988) à même de tirer les leçons
cours du temps, que Darré (1996) avait du projet collectif, en complément des
analysé, se retrouve ici : cette trans- leçons tirées des expériences locales
Discussion et conclusion : formation, lancée majoritairement informelles. Ces porte-parole, repré-
par les initiatives privées, a permis sentant les petites exploitations en
conditions d'adoption à d’autres agriculteurs, mais aussi à interaction avec les structures de
l’Administration d’envisager le goutte- l’État et le secteur privé, pourraient
du goutte-à-goutte à-goutte comme étant adaptable à faire évoluer les programmes étatiques,
diverses situations (taille des parcelles, en permettant de les adapter aux
dans les petites ressources en eau, capital disponible, conditions d’exploitation des petits
types de cultures irriguées, zone amé- agriculteurs.
exploitations nagée par l’État ou non). Une première L’État, à travers son programme de
étape a été franchie dans les program- subvention, veut encourager les éco-
Nous avons montré que les dynami- mes étatiques en concevant des recon- nomies d’eau et l’intensification des
ques issues des initiatives locales et versions collectives, mais aussi en cultures, par la modernisation des
étatiques se croisent et se renforcent relevant les taux de subvention pour systèmes d’irrigation. De leur côté,
mutuellement. De ces influences, les exploitations de moins de 5 hecta- les agriculteurs adoptant le goutte-à-
nous pouvons tirer des leçons pour res. Cependant, cela n’a pas remis en goutte visent l’amélioration de leurs
améliorer les conditions d’adoption question les normes techniques établies rendements, l’adoption de cultures
du goutte-à-goutte par les petites dans les cahiers des charges, perçues à plus haute valeur ajoutée et des
exploitations. par les petits agriculteurs comme des économies de main-d’œuvre. Le dia-
De manière générale, tous les agricul- contraintes à la fois financières et logue entre l’État et les agriculteurs
teurs ont recours à des experts, à des techniques. autour des objectifs d’économie et de
conseillers, pour monter leur projet, le Les installations utilisant l’expertise valorisation de l’eau se limite aujour-
réaliser et utiliser le goutte-à-goutte. Si locale ou mobilisant du matériel d’hui à une discussion sur le dispositif
les intermédiaires informels intervien- d’occasion, permettent à des agricul- technique – hardware (Smits, 2002) – ,
nent tant dans les processus d’adoption teurs aux ressources financières limi- et cela principalement avec les grands
des petites exploitations du secteur tées d’avoir accès au goutte-à-goutte. agriculteurs. Le fonctionnement à long
aménagé, c’est que leur rôle ne se limite Dans une étude au Népal, Von Westarp terme des installations d’irrigation au
pas à la constitution du dossier de et al. (2004) montrent, que, dans des goutte-à-goutte est laissé à la discré-
subvention et à la réalisation des conditions locales d’utilisation par des tion des exploitants, ignorant ainsi la
travaux. Ces intermédiaires sont aussi petits agriculteurs, le goutte-à-goutte nécessité d’accompagner les exploi-
disponibles lors de la formulation du à faible coût permet en fait d’obtenir tants et les intermédiaires, en renfor-
projet, de sa conception, de sa réalisa- des rendements en maraı̂chage équi- çant les savoir-faire (software) et
tion, puis de son fonctionnement. valents, voire supérieurs, au goutte-à- l’organisation autour de l’innovation
En zone côtière, les petits agriculteurs goutte conventionnel. En conséquence, (orgware), qui eux se développent
n’ont pas recours aux intermédiaires Shah et Keller (2002) invitent à revoir jusqu’à présent de manière informelle.
officiels. Mais ils ne se passent pas la conception technique du goutte-à- Remettre les économies d’eau au
pour autant d’expertise. Ici, les experts goutte pour l’adapter aux conditions centre du dialogue, demandera la
sont locaux, accessibles géographi- des petites exploitations. Dans les pro- formulation de politiques de l’irriga-
quement, socialement et financière- grammes étatiques de subvention, cela tion plus centrées sur les ressources
ment. Mais ils ne sont pas directement pourrait se traduire par des kits tech- humaines. &
issus des initiatives locales, ils sont nologiques inspirés des systèmes à
issus de la dynamique impulsée par initiative locale (plus simples, mobiles,
des investisseurs non propriétaires de moins coûteux et pouvant être renta- Références
la terre, qui ont une forte mobilité bilisés plus rapidement). Les conditions
Akrich M, Callon M, Latour B, 1988. À quoi tient
foncière (contrats de location) et qui d’adoption du goutte-à-goutte par les le succès des innovations ? 2 : Le choix des
font évoluer leurs formes d’exploita- petits exploitants en seraient grande- porte-parole. Gérer et comprendre. Ann Mines 12 :
tion au gré des initiatives étatiques ment améliorées. 14-29.
(subvention et non-imposition des La solution collective telle qu’elle a été Bekkar Y, Kuper M, Hammani A, Dionnet M,
productions agricoles) ; on retrouve mise en œuvre dans le projet pilote ne Eliamani A, 2007. Reconversion vers des systèmes

46 Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011


d'irrigation localisée au Maroc : quels enseigne- and informal intermediaries in a large scale irrigation development. In: Sally H, Abernethy CL, eds.
ments pour l'agriculture familiale ? Hommes, Terre scheme in Morocco. Agricultural Systems 103 : Regional Seminar on Private Sector Participation
Eaux 137 : 7-20. 171-9. and Irrigation Expansion in Sub-Saharan Africa,
Accra, Ghana, 22-26 October 2001. Colombo (Sri
Darré JP, 1996. L'invention des pratiques dans Poncet J, 2010. Les intermédiaires en grande Lanka) : IWMI ; FAO ; ACP-EU Technical Centre for
l'agriculture. Vulgarisation et production locale de hydraulique. Le cas du périmètre irrigué du Gharb, Agricultural and Rural Cooperation.
connaissance. Paris : Karthala. Maroc. Symposium Innovation et développement
durable dans l'agriculture et l'agroalimentaire, Smits R, 2002. Innovation studies in the 21st
Howell J, 2006. Intermediation and the role of 28 juin-1er juillet 2010, Montpellier, France. http:// century: questions from a user's perspective.
intermediaries in innovation. Res Policy 35 : 715-28. hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/51/25/24/PDF/Poncet_ Technol Forecast Soc 69 : 861-83.
les_intermA_diares.pdf.
Olivier de Sardan JP, 1995. Anthropologie et
développement. Essai en socioanthropologie du Schumpeter JA, 1911. Theorie der wirtschaftlichen Von Westarp S, Chieng S, Schreier H, 2004. A
changement social. Paris : APAD ; Karthala. Entwicklung. Paris : Dalloz. comparison between low-cost drip irrigation,
conventional drip irrigation, and hand watering
Poncet J, Kuper M, Chiche J, 2010. Wandering off Shah T, Keller J,2002. Micro-irrigation and the in Nepal. Agricultural Water Management 64 :
the paths of planned innovation: the role of formal poor: a marketing challenge in smallholder irrigation 143-60.

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 47


Étude originale

Différenciation des exploitations agricoles


dans les montagnes du Nord du Vietnam :
le rôle clé de l'accès à l'eau ?

Damien Jourdain1,2,3 Résumé


Dang Dinh Quang4 Dans les montagnes du Nord du Vietnam, la décollectivisation, la libéralisation des marchés
Tran Pham Van Cuong5 et la limitation de l’accès aux terres forestières ont eu un impact important sur les stratégies
Jean-Yves Jamin2 des ménages agricoles. Ces zones sont caractérisées par une grande diversité des situations
1
Cirad socio-économiques des ménages. Une enquête a été réalisée auprès de 120 ménages d’un
102, Bldg 2G district montagneux pour identifier les principaux facteurs de différenciation des
Van Phuc Diplomatic Compound exploitations et les différentes stratégies de production. La différenciation des exploitations
298 Kim Ma agricoles est analysée à partir d’une typologie fondée sur les facteurs de production (eau,
Hanoï terres de différentes qualités), l’intégration au marché et les opportunités de travail extérieur.
Vietnam
Parmi ces variables, l’accès à l’eau ressort comme un facteur important de différenciation des
<damien.jourdain@cirad.fr>
2
exploitations. Une décomposition des différents types d’accès à l’eau (disponibilité de l’eau
Cirad durant 1 ou 2 saisons de culture, accès individuel ou collectif) permet de montrer qu’au-delà
UMR G-Eau
d’une redistribution apparemment égalitaire des terres lors de la décollectivisation, l’accès à
73, rue Jean-François Breton
TA C-90/15 l’eau est aujourd’hui très inégal. Il en résulte une sous-utilisation des ressources en eau par
34398 Montpellier cedex 5 certains ménages, alors que d’autres, faute d’accès à l’eau, sont contraints d’augmenter les
France surfaces en riz pluvial sur les terres de pentes. Une répartition différente de l’accès à l’eau, via
<jamin@cirad.fr> de nouveaux canaux ou de nouvelles règles d’allocation, pourrait permettre d’améliorer les
3
IRRI conditions de vie des ménages les moins favorisés et éventuellement de diminuer les
Los Baños problèmes de surexploitation des terres de pentes.
Laguna
Philippines Mots clés : accès à la terre ; aménagement de bassin versant ; conservation de l’eau ;
4
irrigation ; typologie ; Vietnam.
NOMAFSI
Phu Ho Thèmes : eau ; économie et développement rural ; systèmes agraires ; territoire, foncier,
Vietnam politique agricole et alimentaire.
<quangdd60@yahoo.com>
5
TUEBA
Thainguyen City Abstract
Vietnam Farm household differentiation in upper-catchments of Northern Vietnam: The key
<ngocantra@yahoo.com>
role of access to water?
In mountainous areas of Northern Vietnam, the redistribution of land use rights, market
liberalization, and new forestry policies have had important impacts on the strategies of
agricultural households. Upper-catchments of these areas are characterized by a great
diversity in socio-economic conditions. A questionnaire survey was carried out with 120
households living in a mountainous district of Yen Bai province to identify the major
differentiating factors of farms and the major livelihood strategies. The paper builds upon a
typology based on production factors (water, land of different qualities), market
integration, and off-farm activities. Among these variables, access to water appears to be a
major factor in the differentiation of farms. A breakdown of the different types of access to
water (water available during 1 or 2 cropping seasons, individual vs. collective) shows that
beyond a seemingly egalitarian distribution of land during de-collectivization, access to
water is now very unequal. Some households are under-using their water resources, while
doi: 10.1684/agr.2011.0470

others who lack access to water are forced to use their sloping land for rainfed rice

Pour citer cet article : Jourdain D, Quang DD, Cuong TPV, Jamin JY, 2011. Différenciation des
exploitations agricoles dans les montagnes du Nord du Vietnam : le rôle clé de l'accès à l'eau ?
Cah Agric 20 : 48-59. doi : 10.1684/agr.2011.0470
Tirés à part : D. Jourdain

48 Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011


cultivation. A different distribution of access to water, through new infrastructures or new
allocation rules, could improve the living conditions of the less advantaged households
and possibly reduce the problem of overexploitation of sloping lands.
Key words: irrigation; land access; typology; Vietnam; watershed management; water
conservation.
Subjects: economy and rural development; farming systems; territory, land use,
agricultural and food production policy; water.

L
e Vietnam est souvent pris Certains ménages ont également cons- Cependant, cette répartition spatiale
comme l’exemple d’une poli- truit des terrasses rizicoles sur les initiale des groupes ethniques et des
tique de libéralisation réussie. pentes. systèmes de production a été boule-
De fait, le retour à l’agriculture fami- Les zones moyennes, intermédiaires, versée, à partir des années 1960, par la
liale, la libéralisation des marchés et les peuvent être peuplées d’ethnies spéci- création des coopératives de produc-
restrictions à l’exploitation des forêts fiques ou de groupes qui habitent tion, les programmes de sédentarisa-
ont eu un impact important sur les également les zones hautes, en parti- tion et les migrations organisées des
stratégies des ménages agricoles. Dans culier les Dao. Leurs systèmes de habitants des deltas. Pour un temps,
les montagnes du Nord, de nombreux production composites (Lam et al., ces populations d’origines diverses
ménages ont augmenté leur produc- 2004) combinent souvent la production ont été intégrées dans les mêmes
tion de riz irrigué grâce à l’ajout d’un de riz dans des bas-fonds aménagés en structures collectives. L’habitat a été
cycle de production au printemps ou à rizières irriguées et des cultures plu- concentré dans les altitudes basses ou
l’utilisation accrue d’intrants chimi- viales (riz, maı̈s, manioc) entrecoupées moyennes et les conditions de vie des
ques. Cela a permis de diminuer forte- de jachères longues sur les pentes. différentes populations ont donc été
ment la riziculture pluviale sur les terres
de pentes, sur lesquelles des activités
nouvelles ont pu être développées
(cultures destinées à la vente, élevage,
etc.). Les productions et les revenus
des ménages ont augmenté et la
pauvreté a reculé (Minot et Goletti,
2000 ; Niimi et al., 2004).
Cependant, ce modèle de transition Zone de hautes montagnes
repose implicitement sur un accès des
ménages agricoles à des rizières irri- Altitudes
guées, prérequis nécessaire à l’intensi- Nam Bung 2 469 m
fication.
Les montagnes du Nord peuvent être
73
divisées en trois zones « topo-ethni-
ques » qui forment des « paysages N
culturels » différenciés (Tran, 2003). Suoi Giang
W E
Les zones basses, généralement des
fonds de vallées, sont mieux arrosées, S
bénéficient de températures moins
froides et sont bien connectées aux
marchés ; elles sont généralement
peuplées depuis de nombreux siècles
par les ethnies Tay, Muong et Thai, qui
cultivent principalement le riz irrigué
au sein de périmètres collectifs.
Les zones hautes sont plus difficiles
d’accès, l’eau y est rare et les tempé-
ratures froides constituent un frein aux
cultures d’hiver ; elles sont souvent kilomètres
0 5 10 20
occupées par des peuples monta-
gnards tels les H’Mongs et les Dao,
arrivés plus récemment au Vietnam. Figure 1. Le district de Van Chan.
Les activités agricoles principales sont
le maı̈s, le riz pluvial et le petit élevage. Figure 1. Van Chan District.

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 49


uniformisées. L’État, au travers de ses villageoises ? Si cette répartition est à octobre, est très chaud et concentre
coopératives, a favorisé le développe- inégalitaire, quels ont été les modes 80 % des pluies de l’année sur 5 mois.
ment de la riziculture irriguée afin de d’adaptation des ménages ayant des Entre ces deux saisons principales se
réduire les cultures itinérantes, par la accès différenciés à l’eau dans ces glissent deux intersaisons peu plu-
création ou l’amélioration des structu- zones ? vieuses, avec un ensoleillement fort et
res hydrauliques dans les zones basses une humidité relative faible.
(construction de barrages, améliora- Une part importante de la production
tion des canaux d’amenées, etc.). Avec Matériel et méthode agricole du district provient de la
la loi foncière de 1993, les rizières ont culture du riz irrigué dans les fonds
été redistribuées aux ménages pour de vallée, qui ne couvrent pourtant
une durée de 20 ans. Malgré une Zone d'étude que 3 % du territoire du district. Le
volonté égalitariste affichée, les res- et échantillonnage district est également un gros pro-
sources productives (terre, accès à ducteur de thé. Les autres cultures
l’eau) ont parfois été redistribuées de Le district de Van Chan est un district importantes sont le maı̈s et le manioc,
manière inégale (Castella et Quang, de montagne de la province de Yen cultivés sur les pentes. La culture du riz
2002 ; Sikor, 2001). Notre hypothèse Bai, caractéristique du Nord-Ouest pluvial, fortement découragée par les
est que cette redistribution inégale des vietnamien. L’étude a été menée dans autorités (et pour laquelle les statisti-
ressources productives, notamment la zone agro-écologique des hautes ques sont donc douteuses), est encore
des terres irriguées, est à l’origine montagnes (altitude moyenne 840 m) très présente dans certaines communes
d’une forte différenciation des exploi- où 76 % de la superficie présente des du district. Enfin, certaines commu-
tations agricoles. pentes supérieures à 15 % (figure 1). nautés ont développé des productions
Une enquête a donc été réalisée dans Cette zone, au climat rythmé par le spécialisées, comme la cardamome
un district agricole de montagne pour régime des moussons, présente deux pour les Dao.
analyser la diversité des systèmes de saisons principales et deux inter- Les ethnies minoritaires au niveau du
production et répondre à deux inter- saisons de courte durée (figure 2). pays représentent ici deux tiers de la
rogations : la répartition actuelle de De janvier à mars, l’hiver froid, population. Dans chaque commune,
l’accès aux ressources productives humide et couvert, est caractérisé plusieurs groupes ethniques sont pré-
peut-elle être considérée comme éga- par une pluviométrie faible et la sents, mais chaque village est en
litaire au sein des communautés persistance de crachins. L’été, de mai général composé d’une seule ethnie.
Les ménages interrogés ont été sélec-
tionnés en trois étapes successives.
Dans un premier temps, deux commu-
Températures (°C) Pluviométrie (mm/mois) nes ont été choisies pour leur accès
30 400 contrasté aux marchés : Nam Bung
(isolée) et Suoi Giang (plus proche du
350
chef-lieu). Dans un deuxième temps,
25 un petit bassin-versant a été sélec-
tionné dans chaque commune. Dans
300 la première, le bassin de Sai Luong
20
(SL) (218 450 ; 1048 200 ) contient deux
250 villages Dao situés à une altitude de
720 m ; dans la seconde, le bassin de
Pang Cang (PC) (218 370 ; 1048 350 )
15 200 contient trois villages H’Mong situés à
des altitudes de 850 à 900 m. Ces deux
150 bassins ont des ratios rizières irriguées
10 sur cultures pluviales très différents, et
typiques des zones moyennes et
100
hautes décrites précédemment. SL
5 contient un bas-fond de 30 hectares
50 de rizières, alors que PC ne possède
pas de bas-fonds. Les agriculteurs de
PC ont donc aménagé des terrasses le
0 0
long des pentes. Dans un troisième
Jan Fév Mars Avril Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc
temps, 60 ménages ont été tirés au
Pluie Tmin Tmax
hasard dans chacun des bassins-
versants (30 % de la population). Les
chefs des ménages retenus ont été
Figure 2. Températures et précipitations dans le district de Van Chan. interviewés en 2007 à l’aide d’un
questionnaire semi-fermé. Les infor-
Figure 2. Temperatures and rainfall in Van Chan district. mations collectées faisaient référence
Données extraites de WorldClim (Hijmans et al., 2005) au point 218 430 N, 1008 240 E). à l’année culturale 2006.

50 Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011


Identification Tableau 1. Variables retenues pour la typologie des exploitations.
et caractérisation des groupes Table 1. Variables used for farm typology.

La diversité des exploitations agricoles Nom de la variable Description


a été analysée à partir des facteurs
de production (qualité des terres et
de l’accès à l’eau, capital physique et Variables principales
humain) et d’indicateurs de participa- TAIL nage
Taille du me
tion aux marchés des produits agrico-
les et du travail. Nous avons également RIZIERE es dans les zones
Superficie en rizières (installe
intégré des variables de superficie de bas-fonds)
reflétant l’accès à l’eau et le niveau
de contrôle des ménages sur l’eau TERRA es dans les zones
Superficie en terrasses (installe
d’irrigation : superficies irrigables au de pentes)
printemps et en été. Une première EAUPRINT Superficie irrigable au printemps (rizières et terrasses
analyse en composantes principales irrigables au printemps)
(ACP) sur l’ensemble des variables
quantitatives nous a permis de retenir EAUETE  te
Superficie irrigable en e  (rizières et terrasses
les variables les plus discriminantes te
irrigables en e )
(tableau 1).
Nous avons ensuite réalisé une classi- PLATCUM e des terres planes (RIZIERE + TERR)
Superficie cumule
fication ascendante hiérarchique SUPCUMTET e par personne
Superficie cumule
(avec liens de Ward) sur ces variables (= (EAUPRINT + EAUETE + TERPEN) / TAIL)
centrées et réduites. Le nombre de
groupes a été déterminé à l’aide de RPOT Production potentielle de riz par personne
l’indice de silhouette (Rousseeuw, = (RIZIERE x 3 t/ha/saison + TERRA x 1,5 t/ha/saison
1987) et par visualisation des groupes + TERPEN x 0,2 t/ha/an) / TAIL
dans les espaces factoriels d’une ACP
effectuée avec les variables du tableau ETABLI nage en tant que me
Date d'installation du me nage
1. Nous avons ensuite interprété les pendant et autonome
inde
groupes typologiques à l’aide d’une PEREN rennes
Superficie en cultures pe
analyse détaillée d’un ensemble plus
large de variables décrivant ces ménages THE 
Superficie en the
(tableau 2).
TREXT rieur (homme-anne
Personnes travaillant à l'exte e)

Structure des revenus EDU  les e


% adultes ayant termine tudes primaires
par types de ménage mentaires
Variables supple
Les coefficients techniques liés à l’éle- AGE nage
Âge du chef de me
vage, aux cultures et aux travaux de
collecte de produits forestiers – temps MOTO de
Nombre de motos posse es par le me
nage
et calendriers de travaux, besoins en
traction et en intrants, productions, prix TV  le
Nombre de te visions posse
 de
es par le me
nage
des intrants et des produits – ainsi que
le volume et les revenus des activités TERPEN Superficies en terres de pentes
extra-agricoles, ont été évalués par PR_RPLUV es en riz pluvial
Proportion des terres de pentes cultive
des enquêtes conduites auprès de
ménages du district durant l’année
2009 (Jourdain et al., 2010). Nous
avons ensuite calculé les revenus de
ces ménages représentatifs pour éva-
luer les revenus moyens découlant net du ménage est le revenu monétaire Nous avons constaté que les pro-
des différentes stratégies identifiées du ménage duquel on soustrait la ductions animales ne représentaient
(tableau 3). Le revenu monétaire net valeur des intra-consommations (pro- qu’une part marginale des revenus, et
du ménage est la somme des rentrées duits de l’exploitation réutilisés pour nous ne les avons donc pas incluses
monétaires provenant de la vente d’autres productions, valorisés au prix ici. Ce faisant, il est possible que
des produits agricoles et du travail du marché), et auquel on ajoute certains bénéfices des productions
familial à l’extérieur de l’exploitation, les autoconsommations (produits de animales, comme la valeur de la
de laquelle on soustrait les coûts moné- l’exploitation consommés directement traction ou la valeur d’épargne du
taires des intrants et de la main-d’œuvre par le ménage, valorisés au prix du cheptel, aient été sous-estimés. Enfin,
extérieure employée. Le revenu total marché). nous avons calculé les revenus par tête

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 51


Tableau 2. Statistiques comparées des groupes typologiques.
Table 2. Typological groups.

PEPT PERT TERUPL TERLAB OFFW RRIZ

nage et ses activite


Me s

nage
Taille du me 4,9 ac
4,1 a
5,8c 8,4b 10,0b 6,0c

Nb adultes 2,8ac 2,3a 3,8c 6,0b 6,6b 3,6c



Adultes ayant termine 0,2c 0,8a 0,5b 0,3bc 0,5bc 0,3bc
le primaire (%)
rieur
Travail exte 0,3a 0,2a 0,4a 0,5a 2,2b 0,5a
e-homme
(anne

Établi en 1997a 1997a 1993a 1976b 1973b 1993a


nage
Âge du chef de me 35,0a 32,6a 42,9ab 53,3b 54,6b 41,9ab

% prod. manioc vendue 14,3a 35,3a 20,6a 26,4a 0,0a 11,4a

% prod. maïs vendue 11,1b 42,5a 27,5ab 32,1ab 0,0ab 18,9ab

Production potentielle en riz 84,8c 281,8ab 367,6a 159,4c 97,5c 273,5b


(kg/pers/an) (cf. tableau 1)

Proportion des terres de pentes 34,7b 29,6ab 20,7a 27,6ab 59,7b 23,9a
avec riz pluvial (%)

Accès à l'eau et à la terre


a
Superficie totale 62,5 275,7 218,6abc 241,6ab 102,1bcd 137,6cd
e
Superficie irrigue 2,7 3,7a 3,6a 2,3a 15,6b 26,3c

Superficie terrasses 3,9 5,3a 33,6 17,6b 7,1ab 0,9a

Superficie pentes 56 266,7a 181,4ab 221,7a 79,4bc 110,4bc

Superficie irrigable au printemps 0,3 1,4ab 12,8c 6,5abc 2abc 9,5bc


te
Superficie irrigable en e  6,3 8,6a 36,8c 19,9b 22,7b 26b

Superficie en riz irrigue 0,2 1,4a 8,8b 4,3ab 1a 4,4ab
de printemps

Superficie en riz pluvial 19,9 71,6a 39,4ab 39,4ab 45,9ab 28,1ab

Superficie en manioc 4,7 26,6a 11,8ab 15,7ab 4,9ab 7,9b


rennes
Superficie en cultures pe 13,7 28,5a 75,9b 2,9a 4,9a 16,3a

Superficie en the 10,9 99,3a 28,4b 118,1a 0b 45,3b

Ratios

Superficie cumule e (printemps 12,8 66,9 a


44,9 b
31,7bc 10,4c 25,3bc
+e te
) par personne

e par personne
Superficie plane cumule 1,4 2,4a 9,3b 3,2a 2,4a 6,1c

Des lettres abcd différentes indiquent des différences significatives de moyenne par le test HSD de Tukey (95 %) ; toutes les superficies sont exprimées en ares ; PEPT :
pauvres en eau et en terres de pentes ; PERT : pauvres en eau, riches en terres de pentes ; TERUPL : riches en terrasses irrigables ; TERLAB : riches en terres et en travail,
pauvres en eau ; OFFW : travail extérieur ; RRIZ : riches en rizières de bas-fonds.

52 Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011


Tableau 3. Revenus simulés des ménages représentatifs de chaque groupe typologique.
Table 3. Simulated revenues of farms representatives of their typological group.

PEPT PERT TERUPL TERLAB OFFW RRIZ

taire net du me
Revenu mone nage (million VND/an) 7,9 17,9 39,6 38,0 33,5 35,6
rieur dans le revenu mone
% travail exte taire (%) 76 34 29 47 80 33
taire (%)
% vente de produits dans le revenu mone 24 66 71 53 20 67
nage (millions de VND/an)
Revenu total net du me 14,0 24,7 44,5 44,5 39,1 40,4
taire (PPA/tête/jour)
Revenu net mone 0,9 1,61 2,97 2,14 2,15 2,67

Revenu total net (PPA/tête/jour) 1,57 2,22 3,34 2,50 2,51 3,03

VND : Dong vietnamiens ; 1 euro = 22 000 VND en 2008 ; PPA = parité de pouvoir d'achat ; 1 PPA = 6 100 VND (source : World Economic Outlook Database,
October 2008).
PEPT : pauvres en eau et en terres de pentes ; PERT : pauvres en eau, riches en terres de pentes ; TERUPL : riches en terrasses irrigables ; TERLAB : riches en terres et en
travail, pauvres en eau ; OFFW : travail extérieur ; RRIZ : riches en rizières de bas-fonds.

et par jour et les avons exprimés en les ménages récemment établis sont Caractérisation des groupes
parité de pouvoir d’achat ou PPA moins bien lotis en terres irrigables.
(Deaton et Heston, 2010), unité qui Enfin, cela montre que les ménages Une fois les types identifiés, nous pou-
permet de faciliter les comparaisons n’ayant pas accès à l’eau ont une vons analyser les caractéristiques de
avec les standards internationaux de proportion importante de leurs terres chaque groupe typologique (tableau 2).
pauvreté en s’affranchissant des pro- de pentes cultivées en riz pluvial ; ces
blèmes de change entre monnaies ménages cherchent avant tout leur Pauvres en eau
(tableau 3). autosuffisance en riz : si la production et en terres de pentes (PEPT)
de riz irrigué n’est pas suffisante, les
terres de pentes sont plus fortement Les ménages PEPT sont les plus mal
Résultats mobilisées pour le riz pluvial. dotés en ressources productives et en
Le deuxième axe (20 % de la variabi- capital humain (peu d’adultes, niveau
lité) oppose principalement les varia- d’éducation le plus faible).
Six groupes typologiques bles TAIL et TREXT aux variables THE, Installés récemment, ils ne contrôlent
marqués ETABLI et SUPCUMTET. La taille des que peu de terres (62 ares/ménage),
ménages (donc le nombre de travail- qui sont essentiellement situées sur les
Les caractéristiques générales des leurs) et la disponibilité des terres par pentes. Leurs terres sont largement
ménages examinés et de leurs exploi- bouche à nourrir conditionnent donc utilisées pour la production de riz
tations agricoles sont présentées deux stratégies différentes, l’une fon- pluvial, donc avec un temps de jachère
pour chaque bassin-versant dans le dée sur le développement du travail court. Du fait des jachères courtes, les
tableau 4. hors de l’exploitation agricole, et ménages constatent souvent que la
À l’aide de l’indice de silhouette, nous l’autre, quand les terres de pentes fertilité des sols décroı̂t et que le temps
avons retenu une répartition en six sont importantes, fondée sur la culture de travail dédié à la culture du riz est
groupes typologiques. L’ACP donne du thé, elle aussi exigeante en main- plus important. En effet, en l’absence
une bonne discrimination visuelle des d’œuvre. Ces deux stratégies oppo- d’herbicides, le contrôle des mauvai-
corrélations entre variables constituti- sées caractérisent l’axe 2. ses herbes demande des temps de
ves des axes (figures 3 et 4) et des L’axe 3 (12 % de la variabilité) oppose travaux de plus en plus importants
groupes typologiques (figures 5 et 6). RIZIERE et ETABLI à TERRA et THE. (Husson et al., 2004).
La lecture des 4 premiers axes (72 % de Les ménages plus anciens – installés La main-d’œuvre étant limitée et
la variabilité) permet une première dans les années 1970-1980 – disposent mobilisée pour la production de riz
identification des différentes stratégies d’une superficie importante de rizières pluvial, ces ménages travaillent peu à
des ménages en fonction de leurs de bas-fonds. Les ménages établis plus l’extérieur. Cependant, le travail exté-
ressources. Le premier axe (30 % de la récemment (dans les années 1990) ont rieur représente une part importante
variabilité) oppose les variables d’accès moins accès aux bas-fonds et déve- du revenu monétaire du ménage et est
à l’irrigation (PLATCUM, EAUETE et loppent deux stratégies : l’une passe absolument vital pour le fonctionne-
EAUPRINT) à la date d’installation par l’aménagement de terrasses sur ment de ces exploitations (tableau 4).
(ETABLI) et à la proportion des terres leurs terres de pentes, et l’autre par le En effet, ne pouvant être autosuffi-
de pentes cultivées avec du riz pluvial développement du thé. Ces deux sants avec leur faible production, ces
(PR_RPLUV). L’accès aux ressources en dernières stratégies sont opposées ménages sont contraints d’acheter une
eau est donc un facteur très discrimi- sur l’axe 4 (10 % de la variabilité), partie de leur consommation alimen-
nant. Cela met aussi en évidence que montrant leur complémentarité. taire sur le marché.

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 53


Tableau 4. Caractéristiques générales des ménages et de leurs exploitations agricoles.
Table 4. General characteristics of households and their holdings.

Nam Bung Suoi Giang Signification


statistique

nage et ses activite


Me s

nage
Taille du me 6.5 5.3 ***

Nb. adultes 4,1 3,2 **



Adultes ayant termine 0,3 0,4
le primaire (%)
rieur
Travail exte 0,7 0,3 ***
e-homme)
(anne

Établi en 1990 1993


nage
Âge du chef de me 43,5 37,9 **

% prod manioc vendue 0,0 35,9 ***

% prod mais vendue 2,5 39,6 ***

Production potentielle en riz 151,0 248,3 ***


(kg/pers/an) (cf. tableau 1)

Proportion des terres de 37,8 23,5 ***


pentes avec riz pluvial

Accès à l'eau et à la terre

Superficie totale 89,0 218,4 ***


e
Superficie irrigue 11,2 5,5 **

Superficie en terrasses 8,9 10,4

Superficie en pentes 68,8 202,5 ***

Superficie irrigable au printemps 4,4 5,5


te
Superficie irrigable en e  19,9 15,3
 de printemps
Superficie en riz irrigue 2,6 3,3

Superficie en riz pluvial 25,8 45,3 **

Superficie en manioc 3,3 18,1 ***


rennes
Superficie en cultures pe 25,7 21,0

Superficie en the 1,9 87,6 ***

Ratios

Superficie agricole par personne 13,8 43,7 ***


e (printemps + e
Superficie cumule te
) 14,5 44,6 ***
par personne
e
Superficie plane cumule 3,7 4,1
par personne

Seuils pour l'analyse de variance: * P < 0,1 ; ** P < 0,05 ; *** P < 0,01 ; les superficies sont exprimées en ares.

54 Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011


La superficie des terres recevant de
l’eau au printemps est importante, ils
ont donc la superficie irriguée poten-
tielle (cumul annuel printemps + été)
la plus importante par bouche à
TAIL nourrir. Mais ce potentiel est sous-
TREXT
utilisé car seulement 60 % des terres
AGE irrigables au printemps sont effective-
ment utilisées à cette saison.
L’autosuffisance alimentaire (produc-
RIZIERE tion par tête la plus forte de tous les
EAUETE MOTO groupes), acquise grâce au riz irrigué,
PR_RPLUV
PLATCUM permet à ces ménages de diversifier
TV leurs productions vers des cultures
EAUPRINT autres que vivrières : les pentes sont
TERRA
donc surtout utilisées pour des cultu-
res commerciales, qu’il s’agisse de
EDU cultures annuelles comme le maı̈s ou
le manioc, ou de cultures pérennes
PEREN comme le thé.
THE
ETABLI
TERPEN
RPOT
Riches en terres et en travail,
SUPCUMTET pauvres en eau (TERLAB)
Les ménages TERLAB sont de grands
Les variables encadrées ménages installés depuis de nombreu-
sont des variables ses années. Ne possédant pas de bas-
(axes factoriels 1-2) supplémentaires fonds, ils ont aménagé une superficie
importante de terrasses sur les pentes.
Cependant, seul un tiers des terrasses
Figure 3. Représentation des variables sur les axes 1 et 2.
construites reçoit de l’eau au prin-
Figure 3. Projection of variables on factorial axes 1 and 2.
temps ; la superficie annuelle cumulée
Les sigles des variables sont expliqués dans le tableau 1.
des cultures de printemps et des
cultures d’été reste donc faible par
tête. Par ailleurs, la forte main-d’œuvre
Enfin, du fait des faibles surfaces, ils au marché et l’abondance relative en disponible permet de dégager un
ne peuvent développer de cultures terres permettent de s’affranchir du temps important pour la production
pérennes. Ces ménages semblent faible accès à l’eau et d’obtenir des de thé sur l’exploitation et pour du
donc pris dans un cercle vicieux de revenus intermédiaires, sans dépen- travail extérieur.
dégradation des ressources et de dre des opportunités de travail exté-
diminution progressive de la produc- rieur. Leurs revenus sont cependant
tivité du travail et de la terre. Leurs inférieurs à ceux des ménages qui Travail extérieur (OFFW)
revenus sont, de loin, les plus faibles. disposent d’un meilleur accès à l’eau.
Bien que bien dotés en terres irriga-
bles, les ménages OFFW ne disposent
Pauvres en eau, Riches en terrasses irrigables que d’une faible superficie irrigable
riches en terres de pentes (PERT) (TERUPL) cumulée par personne. En effet, d’une
part, leurs terres irrigables sont surtout
Les ménages PERT ont un accès très Les ménages TERUPL sont installés des terrasses construites récemment
limité à l’irrigation mais ils ont des depuis une quinzaine d’années, et qui sont irriguées à partir de cours
superficies importantes en terres de sont donc un peu plus âgés que les d’eau qui s’assèchent au printemps ;
pentes. Une part importante de ces ménages PEPT et PERT. Avec une part d’autre part, ce sont des ménages de
terres est dédiée à la culture extensive d’adultes plus importante, ils ont eu le grande taille (installés depuis de
de thé shan (4 coupes par an, pas temps d’implanter des terrasses irri- nombreuses années). Du fait du
d’intrants). Ils maintiennent la culture guées sur leurs terres de pentes. De nombre important de travailleurs, ils
du riz pluvial, mais ils compensent plus, installés les premiers, ils ont eu ont développé deux stratégies :
leur faible accès à l’eau par le accès à des terres plus proches des l’installation de nouvelles terrasses
développement de cultures dont une sources ou des petits cours d’eau, ce sur les pentes et surtout le travail
partie importante est destinée au qui a facilité l’aménagement de leurs extérieur, particulièrement important
marché (thé, maı̈s, manioc). L’accès terrasses. pour ce groupe.

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 55


Le travail extérieur représente toujours
plus d’un tiers des revenus des
ménages.
Enfin, les ménages PEPT sont les plus
pauvres. Du fait qu’ils sont récemment
RIZIERE établis, la faible dotation en terres de
leurs exploitations les rend peu viables
ETABLI s’ils n’augmentent pas leurs superficies
(défriche de nouvelles parcelles). Cette
stratégie, traditionnellement utilisée
par les jeunes ménages, est maintenant
EAUPRINT
PLATCUM rendue très difficile par l’interdiction de
RPOT EAUETE nouvelles défriches. Il leur faudrait
donc pouvoir intensifier l’utilisation
PEREN PR_RPLUV de leurs terres, notamment par l’amé-
nagement de nouvelles terrasses. Sans
TV MOTO cela, ces ménages resteront fortement
SUPCUMTET TAIL
EDU TREXT dépendants du travail à l’extérieur.
TERPEN AGE
Actuellement, bien que la quantité de
THE travail vendue soit faible, elle repré-
TERRA sente plus de 75 % des revenus
monétaires de ces ménages.
Seuls deux groupes (PERT et OFFW)
sont spécifiques d’une seule commune
(tableau 5). Le groupe PERT est
d’ailleurs assez proche du groupe
Les variables encadrées PEPT et ne s’en distingue que par
sont des variables les superficies en terres de pentes,
(axes factoriels 2-3) supplémentaires l’espace agricole disponible par habi-
tant étant plus important à Suoi Giang.
La différenciation ethnique tradition-
Figure 4. Représentation des variables sur les axes 2 et 3.
nelle des stratégies des ménages présen-
Figure 4. Projection of variables on factorial axes 2 and 3.
tée en introduction tend à s’estomper.
Les sigles des variables sont expliqués dans le tableau 1.
Aujourd’hui, ces stratégies semblent
avoir surtout des fondements structurels
(superficie de l’exploitation, disponibi-
Riches en eau et bas-fonds (RRIZ) Différenciation des revenus lité en main-d’œuvre, accès à l’eau) et
être liées aux opportunités de marché.
Les ménages RRIZ sont caractérisés par Les revenus nets générés par les six On retrouve ici des résultats observés
une superficie importante de rizières types de ménages varient du simple au ailleurs dans le Nord du Vietnam
de bas-fonds et une superficie de terres triple (tableau 4). (Castella et al., 2004).
alimentées en eau dès le printemps Les ménages RRIZ valorisent leur
plus importante que les autres groupes. accès à l’eau par une production
Ce groupe, comme les ménages intensive de riz irrigué. Bien que
TERUPL, sous-utilise cette eau : seu- disposant d’une main-d’œuvre impor- Discussion
lement 50 % des terres irrigables au tante, ils restent essentiellement des
printemps sont cultivées en riz. Déjà ménages riziculteurs. Un tiers des ménages appartiennent à
autosuffisants en riz avec une seule Les ménages ayant des revenus élevés la catégorie la plus pauvre (tableau 3).
culture par an, ils n’ont que peu malgré des superficies irriguées faibles C’est cette catégorie qui devrait retenir
d’incitation à valoriser l’eau de prin- (TERUPL, TERLAB, OFFW), ont utilisé aujourd’hui l’attention des gouver-
temps, car la collecte des produits deux stratégies alternatives de généra- nants. Leur statut est très proche de
forestiers, en particulier le bambou, et tion de revenus. D’une part, ils ont ce que l’on qualifierait ailleurs de
la culture de la cardamome, sont intensifié l’utilisation de leurs terres « paysans sans terres » (Ravallion et van
susceptibles d’apporter plus de reve- par la construction de terrasses irri- de Walle, 2008 ; He et al., 2009).
nus que la production rizicole, sans guées et l’introduction d’un second Cependant, l’importance de ce groupe
ajouter de contraintes fortes sur le cycle de riz, quand cela était possible. n’est pas, ici, liée à la création d’un
calendrier de travail. Cela leur permet à la fois d’atteindre nouveau marché de la terre, comme
Les pentes sont surtout utilisées pour l’autosuffisance en riz et de dévelop- cela a été observé dans les deltas du
les cultures annuelles mises en grande per des cultures commerciales sur les Vietnam (Ravaillon et van de Walle,
partie sur le marché (maı̈s, manioc) et pentes (thé, maı̈s, manioc). D’autre 2008), mais à la fermeture de l’accès à
des cultures pérennes ; le riz pluvial part, les ménages suffisamment dotés l’espace forestier, qui limite l’expan-
est présent mais peu important. en main-d’œuvre vendent leur travail. sion géographique des communautés.

