Vous êtes sur la page 1sur 27

1

INFORMATIONS UTILES POUR LE DISTRIBUTEUR A BASE


COMMUNAUTAIRE EN SRMNEA

PILOTE MOMENTUM

Février 2018
2

I. NOTIONS SUR LE GENRE

1. DEFINITION DES CONCEPTS


1°Sexe :
Se réfère aux différences biologiques qui existent entre les femmes et les hommes et à la
différence corrélative entre leurs fonctions procréatives. Il décrit les caractéristiques
biologiques immuables et universelles des femmes et des hommes.

2°Genre :
A trait non à la différence, mais à la différentiation sociale et culturelle des sexes. IL fait
référence aux relations construites socialement entre les femmes et les hommes (p. ex,
époux/épouse), mais aussi entre femmes et femmes (mère/fille) et entre les hommes et les
hommes (père/fils).

3°Violence
Peut être définie comme l'utilisation de la force (ou menace de force) par un individu contre
un autre. La violence est souvent utilisée comme un moyen de contrôler une autre personne,
d'avoir un pouvoir sur lui.

4°La violence basée sur le genre


Elle se définit comme tout acte ou omission portant un préjudice en dépit de la volonté d’une
personne et qui résulte des distinctions entre homme et femme, adulte et enfant, jeune et
vieux.

5°La violence sexuelle


Est définie comme  « Tout acte sexuel, tentative pour d’obtenir un acte sexuel, commentaire
ou avances de nature sexuelle, ou actes visant à un trafic ou autrement dirigés contre la
sexualité d’une personne utilisant la coercition, commis par une personne indépendamment de
sa relation avec la victime, dans tout contexte, y compris, mais sans s’y limiter, le foyer et
travail »

2. DIFFERENTES FORMES DES VIOLENCES :

1° Les violences psychologiques sous une forme verbale ou non-verbale.


On parle de violence psychologique lorsqu’une personne adopte une série d’attitudes et de
propos qui visent à dénigrer et à nier la façon d’être d’une autre personne. Ces paroles ou ces
gestes ont pour but de déstabiliser ou de blesser l’autre. C’est nier l’autre et le considérer
comme un objet. Ces procédés sont destinés à soumettre l’autre, à le contrôler et à garder le
pouvoir.

2° Les violences physiques 


Cette forme de violence est la plus visible. Les violences physiques font référence aux coups
et blessures. L’agresseur utilise cette forme de violence quand la victime manifeste encore
trop d’indépendance à son goût, quand il n’a pas réussi à contrôler tous ses comportements. Il
passe à la brutalité et à la contrainte physique....
Lorsqu’on appelle la police ou les associations, c’est généralement à la suite d’une agression
physique.
3

3° Les violences sexuelles


La violence sexuelle se définit selon l’OMS comme : tout acte sexuel, tentative pour obtenir
un acte sexuel, commentaire ou avances de nature sexuelle, ou actes visant à un trafic ou
autrement dirigés contre la sexualité d’une personne en utilisant la coercition, commis par une
personne indépendamment de sa relation avec la victime, dans tout contexte, y compris, mais
sans s’y limiter, le foyer et le travail.
La violence sexuelle peut revêtir diverses formes, notamment : Le viol, le viol conjugal, la
mutilation sexuelle, l’attentat à la pudeur, l’excitation des mineurs à la débauche, la
stérilisation forcée, les mariages précoces, l’esclavage sexuel, le harcèlement sexuel, le
mariage forcé, la pornographie, la zoophilie, la transmission délibérée d’une IST incurable, la
pédophilie, le trafic et exploitation d’enfant à des fins sexuels, la grossesse et la maternité
forcées, l’avortement forcé, la prostitution, l’adultère, l’inceste

4* Les violences économiques :


Elles englobent l’interdiction de travailler, le travail forcé, la saisie du salaire et la détention
par un seul partenaire du pouvoir de décision concernant les ressources financières.

Genre : a trait non à la différence mais à la différenciation sociale et culturelle des sexes.
Il fait référence aux relations construites socialement entre les hommes et les femmes (époux
et épouse) et aussi entre femmes et femmes (mères et filles) et entre les hommes et les
hommes (pères et fils).
C’est une identité sociale que la société dans un contexte socio culturel, religieux et
économique donné confère aux hommes et aux femmes. Par conséquent cette Identité peut
changer :
Pour illustration :
Sexe Genre
Etre homme/femme Etre homme/femme
 C’est physique  C’est social
 Déterminé biologiquement  Déterminé socialement
 Innées  Acquises.
 Universel  Généralisé mais non universel
 Ne change pas (immuables)  Change et susceptible de se modifier encore.

Egalité : en terme des droits (à la vie, aux soins de santé, à l’éducation) ; Accès aux
opportunités et aux ressources

Approche de Masculinité positive :


C’est une approche qui consiste à intégrer l’égalité entre les femmes et des hommes dans une
vision de transformation des rapports inégalitaires entre les hommes et les femmes. Elle
permet de susciter des changements de comportements pour adopter ceux qui sont positifs
pour l’homme et pour la femme.
Implication du partenaire : Consiste à obtenir la participation et collaboration du partenaire
dans les taches exécutées par son partenaire pour une entraide mutuelle et le bien-être de la
famille.
Identification des rôles des genres /implication du partenaire

 Allaitement maternel  Changer les couches bébé  Faire entrer un revenu


Porter des pantalons Jouer au football Conduire un camion
Alimenter des enfants Laver des vêtements Faire le premier pas pour
Donner naissance Ejaculer demander un rapport sexuel
4

Menstruation  Préparer la nourriture Emmener les enfants à la


Se rendre dans un bar Entretenir un jardin vaccination
 Fendre le bois  Bercer un enfant Obtenir une vasectomie
 Faire la propreté de la  Se maquiller Aller à l'école
maison  Arranger le lit conjugal  Accompagner La femme à la
 Amener l’enfant à la  Donner les médicaments à CPN
CPS l’enfant  Accompagner et participer aux
séances de sensibilisation à la
PF
5

II. PERIODE PRENATALE

I.1. La consultation prénatale

a. La Périodicité ou moment de la CPN


La CPN commence dès le mois dont la femme est soupçonnée être en retard jusqu’à
la naissance du bébé, suivant le calendrier ci-après :

1. CPN 1 au 1er trimestre, avant la 12ème semaine d’aménorrhée jusqu’au plus tard à la 14 ème
SA (1 – 3 mois), ou dès que la femme pense qu’elle est enceinte :
 Elle permet de confirmer la grossesse ;
 Détecter les signes/symptômes du paludisme ou autres complications
 Identifier les maladies chroniques ;
 Estimer la date probable de l’accouchement / l’âge gestationnel et
 Déterminer si l’évolution de la grossesse est normale ;
 Impliquer déjà le partenaire et les influenceurs des ménages 

NB : Etant donné que la gestante arrivera au de la du 1èr trimestre, on doit considérer que
c’est sa 1ère visite. Par conséquent elle doit bénéficier des interventions du 1èr trimestre et
celles correspondant à l’âge de sa grossesse.
 Parler du plan d’accouchement
 Soutien psychologique et accompagnement de la fille par les membres de la famille
 En cas de grossesse issue de viol : orienter vers une structure de prise en charge

