Vous êtes sur la page 1sur 36

WDM-PON vs GPON vs XG-PON

• Par millysu
• Le 29/01/2019

Les services complets étant approvisionnés par le déploiement massif des


réseaux PON, les opérateurs ont toujours plus d’attentes de PON. Celles-ci
incluent des capacités de bande passante et de support de service
améliorées, ainsi que des performances améliorées des nœuds d'accès et
des équipements de support sur leurs réseaux PON existants. Par
conséquent, ce serait une bonne idée de collecter tous les détails des
informations PON, y compris deux types de solutions PON : XG-PON
(10GPON, suite de GPON et/ou EPON) et WDM-PON (bénéficiant du
domaine de longueur d'onde).

Qu'est-ce que WDM-PON et XG-PON ?


WDM-PON est une technologie de réseau d'accès capable de modifier
considérablement les infrastructures de l'opérateur. WDM-PON crée une
architecture point à point logique basée sur la longueur d'onde sur une
topologie de fibre physique point à multipoint. Il utilise la technologie de
multiplexage/démultiplexage WDM pour garantir que les signaux de
données peuvent être divisés en signaux sortants individuels connectés aux
bâtiments ou aux habitations. Cette séparation du trafic basée sur le
matériel offre aux clients les avantages d'une liaison de longueur d'onde
point à point sécurisée et évolutive, mais permet à l'opérateur de conserver
un nombre de fibres très faible, ce qui réduit considérablement les coûts
d'exploitation.

XG-PON, également connu sous le nom de 10GPON, définit un mécanisme


de migration pour acquérir un signal pour l'utilisateur de 10 Gbits et 2,5
Gbits de l'utilisateur. Le signal de l'utilisateur XGPON est défini entre 1575
et 1580 nm et le signal de l'utilisateur entre 1260 et 1280 nm. Pour la
coexistence de la technologie XGPON et GPON sur la même fibre, la centrale
a besoin d'un filtre WDM qui combine le signal pour l'utilisateur et le signal
vidéo.

WDM-PON vs GPON vs XG-PON


Nous avons résumé ici les performances techniques de GPON, WDM-PON et
XG-PON.
GPON (10 Gbit/s Down/2,5G up) —ITU-T G.984, 2008. La norme GPON
compatible Gigabit offre plusieurs choix de débit, mais l'industrie a
convergé vers 2,448 gigabits par seconde (Gbit/s) de bande passante en
aval et 1,244 Gbit/s de bande passante up Stream.
XG-PON (10G down/2.5G up) - ITU G.987, 2009. XG-PON est
essentiellement une version à bande passante supérieure de GPON. Il a les
mêmes capacités que GPON et peut coexister sur la même fibre avec GPON.
XG-PON a été rarement déployé.
WDM-PON (10G down/2.5G up) —2012, le multiplexage par répartition en
longueur d'onde PON, ou WDM-PON, offre une meilleure confidentialité et
une meilleure évolutivité car chaque ONU ne reçoit que sa propre longueur
d'onde. Il est optimisé pour les applications jusqu'à 20 km, 40 canaux et 1
Gbps par client. Pour atteindre des distances supérieures à 100 km, des
amplificateurs, une compensation de dispersion et des sources de semences
ASE distantes ont été utilisés.

Capacité de données : GPON versus WDM-PON


La capacité par utilisateur d'un WDM-PON est facilement évaluée : une
seule longueur d'onde est dédiée à chaque utilisateur final. En général, un
signal GbE est transmis sur chaque longueur d'onde, attribuant une capacité
de seulement 1,25 Gb/ps à chaque utilisateur final. Il ne vaut rien que le
WDM-PON n'ait pas d'avantage particulier si la partie du signal est
constituée d'une diffusion pure (par exemple, une télévision IP
conventionnelle) : le signal de diffusion doit être répliqué sur chaque
longueur d'onde et envoyé indépendamment à chaque utilisateur.
L’évaluation de la capacité GPON par utilisateur n’est pas si simple, car elle
dépend essentiellement de l’ensemble des services fournis aux utilisateurs
et de nombreux éléments doivent être pris en compte. Donc, comme
l'évaluation de XGPON.

Portée du système : WDM-PON versus XGPON


La portée du système dans le cas XGPON est déterminée par le
fractionnement. Par exemple, pour un budget de liaison à 32 divisions et à
28 dB, cela équivaut généralement à environ 20 km. Pour le WDM-PON,
l'AWG présente des pertes beaucoup plus faibles que le répartiteur de
puissance habituel (50 km semble réalisable). XG-PON et WDM-PON
peuvent tous deux être adaptés à des scénarios à longue portée en
introduisant des extensions de portée à mi-portée. Pour XG-PON, des
extensions opto-électriques-optiques (OEO) ou SOA peuvent être utilisées
pour atteindre jusqu'à 60 km (limité par le protocole GPON). Alors que pour
le WDM-PON en bande C/L, il peut utiliser un amplificateur à fibre dopée à
l'erbium (EDFA) pour atteindre jusqu'à 100 km.

Utilisation des fibres : WDM-PON vs GPON


Puisque la transmission bidirectionnelle est utilisée dans le cas du GPON
alors que dans notre exemple de transmission unidirectionnelle WDM-PON
est adoptée, l'infrastructure fibre optique est clairement mieux exploitée via
le GPON. La transmission unidirectionnelle peut être utilisée dans WDM-
PON, mais elle a son coût. En fait, pour obtenir un taux de ramification
suffisant, le DWDM est nécessaire, par exemple, 32 canaux avec un
espacement des canaux de 100 GHz. Une conception possible peut
caractériser deux largeurs de bande différentes à utiliser en up Stream et
down Stream. Ils peuvent être séparés par un écart d'environ 800 GHz pour
éviter les interférences destructives dues aux réflexions. De cette manière,
un rapport de ramification de 16 peut être obtenu.
Cependant, l'espacement des canaux à 100 GHz nécessite l'utilisation de
lasers DFB refroidis à la fois dans l'unité ONU et dans l'OLT. Ce fait, outre le
coût plus élevé du MUX/DeMUX, influence clairement le coût du système.
Pour faire face à ce problème, l'utilisation d'un peigne WDM dérivé du
filtrage d'une seule source de bruit à large bande a été proposée, mais il
n'est pas encore clair si un avantage réel en termes de coûts est réalisé.