56 Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011


terrasses augmente, car les sources
d’eau mobilisables sont de plus en plus
éloignées et difficiles d’accès, donc
de plus en plus coûteuses à capter et
6
à transporter. Dans ce cadre, il est
4 6
intéressant de constater l’émergence
66
6
66 d’initiatives collectives d’aménagement
de terrasses ces dernières années, ce
1
1
6 qui contraste avec les premiers amé-
1 3 3 3 nagements qui étaient toujours entre-
1 3
pris par un seul ménage.
1 3 3
3 1 5 5
3 5 5
5 5
1 3 5
55 551 5
4
4
3 1 4
555
5 5 5
1 3
115
5 5 55 55
5
5
Conclusion
11 3 5 5
5
4 4 4 4 3 4
1 1 5
5 5 La construction d’une typologie des
4 5
4 1 4 1 1
2 5
2 2
exploitations agricoles reposant sur
1
3 1
5 2 2 des critères de structure de l’exploita-
4
2 2
tion et les différents actifs des ména-
44 2
2
2
ges, nous a permis de montrer que
2 2
2 l’accès à l’eau et sa maı̂trise sont très
4 inégaux et constituent des facteurs
2 importants de différenciation des
exploitations. Seuls un tiers des ména-
2
1 = RRIZ ges contrôlent des superficies impor-
4
2 2 = PERT tantes de rizières de bas-fonds ou de
3 = TERLAB
4 = TERUPL terrasses ayant un bon accès à l’eau,
5 = PEPT alors que les autres contrôlent des
Représentation individus (axes 1-2) 6 = OFFW superficies très faibles de terres irriga-
bles, ou des terres pour lesquelles
l’accès à l’eau est problématique au
Figure 5. Représentation des individus sur les axes 1 et 2. printemps. Ces inégalités ont été en
grande partie induites par la redis-
Figure 5. Projection of farms on factorial axes 1 and 2. tribution inégalitaire des terres lors de
PEPT : pauvres en eau et en terres de pentes ; PERT : pauvres en eau, riches en terre de pentes ; TERUPL : riches en
terrasses irrigables ; TERLAB : riches en terres et en travail, pauvres en eau ; OFFW : travail extérieur ; RRIZ : riches en
la dernière réforme foncière (Jourdain
rizières de bas-fonds. et al., 2011). Pour y faire face, les
ménages ayant un faible accès à l’eau
ont pu adopter trois stratégies :
De plus, une forte migration vers les 1980). Si l’on ne veut pas créer une 1. L’aménagement de terrasses sur les
villes n’a pas été observée ici, comme nouvelle population de paysans sans pentes pour permettre l’intensification
cela a pu l’être en Chine. Cela semble terres, augmenter le potentiel productif de la riziculture ;
provenir des faibles salaires attendus de ces terrasses, permettant ainsi la 2. L’aménagement de plantations de
(savoir-faire peu valorisables dans les réduction de l’espace nécessaire à thé ;
villes pour ces ethnies minoritaires), l’agriculture vivrière, devrait d’ailleurs 3. Le travail à l’extérieur, quand il y
du peu d’opportunités dans les villes venir en complément des politiques avait des emplois disponibles.
moyennes proches et d’une limitation de protection des zones forestières Cependant, une part importante de la
des migrations campagnes-capitale par comme cela a été argumenté au Laos population n’a pas pu saisir ces
les autorités. L’unique option, à ce pour des agro-écosystèmes proches différentes opportunités et se retrouve
stade, reste donc l’intensification de (Pandey, 2006). Cependant, en l’ab- maintenant en situation de pauvreté.
l’usage des terres par les paysans. Mais, sence de marché important pour les Deux pistes, complémentaires, sont
ici comme ailleurs, la diminution de la cultures sèches, l’augmentation de la envisageables pour tenter d’améliorer
proportion des terres en jachère au productivité de la terre n’est vraiment la situation. D’une part, il serait utile de
profit de cultures annuelles ne permet assurée que si ces terrasses peuvent faire un travail sur la gestion de l’eau
pas au système d’être durable sur le être irriguées pour la riziculture, en avec les communautés villageoises.
long terme avec les techniques actuel- hiver et au printemps. Les règles On pourrait ainsi discuter d’améliora-
lement utilisées (Bruun et al., 2006). d’accès aux sources et de distribution tions des infrastructures pour permet-
La construction de terrasses, une des de l’eau entre les ménages seront donc tre à plus de ménages de bénéficier
stratégies adoptée par les ménages importantes pour déterminer la viabi- d’eau au printemps. En effet, nombre
dans les 15 dernières années, est lité de cette option pour les ménages de paysans ne peuvent produire au
conforme à l’évolution longue des sys- nouvellement installés. Par ailleurs, printemps car ils n’ont pas d’accès
tèmes agricoles tropicaux (Ruthenberg, le coût d’aménagement de nouvelles direct à l’eau, mais doivent l’obtenir à

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 57


d’accès à l’eau au printemps, on
pourrait étudier l’introduction, sur
les terrasses, de cultures sèches
comme le soja ou l’arachide ; cela
leur permettrait d’améliorer leur pro-
duction alimentaire et leurs revenus,
1
pour autant qu’il existe des opportu-
1 nités durables de marché.
Dans un contexte où beaucoup de
1 décisions ont été imposées aux acteurs
1 1 de façon uniforme, sans prendre en
4 1
1 11 compte toute la diversité des situations
1 1 1 que notre étude a mise en exergue, il
1
1 5 5 1 sera important que des solutions
1
5 1 5 techniques et institutionnelles du type
4 5 55 3 1
4 5 5 5 1 6
de celles que nous pouvons proposer
4 1
4
1
54 15 5 555 soient construites et affinées avec les
2 55 55
54 5
2 2 6
1 2 4 5 4 5
5 6 paysans, d’une part, et l’Administra-
2
2 4 2 5
5 55 5 5 6 tion, d’autre part. Leur mise en œuvre
22 5
2 4 2 3 effective dépendra donc non seule-
2 6
2 2 5 5 ment de leur pertinence pour tel ou tel
2 3 3
4 3 3 33 groupe d’exploitations, mais aussi de
3
2 la capacité des différents acteurs (c’est-
3 3
1 = PRIZ 34 3
6 à-dire les différents types de paysans,
6
2 = PERT
3
6 mais aussi l’Administration, encore
3 = TERLAB 4 très présente dans les villages), à
3
4 = TERUPL
5 = PEPT engager un dialogue sur la gestion
6 = OFFW concertée des terres et de l’eau, sujet
sensible dans un contexte post-
Représentation individus (axes 2-3) collectivisation où la priorité peut être
plutôt aux solutions individuelles.
L’importance accordée par le Gouver-
Figure 6. Représentation des individus sur les axes 2 et 3. nement à la lutte contre la pauvreté
dans cette zone d’une part, et l’émer-
Figure 6. Projection of farms on factorial axes 2 and 3. gence de nouvelles formes d’organi-
PEPT : pauvres en eau et en terres de pentes ; PERT : pauvres en eau, riches en terres de pentes ; TERUPL : riches en sation de l’irrigation, émanant des
terrasses irrigables ; TERLAB : riches en terres et en travail, pauvres en eau ; OFFW : travail extérieur ; RRIZ : riches en
rizières de bas-fonds. paysans eux-mêmes (Jourdain et al.,
2011), d’autre part, donne à penser
qu’il existe actuellement des opportu-
travers les parcelles de paysans non tion et l’adoption de règles nouvelles, nités pour ce type d’initiatives. &
désireux de cultiver à cette saison ; comme cela existe dans certains
l’acheminement direct de l’eau à leurs villages des communes voisines, où
parcelles éviterait de bloquer les des règles locales obligent à louer ses
souhaits de cultiver au printemps de terres irrigables au printemps, si l’on Références
certains producteurs. On pourrait ne veut pas les mettre en culture soi- Bruun TB, Mertz O, Elberling B, 2006. Linking yields
aussi mettre en discussion l’élabora- même. Pour les ménages n’ayant pas of upland rice in shifting cultivation to fallow length
and soil properties. Agr Ecosyst Environ 113 : 139-
49.
Tableau 5. Répartition des groupes typologiques entre les deux
Castella JC, Quang DD, 2002. Doi Moi in the
communes. Mountains. Land use changes and farmers' liveli-
hood strategies in Bac Kan Province, Viet Nam.
Table 5. Distribution of typological groups between the two communes. Hanoi: The Agricultural Publishing House.
Castella JC, Hoa TQ, Husson O, Nam VH, Quang
PEPT PERT TERUPL TERLAB OFFW RRIZ Total DD, 2004. Appartenance ethnique, accès aux
ressources foncières, et stratégies paysannes dans
une zone de montagne du Vietnam. Cah Agric 13 :
Nam Bung 24 0 7 4 7 13 55 403-11.

Suoi Giang 13 16 9 10 0 9 57 Deaton A, Heston A, 2010. Understanding PPPs


and PPP-Based National Accounts. American Eco-
Total (%) 33 14 14 13 6 20 112 nomic Journal: Macroeconomics 2 : 1-35.
He S, Liu Y, Webster C, Wu F, 2009. Property rights
PEPT : pauvre en eau et en terres de pente ; PERT : pauvre en eau, riche en terre de pente ; TERUPL : riche en redistribution, entitlement failure and the impove-
terrasses irrigables ; TERLAB : riche en terre et en travail, pauvre en eau ; OFFW : travail extérieur ; RRIZ : riche rishment of landless farmers in China. Urban Stud
en rizières de bas-fonds. 46 : 1925.

58 Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011


Hijmans RJ, Cameron SE, Parra JL, Jones PG, autonomie accrue des irrigants ? Cah Agric 20 : 78- Prabang, Lao PDR, 12-15/12/2006. Vientiane
Jarvis A, 2005. Very high resolution interpolated 84. doi: 10.1684/agr.2010.0464. (Laos): NAFRI. http://www.nafri.org.la/document/
climate surfaces for global land areas. Int J Climatol SSLWM/ch5_07_sushil.pdf.
25 : 1965-78. Lam NT, Patanothai A, Rambo A T, 2004. Recent
changes in the composite swidden farming system Ravallion M, van de Walle D, 2008. Does rising
Husson O, Castella JC, Tuan HD, Naudin K, 2004. of a Da Bac Tay ethnic minority community in landlessness signal success or failure for
Diagnostic agronomique des facteurs limitant le Vietnam's northern mountain region. Southeast Vietnam's agrarian transition? J Dev Econ 87 :
rendement du riz pluvial de montagne dans le nord Asian Studies 42 : 273-93. 191-209.
du Vietnam. Cah Agric 13 : 421-8.
Minot N, Goletti F, 2000. Rice market liberalization Rousseeuw PJ, 1987. Silhouettes - a graphical aid
Jourdain D, Boere E, Quang DD, van den Berg M, and poverty in Vietnam. IFPRI Research Report No. to the interpretation and validation of cluster-
Thanh CP, Tai DA, 2010. Water for Forest: 114. Washington (DC): International Food Policy analysis. J Comput Appl Math 20 : 53-65.
Potential impact of alternative land set-aside Research Institute.
programs at village and farm levels in the mountai- Ruthenberg H, 1980. Farming systems in the
nous areas of Vietnam. Contributed Paper prepared Niimi Y, Vasudeva-Dutta P, Winters LA, 2004. Tropics. Oxford: Oxford University Press.
for presentation at the international symposium Storm in a rice bowl: Rice reform and poverty in
''Sustainable Land Use and Rural Development in Vietnam in the 1990s. J Asia Pac Econ 9 : 170-90. Sikor T, 2001. Agrarian differentiation in post-
Mountainous Regions of Southeast Asia'', Hanoi socialist societies: evidence from three upland
21-23 July 2010. http://www.uni-hohenheim.de/ Pandey S, 2006. Land degradation in sloping villages in North-Western Vietnam. Dev Change
sfb564/uplands2010/papers/191.pdf. uplands: Economic drivers and strategies for 32 : 923-49.
promoting sustainable land use. 2nd International
Jourdain D, Rakotofiringa A, Quang DD, Valony Conference on Sustainable Sloping Lands and Tran DV, 2003. Culture, environment, and farming
MJ, Vidal R, Jamin JY, 2011. Gestion de l'irrigation Watershed Management: Linking research to systems in Vietnam's northern mountain region.
dans les montagnes du Nord du Vietnam : vers une strengthen upland policies and practices, Luang Southeast Asian Studies 41 : 180-205.

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 59


Étude originale

Accompagnement d'exploitations laitières


pour mieux valoriser l'eau d'irrigation
dans la plaine du Tadla au Maroc

Mohamed Taher Sraïri1 Résumé


Marcel Kuper2,3 Une recherche-intervention a été conduite dans le bassin laitier adossé au périmètre irrigué
Pierre-Yves Le Gal4 du Tadla au Maroc. L’objectif initial était d’évaluer les performances techniques et
1
IAV Hassan II économiques des exploitations laitières et la valorisation de l’eau par la production bovine.
Departement des productions Il s’agissait ensuite d’identifier des voies d’amélioration de ces performances, en se fondant
et biotechnologies animales sur une interaction instrumentée entre agriculteurs et chercheurs. Un appui zootechnique
BP 6202 reposant sur l’évaluation en continu du statut productif du cheptel laitier et des ressources
1, Rue Allal Al Fassi fourragères disponibles a été instauré auprès d’un échantillon de 10 éleveurs. En parallèle,
Madinate Al Irfane
10101 Rabat un outil simulant les conséquences de nouvelles options de production sur l’évolution des
Maroc exploitations a été conçu. Dans cette étude, chaque kilo de lait produit a nécessité en
<mt.srairi@iav.ac.ma> moyenne 1,8 m3 d’eau, tandis que 10,6 m3 d’eau étaient utilisés pour produire un kilo de
2
Cirad
poids vif bovin. La valorisation économique de l’eau était en moyenne de 0,07 euro/m3
UMR G-EAU pour le lait et de 0,24 euro/m3 pour la viande. Le recours aux calculs de rations équilibrées
73, rue JF Breton a permis d’augmenter sensiblement la production laitière des vaches. Ces travaux montrent
34398 Montpellier que la valorisation d’une eau rare pourrait être significativement améliorée via la
France production bovine, par l’amélioration des pratiques agricoles (choix des fourrages et
<marcel.kuper@cirad.fr> itinéraires techniques adaptés, irrigation en goutte-à-goutte, races laitières spécialisées. . .)
3
IAV Hassan II et une maı̂trise accrue du rationnement des vaches. Les conditions de prise en charge de
Departement de l'eau et des infrastructures telles démarches d’intervention par des services d’appui aux éleveurs sont discutées, dans
BP 6202 le contexte actuel du désengagement des pouvoirs publics.
1, Rue Allal Al Fassi
Madinate Al Irfane Mots clés : aide technique ; élevage ; exploitation laitière ; Maroc ; valorisation de l’eau.
10101 Rabat
Maroc Thèmes : eau ; production animales.
4
Cirad
UMR Innovation
34398 Montpellier
Abstract
France Supporting dairy farms by improving water productivity in the Tadla irrigation scheme
<pierre-yves.le_gall@cirad.fr> (Morocco)
A research intervention was conducted in the dairy supply chain of the Tadla irrigation
scheme in Morocco. The main objective was to assess water productivity through dual
purpose herds (milk and meat) and to identify ways of improving it through better fodder
yields and cattle rearing practices. An intervention method was tested. It relied on technical
support for 10 cattle farmers. A regular evaluation of diets distributed to lactating cows was
undertaken. In cases of nutritive insufficiencies or imbalances in relation to cows’ potential
milk yield requirements, an adequate supplementation was proposed and its effects on milk
productivity assessed. In addition, a simulation tool was designed and tested with farmers to
determine the effects of strategic changes (substitution of crossbreeds by pure Holstein cows,
replacement of alfalfa by maize silage, introduction of drip irrigation) on their overall
performance. The field study revealed that some 1.8 cubic meters of water were necessary for
1 kg of milk, whereas a volume of 10.6 cubic meters of water was needed for a kg of cattle live
weight gain. The economic values of water productivity were 0.07 s and 0.24 s per cubic
doi: 10.1684/agr.2010.0462

meter of water, respectively, for milk and live weight gain. The use of balanced diets made it

Pour citer cet article : Sraïri MT, Kuper M, Le Gal PY, 2011. Accompagnement d'exploitations
laitières pour mieux valoriser l'eau d'irrigation dans la plaine du Tadla au Maroc. Cah Agric 20 :
60-6. doi : 10.1684/agr.2010.0462
Tirés à part : M.T. Sraïri

60 Cah Agric, vol. 20, n81-2, janvier-avril 2011


possible to increase the average milk yield per cow. The results indicated that water
productivity through irrigated cattle farming may be significantly improved by enhancing
cropping and cattle rearing practices. This implies that on-farm extension services have to be
improved to test such intervention tools at a larger scale.
Key words: animal husbandry; dairy farms; Morocco; technical aid; water productivity.
Subjects: animal productions; water.

L'
évaluation et l’amélioration de encore. En effet, l’eau est vitale pour par les bovins et les voies d’améliora-
la valorisation de l’eau d’irriga- cette activité : au Maroc, 60 % du lait et tion ne se déclinent pas de la même
tion par l’élevage bovin laitier à 30 % de la viande proviennent de manière pour les éleveurs, les coopé-
l’échelle de l’exploitation agricole grands aménagements hydrauliques, ratives de collecte, l’industrie laitière et
amènent à considérer la chaı̂ne de où la production des fourrages néces- l’ORMVAT. En effet, l’industrie n’est
fonctions de production allant des site des dotations importantes (20 % et pas directement concernée par l’usage
consommations hydriques à la bio- plus des volumes totaux). de l’eau, mais la production laitière (via
masse fourragère récoltée et finale- L’accompagnement des agriculteurs les fourrages) est en concurrence avec
ment aux quantités de lait et de viande dans un processus d’amélioration de d’autres productions irriguées. L’ORM-
produites (Le Gal et al., 2007). L’ana- la valorisation de l’eau par la produc- VAT tente d’intervenir en promouvant
lyse de la variabilité des performances tion bovine repose sur une interaction des cultures et technologies économes
de cette chaı̂ne, en fonction des types instrumentée (Moisdon, 1984) entre (irrigation localisée), et en s’appuyant
d’exploitations agricoles et des prati- éleveurs et chercheurs. Elle vise, pour sur la tarification et les subventions.
ques des éleveurs, permet d’identifier les premiers, à dynamiser leurs pro- L’agriculteur est sensible à la rareté de
des voies d’intervention mobilisant cessus d’apprentissage et leurs capa- l’eau et à son coût, qui est proportion-
l’ensemble des disciplines impliquées cités de réflexion prospective et, pour nel au volume consommé. Ses choix de
(hydraulique, agronomie, zootechnie les seconds, à mieux comprendre les culture, ses pratiques et ses performan-
et économie). Cela peut ensuite mener logiques, contraintes et marges de ces techniques et économiques ont un
à l’instauration de processus manœuvre possibles. Cet article relate effet direct sur la valorisation de l’eau
d’accompagnement des éleveurs afin une expérience conduite dans des (Le Gal et al., 2009).
de les aider à remédier aux lacunes coopératives marocaines de collecte Dans ce contexte, une recherche-
techniques diagnostiquées. laitière situées dans le périmètre intervention (Hatchuel et Molet,
Au Maroc, où prévaut une situation de irrigué du Tadla (centre-est du Maroc). 1986) a été conduite de 2004 à 2009
« pauvreté en eau » (Blinda et Thivet, Cette expérience illustre un processus sur la base d’un diagnostic préalable de
2009), une gestion rigoureuse de cette allant du diagnostic à l’intervention la valorisation de l’eau par l’élevage
ressource et des effets des stress auprès d’un échantillon d’exploita- bovin dans six exploitations familiales
hydriques sur le développement tions d’élevage bovin valorisant l’eau conventionnelles de la région (moins
humain est nécessaire. Du fait de de manière très variable. Dans cet de 5 hectares), n’ayant pas accès à l’eau
sécheresses récurrentes, l’irrigation échantillon, des ajustements des souterraine. Le protocole comprenait
demeure le moyen privilégié pour apports alimentaires aux vaches lai- les mesures suivantes : volumes d’eau
sécuriser les productions agricoles. Or tières ont été effectués en continu utilisés sur les parcelles fourragères,
les niveaux actuels de consommation pour améliorer les performances du biomasse produite, consommations
d’eau dans les grands périmètres système d’élevage et la valorisation de d’aliments et d’eau respectivement
irrigués au sud de la Méditerranée l’eau. Le contexte et la démarche sont pour la production de lait et de viande
ne sont pas soutenables, car ils présentés dans une première partie. et coûts de production. L’analyse
entraı̂nent une surexploitation crois- Les résultats obtenus en termes de prenait aussi en considération les prix
sante des ressources souterraines valorisation de l’eau par l’élevage et « départ ferme » pour le lait et le poids vif
(Iglesias et al., 2007). Par ailleurs, les les effets des méthodes et outils mis en des bovins : 0,27 et 2,40 euros/kg
évolutions récentes des cours inter- œuvre sont ensuite rapportés avant respectivement. À cet égard, le prix du
nationaux des matières agricoles ont d’être discutés. lait « départ ferme » n’ayant pas évolué
montré la fragilité d’un approvision- depuis 1992, de nombreux éleveurs ont
nement alimentaire trop fortement été amenés à accorder un intérêt
dépendant des importations. Dans croissant à la production de viande,
les pays tempérés du Nord où les
Contexte et démarche en dépit des caractéristiques de leurs
ruminants consomment surtout des bovins de races laitières – Holstein
fourrages pluviaux, le changement Le réseau hydraulique du périmètre importée et croisés avec des races
climatique amène à raisonner la loca- irrigué du Tadla (98 000 hectares) situé locales (Sraı̈ri et al., 2009).
lisation des élevages (Gilibert, 1992). au sud-est de la ville de Casablanca est Suite à ce diagnostic, deux interven-
Plus au sud, où l’eau est plus rare, son géré par l’Office régional de mise en tions ont été menées pour améliorer
utilisation pour la production bovine valeur agricole du Tadla (ORMVAT). les performances des élevages et la
demande une plus grande attention Les termes de la valorisation de l’eau valorisation de l’eau. La première a

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 61


consisté à former les éleveurs à mieux peau et son potentiel génétique – la demande alimentaire du trou-
maı̂triser l’alimentation du troupeau (Faverdin et al., 2007) a ensuite été peau liée à sa taille, à son type
de vaches laitières par l’usage du évaluée. En cas de niveaux de produc- génétique et à son mode de conduite
rationnement. Des expérimentations tion limités par rapport au potentiel, (reproduction et allotement) ;
impliquant dix exploitations volontai- des rations équilibrées ont été pro- – et la nature des rations distribuées
res ont été entreprises. Les effets d’une posées aux éleveurs et leurs effets aux différents lots d’animaux le long
alimentation équilibrée des femelles visualisés de l’année.
laitières ont été discutés avec Le second type d’intervention visait à L’outil a ainsi plus une finalité d’aide à
l’ensemble des éleveurs adhérant aux aider les éleveurs à évaluer ex ante les la réflexion prospective que de pré-
coopératives de collecte. La méthode conséquences de modifications straté- diction de l’avenir des exploitations.
reposait sur une évaluation à intervalles giques de leur système d’élevage sur Pour franchir cette étape, une valida-
de trois semaines des rations distri- ses performances techniques et éco- tion par des données plus solides
buées aux vaches et de leurs effets sur nomiques : l’orientation de la produc- issues des exploitations est nécessaire.
leur productivité. Un outil de calcul des tion vers le lait ou la viande, l’évolution En mettant en regard demande (liée
rations a été conçu à cet effet sur tableur de l’assolement fourrager, l’investisse- aux effectifs et au génotype des vaches
Excel1 (tableau 1) avec les fourrages et ment dans l’irrigation localisée, etc. ainsi qu’aux rythmes de vêlage pro-
concentrés locaux, dont les valeurs L’intervention s’est fondée sur l’utilisa- jetés) et offre alimentaires via les
nutritives ont été trouvées dans tion d’un autre outil conçu sur tableur rations proposées, l’outil permet de
des tables alimentaires adaptées et représentant les différentes compo- calculer des productions laitières men-
(Guessous, 1991). L’adéquation des santes de l’exploitation : suelle et annuelle attendues, une
apports des rations utilisées avec le – l’offre alimentaire liée à l’assolement production de viande commercialisée,
potentiel de production laitière instan- fourrager, à la conduite des cultures ainsi que les indicateurs économiques
tané, issu de la conjonction entre le fourragères (y compris leur consom- nécessaires à l’évaluation de chaque
stade physiologique moyen du trou- mation en eau) et à l’achat d’aliments ; scénario, dont la valorisation de l’eau.

Tableau 1. Exemple d'évaluation de rations distribuées aux vaches laitières (extrait de la feuille Excel1).
Table 1. An example of the assessment of the dietary rations used for dairy cows (from Excel1 sheet).

Matière kg/ MS kg MS/ UFL/ UFL PDIE/kg PDIE PDIN/kg PDIN


alimentaire vache/j (g/kg) vache/j kg totales brut totaux brut totaux

Foin de luzerne 4,25 950 4,04 0,67 2,85 86 365 89 378


ordinaire
Ration de base Luzerne verte 23,00 200 4,60 0,20 4,60 31 713 35 805
« floraison »


Son de ble 0,65 880 0,57 0,73 0,47 74 48 92 60
s
Concentre Pulpes sèches 1,00 890 0,89 0,98 0,98 81 81 61 61
de betterave

Aliment compose 0,85 930 0,79 0,88 0,75 84 71 84 71

e
Total ration distribue - - 10,89 - 9,65 - 1 278 - 1 375

Besoins d'entretiena 4,74 373 373

Production permise - - - - 11,2 - 18,9 - 20,8


par la ration (kg de lait)b

NB : en vert gras les valeurs à saisir par l'utilisateur caractérisant la ration simulée ; le calcul des productions permises par les apports énergétiques et azotés permet de
déceler d'éventuels déséquilibres dans la ration ; la comparaison entre la production potentielle (calculée par ailleurs en fonction du potentiel génétique de la vache et de
son stade moyen de lactation) et la production permise de la ration permet de déceler des problèmes de sur- ou sous-alimentation de l'animal.
MS : matière sèche ; UFL : unité fourragère lait ; PDIN : protéine digestible dans l'Intestin lorsque l'azote dégradable est déficitaire dans la ration ; PDIE : protéine
digestible dans l'intestin lorsque l'énergie est le facteur limitant de la synthèse microbienne.
a
besoins d'entretien pour une vache de type croisé (Holstein x locale) de poids vif 550 kg.
b
une fois les besoins d'entretien de la vache satisfaits.

62 Cah Agric, vol. 20, n81-2, janvier-avril 2011


Résultats et discussion À l’image de la luzerne, les rendements ment faibles : 2 070 kg de lait livrés par
moyens en fourrage du bersim, du maı̈s vache et 233 kg de gain de poids
et de l’orge étaient également inférieurs annuels pour sa descendance. Les
Diagnostic de la valorisation au potentiel de ces cultures. Ces volumes d’eau sous forme virtuelle
de l'eau par les productions performances limitées étaient surtout (achats d’aliments) consommés ont
bovines dues aux restrictions hydriques et aux varié entre 420 et 2 630 m3 par vache
pratiques culturales sous-optimales, laitière et 0 et 2 480 m3 par bovin en
Dans les six exploitations étudiées, la induisant une faible disponibilité en croissance.
luzerne était la principale culture fourrages par hectare, dont les effets Au final, chaque kg de lait a nécessité
fourragère (tableau 2). Elle nécessitait étaient exacerbés par une forte charge en moyenne 1,8 m3 d’eau (les valeurs
en moyenne quelque 11 830 m3 d’eau animale (plus de 2,4 vaches laitières par varient entre 1,1 et 2,1 m3). Cette valeur
par hectare et par an pour un rende- hectare de culture fourragère). Par est calculée sur la base des volumes
ment moyen en biomasse de 5,7 tonnes conséquent, les performances moyen- d’eau nécessaires pour produire (sur
de matière sèche par hectare (MS/ha). nes d’élevage se sont avérées relative- l’exploitation ou ailleurs) tous les types

Tableau 2. Principales caractéristiques des exploitations étudiées.


Table 2. Main characteristics of the studied farms.

Exploitation 1 2 3 4 5 6 Moy.

Surface agricole utile (ha) 5,0 6,3 6,5 1,4 1,6 1,8 3,8

Surface fourragère (ha) 2,7 3,4 2,6 0,8 0,8 1,0 1,9

Luzerne 2,0 2,0 2,2 0,8 0,8 1,0 1,5

Bersim 0,5 0,7 0,4 - - - 0,3

Maïs 0,2 - - - - - -

Orge - 0,6 - - - - 0,1

Vaches laitières 6,5 7,0 6,4 2,0 2,0 3,0 4,5

Animaux en croissance 5 7 6 2 2 3 4,2

Charge bovine (vaches/ha de surface fourragère) 2,4 2,1 2,4 2,4 2,5 3,0 2,4
gie lait (L), viande (V) ou mixte (M)
Strate M M M L V V -

Tableau 3. Valorisation physique et économique de l'eau en produits bovins.


Table 3. Physical and economic values of water productivity through cattle farming.

Exploitations 1 2 3 4 5 6

Lait total produit (kg) 14 820 11 900 13 312 6 800 3 800 4 950
Eau totale 31 170 25 950 22 200 7 750 5 740 8 970
Lait elle + virtuelle) utilise
(re e (m3)
Valorisation de l'eau (m3/kg) 2,1 2,2 1,7 1,1 1,5 1,8
Valorisation economique 0,02 0,03 0,08 0,14 0,09 0,09
(euros/m3)

Gain de poids total (kg) 2 100 1 740 1 760 430 712 1 290
Eau totale 19 710 22 500 9 980 3 820 6 720 10 800
Viande elle + virtuelle) utilise
(re e (m3)
Valorisation de l'eau (m3/kg) 9,4 12,4 5,6 8,9 9,4 8,4
Valorisation economique 0,21 0,14 0,37 0,26 0,24 0,24
(euros/m3)

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 63


de fourrages et de concentrés consom-
més uniquement par les vaches laitiè- Production de lait (kg/v/j)
res. Elle est très supérieure aux résultats
30
obtenus par Armstrong (2004) en
Australie (1 m3 d’eau/kg de lait), mais
elle est proche des valeurs observées 25
dans le même périmètre irrigué du
Tadla (1,5 m3 d’eau/kg de lait) lors 20
d’une étude qui ne tenait pas compte
de l’eau virtuelle (Sraı̈ri et al., 2008). Le
gain d’un kg de poids vif bovin a 15
nécessité en moyenne 10,6 m3 d’eau
(entre 5,6 et 12,4 m3) (tableau 3), soit 10
l’équivalent de 19,2 m3 d’eau par kg de
carcasse, ce qui est supérieur aux
5
15,5 m3 rapportés par Chapagain et
Hoekstra (2004) comme indicateur de
l’empreinte hydrique pour produire 0
1 kg de viande bovine. Les résultats Nov 2006 Déc 2006 Jan 2007 Fév 2007 Mars 2007 Avril 2007 Mai 2007
montrent aussi que les exploitations de Production potentielle (kg/v/j) Production effective (kg/v/j)
petite taille obtiennent les meilleures
valorisations de l’eau par l’élevage.
Cela pourrait s’expliquer par l’attention Figure 1. Effet de rations équilibrées par rapport au potentiel sur l'amélioration du rendement laitier dans
soutenue qu’elles prêtent aux cultures un troupeau de 17 vaches Holstein.
et à l’élevage.
La valorisation économique de l’eau Figure 1. Effect on milk output improvement of balancing rations according to the potential for a herd of 17
Holstein cows.
était en moyenne de 0,07 euro/m3
pour le lait et de 0,24 euro/m3 pour la
viande. Cet important écart entre lait et détaillé. Les résultats obtenus sur un effective des vaches de race Holstein
viande, malgré des valorisations phy- laps de temps de six mois ont montré avec leurs courbes potentielles
siques inverses, s’explique par les que les troupeaux constitués de (6 000 kg de lait par an) a été obtenu
différences de marges brutes pour vaches de race Holstein réagissaient en moins de trois mois (figure 1), alors
ces deux produits. La viande procure plus rapidement que ceux de type qu’il a fallu au moins cinq mois avec
plus de flexibilité par des ventes croisé. Le calage de la lactation des vaches de type croisé (figure 2).
d’animaux au moment opportun pour
l’exploitation, tandis que le prix du lait
n’est pas négociable. Néanmoins, Production de lait (kg/v/j)
l’activité laitière demeure indispen-
sable pour générer de jeunes bovins 12
destinés à l’engraissement, et aussi en
raison de son rôle dans la trésorerie 10
des ménages (revenus réguliers) ainsi
que dans l’accès aux services des
coopératives de collecte. 8

6
Du diagnostic
à l'accompagnement
4
des éleveurs
Vers une maîtrise individuelle 2
du rationnement
Des propositions d’amélioration du 0
Nov 2006 Déc 2006 Jan 2007 Fév 2007 Mars 2007 Avril 2007 Mai 2007
rationnement ont été formulées à
partir de l’étude des performances Production potentielle (kg/v/j) Production effective (kg/v/j)
de valorisation de l’eau par l’élevage
bovin. Le niveau d’adéquation entre
les apports en nutriments des rations Figure 2. Effet de rations équilibrées par rapport au potentiel sur l'amélioration du rendement laitier dans
un troupeau de 6 vaches de type croisé.
(incluant une éventuelle complémen-
tation) et les besoins optimaux des Figure 2. Effect on milk output improvement of balancing rations according to the potential for a herd of 6
vaches a ainsi fait l’objet d’un suivi cross-bred cows.

64 Cah Agric, vol. 20, n81-2, janvier-avril 2011


Ces résultats confirmaient les augmen- étatiques traditionnels se désengagent du maı̈s-ensilage sur la valorisation de
tations substantielles de productivité (Kidd et al., 2000) et où les organisa- l’eau, si les autres aspects techniques
dans les élevages qui adhéraient à la tions professionnelles tardent à pren- inhérents à l’adoption de ce système
méthode d’intervention testée. La dre le relais. fourrager sont maı̂trisés (fertilisation,
réponse plus rapide des vaches de traitements phytosanitaires, complé-
type Holstein était liée à leurs meil- mentation protéique, etc.). Toutefois,
leures capacités laitières, puisqu’elles Accompagner les réflexions cette proposition technique engendre
utilisent plus efficacement que stratégiques des éleveurs une baisse du revenu des agriculteurs
d’autres races les nutriments de la liée aux coûts supplémentaires de
ration (Delaby et al., 2009). Différents scénarios d’accompagne- production (Le Gal et al., 2009), ce
Un suivi zootechnique, ciblé sur les ment des éleveurs dans le choix qui explique le maintien de la luzerne
exploitations s’engageant dans un d’alternatives de production ont été irriguée. L’outil de simulation straté-
processus d’intensification laitière et testés, depuis la substitution de vaches gique permet ainsi de replacer des
étendu à tout un bassin de collecte, de type croisé par des Holstein, objectifs et résultats partiels dans une
aurait donc un impact significatif sur la meilleures laitières, jusqu’au rempla- vision d’ensemble. Cette expérience a
valorisation de l’eau et les revenus des cement de la luzerne irriguée en confirmé l’intérêt pédagogique de la
opérateurs de la chaı̂ne d’approvision- gravitaire par un maı̈s-ensilage modélisation (David, 2002) pour :
nement, à l’instar de ce que rapportent conduit en goutte-à-goutte. Les effets – faire réfléchir les producteurs sur les
Bayemi et al. (2009) au Cameroun. de ces scénarios sur les performances différents processus techniques mis en
Mais l’identification des acteurs sus- techniques et économiques des œuvre dans leurs exploitations ;
ceptibles de prendre en charge cet exploitations ont été évalués par – montrer l’intérêt relatif du maı̈s-
appui technique demeure incertaine, simulation (tableau 4). On constate ensilage en complément de la luzerne,
dans un contexte où les services l’effet positif marqué de l’introduction par rapport à la fois à la ressource en

Tableau 4. Effets de différents scénarios simulés sur la valorisation de l'eau par l'élevage.
Table 4. Effects of various simulated scenarios on water productivity through cattle farming.

Situation initiale Scénario no 1a Scénario no 2b

Surface fourragère (ha)

Luzerne 1,4 1,4 0,8

Orge 0,5 0,5 0,3

Maïs 0,0 0,0 0,8

Troupeau de vaches laitières

Nombre de vaches 2 2 2

Rendement laitier annuel (kg/vache/an) 2 820 5 040 5 240


cessaires (m3/an)
Volumes d'eau ne 38 500 37 500 25 850

Production de fourrages (euros/vache/an) 705 751 157

Achat d'aliments (euros/vache/an) 45 513 252

Produits bovins (euros/vache/an)

Lait 707 1 326 1 316

Gain de poids 893 1 250 1 250

Total 1 600 2 576 2 566

Marge brute annuelle (euros/vache) 850 1 312 2 157

Marge brute annuelle totale (euros/troupeau) 1 700 2 624 4 314


3
Valorisation de l'eau (euros/m ) 0,04 0,07 0,17
a
Productivité laitière accrue–même sole fourragère mais remplacement des vaches de type croisé par des vaches Holstein alimentées selon leur potentiel.
b
Économie d'eau et productivité laitière accrue–substitution partielle de la sole luzernière par du maïs destiné à l'ensilage et remplacement des vaches croisées
par des Holstein.