2. CPN 2, entre la 24 et la 28ème semaine d’aménorrhée (5-6 mois) 


 Détecter les signes/symptômes du paludisme et autres complications ou maladies ;
 Confirmer la date probable de l’accouchement ;
 Apprécier si l’évolution de la grossesse est normale.
 Impliquer déjà le partenaire et les influenceurs des ménages 
 Soutien psychologique et accompagnement de la fille par les membres de la famille
 Parler du plan d’accouchement

3. CPN 3, à la 32ème semaine d’aménorrhée (7 mois) ;


 Détecter les signes/symptômes du paludisme et autres complications ou maladies ;
 Parler du plan d’accouchement
 Confirmer la date probable de l’accouchement ;
 Apprécier si l’évolution de la grossesse est normale.
 Impliquer déjà le partenaire et les influenceurs des ménages 
 Soutien psychologique et accompagnement de la fille par les membres de la famille

4. CPN 4, à la 36ème semaine d’aménorrhée (8 mois).


 A détecter les signes/symptômes du paludisme et autres complications ou maladies ;
 Confirmer la date probable de l’accouchement ;
 Apprécier si l’évolution de la grossesse est normale.
 Rechercher une grossesse multiple évidente ou une présentation vicieuse à la
palpation,
 Evaluer le bassin
 Emettre le pronostic de l’accouchement par voie basse
 Impliquer déjà le partenaire et les influenceurs des ménages 
 Parler du plan d’accouchement
 Soutien psychologique et accompagnement de la fille par les membres de la famille
6

b. Avantages de se présenter au centre de sante dès qu’on soupçonne un retard des


règles :

 Confirmer la grossesse
 Décider sur le début des consultations prénatales
 Initier le dépistage du VIH/IST

c. Avantages de la CPN/ bénéfices

Conseiller aux femmes enceintes de se rendre au centre de santé pour :


 Se faire examiner, avoir les conseils et prescriptions pour sa santé et celle de son bébé.
 Adopter les pratiques préventives suivantes :
a. Se faire vacciner contre le tétanos ;
b. Prendre la dose indiquée de fer / acide folique pour éviter l’anémie ;
c. Enrichir ses repas (lait caillé, œufs, arachides, fruits) et dénoncer les interdits
alimentaires surtout pendant les 3 derniers mois de la grossesse et ajouter un repas
supplémentaire ;
 Se protéger ainsi que son nouveau-né contre le paludisme en dormant sous
moustiquaire imprégnée et en prenant la dose indiquée de médicaments contre le
paludisme ;
 Accepter le test de dépistage du VIH pour se protéger et protéger son enfant ;
 Prévenir les maladies et les complications survenant au cours de la grossesse, de
l’accouchement et du post partum
 Dépistage des maladies chez la femme enceinte
 Prise en charge des maladies survenant au cours de la grossesse
 Réduire la transmission du VIH de la femme enceinte et à l’enfant qu’elle porte
 Aider la femme enceinte et sa famille à développer un plan d’accouchement et de
complications
 Faciliter la référence à temps des gestantes, dans une FOSA proche
 Responsabilisation du partenaire par rapport à l’évolution de la grossesse jusqu’au
post partum et à la santé de l’enfant
 Donner l’information sur l’importance de la PEC des cas de viol dans les 72h
 Donner l’information sur l’existence et l’emplacement des structures de PEC
 Au cas où l’auteur est identifié, l’encourager à se faire dépister

La femme qui fréquente la CPN dans une structure sanitaire bénéficie de :
 Médicaments : Fer-folate, mébendazole, SP, MILD, VAT, ARV, cotrimoxazole,
céfixime, amoxicilline, benzatine benzylpenicilline, érythromycine, métronidazole en
comprimé ou ovule, papavérine 
 Kits test :
- Test de diagnostic rapide (TDR) du paludisme,
- Test RPR pour la syphilis,
- Tests rapides VIH,
- Test de groupage sanguin,
- A l’HGR, réactifs pour :
- Glycémie,
- Glycosurie
- Protéinurie
7

d. Les signes de danger chez une femme enceinte :


 La perte des eaux peut entraîner une infection grave pour la mère et son enfant
 La fièvre est grave car elle peut causer l’avortement ou l’accouchement prématuré ou
un mort-né.
 De violents maux de ventre peuvent indiquer des contractions qui peuvent entrainer un
avortement ou un accouchement prématuré
 Une respiration difficile de la femme enceinte a de lourdes conséquences sur la santé
de la mère et de l’enfant
 Les joues, le cou, les mains, et/ou les pieds enflés chez Une femme enceinte
constituent les signes de danger pour elle et son enfant
 La perte de sang peut-être le signe d’une complication de la grossesse.
 Des troubles de la vue constituent un danger pour la santé de la mère et de l’enfant
 La convulsion peut entrainer la mort de la mère et de l’enfant
 Maux de tête sévères,
 Œdème (Gonflement inhabituel des jambes, des bras ou du visage
 Diminution ou disparition des mouvements fœtaux
 Perte de liquide amniotique
 Perte de liquide malodorante
 Douleur en urinant
1) Les affections à dépister et à traiter
1 Anémie
2 Problèmes psychologiques : insomnie, psychose
3 Infection génitale et urinaire
4 Mastite
5 Lésion ignorée des parties molles
6 Mauvaise cicatrisation des plaies/sutures éventuelles
7 Troubles tensionnels (hyper ou hypotension)

e. Hygiène de vie (soins que la femme enceinte doit s’auto administrer à domicile)
 Se reposer davantage
 Prendre des comprimés de FAF
 Ne pas fumer ni boire l’alcool
 Dormir sous la MIILD
 Se laver les mains au savon ou à la cendre
 Ne doit pas porter d'objets lourds,
 Prendre une alimentation équilibrée
 Ne pas consommer de l’argile (Kaolin)
 Eviter de porter des chaussures à haut talon ou des habits serrés

f. Plan d’accouchement 
Le plan d’accouchement comprend les éléments suivants :
 Choix le lieu de l’accouchement (centre de santé ou hôpital)
 Identifier le centre de soins approprié le plus proche, en cas d’urgence
 Identifier le personnel qualifié
 Identifier un accompagnateur pour l’accouchement et en cas d’urgence
 Identifier une personne pour s’occuper de la maison pendant l’accouchement et en cas
d’urgence
 Planifier les fonds nécessaires pour couvrir les dépenses liées à l’accouchement et
autres cas d’urgence
8

 Prendre des dispositions pour le transport en cas d’accouchement normal au centre de


santé et en cas d’urgence
 Rendre disponibles les fournitures adéquates pour la naissance au centre de santé : un
kit d’accouchement propre, des vêtements propres et repassés pour la mère et le bébé,
du savon, de la nourriture et de l’eau pour la mère et la personne qui l’accompagne
 Identifier deux donneurs de sang en cas d’hémorragie

g. Prévention du VIH
Le dépistage permet à la femme enceinte de :
 Connaître son statut sérologique ;
 Bénéficier des conseils et mesures appropriées pour se protéger et protéger son futur
bébé ainsi que toute sa famille ; 
 Bénéficier des informations, soins, traitements et soutien appropriés.

