Vous êtes sur la page 1sur 5

Communiqué de presse

Toulouse, le 13 juin 2022

Collectif des Psychiatres Publics de la Haute-Garonne

Les psychiatres et pédopsychiatres de Haute-Garonne répondent à l’article du 1er juin dans


la Dépêche du Midi intitulé : “Dans les hôpitaux et cliniques de Haute-Garonne, les services
d'urgence préparent un plan d'action pour l'été”.

https://www.ladepeche.fr/2022/05/31/dans-les-hopitaux-et-cliniques-de-haute-garonne-les-se
rvices-durgence-preparent-un-plan-daction-pour-lete-10329817.php#:~:text=Sant%C3%A9-,
Dans%20les%20h%C3%B4pitaux%20et%20cliniques%20de%20Haute%2DGaronne%2C%
20les%20services,d'action%20pour%20l'%C3%A9t%C3%A9&text=L'%C3%A9t%C3%A9%2
0s'annonce%20tendu,est%20pour%20l'instant%20ma%C3%AEtris%C3%A9e.

On y lit : “En Haute-Garonne, ni fanfaronnade, ni alerte rouge. La situation semble pour


l’instant sous contrôle “, et plus loin : “pour l’instant, il n’y a pas d’absentéisme médical et
paramédical dans nos urgences et nous ne sommes pas dans le cadre d’un hôpital en
tension”.

Le lundi 6 juin, un mouvement de grève contraint les urgences de Toulouse à n’accueillir que
les urgences vitales. Grève qui va se répéter à partir du 13 juin : Toulouse : en grève, les
urgences du CHU n’accueillent que les urgences vitales (lemonde.fr)

Les psychiatres et pédopsychiatres de Haute-Garonne veulent faire connaître la situation


des urgences psychiatriques du CHU de Toulouse, qui depuis plus de deux ans connaissent
un manque médical sans précédent avec seulement deux postes de psychiatres temps plein
pourvus sur les six nécessaires, et maintenant un manque de personnel infirmier, ce qui
contraint à fermer la moitié des lits d’accueil aux urgences psychiatriques sans pour autant
diminuer l’afflux de patients ! L'afflux a même augmenté par rapport aux années
précédentes, témoignant de la souffrance psychique de la population et des grandes
difficultés des dispositifs de soins ambulatoires à prendre en charge les patients dans des
délais acceptables.

Tous les jours, des personnes sont hospitalisées après évaluation médicale dans des locaux
non prévus à cet effet. Certain(e)s patient(e)s attendent sur des brancards dans des salles
de consultation ou dans des couloirs, sans accès à une salle de bain, parfois pendant
plusieurs jours de suite, avant d’être orienté(e)s sur un service d’hospitalisation habilité à les
recevoir car la filière est en tension depuis plusieurs années. Ces conditions sont
inhumaines.
Les psychiatres et infirmiers doivent, même dans ces conditions, pouvoir accueillir, évaluer
et soigner des patients aux maux multiples : en crise suicidaire, en état d’agitation, en
dépression sévère, parfois désorientés. Ces patient(e)s peuvent être de jeunes
adolescent(e)s qui rencontrent des professionnels du champ psychique pour la première
fois.
D’un autre côté, des patients sortent des urgences avec une orientation pour un suivi
spécialisé en ville, avec des délais de plusieurs mois et parfois même sans possibilité de
suivi spécialisé. Il y a une perte de chance pour les patients qui ne reçoivent pas les soins
dont ils auraient besoin. Nous sommes contraints à un triage drastique des patients qui
relèvent d'indications d’hospitalisation pour limiter l'engorgement. Il y a aussi une prise de
risque pour les soignants comme pour les patients du fait de la fragilisation de nos espaces
d’accueil : risque de violences, de fugues, de (sur)-recours à la contention dans des pièces
non prévues à cet effet, etc.