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 65


eau et à l’alimentation des bovins, et commode d’utilisation dans cette phase Bayemi PH, Webb EC, Ndambi A, Ntam F, Chinda V,
2009. Impact of management interventions on
les retombées de rations équilibrées d’expérimentation mais dont l’ergono- smallholder dairy farms on the western highlands of
sur la productivité laitière et les mie devrait évoluer en cas d’utilisation à Cameroon. Trop Anim Health Prod 41 : 907-12.
revenus agricoles ; grande échelle. Certaines contraintes, doi: 10.1007/s11250-008-9278-3.
– la nécessité d’un suivi des exploita- liées au partenariat avec les acteurs, ont Blinda M, Thivet G, 2009. Ressources et demandes
tions pour disposer d’indicateurs de été rencontrées, notamment le désen- en eau en Méditerranée : situation et perspectives.
gestion (ration, productivité. . .). Au gagement en cours de route de certains Secheresse
sec.2009.0162.
20 : 9-16. doi: 10.1684/

final, c’est l’évaluation quantitative des opérateurs, en fonction du moindre


conséquences des scénarios, en ter- intérêt qu’ils portaient aux travaux Chapagain AK, Hoekstra AY, 2004. Water foot-
prints of nations. Value of water research report
mes de tendances et non de prédic- réalisés. Ainsi, l’étude sur la qualité series no 16. Delft (The Netherlands) : UNESCO-
tions uniquement, qui a le plus retenu du lait livré s’est arrêtée après la phase IHE.
l’attention des agriculteurs. de diagnostic, car les améliorations David A, 2002. Décision, conception et recherche
proposées n’intéressaient dans l’immé- en sciences de gestion. Revue Française de Gestion
diat ni les coopératives de collecte ni la 139 : 173-85.

Conclusion laiterie. Notre objectif de tester la Delaby L, Faverdin P, Michel G, Disenhaus C,


démarche à plus grande échelle n’a Peyraud JL, 2009. Effect of feeding strategies on
performances and their evolution during lactation of
pas pu être atteint dans la durée du Holstein and Normande dairy cows. Animal 3 : 891-
Cette recherche-intervention a permis projet, en partie à cause du désenga- 905. doi: 10.1017/S1751731109004212.
de susciter l’intérêt des opérateurs du gement des structures publiques
secteur laitier dans le périmètre irrigué d’appui aux éleveurs. Fortes de leur
Faverdin P, Delagarde R, Delaby L, Meschy F,
2007. Alimentation des vaches laitières. In: INRA,
du Tadla sur la question cruciale de la proximité avec les producteurs, les ed.. Alimentation des bovins, ovins et caprins.
valorisation de l’eau par les productions coopératives de collecte pourraient, Versailles (France): éditions Quae.
bovines, et sur les moyens de l’amélio- sous certaines conditions, assumer ce Gilibert J, 1992. Économie de l'eau en élevage.
rer. Alors que les différents acteurs en rôle d’appui. Enfin, une meilleure Vers un choix plus régionalisé des espèces fourra-
présence s’intéressaient jusqu’ici aux coordination entre les différents mail-
gères ? Cah Agric 1 : 180-8.
usages de l’eau sous l’angle de leurs lons de la chaı̂ne allant de la fourniture Guessous F, 1991. Production fourragère et
intérêts respectifs, la mise en place d’un d’eau jusqu’au lait collecté, voire trans- systèmes animaux. Rabat (Maroc) : Actes Éditions ;
partenariat les associant à l’équipe de Institut agronomique et vétérinaire Hassan II.
formé, est essentielle pour l’économie
recherche a permis de présenter une et la valorisation de l’eau par l’élevage Iglesias A, Garrote L, Flores F, Moneo M, 2007.
démarche globale incluant les études à bovin et pour les revenus qu’il génère.
Challenges to manage the risk of water scarcity and
climate change in the Mediterranean. Water Res
entreprendre et les résultats escomptés L’ensemble des opérateurs de la filière Manag 21 : 775-88. doi: 10.1007/s11269-006-
en termes d’actions à planifier. Ce (éleveurs, coopératives de collecte, 9111-6.
processus aura été facilité par un industriels laitiers, gestionnaire du péri- Hatchuel A, Molet H, 1986. Rational modelling in
contexte dominé par des épisodes de mètre, fournisseurs de services et understanding human decision making: about two
sécheresse répétés et par la flambée des d’intrants) devraient y réfléchir
case studies. Europ J Op Res 24 : 178-86.
prix des matières premières agricoles. ensemble. & Kidd AD, Lamers JPA, Ficarelli PP, Hoffman V,
Le diagnostic conduit en concertation 2000. Privatising agricultural extension: caveat
avec les opérateurs locaux a permis de emptor. J Rural Stud 16 : 95-102.
préciser les performances techniques Le Gal PY, Kuper M, Moulin CH, Puillet L, Sraïri MT,
et économiques de la valorisation de Remerciements 2007. Dispositifs de coordination entre industriel,
Cette étude a été réalisée dans le cadre du éleveurs et périmètre irrigué dans un bassin de
l’eau par l’élevage bovin. Bien que peu collecte laitier au Maroc. Cah Agric 16 : 265-71.
fréquemment présenté dans la littéra- projet SIRMA (économie d’eau en Systè- doi: 10.1684/agr.2007.0117.
ture, ce type d’évaluation est d’autant mes IRrigués au MAghreb) financé par le
ministère français des Affaires étrangères et Le Gal PY, Kuper M, Moulin CH, Sraïri MT, Rhouma
plus intéressant qu’il peut être couplé à A, 2009. Linking water saving and productivity to
une phase d’accompagnement/appui européennes. Les auteurs remercient les agro-food supply chains: a decision support
des acteurs. opérateurs de la filière lait au Tadla ainsi approach. Irrig Drain 58 : S320-333. doi:
que l’ORMVAT pour leur implication dans 10.1002/ird.530.
La méthode d’accompagnement, tes-
ce travail. Ils remercient également les Moisdon JC, 1984. Recherches en gestion et
tée ici sur un échantillon restreint, a évaluateurs de la revue Cahiers Agricultu- intervention. Revue Française de Gestion 10 : 61-
principalement fait appel à des outils res dont les remarques ont permis d’amé- 72.
de simulation. Ceux-ci étaient conçus : liorer le manuscrit. Sraïri MT, Kiade N, Lyoubi R, Messad S, Faye B,
– pour répondre aux questions et 2009. A comparison of dairy cattle systems in an
thèmes techniques d’intérêt majeur irrigated perimeter and in a suburban region: case
pour les éleveurs ; study from Morocco. Trop Anim Health Prod 41 :
– pour être facilement utilisables par Références 835-43. doi: 10.1007/s11250-008-9259-6.

des techniciens qui leur viendraient en Sraïri MT, Touzani I, Kuper M, Le Gal PY, 2008.
Armstrong DP, 2004. Water-use efficiency and Valorisation de l'eau d'irrigation par la production
appui. profitability on an irrigated dairy farm in Northern bovine laitière dans un périmètre de grande
Cet objectif a justifié l’utilisation d’un Victoria: a case study. Austr J Exp Agr 44 : 137-44. hydraulique au Maroc. Cah Agric 17 : 271-9. doi:
logiciel informatique courant (tableur), doi: 10.1071/EA02123. 10.1684/agr.2008.0202.

66 Cah Agric, vol. 20, n81-2, janvier-avril 2011


Étude originale

Faut-il formaliser les règles de gestion de l'eau ?


Une expérience dans le Haut Atlas

Jeanne Riaux Résumé


IRD La mise en conformité des pratiques locales de gestion (« coutumières ») avec les lois
UMR G-EAU nationales sur l’eau implique d’officialiser par écrit, de formaliser, des règles produites
« Gestion de l'Eau, Acteurs et Usages » localement. Or, dans les sociétés de tradition orale, comme celle des Aı̈t Bou Guemez du
361, rue Jean-François Breton Haut Atlas, ce travail d’écriture ne va pas de soi. Il se heurte en effet à la complexité des
BP 5095
34196 Montpellier cedex 5
modalités locales de gestion de l’eau. Celles-ci ne reposent pas sur des règles produites
France indépendamment des contextes variés dans lesquels elles sont mises en œuvre comme
<jeanne.riaux@ird.fr> c’est le cas dans les règlements relevant du droit « moderne ». Au contraire, la gestion locale
de l’eau mobilise un ensemble de règles, principes et usages de nature et de statut variés. La
cohérence et l’efficacité de ces « corpus de règles » repose sur la manière dont ils sont
agencés et mobilisés par les acteurs, en situation. L’observation de ces corpus et de leur
mise en œuvre au cours d’une campagne d’irrigation permet de dégager certaines
caractéristiques de la gestion communautaire de l’eau. À partir de cette expérience, des
recommandations sont proposées pour une formalisation de ces règles qui soit adaptée
aux pratiques effectives de gestion collective l’eau.
Mots clés : communautés locales ; conservation de l’eau ; droit coutumier ; Maroc ;
pénurie d’eau.
Thèmes : eau ; économie et développement rural.

Abstract
Should water rules be formalized? An experiment in the High Atlas
At present and in many countries, efforts are being made to increase the control of water.
To this end, administrations can simply choose to formalize locally-produced rules
(‘‘customary law’’) by putting them in writing. However, in many cases this process of
writing is not so easy. Such is the case in the Aı̈t Bou Guemez Valley (Morocco): in this oral
tradition society, the writing of local water rules is faced with an extremely complex set of
rules and practices. Some are explicit while others are not. Local water management
requires a set of diversified rules, principles and customs. The overall coherence and
efficiency of this ‘‘set of rules’’ is based on the way it is implemented by people in situ. The
analysis of the Aı̈t Bou Guemez case allows us to make recommendations about the writing
of these sets of rules. The aim of this paper is to suggest a way of formalizing local rules
with respect to the coherence of local water management practices.
Key words: customary law; local communities; Morocco; water conservation; water
scarcity.
Subjects: economy and rural development; water.
doi: 10.1684/agr.2010.0465

Pour citer cet article : Riaux J, 2011. Faut-il formaliser les règles de gestion de l'eau ? Une
expérience dans le Haut Atlas. Cah Agric 20 : 67-72. doi : 10.1684/agr.2010.0465
Tirés à part : J. Riaux

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 67


C
et article traite des problèmes Nature des règles soient relativement invariables sur le
que pose la formalisation par long terme, certaines règles sont
l’écriture des règles locales de
gestion de l’eau dans des sociétés de
de gestion structurantes. Il s’agit de règles qui
correspondent aux éléments stables
tradition orale, lors de la mise en dans le Haut Atlas des systèmes d’irrigation. En effet,
œuvre de politiques nationales à dans un réseau hydraulique, les
l’échelon local. canaux d’irrigation, l’ouvrage de cap-
Pour officialiser des pratiques locales La vallée des Aı̈t Bou Guemez est un tage ne peuvent pas être modifiés en
et des droits existants, le processus de cas exemplaire pour l’analyse des fonction des fluctuations du régime
formalisation des règles de gestion règles de gestion collective de l’eau. des sources (Aubriot, 2000). Mais il
implique une compréhension des logi- C’est d’abord un lieu éloigné des faut aussi souligner la stabilité tempo-
ques locales d’organisation (Chauveau, zones de pouvoir central où les relle des organisations sociopolitiques
1997 ; Mathieu et al., 2001). Cela ne va habitants se sont organisés de longue et des principes locaux du droit de
pas de soi car la grille de lecture date pour gérer l’eau selon des règles l’eau. Dans la vallée des Aı̈t Bou
mobilisée par les intervenants exté- relevant du droit coutumier (Lecestre- Guemez, le territoire associé à l’usage
rieurs est généralement fondée sur des Rollier, 2002). Cette vallée est en outre d’une source comprend plusieurs
principes de rationalité technique et soumise à une variabilité importante terroirs villageois dont les limites sont
économique qui ne permettent pas de des ressources mobilisables, puisque clairement définies. Ces organisations
saisir les logiques qui sous-tendent les le débit des sources qui l’alimentent structurent la gestion en fonction de
pratiques locales. Dès lors, les règles est de régime pluvionival. Les Aı̈t Bou trois niveaux emboı̂tés :
locales de gestion ne sont pas toujours Guemez doivent donc gérer des – le groupe sociohydraulique compre-
comprises dans leur complexité et leur quantités d’eau fluctuantes, et régu- nant l’ensemble des ayants droit d’une
capacité à évoluer est souvent sous- lièrement insuffisantes pour une dis- source ;
estimée. Dans ces situations, le pro- tribution à la demande. À ces – le groupe villageois, fondé sur une
cessus de formalisation des règles contraintes, les Aı̈t Bou Guemez unité sociopolitique ;
locales prend parfois un tour conflic- répondent par une organisation col- – et le quartier hydraulique (figure 1).
tuel et son résultat peut être refusé par lective minutieuse autour d’un De même, les Aı̈t Bou Guemez
les irrigants. ensemble de règles permettant de affirment des principes de droit,
L’analyse est issue de l’étude du répartir une eau de plus en plus rare comme l’exigence d’égalité d’accès à
processus de formalisation adminis- au fil de la campagne d’irrigation : on l’eau entre parcelles situées au sein de
trative des règles de gestion de l’eau peut y distinguer des règles structu- chacun de ces niveaux d’organisation.
dans la vallée des Aı̈t Bou Guemez du rantes et des règles adaptables. Ces éléments stables sont à l’origine
Haut Atlas marocain (Riaux, 2006). Parce qu’elles constituent un cadre à d’un ensemble de règles énoncées à
Dans le cadre d’un programme de l’action collective et pour qu’elles travers des récits dont la légitimité
gestion participative de l’irrigation, il
s’agissait pour la direction provinciale
de l’Agriculture d’amener les irrigants
à rédiger les règlements intérieurs
d’associations nouvellement créées Source X
et d’y formaliser les principales règles
organisationnelles, notamment les
modalités de partage de l’eau. Les Canaux
difficultés et conflits qui ont jalonné
l’écriture de ces règlements ont suscité Village 1
des recherches sur la gouvernance
locale de l’eau (Riaux, 2009 ; Romagny Quartier
Village 2
et Riaux, 2007). Une analyse appro- a
fondie de ce cas sous l’angle des règles Niveau Niveau
de gestion de l’eau nous permet Niveau du quartier
d’organisation
villageois
ensuite de dépasser le rôle d’observa- sociohydraulique hydraulique b c
teur pour formuler des recommanda-
tions, relevant ainsi le défi lancé par
les agents de développement aux Village 3
sciences sociales (Lavigne-Delville,
1997). Puisque le processus de forma-
lisation des règles de gestion de l’eau
est bien avancé dans de nombreuses Aire irrigable
régions, nos recommandations visent
une formalisation qui respecte les
logiques, mais aussi l’efficacité tech- Figure 1. Niveaux d'organisation collective.
nique et sociale, de ces règles locale-
ment produites et pertinentes. Figure 1. Collective organization levels.

68 Cah Agric, vol. 20, n81-2, janvier-avril 2011


Tableau 1. Règles structurantes et règles adaptables.
Table 1. Structuring and adaptable rules.

Groupe sociohydraulique (ayants droit de la source X)

Groupe villageois 1 Groupe villageois 2 Groupe villageois 3

Règles structurantes Les ayants droit de la source X sont les proprie taires de parcelles situe
es sur les territoires
Exemple du partage irrigables des villages 1, 2 et 3.
de l'eau Les territoires irrigables des villages sont delimite
s par des canaux, il est interdit d'arroser
au-dessus de ces canaux.
L'eau de la source X est attribue e pendant x jours au village 1, y jours au village 2 et z
jours au village 3.
L'eau est distribue e entre les villages selon un tour d'eau, de l'amont vers l'aval.

Règles adaptables Interdiction d'irriguer Interdiction de mettre en culture Interdiction de planter


Exemple de restrictions ou de planter du maïs après la première moisson. des pommes de terre
culturales mises en œuvre ou des navets en Seuls les maïs et pommes durant toute la campagne.
nurie de 2003
pendant la pe seconde culture. de terre tardifs peuvent être Chaque famille ne peut
Interdiction d'irriguer s.
irrigue irriguer qu'une seule de
les bordures de ses parcelles.
parcelles et la ripisylve.

repose sur l’ancestralité : la délimita- les travaux d’entretien sont terminés, Des corpus de règles
tion du groupe d’ayants droit, le tour courant avril, que le tour d’eau est mis
d’eau intervillageois, les modalités de
répartition de l’eau, etc. (tableau 1).
en œuvre. Lorsque débute la campa-
gne d’irrigation, et jusqu’à son terme,
adaptés à la gestion
Ces règles doivent être respectées par
tous les ayants droit et font référence
c’est-à-dire en octobre, l’eau est par-
tagée selon le tour d’eau intervilla-
des aléas
en cas de litige. En revanche, cet geois. Les parts d’eau attribuées aux
ensemble de règles ne prévoit pas groupes villageois sont ensuite répar- La gestion locale de l’eau repose donc
d’autorité hydraulique chargée d’orga- ties entre les parcelles de chaque sur des corpus de règles associant un
niser le partage de l’eau à l’échelle du territoire selon des modalités décidées cadre structurant et une capacité
groupe d’ayants droit. Chaque groupe au sein des groupes villageois (par d’adaptation au contexte pour la
villageois peut mandater ses repré- quartiers hydrauliques, par groupes gestion collective de l’eau puis de la
sentants (naı̈b, amghar n’targa) pour d’intérêt, etc.). Lorsque l’eau vient à pénurie. L’opérationnalité de cette
organiser et surveiller la distribution, manquer, la fréquence des arrosages gestion ne repose pas seulement sur
mais c’est une autorité extérieure au de chaque parcelle décroı̂t : si le temps les règles en présence mais sur la
groupe sociohydraulique (le caı̈d) qui entre deux irrigations devient trop manière dont elles sont agencées et
sanctionne le non-respect des règles et long, des mesures sont prises par mises en œuvre.
arbitre les litiges entre villages. chaque groupe villageois. Cela nous D’abord, les règles de répartition
Ces règles structurantes se déclinent amène au troisième temps de l’eau, permettent de partager des quantités
de diverses manières au cours de la celui où la règle du tour d’eau ne suffit d’eau fluctuantes tout au long de la
campagne d’irrigation, associées à plus à assurer correctement la réparti- campagne d’irrigation selon les
d’autres règles, contextuelles et adap- tion d’une eau devenue insuffisante mêmes modalités. Les Aı̈t Bou Gue-
tables. Le partage de l’eau est, en effet, pour satisfaire les besoins de chacun. mez ne distribuent ni des volumes
organisé en fonction de trois périodes, Il ne s’agit plus alors de partager l’eau, quantifiés, ni des temps d’eau mesu-
ou temps de l’eau (Wateau, 2002). La mais bien de répartir la pénurie. Pour rés ; en période de tour d’eau, chaque
première se déroule entre octobre et cela, les solutions adoptées diffèrent parcelle reçoit l’eau à son tour pen-
avril, alors que la pluviosité est la plus au sein de chaque groupe villageois, et dant le temps nécessaire à sa submer-
abondante et que les quantités d’eau entre les années (tableau 1). Les sion complète. Les variations de l’offre
mobilisables pour l’irrigation suffisent principales règles mises en œuvre ou de la demande ne sont pas
à satisfaire une demande limitée. À concernent les chemins de l’eau (de considérées. Un accès à l’eau théori-
cette période, l’eau est utilisée « à la nouvelles modalités de distribution quement égal est attribué aux diffé-
demande » ; les ayants droit, parfois sont testées régulièrement pour amé- rentes parcelles de l’espace ayant
même des individus n’appartenant pas liorer l’efficience du transport), les droit. L’égalité de traitement des
au groupe d’ayants droit, prélèvent interdictions ou restrictions culturales, parcelles n’enraye pas les distorsions
l’eau lorsqu’ils le souhaitent, sans les amendes qui sanctionnent les liées à la possession du foncier
qu’aucun dispositif de régulation ne détournements illicites d’eau (aug- irrigable ou aux modalités concrètes
vienne les contraindre. C’est lorsque mentation des tarifs ou du contrôle). de respect des règles et de sanction

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 69


des infractions. Mais plutôt que intervillageois, par exemple), soit par L’écriture des règles de gestion de
d’exclure certains ayants droit, ou de un groupe villageois (règles de dis- l’eau n’est pas un acte anodin qui
garantir le droit de certaines catégories tribution entre parcelles), soit par les reviendrait simplement à modifier le
d’irrigants, ces règles répartissent membres d’un quartier hydraulique format dans lequel sont exprimés les
entre toutes les parcelles une quantité (interdictions culturales spécifiques). pratiques locales et les principes sur
d’eau qui va en s’amenuisant. D’un En ce sens, chaque règle représente un lesquels elles reposent (Goody, 1977).
point de vue agronomique, ces moda- lien entre des individus. Le lien peut Écrire des règles modifie profondé-
lités de répartition ne sont pas opti- être distendu à l’échelle du groupe ment la manière de les considérer; des
males : les besoins en eau des plantes d’ayants droit dans son ensemble (en usages sont fixés, des façons de faire
n’entrent pas en jeu dans la définition temps d’abondance), ou resserré évolutives dans la pratique sont gra-
des règles. Pourtant, ce mode d’orga- autour de petits groupes d’irrigants vées dans le marbre. De fait, les
nisation a été construit progressive- (en temps de pénurie). En pratique, oppositions rencontrées lors de la
ment et continue d’évoluer. Les corpus cela n’empêche pas les irrigants formalisation des règles dans la vallée
de règles sont le fruit d’expérimenta- d’adopter des stratégies de contour- des Aı̈t Bou Guemez prennent sens à
tions constantes. En effet, l’une des nement de la règle, notamment le non- l’examen approfondi des pratiques de
caractéristiques centrales de la gestion respect du tour d’eau ou l’irrigation de gestion et des règles qui les encadrent.
communautaire de l’eau est que les parcelles situées hors de l’espace Si l’existence d’un cadre structurant est
gestionnaires sont eux-mêmes des ayant droit. bien nécessaire, l’adaptabilité de cer-
irrigants, mandatés par la commu- Les différents « temps de l’eau » taines règles et des modalités d’activa-
nauté pour gérer l’eau en fonction marquent donc une utilisation dyna- tion des corpus est à la base même de
des intérêts collectifs. mique du corpus de règles. Les l’édifice de gestion façonné locale-
Les communautés d’irrigants se don- éléments stables des systèmes d’irriga- ment. Or l’écriture vient s’opposer à
nent en outre la possibilité d’intro- tion et les règles structurantes qu’ils cette conception très mobile de la
duire ou de modifier certaines règles déterminent sont mobilisés par les sollicitation des règles de gestion au fil
au cours de la campagne d’irrigation, communautés de manière différenciée de l’année. Faut-il pour autant renon-
en fonction de problèmes qui sur- et graduée en fonction des quantités cer à l’écriture de ces règles en
viennent et qui sont discutés quasi- d’eau disponibles. invoquant une incompatibilité de
ment au jour le jour. Pourtant, logiques et de formats ? L’expérience
l’adaptabilité des corpus de règles tend à montrer que non ; ce processus
aux changements du contexte se peut être rendu nécessaire par l’évolu-
déroule dans un cadre fixe, organisé Formaliser tion du contexte et/ou être souhaité
par les règles structurantes. Par exem- par les communautés elles-mêmes.
ple, un groupe villageois peut auto- des corpus de règles L’écriture des droits coutumiers n’est
riser un prélèvement à la demande d’ailleurs pas l’apanage de l’action
pour les eaux destinées aux petits La manière dont les Aı̈t Bou Guemez publique contemporaine (Nehlil,
jardins de son terroir, tant qu’il veille à ont agencé leurs corpus de règles 1915-1916). Mais des précautions
ce que ces prélèvements ne soient pas permet une adaptation progressive et s’imposent pour que le système loca-
réalisés pendant le tour d’eau d’un constante aux fluctuations du débit lement façonné conserve sa cohé-
village situé en l’aval. L’association de des sources. Si certaines années les rence et son efficacité.
règles adaptables et structurantes cultures sont mises en danger, des Avant tout, et puisque l’écriture des
garantit ainsi la nécessaire souplesse règles structurantes garantissent à règles participe d’un processus plus
de l’organisation collective et le res- chaque groupe villageois un accès large de fixation de droits, il apparaı̂t
pect des principes locaux du droit de minimum à l’eau (usages domesti- fondamental de bien cibler ce qu’il est
l’eau. Stabilité et adaptabilité des ques), tandis que des règles excep- nécessaire d’écrire. Pour cela plusieurs
corpus de règles se complètent, for- tionnelles permettent de sauvegarder questions doivent être examinées : en
mant un système au sein duquel les ce qui est important aux yeux de direction de quel interlocuteur l’écri-
changements sont rendus possibles. chaque groupe villageois (cultures ture est-elle réalisée ? Quels sont les
La troisième caractéristique de la pérennes par exemple, [cf. tableau objectifs de la formalisation : s’agit-il
gestion locale concerne la mobilisa- 1]). Ces modalités de gestion sont d’améliorer les modalités de gestion
tion différenciée des niveaux d’orga- donc adaptées à un contexte où la de la pénurie ou de se conformer au
nisation territoriaux au cours d’une pénurie d’eau est une donnée récur- modèle de gestion proposé par
campagne d’irrigation. Les règles de rente. C’est le constat que semble faire l’Administration ? Écrire des règles
partage de l’eau établissent une parti- l’Administration marocaine, lorsqu’en pour affirmer des droits au sein de la
tion du territoire et du groupe d’ayants 1999 ses agents décident d’officialiser communauté est une action différente
droit. D’une part, ces règles détermi- les règles locales lors de l’écriture du de celle de produire un document
nent des parts d’eau différenciées règlement des associations d’usagers. attestant de pratiques anciennes vis-à-
entre les groupes villageois et entre Ce processus d’écriture, censé être vis de l’Administration. Selon l’objec-
les parcelles de chaque village. simplifié par la formalisation telle tif, la forme du texte et son contenu
D’autre part, les corpus de règles sont quelle des règles préexistantes, a seront différents (Albergoni, 2000).
composés de règles qui doivent être pourtant suscité des désaccords et Néanmoins, quels que soient le
appliquées soit par l’ensemble du des incompréhensions que l’analyse contexte et les raisons de l’écriture,
groupe sociohydraulique (tour d’eau permet d’expliciter. trois principales caractéristiques des

70 Cah Agric, vol. 20, n81-2, janvier-avril 2011


Tableau 2. Comparaison du règlement de l'Association d'usagers de l'eau agricole (AUEA) et des règles
locales.
Table 2. Comparison between Water Users Association and local rules.

Extraits du règlement intérieur d'une AUEA. Pratiques de gestion en cours et faisant règle
Chapitre Ier : l'adhésion, art. 3.

« L'irrigation s'effectue à tour de rôle L'eau est partagee selon un tour d'eau entre les villages
le long de chaque canal, de la source ayants droit d'une source bien identifie e, puis l'eau est
jusqu'au dernier point de ce canal. » e au sein des territoires villageois selon des modalite
distribue s
cide
de es par chaque groupe villageois.

« Toute personne qui ne respecte pas Le non-respect des règles entraîne le paiement d'amendes
l'une des règles d'irrigation ou la dont le montant est fixe  par le groupe villageois en fonction
detourne devra payer une amende du type d'infraction commise. L'amende est verse e au groupe
pecuniaire de l'ordre de 500 dirhams villageois. Si le contrevenant n'accepte pas de payer, le problème
qui est versee au compte de l'association. »  devant le caïd qui fait appliquer les règles villageoises
est porte
ou negocie une solution avec les deux parties.

« En cas de manque d'eau (. . .) sera interdit ce qui suit : En cas de manque d'eau, chaque groupe villageois fixe des
– l'irrigation des champs non seme s ou ce que l'on règles qui lui sont propres. Les interdictions ou restrictions
appelle localement « tikkelt » ; rentes dans chaque groupe villageois,
culturales sont diffe
rents quartiers hydrauliques d'un terroir
voire dans les diffe
– la plantation d'une deuxième culture sans l'accord
de l'association. » villageois.

corpus de règles nous semblent devoir à une autorité extérieure nécessaire des associations listent un ensemble de
être préservées. pour faire respecter les règles collecti- prescriptions qui ne reflète ni la
D’abord, le fonctionnement des corpus ves ou pour arbitrer les litiges. La complexité des modalités de gestion,
de règles repose sur l’articulation de préservation de ce fonctionnement ni leur variété (tableau 2). De fait, les
règles structurantes et de règles adapta- passe par la prise en compte du rôle ayants droit sont probablement les
bles. Cette articulation permet de de cette autorité extérieure, mais aussi mieux à même de définir le corpus
garantir des principes du droit local et par la prise en compte des différents de règles à écrire, encore faut-il qu’ils en
une adaptabilité aux aléas de l’accès à niveaux de décision à l’intérieur d’un éprouvent le besoin.
l’eau. Il s’agit également de garantir les groupe d’ayants droit. Pour cela, la
droits d’eau collectifs et individuels formalisation peut s’appuyer sur le
quelles que soient les modalités de niveau le plus actif en matière de
répartition de l’eau adoptées. Cette décision, ici le groupe villageois, et Conclusion
capacité d’adaptation à l’intérieur d’un organiser des fédérations pour officia-
cadre bien défini doit être préservée. liser l’ensemble du groupe d’ayants Sur le terrain, la formalisation des
Pour cela, l’activité de formalisation droit. Des corpus de règles différents droits et des règles de gestion de l’eau
pourrait être sélective, notamment en mais complémentaires doivent être se présente d’abord comme un pro-
précisant clairement les règles structu- associés à ces niveaux de régulation. blème d’écriture. Or l’écriture n’est pas
rantes mais sans fixer les modalités de Enfin, l’analyse montre que c’est un seulement un acte technique. L’exa-
leur application. Il s’agit donc plus de système d’organisation qu’il faut for- men approfondi d’un cas montre que
formaliser un cadre pour des écarts à la maliser et non une simple liste de l’écriture des droits rencontre l’épais-
règle, que de lister un ensemble de prescriptions et d’interdictions. Il appa- seur sociotechnique et politique des
règles. raı̂t alors nécessaire de bien identifier le pratiques de gestion et de leur traduc-
Le deuxième élément essentiel contenu des corpus de règles et de tion en règles relevant de corpus
concerne la mobilisation de plusieurs prendre en compte la multiplicité des juridiques. Dès lors, l’observation de
niveaux d’organisation territoriaux et pratiques qui font règle. Rester au terrain se présente comme un pré-
politiques. L’emboı̂tement de ces niveau des règles énoncées ne suffit alable utile à l’action. C’est dans cette
niveaux permet l’existence d’une plu- pas. D’autant que dans la plupart des perspective qu’est orientée l’analyse
ralité de sources de décision, ainsi cas, ces règles énoncées par les irrigants des corpus de règles de gestion.
qu’un fonctionnement acéphale du en direction des intervenants extérieurs L’effort reste bien sûr à poursuivre.
groupe d’ayants droit (Hunt, 1988). Il ne reflètent pas la complexité de leur L’un des apports de l’analyse paraı̂t
n’existe pas de hiérarchie de la déci- mise en œuvre. C’est probablement la évident, mais il doit être souligné,
sion ; chaque groupe villageois peut raison pour laquelle la formalisation puisqu’il demeure encore trop sou-
adopter les règles qui lui conviennent des règles dans la vallée des Aı̈t Bou vent négligé par les intervenants
dans le respect des règles structuran- Guemez n’a pas rencontré l’adhésion extérieurs à ces sociétés de tradition
tes. Cette organisation rend le recours des irrigants. Les règlements intérieurs orale dont les pratiques de gestion

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 71


sont dites coutumières. On ne peut associations d’usagers d’être fonction- Lecestre-Rollier B, 2002. De la terre à la parenté
fonder un processus de formalisation nelles dans cette zone), ils ne posent dans le Haut Atlas marocain. Techniques &
Cultures 40 : 35-45.
sur une vision figée ou simpliste de pas de problème. Ils représentent
l’organisation locale, même si c’est ce cependant un enjeu de conflits dès Mathieu P, Benali A, Aubriot O, 2001. Water rights,
que mettent en avant les irrigants à lors que certains irrigants les revendi- investments and meanings: conflict and change in a
traditional irrigation system in northern Morocco.
travers un exposé laconique des règles quent comme faisant loi en opposition Int J Water 1 : 270-84.
de gestion. La règle énoncée n’est aux règles du droit local. &
qu’une partie d’un corpus plus large, Nehlil M, 1915-1916. L'Azref des tribus et Ksours
berbères du Haut Guir. Archives berbères 1/1-3 :
et les éléments nécessaires à la gestion Références 77-134.
des aléas sont souvent passés sous
silence. Ces derniers ne relèvent en Ostrom E, 1992. Crafting institutions for self-
Albergoni G, 2000. Écrire la coutume : une tribu governing irrigation systems. San Francisco : ICS.
effet pas à proprement parler de la bédouine de Cyrénaïque face à la modernité. Études
« règle » mais plutôt de l’écart à la règle Rurales (155-156) : 25-50. Riaux J, 2006.Règles de l'état – règles de la
ou de la règle mise en pratique Aubriot O, 2000. Comment « lire » un système communauté : une gouvernance locale de l'eau.
d'irrigation ? Un angle d'approche pour l'étude de Anthropologie comparée de deux systèmes d'irri-
(Ostrom, 1992). Une formalisation gation anciens en contexte d'intervention publique:
systèmes irrigués traditionnels, illustré de cas pris
menée par des intervenants extérieurs au Népal. Territoires en mutation 7 : 37-50. vallée des Aït Bou Guemez (Haut-Atlas – Maroc),
sur la base des règles énoncées ne rend Plaine de Vinça (Pyrénées – France). Thèse en
Chauveau JP, 1997. Jeu foncier, institutions anthropologie sociale, EHESS, Paris. [En ligne :
donc pas compte de toute la comple- d'accès à la ressource et usage de la ressource. http://tel.archives-ouvertes.fr].
xité des corpus locaux et ne permet Une étude de cas dans le Centre-Ouest ivoirien. In :
d’en restituer par écrit ni la cohérence Contamin B, Memel-Fotê H, eds. Le modèle ivoirien Riaux J, 2009. Gouvernances locales de l'eau,
en questions. Crises, ajustements, recompositions. regard croisé au nord et au sud de la Méditerranée.
ni l’efficacité technique et sociale. Paris : Karthala ; Orstom éditions. Secheresse 20 : 183-9. doi: 10.1684/
Dans la vallée des Aı̈t Bou Guemez, la sec.2009.0185.
formalisation des règles se solde par un Goody J, 1977. La raison graphique. Paris : éditions
de Minuit. Romagny B, Riaux J, 2007. La gestion commu-
échec relatif ; les règlements sont écrits, nautaire de l'eau à l'épreuve des politiques parti-
mais leur validité est contestée par les Hunt R, 1988. Size and the structure of authority in
cipatives : regards croisés Tunisie, Maroc. Hydrolog
canal irrigation systems. J Anthropol Res 44: 335-55.
irrigants. Tant que ces règlements Sci J 52 : 1179-98. doi: 10.1623/hysj.52.6.1179.
demeurent dans la sphère administra- Lavigne-Delville P, 1997. À quoi servent les
sciences sociales dans les projets de développe- Wateau F, 2002. Partager l'eau, irrigation et
tive extérieure aux pratiques (donc tant ment ? Points de vue d'un « agent double ». Bulletin conflits au nord-ouest du Portugal. Paris : CNRS
qu’on ne demande pas aux récentes APAD 14 : 79-107. éditions ; MSH éditions.

72 Cah Agric, vol. 20, n81-2, janvier-avril 2011


Étude originale

L'appropriation du modèle d'association


d'usagers de l'eau par une communauté
villageoise du Moyen Atlas au Maroc

Lahssan Bekkari1 Résumé


pez del Castillo2
Isabel Ye Au Maroc, diverses interventions publiques ont pour but d’améliorer la performance des
1
Institut national de la recherche systèmes d’irrigation communautaires. Ils visent à faire prendre en charge la gestion des
agronomique réseaux d’irrigation existants par des associations d’usagers des eaux agricoles. Souvent,
BP 578 les associations ainsi créées n’assurent qu’une simple fonction d’intermédiaire entre les
Meknès Principal paysans irrigants et les intervenants extérieurs. L’article s’interroge sur les conditions
50000 Meknès
d’appropriation de cette forme d’association par la communauté villageoise d’irrigants à
Maroc
<lbekkari@gmail.com> travers l’analyse du passage d’une gestion communautaire d’un système d’irrigation à une
2
gestion par l’association des irrigants dans un village du Moyen Atlas. Les résultats
Universite catholique de Louvain montrent que cette forme d’appropriation est le fruit d’une action collective autour
Institut d'
etudes de developpement
1, Place des Doyens d’un projet local. Si elle réussit, elle peut permettre la dynamisation de la gestion
B-1348 Louvain La Neuve communautaire de l’eau.
Belgique
<isabel.yepez@uclouvain.be>
Mots clés : association d’usagers ; Maroc ; méthode d’irrigation ; participation
communautaire.
Thèmes : eau ; économie et développement rural.

Abstract
The appropriation of the water user association model by a community in the Middle
Atlas region in Morocco
In Morocco, several projects aim at improving the performance of community-based
irrigation schemes. They intend to assign the management to local water user associations,
based on a single legally defined model. The created associations usually play only a role as
intermediary between irrigation farmers and external institutions. The article investigates the
conditions for appropriation of this form of association by an irrigation farmers’ community,
based on the analysis of the shift from traditional management to management by a formal
association in a village of the Middle Atlas in Morocco. The results show that this
appropriation process resulted from collective action around a local project. When such
appropriation process is successful, it can revitalize the way the community manages water.
Key words: community involvement; irrigation methods; Morocco; user association.
Subjects: economy and rural development; water.