h. Les méfaits de la toxicomanie : la toxicomanie peut provoquer


 Des malformations du NN ;
 Probabilité d’avoir un bébé de faible poids ;
 Négligence de la prise des médicaments essentiels,
 Oubli des RDV de la CPN
 Trouble de vue, digestif…

i. Enregistrement à l’Etat civil :


Encourager la femme à enregistrer l’enfant dès sa naissance à l’Etat civil, dans les 90jours
après sa naissance pour bénéficier de la gratuité du certificat de naissance.
L’enfant bénéficie : de la nationalité, la paternité, les droits inhérents à la protection de
l’enfant.

j. Alimentation de la femme enceinte / allaitante

Une femme enceinte a besoin d’une alimentation variée, équilibrée et suffisante pour
assurer sa bonne santé et la santé du bébé qu’elle porte.
Une femme allaitante a besoin d’une alimentation variée, équilibrée et suffisante
pour fournir de l’énergie et des éléments nutritifs pour elle et son bébé en pleine croissance.

Que doit consommer une femme enceinte /allaitante  :


 Du sel iodé pour aider au bon développement du cerveau et du corps de son bébé.
 Au moins un fruit par jour pour sa bonne santé.
 Du manioc trempé et séché pour éviter le konzo
 Et la capsule de vitamine A avant la sortie de la maternité
Encourager la femme enceinte d’avoir une alimentation équilibrée c’est-à-dire composé de 4
groupes d’aliments :
a. Aliment de base/énergétique (ex: riz, fufu, banane plantain, igname...) 
b. Aliment riche en protéine d’origine animale (viande, poisson, chenille, sauterelle,
‘’likelele’’, œuf,…) ou végétal (haricot, ‘’niébé’’, soya, arachide, courge…) 
c. Aliment riche en fer (légumes) 
d. Aliment riche en vitamine (fruits : mangues, avocat, orange,   banane, mandarine,
citron, pamplemousse, avocat…) 

Une femme enceinte a besoin d’au moins un repas supplémentaire ; et une femme allaitante a
besoin de deux repas supplémentaires.
9

I.2. Les facteurs qui influencent la mortalité maternelle et Néonatale :

Se résument en modèle de 4 trop et 3 retards :

Modèle de 4 trop :
 Grossesses trop nombreuses : > 4 enfants
 Grossesses trop rapprochées : < 3 ans
 Grossesses survenant trop tôt : < 20 ans
 Grossesses survenant trop tard : > 35 ans

Les 3 retards dans la PEC :


 Du retard pris par la femme enceinte pour consulter le service de santé
 Du retard pris pour arriver à la structure de soins
 Du retard dans la prise en charge adéquate par le personnel de santé

I.3. Que doit faire un partenaire pour soutenir sa femme enceinte ?

 Assurer à sa femme enceinte une alimentation variée et en quantité suffisante car


l’enfant qu’elle porte tire sa nourriture de ce qu’elle mange.
 S’assurer que sa femme enceinte respecte ses 4 consultations prénatales pour réduire
les risques de la grossesse et à l’accouchement.
 S’assurer que sa femme enceinte ne fait pas de travaux pénibles comme porter de
lourds fardeaux.
 L’aider et ou la faire aider dans les autres tâches domestiques pour lui éviter un
avortement, une fausse-couche ou un accouchement prématuré.

Impliquer les influenceurs de ménage pour le soutien psychologique de la femme enceinte


10

III. PERIODE POST NATALE

Dès l’accouchement à 6 semaines après. Le reste de visites correspond aux visites de CPS.

a. Périodicité de la CPON :
- CPoN 1 : 6è heure ;
- CPoN 2 : 6è jour ;
- CPoN 3 : 6è semaine.

b. Importance/ avantages de la CPON :


- Une femme qui vient d’accoucher a l’avantage d’être suivi au moins trois fois  par un
prestataire de soins qualifié:
(i) à la 6ème heure,
(ii) au 6ème jour et
(iii) à la 6è semaine pour le bien-être de la mère ainsi que celui de son bébé.
- Permet de détecter les maladies et autres problèmes de santé pour la mère et le bébé
Vaccination de l’enfant :
- Encourager la mère de suivre toutes les séances de la vaccination, pour protéger
l’enfant contre les maladies.

c. Les signes de danger chez l’accouchée :

Recommander à la femme de se rendre immédiatement à l’hôpital/au centre de


santé, de jour comme de nuit, SANS ATTENDRE, si l’un des signes suivants se présente :
- Saignement vaginal :
→ plus de 2 ou 3 protections hygiéniques souillées en 20 ou 30 minutes, après
l’accouchement
OU
→ le saignement augmente au lieu de diminuer après l’accouchement
- Convulsions/perte de connaissance
- Céphalées sévères associées à une vision floue
- Respiration précipitée ou difficile
- Fièvre
- Accouchée trop faible pour quitter le lit
- Douleur abdominale intense
11

IV. NOUVEAU-NE ET NOURRISSON

a. PERIODICITE DE CONSULTATION DU NOUVEAU-NE

Les soins essentiels au nouveau-né sont assurés au bébé de la naissance au 28ème


jour, avec des consultations/visites organisées selon le calendrier ci-après :
 Dès la naissance (soins de base)
 Pendant les 6 premières heures :
◦ Pendant les 2 premières heures, surveiller le nouveau-né toutes les 15minutes
◦ à la 3ème heure toutes les 30 minutes
◦ pendant les 3 heures suivantes surveiller chaque une heure.
- Après la 6ème heure : deux fois par jour durant le séjour à la maternité
- Au 3ème jour avant la sortie de la maternité
- Au 6ème jour

Un nouveau-né est considéré NORMAL si et seulement si, il a :


 Crié à la naissance
 Une peau rose
 Un abdomen souple
 Des membres symétriques et toniques
 Une bonne réactivité et de bons réflexes
 Une fontanelle antérieure ouverte
 Des organes génitaux visibles et normaux
 Une température corporelle à 36,5°C-37,5°C
 Un poids de 3000 g ± 500 g (2500 à 3500g)
 Une taille de 50 cm ± 2 cm (48 à 52cm)
 Un périmètre crânien de 35cm ± 1,5 cm (33,5 à 36,5 cm)
 Une fréquence cardiaque de 120-160 battements/minute
 Une fréquence respiratoire de 30-60 cycles/minute.

b. CONSULTATION PRESCOLAIRE

1. Importance de la CPS et calendrier

Bénéfice : Assurer une croissance et un développement harmonieux de l’enfant de la


naissance à 59 mois d’âge afin de contribuer à la réduction de la morbidité et de la mortalité
dans cette tranche d’âge.
L’observation simple ne permet pas d’apprécier la croissance d’un enfant, amenez-le
à la pesée lors des Consultations Préscolaires (CPS) pour vous assurer qu’il a une croissance
adéquate
La pesée régulière permet de savoir s’il grandit bien, car un enfant bien portant prend du
poids.