Budget de liaison optique : WDM-PON contre XGPON


Le schéma de transmission de WDM-PON est assez simple : l'atténuation est
donnée par la perte du MUX/DeMUX et de la propagation de la fibre (en
prenant en compte des connecteurs, panneaux de brassage et autres
éléments de perte de signal présents dans l'infrastructure d'accès).
Focalisant sur CWDM-PON, les optiques CWDM standard peuvent assurer
une puissance transmise de 0 dBm, tandis que la sensibilité du récepteur
dépend du détecteur utilisé. En utilisant un code PIN, la sensibilité à 1,25
Gbit/s (en supposant qu'un GbE soit transmis) pourrait être d'environ -18
dBm. Ce nombre augmente à environ -28 dBm en utilisant une APD.
La normalisation prescrit pour le XG-PON1 un budget de liaison suffisant
pour posséder une portée adaptée aux GPON B + et GPON C. Compte tenu
des pertes légèrement plus importantes expérimentées par les longueurs
d'onde XG-PON1 par rapport à la longueur d'onde GPON dans la ligne de
transmission entre GPON et XG-PON, un budget de 29 et 31 dB, en fonction
de la comparaison avec GPON B + ou GPON C, donne des résultats positives.
Cette prescription n'existe pas pour XWDM-PON, et un véritable budget
énergétique ne sera disponible qu'après que le premier produit industriel
aura été produit en volumes.

Résumé
WDM-PON peut offrir une bande passante et une portée supérieure et des
avantages supplémentaires en ce qui concerne ses applications. En utilisant
son canal de longueur d'onde dédié par abonné, WDM-PON est souvent
considéré comme plus sécurisé. Les avantages de XG-PON sont
principalement la standardisation, la maturité, le coût et la consommation
d'énergie. XG-PON est envisagé pour les applications résidentielles, et
WDM-PON est étudié pour le back-out professionnel ou à forte
consommation de bande passante.

Convertisseur de Média à Fibre : Qu'est-ce Que C'est et Comment Ça Marche

• Par millysu
• Le 04/01/2019
• Dans Réseau d'Entreprise

Si vous disposez d'un réseau qui utilise un type de câbles en cuivre plus
ancien et un autre réseau qui utilise des câbles à fibre optique plus rapides
et plus fiables, il est possible de les connecter ensemble avec l'aide d'un
équipement spécial appelé convertisseur de média à fibre. Un convertisseur
de média à fibre change les signaux d'un câble en cuivre en signaux qui
fonctionnent sur fibre. Ainsi, un câble a l’air de ressembler à un autre câble
sans changer la nature du réseau. Pour mieux comprendre, cet article vous
donnera une description des convertisseurs de média à fibre.

Qu'est-ce qu'un Convertisseur de Média à Fibre ?


Le convertisseur de média à fibre est un petit appareil avec deux interfaces
dépendantes du média et d'une alimentation électrique, et simplement reçoit
des signaux de données d'un média, les convertit et les transmet à un autre
média. Il peut être installé presque n'importe où sur un réseau. Le style du
connecteur dépend de la sélection du média à convertir par l'unité. Le plus
courant est l’UTP en fibre multimode ou monomode. Sur le côté cuivre, la
plupart des convertisseurs de média ont un connecteur RJ-45 pour la
connectivité 10BASE-T, 100BASE-T, 1000BASE-T et 10GBASE-T. Le côté
fibre comprend généralement une paire de connecteurs SC/ST ou un port
SFP. Les convertisseurs de média peuvent soutenir des vitesses de réseau
allant de 10Mbps à 10Gbps. Il existe donc des convertisseurs de média Fast
Ethernet, des convertisseurs de média Gigabit Ethernet et des convertisseurs
de média 10-Gigabit Ethernet.
Comment Fonctionne un Convertisseur de Médias à Fibre ?
Les convertisseurs de média à fibre changent le format d'un signal Ethernet
basé sur Cat5 en un format compatible avec les câbles à fibre optique. À
l’autre extrémité du câble à fibre optique, un deuxième convertisseur de
média est utilisé pour changer les données dans leur format original. Une
différence importante à noter entre Cat5 et la fibre est que les câbles Cat5 et
les prises RJ45 sont bidirectionnels, alors que la fibre ne l’est pas. Ainsi,
chaque réseau de fibre dans un système doit inclure deux câbles de fibre, un
qui transmet les données dans chaque direction. Ceux-ci sont généralement
étiquetés « transmettre » (ou Tx) et « recevoir » (ou Rx).

Types de Convertisseurs de Médias à Fibre


Les convertisseurs de média peuvent être de simples dispositifs, mais il y a
un grand nombre de s ont un nombre de types différents. Des nouvelles
versions de convertisseurs de média sont souvent un commutateur, ce qui
rend le sujet plus confus.

Convertisseur de Média à fibre de Couche 1 vs Couche 2


Les convertisseurs de média traditionnels sont uniquement des dispositifs
de Couche 1 qui convertissent seulement les signaux électriques et les
médias physiques, et ne font rien aux données qui passent par la liaison, de
sorte qu'ils sont totalement transparents pour les données. Certains
convertisseurs de média sont des dispositifs Ethernet de Couche 2 plus
avancés. Comme les convertisseurs de média traditionnels, ils fournissent
une conversion électrique et physique de Couche 1. Mais contrairement aux
convertisseurs de média traditionnels, ces convertisseurs fournissent
également des services de Couche 2. Ce type de convertisseur de média
comporte souvent plus de deux ports, permettant à l’utilisateur de prolonger
deux ou plusieurs liaisons de cuivre à travers une liaison à seule fibre. Ces
convertisseurs de média disposent généralement de ports à détection
automatique du côté cuivre, ce qui les rend utiles pour lier des segments qui
fonctionnent à des vitesses différentes.

Convertisseur de Média à Fibre Non Géré et Géré


Un convertisseur de média non géré permet une communication mutuelle
simple, mais ne fournit pas la surveillance, la détection des pannes et
l’installation des configurations du réseau. L'option d’un convertisseur non
gérée est un excellent choix pour les débutants et si vous souhaitez une
installation de réseau de câble à fibre avec configuration plug et Play. Les
convertisseurs de média gérés sont plus chers, mais offrent une surveillance
de réseau supplémentaire, une détection des pannes, une configuration à
distance, etc. En outre, les convertisseurs de média gérés ont généralement
la fonction de gestion SNMP (Protocole de Gestion de Réseau Simple). Le
SNMP n'est pas mentionné pour les convertisseurs de média à fibres
optiques non gérés.

Convertisseur de Média à Fibre Non-PoE vs PoE


Les convertisseurs de média standard sont équipés avec une alimentation CA
qui se branche dans une prise murale standard. Il peut être 120V CA pour
l’alimentation domestique Américaine seulement ou une alimentation 120 à
240V CA à détection automatique qui peut être utilisée en Amérique ou
facilement convertie pour alimentation électrique Européenne avec un
simple adaptateur de prise. Lorsque les convertisseurs de média sont utilisés
dans des zones dépourvues de prise de courant, ils peuvent être alimentés
par Alimentation sur Ethernet (PoE), qui permet d'alimenter les dispositifs
de réseau via le même câble UTP de Catégorie 5 ou supérieur utilisé pour les
données. Les convertisseurs de média PoE peuvent également fournir
l’alimentation via PoE à un dispositif alimenté par PoE, tel qu'une caméra de
sécurité ou un point d'accès sans fil. Un cas d'utilisation de convertisseurs de
média PoE est présenté dans l'image ci-dessous.