D
e nombreuses études condui- systèmes de gestion de ressources
tes dans le monde montrent communes autogérés et durables à
doi: 10.1684/agr.2011.0474

les capacités des communau- travers l’élaboration de règles adaptées


tés rurales à mettre en place des (Ostrom, 1992 ; Baland et Platteau,

Pour citer cet article : Bekkari L, Yépez del Castillo I, 2011. L'appropriation du modèle d'association
d'usagers de l'eau par une communauté villageoise du Moyen Atlas au Maroc. Cah Agric 20 : 73-7.
doi : 10.1684/agr.2011.0474
Tirés à part : L. Bekkari

Cah Agric, vol. 20, n8 1–2, janvier-avril 2011 73


1996). Il en est ainsi pour les systèmes une brève présentation des dynami- opposition à une conception centrali-
d’irrigation communautaires, qui sont ques agricoles du village étudié et de la sée de règles que ces acteurs doivent
des construits sociaux ayant une forte méthodologie utilisée, nous décrirons tout simplement appliquer.
dimension historique (Ruf et Sabatier, les étapes de l’appropriation de l’AUEA
1992). Selon les principes énoncés par par la communauté villageoise afin de
Ostrom (1992), ils présentent généra- modifier les modalités de la gestion de
lement des caractéristiques favorables l’eau pour dépasser une situation de Cas d'étude :
à la mise en œuvre de modes de crise du système d’irrigation.
gestion durable d’une ressource (limi- le village de Toufestelt
tes clairement définies ; avantages
proportionnels aux coûts assumés ; Situé dans la zone montagneuse du
procédures pour faire des choix L'association Moyen Atlas, le village de Toufestelt a
collectifs ; supervision et surveillance, connu depuis 30 ans une mutation
etc.). d'irrigants agricole spectaculaire.
Au Maroc, les communautés d’irri- Bien que toujours largement pratiqué,
gants sont confrontées à de nouvelles comme innovation l’élevage est devenu une activité moins
contraintes (demande croissante et rentable car il nécessite des moyens
usages multiples de l’eau, évolution sociale importants pour subvenir aux besoins
des systèmes de production, fortes du bétail pendant des périodes de
interactions avec des acteurs exté- Quand les communautés d’irrigants soudure de plus en plus longues.
rieurs, etc.). Elles doivent développer se retrouvent face aux interventions Plusieurs agriculteurs ont ainsi aban-
des actions collectives endogènes afin externes décidées par les pouvoirs donné cette activité.
d’adapter leurs modes de gestion et publics pour améliorer la gestion d’un Le changement majeur concerne sur-
sécuriser leurs accès à la ressource, périmètre irrigué, elles se trouvent tout les systèmes de culture car le
mais elles sont souvent confrontées à confrontées à un cadre associatif maraı̂chage a cédé la place aux planta-
des logiques exogènes à l’occasion de – l’association d’usagers de l’eau – tions de cerisiers. Même si les pre-
divers aménagements impulsés par les qui est le modèle d’organisation le mières plantations datent des années
pouvoirs publics. Jugés peu perfor- plus souvent proposé par ces pouvoirs 1940 (exclusivement dans les grandes
mants, les périmètres irrigués font en publics. Or, l’association d’usagers est exploitations agricoles), ce n’est que
effet l’objet d’interventions externes une invention d’origine exogène qui depuis les années 1990 que cette
ayant pour but d’améliorer leur per- véhicule des normes et des règles espèce a été massivement adoptée.
formance hydraulique par le béton- nouvelles pour les villageois. Comme Actuellement, elle occupe la presque
nage des canaux et leur gestion de la toute nouveauté, elle ne devient totalité de l’espace irrigué (96 % de
ressource via la réorganisation des innovation qu’après son intégration l’espace planté).
irrigants dans le cadre d’« Associations dans un milieu social, comme le Arbre rustique et adapté aux conditions
d’usagers des eaux agricoles » (AUEA). précise Alter (2000). locales, le cerisier s’est présenté comme
Quand une AUEA ne répond pas aux Afin de mieux analyser la procédure une véritable aubaine. Plusieurs facteurs
attentes de la communauté, elle peut de sa mise en place, l’AUEA est expliquent cet engouement :
être rejetée ou instrumentalisée à approchée en tant qu’invention qui – une commercialisation plus facile
d’autres fins (Bekkari et Kadiri, 2007), peut faire l’objet d’un simple rejet, de la production (la vente se fait
par exemple au service des élites d’une adoption provisoire, voire d’une généralement sur pied) ;
locales (Romagny et Riaux, 2007). appropriation permanente. La trans- – des exigences en eau adaptées à
Plusieurs recherches conduites se formation de l’AUEA en innovation l’offre locale ;
focalisent sur les difficultés rencon- n’est jamais acquise à l’avance. Même – un entretien peu coûteux ;
trées pour la création d’associations si elle est d’origine exogène, l’AUEA – une conduite technique facile ;
d’irrigants fonctionnelles. En s’intéres- vient se greffer, selon l’expression – la distribution de plants subvention-
sant à l’agriculture irriguée en Médi- empruntée à Desroche (1976), sur nés par l’État, qui a également favorisé
terranée par exemple, Ruf et Valony des formes d’organisation antérieure cette diffusion.
(2007) soulignent que la mise en place à travers un processus d’hybridation La rentabilité de cette culture est jugée
des institutions locales destinées à entre deux formes d’organisation bonne par les agriculteurs. Ces chan-
promouvoir une participation active sociale. gements ont conduit à de nouveaux
des populations à la gestion de l’eau En approchant l’innovation à travers enjeux autour de la gestion de l’eau au
est conditionnée par différents fac- l’appropriation par la communauté, niveau local.
teurs historiques, économiques et notre objectif est double : d’une part,
sociaux. éviter le piège d’une analyse selon un
À travers la dynamique institutionnelle modèle diffusionniste, car l’innovation
observée chez les irrigants d’un village n’est pas toujours d’origine exogène, Méthodologie
du Moyen Atlas, nous nous interro- mais un processus ordinaire, œuvre
geons sur les conditions favorables quotidienne d’acteurs modestes (Alter, Le choix du périmètre étudié a été dicté
à l’appropriation de l’AUEA par la 2000) ; d’autre part, montrer les par l’existence d’une dynamique locale
communauté d’irrigants, approchée capacités des acteurs locaux à mettre d’appropriation de l’AUEA par une
comme innovation sociale. Après en place de nouvelles règles, en communauté villageoise d’irrigants

74 Cah Agric, vol. 20, n8 1–2, janvier-avril 2011


du Moyen Atlas, situation rarement de gestion a été faite auprès d’une différents irrigants ; son rôle incluait
observée dans la région. Il s’agissait de vingtaine d’agriculteurs représentant également l’arbitrage des conflits, la
mieux comprendre les procédures de tous les lignages. Cette évaluation a mobilisation des bras pour l’entretien
mise en œuvre d’une nouvelle gestion porté sur le respect des tours d’eau, du réseau d’irrigation, etc. Analpha-
des tours d’eau ainsi que les condi- l’entretien du réseau et la gestion des bète, il mémorisait les tours d’eau pour
tions ayant favorisé ce changement. conflits. l’ensemble des ayants droit en tenant
La création des nouvelles règles a été compte des modifications annuelles
analysée par rapport aux actions des dues aux transactions de vente ou de
irrigants, en prenant en compte aussi location des parts d’eau. Il assurait une
bien les caractéristiques physiques du gestion souple qui répondait aux
périmètre irrigué que celles de la Le système besoins des cultures. Aussi, malgré
communauté ainsi que les règles de quelques lacunes rapportées par les
gestion en vigueur. d'irrigation villageois agriculteurs, il jouissait d’une recon-
Un entretien réalisé avec un groupe de naissance de son savoir-faire qui
villageois de différentes générations, Le réseau d’irrigation permet d’irriguer constituait une source de respect et
et de différentes appartenances ligna- un périmètre de 300 hectares, au d’admiration. L’eau était assez dispo-
gères, nous a permis de mieux profit d’environ 70 ayants droit. Il est nible pour répondre aux besoins du
comprendre l’histoire du système alimenté par des sources jaillissant en maı̈s et des quelques cultures maraı̂-
agraire. Un intérêt particulier a été amont du village. Le droit d’eau est un chères.
accordé au fonctionnement du sys- droit partagé, parfois consigné par des Après le tarissement de l’une des deux
tème d’irrigation et aux principaux actes notariaux ; il n’est pas lié à la sources du village lors des sécheresses
facteurs ayant conduit à une crise de la terre. Il est exprimé selon un cycle des années 1980, les droits d’eau ont
gestion de l’eau. d’irrigation de 34 jours. À l’origine, les été divisés par deux pour préserver
Des entretiens complémentaires ont parts d’eau se répartissaient en fonc- l’accès de tous à l’eau d’irrigation. C’est
été réalisés avec plusieurs irrigants tion des lignages comme le montre le l’Amghar B. qui prit cette initiative,
pour identifier les principales étapes et tableau 1. Cette distribution était avec l’appui de la Jemâa (assemblée
procédures suivies pour mettre en fonction de la taille de chaque lignage, villageoise formée par les chefs de
place le nouveau mode de gestion de critère de base pour la contribution famille) et toute la communauté avait
l’eau dans le cadre de l’AUEA. Afin de aux travaux d’entretien du réseau adhéré à cette mesure socialement
mieux comprendre les logiques des d’irrigation. Les eaux des sources équitable.
actions entreprises, nous avons eu étaient ainsi partagées entre les quatre Avec les années, la gestion de
enfin des entretiens individuels avec lignages du village. Au fil des années, l’Amghar est cependant devenue
les cinq jeunes agriculteurs qui avaient différentes transactions d’achat et de peu transparente, moins équitable, la
lancé le projet d’un nouveau calen- vente ont modifié cette répartition durée du tour d’eau est alors devenue
drier d’irrigation. (tableau 1). très variable. La gestion de l’eau ne
L’étude de terrain a été complétée par Avant la création de l’AUEA en 1996, et répondait plus aux besoins des systè-
une analyse du mode de gestion jusqu’en 2004, la gestion de l’eau était mes de culture en évolution et spé-
fondée sur des observations ponctuel- assurée par l’Amghar B. Cet aiguadier/ cialement aux vergers de cerisiers.
les (de 2005 à 2008) de différentes chef de l’eau, choisi par la commu- C’est dans ce contexte que l’Amghar a
activités de l’association (réunions du nauté par consensus pour une période été forcé par la communauté à trans-
bureau, assemblés générales. . .) ainsi donnée, était un grand connaisseur crire tous les droits d’eau en 1993.
que par l’analyse des productions des détails de la gestion du réseau, L’intervention des pouvoirs publics et
écrites (procès-verbaux des réunions, expérience acquise à travers une la création de l’AUEA en 1996 n’ont
calendriers des irrigations, etc.). L’éva- responsabilité assumée pendant plu- pas permis de modifier immédiate-
luation du degré de satisfaction des sieurs décennies. Il n’était pas seule- ment les modalités inéquitables
usagers par rapport au nouveau mode ment chargé de répartir l’eau entre les d’accès à l’eau et de sortir de la crise

Tableau 1. Répartition des parts d'eau en fonction des lignages du village Toufestelt.
Table 1. Distribution of the water rights among lineages of the Toufestelt village.

Source Lignage Parts d'eau (24 heures) Durée du tour


d'eau (jours)

Aït Hamou Ousaid 20


1 33
Aït Lahcen 13

Aït Khouya Hammou 13


2 34
Aït Abdeslam 21

Cah Agric, vol. 20, n8 1–2, janvier-avril 2011 75


engendrée par le comportement de Le projet des jeunes ne pouvait réussir pour sensibiliser la population aux
l’Amghar et de ses alliés. Cependant sans une mise en confiance de la problèmes de pollution de l’eau. La
l’existence de l’AUEA a offert une communauté. Il fallait alors chercher nouvelle organisation de la gestion de
source alternative de légitimité à saisir à faire adhérer quelques notables pour l’eau est même devenue une source
pour asseoir les bases d’une gestion favoriser l’acceptation des nouvelles de fierté des villageois vis-à-vis
plus équitable de l’eau. normes et légitimer les décisions à des communautés voisines. La pré-
prendre ; mais c’est l’AUEA qui a sence de la majorité des irrigants aux
constitué la source alternative de différentes réunions renforce la parti-
légitimité. cipation. La prise de parole est facilitée
L’Amghar B., qui connaissait des pour tous et nous avons observé que
L'AUEA, problèmes de santé, ne pouvait plus les jeunes retrouvent une place dans le
assumer sa fonction, ni s’opposer débat local.
une opportunité activement au changement. L’absence Les changements introduits au village
d’un successeur potentiel a créé une concernent également d’autres aspects
pour réformer conjoncture favorable à la dynamisa- de la vie communautaire. L’association
tion de l’AUEA. Face au mur, les a contribué à l’amélioration de la
la gestion de l'eau irrigants se sont trouvés dans l’obliga- gouvernance locale à travers l’adoption
tion d’adhérer à l’initiative du groupe de démarches plus participatives pour
L’AUEA de Toufestelt a été créée en des jeunes : « Quand les gens ont la prise de décision. C’est le cas pour
1996 à la demande des agents de l’État commencé à chercher des solutions, à des sujets autres que l’irrigation, par
pour pouvoir bénéficier des travaux se plaindre, à voir comment résoudre exemple le choix du représentant du
de bétonnage des canaux dans le ce problème, à ce moment nous leur village pour la gestion des parcours
cadre d’un projet de développement avons dit : ‘‘Nous avons la solution’’. » collectifs.
agricole, selon une démarche descen- raconte un membre du groupe des
dante. L’association a surtout servi de jeunes, également membre du bureau
relais entre la communauté villageoise de l’association.
et les intervenants externes, le temps Le cadre associatif a ainsi été instru- Discussion : l'AUEA,
des travaux, avant de devenir non mentalisé pour une adhésion collec-
fonctionnelle. tive autour d’un objectif commun, à une opportunité
Ce n’est qu’en 2004 que l’AUEA a été savoir des tours d’eau garantissant les
dynamisée à travers un processus mis droits de chacun. Il a également servi pour améliorer
en place localement pour promouvoir comme espace de dialogue pour
un nouveau calendrier d’irrigation. l’adoption du calendrier annuel d’irri- la gestion des systèmes
En effet, un groupe de cinq jeunes, gation, élément central de la dyna-
appartenant au même lignage, ayant mique observée. communautaires
un bon niveau scolaire et des forma- Une fois le calendrier élaboré, une
tions polyvalentes, s’est constitué en assemblée générale a été convoquée d'irrigation
acteur collectif pour élaborer un nou- pour adopter le projet ; la présence
veau calendrier d’irrigation comme des représentants de l’Administration La performance actuelle de la gestion
solution alternative pour l’organisation a permis la mise en confiance des de l’eau au village de Toufestelt est
des tours d’eau. Cependant, il fallait un participants et le groupe de jeunes a due à un processus d’adaptation des
cadre institutionnel pour mettre en saisi l’occasion pour se faire élire au règles dont la particularité est d’avoir
œuvre ce changement technique. bureau de l’association. été développé localement par les
Le projet du changement reposait sur Le calendrier d’irrigation élaboré offre usagers. Si la dynamique observée a
un objectif clair, à savoir une gestion plusieurs avantages. Les tours d’eau été favorisée par plusieurs facteurs,
équitable des tours d’eau. Cet objectif ont été réorganisés pour suivre l’ordre c’est l’initiative locale d’un groupe de
opérationnel a été traduit en calen- des prises le long du canal, de façon jeunes qui a été déterminante pour le
drier des tours d’eau prenant en à réduire les pertes en eau. Un livret, changement observé. Ces leaders ont
compte les droits d’eau et les besoins mis à la disposition des agriculteurs, joué un rôle clé dans l’action collective
en irrigation de chacun. contient le calendrier des tours d’eau en instrumentalisant l’AUEA, d’abord
Afin de prendre en main le devenir de pour l’année en cours pour tous comme cadre du débat collectif sur
l’eau d’irrigation au village, ce groupe les usagers ; la transparence est donc l’adoption du calendrier d’irrigation,
de jeunes a mobilisé un ensemble garantie et les paysans interrogés puis pour devenir l’organisation en
de ressources. Leurs expériences per- confirment que leur droit d’accès à charge de la gestion du système
sonnelles, acquises dans le cadre du l’eau est mieux sécurisé. d’irrigation.
travail associatif hors du village, ont Lors de nos entretiens, les irrigants ont L’étude de cas illustre l’exemple d’une
servi pour le montage du projet. Les manifesté une grande satisfaction opportunité que peut présenter
membres ont également valorisé leurs quant au nouveau mode de gestion, l’AUEA pour construire une nouvelle
réseaux de relations sociales en faisant même ceux qui étaient privilégiés par légitimité du mode de gestion de l’eau,
appel à différents acteurs pour appuyer la gestion de l’Amghar B. Les canaux mais montre également les capacités
les actions projetées (ONG, ministère d’irrigation sont mieux entretenus et des paysans à interagir avec de
de l’Agriculture, etc.). des actions sont également menées nouvelles formes organisationnelles

76 Cah Agric, vol. 20, n8 1–2, janvier-avril 2011


d’origine exogène. Quand l’association réelle dans le cadre d’un renforcement financement de travaux d’aménage-
est appropriée, elle vient se greffer sur des capacités (Beccar et al., 2002) pour ment à la création d’une association
la forme d’organisation antérieure, son une meilleure construction des bases selon un modèle préétabli. &
fonctionnement combine des principes d’un développement durable local.
d’organisation associatifs et commu-
nautaires (Bekkari, 2009). Les réadap- Références
tations de ces formes d’organisation
peuvent aussi donner lieu à des trans- Conclusion Alter N, 2000. L'innovation ordinaire. Paris : PUF.
formations des règles formelles de Baland JM, Platteau JP, 1996. Halting degradation
fonctionnement comme le rapportent L’étude de cas présentée illustre la of natural resources ; is there a role for rural
communities. Rome : FAO, Oxford University
Kadiri et al. (2009) à l’issue d’une étude complexité du processus d’appropria- Press.
conduite chez les irrigants du périmètre tion de l’AUEA par la communauté des
Beccar L, Boelens R, Hoogendam P, 2002. Water
du Moyen Sebou au Maroc. D’une irrigants. Elle montre que l’adoption rights and collective action in community irrigation,
façon plus globale, les travaux d’amé- de l’association comme forme d’orga- In : Boelens R, Hoogendam P, eds. Water rights and
nagement lancés par les pouvoirs nisation, longtemps après sa création empowerment. Assen (The Netherlands) : Royal
Van Gorcum.
publics au niveau des périmètres impulsée par l’Administration, a été le
d’irrigation traditionnels sont souvent fruit d’une action collective autour Bekkari L, Kadiri Z, 2007. Appropriations du cadre
de l'Association des Usagers des Eaux Agricoles
vécus comme une source de perturba- d’un projet local de changement. par les irrigants au Maroc : analyse comparative de
tion avec affrontement de différentes L’interaction entre la forme d’organi- cas au Moyen Atlas et Moyen Sebou. In : Kuper M,
logiques. Quand l’AUEA est imposée, sation communautaire et l’association, Zairi A, eds. Proceedings of the 3rd Seminar on
elle peut être adoptée provisoirement a conduit à l’innovation organisation- Water Saving in North Africa, Nabeul (Tunisia).
http://halshs.archives-ouvertes.fr/SIRMA2007/fr/.
avant d’être rejetée par la commu- nelle. Il semble possible de valoriser les
nauté d’irrigants. Cependant, comme expériences acquises par les commu- Bekkari L, 2009. Dynamiques institutionnelles des
systèmes d'irrigation communautaires au Moyen
le montre l’exemple du village étudié, nautés d’irrigants dans le cadre des Atlas, Maroc. Thèse de doctorat en sciences
quand l’AUEA répond aux besoins de efforts permanents qu’elles mènent politiques et sociales, université catholique de
la communauté, elle peut être appro- localement pour adapter les modes Louvain. Louvain : Presse universitaire de Louvain.
http://hdl.handle.net/2078.1/28498.
priée, selon des temporalités adap- de gestion, en favorisant la mise en
tées, souvent différentes de celles des place d’un cadre d’échanges. Face aux Desroche H, 1976. Le projet coopératif. Paris : Les
éditions ouvrières.
acteurs extérieurs. défis lancés aux systèmes d’irrigation
Des recherches mettent en évidence communautaire, il faut penser la recons- Kadiri Z, Kuper M, Faysse N, Errahj M, 2009. Local
des formes d’adaptation des modes de truction des modes de gestion comme transformation of a state-initiated institutional
innovation : the example of water users' associa-
gestion dans le cadre d’autres formes autant de projets locaux, les associa- tions in an irrigation scheme in Morocco. Irrig and
d’organisation sociale. Il peut s’agir tions d’irrigants pouvant constituer des Drain 58 : S346-7.
d’un comité de gestion (Romagny et outils au service des communautés, Ostrom E, 1992. Crafting institutions for self-
Riaux, 2007) ou d’associations de mais pas exclusivement. Ces associa- governing irrigation systems. San Francisco (Cali-
développement local. tions peuvent constituer des opportu- fornia) : I.C.S.
La complexité d’une réelle prise en nités à saisir par les communautés Romagny B, Riaux J, 2007. La gestion commu-
charge des systèmes d’irrigation paysannes afin de mieux interagir avec nautaire de l'eau agricole à l'épreuve des politiques
participatives : regards croisés Tunisie/Maroc.
communautaire par des associations les logiques des acteurs extérieurs. Journal des Sciences Hydrologiques 52 : 1179-96.
d’usagers de l’eau nécessite une révi- Nous pensons que les intervenants
Ruf T, Sabatier JL, 1992. La gestion sociale de
sion du mode d’intervention publique extérieurs doivent adopter une appro- l'eau. Chroniques du Sud 8 : 75-9.
en vigueur. En effet, vouloir imposer che progressive et pédagogique pour
un modèle associatif par le haut mieux appuyer les initiatives et inno- Ruf T, Valony MJ, 2007. Les contradictions de la
gestion intégrée des ressources en eau dans
constitue une sorte de paradoxe. La vations paysannes en sortant définiti- l'agriculture irriguée méditerranéenne. Cah Agric
participation des acteurs doit être vement d’une logique liant le 16 : 294-300. doi: 10.1684/agr. 2007.0120.

Cah Agric, vol. 20, n8 1–2, janvier-avril 2011 77


Étude originale

Gestion de l'irrigation
dans les montagnes du Nord du Vietnam :
vers une autonomie accrue des irrigants ?

Damien Jourdain1,2,3 Résumé


lie Rakotofiringa4
Aure Les mutations politiques et économiques du Vietnam ont fortement déterminé l’évolution
Dang Dinh Quang5 de l’irrigation dans les montagnes du Nord. La décollectivisation a entraı̂né l’émergence de
Marie-Jeanne Valony4 nouveaux modes de gestion. Des suivis et des enquêtes menés auprès de différents acteurs
Romain Vidal4 de l’irrigation dans un district de montagne du Nord du Vietnam ont mis en évidence
Jean-Yves Jamin2 l’apparition de différents types de gestion des périmètres. Les principaux facteurs de
1
Cirad différenciation sont la situation topographique, qui détermine largement la taille et le type
102, Bldg 2G des aménagements, et la répartition des terres irriguées au sein des villages. La
Van Phuc Diplomatic Compound décollectivisation a entraı̂né un transfert de gestion des coopératives de production vers
298 Kim Ma diverses entités : irrigants, chefs de villages, comités populaires communaux et entreprises
Hanoï publiques se partagent ainsi les responsabilités, de manière différente selon les types de
Vietnam systèmes irrigués. Cependant, l’implication directe des usagers dans la gestion de
<damien.jourdain@cirad.fr>
l’irrigation reste très limitée, même si de nouvelles évolutions s’esquissent avec
2
Cirad l’exonération des redevances hydrauliques décrétée par le gouvernement.
UMR G-Eau
73, rue Jean-François Breton Mots clés : conservation de l’eau ; irrigation ; riz de montagne ; Viet Nam.
TA C-90/15
34398 Montpellier cedex 5 Thèmes : eau ; économie et développement rural.
France
<jamin@cirad.fr>
3
IRRI
Abstract
Los Banos Irrigation water management in the Northern Mountains of Vietnam: Towards more
Laguna autonomy?
Philippines
4
Changes in Vietnamese policies and the economic context have influenced the evolution
IRC SupAgro of irrigated systems in Northern mountainous areas. The end of production cooperatives
1101, avenue Agropolis
BP 5098
allowed the emergence of new modes of management. Surveys and interviews of different
34093 Montpellier irrigation stakeholders have shown the emergence of different types of irrigation
France management. The main differentiating factors are topographical, which affects the sizes
<a.rakotofiringa@gmail.com> and types of schemes, and the distribution of irrigated land among households of one
<vidal.r@laposte.net> community. Decollectivization led to management transfer from the production
5
NOMAFSI cooperatives to various entities: water users, villages, communal People’s committees,
Phu Ho and state-controlled companies. Nevertheless, the direct involvement of users in
Vietnam management and decision-making processes remains rare, even if new developments
<quangdd60@yahoo.com> are appearing with the recent suppression of hydraulic fees.
Keywords: irrigation; upland rice; Viet Nam; water conservation.
Subjects: economy and rural development; water.
doi: 10.1684/agr.2010.0464

Pour citer cet article : Jourdain D, Rakotofiringa A, Quang DD, Valony MJ, Vidal R, Jamin JY, 2011.
Gestion de l'irrigation dans les montagnes du Nord du Vietnam : vers une autonomie accrue des
irrigants ? Cah Agric 20 : 78-84. doi : 10.1684/agr.2010.0464
Tirés à part : D. Jourdain

78 Cah Agric, vol. 20, n81-2, janvier-avril 2011


L'
histoire récente du Vietnam a après une décennie de croissance En effet, la structure et le fonctionne-
été marquée par des réformes forte, essentiellement dans les fonds ment des périmètres irrigués des RMN
successives, connues sous de vallées où habitent les ethnies qui sont très variables. Nous avons identi-
l’appellation de Doi Moi qui ont n’avaient besoin « que » de variétés fié les traits physiques et historiques
permis une réallocation des moyens adaptées au froid et d’une demande qui sont à l’origine de la diversité des
de production aux ménages agricoles forte en riz pour s’adapter, on semble systèmes actuels. Nous nous sommes
et une libéralisation des marchés (Dao aujourd’hui atteindre les limites de la ensuite intéressés à l’impact des réfor-
The Tuan, 1997). La production rizi- croissance des superficies où deux mes récentes sur la gestion de l’eau
cole a alors augmenté de manière cycles de riz par an sont cultivés dans les grands types de systèmes
spectaculaire dans les deux grands (Jourdain et al., 2009). irrigués rencontrés dans les RMN.
deltas (fleuve Rouge et Mékong) par Il subsiste une superficie importante Permettent-elles une amélioration de
une intensification en travail puis en de terres aménagées pour la riziculture la situation économique des irrigants ?
capital (AAFV, 2000). inondée sur lesquelles un seul cycle Permettent-elles une plus grande
Au cours des années 2000, les gains de riz est pratiqué. En effet, la autonomie des irrigants ?
potentiels de productivité et les super- riziculture de saison sèche, de par la
ficies agricoles dédiées à la riziculture consommation en eau importante au
dans les deltas se réduisent, et les moment où elle est la plus rare, accroı̂t
enjeux d’intensification « se déplacent » la concurrence et les conflits entre les Caractéristiques
alors progressivement vers les zones irrigants. La gestion de l’eau peut
périphériques comme les régions induire des contraintes à l’extension de la zone d'étude
montagneuses du Nord (RMN) où des superficies irriguées durant la
des marges de croissance fortes conti- saison sèche. Le mode de gestion de Le district de Van Chan, situé dans la
nuent à exister si les ressources l’eau dans les RMN devient donc province de Yen Bai, est caractéris-
naturelles sont utilisées durablement porteur de nouveaux enjeux. tique du Nord-Ouest vietnamien. Il
(Doppler et al., 2006). Les RMN Parallèlement, le contexte institution- présente des altitudes allant de 200 à
occupent environ un tiers de la nel de la gestion de l’eau a évolué pour 2 000 m, avec une forte diversité de
superficie du pays mais hébergent l’ensemble du pays. De nouvelles paysages : montagnes escarpées, col-
seulement 15 % de la population entités administratives se partagent lines, bas-fonds, grandes vallées. Nous
nationale, principalement des ethnies cette gestion et, pour l’eau agricole, avons distingué trois grandes zones
dites minoritaires. Environ 75 % des les dernières réformes visent, au agroécologiques :
communes se situent à des altitudes de moins dans le discours, à favoriser – une zone de haute montagne, au
plus de 200 m (Vien, 2003). Les l’émergence de groupes d’usagers. nord-ouest, avec des pentes souvent
conditions climatiques, bien que Elles ont pour objet d’augmenter la supérieures à 15 % ;
diverses, sont dans l’ensemble contrai- productivité de l’eau et de préparer de – au centre, une grande plaine d’alti-
gnantes pour la production agricole futurs partages entre les différents tude moyenne où les agriculteurs
en général, et pour la production secteurs de l’économie. La réforme pratiquent essentiellement la rizicul-
rizicole irriguée en particulier, avec fiscale de 2008, exemptant la plupart ture irriguée intensive ;
un hiver froid et sec de novembre à des irrigants de redevance sur l’eau, – une zone de moyenne montagne,
mars, et une saison humide de juin à pourrait avoir des effets différenciés au sud-est, s’abaissant progressive-
octobre ponctuée par des épisodes sur les systèmes irrigués. ment vers le fleuve Rouge (figure 1).
pluvieux violents rendant difficile la
maı̂trise des écoulements sur des
pentes fortes. Malgré ces défis, les
institutions vietnamiennes misent sur
une croissance de la production Hautes montagnes
agricole dans les RMN reposant sur
l’intensification de la production rizi-
cole dans les zones basses (notam-
ment par le passage de un à deux
cycles par an de riz irrigué), et le
développement des cultures pluviales
associées à des techniques de conser- Altitude Moyenne
vation sur les pentes (Doanh et Tuan, Plaine montagne
Maximum : 2 469 m intérieure
2004 ; Vien et al., 2009). Minimum : 73 m
Entre 1996 et 2007, alors que la kilometres
production rizicole croı̂t de 20 % dans 0 5 10 20

le delta du fleuve Rouge, elle aug-


mente de plus de 60 % dans les
provinces montagneuses. Plus du tiers
de cette croissance est attribuable à Figure 1. Les grandes zones agroécologiques du district de Van Chan.
l’augmentation des superficies culti-
vées en saison sèche. Cependant, Figure 1. Agro-ecological zoning in the Van Chan district.

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 79


La population est très diverse. L’ethnie Des systèmes irrigués Pour une communauté donnée, la
Kinh, majoritaire au niveau national, ne prééminence d’un type de règles est
représente ici qu’un tiers des habitants,
les deux autres appartenant à quatre
très diversifiés un indicateur de sa relation avec l’État.
Là où l’influence de l’État est faible, les
ethnies : Thaı̈, Tay, Dao et Hmong. paysans ont pu réinstaller des règles
Dans une commune, plusieurs groupes Nous avons identifié deux ensembles collectives et une répartition éventuel-
ethniques peuvent se côtoyer, mais de facteurs importants de différencia- lement inégalitaire des terres héritées
chaque village est généralement mono- tion : des périodes précollectivistes. Là où
ethnique. Ces contrastes permettent – la localisation des périmètres dans l’impulsion de l’État est plus forte, on
d’avoir, dans une zone relativement la topographie ; note une répartition plus égalitaire des
petite (1 130 km2), une grande diversité – l’histoire de ces périmètres : période terres irrigables (Sikor, 2004). Un
de conditions agro-socio-économiques d’établissement, gestion durant la indicateur synthétique de cette histoire
qui ont façonné des systèmes irrigués période collectiviste et la transition complexe est la variabilité interména-
très contrastés (Molle, 2002). postcollectiviste, qui ont déterminé la ges de l’accès à l’eau en saison sèche.
Vingt systèmes irrigués ont été sélec- répartition actuelle des terres et les
tionnés afin de représenter la diversité droits d’accès à l’eau.
de la zone d’étude en termes de La notion de pluralisme juridique et Topographie, taille
topographie, de tailles de périmètre institutionnel (Meinzen-Dick et et mode de gestion
et d’ethnies. Nous avons associé Pradhan, 2002) a été utilisée pour
enquêtes historiques, visites de terrain analyser la coexistence de différents La topographie joue sur la taille des
et entretiens avec les différents acteurs types de règles codant l’accès à espaces irrigables, et les types de sour-
impliqués dans l’utilisation de l’eau l’eau. Les règles suivantes ont été ces d’eau disponibles. Elle influence
– irrigants, aiguadiers, responsables identifiées : donc fortement la taille et la nature des
administratifs (villages, communes, – celles qui ont été élaborées par les entités qui gèrent les périmètres irrigués
districts), dirigeants et employés des gestionnaires actuels ; (figure 2).
entreprises publiques – pour analyser – celles qui proviennent des pratiques Dans le district de Van Chan, la
les modes formels et informels de héritées des coopératives ; gestion d’un périmètre irrigué est
gestion de l’eau et identifier les princi- – et celles qui proviennent des prati- attribuée officiellement soit à l’entre-
paux critères qui différencient les ques ethniques plus anciennes mais prise publique Nghia Van Joint Stock
systèmes irrigués. encore reconnues. Company (NVJSC), dont les capitaux

Montagne Bas de pente Fond de vallée Grande plaine

Taille < 2,5 ha 2,5 < T < 5 ha 5 < T < 50 ha > 50 ha

1 ou quelques Village/commune
Gestion Village Entreprise étatique
foyers /entreprise étatique
Riz 1 a 2 cycles par an 1 a 2 cycles par an 1 a 2 cycles par an 2 cycles par an +
e
3 cycle

Figure 2. Relation entre topographie, taille et gestion des systèmes irrigués.

Figure 2. Relationship between topography, size and management of irrigated systems.