Calendrier des visites se présente comme suit :


 1ère visite, à 6 semaines d’âge
 2ème visite, à 10 semaines d’âge
 3ème visite, à 14 semaines d’âge
 4ème visite, à 6 mois d’âge
 5ème visite, à 9 mois d’âge
12

 6ème visite, à 12 mois d’âge


 7ème visite, à 18 mois d’âge
 8ème visite, entre 24 et 30 mois d’âge
 9ème visite, entre 36 et 42 mois d’âge
 10ème visite, entre 48 et 60 mois d’âge
 De 0 à 23 mois chaque mois
 De 24à59 mois chaque trimestre

A chacune de ces visites, différents points sont évalués :


 Alimentation, Développement psychomoteur,
 Surveillance des signes de danger,
 Vaccination
 La croissance,
 L’exposition de l’enfant au VIH,
 Tuberculose,
 Utilisation de la MIILDA

NB : Le partenaire doit accompagner et ou rappeler à la maman les jours de rendez-vous ainsi
que les influenceurs de ménage

2. Développement psychomoteur

A la naissance :
L’enfant pèse 3000 g, le cerveau 400 g (25% du cerveau adulte), le P.C est à 36 cm

Développement de la posture et locomotion

 A 1 mois, mis en décubitus ventral, il soulève le menton du lit.


 A 2 mois, l’hypertonie en flexion des membres disparaît.
 A 3 mois, la tête est tenue de manière stable en toutes positions.
 A 4 mois, la position assise n’est pas tenue : l’enfant se plie en avant autour de la
charnière lombaire (L2).
 A 6 mois, le dos reste droit en position assise, mais l’équilibre est instable.
 C’est entre 7 et 9 mois que la position assise devient correcte et stable, bras en avant
posés sur les genoux. Une poussée latérale ne lui fait pas perdre l’équilibre (réaction
d’arcboutement latéral du parachutiste).
 A 9 mois, il peut acquérir la marche à quatre pattes, faire bien le poids de son corps,
fesses en arrière.
 Entre 9 et 12 mois, il passe seul de la position couchée à la position assise. La position
débout est bien droite avec une lordose lombaire accentuée. Il fait ses premiers pas
avec appui.
 Entre 12 et 15 mois, l’enfant se met debout et se tient débout seul, avec un large
polygone de sustentation, les chutes sont fréquentes, mais la marche est acquise seul,
sans appui.
 La marche doit être acquise avant 18 mois.
 A 4 ans, il monte et descend les escaliers en alternant les pieds.
 Ce n’est que vers 7 ans que la marche atteint la maturation adulte.
13

3. Calendrier vaccinal
 BCG et VPO (endéans 14 jours après la naissance)
 VPO1, DTC-Hep B-Hib1, PCV13-1, ROTA 1 à 6 semaines
 VPO2, DTC-Hep B-Hib2, PCV13-2 ROTA 2 à 10 semaines
 VPO3, DTC-Hep B-Hib3, PCV13-3, VPI à 14 semaines
 VAR et VAA à 9 mois

N.B : Si l’enfant est VIH positif ou présente les signes d’infection à VIH symptomatique, il ne
recevra pas le BCG et le VAA
Opérationnalisation : voir carnet de santé de l’enfant ou fiche CPS

Calendrier CPS/Vitamine A/déparasitage :


 Calendrier CPS : de 0 à 23 mois chaque mois ; de 24 à 59 mois, une fois par trimestre
 Supplémentation en Vitamine A : à partir de 6 mois, tous les 6 mois jusqu’à 59mois
 Déparasitage : Mebendazole à partir de 12 mois et chaque 6 mois

4. Reconnaitre les signes de danger/gravite

Il est important que la maman/partenaire/influenceurs des ménages sache reconnaître


les signes de danger chez l’enfant nécessitant une évacuation rapide dans un centre de santé le
plus proche.
Dès que l’on observe l’apparition de l’un des signes de danger suivants :
 Ne respire pas bien : – respiration trop rapide, trop lente, grognement ou tirage
intercostal.
 Couleur anormale – une peau bleuâtre, pale ou jaunâtre (jaune durant les premières 24
heures)
 Froid ou chaud au toucher – pieds froids ou corps chaud au toucher
 Dont l’activité est anormale – vigilance anormale, position ou mouvement
 Qui ne prend pas le sein comme il faut
 Pus dans les yeux ou yeux gonflés ; rougeur ou saignement du nombril ; pustules sur
la peau.
 Convulsions – mouvements instables des bras et/ou des pieds.
 L’enfant vomit tout ce qu’il consomme
 Diarrhée de plus de 2 jours, plusieurs fois par heure ou avec du sang
 Léthargique/inconscient
 Etat nutritionnel rouge au ruban MUAC

5. Les petits soins au nouveau-né & nourrisson

 Les oreilles : avec un coton-tige sec, nettoyer le pavillon et l’entrée du conduit auditif,
ne pas oublier l’arrière du pavillon
 Les yeux : à l’aide d’une compresse imbibée d’un peu de sérum physiologique, passer
sur la paupière du coin interne vers l’extérieur (pour éviter de boucher le canal
lacrymal) sauf si sécrétions au coin interne de l’œil. Toujours aller du plus propre au
plus sale.
 Le nez : nettoyez le nez avec un coton-tige humide. Si le nez est encombré
(ronflement), mettre plusieurs gouttes de sérum physiologique dans chaque narine.
 Les ongles : ne pas couper les ongles du nouveau-né avant l’âge d’un mois. Si
nécessaire, proposer aux parents de les limer à l’aide d’une lime souple.
14

6. Technique de soin de l’ombilic

Les soins appropriés du cordon peuvent prévenir les infections. Garder le cordon à l’air libre
(sans le couvrir) et au sec. Sauf si un traitement a été recommandé par un prestataire des
soins. Ne pas couvrir le cordon ni mettre un pansement. Ne rien appliquer au cordon.
Si le cordon est souillé, laver le avec de l’eau propre. Si le cordon saigne, placer un nouveau
lien serré autour du cordon. Les produits spécifiques (Chlorhexidine 7.1%) peuvent etre
appliqués si indiqués.

c. PREVENTION DU PALUDISME, DIARRHEE ET TOUX

Conseils à la mère, au partenaire, et aux influenceurs des ménages sur les mesures préventives
du PALUDISME
Pour prévenir le paludisme chez les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes
La famille/mère doit :
 Faire dormir les enfants de moins de 5 ans sous la moustiquaire imprégnée
d’insecticide à longue Durée (MILD)
 Pratiquer l’allaitement exclusif pour tout enfant de moins de six mois car il protège
contre certaines maladies
 Assainir les alentours de la maison (couper les herbes, évacuer les eaux stagnantes,
etc…)
Les précautions nécessaires à prendre pour utiliser et conserver la moustiquaire imprégnée :
 Avant de l’installer, l’ouvrir, l’exposer à l’air libre à l’ombre pour l’aérer pendant 24
heures
 A l’installation, ranger tous les bouts de la moustiquaire imprégnée en dessous du
matelas ou de la natte
 Pour nettoyer la moustiquaire imprégnée: tremper la moustiquaire imprégnée dans
l’eau et, si nécessaire, utiliser uniquement un savon ordinaire (pas d’eau de javel, pas
de savon en poudre ni de détergent)
 Pour sécher la moustiquaire imprégnée : l’exposer à l’air libre/aérer sous l’ombre
(ne jamais repasser ni la sécher au soleil)