Cette situation touche également les urgences pédopsychiatriques où la crise du Covid et


ses effets sur la santé mentale des enfants et adolescents a conduit à une dégradation sans
précédent des conditions de prise en charge des patients et des conditions d'exercice des
équipes. Dans ce contexte, et ce malgré les aménagements réalisés, l'inadéquation entre
les moyens proposés en service pédiatrique et les besoins amène à la systématisation
d'une moindre prise en compte des besoins des patients et de leur famille. Il est parfois
impossible de proposer plus d'un entretien de vingt minutes par jour à un adolescent en
crise suicidaire ce qui conduit à une aggravation des risques et à des incidents en service.
Cela participe à la multiplication de contentions de jeunes patients observée ces derniers
mois.

La situation actuelle aux urgences (psychiatriques comme générales) est simplement le


reflet des difficultés d’accès aux soins des patients. En effet, il manque de lits “d’aval” pour
hospitaliser les patients, qui restent donc souvent plusieurs jours aux urgences. Le nombre
d’entrées de patients à hospitaliser par jour est donc plus important que le nombre de
transferts par jour. Il manque également des possibilités de prises en charge “en amont”
(parfois absence d’accès à des soins spécialisés en libéral, en CMP, auprès de médecins
généralistes ou alors avec des délais très importants).

L’analyse des causes ayant mené à cette situation fait débat, mais le constat est unanime :
les conditions d’accueil des patients sont extrêmement dégradées, et les professionnels
quittent les services épuisés, ne trouvant plus de sens à leur travail. On peut rejoindre le
constat formulé par 75 soignants en psychiatrie, lançant un appel à la Ministre de la Santé,
dans le Parisien le 30 mai :
https://www.leparisien.fr/societe/sante/le-sos-des-psychiatres-lance-a-la-premiere-ministre-3
0-05-2022-IXIHFMSPXFGK3ASUR7OPC2ZOAI.php

Cette situation inacceptable continue chaque jour de se renouveler.


L’été annonce une nouvelle dégradation avec un planning incomplet pour le service de jour
et de nombreux jours en sous effectif médical dont certains sans disponibilité médicale pour
assurer l’accueil des patients.
Les psychiatres sont démunis, nous n’avons aucun moyen à notre échelle pour améliorer la
situation. Nous en sommes témoins, et avons déjà alerté par ce Collectif en 2019.
https://www.ladepeche.fr/2019/11/14/toulouse-apres-les-demissions-a-lhopital-des-enfants-9
6-psychiatres-lancent-a-leur-tour-un-sos,8540880.php

La filière psychiatrie des Hôpitaux de Toulouse est fortement en tension, et ce depuis


plusieurs années. Malheureusement les réponses apportées par les tutelles restent
insuffisantes compte tenu de l’ampleur des besoins en pédopsychiatrie et psychiatrie de
l’adulte.

Le Collectif des Psychiatres Publics de la Haute-Garonne

Dr Julie Andanson, pédopsychiatre, CHU de Toulouse.