80 Cah Agric, vol. 20, n81-2, janvier-avril 2011


et le budget proviennent essentielle- qualité. Les villages aval, dépendant de Dans ce dernier cas, un ménage ayant
ment de la province de Yen Bai, soit au la maintenance effectuée par les villa- accès à une parcelle reconnue plus
comité populaire de la commune. ges amont, ont de gros problèmes productive du fait de sa fertilité ou
NVJSC est en charge de la gestion des d’alimentation en eau, sans pouvoir d’un meilleur accès à l’eau se verra
plus grands périmètres situés dans les agir sur leurs causes. attribuer une superficie plus réduite.
larges vallées et pourvus de barrage et Quelle que soit la taille du périmètre, En dehors des communautés thaı̈es,
de canaux en béton. Les communes ont les décisions de maintenance et les redistributions des terres irriguées
en charge les périmètres de taille d’allocation de l’eau intravillage sont se sont effectuées en une seule fois.
moyenne irriguant un ou plusieurs décentralisées au niveau des villages Par ailleurs, certaines terrasses amé-
villages. Enfin, les très petits périmè- ou des communautés d’irrigants. nagées en dehors des périmètres
tres, situés dans les zones les plus irrigués des coopératives n’ont pas
hautes, sont, de fait, gérés de manière toujours été prises en compte lors des
autonome par les familles détentrices Un accès contrasté redistributions de terres.
de l’accès à l’eau. Cet accès repose aux terres irriguées Ces différentes règles de base ont été
essentiellement sur un régime de modulées en fonction des ethnies et
priorité validé par les communautés. Les groupes ethniques présents de l’histoire des systèmes irrigués pour
Quiconque aménage un nouvel accès à aujourd’hui se sont installés à diffé- aboutir à des règles d’allocation spé-
l’eau, par exemple par la construction rentes périodes et dans des comparti- cifiques à chaque communauté. Au-
d’un canal d’amenée d’eau depuis une ments différents des bassins-versants. delà des détails, on peut répartir les
source, obtient la priorité de fait sur Les ethnies thaı̈e et tay ont installé très périmètres irrigués en deux grandes
cette source d’eau : tout aménagement tôt une riziculture irriguée dans les catégories :
ultérieur pouvant affecter le premier fonds de vallées, alors que les ethnies – ceux où il y a une certaine homo-
aménagement doit être négocié expli- Dao et Hmong, n’ont occupé les généité d’accès aux terres irrigables
citement avec le primo aménageur. parties supérieures des bassins-ver- (chaque ménage y a peu ou prou
La gestion des grands périmètres sants qu’à la fin du XIXe siècle accès) ;
comporte trois principaux types de (Michaud, 1997). – et ceux où il y a une grande inégalité
fonctions : Cette donne initiale a été rebattue d’accès aux terres irrigables.
– planification et investissements ; pendant la période collectiviste, à Enfin, on constate de fortes différen-
– gestion et maintenance des infra- partir des années 1950. La création ces entre les ethnies qui ont une
structures ; de coopératives, les programmes de longue tradition de réallocation pério-
– gestion quotidienne de l’irrigation. sédentarisation visant les ethnies pra- dique de la terre entre les différents
Ces fonctions sont réparties entre les tiquant des cultures itinérantes et le ménages, comme les Thaı̈s, et celles
différents acteurs. Les décisions plan de migration des habitants des qui ont tendance à figer les acquis des
d’investissement sont prises par le deltas vers les zones de montagne ancêtres, comme les Dao et les
district et la province, sans grande (Chı́nh, 2008) ont aboli les droits Hmongs. Cette situation a aussi été
consultation de NVJSC et des usagers. anciens d’accès à l’eau et ont intégré observée ailleurs au Vietnam (Mellac,
La conception et la construction sont ces populations d’origines diverses 2006 ; Scott, 2000).
réalisées par des entreprises d’ingénie- dans de nouvelles structures regrou-
rie qui consultent peu les usagers pées dans les altitudes basses ou
finaux. Ce n’est qu’une fois la construc- moyennes des montagnes. Une différenciation accrue
tion des infrastructures terminée que Avec la loi foncière de 1993, les terres du potentiel productif
NVJSC et les communes interviennent agricoles gérées par les coopératives des terres irriguées
pour gérer et entretenir les grosses ont été redistribuées. Cependant,
infrastructures (barrages, réseaux pri- comme dans d’autres provinces Le terme « terre irriguée » englobe en
maires et secondaires) et pour distri- (Castella et Quang, 2002 ; Sikor, fait différents types d’accès à l’eau, qui
buer l’eau entre les différentes portions 2001), ce processus n’a pas été mené ont de fortes incidences sur le poten-
du réseau ou entre les villages. Les de façon uniforme. Bien que l’idée tiel agronomique des parcelles.
canaux tertiaires sont gérés par les générale fût de maintenir une certaine Quand les agriculteurs pratiquaient
villages ou les usagers en fonction de la équité d’accès aux terres irriguées entre une seule culture de riz par an, l’accès
taille de la maille hydraulique. Les les anciens membres des coopératives, à une rizière déterminait en grande
règles de maintenance prennent par- des modalités très variables de redis- partie l’accès à l’eau. En effet, l’eau
fois des modes administratifs peu tribution des terres collectives ont été étant abondante en saison des pluies,
compatibles avec la configuration des mises en œuvre : ni la position dans le périmètre irrigué,
réseaux. Par exemple, le périmètre de – restitution des terres des ancêtres ; ni le type d’accès à l’eau n’influaient
Khe Quat est géré par la commune de – égalité des surfaces attribuées par fortement sur la productivité poten-
Tan Tinh car il couvre trois villages. ménage ; tielle des rizières.
Chaque village a en charge la mainte- – attribution des surfaces irriguées en Le développement des riz à cycles
nance du canal traversant son territoire. fonction des bouches à nourrir ou des courts a entraı̂né une forte différencia-
Or, les villages amont reçoivent l’eau travailleurs familiaux ; tion du potentiel productif des riziè-
indépendamment de la maintenance – répartition des terres visant une res. En effet, la possibilité de faire
effectuée sur la portion de canal qu’ils égalité de la production de riz par deux récoltes par an et d’avoir un
doivent entretenir, et qui est de faible personne. calendrier cultural indépendant des

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 81


décisions des producteurs voisins, Tout d’abord, les EPID sont des maintenance des périmètres irrigués
découle fortement de la position des entreprises d’État fournissant un ser- des EPID. En revanche, les périmètres
parcelles au sein du réseau hydrau- vice public. Elles gèrent les barrages et gérés par des associations d’usagers
lique et des règles d’allocation et de les canaux principaux des moyens et ou des communes ont perdu leur
distribution de l’eau. Cela n’avait pas grands périmètres, soit environ 80 % source de financement mais doivent
pu être pris en compte lors des des surfaces irriguées du Vietnam. continuer à faire face à des charges de
redistributions des terres, effectuées Jusqu’en 2008, elles étaient financées gestion et d’entretien. Enfin, pour les
avant le développement de ce second principalement par les redevances très petits périmètres, gérés directe-
cycle. hydrauliques des usagers agricoles. ment par usagers, la situation reste
Les EPID gérant des infrastructures inchangée.
relativement importantes peuvent Cette réforme risque donc de rendre
Réformes successives également avoir plusieurs fonctions plus difficile, au moins dans le court
dont, en particulier, la production terme, la gestion et la maintenance des
de la gestion de l'eau : hydroélectrique. périmètres irrigués gérés par les OUE.
De leur côté, les OUE prennent des
quel rôle formes très diverses et gèrent en direct
Des impacts différenciés
20 % seulement de la superficie
pour les usagers ? irriguée du Vietnam, en général des attendus dans les zones
petits et moyens périmètres. Le MARD de montagne
La loi sur les ressources en eau (LRE) les classe en cinq catégories : les
de 1999 définit le Gouvernement du coopératives, les groupes d’usagers de Parmi les différentes réformes visant à
Vietnam (GoV) comme seul respon- l’eau, les conseils de gestion de l’eau, améliorer les performances et la
sable de la gestion des ressources en les conseils villageois de gestion de durabilité des systèmes irrigués, c’est
eau. L’irrigation et l’approvisionne- l’eau, et les associations d’usagers. la réforme des redevances qui risque
ment en eau en milieu rural sont gérés Pour compliquer ce schéma, les EPID d’avoir l’impact le plus fort sur l’orga-
par le ministère de l’Agriculture et du peuvent déléguer à des OUE la gestion nisation des périmètres irrigués de
Développement rural (MARD). La LRE de l’eau au-delà du réseau secondaire, montagne, avec des effets qui n’étaient
institutionnalise une gestion par bas- favorisant ainsi la participation au sein probablement pas attendus.
sin, avec la création d’un Conseil des grands périmètres. Cependant, un
national des ressources en eau (CNRE) grand nombre de ces OUE correspon- Des réformes ambigües
qui coiffe des conseils de planification dent en fait à des entités adminis-
tratives (communes le plus souvent),
pour les grands périmètres
et de gestion de bassin, encore peu
actifs en pratique. La LRE a aussi ou des institutions interadministratives Dans les grands périmètres, dont le
institué le principe d’un système de ad hoc (par exemple pour gérer l’eau budget devra venir de l’État, le bilan
droit d’eau, qui reconnaı̂t les droits des entre deux communes) ; de plus, ces financier est positif pour les usagers.
individus à utiliser les eaux de surface OUE ne font pas partie de la structure Cependant, avec une implication
ou souterraines, sans licence pour les de décision des EPID et ne peuvent réduite ou nulle des utilisateurs finaux
petits usages familiaux, y compris donc assurer de lien entre utilisateurs dans les décisions et dans le suivi des
pour l’agriculture, la production fores- et fournisseurs de l’eau. services fournis, et une rémunération
tière, l’aquaculture, la petite industrie fixe des EPID quel que soit le service
et l’artisanat1. rendu, le risque est qu’elles délaissent
Le Vietnam a également mis en avant Une exemption généralisée la gestion de l’irrigation et l’entretien
le concept de gestion participative de de la redevance hydraulique des infrastructures, pour concentrer
l’irrigation avec deux grandes échelles leurs efforts sur d’autres activités plus
d’organisation : les entreprises publi- En 1984, une redevance hydraulique lucratives, comme l’hydroélectricité.
ques d’irrigation et de drainage (EPID) proportionnelle à la surface cultivée
et les organisations d’utilisateurs de avait été mise en place afin de couvrir
les coûts d’irrigation (Fontenelle et De nouveaux degrés
l’eau (OUE)2. L’implication des usa-
gers dans la gestion des périmètres Tessier, 1997). Dans les zones de de liberté
irrigués reste cependant difficile à montagne, cette redevance hydrau- pour les périmètres moyens
évaluer et la gestion participative de lique était perçue par les EPID ou par
l’eau reste plus souvent conceptuelle les communes. Les très petits périmè- Pour les périmètres gérés par les
que réelle. tres individuels n’étaient pas taxés. La collectivités locales ou les irrigants
redevance servait à financer la gestion eux-mêmes, aucune contrepartie
des réseaux d’irrigation suivant des financière à la suppression de la
modalités diverses (figure 3). redevance hydraulique n’est interve-
1
Décret gouvernemental no 149/2004/ND-CP. En 2008, afin de lutter contre la nue. Les usagers doivent s’organiser
Licensing of water resources exploitation, pauvreté, le gouvernement a décidé localement et prendre directement en
extraction and utilisation and waste water charge les dépenses incontournables,
discharge in water sources.
d’exempter les irrigants de redevance
2
Circulaire MARD no 75/2004/TT-BNN – 20/12/ hydraulique. Les autorités provinciales au travers d’un nouveau système,
2004. Guidelines to the formation, improvement se sont substituées aux usagers pour local, de contribution monétaire. Le
and development of water user organization. financer les activités de gestion et de bilan financier est neutre pour les

82 Cah Agric, vol. 20, n81-2, janvier-avril 2011


Cas de la commune de Hanh Son Cas de la commune de Tan Thinh

Trésorerie de la province Trésorerie de la province

x% x%

Trésorerie du district Trésorerie du district

x%
50 %

80 %
Nghia van Commune Commune

100 % Selon les besoins 100 % f (surfaces irriguées)

Villages Villages

100 % 100 %

x valeur inconnue Usagers Usagers

Flux montants (usagers vers province)


exprimés en % des sommes perçues aupres des usagers

Flux descendants (depuis les communes


vers les périmetres et les villages)

Figure 3. Taxes hydrauliques et flux financiers associés jusqu'en 2008.

Figure 3. Hydraulic fees and associated financial flows (until 2008).

irrigants ; il ne sera positif que si l’État du canal tête morte du périmètre de irrigants se sont organisés en associa-
continue à investir dans les infrastruc- Khe Cum. Cesser de rémunérer ce tions de propriétaires, afin d’effectuer
tures d’irrigation. responsable n’était pas envisageable des travaux collectifs de réhabilitation
Cette réforme induit une plus grande étant donné les risques liés à la de canaux ; elles donnèrent naissance
implication des irrigants dans la gestion topographie très accidentée. L’organi- ensuite aux associations syndicales
de leurs périmètres. Nous avons cons- sation collective a donc été immédiate autorisées (Valony, 2004).
taté que des contributions monétaires, pour prendre en charge directement le
qui correspondent de fait à de nouvel- salaire de ce responsable, afin que le Une mesure peu équitable
les redevances, mais instaurées et système puisse continuer à fonction-
gérées localement, ont été rapidement ner. Dans cette même commune, pour En mettant en place cette mesure
mises en place dans les périmètres où le système irrigué intervillages de d’exemption, l’Administration vietna-
existait un fort besoin de maintenance Khe Quat, l’abolition de la taxe a mienneaconsidérélaredevancehydrau-
ou de contrôle, par exemple pour permis au village aval d’utiliser plus lique comme un impôt pour les
rémunérer des responsables de canal librement les fonds, sans passer par la paysans, et non comme une redevance
ou effectuer des réparations en cas de commune, et de changer les règles de payée pour rémunérer un service. À
dégâts sur le réseau, fréquents en maintenance des canaux. Les villageois l’échelle des exploitations agricoles,
saison des pluies. Cette réactivité de l’aval cotisent maintenant pour la une partie des paysans devraient voir
illustre la capacité des usagers à maintenance des canaux qui assurent leurs charges de production diminuer
s’organiser rapidement lorsqu’ils le leur propre alimentation en eau, en du fait de cette exemption. Mais s’agira-
doivent. Ainsi, dans la commune de amont de leur territoire, et non plus t-il des paysans les plus pauvres comme
Tan Thinh, la part des redevances pour ceux qui traversent leur territoire le visait cette décision ?
hydrauliques qui était reversée au pour desservir d’autres villages. Pour les irrigants des grands périmè-
village était auparavant utilisée pour Ces changements rappellent un autre tres des plaines, dont les systèmes de
rémunérer le responsable du barrage et contexte, en France, lorsque des production sont les plus rentables de

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 83


la zone (accès facile aux intrants, pratiques qui s’ébauchent, de nouvel- Doppler W, Praneetvatakul S, Mungkung N,
Sattarasart A, Kitchaicharoen J, Thongthap C,
climat de plaine moins rigoureux et les formes d’organisation se mettent en et al., 2006. Resources and livelihood in mountain
ressource en eau pérenne permettant place. Les paysans et les collectivités areas of South-East Asia: Farming and rural systems
2 à 3 cultures par an, commercialisa- locales vont ainsi pouvoir établir des in a changing environment. Weikersheim (Germany) :
Margraf Publishers.
tion aisée), l’État prend en charge les institutions de gestion de l’irrigation
frais hydrauliques en subventionnant plus proches de leurs besoins, plus Fontenelle JP, Tessier O, 1997. L'appropriation
paysanne de l'hydraulique agricole du delta
les EPID comme NVJSC. participatives, et avec des coûts réels et du fleuve Rouge : processus et limites. Autrepart
Pour les petits périmètres irrigués non plus forfaitaires. Comme cela a été 3 : 25-43. http://horizon.documentation.ird.fr/
d’altitude, dont les infrastructures observé dans d’autres situations de exl-doc/pleins_textes/pleins_textes_7/autrepart/
hydrauliques étaient déjà peu sub- décollectivisation, des arrangements 010012941.pdf.
ventionnées, aucune prise en charge informels s’ajoutent aux règlements Imache A, Dionnet M, Bouarfa S, Jamin JY, Hartani
extérieure des coûts d’entretien et de officiels pour faciliter la gestion quoti- T, Kuper M, et al., 2009. Scénariologie participa-
tive : une démarche d'apprentissage social pour
gestion de l’eau n’est envisagée pour dienne de l’irrigation (Imache et al., appréhender l'avenir de l'agriculture irriguée dans la
pallier la disparition des redevances, 2009). Mitidja. Cah Agric 18 : 417-24. doi: 10.1684/
alors que les besoins de service, et Des incertitudes demeurent sur les agr.2009.0324.
donc les coûts, demeurent. Les pay- orientations de l’État qui envoie des Jourdain D, Quang DD, Rakotofiringa A, Vidal R,
sans doivent donc continuer à payer. signaux ambigus : encouragement de Chinh NV, 2009. Agricultural water management in
upper-catchments of Northern Vietnam. Hanoi :
Finalement, ce sont les paysans des la participation des usagers, promo- IRRI.
plaines, déjà les plus favorisés, qui tion des groupes d’usagers de l’eau,
Meinzen-Dick RS, Pradhan R, 2002. Legal pluralism
sont le plus aidés. Les collectivités mais reprise en main du financement and dynamic property rights. Washington (DC) :
locales les plus pauvres, celles des des entreprises publiques de gestion International Food Policy Research Institute.
montagnes, sont laissées sans appui. de l’irrigation et découplage de leur Mellac M, 2006. Des « rizières du muong » aux
Cela a l’avantage de leur laisser la rémunération des services fournis. Les « rizières de la coopérative »: réflexion sur
liberté de s’organiser et de payer des associations d’usagers sont promues l'évolution des catégories cognitives mobilisées
coûts réels et non plus forfaitaires. d’un côté, mais sont tenues à l’écart par les Tai du Nord-Ouest du Viêt Nam dans le
domaine foncier. Colloque international « Les
Mais ces irrigants montagnards doi- des structures de décision des EPID de frontières de la question foncière », Montpellier,
vent supporter l’intégralité de ces l’autre. Celles-ci vont-elles rester intér- 2006. Actes du colloque consultables en ligne :
coûts, alors que ceux des plaines sont essées par l’irrigation, secteur moins http://www.mpl.ird.fr/colloque_foncier.
désormais subventionnés. rentable que l’électricité ? Les provin- Michaud J, 1997. From Southwest China into
ces auront-elles les moyens de conti- Upper Indochina: an overview of Hmong (Miao)
migrations. Asia Pacific Viewpoint 38 : 119-30.
nuer à payer pour les paysans des
Conclusion plaines ? Dans les zones de montagne, Molle F, 2002. Development trajectories of river
éloignées du pouvoir central, la prise basins: A conceptual framework. Colombo (Sri
Lanka) : International Water Management Institute
Nous avons identifié deux facteurs en charge directe des coûts de l’irriga- (IWMI).
principaux à l’origine de la diversité tion par les usagers suffira-t-elle à Scott S, 2000. Changing rules of the game: local
des modes de gestion de l’irrigation permettre à la décentralisation de responses to decollectivisation in Thai Nguyen,
dans les zones de montagne : la continuer à se faire en direction des Vietnam. Asia Pacific Viewpoint 41 : 69-84.
topographie et l’histoire, notamment irrigants et d’institutions locales de Sikor T, 2001. Agrarian differentiation in post-
lors du démantèlement des coopérati- gestion de l’eau ? & socialist societies: evidence from three upland
ves. La gestion de l’eau est aujourd’hui villages in North-Western Vietnam. Development
and Change 32 : 923-49.
prise en charge par différentes entités :
usagers, village, commune ou entre- Références Sikor T, 2004. Local government in the exercise of
State power: the politics of land allocation in Black
prise publique, même si, en droit, Thai village. In: Kerkvliet BJ, Marr DG, eds. Beyond
seules les communes et les entreprises AAFV (Association d'Amitié and Franco-Vietna-
mienne), 2000. L'agriculture et la paysannerie Hanoi: local government in Vietnam. Singapore :
publiques sont reconnues. Pour les vietnamiennes. Paris : L'Harmattan. Institute of Southeast Asian Studies
périmètres de taille moyenne ou Valony M, 2004 Des communautés d'irrigants aux
Castella JC, Quang DD, 2002. Doi Moi in the
grande, les usagers sont peu consultés Mountains. Land use changes and farmers' liveli- associations d'usagers de l'eau : un modèle mondial
pour les décisions, qui restent dans les hood strategies in Bac Kan Province, Viet Nam. face aux différentes configurations socio-territoria-
Hanoi : The Agricultural Publishing House. les. Quatrième séminaire du PCSI « Coordinations
mains de l’État à travers ses services hydrauliques et justices sociales », Montpellier, 25–
(commune, district, province, entre- Chính NV, 2008. From swidden cultivation to fixed 26 novembre. http://hal.cirad.fr/cirad-00154466/
prise publique). farming and settlement: Effects of sedentarization fr/.
policies among the Khmu in Vietnam. Journal of
Les décisions récentes prises pour lutter Vietnamese Studies 3 : 44-80. Vien TD, 2003. Culture, environment, and farming
contre la pauvreté tendent à défavori- systems in Vietnam's northern mountain region.
Dao The Tuan, 1997. Les transformations rurales Southeast Asian Studies 41 : 180-205.
ser les plus petits périmètres, au plan récentes au Vietnam. Cah Agric 6 : 13-8.
financier ; mais elles permettent aussi Vien TD, Rambo AT, Lam NT, 2009. Farming with
Doanh LQ, Tuan HD, 2004. Improving indigenous Fire and Water: The Human Ecology of a Composite
l’apparition de dynamiques locales en technologies for sustainable land use in Northern Swiddening Community in Vietnam's Northern
vue d’actions collectives, indépendan- mountainous areas of Vietnam. Journal of Moun- Mountain. Kyoto Area Studies on Asia. Kyoto
tes de l’État. À partir des nouvelles tain Science 1 : 270-5. (Japan) : Kyoto University Press.

84 Cah Agric, vol. 20, n81-2, janvier-avril 2011


Étude originale

Analyse des arrangements informels


pour l'accès à l'eau souterraine
sur les périmètres irrigués
de la Mitidja (Algérie) et du Tadla (Maroc)

Anhar Ammar Boudjellal1 Résumé


Younes Bekkar2 L’agriculture irriguée au Maghreb a de plus en plus recours à l’exploitation des eaux
Marcel Kuper3 souterraines, même à l’intérieur des périmètres irrigués alimentés par des barrages. Dans
Mostafa Errahj2 un contexte de reconfiguration foncière informelle et de forages « illicites », les agriculteurs
Ali Hammani4 ont recours à des arrangements informels de proximité pour l’accès à la nappe. Nous
Tarik Hartani1 analysons l’importance des arrangements pour les dynamiques agricoles dans les
1
École nationale sup
erieure agronomique périmètres de la Mitidja Ouest (Algérie) et du Tadla (Maroc). Les arrangements permettent
Hassan-Badi des stratégies de survie pour des milliers de petites exploitations agricoles, mais aussi, de
16200 Alger plus en plus, des stratégies de développement d’une agriculture productive. L’analyse des
Alg
erie arrangements fournit des clés pour la formulation de politiques publiques favorisant une
<ammar_ba2004@hotmail.com> agriculture productive, avec un renouvellement des producteurs, des innovations
<t.hartani@ensa.dz> techniques et un accès adapté aux facteurs de production, dont l’eau. Cependant, les
2
École nationale d'agriculture arrangements sont aussi sources de fragilité pour leurs protagonistes et pour l’avenir des
BP S/40 ressources hydriques qu’ils exploitent.
km 10, Route Hadj Keddour
50 000 Meknes Mots clés : arrangements ; eau souterraine ; forage d’eau ; Maghreb ; périmètre irrigué.
Maroc
<bekkaryounes@yahoo.fr> Thèmes : eau ; ressources naturelles et environnement ; territoire, foncier, politique
<merrahj@gmail.com> agricole et alimentaire.
3
Cirad
TA C-90/15
73, rue JF Breton
Abstract
34398 Montpellier Analysis of local arrangements to access groundwater in the Mitidja (Algeria) and
France Tadla (Morocco) irrigation schemes
<marcel.kuper@cirad.fr>
4 Irrigated agriculture in North Africa relies more and more on groundwater use, even within
IAV Hassan II
Madinat El Irfane
large-scale irrigation schemes served by surface water. In a context of complex and rapidly
10100 Rabat evolving land tenure systems, farmers access groundwater through informal local
Maroc arrangements using ‘‘illicit’’ tubewells. We analyzed the importance of these arrangements
<a.hammani@iav.ac.ma> for agricultural dynamics in the West Mitidja (Algeria) and Tadla (Morocco) irrigation
schemes. These arrangements allow the survival of thousands of small farm holdings, but
also favour development-oriented strategies of such farms. The analysis of these
arrangements provides key elements for formulating public policies facilitating the
emergence of productive farms by constantly renewing the farming population,
integrating technical innovation and obtaining access to production factors. However,
arrangements are also a source of vulnerability for their protagonists and the water
resources exploited.
Key words: arrangements; groundwater; irrigation schemes; Maghreb; water drilling.
Subjects: natural resources and environment; territory, land use, agricultural and food
doi: 10.1684/agr.2010.0458

production policy; water.

Pour citer cet article : Ammar Boudjellal A, Bekkar Y, Kuper M, Errahj M, Hammani A, Hartani T,
2011. Analyse des arrangements informels pour l'accès à l'eau souterraine sur les périmètres
irrigués de la Mitidja (Algérie) et du Tadla (Maroc). Cah Agric 20 : 85-91. doi : 10.1684/agr.2010.0458
Tirés à part : M. Kuper

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 85


L'
aménagement de grands péri- mique, les arrangements peuvent Le périmètre du Tadla (98 300 hectares)
mètres d’irrigation, alimentés aider les agriculteurs familiaux à est situé à 200 km au sud-est de
par des barrages, a été un axe dépasser des stratégies de survie, et Casablanca. Un total de 8 300 puits et
central de développement écono- mettre en place des stratégies de forages a été mis en place par les
mique et social au Maghreb depuis développement (Errahj et al., 2009). agriculteurs, qui fournissent plus de
un demi-siècle. Dans ces périmètres, Cette dernière hypothèse est dévelop- 50 % de l’eau d’irrigation dans le
l’État aménageur dirigeait la mobilisa- pée ici en analysant les arrangements périmètre (environ 300 millions de
tion et la distribution de l’eau de autour de l’exploitation des eaux m3 ; Hammani et al., 2009). Des
surface, mais intervenait aussi dans les souterraines dans deux périmètres 27 000 exploitations officiellement
orientations et la conduite des exploi- irrigués au Maroc et en Algérie. enregistrées (propriété privée), envi-
tations agricoles, et dans la transfor- L’analyse permet d’illustrer l’impor- ron 40 % sont aujourd’hui en indivision
mation et la commercialisation des tance des arrangements pour l’agri- et cultivées par au moins deux héritiers.
productions. Le modèle des grands culture irriguée et l’exploitation des Il existe un marché très actif de location
aménagements hydrauliques est sou- ressources en eau. Elle ouvre égale- de terre, qui concerne près de 30 % des
mis depuis les années 1980 à de fortes ment des perspectives sur la reformu- exploitations. Une enquête a été
perturbations liées à la libéralisation lation des politiques publiques. menée auprès de 296 exploitants ayant
politique et économique et à une fait l’objet d’une étude plus large sur
pénurie d’eau généralisée. Dans un l’utilisation des eaux souterraines
modèle en crise, les agriculteurs ont eu (Hammani et al., 2009). Parmi ces
recours à la nappe par des forages Méthode exploitations, 136 disposent de 199
privés, à l’intérieur même des aména- puits et forages.
gements de grande hydraulique. À L’analyse a porté sur les arrangements
l’instar d’autres régions dans le d’accès à la nappe selon la démarche
monde, l’eau souterraine est ainsi suivante : Résultats
devenue un enjeu économique pour – identification des différents types
des centaines de milliers d’irrigants au d’arrangements par des entretiens
Maghreb, et un enjeu social et poli- ouverts avec des agents de services Nombre d'arrangements
tique pour les territoires concernés hydrauliques et agricoles, et des et accès à la nappe
(Shah, 2009). agriculteurs ;
Les différentes mutations ont conduit – caractérisation des arrangements Plus de 56 % des puits et forages au
ces agriculteurs à rechercher de nou- par des entretiens semi-ouverts avec Tadla font objet d’un arrangement
velles autonomies et, pour cela, à leurs acteurs selon une grille d’analyse (figure 1A). Cependant, ces arrange-
inventer de nouvelles coordinations, (contenu, partenaires, portée, motiva- ments n’entraı̂nent pas un accès massif
pour s’adapter à des marchés évolutifs, tion, facteurs déclenchants et accélé- à la nappe (figure 1B) ; 50 % des
pour mobiliser de nouvelles ressources rateurs, durée, et logique de agriculteurs accèdent directement à la
ou pour innover dans de nouvelles l’arrangement) ; nappe à travers leurs puits/forages et
manières de produire (Kuper et al., – contextualisation des arrangements 12 % indirectement via les arrange-
2009). Une multitude d’initiatives indi- par rapport aux orientations et prati- ments. Ce paradoxe s’explique par le
viduelles ou collectives, que nous ques des exploitations agricoles par fait que, au Tadla, les arrangements :
appelons « arrangements », s’ensuivent. des enquêtes fermées. – concernent souvent des associa-
Ces arrangements sont : L’étude du périmètre de la Mitidja tions de production entre propriétaire
– souvent construits localement ; Ouest – 50 km au sud d’Alger – a et locataire ;
– extrêmement évolutifs ; concerné la commune de Mouzaı̈a – représentent un moyen de complé-
– la plupart du temps informels (5 600 hectares). La faible dotation mentation d’accès pour 25 % d’exploi-
(Errahj et al., 2009). d’eau du réseau public a incité les tations disposant déjà de puits/forages
Nous sommes alors en présence agriculteurs à recourir à la nappe. En (figure 1B).
d’institutions d’irrigation (Ostrom, moyenne, 80 % du volume annuel total Il n’est donc pas surprenant que près
1992), témoignant d’une « capacité d’irrigation (28 sur 35 millions m3) de la moitié de la superficie cultivée au
d’ajustement hors marché entre les provient des 280 forages installés Tadla soit emblavée en céréales, dont
acteurs locaux » (Beuret, 1999). Avec (Hammani et al., 2009). Les terres les besoins en eau sont couverts par la
North (1990), on peut les considérer publiques du périmètre constituaient pluie et l’eau du barrage.
comme des « dispositions prises par les jusqu’en 1987 des domaines de l’État, C’est une situation bien différente qui
agents économiques pour. . . diminuer qui en a donné le droit de jouissance à prévaut dans la Mitidja où, à travers
l’incertitude dans le domaine des ses ouvriers et cadres, par petits des arrangements, plus de 90 % des
échanges et de la propriété ». Lees collectifs ou individuellement. Les agriculteurs parviennent à accéder à la
(1986) montre qu’en grande hydrau- exploitations agricoles collectives nappe avec une densité de forages (1
lique, techniciens et agriculteurs ont (EAC) ont rapidement « éclaté » : partage forage pour 20 hectares) 40 % plus
toujours su obtenir une flexibilité informel des terres et équipements, faible qu’au Tadla (1 puits ou forage
opérationnelle par des arrangements mise en location et vente de parcelles pour 12 hectares). Cela explique
informels, qualifiés de « stratégies de (Imache et al., 2009). Les enquêtes ont l’extension des vergers d’agrumes et
survie ». Dans un nouveau contexte de concerné 176 forages et les exploita- de rosacées (1 200 hectares) depuis
libéralisation politique et écono- tions agricoles s’y rattachant. 2002 dans la commune de Mouzaı̈a et

86 Cah Agric, vol. 20, n81-2, janvier-avril 2011


Mitidja, il s’agit surtout de ventes d’eau
A B (no 16).
Une logique de solidarité sous-tend la
73 moitié des arrangements au Tadla
114 25 % (figure 3B). La finalité est l’entraide et
87 38 % le soutien des autres. Le bénéficiaire
112 44 % reçoit l’eau gratuitement, ou paie le
56 % 73
25 %
carburant nécessaire au fonctionne-
36
12 %
ment de la motopompe, sans contri-
buer aux frais d’entretien ou
d’amortissement des équipements.
Cela paraı̂t économiquement illogique,
Ouvrage sans arrangement Accès par puits/forage mais est vu par le propriétaire comme
Ouvrage faisant objet d'arrangement Accès par puits/forage et arrangements une sécurité pour l’avenir (Godbout,
Accès par arrangements 2000). Ces arrangements concernent les
Pas d’accès cultures vivrières et fourragères (céréa-
les, luzerne), et non pas des cultures de
Figure 1. Nombre d'arrangements au Tadla. rente. Les dons d’eau existent égale-
ment dans la Mitidja, notamment entre
Figure 1. Number of arrangements in Tadla. attributaires d’EAC divisés, mais la
A) ouvrages de pompage ; B) exploitations agricoles. pression sur les forages fait que ce type
de transaction devient plus rare.
Quarante et un pour cent des arran-
la présence d’une filière maraı̂chère ouvrages par un accord sur un tour gements au Tadla ont une logique
dynamique (840 hectares dont d’eau et le partage des frais de mutualiste ; les différents partenaires
480 hectares sous serres). pompage et d’entretien. Conclus pour mutualisent leurs moyens pour l’accès
une longue durée, ils peuvent se à la nappe. Ils concernent surtout des
limiter à une campagne agricole. Au investissements ou l’exploitation d’un
Portée et logiques Tadla, ils concernent des exploitations forage existant. Il s’agit d’exploitations
des arrangements en indivision (no 5, 6), mais aussi des familiales en indivision ou de voisins
associations de production (no 7, 8). n’ayant pas le capital nécessaire pour
Les arrangements permettant l’accès à L’un des associés apporte l’accès à investir dans un forage. Dans la
l’eau souterraine, tant au Tadla que l’eau, et l’autre la terre ou sa force de Mitidja, nombreux sont les arrange-
dans la Mitidja, revêtent des formes travail et son savoir-faire. Il existe aussi ments de type mutualiste, notamment
très différenciées (figure 2). Nous les des associations d’équipement où le entre les attributaires d’EAC divisées.
avons distinguées selon leur portée et propriétaire du forage utilise le moteur Les arrangements où les partenaires
leur logique. de quelqu’un d’autre pour irriguer, en souhaitent valoriser leur capital sont
Trois catégories d’arrangements ont contrepartie de l’accès à son forage minoritaires au Tadla (12 %), et
été identifiées selon leur portée, c’est- (no 10, 11). Les arrangements d’exploi- concernent l’association de production
à-dire le constituant auquel l’arrange- tation sont peu nombreux (21 %) au pour le maraı̂chage. Chaque partenaire
ment s’applique. Tadla et les agriculteurs sont réticents apporte un ou plusieurs facteurs de
La première catégorie (arrangements à s’y engager. D’une part, l’accès production, dont l’accès à la nappe. Ce
no 1-4, figure 2) représente l’investisse- individuel à un forage est aisé avec type d’arrangement est plus fréquent
ment collectif dans la réalisation des un coût d’investissement abordable et dans la Mitidja, où l’on retrouve les
ouvrages (puits, forage) et équipe- peu de contrôle sur leur installation. mêmes arrangements qu’au Tadla,
ments (pompe, moteur). Au Tadla, D’autre part, et contrairement à la mais aussi le cofinancement d’un
ces investissements sont surtout le fait Mitidja, ces arrangements sont peu forage entre locataire et attributaire.
d’exploitations familiales en indivision attirants pour un propriétaire en Puis, et contrairement au Tadla, il existe
pour réduire le coût ou partager le absence de rémunération pour la la vente d’eau, qui se fait durant une
risque de l’échec du creusement. Les vente d’eau. Dans la Mitidja, les campagne agricole ou ponctuellement,
investissements collectifs (26 % des arrangements d’exploitation sont l’unité de vente étant l’hectare, l’heure,
arrangements ; figure 3A), sont en répandus (63 %) pour dépasser les voire la citerne. Bien évidemment, la
baisse avec la propagation des forages problèmes liés à l’éclatement des EAC, portée et la logique d’un arrangement
individuels. Dans la Mitidja, 76 % des mais aussi pour rentabiliser l’investis- ne sont souvent pas exclusives et
forages sont collectifs, appartenant à un sement du forage et valoriser la terre. peuvent se recouper. Une transaction
(sous-)ensemble d’attributaires d’une L’accès à la nappe double le prix de « capitaliste », par exemple, peut
EAC. Depuis 1999, les arrangements location des terres (no 9). générer des élans de solidarité entre
d’investissement sont en baisse, avec La troisième catégorie concerne les les protagonistes de l’arrangement.
l’interdiction de creuser des forages transactions ponctuelles. Au Tadla, Le nombre de partenaires par arrange-
après la remise en eau du réseau public. elles constituent 56 % des arrangements ment est réduit au Tadla : 44 %
La deuxième catégorie concerne et concernent principalement des dons concernent deux partenaires bénéfi-
les arrangements d’exploitation des d’eau (no 12-15). Au contraire, dans la ciaires (arrangements mutualistes ou

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 87


1. Creusement et équipement collectif
2. Creusement collectif et équipement
individuel (T)
Investissement
3. Équipement collectif
4. Cofinancement entre locataire et
propriétaire/attributaire de la terre

5. Exploitation commune de la terre


Exploitation et du puits/forage
agricole 6. Partage informel de la terre
en indivision et exploitation commune du puits /forage

7. Exploitation puits /forage


Association en contrepartie de la terre (T)
Exploitation de production 8. Exploitation terre et puits /forage
en contrepartie du travail
9. Location terre et forage (M)

10. Exploitation puits /forage


Association en contrepartie d’un approfondissement (T)
d’équipement 11. Exploitation puits /forage
en contrepartie des équipements (T)

12. Don d’eau sans apport


13. Don d’eau avec apport
Transaction gasoil/ paiement électricité
14. Don d’eau avec apport moteur (T)
15. Dons réciproques (T)
16. Vente d’eau.

Figure 2. Portée des arrangements d'accès à la nappe.

Figure 2. Scope of the groundwater access arrangements.


M, T : uniquement dans la Mitidja ou le Tadla.

capitalistes, principalement) et 30 % un capital). Avant de procéder à la en main-d’œuvre ou en savoir-faire,


seul (dons d’eau). Dans la Mitidja, les location de la terre, les locataires de notamment pour le maraı̂chage (no 8).
partenaires sont souvent plus nom- la Mitidja (maraı̂chers, agrumicul- Sur les exploitations en indivision
breux (de 2 à 10), surtout pour les teurs) s’assurent d’un accès à l’eau (exploitations familiales du Tadla,
arrangements mutualistes. par un contrat d’exploitation (no 9), EAC unies de la Mitidja), les partenaires
ou en investissant dans un forage qui mobilisent collectivement l’ensemble
revient par la suite aux attributaires des facteurs de production (arrange-
Les arrangements pour l'eau (no 4). Souvent, la location de l’eau ment no 5, figure 4).
mobilisent d'autres facteurs et de la terre se négocie avec les Quand les partenaires mutualisent les
de production mêmes attributaires, mais parfois le équipements (forage, motopompe),
locataire s’arrange avec plusieurs ils mobilisent d’abord leur capital pour
Les arrangements sont souvent à la groupes ou EAC. Au Tadla, cette ensuite partager l’accès à l’eau (no 10,
base d’une agriculture productive ; ils imbrication implique des agriculteurs 11). Les arrangements d’investisse-
concernent l’eau, mais s’imbriquent en association de production, l’un ment (no 1-3) concernent uniquement
avec des transactions foncières et apportant la terre, l’autre le forage la mobilisation du capital. Par la suite,
mobilisent d’autres facteurs de pro- (no 7). Dans d’autres cas, ces associa- des arrangements d’exploitation pren-
duction (main-d’œuvre, savoir-faire, tions impliquent une contrepartie nent la relève (no 6). Les transactions

88 Cah Agric, vol. 20, n81-2, janvier-avril 2011


des arrangements pour continuer
A B l’exploitation en commun des forages
d’EAC, malgré le partage des terres. Des
18 sous-groupes d’attributaires vont inves-
37 12 % tir rapidement dans de nouveaux
26 %
forages. Leur souci est de s’approprier
67
78
47 % 60
l’accès à la nappe, car l’accès à l’eau de
53 % 30 l’État est incertain et insuffisant. L’arri-
41 %
21 % vée de locataires-maraı̂chers, exigeant
un accès à la nappe, va entraı̂ner une
myriade d’arrangements entre ces nou-
veaux acteurs et les attributaires. Il s’agit
pour les locataires d’accéder aux res-
Investissement Capitaliste sources à travers des contrats informels
Exploitation Mutualiste durant une campagne agricole. D’autres
Transactions Solidaire événements vont ponctuer cette
période : l’arrêt des crédits bancaires,
l’assèchement des puits (début des
Figure 3. Importance des arrangements autour des forages au Tadla. années 1990), le sabotage du barrage
(1994), l’insécurité. . . Ce sont autant de
Figure 3. Importance of the scope and logics of arrangements of groundwater access in Tadla.
facteurs déclenchant ou accélérant la
A) portée ; B) logique.
mise en place d’arrangements.
La troisième période commence vers
2000. Dans un contexte plus sûr, de
nouvelles dynamiques agricoles se
mettent en place. Les subventions du
programme national de développe-
Terre ment agricole encouragent les attribu-
taires à réinvestir dans l’arboriculture.
Par ailleurs, le phénomène de location
4 s’amplifie, avec plus de 8 000 serres en
Main
Main-d'œuvre
d’oeuvre 2007 à Mouzaı̈a. Mais il devient difficile
Capital financier 5 et savoir
savoir-faire
-faire d’installer un forage illicite, ce qui
1 2 3
8 amène un fort taux d’utilisation des
10 11 7 9
forages via une multitude d’arrange-
ments d’exploitation. Les attributaires
suivent une logique de rentabilisation
6 Eau 16 des forages et les transactions à carac-
12 15 tère financier augmentent aux dépens
13 14
des actes de solidarité. L’eau devient
une rente au même titre que la terre. Les
locataires vont dépasser la seule
logique d’accès à la ressource, visant
Figure 4. Différents facteurs de production mobilisés à travers les arrangements d'accès à la nappe. à s’approprier les forages par des
arrangements de longue durée.
Figure 4. Different production factors mobilized through groundwater access arrangements.
Les numéros réfèrent aux arrangements présentés en figure 2.

Discussion
(dons, vente d’eau) ne concernent que disparition des arrangements (figure 5). et conclusion
l’eau (no 12-16). On peut distinguer trois périodes.
La première période correspond à
l’époque où les EAC étaient unies Importance
Les arrangements
(1987–1990). Un grand nombre des arrangements
comme dispositifs d’EAC disposant d’agrumes n’avaient pour l'agriculture irriguée
d'adaptation plus accès aux puits des anciens
au changement domaines. Les arrangements concer- Pour les irrigants, l’arrangement est
naient l’investissement par les EAC avant tout un dispositif d’adaptation
Ayant connu de profondes mutations dans l’installation de forages (illicites). aux changements aussi bien structu-
dans un laps de temps réduit, la Mitidja La deuxième période – très perturbée rels que conjoncturels. Par définition
se prête bien à l’analyse diachronique – s’ouvre avec « l’éclatement » des EAC évolutif, il peut à son tour impulser le
de l’émergence, de l’évolution et de la et dure jusqu’en 2000. Cela conduit à changement. En effet, pour que ces

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 89


1987 1990 1994 2000 2008
Céréales Agrumes, céréales Agrumes, céréales
Vieux vergers d’agrumes Maraîchage (serres, plein champs) Jeunes vergers mixtes (agrumes, rosacées)
Maraîchage Serres Jeunes vergers (agrumes, rosacées) Maraîchage (serres, plein champs)
Sécheresse Assèchement des puits Sécheresse
Arrêts crédits Prix intrants
Création par les banques augmentent
EAC, EAI Facteurs
Éclatement interne des EAC
déclenchants
Arrivée des locataires Arrivée des investisseurs
(maraîchage) privés (plantations)
Période d’insécurité
PNDA Facteurs
Sabotage Arrêt réseau accélérateurs
barrage

Investissement Investissement Investissement


Évolution
Exploitation Exploitation Exploitation de la portée
des arrangements
Transactions Transactions Transactions

20
18
16
14
12
10
8
6 Installation
4 des forages
2
0
1986 1987 1988 1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007

Figure 5. Historique et contexte de l'installation des forages dans la Mitidja Ouest.