Conseils à la mère, au partenaire, et aux influenceurs des ménages sur les mesures préventives
DE LA DIARRHEE
Informer la mère comment prévenir la diarrhée, elle doit :
Se laver les mains au savon ou à la cendre pendant les 5 moments ci-après :
 Avant de préparer la nourriture
 Avant de manger
 Avant de nourrir l’enfant
 Après avoir été à la toilette
 Après avoir changé la couche de l’enfant
Pratiquer l’allaitement exclusif pour tout enfant de moins de six mois
Couvrir les aliments et les faire manger chauds
Donner à boire à l’enfant de l’eau propre et potable

Conseils à la mère, au partenaire, et aux influenceurs des ménages sur les mesures préventives
DE LA TOUX
 Bien couvrir l’enfant et le faire dormir dans une chambre bien aérée
 Eviter d’exposer l’enfant à la poussière
 Eviter d’exposer l’enfant à la fumée
15

 Si l’enfant a la toux/rhume, il convient de :


 Continuer à lui donner le lait maternel si l’enfant est exclusivement allaité au sein ;
 Donner à l’enfant du miel dilué /jus de citron quand il n’est pas exclusivement allaité ;
 L’amener au centre de santé si au bout de deux jours la toux/ rhume continue.

 En cas des signes de danger de la Toux / rhume (respiration difficile et rapide; fièvre;
incapacité de boire ou de manger; respiration sifflante), la mère/ partenaire/
influenceurs des ménages doit/doivent : Amener immédiatement au centre de santé
le plus proche.
16

d. ALLAITEMENT MATERNEL EXCLUSIF

De la naissance jusqu’à 6 mois, le lait maternel seul suffit pour la croissance du bébé.
Le lait maternel est un aliment complet et est la meilleure boisson possible pour le bébé
Le lait maternel est le seul aliment naturel, complet et adapté au bébé. Il contient de
l’eau (90 % du lait maternel est constitué d’eau) dont le bébé a besoin et suffit à étancher sa
soif même quand il fait chaud.
Il convient de nourrir le bébé exclusivement au sein jusqu’à l’âge de six mois.
Le fait de donner autre chose que le lait maternel à un bébé diminuera sa succion et
réduira la quantité du lait maternel que la mère peut produire. L’eau, d’autres liquides et
aliments peuvent rendre le bébé malade avant 6 mois

a. Avantages :

1. Pour l’enfant :
- C’est l’unique aliment adapté à la physiologie du bébé pour la bonne croissance et un
développement harmonieux
- Contient des anticorps et des antibactériens qui protègent le bébé contre les maladies.
- Le colostrum protège le bébé des infections et favorise l’évacuation de premières
selles
- Non allergisant 
- Téter Contribue au développement de la mâchoire et à un bon alignement dentaire
pour le bébé
- Les composants du lait maternel changent en fonction du développement du bébé.
- Développe l’odorat et le gout : le lait change de gout en fonction de l’alimentation de
la mère
- Contacts corporels : contribue à un bon développement physique et psychologique
- Le fait de ne donner uniquement que du lait maternelle au bébé jusqu’à 6 mois,
permet de le protéger contre les maladies.
17

2. Pour la mère  :

- Accélère le rétablissement corporel de la mère après l’accouchement : les hormones


produites lors de l’allaitement favorisent la réaction utérine
- La mise au sein dans les minutes qui suivent l’accouchement permet à expulser le
placenta et réduit les saignements de la mère en post partum immédiat.
- Il peut prévenir un engorgement mammaire.
- Il favorise les liens affectifs entre la mère et le bébé.
- Prévient le cancer de sein.
- Peut prévenir une grossesse non désirée

3. Pour la famille  :
Réduit les dépenses pour l’alimentation du bébé et celles liées à la prise en charge des
maladies

b. Technique d’allaitement :

Position correcte et prise correcte de sein.


Dire à la mère de :
 S’asseoir à son aise (assise ou couchée) et de ne pas se pencher sur l’enfant.
 Placer le nourrisson bien droit : sa tête, son dos et ses fesses sur un même axe.
 Serrer le nourrisson contre son corps.
 Soutenir le corps entier du bébé et non pas la tête et les épaules seulement
 Passer l’une des mains du bébé dans le dos de la mère en cas de position assise.
 Ne pas tenir le sein avec les doigts en ciseaux car elle risque de bloquer le lait et de
retirer le mamelon de la bouche du nourrisson ; seul le pouce de la main qui tient le
sein peut être au-dessus.
 Veiller à ce que :
- L’aréole du mamelon soit plus visible au-dessus qu'en dessous de la bouche.
- Le menton du nourrisson touche le sein.
- La lèvre inférieure soit éversée (tournée vers l’extérieur).
- La bouche du bébé soit grandement ouverte (au besoin toucher la lèvre inférieure du
nourrisson pour lui faire ouvrir grandement la bouche).
- Le nourrisson tète par succions profondes et lentes entrecoupées de pauses.
- Le temps de la tété, fréquence (8 à 12 fois /jr jour et nuit), assurer une bonne tété
(l’enfant tourné vers la mère, en face du sein, son menton touchant le sein, la bouche
largement ouverte, avec le ¾ de l’aréole dans la bouche, la lèvre inférieure inversée
- Respect de l’allaitement maternel exclusif
18

Principes :
- Ne pas retirer le sein de la bouche de l’enfant
- Laisser téter jusqu’à fatiguer
- Vider un sein avant de passer à un autre
- Allaiter l’enfant le jour comme la nuit
- En position assise, le dos de la mère doit être soutenu (ex : dos contre mur)

c. Technique d’expression de lait maternel :

Principes :
Technique recommandée lorsque :
- La mère doit se séparer de son bébé pendant plusieurs heures
- Le bébé a des difficultés de succion

Comment exprimer le lait maternel :


 Bien laver les tasses (avec couvercle), les récipients et les cuillères à utiliser avec de
l’eau et du savon.
 Ebouillanter les cuillères et les tasses dans une marmite couverte pendant 10 minutes.
 Découvrir partiellement la marmite en poussant le couvercle sur le côté, jeter l’eau et
laisser les tasses dans la marmite jusqu’au moment de les utiliser.
 Dire à la mère de :
- Après concentration, se relaxer moyennant des tapottements au dos, effectué par son
partenaire ou tout autre aide
- Se laver les mains et les seins avec de l’eau et du savon. Si la peau se dessèche, utiliser
de la crème ou de l’huile entre les expressions.
- Se pencher légèrement en avant de sorte que le lait tombe dans le récipient.
- Se masser doucement tout le tissu du sein.
- Tenir le sein en mettant vos doigts en forme de C, plaçant le pouce au-dessus du
mamelon le long de la limite externe de l’aréole et les autres doigts sous le sein. Il faut
faire attention à ne pas toucher le mamelon.
19