Comment Sélectionner un Convertisseur de Média à Fibre ?


Un convertisseur de média à fibre adéquat peut fournir une solution rentable
pour étendre une transmission Ethernet tout en réduisant les frais de câble
et main-d’œuvre. Lors de la sélection de convertisseurs de média à fibre pour
votre réseau, les points suivants doivent être pris en compte :
La puce du convertisseur de média à fibre doit fonctionner dans les systèmes
en duplex intégral et en semi-duplex. La raison est que certains
commutateurs N-Way et HUB peuvent utiliser le fonctionnement en mode
semi-duplex, et si le convertisseur de média à fibre supporte seulement le
fonctionnement en duplex intégral, de graves conflits et perte de données
peuvent se produire. Un test de connexion doit être effectué entre le
convertisseur de média et différentes épissures de fibre optique. Sinon, une
perte de données et une transmission instable peuvent se produire en raison
d'une incompatibilité entre différents convertisseurs de média à fibre. Pour
assurer un bon fonctionnement du convertisseur de média à fibre, la mesure
de température est également nécessaire. C’est parce qu’un convertisseur de
média à fibre pourrait ne pas fonctionner correctement dans un
environnement à haute température. Il est donc important de savoir
exactement sa température de fonctionnement. Un dispositif de sécurité
contre les pertes de données doit être équipé dans le convertisseur de média
à fibre. Le convertisseur de média à fibre doit être conforme aux normes
IEEE802.3. Sinon, il pourrait y avoir un risque d’incompatibilité.

Conclusion
Dans le centre de données, les convertisseurs de média prolongent la durée
de vie productive des commutateurs à base de cuivre existants, fournissant
une voie de migration progressive du cuivre à la fibre. Les convertisseurs de
média peuvent également être utilisés avec les nouveaux commutateurs en
cuivre qui disposent de ports RJ-45 fixes, qui sont considérablement moins
chers que les commutateurs de fibre équivalents. Dans ce cas, les
gestionnaires de réseau peuvent convertir seulement les ports en cuivre
sélectionnés pour la fibre multimode ou monomode selon les besoins, ce qui
apporte une polyvalence au centre de données tout en réduisant les coûts
globaux.

Point d’Accès Sans Fil vs Routeur - Lequel Vous Convient le Mieux

• Par millysu
• Le 28/12/2018
• Dans Réseau d'Entreprise

De nos jours, les réseaux sans fil sont presque partout dans le monde. Et vous
écoutez sûrement des gens autour de vous d’équipements ou d’appareils
sans fil de temps en temps. Parmi eux, le routeur sans fil est le plus familier
dans notre vie. Cependant, nous avons récemment entendu parler de plus en
plus du mot "point d'accès sans fil" ou "AP". Qu'est-ce que l'AP sans fil ? Est-
ce la même chose qu’un routeur sans fil ? Quelle est la différence entre
eux ? Point d’accès sans fil vs routeur : la différence sera présentée dans ce
blog.

Qu'est-ce qu'un routeur ?


La plupart des gens qui ont une connexion internet, ont un routeur. Le
routeur est un dispositif qui conduit des paquets entre différents réseaux. Un
routeur typique est un routeur sans fil doté de deux interfaces réseau: LAN
(y compris WLAN) et WAN. Il sert à connecter un réseau local (LAN) à un
réseau étendu - Internet (WAN). C'est-à-dire que si l'on veut se connecter à
Internet, il faut utiliser un routeur. Les routeurs, d'autre part, peuvent gérer
une maison entière ou une petite entreprise, ou commerce, en donnant la
capacité de réseau à de nombreux ordinateurs et périphériques
simultanément, soit câblés ou sans fil (lorsque le routeur sans fil est utilisé).

Qu'est-ce qu'un point d'accès sans fil ?


Quant au point d'accès sans fil (AP), il est généralement connecté par fil au
routeur, au concentrateur ou au commutateur du réseau Ethernet, puis pour
créer un réseau sans fil simple. Cela a été fait en utilisant un câble Ethernet
pour connecter un commutateur et un point d'accès, ce dernier
communiquant ensuite avec les périphériques Wifi et leur donnant un accès
réseau. Le point d’accès sans fil n’achemine rien. Il convertit simplement un
réseau câblé existant (LAN) en un réseau sans fil (WLAN). Un routeur peut
être un point d'accès, mais un point d'accès ne peut pas être un routeur.
Point d'accès sans fil vs Routeur : Lequel devrais-je acheter ?
Avant que les routeurs ne deviennent standard avec Wifi intégré, nous
devons utiliser un AP sans fil pour connecter les appareils sans fil à notre
réseau. Mais maintenant que la plupart des routeurs ont le Wifi intégré et
jouent de nombreux rôles, y compris celui d'AP, beaucoup n'utilisent plus de
AP dédiés comme dans le passé. Alors que les routeurs sans fil sont courants
dans n'importe quel réseau aujourd'hui, il y a souvent des signaux Wifi
faibles ou des points morts dans n'importe quel réseau. Un point d'accès sans
fil peut être ajouté dans les endroits où la capacité du réseau sans fil est
mauvaise, ce qui permet de réduire les zones mortes de Wifi et d'étendre un
réseau sans fil.

Conclusion
En conclusion, point d'accès vs routeur : si vous voulez construire un réseau
sans fil plus fiable, un point d'accès sans fil sera nécessaire. Si vous voulez
juste un réseau sans fil à la maison pour seulement quelques personnes, le
routeur sans fil est suffisant. Les points d'accès sans fil d'aujourd'hui sont
largement utilisés dans les réseaux locaux sans fil d'entreprise et les grands
points d'accès (Hotspots) pour couvrir une plus grande zone ou pour
prendre en charge des centaines d'utilisateurs. Dans les grands réseaux
locaux sans fil, il est généralement judicieux d'avoir plusieurs points d'accès
qui alimentent un seul routeur séparé. FS.COM fournit plusieurs points
d'accès sans fil de haute performance pour supporter les services d'accès
sans fil résilients des bureaux d'entreprise, les écoles, les hôpitaux, les hôtels
et plus encore.

TCP/IP vs. OSI : Quelle est la différence entre les deux modèles ?