Figure 5. History of the installation of tubewells in the West Mitidja.


EAC : exploitations agricoles collectives ; EAI : exploitations agricoles individuelles.

institutions d’irrigation soient fonc- Deuxièmement, les arrangements dynamiques et porteurs d’innova-
tionnelles, les règles doivent pouvoir mutualistes diminuent l’incertitude tions techniques. Plus de 600 jeunes
être appliquées, mais aussi adaptées de l’accès à la nappe (North, 1990). se sont installés dans la commune de
(Ostrom, 1992). Ces institutions ont Ils sécurisent un accès à moyen Mouzaı̈a, profitant du peu de forma-
montré une utilité multiple et s’avèrent terme, dans des situations foncières lités nécessaires. Ces locataires, pra-
bien distinctes selon le contexte. complexes, des attributaires de la tiquant le maraı̂chage sous serre et
Premièrement, la solidarité entre irri- Mitidja, mais ils concernent aussi les utilisant des systèmes goutte-à-
gants permet à ceux qui n’ont pas les héritiers d’exploitations indivises du goutte, obtiennent une marge brute
moyens d’avoir un forage individuel Tadla. Plus fortement présents dans la de 2 euros/m3 d’eau contre 1,1 euro
de sauver une campagne agricole par Mitidja (plus de difficultés à installer pour les systèmes les plus perfor-
des arrangements ponctuels. Au des forages, foncier moins sécurisé), mants (agrumes) des attributaires
Tadla, plusieurs milliers de petites ces arrangements font que 75 % des (Imache et al., 2009). Au Tadla, ces
exploitations se maintiennent par forages appartiennent à des collectifs arrangements d’accès à la nappe sont
l’apport d’eau aux moments cruciaux d’attributaires, conduisant en relative un moyen d’accès à la terre, au
du calendrier cultural pour conduire à sécurité une agriculture irriguée inten- capital, à la main-d’œuvre et à la
terme des céréales ou sauver des sive (agrumes, rosacées). technicité. Il s’agit d’associations de
fourrages pour l’élevage bovin. Dans Troisièmement, les arrangements production (maraı̂chage, en particu-
la Mitidja, où la pression sur la terre est « capitalistes » permettent une meil- lier) qui attirent une population de
plus forte, la capacité des forages plus leure valorisation de l’eau et d’autres jeunes. Cependant, les protagonistes
limitée, et la présence de locataires facteurs de production (capital, main- de ces arrangements individualisent
venus d’ailleurs plus accentuée, ces d’œuvre, énergie). Dans la Mitidja, l’accès à la nappe dès que possible, ce
arrangements de solidarité ont ten- ces arrangements ont attiré une qui reste beaucoup plus difficile dans
dance à fortement diminuer. population de jeunes locataires, très la Mitidja.

90 Cah Agric, vol. 20, n81-2, janvier-avril 2011


Les arrangements agriculture semble relever d’une ten- secteur s’impose pour sécuriser leur
tative de raccourci d’un processus de accès à l’eau et au foncier, facteurs
comme précurseurs développement agricole. Si la tenta- essentiels de production. Ce débat
de politiques publiques ? tion de greffer des modèles importés devrait aussi influencer le législateur
persiste afin d’éviter un processus long dans la formulation des politiques
Les arrangements ne sont pas seule- et complexe d’innovation (Pascon, publiques, comme cela a été le cas
ment une stratégie de survie des 1980), l’enjeu est de construire sur avec la récente loi foncière en Algérie
irrigants dans un contexte où les lois les acquis de 20 ans d’expériences ou le Plan Maroc Vert. &
foncières et hydrauliques s’avèrent multiples, en s’appliquant à résoudre
inadaptées aux réalités de terrain, les problèmes réels liés à la producti-
mais permettent aussi des stratégies vité agricole et la durabilité de la Références
de développement (Errahj et al., ressource.
Beuret JE, 1999. Petits arrangements entre
2009). À travers ces arrangements, Cependant, les arrangements sont acteurs. . . Les voies d'une gestion concertée de
les agriculteurs, même les plus modes- aussi source de fragilité. Première- l'espace rural. Nat Sci Soc 7 : 21-30.
tes, réussissent à accéder à l’ensemble ment, leurs protagonistes ne sont pas Errahj M, Kuper M, Faysse N, Djebbara M, 2009.
des facteurs de production, à appri- reconnus : les locataires informels de Finding a way to legality, local coordination modes
voiser des innovations techniques, et à la Mitidja n’ont pas de carte profes- and public policies in large-scale irrigation schemes
in Algeria and Morocco. Irrig Drain 58 : 358-69.
installer des jeunes. Si les lois gardent sionnelle fellah, ce qui rend l’acte de
un temps de retard sur les dynamiques production, l’approvisionnement en Godbout JT, 2000. Le don, la dette et l'identité :
intrants et la commercialisation hasar- homo donator versus homo oeconomicus. Mon-
de terrain, les arrangements resteront tréal : Boréal.
nécessaires aux dynamiques agricoles. deux (Imache et al., 2009).
Deuxièmement, la quasi-absence d’un Hammani A, Hartani T, Kuper M, Imache A, 2009.
Ils peuvent alors être mobilisés Paving the way for groundwater management:
comme indicateur de pertinence de État régulateur ne favorise pas la prise transforming information for crafting management
la législation en place. Plus les arran- en compte de la préservation des rules. Irrig Drain 58 : 240-51.
gements pour contourner la législa- nappes subissant une pression crois- Imache A, Bouarfa S, Kuper M, Hartani T, Dionnet
tion sont nombreux, plus celle-ci sante (pollution, surexploitation). Car M, 2009. Integrating `invisible' farmers into a
apparaı̂t en décalage avec les réalités c’est bien cette double équation qu’il regional debate on water productivity: the case of
informal water and land markets in the Algerian
du terrain indiquant la nécessité de la s’agit de résoudre : assurer la durabilité Mitidja plain. Irrig Drain 58 : 264-72.
faire évoluer. d’une agriculture irriguée, tout en
préservant les ressources naturelles. Kuper M, Errahj M, Faysse N, Caron P, Djebbara M,
Les arrangements sont un reflet d’une Kemmoun H, 2009. Autonomie et dépendance des
agriculture plurielle qui se construit Dans la Mitidja, les arrangements ont irrigants en grande hydraulique, observations de
sur le terrain, lentement, avec des permis un accès collectif à la nappe, l'action organisée au Maroc et en Algérie. Nat Sci
contrairement à d’autres régions du Soc 17 : 248-56.
tâtonnements. Ils jouent un rôle pré-
curseur des innovations techniques et monde (Shah, 2009). Ce n’était certai- Lees SH, 1986. Coping with bureaucracy: Survival
institutionnelles. En quelque sorte, les nement pas par choix (manque de strategies in irrigated agriculture. Am Anthropol
88 : 610-22.
usagers montrent, par leurs pratiques, crédits, coût élevé, foncier collectif),
le chemin d’une agriculture produc- mais cet accès collectif constitue sans North D, 1990. Institutions, institutional change
and economic performance. Cambridge : Cam-
tive, manifestant de singulières capa- doute une opportunité pour cons- bridge University Press.
cités d’innovation (Imache et al., truire des règles d’usage de l’eau en
Ostrom E, 1992. Crafting institutions for self-
2009). L’analyse des arrangements équilibre avec la recharge de la nappe. governing irrigation systems. San Francisco : ICS
aide ainsi à comprendre comment Troisièmement, malgré une certaine Press.
favoriser une agriculture productive, protection foncière, la loi du plus fort a Pascon P, 1980. La grande maladie du Maroc c'est
en renouvelant des producteurs, en pu s’imposer ici et là : dans la Mitidja la greffe des modèles et l'absence d'innovation
intégrant des innovations techniques, certains agrandissent leur foncier rapi- (entretien avec Z Daoud). In : Pascon P. Études
dement, plusieurs attributaires sont rurales : idées et enquêtes sur la campagne
et en procurant un accès à l’eau adapté marocaine. Rabat : Société marocaine des éditeurs
à la production de cultures à haute dans une logique de sortie de l’agri- réunis.
valeur ajoutée. L’accent mis dans les culture et en voie de paupérisation. . .
Shah T, 2009. Taming the anarchy: groundwater
deux pays pour attirer des investis- Intégrer l’ensemble des irrigants dans governance in South Asia. Washington (DC) :
seurs privés nationaux et étrangers en un débat sur les enjeux et l’avenir du Resources for the Future Press.

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 91


Étude originale

Quel comportement coopératif


chez les agriculteurs irrigants ?
L'économie expérimentale à l'épreuve du terrain

Mohamed Ali Bchir Résumé


<bchir@supagro.inra.fr> De nombreux pays en développement se sont engagés dans un processus de
ENGEES décentralisation de la gestion de leurs périmètres irrigués. Désormais, les agriculteurs
UMR GSP sont eux-mêmes responsables de leur périmètre. Dans ce nouveau contexte, les actions
1, quai Koch collectives naissantes sont confrontées au défi de la coopération inhérent à la production
BP 61039 de biens collectifs. L’objectif de ce travail est d’étudier le comportement de ces agriculteurs
67070 Strasbourg
participant à l’autogestion des périmètres irrigués. À cet effet, nous mettons en place une
France
<mbchir@engees.unistra.fr> expérience de contribution à un jeu de bien public. Ces jeux sont utilisés en économie
expérimentale pour étudier le comportement coopératif des individus. La prédiction de la
théorie des jeux par rapport à ce jeu consiste en l’adoption de la stratégie du passager
clandestin. L’individu maximise son bien être en profitant de l’effort fourni par le groupe.
L’expérience en laboratoire montre que les sujets sont plus coopératifs que ce que la
théorie prédit mais qu’ils apprennent au fur et à mesure du jeu le choix de la stratégie du
passager clandestin. Plusieurs critiques ont été formulées à ces expériences en laboratoire
notamment en ce qui concerne la validité externe des résultats. Ce travail rapporte une
expérience conduite directement avec des agriculteurs irrigants afin de comparer leur
comportement coopératif avec celui obtenu en laboratoire. L’expérience montre que les
agriculteurs atteignent un niveau de coopération élevé et que ce dernier se maintient dans
le temps.
Mots clés : autogestion ; comportement collectif ; participation des agriculteurs ;
périmètre irrigué.
Thèmes : eau ; économie et développement rural.

Abstract
What cooperative behaviour for farmers? Challenging experimental economics with
field investigation
Many developing countries are committed to a decentralization process of their
irrigation system. Farmers have to self-govern their productive activities. Such
developments raise the usual challenges of cooperation in collective action providing
collective goods. The aim of this investigation is to examine farmers’ cooperative
behavior. For this purpose, we set up a public good experiment. Public good games are
relevant to investigate cooperative behavior. Game theory predicts a free riding strategy
as a best reply to the strategic issue of the game. The player maximizes his welfare by
benefiting from the effort provided by other members of his group. Experimentation
shows that subjects are more cooperative than the theoretical prediction. However,
they learn to free ride during the experiment. Several critics are addressed to
such experiments, especially concerning the issue of external validity of the results.
doi: 10.1684/agr.2011.0468

Pour citer cet article : Bchir MA, 2011. Quel comportement coopératif chez les agriculteurs
irrigants ? Cah Agric 20 : 92-6. doi : 10.1684/agr.2011.0468
Tirés à part : M.A. Bchir

92 Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011


The aim of this investigation is to conduct an experiment with farmers in order to
examine their cooperative behavior. The experiment shows that farmers reach a higher
level of cooperation that is sustained over time.
Key words: collective behaviour; farmer participation; irrigation schemes; self management.
Subjects: economy and rural development; water.

E
n Tunisie, la superficie des La coopération au sein des actions Protocole expérimental
périmètres irrigués est passée collectives soulève le problème du
de 65 000 hectares au lende-
main de l’indépendance, en 1956, à
dilemme social. Celui-ci découle de
l’existence de deux logiques de
d'un jeu
243 000 hectares en 1985 et à plus de
400 000 hectares en 2006. Tout au long
comportement au sein d’une action de coopération :
collective : celle de l’individu et celle du
de cette période, les autorités ont mis groupe. Deux intérêts s’opposent : la contribution
en œuvre une politique d’offre : chaque celui de l’agriculteur qui cherche à
pénurie d’eau était compensée par la maximiser son profit en tant qu’indi- volontaire
création de nouvelles ressources. Cette vidu et celui du groupe qui tient
politique de l’offre a été conduite grâce compte de l’intérêt général de tous à un bien public
à un montage institutionnel très cen- les agriculteurs. Le niveau de coopéra-
tralisé fondé sur les offices de mise en tion au sein de l’action collective reflète Une expérience en économie expéri-
valeur. À leur début, ces offices ont l’intensité de ce dilemme social. Plus mentale se déroule selon les étapes
réussi à gérer l’agriculture irriguée. l’agriculteur agit selon une logique suivantes : en premier lieu, le recru-
Cependant, au fur et à mesure de égoı̈ste et plus la probabilité de produire tement des sujets et la préparation de
l’expansion des périmètres, les charges moins de bien collectif est grande. Plus la salle expérimentale, ensuite l’accueil,
de gestion ont augmenté et la gestion l’agriculteur est coopératif et plus le l’installation des sujets, l’explication et
centralisée a atteint ses limites. L’État bien-être social généré par l’action la vérification de la compréhension du
tunisien a donc décidé de se désenga- collective augmentera. jeu, et enfin la rémunération selon les
ger et de créer des associations d’agri- L’économie expérimentale, grâce au résultats de l’expérience.
culteurs irrigants. L’objectif est double : contrôle qu’elle permet sur la produc-
d’une part, décentraliser la gestion, les tion des données, est appropriée à
usagers ayant une connaissance pré- l’étude du comportement coopératif.
Expérience de laboratoire
cise de leurs besoins ; d’autre part, Toutefois, de nombreuses critiques ont L’expérience de laboratoire a été
amorcer une politique de gestion de la été adressées aux « expérimentalistes » réalisée avec 24 étudiants. La phase
demande, car de nouvelles ressources quant au degré de validité externe de de recrutement commence quelques
en eau sont de plus en plus difficile- leurs résultats. En effet, les expériences jours avant le début de l’expérience.
ment mobilisables. L’État tunisien a en économie expérimentale se dérou- Les sujets sont tirés au sort et convo-
doté progressivement ces associations lent au laboratoire avec des étudiants qués à partir de la base de données
d’irrigants naissantes du cadre légal comme sujets de référence. Dans ce du laboratoire qui comprend des
nécessaire pour qu’elles puissent travail, nous nous proposons de étudiants issus de différentes discipli-
s’épanouir. C’est ainsi que les usagers conduire une expérience directement nes (économie, droit, agronomie, etc.).
peuvent désormais organiser leur avec des agriculteurs de périmètres Le jour de l’expérience, l’expérimenta-
activité d’irrigation (tour d’eau et irrigués. Cette opportunité a été rendue teur accueille les sujets et leur demande
tarification), assurer l’entretien de leur possible grâce au projet « Économie de s’installer dans la salle devant
infrastructure (réparation des pannes d’eau en système irrigué au Maghreb » le poste d’ordinateur de leur choix.
de forage et du réseau) et développer (SIRMA). Ce dernier vise à analyser les L’expérimentateur lit les instructions à
des actions économiques collectives problématiques des systèmes irrigués haute voix et vérifie la compréhension
(achats groupés d’intrants et exper- en prenant comme point de départ les de chaque sujet à l’aide d’un ques-
tise). Toutefois, malgré le caractère pratiques des agriculteurs dans les tionnaire. Le jeu de contribution
volontariste de cette réforme, la ges- actions collectives (Kuper et al., 2009). volontaire à un bien public suit alors
tion du périmètre irrigué s’est heurtée Ci-après nous décrivons la conception le déroulement ci-après.
aux difficultés inhérentes aux actions du jeu, les prédictions théoriques et Chaque sujet est doté d’un budget de
collectives (Ostrom, 1990), en parti- l’adaptation aux contraintes du terrain. vingt jetons pour lequel il doit prendre
culier, celles liées au comportement Puis nous présentons les résultats pour deux décisions de placements par
coopératif des agriculteurs (Bchir et les discuter ensuite avant de conclure rapport à deux comptes. Le premier
Bachta, 2007). dans la dernière section. est un compte privé. Il procure au sujet

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 93


un gain qui ne dépend que de ses laboratoire. Nous décrivons ci-après le plus difficile à atteindre. Ainsi, un
placements. Le second compte est l’adaptation du protocole expérimen- système irrigué performant est en
collectif. Il appartient à tout le groupe. tal aux contraintes du terrain. mesure de résoudre les problèmes des
Chaque jeton placé dans le compte trois arènes d’actions simultanément
individuel rapporte un point tandis tandis qu’un système peu performant, a,
qu’un jeton placé dans le compte Expérience de terrain au contraire, des difficultés à les traiter.
collectif rapporte un demi-point. Ensuite se pose le problème du
L’expérience débute une fois les ins- Notre zone d’étude se situe au centre recrutement des agriculteurs qui vont
tructions expliquées aux sujets. Des de la Tunisie, à proximité de la ville de participer à l’expérience. L’échantil-
groupes de quatre joueurs sont formés Kairouan. Elle comporte 16 périmètres lonnage a été aléatoire. Il n’existe pas
aléatoirement. Chaque sujet saisit son irrigués. Un périmètre compte en de base de données disponible à partir
choix d’investissement sur l’ordinateur. moyenne 56 agriculteurs pour une de laquelle l’expérimentateur pourrait
La somme de ces deux gains, privé et superficie moyenne par exploitation tirer au sort des participants comme
collectif, représente sa rémunération de 2,5 hectares. La main d’œuvre est cela se pratique pour les expériences
finale. Ce jeu est répété durant 25 familiale, disposant de peu de moyens au laboratoire. Le recrutement a donc
périodes, une période étant une prise mécaniques. Les cultures pratiquées commencé deux semaines avant le
de décision par tout le groupe. L’expé- sont des céréales l’hiver, et des cultures début de l’expérience. Au préalable,
rience est totalement décontextualisée. maraı̂chères l’été, avec, pour certains, plusieurs visites de terrain ont été
de l’arboriculture et des cultures maraı̂- effectuées par l’expérimentateur pour
chères en intercalaires. prendre contact avec ces agriculteurs à
Prédictions L’expérience de terrain a commencé fortes capacités de mobilisation ainsi
comportementales par le choix du pool des agriculteurs. qu’avec l’Administration locale. Le
Nous avons sélectionné deux cas recours à certains agriculteurs pouvant
La prédiction théorique du comporte- extrêmes de gestion des périmètres avoir un impact sur le comportement
ment des sujets pour ce jeu de irrigués pour conduire notre étude de des sujets, le caractère anonyme du
contribution volontaire à un bien comportement coopératif des agricul- protocole expérimental (attribution
public est une contribution nulle teurs : le premier se distingue par un aléatoire et anonyme des numéros
(stratégie du passager clandestin). Le niveau de coopération élevé, le des joueurs) est mis en avant pour
joueur maximise son profit en plaçant second par un faible niveau de rassurer les sujets. De plus, avant le
tous ses jetons dans le compte privé et coopération. Nous nous sommes réfé- début de l’expérience, la garantie de
en laissant les autres joueurs faire rés au cadre théorique de « dévelop- l’anonymat concernant le traitement
l’effort de placer leurs jetons dans le pement d’analyse institutionnelle » des données est rappelée aux partici-
compte collectif. Cependant, si tous les d’Ostrom (1990). Ce cadre d’analyse, pants. Par ailleurs, le choix a été fait de
joueurs plaçaient l’ensemble de leurs appliqué par Tang (1992) aux systè- conduire l’expérience directement sur
dotations dans le compte collectif, cela mes irrigués, est fondé sur l’idée que le un lieu collectif neutre du périmètre
procurerait un gain supérieur au cas où succès d’une action collective dépend irrigué et non pas dans les salles
les joueurs placeraient tous leurs jetons de la résolution simultanée des pro- aménagées de l’Administration locale :
dans le privé. C’est le dilemme social. blèmes d’arènes d’actions multiples. cela évite aux agriculteurs de se dépla-
Chaque joueur a individuellement inté- Une arène d’action représente une cer, mais surtout, cela évite tout poids
rêt à placer ses jetons dans le compte unité d’analyse comprenant une situ- institutionnel qui pourrait affecter le
privé, mais collectivement, le groupe ation d’action et les acteurs qui y comportement des agriculteurs. Enfin,
maximise son gain en investissant dans participent (Ostrom et al., 1994). l’Administration n’a pas été autorisée
le compte collectif. Se fondant sur cette Ces arènes sont au nombre de trois : à assister à l’expérience, requête qui a
prédiction de comportement, il s’agit 1. La maintenance du réseau d’irriga- été acceptée avec compréhension.
dès lors d’examiner le nombre de jetons tion : le réseau d’irrigation est-il bien Outre l’effort de communication autour
placés par les joueurs dans le compte entretenu à la fin d’une période ? de la conduite de l’expérience, un forfait
collectif. Un nombre élevé de jetons 2. Le respect des règles de gestion de la de présence a également été annoncé.
placés dans le compte collectif est ressource en eau : les irrigants respec- Même si l’expérience se déroule sur le
synonyme d’un comportement coopé- tent-ils les règles d’exploitation de la lieu de travail, de nombreux agricul-
ratif important. Un investissement ressource en eau définies en année teurs viennent d’endroits éloignés.
faible dans le compte collectif équi- moyenne face à des scénarios variés ? Certains doivent même parcourir plu-
vaut à un comportement plus égoı̈ste 3. L’adéquation entre l’offre d’eau et les sieurs kilomètres à pied pour se rendre
de la part des participants. besoins des irrigants : la ressource a-t- sur le lieu de l’expérience. Le forfait de
Il est important de souligner que cette elle permis de satisfaire les besoins en présence constitue alors une compen-
prédiction de comportement est a eau des irrigants à la fin d’une période ? sation pour l’effort fourni. Au total, le
priori valable aussi bien au laboratoire Tang (1992) démontre que les trois gain d’un sujet (forfait de présence
que sur le terrain. L’intérêt de réaliser arènes d’actions sont imbriquées et + gains du jeu) représente 6 euros, soit
des expériences avec des agriculteurs qu’il existe une difficulté croissante le gain moyen d’un ouvrier agricole
est alors de tester l’existence d’un effet dans leur réalisation : la maintenance durant une journée de travail. Deux
contexte et sujet. Cela permet de – l’activité la plus facile à réaliser – suivie sessions ont été organisées sur le
vérifier la robustesse de la prédiction par le respect des règles et, enfin, terrain, avec chaque fois 24 agricul-
de la théorie des jeux et celle du l’approvisionnement en eau adéquat, teurs. Dans la première session, les

94 Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011


agriculteurs étaient issus d’un périmètre L’expérience s’achève par de courts rarement pour une stratégie du passa-
irrigué performant ; dans la seconde, entretiens individuels lors de la rému- ger clandestin (moins de 6 % des
ils étaient issus d’un périmètre peu nération. Ceux-ci portent sur le dérou- périodes) tandis que l’étudiant du
performant. Chacune des deux sessions lement de l’expérience. Cela permet laboratoire choisit cette stratégie plus
de terrain a été conduite indépendam- de répondre aux interrogations des d’une période sur trois (38 %). Cette
ment. Les agriculteurs de deux péri- participants (quelle est la meilleure différence de comportement par rap-
mètres n’ont donc pas été mélangés. stratégie à adopter ?) et surtout de port à la fréquence de choix des
Une fois les sujets recrutés et installés, récolter d’autres informations sur les stratégies de passager clandestin se
l’expérience de contribution volon- décisions des agriculteurs. Cette phase traduit par l’augmentation du nombre
taire suit le même déroulement que correspond plus aux notes écrites par moyen de contributeurs positifs au
celle réalisée en laboratoire. La lecture les étudiants dans la feuille de commen- compte collectif au sein d’un groupe
des instructions est remplacée par taires durant une expérience en labo- chez les agriculteurs. Ainsi, d’une
des explications orales avec un tableau ratoire qu’à un véritable débriefing moyenne de deux contributeurs au
comme support et le contrôle des comprenant un entretien structuré. compte collectif par groupe au labo-
connaissances repose sur la possibilité ratoire, le nombre moyen de contri-
offerte aux agriculteurs de poser des buteurs passe à trois sur le terrain.
questions orales ainsi que de faire trois Cette différence de comportement
tours d’essais avant de débuter le jeu. Le Résultats : un niveau coopératif avec les étudiants au labo-
discours utilisé au laboratoire (traduit ratoire s’observe aussi bien avec les
au préalable et contrôlé pour son élevé de coopération agriculteurs du périmètre performant
intelligibilité auprès d’autres agricul- qu’avec ceux du périmètre peu perfor-
teurs) est reproduit, mot pour mot, chez les agriculteurs mant. Les deux groupes d’agriculteurs
durant l’expérience de terrain. Néan- ont un pourcentage de contribution
moins, il existe nécessairement une L’étude de la coopération au labora- sensiblement égal, avec toutefois un
détérioration du contrôle lors de ce toire, avec des étudiants, révèle un niveau légèrement supérieur pour le
passage vers le terrain. En particulier, faible niveau de participation au périmètre performant (2 % de plus de
les expressions « compte privé » et compte collectif. Sur toute la durée contribution au bien collectif). En
« compte collectif » ont été maintenues de l’expérience, les étudiants consa- outre, la contribution collective du
dans les deux types d’expériences à crent en moyenne 32 % de leur périmètre irrigué performant est légè-
cause de leur rôle clef dans la compré- dotation au compte collectif. Plus rement plus stable que celle du péri-
hension du jeu. Il est possible que, dans précisément, lors des premières pério- mètre irrigué peu performant. Le
le contexte particulier du périmètre des du jeu, les sujets débutent par une coefficient de variation de la contribu-
irrigué, elles renvoient à un vécu des répartition assez égalitaire entre le tion collective est légèrement plus
sujets. Cet exemple illustre les contrain- compte privé et le compte collectif élevé dans le périmètre irrigué peu
tes du passage du laboratoire au terrain : mais basculent rapidement vers un performant (26 %) que dans le péri-
la technique expérimentale essaie placement favorisant leur compte mètre performant (24 %). Enfin, le
d’atténuer l’effet des termes connotés privé au détriment du groupe. Le sujet nombre de contributeurs moyen par
chez les participants en les décontex- apprend au fur et à mesure de groupe dans chacun des deux péri-
tualisant dans le but de garder le l’expérience la stratégie qui corres- mètres ne change pas. Il reste à une
maximum de contrôle possible sur pond à la maximisation de son profit, moyenne de contribution de trois
l’objet d’étude. Le terrain altère cette et cette stratégie est utilisée de plus en joueurs.
qualité du contrôle. plus fréquemment au cours de l’expé-
L’expérience se déroule sur papier : les rience. On observe alors la tradition-
sujets enregistrent leurs choix de nelle décroissance des apports au
placements dans les comptes privés compte collectif (Ledyard, 1995). Discussion
et collectifs dans un tableau préala- Ainsi, lors des cinq périodes du jeu,
blement préparé par l’expérimenta- seulement 20 % de la dotation sont Notre expérience réalisée avec des
teur. Les assistants récupèrent les consacrés à ce compte collectif. agriculteurs issus d’un pays en déve-
décisions, calculent les gains et rendent Ce n’est pas le cas chez les agricul- loppement confirme les résultats de
les résultats. Le nombre d’assistants teurs. Le comportement coopératif est deux autres expériences (Cardenas
recrutés pour l’expérience a été calculé totalement différent. Il débute à un et Carpenter, 2008) réalisées avec
pour une durée maximale d’une heure niveau de coopération élevé et se des agriculteurs de pays émergents
et demie, explication des instructions et maintient dans le temps. En moyenne, (Colombie et Thaı̈lande). C’est une
paiement compris. C’est la même durée les agriculteurs consacrent 46 % de indication positive quant à la capacité
qu’une expérience en laboratoire mais leur dotation au compte collectif. Le des agriculteurs de ces pays à s’auto-
c’est également la durée moyenne pour coefficient de variation de la contribu- organiser, qui vient renforcer la littéra-
qu’un sujet ne se lasse pas et que sa tion collective du groupe est de 118 % ture sur la self governance. Toutefois,
concentration ne faiblisse pas. Enfin, au laboratoire mais de 61 % sur le elle ne confirme pas le résultat d’une
comme l’expérience s’est déroulée terrain. Cette contribution collective expérience conduite en France avec
durant l’été, toutes les sessions ont est la somme des contributions au des agriculteurs alsaciens où le niveau
été conduites tôt le matin (7 heures) compte collectif des quatre membres de coopération est apparu faible
afin d’éviter la chaleur de la journée. du même groupe. L’agriculteur opte (Cochard et Rozan, 2010). La littérature

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 95


expérimentale est encore pauvre sur ce maximisation de son intérêt propre, L’existence d’un comportement co-
sujet. L’accumulation d’autres observa- mais plutôt selon un modèle, celui du opératif différent au laboratoire et sur
tions est nécessaire afin de dégager des comportement conforme, qui mélange le terrain souligne ainsi la pertinence
faits stylisés. maximisation d’intérêt et préférence de procéder à des études de validité
Plusieurs explications sont avancées sociale. La préférence pour la confor- externe. Le comportement coopératif
afin d’appréhender ce comportement mité réduit la propension à adopter le observé au laboratoire est ainsi diffé-
coopératif élevé. L’une d’elles repose comportement de passager clandestin rent de celui prédit par la théorie. Les
sur le niveau de crédibilité des et accroı̂t celle à adopter le comporte- sujets au laboratoire sont significative-
institutions dans le pays concerné ment coopératif. ment plus coopératifs que ce que prédit
(Cardenas et Carpenter, 2008). Dans Il est également possible de soutenir la théorie des jeux. Le terrain révèle que
les pays en développement, les ins- que les agriculteurs choisissent la cet écart est encore plus important dans
titutions ont une faible crédibilité. Les répartition égalitaire car elle est intui- le contexte d’une population d’agri-
normes sociales constituent une solu- tive, ou encore par pur hasard (les culteurs irrigants. Ce résultat ques-
tion alternative pour les individus. Un agriculteurs ne comprennent pas le tionne ainsi l’Homo Economicus
agriculteur a intérêt à s’engager avec jeu). Plus généralement, toute contri- utilisé par la théorie des jeux et
un autre, démontrant ainsi une atti- bution positive est potentiellement appelle à la formulation d’un modèle
tude coopérative, si règne par ailleurs une erreur puisque l’équilibre de Nash intégrant des préférences sociales et
une incertitude sur la capacité à obtenir consiste à ne contribuer en rien. Cette ne se limitant pas aux préférences
une solution juste en cas de conflit. Le question a été abordée en laboratoire individuelles. &
cercle familial, et par extension les par Keser (1996) grâce à des jeux
groupes sociaux dans lesquels évolue publics avec équilibre intérieur : dans
l’agriculteur, impliquent à cet effet des ce cas, une contribution strictement
coopérations fortes. Dans les pays où positive peut être rationnelle. Dès lors, Références
les institutions sont plus crédibles, il y aurait erreur lorsque le sujet dépasse
l’individu n’a pas besoin de démontrer le seuil rationnel de contribution. Keser Bchir MA, Bachta MS, 2007. Gestion de la
une attitude coopérative pour contrac- (1996) observe que les joueurs ne demande d'eau d'irrigation et changement institu-
tionnel : l'expérience Tunisienne. MAP Technical
ter un engagement : il lui est possible de contribuent pas par erreur, mais plutôt Reports Series (168) : 877-91.
s’appuyer sur les institutions pour en raison de motivations liées aux
Cardenas JC, Carpenter J, 2008. Behavioural
appliquer un contrat ou pour résoudre préférences sociales (altruisme, réci- development economics: lessons from field labs
un conflit. Conduire une expérience procité, etc.). Toutefois, la validation de in the developing world. Journal of Development
avec des agriculteurs qui n’ont aucun terrain de ce résultat n’a pas encore été Studies 44 : 337-64.
lien entre eux, par exemple issus de abordée. Cela pourrait donc constituer Cochard F, Rozan A, 2010. Taxe ambiante : un outil
différentes régions du pays, constitue- une extension à ce travail. adapté à la lutte contre les coulées de boue ? Une
rait la suite logique de ce travail. Cela étude expérimentale. Review of Agricultural and
Environmental Studies-Revue d'Études en Agricul-
permettrait d’isoler précisément l’effet ture et Environnement 91 : 296-326.
de la norme sociale par rapport aux
Keser C, 1996. Voluntary contributions to a public
interactions issues du clan ou de la
famille. À notre connaissance, aucune Conclusion good when partial contribution is a dominant
strategy. Economics Letters 50 : 359-66.
étude n’a testé cette variable. Si l’expli- Kuper M, Bouarfa S, Errahj M, Faysse N, Hammani
cation par les normes sociales avancée Ce travail d’économie expérimentale A, Hartani T, et al., 2009. A crop needs more than a
par Cardenas et Carpenter (2008) contribue à une meilleure compréhen- drop: towards a new praxis in irrigation manage-
ment in North Africa. Irrigation and Drainage 58 :
s’avère juste, cela voudrait dire que le sion du comportement coopératif des S231-9.
niveau de coopération devrait baisser, agriculteurs irrigants au sein d’actions
mais tout en restant à un niveau plus collectives. Son originalité est double : Ledyard JO, 1995. Public goods: a survey of
experimental research. In : Kagel JH, Roth AE,
élevé que celui qui est observé en il contribue, d’une part, à la description eds. The Handbook of Experimental Economics.
laboratoire. Il baisserait à cause de du comportement coopératif d’agricul- Princeton : Princeton University Press.
l’absence de liens entre les sujets, mais teurs d’un pays en développement en Ostrom E, 1990. Governing the commons: The
il demeurerait plus élevé qu’en labo- comparaison avec le comportement evolution of institutions for collective action.
ratoire parce que la norme sociale coopératif de référence proposé par la Cambridge : Cambridge University Press.
imposerait un niveau de coopération méthode expérimentale. Il vaut, d’autre Ostrom E, Gardner R, Walker J, 1994. Rules,
élevé. part, par son apport méthodologique Games, and Common-Pool Resources. Ann arbor
(Michigan) : University of Michigan Press.
Une autre explication possible réside grâce à l’élaboration d’un protocole
dans le « comportement conforme » expérimental directement sur le ter- Tang SY, 1992. Institutions and collective action:
self-governance in irrigation. San Francisco
des agriculteurs. Velez et al. (2009) rain. Comparé à celui des étudiants, (California) : ICS Press.
étudient différents modèles de pré- le comportement coopératif des agri-
férence sociale. Ils montrent, avec des culteurs s’avère très élevé. De plus, Velez MA, Stranlund JK, Murphy JJ, 2009. What
motivates common pool resource users? Experi-
agriculteurs colombiens, que l’agricul- il se maintient dans le temps et ne mental evidence from the field. Journal of Economic
teur n’agit pas selon un modèle de décline pas. Behavior and Organization 70 : 485-97.

96 Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011


Étude originale

L'irrigation peut-elle se substituer


aux cultures de décrue ?
La dépression du lac Horo (Nord Mali)

Amandine Adamczewski1 Résumé


Thomas Hertzog1 Au nord du Mali, les dépressions naturelles submergées au moment de la crue du fleuve
Mireille Dosso2 Niger présentent de grandes potentialités agricoles. Dans cette région à forts enjeux
Philippe Jouve2 sociaux et politiques, le gouvernement a choisi la réalisation d’infrastructures d’irrigation
Jean-Yves Jamin1 comme moyen privilégié de développement. Même s’il s’agit d’une priorité politique et
1
Cirad économique nationale, le lac Horo est pour l’instant la seule dépression lacustre du Mali à
UMR G-Eau avoir été effectivement aménagée pour l’irrigation. L’étude de l’histoire des aménage-
TA C-90/15 ments, et de leurs conséquences sur le milieu et les populations, permet d’analyser les
361, rue Jean-François Breton effets de cette stratégie de développement des cultures irriguées. Elle permet aussi de
BP 5095 mettre en regard les avantages que présentent les cultures de décrue contrôlée dans ce
34196 Montpellier cedex 5
type de milieu.
France
<amandine.adamczewski@cirad.fr> Mots clés : culture irriguée ; Mali ; projet de développement ; utilisation de l’eau.
<thomas.hertzog@cirad.fr>
<jamin@cirad.f> Thèmes : eau ; économie et développement rural.
2
Institut des r
egions chaudes
1101, avenue Agropolis
BP 5098 Abstract
34093 Montpellier Can irrigation replace flood recession for crops? The Lake Horo depression (Northern
France Mali)
<mireille.dosso@supagro.inra.fr>
<jouveph@wanadoo.fr> In Northern Mali, natural depressions are filled when the Niger River overflows. They are
therefore of high value for agriculture. The government chose to construct heavy
irrigation infra-structures as a priority for the development of the region. As social peace
in Northern Mali is an important issue, this priority has economic, social, and political
consequences. Nevertheless, the analysis of the story of Lake Horo development (the only
lake that has been developed for irrigation in Mali) and its consequences leads to
questions about developmental strategies based solely on irrigation, when the traditional
flood recession agriculture advantages are still valuable in this kind of natural and social
context.
Key words: development projects; irrigated farming; Mali; water use.
Subjects: economy and rural development; water.

L
a réalisation d’infrastructures pour des aménagements à bonne
hydro-agricoles est un axe prio- maı̂trise de l’eau (Kébé et al., 2004).
ritaire de développement agri- Cette politique publique s’inspire des
doi: 10.1684/agr.2011.0469

cole des régions arides du nord du modèles de développement large-


Mali, bien que leur coût y dépasse ment répandus au Sahel et repose
5 millions de F CFA/ha (7 600 euros) sur le recours à la moyenne et grande

Pour citer cet article : Adamczewski A, Hertzog T, Dosso M, Jouve P, Jamin JY, 2011. L'irrigation
peut-elle se substituer aux cultures de décrue ? Cah Agric 20 : 97-104. doi : 10.1684/agr.2011.0469
Tirés à part : A. Adamczewski

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 97


hydraulique pour assurer la sécurité
alimentaire des populations (Bortoli
DELTA INTÉRIEUR DU FLEUVE NIGER
et Sournia, 1991 ; Diouf, 2008).
Au Sahel, la durabilité du développe- Lac Faguibine
Niger
ment agricole par l’irrigation fait débat. L. Télé
Goundam N
Lac Horo
Gadelle (2001) insiste par exemple sur
la faible prise en compte des problé- Lac
Kabara L. Niangay Lac Garou

matiques de gestion à long terme et Lac Tanda Lac Do ALGÉRIE


L. Aougoundou
d’entretien des infrastructures lors de Lac Débo Lac Korarou
la conception des périmètres irrigués. Lac
Korientze
Boutillier et Schmitz (1987) et Meaux
et al. (2004) analysent des situations au Mopti
Sénégal et au Mali où les modes de mise
Zone inondable
en valeur traditionnels et les logiques Kidal
0 50 100 km
de multi-usages de la ressource en eau
n’ont pas été suffisamment intégrés
dans les projets de développement. Tom bouctou
Les dépressions lacustres du Mali sont MAURITANIE Goundam
Niger Gao
connectées au fleuve Niger par des
chenaux naturels ; elles offrent d’inté-
ressantes possibilités d’aménagement
de réseaux d’irrigation et ont donc Niono NIGER
Mopti
retenu l’attention des décideurs : le
Kayes
développement de la moyenne et de
la grande hydraulique pourrait en effet Bamako Ségou
BURKINA
permettre de contribuer aux enjeux
vitaux de sécurité alimentaire.
Cependant, peu d’études ont été GUINÉE Sikasso
réalisées sur les utilisations tradition- BÉNIN
nelles de ces dépressions lacustres.
GHANA
Cet article analyse la pertinence du CÔTE D'IVOIRE 0 100 200 km
développement des cultures irriguées
comme substitut aux pratiques pay-
sannes d’utilisation des ressources Figure 1. Localisation du lac Horo dans le delta intérieur du Niger.
dans les dépressions lacustres.
Figure 1. Location of Lake Horo in the Inner Niger delta.