Dr Célia Antoine, pédopsychiatre, CHU Toulouse.
Pr Christophe Arbus, psychiatre, CHU de Toulouse.
Dr Laurène Audouin, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Rolande Authier, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Pierre-Marie Astorg, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Simon Barthez, psychiatre, CHU de Toulouse.
Dr Céline Bascoul, pédopsychiatre, CHU de Toulouse.
Dr Amalia Bautrait, pédopsychiatre, pôle Guidance Infantile, Arseaa.
Dr Melissa Belinga, pédopsychiatre, pôle Guidance Infantile, Arseaa.
Dr Alice Belloc, psychiatre, CHU de Toulouse.
Dr Grégoire Benvegnu, pédopsychiatre, Praticien Hospitalier, CHU Toulouse.
Dr Barbara Bernheim-Le Coeur, pédopsychiatre, praticien hospitalier, CHU Toulouse.
Dr Zoulikha Berniac, Praticien Hospitalier, CH Gérard Marchant.
Dr Agnès Berthommier, pédopsychiatre, CHU de Toulouse.
Dr Clémence Bichet, psychiatre, CHU de Toulouse.
Dr Julien Billard, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Aziga Billot, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Mathilde Binson, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Diane Boisson-Ebrad, pédopsychiatre, pôle Guidance Infantile, Arseaa.
Dr Marianne Bonnet, pédopsychiatre, CH Marchant.
Dr Jérome Boucard, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Sabrina Boudou, pédopsychiatre, pôle Guidance Infantile, Arseaa.
Dr Emmanuelle Bougon, Praticien Hospitalier, CHU de Toulouse.
Dr Nathalie Bounhoure, psychiatre, CHU de Toulouse.
Dr Hélène de Brouwer, psychiatre, CHU de Toulouse.
Dr Christophe Brun, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Maguelonne Brunel, psychiatre, collectif saint Simon, Arseaa.
Dr Sophie Çabal Berthoumieu, pédopsychiatre, praticien hospitalier, CHU de Toulouse.
Dr Jocelyne Calvet-Lefeuvre, pédopsychiatre, chef de pôle, CH Gérard Marchant.
Dr Anne-Sophie Celma, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Catherine Chaix, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Marie Charras, psychiatre, CHU de Toulouse.
Dr Adeline Clénet, psychiatre, CHU de Toulouse.
Dr Ellynn Clerc, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Julie Collange, pédopsychiatre, CHU de Toulouse.
Dr Amélie Cournede, pédopsychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Stéphanie Cussot Charpentier, pédopsychiatre, CHU de Toulouse.
Dr Julien Da Costa, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Pierre Da Silva, pédopsychiatre, CHU de Toulouse.
Dr Henri de Grove, psychiatre, Praticien Hospitalier, CH Gérard Marchant.
Dr Olivia Dubroca, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Céline Dutech, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Marion Eck, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Cécile El Maghrabi Garrido, Praticien Hospitalier, CHU de Toulouse.
Dr Nadia El Ouadifi, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Karine Faure, psychiatre, CHU de Toulouse
Dr Magali Fernandez, pédopsychiatre, pôle Guidance Infantile, Arseaa.
Dr Ludivine Franchitto, pédopsychiatre, CHU de Toulouse.
Dr Marie Frère, pédopsychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Gabrielle Gach, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Emmanuel Gallet, Praticien Hospitalier, CH Gérard Marchant.
Dr Chloé Gauthier-Lafaye, pédopsychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Pierre Gavarret, Praticien Hospitalier, CH Gérard Marchant.
Dr Carole Gentilleau, pédopsychiatre, CHU de Toulouse.
Dr Ivan Gicquel, pédopsychiatre, pôle Guidance Infantile, Arseaa.
Dr Catherine Gilmer Lachaud, pédopsychiatre, pôle Guidance Infantile, Arseaa.
Dr Lise Giorno, pédopsychiatre, CHU de Toulouse.
Dr Elodie Glories Dauptain, pédopsychiatre, pôle Guidance Infantile, Arseaa.
Dr Thomas Gorse, pédopsychiatre, CHU de Toulouse.
Dr Tudi Goze, psychiatre, CHU de Toulouse.
Dr Lucia Guicharnaud, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Charlotte Hédoux, Praticien Hospitalier, CHU de Toulouse.
Dr Marc Henry, pédopsychiatre, CHU de Toulouse.
Dr Soraya Hiar, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Jeanne Huard, pédopsychiatre, CHU de Toulouse.