• Par millysu
• Le 22/12/2018
• Dans Centre de Données et Cloud

Quand on parle de commutateurs de niveau 2 et de niveau 3, nous faisons


en fait référence aux couches d’un modèle de protocole générique -
Interconnexion des Systèmes Ouverts (OSI). Il s’agit d’un terme
couramment utilisé pour décrire les communications du réseau. Les
communications de données entre différents réseaux ne sont pas possibles
s’il n’existe pas de règles communes pour la transmission et la réception
des paquets de données. Ces règles sont connues sous le nom de protocoles,
parmi lesquels le protocole de contrôle de transmission (TCP) / protocole
Internet (IP) est l’un des plus utilisés. Le modèle TCP/IP est couramment
utilisé dans la description du réseau et est plus vieux que le modèle OSI. Ils
ont tous deux plusieurs couches. Quelle est la différence entre eux ?

Couches du modèle de référence OSI


Le modèle OSI est un modèle conceptuel qui caractérise et normalise la
façon dont différents composants logiciels et matériels impliqués dans une
communication réseau doivent diviser le travail et interagir les uns avec les
autres. Il contient sept couches. Vous pouvez voir les noms et fonctions de
base de chaque couche dans la figure suivante.
Figure 1 : Les sept couches du modèle OSI

Couches de modèle TCP/IP


Le modèle TCP/IP est également un modèle de référence en couches, mais
c'est un modèle à quatre couches. Il est généralement appelé TCP/IP parce
que les protocoles de base sont TCP et IP, mais ce ne sont pas les seuls
protocoles utilisés dans ce modèle.

Couche d'Application
La couche d’application du modèle TCP/IP permet aux applications la
d’accéder aux services des autres couches, et détermine les protocoles que
les applications utilisent pour échanger des données. Les protocoles de
couche d'application les plus connus sont HTTP, FTP, SMTP, Telnet, DNS,
SNMP et Routing Information Protocol (RIP).

Couche de Transport
La couche de transport est chargée de fournir à la couche application des
services de communication de session et de datagramme. Les protocoles de
base de cette couche sont TCP et UDP. TCP fournit un service de
communication fiable de dispositif à dispositif et axé sur la connexion. Il est
responsable de la séquence et reconnaissance de réception des paquets
envoyés, et récupération des paquets perdus en transmission. UDP fournit
un service de communication sans connexion et peu fiable de dispositif à
dispositif ou dispositif à plusieurs dispositifs. UDP est généralement utilisé
lorsque il y a une faible quantité de données à transférer (par exemple,
lorsque les données peuvent tenir dans un seul paquet).

Couche Internet
La couche Internet est responsable des fonctions d'adressage, du
conditionnement et de routage des hôtes. Les principaux protocoles de la
couche de protocole Internet sont IP, Protocole de résolution d'adresse
(ARP), Protocole de message de contrôle Internet (ICMP) et protocole de
gestion de groupe Internet (IGMP). Dans cette couche, l'IP ajoute un en-tête
aux paquets, qui est connu comme adresse IP. Il existe maintenant une
adresse IPv4 (32 bits) et une adresse IP Ipv6 (128 bits).

Figure 2: adresse IPv4 et adresse IPv6.

Couche Accès de Réseau


La couche d'accès réseau (ou couche de liaison) est responsable de placer et
de recevoir les paquets TCP/IP dans et en dehors du support réseau.
TCP/IP est conçu pour être indépendant de la méthode d'accès au réseau,
du format de trame et du support. En d'autres termes, il est indépendant de
toute technologie de réseau spécifique. De cette façon, TCP/IP peut être
utilisé pour connecter différents types de réseaux, tels que l’Ethernet,
Token Ring, et Asynchrones Transfer Mode (ATM).

Comment les données sont-elles traitées pendant la transmission ?


Dans un système en couches, les dispositifs d'une couche échangent des
données dans un format différent, qui est connue sous le nom d'unité de
données de protocole (PDU). Le tableau ci-dessous montre les PDU dans
différentes couches.
Protocol Data Unit
Model Type OSI Layers TCP/IP Layers
(PDU)
Application Layer
Presentation Layer Data Application Layer
Host Layers Session Layer
Segment (TCP) /
Transport Layer Transport Layer
Datagram (UDP)
Network Layer Packet Internet Layer
Media Layers Data Link Layer Frame Network Access
Physical Layer Bit Layer

Tableau : unité de données de protocole (PDU) en cours de traitement dans


différentes couches.
Par exemple, lorsqu'un utilisateur demande à naviguer sur un site Web sur
l'ordinateur, le logiciel du serveur à distance donne d’abord les données
demandées à la couche application, où elles sont traitées de couche en
couche, chaque couche remplissant ses fonctions désignées. Les données
sont ensuite transmises sur la couche physique du réseau jusqu'à ce que le
serveur de destination ou un autre périphérique les reçoive. À ce stade, les
données sont à nouveau transmises à travers les couches, chaque couche
effectuant ses opérations assignées jusqu'à ce que les données soient
utilisées par le logiciel récepteur.
Figure 3 : les données circulent des couches supérieures aux couches
inférieures, chaque couche ajoute un en-tête / pied de page au PDU.
Pendant la transmission, chaque couche ajoute un en-tête, ou pied de page,
ou les deux au PDU provenant de la couche supérieure, qui dirige et
identifie le paquet. Ce processus s'appelle l'encapsulation. L'en-tête (et le
pied de page) et les données forment ensemble le PDU pour la couche
suivante. Le processus se poursuit jusqu'à atteindre la couche du plus bas
niveau (couche physique ou couche d'accès au réseau), à partir duquel les
données sont transmises au dispositif de réception. Le dispositif de
réception inverse le processus, désencapsulant les données à chaque
couche avec les informations d'en-tête et de pied de page dirigeant les
opérations. Ensuite, l'application utilise enfin les données. Le processus se
poursuit jusqu'à ce que toutes les données soient transmises et reçues.
Avec la connaissance de la division des couches, nous pouvons
diagnostiquer le problème en cas d'échec d'une connexion. Le principe est
de vérifier à partir du niveau le plus bas, plutôt qu’à partir du niveau le plus
élevé. Parce que chaque couche sert pour la couche supérieure à celle-ci, et
il sera plus facile de traiter les problèmes de couche inférieure. Par
exemple, si votre ordinateur ne parvient pas à se connecter à Internet, La
première chose à faire est de vérifier si le câble réseau est branché sur votre
ordinateur, ou si le point d'accès sans fil (WAP) est connecté au
commutateur.

Modèle TCP/IP vs. Modèle OSI


Le modèle TCP/IP est plus ancien que le modèle OSI. La figure suivante
montre les relations correspondantes entre leurs couches.

Figure 4 : Modèle OSI vs. Modèle TCP/IP et TCP/IP Protocol Suite.