Matériel et méthode
Cet article présente le cas du lac Horo, développement des cultures irriguées. permis d’identifier des repères géogra-
distant de 7 km du lit mineur du Niger Ainsi, ce site offre près de 70 ans de phiques et historiques. Nous avons
et situé au sud du cercle de Goundam recul sur l’évolution des modes de ainsi pu combiner des approches
(figure 1). La cote du fond de cette mise en valeur traditionnels et irrigués qualitatives et quantitatives pour ana-
dépression endoréique est inférieure à induits par son aménagement. lyser l’évolution dans le temps et dans
celle du lit mineur du fleuve Niger. Le L’évolution des dynamiques agraires l’espace des différents usages de l’eau
lac se remplit par gravité lors de la crue a été analysée à partir du concept et des terres, et des rapports entre les
du fleuve et une lente décrue a ensuite de « système agraire » (Jouve, 1992 ; usagers (Adamczewski et Hertzog,
lieu par évaporation et infiltration, Mazoyer et Roudart, 1997). La diversité 2008).
sans vidange vers le fleuve. L’exonda- des usages des ressources naturelles a
tion progressive des rives du lac été étudiée en considérant que les
durant la décrue permet le dévelop- pratiques paysannes traditionnelles
pement de différentes activités de s’appuient sur une longue expérience
production. D’une superficie de près empirique (Scoones et Thompson, Résultats : évolution
de 20 000 hectares, le lac Horo, est 1999) et qu’elles sont le résultat de
représentatif des dépressions lacustres stratégies d’adaptation aux conditions des dynamiques
du nord du Mali, dont le potentiel de du milieu (Chauveau, 1995 ; Jouve,
production est exceptionnel dans un 2007). Des enquêtes ont été conduites agraires
milieu aride (pluviométrie moyenne dans les villages et campements du lac
de 200 mm/an) où l’agriculture plu- Horo, sous la forme d’entretiens col- Le tableau 1 offre un aperçu syn-
viale est peu développée. Il a fait lectifs et individuels semi-directifs. Des thétique du développement de l’irri-
l’objet depuis 1940 d’une politique de visites de terrain avec les acteurs ont gation au lac Horo.

98 Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011


Tableau 1. Les principales étapes de l'histoire des aménagements au lac Horo.
Table 1. Main steps in the Lake Horo area irrigation development.

Avant 1940 1940-1949 1980-1996 2008

Alimentation Alimentation curite


Se  alimentaire Maintien
Base arrière , riz)
de l'AOF (ble de la population des productions
Contexte levage
pour l'e Matière première
- enjeux tropole
pour la me
(coton)

Chefferies Office du Niger Cooperation Organisations


de villages Administration allemande (GTZ) paysannes
rateurs
Ope et de groupes coloniale
nomades

Ø 1/ Arrêt du remplissage 1/ Prolongement Ø


naturel (digues) seau
du re
nagements hydro-agricoles
Ame seau d'irrigation
2/ Re 2/ Ouvrages
de remplissage du lac

DÉCRUE IRRIGATION IRRIGATION ET DÉCRUE


Type de maîtrise de l'eau NATURELLE CONTRÔLÉE

Élevage (++ + ) Agriculture (++) Agriculture (++ + )


Principaux usages des ressources Pêche (++) Élevage (+) Élevage (-)
naturelles du lac Agriculture (-)

Total < 500 ha 500 ha (1944) 10 000 ha (1990) 8 600 ha


 e + de
(irrigue crue) (2008)

Part des cultures 0 100 40 19


es (%)
irrigue
e
Surface cultive
dans le lac Part des cultures 100 0 60 81
de decrue (%)

Sources Enquêtes Archives coloniales Rapports du projet Observations


Lac Horo de terrain
 humaine
Unite Chef de famille Groupe Chef de famille
(14 à 18 hommes)
 de surface
Unite n parcelles Bloc d'irrigation 1 parcelle
partition
Re
(moyenne : 4 ha) (moyenne : 1,6 ha)

du foncier cultive
Longueur Variable Fixe Fixe (2 km)

Largeur Variable Fixe Fixe (4 à 12 m)

AOF : Afrique occidentale française ; GTZ : Deutscher Gesellschaft für Technische Zusammenarbeit (Coopération allemande).

Avant 1940 : cohabitation (maı̈s, sorgho, niébé), au fur et à submersion (reconstitution de la


mesure du retrait naturel des eaux. Les réserve utile) et de la pente du terrain
traditionnelle des activités espèces cultivées mobilisaient l’eau de (vitesse du retrait des eaux), comme
de production la réserve utile du sol, reconstituée cela a été analysé aussi bien sur le
durant la période d’inondation (crue), fleuve Niger (Guillaume, 1960) que
Dans la cuvette du lac Horo, la fertilité et les éventuelles remontées capillai- sur le fleuve Sénégal (Boutillier et al.,
des sols était entretenue par les res de la nappe rechargée. La produc- 1962 ; Lericollais et Schmitz, 1984 ;
apports alluviaux des crues du Niger. tion des cultures de décrue dépendait Boutillier et Schmitz, 1987). Les Sonraı̈s
Cela permettait à quelques groupes du type de sol (importance de la pratiquaient aussi des cultures pluvia-
Sonraı̈s installés sur la rive sud du lac réserve utile et de la fraction facile- les (mil, pastèque) sur les terres
d’y pratiquer des cultures de décrue ment utilisable), de la durée de exondées et la culture du riz flottant

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 99


en zone inondée, pour exploiter les
différentes opportunités spatiales et N
ainsi diminuer la vulnérabilité de leur
A
système agraire aux aléas climatiques.
Le lac s’étendait sur près de 25 000
7 km
hectares inondables. Des pêcheurs
Bozos et Sorkos y pratiquaient une Irrigation Bankani. Est II
pêche itinérante. B. Est I
Des éleveurs nomades et transhu- Tonka II

NIGER
Plan d'eau B. Central
mants y conduisaient leurs troupeaux résiduel Remplissage
B Tonka I
en saison sèche, pour les y abreuver, B. Ouest
et exploiter les pâturages de décrue Côte IrrigationGuichard
formés d’herbacées à haute valeur de remplissage
nutritionnelle poussant au retrait des Digue
eaux. La zone lacustre était d’ailleurs du Takoudoust
avant tout une zone d’élevage : en
1927, le cheptel du cercle de Goun-
dam était estimé par l’Administration
coloniale à près de 250 000 têtes (dont
40 % de bovins et 56 % de petits Terres hautes Terres basses
ruminants). A irrigables de décrue
Agriculture et élevage étaient des
activités complémentaires, fondées
sur des relations sociales fortes entre B
agriculteurs et éleveurs. Jusqu’en Champ attribué (2 000 m)
1940, les éleveurs Peuls et Tamasheqs
confiaient l’agriculture à leurs popu-
Ouvrage Zone irrigable Office du Niger
lations serviles. Ils bénéficiaient ainsi
Prise d'irrigation Extension de la zone irrigable
de céréales pour leurs familles et des de l'Office du Niger réhabilitée par la GTZ
résidus de récolte des cultures pour Nouvelle prise d'irrigation Zone cultivable en décrue
leurs troupeaux. De ce fait, les lacs Canal principal
constituaient de véritables bases
arrière des systèmes d’élevage mobile.
Figure 2. Évolution de l'aménagement hydro-agricole au lac Horo.

Figure 2. Evolution of hydro-agricultural infrastructures in the Lake Horo area.


1940-1949 : développement
de la culture irriguée
L’endiguement ne permettant plus le pour éviter la dégradation des infra-
Pour répondre aux objectifs de déve- remplissage naturel du lac, celui-ci structures d’irrigation et de drainage
loppement agricole fixés par l’Admi- n’était plus alimenté que par les excès par les troupeaux, des restrictions
nistration coloniale, l’Office du Niger d’eau des parcelles de coton irriguées d’accès au lac ont été imposées.
(ON) a appliqué au lac Horo le à la raie. Les faibles volumes d’eau La saison sèche devenant une période
modèle de mise en valeur par l’irriga- entrant dans la cuvette, ainsi que leur critique pour les éleveurs, des tensions
tion déjà mis en œuvre dans le delta grande variabilité intra-annuelle, ne sont apparues. Les faibles résultats
mort du fleuve Niger depuis les permettaient plus ni d’inonder d’impor- techniques des cultures irriguées, les
années 1930 (Clavel, 1944), qui impli- tantes surfaces cultivables ensuite difficultés à maintenir l’ordre, et les
quait un remplacement des systèmes en décrue, ni d’assurer un marnage coûts trop importants d’entretien du
de production traditionnels (Diawara, suffisant pour pratiquer la culture du réseau ont entraı̂né le retrait de l’ON
2005). Une digue a été construite à riz flottant. en 1949, au profit de l’Administration
l’entrée du lac pour en bloquer l’inon- À partir de repères sur le terrain et de locale.
dation naturelle. Elle a été équipée de dires d’acteurs, le plan d’eau a pu être Les cultures irriguées ont alors été
deux ouvrages de prise permettant estimé à moins de 500 hectares en progressivement délaissées par les
d’alimenter des canaux d’irrigation 1944, contre 25 000 auparavant. Cette agriculteurs. Les cultures de décrue
desservant les rives est et ouest, à partir réduction brutale et drastique de la ont connu un renouveau, grâce à des
desquels pouvaient être irrigués surface du plan d’eau, ainsi que la brèches pratiquées dans le réseau
gravitairement les casiers aménagés rupture des flux entre le fleuve et le d’irrigation pour permettre un rem-
(figure 2). Des cultures irriguées de lac, ont contraint les pêcheurs à migrer plissage du plan d’eau maximisant les
coton et de blé ont ainsi pu être vers le delta intérieur du Niger. La surfaces disponibles en décrue. Cette
développées à partir de 1944 sur les diminution de la surface pâturable en inversion des priorités entre irrigation
terres hautes situées à proximité des décrue a eu de fortes conséquences et décrue, en quelques campagnes,
canaux d’irrigation. sur les systèmes d’élevage. De plus, illustre l’importance des cultures de

100 Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011


décrue comme élément structurant du
système agraire. Pluies
Décrue
T. hautes Irrigation Irrigation
1980-1996 : combinaison T. basses
Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Jan
entre culture irriguée
Canal
et culture de décrue

Terres hautes
primaire
Maraîchage
À partir de 1980, la coopération Patate
Patate
allemande (GTZ) est intervenue au Mil
lac Horo dans un contexte de lutte Niébé
contre la sécheresse au Sahel. Elle avait 800 m
pour objectif d’irriguer l’ensemble des
surfaces cultivées en décrue pour Sorgho

Terres basses
intensifier les systèmes de culture, par Hauteur maximale
une amélioration de la productivité (pépinière)
de crue
de la terre et du travail grâce à une Riz blanc
meilleure gestion de l’eau. Le réseau
d’irrigation primaire a été réhabilité et Riz blanc
étendu pour ceinturer le lac (figure 2),
et irriguer des casiers organisés en 2 000 m
mailles hydrauliques autour de réseaux
Distance
secondaires. Pour dominer le maxi- au canal primaire
mum de surfaces, les deux canaux
primaires de ceinture ont été placés
plus haut sur la topo-séquence, à Figure 3. Calendrier agricole et répartition des cultures vulgarisés par le projet GTZ au lac Horo.
proximité des dunes, avec pour consé-
quence une faible efficience du trans- Figure 3. Crop calendar and spatial organisation of crops as defined by the GTZ project of Lake Horo.
port de l’eau dans le réseau primaire,
estimée à 40 % en 1990 d’après les
données disponibles ; cela est faible
pour ce type de casier (Verheye, 1995) maraı̂chères, et des cultures plus faciles Discussion :
et n’a pas permis d’irriguer toute la à stocker comme la patate douce. Les
dépression jusqu’à son centre.
Les cultures de décrue, qui avaient été
cultures maraı̂chères ont ainsi constitué
le cœur des activités de vulgarisation
intérêts et limites
réimplantées par les paysans depuis du projet GTZ, occupant les 800 pre- du développement
1949, ont été maintenues sur les terres miers mètres des parcelles (figure 3).
basses grâce à l’installation de vannes La comparaison entre le schéma de des cultures irriguées
de fond dans la digue à l’entrée du lac. mise en valeur prévu (figure 3) et celui
Celles-ci ont permis d’assurer le rem- observé en 2008 au lac Horo (figure 4)
plissage du lac indépendamment de montre une diminution des surfaces Adaptation des cultures
l’eau des canaux d’irrigation, et de maraı̂chères et le développement du irriguées au contexte aride
cultiver en décrue des variétés amé- manioc en zone irriguée, ainsi que le
liorées de riz (figure 2). maintien des cultures pluviales sur le Le cas du lac Horo est un exemple des
Le schéma de mise en valeur des terres cordon dunaire ; les pluies précoces difficultés à développer l’irrigation
aménagées a donc associé culture de 2008 ont d’ailleurs permis d’enre- dans les marges arides du Sahel en
irriguée et culture de décrue (figure gistrer des rendements exceptionnels l’absence d’encadrement rapproché.
3). Les parcelles ont été attribuées en en pluvial, pouvant atteindre près de Le déficit d’investissements réguliers
bandes de culture longues de 2 km et 0,8 t/ha avec les variétés locales de dans le réseau entraı̂ne une diminu-
larges de 2 m, par homme en âge de mil pénicillaire. Les surfaces cultivées tion de l’efficience de l’irrigation. En
travailler au sein de l’exploitation. Le en riz de décrue en 2008 sont l’absence de pompage, cette faible
schéma de mise en valeur a été conçu supérieures à celles qui sont préconi- performance hydraulique du réseau
en fonction du gradient de disponibi- sées dans le schéma de mise en valeur. n’induit pas de surcoût pour le
lité en eau d’irrigation le long de la Les variétés locales d’Oryza glaber- gestionnaire, mais elle entraı̂ne un
pente (zone de culture irriguée), et de rima restent utilisées en décrue, approvisionnement en eau irrégulier
la durée d’inondation/exondation de même si leurs rendements de 1,5 à des parcelles, ce qui ne permet plus de
chaque niveau topographique (zone 3 t/ha, sont inférieurs à ceux que garantir aux exploitants des revenus
de culture de décrue). L’organisation peuvent atteindre les variétés amélio- monétaires significatifs à partir de
de l’espace cultivé en différentes fran- rées d’Oryza sativa (BG 90-2 ou Adny l’irrigation (Faivre Dupaigre et al.,
ges devait permettre de produire toute 11), plus de 4 t/ha, mais seulement 2004). En revanche, la faible perfor-
l’année des cultures à forte valeur dans des conditions de bonne maı̂trise mance hydraulique du réseau contri-
ajoutée, comme le niébé ou les cultures de l’irrigation. bue au remplissage de la dépression

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 101


électriques (Schmitz, 1993 ; Zwarts
Pluies et al., 2005 ; Barbier et al., 2011).
Décrue Au lac Horo, l’objectif de modifier les
Irrigation Irrigation
Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Jan systèmes de culture (semences sélec-
Cordon tionnées, traction animale) n’est pas
dunaire Mil
Pastèque
atteint, car il est peu compatible avec
Canal les contraintes du milieu (risque de
Terres hautes

primaire
Henné déficit hydrique, déprédation) et les
Terres Bissap Bissap
irriguées
contraintes foncières (1,6 hectare en
Maraîchage
Manioc
moyenne par famille). En plus de
Patate Patate facteurs de production insuffisants, la
Zone 400 m faible implication des cultivateurs dans
d'humectation Patate Niébé Patate la conception des nouveaux systèmes
Sorgho
capillaire
600 m techniques, et le décalage de ces
(pépinière) Hauteur maximale systèmes avec leurs objectifs, consti-
tuent des obstacles à leur adoption.
Terres basses

Frange 1 Riz rouge Gombo Palate Patate de crue


(pépinière) Comme souvent, les exploitants privi-
Frange 2 Riz rouge Riz blanc Maïs légient en effet la réduction du risque
plutôt que l’augmentation des rende-
Frange 3 Riz blanc ments et du revenu agricole (Eldin et
2 000 m Milleville, 1989). Le développement
des cultures irriguées en remplacement
Distance
au canal primaire des cultures dunaires et des cultures
de décrue ne semble pas répondre à
ces stratégies paysannes d’adaptation
Figure 4. Schéma modal de mise en valeur agricole observé en 2008. aux aléas, compte tenu des risques
monétaires inhérents à l’irrigation.
Figure 4. Crop calendar and spatial organisation of the cultivated area as observed in 2008. Les stratégies paysannes d’adaptation
analysées au lac Horo amènent donc à
par d’importantes infiltrations depuis contrôle doté d’une vanne de fond dont s’interroger sur la possibilité d’aug-
les canaux d’irrigation, qui regagnent le coût d’entretien est réduit. La menter durablement les revenus des
la nappe d’accompagnement du lac. pratique des cultures de décrue néces- paysans par le développement de
Cela permet l’extension de la zone site donc de plus faibles investisse- l’irrigation dans la frange nord du
cultivable en décrue, et donc l’accrois- ments, mais aussi un plus faible Sahel, où l’enclavement limite les
sement des revenus qui y sont liés. entretien. il s’agit là d’un avantage possibilités de commercialisation de
Les cultures maraı̂chères demandent important, dans des contextes où les productions à forte valeur ajoutée.
non seulement des arrosages réguliers populations ont souvent une faible
que l’état actuel du réseau ne permet capacité d’investissement, mais aussi
pas toujours de réaliser à la fréquence de contribution aux frais d’entretien. Un contexte de multi-usage
nécessaire, mais aussi des circuits Les paysans utilisent pour les cultures de l'eau
de commercialisation peu compatibles de décrue des variétés sélectionnées
avec l’enclavement de nombreuses localement, plus rustiques, peu sensi- L’étude diachronique révèle une dimi-
zones lacustres. À l’inverse, on observe bles aux déficits hydriques, aux sels, nution progressive des possibilités
dans la zone irriguée, une dynamique aux vents et aux attaques de ravageurs d’accès au lac Horo pour les éleveurs
d’implantation d’espèces moins sensi- (pas d’emploi de pesticides). Elles et les pêcheurs. Or les systèmes
bles au déficit hydrique et plus faciles à permettent aussi une production plus d’élevage et de pêche reposent sur
conserver et à commercialiser (henné, stable grâce à une meilleure adaptation une stratégie de mobilité pour réduire
manioc). La diminution des surfaces aux aléas climatiques/hydrologiques. l’impact des aléas climatiques. Le
maraı̂chères se fait aussi au profit de Dans la vallée du Sénégal, il a égale- contexte de sécheresse des décennies
cultures de riz de décrue, peu exi- ment été démontré que la rusticité des 1970-1980 a montré l’intérêt des migra-
geantes en maı̂trise de l’eau. espèces cultivées en décrue permettait tions comme stratégies de survie chez
Alors que l’irrigation impose une maı̂- une utilisation moindre d’intrants et les éleveurs (Gallais, 1988) ; des stra-
trise quotidienne de l’eau, la satisfac- donc une diminution du risque éco- tégies de développement diminuant
tion des besoins en eau des cultures de nomique lié à l’emprunt (Le Roy, 2005). cette flexibilité vont donc à l’encontre
décrue est assurée dès le début de Toutefois, ces systèmes sont sensibles à de leur résilience.
campagne par le stockage de l’eau dans de fortes modifications du contexte Toutefois, l’analyse du développement
le profil. La réserve utile des sols climatique et hydrologique, comme les de l’irrigation au lac Horo illustre aussi
limono-argileux des dépressions est grandes sécheresses des années 1972- l’impact des projets successifs sur les
rechargée lors de la crue. Le système 1973 ou 1982-1984 ; ils sont également conditions d’accès à l’eau et l’élargisse-
naturel de remplissage de la dépression très sensibles aux modifications du ment de la gamme des cultures possi-
peut être amélioré, comme au lac Horo, régime des fleuves induites par le bles, ainsi que le bénéfice qui peut en
par la construction d’un ouvrage de développement des barrages hydro- être attendu en situation de sécheresses

102 Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011


persistantes : l’aménagement du lac (UN, 2006). Le cas du lac Horo montre cultivateurs s’y sont adaptés en repen-
Horo pour l’irrigation et la décrue en les limites de cette approche, relevées sant la répartition spatio-temporelle
a fait une zone refuge pour les aussi dans de nombreux périmètres des cultures, et en tirant parti des
populations de la région. Le nombre (Jamin et al., 2005). L’échelon de différentes ressources hydriques dis-
d’habitants sédentaires vivant de l’agri- gestion utile pour les cultures irriguées ponibles sans se limiter à l’eau d’irriga-
culture est ainsi passé de moins de n’est en effet pas forcément le plus tion, mais en conservant la valorisation
1 000 avant 1940 à près de 30 000 en pertinent pour gérer l’ensemble des par les cultures de décrue et les cultures
2008. Dans l’hypothèse de nouvelles activités liées à l’eau. Il pourrait être pluviales. Cette combinaison des cultu-
vagues de sécheresse ou d’insécurité complété par un échelon plus englo- res irriguées, pluviales et de décrue,
dans le nord du Mali, les flux migra- bant, permettant de prendre en compte semble intéressante, et, pour rester
toires vers le lac Horo risquent de les rapports sociaux existant entre les dans les espaces sahéliens, se retrouve
s’accentuer. Mais l’intégration de nou- différents usagers des ressources du sous des formes variables depuis la
veaux cultivateurs supposerait un lac, dont le périmètre exact reste à vallée du Sénégal jusqu’au lac Tchad
accès de tous à l’espace, dans un milieu discuter avec les acteurs concernés. (Barbier et al., 2011). Elle a d’ailleurs
ouvert (Milleville, 1984). Au contraire le été prise en compte en Mauritanie,
développement de l’irrigation et l’attri- dans la vallée du Gorgol, où une large
bution de surfaces cultivables au sein place a été réservée aux cultures de
de mailles hydrauliques rendent plus Conclusion décrue en amont et en aval du barrage
rigides les modalités d’accès au foncier, de Foum Gleı̈ta (Schmitz, 1989). Cepen-
comme cela a été observé ailleurs au L’étude des dynamiques agraires au dant, de telles combinaisons ne peu-
Mali (Bélières et al., 2011). Le lac Horo lac Horo a permis d’analyser, à vent être durables que si des travaux de
en fournit aussi un exemple inté- différentes échelles, les impacts du recherche agronomique et hydraulique
ressant : sans possibilités de devenir remplacement des cultures tradition- sont entrepris, avec la participation des
attributaires, les nouveaux arrivants nelles par les cultures irriguées. paysans, pour s’assurer que le fonc-
deviennent au mieux métayers, rému- Le développement des cultures irri- tionnement des différents systèmes de
nérés en parts de récolte, au pire guées a des impacts financiers impor- culture peut s’adapter aux change-
paysans sans terre cultivant illégale- tants au-delà de l’investissement initial ments climatiques, hydrologiques et
ment la zone pastorale centrale du dans les infrastructures : il implique d’aménagement hydro-électriques en
lac, au-delà des 2 km attribués aux des coûts d’entretien et de gestion des cours. Cela est particulièrement vrai
cultivateurs. infrastructures importants sur le long pour les systèmes de décrue des
Le développement de l’irrigation au lac terme. Il induit donc, pour les exploi- dépressions lacustres du Mali, très
Horo a entraı̂né une utilisation plus tations familiales, des risques écono- sensibles aux variations des cotes de
intensive des ressources en eau, ce qui miques liés à ces frais d’entretien, crue du fleuve Niger.
a permis l’installation d’une population mais aussi au financement des intrants L’accès au foncier irrigué, contrôlé
importante. Mais on est aussi passé indispensables à la valorisation de l’eau. souvent par la puissance publique,
d’une situation de complémentarité Cela implique la culture d’espèces à est apparemment plus égalitaire que
entre différents types d’usages des forte valeur ajoutée, dont les besoins en dans les systèmes fonciers tradition-
ressources du lac à une situation de eau ne peuvent être satisfaits qu’avec nels. Mais il peut rapidement créer des
concurrence entre ces usages, et donc un réseau d’irrigation performant, inégalités importantes entre ceux qui
entre les populations concernées. Des et pour lesquels il faut trouver des ont accès à ce foncier irrigué et les
changements du même type entre débouchés. Tout en diminuant les autres, comme cela a été observé au lac
activités irriguées, de décrue et d’éle- risques liés aux aléas climatiques ou Horo ou ailleurs, dans la vallée du
vage, se traduisant par des modifica- hydrologiques, la plus grande maı̂- Sénégal (Schmitz, 1989 ; Le Roy, 2006)
tions d’équilibre entre communautés, trise de l’eau peut donc induire de ou à l’Office du Niger (Bélières et al.,
ont aussi été observés dans la vallée du nouveaux facteurs de risques qui 2011 ; Brondeau, 2011). Les institutions
Sénégal (Schmitz, 1989 ; Le Roy, 2006). devraient être mieux pris en compte de gestion des périmètres, souvent
Au plan spatial, la gestion du lac Horo dans les projets de développement de rigides, ne leur permettent pas de
repose, depuis l’aménagement par la l’irrigation. Les avantages des cultures s’adapter aux dynamiques foncières
GTZ, sur un fractionnement de l’espace pratiquées traditionnellement dans et migratoires, ce qui les rend pro-
en mailles hydrauliques qui n’intègre les marges arides du Sahel (peu gressivement peu fonctionnelles. L’un
pas la notion de territoire villageois. intensives en travail et en capital) des principaux enjeux futurs pour les
Seuls les agriculteurs attributaires de ont souvent été sous-estimés. Le parti acteurs du développement est donc lié
terres irriguées peuvent prendre part pris mondial en faveur des grands aux approches à mettre en œuvre pour
aux institutions de gestion de l’eau. Les aménagements hydro-agricoles est rendre compatibles les modèles ins-
éleveurs et les métayers n’y sont pas donc critiqué, dans la mesure où cette titutionnels nécessaires à la gestion des
représentés, alors qu’ils constituent une option n’est pas toujours la moins périmètres irrigués avec les modes
part importante des usagers. Comme coûteuse ni la plus facile à mettre en de gestion traditionnels des sociétés.
dans de nombreuses situations à travers œuvre (McCully et Pottinger, 2009). Mollinga et al. (2007) proposent pour
le monde, la création par l’État de Le cas du lac Horo montre que cela de considérer les institutions tradi-
collectifs structurés autour des mailles l’irrigation a permis de créer de nou- tionnelles comme des formes complexes
hydrauliques est la stratégie privilégiée velles valorisations de la ressource en pouvant s’adapter aux actions exogè-
pour la gestion des périmètres irrigués eau et de nouveaux accès à celle-ci. Les nes et non pas être modelées par elles.

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 103


Le choix de donner une priorité Boutillier JL, Cantrelle P, Causse J, Laurent C, Kébé D, Keita MS, Bélières JF, 2004. Stratégies
N'Doye T, 1962. La moyenne vallée du Sénégal. d'investissement dans l'irrigation et coûts de
absolue aux cultures irriguées dans Étude socio-économique. Paris : PUF. production de quelques systèmes irrigués au Mali.
un milieu traditionnellement caracté- Bamako : IER.
risé par un fort multi-usage des Boutillier JL, Schmitz J., 1987. Gestion tradition-
nelle des terres (système de décrue, système Le Roy X, 2005. Le sorgho de décrue dans la vallée
ressources naturelles bouleverse les pluvial) et transition vers l'irrigation : le cas du Sénégal.Paris ; Montpellier : IRD éditions.
conditions d’accès à celles-ci pour de la vallée du Sénégal. Cah Orstom Sci Hum
23 : 533-54. Le Roy X, 2006. Agriculture irriguée et inégalités
une partie des usagers. Le long du sociales dans la vallée du fleuve Sénégal. Séminaire
fleuve Niger, les dépressions bénéfi- Brondeau, F, 2011. L'agrobusiness à l'assaut des PCSI Coordination hydraulique et justice sociale,
ciant de la crue sont nombreuses terres irriguées de l'Office du Niger (Mali). Cah Agric Montpellier, 25-26 novembre 2004. Montpellier :
20 : 136-43. doi:10.1684/agr.2011.0472. IRD éditions.
(Brunet-Moret et al., 1986). Elles consti-
tuent des lieux de rencontre privilégiés Brunet-Moret Y, Chaperon P, Lamagat JP, Molinier Lericollais A, Schmitz J, 1984. La calebasse et la
entre les différents usagers de l’eau M, 1986. Monographie hydrologique du fleuve houe. Techniques et outils des cultures de décrue
Niger. Tome II : Cuvette lacustre et Niger moyen. dans la Vallée du Sénégal. Cahiers Orstom Sci Hum
(Zwarts et al., 2005). Si certains des Paris : Orstom éditions. 20 : 427-52.
programmes projetés de développe-
Chauveau JP, 1995. Les agricultures africaines : Marie J, 2002. Enjeux spatiaux et fonciers dans le
ment de l’irrigation ou de l’hydro- delta intérieur du Niger (Mali). Delmasig, un SIG à
évaluer la performance ou privilégier les processus.
électricité sont réalisés, les enjeux de Marchés des produits méditerranéens et tropicaux ; vocation locale et régionale. In : Orange D, Arfi R,
multi-usage de l’eau devront être pris (HS 50 ans) : 205-12. Kuper M, Morand P, Poncet Y, eds. Gestion intégrée
en compte pour éviter que ne se des ressources naturelles en zones inondables
Clavel A, 1944. Note sur la question du peuplement tropicales. Montpellier : IRD éditions.
multiplient les conflits que l’on peut des terres aménagées pour l'irrigation par l'ODN
déjà observer entre riziculteurs et dans le delta central et la zone lacustre du Niger. Mazoyer M, Roudart L, 1997. Histoire des agricul-
Dakar : Gouvernement général de l'AOF. tures du monde. Paris : Le Seuil.
éleveurs, au Mali ou ailleurs (Schmitz,
1993 ; Marie, 2002). Diouf J, 2008. Discours d'ouverture de la confé- McCully P, Pottinger L, 2009. Spreading the water
Le lac Horo illustre le fait que le rence « L'eau pour l'agriculture et l'énergie en wealth: making water infrastructure work for the
Afrique: les défis du changement climatique ». poor. Ecology Law Ccurrents 36 : 177-84.
remplacement des cultures tradition- Syrte, 15-17/12/2008. http://www.fao.org/news/
nelles par les cultures irriguées n’est story/fr/item/8954/icode/. Meaux S, Jouve P, Maïga A, 2004. Aménagement
hydraulique et conflits agropastoraux. Analyse
pas qu’un enjeu pour l’agronomie ou spatio-temporelle en zone Office du Niger (Mali).
Diawara M, 2005. L'Office du Niger ou l'univers
le génie rural : il implique des boule- sur-moderne (1920-2000). In : Mande I, Stefanson Cah Agric 13 : 495-503.
versements à l’échelle de systèmes B, eds. Les historiens africains et la mondialisation.
Milleville P, 1984. La sécheresse en zone inter-
agraires complexes, et devrait donc Actes du 3e colloque international des historiens
tropicale. Pour une lutte intégrée. Actes du
conduire à des questionnements à africains. Bamako (Mali) 2001. Paris : Karthala.
colloque « Résistance à la sécheresse en milieu
cette même échelle, autour des systè- Eldin M, Milleville P, eds, 1989. Le risque en intertropical : quelles recherches pour le moyen
terme ? », Cirad-Gerdat, ISRA, 24-27 septembre
mes socio-écologiques (Ostrom, agriculture. Coll. À travers champs. Montpellier :
1984.
IRD éditions.
2009). Ce cadre conceptuel permet-
trait de mettre l’accent sur l’évolution Faivre Dupaigre B, Baris P, Liagre L, 2004. Étude sur Mollinga PP, Meinzen-Dick RS, Merrey DJ, 2007.
Politics, plurality and problem sheds: A strategic
dans le temps et dans l’espace des la compétitivité des filières agricoles dans l'espace
approach for reform or agricultural water resources
UEMOA. Ouagadougou : UEMOA.
interactions entre le système ressource management. Development Policy Review 25 :
(ici un lac), la ressource considérée (ici Gadelle F, 2001. L'avenir de l'irrigation en Afrique 699-719.
de l'Ouest. Séminaire « Systèmes irrigués en
l’eau), le système de gouvernance et Afrique de l'Ouest et du Centre » et Assemblée Ostrom E, 2009. A general framework for analyzing
les usagers. & générale de l'ARID – avril 2001. http://www. sustainability of social-ecological systems. Science
eieretsher.org/arid/RS_avril01/Session_2.htm. 325 : 419-22.

Gallais J, 1988. Sécheresse sahélienne migrations Schmitz J, 1989. Déplacement de population


Références intérieures et perspectives au Mali. Cahiers Géo- autour d'un barrage en zone sahélienne : le cas
graphiques de Rouen 30 : 35-51. de Foum Gleita. Sahel 89. Cahiers Géographiques
Adamczewski A, Hertzog T, 2008. Évolution des de Rouen ; 32 : 117-24.
modes de mise en valeur du lac Horo et consé- Guillaume M, 1960. Les aménagements hydro-
quences sur les relations agriculture – élevage. agricoles de riziculture et de culture de décrue dans Schmitz J, 1993. Anthropologie des conflits
Problématique des couloirs de passage d'animaux. la vallée du Niger. Agro Trop 15: 73-91, 133-187, fonciers et hydropolitiques du fleuve Sénégal
Montpellier : IRC Montpellier. https://docs.google. 273-319, 390-413. (1975-1991). Cah Sci Hum 29 : 591-623.
com/leaf?id=0B2_zN22giKStNDYwNWY3MzItMD
MzYi00MDdjLThlNGItMWFjYmZlYjkwMjQw&hl=en. Jamin JY, Bisson P, Fusillier JL, Kuper M, Maraux F, Scoones I, Thompson J, eds, 1999. La reconnais-
Perret S, et al. 2005. La participation des usagers à sance du savoir rural. Savoir des populations,
Barbier B, Ouedraogo H, Dembélé Y, Yacouba H, la gestion de l'irrigation : des mots d'ordre aux recherche agricole et vulgarisation. Paris : CTA-
Barry B, Jamin JY, 2011. L'agriculture irriguée réalités dans les pays du Sud. Colloque Irrigation et Karthala.
dans le Sahel ouest-africain. Diversité des pratiques développement durable, 2005-05-19, Paris. Les
et des performances. Cah Agric 20 : 24-33. colloques de l'Académie d'agriculture de France UN, 2006. Water. Water: A Shared Responsibility.
doi:10.1684/agr.2011.0475. 91 : 65-83. World Water Development Report 2. Water for
Food, Agriculture and Rural Livelihoods (Chapter 7
Bélières JF, Hilhorst T, Kébé D, Keïta MS, Keïta S, Jouve P, 1992. Le diagnostic du milieu rural : de la – FAO IFAD). www.unesco.org/water/wwap
Sanogo O, 2011. Irrigation et pauvreté : le cas de région à la parcelle. Approche systémique des
l'Office du Niger au Mali. Cah Agric 20 : 144-9. modes d'exploitation agricole du milieu. In : L'appui Verheye WH, 1995. Impact of climate and soils
doi:10.1684/agr.2011.0473. aux producteurs. Paris : Ministère de la Coopération conditions on conception and implementation of
et du Développement. irrigation schemes in the Senegal River basin. Agr
Bortoli L, Sournia G, 1991. Les mirages de Water Manage ; 28 : 73-4.
l'irrigation et le sous-développement. Cas de Jouve P, 2007. Stratégies et pratiques en matière
l'Afrique sèche de l'Ouest. In : Pierre Vennetier, de valorisation des eaux pluviales en zone arides (au Zwarts L, van Beukering P, Kone B, Wymenga E,
ed. Eau et aménagement dans les régions inter- Maghreb et au Sahel). Séance de l'Académie 2005. Le Niger, une artère vitale : gestion efficace
tropicales. Tome II. Espaces tropicaux, n° 3. d'agriculture de France et de l'Académie des de l'eau dans le Bassin du Haut-Niger. Totnes (UK) :
Talence ; Bordeaux : CEGET-CNRS. sciences d'outre-mer du 21 mars 2007. NHBS.

104 Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011


Étude originale

Un jeu de simulation pour préparer une gouvernance


de l'eau : une expérience en Tunisie centrale

Marjorie Le Bars1 Résumé


Philippe Le Grusse2 Jusqu’aux années 2000 en Tunisie, les services de l’État géraient les ressources en eau sans
Laassad Albouchi3 aucune concertation avec les usagers. Localement, cette gestion était confiée aux
Jean-Christophe Poussin1 commissariats régionaux de développement agricole (CRDA). Depuis, l’État tunisien a
1
IRD décidé d’impliquer les agriculteurs dans cette gestion locale. Il encourage le regroupement
UMR G-eau des agriculteurs au sein de groupements de développement agricole (GDA), interlocuteurs
361, rue Jean-François Breton des CRDA pour la gestion de l’eau. Avec ce dispositif, le CRDA doit prendre en compte les
BP 5095 demandes des agriculteurs, regroupés dans le GDA, et en retour, ces derniers doivent
34196 Montpellier cedex 05 prendre conscience que la ressource est partagée et qu’il est dangereux de la surexploiter.
France
<Marjorie.Le-Bars@ird.fr>
Comment GDA et CRDA peuvent-ils construire cette gestion concertée ? Dans cet article,
<Jean-Christophe.Poussin@ird.fr> nous présentons un jeu de simulation, construit à la demande d’agents du CRDA de
2
Kairouan pour réfléchir à une gestion concertée de la ressource en eau dans un petit
CIHEAM-IAM
bassin-versant typique de Tunisie centrale. Notre objectif était d’utiliser ce jeu pour
UMR G-eau
3191, route de Mende sensibiliser, d’un côté, les agriculteurs au nécessaire partage de la ressource, notamment en
34093 Montpellier cedex 05 période de pénurie, et aux risques engendrés par sa surexploitation, et, d’un autre côté, les
France agents du CRDA aux déterminants des usages de l’eau à l’origine des demandes. Ce jeu
<legrusse@iamm.fr> repose sur une représentation du fonctionnement hydrologique du bassin et des diverses
3
École sup
erieure d'agriculture de Mograne exploitations agricoles qui exploitent la ressource en eau avec plusieurs modalités d’accès.
1121 Zaghouan Une séance de simulation a été organisée avec les agriculteurs du GDA concerné, mais sans
Tunisie les agents du CRDA, car de fortes tensions les opposaient. Cet échec partiel conforte la
<albouchi@hotmail.com> nécessité, dans les approches participatives fondées sur les jeux, d’entretenir la motivation
des acteurs tout au long du processus.
Mots clés : approches participatives ; eau souterraine ; gouvernance ; simulation ; Tunisie.
Thèmes : eau ; méthodes et outils ; ressources naturelles et environnement.