Dr Nathalie Jamot, psychiatre hospitalier, CH Gérard Marchant.
Dr Valérie Jeansen Boitel, Praticien Hospitalier, CHU de Toulouse.
Dr Bénédicte Jullian, Praticien Hospitalier, CHU de Toulouse.
Dr Vanessa Landreau, pédopsychiatre, pôle Guidance Infantile, Arseaa.
Dr Aurélia Laporte, pédopsychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Julie Lateyron, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Jean-Jacques Layani, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Clara Letamendia, psychiatre, praticien hospitalier, CHU Toulouse.
Dr Maya Levrat, praticien hospitalier, psychiatre, CH Gérard Marchant, Toulouse.
Dr Anna Levy, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Sylvie Lowy, pédopsychiatre, pôle Guidance Infantile, Arseaa.
Dr Geneviève Marchand-Hérissou, pédopsychiatre, Praticien Hospitalier, CHU de Toulouse.
Dr Pascal Marie, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Yolaine Martin, pédopsychiatre, pôle Guidance Infantile, Arseaa.
Dr Anjali Mathur, psychiatre, praticien hospitalier, CHU Toulouse.
Dr Laure Mesquida, pédopsychiatre, CHU de Toulouse.
Dr Juliette Metais, Praticien Hospitalier, CH Gérard Marchant.
Dr Justine Molinier, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Anne-Hélène Moncany, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Laurence Mourot, pédopsychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Marie-Claude Muret, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Nicolas Navarro, Praticien Hospitalier, CHU de Toulouse.
Dr Audrey Neauport, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Jean Olivier, psychiatre, CHU de Toulouse.
Dr Kathy Parera, psychiatre, Collectif Saint Simon, Arseaa.
Dr Anne Pasquier, pédopsychiatre, CHU de Toulouse.
Dr Camille Pellerin, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Mathilde Penault, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Christophe Perrault, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Anne Pinquier, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Samuel Porteau, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Catherine Préault, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Sophie Prebois, psychiatre, CHU de Toulouse.
Dr Charlotte Ragonnet, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Emilie Reffay , psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Gabrielle Rey, pédopsychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Louis Richaud, psychiatre, CHU de Toulouse.
Dr Julie Rieu, psychiatre, CHU de Toulouse.
Dr Pierre Rigal, pédopsychiatre, pôle Guidance Infantile, Arseaa.
Dr Virginie Rouch, Praticien Hospitalier, CHU de Toulouse.
Dr Aline Rouillon, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Jamal Samani, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Christine Sarramon Bacquie, psychiatre, CHU de Toulouse.
Dr Aurélia Scetbon, pédopsychiatre, pôle Guidance Infantile, Arseaa.
Dr Perrine Sermage, pédopsychiatre, pôle Guidance Infantile, Arseaa.
Dr Émilie Séyès, pédopsychiatre, Pôle Guidance Infantile, Arseaa.
Dr Céline Speicher, Praticien Hospitalier, CH Gérard Marchant.
Dr Marie Sporer, psychiatre, CHU de Toulouse.
Dr Cécile Stratonovitch, pédopsychiatre, pôle Guidance Infantile, Arseaa.
Dr Simon Taïb, Praticien Hospitalier, CHU de Toulouse.
Dr Marie Tardy, pédopsychiatre, CHU de Toulouse.
Dr Emmanuelle Teissier, pédopsychiatre, CHU Toulouse.
Dr Patricia Timsit, psychiatre,Praticien Hospitalier, CHU Toulouse.
Dr Bernard Tiret, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Anne-Laure Toureille, pédopsychiatre, CHU de Toulouse.
Dr Pauline Troyes, Praticien Hospitalier, CH Gérard Marchant.
Dr Geoffroy Valmy, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Garance Vamour, pédopsychiatre, pôle Guidance Infantile, Arseaa.
Dr Maxime Védère, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Nicolas Velut, psychiatre, Praticien Hospitalier, CHU de Toulouse.
Dr Aurore Vergnes, psychiatre, CH Gérard Marchant.
Dr Etienne Véry, psychiatre, CHU de Toulouse.
Dr Michel Vignes, Praticien Hospitalier, CHU de Toulouse.
Dr Magali Villoteau, Praticien Hospitalier, CH Gérard Marchant.

Vous aimerez peut-être aussi