En comparant les couches du modèle TCP/IP et du modèle OSI, la couche
d’application du modèle TCP/IP est similaire aux couches OSI 5, 6 et 7
combinées, mais le modèle TCP/IP n'a pas de couche de présentation ou
couche de session distincte. La couche de transport de TCP/IP englobe les
responsabilités de la couche de transport OSI et certaines des
responsabilités de la couche de session OSI. La couche d'accès au réseau du
modèle TCP/IP englobe la liaison de données et les couches physiques du
modèle OSI. Notez que la couche Internet du protocole TCP/IP ne profite
pas des services de séquençage et d'acquittement qui pourraient être
présents dans la couche de liaison de données du modèle OSI. La
responsabilité est à la couche de transport dans le modèle TCP/IP.

L'importance de TCP/IP et OSI pour le dépannage


Compte tenu de la signification des deux modèles de référence, le modèle
OSI n'est qu'un modèle conceptuel. Il est principalement utilisé pour la
description, la discussion et la compréhension des fonctions individuelles
des réseaux. Cependant, TCP/IP est d'abord conçu pour résoudre un
ensemble spécifique de problèmes, et non pour fonctionner comme une
description de génération pour toutes les communications réseau en tant
que modèle OSI. Le modèle OSI est générique, indépendant du protocole,
mais la plupart des protocoles et des systèmes y adhèrent, tandis que le
modèle TCP/IP est basé sur des protocoles standard que l'Internet a
développés. Une autre chose à noter dans le modèle OSI est que toutes les
couches ne sont pas utilisées dans des applications plus simples. Alors que
les couches 1, 2, 3 sont obligatoires pour toute communication de données,
l'application peut utiliser une couche d'interface unique à l'application au
lieu des couches supérieures habituelles du modèle.

Conclusion
Le modèle TCP/IP et le modèle OSI sont tous deux des modèles conceptuels
utilisés pour la description de toutes les communications réseau, tandis que
TCP/IP lui-même est également un protocole important utilisé dans toutes
les opérations Internet. Généralement, lorsqu'on parle de la couche 2, de la
couche 3 ou de la couche 7 dans laquelle un périphérique réseau
fonctionne, nous faisons référence au modèle OSI. Le modèle TCP/IP est
utilisé à la fois pour modéliser l'architecture Internet actuelle et pour
fournir un ensemble de règles qui sont suivies par toutes les formes de
transmission sur le réseau.

Fibre Monomode OS1 vs OS2 : Quelle est la Différence ?

• Par millysu
• Le 14/12/2018
• Dans Centre de Donées et Cloud

Fibre Monomode OS1 vs OS2 : Quelle est la Différence ?


Comme nous le savons, la fibre multimode se divise habituellement en OM1,
OM2, OM3, OM4 et OM5. Et la fibre monomode ? En général, la fibre
monomode est classée en OS1 et OS2 qui sont des spécifications de fibre
optique monomode. En fait, il y a beaucoup de différence entre les deux. Cet
article fera une comparaison et vous donnera ensuite un guide pour vous
aider à choisir le câble de fibre optique adéquat pour vos applications.

Qu'est-ce que la fibre monomode ?


Dans la technologie de la fibre optique, la fibre monomode est conçu pour la
transmission d’un seul rayon ou mode de lumière en tant que transporteur
à propager à la fois. Généralement, un câble monomode a un diamètre
central étroit de 8 à 10µm (micromètres), qui peut se propager a une
longueur d’onde de 1310nm et 1550nm. La petite taille du centre de la fibre
monomode et une émission lumineuse simple élimine pratiquement toute
distorsion qui pourrait être le résultat de la superposition des impulsions
lumineuses. Par conséquent, les câbles à fibre optique monomodes offrent
la moindre atténuation de signal et la vitesse de transmission la plus élevée
de tous les types de câbles à fibre optique. Pour ces raisons, la fibre optique
monomode est le meilleur choix pour la transmission de données sur de
longues distances.

Fibre monomode OS1 VS OS2 : quelle est la différence ?


La fibre monomode peut-être classée en OS1 et OS2, qui sont des
spécifications de fibre SMF câblées. La fibre monomode OS1 correspond à la
norme ITU-T G.652B ou ITU-T G.652B. En outre, les fibres a faible niveau
d’eau définies par ITU-T G.652C et G.652D appartiennent également aux
fibres monomode OS1. C’est-à-dire que le OS1 est conforme aux
spécifications de ITU-T G.652. Cependant, la fibre monomode OS2 n’est
conforme qu’à la norme ITU-T G.652C ou ITU-T G.652D. Cela signifie que le
OS2 est explicitement appliqué dans les fibres à faible niveau d’eau, qui sont
généralement utilisées pour les applications CWDM (Multiplexage par
Répartition en Longueur d’Onde Brute).
À part les normes, la différence principale entre les fibres monomodes OS1
et OS2 est la construction du câble. La fibre OS1 a une structure serrée
conçu normalement pour les applications intérieures (telles que les campus
où centre de données) ou la distance maximale est de 10 km. La fibre OS2
est un câble desserré conçu pour l'extérieur (rue, souterrain ou
enterrement) où la distance maximale peut-être de 200 km. La fibre OS1
pour intérieur a une plus grande perte par kilomètre que la fibre pour
extérieur OS2. En général, l’atténuation maximale pour OS1 est 1.0 db/km
et 0.4 db/km pour OS2. Les deux types de câbles à fibre optique OS1 et OS2
permettent une distance d’un gigabit à 10G Ethernet. En outre, la fibre OS2
peut supporter les réseaux Ethernet 40G et 100G. OS1 est beaucoup moins
cher que OS2. Le tableau suivant explique les différences entre OS1 et OS2.

En sachant plus sur les différences entre les câbles à fibres optiques
monomodes OS1 et OS2, alors quel câble devriez-vous choisir ? Tout
d’abord, si vous souhaitez l’utiliser pour une application intérieur, OS1 est
votre meilleur choix. Cependant, si vous l’utiliser pour une application
extérieur, vous devriez choisir OS2. Deuxièmement, il n’y a aucun avantage
si nous utilisons un câble OS2 pour une distance de moins de 2 kms. OS2 est
meilleur pour une distance de plus de 2 km. Enfin, vous devez noter que la
fibre OS1 est beaucoup moins cher que le OS2. Afin de réduire les frais, si la
fibre OS1 suffit à votre application, il n’est pas nécessaire d’utiliser le OS2.
Fiberstore propose des câbles à fibres monomodes OS1 et OS2 ainsi que
tout types de câbles à fibres multimodes. C’est votre choix optimal.