- Presser l’aréole entre le pouce et l’index tout en repoussant le sein contre la paroi du
thorax ; presser puis de relâcher plusieurs fois de suite en imitant le bébé qui tète.
- Changer la position des doigts en faisant passer le pouce et les autres doigts sur toutes
les parties respectivement au-dessus et en dessous de l’aréole de sorte à presser tous
conduits et à vider le sein.
- Exprimer autant de lait que possible afin d’obtenir le dernier lait.
- Pour maintenir l’écoulement du lait, commencer par exprimer un sein pendant 3 à 5
minutes jusqu’à ce que l’écoulement se réduise puis passez à l’autre sein.
- Reprendre ensuite avec l’autre sein. Chaque sein devrait être exprimé pendant environ
10 minutes.
- Cesser d’exprimer le lait lorsqu’elle n’obtient plus que quelques gouttes dès le début

Comment conserver le lait maternel exprimé


Conserver le lait dans un endroit aussi frais que possible.
Le lait maternel peut être conservé : A la température ambiante : jusqu’à 6 à 8 heures

Comment pratiquer une expression directe du lait maternel :


 Se laver les mains.
 Tenir son enfant peau contre peau, sa bouche près du mamelon.
 Presser le sein jusqu’à ce que quelques gouttes de lait se forment sur le mamelon.
 Attendre que l’enfant réagisse et ouvre grand la bouche.
 Stimuler l’enfant s’il semble endormi.
 Le laisser sentir et lécher le mamelon puis essayer de téter.
 Faire couler un peu de lait dans sa bouche.
 Attendre qu’il l’ait avalé avant d’exprimer davantage de lait. Lorsque l’enfant est
rassasié, il ferme la bouche et refuse le lait.
 Demander à la mère de recommencer toutes les heures ou toutes les 2 heures si
l’enfant est très petit, ou toutes les 2 à 3 heures si l’enfant est plus gros.
20

Comment nourrir le bébé à l’aide d’une tasse


 Verser un peu de lait dans une petite tasse propre et stérilisée par ébouillantage
pendant 10 minutes.
 Tenir le bébé sur vos genoux dans une position à moitié relevée.
 Tenir la tasse à moitié remplie de lait près des lèvres du bébé.
 Pencher légèrement la tasse pour que le lait arrive juste aux lèvres du bébé. La tasse
devrait s’appuyer légèrement sur la lèvre inférieure du bébé et le bord devrait toucher
les bords de la lèvre supérieure du bébé vers la commissure des lèvres (un bébé
prématuré prendra le lait avec la langue alors qu’un bébé né à terme tète ou aspire le
lait, en renversant une partie).
 Pencher la tasse pour que le lait aille sur les lèvres du bébé et maintenez-la dans cette
position. Il ne faut pas verser le lait dans la bouche du bébé. Remplissez la tasse au fur
et à mesure que le bébé termine le lait.
 Continuer à donner du lait au bébé jusqu’à ce qu’il ferme la bouche et refuse d’en
prendre plus. Le bébé ferme la bouche quand il est rassasié.
 Conseiller à la mère de prendre le bébé, de le mettre contre son épaule et de frotter son
dos pour l’aider à roter.

Principe :
- Une tasse entamée ne peut plus être donnée après

d. Préparation de l’alimentation de complément

A partir de 6 mois, le lait maternel seul ne suffit plus. Pour un développement et une
croissance harmonieuse, en plus du lait maternel, il convient d’introduire une alimentation
complémentaire adéquate.
Pour une croissance adéquate des enfants, à partir de 6 mois, en plus du lait maternel,
il faut donner au moins trois repas. Le repas idéal pour l’aliment de complément de l’enfant
doit contenir :

 Les aliments riches en énergie et les aliments de base donnent de la vitalité. Ex : Riz,
maïs, pain, patate douce, banane plantain, igname et manioc, huile de palme, beurre.
 Les aliments riches en protéine sont des aliments constructeurs et réparateurs. Ils
favorisent la croissance de votre bébé. Ex : du poulet, du poisson, de la viande rouge,
des chenilles, , des œufs, du fromage, du beurre, de l’huile de palme et des haricots.
 Les aliments riches en vitamines et minéraux sont des aliments protecteurs et
régulateurs qui protègent contre les maladies. Ex : Carotte, choux, aubergine,
aubergine amère, fruits (ananas, papaye, mangue, banane, tomate, avocat,…) et des
feuilles de manioc.
21

e. Allaitement maternel et alimentation de complément enfants de 6-9 mois


Après 6 mois, il convient de continuer d’allaiter l’enfant, en lui donnant en plus 3 repas de
bouillie enrichie par jour en augmentant graduellement la quantité ;
Les aliments riches en énergie et les aliments de base donnent de la vitalité : maïs, riz, sorgo,
manioc, millet, banane plantain, huile de palme.
Les aliments riches en protéine sont des aliments constructeurs et réparateurs. Ils favorisent la
croissance du bébé : poissons, viande, chenilles, soja, arachides, haricots
Les aliments riches en vitamines et minéraux sont des aliments protecteurs et régulateurs qui
protègent contre les maladies : banane, mangue, avocat, orange, papaye, légumes
La composition de la bouillie doit être variée : Par exemple : 1 portion d’aliments riches en
protéine ; 2 portions d’aliments de base ; 3 portions de Légumineuses et graines ; 4 portions
d’aliments riches en vitamines et minéraux.
La bouillie ne doit pas être liquide mais consistante.
A partir de 6 mois, en plus du lait maternel, il faut introduire une bouillie enrichie épaisse,
donnez des aliments variés pour un développement harmonieux de votre enfant

f. Allaitement maternel et alimentation de complément enfants de 9 - 12 mois


Le lait maternel seul ne suffit plus à l’enfant. Il faut Continuer d’allaiter et introduire une
alimentation complémentaire variée et en quantité suffisante pour une croissance harmonieuse
de votre enfant.
Après 9 mois, le lait maternel reste la nourriture la plus importante de l’enfant. Il convient de
continuer à l’allaiter mais, puisque ses besoins nutritionnels augmentent, donner en plus des
repas composés d’aliments variés pour favoriser sa croissance et son développement.
Il convient de donner 3 repas par jour ainsi que 2 collations tels que des fruits, du lait, du pain
Intégrer une variété d’aliments à chaque repas. Par exemple : aliments d’origine animale
(viande, œufs et produits laitiers), aliments de base (les céréales, racines et tubercules), les
légumineuses et les graines, les fruits et les légumes riches en vitamine A et tous les autres
fruits et légumes.
Pour une bonne alimentation de complément pour l’enfant :
 Une quantité suffisante : 2 à 3 cuillerées à soupe de farine enrichie à chaque repas
pour préparer la bouillie;
 La fréquence de l’alimentation: 3 fois par jour plus 1 collation (pain, fruit, lait, ...)
 La Consistance : la bouillie à donner à l’enfant ne doit pas être trop liquide.
 Varier les aliments de complément et ajouter un nouvel aliment au régime alimentaire
de l’enfant.
 Eviter de donner des boissons et des biscuits sucrés.
 Utiliser le sel iodé

g. Alimentation de l’enfant malade

Beaucoup d’enfants perdent du poids car ils n’ont pas été correctement nourris
pendant la maladie et après. Nourrir l’enfant pendant sa maladie en l’encourageant, en lui
préparant ses repas favoris, en l’aidant à prendre à plusieurs reprises des petites quantités des
repas et en lui donnant souvent à boire.
Pendant la maladie, l’enfant a besoin de plus de nourriture que d’habitude pour
l’aider à éviter la perte de poids et à récupérer plus rapidement sa santé; il faut le nourrir
convenablement
Il convient d’allaiter l’enfant de moins de 6 mois plus fréquemment pendant la maladie et au
cours de deux semaines après pour l’aider à éviter la perte de poids et à récupérer plus
rapidement sa santé ;
22