Abstract
A simulation game to prepare water governance: An experiment in Central Tunisia
Until the 2000s, water resources in Tunisia were managed solely by official services
without consulting water users. At the local scale, Commissariats Régionaux de
Développement Agricole (CRDA), representing the official services, managed water
resources. Then, the Tunisian government decided to involve farmers in the local
management of water resources by creating the Agricultural Development Association
(GDA). At present, water resource management by the CRDA must take into account water
demands from GDA farmer representatives, and farmers must become aware of water
scarcity and resource sharing. How can the CRDA and GDA envisage cooperative water
management? In this paper we present a simulation game requested by Kairouan CRDA
agents for building cooperative management of the water resources in a typical small
watershed of Central Tunisia. Our aim was to use this game to increase farmers’ awareness
of resource sharing, scarcity and overexploitation impacts, as well as CRDA agents’
awareness of uses that determine the water demand. This game is based on a hydrological
model of the watershed and an agroeconomical model of farming systems that use the
doi: 10.1684/agr.2010.0463

water resources for irrigation. A simulation game was played with concerned farmers in the
GDA but without CRDA agents because of tensions between the groups. This partial failure

Pour citer cet article : Le Bars M, Le Grusse P, Albouchi L, Poussin JC, 2011. Un jeu de simulation
pour préparer une gouvernance de l'eau : une expérience en Tunisie centrale. Cah Agric 20 :
105-11. doi : 10.1684/agr.2010.0463
Tirés à part : M. Le Bars

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 105


shows that participative approaches with game supports rely upon maintaining agent
motivation throughout the process.
Key words: governance; groundwater; participatory approaches; simulation; Tunisia.
Subjects: natural resources and environment; tools and methods; water.

D
epuis les années 1990 et le évolution (Mahé et al., 2005). À production agricoles qui repose sur une
congrès de Rio sur l’environ- l’opposé, les économistes utilisent sou- typologie des exploitations.
nement, on observe un chan- vent la voie de l’optimisation pour
gement des politiques dans les rendre compte de ces usages
domaines de l’environnement et (Thoyer et al., 2001). Toutefois, la
notamment de la ressource en eau. recherche d’une solution optimale qui Matériel et méthode
La centralisation et l’interventionnisme maximise l’utilité collective a ses limi-
de l’État, surveillant les usagers et les tes. Les approches fondées sur la
écartant de la gestion des ressources, simulation et la participation des Le bassin de l’oued El Fej est situé dans
sont remis en question. acteurs constituent alors des alternati- le gouvernorat de Kairouan en Tunisie
La Tunisie a suivi ce mouvement. ves (Affisco, 2000). Ces approches centrale (358 450 N-98 500 E) ; il est
Jusqu’au début des années 2000, les s’inspirent des jeux de rôles caractéristique des régions semi-arides
services de l’État géraient les ressour- (d’Aquino et al., 2003) ou des jeux de (Le Goulven et al., 2008). Un sous-
ces en eau sans aucune concertation simulation (Mayer et De Jong, 2004). bassin amont collecte les eaux de
avec les usagers. Localement, cette Pour la gestion des ressources, le pluie, une (ou plusieurs) retenue(s)
gestion était le monopole des commis- Collectif ComMod (2006) utilise la permet(tent) de stocker l’eau de sur-
sariats régionaux de développement combinaison entre des systèmes multi- face, et les usages – exclusivement
agricole (CRDA), rassemblant les agents (SMA) et des jeux de rôles. Ces agricoles – de l’eau se concentrent
différents services du ministère de jeux de rôles ont une portée sociale et dans la plaine aval de Rouissat où
l’Agriculture et des Ressources sont généralement utilisés pour l’oued alimente une nappe et achève
hydrauliques dans chaque gouverno- comprendre les interrelations entre son cours dans une sebkha1. Les
rat. Le CRDA était chargé de gérer les acteurs autour d’une situation 267 agriculteurs qui exploitent cette
barrages et de maintenir le niveau des (Barreteau et al., 2003). Quant aux jeux plaine ont divers modes d’accès à l’eau
nappes. Mais, dans les zones où l’eau de simulation, tels qu’utilisés dans ce et sont regroupés en GDA. Depuis
était en accès libre, cette tâche n’était travail, ils visent à faire comprendre aux 1974, la nappe a fortement baissé sous
pas simple et on observait une surex- joueurs le fonctionnement technique l’effet des pompages pour l’irrigation
ploitation des nappes (Le Goulven et et/ou économique d’un système qu’ils et du déficit de pluviosité (Béji, 1998).
al., 2008). Depuis le début des années ont à gérer (Carton et Karstens, 2002). Cette surexploitation s’est accompa-
2000, pour impliquer les agriculteurs, Les jeux de simulation combinent ainsi gnée certaines années d’une invasion
l’État tunisien encourage la création de jeu de rôle et modèle de simulation d’eau salée depuis la sebkha. Le
groupements de développement agri- classique (Le Bars et Le Grusse, 2008). stockage de l’eau est assuré par deux
cole (GDA), interlocuteurs locaux des Pour répondre à la demande du CRDA retenues (4 millions de m3 au total). Le
CRDA pour la gestion des ressources. de Kairouan, nous avons construit un CRDA est chargé de gérer ces retenues
D’un côté, le CRDA doit prendre en jeu de simulation – intitulé AquaFej – et réalise des lâchers d’eau pour :
compte dorénavant les demandes en pour la gestion de l’eau dans le petit – entretenir un débit dans l’oued,
eau exprimées par le GDA représentant bassin-versant de l’oued El Fej. exploité pour l’irrigation par des
les usagers. De l’autre, les agriculteurs L’objectif de ce jeu était : groupes motopompes ;
doivent prendre conscience que la – de sensibiliser les agriculteurs au – recharger la nappe, exploitée par
ressource doit être partagée et qu’il partage de la ressource en eau, aux des puits et des forages, pour mainte-
est dangereux de la surexploiter. Mais risques engendrés par sa surexploita- nir son niveau et éviter sa salinisation ;
comment GDA et CRDA peuvent-ils tion et à la gestion collective de la – générer des crues artificielles utili-
construire cette gestion concertée ? En pénurie ; sées pour l’irrigation par épandage
2005, un responsable du CRDA de – de sensibiliser les agents du CRDA (figure 1).
Kairouan nous a demandé de déve- aux déterminants des usages agricoles Le jeu de simulation AquaFej permet
lopper un instrument pour sensibiliser de l’eau pour réfléchir à une gestion d’évaluer les conséquences économi-
ses agents à une gestion concertée avec des retenues. ques et environnementales de scéna-
les GDA, sensibiliser les membres du Aquafej repose sur une représentation rios combinant niveaux initiaux des
GDA aux risques engendrés par la du fonctionnement du bassin au plan retenues et de la nappe, pluviométrie
surexploitation de la ressource, et de la ressource en eau et de ses usages annuelle, gestion des lâchers d’eau, et
établir une gouvernance. agricoles, avec un modèle hydro- usages agricoles.
Pour gérer la ressource, on utilise le logique construit sur la base des travaux
plus souvent des modèles hydrologi- d’un agent du CRDA et un modèle 1
mot désignant une dépression salée dans les
ques sans représenter ces usages et leur technico-économique des systèmes de régions arides.

106 Cah Agric, vol. 20, n81-2, janvier-avril 2011


Tableau 2. Les surfaces
Amont Aval des principales cultures dans la
plaine de Rouissat
El Fej, rivière Table 2. Main crops areas in the
Rouissat plain.
Barrage

Culture Surface (ha) %


 re
Ce ale et fourrage 1 392 62

Sebkha Maraîchage 229 10

Olivier 143 6

Autre 493 22

Gestionnaire Source Motopompe Puits Épandage Acteurs Total 2 257 100


barrage

Sources Inondation

Captages Oued
Modèle hydrologique surface totale). L’irrigation concerne
en priorité le maraı̂chage, puis les
Nappe Sebkha céréales et les fourrages si de l’eau est
Pluie
Salinisation disponible. La typologie des exploita-
tions a été construite en fonction du
mode d’accès à l’eau, de la taille et des
Figure 1. Image satellite de la zone d'étude avec les différents acteurs et le modèle hydrologique.
activités de production. Nous avons
distingué sept types (tableau 3) : les
Figure 1. Satellite image of the Rouissat plain with actors and a hydrologic model. quatre premiers types accèdent à la
nappe via des puits et forages, un type
utilise des motopompes sur l’oued, un
Représentation logie, nous avons réalisé une enquête autre utilise des sources, et le dernier
sur un échantillon de 110 exploita- type pratique l’épandage de crue. Les
des usages agricoles tions. La majorité des exploitations exploitations de type « puits éloigné »
et du fonctionnement (40 %) a une taille inférieure à 10 (par rapport au barrage et à l’oued)
hydrologique hectares (tableau 1). Les céréales et les sont plus rapidement concernées par
fourrages, destinés à l’élevage, domi- la baisse de la nappe que celles de
La représentation des activités agrico- nent l’assolement (environ 70 % de la type « puits proche ». Les performances
les dans la plaine repose sur une surface totale) (tableau 2). L’intensifi- de chaque activité de production
typologie des exploitations agricoles cation s’effectue par le maraı̂chage agricole ont également été caractéri-
et activités de production (Poussin et (10 % de la surface totale) et les sées en termes de consommations
al., 2008). Pour construire cette typo- plantations d’olivier (10 % de la – notamment d’eau – et de produc-
tions unitaires. La conduite des cultu-
res peut être plus ou moins intensive.
Tableau 1. Répartition des exploitations de l'échantillon par classe Les cultures irriguées ont ainsi des
de taille. rendements et des consommations en
eau plus ou moins forts selon leur
Table 1. Farming systems distribution. conduite.
Les travaux de Béji (1998) ont permis
Classe de taille (hectares) Nb exploitants % SAU (ha) % de construire une représentation sim-
plifiée du fonctionnement hydro-
0 à 10 44 40 285 12,6 logique du bassin. Un modèle calcule :
11 à 20 29 26,4 419 18,6 – la recharge des retenues et de la
nappe en fonction de la pluviométrie
21 à 40 26 23,6 698 30,9 sur les deux sous-bassins ;
– la recharge artificielle de la nappe et
41 à 75 9 8,2 515 22,8 le débit dans l’oued engendrés par les
lâchers d’eau.
> 75 2 1,8 340 15,1 Ce modèle permet ainsi d’établir le
Total 110 100 2 257 100 volume total d’eau disponible pour
chaque mode d’accès à l’eau : sources,
SAU : surface agricole utile. motopompes sur l’oued, épandage de
Source : calculé sur l'échantillon. crue de l’oued et puits sur nappe.

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 107


Tableau 3. Les différents types d'exploitation, leur mode d'accès à Le jeu de simulation AquaFej
l'eau, leur nombre et leur surface moyenne.
Ce jeu met le gestionnaire de barrage
Table 3. Main characteristics of the different farms types (water access, strength et les agriculteurs en situation de
and average area). gestion de lâchers d’eau du barrage.
À partir de la pluviométrie hivernale, il
Type d'exploitation Mode d'accès à l'eau Nombre Surface (ha) établit la disponibilité de la ressource
Puits proches 1 puits 50 7 dans les retenues et la nappe. À partir
de la décision des lâchers d’eau, il
Puits proches 2 puits 30 20 détermine les volumes d’eau disponi-
bles pour chaque mode d’accès à la
loigne
Puits e s 1 puits 80 7 ressource. À partir des assolements
choisis (cultures d’hiver et d’été), il
loigne
Puits e s 2 puits 40 30 évalue l’impact de l’irrigation sur l’état
Source source 2 50 de la nappe et il calcule le revenu des
exploitations selon le niveau des
Groupe motopompe groupe motopompes 15 23 rendements et des prix. Ce jeu vise
ainsi à rendre compte des conséquen-
Épandage pandage
e 50 13 ces des décisions prises par les
joueurs, issues ou non de choix
collectifs et de négociations.
AquaFej se joue à 8 groupes de joueurs :
un gestionnaire de barrage et 7 groupes
d’agriculteurs irrigants représentant
chacun une exploitation type. Chaque
groupe d’agriculteurs dispose d’une
Règles du jeu Gestionnaire Groupe agriculteurs exploitation type caractérisée par une
des retenues taille et un mode d’accès à l’eau. Le
poids du groupe à l’échelle de la plaine
correspond à l’effectif des exploitations
Décision-1 Assolement cultures de ce type dans le territoire (tableau 3).
hiver et élevage Les quatre premiers groupes irriguent
Pluie-Hiver Niveaux des retenues par pompage dans la nappe via des
et de la nappe puits et forages. Les groupes 1 et 2 sont
Décision de lâchers proches des barrages, alors que les
groupes 3 et 4 en sont éloignés (ils sont
Disponibilité en eau donc plus rapidement atteints par une
baisse de la nappe). Les groupes 1 et 3
Décision-2 Assolement cultures ont de petites exploitations (moins de
printemps et été
10 hectares), alors que les groupes 2
et 4 ont des exploitations plus grandes
(10 à 20 hectares). Le groupe 5 irrigue
Demande en eau
depuis des sources, le groupe 6 irrigue à
l’aide de motopompes puisant dans
Demande globale en eau
l’oued, et le groupe 7 pratique l’épan-
Si demande Si demande dage de crue.
< offre eau > offre eau Le déroulement d’un tour de jeu suit
plusieurs étapes (figure 2). À
l’automne, chaque groupe de jou-
Pas Surexploitation eurs-agriculteurs détermine sa surface
de surexploitation cultivée en hiver et la taille de ses
troupeaux ovins et bovins. On consi-
Ajustement des rendements Rendements
dère que l’aléa climatique se résume à
des cultures irriguées la quantité de pluie tombée pendant
Agrégation des productions
l’hiver, laquelle permet de remplir les
retenues et de recharger la nappe. Au
Prix du marché Revenu printemps, selon les niveaux des
retenues et de la nappe, le joueur
gestionnaire de barrage établit en
Figure 2. Les différentes étapes du jeu AquaFej. concertation avec les joueurs agricul-
teurs, une politique de lâchers. Des
Figure 2. Different stages of the AquaFej game. « quotas » d’eau sont alors alloués aux

108 Cah Agric, vol. 20, n81-2, janvier-avril 2011


remplacés. Nous avions prévu une
séance de jeu sur deux journées avec
un représentant du gestionnaire du
barrage (CRDA) et des représentants
de chaque exploitation type. Mais au
dire de l’Administration, mobiliser les
agriculteurs plus d’une journée était
impossible.

Résultats : le déroulement
de la séance de jeu
Figure 3. Les agriculteurs pendant le jeu de simulation.
Une dizaine d’agriculteurs du GDA
Figure 3. Farmers playing the AquaFej game.
d’El Fej ont été invités à l’automne
2008 par le CRDA de Kairouan pour
une séance de jeu (figure 3). Aucun
sept groupes d’usagers. Cette poli- permet d’ajuster les prix selon une loi lâcher d’eau n’avait eu lieu depuis
tique de lâchers et ces quotas font offre-demande. Le revenu de chaque 2006 et une forte tension existait entre
l’objet de négociations entre les jou- exploitation type peut ensuite être GDA et CRDA. Pour les agents du
eurs. Les joueurs agriculteurs décident calculé sur la base de sa production et CRDA, le remplissage insuffisant des
ensuite des surfaces cultivées et irri- selon le niveau des prix agricoles. retenues était la cause de cet absence
guées, en respectant ou non les quotas On peut faire autant de tour de jeu que de lâchers. Pourtant, le modèle hydro-
qui leur ont été alloués. Les surfaces souhaité ; tout dépend de la disponi- logique d’AquaFej montrait un rem-
des cultures irriguées déterminent les bilité des joueurs. Multiplier les tours plissage correct avec la pluviométrie
besoins en eau de chaque exploitation de jeu permet par exemple d’observer enregistrée en 2007-2008 – et donc la
type. Ces besoins sont agrégés à « l’apprentissage » des joueurs et possibilité d’effectuer des lâchers – et
l’échelle du territoire et comparés l’évolution de la ressource en eau. l’observation directe du remplissage
aux ressources disponibles. En cas des retenues confirmait ce résultat
de surexploitation, les rendements simulé. Le jeu AquaFej – conçu autour
sont ajustés en fonction du déficit Préparation de la séance de la gestion de ces lâchers – semblait
hydrique et les joueurs discutent de de jeu avec les acteurs alors inadapté pour rendre compte de
l’établissement ou non d’une taxe de la situation que vivaient les agricul-
surexploitation. Les productions des La séance de jeu a eu lieu en 2008, teurs, et réaliser une séance réunissant
exploitations types sont ensuite agré- alors que les agents du CRDA à GDA et CRDA était difficilement
gées sur l’ensemble du territoire ; cela l’origine de la demande avaient été envisageable.

Tableau 4. Choix des assolements selon les deux scénarios avec ou sans lâchers d'eau.
Table 4. Cropping patterns chosen by farmer-players according to the water allocation.

Scénario 1 : sans lâchers Scénario 2 : avec lâchers

Cultures d'hiver Maraichage Cultures d'hiver Maraichage


(ha) (ha) (ha) (ha)

Types Surface irriguée pluviale irriguée pluviale


d'exploitations (ha)

Puits proches 1 7 4 3 3,5 3,25

Puits proches 2 20 7 5 6 4 4 10
loigne
Puits e s 1 7 4 3 (-) 4 (+) 3 (+)
loigne
Puits e s 2 30 8 5 7 (-) 9 5 6 (+)

Source 50 8 35 1 5 38 1

Groupe motopompe 23 8 5 11 3 5

Épandage 13 7,5 3 5

Les signes (+) et (-) indiquent une conduite plus ou moins intensive.

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 109


Étant donné le peu de temps dispo- nouvelle gouvernance suppose la
nible pour les séances de jeu et les Discussion et mobilisation de tous les acteurs non
tensions entre acteurs, nous avons seulement pendant la construction du
choisi de tester avec les agriculteurs conclusion jeu, mais surtout lors de son utilisation.
seuls deux scénarios sous les mêmes En 2005, la motivation de certains
conditions de pluviométrie hivernale Les éléments qui constituent la base de agents du CRDA a permis de lancer la
(350 mm, correspondant à une plu- notre jeu de simulation ont été validés démarche ; leur démotivation en 2008
viométrie moyenne), avec un seul tour lors des séances collectives avec les l’a empêché d’aboutir.
de jeu pour chacun. Le scénario 1, sans agriculteurs. Ces derniers ont rapide- Cette démarche fondée sur un jeu de
lâcher d’eau permet d’exploiter ment accepté la représentation du simulation est « lourde », puisque qu’elle
1,2 million de m3 d’eau, dont la moitié système, c’est-à-dire les éléments du nécessite la construction de modèles.
disponible dans la nappe ; le scéna- modèle hydrologique et les représen- Peut-être qu’une démarche fondée sur
rio 2, avec des lâchers d’eau, permet tations des systèmes de production l’usage de jeux de rôles, plus légère,
d’exploiter 1,7 million de m3 d’eau, (nombres d’agriculteurs, types définis, aurait été mieux adaptée à cette
dont les trois quarts dans la nappe. cultures et marges proposées. . .). Au situation. En effet, le Collectif
Après une présentation du jeu et des cours des discussions pendant la ComMod (2006) souligne que le jeu
modèles mobilisés, les agriculteurs ont séance de jeu, il est apparu qu’un de rôle vise à révéler la dissymétrie
commencé à jouer. Les choix d’asso- agriculteur « bien placé » avait installé d’information et à instaurer des rela-
lement des différents groupes sont une station de pompage dans les tions entre les divers acteurs ayant des
rassemblés dans le tableau 4. Lorsqu’il retenues pour irriguer ses cultures points de vue divergents, sans les
y a des lâchers d’eau, les groupes maraı̂chères. Pour les agriculteurs, confronter à une vision externe du
motopompe et épandage qui exploi- c’est ce qui expliquait l’absence de fonctionnement de leur système, via
tent l’oued peuvent irriguer des céréa- lâchers depuis 2006 malgré le rem- des modèles très contextualisés. Néan-
les. En absence de lâcher, un faible plissage des retenues. moins, quel que soit le type de jeu
débit demeure dans l’oued et permet Les deux catégories d’acteurs ont retenu, la démarche requiert une pré-
au groupe motopompe de faire un peu montré deux comportements opposés sence importante des concepteurs sur
de maraı̂chage irrigué. Le groupe vis-à-vis du jeu. D’un côté, les agricul- le terrain afin de maintenir le lien avec
source, quant à lui, a toujours de teurs du GDA étaient très intéressés car tous les acteurs et entretenir leur
l’eau disponible. Mais le débit des ce jeu leur permettait de corriger en motivation.
sources étant lié au remplissage des leur faveur le déséquilibre d’informa- Les approches participatives sont
retenues, cette disponibilité décroı̂t tions ; de l’autre, les agents du CRDA attractives pour la discussion entre
lorsqu’il y a des lâchers. Il est donc perdaient de leur pouvoir puisque le acteurs (Castella et al., 2005) mais sont
logique que ce groupe réduise la jeu proposait une gestion des retenues étroitement liées au contexte et à la
surface irriguée dans le scénario 2. négociée avec les agriculteurs. diversité des acteurs impliqués, et sont
En absence de lâcher (scénario 1), les Kuper et al. (2009) soulignent qu’une extrêmement aléatoires (Kooiman,
groupes qui disposent de puits main- meilleure gouvernance de l’eau néces- 2003). Même quand on constate un
tiennent des cultures irriguées (maraı̂- site d’associer les agriculteurs aux succès, il est nécessaire de vérifier sa
chage et céréales). Cela permet processus de coordination et/ou de durabilité au-delà du projet de recher-
d’assurer la rentabilité des investisse- négociation de manière à accroı̂tre che, comme pour les recherches-
ments (forage et matériels d’irrigation leurs capacités d’adaptation face aux actions (Fung, 2003 ; Pahl-Wostl,
au goutte à goutte) même si cela changements socio-économiques et 2002). &
conduit à surexploiter la nappe. En cas environnementaux à l’échelle du sys-
de lâchers, ils augmentent largement tème global à gérer. Dans le même
la surface irriguée, en accroissant et en esprit, ce jeu avait été conçu à la Remerciements
intensifiant le maraı̂chage au détri- demande d’agents de l’Administration Ce travail a été réalisé dans le cadre de deux
ment des céréales. Les agriculteurs ont pour réfléchir aux modalités d’une projets européens du 6e Programme cadre
montré un grand intérêt pour ce jeu et gestion concertée de la ressource de recherche et de développement techno-
ont déclaré leur souhait de réfléchir à entre CRDA et GDA. Cette expérience logique (PCRDT) AquaStress coordonné en
l’avenir avec cette approche par démontre que la coopération des Tunisie par Zohra Lili Chabaane (Institut
simulation. agents de l’Administration – qui peu- agronomique de Tunis, Inat) et Wademed
Le lendemain, nous avons présenté le vent changer sur le territoire – est coordonné en Tunisie par Mohamed Salah
jeu ainsi que son déroulement de la indispensable à ce processus. Bachta (Inat). Nous remercions les agricul-
veille avec les agriculteurs du GDA, Une démarche fondée sur un jeu avec teurs et agents du CRDA de Kairouan qui
aux agents du CRDA. Nous souhai- les acteurs nécessite un travail impor- ont participé au jeu AquaFej.
tions que les agents du CRDA mon- tant et long, et la coopération de tous
trent le même intérêt que les les acteurs. La motivation de certains
agriculteurs afin qu’ils s’approprient d’entre eux, agriculteurs et/ou agents
le jeu et reproduisent des séances avec de l’Administration, tout au long du
les agriculteurs des GDA. Malheureu- processus est un gage de succès Références
sement, les agents du CRDA n’ont pas (Imache et al., 2009 ; Bouarfa et al., Affisco JF, 2000. My experiences with simulation/
montré beaucoup d’intérêt ni pour le 2011). Utiliser le jeu AquaFej pour gaming – 5 years further down the road. Simulation
jeu ni pour les modèles mobilisés. préparer la mise en place d’une & Gaming 31 : 42-7.

110 Cah Agric, vol. 20, n81-2, janvier-avril 2011


Barreteau O, le Page C, D'Aquino P, 2003. The joint d'Aquino P, Le Page C, Bousquet F, Bah A, 2003. Le Goulven P, Leduc C, Bachta MS, Poussin JC,
use of role-playing games and models regarding Using self-designed role-playing games and a multi- 2008. Sharing scarce resources in a Mediterranean
negotiation processes: characterization of associa- agent system to empower a local decision-making river basin: Wadi Merguellil in Central Tunisia. In :
tions. Journal of Artificial Societies and Social process for land use management: the selfcormas Molle F, Wester P, eds. River Basins: Trajectories,
Simulation 6. http://jasss.soc.surrey.ac.uk/6/2/3. experiment in Senegal. Journal of Artificial Socie- Societies, Environments. Comprehensive Assess-
html. ties and Social Simulation 6. http://jasss.soc. ment of Water Management in Agriculture Series,
surrey.ac.uk/6/2/10.html. 8. Colombo (Sri Lanka) ; Wallingford (Great Britain) :
Béji R, 1998. Ressources en eau et hydrogéologie IMWI ; CABI editions.
du système aquifére de Fej-Rouissat. Mémoire Fung A, 2003. Survey article: recipes for public
d'ingénieur, École supérieure des ingénieurs de spheres: eight institutional design choices and their Mahé G, Paturel J, Servat E, Conway D, Dezetter A,
l'équipement rural, Medjez Elbeb, Tunisie. consequences. The Journal Of Political Philosophy 2005. The impact of land use change on soil water
11 : 338-67. holding capacity and river flow modelling in the
Bouarfa S, Brunel L, Granier J, Mailhol JC, Morardet Nakambe River, Burkina-Faso. Journal of Hydrology
S, Ruelle P, 2011. Évaluation en partenariat des Imache A, Dionnet M, Bouarfa S, Jamin JY, Hartani 300 : 33-43.
stratégies d'irrigation en cas de restriction des T, Kuper M, et al., 2009. Scénariologie participa-
prélèvements dans la nappe de Beauce (France). tive : une démarche d'apprentissage social pour Mayer I, De Jong M, 2004. Combining GDSS and
Cah Agric 20 : 124-9. doi: 10.1684/agr.2010.0461. appréhender l'avenir de l'agriculture irriguée dans la gaming for decision support. Group Decision and
Mitidja (Algérie). Cah Agric 18 : 417-24. doi: Negotiation 13 : 223-41.
Carton L, Karstens S, 2002. The W4S game: 10.1684/agr.2009.0324.
exploring the future of consequences of water Pahl-Wostl C, 2002. Towards sustainability in the
management. In : Mayer I, Veeneman W, eds. Games Kooiman J, 2003. Governing as governance. water sector – The importance of human actors and
in a world of infrastructures. Simulationgames for London : Sage Publications. processes of social learning. Aquatic Sciences 64 :
research, learning and intervention. Delft : Eburon. 394-411.
Kuper M, Dionnet M, Hammani A, Bekkar Y, Garin
Castella JC, Tran Ngoc T, Boissau S, 2005. P, Bluemling B, 2009. Supporting the shift from Poussin JC, Imache A, Béji R, Le Grusse P, Ben
Participatory simulation of land-use changes in state water to community water: lessons from a Mihoub A, 2008. Exploring regional irrigation water
the Northern Mountains of Vietnam: The combined social Learning approach to designing joint irriga- demand using typologies of farms production units:
use of an agent-based model, a role-playing game, tion projects in Morocco. Ecology and Society 14 : an example from Tunisia Agricultural Water Mana-
and a geographic information system. Ecology and 19. gement. Agricultural Water Management 95 : 973-
Society 10 : 27. 83.
Le Bars M, Le Grusse P, 2008. Use of a decision
Collectif ComMod, 2006. Modélisation d'accompa- support system and a simulation game to help Thoyer S, Morardet S, Rio P, Simon L, Goodhuc R,
gnement. Modélisation et simulation multi-agents: collective decision-making in water management. Rausser G, 2001. A bargaining model to simulate
applications aux sciences de l'homme et de la Computers and Electronics in Agriculture 62 : negotiations between water users. Journal of
société. Londres : Hermes sciences. 182-9. Artificial Societies and Social Simulation 4 : 23.

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 111


Étude originale

Valeurs d'usage ou performances techniques :


comment apprécier le rôle des petits barrages
en Afrique subsaharienne ?

Jean-Philippe Venot1 Résumé


Philippe Cecchi2 Devenus une réalité des paysages de l’Afrique subsaharienne, les petits barrages ont
1
International Water Management Institute trouvé preneurs au sein des sociétés rurales et constituent une source d’innovations
(IWMI) techniques et institutionnelles. Ils font maintenant l’objet d’une demande continue des
PMB CT 112 populations et bénéficient du soutien des décideurs nationaux et de l’attention des
Cantonments bailleurs de fonds, même si les analyses-diagnostics s’accordent sur le fait que les
Accra
performances de ces aménagements déçoivent généralement les attentes placées en eux
Ghana
<j.venot@cgiar.org> par leurs promoteurs. Cet article propose une grille d’analyse de cette apparente
2
contradiction. Les populations locales utilisent les réservoirs pour de multiples activités
IRD mais rarement comme l’envisageaient les décideurs et bailleurs de fonds. Les analyses
UMR G-Eau
Cemagref-Hortus classiques ne semblent donc pas rendre compte des réelles valeurs d’usage de ces
361, rue J-F Breton aménagements, tant à l’échelle locale que régionale (bassin-versant). Mesurer les
BP 5095 opportunités et les risques liés à l’utilisation des petits barrages et à l’intensification de
34196 Montpellier cedex 5 leurs usages nécessite de les considérer comme des construits sociaux, objets de
France revendications diverses et d’usages parfois conflictuels. Ils entraı̂nent une reconfiguration
<Philippe.Cecchi@ird.fr> tant des relations sociales que des rapports que les sociétés entretiennent avec leur
environnement.
Mots clés : Afrique subsaharienne ; aménagement du territoire ; barrage ; évaluation ;
innovation.
Thèmes : eau ; économie et développement rural ; ressources naturelles et
environnement.

Abstract
Use-value or performance: Towards a better understanding of small reservoirs in sub-
Saharan Africa
Small reservoirs are a reality of rural sub-Saharan Africa. They trigger technical and
institutional innovations, appear to be in high demand among local communities, and
remain popular on the agendas of national policy-makers and international development
partners in spite of recurrent analyses highlighting that these systems function well below
the expectations of their promoters. This paper proposes an analytical framework to
understand this apparent contradiction. Local communities do make use of small
reservoirs in many ways but not always as implied by policy discourses and development
strategies. Social, eco-technical and managerial analyses would then not disclose the real
use-value of these innovations at either the local or the regional (watershed) scales.
Understanding the opportunities and risks linked to an intensification of the multiple uses
of small reservoirs requires considering them as rural development and planning
interventions. They induce changes in the relations that societies nurture with their
doi: 10.1684/agr.2010.0457

Pour citer cet article : Venot JP, Cecchi P, 2011. Valeurs d'usage ou performances techniques :
comment apprécier le rôle des petits barrages en Afrique subsaharienne ? Cah Agric 20 : 112-7.
doi : 10.1684/agr.2010.0457
Tirés à part : J.-Ph. Venot

112 Cah Agric, vol. 20, n81-2, janvier-avril 2011


environment and catalyze new and multiple claims and uses that sometimes appear
conflictual and irreconcilable.
Key words: evaluation; innovation; land use planning; subSaharan Africa; water reservoirs.
Subjects: economy and rural development; natural resources and environment; water.

L
es agricultures pluviales et irri- des petits barrages d’Afrique subsaha- posée par Bos et al. (2005) permet de
guées font face au défi de rienne dans leur vocation multifonc- présenter les critères les plus commu-
produire plus, de façon durable, tionnelle. Nous proposons ensuite un nément utilisés (tableau 1). De telles
parfois avec moins d’eau. L’accroisse- cadre d’analyse intégrateur de leurs études restent souvent techniques et
ment de la productivité – des terres, de multiples dimensions territoriales et managériales et ne permettent pas
l’eau, du travail comme du capital environnementales. Au-delà de simples d’appréhender les dynamiques socia-
investi – est activement recherché, mais infrastructures, ce cadre d’analyse les les complexes qui se développent au
l’efficience des systèmes de production pose comme des construits sociaux. La sein des systèmes irrigués
et des aménagements hydro-agricoles conclusion souligne les futures étapes (Molden et al., 2007). La reconnais-
est abondamment critiquée. L’évalua- de recherche : il ne s’agit pas ici sance des aménagements par les
tion des performances et les critères d’élaborer des outils pratiques ou de acteurs locaux, leur intégration dans
retenus pour ce faire paraissent toute- donner des exemples concrets mais de les systèmes de production, et les
fois peu satisfaisants (Molden et al., proposer un cadre d’analyse systé- processus d’innovation qui s’y déve-
2007). Une meilleure perception des mique des petits aménagements loppent, sont pourtant centraux, tant
opportunités et des contraintes est hydro-agricoles en Afrique subsaha- les résistances sociales peuvent en
nécessaire, surtout pour la petite irriga- rienne. obérer l’exploitation et la durabilité.
tion qui reste sous-étudiée au regard
des grands aménagements hydrauli-
ques. Reconsidérer les aménagements Évaluation Participation et performance
hydro-agricoles, et les petits barrages institutionnelles
en particulier, comme des socioéco-
systèmes peut permettre une meilleure
des performances Suite aux sécheresses des années
compréhension de leurs utilisations en irrigation 1970 et 1980 et aux controverses
multiples et donc une meilleure appré- concernant les grands aménagements
ciation de leurs valeurs d’usage. La hydrauliques, l’attention s’est tournée
première partie de cet article fait une Performances techniques, vers la « petite irrigation ». Son
synthèse rapide des approches existan- économiques potentiel agronomique était identifié
tes pour évaluer les performances des et managériales de longue date et sa taille semblait
systèmes d’irrigation. Dans une deu- compatible avec son appropriation
xième partie, nous soulignons pour- Les facteurs influençant la perfor- locale comme avec les politiques de
quoi ces analyses sont insuffisantes mance des systèmes d’irrigation sont décentralisation. L’importance des
pour appréhender les valeurs d’usage bien connus. La grille d’analyse pro- dimensions sociales et institutionnel-
les dans la gestion des systèmes
Tableau 1. Critères de performance des systèmes irrigués (d'après irrigués est désormais largement
Ostrom, 1990 et Bos et al., 2005). reconnue et un consensus s’est
imposé : une action collective expli-
Table 1. Performance criteria for the assessment of irrigation projects (after cite et durable est nécessaire pour leur
Ostrom, 1990 and Bos et al., 2005). bonne performance. En outre, de
nombreux auteurs soulignent le
Critères communément utilisés besoin d’une professionnalisation
Techniques Environnementaux des agriculteurs et d’un soutien ins-
« Rendement » global de l’aménagement titutionnel fort (Rigourd et al., 2002 ;
Efficience multiniveaux (périmètre /champ) Participation/Action collective Poussin et Boivin, 2002). D’autres se
Efficience du système de distribution Clarté sont attachés à comprendre les déter-
Efficience organisationnelle Équité minants et conséquences de l’action
Efficience de la maintenance Adaptabilité collective en termes de gestion des
Économiques et productifs Transparence ressources naturelles (Baland et
Viabilité financière Respect des règles Platteau, 1996). Ostrom (1990) a ainsi
Efficacité opérationnelle des gestionnaires Résolution des conflits proposé huit principes directeurs pour
Satisfaction des usagers vis-à-vis du service Autonomie
Coût relatif de l’eau Multiples niveaux emboîtés de responsabilités
guider l’analyse institutionnelle de la
Système de production gestion des biens communs que sont
Avantage comparatif de l’irrigation les systèmes d’irrigation (tableau 1).
En considérant les communautés

Cah Agric, vol. 20, n8 1-2, janvier-avril 2011 113


comme point d’entrée, ces études ne humides pose néanmoins des ques- Les petits barrages :
permettent toutefois que rarement de tions sanitaires et environnementales
comprendre les hétérogénéités (Boelee et al., 2009). structuration et appropriation
concernant la distribution des bénéfi- Construits dans leur majorité il y a près de l'espace
ces et des risques en leur sein, offrant de 30 ans pour remédier aux consé-
ainsi une vision simplifiée des dyna- quences de sécheresses récurrentes au À l’instar des projets de gestion des
miques sociales suscitées par la petite Sahel, les petits barrages font depuis territoires qui se sont développés
irrigation. Les perceptions, motiva- lors l’objet d’une demande constante depuis les années 1990 en Afrique
tions et jeux complexes entre acteurs, de la part des populations locales. de l’Ouest (Bassett et al., 2007), les
pratiques et technologies qui en Depuis une quinzaine d’années envi- petits barrages doivent être perçus
définissent la réalité ne sont finale- ron, les gouvernements y voient une comme de véritables objets d’aména-
ment que peu considérés. Il en va de opportunité en termes de sécurité gement du territoire. Ils apparaissent
même pour les liens entre les commu- alimentaire par le biais d’une intensi- comme un vecteur de changement
nautés et autres sphères de prise de fication de leurs usages, une considé- social et de mutation des réalités
décision, a fortiori dans le contexte ration centrale pour des bailleurs de rurales mais constituent simultané-
désormais généralisé de décentralisa- fonds qui continuent de financer de ment de véritables enjeux de pouvoirs
tion des structures d’encadrement tels aménagements. Le Fond interna- disputés à diverses échelles par de
(communalisation, gestion intégrée tional pour le développement de multiples acteurs. Ils s’accompagnent
des ressources en eau). l’agriculture et la Banque africaine en effet d’une reconfiguration et
de développement planifient par éventuellement d’une réappropriation
exemple la construction/réhabilitation de l’espace en lien avec les dynami-
ques d’utilisation des ressources qu’ils
Pour un nouveau de 50 petits barrages pour près de
30 millions de dollars dans le Nord du rendent disponibles. Les conséquen-
ces d’une telle restructuration en
cadre d'analyse Ghana d’ici 2015-2020, confirmant
termes de gestion durable et équitable
ainsi les investissements réalisés
des petits barrages depuis le début des années 1990. Au restent toutefois à déterminer tant les
Burkina Faso, ce sont plus de 60 petits objectifs nationaux d’aménagement et
barrages qui ont été construits/réha- de contrôle de l’espace sont rarement
Des systèmes petits, bilités depuis l’an 2000 pour un