Comment Réparer Un Câble à Fibre Optique Coupé

• Par millysu
• Le 07/12/2018
• Dans Centre de Donées et Cloud

Les câbles à fibre optique peuvent être accidentellement endommagés,


coupés ou écrasés. Selon l’Association des Techniciens Electroniques, l’une
des causes principales de défaillance de la fibre optique est le «backhoe
fade» (l’endommagement accidentel d'un câble par une rétrocaveuse), au
cours duquel le câble à fibre optique est coupé ou endommagé lors du
creusement. Pour cette occasion, vous pouvez facilement rechercher l’engin
d’excavation et trouver le câble coupé. Cependant, si ceci est causé par des
taupes, il sera probablement difficile de le réparer. D'un autre côté, cela
signifie que le coût de réparation du câble à fibre optique pourrait être un
peu élevé en raison de l'équipement impliqué. Voici quelques outils et
étapes conseillés pour réparer un câble à fibre optique endommagé.

Outils de Réparation et Coupage pour Câble à Fibre Optique

A. OTDR (Réflectomètre Optique Temporel)


L'OTDR est largement utilisé pour mesurer la longueur de fibre, la
diminution de transmission, l'atténuation conjointe et la localisation du
défaut. Pour plus d'informations sur l’OTDR, veuillez consulter les Principes
de Fonctionnement et Caractéristiques de l’OTDR.

B. Ciseaux/Pince à Dénuder pour Câbles à Fibre Optique


Les ciseaux et la pince à dénuder pour câbles à fibre optique sont des outils
importants dans l’épissure des fibres optiques et certaines autres
applications de coupage des câbles à fibre optique.

C. Cliveuse de Fibre Optique de Haute Précision


La cliveuse de fibre optique est utilisée pour couper la fibre de verre pour
l'épissure par fusion, également idéale pour préparer la fibre pour les
connecteurs pré-polis afin de créer une bonne face d'extrémité. Elle est
alors très importante dans le processus d'épissure des fibres et
généralement fonctionne avec l'épisseur à fusion pour répondre aux
besoins finaux.

D. Soudeuse à Fibre Optique


Le soudage de fibre optique peut être l’action de joindre deux fibres
optiques de bout en bout à l'aide de chaleur. La machine doit fusionner les
deux fibres afin que la lumière qui passe dans les fibres ne soit pas
dispersée ni réfléchie par l'épissure.

Étapes de Réparation et de Coupage de Câble à Fibre Optique

Étape 1 : Utiliser l'OTDR pour Identifier la Rupture du Câble à Fibre Optique


La première chose à faire est de rechercher la rupture dans les câbles à
fibre optique. Généralement, les techniciens de fibre optique utilisent un
dispositif appelé OTDR, qui peut fonctionner comme un radar qui envoie
une pulsation lumineuse jusqu'au câble à fibre optique. Il sera renvoyé vers
votre appareil lorsqu'il rencontrera la rupture. Cela aide le technicien à
trouver la position de la rupture.

Étape 2 : Utilisez une Paire des Ciseaux à Fibre Optique pour Couper le
Câble à Fibre Optique Endommagé.
Après avoir trouvé la l’emplacement de la rupture, vous devez déterrer les
câbles endommagées. Les ciseaux à fibre optique sont utilisés pour
découper la section endommagée.

Étape 3 : Dénudez le Câble à Fibre Optique avec la Pince à Dénuer


Vous devez utiliser la pince pour dénuder les deux bouts et peler
doucement la gaine pour exposer le tube de fibre optique à l'intérieur.
Ensuite, coupez la gaine et le fil avec les ciseaux à fibre optique.

Étape 4 : Éliminez Tout Endommagement sur les Extrémités de la Fibre


Optique à l'Aide de la Cliveuse de Fibre Optique de Haute Précision
La photo suivante répertorie les 6 étapes principales du clivage de la fibre
par la cliveuse de fibre optique de haute précision.
Étape 5 : Nettoyer le Câble à Fibre Optique Dénudé
Cette étape est cruciale pour que votre terminal reçoive un fil dénudé
propre. Vous devez nettoyer la fibre dénudée avec un chiffon doux et de
l’alcool. Assurez-vous que la fibre ne touche à rien.

Étape 6 : Episser le Câble à Fibre Optique


Généralement, il existe deux méthodes pour épisser un câble à fibre optique
: (1) épissure mécanique ; (2) épissure par fusion.

(1) Epissure Mécanique


Si vous voulez créer une connexion mécanique, vous devez aligner les
épissures des connecteurs de fibre optique à connexion rapide sur la fibre.
Tenez les deux extrémités de la fibre dans une position parfaitement
alignée, permettant ainsi à la lumière de passer d’une fibre à l’autre. (Perte
Typique : 0.3dB)

(2) Epissure par Fusion


Une épissure par fusion est utilisée pour aligner avec précision les deux
extrémités de la fibre. Vous devez faire passer un protecteur d'épissure par
fusion à la fibre et les placer dans l'épissure de fusion. Ensuite, les
extrémités des fibres sont « fusionnées » ou « soudées » ensemble en
utilisant une sorte de chaleur ou d’arc électrique. Ceci produit une
connexion ininterrompue entre les fibres permettant une transmission de
la lumière avec de très faibles pertes. (Perte Typique : 0,1dB)

Étape 7 : Effectuer le Test de Connexion du Câble à Fibre Optique avec


l’OTDR
La dernière chose à faire sera de voir la connexion de la fibre optique à
l’aide de l’OTDR. Remettez ensuite les épissures dans le boîtier d'épissure.
Fermez le boîtier et enterrez les câbles à fibre optique de nouveau.

Outils de Solutions de FS pour la Réparation et Coupage de Câble à Fibre


Optique
Article Descripción Prix
OTDR Portable FOTR-202, 1310±20nm/1550±20nm,
OTDR 900,00 €
28/26dB, avec Connecteur FC/SC
Ciseaux de
Ciseaux à Kevlar pour Câbles à Fibre Optique 18,00 €
Fibre Optique
Pince à
Pince à Dénuder de Fibre Optique Miller à Triples
Dénuder de 86,00 €
Trous FO 103-T-250-J
Fibre Optique
Cliveuse à
Cliveuse à Fibre Optique de Haute Précision FS-08C 93,00 €
Fibre Optique
Mini
2.600,00
Soudeuse à Mini Soudeuse à Fibre Optique FTTx DVP-740

Fibre Optique

La défaillance du câble à fibre optique entraînera une interruption de la


transmission des données. Il est donc important de réparer le câble optique
endommagé à temps. Après avoir suivi les étapes de réparation du câble à
fibre optique, vous vous demandez si vous devriez choisir l'épissure
mécanique ou l'épissure par fusion. Voilà la suggestion : si le prix n’est pas
un facteur, vous pouvez utiliser l’épissure par fusion car la perte de signal
est faible. Si vous avez un budget serré, vous pouvez considérer l’épissure
mécanique qui ne n’exige pas l’usage d’outil coûteux.
Tutoriel du Convertisseur de Média RJ45 vers Fibre

• Par millysu
• Le 06/12/2018
• Dans Centre de Données et Cloud

Avec un nombre croissant de dispositifs sur le réseau, des vitesses et une


largeur de bande plus élevées sont nécessaires, et des exigences de distance
plus longue avec le réseau local (LAN) sont forcées. Les convertisseurs de
média, permettant l’utilisation de la fibre en fonction des besoins et
l’intégration de nouveaux équipements dans une infrastructure de câblage
existante, offrent les solutions à ces besoins. Ces convertisseurs sont en
mesure de fournir une intégration transparente du cuivre et de la fibre, et
différents types de fibre dans les réseaux LAN d'entreprise. Cet article
présentera les convertisseurs RJ45 vers fibre qui permettent de connecter
deux dispositifs de réseau avec des ports cuivre sur de longues distances
via un câblage à fibre optique.