Il faut allaiter plus fréquemment et donner plus de nourriture et de liquide à un enfant


malade de plus de 6 mois et au cours de deux semaines après la maladie;
Si l’appétit de l’enfant diminue, encourager l’enfant à manger plusieurs petits repas.
Il convient d’être patient et encourager l’enfant pendant qu’il mange

Types de Liquides à administrer pour un enfant malade :


 De 0 – 6 mois : augmenter le nombre des tétées (plus de 12 tétées par jour) et cela
jusqu’à deux semaines après la maladie
 Plus de 6 mois : continuer à allaiter, donner les médicaments, fractionner les repas de
complément en recherchant ce que l’enfant aime ; donner beaucoup de fruits jusqu’à
deux semaines après la maladie

h. Donner à l’enfant les aliments riches en vitamine A


Avantages
La vitamine A est importante pour :
 La croissance de l’enfant,
 La prévention des maladies des yeux et
 Protection contre les maladies infectieuses

 Quoi Donner fréquemment à l’enfant, en plus du lait maternel,


 Les aliments riches en vitamine A (tels que : les fruits à pulpe rouge ou jaune
(mangue, papaye, orange, tomate…),
 Les œufs, le foie, l’huile de palme rouge, les carottes… pour stimuler sa croissance et
renforcer son système immunitaire.
i. Consommation du sel iode
L’iode est nécessaire pour le développement du cerveau et la croissance physique du
fœtus et de l’enfant. La carence en iode peut avoir des conséquences nombreuses et graves :
avortements, accouchements prématurés, le goitre, crétinisme, troubles psychomoteurs, etc.

 Quoi faire pour éviter la carence en Iode :


 Assaisonner toujours la nourriture avec du sel iodé pour favoriser une bonne
croissance physique et intellectuelle de l’enfant et lutter contre les troubles dues à la
carence en iode et contre le goitre endémique
 L’iode est présent :
 Dans le sel iodé ;
 Dans les produits de mer (poisson de mer, crevettes, crabes …)

j. Mesures de prévention de la malnutrition aigüe chez l’enfant

La malnutrition de l’enfant compromet son développement physique et mental. Les


bonnes pratiques d’alimentation de la femme enceinte, allaitante et de l’enfant sont des
mesures efficaces de prévention de la malnutrition aiguë chez l’enfant.
Pour prévenir la malnutrition, pratiquer l’allaitement maternel exclusif jusqu’à 6
mois et continuer jusqu’à 24 mois ou plus, l’alimentation de complément adéquate à partir de
6 mois d’âge de l’enfant ainsi que l’alimentation adéquate de la femme enceinte et allaitante.
• Amener régulièrement l’enfant de 0 à 5 ans à la CPS selon le calendrier pour garantir leur
bonne croissance
Malnutrition/amaigrissement
Amener immédiatement l’enfant au Centre de Santé le plus proche pour des soins appropriés.
23

e. TECHNIQUE DE MERE KANGOUROU

Positionner le bébé
 Placer le bébé dans une position verticale entre les seins de la mère (assise ou semi-
assise), poitrine contre poitrine, pieds du bébé sous les seins, bras repliés et mains au-
dessus des seins, en position de grenouille.
 Tourner doucement la tête du bébé sur le côté.
 Nouer autour du corps de la mère et du bébé le dispositif d’attache, bord supérieur
juste en dessous de l’oreille du bébé, nez et bouche dégagés.
 Laisser suffisamment d’espace pour que les mouvements de l’abdomen soient
possibles lorsque le bébé respire mais pas trop pour que le bébé ne tombe pas lorsque
la mère se lève ou se tient debout.
 Maintenir le linge à l’aide d’un nœud bien fermé et placer les extrémités sous une
bande attachée.
 Eviter que la tête ne se replie ni ne soit trop tendue.
 Superviser et aider la mère jusqu’à ce qu’elle se sente parfaitement à l’aise avec la
méthode.

Critères de l’approche mère kangourou :


a. Critères d’éligibilité du bébé  :
 Peser moins de 2000 g à la naissance
 Etre capable de téter et de déglutir, c’est-à-dire avoir le réflexe de succion et de
déglutition
 Maintenir stable sa fonction cardio-respiratoire
 N’avoir aucun autre problème en dehors de la régularisation de la température

b. Critères d’éligibilité de la mère :


 Etre en bonne santé
 Manifester le désir et la volonté de porter son bébé
 Avoir un dispositif permettant de se couvrir avec son bébé
 Avoir participé au moins à deux séances d’adaptation de séances kangourou
 Avoir le soutien de sa famille et de son entourage

f. PRATIQUES NUISIBLES
 Lavement, application de la cendre ou herbes sur le nombril ou sur toute plaie, secouer
l’enfant ou le balancer à l’air, exposition de l’enfant à la fumée ou au soleil…

g. SIGNES DE DREPANOCYTOSE :
 Syndrome douloureux (douleur osseuse et articulaire, gonflement douloureux des
mains et/ou des pieds sans notion de traumatisme) et anémique (ictère, pâleur)
24

ANNEXES

1. Technique de lavage des mains

 Mouiller les mains avec de l’eau


 Se frotter les mains paume contre paume
 L’arrière des doigts contre les paumes opposées avec les doigts enlacés
 Une fois sèches, vos mains sont saines
 Frotter en ayant la paume droite au-dessus de la paume gauche, avec les doigts
enlacés et vice versa.
 Un frottement rotatif du pouce gauche serré dans la paume droite et vice versa
 Se rincer les mains avec de l’eau sécher à fond avec une seule serviette et vos mains
sont saines
 Utiliser une serviette pour fermer le robinet
 Paume contre paume avec les doigts enlacés
 Frottement rotatif en arrière et en avant avec du savon
 Appliquer assez de savon pour couvrir toutes les surfaces de la main
25

2. Technique de port des gants


 Se laver les mains avec de l’eau et du savon
 Sécher les mains a l’air libre ou avec un linge propre
 Plier les manches des gants
 Placer les gants sur un endroit propre avec les paumes vers le haut
 Prendre le premier gant par le bord plié
 Tenir le bord avec une main et mettre l’autre main dans le gant
 Si le gant n’est pas bien mis, attendre jusqu’’à ce que les deux gants soient mis, avant
de faire l’ajustement
 Prendre le deuxième gant par le bord plié
 Tenir le bord avec la main gantée et mettre l’autre main dans le gant
 Faire l’ajustement afin que les deux gants soient bien mis
26