Convertisseur de Média Ethernet de Cuivre vers Fibre


Supportant la norme IEEE 802.3, les convertisseurs de média Ethernet RJ45
vers fibre offrent une connectivité pour les dispositifs Ethernet, Fast
Ethernet, Gigabit et 10Gigabit Ethernet. Certains convertisseurs supportent
la commutation de débit 10/100 ou 10/100/1000, permettant l'intégration
d'équipement de différents débits de données et types d'interfaces dans un
réseau transparent.

Application Point à Point


Une paire de convertisseurs de média peut être utilisée dans des
connexions point à point qui connectent deux commutateurs Ethernet UTP
(ou routeurs, serveurs, hubs) via fibre, ou pour connecter des dispositifs
UTP à des stations de travail et serveurs de fichiers.
Application de Fibre de Campus
Dans cet exemple d'application, les convertisseurs de média 10/100 sont
installés dans un châssis d'alimentation redondant pour la distribution de
fibre à haute densité à partir d'un équipement de commutation UTP (A) au
cœur du réseau. Un commutateur de groupe de travail UTP (B) est connecté
par fibre au cœur du réseau avec un convertisseur de média autonome
10/100. Un autre convertisseur 10/100 permet la connectivité de fibre sur
un port UTP de PC dans une application de fibre à ordinateur (C). Un
commutateur Ethernet (D) est connecté directement par fibre au module de
conversion de média au cœur du réseau.

Application Redondante de Fibre/Cuivre


Les convertisseurs de média Fast Ethernet redondants fournisse une
redondance de liaison à fibre ou en cuivre. Si une liaison de câble est
rompue, la liaison redondante est activée pour assurer une disponibilité de
100%. Les modules de convertisseur redondants peuvent détecter un
défaut de la liaison et commuter en 100 microsecondes ou moins, activant
une réponse rapide et nécessaire pour les mission cruciales des
applications de réseau. Les liaisons redondantes peuvent fonctionner dans
des voies parallèles ou géographiquement différentes, illustrées dans
l'exemple suivant.

Convertisseur de Média TDM de Cuivre vers Fibre


Les convertisseurs de cuivre vers fibre T1/E1 et T3/E3 fournissent une
méthode fiable et économique pour prolonger les connexions de cuivre des
protocoles de télécommunication TDM traditionnels (Multiplexage
Temporel) en utilisant le câblage à fibre optique. Les convertisseurs T3/E3
et T1/E1 fonctionnent par paires et étendent les distances des circuits TDM
sur fibre, améliorant ainsi l’immunité contre le bruit, la qualité de service, la
protection contre les intrusions et la sécurité du réseau. Cette application
est souvent utile dans un bâtiment ou comme liaison entre bâtiments, tels
qu’un complexe de bâtiments ou un campus.

Convertisseurs de Cuivre vers Fibre T1/E1


Les convertisseurs de cuivre vers fibre T1/E1 peuvent supporter les T1
standard (1,544Mbps), E1 (2,048Mbps) et peuvent être compatibles avec
les codes de ligne AMI, B8ZS et HDB3. Ces convertisseurs fournissent
souvent des fonctionnalités de diagnostiques pour faciliter l'installation et
la maintenance des connexions T1 ou E1. Certaines de ces fonctionnalités
de diagnostiques comprennent le bouclage local, le bouclage à distance et
les modes de test qui insèrent des données ou modèles de notification
d’alarme tels que l’insertion de tous les 1 (AIS). Ces fonctions permettent de
tester et de dépanner des segments individuels ainsi que l’ingtégralité de la
connexion T1/E1.

Convertisseurs de Cuivre vers Fibre T3/E3


Les convertisseurs de cuivre vers fibre T3/E3 fournissent une conversion
coaxiale vers fibre T3 standard (44,736Mbps) ou E3 (34,368Mbps) et
peuvent être utilisés pour se connecter à des dispositifs tels que des PBX,
des multiplexeurs, des routeurs et des serveurs vidéo via fibre. Les
convertisseurs T3/E3 peuvent structurer indépendamment pour
fonctionner avec des flux de données encadrés ou non, canalisés ou non, et
supportent le codage de ligne B3ZS pour T3 (DS3) et HDB3 pour E3.

Application T3/E3
Les convertisseurs de média T3/E3 fournissent également une solution
rentable pour l’extension des points de démarcation de télécommunication.
Dans cet exemple, une paire de convertisseurs T3/E3 est utilisée pour
prolonger la démarcation entre les bâtiments via fibre.

Conclusion
Supportant une variété de protocoles, débits de données et de types de
média, les convertisseurs de média peuvent créer un réseau plus fiable et
plus rentable. FS.COM fournit une série de convertisseurs de média
Ethernet, tels que des convertisseurs de média Fast Ethernet, des
convertisseurs de média à fibre Gigabit. Tous ces convertisseurs peuvent
vous rendre un service dans le réseau. Pour plus de détails, veuillez
consulter notre siteweb ou contacter sales@fs.com.
Que Savez-Vous Sur les Types de Cordon d'Alimentation ?

• Par millysu
• Le 30/11/2018
• Dans Centre de Données et Cloud

Les ingénieurs réseau travaillant dans le monde entier sont parfaitement


conscients de nombreuses prises et sockets utilisés dans les centres de
données. Mais la première expérience dans un centre de données étranger
peut s'avérer difficile si vous ne savez pas quel cordon d'alimentation y est
utilisé. Il y a plus d'une norme utilisée dans le monde. Différents pays
peuvent utiliser différents types de cordon d'alimentation, différentes
fiches et connecteurs, en particulier les types de fiche. Cet article présente
les types de cordon d'alimentation NEMA et CEI les plus couramment
utilisés, ainsi que des conseils d'achat.
Qu'est-ce qu'un Cordon d'Alimentation ?

Le cordon d'alimentation est un câble de ligne ou un câble principal


contenant une paire de coupleurs de connexion à l'une de ses extrémités.
Les deux extrémités sont détachables de l'alimentation électrique et du
dispositif. Il supporte la tâche de connecter temporairement un appareil
électronique portable à la ligne d'alimentation principale et peut facilement
passer à travers une prise murale ou une rallonge.
Comme le montre l'image ci-dessus, le cordon d'alimentation est constitué
de deux parties principales. L'une est la fiche du câble. C'est un connecteur
mâle. Son utilisation est de connecter la prise secteur pour fournir de
l'électricité. L'autre est le réceptacle à l'autre bout. La partie de réceptacle
sert de connecteur femelle qui se fixe à l’équipement. Il existe différents
types de connecteurs et d'interfaces utilisés dans le monde entier. Les types
de cordons d'alimentation NEMA et IEC décrits ici sont les plus utilisés en
Amérique du Nord.

Présentation et Différences des Types de Cordon d'Alimentation

Types de Cordon d'Alimentation NEMA


L’établissement de l’Association Nationale de Fabrication d'Electricité
(NEMA) certifie divers types de cordons d’alimentation en Amérique du
Nord et dans d’autres pays, allant de 15 à 60 ampères et de 125 à 600 volts.
Différents types de fiche uniques et non interchangeables sont créés en
fonction d'ampérages ou de tensions spécifiques.
Il existe de nombreuses connecteurs NEMA disponibles aux États-Unis et
dans les pays d'Amérique du Nord, mais les modèles NEMA 1-15-P et NEMA
5-15-P sont les plus courants. Le type 1 NEMA consiste en une broche ronde
ou une broche juste en dessous des deux griffes plates, tandis que le type 5
NEMA utilise une troisième broche pour la mise à la terre.

Types de Cordon d'Alimentation IEC


La norme IEC 60320 est reconnue comme la norme internationale utilisée
par la plupart des pays du monde. Elle spécifie les coupleurs non
verrouillables d’appareils et d’interconnexions permettant de brancher les
cordons d’alimentation aux appareils électriques jusqu’à 250 volts. Le
«320» fait référence au numéro de la spécification décrivant les
connecteurs d'alimentation. Différents types de cordons d'alimentation IEC
60320 allant de C1 à C24 sont spécifiés pour différentes combinaisons de
courant, de tension et de température.
Remarque : C13, C15, C19 sont les plus couramment utilisés dans les
centres de données.

IEC 60320 C13 VS Cordon d'Alimentation C15


Selon l’image ci-dessus, nous pouvons facilement constater que la norme
IEC C15 est similaire au cordon d’alimentation C13, à l’exception de
l’encoche opposée à la terre dans le connecteur C15. De plus, les
connecteurs IEC-C15 fonctionneront dans les entrées C14, mais les
connecteurs IEC-C13 ne rentrent pas dans les entrées C16.
Les connecteurs IEC C15 sont spécialement conçus pour les appareils à
haute température (jusqu'à 120°C), par exemple les bouilloires électriques,
les armoires de réseaux informatiques ou les salles de serveurs, ainsi que
les commutateurs PoE (Power over Ethernet) avec des alimentations de
puissance supérieure.

Différent Pays A Différentes Normes


Bien que les types de cordons d'alimentation NEMA et IEC soient utilisés
par la plupart des pays du monde, ils visent en réalité principalement les
types de connecteurs (C13, C15, C19). Et les types de prises varient selon
les pays.

Europe : CEE 7/7 (Type E, Type F)


La norme CEE 7/7 est désormais la norme de prise de facto dans de
nombreux pays européens et dans certains pays qui respectent la norme
CENELEC. Les pays européens qui n'utilisent pas les CEE 7/7 sont le
Danemark (AFSNIT 107-2-D1), l'Irlande, l'Italie (CEI 23-50), Malte (BS
1363), Chypre (BS 1363), Gibraltar (BS 1363) et la Suisse (SEV 1011). Les
cordons d'alimentation les plus populaires qui adoptent une prise CEE 7/7
incluent les modèles CEE 7/7 à C13, CEE 7/7 à C15 et CEE 7/7 à C19.

Autres Normes : JIS C 8303, AS/NZS 3112, etc.


Certains autres pays ont également leur propre standard de prise. Par
exemple, la norme australienne AS/NZS 3112 (type I), la norme brésilienne
NBR 14136 et la norme japonaise JIS C 8303 (Type A, B), etc. Cependant, un
point commun est qu'elles pourraient toutes adopter la norme de
connecteur IEC 60320.
Pays Fiche Standard Type de Prise Électriqu
Argentine IRM 2073 Type C, I
Australie et Nouvelle Zélande AS/NZS 3112 Type I
Brésil NBR 6147/NBR 14136 Type C, N
Chine GB 1002/GB 2099 Type A, C, I
Danemark AFSINT 107-2-D1 Type C, E, F, K
Japon JIS C 8303 Type A, B
Afrique du Sud SANS 164/BS 546 Type C, F, M, N
Corée du Sud KSC 8305 Type C, F

Comment Acheter un Cordon d'alimentation Correct


Il est extrêmement important de choisir un cordon d’alimentation
approprié qui fournira des performances élevées en termes de vitesse et de
durabilité. Suivre quelques étapes simples qui vous aideront à faire un bon
choix.

Identifier la Prise Correcte pour le Pays d'Exportation


Lorsque vous choisissez le bon modèle de fiche, gardez à l'esprit que, même
si certaines se ressemblent, cela ne signifie pas pour autant qu'il s'agit du
bon cordon pour l'équipement. Par exemple, retirer un cordon
d'alimentation NEMA d'un jeu de câbles fabriqué avec un câble nord-
américain et le remplacer par une fiche européenne continentale (cordon
d'alimentation CEE 7/7) ne rendra pas le jeu de câbles acceptable pour
l'Europe.

Confirmer la Tension
La tension nominale des prises en Amérique du Nord varie de 100-127 à
200-240. Un ampérage supérieur ou inférieur peut signifier un type de
prise différent, même dans le même pays. Il détruira les appareils si le
cordon d’alimentation 125 volts est inséré par erreur dans une prise 220
volts.

Vérifiez le Courant Nominal du Cordon d'Alimentation


Une autre spécification à vérifier est la classification actuelle, la
classification de l'Amérique du Nord étant différente de celle des autres
pays 15, 20 et 30.

Choisir le Type de Prise si Vous Utilisez un Ensemble de Cordon


Le nombre de griffes dans une prise varie de 2 à 5. Les griffes peuvent être
ovales, rondes, à lame droite et de forme rectangulaire. Pour l'Amérique du
Nord, il existe les normes NEMA 5-15P et NEMA 5-20P. La connaissance du
courant nominal et de la tension peut aider à distinguer les quatre types et
à choisir le bon connecteur.

Vous aimerez peut-être aussi