3. Technique de bain du nouveau-né/nourrisson :


Principes à respecter pour le bain du nouveau-né et nourrisson :
 Se laver les mains
 Laver le nouveau-né ou nourrisson à l’eau tiède et pas trop tôt le matin- Pas de bain les
premières 24 heures : une hypothermie et donc une hypoglycémie, éviter des odeurs
piquantes (trop de parfum, lotion…), laisser le vernix.
 Après les premières 24 heures, on réalise un bain en trempant le bébé dans l’eau
contenant un peu d’huile.
 Ne pas mettre les oreilles dans l’eau, ceci en vue du dépistage auditif.
 Après les 48 premières heures, on réalise un bain avec savonnage.
 Le bain est donné après les premières 24 heures.
Technique simple mais logique :
 Du plus propre au plus sale
 Bien veiller à la propreté et au séchage des petits plis
 Pas de savon sur le visage
 Toilette intime correcte
 Bien maintenir le bébé dans l’eau, bien l’immerger pour qu’il ne prenne pas froid
 Veiller à une bonne température de la pièce (24°C) et de l’eau (37°C). Toujours tester
la température de l’eau avec le coude et avec un thermomètre de bain avant d’y
plonger bébé
 Préparer tout le matériel à portée de main pour la sécurité de l’enfant
 Ne jamais laisser le nouveau-né seul sur la table à langer

4. Technique pour changer les couches du bébé :

 Lavez-vous les mains avec du savon et de l'eau tiède. Utilisez des serviettes propres
pour vous sécher les mains. Toujours utiliser une serviette en papier pour fermer le
robinet.
 Préparez le vestiaire / l'espace. Assurez-vous d'avoir tous les matériels nécessaires et
qu'une poubelle ou un sac poubelle est à votre portée.
 Placez l'enfant sur la zone de changement. N'utilisez pas de sangles de sécurité.
Toujours maintenir un contact physique avec l'enfant.
 Retirez la couche. Utilisez des serviettes mouillées pour nettoyer l'enfant d'avant en
arrière. Utilisez une serviette propre chaque fois que vous essuyez. Jetez tous les
objets sales dans la poubelle ou dans le sac poubelle.
 Lavez-vous les mains avec du savon et de l'eau tiède du robinet seulement si vous
pouvez maintenir un contact physique avec l'enfant. Sinon, utilisez des serviettes
humides jetables.
 Placez une couche propre sur l'enfant et habillez-le.

5. Comment tenir et porter un bébé


 Tenez toujours le dos et la tête du bébé lorsque vous le portez. Le cou du bébé n'est
pas capable de tenir la tête tout seul pendant les trois premiers mois.
 D'une main, tenez le dos du bébé et, de l'autre main, soutenez la tête du bébé afin
qu'elle ne vacille pas.
 Une fois que vous avez le bébé dans vos mains, soutenez tout le corps du bébé dans
l'un de vos bras, en plaçant sa tête sur le pli de votre avant-bras pendant que vous
soutenez sous l'arrière avec l'autre main. Lorsque vous avez acquis assez de pratique,
vous pouvez tenir le bébé avec un bras.
Le partenaire masculin qui n’a jamais lavé le bébé, qu’est-ce qu’il doit prendre en compte ?
Assurez-vous de mettre l'accent sur le fait que les participants nettoient le bébé seulement de
27

l'avant vers l'arrière et qu'ils doivent veiller à soutenir la tête du bébé en tout
temps

6. Technique pour résoudre les conflits dans le couple 

Matière : Il n'y a pas d'excuse pour la violence. En aucun cas, cela n'est justifiable. Nous
avons la responsabilité de nous contrôler lorsque nous sommes en colère. Nous pouvons
apprendre des moyens plus efficaces pour communiquer et résoudre les conflits.
Communiquer d'une manière plus affirmée est beaucoup plus puissant que d'être passif ou
agressif. Toute personne, grande ou petite, mérite le respect et la protection contre toute forme
d'agression physique, verbale, psychologique, sexuelle ou autre. Vivre une vie sans violence
est un droit humain qui n'est jamais perdu, même lorsque nous faisons des erreurs. Bien que la
plupart des hommes aient été victimes de violence dans leur enfance et aient ainsi appris à
gérer le conflit principalement par la violence, ils ont le devoir de ne pas reproduire cette
violence. Il est possible d'arrêter, d'obtenir de l'aide et de couper la chaîne de la violence entre
les générations. Nos fils et nos filles ne sont pas coupables des problèmes passés ou présents
de leurs parents, et nous ne devons pas prendre nos expériences passées sur eux.
Le comportement observé depuis l'enfance par les adultes qui se battent, nous a appris à
associer la colère ou la colère à la violence. Habituellement, la violence que subissent ou
témoignent les enfants s'accompagne de colère. Il est possible de séparer les sentiments de
colère d'un comportement violent; on n'a pas à s’en prendre à l’autre à l'autre. Nous pouvons
apprendre à gérer notre colère, à la calmer et à la canaliser d'une manière utile et constructive,
sans menacer ni agresser les autres. Peut-être avons-nous réussi à contrôler notre colère contre
certaines personnes qui ont autorité sur nous (un patron, un fonctionnaire, etc.), mais nous
libérons facilement notre colère avec les membres de notre famille les plus proches.

7. Moyens pour contrôler la colère

a. Eloignez-vous de la situation, partez ou promenez-vous.


Pour se calmer, s'éloigner et compter jusqu'à 10, respirer profondément, se promener ou
faire une activité physique. Cela va "rafraîchir la tête" et clarifier vos idées. Il est
également important que les personnes en colère partagent leurs sentiments avec l'autre
personne impliquée. Par exemple, ils peuvent dire: «Je suis très en colère en ce moment et
j'ai besoin de partir, je dois faire quelque chose maintenant, comme aller me promener,
pour pouvoir libérer ma colère. J'aime parler pour résoudre cela.

b. Utilisez des mots pour exprimer vos sentiments


Exprimer la colère sans «attaquer». Par exemple, vous pouvez dire «Je suis en colère
parce que ...» ou «J'aimerais que vous sachiez ...» Autre exemple: si votre partenaire est
en retard pour vous joindre à un rendez-vous, vous pourriez crier quelque chose comme,
"Vous êtes un imbécile, vous êtes toujours en retard, et je dois vous attendre tout le
temps." Ou, vous pouvez utiliser des mots sans attaquer. Par exemple, dites, "Je suis
contrarié parce que vous étiez en retard. J'aurais aimé que tu sois arrivé à l'heure prévue
ou m'avertir que tu allais être en retard.

Note : On peut bien gérer un conflit en contrôlant sa colère, pas seulement par une forme de
violence quelconque. Nous devons apprendre à nos enfants dès le bas âge comment y arriver.
Ne soyons pas un mauvais exemple pour eux.

Vous aimerez peut-être aussi